Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 34105
View James Rajotte Profile
CPC (AB)
View James Rajotte Profile
2013-06-17 11:00
Expand
I call to order meeting number 129 of the Standing Committee on Finance.
Our orders of the day, pursuant to the order of reference of Monday, June 10, 2013, are for the study of Bill S-17, An Act to implement conventions, protocols, agreements and a supplementary convention, concluded between Canada and Namibia, Serbia, Poland, Hong Kong, Luxembourg and Switzerland, for the avoidance of double taxation and the prevention of fiscal evasion with respect to taxes.
Colleagues, I want to thank all of you for being here on very short notice. I sincerely appreciate it.
I also want to thank our guests, both here in Ottawa and by video conference, for appearing on very short notice. It is very much appreciated by our committee.
We have a three-hour meeting scheduled, from 11 till 2, and we are going to hear from officials from the Department of Finance first. Then we will have questions from committee members. I expect this will take 30 minutes minimum, or maybe a little longer. Then we will ask our witnesses to come forward and present their opening statements, and then we'll have questions from members.
At the time when members want to go to clause-by-clause consideration of the bill, they will indicate that to me, and we will do that.
For the other witnesses who are here with us and by video conference, you'll be able to hear the officials from the Department of Finance present their rationale for this bill as well.
First of all, from the Department of Finance, we have Mr. Ted Cook, who has been before our committee many times recently.
Welcome back to the committee, Mr. Cook.
We also have Monsieur Alain Castonguay.
Welcome to the committee.
Mr. Castonguay, I believe you have the opening statement for the officials. Then we'll have questions from members.
Please begin.
Je déclare ouverte la 129e séance du Comité permanent des finances.
Conformément à l'ordre de renvoi du lundi 10 juin 2013, nous allons étudier le projet de loi S-17, Loi mettant en oeuvre des conventions, des protocoles, des accords, un avenant et une convention complémentaire conclus entre le Canada et la Namibie, la Serbie, la Pologne, Hong Kong, le Luxembourg et la Suisse en vue d’éviter les doubles impositions et de prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts.
Chers collègues, je vous remercie tous d'être venus à très court préavis. Je vous en suis très reconnaissant.
Je veux également remercier nos témoins, tant ceux qui sont ici à Ottawa que ceux qui se joignent à nous par vidéoconférence, de comparaître eux aussi à très court préavis. Nous vous en sommes très reconnaissants.
Une séance de trois heures est prévue, de 11 à 14 heures, pendant laquelle nous entendrons d'abord des représentants du ministère des Finances avant de leur poser des questions. Je m'attends à ce que cela prenne au moins 30 minutes, peut-être un peu plus. Nous demanderons ensuite aux témoins de faire leurs déclarations liminaires avant de répondre à nos questions.
Lorsque les membres du comité voudront examiner le projet de loi article par article, ils me l'indiqueront, et c'est ce que nous ferons.
Les autres témoins qui comparaissent en personne ou par vidéoconférence pourront eux aussi entendre les représentants du ministère des Finances nous expliquer quelle est la raison d'être du projet de loi.
Tout d'abord, du ministère des Finances, nous avons M. Ted Cook, qui a souvent comparu devant le comité dernièrement.
Bon retour parmi nous, monsieur Cook.
Nous accueillons également M. Alain Castonguay.
Je vous souhaite la bienvenue à ce comité.
Monsieur Castonguay, je crois que vous ferez la déclaration liminaire au nom des représentants. Les membres poseront ensuite des questions.
Veuillez procéder.
Collapse
Alain Castonguay
View Alain Castonguay Profile
Alain Castonguay
2013-06-17 11:02
Expand
Thank you, Mr. Chair.
I would like to thank the committee for inviting us to appear this morning to talk about Bill S-17, Tax Conventions Implementation Act, 2013.
Canada has one of the most extensive networks of income tax treaties in the world, with 90 tax treaties currently in force. Bill S-17, once into force, will increase this number to 93, by implementing new treaties with Hong Kong, Namibia and Serbia. Bill S-17 will also implement a revised treaty with Poland, which will replace the existing treaty which dates back to 1987.
