Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 29828
View Mario Laframboise Profile
BQ (QC)
I just want to say that is a quite faithful report of the debates that went on in our committee. If we want to take out one part, we could be heading towards taking out what we do not like and keeping what we like.
I think the research staff has done a good job. I said so at the last meeting. They reported what was said and it is very well done.
Je veux seulement dire que c'est un rapport assez fidèle des débats qui ont eu lieu en comité. Or, si on veut enlever une partie, cela pourrait aller jusqu'à enlever ce qui ne nous plaît pas et garder ce qui nous plaît.
Je crois que les recherchistes ont fait du bon travail. Je l'ai dit lors de la dernière réunion. Ils ont rapporté ce qui s'est dit et c'est très correct.
Collapse
View Mario Laframboise Profile
BQ (QC)
Mr. Chair, I would really like you to give permission for us to study paragraph 38 at the same time as paragraph 33. It is not a big deal. The only thing that concerns me is that, in paragraph 38, they are asking us to change what Mr. Walsh apparently said. Did he mention an administrative decision? If so, we cannot have it look like he said “organizational decision”. The difference is important because, in paragraph 38, the words are Mr. Walsh's.
Je veux bien, monsieur le président, que vous donniez la permission d'étudier le paragraphe 38 en même temps que le paragraphe 33. Cela importe peu. Par contre, la seule chose qui me préoccupe est qu'on demande de changer dans le paragraphe 38 ce qu'aurait dit M. Walsh. Est-ce qu'il a parlé d'une décision administrative? S'il l'a fait, on ne peut pas lui faire dire « décision organisationnelle ». La différence est importante, puisque dans le paragraphe 38, on fait parler M. Walsh.
Collapse
View Mario Laframboise Profile
BQ (QC)
Personally, I still say that our researchers have faithfully reflected the status of the discussions and they have described that situation as speculation—they stayed very neutral, those people, because a lot of politics were going on around the table. I feel that it is even to the minister's advantage. I would take out the word “spéculation“, but that is basically what it was, and Mr. Rae is right. We were discussing the Liberal motion and the Conservatives wanted to bring some of the debates back in. The analysts have analyzed the debates for us, but some people are challenging the content. That was the content of the debates, that's the reality. I cannot be opposed to their analysis and I cannot support removing paragraph 34.
Quant à moi, je maintiens que nos recherchistes ont fidèlement représenté l'état des discussions et ils ont qualifié — parce que ce sont des gens qui sont restés très neutres, parce qu'il y a beaucoup de politique qui se fait autour de la table — cette situation-là de spéculation. Je pense que c'est même à l'avantage de la ministre. J'enlèverais le mot « spéculation », mais c'était fondamentalement de la spéculation qui se faisait, et M. Rae a raison. On discutait de la motion des libéraux et les conservateurs voulaient qu'on rajoute une partie des débats. Les analystes nous ont fait une analyse au sujet des débats, mais certains contestent la teneur de ceux-ci. C'est la teneur des débats qui se sont tenus, c'est la réalité. Je ne peux pas être contre cette analyse et je ne peux pas être en faveur d'enlever le paragraphe 34.
Collapse
View Mario Laframboise Profile
BQ (QC)
A point of order.
Could you specify the nature of the Speaker's request concerning this report? Mr. Reid is telling us that we were given until October 25. Mr. Chair, you are familiar with the Speaker's request. What is your position?
Excuse me. I heard October 25 through the translation.
J'invoque le Règlement.
J'aimerais que vous nous spécifiiez la teneur de la demande du Président de la Chambre des communes en ce qui concerne le rapport. M. Reid nous dit qu'il peut être remis le 25 octobre. Monsieur le président, vous connaissez la demande du Président. Quelle est votre position à ce sujet?
Excusez-moi. Selon la traduction, on me disait le 25 octobre.
Collapse
View Mario Laframboise Profile
BQ (QC)
Mr. Chair, the only thing is that paragraph 36 mentions Mrs. Corkery's appearance and the answers she gave. It seems to me that, in her reply, she said that the letter did not give any more specific explanations. That is not the committee's position, actually. It really is what she said.
I do not know whether the analysts found the sentence in her testimony where she said that the letter did not give any more specific explanations. I think that is what she said.
La seule chose, monsieur le président, c'est qu'au paragraphe 36, on parle de la comparution de Mme Corkery et des réponses qu'elle a données. Il me semblait qu'elle avait dit, dans ses réponses, que la lettre n'offrait pas d'explications plus précises. En fait, ce n'est pas la position du comité. C'est vraiment sa déclaration.
Je ne sais pas si les analystes ont relevé cette phrase de son témoignage lorsqu'elle a dit que la lettre n'offrait pas d'explications plus précises. Je crois que c'est ce qu'elle a dit.
Collapse
View Meili Faille Profile
BQ (QC)
View Meili Faille Profile
2011-03-25 13:15
Expand
Perhaps I can answer that for you. I am a former public servant.
Anything called a departmental decision stops at deputy minister level. A minister's decision is a cabinet decision. There is no ambiguity in those terms. We have already discussed that. A decision made in the minister's office is a minister's decision and a departmental decision.
Comme j'ai déjà été fonctionnaire, je peux peut-être vous répondre.
Ce qu'on appelle une décision ministérielle s'arrête au niveau du sous-ministre. Une décision du ministre est une décision du Cabinet. Il n'y a aucune ambiguïté par rapport aux termes. On en a déjà discuté. Une décision du bureau du ministre, c'est une décision du ministre et une décision ministérielle.
Collapse
View Meili Faille Profile
BQ (QC)
View Meili Faille Profile
2011-03-25 13:15
Expand
I just want to clear up the problem with the confusion. I was a senior public servant. I have drafted memoranda to cabinet as an official dealing with programs. They were departmental decisions. They are the responsibility of the department and cover everything up to deputy minister level. In order to remove any ambiguity, some departments use “memorandum to the deputy minister” and “memorandum to the minister” in order to show that there really are two levels. When you talk about a “departmental decision”, you really are talking about a decision made by the officials.
Je voudrais simplement régler le problème relatif à la confusion. J'ai été fonctionnaire. J'ai rédigé des mémoires au Cabinet et des mémoires à titre de fonctionnaire portant sur des programmes. C'est une décision ministérielle. Cela relève donc du ministère et couvre des questions jusqu'au niveau du sous-ministre. Dans certains ministères, pour éliminer toute ambiguïté, on utilise les termes « mémoire au sous-ministre » et « mémoire au ministre », de façon à indiquer qu'il y a vraiment deux niveaux. Lorsqu'on parle d'une décision ministérielle, il s'agit vraiment d'une décision prise par les fonctionnaires.
Collapse
View Mario Laframboise Profile
BQ (QC)
I just want to say that we cannot take words out of Mr. Walsh's mouth. If he said “political”, he said “political”, whether we like it or not.
Je veux simplement dire qu'on ne peut pas retirer les mots que M. Walsh a dits. S'il a dit « politique », c'est « politique », que ça nous plaise ou non.
Collapse
View Mario Laframboise Profile
BQ (QC)
Mr. Chair, I am going to support paragraph 38. Mr. Reid is doing so for his own reasons, but I am supporting it precisely because Mr. Walsh told us that it is important for us to see that, in the minister's office, there are two levels of decision-making, a departmental level and a political level.
The Bloc Québécois is clear in its decision. We are not questioning the minister's decision, a decision made in her office. Rather, we are questioning the fact that, for more than a year, the attempt has been made to make it seem like a CIDA decision, and that we will never accept. That is why we are going to support paragraph 41, that, by way of conclusion, says: “… the committee sees no other choice to find her in contempt of Parliament”. If my colleagues were in agreement, Mr. Chair, we could even add “and to recommend that the House withdraw its confidence in this government that, by its systematic obstruction, today once more clearly shows that it no longer deserves to govern this country”.
An hon. member: Hear, hear!
Monsieur le président, je vais appuyer le paragraphe 38. M. Reid le fait pour ses propres raisons, mais pour ma part, je vais l'appuyer précisément parce que M. Walsh nous a dit qu'il était important de voir qu'au bureau du ministre, il y a deux paliers de prise de décision: un palier ministériel et un palier politique.
Évidemment, le Bloc québécois a pris sa décision. Nous ne remettons pas en question la décision de la ministre, qui a été prise au bureau de celle-ci. Par contre, nous remettons en question le fait que pendant plus d'un an, on a essayé de faire passer cela pour une décision de l'ACDI, ce que nous n'accepterons jamais. C'est pourquoi nous allons appuyer le paragraphe 41 qui, en guise de conclusion, dit ceci: « [...] le Comité se voit dans l'obligation de la trouver coupable d'outrage au Parlement. » Nous pourrions même ajouter, si mes collègues le veulent, « et recommander à la Chambre de retirer sa confiance à ce gouvernement qui, encore une fois aujourd'hui, en faisant de l'obstruction systématique, nous démontre bien qu'il ne mérite plus de gouverner ce pays », monsieur le président.
Une voix: Bravo!
Collapse
View Meili Faille Profile
BQ (QC)
View Meili Faille Profile
2011-03-24 16:36
Expand
I have spoken little since the beginning, but I have listened to what others have said.
Mr. Chairman, you drew attention to the fact that the Auditor General was coming to the end of her mandate. I believe that the courteous thing to do would be to allow her to table her final report. This is why I am going to support this motion. It is important, out of courtesy to the Auditor General, that we apprise ourselves of her reports. She works very hard and has already given notice of her intention of tabling reports in the spring, as she has done every year. Unfortunately, we are facing a reality, and if an election were to be held in the near future, we would not have the benefit of those reports. You mentioned this during committee business, and I am of the view that this motion is in order.
J'ai peu parlé depuis le début, mais j'ai écouté les propos qui ont été tenus.
Monsieur le président, vous avez souligné que la vérificatrice générale terminait son mandat. Je crois qu'il serait courtois de lui permettre de déposer son dernier rapport. C'est pourquoi je vais appuyer cette motion. Il est important de prendre connaissance des rapports de la vérificatrice générale, par courtoisie. Elle travaille très fort et a déjà signifié son intention de déposer des rapports au printemps, comme elle le fait chaque année. Malheureusement, une réalité se présente à nous, et s'il fallait que des élections se tiennent prochainement, nous n'aurions pas cet avantage. Vous l'avez mentionné durant les travaux du comité, et je pense que cette motion est recevable.
Collapse
View Roger Pomerleau Profile
BQ (QC)
View Roger Pomerleau Profile
2011-03-24 16:05
Expand
Thank you, Mr. Chair.
Thank you, Mr. Hawthorne and Ms. Carpenter.
As my colleague was saying, given what has just happened in Japan, it is almost impossible to avoid the issue of security. We are discussing security in terms of management, operations and storage. Many questions are being raised. We speak for the people raising them. That is more or less what we would like to know.
Mr. Hawthorne, I would like some clarification from you. What does Bruce Power do in a nuclear power plant? Is the owner, the manager or the builder? What is Bruce Power's role? What is its status?
Merci, monsieur le président.
Merci, monsieur Hawthorne et madame Carpenter.
Comme le disait mon collègue, compte tenu de ce qui vient d'arriver au Japon, il est pratiquement impossible d'éviter la question de la sécurité. On parle de sécurité sur le plan de la gestion, du fonctionnement et du stockage. Beaucoup de gens se posent des questions. Nous sommes leurs porte-parole. C'est un peu ce qu'on cherche à voir.
Monsieur Hawthorne, j'aimerais clarifier quelque chose avec vous. Que fait Bruce Power dans une centrale nucléaire? En est-il propriétaire, gestionnaire ou constructeur? Quelle est la fonction précise de Bruce Power? Quel est son statut?
Collapse
View Roger Pomerleau Profile
BQ (QC)
View Roger Pomerleau Profile
2011-03-24 16:06
Expand
You manage it.
Ms. Carpenter was saying earlier that there are almost no emissions into the environment and that they themselves largely take care of the storage and management of the tiny amount of spent fuel.
The generators we are talking about are enormous—given the other waste, I imagine. How is it currently stored on your site? Is it regulated by the government? Is it stored in a special way? Is it safe?
Vous en assurez la gestion.
Madame Carpenter nous disait, tout à l'heure, qu'ils ne rejettent pratiquement pas d'émissions dans l'environnement et qu'ils assurent en grande partie eux-mêmes le stockage et la gestion de la très petite quantité de combustible qui est rejeté.
