Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 10785
View Larry Miller Profile
CPC (ON)
We'll call our meeting to order.
Before my opening comments, I would like all of us to stand and take a moment of silence in recognition of the 50 deceased or missing.
[A moment of silence observed]
The Chair: Thank you.
As everyone is aware, this is the first meeting of the Standing Committee on Transport, Infrastructure and Communities since the tragic accident, the train derailment, at Lac-Mégantic in Quebec.
I can tell you that being on site last Wednesday—I toured with the minister, and we were very well received—had a very profound effect on me. There were a number of different things. It's not something that I would want to witness every day, nor is it something that I think any of us would want to witness. Going forward, I think I speak for everyone on this committee and in government when I say we want to make sure this kind of thing never happens again.
I saw a number of things down there that will stick with me for a long time: from a row of burnt-out foundations with one little house standing in the middle of them—it was very surreal—to majestic oak trees that are nothing but blackened wood sticks sticking out of the ground. The heat was so intense that the rocks used for a breakwall down around the lake itself are ready to crumble. Any pavement that was in that area was totally burnt off, while any cement—sidewalks and what have you—is burnt to the point where, when you walk on it, it's more like walking on a thin layer of sand than actually walking on cement.
When you first look at the tank cars where the main derailment and explosions were—and this thought was echoed by one of the investigators there—you think there are 15 or 20 cars, until you start looking and really counting the mangled mess. There are 70 some there. I saw wheels off train cars sitting out in the middle of a parking lot or a vacant field. Those things weigh tonnes, and you have to imagine the force of the explosion that blew them there.
Going forward, ladies and gentlemen, I think it is fair to say that we never want to see this kind of thing again. If you get a chance to support anybody there, I would certainly think that would be welcomed. But at the same time, it was made very clear by different people—some business people, the mayor, the local MPP—that the last thing the people there want or need is for us to be interfering or taking the investigators away from doing their job down there.
I know, Mr. Rousseau, you're a neighbouring member of Parliament to the riding—and I did run into Mr. Rousseau down there—and it was good of you to be there and show your support.
That's the end of my comments.
I'm going to have a speaking list here, and I have Mr. Watson first of all.
La séance est ouverte.
Avant que je ne fasse mes observations préliminaires, j'aimerais que nous nous levions et que nous observions un moment de silence à la mémoire des 50 personnes décédées ou disparues.
[On observe une minute de silence.]
Le président: Merci.
Comme vous le savez tous, il s'agit de la première séance du Comité permanent des transports, de l'infrastructure et des collectivités depuis le tragique déraillement de train survenu à Lac-Mégantic, au Québec.
Je peux vous dire que le fait de m'être rendu sur place mercredi dernier — j'ai visité Lac-Mégantic avec le ministre, et nous avons été très bien reçus — m'a vraiment bouleversé. Il y a plusieurs aspects différents. Je ne voudrais pas avoir à revoir quelque chose de ce genre tous les jours, et je ne pense pas non plus que quiconque ici présent souhaite être témoin d'un pareil événement. Je pense pouvoir affirmer au nom de tous les membres du comité et du gouvernement que nous voulons veiller à ce que ce genre de choses ne se produisent plus jamais.
J'ai vu là-bas des choses qui vont rester gravées dans ma mémoire pendant longtemps, entre autres une rangée de maisons brûlées dont il ne restait que les fondations, sauf pour une petite maison restée intacte — c'était très étrange — et des bouts de bois brûlés se dressant à l'endroit où se trouvaient de majestueux chênes avant l'incendie. La chaleur a été si intense que les pierres utilisées pour construire le brise-lames autour du lac s'effritent dès qu'on y touche. L'asphalte a complètement brûlé, et le béton — les trottoirs et tout le reste — donne l'impression de n'être plus qu'une mince couche de sable lorsqu'on marche dessus.
À première vue -— et c'est une réflexion qui a été formulée aussi par un enquêteur qui était sur place — on penserait qu'il y avait 15 ou 20 wagons sur le lieu principal du déraillement et des explosions, mais on constate que ce n'est pas le cas lorsqu'on y regarde de plus près et qu'on commence à compter les débris entremêlés. Il y en avait plus de 70. J'ai vu des roues de train au beau milieu d'un stationnement ou d'un terrain vague. Ce sont des objets extrêmement lourds — des tonnes —, et on ne peut qu'imaginer la force que devait avoir l'explosion pour les projeter jusque-là.
Mesdames et messieurs, je pense pouvoir affirmer que nous souhaitons qu'un événement pareil ne se reproduise plus jamais. Si vous avez l'occasion de venir en aide à quiconque là-bas, je suis convaincu que votre aide sera bien reçue. Mais en même temps, diverses personnes — des gens d'affaires, la mairesse, le député — ont dit très clairement que la dernière chose que les gens souhaitent voir ou la dernière chose dont ils ont besoin, c'est que nous nous interposions ou que nous empêchions les enquêteurs de faire leur travail.
Monsieur Rousseau, je sais que vous êtes député d'une circonscription voisine — je suis tombé sur M. Rousseau là-bas —, et c'était bien que vous soyez là-bas et que vous montriez aux gens que vous les soutenez.
C'est là-dessus que je vais conclure mes observations.
Je vais suivre une liste d'intervenants — que j'ai devant moi —, et c'est M. Watson qui est le premier intervenant.
Collapse
View Jeff Watson Profile
CPC (ON)
View Jeff Watson Profile
2013-07-23 16:04
Expand
Thank you, Mr. Chair.
Thank you, committee members who are gathered here today.
Mr. Chair, just for purposes of guiding discussion, I'd like to move a motion, and we'll have discussion around that. I move “That, the committee conduct a study on rail safety when more findings of the TSB investigation into the disaster at Lac-Mégantic are available.”
