Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 537
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-25 10:06 [p.105]
Mr. Speaker, I rise today on a question of privilege concerning the disclosure of Bill C-7, an act to amend the Criminal Code regarding medical assistance in dying, which was introduced in the previous session.
In the interest of time, my hon. colleague, the member for Fundy Royal, raised this question of privilege on February 25. I would direct you to the arguments presented at pages 1518 and 1519 of the Debates.
Mr. Speaker, on March 10, you concluded that there was a prima facie breach of privilege, and the House adopted the member's motion to refer the matter to the Standing Committee on Procedure and House Affairs.
On March 12, the committee agreed to suggest dates for inviting the Clerk and the law clerk to appear so that it could begin studying the matter. The next day, the House adjourned because of the pandemic. This meant that the committee never had a chance to get back to its order of reference because of the various Liberal motions prohibiting virtual meetings on this subject. The Prime Minister then decided to shut down Parliament, ending the study before it had even started.
I am asking you to find another prima facie breach of privilege so that the House can once again examine the issue and, if it so desires, send it to the Standing Committee on Procedure and House Affairs. There are previous rulings in which a prima facie breach of privilege was found when prorogation put an end to an order of reference on a question of privilege before a committee was able to report to the House on it. More specifically, I would refer you to the ruling made by Mr. Speaker Milliken on February 6, 2004, at page 243 of the Debates of the House of Commons, when he said that, for the same reasons that he gave in a ruling he made in the previous session, the question remained a prima facie breach of privilege. He then gave the member leave to move his motion.
Another of your predecessors, the hon. member for Regina—Qu'Appelle, who we know well, also made a similar ruling on October 17, 2013, at page 66 of the Debates of the House of Commons. The same circumstances exist as in previous cases and it is appropriate to raise a prima facie question of privilege.
If you agree, Mr. Speaker, I am prepared to move the appropriate motion.
Monsieur le Président, je soulève aujourd'hui une question de privilège relativement à la fuite concernant le projet de loi C-7, Loi modifiant le Code criminel relativement à l'aide médicale à mourir, présenté à la session précédente.
Pour faire gagner du temps à la Chambre, mon collègue l'honorable député de Fundy Royal a soulevé cette question de privilège le 25 février. Je vous prie d'ailleurs de vous reporter aux arguments avancés aux pages 1518 et 1519 des Débats de la Chambre des communes.
Le 10 mars, vous avez statué, monsieur le Président, qu'il y avait atteinte au privilège fondée de prime abord et la Chambre a adopté sa motion pour soumettre la question au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre.
Le 12 mars, le Comité a accepté de proposer des dates pour la comparution du greffier en chef et du légiste, afin de commencer à étudier la question. Le lendemain, la Chambre a été ajournée en raison de la pandémie. Le Comité n'a donc jamais pu retourner à son ordre de renvoi en raison des diverses motions libérales n'autorisant pas les réunions virtuelles sur le sujet. La décision du premier ministre de fermer le Parlement a ensuite mis fin à l'étude avant même qu'elle ait commencé.
Je vous demande de conclure qu'il y a eu atteinte au privilège pour que la Chambre puisse de nouveau étudier la question et, si elle le souhaite, qu'elle la renvoie au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Il existe des décisions antérieures où une atteinte au privilège fondée de prime abord a été constatée alors qu'une prorogation a mis fin à un ordre de renvoi sur une question de privilège avant qu'un comité ait eu la possibilité de faire un rapport à la Chambre. Plus précisément, je vous renvoie à la décision rendue par M. le Président Milliken, le 6 février 2004, à la page 243 des Débats de la Chambre des communes. Il a dit que, pour les mêmes raisons que celles qu'il a données dans la décision rendue lors de la dernière session, l'affaire demeure une question de privilège fondée de prime abord. Il a ensuite invité le député à présenter sa motion.
Un autre de vos prédécesseurs, l'honorable député de Regina—Qu'Appelle, que l'on connaît bien, a aussi rendu une décision comparable le 17 octobre 2013, à la page 66 des Débats de la Chambre des communes. Comme dans les cas précédents, les mêmes circonstances existent et il est approprié de soulever une question de privilège fondée de prime abord.
Si vous êtes d'accord, monsieur le Président, je suis prêt à présenter la motion appropriée.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I thank the member for Louis-Saint-Laurent. I will take the matter into consideration and advise the House if necessary.
Je remercie le député de Louis-Saint-Laurent. Je vais prendre la question en considération et j'aviserai la Chambre si nécessaire.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-09-25 10:09 [p.105]
Mr. Speaker, I would like to inform you that I will be sharing my time with my whip, the hon. member for Salaberry—Suroît, because she told me to. Of course, I am kidding. I am pleased to be sharing my time with her.
On August 18, in the midst of a pandemic, the Prime Minister decided to prorogue Parliament for five weeks even though we urgently needed to study and adopt bills to implement all the support programs and even though committees were meeting and working hard. He did that in the midst of the pandemic in an attempt to make people forget his scandals.
The government sought exceptional powers and drastically reduced the House's role in order to respond the this historic pandemic. Even as the government was managing unprecedentedly enormous programs, the Prime Minister proved that he cannot be trusted. The WE scandal showed that he chose to favour his friends. The same thing happened in a scandal involving the chief of staff's spouse. It happened again with the Canada emergency wage subsidy: the Liberal Party chose to take advantage of the subsidy even though the law does not say it is available to political parties.
We will not stop digging and poking around, since the pandemic has revealed the Liberal Party's true nature, which has not changed since the sponsorship scandal. The Liberals' true nature is to govern while putting their own interests and their friends' interests first, which is a far cry from exemplary practices. Ethics rules appear immaterial to them, as long as they can apologize after the fact. I really think this accurately reflects the history of the federal government since the beginning of Confederation. The more things change, the more they stay the same.
This brings me to the throne speech delivered two days ago by the Queen's representative, a throwback to the Middle Ages and the rituals Canada just cannot seem to let go of. The speech included absolutely nothing that justified proroguing Parliament for over a month in the middle of a crisis. Instead, we just heard more about the same things that had been introduced in the spring.
Let us not forget the Prime Minister's decision to go on TV that night, taking over prime time airwaves, only to summarize what was in the speech, and just to maximize his media presence. His address confirmed our suspicions: It was absolutely unnecessary, but it did a heck of a good job on boosting his image. Basically, it was grandstanding and electioneering at its finest.
To come back to the Speech from the Throne, the Bloc Québécois was calling for an increase in health transfers and respect for jurisdictions. That is what the National Assembly is calling for and that is what suits Quebec. However, the Speech from the Throne provides the exact opposite of that. The centralist aspirations of the Liberal government managed to garner unanimity at the National Assembly of Quebec, where every party is against the Speech from the Throne, from the Coalition Avenir Québec government to the Parti Québécois, Québec Solidaire and even the Liberal Party. To get everyone on board like that takes special talent.
As La Presse reported, even the leader of the Liberal Party of Quebec says that respecting our jurisdictions is not negotiable. She talks about this speech as a missed opportunity to meet the needs of Quebec. That is the QLP we are talking about and every other party had the same reaction. Why is Ottawa systematically interfering in the affairs of Quebec and the provinces instead of focusing on doing its own job?
It is part of the federal government's role to help fund health care, as Quebec and the provinces are demanding. I do not know if members are familiar with John Micklethwait, the editor-in-chief of Bloomberg News, and Adrian Wooldridge, a columnist for The Economist. They just published a devastating book entitled The Wake-Up Call, in which they analyze the differences between countries in terms of how they are managing the pandemic and note the importance of having a robust public health system.
Today, we are paying the price for underfunding our health care system in recent years and decades. In Canada, this underfunding can be traced back to Ottawa, which chose to reduce health transfers in the 1990s and subsequently never corrected the situation, despite calls to do so from Canadians. That just does not generate enough votes. The underfunding has resulted in reduced services, a weakened and vulnerable health care system, and greater poverty and inequality.
Ottawa, meaning this government and those that have held power in the past 25 years, is directly responsible for our health system's precarious situation and its lack of resources to manage the pandemic.
The Prime Minister, acting straight out of a last-century British imperialism playbook, is blaming the provinces for their management of the pandemic. He wants to run things himself, even though he knows nothing about it, and then he announces wanting to bring in criminal penalties. All of this, when he was the one who perpetuated the problem by failing to adequately fund health care. Unbelievable.
The Bloc Québécois wants this government, and especially the Prime Minister, to stop trying to lecture us. He needs to stop trying to be a know-it-all, meddling in others' jurisdictions, and has to start doing his job and adequately fund health care. He needs to stop putting his party and his friends ahead of the public good as he manages the crisis by ensuring that his government programs are run ethically and above reproach.
Interestingly enough, La Presse pointed out on Wednesday that intergouvernementalisations has now replaced anticonstitutionnellement as the longest word in the French language. This is a contested topic. The adverb, meaning “unconstitutionally”, unfortunately seems to apply to the current government. I will give you an example. The Prime Minister governed unconstitutionally by interfering in Quebec's and the provinces' jurisdictions.
Now that this word has lost its status, the government should stop trying to emulate it and start respecting jurisdictions.
Monsieur le Président, je vous informe tout d'abord que je vais partager mon temps de parole avec ma whip, la députée de Salaberry—Suroît, puisqu'elle me l'a ordonné. Évidemment, je plaisante. C'est avec plaisir que je partage mon temps avec elle.
Le 18 août dernier, le premier ministre a décidé en pleine pandémie de proroger ce Parlement pour plus de cinq semaines, alors même qu'il y avait urgence d'étudier et d'adopter des projets de loi pour la suite des programmes de soutien et alors même que les comités siégeaient et travaillaient fort. Il a fait tout cela en pleine pandémie pour essayer de faire oublier ses scandales.
Pour faire face à cette pandémie historique, le gouvernement a demandé des pouvoirs exceptionnels et a réduit le rôle de la Chambre de façon drastique. Alors que ce gouvernement gérait des programmes d'une ampleur sans précédent, il s'est révélé indigne de confiance. Il a choisi de favoriser ses amis, comme l'a révélé le scandale UNIS. Il s'est passé la même chose dans le scandale du conjoint de la chef de cabinet. La même chose s'est produite avec la Subvention salariale d'urgence du Canada: le Parti libéral a choisi de s'avantager en la demandant, alors que la loi n'indique pas que les partis politiques y ont accès.
Nous allons continuer à creuser et à fouiller, parce que la pandémie a révélé la nature profonde du Parti libéral, celle du scandale des commandites. La nature profonde des libéraux est de gouverner d'abord pour leurs propres intérêts et ceux de leurs amis. C'est une nature qui est loin des pratiques exemplaires et pour laquelle les règles d'éthique sont accessoires, tant qu'il y a excuses après coup. Quand je regarde cela, je me dis que cela reflète assez bien l'histoire du gouvernement fédéral depuis le début de la Confédération. Plus cela change, plus c'est pareil.
Cela nous amène au discours du Trône d'avant-hier, lu par la représentante de la Reine, un reliquat des façons de faire du Moyen-Âge que le Canada aime tant perpétuer. Ce discours ne nous révèle absolument rien qui justifiait d'arrêter de siéger pendant plus d'un mois en pleine crise. On a plutôt entendu une mise au point de la suite de ce qui avait été entamé au printemps.
Pour maximiser sa présence médiatique, je le rappelle, le premier ministre a choisi de présenter un résumé du discours le soir même à la télévision, ayant réquisitionné du temps d'antenne à une heure de grande écoute. Son allocution a confirmé ce qu'on pensait: elle n'était absolument pas nécessaire, mais elle donnait un fichu de bon coup de pouce pour redorer son image auprès de la population. Bref, c'était un spectacle politique à visée électorale.
Pour en revenir au discours du Trône, le Bloc québécois demandait notamment une hausse des transferts en santé et le respect des champs de compétence. C'est ce que demande l'Assemblée nationale et cela répond aux besoins du Québec. Or, c'est exactement le contraire qu'on retrouve dans le discours du Trône. Les aspirations centralisatrices du gouvernement libéral ont réussi à faire l'unanimité à l'Assemblée nationale du Québec, où tous les partis dénoncent le discours du Trône, tant le gouvernement de la Coalition Avenir Québec que le Parti Québécois, Québec Solidaire et même le Parti libéral. Pour réussir à se mettre tout le monde à dos comme cela, cela prend un talent certain.
Comme l'a rapporté La Presse notamment, même la chef du Parti libéral du Québec affirme que le respect de nos champs de compétences n'est pas négociable. Elle parle de ce discours comme d'une occasion ratée de répondre aux besoins du Québec. C'est le PLQ qui a dit cela, et l'ensemble des autres partis ont la même réaction. Pourquoi est-ce qu'Ottawa s'entête systématiquement à jouer dans les plates-bandes de Québec et des provinces, plutôt que de se concentrer à faire son travail?
Le rôle du gouvernement fédéral est notamment de contribuer au financement de la santé, comme le demandent Québec et les provinces. À ce sujet, je ne sais pas la Chambre connaît John Micklethwait et Adrian Wooldridge, respectivement rédacteur en chef de Bloomberg News et éditorialiste de la revue The Economist. Ils viennent tout juste de publier un livre coup-de-poing, The Wake-Up Call, dans lequel ils analysent les distinctions entre les pays dans leur gestion de la pandémie et constatent l'importance d'avoir un réseau public de santé robuste.
Nous payons aujourd'hui le prix d'avoir sous-financé notre système de santé ces dernières décennies et ces dernières années. Au Canada, ce sous-financement est l'œuvre d'Ottawa, qui a choisi au milieu des années 1990 de réduire les transferts en santé et qui n'a jamais corrigé le tir depuis malgré ce que demande la population, parce que ce n'est pas assez payant électoralement. Le résultat en a été une dégradation de nos services publics, un système de santé fragilisé et vulnérable et une hausse de la pauvreté et des inégalités.
C'est Ottawa, ce gouvernement et ceux qui se sont succédé depuis 25 ans, qui sont directement responsables du manque de ressources et de la précarité de notre réseau de santé pour gérer la pandémie.
Ressortant ses réflexes dignes de l'impérialisme britannique du siècle dernier, le premier ministre accuse les provinces pour leur gestion de la pandémie. Il veut aller s'en occuper directement, même s'il n'y connaît rien, et il annonce vouloir mettre en place des sanctions criminelles. Tout cela, alors que c'est lui-même qui a perpétué le problème en ne finançant pas la santé à la hauteur requise. Il faut le faire.
Au Bloc québécois, ce que nous disons au gouvernement, et particulièrement, au premier ministre, c'est d'arrêter de jouer au donneur de leçons. Il faut arrêter de faire le « Ti-Joe Connaissant » qui veut se mêler des compétences qu'il n'a pas, et de commencer à bien jouer son rôle, en finançant la santé adéquatement. Il doit arrêter de favoriser son parti et ses amis dans sa gestion de la crise, en gérant ses programmes de façon éthique, au-dessus de tout soupçon, et en servant véritablement l'intérêt public.
Sur une note plus ludique, La Presse rappelait avant-hier que le mot le plus long de la langue française n'est plus « anticonstitutionnellement », mais « intergouvernementalisations ». Tout cela est contesté. Quand on regarde l'adverbe, il semble malheureusement s'appliquer au gouvernement en place, comme dans l'exemple suivant. Le premier ministre a anticonstitutionnellement gouverné en empiétant sur les champs de compétence du Québec et des provinces.
Comme ce mot a perdu son statut, il serait temps que ce gouvernement arrête de s'en inspirer et commence enfin à respecter les champs de compétence.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, as we talk about the throne speech in today's debate and in debates in the future, it is important to reflect on how the federal government has performed over the past six months in terms of taking care of everyday Canadians. There will always be more work to be done. There will always be people who could have been helped more, and we will always search for new programs to do that even better.
One thing that I can say is that, in the province of Ontario, the federal government was there and the federal government continues to be there for Canadians. Just to put it into numbers, of every $100 that was spent on COVID-19 relief in Ontario, $97 came from the federal government and only $3 came from the provincial government.
Does the member know any similar statistics as to what those numbers were in Quebec? How much money did the federal government put on the table versus the provincial government?
Monsieur le Président, pendant les débats sur le discours du Trône, que ce soit aujourd'hui ou dans les prochains jours, il est important de tenir compte de ce qu'a fait le gouvernement fédéral au cours des six derniers mois pour prendre soin de tous les Canadiens. Il restera toujours du travail à faire. Il sera toujours possible d'aider davantage les gens. Nous ne cesserons jamais de chercher de nouveaux programmes pour répondre encore mieux à leurs besoins.
Il y a toutefois une chose que je peux affirmer: l'Ontario a pu compter sur le gouvernement fédéral pour aider les Canadiens, et il peut toujours le faire. Parlons chiffres. Pour chaque tranche de 100 $ qui était investie dans les mesures de soutien liées à la COVID-19 en Ontario, 97 $ provenaient du gouvernement fédéral et seulement 3 $ provenaient du gouvernement provincial.
Le député a-t-il une idée des proportions au Québec? Combien d'argent le gouvernement fédéral a-t-il investi par rapport au gouvernement provincial?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-09-25 10:17 [p.106]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his very good question and comment.
Why are most of the support measures coming from Ottawa, from the federal government?
It is because over the past few decades, as I noted in my speech, the central government has smothered the provinces. I am referring to the fiscal imbalance.
How did Jean Chrétien's government, with Paul Martin as finance minister, wipe out the deficit? By cutting the transfers for health care, post-secondary education and social services. The transfers have never been restored to their former levels.
In 2017, Quebec's Liberal health minister, Gaétan Barrette, accused the federal government of predatory federalism, arguing that it was imposing conditions on health care in exchange for a few extra crumbs. That was not enough.
I want the members of the House to remember that, ultimately, the programs that the government has put in place are basically funded through debt, meaning that taxpayers are going to have to pay for them later. This money does not belong to the government. The money that the government is handling is public money. It is a colossal public debt. We must not lose sight of that fact.
I have a question for the government. In his speech yesterday, the Parliamentary Secretary to the Minister of Health, who is a representative of the government, said that the federal government had a moral authority to intervene in areas of provincial jurisdiction, such as health care.
The government can answer my question later. Where did the government get that so-called moral authority? From the Governor General?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son commentaire et sa question tout à fait pertinente.
Pourquoi les mesures de soutien viennent-elles essentiellement d'Ottawa, du gouvernement fédéral?
C'est parce que dans les dernières décennies, comme je le disais dans mon discours, le gouvernement central a asphyxié les provinces. C'est la question du déséquilibre fiscal.
Comment le gouvernement de Jean Chrétien, avec Paul Martin comme ministre des Finances, a-t-il réglé la question du déficit? C'est en réduisant les transferts en santé, les transferts en éducation postsecondaire et les transferts en services sociaux. Cela n'a jamais été rétabli depuis.
En 2017, le ministre libéral de la Santé à Québec, Gaétan Barrette, avait accusé le gouvernement fédéral de pratiquer du fédéralisme prédateur, tellement il imposait ses conditions en santé pour donner des pinottes de plus. C'est insuffisant.
Je veux rappeler aux députés à la Chambre que, dans le fond, les programmes que le gouvernement a mis en place sont essentiellement financés par un endettement, c'est-à-dire par les citoyens et les citoyennes qui vont devoir le rembourser plus tard. Ce n'est pas l'argent du gouvernement. L'argent que le gouvernement gère est l'argent de la population, c'est la dette immense de la population. Il faut certainement garder cela à l'esprit.
J'aimerais poser une question au gouvernement. Hier, durant son allocution, le secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé, qui est un représentant du gouvernement, a dit que le gouvernement fédéral avait l'autorité morale d'intervenir dans les champs de compétence des provinces, notamment en santé.
Le gouvernement me répondra lorsqu'il le pourra. D'où le gouvernement tient-il cette soi-disant autorité morale? Est-ce de la gouverneure générale?
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I am so happy to be here in the House today. I would just like to take this opportunity to ask the member specifically about health care dollars. We know both Liberal and Conservative governments have cut funding again and again to public health care. We look at what is happening across our nation, how responsive all the provinces and territories have to be and how limited the resources are because of the decisions that both governments have made during the history of Canada.
Could the member speak to the realities of the people in his constituency? I know so many of mine are struggling profoundly.
Monsieur le Président, je suis très heureuse de me trouver ici, à la Chambre, aujourd'hui. J'aimerais juste profiter de l'occasion pour poser une question au député précisément au sujet des fonds consacrés aux soins de santé. Nous savons que les gouvernements libéraux et conservateurs n'ont cessé de faire des coupes dans les fonds destinés au financement des soins de santé publique. Nous observons ce qui se passe dans tout le pays et nous voyons à quel point tous les territoires et les provinces se doivent d'être aptes à réagir et à quel point les ressources sont limitées en raison des décisions que ces gouvernements, tant l'un que l'autre, ont prises dans le passé, au Canada.
Le député pourrait-il nous parler des la réalité des gens de sa circonscription? Je sais qu'un grand nombre de gens dans la mienne éprouvent des difficultés profondes.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-09-25 10:20 [p.107]
Mr. Speaker, I thank my colleague for her very pertinent question. I would have also liked to hear her talk about the reality of her constituents as a result of the federal government's cuts to health care funding over the past number of years and decades.
Before I move on to give specific examples, I would like to remind her of the excellent book entitled Combating Poverty: Quebec's Pursuit of a Distinctive Welfare State, which shows how the cuts made to health care in the 1990s—and maintained since—have increased poverty and hardship, particularly for families, single-parent mothers and seniors.
That is unacceptable. The situation is not as bad in Quebec because the Quebec government implemented, with half the funding, certain measures, such as pharmacare, which of course is not perfect, the Quebec parental insurance plan, and subsidized early childhood and day care centres.
