Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 150000
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2021-01-25 11:05 [p.3365]
Mr. Speaker, I rise on a point of order.
There have been discussions among the parties, and I believe that, if you seek it, you will find unanimous consent for the following motion:
That, notwithstanding any standing order, special order or usual practice of the House, until Wednesday, June 23, 2021:
(a) members may participate in proceedings of the House either in person or by videoconference;
(b) members who participate remotely in a sitting of the House are counted for the purpose of quorum;
(c) any reference in the Standing Orders to the need for members to rise or to be in their place, as well as any reference to the chair, the table or the chamber shall be interpreted in a manner consistent with the virtual nature of the proceedings;
(d) the application of Standing Order 17 shall be suspended;
(e) the application of Standing Order 62 shall be suspended for any member participating remotely;
(f) in Standing Orders 26(2), 53(4), 56.1(3), and 56.2(2), the reference to the number of members required to rise be replaced with the word “five”;
(g) documents may be laid before the House or presented to the House electronically, provided that:
(i) documents deposited pursuant to Standing Order 32(1) shall be deposited with the Clerk of the House electronically,
(ii) during Routine Proceedings, members who participate remotely may table documents or present petitions or reports to the House electronically, provided that the documents are transmitted to the Clerk prior to their intervention,
(iii) any petition presented pursuant to Standing Order 36(5) may be filed with the Clerk electronically;
(iv) responses to questions on the Order Paper deposited pursuant to Standing Order 39 may be tabled electronically;
(h) should the House resolve itself in a committee of the whole, the Chair may preside from the Speaker’s chair;
(i) when a question that could lead to a recorded division is put to the House, in lieu of calling for the yeas and nays, one representative of a recognized party can rise to request a recorded vote or to indicate that the motion is adopted on division, provided that a request for a recorded division has precedence;
(j) when a recorded division is requested in respect of a debatable motion, including any division arising as a consequence of the application of Standing Order 61(2) or Standing Order 78, but excluding any division in relation to motions relating to the budget debate, pursuant to Standing Order 84, or the business of supply occurring on the last supply day of a period, other than as provided in Standing Orders 81(17) and (18)(b), or arising as a consequence of an order made pursuant to Standing Order 57,
(i) before 2 p.m. on a Monday, Tuesday, Wednesday or Thursday, it shall stand deferred until the conclusion of Oral Questions at that day’s sitting, or
(ii) after 2 p.m. on a Monday, Tuesday, Wednesday or Thursday, or at any time on a Friday, it shall stand deferred until the conclusion of Oral Questions at the next sitting day that is not a Friday, provided that, if a recorded division on the previous question is deferred and the motion is subsequently adopted, the recorded division on the original question shall not be deferred;
provided that any extension of time pursuant to Standing Order 45(7.1) shall not exceed 90 minutes;
(k) when a recorded division, which would have ordinarily been deemed deferred on a Wednesday governed by this order, to no later than the expiry of the time provided for Government Orders, or to immediately before the time provided for Private Members’ Business, is requested, the said division is deemed to have been deferred until the conclusion of Oral Questions on the same Wednesday;
(l) for greater certainty, this order shall not limit the application of Standing Order 45(7);
(m) when a recorded division is to be held, the bells to call in the members shall be sounded for not more than 30 minutes, except recorded divisions deferred to the conclusion of Oral Questions, when the bells shall be sounded for not more than 15 minutes;
(n) until such a time as a remote voting application is ready to use, recorded divisions shall take place in the usual way for members participating in person and by roll call for members participating by videoconference, provided that members participating by videoconference must have their camera on for the duration of the vote;
(o) in relation to the development of a remote voting application, the House administration be directed to begin the onboarding process of all members as soon as possible and conduct two comprehensive simulations with all members being invited to attend;
(p) after the two simulations outlined in paragraph (o) have been completed and after the Speaker has received a notice from the House leaders of all recognized parties in the House stating that they are satisfied that the remote voting application is ready to be used, starting the next sitting day and concluding on Wednesday, June 23, 2021, the Speaker shall so inform the House and recorded divisions shall take place in the usual way for members participating in person or by electronic means for all other members, provided that:
(i) electronic votes shall be cast from within Canada through the House of Commons electronic voting application using the member's House-managed mobile device and the member's personal House of Commons account, and that each vote requires visual identity validation,
(ii) the period allowed for voting electronically on a motion shall be 10 minutes, to begin after the Chair has read the motion to the House and members voting electronically may change their vote until the electronic voting period has closed,
(iii) in the event a member casts their vote both in person and electronically, a vote cast in person task precedence,
(iv) any technical issues encountered by:
(A) members of recognized parties shall be brought to the attention of their respective whip, and that whip may then rise before the results are announced to indicate to the Speaker the voting intention of the identified members of their party,
(B) members not part of a recognized party shall be brought to the attention of the Speaker and the member shall immediately confirm to the Speaker how they cast their vote, before the results are announced,
(v) the whip of each recognized party have access to a tool to confirm the visual identity of each member voting by electronic means, and that the votes of members voting by electronic means be made available to the public during the period allowed for the vote,
(vi) the process for votes in committees of the whole take place in a manner similar to the process for votes during sittings of the House with the exception of the requirement to call in the members,
(vii) any question to be resolved by a secret ballot be excluded from this order; and
(q) during meetings of standing, standing joint, special and legislative committees and the Liaison Committee, as well as their subcommittees, where applicable, members may participate either in person or by videoconference and witnesses shall participate remotely, provided that the priority use of House resources for meetings shall be established by an agreement of the whips and, for virtual or hybrid meetings, the following provisions shall apply:
(i) members who participate remotely shall be counted for the purpose of quorum,
(ii) except for those decided unanimously or "on division", all questions shall be decided by a recorded vote,
(iii) when more than one motion is proposed for the election of a chair or a vice-chair of a committee, any motion received after the initial one shall be taken as a notice of motion and such motions shall be put to the committee seriatim until one is adopted,
(iv) public proceedings shall be made available to the public via the House of Commons website,
(v) in camera proceedings may be conducted in a manner that takes into account the potential risks to confidentiality inherent in meetings with remote participants,
(vi) notices of membership substitutions pursuant to Standing Order 114(2) and requests pursuant to Standing Order 106(4) may be filled with the clerk of each committee by email, and
r) that, following the adoption of this order, the sitting be suspended to the call of the Chair to permit members to participate by videoconference, and, when the sitting resumes, the House shall proceed to the consideration of Private Members' Business for a maximum of one hour.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement.
Il y a des discussions entre les partis et je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante:
Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou usage habituel de la Chambre, jusqu'au mercredi 23 juin 2021:
a) les députés puissent participer aux délibérations de la Chambre en personne ou par vidéoconférence;
b) les députés participant à distance à une séance de la Chambre soient comptés pour fin de quorum;
c) toute référence dans le Règlement relative à l'exigence des députés de se lever ou d'être à leur place, ainsi que toute référence au fauteuil, au bureau ou à l'enceinte de la Chambre soit interprétée de manière cohérente avec la nature virtuelle des délibérations;
d) l'application de l'article 17 du Règlement soit suspendue;
e) l'application de l'article 62 du Règlement soit suspendue pour tous les députés participant à distance;
f) aux articles 26(2), 53(4), 56.1(3) et 56.2(2) du Règlement, la référence au nombre des députés devant se lever soit remplacée par le mot « cinq »;
g) des documents puissent être déposés ou présentés à la Chambre sous forme électronique pourvu que:
(i) les documents déposés conformément à l'article 32(1) du Règlement soient déposés auprès du greffier de la Chambre sous forme électronique;
(ii) durant les affaires courantes, les députés qui participent à distance puissent déposer des documents ou présenter des pétitions ou des rapports à la Chambre sous forme électronique pourvu que les documents soient transmis au greffier avant leur intervention;
(iii) toute pétition présentée conformément à l'article 36(5) du Règlement puisse être déposée auprès du greffier sous forme électronique;
(iv) les réponses aux questions inscrites au Feuilleton déposées conformément à l'article 39 du Règlement puissent être déposées sous forme électronique;
h) si la Chambre se forme en comité plénier, la présidence puisse présider du fauteuil du Président;
i) au moment de la mise aux voix, lorsque la question pourrait donner lieu à un vote par appel nominal, au lieu de procéder à un vote par oui ou non, un représentant d'un parti reconnu puisse se lever pour demander un vote par appel nominal ou que la question ainsi mise aux voix soit adoptée avec dissidence, pourvu qu'une demande de vote par appel nominal ait préséance;
j) lorsqu'un vote par appel nominal est demandé à l'égard d'une motion sujette à débat, y compris tout vote résultant de l'application de l'article 61(2) ou 78 du Règlement, mais à l'exclusion de tout vote relatif à toute motion relative aux débats sur le projet prévue à l'article 84 du Règlement ou aux travaux des subsides se déroulant le dernier jour d'une période des subsides, sauf tel que prévu aux articles 81(17) et (18)b) du Règlement, ou découlant d'un ordre adopté conformément à l'article 57 du Règlement,
(i) avant 14 heures les lundis, mardis, mercredis ou jeudis, il soit différé à la fin de la période des questions orales de la séance, ou
(ii) après 14 heures les lundis, mardis, mercredis ou jeudis, ou à toute heure le vendredi, il soit différé à la fin de la période des questions orales de la prochaine séance qui n'est pas un vendredi, étant entendu que, si un vote par appel nominal sur la question préalable est différé et que la motion est adoptée par la suite, le vote par appel nominal sur la question initiale ne sera pas différé;
sous réserve que toute prolongation en vertu de l'article 45(7.1) du Règlement n'excède pas 90 minutes;
k) lorsqu'un vote par appel nominal, qui aurait normalement été réputé différé un mercredi visé par cet ordre au plus tard à la fin de la période prévue pour les ordres émanant du gouvernement ou juste avant la période prévue pour les affaires émanant des députés, est demandé, il soit réputé avoir été différé à la fin de la période des questions orales de ce même mercredi;
l) pour plus de certitude, cet ordre ne limite nullement l'application de l'article 45(7) du Règlement;
m) lorsqu'un vote par appel nominal doit avoir lieu, la sonnerie d'appel fonctionne pendant au plus 30 minutes, à l'exception des votes par appel nominal différés à la conclusion des questions orales, où la sonnerie d'appel fonctionne pendant au plus 15 minutes;
n) jusqu'à ce qu'une application de vote électronique soit prête à être utilisée, les votes par appel nominal aient lieu de la manière usuelle par les députés qui participent en personne et par appel nominal pour les députés qui participent par vidéoconférence, pourvu que ceux qui participent par vidéoconférence aient leur caméra allumée pour la durée du vote;
o) concernant le développement d’une application de vote électronique, l’Administration de la Chambre soit chargée de commencer le processus d’inscription de tous les députés dès que possible et de tenir deux simulations complètes en invitant tous les députés à participer;
p) après la tenue des deux simulations prévues au paragraphe o) et suivant la réception par la présidence d’un avis des leaders à la Chambre de tous les partis reconnus à l’effet qu’ils sont satisfaits que l’application de vote électronique est prête à être utilisée, à partir du jour de séance suivant et jusqu’au mercredi 23 juin 2021, le Président en informe la Chambre et les votes par appel nominal aient lieu de la manière usuelle pour les députés qui participent en personne ou par voie électronique pour tous les autres députés, pourvu que:
(i) les votes électroniques soient exprimés à partir du Canada par l’entremise de l’application de vote électronique de la Chambre des communes, à l’aide de l’appareil mobile du député géré par la Chambre et à partir de son compte personnel de la Chambre des communes, et que chaque vote exige une validation de l’identité visuelle,
(ii) la période accordée pour voter par voie électronique sur une motion soit de 10 minutes, période qui commence après la lecture de la motion à la Chambre par la présidence, et les députés votant par voie électronique puissent changer leur vote jusqu’à ce que la période de vote électronique prenne fin,
(iii) si un député exprime son vote en personne et par voie électronique, son vote en personne ait préséance,
(iv) en cas de difficultés techniques,
(A) le député d’un parti reconnu signale la difficulté à son whip et le whip puisse alors prendre la parole avant l’annonce des résultats afin d’aviser le Président de l’intention de vote du député en question;
(B) le député n’appartenant pas à un parti reconnu signale la difficulté au Président, puis confirme immédiatement au Président, avant l’annonce des résultats, le vote qu’il souhaite exprimer;
(v) le whip de chaque parti reconnu ait accès à un outil pour confirmer l’identité visuelle de chaque député votant par voie électronique, et que le vote des députés votant par voie électronique soit disponible au public pendant la période accordée pour le vote;
(vi) les votes en comité plénier se tiennent de façon semblable aux votes se tenant lors des séances de la Chambre, sauf pour ce qui est de l’obligation de convoquer les députés;
(vii) toute question devant être résolue par scrutin secret soit exclue de cet ordre;
q) lors des réunions des comités permanents, comités mixtes permanents, spéciaux et législatifs, ainsi que du comité de liaison, et de leurs sous-comités, le cas échéant, les députés puissent participer en personne ou par vidéoconférence et les témoins doivent participer à distance, pourvu que la priorité d’utilisation des ressources de la Chambre soit établie par entente de tous les whips des partis reconnus et que les dispositions suivantes s’appliquent aux réunions virtuelles ou hybrides :
(i) les membres participant à distance soient comptés pour fins de quorum,
(ii) toutes les questions soient décidées par appel nominal, sauf celles agréées du consentement unanime ou avec dissidence,
(iii) lorsque plus d’une motion est proposée pour l’élection du président ou d’un vice-président d’un comité, toute motion reçue après la première soit traitée comme un avis de motion et que ces motions soient soumises au comité l’une après l’autre jusqu’à ce que l’une d’elles soit adoptée,
(iv) les délibérations publiques soient rendues disponibles au public via le site Web de la Chambre des communes,
(v) les délibérations à huis clos puissent être menées d’une manière qui tienne compte des risques potentiels pour la confidentialité inhérente aux réunions avec des participants à distance,
(vi) les avis de substitution de membres, en vertu de l’article 114(2) du Règlement et les demandes conformément à l’article 106(4) du Règlement soient remis au greffier de chaque comité par courriel;
r) à la suite de l’adoption de cet ordre, la séance soit suspendue jusqu’à ce que la présidence en signale la reprise pour permettre aux députés de participer par vidéoconférence et, lorsque la séance reprend, la Chambre procède à l’étude des affaires émanant des députés pendant au plus une heure.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-01-25 11:17 [p.3366]
Mr. Speaker, I would like to clarify something.