Les générateurs dont on a parlé sont énormes — compte tenu des autres déchets, j'imagine. Comment est-ce stocké actuellement, à votre site? Est-ce réglementé par le gouvernement? Est-ce stocké d'une façon spéciale? Est-ce sécuritaire?
Collapse
View Roger Pomerleau Profile
BQ (QC)
View Roger Pomerleau Profile
2011-03-24 16:09
Expand
So your activities are regulated. You comply with government regulations.
Are the storage methods ones that you decide to use when you lease the facility? Do you make a commitment to store spent fuel in a particular way in advance when you become the lessee?
Vos activités sont donc réglementaires. Vous respectez la réglementation du gouvernement.
S'agit-il de méthodes de stockage que vous décidez d'adopter au moment où vous louez? Prenez-vous l'engagement de remiser de telle ou telle façon d'avance, lorsque vous devenez locateur?
Collapse
View Roger Pomerleau Profile
BQ (QC)
View Roger Pomerleau Profile
2011-03-24 16:11
Expand
Let's discuss operating costs. Ms. Carpenter was telling us that the storage of waste, the residue of the combustion process, is taken into account in the operating costs of the plant. Probably, at the end of the day, the customer pays. In your case, are the storage costs for all of these generators actually calculated into the operating costs?
Parlons des coûts de cette opération. Mme Carpenter nous disait que le stockage des déchets, des restes du produit de la combustion, est pris en compte dans les coûts d'opération d'une centrale. C'est probablement le client qui paie au bout du compte. Dans votre cas, les coûts de stockage de tous ces générateurs ont-ils été bien calculés dans les coûts d'opération?
Collapse
View Paule Brunelle Profile
BQ (QC)
View Paule Brunelle Profile
2011-03-24 16:53
Expand
Thank you, Mr. Chair.
Good afternoon, Professor Cooper. It is a pleasure to speak to you.
Much has been made—as you mention—of a nuclear renaissance. It seems to me that, since we have been talking about it, things have never gone so poorly. In Canada, we are in the process of reassessing it all. In fact, from your comments, we realize that the costs of constructing and refurbishing nuclear plants are enormous, not to mention the timelines. We have what went on at Point Lepreau as an example.
I live in Quebec. The refurbishing of the Gentilly nuclear plant has raised many questions. If you are familiar with that plant, perhaps you could tell me more about it. It has always seemed to me that nuclear energy was not really clean energy. In order to sell us on the idea of nuclear energy, we were told that it was clean energy because there were few CO2 emissions, but they forgot to talk to us about the disposal of nuclear waste.
I have two questions. If you are familiar with Gentilly, what do you think of the refurbishment of that plant? Because of the nuclear bubble that you are telling us about, have we not fallen behind in developing truly clean energy?
Merci, monsieur le président.
Monsieur Cooper, bonjour. C'est un plaisir de vous parler.
On a beaucoup parlé — et vous en parlez — de la renaissance du nucléaire. Il me semble que depuis qu'on nous en parle, cela n'a jamais été aussi mal. On est en train de réévaluer cela, au Canada. En effet, on s'aperçoit, grâce à vos propos, que les coûts de construction et de réfection des centrales nucléaires sont énormes, ainsi que les délais de livraison. On a l'exemple de ce qu'on a vu à Point Lepreau.
Je suis une résidante du Québec. La réfection de la centrale nucléaire de Gentilly soulève beaucoup de questions. Si vous êtes familier avec cette centrale, vous pourrez peut-être m'en dire plus. Il m'a toujours semblé que le nucléaire n'était pas une énergie vraiment propre. Pour nous vendre le nucléaire, on nous disait qu'il s'agissait d'une énergie propre car elle émet peu de CO2, mais on a oublié de nous parler de la disposition des déchets nucléaires.
J'ai deux questions. Si vous connaissez le cas de Gentilly, que pensez-vous de la réfection de cette centrale? À cause de cette bulle du nucléaire dont vous avez parlé, n'a-t-on pas pris du retard pour développer vraiment les énergies propres?
Collapse
View Paule Brunelle Profile
BQ (QC)
View Paule Brunelle Profile
2011-03-24 16:58
Expand
Thank you.
Good afternoon, Mr. Tremblay. You may have to defend a toxic and volatile fuel. What do you think of what Professor Cooper has just told us?
Merci.
Monsieur Tremblay, bonjour. Vous aurez peut-être à défendre un combustible toxique et volatile. Que pensez-vous de ce que vient de nous dire M. Cooper?
Collapse
View Paule Brunelle Profile
BQ (QC)
View Paule Brunelle Profile
2011-03-24 17:00
Expand
Mr. Tremblay, the Ontario Government is planning or was planning to buy two new reactors for the Darlington plant. What is the status of that? Do you still intend to proceed with those purchases?
Monsieur Tremblay, le gouvernement ontarien prévoit ou prévoyait acheter deux nouveaux réacteurs pour sa centrale de Darlington. Qu'en est-il? Avez-vous toujours l'intention de faire ces achats?
Collapse
View Luc Malo Profile
BQ (QC)
Thank you very much, Madam Chair.
Welcome everyone to the committee's last meeting. Madam Minister, thank you for being here. Welcome. I would also like to thank all of your officials who are here with you today.
I want to begin by reading an excerpt from page 165 of the main estimates for 2011-12. It describes the votes for this year. I will read you the two paragraphs that outline the main estimates under the heading of Assisted Human Reproduction Agency of Canada:
The Assisted Human Reproduction Agency of Canada is estimating expenditures of $10.6 million in 2011-12. Of this amount, $9.9 million requires approval by Parliament. The remaining $628.6 thousand represents statutory forecasts that do not require additional approval and are provided for information purposes.
The last paragraph is where it gets interesting:
In total, the department is estimating an increase of $31.2 thousand, or 0.3% from previous Main Estimates.
Madam Minister, could you please explain why the main estimates for the Assisted Human Reproduction Agency of Canada have increased for the upcoming year, when the Supreme Court of Canada ruled in favour of Quebec on December 23, 2010 with respect to its challenge of the Assisted Human Reproduction Act? The judgment states that the federal government does not have the right to regulate human infertility research or medical practices.
Madam Minister, why did the person who calculated these votes for the Assisted Human Reproduction Agency of Canada not take into account the Supreme Court of Canada ruling? Why have the estimates gone up?
Merci beaucoup, madame la présidente.
Bienvenue à vous tous à l'occasion de la dernière séance du comité. Madame la ministre, merci d'être parmi nous. Bienvenue. Merci également à l'ensemble des gens du ministère qui vous accompagnent.
Tout d'abord, je vais vous lire un extrait de la page 323 du Budget principal des dépenses 2011-2012. On y décrit les crédits qui seront accordés pour cette année. Je vais vous lire les deux paragraphes sous le titre de l'Agence canadienne de contrôle de la procréation assistée, qui font justement état du Budget principal des dépenses. On y lit ceci:
L’Agence canadienne de contrôle de la procréation assistée prévoit des dépenses de 10,6 millions de dollars pour 2011-2012. De cette somme, un montant de 9,9 millions de dollars doit être approuvé par le Parlement. Le solde de 628,6 milliers de dollars représente les prévisions législatives qui ne nécessitent pas d’approbation supplémentaire et est fourni à titre indicatif.
C'est le dernier paragraphe qui est intéressant:
Globalement, l’organisation prévoit une augmentation des dépenses de 31,2 milliers de dollars, ou 0,3 p. 100 par rapport au budget principal des dépenses précédent.
Madame la ministre, pouvez-vous m'expliquer pourquoi le budget des dépenses de l'Agence canadienne de contrôle de la procréation assistée augmente pour l'année qui vient, alors que, le 23 décembre dernier, la Cour suprême du Canada a donné raison au Québec dans sa contestation de la Loi sur la procréation assistée? Ce jugement stipule que le gouvernement fédéral n'a pas le droit d'encadrer la recherche et les pratiques médicales entourant l'infertilité humaine.
Madame la ministre, comment se fait-il que la personne qui a calculé ces crédits pour l'Agence canadienne de contrôle de la procréation assistée n'ait pas tenu compte du jugement de la Cour suprême du Canada? Pourquoi y a-t-il une augmentation du montant?
Collapse
View Luc Malo Profile
BQ (QC)
Madam Minister, are you telling us that it will nevertheless cost $6 million to perform two functions, in other words, providing the public with general information on assisted human reproduction and obtaining advice on the matter? How much will that cost next year? Will you do $6 million worth of advertising?
Madame la ministre, êtes-vous en train de nous dire que ça va quand même coûter 6 millions de dollars pour réaliser deux tâches, soit fournir de l'information au public sur la procréation assistée en général et vous fournir des conseils en cette matière? Combien ça va coûter, l'an prochain? Ferez-vous de la publicité pour 6 millions de dollars?
Collapse
View Luc Malo Profile
BQ (QC)
How long will that take?
Combien de temps ça va prendre?
Collapse
View Luc Malo Profile
BQ (QC)
What will the agency do in the next few months?
Madam Minister, as you are aware, there were questions about the relevance of some of the agency's expenditures in previous fiscal years.
Did you ask the agency to hold off on any further spending until you had made a decision regarding its future?
Que va faire l'agence au cours des prochains mois?
Madame la ministre, vous savez que lors des exercices précédents, un certain nombre de questions ont quand même été posées quant à la pertinence des dépenses qui avaient été effectuées par l'agence.
Est-ce que vous avez demandé à l'agence de cesser toute dépense jusqu'à ce que vous ayez pris cette décision quant à son avenir même?
Collapse
View Luc Malo Profile
BQ (QC)
Very well. I understand what you said perfectly, Madam Minister.
But I would like to know specifically how you instructed the agency to behave in terms of its spending in the next year. Did you ask the agency to hold off on all spending until you had made your decision, which will be based on the feedback you are going to receive?
Très bien. Je comprends bien cette réponse, madame la ministre.
Toutefois, je veux savoir précisément quelle directive vous avez donnée à l'agence quant aux dépenses qu'elle doit effectuer au cours de la prochaine année. Avez-vous demandé à l'agence de suspendre toutes les dépenses jusqu'au moment où vous allez prendre cette décision, à la lumière des commentaires que vous allez recevoir?
Collapse
View Luc Malo Profile
BQ (QC)
Are you telling me then, Ms. Yeates, that roughly $7 million a year is spent on the following activities: delivering information to the public and advising the minister? That is what the Supreme Court said in its ruling.
Êtes-vous en train de me dire, madame Yeates, qu'environ 7 millions de dollars par année sont dépensés pour effectuer les deux tâches suivantes: fournir de l'information au public et conseiller la ministre? C'est ce que dit la Cour suprême dans son jugement.
Collapse
View Luc Malo Profile
BQ (QC)
Thank you very much, Madam Chair.
In the main estimates for 2011-12, the contributions in support of the Federal Tobacco Control Strategy have not changed from last year, in other words, they are still $15.7 million.
Madam Minister, you will no doubt recall that the last time you were here, you told us you were going to refocus the strategy to target contraband tobacco activities more directly. You went on to explain that you had changed your mind and had refocused the strategy on new warning labels, moving away from what you had announced last fall and revamping the entire contraband tobacco strategy.
I said to you then that you could do both, and that a true tobacco control strategy should consist of two key activities: encouraging people to quit smoking and keeping contraband tobacco off the black market.
In response to a question from a Liberal colleague, Ms. Yeates seemed to say that the entire contraband strategy would be solely in the hands of the RCMP. Yet you said during a press conference that Health Canada also had a hand in combatting contraband tobacco activities.
I would just like to know whether that $15.7 million will allow for a comprehensive strategy that truly integrates both of the components necessary to ensure that the public stops smoking once and for all.
Merci beaucoup, madame la présidente.
Dans le Budget principal des dépenses 2011-2012, la contribution à l'appui de la Stratégie fédérale de lutte contre le tabagisme reste la même que l'année précédente, c'est-à-dire 15,7 millions de dollars.
