Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 1147
View John McKay Profile
Lib. (ON)
I call the meeting to order. We see a quorum, and we're ready to go with the ninth meeting of the public safety committee.
We have with us today Minister Blair and his officials. The good news is that there was no vote today, so we are actually starting on time. The bad news is that the minister needs to leave at 5:15. The good news is that the minister can be quite economical in his remarks.
Before I ask him to give his opening statement, I would take note that we are calling votes 1, 5 and 10. At the end of the two hours, I will seek the committee's will with respect to the disposition of these votes.
With that, I will call on Minister Blair for his remarks and for an introduction of his officials.
Minister Blair, you have seven minutes, please.
La séance est ouverte. Je constate qu'il y a quorum et que nous sommes prêts à commencer la neuvième réunion du Comité permanent de la sécurité publique et nationale.
Nous accueillons aujourd'hui le ministre Blair et ses collaborateurs. La bonne nouvelle, c'est qu'il n'y a pas de vote aujourd'hui, donc nous commençons la réunion à l'heure. La mauvaise nouvelle, c'est que le ministre doit nous quitter à 17 h 15. Toutefois, le ministre peut être assez concis dans sa déclaration.
Avant de lui demander de faire sa déclaration préliminaire, je souligne la mise aux voix des crédits 1, 5 et 10. À la fin de ces deux heures, je vais consulter le Comité concernant ces crédits.
Sur ce, je prie le ministre Blair de faire sa déclaration et de nous présenter ses collaborateurs.
Monsieur le ministre, je vous en prie. Vous avez sept minutes.
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
Thank you very much, Mr. Chair. I will try to be economical in my remarks.
I am pleased to have the opportunity to present to you today the 2020-21 main estimates and supplementary estimates (B) for the public safety portfolio. Fortunately, in order to provide explanation to the committee of these figures in greater detail and to answer the questions that members may have, I am very pleased today to be joined by Rob Stewart, deputy minister of public safety; Michelle Tessier, deputy director at the Canadian Security Intelligence Service; President John Ossowski, Canada Border Services Agency; the senior deputy commissioner of the Correctional Service of Canada, Alain Tousignant; Commissioner Lucki of the RCMP; and Jennifer Oades, chair of the Parole Board of Canada.
Mr. Chair, before I get to the estimates, allow me to take a very brief moment to recognize the hard work, professionalism and dedication of the employees across the nine organizations of my portfolio. Their collective efforts, Mr. Chair, have helped protect our borders, our communities, our corrections institutions and our national security. This year in particular, amid the unprecedented COVID pandemic, they have continued to serve Canadians and, I believe, have done an exemplary job in their work to keep us safe.
The estimates before you today reflect the breadth of that work. In my allotted time today, I hope to provide a broad overview of the estimates, highlighting some of the most substantial items for the organizations within my portfolio.
Let me begin with the 2020-21 main estimates. As members will note, the public safety portfolio as a whole is requesting a total of $9.7 billion for this fiscal year. Overall, the portfolio's funding has remained stable over the last few years, averaging 2.6% annual growth based on available funding authorities from 2014-15 to 2019-20. Spending increases for the portfolio in this fiscal year are also expected to be in line with those in previous years.
I'll break things down by organization, Mr. Chair.
Public Safety Canada is seeking a total of $725 million in these main estimates. You will note that there is a request for an increase in funds to protect people from unnecessary violence and to work towards holding criminals to account. This includes an additional $25 million to take action against gun and gang violence, over $10 million to combat human trafficking and to protect children from online sexual exploitation, and additional investments for the national cyber security strategy. Additionally, we are working towards providing additional support for the first nations policing program as well as for infrastructure projects in indigenous communities.
I will now turn to this year's main estimates for other organizations in the public safety portfolio.
CBSA is seeking a total of just over $2.2 billion in 2020-21, a net increase of $80 million or 3.8% over the previous year. The most substantial item affecting this change in funding levels for the CBSA is an additional $75 million to implement and to maintain the agency's assessment and revenue management project. Once fully implemented, this project will modernize and streamline the process of importing commercial goods. The goal is to reduce the administrative burden for importers and other trade partners and to increase CBSA's efficiency and Government of Canada revenues.
The CBSA's main estimates of 2020-21 also include an increase of $17.3 million to enhance the operational response related to the fight against gun and gang violence. Also, you will recall that by launching the Canadian travel number, we have delivered on our commitment to improve air security and offer redress to those who were falsely flagged on the no-fly list. The main estimates include $12.3 million to implement amendments to the Secure Air Travel Act and to introduce a framework for the passenger protect program.
I will now turn to the RCMP, which is seeking total funding in the amount of $3.5 billion in the main estimates for 2020-21. In terms of increases, additional funds relate to contract policing services; support for the renewal of the RCMP's radio communications system infrastructure in Ontario, Quebec and the national capital region; and over $20 million in funding to strengthen federal cybercrime enforcement.
The Correctional Service of Canada is requesting a total of $2.6 billion in the main estimates for 2020-21. The most substantial investment is an additional $49.7 million to support the transformation of the federal corrections system following the passage into law of Bill C-83.
As members know, we have eliminated administrative segregation. The new system, called structured intervention units, is designed to provide inmates the opportunity for more time out of their cells and for meaningful human contact, as well as targeted interventions and programs. They also must receive daily health care visits by a registered health professional and comprehensive mental health assessments. As we have recently been informed, there is much more work to do, though progress is being made. We'll continue to work with groups to ensure adequate reporting and oversight and to measure the progress being made in achieving these important goals.
On that note, Mr. Chair, I will now turn to the portfolio's supplementary estimates, which so far this year total $523.3 million. This represents a small percentage, only 5.4% of the $9.7-billion base funding requested in the main estimates.
On a portfolio-wide basis, the total authority sought in the supplementary estimates (B) more specifically would result in a net increase of $203.2 million. This represents a 1.9% increase over the total authorities provided to date, for a total of $10.7 billion.
If I may, I'll highlight a few key items in these estimates across the portfolio.
Most notably, CSC is seeking $143.3 million in additional funding for support for the Correctional Service of Canada. The supplementary estimates also include a transfer of $58.8 million from Public Safety Canada to the RCMP, and this is for first nations community policing. This transfer covers the cost of the policing services provided by the RCMP under tripartite agreements among Public Safety Canada, the provinces and territories, and first nations.
The RCMP is also seeking $14.5 million in these estimates to implement and maintain the national cybercrime solution. This will provide the national cybercrime coordination unit with the IM/IT functions it needs to receive, store, analyze and share cybercrime data and establish a public reporting website.
The CBSA is seeking an additional $6 million for measures to enhance the integrity of Canada's borders and asylum system, and is also seeking funds to crack down on fraudulent consultants. More specifically, funding will support an IT system and changes to ensure that CBSA's case management systems reflect the recent changes to Canada's immigration laws.
Finally, Mr. Chair, I'll note that your documents also outline the 2020-21 main estimates and supplementary estimates (B) for CSIS, the Parole Board of Canada, the Office of the Correctional Investigator, the RCMP External Review Committee, and the Civilian Review and Complaints Commission for the RCMP. Additional funds for the Parole Board of Canada, in particular, will work towards addressing workload capacity for those involved with decisions pertaining to conditional release to ensure we are keeping our communities safe.
This has been a difficult year for Canadians, but regardless of the area in which they work, our employees have risen to the challenge. They work hard to keep us safe and secure.
Mr. Chair, I welcome the opportunity for me and my officials to answer any questions the committee may have.
Thank you, sir.
Merci beaucoup, monsieur le président. J'essaierai de garder ma déclaration concise.
Je suis heureux d'être ici aujourd'hui pour vous présenter le Budget principal des dépenses et le Budget supplémentaire des dépenses (B) de 2020-2021 pour le portefeuille de la Sécurité publique. Heureusement, pour m'aider à expliquer ces chiffres en plus de détails et pour répondre à vos questions, j'ai le plaisir d'être accompagné par Rob Stewart, sous-ministre de la Sécurité publique; Michelle Tessier, sous-directrice au Service canadien du renseignement de sécurité; John Ossowski, président de l'Agence des services frontaliers du Canada; Alain Tousignant, sous-commissaire principal du Service correctionnel du Canada; Brenda Lucki, commissaire de la Gendarmerie royale du Canada; et Jennifer Oades, présidente de la Commission des libérations conditionnelles du Canada.
Monsieur le président, avant d'en venir aux budgets des dépenses, je voudrais prendre un moment pour souligner le travail acharné, le professionnalisme et le dévouement des employés des neuf organisations de mon portefeuille. Leurs efforts collectifs, monsieur le président, aident à protéger nos frontières, nos collectivités, nos établissements correctionnels et notre sécurité nationale. Cette année, dans le contexte de la pandémie sans précédent de COVID-19, ils ont continué de servir les Canadiens, et j'estime qu'ils font un travail exemplaire pour nous protéger.
Les budgets des dépenses dont vous êtes saisis aujourd'hui tiennent compte de l'ampleur incroyable de ce travail. Dans le temps qui m'est imparti aujourd'hui, j'espère vous donner un aperçu général de ces budgets des dépenses et mettre en évidence certains des postes les plus importants pour les organisations de mon portefeuille.
Je commencerai par le Budget principal des dépenses de 2020-2021. Comme les membres le remarqueront, le portefeuille de la Sécurité publique dans son ensemble demande un total de 9,7 milliards de dollars pour cet exercice. En général, le financement du portefeuille est demeuré stable au cours des dernières années. En moyenne, il a augmenté de 2,6 % par année par rapport aux autorisations de financement disponibles de 2014-2015 à 2019-2020. Les augmentations des dépenses qui sont prévues pour le portefeuille pendant l'exercice devraient aussi concorder avec celles des années précédentes.
Je vais fournir les détails par organisation, monsieur le président.
Sécurité publique Canada demande un total de 725 millions de dollars dans le Budget principal des dépenses. Vous remarquerez qu'il y a une augmentation de fonds pour protéger les gens de la violence inutile et poursuivre nos efforts en vue de tenir les criminels responsables. Cela comprend 25 millions de dollars supplémentaires pour prendre des mesures contre la violence liée aux armes à feu et aux gangs; plus de 10 millions de dollars pour la lutte contre la traite de personnes et pour protéger les enfants de l'exploitation sexuelle en ligne; et fournir un soutien financier supplémentaire pour la Stratégie nationale de cybersécurité. De plus, nous nous efforçons de fournir un soutien financier supplémentaire pour le Programme des services de police des Premières Nations ainsi que des projets d'infrastructure dans des communautés autochtones.
Je vais maintenant passer au Budget principal des dépenses de cette année pour d'autres organisations faisant partie du portefeuille de la Sécurité publique.
L'Agence des services frontaliers du Canada, ou ASFC, demande un total d'un peu plus de 2,2 milliards de dollars en 2020-2021 — une augmentation nette de 80 millions de dollars, ou 3,8 %, par rapport à l'année précédente. Le poste le plus important qui influe sur ce changement dans les niveaux de financement de l'ASFC est un montant supplémentaire de 75 millions de dollars pour la mise en œuvre et le maintien du projet de l'Agence en matière de gestion des cotisations et des recettes. Une fois entièrement mis en œuvre, ce projet modernisera et rationalisera le processus d'importation des marchandises commerciales. L'objectif est de réduire le fardeau administratif des importateurs et des autres partenaires commerciaux et d'accroître l'efficacité de l'ASFC et les recettes du gouvernement du Canada.
