Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 150000
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Good morning, everyone.
Today we are having our second meeting on Bill C-5.
In our first panel, we have the Canadian Association of Black Lawyers, the Canadian Centre for Gender and Sexual Diversity, the DisAbled Women's Network Canada, and the Women's Legal Education and Action Fund.
I'll ask the Canadian Association of Black Lawyers to present its opening remarks for five minutes. This will be followed by questions from members.
Without further ado, Raphael Tachie, from the Canadian Association of Black Lawyers.
Bonjour à tous.
Nous tenons aujourd'hui notre deuxième séance sur le projet de loi C-5.
Notre premier groupe de témoins est composé de l'Association des Avocats Noirs du Canada, du Centre canadien de la diversité des genres et de la sexualité, du Réseau d'action des femmes handicapées du Canada et du Fonds d'action et d'éducation juridiques pour les femmes.
Je demanderai à l'Association des Avocats Noirs du Canada de présenter son exposé pendant cinq minutes. Les membres du Comité vous poseront ensuite des questions.
Sans plus tarder, voici Raphael Tachie, de l'Association des Avocats Noirs du Canada.
Raphael Tachie
View Raphael Tachie Profile
Raphael Tachie
2020-03-12 11:07
Thank you for inviting CABL to speak on this matter. We appreciate the opportunity to do so.
From CABL’s perspective and the communities we represent, the intention behind Bill C-5 is laudable. We think the idea of educating the judiciary on taking the social context into account in sexual assault cases is a positive step and should be recognized and lauded.
We have a couple of concerns that we wish the committee to consider and take into account. The first concern revolves around the idea regarding interference with judicial independence. We question whether an undertaking to complete certain training or courses will be seen as interference with judicial independence by the executive and legislative branches.
The proposed amendments, furthermore, do not contain any enforcement mechanisms, whereby an individual provides such an undertaking, and then later on does not fulfill the requirements. Without an enforcement mechanism, we question whether the perception of interference with judicial independence is really worth it at the end of the day. That's our first concern.
The second concern we have revolves around the lack of definition of social context. If the amendments are to proceed as drafted, we urge the committee to think about the differential impacts of the law on the bodies of indigenous and black people. More specifically, when it comes to sexual assaults, whether in regard to victims or as accused, stereotypes about black and indigenous people lead to differential treatment under the law. These have different impacts on our bodies and communities.
CABL, therefore, urges the committee to include express language relating to the experiences of black—
Je vous remercie d'avoir invité l'Association des Avocats Noirs du Canada, ou AANC, à s'exprimer dans ce dossier. Nous nous réjouissons d'avoir l'occasion de le faire.
L'AANC et les communautés qu'elle représente considèrent que l'intention sous-jacente au projet de loi C-5 est louable. Nous pensons que l'idée d'éduquer l'appareil judiciaire afin qu'il tienne compte du contexte social dans les affaires d'agression sexuelle est une démarche bénéfique qui devrait être soulignée et applaudie.
Nous voudrions toutefois faire part au Comité de quelques préoccupations pour qu'il les examine et en tienne compte, la première étant le concept de l'ingérence par rapport à l'indépendance judiciaire. Nous nous demandons si le fait de proposer de suivre une formation ou des cours sera considéré comme une ingérence à l'égard de l'indépendance judiciaire par les organes exécutif et législatif.
En outre, les modifications proposées ne prévoient aucun mécanisme d'exécution, advenant que quelqu'un entreprenne une telle démarche, sans toutefois en satisfaire les exigences par la suite. En l'absence de mécanismes d'exécution, nous nous demandons si la perception d'ingérence par rapport à l'indépendance judiciaire se justifie vraiment au bout du compte. C'est là notre première préoccupation.
Notre deuxième préoccupation concerne l'absence de définition du contexte social. Si les modifications sont apportées telles quelles, nous exhortons le Comité à réfléchir aux répercussions différentielles du projet de loi sur les organismes des Autochotones et des Noirs. Pour être plus précis, quand il est question d'agression sexuelle, que cela concerne les victimes ou les accusés, les stéréotypes relatifs aux Noirs et aux Autochtones font en sorte que ces personnes sont traitées différemment en vertu de la loi. Voilà qui a diverses conséquences sur nos organismes et nos communautés.
L'AANC exhorte donc le Comité à ajouter un passage sur ce que vivent les Noirs...
Hana O'Connor
View Hana O'Connor Profile
Hana O'Connor
2020-03-12 11:09
Good morning.
The Canadian Centre for Gender and Sexual Diversity advocates for a world free from discrimination. To that end, we work through the fields of advocacy, education, research and resource creation to support 2SLGBTQ+ communities across Canada. To support this mandate, we support teachers and service providers as they work toward bridging knowledge gaps around gender and sexual diversity.
The intimate partner violence prevention program at the Canadian Centre for Gender and Sexual Diversity aims to increase capacity of LGBTQ2S+ agencies by providing them with the tools, information on resources and services and training to support LGBTQ2S+ survivors of domestic physical assault, sexual assault and emotional abuse, and to increase and equalize their access to the criminal justice system.
We work with LGBTQ2S+ agencies, law enforcement and non-LGBTQ2S+ organizations to create best practices to address the gaps in victim services and increase access to justice for LGBTQ2S+ people. These organizations include: sexual assault centres, community resource/health centres, legal services, victims services, police units, sexual health centres, pride centres, university and college programs, and many others. We will work with any and all service providers across Canada who may come into contact with LGBTQ2S+ survivors of intimate partner violence to increase the positive quality of these interactions.
