Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 4291
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-02-06 15:37
Could we come to order and reconvene?
I know everyone knows this, but for the record we're continuing our study on pre-budget consultations for 2020.
Before I go to the witnesses, I believe the official opposition has a motion they want to propose. The motion is similar to what we did for minutes for Francesco Sorbara.
Can we have unanimous consent so that Pierre can put forward the motion?
Some hon. members: Agreed.
Pouvons-nous nous calmer et reprendre nos travaux?
Je sais que tout le monde le sait, mais je rappelle aux fins du compte rendu que nous poursuivons notre étude sur les consultations prébudgétaires pour 2020.
Avant de céder la parole aux témoins, je crois que l'opposition officielle a une motion qu'elle veut proposer. La motion est semblable à celle que nous avons examinée pour Francesco Sorbara.
Pouvons-nous avoir le consentement unanime pour que M. Poilievre puisse présenter la motion?
Des députés: D'accord.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
I move:
That, notwithstanding the committee's routine motion on the distribution of documents adopted on Wednesday, January 29, 2020, and the usual practice of committees concerning access to electronic documents, Pat Kelly, M.P., be added to the committee's distribution list and be granted access to the committee's digital binder site for the remainder of the parliamentary session.
Je propose:
Que, nonobstant la motion de régie interne du Comité adoptée le mercredi 29 janvier 2020 concernant la distribution des documents, ainsi que la pratique usuelle des comités en ce qui a trait à l'accès des documents électroniques, Pat Kelly, député, soit ajouté à la liste de distribution du Comité et que l'accès au site des cartables numériques du Comité lui soit accordé jusqu'à la fin de la session parlementaire en cours.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-02-06 15:38
All right. It's on the floor. Is there any discussion?
I think we said earlier we were willing to add further members to that.
(Motion agreed to)
The Chair: Okay.
Thank you to all those folks who made their presentations and for coming on short notice. Also, for those who put in submissions prior to mid-August on the original deadline for pre-budget consultations, those documents have been brought forward by the committee and will be considered part of the evidence as well. We have accomplished that already.
If you could try to keep your presentations to about five minutes, I would appreciate that.
With that, we will turn first to Beer Canada, with Mr. Chapman. Welcome.
Très bien. Nous sommes saisis de la motion. Quelqu'un veut-il intervenir?
Je pense que nous avons dit plus tôt que nous sommes disposés à ajouter d'autres membres.
(La motion est adoptée.)
Le président: D'accord.
Merci à vous tous d'avoir fait des déclarations et d'être venus à court préavis. Par ailleurs, merci à ceux qui ont présenté des mémoires avant la mi-août, à la date limite initiale pour les consultations prébudgétaires. Ces documents ont été présentés par le Comité et seront étudiés dans le cadre des délibérations. Cette étape est déjà terminée.
Si vous pouviez vous en tenir à environ cinq minutes pour faire vos déclarations, je vous en serais reconnaissant.
Sur ce, nous allons d'abord entendre M. Chapman, de Bière Canada. Bienvenue.
Luke Chapman
View Luke Chapman Profile
Luke Chapman
2020-02-06 15:39
Thank you very much.
Mr. Chairman, honourable members of the committee, thank you for the invitation to appear before you today.
My name is Luke Chapman and I am here representing Beer Canada. For those of you who are not familiar with it, we are a national trade association comprising 48 member brewing companies that account for 90% of the beer produced in this country.
I'm here to talk about what's happening in the Canadian beer industry and to share a proposal we are asking this committee to recommend for inclusion in the upcoming federal budget. The proposal is supported by Parliament's beer industry caucus, brewing companies, barley farmers and many businesses along beer supply chains. It requires little government investment and aligns with the government's objectives of creating jobs and encouraging Canadians to lead healthy lifestyles.
We are asking the government to make minor, yet impactful, changes to beer's excise duty rates in order to stimulate growth and investment in Canada's budding low- and no-alcohol beer market. I will provide more details about this proposal in a moment.
Right now, there are over 1,000 breweries dotting towns and cities throughout Canada. The products created by these local businesses help to bring people together at social and sporting events, over meals with friends and family, and to celebrate festive occasions and milestones. Brewers are leaders when it comes to supporting community events, festivals, concerts and fundraisers.
The Canadian beer industry contributes a lot to Canada's economy. Domestic brewers are proud to directly employ 15,000 Canadians and pay $1 billion in salaries and wages. Of all beer sold in Canada, 85% is made here, and brewing makes up three-quarters of the GDP generated by the entire domestic beer, wine and spirits industries combined. The sale of beer in Canada supports 149,000 Canadian jobs and $5.7 billion in combined federal, provincial and municipal tax revenues.
Despite these important contributions, the future of the market is uncertain. From 2018 to 2019, domestic volume sales of beer declined by nearly 4%, which is the equivalent of eight million fewer cases of beer sold in just a one-year period. Over the last decade, we observed similar declines in per capita consumption, exports and beer share in Canada's beverage alcohol market. There is no simple explanation for what is causing these declines. Changing consumer preferences and changing demographics definitely play a role.
With respect, changes to how federal and provincial governments tax beer haven't helped either. Brewers know that they must continuously innovate with new products and invest in their brand portfolios to ensure they can engage consumers across a range of occasions. An emerging trend within the beer sector today is no- and low-alcohol products.
We have developed this proposal not only to stimulate investment in a promising new segment of the market, but also to respond to Canada's national alcohol strategy and the World Health Organization's global alcohol strategy, which calls on governments to promote the production and marketing of lower-alcohol products as a way to reduce alcohol-related harm.
Currently, excise tax on beer is calibrated under three alcohol-strength thresholds. The top excise duty rate comes into effect for beer with an alcohol strength of 2.5% alcohol by volume or greater. I did send a table around that helps explain this next paragraph. We'll walk you through it because it gets a little tricky.
Unlike no-alcohol wine and spirits, no-alcohol beer is not exempt from excise. We would like to change this. In addition, we are proposing that beer within the range of 0.5% to no more than 2.5% ABV have one-quarter of the top excise duty rate applied, while beer over 2.5% but not more than 3.5% ABV have half of the top excise duty rate applied. The top excise rate would apply to beer over 3.5% ABV.
In 2018, less than 2% of overall beer sales had an alcohol strength of 3.5% ABV or less. The market is small, but it is growing. This means that the fiscal cost to government of implementing our proposal would be small, an estimated $4 million in the short term, and in time the costs could be mitigated by positive volume growth of Canadian beer. For perspective, in fiscal year 2019, the federal government collected nearly $700 million in excise revenue on beer alone.
The domestic brewing industry is facing challenges, but with challenges come new opportunities for future success. We believe the proposal we have put forward today can help secure the future success of Canada's domestic beer industry. It is low cost to government, but it would be very helpful to brewers and those businesses that are dependent on a successful Canadian beer industry.
We kindly ask that this committee recommend that this proposal be included in the upcoming federal budget.
Thank you for your time. I'd be happy to answer any questions.
Merci beaucoup.
Monsieur le président, et honorables membres du Comité, merci de l'invitation à comparaître devant vous aujourd'hui.
Je suis Luke Chapman et je suis ici pour représenter Bière Canada. Pour ceux qui ne connaissent pas bien notre organisme, nous sommes une association commerciale nationale qui compte 48 brasseries membres qui fabriquent 90 % de la bière produite au pays.
