Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 10745
View Denis Trudel Profile
BQ (QC)
View Denis Trudel Profile
2020-12-11 10:31 [p.3325]
Madam Speaker, I thank my colleague for his comments.
There is one rather important aspect that is not addressed in Bill C-10.
The current crisis has been particularly hard on artists. Quebec has a fairly large dubbing industry that provides a living for artists, and I spoke with someone from that sector. She was telling me that if all the taxpayer-funded, English-language productions, like the ones produced in Toronto and Vancouver, were dubbed in Quebec, that would provide artists with work for years to come, and we would not even need American films. It is incredible.
However, that is not happening. Films and TV series that we pay for ourselves are dubbed in France. That makes absolutely no sense.
Does my colleague not think that, any time Canadian taxpayers' money is being invested, films should be dubbed in Quebec to provide work for our own people?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de son intervention.
Un aspect n'est pas abordé dans le projet de loi C-10, et il est assez important.
Les artistes ont été beaucoup touchés par la crise actuelle. Au Québec, il existe une assez grande industrie qui est celle du doublage faisant vivre des artistes. J'ai parlé avec une personne de cette industrie. Elle me disait que, si toutes les productions financées à même l'argent des contribuables, comme les productions anglophones de Toronto et de Vancouver, étaient doublées au Québec, on pourrait faire vivre les artistes pendant des années et l'on n'aurait même pas besoin des films américains. C'est incroyable.
Cependant, ce n'est pas le cas. Des films ou des séries télévisées que l'on finance nous-mêmes sont doublés en France. Cela n'a absolument pas de sens.
Mon collègue ne pense-t-il pas que, à partir du moment où l'argent des contribuables canadiens est investi, les films devraient être doublés au Québec pour faire travailler nos gens?
View Kenny Chiu Profile
CPC (BC)
View Kenny Chiu Profile
2020-12-11 10:32 [p.3325]
Madam Speaker, I believe Quebec is a nation that is a great part of Canada, in a united Canada, and that is why, if there is any way we can bring jobs back to Canada, I will be in full support of it. There are other provinces, I might add, that also have francophone Canadians living in them, like New Brunswick and northern Alberta, just like there are many anglophones living in Quebec as well.
I think together we are stronger in the cultural duality of Canada. I think the francophone and anglophone cultures will make us win more contracts and create more jobs in Canada.
Madame la Présidente, je crois que le Québec est une nation qui constitue une part importante du Canada, d'un Canada uni, et pour cette raison, s'il est possible de rapatrier des emplois au Canada, j'accorderai mon appui. J'ajouterais que des Canadiens francophones vivent aussi dans d'autres provinces, comme le Nouveau-Brunswick et le Nord de l'Alberta, de la même manière qu'il y a beaucoup d'anglophones qui vivent au Québec.
Je pense qu'ensemble, nous renforçons la dualité culturelle du Canada, et que les cultures francophone et anglophone nous permettront d'obtenir davantage de contrats et de créer plus d'emplois au Canada.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-12-10 10:41 [p.3256]
Mr. Speaker, I also want to thank the hon. member for Kingston and the Islands and extend deep condolences to him and his wife and family on the loss of his father-in-law. Certainly, the stories that we have shared and how emotional and difficult this subject is for each and every one of us is really clear. For myself, I came to the position of strongly supporting the bill when we dealt with it in the last Parliament, and the issue was made clear to me by many constituents who raised the issue with me.
Sue Rodriguez, who took the matter all the way to the Supreme Court of Canada so many years ago, was a resident of North Saanich, within my constituency, and there is a huge support base for her personally and the cause she raised. Therefore, in the time remaining I want to ask the member: if we do not deal with this issue, vote and get it to the Senate before we rise for Christmas, what is the legal effect for the people of Quebec, where the Truchon decision will take legal effect and there will be a void of the law for end of life in Quebec?
Monsieur le Président, je tiens également à remercier le député de Kingston et les Îles et à lui offrir, ainsi qu'à sa femme et à sa famille, mes plus sincères condoléances pour la perte de son beau-père. Il va sans dire que les expériences qui ont été présentées et ce sujet suscitent en chacun d'entre nous beaucoup d'émotion et des réflexions difficiles. Pour ma part, j'en suis venue à soutenir vigoureusement le projet de loi lorsque nous l'avons étudié au cours de la dernière législature. J'ajoute que de nombreuses personnes de ma circonscription ont abordé la question avec moi et m'ont grandement éclairée à ce sujet.
