Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 3329
Bill Matthews
View Bill Matthews Profile
Bill Matthews
2013-02-26 11:03
Expand
What we have on slide 4 is what's in supplementary estimates (C) itself, voted items of $1.5 billion. We have a decrease of $0.1 billion for a total of $1.4 billion.
I will take this opportunity to remind members of the distinction between budgetary and non-budgetary items. Budgetary items are items that affect the bottom line of the government. Non-budgetary items are things like loans, investment advances, where if all goes as planned, we would not end up incurring expense. We can talk later about Canada student loan writeoffs if that's of use, because that's a really good example on this front.
Statutory items in supplementary estimates (C) are not voted on by parliamentarians. They are here for information. We have a variety of changes in the estimates on that front, but it's worth paying a bit of attention to as we go through this deck.
Slide 5 is if you're curious about what the estimates total looks like. I always warn people about comparing supplementary estimates (A) for one year versus (A) for the previous year, because there are timing differences, but when you get to the end of the cycle, it is worth the time to step back and see what the picture looks like this year versus last year. If you compare 2012-13 versus 2011-12, you will see that we have voted $98.6 billion in 2012-13 versus $99.9 billion in the previous year. On the statutory front, you'll see a slight increase. We are at $160.4 billion versus $159.7 billion the previous year. Overall for the total, $259 billion in authorities including supplementary estimates (C) versus $259.6 billion in the previous year. It's worth understanding the difference between voted and statutory here.
Where I would spend most of my time is on slide 6, Mr. Chair. Those are the major voted items you'll see in these supplementary estimates (C). As I mentioned, on the previous slide in the $1.5 billion in voted, there are some really major items that make up that amount. I'll just walk through those one by one, if that's of use to the committee.
Under National Defence, for the Canadian Forces service income security insurance plan, there's the amount of $726 million. That's a payment that's going to Manulife as a result of an agreed-upon settlement. There was an agreement to pay back some amounts where we had offset veterans disability amounts versus the Canadian Forces disability amount. They're now being kept whole so that agreement's been reached. Manulife had advanced the payments to the members receiving them so we're now topping up Manulife for that amount.
There is the amount of $438 million, again for National Defence. There are two items in there. You'll be familiar with part of it. We have spoken to this committee before about the elimination of severance benefits as part of the collective agreements. National Defence is part of that process as well, so in that $438 million there is roughly $200 million for severance. The balance of that relates to the Canada First defence strategy.
There is the HRSDC writeoff of unrecoverable student loans of $231 million. This is a great example of budgetary versus non-budgetary. When these loans are issued, they are non-budgetary because we expect to recover them. When we get to a point where we are writing them off because the six-year statute of limitations has expired, they now become budgetary because we're taking an expense for the writeoff of the amounts. There's $231 million for that. I'm happy to speak more about that if it's of interest.
There's the amount of $144 million, for National Defence again, for the training mission. It relates to a NATO mission. It's for training for both the Afghan National Army as well as the police force.
On Foreign Affairs, the amount of $108 million for the London high commission is an interesting one. In that case, they're co-locating or combining two buildings into one. Currently we occupy two buildings in London. Some space adjacent to one of the buildings is being bought so they can be housed in one location. This amount is really flow-through financing. When we sell the second building, we will recover this amount, but we're using this amount to buy the adjacent property and get going on the consolidation there.
On the Copenhagen Accord, I think you may have seen before that there are some amounts for CIDA, Environment Canada, and Parks Canada related to that agreement.
On CIDA, I should mention the $100 million for child protection, maternal and newborn health. This is not new money. CIDA is moving their funding mechanism. We're going from a contribution to a grant, but because of that we have to go to Parliament to get approval to increase the grant ceiling. So it's not new money here, but we're moving from contribution to grant.
Last, we have Public Works for $85 million. I understand that Public Works is scheduled to appear shortly after us, so I'll let them explain their bit here.
On the statutory front, slide 7, again just for information purposes, Human Resources enhanced employment insurance benefits relates to budget 2009. The intent there is to hold the EI account harmless for the additional benefits. Initially $2.9 billion was set aside, if I recall, so this is to top that up to cover off all the expenses there.
For Human Resources again, on guaranteed income supplements, we're increasing the forecast by $143 million. You can split that into two things. One is an increase in the number of recipients by about 13,000. The balance of $74 million relates to an increase in the actual benefit payment per recipient. So there are two pieces to that.
On the disability savings grant program, again from Human Resources, we have $115 million. The issue there is they've changed the criteria to allow carry back. It's much like you would have if you think about income tax and the carry forward, carry back of losses. They basically expanded it to allow carry back, which is going to increase the amounts paid out. There's $115 million there.
For Human Resources again, on old age security, it's $105 million. You can split that again between an increase in the number of recipients by about 6,000 as well as an increase in the actual entitlement.
Finally, there's a decrease in the forecast related to unmatured debt—so that's interest—of $762 million, which relates to interest rates.
On slide 8, we have the horizontal items. Just to remind you, the horizontal items are items where we have more than one department receiving funding. We dedicate some paper up front in the supplementary estimates (C) document to go through horizontal items so members and parliamentarians can see which departments are receiving money. We do have the list of those who are receiving funds through supplementary estimates (C).
The Copenhagen Accord I've already touched on.
On the international crisis response for $60 million, that's a change in the way we're actually funding that. That is supposed to be and is always intended for things like earthquakes and food emergencies around the world. With the process we had in place before, it was very time consuming for CIDA and other organizations to get their money. Given that it's a crisis response, we thought it would be better to actually put the money in the reference levels. In case there is a crisis, the department can actually take whatever required action they need to on a faster basis.
The other ones I'll flag for you here.
The modernization of the pay administration is for Public Works, in the amount of $26 million. They, as well as Shared Services Canada, are coming up next so you may want to have questions about that.
Finally, government advertising programs, I know, get some attention so I'll mention it. There's $1 million in here for advertising. That's totally related to Canada Revenue Agency around advertising for tax credits, deductions, and rules.
On slide 9, I did want to talk again about the budget 2012 spending review. We have spoken about this before, but you will see in the supplementary estimates (C) a line that says, “Less: Funds available within the Vote”. You may recall last year when we tabled the main estimates it was in advance of the budget and we did not have the budget 2012 reductions. As departments come in for new spending, if we have moneys that were in their main estimates that they no longer have access to spend, we do a netting of the two. That's happened again here, and we've highlighted for you where we've netted off those amounts. In supplementary estimates (B) we had a netting of $483 million. In supplementary estimates (C) we have another $58 million. If a department does not come in for additional funds, we simply freeze the money centrally and put the controls in place that way. Basically, there's no point giving a department access to new money if they can't spend what they already have, and that's what this netting is all about.
Finally, on slide 10, before I pass it over to the chief financial officer for Treasury Board Secretariat, there is $1.5 billion in voted expenditures. I did highlight some of the major changes to statutory forecasts for you. Not all departments are in here. We have 49 departments and agencies here. Again, if you're not looking for additional funds, there's no need to be in this document, so there are only 49 departments in here. If you're looking for a certain department and you don't see it, it's because they've not come forward with additional spending requirements.
As a final reminder, at the end of the supplementary estimates (C) is the draft of the appropriation bill. It is the appropriation bill itself that Parliament approves. These estimates documents are simply to help support your study of that, but you should spend some time looking at the appropriation bill itself because that is what Parliament approves.
With that, I'll turn it over to Christine Walker to speak quickly about Treasury Board Secretariat itself.
À la diapo 4, les postes votés du Budget supplémentaire des dépenses (C) représentent 1,5 milliard de dollars. Il y a une diminution de 0,1 milliard pour un total de 1,4 milliard de dollars.
Je profite de cette occasion pour vous rappeler qu'il faut distinguer les postes budgétaires et non budgétaires. Les postes budgétaires influencent le solde du budget gouvernemental, tandis que les postes non budgétaires sont des prêts et des avances de placement, qui n'entraînent pas de dépenses au bout du compte si tout se déroule comme prévu. Nous pourrons parler plus tard des radiations de prêts étudiants si nécessaire, parce que c'est un bon exemple de poste non budgétaire.
Les crédits législatifs du Budget supplémentaire des dépenses (C) ne sont pas votés par les parlementaires. Ils sont présentés ici à titre informatif et font l'objet de divers changements dans le budget. Ça vaut la peine d'y porter attention durant l'exposé.
La diapo 5 présente les dépenses totales. Je fais toujours une mise en garde contre la comparaison du Budget supplémentaire des dépenses (A) et de celui de l'année précédente, parce que les délais sont différents. Mais lorsqu'on arrive à la fin du cycle, c'est utile de prendre du recul et d'étudier la question. En 2012-2013, nous avons voté 98,6 milliards de dollars par rapport à 99,9 milliards en 2011-2012. Il y a une légère augmentation des dépenses législatives. C'est 160,4 milliards par rapport à 159,7 milliards durant l'exercice précédent. En tout, les dépenses du Budget supplémentaire des dépenses (C) s'élèvent à 259 milliards de dollars, par rapport à 259,6 milliards au cours du dernier exercice. C'est important de comprendre la différence entre les crédits votés et les dépenses législatives.
Je vais surtout parler de la diapo 6, monsieur le président. Il s'agit des principaux postes votés du Budget supplémentaire des dépenses (C). Le 1,5 milliard de la diapo précédente est constitué de crédits majeurs que je vais décrire un par un, si vous le voulez.
Sous la rubrique Défense nationale, les 726 millions de dollars concernent le Régime d'assurance-revenu militaire des Forces canadiennes. C'est un paiement versé à la Manuvie en raison du règlement sur les prestations d'invalidité aux anciens combattants, qui étaient réduites par rapport aux prestations d'invalidité des Forces canadiennes. Les prestations sont maintenant conservées en entier grâce à l'accord conclu. Nous remboursons à Manuvie les montants versés aux prestataires.
Les 438 millions pour la Défense nationale concernent deux questions que vous connaissez en partie. Nous vous avons déjà parlé de l'élimination des indemnités de départ dans les conventions collectives. La Défense nationale fait aussi partie du processus. Environ 200 millions des 438 millions de dollars sont consacrés aux indemnités. Le reste est lié à la Stratégie de défense Le Canada d'abord.
La radiation des prêts étudiants irrécouvrables à RHDCC représente 231 millions de dollars. C'est un excellent exemple de poste budgétaire par rapport au poste non budgétaire. Au départ, ces prêts sont des postes non budgétaires, car on doit nous les rembourser. Mais lorsque nous les radions après les six ans de prescription, ces prêts deviennent des postes budgétaires. La radiation entraîne des dépenses de 231 millions de dollars. Je pourrai vous en parler davantage si vous le voulez.
Ensuite, les 144 millions pour la Défense nationale concernent la mission de l'OTAN pour former l'armée et la police afghanes.
En ce qui a trait aux Affaires étrangères, les 108 millions de dollars pour le haut-commissariat de Londres sont intéressants et vont servir à regrouper les deux immeubles que nous occupons présentement. Nous achetons un espace adjacent pour réunir les deux immeubles. C'est un financement accréditif. La vente du deuxième bâtiment nous permettra de récupérer les fonds qui vont servir à acquérir la propriété adjacente et à réaliser la consolidation.
Concernant l'Accord de Copenhague, vous avez peut-être déjà vu que certains montants sont versés à l'ACDI, à Environnement Canada et à Parcs Canada.
Pour ce qui est de l'ACDI, je précise que les 100 millions de dollars serviront à la protection de l'enfance et à la santé maternelle et des nouveau-nés. Il ne s'agit pas de nouveaux fonds, mais d'un changement au mécanisme de financement. Étant donné que nous passons d'une contribution à une subvention, le Parlement doit approuver l'augmentation de la subvention maximale. Ce ne sont pas de nouveaux fonds; nous passons d'une contribution à une subvention.
Enfin, 85 millions de dollars sont versés à Travaux publics. Je vais laisser ses représentants, qui doivent témoigner un peu plus tard, vous expliquer à quoi ils serviront.
