Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 472
View Judy A. Sgro Profile
Lib. (ON)
I call to order meeting number 16 of the Standing Committee on International Trade.
The committee is meeting today pursuant to Standing Order 108(2) to discuss the impact of COVID-19 on Canadian international trade relationships, especially with the United States and the United Kingdom.
Today's meeting is taking place in person, and the proceedings will be made available via the House of Commons website. This meeting is being televised.
To ensure an orderly meeting, I have to outline a few rules to follow.
Occupational health and safety have requested that we limit our movement in the room and wear a mask unless seated. Floor markings indicate the path of travel for all people in the room. Individuals should respect physical distancing and remain two metres from one another, particularly when unmasked. Seats and microphones have been placed in a manner that respects physical distancing, and therefore we ask that they remain in the same location.
To minimize health risks, you will note that limited personnel has been permitted to attend today. Staff have received a phone number where they can also listen in to the proceedings in real time.
Please note that we will suspend in between panels in order to allow the first group of witnesses to disconnect and the next panel to join the meeting. You will also note that we have no paper documents to be distributed. All documents have been distributed electronically to all members. Should you require a copy of a document, please advise the clerk of the committee by emailing the committee, and that will be provided.
Our first group of witnesses today is from Global Affairs Canada. With us we have Steve Verheul, somebody who's been seen with our committee many times. He is the assistant deputy minister of trade policy and negotiations, and chief trade negotiator of the Canada-United States-Mexico Agreement. As well, we have Eric Walsh, director general, North America bureau; and Robert Fry, director general, bureau of European affairs.
Welcome to all of the committee members, and welcome especially to our witnesses. Thank you for making time to appear before the committee today.
Mr. Verheul, I'll turn it over to you.
Je déclare ouverte la 16e séance du Comité permanent du commerce international.
Le Comité se réunit aujourd'hui conformément au paragraphe 108(2) du Règlement pour discuter de l'impact de la COVID-19 sur les relations commerciales internationales du Canada, notamment avec les États-Unis et le Royaume-Uni.
La réunion d'aujourd'hui se déroule en présentiel et les délibérations seront disponibles sur le site Web de la Chambre des communes. La séance est télévisée.
Pour assurer le bon déroulement de cette réunion, je vais vous énoncer les quelques règles que j'ai établies.
Les responsables de la santé et de la sécurité au travail nous ont demandé de limiter nos déplacements dans la salle et de porter un masque à moins d'être assis. Les marquages au sol indiquent le sens de la circulation pour les personnes présentes dans la salle. Il y a lieu de respecter les deux mètres de distance physique entre chaque personne, surtout si les gens ne portent pas de masque. Les sièges et les microphones ont été placés de manière à respecter l'éloignement physique, et nous vous demandons de ne pas les bouger.
Afin de réduire au minimum les risques pour la santé, vous remarquerez que peu de membres du personnel ont été autorisés à assister à la séance d'aujourd'hui. Le personnel dispose d'un numéro de téléphone qu'il peut appeler pour écouter les délibérations en temps réel.
Veuillez noter que nous allons suspendre la séance entre chaque groupe afin de permettre à celui qui aura terminé son témoignage de se débrancher et de laisser sa place au suivant. Vous remarquerez également que nous n'avons pas de documents papier à distribuer. Tous les documents ont été distribués électroniquement à tous les membres. Si vous avez besoin d'une copie d'un document, veuillez en informer la greffière par courriel, et nous vous la ferons parvenir.
Notre premier groupe de témoins est celui d'Affaires mondiales Canada. Nous accueillons Steve Verheul, qui a témoigné devant notre comité à maintes reprises. Il est sous-ministre adjoint, Politique et négociations commerciales, et négociateur commercial en chef de l'Accord Canada-États-Unis-Mexique. Il est accompagné d'Eric Walsh, directeur général, Bureau de l'Amérique du Nord, et de Robert Fry, directeur général, Direction générale des affaires européennes.
Je souhaite la bienvenue à tous les membres du Comité, et surtout à nos témoins que je remercie d'avoir pris le temps de venir nous rencontrer aujourd'hui.
Monsieur Verheul, je vous cède la parole.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-07-09 13:21
Thank you very much, Madam Chair and members of the committee.
We are certainly pleased to be here today to discuss the impact of COVID-19 on Canada’s trade relationships, particularly with regard to the United States and United Kingdom. I will open with some brief remarks. Then we will look forward to taking your questions.
Canada is a trading nation. With the world’s tenth-largest economy, trade is the backbone of our economy. In fact, about two-thirds of our GDP comes from trade. Nearly 3.5 million Canadian jobs are trade related. The COVID-19 pandemic has placed global supply chains under significant pressure. It has shown us that overreliance on a single country or supplier is a critical risk for businesses and governments. A number of countries have taken measures to restrict exports and to encourage more domestic production, in particular for essential goods.
From our perspective, Canada cannot meet its needs simply by producing more at home. Our best risk mitigation strategy involves securing and reinforcing Canada’s integration into global supply chains and working to better leverage our preferential trade agreements—for example, CUSMA in North America, CETA in Europe and CPTPP in Asia-Pacific. We must continue to enhance Canada’s reputation as a source for high-quality and dependable exports and also maintain an attractive investment environment, with appropriate screening mechanisms.