Sue Rodriguez, qui a porté cette question devant la Cour suprême du Canada il y a de nombreuses années, était une résidante de North Saanich, dans ma circonscription. Elle a joui d'un énorme soutien, tant elle personnellement que la cause qu'elle a défendue. Par conséquent, dans le temps qui reste, voici ce que je demande au député: si nous ne terminons pas l'étude de cette mesure, si nous ne votons pas et si nous ne la renvoyons pas au Sénat avant l'ajournement des Fêtes, quel sera l'effet juridique pour la population du Québec, où la décision Truchon prendra effet et où il y aura un vide juridique en ce qui concerne la fin de vie?
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I would rather speak not so much about the legal effect, but the effect on the individuals who will be in these positions like my father-in-law was just a few days ago. There will be more people who suffer, quite honestly. I want to make it very clear that the doctors and the nurses in Kingston General Hospital did everything they could for my father-in-law to make sure that he was as comfortable as possible, but there was still a great degree of pain there. By not passing this legislation today, we are potentially putting ourselves in a position where other people will suffer the same way, and that is just not something that I want to see.
Monsieur le Président, je préfère parler non pas tant de l'effet juridique, mais de l'effet sur les personnes qui se trouveront dans une telle situation, comme mon beau-père il y a quelques jours à peine. En toute honnêteté, il y aura plus de personnes qui souffriront. Je tiens à préciser que les médecins et le personnel infirmier de l'hôpital général de Kingston ont fait tout leur possible pour que mon beau-père souffre le moins possible, mais la douleur était encore très forte. À défaut d'adopter cette mesure législative aujourd'hui, nous risquons de placer d'autres personnes dans une situation où elles souffriront de la même manière, et ce n'est vraiment pas ce que je souhaite.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, we are discussing Bill C-8.
I must say that when we first looked at the bill, we found it interesting. The government wanted to reach out to indigenous nations, which is good, considering all the harms inflicted on them in the past.
We are obviously not particularly attached to any oath for new Canadian citizens, given that we want to be independent and have our own oath for Quebec citizenship.
However, after examining the bill more closely, we realized that it contained a poison pill. On the one hand, the government wants to reach out to indigenous peoples, but on the other hand, Quebec gets a slap in the face. In fact, new citizens would have to swear an oath on the Canadian Constitution, which Quebec never signed. It was forced upon us; we never voted on it, either.
I would like to hear my Conservative colleague's thoughts on the fact that the government is trying to surreptitiously slip something past us that is actually quite insulting to Quebec.
Monsieur le Président, nous sommes en train de discuter du projet de loi C-8.
Je dois dire que, au départ, lorsque nous avons regardé ce projet de loi, nous l'avons trouvé intéressant. Le gouvernement voulait tendre la main aux nations autochtones, et c'était bien compte tenu de toutes les mauvaises choses qu'on leur a faites par le passé.
Nous ne sommes évidemment pas particulièrement attachés au serment pour les nouveaux citoyens canadiens étant donné que nous préférerions être indépendants et avoir notre propre serment pour une citoyenneté québécoise.
Cependant, lorsque nous avons fouillé le projet de loi plus en profondeur, nous avons constaté qu'il y avait une pilule empoisonnée. D'un côté, le gouvernement veut tendre la main aux Autochtones, et de l'autre, du côté du Québec, on reçoit plutôt une claque derrière la tête. En effet, les nouveaux citoyens devraient prêter serment sur la Constitution canadienne, Constitution que les Québécois n'ont jamais signée et qui leur a été imposée de force et pour laquelle ils n'ont jamais voté non plus.
J'aimerais savoir ce que pense mon collègue conservateur du fait que le gouvernement tente de nous faire avaler en catimini des pilules qui sont en fait une insulte au Québec.
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, let me start by saying that I fully respect the people of Quebec and am generally a proponent of provincial jurisdiction and autonomy where it is possible. However, I believe that this legislation is for promoting reconciliation with our indigenous peoples, and for that reason I have to support it as we continue our journey of reconciliation with the indigenous people of our country.
Monsieur le Président, j'aimerais d'abord de dire que je respecte pleinement les Québécois et que je suis généralement favorable à la compétence et à l’autonomie provinciale, dans la mesure du possible. Cependant, je crois que ce projet de loi vise à promouvoir la réconciliation avec nos peuples autochtones, et c’est pourquoi je dois l’appuyer, tandis que nous poursuivons sur la voie de la réconciliation avec les peuples autochtones de notre pays.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I congratulate my colleague from Louis-Saint-Laurent for his very interesting speech. I could support most of what he had to say, but there was one thing that disappointed me.
