Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 185
View Derek Sloan Profile
Ind. (ON)
View Derek Sloan Profile
2021-06-22 15:10 [p.8982]
Expand
Mr. Speaker, last week I hosted a parliamentary press conference on the censorship of Canadian doctors and medical experts. Their testimony was truly shocking.
Unfortunately, Facebook stopped my livestream in mid-conference. Despite this, the full press conference is now the most-viewed video in history on CPAC's YouTube channel, with over 500,000 views. However, Facebook and Twitter are still restricting the sharing of this video on their platforms.
Given the importance to democracy of Canadians seeing official parliamentary functions, does the minister denounce this censorship by big tech?
Monsieur le Président, la semaine dernière, j'ai organisé une conférence de presse parlementaire sur la censure des médecins et des experts médicaux canadiens. Leurs témoignages étaient vraiment troublants.
Malheureusement, Facebook a interrompu ma diffusion en direct au milieu de la conférence. Néanmoins, la vidéo intégrale de la conférence de presse est désormais la plus regardée de l'histoire de la chaîne YouTube de CPAC et elle compte plus de 500 000 visionnements. Toutefois, Facebook et Twitter empêchent encore la publication de la vidéo sur leurs plateformes.
Étant donné qu'il est important pour la démocratie que les Canadiens voient les activités parlementaires officielles, la ministre de la Santé dénonce-t-elle la censure exercée par les géants du Web?
Collapse
View Derek Sloan Profile
Ind. (ON)
View Derek Sloan Profile
2021-06-22 15:13 [p.8982]
Expand
Mr. Speaker, I rise on a point of order. As I mentioned in my question, I had a parliamentary press conference that was censored by Facebook. People have reached out to me to say that they are unable to share it. That is problematic. Anything that goes on in the House should be able to be shared freely by Canadians.
I would like to seek unanimous consent for the following motion: That the House recognize that the House of Commons itself and the Parliament of Canada are a bastion of democracy and free speech; that members of Parliament enjoy special parliamentary privileges overseeing their ability to speak freely in Parliament, to discharge their duties freely and without constraint; that any Canadian seeking to share digital content of parliamentary functions should be able to do so freely and without constraint; that the government must strongly defend the rights of parliamentarians against the outside interference of social media companies such as Facebook and Twitter; and I call on the government to recognize that any potential suppression of information or censorship of parliamentary events, such as official press conferences, must not be allowed to happen and to officially sanction Facebook and Twitter for their actions.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement. Comme je l'ai dit dans ma question, j'ai organisé une conférence de presse parlementaire qui a été censurée par Facebook. Des gens m'ont contacté pour me dire qu'ils sont incapables d'en partager le lien, ce qui pose problème. Les Canadiens devraient pouvoir partager librement tout ce qui se passe à la Chambre.
J'aimerais obtenir le consentement unanime de la Chambre pour présenter la motion suivante: Que la Chambre reconnaisse que la Chambre des communes et le Parlement du Canada forment un bastion de la démocratie et de la liberté d'expression; que les députés jouissent de privilèges parlementaires spéciaux leur permettant de s'exprimer librement à la Chambre et de s'acquitter de leurs fonctions librement et sans contrainte; que tout Canadien qui souhaite partager le contenu numérique d'activités parlementaires devrait pouvoir le faire librement et sans contrainte; et que le gouvernement doit défendre avec vigueur les droits des parlementaires contre toute ingérence extérieure provenant d'entreprises de médias sociaux comme Facebook et Twitter. Je demande par conséquent au gouvernement de reconnaître que toute suppression d'information ou censure d'événements parlementaires — comme une conférence de presse officielle — ne devrait pas être tolérée, et de sanctionner officiellement Facebook et Twitter pour leur geste.
Collapse
View Yasmin Ratansi Profile
Ind. (ON)
View Yasmin Ratansi Profile
2021-06-22 15:33 [p.8985]
Expand
Mr. Speaker, I rise today to comment on the recently released report of the Ethics Commissioner. My intention is not to comment on his conclusion and recommendations, but rather to help put the situation in context.
The past many months have been difficult, to say the least, for me and my family. They have indeed been a struggle, and I am grateful to family, friends, colleagues and individual Canadians who have supported me through this ordeal.
I would like to thank the thousands of supporters who have believed in me and encouraged me to stay strong. I would also like to thank the various multi-faith groups and ecumenical groups that I have worked with, the constituents of Don Valley East and the numerous well-wishers for their support. As well, I would like to thank the senators and MPs who have stood by me and guided me.
As I read through the report, something very obvious jumped out at me. It gave me reason to pause. With the encouragement of many Muslim scholars and ecumenical friends, I have decided to speak in the House.
The Ethics Commissioner's report states, “Ms. Khatri was not considered a family member for the purposes of the Code.” He says the evidence gathered is that “Ms. Khatri is in fact her foster sister", and that Ms. Khatri is neither my biological nor adopted sister.
He further goes on to state:
Ms. Ratansi did not appear to have furthered her own private interests or those of a member of her family since the Code does not include siblings in its definition of “family members.”
She submits that the documentary evidence provided shows that there is no legal bond between her and Ms. Khatri, including for the purposes of the By-law...[and the] relationship falls outside the applicable definitions in the Code and the By-law as presently worded.
Further on he states that the code is ambiguous and that “as a principle of natural justice, the applicable provisions should be given their narrow meaning.” He also states:
...if the provisions defining ‘immediate family’ are not clear and unequivocal, then any ambiguity should be resolved in favour of the person who is the subject of the inquiry.
I accept Ms. Ratansi’s...claim, as well as her argument that Ms. Khatri, as her foster sister, may not legally be considered as her sister or, by the same token, qualify as a member of her “immediate family” within the meaning of the By-law.