I believe we have that in both official languages for the committee's benefit.
Merci, monsieur le président.
Merci aux membres du comité d'être venus.
Monsieur le président, simplement pour orienter le débat, j'aimerais présenter une motion, et nous allons en débattre. Je propose ce qui suit: « Que le Comité entreprenne une étude sur la sécurité ferroviaire lorsque de plus amples résultats de l'enquête du Bureau de la sécurité des transports sur le désastre survenu à Lac-Mégantic seront disponibles. »
Je crois que nous pouvons fournir la motion aux membres du comité dans les deux langues officielles.
Collapse
View Larry Miller Profile
CPC (ON)
Could you give...?
Pouvez-vous donner...?
Collapse
View Jeff Watson Profile
CPC (ON)
View Jeff Watson Profile
2013-07-23 16:04
Expand
I can read it in French as well, if you'd like.
Je peux la lire en français aussi, si vous le souhaitez.
Collapse
View Larry Miller Profile
CPC (ON)
I do have a copy here. We should make sure that a copy, if possible, is distributed to all the members—or does everybody...? No?
J'en ai une copie devant moi. Nous devrions faire en sorte que tous les membres du comité en aient une, si possible — à moins que tout le monde...? Non?
Collapse
View Jeff Watson Profile
CPC (ON)
View Jeff Watson Profile
2013-07-23 16:04
Expand
Rather than having a general discussion, I felt it would be productive to have a motion to actually discuss.
Mr. Chair, should I continue?
J'ai pensé qu'il serait plus productif de débattre une motion que de tenir une discussion de nature générale.
Devrais-je poursuivre, monsieur le président?
Collapse
View Larry Miller Profile
CPC (ON)
Continue.
Je vous en prie.
Collapse
View Jeff Watson Profile
CPC (ON)
View Jeff Watson Profile
2013-07-23 16:05
Expand
Obviously, we are dealing with a very devastating situation here, a tragic accident in Lac-Mégantic. First of all, I think all of us at the table here express not only our condolences to the families and friends of those who have lost loved ones, but also our solidarity with the community as it comes to grips with what has happened and looks to the future, and what that can look like for the community. I think the government has, from the beginning, with the Prime Minister and other ministers who have been on-site, demonstrated that not only can we can act but that we will do so as emerging evidence supports it.
The question today, though, and why we've been called back, is whether we should commence a study immediately and continue through the summer and, presumably, into the fall and some period of time afterwards, and whether or not it is necessary to have that study at this particular time. I would point out by way of history of the committee—a committee that I've been on since 2007—that this standing committee has shown in the past not only its capacity but also its will to act when it comes to studying things that are important, including rail safety.
Mr. Chair, if you'll remember, in 2008 this committee undertook an important study and report into rail safety in Canada. The question that the committee had to grapple with, though, if you'll remember contextually, was the series of high-profile train derailments, several of them, in the years leading up to 2007. These involved fatalities. They involved damage to the environment. The government at the time, and Minister Cannon who was the transport minister then, appointed an independent panel to look into rail safety and to make recommendations to the government. This committee wanted to conduct its own study as well.
We made the decision—and at the time it was a minority Parliament, so it wasn't a government decision—that it would be best to wait until more evidence was in. The study then commenced and the committee produced a report, as I recall, that was not only firm in its recommendations and its findings about rail companies in the undertaking of their safety responsibilities, but also in regard to the regulator itself, Transport Canada. That committee report had significant buy-in.
Mr. Chair, as you know, in deciding whether to commence a study now, this committee should also be concerned whether that would draw important resources out of the field, where they belong. There are a number of separate investigations under way, many involving government officials from the Transportation Safety Board. The independent Transportation Safety Board is obviously leading the scientific investigation into the causes of the tragedy at Lac-Mégantic. By its account, Transport Canada is very actively involved on a daily basis with them.
Separate from the investigation by the Transportation Safety Board, Transport Canada itself is looking into questions of, and gathering evidence as to, whether the rail company has been compliant with existing regulations. As I understand it, Environment Canada may be doing the same. As we all know, when it comes to having hearings, government officials are always front and centre, and rightly so, in those investigations.
Right now, though, I think it's important, and I think we could all agree, that those resources are best deployed in the field in the short term. That doesn't keep politicians from speculating about the cause. I don't think speculation is fruitful at this particular point.
The Transportation Safety Board itself is saying, and I think in their press release they have said, they are going to follow the science in this, the evidence, and as Ms. Tadros said, be careful not to draw premature conclusions about the causes of that tragedy.
Notwithstanding that, they have produced two urgent safety advisories to the minister, who promised at the time that Transport Canada would undertake an expedited review of those matters. Today we understand that the government has taken some action in issuing some emergency directives around issues related to the TSB's letter.
Those interim measures will ensure that action is taken until such time as rules can be finalized around those regulatory issues. I think the government can and will continue to act in the interim, but I'm not sure that the committee at this particular time, without further findings from the Transportation Safety Board, should be undertaking the study at this point. That doesn't mean there won't be a study. I think the answer from this side of the table is not a “no”; it's a “not yet”. I think we have to let the evidence show us the way forward.
If I could crystallize this, Mr. Chair, I think these hearings are taking place, whether or not the opposition is backing away from that now, in the shadow of Lac-Mégantic. Is this committee going to be seized with letting an investigation take its course, one that would be based on evidence, or are we going to try Lac-Mégantic in front of a committee based on speculation? I think the latter would be a very disastrous course for anyone. If we're going to demonstrate the seriousness of this committee, Mr. Chair, then we should wait until we have more findings from the Transportation Safety Board investigation.
I'll leave it at that for now. That's why I'm moving the motion.
