Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 483
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-17 16:30 [p.15221]
Expand
Mr. Speaker, I am pleased to present the New Democratic Party's dissenting report on the report from the Standing Committee on Environment and Sustainable Development on hunting and trapping in Canada.
New Democrats support and encourage Canadians to spend time enjoying Canada's outdoors. We see it as a privilege. New Democrats recognize and salute the fact that hunters and trappers have played an important role in the conservation of wildlife habitat, which complements the vital and important role carried out by government agencies through regulation, enforcement, research, and environmental protection and monitoring.
We make the following recommendations.
First, in order to ensure healthy wildlife populations and a sustainable environment that protects habitat, it is recommended that the Government of Canada initiate and provide funding for wildlife research and monitoring, particularly in the area of the impact of climate change on habitat.
Second, as federal legislation has played an important role in maintaining healthy wildlife populations and a sustainable environment, it is recommended that the Government of Canada support and enhance laws to protect Canada's environment and wildlife.
Third, because of the special role that hunting and trapping play in the culture of Canada's aboriginal peoples, it is recommended that the Government of Canada take active steps to ensure that the hunting and trapping rights of Canadian aboriginal people, which were established in nation-to-nation treaties, are well protected.
Monsieur le Président, je suis heureux de présenter le rapport dissident du Nouveau Parti démocratique qui accompagne le rapport du Comité permanent de l'environnement et du développement durable sur la chasse et le piégeage au Canada.
Les néo-démocrates encouragent les gens à pratiquer des activités de plein air. Nous sommes choyés par les grands espaces canadiens. Les néo-démocrates reconnaissent que les chasseurs et les trappeurs ont joué, dans la conservation de l'habitat faunique, un rôle important qui complète celui, absolument essentiel, que jouent les organismes gouvernementaux qui s'occupent de réglementation, d'application des règlements, de recherche ainsi que de protection et de surveillance de l'environnement.
Nous faisons les recommandations suivantes.
Premièrement, pour assurer le maintien d'une faune en santé et d'un environnement durable qui protège l'habitat, il est recommandé au gouvernement du Canada d'entreprendre et de financer des travaux de recherche et de surveillance portant sur les espèces sauvages, en particulier sur les répercussions des changements climatiques sur l'habitat.
Deuxièmement, comme la législation fédérale a largement contribué à assurer le maintien d'une faune en santé et d'un environnement durable, il est recommandé au gouvernement du Canada d'appuyer et de bonifier les lois qui protègent l'environnement et la faune du Canada.
Troisièmement, compte tenu de l'importance particulière de la chasse et du piégeage dans la culture des peuples autochtones du Canada, il est recommandé au gouvernement du Canada de prendre des mesures concrètes pour assurer la protection des droits de chasse et de piégeage des peuples autochtones du Canada, qui ont été établis dans des traités conclus de nation à nation.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-12 10:53 [p.15004]
Expand
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for the definitions he provided to us today in his speech. However, I want to go to the basic idea that we are passing this law that is going to do something.
In Denmark, the parliament there unanimously passed a law making it a criminal offence to force anyone to marry. Six years after the law was enacted, not one single charge has been brought up under that law. The people who deal with these types of issues in Denmark say that they do not think the law has had any impact. In fact, it might have a negative impact of driving the process of forced marriages underground and increasing the sophistication of those who make these decisions for their children. That is what has happened with that law.
We have gone into this time allocation procedure on a law that affects many people in our country. Marriage laws are extremely important to people and now we have made a decision about this. Is this going to help? We do not know whether it will. Therefore, why does the member think that by criminalizing this act somehow it will change the cultures of the people who are involved in it?
Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue des définitions qu'il a fournies dans son discours aujourd'hui. Cependant, j'aimerais revenir à l'idée fondamentale, soit que nous allons mettre en place une loi qui aura des conséquences.
Au Danemark, le Parlement a adopté à l'unanimité une loi criminalisant le mariage forcé. Six ans plus tard, pas une seule accusation n'a été portée aux termes de cette loi. Les gens qui se penchent sur ce genre de problème au Danemark estiment que la loi n'a eu aucun effet. D'ailleurs, elle pourrait avoir eu un effet négatif en obligeant les gens à célébrer des mariages forcés en secret et à prendre des précautions encore plus élaborées lorsqu'ils prennent ce genre de décision pour leurs enfants. Voilà le résultat de cette loi.
On a appliqué la procédure d'attribution de temps pour un projet de loi qui touche de nombreuses personnes au pays. Les lois sur le mariage sont extrêmement importantes pour la population, et nous avons maintenant pris une décision à ce sujet. Cette mesure sera-t-elle utile? Nous l'ignorons. Alors pourquoi le député croit-il que le fait de criminaliser cette pratique changera la culture des gens qui l'adoptent?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-12 10:56 [p.15004]
Expand
Mr. Speaker, the New Democrats have put forward a number of amendments to this bill, a bill with a title that seems almost silly that it would be put forward for a bill of this nature. We have proposed amendments that try to enhance or fix the bill, but we do not anticipate these amendments will pass and we will likely oppose the bill at report stage.
Dealing with this issue is fine, but, as I pointed out in a previous question, we would simply be criminalizing an action that takes place within families and between individuals. This action is normally considered to be very much a decision made by those people, not by the state, not by the community, engaged in matrimonial practices. The bill very clearly states that marriages cannot be forced and someone cannot be forced into marriage.
This is my 40th year of a happy marriage, and I am very proud of having accomplished that. Luckily enough, I did not force anyone into a marriage. Due to her beauty, charm and good nature, it made it unbelievably compelling for me to enter into marriage and, luckily, she said yes.
We are concerned that this be dealt with in a very careful fashion. We are concerned that the criminalization of these acts is probably not the appropriate method to deal with this situation. It will not make the difference that needs to be made.
When we talk about marriage laws, the age of marriage in the Northwest Territories, under the NWT marriage act, is 15. That is what has been determined by the NWT government and put into place under section 46 of its act. Under this proposed bill, we will have to change the law now to 16 years of age. Any marriages that are contemplated in the next while by people under the age of 16 will have to wait. That is fair enough.
I wonder what consultation the government conducted with the provinces and territories about what they considered to be a fair age and how the provinces and territories felt about having their authority to set the age of marriage as they deem fit taken away from them and established by Parliament. I would like to some answers to those questions. I think we all would.
When it comes to violence against women and children in society, all of us in the House want to do things to prevent that, to change society so it is less violent, so people can live their lives in a good fashion, free from duress and living under the control of others, whether it is in marriage or the relationship after marriage. We are all in favour of those things.
Monsieur le Président, les néo-démocrates ont proposé des amendements à ce projet de loi, qu'il est presque idiot d'avoir affublé d'un pareil titre, compte tenu de sa nature. Nous avons proposé des amendements dans le but d'améliorer le projet de loi ou d'en réparer les erreurs, mais nous ne pensons pas que ces amendements puissent être adoptés et nous nous opposerons probablement au projet de loi à l'étape du rapport.
Il est bien de vouloir se pencher sur le problème soulevé dans le projet de loi, mais comme je l'ai indiqué dans une question précédente, nous ne ferions que criminaliser une pratique ayant lieu au sein des familles et entre les personnes concernées. Cette pratique est normalement considérée comme le résultat d'une décision essentiellement prise par les personnes qui se marient, et non d'une décision de l'État ou de la société. Le projet de loi affirme très clairement que personne ne peut être forcé à se marier.
J'en suis à la 40e année d'un mariage heureux et je suis très fier de cette réussite. Heureusement, je n'ai forcé personne à m'épouser. La beauté, le charme et la belle nature de ma future m'ont rendu fortement désireux de l'épouser et, heureusement, elle a dit oui.
Nous ne sommes pas convaincus que cette question sera abordée avec toute la prudence nécessaire. Nous ne sommes pas non plus convaincus que la criminalisation de ces actes est la bonne façon de s'attaquer à ce problème. Cette mesure ne donnera pas lieu aux changements qui doivent être apportés.
Pour ce qui est des lois relatives au mariage, la loi sur le mariage des Territoires du Nord-Ouest prévoit que l'âge du mariage est de 15 ans. C'est ce que le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a déterminé, et c'est ce qui est prévu à l'article 46 de cette loi. Selon le projet de loi proposé, nous devrons modifier la loi pour fixer cet âge à 16 ans. Toutes les personnes âgées de moins de 16 ans qui souhaitent se marier dans un avenir rapproché devront attendre pour le faire. Cela me semble raisonnable.
Je me demande à quel point le gouvernement a consulté les provinces et les territoires afin de savoir ce qui constitue pour eux un âge raisonnable pour se marier, et ce que les provinces et les territoires pensent du fait que le gouvernement veut les priver de la possibilité de fixer eux-mêmes l'âge du mariage, à leur convenance, et confier plutôt ce rôle au Parlement. J'aimerais qu'on réponde à ces questions. Je pense que tout le monde ici veut obtenir des réponses à ce sujet.
Pour ce qui est de la violence faite aux femmes et aux enfants dans la société, tous les députés veulent prendre des mesures pour prévenir de telles situations, pour changer la société afin qu'elle devienne moins violente, afin que les gens puissent avoir une vie satisfaisante, sans craindre de vivre sous la contrainte ou d'être contrôlées par d'autres personnes, que ce soit dans le cadre d'un mariage ou d'une relation suivant le mariage. Nous sommes tous en faveur de telles mesures.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-12 11:28 [p.15010]
Expand
Mr. Speaker, yesterday, on the seventh anniversary of the apology to residential school survivors, the Prime Minister had the perfect opportunity to demonstrate the government's commitment to reconciliation by asking the Pope if he would be willing to issue an apology. Indigenous people are deeply disappointed that the Prime Minister refused to do so, with National Chief Perry Bellegarde saying it was “sad and unfortunate that it did not happen”.
Why did the Prime Minister choose to ignore this critical opportunity to show good faith on the path to reconciliation?
Monsieur le Président, hier, le jour du septième anniversaire des excuses officielles aux survivants des pensionnats indiens, c'était l'occasion parfaite pour le premier ministre de démontrer son engagement en matière de réconciliation en demandant au pape s'il serait disposé à présenter des excuses. Les Autochtones sont très déçus du fait que le premier ministre a refusé de le faire, et le chef national Perry Bellegarde a pour sa part déclaré qu'il était triste et malheureux que cela ne se soit pas produit.
Pourquoi le premier ministre a-t-il choisi de ne pas tenir compte de cette occasion de manifester ainsi sa bonne foi en vue d'une réconciliation?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-12 12:14 [p.15023]
Expand
Mr. Speaker, I am pleased to have an opportunity to speak again to this bill in short order after question period. Prior to question period, I talked about some of the issues that were involved with the bill. I want to speak now about what is ahead of us on family matters.
I would refer the House to a Globe and Mail article this morning that talked about a Nanos poll. Nanos indicates:
When asked which federal party was most trusted to help Canadian families, 34 per cent of the poll’s respondents picked the NDP. That compared with the 27 per cent who chose the Liberals and the 26 per cent who chose the Conservatives.
This speaks directly to the problems with this bill. The Conservatives have proposed an approach on marriage, a part of the family cycle that is so valuable to everyone. They proposed changes to it without consultation with the provinces and territories, putting forward an idea that really does not accomplish much. The laws of duress are already in place. Other countries that have established similar laws have shown no results from them.
What the NDP would do for families and for women to deal with violence was very clearly articulated by the member for Churchill when she put forward Motion No. 444. It was a motion to establish a coordinated national action plan to address violence against women. Part of that would be strategies that address the specific needs and vulnerabilities of different communities, including specific attention to aboriginal women, women with disabilities, women from minority groups, and young women.
What we proposed in our national action plan was to get to the bottom of the issues surrounding groups such as those. Certainly the ideas that the Conservatives are concerned about and would deal with by criminalizing forced marriages would be dealt with inside a framework that would look for actual solutions to the problems rather than by criminalizing those engaged in it, and criminalizing them in a very broad and capricious way that really does not allow for definition or for any kind of rational action on that part.
I think this is really important, as it comes on the heels of the Truth and Reconciliation Commission's report, which followed many groups in society by asking for an inquiry into missing and murdered indigenous women.
Violence against women is one of the biggest and most pressing problems that we have with families in this country, and the need for that public inquiry is so important. Why is it so important? The Prime Minister said that this is not a social issue. Of course it is a social issue, much as forced marriages are a social issue. All of these are social issues that need to be dealt with in a respectful, responsible fashion. We need to get to the bottom of the issues in society that create the conditions that lead to violence and forced marriages and all of the things that all of us in this House today would not want to have happen in our families, in aboriginal families, or in minority group families.
Yes, we are concerned about it, but using retail politics to put forward a bill that does nothing except provide a title to an issue is really the wrong approach. That is why the polling results that we see today across this country with respect to who the Canadian population trusts to deal with issues for families are so revealing. We talk about real ways to come to grips with society's ills. That is not through legislation; that is through careful, enunciated conditions that arise out of a careful examination of the issues.
Monsieur le Président, je suis heureux de pouvoir parler à nouveau de ce projet de loi si rapidement après la période des questions. Avant celle-ci, j'ai parlé de certains des problèmes du projet de loi. Je veux maintenant parler de l'avenir des familles canadiennes.
Je renvoie la Chambre à un article paru ce matin dans le Globe and Mail, qui commente les résultats d'un sondage effectué par Nanos. Voici ce qu'indique Nanos:
Quand on a demandé aux répondants du sondage à quel parti fédéral ils faisaient le plus confiance pour aider les familles canadiennes, 34 % d'entre eux ont choisi le NPD, par rapport à 27 % pour le Parti libéral et 26 % pour le Parti conservateur.
Cela illustre parfaitement les problèmes du projet de loi. Les conservateurs ont mis de l'avant leur vision du mariage, un événement familial qui revêt une très grande importance pour tous. Ils ont proposé des modifications aux lois sur le mariage, sans mener de consultations auprès des provinces et des territoires, en proposant une approche qui n'accomplit pas grand-chose. En effet, il existe déjà des lois sur la contrainte. D'autres pays ont établi des lois similaires, et elles n'ont donné aucun résultat.
Les mesures que prendrait le NPD pour aider les familles et les femmes à lutter contre la violence sont clairement énoncées dans la motion M-444 présentée par la députée de Churchill. La motion visait à établir un plan d'action national contre la violence faite aux femmes. Ce plan d'action aurait compris des stratégies visant à mieux répondre aux besoins et à atténuer les vulnérabilités propres à divers groupes, notamment les femmes autochtones, les femmes handicapées, les femmes issues de groupes minoritaires et les jeunes femmes.
Le but du plan d'action proposé était de faire toute la lumière sur les problèmes qui affligent ces groupes-là. Il va sans dire que dans le cadre d'un tel plan d'action, nous aurions cherché de véritables solutions aux problèmes. Pour leur part, les conservateurs comptent s'attaquer à ces problèmes en criminalisant les personnes qui contribuent aux mariages forcés et en adoptant des dispositions arbitraires et d'une trop vaste portée qui ne permettent ni l'élaboration ni la prise de mesures rationnelles.
Je pense que le dossier est très important car nous en parlons dans la foulée du rapport de la Commission de vérité et réconciliation qui, à l'instar de nombreux groupes, réclame la tenue d'une enquête sur les femmes autochtones portées disparues ou assassinées.
La violence à l'endroit des femmes est l'un des problèmes les plus importants et les plus pressants pour les familles canadiennes, et il est tout aussi important que nous tenions une enquête publique. Pourquoi est-ce si important? Selon le premier ministre, ce n'est pas un problème social. En réalité, c'est bel et bien un problème social, tout comme les mariages forcés. Il faut s'attaquer à ces problèmes de façon responsable et respectueuse. Il faut faire toute la lumière sur ces problèmes de société qui créent des conditions propices à la violence, aux mariages forcés et à toutes les situations que les députés ici présents ne voudraient pas voir dans leur propre famille, dans les familles autochtones et dans les familles issues de groupes minoritaires.
Bien sûr que cette question nous préoccupe, mais ce n'est pas en présentant un projet de loi clientéliste qui n'a rien à offrir hormis son titre qu'on va régler le problème. Voilà pourquoi les sondages qui sont menés d'un bout à l'autre du pays montrent aussi clairement à qui les Canadiens font le plus confiance pour s'occuper des familles. Nous proposons de nous attaquer sérieusement aux maux qui rongent la société. Et pas en légiférant, mais en établissant des conditions réfléchies et détaillées à l'issue d'un examen approfondi de la situation.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-12 12:20 [p.15024]
Expand
Mr. Speaker, I cannot agree with what the member pointed out that I supposedly said. I will look at the record to make sure that it was not said.
All of the things the member is talking about are laws that now exist in society. All of the things she is talking about are issues that we have legal recourse to deal with in society. Those are not issues that stand outside of society today.
We support the intent of the bill. We are just saying that it does not work. It will not be competent in what it is going to do for society.
Monsieur le Président, je réfute les propos de la députée concernant le commentaire que j'aurais fait. Je vais vérifier dans le compte rendu pour m'assurer que je n'ai rien dit de tel.
La députée parle de lois en vigueur dans notre société. Elle parle de problèmes que nous réglons au moyen de recours juridiques. Il s'agit de problèmes sociétaux connus.
Nous appuyons l'intention du projet de loi. Tout ce que nous disons, c'est qu'il ne fonctionne pas. Il ne permettra pas de régler les problèmes sociétaux.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-12 12:21 [p.15024]
Expand
Mr. Speaker, sincerity in politics is sometimes considerably abused.
In the case of Bill C-51, the Liberals were concerned that by not supporting the bill, they might somehow be tainted in the view of some important constituencies out there, so they decided to support it. I think that is what is going on in this case as well. If the Liberals say they do not like what is in the bill, if they say they think the bill is inadequate and they do not see that it is going to provide the proper results, then, by golly, they should stand up and vote against it.
We are not here to make bad legislation. We are not here to put laws on the books simply to have laws on the books. We are here to do things for society that work. That is very important. That is why the New Democratic Party is trusted by Canadian families. It is because they know we want to do things that actually work for them.
Monsieur le Président, en politique, la sincérité fait parfois cruellement défaut.
Dans le cas du projet de loi C-51, les libéraux craignaient que, en n'appuyant pas le projet de loi, ils seraient mal vus dans certaines circonscriptions. Ils ont donc décidé de l'appuyer. Je pense que c'est la même chose dans ce cas-ci. Si les libéraux n'aiment pas les dispositions du projet de loi, pensent que le projet de loi est inadéquat et qu'il ne permettra pas d'atteindre les objectifs visés, alors, bon sang, ils devraient mettre leurs culottes et voter contre.