Je suis ici pour discuter de la situation dans l'industrie de la bière canadienne et vous faire part d'une proposition que nous voulons que le Comité recommande d'inclure dans le prochain budget fédéral. La proposition est soutenue par le caucus de l'industrie de la bière du Parlement, les brasseries, les producteurs d'orge et de nombreuses entreprises dans les chaînes d'approvisionnement de la bière. Elle requiert peu de financement de la part du gouvernement et concorde avec les objectifs du gouvernement visant à créer des emplois et à encourager les Canadiens à adopter un style de vie sain.
Nous demandons au gouvernement d'apporter des changements mineurs, mais significatifs, aux taux de droit d'accise sur la bière pour stimuler la croissance et l'investissement dans le marché naissant des bières sans alcool ou peu alcoolisées. Je vais vous fournir plus de détails sur la proposition dans un instant.
À l'heure actuelle, il y a plus de 1 000 villages et villes qui comptent une brasserie un peu partout au Canada. Les produits créés par ces entreprises locales contribuent à réunir les gens à des activités sociales et sportives, à des repas avec des amis ou la famille, et à des célébrations de fêtes spéciales et d'étapes marquantes. Les brasseurs sont des chefs de file pour soutenir les activités communautaires, festivals, concerts et collectes de fonds.
L'industrie canadienne de la bière contribue grandement à l'économie du Canada. Les brasseurs nationaux sont fiers d'employer directement 15 000 Canadiens et de verser 1 milliard de dollars en salaires. De toutes les bières vendues au Canada, 85 % sont fabriquées ici, et le brassage de la bière représente les trois quarts du PIB généré par les industries nationales de la bière, du vin et des spiritueux combinées. La vente de bière au pays soutient 149 000 emplois canadiens et représente 5,7 milliards de dollars en recettes fiscales fédérales, provinciales et municipales combinées.
Malgré ces contributions importantes, l'avenir du marché est incertain. En 2018 et 2019, le volume national des ventes de bière a diminué de près de 4 %, ce qui équivaut à huit millions de caisses de bière vendues en l'espace d'un an. Au cours de la dernière décennie, nous avons enregistré des baisses de la consommation par habitant, des exportations et des parts dans le marché de l'alcool du Canada. Il n'y a pas de justification simple pour expliquer ces diminutions. L'évolution des préférences des consommateurs et de la démographie joue certainement un rôle.
Sauf votre respect, la taxe sur la bière des gouvernements fédéral et provinciaux n'a pas aidé non plus. Les brasseurs doivent continuellement innover en proposant de nouveaux produits et investir dans les portefeuilles de leurs marques pour s'assurer d'attirer les consommateurs à diverses occasions. Une tendance émergente dans le secteur de la bière des produits sans alcool ou peu alcoolisés.
Nous avons élaboré cette proposition non seulement pour stimuler l'investissement dans un nouveau segment prometteur du marché, mais aussi pour répondre à la Stratégie nationale sur l'alcool du Canada et à la stratégie mondiale sur l'alcool de l'Organisation mondiale de la Santé, qui exhortent les gouvernements à promouvoir la production et la commercialisation de produits à faible taux d'alcool pour réduire les méfaits liés à l'alcool.
À l'heure actuelle, la taxe d'accise sur la bière est calculée en fonction de trois seuils de teneur en alcool. Le taux de droit d'accise supérieur entre en vigueur pour la bière avec une teneur de 2,5 % en alcool par volume ou plus. J'ai envoyé un tableau qui aide à expliquer le prochain paragraphe. Nous allons vous fournir des explications à ce sujet, car c'est un peu difficile à comprendre.
Contrairement aux vins et aux spiritueux sans alcool, la bière sans alcool n'est pas exonérée de la taxe d'accise. Nous aimerions changer cette situation. De plus, nous proposons que le quart du taux de droit d'accise s'applique à la bière dont la teneur est de 0,5 à 2,5 % d'alcool par volume et que la moitié du taux de droit d'accise soit appliqué à la bière dont la teneur est de plus de 2,5 % mais de moins de 3,5 % d'alcool par volume. Le taux de droit d'accise le plus élevé s'appliquerait à la bière dont la teneur est de plus de 3,5 % d'alcool par volume.
En 2018, moins de 2 % de toutes les bières vendues renfermaient 3,5 % d'alcool par volume ou moins. Le marché est petit, mais en croissance. Cela signifie que le coût de la mise en œuvre de notre proposition serait faible pour le gouvernement, évalué à environ 4 millions de dollars à court terme, et les coûts pourraient finir par être réduits par une croissance de volume des bières canadiennes. Pour mettre les choses en perspective, en 2019, le gouvernement fédéral a perçu près de 700 millions de dollars en taxes d'accise sur la bière.
L'industrie brassicole nationale se heurte à des défis, mais les défis s'accompagnent de possibilités de réussite future. Nous croyons que la proposition que nous avons présentée aujourd'hui peut contribuer à garantir la réussite de l'industrie de la bière au Canada. Elle représente peu de coûts pour le gouvernement, mais elle serait très utile aux brasseurs et aux entreprises qui dépendent d'une industrie de la bière canadienne prospère.
Nous demandons respectueusement à ce comité de recommander que cette proposition soit incluse dans le budget fédéral à venir.
Je vous remercie de m'avoir consacré du temps. Je serai ravi de répondre à vos questions.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-02-06 15:44
Thank you very much, Luke.
We turn now to the Great Lakes Fishery Commission, with Marc Gaden, director of communications; and Greg McClinchey, legislative liaison.
Merci beaucoup, monsieur Chapman.
Nous allons maintenant entendre les représentants de la Commission des pêcheries des Grands Lacs: M. Marc Gaden, directeur des communications, et M. Gregory McClinchey, liaison en matière législative.
Gregory McClinchey
View Gregory McClinchey Profile
Gregory McClinchey
2020-02-06 15:45
Mr. Chair, thank you.
Thank you for inviting us, the Great Lakes Fishery Commission, to appear before you today.
I'm the commission's legislative liaison, and with me today is Dr. Marc Gaden, the commission's communications director. Together we're here to provide you with a brief overview of the Great Lakes Fishery Commission and to present our budget request.
It's good to begin with why the Great Lakes are so important, not just for Ontario but to all Canadians. They are a binational treasure and a top economic driver for the country. Aside from their environmental significance, they provide thousands of jobs, and the economic impact of the Great Lakes and the Great Lakes basin reverberates nationally. We cannot underestimate the environmental and social impacts of the lakes, nor should we minimize the connections between the lakes and the area's indigenous communities.
The fishery is worth more than $8 billion annually, and this doesn't take into account the economic multiplier impact of the lakes, be it in tourism, trade or many other economic and social or environmental benefits. History tells us that if we are to preserve these advantages, we need to be collaborative.
More than one treaty fell apart because Canada and the U.S. could not agree on how to tackle our shared problems, but by 1954 governments finally moved past these rivalries and ratified the Convention on Great Lakes Fisheries as a treaty. That treaty created the commission and gave us three primary duties: one, to formulate and drive a science program upon which to base fishery management decisions; two, to help the management agencies work together, as divided governance had led to inconsistent regulations, parochial actions and a race to the bottom; and three, to formulate and deliver a sea lamprey control program. The sea lamprey is an invasive predator that is incredibly destructive to both the fishery and the economy.
The commission ended the cross-border bickering that resulted in constant conflict and a collapsed fishery. The commission created a scientific understanding of the fishery and how to address problems and, most noteworthy, it reduced lamprey populations by 90%. This work has facilitated restoration of that $8-billion fishery.
Our treaty is premised on cross-border partnerships and a pledge by both nations to fund the commission's work. A funding formula, which both nations agree to respect, does exist, and for the sea lamprey program the U.S. pays 69% and Canada pays 31%. For science and cross-border coordination, our two nations have agreed to share all costs equally. The U.S. has fulfilled its funding commitments, but Canada has been behind for many years.
