Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 150000
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Colleagues, before we begin our proceedings, I would like to say a few words regarding the special measures in place today.
Pursuant to orders made on Tuesday, May 26, the application of Standing Order 17 will be suspended for current sittings to allow members to practice physical distancing. Members desiring to speak and address the Chair may do so from any seat in the House.
In addition, as members know, this will be a hybrid sitting of the House. Some members will be participating via video conference and some will be participating in person.
I remind all members that in order to avoid issues with sound, members participating in person should not also be connected to the video conference. I would like to remind those joining via video conference that when speaking, you should be on the same channel as the language you are speaking.
Finally, I ask that all members who are tabling a document or moving a motion to sign the document and bring it to the Table themselves.
Collègues, avant que nous commencions nos délibérations, j'aimerais dire quelques mots concernant les mesures spéciales en place aujourd'hui.
Conformément aux ordres adoptés le mardi 26 mai, l'application de l'article 17 du Règlement sera suspendue pendant les séances actuelles afin de permettre aux députés de respecter les consignes de distanciation physique. Tout député qui souhaite obtenir la parole ou s'adresser à la présidence peut se lever de n'importe quel siège de la Chambre.
De plus, comme le savent les députés, la séance d'aujourd'hui se déroulera en format hybride. Certains députés y participeront par vidéoconférence et d'autres y participeront en personne.
Afin d'éviter tout problème de son, je rappelle aux députés qui sont présents à la Chambre qu'ils ne devraient pas être branchés en même temps par vidéoconférence. Quant aux députés qui participent par vidéoconférence, je leur rappelle que lorsqu'ils interviennent, ils devraient syntoniser le canal de la langue dans laquelle ils parlent.
Enfin, je demande à tous les députés qui déposent un document ou qui proposent une motion de signer le document et de l'apporter eux-mêmes au Bureau.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I am now prepared to rule on the question of privilege raised on July 20, 2020, by the Leader of the Opposition concerning remarks made by the Prime Minister in committee of the whole regarding an investigation headed by the Conflict of Interest and Ethics Commissioner. The Leader of the Opposition maintained that the Prime Minister had deliberately misled the House in his response to questions about his past co-operation on the investigation into SNC Lavalin matters. This question of privilege is related to the one that the Leader of the Opposition initially raised in the committee of the whole on July 8, 2020. However, he felt that, due to exceptional circumstances, the Chair should consider the matter even in the absence of the committee report.
On July 21, 2020, the Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons presented arguments suggesting that the question of privilege was not valid, but he did not address whether it was appropriate to raise the matter with the Speaker directly.
Let me address with this procedural issue first.
I accept that the particular circumstances of this situation, notably the challenge surrounding the committee of the whole format, do make it appropriate to bring the matter to the Speaker. While this is clearly an exceptional case, I do wonder if it would be useful for the Standing Committee on Procedure and House Affairs to look into this issue of questions of privilege arising from committee more thoroughly, since, as the Leader of the Opposition noted, it is ultimately within Parliament's authority to defend members' privileges.
In the second part of his question of privilege, the Leader of the Opposition focused on the responses from the Prime Minister that he felt were misleading. He rightfully noted that there are three criteria that the Chair must assess in order to determine whether a statement sought to deliberately mislead the House. I will take them in turn.
The first criterion is whether the statement was in fact misleading. In the response at issue, the Prime Minister said that the government had taken “the unprecedented step of waiving cabinet confidentiality and of waiving solicitor-client confidentiality in the situation so that the Ethics Commissioner could fully investigate the matter at hand.”
The Leader of the Opposition noted several passages of the Conflict of Interest and Ethics Commissioner's report which referred to the latter's “inability to access all Cabinet confidences related to the matter" and which led him to conclude that he was “unable to fully discharge the investigatory duties conferred upon” him. The report also suggests that some witnesses felt constrained by what they could say during the course of the investigation because the waiver of cabinet confidence was limited. These elements of the report led the Leader of the Opposition to conclude that the Prime Minister had misled the House in stating that the Conflict of Interest and Ethics Commissioner had been able to fully investigate the matter.
The parliamentary secretary to the government House leader argued that the Prime Minister's response was being taken out of context and that it referred to the unprecedented step that the government had taken in waiving access to cabinet confidences and solicitor-client privilege in the context of this investigation.
He further argued that the commissioner had himself stated that he had “gathered sufficient factual information to properly determine the matter on its merits”.