Nous ne sommes pas ici pour adopter de mauvaises mesures législatives. Nous ne sommes pas ici pour adopter des mesures législatives à tort et à travers. Nous sommes ici pour adopter des mesures qui vont donner des résultats pour la société. C'est très important. Voilà pourquoi les familles canadiennes font confiance au Nouveau Parti démocratique. C'est parce qu'elles savent que nous voulons adopter des mesures qui les aident.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-04 10:18 [p.14568]
Expand
moved:
That the House call on the government to take immediate action to fix Nutrition North Canada and to improve the well-being of Aboriginal and non-Aboriginal Canadians in Northern Canada by: (a) immediately including in the Nutrition North Canada program the 50 isolated Northern communities accessible only by air that are not currently eligible for the full subsidy; (b) initiating a comprehensive review of the Nutrition North program, with Northerners as full partners, to determine ways of directly providing the subsidy to Northern residents and to improve supports for traditional foods; (c) creating equitable program-eligibility criteria for Northern communities based on their real circumstances; (d) providing sufficient funding to meet the needs of all Northern communities; and (e) working with all Northerners to develop a sustainable solution to food insecurity.
He said: Mr. Speaker, as member of Parliament for the Northwest Territories for the past 10 years, this is a wonderful opportunity to speak about the people of the north. That includes the northern parts of provinces and the three territories, the hundreds of communities that stretch across Canada's north.
I grew up in an isolated community. We did not have a road until later on in my life, so I know the difference a transportation system delivers. I understand the intrinsic nature of the problems of people who are isolated and remote. These are the communities we are talking about right now. These are Canadian communities that do not have road access or the ability to be served in a fashion that will allow their costs to be even reasonably close to southern Canada's. These communities are suffering. They will continue to suffer until we can come up with answers that work better for them.
In a great and prosperous country like Canada, no one should go hungry. Unfortunately, for many northern Canadians, that is the case. Some people forego eating in the day so that they make sure their children have sufficient food. These are situations that Canadians respond to with emotion and with a desire to change.
Equality of Canadians is an essential in the fabric of our society. Likewise, northerners know they live in a high-cost part of Canada, but to be equal, the government has to come in and be involved. In addition to pure humanitarianism, helping northerners with their high cost of living, particularly for food costs, enhances Arctic sovereignty. More than that, northerners provide a basis for what the government considers to be the new resource sector in our country, whether it is mining, oil, gas, or any of the other natural resources the government covets in the north. Those people provide a workforce and an opportunity to see those resources developed in a good fashion.
Originally, through the past decade up until 2010, we had the food mail program. That program had accelerating costs. In 2011, nutrition north was dreamt up. The criteria for community participation was so flawed that about 50 isolated fly-in communities were left out of that program.
In his report last fall, the Auditor General said:
We found that the Department has not established community eligibility criteria that are fair and accessible. The Department considered communities eligible if they lacked year-round surface transportation and if they had used the Food Mail Program extensively. Communities that had made very little use of the Food Mail Program were determined to be eligible for only a partial subsidy...
This partial subsidy was 5¢ a kilogram. It did not amount to anything. He went on to say:
...while communities that had not used the previous program were determined to be ineligible. Consequently, community eligibility is based on past usage instead of current need. As a result, there may be other isolated northern communities, not benefiting from the subsidy, where access to affordable, nutritious food may be an issue.
The Auditor General went on to say that the Department of Aboriginal Affairs was aware of this problem, and it estimated that it would cost $7 million a year to service these 50 communities. My office conducted research and was able to identify 46 of the communities that should be getting the full subsidy. Twenty-seven of these communities are in ridings represented by Conservative members of Parliament. Nineteen communities are in the member for Kenora's riding. Where was the member during his last two-and-a-half years as parliamentary secretary to the minister of aboriginal affairs and northern development? Could he not have spoken to the minister about the need facing these communities in his riding? Then again, there were other members that failed to stand up and speak for their communities.
Because these communities need any help they can get, the first part of the New Democratic motion is, “immediately including in the nutrition north Canada program the 50 isolated northern communities accessible only by air that are not currently eligible for the full subsidy”. However, including these communities is simply an emergency solution. Including these communities would bring them up to the level of the other communities. That is fine. That is a start toward success. It is only the start, but it is a necessary start.
We need to be fair in this country. We need to treat every community the same. We need to understand that every community has similar requirements for these subsidies, regardless of their past history.
Another problem found by the Auditor General is that there is no way for the Department of Aboriginal Affairs to determine if the subsidy is being passed on to northerners by retailers. This is a central flaw in the program. While professing to help northerners access affordable and nutritious food, what nutrition north really does is subsidize the selling of food to northerners and to anyone else who goes into their stores.
Rather than providing assistance to businesses, it might be better to look at the systems used in other countries for food subsidies. One possible solution might be to actually subsidize consumers. In the United States, the women, infants, and children program, a very successful program initiated by the federal government, goes across all states. That program is accessible by people through a swipe card.
We are not here today to decide on the long-term solution for this issue. However, we need to establish a process to work with northerners to come up with a long-term solution, and that is part of our resolution as well.
Another part of the motion calls on the government to initiate a comprehensive review of the nutrition north program, with northerners as full partners, to determine ways to provide the subsidy to northern residents and also to support the use of traditional foods. Throughout the small communities, the traditional way of providing sustenance was through hunting, trapping, fishing, and gardening, in many cases. Those were ways communities provided food in days gone by and that need to be supported now to make them more successful.
The nutrition north program was poorly thought out to begin with. For a government that says it supports the north, it fails to work with northerners, or even listen to them. I could be talking about the opposition to the changes to the Mackenzie Valley Resource Management Act or to the bill that was passed yesterday, Bill S-6, in which the government simply rode over the valid concerns of many Yukoners.
The same thing could be said about nutrition north. There is a growing groundswell of people speaking up about the program and saying that it is not successful. For instance, the Auditor General found that aboriginal affairs had spoken to Health Canada about what food should go in the subsidy but seemed to have ignored northerners and what food they think should be covered.
When I was in Iqaluit, I met with the people who were engaged in trying to work on this program through raising public awareness about it, and they told me one interesting fact: most of the people in Nunavut, the Inuit people, are lactose intolerant. The fact that the government has made milk a large part of their particular program means that many of them will not pick up on that subsidy, because they cannot use milk the way many southern people or Caucasians use that product. Therefore, that subsidy is not actually as valid as it should be for that particular group of people. That is why we are calling for more support for traditional food. That is part of what has to happen.
As I noted, the current nutrition north criteria exclude a large number of communities that should be receiving the full subsidy. The current criteria seem to be shaped more toward excluding communities than toward ensuring that all northerners have access to affordable nutritious food.
Part of what was going on with the nutrition north program, as the Auditor General pointed out, was that there were to be yearly reviews of eligibility and how the program was working. We have not seen those yearly reviews in the four years the program has been put in place. How was the government to determine that the program was working properly if it did not do the reviews?
It is a very significant and important program dealing with the health of many northerners. The result of not dealing with it correctly means that other costs in the system have gone up. Perhaps they do not mind that the costs for health, education, and the social costs that go with poverty and the failure to have a proper lifestyle are costs that are borne by other governments. Perhaps the current federal government has not been that concerned about them.
We know that many other communities in the country that have year-round road access have very high food costs. If they are hauling food from the southern United States or Mexico to Inuvik, the costs are very high. These costs have to be borne by northerners living in these communities, not all of whom have high-paying jobs.
Because of the poorly thought-out community eligibility criteria, we are calling on the government to create equitable program eligibility criteria for northern communities based upon their real circumstances.
Many of the communities are very small communities. The cost of running retail stores is very high. They cannot avoid that problem. They cannot avoid the problem of the cost of fuel, which has been inflated by almost 400% over the last decade throughout northern Canada. They have to deal with that problem, as well, in a small community.
They cannot expect that using single criteria, the freight rate, and whether they were in the program before is good enough to determine how a community should receive the subsidy.
A comparison of expenditures under the last years of the food mail program with those allocated under nutrition north shows that the Conservatives have been deliberately underfunding the program. In the last two years of the food mail program, the cost was about $59 million. That was up from four years earlier, when the cost was $39 million.
We saw a rapidly accelerating cost for the food mail program. Why was that? It was because all the other costs throughout northern Canada were going up. The Auditor General indicated that the inflationary cost of food in the north was double the rate it was in southern Canada. In the food mail program, where the Conservatives did not really have a hold on the costs, there was an accelerating cost.
However, in the four years of the nutrition north program, the original allocation each year was $53 million. It was topped up, but it never showed much increase over those years in comparison with what was being put into the food mail program.
I think we can safely say that this program has been underfunded since its inception. The indications from the Conservative government were that it would now increase the funding by 5% a year. However, it has not put the money in to catch up to where the program should be. If the program was in place for four years without inflationary figures attached to it, then funding should start at a much higher level before it starts adding the 5% per year.
This shows either poor planning or a deliberate attempt to lowball the program's costs. For that reason, part of this motion is that we call on the government to provide “....sufficient funding to meet the needs of all Northern communities.”
This is what is required. I think back to when I first came to Parliament. I was working on the northern residents' tax deduction, which was a program in 1989. The argument from all northerners was that the program had been in place for many years and they had seen no increase in the amount of the northern residents' tax deduction. Everyone said that inflation should put about 50% into that program. The late minister Jim Flaherty, in his 2007 budget, put in 10%, and there has been nothing since.
What we have seen is that program, which was very important to northerners, which worked very well to encourage people to live and work in the north, and to develop all the things the Conservative government thinks are very important, like mines, oil and gas, and all the rest, has not been allowed to increase, simply to keep up to the rate of inflation.
The rate of inflation in the north is very high. In southern Canada for people heating with natural gas, the cost is pretty well the same as it was a decade ago. In the north, the same people using energy are looking at a 400% increase in their costs. It is a cold place and houses need to be heated. We need an increase in funding to this program, like other programs that are not tied to inflation. People cannot escape those costs. Those costs are part of a system that we live in.
The final point I have is we need to stop supporting a southern Canada-style of food delivery system in the north, and develop a system which is northern-based and sustainable.
We need to do more for ourselves. We need to be encouraged. Northern communities across the country need to be encouraged to look for solutions to this as well. Historically there are many large farms throughout the Northwest Territories. They were run by the missions. They produced the vegetables for all the north in the 1920s, 1930s and 1940s. That is gone now, but it could come back. There are some northern communities, like Inuvik and Norman Wells, that have created greenhouses. They are very successful with their production of food.
We see many opportunities in the renewable area to improve the situation, whether it is energy, food or housing. All those things come together to reduce costs.
When the efforts are put in from somewhere else, it does not allow for that local involvement. When those from outside the north decide what is good for us, that usually results in failure. Keeping this in mind, we call on the government to work with all northerners to develop a sustainable solution to food insecurity.
Nutrition north has many flaws and needs to be reworked with the involvement of northerners. However, until then, it must be expanded to cover all the communities that are now not being covered by that program. That is only fair. We are fair, as Canadians. We believe in equality. We do not stop somebody from applying for a GST rebate because they did not apply for it the year before. Why is that a criteria for northern communities, whether they made use of the food mail system? If they had not made use of the food mail system, they are ineligible for the nutrition north program. That is simply an excuse.
We do not need excuses in the north. We need ways to feed our children, to make our system work, and to have healthy and prosperous communities.
propose:
Que la Chambre demande au gouvernement d’agir immédiatement pour corriger le programme Nutrition Nord Canada afin d’améliorer le bien-être des Canadiens autochtones et non-autochtones du Nord du Canada en: a) incluant immédiatement dans le programme Nutrition Nord Canada les 50 communautés nordiques isolées accessibles seulement par voie aérienne et qui ne sont pas actuellement admissibles à la pleine subvention; b) lançant un examen approfondi du programme Nutrition Nord en collaboration totale avec les habitants du Nord afin de trouver une façon d’offrir la subvention directement aux résidents du Nord et d’établir des soutiens pour l’alimentation traditionnelle; c) créant, pour les communautés nordiques, des critères d’admissibilité équitables au programme qui tiennent compte de leur situation réelle; d) assurant un financement adéquat pour répondre aux besoins des communautés nordiques; e) travaillant avec tous les habitants du Nord pour élaborer une solution durable à l’insécurité alimentaire.
-- Monsieur le Président, je suis député des Territoires du Nord-Ouest depuis 10 ans, et je crois que c’est une excellente occasion de parler des habitants du Nord. Je parle du nord des provinces et des trois territoires, soit les centaines de collectivités qui s’étendent d’un bout à l’autre du Nord canadien.
J'ai grandi dans une localité isolée. La route n'y a été construite que bien des années plus tard; je sais donc à quel point un système de transport peut changer les choses. Je comprends la nature intrinsèque des problèmes auxquels font face les gens qui vivent dans des régions isolées et éloignées. Voilà les collectivités dont il est question ici. Il s'agit de collectivités canadiennes qui ne sont pas accessibles par la route ou qui ne peuvent pas être desservies à des coûts à peu près semblables à ceux des régions du Sud du Canada. Ces collectivités souffrent. Elles continueront de souffrir tant que nous n'aurons pas trouvé des solutions qui leur conviennent.
Dans un pays aussi grand et aussi prospère que le Canada, personne ne devrait avoir faim. Malheureusement, c'est le cas de nombreux Canadiens du Nord. Certains d'entre eux se passent de manger durant le jour pour s'assurer que leurs enfants auront suffisamment de nourriture. Il s'agit de situations auxquelles les Canadiens réagissent avec émotion et qu'ils souhaitent changer.
L'égalité des Canadiens est un des principes essentiels de notre société. À cet égard, les habitants du Nord savent qu'ils vivent dans une partie du pays où le coût de la vie est élevé, mais par souci d'égalité, le gouvernement doit intervenir. Outre son aspect purement humanitaire, l'aide accordée aux gens du Nord pour atténuer le coût élevé de la vie dans leur région, particulièrement le coût des aliments, permet de renforcer la souveraineté dans l'Arctique. Qui plus est, les gens du Nord sont à la base de ce que le gouvernement considère comme le nouveau secteur des ressources au pays, qu'il s'agisse des mines, du pétrole, du gaz ou de toute autre ressource naturelle que le gouvernement convoite dans le Nord. Ces gens constituent une main-d'oeuvre grâce à laquelle nous avons l'occasion de mettre en valeur ces ressources de façon appropriée.
Au départ, depuis la dernière décennie, jusqu'en 2010, les gens du Nord bénéficiaient du programme Aliments-poste, dont les coûts allaient en augmentant. Puis, en 2011, le programme Nutrition Nord a vu le jour. Les critères de participation étaient si mal conçus qu'une cinquantaine de collectivités isolées, accessibles uniquement par avion, ont été exclues de ce programme.
Dans son rapport de l'automne dernier, le vérificateur général a dit:
Nous avons constaté que le Ministère n’avait pas défini ses critères d’admissibilité des collectivités en fonction de l’équité et de l’accessibilité. Le Ministère juge qu’une collectivité est admissible si elle n’a pas accès à des transports de surface toute l’année et si elle a eu souvent recours au programme Aliments-poste. Les collectivités ayant très peu utilisé ce programme étaient déclarées admissibles à une contribution partielle...
On parle d'une contribution partielle de 5 ¢ par kilogramme. C'est un montant tout à fait dérisoire. Le vérificateur général a ajouté ceci:
[Les collectivités qui n'ont pas du tout utilisé le programme] étaient déclarées non admissibles. Par conséquent, l’admissibilité des collectivités est fondée sur l’utilisation antérieure du programme Aliments-poste, et non pas sur les besoins actuels. Il se peut donc que certaines collectivités isolées du Nord ne puissent pas bénéficier de contributions, même si elles ont un problème d’accessibilité à des aliments nutritifs à un prix abordable.
Le vérificateur général dit encore que le ministère des Affaires autochtones était conscient de ce problème et qu'il a estimé qu'il en coûterait 7 millions de dollars par année pour servir ces 50 collectivités. Mon bureau a fait des recherches et a pu trouver 46 collectivités parmi celles qui devraient être pleinement subventionnées. Vingt-sept de ces collectivités sont dans des circonscriptions représentées par des députés conservateurs. Dix-neuf sont dans la circonscription du député de Kenora. Où était passé le député pendant deux ans et demi, lui qui a été le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord? N'aurait-il pas pu parler au ministre des besoins des collectivités de sa circonscription? D'autres députés ont également manqué à leur obligation de défendre les intérêts des gens de leur circonscription.
Puisque ces collectivités ont besoin de toute l'aide possible, la première partie de la motion néo-démocrate dit ceci: « incluant immédiatement dans le programme Nutrition Nord Canada les 50 communautés nordiques isolées accessibles seulement par voie aérienne et qui ne sont pas actuellement admissibles à la pleine subvention ». Toutefois, inclure ces collectivités n'est qu'une solution d'urgence qui les amènerait au même point que les autres. C'est bien. C'est un bon départ afin d'arriver au résultat souhaité. Ce n'est qu'un début, mais il faut bien commencer quelque part.
Nous vivons dans un pays où il faut se montrer équitable. Nous devons mettre toutes les collectivités sur un pied d'égalité. Nous devons comprendre qu'elles ont toutes besoin des subventions, quel que soit leur passé.
Le vérificateur général a aussi constaté un autre problème. Le ministère des Affaires autochtones n'est pas en mesure de s'assurer que les détaillants font profiter les habitants du Nord des subventions. C'est un problème fondamental. Nutrition Nord prétend aider les habitants du Nord à obtenir des aliments nutritifs à prix abordable, mais ce programme a pour effet réel de subventionner la vente d'aliments aux habitants du Nord et aux gens d'ailleurs qui se rendent dans leurs épiceries.
Au lieu d'aider des entreprises, il serait préférable d'analyser comment d'autres pays s'y prennent pour subventionner l'alimentation. Une solution possible serait de verser directement la subvention aux consommateurs. Aux États-Unis, un programme fédéral destiné aux femmes, aux bébés et aux enfants, d'un bout à l'autre du pays, et accessible au moyen d'une carte de paiement remporte un franc succès.
Ce n'est pas aujourd'hui que nous arrêterons une solution durable dans ce dossier. Cependant, nous devons définir un processus de collaboration avec les habitants du Nord dans le but de trouver une solution à long terme, ce qu'englobe également la motion.
Une autre partie de la motion exhorte le gouvernement à lancer un examen approfondi du programme Nutrition Nord en collaboration totale avec les habitants du Nord afin de trouver une façon d'offrir la subvention directement aux résidants du Nord et d'établir des soutiens pour l'alimentation traditionnelle. Dans tous les villages, l'alimentation traditionnelle, c'est souvent le fruit de la chasse, du piégeage, de la pêche et du jardinage. C'est ainsi que les ancêtres des habitants se nourrissaient, et nous devons aider nos concitoyens à mieux perpétuer ce mode de vie.
Le programme Nutrition Nord est entaché d'un vice de conception. Alors que le gouvernement se targue de soutenir le Nord, il refuse de collaborer avec les Canadiens qui y habitent et même de les écouter. Je pourrais parler de l'opposition aux changements apportés à la Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie ou dans le projet de loi adopté hier, le projet de loi S-6, par lequel le gouvernement passe carrément outre aux préoccupations légitimes de nombreux Yukonnais.