However, since I refer to Ms. Khatri as a sister in keeping with Islamic cultural practices and my father's personal wishes, he concludes that, despite all evidence to the contrary, she is a sister.
Many Muslim scholars, my interfaith community and members of the Muslim community have called me and asked me to provide some reference to Islamic practices.
What does Islam teach about the treatment of orphans?
Calling someone a “brother” or “sister” is a dignified way of referring to other Muslims who are not related, especially when dealing with orphans. My moral and ethical conduct is underpinned by these Islamic values and practices, and as such, I believe that when we house an orphan or a guest of any denomination, that human being is accorded the same dignity and treatment as that of a brother or sister and is addressed as such. This is particularly important in the case of orphans. It maintains their dignity and avoids social taboos.
Anyone who has interacted with Muslims knows that one is referred to as a sister or a brother as part of Islamic ethos. Therefore, my supporters felt that, within the current context of Islamophobia and a misunderstanding of Islam, I should provide some insight into Islamic norms.
The community members have also proposed that decision-makers at different levels of Parliament be sensitized to the culture, traditions and ethos of Islam, which, as an Abrahamic faith, is not well understood. I hope the information I impart will enable people to make informed decisions in the future.
To help understand how important it was for my father to inculcate the Islamic ethos, I will quote some Hadiths, or sayings, of the holy Prophet Muhammad, peace be upon him. He said, “The best house among the Muslims is one which contains an orphan who is well treated. The worst house among the Muslims is one which contains an orphan who is badly treated.”
The prophet goes on to say, “One who looks after the orphan, whether he is his relative or not, he and I would be together in paradise like this”, and he brought his index finger and middle fingers together.
I found similar sentiments being expressed in the Old Testament and the New Testament saying that God has mandated that caring for the orphan be an important act of charity and a holy duty.
In Islam, an orphaned child has a very important place. There are multiple verses of the noble Quran where the almighty Allah talks about treating orphans. One has to look at chapter 2, Surah Al-Baqarah; chapter 4, Surah An-Nisa; and chapter 17, Surah Al-Isra, where Allah enjoins upon believers to be kind to the orphan and look after them as their own children, to be a merciful father toward the orphan, and to be good to orphans and never treat them harshly.
In societies in which the values of the Quran are not observed, this concept may be foreign. It is therefore important to appreciate how Muslims view the treatment of orphans. Believers take the issue of the treatment of orphans very seriously as Allah prohibits subjecting orphans to harsh treatment and condemns those who mistreat them.
My late father instilled in us these very important Islamic values, including treating every human being as a brother or sister in faith or in humanity, showing compassion, always maintaining the dignity of another human being, and ensuring that we strive to improve the situation in life of orphans and bring them up as decent individuals. This is who I am. I will not demean anyone's dignity.
Calling Ms. Khatri a sister is a privilege that I cherish and that Islam has taught me. I would never give these Islamic principles up, no matter the misinformation, the slander and the media circus. Despite Ms. Khatri's agreeing to provide the Ethics Commissioner with proof of her relationship to me, I would like to personally apologize to her for the indignity this particular incident has caused her.
As for those who slander, there are many verses in the Quran and in all Abrahamic traditions that say that, for those who slander and throw ridicule, God will throw it back to them.
A further lesson provided is that of the eagle and raven. The raven is the only bird that dares to peck at the eagle's neck. However, the eagle does not react. It does not fight back. It does not spend time and energy with the raven. Instead, it opens up its wings and begins to fly higher in the sky. The higher the flight, the harder it is for the raven to breathe, and the raven eventually falls to the ground due to lack of oxygen.
We as parliamentarians face many ravens, internal and external. As we try to do our jobs to better the lives of our constituents and Canadians, let us be like the eagles and fly high and avoid the temptation of the slanderous ravens. I encourage members to stop wasting time with the ravens. Just take them to our height, and they will fade away. I have personally taken this advice very seriously. As I continue to serve my constituents, I know that the ravens will lose oxygen and fade away.
My sincere hope is that this short exposé to Islamic practices and cultures will enable us to be better parliamentarians and put our words into practice. We as Canadians claim diversity is our strength, but when faced with diversity, we have yet to learn how to incorporate it into our decision-making process. I hope that my speaking here today may in some small way contribute to changing this, and, in the future, that if anyone is ever in the same position as I was, they will be judged differently.
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui au sujet du rapport publié récemment par le commissaire à l'éthique. Je ne veux pas me pencher sur ses conclusions ni sur ses recommandations. Je cherche plutôt à mettre la situation en contexte.
Les derniers mois ont été éprouvants pour ma famille et moi, c'est le moins que je puisse dire. Cela a été très difficile, et je suis reconnaissante envers ma famille, mes amis, mes collègues et tous les Canadiens qui m'ont manifesté du soutien pendant cette épreuve.
Je tiens à remercier les milliers de personnes qui m'ont soutenue, qui ont cru en moi et qui m'ont encouragé à ne pas baisser les bras. Je remercie également les divers groupes multiconfessionnels et œcuméniques avec lesquels j'ai collaboré, les résidants de Don Valley-Est et les nombreux autres concitoyens qui m'ont appuyée. Je remercie aussi les sénateurs et les députés qui sont restés à mes côtés et qui m'ont offert leurs conseils.
Lorsque j'ai lu le rapport, quelque chose de très évident m'a sauté aux yeux et m'a fait réfléchir. Encouragée par de nombreux érudits musulmans et amis à vocation œcuménique, j'ai décidé de m'exprimer à la Chambre.