To meet this funding formula, Canada should be contributing $19.44 million annually, compared to our actual contribution of $9.54 million, which amounts to a $9.9-million annual shortfall. Canada's funding deficit places the commission's work and our relationship with our treaty partner at risk. This underfunding means that Canada is shortchanging lamprey control, contributing nothing to the commission's science mandate and providing nothing to our efforts for cross-border co-operation and other programming.
To remedy this, I would urge the committee that Canada's commitment should be brought into alignment. For the budget under discussion, we propose that Canada contribute $13.15 million, to be increased to $19.44 million by 2022. The latter figure will bring the two nations into alignment and reflects funding that is very important to maintaining and improving the fishery. It would also allow the commission to devote full attention to sea lamprey control. Current research tells us that we're underfunding sea lamprey control by 25% and therefore not taking full advantage of what the fishery offers. It should be noted that a failure to adequately fund control measures could allow populations to rebound and threaten fish stocks.
With additional funds, we would devote more attention to research that is very critical to sound fisheries management. We would devote more attention to our mandate to help agencies work together and to communicate our work to those who will put it to real-world use. This would allow us to better prepare for challenges, such as those posed by the Asian carp.
With additional funds, Canada would, for the first time in more than a generation, meet our treaty commitment. Details, including budget tables, have been provided to the clerk and are available from me upon request.
Let me end with a brief note about a machinery-of-government change that is in the works. The commission believes that we should again fall under GAC's umbrella and not DFO's, as we are an international treaty organization with a binational mandate. The commission needs a political partner that can sit with the U.S. State Department if past successes are to continue. We're in discussions on the subject and we are optimistic.
In closing, the fishery is important culturally and economically and is well worth this small investment.
Our two nations have a long-standing mechanism in place to manage this binational resource. To be frank, it works, though the lack of Canadian funding has raised eyebrows in Washington for years. We have a 65-year track record of success. The $8-billion-a-year fishery is proof of that. We hope this committee can help us move forward in a way that will benefit both nations and the resource that we are tasked to protect.
Thank you for having us here. I would be happy to answer any questions.
Merci, monsieur le président.
Merci d'avoir invité la Commission des pêcheries des Grands Lacs à comparaître devant vous aujourd'hui.
Je suis responsable de la liaison en matière législative, et je suis accompagné aujourd'hui de M. Marc Gaden, directeur des communications de la Commission. Nous sommes venus vous donner un aperçu de la Commission des pêcheries des Grands Lacs et vous présenter nos demandes en matière de budget.
Il est important de commencer par rappeler les raisons pour lesquelles les Grands Lacs sont si importants, non seulement pour l'Ontario, mais pour tous les Canadiens. Il s'agit d'un trésor binational, ainsi que d'un moteur économique majeur pour le pays. Outre leur importance sur le plan environnemental, ils offrent des milliers d'emplois, et les retombées économiques des Grands Lacs et du bassin des Grands Lacs ont une incidence de portée nationale. Nous ne pouvons sous-estimer les effets environnementaux et sociaux des lacs, et nous ne devrions pas minimiser les liens qui existent entre les lacs et les collectivités autochtones de la région.
La valeur des pêches dépasse les 8 milliards de dollars par année, et cela ne tient pas compte de l'effet multiplicateur des lacs sur l'économie, qu'il s'agisse du tourisme, du commerce ou des nombreux autres avantages économiques et sociaux ou environnementaux. L'histoire nous enseigne que pour préserver ces avantages, nous devons collaborer.
Plus d'un traité a échoué parce que le Canada et les États-Unis n'arrivaient pas à s'entendre sur la façon de s'attaquer à nos problèmes communs, mais en 1954, les gouvernements ont finalement surmonté les rivalités et ratifié la Convention sur les pêcheries des Grands Lacs. Ce traité a créé la Commission et nous a attribué trois fonctions principales: premièrement, élaborer et mettre sur pied un programme scientifique sur lequel fonder les décisions en matière de gestion des pêches; deuxièmement, aider les organismes de gestion à travailler ensemble, étant donné que la gouvernance divisée avait mené à des dispositions réglementaires disparates, à des mesures dignes d'un esprit de clocher et à un nivellement vers le bas; troisièmement, établir et mettre en œuvre un programme de contrôle de la lamproie marine, un prédateur envahissant aux effets incroyablement destructeurs sur la pêche et l'économie.
La Commission a mis fin aux querelles transfrontalières qui causaient des conflits perpétuels et l'effondrement des pêches. La Commission a permis une compréhension scientifique des pêches et de la façon de résoudre les problèmes, et surtout, elle a réussi à réduire les populations de lamproie marine de 90 %. Ce travail a facilité le rétablissement de ces pêches d'une valeur de 8 milliards de dollars.
Notre traité s'appuie sur des partenariats transfrontaliers et sur l'engagement des deux nations de financer le travail de la Commission. Il existe une formule de financement que les deux nations ont convenu de respecter, et pour le programme relatif à la lamproie marine, les États-Unis paient 69 %, et le Canada, 31 %. En ce qui concerne le travail scientifique et la coordination transfrontalière, nos deux nations ont convenu d'un partage égal des coûts. Les États-Unis ont respecté leurs engagements en matière de financement, mais le Canada accuse du retard depuis plusieurs années.
Pour se conformer à cette formule de financement, le Canada devrait verser une contribution annuelle de 19,44 millions de dollars, alors que notre contribution actuelle est de 9,54 millions de dollars par année, ce qui équivaut à un manque annuel de 9,9 millions de dollars. Le déficit de financement du Canada met en péril le travail de la Commission et nos relations avec notre partenaire dans ce traité. Ce sous-financement signifie que le Canada nuit aux activités de lutte contre la lamproie marine, qu'il ne fait aucune contribution au mandat scientifique de la Commission et qu'il ne donne rien quant aux efforts de coopération transfrontalière et aux autres programmes.
Afin de remédier à cela, je presse le Comité de faire en sorte que le Canada respecte ses engagements. Pour le budget dont il est question, nous proposons que le Canada verse une contribution de 13,15 millions de dollars et que sa contribution augmente à 19,44 millions de dollars d'ici 2022. Avec ce dernier montant, les contributions des deux nations concorderont, et le financement sera à la hauteur de la tâche très importante de maintenir et d'améliorer les pêches. Cela permettra également à la Commission de concentrer toute l'attention nécessaire au contrôle de la lamproie marine. Selon les recherches actuelles, notre sous-financement du contrôle de la lamproie marine correspond à 25 % et, par conséquent, nous ne profitons pas pleinement de ce que la pêche peut offrir. Il faut souligner qu'un financement insuffisant des mesures de contrôle pourrait permettre aux populations de récupérer et de constituer une menace pour les stocks de poissons.
Grâce à des fonds supplémentaires, nous pourrions consacrer plus d'attention à la recherche qui est absolument essentielle à une bonne gestion des pêches. Nous pourrions consacrer plus d'attention à notre mandat d'aider les organismes à travailler ensemble et de communiquer le travail que nous accomplissons à ceux qui vont s'en servir en situation réelle. Cela nous permettrait de mieux nous préparer aux défis comme ceux que présente la carpe asiatique.
Grâce à des fonds supplémentaires, le Canada se conformerait pour la première fois en plus d'une génération à ses engagements relevant du traité. Nous avons fourni des précisions au greffier, y compris des tableaux budgétaires, et je peux les fournir sur demande.