On pourrait en dire autant de Nutrition Nord. De plus en plus de gens dénoncent le programme et son inefficacité. Ainsi, le vérificateur général a conclu que le ministère des Affaires autochtones avait échangé avec Santé Canada à propos des aliments que devrait couvrir la subvention sans avoir toutefois tenu compte des habitants du Nord et des aliments qui devraient selon eux être couverts.
Lorsque j'étais à Iqaluit, je me suis entretenu avec des gens qui s'occupent du programme Nutrition Nord Canada et qui cherchent à sensibiliser la population. Ces gens m'ont fait part d'un fait intéressant: la plupart des habitants du Nunavut, les Inuits, sont intolérants au lactose. Le gouvernement a fait du lait un aspect important de ce programme, mais, comme bien des gens du Nord ne peuvent pas en consommer de la même façon que les gens du Sud ou les gens d'origine caucasienne, ils ne profiteront pas de la subvention. Par conséquent, cette subvention n'est pas aussi pertinente qu'elle devrait l'être pour ces personnes. C'est pourquoi nous réclamons que le gouvernement cible davantage les aliments traditionnels. Voilà l'une des mesures qui doivent être prises.
Comme je viens de le dire, les critères actuels du programme Nutrition Nord Canada excluent beaucoup de collectivités qui devraient recevoir la pleine subvention. Ces critères semblent surtout conçus pour exclure des gens plutôt que pour voir à ce que tous les habitants du Nord aient accès à des aliments nutritifs à bon marché.
Comme le vérificateur général l'a signalé, il devait notamment y avoir des examens annuels de l'admissibilité au programme et de son fonctionnement. Or, depuis qu'il a été lancé, il y a quatre ans, le programme n'a fait l'objet d'aucun examen de ce genre. Comment le gouvernement peut-il savoir si le programme fonctionne bien s'il ne procède pas aux examens prévus?
Ce programme, qui concerne la santé de nombreux habitants du Nord, est très important. Comme on n'a pas bien fait les choses, d'autres coûts ont grimpé. Ça ne dérange peut-être pas le gouvernement fédéral, car les coûts relatifs à la santé et l'éducation et les coûts sociaux associés à la pauvreté et à une qualité de vie inadéquate sont assumés par les autres gouvernements. Le gouvernement actuel ne se soucie peut-être pas de ces gens.
Nous savons qu'un grand nombre de localités accessibles par voie terrestre toute l'année payent très cher leur nourriture. La nourriture qu'elles font venir du Sud des États-Unis ou du Mexique jusqu'à Inuvik coûtent très cher. Ces coûts doivent être assumés par les habitants de ces localités dans le Nord, qui n'ont pas tous des emplois très payants.
Étant donné que les critères d'admissibilité imposés aux localités sont mal pensés, nous demandons au gouvernement de fixer des critères équitables d'admissibilité au programme pour les collectivités du Nord en tenant compte de leur situation réelle.
Un grand nombre de ces collectivités sont très petites. Le coût d'exploitation d'un magasin de détail y est très élevé. Elles ne peuvent se soustraire à ce problème. Elles ne peuvent pas éviter le problème du coût du carburant, qui a grimpé de près de 400 % au cours de la dernière décennie dans tout le Nord du Canada. Dans les petites collectivités, les gens sont aussi aux prises avec ce problème.
On ne peut pas, en tenant compte d'un seul critère — le tarif pour le transport des marchandises — et du fait d'avoir déjà adhéré au programme, déterminer comment une collectivité devrait toucher la subvention.
Une comparaison des dépenses les dernières années du programme Aliments-poste à celles allouées par Nutrition Nord montre que les conservateurs ont délibérément sous-financé le programme. Les deux dernières années, le coût du programme Aliments-poste était d'environ 59 millions de dollars. Or, quatre ans auparavant, il était de 39 millions de dollars.
Nous avons constaté que les coûts ont augmenté rapidement pour le programme Aliments-poste. Pourquoi cela s'est-il produit? C'est parce que tous les autres coûts dans le Nord du Canada étaient en train d'augmenter. Le vérificateur général a indiqué que le taux d'inflation du coût des aliments était deux fois plus élevé que dans le Sud du Canada. Pour ce qui est du programme Aliments-poste, où les conservateurs n'avaient pas vraiment d'emprise sur les coûts, les coûts ont augmenté rapidement.
Cependant, pendant les quatre années du programme Nutrition Nord, le budget initial a été de 53 millions de dollars par année. Des sommes supplémentaires ont été versées, mais l'augmentation au cours de ces années a été relativement faible par rapport aux sommes affectées au programme Aliments-poste.
Je crois que l'on peut dire sans hésitation que le programme a été sous-financé depuis sa création. Le gouvernement conservateur avait indiqué qu'il augmenterait le financement de 5 % par année. Cependant, il n'a pas ajouté de fonds afin d'atteindre le niveau prévu pour le programme. Si le programme a été en place pendant quatre ans sans que l'on tienne compte de l'inflation, le financement accordé devrait donc être beaucoup plus élevé à la base, avant même d'ajouter l'augmentation de 5 % par année.
Cette situation découle soit d'une mauvaise planification, soit d'une tentative délibérée de minimiser les coûts liés au programme. C'est pourquoi une partie de la motion vise à faire en sorte que le gouvernement « [...] [assure] un financement adéquat pour répondre aux besoins des communautés nordiques ».
Voilà ce dont on a besoin. Quand je suis arrivé au Parlement, je travaillais sur la déduction fiscale pour les habitants de régions éloignées, qui était un programme en 1989. Les habitants du Nord faisaient valoir que le programme était en place depuis de nombreuses années mais qu'ils n'avaient constaté aucune augmentation de la déduction fiscale pour les habitants de régions éloignées. Tout le monde a dit que, compte tenu de l'inflation, il faudrait prévoir une augmentation de 50 % pour le programme. Le regretté ministre Jim Flaherty, dans son budget de 2007, avait prévu une augmentation de 10 %. Depuis, plus rien.
Ce qu'on a pu constater c'est que le financement du programme, un programme très important pour les habitants du Nord, qui encourageait les gens à vivre et à travailler dans le Nord, qui favorisait le développement de diverses activités, dont celles liées aux mines, au pétrole et au gaz, n'a pas vu l'ombre d'une augmentation, ne serait-ce que pour suivre le rythme de l'inflation.
Dans le Nord, le taux d'inflation est très élevé. Pour les Canadiens du Sud du Canada qui utilisent un système de chauffage au gaz naturel, les coûts sont demeurés à peu près les mêmes depuis 10 ans. Dans le Nord, le coût de l'énergie a connu une augmentation de 400 %. Il fait froid et il faut chauffer les maisons. Il faut augmenter le financement accordé à ce programme, ainsi qu'à d'autres programmes qui ne sont pas liés à l'inflation. Les gens ne peuvent pas échapper à ces dépenses, car elle font partie intégrante du système dans lequel nous vivons.
La dernière chose dont je veux parler, c'est qu'il faut cesser de soutenir, dans le Nord, la mise en place d'un modèle de distribution des aliments semblable à celui du Sud. Il faut mettre en place un réseau durable établi en fonction du Nord.
Nous devons être plus autonomes. Nous avons besoin d'être encouragés. Il faut encourager les collectivités du Nord de tout le pays à chercher elles aussi des solutions à ce problème. Traditionnellement, partout dans les Territoires du Nord-Ouest, il y avait beaucoup de grandes exploitations agricoles administrées par les missions. Dans les années 1920, 1930 et 1940, elles produisaient les légumes pour tout le Nord. Elles n'existent plus, mais elles pourraient reprendre la production. Il y a des villes, comme Inuvik et Norman Wells, qui ont construit des serres. Leur production d'aliments connaît un grand succès.
Que ce soit en matière d'énergie, d'alimentation ou de logement, il y a beaucoup d'occasions favorables dans le secteur du renouvelable pour améliorer la situation. Tous ces éléments se conjuguent pour réduire les coûts.
Lorsque les efforts viennent d'ailleurs, cela ne laisse pas de place à l'engagement à l'échelle locale. Lorsque ceux qui ne sont pas du Nord décident de ce qui est bon pour nous, nous assistons habituellement à un échec. Cela dit, nous demandons au gouvernement de travailler avec tous les habitants du Nord afin de mettre au point une solution durable au problème de l'insécurité alimentaire.
Le programme Nutrition Nord présente de nombreux défauts et il faudrait qu'il soit remanié avec la participation des habitants du Nord. Cependant, en attendant que cela se fasse, le programme doit être élargi pour englober les collectivités qu'il ne couvre pas à l'heure actuelle. C'est une simple question d'équité et, en tant que Canadiens, nous sommes équitables. Nous croyons en l'égalité. Nous n'empêchons pas quelqu'un de demander un remboursement de TPS sous prétexte qu'il ne l'a pas fait l'année d'avant. Alors, pourquoi exige-t-on des collectivités du Nord qu'elles aient eu recours au système d'approvisionnement alimentaire par la poste pour être admissibles au programme Nutrition Nord? Ce n'est qu'un prétexte.
Le Nord n'a pas besoin de prétextes. Nous avons besoin de façons de nourrir nos enfants, de faire fonctionner le système et d'avoir des collectivités prospères et en santé.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-04 10:39 [p.14571]
Expand
Mr. Speaker, in the case of Nahanni Butte, the member is a bit wrong on that. I would invite him to come up to my riding and I will show him the condition of the winter road that services Nahanni Butte. However, I am glad he has taken a look at that. The people in Nahanni Butte suffer incredibly high food costs. That is one of the points I made in my speech. Sometimes, the criteria being used are not a fact.
What we said was that there were about 50 communities. That is what the Auditor General reported in his study. We identified 46 communities very clearly. There is a list of them here and I would be pleased to provide it to members so that they can look at it. This was research done by my office in an effort to understand better what communities should be provided with access. If there are others, I would encourage members to come forward with the communities in their ridings that should be in this program. I should be hearing from some Conservative members who also have these kinds of communities in their ridings and say that their community needs to be subsidized as well.
Monsieur le Président, le député fait quelque peu fausse route en ce qui concerne Nahanni Butte. Je l'invite à venir dans ma circonscription où je lui montrerai l'état dans lequel se trouve la route d'hiver de Nahanni Butte. Cependant, je suis heureux qu'il se soit penché sur la question. Les gens de Nahanni Butte doivent payer des coûts incroyablement élevés pour leurs aliments. C'est l'un des problèmes que j'ai soulignés dans mon discours. Parfois, les critères employés ne sont pas fondés sur des faits.
Nous avons dit que cela s'appliquait à environ 50 collectivités. C'est ce qu'a indiqué l'étude du vérificateur général. Nous avons cerné très clairement 46 des collectivités concernées. J'ai en main une liste de ces collectivités, et je serais heureux de la fournir aux députés pour qu'ils puissent la consulter. Cette recherche a été réalisée par mon bureau en vue de mieux cerner les collectivités qui devraient avoir accès au programme. S'il y en a d'autres, j'invite les députés à indiquer quelles sont les collectivités de leur circonscription qui devrait être admissibles à ce programme. Je m'attends à recevoir une réponse de la part de certains députés conservateurs qui représentent des circonscriptions où on trouve également ce genre de collectivités et qui disent qu'elles ont aussi besoin de subventions.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-04 10:43 [p.14571]
Expand
Mr. Speaker, I had hoped that we could have a relatively civilized debate about this today. We are talking about real people here, who sometimes go hungry, whose kids go to school hungry, who suffer from malnutrition. The rate of dental problems in Nunavut is extremely high because they do not have proper nutrition. These are all things that are real problems for Canadians. I really do not appreciate that we get off track on this today. I really hope that everybody pulls it back together and understands that we are talking about real people.
There needs to be accountability for what we do. Everyone should understand a system has to be fair to everyone. We cannot put in tax laws that exclude people. Why should we put in systems for a food subsidy that excludes people? Those things do not match up. They do not match up to the Canadian model, so let us get with it.
Monsieur le Président, j'espérais que nous puissions avoir droit à un débat relativement civilisé aujourd'hui. Il est question de personnes bien réelles, après tout. De personnes qui ne mangent pas toujours à leur faim, dont les enfants vont à l'école le ventre vide et qui souffrent de malnutrition. La proportion de Nunavummiuts qui souffrent de problèmes dentaires parce qu'ils s'alimentent mal est extrêmement élevé. Il s'agit de problèmes tout ce qu'il y a de réels, et qui touchent de vrais Canadiens. Vu le sujet que nous traitons, je trouve malvenu que certains s'éloignent ainsi du sujet. Espérons qu'ils vont se ressaisir et comprendre qu'il est question de personnes bien réelles.
Nous devons prendre conscience de la portée des gestes que nous posons. Nous devons comprendre que tout le monde doit être traité équitablement. Nous ne pouvons pas adopter des lois fiscales qui laissent en plan une partie de la population. Pourquoi instaurer des subventions alimentaires, si c'est pour empêcher certaines personnes d'en bénéficier? Ça ne tient pas la route. Ce n'est pas ainsi que les choses marchent au Canada. Il faut y voir.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-04 10:45 [p.14572]
Expand
Mr. Speaker, every community should have access. The fact that these communities in northern Ontario are not getting access to this program is terrible when we think that in northern Ontario right now at the Victor Mine they are pulling out diamonds. The resources are being taken away. The communities are in terrible shape. The thought that we would somehow hold back on providing a subsidy for food to communities that have so many other problems as well is ludicrous. We need to understand that the system has to be fair and has to support everyone.
Monsieur le Président, toutes les collectivités devraient avoir accès à ce programme. Il est terrible que les collectivités du Nord de l'Ontario n'y aient pas accès, surtout quand on sait que la mine Victor extrait des diamants dans cette région. Les ressources disparaissent, et les collectivités sont vraiment en mauvaise posture. Il est aberrant de penser qu'on pourrait refuser de verser une subvention pour la nourriture à des collectivités déjà confrontées à une multitude d'autres problèmes. Le système doit être équitable et fournir du soutien à tout le monde.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-04 10:47 [p.14572]
Expand
Mr. Speaker, we identified that there were 46 communities that we could come up with. This is a difficult process. There are many small communities throughout northern Canada. It is not an easy task to determine which ones are on a road and off.
Our research showed there were at least 46 communities. The cost of $7.5 million is based on taking the average subsidy in that particular region that is applied to the other communities that have the full subsidy and saying, if we gave the communities that do not have the subsidy the same as their neighbours are getting, then it would work out to about $7.5 million a year. That is the math that we used. I am ready to talk about any math. I am ready to talk about any community. I do not want to restrict the list, but this is what we work with.
Monsieur le Président, nous avons assemblé une liste de 46 collectivités, mais il s'agit d'un processus difficile. Le Nord du pays est parsemé de petites collectivités, et il est difficile de déterminer si elles sont situées aux abords d'une route ou non.
D'après nos recherches, la liste compterait au moins 46 collectivités. Le coût de 7,5 millions de dollars est fondé sur la subvention moyenne accordée aux autres collectivités de la région qui reçoivent la subvention maximale. Si les communautés qui ne reçoivent pas de subvention actuellement recevaient la même que les communautés voisines, le coût total atteindrait 7,5 millions de dollars par année, environ. Voilà comment nous sommes arrivés à cette somme. Je suis prêt à discuter de tous les calculs et de toutes les collectivités. Je ne cherche pas à restreindre la liste, mais c'est celle que nous avons pour le moment.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-04 11:03 [p.14574]
Expand
Mr. Speaker, the speech of the parliamentary secretary had so many inaccuracies that I cannot start to describe them.
I want to go after dollars. He said that the government added $11 million this year to the program, to bring it up to $65 million. In 2010-11, under Public Accounts, $59 million were spent on food mail. In 2013-14, $63,879,237 were spent on the nutrition north program. Now the parliamentary secretary is telling us that the government has added $11 million to the program and it is up to $65 million. How does he make those figures work? It is absurd. The program needs proper funding. The government knows that most of the $11 million was part of the previous year's funding.
Monsieur le Président, le discours du secrétaire parlementaire contient tellement d’inexactitudes que je ne sais pas par où commencer.
Je vais parler des montants d’argent. Il a dit que le gouvernement avait augmenté cette année de 11 millions de dollars le budget du programme, qui s’élève maintenant à 65 millions de dollars. En 2010-2011, selon les Comptes publics, 59 millions de dollars ont été dépensés pour l’expédition d’aliments par la poste. En 2013-2014, 63 879 237 $ ont été dépensés dans le cadre du programme Nutrition Nord Canada. Le secrétaire parlementaire nous dit maintenant que le gouvernement a augmenté de 11 millions de dollars le budget du programme, qui s’élève maintenant à 65 millions de dollars. Comment arrive-t-il à ces chiffres? C’est absurde. Ce programme a besoin d’un financement adéquat. Le gouvernement sait que la majorité des 11 millions de dollars provient en fait du financement accordé l’an dernier.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-04 11:39 [p.14579]
Expand
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for her position on this, and I want to remind members that the motion says very clearly that part b is to determine ways of directly providing the subsidy to northern residents. That is actually what the motion says today. We agree that we need to have some temporary measures to fix this existing program, but we need to move on to other ways that can make a bigger difference.
The parliamentary secretary talked in his speech about some of the food costs. We did an analysis comparing communities that get a partial subsidy, like Lutselk'e, which gets 5¢ a kilogram and where milk is $16.99 for four litres, with others, like Kujawiak, Quebec, which gets a full subsidy and where the cost is $7.99. We could look at other things, like potatoes. In Lutselk'e, a 10-pound bag is $13.99. We took that directly from the store last week. In Kujawiak, it is $5.23. There is a reduction for communities involved in the program. If they are not involved in the program, they are paying extraordinary costs.
Part of our motion is to try to get these communities into the program. These communities are not just from the Northwest Territories, Yukon, and Nunavut. They are from all over northern Canada. Does the hon. member not agree that this program has to cover every single community out there that is isolated or remote and has high food costs?
Monsieur le Président, je tiens à remercier la députée de nous avoir fait part de sa position à ce sujet et à rappeler aux députés la partie b) de la motion, qui propose de trouver une façon d'offrir la subvention directement aux résidents. C'est ce que dit la motion dont nous sommes saisis aujourd'hui. Nous convenons que nous avons besoin de mesures temporaires pour corriger le programme existant, mais nous devons nous orienter vers d'autres options qui peuvent produire de meilleurs résultats.
Le secrétaire parlementaire a évoqué dans son discours le prix de certains aliments. Nous avons effectué une analyse pour comparer les collectivités qui reçoivent une subvention partielle, telles que Lutselk'e, qui obtient 5 ¢ le kilogramme et où le prix d'un quatre litres de lait est de 16,99 $, à d'autres collectivités comme Kujawiak, au Québec, qui reçoit une subvention complète et où le même quatre litres de lait coûte 7,99 $. Nous pourrions examiner d'autres produits, comme les pommes de terre. À Lutselk'e, un sac de 10 livres coûte 13,99 $. C'était le prix demandé en magasin la semaine dernière. À Kujawiak, il coûte 5,23 $. Les prix sont réduits pour les collectivités qui sont visées par le programme. Pour celles qui ne le sont pas, les prix sont exorbitants.