Dans son rapport, le commissaire à l'éthique affirme ceci: « Mme Khatri n'est pas considérée comme membre de la famille aux fins de l'application du Code ». Il ajoute que selon les éléments de preuve recueillis, « Mme Khatri est en fait sa sœur de famille d'accueil [...] [et elle] n'est ni sa sœur biologique ni sa sœur adoptive ».
Le commissaire à l'éthique poursuit:
Mme Ratansi ne semblait pas avoir favorisé ses intérêts personnels ou ceux d'un membre de sa famille, car le Code n'inclut pas les frères et sœurs dans sa définition de « membres de la famille ».
Selon elle, la preuve documentaire présentée montre qu'il n'existe aucun lien juridique entre elle et Mme Khatri, notamment aux fins de l'application du Règlement [...] [et la] relation [...] échappe aux définitions applicables du Code et du Règlement administratif telles qu'elles sont formulées actuellement.
Plus loin, il déclare que le Code est ambigu et que « compte tenu du principe de justice naturelle, les dispositions applicables devraient être interprétées selon leur sens restreint ». Il affirme aussi:
[...] si les dispositions définissant « proche famille » sont imprécises et ambiguës, l'ambiguïté devrait être résolue en faveur de la personne visée par une enquête.
J'accepte [l']affirmation de Mme Ratansi, ainsi que son argument selon lequel Mme Khatri, en sa qualité de sœur de famille d'accueil, ne serait pas légalement considérée comme sa sœur et, par extension, comme membre de sa « proche famille » au sens du Règlement administratif.
Quoi qu'il en soit, étant donné que je présente Mme Khatri comme ma sœur, conformément aux pratiques culturelles islamiques et aux souhaits de mon père, il conclut que, malgré toutes les preuves du contraire, c'est une sœur.
De nombreux érudits musulmans, ma communauté interconfessionnelle et des membres de la communauté musulmane m'ont appelée et m'ont demandé de fournir des références en matière de pratiques islamiques.
Qu’est-ce que nous enseigne l’islam sur le traitement des orphelins?
Le fait d’appeler une personne un frère ou une sœur est une façon digne de désigner d’autres musulmans qui ne font pas partie de la famille, en particulier lorsqu’il s’agit d’orphelins. Ma conduite morale et éthique repose sur ces valeurs et pratiques islamiques; ainsi, je crois que lorsqu’on héberge un orphelin ou un invité quelle que soit sa confession, on doit accorder à cet être humain la même dignité et le même traitement que l’on aurait pour un frère ou une sœur, et qu’on s’adresse à lui en tant que tel. C’est particulièrement important dans le cas des orphelins. Cela leur permet de conserver leur dignité et d’éviter des tabous sociaux.
Toute personne ayant échangé avec des musulmans sait que désigner des personnes comme des frères ou des sœurs fait partie de la philosophie islamique. Par conséquent, ceux qui me soutiennent ont eu l’impression que dans le contexte actuel d’islamophobie et d’incompréhension de l’islam, il serait bon que j’explique certaines normes islamiques.
Les membres de la communauté ont aussi proposé que les décideurs à différents niveaux du Parlement soient sensibilisés à la culture, aux traditions et à la philosophie de l’islam, qui n’est pas bien comprise en tant que foi abrahamique. J’espère que les renseignements que je vais transmettre permettront de prendre des décisions éclairées à l’avenir.
Pour mieux faire comprendre combien il était important pour mon père de m’inculquer la philosophie islamique, je vais citer quelques hadiths, ou paroles, du saint prophète Mahomet, que la paix soit avec lui. Il a dit: « La meilleure des maisons musulmanes est celle où l’on héberge un orphelin et où on le traite avec bonté; en revanche, la pire des maisons musulmanes est celle où on héberge un orphelin et où on le maltraite. »
Le prophète continue ainsi: « Moi et celui qui parraine un orphelin sommes [proches] au Paradis comme le sont ces deux-là », en montrant son index et son majeur collés l'un contre l'autre.
J’ai trouvé des sentiments similaires dans l’Ancien et le Nouveau Testaments, qui disent que Dieu a déclaré que s’occuper d’un orphelin est un acte de charité important et un devoir sacré.
Dans l'islam, un enfant orphelin occupe une place très importante. Il existe de nombreux versets dans le noble Coran où Allah le Tout-Puissant parle du traitement des orphelins. Il suffit de regarder le chapitre 2 de la sourate Al-Baqarah, le chapitre 4 de la sourate An-Nisa et le chapitre 17 de la sourate Al-Isra, où Allah enjoint aux croyants d'être gentils avec les orphelins et de prendre soin d'eux comme s'ils étaient leurs propres enfants, d'être un père miséricordieux envers l'orphelin, d'être bons envers les orphelins et de ne jamais les traiter durement.
Dans les sociétés qui ne respectent pas les valeurs du Coran, il se peut que ce concept soit étranger. Il est donc important de reconnaître la façon dont les musulmans considèrent le traitement des orphelins. Les croyants prennent la question du traitement des orphelins très au sérieux, car Allah interdit aux êtres humains de soumettre les orphelins à un traitement sévère et condamne ceux qui les maltraitent.
Mon défunt père nous a inculqué ces valeurs islamiques très importantes, notamment le fait de traiter chaque être humain comme un frère ou une sœur dans la foi ou dans l'humanité, de faire preuve de compassion, de toujours préserver la dignité d'un autre être humain, et de s'efforcer d'améliorer la vie des orphelins et de les élever pour qu'ils deviennent des personnes honnêtes. Voilà qui je suis. Je n'abaisserai pas la dignité de qui que ce soit.
Pouvoir appeler Mme Khatri une sœur est un privilège que je chéris et que l'islam m'a enseigné. Je ne renoncerai jamais à ces principes islamiques, peu importe la désinformation, la calomnie et le cirque médiatique. Bien que Mme Khatri ait accepté de fournir au commissaire à l'éthique la preuve de sa relation avec moi, je tiens à lui présenter mes excuses pour l'indignité que cet incident lui a causée.