I am also thinking of the people in my riding who live in long-term care facilities. They are going through a horrific and unacceptable situation, right out of the dark ages. There is a direct correlation between their situation and the major cuts that Ottawa has been making over the past 25 years, and this government never did anything to remedy that.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question tout à fait pertinente. J'aurais aussi aimé l'entendre parler de la réalité des citoyennes et des citoyens de sa circonscription après les réductions dans le financement de la santé effectuées par le gouvernement fédéral au cours des dernières années et des dernières décennies.
Avant de passer à des exemples concrets, j'aimerais lui rappeler l'excellent livre Combating Poverty: Quebec's Pursuit of a Distinctive Welfare State, qui démontre comment ces réductions dans les années 90 — et leur maintien depuis — ont fait augmenter la pauvreté et la détresse dans la population, principalement chez les familles, les mères monoparentales et les aînés.
Cela est inacceptable. La situation est moins grave au Québec parce que l'État a mis en place, avec des demi-moyens, certaines mesures comme l'assurance-médicaments — certes imparfaite —, le Régime québécois d'assurance parentale, les centres de la petite enfance et les garderies subventionnées.
Je penserai certainement à la situation que vivent les citoyens et les citoyennes de ma circonscription en CHSLD. C'est atroce, digne du Moyen-Âge et inacceptable, et je fais un lien direct entre leur situation, les réductions grossières qu'Ottawa a effectuées depuis 25 ans et ce gouvernement qui n'a jamais corrigé le tir.
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I am pleased to rise today to take part in the debate on the Address in Reply to the Speech from the Throne.
As whip, I have been deeply involved in all the negotiations to keep Parliament up and running during the pandemic. Parliamentary committees were resuming their full range of activities and four committees were doing important work on the WE scandal when the government decided to prorogue and hit Parliament's off switch, so to speak, to put the brakes on that work because it was the third time an ethics scandal was cramping the government's style.
As a result, we awaited the Speech from the Throne. We wondered what would happen next and how the government would position itself to respond to the pandemic, not to mention all the challenges coming our way after the pandemic. How would the government restart the economy? How would it do a better job of helping people with serious problems? We had high expectations.
Yesterday I was in the House all day and I listened to every speech by every parliamentarian, especially the speeches from the government members. When I was listening to the Prime Minister I was shocked, surprised and upset to see the arrogance, contempt and lack of respect the government has for the provinces.
I felt like I was truly in the right place and that I had truly chosen the right party to represent Quebec because the Bloc Québécois is a party that wants Quebec to be the master of its own destiny. Today what we are seeing and hearing is a contemptuous government that is telling Quebec that it is not up to the task, that it is unable to manage its public services and health care, and that funding would be conditional on certain actions.
The federal government is telling Quebec to provide the support and home care and it will pay for it, otherwise there will be no funding. A Canada-wide standard on long-term care facilities is being brought in and Quebec is expected to comply with it or there will be no funding. We call that blackmail, contempt and arrogance. I cannot support this and neither can many other people.
Before becoming an MP, I was a manager in the Quebec public health network, so this is in my wheelhouse. I managed public housing. I managed housing spaces for seniors in public facilities. I can say for sure that if you speak to anyone in Quebec who manages CHSLD spaces, whether intermediate resources or family-based resources for seniors, if you ask anyone, whether a manager, caretaker or a recreation leader, no one would say that the solution to the problem in long-term care centres is Canada-wide standards. No one would say that. No one would even think that.
Everyone in Quebec knows what it will take. It will take more staff, more nurses, more PSWs, more maintenance staff and more nursing assistants. That can be achieved only when we have the financial resources to pay consistent, decent salaries.
My colleague from Joliette was clear, as were the provinces, before the throne speech. Health transfers must be able to meet the provinces' needs. The president of the Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec does not call the Prime Minister of Canada to ask for a solution when nurses are exhausted. She calls the Premier of Quebec. The premier tries to do the best he can, with the tools, means and money he has available, but it is not enough. Quebec needs increased transfers on an ongoing basis.
I must admit that yesterday I was insulted to hear the government use the fact that the army came into just a few long-term care homes to justify why it wants to fund specific actions, projects or programs. I want to point out that back home in the Montérégie-Ouest CISSS, we did not have any deadly outbreaks or any soldiers in our long-term care homes.
This approach of funding by program is nothing but mumbo-jumbo. One could just as well call it “health and social services”. This approach dictates what to do, how to do it and what the standards are. Anyone who goes along with that gets a cheque.
It is disrespectful to treat the provinces in this way. Each province has its own way of doing things, its own reality and knows how to meet the health needs of its clientele. Since it is on the ground providing services, it knows it is doing its utmost given the lack of tools and the funding that should be coming. Health Canada is already having difficulty doing what it has to do. Therefore, I believe that we should let the provinces do their job and meet the needs of their citizens based on their own realities, as the premiers have requested. In health care, a one-size-fits-all system does not work across Canada. As we are seeing, we are in the midst of a pandemic and each province has a different experience of the crisis. This also applies to the distribution and provision of services.
I am a little emotional when talking about it because this confirms for me my sovereignist convictions. In life, when things are going well for me and my team, I rarely agree to take orders from someone who knows nothing about what I am good at.
Quebec has the tools, the brains and the best practices. For anyone who does not know, Quebec has long recognized aging in place as the best practice. We know that when seniors stay at home longer, they get sick less, they are better supported, and it costs less. Housing them in public institutions is expensive. We know all that, but we need financial resources to help our seniors stay at home. They want and need to age in their homes, not in a public institution.
We do not need a Prime Minister who announces that he is going to give us money, but only if we spend it on aging in place. We do not need him to tell us that, because it is an insult. I am thinking of my colleagues who do not have time to watch my speech today because they are busy meeting needs on the ground. They are appalled to hear that this government's magic solution is to impose Canada-wide standards on us. The same thing goes for mental health and child care. It is an insult, and I take it very personally.
Curiously enough, this proves that the federal government considers the provinces to be its subjects. It tells them that it will decide when they get money and what they get to spend it on. Otherwise, they get nothing.
How long did it take to negotiate the social housing agreement between Quebec and Ottawa? Three years.
All of the social measures set out in the throne speech and the federal government's encroachments on provincial jurisdictions will take years to negotiate with Quebec. No Quebec premier, regardless of which party is in power in the Quebec National Assembly, whether it be Liberal, CAQ, Québec Solidaire or PQ, will let anyone tell them what to do. No premier will agree for the funding to be subject to specific conditions that infringe on Quebec's jurisdiction.
That means that the measures we are seeing in the throne speech are all hot air. There is nothing there that can be accomplished in the short term, even though the situation is urgent and even though there are things that could have been and could still be done, things that the federal government is not doing.
Businesses in my riding are calling me about the Canada emergency business account. They cannot get in touch with Export Development Canada. They wait for days and days for someone to call them back. They have called up to three times, applied online three times and still do not have an answer. We got a memo from the minister's office that said that the EDC is completely overwhelmed and that the response time is five to six days. However, if business owners do not answer when the EDC calls, then they end up back in the queue and have to wait another five or six days. Is that how the government is restarting the economy and supporting our businesses?
The ball is in the government's court. It is the government's responsibility, but it is not implementing the measures needed to support our SMEs, and that is serious.
The same is true when it comes to immigration. People are are waiting for their work permits and their sponsorships, because the immigration department is completely dysfunctional.
Monsieur le Président, cela me fait plaisir de prendre la parole aujourd'hui dans le cadre de l'Adresse en réponse au discours du Trône.
En tant que whip, j'ai participé de près à toutes les négociations pour voir à ce que le Parlement fonctionne pendant la pandémie. Au moment où les comités parlementaires reprenaient leurs pleins pouvoirs et au moment où il y a eu des études importantes sur le scandale UNIS dans quatre comités parlementaires, le gouvernement a décidé de proroger et de mettre la switch du Parlement à off, si vous me permettez l'expression, pour éviter la poursuite de ces travaux, qui l'embêtaient pour une troisième fois dans des scandales liés à son éthique.
On attendait donc le discours du Trône. On se demandait ce qui allait arriver de nouveau et vers où s'en allait pour être capable de répondre à la pandémie, mais aussi de répondre à l'ensemble des défis qui nous attendent après la pandémie. Comment va-t-on relancer l'économie? Comment va-t-on mieux aider les personnes qui vivent vraiment les problèmes? Nos attentes étaient hautes.
Quand j'ai écouté le premier ministre — hier, j'ai té présente à la Chambre toute la journée et j'ai écouté tous les discours de tous les parlementaires, particulièrement ceux des membres du gouvernement — et j'ai été estomaquée, surprise et choquée de voir toute l'arrogance, le mépris et le peu de respect que le gouvernement en place a pour les provinces.
J'ai eu le sentiment que j'étais vraiment à la bonne place et que j'avais vraiment choisi le bon parti pour représenter le Québec, parce que le Bloc québécois est un parti qui désire que le Québec ait sa pleine maîtrise de son destin. Aujourd'hui, avec ce qu'on voit et ce qu'on entend, c'est un gouvernement méprisant qui dit au Québec qu'il ne l'a pas l'affaire, qu'il n'est pas capable de gérer ses services et ses soins de santé aux personnes, et que le financement serait versé à l'acte.
Le gouvernement fédéral va dire au Québec de faire du soutien et du maintien à domicile et qu'il le paiera, sinon il n'y aura pas de financement. Sur la question des CHSLD , une norme pancanadienne à respecter va être mise en place. Si le Québec ne la respecte pas, il n'aura pas de financement. On appelle cela du chantage, du mépris et de l'arrogance. Je ne suis pas capable de supporter cela et beaucoup de monde ne supporte pas cela.
Avant d'être députée, j'ai été gestionnaire dans le réseau de la santé publique du Québec. Cela tombe bien. Je gérais de l'hébergement public. Je gérais des places d'hébergement pour les aînés dans le public. Je peux dire une chose: que l'on consulte n'importe quel gestionnaire au Québec qui gère des places d'hébergement en CHSLD, en ressources intermédiaires et en ressources de type familial pour les aînés, que l'on consulte n'importe qui, c'est-à-dire un gestionnaire, un concierge, un technicien en loisirs, personne ne dira que la solution pour régler le problème des CHSLD est une norme pancanadienne. Personne ne dira cela. Cela ne viendra à l'idée de personne.
Au Québec, tout le monde sait ce que cela prend. Cela prend plus d'employés, plus d'infirmières, plus de préposés, plus de préposés à l'entretien, et cela prend plus d'infirmières auxiliaires. Tout cela se fait quand on est capable d'avoir les moyens financiers et de payer de manière récurrente des salaires.
Mon collègue de la circonscription de Joliette le dit très bien et les provinces l'ont très bien exprimé avant le discours du Trône: cela prend des transferts qui sont à la hauteur des besoins exprimés dans les provinces. La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec n'appelle pas le premier ministre du Canada pour lui dire qu'il faut trouver une solution parce que les infirmières sont épuisées; elle appelle le premier ministre du Québec. Ce dernier, avec les outils et les moyens qu'il a et avec l'argent dont il dispose, il essaie de faire son maximum, mais ce n'est pas assez. Il y a vraiment un besoin de bonification et de transferts récurrents.
Je dois dire que, hier, j'ai été complètement insultée. Parce que l'armée est venue dans quelques CHSLD — chez moi, au CISSS de la Montérégie-Ouest, aucune éclosion meurtrière et aucun militaire n'étaient dans mes CHSLD —, on justifie le fait que, là, on va financer à l'acte, au projet ou au programme.
L'approche « par programme », c'est du jargon. On pourrait dire « de la santé et des services sociaux ». Cette approche dicte quoi faire, comment le faire, et quel est l'indicateur de qualité à respecter. Pour ceux qui le font, le chèque va venir.
Il est complètement méprisant de traiter les provinces comme cela. Chaque province a sa recette et ses spécificités et sait comment répondre aux besoins de santé de sa clientèle. Puisque c'est elle qui est sur le terrain et qui fournit les services, elle sait qu'elle fait son maximum compte tenu du manque d'outils et du financement qui est censé venir. Le ministère de Santé Canada a déjà bien de la difficulté à faire ce qu'il doit faire. Je pense donc qu'on devrait, comme le demandent les premiers ministres, laisser les provinces faire leur travail et répondre aux besoins de leurs citoyens selon leurs spécificités. En santé, la recette pancanadienne d'un océan à l'autre ne fonctionne pas. Comme on le voit, on est en pandémie et chaque province vit différemment la crise. C'est pareil pour la répartition et la prestation des services.
Je suis un peu émotive quand j'en parle parce que cela me confirme mes convictions souverainistes. Dans la vie, quand je me trouve bonne et quand mon équipe est bonne, il est rare que j'accepte de recevoir des ordres de quelqu'un qui ne connaît rien à ce à quoi je suis bonne.
Le Québec a les outils, l'intelligence et les meilleures pratiques. Pour ceux et celles qui ne le savent pas, le Québec reconnaît depuis longtemps le maintien à domicile comme la meilleure pratique. On sait que plus longtemps les gens restent chez eux, moins ils sont malades, mieux ils sont entourés et moins cela coûte cher. En effet, l'hébergement en établissement public coûte cher. On sait tout cela, mais il faut des moyens financiers pour assumer le maintien de nos aînés à domicile. Ces derniers en ont envie et ont besoin de rester chez eux au lieu d'aller dans un établissement public.
Nous n'avons pas besoin d'un premier ministre qui vienne nous dire qu'il va nous donner de l'argent, mais qu'il faut le consacrer au maintien à domicile. Nous n'avons pas besoin de cela, car c'est insultant. Je pense à mes collègues qui n'ont pas le temps de m'écouter aujourd'hui parce qu'ils sont sur le terrain en train de répondre aux besoins. Ils sont horrifiés de comprendre que la solution magique de ce gouvernement est de nous imposer des normes pancanadiennes. C'est la même chose en santé mentale et pour les services de garde. C'est insultant et cela vient me chercher.
Ce qui est intéressant, c'est que cela démontre que le gouvernement fédéral considère les provinces comme des sujets. Il leur dit qu'elles vont recevoir de l'argent quand il le décidera et qu'elles vont le dépenser où il le veut, sinon, elles n'auront rien.
Combien de temps a pris la négociation de l'entente sur le logement social entre le Québec et Ottawa? Trois ans.
Dans le discours du Trône, tout ce qui est mesures sociales et empiétements fédéraux dans les champs de compétence provinciale va prendre des années à être négocié avec le Québec. Au Québec, aucun premier ministre n'acceptera de se faire dire quoi faire, peu importe sa couleur politique à l'Assemblée nationale — libéral, caquiste, solidaire ou péquiste. Aucun premier ministre n'acceptera que du financement soit assujetti à des conditions précises empiétant sur ses champs de compétence.
Ce qu'on voit dans le discours du Trône, c'est donc du vent. Il n'y a absolument rien qui va pouvoir se réaliser à court terme, alors que la situation est urgente. Pourtant, il y a des choses qui auraient pu être faites, encore aujourd'hui, des choses que le gouvernement fédéral ne fait pas.
Des entreprises de ma circonscription m'appellent par rapport au Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes. Elles n'ont pas moyen de joindre l'agence Exportation et Développement Canada. Elles passent des jours et des jours à attendre un retour d'appel. Elles ont appelé jusqu'à trois fois, elles ont fait des demandes trois fois par ordinateur et elles n'ont toujours pas de réponse. Nous avons reçu une petite note du cabinet de la ministre qui nous dit qu'EDC est complètement débordée et que le délai de réponse est de cinq à six jours. Par contre, si l'entrepreneur n'est pas au bout du fil quand il reçoit le coup de téléphone de l'agence, il est replacé dans la file d'attente et doit encore attendre cinq à six jours. Est-ce comme cela qu'on relance l'économie et qu'on appuie nos entreprises?
C'est dans la cour des gens d'en face. Cela relève de leurs responsabilités, mais ils ne mettent pas en place les mesures nécessaires pour soutenir nos PME, et c'est grave.
En ce qui concerne l'immigration, c'est la même chose. Les gens attendent leur permis de travail et leur parrainage, car le ministère de l'Immigration est complètement dysfonctionnel.
View Francesco Sorbara Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, over the last few months, our government, during this most extraordinary and unique time in our country and the world's history, has worked in partnership with the provinces from coast to coast to coast. With the safe restart agreement, we have contributed $19 billion to provinces, and there is a further $2 billion for provinces to help restart their educational systems. My two daughters have gone back to school and I am thankful for that.
These partnerships, including with the Canadian Armed Forces, which were asked by the provinces of Ontario and Quebec to assist, have shown how this country works, how it comes together in a time of great need and responds in a very compassionate and diligent manner.
What does my hon. colleague think of the co-operation and partnership that have existed for the last several months and continue to proceed forward?
Monsieur le Président, au cours des derniers mois, le gouvernement, en cette période la plus extraordinaire et singulière de l'histoire de notre pays et du monde, a travaillé en partenariat avec les provinces d'un océan à l'autre. Dans le cadre de l'Accord sur la relance sécuritaire, nous avons versé 19 milliards de dollars et 2 milliards de plus sont prévus pour les aider à faire redémarrer leurs systèmes éducatifs. Mes deux filles ont repris le chemin de l'école et je m'en réjouis.
Ces partenariats, notamment avec les Forces armées canadiennes auxquelles les provinces de l'Ontario et du Québec avaient demandé un coup de main, ont mis en exergue le fonctionnement de ce pays, la manière dont la population se serre les coudes quand les besoins sont grands et fait montre de compassion et d'empressement.
Que pense ma collègue de la coopération et du travail en partenariat dont nous avons été témoins au cours des derniers mois et que nous continuons d'observer?
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I have a feeling that the member and I do not have the same definition of co-operation and team work. Co-operation and team work usually imply mutual respect and listening to one another.
Prior to the throne speech, several provincial premiers and the Premier of Quebec asked for increased health transfers because they are being completely overwhelmed by the needs and demands of our aging population. The answer was a resounding no, an arrogant answer.
The army came to the rescue, just as it did during the floods. Our armed forces step up when we call, when we need them. I would point out, too, that we pay our fair share for the Canadian Armed Forces. It is not the federal government's army. The Red Cross is not the “red cross of the Government of Canada”. These are citizens who decide to get involved and volunteer.
Yes, we are in extraordinary times. Does that excuse the fact that the federal government refuses to allocate or increase health transfers? Why does the government want to pay on a fee for service basis and tell us what to do and when to do it?
That is not team work. That is not co-operation. That is disrespect for equals and an intrusion into Quebec jurisdictions.
Monsieur le Président, je pense que nous n'avons pas vraiment la même définition de la collaboration et du travail d'équipe. Quand on collabore ou qu'on travaille en équipe, on respecte l'autre et on l'écoute.
Avant le discours du Trône, plusieurs premiers ministres des provinces, ainsi que le premier ministre du Québec ont demandé la bonification des transferts en santé puisqu'ils sont complètement étouffés par les demandes et les besoins de leur population vieillissante. La réponse a été un non catégorique, une réponse arrogante.
L'armée est venue aider, comme elle est venue lors des inondations. Les Forces armées viennent quand nous leur demandons et quand nous en avons besoin. Notons cependant que nous payons aussi les Forces armées canadiennes, nous payons notre part. Ce n'est pas l'armée du gouvernement fédéral. La Croix-Rouge n'est pas la Croix-Rouge canadienne du gouvernement fédéral. Ce sont des citoyens qui s'engagent et qui travaillent bénévolement.
Effectivement, nous vivons une situation exceptionnelle. Cela excuse-t-il le fait que le gouvernement fédéral n'effectue pas de transfert en santé ou qu'il n'augmente pas les transferts? Pourquoi le gouvernement fédéral paierait-il à l'acte, tout en nous disant comment et quand le faire?
Ce n'est pas en équipe. Ce n'est pas collaborer. Ce n'est pas respecter ses vis-à-vis et ses champs de compétences.
View Mario Beaulieu Profile
BQ (QC)
View Mario Beaulieu Profile
2020-09-25 10:35 [p.109]
Mr. Speaker, I commend my colleague from Salaberry—Suroît on her excellent speech.
She spoke at length about the contempt and lack of respect for Quebec. The best example is the federal government's language policy regarding Quebec. So far, only the anglophone minority has been acknowledged. Every one of the federal government's financial, legislative and policy interventions on language in Quebec has been geared toward boosting English, when we know that French is the language under threat.
As far as I know, this is the first time that a Speech from the Throne has acknowledged that the federal government has a responsibility to defend French in Quebec. Let's not forget that as long as Quebec is not independent, francophones will be a minority in Canada and will be under the federal government's thumb.
Will that line in the Speech from the Throne read by the Governor General have any tangible impact? As we saw, the briefing that followed the Speech from the Throne was in English only. By the by, I want to acknowledge our Franco-Ontarian friends, since today is Franco-Ontarian Day.
The first thing the Liberal government could do is support our proposal to make Bill 101 apply to federally regulated businesses. I would like to know what my colleague thinks about that.
Does she believe that the Liberal government will finally support this bill, which the Bloc Québécois has been repeatedly introducing since 2007?
Monsieur le Président, je félicite ma collègue de Salaberry—Suroît pour son excellent discours.
Elle a beaucoup parlé du mépris et du manque de respect à l'égard du Québec. Le meilleur exemple, c'est la politique linguistique fédérale à l'égard du Québec. Jusqu'à maintenant, on ne reconnaissait que la minorité anglophone. Toutes les interventions financières, législatives et politiques du gouvernement fédéral en matière de langue au Québec visaient à renforcer l'anglais, alors que nous savons que c'est le français qui est menacé.
À ma connaissance, pour la première fois dans le discours du Trône, on a reconnu que le gouvernement fédéral a la responsabilité de défendre le français au Québec. Il ne faut pas oublier que, tant que le Québec ne sera pas indépendant, les francophones seront minoritaires au Canada et subordonnés au gouvernement fédéral.
Est-ce que cette phrase mentionnée par la gouverneure générale dans le discours du Trône aura des effets concrets? Comme nous l'avons vu, le breffage qui a suivi le discours du Trône ne s'est fait qu'en anglais. Je tiens d'ailleurs à saluer nos amis franco-ontariens, en ce Jour des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes.
