Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 46621
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-12-01 10:02 [p.10257]
Mr. Speaker, pursuant to Standing Order 36(8)(a), I have the honour to table, in both official languages, the government's response to eight petitions. These returns will be tabled in an electronic format.
Monsieur le Président, conformément à l'article 36(8)a) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles et sous forme électronique, la réponse du gouvernement à huit pétitions.
View Ken Hardie Profile
Lib. (BC)
View Ken Hardie Profile
2022-12-01 10:03 [p.10257]
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the first report of the Special Committee on the Canada–People’s Republic of China Relationship in relation to the motion adopted on Tuesday, November 29, regarding Canada and the People’s Republic of China.
The motion is as follows:
That the committee express its support for the brave and courageous Chinese protesters who are fighting for their fundamental human rights and freedoms of association and expression, and call on Beijing to respect the right to peaceful assembly and avoid a repeat of the Tiananmen Square massacre of June 5, 1989
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le premier rapport du Comité spécial sur la relation entre le Canada et la République populaire de Chine, qui porte sur la motion adoptée le mardi 29 novembre concernant les relations entre le Canada et la République populaire de Chine.
Voici la motion:
Que le comité exprime son soutien aux braves et courageux manifestants chinois qui luttent pour leurs droits fondamentaux et leurs libertés d'association et d'expression, qu'il demande à Beijing de respecter le droit de réunion pacifique et d'éviter une répétition du massacre de la place Tiananmen du 5 juin 1989.
View Peter Fonseca Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the eighth report of the Standing Committee on Finance in relation to Bill C-32, an act to implement certain provisions of the fall economic statement tabled in Parliament on November 3, 2022 and certain provisions of the budget tabled in Parliament on April 7, 2022.
I would like to thank our finance committee clerks, Alexandre Roger and Carine Grand-Jean; our legislative clerks, Philippe Méla and Jean-François Pagé; our analysts, Joëlle Malo and Michaël Lambert-Racine; our committee assistant, Lynda Gaudreault; all committee staff, interpreters and services, and all members of the finance committee for their dedication and hard work.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le huitième rapport du Comité permanent des finances relativement au projet de loi C‑32, Loi portant exécution de certaines dispositions de l'énoncé économique de l'automne déposé au Parlement le 3 novembre 2022 et de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 7 avril 2022.
J'aimerais remercier les greffiers du comité des finances, Alexandre Roger et Carine Grand-Jean; les greffiers législatifs, Philippe Méla et Jean-François Pagé; les analystes, Joëlle Malo et Michaël Lambert-Racine; l'adjointe du comité Lynda Gaudreault; le personnel du comité, les interprètes, les employés des services, ainsi que tous les membres du comité des finances de leur dévouement et de leur travail acharné.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2022-12-01 10:05 [p.10257]
moved for leave to introduce Bill C-309, An Act to amend the Bankruptcy and Insolvency Act and the Companies' Creditors Arrangement Act (public institutions).
He said: Mr. Speaker, I am certain anyone who read the Ontario auditor general's report on the financial disaster at Laurentian University understands the importance of protecting public institutions from ever being exploited through the bankruptcy protection act.
What happened at Laurentian was a debacle. We now know that this was not an accident. The administration and lawyers deliberately chose bankruptcy protection. In doing so, they trashed the careers of numerous academics, destroyed programs that took years to build up, and damaged the career trajectory of over 1,000 students. It will take years to restore the confidence there once was.
We need to ensure that the bankruptcy protection act is never used against institutions that receive public funding, whether it is hospitals, universities or health care centres. This cannot be a tactic used by right-wing governments at the provincial level to undermine public investment in key institutions, like what happened at Laurentian University.
demande à présenter le projet de loi C‑309, Loi modifiant la Loi sur la faillite et l’insolvabilité et la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (institutions publiques).
— Monsieur le Président, je suis convaincu que quiconque a lu le rapport de la vérificatrice générale de l'Ontario sur le désastre financier de l'Université Laurentienne comprend l'importance de protéger les institutions publiques contre toute exploitation en vertu de la loi sur la protection contre la faillite.
Ce qui s'est passé à l'Université Laurentienne est un fiasco. Nous savons maintenant que ce n'était pas un accident. L'administration et les avocats ont délibérément choisi de placer l'université sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. Ce faisant, ils ont anéanti la carrière de nombreux universitaires, détruit des programmes qu'on avait mis des années à développer et nui au parcours professionnel de plus de 1 000 étudiants. Il faudra des années pour rétablir la confiance.
Nous devons veiller à ce que la loi sur la protection contre la faillite ne soit jamais utilisée contre des institutions qui reçoivent des fonds publics, qu'il s'agisse d'hôpitaux, d'universités ou de centres de santé. Cela ne peut pas être une tactique utilisée par les gouvernements provinciaux de droite pour miner les investissements publics dans des institutions clés, comme ce fut le cas de l'Université Laurentienne.
View Tom Kmiec Profile
CPC (AB)
View Tom Kmiec Profile
2022-12-01 10:06 [p.10257]
Mr. Speaker, I have a petition to table on behalf of my constituents. They are asking for the Minister of Finance to suspend the federal excise tax and carbon tax for Canadians until the cost of living crisis has been resolved. They are reminding the government that we are currently at triple the Bank of Canada's targeted 2% inflation rate, and it is destroying their ability to purchase groceries and fuel and pay for home heating. They are asking for this tax to be axed.
Monsieur le Président, j'ai une pétition à déposer au nom de mes concitoyens. Ils demandent à la ministre des Finances de suspendre la perception de la taxe d’accise fédérale et de la taxe sur le carbone imposées aux Canadiens jusqu’à ce que la crise du coût de la vie soit résolue. Ils rappellent au gouvernement que le taux d'inflation est actuellement trois fois plus élevé que le taux de 2 % visé par la Banque du Canada, et que cela mine leur capacité d'acheter de l'épicerie et du carburant et de payer leur chauffage résidentiel. Ils demandent que cette taxe soit supprimée.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I am here to present a petition on behalf of many constituents in my riding of North Island—Powell River who are very concerned about the foam from marine infrastructure and its increasing pollution of Canadian beaches.
Expanded polystyrene, commonly known as styrofoam, in the marine environment is very hazardous. They are concerned that it will cause significant harm to marine life, seafood resources and ecosystems. It is incredibly difficult to clean this debris from the shores. As members know, it breaks up into very small pieces, enters the system and is very hard to get out. The petitioners are calling for action to prohibit the use of expanded polystyrene in the marine environment.
Monsieur le Président, je suis ici pour présenter une pétition au nom de nombreux habitants de ma circonscription, North Island—Powell River. La quantité de mousse de polystyrène provenant d'infrastructures maritimes, qui constitue une source croissante de pollution sur les plages du Canada, les préoccupe beaucoup.
La mousse de polystyrène, plus connue sous le nom de « styromousse », est très dangereuse pour l'environnement marin. Les signataires craignent que ce produit ne cause d’immenses dommages à la vie marine, aux fruits de mer et aux écosystèmes. Il est incroyablement difficile de nettoyer ces débris sur les rivages. Comme les députés le savent, cette mousse se désagrège en très petits morceaux qui pénètrent dans les écosystèmes et sont très difficiles à éliminer. Les pétitionnaires demandent que des mesures soient prises pour interdire l’utilisation de la mousse de polystyrène dans les milieux marins.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2022-12-01 10:08 [p.10258]
Mr. Speaker, it is an honour to table this petition on behalf of constituents from my riding of Courtenay—Alberni. The petitioners are calling on the Government of Canada to enact just transition legislation that reduces emissions by at least 60% below 2005 levels by 2030, to make significant contributions to emissions reductions in countries in the global south, and to create new public economic institutions that expand public ownership of services and utilities across the economy to implement this transition; that create good, green jobs, driving inclusive workforce development led by and including affected workers in communities and ensuring decent low-carbon work for all workers; that protect and strengthen human rights and workers' rights; that respect indigenous rights, sovereignty and knowledge by including them in the creation and implemention of this legislation; and that pay for the transition by increasing taxes on the wealthiest corporations and financing through a public national bank.