Je vais terminer par un mot sur un changement relatif à l'appareil gouvernemental qui se prépare en ce moment. Nous estimons, à la Commission, que nous devrions revenir dans le giron d'Affaires mondiales Canada plutôt que de relever du MPO, étant donné que nous sommes une organisation internationale établie en vertu d'un traité et que notre mandat est binational. La Commission a besoin d'un partenaire politique qui peut discuter avec le département d'État américain pour que nous puissions bâtir sur les succès passés. Nous avons des discussions à cet égard en ce moment, et nous sommes optimistes.
En conclusion, les pêches revêtent une grande importance culturelle et économique et qu'elles valent vraiment ce petit investissement.
Nos deux nations ont en place un mécanisme de longue date pour la gestion de cette ressource binationale. Franchement, cela fonctionne, même si l'insuffisance de la contribution du Canada fait sourciller à Washington. Nous avons 65 années de succès derrière nous. Les pêches dont la valeur se situe à 8 milliards de dollars en sont la preuve. Nous espérons que le Comité nous aidera à aller de l'avant au profit des deux nations et de la ressource que nous avons la tâche de protéger.
Merci de nous avoir invités. Je répondrai avec plaisir à toutes vos questions.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-02-06 15:50
Thanks, Greg.
You didn't bring your fish tank so that people could see what a sea lamprey looks like.
Merci, monsieur McClinchey.
Vous n'avez pas apporté votre aquarium, pour que les gens puissent voir de quoi a l'air une lamproie marine.
Gregory McClinchey
View Gregory McClinchey Profile
Gregory McClinchey
2020-02-06 15:50
Well, now, Mr. Chair, I happen to have a sea lamprey right here under the table, if anyone would like to see it.
Voices: Oh, oh!
Monsieur le président, j'en ai justement une, ici même sous la table, si quelqu'un veut la voir.
Des voix: Ha, ha!
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-02-06 15:50
I don't see people running.
Okay, from the Mining Association of Canada, we have Mr. Marshall, vice-president. Go ahead.
Je ne vois personne accourir.
Nous allons maintenant entendre M. Marshall, vice-président à l'Association minière du Canada. Nous vous écoutons.
Brendan Marshall
View Brendan Marshall Profile
Brendan Marshall
2020-02-06 15:50
It's disconcerting to think about what's under the table.
Voices: Oh, oh!
Mr. Brendan Marshall: Thank you, Mr. Chair, committee members, clerk and fellow witnesses.
For the record, my name is Brendan Marshall. I am vice-president of economic and northern affairs for the Mining Association of Canada. Thank you for the opportunity to participate in this important consultation process.
Never before has a robust and competitive domestic Canadian mining and metal manufacturing industry been more critical to attracting downstream value-added advanced manufacturing investment to Canada. Elevated geopolitical and trade tensions have exposed growing concerns over the reliability of existing supply for critical minerals—materials without which the Teslas, the Apples and the Amazons of the world cannot operate. These companies are making investment decisions on the basis of stable, consistent and long-term access to the critical minerals and metals that are essential for the low-carbon battery and clean-tech products they produce.
Canada's success in attracting advanced manufacturing investment is inextricably linked to a competitive and renewed mining and metal manufacturing industry. To deliver on the government's clean economy vision for Canada and seize this rare opportunity, targeted policies signalling Canada's commitment to the industrial competitiveness needed for success in the low-carbon economy are needed.
The first area I want to talk about is public geoscience funding. The past 30 years have seen marked declines in proven and probable Canadian mineral reserves in all major base metals. The implication is that production from Canada's fleet of operational mines is shrinking. This adds strain to the country's smelters and refineries, several of which have closed in recent years because of increased reliance on costly international feedstock. A robust renewal of Canada's commitment to public geoscience funding is essential to a turnaround.
To reverse the decline of critical minerals and metals, MAC has two recommendations for the government. One, renew and expand from previous levels the geomapping for energy and minerals program, or GEM, to $200 million over five years to locate the next generation of Canadian mines. Two, renew and expand from previous levels the targeted geoscience initiative, to $50 million over five years, to increase the life of Canada's existing fleet of operational mines. Noting that those programs were brought in under the previous government, I would hope that there would be an opportunity for a bipartisan acknowledgement of a clear path forward on that.
Critical mineral innovation and industrial policy is the next piece I want to speak about. Increased geopolitical uncertainty has brought focused attention to the precariousness of existing supply sources for many primary materials. This has resulted in Canada's allies classifying as critical minerals the primary materials on which their economies and national security rely, but which they cannot procure from within their own borders. Rare earth elements and other critical minerals are of strategic interest due to their use in a wide range of essential battery, energy, computing and defence applications. Currently, China holds control over the production of many of these materials, thus rendering governments and other consumers reliant on China as their source.
To support the stated objectives of the joint action plan on critical minerals collaboration signed between Canada and the United States, MAC recommends a suite of initial actions. These include, one, significantly enhanced funding for Natural Resources Canada's CanmetMining to develop state-of-the-art identification, extraction and refining processes, including from recycled existing mine waste streams; two, a commitment to a whole-of-supply-chain approach, including supports for downstream market development and value-added production; and three, the establishment of an interdepartmental joint government-industry task force to study, report and recommend back in one year additional policy options.
Finally, I would like to speak briefly about accelerating industrial decarbonization. There is a direct correlation in mining between remoteness and emissions intensity. Mining companies operating remotely are virtually exclusively reliant on diesel fuel for power generation and haul-fleet operations. For grid and pipe-connected mine sites, the need for diesel persists in mobile equipment almost universally. However, battery technologies are improving. Companies are committed to transitioning to cleaner, lower-carbon operations where possible. For example, Newmont's Borden mine in Ontario, now operational, is slated to be the first fully all-electric mine in Canada and will be carbon-neutral underground by 2021.
To support the industry in its transition to a lower-carbon economy, MAC respectfully recommends a two-tiered strategy to accelerate emissions reduction for power generation at off-grid sites and from haul fleets at grid-connected operations. The first piece of that would be to establish a $250-million fund for remote and northern industrial electrification. The second would be to extend the tax measure announced in the 2018 fall economic statement that enabled the full expensing for clean-energy equipment to include all types of battery-electric, trolly-assist and energy-efficient conveying equipment deployed in Canada's mining sector.
Thank you for your time. I'd be happy to take questions.
Je trouve déconcertant de penser à ce qu'il y a sous la table.
Des voix: Ha, ha!
M. Brendan Marshall: Merci, monsieur le président, mesdames et messieurs les membres du Comité, monsieur le greffier, mesdames et messieurs les témoins.
Je m'appelle Brendan Marshall, et je suis le vice-président, Affaires économiques et du Nord, de l'Association minière du Canada. Je vous remercie de me donner l'occasion de participer à cet important processus de consultation.
Jamais auparavant une industrie minière et métallurgique nationale robuste et compétitive n'a été aussi essentielle pour attirer les investissements en aval dans les industries manufacturières de pointe à valeur ajoutée au Canada. L'intensification des tensions géopolitiques et commerciales a mis en relief les inquiétudes quant à la fiabilité de l'approvisionnement en minéraux essentiels, minéraux dont dépendent les Tesla, Apple et Amazon de ce monde. Ces sociétés fondent leurs décisions en matière d'investissements sur un accès instable, régulier, prévisible et à long terme à l'approvisionnement en minéraux critiques et en métaux essentiels à la fabrication de leurs batteries et produits technologiques propres.
