Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 150000
View Francis Scarpaleggia Profile
Lib. (QC)
I now call to order meeting number 24 of the Standing Committee on Environment and Sustainable Development, and our first order of business is to welcome our new clerk, Ms. Angela Marie Crandall. I would also like to welcome a great poet, Mr. Bachrach, who read us his poem about Mr. Bittle as part of this committee's sound check tradition.
As you know, this is our first meeting on the single-use plastic items study, but first I would like to ask that someone move the adoption of the steering committee report. Indeed, everything that follows is anchored in that report, if it is approved.
I saw two raised hands.
Mr. Bittle, you have the floor.
Nous commençons maintenant la 24e réunion du Comité permanent de l'environnement et du développement durable en accueillant notre nouvelle greffière, Mme Angela Marie Crandall. J'aimerais aussi souhaiter la bienvenue à un grand poète, M. Bachrach, qui nous a lu son poème au sujet de M. Bittle dans le cadre de la tradition des essais sonores de ce comité.
Comme vous le savez, c'est la première réunion que nous tenons au sujet de l'étude sur les articles en plastique à usage unique, mais j'aimerais tout d'abord demander que quelqu'un propose l'adoption du rapport du comité directeur. En effet, tout ce qui suit est ancré dans ce rapport, s'il est approuvé.
J'ai vu deux mains levées.
Monsieur Bittle, vous avez la parole.
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
Mr. Chair, I have a very brief point of order, after which I will turn it over to Mr. Longfield to move the report, if that's why he's raising his hand.
Before we get started, I wanted to briefly address a mistake made by our office. This morning the steering committee motion was shared with parliamentary officials and other exempt staff. This was done to ensure that we had the appropriate departmental officials scheduled to respond to the requirements of the steering committee motion, including for our meeting on Wednesday, in the event it was adopted. This was an error, and I've reminded staff that the steering committee motions are confidential until passed.
As parliamentary secretary, I'm accountable, and I apologize to members of the committee for this error. I've spoken to the staff and they have apologized to me for this error, and I apologize to the committee. I want to assure you that this won't happen again.
Monsieur le président, j'ai un très bref rappel au Règlement, après quoi je vais céder la parole à M. Longfield pour qu'il présente le rapport, si c'est la raison pour laquelle il lève la main.
Avant de commencer, je voulais parler brièvement d'une erreur que notre bureau a commise. Ce matin, la motion du comité de direction a été envoyée à des fonctionnaires parlementaires et d'autres membres du personnel exonéré. L'objectif était de nous assurer que les fonctionnaires ministériels compétents puissent répondre aux exigences de la motion à compter de notre réunion du mercredi, au cas où elle serait adoptée. C'était une erreur, et j'ai rappelé au personnel que les motions du comité de direction sont confidentielles jusqu'à leur adoption.
En tant que secrétaire parlementaire, j'ai des comptes à rendre, et je présente mes excuses aux membres du Comité pour cette erreur. J'ai parlé aux employés, qui m'ont présenté leurs excuses, et je m'excuse à mon tour auprès du Comité. Je tiens à vous assurer que cela ne se produira plus.
View Francis Scarpaleggia Profile
Lib. (QC)
Thank you, Mr. Bittle.
Go ahead, Mr. Longfield.
Je vous remercie, monsieur Bittle.
Allez-y, monsieur Longfield.
View Lloyd Longfield Profile
Lib. (ON)
View Lloyd Longfield Profile
2021-04-12 15:29
Thanks, Mr. Bittle, for the clarification, but I would move that we accept the report.
Monsieur Bittle, je vous remercie de cette précision, mais je propose que nous adoptions le rapport.
View Francis Scarpaleggia Profile
Lib. (QC)
Is it unanimous?
Ai-je le consentement unanime du Comité?
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Yes, and so is accepting the apology.
Oui. Nous acceptons également les excuses.
View Francis Scarpaleggia Profile
Lib. (QC)
Okay. That allows us to move forward with the first meeting of our plastics study.