Concernant les postes législatifs à la diapo 7, je signale à titre indicatif que les prestations d'assurance-emploi améliorées de Ressources humaines sont liées au budget de 2009. Nous évitons ainsi de pénaliser la caisse d'assurance-emploi en raison des prestations supplémentaires. Je pense que 2,9 milliards de dollars ont été réservés au départ. Ce montant vise à couvrir le reste des dépenses.
Toujours concernant Ressources humaines, deux raisons nous ont amenés à ajouter 143 millions de dollars pour le supplément de revenu garanti. Il y a environ 13 000 prestataires de plus. Les 74 millions restants servent à couvrir la hausse des prestations par bénéficiaire.
Concernant le programme de subvention canadienne pour l'épargne-invalidité de Ressources humaines, les 115 millions de dollars sont liés aux critères modifiés pour le report rétrospectif. C'est très semblable à l'impôt, au report prospectif et au report rétrospectif des pertes. En gros, le régime est élargi pour permettre le report rétrospectif, qui fera augmenter les sommes versées. Nos prévisions s'élèvent à 115 millions de dollars.
Toujours pour ce qui est de Ressources humaines, nous avons 105 millions de dollars pour la sécurité de la vieillesse. Il y a environ 6 000 prestataires de plus, et les prestations augmentent.
Enfin, nos prévisions concernant l'intérêt sur la dette non échue diminuent de 762 millions en raison des taux d'intérêt.
La diapo 8 porte sur les postes horizontaux, qui concernent plus d'un ministère. Nous indiquons au début du Budget supplémentaire (C) quels ministères reçoivent des fonds liés aux postes horizontaux pour aider les députés et les parlementaires. Le Budget supplémentaire (C) liste ces ministères.
Nous avons déjà parlé de l'Accord de Copenhague.
Les 60 millions de dollars pour réagir en cas de crises internationales constituent un changement dans notre méthode de financement. Ces fonds doivent toujours servir à régler les problèmes comme les tremblements de terre et les crises alimentaires qui surviennent dans le monde, mais la méthode précédente exigeait beaucoup de temps pour que l'ACDI et les autres organisations obtiennent des fonds. Étant donné qu'il s'agit d'argent pour réagir en temps de crise, nous pensons qu'il vaut mieux ajouter les fonds aux niveaux de référence. En cas de crise, le ministère peut prendre les mesures nécessaires plus rapidement.
Je vous signale les autres dépenses.
La modernisation des services d'administration de la paye de Travaux publics représente 26 millions de dollars. Comme vous allez entendre ses représentants et ceux de Services partagés Canada après nous, vous voudrez peut-être leur poser des questions.
Enfin, les programmes de publicité gouvernementale suscitent de l'intérêt. Le million de dollars sert uniquement à promouvoir les crédits d'impôt, les déductions et les règles de l'Agence du revenu du Canada.
À la diapo 9, je dois reparler de l'examen des dépenses du budget de 2012. Concernant la ligne « Fonds disponibles à même le crédit », vous vous rappelez peut-être que nous avons présenté le budget principal avant le budget et que nous ne connaissions pas les réductions du budget de 2012. Nous versons une compensation aux ministères qui demandent plus d'argent et qui n'ont plus accès aux fonds du budget principal. La situation s'est produite de nouveau, et nous soulignons ici quels sont ces montants. Les compensations ont atteint 483 millions de dollars dans le Budget supplémentaire (B). Nous ajoutons 58 millions de dollars dans le Budget supplémentaire (C). Si le ministère ne demande pas de fonds supplémentaires, nous bloquons l'argent en un point central et appliquons des contrôles. Au fond, ça ne sert à rien d'accorder des fonds supplémentaires à un ministère qui n'a pas dépensé tous ses fonds. C'est la raison d'être de la compensation.
Avant de céder la parole à la dirigeante principale des finances du Secrétariat du Conseil du Trésor, j'attire votre attention sur le 1,5 milliard de dollars de dépenses budgétaires votées à la diapo 10. Je vous ai parlé d'un certain nombre de changements majeurs dans les postes législatifs. Les ministères ne sont pas tous concernés; il n'est question que de 49 ministères et organismes. Vous devez consulter le budget seulement si vous vous intéressez aux dépenses supplémentaires. Si un ministère n'y figure pas, c'est parce qu'il n'a pas demandé d'autres fonds.
En terminant, je rappelle que l'ébauche du projet de loi de crédits se situe à la fin du Budget supplémentaire des dépenses (C). C'est le projet de loi que le Parlement doit approuver. Ces documents visent simplement à faciliter votre étude. Vous devriez examiner le projet de loi, parce que c'est lui que le Parlement doit approuver.
Sur ce, Christine Walker va brièvement parler du Secrétariat du Conseil du Trésor.
Collapse
View James Moore Profile
CPC (BC)
Good afternoon, Mr. Chair and honourable members of the committee. I am very pleased to be appearing before you today, just before Christmas. I am here for two hours, or until we are called to vote.
First, I would like to acknowledge the work of this committee, particularly the report you tabled on November 8, regarding the Roadmap for Canada's Linguistic Duality. This is an important document that will be useful in our work on official languages.
Accompanying me today are Daniel Jean, Deputy Minister of Canadian Heritage and Hubert Lussier, Assistant Deputy Minister for Official Languages.
Our government's commitment to promoting our two official languages is indeed a commitment that we have made time and again, and we've delivered on.
As you know, in terms of area, Canada is the second largest country in the world, but in terms of population, Canada is the 34th largest country in the world. What unites us? In my view, it's our official languages, arts, culture—being able to share our stories and our history, to tell stories one to another across this very large country.
Our official languages are an advantage and an asset to Canadians and to Canada. That's why in budget 2012 our government made a decision to protect all of our funding and to celebrate Canada's linguistic duality going forward. We did this while making sure that the investments give tangible results to Canadians.
Again, in a difficult budget, where there were reductions in spending across the government, we made a deliberate decision not to cut a dime of funding to Canada's official languages, because we made a five-year commitment to a road map on official languages, a road map that this committee has been studying for some time.
Recently I released our department's annual report on official languages in order to continue the debate.
As I noted in the report, the Department of Canadian Heritage manages two major official languages support programs: one for the development of official language minority communities, and the other for the promotion of English and French in Canadian society.
Our actions under these programs are yielding genuine results. Here are a few examples.
More than 240,000 young people from official language minority communities are studying in their own language and 2.4 million young people are learning English or French as a second language. Enrollment in French immersion classes has increased by 10% over the last five years
We are helping to ensure that members of official language minority communities receive services in areas such as justice, culture, municipal services, and health. For example, 15 new healthcare training programs in French have been created since 2008, and, of more than 1,500 new alumni, 86% are working in official language minority communities.
In terms of immigration, the recruitment and integration of French-speaking immigrants initiative has established 121 points of service for newcomers in 24 cities across Canada.
Our funding also helps support the work that is being done by minority media groups, community centres and schools, youth and parental organizations across the country, as well as various cultural groups that help to promote English and French.
The annual report also outlines my role in helping to coordinate official languages across federal government institutions. All of these institutions have responsibilities with respect to official language communities and linguistic duality.
My department works with institutions across government to ensure that anglophone and francophone communities receive access to programs and services in the language of their choice, services in such areas as culture, social development, youth programming, and economic development.
As you know, we are preparing for the next phase of the roadmap, which concludes in March 2013.
During my appearance before your committee last May, I was preparing, along with my colleagues, to lead the largest consultation on official languages in the history of Canada. In the summer, we visited over 20 large and small communities throughout the country, and along with our online component, we heard from close to 2,600 Canadians. Today, I am pleased to be able to give the committee an update on what I heard during these consultations.
From these consultations, I was able to hear from both English- and French-speaking Canadians about their experiences. I heard that education is a priority for communities. Many participants stressed the importance of cooperation with the provinces and territories for teaching English and French as a second language. In addition, I heard that immigration is an important matter in any discussion of minority-community growth.
As you know, Statistics Canada recently released data regarding the linguistic makeup of our country. We can see that the proportion of Canadians who have English and French as their mother tongue has decreased, even though their numbers are growing. New Canadians with another mother tongue represent a larger part of the general population than ever before. We must consider how to integrate recent immigrants into their new setting so that they can succeed and benefit from the economic advantages of Canada's linguistic duality.
Canadians also reminded me that it's important for them to have access to health care in their own language. They also brought up the subject, time and again, of arts and culture. Through their activity, our artists and artisans showcase their communities to Canada and the world and help build a sense of belonging and an understanding of the value of both of Canada's official languages.
Finally, participants addressed the issue of economic development. They were interested in support for entrepreneurship, funding for the creative economy, and training to make it easier to get a job in the official language of their choice.
In the past five years, our government's funding under the road map has helped to promote our two official languages and to support the growth of English and French in minority communities across Canada.
Our government's aim is to ensure that our funding continues to yield real, tangible benefits to communities and to ensure that our funding helps promote both of our official languages. In our next road map, we will make sure that we manage the initiatives as effectively as possible.
Before concluding, I would like to say a few words about the committee's current study: linguistic duality during Canada's 150th birthday celebrations in 2017.
Our country's official languages are an integral part of our collective heritage. They must also be part of the planning for anniversaries of national significance. In fact, we are already benefiting from the experience that we gained in recent years, whether during the 400th anniversary of the founding of Quebec City in 2008 or the 2010 Olympic and Paralympic Games in Vancouver and Whistler.
We are also encouraging the use of both of our official languages at events taking place between now and 2017.
For example, in 2015 Canada will host the Pan Am and Parapan Am Games in Toronto. The organizers are already working with the francophone community to ensure that the games reflect Canada's linguistic duality and do so respectfully and with pride.
In 2017, Canada's 150th birthday will be a great opportunity for us to highlight the contribution of anglophones and francophones, past and present, to building our country to the strength that it is today.
I want to thank you for your attention and thank this committee for its work.
As well, thank you, Mr. Chairman, for inviting me.
Like all of you, we want to ensure that the government measures and our funding have real, direct, and tangible success for Canadians across our country in respecting, celebrating, and promoting both of Canada's official languages.
Thank you very much.
Je remercie le comité, M. le président et les honorables membres du comité. Je suis heureux de prendre la parole devant vous aujourd'hui, avant Noël. Je suis ici pour deux heures, ou jusqu'à ce que nous soyons appelés à voter.
J'aimerais d'abord prendre un moment pour souligner les travaux du comité, notamment le rapport, déposé le 8 novembre dernier, sur la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne. Ce document important sera utile dans le cadre de notre travail pour les langues officielles.
Je suis accompagné aujourd'hui de M. Daniel Jean, sous-ministre de Patrimoine canadien, et de M. Hubert Lussier, sous-ministre adjoint pour la citoyenneté et le patrimoine.
Notre gouvernement s'est engagé à maintes reprises à promouvoir nos deux langues officielles, et il a tenu ses engagements.
Comme vous le savez, le Canada est le deuxième pays du monde quant à sa superficie, mais se classe au 34e rang par rapport à sa population. Qu'est-ce qui nous unit? À mon avis, ce sont nos langues officielles, nos arts et notre culture, et le fait de pouvoir partager nos récits et notre histoire.
Les langues officielles sont une richesse et un atout pour tous les Canadiens. C'est pourquoi nous avons maintenu, dans le Budget de 2012, l'appui destiné à protéger, à célébrer et à renforcer la dualité linguistique au Canada. Nous nous assurons en même temps que nos investissements donnent des résultats concrets pour les Canadiens.
Je le redis, alors que nous avons été amenés à faire des choix difficiles dans le budget, qui prévoit des réductions de dépenses dans l'ensemble du gouvernement, nous avons décidé de ne pas réduire d'un seul centime le financement des langues officielles. En effet, nous nous sommes engagés à suivre pendant cinq ans la Feuille de route sur les langues officielles, feuille de route que le comité a d'ailleurs étudiée.
Afin de poursuivre le débat, j'ai publié récemment le rapport annuel du ministère sur les langues officielles.
Comme j'en fais état dans le rapport, Patrimoine canadien gère deux grands programmes d'appui aux langues officielles: un pour le développement des communautés de langue officielle en situation minoritaire, et l'autre pour la mise en valeur du français et de l'anglais dans la société canadienne.