It is important to reach out to indigenous nations and make up for the mistakes made in the past in some small way, even if it is only a very small way, since we are talking about putting a few words in an oath of citizenship. I do not think that is going to solve all the problems. However, there is a negative element in what is proposed in Bill C-8, and yet I did not hear my colleague talk about it. Quebec did not sign the Canadian Constitution, but now new citizens are being asked to take an oath on the Canadian Constitution. There is something wrong with that. It is a disgrace.
Unless I am mistaken, Mr. Mulroney, the former leader of the Conservatives, recognized this at the time. He said that he wanted to bring Quebeckers back in with honour and enthusiasm. Once again, that was a failure in terms of closing the rest of Canada to Quebec.
I would like to know what my colleague, as a member from Quebec, thinks about that. Does he still intend to vote in favour of Bill C-8, or does he intend to support amendments that could be made to it?
Monsieur le Président, je félicite mon collègue de Louis-Saint-Laurent pour son discours très intéressant. Je pourrais appuyer presque l'entièreté de ses propos, mais il y a un élément qui m'a déçu.
Il est important de tendre la main aux nations autochtones et de réparer un peu les erreurs qui ont été commises dans le passé, même si c'est très peu, puisqu'on parle de mettre quelques mots dans un serment de citoyenneté. Je ne pense pas que ce soit cela qui va régler tous les problèmes. Cependant, il y a un élément négatif dans ce qui est proposé dans le projet de loi C-8, et pourtant, je n'ai pas entendu mon collègue en parler. Le Québec n'a pas signé la Constitution canadienne, et on demande maintenant aux nouveaux citoyens de prêter serment sur la Constitution canadienne. Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas là-dedans. C'est une honte.
Si je ne me trompe pas, M. Mulroney, ancien chef des conservateurs, avait reconnu cela, à l'époque. Il disait qu'il souhaitait ramener les Québécois dans l'honneur et l'enthousiasme. Encore une fois, cela avait été un échec quant à la fermeture du reste du Canada à l'égard du Québec.
J'aimerais savoir ce que mon collègue, en tant que député du Québec, pense de cela. A-t-il l'intention de voter tout de même pour le projet de loi C-8, ou a-t-il l'intention d'appuyer des amendements qu'on pourrait y apporter?
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-12-10 12:00 [p.3266]
Mr. Speaker, I appreciate the comment and question from the member for Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères. I figured he would ask me that question, which is why I did not address the subject in my speech, since our speaking time is limited.
I agree with what the member is saying about how the 1982 Constitution was never recognized by the Quebec National Assembly. I know what I am talking about, since I used to be a member of the National Assembly. As the member so aptly stated, impressive efforts were made by Prime Minister Brian Mulroney and others to get Quebec to sign the Constitution with honour and enthusiasm. Unfortunately, for partisan political reasons, the current governing party disgraced itself by making backroom deals to prevent the historic accord that would have enabled us to carry on.
At the same time, I would like to point out to my colleague that, even though the 1982 Constitution was not signed by Quebec and has not been recognized by the National Assembly for 38 years, it is in effect nevertheless. The proof is that the House of Commons operates under that Constitution. That means that the mandate that my colleague received and the work that he has done for over five years, which I appreciate, is done in a chamber that operates under the Canadian Constitution.
Yes, we need to continue to remind everyone that Quebec did not sign the Constitution. However, we also need to remind them that the Constitution still applies, that this country is still running and that, even though the National Assembly does not recognize the Constitution, as I can personally attest, because I used to be a member of that assembly, the Constitution enables the National Assembly and the provincial jurisdictions to operate.
Yes, let us continue to remind everyone that, unfortunately, because of the federal Liberal Party's base political manoeuvring, the Meech Lake accord fell through, but Canada continues to carry on.
Monsieur le Président, j'apprécie le commentaire et la question du député de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères. Je m'attendais à ce qu'il me pose cette question. C'est pourquoi je n'ai pas abordé le sujet dans mon discours, puisque le temps de parole qui nous est imparti est limité.