Quant à ceux qui calomnient, de nombreux versets du Coran et des traditions abrahamiques disent que Dieu châtiera ceux qui calomnient et se moquent des autres.
Une autre leçon de vie est celle de l'aigle et du corbeau. Le corbeau est le seul oiseau qui ose picorer le cou de l'aigle. Cependant, l'aigle ne réagit pas. Il ne se défend pas. Il ne perd pas de temps ni d'énergie à se défaire du corbeau. Au contraire, il ouvre ses ailes et commence à voler haut dans le ciel. Plus il s'élève, plus le corbeau a du mal à respirer et finit par tomber au sol par manque d'oxygène.
En tant que parlementaires, nous faisons face à de nombreux corbeaux, internes et externes. Alors que nous tentons d'assumer notre devoir d'améliorer la vie des gens de nos circonscriptions et de l'ensemble des Canadiens, soyons comme les aigles qui volent en hauteur et évitons les tentations des corbeaux aux propos diffamatoires. J'encourage les députés à cesser de perdre du temps avec les corbeaux. Prenons notre envol, et les corbeaux disparaîtront. Personnellement, j'ai pris ce conseil très au sérieux. Alors que je continue de servir les habitants de ma circonscription, je sais que les corbeaux manqueront d'oxygène et battront en retraite.
J'espère sincèrement que ce court exposé sur la culture et les pratiques islamiques nous permettra de devenir de meilleurs parlementaires et de mettre nos paroles en pratique. En tant que Canadiens, nous affirmons que la diversité est notre force. Or, en ce qui concerne la diversité, nous n'avons toujours pas appris à l'intégrer dans nos processus décisionnels. J'espère que mon intervention d'aujourd'hui contribuera, ne serait-ce que très modestement, à changer cette réalité et que, si quelqu'un se trouve un jour dans la même position que moi, il sera jugé différemment.
Collapse
View Yasmin Ratansi Profile
Ind. (ON)
View Yasmin Ratansi Profile
2021-06-21 15:09 [p.8855]
Expand
Mr. Speaker, a recent report by the International Civil Liberties Monitoring Group says that a secretive division of the CRA is unfairly targeting Muslim charities with audits amounting to discrimination. The report found that 75% of the charities audited and whose status was revoked were Muslim charities, despite them representing only 0.47% of the overall sector.
Could the minister explain what is being done to stop this harassment?
Monsieur le Président, selon un rapport publié récemment par la Coalition pour la surveillance internationale des libertés civiles, une division secrète de l'Agence du revenu du Canada cible injustement les organismes de bienfaisance musulmans pour des vérifications, ce qui équivaut à de la discrimination. En effet, 75 % des organisations dont le statut d’organisme de bienfaisance a été révoqué à la suite de vérifications étaient des organisations caritatives musulmanes, bien qu'elles ne représentent que 0,47 % de tout le secteur.
Est-ce que la ministre peut expliquer ce qui est fait pour mettre un terme à ce harcèlement?
Collapse
View Derek Sloan Profile
Ind. (ON)
View Derek Sloan Profile
2021-06-21 18:09 [p.8882]
Expand
Madam Speaker, the member mentioned the Keira Bell case in the United Kingdom. That is very important.
I want to ask the member about some of the guidance we heard from expert psychologists and psychiatrists at committee. They were concerned that this bill would foster an affirmation-only process that would put some kids on a one-track road to affirmation, which leads to chemical hormone-blocking treatments and maybe even surgery. If the member could expand on that, I would appreciate it.
Madame la Présidente, le député a mentionné l’affaire Keira Bell, au Royaume-Uni. C’est très important.
J’aimerais que le député nous parle des conseils que nous ont donnés des psychologues et des psychiatres experts au comité. Ils craignaient que ce projet de loi favorise une approche uniquement fondée sur l'affirmation, plaçant certains enfants sur une voie unique menant à l’affirmation et parfois synonyme de traitements de blocage chimique des hormones et peut-être même de chirurgie. Je saurais gré au député de nous en dire plus à ce sujet.
Collapse
View Derek Sloan Profile
Ind. (ON)
View Derek Sloan Profile
2021-06-21 18:30 [p.8885]
Expand
Madam Speaker, it is a privilege to rise on this issue. I understand that the opinions to counter this bill are not as numerous as the opinions in favour of it, but they are nonetheless no less important.
When I was watching the debate ensue at committee, I was not a part of the committee, but as an interested parliamentarian, I watched all of it. The debate with respect to witnesses and so forth was rather even-handed. I did not count the number of witnesses who raised concerns, versus those who were in favour of it, but there were plenty of professionals and other individual people who brought up real situations which would be technically against the letter of the law according to this, but I think we would all agree are legitimate concerns. I just want to, as best as I can, address those today. Ten minutes is not sufficient for that, but I will do my very best. Of course, time is lacking to do much of what we need to do in this House.
I am in support of a ban on harmful counselling. There are many other jurisdictions, governments and cities around the world that have banned conversion therapy, but in a different way. They have different definitions that are far less broad. Of course, many of them, if not all, outside of a few, are not criminal in nature. I think it is problematic when we have a very broad definition that is also criminal because we want to ban harmful courses of practice, but we do not want to put people in jail who, frankly, do not deserve to be there.
As others have raised before, we want to be entirely certain that what we are targeting is, in fact, the evil that we are looking to target and not be overbroad in that ban. I am a little bit concerned that the assumptions that underpin this bill are faulty. When not all, but some of the assumptions are faulty we can be led astray. I just want to take issue with some of them.