Madame la ministre, vous vous souviendrez que la dernière fois que vous vous êtes présentée devant nous, vous nous avez dit que la stratégie serait réorientée afin de s'attaquer plus directement aux activités de contrebande du tabac. Par la suite, vous nous avez expliqué que vous aviez changé d'opinion et que vous aviez réorienté la stratégie autour des nouvelles mises en garde, mettant de côté ce que vous aviez plutôt annoncé l'automne dernier, à savoir que vous alliez réorienter toute la stratégie autour de la lutte contre la contrebande.
Je vous disais, à ce moment-là, qu'il était possible de faire les deux, et qu'une véritable stratégie de lutte contre le tabagisme devait reposer sur ces deux actions très importantes: d'une part, inciter les gens à cesser de fumer et, d'autre part, s'assurer que des produits illicites du tabac sont absents des marchés noirs.
Dans sa réponse à une question des libéraux, Mme Yeates semblait dire que tout ce volet de lutte contre la contrebande devait reposer uniquement entre les mains de la GRC. Cependant, vous avez dit, en conférence de presse, qu'il était également du ressort de Santé Canada de s'attaquer à la contrebande du tabac.
Je me demande donc simplement si, avec 15,7 millions de dollars, on sera capable d'avoir une stratégie globale qui va véritablement toucher les deux aspects d'une stratégie nécessaire pour faire en sorte que nos concitoyennes et nos concitoyens cessent de fumer une fois pour toutes.
Collapse
View Luc Malo Profile
BQ (QC)
Please go to my colleagues across the way then, if that is what you want, Madam Chair.
Allez voir mes collègues d'en face, madame la présidente, si tel est votre désir.
Collapse
View Robert Bouchard Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
Good afternoon, Ms. Walker.
My first question is simply about the approval. Since 1985, there has been a single…
Merci, monsieur le président.
Bonjour, madame.
Ma première question porte justement sur l'acceptation. Depuis 1985, on a connu un seul...
Collapse
View Robert Bouchard Profile
BQ (QC)
Can you hear me?
Entendez-vous?
Collapse
View Robert Bouchard Profile
BQ (QC)
The act has been in place since 1985. Do you not you find it surprising that, since then, there has been only one case where a minister has opposed the transaction? Does it not seem surprising to you that there has been a single case, when there have been a number of proposals to acquire Canadian companies?
La loi est en vigueur depuis 1985. Ne trouvez-vous pas étonnant que, depuis cette date, on n'ait connu qu'un seul cas où un ministre s'est opposé à la transaction? Cela vous apparaît-il étonnant qu'il n'y ait eu qu'un seul cas, alors qu'il y a eu plusieurs propositions d'acquisition d'entreprises canadiennes?
Collapse
View Robert Bouchard Profile
BQ (QC)
I understand that you aren't surprised.
As far as the minister's refusal in the case of potash, do you think this will have an impact or send out a message to foreign investors that may want to acquire Canadian companies?
Je comprends que vous n'êtes pas étonnée.
En ce qui a trait au refus du ministre dans le cas de Potash, y aura-t-il, selon vous, un impact, ou un message livré à des investisseurs étrangers voulant peut-être acquérir des entreprises canadiennes?
Collapse
View Robert Bouchard Profile
BQ (QC)
So we can say that the negotiations take place in private between the minister and the company in each case. Once the minister approves the transaction, what happens with the follow-up? I'm sure conditions have been set and noted, right? Can you comment on follow-up and application over the years?
On peut dire que les négociations se passent en privé entre le ministre et l'entreprise dans chaque cas. Une fois que le ministre a accepté la transaction, qu'avez-vous à dire au niveau du suivi? On a sans doute fixé et écrit des conditions, n'est-ce pas? Avez-vous quelque chose à dire au sujet du suivi et de l'application au cours des ans?
Collapse
View Robert Bouchard Profile
BQ (QC)
Do you think there should be more transparency? When the minister or the department negotiates or discusses with the company wanting to acquire Canadian interests, should there be more transparency? Should the public and the workers be given more information?
Pensez-vous qu'il devrait y avoir plus de transparence? Lorsque le ministre ou le ministère négocie ou discute avec l'entreprise voulant acquérir des intérêts canadiens, devrait-il y avoir plus de transparence, devrait-on informer plus la population et les travailleurs?
Collapse
View Robert Bouchard Profile
BQ (QC)
I thought you said that you thought a time limit of 45 days with an extension of 30 days was a little too long. What timeline would you suggest, a month?
J'ai cru vous entendre dire qu'un délai de 45 jours avec un prolongement de 30 jours vous paraissait un peu long. Quel délai proposez-vous, un mois?
Collapse
View Serge Cardin Profile
BQ (QC)
View Serge Cardin Profile
2011-03-24 16:35
Expand
Mr. Chair, the proposed amendment seems a little strange to me. In fact, it completely changes the meaning of the motion. From immediately reporting a bill to a clause-by-clause review.
I would like to know what the clerk or the analyst thinks. The motion is changed completely. We see the same thing in the House. When we try to make amendments that change the meaning of the bill that is presented, it's refused.
It's going to be refused. It changes the motion completely. We are no longer talking about the same thing.
Monsieur le président, l'amendement proposé me paraît un peu bizarre. En effet, ça change complètement le sens de la motion. D'un rapport immédiat, on passe à une étude article par article.
J'aimerais bien connaître les commentaires du greffier ou de l'analyste. La motion est modifiée complètement. On voit la même chose se produire à la Chambre. Quand on essaie d'apporter des amendements qui changent le sens complet du projet qui est présenté, c'est refusé.
Ça va être refusé. Ça change la motion complètement. On ne parle plus de la même chose.
Collapse
View Robert Bouchard Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
I think the amendment moved by Mr. Lake completely changes the meaning of the motion presented by Mr. Rota. I highly doubt that it is in order. At the very least, we'll have to vote. In other words, it's the opposite of Mr. Rota's motion.
We support the bill. Actually, last summer, we talked at great length about the government's position on the change to the census. The bill on the census presented by the Liberal Party puts things in perspective. That's why we support this bill. I don't think we need to proceed with a clause-by-clause review.
I don't think there's anything weird about this, it makes sense, it's a way of moving more quickly. Mr. Lake asked what the point of this is since an election will be called tomorrow or in the next few hours. If an election is called, instead of dying before the clause-by-clause review here, in committee, the bill will die at another stage in the House of Commons. That will show that what was done with respect to this change was done fairly cavalierly. Over the summer, the rules were changed because of a decision by the minister, at the end of June 2010.
I think we're aware of the facts, we know the process inside and out, and we need to proceed and move on to the next stage. This is why we are in favour of Mr. Rota's motion. We are opposed to the amendment that was presented, which proposes a clause-by-clause consideration.
Merci, monsieur le président.
L'amendement présenté par M. Lake, je crois, change complètement le sens de la motion présentée par M. Rota. Je doute fort qu'il soit recevable. À tout le moins, on aura à voter. Autrement dit, c'est l'inverse de la motion de M. Rota.
Nous appuyons le projet de loi. En effet, au cours de l'été dernier, on a largement parlé de la position du gouvernement sur le changement du recensement. Le projet de loi sur le recensement, que présente le Parti libéral, replace les choses. C'est pour cette raison qu'on appuie ce projet de loi. Je pense qu'il n'est pas nécessaire de l'étudier article par article.
Selon moi, il n'y a rien de bizarre là-dedans, c'est convenable, c'est une façon d'aller plus vite. M. Lake a demandé ce que ça changera puisque des élections seront déclenchées demain ou dans les prochaines heures. Si les élections sont déclenchées, le projet de loi, au lieu de mourir avant l'étude article par article ici, au comité, va mourir au cours d'une autre étape à la Chambre des communes. Cela va démontrer que ce qui a été fait au niveau du changement a été fait assez cavalièrement. Au cours de l'été, on a changé les règles par une décision du ministre, à la fin de juin 2010.
Je pense que tout est connu, on connaît les positions de part et d'autre et il faut procéder et passer à une autre étape. C'est pourquoi nous sommes favorables à la motion de M. Rota. Nous sommes opposés à l'amendement qui est présenté, qui propose de l'étudier article par article.
Collapse
View Johanne Deschamps Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
I am going to address you in French, Ms. Wallström. First, I would like to thank you for joining us to talk about your mission. It's a relatively new position, since it was just created last year, and you mentioned this in your remarks. You also told us that the resolution—the number escapes me at the moment—gave you tools to prevent perpetrators from committing their offences. You also mentioned five objectives.
I would like to know what you are doing to attain these objectives. How are you managing to coordinate your efforts and your work, given the presence of civil society organizations on the ground in the countries where these conflicts and actions are being committed? How can you have some influence on the government?
Early in the week, we had a representative from an NGO who is currently working in Sudan on the situation with women. She was trying to have changes made to the legislation that does not recognize the rape or assault of women as being criminal offences. It is very difficult for them because they have little or no access to the government. So they are working with the civil society, with the women in the north and south. It is very difficult for them to put pressure on the government. What would be your role with these women?
You also mentioned that you are working with seven countries, or that you have targeted seven countries, five of them in Africa. We are talking about countries in conflict or countries that have been affected by a serious earthquake. For example, the case of Haiti. How are you working with the women in Haiti, particularly women in refugee camps where it appears that there is a great deal of violence against women?
Merci, monsieur le président.
Je vais m'adresser à vous en français, madame. Je voudrais tout d'abord vous remercier d'être présente pour nous parler de votre mission. C'est un poste relativement nouveau, car il a été créé l'année dernière. C'est ce que vous avez mentionné dans votre allocution. Vous nous avez aussi dit que la résolution — dont le numéro m'échappe — vous donnait des outils pour empêcher les agresseurs de commettre leurs crimes. Vous avez aussi fait mention de cinq objectifs.
Pour atteindre ces objectifs, j'aimerais savoir de quelle façon vous travaillez. Comment arrivez-vous à coordonner vos efforts et votre travail compte tenu de la présence des organisations de la société civile sur le terrain dans les pays où sont commis ces conflits et ces actes? De quelle façon arrivez-vous à avoir une certaine influence sur le gouvernement?
Au début de la semaine, nous recevions une représentante d'une ONG qui travaille actuellement sur la situation au Soudan avec des femmes. Elles essaient de faire changer les lois qui ne reconnaissent pas le viol ou les agressions à l'égard des femmes comme des actes criminels. C'est très difficile pour elles, parce qu'elles n'ont pas, ou peu, d'entrées auprès du gouvernement. Elles travaillent donc avec la société civile, avec les femmes du Nord et du Sud. Il leur est très difficile de faire pression sur le gouvernement. Quel serait votre rôle auprès de ces femmes?
Vous avez aussi mentionné que vous travaillez avec sept pays, ou que vous avez ciblé sept pays, dont cinq se trouvent en Afrique. On parle de pays en conflit ou de pays qui ont été touchés par un grave séisme. Ce peut être, par exemple, Haïti. De quelle façon travaillez-vous aussi avec les femmes en Haïti, surtout celles qui se trouvent dans des camps de réfugiés où on déplore beaucoup de cas de violence à l'égard des femmes?
Collapse
View Johanne Deschamps Profile
BQ (QC)
I will come back later, Mr. Chair.
Je reviendrai plus tard, monsieur le président.
Collapse
View Johanne Deschamps Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair, for allowing me to get things in order and for giving me an opportunity to ask another question.
I would have been very disappointed if I couldn't have asked it. Ten years after Resolution 1325, the Canadian government has proposed an action plan. That was a few months ago.
Have you had a chance to read the Canadian National Action Plan to Implement Security Council Resolution 1325?
Merci, monsieur le président, de me permettre de me rattraper et de me donner encore la possibilité de poser une question.
J'aurais eu beaucoup de peine de ne pas vous l'avoir posée. Dix ans après la Résolution 1325, le gouvernement canadien a proposé un plan d'action. C'était il y a quelques mois.
Avez-vous eu l'occasion de prendre connaissance du Plan d'action national canadien pour la mise en œuvre de la Résolution 1325?
Collapse
View Johanne Deschamps Profile
BQ (QC)
I could go on a bit.
Aside from the action plan, do you think that Canada could do more internationally?
Je peux peut-être aller un peu plus loin.
Mis à part le plan d'action, le Canada pourrait-il faire davantage sur la scène internationale?
Collapse
View Johanne Deschamps Profile
BQ (QC)
So, to conclude, we could give the final word and say that, basically, for Canada to be realistic about its action plan, you need to be given more funding, perhaps long-term funding, as well, so that you can achieve your objectives.