COVID-19 presents significant challenges but also opportunities for export promotion. Canada’s trade commissioner service will continue to assist Canadian businesses in navigating these unprecedented circumstances. This includes troubleshooting with Canadian companies experiencing supply chain disruptions, supporting priority sectors for pandemic response and building out contact-free service models.
Using existing mechanisms, including international organizations, Canada has moved quickly to work with like-minded countries to take actions that seek to stabilize trade and lessen uncertainty. Throughout this pandemic, we have continued to advocate against protectionism and ensure that transit of cargo and essential goods is not unnecessarily impeded. However, in response to the pandemic, as mentioned, many countries have put in place export restrictions designed to ensure adequate domestic supply of goods. We will continue to advocate for dismantling such measures to minimize disruptions to global supply chains. In light of our new global reality, Canada will need to respond to changing dynamics while continuing to diversify our trade relationships, seek predictable markets for our exporters, and strengthen the rules-based system. We will continue to work with our international partners to support resilient supply chains and strong trade relationships now and into the future.
With respect to the World Trade Organization, as a medium-sized economy Canada benefits from an open, transparent and rules-based multilateral trading system. Stable and predictable global trade rules help open up new markets for Canadians and create new opportunities at home and abroad. At the core of the multilateral trading system is the World Trade Organization. The WTO has played an indispensable role in facilitating and safeguarding rules-based international trade and delivering economic gains for Canadians.
Canada is at the forefront of WTO reform through its leadership of the Ottawa Group, a group of 13 like-minded WTO member countries initially convened by Canada in October 2018, committed to strengthening and modernizing the WTO. The Ottawa Group is continuing to work toward meaningful reforms, with efforts that complement other reform initiatives undertaken by the broader WTO membership. Canada has also worked closely with partners in the Ottawa Group on WTO reform and COVID-19, engaging in discussion on the role the WTO can play in keeping supply chains open and ensuring sustainable and inclusive recovery. In fact, on June 15 Minister Ng chaired a virtual meeting of Ottawa Group ministers, which resulted in the endorsement of a joint statement identifying concrete action items in the areas of transparency at the WTO, agriculture, e-commerce, trade in medical supplies and business engagement in response to COVID-19.
With respect to the United States, Canada and the United States are each other's most important trading partners. Canada is working very closely with the U.S. on this crisis, including by putting in place co-operative border measures. The United States and Canada also share supply chains for essential medical equipment such as gloves, ventilators, testing kits and masks. Canada continues to work with U.S. partners to ensure that needed supplies are available to us, and to reassure Americans that what they need from Canada will also be available to them. The U.S.-Canada trade relationship is balanced, fair and supports growth and innovation in both of our countries.
On July 1, as you are aware, the Canada-United States-Mexico Agreement, or the new NAFTA, entered into force. The new agreement modernizes the North American economic partnership for 21st century trade, reduces red tape at the border and provides enhanced predictability and stability for workers and businesses. Most importantly, the new NAFTA preserves Canada's tariff-free access to the United States and to Mexico.
Reinforcing our strong economic relationships with the U.S. and Mexico is important for the continued integration of the North American production platform and for Canada's economic prosperity, particularly in the context of post-pandemic economic recovery.
The commercial relationship is large and complex, and we will continue to work with our North American partners while always advocating for Canadian interests. That includes with respect to recent reports suggesting that the United States may be considering reimposing section 232 tariffs on Canadian aluminum. Ensuring continued free and open trade between Canada and the U.S. is essential to both countries' economic prosperity and the continued integration of the North American production platform. The reimposition of section 232 tariffs would undermine the implementation of the new agreement. The government has been consistent in its commitment to protect Canadian workers and companies from such unfair and unjust tariffs.
With respect to the United Kingdom, Canada and the U.K. enjoy a unique historical relationship founded on deep people-to-people ties, common values and vibrant economic relations. This relationship is bolstered by collaboration on key global issues, including at multilateral forums. Canada and the U.K. enjoy a long-standing, strong trade and investment relationship. The U.K. is Canada's most important commercial partner in Europe and our fifth largest globally.
At this time, the Canada-European Union Comprehensive Economic and Trade Agreement, CETA, continues to apply to the U.K. while the latter remains in a post-Brexit transition period with the EU. The U.K. and EU are currently engaged in the negotiation of their future trade relationship. Any future trade arrangement between Canada and the U.K. would be influenced by the terms of the agreement between the U.K. and the EU, as well as any unilateral U.K. approaches for the period after the transition period. This includes the recently announced U.K. global tariff. Whatever the outcome of Brexit, the U.K. will remain a significant market for Canadian companies. Canada and the U.K. were staunch allies long before the U.K. joined the EU. Our strong relationship will continue long after it has left the EU.
Canadian and U.K. trade officials are in contact to prepare for our post-transition trade relationship. Beyond the transition, Canada would be interested in discussing a new agreement that is more tailored to our bilateral trade relationship and that would be of mutual benefit to stakeholders on both sides.
I would also like to note the U.K.'s recently expressed interest in joining the CPTPP. We look forward to welcoming new members that are able to meet the CPTPP's ambitious and high-standard commitments.