Je reconnais ce que le député affirme, c'est-à-dire que la Constitution de 1982, en effet, n'a jamais été reconnue par l'Assemblée nationale du Québec. Je sais de quoi je parle, ayant moi-même été député à l'Assemblée nationale. Comme le député l'a si bien mentionné, des efforts majestueux ont été faits, entre autres, par le premier ministre Brian Mulroney pour signer, dans l'honneur et l'enthousiasme, la Constitution. Malheureusement, à des fins de politique partisane, l'actuel parti ministériel s'était déshonoré en faisant des tractations de coulisse pour empêcher cet accord historique qui nous aurait permis de continuer.
En même temps, je tiens à faire remarquer à mon collègue que cette Constitution, qui n'a pas été signée par le Québec et qui n'a pas été reconnue par l'Assemblée nationale depuis 38 ans, est quand même en vigueur. La preuve, c'est que la Chambre des communes opère en vertu de la Constitution. Alors, le mandat que mon collègue a obtenu et le travail qu'il fait depuis plus de cinq ans, dont je reconnais la valeur, s'accomplissent dans une chambre qui opère en vertu de la Constitution canadienne.
Donc, oui, il faut continuer à rappeler à tout le monde que le Québec n'a pas signé la Constitution, mais il faut aussi rappeler que la Constitution s'applique quand même, que ce pays fonctionne quand même et que, même si l'Assemblée nationale ne reconnaît pas la Constitution — je sais de quoi je parle, puisque j'y ai siégé —, cette Constitution permet à l'Assemblée nationale et aux juridictions provinciales d'opérer.
Alors, oui, rappelons encore et toujours que, malheureusement, en raison de magouilles politiques de bas instincts du Parti libéral fédéral, l'accord du lac Meech n'a pas abouti, mais le Canada continue.
View Caroline Desbiens Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, Quebec is making a name for itself in its official language. Today, I speak for all Quebeckers who are proud of their fellow citizens.
Dominique Fortier is originally from the greater Quebec City area, more specifically Cap-Rouge. She is the first Quebec author to win one of the most prestigious literary awards in the Francophonie, the Renaudot prize, in the essay category. Because of this award, her book, Les villes de papier, about the imaginary life of the American poet Emily Dickinson, will be famous throughout the Francophonie.
In Charlevoix, the power of words is essential to the survival of a people, and Émélie Bernier is harnessing that power for Quebec. She won first prize in the news reporting category at the Grands Prix des Hebdos for her reporting on the slaughter of wolves. She also took home five other awards, bringing great honour to the weekly newspaper Le Charlevoisien for the quality of its content and writing. That is happening back home in Charlevoix.
To Dominique Fortier—
Madame la Présidente, le Québec rayonne dans sa langue officielle. Je porte la voix aujourd'hui de tout le Québec fier de son monde.
Dominique Fortier est originaire de la grande région de la capitale nationale, plus précisément de Cap-Rouge. Pour la première fois dans la catégorie essai, une autrice québécoise remporte l'un des plus prestigieux prix littéraires de la Francophonie, le prix Renaudot. Grâce à ce prix, son livre, Les villes de papier, qui suit la vie imaginaire de la poétesse américaine Emily Dickinson, fera le tour de la Francophonie.
Du côté de Charlevoix, le pouvoir des mots est essentiel à la survie d'un peuple, et Émélie Bernier en est un vecteur important pour le Québec. Elle a remporté le premier prix dans la catégorie « Dossier/Reportage » avec son reportage sur l'abattage des loups, en plus de cinq autres prix lors du gala des Grands Prix des Hebdos, valant ainsi à l'hebdo Le Charlevoisien les grands honneurs pour la mise en valeur du contenu et de la qualité de la langue. Cela se passe chez nous, dans Charlevoix.
À Dominique Fortier...
View Mario Beaulieu Profile
BQ (QC)
View Mario Beaulieu Profile
2020-12-10 14:24 [p.3288]
Mr. Speaker, all the living premiers in Quebec's history, the National Assembly of Quebec, the mayors of Quebec's six largest cities, the unions, everyone in Quebec wants the Charter of the French Language to apply to federally regulated businesses.
Yesterday, the Prime Minister replied that he did not want to do anything and that he would wait for Quebec's language bill. To clarify, can the Liberals confirm that the federal government will abide by Quebec's law?
Monsieur le Président, tous les premiers ministres vivants de l'histoire du Québec, l'Assemblée nationale du Québec, les maires et mairesses des six plus grandes villes du Québec, les syndicats, tout le monde au Québec veut que la Charte de la langue française s'applique aux entreprises de compétence fédérale.