The second criterion is whether the member making the statement knew it be incorrect. The Leader of the Opposition argued that the Prime Minister must have known that the statement was incorrect because he would have been aware of the contents of the commissioner's report and that he had been questioned extensively in the House on the extent of the government's co-operation with the investigation. In return, the parliamentary secretary's assertion was that, in the context the response was provided, it was not incorrect at all.
The third criterion is whether, in making the statement, the member intended to mislead the House. The Leader of the Opposition did not provide any argument about what he viewed as the Prime Minister's intent, while the parliamentary secretary's contention is that the Prime Minister was speaking about the rationale for waiving certain privileged information in relation to the commissioner's investigation.
In reviewing these arguments, it appears to me as though there is a disagreement as to the meaning and the context of the Prime Minister's comments. It is reasonable for members to disagree as to what constitutes a full investigation or full co-operation and thus it is not obvious to the Chair that the statement was clearly misleading.
As a previous Speaker noted in a ruling that he delivered on April 30, 2014, “Members must recognize and accept the existence of differences of fact and interpretation, which have always been a part of the normal cut and thrust of debate and question period.” I cannot therefore conclude that the first criterion was met.
If one cannot conclude definitely that a statement was misleading, it would be difficult to conclude that the member making that statement knew it to be misleading and, as a result, that the member intended to mislead the House in making it.
Therefore, based on my assessment of these three criteria, the threshold for finding a prima facie question of privilege has not been met.
I thank the members for their attention.
Je suis maintenant prêt à me prononcer sur la question de privilège soulevée le 20 juillet 2020 par le chef de l’opposition au sujet des propos tenus par le premier ministre en comité plénier concernant une enquête menée par le commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique. Le chef de l’opposition a soutenu que le premier ministre aurait délibérément induit la Chambre en erreur dans ses réponses à des questions portant sur sa coopération passée à l'enquête qui portait sur l'affaire SNC-Lavalin. Cette question de privilège est reliée à celle que le chef de l'opposition avait initialement soulevée en comité plénier le 8 juillet dernier. Cependant, il estimait que des circonstances exceptionnelles méritaient qu'elle soit considérée par la présidence, même en l'absence d'un rapport du comité.
Le 21 juillet 2020, le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre a présenté des arguments selon lesquels la question ne pouvait pas être considérée de prime abord comme une atteinte au privilège, sans toutefois indiquer s'il était approprié de soulever la question directement auprès du Président.
Je vais d'abord disposer de cette question de procédure.
Je conviens que les circonstances particulières de cette situation, à savoir principalement les contraintes entourant la formule de comité plénier, font qu'il est effectivement approprié de soulever la question auprès du Président. Bien qu'il s'agisse manifestement d'un cas exceptionnel, il pourrait être utile que le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre examine plus en profondeur le sujet des questions de privilège soulevées en comité, puisque c'est ultimement au Parlement qu'il incombe de défendre les privilèges des députés, comme l'a fait remarquer le chef de l’opposition.
Dans la deuxième partie de sa question de privilège, le chef de l'opposition s'est arrêté sur les réponses du premier ministre qu'il estimait trompeuses. Il a noté à juste titre que trois critères doivent être évalués par la présidence afin de déterminer si une déclaration cherchait à délibérément induire la Chambre en erreur. Je vais les repasser un à un.
Le premier critère consiste à établir si la déclaration a induit la Chambre en erreur. Dans la réponse qui est en cause, le premier ministre a dit que le gouvernement avait, et je cite: « pris la décision sans précédent de renoncer à la confidentialité des délibérations du Cabinet et au secret professionnel dans cette situation pour permettre au commissaire à l’éthique de faire toute la lumière sur cette affaire ».
Le chef de l’opposition a relevé plusieurs passages du rapport du commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique où celui-ci faisait état, et je cite, de son « incapacité à accéder à tous les renseignements confidentiels du Cabinet liés à cette étude », en raison de quoi il n’avait pu, et je cite, « [s']acquitter des obligations d’enquête qui [lui] sont imparties par la Loi ». On pouvait aussi lire dans le rapport que certains témoins s’étaient sentis empêchés de dire tout ce qu’ils savaient parce que la renonciation au secret du Cabinet était de portée limitée. Ces éléments du rapport ont mené le chef de l’opposition à conclure que le premier ministre a induit la Chambre en erreur lorsqu’il a affirmé que le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique avait pu faire toute la lumière sur l’affaire.
