Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 184
View Phil McColeman Profile
CPC (ON)
Thank you for that answer.
Also, as you know, this backlog started to really become alarming in 2017.
Many veterans who are watching today also watched a vote in the House of Commons on September 25, 2018. It was discovered that a non-veteran, a civilian, Christopher Garnier, who had murdered Catherine Campbell in Truro, Nova Scotia, and became convicted in a court of law of not only brutally killing her but taking her body and putting it into a container and putting it under a bridge, was receiving veteran benefits vis-à-vis his father who was a veteran. We asked the House of Commons to vote on whether this was appropriate for a convicted killer.
By the way, Catherine was 31 years old. She was a police officer and also a volunteer firefighter. She and her family have inspired me over the years. We recently lost her father who went from this world knowing that the man who brutally murdered and strangled his daughter is receiving veterans benefits. To a person on the government side, it was voted to maintain those benefits for Mr. Garnier.
Is Mr. Garnier still receiving benefits from the financial side of Veterans Affairs Canada?
Merci pour cette réponse.
Comme vous le savez aussi, l'arriéré a commencé à devenir réellement préoccupant en 2017.
Beaucoup d'anciens combattants qui nous regardent aujourd'hui ont aussi assisté à un vote tenu à la Chambre des communes le 25 septembre 2018. Ce vote a eu lieu après qu'il a été révélé que Christopher Garnier, qui n'était pas un vétéran, mais un civil qui a assassiné Catherine Campbell à Truro, en Nouvelle-Écosse, et qui a été condamné par une cour de justice non seulement pour l'avoir tuée sauvagement, mais également pour avoir abandonné son corps dans un bac sous un pont, recevait des prestations parce que son père était un vétéran. Nous avons demandé à la Chambre de voter sur l'opportunité de verser ces prestations à un meurtrier condamné.
Soit dit en passant, Catherine avait 31 ans. Elle était policière et pompière volontaire. Elle et sa famille ont été des sources d'inspiration pour moi pendant des années. Nous venons de perdre son père, qui a quitté notre monde en sachant que l'homme qui a sauvagement assassiné sa fille, qui l'a étranglée, reçoit des prestations destinées aux vétérans. Pour un membre du gouvernement... Le vote est allé en faveur du maintien des prestations à M. Garnier.
Est-ce que le ministère des Anciens Combattants du Canada continue de verser des avantages financiers à M. Garnier?
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
On a point of order, Mr. Chair, the minister is here to speak to the supplementary estimates (B). The relevance of this line of questioning is at best tenuous and probably non-existent.
Monsieur le président, j'aimerais faire un rappel au Règlement. Le ministre est ici pour parler du Budget supplémentaire des dépenses (B). Je m'interroge sur la pertinence des questions du député, si tant est qu'il y en ait une.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2020-03-10 8:59
Mr. McColeman, I did mention that at the beginning of the meeting. Let's try to frame our questions with some relevance.
Monsieur McColeman, comme je l'ai mentionné au début de la réunion, nous devons formuler des questions qui ont une certaine pertinence.
View Phil McColeman Profile
CPC (ON)
I am absolutely happy to reframe it for the member, because he voted to maintain the benefits for Mr. Garnier, the convicted killer of Catherine Campbell.
Je serai absolument ravi de reformuler ma question pour mon collègue, qui a d'ailleurs voté pour le maintien des prestations versées à M. Garnier, l'assassin condamné de Catherine Campbell.
View Phil McColeman Profile
CPC (ON)
Mr. Chair, through you to the witness, supplementary estimates contain money that flows from the treasury into Veterans Affairs Canada to supply money, such as Mr. Garnier is receiving, as far as we know, to the programs. That's the connection to the supplementary estimates.
I am asking the minister this: Is Mr. Garnier continuing to receive benefits as he sits in prison as the convicted murderer of Catherine Campbell?
Monsieur le président, je m'adresse au témoin par votre intermédiaire... Le Budget supplémentaire des dépenses affecte des sommes provenant du Trésor aux programmes d'Anciens Combattants Canada, dont celui qui verse des prestations à M. Garnier, du moins à notre connaissance. C'est le lien entre ma question et le Budget supplémentaire des dépenses.
Ma question au ministre est la suivante: est-ce que M. Garnier continue de recevoir des prestations alors qu'il purge une peine d'emprisonnement pour le meurtre de Catherine Campbell?