In looking at the proposed legislation, Bill C-5, we support the rationale. In particular, the following points resonate with our program:
And whereas reasons for decisions in sexual assault proceedings enhance the transparency and accountability of the judiciary;
Whereas survivors of sexual assault in Canada must have faith in the criminal justice system;
Whereas sexual assault proceedings have a profound effect on the reputations and lives of the persons affected and present a high possibility of revictimizing survivors of sexual assault;
and in particular, the importance of
continuing education
Working with service providers across Canada, we are aware that ongoing education is a successful method of intervention in confronting bias for service providers. The formal process for survivors of sexual assault to receive necessary advocacy, health and legal supports is multi-faceted and involves a multitude of service providers. At every stage, there are barriers, which can relate to the intersectional identities of survivors. Ongoing discrimination based on a multitude of factors and lived experiences can further compound and weaken the relationship between survivors, service providers and the state.
Much of the same can be said for folks whose experience of sexual assault and violence also includes intimate partner violence. Members of the 2SLGBTQ+ community are, broadly speaking, more impacted by sexual assault and violence, and thus their lived realities need to be understood for competent services to be delivered.
Working with social workers, HR professionals, medical professionals and others in service provision, our aim in the IPV prevention workshops is to dispel harmful stereotypes and misconceptions that influence notions supporting survivors of sexual violence. Two crucial assessments include decoding which partner is the victim or abuser and providing services to transgender and gender non-conforming clients.
Notions of masculinity and femininity, age and appearance can often impact how service providers respond to situations of abuse as they first assess and react to the situation. Through the four years this project has been funded, we have delivered roughly 300 workshops to service providers across Canada. Starting with a greater understanding of gender and sexual diversity, we transition into situations and problem-solving, which challenge existing bias.
We have found that such training needs to be ongoing and of varied lengths depending on the particular organization, and we would encourage that the proposed seminars be lengthy. There are also provincial and regional disparities, which require training sessions to always take into account local needs, as they vary significantly.
Finally, the organizations that participate are engaged in an ongoing process of ongoing education to continue to address personal, organizational and policy-based barriers. Our training and workshops succeed because the goal is to promote a mentality focused on social justice and trauma-informed care, instead of a set curriculum.
I will now introduce our executive director, Cameron Aitken.
Bonjour.
Le Centre canadien de la diversité des genres et de la sexualité œuvre à l'établissement d'un monde exempt de discrimination. À cette fin, nous travaillons dans les domaines de la défense des droits, de l'éducation, de la recherche et de la création de ressources afin de soutenir les communautés 2ELGBTQ+ du Canada. À l'appui de ce mandat, nous soutenons les enseignants et les fournisseurs de services quand ils cherchent à combler le manque de connaissances sur la diversité des genres et de la sexualité.
Le programme de prévention de la violence entre conjoints du Centre canadien de la diversité des genres et de la sexualité vise à accroître la capacité des organismes LGBTQ2E+ en leur fournissant des outils, des informations sur les ressources et les services, et de la formation afin d'aider les survivants LGBTQ2E+ de violence conjugale, d'agression sexuelle et de violence psychologique, et d'augmenter leur accès au système de justice pénale pour qu'il soit égal à celui du reste de la population.
Nous collaborons avec des organismes LGBTQ2E+ et non LGBTQ2E+, ainsi qu'avec des organismes d'exécution de la loi pour établir des pratiques exemplaires afin de combler les lacunes dans les services aux victimes et d'améliorer l'accès à la justice pour les personnes LGBTQ2E+. Il s'agit notamment de centres de lutte aux agressions sexuelles, de centres de ressources et de santé communautaires, de services juridiques, de services aux victimes, de corps policiers, de centres de santé sexuelle, de centres de fierté, et de programmes universitaires et collégiaux. Nous collaborerons avec tous les fournisseurs de service du pays qui peuvent entrer en contact avec des survivants LGBTQ2E+ de violence entre conjoints afin d'améliorer la qualité de ces interactions.
Lorsque nous examinons le projet de loi C-5, nous en appuyons les visées. Les passages suivants cadrent particulièrement bien avec notre programme:
que la magistrature gagne en transparence et en responsabilité lorsque les décisions rendues lors des procès pour agression sexuelle sont motivées;
qu’il est essentiel que les personnes ayant survécu à une agression sexuelle au Canada fassent confiance au système de justice pénale;
que les procès pour agression sexuelle ont un effet profond sur la réputation et la vie des personnes touchées et qu’ils risquent fortement de revictimiser les personnes ayant survécu à une agression sexuelle.
Nous insistons notamment sur l'importance de la
formation continue;
Lorsque nous travaillons avec des fournisseurs de service du Canada, nous savons que la formation continue constitue une méthode d'intervention efficace dans la lutte contre les préjugés. Le processus officiel que les survivants d'agression sexuelle doivent suivre pour recevoir l'aide nécessaire au chapitre de la défense des droits, de la santé et de la justice comporte de multiples facettes et fait intervenir de nombreux fournisseurs de service. À chaque étape se dressent des obstacles, lesquels peuvent avoir un lien avec les identités intersectionnelles des survivants. La discrimination perpétuelle fondée sur une multitude de facteurs et d'expériences vécues peut affaiblir d'autant la relation entre les survivants, les fournisseurs de service et l'État.
Il en va en grande partie de même pour les victimes d'agression sexuelle et de violence de la part d'un conjoint. Les membres de la communauté 2ELGBTQ+ étant, de façon générale, plus touchés par les agressions sexuelles et la violence, il faut comprendre les réalités qu'ils vivent pour pouvoir leur offrir des services compétents.
En collaboration avec des travailleurs sociaux, des professionnels des ressources humaines, des travailleurs du domaine de la santé et d'autres fournisseurs de service, nous offrons des ateliers de prévention de la violence entre conjoints pour éliminer les stéréotypes et les fausses idées préjudiciables qui ont une incidence sur les concepts soutenant les survivants de la violence sexuelle. Il est crucial d'effectuer deux évaluations pour déterminer quel partenaire est la victime ou l'agresseur et pour fournir des services aux clients transgenre et non conforme au genre.