En terminant, on pourrait se donner le mot de la fin et dire que, fondamentalement, pour que le Canada soit réaliste à l'égard de son plan d'action, il faut vous assurer un plus grand financement et peut-être un financement à long terme aussi, de sorte que vous puissiez atteindre vos objectifs.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 11:44
Expand
Mr. Chairman, Mr. Cappe never provided testimony to the committee on that subject. This is totally out of order.
Monsieur le président, M. Cappe n'a jamais témoigné devant le comité à ce sujet. C'est totalement irrecevable.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 11:45
Expand
It was as a result Mr. Brison's motion that Mr. Cappe appeared before the committee. So, that is not relevant in the context of this report.
C'était dans le cadre de la motion de M. Brison que M. Cappe est venu témoigner. Ce n'est donc pas pertinent dans le cas de ce rapport-ci.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 12:02
Expand
Mr. Chairman, Mr. McGuinty raised this point because Mr. Reid stated that, under the Access to Information Act, the documents should never have been made public, and that it was an error.
Monsieur le président, M. McGuinty a soulevé ce point parce que M. Reid a affirmé que, selon la Loi sur l'accès à l'information, les documents n'auraient pas dû être rendus publics, qu'il y avait erreur.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 12:02
Expand
If we dropped Mr. Reid's point… There is no doubt in my mind that Mr. McGuinty is not interested in starting a fight. In any case, this was the headline in every newspaper in December, including The Globe and Mail. That is not the issue. Mr. Chairman, I have a feeling that Conservative members of this committee are using stalling tactics to prevent us from reaching a decision. We have to determine whether Ms. Oda did or did not mislead the House. That is the fundamental issue here. Does she deserve to be accused of contempt of Parliament? Should the House not withdraw its confidence in the government? That is the fundamental issue. At this point, they are simply trying to sidestep the question.
Si on laissait tomber l'affaire de M. Reid... Je suis convaincu que M. McGuinty ne veut pas se lancer dans une bataille. De toute façon, c'était à la une de tous les journaux en décembre dernier, y compris dans The Globe and Mail. Là n'est pas le problème. Monsieur le président, j'ai l'impression que les membres conservateurs du comité tentent, par des mesures dilatoires, de nous empêcher de prendre une décision. Nous devons déterminer si Mme Oda a trompé ou non la Chambre. C'est le fond de la question. Est-ce qu'elle mérite d'être accusée d'outrage au Parlement? Est-ce que le gouvernement ne devrait pas voir la confiance de la Chambre lui être retirée? Voilà le fond du problème. Présentement, on tente tout simplement de noyer le poisson.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 12:04
Expand
On a point of order, Mr. Chairman.
If what Mr. Lukiwski says were true, the Minister would not have apologized to the House on February 14 for creating that confusion. They are simply playing with words here. That does not in any way reflect the perception of most parliamentarians or the public, and in that respect, once again, they are just wasting our time.
J'invoque le Règlement, monsieur le président.
Si ce que dit M. Lukiwski était vrai, la ministre ne se serait pas excusée devant la Chambre, le 14 février dernier, d'avoir créé de la confusion. Ici, on joue sur les mots. Ça ne correspond pas du tout à la perception de la majorité des parlementaires et du public, et dans ce sens, on nous fait encore une fois perdre notre temps.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 12:17
Expand
Yes, because otherwise, the sentence in French doesn't make sense.
Oui, parce qu'autrement, la phrase en français ne se lit pas.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 12:20
Expand
I'd like to talk about the wording here. It refers to a “supplementary report”. Are we not actually talking about an opinion?
This is strictly technical. It says that this report contains a supplementary opinion.
J'aimerais parler de la formulation. Il est écrit « un rapport supplémentaire ». Ne parle-t-on pas plutôt d'une opinion?
C'est strictement technique. On dit que ce rapport renferme également une opinion supplémentaire.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 12:21
Expand
As a general rule, since it is part of the report, it cannot also be a report. It's an opinion.
D'habitude, comme cela fait partie d'un rapport, ça ne peut pas être un rapport. C'est une opinion.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 12:21
Expand
Also, on the second line it has to be changed to “opinion” again.
De plus, à la deuxième ligne, il faut une concordance, relativement à cette opinion.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 12:36
Expand
We hadn't received them. So we haven't seen them either.
On ne les avait pas reçus. On ne les a pas vus, en plus.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 12:39
Expand
I want to be sure I understand. In that case, you will be checking to ensure that there are, in fact, two examples and will include them in this paragraph. However, if we were to conclude that there is only one, you will ensure that the report reflects that fact.
Je veux m'assurer de bien comprendre. Donc, vous allez faire les vérifications pour vous assurer qu'il y a effectivement deux exemples, et vous allez les inclure dans le paragraphe. Cependant, si on en arrivait à la conclusion qu'il n'y en a qu'un, vous allez conformer le rapport à la réalité.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 12:44
Expand
Mr. Chairman, I do want to say that we have two cases. We asked for them, we are including them and there is no problem there, except that both cases are in 2010, when in fact the Minister signed in 2009. I would have been interested to see cases dating back before November, 2009, in terms of documents that have handled in a similar manner. This is something we will have to follow up on.
A voice: That's a good point.
Monsieur le président, je veux quand même signaler qu'on a deux cas. On les a demandés, on les inclut et il n'y a pas de problème, mais ce sont deux cas qui datent de 2010, alors que la ministre a apposé sa signature en 2009. J'aurais été intéressé d'avoir des cas datant d'avant novembre 2009 au sujet de documents qui ont été traités de cette manière. C'est à suivre.
Une voix: Vous soulevez un bon point.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 12:45
Expand
Mr. Chairman, this paragraph refers to statements made by the Parliamentary Secretary and the Minister and specifically mentions April 23, 2010. The fact is that an answer to a question raised in the House could have been provided.
Indeed, another point that should be made in the report is the answer given by the Minister to Question 106 on the Order Paper which was, I would point out, a written question. So, I would simply like to see the date of April 23, 2010 added after the part where it says “in statements to the House of Commons, including one made on April 23, 2010 and in answer to Question 106 on the Order Paper”. It was the same date.
It's written, and there's no room for interpretation. It's question 106 on the Order Paper.
Monsieur le président, dans le paragraphe, on fait référence à des déclarations du secrétaire parlementaire et de la ministre, et on fait référence au 23 avril 2010. Effectivement, on a pu déposer une réponse à une question à la Chambre.
Par ailleurs, un autre élément qui devrait figurer dans le rapport est la réponse qu'a donnée la ministre à la question 106 inscrite au Feuilleton, question qui est écrite, soit dit en passant. J'aimerais donc seulement qu'on ajoute la date du 23 avril 2010, après « dans ses déclarations à la Chambre des communes, notamment dans une réponse à la question 106 du Feuilleton ». C'était la même date.
C'est écrit, et il n'y a pas d'interprétation possible. C'est la question 106 inscrite au Feuilleton.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 12:46
Expand
I would like to add that, as: “in statements to the House of Commons, including one made on April 23, 2010 and in answer to Question 106 on the Order Paper”. We would simply add the same date, and the sentence would continue after that. That is an objective fact.
Je veux qu'on l'ajoute, comme ceci: « dans ses déclarations à la Chambre des communes, notamment celle du 23 avril 2010, ainsi que dans une réponse à la question 106 du Feuilleton ». On ajoute la même date, et la phrase continue après. Ce n'est qu'un fait objectif.
Collapse
View Mario Laframboise Profile
BQ (QC)
I simply wanted to say, Mr. Chairman, that paragraph 32 makes reference to the statements made by certain members. Other paragraphs do the same in relation to other members. I believe the researchers have simply reflected the discussions that actually occurred in committee. In paragraph 32, the wording is consistent with the discussions that occurred at that time and the questions raised by certain members. In paragraph 33 and others as well, the Minister provides an explanation.
This is an accurate account of the discussions that took place in committee, Mr. Chairman.
Je veux seulement dire, monsieur le président, que le paragraphe 32 fait état des déclarations de certains membres. D'autres paragraphes font la même chose pour d'autres membres. Je crois que les recherchistes ont fait état des discussions qui ont eu lieu en comité. Au paragraphe 32, c'est conforme aux discussions qui ont eu lieu à un certain moment, certains membres se sont questionnés à ce sujet. Entre autres, au paragraphe 33, la ministre s'explique.
C'est un bon compte rendu des discussions qu'on a eues en comité, monsieur le président.
Collapse
View Pierre Paquette Profile
BQ (QC)
View Pierre Paquette Profile
2011-03-24 12:55
Expand
I am fully supportive of Mr. Proulx's motion, particularly since routine proceedings immediately follow oral question period. That is when we should table our report.
Je suis tout à fait favorable à la motion de M. Proulx, d'autant plus que les affaires courantes sont abordées tout de suite après la période des questions orales. C'est à ce moment-là que nous devrons déposer notre rapport.
Collapse
View Mario Laframboise Profile
BQ (QC)
As you know, Mr. Chairman, the Standing Committee on Procedure and House Affairs is the most important committee in the House of Commons. After the Speaker of the House of Commons, you are the most important committee chair. I see no reason why others could not participate in the debate. All members of Parliament are…
Monsieur le président, vous le savez, le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre est le comité le plus important de la Chambre des communes. Après le Président de la Chambre des communes, vous êtes le président de comité le plus important. Je pense qu'il n'y a pas de raison pour qu'on ne puisse pas participer au débat. Tous les députés qui sont...
Collapse
View France Bonsant Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
I too am a bit taken aback to see the witnesses, because last Tuesday, at the end of our meeting when Mr. Valeriote asked to be the first to speak to Mr. Easter’s motion, I was sure we would start with that. That is why I'm surprised. It's not because I don't like the witnesses, but I just think it's strange.
Merci, monsieur le président.
Je suis, moi aussi, un peu surprise de voir les témoins, parce que mardi dernier, quand on a terminé notre réunion et que M. Valeriote a demandé à être le premier à parler sur la motion déposée par M. Easter, j'étais certaine qu'on débuterait avec cela. C'est la raison pour laquelle je suis surprise. Ce n'est pas parce que je n'aime pas les témoins, mais je trouve bizarre qu'on ait cela.
Collapse
View France Bonsant Profile
BQ (QC)
We are supposed to be a bilingual country. But whenever we start talking, you always have a problem with the translation. I think that, at some point, someone is going to have to wake up. Is that clear?
Ever since we have been here, it’s always the same thing.
On est supposé être dans un pays bilingue. Or, chaque fois qu'on commence à parler, vous avez toujours un problème de traduction. Je pense qu'à un moment donné, quelqu'un va devoir se réveiller. Est-ce clair?
Depuis qu'on est ici, c'est toujours la même chose.
Collapse
View France Bonsant Profile
BQ (QC)
Stop wishing and start learning. I learned English, Mr. Miller. That is not what I am saying. Whenever we start talking—
Arrêtez de le souhaiter et apprenez-le. J'ai appris l'anglais, moi, monsieur Miller. Ce n'est pas ce que je veux dire. Chaque fois qu'on commence à parler...
Collapse
View André Bellavance Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
I'm glad it was one of the witnesses that mentioned Bill C-474. At the same time, Mr. Phillips, you are congratulating Mr. Atamanenko for bringing the debate forward in the House of Commons. You know we have even been having trouble talking about it here in committee, because the bill was blocked when the time came for the debate to be extended. The Conservative members of the committee do not want to hear about it. I don’t think your organization wants to hear about it either.
All of you must certainly have expertise and information from all over the place. In terms of adding to the bill an analysis of the impact on international trade, as well as the analysis being done on health and the environment, would you be able to give me an example of a country where an analysis like that has been enforced and where it affected at least one agricultural sector or brought an entire agricultural sector to its knees?
In Argentina, they have a bill like that. Argentina is the second or third largest producer of GMOs in the world. I tried to do the research, but our staff is limited; I am not a department. However, I was not able to find any lawsuits at any time from other WTO countries, or other countries, as a result of this measure being imposed when GMOs are exported. And Argentinians continue to be very large producers of GMOs. Could you give me a specific example where that has caused problems somewhere in the world?
Merci, monsieur le président.