In conclusion, Madam Chair, we recognize that stable and dependable access to international markets is key for Canadian firms, and we are well aware of the pressures this pandemic has put on global supply chains. We are committed to continuing to work with our international partners to support the free flow of goods and services, and predictable and stable markets for Canadian businesses.
Thank you. We would be happy to take your questions from here.
Merci beaucoup, madame la présidente et merci aux membres du Comité.
Nous sommes évidemment heureux d'être ici aujourd'hui pour discuter des répercussions de la COVID-19 sur les relations commerciales du Canada, notamment avec les États-Unis et le Royaume-Uni. Je commencerai par quelques brèves observations, puis nous répondrons avec plaisir à vos questions.
Le Canada est une nation commerçante. En effet, le commerce est un pilier fondamental de l'économie canadienne, qui représente la 10e plus importante économie mondiale. Les deux tiers environ de notre PIB proviennent du commerce et près de 3,5 millions d'emplois canadiens sont liés au commerce. La pandémie de COVID-19 a exercé une pression considérable sur les chaînes d'approvisionnement mondiales. Elle nous a montré que la dépendance excessive à l'égard d'un seul pays ou fournisseur constitue un risque majeur pour les entreprises et les gouvernements. Divers pays ont pris des mesures pour restreindre les exportations ou encourager une plus grande production intérieure, notamment pour les biens essentiels.
Nous estimons que le Canada ne peut pas répondre à ses besoins simplement en produisant davantage à l'échelle nationale. Notre meilleure stratégie d'atténuation des risques consiste à assurer et à renforcer l'intégration du Canada dans les chaînes d'approvisionnement mondiales et à œuvrer pour mieux tirer profit de nos accords commerciaux préférentiels, comme l'ACEUM en Amérique du Nord, l'AECG en Europe et le PTPGP en Asie-Pacifique. Nous devons continuer de rehausser la réputation du Canada en tant que source d'exportations fiables et de qualité, ainsi que de maintenir un environnement d'investissement attrayant, avec des mécanismes de sélection appropriés.
La COVID-19 présente des défis importants, mais aussi des possibilités de promouvoir nos exportations. Le Service des délégués commerciaux du Canada continuera d'aider les entreprises canadiennes à faire face à cette situation sans précédent. Cette aide comprend le dépannage auprès des entreprises canadiennes dont la chaîne d'approvisionnement est perturbée, le soutien des secteurs prioritaires pour la réponse à la pandémie et la mise en place de modèles de services sans contact.
À l'aide des mécanismes en place, y compris les organisations internationales, le Canada a agi rapidement afin de collaborer avec des pays d'optique commune pour prendre des mesures visant à stabiliser le commerce et réduire l'incertitude. Tout au long de cette pandémie, nous avons continué de nous opposer au protectionnisme et de veiller à ce que le transit des cargaisons et des biens essentiels ne soit pas inutilement entravé. Malgré cela, face à la pandémie, de nombreux pays ont mis en place des restrictions à l'exportation visant à garantir un approvisionnement intérieur adéquat en marchandises. Nous continuerons de plaider en faveur du démantèlement de ces mesures afin de réduire au minimum les perturbations au sein des chaînes d'approvisionnement mondiales. Nous continuerons de travailler avec nos partenaires internationaux pour soutenir des chaînes d'approvisionnement résilientes et des relations commerciales solides, aujourd'hui et à l'avenir. À la lumière de notre nouvelle réalité mondiale, le Canada devra s'adapter à cette dynamique en évolution, tout en continuant de diversifier ses relations commerciales, d'identifier des marchés prévisibles pour ses exportateurs et de renforcer le système fondé sur des règles.
En ce qui concerne l'Organisation mondiale du commerce, il faut dire qu'en tant qu'économie de taille moyenne, le Canada bénéficie d'un système commercial multilatéral ouvert, transparent et fondé sur des règles. Des règles commerciales mondiales stables et prévisibles contribuent à ouvrir de nouveaux marchés pour les Canadiens et à créer de nouveaux débouchés, tant au pays qu'à l'étranger. Au cœur du système commercial multilatéral se trouve l'Organisation mondiale du commerce, qui a joué un rôle indispensable en facilitant et en préservant un commerce international fondé sur des règles, et en permettant au Canada de réaliser des gains économiques.
Le Canada est à l'avant-plan de la réforme de l'OMC grâce à son leadership du Groupe d'Ottawa, un groupe de 13 pays membres de l'OMC partageant les mêmes idées, convoqué par le Canada en octobre 2018 en vue de renforcer et de moderniser l'OMC. Le Groupe d'Ottawa continue d'œuvrer à des réformes concrètes et de déployer des efforts qui s'ajoutent à d'autres initiatives de réforme entreprises par l'ensemble des membres de l'OMC. Le Canada a également travaillé en étroite collaboration avec les partenaires du Groupe d'Ottawa sur la réforme de l'OMC et la COVID-19, en tenant des discussions sur le rôle que l'OMC peut jouer pour maintenir les chaînes d'approvisionnement ouvertes et assurer une reprise durable et inclusive. Par ailleurs, le 15 juin dernier, la ministre Ng a présidé une réunion virtuelle des ministres du Groupe d'Ottawa, dans le cadre de laquelle a été approuvée une déclaration commune identifiant des mesures concrètes dans les domaines de la transparence à l'OMC, de l'agriculture, du commerce électronique, du commerce de fournitures médicales et de l'engagement des entreprises en réponse à la COVID-19.