Further, Bill S-17 contains a protocol with Luxembourg and an agreement with Switzerland. In both cases, the agreements modify the provisions of the existing treaties with these countries relating to the exchange of tax information to ensure that they are consistent with the Organization for Economic Cooperation and Development standard for tax information.
Canada's tax treaties are generally patterned on the OECD model tax convention, modified to reflect the particularities of the Canadian tax system. Internationally, most tax treaties are generally patterned on the OECD model as well. Tax treaties are used for two main purposes: first, to eliminate tax barriers between two jurisdictions in order to promote bilateral trade and investment; and second, to prevent tax avoidance and evasion by encouraging the exchange of information for tax purposes between taxation authorities.
Allow me to expand slightly on each of these objectives and explain how the agreements in Bill S-17 support these objectives.
International double taxation can impose a barrier to cross-border trade and investment. Tax treaties prevent double taxation by providing greater certainty to taxpayers regarding their potential liability to tax in a foreign jurisdiction, by allocating taxing rights between two jurisdictions so that the taxpayers are not subjected to double taxation; by reducing the risk of "burdensome" taxation, which l will explain in a moment and which may arise because of high withholding taxes paid on certain payments; and, finally, by ensuring that taxpayers will not be subject to discriminatory taxation in the foreign jurisdiction.
Under our own domestic laws, payments of dividends, interest, and royalties made to non-residents are subject to rates of withholding equal to 25 per cent of the gross amount paid. Many of Canada's trading partners also have similar rates of withholding. Because the withholding tax does not take into account expenses incurred in generating the income, a taxpayer frequently will be subject to an effective rate of tax that is significantly higher than the rate that would be applicable if the income were taxed on a net basis. That's what I referred to earlier as “burdensome” taxation, which is clearly an impediment to cross-border trade and investment.
Tax treaties alleviate this burden by setting maximum levels of withholding tax that a treaty partner may impose on these types of payments or by providing, in some cases, for taxation exclusively in the state of residence. For example, the tax treaty with Hong Kong would impose limitations on the rates of withholding to 5% on direct dividends, 15% on other dividends, and 10% on non-arm's-length interest and on royalties.
Hong Kong is one of the largest financial markets in Asia in terms of trade and an important destination of Canadian foreign direct investment. Once the treaty is in force, it is expected that it will further encourage trade and investment and solidify our bilateral links.
The second objective that I mentioned at the outset was the prevention of tax avoidance and evasion. A key element our tax treaties is the provision authorizing the exchange of information between the respective tax authorities. Better transparency and access to information are important tools for tax authorities to enforce their own domestic tax law and to prevent international tax evasion.
In order to enhance Canada's network of information sharing, budget 2007 required that all of Canada's new tax treaties and revisions to its existing treaties would include the standard developed by the OECD for the exchange of information. The six agreements in Bill S-17 contain exchange-of-information provisions that are consistent with the OECD standard. In fact, two of the agreements in the bill with Luxembourg and Switzerland deal exclusively with the exchange of information. These provisions mandate the tax authorities of the treaty partners to exchange information relevant to the administration of each country's respective tax laws in conformity with the standard. The provisions also ensure that the effective exchange of information is not impeded by bank secrecy laws that may exist in the other country.
I mentioned at the beginning of my remarks that Bill S-17 would contribute to increasing the extent of our tax treaties network, but it is as important to revise our tax treaties and to update them, where necessary.
The treaty with Poland is a good example. The need to negotiate and sign a new treaty with Poland was the fact that the existing treaty between Canada and Poland was signed in 1987, in a much different economic context than today. The new treaty with Poland reflects Canada's new policies regarding maximum withholding tax rates on payments of dividends, interest, and pensions. Of course, the agreement includes the most recent standards when it comes to the exchange of information.
Mr. Chair, this concludes my remarks. I am available to the committee to answer any questions.