Une partie de notre motion vise à essayer de faire profiter les collectivités du programme. Ces collectivités ne sont pas seulement situées aux Territoires du Nord-Ouest, au Yukon et au Nunavut. Elles sont situées d’un bout à l’autre du Nord canadien. La députée ne convient-elle pas que ce programme doit aider chaque collectivité, éloignée ou isolée, où le coût des aliments est élevé?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-04 13:10 [p.14590]
Expand
Mr. Speaker, my colleague got into this issue, which is much more complex, but it needs to be said when it comes to first nations.
I think of the Conservatives talking about how they provided funding for students and schools equivalent to the provinces. In the Northwest Territories, we have isolated and remote communities. The average funding for communities in the Northwest Territories is some $22,000 a student. The government funds isolated and remote first nations communities at about $11,000 or $12,000. The money is simply not adequate.
It is the same with the nutrition north program. We heard the parliamentary secretary say that the Conservatives added $11 million to the program this year. No, they did not. The program was $64 million last year and it is now about $65 million this year.
Is it not time that the Conservatives get off this idea that somehow they are doing the right thing with the funds they are providing to first nations and to isolated and remote communities, and actually deal with the dollars that are required?
Monsieur le Président, mon collègue a parlé d'une question beaucoup plus complexe relative aux Premières Nations, mais je crois qu'il faut en parler.
Les conservateurs disent que le financement qu'ils accordent aux élèves et aux écoles équivaut au financement versé par les provinces. Dans les Territoires du Nord-Ouest, il y a des collectivités isolées et éloignées. Le financement moyen aux Territoires du Nord-Ouest est d'environ 22 000 $ par élève. Le gouvernement n'accorde que 11 000 $ ou 12 000 $ dans les collectivités isolées des Premières Nations. Le financement n'est tout simplement pas adéquat.
C'est la même chose pour ce qui est du programme Nutrition Nord. La secrétaire parlementaire a dit que les conservateurs y avaient consacré 11 millions de dollars supplémentaires cette année. C'est faux. Le budget du programme était de 64 millions de dollars l'année dernière, et il est d'environ 65 millions de dollars cette année.
Le moment n'est-il pas venu pour les conservateurs de cesser de se faire croire qu'ils prennent de bonnes mesures pour aider les Premières Nations et les collectivités isolées et éloignées et de leur accorder le financement dont elles ont réellement besoin?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-04 13:24 [p.14592]
Expand
Mr. Speaker, I thank my colleague for his statement, but once again, when he talked about the total amount of money in the program, he neglected the actual expenditures according to the public accounts in 2013-14, which were worth $64 million. When we add up the 2014-15 totals, we get to $65 million. The $11 million added to the program last October really amounted to a $1-million increase over the last year. That is hardly even 5%, which the Conservatives have indicated in their own documents is the rate of inflation that they should be applying to the amount of money in the program.
I was in Nunavut, and people talked about how the Northern store gives the subsidy rate according to what nutrition north applies, which is the rate for everyone. However, it achieves a much cheaper freight rate than what is applied through the program. People there are concerned that the nutrition north program, in some cases, is not being fully given back to consumers. What does my colleague think about this?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de ses observations mais, une fois de plus, lorsqu'il a parlé du montant total affecté au programme, il a omis de mentionner les dépenses réelles selon les comptes publics de 2013-2014, dépenses qui s'élevaient à 64 millions de dollars. Quand on additionne les sommes totales de 2014-2015, on obtient 65 millions de dollars. En réalité, les 11 millions de dollars ajoutés au programme en octobre dernier ne représentent qu'une hausse de 1 million de dollars par rapport à l'an dernier. Cela représente à peine 5 %, ce qui correspond, comme les conservateurs l'ont indiqué dans leurs documents, au taux d'inflation qu'ils envisagent d'appliquer au financement du programme.
Lors de mon séjour au Nunavut, les gens ont expliqué comment le Northern Store passe la subvention aux consommateurs selon le taux en vigueur dans le programme Nutrition Nord, qui s'applique à tout le monde. Cependant, le Northern Store obtient un tarif beaucoup moins élevé pour le transport des marchandises que celui prévu dans le programme. Les gens sur le terrain craignent que, dans certains cas, les consommateurs ne bénéficient pas pleinement du programme Nutrition Nord. Qu'en pense mon collègue?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-04 13:38 [p.14594]
Expand
Mr. Speaker, I found the speech by my colleague from northern Saskatchewan to be very rational. I am still concerned that he has communities in his riding that do not achieve the subsidy that should be there. However, I am sure he will be working on that.
My question to him is about the nature of subsidizing large retailers that can deal with different kinds of freight rates. When I travelled to Nunavut, my understanding was that the subsidy being applied in many communities was based on a freight rate that was a universal freight rate for the airline companies. The large companies were getting a discounted rate on the freight, but if they passed on the full rate to the consumer they did not have to pay that in terms of the subsidy for the freight. Therefore, there is a real need for an analysis of all of the freight rates in the north to ensure there is fairness in the system so that the communities that pay higher costs are getting as much as they can and communities such as Iqaluit, where freight rates can be negotiated to a much lower extent, may see some changes made to make the system fair.
Monsieur le Président, j'ai trouvé les propos de mon collègue du Nord de la Saskatchewan très rationnels. Je trouve quand même préoccupant que certaines localités de sa circonscription n'obtiennent pas la subvention à laquelle elles ont droit. Mais je ne doute pas un seul instant qu'il va y voir.
Ma question porte sur la nature des subventions versées aux grands détaillants, qui peuvent jouer avec les tarifs de fret. Selon ce que j'ai pu comprendre, dans de nombreuses localités du Nunavut, la subvention versée est calculée en fonction du tarif de fret appliqué universellement par les compagnies aériennes. Les grandes sociétés obtiennent un rabais sur ce tarif. Si elles transfèrent effectivement la pleine subvention au consommateur, elles n'ont toutefois pas à payer la subvention sur le fret. Il faudrait donc se pencher sérieusement sur l'ensemble des tarifs de fret qui ont cours dans le Nord afin qu'ils soient justes, que les localités qui paient plus cher obtiennent le maximum et que les autres, comme Iqaluit, où il est possible de les négocier à la baisse, aient l'assurance qu'on fera le nécessaire pour rendre le système plus juste.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-04 14:27 [p.14602]
Expand
Mr. Speaker, National Chief Perry Bellegarde was clear that we cannot have reconciliation while indigenous people are mired in poverty.
Yet here we are with elders being forced to root through garbage dumps for food and children going hungry because their parents have no food to give them. Instead of helping them, the Conservatives are refusing to fix nutrition north.
In the spirit of reconciliation, will the Conservatives give the full subsidy to all northern fly-in communities that are currently not receiving it?
Monsieur le Président, le chef national Perry Bellegarde a dit clairement qu'il n'y aura pas de réconciliation possible tant que les Autochtones vivront dans la pauvreté.
À l'heure actuelle, des aînés sont forcés de fouiller dans les poubelles pour trouver de la nourriture et des enfants ne mangent pas à leur faim parce que leurs parents n'ont pas de nourriture à leur donner. Au lieu de les aider, les conservateurs refusent de corriger le programme Nutrition Nord.
Dans un esprit de réconciliation, les conservateurs accorderont-ils la pleine subvention à toutes les collectivités du Nord qui ne sont accessibles que par avion et qui ne la reçoivent pas à l'heure actuelle?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-04 15:52 [p.14616]
Expand
Mr. Speaker, my colleague talked about the advisory board. I wonder if he recognizes that five out of six of the members of the advisory board were contributors to the Conservative Party throughout the north. That seems like a very high percentage to occur simply by chance.
The member talked about the point of sale. There was an issue raised in Iqaluit when I was last there. The food subsidy rate is $2.40. It is clearly identified on sales items within northern stores, but the understanding is that the bulk rate for air freight to Iqaluit is half of that. In fact, if there is a $2.40 subsidy, the store actually only has to pay $1.20 for the freight.
Does my hon. colleague think that there should be a very close examination of the rates of subsidies to ensure that they match up to what is perceived as the method of subsidization, which is the cost of freight?
Monsieur le Président, mon collègue a fait allusion au conseil consultatif. Je me demande s'il sait que cinq de ses six membres ont fait des dons aux associations conservatrices d'un peu partout dans le Nord. C'est plutôt élevé, comme proportion, pour n'être rien d'autre qu'une coïncidence.
Il a aussi parlé des points de vente. La dernière fois que je suis allé à Iqaluit, quelqu'un m'a signalé le problème suivant: la subvention alimentaire correspond à 2,40 $. C'est ce qui est clairement indiqué sur les étiquettes des aliments vendus dans les magasins du Nord. Or, selon ce qu'on m'a dit, les tarifs aériens de gros sur le fret atteignent à peine la moitié de cette somme. Autrement dit, pour une subvention de 2,40 $, les tarifs de fret assumés par le magasin sont de 1,20 $.
Mon collègue ne croit-il pas que l'on devrait s'intéresser de près aux taux des subventions afin qu'ils correspondent à ce qui est perçu comme étant la base de calcul de ces subventions, c'est-à-dire les tarifs de fret?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-04 16:12 [p.14619]
Expand
Mr. Speaker, the Conservatives have come at this by saying that some communities have winter roads, and this and that. Clearly, in our motion we seek to create equitable eligibility criteria for northern communities based on their real circumstances. The real circumstance for the mother who has to buy food for her child is the cost of food. Would the member not agree?
Monsieur le Président, les conservateurs en viennent à se justifier en disant que certaines localités sont desservies par des routes d'hiver, ce genre de choses. Notre motion vise clairement à créer des critères d'admissibilité équitables qui tiennent compte de la situation réelle des localités nordiques. La réalité des mères qui doivent nourrir leurs enfants, c'est le prix des aliments. La députée n'est-elle pas d'accord?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-03 15:57 [p.14538]
Expand
Mr. Speaker, this is the 98th time in this Parliament that we have had a time allocation proposal by the government. This one is on a particular bill that is opposed by most of the people in Yukon in four specific areas.
The government has chosen not to go back to the first nations in Yukon that have well-established relationships there based on existing laws and existing environmental legislation. The government has chosen to unilaterally put four new amendments in the bill that were not part of the larger review process. This has led to a situation where both Yukoners and first nations Yukoners are combined in their opposition to these four amendments.
We saw that when we had the committee hearings in Yukon. The room was full. Hundreds of people listened to our committee. Many people spoke to it, including industry. They said not to do it, that it was silly, that it was not correct to break the relationship that existed now and was working quite well.
The time allocation motion is an insult. The government will answer for this in Yukon in the next election, which is five months away. It is a pity that the government has taken this road. It is going to cause disruption and uncertainty in the Yukon economy for the next number of years until we straighten it out.
Monsieur le Président, c'est la 98e fois que le gouvernement actuel propose une motion d'attribution de temps. Cette dernière motion porte sur un projet de loi dont quatre éléments suscitent l'opposition de la majorité des Yukonnais.
Le gouvernement a choisi de ne pas retourner consulter les Premières Nations du Yukon, alors qu'elles ont établi là-bas de bonnes relations fondées sur les lois existantes, y compris les lois environnementales. Il a choisi d'inclure unilatéralement dans le projet de loi quatre modifications qui ne faisaient pas partie du processus d'examen général. Les Yukonnais et les membres des Premières Nations de ce territoire s'opposent tous les deux à ces quatre modifications.
Nous l'avons constaté lorsque le comité a tenu des audiences au Yukon. La salle était remplie. Des centaines de personnes ont assisté aux audiences. Beaucoup de personnes ont pris la parole, y compris des représentants de l'industrie. Ils nous ont dit de rejeter ces modifications ridicules parce qu'il n'était pas correct de détruire des relations qui fonctionnaient très bien.
Cette motion d'attribution de temps est une insulte. Le gouvernement devra répondre de ses actes au Yukon lors des prochaines élections, qui auront lieu dans cinq mois. Il est regrettable que le gouvernement se soit engagé dans cette voie. Cela va provoquer des perturbations et des incertitudes économiques au Yukon, et cela nous prendre quelques années pour tout régler.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-03 17:25 [p.14545]
Expand
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for his interpretation of history. I always find it humourous when people want to interpret history in a way that ignores the facts of the matter. Every politician sometimes falls into that habit.
In this case, he was talking about issues that Yukoners are very well apprised of. I was amazed at the depth of knowledge and the engagement that Yukoners had on these issues when we conducted committee meetings in Whitehorse and 150 people filled the room from morning until night.
My colleague was there to hear Yukoners, but I want to ask him if he was there to listen to Yukoners and understand what they were saying about the nature of the relationship between Yukoners, first nations, and the environment?
Monsieur le Président, je remercie le député de ses réflexions sur l'histoire. Je trouve toujours amusant d'entendre les gens raconter le passé en faisant fi des faits historiques. Tous les politiciens se prêtent à ce jeu de temps à autre.
Dans le cas qui nous occupe, le député traite de problèmes dont les Yukonnais sont très bien informés. Durant les séances du comité à Whitehorse, auxquelles 150 personnes ont assisté du matin au soir, j'ai été ébahi par l'ampleur des connaissances qu'ont les Yukonnais sur les questions abordées et leur engagement dans ces dossiers.
Le député était présent pour entendre le point de vue des Yukonnais. Y était-il pour les écouter véritablement et comprendre ce qu'ils disaient sur les rapports des Yukonnais avec les Premières Nations et l'environnement?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-06-03 17:42 [p.14547]
Expand
Mr. Speaker, I want to thank my colleague who, regardless of whatever occurred before, during the time of the hearings in Yukon listened very carefully to what Yukoners said, and I appreciate that. As a northerner, I appreciate that people have the opportunity to say their piece, and certainly that did happen in Yukon.
I would like my colleague to comment on this industry and the mining company that just invested heavily in Yukon. Its representative spoke at the hearings and said that the relationship between first nations and the company was based on the existing legislation, so why should they look for this change, which no one really supports in Yukon other than those who are heavily on the side of the industry.
Did the member not feel that this industry's uncertainty about the legislation should have influenced the Conservatives, who have held this up as something that would benefit industry?
Monsieur le Président, je remercie ma collègue qui, indépendamment de ce qui s'est passé auparavant, a écouté attentivement ce que les Yukonnais ont dit pendant les consultations. Je lui en sais gré. Je viens du Nord, et je me réjouis que les gens aient la possibilité d'exprimer leur point de vue, ce qui a été le cas au Yukon.
J'aimerais que ma collègue nous parle de cette industrie et de la société minière qui vient d'investir énormément au Yukon. Lors des consultations, les représentants de cette entreprise ont signalé que les relations entre les Premières Nations et l'entreprise reposaient sur les lois en vigueur et qu'ils ne voyaient pas pourquoi ils devraient vouloir ce changement, que personne n'appuie vraiment au Yukon, sauf ceux qui sont nettement du côté de l'industrie.
La députée ne s'est-elle pas dit que l'incertitude de cette industrie à l'égard du projet de loi aurait dû influencer les conservateurs, qui ont présenté celui-ci comme une mesure favorable à l'industrie?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-29 10:29 [p.14334]
Expand
Mr. Speaker, I do not mind speaking to the bill, although I find that the Conservative position on this is sometimes rather odd.
I was one of the NDP who voted for the first private member's bill that was going to eliminate the long gun registry, so I am speaking from a position of having done that. However, I did not support when the Conservatives would not amend the new bill, because they were destroying the data. Basically, by allowing provinces to have the right to do what they want with firearms, the Conservatives would take firearms out from under the classification of the Criminal Code and put them into civil code. This means that infractions under civil code would not make people criminals, which is a very distinct difference here.
However, I want to talk about safe storage. Over the last 30 years, the best thing that has happened for firearms, in my mind, is safe storage. It means that guns are not available to be used by someone other than the owner or in disputes, which means that we save lives.
Does my colleague not agree that continuing to provide safe storage of firearms is one of the most important aspects of our laws?
Monsieur le Président, je veux bien parler du projet de loi, mais je trouve que la position des conservateurs à son sujet est, par moments, assez étrange.
Pour situer ma position, je rappelle que je fais partie des députés néo-démocrates qui ont voté en faveur du premier projet de loi d'initiative parlementaire visant à supprimer le registre des armes d'épaule. Toutefois, je n'ai pas appuyé les conservateurs lorsqu'ils ont refusé d'amender le nouveau projet de loi, car ils allaient détruire les données. En gros, en permettant aux provinces de faire ce qu'elles veulent à propos des armes à feu, les conservateurs soustrairaient ces armes à la classification du Code criminel pour les assujettir au Code civil. Donc, à partir du moment où les infractions sont commises en vertu du Code civil, les délinquants ne seront pas considérés comme des criminels. La différence est de taille.
Toutefois, je veux parler de l'entreposage en lieu sûr. Au cours des 30 dernières années, la meilleure chose qui soit arrivée en ce qui concerne les armes à feu est qu'on ait exigé leur entreposage en lieu sûr. Ainsi, seuls les propriétaires y ont accès et elles ne peuvent être utilisées au plus fort d'une dispute, ce qui sauve des vies.
Ma collègue convient-elle que l'un des points les plus importants de nos lois est de continuer à assurer l'entreposage sûr des armes à feu.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-29 11:03 [p.14339]
Expand
Mr. Speaker, it is with great sadness that I rise to pay tribute to George Braden, the first elected premier of the Northwest Territories, who passed away Monday.
Born in Saskatchewan in 1949, he and his family moved to the Northwest Territories in 1964. From 1977 to 1979, George was an advisor to the hon. Bud Drury and was the prime minister's special representative for constitutional development in the Northwest Territories. In 1979, he was elected to the ninth Legislative Assembly. The MLAs voted George the first leader of the elected members of cabinet, a position that has become known as “premier”. He served as leader until 1989.
During his time in government, George promoted a new recognition of the Northwest Territories at the national level and a more prominent role in Confederation, including working to win a seat for the NWT at the first ministers conferences. George led the NWT's lobbying to have aboriginal rights included in section 35 of the Constitution.
George's strong support for an independent NWT was a major influence in my political career. He was the first of the new northern politicians to speak up for public government.
My deepest sympathies go to his wife, Lise, and the Braden family. George will be sorely missed.
Monsieur le Président, c'est avec une profonde tristesse que je prends la parole pour rendre hommage à George Braden, qui est décédé lundi et qui a été le premier à être élu chef du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest.