Monsieur le Président, je suis honoré de présenter cette pétition au nom des habitants de Courtenay—Alberni. Les pétitionnaires exhortent le gouvernement du Canada à adopter des mesures législatives qui amènent la réduction des émissions d'au moins 60 % sous les niveaux de 2005 d’ici 2030, et qui apportent une importante contribution à la réduction des émissions dans les pays du Sud. Ils demandent aussi la création de nouvelles institutions économiques publiques et le développement de la propriété publique des services d’utilité publique à l’échelle de l’économie afin de mettre en œuvre la transition. Les pétitionnaires veulent la création de bons emplois verts qui stimulent l'inclusion dans le monde du travail, en consultation avec les travailleurs concernés et les communautés, pour assurer des emplois convenables et à faibles émissions de carbone pour tous les travailleurs. Par ailleurs, ils exhortent le gouvernement du Canada à protéger et à renforcer les droits de la personne et des travailleurs de même qu'à respecter les droits des Autochtones, leur souveraineté et leur savoir en les intégrant dans la création et la mise en œuvre de ces mesures législatives. Finalement, les pétitionnaires demandent à ce que la transition soit financée en haussant l’impôt des plus riches et des sociétés et à ce qu'une banque publique nationale soit mise sur pied.
View Bonita Zarrillo Profile
NDP (BC)
View Bonita Zarrillo Profile
2022-12-01 10:09 [p.10258]
Mr. Speaker, as we head into December 3, the International Day of Persons with Disabilities, I find myself again in the House advocating for the reduction of poverty among persons who live with disabilities.
Today I am tabling a petition on behalf of the constituents of Port Moody—Coquitlam, Anmore and Belcarra, to ask the government to finally lift people with disabilities out of poverty. Over a million people in Canada with disabilities live in poverty, and that needs to end. The petitioners are asking the government to end the current practice of legislated poverty of Canadians living with disabilities and establish a federal disability benefit that upholds human rights, the Convention on the Rights of Persons with Disabilities and sustainable development goal number one: no poverty under the Canada disability benefit act. I close by saying that this is possible immediately.
Monsieur le Président, à l’approche du 3 décembre, Journée internationale des personnes handicapées, je me retrouve encore une fois à prendre la parole devant la Chambre pour réclamer des mesures de réduction de la pauvreté parmi les personnes handicapées.
Je présente aujourd’hui une pétition au nom des électeurs de Port Moody—Coquitlam, d’Anmore et de Belcarra, qui demandent au gouvernement de sortir enfin les personnes handicapées de la pauvreté. Plus d’un million de personnes handicapées au Canada vivent dans la pauvreté. Il faut que ça cesse. Les pétitionnaires demandent au gouvernement de mettre fin au phénomène de la pauvreté engendrée par les lois pour les Canadiens vivant avec un handicap et d’établir une prestation d’invalidité fédérale qui respecte les droits de la personne, la Convention relative aux droits des personnes handicapées et le premier objectif du développement durable: éliminer la pauvreté en vertu de la Loi sur la prestation canadienne pour les personnes handicapées. Je termine en disant que c’est possible immédiatement.
View Mike Morrice Profile
GP (ON)
View Mike Morrice Profile
2022-12-01 10:10 [p.10258]
Mr. Speaker, I am proud this morning to rise on behalf of over 2,000 petitioners who recognize that housing affordability and homelessness are twin national crises. They note that private corporations and real estate investment trusts are rapidly buying up affordable units across the country and raising rents, and that this financialization of the housing market is inflating real estate prices. They are calling on the Government of Canada to implement a suite of eight different measures that would address this root cause of the housing crisis that we are in, including creating regulations for real estate investment trusts, putting in place a national standard for rent control and providing funding for non-profit and co-op housing.
Monsieur le Président, je suis fier de prendre la parole ce matin au nom de plus de 2 000 pétitionnaires qui reconnaissent que l’abordabilité des logements et l’itinérance sont deux crises nationales. Ils nous signalent que des entreprises privées et des sociétés de placement immobilier achètent rapidement des logements abordables partout au pays et augmentent les loyers. Cette financiarisation du marché du logement fait grimper les prix de l’immobilier. Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada d’adopter une série de huit mesures différentes qui s’attaqueraient à la cause profonde de la crise du logement, dont l’adoption de règlements pour les sociétés de placement immobilier, la mise en place d’une norme nationale de contrôle des loyers et le financement des logements coopératifs et sans but lucratif.
View Churence Rogers Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, I want to present this petition on behalf of single seniors in Bonavista—Burin—Trinity and across the country. They are asking for an adjustment to Canada's tax laws that would allow them the same opportunities and advantages as senior couples. Many opportunities in the tax laws, such as splitting income, for example, give senior couples a major advantage over single seniors. The petitioners are asking for fairness in the tax system.
Monsieur le Président, je présente cette pétition au nom des personnes âgées vivant seules de Bonavista—Burin—Trinity et de partout au pays. Ils demandent que les lois fiscales du Canada soient modifiées pour qu’ils puissent bénéficier des mêmes possibilités et avantages que les couples de personnes âgées. De nombreuses possibilités prévues dans les lois fiscales, comme le fractionnement du revenu, donnent aux couples de personnes âgées un avantage important par rapport aux personnes âgées vivant seules. Les pétitionnaires veulent que le régime fiscal soit équitable.
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2022-12-01 10:12 [p.10258]
Mr. Speaker, the first petition I am presenting is from Canadians from across the country who are concerned about the Liberal Party of Canada's promise in their last election platform to revoke the charitable status of pro-life organizations, such as pregnancy care centres, which counsel women and save countless lives every year.
Revoking the charitable status of pro-life organizations is the first step to the politicization of charitable status in Canada. This would mean that churches, summer camps and other great organizations, like the Mustard Seed in Calgary, may have their charitable status put at risk. Therefore, the folks who have signed this petition are calling on the Government of Canada and this Parliament to protect the charitable status of pro-life organizations and to ensure that charitable status is not politicized.
Monsieur le Président, la première pétition que je présente est signée par des Canadiens de partout au pays qui s’inquiètent de la promesse faite par le Parti libéral du Canada dans son dernier programme électoral de révoquer le statut d’organisme de bienfaisance des organisations pro-vie, dont les centres d’aide à la grossesse, qui conseillent les femmes et sauvent un nombre incalculable de vies chaque année.
La révocation du statut d’organisme de bienfaisance des organisations pro-vie est la première étape vers la politisation du statut d’organisme de bienfaisance au Canada. Ainsi, les églises, les colonies de vacances et d’autres grandes organisations, comme Mustard Seed, à Calgary, pourraient voir leur statut d’organisme de bienfaisance compromis. Les pétitionnaires demandent donc au gouvernement du Canada et au Parlement de protéger le statut d’organisme de bienfaisance des organisations pro-vie et de veiller à ce que ce statut ne soit pas politisé.
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2022-12-01 10:16 [p.10258]
Mr. Speaker, the next petition I have to present is from Canadians from across Canada. They are concerned about the fact that Canada is the only G6 nation that prohibits the use of a health and safety device.
Given the highly damaging noise levels that come from firearm use, these folks are calling on the Government of Canada to allow these sound moderators. These are universally recognized health and safety devices that are criminally prohibited in Canada. The petitioners would note that sound moderators reduce noise pollution near shooting ranges in rural and farming communities and in areas used for recreational activities. The use of sound moderators facilitate increased humane husbandry of game animals, livestock and pets that are hunting companions. The hearing damage that does happen from these firearms is significant for many and is a public health issue costing Canadian taxpayers millions of dollars annually.
The petitioners are calling on the Government of Canada to empower Canadians to be responsible for their own health and safety by removing the prohibition on sound moderators here in Canada, and allowing the legal acquisition and possession of sound moderators in Canada. They call on the provinces and territories to amend provincial and territorial prohibitions as well.
Monsieur le Président, la prochaine pétition que j'ai à présenter est signée par des Canadiens de tous les pays préoccupés par le fait que le Canada est le seul pays du G6 à interdire l'usage d'un dispositif pour protéger la santé et la sécurité.