Les concepts de masculinité et de féminité, d'âge et d'apparence peuvent souvent influencer la manière dont les fournisseurs de service réagissent à une situation d'agression lors de l'évaluation et de l'intervention initiales. Tout au long des quatre années de financement de ce projet, nous avons offert quelque 300 ateliers aux fournisseurs de service des quatre coins du pays. Nous commençons par mieux faire comprendre la diversité des genres et de la sexualité, puis faisons des exercices de résolution de situations et de problèmes qui remettent en question les préjugés existants.
Nous avons constaté que cette formation doit être continue et offerte pour des durées variables selon l'organisation concernée, mais recommanderions que les colloques proposés soient longs. Nous notons également des disparités provinciales et régionales; il faut donc que les séances de formation tiennent compte des besoins locaux, puisque ces derniers varient considérablement.
Enfin, les organisations participantes s'engagent dans un processus constant de formation continue afin de poursuivre la lutte contre les obstacles personnels et organisationnels, et les entraves découlant des politiques. Notre formation et nos ateliers portent fruit, car ils visent à favoriser une mentalité fondée sur la justice sociale et les soins tenant compte des traumatismes plutôt que sur un programme fixe.
Je vous présenterai maintenant notre directeur exécutif, M. Cameron Aitken.
Cameron Aitken
View Cameron Aitken Profile
Cameron Aitken
2020-03-12 11:14
Thank you.
It is on that basis that we want to say we support the final section of the amendment surrounding the Criminal Code and further information regarding decisions in cases related to sexual assault.
Finally, in regard to gaps, we recommend that in addition to reporting on what seminars were offered, the number of judges who attended said seminars and the names of those judges are disclosed in reporting, similar to a mechanism of enforcement.
Finally, we recommend the implementation of reporting that asks judges to reflect and provide responses on how these seminars contribute to the incorporation of trauma and violence-informed approaches.
We are concerned that the existing phrasing around the proposed seminars does not represent the diversity of survivors of sexual violence in Canada. In particular, considering the organizations present today, we feel that a further enshrining of “Diverse voices who represent persons, groups or organizations the council considers appropriate, to support sexual assault survivors and organizations that support them...”.
Thank you very much for your time.
Je vous remercie.
C'est sous ces auspices que nous voulons exprimer notre soutien quant à la section finale de la modification du Code criminel et au supplément d'information sur les décisions rendues dans les affaires d'agression sexuelle.
En ce qui concerne les lacunes, enfin, nous recommandons qu'en plus de faire rapport sur les colloques offerts, le nombre et le nom des juges qui y ont pris part soient divulgués dans les rapports, comme dans un mécanisme d'exécution de la loi.
En dernier lieu, nous recommandons la mise en œuvre d'un processus de rapport au titre duquel on demande aux juges de faire part de leurs observations sur la manière dont les colloques contribuent à l'intégration d'approches tenant compte des traumatismes et de la violence.
Nous craignons que la formulation actuelle entourant les colloques proposés ne témoigne pas de la diversité des survivants de la violence sexuelle au Canada. Considérant les organisations présentes aujourd'hui, notamment, nous préconisons une meilleure intégration des « diverses voix qui représentent les personnes, les groupes ou les organisations que le conseil considère appropriés afin d'appuyer les survivants d'agression sexuelle et les organisations qui les soutiennent. »
Merci beaucoup de votre attention.
Bonnie Brayton
View Bonnie Brayton Profile
Bonnie Brayton
2020-03-12 11:15
Thank you.
I'd like to begin by acknowledging that we're gathered on the territory of the Algonquin people and that we are in a time of truth and reconciliation with all the indigenous communities from coast to coast to coast. We want to thank the Attorney General and the committee for inviting us today to speak. We also want to acknowledge the important work of the other panellists who are speaking today.
In fact, LEAF, who are also joining us today, have been and continue to be important allies for us. They have supported DAWN Canada in several Supreme Court decisions that provide us with concrete, measurable evidence that the issue of myths and stereotypes related to victims of sexual assault have a particularly egregious impact on deaf women and women with disabilities, particularly women with mental disabilities, including learning and intellectual disabilities, psychosocial disabilities and brain injuries. Let's be clear: It's when communication and interaction with the victim may be different.
We are here to discuss Bill C-5, an act to amend the Judges Act and the Criminal Code. We hope this legislation is enacted quickly. We expect and anticipate strong, non-partisan support from this committee. In preparing for today, I found something very interesting in the 2004 publication of Ethical Principles for Judges . It's not in the 2020 draft, by the way. In the chapter that focuses on equality, Chief Justice McLachlin and the committee chose to cite Eldridge specifically in the context of the risk of stereotyping.
DAWN Canada were intervenors in the Eldridge decision and in D.A.I. 2012. That was another very important decision that speaks to the myths and stereotypes that have been perpetuated in the courts and in society. In D.A.I., the issues of myths related to sexual assault are central and make clear that judges are themselves subject to biases, including deep-rooted biases that are linked to systemic sexism, racism and ableism. A review of CanLII reveals 723 instances of Eldridge being cited, and 152 for D.A.I.
I'd like to draw from the McGill Law Journal, in which Isabel Grant and Janine Benedet, in “Hearing the Sexual Assault Complaints of Women with Mental Disabilities: Evidentiary and Procedural Issues”, wrote as follows:
The tendency to infantilize women with mental disabilities contributes to sex discrimination against them by perpetuating stereotypes of asexuality and hypersexuality. When these women are analogized to children, sexual relationships are no longer seen as necessary or important for them and they are depicted as asexual. Since no sexual activity is considered appropriate for children, the sexual activity that these women do have is then labelled as inappropriate, and they are also tainted, paradoxically, with a label of hypersexuality.