Le Canada et les États-Unis sont les plus importants partenaires bilatéraux. Le Canada travaille en étroite collaboration avec les États-Unis face à cette crise, notamment en mettant en place des mesures de coopération frontalières. Les États-Unis et le Canada partagent également des chaînes d'approvisionnement en équipements médicaux essentiels, tels que des gants, des ventilateurs, des trousses de test et des masques. Le Canada continue de travailler avec ses partenaires américains pour veiller à ce que les fournitures nécessaires soient disponibles et pour les rassurer sur le fait qu'ils obtiendront du Canada ce qu'ils attendent de notre pays. La relation commerciale entre les États-Unis et le Canada est équilibrée et équitable, et elle favorise la croissance et l'innovation dans les deux pays.
Comme vous le savez, l'Accord Canada–États-Unis–Mexique est entré en vigueur le 1er juillet. Le nouvel accord sanctionne la modernisation du partenariat économique nord-américain pour le commerce du XXIe siècle, de réduire les formalités administratives à la frontière et d'offrir une plus grande prévisibilité et stabilité aux travailleurs et aux entreprises. Plus important encore, il préserve l'accès en franchise de droits du Canada aux États-Unis et au Mexique.
Le renforcement de nos relations économiques étroites avec les États-Unis et le Mexique est important pour l'intégration continue de la plateforme de production nord-américaine et pour la prospérité économique du Canada, notamment dans le contexte de la reprise économique post-pandémique.
Cette relation commerciale est vaste et complexe; nous continuerons de travailler avec nos partenaires nord-américains tout en défendant toujours les intérêts canadiens. Cela vaut notamment pour les récents articles de presse suggérant que les États-Unis pourraient envisager d'imposer à nouveau les droits de douane de l'article 232 sur l'aluminium canadien. Il est essentiel de garantir le maintien d'un commerce libre et ouvert entre le Canada et les États-Unis afin d'assurer la prospérité économique des deux pays et l'intégration continue de la plateforme de production nord-américaine. La réimposition des droits de douane en vertu de l'article 232 compromettrait la mise en œuvre du nouvel accord. Le gouvernement a adopté une approche cohérente en ce qui concerne son engagement à protéger les travailleurs et les entreprises du Canada contre de tels droits injustes et inéquitables.
Le Canada et le Royaume-Uni entretiennent une relation historique unique fondée sur des liens entre deux peuples, sur des valeurs communes et des liens économiques dynamiques. Cette relation est renforcée par une collaboration sur d'importants enjeux mondiaux, y compris au sein des tribunes multilatérales. De plus, le Canada et le Royaume-Uni entretiennent depuis longtemps d'étroites relations en matière de commerce et d'investissement. Le Royaume-Uni est d'ailleurs le plus important partenaire commercial du Canada en Europe et son cinquième à l'échelle mondiale.
À l'heure actuelle, l'Accord économique et commercial global, l'AECG, entre le Canada et l'Union européenne continuera de s'appliquer au Royaume-Uni jusqu'à ce que la période de transition post-Brexit avec l'Union européenne prenne fin. Le Royaume-Uni et l'Union européenne négocient actuellement leurs futures relations commerciales. Tout éventuel accord commercial entre le Canada et le Royaume-Uni sera influencé par les termes de l'accord entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, ainsi que par toute approche unilatérale adoptée par le Royaume-Uni après la période de transition. Cela comprend le tarif global récemment annoncé par le Royaume-Uni. Quelle que soit l'issue du Brexit, le Royaume-Uni demeurera un marché important pour les entreprises canadiennes. Le Canada et le Royaume-Uni étaient de solides alliés bien avant que le Royaume-Uni n'adhère à l'Union européenne; nos relations étroites se poursuivront bien après son départ.
Les représentants commerciaux canadiens et britanniques sont en contact pour planifier nos relations commerciales après la transition. Au-delà de cette transition, le Canada serait intéressé à discuter d'un nouvel accord mieux adapté à nos relations commerciales bilatérales et mutuellement avantageux pour les parties concernées.
Je tiens aussi à souligner que le Royaume-Uni a récemment exprimé son intérêt à adhérer au PTPGP. Nous nous réjouissons à la perspective d'accueillir de nouveaux membres en mesure de respecter les engagements ambitieux et de haut niveau du PTPGP.
Pour conclure, madame la présidente, nous reconnaissons qu'un accès stable et fiable aux marchés internationaux est indispensable pour les entreprises canadiennes, et nous sommes bien conscients des pressions que cette pandémie a exercées sur les chaînes d'approvisionnement mondiales. C'est pourquoi nous sommes déterminés à continuer de travailler avec nos partenaires internationaux afin de soutenir la libre circulation des biens et des services, ainsi que des marchés prévisibles et stables pour les entreprises canadiennes.
Merci. Nous serons heureux de répondre à vos questions.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
Thank you, Chair. Five minutes just doesn't seem long enough.