Compte tenu des niveaux de bruit préjudiciables associés à l'utilisation des armes à feu, les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada d'autoriser l'utilisation de silencieux. Le silencieux est un dispositif universellement reconnu sur le plan de la santé et de la sécurité, mais sa possession peut entraîner des poursuites criminelles au Canada. Les pétitionnaires soulignent que les silencieux réduisent la pollution sonore près des champs de tir dans les collectivités agricoles et rurales et dans les zones de loisirs. L'utilisation de silencieux favorise grandement l'élevage sans cruauté du gibier, du bétail et des animaux familiers comme compagnons de chasse. Les armes à feu causent des dommages auditifs importants à plusieurs personnes, et il s'agit d'un problème de santé publique qui coûte aux contribuables canadiens des millions de dollars annuellement.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada de traiter les Canadiens comme des personnes responsables de leur propre santé et sécurité en supprimant l'interdiction des silencieux au Canada et en permettant l'acquisition et la possession de silencieux au Canada. Ils demandent aux provinces et aux territoires de modifier aussi les interdictions dans ce domaine.
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2022-12-01 10:16 [p.10259]
Mr. Speaker, the next petition I have to present comes from Canadians from across the country who are still concerned about the imposition of COVID-19 mandates.
They continue to talk about the restrictions that they have at the border. They are calling on the Government of Canada to work with the United States to increase cross-border travel. They are also calling on the Prime Minister to quit politicizing the use of vaccines and insulting Canadians who disagree with him. They are also calling on the government to protect the sacred duty of the Government of Canada to guard against discrimination and guarantee the freedoms of all Canadians.
Therefore, the folks who have signed this petition are calling on the Government of Canada to immediately end all vaccine mandates for truckers and travellers, and they call for a complete and total end, not just a suspension, of these mandates.
Monsieur le Président, la prochaine pétition que je dois présenter provient de Canadiens de partout au pays qui sont toujours préoccupés par l'imposition de restrictions liées à la COVID-19.
Ils continuent de parler des restrictions qu'on leur impose à la frontière. Ils demandent au gouvernement du Canada de collaborer avec les États-Unis pour augmenter le nombre de déplacements transfrontaliers. Ils demandent également au premier ministre d'arrêter de politiser l'utilisation des vaccins et d'insulter les Canadiens qui ne sont pas d'accord avec lui. Ils lui demandent en outre de préserver le devoir sacré qu'a le gouvernement du Canada de lutter contre la discrimination et de protéger les libertés de l’ensemble des Canadiens.
C'est pourquoi les gens qui ont signé cette pétition demandent au gouvernement du Canada de mettre immédiatement fin à toutes les obligations vaccinales qui visent les camionneurs et les voyageurs et qu'ils réclament la fin, et non seulement la suspension, de toutes les obligations et les restrictions liées à la COVID-19.
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2022-12-01 10:16 [p.10259]
Mr. Speaker, the final petition I have to present today is from Canadians from across the country who are concerned about the recent announcements around changes to the chaplaincy service in the Canadian Armed Forces.
Folks note that there have been reports of slander even in the mainstream Canadian media against religious communities. The folks who have signed these petitions are calling on the Canadian Armed Forces to reject the recommendations in the final report of the Minister of National Defence's advisory panel, and they are calling on the Canadian government to affirm the rights of all Canadians, including Canadians in the armed forces, to chaplaincy and to freedom of religion.
Monsieur le Président, la dernière pétition que je présente aujourd’hui a été signée par des Canadiens de partout au pays qui sont préoccupés par les annonces récentes concernant les changements apportés au service d’aumônerie des Forces armées canadiennes.
Certaines personnes font état de diffamation, même dans les médias traditionnels canadiens, contre des communautés religieuses. Les signataires de ces pétitions demandent aux Forces armées canadiennes de rejeter les recommandations du rapport final du Groupe consultatif de la ministre de la Défense nationale et demandent au gouvernement canadien d’affirmer le droit de tous les Canadiens, y compris les aumôniers des Forces armées canadiennes, à la liberté de religion.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it is a pleasure to rise today. I have a number of petitions to present to the House.
The first petition comes from Canadians living with disabilities who have a number of asks regarding policies within the ambit of the federal government and Parliament that relate to Canadians with disabilities.
The petitioners note that inflation has increased the cost of living and is having the greatest impact on Canadians with fixed incomes, including Canadians living with disabilities. They note disturbing reports of people accessing euthanasia in Canada due to a lack of access to care and support. They also note that Canada's leading disability advocacy organizations had warned that Bill C-7 would threaten the lives and security of Canadians living with disabilities and that a choice to access euthanasia can never be truly free if those who suffer do not have access to the support they require.
The petitioners urge the House of Commons to pass Bill C-22, ensuring that the new Canada disability benefit is accessible to all Canadians who live with disabilities and does not take away existing benefits. They also ask for us to repeal Bill C-7 so that Canadians who live with disabilities are not coerced into accepting euthanasia because they do not have access to adequate support.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd’hui. J’ai plusieurs pétitions à présenter à la Chambre.
La première vient de Canadiens en situation de handicap qui ont un certain nombre de demandes concernant les politiques qui sont du ressort du gouvernement fédéral et du Parlement et qui concernent les Canadiens en situation de handicap.
Les pétitionnaires soulignent que l’inflation a fait grimper le coût de la vie et qu’elle touche en particulier les Canadiens ayant un revenu fixe, dont les Canadiens en situation de handicap. Les pétitionnaires signalent des cas troublants de personnes qui ont eu recours à l’euthanasie au Canada en raison d’un manque d’accès à des soins et à du soutien. Ils ajoutent que les principaux organismes canadiens de défense des droits des personnes handicapées ont signalé que le projet de loi C‑7 menacerait la vie et la sécurité des Canadiens en situation de handicap et que le choix d’avoir accès à l’euthanasie ne peut jamais être un choix véritablement libre si les personnes qui souffrent n’ont pas accès au soutien dont elles ont besoin.
Les pétitionnaires exhortent la Chambre des communes à adopter le projet de loi C‑22, afin que tous les Canadiens en situation de handicap soient admissibles à la nouvelle prestation canadienne pour les personnes handicapées, et à ne pas supprimer les prestations existantes. Ils nous demandent aussi d’annuler le projet de loi C‑7 afin que les Canadiens en situation de handicap ne soient pas forcés d’accepter l’euthanasie parce qu'ils n'ont pas accès à un soutien adéquat.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, the next petition is about Bill C-11, a bill currently before the Senate. The government has now admitted that it is seeking to give itself the power to regulate social media algorithms. The petitioners are opposed to that bill. They call on the Government of Canada to respect Canadians' fundamental right to freedom of expression and call on the government to prevent Internet censorship in Canada.
Monsieur le Président, la prochaine pétition porte sur le projet de loi C‑11, dont le Sénat est saisi en ce moment. Le gouvernement a maintenant admis qu'il cherche à se donner le pouvoir de réglementer les algorithmes des médias sociaux. Les pétitionnaires s'opposent à ce projet de loi. Ils demandent au gouvernement du Canada de respecter le droit fondamental des Canadiens à la liberté d'expression et d'empêcher la censure sur Internet au Canada.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, the next petition I am tabling deals with the case of the ongoing arbitrary detention in China of Huseyin Celil, a Canadian citizen of Uighur origin. Mr. Celil is a Canadian Uighur rights activist. He was originally detained in Uzbekistan for supporting the political and religious rights of Uighurs and was then illegally rendered to China. The Chinese government continues to deny his Canadian citizenship.
The petitioners note that they were pleased to see the release of the two Michaels, and they want to see the government as actively engaged on the case for Huseyin Celil as it was on those two previous cases.
The petitioners ask the Government of Canada to demand that the Chinese government recognize Mr. Celil's Canadian citizenship and provide him with consular and legal services in accordance with international law; to formally state that the release of Mr. Celil from Chinese detainment and his return to Canada is a priority of equal concern as the release of Michael Kovrig and Michael Spavor from unjust detention; to appoint a special envoy to work on securing Mr. Celil's release; and to seek the assistance of the Biden administration and other allies around the world in obtaining Mr. Celil's release, as done with the two Michaels.
Monsieur le Président, la prochaine pétition que je présente porte sur la détention arbitraire de Huseyin Celil, un citoyen canadien d'origine ouïghoure, qui se poursuit toujours en Chine. M. Celil est un défenseur canadien des droits des Ouïghours. Il a d'abord été détenu en Ouzbékistan pour avoir appuyé les droits politiques et religieux des Ouïghours, puis transféré illégalement en Chine. Le gouvernement chinois refuse toujours de reconnaître sa citoyenneté canadienne.