I first want to say that I am pleased to be here with my colleagues to work on behalf of all Canadians.
I would like to draw the attention of the House to the fact that paragraph j) of the motion brought forward by the minister that we just agreed to adopt states the following:
j) when a recorded division is requested in respect of a debatable motion, including any division arising as a consequence of the application of Standing Order 61(2) or Standing Order 78, but excluding any division in relation to motions relating to the budget debate, pursuant to Standing Order 84....
When the minister was reading it earlier she said, “relating to the project debate, pursuant to Standing Order 84”.
I would like the minister to confirm whether we are talking about a “budget” or a “project”.
Monsieur le Président, j'aimerais que l'on apporte une précision.
Je tiens d'abord à dire que je suis heureux d'être ici avec mes collègues pour travailler au nom de tous les Canadiens.
J'aimerais porter à l'attention de la Chambre le fait que l'article j) de la motion présentée par la ministre contient ceci dans le texte que nous avons convenu d'adopter:
j) lorsqu'un vote par appel nominal est demandé à l'égard d'une motion sujette à débat, y compris tout vote résultant de l'application de l'article 61(2) ou 78 du Règlement, mais à l'exclusion de tout vote relatif à toute motion relative au débat sur le budget prévue à l'article 84 [...]
Lors de la lecture, tout à l'heure, madame la ministre a dit « relative au débat sur le projet prévue à l'article 84 ».
J'aimerais que la ministre précise s'il est question de « budget » ou de « projet ».
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2021-01-25 11:18 [p.3366]
Mr. Speaker, this is on the standing order.
Monsieur le Président, c'est dans le Règlement.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-01-25 11:18 [p.3366]
Mr. Speaker, let me be even more specific.
The minister has the text in front of her. Let us look at paragraph j), which is on line 6. The minister read the word “project”, but the text we agreed to adopt uses the word “budget”. I believe the minister said “project”, but the word should have been “budget”. Could she just clarify that she meant to say “budget”?
Monsieur le Président, allons-y de façon plus précise.
La ministre a le texte sous les yeux. Regardons l'article j), qui se trouve à la ligne 6. La ministre a fait lecture du mot « projet », alors que, dans le texte que nous avons convenu d'adopter, il est question de « budget ». Je crois que la ministre a parlé de « projet », mais je sais qu'il s'agit de « budget ». Peut-elle simplement clarifier qu'il s'agit bel est bien de « budget »?
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2021-01-25 11:19 [p.3366]
Mr. Speaker, “budget” is the right word.
Monsieur le Président, il s'agit bien du mot « budget ».
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
We will suspend for five to ten minutes to let members join the sitting virtually.
Nous allons suspendre la séance pour environ cinq à dix minutes afin de laisser entrer les députés qui se joignent à nous de façon virtuelle.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I have the honour to inform the House that a message has been received from the Senate informing this House that the Senate has passed the following bill, to which the concurrence of the House is desired: Bill S‑2, An Act to amend the Chemical Weapons Convention Implementation Act.
J'ai l'honneur d'annoncer à la Chambre que le Sénat lui a transmis un message pour l'informer qu'il a adopté le projet de loi suivant, qu'il soumet à l'assentiment de la Chambre: le projet de loi S‑2, Loi modifiant la Loi de mise en œuvre de la Convention sur les armes chimiques.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I am pleased to rise in the House today as Parliament resumes its work. I hope that you had a good holiday. It is nice to see you again, Madam Speaker.
I am very pleased to speak to gun control, an issue that has broad consensus in Quebec. I thank my colleague from Markham—Unionville for his work and for introducing this bill that seeks to amend the Criminal Code to imposes harsher sentences on those who unlawfully import firearms.
I will begin by sharing the Bloc Québécois' criticisms of Bill C‑238. I will also take this opportunity to point out that the Liberal government made commitments to prohibit all military-style assault rifles, ban semi-automatic assault rifles and give municipalities the authority to ban handguns. Those commitments have been slow to materialize.
It goes without saying that the Bloc Québécois supports stricter gun control, especially for handguns. The vast majority of Quebeckers agree. This bill needs to be studied in committee, but we do have some concerns, which I will come back to.
We all want to combat violence, and more specifically gun violence. Given the dire consequences, there is no excuse for the Canadian government's complacent attitude towards gun control.
I want to talk about a few deeply disturbing stories.
“A troubled, hate-filled young man was able to kill six people, seriously wound five and traumatize 25 others for life, including four children, in less than two minutes, because he had easy access to firearms. This is what someone armed with a Glock pistol and five 10-round magazines can do.” That is a quote from the co-founder of the Quebec City mosque, about the massacre that happened there on January 29, 2017. Everyone remembers that tragic day in Quebec's capital city.
What we find so very upsetting is that the weapon used was acquired legally. The legal availability of handguns has not changed even though a September 2019 Angus Reid poll showed that 72% of Quebeckers want more restrictions on access to handguns.
There has been no progress despite the fact that seven out of 10 Canadians support a handgun ban. The federal government could have been expected to take this statistic more seriously. Moreover, there has been no progress despite Statistics Canada data showing that the number of gun homicides grew steadily from 2016 to 2019, an increase that closely tracked the dismantling of measures—
Madame la Présidente, je suis ravie de prendre la parole à la Chambre aujourd'hui, en ce jour de reprise des travaux parlementaires. J'espère que vous avez passé un bon temps des Fêtes. Je suis contente de vous revoir, madame la Présidente.
Je suis très heureuse de parler d'un enjeu qui fait largement consensus au Québec, c'est-à-dire le contrôle de la possession d'armes à feu. Je remercie mon collègue de Markham—Unionville de son travail et du dépôt du projet de loi en question, qui vise à modifier le Code criminel pour infliger des peines plus sévères à ceux qui importent illégalement des armes à feu.
Je vais d'abord exposer les critiques formulées par le Bloc québécois à propos du projet de loi C‑238. J'en profiterai aussi pour rappeler les engagements pris par le gouvernement libéral d'interdire toutes les armes d'assaut de type militaire, de bannir les fusils d'assaut semi‑automatiques et de donner aux municipalités le pouvoir de bannir les armes de poing. Ce sont des engagements qui tardent à se concrétiser.
Évidemment, il va de soi que le Bloc québécois est en faveur d'un meilleur contrôle des armes à feu, particulièrement des armes de poing. C'est d'ailleurs ce que veut la très grande majorité des Québécois. Ce projet de loi doit être envoyé en comité pour y être étudié, mais nous émettons quand même quelques réserves. J'y reviendrai plus en détail.
L'ennemi commun est certainement la violence, plus précisément la violence par armes à feu. Les conséquences du laxisme injustifiable relativement au contrôle par la gouvernance canadienne sont déplorables.
Je vais me permettre de rappeler quelques pans de l'histoire qui nous ont profondément choqués.
« C'est grâce à l'accès facile aux armes à feu qu'un jeune homme troublé et rempli de haine a pu faire 6 morts, 5 blessés graves et 25 personnes traumatisées à vie, dont 4 enfants, en moins de deux minutes. Voilà à quoi peut servir un pistolet Glock avec cinq chargeurs de 10 balles. » Ces paroles sont celles du cofondateur de la mosquée de Québec, qui a été le théâtre d'un massacre le 29 janvier 2017. Tout le monde se souvient de ce tragique événement survenu dans la capitale nationale du Québec.
Ce que nous déplorons, c'est que l'arme utilisée avait été acquise de façon tout à fait légale. En fait, rien n'a changé quant à la disponibilité légale des armes de poing, bien qu'un sondage de la firme Angus Reid réalisé au printemps 2019 indique que 72 % des Québécois veulent plus de limites concernant l'accès aux armes de poing.
Il n'y a pas eu de progrès, malgré le fait que 7 Canadiens sur 10 appuient l'interdiction des armes de poing. D'ailleurs, on aurait pu croire que cette statistique allait avoir davantage de poids au sein du gouvernement fédéral. De plus, il n'y a pas eu de progrès malgré les données de Statistique Canada qui démontrent que le nombre d'homicides par armes à feu a augmenté de façon consécutive entre 2016 et 2019 et que cette recrudescence d'homicides suit de près le démantèlement de mesures...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I have to interrupt the hon. member for Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia because the hon. member for Kingston and the Islands is rising on a point of order.
Je dois interrompre la députée d'Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia, car l'honorable député de Kingston et les Îles invoque le Règlement.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, on a point of order, the interpreter has indicated twice that the sound quality is not good enough for her to interpret. Maybe we could look into getting that fixed.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. L'interprète a indiqué à deux reprises que la qualité du son est insuffisante pour qu'elle puisse faire son travail. Nous pourrions peut-être tenter de régler le problème.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
We have to check the sound quality because the interpreter is having a hard time hearing the member. I see that the hon. member has her headphones and microphone on. Is everything plugged in?
The hon. member for Kingston and the Islands.
Il faudrait que l'on vérifie la qualité du son, puisque l'interprète a des difficultés à comprendre ce que dit la députée. Pourtant, je vois que l'honorable députée a son casque d'écoute et son microphone. Est-ce que tout est bien branché?
L'honorable député de Kingston et les Îles a la parole.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, on a point of order, the interpreter also indicated that there are other people who are not muted, which is making it difficult for the interpreters to hear.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. L'interprète a également indiqué que certaines personnes n'ont pas désactivé leur microphone, alors les interprètes ont du mal à entendre la personne qui parle.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I would like to remind all members participating virtually that they have to mute their microphone so that the interpreters can hear only the person speaking.
The hon. member for Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia.
J'aimerais rappeler à tous les députés qui participent à la séance de façon virtuelle qu'ils doivent mettre leur micro en sourdine, afin que seule la personne qui a le droit de parole soit entendue par les interprètes.
La députée d'Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia a la parole.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
There has been no progress despite data from Statistics Canada showing that the number of gun homicides increased every year between 2016 and 2019 and that this surge in homicides tracks closely with the Harper government's major dismantling of control measures starting in 2012.
In a letter sent to the Minister of Public Safety in November 2019, relatives of victims of the shootings at the Polytechnique, Dawson College, and the Quebec City mosque, as well as the father of a police officer killed in the line of duty, unanimously called on the Liberal government to implement an immediate moratorium on the sale of assault weapons and a permanent ban on the importation and manufacture of handguns.
As members know, in August 2018, Montreal city council passed a motion calling on the federal government to ban assault weapons and handguns. The mayor of Montreal, Valérie Plante, stated at the time that approximately 30% of violent crimes committed between 2013 and 2016 involved a weapon and that two-thirds of these were handguns. Despite all these good reasons to take action to more broadly limit access to weapons, gun violence continues to be widespread on our streets. Bill C‑238 specifically seeks to amend the Criminal Code to impose tougher penalties on those who illegally import firearms, with minimum sentences of three years for a first offence and five years or more for repeat offences.
Increasing the length of minimum sentences is a good thing, but we are concerned that this will unfortunately not have a marked impact on the importation of illegal weapons. More importantly, we are concerned that it will not have a significant impact on reducing violence in our communities.