Thank you.
Merci, monsieur le président.
Je remercie le comité de nous avoir invités à comparaître ce matin dans le cadre de l'étude qu'il effectue au sujet du projet de loi S-17, Loi de 2013 pour la mise en oeuvre de conventions fiscales.
Le Canada a un réseau de conventions fiscales parmi les plus importants au monde. Il a en effet 90 conventions présentement en vigueur. Le projet de loi S-17, s'il est adopté, contribuera à augmenter ce nombre à 93 en mettant en vigueur de nouvelles conventions avec Hong Kong, la Namibie et la Serbie. Le projet de loi S-17 mettra également en oeuvre une convention révisée avec la Pologne, laquelle remplacera la convention actuelle qui remonte à 1987.
Finalement, le projet de loi S-17 contient un protocole conclu avec le Luxembourg et une entente avec la Suisse. Dans les deux cas, les ententes modifient les dispositions des conventions actuelles avec ces pays. Elles portent sur l'échange de renseignements fiscaux afin de les rendre conformes à la norme de l'Organisation de coopération et de développement économiques en matière de renseignements fiscaux.
Les conventions fiscales du Canada s'inspirent généralement du modèle de l'OCDE, qui a été modifié pour tenir compte des particularités de notre régime. Sur le plan international, la plupart des conventions fiscales s'inspirent également de ce modèle. Elles ont un double objectif: premièrement, elles visent à éliminer les obstacles fiscaux entre deux pays afin de favoriser le commerce et l'investissement bilatéraux; et, deuxièmement, elles ont pour but de prévenir l'évitement fiscal et l'évasion fiscale en favorisant l'échange de renseignements en matière d'impôt entre les autorités fiscales.
Permettez-moi d'en dire un peu plus sur chacun de ces objectifs et d'expliquer en quoi les ententes prévues dans le projet de loi S-17 les soutiennent.
La double imposition internationale peut faire obstacle au commerce et à l'investissement transfrontaliers. Les conventions fiscales visent à prévenir la double imposition en rassurant les contribuables quant à leur assujettissement à l'impôt dans un pays étranger; en répartissant les droits d'imposition entre deux administrations afin d'éviter que le contribuable ne fasse l'objet d'une double imposition; en réduisant le risque d'une imposition « accablante », ce que je vais expliquer dans un moment, qui peut découler de retenues d'impôt élevées; et, finalement, en s'assurant que les contribuables ne sont pas assujettis à une imposition discriminatoire dans un pays étranger.
Selon nos propres lois, les dividendes, les intérêts et les redevances versés à des non-résidents sont assujettis à une retenue d'impôt de 25 p. 100 du montant brut versé. Beaucoup de partenaires commerciaux du Canada imposent des retenues similaires. Étant donné que la retenue d'impôt ne tient pas compte des dépenses engagées pour produire le revenu, il arrive souvent que le contribuable soit assujetti à un taux d'imposition effectif qui est sensiblement plus élevé que le taux qui s'appliquerait au revenu net. C'est ce que j'ai qualifié tout à l'heure d'imposition « accablante », ce qui est sans aucun doute un obstacle au commerce et à l'investissement.
Les conventions fiscales atténuent ce fardeau en fixant la retenue maximale que les signataires de la convention peuvent imposer sur ces types de revenu ou en prévoyant, dans certains cas, que seul le pays de résidence peut imposer le revenu. Par exemple, la convention avec Hong Kong limite les taux de la retenue d'impôt à 5 p. 100 sur les dividendes directs, à 15 p. 100 sur les autres dividendes et à 10 p. 100 sur les intérêts entre personnes ayant un lien de dépendance et sur les redevances.
Hong Kong est l'un des plus importants marchés financiers de l'Asie pour le commerce ainsi qu'une destination importante pour les investissements directs du Canada à l'étranger. Une fois en vigueur, la convention devrait favoriser davantage le commerce et l'investissement et consolider nos liens bilatéraux.