Le Budget principal des dépenses de l'ASFC pour 2020-2021 comprend également une augmentation de 17,3 millions de dollars pour améliorer la réponse opérationnelle à la lutte contre la violence liée aux armes à feu et aux gangs. Également, vous vous rappellerez que nous avons respecté notre engagement à améliorer la sécurité aérienne et avons offert réparation à ceux qui ont été faussement signalés comme étant sur la liste d'interdiction de vol en lançant le Numéro canadien de voyages. Le Budget principal des dépenses comprend 12,3 millions de dollars pour mettre en œuvre des modifications à la Loi sur la sûreté des déplacements et introduire le cadre pour le Programme de protection des passagers.
Passons maintenant à la Gendarmerie royale du Canada, ou GRC, qui demande un montant total de 3,5 milliards de dollars dans le Budget principal des dépenses pour 2020-2021. En matière d'augmentation, des fonds supplémentaires sont liés aux services de police contractuels; un appui pour le renouvellement de l'infrastructure du système de radiocommunication de la GRC en Ontario, au Québec et dans la région de la capitale nationale; et plus de 20 millions de dollars de financement pour renforcer l'application de la loi fédérale sur la cybercriminalité.
Pour ce qui est du Service correctionnel du Canada, l'organisation demande un total de 2,6 milliards de dollars dans son Budget principal des dépenses pour 2020-2021. Le plus important investissement est une somme additionnelle de 49,7 millions de dollars pour appuyer la transformation du système correctionnel fédéral après l'adoption du projet de loi C-83.
Comme les membres le savent, nous avons éliminé l'isolement préventif. Le nouveau système, appelé unités d'intervention structurée, est conçu pour offrir aux détenus l'occasion de passer plus de temps à l'extérieur de leur cellule et d'avoir plus de contacts humains significatifs. Il prévoit aussi des interventions et des programmes ciblés. De plus, les détenus ont droit à une visite de soins de santé quotidienne par un professionnel de la santé autorisé et à des évaluations complètes de la santé mentale. Comme on nous l'a signalé récemment, il y a encore beaucoup de travail à faire, quoique l'on constate des progrès. Nous continuerons de collaborer avec divers groupes afin d'assurer une surveillance et des rapports adéquats ainsi que pour mesurer les progrès accomplis dans l'atteinte de ces objectifs importants.
Sur cette note, monsieur le président, je vais maintenant passer au Budget supplémentaire des dépenses du portefeuille, qui totalise jusqu'à présent 525,3 millions de dollars pour l'exercice. Cela représente un faible pourcentage, seulement 5,4 %, du financement de base de 9,7 milliards de dollars demandé dans le Budget principal des dépenses.
À l'échelle du portefeuille, le total des autorisations demandées dans le Budget supplémentaire des dépenses (B) en particulier entraînerait une augmentation nette de 203,2 millions de dollars. Ce montant représente une augmentation de 1,9 % par rapport au total des autorisations fournies à ce jour, pour un total de 10,7 milliards de dollars.
Si vous me le permettez, je vais mettre en évidence quelques postes clés de ce budget des dépenses pour l'ensemble du portefeuille.
Plus particulièrement, le Service correctionnel du Canada, ou SCC, demande 143,3 millions de dollars en financement supplémentaire pour le « Soutien au Service correctionnel du Canada ». Le Budget supplémentaire des dépenses comprend également un transfert de 58,8 millions de dollars de Sécurité publique Canada à la GRC pour les services de police communautaire des Premières Nations. Ce transfert couvre les coûts des services de police fournis par la GRC en vertu d'ententes tripartites conclues par Sécurité publique Canada, les provinces et territoires et les Premières Nations.
La GRC demande également une somme de 14,5 millions de dollars dans ce budget des dépenses pour mettre en œuvre et maintenir la Solution nationale en matière de cybercriminalité. Cela permettrait au Groupe national de coordination contre la cybercriminalité d'assumer les fonctions de gestion de l'information et technologie de l'information ou GI-TI dont il a besoin pour recevoir, stocker, analyser et partager des données sur la cybercriminalité, et établir un site Web de rapports publics.
L'ASFC demande un montant supplémentaire de 6 millions de dollars pour des mesures visant à améliorer l'intégrité des frontières et du système d'asile du Canada, et demande aussi des fonds pour s'attaquer aux consultants frauduleux. Plus précisément, le financement appuierait les changements apportés au système de TI pour s'assurer que les systèmes de gestion des cas de l'ASFC tiennent compte des changements récents apportés aux lois canadiennes sur l'immigration.
Enfin, monsieur le président, je tiens à souligner que vos documents décrivent également le Budget principal des dépenses et le Budget supplémentaire des dépenses (B) de 2020-2021 du SCRS, de la Commission des libérations conditionnelles du Canada, du Bureau de l'enquêteur correctionnel, du Comité externe d'examen de la GRC et de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes de la GRC. Des fonds supplémentaires pour la Commission des libérations conditionnelles du Canada, en particulier, aideraient à régler la capacité de travail des personnes touchées par les décisions concernant la libération conditionnelle de sorte à bien protéger nos collectivités.
Cette année a été difficile pour tous les Canadiens. Quel que soit le domaine dans lequel ils travaillent, nos employés ont relevé le défi et ont travaillé dur pour nous garder en sécurité et en santé.
C'est avec plaisir, monsieur le président, que mes collaborateurs et moi répondrons maintenant aux questions que pourrait avoir le Comité.
Merci, monsieur.
View John McKay Profile
Lib. (ON)
We're agreeable to that?
Is that sufficient for the formalities of reporting, Mr. Clerk? It is.
CANADA BORDER SERVICES AGENCY
Vote 1—Operating expenditures..........$1,822,908,053
Vote 5—Capital expenditures..........$177,772,983
(Votes 1 and 5 agreed to on division)
CANADIAN SECURITY INTELLIGENCE SERVICE
Vote 1—Program expenditures..........$598,034,351
(Vote 1 agreed to on division)
CIVILIAN REVIEW AND COMPLAINTS COMMISSION FOR THE ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE
Vote 1—Program expenditures..........$9,284,989
(Vote 1 agreed to on division)
CORRECTIONAL SERVICE OF CANADA
Vote 1—Operating expenditures, grants and contributions..........$2,145,688,776
Vote 5—Capital expenditures..........$187,796,912
(Votes 1 and 5 agreed to on division)
DEPARTMENT OF PUBLIC SAFETY AND EMERGENCY PREPAREDNESS
Vote 1—Operating expenditures..........$143,921,366
Vote 5—Grants and contributions..........$565,749,061
(Votes 1 and 5 agreed to on division)
NATIONAL SECURITY AND INTELLIGENCE REVIEW AGENCY SECRETARIAT
Vote 1—Program expenditures..........$22,801,056
(Vote 1 agreed to on division)
OFFICE OF THE CORRECTIONAL INVESTIGATOR OF CANADA
Vote 1—Program expenditures..........$4,735,703
(Vote 1 agreed to on division)
PAROLE BOARD OF CANADA
Vote 1—Program expenditures..........$41,877,803
(Vote 1 agreed to on division)
ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE
Vote 1—Operating expenditures..........$2,610,780,627
Vote 5—Capital expenditures..........$249,275,558
Vote 10—Grants and contributions..........$195,339,283
(Votes 1, 5 and 10 agreed to on division)
ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE EXTERNAL REVIEW COMMITTEE
Vote 1—Program expenditures..........$2,894,153
(Vote 1 agreed to on division)
SECRETARIAT OF THE NATIONAL SECURITY AND INTELLIGENCE COMMITTEE OF PARLIAMENTARIANS
Vote 1—Program expenditures..........$3,331,078
(Vote 1 agreed to on division)
The Chair: The second vote is on the supplementary estimates. Shall I ask whether that is to move on division?
Sommes-nous d'accord pour faire cela?
Est-ce suffisant pour les exigences du rapport, monsieur le greffier? Oui, c'est suffisant.
AGENCE DES SERVICES FRONTALIERS DU CANADA
Crédit 1— Dépenses de fonctionnement..........1 822 908 053 $
Crédit 5—Dépenses en capital..........177 772 983 $
Les crédits 1 et 5 sont adoptés avec dissidence.)
SERVICE CANADIEN DU RENSEIGNEMENT DE SÉCURITÉ
Crédit 1—Dépenses du programme..........598 034 351 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
COMMISSION CIVILE D'EXAMEN ET DE TRAITEMENT DES PLAINTES RELATIVES À LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
Crédit 1—Dépenses du programme..........9 284 989 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA
Crédit 1—Dépenses de fonctionnement, subventions et contributions..........2 145 688 776 $
Crédit 5—Dépenses en capital..........187 796 912 $
(Les crédits 1 et 5 sont adoptés avec dissidence.)
MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ET DE LA PROTECTION CIVILE
Crédit 1—Dépenses de fonctionnement..........143 921 366 $
Crédit 5—Subventions et contributions..........565 749 061 $
(Les crédits 1 et 5 sont adoptés avec dissidence.)
SECRÉTARIAT DE L'OFFICE DE SURVEILLANCE DES ACTIVITÉS EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ NATIONALE ET DE RENSEIGNEMENT
Crédit 1—Dépenses du programme..........22 801 056 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
BUREAU DE L'ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL DU CANADA
Crédit 1—Dépenses du programme..........4 735 703 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
COMMISSION DES LIBÉRATIONS CONDITIONNELLES DU CANADA
Crédit 1—Dépenses du programme..........41 877 803 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
Crédit 1—Dépenses de fonctionnement..........2 610 780 627 $
Crédit 5—Dépenses en capital..........249 275 558 $
Crédit 10—Subventions et contributions..........195 339 283 $
(Les crédits 1, 5 et 10 sont adoptés avec dissidence.)
COMITÉ EXTERNE D'EXAMEN DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
Crédit 1—Dépenses du programme..........2 894 153 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
SECRÉTARIAT DU COMITÉ DES PARLEMENTAIRES SUR LA SÉCURITÉ NATIONALE ET LE RENSEIGNEMENT
Crédit 1—Dépenses du programme..........3 331 078 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
Le président: Le deuxième vote est sur le Budget supplémentaire des dépenses. Dois-je demander s'il est adopté avec dissidence?
View John McKay Profile
Lib. (ON)
CANADA BORDER SERVICES AGENCY
Vote 1b—Operating expenditures..........$ 7,690,722
Vote 5b—Capital expenditures..........$32,000
(Votes 1b and 5b agreed to on division)
CANADIAN SECURITY INTELLIGENCE SERVICE
Vote 1b—Program expenditures..........$2,046,981
(Vote 1b agreed to on division)
CORRECTIONAL SERVICE OF CANADA
Vote 1b—Operating expenditures, grants and contributions..........$130,549,259
(Vote 1b agreed to on division)
DEPARTMENT OF PUBLIC SAFETY AND EMERGENCY PREPAREDNESS
Vote 1b—Operating expenditures..........$3,797,487
Vote 5b—Grants and contributions..........$ 13,370,400
(Votes 1b and 5b agreed to on division)
PAROLE BOARD OF CANADA
Vote 1b—Program expenditures..........$3,200,000
(Vote 1b agreed to on division)
ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE
Vote 1b—Operating expenditures..........$7,682,839
Vote 5b—Capital expenditures..........$6,768,607
(Votes 1b and 5b agreed to on division)
ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE EXTERNAL REVIEW COMMITTEE
Vote 1b—Program expenditures..........$1,777,368
(Vote 1b agreed to on division)
The Chair: Shall I report the will of the committee to the House?
