Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 150000
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 15:03
I call this meeting to order.
Welcome back to meeting number 23 of the House of Commons Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities.
Pursuant to the orders of reference of April 11 and May 26, 2020, the committee is resuming its study on the government's response to the COVID-19 pandemic.
Today's meeting is taking place via video conference, and the proceedings will be made available on the House of Commons website. The webcast will always show the person speaking, rather than the entirety of the committee.
Before speaking, please wait until I recognize you by name. When you are ready to speak, please click on the microphone icon to activate your mike. I remind everyone to please use the language channel of the language they are speaking.
I want to begin by thanking our witnesses for their patience with our aborted attempt at this meeting last week and for their co-operation in agreeing to reappear this week. I also want to let members of Parliament know that with regard to our second panel, we received a cancellation from MKO less than two hours ago, so we have only one witness for the second panel. The witnesses on the first panel have graciously agreed to remain.
For the first hour we're going to have representatives from Homeward Trust Edmonton and from Mortgage Professionals Canada. For the second hour we'll have Front d'action populaire en réaménagement urbain as well as the witnesses from the first hour.
Without further ado, I want to welcome Susan McGee and Giri Puligandla from Homeward Trust Edmonton, as well as Elaine Taylor and Paul Taylor from Mortgage Professionals Canada.
I understand Ms. McGee is going to be giving the presentation for Homeward Trust Edmonton. You have the floor, Ms. McGee. Please go ahead.
Je déclare la séance ouverte.
Bienvenue à la 23e séance du Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées.
Conformément aux ordres de renvoi du 11 avril et du 26 mai 2020, le Comité poursuit l'étude de la réponse du gouvernement à la pandémie de COVID-19.
La séance d'aujourd'hui se déroule par vidéoconférence, et les délibérations seront diffusées sur le site Web de la Chambre des communes. C'est toujours la personne qui a la parole plutôt que l'ensemble du Comité qui paraîtra dans la webdiffusion.
Attendez que je vous nomme avant de prendre la parole. Quand vous êtes prêt à parler, cliquez sur l'icône de microphone afin d'activer votre micro. Je rappelle à tous d'utiliser le canal correspondant à la langue utilisée.
Je veux commencer en remerciant les témoins d'avoir fait preuve de patience quand notre séance a avorté la semaine dernière et d'avoir accepté de comparaître de nouveau cette semaine. Je veux aussi informer les députés que Manitoba Keewatinowi Okimakanak, qui devait comparaître dans le deuxième groupe, a annulé sa présence il y a moins de deux heures. Notre deuxième volet ne comprendra donc qu'un seul témoin. Les témoins du premier groupe ont gracieusement accepté de rester.
Au cours de la première heure, nous entendrons des représentants de Homeward Trust Edmonton et de Professionnels hypothécaires du Canada, alors qu'au cours de la seconde heure, nous recevrons le Front d'action populaire en réaménagement urbain, ainsi que les témoins de la première heure.
Sans plus attendre, je veux souhaiter la bienvenue à Susan McGee et à Giri Puligandla, de Homeward Trust Edmonton, ainsi qu'à Elaine Taylor et à Paul Taylor, de Professionnels hypothécaires du Canada.
Je crois comprendre que Mme McGee fera l'exposé au nom de Homeward Trust Edmonton. Vous avez la parole, madame McGee. Vous pouvez faire votre exposé.
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:05
Thank you very much, and thanks for the introduction.
I am the chief executive officer for Homeward Trust. We are a community-based organization utilizing a system-planning approach to ending homelessness in our community of Edmonton. We are the local entity supporting the implementation of Reaching Home, and we have actively supported the evolution of Canada's national housing and homelessness strategies. I was very privileged and fortunate to sit on the advisory committee on homelessness, chaired at the time by Parliamentary Secretary Adam Vaughan, and I currently sit on a number of national committees.
I'm joined today by Giri, our chief strategic officer. I expect there will be some questions that he would be better at answering than I would be. We want to allow time for that.
We and our partner agencies have been recognized nationally and internationally for our collective efforts to end homelessness, housing nearly 11,000 people since the beginning of our Housing First program in 2009. Our organization brings together funding from all orders of government to support service providers, indigenous communities and government partners in Edmonton to collectively plan, act on and monitor our solutions to end homelessness in our community.
We're grateful for the opportunity to speak today about the Government of Canada's response to COVID-19 and what is needed to ensure that vulnerable and homeless Canadians are supported and protected on the long road ahead.
It has been just six months since COVID-19, and the risks it presents to our community members have required a complete rethinking of our priorities and programs. This has been an intense and exhausting effort, but one that we can be proud of and that wouldn't have been possible without the quick mobilization of resources from municipalities and provinces and, indeed, the federal government.
For Edmonton's homeless response, Reaching Home funding played a critical role. Funding was committed early, processes were accelerated, and both local organizations and federal program staff were empowered to make necessary decisions, building on existing accountable relationships. For many of us involved, the lasting reflection is that we can and should continue to respond that way by treating homelessness as the national emergency it is in any situation.
Homeward Trust is a strong supporter of Recovery for All and the six-point plan already presented to government by the Canadian Alliance to End Homelessness, and we support other national organizations such as the CHRA and its advocacy of greater investments in affordable housing, specifically indigenous-led housing investments.
Rather than reiterate those well-considered positions, we will focus on what we consider to be critical and immediate steps to support their successful implementation.
First is that our country requires a sustained investment to make sure that communities' Herculean achievements over the last six months, which has been a sprint, have the endurance for the marathon that lies ahead. With no commitment on the horizon, planning has ceased and programs are being wound down, while individuals are exposed to the same health and safety risks that we experienced in March from the beginning.
Second is that all orders of government focus efforts not only on protecting vulnerable Canadians from the pandemic but also on addressing the many systemic issues that have made people vulnerable to homelessness in the first place. The pandemic has laid bare these system failures, and we can't unsee what we have seen.
Last is that the government reinforce communities in leading this response in a coordinated system-planning approach, bringing together the various cross-systems and interjurisdictional roles that, operating independently, risk recreating the system failures we are working so hard to address.
On the first point of sustained investment, there is no question that all orders of government recognize that we are many months away, if not years away, from this pandemic's being completely behind us. There are more waves on the horizon and, perhaps most critically, large numbers of people losing their jobs and families in crisis. They are losing their homes and their mental health is being significantly affected. We've never experienced anything like the initial pandemic response before, and there is no precedent, certainly in our lifetime, for the economic and fiscal fissures that are already forming.
Initial investments were made quickly, and we were fortunate to have strong program infrastructure and partners to work with to activate those resources.
In Edmonton, our response prioritized mobilizing critical services in an alternate location, as agencies, public spaces, and other locations that often provided respite for homeless individuals closed. We brought in our coordinated access and Housing First program with additional rapid rehousing and diversion efforts, and included new partners and prevention initiatives by providing immediate funding to address short-term needs. We were able to secure and headlease a hotel to provide bridge housing, which has played an important role in our community's response in housing over 700 people to date since April.
In the absence of sustained funding, we are faced with having to contract all of those efforts at a time when we are seeing significant increases in homelessness and encampments on a scale not seen in Edmonton since 2007. We know that housing is a solution to homelessness, and we have seen the direct health risks to those without a home. We cannot build our way out of the situation fast enough, but we can ensure that our pandemic response results in long-term permanent solutions if program funding is sustained and targeted. There is a role for all governments and charitable funders in supporting our efforts, but it is important to recognize that community-based providers are reeling from lost fundraising revenue and staff capacity and will have difficulty dealing with the onslaught of needs, let alone the existing demands. It is imperative that the federal government lead with a commitment now.
Reaching Home has incorporated many important changes in community planning approaches, emphasizing evidence-based models, clear accountabilities and system-wide engagement. This means having the infrastructure to enable a culture of knowledge-driven decision-making so that our interventions can be targeted, evaluated and corrected continually, and taxpayers can be confident that public dollars are achieving the results they'd expect. As such, I have great confidence that continued investments through Reaching Home will have the greatest immediate impact.
This brings me to my second point: that the pandemic response has to address the foundational issues that contribute to poverty and homelessness, especially those that are institutional in nature. The homeless population is dynamic. There are no clean boundaries between people who use shelters, people who sleep rough or in encampments, and people who are unstably housed and people who are living with friends and family.
With rising unemployment, bankruptcies and evictions, people who faced housing insecurity before the pandemic will become homeless. Addiction and mental health issues are increasing rapidly and threatening the ability of families and individuals to stay resilient, yet for homeless and vulnerable populations, various systems and government departments get involved in a way that creates a patchwork of responses, with huge gaps and blind spots and far too many unmet needs. Their roles are often defined by narrow mandates and cost containment, without a holistic sense of how all their parts interact—and they don't.
An effective pandemic response for the homeless population has to incorporate commitments to fix the underlying systemic problems that create and sustain homelessness. There may not seem to be an obvious first step to address this issue. Indeed, governments have spent years in system-planning meetings trying to turn the Titanic in an inch of water. However, during the pandemic we have seen health authorities actively participating in local efforts, and they have been required to address the specific risks that homeless community members are exposed to. The pandemic has highlighted how quickly we can adjust how we work together when the urgency and the will are there.
This leads to my final point, which is about the importance of community-based leadership in the pandemic response.
In March, community organizations were navigating shifting and sometimes conflicting authorities in the federal government, provincial ministries, health authorities and local governments. Siloed internal command structures and interjurisdictional confusion can threaten an active, effective and comprehensive pandemic response. One of our key roles as community entities and system-planner organizations is to transcend and bridge across these chasms so that we can enable communities to do what needs to be done. In many ways, governments and systems need to take a back seat to let communities lead the way. They have the knowledge, experience and relationships to ensure that we are doing what is best for vulnerable people. This means empowering and resourcing communities to enable community-level leadership and governance. It also means building the necessary infrastructure so that community partners can implement actions collectively and leverage resources and strengths across the board without having to manoeuvre between funding and institutional roles.
Reaching Home clearly embraces the role of local leadership, and as such has been able to deploy resources quickly during this time, with demonstrated impacts. While other investments are considered, whether to support housing developments or mitigate housing loss, we strongly recommend reinforcing community-level leadership in coordinating that deployment of those resources.
In summary, for an effective pandemic response, the federal government needs to commit to supporting community-based leadership with funding and policies that can address two public health emergencies: the recent and ongoing impacts of COVID-19 and the long-standing institutional causes of homelessness. Continuing investments by the federal government are the only way to ensure that community efforts and achievements over the past six months are sustained and that we don't regress in our ability to protect vulnerable people from the impacts of the pandemic in the long run.
A critical component of this is to accelerate efforts to realize an end to homelessness, including the six-point recovery plan put forward by the Canadian Alliance to End Homelessness, and intentional engagement with provincial and municipal governments to support communities in making this happen by transforming systems so that they facilitate their work instead of hindering it.
I appreciate the opportunity to speak to the committee today, and we are certainly happy to answer any questions.
Je vous remercie beaucoup de cette introduction.
Je suis présidente-directrice générale de Homeward Trust, un organisme communautaire qui emploie une approche de planification de système pour mettre fin à l'itinérance dans la communauté d'Edmonton. Cette entité locale appuie la mise en œuvre du programme Reaching Home et soutient activement l'évolution des stratégies nationales du Canada en matière de logement et d'itinérance. J'ai eu le privilège et la chance immenses de faire partie du comité consultatif sur l'itinérance, présidé à l'époque par le secrétaire parlementaire Adam Vaughan, et je suis actuellement membre d'un certain nombre de comités nationaux.
Je suis accompagnée aujourd'hui de M. Puligandla, notre responsable de la stratégie, qui pourra probablement mieux répondre que moi à certaines questions. Nous voulons réserver du temps à cette fin.
Notre organisme et ses organisations partenaires sont reconnus à l'échelle nationale et internationale pour les efforts collectifs qu'ils déploient pour éradiquer l'itinérance, réussissant à loger près de 11 000 personnes depuis le début de notre programme Housing First en 2009. Notre organisme recueille des fonds de tous les ordres de gouvernement pour soutenir les fournisseurs de service, les communautés autochtones et les partenaires gouvernementaux d'Edmonton afin d'élaborer, de mettre en œuvre et de surveiller collectivement nos solutions visant à mettre fin à l'itinérance dans notre communauté.
Nous vous remercions de nous offrir l'occasion de traiter aujourd'hui de la réponse du gouvernement à la pandémie de COVID-19 et de ce qu'il faut faire pour que les Canadiens vulnérables et sans abri soient soutenus et protégés sur le long chemin qui nous attend.
La COVID-19 a frappé il y a à peine six mois, mais les risques qu'elle pose pour les membres de notre communauté nous ont obligés à revoir complètement nos priorités et nos programmes. Voilà qui a demandé un effort intense et épuisant, mais dont nous pouvons être fiers et qui n'aurait pas été possible sans la mobilisation rapide des ressources ,municipales, provinciales et — disons-le — fédérales.
Le financement du programme Reaching Home a joué un rôle primordial dans la lutte contre l'itinérance à Edmonton. Ce financement ayant été engagé tôt, les processus s'en sont trouvés accélérés et tant les organisations locales que le personnel des programmes fédéraux ont été en mesure de prendre des décisions nécessaires, faisant fond sur les relations fondées sur la responsabilité existantes. Nombre d'entre nous en retiennent l'impression durable que nous pouvons et devrions continuer de réagir de cette manière pour traiter l'itinérance comme l'urgence nationale qu'elle est en toute circonstance.
Homeward Trust soutient sans réserve l'initiative Recovery for All et le plan en six points que l'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance a déjà présentés au gouvernement, et nous appuyons d'autres organisations nationales comme l'Association canadienne d'habitation et de rénovation urbaine, qui préconise d'investir davantage dans le logement abordable, notamment en faisant appel aux Autochtones.
Plutôt que de revenir sur ces intentions soigneusement considérées, nous mettrons l'accent sur ce que nous considérons comme les mesures essentielles et immédiates qu'il faut prendre pour favoriser la réussite de leur mise en œuvre.
D'abord, notre pays a besoin d'un investissement à long terme pour que nos communautés, qui ont fait des accomplissements herculéens au cours du sprint des six derniers mois, aient l'endurance nécessaire pour le marathon à venir. Sans engagement à l'horizon, la planification a cessé et les programmes ont pris fin, alors que les gens font face aux mêmes risques auxquels ils étaient exposés sur le plan de la santé et de la sécurité en mars, dès le début.
En outre, tous les ordres de gouvernement doivent déployer des efforts pour non seulement protéger les Canadiens vulnérables contre la pandémie, mais aussi pour résoudre les nombreux problèmes systémiques qui ont conduit les gens vulnérables à l'itinérance au départ. La pandémie a fait ressortir les failles du système, que nous ne pouvons plus ignorer une fois que nous les avons vues.
Enfin, le gouvernement doit renforcer les communautés en dirigeant la réaction dans le cadre d'une approche de planification de système coordonnée, réunissant les intervenants des divers systèmes et ordres de gouvernement qui, s'ils fonctionnent indépendamment les uns des autres, risquent de recréer les mêmes failles que nous cherchons si fort à éliminer.
En ce qui concerne le premier point sur l'investissement à long terme, il ne fait aucun doute que tous les ordres de gouvernement admettent qu'il faudra des mois, voire des années avant que la pandémie ne soit complètement derrière nous. D'autres vagues frapperont et — c'est peut-être le plus grave — de nombreuses personnes perdent leurs emplois et des familles sont en crise. Elles perdent leur maison et leur santé mentale en souffre considérablement. Nous n'avons jamais connu quelque chose comme la réaction initiale à la pandémie, et il n'existe aucun précédent — certainement de notre vivant — des fissures économiques fiscales qui se forment déjà.
Les investissements initiaux ont été effectués rapidement, et il est heureux que nous disposions d'un solide programme d'infrastructure et de partenaires avec lesquels travailler pour mobiliser ces ressources.
À Edmonton, nous avons en priorité mobilisé les services essentiels à un endroit différent, puisque les organismes, les espaces publics et les autres lieux qui permettaient souvent d'offrir un répit aux itinérants étaient fermés. Nous avons offert notre accès coordonné et notre programme Housing First en déployant rapidement des efforts supplémentaires de relogement et de diversion, faisant appel à de nouveaux partenaires et en recourant à des initiatives de préventions grâce à un financement immédiat pour combler les besoins à court terme. Nous avons pu réquisitionner un hôtel pour offrir du logement temporaire, ce qui a joué un rôle important dans le cadre de la réaction de notre communauté en permettant de loger plus de 700 personnes depuis avril.
En l'absence de financement à long terme, nous risquons de devoir confier toutes ces tâches à contrat à un moment où le nombre d'itinérants et de campements augmente à un taux sans précédent à Edmonton depuis 2007. Nous savons que le logement constitue la solution à l'itinérance et nous avons vu les risques directs auxquels s'exposent les personnes sans logement. Nous ne pouvons pas nous sortir de cette situation assez vite, mais nous pouvons faire en sorte que notre réaction à la pandémie donne naissance à des solutions permanentes et à long terme si le financement du programme est ciblé et assuré à long terme. Tous les gouvernements et les bailleurs de fonds ont un rôle à jouer, mais il importe d'admettre que les fournisseurs communautaires, qui subissent les contrecoups d'une diminution des revenus qu'ils recueillent et de la main-d'œuvre, peineront à satisfaire les nouvelles demandes qui affluent, voire même la demande existante. Le gouvernement fédéral doit impérativement montrer la voie en prenant un engagement maintenant.
Le programme Reaching Home a apporté de nombreux changements aux approches de planification communautaire, mettant l'accent sur les modèles fondés sur des données probantes, une reddition de comptes transparente et un engagement à l'échelle du système. Il faut donc disposer des infrastructures nécessaires pour pouvoir instaurer une culture de prise de décisions axée sur le savoir pour que nos interventions puissent être ciblées, évaluées et continuellement corrigées, et pour que les contribuables puissent être certains que les fonds publics apportent les résultats escomptés. Ainsi, je suis convaincue que les investissements que l'on continue d'effectuer dans le cadre du programme Reaching Home auront un effet immédiat et optimal.
Voilà qui m'amène à mon deuxième point: la réaction à la pandémie doit s'attaquer aux problèmes fondamentaux qui contribuent à la pauvreté et à l'itinérance, particulièrement aux problèmes de nature institutionnelle. La population itinérante est dynamique. Il n'existe aucune frontière nette entre les gens qui fréquentent les refuges, ceux qui dorment dans la rue ou dans des campements, les personnes au logement instable et ceux qui vivent chez des amis et des membres de la famille.