Le deuxième objectif dont j'ai parlé était la prévention de l'évitement fiscal et de l'évasion fiscale. La disposition autorisant l'échange de renseignements entre nos autorités fiscales respectives compte parmi les éléments clés. Une plus grande transparence et un meilleur accès aux renseignements sont d'importants outils utilisés par les autorités pour faire respecter les lois internes et prévenir l'évasion fiscale internationale.
Afin d'améliorer le réseau canadien d'échange de renseignements, il a été annoncé dans le budget de 2007 que la norme de l'OCDE en matière d'échange efficace de renseignements fiscaux devait être intégrée aux nouvelles conventions fiscales ainsi qu'aux conventions révisées. Les six conventions comprises dans le projet de loi S-17 contiennent des dispositions sur l'échange de renseignements qui sont conformes à la norme de l'OCDE. En fait, les conventions avec le Luxembourg et la Suisse portent exclusivement sur l'échange de renseignements. Elles permettent aux autorités fiscales des signataires d'échanger des renseignements concernant l'application des lois fiscales de chaque pays conformément à la norme. De plus, les dispositions font en sorte que les lois sur le secret bancaire que peut avoir l'autre pays ne font pas obstacle à l'échange efficace de renseignements.
J'ai mentionné au début de mes remarques que le projet de loi S-17 contribuait à augmenter l'étendue de notre réseau de conventions fiscales, mais il est aussi important de garder à jour nos conventions existantes et de les actualiser lorsque cela est nécessaire.
La convention avec la Pologne est un bon exemple. Le besoin de négocier et de signer une nouvelle convention avec la Pologne s'est imposé. En effet, la convention actuelle, qui a été signée en 1987, l'a été dans un contexte économique très différent de celui d'aujourd'hui. La nouvelle convention avec la Pologne reflète les nouvelles politiques du Canada concernant les taux maximums de retenue à la source sur les paiements de redevances, d'intérêts et de pensions. Évidemment, la convention contient les normes les plus récentes en matière d'échange d'informations.
Monsieur le président, ceci conclut mon intervention. Je suis à la disposition du comité pour répondre à ses questions.
Je vous remercie.
Collapse
View James Rajotte Profile
CPC (AB)
View James Rajotte Profile
2013-06-17 11:08
Expand
Thank you for your presentation.
We will begin members' questions with five-minute rounds.
Mr. Rankin, please.
Je vous remercie de votre présentation.
Nous allons commencer par des tours de questions de cinq minutes.
Monsieur Rankin, s'il vous plaît.
Collapse
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2013-06-17 11:08
Expand
Thank you to the officials for being here. It's much appreciated.
Mr. Castonguay, you said that generally the treaties that are before us are patterned after the OECD model tax convention.
On May 29 in the Guardian, the current Secretary-General of the OECD, Mr. Ángel Gurría, said that rewriting these international tax rules has become one of the greatest challenges for finance ministers of our time. He was specifically quoted as having said the following, which I'd like your comments on:
The [international tax] rules which we have built since the 1920s were meant to avoid double taxation...the problem is we've moved from double taxation to double non-taxation.
Now we don't tax anybody because we've built a set of codes and regulations and law…and culture…where we facilitate the fact that co-operations, through transfer pricing practises, put their profits in low-tax jurisdictions and therefore do not pay what would be considered to be their fair share.
So countries are moving from double taxation treaties like this to double non-taxation treaties, according to the secretary-general.
What would your reaction be to that comment?
Je remercie les fonctionnaires d'être venus. Nous leur en sommes fort reconnaissants.
Monsieur Castonguay, vous avez dit que les traités dont nous sommes saisis s'inspirent généralement du Modèle de convention fiscale de l'OCDE.
Le 29 mai dans The Guardian, le secrétaire général actuel de l'OCDE, M. Ángel Gurría, a dit que réécrire ces règles fiscales internationales est devenu l'un des plus grands défis des ministres des Finances de notre époque. Le quotidien a cité plus précisément les propos suivants qu'il a tenus, que j'aimerais que vous commentiez:
Les règles [fiscales internationales] que nous avons établies depuis les années 1920 étaient censées éviter la double imposition [...] Le problème, c'est que nous sommes passés de la double imposition à la double non-imposition.