Hier, le premier ministre a répondu qu'il ne voulait rien faire et qu'il allait attendre le projet de loi du Québec sur la langue. Pour clarifier, est-ce que les libéraux peuvent confirmer que le fédéral va se soumettre à la loi du Québec?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question.
Our government recognizes how fragile the French language is in Quebec and Montreal. We understand the importance of supporting the French language, and we will continue to do so.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
Notre gouvernement reconnaît la fragilité de la langue française au Québec et à Montréal. Nous comprenons l'importance d'appuyer la langue française et nous continuerons de le faire.
View Mario Beaulieu Profile
BQ (QC)
View Mario Beaulieu Profile
2020-12-10 14:25 [p.3288]
Mr. Speaker, those are still the words of someone who does not want to do anything.
The Bloc has introduced a bill to apply Bill 101 to federally regulated businesses. When we ask the Liberals to vote in favour of it, they say that they are waiting for the Quebec bill. When asked if they will respect Quebec's legislation, they refuse to answer. All they do is put things off.
Will the Liberal government step up and force businesses under its jurisdiction to comply with Bill 101?
Monsieur le Président, ce sont encore les paroles de quelqu'un qui ne veut rien faire.
Le Bloc a déposé un projet de loi pour faire appliquer la loi 101 aux entreprises de compétence fédérale. Quand on demande aux libéraux de voter pour, ils disent qu'ils attendent le projet de loi du Québec. Quand on leur demande s'ils vont respecter la loi du Québec, ils refusent de répondre. Ils ne font que pelleter par en avant.
Est-ce que le gouvernement libéral va prendre ses responsabilités en obligeant les entreprises qui relèvent de sa compétence à respecter la loi 101?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I want to point out that we recognize that the French language is in decline in Quebec and Montreal.
I would also like to point out that we are all concerned about the fragility of the French language in Quebec. Since Quebec is a francophone province, it is essential to protect French in Quebec and give it its rightful place. We would be very happy to work with all members of the House to do so.
Monsieur le Président, je veux souligner que nous reconnaissons qu'il y a un recul du français au Québec et à Montréal.
Je veux souligner aussi que la fragilité de la langue française au Québec nous préoccupe tous. Puisqu'il s'agit d'une province francophone, il est essentiel d'y protéger le français et de lui donner la place qui lui revient. Nous serions très contents de travailler avec tous les députés de la Chambre pour le faire.
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2020-12-10 14:36 [p.3290]
Mr. Speaker, we have learned that Ottawa intends to make Quebec pay the carbon tax because Canada is not going to meet the Paris Agreement targets. Quebec's per capita greenhouse gas emissions are two and a half times less than Canada's. The government has missed the mark; we are the leaders. Quebec already has carbon pricing with the carbon tax it created.
Why does the government not encourage the provinces and governments to join the carbon exchange instead of lecturing them?
Monsieur le Président, on apprend qu'Ottawa a l'intention de soumettre le Québec à la taxe sur le carbone, parce que le Canada est en train d'échouer à respecter les cibles de l'Accord de Paris. Chaque Québécoise et chaque Québécois émet deux fois et demie moins de gaz à effet de serre qu'un Canadien ou une Canadienne. On se trompe de cible; nous sommes les premiers de classe. Le Québec tarifie déjà le carbone avec la taxe sur le carbone qu'il a créée.
Alors, pourquoi le gouvernement n'encourage-t-il pas les provinces et les États à se joindre à la bourse du carbone, au lieu de donner des leçons?
View Peter Schiefke Profile
Lib. (QC)
View Peter Schiefke Profile
2020-12-10 14:36 [p.3290]
Mr. Speaker, I want to thank my hon. colleague for her question.
Quebec is a leader in the fight against climate change and it put a price on carbon pollution in 2013. We assess provincial systems every year, and will do so until 2022. The Quebec system has met the standards every year.
We will continue to support the provinces, like Quebec, which implement ambitious measures to reduce pollution and leave a cleaner environment for future generations.
Monsieur le Président, je veux remercier mon honorable collègue de sa question.
Le Québec est un leader dans la lutte contre les changements climatiques et a mis un prix sur la pollution par le carbone en 2013. Nous évaluons les systèmes provinciaux chaque année jusqu'en 2022, et le système du Québec a été conforme aux normes chaque année.
Nous continuons à soutenir les provinces, comme le Québec, qui prennent des mesures ambitieuses pour réduire la pollution et offrir un environnement plus propre aux générations futures.
Results: 1 - 15 of 10745 | Page: 1 of 717

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data