Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 15
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, it is a welcome opportunity to speak to this motion today. I would like to commend the member for Brossard—Saint-Lambert for putting this motion forward.
I would like to take a few moments today to explain exactly why I think this is such an important motion. In particular, I would like to focus on credit unions.
In our Conservative caucus we have a wide variety of backgrounds. To my left we have a former president and chair of a large credit union. We obviously have farmers. We have business men and women who have conducted a large amount of work in business with credit unions. I would like to focus on that end of the cooperative sphere today.
In my riding of Central Okanagan—Similkameen—Nicola, and in my former riding of Okanagan—Coquihalla as well, credit unions are often the financial cornerstone of the region. For many of my constituents, it was a community credit union that said yes to their first mortgage, to their first small business loan, to a line of credit, when some of the larger financial institutions that have international presence said, “And you are?” Now, I do not mean to suggest anything negative against Canada's larger financial institutions which are part of the cornerstone of what many feel is one of the best banking systems in the world, but the fact is, to many of my constituents, they got their first start, their first financial start so to speak, because a credit union said yes to them.
Even as I wrote this speech last Friday night, news had just spread that Valley First, which is division of First West Credit Union, donated $150,000 toward the South Okanagan Similkameen Medical Foundation. This is the same credit union that sponsors many important local community events.
In Summerland, there is a credit union that sponsors many other local events and is considered to be one of the best run credit unions in all of British Columbia. It is all of one, a single branch, but for the people in Summerland, it has been their financial and fiscal lifeline. It has helped finance the growth of Summerland since it was first founded in 1944. In fact, it is a remarkable story. Back in 1944, the Summerland & District Credit Union was founded when 10 local citizens pooled together less than $20, and the rest, as they say, is history.
Why am I raising credit unions today in speaking in support of this motion?
The short, simple answer is that credit unions need our help. They are not asking for a zero-interest loan like our friends at Bombardier. The reality is that credit unions are drowning. They are drowning in regulatory red tape and one-size-fits-all Ottawa-imposed regulation. For starters, I am sure members would know that common reporting standards and FINTRAC alone are creating massive compliance costs on credit unions. One small credit union alone told me it spends $100,000 a year on compliance costs. To a large financial institution, $100,000 is probably a drop in the advertising bucket, but for a small community credit union, it means it is literally hiring people not to serve customers but rather to serve Ottawa in filling out the required paperwork. It is a massive burden.
Now the Liberal government comes along and says it is going to change mortgage regulations. Keep in mind, I am not talking about the new stress tests. I am talking about the punitive and unilateral decision to take away CMHC insurance on refinanced mortgages.
Canadians are a savvy bunch. We understand that accessing our home equity through a refinanced mortgage is absolutely the most cost-effective way to invest in a small business, to finance home renovations, to consolidate debt, to survive a long labour lockout, to keep a family home after a divorce. Whatever the case may be, refinancing a mortgage is a cost-effective way to invest in a local economy and now, with zero consultation, the Liberal government has taken that away.
What this means is small credit unions will have to allocate more funds to cover those mortgages. In turn, it means that money will not be available to flow into other sectors of the local community lending portfolio. In turn, it means that interest rates will need to be higher.
All of this drives up costs on a credit union and ultimately its members. This is why credit unions are so greatly troubled by many of the measures that the Liberal government has put forward.
In fact, going back to the mortgages, we heard every single witness at the finance committee, including the witnesses put forward by the Liberals, agree that these would have significant negative impacts on the industry and ultimately on Canadians. They also agreed there was zero consultation on why the Liberals are adamant on implementing these punitive changes.
We had bureaucrats at the finance committee and while they could explain what the policy changes were, none of them could explain why the Liberal government wants to make these changes. I will even credit a few of my Liberal colleagues on the finance committee. When I put forward a motion to invite the finance minister so he could explain why he thinks these changes are good, they agreed with me and supported the motion. For those people less familiar with how the finance committee works, it is not every day that members of the government will agree to bring their own minister before the committee to explain himself.
That brings me back to this motion. I could continue at length on the important roles credit unions play in my riding and indeed in many ridings throughout Canada, which is why I am pleased to support the motion. I can also state that since I have assumed the portfolio of deputy finance critic, I have also heard at length from credit unions on very serious struggles they are facing, all trying to keep up with Ottawa's imposed one-size-fits-all regulatory compliance-related red tape. If we are to support this motion, and I am hopeful that all parties and all members will support this motion, then by extension we must do more to recognize the value of co-operatives. We must ensure that we listen and make the much-needed regulatory changes. These changes would not cost the taxpayer money, but they would help keep a more robust, more diverse, and more competitive fiscal sector in Canada, which is what we all believe needs to happen toward prosperity.
Before I close, I would like to briefly quote from Desjardins Group which made a presentation at the finance committee. Mr. Bernard Brun said it best when he said that the rest of the country's “financial co-operatives are an important and integral part of the Canadian financial system and that the rules need to be adapted accordingly.” I could not agree more. That is why I am speaking in support of this motion today, and I do appreciate members' time to hear my comments.
Again, I would like to thank the member for Brossard—Saint-Lambert for putting this motion forward. I believe it is a helpful reminder that we must be thinking of our local communities when we are in this place, and not necessarily allow the dictates of the politics of today to push us in a certain direction. All good things in life are upstream, and I appreciate the member's suggestion that this is one way we can make things better for co-operatives, including credit unions, right across this great country.
Monsieur le Président, je suis heureux d'intervenir au sujet de la motion à l'étude aujourd'hui. Je félicite la députée de Brossard—Saint-Lambert de l'avoir présentée.
Je veux expliquer brièvement pourquoi, au juste, la motion est si importante, et parler des coopératives de crédit en particulier.
Le caucus conservateur rassemble des députés provenant d'horizons divers. À ma gauche se trouve un ancien président d'une grande coopérative de crédit. Il y a aussi des agriculteurs et des entrepreneurs qui ont beaucoup fait affaire avec des coopératives de crédit. C'est cette composante du milieu coopératif que je veux aborder aujourd'hui.
Dans ma circonscription, Central Okanagan—Similkameen—Nicola, et dans mon ancienne circonscription, Okanagan-Coquihalla, les coopératives de crédit constituent souvent la pierre d'assise financière de la région. C'est grâce à une coopérative de crédit communautaire que bon nombre de mes concitoyens ont obtenu leur premier prêt hypothécaire, leur premier prêt pour petite entreprise ou une marge de crédit, alors que des grandes institutions financières présentes sur la scène internationale ne voulaient pas prendre le risque d'aider financièrement ces inconnus. Je ne tiens pas à dénigrer les grandes institutions financières du Canada, une pierre angulaire de notre système bancaire, qui est considéré par bien des gens comme l'un des meilleurs au monde. Je souligne simplement que les coopératives de crédit ont permis à bon nombre de mes concitoyens de démarrer financièrement, pour ainsi dire.
Au moment où j'écrivais ce discours, vendredi soir dernier, on apprenait que Valley First, une division de la coopérative de crédit First West, avait fait un don de 150 000 $ à la fondation médicale de l'Okanagan-Sud et de Similkameen. Cette même coopérative commandite de nombreuses activités communautaires locales.
À Summerland, une coopérative de crédit parraine de nombreux autres événements locaux et est considérée comme l'une des coopératives de crédit les mieux gérées de la Colombie-Britannique. Il s'agit d'un établissement unique, sans succursales. Toutefois, pour les gens de Summerland, elle offre des services financiers et budgétaires essentiels. Elle aide à financer la croissance de Summerland, et ce, depuis sa fondation en 1944. En fait, cette coopérative a une histoire remarquable. La Summerland & District Credit Union a été fondée lorsque 10 habitants locaux ont mis en commun moins de 20 $, et le reste, comme on dit, appartient à l’histoire.
Pourquoi est-ce que je parle des coopératives de crédit lorsqu'il est question d'appuyer la motion?
La réponse, simple et brève, est que les coopératives de crédit ont besoin de notre aide. Elles ne réclament pas un prêt sans intérêt comme nos amis de Bombardier. Le fait est que les coopératives de crédit sont en train de crouler. Elles croulent sous le fardeau administratif réglementaire et les règlements d'application universelle imposés par Ottawa. Comme les députés le savent sûrement, les normes communes de déclaration et le CANAFE à eux seuls entraînent d'énormes coûts de conformité pour les coopératives de crédit. Une petite coopérative de crédit m'a dit que les exigences de conformité lui coûtaient 100 000 $ par année. Pour une grande institution financière, 100 000 $ est probablement une goutte d'eau dans l'océan et ne représente qu'une fraction de son budget publicitaire, mais pour la coopérative de crédit d'une petite collectivité, cela demande littéralement d'embaucher des gens, non pas pour servir les clients, mais pour servir Ottawa et remplir toute la paperasse demandée. C'est un énorme fardeau.
Et c'est sans compter les changements que le gouvernement apportés aux règles sur les prêts hypothécaires. Je ne parle pas ici des nouvelles simulations de crise, mais plutôt de la décision punitive et unilatérale de supprimer l'assurance de la SCHL en matière de refinancement hypothécaire.
Les Canadiens ont un bon sens des affaires. Ils comprennent que la façon la plus économique d'investir dans une petite entreprise, de financer des rénovations domiciliaires, de consolider leur dette, de survivre à un long lock-out et de conserver un foyer familial après un divorce consiste à accéder à la valeur nette de leur propriété au moyen du refinancement hypothécaire. Peu importe la situation, le refinancement hypothécaire représente un moyen économique d'investir dans l'économie locale. Or, le gouvernement libéral a décidé, sans aucune consultation, de priver les Canadiens de cette possibilité.
À cause de cette mesure, les petites coopératives de crédit devront affecter des sommes plus élevées pour couvrir les hypothèques, ce qui signifie qu'elles disposeront de moins de fonds pour accorder des prêts ailleurs dans la collectivité et que les taux d'intérêt augmenteront.
Tout cela ne fait qu’augmenter les coûts pour les coopératives de crédit et, par ricochet, pour leurs membres. C’est pourquoi un bon nombre des mesures proposées par le gouvernement libéral préoccupent autant les coopératives de crédit.
En fait, pour revenir à la question des hypothèques, tous les intervenants que nous avons entendus au comité des finances, y compris les intervenants choisis par les libéraux, étaient d’accord pour dire que ces changements auront des conséquences négatives de taille pour l’industrie et pour les Canadiens. Ils étaient également tous d’accord pour dire que les libéraux n'ont pas expliqué les raisons pour lesquelles ils tenaient absolument à prendre des mesures aussi punitives.
Les fonctionnaires qui ont comparu devant le comité étaient en mesure d’expliquer la nature des changements de politiques prévus, mais pas les raisons pour lesquelles le gouvernement souhaitait apporter ceux-ci. Je tiens à reconnaître le mérite de certains de mes collègues libéraux membres du comité. En effet, lorsque j’ai présenté une motion invitant le ministre des Finances à comparaître devant le comité pour expliquer les raisons pour lesquelles il pensait que ces changements étaient bons, ils m’ont soutenu et ont appuyé la motion. Il est important de souligner pour ceux qui ne le savent pas qu’il n’arrive pas souvent que des députés ministériels acceptent de faire comparaître l’un des ministres provenant de leur parti devant le comité des finances.
Pour en revenir à la motion, je pourrais en dire encore long sur le rôle important que jouent les coopératives de crédit dans ma circonscription et un peu partout au Canada. C'est pourquoi je suis heureux de l'appuyer. Depuis que je suis porte-parole adjoint en matière de finances, les coopératives de crédit m'ont beaucoup parlé des graves difficultés qu'elles éprouvent. Elles ont du mal à composer avec le fardeau administratif lié au respect de la réglementation imposée de manière universelle par Ottawa. Si nous appuyons la présente motion, ce que j'espère que feront tous les députés et tous les partis, alors nous devons faire plus pour reconnaître la valeur des coopératives. Nous devons les écouter et apporter les modifications nécessaires à la réglementation. Ces modifications ne coûteraient pas d'argent aux contribuables, mais elles aideraient au maintien d'un secteur financier plus robuste, plus diversifié et plus concurrentiel au Canada. Car c'est là ce que nous estimons tous être la clé de la prospérité.
Avant de terminer mon intervention, j'aimerais citer un bref extrait du témoignage livré par le Mouvement Desjardins devant le comité des finances. Son représentant, M. Bernard Brun a très bien résumé la situation lorsqu'il a dit que « [les] coopératives financières [du reste du pays] sont une partie intégrante et importante du système financier canadien et qu'il faut que les règles soient adaptées en conséquence ». Je suis tout à fait d'accord. Voilà pourquoi j'appuie la motion d'aujourd'hui. Je remercie les députés qui ont pris le temps de m'écouter.
Encore une fois, je remercie la députée de Brossard—Saint-Lambert d'avoir présenté la motion. Celle-ci nous rappelle que, lorsque nous sommes dans cette enceinte, nous devons songer aux intérêts des collectivités que nous représentons et ne pas systématiquement laisser des considérations politiques du moment dicter la voie à suivre. Pour améliorer les choses, il faut y mettre l'effort voulu. Par sa motion, la députée nous propose un moyen d'améliorer le sort des coopératives, y compris les coopératives de crédit, à la grandeur du pays.
View Robert Aubin Profile
NDP (QC)
View Robert Aubin Profile
2017-02-13 11:32 [p.8817]
Mr. Speaker, I want to start by saying that I cannot imagine any member of Parliament opposing this morning's motion, particularly if that member is from Quebec.
I will not claim that co-operatives were our brainchild and ours alone, but allow me to indulge in some nationalistic pride and say that Quebec has a significantly higher percentage of co-operative enterprises than any other province or territory in every sector across the board.
One well-known example is, of course, Desjardins, but within that model, I would like to draw the House's attention to what we call the school savings bank. From the time they start school, our children can deposit money in the school savings bank. This is their introduction to the co-operative model and that whole sector of the economy. In my day, kids could even deposit pennies. Every deposit, no matter how small, contributed to kids' financial literacy.
At the other end of the spectrum, many funeral co-operatives have sprung up in recent years. This means that the co-operative movement follows us from the cradle to the grave, so to speak, and in all sectors of the economy. There are university co-operatives, agricultural co-operatives, and health co-operatives. Basically, in every economic sector of our society, there is room for a co-operative economy.
This is particularly true in the social economy. We have an obligation to show solidarity and develop many, many co-op-based institutions. There is really no good reason to oppose this motion.
However, I do have one small reservation. Members who have been here for more than two elections will recall very clearly the tremendous amount of work Mauril Bélanger did on this file. I would also like to remind members of the huge amount of work done by one of our NDP colleagues during the 41st Parliament. Hélène LeBlanc worked very hard to advance the co-operative movement.
My only reservation is that we are debating a motion here today rather than any concrete application in legislation, such as the budget bill, for example, which will be introduced soon.
Let us look at the motion: the text of the motion recommends that the government recognize the important role co-operatives play in our economy and ensure that they continue to thrive. It would be hard to be against that. To achieve this goal, the motion calls on the federal government to develop a co-operative strategy with all the provincial and territorial partners. Finally, the motion proposes that the federal government provide periodic progress reports on goals and targets reached. It would hard to go against these principles. We would just like to see the machine speed up a bit.