The Conservatives' desire to address the issue of access to firearms is legitimate, but is it genuine? Unfortunately, history has shown us otherwise. My concern is that a bill like this one could be used as a justification for refusing to support broader restrictions on military-style assault weapons and handguns.
Although organized crime groups often use imported or stolen weapons, and I strongly believe we need to address this issue, a large number of violent crimes are committed with weapons that were legally imported or obtained, as was the case with the attacks at the Quebec City mosque, Dawson College, the former Métropolis and École Polytechnique in Montreal. At the end of the day, if we want to stop such massacres from happening, we need to ban handguns and military-style assault rifles, which exist only to kill human beings and have no place in our society.
How are they still allowed in this country? How have successive federal governments ignored calls from Quebeckers and Canadians to ban these weapons, which are designed to slaughter human beings and carry out unspeakable acts of violence? The government has made promises in the past.
In September 2019, the Prime Minister said that assault weapons, like the semi-automatic AR-15 rifles used in many massacres in recent years, would be banned if Canadians re-elected the Liberal Party. He also said that a Liberal government would work with the provinces to empower municipalities to ban handguns.
This is meant to be a cautious approach, but the government has yet to follow through. We have to wonder how cautious an approach can be if people continue to have access to such deadly weapons after Quebec and the rest of Canada have experienced—
Il n'y a pas eu de progrès non plus malgré les données de Statistique Canada qui démontrent que le nombre d'homicides par arme à feu a augmenté de façon consécutive entre 2016 et 2019, et que cette recrudescence d'homicides suit de près le démantèlement majeur de mesures de contrôle entrepris à partir de 2012 par le gouvernement Harper.
D'une même voix, des proches des victimes des tueries de Polytechnique, du Collège Dawson et de la grande mosquée de Québec, de même que le père d'un policier tué dans l'exercice de ses fonctions, ont réclamé dans une lettre adressée au ministre de la Sécurité publique en novembre 2019 que le gouvernement libéral décrète un moratoire immédiat sur la vente des armes d'assaut, de même qu'une interdiction permanente de l'importation et de la fabrication des armes de poing.
Vous n'êtes pas sans savoir qu'en août 2018, le conseil municipal de Montréal a adopté une motion réclamant au gouvernement fédéral l'interdiction des armes d'assaut et de poing. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, faisait alors valoir qu'environ 30 % des crimes violents commis de 2013 à 2016 impliquaient une arme et que, de ce nombre, les deux tiers étaient des armes de poing. Malgré toutes ces bonnes raisons d'agir pour limiter de façon plus large l'accès aux armes, la violence par arme à feu continue d'être largement présente dans nos rues. Le projet de loi C‑238 vise précisément à modifier le Code criminel pour infliger des peines plus sévères à ceux qui importent illégalement des armes à feu, comportant des peines minimales de trois ans pour une première offense et de cinq ans et plus en cas de récidive.
Il est bien d'augmenter la durée des peines minimales. Cependant, nous craignons que cela n'ait malheureusement pas d'effet marqué sur l'importation d'armes illégales. De façon plus importante encore, nous craignons que cela n'ait pas d'incidence notable sur la diminution de la violence dans nos collectivités.
La volonté des conservateurs de vouloir s'attaquer au problème de l'accès aux armes à feu est légitime, mais est-elle réelle? Le passé nous a malheureusement démontré le contraire. Mes craintes sont qu'un projet de loi comme celui-ci serve de justification d'un éventuel refus d'appuyer des restrictions plus larges contre les armes d'assaut de type militaire et les armes de poing.
Si le crime organisé utilise souvent des armes importées ou volées —  comprenez-moi bien: il faut à tout prix endiguer ce fléau —, il demeure que beaucoup de crimes violents sont commis avec des armes importées et procurées de façon tout à fait légale, comme ce fût le cas durant les attentats à la grande mosquée de Québec, au Collège Dawson, à l'ancien Métropolis ou à l'École Polytechnique de Montréal. Au bout du compte, pour éviter de tels massacres, il faut bannir les armes de poing et les armes d'assaut de type militaire, qui n'ont aucune raison d'être et qui ne servent qu'à tuer des êtres humains.
Comment se fait-il que nous les tolérions encore chez nous? Comment se fait-il que les gouvernements successifs à Ottawa soient si sourds à la volonté de la population de bannir ces armes, qui sont vouées à anéantir des vies humaines et vouées à une violence inouïe? Pourtant, le gouvernement a pris des engagements en ce sens.
En effet, en septembre 2019, le premier ministre a affirmé que les armes d'assaut, dont les fusils semi-automatiques AR‑15 utilisés dans plusieurs tueries de masse ces dernières années, seraient bannies si les Canadiens et les Canadiennes confiaient un second mandat au Parti libéral. Il a également déclaré qu'un gouvernement libéral travaillerait avec les provinces pour permettre aux municipalités qui le souhaitent de bannir les armes de poing sur leur territoire.
Cette approche se veut mesurée, mais elle tarde toujours à être mise en place. Il faut plutôt se demander en quoi il est mesuré de continuer à donner accès à des armes aussi meurtrières alors que le Québec et le reste du Canada ont connu...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I am sorry to have to interrupt the member again, but there seems to be a problem with an echo.
When I speak French, do the members hear the interpretation well?
The hon. member for Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia has done everything she can. All I can do is ask her to speak more slowly for the rest of her speech in hopes that that will help the interpreters.
Je suis désolée de devoir de nouveau interrompre la députée, mais il semble qu'il y ait un problème d'écho.
Quand je parle en français, est-ce que les députés entendent l'interprétation sans problème?
L'honorable députée d'Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia a pourtant tout essayé. Il ne me reste plus qu'à lui demander de bien vouloir parler un peu plus lentement pour le reste de son discours, afin de voir si cela aide à l'interprétation.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
I am so sorry, Madam Speaker.
We are in the midst of a crisis, a pandemic, and countless people have been victims of the deadly combination of increased violence and greater psychological distress. If the Liberal government truly wanted to do the responsible thing about firearms, now would be the time.
Tougher restrictions should have been implemented a long time ago. It is time to take action. Bill C‑238 may not look like it would have a negative impact on efforts to control firearm usage, but it does not fix the problem. Sadly, it is not the answer we are seeking to a much bigger problem. The government cannot and must not allow itself to believe that this kind of measure counts as taking action on gun control. This measure is a sneaky and downright dishonest response to the pleas of thousands of families whose loved ones were collateral victims of shootings that have happened over the years in our communities, whether the weapons involved were legally imported or not.
We would of course like to see this bill sent to committee for study. I hope the other opposition parties will be supportive and that the government will work with us to bring in broader, more restrictive measures, because the safety of our fellow citizens is at stake.
Je vous prie de me pardonner, madame la Présidente.
Nous sommes en temps de crise, en temps de pandémie, et nous ne comptons plus le nombre de victimes dues à la hausse de la violence et à l'augmentation de la détresse psychologique, un mélange explosif. Si le gouvernement libéral veut agir de façon véritablement responsable en matière d'armes à feu, ce serait le bon moment de le faire.
Cela fait longtemps que des restrictions plus sévères auraient dû être mises en place. Le temps est venu d'agir. Si le projet de loi C‑238 se présente comme une mesure qui ne peut certainement pas nuire à la volonté de contrôler l'utilisation des armes, il ne vient pas régler le problème. Il n'est malheureusement pas la réponse que nous cherchons à un problème beaucoup plus grand. Le gouvernement ne peut ni ne doit se laisser aveugler par une telle mesure pour dire qu'il agit en matière de contrôle des armes à feu. Ce serait une façon sournoise et carrément malhonnête de répondre aux doléances des milliers de familles de victimes collatérales des tueries qui se sont produites au fil des ans chez nous, qu'elles aient été commises avec des armes importées légalement ou non.
Nous serons bien entendu disposés à ce que ce projet de loi soit renvoyé à un comité pour étude. J'espère que nous obtiendrons l'appui des autres partis de l'opposition et la collaboration du gouvernement dans la mise en place de mesures plus larges et plus coercitives, puisqu'il en va de la sécurité de nos concitoyens et de nos concitoyennes.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I wish everyone a happy new year. It is very good to be here in the House again virtually, and I certainly hope that 2021 will be much better than 2020.
Today I am here to speak about Bill C-238, a bill that talks about the possession of unlawfully imported firearms.
I represent a rural riding. I grew up in a household where several of my family members were legal gun owners. They followed the rules, and I was taught gun safety as a matter of respect. I grew up eating wild meat, and hunting was a significant part of my family life.
I have met with many legal gun owners in my riding who have talked about the frustration they feel about the rules always focusing on them rather than addressing their legitimate concerns about illegal guns and how they get into our communities. This is such an important subject.
I have also heard from constituents across Canada who are very concerned about gun violence in their communities. We heard a couple of examples earlier today. We look at the realities of domestic violence when guns are used and the awful violence we have seen across Canada, and I believe that all Canadians really want to see this addressed.
Today I am here to specifically discuss the bill before us, which would amend section 96 of the Criminal Code to impose a mandatory sentence of three years for possession of a firearm known to be illegally imported to Canada, increase the maximum sentence from 10 to 14 years and a few others things. This is an offence that I agree should be taken very seriously. In fact, an amendment like this to the Criminal Code would be something I could discuss and agree to. However, this bill is written in a way that will lead it to follow the same path a similar bill did in 2013, and the Supreme Court of Canada ruled it unconstitutional.
I have worked with the House of Commons legislative team to write several pieces of legislation. This is a lot of hard work, and I know that the amazing folks here provide feedback about what will work and what may have some potential challenges for the legal system in Canada. I am very curious about why the member has brought forward legislation that is unconstitutional, when the need to bring forward laws to improve this gap is so very important. I am not interested in supporting legislation that will be defeated in the Supreme Court of Canada, cost a lot of taxpayer dollars and not support the safety of communities.
Not too long ago, I met with a group of gun owners in my riding. It was a very informative meeting, and what I heard repeatedly were two main points: One, when we look at gun policy in Canada, we must have a renewed focus on keeping illegal guns out of our country; and two, we need more education in Canada about the strong rules we have around guns, which would allow people to better understand the rules and hopefully create a sense of increased safety. I will address both of these points today.
I agree that keeping illegal guns out of Canada must be something we see an increased investment in. Between 2011 and 2015, we saw the Canada Border Services Agency, the CBSA, under the previous Conservative government, cut over 1,000 positions. This is important because it has left a significant gap in the capacity of CBSA to do the work to reduce the number of guns being smuggled into Canada illegally. This concerns me greatly.
About two years ago, a constituent invited me to come to the shooting range with him in the riding. He wanted to showcase the rules and how he followed them. I agreed so that I could learn the realities of these folks in my region.
The first thing he told me was that I would have to come to his house to ride with him, as he could not stop his vehicle to pick me up with a gun in his vehicle. The rules in Canada meant that he had to go straight to the range. At his home, he showed me the way he stored his guns, separate from ammunition and with everything locked away. He also showed me how guns were safely transported. I learned a lot that day, and I really appreciate the time he took with me.
He also shared that he felt very concerned about gun violence in Canada. He knew that the things that had happened across our country, that had seen people killed and had brought fear to our communities, were very concerning and needed to be addressed in a meaningful way. He also felt that the majority of gun owners follow the rules very carefully. Figuring out how to identify the ones that did not and stopping the movement of illegal guns were his main priorities.
In 2018, our leader wrote a letter to the Prime Minister challenging the government to address the root causes of gun violence in our communities, the key things that really should be addressed in a meaningful way, such as poverty, substantive housing, and addressing people before they get to a place where violence has become an everyday reality. He also asked the PM to increase supports to the CBSA to give it the capacity to stem the illegal flow of guns from the United States into our country. What have Canadians seen? At this point, the Liberals have only returned 200 positions of the 1,000 the Conservatives cut. That is simply not enough.
I also want to say that I agree with my constituents and the idea that Canadians need to better understand the rules legal gun owners follow in this country. A few years back, I took a course required for Canadians to receive their possession and acquisition licence. Sid Nielsen, a constituent of mine, has been teaching this course for many years and has done a fantastic job.
My classmates were a wide variety of people. I remember one in particular was a woman who had no plan to ever use a gun, but her husband owned several, and they wanted to make sure that, if anything happened to him, she could follow the rules of keeping the guns safe. I think this speaks to a really important point, which is that there are many important stories of how people are trying to be safe in Canada.
It is time to take a stand that is meaningful. I hope this member takes the intent that I believe he meant and creates legislation that is actually constitutional, so we can start to address in a meaningful way how to stop illegal guns from coming into our country.