Le chômage, les faillites et les expulsions étant à la hausse, les personnes confrontées à la précarité du logement avant la pandémie se retrouvent à la rue. Les problèmes de dépendance et de santé mentale augmentent rapidement et mettent en péril la capacité des familles et des particuliers de demeurer résilients; pourtant, pour les populations itinérantes et vulnérables, les divers systèmes et ministères interviennent de manière disparate, créant ainsi des failles et des manques immenses et laissant beaucoup trop de besoins insatisfaits. Leurs rôles sont souvent définis par des mandats étroits et limités par des restrictions financières, sans que l'on sache de manière holistique comment ils peuvent agir en interaction; par conséquent, il n'y a aucune interaction.
Pour les itinérants, la réaction à la pandémie doit, pour être efficace, comprendre des engagements à corriger les problèmes systémiques sous-jacents qui créent et perpétuent l'itinérance. On peut avoir l'impression de ne pas savoir par où commencer pour résoudre ce problème. De fait, les gouvernements tiennent, depuis des années, des réunions de planification de système afin de tenter de faire tourner le Titanic dans un pouce d'eau. Pendant la pandémie, toutefois, les autorités sanitaires ont participé activement aux efforts locaux et ont dû s'attaquer aux risques précis auxquels les itinérants sont exposés. La pandémie a montré à quelle vitesse nous pouvons adapter la manière dont nous travaillons ensemble quand l'urgence et la volonté sont là.
Ceci m'amène à mon dernier point, qui concerne l'importance du leadership communautaire dans le cadre de la réaction à la pandémie.
En mars, des organismes communautaires ont dû composer avec des autorités fluctuantes et parfois contradictoires au sein du gouvernement fédéral, les ministères provinciaux, des autorités sanitaires et des administrations locales. Les structures de commandement internes compartimentées et la confusion entre les diverses autorités peuvent nuire à une réaction active, efficace et exhaustive à la pandémie. À titre d'entités communautaires et d'organisations de planification de système, notre rôle principal consiste à transcender et à combler les fossés pour permettre aux communautés de faire le nécessaire. À bien des égards, les gouvernements et les systèmes doivent accepter un rôle de soutien et laisser les communautés prendre les devants, car elles possèdent les connaissances, l'expérience et les relations qui nous permettent d'agir au mieux pour les personnes vulnérables. Il faut donc leur confier des pouvoirs et des ressources pour favoriser le leadership et la gouvernance communautaires. Il faut également construire les infrastructures nécessaires pour que les partenaires communautaires puissent prendre des mesures collectivement et exploiter les ressources et les forces à tous les égards sans devoir manœuvrer entre le financement et les rôles institutionnels.
Le programme Reaching Home assume manifestement le rôle de leadership local, ce qui lui a permis de déployer promptement des ressources pendant la crise, avec des résultats à l'appui. Même si d'autres investissements sont envisagés, que ce soit pour soutenir la construction de logements ou pour atténuer la perte de logements, nous recommandons fortement de renforcer le leadership communautaire afin de coordonner le déploiement des ressources.
En résumé, pour réagir efficacement à la pandémie, le gouvernement fédéral doit s'engager à soutenir le leadership communautaire avec un financement et des politiques qui peuvent répondre à deux urgences en matière de santé publique: les répercussions récentes et continuelles de la COVID-19 et les causes institutionnelles de longue date de l'itinérance. Ce n'est qu'en effectuant constamment des investissements que le gouvernement fédéral permettra aux communautés de poursuivre leurs efforts et leurs réalisations des six derniers mois et nous évitera de perdre notre capacité de protéger les gens vulnérables des conséquences de la pandémie à long terme.
Il est essentiel ici d'accélérer les efforts pour mettre fin à l'itinérance, notamment en mettant en œuvre le plan de relance en six points proposé par l'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance et en prenant un engagement intentionnel avec les gouvernements provinciaux et les administrations municipales afin d'aider les communautés à éradiquer l'itinérance en transformant les systèmes pour qu'ils facilitent leur travail au lieu d'y nuire.
Je vous remercie de m'avoir offert l'occasion de vous parler aujourd'hui. Nous répondrons à vos questions avec grand plaisir.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 15:16
Thank you very much, Ms. McGee.
Next we'll hear from Mortgage Professionals Canada.
Ms. Taylor, you have the floor.
Je vous remercie beaucoup, madame McGee.
Nous entendrons maintenant Professionnels hypothécaires du Canada.
Madame Taylor, vous avez la parole.
Elaine Taylor
View Elaine Taylor Profile
Elaine Taylor
2020-08-17 15:16
Thank you, Mr. Chair, and members of the committee. On behalf of the over 12,000 members of Mortgage Professionals Canada, thank you for providing the opportunity to take part in the discussions today.
My name is Elaine Taylor. I am vice-president of sales for MCAP Corporation and chair of the board of directors of Mortgage Professionals. Also with me today is Paul Taylor—no relation—the president and CEO of MPC.
For additional context for our remarks today, I'd like to remind the committee of MPC's membership composition. We are a professional association promoting mortgage broker-originated mortgages.
By head count, mortgage brokers and agents across Canada make up the largest component of our membership. However, almost all Canadian banks and mortgage lenders that originate mortgages through independent agents and brokers also belong to our association.
Additionally, all three mortgage insurers in Canada are also members. Because of the diverse nature of our members' businesses and their respective role in facilitating broker-originated mortgages, MPC has a thorough understanding of the marketplace impacts of any changes to mortgage financing and funding costs, securitization and liquidity, underwriting criteria and lending guidelines, and changing consumer behaviours.
In our remarks today, we would like to thank the government for many of the measures taken to ensure economic and liquidity support for Canadians and businesses alike. Specifically for our industry, the reintroduction of the insured mortgage purchase program, with its newly increased stated limit of $150 billion, provided much-needed access to capital for banks and other lenders. Additionally, the reduction of the domestic stability buffer added $300 billion in liquidity to banks for them to be able to support struggling businesses through additional extensions of credit. The reductions in the Bank of Canada benchmark rate also occurred during this time.
We are supportive of all of these changes and the speed with which these mechanisms were brought to bear. As an industry, we were reassured by the timely and coordinated macroeconomic support brought forward.
One suggestion that we may offer for OSFI to consider, following the same thought process as the already implemented reduction in the domestic stability buffer, is to reduce the capital requirements for mortgage insurers. This would allow them to reduce their required premiums, making access to the IMPP and other programs easier for lenders and borrowers.
The Canada emergency response benefit and the innumerable suite of cash flow and credit support programs were tremendously supportive of many of our independent and smaller mortgage brokerages. Making CERB accessible to non-EI eligible income earners was greatly appreciated.
Je vous remercie, monsieur le président et distingués membres du Comité. Au nom de Professionnels hypothécaires du Canada, qui compte plus de 12 000 membres, je vous remercie de me donner l'occasion de prendre part aux discussions aujourd'hui.
Je m'appelle Elaine Taylor, et je suis vice-présidente aux ventes pour MCAP Corporation et présidente du conseil d'administration de Professionnels hypothécaires du Canada, ou PHC. Je suis accompagnée aujourd'hui de Paul Taylor, président-directeur général de PHC, avec lequel je n'ai aucun lien de parenté.
Pour mettre davantage nos propos d'aujourd'hui en contexte, je voudrais vous rappeler la composition de PHC. Nous formons une association professionnelle faisant la promotion des hypothèques fournies par des courtiers hypothécaires.
Au chapitre du nombre, les courtiers et les agents hypothécaires du Canada constituent la plus grande part de nos membres. Cependant, presque toutes les banques canadiennes et les prêteurs hypothécaires qui offrent des hypothèques par l'entremise d'agents et de courtiers indépendants appartiennent également à notre association.
En outre, les trois assureurs hypothécaires du Canada en font également partie. Compte tenu de la nature diversifiée de nos entités membres et du rôle respectif qu'elles jouent en facilitant les hypothèques offertes par des courtiers, PHC possède une compréhension exhaustive des répercussions qu'a sur le marché tout changement au financement et aux coûts de financement des hypothèques, à la titrisation et aux liquidités, aux critères de souscription et aux lignes directrices en matière de prêt, et aux comportements des consommateurs.
Dans notre exposé d'aujourd'hui, nous voudrions remercier le gouvernement des nombreuses mesures qu'il a prises pour offrir du soutien économique et de l'aide en matière de liquidité aux particuliers et aux entreprises du Canada. Dans notre industrie, le rétablissement du programme d'achat de prêts hypothécaires assurés, dont la limite a été portée à 150 milliards de dollars, permet aux banques et aux autres prêteurs d'avoir accès au capital dont ils ont grand besoin. De plus, la réduction du taux de réserve pour stabilité intérieure a ajouté 300 milliards de dollars aux liquidités dont les banques disposent afin de pouvoir soutenir les entreprises en difficulté en leur offrant des crédits supplémentaires. C'est également à ce moment que le Banque du Canada a réduit son taux de référence.
Nous appuyons tous ces changements et la rapidité à laquelle ces mécanismes ont été implantés. Notre industrie est rassurée par le soutien macroéconomique coordonné offert en temps opportun.
Dans le même ordre d'idées que la réduction du taux de réserve pour stabilité intérieure déjà apportée, nous proposerions au Bureau du surintendant des institutions financières de réduire les exigences en matière de capital pour les assureurs hypothécaires, et ce, afin de leur permettre de réduire leurs primes, facilitant ainsi l'accès au Programme d'achat de prêts hypothécaires assurés et d'autres programmes aux prêteurs et aux emprunteurs.
La Prestation canadienne d'urgence et les innombrables programmes de soutien au flux de trésorerie et au crédit ont considérablement aidé de nombreux courtiers hypothécaires indépendants et de petite taille. Le fait d'avoir permis aux salariés non admissibles à l'assurance-emploi de se prévaloir de la Prestation canadienne d'urgence a été bien accueilli.
Paul Taylor
View Paul Taylor Profile
Paul Taylor
2020-08-17 15:19
Thanks, Elaine.
Switching gears somewhat, the industry, with government support, has been providing mortgage payment deferrals to many mortgage holders. Current Canadian Bankers Association statistics suggest that 16% of all mortgage holders have at some point since March deferred at least one payment. In testimony to FINA, CMHC president Evan Siddall warned that this number could reach 20%, or one in five, and that these deferrals may all become mortgages in arrears when these programs expire in September-October.
I'm happy to report that the experience of our member mortgage lenders is much more optimistic. Many borrowers who took advantage of the deferral program have since voluntarily resumed their payments and opted out. Participation numbers are falling, not increasing. Public records of these results are available in recent releases by Equitable Bank and Home Trust to their shareholders.
While this is encouraging news, we do, however, anticipate that there will be some mortgage holders who will find themselves unable to meet their mortgage obligations when the deferral period expires. The general expectation is that these families will be forced to sell their homes and that this influx of housing inventory to the market will create price softening as more housing options are available to buyers. It's with this expectation that we make two requests.
First, consider extending the deferral period for those who are truly unable to meet their obligations but expect to return to work in the near term. If OSFI were to implement a portfolio percentage maximum permissible to continue to not be considered a non-performing loan, lenders would ensure appropriate means testing and targeting of this continued support. Permitting lenders this capital relief of 5% of loans within their portfolio will assist those Canadians most affected by the pandemic to stay in their homes. We would recommend extending this provision for at least another six months.
Second, given the possible price softening expected in some markets, and with the recent and unambiguous assurance from new Bank of Canada Governor Tiff Macklem that interest rates will stay low for a very long time, we ask for the immediate implementation of the previously announced, but postponed, adjustments to the insured and uninsured mortgage trust tests. Today's uninsured mortgage qualification requires borrowers to show that they're able to manage their mortgage payments at a fictionally higher interest rate, either two percentage points above the negotiated contract rate or the Bank of Canada's posted five-year rate, whichever is higher.
In the past year as interest rates have fallen, and recently as the Bank of Canada has significantly reduced its overnight rates, the posted five-year rate has not moved in lockstep. In fact, it's only moved incrementally, as is evidenced by the very small 15 basis-point reduction last week. Today many borrowers are having to prove mathematically that they can manage a mortgage payment at an interest rate of almost 3% higher than their contract rate. If the proposed changes were enacted, really simply, the stress test would effectively be reduced from what is currently almost 300 basis points to 200 basis points, or from 3% to contract plus 2%. Remembering that this test is in addition to existing debt service ratio maximums, this implementation will permit would-be owner-occupiers to purchase their first home while still ensuring that stringent underwriting and qualification mechanisms are in place.
If real estate prices do come down in the upcoming months, that's exactly the time we should be encouraging young and aspiring middle-class Canadians to purchase a home. Excluding them from the marketplace will only serve to widen the wealth gap, leaving more homes for investor purchases rather than would-be owner-occupiers.
Lastly, Mortgage Professionals Canada has additional recommendations related to housing finance, insurable 30-year amortization options specifically to support first-time buyers, increasing the maximum insurable value of a property, and creating an exemption to the aforementioned stress test for renewing borrowers who wish to change lenders.
We'll continue this discussion, and we'd be happy to elaborate further on some of those during the question period, but for the sake of brevity today, in our opening statements we'll stick strictly to the implementation of the previously announced test adjustment and the extension of the deferral program, if possible.
Thank you very much indeed to everybody for your attention and for the opportunity to present today. We look forward to your questions.
Je vous remercie, madame Taylor.
Pour changer quelque peu de sujet, l'industrie, forte du soutien du gouvernement, a accordé des reports de paiements hypothécaires à de nombreux titulaires d'hypothèque. Les statistiques de l'Association des banquiers canadiens semblent indiquer que 16 % des titulaires ont dû, à un moment ou à un autre, reporter au moins un paiement. Lors de son témoignage devant FINA, le président de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, Evan Siddall, a indiqué que ce chiffre pourrait atteindre 20 %, ou un titulaire sur cinq, et que toutes les hypothèques dont les paiements ont été reportés pourraient devenir des hypothèques en souffrance quand les programmes prendront fin en septembre et octobre.
Je suis ravi de vous annoncer que l'expérience de nos prêteurs hypothécaires membres est beaucoup plus optimiste. De nombreux emprunteurs s'étant prévalus du programme de report des paiements hypothécaires ont volontairement repris leurs versements, laissant tomber le programme. Les taux de participation diminuent au lieu d'augmenter. Ces résultats figurent publiquement dans les communiqués que la Banque équitable et la Société de fiducie Home ont fait parvenir à leurs actionnaires.
Même si ces nouvelles sont encourageantes, nous anticipons toutefois que certains titulaires d'hypothèque seront dans l'incapacité d'honorer leurs obligations hypothécaires quand expirera la période de report. De façon générale, on s'attend à ce que ces familles soient obligées de vendre leur maison et que cette augmentation de l'inventaire de maisons à vendre pousse les prix à la baisse, puisque que d'autres options de logement s'offrent aux acheteurs. C'est avec ces prévisions à l'esprit que nous formulons les deux demandes suivantes.
Envisagez d'abord de prolonger la période de report pour ceux qui sont vraiment incapables de respecter leurs obligations, mais qui prévoient retourner au travail à court terme. Si le Bureau du surintendant des institutions financières instaurait un pourcentage maximal de portefeuille autorisé pour que ces prêts continuent de ne pas être considérés comme non productifs, les prêteurs prendraient des moyens appropriés pour effectuer les tests et cibler ce soutien continu. En accordant aux prêteurs une libération de capitaux de 5 % des prêts de leur portefeuille, on aidera les Canadiens les plus touchés par la pandémie à conserver leur maison. Nous recommanderions de prolonger cette mesure d'au moins encore six mois.
De plus, compte tenu de la diminution des prix anticipée dans certains marchés et de la garantie ambiguë qu'a donnée le nouveau gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, en affirmant que les taux d'intérêt resteraient bas pendant très longtemps, nous demandons la mise en œuvre immédiate des modifications annoncées, mais retardées, des tests de résistance relatifs aux prêts hypothécaires assurés et non assurés. À l'heure actuelle, dans le cas d'une hypothèque non assurée, l'emprunteur doit démontrer qu'il peut gérer ses paiements hypothécaires à un taux d'intérêt supérieur fictif, du plus élevé entre un taux deux points de pourcentage au-dessus du taux négocié sur le contrat ou le taux sur cinq ans affiché par la Banque du Canada.
Les taux d'intérêt ont diminué au cours de la dernière année, mais comme récemment, la Banque du Canada a substantiellement réduit ses taux à un jour, le taux sur cinq ans affiché n'a pas suivi le mouvement. En fait, il a à peine fluctué, comme le démontre la réduction infime de 15 points de base de la semaine dernière. Aujourd'hui, de nombreux emprunteurs doivent prouver mathématiquement qu'ils peuvent gérer un paiement hypothécaire à un taux d'intérêt supérieur de près de 3 % au taux figurant à leur contrat. Si les changements proposés sont mis en œuvre, le critère du test de résistance serait tout simplement réduit, passant du taux actuel de près de 300 points de base à 200 points de base, ou de 3 à 2 % du taux figurant au contrat. Étant donné que ce critère s'ajoute aux taux maximaux existants du rapport d'amortissement total de la dette, cette mesure permettra aux propriétaires-occupants potentiels d'acquérir leur première maison, tout en assurant le maintien de mécanismes de souscription et de qualification rigoureux.
Si les prix de l'immobilier chutent dans les prochains mois, c'est exactement à ce moment que nous devrions encourager les jeunes Canadiens et ceux qui aspirent à faire partie de la classe moyenne à acheter une maison. Leur exclusion du marché ne fera qu'élargir l'écart entre les riches et les pauvres, laissant un nombre accru de maison tomber aux mains d'investisseurs au lieu d'être achetées par des propriétaires-occupants.
Enfin, Professionnels hypothécaires du Canada a des recommandations supplémentaires au sujet du financement de l'habitation, proposant notamment d'offrir des périodes d'amortissement de 30 ans assurables afin d'aider les premiers acheteurs, d'augmenter la valeur assurable maximale des propriétés et accordant une exemption au test de résistance dont j'ai parlé plus tôt lors de l'évaluation des emprunteurs qui souhaitent changer de prêteur.
Nous poursuivrons cette discussion et nous nous ferons un plaisir de vous en dire davantage à ce sujet au cours de la période de questions, mais pour rester brefs aujourd'hui au cours de notre exposé, nous nous en tiendrons strictement à la modification annoncée du test de résistance et à la prolongation du programme de report si possible.