À l'heure actuelle, nous n'imposons personne parce que nous avons établi une série de codes, de règlements et de lois [...] et une culture [...] par lesquels nous contribuons au fait que des groupes, par l'établissement de prix de cession interne, placent leurs profits dans des pays où les impôts sont peu élevés et, par conséquent, ne paient pas ce qui serait considéré comme leur juste part.
D'après le secrétaire général, les pays passent donc de conventions de double imposition comme celle-ci à des conventions de double non-imposition.
Pourriez-vous répondre à cette observation?
Collapse
Alain Castonguay
View Alain Castonguay Profile
Alain Castonguay
2013-06-17 11:10
Expand
While it is the case that double taxation agreements are about eliminating double taxation and that the problem you are referring to is obviously of a different kind, I think the secretary-general is referring to the project that was launched by the OECD earlier this year on base erosion and profit shifting.
First of all, the problem he's referring to is not simply a matter of defective double taxation agreements. I think he's also referring to the fact that the international coordination of domestic laws can create situations where income is taxed nowhere—and that's true.
The OECD launched a project on that, and Canada, being part of the OECD, is extremely interested in participating in this project. We share the concerns expressed by the secretary-general about income that may end up not being taxed, in contravention of the spirit, at least, of our tax rules.
We are participating in this project. It just got started. I believe the OECD intends to make a report to G-20 finance ministers in July, which will provide more details on the direction of this project.
Bien que les accords de double imposition visent effectivement à éliminer la double imposition et que le problème dont vous faites allusion est manifestement d'un autre ordre, je pense que le secrétaire général fait référence au projet qui a été lancé par l'OCDE plus tôt cette année sur l'érosion de l'assiette fiscale et sur le transfert des profits.
Premièrement, le problème dont il parle n'est pas uniquement une question d'accords de double imposition boiteux. Je pense qu'il parle également du fait que la coordination internationale des lois intérieures peut donner lieu à des situations où le revenu n'est imposé nulle part — et c'est vrai.
L'OCDE a lancé un projet à cet égard, et le Canada, puisqu'il fait partie de l'OCDE, est très intéressé à y participer. Nous partageons les préoccupations exprimées par le secrétaire général au sujet des revenus qui pourraient ne pas être imposés, ce qui va à l'encontre de l'esprit de nos règles fiscales, à tout le moins.
Nous participons au projet. Il vient tout juste de commencer. Je crois que l'OCDE a l'intention de présenter un rapport aux ministres des Finances des pays du G20 en juillet, ce qui fournira plus de détails sur l'orientation du projet.
Collapse
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2013-06-17 11:11
Expand
Thank you.
You mentioned in your remarks just now that one of the ways in which tax evasion and the use of tax havens perhaps can be addressed is through the exchange of information provisions. Article 25 and the conventions before us deal with the exchange of information.
I was reading commentary on the OECD model tax convention to the effect that the language in this type of provision cannot just cover on-demand tax information exchange agreements, TIEAs and the like, but can also deal with automatic tax exchange information.
Is that your view as well, that this could accommodate automatic information exchange, if that's where Canada were to go?
Merci.
Dans les remarques que vous venez de faire, vous avez mentionné les façons dont on peut contrer la fraude fiscale et le recours aux paradis fiscaux par l'entremise de dispositions sur l'échange de renseignements. L'article 25 et les conventions dont nous sommes saisis traitent de l'échange de renseignements.
Je lisais des observations sur le modèle de convention fiscale de l'OCDE voulant que le libellé utilisé dans ce genre de dispositions ne peut pas seulement couvrir les accords d'échange de renseignements fiscaux sur demande, les accords d'échange de renseignements à des fins fiscales et autres ententes semblables, mais peut aussi couvrir l'échange automatique d'information.