Some hon. members: Agreed.
AGENCE DES SERVICES FRONTALIERS DU CANADA
Crédit 1b—Dépenses de fonctionnement.......... 7 690 722 $
Crédit 5b—Dépenses en capital..........32 000 $
(Les crédits 1b et 5b sont adoptés avec dissidence.)
SERVICE CANADIEN DU RENSEIGNEMENT DE SÉCURITÉ
Crédit 1b—Dépenses du programme..........2 046 981 $
(Le crédit 1b est adopté avec dissidence.)
SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA
Crédit 1b—Dépenses de fonctionnement, subventions et contributions..........130 549 259 $
(Le crédit 1b est adopté avec dissidence.)
MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ET DE LA PROTECTION CIVILE
Crédit 1b—Dépenses de fonctionnement..........3 797 487 $
Crédit 5b—Subventions et contributions..........13 370 400 $
(Les crédits 1b et 5b sont adoptés avec dissidence.)
COMMISSION DES LIBÉRATIONS CONDITIONNELLES DU CANADA
Crédit 1b—Dépenses du programme..........3 200 000 $ 
(Le crédit 1b est adopté avec dissidence.)
GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
Crédit 1b—Dépenses de fonctionnement..........7 682 839 $
Crédit 5b—Dépenses en capital..........6 768 607 $
(Les crédits 1b et 5b sont adoptés avec dissidence.)
COMITÉ EXTERNE D’EXAMEN DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
Crédit 1b—Dépenses du programme..........1 777 368 $
(Le crédit 1b est adopté avec dissidence.)
Le président: Dois-je faire rapport de la volonté du Comité à la Chambre?
Des députés: D'accord.
Sylvie Blanchet
View Sylvie Blanchet Profile
Sylvie Blanchet
2020-06-15 12:15
Thank you, Mr. Chair and members of the committee.
With me today is the board’s executive director general, Daryl Churney. We are pleased to appear before this committee as part of its study into Canada’s response to the COVID-19 pandemic. I will use my opening statement to outline the various measures taken by the Parole Board of Canada since the outset of COVID-19 to ensure the continuity of its operations and the delivery of its important public safety mandate.
However, before I do so, I would like to provide committee members with some information about the PBC’s mandate, as the board has not previously appeared before this committee. The PBC is an independent administrative tribunal that reports to Parliament through the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness. We are part of the public safety portfolio, which also includes the Correctional Service of Canada.
The board has the authority, under the Corrections and Conditional Release Act, CCRA, to make conditional release decisions for federal offenders serving—
Merci, monsieur le président, et merci aux membres du Comité.
Je suis accompagnée aujourd'hui par le directeur général exécutif de la Commission, Daryl Churney. Nous sommes heureux de comparaître devant le Comité dans le cadre de son étude sur la réponse du Canada à la pandémie de la COVID-19. Je profiterai de mon discours d'ouverture pour exposer les diverses mesures prises par la Commission des libérations conditionnelles du Canada depuis le début de la COVID-19, afin d'assurer la continuité de ses opérations et l'exécution de son important mandat en matière de sécurité publique.
Toutefois, avant de le faire, j'aimerais fournir quelques informations aux membres du Comité sur le mandat de la CLCC, car la Commission n'a pas encore comparu devant votre comité. La CLCC est un tribunal administratif indépendant qui rend compte au Parlement par l'intermédiaire du ministre de la Sécurité publique et de la protection civile. Nous faisons partie du portefeuille de la Sécurité publique, qui comprend également le Service correctionnel du Canada.
La Commission des libérations conditionnelles a le pouvoir, en vertu de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition, la LSCMLC, de prendre des décisions en matière de libération conditionnelle pour les délinquants de ressort fédéral qui purgent...
Sylvie Blanchet
View Sylvie Blanchet Profile
Sylvie Blanchet
2020-06-15 12:16
I will, thank you.
The board has authority, under the Corrections and Conditional Release Act, CCRA, to make conditional release decisions for federal offenders serving sentences of two years or more. Some authorities in law, for the release of offenders, are the responsibility of the Correctional Service of Canada. The Parole Board also makes parole decisions for provincial and territorial offenders serving sentences of less than two years in all provinces and territories except Ontario and Quebec, which have their own parole boards.
PBC also has legislated responsibility to make decisions on record suspensions under the Criminal Records Act and the Criminal Code of Canada, to order or refuse to order the expungement of a conviction under the Expungement of Historically Unjust—
Je le ferai. Merci.
La Commission des libérations conditionnelles a le pouvoir, en vertu de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition, la LSCMLC, de prendre des décisions en matière de libération conditionnelle pour les délinquants de ressort fédéral qui purgent des peines de deux ans ou plus. Certaines autorités légales pour la libération des délinquants sont sous la responsabilité du Service correctionnel du Canada. La Commission des libérations conditionnelles prend également des décisions en matière de libération conditionnelle pour les délinquants de ressort provincial et territorial qui purgent des peines de moins de deux ans dans toutes les provinces et territoires sauf l'Ontario et le Québec. Ces deux provinces ont leur propre commission des libérations conditionnelles.
La CLCC a également une responsabilité prévue par la loi qui consiste à prendre des décisions sur la suspension du casier en vertu de la Loi sur le casier judiciaire et du Code criminel du Canada, à ordonner ou refuser d'ordonner la radiation d'une condamnation en vertu de la Loi sur la radiation de condamnations constituant des injustices historiques...
Sylvie Blanchet
View Sylvie Blanchet Profile
Sylvie Blanchet
2020-06-15 12:18
Thank you.
—and to make recommendations for the exercise of clemency through the royal prerogative of mercy.
The PBC consists of both GIC-appointed board members as well as public service employees who support them in their decision-making role. The PBC is a community board. We are, by law, to reflect the diversity of Canadian society. Our board members have diverse backgrounds spanning the fields of criminology, law, corrections, education, psychology, social work and the private sector, to name but a few.
Our conditional release program represents the majority of our work. In 2019-20, the Parole Board conducted 15,174 conditional release reviews. On a weekly basis, the PBC conducts an average of 281 federal reviews and renders a total of 407 federal decisions. These include reviews and decisions for temporary absences, day and full parole, post-suspension, detention and the varying of conditions for release.
In making conditional release decisions, the law requires the Parole Board to take into consideration all relevant available information related to an offender's case. Board members must consider and weigh information such as court and sentencing information, the nature and gravity of the offence and information obtained from victims, the offender and other components of the criminal justice system, including assessments provided by correctional authorities.
No single factor in a conditional release review is ever determinative in the PBC's decision-making. Public safety is the paramount consideration in all decisions and must be balanced against a rigorous risk assessment of the offender's ability to safely reintegrate into the community.
The board does not prepare offenders for release, nor does it manage or supervise offenders on release. That is the responsibility of the Correctional Service of Canada. The Parole Board's conditional release outcomes reflect the high quality of its decisions. Last year, 99% of day parole supervision periods and 98% of full parole supervision periods were not revoked for reoffending, and these numbers have remained consistent over the past 10 years.
I will turn my attention now to the Parole Board's operations and the measures we've taken during the COVID-19 pandemic. Since the outset of COVID-19, the PBC has taken measures to protect the health and safety of the public, the offenders, its board members and staff while continuing to deliver its important public safety mandate. In doing so, we have been informed and guided throughout by the advice and recommendations of public health officials.
During this unprecedented period, the PBC has streamlined its operation to focus on core functions in the areas of conditional release decisions, operations and appeals, pardons and record suspensions, board member appointments and essential internal services. These core functions are primarily being delivered by board members and staff working remotely and by a small number of board members, executives, managers and critical staff working in PBC offices while practising social distancing.
Parole hearings are being conducted remotely via video conference or teleconference, as applicable, outside of correctional institutions. The PBC has also worked to streamline its processes and has modified some of its policies to provide additional flexibility to CSC and community—
Merci.
... et à faire des recommandations pour l'exercice de la clémence par le biais de la Prérogative royale de clémence.
La CLCC est composée de commissaires nommés par le gouverneur en conseil, ainsi que de fonctionnaires qui les soutiennent dans leur rôle décisionnel. La CLCC est une commission communautaire. Nous devons, en vertu de la loi, refléter la diversité de la société canadienne. Nos commissaires ont des antécédents divers, allant de la criminologie, du droit, des services correctionnels, de l'éducation, de la psychologie, du travail social jusqu'au secteur privé, pour n'en citer que quelques-uns.
Notre Programme de libération conditionnelle représente la majorité de notre travail. En 2019-2020, la CLCC a effectué 15 174 examens de libération conditionnelle. Sur une base hebdomadaire, la CLCC effectue en moyenne 281 examens de ressort fédéral et rend un total de 407 décisions de ressort fédéral. Il s'agit notamment d'examens et de décisions concernant les permissions de sortir, la semi-liberté et la libération conditionnelle totale, la post-suspension, la détention et la variation des conditions de libération.
En prenant des décisions en matière de libération conditionnelle, la CLCC est tenue par la loi de prendre en considération toutes les informations pertinentes et disponibles en lien avec le cas d'un délinquant. Les commissaires doivent prendre en considération et peser les informations telles que les informations relatives au tribunal et à la peine, la nature et la gravité de l'infraction, ainsi que les informations obtenues des victimes, du délinquant et d'autres composantes du système de justice pénale, y compris des évaluations fournies par les autorités correctionnelles.
Aucun facteur unique dans un examen de libération conditionnelle n'est jamais déterminant dans la prise de décisions de la CLCC. La sécurité publique est la considération primordiale dans toutes les décisions et doit être pesée en fonction d'une évaluation rigoureuse des risques liée à la capacité du délinquant à se réinsérer en toute sécurité dans la communauté.
La commission ne prépare pas les délinquants à leur libération ni ne gère ou ne supervise les délinquants en liberté. C'est la responsabilité du Service correctionnel du Canada. Les résultats de la CLCC en matière de libération conditionnelle reflètent la grande qualité de ses décisions. L'année dernière, 99 % des périodes de surveillance de semi-liberté et 98 % des périodes de surveillance de liberté conditionnelle totale n'ont pas été révoquées pour cause de récidive, et ces chiffres sont restés constants au cours des 10 dernières années.
Je vais maintenant me pencher sur les activités de la Commission et les mesures que nous avons prises durant la pandémie de la COVID-19. Depuis le début de la COVID-19, la CLCC a adopté des mesures pour protéger la santé et la sécurité du public, des délinquants, de ses commissaires et employés, tout en continuant à remplir son important mandat de sécurité publique. Ce faisant, nous avons été informés et guidés tout au long de cette situation par les conseils et les recommandations des responsables de la santé publique.
Au cours de cette période sans précédent, la CLCC a rationalisé ses opérations pour se concentrer sur ses fonctions essentielles relatives aux décisions en matière de libération conditionnelle, aux opérations et appels, aux pardons et suspensions du casier, aux nominations de commissaires et aux services internes essentiels. Ces fonctions essentielles sont principalement exécutées par les commissaires et le personnel travaillant à distance, et par un petit nombre de commissaires, de cadres, de gestionnaires, et de personnel essentiel travaillant dans les bureaux de la CLCC, tout en pratiquant l'éloignement physique.
Les audiences de libération conditionnelle sont menées à distance par vidéoconférence ou téléconférence, selon le cas, à l'extérieur des établissements correctionnels. La CLCC s'est également efforcée de rationaliser ses processus et de modifier certaines de ses politiques afin d'offrir une plus grande souplesse au SCC et aux partenaires communautaires...