Nos actions, dans ce cadre, donnent des résultats concrets. En voici quelques exemples.
Plus de 240 000 jeunes issus de communautés minoritaires étudient dans leur langue et 2,4 millions de jeunes apprennent le français ou l'anglais à titre de langue seconde. L'effectif des classes d'immersion a augmenté de 10 % au cours des cinq dernières années.
Nous contribuons à l'offre de services dans la langue de la minorité dans des secteurs comme la justice, la culture, les services municipaux et la santé. Par exemple, une quinzaine de nouveaux programmes de formation en santé en français ont été créés depuis 2008. Il y a plus de 1 500 nouveaux diplômés, dont 86 % travaillent au sein des communautés de langue officielle.
Au plan de l'immigration, le projet « Recrutement et intégration des immigrants d'expression française » a permis de mettre en place 121 points de service pour les nouveaux arrivants dans 24 villes du pays.
Nos investissements permettent aussi de soutenir le travail des médias des communautés minoritaires, des centres et des écoles communautaires ainsi que des organismes de jeunes et de parents, et divers organismes culturels qui font la promotion du français et de l'anglais.
Par ailleurs, le rapport annuel rend compte de mon rôle de coordination de l'appui aux langues officielles parmi les institutions fédérales. Ces institutions ont toutes des responsabilités à l'égard des communautés de langue officielle et de la dualité linguistique.
Le ministère travaille avec les institutions de l'ensemble du gouvernement pour s'assurer que les communautés francophones et anglophones aient accès, dans la langue de leur choix, aux divers programmes et services offerts, que ce soit en culture, en développement social, en programmes jeunesse, en développement économique ou dans d'autres domaines.
Comme vous le savez, nous préparons la suite à donner à la Feuille de route, qui prend fin en mars 2013.
Lorsque j'ai comparu devant votre comité en mai dernier, je m'apprêtais à mener avec mes collègues la plus vaste consultation sur les langues officielles de l'histoire du pays. Au cours de l'été, nous sommes allés dans 22 communautés, petites et grandes, partout au Canada. En tenant compte du volet en ligne des consultations, nous avons reçu des commentaires de presque 2 600 Canadiens qui se préoccupent des langues officielles. Je suis heureux, aujourd'hui, de pouvoir rendre compte de ces consultations devant le comité.
Les consultations m'ont permis d'entendre des Canadiens francophones et anglophones qui sont sur le terrain. On nous a dit que l'éducation était une priorité pour les communautés. Un grand nombre de participants ont fait valoir l'importance de la collaboration avec les provinces et les territoires quant à l'enseignement du français ou de l'anglais en tant que langue seconde. On nous a dit également que l'immigration était un sujet important au regard de la croissance des communautés minoritaires.
Comme vous le savez, Statistique Canada a récemment diffusé des données sur la composition linguistique de la société. On remarque que la proportion de Canadiens de langue maternelle française ou anglaise a diminué, malgré que leur nombre augmente. Les nouveaux Canadiens ayant une langue maternelle autre que le français ou l'anglais représentent, plus que jamais, une part plus grande de la population. On doit penser à l'intégration des nouveaux arrivants à leur milieu pour qu'ils puissent réussir et profiter des avantages économiques de la dualité linguistique canadienne.
Les Canadiens ont également rappelé qu'il est important pour eux d'avoir accès à des soins de santé dans leur langue. Par ailleurs, ils ont abordé à maintes reprises le sujet des arts et de la culture. Par leur action, nos artistes et nos artisans mettent en effet leur communauté en valeur au Canada et dans le monde, et ils contribuent aussi au sentiment d'appartenance à une société qui tient à sa dualité linguistique.
Enfin, les participants ont soulevé l'enjeu du développement économique. Il a été question d'appui à l'entreprenariat, de soutien à l'économie créative et de formation pour favoriser l'accès à l'emploi.
Au cours des cinq dernières années, les investissements de notre gouvernement dans le cadre de la feuille de route ont permis de mettre en valeur nos deux langues officielles et d'appuyer l'essor des communautés francophones et anglophones en situation minoritaire.
L'objectif de notre gouvernement est de voir à ce que nos investissements continuent de profiter de façon tangible et concrète aux communautés et qu'ils permettent de promouvoir les deux langues officielles du Canada. Nous allons nous assurer de gérer de manière aussi efficace que possible les initiatives de notre prochaine feuille de route sur les langues officielles.
Avant de conclure, j'aimerais ajouter quelques mots sur un sujet que le comité étudie en ce moment, c'est-à-dire la dualité linguistique durant les célébrations du 150e anniversaire du Canada en 2017.
Les langues officielles de notre pays font partie intégrante de notre patrimoine collectif. Elles doivent aussi faire partie de la planification des anniversaires d'envergure nationale. En fait, nous mettons déjà à profit l'expérience que nous avons acquise ces dernières années, que ce soit durant le 400e anniversaire de la ville de Québec, en 2008, ou lors des Jeux olympiques et paralympiques de 2010, à Vancouver et à Whistler.
Nous encourageons aussi l'utilisation de nos deux langues officielles dans le cadre des événements à venir d'ici 2017.
En 2015 par exemple, le Canada accueillera les jeux panaméricains et parapanaméricains à Toronto. Les organisateurs travaillent donc déjà avec la communauté francophone pour que ces jeux reflètent, dans le respect et la fierté, la dualité linguistique canadienne.
En 2017, le 150e anniversaire du Canada sera l'occasion idéale de faire connaître l'apport des francophones et des anglophones d'hier et d'aujourd'hui à la création de notre pays.
Je vous remercie de votre attention et je remercie le comité de son travail.
Je vous remercie également, monsieur le président, de m'avoir invité.
Comme vous, nous voulons que, en respectant, en célébrant et en prônant les deux langues officielles du Canada, les mesures et l'appui du gouvernement aient des effets réels, directs et concrets pour les Canadiens partout au pays.
Je vous remercie beaucoup.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2012-11-29 12:57
Expand
Thank you, Mr. Chair.
Thank you, Mr. Minister, for being here today.
Following up on some of these questions, obviously there's some dispute about the number of job losses. Earlier, you mentioned that the transformation of the NRC is ongoing and that we'll be informed about the outcomes after the fact, which, as a member, I find to be a little backwards.
You alluded to some full-time reductions, so my question, very simply, is, do you think it's appropriate for members of Parliament to be voting on a budget without knowing what personnel reductions and service-level impacts there are going to be in that budget—yes or no?
Merci, monsieur le président.
Merci, monsieur le ministre, pour votre visite aujourd’hui.
Pour revenir sur certaines de ces questions, il y a bien évidemment des divergences au sujet du nombre d’emplois perdus. Plus tôt, vous avez indiqué que la transformation du CNR se poursuivait et que nous serons informés des résultats, après coup, ce qui, pour moi qui suis membre de ce comité, me semble être à l’envers.
Vous avez parlé de certaines réductions pour les effectifs à temps plein et ma question est donc la suivante: très simplement, pensez-vous qu’il soit sage que des députés votent sur un budget sans savoir quelles seront les réductions de personnel et sans connaître l’incidence de ce budget sur les niveaux de service — oui ou non?
Collapse
View Gary Goodyear Profile
CPC (ON)
View Gary Goodyear Profile
2012-11-29 12:58
Expand
Well, you're not voting on the transformation of the NRC. You were asked to vote on the doubling of IRAP within the NRC, and you voted “no” on that, so if you're not going to fund these sorts of programs, I would expect that job losses would be tremendously higher. I voted “yes” for the funding, protecting a lot of jobs.
Eh bien, vous ne votez pas sur la transformation du CNR. On vous a demandé de voter pour doubler le PARI au sein du CNR et vous avez voté contre. Par conséquent, si vous ne voulez pas financer ce genre de programmes, j’imagine que les pertes d’emploi seraient beaucoup plus nombreuses. J’ai voté pour le financement et pour la protection d’un grand nombre d’emplois.
Collapse
View Mike Wallace Profile
CPC (ON)
View Mike Wallace Profile
2012-11-27 11:21
Expand
The other thing that always drives me crazy on estimates is the use of moneys that weren't spent in other votes. On paper it looks like it reduces costs. They'll say they've allocated x dollars for this item, but since they didn't use it this year, they'll move it over and reduce the ask. That's my reading of it.
The accountant over here is shaking her head, but if we look at the transfers, funds available, less authorities available within the vote, we see that $5.8 million was available. Why was that not spent? Who decides how it gets transferred, and what is transferable and what isn't?
L'autre question qui me consterne toujours concernant les budgets supplémentaires, c'est l'utilisation des fonds non dépensés pour d'autres crédits. Sur papier, on dirait que les coûts sont réduits. Un certain montant est alloué pour un poste, mais étant donné qu'il n'a pas été employé durant l'exercice, il va servir ailleurs et réduire la demande. C'est ce que je comprends.
La comptable ici hoche la tête, mais si nous examinons les transferts, les fonds disponibles et moins: autorisations disponibles à même le crédit, nous constatons que 5,8 millions de dollars étaient disponibles. Pourquoi ce montant n'a-t-il pas été dépensé? Qui décide comment l'argent est transféré, quel transfert est acceptable et lequel ne l'est pas?
Collapse
Luce Perreault
View Luce Perreault Profile
Luce Perreault
2012-11-27 11:22
Expand
Those are not amounts that the agency has not spent this year. When you passed the main estimates, they did not include the Budget 2012 decision or the reviews of departmental spending.
In our main budget, there was an amount of $7.2 million that represents our contribution to the 2012 spending review. So those funds become available to the agency. Given that our request for the Community Infrastructure Improvement Fund is for $15.6 million, but that $7.2 million is available as a result of Budget 2012 and the review of departmental spending, that reduces our request for votes. That is why we are asking you to pass an amount of $8.3 million today.
En fait, il ne s'agit pas de fonds qui n'ont pas été dépensés par l'agence cette année. Lorsque vous avez adopté le Budget principal des dépenses, celui-ci n'incluait pas la décision du budget de 2012 ni les examens des dépenses des ministères.
Dans notre budget principal, il y avait des fonds de 7,2 millions de dollars, ce qui représente notre contribution dans le cadre de l'examen des dépenses de 2012. Ces fonds deviennent donc disponibles pour l'agence. Étant donné que notre demande pour le Fonds d'amélioration de l'infrastructure communautaire est de 15,6 millions de dollars, mais que 7,2 millions de dollars sont disponibles à la suite de la décision du budget de 2012 et de l'examen des dépenses du ministère, ces fonds réduisent notre demande de crédits. C'est pourquoi nous vous demandons aujourd'hui d'adopter un montant de 8,3 millions de dollars.
Collapse
View Dan Harris Profile
NDP (ON)
View Dan Harris Profile
2012-11-27 12:22
Expand
Thank you.
Madame Perreault, earlier you had mentioned that when the budget was released in the spring, the details weren't there until the supplementary estimates, and, of course, that creates a difference in the amount of money being requested. Who actually makes the determination as to whether those details will appear in the original budget in the spring or in the supplementary estimates in the fall?
Merci.
Madame Perreault, vous avez dit tout à l'heure que lorsque le budget a été présenté au printemps dernier, les détails n'ont pas été connus avant le Budget supplémentaire des dépenses, ce qui entraîne des changements dans les sommes demandées. Qui détermine si les détails apparaîtront dans le budget initial au printemps ou dans le Budget supplémentaire des dépenses à l'automne?
Collapse
Luce Perreault
View Luce Perreault Profile
Luce Perreault
2012-11-27 12:23
Expand
I think I understand your question. I would say that it really depends on when the information becomes available. If, for example, the main estimates are already done when the decision becomes known, it may appear in the next set of estimates. It really depends on the timing of the decision in relation to the estimates process. That is how we determine where to include it.
Je crois avoir bien compris votre question. Je répondrai que ça dépend vraiment du moment où l'information devient disponible. Si, par exemple, la préparation du Budget principal des dépenses est déjà faite lorsque la décision devient disponible, ça pourra se faire dès l'exercice suivant. C'est vraiment en fonction du moment de la décision et de l'étape où en est le processus budgétaire. C'est ce qui nous permet de savoir dans le cadre de quel exercice nous allons nous insérer.