Nous vous remercions tous beaucoup de votre attention et de l'occasion qui nous est offerte de témoigner aujourd'hui. Nous répondrons avec plaisir à vos questions.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 15:23
Thank you, Mr. Taylor and Ms. Taylor.
We will begin our questions with Ms. Kusie for the Conservatives.
You have six minutes.
Je vous remercie, monsieur Taylor et madame Taylor.
Nous entamerons nos tours de questions avec Mme Kusie, du Parti conservateur .
Vous disposez de six minutes.
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
Before I move to my questions, I want to bring a notice of motion to the committee, please.
Avant de poser mes questions, je voudrais présenter un avis de motion au Comité, si vous le voulez bien.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 15:24
Go ahead.
Faites.
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
Thank you.
The motion reads, “That the committee call upon the Canada Mortgage and Housing Corporation to appear before the Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities before September 30, 2020, as part of our study on the government's response to COVID-19, and that they appear for no less than two hours.”
Je vous remercie.
La motion est la suivante: « Que le Comité demande à la Société canadienne d'hypothèques et de logement de se rendre au Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées avant le 30 septembre 2020 dans le cadre de notre étude sur la réponse du gouvernement à la Covid-19 et qu'ils apparaissent pendant au moins deux heures. »
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 15:24
Very well.
Mr. Clerk, I believe that this does touch on the business of the committee.
Mrs. Kusie, is it your wish that this serve as notice of motion; or do you want the motion debated now?
Très bien.
Monsieur le greffier, je pense que cela concerne les travaux du Comité.
Madame Kusie, souhaitez-vous que cette proposition soit traitée comme un avis de motion ou voulez-vous débattre maintenant de la motion?
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
Well, as I understand, I can only provide a notice of motion today, given that it is not under committee business. However, if you deem it relevant under COVID-19 business, then certainly we can move to a discussion at this point.
Alternatively, as I did mention, this is the notice of motion. Given that we have witnesses here today, we can perhaps take half an hour aside or put some time aside for our next meeting, at which time we can discuss it.
Eh bien, d'après ce que je comprends, je peux seulement présenter un avis de motion aujourd'hui, étant donné que la question ne figure pas aux travaux du Comité. Cependant, si vous jugez que cela concerne notre étude sur la COVID-19, nous pouvons certainement en débattre maintenant.
Par contre, comme je l'ai indiqué, il s'agit d'un avis de motion. Comme nous recevons des témoins aujourd'hui, nous pouvons peut-être réserver une demi-heure ou une autre période à la fin de notre prochaine séance pour en discuter.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 15:25
Thank you, Mrs. Kusie. I'm happy to set aside time at a future meeting. I would, however, say that CMHC seems to me to be a relevant witness. It would simply be a matter of adding them to the witness list. I think the only thing that's particularly unique about the motion is the request that they be there for two hours. We may or may not need to debate this, but thank you for providing notice.
Go ahead with your six minutes.
Je vous remercie, madame Kusie. Je serais ravi de réserver du temps à cette fin au cours d'une prochaine séance. Il me semble toutefois que la Société canadienne d'hypothèques et de logement, ou SCHL constitue un témoin pertinent, qu'il nous suffirait d'ajouter à la liste de témoins. Je pense que la seule particularité de cette motion tient au fait qu'elle précise que la SCHL témoignerait pendant deux heures. Nous pourrions devoir en débattre ou non, mais je vous remercie d'avoir présenté cet avis.
Vous pouvez maintenant utiliser vos six minutes.
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
Thank you very much.
Mr. Taylor, thank you very much for being here today. I'm sure you saw in the news recently that media had reported that CMHC will study the prospect of a federal home equity tax that would see residences taxed as capital gains. How would a home equity tax impact the housing market?
Je vous remercie beaucoup.
Monsieur Taylor, merci beaucoup de témoigner aujourd'hui. Je suis certaine que vous avez vu récemment dans les médias que la SCHL étudiera la possibilité que le gouvernement fédéral applique un impôt pour que les gains en capital découlant de la disposition des résidences soient imposés. Quelles répercussions cette mesure aurait-elle sur le marché immobilier?
Paul Taylor
View Paul Taylor Profile
Paul Taylor
2020-08-17 15:26
I think a tax on equity would alter an awful lot of things, actually, and would probably be really detrimental in a number of different ways, but to be fair, I think that the study that's being conducted by CMHC is actually really more through an academic grant that's been provided to a think tank in B.C. I don't know if it's specifically a policy that is being investigated directly by CMHC. That said, I think it would not be a very good policy to be implementing in Canada at this point.
An awful lot of folks within, I would say, the aspiring middle class—as well as the established middle class, frankly—have been considering that their home is their largest asset. Having that tax haven on a primary residence for an awfully long time has made it, I think, for most, the nest egg or the centre point of their retirement funding. In doing what would likely feel like changing the rules on their investment strategy mid-term, you likely would end up eroding the value of the retirement portfolios of a significant number of Canadians today, which would have additional knock-on effects to the grander economy through very traditional wealth effect issues that any economist would tell you about. It would certainly not be a good day for the grander economy in terms of a continuation of fund and fluidity, I would say.
Je pense qu'elle aurait des répercussions sur un nombre considérable de choses et serait fort préjudiciable à bien des égards. En toute justice, toutefois, je pense que l'étude réalisée par la SCHL s'effectue davantage au titre d'une subvention de recherche fournie à un groupe de réflexion de la Colombie-Britannique. J'ignore s'il s'agit d'une politique examinée directement par la SCHL. Cela étant dit, je ne considère pas qu'il serait très judicieux de la mettre en oeuvre au Canada à l'heure actuelle.
Nombreux sont ceux, parmi les gens qui aspirent à faire partie de la classe moyenne ou qui en font partie, qui considèrent leur maison comme leur principal actif. Pour la plupart des gens, le fait que leur résidence principale soit exonérée d'impôt depuis très longtemps en a fait leur bas de laine ou l'élément principal du pactole qu'ils se constituent en vue de la retraite. En faisant à mi-parcours ce qui semblerait probablement être une modification des règles relatives à leur stratégie d'investissement, on amenuiserait vraisemblablement la valeur du portefeuille de retraite d'un grand nombre de Canadiens aujourd'hui, ce qui aurait des effets dominos supplémentaires sur l'ensemble de l'économie en ayant des conséquences très traditionnelles sur la richesse, comme n'importe quel économiste pourrait vous l'expliquer. Ce ne serait certainement pas un bon jour pour l'économie dans son ensemble alors qu'il s'agit de continuer d'assurer le financement et la fluidité, selon moi.
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
You talked in your opening statement about first-time homebuyers. Do you think a home equity tax would make it more difficult for first-time homebuyers wanting to enter and invest in the real estate market?
Pendant votre exposé, vous avez fait mention des premiers acheteurs. Considérez-vous que le fait d'imposer le gain en capital découlant de la disposition des résidences fera en sorte qu'il leur sera plus difficile d'investir sur le marché immobilier?
Paul Taylor
View Paul Taylor Profile
Paul Taylor
2020-08-17 15:28
As I understand the structure of what has been proposed, because the tax is due at the time that you sell your home, I don't think it would make much difference to folks who are considering entering into the space, but it definitely does alter the value proposition for folks who previously would have been considering it as potentially something to pursue, and not only for the security of having a place that's your own where a landlord cannot sell the property out from under you or move a family in. There's an awful lot of security in housing that is available to folks who own their own home, but if the investment advantage, the tax haven, for a primary residence is removed, I think it would certainly affect people's decision to potentially enter the market.
D'après ce que je comprends de la structure de la mesure proposée, comme l'impôt s'appliquera au moment de la disposition, je ne pense pas que cette mesure aura beaucoup d'incidence sur ceux qui envisagent d'investir sur le marché immobilier. Elle change toutefois la donne pour ceux qui auraient précédemment envisagé d'acheter un bien immobilier, et ce, pas seulement pour la sécurité que procure le fait de posséder un lieu qu'un propriétaire ne peut vendre sous son nez ou y installer une famille. Ceux qui possèdent leur propre maison jouissent d'une sécurité considérable, mais si l'avantage de l'investissement et l'abri fiscal que confère la résidence principale disparaissent, cela influencera certainement la décision des gens d'entrer potentiellement sur le marché.
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
We talked a little bit about what you think the impact on the housing market would be. We often think of how the current Reaching Home plan does not consider moving people further along the housing continuum. How do you think the home equity tax would impact the housing continuum as a whole, in an effort to move people away from homelessness and along the housing continuum? Do you think an equity tax would have any impact on that, and how? Where do you see the pinch marks in that?
Nous avons brièvement parlé de l'incidence que la mesure aura, selon vous, sur le marché de l'habitation. Nous réfléchissons souvent au fait que le plan Reaching Home actuel ne cherche pas à aider les gens à améliorer graduellement leur sort au chapitre du logement. Comment pensez-vous que l'imposition du gain en capital sur les résidences influencerait l'ensemble du domaine de l'habitation dans le but de sortir les gens de l'itinérance et de leur permettre d'améliorer leur sort sur le plan du logement? Jugez-vous que cette mesure aurait une incidence à cet égard, et comment se manifesterait-elle? Où considérez-vous que des problèmes pourraient surgir?
Paul Taylor
View Paul Taylor Profile
Paul Taylor
2020-08-17 15:30
It's difficult to comment on that without having a really good understanding of what the proposed structure of that tax would look like. I think it would be disastrous to simply implement, as a switch, a 50% capital gains tax on the equity for everybody all at the same time. I envision that, if such a thing were ever actually to be contemplated to be implemented, it would have to be tiered over time. If that were the case, the impact would be really difficult to understand without seeing exactly how the tiering is actually going to occur through that period.
I can tell you today, though, that because home equity without the tax tends to be the largest driver of net wealth creation for individuals, it's also the thing that has permitted people to graduate through the housing continuum as you've described there. A young couple might start in a condominium with one bedroom, and as the family starts to grow, they'll move into a two- or three-bedroom home. It's quite specifically because they're not only able to retain the equity increase, if there is a potential increase in the property itself, but the forced savings of the mortgage itself actually help to create wealth so that they're able to make the next step into the larger property.
If they were to have to sacrifice some of the equity to a tax, it would make the process of moving through that continuum a slower process and it would potentially constrain people to smaller residences at the onset of the tax, but it's really difficult to comment on that without fully understanding what the structure of such a tax would actually look like when it would purportedly be implemented.
Il m'est difficile de me prononcer à ce sujet sans vraiment bien comprendre la structure proposée de cette mesure. Je pense qu'il serait désastreux de simplement appliquer subitement un impôt de 50 % sur les gains en capital sur les résidences pour tout le monde en même temps. J'imagine que si on envisage réellement de mettre en œuvre pareille mesure, on procédera graduellement au fil du temps. Si tel est le cas, il serait alors très difficile d'en comprendre l'incidence sans voir exactement comment elle s'appliquera graduellement au cours de la période.
Je peux toutefois vous dire aujourd'hui, puisque les gains en capital non imposés tendent à constituer le plus important moteur de création de richesse pour les particuliers, que c'est également l'élément qui a permis aux gens d'améliorer leur sort au chapitre du logement, comme vous l'avez indiqué. Un jeune couple peut commencer par acheter un condominium doté d'une seule chambre et, à mesure que la famille s'agrandit, il déménagera dans une maison offrant deux ou trois chambres. C'est précisément parce qu'il peut bénéficier du gain en capital en cas d'augmentation potentielle de la valeur de la propriété elle-même, mais aussi en raison des économies forcées découlant de l'hypothèque elle-même, lesquelles contribuent à créer de la richesse, qu'il peut acquérir une propriété plus vaste.
S'il fallait sacrifier une partie du gain en capital en raison de l'impôt, cela aurait pour effet de ralentir la progression des gens sur le plan du logement et en obligerait potentiellement certains à se contenter de résidences plus petites lorsque l'impôt s'appliquera. Il m'est toutefois très difficile de me prononcer sans comprendre pleinement en quoi tiendrait la structure de cet impôt quand la mesure entrera en vigueur.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 15:32
Thank you.
Next on my list is Ms. Young, but I have a note that she is having some technical difficulties and is trying to get back on, so the next slot is for the Liberals.
Mr. Vaughan, would you like to proceed, or is there someone else on the Liberal side ready to go?
Je vous remercie.
C'est Mme Young qui est la prochaine sur ma liste, mais comme une note m'informe qu'elle éprouve des difficultés techniques et cherche à rétablir la communication, nous accorderons la parole aux libéraux.
Monsieur Vaughan, voudriez-vous prendre la parole ou est-ce qu'un autre membre du Parti libéral est prêt à intervenir?
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
I'm good to go.
As a very quick reassurance, Mr. Taylor, the minister and the head of CMHC have both rejected the idea and communicated that to your organization. The line of questioning we just heard, while interesting, is not applicable to any policy decision the government is going to make.
Mr. Taylor, we've communicated that we're not pursuing that idea under any circumstance. That's been communicated to you.
Je vais intervenir.
Je vous rassurerai brièvement, monsieur Taylor, en précisant que le ministre et le président de la SCHL ont rejeté cette idée et l'ont fait savoir à votre organisation. Ainsi, les questions qui viennent d'être posées, bien qu'intéressantes, ne s'appliquent pas aux décisions stratégiques que prendra le gouvernement.
Monsieur Taylor, nous vous avons informé qu'en aucun cas nous ne donnerons suite à cette idée. Cette information vous a été communiquée.
Paul Taylor
View Paul Taylor Profile
Paul Taylor
2020-08-17 15:32
It has to me. You will know yourself that, once the news actually broke that CMHC was studying such a thing, we reached out to your office directly. I think you're one of the first to assure us that.... I think CMHC, probably quite rightly, has certain funding arms to pursue academic research to examine all areas of the housing continuum, so the topic of such an equity tax is probably not off limits for anybody who's being funded through that, but I don't think it's an indication, and I certainly don't receive it as an indication, that there's a particular policy examination for such a thing at this time.
Elle me l'a été. Vous saurez vous-même que lorsque s'est ébruitée la nouvelle voulant que la SCHL examinait pareille mesure, nous nous sommes adressés directement à votre bureau. Je pense que vous êtes l'un des premiers à nous avoir assuré que... Je pense que la SCHL, probablement avec raison, dispose de certains mécanismes de financement afin d'entreprendre des recherches pour examiner toutes les facettes du domaine de l'habitation. Quiconque reçoit ainsi du financement peut se pencher sur un sujet tel que l'imposition du gain en capital sur la résidence principale, mais je ne considère certainement pas que ce soit une indication que l'on procède actuellement à un examen des politiques à cet égard.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
Thanks very much.
Ms. McGee, I have a couple of questions on Reaching Home.
We have been asked by some of the opposition parties to end Reaching Home and to send the dollars straight to provincial capitals and not to front-line services, particularly in B.C., by the member for Vancouver East, Ms. Kwan. What would the impact of that be on some of the prairie provinces—Manitoba, Saskatchewan, Alberta—where support for homeless services, in particular harm reduction, has been very slow to meet the front-line needs of a COVID response?
Je vous remercie beaucoup.
Madame McGee, j'ai quelques questions sur le programme Reaching Home.
Certains membres des partis de l'opposition nous ont demandé de mettre fin à Reaching Home et de verser directement les fonds aux provinces plutôt qu'aux services de première ligne, particulièrement en Colombie-Britannique, comme l'a réclamé la députée de Vancouver-Est, Mme Kwan. Quelles répercussions cette approche aurait-elle dans les provinces des Prairies, soit le Manitoba, la Saskatchewan et l'Alberta, où le soutien aux services aux itinérants — en ce qui concerne particulièrement la réduction des méfaits — a mis beaucoup de temps à combler les besoins en première ligne dans le cadre de la réaction à la COVID?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:34
For our effort, I think it would have a very negative impact. I would say that Reaching Home needs to be understood, and our local efforts generally, because we certainly administer investments in homelessness by other orders of government. The important underlying focus is that it is a coordinated approach and a community commitment to work in a coordinated way and in alignment with any homelessness.... Harm reduction is definitely a principle of the Housing First program. The Housing First program, which is also strongly reinforced by Reaching Home, is client-centred and client-focused, focused on the potential of individuals. Agencies are really empowered, as well as front-line staff.
I think one of the things that don't necessarily get generalized or understood around Housing First is that it really empowers the decision-making at the front line to support individuals in ending their homelessness in a way that has the most sustainable outcome in the long term, and that happening in a coordinated way has been critical to communities being able to really move the bar—not just for a person, not just for a program, but as a community.
In the absence of that, we run the risk of just cycling people through other programs, and having a very programmatic structure ensures that people just don't get the traction that we're working so hard to provide them.
Je pense que l'effet serait très néfaste sur notre œuvre. Le programme Reaching Home et les efforts que nous déployons de manière générale à l'échelle locale doivent être compris, car nous gérons certainement les investissements qu'effectuent d'autres ordres de gouvernement dans la lutte contre l'itinérance. Il importe que vous sachiez que nos efforts s'appuient sur une approche coordonnée et un engagement communautaire à travailler de manière coordonnée et en harmonie avec toute intervention en matière d'itinérance. La réduction des méfaits est certainement un principe s'inscrivant dans le programme Housing First. Ce programme, qui est aussi grandement renforcé par Reaching Home, est axé sur le client et le potentiel des personnes. Les organismes et le personnel de première ligne sont réellement habilités à intervenir.
Je pense que l'on ne sait ou ne comprend pas nécessairement le fait que le programme Housing First favorise réellement la prise de décisions en première ligne afin d'aider les gens à se sortir de l'itinérance d'une manière qui aura les résultats les plus durables à long terme. Le fait que tout se passe de manière coordonnée a considérablement aidé les communautés à pouvoir agir, pas seulement pour une personne ou un programme, mais à titre de communauté.
En l'absence d'un tel programme, nous risquons de simplement renvoyer les gens vers d'autres programmes, et si la structure est fort problématique, les gens ne disposeront tout simplement pas de la force de traction que nous travaillons si fort pour leur conférer.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
In terms of the $19-billion restart fund that we just delivered to the provinces and territories, how much of that have you received so far?
Du montant de 19 milliards de dollars que nous venons de verser aux provinces et aux territoires, quelle somme avez-vous reçue jusqu'à présent?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:35
Through Reaching Home, Homeward Trust received about $6.4 million through our entity commitment, as well as indigenous funding of $1.1 million. Those are rounded numbers.