Although I support the principle behind the motion, the recommendations are so vague and, as I was saying, so imprecise and repetitive that any tangible impact they might have will result only from the Liberal government's political will. Let us hope the will is there. I have no doubt about the substance of the motion, but as for the schedule, that remains to be seen. We will ensure that the Liberal government effectively keeps this promise.
For those watching our debates, let us reiterate that co-operatives are organizations where a member is both owner and client. Other than their sector, co-operatives have many things in common, including the democratic power of their members and their heavy involvement in their community. Co-operatives also share other commonalities with the NDP. In fact, the fundamental values of the co-operative movement are similar to those that define our policies, namely to work together to build equity between citizens and establish mutual trust.
The NDP has always advocated for co-operatives because they are resilient in times of economic crisis. Co-operatives are resilient because their business decisions are directly tied to their economic and social impact on the community in which they are based.
According to a study by Quebec's former economic development, innovation, and exports department, the survival rate of co-operatives is almost double that of conventional businesses.
I will read a quote by Bryan Inglis, vice-president of Co-op Atlantic’s Agriculture Division:
Due to these economic realities, we believe that cooperatives can play an important and strategic role. Given that cooperatives are enterprises that seek to meet member and community needs, which can be both economic and social, they're ideally positioned to meet the needs of both rural and urban communities. When conditions worsen, citizens look for opportunities to work together to come up with workable solutions.
Co-operatives are also vital to job creation. In Quebec, between 2000 and 2010, jobs in the co-operative sector increased by 25%, while jobs in the overall economy increased by less than 10%.
The co-operative movement also generates thousands of jobs across Canada. Over 155,000 people actively participate in this movement.
What is more, it is important to note that co-operatives are often great financial successes. According to a federal government study, non-financial co-operatives reported a total volume of business of $39.6 billion in 2012, which is an increase of 3% compared to 2011.
It is not just a small number of shareholders who reap the benefits of the co-operative movement's success. It is the communities being served by co-operatives.
As I was saying earlier, Quebec is seen as a champion of the co-operative movement, and I am proud to be part of it. There is no doubt that the co-operative movement has shaped our history. More than 20 years ago, the Quebec government established a co-operative investment plan that has helped many co-operatives get off the ground and flourish.
This political will has generated $393 million in new investments in co-operatives. Today, more than one million Quebeckers are members of a co-operative, and this sector employs more than 43,000 people. One in eight Quebeckers directly participates in the development of the co-operative sector.
When it comes to Quebec co-operatives, Mouvement Desjardins stands out, although, as I mentioned earlier, the co-operative movement is now active in all economic sectors. In Quebec, 70% of the population is a member of a Caisse populaire Desjardins and that includes me.
The Mouvement Desjardins was founded in 1900 by Alphonse Desjardins. At the time, traditional banks only lent money to business people, industrialists, and wealthy families. The working class only had access to loan sharks, which charged prohibitive interest rates. To address this injustice, Alphonse Desjardins created a system where the working class became its own banker. Mouvement Desjardins has been acknowledged as a major builder of Quebec's economy.
Although co-operatives play a vital role in the economy, the federal government has shown little interest in them since the 2010 forum on co-operatives. I find it interesting that the motion calls on the federal government to recognize the important role co-operatives play, as though that were not yet proven. What the co-operative movement needs is concrete measures to help it sustain its growth and keep providing services to communities.
That is why the NDP is demanding that the federal government implement tax advantages to help co-operatives thrive. That is a meaningful measure that could be introduced as early as the next budget. It is in keeping with the premise of the motion, but it goes further still.
For such measures to be as effective as possible, the Liberal government should also improve access to information about co-operatives across the country. Once the federal government has properly identified the needs, it will be able to target them better.
In conclusion, I would like to point out that, in the previous Parliament, the Liberal Party moved a motion calling for a special committee to study the importance of co-operatives. The committee's report, published in 2012, did a good job of proving their economic importance, and the Liberal Party issued a supplementary opinion, which I do not have time to quote, unfortunately.
To sum up, I will obviously be voting for the motion in the hope that we begin to see its impact as soon as possible with respect to certain bills.
Monsieur le Président, je vous annonce d'entrée de jeu que j'ai peine à croire et à voir comment un député à la Chambre pourrait s'opposer à la motion qui nous est présentée ce matin, particulièrement si ce député ou cette députée provient du Québec.
Nous n'allons quand même pas réclamer la paternité de la coopérative, mais soyons un peu chauvins et assumons très clairement que le pourcentage d'entreprises coopératives est nettement plus large au Québec que dans les autres provinces ou territoires, et ce, dans des secteurs d'activités touchant toutes les étapes de la vie.
Bien sûr, nous pourrions parler du modèle Desjardins, mais dans ce modèle, j'attirerais l'attention de la Chambre sur ce qu'on appelle chez nous la caisse scolaire. Grâce à cette caisse et dès les premières années de l'école élémentaire, nos enfants peuvent faire des dépôts d'argent et ils sont ainsi initiés au modèle coopératif et à tout le secteur économique. À mon époque, on pouvait même déposer le sou noir. Les dépôts, mêmes modestes, contribuent à façonner notre formation économique.
À l'autre bout du spectre, on a venu naître au fil des dernières années de très nombreuses coopératives funéraires. Le mouvement coopératif nous accompagne donc de la naissance jusqu'à la fin de nos jours, et ce, dans toutes les sphères de l'économie. On peut parler des coopératives universitaires, des coopératives agricoles et des coopératives de santé. Bref, dans chacun des domaines économiques de notre société, il y a une place pour l'économie coopérative.
C'est particulièrement vrai pour le domaine de l'économie sociale. On s'y est fait un devoir de solidarité et de développer de très nombreuses institutions par le biais de la coopérative. Il est donc difficile d'être contre cette motion.
Cependant, je me permettrai quand même un tout petit bémol. Ceux qui ont deux élections d'ancienneté ou plus se rappelleront très certainement le travail colossal effectué dans ce dossier par Mauril Bélanger. Je rappellerai aussi le travail très important d'une collègue néo-démocrate lors de la 41e législature. En effet, Hélène LeBlanc avait énormément travaillé pour la progression des coopératives.
Mon seul bémol, c'est qu'on n'en soit encore aujourd'hui qu'à une motion plutôt qu'à une application concrète dans des projets de loi, comme par exemple, dans le projet de loi du budget, que nous allons voir bientôt.
Voyons ce que dit la motion: le texte de la motion recommande au gouvernement fédéral de reconnaître l'apport des coopératives à notre économie et de stimuler leur croissance. Il est difficile d'être contre cela. Pour parvenir à cet objectif, la motion demande au gouvernement fédéral d'élaborer une stratégie de coopération avec l'ensemble des partenaires provinciaux et territoriaux. Enfin, la motion propose au gouvernement fédéral de publier des rapports périodiques afin d'évaluer l'atteinte des objectifs établis. Il est difficile d'aller à l'encontre de ces principes. Tout ce qu'on souhaiterait, c'est que la machine s'accélère un peu.
Bien que j'appuie le principe de la motion, les recommandations sont à un tel point vagues, et comme je le disais, peu précises et répétitives, que leurs répercussions concrètes sur les coopératives seront très nettement le résultat d'une volonté politique du gouvernement libéral. Espérons que cette volonté est là. Je n'ai pas de doute sur le fond de la motion, mais quant au calendrier, tout reste à voir. Nous veillerons donc à ce que le gouvernement libéral remplisse adéquatement cet engagement.
Pour ceux et celles qui suivent nos débats, les coopératives, rappelons-le, sont des organisations où les membres sont à la fois des propriétaires et des usagers. Au-delà de leur secteur d'activité, plusieurs points communs sont partagés par les coopératives, notamment, le pouvoir démocratique exercé par les membres et leur forte implication dans leur communauté. Les coopératives partagent aussi des points communs avec le NPD. En fait, les valeurs fondatrices du mouvement coopératif sont aussi celles qui définissent notre action politique, à savoir, travailler ensemble pour bâtir l'équité entre les citoyens et établir la confiance mutuelle.
Le NPD s'est toujours porté à la défense des coopératives, car elles font preuve de résilience en période de crise économique. Les coopératives sont résilientes, car leurs décisions d'affaires sont directement liées à l'impact économique et social sur le milieu dans lequel elles sont enracinées.
Selon une étude de l'ancien ministère québécois du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, le taux de survie des coopératives atteint presque le double de celui des entreprises conventionnelles.
Je vais lire une citation de Bryan Inglis, vice-président de la Division de l'agriculture de la Coop Atlantique:
En raison de ces réalités économiques, nous estimons que les coopératives peuvent jouer un rôle stratégique important. Étant donné que les coopératives sont des entreprises qui cherchent à satisfaire aux besoins de leurs membres et des collectivités qu'elles servent — des besoins qui peuvent être de nature économique ou sociale —, elles sont bien placées pour accomplir leur mission dans les collectivités rurales et les collectivités urbaines. Lorsque la situation économique se détériore, les gens ont tendance à trouver des occasions pour collaborer afin de concevoir des solutions pratiques.
Les coopératives sont aussi au coeur de la création d'emplois. Au Québec, entre 2000 et 2010, les emplois du secteur coopératif ont augmenté de 25 %, alors que ce chiffre était inférieur de 10 % pour l'ensemble de l'économie.
À l'échelle du Canada, le mouvement coopératif génère aussi des milliers d'emplois. Ce sont plus de 155 000 personnes qui prennent activement part à ce mouvement.
De plus, les coopératives sont souvent des succès financiers, rappelons-le. Selon une étude du gouvernement fédéral, les coopératives non financières ont déclaré un chiffre d'affaires total de 39,6 milliards de dollars en 2012, ce qui représente une hausse de 3 % par rapport à 2011.
Ce sont les communautés desservies par le mouvement coopératif qui jouissent de ces performances, au lieu que ce soit seulement une minorité d'actionnaires qui en récolte les bénéfices.
Comme je le disais tout à l'heure, le Québec est vu comme un champion du mouvement coopératif, et je suis fier d'en faire partie. Il ne fait aucun doute que le mouvement coopératif a façonné notre histoire. Depuis plus de 20 ans, le gouvernement québécois a instauré un Régime d'investissement coopératif qui a contribué à l'implantation et à la croissance de nombreuses coopératives.
Cette volonté politique a permis la réalisation de 393 millions de dollars en nouveaux investissements dans les coopératives. Aujourd'hui, plus d'un million de Québécois sont membres d'une coopérative, et ce secteur emploie plus de 43 000 personnes. C'est donc un Québécois sur huit qui participe directement au développement du secteur des coopératives.
Quand on parle des coopératives au Québec, il est à mon sens incontournable de faire référence au Mouvement Desjardins, bien que j'aie dit plus tôt que l'on pénètre maintenant l'ensemble des secteurs économiques. Au Québec, 70 % de la population est membre d'une caisse populaire Desjardins, et j'en suis.
Le Mouvement Desjardins a été fondé en 1900, par Alphonse Desjardins. À l'époque, les banques traditionnelles n'accordaient de prêt qu'aux commerçants, aux industriels ainsi qu'aux familles fortunées. La classe ouvrière avait seulement accès aux prêteurs usuraires, qui appliquaient des taux d'intérêt tout à fait prohibitifs. Pour répondre à cette injustice, Alphonse Desjardins finit par créer une structure où la classe ouvrière devient son propre banquier. Actuellement, l'histoire reconnaît le Mouvement Desjardins comme étant un grand bâtisseur de l'économie du Québec.
Malgré la pertinence des coopératives, pertinence démontrée à l'économie, la dernière fois que le gouvernement fédéral s'est intéressé à cet enjeu remonte au forum sur les coopératives, qui a eu lieu en 2010. D'ailleurs, c'est curieux que le texte de la motion demande au gouvernement fédéral de reconnaître la contribution des coopératives, comme si la démonstration était encore à faire. Ce dont a besoin le mouvement coopératif, c'est plutôt de mesures concrètes pour maintenir sa croissance et ses services aux communautés.
C'est pourquoi le NPD se tient debout afin d'exiger du gouvernement fédéral qu'il mette en place des ristournes fiscales, par exemple, pour aider au développement des coopératives. Voilà un geste concret que l'on pourrait voir apparaître dès le prochain budget, qui irait dans le sens de la motion mais en allant encore plus loin.
De plus, pour être le plus efficace possible, nous demandons au gouvernement libéral d'améliorer l'accès à l'information sur les coopératives partout au pays. C'est en identifiant adéquatement les besoins que le gouvernement fédéral saura mieux les cibler.
En conclusion, j'aimerais souligner que, lors de la précédente législature, le Parti libéral avait déjà déposé une motion qui demandait l'étude, par un comité spécial, de l'importance des coopératives. Publiée en 2012, cette étude a bien démontré leur importance économique, d'où l'opinion complémentaire du Parti libéral, que je n'aurai malheureusement pas le temps de citer.
Je résumerai mes propos en disant que je voterai évidemment en faveur de la motion, en espérant qu'on en voie les effets le plus tôt possible dans l'application d'un certain nombre de projets de loi.
View Jacques Gourde Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I would like to shine a light on a home-grown success, the Mouvement des caisses Desjardins. Founded in 1900 by Alphonse Desjardins in Lévis, where its headquarters are established, the credit union has distinguished itself this year as the second-strongest lender out of the 97 financial institutions on the list.
This year, short-term profits were maximized, which helped give the lender an advantage over the other banks.
Joining a caisse populaire makes you an owner. Alphonse Desjardins' idea was to pool individual resources to create a community. That way of thinking is completely in line with that of the Conservative government. We are working hard for all Quebeckers and Canadians so that Canada remains a prosperous country and a great place to live.
Monsieur le Président, j'aimerais porter à votre attention le succès d'un joyau de chez nous, le Mouvement des caisses Desjardins. Fondé en 1900 par Alphonse Desjardins, à Lévis, où est établi son siège social, le mouvement des coopératives d'épargne et de crédit se démarque cette année puisqu'il est au deuxième rang des institutions financières prêteuses les plus solides au monde sur 97 banques qui apparaissent au classement.
Cette année, les profits à court terme ont été maximisés, ce qui lui a permis de se retrouver dans cette position avantageuse par rapport aux autres banques.
Être membre d'une caisse populaire, c'est en être un propriétaire. L'idée d'Alphonse Desjardins était de mettre en commun les ressources de chacun afin de développer la communauté. Cette ligne de pensée rejoint tout à fait celle de notre gouvernement conservateur qui travaille ardemment pour tous les Québécois et les Canadiens, afin de demeurer un pays prospère où il fait bon vivre.