Il s'agit évidemment d'une situation dévastatrice, d'un accident tragique survenu à Lac-Mégantic. Tout d'abord, je crois que toutes les personnes ici présentes tiennent à exprimer non seulement leurs condoléances aux membres de la famille et aux amis de ceux qui ont perdu des proches, mais également leur solidarité envers la collectivité au moment où elle fait le point sur ce qui s'est passé et où elle commence à envisager l'avenir. Je pense que le gouvernement, par l'intermédiaire du premier ministre et d'autres ministres qui se sont rendus sur place, a dès le début montré non seulement qu'il est capable d'agir, mais également qu'il va intervenir au fur et à mesure qu'il aura accès à des données probantes pour appuyer ses interventions.
La question qui se pose aujourd'hui, toutefois, et qui constitue la raison pour laquelle nous avons été rappelés, c'est si nous devrions entreprendre une étude dès maintenant et la poursuivre pendant l'été et probablement pendant l'automne et pendant une certaine période par la suite, et, en outre, s'il est nécessaire que nous menions cette étude à ce moment-ci. Je voudrais souligner que le comité — dont je suis membre depuis 2007 — a montré dans le passé non seulement qu'il est capable d'agir, mais aussi qu'il passe bel et bien à l'action lorsqu'il s'agit de se pencher sur des choses importantes comme la sécurité ferroviaire.
Monsieur le président, vous devez vous rappeler qu'en 2008, le comité a mené une étude importante et rédigé un rapport sur la sécurité ferroviaire au Canada. Si vous vous rappelez le contexte, cependant, l'étude du comité portait sur une série de déraillements de trains très médiatisés survenus au cours des années précédentes. Il y avait eu des morts. Il y avait eu des effets néfastes sur l'environnement. Le gouvernement — et M. Cannon, qui était ministre des Transports à l'époque — avait chargé un groupe d'experts indépendants d'examiner la question de la sécurité ferroviaire et de présenter des recommandations au gouvernement. Notre comité avait également voulu mener sa propre étude.
Nous avions alors décidé — et nous étions en situation de gouvernement minoritaire, alors ce n'est pas le gouvernement qui l'avait décidé — qu'il valait mieux attendre d'avoir accès à plus de données probantes. Ensuite, l'étude a eu lieu, et le comité a produit un rapport, et, d'après mes souvenirs, il avait été ferme non seulement dans ses recommandations et dans ses conclusions concernant les sociétés ferroviaires et le respect de leurs responsabilités en matière de sécurité, mais également à l'égard de l'organisme de réglementation en tant que tel, Transports Canada. Ce rapport du comité avait recueilli une large adhésion.
Monsieur le président, comme vous le savez, au moment de décider s'il devrait se lancer dans une étude dès maintenant, le comité devrait également veiller à ne pas arracher des ressources à leur important travail sur le terrain. Il y a un certain nombre d'enquêtes en cours, et des représentants du Bureau de la sécurité des transports participent à nombre d'entre elles. Le bureau, qui est indépendant, dirige évidemment l'enquête scientifique sur les causes de la tragédie survenue à Lac-Mégantic. D'après ce qu'ils disent, les représentants de Transports Canada ont beaucoup d'interactions avec ceux du bureau au quotidien.
Le ministère des Transports se penche également, de façon indépendante de l'enquête du Bureau de la sécurité des transports, sur la question de savoir si la société ferroviaire a respecté la réglementation en vigueur, et il recueille des éléments de preuve à cet égard. Je crois savoir qu'Environnement Canada fait peut-être la même chose. Comme nous le savons tous, lorsqu'il s'agit de tenir des audiences, les fonctionnaires jouent toujours un rôle prépondérant, et ce, à juste titre, dans le cadre des enquêtes.
Pour l'instant, cependant, je crois qu'il est important... Et je crois que nous pourrions tous nous mettre d'accord sur le fait qu'il vaut mieux que les ressources en question soient déployées sur le terrain à court terme. Cela n'empêchera pas les politiciens de formuler des conjectures au sujet des causes de l'accident. Je ne crois pas qu'il soit utile de conjecturer à ce moment-ci.
Ce que le Bureau de la sécurité des transports lui-même dit — et je pense que c'est ce qu'il a dit par voie de communiqué —, c'est qu'il va se laisser guider par les données scientifiques, par les données probantes, et — comme Mme Tadros l'a dit — il va faire attention de ne pas tirer de conclusions prématurées en ce qui concerne les causes de la tragédie.
Néanmoins, le bureau a adressé d'urgence deux avis de sécurité au ministre, qui a promis à ce moment-là que Transports Canada procéderait rapidement à l'examen de ces questions. Nous savons maintenant que le gouvernement a pris des mesures et publié des directives d'urgence concernant certaines choses liées à la lettre du BST.
Ces mesures provisoires vont faire en sorte que le dossier avance jusqu'à ce que des règles soient parachevées pour réagir à ces questions réglementaires. Je crois que le gouvernement est en mesure de continuer d'agir dans l'intervalle et qu'il va le faire, mais je ne suis pas sûr que le comité devrait entreprendre une étude à ce moment-ci, avant d'avoir accès aux conclusions définitives du Bureau de la sécurité des transports. Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas d'étude. Je pense que la réponse que nous formulons de ce côté-ci, ce n'est pas « non »; c'est plutôt « pas tout de suite ». Je pense qu'il faut que nous laissions les données probantes nous guider dans notre démarche.
Si je puis synthétiser, monsieur le président, je pense que les audiences ont lieu, que l'opposition se retire du processus ou non à ce moment-ci, dans la foulée des événements survenus à Lac-Mégantic. Le comité va-t-il laisser une enquête fondée sur les données probantes suivre son cours, ou va-t-il faire le procès de ce qui est arrivé à Lac-Mégantic en s'appuyant sur des conjectures? À mon avis, ce dernier choix serait vraiment catastrophique pour tout le monde. Si nous voulons montrer que le comité est sérieux, monsieur le président, nous devrions attendre d'avoir accès aux conclusions de l'enquête du Bureau de la sécurité des transports.