View Phil McColeman Profile
CPC (ON)
That is good. Could I please have the date on which his benefits stopped from the department?
Bonne nouvelle. Pouvez-vous me donner la date à laquelle le ministère a cessé de lui verser des prestations?
View Lawrence MacAulay Profile
Lib. (PE)
I would ask my deputy to respond, but my understanding is that a family receives benefits, as the rules indicate, if it affects the veteran. This man is not receiving benefits, but for the precise answer I would have to ask my deputy.
Je vais demander au sous-ministre de répondre, mais je crois que la règle veut que la famille reçoive des prestations seulement s'il y a un bénéfice pour le vétéran. Cet homme ne reçoit pas de prestations, mais je dois demander au sous-ministre de vous donner la réponse précise à votre question.
View Phil McColeman Profile
CPC (ON)
I would like to know the date it stopped, because as of September 25, 2018, he was receiving benefits. Could I direct my question to the deputy? What was the date that Mr. Garnier stopped receiving veterans benefits?
J'aimerais connaître la date à laquelle les versements ont cessé parce que, au 25 septembre 2018, il recevait des prestations. Puis-je adresser ma question au sous-ministre? À quelle date M. Garnier a-t-il cessé de recevoir des prestations pour les vétérans?
Walter Natynczyk
View Walter Natynczyk Profile
Walter Natynczyk
2020-03-10 9:02
First, I wish to express condolences to the family of the constable. This was a very tragic situation. In the fall of 2017, Minister Regan stood in the House and indicated we would not be providing support to any family member who was incarcerated in a federal institution. We changed the policy at the time, at the government's direction, so that if anyone were incarcerated anywhere, be it in a municipal or provincial institution, it would take a higher level of oversight to approve that. I'll have to confirm whether we can actually share information with regard to support, but my understanding is that, with that direction from the minister, we stopped all support.
Tout d'abord, je voudrais exprimer mes condoléances à la famille de l'agente. Ce qu'elle a vécu est tragique. À l'automne 2017, le ministre Regan a annoncé à la Chambre que les membres de la famille emprisonnés dans un établissement fédéral ne recevraient plus de soutien de notre part. Nous avons modifié la politique à ce moment, suivant les directives du gouvernement, pour que toute personne emprisonnée, où que ce soit, y compris dans un établissement municipal ou provincial, fasse l'objet d'une vérification plus serrée avant que l'approbation soit donnée. Je dois me renseigner pour savoir si nous pouvons divulguer de l'information concernant le soutien fourni, mais selon ce que j'en comprends, quand nous avons reçu cette directive du ministre, nous avons cessé le versement des prestations.
Guy Saint-Jacques
View Guy Saint-Jacques Profile
Guy Saint-Jacques
2020-03-09 10:09
Thank you for the invitation, Mr. Chair.
Good morning, ladies and gentlemen.
I am a career diplomat, having spent 39 years with Global Affairs Canada, including 13 years in China: 2 years in Hong Kong and 11 years in Beijing. I was an ambassador for the last four years of that period, from 2012 to 2016.
Today, I would like to discuss three topics: the state of bilateral relations, China under Xi Jinping and, finally, the adjustments required, in my view, to Canada's engagement strategy with China.
Before we get started, let me give you some of my main messages. This committee provides an opportunity not only to take stock of the bilateral relationship, but also to adjust Canada's engagement strategy towards China.
It has become very difficult to remain ambivalent on China after having been victims of their brutal retaliatory measures following the arrest of Mrs. Meng Wanzhou and also knowing how they interfere in Hong Kong and the treatment given to Uighurs and other Muslim minorities in Xinjiang.
Colin Robertson pointed out the following in the Globe and Mail last July:
We need a realistic, not a romantic, China policy. It should start with the recognition that China is an authoritarian state, a strategic competitor and systemic rival. It will never follow Western democratic norms because that would destabilize the Communist Party—the root and base of the People’s Republic of China.
As a result, we have to review our engagement strategy with China and base our approach on the protection of our values and on reciprocity. It also means diversifying our trade to other countries in Asia. As well, we need to work with partners to reinforce the multilateral system. Domestically, we need to react strongly to any interference attempt by the Chinese Communist Party or the Chinese government. Similar to Australia, we need to adopt laws to prevent such interference. Finally, we need to continue to develop our competencies to better understand China, as it is not going away.