Je suis content que ce soit un des témoins qui ait mentionné le projet de loi C-474. En même temps, monsieur Phillips, vous félicitez M. Atamanenko d'avoir présenté le débat à la Chambre des communes. Vous savez qu'on a même de la difficulté à en parler ici, en comité, parce que le projet de loi a été muselé quand est venu le temps d'obtenir une prolongation du débat là-dessus. Les députés conservateurs membres du comité ne veulent pas en entendre parler. Je pense que vos organisations ne voulaient pas trop en entendre parler non plus.
Chacun d'entre vous a certainement des expertises et des informations qui lui viennent d'un peu partout. En ce qui concerne l'ajout, contenu dans le projet de loi, d'une analyse de l'impact sur le commerce international à l'analyse qu'on fait sur la santé et l'environnement, seriez-vous capables de me donner un exemple d'un pays où on a imposé cette analyse et où cela aurait à tout le moins affecté un secteur agricole ou complètement mis à terre tout un secteur agricole?
En Argentine, ils ont ce type de projet de loi. L'Argentine est le deuxième ou le troisième producteur d'OGM au monde. J'ai essayé de faire des recherches, mais nos effectifs sont quand même limités; je ne suis pas un ministère. Cependant, je n'ai pas réussi à trouver un moment où il y a eu des poursuites de la part d'autres pays de l'OMC, ou autres, en raison de cette mesure qu'ils imposent concernant l'exportation des OGM. Et les Argentins continuent à être de très grands producteurs d'OGM. J'aimerais donc savoir si vous êtes capables de me donner un exemple précis où ça aurait causé des problèmes, n'importe où dans le monde.
Collapse
View André Bellavance Profile
BQ (QC)
Mr. White, in response to what you have just said, I am well aware of that. We are not talking about completely banning GMOs with this bill or other measures. Europe has gone down that road, but I wanted to know if you had an example of a country where they do a trade impact analysis prior to exporting GMOs and where a sector was in danger because of that. That is what we kept hearing when it was time to discuss the bill. But we are telling ourselves that it must be possible to find a balance so that we are not banning GMOs and we are also protecting our non-GM crops, which we also have to export around the world.
Monsieur White, pour donner suite à ce que vous venez de dire, je comprends très bien. Ici, il n'est pas question, avec ce projet de loi ou d'autres mesures, d'interdire totalement les OGM. L'Europe a pris cette voie, mais je voulais savoir si vous connaissiez un exemple d'un pays où on fait une analyse de l'impact commercial avant d'exporter des OGM et où cela a mis un secteur en péril. C'est ce qu'on a beaucoup entendu quand est venu le temps de discuter du projet de loi. Or on se dit qu'il y a sans doute un équilibre possible afin, sans interdire les OGM, de protéger aussi nos cultures qui ne sont pas OGM et qu'on va aussi devoir exporter partout dans le monde.
Collapse
View André Bellavance Profile
BQ (QC)
Some time ago, during our tour, witnesses talked to us about the regulatory framework. I would like to take advantage of your being here to see what you have to say about it. We were told that a flexible, clear and timely regulatory framework was needed. We heard that that is not the case at the moment. The regulatory framework on biotechnology has been in place since 1993; perhaps it is time to go over it. I don't know, I am asking you. Would it be appropriate to review the framework at this point?
But a number of departments, including the Canadian Food Inspection Agency, Health Canada and Environment Canada, are still dealing with biotechnology and have something to say about it. There are a number of acts—at least half a dozen—that also deal with biotechnology: the Health of Animals Act, the Plant Protection Act, the Seeds Act, the Fertilizers Act, the Feeds Act and the Food and Drugs Act. I might be forgetting some, but I think you are well positioned to tell us how complex things are because of this.
I'm not saying that we should not have regulations and laws, or that we should not comply with them. On the contrary, I completely agree with having them. But could you tell us, on the industry's behalf, whether you feel we should review the government's way of regulating biotechnology and whether we should see what could be done to make the regulatory framework more flexible, clear and timely, as one of our witnesses actually said?
Do you have any examples where you tried to move forward with some kind of biotechnology, but the regulatory framework put a damper on it? Are there aspects you would like to change and improve?
Il y a quelque temps, lors de notre tournée, des témoins nous avaient parlé du cadre réglementaire. J'aimerais profiter de votre présence pour entendre vos commentaires à ce sujet. On nous a dit qu'on souhaitait un cadre réglementaire souple, clair, rapide. On a fait certains commentaires établissant que ce n'est pas le cas en ce moment. Le cadre réglementaire sur les biotechnologies est en place depuis 1993; il serait peut-être opportun de le revoir. Je ne le sais pas, je vous pose la question. Serait-il adéquat, à ce moment-ci, de revoir ce cadre?
Il y a quand même plusieurs ministères qui s'occupent de la biotechnologie et qui ont un mot à dire: l'Agence canadienne d'inspection des aliments, Santé Canada et Environnement Canada. Il y a de nombreuses lois — au moins une demi-douzaine — qui touchent aussi le domaine de la biotechnologie: la Loi sur la santé des animaux, la Loi sur la protection des végétaux, la Loi sur les semences, la Loi sur les engrais, la Loi relative aux aliments du bétail et la Loi sur les aliments et drogues. J'en oublie peut-être, mais je pense que vous êtes bien placés pour nous dire s'il y a une complexité due à cela.
Je ne dis pas qu'on ne doit pas avoir des règlements et des lois et s'y conformer, au contraire, je suis tout à fait d'accord pour qu'on en ait. Par contre, vous pourriez nous dire si, du côté de l'industrie, vous croyez qu'il y aurait lieu de revoir la façon dont le gouvernement encadre les biotechnologies et de voir ce qui pourrait être fait, comme le disait justement un de nos témoins, pour rendre le cadre réglementaire plus souple, plus clair, plus rapide.
Si vous avez des exemples de cas où vous avez essayé d'avancer avec certaines biotechnologies et que le cadre réglementaire y mettait un frein, j'aimerais les connaître et savoir s'il y a des éléments que vous aimeriez modifier et améliorer.
Collapse
View André Bellavance Profile
BQ (QC)
I just want to share my opinion because Brian has asked for unanimous consent. Unlike Brian, I intend to return after the election and hope to still have a seat on the Standing Committee on Agriculture and Agri-Food.
I would also like to clarify something else. It is important that a draft report be prepared so that we do not lose all this work.
To my knowledge—that is what we have seen in Quebec—only one party wants to have an election, and that's the Conservative Party, which flooded us with advertising against the other parties. It really is the Conservative Party that's causing the election.
Je veux simplement donner mon opinion puisque Brian demande le consentement unanime. Contrairement à Brian, j'ai l'intention de revenir après les élections et j'espère que je siégerai encore au Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire.
J'aimerais aussi clarifier autre chose. Ce serait effectivement important qu'une ébauche du rapport soit prête afin qu'on ne perde pas tout ce travail.
À ma connaissance — c'est ce qu'on a vu au Québec —, un seul parti veut qu'il y ait des élections, le Parti conservateur, qui nous a inondé de publicité contre les autres partis. C'est vraiment lui qui provoque la tenue d'élections.
Collapse
View Carole Lavallée Profile
BQ (QC)
Good morning to our witnesses.
I find this morning's discussion to be a bit theoretical. As you are surely aware, this bill is about to die on the Order Paper. I am fairly certain that we will not be talking about Bill C-32 for very much longer, that today is our last meeting and that the bill will die on the Order Paper. So this is a theoretical discussion.
To begin with, I was quite surprised to see, in the first paragraph of your speaking notes, a list of all the provinces and territories that are part of your consortium. We can see that Quebec is not among them; but the way in which it is indicated is not very clear. The text says: “...Ministers of Education in British Columbia, Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Ontario, New Brunswick...”
Would it not have been simpler, and more honest and direct, to say that the Quebec Minister of Education was not part of your consortium? The approach used is misleading and implies that there may be other things just beneath the surface of the brief that are less than straightforward. It makes me uncomfortable.
So the Quebec Minister of Education and the Quebec Government are not included. As you know, the National Assembly unanimously passed a motion against Bill C-32, specifically because of the education exemptions. I am not sure if you are aware, but it is quite difficult to achieve unanimous consent in the National Assembly, where you have Liberal federalists, PQ sovereignists and ADQ right-wingers.
The Minister of Education wrote a letter in opposition to Bill C-32. She wrote that the bill did not respect the value of artists' work. The Fédération des commissions scolaires du Québec also came out against Bill C-32 for the same reasons, since the fair dealing provisions do not show respect for the work of artists or the value of that work.
I would not say that there is a unanimous Quebec view on Bill C-32, since I know one organization that supports it. That said, how is it that almost all Quebec institutions, organizations and orders of government are opposed to Bill C-32 and its education exemption and fair dealing provisions? How is it that, in Quebec, in the field of education, we all agree with paying artists and with the need to respect their work and to instil that value in our children? How is it that we do not have the same approach? Actually, I think that we do not share the same values. Last Tuesday, a witness sitting where you are sitting now told us that the difference was explained by the term “copyright,” that is, the right to copy.
In French, we do not talk about the right to copy. The term we use is the right of authors. We have respect for creators and their work.
So how is it that this works for Quebec and not for you? Would it be possible to have two approaches—each of us with our own sovereignty, you might say? If Canada and Quebec each developed its own approach, we would stop arguing about it. You could have your fair dealing roles, and we in Quebec would continue to respect our creators. Would it be possible to do that?
I would also like to know whether a school, a class, a child, a student or a school board has ever been taken to court by a copyright holder for breach of copyright.
Bonjour, mesdames.
Je trouve la discussion de ce matin un peu théorique. Vous n'êtes pas sans savoir que ce projet de loi est en train d'agoniser au Feuilleton. J'ai bien l'impression que nous ne parlerons pas encore très longtemps du projet de loi C-32, que c'est notre dernière rencontre aujourd'hui et que le projet de loi mourra au Feuilleton. Donc, nous faisons cette discussion de façon théorique.
Tout d'abord, je suis assez étonnée de voir, dans le premier paragraphe de vos notes d'allocution, une énumération de toutes les provinces et de tous les territoires qui font partie de votre consortium. Lorsqu'on le lit, on s'aperçoit bien que le Québec n'est pas inclus. Ce n'est pas une façon directe de dire les choses. Il y est écrit: « [...] les ministres de l'Éducation de la Colombie-Britannique, de l'Alberta, la Saskatchewan, du Manitoba, de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick [...] ».
N'aurait-il pas été plus simple, plus franc et plus direct de dire que la ministre de l'Éducation du Québec ne faisait pas partie de votre consortium? C'est une façon détournée et une approche qui laissent croire qu'il y a d'autres choses sous-entendues dans ce mémoire qui ne sont pas franches. Ça me met mal à l'aise.
Ça exclut en effet la ministre de l'Éducation du Québec ainsi que le gouvernement du Québec. Vous n'êtes pas sans savoir que l'Assemblée nationale a voté à l'unanimité une motion contre le projet de loi C-32 qui concernait particulièrement les exemptions en matière d'éducation. Je ne sais pas si vous savez, mais c'est assez difficile d'avoir l'unanimité à l'Assemblée nationale entre les libéraux fédéralistes, les péquistes souverainistes et les adéquistes de droite.
La ministre de l'Éducation a écrit une lettre dans laquelle elle s'oppose au projet de loi C-32. Elle y écrit que, selon elle, ça ne respecte pas la valeur du travail des artistes. La Fédération des commissions scolaires du Québec s'est aussi prononcée contre le projet de loi C-32 pour les mêmes raisons, car cette utilisation équitable ne respecte ni le travail des artistes ni la valeur de leur travail.
Au Québec, je ne voudrais pas dire qu'il y a unanimité, car je connais un organisme qui est favorable au projet de loi C-32. Cela dit, comment se fait-il qu'au Québec, la quasi-totalité des institutions, des organismes et des ordres de gouvernement s'oppose au projet de loi C-32, à son exemption à l'éducation et à cette utilisation équitable incluse dans ce projet de loi? Comment se fait-il qu'au Québec nous sommes tous d'accord pour payer les artistes, pour respecter leurs oeuvres et pour inculquer cette notion à nos enfants, dans le domaine de l'éducation? Comment se fait-il que nous n'ayons pas la même approche? En fait, je pense que nous n'avons pas les mêmes valeurs. À ce propos, mardi dernier, quelqu'un assis à votre place disait que cette différence s'expliquait par l'approche du copyright, du droit de copier. Copyright, en français, ça veut dire « droit de copier ».