Je vais m'en tenir à cela pour l'instant. Voilà les raisons pour lesquelles j'ai présenté la motion.
Collapse
View Larry Miller Profile
CPC (ON)
Ms. Chow.
Madame Chow.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-07-23 16:12
Expand
I have an amendment, that I will read out in full, to Mr. Watson's recommendation.
Je voudrais proposer un amendement à la recommandation de M. Watson, et je vais le lire en entier.
Collapse
View Larry Miller Profile
CPC (ON)
Just before you go, Ms. Chow, is everyone familiar with the main motion or do we need it read?
Un instant, s'il vous plaît madame Chow. Est-ce que tout le monde connaît le contenu de la motion principale, ou faut-il que nous la lisions?
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-07-23 16:13
Expand
It has been circulated.
Le texte de la motion a été distribué.
Collapse
View Larry Miller Profile
CPC (ON)
You have that, okay.
Carry on.
Vous l'avez, d'accord.
Poursuivez.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-07-23 16:13
Expand
So I have an amendment to it.
Before I move my amendment, I just want to say two things.
I can't imagine the horror and the sadness that has descended upon that town—and thank you, Mr. Chair, for being there. We can do a lot to support the families there, whether it's through the Red Cross or by visiting them as tourists.
I also want to thank the first responders who have been on the ground and are working around the clock. I can't imagine it's an easy task; I imagine it's life-altering for some of them. They've perhaps even put their lives on the line to do what needs to be done. Of course, there are a lot of officials who are investigating.
I believe it is the responsibility of the government, and of course all elected members of Parliament, to make sure that the food we eat, the water we drink, and the trains that come through our communities are in fact safe. That's what a government is for—to make sure there are regulations in place that industry can follow.
I say this in the context of having looked at all the recommendations that have been made in the past from investigations of past derailments. I'm not talking about this specific derailment at Lac-Mégantic, but about other serious derailments, whether the one in Burlington, where three people died and some were seriously injured, and others slightly injured and traumatized, or other derailments large and small. There was one in Calgary, Alberta, where thank gosh that train didn't go into the Bow River. There have been other derailments too.
After the derailments, especially major ones, the Transportation Safety Board, which has experts on the ground, usually issues a report a year later with its recommendations. Recently, it came out with an annual report that highlighted previous recommendation on a watch list that have not been implemented by Transport Canada.
I don't think we need to wait till the investigation is finished. I believe we have enough information before us—and I will detail it in a few minutes' time—to begin to look at some previous recommendations, such as implementing additional backup safety defences to help ensure that signal indications are consistently recognized and followed, that there be voice recorders in locomotive cabs, that safety assessments be carried out at level crossings on high-speed passenger rail along the Quebec-Windsor corridor, and that positive train controls be in place, meaning automatic braking systems. These are the recommendations that the Transportation Safety Board has made over and over again through the years to improve rail safety.
Also, the Auditor General's office has a list of recommendations. When it did a study in 2001, it looked at the transportation of dangerous goods. It's a report by the Commissioner of the Environment and Sustainable Development from the Auditor General's office.
You have the key findings in front of you. Let me say that to date there is no quality assurance program, there is no clarity in terms of the roles and responsibility within Transportation Canada for dangerous goods inspections, and there is no system to measure and report on compliance with laws regulating the transportation of dangerous goods.
These three key things are critical to improving rail safety, and they have not been done.
Do they relate to the Lac-Mégantic tragedy? I don't know. We don't need to make that assumption, whether they do or do not. But it is our responsibility to make sure that the expert advice is followed now. We do not need to wait another six months or a year or however long the Lac-Mégantic investigation is going to take. I think we can do that work now.
That's why I move that in the recommendation in front of us, which reads “That, the committee conduct a study on rail safety”, etc., immediately after the word “safety”, I would like to insert a portion of my letter, which is in front of you, that first:
a) The Transportation Safety Board recommendations on rail safety that the agency has not deemed fully satisfactory in terms of the actions taken by Transport Canada[;] b) The December 2011 findings by the Commissioner of the Environment and Sustainable Development for the Office of the Auditor General on the transportation of dangerous goods;c) Examine if phasing out and replacement of unsafe tanker cars like the DOT-111/CTA-111A design is required.
And second:
that the Standing Committee on Transport, Infrastructure and Communities requests witnesses to appear in front of the committee from the Transportation Safety Board of Canada, the Office of the Auditor General, Transport Canada, rail companies and representatives of rail workers, the Federation of Canadian Municipalities and as well the Honourable Minister of Transport.
Furthermore, that the Standing Committee on Transport, Infrastructure and Communities request...copies of the following documents from Transport Canada—the General Operating Instructions and other Safety Management System and audit documents for all Transport Canada-licensed freight rail operators;
And that this Study be conducted throughout August and September of 2013, and a report of this study be prepared and reported to the House of Commons in October 2013.
Further, that when more findings of the TSB investigation into the disaster at Lac-Mégantic are available, the committee conduct the second part of this rail safety study, and report to the House of Commons its findings.
So effectively I've cut this rail safety study into two parts. The first part looks at what has been recommended in the past. When specific recommendations come to us from the TSB from the Lac-Mégantic investigation, we will then do the second part of the study. I see no reason to delay the first part, especially as we are hearing from mayors across Canada. Today, for instance, I saw another request from Vancouver. The Canadian Federation of Municipalities has been saying it wants to see precisely what the protocols are regarding the safety management systems, especially those under which MMA has been operating. They want to see all the documents. They want to make sure that these protocols are connected with the emergency crews in the municipalities, because when there is a derailment, guess what, it's the municipal workers who put their lives on the front line. The Calgary mayor said as much.