Let me turn to bilateral relations. As you know, all official dialogue is suspended. There are very few and limited official contacts. Fifteen months into the crisis, what has been the impact of the strategy pursued by the Canadian government so far? While Michael Kovrig and Michael Spavor have finally had access to a lawyer, there is some uncertainty as to where the legal process stands for them. Their trial could be announced any day. If so, it will take 18 to 24 months before they are sentenced. Once the process starts, it will become a lot more difficult to get them out. I lived through that with Kevin and Julia Garratt. Plus, we have no word from the Chinese supreme court on the appeal of Robert Schellenberg's death sentence. China has warned us that there will be no improvement in the relationship until Mrs. Meng Wanzhou is freed. Unless the judge decides in June that Meng’s rights were not respected when she was arrested, and she is then released, her extradition process will drag on for years.
On the trade front, our exports last year to China dropped 16%, or $4.5 billion, and will likely drop further this year because of the impact of COVID-19 and the trade deal between China and the U.S.A. Plus, we could be subject to further measures if the government decides that Huawei will not participate in 5G development in Canada. In summary, we have to brace ourselves for years of difficult relations.
Howard spoke about China under Xi Jinping. I will summarize my comments here, because I agree with all he said on Xi Jinping. This crisis shows the challenges of dealing with a superpower that ignores international rules when they are not to its liking and does not hesitate to severely punish countries that refuse to obey its diktats. While Canada is not the first country to be at the receiving end of China’s displeasure, it is the first time where a country has rallied support from allies. In fact, this also illustrates how China has become a lot more assertive, aggressive and, I would say, arrogant since Xi Jinping took control of the Communist Party in November 2012. Of course, the ongoing crisis related to COVID-19 is having a very severe impact on the Chinese economy. It comes after a difficult 2019 for Xi Jinping, with the situation in Hong Kong not resolved, electoral results not to his liking in Taiwan, the trade war with the U.S., which has slowed down the Chinese economy, and the African swine flu epidemic.
It also makes it almost impossible to meet two of his goals—namely, eliminating poverty this year and China becoming a comprehensively well-off society. For that, he needs growth of at least 5.6%, and I think it's likely to be around 4% to 5%. While there is a lot of popular discontent, I don't think the Xi leadership is under threat.
This leads me to my third point and the key question for Canada and other western countries: Is it possible to have normal relations with China? I would argue that despite the ongoing problems that could mar the relationship for years, we have to look at where we want to be 10 years from now. Despite the slowdown of its economy, and especially the ongoing COVID-19 crisis, China can continue to grow at 4% to 6% for many years. I base this on its urbanization rate, which is still low at about 59%, and its plan to move to an economy where growth will be based on consumption and services. Of course, debt has to be watched. It stands now at about 300% of GDP. All of this is to say that China will remain an important market for Canadian exporters.
In my view, there are a number of measures the government could take, both bilaterally and multilaterally. On the bilateral side, as a starting point we should define our fundamental values and interests. Therefore, there should be no tolerance for freelancing by Chinese investigators in Canada to repatriate economic fugitives and no tolerance for interference in Canadian politics, on Canadian campuses, and in the Canadian Chinese community. As I mentioned earlier, I encourage you to look at the four laws adopted by Australia to prevent interference in its internal affairs. There should be no tolerance for spying by the Chinese government or the People's Liberation Army to gain a commercial advantage. In fact, we should expel Chinese spies when they are discovered, or charge perpetrators of espionage.
As well, I think we should announce that we will no longer pursue a free trade agreement with China. We should launch a special review of an ongoing collaboration on artificial intelligence. This would be to try to ensure that Canadian technology is not used to put in place the social credit system in China. Also, we should look at the bilateral investment treaty to see if changes are required. We should conduct more rigorous and sustained inspections of Chinese products to ensure they satisfy our safety standards. We should announce that we will redeploy trade commissioners to other countries in Asia and take advantage of free trade agreements while looking at ways to better support companies in China. In my view, we should apply reciprocity in terms of Chinese government access in Ottawa to make it similar to what Ambassador Barton has in Beijing. What I have in mind is that no federal minister should accept an invitation to lunch or dinner at the Chinese embassy.
As Howard said, we have to continue to work with China on global issues, such as climate change—months ago, in fact, I was thinking about pandemics, and now we are in the middle of one—economic issues and nuclear proliferation. There are many areas in which Canada can offer a lot to China.