I see some witnesses who are familiar to us. They've been here recently, so they, and I imagine all the other witnesses, know the routine. We ask you to remain on mute until it is your turn to speak. That's essentially it. It's pretty much common sense, but it's worth mentioning.
Of course, you can speak in either official language and you have three options to listen—the floor feed, the English interpretation and the French interpretation.
We have with us today Dr. Chelsea Rochman from the University of Toronto. From Canada Plastics Pact, we have George Roter and Usman Valiante. From the Chemistry Industry Association of Canada, we have Mr. Masterson, who is familiar to us, and Ms. Elena Mantagaris, who is also familiar to us. From Husky Injection Molding Systems, we have Mr. John Galt. Finally, from RECYC-QUÉBEC, we have Madame Sophie Langlois-Blouin.
Each group of witnesses has five minutes to present. We should be able to get three rounds in. If not, if it's a question of another five minutes, which I don't anticipate it will be, we'll just go to 5:35 or 5:40 at the latest. However, I don't think that will be a problem. I think we'll finish on time.
We'll start with Dr. Rochman for five minutes, please.
D'accord. Nous pouvons maintenant entamer la première séance de notre étude sur le plastique.
Je vois des témoins que nous connaissons déjà. Puisqu'ils ont témoigné récemment, j'imagine qu'ils connaissent la procédure, et tous les autres aussi. Nous vous demandons de garder votre micro en sourdine jusqu'à ce que vous ayez la parole. C'est essentiellement ce qu'il faut faire. C'est assez logique, mais il vaut la peine de le rappeler.
Vous pouvez bien sûr vous exprimer dans l'une ou l'autre des deux langues officielles, et vous avez le choix entre trois canaux: le parquet, l'interprétation en anglais ou l'interprétation en français.
Nous accueillons aujourd'hui Mme Chelsea Rochman, de l'Université de Toronto. Nous recevons aussi les représentants du Pacte canadien sur les plastiques: George Roter et Usman Valiante. Nous écouterons également les représentants de l'Association canadienne de l'industrie de la chimie: M. Masterson et Mme Elena Mantagaris, que nous connaissons tous les deux. M. John Galt nous parlera au nom de Husky Injection Molding Systems, tandis que Mme Sophie Langlois-Blouin représente RECYC-QUÉBEC.
Chaque groupe a cinq minutes pour son exposé. Nous devrions pouvoir compléter trois tours. Dans le cas contraire, s'il manque cinq minutes, ce que je ne prévois pas, nous terminerons simplement à 17 h 35 ou 17 h 40, au plus tard. Je ne pense toutefois pas que ce sera nécessaire. Je crois que nous finirons à temps.
Nous allons commencer par Mme Rochman, qui a cinq minutes. Allez-y, je vous prie.
Chelsea M. Rochman
View Chelsea M. Rochman Profile
Chelsea M. Rochman
2021-04-12 15:31
Thank you so much for inviting me to present to this committee. I'm thrilled to have the opportunity to share my expertise and facilitate the use of scientific evidence in forming policy.
My name is Dr. Chelsea Rochman. I'm a professor in ecology at the University of Toronto. My research program is globally known for work on method development, contamination of microplastics in the environment, exposure to wildlife and humans, and ecological effects. We study plastic debris across the world, including locally in the Great Lakes, at the IISD Experimental Lakes Area, and in the Canadian Arctic.
Currently I am the scientific delegate to Canada for the UNE working group on plastic pollution. I'm also advising ECCC on the addition of plastic as a subindicator of Great Lakes health under the Great Lakes Water Quality Agreement. I'm leading an international working group in California to advise on a monitoring method and a threshold for risk in both wildlife and humans relevant to microplastics.
Today I want to speak specifically to plastic waste and single-use plastic items, followed by commenting on the negative consequences of plastic pollution in general.
In a recent study, we estimated that 24 million to 34 million tonnes of plastic waste was emitted into aquatic ecosystems in 2020. If we continue business as usual, that number may triple by 2030. There's no time to waste. Unless growth in plastic production and use is halted, a fundamental transformation of the plastic economy is essential. We need to shift to a circular economy, where end-of-life plastic products are valued rather than turned to waste. Because of this, I support goals under the Canada-wide strategy on zero plastic waste and the proposal to manage plastics under CEPA. I was pleased to see Canada adopt a truly integrated approach with policies relevant to managing single-use plastics, establishing performance standards and ensuring end-of-life responsibility.