Les pétitionnaires soulignent qu'ils se sont réjouis de la libération des deux Michael, mais qu'ils veulent que le gouvernement se batte aussi intensément pour la libération de M. Celil que pour celle de ces deux hommes.
Les pétitionnaires demandent que le gouvernement du Canada exige que le gouvernement chinois reconnaisse la citoyenneté canadienne de M. Celil et lui fournisse des services consulaires et juridiques, conformément au droit international; qu'il déclare officiellement que la libération de M. Celil et son retour au Canada sont des priorités pour le gouvernement canadien au même titre que l'était la détention injuste de Michael Kovrig et de Michael Spavor; qu'il nomme un envoyé spécial chargé d'obtenir la libération de M. Celil; et qu'il demande l'aide du gouvernement Biden et d'autres alliés dans le monde pour obtenir la libération de M. Celil, comme il l'a fait pour les deux Michael.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, the next petition deals with a proposal in the Liberals' 2021 election platform to politicize charitable status and make charitable status determinations not on the basis of the work that organizations do but on the basis of what their convictions happen to be with respect to the pro-life question. The proposal to exclude organizations with pro-life convictions from accessing charitable status could put at risk the charitable status of worthy organizations such as hospitals, houses of worship, schools, homeless shelters and other charitable organizations that happen not to agree with the Liberals on that particular issue.
The petitioners note that the imposition of a values test associated with charitable status, similar to the one imposed on the Canada summer jobs program, would effectively involve meting out charitable status on the basis of the political or private religious convictions of different organizations, which goes against the core principles of the Charter of Rights.
The petitioners therefore call on the House of Commons to protect and preserve the application of charitable status rules on a politically and ideologically neutral basis, without discrimination on the basis of those opinions and without the imposition of another values test. They also ask us to affirm the right of all Canadians to freedom of expression.
Monsieur le Président, la prochaine pétition porte sur le fait que, dans leur plateforme électorale de 2021, les libéraux proposent de politiser le statut d'organisme de bienfaisance et de fonder l'octroi de ce statut non pas sur le travail qu'accomplit l'organisme, mais sur ses convictions à l'égard de l'avortement. Selon cette proposition, des organismes pro-vie ne pourraient pas avoir le statut d'organisme de bienfaisance. Cela pourrait mettre en péril le statut d’organisme de bienfaisance d'entités louables telles que des hôpitaux, des lieux de culte, des écoles, des refuges pour sans-abri et d’autres organismes de bienfaisance qui ne sont pas du même avis que le Parti libéral sur ce point.
Les pétitionnaires soulignent que le recours à un critère de valeurs, comme cela s'est déjà fait dans le cadre du programme Emplois d'Été Canada, signifierait que l'octroi du statut d'organisme de bienfaisance dépendrait des convictions politiques ou des valeurs religieuses privées des organismes, ce qui irait à l'encontre des principes fondamentaux de la Charte des droits.
Par conséquent, les pétitionnaires demandent à la Chambre des communes de protéger et de préserver l’application des règles concernant le statut d’organisme de bienfaisance en toute neutralité sur le plan politique et idéologique, sans discrimination fondée sur les opinions dans ces domaines et sans l’imposition d’un nouveau critère des valeurs. Ils nous demandent aussi d'affirmer le droit de tous les Canadiens à la liberté d’expression.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I would like to table a petition in support of Bill S-223, a bill that would make it a criminal offence for a person to go abroad and receive an organ taken without consent. This bill also has a provision whereby someone could be deemed inadmissible to Canada if they are involved in forced organ harvesting and trafficking.
This bill has been before Parliament in various forms for the last 15 years, and the petitioners call on the Parliament of Canada to move quickly on this proposed legislation to support it. They are hopeful that this Parliament will be the one that finally gets it passed into law.
Monsieur le Président, j'aimerais présenter une pétition à l'appui du projet de loi S-223, qui érigerait en infraction criminelle le fait de se rendre à l'étranger pour recevoir un organe prélevé sans le consentement du donneur. Le projet de loi prévoit aussi une disposition visant à interdire de territoire toute personne impliquée dans le prélèvement forcé et le trafic d'organes.
Ce projet de loi a été présenté à la Chambre sous différentes formes depuis près de 15 ans. Les pétitionnaires demandent au Parlement du Canada d'agir rapidement pour appuyer cette mesure législative. Ils espèrent qu'elle sera enfin adoptée au cours de la présente législature.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I am afraid the member only has 20 seconds left. That is not enough to go through another petition, so we will stop here. I am sure the hon. member will have his petition ready for tomorrow, or the next time we have petitions. We look forward to it.
The hon. parliamentary secretary to the government House leader.
Je crains qu'il ne reste que 20 secondes au député. Comme c'est insuffisant pour présenter une autre pétition, nous nous arrêterons ici. Je suis certain que le député sera prêt à présenter sa pétition demain, ou la prochaine fois que les pétitions seront à l'ordre du jour. Nous avons hâte de l'entendre.
Le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre a la parole.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2022-12-01 10:21 [p.10260]
Mr. Speaker, I ask that all questions be allowed to stand.
Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Is that agreed?
Some hon. members: Agreed.
D'accord?
Des voix: D'accord.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I am now ready to rule on the point of order raised on October 4, 2022, by the parliamentary secretary to the government House leader regarding Bill C-285, an act to amend the Canadian Human Rights Act, the Canada Labour Code and the Employment Insurance Act.
In my statement of September 26, 2022, concerning Private Members’ Business, I expressed concern about Bill C-285, which stands in the name of the member for Niagara West. At the time, I encouraged members who wished to present their views on the need for the bill to be accompanied by a royal recommendation to do so.
When he rose in the House, the parliamentary secretary to the government House leader explained that Bill C-285 would provide an exception for claimants to receive employment insurance benefits if they lose their job for the sole reason that they made certain decisions about their health. In his view, this amendment to the act would therefore authorize employment insurance benefits in a manner and for purposes not currently permitted by the act.
As noted in House of Commons Procedure and Practice, third edition, on page 838, “Without a royal recommendation, a bill that either increases the amount of an appropriation or extends its objects, purposes, conditions and qualifications is inadmissible on the grounds that it infringes on the Crown’s financial initiative.”
Clause 7 of the bill adds section 35.1 to the Employment Insurance Act. It creates an exemption to the grounds for disqualifying or disentitling a claimant from receiving employment insurance benefits that are listed in sections 30 to 33 of the act by providing that no claimant is disqualified or disentitled from receiving benefits if they lost their employment for the sole reason that they made certain decisions about their health.
The Chair is of the view that the bill imposes a new charge on the public treasury and infringes on the financial prerogative of the Crown. As a result, the Chair finds that the bill must be accompanied by a royal recommendation if it is to receive a final vote in the House at third reading.
For now, the next time the House takes up the bill, it will begin debate on the second reading motion, and this motion can be put to a vote at the conclusion of that debate.
I thank the members for their attention.
Je suis maintenant prêt à me prononcer sur le rappel au Règlement soulevé le 4 octobre 2022 par le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre concernant le projet de loi C‑285, Loi modifiant la Loi canadienne sur les droits de la personne, le Code canadien du travail et la Loi sur l’assurance-emploi.
Lors de ma déclaration du 26 septembre 2022 relative aux affaires émanant des députés, j'évoquais ma préoccupation au sujet du projet de loi C‑285, inscrit au nom du député de Niagara-Ouest. J'ai alors invité les députés qui le souhaitaient à me présenter des observations sur la nécessité que ce projet de loi soit accompagné ou non d'une recommandation royale.
Lors de son intervention, le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre a soutenu que le projet de loi C‑285 fournirait une exemption aux prestataires pour qu’ils reçoivent des prestations d’assurance-emploi s’ils perdent leur emploi du seul fait qu’ils ont pris certaines décisions concernant leur santé. Cette modification à la Loi autoriserait donc des prestations d’assurance-emploi d’une manière et à des fins qui ne sont pas présentement permises par la loi.