Pour que le Canada devienne une destination de choix pour les investissements dans la fabrication de pointe, il faut absolument miser sur la compétitivité et le renouvellement de l'industrie minière et du secteur de transformation des métaux. Pour mettre en œuvre le plan du gouvernement sur les technologies propres et saisir cette occasion exceptionnelle, il est essentiel d'élaborer des politiques ciblées confirmant au monde entier l'engagement du Canada à l'égard de la compétitivité industrielle afin qu'il puisse se démarquer dans une économie à faible empreinte carbone.
Le premier aspect dont je veux parler est le financement public des géosciences. Les réserves minérales prouvées et probables pour tous les principaux métaux communs au Canada ont diminué considérablement au cours des 30 dernières années. Cela signifie que la production des mines en exploitation au Canada diminue. Cette diminution exerce une pression sur les fonderies et les raffineries canadiennes, dont plusieurs ont cessé leurs activités au cours des dernières années, en raison de la dépendance accrue aux matières premières coûteuses de l'étranger. La transition est impossible sans un solide renouvellement de l'engagement du Canada envers le financement public des géosciences.
Pour renverser le déclin des réserves de minéraux essentiels, l'AMC a deux recommandations pour le gouvernement. La première est de renouveler le programme de géocartographie de l'énergie et des minéraux, ou GEM, et d'y injecter 200 millions de dollars sur cinq ans, financement qui sera consacré à la localisation des mines canadiennes de la prochaine génération. La deuxième est de renouveler l'Initiative géoscientifique ciblée et d'y injecter 50 millions de dollars sur cinq ans afin de prolonger la durée de vie des mines en exploitation au Canada. Je souligne que ces programmes ont été mis en place par le gouvernement précédent et j'espère qu'une reconnaissance bipartisane quant à la voie à suivre à cet égard sera possible.
J'aimerais maintenant vous parler de l'innovation en matière de minéraux essentiels et de la politique industrielle. L'incertitude géopolitique accrue a nettement mis en lumière les inquiétudes d'un nombre croissant d'alliés du Canada quant à la précarité des sources d'approvisionnement pour de nombreuses matières premières. En conséquence de cela, ces pays considèrent comme minéraux essentiels les matières premières sur lesquelles reposent leur économie et leur sécurité nationale, mais qu'ils sont obligés d'importer. Les terres rares et d'autres minéraux et métaux critiques présentent un intérêt stratégique compte tenu de leur utilisation dans la fabrication d'une multitude de batteries et de solutions énergétiques, informatiques et militaires. En ce moment, la Chine exerce un contrôle sur la production de bon nombre de ces matières et fait en sorte que les gouvernements et les sociétés qui dépendent de ces produits n'aient d'autre choix que de s'approvisionner en Chine.
Afin d'appuyer les objectifs énoncés dans le plan d'action canado-américain sur la collaboration dans le domaine des minéraux critiques, l'AMC recommande une série de mesures initiales, dont les suivantes: la première est le financement considérablement accru de CanmetMINES, de Ressources naturelles Canada, pour l'élaboration des procédés d'identification, d'extraction et de raffinage de pointe, notamment à partir de flux de déchets miniers existants; la deuxième est l'engagement envers la création d'une chaîne d'approvisionnement complète comprenant le développement d'un marché en aval et une production à valeur ajoutée; et la troisième est la mise sur pied d'un groupe de travail intersectoriel composé de représentants du gouvernement et de l'industrie, qui sera chargé d'étudier, de présenter et de recommander, dans un délai d'un an, des solutions stratégiques additionnelles.
Enfin, j'aimerais parler brièvement de l'accélération de la décarbonisation de l'industrie. Dans l'industrie minière, il existe une corrélation directe entre l'éloignement des installations et l'intensité des émissions. Les sociétés minières qui mènent des activités en régions éloignées dépendent presque exclusivement du diesel pour la production d'énergie et le transport. Même la quasi-totalité des sites miniers non éloignés et reliés à des conduites dépend du diesel pour l'équipement mobile. Cependant, les batteries s'améliorent. Les sociétés sont déterminées à adopter des procédés plus propres et à faibles émissions de carbone quand c'est possible. Par exemple, la mine Borden de Newmont Goldcorp maintenant en exploitation en Ontario vise à devenir la première mine souterraine entièrement électrique et carboneutre en Amérique du Nord d'ici 2021.
Afin d'aider l'industrie à effectuer sa transition vers une économie à faibles émissions de carbone, l'AMC recommande respectueusement l'adoption d'une stratégie à deux volets qui accélérera la réduction des émissions pour la production d'électricité dans les sites miniers éloignés et les flottes de transport des sites non éloignés. Le premier volet serait l'établissement d'un fonds d'au moins 250 millions de dollars pour l'électrification industrielle dans les régions éloignées et nordiques. Le deuxième volet consisterait à prolonger la mesure fiscale annoncée dans l'énoncé économique de l'automne 2018, qui a permis de passer en charges tout l'équipement d'énergie propre, dont l'ensemble des transports électriques à batteries, à chariot et éconergétiques utilisés dans le secteur minier canadien.
Merci d'avoir pris le temps de m'écouter. Je serai ravi de répondre à vos questions.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-02-06 15:55
Thank you, Brendan.
From MNP we have Ms. Drever, regional tax leader, and Ms. Lidder, senior VP.
Welcome.
Merci, monsieur Marshall.
Nous accueillons maintenant, de MNP, madame Drever, leader régionale, Fiscalité, et madame Lidder, vice-présidente principale.
Bienvenue.
Amanjit Lidder
View Amanjit Lidder Profile
Amanjit Lidder
2020-02-06 15:56
Thank you, Mr. Chair.
It is an honour to address you, the new House of Commons finance committee, on budget 2020 today. It's nice to see some familiar faces and to meet the new members. Thank you for your continued leadership.
MNP is a leading national accounting, tax advisory and business consulting firm. We proudly serve 180,000 private enterprises and small business clients and 19,000 farms throughout Canada. MNP is the third-largest tax filer in the country.
Kim and I are here today to encourage fairness, certainty and a balanced approach on two of the government's policy initiatives for this budget. The first initiative is tax changes for family farm succession. We recommend that all businesses—a farm or any other family-owned business—be treated fairly and equally when transitioning within a family. Second, in regard to the government's election commitment to implement interest deductibility limitations, we encourage Parliament to undertake broad consultations and avoid harmful unintended consequences. The stakes are incredibly high on both of these issues. Let me briefly elaborate.
We commend the government for making family farm succession a priority. We believe this is an issue for every Canadian family business. Currently, Canadian business owners experience a penalty when selling a business within their family, such that there is often double tax. Both the parent and the child must pay tax on that same transaction. In our written submission, you can see Tracy and Marc's dilemma of selling their bakery to their daughter or to a third party. Marc and Tracy want to keep this business within the family. Our tax system encourages them to sell it outside of the family.
To remedy this, amend the existing provisions to allow all family businesses to use the lifetime capital gains exemption within the family. This isn't just about the lifetime capital gains exemption; we must also ensure that capital gains treatment is protected on every family sale.
On the second issue, we call for a cautious and prudent approach to the government's intention to limit business interest deductions. The parliamentary budget office estimates that businesses will be limited to deducting interest from their taxable income to no more than 30% of their earnings before interest, taxes and amortization. This increases the overall effective tax rate for businesses in Canada. This is like an interest rate hike.
Other countries have gone down this path. If we look to other OECD countries that have implemented interest deduction limitation rules, they typically use a three-pronged approach. There is introducing the interest deductibility limitation, lowering the corporate tax rate and introducing enhanced capital expenditure incentives. Canada should follow this three-pronged model. Just doing interest deduction limitations on their own will impact Canada's competitiveness. Highly leveraged companies across Canada, such as auto dealerships, hotels, home builders, commercial construction and family farming operations, will be harmed. In times of economic downturn, reduced earnings will limit the interest expense even further. Business decisions will change: Do we buy this asset? Do we expand? Do we buy this business? Do we remain in Canada?