Au titre du programme Reaching Home, Homeward Trust a reçu environ 6,4 millions de dollars pour l'ensemble de son engagement, ainsi que 1,1 million de dollars en fonds pour les Autochtones. Il s'agit de chiffres arrondis.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
That's out of the restart program that we just recently shipped to.... It's federal money that's being distributed by the province to your organization.
Ces fonds font partie du programme de relance que nous avons récemment lancé et des fonds fédéraux que la province verse à votre organisation.
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:35
No, sorry; that was out of the initial announcement of the $157-million Reaching Home. The other funding for Homeward Trust directly has not as yet been cascaded through the programs that are focused on homelessness in our community.
Non. Je suis désolée, mais ces fonds font partie du financement de 157 millions de dollars initialement annoncé pour le programme Reaching Home. Les autres fonds que Homeward Trust doit recevoir directement n'ont pas encore été versés dans le cadre des programmes de lutte contre l'itinérance dans notre communauté.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
That's the risk of funding the provinces and asking them to do federal work. Sometimes the provinces have different priorities, and therefore the money wouldn't get to the front lines. And it hasn't.
Voilà le risque quand on verse les fonds aux provinces et leur demande de faire le travail du gouvernement fédéral. Elles ont parfois des priorités différentes et l'argent ne se rend pas en première ligne. Et c'est ce qui est arrivé.
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:36
Yes. It certainly has some risk. Good plans and good scenario planning can't happen in a bubble. That's the risk.
Oui, cette approche comporte certainement quelques risques. Les plans et les scénarios judicieux ne s'élaborent pas dans une bulle. Voilà le risque.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
In terms of the acquisition of assets to support distancing people, quarantining people and providing health services, how many sites has your organization helped secure during COVID to provide more stable housing for individuals who are in precarious situations?
En ce qui concerne l'acquisition d'espaces pour favoriser la distanciation entre les gens, mettre les gens en quarantaine et fournir des services de santé, combien de lieux votre organisme a-t-il contribué à acquérir pendant la pandémie de COVID afin d'offrir des logements stables aux gens se trouvant en situation précaire?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:36
We've taken a bit of a different approach, not through acquisition but through head-leasing and negotiating with a hotel operator. We have a couple of other permanent supportive housing projects in play. We're still hoping to secure capital through the CMHC grant.
We've taken the approach that we really want to have both a short game and a long game in terms of immediate crisis response, but we want to make the best long-term investments for our community. We did look at a lot of things initially. We were concerned about really tying up money that needed to be thought through better.
Nous avons adopté une approche légèrement différente. Plutôt que de procéder à des acquisitions, nous avons négocié la location de chambres avec un hôtelier. D'autres projets permanents de soutien au logement sont aussi en cours. Nous espérons encore obtenir du financement grâce à la subvention de la SCHL.
Selon l'approche que nous avons adoptée, nous voulons vraiment avoir des plans à court et à long terme dans le cadre de la réaction immédiate à la crise, mais nous souhaitons effectuer les meilleurs investissements possible à long terme pour notre communauté. Nous avons envisagé une multitude de solutions initialement, mais nous craignions réellement d'engager des fonds qui nécessiteraient une réflexion plus approfondie.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
I have one last quick question. In terms of the CERB or basic income delivered by the federal government, and in terms of housing supports for individuals, do the supports work better when the assets are owned? That would drive down the cost of delivering those programs. Would you recommend that we support the acquisition of sites as we build out supportive housing networks across the country to deal with both COVID and homelessness going forward?
J'ai une dernière brève question. En ce qui concerne la Prestation canadienne d'urgence ou le revenu de base fourni par le gouvernement fédéral, ainsi que le soutien au logement offert aux gens, ces formes d'aide fonctionnent-elles mieux quand on est propriétaire des lieux? Cela pourrait contribuer à réduire les coûts de prestation de ces programmes. Nous recommanderiez-vous d'appuyer l'acquisition d'habitations alors que nous élargissons le réseau de logements avec service de soutien à l'échelle du pays afin de lutter à la fois contre la COVID et l'itinérance dans avenir?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:37
Absolutely. We really do need longer-term planning when it comes to our assets and to homes and housing. We are building housing for people, not just temporary transitional spaces. It ensures that we can plan ahead. That's achieved through acquisition, certainly thoughtfully; when when we work in communities, that is what we aim to do. That long-term commitment is pretty critical to being able to ensure long-term success.
Absolument. Nous devons réellement planifier à plus long terme quand il est question des locaux et du logement. Nous construisons des logements pour les gens plutôt que de leur offrir des espaces temporaires. Cela nous permet de planifier pour l'avenir. À cette fin, nous procédons à des acquisitions, qui sont certainement soigneusement réfléchies. C'est ce que nous cherchons à faire quand nous travaillons dans les communautés. Cet engagement à long terme est essentiel pour pouvoir assurer la réussite à long terme.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
To be clear here, basic income works, but it works better when there's affordable housing attached to it. In other words, if there's a system to tie it to, then basic income goes further, works harder and provides more support for people.
Pour que tout soit clair ici, le revenu de base fonctionne, mais il est plus efficace quand il vient avec un logement abordable. Autrement dit, s'il s'inscrit dans un régime d'intervention, le revenu de base va plus loin, est plus efficace et aide davantage les gens.
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:38
It would be what we look to in terms of turning the lights on and in terms of capital and operating capital. Then we can bring supports to the individuals as they need in order to ensure they have the greatest opportunity for success.
C'est ainsi que nous voudrions que les choses fonctionnent sur les plans de l'intervention, du capital et des fonds d'exploitation. Nous pourrons ensuite offrir aux gens l'aide dont ils ont besoin pour optimiser leurs chances de réussite.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 15:38
Thank you.
Ms. Chabot, you have the floor for six minutes.
Je vous remercie.
Madame Chabot, vous avez la parole pour six minutes.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
Welcome to the witnesses. I am pleased that we were able to meet again so quickly.
My first question is for Ms. McGee.
Thank you for your testimony. You talked about the issues of homelessness and social housing. You have this particular organization in Alberta, but I think these are important concerns in every province. They were important before the pandemic, but they have become even more pressing during the pandemic. Earlier, you said that you are a leader.
If I understood correctly, you said that community organizations sometimes see confusion between levels of government. You believe that we should let organizations govern because they are able to better understand the needs of the community. As we have seen, ecosystems in every province have a role to play in meeting the demand when it comes to both homelessness and social housing.
Don't you think that agencies and provinces should be allowed to lead and that the federal government should support them with funding?
Merci, monsieur le président.
Je salue les témoins. Je suis heureuse que nous ayons pu nous revoir à court terme.
Ma première question s'adresse à Mme McGee.
Je vous remercie de votre témoignage. Vous avez évoqué les enjeux liés à l'itinérance et au logement social. Vous avez cet organisme particulier en Alberta, mais je crois que ce sont des préoccupations importantes dans chacune des provinces. Elles étaient importantes avant la pandémie, mais, pendant celle-ci, elles sont devenues encore plus criantes. Vous avez dit tout à l'heure être chef de file.
Si j'ai bien compris, vous avez dit que, pour les organismes communautaires, il y avait parfois de la confusion entre les paliers de gouvernement. Vous croyez qu'il faut laisser les organismes gouverner parce qu'ils sont en mesure de mieux comprendre les besoins du milieu. Comme nous avons pu le constater, il y a dans chacune des provinces des écosystèmes dont le rôle est de répondre à la demande, tant en matière d'itinérance que de logement social.
Ne croyez-vous pas qu'on devrait laisser les organismes et les provinces être les maîtres d'œuvre et que le fédéral devrait les soutenir au moyen de financement?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:40
I think when we talk about organizations, there are certainly different types of organizations that fulfill different roles in both responding to a crisis and maintaining a focus on long-term solutions. While both are needed, if they're not coordinated, we just continue to do what we've always done, and it is a very expensive response in the long run.
Certainly our role in working with the 25 agencies that we contract with is to really strengthen and reinforce what they are focused on and what their capacity is and to rely on it heavily. However, no one social delivery organization, be it a shelter or a drop-in or another, will necessarily have the alignment to really focus on longer-term community successes. There are organizations that focus on that, such as Homeward Trust and other entities across Canada. Really, it's about looking at and acknowledging that we do have a system that responds to and either helps people or, in a worst-case scenario, actually contributes to their experience of homelessness if it's not delivered really effectively and impactfully. When we talk about those organizations, that is very much what we do.
In terms of prioritizing, we apply a lot of rigour around ensuring that we are having the greatest impact for our resources, and we do that as part of the added value locally. I think the other thing I would note is that for Homeward Trust and the multiple streams of funding that we administer, we try to alleviate administrative pressure on agencies, and we are able to utilize money from different streams in a really intentional way.
Je pense que lorsqu'il est question des organisations, il en existe certainement divers genres qui assument des rôles différents, qu'il s'agisse de réagir à une crise ou de maintenir le cap sur des solutions à long terme. Même si ces deux genres d'organisations sont nécessaires, s'ils ne sont pas coordonnés, nous continuons tout bonnement à faire comme nous l'avons toujours fait, ce qui rend la réaction très coûteuse à long terme.
Lorsque nous travaillons avec les 25 organismes avec lesquels nous avons conclu un contrat, notre rôle consiste certainement à renforcer réellement leurs efforts et leur capacité pour s'y appuyer fortement. Cependant, aucun organisme d'intervention sociale, qu'il s'agisse d'un refuge ou d'un centre d'accueil, ne possédera nécessairement l'alignement pour vraiment se concentrer sur la réussite à long terme au sein de la communauté. Certaines organisations, comme Homeward Trust et d'autres entités canadiennes, mettent l'accent sur cet objectif. Ce qu'il faut vraiment, c'est examiner la situation et admettre que nous avons un système qui aide les gens ou qui, dans le pire des cas, contribue à leur itinérance s'il n'est pas mis en oeuvre efficacement de manière à avoir un effet. Quand nous parlons des organisations, c'est pas mal ce que nous faisons.
Pour ce qui est des priorités, nous faisons preuve de beaucoup de rigueur afin de nous assurer que nos ressources ont le plus d'effet possible, et ce, en partie grâce à l'ajout de valeur à l'échelle locale. Sachez en outre que dans le cas de Homeward Trust et des multiples mécanismes de financement que nous gérons, nous tentons d'atténuer la pression administrative qui pèse sur les organismes, et nous pouvons employer l'argent venant des divers mécanismes de financement d'une manière vraiment intentionnelle.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
Thank you for your answer.
That said, often, thanks to the coordination efforts in the provinces, each of the communities is able to see what the best means and solutions are, depending on the ecosystem. Sometimes, attempts are made to impose uniform policies across the country, but that may not be the solution. I understand your answer and I respect it.
Let me ask you a second question, which is simple. In the event of a second wave of the pandemic, given what we have been through, what would your apprehensions be? What would have to be done?
Je vous remercie de votre réponse.
Cela dit, souvent, grâce à la coordination qui se fait dans les provinces, chacun des milieux est en mesure de voir quels sont les meilleurs moyens et les meilleures solutions, selon l'écosystème. Parfois, on tente d'imposer des politiques uniformes partout au pays, mais ce n'est peut-être pas la solution. Je comprends votre réponse et je la respecte.
Je vais vous poser une deuxième question, qui est simple. Dans l'éventualité d'une deuxième vague de la pandémie, considérant ce que nous avons vécu, quelles seraient vos appréhensions? Que faudrait-il faire?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:43
In Edmonton, we simply do not have the square footage to allow for and support a response with the appropriate distancing, should any of our shelters have to close in response to a pandemic. So there is definitely a priority, real-time focus on space, and we need to be able to mobilize resources very quickly. The ability to continue to do that relies on continuing to support a coordinated approach, but the ability to do that as we did in the first few weeks has shifted. My concern is that our thinking has regressed a bit towards our less confident approach to solving problems.
À Edmonton, nous ne disposons tout simplement pas de la superficie pour réagir et offrir de l'aide tout en maintenant la distanciation adéquate si un de nos refuges devait fermer en raison d'une pandémie. Il faut donc certainement accorder la priorité en temps réel à l'espace, et nous devons pouvoir mobiliser nos ressources très rapidement. Pour pouvoir continuer de le faire, il faut continuer de soutenir une approche coordonnée, mais notre capacité de le faire comme nous l'avons fait les premières semaines a changé. Je crains donc que nous en soyons revenus quelque peu à notre approche moins confiante sur le plan de la résolution de problèmes.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
Thank you.
Mr. Taylor, you talked a lot about mortgages. One of your recommendations is to extend the deferral period for mortgage payments by at least six months. Could you tell me how you came up with your assessment of the required period? Do you know how many Canadians have asked for this deferral?
Furthermore, are you not concerned that, when interest rates are very low, household debt is high? Actually, household mortgages can account for as much as three-quarters of a household's debt.
How can your proposal be reconciled with the fact that 8.6 million unemployed men and women in Quebec have asked for emergency assistance? Don't you see a danger there?
Merci.
Monsieur Taylor, vous avez beaucoup parlé des hypothèques. Vous recommandez notamment de prolonger d'au moins six mois la période de report des paiements hypothécaires. J'aimerais savoir sur quoi vous vous êtes fondé pour évaluer la période qui serait nécessaire. Savez-vous combien de Canadiens ont demandé ce report?
Par ailleurs, n'êtes-vous pas inquiet du fait que, lorsque les taux d'intérêt sont très bas, le taux d'endettement des ménages est élevé? En fait, les hypothèques de ces derniers peuvent représenter les trois quarts de leur endettement.
Comment peut-on concilier votre proposition et le fait que, au Québec, 8,6 millions de chômeurs et chômeuses ont demandé de l'aide d'urgence? N'y a-t-il pas là un danger?
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 15:45
Give a short answer, please, if you can. We're out of time.
Répondez brièvement si vous le pouvez, je vous prie. Le temps est écoulé.
Paul Taylor
View Paul Taylor Profile
Paul Taylor
2020-08-17 15:45
Thank you for the question. I apologize for answering in English, but my French is very bad.
We decided that an additional six months' extension on the mortgage deferrals was required because the people who we think are most significantly impacted by the COVID-19 shutdown are the folks working in travel, tourism and hospitality-related industries. Some are anticipating that it's going to be at least 12 months from last April before the airline industry, for example, really gets anywhere close to previous volumes. The folks involved in those industries are not generally in low-paying professions; they will be in very secure roles once those activities return.
As we said, we really do expect there to be an extension of credit to only the folks we anticipate will actually have a good opportunity to be able to begin to repay those loans once they return to work. In March when the announcement that deferrals were available was made, you will probably all recall that there were record-breaking numbers of phone calls to banks and lenders as people tried to avail themselves of those deferrals. Just because of the sheer volume of requests, the deferrals were given to effectively everybody. There wasn't an awful lot of means testing, and so there were an awful lot of people in those programs who probably didn't actually need them from a cash-flow perspective, which is why, encouragingly, we're now seeing a number of people sort of step out voluntarily to make those payments again. We do think there are some sectors of industry that likely will continue to need that support beyond September and October.
Merci pour la question. Je m'excuse de répondre en anglais, mais mon français est très mauvais.
Nous avons décidé qu'il fallait prolonger de six mois les reports de paiements hypothécaires parce que les gens qui, selon nous, sont les plus touchés par le confinement attribuable à la COVID-19 sont ceux qui travaillent dans les industries du voyage, du tourisme et de l'accueil. Certains prévoient qu'il faudra au moins 12 mois à partir d'avril dernier pour que l'industrie aérienne, par exemple, se rapproche un tant soit peu des volumes d'antan. De façon générale, les employés de ces industries sont bien rémunérés; ils se retrouveront donc dans des situations très solides quand les activités reprendront.
Comme nous l'avons indiqué, nous nous attendons vraiment à ce que seuls ceux qui devraient avoir une bonne chance de pouvoir commencer à rembourser leur prêt une fois de retour au travail pourront se prévaloir de la prolongation. Vous vous souviendrez tous qu'en mars, quand le report des paiements a été annoncé, les banques et les prêteurs ont reçu des nombres records d'appels téléphoniques de gens souhaitant se prévoir de cette mesure. En raison du volume même de demandes, des reports ont été accordés à pratiquement tout le monde. Très peu d'évaluations des moyens ont été réalisées; ainsi, un grand nombre de personnes qui ont participé à ces programmes n'en avaient probablement pas vraiment besoin du point de vue du flux de trésorerie. Voilà pourquoi nous sommes encouragés par le fait que bien des gens reprennent volontairement leurs paiements. Nous considérons toutefois que certains secteurs de l'industrie continueront d'avoir besoin de ce soutien après septembre et octobre.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 15:47
Thank you.
Ms. Gazan, go ahead, please, for six minutes.
Merci.
Madame Gazan, vous avez six minutes.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
Thank you, Mr. Chair.
It's really nice to see all of my colleagues on the HUMA committee. My first questions are for Ms. McGee.
During this unprecedented time in history, as we've seen in other unprecedented times in history, critical social programs that have been created have collectively benefited all Canadians. There was, for example, employment insurance. I believe that now is a time in history when we have a chance to restructure our economy in a way that is more just and equitable for all. I recently introduced motion 46 in support of a guaranteed livable basic income that would be in addition to all current and future government and social programs, including accessible affordable social housing. How do you think a guaranteed annual livable income in Canada could help realize our international legal obligations to ensure the human right to housing?
Merci, monsieur le président.
Je suis vraiment ravie de revoir tous mes collègues du Comité. Mes premières questions s'adressent à Mme McGee.
Comme ce fut le cas pour d'autres périodes sans précédent de notre histoire, celle que nous vivons actuellement pourrait nous fournir l'occasion de mettre en place des programmes sociaux essentiels au bénéfice de tous les Canadiens. C'est ce qui est arrivé par exemple avec l'assurance-emploi. J'estime que le moment se prête bien à une restructuration de notre économie de manière à la rendre plus juste et plus équitable pour tous. Je viens tout juste de présenter la motion 46 qui propose l'instauration d'un revenu minimum garanti qui s'ajouterait à tous les programmes gouvernementaux et sociaux actuels et à venir, y compris l'accès à des logements sociaux à coût abordable. À votre avis, en quoi la mise en oeuvre d'un revenu minimum garanti au Canada pourrait-elle nous aider à nous acquitter de nos obligations internationales quant au respect du droit au logement pour tous?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:48
We have supported, certainly within the Canadian Alliance strategy, the value of a livable income. I know there's a lot of analysis and there are more discussions to be had about that. The pandemic really is a convergence of different groups and different levels of need. As much as most individuals we support who are currently living rough are a day-to-day emergency concern, we look at the horizon of the next few months and we know that many more people will come into and experience homelessness perhaps for the first time. They will come into a system that right now is quite eroded in its ability to respond through front-line social agencies, the civil society if you will, but also through government programs because individuals have really tenuous housing circumstances and what the next few months will bring is very difficult to predict and we're kind of guessing. What we do know, however, is that we're not ready for it.