The criminal trial process was not designed to facilitate the testimony of persons with disabilities. Oral testimony under oath, cross-examination, and the requirement to repeat one's story over and over again to persons in authority with consistency over a long period of time can present serious challenges to women with mental disabilities, yet these requirements are accepted without question as integral to the criminal trial process. An inability to operate within the confines of the traditional trial process may result in the diminished credibility of a woman's testimony or even in the granting of a stay of proceeding.
The nature of the evidence received by courts in sexual assault cases presents other concerns. The routine use of sexual history evidence, cross-examination on therapeutic and other third-party records to undermine credibility, and the requirement of recent complaint raise unique concerns for women with mental disabilities. We suggest that the myths and stereotypes on which these devices rest remain....
My final comment and reminder to this committee is that 24% of women in Canada live with a disability. That's the statistic. Women with disabilities have the highest—the highest—rates of sexual assault of any women and girls in this country.
Madam Chair, if we are permitted to share our recommendations, Karine-Myrgianie will share them.
Merci.
Je voudrais commencer en reconnaissant que nous sommes réunis en territoire du peuple algonquin en ces temps de vérité et de réconciliation avec toutes les communautés autochtones du pays. Nous voulons remercier le procureur général et le Comité de nous avoir invitées à témoigner aujourd'hui. Nous voulons également souligner le travail important des autres témoins qui comparaissent aujourd'hui.
En fait, le Fonds d'action et d'éducation juridiques pour les femmes, également présent aujourd'hui, a été et continue d'être un précieux allié pour nous. Il a appuyé le Réseau d'action des femmes handicapées du Canada, ou DAWN Canada, concernant plusieurs arrêts de la Cour suprême qui nous offrent des preuves concrètes et mesurables que le problème des mythes et des stéréotypes relatifs aux victimes d'agression sexuelle a des répercussions fort préjudiciables sur les femmes sourdes ou handicapées, particulièrement sur celles touchées par un handicap mental comme des difficultés d'apprentissage, une déficience intellectuelle, un handicap psychosocial ou des lésions cérébrales. Permettez-moi d'être claire: en pareil cas, la communication et l'interaction avec la victime peuvent être différentes.
Nous comparaissons pour traiter du projet de loi C-5, Loi modifiant la Loi sur les juges et le Code criminel. Nous espérons que cette mesure législative sera rapidement adoptée. Nous nous attendons à un soutien solide et non partisan de la part du Comité. En me préparant pour aujourd'hui, j'ai trouvé quelque chose de fort intéressant dans la publication de 2004 des Principes de déontologie judiciaire. Ce passage ne figure pas dans l'ébauche de 2020, soit dit en passant. Dans le chapitre portant sur l'égalité, la juge en chef McLachlin et le comité ont choisi de citer un extrait de l'arrêt Eldridge dans le contexte précis du risque de stéréotypie.
DAWN Canada est intervenu dans les affaires Eldridge et D.A.I. 2012, laquelle a donné lieu à un autre important arrêt révélateur des mythes et des stéréotypes perpétués par les tribunaux et la société. Les questions des mythes relatifs aux agressions sexuelles sont au centre de l'affaire D.A.I. et montrent clairement que les juges ont eux-mêmes des préjugés, dont certains sont profondément ancrés et liés au sexisme, au racisme et à la discrimination fondée sur la capacité systémiques. Dans CanLII, l'affaire Eldridge est citée à 723 reprises, et l'affaire D.A.I. l'est 152 fois.
J'aimerais citer un article intitulé « Hearing the Sexual Assault Complaints of Women with Mental Disabilities: Evidentiary and Procedural Issues » tiré de la Revue de droit de McGill. Voici une traduction de ce qu'Isabel Grant et Janine Benedet indiquent en anglais:
La tendance à infantiliser les femmes ayant un handicap mental contribue à la discrimination fondée sur le sexe à leur endroit en perpétuant les stéréotypes d'asexualité et d'hypersexualité. Quand ces femmes sont traitées comme des enfants, les relations sexuelles ne sont plus jugées nécessaires et importantes pour elles, puisqu'elles sont considérées comme asexuelles. Comme aucune activité sexuelle n'est considérée appropriée pour les enfants, l'activité sexuelle de ces femmes est jugée inappropriée et, paradoxalement, ces femmes se voient attacher une étiquette d'hypersexualité.
Le processus de procès criminel n'est pas conçu pour faciliter le témoignage des personnes handicapées. Les témoignages livrés de vive voix sous serment, le contre-interrogatoire et la nécessité de répéter son histoire encore et encore à des personnes en position d'autorité, tout en restant cohérentes pendant une longue période, peuvent être extrêmement difficiles pour des femmes ayant un handicap mental. Pourtant, ces exigences sont acceptées sans remise en question et vues comme étant des éléments essentiels du déroulement traditionnel des procès. L'incapacité de fonctionner dans le carcan du processus traditionnel peut miner la crédibilité des témoignages des femmes et même constituer une entrave à l'obtention d'une suspension des procédures.
La nature de la preuve reçue par les tribunaux dans des affaires d'agression sexuelle présente d'autres difficultés. L'utilisation courante des antécédents sexuels, le contre-interrogatoire fondé sur les dossiers de thérapeutes et d'autres tiers pour miner la crédibilité du témoin et le fait qu'il soit nécessaire que la plainte soit récente soulèvent des difficultés particulières pour les femmes ayant un handicap mental. Selon nous, les mythes et les stéréotypes sur lesquels des mécanismes reposent demeurent [...]
En terminant, je vous rappellerai la statistique voulant que 24 % des Canadiennes vivent avec un handicap. Ces femmes affichent les taux les plus élevés — les plus élevés — d'agression sexuelle à l'endroit des femmes et des filles au pays.