Le premier geste que le gouvernement libéral pourrait poser est d'appuyer notre proposition afin que la loi 101 s'applique aux entreprises de compétence fédérale. J'aimerais savoir ce que ma collègue en pense.
Croit-elle que le gouvernement libéral appuiera finalement ce projet de loi, que le Bloc québécois présente à répétition depuis 2007?
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I want my colleague to know that I appreciate his dogged defence of the French language.
We will remain steadfast in our efforts, with the support of Quebec's National Assembly, which unanimously asked the government to make Bill 101 apply to federally regulated businesses.
We expect the Liberals to listen to the National Assembly, which is the highest authority in Quebec and the Quebec nation.
Monsieur le Président, j'aimerais dire à mon collègue que je le remercie de sa détermination et de sa persévérance à défendre la langue française.
Forts nous serons, appuyés par l'Assemblée nationale qui, unanimement, a demandé au gouvernement d'en face d'appliquer la loi 101 à toutes les entreprises de compétence fédérale.
Nous comptons sur les libéraux pour écouter l'Assemblée nationale, qui est l'autorité suprême du Québec et de la nation québécoise.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I will be be sharing my time with the member for Don Valley West, the parliamentary secretary for foreign affairs.
I will start off by saying that it is great to be back in the House to have the opportunity to speak on the floor. I am extremely pleased to speak to the Speech from the Throne, which was introduced two days ago, primarily because of the vision that it sets moving forward. It reflects on where we have come over the last six to seven months and where we need to go in the future.
It is worth pointing out that these have been incredibly challenging times for many Canadians. The economic impact and personal impact on so many Canadians have been devastating. In fact, the economic impact of COVID-19 is recorded as being worse than the 2008 financial crisis. That is why, as I indicated in a question I asked, I am extremely pleased to see the work that has been done by the federal government.
I am from a riding in Ontario, and in Ontario the federal government has stepped up, as it has in every province and territory throughout the country. It has contributed, and not just in a manner that, as the Bloc would suggest, is top-down, but in a manner that has meant working with provincial and territorial leaders throughout the last six to seven months. As we heard the Prime Minister say yesterday, there have been 16 or 17 first ministers meetings since the pandemic began, in addition to all the individual calls and outreach from the federal government to the provinces.
Indeed, what we have seen in Ontario is that 97% of the money spent on COVID-19 relief has come from the federal government. That is not to say that the federal government, as the Bloc would suggest, has been top-down, requiring that money be spent on this or that. A massive amount of the money that has gone to the provinces is to be spent at their discretion within specific areas of concern.
As we look forward, which is what the Speech from the Throne is about, we look forward to the actions we are going to see this government take if the Speech from the Throne is adopted. What I am most interested in talking about today is the action we are looking forward to taking on climate change and how that is going to impact our economy, broadband connectivity throughout the country, and long-term care homes and our approach to long-term care more generally. I am glad the Bloc member raised the topic of long-term care in her speech a few moments ago, because I would like to counter some of the claims the Bloc has made on the national care standards. However, I will first talk about taking action on climate change.
This government is proposing to legislate a goal of net zero by 2050, bringing this ambitious goal into legislation within our country so that in everything we do we strive to achieve it. How will we do this? This will be done, as indicated in the Speech from the Throne, through a number of incentives.
First of all, we can create thousands of jobs by retrofitting homes and buildings using cutting-edge technologies to reduce our greenhouse gas emissions and reduce costs that Canadian taxpayers and homeowners are experiencing.
We will invest in reducing the impacts of climate disasters. As I am from where Lake Ontario meets the St. Lawrence River, I can tell members that we are seeing erosion problems from the rising lake levels. Both in Kingston and on the islands that I represent, there have been extreme problems. Big Sandy Bay, which is a popular beach on Wolfe Island, an island I represent, has been completely closed on a number of occasions over the last few years because of rising lake waters that have wiped all the sand from the beach.
Another thing we will be doing, as indicated in the Speech from the Throne, is making zero-emission vehicles more affordable. We are at that tipping point where zero-emission vehicles, electric vehicles, are ready to take off as the new norm, and we are seeing that. We have seen massive growth. Something like 7% or 8% of vehicles being purchased throughout the world today are electric.
There will also be a new fund to attract investment for making zero-emission products, and we will be cutting the corporate tax rate in half for these companies to create jobs and make Canada a world leader in this clean technology.
As we move toward this, we cannot be left behind. We need to be at the forefront of this. We need to be at the forefront of these technologies so we can reap the rewards and gains that will come as they become mainstream and the norm throughout the world.
One issue that has become extremely important and apparent over the last six to seven months is broadband connectivity. I live in an area that is considered semi-rural. Kingston has a population of 124,000, but the vast geography of my riding is actually rural, including the two islands in the riding. One does not even have to go that far outside of the city of Kingston to see the issue. In fact, I live off Highway 2, and we immediately start to lose connectivity there.
As more people are working from home, which will probably continue for many people into the foreseeable future, we need to make sure people have a connection to the Internet and the connectivity they need to continue to work. It is not just for entertainment value that we need the Internet in this day and age. It is for getting work done. It is for people working from home and these constant video conferencing calls people are having. It is for the e-commerce that happens.
Connectivity is extremely important, and that is why I was very pleased to see the government announce that it would accelerate the timelines and ambitions of the universal broadband fund to ensure that all Canadians have access to the Internet throughout this country.
I will move now to long-term care homes. The Bloc has mentioned long-term care homes on a couple of occasions over the last day or so. It is important that we develop national long-term care standards, and I will tell the House why. It is not so that the federal government can somehow dictate to the provinces how they have to operate with respect to national standards, because it is never going to happen like that. The reality is that our Constitution clearly states who has jurisdiction and authority over what areas.
What we do know is that the provinces have jurisdiction when it comes to health care, for the most part. The reason we need these standards is not to tell provinces what to do, but to create national standards throughout the country that provinces and jurisdictions can look to for advice. This is a way of working with provinces.
I would argue to my friends from the Bloc that this is not anything radical or new. As a matter of fact, our building code works that way. We have a national building code in Canada. This does not mean that any of the provinces have to take up that particular piece of legislation. In fact, two do not. Ontario and Quebec do not use the national building code. They have their own. However, guess what? If we look at the two documents, they are almost identical. That is because provincial documents are quite often informed by the national document, the document compiled by looking at various different ways of doing things from throughout the country.
My understanding of national long-term care standards is that they should be something very similar to that. We should set national standards that the provinces can then look to for advice on how to go about making sure people in long-term care homes are taken care of. Why is this so important? Very clearly, we know certain facts. I tried to use data in asking the Bloc member a question, but he did not respond, so I will give the House some data.
What we know in terms of COVID-19 outbreaks is that 30.6% have happened in for-profit homes, 34% in not-for-profit homes and 24.8% in municipally run homes in Ontario. What is most alarming is that, according to a Toronto Star report in May, for-profit nursing homes were four times more likely to have COVID-19 deaths result from those infections.
We know there is a problem, but we also know there is one particular area doing very well: the municipally run homes in Ontario. Why would we not look to develop standards everybody could work toward?
In conclusion, I am extremely pleased with this Speech from the Throne. It sets ambitious goals as to what we can do to protect our environment and grow the economy in this new age, with clean tech.
We have the opportunity to work on our long-term care homes and to ensure they are the best they can possibly be. Of course, as I indicated in my speech, talking about connectivity and connecting Canadians is also extremely important.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec le député de Don Valley-Ouest, c'est-à-dire le secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères.
Je tiens d'abord à dire que je suis heureux d'être de retour à la Chambre et d'avoir l'occasion de prendre la parole ici même. Je suis absolument ravi de parler du discours du Trône prononcé avant-hier, et ce, en raison principalement de ce qu'on y prévoit pour l'avenir. On y tient compte de ce que nous avons vécu au cours des six à sept derniers mois et des orientations que nous devons adopter.
Je pense qu'il est important de souligner que la situation est très difficile pour de nombreux Canadiens. La pandémie a fait des ravages sur les plans économique et personnel. Les répercussions économiques de la COVID-19 seraient d'ailleurs pires que celles de la crise financière de 2008. C'est pourquoi, comme je l'ai indiqué dans une question que j'ai posée, je suis extrêmement satisfait du travail effectué par le gouvernement fédéral.
Je viens d'une circonscription en Ontario, une province où le gouvernement a répondu à l'appel, comme il l'a fait dans chacune des provinces et chacun des territoires du pays. Il a mis la main à la pâte, non seulement, comme le Bloc le laisse entendre, de manière descendante, mais aussi en collaborant avec les dirigeants des provinces et territoires tout au long des six à sept derniers mois. Comme l'a précisé hier le premier ministre, les premiers ministres du pays se sont réunis à 16 ou 17 reprises depuis le début de la pandémie, sans compter toutes les fois où le gouvernement fédéral a appelé les provinces individuellement et leur a tendu la main.
Nous avons en effet pu constater en Ontario que 97 % des fonds dépensés dans le cadre de l'aide fournie pour la lutte contre la COVID-19 proviennent du gouvernement fédéral. Cela ne signifie pas que ce dernier s'est montré autoritaire et a exigé que les fonds soient dépensés de telle ou telle façon, comme le Bloc l'insinue. Les provinces peuvent en fait utiliser à leur discrétion une partie substantielle de l'argent qu'elles ont reçu, dans des domaines précis.
Le discours du Trône se veut une feuille de route, et nous sommes impatients, s'il est adopté, que le gouvernement en franchisse les jalons. Ce dont je souhaite le plus parler aujourd'hui, ce sont les mesures que nous entendons prendre pour lutter contre les changements climatiques et leurs retombées pour l'économie, l'accès Internet à haute vitesse partout au pays, les centres de soins de longue durée ainsi que notre approche à l'égard des soins de longue durée en général. Je suis heureux que la députée du Bloc ait soulevé ce dernier dossier dans son discours, il y a quelques instants, parce que je tiens à répliquer à certaines des affirmations du Bloc au sujet des normes nationales de soins. Toutefois, je vais d'abord parler des mesures de lutte contre les changements climatiques.
Le gouvernement propose de légiférer sur l'objectif ambitieux de la carboneutralité d'ici 2050 afin de l'inscrire dans les lois du pays pour que toutes nos décisions convergent vers lui. Comment y arriverons-nous? Comme l'a précisé le discours du Trône, nous y arriverons à l'aide d'une série d'incitatifs.
Tout d'abord, nous pouvons créer des milliers d’emplois dans la rénovation de maisons et d’immeubles à l'aide de technologies de pointe, ce qui réduira les émissions de gaz à effet de serre et la facture énergétique des contribuables et des propriétaires canadiens.
Nous investirons dans la réduction des effets des catastrophes climatiques. Venant de la région où le lac Ontario rencontre le fleuve Saint-Laurent, je peux confirmer aux députés que la hausse du niveau d'eau du lac cause des problèmes d'érosion. À Kingston tout comme dans les îles que je représente, ces problèmes sont énormes. La baie Big Sandy, une plage très fréquentée de l'île Wolfe, qui fait partie de ma circonscription, a été complètement fermée à quelques occasions au cours des dernières années parce que les eaux élevées avaient emporté tout le sable.
Comme il a été dit dans le discours du Trône, nous rendrons également les véhicules non polluants plus abordables. Nous avons atteint un tournant: les véhicules zéro émission ou électriques sont sur le point de devenir la norme. Nous le constatons. Leur part du marché connaît une croissance massive: quelque 7 % ou 8 % des véhicules achetés dans le monde aujourd'hui sont électriques.
Par ailleurs, le gouvernement lancera un nouveau fonds pour attirer les investissements dans la fabrication de produits zéro émission et il réduira de moitié le taux d’imposition des sociétés concernées afin de créer des emplois et de faire du Canada un leader mondial dans le domaine des technologies propres.
Le Canada ne peut pas se permettre d'être à la traîne. Nous devons prendre les devants. Nous devons être parmi les premiers à utiliser ces technologies afin de pouvoir en tirer le meilleur parti possible lorsqu'elles deviendront la norme ailleurs sur la planète.
S'il y a un problème qui a retenu l'attention et qui a pris énormément d'importance depuis six ou sept mois, c'est la connectivité à Internet haute vitesse. Je vis dans une région qui est considérée comme semi-rurale. Kingston compte 124 000 habitants, mais la majeure partie de ma circonscription, y compris les deux îles qui s'y trouvent, est en zone rurale. Pas besoin de s'éloigner très loin de Kingston pour mesurer l'ampleur du problème. Moi-même, je vis tout près de la route 2 et déjà, on commence à avoir des problèmes de connexion.
Il y a plus de gens que jamais qui travaillent de la maison — une tendance qui devrait d'ailleurs se poursuivre pendant un certain temps —, alors c'est à nous de faire le nécessaire pour qu'ils aient une connexion à Internet assez fiable pour travailler. De nos jours, Internet ne sert pas seulement à s'amuser, il sert aussi à travailler et à organiser des vidéoconférences, sans oublier le commerce électronique.
La connectivité est extrêmement importante, c'est pourquoi j'étais enchanté que le gouvernement annonce qu'il accélérera les échéanciers notamment pour l'atteinte des objectifs du Fonds pour la large bande universelle afin que l'ensemble des Canadiens aient accès à Internet partout au pays.
Je passe maintenant au dossier des établissements de soins de longue durée. Au cours des derniers jours, le Bloc québécois a fait mention de ces établissements à quelques reprises. Il est important qu'on établisse des normes nationales pour les soins de longue durée et j'explique à la Chambre pourquoi. Le but n'est pas de faire en sorte que le gouvernement fédéral dicte aux provinces comment fonctionner. Les choses ne se passeront jamais ainsi. En fait, la Constitution précise clairement qui a le pouvoir et la compétence dans quels domaines.
On sait que les soins de santé relèvent en grande partie de la compétence des provinces. De telles normes s'imposent non pour dire aux provinces comment procéder, mais plutôt pour établir des normes nationales qui s'appliqueront à l'ensemble du pays et qui pourront guider les provinces et les territoires. Il s'agit d'une forme de collaboration avec les provinces.
À mes collègues du Bloc, je dirais qu'il n'y a là rien de radical ou de nouveau. En fait, c'est ainsi que fonctionne notre code du bâtiment, car le Canada a un Code national du bâtiment. Cela ne signifie pas que toutes les provinces doivent l'adopter. En fait, deux d'entre elles, le Québec et l'Ontario, ont leur propre code. Ce que les députés ne savent peut-être pas, toutefois, c'est que si on compare les deux documents, on constate qu'ils sont presque identiques. C'est parce que les documents provinciaux sont très souvent inspirés du document national, un document rédigé après avoir étudié les diverses façons de faire partout au pays.
À mon avis, les normes nationales en matière de soins de longue durée devraient s'articuler sensiblement de la même façon. Nous devrions établir des normes nationales, que les provinces pourraient consulter pour obtenir des conseils sur les façons de veiller à ce que les gens qui sont dans des établissements de soins de longue durée soient bien pris en charge. Pourquoi est-ce si important? Pour certains motifs très clairs que nous connaissons tous. J'ai essayé d'utiliser des données en posant une question au député du Bloc, mais il n'a pas répondu. Je vais donc présenter certaines données à la Chambre.
Nous savons que 30,6 % des éclosions de COVID-19 sont survenues dans des établissements à but lucratif, 34 % dans des établissements sans but lucratif et 24,8 % dans des établissements gérés par les municipalités en Ontario. Selon un article publié en mai dans le Toronto Star, le plus alarmant, c'est que les personnes infectées par la COVID-19 dans les maisons de soins infirmiers à but lucratif sont quatre fois plus susceptibles de mourir du virus.
Nous savons qu'il existe un problème, mais nous savons aussi que les établissements gérés par les municipalités en Ontario s'en tirent très bien. Pourquoi n'envisagerions-nous pas d'élaborer des normes que nous pourrions tous chercher à atteindre?
En conclusion, je suis extrêmement satisfait du discours du Trône. Il fixe des objectifs ambitieux en matière d'utilisation de technologies propres pour protéger l'environnement et favoriser la croissance économique en cette nouvelle ère.
Nous avons l'occasion de nous pencher sur le dossier des établissements de soins de longue durée afin de nous assurer qu'ils sont à leur meilleur. Bien sûr, comme je l'ai indiqué dans mon discours, il est aussi extrêmement important de parler de l'accès et du branchement des Canadiens à Internet.
View Alex Ruff Profile
CPC (ON)
View Alex Ruff Profile
2020-09-25 10:48 [p.111]
Mr. Speaker, the hon. member talked about the acceleration of rural broadband and connectivity. The Speech from the Throne talks to accelerating it.
Could the member please provide some clarity on what that means? The current federal government's plan says by 2030. Could the member provide a ballpark timeline? Is 2029 what the government means by accelerating?
The Conservatives put forward a plan, through the member for Calgary Nose Hill, to the government, saying that we should do this in the next 18 months. Could we get a ballpark answer on how fast this acceleration for connectivity will be?
Monsieur le Président, le député a abordé l'accélération de la mise en œuvre de la connectivité et de la large bande en milieu rural. Dans le discours du Thrône, il est mentionné que le calendrier sera accéléré.
Le député peut-il clarifier ce que cela veut dire? Le plan actuel du gouvernement fédéral prévoit que ce sera fait d'ici 2030. Le député peut-il fournir un calendrier approximatif? Doit-on comprendre par « accélérer » que le gouvernement entend 2029?
Les conservateurs ont présenté un plan au gouvernement par l'entremise de la députée de Calgary Nose Hill. Ce plan indique qu'il faudrait réaliser cet objectif dans les 18 prochains mois. Pouvons-nous avoir une estimation sur la vitesse de cette accélération du calendrier de la connectivité?
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I realize the question is rhetorical in nature, because the member knows I do not have the answer to that. The Speech from the Throne is a guiding document that sets out goals and ambitions over the next course of the legislature.
If it is doable within 18 months, and feasible, we need to see how that can practically happen. Am I in favour of that? If it is practical and feasible to do it, I do not know who would not do it.
The member is asking for a specific timeline. He knows I do not have that. He does know that the throne speech is ambitious in setting its agenda and is highlighting it as one of the most important things to take care of.
Monsieur le Président, je comprends qu'il s'agit d'une question rhétorique, car le député sait bien que je ne connais pas la réponse. Le discours du Trône est une feuille de route qui sert à définir des objectifs et des aspirations pour la suite de la législature.
Si c'est possible d'ici 18 mois, et réalisable, nous devrons voir comment nous pourrons nous y prendre pour y arriver. Suis-je favorable à l'idée? Si c'est faisable et raisonnable, j'ignore bien qui pourrait s'y opposer.
Le député demande de lui fournir un échéancier précis. Il sait bien que je n'en ai pas. Il sait aussi que le discours du Trône, qui est de nature ambitieuse en ce qui a trait aux échéances, place ce dossier parmi les éléments dont il faut s'occuper en priorité.
View Luc Desilets Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I found the speech by my colleague from Kingston and the Islands unsettling. He tried to justify the throne speech's unjustifiable interference in matters under provincial jurisdiction. My colleagues and I consider that interference unacceptable. It is annoying, inappropriate and deeply disrespectful.
How does our colleague from Kingston and the Islands think historians will interpret what followed the prorogation of Parliament?
Monsieur le Président, le discours de mon collègue de Kingston et les Îles m'a un peu déséquilibré. Il tente de défendre le discours du Trône, qui est pourtant indéfendable, en ce qui a trait à l'ingérence dans les champs de compétence provinciale. Selon mes collègues et moi, cette ingérence est inacceptable. C'est gênant, c'est abusif et c'est un énorme manque de respect.
Maintenant, j'aimerais demander à notre collègue de Kingston et les Îles ce qui, selon lui, retiendra l'attention des historiens à la suite de la prorogation du Parlement.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I was trying to listen but there was a lot of noise in the room. I did not get the first part, but I did get his question.
In my opinion, if we are able to move forward with this ambitious agenda being put forward in this throne speech, historians will look back on this as a time when the federal government was there for Canadians in their time of most need during a global pandemic throughout the world and that we were able to take care of each other so we could build back and continue to see the thriving economic, social, cultural amenities in our great country. That is how I see historians looking back on this.
Monsieur le Président, j'ai essayé d'écouter, mais il y avait beaucoup de bruit dans la salle. Je n'ai pas entendu la première partie de l'intervention du député, mais j'ai bien compris sa question.
À mon avis, si nous sommes en mesure de faire progresser ce programme ambitieux mis de l'avant dans le discours du Trône, les historiens se rappelleront que le gouvernement fédéral a été là pour les Canadiens au moment où ils en avaient le plus besoin. Nous avons soutenu les Canadiens pendant une pandémie mondiale, et nous avons été capables de prendre soin les uns des autres afin de pouvoir rebâtir notre grand pays et de continuer à bénéficier de ses avantages économiques, sociaux et culturels. C'est, selon moi, ce que les historiens retiendront de la période actuelle.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-09-25 10:51 [p.111]
Mr. Speaker, one thing struck me about my colleague's speech. With respect to the environment, he said that we are at a crossroads, and he hopes to reach net-zero emissions by 2050.
If we are at a crossroads, we must act quickly and perhaps do some soul searching. During the pandemic, the Liberal government agreed to give $500 million to the Coastal GasLink project through the Business Development Bank of Canada.
Does this project meet the criteria for zero emissions? I highly doubt it. The only economic sector aligned with the fight against climate change is the forestry sector.
There is nothing in the throne speech about the forestry sector. There is not one word about it. There is absolutely nothing, even though we know that there is a great deal of promising research on bio-sourced products and the use of forest biomass.
The government decided to ignore this and focus on fossil fuels once again.
Monsieur le Président, une chose m'a un peu frappé dans le discours de mon collègue. Sur la question environnementale, il dit que nous sommes à la croisée des chemins et il espère arriver à zéro émission d'ici 2050.