I also hope to continue to push the Prime Minister to make sure that our communities are safer and provide more resources where they are needed in the front lines to stop gun violence and also to make sure that we have more CBSA agents to stem the flow of illegal guns into Canada. Gun violence is very scary. I think when Canadians across this country look at some of the terrible realities we have faced, we want to make sure that the laws are there to protect us all. Let us work on that together.
Madame la Présidente, je souhaite une bonne et heureuse année à tous. Je suis ravie de siéger de nouveau à la Chambre, bien qu'à distance. J'espère sincèrement que 2021 sera bien meilleure que 2020.
Je prends la parole aujourd'hui pour débattre du projet de loi C‑238, qui porte sur la possession d’armes à feu importées illégalement.
Je représente une circonscription rurale. J'ai grandi dans une famille où plusieurs membres possédaient des armes à feu en toute légalité. Ils suivaient les règles, et on m'a appris que le maniement sécuritaire des armes à feu était une question de respect. Dans ma jeunesse, j'ai mangé du gibier et la chasse occupait une place importante au sein de ma vie familiale.
J'ai rencontré de nombreux propriétaires légitimes d'armes à feu dans ma circonscription. Ils m'ont fait part de la frustration qu'ils ressentent parce que les règles les visent toujours au lieu de répondre à leurs préoccupations tout à fait justifiées concernant les armes illégales et la façon dont celles-ci s'introduisent dans nos communautés. Cette question est si importante.
J'ai également entendu des citoyens de partout au Canada se dire très inquiets de la violence armée présente dans leur collectivité. Nous en avons eu quelques exemples plus tôt aujourd'hui. Nous voyons les réalités de la violence domestique, où les armes sont utilisées, et nous constatons la violence terrible qui sévit au Canada. Je crois que tous les Canadiens veulent vraiment qu'on remédie à ce problème.
Aujourd'hui, je suis ici pour discuter spécifiquement du projet de loi qui nous est présenté, qui modifierait l'article 96 du Code criminel afin d'imposer une peine obligatoire de trois ans pour la possession d'une arme à feu dont on sait qu'elle a été importée illégalement au Canada, d'augmenter la peine maximale de 10 à 14 ans, et quelques autres mesures. Il s'agit d'une infraction qui, j'en conviens, devrait être prise très au sérieux. En fait, je pourrais discuter d'une modification comme celle-ci du Code criminel et l'accepter. Cependant, ce projet de loi est rédigé de telle manière qu'il suivra la même voie qu'un projet de loi similaire présenté en 2013, que la Cour suprême du Canada avait jugé inconstitutionnel.
J'ai travaillé avec l'équipe législative de la Chambre des communes à la rédaction de plusieurs projets de loi. C'est beaucoup de travail, et je sais que les gens extraordinaires qui sont ici donnent leur avis sur ce qui va fonctionner et sur ce qui pourrait poser problème dans le système juridique canadien. Je suis très curieuse de comprendre pourquoi le député a présenté un projet de loi inconstitutionnel, alors qu'il est plus que nécessaire de faire adopter des mesures législatives pour combler la lacune qui existe. Je ne souhaite pas donner mon appui à un projet de loi qui sera rejeté devant la Cour suprême du Canada, qui coûtera beaucoup d'argent aux contribuables et qui ne favorisera pas la sécurité des collectivités.
Il n'y a pas si longtemps, j'ai rencontré un groupe de propriétaires d'armes à feu dans ma circonscription. Ce fut une rencontre très éclairante où deux points principaux ont été soulevés à plusieurs reprises. Premièrement, lorsque nous examinons la politique en matière d'armes à feu au Canada, nous devons accorder une importance accrue aux mesures visant à empêcher les armes illégales d'entrer au pays. Deuxièmement, nous devons sensibiliser davantage les Canadiens à l'égard des règles strictes en matière d'armes à feu, ce qui permettrait aux gens de mieux les comprendre et, espérons-le, de créer un sentiment de sécurité accrue. Je vais parler de ces deux points aujourd'hui.
Je conviens qu'il faut investir davantage pour empêcher l'entrée d'armes illégales au Canada. De 2011 à 2015, sous le règne des conservateurs, l'Agence des services frontaliers du Canada a supprimé plus de 1 000 postes. C'est une mesure dont les effets se font grandement ressentir maintenant, car elle a considérablement freiné la capacité de l'Agence de réduire le nombre d'armes à feu entrant illégalement au Canada. Je trouve cela très inquiétant.
Il y a environ deux ans, un citoyen de ma circonscription m'a invitée à l'accompagner au champ de tir local. Il voulait m'expliquer les règles et me montrer comment il les respectait. J'ai accepté de l'accompagner pour mieux comprendre la réalité de mes concitoyens.
Il m'a d'abord dit que je devais me rendre à son domicile pour faire le trajet dans sa voiture, car il est interdit pour un propriétaire d'arme à feu de s'arrêter prendre un passager si son arme est dans la voiture. Conformément aux règles en vigueur au Canada, il faut se rendre directement au champ de tir. À son domicile, il m'a montré où il entreposait ses armes à feu et ses munitions dans des endroits distincts, le tout gardé sous clé. De plus, il m'a montré comment transporter les armes à feu de façon sécuritaire. J'ai beaucoup appris cette journée-là. Je lui suis très reconnaissante du temps qu'il m'a consacré.
Ce citoyen m'a aussi exprimé l'immense inquiétude que suscite chez lui la violence liée aux armes à feu dans notre pays. Il trouve très inquiétants les décès par arme à feu survenus d'un bout à l'autre du pays et la peur qu'ils suscitent dans les communautés, et veut que la question soit sérieusement examinée. Selon lui, la majorité des propriétaires d'armes à feu suivent scrupuleusement les règles. Pour lui, il faut en priorité trouver des moyens d'identifier les contrevenants et mettre fin au trafic d'armes à feu illégales.
Dans une lettre envoyée en 2018, notre chef demande au premier ministre et au gouvernement de s'attaquer aux véritables causes de la violence liée aux armes à feu, d'apporter une solution concrète aux problèmes qui contribuent directement à ce phénomène, comme la pauvreté et le manque de logements abordables, et de prendre les gens en charge avant que la violence ne s'ancre définitivement dans leur vie. Il leur a également demandé de mieux outiller l'Agence des services frontaliers du Canada afin qu'elle ait les moyens d'empêcher les armes illégales d'entrer au Canada par la frontière américaine. À quoi les Canadiens ont-ils eu droit depuis ce temps? Jusqu'ici, les libéraux ont rétabli seulement 200 des 1 000 postes que les conservateurs avaient abolis. C'est loin d'être suffisant.
Je suis également d'accord avec mes concitoyens: les Canadiens doivent mieux comprendre les règles auxquelles doivent se plier les propriétaires d'armes à feu légales. Il y a quelques années, j'ai suivi le cours que tous les Canadiens doivent suivre pour obtenir un permis de possession et d'acquisition d'une arme à feu. Ce cours est donné depuis des années par un homme de ma circonscription, Sid Nielsen, et il fait de l'excellent travail.
La classe était très diversifiée. Il y avait notamment une femme qui était là non pas parce qu'elle voulait utiliser une arme à feu, mais parce que son mari en avait plusieurs et qu'elle voulait être certaine de savoir quoi faire pour les manipuler en toute sécurité si jamais quelque chose arrivait à son mari. Voilà qui montre, selon moi, que les gens s'y prennent de toutes sortes de façons pour assurer leur sécurité.
Il est temps de donner un grand coup. J'ose espérer que le député est véritablement animé des intentions que je crois être les siennes et que le projet de loi qu'il propose est constitutionnel, car nous pourrons alors chercher des moyens concrets d'empêcher les armes illégales d'entrer au Canada.
J'espère aussi continuer à presser le premier ministre de rendre nos collectivités plus sûres et de fournir au personnel de première ligne les ressources nécessaires pour mettre fin à la violence commise avec des armes à feu ainsi que de faire en sorte que nous ayons plus d'agents de l'ASFC pour empêcher l'entrée d'armes à feu illégales au Canada. La violence armée fait très peur. Lorsque les Canadiens de partout au pays voient les terribles réalités auxquelles ils sont confrontés, ils veulent s'assurer que les lois les protègent. Travaillons ensemble à cette fin.
View Kerry-Lynne Findlay Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I appreciate the opportunity to rise and speak on Bill C-238, an act to amend the Criminal Code regarding the possession of unlawfully imported firearms. I would like to thank my colleague, the member for Markham—Unionville, for his thoughtful and hard work on this critical issue.
I am extremely proud to represent the people of South Surrey—White Rock and to call this beautiful part of our great nation my home, but despite the many great things about this vibrant, wholesome community, my constituents and I share a growing concern about gang-related gun violence on our streets. Over the holidays, tragedy struck our community and nearby. On December 28, Tequel Willis was shot eight times as he exited a taxi in Surrey. Tequel was 14 years old. He was pronounced dead on the scene. He is believed to be the youngest-ever victim of gang violence in B.C.
A day earlier, emergency services responded to a call for help in Surrey and found 19-year-old Harman Singh Dhesi with gunshot wounds. He later died in hospital. Unfortunately, these are not isolated incidents. In a four-day stretch earlier this month, 28-year-old Dilraj Johal from Surrey was found dead with gunshot wounds in neighbouring Richmond; Anees Mohammed, 29, was shot and killed in Steveston Community Park, which is in a riding close to mine; and Gary Kang, 24, was gunned down in his parents' Surrey home, which is actually very close to where I live. Something needs to be done to address this grim reality.
Our hard-working Canadian border agents who process around 100 million travellers annually have seized more than 4,200 guns at the border since 2014, but despite their best efforts, which I commend them for, experts believe many smuggled guns go undetected. While it is difficult to know exactly how many firearms get through customs illegally, some estimates suggest 70% or more of crime guns in Canada are smuggled in. We also know that two in five homicides committed in Canada in 2019 were committed with a firearm, 60% of which were handguns.
I am concerned not only because of the recent violence in my community, but also because my Lower Mainland riding shares a border with the United States. Along that border are two legal border crossings, Douglas and Pacific Highway. My community is also home to the Peace Arch Provincial Park, which runs along the border and allows visitors from both sides to visit without officially making entry into the neighbouring country. In addition to the southern border, B.C. shares a second border with Alaska, and the harbours along our Pacific coast receive international shipments every day.
Our neighbours to the south are our closest allies, our biggest trading partner and, in many cases, our friends and family, but the fact remains that it is much easier to access guns south of the border and too many of those guns are winding up on Canadian soil. That is why I support my Conservative colleague's private member's bill to increase the penalties for the possession of unlawfully imported firearms. Bill C-238 would address the problem in two ways: by increasing mandatory sentencing and making it more difficult for persons charged to be released on bail.
Let us first consider the mandatory sentencing. If one is prosecuted by indictment, this bill would raise the minimum sentence for possessing an unlawfully imported firearm that the person knows was obtained by the commission of a crime from one to three years, and the maximum sentence from 10 years to 14 years. Section 718 of the Criminal Code sets out six objectives for sentencing. The first three are (a) denouncing unlawful conduct, (b) deterring offenders and (c) separating offenders from society. The increased sentences under Bill C-238 would accomplish all three.
The longer sentences would make clear to all Canadians that the possession of a smuggled firearm is a serious offence that will not be tolerated, effectively denouncing the activity in the clearest of terms. The threat of an increased penalty would deter some criminals from possessing these smuggled arms. This deterrence, in effect, should also affect the supply chain. Less demand for smuggled guns should mean less smuggled guns in the first place. As for separating offenders from society, those convicted of this dangerous crime would be kept off the streets for longer, ensuring that they are unable to commit additional, potentially dangerous, crimes.
Last October, the NDP member for St. John's East argued, as did the member for North Island—Powell River today, that the mandatory minimums in this bill are unconstitutional. Both members pointed to the 2015 Supreme Court decision in R. v. Nur.
In that case, the court struck down the minimum sentence for possession of a prohibited or restricted firearm with access to ammunition, but the law in that case is distinguishable from the bill at hand.
In Nur, Chief Justice McLachlin, writing for the majority, reasoned that the three-year minimum sentence for possession of a prohibited or restricted firearm with access to ammunition violated section 12 of the charter as cruel and unusual punishment, because when applied not to the actual facts of that case but to reasonably foreseeable facts, the sentence would not fit the crime.
One reasonably foreseeable scenario the court used as a hypothetical was “the licensed and responsible gun owner who stores his unloaded firearm safely with ammunition nearby, but makes a mistake as to where it can be stored.” The court explained that in this reasonably foreseeable hypothetical, the minimum sentence would be grossly disproportionate to the crime. According to the court, the “bottom line” was that the possession of a prohibited or restricted firearm with access to ammunition offence “foreseeably catches licensing offences that involve little or no moral fault and little or no danger to the public. For these offences three years' imprisonment is grossly disproportionate to a fit and fair sentence.”