Madame la présidente, avec votre permission, Karine-Myrgianie vous présentera nos recommandations.
Karine Myrgianie Jean-François
View Karine Myrgianie Jean-François Profile
Karine Myrgianie Jean-François
2020-03-12 11:20
Thank you for these extra few seconds. We will circulate the other information later.
We recommend that the training start from an intersectional analysis to deconstruct the myths and stereotypes about women with disabilities and deaf women victims of sexual assault.
For clause 2, we recommend that the training and seminars be developed by women's groups with expertise on marginalized women, such as DAWN Canada.
With respect to clause 3, we understand that there is a concern about judicial independence. However, we think it is important that all judges attend these seminars, that the seminars be evaluated, and that the evaluations be shared with the designers and the groups that developed the seminars in order to improve them.
This will also ensure that the systemic discrimination experienced by the most marginalized women remains at the heart of the discussions. Deaf women and women with disabilities, including those who live at the intersection of different forms of oppression, should participate in the seminars and training.
Je vous remercie de nous offrir ces quelques secondes. Nous ferons circuler les autres informations plus tard.
Nous recommandons que ces formations déconstruisent à partir d'une analyse intersectionnelle les mythes et les stéréotypes sur les femmes en situation de handicap et les femmes sourdes victimes d'agressions sexuelles.
Relativement à l'article 2, nous recommandons que ces formations et les colloques soient développés par des groupes de femmes ayant une expertise sur les femmes marginalisées, comme DAWN Canada.
En ce qui a trait à l'article 3, nous comprenons qu'il existe une préoccupation relativement à l'indépendance judiciaire. Or nous pensons qu'il est important que tous les juges suivent ces colloques, que ces colloques soient évalués, et que ces évaluations soient communiquées aux concepteurs et aux groupes ayant réalisé ces colloques afin d'améliorer ces derniers.
Cela permettra également que les discriminations systémiques vécues par les femmes les plus marginalisées restent au cœur des discussions. Les femmes sourdes ou qui sont en situation de handicap, y compris celles en situation de handicap qui vivent à la croisée de différentes oppressions devraient participer aux séminaires et aux formations.
Rosel Kim
View Rosel Kim Profile
Rosel Kim
2020-03-12 11:21
Good morning. My name is Rosel Kim. I'm a staff lawyer at LEAF, the Women's Legal Education and Action Fund.
Thank you very much for inviting LEAF to speak on this issue.
Over the past 35 years, LEAF has played a key role in advancing women's and girls' substantive equality rights in law through litigation, law reform and legal education. The advancement of sexual assault law through a feminist and equality lens is a fundamental element of LEAF's work, because freedom from violence is a necessary condition for women's equality rights.
LEAF recognizes the symbolic importance of this bill and supports judges receiving training on sexual assault. However, we also believe that the bill requires certain specifications about how this training should be implemented, details of which I'll discuss later on.
I'll begin by discussing why LEAF supports specialized judicial training on sexual assault.
Despite a cultural shift in how we talk about sexual assault, we continue to witness profound misconceptions about sexual assault complainants in the courts.
For close to 30 years, Canadian law has said that a complainant's previous sexual history should not play a role in determining whether the complainant is believable, or whether the complainant consented to the sexual act in question, yet trial judges continue to get it wrong. Their errors are frequently rooted in harmful myths and stereotypes and, probably not coincidentally, a lack of understanding about the legal definition of consent—like the belief that if you weren't actively fighting back or yelling out, you weren't really saying no.
Recent cases have seen trial judges acquitting the accused or questioning the credibility of the complainant because a complainant didn't close her knees; because she was wearing loose-fitting pyjamas with no underwear; because she didn't immediately leave; because she had consented before.
Training is also necessary, because in order to combat such myths and stereotypes about complainants while still respecting the rights of the accused, sexual assault law has become very complex.
Many judges have had little to no experience in criminal law before being appointed to the bench. It's difficult to imagine that they'll be able to preside over a sexual assault hearing without training. It's left to the appellate courts then to correct the errors in law that are made in the lower courts. But not every case in which trial judges make these mistakes is or can be appealed. Even where an appeal is allowed, this may not feel like a victory to the complainant who will once again need to tell her story in a new trial.
Judicial training on sexual assault is needed to stop these errors before they happen in order to ensure trial fairness, minimize re-traumatizing of complainants, and save judicial resources.
For these reasons among others, LEAF supports judges receiving training on sexual assault. In order for the training to be effective, we believe the bill requires certain specifications.
First is the term “social context”, as the other witnesses have mentioned. The term should be defined explicitly as factors contributing to systemic inequality in Canadian society, to include colonialism, systemic racism, ableism, homophobia and transphobia. Education about sexual assault cannot be conducted in a historical vacuum.
It's necessary to understand how our history and current social conditions, such as ongoing impacts of colonialism, have led to and can exacerbate the proliferation of sexual violence and the myths and stereotypes about complainants. Judges need to understand that indigenous women in Canada are three times more likely than non-indigenous women to experience sexual violence in their lifetime. Judges also need to understand that women with disabilities are more likely to experience sexual violence than are women without disabilities, as DAWN has mentioned.
Similarly, my second point relates to subclause 2(3) of the bill, which provides that materials will be developed in consultation with sexual assault survivors and organizations that support them.
It's important that sexual assault survivors who are consulted also reflect the diversity of people in Canadian society, especially those who have lived through the conditions of marginalization, such as systemic racism, and who directly understand how marginalization impacts their experience of sexual assault.
We would ask that this section also include meaningful consultation and input from individuals with lived experiences of oppression, particularly individuals or organizations that serve populations that are indigenous, black, or racialized, or those who live with disabilities or in poverty, among others.
