Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 938
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2021-06-23 15:37 [p.9061]
Expand
Mr. Speaker, I want to make a comment about this whole issue that has been before the House. I was so pleased with your actions on it, as were my constituents. I know this is a great blow to the sense, again, of credibility of the place in which I am so proud to sit. I would ask that you, please, do everything you can to expedite this response that we need for the people of Canada to know this place has the authority with which it has been invested, and that your response would be coming forward very quickly to them to let them know that what we do in this place actually matters.
Monsieur le Président, je voudrais faire une observation au sujet de toute cette affaire. J’ai été très satisfaite de la façon dont vous avez réagi, tout comme mes concitoyens. Je pense que cela fragilise grandement la crédibilité de cette enceinte où je suis si fière de siéger. Je vous prie instamment de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour traiter cette affaire au plus vite afin de montrer aux Canadiens que cet endroit dispose bien du pouvoir dont il a été investi, et de faire en sorte que votre réponse arrive au plus vite pour leur montrer que ce qui se passe à la Chambre compte réellement.
Collapse
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
View Kelly Block Profile
2021-06-23 17:10 [p.9070]
Expand
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the 25th report of the Standing Committee on Public Accounts, entitled “Canada Emergency Wage Subsidy”.
Pursuant to Standing Order 109, the committee requests the government table a comprehensive response to this report.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 25e rapport du Comité permanent des comptes publics intitulé « La Subvention salariale d’urgence du Canada ».
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2021-06-22 10:30 [p.8939]
Expand
Mr. Speaker, I have two petitions here today.
In the first petition, the citizens of my riding are calling on the government to reverse course on their ban on strychnine, which is used to control Richardson's ground squirrel populations as Richardson's ground squirrels can pose a serious threat to the health and well-being of our livestock population and also to our food security.
Monsieur le Président, je présente deux pétitions aujourd'hui.
La première est signée par des citoyens de ma circonscription qui demandent au gouvernement de revenir sur sa décision d'interdire l'utilisation de la strychnine, employée pour limiter les populations de spermophiles de Richardson qui peuvent représenter une menace sérieuse pour la santé et le bien-être du bétail et également pour la sécurité alimentaire.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2021-06-22 10:30 [p.8939]
Expand
Mr. Speaker, the second petition is calling on the Government of Canada to defend the energy sector at any opportunity as presented to them both nationally and internationally, to make sure that they are prioritizing the natural resource sector here in Canada.
Monsieur le Président, les signataires de la seconde pétition demandent au gouvernement du Canada de défendre le secteur de l'énergie à toutes les occasions qui se présentent sur la scène nationale et internationale afin de prioriser le secteur canadien des ressources naturelles.
Collapse
View Robert Kitchen Profile
CPC (SK)
View Robert Kitchen Profile
2021-06-22 12:59 [p.8961]
Expand
Mr. Speaker, I want to thank my colleague from Essex for pointing out that the Liberals love making things up. One of the things that they suffer from is a disease called “dyspocketnesia”. What it means is taking from “this pocket”, which is the taxpayer pocket, and putting it into “that pocket”, which is the government's pocket, and then forgetting about why they did it.
One person who does not forget about things that the Liberals do is the Parliamentary Budget Officer, who points out the Liberal claim that they would create 315,000 jobs this year, 334,000 in 2022, and 280,000 in 2023. He notes that it is more likely 39,000 jobs this year, 74,000 next year and 94,000 in the year after that.
I wonder if my colleague would mind commenting about these job numbers.
Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue d’Essex d’avoir souligné que les libéraux adorent inventer des choses. Les libéraux souffrent, entre autres maux, d'une maladie appelée « pathopochalautre amnésique », ce qui signifie qu’ils puisent pathologiquement dans les poches des contribuables pour en remplir d'autres, soit les leurs, celles du gouvernement, et oublient ensuite pourquoi ils l’ont fait.
Le directeur parlementaire du budget, par contre, n'oublie pas. Il rappelle que les libéraux ont affirmé qu'ils créeraient 315 000 emplois cette année, 334 000 en 2022 et 280 000 en 2023. Il fait remarquer que, dans les faits, ces chiffres seront probablement plus près de 39 000 emplois cette année, 74 000 l’an prochain et 94 000 l’année suivante.