From a public policy perspective, interest deductibility concerns stem mainly from ensuring that profits are not shifted outside of Canada without being taxed. Canada already has rules to address this. If cross-border tax issues are the motivation for these changes, the solution should be specific to cross-border issues. We would like to reiterate that businesses do not borrow money for the sole purpose of taking an interest deduction. Our written submission shares the example of Marie and Jacques. They are trying to start up an organic family farm. With these interest limitations, their family business may never get off the ground.
As parliamentarians, you have a great responsibility. We encourage you to eliminate the disadvantage of selling a family business within the family. We encourage you to do a thorough consultation on interest deductibility limitations before you proceed. Canadian family businesses and our country's competitiveness are at stake.
Thank you. Kim would be happy to take any questions you may have.
Merci, monsieur le président.
C'est pour moi un honneur de m'adresser à vous, membres du nouveau comité des finances de la Chambre des communes, pour vous parler du budget de 2020. Je suis ravie de revoir des visages que je connais et de rencontrer les nouveaux membres. Je vous remercie du leadership dont vous continuez de faire preuve.
MNP est un cabinet comptable de services de fiscalité et de services-conseils de premier plan au Canada. Nous sommes fiers de servir une clientèle composée de 180 000 entreprises privées et petites entreprises, ainsi que 19 000 exploitations agricoles partout au Canada. MNP se situe au troisième rang des entreprises canadiennes qui produisent des déclarations aux fins de l'impôt sur le revenu.
Kim et moi sommes ici aujourd'hui pour plaider en faveur de l'équité, de la certitude ainsi que d'une approche équilibrée concernant deux mesures stratégiques du gouvernement pour ce budget. La première initiative porte sur les changements fiscaux relatifs au transfert d'entreprises agricoles. Nous recommandons que toutes les entreprises — qu'il s'agisse d'une entreprise agricole ou d'une autre entreprise familiale — soient traitées équitablement et uniformément au moment d'une transition au sein de la famille. Deuxièmement, concernant la promesse électorale du gouvernement de mettre en place un plafond de déduction des intérêts, nous encourageons le Parlement à entreprendre de vastes consultations afin de veiller à ce qu'il n'y ait pas de conséquences néfastes imprévues. Les enjeux sont énormes dans les deux cas. Permettez-moi de vous donner brièvement plus de précisions.
Nous félicitons le gouvernement d'avoir fait de la transition des entreprises agricoles familiales une priorité. À l'heure actuelle, les propriétaires d'entreprises canadiennes sont pénalisés lorsqu'ils vendent l'entreprise à un membre de la famille, car ils doivent souvent composer avec une double imposition. Le parent et l'enfant doivent payer des impôts sur cette seule transaction. Dans notre mémoire, vous pouvez prendre connaissance du dilemme de Tracy et Marc, à savoir s'ils vont vendre leur boulangerie à leur fille ou à une tierce partie. Marc et Tracy veulent que l'entreprise demeure dans la famille. Notre régime fiscal les encourage plutôt à vendre l'entreprise à une personne qui n'est pas de la famille.
Pour remédier à cela, il faut modifier les dispositions actuelles afin de permettre à toutes les sociétés privées d'utiliser l'exonération cumulative des gains en capital au moment de la transition de l'entreprise au sein de la famille. Mais il n'y a pas que l'exonération cumulative des gains en capital; nous devons aussi veiller à la préservation du traitement des gains en capital dans tous les cas de transfert à des membres de la famille.
En ce qui concerne le deuxième enjeu, nous demandons au gouvernement d'adopter une approche prudente concernant son intention d'imposer un plafond de déduction des intérêts. Selon les estimations du Bureau du directeur parlementaire du budget, le montant des intérêts des revenus que les sociétés pourront déduire sera plafonné à 30 % de leurs bénéfices avant intérêts, impôts et amortissement. Cette mesure se traduit par une augmentation du taux d'imposition effectif des sociétés au Canada. C'est comme une hausse du taux d'intérêt.
D'autres pays ont fait la même chose. Les autres pays membres de l'OCDE qui ont mis en place des plafonds de déduction des intérêts adoptent généralement une approche en trois volets. Ils établissent le plafond de déduction des intérêts, réduisent les taux d'imposition des sociétés et adoptent des mesures incitatives au titre des dépenses en immobilisations. Le Canada devrait adopter cette approche en trois volets. Sans les autres mesures, le plafond de déduction des intérêts aura des incidences sur la compétitivité du Canada. Les sociétés qui se financent largement par emprunt, comme les concessionnaires automobiles, les hôtels, les constructeurs d'habitation, les entreprises de construction commerciale et les exploitations agricoles familiales, en feront les frais. En période de ralentissement économique, les recettes réduites vont limiter encore plus les frais d'intérêts. Cela aura un effet sur les décisions commerciales. Allons-nous acheter cet actif? Devrions-nous prendre de l'expansion? Devrions-nous acheter cette entreprise? Restons-nous au Canada?
D'un point de vue politique, les préoccupations liées à la déductibilité des frais d'intérêts émanent principalement de la nécessité de s'assurer que les profits ne sortent pas du Canada sans que l'impôt ne soit prélevé. Le Canada a déjà des règles en cette matière. Si les changements sont motivés par des questions d'impôts transfrontaliers, il faut que la solution se concentre sur les enjeux transfrontaliers. Nous tenons à rappeler que les entreprises n'empruntent pas d'argent dans le seul but de déduire les intérêts. Vous trouverez dans notre mémoire l'exemple de Marie et Jacques. Ils essaient de lancer une exploitation agricole biologique. À cause du plafond des déductions d'intérêts, leur entreprise familiale risque de ne jamais se réaliser.
En tant que parlementaires, vous avez une grande responsabilité. Nous vous encourageons à éliminer les désavantages qui viennent avec la vente d'une entreprise familiale à un membre de la famille. Nous vous encourageons à mener des consultations approfondies sur le plafond de déduction des intérêts avant d'aller de l'avant. Les entreprises familiales canadiennes et la compétitivité du pays sont en jeu.
Je vous remercie. Kim se fera un plaisir de répondre à toutes vos questions.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-02-06 16:00
Thanks, both of you.
We're turning to FADOQ, with Ms. Tassé-Goodman, president.
Welcome.
Je vous remercie tous les deux.
Entendons maintenant la présidente du Réseau FADOQ, Mme Tassé-Goodman.
Soyez la bienvenue.
Gisèle Tassé-Goodman
View Gisèle Tassé-Goodman Profile
Gisèle Tassé-Goodman
2020-02-06 16:01
Mr. Chair and members of Parliament, my name is Gisèle Tassé-Goodman. I'm the president of the Réseau FADOQ.
I want to thank the committee members for this invitation to provide the Réseau FADOQ's perspective on its budget priorities.
The Réseau FADOQ has over 535,000 members aged 50 and over. Our organization makes presentations to different political bodies to maintain and enhance seniors' quality of life, today and tomorrow. To this end, the Réseau FADOQ uses every occasion, including this one, to raise awareness and make the voices of seniors heard and, on political issues especially, taken into account.
Our organization makes a point of presenting its budget priorities each year, and this year is no exception.
The first component concerns support for the most disadvantaged people.
The guaranteed income supplement should be increased by at least $50 per month per senior.