Sylvie Blanchet
View Sylvie Blanchet Profile
Sylvie Blanchet
2020-06-15 12:34
Sure. Thank you very much.
Parole hearings are being conducted remotely via video conference or teleconference, as applicable, outside correctional institutions. The PBC has also worked to streamline its processes and has modified some of its policies to provide additional flexibility to CSC and community partners. For example, for offenders already in the community on day parole who become eligible for full parole, the PBC has implemented efficiencies to expedite those decisions by proceeding by way of paper review.
The PBC has also amended its policy to allow Correctional Services Canada to authorize emergency medical leave privileges for offenders residing in the community for up to 30 days rather than the current maximum of 15 days.
The PBC also continues to process parole-by-exception cases as expeditiously as possible. Parole by exception is a mechanism in law to permit parole consideration for offenders who have not yet reached their parole eligibility date, in exceptional circumstances including for offenders who are terminally ill or whose physical or mental health is likely to suffer damage if the offender continues to be held in confinement. Since March 1, 2020, seven parole-by-exception cases have been granted. There are currently 33 pending decisions. In comparison, only four parole-by-exception cases were granted in all of last year.
The PBC is also working with CSC to better accommodate the circumstances of offenders during the pandemic, such as imposing a condition to reside in a home or family environment where such placement is risk appropriate rather than in a community-based residential facility. Since March 1, we have been making an average of 11 day-parole-to-other-location decisions per week compared to five per week in 2019-20.
Further, the PBC has worked closely with CSC to review cases in which offenders residing in community-based residential facilities may have had their residency condition change to specify another location such as a family home. Since March 1, 2020, we have been averaging seven such decisions per week compared to an average of one decision per week last year.
Given the current restrictions due to COVID-19, the deadline for an offender to submit an appeal to the appeals division has been extended from two months to three months in order to assist the offenders in preparing their appeal, especially if they need to seek the support of outside resources. In accordance with the CCRA, offenders have the right to an assistant at their hearing. We have been able to facilitate participation of offender assistance remotely by teleconference.
The PBC remains committed to ensuring that victims' voices are heard during this unprecedented situation and that they continue to receive all legislated information to which they are entitled. The PBC has implemented technological and procedural enhancements, as an interim measure, in order to provide victims the ability to participate at PBC hearings via telephone and to have their victim statement considered by board members. Because our hearings are being held remotely, this means that a typical hearing can have six or more individuals connected from different locations. For victims who prefer not to attend a hearing, the PBC continues to accept victim statements in various formats including audio and video recording.
In these unprecedented times, the PBC has taken measures to ensure that it continues to deliver its important safety mandate under extraordinary circumstances. I am extremely proud of the resilience and commitment demonstrated by our board members and staff in the face of these challenges.
On a final note, I would also like to invite committee members interested in attending a full hearing, once we are back to conducting in-person hearings, to get in touch with us and we would be happy to facilitate that.
Thank you.
Certainement. Merci beaucoup.
Les audiences de libération conditionnelle sont menées à distance par vidéoconférence ou téléconférence, selon le cas, à l'extérieur des établissements correctionnels. La CLCC s'est également efforcée de rationaliser ses processus et de modifier certaines de ses politiques afin d'offrir une plus grande souplesse au SCC et aux partenaires communautaires. Par exemple, pour les délinquants qui sont déjà en semi-liberté dans la communauté et qui deviennent admissibles à la libération conditionnelle totale, la CLCC a mis en place des mesures d'efficacité pour accélérer ces décisions en procédant à un examen par voie d'étude du dossier.
La CLCC a également modifié sa politique afin de permettre au Service correctionnel du Canada d'autoriser des privilèges de sortie pour des raisons médicales aux délinquants résidant dans la communauté pour une durée maximale de 30 jours, au lieu de la limite actuelle de 15 jours.
La CLCC continue également à traiter les cas de libération conditionnelle à titre exceptionnel aussi rapidement que possible. La libération conditionnelle accordée à titre exceptionnel est un mécanisme prévu par la loi qui permet d'envisager la libération conditionnelle des délinquants qui n'ont pas encore atteint leur date d'admissibilité à la libération conditionnelle dans des circonstances exceptionnelles, notamment pour les délinquants qui sont en phase terminale ou dont la santé physique ou mentale risque d'être compromise si la détention se poursuit. Depuis le 1er mars 2020, il y a eu sept cas de libération conditionnelle accordée à titre exceptionnel. Il y a présentement 33 décisions en attente. À titre de comparaison, il y avait eu seulement quatre cas de libération conditionnelle accordée à titre exceptionnel au cours de l'année dernière.
La CLCC travaille également avec le SCC pour mieux tenir compte de la situation des délinquants pendant la pandémie, par exemple en imposant une condition de résider dans un foyer ou un environnement familial où ce placement est adapté aux risques, plutôt qu'au sein d'un établissement résidentiel communautaire. Depuis le 1er mars, nous prenons en moyenne 11 décisions en matière de semi-liberté dans un autre lieu précisé par semaine, alors que nous en prenions 5 par semaine en 2019-2020.
De plus, la CLCC a travaillé en étroite collaboration avec le SCC pour examiner les cas où les délinquants qui résident dans des établissements résidentiels communautaires peuvent voir leurs conditions d'assignation à résidence modifiées pour spécifier un autre lieu, comme un foyer familial. Depuis le 1er mars 2020, nous avons pris en moyenne sept décisions de ce type par semaine, par rapport à une par semaine en moyenne l'année dernière.
Compte tenu des restrictions actuelles résultant de la COVID-19, le délai pour qu'un délinquant puisse interjeter appel auprès de la Section d'appel a été prolongé et est passé de deux mois à trois mois afin d'aider les délinquants à préparer leur appel, en particulier s'ils ont besoin de demander le soutien de sources extérieures. Conformément à la LSCMLC, les délinquants ont droit à un assistant à leur audience. Nous avons pu faciliter la participation des assistants des délinquants à distance par téléconférence.
La CLCC demeure déterminée à faire en sorte que les voix des victimes soient entendues dans cette situation sans précédent, et qu'elles continuent à recevoir toutes les informations prévues par la loi auxquelles elles ont droit. La CLCC a mis en oeuvre des améliorations technologiques et procédurales, à titre de mesure provisoire, afin de donner aux victimes la possibilité de participer aux audiences de la CLCC par téléphone et de faire examiner leur déclaration de la victime par les commissaires. Comme nos audiences se tiennent à distance, cela signifie que pour une audience typique, nous pouvons avoir six personnes ou plus connectées à partir de différents endroits. Pour les victimes qui préfèrent ne pas assister à une audience, la CLCC continue d'accepter les déclarations de la victime sous différents formats, y compris par enregistrement sonore ou vidéo.
En ces temps sans précédent, la CLCC a pris des mesures pour s'assurer qu'elle continue à remplir son important mandat de sécurité dans des circonstances extraordinaires. Je suis extrêmement fière de la résilience et de l'engagement dont ont fait preuve nos commissaires et employés face à ces défis.
Enfin, je voudrais également inviter les membres du Comité intéressés à participer à une audience en bonne et due forme, une fois que nous aurons repris les audiences tenues en personne, à prendre contact avec nous et nous serons heureux de faciliter cette démarche.
Merci.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
We're now learning that the Correctional Service of Canada's investigation into the murder of Marylène Levesque is suspended due to the COVID-19 outbreak.
Canadians aren't fooled; they know full well that it is a political decision. All the technological means are available to allow the investigation to continue. I'm proof of that today.
Can the minister direct the Correctional Service of Canada to resume the investigation into the death of Marylène Levesque?
Nous apprenons maintenant que l'enquête menée par le Service correctionnel du Canada dans le dossier du meurtre de Mme Marylène Levesque est suspendue en raison de l'épidémie de la COVID-19.
Les Canadiens ne sont pas dupes: ils savent très bien qu'il s'agit d'une décision politique. Tous les moyens technologiques sont disponibles pour permettre de continuer l'enquête. J'en suis la preuve aujourd'hui.
Le ministre peut-il donner au Service correctionnel du Canada l'ordre de reprendre l'enquête sur le décès de Marylène Levesque?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
Again, I thank the member for the question, because we know the concern of the people of Quebec, and the family of Ms. Levesque needs answers and deserves answers. That's why we asked the Parole Board and the Correctional Service of Canada to convene a board of investigation.
Clearly, during COVID transmission, the ability to conduct that investigation and to interview all of the witnesses became extremely difficult and has been temporarily suspended, but at the very earliest opportunity we remain resolute to resume that investigation and get to the bottom of it to provide the answers that the family deserves.
Encore une fois, je remercie le député de sa question. Nous connaissons les préoccupations de la population québécoise à cet égard, et nous savons que la famille de Mme Lévesque veut et mérite des réponses. C'est pourquoi nous avons demandé à la Commission des libérations conditionnelles et au Service correctionnel du Canada de mettre sur pied un comité d'enquête.
Bien entendu, lorsque nous nous sommes retrouvés en situation de propagation de la COVID, il est devenu extrêmement difficile de mener cette enquête et d'interroger les témoins, et il a fallu suspendre temporairement la procédure. Cependant, nous restons déterminés à reprendre l'enquête le plus rapidement possible et à aller au fond des choses pour donner à la famille les réponses qu'elle mérite.
View John McKay Profile
Lib. (ON)
Good morning, everyone. It's 8:45 and I see quorum.
We have with us this morning Dr. Philippe Bensimon; Dave Blackburn, a former member of the Parole Board of Canada; and from the John Howard Society, Catherine Latimer.
Mr. Blackburn, I understand you want to go a little later in the order.
If it's all right with you, Dr. Bensimon, we'll start with you. You have 10 minutes, sir.
Bonjour, tout le monde. Il est 8 h 45. Je vois qu'il y a quorum.
Nous avons ici avec nous M. Philippe Bensimon, M. Dave Blackburn, ancien commissaire à la Commission des libérations conditionnelles du Canada et, de la Société John Howard du Canada, Mme Catherine Latimer.
Monsieur Blackburn, je sais que vous voulez prendre la parole un peu plus tard.
Si vous n'y voyez pas d'inconvénient, monsieur Bensimon, nous allons commencer avec vous. Vous avez 10 minutes, monsieur.
Philippe Bensimon
View Philippe Bensimon Profile
Philippe Bensimon
2020-03-12 8:46
First, I would like to introduce myself, which will help members better focus their questions.
I have a doctorate in criminology and worked for 27 years with the Correctional Service of Canada, including 15 years in five different penitentiaries as a parole officer and acting clinical coordinator. I then worked for 12 years in operational research, still with the correctional service. I have also taught criminology for 20 years at the University of Ottawa and the Université de Montréal. I have had around fifty criminology papers published in various international journals. Currently, I provide expertise on dangerousness analysis and the risk of recidivism for the Crown and defence, that is, in the court system.
In the short time available to me this morning, to make the rest of the discussion clear, I would like to remind committee members present that no school or university can train a person to become a parole board member. It is not a profession or a specialty; it is a role.
Furthermore, the Parole Board of Canada is only one link in the chain. I have heard a lot of comments. People want to know who is guilty, who is responsible. Everyone is sweeping the dust into their neighbour's yard. To fully understand this case involving a person's death, which is far from a first in Canadian judicial history, I must briefly provide some background to properly situate the subject that has brought us here today.
