Interventions in the House of Commons
For assistance, please contact us
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
For assistance, please contact us
Add search criteria
View Arnold Viersen Profile
CPC (AB)
View Arnold Viersen Profile
2018-06-07 19:58 [p.20493]
Mr. Speaker, I would like to begin my speech this evening by talking about public safety and national security matters.
Whenever I stand up in this place, on whatever we are talking about, I always like to think about whether this is the job of the federal government. Typically, in broad sweeps, I can rarely get past the end of one hand when it comes to things the federal government should be dealing with. I usually think of things like border security, the justice system, and the military as things that definitely the federal government should be taking care of.
The issue we are dealing with tonight is one of those issues the federal government definitely needs to take care of. It is definitely something that is timely. Folks from where I come from, in Peace River—Westlock, in northern Alberta, often mention this to me when I am driving around meeting with folks. They are concerned about national security. They are concerned about terrorism issues. It is one of the top 10 things people talk to me about. Therefore, I think this is a timely debate.
I would hearken back to some of the speeches we heard earlier this evening. September 11 was a significant turning point in western civilization. I think every one of us in this place remembers that day. I remember listening to the news on 630 CHED in Alberta. My alarm clock had gone off, and I was listening to the news, when the normal broadcast was interrupted to tell us that the twin towers had been run into by an airplane. I remember that day well, as I am sure everyone in this place does. Since that day, the entire western world has had to look at how we defend our national security. Before that point, we were looking at our national security from the perspective of nation states. However, this brought a whole new protocol. We needed new laws. Frankly, I think we are still learning all of that.
I do not think the Liberals have necessarily taken serious consideration of public safety and national security in this bill. They basically looked at what we did when we were in government. They thought that the Conservatives were aggressive on this and took the bull by the horns, and they would just turn it back a notch. It does not seem to me that they are giving it adequate weight by saying that they just have to change a bunch of things in BillC-51. The Liberals heard over and over again that Bill C-51 was bad, and they would just turn it back. That does not seem to me to be grappling with the issues we need to deal with.
Public safety and national security is hard work. We need to create a culture in Canada so that people feel safe. That is what I hear over and over again in my riding. They do not feel that the government is creating a culture in Canada where people feel safe. For example, advocating or promoting terrorism is something that has been touched on in this debate. We need to talk about that in terms of what it means when it comes to BillC-75, which is another bill that will be debated tonight. I believe that in that particular bill, advocating or promoting terrorism, even if one is found guilty of it, would be downgraded as well.
When we look at the bill before us, I am disappointed that the Liberals have not grabbed the bull by the horns. Bill C-51 came out a number of years back, and the landscape has changed since then. I was looking forward to having a robust debate on this issue. I know that it was something in the Liberal campaign and something I was challenged on over and over again. I knew that after the election, Bill C-51 would be up for debate, and I was looking forward to having that debate on some substantive changes that could improve it.
I think we got it right with BillC-51, but every piece of legislation is open to improvement and I was happy to come here to debate this. I do not think Bill C-59 improves on Bill C-51 at all. In fact, all it seems to do is to just turn everything back a few notches, which does not seem to make an effect. It is the exact same philosophy that we are seeing with BillC-75. The Liberals say we have backlogs in the justice system, rather than their addressing some of the underlying causes and doing the hard work of digging into it. They say, turn the dial back a little, lower the thresholds, push people out of the system more easily rather than dealing with the actual justice system.
When I do surveys in my riding, people do not think the Liberals are taking our national security seriously. People do not think they are securing our borders properly. All of this plays into the world view of the Liberals.
Whenever I am discussing national security or justice issues, I say that people have the ability to do evil. That is a fact of life and we need to have a justice system that recognizes that. Most people lock their doors at night. Why? Because people are capable of evil. That is the truth. It would be great if we all could leave our doors open and nothing ever went missing. It would be great if we could all give up our firearms and everyone would be safe, but that is not the reality. That is the underlying philosophy that is lacking on the Liberal side. They are not convinced that people are capable of evil and they think that the justice system is being mean to people and that if we just hug the thug, so to speak, everything would be better.
There is a philosophy in this bill that if we just turn down the justice element, if we trusted people a little more, this country would be a safer place. That is definitely not the case. We need to ensure that our police officers and our intelligence community have the resources and tools they need to ensure that Canada is a safe place.