Nous n'avons pas manqué de vanter les mérites d'un revenu minimum garanti dans le cadre de la stratégie de l'Alliance canadienne pour mettre fin à l'itinérance. Je sais que de nombreuses analyses sont menées à ce sujet et que nous devrons en débattre de façon plus approfondie. En fait, la pandémie a fait converger les besoins de différents groupes plus ou moins vulnérables. Bien que nous devions nous occuper de toute urgence au quotidien de la plupart des personnes auxquelles nous venons en aide parce qu'elles vivent des moments particulièrement difficiles, nous gardons un oeil sur l'évolution de la situation au cours des prochains mois en sachant fort bien que beaucoup d'autres de nos concitoyens risquent de se retrouver dans la rue pour peut-être vivre une première expérience d'itinérance. Tous ces gens en viendront à dépendre d'un système qui arrive de plus en plus difficilement à faire le nécessaire par l'entremise de ses organismes sociaux de première ligne, à l'intérieur de ce que l'on pourrait appeler la société civile, mais également au moyen des programmes gouvernementaux. Ces Canadiens se retrouvent en effet dans des situations de logement vraiment précaires et il est très difficile de prévoir ce que les prochains mois nous réservent. Nous devons donc en quelque sorte nous fonder sur des hypothèses, mais il y a toutefois une chose qui est certaine et c'est le fait que nous ne sommes pas prêts à affronter une telle crise.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
Thank you very much. I completely agree with you and I think, knowing that we could be in this for two or three more years, we need an urgent response to ensure that we can keep people out of poverty. That being said, can you speak about the critical importance of ending homelessness and ensuring adequate housing for all within the government's COVID-19 response strategy? I know that in my riding of Winnipeg Centre, which is the third-poorest in the country, we now have families going into shelters because we just don't have enough houses even for families, and that means kids becoming homeless and living on the street. That's another reason to speak to the importance of guaranteed livable basic income. How, going forward, is this going to be critical in the emergency response to COVID-19?
Merci beaucoup. Je suis tout à fait d'accord avec vous et j'estime, étant donné que la crise pourrait durer de deux à trois ans, qu'il nous faut agir sans tarder pour mettre les gens à l'abri de la pauvreté. Par ailleurs, pourriez-vous nous expliquer à quel point il est essentiel de mettre fin à l'itinérance et d'assurer à tous un logement adéquat dans le contexte de la stratégie du gouvernement en réponse à la COVID-19? Je sais que dans ma circonscription de Winnipeg-Centre, la troisième plus pauvre au pays, il y a maintenant des familles qui doivent s'en remettre à des refuges parce qu'il n'y a tout simplement pas assez de logements, même pour elles, ce qui fait que leurs enfants se retrouvent en situation d'itinérance. C'est un autre résultat qui plaide en faveur de l'instauration d'un revenu minimum garanti. En quoi ces interventions vont-elles devenir absolument cruciales dans le cadre des mesures d'urgence prises en réponse à la COVID-19?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:50
In terms of the individuals we are currently seeing, such as the increased number of people living rough, they are many of our most vulnerable individuals. They have often complex needs. They are requiring a high level of support. As our most vulnerable community members, they have very few options. It's very critical right now. I mean, the reason we get out of bed every morning in our organization is to end homelessness. I would say that one of the things that really keep us motivated is the fact that we know we can. One person at a time, we have provided housing solutions, and it has reduced costs in other systems.
When we are faced with such a huge human cost and we know we can do something about it, and when in the context of a pandemic we've been working really hard collectively in a different way and in a better way, I think it's incumbent on us to really take the moment and continue to do that work. It certainly is a situation where it is the most vulnerable and it's a convergence of people with different pressures. Right now we're seeing more and more people really succumb to significant pressures on their mental health and their ability to just maintain themselves.
Vu le nombre accru de gens vivant des moments difficiles, les personnes que nous voyons actuellement ont souvent des besoins complexes. Il leur faut beaucoup de soutien. Comme ces gens-là figurent parmi les plus vulnérables de notre communauté, très peu d'options s'offrent à eux. Leur situation actuelle est vraiment critique. Si nous nous rendons travailler chaque matin au sein d'une organisation comme la nôtre, c'est dans le but de mettre fin à l'itinérance. Si nous parvenons à garder la motivation, c'est notamment parce que nous croyons pouvoir y arriver. En aidant une personne à la fois, nous trouvons des solutions de logement, ce qui réduit d'autant les coûts pour les autres systèmes.
Compte tenu de l'ampleur des coûts humains qui sont en cause et de notre conviction qu'il est possible d'améliorer les choses, je pense qu'il nous incombe de vraiment profiter de l'occasion pour poursuivre l'excellent travail que nous avons accompli collectivement dans le contexte de cette pandémie. Il va de soi qu'il nous faut cibler les plus vulnérables dans une conjoncture où il y a convergence des différents besoins. Nous voyons en effet de plus en plus de gens céder sous les pressions importantes qui mettent en péril leur santé mentale et leur capacité de simplement s'occuper d'eux-mêmes.
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
Yes. I totally agree.
I have one last question for you. Do you believe the national housing strategy should be revised or revisited to consider the increased vulnerability and housing insecurity facing Canadians as a result of COVID-19? I think you've spoken to a lot of that. My concern is that we have a homeless crisis, certainly in Winnipeg Centre, that I believe will grow rapidly. How should the response change as the situation rapidly changes?
Oui. Je suis tout à fait d'accord.
J'ai une dernière question pour vous. Croyez-vous que la Stratégie nationale sur le logement devrait être révisée ou revue pour tenir compte du fait que certains Canadiens peuvent être plus vulnérables et vivre davantage l'insécurité en matière de logement en raison de la pandémie? Je crois que vous avez beaucoup parlé de cet aspect. Je crains de voir le problème d'itinérance que nous connaissons actuellement, en tout cas assurément dans Winnipeg-Centre, prendre rapidement de l'ampleur. Comment faire en sorte que les mesures prises puissent suivre l'évolution rapide de la situation?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:52
You know, the national housing strategy has some really important moves forward. It was a significant step forward for our country to have such a coordinated strategy that was absent for so long. I would really underscore that we need to do things faster, providing housing in a well-thought-out business model, which is the way the program was designed, and prioritizing vulnerable people, which it does. It still relies, however, on a level of risk mitigation where, at the end of the day, we're just downloading on people. They will remain in the situation they're in for far longer if we don't expedite the program and the delivery of the decisions that have already been made.
La Stratégie nationale sur le logement a été bénéfique à bien des égards. C'est un important pas en avant pour notre pays qui peut désormais compter sur l'approche coordonnée qui lui a manqué pendant si longtemps. Je veux souligner que nous devons agir plus rapidement pour offrir du logement dans le cadre d'un modèle d'affaires mûrement réfléchi, ce qui correspond exactement aux objectifs du programme, en accordant la priorité aux plus vulnérables, ce que nous faisons d'ailleurs. On continue cependant à miser dans une certaine mesure sur l'atténuation des risques, ce qui nous amène en fin de compte à laisser simplement les gens se débrouiller. Ils vont demeurer beaucoup plus longtemps dans cette situation si nous n'accélérons pas la mise en oeuvre du programme et la concrétisation des décisions qui ont déjà été prises.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 15:53
Thank you.
Mr. Vis, you have the floor for five minutes, sir.
Merci.
Monsieur Vis, vous avez cinq minutes.
View Brad Vis Profile
CPC (BC)
Thank you, Chair. I will be sharing some of my time with MP Vecchio.
I have just a quick comment regarding Mission, British Columbia, the community I'm in right now. The number of homeless has tripled from about 63 in 2017 to 178 in 2020, which is more than any other municipality in the Fraser Valley regional district. As a community, though, we are too small to qualify as an urban centre and too big under the rural stream for Reaching Home. In essence, we are the missing middle.
I just want to share with committee members that right behind me is actually the shelter where homeless people live. We don't qualify for that funding. I was pleased that Abbotsford got some. Mission really needs support too, but we don't get it.
I'll switch now to the mortgage brokers. I've heard directly from mortgage brokers regarding the Canada emergency business account. They have shared that the CEBA is being pegged against their mortgage debt when applying for a mortgage. In some cases it's impacting their ability to purchase a home.
Has your organization heard anything about this taking place?
Merci, monsieur le président. Je vais partager mon temps avec Mme Vecchio.
J'ai seulement un bref commentaire concernant la situation à Mission, la localité de la Colombie-Britannique où je me trouve actuellement. Le nombre de sans-abri a triplé entre 2017 et 2020, passant de 63 à 178. C'est plus que dans toutes les autres municipalités du District régional de la vallée du Fraser. Notre localité n'est pas assez grande pour être considérée comme un centre urbain, mais elle l'est trop pour être admissible au volet rural du programme Vers un chez-soi. Nous passons en quelque sorte entre les mailles du filet.
Je veux indiquer à mes collègues du Comité que le refuge hébergeant les sans-abri se trouve en fait juste derrière moi. Nous ne sommes pas admissibles à ce financement. Je me suis réjoui de voir Abbottsford obtenir un certain soutien. Mission en aurait besoin également, mais nous en sommes privés.
Je me tourne maintenant vers les représentants des professionnels hypothécaires. Il y a des courtiers hypothécaires qui m'ont parlé du Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC). Ils m'ont indiqué que le CUEC est pris en compte dans l'endettement lorsqu'ils font une demande d'hypothèque. Dans certains cas, cela peut rendre l'achat d'une maison plus difficile.
Est-ce que votre organisation a eu vent d'une telle pratique?
Paul Taylor
View Paul Taylor Profile
Paul Taylor
2020-08-17 15:54
I have not, actually, until this moment.
Elaine, is there anything from your side?
Je n'en n'avais pas entendu parler avant.
Elaine, est-ce la même chose de votre côté?
Elaine Taylor
View Elaine Taylor Profile
Elaine Taylor
2020-08-17 15:54
No. I have not heard that either.
That is new news, if in fact that is happening.
Je n'ai rien entendu de tel, moi non plus.
Si tel est effectivement le cas, c'est tout nouveau pour moi.
View Brad Vis Profile
CPC (BC)
As I understand it, the CEBA is not meant to count against someone's overall debt when applying for a home. Maybe we need to have a conversation with some of those local banks or credit unions.
That was really my only big question. I will turn it over to MP Vecchio unless you have another quick comment, Mr. Taylor.
À mon sens, le CUEC ne devrait pas être pris en compte dans la dette totale d'une personne qui demande un prêt hypothécaire pour l'achat d'une résidence. Il faudrait peut-être que nous en discutions avec certaines de ces banques et coopératives de crédit à l'échelon local.
C'était ma seule véritable question. Je vais maintenant céder la parole à Mme Vecchio, à moins que vous n'ayez un bref commentaire, monsieur Taylor.
Paul Taylor
View Paul Taylor Profile
Paul Taylor
2020-08-17 15:55
I do, only to say please get in touch with my office directly if you actually have those scenarios with constituents in your riding. We will certainly do our best to assist anybody with whatever expert knowledge is needed. We have members throughout the continuum, so we'll certainly do our best to help.
Je voulais seulement vous demander de communiquer directement avec mon bureau si vous êtes mis au fait d'un cas semblable touchant un résidant de votre circonscription. Il est bien certain que nous allons mettre notre expertise à la disposition de quiconque pourrait avoir besoin d'aide dans une telle situation. Nous avons toutes sortes de spécialistes parmi nos membres, et nous allons certes apporter notre soutien au meilleur de nos capacités.
View Brad Vis Profile
CPC (BC)
That's very helpful. Thank you.
Merci pour cette offre très généreuse.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
I'm going to move over to Ms. McGee.
Ms. McGee, we know that in 2016 and 2018, point-in-time counts were done, and looking at those gives us an idea of what homelessness looks like. In 2020, of course, it's been postponed.
What kind of impact will that have on data collection, and what will we be able to do so that we have that coordinated response that you speak of?
Je vais m'adresser pour ma part à Mme McGee.
Nous savons que des dénombrements ponctuels effectués en 2016 et 2018 nous permettent de nous faire une meilleure idée du problème de l'itinérance. En 2020, ce dénombrement a bien sûr été reporté.
Quelles seront les répercussions sur la cueillette de données et sur notre capacité à mettre en œuvre cette approche coordonnée dont vous parlez?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:56
That's an interesting question, because I have worked closely with the department on that through the data committee that we participate in.
There will be a data gap, but we also have communities that have been working and implementing their outreach through a registry and a by-name list. I've suggested that we have a parallel approach, so that in the absence of data, we curate what communities do have. Most importantly, as is always the case, counts are not absolute, but they're trends, and we have really good trending information. Unfortunately, it's not a good picture.
C'est une question intéressante, car j'ai travaillé en étroite collaboration avec le ministère à ce sujet dans le cadre du comité sur les données dont nous faisons partie.
Il y a effectivement des données qui vont nous manquer, mais nous avons par ailleurs collaboré avec différentes collectivités qui utilisent un registre avec une liste nominative pour le déploiement de leurs services. J'ai donc proposé une approche parallèle consistant à tabler sur les données des collectivités en l'absence d'un dénombrement à proprement parler. Il faut surtout savoir que les dénombrements ne procurent presque jamais les chiffres véritables, mais permettent simplement de dégager des tendances. Nous avons ainsi une excellente idée des tendances qui se dessinent. Ce n'est toutefois malheureusement pas très encourageant.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Okay. That's great to know.
When you're looking at first-time homelessness, I know that for many people who are unfortunately finding themselves without a home, it is for the first time and it is due to the pandemic. What does that look like, and are there any factors we should be looking at? Are there financial needs because of the pandemic, or is it something to do with a variety of addictions and other things that are occurring? What would you say is one of the biggest causes during this pandemic for increased first-time homelessness for people?
D'accord. C'est bon à savoir.
Je sais que bien des gens qui se retrouvent malheureusement sans logis vivent cette situation pour la première fois et c'est la pandémie qui en est responsable. Quelle forme prend ce phénomène et y a-t-il des facteurs en particulier que nous devrions considérer? Est-ce le fait dans certains cas de difficultés financières découlant de la pandémie, ou est-ce attribuable à différents autres problèmes comme ceux liés à la toxicomanie? D'après vous, quelle serait, dans le contexte de la pandémie actuelle, l'une des principales causes à l'origine de cette première expérience d'itinérance pour plusieurs?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:57
Certainly I think we need a serious look at an emergency response fund that some provinces have had, as well as an expansion of accessibility to what exists now. Sometimes the thresholds for accessing emergency dollars are very high. We actually spend a lot of time, money and resources just maintaining a barrier against individuals who are trying to access supports that can transition them out of homelessness very quickly, so I think we need a deeper dive into that. For some, that it is a very light touch and can happen quickly, and for others there doesn't need to be a commitment for ongoing support so that they're not cycling back into what was the wrong housing situation in the first place.
Je crois certes qu'il faut envisager sérieusement l'option d'un fonds pour les interventions d'urgence comme celui mis en place par certaines provinces, de même qu'une plus grande accessibilité aux mesures déjà existantes. Il arrive que les seuils d'admissibilité à l'aide financière d'urgence soient très élevés. En fait, nous consacrons une grande quantité de temps, d'argent et de ressources simplement au maintien en place d'une barrière bloquant l'accès à des mesures de soutien qui pourraient permettre à des gens de s'affranchir très rapidement d'une situation d'itinérance. Je pense donc qu'un examen plus approfondi s'impose. Il faut aussi reconnaître que cela peut se faire très rapidement et avec un minimum de soutien dans certains cas, alors que d'autres peuvent exiger un engagement à plus long terme pour ne pas se retrouver sans cesse dans la même situation problématique en matière de logement.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Okay. I'm going to switch over very quickly to Paul Taylor.
Right now, what are you seeing on the trends when it comes to the first-time homebuyers getting into the market during this pandemic?
D'accord. Je vais passer rapidement à M. Taylor.
Quelles tendances pouvez-vous observer dans le contexte de la pandémie pour les acheteurs d'une première maison arrivant sur le marché?
Paul Taylor
View Paul Taylor Profile
Paul Taylor
2020-08-17 15:58
There is an awful lot of transaction activity across the country, I think. We are running a series of consumer surveys. The first of those reports was released just last week. Every six weeks between now and the end of the year we'll be going back out to consumers to get their sense.
We are concerned about that September-October deferral cliff. We think it may well impact people's sentiment about what they're doing with housing, but that's no surprise. The lockdown has made an awful lot of people a whole lot more critical about their current living environment and whether where they're living is actually suitable for their situation. Across the last couple of months, there has been a lot of pent-up demand that is not necessarily economic but is based more on lifestyle, it would seem.
As our chief economist reminds me all the time, we have been surprised by numbers every single month. We would be foolish not to expect be surprised for the next three months, frankly.
Le marché des transactions nous apparaît très actif partout au pays. Nous avons mené une série de sondages auprès des consommateurs. Les premiers résultats ont été rendus publics la semaine dernière. Nous allons ainsi tâter le pouls des consommateurs toutes les six semaines d'ici la fin de l'année.
Nous avons des inquiétudes quant à l'échéance de septembre et octobre pour le report des paiements hypothécaires. Nous croyons qu'il pourrait y avoir des répercussions sur les impressions des gens quant à leur situation de logement, mais cela n'a rien de surprenant. En raison du confinement, bien des gens sont devenus beaucoup plus critiques quant à leur environnement de vie actuel et quant à savoir si leur lieu de résidence leur convient vraiment. Au cours des derniers mois, on constate une forte demande insatisfaite, pas nécessairement pour des motifs économiques, mais plutôt liée au mode de vie, semblerait-il.
Comme notre économiste en chef me le rappelle sans cesse, il n'y a pas un seul mois où les chiffres ne nous surprennent pas. À vrai dire, nous serions donc stupides de ne pas nous attendre à être surpris au cours des trois prochains mois.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 15:59
Thank you.
Finally, we're going to go to Ms. Young.
You have five minutes, Ms. Young.
Merci.
C'est maintenant bel et bien au tour de Mme Young.
Vous avez cinq minutes.