Not so long ago, following the famous Fauteux report and the Archambault Commission report, the Parole Act was passed in 1956 and the National Parole Board of Canada was then founded in 1959. It went on to change names several times and become the Parole Board of Canada. The board was made up of people chosen at the time by ministers and members of Parliament, who recommended candidates to the Prime Minister's Office. The choices, then, were highly political and depended on the government of the day.
Unfortunately, given high recidivism rates, negative public perceptions of recurring recidivism in Canadian surveys, and members' decisions being regularly criticized for their laxity, it was not until Willie Gibbs came onto the scene in 1994 that the process really changed.
Candidates would now be judged on their knowledge and their ability to conduct a successful interview at a hearing and to make fair and informed decisions. At a minimum, this meant selecting these individuals through a staged process with four separate phases. The first was the written exam, which, if passed, led the person to an oral exam. Unless one had real expertise in the field, it was not a matter of simply preparing for the written exam three weeks in advance. It very often involved several months' preparation, or even a full year.
If candidates passed the first phase, that is, the written exam, they were then called to an interview with four experienced members to put them through role-play scenarios and assess their ability to verbalize a decision. After the written and oral exams came the reliability check phase, to see whether or not candidates had a criminal record.
Finally, candidates were mentored by an experienced member for at least six months. During this period, candidates did not make decisions at hearings. They could react to what was said and provide feedback, but for six months they were apprentices.
Once appointed, they completed an annual 15-day training course on various topics the criminal field, which requires a minimum of continuously updated knowledge. I emphasize that point.
Your politics could be liberal or conservative, more to the left or more to the right, just as all members in this room are. But not just anyone can be a member. The current members do no criminological analysis, complete no actuarial evaluation grid and establish no correctional treatment plans. Anything to do with the diagnosis and prognosis of criminal behaviour is the sole responsibility of the parole officer. When we talk about criminal behaviour, there are not two, three, four or five experts, there's only one. That is the parole officer, who more likely than not, has a degree in criminology.
The Correctional Service of Canada has a mandate to recommend or not recommend inmates, and it is on the basis of the written recommendations, and only then, that the board can make a decision whether or not to broaden an inmate's parole conditions at a hearing.
When you are looking for someone to blame, if you are only looking from the top at the board's appointment process without considering how things are done at the Correctional Service of Canada, you are going down the wrong path.
I can comment on Eustachio Gallese's case only with reservations, since I do not have his file.
Although this case of association with prostitutes is not an isolated situation over time—the union president even acknowledged that he was surprised by the response of the Commissioner of Correctional Services—I would point out that allowing a serious offender convicted of murder to repeatedly solicit services of a sexual nature for remuneration is an indictable offence punishable by a $1,000 fine under subsection 286.1(1)(a)(ii) and $5,000 for a repeat offence under subsection 286.1(1)(b). By authorizing him to visit a massage parlour, the Correctional Service of Canada made itself his pimp. The authorization was signed by the parole officer and co-signed by the authorities in place, that is, quality assurance officer and the immediate superior.
A further major error was that an inmate should never, ever, be placed in a federally regulated community residential centre when they have a serious record, particularly for anything involving murder and sexual assault. They should be placed in a community correctional centre.
So, not to confuse the public, because a lot of journalists have been providing primers for the average Canadian in the street, let me remind you that the difference is huge.
Community residential centres, or CRCs, are provincial halfway houses under contract with the federal government. These houses are much less costly than community correctional centres, which are federally operated and have experienced staff, professionals and, generally, for the Quebec region, criminologists. So, in these provincial halfway houses, provincial inmates sentenced to three, four, six, 10 or 18 months live side by side with inmates serving long sentences of 20 or 25 years, who are extremely serious offenders.
I would remind you that the Constitution provides for the separation of powers over prisons and penitentiaries. Here, we seem to be mixing the two, but we shouldn't. Provincial inmates fall under provincial jurisdiction. Federal inmates fall under federal jurisdiction. In a CRC, the staff consists of a night guard and a day guard, group facilitators, a few workers, and a lot of internship students and volunteers. Inmates staying at a CRC remain under the supervision of a correctional service liaison officer, who travels back and forth between the parole office and the community residential centre to meet with the inmates in their care.
In order to limit, not eliminate, a person's risk of recidivism—there is no such thing as zero risk, it's a farce, it's an illusion, it's part of the propaganda—there should be three members. I remember a time when there were four for murder cases. For all murder cases, there should be three members, as was the case 20 years ago. Of course, you will tell me that it is a costly measure, that it requires a much larger pool, but you can't put a price on public safety. I will come back to some of the factors around this issue.
Thank you, ladies and gentlemen of the committee.
J'aimerais d'abord me présenter, ce qui permettra aux membres de mieux cibler leurs questions.
Je suis docteur en criminologie et j'ai travaillé 27 ans au Service correctionnel du Canada, dont 15 dans 5 différents pénitenciers en tant qu'agent de libération conditionnelle et coordonnateur clinique par intérim. J'ai ensuite travaillé 12 ans en recherche opérationnelle, toujours au Service correctionnel, auxquels s'ajoutent 20 ans d'enseignement en criminologie aux universités d'Ottawa et de Montréal. Je suis l'auteur d'une cinquantaine de publications en criminologie parues dans différentes revues internationales. Actuellement, je fais de l'expertise sur l'analyse de dangerosité et du risque de récidive pour la Couronne et la défense, c'est-à-dire pour la cour.
Dans le court laps de temps qui m'est imparti ce matin, j'aimerais rappeler aux membres du Comité ici présents, pour bien dégager la suite de la discussion, qu'il n'y a pas d'école de formation ni d'université pouvant conduire la personne à devenir commissaire aux libérations conditionnelles. Ce n'est pas une profession ni une spécialisation, mais une fonction.
De plus, la Commission des libérations conditionnelles du Canada n'est qu'un maillon de la chaîne. J'ai entendu beaucoup de commentaires. On cherche à savoir qui est coupable, qui est responsable. Chacun balaie la poussière dans la cour du voisin. Pour bien comprendre le pourquoi de ce dossier ayant entraîné la mort d'une personne, dossier qui est loin d'être une première au Canada dans les annales judiciaires, je me dois de revenir brièvement sur son historique pour bien cadrer le sujet qui est la raison de notre présence aujourd'hui.
Il n'y a pas si longtemps, à la suite du fameux rapport Fauteux et de celui de la commission Archambault, la Loi sur les libérations conditionnelles fut créée en 1956, suivie en 1959 de la création de la Commission nationale des libérations conditionnelles du Canada, laquelle allait changer plusieurs fois de nom et devenir la Commission des libérations conditionnelles du Canada. Celle-ci était composée de personnes choisies, à l'époque, par les ministres et les députés, qui recommandaient les candidats auprès du Cabinet du premier ministre, choix on ne peut plus politique qui dépendait du gouvernement en place.
Malheureusement, devant de hauts taux de récidive, des sondages quant à la perception négative du public canadien acculé à ce phénomène récurrent de la récidive et des décisions prises par les commissaires souvent critiquées pour leur laxisme, il faudra attendre l'arrivée de Willie Gibbs, en 1994, pour que le processus soit radicalement transformé.
Les candidats allaient désormais être jugés en fonction de leurs connaissances et de leurs capacités à mener à bien une entrevue lors d'une audience et à prendre des décisions se voulant justes et éclairées. Pour ce faire, il fallait à tout le moins sélectionner ces personnes au moyen d'un processus échelonné en quatre phases distinctes. La première était l'examen écrit qui, si réussi, amenait la personne à un examen oral. Pour l'examen écrit, à moins d'avoir une réelle expertise dans le domaine, il ne s'agissait pas d'une simple préparation à un examen trois semaines à l'avance, mais très souvent d'une préparation de plusieurs mois, voire d'une année complète.
Ensuite, si le candidat réussissait la première phase, c'est-à-dire l'examen écrit, il était convoqué en entrevue par quatre commissaires aguerris pour le soumettre à des mises en situation et des jeux de rôle et évaluer sa capacité à verbaliser une prise de décision. Après l'écrit et l'oral, il y avait la phase de vérification de la fiabilité du candidat, à savoir s'il avait ou non un casier judiciaire.
Finalement, la personne demeurait sous le tutorat d'un commissaire expérimenté pour une durée d'au moins six mois. Durant cette période, le candidat ne prenait pas de décision en audience. Il pouvait réagir aux propos tenus et donner sa rétroaction, mais, pendant six mois, il était apprenti.
Une fois nommé, il suivait une formation de 15 jours par an sur différentes thématiques liées au domaine criminel, domaine qui nécessite un minimum de connaissances continuellement mises à jour. J'insiste sur ce point.
Qu'on soit d'obédience politique plus conservatrice ou plus libérale, plus à gauche ou plus à droite, au même titre que tous les membres réunis dans cette salle, n'est pas commissaire qui veut. Les commissaires en poste ne font aucune analyse criminologique, ne remplissent aucune grille d'évaluation actuarielle et n'établissent pas de plan de traitement correctionnel. Tout ce qui relève du diagnostic et du pronostic entourant le comportement criminel appartient exclusivement à l'agent de libération conditionnelle. Quand on parle de comportement criminel, il n'y a pas deux, trois, quatre ou cinq spécialistes, il n'y en a qu'un seul: c'est l'agent de libération conditionnelle, qui plus est s'il est diplômé en criminologie.
Le Service correctionnel du Canada a pour mandat de recommander ou non un détenu, et c'est uniquement à la lueur des recommandations écrites, et seulement à ce moment, que la Commission est alors apte à prendre une décision quant à octroyer ou non un élargissement des conditions de la personne détenue à l'extérieur lors d'une audience.
Traiter en amont du seul processus de nomination de la Commission en cherchant un responsable sans prendre en compte ce qui se fait par le Service correctionnel du Canada, c'est faire fausse route.
Je ne peux que commenter sous toute réserve le cas de M. Eustachio Gallese, puisque je n'ai pas son dossier.
Même si le cas ne constitue pas une situation isolée dans le temps quant à la fréquentation des prostituées — le président du syndicat l'a même reconnu, il était étonné de la réponse de la commissaire du Service correctionnel —, je rappellerais qu'autoriser un cas lourd, condamné pour meurtre, à solliciter à plusieurs reprises des services de nature sexuelle moyennant rétribution, constitue un acte criminel passible d'une amende de 1 000 $ aux termes du sous-alinéa (286.1(1)a)(ii) et de 5 000 $ en cas de récidive aux termes de l'alinéa 286.1(1)b). Ce faisant, le Service correctionnel du Canada s'est placé en position de proxénète en l'autorisant à fréquenter un salon de massage, cette autorisation ayant été signée par l'agente de libération conditionnelle avec co-signatures des autorités en place, c'est-à-dire contrôle de qualité et supérieur immédiat.
Autre erreur gravissime, on ne devrait jamais, mais jamais, placer un détenu dans un centre résidentiel communautaire qui relève du fédéral, lorsque ce dernier a un dossier lourd, notamment pour tout ce qui constitue meurtres et agressions sexuelles. Il devrait être placé dans un centre correctionnel communautaire.
Alors, pour ne pas confondre le public, parce que beaucoup de journalistes ont fait des cours 101 à M. et Mme Tout-le-Monde, je rappellerais que la différence est majeure.