Collapse
View Leona Aglukkaq Profile
CPC (NU)
View Leona Aglukkaq Profile
2012-11-20 11:06
Expand
Good morning, and thank you for the invitation to speak to you regarding supplementary estimates (B) for Health.
I would like to start by congratulating Mr. Lobb on his appointment to the committee.
I will introduce the officials who are with me this morning: Deputy Minister Glenda Yeates; Jamie Tibbetts, chief financial officer for Health Canada; Greg Taylor, deputy chief public health officer; Krista Outhwaite, who is here with me for the Public Health Agency of Canada; James Libbey, senior financial officer for PHAC; and James Roberge, chief financial officer for CIHR.
Madam Chair, I want to begin by talking about the 2012 economic action plan. As you know, all federal departments and agencies were asked to review their operating and program spending. The health portfolio's efforts to reduce a deficit will modernize and strengthen the way our government operates. We will also achieve our core functions effectively while delivering the results Canadians expect.
Our review focused on finding the vast majority of savings through increased internal efficiencies. Every effort was made to protect the core front line services delivered by Health Canada and the Public Health Agency of Canada, as well as the Canadian Institutes of Health Research.
In total, we are going to save Canadian taxpayers $307 million. The measures taken are fair, balanced, and moderate.
Health Canada is a leader in health policy, is a service provider for first nations and Inuit, and remains focused on delivery of our core mandate as a regulator.
One of these core services involves providing direct health care and certain non-insured health benefits for first nations and Inuit people. The importance of this work is reflected in the new funding for the non-insured health benefits program that is presented in the supplementary estimates.
The Public Health Agency of Canada will continue to provide core emergency preparedness and response functions, as well as a national leadership role in health promotion, disease prevention, and public health capacity.
CIHR's grants and contributions envelope was minimally impacted; in fact, new funding was allocated for the strategy on patient-oriented research. Our support for basic research, student scholarships, and industry-related research continues.
This information is clearly reflected in the information provided recently to the Parliamentary Budget Officer.
The report shows that the majority of the savings are coming from administrative efficiencies in shared services, such as by merging such back office functions as human resources and information technology at Health Canada and at PHAC.
Other measures include re-focusing policy capacity at Health Canada, making business process improvements at the Public Health Agency of Canada, and making more efficient use of office and lab space.
All three organizations have been working very hard to minimize job losses for those wishing to stay in the public service. They have used attrition, retirement, and other management strategies where possible. In some cases, employees have decided to pursue a new career path and have volunteered to leave. There have also been examples of alternations, which allow people who wish to stay in the public service to trade places with those who wish to leave. Employees impacted by this process have been and will continue to be treated fairly.
Budget 2012 reconfirmed that health remains a key federal priority for our government. Federal actions and investments help strengthen Canada's health care system so that Canadians can stay healthy and be protected from harm as well as get the care they need when they need it.
Most notably, our government has significantly increased transfers to the provinces and the territories for health care and has put this funding on a long-term growth track that is sustainable and responsible. Unlike past governments, we will not balance our books on the backs of the provinces and the territories. Our government has been clear that we respect provincial and territorial jurisdictions when it comes to health care. We recognize that decisions on how to deliver health care services are best left to provincial, territorial, and local levels.
Record levels of funding will provide provinces and their territories with the certainty and flexibility they need to address health care needs of their population and to plan for the future. Federal action on health doesn't stop at annual transfers. The provinces and the territories have highlighted health care innovation as a key priority area and our government supports this approach through a range of initiatives.
We protect and promote the health of Canadians. We regulate drugs and medical devices so Canadians have access to safe and effective therapies. We invest in research so all Canadians can better understand whether health reforms are working for them and we work to improve the health of aboriginal people and northern Canadians.
We invest in a range of health programs, services, and benefits for first nations and Inuit to improve health outcomes for the population that faces the biggest health challenge in Canada. We are also investing in groundbreaking new research into aboriginal health, which I would be happy to speak about during the question and answer period.
It's not enough to invest lots of money. We need to make sure that it is used well. We are showing leadership in containing costs. The non-insured health benefit program expenditure growth is in general comparable or lower than similar provincial and territorial programs.
We are cracking down on fraudulent billings to the program. When there is evidence of fraud or wrongdoing, we take immediate action. I have raised this issue with my provincial and territorial counterparts and have encouraged them to look for similar types of practices in their jurisdictions.
As members of this committee know, there have been a lot of discussions recently about OxyContin and whether or not Health Canada should authorize generic versions of the drug. I want to reiterate what I have said all along on this issue, which is that it should not be up to politicians to determine which drug should be approved for medical use. Drugs will continue to be approved or restricted based on the scientific evidence. This means that Health Canada will continue its scientific review process of generic versions of OxyContin based on whether the drug is safe and effective when used as prescribed.
I believe we're leading by example at the federal level and have implemented rigorous controls in the first nations and Inuit non-insured health benefit program to address prescription drug abuse. I have offered Health Canada's officials to share the best practices of this program with the provinces and the territories to see if there are approaches that they can draw on from our own without having to reinvent the wheel. This is a challenge we can tackle together as federal, provincial, and territorial governments.
Under the non-insured health benefit program, changes made over the past few years have resulted in 50% reduction in the amount of long-acting oxycodone provided since 2010 without a significant shift to other long-acting opioids. These measures include a prescription monitoring program that addresses potential misuse and helps prevent double-doctoring, establishing maximum monthly and daily drug limits, changing the listing status of extended release oxycodone to exception status, and a real-time warning message to pharmacists at the point of sale. I encourage my counterparts to continue to build on any efforts they have taken to fight against those who would abuse the system.
As I have mentioned, we regulate drugs and medical devices. We also invest in the development and authorization of drugs for rare diseases. This will help improve access to new treatments that might have been harder to get or not available at all without these new rules.
Last month, we launched Orphanet-Canada, an online resource for people with rare diseases and the health professionals who care for them. This portal will give Canadians with rare diseases a new avenue for help. Federally we accelerate change through our support of pan-Canadian organizations, like the Canadian partnership against cancer, the Canadian agency for drugs and technologies in health, and Canada health infoway.
For example, Madam Chair, our government recently announced a significant investment in the Canadian Institute for Health Information. This funding will help build on CIHI's excellent work of providing reliable, nationally comparable data on more aspects of the health system and the health of Canadians. The information helps provincial and territorial governments measure performance of their systems. It also helps them apply innovative approaches that lead to improvements. It will also help Canadians track progress of their health care system.
This summer I was proud to welcome home double lung transplant recipient Hélène Campbell. To help more organ transplant recipients, our government committed $10 million to support a national transplant research program to increase organ donation and to help those who receive transplants.
Our government recognizes that health research is central to innovation and makes an important contribution to the quality and sustainability of health care at the provincial and territorial level. The federal government is the largest single investor in Canadian health innovation, primarily through grants and contributions by the Canadian Institutes of Health Research.
On any given day there are thousands of federally funded research projects involving more than 14,000 Canadian researchers. In particular, I wish to mention the Canadian Institutes of Health Research strategy for patient-oriented research. This strategy is about innovation and innovative practices, therapies, and policies from the research world to the decision-makers and health practitioners on the front line of health care. It is a new way of working with the provinces and the territories to leverage resources and to support research that will transform Canada's health care system. I'm confident this work will help the provinces and the territories meet the challenge of delivering high-quality, cost-effective health care.
The strategy for patient-oriented research's first focus will be on adolescent and youth mental health. The goal is to improve the care delivered to these young Canadians. Another initiative, called pathways to health equity for aboriginal peoples, will see researchers partner with aboriginal communities to carry out work linked to reducing suicide and a number of other key health priorities.
In addition to investments that help drive innovation in health care, we are also making investments to protect and to promote the health of Canadians, in other words to help keep them from getting sick and needing care. These family-friendly initiatives encourage Canadians to play a more active role in their own health. For example, we are investing $5 million in community-based activities that help Canadians make safe choices when they get involved in sports and recreation. I am pleased to note that the private sector organizations are joining the federal, provincial, and territorial health ministers in supporting the movement to healthier weights and more physical activity for children and all Canadians.
Our government is also using legislation to help protect the health and safety of Canadians. We recently fulfilled our promise to introduce tough new health warnings for cigarettes and little cigars. Members will also recall media reports last spring about a very serious and dangerous recreational drug known as “bath salts”. One of the key ingredients in bath salts is a substance known as MDPV. Our government acted quickly to make activities related to MDPV illegal in Canada. This means it will be harder for people to deal in or manufacture bath salts and easier for border officials and police officers to get these products off our streets. It was a move that received widespread public support from law enforcement officials, including the Canadian Association of Chiefs of Police.
With respect to mental health, I know this committee welcomed the release of Canada's first national mental health strategy from the Mental Health Commission of Canada, called “Changing Directions, Changing Lives”. The strategy was developed in consultation with health care professionals, patients, and their families. It contains recommendations that will help these groups make better decisions about mental health services and treatments in years to come. The strategy also reflects the first nations and Inuit priorities and actions outlined in the mental wellness strategic action plan.
Our government has also committed up to $10 million in matching funds to establish the Canada brain research fund in partnership with Brain Canada. This investment will help fund research to identify and treat brain disorders, including mental illness. Canada is recognized as a global leader in this area.
Our government plays an important role on the world stage when it comes to health and wellness. This summer we succeeded in bringing the issue of aboriginal AIDS to the forefront of the International AIDS Conference. This was the first time that the impact of HIV-AIDS on indigenous communities had been given such a high profile at an international conference.
At the World Health Assembly, I had the opportunity to discuss Canada's experience and support for universal health coverage and accountability. I also reinforced Canada's position on maternal and child health and encouraged countries to strengthen their systems in this area. I will continue to advocate for these issues at international forums.
I am proud of the vital role our government plays in health care in this country. Financial investments through the Canada health transfer are at an all-time high. Every day research and new discoveries are increasing our understanding of healthy living and our ability to treat and prevent diseases. However, there is much work to be done and many challenges ahead.
Healthy living and chronic disease prevention are complex issues that require sustained efforts from all levels of government, the private sector, NGOs, and all Canadians. Our government will continue to do its part. We will continue to invest in health care and research. We will continue to work with the provinces and territories as they try to improve Canadians' health, promote innovation, and ensure the long-term sustainability of the health care system.
Thank you, Madam Chair.
Bonjour. Je vous remercie de m'avoir invitée à venir discuter aujourd'hui du Budget supplémentaire des dépenses (B) de la Santé.
Avant de commencer, je tiens à féliciter M. Lobb de sa nomination au comité.
Je vais vous présenter les fonctionnaires qui m'accompagnent ce matin: Glenda Yeates, sous-ministre; Jamie Tibbetts, contrôleur ministériel pour Santé Canada; Greg Taylor, sous-administrateur en chef de la santé publique; Krista Outhwaite, qui est ici au nom de l'Agence de la santé publique du Canada; James Libbey, dirigeant principal des finances de l'ASPC; et James Roberge, chef des services financiers pour les IRSC.
Madame la présidente, je commencerai aujourd'hui en parlant du Plan d'action économique de 2012. Comme vous le savez, l'ensemble des ministères et des organismes gouvernementaux doivent revoir leurs dépenses de fonctionnement et de programmes. Les efforts de réduction du déficit du portefeuille de la Santé permettront de moderniser et de renforcer les mécanismes de fonctionnement de notre gouvernement. Nous nous acquitterons aussi de nos fonctions principales de façon efficace tout en fournissant les résultats auxquels s'attendent les Canadiens.
Notre examen a porté sur la réalisation possible de la majorité de nos économies grâce à des gains d'efficacité à l'interne. Tout a été fait pour protéger les services essentiels de première ligne fournis par Santé Canada, l'Agence de la santé publique du Canada et les Instituts de recherche en santé du Canada.
Au total, nous ferons économiser 307 millions de dollars aux contribuables canadiens. Les mesures prises sont équitables, équilibrées et modérées.