Seminars on sexual assault should also include the impact of trauma on the complainant's memory, demeanour and well-being, considerations currently absent from this bill. Trauma can also have a profound impact on how a complainant remembers the assault, as well as on how a complainant reacts to it at the time of the assault and in the courtroom.
Finally, I would like to discuss clause 4 of the bill as it relates to reasons. In its current version, the bill only requires written reasons to be provided if trial proceedings are not recorded. Having publicly available written reasons would ensure greater accountability for the justice system by allowing legislators, researchers and the public to access and review them. As the bill currently stands, any oral judgment entered into the record will still require someone to pay for and order the trial transcript, which is costly and can be time-consuming.
As an alternative, we suggest amending clause 4 of the bill, so that where written reasons are not available in a sexual assault trial, the transcripts of the trial decision only, and not a transcript of the entire trial, should be made available on publicly accessible domains. This can be made possible by government providing dedicated funding for the transcript of the trial decisions.
Thank you very much for your time.
Bonjour. Je m'appelle Rosel Kim, avocate-conseil à l'interne pour le Fonds d'action et d'éducation juridiques, ou FAEJ, pour les femmes.
Merci beaucoup d'avoir invité le FAEJ à traiter du projet de loi.
Depuis 35 ans, le FAEJ joue un rôle clé en défendant les droits fondamentaux à l'égalité des femmes et des filles dans le cadre de litiges juridiques, de réformes du droit et de l'éducation juridique. L'avancement du droit relatif aux agressions sexuelles grâce à l'adoption d'un point de vue féministe et égalitaire constitue un élément fondamental de l'œuvre du FAEJ, car il est nécessaire que les femmes soient libérées de la violence pour être égales en droit.
Le FAEJ admet l'importance symbolique de ce projet de loi et soutien la formation des juges en matière d'agression sexuelle. Cependant, nous considérons également qu'il nécessite certaines précisions sur la manière dont cette formation devrait s'effectuer. Je traiterai de la question en détail plus tard.
Je commencerai en expliquant pourquoi le FAEJ soutient la formation spécialisée des juges sur le plan des agressions sexuelles.
Même si on observe une évolution culturelle quant à la manière dont nous parlons des agressions sexuelles, des idées profondément fausses persistent au sujet des personnes portant plainte au sujet d'une agression sexuelle devant les tribunaux.
Depuis près de 30 ans, le droit canadien stipule que les antécédents sexuels d'une plaignante ne devraient pas jouer de rôle quand vient le temps de déterminer si elle est crédible ou si elle a consenti à l'acte sexuel en question. Pourtant, les juges d'instance continuent de faire fausse route à cet égard. Leurs erreurs découlent souvent de mythes et de stéréotypes préjudiciables et — ce n'est probablement pas une coïncidence — d'une mauvaise compréhension de la définition juridique de consentement, pensant que si la victime ne se débat pas ou ne crie pas, elle n'oppose pas vraiment de refus.
Dans des affaires récentes, des juges ont acquitté l'accusé ou remis la crédibilité de la plaignante en question parce qu'elle n'avait pas serré les genoux, portait un pyjama moulant sans sous-vêtement, n'était pas immédiatement partie ou avait précédemment donné son consentement.
Il est aussi nécessaire d'offrir de la formation, car pour lutter contre les mythes et les stéréotypes relatifs à la plaignante tout en respectant les droits de l'accusé, le droit relatif aux agressions sexuelles est devenu fort complexe.
De nombreux juges possédaient peu ou pas d'expérience en droit pénal avant leur nomination à la magistrature. Il est difficile d'imaginer qu'ils puissent instruire un procès pour agression sexuelle sans formation. Il revient alors à la cour d'appel de rectifier les erreurs commises par le tribunal de première instance. Ce ne sont toutefois pas tous les procès dans le cadre desquels le juge a commis une erreur qui sont ou qui peuvent être portés en appel. Même quand l'appel est autorisé, la plaignante pourrait ne pas avoir l'impression d'avoir remporté une victoire, puisqu'elle devra de nouveau relater son histoire lors d'un nouveau procès.
La formation des juges en matière d'agression sexuelle doit prévenir les erreurs avant qu'elles ne se produisent pour assurer l'équité des procès, éviter le plus possible de traumatiser de nouveau des plaignantes et économiser des ressources judiciaires.
C'est notamment pour ces raisons que le FAEJ est d'accord pour que les juges reçoivent une formation sur les agressions sexuelles. Pour que cette dernière soit efficace, toutefois, nous considérons qu'il faut apporter quelques précisions au projet de loi.
Le premier terme est celui de « contexte social », comme les autres témoins l'ont fait remarquer. Le terme devrait indiquer explicitement qu'il s'agit d'un facteur contribuant à l'inégalité systémique au sein de la société canadienne et englobant le colonialisme, le racisme systémique, la discrimination fondée sur la capacité, l'homophobie et la transphobie. L'éducation sur les agressions sexuelles ne peut s'effectuer dans un vide historique.
Il est nécessaire de comprendre comment notre histoire et les conditions sociales, comme les répercussions persistantes du colonialisme, peuvent exacerber la prolifération de la violence sexuelle et les mythes et les stéréotypes relatifs aux plaignantes. Les juges doivent comprendre que le risque d'être victime de violence sexuelle en cours de vie est trois fois plus élevé pour les femmes autochtones que pour les femmes non autochtones du Canada. Ils doivent également comprendre que les femmes en situation de handicap sont plus susceptibles de faire l'objet de violence sexuelle que les femmes non handicapées, comme DAWN l'a fait remarquer.
Par ailleurs, mon deuxième point concerne le paragraphe 2(3) du projet de loi, lequel prévoit que les documents pédagogiques soient élaborés après consultation des personnes ayant survécu à une agression sexuelle et des organismes qui les appuient.