Les centres résidentiels communautaires, ou CRC, sont des maisons de transition provinciales ayant un contrat avec le fédéral et sont des maisons qui coûtent beaucoup moins cher que les centres correctionnels communautaires qui, eux, relèvent du fédéral et disposent d'un personnel aguerri, de professionnels et, généralement, pour la région du Québec, de criminologues. Donc, dans ces maisons de transition provinciales, il y a des détenus provinciaux condamnés à des peines de trois, quatre, six, dix ou dix-huit mois, qui côtoient des détenus ayant des peines lourdes de 20 ans, 25 ans, soit des cas extrêmement lourds.
Je vous rappellerais que la Constitution prévoit la séparation des pouvoirs visant les prisons et les pénitenciers. Là, on semble mélanger les deux, mais on ne le devrait pas. Les détenus provinciaux relèvent des provinces. Les détenus fédéraux relèvent du fédéral. Dans un CRC, le personnel en place est constitué d'un gardien de nuit et d'un gardien de jour, d'animateurs de groupe, de quelques intervenants, de beaucoup d'étudiants en stage et de bénévoles. Quant aux détenus qui y séjournent, ils demeurent sous la tutelle d'un agent de liaison du Service correctionnel, qui vient faire sa navette entre le bureau de libération conditionnelle et le centre résidentiel communautaire, afin de rencontrer les détenus qui lui sont confiés.
Pour limiter, et non éradiquer, le risque de récidive contre la personne — le risque zéro n'existe pas, c'est une farce, c'est un leurre, cela fait partie de la propagande —, les commissaires devraient siéger au nombre de trois. J'ai connu une époque où ils étaient quatre pour les cas de meurtre. Pour tous les dossiers de meurtre, comme c'était le cas il y a 20 ans, il devrait y avoir trois commissaires. Certes, vous allez me dire que c'est une mesure qui coûte cher, qui exige un bassin beaucoup plus grand, mais la sécurité du public n'a pas de prix. Je reviendrai sur des éléments autour de cette question.
Je vous remercie, messieurs et mesdames, membres du Comité.
Dave Blackburn
View Dave Blackburn Profile
Dave Blackburn
2020-03-12 8:55
Thank you, Mr. Chair. I'd also like to thank the committee members.
For the sake of transparency, I want to mention at the outset that I was a Conservative candidate in the 2019 election.
I must say that I'm extremely sad and dismayed by the fate of Marylène Levesque. This woman should never have been stabbed to death by a repeat murderer. The wolf was given sheep's clothing. As a result, the predictable happened. Why? Because the board had been deprived of its ability to carry out its mandate.
This murder is the result of a series of major systemic flaws within the Correctional Service of Canada, or CSC, the Parole Board of Canada, or PBC, and the halfway house.
The Prime Minister's Office also bears a significant amount of responsibility for what led to this sordid murder. Changes to the appointment process for members have had a disastrous impact on the operation of this independent administrative tribunal. Canadians, the family of Marylène Levesque and the daughter of Chantal Deschênes, who was killed by Mr. Gallese in 2004, therefore expect clear answers about the failings of CSC and the PBC, and about what will be done to ensure that women are protected in Canada.
I will now turn to the first point of the motion, the decision by the PBC. Members Lainé and Fortin made the wrong decision on September 19, 2019, to renew Mr. Gallese's day parole. Those two members had little experience in assessing the risk of federal offenders. There were some complexities in this case. They were unable to take appropriate action to protect society from this murderer.
During the hearing, both members were briefed on the strategy of the offender's case management team, which was to allow the offender to meet with women to address his sexual needs, based on his transparency.
Since this was new information, the members should have obtained more details about the strategy in order to properly assess the risk Mr. Gallese posed to the public and to women.
Moreover, the members wrote only a few lines about the inappropriate nature of the strategy, without reviewing the risk or taking proper protective measures. Personally, I do not see how a strategy allowing Mr. Gallese to meet with women to fulfill his sexual needs could have represented a social reintegration perspective. I have never seen a strategy like that used in my entire career, and I'm alarmed at the comments of the Union of Safety and...
Merci, monsieur le président. Je remercie également les députés.
Par souci de transparence, je tiens à mentionner dès le départ que j'ai été candidat conservateur à l'élection de 2019.
Je dois vous dire que je suis extrêmement triste et consterné relativement au sort qu'a connu Marylène Levesque. Cette femme n'aurait jamais dû mourir sous les coups de couteau d'un meurtrier récidiviste. Le loup a été jeté dans la bergerie. En conséquence, ce qui était prévisible est survenu. Pourquoi? C'est parce que la Commission était dépourvue de sa capacité à exercer son mandat.
Ce meurtre est le résultat d'une série de failles majeures systémiques au sein du Service correctionnel du Canada, le SCC, de la Commission des libérations conditionnelles du Canada, la CLCC, et de la maison de transition.
Le bureau du premier ministre a aussi une part importante de responsabilité dans ce qui a mené à ce meurtre sordide. Les modifications apportées au processus de nomination des commissaires ont eu des conséquences désastreuses sur le fonctionnement de ce tribunal indépendant administratif. Les Canadiens, la famille de Marylène Levesque et la fille de Chantal Deschênes, tuée par M. Gallese en 2004, s'attendent donc à des réponses claires sur les manquements du SCC et de la CLCC ainsi que sur les mesures qui seront prises pour assurer la protection des femmes au Canada.
Je parlerai maintenant du premier point de la motion, soit la décision de la CLCC. Les commissaires Lainé et Fortin ont pris une mauvaise décision le 19 septembre 2019 en reconduisant la semi-liberté de M. Gallese. Ces deux commissaires étaient peu expérimentés en évaluation du risque de délinquants fédéraux. Ce dossier présentait certaines complexités. Ils n'ont pas été en mesure de prendre les mesures appropriées pour protéger la société de ce meurtrier.
Pendant l'audience, les deux commissaires ont été informés de la stratégie de l'équipe de gestion de cas du délinquant, qui a permis à ce dernier de rencontrer des femmes afin de répondre à ses besoins sexuels, sur la base de sa transparence.
Puisqu'il s'agissait de nouvelles informations, les commissaires auraient dû obtenir plus de précisions quant à cette stratégie afin de bien évaluer le risque que représentait M. Gallese pour le public et pour les femmes.
Qui plus est, les commissaires n'ont fait qu'écrire quelques lignes au sujet du caractère inapproprié de cette stratégie, sans revoir le risque ni prendre les mesures de protection qui s'imposaient. Personnellement, je ne vois pas comment la stratégie permettant à M. Gallese de rencontrer des femmes pour assouvir ses besoins sexuels aurait pu représenter une perspective de réinsertion sociale. Je n'ai jamais vu l'utilisation d'une telle stratégie pendant toute ma carrière, et je suis effrayé par les commentaires du Syndicat des employés de la sécurité...
Dave Blackburn
View Dave Blackburn Profile
Dave Blackburn
2020-03-12 8:58
In all likelihood, the strategy did not protect all women and implied that there are “sub-women” in our society, which is outrageous.
Finally, CSC and the halfway house need to explain their lax approach to supervision.
On the second point in the motion, members interested in renewal were, in the past, required to write a letter to the chairperson. The chairperson would then decide whether or not to recommend renewal to the minister's office. This procedure made it possible to renew the appointment of deserving members who wished to continue serving Canada.
In March 2016, when my annual evaluation was conducted, I told the vice-chairperson of Quebec about my interest in seeking a renewal. He informed me that the Trudeau government was going to implement a new process for appointing members. Some time later, the national office explained to me that I had to apply and start the whole process all over again. The old process for renewing members therefore no longer existed.
In the meantime, a group of about 10 members from Quebec, including myself, began discussing the impact of the changes in the appointment process on the PBC's mandate.
There was no doubt in our minds that these changes would have a major impact on PBC operations, on the erosion of member expertise, knowledge and experience, on the lack of mentoring at hearings by experienced members, on the work environment and on the mental strain on members and staff.
In late November 2017, we sent a letter to Prime Minister Justin Trudeau, to the Minister of Public Safety and to the Clerk of the Privy Council expressing our serious concerns.
I am quoting from this letter:
It is well known that an organization such as ours requires new members on a regular basis. But it also needs a sufficient number of experienced members with good performance records in order to pass on corporate memory, mentor new members who require 18 to 24 months of training, and maintain the very high quality decisions needed to protect the public. Our primary mandate is to protect the public and we are concerned that this mandate is currently at risk.
In addition, we asked the Prime Minister to keep the member renewal process in place. Neither Mr. Trudeau, Mr. Goodale nor Mr. Wernick responded to the letter. Why is that?
The content of the letter was of the utmost importance, as it alerted them to the potential impact on protecting Canadian society.
On January 11, 2018, I finished my term on the board without knowing what would happen. In April 2018, I was interviewed for less than 30 minutes by a selection committee, none of whom had worked as a member.
I believe that the crux of the problem in the Gallese case is directly related to the new appointment process put in place by the Trudeau government. As a result of this new process, the board has lost considerable autonomy and independence to recruit members. Because of this, the majority of those with experience and who had been appointed by the previous government were ousted.
The new process was unique, in that it included a selection committee member from the Prime Minister's Office.
In addition, the executive vice-chairperson appointed in 2018, Sylvie Blanchet, whose husband had a well known relationship with an influential Liberal minister from New Brunswick, also sat on the selection committee. The inclusion of Ms. Blanchet and a member of her staff allowed the Prime Minister to influence the decisions about who would and would not be shortlisted for appointment. Moreover, eliminating the renewal process for experienced members forced them to overhaul the entire appointment process.
This new process was the Trudeau government's way of cleaning house, of selecting whomever it wanted. Unfortunately, there is every reason to believe that these choices were made at the expense of public safety.
The board has not been able to absorb the sudden shock of an almost complete changing of the guard of its members in the space of a few months. Much of the difficult work of a member is learned on the ground, making quality decisions on cases and participating in hearings. Experienced members act as mentors by transferring the practical knowledge, experience and, most importantly, expertise needed to conduct risk assessments. Hence the obvious and valid practice of pairing an experienced member with a new member at hearings.
That's exactly what was missing in the specific case of Eustachio Gallese. Members with the experience and expertise required would have detected that the strategy would directly lead to an increased risk of recidivism and put society at risk.
Make no mistake: in 2018, the PBC Quebec region underwent a real purge of its experienced members. The numbers speak for themselves: only two out of 16 experienced members survived the purge. None of the other appointments were renewed, with no word of an explanation. That therefore means that 14 new members were appointed.
To add to this nonsense, I have learned that the members who signed the letter to the Prime Minister were investigated by the Liberal Research Bureau. An anonymous source sent me a document outlining the results of the investigation on me, which dates from the spring of 2018. This is extremely worrisome and it is not an acceptable practice in a rule-of-law country like Canada.
The changes to the appointment process have, in my view, had a direct incidence on section 3.1 of the Corrections and Conditional Release Act. That section states that “the protection of society is the paramount consideration for the Service in the corrections process.”
I would like to conclude my remarks by stating loud and clear that the internal investigation commissioned by the Minister of Public Safety will not shed light on the full extent of the failings that led to the murder of Marylène Levesque, nor will it consider the possibility that the strategy applied by the parole officer, approved by his case management team and endorsed by board members, may bear some curious resemblance to criminal negligence.
Consequently, it is imperative that an external investigation be carried out by former members or former judges and that the full results be made public. The fundamental objective is to understand the shortcomings that occurred in this sad case and to correct them as soon as possible. This strategy not only affects sex workers, but our entire society as well.
It is also in Canada's interest to learn about correctional and parole practices in other countries, including the United Kingdom, where in some cases, three members sit in on hearings and may be assisted by mental health or criminology experts. Members with political affiliations are also clearly identified.