Je me demande si mon collègue peut commenter ces chiffres en matière l’emploi.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2021-06-22 13:22 [p.8964]
Expand
Mr. Speaker, I did not hear the member use his favourite word, according to Open Parliament, which is “Conservatives”, so I want to congratulate him for being able to avoid the rhetoric.
I am grateful that he talked about some things of substance in the budget bill, particularly child care. The federal government has a $30-billion plan for it. There has been a lot of interest and a lot of feedback on that in my riding. A lot of people are concerned about the costs that are going to be shared with the provinces. People are looking at the finances of the provinces and asking how on earth the provinces will be able to afford their portions of this.
Can the member comment on that?
Monsieur le Président, comme je n'ai pas entendu le député utiliser son mot préféré, qui est « conservateurs », d’après le site du gouvernement ouvert, je tiens à le féliciter d'avoir su éviter la polémique.
Je suis heureux qu’il ait parlé de certains éléments importants du projet de loi d’exécution du budget, en particulier des garderies. Le gouvernement fédéral dispose d’un plan de 30 milliards de dollars à cet égard, plan qui a suscité beaucoup d’intérêt et de commentaires dans ma circonscription. Bien des gens s’inquiètent des coûts devant être partagés avec les provinces. Les gens regardent les finances de leurs provinces et se demandent comment diable elles pourront assumer leurs parts.
Le député peut-il nous dire ce qu’il en pense?
Collapse
View Corey Tochor Profile
CPC (SK)
View Corey Tochor Profile
2021-06-22 14:01 [p.8970]
Expand
Mr. Speaker, there is something rotten on Parliament Hill. We have the Centre Block renovations that have become a big, black hole for Canadian taxpayers, with billions of dollars blown through already, over budget, delayed and literally just a big hole on Parliament Hill, and the Liberals are just getting started.
It is now being reported that the once proud national symbol is being “green washed”. The Liberals want to cancel our centennial flame, symbolizing Canadian unity, which has been using Canadian natural gas since the start. The Liberals now want the flame to burn on garbage instead. They would rather truck in garbage dump gases from Montreal than use clean Canadian natural gas.
When will the Liberals stop turning our national symbols into garbage? Canada is not a garbage dump, and the Liberals need to stop treating us like one.
Monsieur le Président, il y a quelque chose de pourri sur la Colline du Parlement. Les rénovations de l'édifice du Centre sont devenues un gros trou noir pour les contribuables canadiens, dans lequel ont déjà été engouffrés des milliards de dollars. Il y a des dépassements de budget, des retards et littéralement un gros trou sur la Colline du Parlement, et ce n'est que le début pour les libéraux.
On nous dit maintenant que la Colline du Parlement, autrefois un fier symbole national, va prendre un coup de peinture verte. Les libéraux veulent faire disparaître la flamme du centenaire, symbole de l'unité canadienne, qui fonctionne au gaz naturel canadien depuis le début. Les libéraux veulent maintenant que la flamme soit entretenue grâce à la combustion de déchets. Ils préfèrent faire venir du gaz issu des dépotoirs de Montréal en camion plutôt que d'utiliser du gaz naturel canadien, une énergie propre.
Quand les libéraux arrêteront-ils de transformer nos symboles nationaux en rebuts? Le Canada n'est pas un dépotoir; les libéraux devraient arrêter de traiter notre pays comme tel.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2021-06-22 16:01 [p.8989]
Expand
Madam Speaker, the budget references rural and remote communities. I have a very large rural riding and so does the member. I am wondering if he wants to comment further about what this budget would do or, in my opinion, would not do for rural and remote communities. Maybe he has something he would like to share with the House that will benefit rural and remote Canadians.
Madame la Présidente, le budget fait référence aux collectivités rurales et éloignées. J’ai une très grande circonscription rurale, tout comme le député. Je me demande s’il veut nous en dire davantage sur ce que ce budget ferait ou, à mon avis, ne ferait pas pour les collectivités rurales et éloignées. Peut-être a-t-il quelque chose à communiquer à la Chambre qui profitera aux Canadiens des régions rurales et éloignées.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2021-06-22 17:04 [p.8997]
Expand
Madam Speaker, I would like to request a recorded division.
Madame la Présidente, je demande un vote par appel nominal.