Né en Saskatchewan en 1949, George Braden s'est installé dans les Territoires du Nord-Ouest avec sa famille en 1964. De 1977 à 1979, il a été conseiller de l'honorable Bud Drury et représentant spécial du premier ministre au sein de la commission qui s'est penchée sur l'évolution constitutionnelle dans les Territoires du Nord-Ouest. En 1979, il a été élu à la neuvième Assemblée législative des territoires. Les députés l'ont choisi comme premier chef des membres élus du Cabinet, titre qui sera remplacé par celui de premier ministre. Il est demeuré à la tête du gouvernement jusqu'en 1989.
Lorsqu'il était au gouvernement, George Braden a travaillé à obtenir pour les Territoires du Nord-Ouest une nouvelle reconnaissance sur la scène nationale et un rôle plus important au sein de la Confédération, notamment un siège à la conférence des premiers ministres. Il a dirigé le lobby des Territoires du Nord-Ouest visant à faire inclure les droits des Autochtones dans l'article 35 de la Constitution.
L'appui énergique qu'il a manifesté à l'égard de l'autonomie des Territoires du Nord-Ouest a eu une influence déterminante sur ma carrière politique. George Braden a été le premier des nouveaux politiciens du Nord à parler en faveur d'un gouvernement populaire.
J'offre mes plus sincères condoléances à sa femme, Lise, et à toute sa famille. Il nous manquera beaucoup.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-27 14:39 [p.14220]
Expand
Mr. Speaker, the Auditor General has shown that the nutrition north criteria are not fair or accessible. They are not even based on current needs.
Forty-six isolated fly-in northern communities are out in the cold, without access to nutritious and affordable food. Will the government commit today to working with all northerners to develop a sustainable solution to food insecurity?
The minister can start by including these 46 communities in the nutrition north program.
Monsieur le Président, le vérificateur général a démontré que les critères associés au programme Nutrition Nord sont injustes et difficiles à remplir. Ils ne sont même pas basés sur les besoins actuels.
Quarante-six collectivités isolées du Nord seulement accessibles par avion sont laissées pour compte, incapables de se ravitailler en aliments nutritifs et abordables. Le gouvernement prendra-t-il l'engagement de travailler avec tous les habitants du Nord à l'élaboration d'une solution durable au problème de l'insécurité alimentaire?
Je conseille au ministre de commencer par inclure ces 46 collectivités dans le programme Nutrition Nord.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-25 12:05 [p.14037]
Expand
moved:
Motion No. 1
That Bill S-6 be amended by deleting the long title.
Motion No. 4
That Bill S-6 be amended by deleting Clause 14.
Motion No. 5
That Bill S-6 be amended by deleting Clause 16.
Motion No. 6
That Bill S-6 be amended by deleting Clause 17.
Motion No. 7
That Bill S-6 be amended by deleting Clause 21.
Motion No. 10
That Bill S-6 be amended by deleting Clause 34.
propose:
Motion no 1
Que le projet de loi S-6 soit modifié par suppression du titre intégral.
Motion no 4
Que le projet de loi S-6 soit modifié par suppression de l'article 14.
Motion no 5
Que le projet de loi S-6 soit modifié par suppression de l'article 16.
Motion no 6
Que le projet de loi S-6 soit modifié par suppression de l'article 17.
Motion no 7
Que le projet de loi S-6 soit modifié par suppression de l'article 21.
Motion no 10
Que le projet de loi S-6 soit modifié par suppression de l'article 34.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
He said: Mr. Speaker, I am pleased to put forward these amendments to Bill S-6, a bill that has the ability to amend the Yukon Environmental and Socio-economic Assessment Act and the Nunavut Waters and Nunavut Surface Rights Tribunal Act. It contains many clauses that cannot be amended. Why? They came out of a five-year review of the Yukon Environmental Assessment Act and were agreed to. Many changes to the Environmental Assessment Act were worked out through a process of collaboration, understanding and collaboration between the government and the people of Yukon.
After that process, four very controversial items were added to this bill and then arbitrarily put to the people of Yukon.
The first would provide the Minister of Aboriginal Affairs and Northern Development the authority to provide binding policy direction to the Yukon Environmental and Socio-economic Assessment Board, to which Yukoners are opposed. They had no chance to work with anyone to mitigate that.
The second would legislate time limits for assessments in the face of the fact that the assessment process was working just fine in Yukon, and that people had learned how to deal with very complex issues in an orderly fashion.
The third would allow the Minister of Aboriginal Affairs and Northern Development to delegate any or all responsibilities to the Yukon government without consultation with and approval from the first nations who were party to the whole deal that was set up in the first place.
The fourth would create broad exemptions with respect to the Yukon environmental assessment process for renewals, amendments and permits authorizations, which were in the hands of the boards already.
We can see that the devolution process in the northern territories, which in Yukon started 10 years ago, has been curtailed by this legislation. It has been rolled back in a very significant and deliberate fashion by the government. That is not appropriate.
The other amendments proposed to the act dealt with things that people could see and agree to. They were designed to help move the act forward in a proper fashion so the environmental assessment process could be well-respected and understood.
We have had the same problem in the Northwest Territories. The government agreed to a devolution process and then forced changes to our environmental assessment process. That has now gone to court and there have been injunctions put in place by the court over the actions taken by the government in the Northwest Territories.
We are likely to see the same thing in Yukon, where the first nations will once again have to take the government to court to deal with issues that should have been dealt with in a proper fashion.
Therefore, we have identified four issues and are asking that they be removed from the act through these amendments. It is a request that goes back to the people of Yukon, who have asked for this.
We took the committee to Yukon and had a one-day hearing, which went from 8 a.m. to 6 p.m. The room was filled with hundreds of people who attended the committee hearing from 8:30 a.m. until it finished in the evening. They were not pleased with the bill.
The support for the bill was almost nil. People were speaking out on it. The Government of Yukon, which will face its own electors over this very shortly, will find out how those people feel about the bill. This will also be the case for the Conservative government very soon.
After the election, which is likely to be in October unless the government decides to try to delay it even more, the new NDP government will be ready to put forward amendments to deal with these contentious issues for the people of the north.
There is no reason at all for this to have happened in the fashion it did. The government has created uncertainty in the environmental assessment process for the companies, people and the first nations of Yukon. It has messed it up.
Let me quote Ms. Allison Rippin Armstrong, vice president Lands and Environment, Kaminak Gold Corporation, which has just invested substantial sums of money in the Yukon. She said:
Kaminak is concerned that the process through which YESAA is being amended is creating increased distrust between governments and uncertainty in the assessment and regulatory process for current and future projects in Yukon.
These are the people who are investing in the Yukon.
This is what Ruth Massie, Grand Chief, Council of Yukon First Nations, has to say:
CYFN and all 11 self-governing first nations are unanimously opposed to four provisions that are part of Bill S-6.
Here we have it. On the one hand, we have industry saying that it will not work for them, that it does not need it and do not even understand why it is being done. On the other hand, first nations are saying that things are being done against all their agreements and that are really throwing the process, which they worked so hard to set up, off the back of the cart. They want to know why the government has done it and what the purpose is of this kind of action by the government. They want to know if it is simply because the party of one over in the Langevin Block has decided that this is the way it will go, that no one can interfere with that kind of decision making, that no one from the grassroots up can make a difference.
The government is making rules for territories that actually need devolution. They need to control their own affairs. The government has actually thrown that particular process off the back of the cart. It is heading off in a different direction. People in the territories, my territory, Yukon, who have been influenced by these bills, now face the prospect of suing the government, of going forward with litigation in order to get rid of some of these contentious clauses, which nobody really wants, which do not make any sense and which are not part of any reduction of colonialism or changing the way these territories can govern themselves.
We have put forward a number of amendments which deal with the four contentious issues. We would hope that the government, in the end, would come to its senses and would actually listen to the people of Yukon, industry and those who are involved in the actual work of Yukon, rather than sitting over on Langevin Block, and come to an understanding that these need to be removed to make this bill work. Then we could go ahead and all support it.
-- Monsieur le Président, je suis heureux de présenter ces amendements au projet de loi S-6, lequel vise à modifier la Loi sur l'évaluation environnementale et socioéconomique au Yukon et la Loi sur les eaux du Nunavut et le Tribunal des droits de surface du Nunavut. Il contient plusieurs dispositions qui ne peuvent pas être amendées. Pourquoi? Parce qu'elles découlent d'un examen quinquennal de la Loi sur l'évaluation environnementale du Yukon et ont été adoptées. Nombre de modifications apportées à la Loi sur l'évaluation environnementale ont été apportées dans le cadre d'un processus de collaboration et de compréhension entre le gouvernement et les habitants du Yukon.
Au terme de ce processus, quatre dispositions très controversées ont été ajoutées au projet de loi et imposées arbitrairement aux habitants du Yukon.
La première conférerait au ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien le pouvoir de donner des instructions générales obligatoires à l'Office d'évaluation environnementale et socioéconomique du Yukon. Les Yukonnais s'y opposent, car ils n'ont pas eu la possibilité de collaborer avec quiconque pour en atténuer les conséquences.
La deuxième établirait des délais pour les évaluations environnementales, alors que le processus d'évaluation fonctionnait très bien au Yukon et que les gens avaient appris à remédier à des problèmes très complexes de manière ordonnée.
La troisième autoriserait le ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien à déléguer une partie ou la totalité des responsabilités au gouvernement du Yukon, sans consulter les Premières Nations parties à l'accord et sans obtenir leur approbation.
La quatrième créerait de vastes exemptions relativement au processus d'évaluation environnementale du Yukon pour les renouvellements, les modifications et les autorisations de permis, qui relevaient déjà des offices.
On voit donc que cette mesure législative compromet le processus de transfert des responsabilités dans les territoires du Nord, processus amorcé au Yukon il y a 10 ans. Le gouvernement l'a sabordé de manière considérable et délibérée. C'est inacceptable.
Les autres amendements que nous proposions d'apporter au projet de loi portaient sur des situations que les gens pouvaient constater et qu'ils convenaient de changer. Ils visaient à faire avancer le projet de loi en bonne et due forme, de sorte que le processus d'évaluation environnementale puisse être bien respecté et bien compris.
Nous avons eu le même problème dans les Territoires du Nord-Ouest. Le gouvernement avait accepté un processus de transfert des responsabilités, mais il a fini par imposer des changements à notre processus d'évaluation environnementale. L'affaire se retrouve maintenant devant la cour, qui a prononcé des injonctions contre les mesures prises par le gouvernement dans les Territoires du Nord-Ouest.
La même situation risque de se produire au Yukon, où les Premières Nations devront encore une fois poursuivre le gouvernement devant les tribunaux pour régler des problèmes qui auraient dû être traités de manière appropriée.
Par conséquent, nous avons cerné quatre dispositions problématiques et nous demandons qu'elles soient retirées du projet de loi aux termes de ces amendements. C'est d'ailleurs ce qu'ont réclamé les gens du Yukon.
Le comité s'est rendu au Yukon, où il a tenu une audience d'une journée, de 8 heures à 18 heures. La salle était pleine à craquer: des centaines de résidants étaient venus assister à la séance du comité dès 8 h 30, et ils sont restés jusqu'à la fin, en soirée. Ils n'étaient pas contents du projet de loi.
Pratiquement personne n'était favorable au projet de loi. Au contraire, les gens le dénonçaient. À l'instar du gouvernement conservateur, le gouvernement du Yukon fera incessamment face à l'électorat. Il devra alors défendre sa gestion du dossier. Il verra bien ce que la population pense du projet de loi.
Après les élections, qui devraient se tenir en octobre, à moins que le gouvernement décide de les repousser davantage, le nouveau gouvernement néo-démocrate sera prêt à présenter des changements pour régler les questions qui suscitent la controverse parmi les habitants du Nord.
Absolument rien ne justifie d'avoir procédé ainsi. Le gouvernement a semé l'incertitude par rapport au processus d'évaluation environnementale auprès des entreprises et des Yukonnais, y compris les membres des Premières Nations. Il a tout bousillé.
Je cite Allison Rippin Armstrong, vice-présidente aux terres et à l'environnement de Kaminak Gold Corporation, une société qui vient de faire des investissements considérables au Yukon:
[...] nous nous demandons si le processus de modification de la LEESY ne crée pas une méfiance accrue à l'égard des gouvernements et de l'incertitude par rapport au processus d'évaluation et de réglementation qui s'appliquera aux projets actuels et futurs au Yukon.
Ces personnes sont celles qui investissent au Yukon.
Voici ce que Ruth Massie, grand chef du Conseil des Premières nations du Yukon, a dit:
Le CPNY et l'ensemble des 11 Premières Nations autonomes s'opposent à l'unanimité à quatre dispositions du projet de loi S-6.
Voici la situation. D'un côté, l'industrie dit que cela ne lui convient pas, qu'elle n'en a pas besoin et qu'elle n'en comprend même pas les motifs. De l'autre, les Premières Nations disent qu'on fait des choses à l'encontre de tous les accords sans suivre le processus, qu'elles ont eu tant de mal à mettre en place. Elles veulent connaître les motivations du gouvernement et le but visé. Elles veulent savoir si c'est simplement parce que le parti dont le chef a son bureau dans l'édifice Langevin a décidé qu'il en serait ainsi, convaincu que personne ne peut contrecarrer ce genre de décision et que personne dans la population ne peut y changer quoi que ce soit.
Le gouvernement édicte des règles pour des territoires qui ont besoin qu'on leur transfère des responsabilités. Ils doivent pouvoir gérer leurs propres affaires. Dans les faits, le gouvernement a décidé de jeter le processus par-dessus bord. Il prend un autre direction. Les habitants des territoires, dont le mien, le Yukon, qui sont touchés par ces projets de loi, envisagent maintenant de poursuivre le gouvernement, de le traduire en justice, pour se débarrasser de certaines de ces dispositions controversées, dont personne ne veut vraiment, qui n'ont aucun sens et qui ne contribuent en rien à réduire le colonialisme ou à changer la façon dont ces territoires peuvent se gouverner.
Nous proposons plusieurs amendements qui traitent des quatre points controversés. Nous osons espérer que le gouvernement finira par entendre raison et écoutera les Yukonnais, l'industrie et les divers intervenants du Yukon, plutôt que de se confiner à l'édifice Langevin, et qu'il finira par comprendre que ces dispositions doivent être retirées pour que le projet de loi fonctionne. Nous pourrions alors tous l'appuyer.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-25 12:16 [p.14039]
Expand
Mr. Speaker, the simplistic idea that has been proposed by the government is really one that goes against what people have worked very hard on throughout the north, and that is the relationship between aboriginal governments and public governments. This will be the determining factor in our ability to work together.
Northerners have come to the decision that first nations governments have complete relevance in everything that goes on in our territories. In the minds of northerners, we do not separate first nations governance as a lesser force. We accept that these forces have to work together. We accept that the decision making has to involve that kind of jurisdictional sharing.
What the government would do with this amendment is take it away from first nations and impact that kind of delegation of authority. I am sure there would be many things first nations could work very well with the public government in Yukon in this regard, but they need to be there at the table.
Monsieur le Président, le gouvernement propose une mesure simpliste qui va directement à l'encontre de ce que les gens du Nord se sont employés à bâtir, à savoir les rapports entre les gouvernements autochtones et l'administration publique. C'est ce qui déterminera si nous réussirons à collaborer ou non.
Les gens du Nord ont décidé que les gouvernements des Premières Nations ont un droit de regard sur tout ce qui se passe dans les territoires. Pour eux, les gouvernements des Premières Nations ne se trouvent pas à un échelon inférieur. Ils conviennent que ces forces doivent unir leurs efforts et que les décisions doivent être prises en commun.
L'amendement législatif proposé par le gouvernement priverait les Premières Nations de ce pouvoir et modifierait la délégation des pouvoirs. Je suis convaincu que les Premières Nations peuvent très bien collaborer avec l'administration publique yukonnaise dans bien des aspects de ce dossier, mais elles doivent participer aux discussions.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-25 12:18 [p.14039]
Expand
Mr. Speaker, it is a problem with the government. It came up with these four amendments after a complete process of years when it could have introduced them. It could have put them forward over that time. It could have talked about them. It could have tried to find some kind of accommodation within the system. It had the time. It had people dedicated to do that work. These are highly trained individuals. They do not miss these types of items. They do not say that they forgot about these four concerns and that they will throw them into the bill at a later date. This was a fairly carefully crafted little effort to avoid talking about the things that were controversial and then shoving them into the bill later. This is really not the way to do devolution in our territories. It is not the way to come up with agreements that can work for people.
Monsieur le Président, c'est effectivement un problème avec le gouvernement actuel. Il a présenté ces quatre amendements après un processus complet qui a duré des années, pendant lequel il aurait pu les proposer. Il aurait pu les présenter pendant ce processus. Il aurait pu en parler. Il aurait pu essayer de trouver une sorte de compromis dans le cadre du système. Il avait le temps de le faire et il y avait des gens qui se consacraient à ce travail. Ce sont des gens hautement qualifiés qui ne laissent pas passer ce genre de choses. Ils ne disent pas qu'ils ont oublié de parler de ces quatre problèmes et qu'ils ajouteront plus tard au projet de loi des dispositions à ce sujet. C'était une petite tentative soigneusement élaborée pour éviter d'aborder des sujets controversés, et les imposer plus tard dans un projet de loi. Ce n'est vraiment pas la bonne façon d'effectuer le transfert de responsabilités aux territoires. Ce n'est pas ainsi qu'on en arrive à des ententes que les gens peuvent accepter.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-25 12:29 [p.14041]
Expand
Mr. Speaker, my question is to the Parliamentary Secretary to the Minister of Aboriginal Affairs and Northern Development, who I have spent time with on committee.
When the government put these four amendments in after the fact, after its major consultation process that took place over a considerable period of time, there was such an outcry from first nations. The fact is that first nations have now requested, and have requested over the previous number of months, that the minister sit down with them and see how they can work to come to some kind of agreement on these four amendments. Where has the minister been? Where has the government been in trying to work this out with the first nations?
Why have the Conservatives been so intransigent about these four amendments, which are quite obviously not supported by the first nations who are an important and vital part of any process that takes place in the Yukon?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au secrétaire parlementaire du ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien, que j'ai côtoyé durant les séances du comité.
Le gouvernement a déclenché un véritable tollé chez les Premières Nations en ajoutant a posteriori les quatre dispositions au projet de loi, soit après la tenue d'une longue et vaste consultation. En fait, les Premières Nations réclament maintenant, et depuis plusieurs mois déjà, de s'entretenir avec le ministre afin d'en arriver à une sorte d'entente sur ces quatre dispositions. Où se trouvait le ministre? Comment le gouvernement a-t-il tenté de résoudre l'affaire avec les Premières Nations?
Pourquoi les conservateurs se sont-ils montrés si intransigeants à propos de ces quatre amendements qui, de toute évidence, ne sont pas appuyés par les Premières Nations, lesquelles jouent un rôle primordial dans toutes les affaires du Yukon?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-25 13:44 [p.14051]
Expand
Mr. Speaker, the member for Wild Rose raised the issue about the significance of any adverse community, environmental or socio-economic effects that have occurred or might occur in conjunction with the project, and that this section was removed by our amendments. However, that is actually clause 9 in the bill and it still remains.