En français, on ne parle pas de la « Loi sur le copyright », on ne parle pas du « droit de copier ». Car notre approche porte sur le droit des auteurs, c'est donc la Loi sur le droit d'auteur. On a du respect pour les créateurs et leur travail.
Alors, comment se fait-il que ça fonctionne au Québec et pas chez vous? Serait-il possible aussi de faire deux approches — vous me direz qu'on pourrait faire la souveraineté? Si le Canada s'organisait et développait sa propre approche et que le gouvernement du Québec faisait la sienne, on arrêterait de s'obstiner. Vous pourriez alors avoir votre utilisation équitable, et nous, au Québec, nous continuerions de respecter nos créateurs. Est-ce possible, cette façon de faire?
Par ailleurs, y a-t-il déjà eu une école, une classe, un enfant, un élève ou une commission scolaire qui a été poursuivie par un titulaire de droit, parce que ses droits d'auteur n'avaient pas été respectés?
Collapse
View Serge Cardin Profile
BQ (QC)
View Serge Cardin Profile
2011-03-24 11:50
Expand
Thank you, Mr. Chair.
Good morning, and welcome to the committee.
You know that we place a high value on protecting copyright. We would have loved to see legislation passed that would protect copyright and also meet the needs of the public and education. Unfortunately, the government has brought in such a bad budget that we will not be able to see our work through to the end.
If I am correct, you mentioned in your remarks that nearly $1 billion is spent in Canada for copyright and licences of all sorts.
Merci, monsieur le président.
Mesdames, bonjour et bienvenue.
Vous savez que la protection des droits d'auteur nous tient beaucoup à coeur. Nous aurions aimé pouvoir aboutir à une loi qui protège les droits d'auteur, tout en servant correctement la collectivité et le monde de l'éducation. Malheureusement, le gouvernement a proposé un budget tellement mauvais qu'il a fait en sorte que nous ne pourrons pas continuer jusqu'à la fin.
Si j'ai bien compris, vous nous avez parlé, lors de votre présentation, d'un montant de près d'un milliard de dollars dépensé au Canada pour les droits d'auteur et licences de toutes sortes.
Collapse
View Serge Cardin Profile
BQ (QC)
View Serge Cardin Profile
2011-03-24 11:52
Expand
As my colleague said earlier, the Quebec National Assembly is opposed to Bill C-32 as it was presented to the House of Commons. National Assembly members are concerned that authors and creators will suffer a loss of income.
You mentioned that your organization has an open mind on this issue and that there were discussions with Quebec.
In your opinion, is the Quebec Ministry of Education wrong in thinking that creators and authors would lose significant income?
Comme l'a dit ma collègue plus tôt, l'Assemblée nationale du Québec est opposée au projet de loi C-32 tel que présenté à la Chambre des communes. Ses membres ont des craintes relativement à la perte de revenus pour les auteurs et les créateurs.
À cet égard, vous disiez que votre organisation avait une attitude d'ouverture et qu'il y avait des discussions ou des échanges avec le Québec.
D'après vous, le ministère de l'Éducation du Québec se trompe-t-il quand il appréhende des pertes importantes pour les créateurs et les auteurs?
Collapse
View Serge Cardin Profile
BQ (QC)
View Serge Cardin Profile
2011-03-24 11:53
Expand
The Canadian Conference of the Arts provided us with a summary of the financial impact of Bill C-32 on artists and other rights holders. It amounted to $126 million. That may not seem like very much when compared with $1 billion, but it turns out that the $1 billion covers more than just copyright. The percentage is lower.
Potential losses in the education field under the new fair dealing rules are said to total $41.4 million. That is based only on what has already been paid and not on what could be paid under the rules in the current legislation, which might increase.
You tell us that there will be no losses for authors, creators and collective societies. But the committee has received this other information and estimates of losses. The figures are not terribly precise and may end up being a little more or a little less, but there is still an expected loss of $41.4 million from the fair dealing rules.
Do you maintain your position? Do you believe that there will be no changes in copyright?
La Conférence canadienne des arts nous présentait sommairement l'impact financier du projet de loi C-32 sur les artistes et autres titulaires de droits. Il y en avait pour 126 millions de dollars. Ça peut paraître peu par rapport à 1 milliard de dollars, mais si on décortique ce milliard de dollars, on se rend compte qu'il ne comprend pas que des droits d'auteur. La proportion est plus basse.
En ce qui a trait à l'inscription en matière d'éducation, au chapitre de l'utilisation équitable, on parle de pertes potentielles de 41,4 millions de dollars. C'est basé seulement sur ce qui avait déjà été payé et non sur ce qui pourrait être payé en vertu des règlements des lois actuels, ce qui pourrait augmenter.
Vous nous dites qu'il n'y aura aucune perte pour les auteurs, les créateurs, les société collectives. Par contre, quelqu'un nous présente ça et fait des estimations. Ce n'est pas excessivement précis, ça peut être plus ou ça peut être un peu moins, mais il y a quand même des pertes appréhendées de 41,4 millions de dollars relativement à l'utilisation équitable.
Demeurez-vous sur votre position? Croyez-vous qu'il n'y aura pas de changement relativement aux droits d'auteur?
Collapse
View Serge Cardin Profile
BQ (QC)
View Serge Cardin Profile
2011-03-24 11:55
Expand
But $1 billion is a lot of money! There might be a temptation to try... There are cutbacks everywhere. A minister must be tempted sometimes to say that $1 billion is a lot of money and ways must be found to reduce it.
If you had to find a way to reduce that amount, might it not be by changing a few of the provisions in the copyright act?
Tout de même, un milliard de dollars, c'est de l'argent! On peut être tenté d'essayer... Il y a des compressions partout. Si on est ministre, on doit être tenté aussi parfois de dire qu'un milliard de dollars, c'est beaucoup et qu'il faudrait trouver un moyen de réduire ce montant.
Si vous aviez à trouver un moyen de réduire ce montant, ça pourrait être de modifier quelques articles de loi sur les droits d'auteur, ne croyez-vous pas?
Collapse
View Carole Lavallée Profile
BQ (QC)
Thank you very much.
Since this is probably the last time we will be speaking at this legislative committee, I would like to say that the Bloc Québécois finds it extremely regrettable that this bill will die on the Order Paper. About a month ago, we made an offer to the Minister of Industry and the Minister of Canadian Heritage to try to get this bill through.
The first thing we asked was for the ministers to ensure through this bill that artists would receive all the money to which they are fully entitled. We suggested that this be done by modernizing the private copy rules, withdrawing the education exemption and reintroducing royalties for ephemeral recordings, which amounted to annual revenues of $126 million. The Bloc Québécois could not pass this bill without that revenue going back to artists.
We find it extremely unfortunate that this government has preferred to impoverish its artists and the cultural sector rather than to adopt this important bill, which is needed in order to clamp down on piracy and illegal downloading as well as to clarify situations such as the one you have just told us about.
Mr. McGreal, you referred in your presentation to the first copyright act, known as Queen Anne's Law. You are a scholar, you come from a university and you are responsible for research. In your research, you have probably looked up what the queen of England said at the time that first copyright law was passed. We have to remember that publishers and printers at that time controlled the manuscripts and printed them as much as they liked, without caring about the authors. Not just novelists, scientists too.
That period was called the Enlightenment in Europe, and scientists were becoming very important. The queen of England, who was good to her subjects, wanted to educate them. You are right on that score. So she passed this law—she was the first to do such a thing, too—which was a sort of revolution in that authors were finally provided with rights. She found that both scientific and literary authors no longer wanted to share their works with printers and publishers, because they used them and made changes to them but paid little or nothing to the authors. The printers and publishers took over the ownership of the works.
The queen of England took inspiration from the philosophy of John Locke, who made the very important point that people own their intellectual work. The creation belongs to the creator and not to the user. Your rights and interests have to be seen from the perspective of the creator's rights. When you buy a book, you are not buying the content, the novel: you are buying the right to have it in your possession in a given format. You read the book, but the creation still belongs to the creator.
Digital books need to be viewed the same way. The creation still belongs to the creator. The digital format is just different and more modern. The principle does not change. The creation belongs to the creator. If we want culture in both Canada and Quebec to develop and blossom, and if we want creators to continue to produce work, we need to show great respect for the process of creation. I do not believe that access is the problem. In your university, there is no problem with access. The problem is the requirement to pay. If you wanted to obtain a second digital book, you could easily do that. You could also obtain a printed version of the book and pay royalties through Access Copyright.
There are a number of ways to access the information contained in digital and print versions of books. But we need the author's consent to do so, whether we are talking about a scientific author or a literary one. Authors must be paid, since they created the works and are responsible for them.
Merci beaucoup.
Comme c'est probablement la dernière fois que nous prenons la parole dans le cadre de ce comité législatif, j'aimerais vous dire que le Bloc québécois trouve extrêmement regrettable de voir ce projet de loi mourir au Feuilleton. Il y a un mois environ, nous avons fait une offre au ministre de l'Industrie et au ministre du Patrimoine canadien, de façon à pouvoir adopter ce projet de loi.
Dans un premier temps, nous demandions à ces ministres de remettre aux artistes, dans le cadre de ce projet de loi, les sommes qui leur reviennent de plein droit. Nous avons suggéré que ça se fasse par l'entremise de la modernisation de la copie privée, le retrait de l'exemption à l'éducation et la réintroduction des redevances pour l'enregistrement éphémère, ce qui donnait des revenus annuels de 126 millions de dollars. Le Bloc québécois ne pouvait pas adopter ce projet de loi sans qu'on redonne ces revenus aux artistes.
Nous trouvons extrêmement regrettable que ce gouvernement ait préféré appauvrir ses artistes et sa culture plutôt que d'adopter cet important projet de loi dont on a besoin pour combattre le piratage et le téléchargement illégal ainsi que pour éclaircir des situations comme celle dont vous venez de nous parler.
Dans votre présentation, monsieur McGreal, vous avez fait allusion à la première loi sur le droit d'auteur, connue sous le nom de Statut d'Anne. Vous êtes un intellectuel, vous venez d'une université et vous êtes responsable de la recherche. Vos recherches vous ont probablement amené à vérifier ce qu'avait dit la reine d'Angleterre dans le contexte de l'adoption de cette première loi sur le droit d'auteur. Rappelez-vous que c'était une époque où les éditeurs et les imprimeurs s'appropriaient des manuscrits et les imprimaient à qui mieux mieux, sans égards pour les auteurs. Il s'agissait d'auteurs de romans, mais aussi de scientifiques.
C'était alors le Siècle des lumières en Europe, et les scientifiques prenaient beaucoup d'importance. La reine d'Angleterre, qui était bonne envers ses sujets, voulait les éduquer. Vous aviez raison à ce propos. Elle a donc institué cette loi — elle a d'ailleurs été la première à le faire —, qui a été un genre de révolution du fait que des droits étaient enfin accordés aux auteurs. Elle constatait que les auteurs, scientifiques ou littéraires, ne voulaient plus partager leurs romans avec les imprimeurs et les éditeurs parce que ceux-ci les utilisaient et les modifiaient, mais ne payaient rien ou presque rien en retour. Ils s'appropriaient les oeuvres.
La reine d'Angleterre s'est appuyée sur la philosophie de John Locke. Ce dernier a dit quelque chose d'extrêmement important, à savoir que l'homme est propriétaire de son travail intellectuel. La création appartient au créateur et non à l'utilisateur. Quand vous parlez de vos droits, il faut voir vos intérêts selon la perspective des droits du créateur. Quand vous achetez un livre, vous n'achetez pas le contenu, le roman: vous achetez le droit de l'avoir en votre possession sur un support donné. Vous lisez le livre, mais la création appartient toujours au créateur.
Il faut aborder les livres numériques de la même façon. Encore là, la création appartient au créateur. Le numérique n'est qu'un support différent, plus moderne. Le principe est toujours le même. La création appartient au créateur. Si on veut que la culture, aussi bien canadienne que québécoise, se développe et s'épanouisse, et que les créateurs continuent à produire des oeuvres, il faut faire preuve d'un immense respect pour le travail de création. Je ne pense pas que le problème soit l'accès. Dans votre université, il n'y a pas de problème d'accès. Le problème est le fait de payer. Si vous vouliez obtenir un deuxième livre numérique, vous pourriez très bien le faire. Vous pourriez aussi vous procurer la copie papier d'un livre et payer des licences par l'entremise d'Access Copyright.