Croyez-vous également que ces dispositions devraient englober l'échange automatique d'information, si c'est la voie que veut emprunter le Canada?
Collapse
Alain Castonguay
View Alain Castonguay Profile
Alain Castonguay
2013-06-17 11:12
Expand
That's correct. The article on exchange of information in our treaties accommodates on-demand, automatic, and spontaneous exchanges of information. Then it's up to the bilateral relationship to decide whether we're going to go to automatic. In our case, we have about 30 conventions where we have in place automatic exchanges of information.
There are two treaties in this bill where it's not the case, because the treaty itself explicitly limits it to on-demand. Treaty partners can decide to limit it if one treaty partner is not prepared to go beyond on-demand.
C'est exact. L'article sur l'échange d'information contenu dans nos conventions inclut l'échange de renseignements sur demande, automatique et spontané. Il appartient ensuite aux parties à l'entente bilatérale de décider si elles échangeront automatiquement leurs renseignements. Dans notre cas, nous avons environ 30 conventions où un système d'échange automatique d'information est en place.
Il y a deux conventions dans le projet de loi pour lesquelles ce n'est pas le cas, car elles prévoient explicitement que l'information doit être fournie sur demande seulement. Les parties aux conventions peuvent décider de faire de même si l'une d'elles n'est pas disposée à échanger l'information autrement qu'à la demande de l'autre.
Collapse
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2013-06-17 11:12
Expand
For the countries we're talking about today, Luxembourg and Hong Kong, for example, could our exchange agreements be automatic with those countries under the current rules?
Pour les pays dont nous parlons aujourd'hui, le Luxembourg et Hong Kong, par exemple, pourrions-nous échanger automatiquement nos renseignements avec eux en vertu des règles actuelles?
Collapse
Alain Castonguay
View Alain Castonguay Profile
Alain Castonguay
2013-06-17 11:13
Expand
The terms of the treaty are such that it entertains explicitly only on-demand....
Le libellé de la convention stipule explicitement que seulement l'échange sur demande...
Collapse
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2013-06-17 11:13
Expand
So you couldn't use this language to go automatic, then.
Vous ne pourriez donc pas utiliser ce libellé pour passer à l'échange automatique de renseignements.
Collapse
Alain Castonguay
View Alain Castonguay Profile
Alain Castonguay
2013-06-17 11:13
Expand
That's right. We would have to amend the treaty.
C'est exact. Il faudrait modifier la convention.
Collapse
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2013-06-17 11:13
Expand
And you don't consider that a deficiency, based on what we're hearing at the G-8, and other countries saying that Canada is showing no leadership on going to automatic exchange? You don't think that's a deficiency in this treaty?
Vous ne considérez pas ce libellé comme étant une lacune, compte tenu de ce que nous entendons au Sommet du G8 et du fait que d'autres pays disent que le Canada ne fait preuve d'aucun leadership en vue d'adopter l'échange automatique de renseignements? Vous ne pensez pas que c'est une lacune dans la convention?
Collapse
Alain Castonguay
View Alain Castonguay Profile
Alain Castonguay
2013-06-17 11:13
Expand
I think you have to put it in context. Up until 2009, Hong Kong was not prepared to exchange information in a way that would override its bank secrecy laws. As of 2009 they announced that they were prepared to do exchanges of information, but on request only. All of the treaties that Hong Kong has today are on request only. Hong Kong is not prepared to go beyond that.
Je pense que vous devez mettre les choses en contexte. Jusqu'en 2009, Hong Kong n'était pas prête à échanger des renseignements pour ne pas déroger à ses lois sur le secret bancaire. En 2009, le pays a annoncé qu'il était désormais prêt à le faire, mais sur demande seulement. L'échange de renseignements prévu dans toutes les conventions que Hong Kong a conclues à ce jour ne se fait que sur demande seulement. Hong Kong n'est pas prête à aller plus loin.
Collapse
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View James Rajotte Profile
CPC (AB)
View James Rajotte Profile
2013-06-17 11:14
Expand
Thank you, Mr. Rankin.