Il importe également que les personnes ayant survécu à une agression sexuelle consultées rendent compte de la diversité de la société canadienne, particulièrement des personnes vivant dans des conditions de marginalisation, comme le racisme systémique, et qui comprennent directement l'influence de cette marginalisation sur leur agression sexuelle.
Nous demanderions que cette disposition exige également la consultation véritable et l'apport des personnes ayant vécu l'oppression, notamment de particuliers et d'organisations qui servent des populations autochtones, noires ou racialisées, ou de personnes vivant avec des handicaps ou dans la pauvreté, entre autres.
Les colloques sur les agressions sexuelles devraient également traiter des répercussions du traumatisme sur les souvenirs, le comportement et le bien-être de la plaignante; or, le projet de loi est muet à ce sujet. Le traumatisme peut aussi avoir une profonde incidence sur la manière dont la plaignante se souvient de l'agression, et sur ses réactions lors de l'agression et au tribunal.
Je voudrais enfin traiter de l'article 4 du projet de loi, puisqu'il porte sur les motifs. Dans sa version actuelle, le projet de loi exige que des motifs soient fournis par écrit seulement si les procédures judiciaires ne sont pas consignées. Si les motifs écrits étaient accessibles publiquement, cela rendrait le système de justice plus transparent en permettant aux législateurs, aux chercheurs et à la population d'y accéder et de les consulter. Selon le projet de loi dans sa forme actuelle, il faudra encore payer pour commander les transcriptions des jugements rendus de vive voix, un processus coûteux qui peut s'avérer long.
Pour rectifier la situation, nous proposons d'amender l'article 4 pour qu'en l'absence de motifs écrits dans un procès pour agression sexuelle, on rende publique seulement la transcription de la décision plutôt que celle du procès en entier. Ce serait réalisable si le gouvernement affecte expressément des fonds à la transcription des décisions.
Je vous remercie beaucoup de votre attention.
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
Thank you all for being here and having such a professional discussion, and thank you for doing the work you do in the community. It's certainly very important.
I'd like to start with the folks from the DisAbled Women's Network of Canada.
Je vous remercie tous de témoigner et de présenter des exposés aussi professionnels. Je vous remercie également du travail que vous accomplissez dans la communauté. C'est certainement très important.
Je voudrais m'adresser en premier aux représentantes du Réseau d'action des femmes handicapées du Canada.
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
DAWN; that's much easier. Thank you.
I don't think you fully got to expand on this, so I want to use this time to flesh that out a little more.
As my research has indicated, similar to yours, women with disabilities are more likely to be sexually assaulted and then revictimized. I'm wondering if you could describe some of the unique elements when you're a woman with a disability going through a trial for sexual assault. We obviously know it's going to be horrible for any woman, but what unique elements might be there for a woman with disability?
DAWN; c'est bien plus facile. Merci.
Comme je pense que vous n'avez pas été au fond des choses, je veux utiliser le temps qui m'est accordé pour approfondir un peu le sujet.
Mes recherches, comme les vôtres, indiquent que les femmes handicapées sont plus susceptibles de faire l'objet d'agressions sexuelles et d'être revictimisées. Je me demande si vous pourriez décrire certains des éléments propres à la comparution d'une femme handicapée dans une affaire d'agression sexuelle. Nous savons, évidemment, que c'est une expérience terrible pour n'importe quelle femme, mais quels seraient les éléments particuliers à une femme handicapée?
Bonnie Brayton
View Bonnie Brayton Profile
Bonnie Brayton
2020-03-12 11:28
I'd have to say, based on an intersectional understanding of people, especially in the context of this discussion, that would depend on what her disability is. What we need to think about, of course, is accommodation and understanding what issue is important for somebody. There could be a number of factors, including her disability, or accommodations for a disability. There could be the issue, which I raised really clearly here, of communication for some women and making sure they're supported in that regard. It's also understanding that presenting in plain language for a woman, depending on her disability, would be very important, and that's not always accommodated.
Of course, I cite Eldridge, not in the context of sexual assault, but in the context of a deaf woman's right to be fully supported through a process. That means that from when she reports the sexual assault, through the entire process, she's entitled to interpretation, sign language or captioning, whatever she needs. Again, that individual should be able to identify what her disability support or accommodation is.
In terms of the issues that women with disabilities face that are important to talk about, a good example, I think.... When we talk about indigenous women, for example, in the context of the missing and murdered women's inquiry, a lot of people may not understand that a large number of women in that context would have had brain injuries. Brain injury is a hidden disability, and consequently many people who have brain injuries, including women who experience gender-based violence and sexual assault, are not aware of it and have not had a diagnosis. The consequence is that she's undermined by something that neither she nor others understand.
There are a lot of different things we need to think about, but I think the most important thing we need to understand is that when we develop the training for judges, the full breadth of that understanding needs to be there. It's not a simple issue and you can't put everybody in one box. When you're looking at sexual assault and the victim, you need to look at her from all of those intersections: race, indigeneity, sexual orientation and disability.
Je dois dire que, selon la compréhension intersectionnelle des gens, particulièrement dans le contexte de la présente discussion, cela dépendrait du handicap de la femme. Bien entendu, il faut penser aux mesures d'adaptation et comprendre ce qui est important pour quelqu'un. Un certain nombre de facteurs pourraient entrer en compte, comme son handicap ou les mesures d'adaptation prises pour un handicap. Comme je l'ai explicitement fait savoir, la communication pourrait être problématique pour certaines femmes, auquel cas il faudrait leur apporter du soutien à cet égard. Il importe aussi de comprendre qu'il faut communiquer en langage simple et clair avec certaines femmes, selon leur handicap, et ce besoin n'est pas toujours comblé.