They deserve or have the right to know, as of now. We have the power to summon these copies. They have the right to know what is coming through their neighbourhoods, what kinds of dangerous goods are being shipped through their neighbourhoods. They have the right to know what protocol is in place and how they fit into that protocol. They have the right to be consulted, and that's what we should work toward. That's why we are asking for these documents.
As to the question of whether we will take people away from the investigation on the ground, absolutely not. I'm not asking the Safety Board staff on the ground investigating to come. Transport Canada should be implementing those previous recommendations. We want them to come and tell us what they are doing and how long will it take for these recommendations to get done.
Why won't Transport Canada wait until after the investigation is complete before issuing new directives? Today, two or three hours ago, Transport Canada issued new directives. They didn't wait. They issued emergency directives because they saw the need to do so. They saw the need to reverse the previous position, of having only one operator, back to having two.
Remember, Transport Canada gave the approval to move from two operators to one operator. They are now reversing it even though the Transportation Safety Board did not say they had to do that. Last Friday, they did not say that “thou shall” or “you should reverse it”. Transport Canada at 2:30 said they are reversing it. They are saying they need to have two operators. The New Democrats have been saying that for a few weeks now. They didn't wait until the investigation was over. They made that emergency directive because they knew what needed to be done and that's why they took action.
We have the road map, not from politicians; we have in front of us the Auditor General's report and the Transportation Safety Board annual report. We have the road map already. There's absolutely no reason for us to wait. I hope my colleagues will support my amendment and allow us to start to work now. We have the responsibility to tell Canadians that we are working together to improve rail safety.
Thank you, Mr. Chair.
Je voudrais donc proposer un amendement.
Avant de le faire, j'aimerais simplement dire deux choses.
Je pense que l'horreur et le malheur qui ont frappé cette ville sont inimaginables — et je vous remercie, monsieur le président, de vous y être rendu. Nous pouvons offrir beaucoup de soutien aux familles, que ce soit par l'intermédiaire de la Croix-Rouge ou en leur rendant visite comme touristes.
J'aimerais également remercier les premiers intervenants qui sont sur le terrain et qui travaillent sans arrêt. Leur tâche ne doit pas être facile; j'imagine que c'est une expérience dont certains d'entre eux vont sortir transformés. Ils ont peut-être même risqué leur vie pour faire le travail qui devait être fait. Bien entendu, il y a beaucoup de fonctionnaires qui mènent une enquête.
J'estime qu'il incombe au gouvernement — et, bien entendu, à tous les députés élus — de veiller à ce que la nourriture que nous mangeons, l'eau que nous buvons et les trains qui passent par nos collectivités soient bel et bien sécuritaires. C'est le rôle du gouvernement: s'assurer que des règlements que l'industrie peut respecter sont en place.
Je dis cela après avoir examiné l'ensemble des recommandations formulées dans le passé à la suite d'enquêtes concernant les déraillements de trains. Je ne parle pas du déraillement survenu à Lac-Mégantic en particulier; je parle d'autres accidents ferroviaires graves, comme celui de Burlington, où trois personnes sont décédées, d'autres ont été grièvement blessées et d'autres encore ont subi des blessures légères et des traumatismes, et je parle aussi des autres déraillements, de faible ou de grande envergure. Il y en a eu un à Calgary, en Alberta, où — dieu merci — le train ne s'est pas retrouvé dans la rivière Bow. Il y en a eu d'autres ailleurs.
Après un déraillement, surtout s'il est important, le Bureau de la sécurité des transports, qui envoie des experts sur le terrain, publie habituellement un rapport — un an plus tard — où il formule ses recommandations. Récemment, le bureau a publié un rapport annuel où il mettait en lumière des recommandations formulées antérieurement et qui faisaient partie d'une liste de surveillance parce qu'elles n'avaient pas encore été appliquées par Transports Canada.
Je ne crois pas que nous devions attendre que l'enquête soit terminée. J'estime que nous avons devant nous suffisamment d'information — et je vais vous expliquer en détail de quelle information il s'agit — pour commencer à examiner certaines recommandations antérieures, concernant par exemple le fait de prévoir des mesures de sécurité supplémentaires pour contribuer à la reconnaissance et au respect des indications de signaux, d'installer des enregistreurs de conversation dans la cabine des locomotives, d'effectuer des évaluations de la sécurité aux passages à niveau sur les lignes de trains de passagers à grande vitesse dans le corridor Québec-Windsor et de mettre en place des systèmes de commande intégrale, c'est-à-dire des systèmes de freinage automatiques. Voilà les recommandations que le Bureau de la sécurité des transports répète constamment depuis des années en vue de l'accroissement de la sécurité ferroviaire.
Le Bureau du vérificateur général a lui aussi formulé une série de recommandations. Il a mené une étude sur le transport des matières dangereuses en 2001. Je parle d'un rapport du commissaire à l'environnement et au développement durable du Bureau du vérificateur général.
Vous avez les principales recommandations devant vous. Permettez-moi de dire que, encore aujourd'hui, il n'y a aucun programme d'assurance de la qualité, les rôles et les responsabilités en ce qui concerne les inspections relatives aux matières dangereuses à Transports Canada ne sont pas claires, et il n'y a aucun système d'évaluation de la conformité avec les lois régissant le transport des matières dangereuses ni aucune reddition de comptes à ce chapitre.
Ces trois choses sont essentielles à l'accroissement de la sécurité ferroviaire, et rien n'a été fait.