View Kate Young Profile
Lib. (ON)
View Kate Young Profile
2020-08-17 15:59
Thank you very much, Chair, and I apologize for that. I actually lost connection for a good 10 minutes, so I apologize if I'm repeating anything that's already been asked.
Ms. McGee, you mentioned that you have established new partnerships because of COVID-19. You mentioned hotels, and here in London our city has been using a hotel. I wonder about the sustainability of that model. As you said, something is going to have to give. What will happen to those 600 people in Edmonton who are being housed in hotels right now?
Merci beaucoup, monsieur le président, et désolée pour le contretemps. J'ai perdu ma connexion pendant une bonne dizaine de minutes, et je vous prie donc de m'excuser si jamais je répète une question qui a déjà été posée.
Madame McGee, vous avez indiqué avoir établi de nouveaux partenariats en raison de la COVID-19. Vous avez parlé du recours à des hôtels, et c'est ce qu'a fait notre ville, ici à London. Je me demande dans quelle mesure ce modèle peut vraiment être viable. Comme vous l'avez indiqué, cela ne peut pas durer éternellement. Qu'adviendra-t-il de ces 600 personnes actuellement logées dans des hôtels à Edmonton?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:59
To clarify, the 600 I cited are actually housed in apartments and are being provided support. They're in self-contained units. Housing First relies largely on the market housing that's available, and working with landlords. They do pay rent, so they're under the RTA.
The Coliseum Inn, which we had leased, is providing for approximately 100 people at any given time. It's bridge housing, so it isn't housing, because it's very short term. It's helping us transition people who are living on the street, as opposed to in shelters. We have a very different growth in our encampment population and our living-rough population versus our shelter population, so it plays a different role.
On your question about sustainability and making short-term decisions that are, quite frankly, very expensive, when we look at per diem rates in a hotel response versus owning something that can be part of our social infrastructure in the long run, that's one of the reasons we haven't put short-term investments into things that will have greater risks in the long term. However, we do have a pipeline of properties that we would look at procuring and operating with a very good opportunity in terms of cost in order to have longer-term solutions immediately in our community.
I think communities that have gone that route are struggling with the costs of what to do now. That hasn't been our strategy, in the short term at least, but we certainly have a pipeline of properties that we would look at.
En fait, ces 600 personnes dont j'ai parlé vivent dans des appartements et bénéficient de services de soutien. Il s'agit de logements autonomes. L'approche Logement d'abord mise principalement sur l'offre de logement sur le marché en travaillant avec les propriétaires. Ces gens paient un loyer et sont donc sous le régime de la Loi sur la location à usage d'habitation.
Il y a toujours environ une centaine de personnes qui sont hébergées au Coliseum Inn que nous avons loué. On ne peut pas parler de logement, car il s'agit d'hébergement de transition à très court terme. Cela nous aide à faciliter la transition des gens qui vivaient dans la rue sans avoir à miser sur les refuges. C'est un rôle un peu différent, car notre population vivant dans des campements ou à la dure n'a pas connu une croissance semblable à celle qui fréquente nos refuges.
J'en viens à votre question quant à la viabilité et à la nécessité de prendre des décisions à court terme qui sont, il faut bien l'avouer, très coûteuses quand on considère les tarifs quotidiens d'un hôtel par rapport à l'acquisition d'actifs qui pourront s'intégrer à notre infrastructure sociale à long terme. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous n'avons pas investi à court terme dans des éléments présentant des risques plus élevés à long terme. Nous avons toutefois toute une série de propriétés dont nous pourrions envisager l'acquisition et l'exploitation à des coûts beaucoup plus intéressants afin d'offrir sans tarder des solutions à plus long terme dans notre communauté.
Je crois que les collectivités qui ont emprunté cette avenue se posent actuellement des questions au sujet des coûts à assumer. Ce n'est pas la stratégie que nous avons adoptée, à court terme tout au moins, mais il y a certes toutes ces propriétés dont nous pourrions considérer l'acquisition.
View Kate Young Profile
Lib. (ON)
View Kate Young Profile
2020-08-17 16:01
Thank you.
Indigenous homelessness has been an issue that we've grappled with in London, and I was pleased to support a motion by MP Gazan to actually study indigenous homelessness. It's been put on hold because of COVID, but of course the problem is that much worse. I just wonder if you could comment on how COVID has changed the dynamics, if at all, for indigenous homelessness.
Merci.
L'itinérance chez les Autochtones est certes un problème avec lequel nous devons composer à London, et c'est avec plaisir que j'ai appuyé une motion de Mme Gazan proposant une étude à ce sujet. Cette étude a été mise en veilleuse en raison de la pandémie, mais celle-ci ne fait qu'exacerber le problème. J'aimerais que vous puissiez nous dire dans quelle mesure, le cas échéant, la crise actuelle a modifié la dynamique de l'itinérance chez les Autochtones.
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 16:02
The homeless community in Edmonton certainly has a dramatic overrepresentation of indigenous members, but we have looked at the relationships with nations, to try to support those nations and support their members where possible. That's one of the strategies that the COVID-19 response with Reaching Home has allowed us to do, because it has created some flexibility so that we are able to work directly with nations.
Amongst the organizations that are indigenous, our community was not really previously involved in homelessness responses, but we've been growing our relationships to have more of a community response that touches on a wider range of services—focusing on prevention, providing kits for families and helping with food security—through a lot of different relationships to work more directly around those organizations and to build new relationships with them. Consistently about 65% of our community experiencing homelessness is indigenous, and within that community there's a lot of turnover between communities as well.
Il ne fait aucun doute que les Autochtones sont fortement surreprésentés au sein de la communauté des sans-abri à Edmonton. Nous avons voulu miser sur nos relations avec les Premières Nations pour essayer de les aider à apporter du soutien à leurs membres toutes les fois que cela était possible. C'est l'une des stratégies que les mesures prises en réponse à la COVID-19 nous ont permis de mettre en oeuvre avec l'approche Vers un chez-soi, car nous avons ainsi profité d'une certaine marge de manoeuvre nous permettant de travailler directement avec les Premières Nations.
Nous avons établi des liens plus étroits avec les organisations autochtones de notre communauté qui ne jouaient pas vraiment un rôle actif dans la lutte contre l'itinérance auparavant en vue de déployer une approche davantage communautaire s'articulant autour d'un large éventail de services — prévention, trousses pour les familles et mesures pour la sécurité alimentaire — en établissant toutes sortes de nouvelles formes de relations avec ces organisations. La proportion d'Autochtones parmi la population locale de sans-abri se maintient autour de 65 %, avec beaucoup de va-et-vient entre les différentes communautés.
View Kate Young Profile
Lib. (ON)
View Kate Young Profile
2020-08-17 16:03
I also want to pick up on something that MP Vaughan was talking about, which was money flowing from the province and maybe some of the concerns there. Certainly in some provinces, they're not getting the funds necessary within the right time frame.
Is building new housing the answer to this? Is that really the bottom line of what we need to do?
Je veux aussi revenir sur un point soulevé par M. Vaughan, soit que l'argent passe par les provinces et que ce pourrait être une source de préoccupation. En effet, dans certaines provinces, on ne fournit pas les fonds nécessaires dans les délais appropriés.
Est-ce que la construction de logements est ce qui s'impose? Est-ce vraiment ce que nous devons faire?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 16:03
We definitely need more product that is dedicated in perpetuity to the community, which is our social housing and community housing stock. We absolutely do. We also need processes to ensure that people access that and that they are prioritized. Honestly a fear that I think many have in the sector is that we build new housing, but then in the near term it isn't prioritized for the people it was built for.
Our system needs to ensure that this dedication of capital goes to the need it was intended to serve. The programs we work with right now try to message that consistently. We have “haves” and “have-nots”. We have have-nots amongst the haves and have-nots, and typically, the system will tend to start to house people who are less expensive to serve and who create less overhead. Our systems need to be designed so that we ensure that the significant capital and efforts that we put in go to the people who need them.
Nous devons vraiment fournir davantage de solutions pérennes à la communauté, soit des logements sociaux et un parc de logements communautaires. C'est essentiel. Il doit également y avoir des processus qui veillent à ce que les personnes qui en ont besoin y aient accès, et ce, en priorité. Sincèrement, je crois que nous sommes nombreux dans le secteur à craindre que, même si nous bâtissons des logements, à court terme, ce ne sera pas la clientèle ciblée qui y accédera en priorité.
Notre système doit veiller à ce que ces actifs servent leur vocation. Les programmes avec lesquels nous devons travailler actuellement tentent constamment de communiquer ce message. Il y a les biens nantis et les démunis. Et il y a des démunis dans les deux camps, ce qui fait que, habituellement, le système tend à d'abord loger les personnes qui lui coûtent le moins cher et qui entraînent le moins de frais fixes. Notre système doit être conçu de sorte que les actifs et les efforts importants investis dans ce secteur servent les personnes qui en ont besoin.
View Kate Young Profile
Lib. (ON)
View Kate Young Profile
2020-08-17 16:04
Thank you very much.
Merci beaucoup.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 16:04
Thank you, Ms. McGee.
Thank you, Ms. Young.
Colleagues, we are going to suspend while we welcome Ms. Corriveau. I would ask you all to stand by. I expect this will be a very brief suspension while we just do a sound check, and as mentioned before, the witnesses who are with us right now have agreed to stay on in case you have other questions once we hear from Ms. Corriveau. We stand suspended.
Merci, madame McGee.
Merci, madame Young.
Chers collègues, nous allons maintenant suspendre les travaux pour permettre à Mme Corriveau de se joindre à nous. Je vous prie donc d'attendre un instant. Cette pause devrait être très courte, soit le temps d'une vérification du son, et, comme je l'ai déjà mentionné, les témoins qui sont déjà avec nous ont accepté de poursuivre leur participation au cas où vous auriez d'autres questions pour eux après avoir entendu Mme Corriveau. La séance est suspendue.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 16:07
We are now back in session.
I would like to welcome Mrs. Marie-José Corriveau from the Front d'action populaire en réaménagement urbain.
Mrs. Corriveau, thank you for appearing for the second time.
You have the floor.
Reprenons.
J'aimerais accueillir Mme Marie-José Corriveau, du Front d'action populaire en réaménagement urbain.
Madame Corriveau, je vous remercie de comparaître pour la deuxième fois.
Vous avez la parole.
Marie-José Corriveau
View Marie-José Corriveau Profile
Marie-José Corriveau
2020-08-17 16:07
As mentioned, my name is Marie-José Corriveau. I represent the Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), a group that was created 41 years ago. It is made up of 140 organizations from across Quebec that are concerned about poverty alleviation and housing rights. FRAPRU primarily calls on higher governments in order to advance the right to housing and access to social housing.
In terms of the government response to the pandemic, FRAPRU is grateful to the federal government for quickly setting up the Canada Emergency Response Benefit (CERB), which has enabled households to meet their basic needs, such as food and housing. However, FRAPRU is disappointed, even shocked, by the disproportionate amount of money made available to the wealthiest versus to the poorest and most vulnerable households to get through the health crisis. In terms of housing, just like after the 2008 economic crisis, Canada decided to primarily help banks, insurance companies and property owners, leaving tenants to fend for themselves. We are coming out of these last few months with an increased sense of injustice.
Moreover, the CERB failed to prevent 3,000 Quebec households from having to resort to the Quebec program set up to help tenants unable to pay their rent after losing their jobs and suffering drastic cuts to their incomes. The next few months will be worrisome for many of them, as they will have to pay back loans without necessarily having found a job by that time.
However, one good thing about the pandemic is that it has reminded us of the close and incontrovertible connection between the right to housing and the right to health, and of the fact that housing is one of the main determinants of health. The lockdown measures imposed to minimize the risks of the spread of the coronavirus have not been experienced by everyone in the same way.
How can you be in lockdown when you just don't have housing? How can you stay locked down in a house that is too small, unhealthy or suffocating because of successive heat waves? How can you stay healthy when rent takes up an inordinate part of the family budget to the detriment of food, medication and other necessities, such as a mask or the Internet? How do you cope in times of lockdown when you depend on community resources for food, clothing and transportation on a daily basis, but those community resources have to cut back on their activities to comply with the rules of physical distancing?
For too many households, the pandemic is yet another crisis in a life fraught with peril. Already, as of the 2016 census, 1.7 million Canadian households were in core housing need—that is, living in housing that is substandard, too small or too expensive. The overwhelming majority of them are poor renters. In Quebec, the approximately 244,120 tenant households in core housing need had a median income of only $17,612 for all of 2015.
Since the last census, things have become worse. A housing shortage is spreading and taking root in Quebec's major cities, as in several other Canadian provinces. Here, the vacancy rate for rental housing is only 1.8%, and it is only 1.5% in the census metropolitan areas of Montreal and Gatineau. This represents half of the 3% threshold that is supposed to guarantee a balance between landlords and tenants. In Gatineau, the average market rent increased by 10% between 2018 and 2019, in a single year.
The impacts are devastating and will unfortunately last. Many tenants are under undue pressure to accept unjustified rent increases. On the ground, it has been observed that the rents charged for rental units this spring were well above the average current price. However, as the shortage seems to want to last, the concern is that this inflationary trend will continue. Among the hundreds of Quebec households who were unable to find new housing and who found themselves homeless last month, in July, many had been repossessed or “renovicted” because their landlords were trying to get rid of them, especially if they were long-term tenants and paying low rent.
Searching for housing in the midst of the pandemic is also problematic, if not impossible, for poor households that do not have access to the Internet because they do not have the equipment, because the system is too expensive or because the service is simply not available in their areas. Many, including families, racialized people and the poor, have also been discriminated against because of their condition, regardless of their credit or rent payment history, without any truly effective recourse to defend themselves. The shortage is literally pushing households to the brink of homelessness in the midst of a pandemic.
Finally, let's remember that, too often, to find new housing, the households thus displaced have had to leave their neighbourhood, their city, or even their region, thereby losing their family and community support network.
Under those circumstances, FRAPRU hoped that the federal government would not only quickly review the programs to help the poorly housed, but that it would also invest more in social housing as part of the national housing strategy. To date, it has done neither of those things.
Yet in 2017, when the national housing strategy was adopted, the government also identified households in core housing need. However, the resources announced to assist them came with serious gaps, making those measures ineffective. FRAPRU then identified and denounced those problems. If you wish, I can give you some examples.
Since the pandemic was declared, the unemployment rate has soared. Now, a second wave is looming, as well as a recession, or even an economic crisis. Governments are investing massively to support different parts of the economy. FRAPRU is asking them to relaunch a major social housing project and to adequately finance the refurbishment of all those units already built. So far, Ottawa's response has been extremely disappointing and detrimental to what is to come.
Beyond the health and economic crises, we believe that the government has a duty to protect the poorest and most poorly housed from the environmental crises that are now certain to follow. To do so, it must stop procrastinating and start investing again in social, non-profit and non-market housing. To fund the effort, the government has no shortage of resources. Here are a few examples. It can reduce its investments in fossil fuels. It can review its tax system, withdraw the tax benefits granted in recent decades to the wealthiest and restore a more progressive tax scale. It must also fight more seriously against tax evasion and tax avoidance. However, whatever avenues it chooses, it must better protect the most vulnerable, otherwise the political and economic damage will be disproportionate and the social fractures likely to be irreversible.
I hope I have stayed within the time limits.
Comme mentionné, je m'appelle Marie-José Corriveau. Je représente le Front d'action populaire en réaménagement urbain, le FRAPRU, un regroupement qui a été constitué il y a 41 ans. Il compte 140 organismes implantés sur tout le territoire québécois qui se préoccupent des enjeux de lutte contre la pauvreté et de droit au logement. Le FRAPRU intervient principalement auprès des gouvernements supérieurs afin de faire progresser le droit au logement et l'accès au logement social.
Pour ce qui est de la réaction gouvernementale à la pandémie, le FRAPRU est reconnaissant au fédéral d'avoir mis sur pied rapidement la Prestation canadienne d'urgence, la PCU, ce qui a permis aux ménages de répondre à leurs besoins de base, comme la nourriture et le logement. Le FRAPRU est cependant déçu, voire choqué, de la disproportion entre les sommes mises à la disposition des plus fortunés pour traverser la crise sanitaire et celles versées aux ménages les plus pauvres et les plus vulnérables. En matière de logement, comme après la crise économique de 2008, le Canada a décidé d'aider principalement les banques, les compagnies d'assurances et les propriétaires, abandonnant les locataires à leur sort. Nous sortons de ces derniers mois avec un sentiment d'injustice accru.
Par ailleurs, la PCU n'aura pas empêché quelque 3 000 ménages québécois de devoir recourir au programme mis sur pied par le Québec pour aider les locataires qui ne parviennent pas à payer leur loyer après avoir perdu leur emploi et avoir subi une réduction brutale de leurs revenus. Les prochains mois sont préoccupants pour nombre d'entre eux, car il s'agit de prêts qu'ils devront rembourser alors qu'ils n'auront pas nécessairement retrouvé d'emploi à cette échéance.
La pandémie aura toutefois eu l'avantage de nous rappeler le lien étroit et inaltérable qui existe entre le droit au logement et le droit à la santé, et de nous rappeler également que le logement est justement un des principaux déterminants de la santé. En effet, les mesures de confinement imposées pour minimiser les risques de propagation du coronavirus n'ont pas été vécues par toutes et tous de la même manière.
Comment se confiner quand on n'a tout simplement pas de logement? Comment rester confiné dans un logement trop petit, insalubre ou étouffant à cause de canicules successives? Comment rester en bonne santé quand le loyer accapare une part démesurée du budget familial au détriment de la nourriture, des médicaments et de tout autre produit de première nécessité, comme un masque ou Internet? Comment s'en sortir en période de confinement quand on dépend au quotidien de ressources communautaires pour se nourrir, se vêtir, se transporter, mais que ces ressources communautaires doivent réduire leurs activités pour respecter les règles de distanciation physique?
Pour de trop nombreux ménages, la pandémie est une crise de plus dans un parcours de vie parsemé de périls. Déjà, lors du recensement de 2016, 1,7 million de ménages canadiens avaient des besoins impérieux de logement, c'est-à-dire qu'ils habitaient dans un logement insalubre, trop petit ou trop cher. La très grande majorité d'entre eux sont des locataires pauvres. Au Québec, les quelque 244 120 ménages locataires ayant des besoins impérieux de logement ont eu un revenu médian de seulement 17 612 $ pour toute l'année 2015.