Moreover, to get specific answers with respect to the new appointment process, it seems essential and consequential that Prime Minister Justin Trudeau be questioned, as he spearheaded the changes. In this case, a murder could have been prevented.
Finally, I offer my sincere condolences to the family and friends of Marylène Levesque.
Selon toute vraisemblance, la stratégie ne protégeait pas toutes les femmes et laissait sous-entendre que, dans notre société, il y a des « sous-femmes », ce qui est outrageant.
Enfin, le SCC et la maison de transition doivent expliquer leur laxisme en matière de surveillance.
Au sujet du deuxième point de la motion, les commissaires intéressés par un renouvellement devaient, par le passé, écrire une lettre au président. Ce dernier recommandait ou non un renouvellement au bureau du ministre. Cette façon de faire permettait de renouveler la nomination des commissaires méritants et désirant poursuivre leur service au Canada.
En mars 2016, lors de la remise de mon évaluation annuelle, j'ai manifesté au vice-président du Québec mon intérêt à solliciter un renouvellement. Ce dernier m'a informé que le gouvernement Trudeau allait mettre en place un nouveau processus de nomination des commissaires. Quelque temps après, le bureau national m'a expliqué que je devais poser ma candidature et recommencer le processus dans son entièreté. Conséquemment, l'ancien processus de renouvellement des commissaires n'existait plus.
Entretemps, un groupe d'une dizaine de commissaires du Québec, dont je faisais moi-même partie, a amorcé des discussions sur les répercussions des changements dans le processus nominatif sur le mandat de la CLCC.
Pour nous, il n'y avait aucun doute que ces changements allaient avoir des conséquences majeures sur le fonctionnement de la CLCC, sur la perte d'expertise, de connaissances et d'expérience des commissaires, sur le manque d'encadrement en audience par des commissaires d'expérience, sur le climat de travail et sur le surmenage des commissaires et du personnel.
À la fin de novembre 2017, nous avons fait parvenir une lettre au premier ministre Justin Trudeau, au ministre de la Sécurité publique et au greffier du Conseil privé, leur faisant part de nos sérieuses préoccupations.
Je cite un extrait de cette lettre:
Il est bien connu qu'une organisation comme la nôtre nécessite l'apport de nouveaux commissaires régulièrement. Mais elle a aussi besoin de membres expérimentés en nombre suffisant, avec de bonnes performances à leur actif, afin de transmettre la mémoire corporative, d'encadrer les nouveaux commissaires qui nécessitent de 18 à 24 mois de formation, et de maintenir la très grande qualité des décisions nécessaires pour la protection du public. Notre mandat premier est la protection du public et nous craignons que ce mandat soit actuellement en péril.
De plus, nous avons demandé au premier ministre de maintenir en place le processus de renouvellement des commissaires. Ni MM. Trudeau, Goodale ou Wernick n'ont donné suite à cette lettre. Pourquoi?
Le contenu de cette lettre était de première importance, car il les alarmait des répercussions potentielles sur la protection de la société canadienne.
Le 11 janvier 2018, j'ai terminé mon mandat à la Commission sans savoir ce qu'il adviendrait. En avril 2018, j'ai passé une entrevue de moins de 30 minutes devant un comité de sélection dont aucun membre n'avait fait le travail de commissaire.
Je suis d'avis que le cœur du problème dans l'affaire Gallese est directement lié au nouveau processus de nomination mis en place par le gouvernement Trudeau. Ce nouveau processus a fait que la Commission a considérablement perdu de son autonomie et de son indépendance dans le recrutement des commissaires. Conséquemment, la majorité de ceux qui possédaient de l'expérience et qui avaient été nommés par le gouvernement précédent a été évincée.
Ce nouveau processus avait comme particularité d'inclure un membre du comité de sélection qui provenait du bureau du premier ministre.
En outre, la première vice-présidente nommée en 2018, Mme Sylvie Blanchet, dont les liens entre son conjoint et un influent ministre libéral du Nouveau-Brunswick étaient connus, siégeait aussi au comité de sélection. L'intégration de Mme Blanchet et d'un membre de son bureau permettait au premier ministre d'influencer les décisions concernant les personnes qui allaient se retrouver ou non sur la liste potentielle des nominations. De plus, en éliminant le processus de renouvellement des commissaires d'expérience, il forçait ces derniers à refaire en entier le processus de nomination.
Ce nouveau processus était l'instrument du gouvernement Trudeau pour faire le ménage, pour sélectionner les personnes de son choix. Malheureusement, tout porte à croire que ces choix se sont faits au détriment de la sécurité publique.
La Commission n'a pas été en mesure d'encaisser le choc brutal d'un presque total changement de garde de ses commissaires en l'espace de quelques mois. Une large part du difficile travail de commissaire s'apprend sur le terrain, en prenant des décisions de qualité sur des dossiers et en participant à des audiences. Les commissaires expérimentés agissent comme des mentors en permettant un transfert de la connaissance pratique, de l'expérience et, surtout, de l'expertise nécessaire pour procéder à l'évaluation du risque. De là toute l'évidence et la validité d'associer un commissaire d'expérience à un nouveau commissaire lors des audiences.
C'est exactement ce qui a manqué dans le cas précis d'Eustachio Gallese. Des commissaires ayant l'expérience et l'expertise nécessaires auraient détecté que cette stratégie allait directement mener à l'augmentation du risque de récidive et mettre la société en danger.
Soyons clairs: la région du Québec de la CLCC a connu une véritable purge en 2018 au sein de ses commissaires d'expérience. Les chiffres parlent d'eux-mêmes: seulement deux commissaires d'expérience sur seize ont survécu à cette purge. Les nominations de tous les autres n'ont pas été renouvelées, et ceux-ci n'ont pas obtenu la moindre explication. C'est donc dire que 14 nouvelles personnes ont chaussé les souliers de commissaire.
Pour ajouter à ce non-sens, j'ai appris que les commissaires signataires de la lettre envoyée au premier ministre avaient fait l'objet d'une enquête commandée par le Bureau de recherche libéral. Une source anonyme m'a envoyé un document présentant les résultats de l'enquête à mon sujet qui date du printemps 2018. Cela est extrêmement préoccupant et ne représente pas une pratique qui devrait avoir cours dans un État de droit comme le Canada.
Ces changements dans le processus de nomination ont, de mon point de vue, porté directement atteinte à l'article 3.1 de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition. Selon cet article, « la protection de la société est le critère prépondérant appliqué par le Service dans le cadre du processus correctionnel ».
Je désire conclure mon allocution en affirmant haut et fort que l'enquête interne commandée par le ministre de la Sécurité publique ne permettra pas de faire la lumière sur l'entièreté des manquements qui ont mené au meurtre de Marylène Levesque, ni à envisager qu'il soit possible que la stratégie appliquée par l'agent de libération, approuvée par son équipe de gestion de cas et cautionnée par les commissaires, s'apparente curieusement à de la négligence criminelle.
En conséquence, il est impératif qu'une enquête externe soit menée par des ex-commissaires ou des ex-juges et que la totalité des résultats soit rendue publique. L'objectif fondamental est de comprendre les manquements qui sont survenus dans cette triste affaire et de les corriger dans les plus brefs délais. Cette tragédie ne touche pas uniquement les travailleuses du sexe, mais bien l'ensemble de notre société.
Aussi, le Canada a intérêt à prendre connaissance des pratiques correctionnelles et de libération conditionnelle qui se font dans d'autres pays, dont le Royaume-Uni, où, dans certains dossiers, trois commissaires siègent lors des audiences et peuvent être assistés par des spécialistes de la santé mentale ou de la criminologie. Les commissaires ayant une appartenance politique sont aussi clairement identifiés.
De plus, pour obtenir des réponses précises plus particulièrement en lien avec le nouveau processus nominatif, il apparaît indispensable et conséquent que le premier ministre, M. Justin Trudeau, soit questionné, car il est à l'origine des changements. Dans le présent cas, un meurtre aurait pu être évité.
Enfin, j'offre mes sincères condoléances à la famille et aux amis de Marylène Levesque.
Catherine Latimer
View Catherine Latimer Profile
Catherine Latimer
2020-03-12 9:06
Thank you very much, Chair.
Thank you, committee members, for the opportunity to be here.
The John Howard Society of Canada would like to extend its condolences to the family and friends of Marylène Levesque.
The death of a young woman is undeniably tragic, but to learn that she was murdered by a parolee who had killed a woman before is devastating. I think we all hold the belief that someone under sentence for a murder, subjected to strict conditions and monitored by state officials in the community, ought not to have been able to take someone's life.
While it is rare for a parolee to commit a violent offence, let alone murder, I think a full and impartial investigation into how it happened is needed to ensure that the mistakes are identified and corrected.
We hope that having this parliamentary committee seized with the review of events leading to Ms. Levesque's death will lend objectivity and transparency to the process.
I'd just like to indicate that I am not familiar with the particular facts of this situation, so I have no direct evidence to offer the committee. I do know that violent offending by people serving their sentence in the community after prison is rare and has been declining. I think you'll find that when you look at the statistical reporting on this.
If I can comment on the implications of Mr. Blackburn's presentation, I think a reliance on the ways of former board members and thinking that is a better way might well be contraindicated by the statistical indication of improvements to the way in which the parole boards are making decisions. That being said, I think it's very important that there be a full investigation that tries to identify what the actual problems were in this particular case.
As has been pointed out, decisions about release are a confusing area because it is both Correctional Service of Canada and the Parole Board of Canada that are intimately involved in coming up with the decisions for prisoners who are serving more than two years. They share the responsibility for release. That means preparing prisoners for release; deciding when they should be released and what conditions they should follow; monitoring compliance with those conditions; and suspending and revoking releases if the risk cannot be safely managed in the community.
The challenge is knowing which agency is responsible for what part of that continuum. It's not entirely clear because the word “parole” factors in it all, which leads to some misperceptions and some public misunderstanding about who's responsible for what.
CSC is responsible for preparing prisoners for release, usually through correctional plans, and monitoring compliance with conditions when they're in the community, which are established by the Parole Board.
That's essentially the operational wing of this. They're dealing face to face with the prisoners in the correctional facilities and in the communities; preparing them and seeing if there is progress being made against these correctional plans.
The Parole Board of Canada decides when people should be released if they are eligible, what conditions apply to their release and whether conditional releases should be revoked. They're the decision-makers. They're pretty much reliant on evidence coming from CSC in terms of the factors upon which their decisions should be based.
These are difficult tasks, and they're guided by risk assessment tools and an understanding of an individual's criminogenic factors. Predicting future behaviour is never absolute. As I mentioned, the statistics suggest that this is working well and in fact improving in terms of community safety.
Clearly something went wrong in this case, with tragic consequences for Ms. Levesque.
While both CSC and the Parole Board of Canada are conducting reviews, many of us favour an external review to ensure transparency. However, external reviews run the risk of overly harsh constraints and a culture of risk aversion to address public fears. This, in the long run, can undermine public safety.
In the federal prison population, about two-thirds of those in there are there for having committed violent offences. There is a past evidence of violence for a good chunk of the people whom we're dealing with.
Roughly one-quarter of the total federal prison population are serving indeterminate sentences. They can only get into the community through parole. Three-quarters of the federal population have determinate-length sentences set by sentencing judges, and they will be released into the community whether or not CSE and the Parole Board of Canada think it's a good idea.