Sont-elles liées à la tragédie de Lac-Mégantic? Je l'ignore. Nous n'avons pas besoin de postuler qu'elles le sont ou non. Nous devons cependant nous assurer que les conseils des experts sont suivis dès maintenant. Inutile d'attendre encore six mois ou un an, le temps que l'enquête soit terminée à Lac-Mégantic. Je pense que nous pouvons faire ce travail dès maintenant.
C'est la raison pour laquelle je propose d'insérer dans la motion qui nous est soumise, et qui commence par « Que le Comité entreprenne une étude sur la sécurité ferroviaire », immédiatement après le mot « sécurité », le passage suivant de ma lettre, que vous avez devant vous:
a) les recommandations du Bureau de la sécurité des transports sur lesquelles Transports Canada n’a pas suffisamment agi [;]b) les constatations faites en 2011 par le commissaire à l’environnement et au développement durable, pour le Bureau du vérificateur général, sur le transport des marchandises dangereuses;c) si le remplacement progressif de wagons-citernes non sécuritaires tels que le DOT-111/CTA-111A est nécessaire.
Et ensuite:
que le Comité sollicite des témoins du Bureau de la sécurité des transports, du Bureau du vérificateur général, de Transports Canada, de sociétés ferroviaires, des travailleurs du rail, de la Fédération canadienne des municipalités, ainsi que l’honorable ministre des Transports, pour qu’ils témoignent devant le Comité.
Que le Comité demande à Transports Canada des copies des instructions générales d’exploitation, des documents sur le système de gestion de la sécurité et des documents de vérification pour tous les opérateurs de fret ferroviaires qui ont obtenu leur permis de Transports Canada;
Et que cette étude soit menée pendant les mois d’août et septembre 2013 et qu’un rapport de cette étude soit déposé à la Chambre en octobre 2013
Que, dès que plus de résultats de l’enquête menée par le Bureau de la sécurité des transports sur la catastrophe à Lac-Mégantic seront disponibles, le Comité mène le deuxième volet de cette étude sur les mesures de sécurité ferroviaire et transmette ses conclusions à la Chambre.
J'ai donc divisé l'étude sur la sécurité ferroviaire en deux parties. La première partie porte sur les recommandations formulées dans le passé. Lorsque le BST nous communiquera ses recommandations précises découlant de l'enquête à Lac-Mégantic, nous procéderons à la seconde partie de l'étude. Je ne vois aucune raison de reporter la première partie, vu surtout ce que nous disent les maires d'un peu partout au Canada. Encore aujourd'hui, j'ai vu une demande de la ville de Vancouver. La Fédération canadienne des municipalités dit qu'elle veut prendre connaissance du contenu précis des protocoles concernant les systèmes de gestion de la sécurité, en particulier ceux qui régissent les activités de MMA. Elle veut voir tous les documents. Elle veut s'assurer que ces protocoles sont liés aux équipes d'urgence des municipalités, car figurez-vous que, lorsqu'il y a un déraillement de train, ce sont les travailleurs municipaux qui mettent leur vie en jeu. C'est ce que le maire de Calgary a dit.
Ils méritent, ou ils ont le droit, de le savoir sans attendre. Nous avons le pouvoir de réclamer les documents en question. Les gens ont le droit de savoir ce qui se passe dans leur quartier, quel genre de matières dangereuses passent par leur quartier. Ils ont le droit de savoir quel est le protocole en place et quel rôle ils ont par rapport à ce protocole. Ils ont le droit d'être consultés, et c'est à cela que nous devrions travailler. C'est la raison pour laquelle nous demandons les documents.
Quant à savoir si nous allons arracher des gens à leur travail d'enquête sur le terrain, ce n'est absolument pas le cas. Je ne demande pas au personnel du bureau de la sécurité qui enquête sur le terrain de venir témoigner. Transports Canada devrait mettre en oeuvre les recommandations antérieures dont j'ai parlé. Nous voulons que les représentants du ministère viennent nous dire ce qu'ils font et combien de temps il va leur falloir pour appliquer les recommandations.
Pourquoi le ministère des Transports n'attend-t-il pas que l'enquête soit terminée avant de publier de nouvelles directives? Les représentants du ministère ont publié de nouvelles directives aujourd'hui, il y a deux ou trois heures. Ils n'ont pas attendu. Ils ont donné des directives d'urgence parce qu'ils croyaient que c'était nécessaire. Ils croyaient nécessaire de revenir sur leur position antérieure, selon laquelle il ne devait y avoir qu'un seul opérateur, pour qu'il y en ait deux comme avant.
N'oubliez pas que c'est Transports Canada qui a approuvé le passage de deux opérateurs à un seul. Le ministère revient maintenant à sa position initiale, même si le Bureau de la sécurité des transports ne lui a pas dit de faire cela. Vendredi dernier, il n'a pas dit « Tu ne feras point ceci » ou « Tu ne devrais pas faire cela ». À 14 h 30, des représentants de Transports Canada ont dit qu'ils revenaient à leur position antérieure. Ils ont dit qu'il doit y avoir deux opérateurs. Il y a déjà quelques semaines que les néo-démocrates le disent. Ils n'ont pas attendu que l'enquête soit terminée. Ils ont donné une directive d'urgence parce qu'ils savaient ce qu'il fallait faire, et c'est la raison pour laquelle ils ont agi.
Nous avons une feuille de route, et elle ne vient pas des politiciens; nous avons devant nous le rapport du vérificateur général et le rapport annuel du Bureau de la sécurité des transports. Nous avons déjà la feuille de route. Nous n'avons absolument aucune raison d'attendre. J'espère que mes collègues vont appuyer mon amendement et ainsi faire en sorte que nous puissions commencer le travail. Nous avons la responsabilité de dire aux Canadiens que nous collaborons à l'accroissement de la sécurité ferroviaire.