The first is the myth that Bill C-6's definition of conversion therapy accurately identifies treatments that will be harmful and does so in a way that is not overbroad. I think, of course, that there are abusive practices out there and I think that we should aim to ban them, but what Bill C-6 has done here is to basically, in my view, when looking at the definition, outlaw any validated form of talk therapy for Canadians wishing to deal with various issues related to sexual attraction and gender identity. For those who would like to look into the proceedings of the committee, there are many examples of very credible witnesses who have gone through circumstances where they needed counselling to address certain things and their stories are credible. I do not have time to go through them all, but members can look at them.
I also want to say that with respect to transgender identification, particularly in children, there is a conversation going on globally right now that we are missing in this debate on Bill C-6.
In the U.K., the Government Equalities Office for example, is looking into whether the influence of social media and the discussion of gender identity with young people have contributed to the striking increase in referrals. When I get into some of the data here on the striking increase, I think we could all agree that there is something here that needs to be looked at. In the last 10 years, in the United Kingdom, which mirrors data from other countries, we have seen referrals to these gender clinics skyrocket. We have seen them increase by about 1,000% for boys and 4,400% for biological females.
These exponential rises, as I have said, are increasing in other western nations as well. We heard one of the members earlier speak about the United Kingdom High Court ruling with respect to Keira Bell. Keira Bell is one of the young women who was referred to the Tavistock institute, which is the clinic there that deals with gender referrals for gender identity. She was told that, if she went through the process, she would feel better about herself, so she went on to hormone blockers. She had a double mastectomy. She spent several years living, outwardly looking like a man, and she came to regret it. She was in her early twenties. She took the Tavistock institute to court saying she was not in a position where she could consent to this treatment, but was basically told that this would be the answer she needed to her life. It did not make anything better and, in fact, it made a lot of things worse.
The court ruled that people under 16 could likely not consent to puberty-blocking treatments. This bill does the opposite. This bill says that if someone wants to put their child on hormone blockers or if they want to basically put them on the road to surgery, that is totally fine, but to give them the wrong type of counselling could get them in trouble.
Some people would say that there is a clause in the bill that allows people to explore. However, the fact is we heard from very competent professionals in committee that this clause would not be enough, when there is potentially a five-year jail term hanging over people's head.
We heard from Ken Zucker, an internationally renowned expert in gender identity. He was basically working with our clinic here, CAMH, for decades. He is internationally renowned in this field. He has literally written the book on how to treat gender identity in children. He was accused of conversion therapy a few years ago. He was fired from his position, summarily. He had the wherewithal and the resources to take his employer to court. He won a substantial settlement. He cleared his name.
This is the type of thing that we are seeing, before Bill C-6. If this is the sort of witch hunt environment we are seeing before Bill C-6, it is going to increase significantly with Bill C-6.
Other than the U.K., we are seeing other countries in Europe, Sweden and Finland, have gone even a step further. They are moving away from what is called affirmation-only models of care, which I suggest is what Bill C-6 is, this is what other professionals in committee said about this bill. In Sweden and Finland, they are saying there must be a sober second look when a child identifies as transgender. A sober second look is the very thing that I believe Bill would criminalize.
Bill C-6 would criminalize parents who want to discourage their young child from transitioning, who would not be making life-altering decisions. I do not believe it is hateful for a parent to make a decision based on accurate medical facts.
When it comes to transgender identification in children, reliable data indicates the vast majority of kids who identify as another gender would grow out of it, meaning by the time they become an adult, many of up them, up to 80% according to some studies, will identify or accept the body they were born with. I think that given data like that, we really need to give a lot of room here for kids to explore but not to push them on this one-track mode of puberty blockers and eventually surgery. This is what is being criticized by people like Keira Bell.
I read an article in the National Post a year or so ago by Barbara Kay that highlighted the story of a young girl, JB is the acronym used, a child who is currently involved in an application in the Canadian Human Rights Tribunal. This involves a teacher in an Ottawa area school who told this six year-old that girls do not exist. This six-year-old was a happy, loving young girl. I have a seven-year-old, a six-year-old and a five-year-old. The seven- and five-year-olds are girls.
This six-year-old became distraught, withdrawn and depressed. She did not understand what it meant. The parents asked the teacher if she could just cool it on some of these ethereal gender theory comments. The teacher and administration refused to do this, and the parents had to take that girl out of that school. They moved her to a different school, and have taken this particular school board to court.
The girl is once again a happy, well-adjusted young girl. It just goes to show that we have to be careful what we are putting into the minds of our young children. What the U.K. high court case found is that once these kids were put onto these drugs, the hormone blockers, it pretty much puts them on the road to surgery. It is kind of like a one-track street.
We need to be very careful. We need to have a sober second look in this country.
There are in fact many people, even in LGB communities, who are against this bill. I will read an email I received. It said:
Dear Mr. Derek Sloan,
As a Lesbian, I am asking you to investigate the use of gender identity in bill C-6. Approximately 75% of trans identifying youth will grow up to be gay or lesbian, if not affirmed and medically transitioned. This bill, as written, ensures that these gay and lesbian youth will be medically transitioned into straight adults.
She goes on to say:
Please protect vulnerable Gay and Lesbian youth from being told that they are“born in the wrong body” and told they should transition to feel “right” and to “fit in”. Sincerely...
Madame la Présidente, c'est un honneur pour moi de prendre la parole sur cette question. Je comprends que les critiques de ce projet de loi sont moins nombreuses que ses appuis, mais elles n'en demeurent pas moins importantes.