Il y a plusieurs façons d'avoir accès à l'information contenue dans les livres numériques ou les livres en version papier. Il faut toutefois avoir l'autorisation de l'auteur, qu'il s'agisse d'un auteur scientifique ou littéraire, et payer ce dernier, étant donné qu'il a créé l'oeuvre et qu'il en est responsable.
Collapse
View Carole Lavallée Profile
BQ (QC)
I am sorry to interrupt you, Mr. McGreal, but my time is limited.
I would invite you to review your history books and reread the context in which the first copyright law, Queen Anne's Law, was created. You will find that it was the first time that authors were given rights.
Je m'excuse de vous interrompre, monsieur McGreal, mais mon temps est compté.
Je vous invite à réviser vos livres d'histoire et à relire le contexte dans lequel a été créée la première loi sur le droit d'auteur, le Statut d'Anne. Vous allez constater que c'était la première fois qu'on donnait des droits aux auteurs.
Collapse
View Maria Mourani Profile
BQ (QC)
View Maria Mourani Profile
2011-03-24 9:09
Expand
Thank you, Mr. Chair.
Good morning, minister and gentlemen.
Mr. Minister, I would like to raise a concern relating to the RCMP. On February 15, 2011, the committee held a meeting during which we asked some information from the Forensic Science and Identification Services of the RCMP. I asked Mr. Henschel a question--and Mr. Knecht of the RCMP can probably answer it also--on the fact that it was estimated that 10 to 40% of all criminal offenses are never be recorded in the criminal records database, which means that those offenders have in fact no criminal record. His answer was that he did not know. So, I am wondering if the RCMP has any tools to ensure that...
Merci, monsieur le président.
Bonjour, monsieur le ministre, bonjour messieurs.
Monsieur le ministre, je voudrais vous faire part d'une préoccupation au sujet de laquelle j'ai été informée. Le comité a tenu une réunion à ce sujet le 15 février 2011, donc très récemment. Nous avons demandé aux Services des sciences judiciaires et de l'identité de la GRC de nous rendre des comptes. J'ai posé une question à M. Henschel — et M. Knecht, de la GRC, pourra probablement répondre également — sur le fait qu'on estimait que 10 à 40 p. 100 des infractions criminelles ne seraient jamais enregistrées dans la banque d'antécédents judiciaires, donc que des casiers judiciaires ne seraient pas enregistrés. Il m'a répondu qu'il ne le savait pas. Je me suis donc demandé s'il existait des outils de contrôle...
Collapse
View Maria Mourani Profile
BQ (QC)
View Maria Mourani Profile
2011-03-24 9:10
Expand
Thank you.
I will continue, Mr. Minister.
Merci.
Monsieur le ministre, je continue donc.
Collapse
View Maria Mourani Profile
BQ (QC)
View Maria Mourani Profile
2011-03-24 9:11
Expand
Mr. Chairman, I hope this will not be taken from my time. Thank you.
As I said, Mr. Henschel stated that the RCMP has no tools to verify how many cases are not recorded in the criminal records database and that there is no performance report. Considering that your government has been repeating for five years that it is for law and order, I have to say, Mr. Minister, that I am extremely worried when the RCMP tells me that 1.1 million records are not in the database. I am also worried when I hear that there are no tools to control that situation.
Because I found that very hard to believe, I put an access to information request to the RCMP and their answer was very disturbing. I was told that I would have to pay $40,375, representing 4042 hours and 30 minutes--they even included the 30 minutes--for the RCMP to tell me the extent of the backlog. This means that the RCMP does not know how many cases are backlogged and what the impact is on public safety.
Can you tell me, Mr. Minister, if your department has done any investigations about this? Are you going to allocate more financial resources to this issue if it proves necessary?
Monsieur le président, j'espère que le temps consacré à ces débats n'est pas soustrait de mon temps. D'accord. Merci.
Comme je vous le disais, M. Henschel m'a répondu qu'il n'y avait pas d'outils de contrôle pour mesurer les taux de casiers judiciaires non inscrits dans la banque d'antécédents judiciaires et qu'il n'y avait aucun rapport sur le rendement. Compte tenu que, depuis cinq ans, votre gouvernement nous répète sans cesse être pour la loi et l'ordre, je vous avoue, monsieur le ministre, avoir été extrêmement inquiète quand la GRC nous a dit que 1,1 million de demandes n'étaient pas informatisées. J'ai aussi été extrêmement inquiète d'entendre dire qu'il n'y avait pas d'outils de contrôle.
J'ai donc fait une demande d'accès à l'information auprès de la GRC parce que j'avais beaucoup de difficulté à croire cela. J'ai reçu de la GRC une réponse que je voudrais vous soumettre. On m'a dit clairement que je devrais débourser 40 375 $, ce qui représente 4 042 heures et 30 minutes — même les 30 minutes ont été calculées —, pour qu'on puisse me dire combien de dossiers étaient en retard et quelle était la durée des retards. Cela veut dire, monsieur le ministre, que la GRC ne sait pas combien de dossiers sont actuellement en retard et quel est l'impact de ces retards sur la sécurité publique.
Est-ce que votre ministère a fait une enquête et des demandes à ce sujet? Prévoyez-vous consacrer des ressources financières à cet égard si cela s'avère nécessaire?
Collapse
View Maria Mourani Profile
BQ (QC)
View Maria Mourani Profile
2011-03-24 9:14
Expand
I would like to know how many cases are backlogged. When I asked, I was told the RCMP is unable to provide an answer. Can you give me an answer, Mr. Knecht?
Je voudrais savoir le nombre de retards. J'ai posé cette question et on m'a dit ne pas être en mesure d'y répondre. Peut-être pouvez-vous le faire, monsieur Knecht.
Collapse
View Maria Mourani Profile
BQ (QC)
View Maria Mourani Profile
2011-03-24 9:14
Expand
Does that mean that there are now about 1 million criminal records that are not registered in the CPIC?
Est-ce à dire qu'à l'heure actuelle, environ un million de casiers judiciaires ne sont pas enregistrés dans le CPIC?
Collapse
View Maria Mourani Profile
BQ (QC)
View Maria Mourani Profile
2011-03-24 9:15
Expand
This means that a police officer doing a search in the system anywhere in Canada might get no information at all about some criminal records.
Ce qui veut dire qu'actuellement, un policier, où qu'il soit au Canada, pourrait ne pas voir certains casiers judiciaires lorsqu'il cherche dans le système.
Collapse
View Maria Mourani Profile
BQ (QC)
View Maria Mourani Profile
2011-03-24 9:15
Expand
Thank you very much, sir.
My next question is for the Minister of Public Safety.
Mr. Minister, you have decided to close some border crossings. There will be cuts at the Franklin Centre, Jamieson's Line, Big Beaver, Morses Line and East Pinnacle crossings. We have been told there would be a savings of $500,000 at Franklin Center, at a time when the USA is investing millions of dollars to update Churubusco, on their side of the border.
You said in your statement that you want to strengthen the ability of the CBSA to keep our borders secure. However, when you close border crossings or reduce their hours of operation, you certainly do not make our borders more secure.
What is your answer? Will you suspend your decision, Mr. Minister?
Merci beaucoup, monsieur.
Ma prochaine question est pour le ministre de la Sécurité publique.
Monsieur le ministre, vous avez pris la décision de fermer des postes frontaliers. Les postes de Franklin Centre, Jamieson's Line, Big Beaver, Morses Line et East Pinnacle seront réduits. On parle d'économies pour Franklin Centre de 500 000 $, pendant que le vis-à-vis américain investit des millions de dollars pour remettre à neuf Churubusco, qui est le poste frontalier américain d'en face.
Vous avez dit dans votre allocution que vous vouliez renforcer la capacité de l'ASFC pour protéger nos frontières. Or, lorsque vous fermez des postes frontaliers ou diminuez des heures aux postes frontaliers, vous ne participez pas à protéger nos frontières.
Qu'en pensez-vous? Allez-vous suspendre votre décision, monsieur le ministre?
Collapse
View Maria Mourani Profile
BQ (QC)
View Maria Mourani Profile
2011-03-24 10:15
Expand
Thank you, Mr. Chair.
Thank you to the witnesses and welcome.
This bill has two components that trouble me. First, there is the issue of ineligibility. With this bill, it would be impossible to obtain a pardon after three offenses. I am personally opposed to this provision since someone having done three B and Es could certainly be rehabilitated.
However, the part that I am especially interested in is the one making child sex offenders ineligible to pardons--I will still refer to pardons since the name has not been changed yet. I have to admit that I am rather in agreement with that. I believe that paedophile is a disease that cannot be cured.
Here is the question I want to put to Mr. Marshall, an expert in these matters: according to you, is paedophile a disease? If so, can it be cured?
Merci, monsieur le président.
Je remercie nos témoins d'être ici aujourd'hui et je leur souhaite la bienvenue.
Ce projet de loi comporte deux particularités qui m'interpellent. On parle ici d'inadmissibilité. En effet, il deviendrait impossible de faire une demande de pardon à partir de trois infractions commises. Quant à moi, je suis contre cette partie puisque quelqu'un pourrait commettre trois vols et être parfaitement réhabilitable.
À l'heure actuelle, la partie qui m'intéresse particulièrement est celle où on enlève la possibilité d'accorder le pardon — on va continuer à le nommer ainsi étant donné que l'appellation n'a pas encore changé — aux agresseurs sexuels qui s'attaquent à des enfants. Je vous avoue que je suis plutôt en faveur de cela. Je pars du principe que la pédophilie est une maladie qui n'est pas guérissable.
Je vais justement poser la question à M. Marshall, qui est un expert dans le domaine. Selon vous, la pédophilie est-elle une maladie? Si oui, est-elle guérissable?
Collapse
View Maria Mourani Profile
BQ (QC)
View Maria Mourani Profile
2011-03-24 10:18
Expand
I understand. You are saying that a sex offender who follows a treatment is less likely to reoffend. That would also depend on his involvement in the program.
However, that was not my question. paedophile is a perversion--I will not call it a disease--that can be controlled in some individuals but cannot be cured, as you are perfectly aware, Mr. Marshall.
Je comprends votre idée. Vous me dites qu'un délinquant sexuel qui subit un traitement présente un risque de récidive moins grand. Cela dépend aussi de son implication.
Toutefois, là n'est pas ma question. La pédophilie est une perversion — je vais enlever le mot « maladie » — qui peut être contrôlée selon les individus, mais qui n'est pas guérissable. Vous le savez très bien, monsieur Marshall.
Collapse
View Maria Mourani Profile
BQ (QC)
View Maria Mourani Profile
2011-03-24 10:19
Expand
In that case, why is paedophile in the DSM-IV if it is not a disease?
Alors, pourquoi trouve-t-on la pédophilie dans le DSM-IV s'il ne s'agit pas d'une maladie?
Collapse
View Maria Mourani Profile
BQ (QC)
View Maria Mourani Profile
2011-03-24 10:19
Expand
You talk about the likelihood of reoffending. Is it not true that not reoffending does not necessarily mean that the individual has not committed other offenses? For example, a pedophile who started with killing children and who now does not kill them but only rapes them would be considered a success as far as reoffending is concerned, would he not?
If there is a reduction of harm--for example, if a pedophile who killed a child after having raped him follows a treatment that makes him stop killing children while continuing to rape them--, that would be considered a success as far as reoffending is concerned.
Vous parlez du taux de récidive. Est-il exact que l'évaluation du mot « récidive » ne veuille pas forcément dire que la personne n'a pas commis d'acte répréhensible? Par exemple, on peut dire, à propos d'un pédophile qui au début tuait des enfants et qui arrive maintenant à ne plus les tuer mais uniquement à les violer, que cela constitue un succès sur le plan de la récidive. Est-ce exact?
À partir du moment où il y a une diminution de la dangerosité — par exemple un pédophile qui tuait un enfant après l'avoir violé et qui maintenant suit un traitement qui le conduit à continuer de violer des enfants sans les tuer —, on dit que cela représente un succès sur le plan de la récidive.