Santé Canada est un chef de file des politiques sur les soins de santé, un fournisseur de services aux membres des Premières nations et aux Inuits, et demeure centré sur son mandat de base en tant qu'organisme de réglementation.
L'un de ces services de base consiste à offrir des soins de santé directs et certains services de santé non assurés aux membres des Premières nations et aux Inuits. L'importance de ce travail se reflète dans le nouveau financement pour le Programme des services de santé non assurés, présenté dans le budget supplémentaire des dépenses.
L'Agence de la santé publique du Canada continuera de s'acquitter de fonctions de base de préparation et d'intervention d'urgence et de jouer un rôle de chef de file national en matière de promotion de la santé, de prévention des maladies et de capacité en santé publique.
Aux IRSC, l'enveloppe de subventions et de contributions n'a été que faiblement touchée; en fait, du nouveau financement a été versé à la Stratégie de recherche axée sur le patient. Nous continuons de soutenir la recherche fondamentale, les bourses d'études et la recherche industrielle.
L'information récemment fournie au directeur parlementaire du budget le montre clairement.
Les rapports indiquent que la majorité des économies du portefeuille proviennent d'économies administratives réalisées dans les services partagés, notamment au moyen de la fusion de fonctions d'arrière-guichet, comme les ressources humaines et les technologies de l'information à Santé Canada et à l’ASPC.
Parmi les autres mesures, citons le recentrage de la capacité stratégique à Santé Canada, l'amélioration des processus opérationnels à l'Agence de la santé publique du Canada et l'utilisation plus efficiente des locaux et des laboratoires.
Les trois organismes travaillent très fort afin de réduire au minimum les pertes d'emploi pour ceux et celles qui désirent demeurer dans la fonction publique. Ils ont utilisé l'attrition, les départs à la retraite et d'autres stratégies de gestion dans la mesure du possible. Dans certains cas, des employés ont opté pour un nouveau cheminement de carrière et se sont portés volontaires pour quitter la fonction publique. Des employés se sont également prévalus de l'échange de postes, qui permet à des employés qui désirent demeurer dans la fonction publique de changer de place avec des employés qui souhaitent la quitter. Le personnel touché par le processus a été et continuera d’être traité équitablement.
Le budget 2012 a confirmé que la santé demeure une priorité fédérale clé de notre gouvernement. Les mesures et les investissements fédéraux aident à renforcer le système de santé du Canada, afin que les Canadiens demeurent en santé, soient protégés des dangers et obtiennent les soins dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin.
En particulier, notre gouvernement a considérablement augmenté les transferts aux provinces et aux territoires pour les soins de santé et s'est assuré que le financement continue de croître à long terme de façon durable et responsable. À la différence des gouvernements du passé, nous n'équilibrerons pas le budget du Canada au détriment des provinces et des territoires. Notre gouvernement a indiqué clairement que nous devons respecter les compétences provinciales et territoriales lorsqu'il est question de soins de santé. Nous reconnaissons qu'il est préférable de laisser les administrations provinciales, territoriales et locales prendre les décisions relatives à la prestation de services de santé.
Des niveaux de financement record permettront aux provinces et aux territoires d'avoir la certitude et la souplesse nécessaires pour répondre aux besoins de leur population en matière de santé et de prévoir l'avenir. Les mesures fédérales en santé ne se limitent pas aux transferts annuels. Les provinces et les territoires ont souligné que l'innovation dans les soins de santé est un secteur prioritaire, et notre gouvernement appuie cette approche par l'entremise d'un vaste éventail d'initiatives.
Nous protégeons la santé des Canadiens et en faisons la promotion. Nous régissons les médicaments et les matériels médicaux pour que les Canadiens aient accès à des traitements sûrs et efficaces. Nous investissons dans la recherche afin que tous les Canadiens puissent mieux estimer si les réformes en santé répondent à leurs besoins, et nous travaillons à améliorer la santé des Autochtones et des Canadiens du Nord.
Nous investissons dans un éventail de programmes, de services et d'avantages pour les Premières nations et les Inuits en vue d'améliorer la santé de la population qui est confrontée aux plus gros défis en matière de santé au Canada. Nous investissons aussi dans de nouvelles recherches novatrices sur la santé des Autochtones; je serai heureuse d’en discuter avec vous pendant la période des questions et des réponses.
Mais il ne suffit pas d'investir de grosses sommes; nous devons nous assurer que cet argent est utilisé à bon escient. Nous faisons preuve de leadership pour limiter les coûts. L'augmentation des dépenses liées au Programme des services de santé non assurés est, en général, comparable ou inférieure à celle d'autres programmes provinciaux et territoriaux semblables.
Et nous sévissons contre la facturation frauduleuse au sein du programme. Lorsqu'il existe des preuves de fraude ou d'actes répréhensibles, nous prenons des mesures immédiates. J'ai soulevé la question auprès de mes homologues provinciaux et territoriaux et je les ai encouragés à surveiller les pratiques semblables sur leur territoire.
Comme vous le savez, on a beaucoup parlé récemment de l'OxyContin et de l'autorisation par Santé Canada de la mise en marché éventuelle de la version générique du médicament. Je tiens à réitérer ce que j'ai dit à de nombreuses reprises à ce sujet, c'est-à-dire qu'il ne devrait pas revenir aux politiciens de déterminer quels médicaments doivent être approuvés à des fins médicales. Les médicaments continueront d'être approuvés ou restreints en fonction des preuves scientifiques. Cela signifie que Santé Canada poursuivra le processus d'examen scientifique des versions génériques de I'OxyContin en se fondant sur l’innocuité et l'efficacité du médicament lorsqu'il est utilisé tel que prescrit.
Je crois que nous donnons l'exemple au niveau fédéral; nous avons mis en oeuvre des contrôles rigoureux pour le Programme des services de santé non assurés à l'intention des Premières nations et des Inuits, afin de lutter contre l'abus de médicaments d'ordonnance. J’ai demandé aux fonctionnaires de Santé Canada de communiquer les pratiques exemplaires de ce programme aux provinces et aux territoires pour qu'ils puissent déterminer s'ils peuvent tirer parti de certaines de nos démarches sans devoir réinventer la roue. C'est un défi que les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux doivent affronter ensemble.
Les changements apportés au cours des dernières années dans le cadre du Programme des services de santé non assurés ont permis de réduire de 50 p. 100 la quantité d'oxycodone d'action prolongée délivrée sur ordonnance depuis 2010 sans que l'on enregistre une hausse considérable de la consommation d'autres opiacés d'action prolongée. Ces mesures comprennent un programme de surveillance pharmaceutique qui permet de détecter les mauvais usages potentiels et qui aide à prévenir l'obtention d'ordonnances multiples, l'établissement de limites mensuelles et quotidiennes relatives aux médicaments, le changement de la nomenclature de l'oxycodone d'action prolongée à produit d'exception, et la diffusion en temps réel d'un message d'avertissement aux pharmaciens au point de vente. J'encourage mes homologues à poursuivre les mesures entreprises pour mettre en échec les personnes qui exploitent le système.
Comme je l'ai mentionné, nous réglementons les médicaments et les instruments médicaux. Nous investissons aussi dans la mise au point et l'autorisation de médicaments servant au traitement des maladies rares. Cela permettra d'améliorer l'accès à de nouveaux traitements qu'il aurait été difficile, voire impossible, d'obtenir sans ses nouvelles règles.
Le mois dernier, nous avons lancé Orphanet-Canada, une ressource en ligne destinée aux gens atteints de maladies rares et aux professionnels de la santé qui leur offrent des soins. Le portail donnera aux Canadiens atteints de maladies rares une nouvelle façon d'obtenir de l'aide. À l'échelle fédérale, nous accélérons le changement grâce au soutien d'organisations pancanadiennes comme le Partenariat canadien contre le cancer, l'Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé et lnforoute Santé du Canada.
Par exemple, madame la présidente, notre gouvernement a récemment annoncé un investissement considérable dans l'lnstitut canadien d'information sur la santé. Ce financement aidera à tirer parti de l'excellent travail de l'ICIS, qui consiste à fournir des données fiables et comparables à l'échelle nationale sur de nombreux aspects du système de santé et de la santé des Canadiens. Ces renseignements aident les administrations provinciales et territoriales à mesurer le rendement de leurs systèmes. Ils les aident aussi à mettre en pratique des approches innovatrices qui favorisent les améliorations. Ils permettront également aux Canadiens de suivre les progrès de leur système de santé.
Cet été, j'ai été fière d'accueillir Hélène Campbell, qui a reçu une double greffe de poumons. Afin d'aider davantage de receveurs de greffe d'organe, notre gouvernement s'est engagé à verser 10 millions de dollars pour appuyer un programme national de recherche sur la transplantation en vue d'augmenter les dons et d'aider les greffés.
Notre gouvernement reconnaît que la recherche en santé est essentielle à l'innovation et contribue grandement à la qualité et à la durabilité des soins de santé à l'échelle provinciale et territoriale. Le gouvernement fédéral est le principal investisseur dans l'innovation en santé au Canada, principalement grâce aux subventions accordées par les Instituts de recherche en santé du Canada.
Tous les jours, des milliers de projets financés par le gouvernement fédéral sont en cours, projets auxquels participent plus de 14 000 chercheurs canadiens. En particulier, j'aimerais mentionner la Stratégie de recherche axée sur les patients des Instituts de recherche en santé du Canada. Cette stratégie vise à transmettre les pratiques, les politiques et les traitements innovateurs des chercheurs aux décideurs et aux professionnels de la santé qui offrent des soins de santé de première ligne. C'est une nouvelle façon de travailler avec les provinces et les territoires pour tirer parti des ressources et appuyer la recherche qui transformera le système de santé du Canada. Je suis persuadée que ces travaux aideront les provinces et les territoires à faire face aux enjeux associés à la prestation de soins de santé rentables et de qualité élevée.
La Stratégie de recherche axée sur les patients portera tout d'abord sur la santé mentale des adolescents et des jeunes. L’objectif est d'améliorer les soins offerts à ces jeunes canadiens. Une autre initiative, appelée « Voies de l’équité en santé pour les Autochtones », permettra aux chercheurs d'établir des partenariats avec les collectivités autochtones pour réaliser des travaux associés à la réduction du risque de suicide et à un certain nombre d'autres priorités clés en santé.
En plus des investissements qui favorisent l'innovation en santé, nous investissons également dans la protection et la promotion de la santé des Canadiens, autrement dit, nous les aidons à ne pas tomber malades et à ne pas avoir besoin de soins. Ces initiatives axées sur la famille encouragent les Canadiens à jouer un rôle actif dans le maintien de leur santé. Par exemple, nous investissons 5 millions de dollars dans des activités communautaires qui aident les Canadiens à faire des choix sécuritaires par rapport aux sports et aux loisirs. Je suis heureuse de constater que des organisations du secteur privé se joignent aux ministres fédéral, provinciaux et territoriaux de la Santé pour promouvoir le poids santé et l'activité physique chez les enfants et tous les Canadiens.
Notre gouvernement utilise également des lois pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Nous avons récemment respecté notre promesse d'apposer de nouveaux avertissements de santé rigoureux sur les emballages de cigarettes et de petits cigares. Les membres se souviendront sans doute des reportages dans les médias, au printemps dernier, au sujet d'une drogue très dangereuse à usage récréatif, connue sous le nom de « sels de bain ». L'un des principaux ingrédients des « sels de bain » est une substance appelée MDPV. Notre gouvernement a agi rapidement pour faire en sorte que les activités associées à la MDPV soient illégales au Canada. Cela signifie qu'il sera plus difficile pour les gens de faire le trafic de « sels de bain » ou d'en fabriquer, et plus facile pour les autorités transfrontalières et les policiers de faire disparaître ces produits de nos rues. C'est un geste qui a reçu l’appui général des responsables de l’application de la loi, notamment l'Association canadienne des chefs de police.