Clearly, the court's reasoning in Nur would not apply here. The possession of an illegal smuggled firearm that the accused knows was obtained through crime is not a mere licensing offence involving no moral fault or danger to the public. There is no reasonably foreseeable scenario in which someone, by licensing error or otherwise, accidentally violates the law against possession of a smuggled firearm that they knew was illegally obtained. To the contrary, these are guns that are bought and sold on the black market with their serial numbers shaved off, used in the commission of dangerous crimes. The mandatory minimums in the bill, I believe, are both constitutional and warranted.
The bill would also subject those charged with possession of a smuggled firearm to reverse-onus bail. For most crimes, the onus at the bail hearing is on the prosecution to show why the accused should be detained. However, subsection 515(6) would provide that for several enumerated crimes, this onus would be reversed, and instead the accused would have to show why they should be released.
Under the current scheme, several firearm-related offences already call for reverse-onus bail. This includes weapons trafficking and possession for purposes of weapons trafficking.
As mentioned earlier, my community has recently experienced a spike in gun violence, with victims tragically as young as 14 years old. As a member of Parliament and mother, there is no higher moral obligation for me than the need to keep our children and communities safe. Simply put, this bill would make my community and many like it across Canada safer places to live. That is why I support Bill C-238 and urge other members to do the same.
Madame la Présidente, je suis heureuse d'avoir l'occasion de parler du projet de loi C‑238, qui vise à modifier le Code criminel relativement à la possession d’armes à feu importées illégalement. Je remercie mon collègue le député de Markham—Unionville des efforts judicieux et soutenus qu'il déploie dans ce dossier crucial.
Je suis extrêmement fière de représenter les gens de Surrey‑Sud—White Rock et d'habiter dans cette belle région de notre grand pays. Cependant, malgré les nombreux aspects positifs de cette collectivité dynamique et saine, les habitants de ma circonscription sont — tout comme moi — de plus en plus préoccupés par la violence armée liée aux gangs de rue. Pendant les Fêtes, un événement tragique est survenu dans notre collectivité et les environs. Le 28 décembre, Tequel Willis a été atteint de huit coups de feu alors qu'il sortait d'un taxi à Surrey. Il avait 14 ans. Il a été déclaré mort sur les lieux. On pense qu'il s'agit de la plus jeune victime de violence des gangs en Colombie-Britannique.
La veille, à Surrey, en répondant à un appel à l'aide, les services d'urgence ont retrouvé Harman Singh Dhesi, 19 ans, blessé par balles. Le jeune homme a succombé à ses blessures à l'hôpital. Malheureusement, ce ne sont pas des incidents isolés. Au début du mois, en quatre jours, Dilraj Johal, 28 ans, de Surrey a été trouvé mort criblé de balles dans la banlieue voisine de Richmond; Anees Mohammed, 29 ans, a été abattu dans le parc communautaire Steveston, dans une circonscription tout près de la mienne; Gary Kang, 24 ans, a été tué par balles dans la maison de ses parents à Surrey, très près de là où j'habite. Il faut faire quelque chose pour combattre cette triste réalité.
Les vaillants agents canadiens des services frontaliers contrôlent environ 100 millions de voyageurs chaque année et ont saisi plus de 4 200 armes à feu à la frontière depuis 2014. Cependant, malgré tous leurs efforts, pour lesquels je les félicite, selon les experts beaucoup d'armes passent inaperçues. Bien qu'il soit difficile de connaître le nombre précis d'armes à feu qui entrent illégalement au pays, selon certaines estimations, au moins 70 % des armes à feu utilisées pour commettre des crimes au Canada sont importées en contrebande. Nous savons aussi qu'au Canada, en 2019, deux homicides sur cinq ont été commises à l'aide d'une arme à feu, qui étaient dans 60 % des cas des armes de poing.
Je suis préoccupée non seulement en raison de la violence qu'on a connue récemment dans ma communauté, mais aussi parce que ma circonscription de la vallée du bas Fraser partage une frontière avec les États‑Unis. Le long de cette frontière, on retrouve deux postes frontaliers, soit Douglas et Pacific Highway. On retrouve aussi dans ma communauté le parc provincial Peace Arch, qui longe la frontière et où les visiteurs des deux pays peuvent se rendre sans officiellement entrer dans le pays voisin. En plus de la frontière au sud, la Colombie‑Britannique partage une autre frontière avec l'Alaska, et les ports situés le long de la côte du Pacifique reçoivent des livraisons internationales tous les jours.
Nos voisins du Sud sont nos meilleurs alliés, notre principal partenaire commercial et, dans bien des cas, nos amis et notre famille. Il n'en demeure pas moins qu'il est beaucoup plus facile d'avoir accès à des armes à feu au sud de la frontière et que celles‑ci se retrouvent en nombre beaucoup trop élevé en sol canadien. Voilà pourquoi j'appuie le projet de loi d'initiative parlementaire de mon collègue conservateur, qui prévoit une augmentation de la peine pour possession d’armes à feu importées illégalement. Le projet de loi C‑238 s'attaquerait au problème de deux façons: en augmentant la peine minimale obligatoire pour la possession de telles armes et en faisant en sorte qu'il soit plus difficile pour les personnes accusées d'être libérées sous caution.
Considérons en premier lieu les peines obligatoires. Dans le cas d'une poursuite par mise en accusation, ce projet de loi augmenterait la peine minimale prévue pour possession d'une arme à feu importée illégalement lorsque la personne accusée sait que son obtention résulte de la commission d'une infraction criminelle en la faisant passer de un à trois ans d'emprisonnement, et en faisant passer la peine maximale de 10 à 14 ans d'emprisonnement. L'article 718 du Code criminel dispose que la détermination de la peine vise six objectifs. Les trois premiers de ces objectifs consistent à dénoncer le comportement illégal, à dissuader les délinquants et à isoler les délinquants du reste de la société. Le durcissement des peines prévu dans le projet de loi C-238 permettrait d'atteindre ces trois objectifs.
L'imposition de peines plus longues enverrait un message clair à l'ensemble des Canadiens: la possession d'armes à feu provenant de la contrebande constitue une infraction grave qui ne sera pas tolérée. Bref, on dénonce ce genre d'activité de façon on ne peut plus claire. La menace d'un alourdissement des peines dissuaderait certains criminels de posséder des armes de contrebande. Cet effet dissuasif aurait en pratique des répercussions sur la chaîne d'approvisionnement. Une baisse de la demande d'armes de contrebande devrait faire diminuer la quantité d'armes que l'on tente de faire passer en contrebande en premier lieu. Pour ce qui est d'isoler les délinquants de la société, précisons que ceux qui seraient reconnus coupables de cette dangereuse infraction seraient gardés plus longtemps derrière les barreaux, évitant ainsi qu'ils ne commettent d'autres infractions criminelles dangereuses.
En octobre dernier, le député néo-démocrate de St. John’s-Est a soutenu, comme l'a fait aujourd'hui la députée de North Island—Powell River, que les peines minimales obligatoires prévues dans cette mesure législative sont inconstitutionnelles. Les deux députés en question ont fait mention de la décision rendue par la Cour suprême en 2015 dans l'affaire R. c. Nur.
Dans sa décision, la Cour a invalidé la peine minimale prévue pour la possession d'une arme prohibée ou à autorisation restreinte lorsque des munitions sont accessibles, mais le droit applicable dans ce cas était différent du projet de loi à l'étude aujourd'hui.
Dans l'arrêt Nur, la juge en chef McLachlin, écrivant au nom de la majorité, explique que les peines minimales de trois ans prévues pour la possession d'une arme prohibée ou à autorisation restreinte lorsque des munitions sont facilement accessibles contreviennent à l'article 12 de la Charte puisqu'elles constituent des peines cruelles et inusitées si on les applique non pas à l'affaire en cause mais à des situations raisonnablement prévisibles, dans lesquelles la peine ne serait pas appropriée au vu de la gravité de l'infraction.
La Cour a notamment utilisé, comme scénario raisonnablement prévisible, celui du « propriétaire responsable d’une arme, titulaire d’un permis, qui entrepose son arme à feu non chargée de façon sécuritaire avec des munitions à proximité, mais qui se méprend sur le lieu d’entreposage autorisé ». La Cour a expliqué que dans une telle situation raisonnablement prévisible, la peine minimale serait totalement disproportionnée. D'après la Cour, « essentiellement, on peut prévoir que [l'infraction relative à la possession d'une arme prohibée ou à autorisation restreinte lorsque des munitions sont facilement accessibles] s’applique à des infractions réglementaires qui comportent une culpabilité morale minime, voire nulle, et qui n’exposent le public à aucun danger ou presque. Dans le cas de ces infractions, une peine carcérale de trois ans est totalement disproportionnée à une peine juste et appropriée. »
Il est évident que le raisonnement exposé par la cour dans l'arrêt Nur ne s'appliquerait pas dans ce cas-ci. Dans le cas d'un accusé qui est conscient d'avoir obtenu une arme à feu de contrebande illégale de façon criminelle, il ne s'agit pas seulement d'une infraction liée à l'obtention d'un permis dans des circonstances où il n'y a pas de faute morale ni de danger pour la population. Il n'y a pas de situation raisonnablement prévisible où une personne consciente d'avoir obtenu illégalement une arme à feu de contrebande pourrait enfreindre par inadvertance les dispositions législatives sur la possession de ce genre d'arme à feu en raison d'une erreur liée à l'obtention d'un permis ou de toute autre circonstance. Au contraire, il s'agit là d'armes à feu vendues sur le marché noir dont le numéro de série a été rogné et dont on se sert pour commettre de dangereux actes criminels. J'estime que les peines minimales obligatoires prévues dans le projet de loi sont à la fois constitutionnelles et justifiées.
Par ailleurs, le projet de loi prévoirait le renversement du fardeau de la preuve relativement à la mise en liberté pour les personnes accusées de possession d'une arme à feu de contrebande. Pour la plupart des actes criminels, il incombe au procureur de démontrer, lors de l'audience sur la libération sous caution, pourquoi l'accusé devrait être détenu. Cependant, pour plusieurs actes criminels donnés, le paragraphe 515(6) renverserait le fardeau de la preuve de manière à ce que ce soit plutôt l'accusé qui doive démontrer pourquoi il devrait être libéré.
Le régime actuel prévoit déjà le renversement du fardeau de la preuve pour plusieurs infractions liées aux armes à feu, notamment le trafic d'armes et la possession d'armes en vue d'en faire le trafic.
Comme je l'ai précisé plus tôt, ma collectivité a connu dernièrement une hausse de la violence armée qui a malheureusement fait des victimes âgées d'à peine 14 ans. En tant que députée et mère, j'estime que je n'ai pas d'obligation morale plus importante que celle de protéger les enfants et les collectivités. Pour dire les choses simplement, ce projet de loi ferait de ma collectivité et d'autres collectivités canadiennes semblables des milieux de vie plus sécuritaires. C'est pour cela que j'appuie le projet de loi C‑238, et j'exhorte les autres députés à faire de même.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2021-01-25 11:59 [p.3371]
Madam Speaker, happy new year to you and to all my colleagues joining us virtually from around the country. It is a pleasure to see everyone and to reconnect in this format.
I am pleased to speak today on Bill C-238, which was introduced by the member for Markham—Unionville in February of last year and would propose to amend the Criminal Code, as we have heard throughout the discussions this morning.
First of all, I applaud the laudable objective of curbing illegal gun activity and I appreciate that the sponsor sees these measures as important for targeting organized criminal activity. Violence through firearms poses a real and significant public safety risk to many communities, including those that have experienced mass shootings. Nevertheless, I am of the view that this bill should not be supported, and I will explain why.
The government has repeatedly acknowledged that gun violence and gun crime is an increasing problem in Canadian society that needs to be addressed with a comprehensive strategy. This was recently reiterated in the Speech from the Throne in September of 2020. That is why the mandate letters of the Minister of Justice and the Minister of Public Safety have committed to the implementation of a robust set of firearms amendments, including the imposition of stronger penalties for gun smuggling. It is also why the government has already taken concrete steps to curb firearms violence, including the May 1, 2020, prohibition on military-style assault rifles with a two-year Criminal Code amnesty and a buyback program.
On May 1, 2020, the government delivered on its commitment regarding military-style assault weapons by implementing a regulation banning 1,500 models of assault-style firearms that pose a significant threat to public safety and are not necessary for hunting or sport shooting.
The government also issued an order to give law-abiding firearms owners a two-year amnesty period to protect them from criminal liability while they take steps to comply with the act. By so doing, the government was clear: It took measures to enhance public safety while reducing unnecessary risk for the public. As part of these measures, the government also sought to guarantee that law-abiding firearms owners would not be punished.