Le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre a soutenu que la réponse du premier ministre avait été prise hors contexte et qu'elle se rapportait à la décision sans précédent qu'avait prise le gouvernement de renoncer à la confidentialité des délibérations du Cabinet et au secret professionnel dans le contexte de cette enquête.
Il a ajouté que le commissaire avait lui-même déclaré qu'il avait: « recueilli suffisamment de renseignements factuels pour bien trancher la question sur le fond ».
Le deuxième critère consiste à établir si le député savait au moment de faire sa déclaration que celle-ci était fausse. Le chef de l’opposition a soutenu que le premier ministre devait savoir que cette déclaration était fausse, puisqu’il connaissait le contenu du rapport du commissaire et qu’il avait été questionné à de nombreuses reprises à la Chambre sur le degré de coopération du gouvernement dans cette enquête. Quant au secrétaire parlementaire, il prétend que la réponse n’était pas du tout inexacte dans le contexte où elle a été donnée.
Le troisième critère consiste à établir si le député qui a fait la déclaration avait l’intention d’induire la Chambre en erreur. Le chef de l’opposition n’a pas présenté d’argument pour étayer son appréciation de ce qu’était l’intention du premier ministre. Le secrétaire parlementaire a pour sa part fait valoir que le premier ministre parlait des raisons qui l’avaient motivé à autoriser la communication de certains renseignements confidentiels dans le cadre de l’enquête du commissaire.
En examinant ces arguments, je constate qu'il y a un désaccord à la fois sur le sens et sur le contexte des propos tenus par le premier ministre. Il est raisonnable que les députés interprètent différemment ce que signifie « faire toute la lumière sur une affaire » et ce qui constitue la pleine coopération lors d'une enquête. Par conséquent, il n'est pas évident pour la présidence que la déclaration a induit la Chambre en erreur.
Pour citer une décision rendue le 30 avril 2014 par un ancien Président: « Les députés doivent reconnaître et accepter qu'il existe des divergences quant aux faits et à leur interprétation et que ces divergences ont toujours fait partie des joutes oratoires qui caractérisent les débats et la période des questions ». Je ne puis donc conclure que le premier critère a été rempli.
Comme il est impossible de conclure de manière définitive que la déclaration a induit la Chambre en erreur, il serait difficile de conclure que le député savait, au moment de la faire, que celle-ci était fausse, et qu'il avait l'intention d'induire la Chambre en erreur en faisant cette déclaration.
Par conséquent, en me fondant sur l'analyse de ces trois critères, je conclus que la question ne correspond pas à ce que l'on pourrait considérer de prime abord comme une atteinte au privilège.
Je remercie les députés de leur attention.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Pursuant to an order made Tuesday, May 26, the House shall now resolve itself into a committee of the whole to consider matters related to the COVID-19 pandemic and other matters.
Conformément à l'ordre adopté le mardi 26 mai, la Chambre se forme maintenant en comité plénier pour examiner des questions liées à la pandémie de COVID-19 et d'autres sujets.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
The committee will begin its proceeding with the questioning of ministers on matters relating to the COVID-19 pandemic and other matters for a period not exceeding 95 minutes.
The Chair will call members from all recognized parties and one member who does not belong to a recognized party in a fashion consistent with the proportions observed during the special committee on the COVID-19 pandemic. Each member will be recognized for not more than five minutes, which may be used for posing questions to a minister of the Crown, and members are permitted to split their time with one or more members by so indicating to the Chair.
Please note that we will briefly suspend this part of the sitting partway through to allow members and employees who provide support for the sitting to replace each other safely.
We will now begin with the hon. Leader of the Opposition.
Le comité commencera ses délibérations par les questions adressées aux ministres en lien avec la pandémie de la COVID-19 et d'autres sujets pendant une période n'excédant pas 95 minutes.
La présidence donnera la parole aux députés de tous les partis reconnus et à un député qui n'est pas membre d'un parti reconnu, selon les proportions suivies dans le cadre du Comité spécial sur la pandémie de la COVID-19. Chaque député disposera d'un temps de parole d'au plus cinq minutes, qu'il pourra utiliser pour poser des questions à un ministre. Les députés peuvent partager leur temps de parole avec un ou plusieurs de leurs collègues en l'indiquant au président.
Veuillez noter que nous suspendrons cette partie de la séance à mi-chemin pendant une courte période afin de permettre aux députés et aux employés qui fournissent un soutien aux travaux de la séance de se substituer en toute sécurité.