Si nous sommes à la croisée des chemins, il faut agir rapidement et il faudra peut-être faire un examen de conscience. Pendant la pandémie, le gouvernement libéral a accepté, par l'entremise de la Banque de développement du Canada, de donner 500 millions de dollars au projet Coastal GasLink.
Est-ce que c'est un projet qui s'inscrit dans la recherche du « zéro émission »? J'en doute fortement. Le seul secteur économique qui rime avec la lutte contre les changements climatiques, c'est le secteur de la foresterie.
Il n'y a rien dans le discours du Trône qui porte sur le secteur de la foresterie. Il n'y a pas un mot à ce sujet. Il n'y a absolument rien, alors qu'on sait qu'il y a un tas de recherches prometteuses, tant sur les produits biosourcés que sur l'utilisation de la biomasse forestière.
Or le gouvernement a décidé de passer outre cela et de se pencher vers les énergies fossiles, encore une fois.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, if I said that I hoped we would achieve those ambitious goals, then it was clearly a poor choice of words on my part. I do not think I did, but I could be mistaken.
What I do know, and what I did say, is that it will be legislated that the federal government will meet these targets. Therefore, it is not about hopes; it is about putting it into law. That is my take-away from this. It will be quite ambitious when this goal is turned into actual legislation.
In my opinion, this is the way we need to move forward and the way we will keep this in place. If another government does come along at another time, it will be up to it to remove that legislation and bear those consequences, if it chooses to do so.
Monsieur le Président, si j'ai dit que j'espérais que nous atteignions ces objectifs ambitieux, alors c'était manifestement un mauvais choix de mots de ma part. Je ne pense pas l'avoir dit, mais je pourrais me tromper.
Ce que je sais, et ce que j'ai dit, c'est que le gouvernement fédéral légiférera sur l'atteinte de ces objectifs. Il ne s'agit donc pas d'espérer, mais de légiférer. C'est ce que j'en comprends. Le projet de loi visant l'atteinte de cet objectif sera assez ambitieux.
Selon moi, c'est ce qu'il faut faire. C'est de cette façon que nous allons réussir. Si un autre gouvernement est élu plus tard, il lui appartiendra de ne pas aller de l'avant avec le projet de loi, si c'est ce qu'il veut, et d'en assumer les conséquences.
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2020-09-25 10:53 [p.112]
Mr. Speaker, it is a great honour to rise today in the House to contribute to this debate on the Speech from the Throne: A Stronger and More Resilient Canada.
I begin by thanking you personally, Mr. Speaker, the Clerk, the staff of the House of Commons and the House leaders from all the parties who have worked incredibly hard to ensure that Parliament could reconvene with representation in person and virtually from every part of this great country, while keeping us all safe.
The world has changed since I last spoke in the chamber some six months ago. No one in Canada or anywhere in the world has been left untouched by the pandemic that has gripped all of humanity. As a neighbour and a friend, I have tried to comfort those most directly affected by this virus as it has taken its toll on people of all ages and from all walks of life, but mostly the elderly, people with disabilities, people with other vulnerabilities, the poor, racialized Canadians and people in long-term care facilities.
Let me take this opportunity to offer my condolences to the families of those in Don Valley West that number among the over 9,000 Canadians who have died thus far as a result of COVID-19.
COVID-19 has shown us human and scientific vulnerabilities, but it has also revealed the tremendous strength of the human spirit and the determined resolve of our health care workers and researchers to beat this virus.
Let me also take this opportunity to thank and commend Canada's front-line workers, who have kept food and other supplies on the shelves, kept transit running, kept our streets safe and, perhaps most important, risked their own lives as they have worked on the front lines of health care.
I want to give a special shout-out today to the tremendous team at Sunnybrook Health Sciences Centre in my riding, including Clarice Shen. Clarice was just three months into her new career as a member of Sunnybrook's acute care nursing resource team when, last January, she volunteered to care for Canada's first confirmed case of the novel coronavirus, which would later become known as COVID-19. She is one example of the incredible nurses, doctors, caregivers, hospital workers and researchers who have led the way in patient care and medical research across Canada.
All around the world people are touched by this disease and while we in Canada certainly have struggled with medical supplies and equipment, we are blessed with an incredible health care system and great professionals like Clarice Shen. However, we must remember that people in developing countries are not nearly as fortunate and they stand on a precipice, hoping that science will catch up to the virus before it spreads to them in ways that will be devastating beyond belief.
This is a health crisis like none other in the history of the world, but the pandemic's health crisis has been matched with an economic crisis like we have never seen in our lifetime.
As the member of Parliament for a midtown Toronto riding, the riding of Don Valley West, I have talked to literally hundreds of people who have lost their jobs, closed their businesses, missed student loan payments or have been burdened with costs or debts they have no idea how they will pay or repay.
It is not only an unprecedented health crisis, it is an unprecedented economic crisis. Governments in Canada and around the world have taken great strides to soften the economic blow of this crisis with a host of programs. Many of them are outlined in the Speech from the Throne. However, needs will continue well into the future and I am very pleased the government has not only taken note of this but has devised an action plan that will ensure we, indeed, do take the right steps to have a stronger and more resilient Canada, with stronger and more resilient Canadians.
Our primary concern is the health of Canadians. It is the first foundation of our government's agenda for the foreseeable future. From faster and more readily available testing to the tracing of contacts through new technology; to the support of businesses that may need to shutter themselves, sending their employees home to halt the spread of this tenacious virus; to the support of provinces and territories in their provision of health care and long-term care; and, ultimately, to the development and distribution of a vaccine to halt the spread of sickness, our government will ensure that everything possible is done to ensure the health of all Canadians.
As we have done over these last many months, we will continue to work with provincial and territorial governments, local governments and public health agencies to ensure that our plan is the right plan and the unique plan for every part of the country.
However, even as we undertake this great national health project, Canadians will more than ever need the financial help of the federal government. There is a cost, a huge financial cost, to this virus and our government has chosen to shoulder the largest burden of this cost. This is no time for austerity. This is a time to invest in Canada, to invest in Canadians.
When people lose jobs due to COVID-19, they need support, they need a job. We will create over a million jobs to restore employment to previous levels.
When small business owners are forced to limit or radically change the focus of their businesses, they need support. We will extend the wage subsidy, expand the system for business loans and support some of the hardest-hit industries, including travel and tourism, hospitality, cultural industries and the arts.
When parents have to stay home to take care of their children or their own parents, they need support. We will create a Canada-wide early learning and child care system.
When young people cannot get that first job, they need our support. We will significantly expand the program, providing paid work experiences for young Canadians.
When older employees need training to prepare for a new career, they need our support. We will make the largest investment in Canadian history in training for workers.
Our government has consciously chosen to shoulder the biggest burdens faced by Canadians because we have the largest capacity to do just that. Only the federal government can ensure that these burdens are shared fairly.
As its second foundation for building a stronger and more resilient Canada, the Liberal government has promised to be there to help all Canadians from coast to coast to coast.
While we are protecting and preserving the health of Canadians and while we are helping them through this economic crisis, we will seize this opportunity to build back better. COVID-19 has revealed cracks in our social safety net, in government programs and for particular businesses in the areas of our country hit unusually hard. Therefore, the third foundation of our agenda is to build back better. We will seize the opportunity to create more jobs and build better communities.
Monsieur le Président, c'est un grand honneur pour moi de prendre la parole à la Chambre aujourd'hui pour participer au débat sur le discours du Trône, intitulé « Un Canada plus fort et plus résilient ».
Je tiens tout d'abord à vous remercier personnellement, monsieur le Président, ainsi que le greffier, le personnel de la Chambre des communes et les leaders parlementaires de tous les partis, d'avoir travaillé d'arrache-pied afin que le Parlement puisse reprendre ses travaux et que toutes les régions de ce grand pays soient représentées, en personne et virtuellement, et ce, tout en assurant la sécurité de tous.
Le monde a changé depuis que j'ai pris la parole dans cette enceinte il y a environ six mois. Personne, au Canada ou ailleurs dans le monde, n'a été épargné par la pandémie qui a frappé toute l'humanité. En tant que voisin et ami, j'ai essayé de réconforter les personnes les plus directement touchées par ce virus, car il a fait des ravages parmi les gens de tous âges et de tous les horizons, mais surtout parmi les personnes âgées, les personnes handicapées, les personnes ayant d'autres vulnérabilités, les pauvres, les membres d'une minorité raciale et les personnes qui vivent dans des établissements de soins de longue durée.
Je profite de cette occasion pour présenter mes condoléances aux familles de ceux qui, dans Don Valley-Ouest, comptent parmi les quelque 9 000 Canadiens décédés jusqu'à présent des suites de la COVID-19.
La COVID-19 nous a montré nos vulnérabilités sur le plan humain et scientifique, mais elle a également révélé l'immense force de l'esprit humain et la farouche détermination de nos travailleurs de la santé et de nos chercheurs à vaincre ce virus.
Permettez-moi également de remercier et de féliciter les travailleurs de première ligne du Canada, qui ont maintenu les stocks alimentaires et autres, assuré le bon fonctionnement des transports en commun, protégé la sécurité publique et, ce qui est peut-être le plus important, ont risqué leur propre vie en assurant les soins de santé de première ligne.
Je tiens à saluer tout particulièrement aujourd'hui la formidable équipe du centre des sciences de la santé Sunnybrook de ma circonscription, et notamment Clarice Shen. Cela faisait tout juste trois mois que Clarice était membre de l'équipe de soins infirmiers de courte durée, quand, en janvier dernier, elle s'est portée volontaire pour soigner le premier cas confirmé de ce nouveau coronavirus au Canada, qui sera plus tard connu sous le nom de COVID-19. Elle est le parfait exemple des formidables infirmières, médecins, soignants, membres du personnel hospitalier et chercheurs qui ont ouvert la voie aux soins et à la recherche médicale dans tout le Canada.
Les gens du monde entier sont touchés par cette maladie. Au Canada, même si nous avons eu des difficultés à nous procurer des fournitures et des équipements médicaux, nous avons tout de même la chance de bénéficier d'un incroyable système de soins de santé et d'excellents professionnels de la santé, comme Clarice Shen. Cependant, il faut se rappeler que les habitants des pays en développement ne sont pas aussi chanceux que nous. Ils sont au bord d'un précipice et espèrent que la science l'emportera sur le virus avant qu'il ne se répande parmi eux pour semer une dévastation inimaginable.
Il s'agit d'une crise sanitaire sans pareil de l'histoire du monde. Qui plus est, une crise économique comme nous n'en avons pas connu de toute notre vie accompagne la crise sanitaire due à la pandémie.
Comme député d'une circonscription du centre-ville de Toronto, Don Valley-Ouest, j'ai parlé avec des centaines de personnes qui ont perdu leur emploi, fermé définitivement leur entreprise ou manqué des paiements pour rembourser leur prêt étudiant. Nombre d'entre eux ont dû assumer des coûts ou s'endetter au point où ils ne savent pas comment ils pourront payer ou rembourser l'argent.
Nous vivons non seulement une crise sanitaire sans précédent, mais aussi une crise économique sans précédent. Au Canada et partout dans le monde, les gouvernements ont pris de grands moyens et adopté une gamme de programmes pour atténuer les conséquences économiques de la crise. Bon nombre d'entre eux sont décrits dans le discours du Trône. Cela dit, les besoins à combler ne disparaîtront pas du jour au lendemain; ils sont là pour durer. Je me réjouis que le gouvernement en soit conscient et qu'il ait, par conséquent, élaboré un plan d'action qui nous aidera à poser les gestes qu'il faut pour rendre le Canada, et les Canadiens, plus forts et plus résilients.
La santé des Canadiens est notre priorité absolue. C'est le premier pilier du programme du gouvernement pour le moment. Qu'il s'agisse de tests rapides et accessibles ou du traçage de contacts grâce à de nouvelles technologies; de l'aide aux entreprises qui pourraient devoir interrompre leurs activités et renvoyer leurs employés à la maison pour freiner la propagation de ce virus tenace; du soutien aux provinces et aux territoires dans le domaine des soins de santé et des soins de longue durée; ou, au final, de la mise au point et de la distribution d'un vaccin qui freinera la propagation de la maladie, il faut faire tout ce qui est possible pour protéger la santé de tous les Canadiens, et nous y veillerons.
Le gouvernement fédéral continuera de collaborer, comme il l'a fait au cours des derniers mois, avec les gouvernements provinciaux, les gouvernements territoriaux, les administrations locales et les organismes de santé publique pour veiller à ce que le plan qu'il propose soit celui dont toutes les régions du pays ont besoin.
Toutefois, même s'il entreprend ce projet de santé national de grande envergure, le gouvernement fédéral doit continuer d'offrir une aide financière aux Canadiens, qui en auront besoin maintenant plus que jamais. Il y a un coût financier lié à ce virus, un énorme coût, et le gouvernement a choisi d'assumer la plus grande partie de cette charge financière. L'heure n'est pas à l'austérité. C'est le temps d'investir dans le Canada et d'investir dans les Canadiens.
Lorsque les gens sont réduits au chômage en raison de la COVID-19, ils ont besoin de soutien. Il leur faut un emploi. Nous allons créer plus d'un million d'emplois afin de ramener l'emploi à son niveau antérieur.
Lorsque les chefs de petites entreprises sont obligés de limiter leurs activités ou de les changer carrément, ils ont besoin de soutien. Nous allons prolonger le programme de subvention salariale, étendre le régime de prêts aux entreprises et soutenir les industries les plus durement touchées, notamment l'industrie du voyage et du tourisme, l'industrie de l'accueil et les industries culturelles comme les arts de la scène.
Lorsque les parents doivent demeurer à la maison pour prendre soin de leurs enfants ou de leurs propres parents, ils ont besoin de soutien. Nous allons mettre en place un système d’apprentissage et de garde des jeunes enfants à l’échelle du Canada.
Lorsque les jeunes ont du mal à percer le marché du travail, ils ont besoin de soutien. Nous allons étendre considérablement le programme visant à offrir aux jeunes Canadiens plus d’expériences professionnelles rémunérées.
Lorsque les employés plus âgés doivent suivre une formation en vue d'une nouvelle carrière, ils ont besoin de soutien. Nous allons investir un montant historique sans précédent dans la formation des travailleurs.
Le gouvernement choisit sciemment d'assumer les plus gros fardeaux qui accablent les Canadiens parce qu'il est celui qui est le plus en mesure de le faire. Seul le gouvernement fédéral peut faire en sorte que ces fardeaux sont partagés équitablement.
Comme deuxième pilier pour bâtir un Canada plus fort et plus résilient, le gouvernement libéral a promis de soutenir tous les Canadiens, d'un océan à l'autre.
Tout en protégeant et en préservant la santé des Canadiens, et en les aidant à traverser la crise économique actuelle, nous allons saisir l'occasion d'améliorer les choses. La COVID-19 a révélé des failles en ce qui concerne le filet de sécurité sociale, les programmes gouvernementaux et certaines entreprises dans les régions du pays les plus durement touchées. C'est pour cela que le troisième pilier de notre programme consiste à rebâtir en mieux. Nous allons saisir l'occasion de créer plus d'emplois et de bâtir de meilleures collectivités.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
If the hon. member would like to finish, he has three minutes coming to him. We can then go on to Statements by Members.
Si le député souhaite terminer son intervention, il lui reste trois minutes. Nous pourrons ensuite passer aux déclarations de députés.
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2020-09-25 11:00 [p.113]
Mr. Speaker, I will end it there and I will continue, because the best is still yet to come.
Monsieur le Président, je vais en rester là et poursuivre mon intervention plus tard, car le meilleur est à venir.
View Sean Fraser Profile
Lib. (NS)
View Sean Fraser Profile
2020-09-25 11:02 [p.113]
Mr. Speaker, we recently marked 100 years of the No. 2 Construction Battalion, Canada's first and only all-Black battalion, which was disbanded following the end of the First World War. The battalion was formed in Pictou, Nova Scotia, just minutes from where I live today, and included Black Canadians from coast to coast within its ranks.
At the outset of the war, these soldiers were not wanted. They did not just fight for their country. They also had to fight for their right to do so after being told that the conflict was a white man's war. The battalion was instrumental during the effort. They built roads, bridges and trenches, and they were essential in securing victory for Canada and its allies.
Despite their many contributions, when the soldiers of the battalion returned home, they were not afforded the same hero's welcome that their white brothers in arms received. Racism and discrimination were all too common 100 years ago, and while we have made significant strides in the past century, systemic anti-Black racism continues in our communities across Canada today.
I want to take this opportunity to recognize the sacrifices and accomplishments of the No. 2 Construction Battalion and its members and reaffirm their rightful place as heroes in the history of our nation. I encourage all of my colleagues on both sides of the aisle to acknowledge systemic racism and commit themselves to stomping it out at every opportunity.
Monsieur le Président, nous avons récemment célébré le centième anniversaire du 2e Bataillon de construction, le premier et seul bataillon entièrement constitué de Noirs au Canada, qui fut démantelé après la Première Guerre mondiale. Le bataillon avait été formé à Pictou, en Nouvelle-Écosse, à quelques minutes d'où j'habite aujourd'hui, et il comptait parmi ses rangs des Canadiens noirs de tout le pays.
Au début de la guerre, personne ne voulait de ces soldats. Ils ne se sont pas seulement battus pour leur pays, ils ont aussi dû se battre pour avoir le droit de participer à l'effort de guerre après qu'on leur ait dit que c'était une affaire de blancs. Le bataillon a joué un rôle crucial dans cet effort. Il construisait des routes, des ponts et des tranchées et son travail a été essentiel pour la victoire du Canada et de ses alliés.
Malgré leurs nombreuses contributions, à leur retour au pays, les membres de ce bataillon n'ont pas été accueillis en héros comme l'ont été leurs frères d'armes. Il y a 100 ans, le racisme et la discrimination étaient monnaie courante et même si nous avons réalisé de grandes avancées au cours du dernier siècle, le racisme systémique à l'endroit des Noirs existe encore dans les collectivités partout au Canada.
Je veux profiter de l'occasion pour reconnaître les sacrifices et les réalisations du 2e Bataillon de construction et de ses membres et réaffirmer qu'ils ont leur place dans l'histoire parmi les héros canadiens. J'invite l'ensemble de mes collègues à reconnaître l'existence du racisme systémique et à s'engager à s'y opposer à chaque occasion qui se présente.
View Dean Allison Profile
CPC (ON)
View Dean Allison Profile
2020-09-25 11:02 [p.113]
Mr. Speaker, the COVID-19 pandemic has been difficult for all Canadians. Our lives have changed and no one knows when things will go back to normal or what that new normal will look like. Many Canadians have lost their jobs. Many small business owners have had to close their doors. Too many have lost a loved one to the virus, and I am concerned that the government has not responded well in helping those most affected.
In Wednesday's throne speech, the government made no mention of the deep and worrisome challenge experienced by our friends in western Canada and our world-class resource sector. Electric cars are fabulous, but they are unlikely to keep our country united. There was also no commitment to increase desperately needed health transfers, and provinces were very clear of the need for increased funding.
We are also falling behind our allies when it comes to rapid COVID-19 testing. I am hopeful that we can emerge from the COVID era stronger and more united than ever, but to do this, we need the government to provide real support where it is critically needed, and to do so now.
Monsieur le Président, la pandémie de COVID-19 constitue une épreuve pour l'ensemble des Canadiens. Elle a bouleversé nos vies et personne ne sait quand les choses reprendront leur cours normal ou à quoi ressemblera la nouvelle normalité. Bien des Canadiens ont perdu leur emploi et de nombreux propriétaires de petites entreprises ont dû fermer leurs portes. Trop nombreux sont ceux qui ont vu un être cher emporté par le virus et je crains que le gouvernement n'ait pas réagi comme il se doit pour aider nos concitoyens les plus affectés.
Dans le discours du Trône présenté mercredi, le gouvernement ne fait aucune mention de l'énorme et inquiétant problème auquel sont confrontés nos concitoyens de l'Ouest du Canada et notre secteur des ressources naturelles de calibre mondial. Les voitures électriques sont fantastiques, mais elles ne contribueront vraisemblablement pas à l'unité nationale. Par surcroît, le gouvernement n'a pris aucun engagement pour augmenter les transferts en santé, alors qu'une telle augmentation est désespérément nécessaire comme l'ont clairement fait savoir les provinces.
Enfin, le Canada accuse du retard par rapport à ses alliés au chapitre du dépistage rapide de la COVID-19. J'ose espérer qu'une fois la COVID derrière nous, nous serons plus forts et plus unis que jamais auparavant. Néanmoins, pour ce faire, le gouvernement doit fournir un véritable appui dans les secteurs où c'est essentiel, et il doit intervenir maintenant.
View Marie-France Lalonde Profile
Lib. (ON)
View Marie-France Lalonde Profile
2020-09-25 11:03 [p.113]
Mr. Speaker, today, the Franco-Ontarian community comes together to celebrate and recognize the unique history of Franco-Ontarians and the key contributions they have made to Ontario and to our entire country.
This morning, I had the honour of participating in a flag-raising ceremony in Orléans with francophone leaders and my colleagues, MPP Stephen Blais and city councillors Laura Dudas and Matthew Luloff.
Since 2010, September 25 has been recognized as Franco-Ontarian Day. This day commemorates the first raising of the Franco-Ontarian flag in Sudbury 45 years ago today.
As a proud Franco-Ontarian, I want to join my colleagues in calling for everyone to celebrate our culture, our heritage and our French language. Let us continue to promote and recognize how much the francophone community has contributed to Ontario and to our country as a whole.
Nous sommes, nous serons. Here we are, and here we will stay.
Monsieur le Président, aujourd'hui, la communauté franco-ontarienne se rassemble pour célébrer et confirmer l'apport fondamental et l'histoire unique des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes pour l'Ontario et pour l'ensemble de notre pays.