Could my colleague comment on why the Conservative government might be trying to create some kind of doubt about the nature of our amendments at this time and trying to mislead the House about what we have taken out in these amendments?
Monsieur le Président, le député de Wild Rose a mentionné l’importance des effets cumulatifs négatifs — actuels ou éventuels — des projets sur la collectivité, l’environnement ou la vie socioéconomique, et soutenu que nos amendements avaient eu pour effet d'éliminer cet aspect de la mesure. C'est toutefois faux, puisque cet élément est toujours dans le projet de loi, à l'article 9.
Il semble que le gouvernement conservateur cherche à semer la confusion et à induire la Chambre en erreur à propos des éléments éliminés par nos amendements. Mon collègue pourrait-il nous expliquer pourquoi le gouvernement se comporte ainsi?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:15 [p.13905]
Expand
Mr. Chair, I would like to address my questions to the minister. I will start with northern issues.
The minister, in his dialogue with first nations in Yukon, indicated that the government does not consider first nations governments. Is the minister holding to that position?
Monsieur le président, j'aimerais adresser mes questions au ministre. Je vais commencer par les questions concernant le Nord.
Dans ses discussions avec les Premières Nations, le ministre a indiqué que le gouvernement fédéral ne considère pas les Premières Nations comme des gouvernements. Le ministre maintient-il cette position?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:16 [p.13905]
Expand
Mr. Chair, in the Northwest Territories, the Tlicho and Sahtu Dene governments have already initiated court action over the Conservatives' creation of the environmental super board to replace regional boards created through the land claim agreements. Yukon first nations say they will do the same as soon as Bill S-6 is passed.
Why does the minister believe that confrontation with aboriginal people in areas where they have a very responsible relationship with their existing governments is better than co-operation?
Monsieur le président, dans les Territoires du Nord-Ouest, les gouvernements des Tlichos et des Dénés du Sahtu ont déjà intenté des poursuites contre les conservateurs parce qu'ils ont créé le superoffice environnemental pour remplacer les offices régionaux créés par les accords sur les revendications territoriales. Les Premières Nations du Yukon disent qu'elles en feront autant dès que le projet de loi S-6 sera adopté.
Pourquoi le ministre croit-il que la confrontation avec les Autochtones dans des domaines qui relèvent de leur gouvernement est mieux que la coopération?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:17 [p.13906]
Expand
Mr. Chair, the minister's efforts in both the Northwest Territories and Yukon have led to court actions, which are going to likely result in considerable delays and uncertainty in these two territories about the development of the resources that the government seems to want to push forward as quickly as possible.
When he wants to increase investor certainty, why has he chosen to take these actions, which to most people in the North do not make any sense at all and are not required at all?
Monsieur le président, les efforts du ministre dans les Territoires du Nord-Ouest et au Yukon ont entraîné des poursuites judiciaires qui causeront probablement des retards considérables et de l'incertitude dans ces deux territoires au sujet de l'exploitation des ressources que le gouvernement semble pourtant vouloir accélérer le plus possible.
S'il veut donner des assurances aux investisseurs, pourquoi a-t-il choisi de prendre des mesures qui, aux yeux de la plupart des habitants du Nord, n'ont aucun sens et n'étaient pas du tout nécessaires?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:18 [p.13906]
Expand
Mr. Chair, would the minister be willing to accept the Yukon first nations invitation to work with federal and territorial officials to address the four areas of concern that they expressed to the Senate standing committee on September 25, 2014, in Ottawa and the Standing Committee on Aboriginal Affairs and Northern Development on March 30, 2015, in Whitehorse?
Is he willing to sit and work with them to try to solve some of these issues?
Monsieur le président, le ministre serait-il prêt à accepter l'invitation des Premières Nations du Yukon, qui souhaitent collaborer avec les autorités fédérales et territoriales pour résoudre les problèmes de quatre natures qu'ils ont soulevés devant le comité sénatorial permanent, le 25 septembre 2014, à Ottawa, et devant le Comité permanent des affaires autochtones et du développement du Nord, le 30 mars 2015, à Whitehorse?
Est-il prêt à discuter avec les Premières Nations pour essayer de résoudre ces problèmes?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:20 [p.13906]
Expand
Mr. Chair, a simple yes or no would have been sufficient for the first nations in the Yukon, but I see we are not getting that. The minister jumped all over the place and ended with some platitude about perhaps meeting with them.
Can the minister just simply say yes or no? Will he meet with the first nations of the Yukon to try to deal with the four outstanding issues under Bill S-6 or will he not?
Monsieur le président, un simple oui ou non aurait suffit pour les Premières Nations du Yukon, mais je vois que ce n'est pas la réponse qu'on nous donne. Le ministre est passé du coq à l'âne pour ensuite conclure avec des platitudes sur la possibilité de rencontrer ces gens.
Le ministre peut-il simplement répondre par oui ou par non? Rencontrera-t-il les Premières Nations du Yukon pour tenter de résoudre les quatre problèmes en suspens concernant le projet de loi S-6, oui ou non?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:21 [p.13906]
Expand
Mr. Chair, I will move on to nutrition north.
The first question I have for the minister is this: how did the department determine which communities were eligible for the new nutrition north program? What factors were considered?
Monsieur le président, j'aimerais maintenant parler de Nutrition Nord.
Voici ma première question à l'intention du ministre: comment son ministère a-t-il déterminé quelles communautés auraient droit au nouveau programme Nutrition Nord? Sur quels critères s'est-il fondé?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:22 [p.13906]
Expand
Mr. Chair, of course the answers should follow the general delivery of the questions. That is the procedure we have in this committee.
Why do communities like Fort Good Hope, Northwest Territories; Fort Chipewyan, Alberta; Tadoule Lake, Manitoba; and Deer Lake, Ontario get no subsidy when they are isolated, remote northern communities where people require the food subsidy?
Monsieur le président, les réponses doivent bien sûr suivre le sujet général des questions. C'est la pratique que nous suivons en comité plénier.
Pourquoi des communautés comme Fort Good Hope, aux Territoires du Nord-Ouest, Fort Chipewyan, en Alberta, Tadoule Lake, au Manitoba, et Deer Lake, en Ontario ne reçoivent-elles aucune subvention alimentaire, alors que les gens qui vivent dans ces communautés éloignées auraient bien besoin d'une telle subvention?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:23 [p.13906]
Expand
Mr. Chair, the minister knows full well that the Auditor General showed that the department had committed to reviewing the community eligibility status for these communities on an annual basis, but it has not completed annual reviews. These communities remain unsatisfied.
Why has the minister's government not completed these reviews?
Monsieur le président, comme le ministre le sait, le vérificateur général a démontré que le ministère s'était engagé à réévaluer chaque année l'admissibilité de ces communautés, mais qu'il ne l'avait pas fait. Ces communautés attendent toujours.
Pourquoi le gouvernement n'a-t-il toujours pas fait les évaluations nécessaires?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:24 [p.13907]
Expand
Mr. Chair, what part of “annual reviews” does the minister not understand? They would allow these very important changes to be made to these programs and these communities could be allowed to get some subsidy for their food. Why is the minister talking about reviews that are going to be done in the future, when the program has been in place for four years?
Monsieur le président, qu'est-ce que le ministre ne comprend pas dans le terme « examens annuels »? Les examens annuels nous permettraient d'apporter des changements très importants à ces programmes, et ces collectivités pourraient recevoir certaines subventions pour les aliments. Pourquoi le ministre parle-t-il d'examens qui auront lieu plus tard, alors que le programme existe déjà depuis quatre ans?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:26 [p.13907]
Expand
Mr. Chair, last summer the Nunavut Marine Council sent a letter to the minister demanding a full scale strategic environmental assessment of Baffin Bay and Davis Strait before any seismic testing was allowed. Without such a strategic investment, local communities would not support future oil and gas development the letter said.
Why did the minister refuse this request?
Monsieur le président, l'été dernier, le Conseil du milieu marin du Nunavut a envoyé une lettre au ministre pour exiger la tenue d'une évaluation environnementale stratégique complète dans la baie de Baffin et le détroit de Davis avant que des essais sismiques puissent y être menés. La lettre indiquait que sans un investissement stratégique de ce type, les collectivités n'appuieront pas le développement pétrolier et gazier.
Pourquoi le ministre a-t-il refusé cette demande?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:27 [p.13907]
Expand
Mr. Chair, this week the Nunavut Impact Review Board recommended that Resources Canada's proposed uranium mine near Baker Lake should not proceed. Will the minister accept this recommendation from the board or will he ignore the interests of the people in Nunavut and reject the board's recommendation?
Monsieur le président, cette semaine, la Commission du Nunavut chargée de l'examen des répercussions recommandait que la mine d'uranium que Ressources Canada prévoit autoriser près du lac Baker ne voie jamais le jour. Le ministre donnera-t-il suite à la recommandation de la commission ou va-t-il faire fi des intérêts des Nunavutois et la rejeter?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:28 [p.13907]
Expand
Mr. Chair, this is another question coming from Nunavut. Six years after they were purchased, the materials for Gjoa Haven 29 metre bridge to span the Swan River sit gathering rust. The materials were bought with federal funding in 2009 through the Canadian Northern Economic Development Agency's community adjustment fund, but no funding was provided to actually construct the bridge.
How could this project have been approved without including construction costs, and will the minister ensure that Gjoa Haven has the funds needed to actually build the bridge?
Monsieur le président, voici une autre question sur le Nunavut. Six ans après avoir été achetés, les matériaux pour le pont de 29 mètres qui devait enjamber la rivière Swan à la hauteur de Gjoa Haven sont là à prendre la rouille. Les fonds fédéraux qui ont servi à acheter ces matériaux en 2009 provenaient du Fonds d'adaptation des collectivités, de l'Agence canadienne de développement économique du Nord, mais aucun financement n'a été prévu pour la construction du pont en tant que telle.
Comment ce projet a-t-il pu être approuvé sans les coûts de construction? Le ministre va-t-il fournir à Gjoa Haven les fonds nécessaires pour que le pont soit enfin érigé?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:29 [p.13907]
Expand
Mr. Chair, for the minister with respect, the minister's department funds CanNor. He is responsible for it as well and the government is responsible for what it is does in these projects.
Monsieur le président, avec tout le respect que je dois au ministre, l'agence en question reçoit des fonds de son ministère. Il en est aussi le responsable, et le gouvernement est responsable de ce qu'il fait dans des situations comme celle-là.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-13 23:29 [p.13907]
Expand
Mr. Chair, recently regulatory boards in Nunavut got a budget increase after years of asking. However, the government has refused to support the Nunavut planning board's funding request for the final round of technical and public hearings to develop the Nunavut land use plan. Without a land use plan, we will not see the kind of development the government wants to go ahead with in Nunavut. Why has the minister turned down this request?
Monsieur le président, les organismes de réglementation au Nunavut ont obtenu récemment une hausse de financement qu'ils réclamaient depuis des années. Toutefois, le gouvernement a refusé d'accorder le financement demandé par la Commission d’aménagement du Nunavut pour tenir la dernière ronde d'audiences techniques et publiques dans le cadre de l'élaboration du Plan d’aménagement du territoire du Nunavut. Sans un plan d'aménagement du territoire, le genre de développement que le gouvernement souhaite pour le Nunavut ne se produira pas. Pourquoi le ministre a-t-il refusé cette demande?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-08 10:16 [p.13643]
Expand
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for bringing this issue up. This debate could play out in the north in a different way because I am not too sure that our nutrition north program which subsidizes freight for some items would actually subsidize the freight for this medically required item.
When we look at northern people and the costs of freighting for these types of goods, it probably doubles the cost for these types of products for northern women and it is something we need to look into with the whole subsidy program for northerners.
I want to thank my colleague for bringing this up at this time.
Monsieur le Président, je tiens à remercier ma collègue de soulever ce problème. Dans le Nord, l'effet de ce débat pourrait être différent, car je ne suis pas persuadé que le programme Nutrition Nord, qui subventionne le transport de certains articles, couvrirait ces produits de santé dont les femmes ont besoin.
En ce qui concerne les gens du Nord, les coûts de transport font probablement doubler le coût de ces types de produits pour les femmes du Nord, et c'est le genre de problème sur lequel il faut se pencher en ce qui concerne le programme de subvention pour les résidants du Nord.
Je tiens à remercier ma collègue de soulever ce problème.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-07 14:09 [p.13608]
Expand
Mr. Speaker, I would like to take this opportunity on behalf of the people of the Northwest Territories to congratulate Rachel Notley and the NDP on their election victory as a strong, stable, majority government for Alberta.
The people of the NWT have a special relationship with Albertans. We regularly travel, trade, play and work in Alberta. Edmonton is our city for medical services, post-secondary education and all manner of supply and services. The NWT and Alberta share an ecosystem with northern Alberta included in the Mackenzie River watershed. Northerners, including my parents, came from Alberta.
I salute the premier-elect and her Notley crew for running a marvellous campaign full of trust and change. Northerners will look forward to working with this new, exciting government. I am sure she will continue the productive relationship between Alberta and the NWT.
Monsieur le Président, au nom des résidants des Territoires-du-Nord-Ouest, j'aimerais profiter de l'occasion pour féliciter Rachel Notley et le NPD de leur victoire électorale. L'Alberta a élu un gouvernement fort, stable et majoritaire.
Les gens des Territoires-du-Nord-Ouest et les Albertains ont une relation particulière. Nous nous rendons en Alberta régulièrement dans le cadre de voyages, d'échanges commerciaux, de nos loisirs et de notre travail. C'est à Edmonton que nous allons pour recevoir des services médicaux, poursuivre des études postsecondaires et obtenir toute une gamme de biens et services. Les Territoires-du-Nord-Ouest et l'Alberta ont un écosystème en commun, au Nord de l'Alberta, qui comprend le bassin hydrographique du fleuve Mackenzie. Bon nombre de gens du Nord, y compris mes parents, sont venus de l'Alberta.
Je tiens à rendre hommage à la première ministre Notley et à son équipe pour cette campagne électorale remarquable. Ils ont fait preuve d'assurance et ont proposé de nombreux changements. Pour les gens du Nord, la perspective de travailler avec ce nouveau gouvernement est très prometteuse. Je suis convaincu que la première ministre continuera de cultiver la relation fructueuse entre l'Alberta et les Territoires-du-Nord-Ouest.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-06 16:27 [p.13552]
Expand
Mr. Speaker, I am pleased speak to Bill C-46, an act to amend the National Energy Board Act and the Canada Oil and Gas Operations Act, a much-needed and long-overdue first step toward a true polluter pays regime for pipelines in Canada. The NDP takes this very seriously. We view the phrase “polluter pays” as being one of the fundamental aspects of our approach to environmental legislation when we are government later on this year. I believe November would be when we would take over.
I am pleased to see there has been co-operation and some degree of collegiality on the natural resources committee on this subject. That is an encouraging sign in a Parliament that has not had much collegiality over the five years of the Conservative majority mandate. It is good to see.
Bill C-46 would open up a liability regime, which is sorely needed. There is none for existing pipelines and that is amazing when we think of the volume, number and lengths of pipelines throughout Canada, many of them crossing provincial boundaries, which would be regulated by the federal government. That is certainly the case for the pipelines that exit my riding, the Northwest Territories.
The bill includes absolute liability for all National Energy Board regulated pipelines, which are those that cross provincial boundaries. I assume that includes all connections to those pipelines. There are web-like networks of pipeline throughout any pipeline system. Oil is collected from different locations in order to fill up a pipeline that might have a capacity of many hundreds of thousands of barrels a day.
Companies would be liable for costs and damages irrespective of fault. This liability could go up to $1 billion for major oil pipelines, pipelines that have the capacity to transport at least 250,000 barrels of oil per day, and up to an amount prescribed by regulation for smaller companies. That is an important proviso because many of the pipelines are not the size of 250,000 barrels a day. They come from smaller fields in isolated locations. I will speak to that in a bit.
Companies would continue to have unlimited liability when they were at fault or negligent. Accidental leakages, I guess, would mean that pipeline companies are not at fault or negligent, but what does “negligence” mean toward the maintenance and repair of existing pipelines? What does it mean with regard to engineering? If the engineering is inappropriate for the laying of a pipeline, is that considered fault or negligence upon the pipeline company? Some real decision will have to be made by government about what negligence or fault is part of the system, especially for smaller pipelines where perhaps there is less intensity in the environmental process when it comes to putting the pipelines in place.
Bill C-46 leaves considerable leeway for politically motivated decisions and backroom arrangements between operators and the National Energy Board. That is what we are talking about: how do we determine the responsibilities under this act? This also applies to many of the amendments to numerous environmental acts in recent budget implementation bills. We have changed the system considerably over the time of the Conservatives, mostly to weaken legislation that deals with environmental issues.
We have had several pipeline spills in recent history in my riding in the Northwest Territories. Those have come from an industry, mostly located in the Norman Wells area, that has been in place for a considerable length of time. That industry has been in the Northwest Territories since the early 1930s. We have seen that develop over time. We have a pipeline that has a capacity for 45,000 barrels a day that exits the Zama Lake in northern Alberta.
In early May of 2011, a hunter discovered oil leaking from the Enbridge Normal Wells pipeline near the Willowlake River about 50 kilometres south of the community of Wrigley. Enbridge estimated as much as 1,500 barrels of oil leaked from the pipeline. Of course the people in Wrigley were concerned about the impacts of that on the environment and on human health, as well as on the health of the animals and wildlife, which they sincerely use to a great extent for food. This was not a simple matter. It ended up resulting in many thousands of truckloads of material being hauled to the Swan Hills disposal site at a great cost. When we we talk about pipelines and 1,500 barrels people wonder what that is. However, when we have to deal with the dirt, the conditions and perform a complete cleanup, it gets very expensive. A lot of money was put into the cleanup that 1,500 barrels.
That is not the only incidence of spills we have had. The community of Norman Wells, where Imperial Oil has a refinery, ranks as the community with the most reported incidents of federally regulated pipelines in the country. Between 2006 and 2012, the National Energy Board recorded more than 70 incidents, including anything from spills and leaks to worker injuries and fires.
We are talking about pipelines that are not new and perhaps not built to the changing conditions of the northern climate. In that area near Norman Wells, scientists have reported losses of up to 40% of the permafrost over the period of a decade. Therefore, we have serious issues with changing conditions. With respect to the pipelines that were built before, the engineering was based on different circumstances. Those types of things lead to problems.
In 2012, the National Energy Board ordered Imperial Oil to come up with a comprehensive plan to deal with 77 buried pipelines at risk of failing.
Therefore, we do have some issues with pipelines in northern conditions. I cannot speak to all of the pipeline issues across the country. There is no question that many aging pipelines are used for the product around Canada. How many of them are provincially controlled and how many are federally controlled I am sure is of concern to everyone.