Each of these pathways is important, including the reduction in our reliance on unnecessary single-use plastics in order to bend our linear plastic economy toward a more circular one. Reducing single-use plastics that are common environmental pollutants, that are not reusable or recyclable and that have a substitution, is an important part of this transition. I applaud the decision to ban certain single-use plastics as early as this year.
I also agree with each item on the list. This is because these items are commonly found in the environment, are not essential, and do not have a practically sustainable end of life. I also suggest that we think critically about how to define “plastic” under this regulation. If compostable or biodegradable plastics are to be considered for exemption, they need to be truly compostable beyond an industrial compost facility, and/or biodegradable in a relatively short time scale in the environment, meaning less than six months. To the best of my knowledge, there are no products currently on the market that meet these criteria.
I want to spend my last minutes discussing the effects of plastic once it becomes pollution.
My research mainly focuses on the small stuff. The term “microplastic” incorporates a large diversity of plastic types, including degraded bits of larger plastic products, such as single-use items. My research demonstrates that microplastics are ubiquitous in the environment, including in our Arctic and in seafood and drinking water extracted from the Great Lakes.
My research also demonstrates that microplastics can be toxic to fish and invertebrates. There have been many studies testing the effects of microplastics on organisms. Although results are variable, there's irrefutable evidence that microplastics can impact organisms at concentrations that are already present in some places in the environment. Although we do not yet fully understand how they affect human health, we know that we are exposed, and further research is necessary.
When it comes to large plastic debris, we have no doubt there is an impact on wildlife. Studies report contamination via entanglement or ingestion in hundreds of species. This contamination can lead to laceration of tissues, death of an individual, declines in population size and changes in community assemblages. The weight of evidence for how plastics impact wildlife once it becomes debris in the environment suggests that the time to act is now.
As you know, there's no one-size-fits-all solution. Instead, we need a tool box of solutions that include those that help us build a circular economy. One of these is the reduction of unnecessary single-use plastics. In Canada, we have demonstrated leadership in this space, and I thank you. We should continue by building a circular economy, reducing emissions of plastics into our environment, and cleaning up what has become pollution.
I envision diverse policies working in tandem, and these should include those currently on the table, which include expanded and harmonized EPR, or extended producer responsibility; the implementation of standards that increase the use of recycled content in new products; and the elimination of problematic single-use plastics.
I want to thank you again for this opportunity, and I'd be really happy to answer any questions today or in the future.
Thank you.
Je vous remercie infiniment de m'avoir invitée à comparaître devant le Comité. Je suis ravie d'avoir l'occasion de vous faire part de mes connaissances et de contribuer à l'élaboration de politiques qui reposent sur la science et des données probantes.
Je m'appelle Chelsea Rochman, et je suis professeure d'écologie à l'Université de Toronto. Mon programme de recherche est mondialement connu pour ses travaux sur le développement de méthodes, la contamination des microplastiques dans l'environnement et les effets sur la faune, les humains et l'écologie. Nous étudions les débris de plastique dans le monde entier, y compris localement dans les Grands Lacs, dans la Région des lacs expérimentaux de l'IIDD et dans l'Arctique canadien.
Je suis actuellement la déléguée scientifique au Canada pour le groupe de travail de l'UNE sur la pollution plastique. Je conseille également à Environnement et Changement climatique Canada d'ajouter le plastique comme indicateur de la santé des Grands Lacs dans le cadre de l'Accord relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs. Je dirige aussi un groupe de travail international en Californie pour conseiller cet État sur une méthode de surveillance des microplastiques et l'établissement d'un seuil de risque pour la faune et les humains.
J'aborderai aujourd'hui la question spécifique des déchets plastiques et des articles en plastique à usage unique, puis les conséquences négatives de la pollution plastique en général.