View Mauril Bélanger Profile
Lib. (ON)
View Mauril Bélanger Profile
2012-05-30 15:49 [p.8575]
moved:
That, a special committee be appointed to consider the status of cooperatives in Canada and to make recommendations by: (a) identifying the strategic role of cooperatives in our economy; (b) outlining a series of economic, fiscal and monetary policies for strengthening Canadian cooperatives as well as for protecting the jobs they create; (c) exploring the issue of capitalization of cooperatives, its causes, effects and potential solutions; (d) exploring whether the Canada Cooperatives Act of 1998 requires updating; (e) identifying what tools the government can use to provide greater support and a greater role to Canadian cooperatives; and that the committee consist of twelve members which shall include seven members from the government party, four members from the Official Opposition and one member from the Liberal Party, provided that the Chair is from the government party; that in addition to the Chair, there be one Vice-Chair from each of the opposition parties; that the committee have all of the powers of a Standing Committee as provided in the Standing Orders, as well as the power to travel, accompanied by the necessary staff, inside and outside of Canada, subject to the usual authorization from the House; that the members to serve on the said committee be appointed by the Whip of each party depositing with the Clerk of the House a list of his or her party’s members of the committee no later than June 8, 2012; that the quorum of the special committee be seven members for any proceedings, provided that at least a member of the opposition and of the government party be present; that membership substitutions be permitted to be made from time to time, if required, in the manner provided for in Standing Order 114(2); and that the Committee report its recommendations to this House no later than November 30, 2012.
He said: Mr. Speaker, to begin the debate I would like to quote UN Secretary General Ban Ki-moon in English and in French. In French, to mark International Year of Cooperatives, he said:
Les coopératives rappellent à la communauté internationale qu’il est possible d’allier la vitalité économique à la responsabilité sociale.
In English he said:
Cooperatives are a reminder to the international community that it is possible to pursue both economic viability and social responsibility
That is the message of this International Year of Cooperatives.
Given the declaration of the United Nations of 2012 as the International Year of Cooperatives, I have been appointed as Liberal advocate for co-operatives by the Liberal leader, the member for Toronto Centre, earlier this month. I thank him for that.
The newly created role of advocate for co-operatives is based on openness, collaboration and awareness. It avoids partisanship to the greatest extent possible. It is meant to be a progressive, positive and evidence-based role. I fully intend to promote Canadian co-operatives and their values as well as assist them to the best of my abilities.
Since my appointment a little earlier this month, I have had the opportunity to meet with representatives of the two major national co-operative associations, the Canadian Co-operative Association and the Conseil canadien de la coopération et de la mutualité. I also toured some co-operatives, including an agricultural co-operative, the Coop AgriEst in Saint-Isidore, not far from here, which was established by proud eastern Ontario farmers. This co-operative is doing very well and has increased its sales from $10 million to $40 million in 10 years.
I also had the pleasure of attending the grand opening of the new multi-service building of the Coopérative de solidarité multiservices Montauban, in Notre-Dame-de-Montauban, a small town with a population of less than 1,000 located north of Shawinigan. I was there with my Liberal colleague, the member for Saint-Maurice—Champlain. I hope she will have time, a little later this afternoon, to talk more about this town's initiative.
Everything I have learned since my appointment from my meetings, visits, reading and personal experience has been confirmed by survey results published this week by iPolitics.
I quote from the text written by David Coletto, CEO of Abacus Data. It is as follows:
In mid-May, Abacus Data was retained by the Canadian Co-operative Association to conduct a national public opinion survey to understand what Canadians know and how they feel about co-operatives. The results of the survey found a strong appetite among Canadians for the co-operative model and most Canadians, especially in Western Canada and Quebec, are already members of one or more.
Here are some of the key findings of the survey: Eight in ten Canadians (83%) said they would prefer to shop at a locally-owned business that shares its profit among member-owners and invests in the local community over a privately owned company that is part of a larger chain and well known throughout Canada. The respondents were told to assume price, service, quality, and convenience were all equal.
Over eight in ten Canadians (85%) had heard of a co-operative before, with awareness highest in Atlantic Canada, Quebec, and the Prairie provinces.
A large majority of Canadians said they were either very or somewhat familiar with co-operatives, including credit unions. Ontarians and Quebecers were the least familiar with them.
Only 5% of Canadians were aware that 2012 is the International Year of Co-operatives.
The survey also asked respondents to complete an exercise in which they were shown a series of attributes that could apply to a business and asked whether the attribute best applied to a co-operative or another business. The survey found that Canadians clearly distinguish between co-operatives and other types of business.
Over eight in ten Canadians believed that co-operatives were better than other businesses in supporting their community’s values, having a democratic structure, supporting their local economy, and selling locally produced products. They were also perceived to be better in how they treat their employees and customers, and in their social and environmental practices.
As the Liberal advocate for Cooperatives, I believe that it is important to reach out, to meet with representatives of organizations, and to get out into the community to have a better understanding of the reality of Canada's co-operatives.
The motion has already been read and therefore I will not read it again. I believe it is quite straightforward.
I would like, however, to highlight that a great advantage of this motion is that it will give Parliament and Canadians and co-operatives across the country the ability to really participate in the International Year of Cooperatives. It will help focus the efforts that would be welcomed, perhaps needed, by the Government of Canada to eventually foster a greater milieu favourable to the co-operative sector.
As members know, co-operatives have long played an important role in the development of the Canadian economy. We need only think of agriculture and the first agricultural co-operatives established more than a century ago.
In a 2009 report from the CCA and the CCCN, two large national co-operative organizations, we learn that agricultural co-operatives in Canada have a long and fruitful history as drivers of rural economies and mainstays of many communities across the country.
I am sure my colleague from Malpeque will have more to say on that subject.
The oldest co-op in Ottawa is Alterna. Founded in 1908 as the Civil Service Savings and Loan Society, it was originally a credit union for public servants. Then, a few years later, the Caisse populaire Desjardins Rideau was created, which just celebrated its 100th anniversary.
In a way, the Desjardins Group, which today has over five million members, mainly in Quebec but also in other parts of the country, started here in this House. When the movement's founder, Alphonse Desjardins, was a clerk in this House, he was working to develop a legal framework that would lead to the creation of co-operatives, particularly financial ones, across the country.
He and his wife Dorimène then moved to Lévis where they started the Desjardins Group, which is now celebrating its 110th anniversary. This is the fifth largest financial institution in the country, which shows the significance of the co-operative movement in Canada.
In recent history, we can talk about housing co-operatives, which are much more than a simple place to live. A housing co-operative is a legal association based on co-operative principles that is formed to provide its members with permanent housing. In Canada, approximately a quarter of a million people live in housing co-operatives, which play a very important role in our economy and our communities.
Here are a few facts to justify setting up a special committee, as requested in the motion, to mark the International Year of Cooperatives.
Today, more than 18 million Canadians are members of co-operatives. This is a very impressive statistic. The website for the International Year of Cooperatives in Canada states that there are approximately 9,000 co-operatives in Canada, including more than 2,200 housing co-operatives, as I mentioned earlier, which are home to more than 250,000 people; there are more than 1,300 agricultural co-ops; more than 650 retail co-operatives; more than 900 credit unions and caisses populaires with close to 11 million members throughout the country; about 450 co-ops offering childcare or early childhood education—these co-ops, by the way, are Quebec's second-largest private employer; more than 600 worker co-ops—owned by the employees—with a total membership of over 13,000; and more than 100 healthcare co-operatives.
Today, co-operatives including credit unions control assets evaluated at more than $250 billion and employ more than 150,000 people. It is well known that the co-operative concept makes it possible to set up the kind of projects that lack the critical mass needed to trigger private sector investment. For instance, at least 2,000 communities are served by at least one credit union. More than 1,100—more than half of those 2,000 communities—have only one financial institution.
This means that 1,100 communities in Canada rely on the co-operative movement for their financial institution.
Here is another important fact: the survival rate of co-ops is higher than that of private sector businesses. In addition, the rate of job creation is extraordinary, as is the solidity of cooperatives during financial crises.
I would like to draw attention to some comments by Jean-François Lisée in an article published in L'actualité dated March 1, 2012. Mr. Lisée underlined the fact that co-ops are more resilient than private sector companies. In fact, among co-operatives, after five years of operation, the resiliency rate is said to be 77% higher than in the private sector, and after 10 years of operation, more than 54% of co-operatives are more resilient than private sector businesses.
The other advantage, of course, is that co-operatives do not relocate. We will never see a co-operative moving its jobs abroad in order to increase its profits, so this means greater solidarity and greater stability in these strong communities that invest in their own future.
There have been examples elsewhere in the world. Mr. Lisée gave the example of Argentina, where, when a business is in danger of going bankrupt or being shut down, the employees and management would be able to make the first offer to buy it and turn it into a co-operative. This interesting initiative was passed in Argentina last June.
Similarly, in France, when there is a public tendering process, a co-operative will win the contract. Those are two examples of countries that realized that having co-operatives and encouraging co-operative development in their country was beneficial.
Unfortunately, it is well known that co-operatives sometimes struggle to get the capital they need to get started and expand. A special committee could examine the cases and the potential solutions. Would it not also be helpful to treat financial investors in co-ops the same way as investors in private companies?
Lastly, as the motion states, the Canada Cooperatives Act was passed in 1998. It may be time to review it.
I believe that the government wants to propose an amendment. We will see about that shortly. However, I think that creating a special committee that would work until November—the motion requires the committee to report in November—would perhaps be the best way to show that Parliament is serious about the co-operative movement. Members must not forget that this movement exists in a number of sectors and not only in industry. It exists in the financial, health, child care and housing sectors. It is important for one committee to focus solely on this issue without having to deal with anything else. A standing House committee could end up examining a bill or House resolution or could end up having to take care of a crisis, and it would have to set aside its examination of this important motion during the International Year of Cooperatives.
That is why I think that appointing a special committee whose mandate would expire at the end of November would be the best way for Parliament and the government to show how serious they are. They should support co-operatives and ensure that, during the International Year of Cooperatives, they can take a closer look to see where it would be beneficial to add new programs, change the conditions of other programs or budget votes so that the co-operative world can benefit from them. We would all benefit from that.
That is what I wanted to say about the motion before us. I hope that the hon. members of the House will look favourably on this resolution, which is not partisan in the least. I have tried to avoid partisanship because I think there are people from all parts of the political spectrum in the co-operative movement. Political allegiances must not get in the way of considering this type of issue.
As parliamentarians, we have to appreciate the initiatives of our communities, appreciate the values they convey and strengthen them.
I hope that, over the course of this afternoon's debate, we will learn that the government has decided to support and vote in favour of this resolution.
propose:
Qu'un comité spécial soit créé afin d'examiner la situation des coopératives au Canada et de formuler des recommandations en: a) identifiant le rôle stratégique des coopératives au sein de notre économie; b) précisant une série de politiques sur les questions économiques, fiscales, et monétaires qui permettront à la fois de renforcer les coopératives canadiennes et de protéger les emplois qu'elles créent; c) explorant la problématique de la capitalisation des coopératives, ses causes, ses effets et ses pistes de solutions; d) explorant s'il y a lieu de mettre à jour la Loi sur les coopératives, adoptée en 1998; e) recherchant les moyens à la disposition du gouvernement pour donner davantage de soutien et de place aux coopératives canadiennes; et que le Comité soit composé de douze membres, dont sept membres du parti gouvernemental, quatre membres de l'Opposition officielle, un membre du Parti libéral, pourvu que le président soit issu du parti gouvernemental; qu'en plus du président, un vice-président provienne de chaque parti de l'opposition; que le comité dispose de tous les pouvoirs que le Règlement confère aux comités permanents, en plus du pouvoir de voyager, accompagné du personnel nécessaire, à l'intérieur et à l'extérieur du Canada, sujet à l'autorisation habituelle de la Chambre; que le comité soit composé des députés inscrits sur une liste que le whip de chaque parti déposera auprès de la Greffière de la Chambre, au plus tard le 8 juin 2012; que le quorum du comité spécial soit fixé à sept membres pour toute délibération, sous réserve qu'un membre de l'opposition et un membre du parti gouvernemental soient présents; que les membres de ce comité puissent, à l'occasion, et si nécessaire, se faire remplacer conformément aux dispositions de l'article 114(2) du Règlement; que le comité fasse rapport de ses recommandations à la Chambre au plus tard le 30 novembre 2012.
— Monsieur le Président, pour commencer le débat, j'aimerais donner une citation du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, en anglais et en français. En français, pour souligner l'Année internationale des coopératives, il a dit ceci:
Les coopératives rappellent à la communauté internationale qu’il est possible d’allier la vitalité économique à la responsabilité sociale.
En anglais, il a dit:
Cooperatives are a reminder to the international community that it is possible to pursue both economic viability and social responsibility.
C'est le thème qui anime cette Année internationale des coopératives.
Puisque les Nations Unies ont proclamé 2012 l'Année internationale des coopératives, plus tôt ce mois-ci, j'ai été nommé défenseur libéral en matière de coopératives par le chef du Parti libéral, le député de Toronto-Centre. Je l'en remercie.
Ce nouveau rôle de défenseur des coopératives est fondé sur l’ouverture, la collaboration et la sensibilisation, et il évite le plus possible la partisanerie. Il s’agit d’un rôle progressiste, positif et fondé sur les données. J’ai l’intention de promouvoir les coopératives canadiennes et leurs valeurs, ainsi que de les aider au mieux de mes connaissances.
Depuis ma nomination un peu plus tôt ce mois-ci, j'ai eu l'occasion de rencontrer les représentants des deux grandes associations nationales des coopératives, soit l'Association des coopératives du Canada et le Conseil canadien de la coopération et de la mutualité. J'ai également visité des coopératives, dont une est une coopérative agricole, la Coop AgriEst à Saint-Isidore, pas loin d'ici, qui a formé de fiers agriculteurs de l'Est ontarien. Cette coopérative a le vent dans les voiles et a augmenté son chiffres d'affaires de 10 millions à 40 millions de dollars en l'espace de 10 ans.
J'ai également eu le plaisir, le 19 mai dernier, d'assister à l'inauguration officielle du nouveau bâtiment multiservices pour la Coopérative de solidarité multiservices Montauban, à Notre-Dame-de-Montauban, une petite localité de moins de 1 000 habitants située au nord de Shawinigan. J'y étais avec ma collègue libérale, la députée de Saint-Maurice—Champlain. J'espère qu'elle aura le temps, un peu plus tard cet après-midi, d'élaborer sur cette initiative dans cette localité.
Tout ce que j'ai appris depuis cette nomination, ces rencontres, mes visites, mes lectures et mon expérience personnelle m'a été confirmé par les résultats d'un sondage rendu public cette semaine par le groupe iPolitics.
Je vais citer un texte rédigé par le président d'Abacus Data, David Coletto:
À la mi-mai, l'Association des coopératives du Canada a retenu les services du cabinet Abacus Data, qui a mené un sondage d'opinion publique à l'échelle nationale afin de déterminer que ce que les Canadiens savent des coopératives et ce qu'ils en pensent. Les résultats de ce sondage ont montré que les Canadiens s'intéressent grandement au modèle coopératif et que la plupart des Canadiens, plus particulièrement ceux de l'Ouest du Canada et du Québec, sont déjà membres d'au moins une coopérative.
Voici quelques-uns des principaux résultats du sondage. Huit Canadiens sur dix (83 p. 100) ont déclaré qu'ils préféreraient faire leurs achats dans une entreprise locale qui partage ses bénéfices avec les membres-propriétaires et investissent à l'échelle locale, plutôt que dans une entreprise privée qui fait partie d'une grande chaîne qui est bien connue partout au Canada. Nous avons demandé aux répondants de supposer que les prix, le service, la qualité et l'aspect pratique étaient les mêmes dans les deux cas.
Plus de huit Canadiens sur dix (85 p. 100) avaient déjà entendu parler des coopératives. La proportion de gens qui en avaient déjà entendu parler était plus élevée au Canada atlantique, au Québec et dans les Prairies.