Mr. Verheul, again, thank you for your service and the time you put into developing some of the agreements that Canada has in place right now. There is a little confusion around one of the concerns that I have, so maybe you can clarify it.
When we settled our dispute with the U.S. on aluminum steel tariff, in the letter of settlement, in paragraph 5 of the statement, it stated:
...aluminum or steel products surge meaningfully beyond historic volumes of trade over a period of time, with consideration of market share, the importing country may request consultations with the exporting country. After such consultations, the importing party may impose duties of 25 percent for steel and 10 percent for aluminum in respect to the individual product(s) where the surge took place.... If the importing party takes such action, the exporting country agrees to retaliate only in the affected sector (i.e., aluminum and aluminum-containing products or steel).
Does this now cross over into the CUSMA agreement or not? What options would you have to retaliate if we did see a tariff on aluminum? I don't want you to give the details, but what toolbox would you would have to retaliate with?
Merci, madame la présidente. Cinq minutes, ça ne semble pas assez long.
Monsieur Verheul, encore une fois, je vous remercie d'avoir servi le Canada et d'avoir consacré du temps à l'élaboration de certains des accords que le pays possède actuellement. Il y a un peu de confusion autour de l'une des préoccupations que j'ai, alors peut-être pourriez-vous clarifier cela.
Au paragraphe 5 de la déclaration de règlement de notre différend avec les États-Unis au sujet des droits de douane sur l'acier et l'aluminium, on peut lire ceci:
[...] une forte augmentation subite des importations de produits de l'aluminium et de l'acier portant le volume des échanges au-delà des volumes antérieurs pendant une longue période, en tenant compte de la part de marché, le pays importateur peut demander la tenue de consultations avec le pays exportateur. À l'issue de ces consultations, le pays importateur peut appliquer au(x) produit(s) individuel(s) en cause des droits dont le taux peut aller jusqu'à 25 % pour l'acier et 10 % pour l'aluminium et […] pour remédier à l'augmentation subite des importations en provenance de l'autre pays. Si le pays importateur prend une telle mesure, le pays exportateur peut exercer des mesures de rétorsion uniquement dans le secteur touché (c.-à-d. l'acier, l'aluminium ou les produits qui contiennent de l'aluminium).
Est-ce qu'on retrouve maintenant cela dans le cas de l'ACEUM? Quelles possibilités de rétorsion auriez-vous si l'aluminium était frappé d'un droit de douane? Je ne veux pas que vous nous donniez des détails, mais de quelle boîte à outils auriez-vous besoin pour exercer des représailles?
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-07-09 13:33
First of all, the understanding or statement that was issued back in May 2019 clearly indicated that the tariffs the U.S. was imposing would be removed. Also, as you mentioned, it talked about the kinds of options we would have in terms of a response.
The response clearly says that we would be able to retaliate in the case of aluminum and aluminum-containing products. “Aluminum-containing products” is a fairly broad category, but I think that at this point we really have to see what exactly the U.S. may do if it takes any action. Then we would evaluate the options and provide analysis to the political level to determine which course of action they may wish to follow.
Tout d'abord, l'entente ou la déclaration publiée en mai 2019 indiquait clairement que les tarifs imposés par les États-Unis seraient supprimés. De plus, comme vous l'avez mentionné, il était question du genre d'options dont nous pourrions nous prévaloir comme mesures de rétorsion.
La réponse indique clairement que nous pourrions exercer des représailles dans le cas de l'aluminium et des produits contenant de l'aluminium. La catégorie des « produits qui contiennent de l'aluminium » est assez large, mais je pense qu'à ce stade-ci, nous devons vraiment voir ce que les États-Unis peuvent faire exactement s'ils prennent des mesures. Ensuite, nous évaluerons éventuellement les options qui s'offrent à nous et fournirons une analyse aux politiciens pour déterminer la voie à suivre.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
I'm just trying to read through that. So it does carry through into CUSMA. Basically, if you wanted to put a tariff on, say, Kentucky Bourbon, or something like that, it would not be an option in your toolbox at this point in time?
J'essaie de comprendre. On retrouve donc la même mécanique dans l'ACEUM. Pour le moment, vous ne pourriez essentiellement pas imposer un droit de douane sur, disons, le bourbon du Kentucky ou un produit semblable?
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-07-09 13:34
Just to be clear, this is not a part of the CUSMA agreement. It's not part of the obligations contained in the formal international treaty that we've agreed to with the U.S. and Mexico. This does mean there is a certain amount of flexibility with respect to the particular statement that was issued back in May of 2019.
From our perspective, I think it really depends on what kind of action the U.S. takes. If the U.S. were to take some kind of action that was viewed as being consistent with that statement, I think we would have to think about what kind of reaction we would have. We would likely want to stay within the context of that understanding, recognizing that “aluminum-containing products”, for example, is a broad category.
If the U.S. acts outside of the constraints of that agreement or statement that was made back in May of 2019, I think we would certainly have more flexibility in how we might want to respond.
Je tiens à préciser que cela ne fait pas partie de l'ACEUM. Cela ne fait pas partie des obligations du traité international officiel que nous avons conclu avec les États-Unis et le Mexique. Il existe donc une certaine souplesse en ce qui concerne la déclaration publiée en mai 2019.