I think that Chairperson Oades, when she appeared, indicated that about 60% of the conditional releases are due to statutory requirements and are not at the discretion of the Parole Board. Members of this group generally are not getting the correctional programming and reintegration support they need.
Most concerning to me are the high-risk, high-needs prisoners who have been detained by the Parole Board of Canada until warrant expiry or until the very end of their sentences, based on the fear that they would commit a serious personal injury offence before the expiry of their sentences if they were released earlier.
After the end of their sentences, they would no longer count as a failure of the paroling or conditional release system, but they are no less likely to commit an offence. They are being asked to find their way, often after long periods of prison, with no support from Correctional Services.
We have prepared a number of podcasts, called “Voices Inside and Out”. The first two episodes are talking to two prisoners who were released at warrant expiry, and I think there is a real concern about that.
To address public safety, our view is that Correctional Service of Canada and the Parole Board of Canada need to apply resources and efforts to higher-risk prisoners and not focus efforts simply on lower-risk prisoners who might well be more successful on day parole.
I would worry about any recommendations coming from review committees that have the effect of discouraging CSC and the Parole Board of Canada from preparing all federal prisoners for reintegration and supporting their graduated and supported supervised release. Risk aversion that can happen as a result of tragic incidents have a price in terms of public safety, and I think we need to be worried about that.
I am very hopeful that MP Bragdon's Bill C-226, which proposes a federal framework to reduce recidivism, will receive second reading and come to this committee. It would provide an opportunity to make progress on reducing recidivism and promoting community safety for all.
I know that some are asking for this committee to look beyond the situation of Mr. Gallese and Mademoiselle Levesque to look at the general competence of the Parole Board and the efficacy of their appointment processes. If they are proposing to do that, I think you also need to look at those who have been breached in the community, had their parole suspended and have been treated unfairly by the processes, as indicated by the courts.
I raise in particular as evidence of this the case of Jim DeMaria, who had been released by the Parole Board and had served in the community for 20 years without breaching, and then he breached, was suspended and was placed into corrections for having attended two weddings that were approved by his parole officer. He has been in there for about six or seven years with a consistent failure being recognized by the courts to deal with him in a fair and impartial manner.
I think there is clear evidence of the kind of rigidity and risk aversion that can hurt people's rights, security interests and public safety if there is too much of an emphasis on being overly cautious with it, but in any event, we need to understand what mistakes were made that led to the death of that particular woman.
I wish this committee all the best in coming to terms with that, and if I can be of any assistance, I would be delighted to do so.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Merci, mesdames et messieurs les membres du Comité, de me donner l'occasion d'être ici.
La Société John Howard du Canada souhaite offrir ses condoléances à la famille et aux amis de Marylène Levesque.
Le décès d'une jeune femme est indéniablement tragique, mais il est terrible d'apprendre qu'elle a été assassinée par un libéré conditionnel qui avait tué une femme dans le passé. Je pense que nous croyons tous qu'un individu qui a reçu une sentence pour meurtre, qui a été assujetti à des conditions strictes et qui a été surveillé par des agents de l'État dans la collectivité ne devrait pas être capable de tuer quelqu'un.
Bien qu'il soit rare qu'un libéré conditionnel commette une infraction violente, encore moins un meurtre, je pense qu'il faut mener une enquête complète et impartiale sur la façon dont cet incident s'est produit pour veiller à ce que les erreurs soient cernées et corrigées.
Nous espérons que l'étude par ce comité parlementaire des événements qui ont mené au décès de Mme Levesque rendra le processus objectif et transparent.
J'aimerais simplement signaler que je ne suis pas au courant des faits particuliers de la situation, si bien que je n'ai pas de preuves directes à offrir au Comité. Je sais que les crimes violents commis par des individus qui purgent leur peine dans la collectivité après la prison sont rares et sont en baisse. Je pense que vous le constaterez lorsque vous examinerez les rapports statistiques sur le sujet.
Si je peux me permettre de faire des observations sur l'exposé de M. Blackburn, je pense que le fait de se fier aux procédures utilisées par des anciens membres de la commission et de penser que ces procédures sont meilleures est fort probablement réfuté par les statistiques qui révèlent qu'il y a des améliorations quant à la façon dont les commissions des libérations conditionnelles prennent leurs décisions. Cela dit, je pense qu'il est très important qu'une enquête complète soit menée pour tenter de relever les problèmes qu'il y a eus dans ce cas particulier.
Comme on l'a souligné, les décisions prises concernant les libérations sont complexes car le Service correctionnel du Canada et la Commission des libérations conditionnelles du Canada participent étroitement à la prise de décisions concernant les prisonniers qui purgent une peine d'emprisonnement de plus de deux ans. Ils partagent la responsabilité concernant les libérations. Autrement dit, ils préparent les prisonniers pour leur remise en liberté, décident quand ils devraient être libérés et les conditions qu'ils doivent respecter, assurent l'observation de ces conditions, et suspendent et révoquent les remises en liberté si le risque ne peut pas être géré de façon sécuritaire dans la collectivité.
Le défi est de savoir quel organisme est responsable de quelle partie de ce continuum. Ce n'est pas tout à fait clair car l'expression « libération conditionnelle » entre en ligne de compte, ce qui donne lieu à de fausses perceptions et à une mauvaise compréhension de la population pour déterminer qui est responsable de quoi.
SCC est responsable de préparer les prisonniers pour leur libération conditionnelle, habituellement par l'entremise de plans correctionnels, et d'assurer le respect des conditions lorsqu'ils sont dans la collectivité, ce qui est établi par la Commission des libérations conditionnelles.
C'est essentiellement l'unité opérationnelle. Les agents traitent en personne avec les prisonniers dans les établissements correctionnels et dans les collectivités pour les préparer et voir si des progrès sont réalisés dans le cadre de ces plans correctionnels.
La Commission des libérations conditionnelles du Canada décide quand les gens devraient être libérés s'ils sont admissibles, quelles conditions s'appliquent à leur libération et si les libérations conditionnelles devraient être révoquées. Ce sont les décideurs. Ils dépendent énormément de SCC pour ce qui est des facteurs qu'ils doivent prendre en considération dans la prise de décisions.
Ce sont des tâches difficiles, et elles s'appuient sur des outils d'évaluation des risques et une compréhension des facteurs criminogènes. La prédiction des comportements futurs n'est jamais absolue. Comme je l'ai mentionné, les statistiques laissent entendre que cette procédure fonctionne bien et améliore la sécurité des collectivités.
Quelque chose a clairement mal tourné dans ce cas-ci, ce qui a eu des conséquences tragiques pour Mme Levesque.
Pendant que SCC et la Commission des libérations conditionnelles du Canada mènent des examens, bon nombre d'entre nous sont favorables à la tenue d'un examen externe pour assurer la transparence. Cependant, des examens externes risquent de créer des contraintes trop sévères et une culture d'aversion au risque pour gérer les craintes du public. Cela peut miner la sécurité publique à long terme.
Dans la population carcérale fédérale, environ deux tiers des prisonniers sont détenus pour avoir commis des infractions violentes. Bon nombre des individus avec lesquels nous traitons ont des antécédents de violence.
Environ le quart des détenus dans la population carcérale sous responsabilité fédérale purgent une peine d'emprisonnement pour une période indéterminée. Ils peuvent seulement réintégrer la communauté par l'entremise d'une libération conditionnelle. Les trois quarts des détenus dans la population carcérale sous responsabilité fédérale ont des peines d'une durée déterminée fixées par des juges, et ils seront remis en liberté si le CST et la Commission des libérations conditionnelles du Canada estiment que c'est une bonne idée.
Je pense que la présidente Oades, lorsqu'elle a comparu, a signalé qu'environ 60 % des libérations conditionnelles sont attribuables à des obligations légales et ne sont pas laissées à la discrétion de la Commission des libérations conditionnelles. Les membres de ce groupe ne reçoivent généralement pas les programmes correctionnels et le soutien à la réinsertion dont ils ont besoin.
Ce qui me préoccupe le plus, ce sont les prisonniers à risque élevé ayant des besoins importants qui ont été détenus par la Commission des libérations conditionnelles du Canada jusqu'à l'expiration du mandat ou jusqu'à la fin de leur peine, de crainte qu'ils commettent un sévice grave à la personne s'ils sont libérés plus tôt.
Après la fin de leur peine, ils ne seraient plus considérés comme étant un échec du système de libérations conditionnelles ou de mise en liberté sous condition, mais ils ne sont pas moins susceptibles de commettre une infraction. On leur demande de trouver leur voie, souvent après de longues périodes d'emprisonnement, sans aucun soutien du Service correctionnel.
Nous avons préparé de nombreux balados, intitulés « Voices Inside and Out ». Les deux premiers épisodes montrent des discussions avec deux prisonniers qui ont été libérés à l'échéance du mandat de détention, et je pense qu'il y a une véritable préoccupation à cet égard.
Pour assurer la sécurité publique, nous sommes d'avis que le Service correctionnel du Canada et la Commission des libérations conditionnelles du Canada doivent consacrer des ressources et des efforts aux prisonniers à risque plus élevé et non pas concentrer seulement les efforts sur les prisonniers à faible risque qui pourraient davantage bénéficier d'une semi-liberté.
Je serais inquiet à propos des recommandations provenant des comités d'examen qui ont l'effet de dissuader le SCC et la Commission des libérations conditionnelles du Canada de préparer tous les détenus fédéraux à la réinsertion sociale et de favoriser leur remise en liberté graduelle et supervisée. L'aversion au risque pouvant survenir à la suite d'incidents tragiques a un prix sur le plan de la sécurité publique, et je pense que nous devons nous en préoccuper.
J'ai très bon espoir que le projet de loi C-226 du député Bragdon, qui propose un cadre fédéral pour réduire la récidive, franchira l'étape de la deuxième lecture et sera renvoyé à ce comité. Il offrirait une occasion de réaliser des progrès pour réduire la récidive et de promouvoir la sécurité communautaire pour tous.
Je sais que certains demandent au Comité de voir au-delà de la situation de M. Gallese et de Mlle Levesque pour examiner la compétence générale de la Commission des libérations conditionnelles et l'efficacité de ses processus de nomination. Si c'est ce qui est proposé, je pense que vous devez aussi vous pencher sur les individus qui ont enfreint leurs conditions dans la communauté, qui ont vu leur libération conditionnelle être suspendue et qui ont été traités injustement, comme l'ont signalé les tribunaux.
Je note plus particulièrement l'affaire de Jim DeMaria, qui avait été remis en liberté par la Commission des libérations conditionnelles et avait purgé une peine dans la collectivité pendant 20 ans sans enfreindre les conditions. Il a fini par les enfreindre, sa libération conditionnelle a été suspendue et il a été placé dans le système correctionnel pour avoir assisté à deux mariages qui avaient été approuvés par son agent de libération conditionnelle. Il est détenu depuis six ou sept ans sans qu'il puisse réussir à ce que les tribunaux le traitent d'une manière juste et impartiale.
Je pense qu'il y a clairement ce type de rigidité et d'aversion au risque qui peut compromettre les droits des gens, les intérêts en matière de sécurité et la sécurité publique lorsqu'on insiste pour faire preuve d'une prudence excessive, mais quoi qu'il en soit, il faut comprendre que des erreurs ont été commises qui ont causé la mort de cette femme.
Je souhaite au Comité tout le succès possible dans le cadre de cette étude, et si je peux apporter mon aide, je me ferai un plaisir de le faire.
Results: 1 - 15 of 1147 | Page: 1 of 77

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data