Nous commencerons par le chef de l'opposition.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, what we have before us with the WE corruption scandal is an organization that receives sole-sourced contracts from the government, from the taxpayer. The organization then sets up a real estate company and gobbles up over $40 million worth of prime downtown Toronto real estate. It also pays members of the Prime Minister's immediate family cash for speaking engagements. It also provides a huge platform for Liberals to do their campaigning. The organization even did an election-style ad promoting the Prime Minister.
However, it gets into trouble. Red flags start going up about its bank covenant, members of the board resign and so it lobbies the government and the government gives it another sole-sourced contract from which it can take $40 million worth of administration.
Canadians, rightly, are concerned by this kind of “You scratch my back, I scratch your back” type of relationship with a Liberal-friendly organization. Therefore, I have a series of very simple yes or no questions to help Canadians understand the depths of this scandal.
Was the Prime Minister aware that the agreement he signed with this organization was not with the WE Charity itself but was with a shell corporation that has no assets and no history of charitable work?
Monsieur le Président, nous avons sous les yeux le scandale de corruption lié à l'organisme UNIS auquel le gouvernement a accordé des contrats sans appel d'offres aux frais des contribuables. L'organisme a ensuite créé une société immobilière et a englouti plus de 40 millions de dollars dans des biens immobiliers de premier ordre dans le centre-ville de Toronto. UNIS a également rémunéré des membres de la famille immédiate du premier ministre qui ont donné des conférences. Enfin, les libéraux utilisent l'organisme comme une énorme plateforme dans le cadre de leurs campagnes électorales. À preuve, UNIS a même publié une annonce de type électoral faisant la promotion du premier ministre.
Malheureusement, UNIS s'est retrouvé en difficulté. Comme des signaux d'alarme ont commencé à retentir au sujet de l'accord bancaire auquel il était partie et que des membres du conseil d'administration ont démissionné, l'organisme a exercé des pressions auprès du gouvernement qui lui a accordé un autre contrat sans appel d'offres qui devait lui permettre d'engranger 40 millions de dollars en frais d'administration.
Les Canadiens sont à juste titre préoccupés par ce genre de relation de favoritisme avec un organisme proche du Parti libéral. Par conséquent, pour aider les Canadiens à comprendre l'étendue de ce scandale, j'ai une série de questions très simples auxquelles il suffit de répondre par oui ou non.
Le premier ministre était-il au courant que l'entente conclue avec UNIS a en fait été signée par une société de façade qui ne possède aucun actif et n'a jamais oeuvré dans le secteur caritatif?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-07-22 12:16 [p.2703]
Mr. Speaker, as was made clear at committee, the non-partisan public service recommended this approach as the only way to deliver this program in the timeline required this summer during COVID. Last week, I acknowledged that I should have recused myself and I apologized.
However, our goal was and is to provide opportunities for students to serve in their communities right across the country in this unprecedented time. Obviously the way it unfolded was regrettable and the program is no longer unfolding, as we have said.
In regard to aspects of the WE Charity Foundation, the public service worked to find the best possible delivery of this program to get student grants for volunteer hours. The public service worked with the WE organization to develop the agreement and the work was done and negotiated at the officials' level in those details.
We have consistently approached it as a way of empowering young people across the country, the way other governments of all stripes have worked with this organization in the past.
Monsieur le Président, comme cela a été dit clairement devant le comité, ce sont des fonctionnaires qui, au-delà de toute partisanerie, ont recommandé cette approche parce qu'ils considéraient que c'était la seule façon de mettre en œuvre ce programme dans le délai requis, cet été, au cours de la pandémie de COVID-19. La semaine dernière, j'ai reconnu que j'aurais dû me retirer des discussions à ce sujet et j'ai présenté mes excuses.
Par ailleurs, nous voulions donner aux étudiants du pays l'occasion de servir leur collectivité en cette période sans précédent, et c'est encore notre but. Bien entendu, il est regrettable que les choses se soient passées ainsi et que la mise en œuvre du programme n'ait pas lieu maintenant, comme nous l'aurions souhaité.
Pour ce qui est de la fondation UNIS, les fonctionnaires se sont efforcés de trouver le meilleur moyen de mettre en œuvre le programme permettant de donner des bourses aux étudiants pour leurs heures de bénévolat. Les fonctionnaires ont collaboré avec l'organisme UNIS pour rédiger une entente. Les détails ont été négociés à l'échelon des fonctionnaires.