These 77 buried pipelines, some of which stretch for several kilometres, were installed during a boom in the oilfield expansion in the 1980s. A particular defect in engineering and construction allowed water to get between the pipe insulation and the bare steel leading to corrosion. Therefore, we have pipelines that are suspect and will likely cause problems in the future. As the corrosion gets worse the pipelines, under stress from changing soil conditions, may actually rupture. Corrosion can also cause pinhole leaks that without proper monitoring equipment on these pipelines can release a lot of oil before anybody even realizes what is going on.
Imperial Oil first identified the problem in 2011, after discovering oil seeping to the surface on Bear Island from one of its well sites in the middle of the Mackenzie River. We had leakage in one of our major pristine rivers in the north. Of course there is concern about that. Over the next year and a half, the company found a total of six leaks. Cleanup involved the excavation of thousands of cubic metres of contaminated soil. That soil had to be moved a very long distance in order to deal with it.
In 2004, a curious black bear caused an oil spill near Fort Simpson. About 12,000 litres of oil leaked out after the animal accidentally opened a valve at an Enbridge pipeline site. Is there culpability in that type of leak? Is somebody responsible for ensuring that pipeline valves are protected from the ability of black bears to manipulate them? Of course. The pipeline company's responsibility is to build pipelines that are safe and can live up to any kind of expectation. If a black bear could release a valve, so could people. We had a problem with the type of thing.
These NWT leaks are small in comparison to the roughly 28,000 barrels of crude oil spilled from a plains midstream Canada pipeline near Little Buffalo, Alberta in May 2011, or the massive 9.5 million litre leak near Zama, Alberta in June 2013 from Apache Canada's pipeline. That leak contaminated 42 hectares of boreal forest in northern Alberta.
We need stronger legislation and a stronger approach to pipeline issues in Canada. We cannot simply say that we have the very best, because the very best might have been that way 30 or 40 years ago when the pipeline was first put in place, but these things do not last forever. We can see that in the oil industry throughout the world. Pipeline degradation leads to leaks.
Whether the amount of oil is big or small, the damage to the environment is considerable, and we have to recognize that. Costs will be encountered. This legislation has loopholes within it that do not define precisely what polluters must pay. That it where our concerns are. We are still happy that we are getting something in place, but it is not the full thing I think we would look for from important legislation like this because of the nature and age of the industry in Canada, the need to fully monitor pipelines in an effective fashion so when leaks occur, they are caught as soon as they possibly can be. We are all concerned about those things.
In February 2013, an Enbridge excavation crew encountered contaminated soil in the immediate vicinity of Enbridge Line 21, which is the main Norman Wells pipeline, in two locations. The location in the first dig was kilometre post 457 on a line approximately 60 kilometres west of Fort Simpson. The second was at kilometre post 391. These two small leaks contaminated 100 cubic metres of soil.
As pipelines age, these sorts of issues start to become more and more, so it is very important that industry, dealing with aging equipment, provides the best possible care and attention to that equipment to ensure these leaks are found early and dealt with.
How does fault and negligence apply to existing operating systems for the pipelines that were approved many years ago by the National Energy Board? How do we ensure that the operating systems for these pipelines are brought up to a level that matches to the extent that the pipelines could have these problems?
While Bill C-46 makes some important improvements to Canada's pipeline liability regime, it does not unequivocally require polluters to pay. This undermines improvements and leaves uncertainty whether taxpayers will still be on the hook, in many cases for cleanup costs greater than the $1 billion where negligence or fault cannot be proved.
Basically, what we are saying here is that the very small problems are going to be covered. Larger problems, with this whole question of fault and negligence, are going to be at the discretion, I would assume, of the National Energy Board to come up with decisions. Just imagine the pressure and the lobbying efforts that could be made by various senators and other people for pipeline companies in this regime. As well as the National Energy Board being involved in these decisions, I understand the cabinet is or can be involved as well.
Ensuring that those who are responsible for making a mess clean it up is an important principle. We just went through an exercise with the nuclear industry, where we have limited their liability even after we have seen the complete disaster that took place at Fukushima, which cost exponentially more than what our limits are for the nuclear industry in Canada.
Why do we do this? It is because these industries simply cannot make the types of insurance arrangements for the kind of liability that they might incur. That is one of the problems we have in this industrial age, understanding how we can ensure that companies can carry the proper liability insurance or have the proper bond in place so that when things do go bad, the government is not left on the hook.
One of the greater examples of this is the Yellowknife Giant Mine where 237,000 tons of arsenic is going to be stored underground by the government in perpetuity at costs well in excess of $1 billion.
Things happen in many industries that we need to be very careful about, on prevention, ensuring that regulation and oversight is robust, and that the environmental assessment process leading to projects is also robust, so that we can be assured that when we are planning for the development of new pipelines, care and attention is put to every detail. I think of the Mackenzie gas pipeline and its environmental assessment process that everyone complained took so long, so many years. There were still no answers about what was going on with the pipeline, for the changing and the nature of the permafrost in northern Canada. It still did not get to that, and all the questions were not answered.
Environmental assessment is very important. Unfortunately, the record of the government is weakening environment protections. What this means is that by failing to do a rigorous environmental assessment before a project starts, there is a greater likelihood of problems later on. That is the result.
In the Northwest Territories, first nations are in court fighting against the Conservatives' gutting of the environmental regulatory system contrary to their constitutionally protected land claims and self-government agreements. The first nations are not happy that in the Sahtu region, where the pipelines are in the Northwest Territories, they are losing their regional boards, which could give them significant input into decisions that are made about pipelines to ensure that they understand the process is working best for them. Yukon first nations are preparing for a similar court fight if Bill S-6 ever becomes law.
Progressive companies, on the other hand, have found that high environmental standards actually work to their benefit, if they are selling product in the world. We heard the premier-elect of Alberta talking about that last night, talking about the need to raise the standards of Alberta so that its products can be better accepted around the world. That job is important, to ensure that what we are doing in Canada meets every rigorous requirement. Through that process, we can achieve better results.
Monsieur le Président, je suis heureux de parler du projet de loi C-46, Loi modifiant la Loi sur l'Office national de l'énergie et la Loi sur les opérations pétrolières au Canada, qui constitue un premier pas très attendu vers un réel régime fondé sur le principe du pollueur-payeur pour les pipelines au Canada. Le NPD prend la question très au sérieux. Pour nous, ce principe est l'un des éléments fondamentaux de l'approche que nous adopterons en matière de lois environnementales quand nous formerons le gouvernement plus tard cette année. Je pense que c'est en novembre que nous prendrions la relève.
Je suis ravi de constater qu'il y a eu de la coopération et un certain esprit de collégialité à ce sujet au sein du comité des ressources naturelles. C'est un signe encourageant dans une législature où la collégialité n'a pas été fréquente pendant les cinq années qu'a duré le mandat majoritaire des conservateurs. C'est réconfortant.
Le projet de loi C-46 établirait un régime de responsabilité financière dont nous avons grandement besoin. Les pipelines actuels ne sont couverts par aucun régime, ce qui est incroyable lorsqu'on connaît le volume des hydrocarbures transportés, le nombre de pipelines et leur longueur au Canada. Beaucoup de pipelines traversent des frontières interprovinciales et sont par conséquent soumis à la réglementation fédérale. C'est certainement le cas des pipelines qui se prolongent au-delà de ma circonscription, les Territoires du Nord-Ouest.
Le projet de loi prévoit la responsabilité absolue de toutes les entreprises qui exploitent des pipelines réglementés par l'Office national de l'Énergie, c'est-à-dire des pipelines traversant des frontières interprovinciales. Je tiens pour acquis que les sections de raccordement à ces pipelines sont comprises dans le lot, elles aussi. Tous les pipelines sont constitués d'un réseau tentaculaire. On recueille à divers endroits le pétrole qui doit alimenter le pipeline, et celui-ci peut avoir une capacité de plusieurs centaines de milliers de barils par jour.
Les entreprises seraient responsables des coûts et des préjudices sans égard à la faute. Cette responsabilité pourrait atteindre 1 milliard de dollars pour les grands oléoducs ayant la capacité de transporter au moins 250 000 barils de pétrole par jour. Dans le cas des entreprises plus petites, la responsabilité maximale serait prescrite dans le règlement. Ce sera une disposition importante parce que beaucoup de pipelines n'ont pas une capacité de 250 000 barils par jour. Ils apportent le pétrole en provenance de petits champs isolés. J'en parlerai dans quelques instants.
Les sociétés continueraient d'assumer une responsabilité illimitée en cas de faute ou de négligence. Je suppose que les fuites accidentelles ne seraient pas attribuables à une faute ou à de la négligence de la part des sociétés de pipelines, mais que considère-t-on comme de la négligence lorsqu'il est question d'entretenir et de réparer les pipelines actuels? Qu'est-ce que cela implique sur le plan de l'ingénierie? Si la construction d'un pipeline est faite selon un plan d'ingénierie inapproprié, est-ce considéré comme une faute ou de la négligence de la part de la société de pipelines? Le gouvernement devra prendre des décisions importantes pour déterminer ce que le régime considère comme de la négligence ou comme une faute, notamment en ce qui concerne les petits pipelines, qui sont peut-être soumis à un processus environnemental moins strict au moment de la construction.
Le projet de loi C-46 donne beaucoup de latitude pour les décisions partisanes et les ententes de coulisse entre les exploitants et l'Office national de l'énergie. Nous voulons savoir comment déterminer les responsabilités dans le cadre de ce projet de loi? Cette question s'applique aussi aux nombreuses modifications qui ont été apportées à bon nombre de lois environnementales au moyen des projets de loi d'exécution du budget adoptés récemment. Pendant leur mandat, les conservateurs ont apporté au système des changements considérables qui consistaient surtout à affaiblir les lois environnementales.
Plusieurs fuites de pipelines se sont produites récemment dans ma circonscription, Territoires du Nord-Ouest. Elles provenaient d'entreprises établies dans le secteur de Norman Wells depuis très longtemps. Depuis le début des années 1930 pour être exact. Elles se sont développées au fil des ans. L'un des pipelines qui part du lac Zama, dans le Nord de l'Alberta, peut transporter 45 000 barils par jour.
Au début de mai 2011, un chasseur a découvert que du pétrole s'écoulait du pipeline d'Enbridge situé à Norman Wells, près de la rivière Willowlake, c'est-à-dire à une cinquantaine de kilomètres au sud de Wrigley. Selon les estimations d'Enbridge, l'équivalent de pas moins de 1 500 barils se seraient écoulés du pipeline. Nul besoin de préciser que les habitants de Wrigley se sont inquiétés des effets sur l'environnement et sur la santé humaine, mais aussi sur la faune et la flore, puisqu'il s'agit d'une source très importante de nourriture pour eux. Le nettoyage fut ardu. L'équivalent de milliers de chargements de camions se sont retrouvés à la décharge des collines Swan, et à quel coût. Quand on parle de pipelines ou de 1 500 barils, les gens se demandent souvent ce que cela peut représenter. Je peux leur dire que, quand il faut ramasser toutes les saletés accumulées et nettoyer un site à fond, c'est très cher. Il a fallu beaucoup d'argent pour nettoyer l'équivalent de 1 500 barils.
Ce n'est pas le seul déversement qu'il y a eu. Norman Wells, où Imperial Oil possède une raffinerie, est la collectivité canadienne comptant le plus d'incidents signalés en lien avec des pipelines sous réglementation fédérale. Entre 2006 et 2012, l'Office national de l'énergie a répertorié plus de 70 incidents, allant des déversements aux fuites, en passant par les accidents de travail et les incendies.
Nous parlons de vieux pipelines qui ne résistent peut-être pas aux conditions changeantes du climat nordique. Dans la région de Norman Wells, les scientifiques ont rapporté la perte de jusqu'à 40 % du pergélisol en une décennie. Les conditions changeantes posent de graves problèmes. Les normes d'ingénierie des pipelines construits il y a plus d'une décennie sont fondées sur des conditions climatiques différentes. Ce genre de choses mène à des problèmes.
En 2012, l'Office national de l'énergie a ordonné à Imperial Oil de présenter un plan d'intervention global pour 77 pipelines enterrés à risque de défaillance.
Nous avons quelques problèmes avec les pipelines dans le climat nordique. Je ne suis pas au courant de tous les problèmes liés aux pipelines partout au pays. Il ne fait aucun doute que beaucoup de vieux pipelines sont utilisés pour transporter des matières premières au Canada. Je suis certain que tout le monde se demande combien d'entre eux relèvent des provinces et combien relèvent du gouvernement fédéral.
Ces 77 pipelines enterrés, dont certains s'étendent sur plusieurs kilomètres, ont été installés durant une période de grande expansion des champs de pétrole dans les années 1980. Un défaut d'ingénierie et de construction a permis à de l'eau de s'introduire entre le revêtement isolant des canalisations et l'acier nu, ce qui a engendré des problèmes de corrosion. Nous avons donc des pipelines qui risquent de créer des problèmes à l'avenir. En effet, à mesure que les problèmes de corrosion s'aggravent, les pipelines, qui sont soumis à des tensions à cause des conditions changeantes du sol, deviennent plus susceptibles de se rompre. La corrosion peut aussi causer des microfuites qui, sans le matériel de surveillance approprié, pourraient entraîner le déversement d'une grande quantité de pétrole avant que quelqu'un se rende compte de leur existence.
Imperial Oil a détecté le problème en 2011 après avoir découvert du pétrole s'échappant vers la surface du sol sur l'île Bear. Ce pétrole provenait d'un de ses puits au milieu du fleuve Mackenzie. Il y a eu une fuite dans l'une de nos grandes rivières dans le Nord, qui, avant cet incident, n'était pas encore polluée. C'est bien sûr inquiétant. Au cours de l'année et demie qui a suivi, la compagnie a découvert six fuites. Dans le cadre des travaux de nettoyage, des milliers de mètres cubes de sol contaminé ont dû être excavés. Il a fallu envoyer le sol très loin pour le décontaminer.
En 2004, la curiosité d'un ours noir a causé un déversement près de Fort Simpson. Quelque 12 000 litres d'hydrocarbures se sont déversés quand l'ours a accidentellement ouvert une valve rattachée à un pipeline d'Enbridge. Y a-t-il un coupable, dans une situation comme celle-là? Quelqu'un a-t-il la responsabilité de voir à ce que les valves des pipelines ne puissent pas être ouvertes par un ours? Oui, bien sûr. L'entreprise de pipeline a la responsabilité de construire des pipelines sécuritaires, qui répondent à toutes les attentes. Si une valve peut être ouverte par un ours noir, elle pourrait aussi être ouverte par des gens. Cela nous semblait problématique.
Les déversements survenus dans les Territoires du Nord-Ouest n'étaient rien si on les compare aux quelque 28 000 barils de pétrole brut qui se sont déversés d'un pipeline de Plains Midstream Canada près de Little Buffalo, en Alberta, en mai 2011, ou à l'énorme fuite de 9,5 millions de litres survenue près de Zama, en Alberta, en juin 2013, qui provenait d'un pipeline d'Apache Canada. Cette fuite a contaminé 42 hectares de forêt boréale dans le Nord de l'Alberta.
Le Canada a besoin d'une législation et d'une approche plus rigoureuses en matière de pipelines. Il ne suffit pas de déclarer que nous avons les meilleurs pipelines, puisque ceux qui étaient les meilleurs quand ils ont été installés, il y a 30 ou 40 ans, ne durent pas éternellement. Ce phénomène touche l'industrie pétrolière partout dans le monde. La dégradation des pipelines cause des fuites.
Quelle que soit la quantité de pétrole déversée, toute fuite cause d'importants dommages à l'environnement, et nous devons le reconnaître. Il y aura des coûts. Ce projet de loi contient des échappatoires, puisqu'il ne définit pas précisément ce que les pollueurs devront payer. Voilà ce qui nous inquiète. Bien sûr, nous sommes heureux qu'on fasse un petit pas dans la bonne direction, mais nous nous attendrions à des dispositions plus complètes dans une mesure aussi importante que celle-là. Étant donné l'âge et la nature de l'industrie pétrolière au Canada, les pipelines doivent être soumis à une surveillance complète et efficace afin que toute fuite soit repérée le plus tôt possible. Cela nous préoccupe tous.
En février 2013, une équipe de creusage d'Enbridge a découvert des sols contaminés à deux endroits dans les environs immédiats de la canalisation 21 d'Enbridge, qui est le principal pipeline de Norman Wells. La première excavation était située à la hauteur de la borne kilométrique 457, à environ 60 kilomètres à l'ouest de Fort Simpson. La deuxième était située à hauteur de la borne kilométrique 391. Ces deux fuites mineures ont contaminé 100 mètres cubes de sol.
À mesure que les pipelines vieillissent, les problèmes de ce genre surviennent de plus en plus. Il est donc très important que l'industrie entretienne l'équipement vieillissant avec le plus grand soin, afin de repérer et de colmater les fuites le plus tôt possible.
Comment le concept de faute et de négligence s'applique-t-il aux systèmes d'exploitation des pipelines que l'Office national de l'énergie a approuvés il y a plusieurs années? Comment pouvons-nous faire en sorte que les systèmes d'exploitation soient en mesure de parer aux problèmes que peuvent présenter les pipelines?
Bien que le projet de loi C-46 propose d'importantes améliorations au régime de responsabilité associé aux pipelines au Canada, il n'oblige pas catégoriquement les pollueurs à payer. Voilà qui mine l'efficacité des améliorations apportées et laisse les contribuables dans l'incertitude. Dans bien des cas où il est impossible de déterminer s'il y a responsabilité ou négligence, lorsque le coût des travaux de nettoyage dépasse 1 milliard de dollars, les contribuables devront-ils payer la note?
Ce que nous disons, essentiellement, c'est que les très petits accidents seront couverts. Dans le cas des accidents plus importants, toute la question de la faute et de la négligence sera à la discrétion, je suppose, de l'Office national de l'énergie, qui prendra la décision finale. Imaginons un peu les pressions que pourraient exercer divers sénateurs et autres en faveur des sociétés de pipelines sous un tel régime. Si j'ai bien compris, le Cabinet pourrait lui aussi contribuer à la prise de décisions, en plus de l'Office national de l'énergie.
Le principe voulant que les personnes responsables d'un dégât paient les pots cassés est important. Nous sortons tout juste d'un exercice semblable avec l'industrie nucléaire; nous avons limité sa responsabilité même après avoir constaté l'ampleur de la catastrophe à Fukushima, dont les coûts de nettoyage ont très largement dépassé les limites que nous avons fixées pour l'industrie au Canada.
Pourquoi? Parce que ces industries ne peuvent tout simplement pas négocier les assurances nécessaires pour couvrir toutes les éventualités. C'est un des problèmes de l'ère industrielle: déterminer comment veiller à ce que les sociétés puissent obtenir une couverture suffisante ou bien un cautionnement adéquat afin que le gouvernement ne se retrouve pas à payer la note si les choses tournent mal.