J'ai regardé le débat qui a eu lieu en comité, bien que je n'en sois pas membre. Mais, vu ma curiosité de parlementaire, j'ai tout regardé. Du point de vue des témoignages et des arguments, le débat était plutôt équilibré. Je n'ai pas compté le nombre de témoins qui ont soulevé des préoccupations ni le nombre d'entre eux qui étaient en faveur du projet de loi. Toutefois, on a entendu beaucoup de professionnels et d'autres personnes mettre en relief des situations concrètes allant théoriquement à l'encontre de la lettre de la loi. Tous les députés conviendront sûrement qu'il s'agit là de préoccupations légitimes. Je souhaite les aborder aujourd'hui dans la mesure du possible. Je n'aurai pas assez de dix minutes, mais je vais en tirer le maximum. Évidemment, nous n'avons pas suffisamment de temps pour faire bien des choses qui s'imposent à la Chambre.
Je suis en faveur d’une interdiction du counseling nuisible. De nombreux autres pays, gouvernements et villes du monde ont interdit la thérapie de conversion, mais d’une façon différente. Ils ont des définitions différentes qui sont beaucoup moins vastes. Bien entendu, bon nombre d’entre elles, sinon toutes, à l’exception de quelques-unes, ne sont pas de nature criminelle. Nous avons là une définition très large à laquelle on ajoute une notion de criminalité pour interdire des pratiques nuisibles sans toutefois emprisonner des gens qui, franchement, ne méritent pas de se retrouver en prison. À mon avis, cette définition pose des problèmes.
Comme d’autres intervenants l’ont déjà dit, nous voulons être tout à fait certains de cibler le mal que nous cherchons à éliminer sans toutefois établir une interdiction excessive. Je crains un peu que les hypothèses qui sous-tendent ce projet de loi soient erronées. Quand certaines des hypothèses sont erronées, nous risquons de nous tromper. Je ne suis pas d’accord avec certaines d’entre elles.
La première est le mythe selon lequel la définition de la thérapie de conversion que présente le projet de loi C-6 décrit avec précision les traitements nocifs et qu’elle le fait d’une manière qui n’est pas trop générale. Je pense, bien sûr, qu’il y a des pratiques abusives et que nous devrions chercher à les interdire, mais à mon avis, le projet de loi C-6, dans sa définition, interdit toute forme validée de thérapie par la parole pour les Canadiens qui souhaitent s’attaquer à divers problèmes liés à l’attirance sexuelle et à l’identité de genre. Pendant les délibérations du comité, de nombreux témoins très crédibles qui avaient besoin de conseils pour régler certains problèmes sont venus témoigner, et leur histoire est crédible. Je n’ai pas le temps de passer tous ces témoignages en revue, mais tous les députés peuvent les examiner.
Je tiens également à dire qu’en ce qui concerne l’identification des transgenres, particulièrement chez les enfants, il y a une conversation qui se déroule à l’échelle mondiale en ce moment et que le débat sur le projet de loi C-6 ne traite pas du tout cette question.
Au Royaume‑Uni, le Government Equalities Office, par exemple, cherche à savoir si l’influence des médias sociaux et la discussion de l’identité sexuelle avec les jeunes ont contribué à l’augmentation spectaculaire de l’aiguillage vers des thérapeutes. Lorsque je présenterai certaines des données sur cette augmentation spectaculaire, je pense que nous conviendrons tous que nous avons des enjeux à examiner. Au cours de ces 10 dernières années au Royaume‑Uni, nous avons constaté une augmentation vertigineuse des aiguillages vers ces cliniques de genre, et l’on retrouve ces mêmes données dans d’autres pays. Ces aiguillages ont augmenté de 1 000 % chez les garçons biologiques et de 4 400 % chez les filles biologiques.
Comme je l'ai dit, ces hausses exponentielles sont également plus fréquentes dans d'autres pays occidentaux. L'un des députés a parlé plus tôt de la décision de la Haute Cour du Royaume‑Uni concernant Keira Bell. Keira Bell est l'une des jeunes femmes qui ont été aiguillées vers l'institut Tavistock, une clinique d'identité de genre. On lui a dit que, si elle subissait ce processus, elle se sentirait mieux dans sa peau. Elle a donc pris des inhibiteurs d’hormones. Elle a subi une double mastectomie. Elle a passé plusieurs années à vivre avec l'apparence externe d'un homme et a fini par le regretter. Elle était au début de la vingtaine. Elle a traîné l'institut Tavistock devant les tribunaux sous prétexte qu'elle n'était pas en mesure de consentir à ce traitement, mais qu'on lui a essentiellement dit que cette procédure était la solution. Cela n'a aucunement amélioré sa situation; au contraire, cela a empiré beaucoup de choses.
Le tribunal a statué que les jeunes de moins de 16 ans ne pouvaient vraisemblablement pas consentir à des traitements bloquant la puberté. Le projet de loi va dans le sens opposé. Il prévoit que si un parent veut faire prendre à son enfant un médicament bloqueur d’hormones ou s’il veut l’orienter vers la chirurgie, il n’y a aucun problème. Mais s’il l’oriente vers le mauvais service de counseling, il risque d’avoir des problèmes.
Certains diront qu’il y a une disposition dans le projet de loi qui permet à une personne d’explorer. Cependant, des professionnels très compétents ont dit au comité que cette disposition ne serait pas suffisante et que ces personnes risqueraient une peine de cinq ans d’emprisonnement.
Nous avons entendu Ken Zucker, un expert de renommée internationale en matière d’identité de genre. Il a travaillé à la clinique du Centre de toxicomanie et de santé mentale durant des décennies. Il est reconnu dans le monde entier dans son domaine. Il a rédigé le livre sur le traitement de l’identité de genre chez les enfants. Il y a quelques années, il a été accusé de pratiquer la thérapie de conversion. En gros, il a été congédié de son poste. Il avait les moyens et les ressources requises pour poursuivre son employeur en justice. Il a gagné un règlement substantiel. Il a lavé sa réputation.