Une grande majorité de Canadiens ont dit qu'ils connaissaient très bien ou assez bien les coopératives, y compris les coopératives de crédit. Les Ontariens et les Québécois étaient ceux qui les connaissaient le moins.
Seulement 5 p. 100 des Canadiens savaient que 2012 est l'Année internationale des coopératives.
On a aussi demandé aux répondants de faire un exercice. Ainsi, on leur a montré une série de caractéristiques qui pouvaient correspondre à une entreprise et on leur a demandé si chaque caractéristique correspondait mieux à une coopérative ou à un autre type d'entreprise. On a ainsi pu déterminer que les Canadiens font très bien la distinction entre les coopératives et les autres types d'entreprise.
Plus de huit Canadiens sur dix croyaient que les coopératives réussissent mieux que les autres entreprises à appuyer les valeurs de la population locale, à instaurer une structure démocratique, à appuyer l'économie locale et à vendre des produits locaux. Ils croyaient aussi que les coopératives traitent mieux leurs employés et leurs clients et adoptent de meilleures pratiques sociales et environnementales.
À titre de défenseur des coopératives pour le Parti libéral, je crois qu'il est important d'aller au-devant, de rencontrer les représentants d'organismes, et d'être présent sur le terrain afin de mieux connaître la réalité vécue par les coopératives du pays.
Comme la lecture de la motion a déjà été faite, je vais éviter de la faire à nouveau; je crois que c'est assez clair.
Toutefois, j'aimerais souligner qu'un des grands avantages de cette motion, c'est qu'elle donnera aux parlementaires, aux Canadiens et aux coopératives partout au pays l'occasion de participer concrètement à l'Année internationale des coopératives. Elle aidera le gouvernement du Canada à déployer les efforts souhaités, voire nécessaires, pour encourager la création d'un milieu plus favorable au secteur coopératif.
Comme plusieurs d'entre vous le savent, les coopératives ont joué un rôle important dans le développement de l'économie canadienne, et ce, depuis fort longtemps. Il suffit de penser au domaine de l'agriculture et au début des coopératives agricoles depuis plus d'un siècle.
Dans un rapport publié en 2009 par l'Association des coopératives du Canada et le Conseil canadien de la coopération et de la mutualité, deux grandes organisations coopératives nationales, nous apprenions que les coopératives agricoles canadiennes sont depuis longtemps d'excellents moteurs économiques en milieu rural et des points d'appui dans de nombreuses localités partout au pays.
Je suis persuadé que mon collègue de Malpeque en aura plus long à dire là-dessus.
La plus vieille coop d'Ottawa est Alterna. Fondée en 1908 sous le nom de Civil Service Savings and Loan Society, elle était à l'origine une coopérative de crédit pour les fonctionnaires. Par la suite, quelques années après, la Caisse populaire Desjardins Rideau a vu le jour. D'ailleurs, elle vient tout juste de célébrer son centenaire.
En quelque sorte, le Mouvement Desjardins, qui représente aujourd'hui au-delà de 5 millions de membres principalement au Québec mais également ailleurs au pays, est né ici même à la Chambre. Son créateur, Alphonse Desjardins, alors qu'il était un greffier de la Chambre, travaillait à élaborer un cadre juridique qui mènerait effectivement à la création de coopératives un peu partout au pays, surtout des coopératives financières.
Son épouse, Dorimène, et lui se sont ensuite rendus à Lévis et c'est là qu'a commencé le Mouvement Desjardins, qui célèbre maintenant ses 110 ans. Il s'agit de la cinquième plus grande institution financière au pays. Cela montre bien la signification du mouvement coopératif au pays.
Pour ce qui est de l'histoire récente, on peut parler des coopératives d'habitation, qui sont bien davantage que de simples logements. Il s'agit d'une association légale formée dans le but de fournir des logements permanents à ses membres en tenant compte des principes coopératifs. Au pays, environ un quart de million de personnes vivent dans des coops d'habitation. Ces coopératives occupent une place très importante dans l'économie et dans nos communautés.
Voici quelques faits qui justifient l'existence d'un comité spécial, comme le demande la proposition, pour souligner l'Année internationale des coopératives.
De nos jours, plus de 18 millions de Canadiens sont membres d'une coopérative. Dix-huit millions de Canadiens, ce n'est pas rien. En consultant le site de l'Année internationale des coopératives au Canada, on constate qu'il y a environ 9 000 coopératives au pays, dont plus de 2 200 coopératives d'habitation, comme je l'ai mentionné tout à l'heure, qui logent près de 250 000 personnes; plus de 1 300 coopératives agricoles; plus de 650 coopératives de commerçants; près de 900 coopératives de crédit et de caisses populaires, qui comptent près de 11 millions de membres en tout et partout au pays; environ 450 coopératives de garde d'enfants et d'éducation de jeunes enfants — en passant, il s'agit du deuxième employeur privé en importance au Québec —; plus de 600 coopératives de travailleurs qui appartiennent aux employés et qui comptent au total plus de 13 000 membres; et plus de 100 coopératives en soins de santé.
Aujourd'hui, les coopératives, y compris celles de crédit, ont des actifs évalués à plus de 250 milliards de dollars et emploient plus de 150 000 personnes. Il est bien connu que le concept de la coopérative permet la création de projets là où le secteur privé n'y verrait pas la masse critique nécessaire. À titre d'exemple, il y aurait au moins 2 000 collectivités desservies, chacune d'entre elles, par au moins une coopérative de crédit. Or plus de 1 100 — donc plus de la moitié de ces 2 000 collectivités — ne comptent qu'une seule institution financière.
C'est donc dire que 1 100 communautés au pays dépendent du mouvement coopératif pour leurs institutions financières.
Voici un autre fait important: le taux de survie des coopératives est plus élevé que celui des entreprises du secteur privé. En outre, le rythme de création d'emplois, de même que la solidité des coopératives pendant la crise financière, sont remarquables.
Je signalerai certains commentaires d'un article paru dans L'actualité du 1er mars 2012 et signé par Jean-François Lisée. Il a souligné que les coops ont une plus grande résilience que le secteur privé. En effet, dans les coopératives, après cinq ans d'exploitation, le taux de résilience serait de 77 p. 100 plus élevé que dans le secteur privé, et après 10 ans d'exploitation, plus de 54 p. 100 des coopératives résisteraient mieux que les entreprises du secteur privé.
L'autre avantage, naturellement, c'est que les coopératives ne se délocalisent pas. On ne verra jamais une coopérative déménager ses emplois à l'étranger pour augmenter ses profits. Cela assure donc une certaine solidarité et une certaine pérennité à ces communautés fortes qui investissent dans leur propre avenir.
Il y a eu des exemples ailleurs dans le monde. Monsieur Lisée donne l'exemple de l'Argentine où, dans une entreprise menacée de faillite ou de cessation d'activités, les employés et les cadres auraient la possibilité de faire la première offre d'achat pour la transformer en coopérative. Cette initiative intéressante aurait été adoptée en juin dernier en Argentine.
En France, lors d'un appel public d'offres, à égalité, une coopérative décrochera le contrat. Ce sont deux exemples de pays qui ont constaté que le fait d'avoir des coopératives et d'encourager le développement coopératif sur leur territoire était avantageux.
Malheureusement, il est bien connu que les coopératives ont parfois de la difficulté à avoir le capital nécessaire pour démarrer et prendre de l'expansion. Un comité spécial pourrait étudier les causes et les pistes de solution possibles. Ne serait-il pas également utile de s'assurer d'un traitement fiscal d'investisseurs aussi favorable dans les coops que dans les sociétés privées?
Finalement, la Loi canadienne sur les coopératives a été adoptée, comme on le disait, en 1998. Il serait peut-être temps de la revoir.
Je crois comprendre que le gouvernement voudrait peut-être proposer un amendement. On verra ça tout à l'heure. Toutefois, je pense que la création d'un comité spécial qui, en fin de compte, travaillerait jusqu'au mois de novembre — la résolution exige qu'il fasse rapport en novembre —, serait peut-être la façon la plus appropriée de démontrer le sérieux des parlementaires vis-à-vis le mouvement coopératif. N'oublions pas que ce mouvement travaille dans plusieurs domaines et pas seulement dans celui de l'industrie. Il travaille dans le domaine fiscal, en santé, en garderies et en logement. Il serait important qu'un comité puisse traiter uniquement de ce dossier, sans avoir à s'occuper d'autre chose. En effet, il peut arriver qu'un comité permanent de la Chambre se voie référer un projet de loi ou une résolution de la Chambre, ou qu'il doive s'occuper d'une situation de crise. Il devrait donc mettre de côté, durant l'Année internationale des coopératives, l'importante résolution devant nous.
C'est pourquoi je pense que la création d'un comité spécial dont le mandat expirerait à la fin de novembre serait peut-être la mesure la plus appropriée pour que le Parlement et le gouvernement démontrent le sérieux de leurs intentions. Ils doivent appuyer les coopératives et faire en sorte que, durant l'Année internationale des coopératives, celles-ci puissent faire le tour du jardin et constater où il y aurait avantage à insérer de nouveaux programmes, modifier les conditions de certains autres ou de certains crédits pour que le monde coopératif puisse en bénéficier. Nous en bénéficierons tous également.
Voilà ce que j'avais à dire sur la motion devant nous. J'espère que les députés de la Chambre verront d'un bon oeil cette résolution, qui n'est aucunement partisane. J'ai tenté d'éviter toute partisanerie, parce que je pense qu'on retrouvera dans le mouvement coopératif canadien des gens de toutes allégeances politiques. Il faut faire abstraction des allégeances politiques lorsqu'on étudie un tel dossier.
Comme parlementaire, il faut apprécier les initiatives de nos communautés, apprécier les valeurs qu'elles véhiculent et les renforcir.
J'espère qu'au cours du débat cet après-midi, on aura l'occasion d'apprendre que le gouvernement a décidé de soutenir et de voter en faveur d'une telle résolution.
View Thomas Mulcair Profile
NDP (QC)
View Thomas Mulcair Profile
2010-12-07 14:03 [p.6911]
Mr. Speaker, who would have believed that 110 years after Alphonse Desjardins literally sat down at his kitchen table and came up with the idea of a savings and loan co-operative, which he then made a reality, the Desjardins Movement would be awarded the prestigious Bank of the Year 2010—Canada award by British magazine The Banker, published by the Financial Times of London?
This is a tribute to the Desjardins Movement's financial strength, but it is the credit union's presence in our communities, the fact that its members participate in managing the movement, and its involvement in sustainable development that made Desjardins so deserving of this award.
Desjardins Group has just been awarded the title of Canadian bank of the year by the international financial affairs publication, The Banker, which is owned by the Financial Times of London. This recognition is well deserved for an institution which, for 110 years, has proven the wisdom of the co-operative model.
Congratulations to the Desjardins Movement.
Monsieur le Président, qui aurait pu croire que 110 ans après qu'Alphonse Desjardins ait littéralement, sur le coin de sa table de cuisine, imaginé et mis sur pied une coopérative d'épargne et de crédit, le Mouvement Desjardins se verrait remettre le titre convoité d'institution bancaire de l'année 2010 au Canada par le magazine britannique The Banker publié par le Financial Times de Londres?
La solidité financière du Mouvement Desjardins a certes été honorée, mais ce sont surtout l'enracinement des caisses au sein de nos communautés, la participation de ses membres dans la gestion du mouvement et son implication en matière de développement durable qui ont fait que Desjardins a atteint cette reconnaissance.
La revue d'affaires financières internationales The Banker, qui appartient au Financial Times de Londres, vient de décerner au Mouvement Desjardins le titre d'institution bancaire canadienne de l'année. Il mérite bien cette reconnaissance parce que, depuis 110 ans, il démontre la sagesse du modèle coopératif.
Bravo au Mouvement Desjardins!
View Steven Blaney Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I have a passage to read.
You might say you have only a few pennies. I say that is just fine because with pennies we can work wonders.
Those prophetic words by Alphonse Desjardins, seconded by his loving wife Dorimène, eventually led to Canada's largest financial co-operative movement.
This week, we are celebrating the 110th anniversary of the founding of the first caisse populaire in Lévis.
Today, the Desjardins Group's fame has spread well beyond its headquarters in Lévis with almost 6 million members and assets worth over $175 billion. It is not surprising that the British magazine The Banker gave the Desjardins Group the prestigious title of “Bank of the Year 2010 - Canada”
As the member for Lévis—Bellechasse, I join my voice to that of all the political parties and all hon. members of the House to offer the members of Desjardins, its staff, its talented president Monique Leroux, and the president of the Lévis branch, that great Lévis citizen Clément Samson, my best wishes and my most sincere congratulations.
Monsieur le Président, je vais lire le passage suivant:
Vous n'avez que des sous, me direz-vous. Je suis tenté de vous dire tant mieux, car c'est avec des sous que l'on fait des prodiges!
De ces paroles prophétiques d'Alphonse Desjardins, secondé par sa fidèle épouse Dorimène, allait naître le plus grand mouvement financier coopératif canadien.
Cette semaine, nous célébrons le 110e anniversaire de la fondation de la première caisse populaire à Lévis.
Aujourd'hui, le Mouvement Desjardins rayonne plus que jamais de son siège social de Lévis avec près de 6 millions de membres et un actif de plus de 175 milliards de dollars. Il n'est pas surprenant que la revue britannique ait décerné au Mouvement Desjardins ce prestigieux titre de Banque de l'année 2010 au Canada.
Comme député de Lévis—Bellechasse, je joins ma voix à celle de toutes les formations politiques et de tous les députés de la Chambre pour offrir aux membres de Desjardins, au personnel, à sa talentueuse présidente, Monique Leroux, ainsi qu'au président de la caisse de Lévis, le grand Lévisien Clément Samson, mes meilleurs voeux et mes plus sincères félicitations.
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, today, I would like to congratulate Desjardins Group, which was awarded the title of “Bank of the Year 2010 - Canada” by the prestigious British magazine, The Banker, published by the Financial Times.
This is the first time in Desjardins's history that it has participated in this competition and it is the first time that a Canadian cooperative financial institution has won this prestigious title. Desjardins Group was certainly recognized for its performance and business model, but also for its corporate culture, its role as a leader in sustainable development, its community involvement and its charitable work around the world.
Desjardins Group is a Quebec and Canadian success story that we can all be proud of. It is a pleasure to congratulate it today on receiving this important honour.
Monsieur le Président, aujourd'hui, j'aimerais féliciter le Mouvement des caisses Desjardins, qui s'est vu décerner le titre de « Bank of the Year 2010 — Canada » par la très reconnue revue britannique The Banker du Financial Times.
Il s'agissait d'une première participation du Mouvement Desjardins à ce concours, et c'est la première fois qu'une coopérative financière canadienne remporte ce titre prestigieux. Le Mouvement Desjardins a certes été reconnu pour sa performance et son modèle d'affaires, mais aussi pour sa culture organisationnelle, son rôle de leader en matière de développement durable, son implication dans les communautés et ses actions charitables dans le monde.
Le Mouvement Desjardins est une grande réussite québécoise et canadienne dont nous pouvons tous être fiers. Je suis heureux de le féliciter aujourd'hui d'avoir reçu cet honneur important.