En ce qui a trait à la santé mentale, je sais que le comité était heureux du lancement de la première stratégie nationale en santé mentale de la Commission de la santé mentale du Canada, appelée « Changer les orientations, changer des vies ». La stratégie a été élaborée en consultation avec des professionnels de la santé, des patients et leur famille. Elle contient des recommandations qui aideront ces groupes à prendre de meilleures décisions au sujet des services et des traitements en santé mentale dans les années à venir. La stratégie reflète également les priorités des Premières nations et des Inuits et les mesures énoncées dans le Plan d'action stratégique pour le mieux-être mental.
Notre gouvernement s'est également engagé à verser jusqu'à 10 millions de dollars en fonds de contrepartie pour établir le Fonds canadien de recherche sur le cerveau en partenariat avec la Fondation Neuro Canada. Cet investissement aidera également à financer la recherche pour déterminer et traiter les troubles du cerveau, dont la maladie mentale, un domaine où le Canada est reconnu comme un chef de file mondial.
Notre gouvernement joue un rôle important sur la scène internationale en matière de santé et de bien-être. Cet été nous avons réussi à mettre en évidence la question du sida chez les Autochtones lors de la Conférence internationale sur le sida. C'était la première fois que les répercussions du VIH/sida sur les communautés autochtones occupaient une place aussi importante lors d'une conférence internationale.
Et lors de l'Assemblée mondiale de la Santé, j'ai eu l'occasion de discuter de l'expérience et du soutien du Canada par rapport à l'assurance-maladie universelle et à la responsabilisation en santé. J'ai également conforté la position du Canada quant à la santé maternelle et infantile et encouragé des pays à renforcer leurs systèmes de santé à cet égard. Nous continuerons de plaider ces causes lors de rencontres internationales.
Je suis fière du rôle crucial que joue notre gouvernement dans les soins de santé au pays. Les investissements financiers au moyen des transferts canadiens en matière de santé ont atteint un niveau record. Chaque jour, des recherches et de nouvelles découvertes augmentent notre compréhension des modes de vie sains et notre capacité de traiter et de prévenir les maladies. II reste cependant beaucoup de travail à faire, et de nombreux défis nous attendent.
Les modes de vie sains et la prévention des maladies chroniques sont des questions complexes qui exigent des efforts continuels de la part de tous les gouvernements, du secteur privé, des organisations non gouvernementales et de tous les Canadiens et les Canadiennes. Notre gouvernement continuera de faire sa part. Nous continuerons d'investir dans les soins de santé et la recherche en santé. Nous continuerons aussi de collaborer aux efforts des gouvernements provinciaux et territoriaux pour améliorer la santé de la population canadienne, favoriser l'innovation et assurer la pérennité du système de soins de santé canadien.
Merci, madame la présidente.
Collapse
View Rodney Weston Profile
CPC (NB)
View Rodney Weston Profile
2012-11-20 8:06
Expand
I call this meeting to order.
I'd like to thank the officials from DFO for joining us once again. I appreciate your cooperation to meet us this morning earlier than our usual meeting time.
Mr. Stringer, I'll turn the floor over to you for some opening remarks.
La séance est ouverte.
Je remercie les représentants du MPO de se joindre à nous encore une fois. Merci d'avoir bien voulu nous rencontrer plus tôt que d'habitude.
Monsieur Stringer, la parole est à vous, pour une déclaration préliminaire.
Collapse
Kevin Stringer
View Kevin Stringer Profile
Kevin Stringer
2012-11-20 8:06
Expand
I'll make just very brief remarks.
I want to introduce my colleagues. France Pégeot is the senior assistant deputy minister for strategic policy. David Balfour is the senior assistant deputy minister for ecosystems and fisheries management. Geoffrey Bickert is the senior general counsel for the Department of Justice at DFO. And I'm Kevin Stringer, the assistant deputy minister for ecosystems and oceans science.
We are very pleased to be here to answer further questions on Bill C-45. I understand that we have provided some information that you had requested last time. We have provided that to the clerk.
I'm happy to speak to that, happy to answer further questions. We understand you've had further discussions and further considerations. We're very pleased to be here to answer further questions on Bill C-45.
Je ne vais faire que quelques observations très brèves.
J'aimerais vous présenter mes collègues. France Pégeot est la sous-ministre adjointe principale du Secteur des politiques stratégiques. David Balfour est le sous-ministre adjoint principal du Secteur des écosystèmes et gestion des pêches. Geoffrey Bickert est l'avocat général principal des Services juridiques du MPO. Enfin, je suis Kevin Stringer, le sous-ministre adjoint du Secteur des sciences, des écosystèmes et des océans.
Nous sommes ravis d'être ici pour répondre à d'autres questions sur le projet de loi C-45. Nous avons remis au greffier des renseignements que vous nous aviez demandés la dernière fois.
Je peux vous en parler et répondre à vos questions. Nous croyons comprendre que vous avez poursuivi vos discussions et votre examen. Nous sommes très heureux d'être ici pour répondre à vos nouvelles questions sur le projet de loi C-45.
Collapse
View Randy Kamp Profile
CPC (BC)
Thank you, Mr. Chair.
Thank you to all for being here just to clarify a few things for us.
Let me begin with probably the one that was most unclear to us, I think, and that was the question of using the term “land claims agreement” to I think subsume everything in addition to food, social, and ceremonial purposes.
With section 35 of the Constitution Act using the term “treaty”, and the Fisheries Act not using the term “treaty”, there was some concern that some fisheries may not be included under the new definition of aboriginal fisheries in the proposed amendment.
For example, if there's a treaty that doesn't cede land, as such—for example, the peace and friendship treaties on the east coast—would that be covered under the definition of aboriginal fishery that's being proposed, or would, perhaps, some of the numbered treaties—Treaty 6, which refers to fisheries, and Treaty 8, for example?
Can you give us some further information that helps us understand that the proposed definition will not miss some aboriginal fisheries?
Merci, monsieur le président.
Merci à vous tous d'être ici pour nous donner quelques précisions.
Je vais commencer par la question qui était probablement la moins claire pour nous: l'emploi du terme « accord sur des revendications territoriales » pour subsumer, je crois, tout ce qui s'ajoute aux fins de consommation personnelle, ainsi qu'aux fins sociales et cérémoniales.
Comme le terme « traité » est employé à l'article 35 de la Loi constitutionnelle, mais pas dans la Loi sur les pêches, on s'inquiétait du fait que certaines pêches ne seraient peut-être pas comprises dans la nouvelle définition de « pêche autochtone » proposée dans la modification.
Par exemple, les traités qui ne cèdent pas de terres — comme les traités de paix et d'amitié conclus sur la côte Est — seraient-ils compris dans la définition proposée de « pêche autochtone »? Et qu'en est-il des traités numérotés — par exemple, le Traité 6, qui mentionne la pêche, et le Traité 8?
Pouvez-vous nous aider à comprendre pourquoi la définition proposée n'exclut pas certaines pêches autochtones?
Collapse
Kevin Stringer
View Kevin Stringer Profile
Kevin Stringer
2012-11-20 8:09
Expand
Thanks for the question.
I did indicate, I believe last time when we were here, that land claims includes treaties. I just want to give one clarification and then some comments on that.
First, land claims includes modern treaties. I will use some examples that I walk through in terms of the specific types of treaties. Those are the treaties where some specific types of fisheries are indicated.
I'd also add that the objective of the Fisheries Act is to protect fisheries. The fisheries protection section speaks to what fisheries we're going to be protecting. Aboriginal and treaty rights we need to respect regardless of what's in the Fisheries Act. We will do that with respect to modern and historic treaty. We always seek to respect aboriginal and treaty rights to fishing.
The definitions, which I talked about a little bit last time, in the Fisheries Act and Bill C-38, and indeed in Bill C-45, speak to fisheries that we're going to protect. Commercial with respect to fishing is defined. Recreational with respect to fishing is defined. We know that doesn't cover all of the fisheries that we wish to protect. We know that there are some other fisheries that are described as food, social, and ceremonial fisheries. We know that there are some other fisheries that are described in land claims. So that's what we sought to do. The word “subsistence” was used previously, because that is in land claims, and there are specific fisheries.
With respect to aboriginal and treaty rights, we always seek to respect aboriginal and treaty rights regardless of how they're defined, going forward.
Merci de la question.
J'ai souligné, la dernière fois que nous avons témoigné, je crois, que les accords sur des revendications territoriales incluent les traités. J'aimerais apporter une précision, puis faire quelques observations à ce sujet.
D'abord, les revendications territoriales comprennent les traités modernes. Je vais donner quelques exemples des types précis de traités. Il s'agit des traités qui mentionnent certains types de pêches.
J'ajouterai aussi que l'objectif de la Loi sur les pêches est de protéger les pêches. Les dispositions relatives à la protection des pêches décrivent les types de pêches que nous allons protéger. Nous devons respecter les droits ancestraux et issus de traités, peu importe les dispositions de la Loi sur les pêches. Nous le ferons par rapport aux traités modernes et historiques. Nous cherchons toujours à respecter les droits de pêche ancestraux et issus de traités.
Les définitions — j'en ai parlé un peu la dernière fois — contenues dans la Loi sur les pêches, dans le projet de loi C-38 et aussi dans le projet de loi C-45 spécifient les types de pêches que nous protégerons. La pêche commerciale est définie; la pêche récréative aussi. Nous savons que cela ne comprend pas toutes les pêches que nous voulons protéger. Nous savons que certaines pêches sont décrites comme ayant des fins de consommation personnelle, ainsi que des fins sociales et cérémoniales. Nous savons aussi que les revendications territoriales décrivent d'autres types de pêches. C'est donc ce que nous avons cherché à inclure. Le terme « subsistance » était employé auparavant parce qu'il est utilisé dans les revendications territoriales, et il y a des types précis de pêches.
Nous cherchons toujours à respecter les droits ancestraux et issus de traités, peu importe les définitions données.
Collapse
View Randy Kamp Profile
CPC (BC)
My understanding, then, that the involvement of aboriginal groups in fishing—through, say, some old historic treaties that may not be specifically land claims agreements—is not protected by this definition in the Fisheries Act, but by other means.
Si je comprends bien, alors, la pratique de la pêche par des groupes autochtones — prévue, disons, par d'anciens traités historiques qui ne sont pas nécessairement des accords sur des revendications territoriales — n'est pas protégée par la définition contenue dans la Loi sur les pêches, mais par d'autres mesures.
Collapse
Kevin Stringer
View Kevin Stringer Profile
Kevin Stringer
2012-11-20 8:12
Expand
If there's a right to fishing that's basically an aboriginal or a treaty right, it must be respected regardless of what's in the Fisheries Act. We're not seeking to protect aboriginal rights with this legislation; those are protected by the Constitution. We always seek to respect those aboriginal and treaty rights. The Fisheries Act identifies the fisheries we will protect.
You raised the example of moderate livelihood and the peace and friendship treaties. That would be potentially covered off. If it's commercial fishing, that's covered in commercial, with respect to fisheries. If it's recreational fishing, that's covered in recreational, with respect to fishing. If it's food, social, and ceremonial, whichever piece of it is in there, that would be covered off by those elements.
Si un droit de pêche est à la fois un droit ancestral ou issu d'un traité, il doit être respecté, peu importe les dispositions de la Loi sur les pêches. La mesure législative ne vise pas à protéger les droits des Autochtones; la Constitution protège ces droits. Nous cherchons toujours à respecter les droits ancestraux et issus de traités. La Loi sur les pêches indique les pêches que nous protégerons.
Vous avez mentionné la subsistance convenable, ainsi que les traités de paix et d'amitié. Cela serait potentiellement inclus. La pêche commerciale et la pêche récréative sont incluses. La pêche à des fins de consommation personnelle, ainsi qu'à des fins sociales et cérémoniales — peu importe de quoi il est question, tout est inclus dans ces dispositions.
Collapse
View Randy Kamp Profile
CPC (BC)
Your view that a fishing right is protected by constitutional obligations, for example...it provides the same kind of protection as protecting a fishery, with its responsibility to protect the habitat and so on, that's in the Fisheries Act?
Votre opinion selon laquelle un droit de pêche est protégé par des obligations constitutionnelles, par exemple... La protection est la même que celle prévue par la Loi sur les pêches; elle comprend la responsabilité de protéger l'habitat et tout le reste?