De notre point de vue, je pense que tout dépend en définitive des mesures prises par les États-Unis. Si les États-Unis adoptent des mesures pouvant être jugées conformes à cette déclaration, alors nous devrons réfléchir au genre de réaction à adopter. Nous voudrons sans doute rester dans le contexte de cette entente, en reconnaissant que les « produits qui contiennent de l'aluminium », par exemple, constituent une catégorie très large.
Si les États-Unis ne respectent pas les contraintes de l'accord ou de la déclaration de mai 2019, nous aurons certainement plus de souplesse dans la façon de réagir.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
Again, the last time this happened, we took it to the WTO. We put in a claim and reported it there. How would we do that this time when the WTO is in such disarray?
Encore une fois, la dernière fois que cela s'est produit, nous nous sommes adressés à l'OMC. Nous avons présenté une demande et avons fait rapport. Comment pourrions-nous faire cette fois-ci, alors que l'OMC est en plein désarroi?
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-07-09 13:36
I think that would remain an option for us. We have consistently objected to the notion that the U.S. was taking these kinds of actions for national security reasons, which we have very significant concerns about given that we don't consider ourselves as posing a national security threat to the U.S.
There have been many challenges at the WTO and various others already with respect to the U.S. application of these tariffs, both on aluminum and on steel. Although the WTO appellate body is facing some challenges, we have worked with other members of the WTO to develop an alternative mechanism that allows the possibility of pursuing appeals, so I don't think I would rule out any potential WTO action that may be—
Je pense que nous pourrons encore exercer cette option. Nous nous sommes toujours opposés à l'idée que les États-Unis invoquent des motifs de sécurité nationale pour prendre ce genre de mesures, des mesures d'autant plus préoccupantes que nous ne nous considérons pas comme une menace à la sécurité nationale des États-Unis.
Il y a déjà eu de nombreuses contestations auprès de l'OMC et d'autres instances au sujet de l'application de ces tarifs par les États-Unis, tant sur l'aluminium que sur l'acier. L'organe d'appel de l'OMC étant confronté à certaines difficultés, nous avons travaillé avec d'autres membres de l'OMC pour trouver une solution de rechange à ce mécanisme d'appel. Je n'écarterais donc pas d'emblée d'éventuelles actions de l'OMC qui pourraient...
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
Again, though, it's the same problem. If you go to the WTO and the U.S. is not part of that process, which, going forward, seems to be the way they're leaning more and more, how do you enforce it? Yes, you've won at the WTO and other countries agree with you that this is outrageous—and I think it's wrong what they're trying to do here—but what are our options? If you look back to our CUSMA agreement, if we are restricted only to sector-to-sector retaliation, boy, we're really handcuffed here. How do we move forward?
Under country-of-origin labelling in the beef sector, for example, we were able to go to grape growers in California and apple growers in Washington state and put pressure on those districts to get the political pressure in Washington and get the result we needed for our beef producers. It looks to me like we can't do that anymore. Is that fair to say?
C'est le même problème. Si on s'adresse à l'OMC et que les États-Unis ne participent pas, et c'est l'attitude qu'ils semblent de plus en plus enclins à adopter, comment faire appliquer cette procédure? On a obtenu satisfaction auprès de l'OMC, d'accord, et d'autres pays estiment, eux aussi, que c'est scandaleux — je pense pour ma part que ces tentatives sont inacceptables —, mais quelles sont les alternatives? Songeons à l'ACEUM, si nous sommes limités aux mesures de rétorsion sectorielles, nous sommes bien menottés. Comment aller de l'avant?
Concernant l'étiquetage du pays d'origine dans le secteur du bœuf, par exemple, nous avons pu faire pression sur les viticulteurs de la Californie et sur les pomiculteurs de l'État de Washington, qui ont fait pression à Washington, pour obtenir les résultats dont nous avions besoin pour nos producteurs de bœuf. Je crois que ce ne serait plus possible aujourd'hui. Est-ce que je me trompe?
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-07-09 13:37
No. I think we have options on both paths. We have options in terms of how we might respond on a bilateral basis, because, as I mentioned, the statement itself says “aluminum-containing products”. That's a very broad category. Many products are packaged in aluminum-containing packaging material, for example. There are a number of areas we could explore on that front, and we do still have the WTO as an avenue to pursue.
We have seen decisions at the WTO that have been favourable to some countries that have challenged the U.S. national security tariffs on steel and aluminum—Turkey, most recently—so we would also have options of pursuing initiatives at the WTO and options to pursue initiatives in U.S. courts. We are looking at all of the different avenues that we might be able to pursue.
Mr. Randy Hoback: I'm out of time, right?
Non. Je pense que nous pouvons faire les deux. Nous pouvons agir sur le plan bilatéral, puisque, comme je l'ai dit, l'énoncé parle bien de « produits contenant de l'aluminium ». C'est une catégorie très vaste. Beaucoup de produits sont emballés dans des matériaux contenant de l'aluminium, par exemple. On pourrait envisager des moyens de ce côté-là, mais le recours à l'OMC reste toujours possible.