Comme il est indiqué dans La procédure et les usages de la Chambre des communes, troisième édition, à la page 838, et je cite: « Sans recommandation royale, un projet de loi qui augmente le montant du prélèvement ou qui en élargit l’objet, les fins, les conditions ou les réserves est irrecevable du fait qu’il empiète sur l’initiative financière de la Couronne. »
L'article 7 du projet de loi ajoute l'article 35.1 à la Loi sur l'assurance-emploi. Il crée une exemption aux motifs d'exclusion et d'inadmissibilité aux prestations d'assurance-emploi énumérés aux articles 30 à 33 de la Loi en prévoyant qu'aucun prestataire ne serait exclu du bénéfice des allocations, ni admissible s'il a perdu son emploi du seul fait qu'il a pris certaines décisions concernant sa santé.
La présidence est d’avis que le projet de loi impose une nouvelle charge fiscale et empiète sur la prérogative de la Couronne en matière financière. Par conséquent, elle conclut que le projet de loi doit être accompagné d’une recommandation royale pour faire l’objet d’un vote final à la Chambre en troisième lecture.
En attendant, la prochaine fois que la Chambre sera saisie du projet de loi, elle entreprendra le débat sur la motion de deuxième lecture et la motion pourra être mise aux voix au terme de ce débat.
Je remercie les députés de leur attention.
View Marco Mendicino Profile
Lib. (ON)
moved that Bill C-26, An Act respecting cyber security, amending the Telecommunications Act and making consequential amendments to other Acts, be read the second time and referred to a committee.
He said: Mr. Speaker, it is an honour to help kick off second reading debate of Bill C-26, an act respecting cybersecurity. I know this chamber has been anxiously awaiting the chance to advance discourse on this important legislation.
I will begin by saying that cybersecurity is national security. We need to make sure that our defences meet all of the challenges that are reflected today, and we need to make sure that both the public sector and the private sector are able to better protect themselves against malicious cyber-activity, including cyber-attacks. It is about defending Canada and the critical infrastructure we rely on, and we know that this will not be the last we hear of this issue.
What we decide now in the cybersecurity realm will help us form a launching pad for the way forward, because we know that our actions in the cybersphere are always a work in progress. We know that meeting the moment means that our actions must continually, effectively and safely provide a foundation for the way Canadians thrive in the 21st century.
Being online and connected is essential to all Canadians. Now, more than ever, Canadians rely on the Internet for their daily lives. It is about more than just conducting business and paying bills. It is also about staying in touch and connected with loved one from coast to coast to coast and indeed around the world. Our critical infrastructure is becoming increasingly interconnected, interdependent and integrated with cyber systems, particularly with the emergency of new technologies such as 5G, which will operate at significantly higher speeds and will provide greater versatility, capability and complexity than previous generations.
These technologies certainly create significant economic benefits and opportunities, but they also bring with them new security vulnerabilities that some may be tempted to prey on.
The COVID-19 pandemic showed how important it is for Canadians to have secure and reliable connectivity. The government is determined to boost security for Canada's cyberfuture.
We also know about the inherent threats to our safety and security. Cyber-threats remain a significant national and economic security issue that can threaten that safety. The Canadian centre for cybersecurity's “National Cyber Threat Assessment 2023-2024” found this:
State-sponsored and financially motivated cyber threat activity is increasingly likely to affect Canadians....
Cybercriminals exploit critical infrastructure because downtime can be harmful to their industrial processes and the customers they serve. State-sponsored actors target critical infrastructure to collect information through espionage, to pre-position in case of future hostilities, and as a form of power projection and intimidation.
These activities will not cease. Malicious actors could take advantage of increased connectivity to trigger malicious events that could also potentially have severe effects on our public safety and national security.
Large corporations and critical infrastructure providers are targeted by actors probing for vulnerabilities and opportunities for penetration, theft and ransomware attacks.
Like its allies, Canada has made efforts to address these vulnerabilities and to ensure the security of Canadians and Canadian businesses.
Canada has long recognized the importance of securing our cyber systems. In 2013, Canada established a collaborative risk mitigation framework, the Communications Security Establishment's security review program. This program has helped to mitigate risks stemming from designated equipment and services under consideration for use in Canadian 3G, 4G and LTE telecommunications networks.
Furthermore, consultations with Canadians in 2016 informed the 2018 national cybersecurity strategy. This strategy established a framework to guide the Government of Canada in helping to protect citizens and businesses from cyber-threats and to take advantage of the economic opportunities afforded by digital technology.
In 2019, the government paid $144.9 million to develop a framework for the protection of critical cyber systems.
In 2021, the government completed its interdepartmental review of 5G telecommunications security. The findings included a recommendation to work with the industry on moving forward with the current risk mitigation framework for the products and services intended for Canadian telecommunications networks.
All this work done over many years to address these known problems and to improve Canada's cybersecurity posture, including with 5G technology, brings us to the bill before us today.
The objectives of Bill C-26 are twofold. One, it proposes to amend the Telecommunications Act to add security, expressly as a policy objective. This would bring the telecommunications sector in line with other critical infrastructure sectors.
The changes to the legislation would authorize the Governor in Council and the Minister of Innovation, Science and Industry to establish and implement, after consulting with the stakeholders, the policy statement entitled “Securing Canada’s Telecommunications System”, which I announced on May19, 2022, together with my colleague, the Minister of Innovation, Science and Industry.
As we announced at the time, the intent is to prohibit the use of products and services by two high-risk suppliers and their affiliates. This would allow the government, when necessary, to prohibit Canadian telecommunications service providers from using products or services from high-risk suppliers, meaning these risks would not be passed on to users. It would allow the government to take security-related measures, much like other federal regulators do in their respective critical infrastructure sectors.
The second part of Bill C-26 introduces the new critical cyber systems protection act, or CCSPA. This new act would require designated operators in the federally regulated sectors of finance, telecommunications, energy and transportation to protect their critical cyber systems. To this end, designated operators would be obligated to establish a cybersecurity program, mitigate supply chain third party services or product risks, report cybersecurity incidents to the cyber centre and, finally, implement cybersecurity directions.
It would include the ability to take action on other vulnerabilities, such as human error or storms that can cause a risk of outages to these critical services. Once implemented, it would support organizations' abilities to prevent and recover from a wide range of malicious cyber-activities, including cyber-attacks, electronic espionage and ransomware.
The rollout of 5G technology in Canada is well under way. This technology will allow Canadians to move more data faster. It will bring benefits for Canadians and our economy, but with these benefits comes increased risk. Canada's updated framework, established in part 1, aligns with actions taken by our Five Eyes partners, particularly in the United Kingdom. I will add that I recently met with our counterparts in Washington, D.C., not too long ago.
It would allow Canada to take action against threats to the security of our telecommunications sector if necessary. Legislative measures would provide the government with a clear and explicit legal authority to prohibit Canadian telecommunications service providers from using products and services from high-risk suppliers, such as Huawei and ZTE, if required and after consultation.
Once these amendments receive royal assent, the government will be in a position to apply these new order-making powers to the Telecommunications Act.
The CCSPA established in part 2 is also consistent with critical infrastructure cybersecurity legislation established by our Five Eyes partners and would provide a consistent cross-sectoral approach to cybersecurity for Canadian critical infrastructure.
Designated operators would be required to protect their critical cyber systems through the establishment of a cybersecurity program and to mitigate any cybersecurity risks associated with supply chain or third party products and services.
Cyber-incidents involve a certain threshold that would be required to be reported, and legislation would give the government a new tool to compel action, if necessary, in response to cybersecurity threats or vulnerabilities. Both parts 1 and 2 of Bill C-26 are required to ensure the cybersecurity of Canada's federally regulated critical infrastructure and, in turn, protect Canadians and Canadian businesses.
Overall, Bill C-26 demonstrates the government's commitment to increasing the cybersecurity baseline across Canada and to help ensure the national security and public safety of all Canadians.
Cybersecurity is also essential in the context of our economic recovery after the COVID‑19 pandemic. In our increasingly connected world, we must implement the measures required to guarantee the security of our data and ensure that data is not exploited by actors, state-sponsored or not, who constantly seek to exploit our systems.