Bien entendu, je cite l'arrêt Eldridge non pas dans le contexte d'une agression sexuelle, mais dans celui du droit d'une femme sourde d'être pleinement soutenue au cours du processus. À cette fin, elle a droit à des services d'interprétation, de langue des signes ou de sous-titrage ou à tout autre service dont elle a besoin, et ce, à partir du moment où elle signale l'agression sexuelle et tout au long du processus. Ici encore, cette femme devrait pouvoir préciser le soutien ou les mesures d'adaptation elle a besoin en raison de son handicap.
Pour vous donner un bon exemple de difficultés auxquelles les femmes handicapées sont confrontées et dont il importe de parler, je pense... Quand nous parlons des femmes autochtones, par exemple, dans le contexte de l'enquête sur les femmes portées disparues ou assassinées, bien des gens ne comprennent pas qu'un grand nombre de ces femmes avaient des lésions cérébrales. Il s'agit là d'un handicap caché; par conséquent, de nombreuses personnes ayant de telles lésions, y compris les femmes victimes de violence fondée sur le sexe et d'agression sexuelle, ignorent leur état et n'ont pas de diagnostic. Elles souffrent ainsi d'un handicap que ni elles ni les autres ne comprennent.
Nous devons penser à un éventail d'éléments, mais le plus important à saisir, c'est qu'il faut comprendre tous les besoins quand on élabore la formation des juges. La question n'est pas simple, et on ne peut mettre tout le monde dans le même panier. Quand il est question d'une femme victime d'agression sexuelle, il faut tenir compte de toutes les intersections: la race, l'appartenance autochtone, l'orientation sexuelle et le handicap.
Karine Myrgianie Jean-François
View Karine Myrgianie Jean-François Profile
Karine Myrgianie Jean-François
2020-03-12 11:30
I'm going to add something, and I think Rosel could add to it as well. Something that's very important to understand is with regard to part of the criteria that judges use to understand who can give consent and who can tell the truth.
Also, how do we talk about consent? When we talk about telling the truth, we understand that some women aren't able to, and then judges, the law and past jurisprudence have told some women that they may be suggestible or may not be credible witnesses. If you can't make sense of the time.... We think about women with brain injuries, for example—who are women with disabilities—and time can sometimes get muddled. The experience is still there; however, currently, the way our criminal courts understand what's happening, makes them not to be seen as credible. They're seen as maybe being suggestible, especially for women with intellectual disabilities, or if they have mental health issues, schizophrenia or other disabilities.
I think it's important to go back to what Bonnie said. The reality of the needs of women with disabilities is that they are numerous, and not every single woman will need the same thing.
When we think about the highest number of sexual assaults, and violence in general, it is towards women with intellectual disabilities. However, they are now believed, which is the case for all women, but especially for them, and there are legal ways that criminal courts have made that happen.
J'ajouterai quelque chose, et je pense que Rosel pourrait faire un apport également. Il est crucial de comprendre une partie des critères que les juges appliquent pour comprendre qui peut donner son consentement et qui peut dire la vérité.
En outre, de quelle manière parle-t-on du consentement? Quand on parle de dire la vérité, on comprend que certaines femmes ne peuvent le faire; les juges, la loi et la jurisprudence ont alors considéré que certaines étaient influençables ou pas crédibles. Quand le temps ne signifie rien... Par exemple, il arrive que les femmes ayant des lésions cérébrales — et donc avec un handicap — soient parfois mêlées. L'expérience est toujours là; à l'heure actuelle, toutefois, la manière dont les tribunaux comprennent ce qu'il se passe fait en sorte que les femmes ne sont pas jugées crédibles. Elles donnent l'impression d'être influençables, particulièrement si elles ont un handicap ou des problèmes de santé mentale, la schizophrénie ou d'autres handicaps.
Je pense qu'il importe de revenir à ce que Mme Brayton a dit. Le fait est que les femmes handicapées ont de nombreux besoins, qui varieront d'une à l'autre.
Ce sont les femmes handicapées qui affichent les taux les plus élevés d'agression sexuelle et de violence en général. Cependant, on les croit maintenant, comme c'est le cas pour toutes les femmes, mais particulièrement pour elles, et les cours pénales recourent à des voies juridiques pour faire en sorte qu'elles le soient.
Bonnie Brayton
View Bonnie Brayton Profile
Bonnie Brayton
2020-03-12 11:32
The D.A.I decision we referred to is one of the ones that really impacts.... Sorry.
L'arrêt D.A.I auquel nous avons fait référence figure parmi les décisions qui ont véritablement une incidence ... Désolée.
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
No, no, thank you. One of the things I'm drawing from that is that, in this training, the important thing for a justice to understand when adjudicating a case of a woman with an intellectual disability and who's been a victim of sexual assault is that the conditions and consent may be different for someone with an intellectual disability. Is that correct?
Non, non, je vous remercie. Je conclus, entre autres, que dans cette formation, il importe que les juges comprennent que lorsqu'ils instruisent le procès d'une femme ayant un handicap intellectuel qui a été victime d'une agression sexuelle, les conditions et le consentement peuvent être différents. Est-ce exact?
Bonnie Brayton
View Bonnie Brayton Profile
Bonnie Brayton
2020-03-12 11:32
It's also important to remember, around the myths and stereotypes, some of the things I mentioned before like the notion of hyper-sexualization. These things are used to try to shape that there was consent, as opposed to there not being consent. That's really important to understand also.
Il importe également de se souvenir, sur le plan des mythes et des stéréotypes, de certaines des choses dont j'ai parlé plus tôt, comme l'hypersexualisation. Ces facteurs sont utilisés pour tenter de faire croire qu'il y avait consentement alors que ce n'est pas le cas. C'est également un point très important à comprendre.
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
You believe this proposed law would generally help judges understand that. Am I correct?
Vous considérez que, de façon générale, le présent projet de loi aidera les juges à comprendre cela. Ai-je raison?
Results: 1 - 15 of 150000 | Page: 1 of 10000

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data