L'OMC a rendu des décisions favorables à certains pays qui avaient contesté les droits imposés par les États-Unis sur l'acier et l'aluminium au motif de la sécurité nationale — c'est le cas de la Turquie, tout récemment —, et il serait donc également possible de poursuivre des initiatives auprès de l'OMC et devant les tribunaux américains. Nous sommes en train d'étudier toutes les possibilités envisageables.
M. Randy Hoback: Mon temps est écoulé, n'est-ce pas?
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
Thank you very much, Madam Chair.
Thank you for joining us today, Mr. Verheul.
As a member from Quebec, I am very concerned about the situation. We are hearing that tariffs on aluminum and steel are a possibility. As far as the aluminum industry is concerned, in Quebec, the producers and the manufacturing industry would be affected, as well as consumers, of course. What about the United States? It seems to me that such duties would have negative effects on their economy.
Merci beaucoup, madame la présidente.
Je vous remercie, monsieur Verheul, de vous joindre à nous aujourd'hui.
En tant que députée québécoise, je suis très préoccupée par la situation. On entend parler de la possibilité de droits de douane sur l'aluminium et sur l'acier. En ce qui concerne l'industrie de l'aluminium, au Québec, ce sont les producteurs et l'industrie manufacturière qui en seraient affectés, tout comme les consommateurs, bien sûr. Cependant, qu'en est-il des États-Unis? Il me semble que de tels droits auraient des effets négatifs sur leur économie.
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-07-09 13:39
Well, on what we're seeing in the U.S., I think, our focus at the moment is really on advocacy in the U.S. at this point in time; in other words, to try to prevent the U.S. reimposing tariffs on aluminum. We have some fairly strong allies in the U.S. who oppose the imposition of these tariffs, so we have been working with those interests. There has been extensive work done with U.S. members of Congress, particularly out of our embassy in Washington.
I think it's important to note when we look at the U.S. situation that there are two companies that are pressing for these tariffs to be reimposed. The Aluminum Association of the U.S., which represents by far the majority of U.S. aluminum interests, is opposed to tariffs being applied to Canada. Many users of aluminum in the U.S.—beer companies, auto manufacturers, various others—are opposed to having tariffs applied against Canada. General business organizations, including the U.S. Chamber of Commerce, are opposed to tariffs being applied against imports from Canada.
This is a question of a couple of companies that are putting pressure on the U.S. to take action, but the vast majority, I think, of the aluminum industry in the U.S. recognizes that this will likely hurt the U.S. interests more than it will hurt Canadian interests. We're doing as much as we can on the advocacy side to try to explain this, and to try to explain that there has been no surge in aluminum exports to the U.S. That's the approach we've been taking up until now.
Eh bien, au sujet de ce qui se passe aux États-Unis, je crois que nous essayons surtout de leur faire comprendre notre point de vue en ce moment; autrement dit, nous essayons de les empêcher de réimposer des droits sur l'aluminium. Nous y avons des alliés assez solides qui sont opposés à l'imposition de ces droits, et c'est avec eux que nous travaillons. Un énorme travail a été fait auprès de membres du Congrès américain, notamment à partir de notre ambassade à Washington.
Je crois qu'il faut rappeler ici que, quand on examine la situation aux États-Unis, le fait est que ce sont deux entreprises qui font pression pour le rétablissement de ces droits. L'Association américaine de l'aluminium, qui représente de loin la majorité des intérêts américains dans ce secteur, s'oppose à l'imposition de droits de douane sur les produits du Canada. Aux États-Unis, beaucoup d'utilisateurs d'aluminium — des producteurs de bière, des fabricants d'automobiles, etc. — s'opposent à l'imposition de droits de douane sur les produits du Canada. Des organisations commerciales générales, dont la Chambre de commerce des États-Unis, s'opposent à l'imposition de droits de douane sur les importations en provenance du Canada.
On parle ici de deux ou trois entreprises qui font pression pour que le gouvernement américain prenne des mesures, mais, à mon avis, la grande majorité des entreprises américaines du secteur de l'aluminium se rendent compte que cela nuira probablement plus aux intérêts américains qu'aux intérêts canadiens. Nous faisons le maximum pour faire valoir et expliquer ce point de vue et pour essayer de faire comprendre qu'il n'y a pas eu de brusque augmentation des exportations d'aluminium vers les États-Unis. C'est l'approche que nous avons adoptée jusqu'ici.
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
If I could switch for a moment to the situation involving our negotiations with the United Kingdom, you mentioned that we are of course looking very carefully at the negotiations between the U.K. and the EU and also that this would have an impact on our own negotiations. I wonder if you could you expand on that and on how we can position ourselves to be in the best possible negotiating position by monitoring those negotiations.
Si vous permettez, j'aimerais m'arrêter un instant sur l'état des négociations avec le Royaume-Uni. Vous avez dit que nous suivions évidemment de près les négociations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne et que cela aura une incidence sur nos propres négociations. Pourriez-vous nous en dire plus à ce sujet et nous expliquer comment être dans la meilleure position de négociation possible en surveillant ces négociations?
Steve Verheul
View Steve Verheul Profile
Steve Verheul
2020-07-09 13:42
Certainly, we are working closely now with U.K. officials to start to talk about how we can come up with a trading relationship that would govern our bilateral trade going forward. We already have the CETA in place, and it will remain in place until such time as the U.K. leaves the European Union. We're trying to position ourselves to make sure that we have an agreement, an understanding, in place that will deal with that possible event.