View Robert Carrier Profile
BQ (QC)
View Robert Carrier Profile
2010-12-06 14:07 [p.6842]
Mr. Speaker, on December 6, 1900, Dorimène Roy-Desjardins and Alphonse Desjardins founded a financial co-operative movement in Quebec.
One hundred and ten years later, Desjardins Group has been awarded a 2010 Bank of the Year award by The Banker, a publication of the Financial Times of London, England.
With 5.8 million members and clients, 6,200 elected officers running its credit unions, caisses populaires and other organizations, as well as 42,200 employees, Quebec's co-operative model was rewarded for the professional management of its $157.2 billion in assets.
Its community roots, participatory democracy and local involvement were also commended. Last month it also received the Quebec corporate citizenship prize for its social agenda, notably its sustainable development policies.
I would like to congratulate the Desjardins Group, an institution that so wonderfully highlights Quebec's distinct character.
Monsieur le Président, le 6 décembre 1900, Dorimène Roy-Desjardins et Alphonse Desjardins créaient le mouvement coopératif financier du Québec.
Cent dix ans plus tard, la revue The Banker, publication du Financial Times de Londres, décerne le titre de banque de l'année 2010 au Mouvement Desjardins.
Ainsi, le modèle coopératif québécois, avec ses 5,8 millions de membres et de clients, ses 6 200 élus à la barre de ses caisses et organismes et ses 42 200 travailleurs, est salué pour la gestion professionnelle de ses 157,2 milliards de dollars d'actifs.
Son enracinement communautaire, sa démocratie participative et son implication régionale sont aussi soulignés. D'ailleurs, le grand Prix québécois de l'entreprise citoyenne lui a été octroyé le mois dernier pour son bilan social, notamment pour ses politiques de développement durable.
Je tiens à féliciter le Mouvement Desjardins, une institution qui souligne tellement bien le caractère différent du Québec.
View Nicole Demers Profile
BQ (QC)
View Nicole Demers Profile
2010-04-12 13:21 [p.1332]
Mr. Speaker, I listened carefully to my colleague's speech and she is right on several counts, particularly concerning the fact that this budget does not fulfill the goals of Quebeckers and Canadians.
This is confirmed by the fact that, in all 880 pages of the budget implementation bill, there is absolutely nothing for women. I have to wonder what this government has against women. Why does it refuse to recognize 52% of the population, and always prepare budgets, and budget implementation bills that completely ignore this segment of the population?
Worse still, we submitted some very sensible, very pertinent proposals to the government concerning certain issues. None of our proposals appears in the 2010-11 budget implementation bill. Freezing the salaries of MPs and senators does not matter all that much. However, refusing to improve access to employment insurance for our workers is indeed a serious matter. It is appalling.
I did not see a single measure in this budget that would allow me to believe that the government has learned anything over the past two years, that it learned anything from the presentations and demands—made before various committees—to restore certain programs and measures that were cut over the past four years. Women are the big losers in budget 2010-11.
If this budget had included a section telling us that the court challenges program was being restored, that would have made it much more interesting. If it had included measures to bring back the 16 Status of Women offices, we could have found something positive in this budget; but it does not contain any of that.
The budget included money for first nations women, specifically, for the Sisters in Spirit initiative. However, we do not know where that money will go. We do not know if the Sisters in Spirit program will benefit from it, or if the Department of Justice or Department of Public Safety will develop projects or programs using that money as they see fit. It would have been interesting to get more details.
We also saw that instead of making it easier for people to access employment insurance benefits, the government is going to take the money from the EI fund, just as it did in 1995, a total of $57 billion as of March 30. Once again, the government is going to rob those who work five, six or seven days a week to make a living. Once again, the government is taking the money they invested in the EI fund to protect themselves against layoffs and hard times. They will not have access to that money.
It is hard to believe that the government has people's best interests at heart when it says it is going to allow Canada Post to privatize some of its services. I have a hard time believing that this is a good thing.
I have a hard time believing that the caisses populaires Desjardins—of which I have been a member for many years and where I do my banking—want to have to have a federal charter to keep doing business. We are told that this would be done on a voluntary basis. But we know that when the government says something is being done on a voluntary basis in the financial markets, the word “voluntary” does not have the same meaning.
It is possible to be caught in a vise and forced to meet certain criteria. The caisses populaires Desjardins might have to comply with these new rules. Certainly, the banks would not agree to let the caisses populaires Desjardins keep on selling insurance and to allow Quebec to keep the system it has.
The budget does nothing to fulfill Quebeckers' goals, let alone those of Canadians. We heard this repeatedly at the Standing Committee on the Status of Women. People came to testify about the Canada and Quebec pension plans. They told us time and time again that the plans were not designed to meet women's needs. And the budget does nothing to fix that.
The only women who have access to a valid pension plan are the ones who work in the public sector. Women who work in other sectors, including the private sector, do not have access to a pension plan that allows them to retire at 65. They will not have the money they need to live comfortably in retirement.
Clearly, we cannot ensure that everyone enjoys a comfortable retirement, but we can at least ensure that they have access to some retirement income.
The budget implementation bill does not have a lot to offer to Quebec's forestry and manufacturing industries or to our farmers and our children. However, it does encroach on Quebec's jurisdiction over health by investing in the Rick Hansen Foundation and over education by investing in the pathways to education program.
Rather than continue to encroach on those areas of jurisdiction, the government should ensure that provincial transfers are carried out properly, which is not the case right now. Quebec is short $663 million because the government did not transfer enough funds for the province to meet its needs.
It is true that Quebec has superior social programs. We pay taxes so that we can benefit from these superior social programs, and we are very proud of them. Quebeckers have access to preventive withdrawal and parental leave. Last year alone, 86,000 children were born in Quebec. It has been a long time since there have been so many births in Quebec. Mr. Speaker, I know that you are a big proponent of families. You have several children of your own.
All of that is because of the social programs we set up. We make different social choices.
The federal government should not punish us for making those social choices. It should not restrict transfers to Quebec. We are entitled to that money. Like everyone else in Canada, we help create wealth. We pay all of our taxes, and the government should give the provinces, including Quebec, their due, which it is not doing now.
The Bloc Québécois will not hesitate to vote against the budget implementation bill, as it always does.
Monsieur le Président, j'ai bien écouté l'allocution de ma collègue et elle a raison à plusieurs égards, notamment sur le fait que ce budget ne répond pas aux aspirations des Québécois et des Canadiens.
On peut le vérifier, dans cette loi de mise en application du budget de 880 pages, je ne trouve absolument rien pour les femmes. Je me demande ce qu'a ce gouvernement contre les femmes. Pourquoi s'entête-t-il à ne pas reconnaître 52 p. 100 de la population et à toujours faire des budgets et des lois de mise en oeuvre du budget qui ne tiennent pas compte de ce segment de la population.
Pire que cela, nous avions fait des propositions très sensées et très pertinentes au gouvernement concernant certains points. Ces points ne se retrouvent pas non plus dans le projet de mise en oeuvre du budget de 2010-2011. Que l'on gèle les salaires des députés et des sénateurs, ce n'est pas très grave. Cependant, que l'on ne permette pas à des femmes et à des hommes d'avoir un meilleur accès à l'assurance-emploi, c'est grave et c'est terrible.
Je n'ai pas vu dans ce budget une mesure qui me permettrait de croire que le gouvernement aurait compris quelque chose au cours des deux dernières années; qu'il aurait compris quelque chose aux présentations et aux demandes faites à différents comités de rétablir certains programmes et mesures perdus au cours des quatre dernières années. Les femmes sont les grandes perdantes de ce budget de 2010-2011.
Si ce budget avait comporté une section nous invitant à comprendre que le Programme de contestation judiciaire avait été remis en place, ce serait une bonne raison pour dire que c'est intéressant. S'il avait comporté des mesures nous informant que les 16 bureaux de Condition féminine Canada étaient remis au programme de ce gouvernement, on dirait qu'il a compris quelque chose. Cependant, ce budget ne comprend rien de tout cela.
On a vu que le budget comprenait des fonds pour les femmes des Premières nations, à savoir pour le projet Soeurs d'esprit. Cependant, nous ne savons pas où ira cet argent. Nous ne savons pas si les Soeurs d'esprit pourront en bénéficier, ou si le ministère de la Justice ou celui de la Sécurité publique élaborera certains projets ou programmes visant à l'utiliser comme bon lui semble. Il aurait été intéressant d'obtenir plus de détails.
On a vu également que plutôt que de faciliter l'accès aux prestations d'assurance-emploi, on prendra l'argent de la caisse d'assurance-emploi, comme on l'a fait en 1995, soit 57 milliards de dollars au 30 mars. On volera encore les travailleurs et travailleuses qui travaillent cinq, six ou sept jours par semaine pour gagner leur vie. Encore une fois, on vient de leur prendre l'argent qu'ils ont investi dans la caisse d'assurance-emploi pour se prémunir contre des mises à pied et des temps difficiles. Ils n'auront pas accès à cet argent.
Il est difficile de croire que l'on veuille faire quelque chose de correct quand on dit qu'on va permettre à la Société canadienne des postes de privatiser certains de ses services. J'ai de la difficulté à croire que ce soit une bonne chose.
J'ai de la difficulté à croire que les caisses populaires Desjardins — desquelles je suis membre depuis de nombreuses années, c'est en fait mon institution financière — voudraient être obligées d'avoir un statut fédéral pour poursuivre leurs opérations. On nous dit que ce serait fait de façon volontaire. Cependant, on sait bien que lorsque le gouvernement parle de base volontaire dans le cas des marchés financiers, le mot « volontaire » n'a plus le même sens.
En effet, on peut être pris dans un étau et devoir répondre à certains critères. Les caisses populaires Desjardins auraient peut-être à se soumettre à ces nouvelles règles. Il est certain que les banques ne seraient pas d'accord que les caisses populaires Desjardins continuent à faire des transactions d'assurance et qu'on sauvegarde ce qu'on a acquis au Québec.
Le budget ne répond pas du tout aux aspirations des Québécois et des Québécoises, pas plus qu'à celles des Canadiens et des Canadiennes. Nous l'avons entendu à plusieurs reprises au Comité permanent de la condition féminine. Des gens sont venus témoigner au sujet du Régime de pensions du Canada et du Régime des rentes du Québec. Ils nous ont maintes fois répété que les régimes n'étaient pas faits pour répondre aux besoins des femmes. Et le budget ne fait rien pour y remédier.
Les seules femmes qui ont accès à un régime de pension valable sont celles qui travaillent dans le secteur public. Les femmes qui travaillent dans d'autres secteurs, dont le secteur privé, n'ont pas accès à un régime de pension leur permettant de prendre leur retraite à l'âge de 65 ans. Elles n'auront pas l'argent nécessaire pour vivre une retraite dorée.
Évidemment, nous ne pouvons pas faire en sorte que tous les gens aient une telle retraite, mais nous pouvons nous assurer, au minimum, qu'ils aient accès à un revenu de retraite.
Le projet de loi sur la mise en oeuvre du budget ne contient pas grand-chose pour l'industrie forestière et manufacturière du Québec, pas plus que pour nos agriculteurs et nos enfants. Cependant, on empiète sur les compétences du Québec en santé en voulant investir dans la Rick Hansen Foundation et en éducation en investissant dans le programme Passeport pour ma réussite Canada.
Plutôt que de continuer à empiéter sur les compétences, le gouvernement devrait s'assurer que les transferts aux provinces sont faits de façon correcte, ce qui n'est pas le cas présentement. Il manque 663 millions de dollars au Québec parce que le gouvernement ne lui a pas transféré les sommes adéquates afin qu'il puisse répondre à ses besoins.
Il est vrai qu'au Québec, nous nous sommes dotés de programmes sociaux de qualité supérieure. Nous payons des taxes pour bénéficier de ces programmes de qualité supérieure, et nous en sommes très fiers. Au Québec, on bénéficie du retrait préventif et du congé parental. L'année dernière seulement, 86 000 enfants sont nés au Québec. Cela faisait longtemps qu'on n'avait pas vu un tel nombre de naissances au Québec. Monsieur le Président, je sais que vous participez grandement à la famille; vous avez déjà plusieurs enfants.
Cela est attribuable aux programmes que nous avons instaurés. Nous faisons des choix de société qui sont différents.
Le gouvernement fédéral ne devrait pas nous punir parce que nous faisons de tels choix de société. Il ne devrait pas limiter ses transferts de fonds au Québec. Nous avons droit à cet argent. Comme toutes les autres personnes au Canada, nous contribuons à créer de la richesse. Nous payons toutes nos taxes, et le gouvernement devrait remettre ce qu'il doit aux provinces, nommément au Québec, ce qu'il ne fait pas présentement.
Le Bloc québécois n'hésitera pas à se lever pour voter contre le projet de loi de mise en oeuvre du budget, comme il le fait toujours.
View Steven Blaney Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, “In the near future, a woman will become president of a major Canadian financial institution”. This was the prediction made in 2006 by the woman who was elected, on March 15, as President and CEO of the Desjardins Group.
Ms. Monique Leroux is the first woman to hold the highest position at the largest financial cooperative movement in Canada in 108 years.
A talented musician and exceptional businesswoman, Ms. Leroux is already introducing some dynamic views on decentralization while maintaining her cooperative convictions. Established in Lévis, the cradle of the cooperative movement, Desjardins is the largest private employer in Quebec. Its 6 million members, 40,000 employees—including 8,500 in the Lévis and Quebec City areas—and assets of $144 billion, make Desjardins a strategic force in the Canadian economy.
Ms. Leroux is following in the footsteps of Alphonse Desjardins, who worked here in this House and who dedicated himself to the movement. I wish her all the best in her mandate at the service of the cooperative movement in Canada and abroad.
Monsieur le Président: « Dans un avenir proche, une femme présidera aux destinées d'une grande institution financière canadienne » prédisait en 2006 celle qui est devenue, le 15 mars dernier, la présidente et chef de la direction du Mouvement des caisses Desjardins.
Mme Monique Leroux est ainsi devenue la première femme à occuper la plus haute fonction du plus grand mouvement financier coopératif canadien en 108 d'existence.
Musicienne talentueuse et femme d'affaires au profil exceptionnel, Mme Leroux insuffle déjà un vent de dynamisme et de décentralisation en mettant l'accent sur ses convictions coopératives. Fondé à Lévis, berceau de la coopération, Desjardins est le plus important employeur privé au Québec. Avec 6 millions de membres, 40 000 employés, dont 8 500 dans la région de Lévis et de Québec, et un actif de 144 milliards de dollars, Desjardins est une force stratégique de l'économie canadienne.
Madame Leroux, vous vous inscrivez dans la même ligne qu'Alphonse Desjardins, qui a travaillé ici, en cette Chambre, et qui a mis tout son coeur dans le mouvement. Je vous offre mes meilleurs voeux de réussite dans votre mandat au service des valeurs coopératives à l'échelle canadienne et internationale.
View Mauril Bélanger Profile
Lib. (ON)
View Mauril Bélanger Profile
2008-04-03 14:08 [p.4439]
Mr. Speaker, I would like to highlight today the achievements of Alban D'Amours, a great manager in the field of cooperative finance. Mr. D'Amours has just completed a second four-year term at the head of the Desjardins cooperative movement.