Collapse
Kevin Stringer
View Kevin Stringer Profile
Kevin Stringer
2012-11-20 8:13
Expand
Yes. When you're talking about protecting an aboriginal treaty right to fish, that would presumably include everything around the ability to fish, which I would say is fairly broad.
Oui. La protection d'un droit de pêche ancestral issu d'un traité inclurait vraisemblablement tous les aspects qui rendent la pêche possible, ce qui est assez vaste, selon moi.
Collapse
View Randy Kamp Profile
CPC (BC)
Okay.
I would like to move to one final issue that was raised by the AFN and the Atlantic Salmon Federation. By these definitions, and this new definition, for example, if there's a fishery that's not being fished at the moment—maybe it's under rebuilding or maybe it's in the future at some point, and it would seem to be a good idea to protect something that's under rebuilding. Is it your view that these definitions will do that for an aboriginal fishery, a recreational fishery, or a commercial fishery?
D'accord.
J'aimerais passer à un dernier point qui a été soulevé par l'APN et par la Fédération du saumon Atlantique. Selon ces définitions et la nouvelle définition, par exemple, si une pêche n'est pas pratiquée actuellement — peut-être qu'on procède à la reconstruction ou on devra le faire dans l'avenir —, c'est sûrement une bonne idée de protéger quelque chose qu'on reconstruit. À votre avis, ces définitions joueront-elles ce rôle pour les pêches autochtone, récréative et commerciale?
Collapse
Kevin Stringer
View Kevin Stringer Profile
Kevin Stringer
2012-11-20 8:14
Expand
That's something that needs to be defined and clarified. We're actually working on it. I can tell you what the thinking is at this time, and we've talked to stakeholders about it. The overall idea with respect to the fisheries protection provisions in the Fisheries Act is to protect fisheries. An example has come up: cod. In cod, there is a fishery in some areas, but it's been closed in other areas. We would want to ensure that we're able to protect those areas and that part of the fishery while it's officially undergoing a rebuilding exercise. The objective is to try to catch that.
C'est un détail qui doit être défini et précisé. Nous y travaillons. Je peux vous dire où nous en sommes. Nous en avons parlé avec des acteurs du milieu. Les dispositions relatives à la protection des pêches contenues dans la Loi sur les pêches visent généralement à protéger les pêches. Nous avons aujourd'hui un exemple: la morue. La pêche à la morue est ouverte dans certaines régions, mais elle est fermée dans d'autres. Nous voulons faire en sorte d'avoir les moyens de protéger ces régions et cette partie de la pêche pendant l'exercice officiel de reconstruction. L'objectif est d'inclure cette protection.
Collapse
View Robert Chisholm Profile
NDP (NS)
Thank you, Mr. Chairman, and thank you very much to our guests for coming by and helping us clarify some of the issues in the time we have.
I wanted to follow up on Mr. Kamp's question. It goes to that definition that using fish for food, social, or ceremonial purposes or for purposes set out in land claims agreements entered into with aboriginal organizations really seems to add a whole level of confusion. There is a problem in terms of the clarity of definition as it relates to, as Mr. Kamp has said, other agreements that do not refer to land claims, do not cede rights, or do not spell out those questions. The peace and friendship treaties on the east coast are a good example, but there are others.
I'm concerned, maybe more so, by some of the explanation that you've given us that there will continue to be problems with how this gets defined in the future. There has been very little effort to work with the AFN, and they would be the most appropriate organization to begin that high-level discussion. There hasn't been any effort to have that kind of intense discussion to clarify some of that. The result, of course, is that when it needs to be interpreted, it will end up having to be interpreted in the courts. Would you comment?
Merci, monsieur le président, et merci beaucoup à nos invités de se joindre à nous pour nous aider à mieux comprendre certains détails.
J'aimerais revenir sur la question de M. Kamp. La définition selon laquelle la pêche peut être pratiquée à des fins de consommation personnelle, à des fins sociales ou cérémoniales, ainsi qu'à des fins prévues dans des accords sur des revendications territoriales conclus avec des organisations autochtones semble vraiment brouiller les cartes. Comme M. Kamp l'a dit, la définition n'est pas claire en ce qui concerne les ententes qui ne portent pas sur des revendications territoriales, qui ne cèdent pas de terres ou qui n'abordent pas ces questions. Les traités de paix et d'amitié de la côte Est sont un bon exemple, mais il y en a d'autres.
Votre explication selon laquelle cette définition continuera à poser problème me préoccupe peut-être encore davantage. Très peu d'efforts ont été déployés pour travailler avec l'APN, et c'est l'organisation la mieux placée pour amorcer cette discussion de haut niveau. On n'a pas essayé du tout de mener ce genre de discussion approfondie pour apporter des précisions. Le résultat, bien sûr, sera que ce seront les tribunaux qui devront interpréter la définition au besoin. Qu'en pensez-vous?
Collapse
Kevin Stringer
View Kevin Stringer Profile
Kevin Stringer
2012-11-20 8:17
Expand
First, I understand the AFN provided some testimony, and as I indicated, we have had some meetings with them. They indicated they wanted to have more, so I certainly recognize that.
Part of the discussion with the AFN, and I think it needs to continue, is to clarify what the purpose of the definition of “aboriginal” is with respect to fishing. I'll say here—and we've said it there and we need to continue to say it—that aboriginal with respect to fishing...that definition in the Fisheries Act is not meant to refer to all fishing by aboriginals. It's not meant to refer to protecting rights or treaty rights. It's not meant to do that; it's meant to cover something that is not covered in commercial and recreational fisheries in those definitions. What we think is not covered in terms of the fisheries that we're seeking to protect is food, social, and ceremonial, and other items identified in the land claims.
It is a complex matter, you're absolutely right, and as evidenced by our discussions with the AFN and others, we'll have to continue to have those discussions. That said, our view is that it is clear in terms of what we're seeking to cover, and it's a matter of communications and clarity and working with people to ensure that there's a full understanding.
D'abord, je crois comprendre que l'APN a témoigné devant le comité, et comme je l'ai déjà dit, nous avons eu quelques rencontres avec elle. Elle a dit qu'elle voulait en avoir davantage; je le reconnais donc certainement.
La discussion avec l'APN — que je crois que nous devons poursuivre — vise en partie à préciser l'objectif de la définition de « pêche autochtone ». Je vais vous dire — nous l'avons dit à l'APN et nous devons continuer à le répéter — que la pêche autochtone... La définition contenue dans la Loi sur les pêches ne cherche pas à inclure toutes les activités de pêche pratiquées par les Autochtones. Elle ne cherche pas à protéger leurs droits ou les droits issus de traités. Elle cherche à comprendre des éléments qui ne sont pas inclus dans les définitions de pêches commerciale et récréative. Selon nous, ce qui n'est pas inclus par rapport aux pêches que nous voulons protéger sont les fins de consommation personnelle, les fins sociales et de cérémonie, ainsi que d'autres fins décrites dans les accords sur des revendications territoriales.
C'est compliqué, vous avez tout à fait raison, et nos discussions avec l'APN et d'autres montrent que nous devons poursuivre ce travail. Cela dit, nous sommes d'avis que ce que nous voulons inclure est clair, et que pour que ce soit bien compris, il faut de la communication, de la précision et de la collaboration.
Collapse
View Robert Chisholm Profile
NDP (NS)
You may have noted in the testimony of the AFN officials when they were here that they referenced some documents they were hoping to receive from the Department of Fisheries and Oceans. The last correspondence we've seen indicated that had not been clarified. I want to move on to another question, but perhaps you could comment on that release of information.
Vous avez peut-être noté que quand les représentants de l'APN ont témoigné, ils ont parlé de documents qu'ils espéraient recevoir de la part du ministère des Pêches et des Océans. Selon le dernier message que nous avons vu, les précisions n'avaient toujours pas été envoyées. Je veux passer à une autre question, mais pouvez-vous nous parler brièvement de la divulgation de ces renseignements?
Collapse
Kevin Stringer
View Kevin Stringer Profile
Kevin Stringer
2012-11-20 8:19
Expand
We did see that. It has taken time to get documents out. When we meet with groups, the most useful document we refer to is the Fisheries Act proposed changes. There's a document that has all the changes that have been passed and are in effect, and then at the back it has the changes that have been passed but are not yet in force. So we've been using that document.
That said, they referred to a three-pager that they said they hadn't got. It's on our website.
Nous l'avons vu. L'envoi de documents prend du temps. Lorsque nous rencontrons des groupes, le document le plus utile dont nous nous servons est celui qui contient les modifications proposées à la Loi sur les pêches. Toutes les modifications qui ont été adoptées et qui sont en vigueur se trouvent dans ce document, et les dernières pages décrivent les modifications qui ont été adoptées, mais qui ne sont pas encore en application. Nous utilisons ce document.
Cela dit, ils ont déclaré qu'ils n'avaient pas reçu un document de trois pages. Il se trouve sur notre site Web.
Collapse
View Robert Chisholm Profile
NDP (NS)
Thank you.
I want to move to what Mr. Taylor from the Atlantic Salmon Federation had to say in his testimony. He was concerned, as you may have noted, about the regulatory changes that are expected to come into force in January and the fact that there haven't been the kinds of consultations that would have been expected. He said in particular that in order to properly engage in cost savings, etc., they needed access to the reports of the Canadian Science Advisory Secretariat. He referred to the fact that he understood that DFO officials were meeting with the provinces for the purpose of developing scientific data to guide the amendments.
Will you make that information with respect to the Canadian Science Advisory Secretariat available, and any other scientific data with respect to the implementation of these amendments, or as it relates to guiding the amendments?
Second, there's been some indication that the January 1 deadline is somewhat aspirational, although there's been nothing clearly said. People are afraid that on January 1, bang, it's going to hit the table and it's done. ASF specifically asked that the reference in the order in council be changed from January 1 to June in order to allow for proper consultation.
I wonder if you could respond, please, to those comments.
Merci.
J'aimerais passer au témoignage de M. Taylor, de la Fédération du saumon Atlantique. Il s'est dit préoccupé, comme vous l'avez peut-être vu, par les modifications réglementaires qui devraient entrer en vigueur en janvier et par le fait qu'on n'a pas mené les consultations auxquelles on se serait attendu. Il a affirmé en particulier que pour faire des économies et autres, il fallait avoir accès aux rapports du Secrétariat canadien de consultation scientifique. Il a aussi mentionné qu'il croyait comprendre que les représentants du MPO rencontraient les provinces dans le but d'obtenir des données scientifiques pour orienter les modifications.
Rendrez-vous accessibles les données du Secrétariat canadien de consultation scientifique et toutes les autres données scientifiques liées à la mise en oeuvre ou à l'orientation des modifications?
De plus, on a entendu dire que l'échéance du 1er janvier est un peu ambitieuse, mais aucune précision n'a été donnée à ce sujet. Les gens ont peur que le 1er janvier, les modifications entreront soudainement en vigueur, un point c'est tout. La FSA a demandé précisément que la date du décret soit repoussée du 1er janvier à juin pour permettre de mener une véritable consultation.
Pouvez-vous répondre à ces observations, s'il vous plaît?
Collapse
Kevin Stringer
View Kevin Stringer Profile
Kevin Stringer
2012-11-20 8:21
Expand
I'll start with the latter.
We have heard from a number of stakeholders who are concerned about the looming January 1 date. I think I was clear last time. You're right when you say “aspirational”. That's an appropriate term. The relevant sections—the transformative sections—come into force when the GIC, when the Governor in Council, when cabinet, determines by order in council that they come into force.
An aspirational objective was to have as short a transformational period as possible, to have as little uncertainty out there for proponents and players as possible, and the thought was to aim for six months. As we've been going through this process, we have certainly been hearing from ASF, but also from others, including AFN, that are in there. We've talked to a number of groups, and what we have often heard is that they need more time to digest it; they need more time to think about it.