Collapse
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
View Jeremy Patzer Profile
2021-06-22 17:17 [p.8999]
Expand
Madam Speaker, we are here debating closure on a very important topic. It is top of mind for all Canadians. As we have already heard other members say, the bill was rammed through committee and the government did not consider all the reports at committee. I am on the natural resources committee. We have been hearing from numerous witnesses across multiple studies that the government does not even have complete data on the amount of carbon that we sequester here, and there does not appear to be any commitment to make sure we are getting that data.
What is going to be done to make sure this will be achieved as we move toward the path that the government is ramming through on Canadians?
Madame la Présidente, nous débattons de la clôture sur un enjeu très important que tous les Canadiens considèrent comme une priorité. Comme d’autres collègues l’ont déjà dit, ce projet de loi a été adopté à toute vapeur par le comité, et le gouvernement n’a pas examiné tous les rapports du comité. Je siège au comité des ressources naturelles. De nombreux témoins nous ont dit, en citant de multiples études, que le gouvernement n’a même pas de données complètes sur la quantité de carbone que nous séquestrons ici, et il ne semble même pas s’efforcer d’obtenir ces données.
Que fera-t-on pour les obtenir afin d’atteindre la cible que le gouvernement impose aux Canadiens?
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2021-06-22 19:46 [p.9014]
Expand
Mr. Speaker, I have had the privilege of sitting on the environment committee with my colleague, and I did notice all of the collusion that happened between the NDP and the Liberals on this issue.
My question to him is simple. How will all of the collusion in the way the NDP has worked to support the Liberals be portrayed in the next election? Can Canadians trust NDP members to have their own thoughts, or are they just here to prop up the Liberal government?
Monsieur le Président, j'ai eu le privilège de siéger au comité de l'environnement avec le député, et j'ai remarqué toute la collusion qui existait entre le NPD et les libéraux dans ce dossier.
Ma question pour lui est simple. Comment toute la collusion dans la façon dont le NPD a travaillé pour appuyer les libéraux sera-t-elle dépeinte lors des prochaines élections? Les Canadiens peuvent-ils faire confiance aux députés du NPD pour avoir leurs propres idées, ou sont-ils simplement là pour appuyer le gouvernement libéral?
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2021-06-22 20:36 [p.9018]
Expand
moved:
That Bill C-12, in Clause 22, be amended by replacing line 32 on page 12 to line 9 on page 13 with the following:
“(2) The Minister must make the annual report available to the public within 30 days after receiving it and then, within 120 days after receiving the report, the Minister must publicly respond to the advice that the advisory body includes in it with respect to the matters referred to in paragraphs 20(1)(a) to (c), including any national greenhouse gas emissions target that is recommended by the advisory body if the Minister has set a target that is different from it.”
propose:
Que le projet de loi C-12, à l'article 22, soit modifié par substitution, au passage commençant à la ligne 37, page 12, et se terminant à la ligne 8, page 13, de ce qui suit:
« (2) Dans les trente jours suivant la réception du rapport annuel, le ministre le rend public et, dans les cent vingt jours suivant sa réception, il répond publiquement à tout conseil qu’il contient concernant les questions visées aux alinéas 20(1)a) à c), y compris toute cible nationale en matière d’émissions de gaz à effet de serre que l'organisme consultatif recommande et qui diffère de celle que le ministre a établie. »
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2021-06-22 20:50 [p.9020]
Expand
Mr. Speaker, it is my privilege and pleasure to speak tonight to this important bill. I am going to take a bit of a different slant on this.
As members know, I was first elected in 2019, so I am a relatively new member of this House. This period of time just before the session ends for the summer is a very busy time, as I understand. This is my first experience with it. It is the first time I have gotten to see the government trying to complete its agenda, which is kind of lagging. What I have been expecting is the very best the government has to offer to get its agenda through before the House rises for the summer.
My background, really briefly, is that I come from the accounting world, and specifically the management accounting area. Efficiency was one of the things I really focused on. I worked in a manufacturing plant and I helped people figure out the easiest way to do their job so that it required the least amount of labour and we could produce the best product, most efficiently, at the best price. Essentially, it is where I learned one of my mottoes, which is “Work smarter, not harder.”
As I have watched what has gone on here in the last couple of weeks from my lens, a relatively new lens, I have witnessed the exact opposite of efficiency. It has been quite fascinating. In fact, I imagine that when our Prime Minister was on his way back from his vacation trip to Europe a couple of weeks ago, he had to stop in a quarantine hotel like all other Canadians, except that he of course stayed in a special hotel that was close to his house and was only there for a few hours—but I digress. He probably would have called his government House leader to ask how things were going and how the legislation was coming along. Unfortunately, the government House leader would have had to give him the sad news that nothing had happened, that in fact everything had stalled out because of the many mistakes made by the government. In fact, everything was in chaos, as he could see if he looked at Bill C-30 or Bill C-10 or anything else.