Ce sont des choses qui se produisaient avant le projet de loi C‑6. Ces chasses aux sorcières qui avaient lieu avant l’adoption du projet de loi C‑6 risquent de s’intensifier considérablement après son adoption.
Outre le Royaume-Uni, d’autres pays européens, comme la Suède et la Finlande ont fait un pas de plus. Ils s’éloignent de ce qu’on appelle les modèles de soins fondés uniquement sur l’affirmation, ce que préconise le projet de loi C‑6, à mon avis, et c’est aussi ce qu’ont dit au comité d’autres professionnels au sujet du projet de loi. En Suède et en Finlande, le gouvernement exige un second examen objectif lorsqu’un enfant s’identifie comme transgenre. Un second examen objectif est justement une initiative que le projet de loi criminaliserait.
Le projet de loi C‑6 ferait des criminels des parents qui veulent décourager leur jeune enfant de changer de sexe, qui refuseraient de prendre une décision qui changerait sa vie à jamais. Je ne crois pas qu’un parent manifeste de la haine s’il prend une décision fondée sur des preuves médicales exactes.
En ce qui concerne l’identification transgenre chez les enfants, des données fiables indiquent que la vaste majorité des enfants qui s’identifient à l’autre genre changeront d’idée en vieillissant, ce qui veut dire qu’au moment où ils deviendront adultes, bon nombre d’entre eux, jusqu’à 80 % selon des études, s’identifieront au corps dans lequel ils sont nés ou l’accepteront. À la lumière de ces données, je pense que nous devons vraiment donner aux enfants la possibilité d’explorer, sans toutefois les pousser dans cette voie à sens unique de blocage de la puberté et, éventuellement, vers une chirurgie. C’est ce que dénoncent des personnes comme Keira Bell.
Il y a environ un an, j'ai lu un article rédigé par Barbara Kay publié dans le National Post, qui racontait l'histoire d'une jeune fille, qu'on a appelé JB, qui fait actuellement l'objet d'un recours devant le Tribunal canadien des droits de la personne. L'affaire implique une enseignante d'une école de la région d'Ottawa, qui a dit à la jeune fille de 6 ans que les filles n'existaient pas. Cette jeune fille était heureuse et aimante. J'ai moi-même un enfant de 7 ans, un de 6 ans et un de 5 ans. Mes enfants de 7 et de 5 ans sont des filles.
La jeune fille de 6 ans est revenue à la maison bouleversée, repliée sur elle-même et déprimée. Elle ne comprenait pas ce que cela signifiait. Ses parents ont demandé à l'enseignante si elle pouvait mettre la pédale douce sur les théories abstraites concernant les genres. L'enseignante et l'administration ont refusé, et les parents ont dû retirer la jeune fille de l'école. Ils l'ont placée dans une école différente, puis ils ont traîné la commission scolaire précédente devant les tribunaux.
La jeune fille est redevenue joyeuse et équilibrée. Cela montre à quel point il faut faire attention à ce que l'on enseigne aux jeunes enfants. Dans l'affaire de la Haute cour du Royaume‑Uni, on a découvert que, quand les enfants commencent à prendre ce type de médicaments, soit les inhibiteurs d'hormones, ils s'engagent essentiellement sur la voie de la chirurgie. C'est comme une rue à sens unique.
Nous devons être très prudents. Il faut réfléchir longuement à cette question dans notre pays.
En fait, beaucoup de gens, même au sein des communautés LGB, sont contre le projet de loi. Je vais lire un courriel que j'ai reçu:
Monsieur Derek Sloan,
En tant que lesbienne, je vous demande d'enquêter sur l'utilisation du terme « identité de genre » dans le projet de loi C‑6. Environ 75 % des jeunes trans deviendront gais ou lesbiennes sans chirurgie d'affirmation de genre et transition médicale. Ce projet de loi, dans sa forme actuelle, entraînera la transition médicale de ces jeunes gais et lesbiennes en adultes hétérosexuels.
Elle ajoute ensuite ce qui suit:
Je vous prie de protéger les jeunes gais et lesbiennes vulnérables afin qu'on ne leur dise pas qu'ils sont « nés dans le mauvais corps » et qu'ils devraient faire la transition pour se sentir « bien » et avoir l'impression « d'être à leur place ». Sincèrement...
Collapse
View Derek Sloan Profile
Ind. (ON)
View Derek Sloan Profile
2021-06-21 18:40 [p.8887]
Expand
Madam Speaker, I noted that as well. I also noted some members of the other parties, I believe a member from the Bloc Québécois, also said that we should spend a little time on them, even just out of respect for the people who submitted these briefs.
The member is right, and I think there were about 300 or so that came in. They came in at the last minute and there was not enough time to have them translated, so the committee finished its work on this bill without even looking at those briefs. That is problematic. It shows there was a lot of interest in this bill, and we owe it to Canadians to have spent the time to look at it.
Madame la Présidente, je l’ai également remarqué. J’ai aussi constaté que certains députés des autres partis, notamment un député du Bloc québécois, ont dit que nous devrions y consacrer plus de temps, ne serait-ce que par respect pour les gens qui ont présenté ces mémoires.
Le député a raison, et je pense que le comité en a reçu près de 300. Ils sont arrivés à la dernière minute et nous n’avons pas eu le temps de les faire traduire. Le comité a donc terminé son étude du projet de loi sans même avoir examiné ces mémoires. Cela pose problème. Cela démontre que le projet de loi a suscité beaucoup d’intérêt et, par respect pour les Canadiens, nous devons prendre le temps de les examiner.