Nous estimons que 24 à 34 millions de tonnes de déchets plastiques ont été émises dans les écosystèmes aquatiques en 2020 et que si nous continuons d'agir comme si de rien n'était, ce chiffre pourrait tripler d'ici 2030. Il n'y a pas de temps à perdre. À moins que la croissance de la production et de l'utilisation du plastique ne soit stoppée, une transformation fondamentale de l'économie du plastique est essentielle. Nous devons passer à une économie circulaire, où les produits en plastique en fin de vie sont valorisés au lieu de devenir des déchets. C'est pourquoi je soutiens les objectifs de la stratégie pancanadienne visant l'atteinte de zéro déchet de plastique et la proposition de gérer les plastiques en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement, ou LCP. J'ai été heureuse de voir le gouvernement du Canada adopter une approche véritablement intégrée de la gestion des plastiques, qui s'attarde à la gestion des plastiques à usage unique, à l'adoption de normes de rendement et à l'établissement du principe de la responsabilité en fin de vie.
Chacune de ces voies, y compris la réduction de notre dépendance aux articles inutiles de plastique à usage unique, est nécessaire pour infléchir notre économie linéaire du plastique vers une économie circulaire. La réduction des articles en plastique à usage unique qui sont des polluants environnementaux courants, qui ne sont pas réutilisables ou recyclables, et qui ont un substitut, est un élément important de cette transition. J'applaudis la décision d'interdire certains plastiques à usage unique dès cette année.
Je suis également d'accord avec chaque élément de la liste. En effet, ces articles se trouvent couramment dans l'environnement, ne sont pas essentiels et n'ont pas une fin de vie pratiquement durable. Je suggère également que nous fassions preuve d'esprit critique lorsqu'il faudra déterminer comment définir le « plastique » dans le cadre de la loi. Si les plastiques compostables ou biodégradables peuvent faire l'objet d'exemptions, ils doivent être réellement compostables au-delà d'une installation de compostage industrielle, ou biodégradables dans l'environnement dans un délai relativement rapide, soit moins de six mois. À ma connaissance, il n'existe actuellement aucun produit sur le marché qui réponde à ces critères.
J'aimerais consacrer mes dernières minutes à aborder les effets des plastiques en tant que source de pollution.
Mes recherches portent principalement sur les petites particules. Le terme « microplastique » englobe une grande diversité de plastiques, y compris des morceaux dégradés de produits en plastique plus grands, comme les produits en plastique à usage unique. Mes recherches démontrent que les microplastiques sont omniprésents dans l'environnement, y compris dans l'Arctique et dans les produits de la mer et les eaux extraites pour l'eau potable dans les Grands Lacs.
Elles démontrent également que les microplastiques peuvent être toxiques pour les poissons et les invertébrés. De nombreuses études ont testé leurs effets sur les organismes. Bien que les résultats soient variables, il existe des preuves irréfutables que les microplastiques peuvent avoir un impact sur les organismes à des concentrations qui se trouvent déjà à certains endroits dans l'environnement. Bien que nous ne comprenions pas encore comment ils affectent la santé humaine, nous savons que nous y sommes exposés et que des recherches sont nécessaires.
En ce qui concerne les grands débris de plastique, il ne fait aucun doute que cette pollution peut avoir un impact sur la faune et la flore. Des études ont fait état d'une contamination par enchevêtrement ou ingestion chez des centaines d'espèces sauvages. Cette contamination peut entraîner la lacération des tissus, la mortalité d'un organisme individuel, le déclin de la taille des populations ou des changements dans les assemblages d'espèces. Le poids des preuves de l'impact des débris microplastiques sur la faune sauvage suggère qu'il est temps d'agir.
Comme vous le savez, il n'existe pas de solution universelle. Il faut plutôt avoir une boîte à outils de solutions, y compris celles qui nous aident à construire une économie circulaire. L'une des solutions est la réduction des articles en plastique à usage unique inutiles. Au Canada, nous avons fait preuve d'un grand leadership dans ce domaine, et je vous en remercie. Nous devrions poursuivre sur cette voie en construisant une économie circulaire, en réduisant les émissions de déchets plastiques dans l'environnement, et en nettoyant ce qui est une source de pollution.