Our challenge in moving forward to complete this is that we don't know some of the parameters of what the U.K. is intending to do. We don't know whether they will have an agreement with the EU, although the signs are not positive at the moment. That's one issue I think will have a bearing on what we can do. We know they're negotiating with various other partners, most prominently the U.S. We don't know what will happen on that front. In particular, we don't know how the U.K. will react if they do not have these agreements in place after the transition period expires. If they are to return to the kind of approach to tariffs that would be applied against the rest of the world, as they did last March, I think, then there would be little advantage to our having an agreement with the U.K. if access is going to be largely open.
We're having to monitor various uncertainties here, but we're keeping a very close dialogue with the U.K. We want to replicate the agreement that we have with the EU broadly, the CETA, as much as possible, but we would also like to have something more tailored to the Canada-U.K. relationship. That's the direction we're trying to work right now.
Bien sûr. Nous collaborons étroitement avec les représentants du Royaume-Uni pour entamer des discussions sur les relations commerciales susceptibles de régir nos futurs échanges bilatéraux. L'AECG est déjà en place, et il le restera jusqu'à ce que le Royaume-Uni quitte l'Union européenne. Nous espérons conclure un accord, une entente, qui permettra de faire face à cette éventualité.
Le problème, c'est que nous ne savons pas exactement ce que le Royaume-Uni a l'intention de faire. Nous ne savons pas s'il y aura un accord avec l'Union européenne, même si les signes ne sont pas positifs pour le moment. C'est une question qui, à mon avis, aura une incidence sur ce que nous pouvons envisager. Nous savons que le Royaume-Uni négocie avec divers autres partenaires, en particulier avec les États-Unis. Nous ne savons pas ce qui va se passer de ce côté-là. Notamment, nous ne savons pas comment le Royaume-Uni réagira s'il n'a pas obtenu ces ententes à l'expiration de la période de transition. S'il veut revenir à des droits applicables au reste du monde, comme en mars dernier je crois, il ne serait pas très avantageux pour nous d'avoir un accord avec le Royaume-Uni si l'accès est largement ouvert.
Nous devons rester attentifs à l'évolution de la situation, mais nous maintenons un dialogue très étroit avec le Royaume-Uni. Nous voulons reproduire autant que possible l'accord que nous avons avec l'Union européenne, l'AECG, mais nous aimerions aussi avoir quelque chose de plus adapté à la relation entre le Canada et le Royaume-Uni. C'est dans cette direction que nous travaillons en ce moment.
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Thank you, Madam Chair.
Hello to all my colleagues. I'm happy to see you in person after all these months of distancing and virtual House sittings, not to mention all the technical difficulties we've had as a result.
Mr. Verheul, thank you for joining us. First, I would like you to tell me whether my perception of the situation is correct. Primary aluminum producers in the United States have been waving the red flag for a long time. They have been saying loud and clear, rightly or wrongly, that there is a serious problem and that unfair practices are occurring. In this case, however, I really do not understand where it's coming from.
We're being criticized for increasing our exports, but if you look at the situation, you see that, since this Parliament began, there have been two crises where the railways were blocked and delays piled up. I think our aluminum producers merely decided to deliver the aluminum that was late. It seems to me it's as simple as that. I don't think there is any basis for the U.S.'s claim, as proven by the fact that primary aluminum producers in the U.S. could have taken the normal route and sought a bailout, but they didn't.
Doesn't that show this is a tempest in a teapot?
Have we lost Mr. Verheul?
Je vous remercie, madame la présidente.
Je salue l'ensemble de mes collègues. Je suis heureux de vous voir en personne après tous ces mois de distanciation et de Chambre virtuelle. C'est sans compter toutes les difficultés techniques que nous avons connues en raison de cette situation.
Monsieur Verheul, je vous remercie d'être parmi nous. J'aimerais d'abord que vous me disiez si la façon dont je vois la situation est exacte. Depuis longtemps, les producteurs primaires d'aluminium aux États-Unis agitent le drapeau rouge. Autrement dit, ils affirment haut et fort, à tort ou à raison, qu'il y a un sérieux problème et que des pratiques déloyales ont cours. Or, dans le cas présent, je ne comprends vraiment pas ce qu'il y a derrière cela.
En effet, on nous reproche d'accroître nos exportations, mais si on examine le contexte, on constate que, depuis le début de cette législature, il y a eu deux crises pendant lesquelles les chemins de fer ont été bloqués et que des retards se sont accumulés. Je crois que nos alumineries ont tout simplement décidé de livrer l'aluminium qui était en retard. C'est aussi simple que cela, il me semble. À mon avis, la crainte des États-Unis ne repose sur rien, à preuve, les producteurs primaires d'aluminium américains auraient très bien pu emprunter la voie normale, soit des mesures de sauvetage, mais ils ne l'ont pas fait.
Cela n'indique-t-il pas qu'il s'agit ici d'une tempête dans un verre d'eau?
Avons-nous perdu M. Verheul?
Results: 1 - 15 of 472 | Page: 1 of 32

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data