Mr. Jean, please, for your round.
Merci, monsieur Rankin.
Monsieur Jean, c'est à votre tour, je vous prie.
Collapse
View Brian Jean Profile
CPC (AB)
Thank you, Mr. Chair.
Thank you for attending today.
Further to that, Hong Kong has other issues besides money issues. On the basis of the voluntary versus the on-demand exchange of information, my understanding is that Hong Kong is more worried about the privacy of its citizens and is worried that the information could be exchanged with China, for instance, or other bodies that may be seeking the information for other purposes. Is that a possibility? I've heard that discussed.
Merci, monsieur le président.
Merci d'être des nôtres aujourd'hui.
De plus, Hong Kong n'a pas que des problèmes d'argent. Si l'on tient compte de l'échange volontaire par rapport à l'échange sur demande de renseignements, je crois savoir que Hong Kong s'inquiète davantage de la protection de la vie privée de ses citoyens et craint que les renseignements puissent être transmis à la Chine, par exemple, ou à d'autres entités qui pourraient vouloir l'information à d'autres fins. Est-ce possible? J'en ai entendu parler.
Collapse
Alain Castonguay
View Alain Castonguay Profile
Alain Castonguay
2013-06-17 11:14
Expand
Well, one of the criteria you look at in determining whether the automatic exchange of information is suitable in a given relationship is the ability of the other side to protect the confidentiality of the information you provide to the other country and the use they will make of that information.
Eh bien, l'un des critères que l'on examine pour déterminer si l'échange automatique de renseignements est approprié dans une relation donnée, c'est la capacité de l'autre partie de protéger la confidentialité des renseignements qu'on lui fournit et l'utilisation qu'elle en fera.
Collapse
View Brian Jean Profile
CPC (AB)
Exactly, and not just to protect it from Canada or the United States, but possibly from other foreign powers like China or Iran, that may affect their citizens in ways we would never even think of.
Exactement, et ce n'est pas seulement pour protéger l'information contre le Canada ou les États-Unis, mais peut-être contre d'autres puissances étrangères comme la Chine ou l'Iran, car cette décision peut avoir des conséquences sur leurs citoyens que nous ne pouvons même pas imaginer.
Collapse
Alain Castonguay
View Alain Castonguay Profile
Alain Castonguay
2013-06-17 11:15
Expand
That's correct, so obviously this is a case-by-case determination.
C'est correct. C'est donc une décision à prendre au cas par cas.
Collapse
View Brian Jean Profile
CPC (AB)
Yes, exactly.
If there were automatic exchange, has anybody looked at the amount of paperwork or the amount of information that would be driven from one jurisdiction to another? Have people looked at that? I can imagine that if there were an automatic exchange, they'd want to encompass everything, and it would take mega computers to go through the data, etc. Has anybody looked at that? Just very briefly....
Oui, exactement.
Dans le cas d'échange automatique de renseignements, quelqu'un s'est-il renseigné sur la quantité de documents ou de renseignements qui seraient transférés d'un pays à un autre? Quelqu'un s'est-il penché là-dessus? Je peux imaginer que s'il y a échange automatique de renseignements, les parties voudront obtenir toute l'information, ce qui nécessiterait des mégaordinateurs pour pouvoir parcourir les données, etc. Quelqu'un s'est-il renseigné à ce sujet? Très brièvement...
Collapse
Alain Castonguay
View Alain Castonguay Profile
Alain Castonguay
2013-06-17 11:15
Expand
The experience we have on the relationship where we do have automatic exchange of information is that, yes, a lot of paperwork and a lot of data are involved. In the case of Hong Kong, it was not contemplated—
L'expérience que nous avons concernant les relations que nous entretenons avec les pays avec lesquels nous échangeons automatiquement des renseignements, c'est qu'il y a beaucoup de documents et de données. Dans le cas de Hong Kong, on n'a pas envisagé...