Un des meilleurs exemples de cette situation, c'est la mine Giant de Yellowknife, où le gouvernement stockera sous terre, de façon permanente, 237 000 tonnes d'arsenic, à un coût qui dépassera largement 1 milliard de dollars.
Il faut suivre très attentivement ce qui se passe dans de nombreuses industries afin de prévenir les accidents et de veiller à ce que la réglementation et la surveillance soient solides. Il faut aussi que le processus d'évaluation environnementale préalable aux projets soit rigoureux, afin que tous les détails soient examinés au moment de la planification de nouveaux pipelines. Je pense au gazoduc du Mackenzie et à son processus d'évaluation environnementale qui a pris tellement d'années. On n'a pas obtenu de réponses sur la situation entourant le gazoduc, compte tenu de la nature changeante du pergélisol dans le Nord canadien. On ne s'est pas penché là-dessus et on n'a pas répondu à toutes les questions.
L'évaluation environnementale est très importante. Malheureusement, le gouvernement affaiblit les mesures de protection environnementale. Or, si on n'effectue pas une évaluation environnementale rigoureuse avant le début d'un projet, les risques de problèmes ultérieurs sont plus grands. Voilà le résultat.
Dans les Territoires-du-Nord-Ouest, les Premières Nations sont devant les tribunaux pour se battre contre les conservateurs qui veulent saccager le système de réglementation environnementale. Ce saccage est pourtant contraire aux accords sur les revendications territoriales, qui jouissent d'une protection constitutionnelle, ainsi qu'aux ententes sur l'autonomie gouvernementale. Les Premières Nations s'élèvent contre l'élimination des offices régionaux de la région du Sahtu, où se trouvent les pipelines des Territoires-du-Nord-Ouest. Grâce à ces offices, les Premières Nations auraient vraiment eu leur mot à dire dans les décisions relatives aux pipelines, sans compter que ces offices les auraient aidées à mieux comprendre les retombées positives de ces décisions. Les Premières Nations du Yukon se préparent à mener une bataille juridique semblable si le projet de loi S-6 entre un jour en vigueur.
Les entreprises progressistes, de leur côté, ont constaté que les normes environnementales élevées peuvent jouer en leur faveur quand elles vendent leurs produits à l'étranger. Hier soir, la première ministre élue de l'Alberta a parlé de la nécessité, pour cette province, d'adopter des normes plus strictes afin que ses produits soient mieux accueillis ailleurs dans le monde. Il est important de s'assurer que les produits canadiens répondent à des exigences rigoureuses. Nous pourrons ainsi obtenir de meilleurs résultats.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-06 16:48 [p.13554]
Expand
Mr. Speaker, I think I made it clear at the beginning of my speech that we were supporting Bill C-46. It is a step in the right direction.
However, in terms of how I see the industry, in totality, acting, I think we do need more efforts put into the legislation that could provide the safeguards that we need. That is simple enough.
We will go ahead and support the legislation going forward.
I thank the parliamentary secretary for her question, but I certainly did refer to it in my speech.
Monsieur le Président, je pense avoir clairement dit, dès le début de mon discours, que nous appuyons le projet de loi C-46. C'est un pas dans la bonne direction.
Cependant, étant donné l'attitude que me semble adopter l'industrie dans son ensemble, je pense que le projet de loi doit aller encore plus loin et prévoir les mesures de protection qui s'imposent. Ce n'est pas plus compliqué que cela.
Cela dit, nous appuierons bel et bien le projet de loi.
Je remercie la secrétaire parlementaire de sa question, même si j'y avais déjà fourni la réponse dans mon discours.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-06 16:50 [p.13554]
Expand
Mr. Speaker, I think when it comes to the question of pipelines or rail, it is not simply either-or. Take the case of the shale oil developments that are very common now throughout western Canada and the United States, in particular, the Bakken field. These drilling sites may provide oil at a certain rate for 18 months or two years. They drop off very quickly. Many companies will not make the investment in a pipeline for a resource that may not last that long. They may have to move to other sites. In that case, there are companies that will want to use rail because that is the only way they can really justify the expense of doing the project.
We could argue and we could talk about what is the proper development but, in some cases, we have to look at what is going on in the industry.
In the case of pipelines, of course, we are committed to looking at pipelines, but through a rigorous environmental process that can give us answers. When we see what has happened in British Columbia, with the northern gateway pipeline, that one quite obviously has a high risk, perhaps not just with the pipeline itself but with where it delivers the oil and the process of the oil going across the ocean afterwards.
Monsieur le Président, je pense que, s'agissant des pipelines ou du transport ferroviaire, nous n'avons pas le choix. Prenons le cas des exploitations de pétrole de schiste. On en voit beaucoup maintenant dans l'Ouest canadien et aux États-Unis, surtout dans la formation de Bakken. Ces sites de forage pourraient fournir un certain volume de pétrole pendant 18 mois ou deux ans. Ils se tarissent très rapidement. Bien des sociétés n'investiront pas dans un pipeline pour une ressource qui pourrait ne pas durer. Elles pourraient devoir déménager ailleurs. Dans ces cas, certaines entreprises voudront utiliser le train, car c'est la seule façon pour elles de justifier les dépenses reliées au projet.
Nous pourrions discuter des bonnes méthodes de mise en valeur, mais, dans certains cas, nous devons comprendre ce qui se passe dans l'industrie.
Dans le cas des pipelines, bien entendu, nous nous engageons à envisager cette possibilité, mais après une évaluation environnementale rigoureuse susceptible de nous apporter des réponses. Pensons à ce qui se passe en Colombie-Britannique, avec le pipeline Northern Gateway. Il représente manifestement un risque élevé, peut-être pas uniquement le pipeline à proprement parler, mais il y a un risque en raison du point de livraison du pétrole et de la nécessité de lui faire traverser l'océan.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-06 16:53 [p.13554]
Expand
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for the question, and I think that is where the New Democratic Party wanted to strengthen the bill.
Perhaps we did not get all the amendments we wanted in committee or at report stage. The fact that two amendments were struck, out of some 41 that were put forward by the parties, I do not think indicates a real appetite for making sure that the bill was brought up to the level that we think it should be.
The bill was pretty well kept to where the Conservative government has designed it to be, where an opportunity existed for letting somebody off the hook. Companies that have one type of influence or other over the proceedings of the National Energy Board or through cabinet have some opportunity to be let off the hook. This is part of the problem when we deal with legislation like this: we open up those loopholes. It is certainly not the policy of the NDP to do that. Of course, that is why we brought forward the motions that we did.
Monsieur le Président, je remercie le député de sa question. Je pense que c'est à ce niveau que le Nouveau Parti démocratique voulait renforcer le projet de loi.
Nous n'avons pas réussi à faire adopter tous les amendements que nous avons proposés lors de l'étude en comité ou à l'étape du rapport. Selon moi, le fait que 2 amendements aient été acceptés sur les 41 qui ont été présentés par les partis ne témoigne pas d'une volonté réelle d'amener le projet de loi au niveau où nous estimons qu'il devrait être.
En fait, le projet de loi est pratiquement demeuré tel que le gouvernement conservateur l'a conçu, à savoir qu'il offre la possibilité de s'en tirer à bon compte. Les sociétés qui sont en mesure d'influencer d'une manière ou d'une autre les travaux de l'Office national de l'énergie ou le Cabinet ont une chance de s'en tirer. Cela fait partie du problème avec ce genre de mesures législatives, car elles créent des échappatoires. Cela ne correspond certainement pas à la politique du NPD. Bien entendu, c'est pour cette raison que nous avons proposé nos amendements.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-05-06 16:56 [p.13555]
Expand
Mr. Speaker, that is a pretty broad question to deal with in one minute and 45 seconds, but I will give it a shot.
In terms of what has happened here with the bill, when we separate large pipelines, which are generally held by large corporations with fairly deep pockets, from smaller pipelines that may not have that same degree of protection in terms of fiscal ability to cover the cost of cleanups, then within that range of smaller pipelines, cabinet would have the discretion to set the stage as it sees fit. This means that these companies might well be given much more leniency when it comes to spills. However, a smaller pipeline, as I spoke about in my presentation, can cause a lot of problems as well. They can cause a lot of issues and expense in cleanup.
Therefore, I would think that we need a much stricter interpretation of some of these rules. We should not leave it entirely in the hands of either the appointed National Energy Board or the cabinet.
Monsieur le Président, c'est une question plutôt vaste à laquelle il serait difficile de répondre en 1 minute et 45 secondes, mais je vais essayer.
Pour ce qui est de ce qui a été proposé dans le projet de loi, puisqu'on établit une distinction entre les grands pipelines, qui appartiennent généralement à de grandes sociétés assez fortunées, et les petits pipelines, pour lesquels il n'y a peut-être pas autant de mesures de protection pour ce qui est des capacités financières liées au nettoyage, en ce qui concerne les petits pipelines, le Cabinet pourrait, à sa discrétion, établir les conditions comme bon lui semble. Cela signifie que ces sociétés pourraient bien être traitées de façon beaucoup plus indulgente en ce qui concerne les déversements. Cependant, comme je l'ai dit dans mon exposé, les petits pipelines peuvent aussi causer beaucoup de problèmes qui nécessitent des dépenses et des activités de nettoyage considérables.
Par conséquent, je crois que quelques-unes de ces règles devraient être interprétées de manière beaucoup plus stricte. Nous ne devrions pas laisser cela entièrement entre les mains de l'Office national de l'énergie ou du Cabinet.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-04-30 15:04 [p.13288]
Expand
Mr. Speaker, Canada's two-year reign over the Arctic Council has been labelled a failure by the international community.
Climate change is one of the greatest threats to the north, and the Conservatives chose to ignore it. The United States have taken charge and declared that the Arctic Council will return to critical issues, like the impact of Arctic climate change, the development of renewable energy, public education, monitoring ocean acidification.
Why did the government waste two years of Arctic Council time and spoil its efforts on the international stage?
Monsieur le Président, le mandat de deux ans du Canada à la présidence du Conseil de l'Arctique a été qualifié d'échec par la communauté internationale.
Les changements climatiques constituent la plus grande menace pesant sur le Nord mais les conservateurs ont choisi de l'ignorer. Les États-Unis ont pris les rênes de la présidence et déclaré que le Conseil de l'Arctique reviendra aux enjeux cruciaux, comme l'impact des changements climatiques dans l'Arctique, le développement des énergies renouvelables, l'éducation publique et la surveillance de l’acidification des océans.
Pourquoi le gouvernement a-t-il gaspillé deux années à la présidence du Conseil de l'Arctique et gâché ses efforts sur la scène internationale?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-04-27 14:51 [p.13055]
Expand
Mr. Speaker, on the contrary, Canada's out-of-step business agenda in the Arctic Council was an international embarrassment. The very moment the United States took over the council chairmanship, the agenda shifted, rightly, back to the urgent issue of climate change. U.S. Secretary of State John Kerry said, “This is not a future challenge. This is happening right now.”
Why did the government waste a critical opportunity to work with the Arctic nations to address climate change for the whole two years of its chairmanship?
Monsieur le Président, c'est tout le contraire. En ce qui concerne le Conseil de l'Arctique, les priorités du Canada, déphasées et axées sur les affaires, ont été une source d'embarras sur la scène internationale. Dès que les États-Unis se sont vu confier la présidence du conseil, le programme de ce dernier a changé de cap, pour se concentrer sur les changements climatiques. Le secrétaire d'État américain, John Kerry, a déclaré: « Il ne s'agit pas d'un problème éventuel, mais bien actuel. »
Comment le gouvernement a-t-il pu gaspiller pendant les deux années entières de son mandat à la présidence une occasion aussi critique de collaborer avec les pays de l'Arctique concernant le problème des changements climatiques?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-04-20 14:56 [p.12755]
Expand
Mr. Speaker, a report by the chaplain for Joint Task Force North shows that there have been a significant number of deaths of Rangers and junior rangers over the past three years.
The Rangers shoulder the important burden of protecting our north, carrying out their duty in Canada's harshest environment. Can the minister tell us how many of our brave Rangers have died and what Canadian Forces mental health services are available to our eyes and ears in the north?
Monsieur le Président, un rapport de l'aumônier de la Force opérationnelle interarmées du Nord révèle un grand nombre de décès chez les Rangers et les Rangers juniors au cours des trois dernières années.
Les Rangers assument une responsabilité importante, soit protéger le Nord canadien en travaillant dans le milieu le plus hostile qui soit au pays. Le ministre peut-il nous dire combien de courageux Rangers ont perdu la vie et quels services de santé mentale offrent les Forces canadiennes à ceux qui sont nos yeux et nos oreilles dans le Nord?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-04-20 14:58 [p.12755]
Expand
Mr. Speaker, the Rangers need action, not words.
During the Conservatives' turn at the helm of the Arctic Council, they moved away from its mandate of research, environmental protection, and co-operation to one of resource exploitation and confrontation with our Arctic neighbours. The Conservatives' failed domestic northern strategy has resulted in less food security, a higher cost of living, and the trampling of aboriginal rights.
When is the government going to bring in policies that actually support northerners and not just make a few large southern companies rich?
Monsieur le Président, les Rangers ne peuvent se contenter de belles paroles: ils ont besoin que nous agissions.
Leur tour venu de présider le Conseil de l'Arctique, les conservateurs se sont détournés de son mandat de recherche, de protection de l'environnement et de coopération pour plutôt se concentrer sur l'exploitation des ressources et la confrontation avec nos voisins de l'Arctique. La Stratégie du Canada pour le Nord des conservateurs s'est soldée par un échec, avec des conséquences néfastes aux chapitres de l'insécurité alimentaire, du coût de la vie et des droits des Autochtones.
Quand le gouvernement entend-il adopter des politiques qui soutiennent bel et bien les habitants du Nord au lieu de se contenter d'enrichir quelques grandes entreprises du Sud?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-04-01 14:07 [p.12645]
Expand
Mr. Speaker, northerners are deeply concerned about the position of the Minister of Aboriginal Affairs and Northern Development that the three territories are the same and that their environmental laws should be uniform.
In committee, the minister went on and on about how the government's plan is to have the same laws governing the land and water of all three territories. Any northerner would tell us that we cannot treat the territories the same.
This paternalistic approach by the Conservatives is completely wrong. Each territory is unique, with different demographics, different geography, different cultures, and different relationships with aboriginal governments. We have fought for years to create our identities. The minister and his Conservative colleagues instead tell northerners that that their uniqueness, issues, concerns, and political relationships are of no importance to them.
Northerners are fighting back. The NWT' s Tlicho First Nation has won an injunction against the creation of the environmental super-board, and Yukon first nations are already preparing their court case to stop Bill S-6.
Conservative Members from the north, listen up, the opposition will be heard at the ballot box.
Monsieur le Président, les habitants du Nord sont très préoccupés par la position du ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien, qui estime que les trois territoires sont identiques et que leurs lois environnementales devraient être uniformes.
Lors des travaux du comité, le ministre n'a pas cessé de dire que le gouvernement entendait adopter les mêmes lois pour régir les terres et l'eau des trois territoires. Quiconque habite le Nord nous dira que les territoires ne peuvent pas tous être traités de la même façon.
Cette approche paternaliste des conservateurs est tout à fait injustifiée. Chaque territoire est unique, compte tenu de ses différences aux points de vue démographique, géographique, culturel et en ce qui a trait aux relations avec les gouvernements autochtones. Nous nous sommes battus pendant des années pour créer nos identités. Pourtant, le ministre et ses collègues conservateurs disent aux habitants du Nord qu'ils n'accordent aucune importance à leur caractère unique, à leurs problèmes, à leurs préoccupations et à leurs relations politiques.
Cependant, les habitants du Nord se défendent. La nation Tlicho des Territoires du Nord-Ouest a obtenu une injonction contre la création d'un superoffice environnemental, et les Premières Nations du Yukon sont déjà en train de préparer leur cause pour bloquer le projet de loi S-6.
Les députés conservateurs du Nord devraient écouter, car les gens exprimeront leur opposition aux urnes.
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-03-26 16:05 [p.12391]
Expand
Mr. Speaker, I am glad to have an opportunity to stand and ask my colleague a question.
At the end, he spoke very strongly about how he sees that Canada has a role to play. Canada could have many roles to play. This is a role that the Conservative Party has chosen to play in this conflict.
My understanding is that the conflict in Syria and Iraq is moving into the urban centres. We are going to be playing a role in which our airplanes, without guidance from allied sources, are going to be bombing urban centres. That is going to lead to civilian casualties. That is the role Canada is taking on with this conflict right now. This is a role that I do not think is appropriate for Canada right now. Canada can do much better in the field of humanitarian efforts.
How does my colleague feel about the situation that is going to occur when Canadian airplanes are causing civilian casualties throughout that region?
Monsieur le Président, je suis heureux de pouvoir prendre la parole pour poser une question à mon collègue.
À la fin de son allocution, il a parlé avec beaucoup de conviction du rôle que le Canada devrait jouer. En fait, la contribution du Canada pourrait prendre différentes formes. Le rôle que décrit le ministre est celui que le Parti conservateur a choisi de jouer dans ce conflit.
À ma connaissance, le conflit qui sévit en Irak et en Syrie se déplace actuellement vers les centres urbains. Le rôle que jouera le Canada amènera donc les avions canadiens à bombarder des centres urbains, et ce, sans consignes provenant de sources alliées. Il y aura des victimes civiles. Voilà le rôle que le Canada s'apprête à jouer dans ce conflit, et il ne m'apparaît pas approprié à l'heure actuelle. Le Canada gagnerait vraiment à se concentrer sur des efforts humanitaires.
Que pense mon collègue du fait que les avions canadiens bombarderont et tueront des civils dans la région visée?
Collapse
View Dennis Bevington Profile
NDP (NT)
View Dennis Bevington Profile
2015-03-26 17:23 [p.12401]
Expand
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for giving us his interpretation of the events here. When we look at the situation in Syria and Iraq, we see that ISIL is the most well-funded and most well-positioned terrorist organization that we have seen in the world to date.
What has the government done in terms of working diplomatically through its allies to reduce the financial resources of ISIL, to close off the exchange of oil from its territories that it is occupying now, so that we can actually stifle the ability of this group to do the type of aggressive action that it is doing right now?
Monsieur le Président, je remercie le député de nous avoir donné son interprétation des événements. En observant la situation en Syrie et en Irak, nous constatons que l'EIIL est l'organisation terroriste la mieux financée et la mieux positionnée que le monde n'ait jamais vue.
Quels efforts diplomatiques le Canada a-t-il déployés auprès de ses alliés afin de réduire les ressources financières de l'EIIL et de paralyser le commerce du pétrole dans les territoires qu'il occupe actuellement, dans le but d'empêcher le groupe de perpétrer les attaques auxquelles il se livre actuellement?
Collapse
Results: 1 - 60 of 483 | Page: 1 of 9

1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data