Collapse
View Derek Sloan Profile
Ind. (ON)
View Derek Sloan Profile
2021-06-21 18:42 [p.8887]
Expand
Madam Speaker, one thing that struck me about the debate on this bill, and of course this was not reflected in committee, although I think in committee there was a balanced discussion on many of the issues, was that right now there is a conversation going on around the world with respect to transgender identification in children. I heard some members talk about the fact that a small percentage of the people who transition have regrets.
We are on the tipping point of a big iceberg of regret, because back 10 years or 20 years ago, the funnel for who experienced surgery with respect to transgender changes was a lot narrower. We are seeing, as I said earlier, this meteoric rise in identification. We are seeing an increase of 1,000% for men and 4,400% for young girls. We are seeing a U.K. government office do research into why we are seeing this, so I think the tip of the iceberg of regret is just on the horizon.
Madame la Présidente, s’il y a une chose qui m’a frappé au sujet du débat sur ce projet de loi et, bien entendu cela n’a pas eu d’écho au comité, même si je pense qu’il y a eu une discussion équilibrée sur bon nombre de questions, c’est le fait que partout dans le monde, on discute actuellement de l’identification transgenre chez les enfants. J’ai entendu quelques députés dire qu’un faible pourcentage de personnes regrettent d’avoir fait la conversion.
Ce n'est que la partie émergée de l'iceberg et il y en aura de plus en plus, parce qu’il y a 10 ou 20 ans, le nombre de personnes ayant subi une intervention chirurgicale pour changer de sexe était beaucoup plus faible. Comme je l’ai dit tout à l’heure, nous assistons à une augmentation vertigineuse des aiguillages vers les cliniques d'identité de genre. Nous constatons une hausse de 1 000 % chez les hommes et de 4 400 % chez les jeunes filles. Nous voyons qu’un bureau du gouvernement du Royaume-Uni a entrepris des recherches pour connaître les causes de ce phénomène. Je pense donc qu'il y aura de plus en plus de gens qui éprouveront des regrets.
Collapse
View Derek Sloan Profile
Ind. (ON)
View Derek Sloan Profile
2021-06-21 18:44 [p.8887]
Expand
Madam Speaker, that question brings up the issue of what exactly our definition covers. With respect to that particular situation, I have personally spoken to the man who underwent what happened in Kingston. I am not aware of the other cases, but I am talking about the main person who was testifying at city council.
With his particular situation, he was basically prayed over in a very public manner and advised to take a three-day fast. These are things none of us would maybe agree to or advise, but when we take a look at what happened to this person, do we believe the religious leaders of this church should go to jail for five years? They prayed over an 18-year-old who was requesting prayer at the time. Now, apparently they embarrassed him, and of course I do not agree with that, but is it worth a five-year jail sentence?
These are the questions we need to answer. When I was speaking to the minister earlier in this session, I said that the Canadian Psychological Association has prayer in its definition and asked if this would ban prayer. I was told it would not.
Madame la Présidente, voilà qui soulève la question de savoir ce que couvre au juste notre définition. En ce qui a trait à cette situation précise, je me suis entretenu personnellement avec l'homme qui a subi ce qui s'est passé à Kingston. Je ne suis pas au courant des autres cas, mais je parle ici du principal intéressé qui a témoigné devant le conseil municipal.
Dans son cas précis, on lui avait fait des prières de manière très publique et on lui avait conseillé d'observer un jeûne de trois jours. Ce sont des choses qu'aucun d'entre nous n'accepterait ou ne conseillerait, mais lorsque nous examinons ce qui est arrivé à cette personne, croyons-nous que les chefs religieux de cette église devraient aller en prison pendant cinq ans? Ils ont prié pour un jeune de 18 ans qui en avait fait la demande sur le coup. Ils semblent l'avoir mis dans l'embarras et, bien entendu, je ne souscris pas à une telle pratique, mais cela vaut‑il une peine d'emprisonnement de cinq ans?
Voilà les questions auxquelles nous devons répondre. Lorsque j'ai parlé au ministre plus tôt au cours de la session, j'ai expliqué que la prière faisait partie de la définition proposée par la Société canadienne de psychologie et j'ai demandé si cela aurait pour effet d'interdire les prières. On m'a répondu que non.
Collapse
View Marwan Tabbara Profile
Ind. (ON)
View Marwan Tabbara Profile
2021-06-21 23:04 [p.8907]
Expand
Mr. Speaker, I agree to apply and will be voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai contre la motion.
Collapse
View Yasmin Ratansi Profile
Ind. (ON)
View Yasmin Ratansi Profile
2021-06-21 23:04 [p.8907]
Expand
Mr. Speaker, I agree to apply and I will be voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai contre la motion.
Collapse
View Ramesh Sangha Profile
Ind. (ON)
View Ramesh Sangha Profile
2021-06-21 23:05 [p.8907]
Expand
Mr. Speaker, I agree to apply the vote, and I vote nay.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai contre la motion.
Collapse
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
View Jody Wilson-Raybould Profile
2021-06-21 23:06 [p.8908]
Expand
Mr. Speaker, I had my hand up for the previous vote and I was not acknowledged by the Speaker.
Monsieur le Président, j’ai levé la main pour le vote précédent, mais je n’ai pas été prise en compte par la présidence.
Collapse
View Jody Wilson-Raybould Profile
Ind. (BC)
View Jody Wilson-Raybould Profile
2021-06-21 23:08 [p.8909]
Expand
Mr. Speaker, I agree to apply and will be voting no.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai non.
Collapse
View Derek Sloan Profile
Ind. (ON)
View Derek Sloan Profile
2021-06-21 23:08 [p.8909]
Expand
Mr. Speaker, I agree to apply and I will be voting yes.
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai oui.
Collapse
Results: 1 - 15 of 185 | Page: 1 of 13

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data