Collapse
Alain Castonguay
View Alain Castonguay Profile
Alain Castonguay
2013-06-17 11:15
Expand
—because Hong Kong made it clear they were not prepared to go—
... car Hong Kong a fait clairement savoir qu'elle n'était pas prête à...
Collapse
View Brian Jean Profile
CPC (AB)
I'm just suggesting that it would be a tremendous amount of data to go through.
I am interested in these tax information exchange agreements, especially with what's happened over the last five to 10 years internationally and domestically, because it seems to me that a lot has been done to combat tax evasion. We've looked at some other tools that are possible.
But I wanted to clear up a couple of things. Specifically, CTV's W5 seemed to suggest that those who hide money in Lichtenstein prior to the Canada-Lichtenstein tax agreement entering into force will still be able to be beyond the reach of that agreement. Is that fair to say? Or would we immediately start to receive that information just on demand? Just be very brief, if you could.
Je dis simplement qu'il y a énormément de données à passer en revue.
Je m'intéresse à ces accords d'échange de renseignements fiscaux, surtout compte tenu de ce qui est arrivé au cours des 5 à 10 dernières années à l'échelle nationale et internationale, car il me semble que beaucoup a été fait pour combattre la fraude fiscale. Nous avons examiné quelques autres outils possibles.
Je voulais toutefois apporter quelques éclaircissements. Plus précisément, l'émission W5 de CTV semblait laisser entendre que ceux qui ont caché de l'argent à Liechtenstein avant l'entrée en vigueur de la convention fiscale entre le Canada et Liechtenstein pourront échapper à la portée de l'entente. Est-ce que je me trompe? Ou commencera-t-on immédiatement à recevoir ces renseignements sur demande? Répondez très brièvement, si possible.
Collapse
Alain Castonguay
View Alain Castonguay Profile
Alain Castonguay
2013-06-17 11:16
Expand
That's not quite accurate. The TIEA with Lichtenstein applies in respect to future taxation years, so if you were to have investments in Lichtenstein and you left them there after the TIEA came into force, we could ask for your information.
Ce n'est pas tout à fait exact. L'AERF conclu avec le Liechtenstein s'applique aux années d'imposition à venir. Par conséquent, si vous aviez des investissements dans cette principauté et que vous les laissiez là après l'entrée en vigueur de l'accord, nous pourrions demander vos renseignements.
Collapse
View Brian Jean Profile
CPC (AB)
Yes, exactly. In fact, anybody who is left there after the agreement comes into force is going to have to find another jurisdiction.
This is sort of like a nuclear proliferation agreement. If you don't have agreement from every country that's involved, you could have a rogue state that causes difficulties for everybody. Is that fair to say?
Oui, exactement. En fait, une personne qui n'a pas encore transféré son argent après l'entrée en vigueur de l'accord devra trouver un autre endroit où le déposer.
C’est un peu comme un accord de non-prolifération nucléaire. Si tous les pays ne le signent pas, un État voyou pourrait causer des problèmes à tous les autres. Peut-on dire cela à juste titre?
Collapse
Alain Castonguay
View Alain Castonguay Profile
Alain Castonguay
2013-06-17 11:16
Expand
Well, that's why we've been busy negotiating with the TIEA countries so far, and we intend to continue to do so. The exchange of information as a principle is a good thing. We should have that with everyone—
Eh bien, c’est la raison pour laquelle jusqu'à maintenant, nous avons été très occupés à négocier des AERF avec les pays, et nous avons l'intention de continuer à en négocier. En principe, il est bon d'échanger des renseignements. Nous devrions le faire avec tous...
Collapse
Alain Castonguay
View Alain Castonguay Profile
Alain Castonguay
2013-06-17 11:17
Expand
We've negotiated 30 TIEAs. Sixteen are in force. Six are signed. The rest are under negotiation.
Nous avons négocié 30 AERF. Seize sont en vigueur. Six sont signés, et les autres sont en cours de négociation.
Collapse
Results: 1 - 30 of 34105 | Page: 1 of 1137

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data