Depuis le dernier recensement, les choses se sont aggravées. Une pénurie de logements s'étend et s'enracine dans les grandes villes québécoises, comme dans plusieurs autres provinces canadiennes. Ici, le taux d'inoccupation des logements locatifs n'est que de 1,8 %, et il n'est que de 1,5 % dans les régions métropolitaines de recensement de Montréal et de Gatineau. Cela représente la moitié du seuil de 3 % censé garantir un rapport équilibré entre les propriétaires et les locataires. À Gatineau, le loyer moyen du marché a augmenté de 10 % entre 2018 et 2019, soit en une seule année.
Les impacts sont désastreux et vont malheureusement durer. Nombre de locataires subissent des pressions indues pour accepter des augmentations de loyer injustifiées. On a constaté sur le terrain que les loyers exigés pour les logements mis en location ce printemps dépassaient très largement le prix courant moyen. Or, comme la pénurie semble vouloir perdurer, on peut craindre que ce mouvement inflationniste persiste. Parmi les centaines de ménages québécois qui n'ont pas réussi à trouver un nouveau logement et qui se sont retrouvés sans logis le mois dernier, en juillet, plusieurs avaient subi une reprise de possession ou une « rénoviction », du fait que leur propriétaire cherchait à se débarrasser d'eux, surtout s'ils étaient locataires de longue date et qu'ils payaient un loyer peu élevé.
Chercher un logement en pleine pandémie s'avère également problématique, voire impossible, pour les ménages pauvres n'ayant pas accès à Internet parce qu'ils ne sont pas équipés, parce que le système est trop cher ou simplement parce que le service n'est pas disponible sur leur territoire. Plusieurs, notamment les familles, les personnes racisées et les pauvres, ont également été discriminés à cause de leur condition, sans égard à leur historique de crédit ou de paiement de loyer, sans aucun recours véritablement efficace pour se défendre. La pénurie pousse littéralement des ménages aux portes de l'itinérance, en pleine pandémie.
Enfin, rappelons-nous que, trop souvent, pour trouver un nouveau logement, les ménages ainsi délogés ont dû quitter leur quartier, leur ville, voire leur région, perdant du même coup leur réseau d'entraide familiale et communautaire.
Dans ce contexte, le FRAPRU espérait non seulement que le gouvernement fédéral réviserait rapidement les programmes d'aide aux mal-logés, mais qu'il accroîtrait aussi ses investissements dans le domaine du logement social prévus dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement. Or, il n'a rien fait de tout cela jusqu'à présent.
Pourtant, en 2017, lors de l'adoption de la Stratégie nationale sur le logement, le gouvernement a, lui aussi, fait état des ménages ayant des besoins impérieux en matière de logement. Cependant, les moyens annoncés pour leur venir en aide comportaient des lacunes graves, ce qui rendait ces mesures inefficaces. Le FRAPRU a alors repéré et dénoncé ces problèmes. Si vous le souhaitez, je pourrai vous donner quelques exemples.
Depuis que la pandémie a été déclarée, le taux de chômage a bondi. Or, une seconde vague est à craindre, de même qu'une récession, voire une crise économique. Les gouvernements investissent massivement pour soutenir différents pans de l'économie. Le FRAPRU leur demande de relancer un grand chantier de logements sociaux et de financer adéquatement la remise en état de tous ceux déjà construits. Jusqu'à présent, la réponse d'Ottawa est extrêmement décevante et préjudiciable à ce qui sera à venir.
Au-delà des crises sanitaires et économiques annoncées, nous sommes d'avis que le gouvernement a le devoir de mettre les plus pauvres et les plus mal logés à l'abri des crises environnementales qui, c'est maintenant certain, vont suivre. Pour ce faire, il doit cesser de tergiverser et recommencer à investir dans le logement social, sans but lucratif et hors marché. Pour financer cet effort, le gouvernement ne manque pas de moyens. En voici quelques exemples. Il peut diminuer ses investissements dans les énergies fossiles. Il peut revoir sa fiscalité, retirer les avantages fiscaux consentis au cours des dernières décennies aux plus fortunés et rétablir une grille d'imposition plus progressive. Il doit également lutter plus sérieusement contre l'évasion fiscale et l'évitement fiscal. Or, quelles que soient les avenues qu'il choisira, il doit mieux protéger les plus vulnérables, à défaut de quoi les dommages politiques et économiques seront démesurés et les fractures sociales, vraisemblablement irréversibles.
J'espère avoir respecté les limites de temps.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 16:15
Yes, absolutely. It was probably a challenge for the interpreters. Anyway, thank you very much.
Oui, absolument. C'était probablement un défi pour les interprètes. Quoi qu'il en soit, merci beaucoup.
Marie-José Corriveau
View Marie-José Corriveau Profile
Marie-José Corriveau
2020-08-17 16:15
I had sent my document in advance to make it easier for them.
J'avais envoyé mon document à l'avance pour leur faciliter la tâche.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 16:15
That's fine.
We will now go to questions from members, starting with Mr. Vis.
I would like to remind members that their questions can be directed to any of the witnesses who are still here.
Mr. Vis, you have the floor for six minutes.
C'est parfait.
Nous allons maintenant passer aux questions des députés, en commençant par M. Vis.
J'aimerais rappeler aux députés qu'ils peuvent poser leurs questions à n'importe quel témoin encore présent.
Monsieur Vis, vous avez la parole pour six minutes.
View Brad Vis Profile
CPC (BC)
I don't believe it's me, Mr. Chair. I believe it's Mr. Albas.
Je ne crois pas que ce soit à mon tour, monsieur le président. Je crois que c'est celui de M. Albas.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 16:15
Mr. Albas, the floor is yours.
Monsieur Albas, la parole est à vous.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Thank you, Mr. Chair.
Mrs. Corriveau, thank you for your testimony.
Recently, the Government of Canada announced a one-time payment of $600 for people with disabilities to help with the additional costs they are facing during the COVID-19 pandemic. The government recently announced that this payment would not be made until the fall, several months after Canadians have felt the impact of COVID-19 on their expenses.
Based on your work, you have experience working with individuals living in low-income housing, some of whom may be experiencing financial hardship because of a disability. How important do you think it is that this tax credit be provided sooner than currently estimated by the Liberal government?
Je vous remercie, monsieur le président.
Madame Corriveau, je vous remercie de votre témoignage.
Récemment, le gouvernement du Canada a annoncé un versement unique de 600 $ destiné aux personnes handicapées pour les aider à supporter les coûts supplémentaires auxquels elles font face pendant la pandémie de la COVID-19. Le gouvernement a récemment annoncé que cette somme ne serait versée qu'à l'automne, soit plusieurs mois après que les Canadiens auront été frappés par les effets de la COVID-19 sur leurs dépenses.
Compte tenu de votre travail, vous avez de l'expérience auprès de particuliers qui occupent des logements à loyer modique, dont certains pourraient avoir des difficultés financières en raison d'une invalidité. Selon vous, dans quelle mesure est-il important que ce crédit d'impôt soit accordé plus tôt qu'au moment estimé présentement par le gouvernement libéral?
Marie-José Corriveau
View Marie-José Corriveau Profile
Marie-José Corriveau
2020-08-17 16:17
I would like to come back briefly to a number of points.
First, we have to remember that most people with physical disabilities receive social assistance and that their income is extremely low. I don't know about the rest of Canada, but at least that's the case in Quebec. That's the first issue. They generally have no savings. They spend their cheques as they receive them, because that is the only way they can manage. They are in survival mode.
As for the second problem, as I mentioned, there is a shortage of housing, particularly housing that is adapted for people with disabilities. They are basically confined to their homes year-round. They are already having a hard time finding resources to support them and it is already difficult for them to move around. Clearly, under such circumstances, when they cannot count on any savings, they cannot be asked to fund this effort.
The government has to subsidize people. First, the Government of Canada needs to increase transfers to the provinces and encourage the provinces to increase social assistance benefits, especially for those people, but also for all poor unemployed people. They should not be asked to fund this effort because they are not able to do so. Therefore, they should be paid an amount quickly, as the government has done with the CERB.
I'm not sure whether that answers your question.
J'aimerais revenir brièvement sur différents points.
Tout d'abord, il faut se rappeler que la plupart des personnes ayant un handicap physique sont des prestataires de l'aide sociale et que leurs revenus sont extrêmement bas. Je ne sais pas ce qu'il en est pour le reste du Canada, mais c'est du moins le cas au Québec. C'est le premier problème. Ces personnes n'ont généralement aucune économie. Elles dépensent au fur et à mesure le montant de leur chèque, parce que c'est la seule façon dont elles peuvent y arriver. Elles sont en état de survie.
Pour ce qui est du deuxième problème, comme je l'ai mentionné, il y a une pénurie de logements, notamment de logements adaptés pour les personnes en situation de handicap. À peu de chose près, ces personnes sont confinées chez elles à longueur d'année. Elles ont déjà beaucoup de difficulté à trouver des ressources pour les soutenir et il leur est déjà difficile de se déplacer. Il est évident que, dans un contexte comme celui-là, alors que ces personnes ne peuvent compter sur aucune économie, on ne peut pas leur demander de financer cet effort.
Il faut que le gouvernement subventionne les gens. Il faut d'abord que le gouvernement du Canada augmente les transferts aux provinces et incite celles-ci à augmenter les prestations d'aide sociale, qui sont destinées notamment à ces personnes, mais aussi à toutes les personnes pauvres sans emploi. Il ne faut pas leur demander de financer cet effort, car elles ne sont pas capables de le faire. Il faut donc leur verser un montant rapidement, comme l'a fait le gouvernement dans le cas de la PCU.
Je ne sais pas si cela répond à votre question.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
I agree with what you're saying.
Based on what you have heard from individuals and families living in low-income housing and from your organization's perspective, what will the future concerns be in terms of providing people with decent living conditions?
Does FRAPRU have the resources to continue to provide assistance?
Je suis d'accord sur ce que vous affirmez.
Selon ce que vous ont dit des personnes et des familles vivant dans des logements à loyer modique et selon le point de vue de votre organisme, quelles seront les préoccupations, à l'avenir, quant aux efforts déployés pour maintenir les gens dans de bonnes conditions de vie?
Est-ce que le FRAPRU a les ressources nécessaires pour continuer à fournir de l'aide?
Marie-José Corriveau
View Marie-José Corriveau Profile
Marie-José Corriveau
2020-08-17 16:19
I'm glad you asked me that question. I didn't have time to address it in my presentation, but I wanted to tell you about it. The problem is renovating, improving and modernizing existing low-income housing to which the federal government contributed more than 25 years ago. The federal government has responsibilities to the provinces, to municipalities and, most importantly, to the households in low-income housing. However, those units have often been poorly or inadequately maintained. Preventive maintenance has been neglected for decades. In Quebec, we are facing a significant deficit, to the point that, as we have seen in Toronto in particular, buildings and low-income housing units are boarded up and uninhabitable because of a lack of proper subsidies to keep them in good condition.
Currently, the Fédération des locataires d'habitations à loyer modique du Québec estimates that Quebec needs $420 million a year to refurbish its 71,000 low-income housing units. For its part, the Office municipal d'habitation de Montréal, which owns 12 boarded-up buildings totalling almost 300 low-income housing units, needs $1.2 billion over five years or $150 million per year for 20 years to complete its 2017 replacement, improvement and modernization plan.
Just this week, I spoke to the director of the Office municipal d'habitation de Montréal, which has just received its budget for 2020-2021. This budget will not even allow for the restoration and rental of low-income housing that has become vacant simply because the occupants had to leave for one reason or another. In short, not only are we unable to refurbish and rent out boarded-up housing, but we are not even able to rent out those whose previous occupants just left. It makes no sense.
In our opinion, this is the responsibility of both levels of government, but certainly and first and foremost of the Government of Quebec, which is the main funder. For years, if not decades, it has systematically refused the preventive maintenance plans proposed by groups and municipalities to keep the supply of low-income housing in good condition. As someone who has been working in the field for a long time, I can attest to it. So this is the first urgent priority.
Furthermore, not only is the national housing strategy's funding for retrofitting buildings in good condition clearly insufficient, but we are also outraged that the government is maintaining its game plan to eventually stop funding and subsidizing the rent of the families that will occupy those units. From now on, after a decade or so, the responsibility will fall on neighbours, provinces, municipalities and territories. It makes no sense for the government to offload the responsibility and thereby abandon poor families. That was the second point I wanted to make.
The third point relates to the need for social housing. As I mentioned, in a number of large cities in Quebec, but also in Canada, we are seeing huge increases in the cost of rent. Poor families are no longer able to find decent housing in large cities. Financially, this would require impossible efforts on their part, because their budgets are clearly insufficient.
For its part, the government has chosen to fund what it calls affordable housing. Affordable housing is not affordable for low-income households and households in core housing need. Affordability is relative. What is affordable for you and me is not affordable for a poor family.
To have lower rents, we must stop setting targets based on current prices and instead set targets based on the ability of tenants to pay. To do so, we need to subsidize rents. The only solution is to rebuild and develop the supply of social housing so that we are not constantly starting all over again. Right now, among OECD members, Canada ranks 16th in terms of the proportion of social housing on its territory. This is obscene. We are part of the G7. Abandoning poor households in this way makes no sense. On our end, we believe that the government needs to drastically review its investments in developing new social housing and, above all, to focus its efforts in this sector.
We can't even blame the private market; it's doing its job, it's trying to make a profit. I'm sorry, but when you're out to make a profit, it's not true that—
Je suis contente que vous me posiez cette question. Je n'ai pas eu le temps de l'aborder dans ma présentation, mais je voulais vous en parler. Il s'agit du problème de la rénovation, de l'amélioration et de la modernisation des habitations à loyer modique déjà construites auxquelles le gouvernement fédéral a contribué il y a maintenant plus de 25 ans. Le gouvernement fédéral a des responsabilités envers les provinces, les municipalités et, surtout, les ménages qui occupent les habitations à loyer modique, c'est-à-dire les HLM. Or, ces logements ont souvent été peu ou mal entretenus. Il y a eu des décennies de négligence en matière d'entretien préventif. Au Québec, on fait face à un déficit important, à un point tel que, comme nous avons pu le voir à Toronto notamment, des bâtiments et des logements à loyer modique sont barricadés et rendus inhabitables parce qu'on n'a pas subventionné convenablement leur maintien en bon état.
À l'heure actuelle, la Fédération des locataires d'habitations à loyer modique du Québec estime que le Québec a besoin de 420 millions de dollars par année pour remettre en état ses 71 000 HLM. Pour sa part, l'Office municipal d'habitation de Montréal, qui possède 12 immeubles barricadés totalisant presque 300 HLM, a besoin de 1,2 milliard de dollars en 5 ans ou de 150 millions de dollars par année pendant 20 ans pour compléter son plan de remplacement, d'amélioration et de modernisation qui a été lancé en 2017.
J'ai justement parlé, cette semaine, à la directrice de l'Office municipal d'habitation de Montréal, qui vient de recevoir son budget pour l'année 2020-2021. Or, celui-ci ne permettra même pas de remettre en état et en location les HLM devenues vacantes tout simplement après que les ménages qui les occupaient ont dû partir pour une raison ou l'autre. Bref, non seulement nous n'arrivons pas à remettre en état et en location des logements barricadés, mais nous ne sommes même pas en mesure de remettre en location ceux que des ménages ont quittés après les avoir occupés jusqu'à tout récemment. Cela n'a aucun sens.
À notre avis, cette responsabilité incombe aux deux paliers de gouvernement, mais assurément et prioritairement au gouvernement du Québec, qui est le principal bailleur de fonds. Pendant des années, voire des décennies, il a refusé systématiquement les plans d'entretien préventif proposés par les groupes et les municipalités pour maintenir en bon état le parc de logements à loyer modique. Comme je travaille dans ce domaine depuis longtemps, je peux en témoigner. Il s'agit donc de la première urgence.
Par ailleurs, non seulement les sommes prévues dans la Stratégie nationale sur le logement pour remettre les immeubles en bon état sont nettement insuffisantes, mais ce qui nous scandalise aussi, c'est que le gouvernement maintienne son plan de match visant à cesser, à terme, de financer et de subventionner le loyer des ménages qui occuperont ces logements. Dorénavant, après une dizaine d'années, la responsabilité incombera aux voisins, aux provinces, aux municipalités et aux territoires. Le fait que le gouvernement se déleste de cette responsabilité et abandonne ainsi des ménages pauvres n'a aucun sens. C'était le deuxième point que je voulais soulever.
Le troisième point concerne le besoin de logements sociaux. Comme je l'ai mentionné, dans plusieurs grandes villes du Québec, mais aussi du Canada, on connait des augmentations faramineuses du prix des loyers. Les ménages pauvres n'arrivent plus à se loger décemment dans les grandes villes. Sur le plan budgétaire, cela leur demanderait des efforts impossibles, car leurs budgets sont nettement insuffisants.
Pour sa part, le gouvernement a choisi de financer ce qu'il appelle du logement abordable. Or, le logement abordable n'est pas abordable pour les ménages à faible revenu et les ménages ayant des besoins impérieux en matière de logement. L'abordabilité est une notion élastique. En effet, ce qui est abordable pour vous et moi ne l'est pas pour un ménage pauvre.
Pour le développement de loyers moins coûteux, il faut cesser de fixer les objectifs en fonction du prix courant et plutôt les établir en fonction de la capacité de payer des locataires. Pour ce faire, il faut subventionner les loyers, et pour que ce ne soit pas toujours à recommencer, la seule solution est de reconstruire et de développer le parc de logements sociaux. À l'heure actuelle, parmi les membres de l'OCDE, le Canada est au 16e rang pour ce qui est de la proportion de logements sociaux sur son territoire. C'est indécent. Nous faisons partie du G7. Abandonner de la sorte des ménages pauvres n'a aucun bon sens. Pour notre part, nous pensons que le gouvernement doit revoir de manière magistrale ses investissements dans le développement de nouveaux logements sociaux et, surtout, qu'il doit concentrer ses efforts dans ce secteur.
En ce qui a trait au marché privé, nous ne pouvons même pas lui faire de reproches; il fait son travail, il cherche à faire des profits. Je regrette, mais quand on est à la recherche de profits, ce n'est pas vrai que...
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 16:24
Thank you, Mrs. Corriveau.
Merci, madame Corriveau.
Marie-José Corriveau
View Marie-José Corriveau Profile
Marie-José Corriveau
2020-08-17 16:24
Excuse me, Mr. Chair.
Excusez-moi, monsieur le président.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 16:24
I gave Mr. Albas six minutes, but we're well over that.