Ce matin, à Orléans, j'ai eu l'honneur de participer à la levée du drapeau en présence de leaders francophones et de mes collègues, le député provincial Stephen Blais et les conseillers municipaux Laura Dudas et Matthew Luloff.
Depuis 2010, le 25 septembre est le Jour des Franco-ontariens et des Franco-Ontariennes. Ce geste est fait en mémoire de la première levée du drapeau franco-ontarien à Sudbury il y a 45 ans aujourd'hui.
Fière Franco-Ontarienne, je joins ma voix à celle de mes collègues et, ensemble, célébrons notre culture, notre patrimoine, notre langue française. Continuons de la promouvoir et saluons tous l'importante contribution de la communauté francophone à l'Ontario et à l'ensemble de notre pays.
Nous sommes, nous serons.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2020-09-25 11:04 [p.114]
Mr. Speaker, justice delayed is justice denied. The government has had all the power to immediately act on the priorities outlined by the Black caucus and supported by over 150 MPs, senators and cabinet ministers. However, from procurement to policing, the government has failed. From banning street checks to ending racial profiling, it has refused to act.
In my short time here, it has become clear that at every turn and every crisis Liberals make promises they have no intention of keeping. They used words like “equity” and the language of racial justice in the Speech from the Throne, but, when it comes to taking immediate action, the words of Liberals remain empty and meaningless.
To be clear, it was not the good will of the Liberal government that forced addressing systemic racism. It was the tens of thousands of Canadians taking to the streets, led by the BLM movement, demanding that the government move beyond performative acts of social justice and just act now.
Monsieur le Président, justice différée est justice refusée. Le gouvernement dispose de tous les pouvoirs pour agir immédiatement en fonction des priorités énumérées par le caucus des Noirs de la Chambre et appuyées par plus de 150 députés, sénateurs et ministres. Toutefois, qu'il s'agisse de marchés publics ou de services de police, le gouvernement a raté le coche. Qu'il s'agisse d'interdire les contrôles de routine dans la rue ou de mettre fin au profilage racial, le gouvernement a refusé d'agir.
Depuis le peu de temps que je suis à la Chambre, il m'est devenu clair que peu importe le dossier ou la crise à gérer, les libéraux font des promesses qu'ils n'ont aucune intention de tenir. Ils ont utilisé des mots comme « équité » et ont parlé de justice raciale dans le discours du Trône, mais lorsqu'il s'agit d'agir là, maintenant, les paroles des libéraux restent vides de sens.
En clair, ce n'est pas la bonne volonté du gouvernement libéral qui l'a incité à s’attaquer au racisme systémique. Ce sont plutôt les dizaines de milliers de Canadiens qui ont envahi les rues, sous l'impulsion du mouvement Black Lives Matter, en exigeant que le gouvernement agisse, au lieu de nous servir ses beaux discours sur la justice sociale, et qu'il le fasse maintenant.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, 40 years ago a brave young man embarked on a marathon of hope to find a cure for cancer. Terry Fox inspired a nation. On September 20, Canadians from coast to coast to coast celebrated the 40th anniversary by taking part their way. While this year's Terry Fox Run was different and distant, it still remains Canada's largest one-day fundraiser for cancer research. People still get cancer in spite of the pandemic, and the need for cancer research remains just as important.
My colleague, the member for Scarborough—Agincourt, Lib., walked in honour of her late husband, Arnold Chan. Survivor Lisa Moody joined her family for a 5k walk in her neighbourhood. Team Darrell raised over $14,000 this year while logging over 6,000 kilometres. In Oakville, we are hosting an art auction, which members can check out at oakvillechallenge.com.
As Terry said, “Anything is possible if you try.”
Monsieur le Président, il y a 40 ans déjà, un jeune homme courageux s'est lancé dans un marathon de l'espoir pour trouver un remède au cancer. Terry Fox a inspiré toute une nation. Le 20 septembre dernier, des Canadiens d'un océan à l'autre ont célébré le 40e anniversaire de son exploit à leur façon. Bien que la course Terry Fox de cette année ait été différente, distanciation oblige, elle demeure la plus importante collecte de fonds d'une journée pour la recherche sur le cancer au pays. Malgré la pandémie, le cancer continue de frapper, et les besoins liés à la recherche sur cette maladie restent tout aussi importants.
Ma collègue, la députée de Scarborough—Agincourt, Lib., a pris part à une marche en l'honneur de son défunt mari, Arnold Chan. Lisa Moody, une survivante du cancer, a quant à elle rejoint sa famille pour participer à une marche de 5 kilomètres dans son quartier. L'équipe Darrell a récolté plus de 14 000 $ cette année en parcourant plus de 6 000 kilomètres. À Oakville, nous sommes en train d'organiser une vente aux enchères d'oeuvres d'art, que les députés peuvent d'ailleurs consulter sur le site Web oakvillechallenge.com.
Enfin, comme l'a dit Terry: « Tout est possible si on essaie. »
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, it seems one of the Prime Minister's new buzzwords is “austerity”. I am not entirely certain how he defines austerity, but, at minimum, I think we can all agree that cutting anything, to him, is austerity. In his non-partisan TV speech, the Prime Minister stated that now is not the time for austerity.
I find this puzzling because in my riding, and in 48 other ridings across Canada, the Liberal government wants to kill the automated, 24-hour VHF weather service. The Liberals say that one can get the same information from a smart phone, but there is a problem. Because of the other broken promises from the Prime Minister, there are lakes and backcountry where there is still no wireless signal available, and that can place people in danger.
As the VHF infrastructure is already in place and operating, until the Prime Minister fulfills his promises to ensure that all regions of Canada are connected by the same wireless services, I am asking the Liberal government to continue providing automated VHF weather radio service to my riding.
Monsieur le Président, il semble que l'un des nouveaux mots préférés du premier ministre soit « austérité ». Je ne sais pas exactement comment il définit l'austérité, mais nous sommes tous d'accord pour dire qu'à tout le moins pour lui, toute compression, aussi modeste soit-elle, c'est déjà de l'austérité. Or, dans son discours télévisé non partisan, le premier ministre a déclaré que l'heure n'était pas à l'austérité.
Je trouve ces propos plutôt déconcertants puisque, dans ma circonscription et dans 48 autres circonscriptions du Canada, le gouvernement libéral veut supprimer le service météorologique automatisé en VHF qui fonctionne 24 heures sur 24. Les libéraux disent qu'on peut obtenir la même information que celle qu'il fournit avec un téléphone intelligent, mais il y a un problème. En raison des autres promesses non tenues par le premier ministre, certains lacs et certaines parties de l'arrière-pays n'ont toujours pas de signal sans fil, ce qui peut mettre les gens en danger.
Comme l'infrastructure VHF est déjà en place et fonctionne, jusqu'à ce que le premier ministre tienne la promesse qu'il a faite de veiller à ce que toutes les régions du Canada soient reliées par les mêmes services sans fil, je demande au gouvernement libéral de continuer à fournir un service automatisé d'information météorologique en VHF dans ma circonscription.
View Fayçal El-Khoury Profile
Lib. (QC)
View Fayçal El-Khoury Profile
2020-09-25 11:07 [p.114]
Mr. Speaker, earlier this month, we lost a man who had given a lot to Laval in particular and to Canada in general. He was gone too soon. He was only 52.
Joe Cheaib was actively involved with many charities in Canada and Lebanon, including the Canadian-Lebanese Chamber of Commerce and Industry, the Cedars Cancer Foundation, the Cedars Home for the Elderly, Sons of Lebanon and the Red Cross.
This is a huge loss for the community. I join my family and my constituents in offering our sincerest condolences to his wife, Teresa Soda, and his children, Emilia and Peter, as well as his family and loved ones.
To Joe and his family, know that we will continue Joe's legacy. May he rest in peace, and may his memories be eternal.
Monsieur le Président, nous avons perdu, au début du mois, une personne qui a beaucoup donné à Laval, particulièrement, et au Canada, en général, à un âge très précoce, soit à seulement 52 ans.
M. Joe Cheaib était impliqué de façon active au sein de nombreux organismes caritatifs au Canada et au Liban, tels que la Chambre de commerce et d'industrie Canada-Liban, la Fondation du cancer des Cèdres, Les Cèdres pour personnes âgées, Sons of Lebanon et la Croix-Rouge, entre autres.
Son départ est une perte énorme pour la communauté. Je me joins à ma famille et à mes concitoyens pour offrir nos plus sincères condoléances à son épouse, Teresa Soda, et à ses enfants, Emilia et Peter, ainsi qu'à sa famille et à ses proches.
Je tiens à dire à Joe et à sa famille que nous poursuivrons l'héritage qu'il nous a légué. Qu'il repose en paix et que son souvenir reste à jamais gravé dans nos mémoires.
View Peter Fonseca Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I am so proud to represent my riding of Mississauga East—Cooksville.
Throughout this pandemic, my community and our country have risen to the challenge with decisiveness and determination to help beat this invisible enemy. Seniors, front-line workers, those with disabilities, young people, vulnerable populations, women, particularly low-income women, businesses and entrepreneurs have been deeply affected. Many individuals and organizations have stepped up to help those less fortunate.
Constituents in my riding, such as Selwyn Collaco, with his team of seniors at the Goan Overseas Association, and David Chant, with his group of scouts, have raised thousands of dollars and donated thousands of meals to The Mississauga Food Bank.
We continue to fight COVID-19 together, providing vital lifelines of support. I was thrilled to hear the Speech from the Throne set the pathway to our recovery. It is an ambitious plan for an unprecedented reality.
We will continue to build a stronger and more resilient country together.
Monsieur le Président, c'est avec une grande fierté que je représente ma circonscription, Mississauga-Est—Cooksville.
Depuis le début de la pandémie, les gens de ma collectivité et de tout le pays ont lutté contre cet ennemi invisible avec une grande détermination. Les aînés, les travailleurs de première ligne, les personnes handicapées, les jeunes, les groupes vulnérables, les femmes — surtout les femmes à faible revenu —, les entreprises et les entrepreneurs ont beaucoup souffert de la pandémie. Un grand nombre de particuliers et d'organismes ont tendu la main à ceux qui ont eu moins de chance.
Des gens de ma circonscription, comme Selwyn Collaco, avec son équipe de personnes âgées de la Goan Overseas Association, et David Chant, avec son groupe de scouts, ont recueilli des milliers de dollars et offert des milliers de repas à la banque alimentaire de Mississauga.
Nous continuons de lutter contre la COVID-19 tous ensemble et d'offrir un soutien crucial. Le discours du Trône présente le chemin à suivre pour la relance et j'en suis très heureux. Il s'agit d'un plan ambitieux pour une situation sans précédent.
Nous allons continuer de bâtir ensemble un pays plus fort et plus résilient.
View Mel Arnold Profile
CPC (BC)
View Mel Arnold Profile
2020-09-25 11:10 [p.115]
Mr Speaker, Parliament is back after six weeks of prorogation. The Prime Minister hopes Canadians have forgotten the investigations, but his government cannot escape the light that will shine on the truth of his scandals and the failures intertwined. At a time when we face a crisis that is so deep and sinister, the Prime Minister's follies have cost him his late finance minister. While Canadians look on wondering when it will end, Conservatives stand up for Canada to serve and defend.
To my constituents and to all Canadians, I do say that there is hope, hope for better days when trust, sense and patriot love are restored, and we shed this broken government that we have grown to abhor. More than hope, today we must believe that change is needed to vanquish those who deceive. Change that is stronger; change that will get the job done; change we believe in, and change to overcome.
Monsieur le Président, le Parlement est de retour au travail après six semaines de prorogation. Le premier ministre espère que les Canadiens ont oublié les enquêtes, mais son gouvernement ne peut pas échapper aux projecteurs qui feront la lumière sur les scandales et les échecs de celui-ci. À l'heure où nous traversons une crise grave et sinistre, les folies du premier ministre lui ont coûté son ancien ministre des Finances. Alors que les Canadiens se demandent quand cela prendra fin, les conservateurs se battent pour servir et défendre le Canada.
À mes électeurs et à tous les Canadiens, je dis qu'il y a de l'espoir; il y a de l'espoir pour des jours meilleurs où la confiance, le bon sens et l'amour de la patrie seront rétablis et où nous nous débarrasserons du gouvernement dysfonctionnel actuel que nous avons appris à abhorrer. Nous devons toutefois faire plus qu'espérer; aujourd'hui, nous devons reconnaître qu'il faut changer les choses pour vaincre ceux qui cherchent à nous tromper. Il faut de grands changements, des changements qui permettront d'obtenir des résultats, des changements dans lesquels nous pouvons croire, des changements qui nous permettront de surmonter la situation actuelle.
View Anita Vandenbeld Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, it is with great sadness that I pay tribute to Ottawa restauranteur and philanthropist Dave Smith, who passed away on September 4. Dave opened Nate's Deli in 1959 and transformed it into an iconic Ottawa institution. Through his dedication serving on 50 boards of directors, from the snowsuit fund to the military families fund, he raised over $150 million for charities over his lifetime.
Dave's greatest achievement is the youth centre that bears his name. The Dave Smith Youth Treatment Centre has helped over 17,000 youth with addiction and mental health treatments.
I am grateful to have known Dave and his amazing wife, Darlene. To know him was to love him. He greeted everyone like an old friend and cared deeply about his community.
Dave leaves a profound legacy. He touched so many lives and made our city and our country better. We will miss him.
Monsieur le Président, c'est avec une grande tristesse que je rends hommage à Dave Smith, restaurateur et philanthrope d'Ottawa, qui est décédé le 4 septembre dernier. Dave a ouvert Nate's Deli en 1959, puis il l'a transformé en une institution emblématique d'Ottawa. Grâce à son dévouement — il a siégé au sein de 50 conseils d'administration, du Fonds Habineige au Fonds pour les familles des militaires —, il a recueilli plus de 150 millions de dollars pour des organismes de bienfaisance au cours de sa vie.
La plus grande réalisation de Dave est le centre pour les jeunes qui porte son nom. Le Centre de traitement pour jeunes Dave Smith a aidé plus de 17 000 jeunes en leur offrant des traitements contre la toxicomanie ou en santé mentale.
Je suis reconnaissante d'avoir pu connaître Dave et sa merveilleuse femme, Darlene. À le connaître, on ne pouvait que l'aimer. Il accueillait tout le monde comme un vieil ami et se souciait profondément de sa collectivité.
Dave laisse un immense héritage. Il a touché bien des gens et il a fait d'Ottawa et du Canada une meilleure ville et un meilleur pays. Il nous manquera.
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2020-09-25 11:13 [p.115]
Mr. Speaker, it has now been over six months since COVID-19 was declared a pandemic. Residents in my riding of Kelowna—Lake Country and Canadians from across the country followed safety protocols, doing their part to flatten the curve and giving health workers time to prepare. Despite this, the federal government's plans continue to fall short.
This summer, my community was unfortunately a hot spot for COVID-19 cases. Numerous hospitality businesses had to close again after just reopening, causing further financial hardship for the businesses and their workers. Taking days to receive COVID-19 test results is stressful for everyone, including families sending kids back to school.
Despite this, Health Canada has been slow in approving different kinds of rapid testing devices and at-home tests, including those that have been improved and used in other highly developed countries. People's lives are on hold while waiting for test results. The process must improve. The government needs to come up with solutions to keep people safe and allow businesses to remain open.
Monsieur le Président, la pandémie de COVID-19 a été déclarée il y a maintenant plus de six mois. Les résidants de ma circonscription, Kelowna—Lake Country, et les Canadiens de l'ensemble du pays ont respecté les protocoles de sécurité, ils ont contribué à aplanir la courbe et ils ont donné aux travailleurs de la santé le temps de se préparer. Malgré cela, les plans du gouvernement fédéral continuent d'être insuffisants.
Cet été, ma région a malheureusement été un point chaud de la COVID-19. De nombreuses entreprises du secteur de l'accueil ont dû fermer leurs portes peu après les avoir rouvertes pour la saison estivale, ce qui a entraîné de graves difficultés financières pour elles et leurs employés. L'attente avant de recevoir les résultats du test de la COVID-19 est stressante pour tout le monde, y compris pour les familles qui renvoient leurs enfants à l'école.
Malgré tout, le processus d'approbation des différents types de dispositifs de dépistage rapide et de tests à domicile — y compris ceux qui ont été améliorés et utilisés dans d'autres pays très développés — de Santé Canada est lent. La vie des gens est mise sur pause en attendant les résultats des tests. Le processus doit être amélioré. Le gouvernement doit trouver des solutions pour garantir la sécurité des personnes et permettre aux entreprises de rester ouvertes.
View Bernard Généreux Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, Canada is well into the seventh month of the COVID-19 pandemic, but the government is dragging its feet as if the pandemic just started yesterday.
Several countries have developed rapid testing so they could systematically test workers, travellers and other groups and stop the virus from spreading before it is too late. However, Health Canada is still refusing to approve this kind of test, even though our testing centres and laboratories are swamped. This means that, day after day, Canadians are being turned away, putting their loved ones and co-workers at risk. It is unacceptable that the Government of Canada prefers no testing to a test that is thought to be about 95% reliable.
We demand that the government acknowledge the technological breakthroughs that have been made in the past few months, and we urge the relevant authorities to stop stalling and approve these rapid tests, which have the potential to save lives.
Monsieur le Président, le Canada est entré dans le septième mois de la pandémie de la COVID-19, mais le gouvernement se traîne les pieds comme si cela venait de commencer hier.
Plusieurs pays ont développé des tests rapides pour tester systématiquement les travailleurs, les voyageurs et d'autres groupes afin de minimiser la propagation du virus avant qu'il ne soit trop tard. Or, Santé Canada refuse toujours d'homologuer ce genre de test, alors que les centres de dépistage et les laboratoires débordent. Cela veut dire que, jour après jour, des citoyens doivent rebrousser chemin, au risque de contaminer leurs proches et leurs collègues de travail. C'est inacceptable que le gouvernement du Canada préfère aucun test à un test jugé d'ailleurs comme fiable à environ 95 %.
Nous demandons au gouvernement de reconnaître les avancées technologiques des derniers mois, et nous demandons que les autorités compétentes cessent de freiner l'approbation de ces tests rapides qui peuvent sauver des vies.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2020-09-25 11:14 [p.116]
Mr. Speaker, the pandemic shone a light on how poorly Canada is doing in taking care of its seniors, particularly seniors who depend on our long-term care system. It showed the backward thinking of many governments, including the Conservative government in Manitoba. One of its first acts after being elected was cancelling an upgrade and expansion of Park Manor Personal Care Home in Transcona and other care homes across the province.
It showed the effect of the creeping privatization of our health system that has been taking place for a long time now. It puts the financial interest of investors ahead of the interests of our loved ones in personal care homes. It has been my honour to serve as a vice-chair of the NDP's building for better task force. We have heard from experts across the country who have highlighted the negative role that the profit motive has been playing in long-term care. We have seen the result with higher rates of death in for-profit personal care homes across the country. It is a call for federal leadership in funding and convening the provinces to have better standards. That is something the NDP is here to fight for.
Monsieur le Président, la pandémie a mis en lumière à quel point le Canada s'occupe mal de ses aînés, surtout ceux qui dépendent du système de soins de longue durée. La pandémie a mis en lumière la mentalité rétrograde de nombreux gouvernements, y compris le gouvernement conservateur du Manitoba. L'une des premières mesures qu'il a prises après avoir été élu a été d'annuler le projet de modernisation et d'agrandissement du foyer de soins personnels Park Manor à Transcona et d'autres foyers de soins ailleurs dans la province.
Cette situation témoigne de l'effet de la privatisation sournoise de notre système de soins de santé, qui se produit depuis maintenant très longtemps et qui place les intérêts financiers des investisseurs avant les intérêts de nos êtres chers vivant dans des foyers de soins personnels. J'ai l'honneur d'être le vice-président du groupe de travail Préparons demain du Nouveau Parti démocratique. Nous avons entendu les témoignages d'experts de tout le Canada, qui ont souligné le rôle néfaste de la quête du profit dans les soins de longue durée. Il en résulte les taux de mortalité plus élevés que l'on a pu observer dans les établissements à but lucratif du pays. Un appel est lancé au gouvernement fédéral pour qu'il joue son rôle de chef de file en fournissant le financement nécessaire et en invitant les provinces à participer à l'établissement de meilleures normes. C'est ce que défendent les néo-démocrates à la Chambre.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-09-25 11:15 [p.116]
Mr. Speaker, I have been in touch with the Maksoud family in my riding for months. Their eldest son, Bilal, got married in Lebanon a few years ago.
However, it seems that an interpretation error during a meeting with an immigration officer at the embassy is preventing his wife from immigrating to Canada, even though she followed all the necessary procedures. The Quebec ministry of immigration has recognized her as an excellent candidate. In addition to dealing with the stress of having her application denied, Mr. Maksoud's wife was directly affected by the recent horrific events in Beirut. Following the August 4 catastrophe, the Journal de Montréal published an article entitled “Ottawa to facilitate process for the Lebanese” and La Presse reported on how Ottawa would make it easier for people from Lebanon to come to Canada.
I spoke to the Minister of Immigration, Refugees and Citizenship and I know he is sympathetic to the situation. He must now put words into action. We are talking about the future of a family that deserves to finally be reunited.
Monsieur le Président, depuis des mois, je suis en communication avec la famille Maksoud, de ma circonscription. Leur aîné, Bilal, s'est marié au Liban il y a quelques années.
Or, il apparaît qu'une erreur d'interprétation lors d'un entretien avec un agent de l'immigration à l'ambassade empêche son épouse d'immigrer ici. Pourtant, elle a suivi toutes les démarches. Le ministère de l'Immigration du Québec lui-même la reconnaît comme une excellente candidate. En plus du stress dû au refus, l'épouse de M. Maksoud a directement vécu les terribles événements survenus récemment à Beyrouth. À la suite de cette catastrophe, le 4 août dernier, le Journal de Montréal titrait un article ainsi: « Ottawa veut faciliter le processus pour les Libanais », alors qu'on pouvait lire dans La Presse qu'Ottawa faciliterait la venue des Libanais au pays.