As we look at this bill, the government House leader has denied many times that the Liberals are going to call an election shortly, saying it is the event that just is not going to happen. However, in April, on this bill, the Liberals seemed to suddenly realize that they needed to pass something, and that is where Bill C-12 came into the picture. They needed to pass something just in case the event that is not going to happen happens.
After months of inaction on this bill, suddenly there was a big panic. Why is the government willing to ram through a flawed bill just before the summer? It is just in case that event that is not going to happen happens. Of course, the Liberals could wait until September, but here we are instead. It is the last panic time before the event that is not going to happen happens. This is hypocritical, and it is very disrespectful to our democracy.
I want to look at Bill C-12 through my new eyes. I had a front-row seat to this bill because I am on the environment committee. I have been able to see this first-hand. One of the questions I was asking myself was, “How do we have success when creating a new law?” Of course, the first step is to write a good bill. When the minister came to our committee, the first thing he said was that he was open to amendments. I am assuming he said that because he knew that the bill was not well written and that it had many flaws.
He just opened the floodgates, because there were 114 amendments that came to committee, and 17 of those came from the government itself. The bill was only 10 pages long at that point. That is over 11 amendments per page, or four per clause. That is a lot of amendments. Those numbers alone should prove that this bill was flawed.
Every morning we are led in a prayer by the Speaker, and one of the lines in that prayer is “Grant us wisdom....to make good laws....” I cannot sit back and watch this law come into force. It is a bad law. The number of amendments also showed that this was true.
The second way that we could have success when creating a new law is to get feedback. There was a lot of feedback. There were 75 briefs received by the environment committee, which is great. A lot of Canadians put in a lot of hard work to write reports and provide information to the committee. The bad news is that only eight of those briefs were received before we started our study. That was because the study was jammed in. It was rushed into committee with a very short deadline.
That means that 67 briefs were received after we did our study. It means that the work of many Canadians was ignored, and the government was happy to ignore it. It was not particularly interested in listening to the views of people who submitted the briefs. It had a plan, an idea of what it wanted to accomplish, and that is what it was going to do.
The third way we could make sure to have success in creating a new bill is to let the committee do its work. The first thing the government did was make a deal with the NDP. It did not want the committee to get bogged down in any details of actually providing useful information. It wanted to be able to ram things through.
The Liberal-NDP coalition did exactly that. It rammed this bill through the committee. Almost every single vote at the committee was marked by the Liberal-NDP coalition. The Liberals and the NDP made no bones about their coalition.
The NDP member for Skeena—Bulkley Valley posted to his Twitter before the clause by clause started, “[T]he NDP will be proposing amendments that the government has agreed to support.... We have also jointly agreed to a number of other amendments.”
What was the practical result of this? The New Democrats and the Liberals fell silent. They did not ask questions. I am not even sure they read many of the amendments or even understood what they were. They had a plan. They just knew to vote for this and not vote for that. Therefore, it fell to the Conservatives and the Bloc MPs to scrutinize these amendments. As for me, I asked reasoned and thoughtful questions of the departmental experts as to the consequences of certain amendments, but the problem was that there were 114 amendments, as I said.
As I also mentioned, the government put forward 17 of its own amendments. That means that on 17 separate occasions, the minister messed up drafting the bill and he needed his MPs to fix it. That is like us buying a new car, driving it off the lot and just as we are leaving, the salesman says he has scheduled 17 appointments for us to come back for maintenance because the dealer messed up and there are a bunch of problems with the car. Therefore, we drive it off the lot, go back tomorrow and the dealer starts fixing it. It makes no sense.
The Liberals and the New Democrats on the committee were only interested in their amendments. They refused to engage with us on our amendments. To prove my point, there was kind of a funny example.
Subsection 7(4) of the original bill required that the minister would set national targets five years in advance. The government and NDP wanted to change that to 10 years in advance. The problem was the Greens put forward an identical amendment and because they got there first, we dealt with their amendment first.