Under his leadership, Desjardins Group has experienced eight years of sustained growth. Not only has business volume increased, but the member dividends have also increased. In addition, the movement has formed a new partnership with the Fédération des caisses populaires de l'Ontario and has signed service agreements with the Alliance des caisses populaires de l’Ontario and with numerous credit unions in other parts of the country. I could also pay great tribute to Développement international Desjardins.
Finally, I would like to congratulate the Desjardins Group for having chosen Monique Leroux as the new president and chief executive officer at its annual meeting. Ms. Leroux is the first woman president of the Desjardins Group and the first woman to lead a major financial institution in Canada.
Congratulations to Mr. D'Amours and much success to Ms. Leroux!
Monsieur le Président, je veux souligner aujourd'hui le travail de M. Alban D'Amours, grand gestionnaire du domaine coopératif financier. Ce dernier vient de terminer un second mandat de quatre ans à la tête du Mouvement des caisses Desjardins.
Sous sa direction, le mouvement a connu huit belles années de croissance. Non seulement le chiffre d'affaires a-t-il augmenté, mais la ristourne aux sociétaires s'est accrue elle aussi. De plus, le mouvement a connu un nouveau partenariat avec la Fédération des caisses populaires de l'Ontario et des ententes de services avec l'Alliance des caisses populaires de l’Ontario et de nombreuses Credit Union ailleurs au pays. J'aurais aussi beaucoup d'éloges à faire à Développement international Desjardins.
Je veux finalement féliciter le Mouvement Desjardins d'avoir choisi, lors de ses plus récentes assises, Mme Monique Leroux à titre de présidente et chef de la direction. Cette dernière devient ainsi la première femme à accéder à la présidence du Mouvement Desjardins ainsi que la première femme à prendre la tête d'une institution financière importante au pays.
Donc, félicitations à M. D'Amours et bonne route à Mme Leroux!
View Nicole Demers Profile
BQ (QC)
View Nicole Demers Profile
2008-04-02 14:12 [p.4359]
Mr. Speaker, on March 15, Monique Leroux became the first woman in 108 years to be elected as the president and chief executive officer of the Desjardins Group. She is also the world's first female president of a major financial institution.
Ms. Leroux, who is 53, has served as Desjardins' chief financial officer since 2004. She was named one of Canada's top 100 most powerful women, and one of the top 25 women to watch in 2008. Last year, she received a leadership award from the Association des femmes en finance du Québec.
This appointment is the crowning achievement of Ms. Leroux's impressive career. She was an auditor with Ernst & Young, president of the Ordre des comptables agréés du Québec, the Royal Bank's vice-president for the Quebec region, and vice-president and chief of operations with Quebecor.
Congratulations, Ms. Leroux. You are a model of success and accomplishment for all Quebeckers, both men and women. My Bloc Québécois colleagues and I wish you every success in your new job.
Monsieur le Président, le 15 mars dernier, Mme Monique Leroux est devenue la première femme en 108 ans à être élue présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins. Elle est aussi la première femme présidente à l'échelle des grandes institutions financières à travers le monde.
Mme Leroux, âgée de 53 ans, était la chef de la direction financière de Desjardins depuis 2004. Elle était déjà parmi les 100 femmes les plus influentes au Canada et dans la liste de 25 des personnes à surveiller pour 2008. L'an dernier, elle recevait le prix du leadership de l'Association des femmes en finance du Québec.
Cette nomination vient couronner une carrière impressionnante: vérificatrice chez Ernst & Young, puis présidente de l'Ordre des comptables agréés du Québec, vice-présidente pour le Québec de la Banque Royale et vice-présidente et chef de l'exploitation chez Quebecor.
Bravo, madame Leroux. Vous êtes un modèle de réussite et d'accomplissement pour tous les Québécois et toutes les Québécoises. Mes collègues du Bloc québécois et moi-même vous souhaitons les meilleurs succès dans votre nouveau poste.
View Jean-Yves Laforest Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I wish to inform you that I will be sharing my time with the hon. member for Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia.
I was listening to the Conservative colleague who spoke just before me and he said that the budget, presented by the Minister of Finance, will help Canadians. I would like to finish his sentence by saying that it might help Canadians, but it will not help Quebeckers. This budget completely ignores Quebec's traditional demands, which have been expressed by a number of stakeholders in Quebec.
In reaction to this budget, the Leader of the Bloc Québécois said that it does not provide any significant gains for Quebec. That is why I am saying it gives absolutely nothing to Quebeckers. There is no reason for the Bloc Québécois to vote in favour of this budget. Through its budget, the Conservative government is truly showing its right-wing ideology, which does not reflect the interests and values of Quebec. We really see that in this budget.
Yesterday morning, a number of newspapers in Quebec reported on the general sentiment about this budget in Quebec. Alain Dubuc, from La Presse, summed up this sentiment quite well:
This lack of vision can be explained by the conservative philosophy of the [name of prime minister]government, which does not believe in the role of the state and avoids economic intervention like the plague. It is an outdated conservatism that is not found anywhere else in the west.
We feel that it is Quebeckers who will foot the bill for this ideology. This budget utterly lacks vision. The crisis in the manufacturing and forestry industries is getting worse and thousands of workers are paying the price. I know all about it because if there is a riding that has depended on the forestry industry for years, where the economy for the most part is centred on forestry and manufacturing, it is my riding of Saint-Maurice—Champlain.
For years now we have felt like the Conservative government is completely absent from any sort of “aid” process. We can feel it. People expected this government, which had a $10.3 billion surplus at its disposal, to allocate that money to help companies and workers, but it did not. People are dismayed and desperate.
This budget utterly lacks vision. It will not help families. Entire regions are in crisis, families are in crisis, and elderly people living below the poverty line feel that the federal government has abandoned them, even deceived them. During the last election campaign, the Conservatives promised to grant full retroactivity to those who had been cheated out of their fair share of the guaranteed income supplement, or who did not have access to it for various reasons. The Conservatives promised fully retroactive reimbursement, but they did not keep that promise even though they had $10 billion at their disposal. That is incomprehensible.
Things are happening. Education should be public priority number one, because we know there will be a shortage of skilled labour. Institutions are also chronically underfunded. There is nothing in this budget to suggest that the government is planning to increase transfers for post-secondary education. It looks as though the Conservative government missed the boat on this issue.
When it comes to the environment, humanity is struggling with one of the greatest environmental challenges in history. Everyone knows this. Increased greenhouse gases are having a negative impact on all human beings. Canada produces a lot of greenhouse gases, especially in the west and Alberta. Those emissions raise our national average. Quebec produces far less greenhouse gas emissions.
Quebec loses out on that score.
And now, to culture. The Quebec nation is a francophone nation that accounts for less than 2% of the population of North America. The government is well aware that the survival of the Quebec nation depends on cultural development, but there is nothing in the budget to improve the cultural system despite the benefits to be had from promoting francophone and Quebec culture more energetically.
It is clear that the challenges are great and the needs desperate. Yet we have a government full of dinosaurs that wants to use $10 billion to pay off the debt. Nobody in Quebec agrees with that. It is a crazy thing to do. This must be some kind of budget fanaticism. Whether the Liberals admit it or not, this kind of fanaticism is very bad for Quebec and for Canada, I am sure. Many Quebec commentators agree. Here is what Messrs. Dupuis and St-Maurice of the Desjardins group said:
Considering the massive needs in terms of urban infrastructure, environment, health and education, and the difficulties many provinces have balancing their budgets, we suggested that the government use any surplus beyond that objective to improve our competitiveness, help the provinces struggling to balance their budgets or help municipalities address their growing infrastructure needs.
The Conservative government listened to no one, blinded by its own ideology. It turned a deaf ear to Quebec.
I would also like to share some remarks made by Quebec's finance minister, Ms. Jérôme-Forget. She said that the Conservative government makes choices that do not reflect Quebec's priorities. She went on to say:
I am disappointed because there was a $20 billion margin in the context of an economic slowdown. We were hoping the government would do more for older workers and for the manufacturing and forestry industries in Quebec.
The leader of the Action démocratique du Québec, a friend of the Conservatives, also said that the aid for the manufacturing and forestry industries was not enough. As well, he mentioned the $1 billion shortfall in post-secondary education transfers. He was of course alluding to the issue of the fiscal imbalance, which is nowhere near resolved, if only because of this major oversight by the Conservative government in its budget.
The day after the budget was tabled, the president and CEO of the Quebec Forest Industry Council said:
I have no doubt that the Harper government has just thrown in the towel and wants market forces to clean up the forestry industry, instead of providing support that could have prevented some of the problems.
That is the reality. Soon, there will be more problems, and more businesses in Quebec's manufacturing and forestry industries will shut down. Once again, there will be more completely senseless human tragedies, when the government could have intervened.
All things considered, the worst injustice of all is being committed against our seniors. When he was in opposition, the Prime Minister had promised to pay back seniors who had been cheated out of the guaranteed income supplement, as I mentioned earlier. The Prime Minister broke that promise. He turned his back on our seniors and the most vulnerable among them. Those who receive the guaranteed income supplement are indeed vulnerable people. The only thing they are being promised is that they can go to work to earn $3,500 instead of $500. These people, at 68, 69 or 70 years old, who have very little in the way of a support network and are often physically unwell, are being told that, if they need more money, they can work for a pittance at Wal-Mart or some other such place. That is the only way the government wants to help them. It is absolutely unbelievable.
I have talked about culture, the environment and our seniors.
Everyone knows how often the Bloc Québécois has repeated that the government also abandoned the Kyoto protocol and that it absolutely must reinvest to ensure that we can one day do our share. Quebec is doing its share. We expect the same thing from the Conservative government, so it can help us continue.
Monsieur le Président, je vous informe que je partagerai mon temps de parole avec le député de Haute-Gaspésie—La Mitis—Matane—Matapédia.
J'entendais le collègue conservateur qui m'a précédé nous dire que ce budget, présenté par le ministre des Finances, aiderait les Canadiens. J'aimerais donc compléter sa phrase en disant qu'il aidera peut-être les Canadiens, mais qu'il n'aidera pas les Québécois. C'est un budget qui fait complètement fi des demandes traditionnelles du Québec qui ont été exprimées par de nombreux intervenants au Québec.
En réaction à ce dépôt de budget, le chef du Bloc québécois disait que ce budget n'accorde aucun gain significatif au Québec. Voilà pourquoi je dis que cela ne donnera absolument rien aux Québécois. Il n'existe aucune raison incitant le Bloc québécois à voter en faveur de ce budget. Le gouvernement conservateur, par son budget, démontre vraiment son idéologie de droite, qui est éloignée des intérêts et des valeurs du Québec. On le sent vraiment, par le dépôt de ce budget.
Hier matin, d'ailleurs, nous pouvions lire dans plusieurs journaux du Québec le sentiment général, au Québec, à propos de ce budget. Notamment, une chronique d'Alain Dubuc, dans La Presse, résumait assez bien ce sentiment:
On pourra dire que cette absence de vision s'explique par la philosophie conservatrice du gouvernement [le nom du premier ministre], qui ne croit pas au rôle de l'État et qui se méfie comme la peste de l'intervention dans l'économie. C'est un conservatisme de dinosaures, dogmatique, qu'on ne retrouve pas ailleurs en Occident.
Dans ce budget, on sent actuellement que ce sont les Québécois qui devront assumer les frais de cette idéologie. Ce budget ne démontre aucune vision. Actuellement, la crise des secteurs manufacturier et forestier s'aggrave et fait des milliers de victimes parmi les travailleurs. J'en sais quelque chose, parce s'il y a une circonscription qui vit depuis des années du secteur forestier et où l'économie, en très grande partie, est centrée sur l'exploitation forestière et manufacturière, c'est bien ma circonscription, Saint-Maurice—Champlain.
On sent que depuis des années, le gouvernement conservateur est complètement absent d'un processus appelé « aide ». On le sent. Les gens s'attendaient à ce que le gouvernement, qui a à sa disposition 10,3 milliards de dollars de surplus, affecte cet argent pour aider les entreprises et les travailleurs, mais il ne l'a pas fait. Les gens sont donc complètement atterrés et désespérés.
Ce budget ne démontre effectivement aucune vision. On sent que ce budget n'aide pas les familles. Des régions entières sont en difficulté, des familles sont en difficulté et des personnes âgées qui vivent sous le seuil de la pauvreté se sentent abandonnées et même flouées par le gouvernement fédéral. Or, lors de la dernière campagne électorale, ce parti politique avait promis de rembourser la pleine rétroactivité à ceux qui avaient été floués par le Supplément de revenu garanti, à ceux qui n'y avaient pas accès pour toutes sortes de raisons. Il avait promis de rembourser cette rétroactivité, mais ils ne l'a pas fait, alors qu'il avait à sa disposition 10 milliards de dollars. C'est incompréhensible.
On vit actuellement des choses. L'éducation devrait être la priorité publique ultime, parce qu'on sait qu'on va manquer de main-d'oeuvre spécialisée. On a en même temps un problème de sous-financement chronique. Et, dans ce budget, il n'y a aucune trace visible montrant qu'on cherche à améliorer les transferts pour l'éducation postsecondaire. Par conséquent, on sent aussi que le gouvernement conservateur manque le bateau à ce sujet.
Par rapport à l'environnement, l'humanité est aux prises avec les plus grands défis environnementaux de son histoire. On le sait. L'augmentation des gaz à effet de serre a un effet épouvantable sur toute l'humanité. Ici, dans ce pays, on produit beaucoup de gaz à effet de serre, particulièrement dans l'Ouest et en Alberta. Cela fait augmenter la moyenne de tout le pays. Et au Québec, on en produit beaucoup moins.
Le Québec se trouve donc déficitaire dans ce domaine.
Au chapitre de la culture, pour ce qui est de la question de la nation québécoise, il s'agit d'une nation francophone qui compte pour moins de 2 p. 100 de la population en Amérique du Nord. On est bien conscients que c'est le développement de la culture qui aidera à la survie de cette nation. Or, rien dans le budget ne vient améliorer tout le système culturel qui procure pourtant des atouts à une promotion encore plus grande de la culture francophone et québécoise.
On sent donc que les défis sont immenses et les besoins criants. En même temps, on a un gouvernement de dinosaures qui verse 10 milliards de dollars directement au remboursement de la dette. De façon unanime au Québec, les gens sont contre cela. C'est complètement insensé. On perçoit une sorte de fanatisme budgétaire. N'en déplaise aux libéraux, ce fanatisme budgétaire est très nocif pour le Québec et aussi pour le Canada, j'en suis convaincu. D'ailleurs, c'est l'opinion d'un très grand nombre d'observateurs au Québec. Je cite MM. Dupuis et St-Maurice du Mouvement Desjardins:
Compte tenu des besoins considérables en matière d'infrastructures urbaines, en environnement, en santé ou en éducation et de la difficulté de plusieurs provinces d'équilibrer leur budget, nous avions suggéré au gouvernement d'utiliser les surplus au-delà de cet objectif pour améliorer notre compétitivité, aider les provinces aux prises avec des équilibres budgétaires précaires ou les municipalités à faire face à leurs besoins grandissants en infrastructures.
Le gouvernement conservateur n'a écouté personne, aveuglé qu'il était par son idéologie. Il est resté sourd aux demandes du Québec.