I strongly believe that this balanced and comprehensive approach is preferable to the narrower approach proposed by the bill. The illegal firearms market in Canada is primarily supplied by smuggled firearms or firearms stolen from private residents or commercial establishments. Given its proximity to Canada, the United States is the primary source of firearms for Canada, particularly handguns smuggled into Canada. The majority of illegal firearms in the U.S. originate in the U.S., but may occasionally come from other countries, such as Canada.
Reducing firearms smuggling into Canada is a key part in the fight to reduce access to illegal firearms in this country. Smuggled firearms that make their way into communities are a serious public safety issue and can be used to commit serious offences tied to organized crime. Bill C-238 proposes to increase the maximum penalty and the mandatory minimum penalty of imprisonment for the possession of a smuggled firearm, prohibited weapon or other object. Bill C-238 would also impose a reverse onus on an accused in an application for judicial interim release, more commonly known as bail, when the accused is charged with the possession of a smuggled weapon. This means that unless the accused can demonstrate why their pretrial detention was not justified, they would remain in custody pending trial.
While the objectives of the private member's bill are well intentioned in that they propose to address firearms crime among other things, the government does not support the bill, as it raises serious legal and policy concerns, some of which have been addressed by earlier speakers. Given the scope of the offence, I am very concerned that the increased mandatory minimum penalties would lead to significant charter scrutiny, but just as important, mandatory minimum penalties generally produce system inefficiencies and delays in the criminal justice system. They are also known to have disproportionately negative impacts on indigenous peoples, Black and other visible minority Canadians, something that should be of key concern to all parliamentarians as we confront and seek to address the systemic racism that is pernicious in the criminal justice system.
In addition, the reverse onus would be novel in the current bail regime and would treat accused persons charged with the same offence differently, depending on how the possessed firearm was illegally obtained.
The government has been in the process of considering these important issues for quite some time. In October of 2018, the Minister of Public Safety began a series of consultations with Canadians on the issue of handguns and assault-style firearms. The consultations included eight in-person round tables with 77 stakeholders' written submissions, and almost 135,000 Canadians responded to an online questionnaire. The summary report published on April 11, 2019, indicated that Canadians believe that a comprehensive and multi-faceted approach is needed to combat firearms violence in Canada. Of note, firearms smuggling and border security were identified as among the most prominent concerns of Canadians.
The government has comprehensively set out a path forward to address gun violence, including banning assault-style firearms, providing an amnesty period and a firearms buy-back program, and working with provinces and territories to give municipalities the ability to further restrict or ban handguns. The government has taken other measures, such as the establishment of reporting legislation or a type of red alert to make it easier to remove firearms from people who pose a danger to themselves or others, and measures to combat gun smuggling and trafficking.
Recently, in the Speech from the Throne of September 23, 2020, the government reiterated its commitment to combat firearms smuggling.
When the Minister of Public Safety announced the ban, he also announced that the government would be introducing other measures to keep firearms out of the hands of criminals, including increasing safe storage requirements and strengthening the law around firearms smuggling and trafficking. The government has made funding of up to $327 million available over five years through the initiative to take action against gun and gang violence, combat gun-related violence and gang activities, including by supporting law enforcement in community-led projects focused on prevention.
It is my understanding that more than $200 million is now flowing directly to the provinces and territories to target initiatives that best meet the unique needs of individual communities to advance efforts in the areas of prevention, gang exit, outreach and awareness training, as well as enhanced intelligence sharing and law enforcement capacity. With the funding allocations, jurisdictions have made investments to support new law enforcement activities, including specialized training and education initiatives and improving data collection and information sharing.
As far as reducing gun violence is concerned, the government knows that a comprehensive approach must also include measures to remove from the market guns that present the biggest danger to public safety, as well as a combination of measures on the criminal use of firearms, including preventive measures and law enforcement, as well as harsher sentences.
Although the laudable objectives of this bill may be well-intentioned, I remain of the view that a more comprehensive approach, with the benefit of parliamentary review and debate in both Houses, would be the more appropriate course of action. I urge all members, therefore, to oppose this bill.
Madame la Présidente, bonne année à vous ainsi qu'à tous mes collègues qui se joignent à nous de partout au pays à distance. C'est un plaisir de voir tout le monde et de renouer le contact de cette manière.
Je suis heureux d'intervenir pour parler aujourd'hui du projet de loi C-238, présenté par le député de Markham—Unionville en février dernier et dont le but est de modifier le Code criminel, comme cela a été dit tout au long des discussions ce matin.
Tout d'abord, je souscris totalement à l'objectif louable de réduction des activités illégales impliquant des armes à feu. Je suis bien conscient que le parrain du projet de loi considère ces mesures comme importantes pour cibler les activités du crime organisé. Les actes de violence commis à l'aide d'armes à feu représentent un risque réel et important pour la sécurité publique dans de nombreuses collectivités, celles qui ont connu des fusillades de masse notamment. Néanmoins, je suis d'avis que ce projet de loi ne devrait pas être appuyé, et je vais expliquer pourquoi.
Le gouvernement a répété en maintes occasions que la violence armée et les crimes commis avec des armes à feu sont un problème croissant dans la société canadienne auquel il faut s'attaquer en mettant sur pied une stratégie globale. C'est un message que contenait le récent discours du Trône, en septembre 2020. C'est pourquoi il est dit dans les lettres de mandat du ministre de la Justice et du ministre de la Sécurité publique que ceux-ci doivent s'engager à mettre en œuvre un ensemble de modifications législatives solides concernant les armes à feu, notamment en imposant des peines plus sévères en cas de contrebande d'armes. C'est aussi la raison pour laquelle le gouvernement a déjà pris des mesures concrètes pour réduire la violence liée aux armes à feu, en interdisant les fusils d'assaut de type militaire le 1er mai 2020 entre autres, avec une période d'amnistie de deux ans décrétée en vertu du Code criminel et un programme de rachat.
En effet, le 1er mai 2020, le gouvernement a donné suite à l'engagement qu'il avait pris à l'égard des armes d'assaut de type militaire au moyen de l'entrée en vigueur du règlement visant à interdire 1 500 modèles d'armes à feu de style d'armes d'assaut. Ces armes à feu posent tout simplement d'importants dangers pour la sécurité publique et ne sont pas nécessaires pour la chasse ou le tir sportif.
Un décret fixant une période d'amnistie de deux ans a également été pris afin de mettre les propriétaires d'armes à feu respectueux de la Loi à l'abri des poursuites pénales jusqu'à ce qu'ils puissent se conformer à la Loi. Ce faisant, le gouvernement a été clair: il a pris des mesures pour accroître la sécurité publique tout en réduisant les risques inutiles pour le public. Dans le cadre de ces mesures, le gouvernement visait également à garantir que les propriétaires d'armes à feu respectueux des lois ne seraient pas punis.
Je crois fermement que cette approche équilibrée et exhaustive est préférable à l'approche plus étroite proposée par le projet de loi. Le marché des armes à feu illégales au Canada est principalement alimenté par des armes à feu de contrebande ou encore des armes à feu volées à des résidants privés ou à des établissements commerciaux. Compte tenu de sa proximité avec le Canada, les États‑Unis constituent la principale source d'armes à feu pour le Canada, tout particulièrement les armes de poing entrées en contrebande au Canada. La majorité des armes à feu illégales aux États‑Unis proviennent de ce pays, mais peuvent à l'occasion provenir d'autres pays, comme le Canada.
Réduire la contrebande d'armes à feu au Canada fait partie intégrante de la lutte en vue de réduire l'accès à des armes illégales au pays. Les armes à feu de contrebande qui s'infiltrent dans les collectivités constituent un grave problème de sécurité publique et peuvent être utilisées pour commettre de graves infractions liées au crime organisé. Le projet de loi C‑238 propose d'augmenter la peine d'emprisonnement maximale de même que la peine d'emprisonnement minimale pour possession d'une arme à feu de contrebande, d'une arme prohibée ou d'un autre objet non autorisé. Le projet de loi C‑238 inverserait également le fardeau de la preuve dans le cadre de la demande de mise en liberté provisoire par voie judiciaire, communément appelée mise en liberté sous caution, si bien que, à moins qu'elle puisse prouver que cette mesure est injustifiée, toute personne accusée de possession d'une arme de contrebande serait mise en détention sous garde jusqu'à son procès.
Bien que l'intention du projet de loi d'initiative parlementaire soit louable, en ce sens qu'il vise à réduire le nombre de crimes commis au moyen d'une arme à feu, le gouvernement ne l'appuie pas, puisque, comme l'ont déjà mentionné d'autres intervenants, il soulève de graves préoccupations sur le plan juridique et stratégique. Étant donné la portée de l'infraction, je crains sincèrement que l'augmentation de la peine minimale obligatoire remette en question le respect de la Charte. De plus, et c'est tout aussi important, les peines minimales obligatoires donnent généralement lieu à des inefficacités et à des retards dans le système de justice pénale. On sait également qu'elles ont une incidence négative disproportionnée sur les Autochtones, les Noirs et les autres Canadiens appartenant à une minorité visible, chose dont devraient se soucier grandement tous les parlementaires alors que nous dénonçons le racisme systémique, si pernicieux dans le système de justice pénale, et cherchons à y remédier.
En outre, l'inversion du fardeau de la preuve serait une nouveauté dans le régime actuel de mise en liberté sous caution et introduirait un traitement différent pour les personnes accusées de la même infraction selon la manière illégale dont elles se sont procuré l'arme à feu en leur possession.
Le gouvernement se penche sur ces questions depuis un bon moment déjà. En octobre 2018, le ministre de la Sécurité publique a entamé une série de consultations auprès des Canadiens au sujet des armes de poing et des armes d'assaut. Dans le cadre de ces consultations, il y a eu huit tables rondes en personne où ont été présentés les mémoires de 77 intervenants, ainsi qu'un questionnaire en ligne auquel ont répondu près de 135 000 Canadiens. Selon le rapport sommaire publié le 11 avril 2019, les Canadiens estiment qu'il est nécessaire d'adopter une approche exhaustive et multidimensionnelle pour lutter contre les actes de violence commis avec des armes à feu au Canada. Il convient de signaler que les Canadiens se disent particulièrement préoccupés par la contrebande d'armes à feu et la sécurité frontalière.
Le gouvernement a établi de façon exhaustive la voie à suivre pour lutter contre la violence liée aux armes à feu, notamment interdire les armes à feu de style d'armes d'assaut, prévoir une période d'amnistie et un programme de rachat des armes à feu, travailler avec les provinces et les territoires pour donner aux municipalités la capacité de restreindre davantage ou d'interdire les armes de poing. Le gouvernement a pris d'autres mesures, comme l'établissement de dispositions législatives de signalement ou d'une sorte d'alerte rouge visant à faciliter l'enlèvement des armes à feu aux personnes qui représentent un danger pour elles-mêmes ou pour les autres, ainsi que des mesures de lutte contre la contrebande et le trafic d'armes à feu.
Récemment, dans le discours du Trône du 23 septembre 2020, le gouvernement a réitéré son engagement à lutter contre la contrebande des armes à feu.
Quand le ministre de la Sécurité publique a annoncé l'interdiction, il a aussi annoncé que le gouvernement prendrait d'autres mesures pour garder les armes à feu hors de la portée des criminels, notamment le resserrement des exigences relatives à l'entreposage des armes à feu et des dispositions législatives sur la contrebande et le trafic d'armes à feu. Le gouvernement a prévu 327 millions de dollars sur cinq ans dans le cadre de son initiative visant à prendre des mesures contre la violence liée aux armes à feu et aux activités des gangs, notamment en soutenant les forces de l'ordre dans des projets communautaires de prévention.
Je crois comprendre que plus de 200 millions de dollars sont maintenant versés directement aux provinces et aux territoires pour des initiatives ciblées qui répondent aux besoins uniques des différentes collectivités afin de soutenir leurs efforts au chapitre de la prévention, des programmes visant à encourager les gens à sortir des gangs et de la tenue d'activités d'information et de sensibilisation. Cet argent permettra également d'améliorer le partage des renseignements et d'accroître les ressources de ceux qui sont chargés de faire respecter la loi. Les provinces et territoires consacrent ces fonds à de nouvelles activités de maintien de l'ordre, y compris des initiatives de sensibilisation et de formation spécialisées et l'amélioration de la collecte et de l'échange d'information.
En ce qui concerne la réduction de la violence liée aux armes à feu, le gouvernement est conscient qu'une approche exhaustive doit comprendre aussi des mesures visant à retirer du marché les armes à feu présentant le plus grand danger pour la sécurité publique, de même qu'une combinaison de mesures concernant l'utilisation des armes à feu à des fins criminelles, y compris des mesures de prévention et d'application des lois, ainsi que des peines plus sévères.