As was the practice of the government and the NDP members, they did not want to support anyone else's amendments and certainly not the Greens'. Therefore, the Green amendment was voted on and was rejected. Next up was the government amendment that was literally identical. The chair, rightly so, ruled that it was inadmissible because we had just dealt with this at committee and we had decided not to proceed with it. That was a big problem. Everybody wanted to vote for that second one because the members actually wanted the amendment. However, I do not think they read the first one from the Greens, which was the same, and they did not realize they had just voted down, essentially, their own amendment.
In the end, after a very long discussion and a lot of time wasted, the government members finally realized that instead of saying 10 years, they could say “9 years 366 days”, which was different enough to get it passed. I found that quite humorous, that the government members were not able to accomplish this.
I have an amendment that was read tonight, and it is in a section of the bill referring to the work of the advisory body, specifically the annual report that it has to submit. My amendment would require that the minister make the annual report public and, further, that the minister publicly respond to this report. It would require the government to actually take action, which is something we all know the Liberals are quite allergic to. The Liberals tried to make an amendment on this section at committee, but theirs was sloppy and it left the legislation in very bad shape.
Essentially, the Liberal-NDP amendment added words but it did not remove redundant words, so the bill as it is written right now makes no sense in that section. It still includes a long sentence that should not be there and it starts with a partial word. It just does not make a whole lot of sense. My amendment allows that wording to make sense again.
The Green Party put forward some really good amendments. The member for Saanich—Gulf Islands was quite frustrated at committee. I want to quote her because it is quite telling. She said:
I have to say that this is the most dispiriting process of clause-by-clause that I've experienced in many years. Usually amendments are actually considered, people actually debate them and there is a good-faith process....
I condemn this government for what it has done: for telling people like me, who believed in good faith that there would be an actual appetite for change to improve the bill and who accepted it and prepared amendments, only to show up here and watch Liberals stay mute, the NDP stay mute and march through their amendments, passing them in force, and not listening and not caring about the possibility that other amendments might work.
What happens when there is a flawed committee process? Flawed legislation results. Bill C-12 is flawed legislation.
Monsieur le Président, c'est un privilège et un plaisir d'intervenir ce soir au sujet de cet important projet de loi. Je vais l'aborder d'un angle un peu différent.
Comme les députés le savent, j'ai été élu pour la première fois en 2019. Je suis donc relativement nouveau à la Chambre. Cette période qui précède la pause estivale est très occupée d'après ce que je comprends. C'est la première fois que j'en fais l'expérience. C'est la première fois que j'observe le gouvernement essayer de terminer son programme législatif, qui a pris un peu de retard. Je m'attendais à voir le gouvernement offrir ce qu'il a de meilleur afin de terminer son programme avant que la Chambre ajourne ses travaux pour l'été.
Mon expérience, très brièvement, est dans le domaine de la comptabilité, plus précisément la comptabilité de gestion. L'efficience est l'une des choses sur lesquelles je me concentre tout particulièrement. J'ai travaillé dans une usine, où j'aidais les gens à trouver le moyen le plus facile d'accomplir leur travail, pour qu'il exige le moins d'effort possible et afin de fabriquer le meilleur produit possible, de la manière la plus efficace et la moins coûteuse. Essentiellement, c'est là que j'ai appris l'une de mes devises, qui est « Travaille plus intelligemment, pas plus fort ».
En examinant ce qui s'est passé ici dans les dernières années du point de vue d'un député qui est relativement nouveau dans cette Chambre, j'ai vu exactement le contraire de l'efficacité. J'ai trouvé cela plutôt fascinant. D'ailleurs, j'imagine que, lorsque le premier ministre est revenu de ses vacances en Europe, il y a quelques semaines, il a dû se soumettre à une quarantaine à l'hôtel comme tous les autres Canadiens, mais c'était évidemment un hôtel spécial près de sa résidence, et il est resté seulement quelques heures, mais je m'écarte du sujet. Il aurait probablement fait appel au leader du gouvernement à la Chambre pour lui demander comment vont les choses et comment le programme législatif avance. Malheureusement, le leader du gouvernement à la Chambre aurait été obligé de lui annoncer la triste nouvelle: rien ne s'est produit et tout est bloqué à cause des nombreuses erreurs commises par le gouvernement. En fait, il se rendrait compte que tout est chaotique s'il voyait ce qui se passe par rapport au projet de loi C‑30, au projet de loi C‑10 ou à toute autre mesure.