J'ai parlé de ce dossier au ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté et je le sais sensible à cette cause. Il doit maintenant passer de la parole aux actes. On parle ici de l'avenir d'une famille qui mérite d'être enfin réunie.
View James Cumming Profile
CPC (AB)
View James Cumming Profile
2020-09-25 11:16 [p.116]
Mr. Speaker, the need for rapid testing for COVID-19 is not a request nor is it something we can negotiate on. Here are the facts: Canada's unemployment surged to 13.7% this summer; Nav Canada announced that it is cutting another 14% of its workforce this week; and hundreds of small businesses across this country have been forced to shut down since March.
We have come to the point in the timeline where we have accepted we will have to live with COVID for the foreseeable future. We must improvise, we must adapt and we must overcome. Despite various pilot programs funding rapid test research across Canada and numerous countries around the world using innovative rapid testing methods, the Liberal government is napping on the possibility of getting our country back to relative working order.
On behalf the country's airlines; our nation's moms, dads and loved ones who have been separated for months; restaurant owners; workers, retailers; and employees, I urge the government to wake up and signal the green light for rapid testing, not tomorrow, not next week, but now.
Monsieur le Président, il faut avoir accès à des tests de dépistage rapides pour la COVID-19; ce n'est ni une simple demande ni un enjeu négociable. Voici les faits: le taux de chômage a grimpé à 13,7 % au Canada cet été; NAV Canada a annoncé qu'elle réduira encore son personnel de 14 % cette semaine; et des centaines de petites d'entreprises de partout au pays ont été forcées de cesser leurs activités depuis le mois de mars.
À ce point-ci, nous avons accepté qu'il faudra vivre avec la COVID pendant un certain temps. Nous devons donc improviser, nous adapter et reprendre le dessus. Alors que des programmes pilotes financent des recherches pour la création de tests rapides au Canada et que de nombreux pays utilisent des méthodes novatrices pour faire des tests de dépistage rapides, le gouvernement libéral reste endormi et ne profite pas de la possibilité de ramener le Canada à un niveau d'activité relativement normal.
Au nom des compagnies aériennes canadiennes, des mères, des pères et des êtres chers qui sont séparés depuis des mois, des propriétaires de restaurant, des travailleurs, des commerçants et des employés, j'exhorte le gouvernement à se réveiller et à donner le feu vert à des tests rapides non pas demain ou la semaine prochaine, mais dès maintenant.
View Han Dong Profile
Lib. (ON)
View Han Dong Profile
2020-09-25 11:17 [p.116]
Mr. Speaker, I rise today to mark the centennial of the Treaty of Sèvres, signed at the end of the First World War. As part of the larger Versailles peace settlement, the treaty made a commitment to try Ottoman officials for perpetrating the Armenian genocide and set the borders of the Republic of Armenia by including the historic Armenian provinces into a sovereign territory under the protection of the allied powers.
Though often overlooked in our history, Canada played a major role in assisting the Armenian population through the genocide. At the time, prominent Canadians, British politicians and intellectuals called for Canada to assume the mandate for Armenia. Unfortunately, that project was never realized.
Today, I join thousands of Armenian Canadians in Don Valley North and across Canada to commemorate this important chapter in our collective history and commit to a just resolution for the Armenian genocide.
Monsieur le Président, j'aimerais souligner aujourd'hui le 100e anniversaire du Traité de Sèvres, qui a été signé à la fin de la Première Guerre mondiale. S'inscrivant dans le cadre plus général de l'accord de paix de Versailles, ce traité prévoyait la citation à procès des responsables ottomans du génocide arménien, en plus de tracer les limites de la République d'Arménie et de regrouper les provinces arméniennes historiques dans un seul et même territoire sous la protection des puissances alliées.
Bien que l'histoire en parle rarement, le Canada a beaucoup aidé le peuple arménien à survivre au génocide. Même si cela ne s'est jamais concrétisé, de nombreux politiciens et intellectuels canadiens et britanniques pressaient à l'époque le Canada d'adhérer au mandat arménien.
Aujourd'hui, je joins ma voix à celles des Arméno-Canadiens de Don Valley-Nord et du reste du Canada pour commémorer ce chapitre marquant de notre histoire collective et réclamer une résolution juste du génocide arménien.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-25 11:18 [p.116]
Mr. Speaker, the Prime Minister's job is to bring Canadians together, especially during a national crisis like the one we are going through now.
Unfortunately, the Prime Minister's arrogant approach to dealing with the provinces has reared its ugly head. Rather than unite everyone, he decided to teach everyone a lesson. Yesterday, the Prime Minister of Canada decided to teach the Premier of Quebec a lesson. That was disrespectful and irresponsible. To insult the Premier of Quebec is to insult Quebeckers.
Why is the Prime Minister of Canada so irresponsible?
Monsieur le Président, le rôle du premier ministre est de rassembler les Canadiens, particulièrement en situation de crise comme nous sommes en train de vivre au pays.
Au contraire, le premier ministre montre dans toute sa laideur l'arrogance qui l'anime dans ses relations avec les provinces. Plutôt que d'unir, il a décidé de faire la leçon à tout le monde. De façon tout à fait irrespectueuse et irresponsable, hier, le premier ministre du Canada a fait la leçon au premier ministre du Québec. Insulter le premier ministre du Québec, c'est insulter les Québécois.
Pourquoi le premier ministre du Canada est-il si irresponsable?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-25 11:19 [p.117]
Mr. Speaker, the excellent Speech from the Throne talks about child care.
Quebec already has its own child care system, and that is what we have been saying all along. Of course we will take that into account. More than that, we are going to use it as a model for the other provinces. Of course Quebec will get its fair share through negotiations.
The other point my friend raised was about seniors. When it comes to seniors, it is not about jurisdiction. It is about human beings who have suffered more than anyone else during the pandemic.
Monsieur le Président, si on regarde l'excellent discours du Trône, on voit qu'on y parle des garderies.
Le Québec a déjà son système de garderies et c'est ce que nous disons tout le temps. Évidemment, nous en tenons compte. Non seulement nous en tenons compte, mais nous allons nous en inspirer pour les autres provinces. Il est clair que le Québec pourra recevoir la part qui lui revient par l'entremise de négociations.
L'autre point auquel mon ami fait référence, c'est la question des aînés. Les aînés ne sont pas une question de champ de compétence. Ce sont des êtres humains qui ont souffert plus que quiconque pendant la pandémie.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-25 11:20 [p.117]
Mr. Speaker, why does Quebec have its child care system? It is precisely because it falls under provincial jurisdiction. It is up to the provinces to decide what to do; it is not up to the federal government to tell the provinces what to do.
Yesterday I asked the Prime Minister about the problems in western Canada. Why are westerners so angry? He said that was “ridiculous”. Not only is he insulting Quebeckers, but he is also insulting the folks in western Canada.
Why does the Prime Minister have such an irresponsible attitude toward all Canadians?
Monsieur le Président, pourquoi le Québec a-t-il son système de garderies? C'est justement parce que cela relève de la compétence provinciale. C'est aux provinces de décider quoi faire, et non à l'État fédéral de dire aux provinces quoi faire.
Hier, je questionnais le premier ministre sur les problèmes qui existent dans l'Ouest. Comment se fait-il que les gens de l'Ouest soient si fâchés? Il a dit que c'était « farfelu ». Non seulement il insulte les Québécois, mais il insulte les Canadiens de l'Ouest également.
Pourquoi le premier ministre est-il aussi irresponsable envers tous les Canadiens?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-25 11:20 [p.117]
Mr. Speaker, the Speech from the Throne contains elements that are extremely important to all Canadians. If you look closely at the document and read what is in it, it is quite clear that we are in the midst of a pandemic and the government's priority is the health and safety of all Canadians.
Let me extend an olive branch to my colleague. Rather than getting into jurisdictional fights and quarrelling in general, let's work together to help our seniors, our businesses and people who have lost their jobs. Let's do it together.
Monsieur le Président, le discours du Trône contient des éléments qui sont extrêmement importants pour l'ensemble des Canadiens. Lorsqu'on s'attarde au document et qu'on lit ce qu'il contient, on voit que l'on tient compte du fait que nous sommes dans une pandémie et que la priorité du gouvernement, c'est la santé et la sécurité de tous les Canadiens.
Je tends la main à mon collègue. Au lieu d'embarquer dans des chicanes de compétences et de vouloir nous chicaner de façon générale, travaillons ensemble pour aider nos aînés, nos entreprises et ceux qui ont perdu leur emploi. Faisons-le ensemble.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-25 11:21 [p.117]
A Liberal will always be a Liberal. Look who is talking, Mr. Speaker.
Mr. Speaker, the government tabled a piece of legislation a few days ago: Bill C-2. Obviously, we want to work correctly on that. We made a proposition a few hours ago with all counterparts here to be sure to work correctly. We mean to have a sitting House here for committee of the whole this Sunday. Is the government ready to work on Sunday for the good and for the future of Canadians?
Libéral un jour, libéral toujours. Voyez donc qui parle, monsieur le Président.
Il y a quelques jours, le gouvernement a déposé le projet de loi C-2. Évidemment, nous voulons l'étudier adéquatement. Il y a quelques heures, nous avons fait une proposition en ce sens auprès de tous les députés ici présents. Nous proposons de siéger à la Chambre en comité plénier dimanche prochain. Le gouvernement est-il prêt à travailler dimanche pour le bien et l'avenir des Canadiens?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-25 11:21 [p.117]
Mr. Speaker, the government is working seven days a week for Canadians. The government is working all the time for Canadians. While I realize what my colleague has offered, through discussions we can do a lot of things and that is why we insisted so much to be here and also present virtually so all MPs could participate. I am glad that the Conservatives finally agree that we can do a lot of things together with goodwill.
Monsieur le Président, le gouvernement est au service des Canadiens sept jours sur sept. Le gouvernement est toujours en train de travailler pour les Canadiens. Je comprends ce que propose le député, mais en discutant, nous pouvons accomplir beaucoup de choses. C'est pourquoi nous avons tant insisté pour siéger à la fois à la Chambre et virtuellement, de sorte que tous les députés puissent participer. Je me réjouis de voir les conservateurs enfin admettre qu'ensemble et avec de la bonne volonté, il est possible d'accomplir beaucoup de choses.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, yesterday, the Minister of Health said that she would “rely on the expertise of the researchers, the scientists and the experts to guide us” on the matter of rapid testing. However, experts, researchers and scientists in other developed countries have already approved rapid and at-home testing, so this begs the question: If we are collaborating with these experts, researchers and scientists on things like a vaccine, why can we not use it for rapid testing? When will the review of rapid testing be complete in Canada?
Monsieur le Président, hier, en parlant des tests de dépistage rapide, la ministre de la Santé a dit qu'elle se guiderait « sur l'expertise des chercheurs, des scientifiques et des spécialistes ». Or, des spécialistes, des chercheurs et des scientifiques d'autres pays développés ont déjà approuvé des tests de dépistage rapide qu'on effectue à domicile. Ce qui m'amène à poser la question suivante. Si nous collaborons avec ces spécialistes, ces chercheurs et ces scientifiques pour certaines choses comme la production d'un vaccin, alors pourquoi ne pouvons-nous pas en faire autant pour les tests de dépistage rapide? Quand l'examen des tests de dépistage rapide sera-t-il terminé au Canada?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I obviously share the member's deep desire to have more sophisticated tools to be able to respond to COVID-19, including more sophisticated testing capacity. Of course, there is not one single rapid-test solution and testing is a complex space, but I will say what I do know: We need to rely on Canadian regulators who will tell us when a test is safe enough and accurate enough to be released into Canadian society because, of course, tests that do not provide accurate responses could make situations much worse.
Monsieur le Président, il est certain que, comme la députée, je souhaite ardemment que nous disposions d'outils de pointe pour lutter contre la COVID-19, y compris en ce qui concerne les capacités de dépistage. Évidemment, il n'y a pas de solution unique en matière de dépistage rapide, et le dépistage est un domaine complexe, mais ce que je sais, c'est que nous devons compter sur les organismes de réglementation canadiens, qui nous informeront lorsqu'un test sera jugé suffisamment sûr et précis pour qu'il soit offert dans la société canadienne, car nous savons, bien sûr, que la situation pourrait s'aggraver considérablement si des tests produisaient des résultats inexacts.
View Michelle Rempel Garner Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, the minister needs to realize there are people waiting for eight to 10 days to get their results. It is her job to go into her department and say, “Hey, what is taking so long? Why can we not do this quickly and fulsomely? Make it happen.”
It is not enough to share a desire. She is in charge of this. She has to go and read the riot act to her bureaucrats and get this done.
When will the review be complete?
Monsieur le Président, la ministre doit réaliser que des gens attendent de huit à dix jours avant d'obtenir leur résultat. C'est son rôle d'aller dans son ministère et de leur dire: « Hé! pourquoi est-ce si long? Pourquoi ne pouvons-nous pas faire ça vite et bien? Réglez-moi cela. »
Ce n'est pas suffisant de faire connaître son souhait. C'est elle qui est aux commandes. Elle doit aller voir ses bureaucrates pour leur dire leurs quatre vérités afin de faire avancer les choses.
Quand l'examen sera-t-il terminé?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, unlike the member opposite, I am incredibly grateful to the bureaucrats, as she calls them, the researchers, the scientists, the civil service—
Monsieur le Président, contrairement à la députée, je suis profondément reconnaissante envers les bureaucrates, comme elle les surnomme, les chercheurs, les scientifiques, la fonction publique...
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
We are on mute. We have not heard anything. Could the hon. minister check her connection?
Le son est désactivé. Nous n'avons rien entendu. La ministre peut-elle vérifier sa connexion?
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-09-25 11:24 [p.117]
Mr. Speaker, yesterday we saw Mr. Trudeau being utterly condescending. Who does he think he is giving lessons to Quebec about the presence of the Canadian Armed Forces in the long-term care centres? Quebec taxpayers pay for the army and its members.
Why are we in this situation? The answer is that for 25 years, the federal government has been making cuts to health. The federal government is responsible for this situation, not the Government of Quebec. If the federal government had listened to Quebeckers and the experts, or if it had used common sense, it would have invested in health instead of giving lessons to others.
Why will the government not increase health transfers?
Monsieur le Président, hier, nous avons vu M. Trudeau dans toute sa condescendance. Pour qui se prend-il pour donner des leçons au Québec au sujet de la présence des Forces armées canadiennes dans les CHSLD? Ce sont les contribuables québécois qui paient pour l'armée et les soldats.
Pourquoi sommes-nous dans une telle situation? C'est parce que cela fait 25 ans que le gouvernement fédéral coupe dans le domaine de la santé. C'est lui le responsable de la situation, ce n'est pas le gouvernement du Québec. Si le gouvernement fédéral avait écouté les Québécois et les experts ou qu'il avait fait preuve de gros bon sens, il aurait investi dans le domaine de la santé plutôt que de donner des leçons aux autres.
Pourquoi le gouvernement n'augmente-t-il pas les transferts en santé?
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I know that we have been gone for a while. I just want to remind hon. members that when they refer to another member of the House of Commons, they must use the title of the person in question and not their name.
The hon. government House leader.
Je sais que nous avons été partis pendant quelque temps. Or j'aimerais rappeler aux députés que lorsqu'ils réfèrent à un autre membre de la Chambre des communes, ils doivent utiliser le titre de la personne en question et non son nom.
L'honorable leader du gouvernement à la Chambre des communes a la parole.
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-25 11:25 [p.118]
Mr. Speaker, once again, my colleague is trying to provoke a squabble between Quebec and Ottawa.
I repeat what I said yesterday, from the bottom of my heart: Seniors are not paragraphs or lines in the Canadian Constitution. They are not a jurisdiction. They are real, live human beings. Seniors have suffered more than anyone in this pandemic, and we will be there for them.
Monsieur le Président, encore une fois, mon collègue essaie de créer une chicane entre Québec et Ottawa.
Je maintiens ce que j'ai dit du plus profond de mon cœur hier: nos aînés ne sont pas un paragraphe ou une ligne dans la Constitution canadienne; ils ne sont pas un champ de compétences. Ce sont des êtres humains, des personnes en chair et en os. Les aînés ont souffert plus que quiconque durant la pandémie, et nous serons là pour eux.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-09-25 11:26 [p.118]
Mr. Speaker, the Leader of the Government in the House of Commons left out a piece of the story. The federal government was doing the insulting yesterday, not the Government of Quebec or the Bloc Québécois. The federal government tried to lecture Quebec and brought up the notion of a blank cheque.
The government is going on about blank cheques, when it gave $900 million to WE Charity, his family's employer, in the middle of a pandemic. That is what you call a blank cheque.
Will the government increase health transfers, yes or no?
Monsieur le Président, le leader du gouvernement à la Chambre des communes a manqué un bout de l'histoire. Ce qui était méprisant, hier, ce n'était pas le gouvernement du Québec ou le Bloc québécois, c'était le gouvernement fédéral, qui a essayé de donner des leçons aux Québécois. Il a parlé de chèque en blanc.
Le gouvernement parle de chèque en blanc alors qu'il a donné 900 millions de dollars à l'employeur de sa famille, le mouvement UNIS, en pleine pandémie. C'est cela, un chèque en blanc.
Le gouvernement va-t-il augmenter les transferts en santé, oui ou non?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-25 11:26 [p.118]
Mr. Speaker, we made significant investments in health care and we will continue to do so, in Quebec and elsewhere in Canada.
We are talking about national standards and dialogue with the provinces regarding our common goals. Clearly, provinces manage their own health systems.
Once again, it is quite offensive to make seniors part of a constitutional dispute. They have the right to life, dignity and quality health care.
Monsieur le Président, nous avons investi de façon importante dans le domaine de la santé, et nous investirons toujours de façon importante dans ce domaine, que ce soit au Québec ou ailleurs au Canada.
Nous parlons de normes nationales et d'un dialogue avec les provinces relativement à nos objectifs communs. C'est évident que les provinces gèrent leur propre système de santé.
Encore une fois, c'est profondément blessant de ramener les aînés à une question de chicane constitutionnelle. Ils ont le droit à la vie, à la dignité et à des soins de santé de qualité.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2020-09-25 11:27 [p.118]
Mr. Speaker, the Prime Minister and the Liberal government decided to prorogue government and in doing so had almost two months to plan for a second wave, which we knew was coming. Now we are in the second wave, and the government really has no plan to deal with the crucial questions that people are faced with right now.
What is the government doing to ensure people have access to testing? What is it doing to make sure people who need child care have access to it? What is it doing to make sure that our seniors, those who are at ground zero for COVID-19, are protected? Finally, how is the government going to ensure that it is not everyday families that pay the price for the recovery, but that it is those who have profited off this pandemic who pay the price?
Monsieur le Président, le premier ministre et le gouvernement libéral ont pris la décision de proroger le Parlement et, ce faisant, ils ont disposé de presque deux mois pour se préparer à une deuxième vague qu'on savait imminente. Nous voici maintenant dans cette deuxième vague, mais le gouvernement n'a pas véritablement de plan pour réagir aux problèmes cruciaux avec lesquels les Canadiens sont aux prises en ce moment.
Que fait le gouvernement pour voir à ce que les Canadiens aient accès au dépistage? Que fait-il pour voir à ce que les Canadiens qui ont besoin des services de garde puissent les obtenir? Que fait-il pour assurer la protection des personnes âgées, qui sont au cœur même de la crise de la COVID-19? Enfin, comment le gouvernement fera-t-il en sorte que ce ne soient pas les familles canadiennes qui aient à payer le prix de la relance, mais plutôt ceux à qui la pandémie a été profitable?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I apologize for losing connection during the last question.
As the hon. member knows, we have been there every step of the way with Canadians, with provinces, with territories and in fact with local communities to make sure that we have a robust response to COVID-19, that we can work together to protect and save the lives of Canadians. We will continue that work in collaboration with all levels of government, and indeed with Canadians, because that is how we will get through this: Together.
Monsieur le Président, j'ai perdu la connexion lors de la dernière question; j'en suis désolée.
Comme le député le sait, nous avons constamment été aux côtés des Canadiens, des provinces, des territoires et même des municipalités pour nous assurer d'adopter des mesures énergiques de lutte contre la COVID-19 et d'unir nos efforts pour protéger les Canadiens et sauver leur vie. Nous continuerons de collaborer avec tous les ordres de gouvernement et, bien sûr, avec tous les Canadiens, parce que nous pourrons seulement traverser cette crise ensemble.
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2020-09-25 11:28 [p.118]
Mr. Speaker, the Liberal government and the Prime Minister prorogued Parliament and in doing so the government has had almost two months to plan a response to the second wave, which we are facing right now.
What is the plan for solving ongoing problems, especially those with testing, long-term health care and care for seniors?
What is the government's plan for ensuring that those who profited, and not ordinary Canadians, will bear the cost of the recovery?
Monsieur le Président, comme le gouvernement libéral et le premier ministre ont prorogé le Parlement, le gouvenrement a eu près de deux mois pour planifier une réponse relativement à la deuxième vague que nous subissons actuellement.
Quel est le plan pour régler les problèmes qui persistent, notamment ceux relatifs aux tests de dépistage, aux soins de santé de longue durée et aux soins offerts aux aînés?
Quel est le plan du gouvernement pour s'assurer que le prix de la reprise sera assumé par ceux qui ont fait des profits, et non par M. et Mme Tout-le-Monde?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question.
We have worked hard with the provinces, territories and local governments.
We will continue to work incredibly hard with all levels of government, and indeed with Canadians, to ensure that we can respond to COVID-19 together no matter what the virus throws at us.
This is a rapidly evolving situation, as members know. Of course, the tools and knowledge to defeat COVID-19 continue to evolve, and we will be there for Canadians and for communities no matter what COVID-19 throws at us.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
Nous avons travaillé très fort avec les provinces, les territoires et les gouvernements locaux.