J'ajoute à cela les commentaires de la ministre des Finances du Québec, Mme Jérôme-Forget. Elle a dit, en parlant du gouvernement conservateur, que « les choix qu'il a faits ne reflètent pas les priorités du Québec ». Elle a ajouté:
Je suis déçue parce qu’il avait une marge de manœuvre de 20 milliards de dollars dans un contexte de ralentissement économique. On se serait attendu à ce qu’il y ait un effort additionnel qui soit fait pour les travailleurs âgés, pour les secteurs forestier et manufacturier au Québec.
Le chef de l'Action démocratique du Québec, ami des conservateurs, a lui aussi ajouté que l'aide pour les secteurs manufacturier et forestier n'était pas à la hauteur. Il a aussi dit qu'il manquait 1 milliard de dollars dans le transfert pour l'éducation postsecondaire. Il faisait donc allusion à la question du déséquilibre fiscal qui n'est effectivement pas réglée, ne serait-ce que par cet oubli majeur du gouvernement conservateur dans la présentation de son budget.
Le président-directeur général du Conseil de l'industrie forestière du Québec, au lendemain même du dépôt du budget, a dit:
Je suis convaincu que le gouvernement Harper vient de lancer la serviette et veut que ce soit les forces du marché qui fassent le ménage dans l'industrie forestière et non un soutien qui aurait pu éviter des dérapages.
C'est la réalité. Bientôt, on assistera à d'autres dérapages et à d'autres fermetures d'entreprises dans les secteurs manufacturier et forestier au Québec. On assistera encore une fois à des drames humains absolument insensés, alors que le gouvernement aurait pu intervenir.
Somme toute, la pire injustice est celle faite aux personnes âgées. Quand il siégeait dans l'opposition, le premier ministre avait promis de rembourser les personnes âgées qui avaient été injustement privées du Supplément de revenu garanti, comme je l'ai mentionné tout à l'heure. Le premier ministre a renié cette promesse. Il a tourné le dos aux aînés et à ceux d'entre eux qui se trouvent dans une situation des plus vulnérables. Ceux qui touchent le Supplément de revenu garanti sont effectivement des personnes vulnérables. La seule promesse qu'on leur fait est de leur permettre d'aller travailler pour gagner 3 500 $ au lieu de 500 $. À ces personnes de 68, 69 ou 70 ans très démunies sur les plans moral, social et, bien souvent, physique, on dit que si elles ont besoin de plus d'argent, elles peuvent aller travailler à petit salaire chez Wal-Mart ou ailleurs. C'est la seule façon qu'a le gouvernement de les aider. C'est absolument inconcevable.
J'ai parlé de la culture, de l'environnement et des personnes âgées.
On sait combien de fois le Bloc québécois a répété que ce gouvernement a également tourné le dos au Protocole de Kyoto et qu'il doit absolument réinvestir pour faire en sorte qu'un jour, on puisse vraiment faire notre part. Le Québec le fait. On s'attend à la même chose du gouvernement conservateur pour qu'il puisse nous aider à continuer.
View Paul Crête Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, today I rise to speak to Bill C-26. After examining this bill in the parliamentary committee, I thought that it would be very favourably received since the Government of Quebec has had legislation for the last two decades that manages the payday loans issue through the Office de la protection du consommateur.
Quebeckers who are listening to the debate today must be wondering why this question has still not been resolved. They must be asking themselves, "Is there not legislation under which this issue could be dealt with?" The answer is no. In the rest of Canada, that is not the case.
I saw this in committee. The representatives of the three federalist parties joined together and systematically, and very firmly, opposed a slight amendment being made to provide that in the event that a province—such as Quebec—already had a law that addressed this issue adequately, no in-depth study would be done. The jurisdiction of the province would be respected. The provincial authorities have decided that this is the right approach. At that point, notice would simply be taken that the law and the mechanics were already in place. That is the law that would prevail.
The payday loans question is important because it often affects people with very low incomes or people who suddenly need financial loans. In the rest of Canada, a flourishing industry has developed that engages in all sorts of conduct. Some work according to all the rules, others less so. I perfectly understand that there would be a desire to deal with this issue. The Bloc has never objected to this kind of legislation being applied in the provinces where there is not already legislation in this area and where the provinces decide to apply it.
Our opposition to the bill arises out of the fact that there is already a law in Quebec. My colleague said earlier that he had a problem with the Bloc's approach and that he needed proof. This is not the Bloc's approach; it is Quebec's approach.
The present federalist liberal government in Quebec City is of the same view as the Bloc on this point. We have checked with the office of the minister. The office of the minister wanted Quebec to be able to say, by giving notice to the federal government, “We already have legislation that deals with the question of payday loans, and accordingly it is that legislation that will apply in Quebec.”
In actual fact, though, this is not the answer we received. The provincial government will have to submit its legislation to the federal government. There will be studies of the appropriateness of the bill and how we are dealing with this problem. Then it will be referred to the Governor in Council. It is quite a production.
Although this is a provincial jurisdiction, that is to say, an area that is Quebec’s responsibility, and although Quebec has had 20 years of experience and there are no problems with the application of the law, we still have to go and seek the blessing of our big brother in Ottawa.
It is totally incomprehensible that a Conservative government like this one, which claimed that it would show more respect for areas of provincial jurisdiction, would act in this way. There is even talk of a bill to provide a framework for the federal government’s spending power.
They say that Quebec is a nation. The Prime Minister himself introduced a motion in the House to this effect. But at the first opportunity, when they finally have a chance to show they are going to do things differently, the bulldozer is there ready to go. The steamroller is right there. They are going to standardize everything all across Canada.
The provinces will all be required to justify their legislation. Even 20 years of experience in this area does not matter. According to the federal government, that is not how these issues can be resolved.
It is important to know that under the practices developed in Quebec over the years, the maximum currently acceptable rate is 35%. That is very different from what is seen in the rest of Canada. Thanks to the Office de la protection du consommateur, the various roles are well defined and understood. We do not have any problems with this industry. To the extent that it exists, particular practices have been accepted and excesses are prohibited. Quebeckers are legally entitled to a maximum rate of about 35%.
People who want to make a pile of money in a hurry on the backs of those who are not very well off financially by providing these kinds of services have less incentive to try to do so.
The Criminal Code refers to a rate of 60%. Now, the government wants each province to pass legislation in this area if it sees fit, whereas Quebec has already done so.
The bill states that the federal government will designate provinces. It is therefore giving itself the right to veto the measures taken by a province that requests an exemption. A province cannot just send a letter to say that it already has legislation in place. A province that has legislation like what Quebec has had for 20 years must come, hat in hand, and ask for an exemption from a government that has been unable to solve this problem for 25 years. It is like saying, “We have a law. Will you let us enforce it?” This is typical of the federal government, especially senior bureaucrats, who want to have “One Canada, One Nation“ here in Ottawa.
The reality is quite a different matter. Obviously, jurisdictional legislation will not change the world, but this is an example of a situation where, in a year when the federal government recognized Quebec as a nation, it is also telling Quebec: “You are a nation, but when it comes to payday loans, we do not recognize what you are doing and we want the right to give our OK”. This is the federal government's double standard.
In its policy statements and in its day-to-day behaviour, the government is taking the old approach that Quebeckers have often criticized. We hope that payday loans can continue to be dealt with the way they have been by the Government of Quebec and that the federal government will end up giving its blessing very quickly. The fact remains that this is written in law. This is something that is inconsistent with sharing jurisdictions and does not respect the expertise developed over the years.
There is no doubt that in the rest of Canada it is important to have a way to deal with this situation. We know this by the letters received from people who tell us about what is going on in the rest of Canada. There truly are behaviours that need to be brought into line. There needs to be a framework. Quebec has had this framework for 20 years now. If the provinces want to see how it works, they can contact the Government of Quebec to see the method that was developed. If they want to use it, all the better. If they decide to do something else, that is their choice. There is no problem. We will respect their jurisdictions.
The position the Bloc Québécois is defending today is not one of “sovereignists”, it is the position of the Government of Quebec, the current federalist government and the previous governments of Quebec. It is governments and people who have witnessed the role of the Office de la protection du consommateur. These are people who represented very different opinions on a national level, people such as Ms. Bacon, who is in the other place, and Ms. Payette, who was a Quebec minister for the Parti Québécois. She brought about some significant changes in our society and continues to do so today through her writings. These were people with very different opinions, but they had a frame of reference at the Office de la protection du consommateur, which is an example and a very interesting model. Today, Quebec is getting a rather discouraging message from the federal government.
I was even more surprised by the attitude in committee. Tomorrow in the Committee on Industry, a report will be tabled on the manufacturing sector and, without revealing the content of the report, it will be quite unequivocal about the action that should be taken in this sector.
Now, when a question of jurisdiction arises and a tiny change is needed in our legislation to ensure that Quebec's areas of jurisdiction are being respected, the three federalist parties rise to say: “No, we cannot spend time on a small amendment. There is no satisfying Quebec on this. Quebec must conform to the same requirements as the others”. This is an example of what we have seen in the past, and there are many such examples. We did not think we would see it again here today in a bill such as the one now before us.
With respect to the payday loan industry, we are told that it arose in Canada mainly in the early 1990s. I believe the Office de la protection du consommateur was already regulating the loan sector to some extent. This is likely why Quebec did not experience any serious abuses in this industry.
Jurisdiction is shared to a certain degree, since Quebec and the provinces have responsibility for local trade and commerce and civil law. There is also shared jurisdiction over contracts and consumer protection.
The federal government estimates that this industry now comprises more than 1,300 points of sale. Their distribution is very uneven and Quebec has very few such businesses. In practice, anyone in Quebec who is listening to this debate likely believes that this issue has already been resolved and must be wondering why a new bill has been introduced on this topic. I would like to explain to them that the industry grew at very different rates in Quebec and in Canada.
Little is heard about this issue in Quebec, because it has been resolved for several years now, in fact, for decades. The new situation in the rest of Canada must be corrected. We agree with the substance of this bill. However, when it comes to respecting jurisdictions, the bill does not in any way meet Quebec's requirements.
When I was working in committee on this issue, thanks to the marvels of modern communication technology, I received notices from the Government of Quebec, calling for a debate to pass the proposed amendment.
Meanwhile, members of the various parties said that it was not an important issue. The deputy minister of the department, the senior public servant, had just told us that this would not have any implications for Quebec and that it was wrong to believe that federal approval would be required. Just then, I received a cabinet memo from the Quebec Minister of Justice on my Blackberry stating the exact opposite.
Such a striking example shows us that there are still too many things to be changed in this system for there to be true respect. If there is no respect for our jurisdiction in matters such as this one, which is very important, imagine what will happen with even more significant issues.
Individuals are forced to borrow money against their wages and have to deal with people who charge ridiculous rates. There must be oversight in this area.
On this matter I agree with my Liberal colleague from Prince Edward Island who spoke earlier. We must also examine the overall implications and what must be done. It is not true that the issue will be resolved by a mere rap on the knuckles of those who do wrong. An enforcement component must be put in place. However, there is also the question of the environment in which people work, as well as what is required of banking institutions.
My NDP colleague was saying that the banks have not done their job. I think there is some truth to that. In Quebec, we have the Desjardins movement. In recent years, profitability has been a major consideration, but it has nonetheless developed a means of helping individuals who are having a little more difficulty. This has prevented an unhealthy industry from emerging.
In my riding, credit unions have a special committee that looks at such issues when it is urgent. This has led to a more humane approach to these situations. This is what will have to be put in place by the provinces that need to develop legislation. With the bill before us, they will require federal government approval when they table their legislation. Perhaps this does not bother the other provinces and they agree with this way of doing things.
The government should have respected the fact that each province moves at its own pace. If the government truly respected jurisdiction in this matter, this bill would have contained an amendment making it possible for us to adopt it immediately. I sent amendments to each member of the committee. Making them would have indicated a change in attitude on the government's part toward recognizing Quebec's expertise in this matter, which is not currently the case. At the same time, the legislation would have been adopted faster so that the situation could be addressed appropriately in all Canadian provinces.
In light of these factors, I believe you will understand why the Bloc Québécois cannot vote for this bill in its current form: it does not respect Quebec's jurisdiction. There is still time for the federal government to amend the bill. We can easily reach a compromise. I would ask the government to check its source within the Quebec government because that government's position on this issue is the same as the Bloc Québécois'. The bill would be much more acceptable if it were amended to take into account Quebec's expertise and to respect its jurisdiction. It that were to happen, we would have the opportunity to adopt a functional bill as soon as possible, one that respects provincial jurisdiction and Quebec's jurisdiction in this matter and that recognizes the expertise we have developed.
Today, a quick look at every province reveals that there is one province where payday lending is not a problem: Quebec. The other provinces have a serious problem. That is clear from the members' eagerness to pass this bill even if it means encroaching on Quebec's jurisdiction in committee.
Today's debate in this House will make the public aware of this situation. Quebec is being treated like a child with respect to this practice. Quebec has the expertise, the jurisdiction and the power to implement its legislation, but the federal government is imposing its own way of dealing with the payday loan issue.
I hope that the members of this House will pay attention to what we are saying. I will be available to answer any questions and address any comments from colleagues who are not members of the committee but who would like to have a say in this matter.
Monsieur le Président, aujourd'hui, je prends la parole au sujet du projet de loi C-26. Après avoir traité de cette question en comité parlementaire, je croyais qu'elle recevrait un accueil très favorable puisque le gouvernement du Québec a, depuis déjà deux décennies, une législation qui, par l'entremise de l'Office de la protection du consommateur, gère la question des prêts sur salaire.
Les Québécois et les Québécoises qui écoutent le débat d'aujourd'hui doivent se demander pourquoi cette question n'est pas déjà réglée. « N'y a-t-il pas une législation qui permette d'encadrer cette question? », doivent-ils se demander. La réponse est non. Dans le reste du Canada, ce n'est pas le cas.
Je l'ai bien senti en comité. Les représentants des trois partis fédéralistes se sont liés et se sont opposés systématiquement et très fermement à ce qu'il y ait un petit amendement voulant que dans le cas où une province — comme le Québec — a déjà une loi qui régit déjà adéquatement cette question, aucune étude approfondie ne serait effectuée. Le champ de compétence de la province serait respecté. Les autorités provinciales ont décidé qu'il s'agissait de la bonne façon de faire. À ce moment-là, on enregistrerait tout simplement que la loi et la mécanique existent déjà. C'est cette loi qui aurait préséance.
La question des prêts sur salaire est importante parce qu'elle touche souvent les gens à très faible revenu ou les gens qui ont soudainement besoin de prêts financiers. Dans le reste du Canada, une industrie très florissante s'est développée avec toutes sortes de comportements. Certains font le travail de façon très correcte et d'autres le font moins correctement. Je comprends très bien le fait de vouloir encadrer cette question. Jamais le Bloc ne s'est opposé au fait qu'une telle loi soit appliquée dans les provinces où il n'y a pas déjà une législation à cet égard et où les provinces décideront d'en appliquer une.
Notre opposition au projet de loi vient du fait qu'il existe déjà une loi au Québec. Mon collègue disait plus tôt qu'il avait de la difficulté avec l'approche bloquiste et qu'il avait besoin de preuves. Ce n'est pas l'approche bloquiste, c'est l'approche québécoise.