So in the coming days and weeks, we need to come to ground in terms of whether we do want to aim for January 1 or aim for a later date, and we need to determine what that later date might be. That is under active consideration, and certainly the views that we're hearing are the views that you're hearing. I would say it's really about weighing the challenges of the ongoing uncertainty—and there are proponents out there who are not willing to come in with proposals because they're not sure about what the new regime is going to be—but also about making sure that stakeholders, proponents, and others have a sufficient understanding of the new regime and are able to weigh in regarding how we're going to apply it. That is actually being weighed. January 1 has been an aspirational piece. We absolutely want to be practical but efficient about getting it into place as soon as we can or at an appropriate time.
The other thing I would say about ongoing engagement—and I will get to the CSAS question—is that for implementation, whether it's January 1 or some other day, we need sufficient direction and sufficient training for our staff on how to apply this. That's number one. Number two is that we need sufficient guidance for proponents to come in with what they need for a proposal.
There are two regulations that we were hoping to have in place, and it would take some time to get those done. One is on information requirements for an authorization request. The other is on timelines that we will take. That will require public engagement, and that is something that would be useful to have in early days. Then there is going to be a suite of regulations and policies that will have to follow up the implementation of this. In my view, if regulations require it, there will have to be a broader engagement process with stakeholders and the public. We need to get sufficient guidance for staff and for proponents.
Regarding CSAS and the science information that we have been working on, as soon as it looked as though this was going to be passed, we did sit down with a science group and a policy and program group to say that however we implement this, it has to be based on sound science. That needs to be the foundation. We need to have a scientific definition and understanding of ongoing productivity. We need to have a scientific basis for determining how a fish contributes to the ongoing productivity of a fishery. We need a scientific foundation for how we determine which fish contribute to the ongoing productivity of a fishery, etc. That work has been ongoing, and that will have to be shared at some point with stakeholders, certainly as we come out. That's part of the guidance to our staff, but also to proponents and stakeholders going forward. It continues to be worked on, and it's a question of when it is released and what exactly is released. Certainly it's foundational material. We have talked about it with stakeholders, but we haven't yet provided documentation.
Je commencerai par la dernière observation.
Nous avons entendu un certain nombre d'intervenants dire qu'ils craignent que la date ne soit fixée au 1er janvier. Je crois avoir été clair la dernière fois. Vous avez raison de parler de date ambitieuse; c'est le mot qui convient. Les mesures transitoires concernées entreront en vigueur à la date déterminée par le gouvernement fédéral, le gouverneur en conseil et le Cabinet par voie de décret.
Un objectif ambitieux doit comprendre la période transitoire la plus courte possible et susciter le moins d'incertitude possible chez les promoteurs et les acteurs; on avait donc en tête une période de six mois. Au cours de ce processus, nous avons assurément entendu les doléances de la FSA, mais d'autres organisations également, comme l'APN, qui sont concernées. Nous avons parlé à divers groupes, qui nous ont souvent indiqué qu'ils ont besoin de plus de temps pour composer avec la situation et réfléchir à la question.
Ainsi, dans les jours et les semaines qui viennent, nous devons décider si vous voulons que ce soit le 1er janvier ou plus tard, à une date que nous devons également déterminer. Nous débattons activement de la question, et il ne fait aucun doute que les propos que nous recueillons corroborent les avis que vous entendez. Je dirais qu'il faut essentiellement évaluer les défis qui résultent de l'incertitude actuelle — certains promoteurs sont réticents à présenter des propositions, car ils ignorent en quoi consistera le nouveau régime —, mais aussi veiller à ce que les intervenants, les promoteurs et les autres intéressés comprennent suffisamment le nouveau régime et puissent voir comment on l'appliquera. On s'emploie actuellement à évaluer ce qu'il en est. Le 1er janvier est un objectif ambitieux. Nous sommes déterminés à nous montrer pragmatiques, mais efficaces afin de mettre en oeuvre les dispositions dans les plus brefs délais ou au moment opportun.
J'ajouterais qu'en ce qui concerne les affectations actuelles — et j'aborderai la question du SCCS —, nous avons besoin d'indications et de formation suffisantes afin que notre personnel sache comment appliquer les dispositions, que la mise en oeuvre soit le 1er janvier ou une autre date. C'est la première observation que je voulais faire. En outre, il faut fournir aux promoteurs des instructions suffisantes pour qu'il sachent ce qu'ils doivent inclure dans leurs propositions.
Nous voudrions que deux règlements soient en place, et c'est quelque chose qui prendra du temps. L'un concerne les renseignements à fournir dans une demande d'autorisation, et l'autre, l'échéancier requis. Nous aurons besoin de la participation de la population, et ce, au tout début du processus. Il faudra ensuite instaurer un éventail de règlements et de politiques après la mise en oeuvre de la mesure législative. Selon moi, si les règlements l'exigent, il faudra faire davantage participer les intervenants et le public au processus. Il faut donc que le personnel et les promoteurs aient des instructions suffisantes.
En ce qui concerne le SCCS et les renseignements scientifiques que nous nous sommes employés à colliger, dès qu'il est apparu que le projet de loi était susceptible d'être adopté, nous avons rencontré un groupe de scientifiques et un groupe responsable des politiques et des programmes pour indiquer que peu importe comment on procéderait pour mettre la mesure en oeuvre, il faudrait s'appuyer sur des faits scientifiques établis. C'est sur ces données que doit se fonder notre démarche. Nous devons disposer d'une définition et une compréhension scientifiques de la productivité continue. Nous devons nous appuyer sur des données scientifiques pour déterminer comment un poisson contribue à la productivité continue d'une pêcherie. Ces travaux sont en cours, et il faudra, à un certain moment, communiquer l'information aux intervenants, certainement à l'issue du processus. Ces renseignements feront partie des indications qui aideront notre personnel, les promoteurs et les intervenants dans l'avenir. Nous poursuivons nos travaux à cet égard; reste à savoir quand l'information sera publiée et en quoi elle consistera. Ce seront certainement des documents fondamentaux. Nous en avons parlé avec les intervenants, mais ne leur avons pas encore transmis de documentation.
Collapse
View Mike Allen Profile
CPC (NB)
View Mike Allen Profile
2012-11-20 8:26
Expand
Thank you very much, Mr. Chair.
Thank you to our witnesses for being here today.
Mr. Stringer, I just want to pick up a little bit on that line of questioning on the consultation side. Obviously, from your testimony, it sounds to me as though January 1 is very aspirational with respect to getting this all in. Are you coming up with a game plan as to how these consultations will be done? It sounds to me as though it's going to take a while to do this, based on the need to give guidance to your departmental staff. I'd just like to understand how that plan is going to be developed, when that plan is going to be developed, and whether that will be the piece that will determine your recommendation to Governor in Council regarding the timing for these regulations.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Je remercie nos témoins de comparaître aujourd'hui.
Monsieur Stringer, j'aimerais poursuivre brièvement les échanges sur le sujet des consultations. À entendre votre témoignage, il me semble évident que l'objectif du 1er janvier s'avère fort ambitieux. Cherchez-vous à élaborer un plan d'action pour procéder à ces consultations? Ces démarches risquent de prendre du temps, puisque le personnel de votre ministère a besoin d'orientation. J'aimerais simplement comprendre comment et quand vous élaborerez ce plan, et si c'est en fonction de ce dernier que vous déterminerez la date que vous recommanderez au gouverneur en conseil pour la mise en oeuvre des règlements.
Collapse
Kevin Stringer
View Kevin Stringer Profile
Kevin Stringer
2012-11-20 8:26
Expand
It is, and it's under development now.
One option is what you just spoke to: the regulations. It's to use the regulatory process for the first two regulations, which would take a few months, but those first two regulations on what's required for an authorization request and the timelines we will take is one option.
I think we've provided a list of people we've spoken to. In some cases it was a conference call providing information. In other cases it was a more detailed description of what's in the legislative piece. How much time we have will determine how much engagement we're doing.
As I said, regardless of when it comes into effect, there is an enormous amount of engagement that needs to take place to develop new policy, to develop new regulations, and that's likely to take place over the next couple of years. It's a question of at what point the legislation actually comes into force so that we can start operating with it.
Nous nous fonderons effectivement sur ce plan, qui est en élaboration.
Une solution consiste à s'appuyer sur les règlements, comme vous venez de le dire. Nous utiliserions le processus réglementaire pour les deux premiers règlements, ce qui prendrait quelques mois. Mais ces deux règlements sur les renseignements requis pour une demande d'autorisation et l'échéancier requis constituent une solution.
Je crois que nous avons fourni une liste de gens à qui nous avons parlé. Dans certains cas, nous avons tenu des conférences téléphoniques pour échanger l'information, alors que dans d'autres, nous avons décrit plus en détails la mesure législative. L'étendue de notre intervention dépendra du temps dont nous disposons.
Comme je l'ai indiqué, peu importe la date à laquelle la mesure entrera en vigueur, il y aura énormément de travail à abattre pour élaborer des politiques et des règlements. Cela prendra probablement deux ans. Il faut donc savoir quand le projet de loi entrera en vigueur pour déterminer quand nous pourrons commencer à agir.
Collapse
View Mike Allen Profile
CPC (NB)
View Mike Allen Profile
2012-11-20 8:28
Expand
Following on that question, when they were here, the Assembly of First Nations also talked about the challenges sometimes of a case-by-case approach with the various first nations, because they all have something that is a little bit different and there are nuances among them all.
Is there going to be an overall framework approach for that, or a template to reach some equitable agreements?
Pour faire suite à cette question, l'Assemblée des Premières Nations a, lors de sa comparution, souligné qu'il était parfois difficile de gérer la situation au cas par cas, étant donné que chaque Première nation est légèrement différente et qu'il existe des nuances entre chacune d'entre elles.
Adoptera-t-on à cet égard une approche-cadre générale ou un modèle pour conclure des ententes équitables?
Collapse
Kevin Stringer
View Kevin Stringer Profile
Kevin Stringer
2012-11-20 8:28
Expand
There certainly will be an overall framework with respect to that. With respect to aboriginal policy and governance, in our department there is a framework; there is an overall approach.
That said, aboriginal treaty rights are site and group specific. There are sometimes different rights for different groups. As AFN has told us—and I'm sure it is generally said—the rights holder is the local group, and that's who we have to end up negotiating with and coming to agreements with.
So yes, there is an overall framework, and yes, there is an overall template, and there will be for this new regime, but there are also specific arrangements with specific groups.
On instaurera certainement un cadre général à ce sujet. Notre ministère dispose d'un cadre en ce qui concerne les politiques et la gouvernance relatives aux Autochtones; il s'agit d'une approche globale.
Cela dit, les droits issus des traités signés avec les Autochtones sont propres à chaque endroit et chaque groupe. Les divers groupes peuvent donc avoir des droits différents. Comme l'APN nous l'a fait remarquer — et je suis convaincu que tout le monde le dit —, c'est le groupe local qui détient les droits, et c'est avec ce dernier que nous devons négocier pour en arriver à une entente.
Il existe donc effectivement un cadre et un modèle généraux, et il y en aura pour ce nouveau régime. Des arrangements particuliers ont toutefois été conclus avec les divers groupes.
Collapse
View Mike Allen Profile
CPC (NB)
View Mike Allen Profile
2012-11-20 8:29
Expand
I want to ask you a question about clause 173. When the Assembly of First Nations was here, one of the comments was that certain first nations fisheries require weirs that extend across entire rivers, and these weirs have mechanisms to allow for fish passage upstream. It makes me wonder, on the exemption of these, are there current aboriginal fisheries that are permitted to engage in that practice? Quite frankly, is that not counter to conservation goals when you have something that severely restricts a river like that, as well as navigable waters?
Je veux vous poser une question au sujet de l'article 173. Quand l'Assemblée des Premières Nations a comparu, elle nous a indiqué que certaines Premières nations devaient disposer des filets-pièges sur des rivières entières et que ces dispositifs étaient dotés de mécanismes permettant le passage des poissons en amont. Au chapitre des exemptions, je me demande si les pêcheries autochtones sont actuellement autorisées à employer cette pratique. À dire vrai, n'est-ce pas contraire aux objectifs de conservation que de disposer ainsi des mécanismes qui obstruent considérablement une rivière et des eaux navigables?
Collapse
Results: 1 - 30 of 3329 | Page: 1 of 111

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data