Huawei has been discussed a lot. I worked on this issue when I was ambassador. I think we should open the 5G process to all public companies and adopt a position similar to that of the United Kingdom. So far, the approach pursued by CSE, whereby all equipment is tested before being deployed in Canada, has worked. Again, the government, and business for that matter, will have to increase their capacity to understand China better and to ensure a well-informed and more sophisticated approach to China.
On the multilateral front, clearly Canada is not in a position to criticize China much by itself on its trade practices or human rights. We must recognize that our capacity to influence is very limited. As China is concerned about its international reputation, we should continue to seek support from allies, including in Asia from Japan, South Korea, Vietnam and Singapore, to démarche the Chinese government to release our prisoners, but we should also think about developing a strategy to join efforts on issues of common concern in order to prevent China from punishing another country that does something that displeases it. We should also make joint démarches in Beijing on the situation in Xinjiang or human rights abuses and call on China to respect its own constitution and improve the way it administers justice. This is also important to reassure foreign investors.
We should also look at ways to better support democracy in Hong Kong and Taiwan. We should work also with allies on common approaches to Chinese opposition of foreign technology and investment in general, on ensuring that China delivers on the promises it made when it joined the WTO, and on pushing for the respect of international norms, so as to ensure that the multilateral system works and is not undermined, and that obligations apply to all.
In conclusion, as Kurt Campbell and Jake Sullivan pointed out in the September edition of Foreign Affairs:
The best defence of democracy is to stress the values that are essential to good governance, especially transparency and accountability, and to support civil society, independent media, and the free flow of information.
Thank you for your attention. I will be happy to answer your questions.
Je vous remercie de cette invitation, monsieur le président.
Bonjour, mesdames et messieurs.
Je suis un diplomate de carrière, ayant passé 39 ans à Affaires mondiales Canada, dont 13 ans en Chine: 2 ans à Hong Kong et 11 ans à Pékin. J'ai été ambassadeur pendant les quatre dernières années de cette période, soit de 2012 à 2016.
Aujourd'hui, j'aimerais discuter de trois sujets: l'état des relations bilatérales, la Chine sous Xi Jinping et, finalement, les ajustements requis, à mon avis, à la stratégie d'engagement du Canada à l'égard de la Chine.
Avant de commencer, laissez-moi vous faire part de mes principaux messages. Ce comité offre la chance non seulement de faire le point sur les relations bilatérales, mais aussi d'ajuster la stratégie d'engagement du Canada envers la Chine.
Il est devenu très difficile de maintenir une position ambivalente à l'égard de la Chine après que nous avons été victimes de ses mesures de représailles brutales dans la foulée de l'arrestation de Mme Meng Wanzhou, sans oublier son ingérence dans les affaires de Hong Kong et le traitement réservé aux Ouïghours et aux autres minorités musulmanes dans la région du Xinjiang.
Colin Robertson a souligné ce qui suit dans le Globe and Mail en juillet dernier:
Nous avons besoin d'une politique réaliste, et non romantique, envers la Chine. Il faut commencer par reconnaître que la Chine est un État autoritaire, un concurrent stratégique et un rival systémique. La Chine ne suivra jamais les normes démocratiques occidentales, car cela déstabiliserait le Parti communiste, qui est à l'origine et à la base de la République populaire de Chine.
Par conséquent, nous devons revoir notre stratégie d'engagement à l'égard de la Chine et baser notre approche sur la protection de nos valeurs et sur la réciprocité. Cela signifie également qu'il faut diversifier nos échanges commerciaux avec d'autres pays d'Asie. De plus, nous devons travailler avec nos partenaires pour renforcer le système multilatéral. À l'échelle nationale, nous devons réagir fermement à toute tentative d'ingérence du Parti communiste chinois ou du gouvernement chinois. Tout comme l'Australie, le Canada doit adopter des lois pour empêcher une telle ingérence. Enfin, nous devons continuer à perfectionner nos compétences pour mieux comprendre la Chine, car elle n'est pas près de disparaître.