Nous continuerons à travailler d'arrache-pied avec tous les ordres de gouvernement, ainsi qu'avec tous les Canadiens, pour faire face ensemble à la COVID-19, peu importe ce que le virus nous réserve.
Comme les députés le savent, la situation évolue rapidement. Bien sûr, les outils et les connaissances nécessaires pour vaincre la COVID-19 continuent eux aussi à évoluer, et nous serons là pour les Canadiens et les collectivités, peu importe ce que la COVID-19 nous réserve.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2020-09-25 11:30 [p.118]
Mr. Speaker, I rise today to report a million missing paycheques. That is the number of people who have lost their jobs since February and have not been hired back.
We have the highest unemployment in the G7. The U.S., U.K., France, Italy, Japan and Germany all have COVID too, but they have lower unemployment than we do.
When will the government recognize that its plan to impose austerity on private-sector mines and small businesses is not working?
Monsieur le Président, j'interviens aujourd'hui pour signaler la disparition d'un million de chèques de paie. C'est le nombre de Canadiens qui ont perdu leurs emplois depuis février et n'en ont pas retrouvé.
Nous avons le taux de chômage le plus élevé du G7. Les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l'Italie, le Japon et l'Allemagne se débattent tous aussi avec la COVID, mais ils ont un taux de chômage plus faible que le nôtre.
Quand le gouvernement reconnaîtra-t-il que son plan d'austérité pour les mines et les petites entreprises du secteur privé ne fonctionne pas ?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, the economic support we have been providing to Canadians during the pandemic has not only prevented a great deal of human misery. It is also driving our economic recovery, and the member does not need to take my word for it. TD Bank economist Ksenia Bushmeneva said that the “...federal government income support programs...have so far been paramount for averting a delinquency tsunami” and protecting the economy.
Monsieur le Président, l'aide économique que nous avons apportée aux Canadiens pendant la pandémie n'a pas seulement permis d'éviter une plus grande misère, mais a aussi permis de relancer notre économie. Le député n'est pas obligé de me croire sur parole. L'économiste Ksenia Bushmeneva, de la Banque TD, dit que les programmes d'aide au revenu du gouvernement fédéral se sont avérés cruciaux, à ce jour, pour éviter des défauts de paiements en cascade et protéger l'économie.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2020-09-25 11:31 [p.119]
Oh yes, Mr. Speaker, the bankers are very happy. They are making all kinds of money these days, but does the member know who is not happy? It is the million working-class people who no longer have jobs, who had to come home and sit at the kitchen table with their spouse and say, “Honey, I no longer have work or a paycheque and I don't know what we're going to do.”
No government program can replace the mighty force of our 20 million workers and the power of a paycheque. When will this government get out of the way and let our workers get back into jobs?
Oh oui, monsieur le Président, les banquiers se frottent les mains. Ils font plein d'argent ces jours-ci. Mais qui sont ceux qui ne se réjouissent pas? La députée le sait-elle? C'est le million de travailleurs qui n'ont plus de travail et ont dû rentrer chez eux expliquer à leurs conjoints qu'ils ne travaillaient plus ou n'étaient plus payés et ne savaient pas comment ils allaient s'en sortir.
Aucun programme gouvernemental ne peut remplacer le formidable potentiel de nos 20 millions de travailleurs ni le pouvoir d'un chèque de paie. Quand le gouvernement arrêtera-t-il de faire obstacle aux travailleurs et les laissera-t-il reprendre le travail?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, let me remind the member for Carleton and all Canadians of what he said on March 8 when asked about what support the government should offer to those very Canadians hurt by the pandemic. He said: “...You might want to address [COVID-19] with big, fat government programs. We're Conservatives, so we don't believe in that.”
Our government chose to support Canadians, and we are proud of it. I hate to imagine what the Conservatives would have done had they been elected in 2019.
Monsieur le Président, je vais rappeler au député de Carleton et à l'ensemble des Canadiens ce qu'il a dit le 8 mars dernier lorsqu'on lui a demandé quel genre d'aide le gouvernement devrait offrir aux Canadiens qui souffrent des répercussions de la pandémie. Il a dit: « Certains pourraient choisir de mettre en place d'imposants programmes gouvernementaux pour faire face à la [COVID-19]. Nous sommes des conservateurs, ce n'est donc pas l'approche que nous privilégions. »
Le gouvernement a choisi de soutenir les Canadiens, et nous en sommes fiers. Je n'ose pas imaginer ce que les conservateurs auraient fait s'ils avaient été élus en 2019.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
View Pierre Poilievre Profile
2020-09-25 11:32 [p.119]
Mr. Speaker, well, there it is. They believe that big, fat government programs can replace the dignity and productivity of a job. Everyday Canadians actually want the opportunity to work. That is the only thing that will permanently put food on the table and provide the wealth necessary to fund our cherished social safety net.
This government has the worst jobs record in the G7, and one-third higher unemployment than across the OECD. When will the Liberals acknowledge that their plan is just not working?
Monsieur le Président, eh bien, tout est dit. Les libéraux pensent que d'imposants programmes gouvernementaux peuvent remplacer la dignité et la productivité associées à un emploi. Ce que les Canadiens ordinaires veulent vraiment, c'est la possibilité de travailler. C'est la seule solution permanente qui permettra aux gens de payer l'épicerie et qui créera la richesse nécessaire pour financer notre filet de sécurité sociale qui nous est si cher.
Le gouvernement a le pire bilan en matière d'emploi des pays du G7, et le taux de chômage au Canada dépasse d'un tiers ceux des autres pays membres de l'OCDE. Quand les libéraux reconnaîtront-ils que leur plan n'est tout simplement pas efficace?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, what the hon. member maybe does not understand is that, in fighting this pandemic, we have asked Canadians to make a really big sacrifice: We have asked Canadians to stay home. We are still asking Canadians to practice social distancing, because the best economic policy is to crush the coronavirus. To make it possible for Canadians to do that, our government is there for them, and we will continue to be.
Monsieur le Président, il y a quelque chose que le député ne semble pas bien saisir. Dans la lutte contre cette pandémie, nous avons demandé aux Canadiens de faire un très gros sacrifice, soit de rester à la maison. Nous demandons toujours aux Canadiens de respecter la distanciation physique parce qu'écraser le coronavirus est la meilleure politique économique. Le gouvernement est là pour aider les Canadiens à y arriver, et nous continuerons de le faire.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I have quite a story for you this morning.
The Prime Minister signed a vaccine development agreement between the National Research Council of Canada and the state-owned company CanSinoBIO. However, the Chinese government changed its mind and decided to scrap the contract.
I understand that the Chinese communist regime holds a special place in the Prime Minister's heart. However, what Canadians want to know now is how many millions of dollars we have lost to the Chinese regime.
Monsieur le Président, je vais vous en raconter une bonne ce matin.
Il faut savoir que le premier ministre a signé un accord de développement d'un vaccin entre le Conseil national de recherches du Canada et la compagnie d'État CanSinoBIO. Or, le gouvernement chinois a décidé que cela ne tenait plus et a annulé le contrat.
On comprend que le premier ministre a une affection particulière envers le régime communiste chinois. Néanmoins, maintenant, les Canadiens veulent savoir combien de millions de dollars on a perdus au profit du régime chinois.
View Ali Ehsassi Profile
Lib. (ON)
View Ali Ehsassi Profile
2020-09-25 11:34 [p.119]
Mr. Speaker, our government has been working closely with experts and industry partners throughout this pandemic, which has allowed us to take an evidence-based approach to vaccine research and development. In the context of our continued research and evolving evidence, the National Research Council chose to implement the revised expert advice of the Vaccine Task Force and pursue other vaccine candidates. We will continue to actively pursue every promising option for a COVID-19 vaccine.
Monsieur le Président, depuis le début de la pandémie, le gouvernement collabore étroitement avec des experts et des partenaires de l'industrie, ce qui lui a permis d'entreprendre des travaux de recherche et développement fondés sur des données probantes pour trouver un vaccin. À la lumière des recherches soutenues du gouvernement et de l'évolution des données qu'il recueille, le Conseil national de recherche a choisi de suivre les conseils avisés des experts du Groupe de travail sur les vaccins contre la COVID-19 et de se pencher sur d'autres candidats-vaccins. Nous tâcherons d'examiner toutes les options prometteuses pour un vaccin contre la COVID-19.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I am not satisfied with that reply.
Canada signed an agreement with a Chinese state-owned company, CanSinoBIO. The Chinese decided to quash the deal. That cost money. To make matters worse, Canadian biological patents were transferred to China. The government still does not understand that the Chinese are detaining our two Michaels, that they veto trade deals whenever they see fit, and, what is more, that they do not give a flying fig about human rights.
Now we would like to know what the Prime Minister thinks about this business.
How can Canada hand over its own intellectual property to the Chinese, knowing that they have no respect for anything?
Monsieur le Président, c'est une réponse qui ne convient pas.
Il faut comprendre que le Canada a fait un accord avec une compagnie d'État chinoise, CanSinoBIO. Les Chinois ont décidé d'annuler le deal. Cela a coûté de l'argent. Pire que cela, c'est que les brevets biologiques canadiens ont été transférés en Chine. On n'a pas compris encore que les Chinois détiennent nos deux Michael, qu'ils arrêtent les deals de commerce quand cela leur tente et, qu'en plus, ils s'en foutent pas mal des droits de la personne.
On aimerait savoir, actuellement, ce que pense le premier ministre de cette affaire.
Comment peut-on transmettre la propriété intellectuelle du Canada aux Chinois, alors qu'on sait qu'ils ne respectent rien?
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2020-09-25 11:35 [p.119]
Mr. Speaker, I welcome that question because, as everyone in the House knows, Canada has a complex and multi-dimensional relationship with China. Canada engages with China with our eyes wide open. Many of our international partners are facing similar challenges. We actively engage with them constantly to ensure that Canadian interests are upheld, human rights are spoken about and intellectual property is protected.
Our government has been clear about our principles, our commitment to the rule of law, our deep concern for our citizens, including Michael Kovrig and Michael Spavor who have been arbitrarily detained, and our farmers and producers in Canada who seek markets. Canada will remain firm and resolute.
Monsieur le Président, je suis heureux que l'on me pose cette question, car tout le monde à la Chambre sait que le Canada a une relation complexe et multidimensionnelle avec la Chine. Lorsque le Canada fait des affaires avec la Chine, il demeure extrêmement vigilant. Je sais que beaucoup de nos partenaires internationaux font face à des enjeux similaires. Nous sommes en constante communication avec la Chine pour veiller à la protection des intérêts du Canada, au dialogue sur les droits de la personne et au respect de la propriété intellectuelle.
Le gouvernement a toujours été clair au sujet de ses principes, de son engagement envers la primauté du droit, de la grande importance qu'il accorde au bien-être des Canadiens — notamment celui de Michael Kovrig et Michael Spavor, qui sont détenus arbitrairement — et de sa détermination à aider les agriculteurs et les producteurs canadiens à trouver des débouchés. Le Canada continuera de faire preuve de fermeté et de détermination.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his diplomatic response, but the fact remains that our patents were stolen, we lost millions of dollars, and we trusted the Chinese regime even though we knew it was not to be trusted. That is pretty clear.
Yesterday, I asked other questions about committees here in Canada and matters that are usually under our control, such as the vaccine task force and the COVID-19 Supply Council.
Vaccine developer Gary Kobinger left the COVID-19 Vaccine Task Force, citing lack of faith in political leaders and experts and lack of transparency. Here is what we want to know.
Can the government confirm that none of the COVID-19 Supply Council members are in conflict of interest?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa réponse diplomatique, mais il reste que nous nous sommes fait voler nos brevets, que nous avons perdu des millions de dollars et que nous avons fait confiance au régime chinois, alors que nous savons qu'on ne peut pas lui faire confiance. C'est assez clair.
Hier, j'ai posé d'autres questions concernant des comités ici, au Canada, des choses qu'on contrôle normalement, soit le comité sur les vaccins et le Conseil de l'approvisionnement lié à la COVID-19.
Le développeur de vaccins Gary Kobinger a quitté le Groupe de travail sur les vaccins contre la COVID-19, parce qu'il ne croyait pas aux dirigeants politiques et aux experts; il trouvait qu'ils n'étaient transparents. Maintenant, on veut savoir ceci.
Peut-on confirmer qu'il n'y a aucun conflit d'intérêts concernant le Conseil de l'approvisionnement lié à la COVID-19?
View Ali Ehsassi Profile
Lib. (ON)
View Ali Ehsassi Profile
2020-09-25 11:37 [p.120]
Mr. Speaker, unlike the Conservatives who defunded science, our federal government greatly values the work of top scientific and industry experts who are volunteering their time to help ensure sound evidence-based decisions, but let me be very clear. The Vaccine Task Force has a robust conflict of interest process in place that embodies international best practices, includes an online registry of declared interests and is consistent with the practices of other volunteer external advisory bodies.
Monsieur le Président, contrairement aux conservateurs, qui ont coupé les vivres au milieu scientifique, le gouvernement fédéral actuel accorde une grande valeur au travail des autorités scientifiques et des experts de l'industrie qui donnent de leur temps pour assurer une prise de décisions fondées sur des données probantes. Je serai clair. Le Groupe de travail sur les vaccins contre la COVID-19 est doté d'un processus de gestion des conflits d'intérêts robuste qui reflète les meilleures pratiques internationales qui soient, comprend un registre en ligne de déclaration d'intérêts et est conforme aux pratiques d'autres organismes consultatifs externes bénévoles.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2020-09-25 11:37 [p.120]
Mr. Speaker, the federal government does not want to hand over a blank cheque.
Its leader says that they have the expertise. Ottawa's health care expertise is a joke. Just ask the first nations who do not have access to safe drinking water or the veterans who have fallen through the cracks.
When it comes to health care, the only expertise Ottawa has is its ability to undermine the system. The second wave is beginning. People are going to get sick. People are going to die. The government needs to stop talking about its expertise and transfer the provinces the money.
What is it waiting for?
Monsieur le Président, Ottawa ne veut pas envoyer un chèque en blanc.
« On a l'expertise », dit son leader. L'expertise d'Ottawa en santé est une farce. Parlons-en aux Premières Nations qui n'ont pas accès à l'eau potable. Parlons-en aux anciens combattants abandonnés par le système.
La seule expertise d'Ottawa en santé, c'est sa capacité de nuire au réseau. On est au début de la deuxième vague; des gens vont être malades, des gens vont mourir. Qu'il nous lâche l'expertise et qu'il nous transfère l'argent.
Qu'attend-il?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-25 11:38 [p.120]
Mr. Speaker, once again, our Bloc Québécois friends are trying to pick a fight and put Ottawa, Quebec and the other provinces at odds with each other over what they are doing. We have to look at all that.
The fight against COVID-19 is not about the efforts of one group or another but about everyone's efforts, including those of the House. It is about everyone's efforts, as a Parliament and as various governments, including the municipalities.
That is what the Bloc Québécois refuses to recognize. It does not want to recognize that because it likes to argue.
We are capable of working together and we will continue to do so.
Monsieur le Président, encore une fois, nos amis du Bloc québécois cherchent la chicane et cherchent à mettre en opposition ce qu'Ottawa fait, ce que Québec fait, et les autres provinces aussi. Il faut regarder tout cela.
La lutte contre la COVID-19, ce n'est pas les efforts de l'un ou de l'autre, mais les efforts de tous, incluant ceux de la Chambre. Il s'agit des efforts de tous, comme Parlement, comme différents gouvernements, incluant les municipalités.
C'est ce que le Bloc refuse de reconnaître et il ne veut pas le reconnaître, parce qu'il n'aime pas cela quand il n'y a pas de chicane.
On est capables de travailler ensemble, et on va continuer à le faire.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2020-09-25 11:39 [p.120]
Mr. Speaker, Ottawa should figure out how take care of its own affairs properly before putting its nose in other people's business.
Quebec and the provinces are not responsible for the spread of the virus. There were no tests at the airports or the borders. There was no follow-up. Ottawa did nothing about it even though it was a federal responsibility.
Another federal responsibility that the government is falling down on is transferring our money for health care so that Quebec and the provinces can fight this pandemic.
Will it increase health transfers immediately?
Monsieur le Président, qu'Ottawa commence à s'occuper correctement de ses affaires avant de se mêler de celles des autres.
Le Québec et les provinces ne sont pas responsables de la propagation du virus. Il n'y avait pas de test aux aéroports ou aux frontières. Il n'y avait pas de suivi. Ottawa n'agissait pas, alors que cela, c'était sa responsabilité.
Une autre responsabilité fédérale que le gouvernement remplit mal, c'est de transférer notre argent en santé pour que le Québec et les provinces mènent le combat contre la pandémie.
Va-t-il augmenter maintenant les transferts en santé?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-25 11:39 [p.120]
Mr. Speaker, earlier I was looking at the Bloc Québécois' statutes and bylaws. The first item is: “1. The Bloc Québécois is a separatist party”.
I wonder if there is a connection between that and the fact that it is always criticizing Ottawa. It is always Ottawa's fault no matter what we do. We helped out the health care sector and the Red Cross. It is always Ottawa's fault. We know full well that the different levels of government can work together, do work together and will continue to work together.
Monsieur le Président, tantôt, je regardais les Statuts et règlements du Bloc québécois. Le premier élément est le suivant: « 1. Le Bloc québécois est un parti indépendantiste ».
Je me demande s'il n'y a pas un petit lien entre cela et le fait qu'il critique toujours Ottawa. C'est toujours la faute d'Ottawa, peu importe ce que nous faisons. Nous avons donné un coup de pouce dans le domaine de la santé et à la la Croix-Rouge. C'est toujours la faute d'Ottawa. Pourtant, on sait très bien que les différents paliers de gouvernement peuvent travailler ensemble, travaillent ensemble et vont continuer de travailler ensemble.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2020-09-25 11:41 [p.120]
Mr. Speaker, the Liberal government has literally wrapped itself in a fine speech, but concretely it has done nothing for francophones. That is not surprising, given that it gave a $1-billion contract to WE Charity, a unilingual anglophone organization. This not complicated. The one thing everyone is waiting for is the modernization of the Official Languages Act.
Can the Minister of Official Languages tell us when she plans to finally introduce legislation, as called for by all the organizations that advocate for francophones across the country?
Monsieur le Président, le gouvernement libéral s'est littéralement drapé dans un beau discours, mais n'a concrètement rien fait pour les francophones. Ce n'est pas surprenant quand on sait qu'il a donné un contrat de 1 milliard de dollars à WE Charity, un organisme unilingue anglophone. Pourtant, ce n'est pas compliqué, ce que tout le monde attend, c'est la modernisation de la Loi sur les langues officielles.
La ministre des Langues officielles peut-elle nous dire quand elle déposera enfin un projet de loi, comme le demandent tous les organismes de défense des francophones au pays?
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I want to congratulate my colleague on his new responsibilities on the official languages file. I would be happy to review with him all the damage the Conservatives did to official languages. It has taken us five years to try to fix that damage, specifically in relation to the French-language university in Ontario and reduced services to francophones when it comes to court challenges.
That said, I am happy to be working with him on strengthening the Official Languages Act. I look forward to having productive discussions with him.
Monsieur le Président, je tiens à transmettre mes félicitations à mon collègue pour ses nouvelles responsabilités dans le dossier des langues officielles. Cela me fera plaisir de voir avec lui tout ce que les conservateurs ont fait de négatif en matière de langues officielles. Cela fait maintenant cinq ans que nous devons réparer les pots cassés, notamment en lien avec l'université franco-ontarienne ou les réductions dans les services aux francophones relativement aux contestations judiciaires.
Cela dit, je suis très heureuse de travailler avec lui au renforcement de la Loi sur les langues officielles. Ce sera un plaisir d'avoir de bonnes discussions avec lui.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2020-09-25 11:41 [p.121]
Mr. Speaker, I would like to remind the minister that the reality is that the Liberals have been in power for five years, and nothing has been done. A few weeks ago, the Liberal government and the minister awarded a sole-source contract to Liberal cronies at WE Charity. Everyone here knows, and this has been documented, that this charity is not able to operate in French. This is a tangible issue that should have been addressed. This is about the WE Charity scandal, which the government is trying to cover up.
I repeat: When will the minister introduce a bill so that all organizations—
Monsieur le Président, j'aimerais rappeler la réalité à la ministre: les libéraux sont au pouvoir depuis cinq ans et les gestes n'ont pas été posés. Il y a quelques semaines, le gouvernement libéral et la ministre ont octroyé un contrat aux amis des libéraux, à WE Charity, sans appel d'offres. Or, tout le monde ici sait très bien, et c'est documenté, que cet organisme n'est pas capable de faire son travail en français. C'est concret, c'est un geste qui aurait dû être posé. On parle ici du scandale WE Charity que le gouvernement essaie d'étouffer.
Je repose ma question: quand la ministre va-telle déposer ce projet de loi, pour que tous les organismes...
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
The hon. minister.
L'honorable ministre a la parole.
View Mélanie Joly Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, the reality is that we have been cleaning up the mess that the Conservatives made of official languages. This was necessary not only at the federal level, but also at the provincial Conservative government level, including Doug Ford's government. We are now very worried that Jason Kenney is targeting Franco-Albertans with Campus Saint-Jean.
Will my colleague join us in condemning the cuts that Jason Kenney is making to funding for Franco-Albertans and Campus Saint-Jean?
Monsieur le Président, la réalité, c'est que nous réparons les pots cassés depuis le malheureux legs des conservateurs en matière de langues officielles. Il a d'ailleurs fallu le faire au niveau fédéral, mais aussi au niveau des gouvernements conservateurs provinciaux, incluant celui de Doug Ford. Maintenant, nous sommes très préoccupés par le fait que Jason Kenney est en train d'affecter directement les Franco-Albertains avec le Campus Saint-Jean.