En ce qui concerne ce projet de loi, le leader du gouvernement à la Chambre a nié à maintes reprises que les libéraux ont l'intention de déclencher des élections en disant que cela n'arrivera tout simplement pas. Cependant, en avril, les libéraux ont semblé se rendre compte soudainement qu'ils devaient faire adopter quelque chose, et c'est à ce moment-là que le projet de loi C‑12 est apparu. Ils devaient faire adopter quelque chose juste au cas où ce qui n'est pas censé arriver se produirait.
Après des mois d'inaction par rapport à ce projet de loi, il y a soudainement un grand mouvement de panique. Pourquoi le gouvernement veut-il faire adopter à toute allure un projet de loi qui comporte des lacunes juste avant l'été? Il le fait juste au cas où l'événement qui n'arrivera pas se produirait. Évidemment, les libéraux pourraient attendre jusqu'en septembre, mais nous sommes plutôt saisis du projet de loi aujourd'hui. C'est le dernier moment de panique avant que l'événement qui n'est pas censé arriver se produise. C'est de l'hypocrisie et un grave manque de respect envers notre démocratie.
Je veux examiner le projet de loi C‑12 en fonction de ma nouvelle perspective. J'étais aux premières loges de l'étude du projet de loi parce que je siège au comité de l'environnement. J'ai pu le voir de mes propres yeux. L'une des questions que je me posais était la suivante: « Comment pouvons-nous créer une nouvelle loi avec succès? » De toute évidence, la première étape consiste à rédiger un bon projet de loi. Lorsque le ministre a comparu devant notre comité, la première chose qu'il a dite, c'est qu'il était ouvert aux amendements. Je suppose qu'il a dit cela parce qu'il savait que le projet de loi n'était pas bien rédigé et qu'il comportait de nombreuses lacunes.
Il a simplement ouvert les vannes, car 114 amendements ont été présentés au comité, dont 17 provenaient du gouvernement. Le projet de loi ne comptait que 10 pages à ce moment-là. Cela représente plus de 11 amendements par page, ou quatre par article. C'est beaucoup d'amendements. Ces chiffres à eux seuls devraient prouver que le projet de loi était imparfait.
Tous les matins, le Président de la Chambre nous invite à réciter une prière, et l'une des lignes de cette prière est « Accorde-nous la sagesse […] de faire de bonnes lois […] » Je ne peux pas rester les bras croisés et regarder cette loi entrer en vigueur. C'est une mauvaise loi. Le nombre d'amendements le confirme.
Le deuxième moyen de réussir à créer une nouvelle loi consiste à obtenir des commentaires. Or, il y a eu beaucoup de commentaires. Le comité de l'environnement a reçu 75 mémoires, ce qui est génial. Beaucoup de Canadiens ont travaillé fort pour rédiger des rapports et fournir de l'information au comité. Malheureusement, seuls huit de ces mémoires ont été reçus avant le début de l'étude. C'est parce que cette étude a été envoyée en toute hâte au comité avec un délai très court.
Autrement dit, 67 mémoires ont été reçus une fois l'étude terminée. Le travail de beaucoup de Canadiens a donc été ignoré, et le gouvernement a été ravi de le faire. Il ne souhaitait pas particulièrement écouter le point de vue des personnes qui ont soumis un mémoire. Le gouvernement avait un plan, une idée de ce qu'il souhaitait accomplir, et c'est ce qu'il comptait faire.
Le troisième moyen de réussir à créer une nouvelle loi consiste à laisser le comité faire son travail. La première chose que le gouvernement a faite, c'est de conclure une entente avec le NPD. Il ne voulait pas que le comité s'empêtre dans de l'information qui aurait pu lui être utile. Il voulait imposer sa volonté.
Or, c'est précisément ce que la coalition entre les libéraux et les néo-démocrates a permis de faire. Elle a imposé ce projet de loi au comité. Presque tous les votes au comité ont été marqués par la coalition entre les libéraux et les néo-démocrates. D'ailleurs, les libéraux et les néo-démocrates ne s'en sont pas cachés.