Le gouvernement libéral fédéraliste actuel à Québec pense la même chose que le Bloc à ce sujet. On a fait les vérifications auprès du cabinet du ministre. Le cabinet du ministre souhaitait que, par l'entremise d'un avis au gouvernement fédéral, le Québec puisse dire: « Nous avons déjà une législation qui encadre cette question du prêt sur salaire et donc, en conséquence, c'est cette législation qui s'appliquera chez nous. »
Dans la pratique, ce n'est pas la réponse que nous avons eue. Le gouvernement provincial devra soumettre sa loi au gouvernement fédéral. Il y aura analyse de la pertinence du projet de loi, de la façon dont on touche à ce problème. Ensuite, il y aura référence jusqu'au gouverneur en conseil. Ce n'est pas une mince affaire.
Bien que ce soit un champ de compétence provincial, soit un champ qui relève de la responsabilité du Québec, que le Québec a une expérience de 20 ans sur cette question et qu'il n'y a pas de problème d'application de la loi, il faut tout de même demander la bénédiction du grand frère à Ottawa.
Selon moi, il est aberrant qu'un gouvernement conservateur comme celui qui est devant nous, qui a prétendu qu'il serait plus ouvert au respect des champs de compétence des provinces, agisse ainsi. On entend même parler d'un projet de loi qui encadrerait le droit de dépenser du fédéral.
On dit que le Québec est une nation. Le premier ministre lui-même a déposé une motion en cette Chambre. Pourtant, à la première occasion, lorsqu'on a enfin une chance de démontrer une différente façon de faire, le bulldozer est là, prêt à démarrer. La locomotive est là également. On va uniformiser le tout à travers le Canada
Toutes les provinces auront à justifier leurs législations. Même une expérience de 20 ans dans ce domaine n'est pas pertinente. Selon le fédéral, ce n'est pas ainsi qu'on réglera la question.
Il est important de savoir qu'au Québec, la pratique développée au fil des ans fait en sorte que les taux maximums qui existent actuellement au Québec sont de 35 p. 100. C'est très différent de ce que l'on voit dans le reste du Canada. Grâce à l'Office de la protection du consommateur, les rôles sont bien définis et encadrés. Aujourd'hui, cette industrie ne rencontre pas de problème. Pour le peu qu'elle existe, une pratique a été acceptée et les excès ont été interdits. On a droit à un taux maximum d'environ 35 p. 100 à cause de la jurisprudence.
Les gens qui veulent faire rapidement un gros coup d'argent sur le dos des personnes qui ont peu de moyens financiers en offrant ce type de services sont moins intéressés de le faire.
Dans le Code criminel, on parle d'un taux de 60 p. 100. Maintenant, on veut que chacune des provinces puisse adopter des lois dans ce secteur si elles le jugent pertinent alors que, au Québec, on a déjà cette responsabilité.
On dit dans la loi que le fédéral va désigner des provinces. Donc, il se donne un droit de véto sur les mesures prises par la province qui fait la demande de dérogation. Ce n'est pas une lettre qu'on envoie pour dire qu'on a déjà une législation chez nous. Il faut que la province, qui a une loi comme celle qui s'applique au Québec depuis 20 ans, demande une dérogation, se plie à dire à un gouvernement qu'il n'a pas réussi à encadrer ce problème depuis 25 ans. C'est comme dire: « Nous avons une loi, allez-vous nous donner l'autorisation de l'appliquer? » Cela reste dans la ligne traditionnelle de comportement du gouvernement fédéral, particulièrement de la haute bureaucratie fédérale, qui veut absolument que le One Canada, One Nation se développe ici, à Ottawa.
Dans la pratique, la réalité de ce que les gens vivent est autre chose. Évidemment, ce n'est pas la législation au niveau des champs de compétence qui révolutionnera la planète, mais c'est un exemple concret où, au cours de cette année où on a dit ici que le Québec était une nation et que c'est reconnu par le gouvernement fédéral, en même temps, on lui dit: « Vous êtes une nation mais, dans le fond, pour ce qui est du prêt sur salaire, on ne reconnaît pas votre pratique et on veut avoir le droit de la bénir ». On voit bien là qu'il y a deux poids, deux mesures, qu'il y a deux façons d'évaluer la situation.
Dans les déclarations de principes et ensuite dans le comportement quotidien, on revient avec les vieilles pratiques qui ont souvent été dénoncées par les Québécois et les Québécoises sur le comportement de l'appareil fédéral. On va souhaiter que le prêt sur salaire puisse continuer d'être régi comme il l'a été au niveau du gouvernement du Québec, que le gouvernement fédéral, en bout de ligne, donnera sa bénédiction très rapidement. Il n'en reste pas moins que c'est écrit dans la loi. C'est quelque chose qui n'est pas conforme au partage des compétences et qui, surtout, ne respecte pas l'expertise développée au cours des années.
Il est bien certain que, dans le reste du Canada, il est important qu'il y ait une façon d'encadrer cette situation. On l'a vu par ce qu'on a reçu comme lettres de la part des gens qui nous ont informés de la réalité vécue dans le reste du Canada. Il y a vraiment des comportements qui ont besoin d'être harnachés. On a besoin d'un encadrement de ce côté-là. Le Québec s'est déjà donné cet encadrement depuis 20 ans. D'ailleurs, si les provinces veulent voir comment cela fonctionne, je pense qu'elles peuvent bien communiquer avec le gouvernement du Québec et voir quelle méthode a été développée. Si elles veulent s'en servir, c'est tant mieux. Si elles décident de le faire autrement, c'est leur choix. Il n'y a pas de problème, on va respecter leurs compétences.
La position que le Bloc québécois défend ici n'est pas celle des « souverainistes », c'est celle du gouvernement du Québec, le gouvernement fédéraliste actuel et les précédents gouvernements du Québec. Ce sont des gouvernements et des gens qui ont vu le rôle de l'Office de la protection du consommateur. Si je ne m'abuse, on parle de gens qui représentaient des opinions très différentes au plan national, comme Mme Bacon, qui est dans l'autre Chambre, et Mme Payette, qui a été une ministre du Québec pour le Parti québécois. Elle a fait évoluer notre société de façon importante et continue de le faire aujourd'hui par ses écrits. C'étaient des personnes avec des opinions très différentes, mais là-dessus, on s'est donné un cadre de référence à l'Office de la protection du consommateur qui est un exemple et qui est un modèle intéressant à suivre. Aujourd'hui, le Québec reçoit un message assez décourageant de la part du gouvernement fédéral.
J'ai été encore plus surpris par l'attitude en comité. Au Comité de l'industrie, on déposera demain un rapport sur le secteur manufacturier et, sans dévoiler le contenu du rapport, il sera assez unanime sur les actions qu'on doit prendre dans ce secteur.
Maintenant, lorsqu'on a une question de champs de compétence et qu'on a besoin d'un tout petit changement dans une loi pour permettre que les compétences du Québec soient respectées, les trois partis fédéralistes se lèvent et disent: « Non, on ne peut pas consacrer du temps à trouver un petit amendement. On ne trouvera pas la façon de satisfaire le Québec à ce sujet. Il faudra que le Québec passe à travers le même moule que les autres ». C'est un exemple de ce qu'on a vu au cours des années passées. Il y en a une multitude. On ne pensait pas le retrouver aujourd'hui dans un projet de loi comme celui qui est devant nous.
Au sujet de cette industrie des prêts sur salaire, on nous dit qu'elle s'est développée au Canada surtout au cours des années 1990. Selon moi, l'Office de la protection du consommateur avait antérieurement déjà encadré un peu le secteur du prêt. Cela a probablement fait qu'il ne s'est pas développé d'excès dans ce secteur au Québec.
La compétence est un peu partagée là-dessus, puisque le Québec et les provinces sont responsables en matière de commerce local et de droit civil. On a aussi la responsabilité en termes de contrats et de protection des consommateurs au sein de chaque champs de compétence.
Le gouvernement fédéral estime que cette industrie compterait maintenant plus de 1 300 points de vente. Leur répartition est inégale et le Québec en compte très peu. En pratique, les gens qui écoutent le débat aujourd'hui au Québec doivent penser que la question est déjà plus ou moins réglée et ils doivent se demander pourquoi un nouveau projet de loi est déposé sur cette question. Il faut leur expliquer qu'il y a eu une vitesse de croisière très différente au Québec et au Canada.
Si au Québec on n'entend pas parler de cette question, c'est parce qu'on s'en est déjà occupé depuis plusieurs années, depuis des décennies en fait. La nouvelle réalité vécue dans le reste du Canada, mérite d'être corrigée. On est d'accord avec le fond de la question relative à ce projet de loi. Toutefois, en ce qui concerne le respect des compétences, le projet de loi ne satisfait d'aucune façon ce que pourraient être les exigences du Québec.
Lorsque je travaillais en comité sur cette question, grâce aux merveilleux instruments de communication qu'on a aujourd'hui, je recevais des avis du gouvernement du Québec qui voulait la tenue d'un débat pour que l'amendement que nous avions proposé soit agréé.
En même temps, les membres des différents partis disaient que ce n'était pas une question importante. Le sous-ministre en titre du ministère, le haut fonctionnaire, venait nous dire que non, qu'il n'y aurait aucune implication pour le Québec et qu'il était faux de croire que cela prendrait une bénédiction du fédéral. Au même moment, sur mon BlackBerry, je recevais un mémo du cabinet du ministre de la Justice du Québec disant exactement le contraire.
Un exemple flagrant comme celui-là nous montre qu'il y a encore trop de choses à changer dans ce système pour qu'on puisse vraiment être respectés. Si on ne l'est pas pour des mesures de cet ordre, même si cette question-là est très importante, imaginez-vous ce que cela peut être pour des choses d'une plus large envergure.
Des gens sont obligés d'emprunter de l'argent sur leur salaire et font face à des gens qui leur imposent des taux qui n'ont pas de bon sens. Il est certain qu'il faut un encadrement en cette matière.
Sur ce sujet, je serais d'accord avec mon collègue libéral de l'Île-du-Prince-Édouard qui est intervenu avant moi. Il faut aussi regarder cela au niveau de l'ensemble des implications et des gestes qui doivent être posés. Ce n'est pas vrai qu'on va régler cette question tout simplement en tapant sur les doigts des gens qui n'agissent pas correctement. Il faut mettre en place une partie coercitive, mais il y a aussi toute la question de l'environnement dans lequel les gens travaillent, de même que ce qu'on exige des institutions bancaires.
Mon collègue du NPD disait que ce sont les banques qui n'ont pas fait leur travail. Je pense en effet que, quelque part, c'est vrai. Au Québec, nous avons le Mouvement Desjardins. Ces dernières années, il est beaucoup influencé par la question de la rentabilité, mais il a quand même développé une pratique au niveau de l'aide aux gens qui sont un peu plus mal pris. Il a permis d'éviter le développement d'une industrie qui aurait été malsaine.
Dans ma circonscription, les caisses populaires ont un comité particulier qui s'occupe de régler des questions comme celles-là lorsqu'il y a une urgence. Cela a permis un traitement plus humain de ces réalités. C'est ce qui devra, de toute façon, être mis en place par les provinces qui vont avoir à développer une législation. Avec le projet de loi devant nous, elles devront aller chercher la bénédiction du gouvernement fédéral lors du dépôt de cette législation. Peut-être que cela ne dérange pas les autres provinces et qu'elles sont d'accord avec cette façon de faire.
On aurait dû respecter les vitesses de croisière différentes à l'intérieur du Canada. Si on avait voulu respecter les champs de compétence en cette matière, on aurait retrouvé dans ce projet de loi un amendement qui aurait fait qu'on aurait pu l'adopter dans la même journée. J'avais transmis des amendements à tous les membres du comité. Leur adoption aurait indiqué un changement d'attitude du gouvernement qui aurait permis que le Québec soit reconnu pour l'expertise qu'il a développée dans le secteur, ce qui n'est pas le cas présentement. En même temps, la législation aurait été adoptée plus rapidement pour que la situation puisse être régie correctement dans toutes les provinces du Canada.
Donc, devant l'ensemble de ces constats, je crois que vous comprendrez que le Bloc québécois sera incapable de voter en faveur de ce projet de loi, dans sa forme actuelle, car il ne respecte pas les compétences du Québec. Il est encore temps pour le gouvernement fédéral de modifier le projet de loi. On pourrait facilement en arriver à un compromis. Je demande au gouvernement de vérifier sa source d'information au gouvernement du Québec car il a la même position que le Bloc québécois sur ce sujet. La loi serait beaucoup plus acceptable si elle était modifiée pour tenir compte de l'expertise du Québec et respecter ses champs de compétence. En conséquence, nous aurions la chance d'adopter un projet de loi fonctionnel et opérationnel le plus tôt possible, mais respectueux aussi des compétences des provinces, respectueux de celles du Québec en cette matière et surtout de l'expertise que nous avons développée.
En effet, aujourd'hui, après une visite éclair dans tout le Canada, on constatera qu'il existe une province où les prêts sur salaire ne posent aucun problème, soit le Québec. Les autres provinces ont un problème aigu. On l'a vu en raison de l'appétit des députés à adopter ce projet de loi, quitte à empiéter sur le domaine de compétence du Québec en comité.
Aujourd'hui, le débat en cette Chambre vise à bien démontrer cette situation à l'opinion publique. D'une manière, le Québec est traité comme un enfant en ce qui a trait à cette pratique. Le Québec possède l'expertise, la compétence et le champ d'application, mais le fédéral lui impose et lui dicte la façon de gérer cette question des prêts sur salaire.
J'espère que nous serons bien entendus en cette Chambre. Je serai disponible pour répondre aux questions et commentaires qui suivront et qui pourront être soulevées par mes collègues qui ne siègent pas au comité et qui souhaiteraient pouvoir intervenir.
View France Bonsant Profile
BQ (QC)
View France Bonsant Profile
2006-11-02 14:14 [p.4645]
Mr. Speaker, the people of the Eastern Townships are generous and help one another. No other conclusion could be reached after the record collection of $330,000 from the Maison Desjardins.
This idea got off to a modest start, but purchasing tickets for a chance to win the famous Maison Desjardins has now become a ritual.
Almost all the profits from the ticket sales go to various regional health foundations and health centres. The more people participate in the draw, the more our centres are assured of substantial revenues and of being able to provide better health services.
On behalf of the Bloc Québécois, I would like to congratulate the organizers of this event. Most of all, I would like to thank the people of the Eastern Townships for their record-breaking participation.
Monsieur le Président, les gens de l'Estrie sont généreux et solidaires. C'est du moins la réflexion que l'on doit faire après la collecte record de 330 000 $ du concept de la Maison Desjardins.
Le concept a connu un début modeste, cependant la vente des billets pour courir la chance de gagner la fameuse maison Desjardins est maintenant bien ancrée dans nos habitudes.
La presque totalité des profits de la vente des billets est remise aux différentes fondations de santé ainsi qu'aux centres de santé de la région. Ainsi, plus la participation au tirage est croissante, plus nos centres s'assurent de revenus substantiels et peuvent ainsi offrir de meilleurs services de santé.
Au nom du Bloc québécois, je tiens à féliciter les organisateurs de cette initiative. Surtout, je tiens à remercier les Estriens et les Estriennes de leur participation record à ce projet.
Results: 1 - 15 of 15

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data