Recovery from cybersecurity incidents is both costly and time-consuming. Accordingly, when it comes to improving cybersecurity, the interests of government and private industry are aligned. Nevertheless, an administrative monetary penalty scheme and offence provisions would be established within both parts of the bill to promote compliance with orders and regulations, where necessary.
All of the actions I highlighted today form a key part of our ongoing commitment to invest in cybersecurity, including to protect Canadians from cybercrime and to help defend critical private sector systems. Like our allies, Canada has been working to address these vulnerabilities to keep Canadians and Canadian businesses safe. However, we have to be sure that we are ready for the threats that lie on the landscape.
For example, unlike laws governing other critical infrastructure sectors, the Telecommunications Act does not include any official legislative authority to advance the security of Canada's telecommunications system. Despite the existence of multiple programs and platforms enabling public and private collaboration in the telecommunications sector, participation is voluntary.
In addition, across Canada's highly interconnected and interdependent critical infrastructure sectors, there are varying levels of cybersecurity preparedness and no requirement to share information on cyber-incidents currently. Moreover, the government has no legal mechanism to compel action to protect these systems at this time. These are important gaps that the legislation introduced today seeks to address. That is why the government is establishing a strong and modern cybersecurity framework to keep pace with the evolving threats in our environment.
In short, the legislation would form the foundation for securing Canada's critical infrastructure against fast-evolving cyber-threats while spurring growth and innovation to support our economy. Cyber systems are understandably complex and increasingly interdependent with other critical infrastructure. This means the consequences of security breaches are far-reaching. It is also the reason that a consistent, cross-sectoral approach to cybersecurity is built into this legislation.
Bill C-21, which we have tabled and are now debating, would protect Canadians and the cyber systems they depend on well into the future. Significantly, this legislation can serve as a model for provinces, territories and municipalities to help secure critical infrastructure outside of federal jurisdiction. It is an essential addition to Canada's already robust arsenal, which is there to protect us and our economy against cyber-threats. It would allow us to continue taking even stronger action against threats to the security of our telecommunications sector and ensure Canada remains secure, competitive and connected.
I encourage all members to join me in supporting this landmark cybersecurity legislation, Bill C-26, today.
propose que le projet de loi C-26, Loi concernant la cybersécurité, modifiant la Loi sur les télécommunications et apportant des modifications corrélatives à d'autres lois, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Monsieur le Président, j'ai l'honneur de participer au lancement du débat en deuxième lecture du projet de loi C‑26, loi concernant la cybersécurité. Je sais que la Chambre attendait avec impatience l'occasion de poursuivre les discussions sur cette importante mesure législative.
D'entrée de jeu, je rappelle que la cybersécurité constitue un enjeu de sécurité nationale. Nous devons nous assurer que les mesures de protection que nous mettons en place permettent de relever tous les défis qui se présentent aujourd'hui. Nous devons également veiller à ce que les secteurs public et privé puissent mieux se protéger contre les activités malveillantes, notamment les cyberattaques. Ce projet de loi vise à protéger le Canada et l'infrastructure essentielle sur laquelle comptent les Canadiens. Il va sans dire que ce ne sera pas la dernière fois que cet enjeu reviendra sur le tapis.
Les décisions que nous prenons aujourd'hui en matière de cybersécurité nous aideront à établir les bases de notre approche pour l'avenir, parce que force est de reconnaître que les mesures que nous prenons en ce qui concerne le cyberespace sont en constante évolution. Bref, nous savons que pour relever les défis qui se présentent, nos décisions doivent toujours servir de fondement pour assurer efficacement la sécurité des Canadiens afin qu'ils puissent prospérer au XXIe siècle.
Il est essentiel pour tous les Canadiens d’être en ligne et connectés. Aujourd’hui plus que jamais, les Canadiens comptent sur Internet dans la vie de tous les jours, et ce, pas seulement pour faire des affaires et payer des factures. C’est aussi pour rester en contact avec nos êtres chers d’un océan à l’autre et, en fait, dans le monde entier. Nos infrastructures essentielles sont de plus en plus interconnectées, interdépendantes et intégrées aux cybersystèmes, en particulier avec l’émergence de nouvelles technologies comme la 5G, qui fonctionnera à des vitesses beaucoup plus élevées et favorisera une polyvalence, une capacité et une complexité accrues par rapport aux générations précédentes.
Certes, la technologie présente d'importants avantages et débouchés économiques, mais elle entraîne à sa suite de nouvelles vulnérabilités sur le plan de la sécurité qu'il peut être tentant d'exploiter de façon malveillante.
La pandémie de la COVID‑19 a illustré toute l'importance d'une connectivité sécuritaire et fiable pour les Canadiens. Le gouvernement est déterminé à stimuler la sécurité du cyberavenir du Canada.
Nous sommes aussi conscients des éléments qui représentent une menace à la sécurité. Les cybermenaces représentent encore un danger considérable pouvant porter atteinte à la sécurité nationale et économique. Dans son rapport intitulé « Évaluation des cybermenaces nationales 2023‑2024 », le Centre canadien pour la cybersécurité a conclu ceci:
Les activités de cybermenace parrainées par des États et motivées par un intérêt financier sont de plus en plus susceptibles de toucher directement les Canadiens [...]
Les cybercriminels exploitent les infrastructures essentielles, car toute interruption peut être préjudiciable pour les processus industriels et leurs clients. Les auteurs de menace parrainés par des États ciblent les infrastructures essentielles afin d'obtenir de l'information en se livrant à l'espionnage, de se prépositionner en cas d'éventuelles hostilités et de faire acte de force et d'intimidation.
Ces activités ne cesseront pas. Des acteurs malveillants pourraient exploiter la connectivité accrue pour poser des actes malveillants pouvant avoir de graves répercussions sur la sécurité publique et nationale.
Les grandes entreprises et les fournisseurs d'infrastructures essentielles sont ciblés dans la recherche de vulnérabilités et d'occasions d'infiltration, de vol et de rançon.
Comme ses alliés, le Canada a consacré des efforts pour remédier à ces vulnérabilités et pour assurer la sécurité des Canadiens et des entreprises canadiennes.
Le Canada reconnaît depuis longtemps l’importance de sécuriser ses cybersystèmes. En 2013, le Canada a établi un cadre collaboratif d’atténuation des risques, le Programme d’examen de la sécurité du Centre de la sécurité des télécommunications. Ce programme a contribué à atténuer les risques découlant de l’équipement et des services désignés que l’on envisageait d’utiliser dans les réseaux de télécommunications canadiens 3G, 4G et LTE.
De plus, des consultations menées auprès des Canadiens en 2016 ont éclairé la Stratégie nationale de cybersécurité de 2018. Cette stratégie a établi un cadre pour aider le gouvernement du Canada à protéger les citoyens et les entreprises contre les cybermenaces et à tirer parti des possibilités économiques offertes par la technologie numérique.
En 2019, le gouvernement a versé 144,9 millions de dollars pour élaborer un cadre de protection des cybersystèmes essentiels.
En 2021, le gouvernement a achevé son examen interministériel de la sécurité des télécommunications 5G. Les conclusions de ce dernier comportaient la recommandation de faire progresser, en collaboration avec l'industrie, le cadre actuel d'atténuation des risques pour les produits et les services destinés aux réseaux de télécommunication canadiens.
Tout ce travail accompli depuis de nombreuses années pour apporter des solutions à ces problèmes connus et pour améliorer la position du Canada en matière de cybersécurité, notamment avec la technologie 5G, nous mène au projet de loi d'aujourd'hui.
Le projet de loi C‑26 a deux objectifs. Premièrement, il vise à modifier la Loi sur les télécommunications afin d'ajouter expressément la promotion de la sécurité aux objectifs stratégiques, ce qui permettrait d'aligner le secteur des télécommunications sur d'autres secteurs des infrastructures essentielles.
Les modifications à la Loi autoriseraient le gouverneur en conseil et le ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie à instaurer, après consultation avec les parties prenantes concernées, et à mettre en œuvre l'énoncé de politique « Sécuriser le système de télécommunications au Canada », que j’ai annoncé le 19 mai 2022 de concert avec mon collègue le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie.