Avant le début de l'étude article par article, le député néo-démocrate de Skeena-Bulkley Valley a diffusé sur son compte Twitter le message suivant: « Le NPD proposera des amendements que le gouvernement a accepté d'appuyer [...] Nous avons également convenu d'un certain nombre d'autres amendements. »
En pratique, qu'est-ce que cela a donné? Les néo-démocrates et les libéraux n'ont pas dit un mot. Ils n'ont pas posé de questions. Je ne suis même pas sûr qu'ils aient lu beaucoup d' amendements ou qu'ils aient compris de quoi il s'agissait. Ils avaient un plan. Ils savaient qu'il fallait voter pour ceci et pas pour cela. C'est donc aux conservateurs et aux députés du Bloc qu'il est revenu d'examiner ces amendements. Quant à moi, j'ai posé des questions raisonnées et réfléchies aux experts du ministère quant aux conséquences de certains amendements, mais le problème est qu'il y avait 114 amendements, comme je l'ai dit.
Comme je l'ai aussi dit, le gouvernement a présenté lui-même 17 amendements. Cela signifie que le ministre, en 17 occasions distinctes, s'est trompé lors de la rédaction du projet de loi et a eu besoin de ses députés pour régler le problème. C'est comme si nous achetions une nouvelle voiture et qu'au moment de partir, le vendeur nous dise qu'il a prévu 17 rendez-vous pour nous parce qu'il y a un tas de problèmes avec la voiture et qu'il faudrait revenir le lendemain pour commencer les réparations. Cela n'a aucun sens.
Les libéraux et les néo-démocrates au sein du comité ne s'intéressaient qu'à leurs amendements. Ils ont refusé de débattre de nos amendements. Voici un exemple plutôt drôle qui le démontre.
Le paragraphe 7(4) du projet de loi d'origine exigeait que le ministre établisse les cibles nationales cinq ans à l'avance. Le gouvernement et le NPD voulaient plutôt que ce soit 10 ans à l'avance. Le problème, c'est que les verts ont soumis un amendement identique à cet effet et, puisque leur amendement était le premier du lot, nous avons d'abord débattu de celui-là.
Comme d'habitude, les députés ministériels et néo-démocrates ont refusé d'appuyer les amendements de qui que ce soit d'autre, et surtout pas celui des verts. Donc, l'amendement des verts a été mis aux voix, puis rejeté. Le gouvernement a ensuite soumis son amendement, qui était littéralement identique à celui des verts. Le président a décidé, à juste titre d'ailleurs, qu'il n'était pas recevable puisque nous venions d'en débattre et que le comité avait décidé de ne pas suivre cette voie. C'était un sérieux problème. Tous les députés voulaient voter pour ce deuxième amendement parce qu'ils souhaitaient vraiment son adoption. Toutefois, je ne crois pas qu'ils aient même pris connaissance de l'amendement des verts, qui était identique, ce qui fait qu'ils ont pour ainsi dire voté contre leur propre amendement sans s'en rendre compte.
Au bout du compte, après une très longue discussion et beaucoup de temps perdu, les députés ministériels ont finalement compris que, au lieu de proposer 10 ans, ils pouvaient proposer « 9 ans et 366 jours », ce qui était suffisamment différent pour que l'amendement soit adopté. J'ai trouvé cela plutôt amusant que les députés ministériels n'arrivent pas à faire adopter l'amendement prévu.
Ce soir, j'ai présenté un amendement, qui porte sur une section du projet de loi qui concerne le travail de l'organisme consultatif, plus précisément le rapport annuel qu'il doit soumettre. Mon amendement obligerait le ministre à rendre public le rapport et à y répondre publiquement. Il obligerait le gouvernement à prendre des mesures concrètes, ce à quoi les libéraux sont allergiques, comme tout le monde le sait. Les libéraux ont tenté de présenter un amendement à cet article au comité, mais il était bâclé et il a gâché l'article en question.
Essentiellement, l'amendement des libéraux et des néo-démocrates a ajouté des mots au libellé, mais il n'a pas supprimé les mots redondants, de sorte que le libellé actuel de cet article du projet de loi n'a aucun sens. Il contient encore une longue phrase qui ne devrait pas être là et il commence par un mot tronqué. Il n'a tout simplement pas beaucoup de sens. Mon amendement permet de redonner du sens au libellé.
Le Parti vert a présenté de très bons amendements. La députée de Saanich—Gulf Islands était très frustrée pendant l'étude en comité. Je veux citer ses paroles parce qu'elles en disent long:
Je dois dire que c'est le processus d'étude article par article le plus décourageant que j'aie connu. Habituellement, nous étudions les amendements, les gens en débattent et nous travaillons de bonne foi. (...)