Même si les objectifs louables du projet de loi partent possiblement de bonnes intentions, je demeure convaincu qu'une approche plus globale, qui aurait bénéficié d'un examen parlementaire et de débats dans les deux Chambres, serait plus utile. J'invite donc les députés à rejeter le projet de loi.
View Bob Saroya Profile
CPC (ON)
View Bob Saroya Profile
2021-01-25 12:08 [p.3372]
Madam Speaker, it is good to be back and to see all members here.
I rise today to urge my colleagues to support my private member's bill, Bill C-238, an act to amend the Criminal Code with regard to possession of unlawfully imported firearms, a bill that would put the criminals using smuggled guns behind bars for longer and make communities safer by raising the standards on dangerous criminals being released on bail.
This is a bill that all GTA residents need and have been calling for. The numbers do not lie. Since 2015, gun violence has grown in Toronto. In 2018, there were record high numbers of deaths. In 2019, there were record high numbers of shootings.
The year 2020 should have been different, as COVID-19 forced people to work from home, and millions of GTA residents changed their routines. The active nightlife, festivals and events were all cancelled. Once very busy streets were now ghost towns. However, that did not stop the violence at all. In 2020, even with a worldwide pandemic, there were over 450 shootings and 40 deaths.
Gun violence has become all too common in places that used to be considered safe. The stories of people waking up to gunshots or being called about loved ones' deaths are heartbreaking. Those people have been promised action but have not seen any results.
I believe the Liberal government has approached this issue in the wrong way. It has focused on gun bans. For its plan to work, violent criminals would have to suddenly start following the law. We know that criminals are not getting a licence to buy firearms that would require taking a course and having a background check. Criminals are buying smuggled guns, just like they are buying smuggled drugs. A gun ban would do little, if anything, to stop them.
The former chief of police of Toronto stated that 82% of handguns used in crimes are smuggled in from the United States. The Ontario solicitor general put the numbers at 84%. More recently, Peel Regional Police reported that 74% of the guns they seized were from south of the border.
The problem is not just smuggled guns; it is also about how we treat criminals who are caught with these guns. The truth is that when they are arrested, they are released on bail within days. They can have a smuggled gun back in their possession within hours.
We need to target the criminals using these guns. Criminals need to know that the use of smuggled guns is a serious offence and that they will do real time behind bars if they are caught. As I have said before, there is no excuse for criminals to have these weapons. If someone has a smuggled gun, they are a real threat to public safety. When they are arrested, neighbours do not want them to get out on bail. The former chief of police reported that criminals getting arrested and being released on bail is far too common.
No one bill will stop the gun violence in Canada, but Bill C-238 is an excellent first step to making my riding of Markham—Unionville and all Canadians safer. I encourage every member to vote for this bill. It would keep dangerous criminals off the streets and save lives. If there are any concerns regarding Bill C-238, they can best be handled in committee.
Madame la Présidente, je suis heureux de reprendre les travaux et de revoir tous les députés.
Je prends la parole pour inviter tous les députés à appuyer mon projet de loi d'initiative parlementaire, le projet de loi C‑238, Loi modifiant le Code criminel (possession d’armes à feu importées illégalement), un projet de loi qui permettra de mettre les criminels qui se servent d'armes de contrebande plus longtemps derrière les barreaux et de rendre les collectivités plus sûres en élevant les exigences relatives à la libération sous caution des criminels dangereux.
Il s'agit d'un projet de loi que les habitants du Grand Toronto réclament depuis quelque temps, car ils en ont besoin. Les nombres ne trompent pas. Depuis 2015, la violence armée est de plus en plus présente à Toronto. En 2018, le nombre de décès atteignait un sommet. En 2019, c'est le nombre de fusillades qui a atteint un sommet.
L'année 2020 aurait dû être différente, puisque la COVID‑19 a contraint les gens à travailler de la maison et des millions de résidants de la région du Grand Toronto à changer leurs habitudes. La vie nocturne, les festivals et tous les événements publics ont été annulés. Les rues auparavant achalandées sont devenues désertes. Or, il n'y a pas eu d'effet sur les cas de violence. En 2020, malgré la pandémie qui faisait rage, il y a eu plus de 450 fusillades et 40 décès.
La violence armée est devenue monnaie courante dans des endroits qu'on croyait sûrs. Les histoires que nous avons entendues de gens réveillés par des coups de feu ou de gens qui reçoivent un appel pour leur annoncer le décès d'un de leurs proches fendent le cœur. On a promis des mesures à ces gens, mais rien n'a été fait.
Je crois que le gouvernement libéral n'a pas abordé correctement le problème. Son approche est axée principalement sur l'interdiction des armes à feu. Toutefois, pour qu'elle fonctionne, il faudrait que les criminels violents commencent soudainement à respecter la loi. Or, nous savons que les criminels ne se procureront pas de permis d'achat d'armes à feu quand cela les forcerait à suivre un cours et à faire vérifier leurs antécédents. Les criminels achètent des armes de contrebande, tout comme ils achètent des drogues de contrebande. Interdire les armes à feu ne contribuerait pas grandement, voire pas du tout, à les empêcher d'en faire l'acquisition.
L'ancien chef de police de Toronto a affirmé que 82 % des armes de poing employées dans des crimes sont importées en contrebande des États-Unis. La solliciteure générale de l'Ontario, quant à elle, évalue le pourcentage à 84 %. Plus récemment, la police régionale de Peel a signalé que 74 % des armes qu'elle a saisies provenaient du sud de la frontière.
Cependant, les armes de contrebande ne sont pas le seul problème. La façon dont nous traitons les criminels en possession de ces armes est également problématique. En effet, ils sont libérés sous caution quelques jours après leur arrestation, et ils peuvent ensuite reprendre possession de leurs armes de contrebande quelques heures après.
Nous devons cibler les criminels qui utilisent ces armes à feu. Il faut que les criminels sachent que l'utilisation d'armes à feu de contrebande est une infraction grave et qu'ils purgeront une longue peine derrière les barreaux s'ils se font prendre. Comme je l'ai déjà mentionné, il est inexcusable que des criminels disposent de telles armes. Une personne qui possède une arme de contrebande constitue une menace réelle pour la sécurité publique. Quand une telle personne se fait arrêter, les gens ne veulent pas qu'elle soit libérée sous caution. L'ancien chef de police de Toronto a indiqué qu'il est beaucoup trop fréquent que des criminels soient libérés sous caution après avoir été arrêtés.
Aucun projet de loi ne peut mettre fin à la violence liée aux armes à feu au Canada, mais le projet de loi C‑238 est une excellente première étape pour assurer la sécurité de ma circonscription, Markham—Unionville, et celle de tous les Canadiens. J'encourage tous les députés à voter pour le projet de loi. Il permettra de mettre les criminels dangereux derrière les barreaux et de sauver des vies. S'il y a des préoccupations au sujet du projet de loi C‑238, on pourra mieux y répondre lors de l'étude par le comité.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The question is on the motion.
If a member of a recognized party present in the House wishes to request a recorded division, or that the motion be adopted on division, I invite them to rise and so indicate to the Chair.
Le vote porte sur la motion.
Si un député d'un parti reconnu présent à la Chambre désire demander un vote par appel nominal ou que la motion soit adoptée avec dissidence, je l'invite à se lever et à l'indiquer à la présidence.
View Bob Saroya Profile
CPC (ON)
View Bob Saroya Profile
2021-01-25 12:13 [p.3373]
Madam Speaker, I request a recorded vote.
Madame la Présidente, je demande un vote par appel nominal.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
To the order made earlier, the division stands deferred until Wednesday, January 27, at the expiry of the time provided for oral questions.
Conformément à l'ordre adopté plus tôt aujourd'hui, le vote est reporté au mercredi 27 janvier, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
View Deb Schulte Profile
Lib. (ON)
View Deb Schulte Profile
2021-01-25 12:14 [p.3373]
moved that Bill C-14, An Act to implement certain provisions of the economic statement tabled in Parliament on November 30, 2020 and other measures, be now read a second time and referred to a committee.
propose que le projet de loi C-14, Loi portant exécution de certaines dispositions de l'énoncé économique déposé au Parlement le 30 novembre 2020 et mettant en œuvre d'autres mesures, soit maintenant lu une deuxième fois et renvoyé à un comité.
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-01-25 12:14 [p.3373]
Madam Speaker, happy new year to all my colleagues in the House and everybody who is participating in this hybrid Parliament today.
I will be splitting my time with my hon. colleague from Kingston and the Islands, and I understand that I will need unanimous consent to be able to do this.
Madame la Présidente, je souhaite une bonne année à tous les députés et à tous ceux qui prennent part à la séance hybride de la Chambre aujourd'hui.
Je partagerai mon temps de parole avec le député de Kingston et les Îles et, d'après ce que je comprends, il faut qu'il y ait consentement unanime pour ce faire.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
This being a hybrid sitting of the House, for the sake of clarity I will only ask those who are opposed to the request to express their disagreement.
There is unanimous consent. Accordingly, the House has heard the terms of the motion and, there being no dissenting voice, I declare the motion carried.
Puisqu'il s'agit d'une séance hybride de la Chambre, par souci de clarté, je demanderai seulement à ceux qui s'opposent à la demande d'exprimer leur désaccord.
Il y a consentement unanime. Par conséquent, comme la Chambre a entendu la motion et comme il n'y a aucune dissidence, je déclare la motion adoptée.
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-01-25 12:15 [p.3373]
Madam Speaker, I am pleased to speak on behalf of the residents of my riding of Davenport, whom I am honoured and blessed to represent in this venerable House on Bill C-14.
I will be speaking specifically to some of the important measures that are included in Bill C-14, an act to implement certain provisions of the economic statement tabled in Parliament on November 30, 2020 and other measures.
Since the onset of COVID-19, the Government of Canada has remained steadfast in its commitment to do whatever it takes to protect the health and safety of Canadians and to help Canadian businesses weather the storm. The recently tabled fall economic statement outlined the government's actions to date and proposed new measures to support Canadians through the COVID-19 pandemic. These investments are a down payment on a growth plan of roughly three to four per cent of GDP, or between $70 billion and $100 billion over three years, to jump-start Canada's economy once the virus is under control.
Bill C-14 is an important step in the government's plan. It would urgently move forward with measures from the fall economic statement that would provide immediate assistance to families with young children, students and businesses, and measures that would help protect the health and safety of Canadians.
For example, the bill would ensure that Canadians whose Canada emergency response benefit claim has been delayed could receive the income support that they are eligible for after the end of this year. This bill would also amend the Food and Drugs Act to help prevent and alleviate future drug shortages by allowing the government to make regulations to require that pertinent information on potential shortages and activities related to food, drugs and other items be provided to the Minister of Health, when necessary.
The fall economic statement also moves forward with a plan to set new national standards for long-term care, in recognition of the tragic deaths from COVID-19 that we saw in the spring, in the fall and right now. It seeks to establish a $1 billion safe long-term care fund that would help provinces and territories protect seniors and our most vulnerable. In particular, Bill C-14 would provide funding of up to $505.7 million over the coming months to support long-term care facilities, including funding to prevent the spread of COVID-19 infection, outbreaks and deaths in supportive-care facilities.
Our federal government also recognizes that the emotional and mental health effects of the pandemic on Canadians will continue as we face the second wave and public health measures continue to be in place. Indeed, half of Canadians report that their mental health has worsened during COVID-19. Bill C-14 would provide funding to improve vital access to virtual care and mental health tools. This would include important investments to bolster distress centres and provide further support for the Wellness Together Canada portal, which connects Canadians to peer-support workers, social workers, psychologists and other professionals to help address mental health and substance use issues. These investments would help ensure that Canadians have the mental health support they need when they need it the most.
In addition to the $505.7 million for long-term care, this bill would provide funding of up to $395.6 million to support a range of initiatives to help Canadians cope during the pandemic and to continue our fight against the virus, including the following: mental health and substance use programming, innovative approaches to COVID-19 testing, virtual care and mental health tools, medical research, treatments and therapeutics, vaccine funding and development, border and travel measures, and isolation sites.
As the members of the House know well, the spring saw many challenges, as everything shut down across the country to reduce the spread of the virus. Suddenly, kids were out of school, day cares were closed and many families with young children had to find temporary alternatives to their regular child-care arrangements. These challenges often meant higher, unanticipated costs for Canadian families with children.
Our federal government is committed to helping the many families who have been struggling with a wide range of expenses as a result, from providing care to buying tools for at-home learning, such as books and computers, and often more costly temporary child-care arrangements.
That is why the federal government is proposing, through Bill C-14, to provide immediate relief for low- and middle-income families with young children who are entitled to the Canada child benefit or CCB. For these families, we are proposing to provide up to $1,200 in 2021 for each child under the age of six. This would represent an almost 20% increase over the existing maximum annual CCB payment and would have a meaningful impact on families in need of this support during the pandemic.