Collapse
View Maria Mourani Profile
BQ (QC)
View Maria Mourani Profile
2011-03-24 10:20
Expand
When you talk about the likelihood of reoffending, is it based on harm reduction? It does not necessarily mean that the individual has not committed other offenses. After having read several studies on reoffending, I have to say, pardon the expression, that it is pure junk.
Not reoffending does not mean that the individual has not reoffended. It only means that his level of harm has decreased. If a pedophile who raped a young girl is now limiting himself to fondling without penetration, that is considered a success.
Quand vous évaluez les taux de récidive, est-ce en fonction de la diminution de la dangerosité? Cela ne veut pas dire que la personne n'a pas posé d'autres gestes répréhensibles. Quand on lit plusieurs études sur les taux de récidive, je m'aperçois que, passez-moi l'expression, c'est bidon.
Cela ne veut pas dire que la personne n'a rien fait. Cela veut tout simplement dire que son niveau de dangerosité a diminué. On dit d'un pédophile qui a violé une jeune fille et qui, maintenant, fait des attouchements sans aller jusqu'à la pénétration, qu'il représente un succès.
Collapse
View Maria Mourani Profile
BQ (QC)
View Maria Mourani Profile
2011-03-24 10:21
Expand
I have read several of those studies and I could send them to you. In them, the rate of reoffending is assessed on the basis of...
J'ai lu plusieurs de ces études et je pourrais vous les transmettre. Dans celles-ci, le taux de récidive est évalué en fonction...
Collapse
View Marc Lemay Profile
BQ (QC)
Thank you.
I want to thank the witnesses for being here.
You will easily understand my position, Ms. Melhorn. Any act of sovereignty by a territory is welcome. Obviously, we agree on what you said. We will clearly support Bill C-530 because it represents an act of sovereignty. You know my party's position. The Aa1 credit-rating that Moody's gave you is indeed very good.
I see there is some uncertainty here. I know, Mr. Forbes, that you cannot take a political stand on behalf of the Minister and that you are engaged in the discussions. However, I want to ask you a question. How much, in millions of dollars, is 76% of the GNWT's budget? How much is that exactly?
Merci.
Merci d'être ici.
Vous allez comprendre ma position rapidement, madame Melhorn. Tout acte de souveraineté de la part d'un territoire est le bienvenu et, bien évidemment, nous sommes d'accord avec vous sur ce que vous notez et soulignez. Il est clair que nous allons appuyer le projet de loi C-530 parce que c'est un acte de souveraineté. Vous comprenez la position du parti que je représente. La cote de crédit Aa1 que Moody's vous accorde est effectivement une très bonne cote.
Je sens qu'il y a ici un peu de flottement. Je sais, monsieur Forbes, que vous ne pouvez pas prendre de position politique au nom du ministre et que vous est engagé dans ces discussions. Toutefois, j'ai une question pour vous. Combien, en millions de dollars, représentent 76 p. 100 du budget du gouvernement des T.N.-O.? Quel montant cela représente-t-il exactement?
Collapse
View Marc Lemay Profile
BQ (QC)
This is the amount that the federal government transfers to the Northwest Territories for their operations.
C'est la somme que le gouvernement fédéral transfère aux Territoires du Nord-Ouest pour leur fonctionnement.
Collapse
View Marc Lemay Profile
BQ (QC)
I understand. You also have to account for education.
Ms. Melhorn, do you think you could do without that $1 billion if your government had no borrowing limits?
Je comprends, il faut tenir compte de l'éducation.
Pensez-vous, madame Melhorn, que vous pourriez vous passer de ce milliard de dollars en n'ayant aucune limite d'emprunt pour faire fonctionner votre gouvernement?
Collapse
View Marc Lemay Profile
BQ (QC)
Okay.
Thus, you need the federal funding. I understand. Canada has a system, which is equalization. Correct me if I'm wrong, Mr. Forbes, there is legislation that requires the department to apply the federal territorial act in order to give the territories the funds they request.
D'accord.
Donc, il vous faut un financement fédéral. Je le comprends. Il y a un système, au Canada, qui est la péréquation. Sauf erreur, monsieur Forbes, comme ce sont des territoires, il y a une loi qui fait en sorte que le ministère doive suivre la loi fédérale de ces territoires pour octroyer les sommes qu'ils demandent.
Collapse
View Marc Lemay Profile
BQ (QC)
You said that if Bill C-530 is passed, "it could also put the federal Cabinet in a difficult situation".
I do not really understand what you mean. Up to that point, everything was clear.
Vous avez dit que si le projet de loi C-530 était adopté, « la disposition pourrait également mettre le Cabinet fédéral dans une situation difficile ».
C'est là où je ne vous suis plus. Ça me semblait bien jusque-là.
Collapse
View Marc Lemay Profile
BQ (QC)
I will now ask you the $6 million question: how much does the federal government get from natural resources or natural resource projects in the Northwest Territories? Do you have an estimate of these revenues?
Je vous pose la question qui tue: combien le gouvernement fédéral retire-t-il de l'exploitation des richesses naturelles ou des projets d'exploitation des richesses naturelles dans les Territoires du Nord-Ouest? Avez-vous une évaluation?
Collapse
View Marc Lemay Profile
BQ (QC)
Let us assume it is less. However, we all know there are discussions about a pipeline in the Northwest Territories. There are gas, oil and mining operations. We know what to expect in the future. Finance Canada surely has estimates of the potential wealth of the territories.
Admettons que ce soit moins. Par contre, vous savez qu'il y a, si je ne m'abuse, une discussion au sujet d'un pipeline, qui touche les Territoires du Nord-Ouest. Il y a de l'exploitation gazière, pétrolière, minière. On sait ce qui s'en vient. Vous avez sûrement des estimations de la richesse potentielle de ces territoires au ministère des Finances.
Collapse
View Marc Lemay Profile
BQ (QC)
Please go ahead, Mr. Schoenhofer.
Allez-y, monsieur Schoenhofer.
Collapse
View Marc Lemay Profile
BQ (QC)
Have any studies been made to evaluate the economic development potential of the North in the areas of oil, gas and mining? Do you have a list of the license applications received? Do you presently have an evaluation of these resources? What does this represent in terms of revenues for the next five years?
Des évaluations ont-elles été faites au sujet du potentiel de développement économique du Nord en ce qui a trait au pétrole, au gaz, aux mines? Avez-vous une liste des permis qui ont été demandés? Avez-vous une évaluation de cela, actuellement? Combien cela représente-t-il pour les cinq prochaines années?
Collapse
View Marc Lemay Profile
BQ (QC)
But, Mr. Forbes, we can guess that--
Perhaps I will ask the question to Ms. Melhorn. I suspect you want to answer.
Are there any evaluations? I can tell you about development in northern Quebec where exploration and mining operations will produce billions of dollars in spinoffs. The territories are lucky to have gas and oil resources. I heard about the road to Tuktoyaktuk and so on. How much money are these projects expected to produce? Do you have an evaluation of the revenues to be expected from mining, gas and oil exploration and development projects?
Mais on se doute, monsieur Forbes...
Alors, je vais poser la question à Mme Melhorn. Je sens que vous voulez y répondre.
Y a-t-il des évaluations, des estimations? Je peux vous dire qu'en ce qui concerne le développement du Nord du Québec, il y aura des milliards de dollars de retombées en exploration et exploitation minière. Les territoires ont la chance de renfermer du gaz et du pétrole. J'ai entendu parler d'une route à Tuktoyaktuk, etc. Combien d'argent ces projets vont-ils rapporter? Avez-vous une évaluation de ce que représentent les projets d'exploration et d'exploitation minière, gazière et pétrolière?
Collapse
View Yvon Lévesque Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
You know, Ms. Melhorn, I feel a lot of sympathy for the GNWT. I think this is a government that has great difficulty making decisions because it has to operate with inadequate powers.
Mr. Forbes, I feel like asking you a question that is of particular interest to me. I could address it to Ms. Bluck but this would waste some of the time granted to the NWT representatives. I wanted to ask you how the negotiations relating to tax harmonization in Quebec are going, but I know you will not answer.
An hon. member: Dead right!
Some hon. members: Oh, oh!
Mr. Yvon Lévesque: I was part of a delegation that visited the Yukon, the Northwest Territories and Nunavut. Obviously, Quebec has long-standing claims but when I consider the powers granted to territorial governments, I find it incredible. It is as if a father gives a $20 bill to his son in the evening and tells him he can go out and spend his money, but if he finds any treasures, they would belong to the father. Why bother creating territories if you act as if they are incapable of managing their own affairs?
When I saw you here, I wondered whether you had made an evaluation of territorial resources and projected potential revenues of the territory you represent, using such things as the existing provincial equalization formula and combining all of this. I am certain you have the administrative capacity to manage your revenues and expenditures and to make the required decisions for a faster and more efficient development of territorial resources.
Do you have any data in that regard? If you do, can you share it with us?
Merci, monsieur le président.
Vous savez, madame Melhorn, je sympathise énormément avec le gouvernement administratif. C'est un gouvernement qui a beaucoup de difficulté, je crois, à prendre des décisions, compte tenu des pouvoirs qui lui sont conférés.
Monsieur Forbes, j'ai envie de vous poser une question qui me chatouille. Elle pourrait s'adresser à Mme Bluck, mais ce faisant, je ferais perdre aux représentants des Territoires du Nord-Ouest le temps qui leur est accordé. Je voulais vous demander où en sont rendues les négociations avec l'harmonisation des taxes au Québec, mais je sais que vous ne répondrez pas.
Une voix: Vous avez bien raison.
Des voix: Ah, ah!
M. Yvon Lévesque: J'ai participé à une tournée au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. Bien sûr, le Québec a des revendications de longue date, mais quand je regarde la formation et les pouvoirs des gouvernements des territoires, je trouve que ce n'est pas croyable. C'est comme si un père donnait 20 $ à son fils, le soir, et qu'il lui disait qu'il peut sortir, qu'il a la liberté d'administrer ses 20 $, et s'il trouve des trésors en route, ceux-ci appartiennent au père. Pourquoi créer des territoires si on prétend que ces territoires ne sont pas capables de s'administrer?
Lors de votre venue, je me suis demandé si vous aviez fait une évaluation des richesses que le territoire renferme et si vous aviez fait des projections quant aux revenus possibles du territoire que vous représentez, en utilisant entre autres la formule de péréquation qui existe pour les provinces, et en mettant tout cela ensemble. Je suis certain que vous avez chez vous les capacités administratives pour administrer vos revenus et dépenses et pour prendre les décisions qui s'imposent afin de développer plus rapidement et plus efficacement les ressources du territoire.
Avez-vous des données à ce sujet? Si oui, je serais heureux d'en prendre connaissance.
Collapse
View Yvon Lévesque Profile
BQ (QC)
I have a question regarding the evaluation of your capacity to borrow for exploration and development, of your tax revenues and so on. Without the limit prescribed in the legislation mentioned by Mr. Forbes, how much money do you think you could borrow?
J'ai une question en ce qui concerne l'évaluation de votre capacité d'emprunt pour l'exploitation et l'exploration, de vos revenus provenant des taxes, etc. S'il n'y avait pas cette barrière établie par la loi actuelle que M. Forbes a mentionnée, jusqu'à combien pourriez-vous élever le montant de vos emprunts?
Collapse
View Yvon Lévesque Profile
BQ (QC)
Thank you, Ms. Melhorn.
My colleague may have a question.
Merci, madame Melhorn.
Mon collègue a peut-être une question.
Collapse
View Marc Lemay Profile
BQ (QC)
Mr. Bevington, you surely know that we intended to start clause-by-clause study of the bill in a few minutes.
In answer to my colleague, Mr. Payne, you said that you would agree to let the Auditor General study the bill. You know that this could indefinitely delay its passage. Is it really necessary for the Auditor General to review the implications of Bill C-530?
Monsieur Bevington, vous savez sans doute qu'on avait prévu passer à l'étude, article par article, du projet de loi dans quelques minutes.
À la question de mon collègue M. Payne, vous avez répondu que vous étiez prêt à ce que la vérificatrice générale étudie ce projet de loi. Or, vous savez que cela pourrait retarder indéfiniment l'adoption du projet de loi. Est-il nécessaire que la vérificatrice générale étudie l'implication du projet de loi C-530?
Collapse
Results: 1 - 100 of 29828 | Page: 1 of 299

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data