Comme nous l’avons annoncé à l’époque, il s’agissait d’interdire l’utilisation de produits et de services par deux fournisseurs à risque élevé et leurs affiliés. La Stratégie allait permettre au gouvernement, au besoin, d’interdire aux fournisseurs canadiens de services de télécommunications d’utiliser des produits ou des services de fournisseurs à risque élevé, ce qui signifie que ces risques ne seraient pas transmis aux utilisateurs. Elle allait permettre au gouvernement de prendre des mesures de sécurité, comme le font d’autres organismes de réglementation fédéraux dans leurs secteurs respectifs des infrastructures essentielles.
La deuxième partie du projet de loi C‑26 présente la nouvelle Loi sur la protection des cybersystèmes essentiels, ou LPCE. Cette nouvelle loi obligerait les exploitants désignés des secteurs sous réglementation fédérale des finances, des télécommunications, de l’énergie et des transports à protéger leurs cybersystèmes essentiels. À cette fin, les exploitants désignés seraient tenus d’établir un programme de cybersécurité, d’atténuer les risques liés aux produits ou aux services de tiers partis dans la chaîne d’approvisionnement, de signaler les incidents de cybersécurité au centre de cybersécurité et, enfin, de mettre en œuvre des directives en matière de cybersécurité.
Cette loi prévoirait la capacité de prendre des mesures à l’égard d’autres vulnérabilités, comme les erreurs humaines ou les tempêtes qui peuvent entraîner un risque d’interruption de ces services essentiels. Une fois mise en œuvre, elle aiderait les organisations à prévenir une vaste gamme de cyberactivités malveillantes, y compris les cyberattaques, l’espionnage électronique et les rançongiciels, ainsi qu'à s’en remettre.
Le déploiement de la technologie 5G au Canada va bon train. Cette technologie permettra aux Canadiens de transmettre plus de données plus rapidement. Elle sera avantageuse pour les Canadiens et pour notre économie, mais elle s’accompagnera de risques accrus. Le cadre mis à jour du Canada, établi dans la partie 1, s’harmonise avec les mesures prises par nos partenaires du Groupe des cinq, en particulier au Royaume‑Uni. J’ajouterai que j’ai récemment rencontré nos homologues à Washington D.C. il n’y a pas si longtemps.
Il permettrait au Canada de prendre des mesures contre les menaces à la sécurité de notre secteur des télécommunications, au besoin. Les mesures législatives donneraient au gouvernement le pouvoir légal clair et explicite d’interdire aux fournisseurs canadiens de services de télécommunications d’utiliser des produits et des services de fournisseurs à risque élevé, comme Huawei et ZTE, au besoin et après consultation.
Lorsque ces modifications auront reçu la sanction royale, le gouvernement sera en mesure d'appliquer ces nouveaux pouvoirs d'ordonnance à la Loi sur les télécommunications.
La Loi sur la protection des cybersystèmes essentiels prévue à la partie 2 est également conforme à la législation sur la cybersécurité des infrastructures essentielles établie par nos partenaires du Groupe des cinq et fournirait une approche intersectorielle cohérente en matière de cybersécurité des infrastructures essentielles canadiennes.
Les exploitants désignés seraient tenus de protéger leurs cybersystèmes essentiels par l’établissement d’un programme de cybersécurité et d’atténuer les risques liés à la cybersécurité qui sont associés à la chaîne d’approvisionnement ou aux produits et services provenant de tiers.
Passé un certain seuil, les cyberincidents seraient déclarés et la loi donnerait au gouvernement un nouvel outil lui permettant d’imposer des mesures, au besoin, en réponse aux menaces ou aux vulnérabilités sur le plan de la cybersécurité. Les parties 1 et 2 du projet de loi C‑26 sont nécessaires pour assurer la cybersécurité des infrastructures essentielles sous réglementation fédérale et, par conséquent, pour protéger les Canadiens et les entreprises canadiennes.
Dans l’ensemble, le projet de loi C‑26 est la démonstration de l’engagement du gouvernement à accroître le niveau de référence en matière de cybersécurité à l’échelle du pays et à contribuer à la sécurité nationale et à la sécurité publique de tous les Canadiens.
La cybersécurité s'avère aussi essentielle dans le contexte de notre reprise économique après la pandémie de la COVID‑19. Dans notre monde toujours plus connecté, nous devons prendre les mesures nécessaires pour garantir la sécurité de nos données et éviter qu'elles soient exploitées par des acteurs, que ce soit des États ou non, qui cherchent constamment à exploiter nos systèmes.
Tout rétablissement à la suite d’incidents de cybersécurité est à la fois coûteux et long. Ainsi, s’agissant d’amélioration de la cybersécurité, les intérêts du gouvernement et de l’industrie privée sont à l’unisson. Néanmoins, un régime de sanctions administratives pécuniaires et des dispositions relatives aux infractions seraient établis dans les deux parties du projet de loi afin de promouvoir le respect des ordonnances et des règlements, au besoin.
Toutes les mesures que j’ai soulignées aujourd’hui constituent un élément fondamental de notre engagement continu à investir dans la cybersécurité, notamment pour protéger les Canadiens contre la cybercriminalité et pour contribuer à la défense des systèmes essentiels du secteur privé. À l’instar de ses alliés, le Canada s’efforce de remédier à ces vulnérabilités afin d’assurer la sécurité des Canadiens et des entreprises canadiennes. Cependant, nous devons veiller à être prêts à faire face aux menaces qui planent.
Par exemple, contrairement aux lois régissant d'autres secteurs d'infrastructures essentielles, la Loi sur les télécommunications ne prévoit aucune autorité législative officielle chargée de faire progresser la sécurité du système de télécommunications du Canada. Malgré l'existence de multiples programmes et tribunes qui permettent une collaboration du public et du privé au sein du secteur des télécommunications, la participation y est volontaire.
De plus, dans l’ensemble des secteurs des infrastructures essentielles hautement interconnectés et interdépendants du Canada, les niveaux de préparation à la cybersécurité varient, et il n’est actuellement pas obligatoire d’échanger des informations sur les cyberincidents. En outre, le gouvernement ne dispose aujourd’hui d’aucun mécanisme juridique visant à contraindre l’application de mesures destinées à protéger ces systèmes. Ce sont des lacunes importantes que le projet de loi présenté aujourd’hui vise à combler. C’est pourquoi le gouvernement établit un cadre de cybersécurité solide et moderne pour suivre le rythme des menaces en constante évolution dans notre environnement.
Pour résumer, le projet de loi jetterait les bases de la protection des infrastructures essentielles du Canada contre les cybermenaces qui évoluent rapidement, tout en stimulant la croissance et l’innovation pour soutenir notre économie. Les cybersystèmes sont naturellement complexes et de plus en plus interdépendants avec d’autres infrastructures essentielles. Cela signifie que les conséquences des atteintes à la sécurité sont considérables. Voilà la raison pour laquelle le projet de loi prévoit une approche intersectorielle cohérente en matière de cybersécurité.
Le projet de loi C‑21, que nous avons déposé et dont nous débattons actuellement, protégerait les Canadiens et les cybersystèmes dont ils dépendent pendant de nombreuses années. Il convient de remarquer que ce projet de loi peut servir de modèle aux provinces, aux territoires et aux municipalités pour aider à sécuriser les infrastructures essentielles qui ne relèvent pas de la compétence fédérale. Il s’agit d’un ajout essentiel à l’arsenal déjà important du Canada, qui est destiné à nous protéger et à protéger notre économie contre les cybermenaces. Il nous permettrait de continuer à prendre des mesures encore plus vigoureuses contre les menaces à la sécurité de notre secteur des télécommunications et de veiller à ce que le Canada demeure sécuritaire, concurrentiel et branché.
J'invite tous les députés à faire comme moi et à soutenir aujourd'hui le projet de loi C‑26, un projet de loi historique en matière de cybersécurité.
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2022-12-01 10:39 [p.10263]
Mr. Speaker, I thank the Minister of Public Safety for his speech.
I have a question about the impact of this bill on Crown corporations that are considered to be critical infrastructure companies. What impact will this bill have on Crown corporations?
What are the impacts of this bill on provincial Crown corporations?
I am referring to Hydro-Québec and Manitoba Hydro, for example. What impact will this bill have on Crown corporations?
Monsieur le Président, je remercie le ministre de la Sécurité publique de son discours.