Je condamne ce gouvernement pour ce qu'il a fait, c'est-à-dire pour avoir dit à des gens comme moi, qui ont cru sur parole qu'il était animé d'un réel désir de changer ce texte pour l'améliorer, qui ont accepté de préparer des amendements, pour ensuite se présenter ici et regarder les libéraux faire de l'immobilisme. Même chose avec les néo-démocrates qui ne décrochent pas un mot, qui présentent leurs amendements et les font adopter au pas de charge sans se soucier du fait que d'autres amendements auraient pu donner de bons résultats.
Que se passe-t-il lorsque l'étude en comité est boiteuse? Il en résulte un projet de loi boiteux, et c'est le cas du projet de loi C-12.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2021-06-22 21:01 [p.9022]
Expand
Mr. Speaker, what we have to understand is that right in the numbers she provided there will be oil and gas used in the world for many years to come. I want to ensure that Canada is the country producing and supplying that oil and gas to the world.
We have some of the toughest rules when it comes to human rights, labour policies and environmental legislation. We do not want oil that will be produced in the world to come from jurisdictions where they do not have the tight and very difficult rules we have. That is clearly what we want, and Canada can lead the world in that way.
We also have to remember that our oil and gas producers are very good with technology, and they are developing new technology all the time, which reduces the carbon footprint of our own gas production. Through technology and good legislation, we can be leaders in the world and we can produce the oil and gas that the world will need for many decades to come.
Monsieur le Président, ce qu'il faut comprendre dans les données que la députée a fournies, c'est que la planète consommera encore du gaz et du pétrole pendant de nombreuses années à venir. Je veux m'assurer que le Canada sera le pays qui produira ce pétrole et ce gaz pour approvisionner la planète.
Nous sommes l'un des pays ayant les règles les plus rigoureuses en matière de droits de la personne, de politiques du travail et de lois environnementales. Nous ne voulons pas de pétrole qui nous vienne de pays qui n'ont pas des règles aussi rigoureuses que les nôtres. C'est clairement ce que nous voulons, et le Canada peut montrer l'exemple à cet égard.
Nous devons aussi nous rappeler que nos producteurs de pétrole et de gaz sont de bons adeptes de la technologie et qu'ils en mettent au point constamment, ce qui réduit l'empreinte carbone de nos émissions. Grâce à la technologie et à de bonnes lois, nous pouvons être des chefs de file dans le monde et produire le pétrole et le gaz dont la planète aura besoin pendant de nombreuses années à venir.
Collapse
View Brad Redekopp Profile
CPC (SK)
View Brad Redekopp Profile
2021-06-22 21:03 [p.9022]
Expand
Mr. Speaker, yes, global warming is real and yes, we need to do something about it. It is not other politicians that need to be convinced of this, it is people. Where people struggle sometimes with this, is the fact that many of the proposed solutions to this point will affect them deeply. They are going to take away their jobs. They are going to take away their livelihood. They are going to take away things that they are used to. That is why we have to be smart in how we do this. We cannot simply outlaw things without proper solutions to replace them with.
It is incumbent upon us as leaders to ensure that we have the tools in place to reduce our greenhouse footprint, absolutely, but we need to do it in a way that does not get rid of jobs, does not throw people into poverty, that allows people to live their lives, but do it in a better and more environmentally friendly way.
Monsieur le Président, oui, le réchauffement climatique est réel et, oui, il faut s'y attaquer. Ce ne sont pas les politiciens qui ont besoin d'être convaincus, c'est la population. Ce qui pose problème à certaines personnes, c'est que bon nombre des solutions proposées auront des effets majeurs pour elles. Leur emploi disparaîtra; leur gagne-pain disparaîtra. Beaucoup de choses auxquelles elles sont habituées disparaîtront. C'est pour cette raison qu'il faut des mesures réfléchies. Nous ne pouvons pas simplement dire que telle ou telle chose est maintenant illégale sans offrir de solution de remplacement valable.
En tant que dirigeants, nous avons le devoir de mettre en place des outils pour réduire l'empreinte carbone du pays, c'est vrai, mais nous devons nous y employer sans faire disparaître des emplois et sans faire tomber des gens dans la pauvreté. Nous devons laisser les gens mener leur vie, mais d'une façon meilleure et plus écologique.
Collapse
Results: 1 - 15 of 938 | Page: 1 of 63

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data