We also encourage the Government of Canada to fulfill its election promise by increasing old age security benefits for seniors aged 75 and over by 10%. This encouragement is reiterated when it comes to the Government of Canada's election promise to increase Canada and Quebec pension plan survivor benefits by 25%.
We're also asking the government to show compassion. When a person dies, we propose that the benefits paid under the old age security program be extended for three months and transferred to the surviving spouse.
The second component concerns support for family caregivers.
The maximum weekly income threshold on which family caregiver benefits are based should be raised so that the payment is more in line with the income of program beneficiaries.
We're also asking for an extension of the employment insurance benefit period to a maximum of 52 weeks for family caregivers.
Lastly, the credit for informal caregivers should be modified so that this tax measure becomes a refundable tax credit.
The third and final component concerns support for provincial health care systems.
The Canada health transfer should be indexed by 6% annually. Moreover, we strongly believe that the current calculation method for the Canada health transfer should include a variable that accounts for population aging in the provinces and territories.
Once again, I want to thank the committee members for inviting us.
I would be pleased to answer any questions.
Monsieur le président, mesdames et messieurs les parlementaires, je me nomme Gisèle Tassé-Goodman et je suis la présidente du Réseau FADOQ.
Je remercie les membres du Comité de cette invitation à exprimer le point de vue du Réseau FADOQ en lien avec ses priorités budgétaires.
Le Réseau FADOQ est un regroupement de personnes de 50 ans et plus qui compte plus de 535 000 membres. Notre organisation fait des démarches politiques auprès de différentes instances dans le but de conserver et d'améliorer la qualité de vie des aînés d'aujourd'hui et de demain. Ainsi, le Réseau FADOQ profite de toutes les tribunes, dont celle-ci, pour susciter une prise de conscience, afin que la voix des aînés soit représentée et, surtout, considérée dans les enjeux politiques.
Notre organisation se fait un devoir de présenter annuellement ses priorités budgétaires, et cette année ne fait pas exception.
Le premier volet a trait au soutien aux plus démunis.
Il importe de rehausser d'au moins 50 $ par mois par aîné la somme octroyée par l'entremise du Supplément de revenu garanti.
Nous encourageons également le gouvernement du Canada à mettre en œuvre sa promesse électorale en augmentant de 10 % le montant des prestations de la Sécurité de la vieillesse pour les aînés âgés de 75 ans ou plus. Ces encouragements sont réitérés en ce qui concerne la promesse électorale du gouvernement du Canada, qui proposait une bonification de 25 % des prestations de survivant du Régime de pensions du Canada et du Régime de rentes du Québec.
Nous demandons également au gouvernement de faire preuve de compassion. Lorsqu'une personne décède, nous proposons que les sommes versées par l'entremise de la Sécurité de la vieillesse soient prolongées pendant une période de trois mois au profit du conjoint survivant.
Le second volet touche le soutien aux proches aidants.
Il est nécessaire de rehausser le seuil maximal de rémunération hebdomadaire alloué pour les prestations pour proches aidants, afin que le montant octroyé soit plus en concordance avec les revenus de ces bénéficiaires.
Nous proposons également la prolongation de la période de prestations d'assurance-emploi jusqu'à un maximum de 52 semaines pour les proches aidants.
Finalement, il est impératif de modifier le crédit pour aidants naturels, afin que cette mesure fiscale devienne un crédit d'impôt remboursable.
Le troisième et dernier volet aborde le soutien au système de santé des provinces.
Il est nécessaire d'indexer de 6 % annuellement le Transfert canadien en matière de santé. Par ailleurs, nous suggérons fortement d'inclure dans la formule de calcul actuelle du Transfert canadien en matière de santé une variable tenant compte du vieillissement de la population des provinces et des territoires.
J'aimerais remercier encore une fois les membres du Comité de nous avoir invités.
Je suis disposée à répondre aux questions.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-02-06 16:04
Thanks, all of you, for your presentations.
Seeing as we're making good time, I believe we can go to our regular time slot. We'll start our six-minute rounds with Mr. Poilievre and then go over to Mr. McLeod.
Je vous remercie tous pour vos exposés.
Comme nous allons à bonne allure, je crois que nous pouvons suivre la marche habituelle des interventions. Pour celles de six minutes, M. Poilievre commencera, et M. McLeod suivra.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
For the witnesses from MNP, I'm looking at page 4 of the package you presented, “Fairness and Certainty in Budget 2020”. There, you lay out a scenario whereby a family selling its business to its children is taxed at a significantly higher rate than if the same family sold its business to a third party.
I just want to make sure I properly understand the table. In it, you indicate that if the family sells the business to a child personally, then the family could take advantage of the lifetime capital gains exemption. Is that so?
Chers témoins de MNP, à la page 4 de votre mémoire intitulé Budget 2020 : Assurer l'équité et rassurer les entrepreneurs, vous présentez le scénario de la vente à l'enfant d'une entreprise familiale, à un taux d'imposition beaucoup plus élevé que sa vente à un tiers.
Je veux être sûr de bien comprendre le tableau. On y lit que si la famille vendait l'entreprise à l'enfant personnellement, elle pourrait profiter de l'exonération cumulative des gains en capital. Est-ce exact?
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:05
That is correct.
Oui.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
What would be the tax applied on the portion not exempted by the lifetime exemption?
Quel serait le taux d'imposition de la partie non exonérée?
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:05
What happens is that, when you transition a business to the next generation, they would have to take funds out of that company to get cash personally, pay tax on those funds and then pay the parents the money.
In our first column there, we have the transitioning of a business of $2.75 million. That is what we valued this business at.
Dans la cession d'une entreprise à la génération suivante, l'acheteur doit se servir des fonds de l'entreprise pour obtenir personnellement les liquidités, acquitter l'impôt sur ces fonds, puis payer les parents.
Dans la première colonne, nous avons estimé à 2,75 millions de dollars la valeur de l'entreprise.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Right.
Très bien.
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:06
The parents could sell this business and could get their capital gain exemption on the portion that was within the limit. They were paying tax on the result, the capital gain in excess of the capital gain exemption. They were going to have $271,000 of tax to pay.
Les parents pouvaient la vendre et obtenir l'exonération pour la partie qui n'excède pas la limite. Ils étaient imposés sur le résultat, la plus-value excédant l'exonération. Ils allaient devoir acquitter un impôt de 271 000 $.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
The tax they pay would be at the capital gains rate.
Cet impôt serait au taux qui frappe les gains en capital.
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:06
That's at the capital gains rate.
Le taux d'imposition des gains en capital.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
The children would then pay tax on the money that they're taking out of the company in order to pay their parents.
Les enfants seraient ensuite imposés sur l'argent tiré de l'entreprise pour payer leurs parents.
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:06
That's correct.
C'est exact.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
That would be at the dividend rate.
Ce serait au taux frappant les dividendes.
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:06
That's at the dividend rate. In order for the children to pull a net $2.75 million out of the company, they have to take a dividend of $4.3 million out of that company that's only worth $2.75 million. At the end of the day, if we were to have a sale to a family member today, with no planning at all, there would be effective taxes of $1.8 million to transition this business.
Oui. Pour retirer 2,75 millions net de l'entreprise, les enfants doivent tirer un dividende de 4,3 millions de l'entreprise qui ne vaut que 2,75 millions. En fin de compte, la cession d'une entreprise à un membre de la famille, aujourd'hui, sans planification financière, serait frappée d'un impôt de 1,8 million de dollars.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Or 67.49%—
C'est-à-dire au taux de 67,49 %...
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:06
Yes, it's 67%.
Oui, 67 %.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Now, in the case where the family sells to the child's corporation, I guess the family would not be entitled to the lifetime capital gains exemption.