J'envisage diverses politiques qui fonctionneraient de pair. Elles devraient inclure ce qui a déjà été mis en place, y compris une harmonisation et une expansion des régimes de responsabilité élargie des producteurs existants, la mise en œuvre de normes qui augmentent l'utilisation de contenus recyclés dans les nouveaux produits, et l'élimination des articles en plastique à usage unique qui sont problématiques.
Je vous remercie encore de m'avoir donné l'occasion de vous parler, et je serai très heureuse de répondre à vos questions aujourd'hui ou à l'avenir.
Je vous remercie.
View Francis Scarpaleggia Profile
Lib. (QC)
Thank you very much, Dr. Rochman.
We'll go Mr. Roter, who will be speaking on behalf of the Canada Plastics Pact.
Merci beaucoup, madame Rochman.
Nous allons maintenant écouter M. Roter, qui parlera au nom du Pacte canadien sur les plastiques.
George Roter
View George Roter Profile
George Roter
2021-04-12 15:36
Thank you so much to the honourable members for inviting us as witnesses today.
I’m pleased to join you as managing director of the Canada Plastics Pact, and I’m joined by my colleague Usman Valiante.
The Canada Plastics Pact is tackling plastic waste and pollution at source. We're a member of the Ellen MacArthur Foundation’s Global Plastics Pact network and an independent initiative of The Natural Step Canada, a national charity with 25 years of experience in fostering a strong and inclusive economy that thrives within nature’s limits.
Je remercie infiniment les distingués membres du Comité de nous avoir invités à témoigner aujourd'hui.
Je suis ravi de me joindre à vous en tant que directeur général du Pacte canadien sur les plastiques. Je suis accompagné de ma collègue Usman Valiante.
Le Pacte canadien sur les plastiques s'attaque à la source des déchets plastiques et de la pollution. Nous sommes membres du Global Plastics Pact de la Fondation Ellen MacArthur, ainsi qu'une initiative indépendante de Natural Step Canada, un organisme de bienfaisance national qui, depuis 25 ans, favorise une économie forte, inclusive et prospère dans les limites de la nature.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
I apologize for interrupting you, Mr. Roter.
Mr. Chair, I am not receiving the interpretation because the sound quality is not good.
Is Mr. Roter's microphone in the right place?
Je m'excuse de vous interrompre, monsieur Roter.
Monsieur le président, je ne reçois pas l'interprétation parce que la qualité du son n'est pas bonne.
Le micro de M. Roter est-il bien placé?
View Francis Scarpaleggia Profile
Lib. (QC)
Could the clerk check with the interpreters to see if there is a problem?
If I understand correctly, you can't hear anything, Ms. Pauzé. There was no interpretation. Is that correct?
La greffière pourrait-elle vérifier auprès des interprètes s'il y a un problème?
Si je comprends bien, vous n'entendez rien, madame Pauzé. Il n'y avait pas d'interprétation. Est-ce bien cela?
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
That's right. The interpreter said that the sound quality was not good enough for him to be able to interpret what Mr. Roter was saying. I don't know if the microphone's position should be adjusted.
C'est cela. L'interprète a précisé que la qualité sonore n'était pas suffisamment bonne pour qu'il soit en mesure d'interpréter les propos de M. Roter. Je ne sais pas si la position du micro devrait être corrigée.
View Francis Scarpaleggia Profile
Lib. (QC)
Possibly.
Mr. Roter, you have the mike that was sent to you by the committee, I would imagine.
C'est possible.
Monsieur Roter, j'imagine que vous avez le microphone que le Comité vous a envoyé.
George Roter
View George Roter Profile
George Roter
2021-04-12 15:38
Yes. I'm not sure if this is good enough so that everybody can hear me just fine.
Oui. J'ignore si la qualité est suffisante pour que tout le monde m'entende bien.
Results: 1 - 15 of 150000 | Page: 1 of 10000

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data