Est-ce que mon collègue va joindre sa voix à la nôtre pour dénoncer également les coupes que M. Jason Kenney est en train de faire auprès des Franco-Albertains avec le Campus Saint-Jean?
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, long before COVID-19, the Liberals promised to put people first by investing in public transit. Nowhere is the need greater than the Yonge subway extension. With 1.2 million residents and over 636,000 jobs, York Region is one of Canada's largest municipalities but still has no Yonge subway.
This is the top priority for the residents in my riding and for all of York Region, but the Liberals are not listening. When will the government deliver critical infrastructure funds for the Yonge subway extension?
Monsieur le Président, bien avant l'apparition de la COVID-19, les libéraux avaient promis de placer les intérêts des Canadiens en premier en investissant dans le transport en commun. Nul besoin n'est aussi urgent que celui de prolonger la ligne de métro Yonge. La région d'York, qui compte 1,2 million de résidants et plus de 636 000 emplois, est l'une des plus grandes municipalités du Canada. Or, elle n'est toujours pas desservie par la ligne de métro Yonge.
Ce projet est prioritaire pour les citoyens de ma circonscription et de l'ensemble de la région d'York. Cependant, les libéraux font la sourde oreille. Quand le gouvernement versera-t-il les fonds d'infrastructure nécessaires pour financer le prolongement de la ligne de métro Yonge?
View Catherine McKenna Profile
Lib. (ON)
View Catherine McKenna Profile
2020-09-25 11:44 [p.121]
Mr. Speaker, we have a bilateral agreement with Ontario that sees the federal government investing a historic $11.8 billion in Ontario over the next decade, including $8.3 billion for public transit.
We need to be working with the Government of Ontario and with local governments. We have asked the Government of Ontario to submit business cases on their major GTA transit lines, including the premier's preferred Ontario line, so that we can actually move forward and expedite funding decisions.
Monsieur le Président, nous avons conclu une entente bilatérale avec l'Ontario qui prévoit l'investissement, par le gouvernement fédéral, de la somme historique de 11,8 milliards de dollars en Ontario au cours de la prochaine décennie. De cette somme, 8,3 milliards de dollars iront au transport en commun.
Il faut collaborer avec le gouvernement de l'Ontario et les administrations municipales. Nous avons demandé au gouvernement de l'Ontario de soumettre des études de cas pour les principaux corridors de transport en commun de la région du Grand Toronto, y compris le projet chouchou du premier ministre de la province, la Ligne Ontario. Ces études nous permettront de progresser et de prendre rapidement les décisions en matière de financement.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, the Ontario government has already committed to the funding for the Yonge subway extension.
The Yonge subway extension would create over 60,000 jobs and enable housing for 88,000 residents. It would drastically reduce greenhouse gas emissions by taking over 3,000 buses a day off the streets. York Region keeps asking but the government remains silent.
When will the government create jobs, protect the environment and fund the Yonge subway extension?
Monsieur le Président, le gouvernement de l'Ontario s'est déjà engagé à financer le prolongement de la ligne de métro Yonge.
Le prolongement de cette ligne créerait plus de 60 000 emplois et permettrait la construction de logements pour 88 000 résidents. Il permettrait de réduire de façon importante les émissions de gaz à effet de serre grâce au retrait de plus de 3 000 autobus des routes chaque jour. La région d'York demande depuis longtemps l'achèvement de ce projet, mais le gouvernement ne répond pas.
Quand le gouvernement agira-t-il pour créer des emplois et protéger l'environnement par le financement du prolongement de la ligne de métro Yonge?
View Catherine McKenna Profile
Lib. (ON)
View Catherine McKenna Profile
2020-09-25 11:45 [p.121]
Mr. Speaker, it is always nice to hear Conservatives talk about the importance of protecting the environment. That is a top priority for us. That is why we are investing in public transit.
I would certainly encourage the Government of Ontario to bring a business case forward, because I know how much Conservatives care about taxpayer dollars. We need to actually have the details so that we can move forward on an important project that will create jobs, that will reduce congestion and that will improve the lives of people in Ontario.
Monsieur le Président, je suis toujours heureuse d'entendre les conservateurs parler de l'importance de protéger l'environnement. C'est l'une de nos priorités. C'est pour cette raison que nous investissons dans le transport en commun.
J'invite le gouvernement de l'Ontario à présenter une analyse de rentabilisation, puisque je sais que les conservateurs se soucient des dépenses publiques. Nous avons besoin d'obtenir des précisions avant de mettre en œuvre cet important projet qui créera des emplois, qui réduira la congestion et qui améliorera la vie des Ontariens.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2020-09-25 11:45 [p.121]
Mr. Speaker, we know that women's careers have been the hardest hit by this pandemic, which has been made worse by the Liberals' failure to follow through on their promises for a universal child care program, which they first promised in 1993. I am not going to hold my breath.
Will the minister tell us the implementation timeline for a universal child care program that properly supports early childhood educators, cares for kids with exceptional needs and helps parents who want to go back to work outside the home confidently go back to work?
Monsieur le Président, on sait que ce sont les femmes qui travaillent qui ont été le plus durement touché par la pandémie et que leur situation s'est aggravée du fait que les libéraux n'ont pas tenu leur promesse de mettre en place un programme universel de garde d'enfants. La première promesse à cet égard remonte à 1993. Quoi qu'il en soit, je ne me fais pas d'illusions.
Le ministre peut-il faire connaître à la Chambre le calendrier de mise en œuvre d'un programme universel de garde d'enfants qui soutiendra convenablement les éducateurs de la petite enfance, tiendra compte des enfants ayant des besoins particuliers et aidera les parents désireux de reprendre le travail à l'extérieur de la maison à le faire en toute confiance?
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2020-09-25 11:46 [p.122]
Mr. Speaker, we have made the largest single-year investment in early learning and child care in the history of this country this year, through this pandemic, with a $625-million investment to help get child care spaces secured, expanded and made safe for families right across the country. That was before the throne speech.
The throne speech has now committed to a new national program. We look forward to the NDP supporting it and not defeating the government like it did back in 2006. The critical issue now is to sit down with the provinces and expand the system, protect quality and make sure that child care workers are paid properly. That is the work we are engaged in and that is the work we will continue to move forward on.
Monsieur le Président, cette année, pendant la pandémie, le gouvernement a fait l'investissement annuel le plus considérable de toute l'histoire du pays dans le secteur de l'éducation préscolaire et de la garde d'enfants. Cet investissement de 625 millions de dollars permettra d'augmenter le nombre de places en garderie et à en assurer la disponibilité et la sécurité pour les familles d'un bout à l'autre du Canada. Cet investissement a été fait avant le discours du Trône.
Dans le discours du Trône, le gouvernement s'est engagé à créer un nouveau programme national. Nous espérons que le NPD l'appuiera et ne renversera pas le gouvernement comme il l'a fait en 2006. Il est crucial pour l'instant de négocier avec les provinces pour élargir le système, protéger la qualité et faire en sorte que les travailleurs des garderies soient rémunérés convenablement. C'est dans cette voie que nous nous sommes engagés et dans laquelle nous entendons poursuivre.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2020-09-25 11:47 [p.122]
Mr. Speaker, from the Nuu-chah-nulth on the west coast to the Mi'kmaq on th east coast, the Liberals have spent millions on lawyers to fight indigenous fishing rights. Time and time again, the courts have upheld indigenous fishing rights.
Now the Liberals are talking out of both sides of their mouths, but by trying to play both sides, they are leaving DFO officials without a clear mandate and they are putting lives at risk.
Will the minister finally back up her claims that she supports self-determination by actually upholding inherent and constitutionally protected rights?
Monsieur le Président, des Nuu-chah-nulth sur la côte Ouest aux Micmacs sur la côte Est, les libéraux ont dépensé des millions en frais d'avocats pour remettre en cause les droits de pêche autochtones. Encore et encore, les tribunaux ont confirmé ces droits.
Les libéraux tiennent maintenant un double discours. En tentant de jouer sur les deux tableaux, ils laissent cependant les fonctionnaires du ministère des Pêches et des Océans sans mandat clair et mettent des vies en danger.
La ministre appuiera-t-elle enfin ses propos selon lesquels elle soutient l'autodétermination en faisant réellement respecter les droits inhérents garantis par la Constitution?
View Bernadette Jordan Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, right now the government's number one priority is making sure people stay safe in southwest Nova Scotia, where tensions are quite high. We are working with first nations leadership as well as with industry partners in Nova Scotia. We believe that the best way forward is through respectful and collaborative dialogue. We are working to make sure that we uphold those treaty rights.
Monsieur le Président, la priorité absolue du gouvernement actuellement est de garantir la sécurité de la population dans le Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse, où les tensions sont vives. Nous travaillons de concert avec les dirigeants des Premières Nations de même que nos partenaires de l'industrie dans cette province. Nous croyons que la meilleure approche consiste à encourager un dialogue concerté et respectueux. Nous nous employons à faire prévaloir ces droits issus de traités.
View Lyne Bessette Profile
Lib. (QC)
View Lyne Bessette Profile
2020-09-25 11:48 [p.122]
Mr. Speaker, I am in constant contact with constituents and business owners in Brome—Missisquoi, and I have witnessed their solidarity and resilience throughout this pandemic. As we prepare to restart the economy, our constituents are only asking for one thing: the creation of better jobs and increased investment in our infrastructure. Starting today, we are looking towards the future.
Could the Minister of Infrastructure and Communities tell us what she is doing to help communities?
Monsieur le Président, étant toujours en contact avec les citoyens et les entrepreneurs de Brome—Missisquoi, j'ai eu l'occasion de constater leur solidarité et leur résilience pendant cette pandémie. À l'aube de la reprise économique, nos citoyens ne demandent qu'une chose: la création de meilleurs emplois et une augmentation de l'investissement dans nos infrastructures. Dès aujourd'hui, nous nous tournons vers l'avenir.
Est-ce que la ministre de l'Infrastructure et des Collectivités peut faire le point sur son travail pour aider les communautés?
View Catherine McKenna Profile
Lib. (ON)
View Catherine McKenna Profile
2020-09-25 11:48 [p.122]
Mr. Speaker, I thank the member for Brome—Missisquoi for her question.
Every dollar invested by the federal government must grow our economy, create good jobs and improve quality of life. That is why the federal government is investing in upgrades to water mains in the regional community of Brome—Missisquoi, which will receive more than $5 million under the green infrastructure stream for five projects that will improve resilience and quality of life in those communities.
Monsieur le Président, je remercie la députée de Brome—Missisquoi de sa question.
Chaque dollar que le gouvernement fédéral investit doit faire croître notre économie, créer de bons emplois et améliorer la qualité de vie. C'est pourquoi le gouvernement fédéral investit dans le renouvellement de conduites d'eau dans la communauté régionale de Brome—Missisquoi, qui recevra plus de 5 millions de dollars du volet « Infrastructures vertes » pour cinq projets qui amélioreront la résilience et la qualité de vie de ces collectivités.
View Brad Vis Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, when the pandemic hit, financial institutions granted six-month mortgage deferrals to ensure Canadians would not lose their homes. By the end of June, more than 768,000 Canadians used these programs. Next week, those deferral programs end and mortgage payments are due. Economists suggest that 5% of mortgages could default. That is almost 40,000 homes.
Mortgages were not referenced in the throne speech. Why is the Liberal government okay with potentially thousands of Canadians losing their homes? Are we not in the second wave?
Monsieur le Président, lorsque la pandémie a frappé, les institutions financières ont accordé des reports de paiements hypothécaires de six mois afin que les Canadiens ne perdent pas leur maison. À la fin de juin, plus de 768 000 Canadiens s'étaient prévalus de ces programmes. La semaine prochaine, ces programmes de report prendront fin, et les Canadiens devront reprendre leurs paiements hypothécaires. Selon certains économistes, 5 % d'entre eux pourraient être en défaut de paiement. Cela représente près de 40 000 foyers.
Le discours du Trône ne contenait rien au sujet des hypothèques. Pourquoi le gouvernement libéral ne voit-il aucune objection à ce que des milliers de Canadiens risquent de perdre leur maison? Ne sommes-nous pas au début de la deuxième vague?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, our government is absolutely committed to supporting Canadians and Canadian businesses throughout this crisis. The mortgage deferrals from our banks have indeed been very helpful to many Canadian families. This is an issue that we are going to continue to be working on.
I also want to point out that the extensive support we have provided to individual Canadians and to Canadian small businesses has helped Canadians get through so far. As we said in the throne speech, we are committed to continuing to be there for Canadians as we fight, as the member opposite points out quite rightly, the second wave.
Monsieur le Président, le gouvernement est fermement déterminé à aider les Canadiens et les entreprises canadiennes à traverser cette crise. Les reports de paiements hypothécaires accordés par nos institutions bancaires ont effectivement été très utiles à de nombreuses familles canadiennes. C'est un dossier sur lequel nous allons continuer de nous pencher.
Je tiens aussi à souligner que toutes les mesures de soutien que nous avons accordées aux particuliers et aux petites entreprises du pays les ont aidés à traverser cette crise jusqu'à présent. Comme nous l'avons dit dans le discours du Trône, nous continuerons d'épauler les Canadiens tout en luttant, comme l'a si bien dit le député d'en face, contre la deuxième vague.
View Brad Vis Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, the Liberals' national housing co-investment fund was announced with great fanfare in 2017, but over the two- to three-year period it has delivered very little nationwide. Now the Liberals want us to believe they can build 3,000 homes in six months.
Will the government commit, here and now, to operate with transparency and provide a running list of projects as they are allocated funding with regional breakdowns, unlike the opaque approach to the national housing co-investment fund?
Monsieur le Président, le Fonds national de co-investissement pour le logement a été annoncé en grande pompe par les libéraux en 2017, mais sur une période de deux à trois ans, il n'a guère donné de résultats à l'échelle nationale. Aujourd'hui, les libéraux veulent nous faire croire qu'ils sont en mesure de faire construire 3 000 logements en six mois.
Le gouvernement est-il prêt à s'engager, ici et maintenant, à faire preuve de transparence et à dévoiler une liste des projets en cours d'exécution au fur et à mesure que des fonds leur sont alloués, ainsi qu'une ventilation par région, contrairement à l'approche opaque qui caractérise le Fonds national de co-investissement pour le logement?
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
View Adam Vaughan Profile
2020-09-25 11:51 [p.123]
Mr. Speaker, the rapid housing initiative announced this week with the billion-dollar investment in acquisition and construction of new supportive housing units is one of the most important investments this government and, in fact, this country has ever made in terms of battling chronic homelessness.
The throne speech now commits to ending chronic homelessness in this country. That is an ambitious but a massively necessary target. The issue that the member opposite raises is an important one. We need to show Canadians exactly where these units are landing and how people are being helped.
We will commit to working to make sure he gets the information he needs. I would caution, though, not to rely on some of the language coming out of newspaper articles. The investments in B.C. are 26.8% of the investments we have made. I have made several announcements of projects in B.C., and that is a good news story for people—
Monsieur le Président, l'Initiative pour la création rapide de logements annoncée cette semaine, assortie d'un investissement d'un milliard de dollars pour l'acquisition et la construction de nouveaux logements supervisés, constitue l'un des investissements les plus importants que ce gouvernement ait faits. En fait, il s'agit de l'investissement le plus important dans l'histoire du Canada pour lutter contre l'itinérance chronique.
Dans le discours du Trône, nous nous sommes engagés dès maintenant à mettre fin à l'itinérance chronique au pays. Il s'agit d'un objectif ambitieux, mais crucial. La question que soulève le député d'en face est importante. Nous devons montrer aux Canadiens où ces logements seront situés et dans quelle mesure ils aideront les gens.
Nous nous engagerons à fournir au député les renseignements dont il a besoin. Cependant, je tiens à souligner le risque de se fier à certains termes employés dans la presse écrite. De fait, les investissements en Colombie-Britannique représentent 26,8 % des investissements que nous avons effectués. J'ai fait plusieurs annonces de projets en Colombie-Britannique, et il s'agit d'une bonne nouvelle pour les gens...
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
The hon. member for Desnethé—Missinippi—Churchill River.
Le député de Desnethé—Missinippi—Rivière Churchill a la parole.
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, during the pandemic, I have heard many stories of how the government has left out or left behind indigenous businesses. CEBA and CEWS are just two examples.
Last week, I attended a recovery forum hosted by the Canadian Council for Aboriginal Business. Many there expressed frustration resulting from the government's failure to meet a target of 5% procurement for indigenous-owned businesses.
When will the government allow indigenous entrepreneurs to share in Canada's prosperity?
Monsieur le Président, j'ai entendu beaucoup d'histoires qui montrent à quel point le le gouvernement a laissé tomber les entreprises autochtones durant la pandémie. Le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes et la Subvention salariale d'urgence du Canada n'en sont que deux exemples.
La semaine dernière, j'ai assisté à un forum sur la relance organisé par le Conseil canadien pour le commerce autochtone. J'ai pu constater que bien des entrepreneurs sont frustrés de voir que le gouvernement n'atteint pas une cible de 5 % pour l'approvisionnement auprès des entreprises autochtones.
Quand le gouvernement va-t-il permettre aux entrepreneurs autochtones d'avoir une part de la prospérité du Canada?
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, we recognize that indigenous business owners and their communities face unique challenges and have been disproportionately impacted by the current situation. That is why we took action to support indigenous businesses to respond to the hardships that have been amplified by COVID-19. This includes investing $423.8 million to support local businesses and ensure business owners have access to the support they need to get through this challenging time.
With this support, indigenous communities and business owners will have the flexibility they need to respond to their unique economic needs through this difficult time.
Monsieur le Président, nous reconnaissons que les propriétaires d'entreprises autochtones et les communautés autochtones font face à des difficultés bien particulières et sont touchés de façon disproportionnée par la situation actuelle. C'est pourquoi nous avons pris des mesures pour soutenir les entreprises autochtones face à une situation rendue plus difficile par la COVID-19. Parmi ces mesures figure un investissement de 423,8 millions de dollars pour aider les entreprises locales et fournir aux propriétaires d'entreprises le soutien dont ils ont besoin pour surmonter cette période difficile.
Grâce à cette aide, les communautés et les propriétaires d'entreprises autochtones auront la souplesse nécessaire pour répondre à leurs besoins économiques particuliers en cette période difficile.
View Eric Melillo Profile
CPC (ON)
View Eric Melillo Profile
2020-09-25 11:53 [p.123]
Mr. Speaker, the government's throne speech was short on details for the north. Many Canadians in my riding, across the territories and in other parts of northern Canada struggle with housing shortages, transportation difficulties and higher costs of goods and services. The north needs serious upgrades to infrastructure and transportation routes to ensure food security and lower the cost of living.
Will the government finally step up and commit to those critical investments, or will it continue to leave northern Canada behind?
Monsieur le Président, le discours du Trône du gouvernement ne dit pas grand-chose sur le Nord. De nombreux Canadiens dans ma circonscription, dans les territoires et dans d'autres régions du Nord du Canada sont aux prises avec une pénurie de logements, des problèmes de transport et une augmentation du coût des biens et des services. Le Nord a besoin d'une modernisation majeure des infrastructures et des voies de transport pour assurer la sécurité alimentaire et réduire le coût de la vie.
Le gouvernement va-t-il enfin s'engager à réaliser ces investissements essentiels, ou va-t-il continuer à délaisser le Nord du Canada?
View Dan Vandal Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, I am very proud of the support we have given northern Canada during these difficult times. In April, we invested $130 million for economic and health supports for all of northern Canada. We have also invested significantly in aviation support. Through these difficult times, our government will be there for all Canadians, including, of course, Canadians who live in the north.
Monsieur le Président, je suis très fier du soutien que nous avons apporté au Nord du Canada en ces temps difficiles. En avril, nous avons investi 130 millions de dollars pour soutenir l'économie et la santé dans toute la région. Nous avons également investi de manière significative dans le soutien à l'aviation. En ces temps difficiles, le gouvernement sera là pour tous les Canadiens, y compris, bien sûr, les Canadiens qui vivent dans le Nord.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-09-25 11:54 [p.123]
Mr. Speaker, the federal government is asleep at the wheel. The enemy it should be fighting right now is COVID-19, not Quebec, the provinces or the opposition parties. Controlling this public health crisis is the priority, the only priority.
By refusing to increase health transfers, they are single-handedly creating a political crisis instead of addressing a health crisis.
When will the government wake up? Health transfers need to be increased immediately.
Monsieur le Président, le gouvernement fédéral s'est endormi au volant. L'adversaire à battre en ce moment, ce n'est pas le Québec, ni les provinces ni les partis de l'opposition, c'est la COVID-19. C'est la priorité, la seule priorité: contrôler une crise de santé publique.
En refusant d'augmenter les transferts en santé, ils créent à eux seuls une crise politique au lieu de régler une crise sanitaire.
Quand vont-ils se réveiller? Il faut augmenter les transferts en santé maintenant.
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-25 11:55 [p.123]
Mr. Speaker, Quebec reported 637 new cases today. There are 400,000 Quebeckers looking for work. We are in the second wave. The last thing anyone wants is a squabble between different levels of government.
We must all be united in facing this enemy known as “COVID-19”. We have no enemies in Quebec City. Even if we disagree on certain things, we can still work together. Despite what the Bloc Québécois is saying, there is no quarrel, which is too bad for them.
Monsieur le Président, on a aujourd'hui, au Québec, 637 nouveaux cas. On a 400 000 personnes qui se cherchent un emploi, au Québec. On est dans une deuxième vague. La dernière chose qu'on devrait souhaiter, c'est une chicane de paliers de gouvernement.
En effet, on doit tous être unis face à cet adversaire qui, lui, se nomme « COVID-19 ». Il n'y a aucun adversaire à Québec. On peut parfois être en désaccord, mais travailler ensemble. Il n'y a en pas, de chicane, malgré ce que dit le Bloc québécois. Tant pis pour eux!
Results: 1 - 100 of 537 | Page: 1 of 6

1
2
3
4
5
6
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data