J'ai une question à propos des répercussions de ce projet de loi sur les sociétés d'État qui sont considérées comme des compagnies d'infrastructures essentielles. Quelles seront les répercussions de ce projet de loi sur les sociétés d'État?
Quel est l'impact de ce projet de loi sur les sociétés d'État provinciales?
Je parle par exemple d'Hydro-Québec et Manitoba Hydro. Quelles seront les répercussions de ce projet de loi sur ces sociétés d'État?
View Marco Mendicino Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague for her very important question.
The goal of Bill C-21 is to build a bridge, a collaborative effort between the government, critical infrastructure sectors and the private sector. We developed an approach that includes excellent lines of communication in order to effectively identify the cyber-threats to critical infrastructure that might jeopardize national security and the economy.
In answer to my colleague’s question, we will work with all federal regulators to create a system to protect all critical infrastructure sectors against all cyber-threats.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question, qui est très importante.
Le but du projet de loi C‑21 est de créer un pont, une collaboration entre le gouvernement, les secteurs d'infrastructures essentielles et le secteur privé. On a créé une approche qui inclut de très bonnes lignes de communication pour bien comprendre où sont les cybermenaces contre les infrastructures essentielles qui mettent en péril la sécurité nationale et l'économie.
En ce qui concerne la question de ma collègue, nous allons travailler avec tous les régulateurs qui relèvent du fédéral pour créer un système afin de protéger tous les secteurs d'infrastructures essentielles contre toutes les cybermenaces.
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I think we are happy to see the government finally tackle the issue of cybersecurity. I am not necessarily saying that it is too little, too late, but I can say that we have waited a long time. We applaud the idea of forcing Internet providers to adopt better practices, and to that we say kudos. We all agree on that.
However, why does the federal government always have to react rather than be proactive?
We have been talking about 5G and Huawei for years. Hydro-Québec has been fending off daily computer attacks for years. We have known for years that China has been gaining power and interfering more and more. In short, we have known for years that Canada is extremely vulnerable in terms of cybersecurity.
How is it that, in this postnational system, everything always happens reactively, not proactively?
Monsieur le Président, je pense que nous nous réjouissons de voir le gouvernement enfin s'attaquer à la question de la cybersécurité. Sans dire que c'est trop peu, trop tard, nous pouvons dire que nous avons attendu longtemps. Pour ce qui est de forcer les fournisseurs de services Internet à avoir de meilleures pratiques, nous disons bravo, nous applaudissons, nous sommes tous d'accord.
Toutefois, pourquoi faut-il toujours qu'Ottawa agisse en réaction?
Cela fait des années que nous parlons de la 5G et de Huawei. Cela fait des années qu'Hydro-Québec subit des attaques informatiques quotidiennes. Cela fait des années que nous savons qu'il y a une montée en puissance de la Chine, qui multiplie les ingérences. Bref, cela fait des années que nous savons que le Canada est extrêmement vulnérable sur le plan de la cybersécurité.
Comment se fait-il que, dans ce régime postnational, tout se fasse toujours en aval, et jamais en amont?
View Marco Mendicino Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, with all due respect for my colleague, I would like to point out that the government is always vigilant when it comes to any type of threat, including cyber-threats.
For example, in 2018, we created the national cyber security strategy. That is what I was talking about in my speech. The pillars of this strategy, which is used to respond to all risks, include resilient security systems, an innovative cyber ecosystem and Canadian leadership here and around the world.
We have taken concrete action to protect against the risks posed by certain actors that are not aligned with Canadian interests. We are now prepared to take the next step by introducing this bill to better protect our critical infrastructure. This excellent and effective measure will be implemented in collaboration with all federal regulators and the private sector.
Monsieur le Président, avec tout le respect que j'ai pour mon collègue, je souligne que le gouvernement est toujours vigilant à l'égard de toutes les menaces, y compris les menaces de cybersécurité.
Par exemple, en 2018, nous avons créé la Stratégie nationale de cybersécurité du Canada. C'est exactement ce dont j'ai parlé dans mon discours. Cette stratégie contient quelques piliers, comme la résilience des systèmes de sécurité, un cyberespace novateur et le leadership du Canada non seulement ici, au pays, mais partout au monde, et elle est utilisée pour contrer tous les risques.
Nous avons déjà entrepris des actions concrètes pour contrer les risques posés par certains acteurs qui ne sont pas alignés avec les intérêts canadiens. Nous sommes maintenant prêts à entreprendre la prochaine étape en proposant ce projet de loi pour mieux protéger nos infrastructures critiques. Cette mesure très bonne et très efficace sera mise en œuvre en collaboration avec tous les organismes de réglementation fédéraux, y compris le secteur privé.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2022-12-01 10:43 [p.10263]
Mr. Speaker, folks would find that it is pretty easy to get agreement here on the idea that there is more to do in respect of cybersecurity. Where some of us may part ways is on the extent to which the government, while increasing its power to act, has not built into the bill corresponding checks and balances on its authority. Indeed, many of the orders it would give itself the power to issue under this act are secret orders. It has exempted itself from some of the normal reporting requirements.
I want to test the minister today on his openness to amending the bill at committee to ensure that there are appropriate checks and balances commensurate with the new and quite wide-ranging powers the government is proposing to grant itself in Bill C-26.
Monsieur le Président, à peu près tout le monde ici est d'avis qu'il reste du travail à faire en matière de cybersécurité. Par contre, certains considèrent que, même s'il a accru sa capacité d'agir, le gouvernement n'a pas inclus dans le projet de loi des freins et des contrepoids proportionnels à son pouvoir. D'ailleurs, bon nombre des arrêtés que le gouvernement s'attribue le pouvoir de prendre aux termes de la loi seraient des arrêtés secrets. Il s'exempte de certaines des exigences habituelles en matière de reddition de comptes.
Je veux savoir aujourd'hui si le ministre est ouvert à des amendements au projet de loi par le comité afin d'inclure des freins et contrepoids proportionnels aux nouveaux pouvoirs à grande portée que le gouvernement propose de s'accorder au moyen du projet de loi C‑26.
View Marco Mendicino Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I look forward to collaborating with the hon. member and other parliamentarians on the debate of this important bill, including at committee stage. Without question, whenever the government takes decisive action to meet the threats posed in the realm of cybersecurity, there does need to be corresponding transparency and an articulation of the reasons we are taking that action.
He is quite right to underline that there would be new authorities contained in this bill. However, those new authorities we would propose to create are in direct response to the gaps that currently exist, as I outlined in my speech. We need to do both in lockstep: address the gaps posed on the landscape of national security in the context of cybersecurity but also be transparent about that.
I point out that there are independent bodies, for example NSICOP and NSIRA, so that where the government is taking steps that implicate national security, there can be accountability. This is the way we can achieve both objectives. It would ensure the confidence of all Canadians that this is an appropriate measure to seize the opportunities there, as well as to manage the risks manifested in our landscape.
Monsieur le Président, je suis impatient de collaborer avec le député et d’autres parlementaires dans le cadre du débat sur cet important projet de loi, notamment à l’étape de l’étude en comité. Il ne fait aucun doute que, chaque fois que le gouvernement prend des mesures décisives pour contrer les menaces dans le domaine de la cybersécurité, il doit y avoir une transparence correspondante et une explication des raisons pour lesquelles nous prenons ces mesures.
Le député a tout à fait raison de souligner que le projet de loi prévoit de nouveaux pouvoirs. Toutefois, ceux que nous proposons visent directement à combler les lacunes actuelles, comme je l’ai souligné dans mon discours. Nous devons mener deux objectifs de front, c’est-à-dire combler les lacunes en matière de sécurité nationale dans le contexte de la cybersécurité, mais aussi faire preuve de transparence à cet égard.
Je signale qu’il existe des organismes indépendants, comme le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement et l’Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement, à qui le gouvernement peut rendre des comptes pour toute mesure touchant à la sécurité nationale. C’est ainsi que nous pourrons atteindre ces deux objectifs. C’est là une façon de garantir à tous les Canadiens que cette mesure permettra de saisir les occasions qui se présentent et de gérer les risques qui pointent à l’horizon.
Results: 1 - 30 of 46621 | Page: 1 of 1555

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data