Merci, monsieur le président.
Collapse
View Larry Miller Profile
CPC (ON)
We're going to suspend. Ms. Chow, your amendment may exceed the scope of the motion, and we're in conference with the clerk. There would not be a problem with it as a motion itself, so if you would just bear with me for a second.
Nous allons suspendre la séance. Madame Chow, il est possible que votre amendement dépasse la portée de la motion, et nous sommes en train d'en discuter avec le greffier. Il n'y aurait pas de problème à ce que vous présentiez ce que vous proposez en tant que motion, alors, je vous demanderais de m'accorder un instant pour examiner la question.
Collapse
View Larry Miller Profile
CPC (ON)
I would ask the members back.
In consultation with the clerk, I do have to rule the amendment out of order. There are three or four reasons, but one is that the main motion by Mr. Watson says “conduct a study on rail safety when more findings....are available”, whereas this amendment is totally contrary to that and says we should do it immediately. That would change the scope of the motion itself.
As I said, the amendment as a motion itself would be a different thing. To add it as an amendment here, I have to rule as out of order.
Je demanderais aux députés de se rasseoir.
Après avoir consulté le greffier, je dois déclarer l'amendement irrecevable. Il y a trois ou quatre raisons, mais il y a entre autres le fait que la motion principale présentée par M. Watson dit « entreprenne une étude sur la sécurité ferroviaire lorsque de plus amples résultats [...] seront disponibles », ce que l'amendement contredit entièrement en disant que nous devons procéder à l'étude immédiatement. L'amendement modifierait la portée de la motion en tant que telle.
Comme je l'ai dit tout à l'heure, la situation serait différente si l'amendement était présenté en tant que motion. Je dois cependant déclarer l'amendement irrecevable.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-07-23 16:28
Expand
Mr. Chair, if you would allow me, rather than getting caught in....You don't want me to speak again to move my motion. If you would allow me, I will put what I have just done as a separate, stand-alone motion after we deal with this motion, of course.
Monsieur le président, si vous me permettez, plutôt que de nous perdre dans... Vous souhaitez certainement éviter que je prenne de nouveau la parole pour présenter ma motion. Si vous me le permettez, je vais proposer ce que je viens de présenter en tant que motion distincte et indépendante, une fois que nous aurons examiné la motion dont nous sommes saisis, bien entendu.
Collapse
View Larry Miller Profile
CPC (ON)
That's what I was going to say. I have to point out to you now that your motion would have to be with notice, meaning with 48 hours. With unanimous consent we can come back to that. In the meantime—
C'est ce que j'allais dire. Je dois vous mentionner que vous auriez l'obligation de nous donner un préavis concernant votre motion, c'est-à-dire les 48 heures habituelles. Nous pourrons revenir là-dessus si les membres du comité y consentent unanimement. Dans l'intervalle...
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-07-23 16:29
Expand
Mr. Chair, Mr. Watson's motion did not have 48 hours either. I did not challenge it because you didn't raise it. If you want to raise it, I can raise it too. Neither of the motions had 48 hours. However, given that this meeting was called precisely to have a study, I move—if you want me to do that, to make it formal—that with unanimous consent both of these motions be allowed to stand, notwithstanding the 48-hour rule.
Monsieur le président, nous n'avons pas eu de préavis de 48 heures pour la motion de M. Watson. Je n'ai pas contesté sa motion, parce que vous n'en avez pas parlé. Si vous voulez aborder ce point, je peux le faire moi aussi. Ni l'une ni l'autre des motions n'a fait l'objet d'un préavis de 48 heures. Toutefois, comme la séance porte précisément sur la tenue d'une étude, je propose — si vous le souhaitez, je peux le faire officiellement — que, avec le consentement unanime des membres du comité, les deux motions puissent être présentées, sans égard à la règle des 48 heures.
Collapse
View Larry Miller Profile
CPC (ON)
We have a proposal for unanimous consent. Do we have unanimous consent to deal with the motions?
La députée formule une proposition qui exige le consentement unanime. Êtes-vous tous d'accord pour que nous examinions les motions?
Collapse
View Jeff Watson Profile
CPC (ON)
View Jeff Watson Profile
2013-07-23 16:30
Expand
I'm not even sure.... Could you what the motion is, Mr. Chair.
Je ne suis même pas sûr... Pouvez-vous nous dire en quoi consiste la motion, monsieur le président.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-07-23 16:30
Expand
My motion is to get unanimous consent to waive the 48-hour rule regarding Mr. Watson's motion, and my motion as well, because neither was given with 48 hours' notice. In other committees, normally when we call a meeting to deal with certain issues, motions moved during that time don't take 48 hours. But if the chair requires the 48 hours' notice, I move that we waive that rule, which will require unanimous consent, so that we can debate our motions and not have been called here for nothing and have to pack up and go home without debating anything.
Ce que je propose, c'est que nous consentions à l'unanimité à ne pas appliquer la règle des 48 heures à la motion de M. Watson, ni à la mienne, puisque ni l'une ni l'autre n'a fait l'objet d'un préavis de 48 heures. Dans les autres comités, normalement, lorsque nous tenons une séance pour aborder certaines questions, les motions proposées pendant la séance n'ont pas besoin de faire l'objet d'un préavis de 48 heures. Si toutefois le président exige le préavis de 48 heures, je propose que nous renoncions à l'application de cette règle, — ce qui requiert le consentement unanime des membres du comité — pour que nous puissions débattre des motions que nous avons proposées et éviter d'être venus ici pour rien et d'avoir à repartir sans avoir débattu de quoi que ce soit.
Collapse
View Larry Miller Profile
CPC (ON)
Just to clarify, it wasn't a requirement of the chair. I was simply pointing out the wording there that was introducing the motion.