Maintenant, je suppose que la famille qui la vendrait à l'entreprise de l'enfant ne serait pas admissible à l'exonération cumulative.
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:07
That's correct.
C'est exact.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Why does section 84.1 of the Income Tax Act take away the exemption in the case of a child's corporation buying it versus the child buying it directly?
Pourquoi l'article 84.1 de la Loi de l'impôt sur le revenu supprime-t-il l'exonération quand l'entreprise de l'enfant achète l'entreprise des parents, mais non quand c'est l'enfant, directement, qui l'achète?
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:07
There is a prohibition in the act today that says that if you are trying to sell within a family, if you're trying to use any kind of capital gain exemption or any untaxed form of a gain, like 1971 V-day value, you cannot extract funds out of a corporate group to do that. If we were to—
Aujourd'hui, la loi interdit la sortie de fonds d'un groupe d'entreprises en vue de la vente intrafamiliale d'une entreprise, vente par laquelle on chercherait à obtenir une exonération du gain en capital ou un gain exonéré, comme la valeur au jour de l'évaluation de 1971. Si nous devions...
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Okay. That's taxed as a dividend, then, in that case.
D'accord. C'est donc imposé, dans ce cas, comme si c'était un dividende.
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:07
That's taxed as a dividend.
C'est imposé au taux frappant les dividendes.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Okay. In the first case, it would be taxed as a capital gain. In the second case, it's taxed as a dividend.
D'accord. Dans le premier cas, on imposerait le gain en capital. Dans le deuxième, le dividende.
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:07
In the second column there, we actually didn't look at the parents paying a dividend. We said that, with proper planning today, the parents would actually trigger the capital gain first, and then the kid's company could buy the shares. With proper planning today, we can get capital gain rate on the full capital gain, but we can't get any capital gain exemption for anyone.
Dans la deuxième colonne du tableau, nous n'avons pas envisagé le versement d'un dividende par les parents. Nous avons posé que, grâce à une bonne planification, aujourd'hui, les parents créeraient d'abord le gain en capital, puis que l'entreprise de l'enfant pourrait acheter les actions. Par une bonne planification, nous pouvons aujourd'hui frapper l'intégralité du gain en capital avec le taux d'imposition applicable au gain en capital, plus personne ne peut profiter de l'exonération d'un gain en capital.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Right, but in the second case, then, the child could pay out of his or her corporation tax-free.
D'accord. Mais, dans le deuxième cas, l'enfant pourrait se faire financer par son entreprise sans être assujetti à l'impôt.
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:08
The corporation could fund the purchase. Here, it actually costs the corporation $2.75 million now to pay $2.75 million.
La société pourrait financer l'achat. Dans ce cas-ci, il lui en coûte effectivement 2,75 millions de dollars pour payer le même montant.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Okay. In the third case, then, where you sell to a third party, the family gets the capital gains exemption, and the company, the third party, pays no tax on the amounts coming out of that.
D'accord. Dans le troisième cas, alors, où on vend à un tiers, la famille obtient l'exonération sur le gain en capital, et l'entreprise, le tiers, ne paie pas d'impôt sur le produit de l'opération.
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:08
Right, so we end up with a net tax of under 10% in Ontario today in that same scenario, but in the last column there, as I was showing, what would have happened—
Exact. Nous nous retrouvons donc avec un impôt net de moins de 10 % en Ontario, aujourd'hui, selon ce même scénario, mais, dans la dernière colonne, comme je le montrais, il se serait produit...
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Yes, that was the proposal. They seem to have backed off on that. Hopefully, that's gone forever.
Oui, c'était la proposition. On semble avoir fait marche arrière. Espérons que c'est pour de bon.
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:09
We would like to just caution, again, that if we take away the capital gain rate and have it all at dividend rates, the consequence would be 101%.
Mais, attention! Encore une fois, si nous supprimons le taux frappant le gain en capital et le remplaçons entièrement par le taux frappant des dividendes, le taux d'imposition passerait à 101 %.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
It would be a 101% tax. Right.
C'est effectivement 101 %.
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:09
We'd have to pull $5.2 million out of a company worth $2.75 million. The math doesn't work.
Il faudrait retirer 5,2 millions de dollars d'une entreprise qui en vaut 2,75. C'est une aberration mathématique.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
I know.
We're very short on time. I'm sorry—
Je sais bien.
Il reste très peu de temps. Je suis désolé...
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-02-06 16:09
We're fairly good on time, so you're okay to go a little longer.
Nous maintenons assez bien l'allure. Je vous autorise donc à poursuivre un peu plus longtemps.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Okay. Thank you, Wayne.
I don't think they will do that, because we're in a minority. Had they, God forbid, had a majority government, I think it would be done already.
D'accord. Merci, monsieur le président.
Je ne crois pas que le gouvernement le fera, parce qu'il est minoritaire. S'il avait été majoritaire — ne parlons pas de malheur! — je pense que ce serait déjà chose faite.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-02-06 16:09
Maybe we will.
Voices: Oh, oh!
Peut-être le ferons-nous.
Des voix: Oh, oh!
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Anyway.... We have the censor-in-chief over there. I'll try to stay on his good side to keep my time.
The next question is on this limiting of the deductibility of interest. When someone lends money to a company and they collect interest on that loan, are they not taxed on that interest?
De toute façon... J'essaierai de rester du côté du censeur en chef, là-bas, pour conserver mon temps de parole.
Voyons maintenant la limite de déductibilité des intérêts. Le créancier d'une entreprise dont le prêt rapporte des intérêts n'est-il pas imposé sur ces intérêts?
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:10
They absolutely are.
Oui. Absolument.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Is it taxed as T4 income? What's the rate?
C'est imposé comme un revenu déclaré sur le feuillet T4? À quel taux?
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:10
It depends on whether it's an individual lending it or a corporation lending it.
Tout dépend si le créancier est une personne physique ou morale.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Let's say it's an individual.
Disons que c'est une personne physique.
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:10
If it's an individual lending it, they're taxed at the T4 income rate.
Il est alors imposé au taux frappant les revenus figurant sur le feuillet T4.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Okay. If you're taking away the ability of the company to write off its interest expense, or a portion of its interest expense, and then you're taxing that same interest in the hands of the lender, are the dollars not going to be double-taxed?
D'accord. Si on empêche l'entreprise de déduire ses frais d'intérêts, en tout ou en partie, et si, en plus, l'impôt frappe le prêteur pour le même montant d'intérêts, n'est-ce pas de la double imposition?
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:10
They would be. In any situation where the interest is limited, there's going to be a double-tax component. The recipient of the interest is going to pay tax at either their corporate rates or their individual rates, whatever the case may be.
C'en serait. Dans toute situation où les intérêts sont limités, il y aura un élément de double imposition. Le bénéficiaire des intérêts acquittera l'impôt soit sur le revenu de sa société, soit sur son revenu personnel, selon le cas.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Right. The borrower will be taxed on it as corporate income, and the lender will be taxed on it as personal income, presuming it's a person.
Exact. L'emprunteur sera imposé sur le revenu de l'entreprise, tandis que le prêteur le sera sur son revenu personnel, à supposer qu'il s'agisse d'une personne.
Jennifer Kim Drever
View Jennifer Kim Drever Profile
Jennifer Kim Drever
2020-02-06 16:10
When it's an individual who lends, that's correct.
C'est exact quand le prêteur est un particulier.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Right, so they could be setting up a double taxation scenario here with this proposal.
Très bien. Alors, cette proposition pourrait instaurer un mécanisme de double imposition.
Results: 1 - 60 of 4291 | Page: 1 of 72

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data