This support would automatically be delivered to families who are entitled to the CCB, and have a net income at or below $120,000, through four tax-free payments of $300. Families entitled to the CCB who have a net income above $120,000 would receive four tax-free payments of $150, for a total benefit of $600. The first of these payments would be made within a week or two of the passage of Bill C-14, as I understand, with subsequent payments occurring in April, July and October of 2021.
This temporary assistance would directly benefit about 1.6 million families and about 2.1 million children during a period when families are still grappling with the financial impacts they are facing as a result of this pandemic.
We must also recognize how young people continue to suffer from economic impacts due to COVID-19. When the pandemic struck, many students had to leave school. Internships and summer jobs became scarce as Canadians did the right thing and stayed at home. The government is working to ensure that the pandemic does not derail the futures of students. We are determined to take a number of measures to help youth continue in their careers and in their schools.
In addition to proposed measures from the fall economic statement that would provide more opportunities for young people to gain work experience, our government is also proposing support to ease the financial burden on recent graduates. This important measure, which has received praise from the Canadian Alliance of Student Associations, would bring $329.4 million in relief to up to 1.4 million Canadians who are looking for work or are in the early stages of their careers.
It would also help graduates from low- and middle-income families, who tend to have higher overall debt levels, as well as recent graduates with disabilities, given that 37% of borrowers who identified as a person with disabilities participated in the repayment assistance plan of the Canada student loans program in 2017-18.
In conclusion, it is clear that Canadians need our support to weather the storm as we continue to fight against COVID-19. That is why I implore all hon. members to join me in swiftly passing Bill C-14 to enable the government to move forward with implementing these important measures from the fall economic statement, to protect the health and safety of Canadians, to support students and recent graduates, and to help families with young children in need.
Madame la Présidente, j'ai le plaisir de prendre la parole au nom des habitants de ma circonscription, Davenport, au sujet du projet de loi C‑14. C'est un honneur et une chance de les représenter dans cette vénérable enceinte.
Je parlerai plus précisément d'une partie des mesures importantes qui sont incluses dans le projet de loi C‑14, Loi portant exécution de certaines dispositions de l'énoncé économique déposé au Parlement le 30 novembre 2020 et mettant en œuvre d'autres mesures.
Depuis le début de la pandémie de COVID‑19, le gouvernement du Canada est fermement déterminé à tout faire pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens et pour aider les entreprises d'ici à traverser la tempête. L'énoncé économique de l'automne qui a été présenté récemment décrit les mesures prises par le gouvernement jusqu'à maintenant et les nouvelles mesures proposées pour soutenir les Canadiens pendant la pandémie de COVID‑19. Les sommes d'argent prévues sont en quelque sorte une mise de fonds d'un plan de croissance d'environ trois à quatre pour cent du PIB, ou d'environ 70 à 100 milliards de dollars sur trois ans, qui vise à relancer l'économie canadienne lorsque le virus sera maîtrisé.
Le projet de loi C‑14 est une étape importante du plan du gouvernement. Il permettrait de prendre d'urgence les mesures prévues dans l'énoncé économique de l'automne, des mesures qui offriraient un soutien immédiat aux familles ayant de jeunes enfants, aux étudiants et aux entreprises et qui contribueraient à protéger la santé et la sécurité des Canadiens.
Par exemple, le projet de loi garantirait aux Canadiens qui ont vu leur demande de prestations canadiennes d'urgence retardée d'obtenir le soutien au revenu auquel ils ont droit après la fin de cette année. Le projet de loi modifierait en outre la Loi sur les aliments et drogues afin de prévenir et d'atténuer les futures pénuries de médicaments en autorisant le gouvernement à prendre des règlements qui exigeraient la transmission à la ministre de la Santé de l'information pertinente sur d'éventuelles pénuries et sur les activités liées aux aliments, aux drogues et à d'autres produits, au besoin.
Par ailleurs, l'énoncé économique de l'automne propose l'adoption de nouvelles normes nationales sur les soins de longue durée, en réponse aux décès tragiques liés à la COVID‑19 dont nous avons été témoins au printemps et à l'automne et qui continuent de se produire à l'heure actuelle. L'objectif est de créer un fonds pour la sécurité des soins de longue durée, doté de 1 milliard de dollars, pour aider les provinces et les territoires à protéger les aînés et les plus vulnérables. Plus précisément, le projet de loi C‑14 prévoirait jusqu'à 505,7 millions de dollars répartis au cours des prochains mois pour aider les établissements de soins de longue durée, notamment en y prévenant la propagation de la COVID‑19, les éclosions du virus et les décès qui y sont liés.
Le gouvernement fédéral sait également que les effets de la pandémie sur la santé affective et mentale des Canadiens se poursuivront alors que nous faisons face à la deuxième vague et que les mesures de santé publique continuent d'être en vigueur. En effet, la moitié des Canadiens déclarent que leur santé mentale s'est détériorée au cours de la pandémie de COVID‑19. Le projet de loi C‑14 prévoit des fonds pour améliorer l'accès vital aux soins virtuels et aux outils de santé mentale. Cela inclurait des sommes importantes pour soutenir les centres de détresse et apporter une aide supplémentaire au portail Espace mieux-être Canada qui met les Canadiens en contact avec des travailleurs de soutien par les pairs, des travailleurs sociaux, des psychologues et d'autres professionnels capables de les aider à traiter leurs problèmes de santé mentale et de toxicomanie. Cet argent contribuerait à garantir aux Canadiens l'accès aux services de santé mentale au moment où ils en ont le plus besoin.
En plus des 505,7 millions de dollars destinés aux soins de longue durée, ce projet de loi prévoit un financement qui pourra atteindre 395,6 millions de dollars pour une série de mesures visant à aider les Canadiens à faire face à la pandémie et à nous permettre de poursuivre notre lutte contre le virus: programmes de santé mentale et de lutte contre la toxicomanie, approches novatrices pour le dépistage de la COVID‑19, soins virtuels et outils de santé mentale, recherche médicale, traitements et thérapies, production de vaccins et financement connexe, mesures relatives aux frontières et aux voyages et centres d'isolement.
Les députés le savent bien, le printemps s'est avéré très compliqué, puisque tout s'est arrêté dans le pays pour ralentir la propagation du virus. Soudain, les enfants ont cessé d'aller à l'école, les garderies ont fermé et de nombreuses familles avec de jeunes enfants ont dû trouver des solutions temporaires pour faire garder leurs enfants. Ces difficultés se sont souvent traduites par des dépenses imprévues plus importantes pour les familles canadiennes avec des enfants.
Le gouvernement fédéral est décidé à aider les nombreuses familles qui se sont ainsi retrouvées aux prises avec toute une série de dépenses, de la prestation de soins à l'achat d'équipement pour l'école à la maison, comme des livres et des ordinateurs, ainsi que des arrangements temporaires souvent plus chers en ce qui concerne la garde des enfants.
C'est pourquoi le gouvernement fédéral propose, par l'intermédiaire du projet de loi C-14, d'apporter une aide immédiate aux familles à faible et moyen revenu ayant de jeunes enfants qui ont droit à l'Allocation canadienne pour enfants ou ACE. Nous proposons de verser à ces familles, en 2021, jusqu'à 1 200 $ pour chaque enfant de moins de six ans. Cela représenterait une augmentation de près de 20 % par rapport au montant annuel maximum actuel versé dans le cadre de l'ACE et aurait une véritable incidence sur les familles qui ont besoin de ce soutien pendant la pandémie.
Cette aide serait versée automatiquement aux familles ayant droit à l'ACE et dont le revenu net est inférieur ou égal à 120 000 $ sous la forme de quatre versements non imposables de 300 $. Les familles ayant droit à l'ACE et dont le revenu net est supérieur à 120 000 $ recevraient quatre versements non imposables de 150 $, pour une prestation totale de 600 $. Le premier de ces versements devrait être fait dans un délai d'une ou deux semaines après l'adoption du projet de loi C-14, si je comprends bien, les paiements suivants étant prévus en avril, juillet et octobre 2021.
Ce soutien temporaire bénéficierait directement à environ 1,6 million de familles et à quelque 2,1 millions d'enfants, à un moment où les familles sont encore aux prises avec les conséquences financières de la pandémie.
Nous devons également reconnaître que les jeunes subissent toujours les conséquences économiques de la COVID‑19. Lorsque la pandémie a frappé, de nombreux étudiants ont dû quitter l'école. Les stages et les emplois d'été se sont raréfiés, les Canadiens faisant ce qu'il fallait et restant à la maison. Le gouvernement veille à ce que la pandémie ne compromette pas l'avenir des étudiants. Nous sommes déterminés à prendre un certain nombre de mesures pour aider les jeunes à poursuivre leur carrière et leurs études.
En plus des mesures proposées dans l'énoncé économique de l'automne qui offriraient aux jeunes davantage de possibilités d'acquérir une expérience professionnelle, le gouvernement propose également d'alléger le fardeau financier des jeunes diplômés. Cette importante mesure, qui a reçu un accueil favorable de l'Alliance canadienne des associations étudiantes, apporterait un soutien de 329,4 millions de dollars à près de 1,4 million de Canadiens qui cherchent du travail ou qui sont en début de carrière.
Elle aiderait également les diplômés issus de familles à faible et moyen revenus, qui tendent à avoir un niveau d'endettement global plus élevé, ainsi que les récents diplômés handicapés, étant donné que 37 % des emprunteurs qui se sont déclarés handicapés ont participé au Programme d'aide au remboursement du Programme canadien de prêts aux étudiants en 2017-2018.
En conclusion, il est clair que les Canadiens ont besoin de notre soutien pour survivre à la tempête alors que se poursuit la lutte contre la COVID‑19. Voilà pourquoi j'exhorte tous les députés à se joindre à moi pour adopter rapidement le projet de loi C-14 afin de permettre au gouvernement de mettre en oeuvre les importantes mesures prévues dans l'énoncé économique de l'automne, de veiller à la santé et à la sécurité des Canadiens, de soutenir les étudiants et les nouveaux diplômés, et d'aider les familles nécessiteuses ayant de jeunes enfants.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, the hon. member referred specifically to something. She said that what the government has been making over almost the last year has been “a down payment on a growth plan”.
That is so telling. There were two choices at the beginning of this. It was about investing in Canadians and giving them the supports and tools they needed to get through this pandemic so we could come out in a better position than if we had not. The alternative was to essentially let everybody fend for themselves.
Can the member comment as to how she thinks things would have been had the government not taken these very important steps to invest in Canadians? How much better off will we be as a result of this work?
Madame la Présidente, la députée a souligné quelque chose en particulier. Elle a affirmé que, depuis près d'un an, le gouvernement fait une mise de fonds pour un plan de croissance.
Voilà qui est révélateur. Il y avait deux possibilités au début. La première était d'investir dans les Canadiens et de leur fournir le soutien et les outils nécessaires pour traverser la pandémie et faire en sorte qu'ils soient en meilleure posture que si le gouvernement ne leur avait pas prêté main-forte. L'autre possibilité était essentiellement de laisser tout le monde se débrouiller.
La députée peut-elle nous dire comment, selon elle, aurait été la situation si le gouvernement n'avait pas pris ces très importantes mesures pour appuyer les Canadiens? Dans quelle mesure le Canada sera-t-il avantagé par ces mesures?
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2021-01-25 12:25 [p.3375]
Madam Speaker, when we are introducing these bills and big spending packages, sometimes it is easy, in the way we speak, to forget that COVID-19 is still strong in this country and we are still battling it very strongly.
The number one thing we need to keep doing is to continue to fight the COVID-19 pandemic. In fighting this pandemic, we need to ensure there is enough support for our long-term care facilities, enough support for our families, enough support for our youth, enough support within Health Canada and all the different regions, and enough support for our businesses. We are not going to be able to move forward into a strong economic recovery otherwise. If we did not spend this investment, we would not be able to move forward and restart our economy in a successful way.
Madame la Présidente, en présentant ces projets de loi et ces importants programmes de dépenses, il est parfois facile d'oublier, dans nos discours, que la COVID‑19 sévit encore durement au Canada et que la lutte acharnée que nous menons contre ce virus n'est pas terminée.
Avant toute chose, nous devons poursuivre la lutte contre la pandémie de COVID‑19. Ce faisant, nous devons veiller à offrir suffisamment d'aide aux établissements de soins de longue durée, aux familles, aux jeunes et aux entreprises, en plus de veiller à ce que Santé Canada et toutes les régions disposent des ressources nécessaires, faute de quoi, nous ne pourrons pas progresser vers une forte reprise économique. Sans ces dépenses, nous ne pourrions pas aller de l'avant et réussir à relancer l'économie.
Results: 1 - 30 of 150000 | Page: 1 of 5000

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data