Thank you, Mr. Albas.
We'll now go to the Liberal side with Mr. Kusmierczyk.
Mr. Kusmierczyk, you have the floor for six minutes.
J'ai accordé six minutes à M. Albas, mais nous les avons largement dépassées.
Merci, monsieur Albas.
Nous allons maintenant passer du côté des libéraux avec M. Kusmierczyk.
Monsieur Kusmierczyk, vous avez la parole pour six minutes.
View Irek Kusmierczyk Profile
Lib. (ON)
Thank you very much, Mr. Chair.
I just want to say what an excellent conversation we're having here this afternoon and to thank my colleagues for the excellent questions and the panellists for the excellent responses.
My question is directed to Ms. McGee and Madame Corriveau. I'm not sure if Ms. McGee is available.
Vancouver recently did its annual homeless count and for the first time they used race-based data, which revealed and confirmed that people who identified as black and as indigenous were disproportionately represented among the homeless population. Statistics Canada recently released its labour force survey, again using disaggregated race-based data for the first time, and it revealed that COVID-19 is hitting hard Canadians who identify, for example, as south Asian, Arabic, black and indigenous.
How important is the gathering of disaggregated race-based data when it comes to housing and homelessness, and why is that important?
Merci beaucoup, monsieur le président.
Je souhaite seulement préciser que notre conversation cet après-midi est excellente et remercier mes collègues pour leurs excellentes questions de même que nos témoins pour leurs excellentes réponses.
Ma question s'adresse à Mmes McGee et Corriveau. Je ne suis pas certain que Mme McGee soit encore là.
La Ville de Vancouver a récemment effectué son recensement annuel des sans-abri et, pour la première fois, a utilisé des données fondées sur la race, ce qui a permis d'établir que les personnes qui se disent noires ou autochtones sont représentées de façon disproportionnée au sein de la population itinérante. Statistique Canada a récemment publié son enquête sur la population active qui, elle aussi pour la première fois, comporte des données non regroupées fondées sur la race qui révèlent que la COVID-19 frappe durement les Canadiens qui se disent, entre autres, d'origine sud-asiatique, arabe, noire ou autochtone.
À quel point est-il important de recueillir des données non regroupées fondées sur la race quand on parle de logement et d'itinérance, et pourquoi est-ce important?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 16:26
I would just comment in general that it's very important. Data, information, everything we know, prepares us better for solutions. It's important in sharing with the rest of Canadians and recognizing that the pandemic has really hit some of our most marginalized community members the hardest, and those experiencing racism. That data goes to support that. It obviously needs to be collected with care and good intentions for sure. I really do adhere to the principle that we are best positioned to solve the problem the better we understand it. One of the things about the pandemic is that it has clearly demonstrated that those who have been previously marginalized and have difficulty accessing support services and employment have had an even more difficult time at this juncture.
Je dirais simplement que c'est très important. Les données, les renseignements, tout ce que nous savons, nous aident à trouver des solutions. C'est important dans nos échanges avec le reste de la population canadienne, mais aussi pour comprendre que ce sont certains des membres des communautés les plus marginalisées, ceux qui subissent du racisme, qui sont les plus gravement touchés par la pandémie. Ces données le confirment. Elles doivent évidemment être recueillies avec soin et avec de bonnes intentions, cela va de soi. Je suis convaincue que la meilleure façon de remédier au problème est de mieux le comprendre. L'une des choses clairement mises en évidence par la pandémie est son effet amplificateur pour les personnes marginalisées qui éprouvaient déjà de la difficulté à obtenir des services de soutien et un emploi.
View Irek Kusmierczyk Profile
Lib. (ON)
Thank you very much.
I would ask Madame Corriveau for her opinion on this too.
Merci beaucoup.
J'aimerais aussi connaître l'opinion de Mme Corriveau là-dessus.
Marie-José Corriveau
View Marie-José Corriveau Profile
Marie-José Corriveau
2020-08-17 16:27
I agree with everything the previous speaker said. We obviously need data to be able to see as clearly as possible the challenges we are facing and to be able to find good solutions.
But the fundamental problem with homelessness is the whole debate about what is and what is not a proper count. A few years ago, the City of Montreal counted about 3,000 homeless people in Montreal. However, that is not what we are seeing on the ground. They only counted people who, at a given time or on a specific day of the year, were on the street, period. They did not take into account all the strategies that people who are homeless or experiencing homelessness use, such as sleeping sometimes here and sometimes there. For example, I think of women who have become homeless because they can no longer afford a place to live, but who avoid sleeping on a park bench by all sorts of means. They are no less homeless, but they are never counted as such.
This means that the way in which the number of homeless people is determined is a fundamental problem. I feel that, if the count considered those strategies, we would come up with a much higher number than we had imagined.
The problems of homelessness among indigenous people have been relatively well documented in Quebec, particularly in Montreal and Gatineau, as well as in some other cities.
In the case of racialized people, there have been some clues, but no counts. Therefore, I am not in a position to tell you whether or not the technique currently in use is adequate or not. We can see, particularly in Montreal, that more and more racialized people are on the streets. This is a relatively recent trend, I would say, but I'm not sure whether their proportion is higher than that of the general population. I'm not able to tell you that.
In any case, I would like to stress that, from the outset, the method needs to be reviewed, because it gives us what I would call a false sense of comfort about what is really happening in cities.
Je suis d'accord sur tout ce qu'a dit l'intervenante précédente. Il nous faut évidemment des données pour être en mesure de voir aussi clairement que possible les défis auxquels nous faisons face et d'appliquer de bonnes solutions.
Par contre, le problème de fond dans le cas de l'itinérance, c'est tout le débat sur ce qui constitue un bon décompte et ce qui n'en est pas un. Il y a quelques années déjà, la Ville de Montréal a procédé à un décompte qui a permis de constater qu'il y avait à peu près 3 000 personnes itinérantes à Montréal. Or, ce n'est pas ce que nous constatons sur le terrain. On a dénombré uniquement les gens qui, à un moment donné ou un jour précis de l'année, étaient à la rue, point à la ligne. On n'a pas tenu compte de toutes les stratégies utilisées par les gens sans logis et en situation d'itinérance, par exemple le fait qu'ils aillent parfois dormir chez l'un ou chez l'autre. Je pense entre autres aux femmes devenues itinérantes parce qu'elles n'ont plus les moyens d'avoir un logement, mais qui, par toutes sortes de moyens, évitent de dormir sur un banc de parc. Elles n'en sont pas moins itinérantes, mais elles ne sont jamais comptées en tant que telles.
C'est donc dire que la façon dont on détermine le nombre de personnes itinérantes est un problème de fond. J'ai l'impression que, si l'on faisait un décompte qui prenait en considération ces stratégies, on arriverait à un chiffre beaucoup plus élevé que ce que l'on avait imaginé.
Les problèmes d'itinérance chez les personnes autochtones ont été relativement bien consignés au Québec, notamment à Montréal et à Gatineau, de même que dans certaines autres villes.
Dans le cas des personnes racisées, il y a eu des indices, mais pas de décompte effectué sur cette base. Je ne suis donc pas en mesure de vous dire si la technique actuellement en vigueur est adéquate ou non. On constate, notamment à Montréal, que de plus en plus de personnes racisées sont à la rue. C'est un phénomène relativement récent, si je puis dire, mais je ne sais pas si leur proportion est plus élevée que celle de la population en général, par exemple. Je ne suis pas en mesure de vous le dire.
Quoi qu'il en soit, j'aimerais insister sur le fait que, d'entrée de jeu, la méthode est à revoir, parce qu'elle nous donne ce que j'appellerais une fausse impression de confort relativement à ce qui se vit réellement dans les villes.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 16:29
You have less than a minute, Mr. Kusmierczyk.
Monsieur Kusmierczyk, il vous reste moins d'une minute.
View Irek Kusmierczyk Profile
Lib. (ON)
Thank you very much, Chair.
Thank you very much for your answers. That gives us a lot of food for thought and is much appreciated.
We know that through the Reaching Home initiative there is an indigenous homelessness funding stream. I just want to ask both of you again to comment on the following: Compared with the general population, do indigenous people experience homelessness and face additional or different vulnerabilities when it comes to COVID-19?
Merci beaucoup, monsieur le président.
Et merci beaucoup pour vos réponses. Elles nourrissent nos réflexions et c'est très apprécié.
Nous savons que la stratégie Vers un chez-soi comporte un volet de financement Itinérance chez les Autochtones. J'aimerais simplement obtenir vos commentaires à toutes les deux sur ceci: est-ce que, comparativement à la population en général, les Autochtones sont touchés par l'itinérance et des vulnérabilités supplémentaires ou différentes en raison de la COVID-19?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 16:30
When it comes to COVID-19, if we look at the pandemic and the bottleneck it has created in accessing so many services, the impact would be exponential for any population as disproportionately impacted by poverty and homelessness as our indigenous community.
I don't want to oversimplify the response but I think it's in the numbers and in the experience, and in the challenge of “just where is home?” Being able to isolate in place, being able to manage in some circumstances or situations where several people are living in the same home and somebody becomes ill.... There are compounding factors for sure, but it is really just an amplification of the fact that the most restrictive processes are going to hurt the most vulnerable the most.
Quand on se penche sur l'engorgement provoqué par la pandémie de COVID-19 dans un si grand nombre de services, l'incidence est exponentielle pour tout groupe qui est affecté de manière disproportionnée par la pauvreté et l'itinérance, comme le sont nos communautés autochtones.
Je ne veux pas simplifier à outrance la réponse, mais je crois que les chiffres et l'expérience en témoignent, tout comme la difficulté d'établir « où est vraiment son foyer ». Être en mesure de s'isoler sur place, de gérer des circonstances où plusieurs personnes vivent sous le même toit et l'une d'elles tombe malade... Il y a certes des facteurs aggravants, mais c'est essentiellement l'amplification de la réalité que les processus les plus restrictifs vont frapper les plus vulnérables le plus violemment.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 16:31
Thank you. Mr. Kusmierczyk's time has run out.
We'll now go to Ms. Chabot for six minutes.
Merci. La période de temps qui était allouée à M. Kusmierczyk est écoulée.
Je cède maintenant la parole à Mme Chabot pour six minutes.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
Mrs. Corriveau, I applaud you and FRAPRU. Thank you for being here and for your testimony.
I am very familiar with your organization in Quebec. The claims you are making today are in line with those you have been making for years.
Please tell me if my figures are accurate. I believe you said that, in July 2020 alone, 350 households were without housing. That would be the highest number since 2003. Also, if the community organizations did a count, it might be higher. If this is accurate, it does confirm that there is a shortage of what we may call social housing. A distinction could be made between community-based housing, low-income housing and affordable housing, but let's say there is a shortage of social housing. This is something you have been working on for years.
Other speakers have talked about the national housing strategy. As you know, an agreement was signed between the federal government and all the provinces except Quebec. For Quebec, the amount over the last three years could be between $1.4 billion and $1.7 billion, which is not insignificant.
In your opinion, if the money had been transferred unconditionally to Quebec, what difference would it have made to the dynamic?
Merci, monsieur le président.
Madame Corriveau, je vous salue, de même que le FRAPRU. Je vous remercie de votre présence et de votre témoignage.
Je connais bien votre organisme au Québec. Les revendications que vous formulez aujourd'hui sont en droite ligne avec ce que vous soutenez depuis des années.
Vous me direz si mes chiffres sont exacts. Je crois que vous avez dit qu'en juillet 2020 seulement, 350 ménages étaient sans logement. Ce serait le chiffre le plus élevé depuis 2003. De plus, si les organismes communautaires faisaient un décompte, ce chiffre serait peut-être plus élevé. Si cela s'avère exact, cela confirme effectivement qu'il y a une pénurie de logements qu'on pourrait qualifier de sociaux. On pourrait faire une distinction entre les logements communautaires, les logements à loyer modeste et les logements abordables, mais disons qu'il s'agit d'une pénurie de logements sociaux. C'est un dossier sur lequel vous travaillez depuis des années.
D'autres intervenants ont parlé de la Stratégie nationale sur le logement. Comme vous le savez, il y a eu une entente entre le fédéral et toutes les provinces, sauf le Québec. Pour le Québec, la somme depuis trois ans pourrait se situer entre 1,4 milliard et 1,7 milliard de dollars, ce qui n'est pas rien.
À votre avis, si cet argent avait été transféré sans condition au Québec, qu'est-ce que cela aurait pu changer à la dynamique?
Marie-José Corriveau
View Marie-José Corriveau Profile
Marie-José Corriveau
2020-08-17 16:33
My hope is that the Government of Quebec would have been more generous in launching new programming for the development of social housing. It already had a first challenge to meet: it had decided to deliver some 15,000 social housing units that had already been in the program for about 10 years, but that had still not been delivered because the Quebec subsidy program had not been adapted to the new economic realities, particularly land prices and construction costs. I therefore dare to hope that, had it received money from the federal government, the Quebec government would have launched a new program.
That said, my main problem at the moment is that the federal government, while claiming that this is an area of provincial and territorial jurisdiction, has developed a series of funds that could be called programs. In so doing, it is taking the role of the provinces in the way they do things and solve problems, instead of giving them the financial resources they need to take action according to their own challenges and to what the communities want.
I think the federal government should do the right thing and be a funder. It should take full responsibility for all the low-income housing that it helped to bring about before 1994, of course. It should not only comply with the agreements, but also ensure that the supply is refurbished. After that, it should proceed with the transfers properly. My hope is that this would allow Quebec in particular to move things along more quickly. It must be said that in Quebec, social housing development has continued, but that is not the case in all the provinces at this time.
Let me come back to what I was saying earlier: we must entirely abandon the idea of entrusting the private sector with developing housing for families in core housing need. It's not true that the private sector will be able to develop the housing for them. It is impossible for them to pay for that kind of housing when their annual income is between $17,000 and $20,000. We have no choice but to look at non-profit housing and subsidized housing. In order to prevent this from being a complete waste of time or an unsustainable measure, it is important to have social housing that is not sold, but that is protected and properly maintained for future generations.
J'ose espérer que le gouvernement du Québec se serait montré plus généreux quant au lancement d'une nouvelle programmation pour le développement de logements sociaux. Il avait déjà un premier défi à relever: il avait décidé de livrer pas loin de 15 000 logements sociaux qui étaient déjà au programme depuis une dizaine d'années, mais qui n'avaient toujours pas été livrés, puisque le programme québécois de subventions n'avait pas été adapté aux nouvelles réalités économiques, notamment les prix des terrains et les coûts de construction. J'ose donc espérer que, s'il avait reçu de l'argent du fédéral, le gouvernement du Québec aurait lancé une nouvelle programmation.
Cela dit, mon principal problème en ce moment est que le gouvernement fédéral, tout en prétendant qu'il s'agit d'un champ de compétence provinciale et territoriale, a élaboré une série de fonds qu'on pourrait qualifier de programmes. Ainsi, il intervient à la place des provinces dans les façons de faire et de régler les problèmes, plutôt que de leur donner les ressources financières nécessaires pour qu'elles agissent en fonction de leurs propres défis et de ce que les communautés souhaitent.
Je pense que le gouvernement fédéral devrait être un bailleur de fonds, comme il se doit. Il devrait assumer pleinement ses responsabilités pour tout ce qui concerne les logements à loyer modique qu'il a contribué à réaliser avant 1994, évidemment. Il devrait non seulement respecter les conventions, mais aussi s'assurer que ce parc est remis en état. À la suite de cela, il devrait procéder aux transferts comme il se doit. J'ose espérer que cela permettrait au Québec notamment de faire avancer les choses plus vite. Il faut dire qu'au Québec, nous avons continué à faire du logement social, mais ce n'est pas le cas de toutes les provinces en ce moment.
J'en reviens à ce que je disais tout à l'heure: dans tous les cas, il faut abandonner l'idée de confier au secteur privé le développement de logements pour des ménages ayant des besoins impérieux en matière de logement. Ce n'est pas vrai que le secteur privé pourra produire les habitations qu'il faut pour ces gens. C'est impossible pour eux de payer de tels logements quand leur revenu annuel se situe entre 17 000 $ et 20 000 $. Pour y arriver, on n'a pas le choix: il faut penser à du logement sans but lucratif et à du logement subventionné. Pour éviter que ce soit un coup d'épée dans l'eau ou une mesure qui n'est pas durable, il faut faire du logement social qui ne soit pas vendu, mais que l'on protège et que l'on entretienne convenablement pour les générations futures.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-08-17 16:36
You have one minute left, Ms. Chabot.
Il vous reste une minute, madame Chabot.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
Mrs. Corriveau, given what we currently know and the solutions you are proposing, what concerns or apprehensions would you have about a second wave that remains possible but that we do not want? What do we have to do in order to prepare for that situation?
Merci, monsieur le président.
Madame Corriveau, compte tenu de ce que l'on sait maintenant et des solutions que vous proposez, quelles seraient vos préoccupations ou vos appréhensions à l'égard d'une deuxième vague qui demeure possible, mais que nous ne souhaitons pas? Que faudrait-il déjà mettre en avant en prévision de cette situation?
Marie-José Corriveau
View Marie-José Corriveau Profile
Marie-José Corriveau
2020-08-17 16:36
Let me quickly summarize what I have already told you.
Of course, we need to make sure that the poor have the income they need for adequate housing, because that is one of the conditions for staying healthy. We have to start working right now on social housing, whether it already exists or is being developed, and take the steps needed to fund it. While the government has printed a lot of money in recent months, money still does not grow on trees. So we are going to have to turn to more fortunate individuals and companies who can fund this effort, with a view to genuinely sharing wealth in Canada. That is quite the challenge.
Je vais résumer rapidement ce que je vous ai déjà dit.
Il faut évidemment s'assurer que les gens pauvres ont les revenus nécessaires pour se loger convenablement, puisque c'est l'une des conditions pour rester en santé. Il faut travailler dès à présent sur le logement social, qu'il soit déjà existant ou à développer, et prendre les mesures nécessaires pour le financer. Même si le gouvernement a imprimé beaucoup d'argent au cours des derniers mois, l'argent ne tombe pas du ciel. Il va donc falloir se tourner vers les personnes et les entreprises fortunées qui peuvent financer cet effort, de façon à ce qu'il y ait un véritable partage de la richesse au Canada. C'est un beau défi.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
Thank you, Mrs. Corriveau.
Merci, madame Corriveau.
Results: 1 - 100 of 150000 | Page: 1 of 1500

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data