My riding is a long way from the border, and I cannot say that the border crossing issue has directly affected my riding, but it is amazing how many times people in my riding have asked, when is the government is going to do something about the border crossings? Why are the Liberals jeopardizing our public safety? We are seeing that here, as well with the terrorism issue.
One of the things people in my riding are concerned about is the growing threat of terrorism in the world. In this regard, in the bill we see that for advocating and promoting terrorism, the threshold is being lowered, and that in BillC-75 the sentencing is being lowered. It is being taken from an indictable offence to a summary offence. The Liberals need to do the hard work that it takes to make sure that we have a national security regime that people in Canada trust. That is an important point that I wanted to make here tonight. Whatever the Liberals are doing, people need to have trust in that system that their safety is being upheld, that Canada will remain the safe place it has been in years past, and that people can sleep safely in their beds.
With that, I look forward to any questions that people may have.
Monsieur le Président, j'aimerais commencer mon discours de ce soir en parlant de questions de sécurité publique et nationale.
À chaque fois que je prends la parole à la Chambre, j'aime me demander si la question à l'étude, quelle qu'elle soit, relève de la compétence du gouvernement fédéral. Habituellement, la liste des grands dossiers dont le gouvernement fédéral devrait s'occuper est vite dressée. En général, je considère que la sécurité à la frontière, le système de justice et les forces armées sont des dossiers dont le gouvernement fédéral devrait absolument s'occuper.
La question dont nous sommes saisis ce soir en est une dont le gouvernement fédéral doit absolument s'occuper. Le débat d'aujourd'hui tombe certainement à point. J'entends souvent la même chose lorsque je me promène en voiture rencontrer les gens de ma circonscription, Peace River—Westlock, dans le Nord de l'Alberta. Ils sont préoccupés par la sécurité nationale et les questions de terrorisme. C'est l'un des 10 principaux sujets dont les gens me parlent. Je pense donc que le débat d'aujourd'hui tombe à point.
Je voudrais revenir sur certains des discours que nous avons entendus plus tôt ce soir. Le 11 septembre a été un moment décisif en Occident. Je pense que chacun d'entre nous à la Chambre se souvient de cette journée. Je me rappelle les nouvelles que j'ai entendues sur les ondes du 630 CHED, en Alberta. Mon réveil-matin s'est allumé, et j'ai écouté les nouvelles jusqu'à ce qu'un bulletin spécial annonce qu'un avion s'était écrasé sur les tours jumelles. Je me souviens très bien de cette journée, comme tous les députés, j'en suis sûr. Depuis ce jour, tout le monde occidental doit réfléchir à la façon de défendre sa sécurité nationale. Auparavant, nous considérions la sécurité nationale d'un point de vue des États-nations. Cette catastrophe a toutefois exigé un tout nouveau protocole. Nous avions besoin de nouvelles lois. En toute franchise, je pense que nous sommes encore en train de tirer des leçons.
Je ne pense pas que les libéraux aient pris au sérieux la sécurité publique et nationale dans ce projet de loi. Ils ont essentiellement décidé de changer ce que nous avons fait adopter lorsque nous formions le gouvernement en s'appuyant sur l'idée que les conservateurs avaient énergiquement pris le taureau par les cornes et qu'il suffisait de faire un peu marche arrière. Il me semble qu'ils n'ont pas vraiment bien réfléchi à la question lorsqu'ils ont décidé de changer tout bonnement une série de dispositions adoptées avec le projet de loi C-51. Les libéraux ont entendu des gens répéter sans cesse que ce projet de loi était mauvais, alors ils ont dit qu'ils allaient faire marche arrière. Ils n'essaient pas vraiment de débattre de la substance.
Assurer la sécurité publique et nationale n'est pas une sinécure. Nous devons créer au Canada une culture qui fera en sorte que les gens vivront en sécurité. C'est une idée qui m'a été souvent répétée dans ma circonscription. Je ne pense pas que le gouvernement soit en train de créer au Canada une culture où les gens se sentent en sécurité. Par exemple, il a été un peu question, dans le présent débat, de l'acte de préconiser ou de fomenter le terrorisme. Nous devrons en parler aussi pendant le débat de ce soir sur le projet de loi C-75. Je crois que ce projet de loi prévoit réduire la peine dont est passible une personne déclarée coupable d'avoir préconisé ou fomenté la perpétration d'infractions de terrorisme.