Nous avons constamment abordé cette question dans l'optique d'outiller les jeunes du pays, et d'autres gouvernements de diverses allégeances ont collaboré, eux aussi, avec cet organisme dans le passé.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, that did not answer the question.
Was the Prime Minister aware that this agreement was being signed with a shell corporation with no history of charitable work, yes or no?
Monsieur le Président, la question demeure sans réponse.
Le premier ministre savait-il que l'entente avait été signée avec une société de façade n'ayant jamais fait de travail de bienfaisance, oui ou non?
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, the Prime Minister has to understand that it is not about his recusing himself from this decision. The Clerk of the Privy Council himself said that it would be impossible for the Prime Minister and the finance minister to recuse themselves from giving a sole-source contract to an organization with such close ties to the Liberal Party and his immediate family.
Was the Prime Minister aware that the sole stated purpose of the shell corporation that signed the contracts was to hold real estate?
Monsieur le Président, le premier ministre doit comprendre que la question ne porte pas sur le fait qu'il aurait dû se récuser du processus décisionnel. Le greffier du Conseil privé a lui-même déclaré qu'il est impossible pour le premier ministre et le ministre des Finances de se récuser de l'attribution d'un contrat à fournisseur unique à un organisme ayant des liens si étroits avec le Parti libéral et des membres de sa famille immédiate.
Le premier ministre savait-il que le seul but avoué de la société de façade qui a signé le contrat était de posséder des biens immobiliers?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-07-22 12:18 [p.2703]
Mr. Speaker, as I said, governments of all stripes, including Stephen Harper's government, worked closely with this organization to deliver opportunities for young people. When it came to negotiating the specific contract with this organization, the civil service worked out the details of that.
Monsieur le Président, comme je l'ai dit, d'autres gouvernements, tous partis confondus, y compris celui de Stephen Harper, ont collaboré de très près avec cet organisme pour offrir diverses possibilités aux jeunes. Au moment de négocier les modalités du contrat avec l'organisme, ce sont les fonctionnaires fédéraux qui ont peaufiné les détails.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I am just going to pause and stop the clock for a second.
I understand it is very emotional and it gets very tense in here sometimes, but coaching somebody with answers probably is not the right way to have these sessions. I just want to point that out to those who are shouting across from one side or the other.
The hon. Leader of the Opposition.
Je me permets d'intervenir et d'arrêter l'horloge pour quelques secondes.
Je sais que les émotions sont à fleur de peau et que la tension est palpable dans cette enceinte parfois, mais ce n'est pas en tentant de mettre des réponses dans la bouche de la personne qui a la parole que nous allons pouvoir bien travailler. Je tiens à clarifier ce point pour toutes les personnes qui lancent leurs suggestions de part et d'autre de la salle.
Le chef de l'opposition a la parole.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, did the Prime Minister or anyone in his office receive the unsolicited proposal that Craig Kielburger sent to officials on April 9, yes or no?
Monsieur le Président, le premier ministre ou un membre de son bureau a-t-il reçu la proposition non sollicitée que Craig Kielburger a envoyée aux fonctionnaires le 9 avril, oui ou non?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-07-22 12:18 [p.2703]
No, Mr. Speaker. We moved forward on creating a program that would get young people to serve right across the country. The civil service made recommendations around which organization we could partner with.
Non, monsieur le Président. Nous avons créé un programme qui vise à amener les jeunes à offrir leurs services partout au pays. La fonction publique a émis des recommandations concernant l'organisme avec lequel nous pourrions nous associer.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, did the Prime Minister or anyone in his office receive the proposal that included the student grant program that was sent to the finance minister's office on April 21, a day before the announcement was made, yes or no?
Monsieur le Président, le premier ministre ou un membre de son bureau a-t-il reçu la proposition incluant le programme de bourses aux étudiants que le bureau du ministre des Finances a reçue le 21 avril, c'est-à-dire un jour avant l'annonce en question, oui ou non?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-07-22 12:19 [p.2703]
Mr. Speaker, throughout my career and throughout the life of this government we have been focused on giving opportunities to young people in a range of ways and we have continued to look to do that during this COVID crisis.
Monsieur le Président, depuis le début de ma carrière et depuis l'élection du présent gouvernement, nous nous sommes efforcés de fournir des possibilités aux jeunes de différentes manières et nous avons continué à le faire pendant la crise actuelle de la COVID.
Results: 1 - 15 of 150000 | Page: 1 of 10000

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data