The clerk just passed on some information. We have to, because we Mr. Watson's motion. As for your motion to deal unanimously with it today, we have to deal with one motion at a time, and then we can deal with your motion after that.
Am I clear?
Simplement pour que ce soit clair, ce n'était pas une exigence de la présidence. Je faisais simplement remarquer la façon dont la motion avait été présentée.
Le greffier m'a simplement communiqué certains renseignements. Nous devons le faire, puisque nous sommes saisis de la motion de M. Watson. En ce qui concerne votre proposition d'examiner la motion si nous sommes tous d'accord, nous devons examiner une motion à la fois, et nous pourrons examiner la vôtre après.
Suis-je clair?
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-07-23 16:31
Expand
I see.
I move the motion to allow both motions to stand.
Je vois.
Je propose de permettre que les deux motions soient présentées.
Collapse
View Larry Miller Profile
CPC (ON)
Mr. Holder.
Monsieur Holder.
Collapse
View Ed Holder Profile
CPC (ON)
View Ed Holder Profile
2013-07-23 16:32
Expand
It's not my understanding that when a motion is on the floor, one can then introduce a second motion without first dealing with the initial motion.
À ma connaissance, lorsque nous sommes saisis d'une motion, on ne peut pas en présenter une seconde avant d'avoir mis la première aux voix.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-07-23 16:32
Expand
Mr. Chair, my motion was circulated before the beginning of the meeting, so you have to rule that you either allow one or you allow both, or you allow neither.
Monsieur le président, ma motion a été distribuée avant la séance, alors vous devez décider si vous allez permettre qu'une seule des motions soit présentée, ou les deux, ou encore ni l'une ni l'autre.
Collapse
View Ed Holder Profile
CPC (ON)
View Ed Holder Profile
2013-07-23 16:32
Expand
On a point of order, Mr. Chair, I want to come back to and acknowledge that the chair recognized Mr. Watson and that a legitimate motion has been put forward. It seems to me—and I look to the chair's ruling on this—that this is the motion that we should deal with. I think it's substantive. I think it's eminently reasonable. I'm not sure why the vice-chair from the opposition has such objections to dealing with this.
Her amendment, which you have ruled inappropriate or out of order, is one thing, and now as a result of that it would appear that what she's trying to do is to then make it a coincident motion. I don't think that's allowed under the rules.
I think we recognized Mr. Watson, and I think his motion has to be dealt with.
Thank you.
J'invoque le Règlement, monsieur le président. Je veux que nous revenions en arrière et que nous tenions compte du fait que le président a accordé la parole à M. Watson et qu'une motion légitime a été présentée. Il me semble — et j'aimerais que le président rende une décision à cet égard — qu'il s'agit là d'une motion sur laquelle nous devrions nous prononcer. Je crois que c'est fondé. Je pense que c'est éminemment raisonnable. Je ne sais pas pourquoi la vice-présidente de l'opposition formule de telles objections par rapport au fait que nous examinions la motion.
Son amendement, que vous avez déclaré inapproprié ou irrecevable, est une chose, et il semblerait maintenant qu'elle tente d'en faire une motion présentée en même temps que la première. Je ne pense pas que les règles le permettent.
Je pense que nous avions donné la parole à M. Watson, et je pense également que nous devons débattre sa motion.
Merci.
Collapse
View Olivia Chow Profile
NDP (ON)
View Olivia Chow Profile
2013-07-23 16:33
Expand
On a point of order, Mr. Chair, the rules, according to the Standing Orders, say that a very substantive motion requires 48 hours' notice. Mr. Watson's motion didn't have 48 hours, as you just pointed out.
The Chair: Correct.
Mr. Olivia Chow: That's why I was moving a motion to waive the requirement so that we can debate Mr. Watson's motion. That was what I was trying to do. At the same time, you have seen my motion in front of you. Let's not waste time and get bogged down with parliamentary rules. I know them as well as you do, so let's waive the requirements for the 48 hours.
If five minutes later, Mr. Holder, you want to move a motion related to studying rail safety systems, let's do it. Let's just get on with this.
J'invoque le Règlement, monsieur le président. D'après le Règlement, les motions qui sont vraiment des motions de fond doivent faire l'objet d'un préavis de 48 heures. Ce n'est pas le cas de la motion de M. Watson, comme vous venez de le mentionner.
Le président: C'est exact.
Mme Olivia Chow: C'est la raison pour laquelle j'ai proposé une motion visant à lever l'exigence, de sorte que nous puissions débattre la motion de M. Watson. Voilà ce que j'ai essayé de faire. Vous avez aussi pris connaissance de la motion que j'ai proposée. Ne perdons pas de temps à appliquer à la lettre les règles parlementaires. Je les connais aussi bien que vous, alors renonçons à l'exigence concernant le préavis de 48 heures.
Monsieur Holder, si dans cinq minutes vous voulez proposer une motion concernant l'étude des systèmes de sécurité ferroviaire, faisons-le. Essayons simplement de faire avancer les choses.
Collapse
View Jeff Watson Profile
CPC (ON)
View Jeff Watson Profile
2013-07-23 16:34
Expand
The motion I moved relates to the business at hand, and I don't believe it requires the requisite notice. Neither would her motion or her amendment require any additional notice if she wanted to move it as a separate motion. It relates to the business at hand.
La motion que j'ai proposée a trait aux travaux en cours, et je ne pense pas qu'elle exige de préavis. Sa motion ou son amendement n'en exigerait pas non plus si elle voulait formuler sa proposition sous forme de motion distincte. Celle-ci a trait aux travaux en cours.
Collapse
Results: 1 - 30 of 10785 | Page: 1 of 360

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data