Je regarde le projet de loi à l'étude et je suis déçu que les libéraux n'aient pas pris le taureau par les cornes. Le projet de loi  C-51 remonte à quelques années, et le paysage a changé depuis. J'étais impatient de tenir un débat robuste sur la question. Je sais qu'il en a été question dans la campagne libérale et qu'on m'a posé bien des questions à ce sujet. Je savais qu'après les élections, le projet de loi C-51 serait débattu, et j'avais hâte de discuter d'amendements de fond qui pourraient l'améliorer.
Je crois que nous avons bien fait les choses avec le projet de loi C-51, mais il y a toujours place à l'amélioration et j'étais heureux d'en discuter. Je ne crois vraiment pas que le projet de loi  C-59 soit une amélioration par rapport au projet de loi C-51. D'ailleurs, tout ce qu'il semble faire est desserrer la vis un tantinet, ce qui ne semble pas avoir d'effet. C'est exactement la même philosophie qu'avec le projet de loi C-75. Les libéraux disent que le système de justice accuse des retards, alors au lieu de remédier aux causes sous-jacentes et de faire le travail ingrat d'analyse, ils desserrent la vis un tantinet, ils abaissent les seuils, purgent le système en abandonnant plus facilement des causes plutôt que de rectifier le système comme tel.
D'après les sondages que j'effectue dans ma circonscription, les gens estiment que les libéraux ne prennent pas la sécurité nationale au sérieux et qu'ils n'assurent pas adéquatement la sécurité à la frontière. Tout cela a une incidence sur la façon dont le monde perçoit les libéraux.
Chaque fois que je discute de questions de sécurité nationale ou de justice, je dis que les gens ont la capacité de faire le mal. C'est une réalité de la vie, et nous devons avoir un système de justice qui en tient compte. La plupart des gens verrouillent leur porte la nuit. Pourquoi? C'est parce que les gens sont capables de faire le mal. Ce serait merveilleux si nous pouvions tous laisser nos portes ouvertes et que rien ne disparaissait jamais. Ce serait formidable si nous pouvions tous renoncer à nos armes à feu et que personne n'était en danger. Cependant, ce n'est pas la réalité. C'est cette philosophie sous-jacente qui est absente chez les libéraux. Ils ne sont pas convaincus que les gens sont capables de faire le mal. Ils croient que le système de justice est cruel et que si nous nous contentions de dorloter les voyous, pour ainsi dire, tout irait mieux.
Le projet de loi est basé sur la philosophie que si nous recourions moins au système de justice et que nous faisions un peu plus confiance aux gens, le Canada serait un pays plus sûr. Ce n'est certainement pas le cas. Nous devons nous assurer que nos policiers et nos services de renseignement disposent des ressources et des outils dont ils ont besoin pour assurer la sécurité du Canada.
Ma circonscription est située bien loin de la frontière et je ne peux pas dire que la question des mouvements transfrontaliers la touche directement. Il est tout de même incroyable de voir combien de fois les gens de ma circonscription demandent à savoir quand le gouvernement prendra des mesures pour y répondre. Pourquoi les libéraux mettent-ils en péril la sécurité publique? C'est ce qu'ils sont en train de faire dans ce dossier-ci comme dans celui du terrorisme.
L'une des choses que craignent les gens de ma circonscription est la menace croissante du terrorisme dans le monde. À cet égard, ce projet de loi prévoit abaisser le seuil relatif au fait de préconiser ou de promouvoir le terrorisme et le projet de loi C-75 prévoit que les peines soient moins sévères. Cette infraction passe d'un acte criminel à un délit mineur. Les libéraux doivent s'atteler à la dure tâche de veiller à ce que nous ayons le meilleur régime possible dans lequel les Canadiens auront confiance. C'est un point important que je voulais faire ici ce soir. Peu importe ce que font les libéraux, les Canadiens doivent pouvoir faire confiance à ce système pour assurer leur sécurité et savoir que le Canada demeurera un lieu sûr où les gens pourront continuer de dormir en paix.
Là-dessus, je suis disposé à répondre à toutes les questions de mes collègues.
Result: 1 - 1 of 1