Permettez-moi de parler des relations bilatérales. Comme vous le savez, tout dialogue officiel est suspendu. Les communications officielles sont très rares et très limitées. Quinze mois après le début de la crise, quelles ont été les répercussions de la stratégie suivie par le gouvernement canadien jusqu'à présent? Bien que Michael Kovrig et Michael Spavor aient enfin eu accès à un avocat, il existe une incertitude quant à leur sort judiciaire. Leur procès pourrait être annoncé d'un jour à l'autre. Le cas échéant, ils devront attendre entre 18 et 24 mois avant de recevoir leur peine. Une fois la procédure entamée, il sera beaucoup plus difficile de les faire sortir du pays. J'ai vécu cette situation dans le dossier de Kevin et Julia Garratt. Par ailleurs, nous n'avons pas de nouvelles de la Cour suprême chinoise au sujet de l'appel interjeté contre la condamnation à mort de Robert Schellenberg. La Chine nous a avertis qu'il n'y aurait aucune amélioration des relations tant que Mme Meng Wanzhou ne sera pas libérée. À moins que le juge ne décide, en juin prochain, que les droits de Mme Wanzhou ont été bafoués lors de son arrestation, et à moins que celle-ci ne soit ensuite remise en liberté, sa procédure d'extradition s'éternisera pendant des années.
Sur le plan commercial, nos exportations vers la Chine ont chuté de 16 % l'année dernière, ce qui représente 4,5 milliards de dollars, et elles vont probablement encore baisser cette année en raison des conséquences de la COVID-19 et de l'accord commercial entre la Chine et les États-Unis. De plus, nous pourrions faire l'objet de mesures supplémentaires si le gouvernement décide que Huawei ne participera pas au développement de la technologie 5G au Canada. En somme, nous devons nous préparer à des années de relations difficiles.
M. Balloch a parlé de la Chine sous Xi Jinping. Je vais résumer ici mes observations, car je suis d'accord sur tout ce que mon collègue a dit à propos de Xi Jinping. Cette crise met en évidence les défis que représente le fait de transiger avec une superpuissance qui boude les règles internationales quand celles-ci ne lui plaisent pas et qui n'hésite pas à punir sévèrement les pays qui refusent d'obéir à ses diktats. Si le Canada n'est pas le premier pays à subir le mécontentement de la Chine, c'est bien la première fois qu'un pays rallie le soutien de ses alliés. En fait, cela illustre aussi comment la Chine est devenue beaucoup plus ferme, agressive et, je dirais même, arrogante depuis que Xi Jinping a pris le contrôle du Parti communiste en novembre 2012. Bien sûr, la crise actuelle liée à la COVID-19 frappe très durement l'économie chinoise. Elle survient après une année 2019 difficile pour Xi Jinping, compte tenu de la situation non résolue à Hong Kong, des résultats électoraux peu reluisants à Taïwan, de la guerre commerciale avec les États-Unis, qui a ralenti l'économie chinoise, et de l'épidémie de grippe porcine africaine.
Il lui sera également presque impossible d'atteindre deux de ses objectifs — soit éliminer la pauvreté cette année et faire de la Chine une société globalement prospère. Pour y arriver, la croissance économique doit être d'au moins 5,6 %, et je pense qu'elle se situera plutôt aux environs de 4 % ou 5 %. Même s'il y a beaucoup de grogne populaire, je ne pense pas que le leadership de Xi soit menacé.
C'est ce qui m'amène à mon troisième point et à la grande question que doivent se poser le Canada et les autres pays occidentaux: est-il possible d'avoir des relations normales avec la Chine? Je dirais que malgré les problèmes actuels qui pourraient assombrir les relations pendant des années, il faut nous demander où nous voulons être dans 10 ans. Malgré le ralentissement de son économie et en particulier la crise de la COVID-19 en cours, la Chine peut maintenir une croissance entre 4 % et 6 % pendant de nombreuses années. Je fonde cette affirmation sur son taux d'urbanisation, qui demeure bas à environ 59 %, et sa volonté d'effectuer la transition vers une économie où la croissance reposera sur la consommation et les services. Il faut, bien sûr, surveiller sa dette, qui atteint actuellement environ 300 % du PIB. Tout cela pour dire que la Chine demeurera un marché important pour les exportateurs canadiens.
Selon moi, le gouvernement peut prendre diverses mesures sur le plan bilatéral et multilatéral. Sur le plan bilatéral, nous devrions tout d'abord définir nos valeurs et nos intérêts fondamentaux. Il ne devrait donc y avoir aucune tolérance à l'égard des activités des enquêteurs chinois qui viennent au Canada pour rapatrier des fugitifs économiques, et aucune tolérance à l'égard de l'ingérence de la Chine dans la politique canadienne, dans les campus canadiens et au sein de la communauté sino-canadienne. Comme je l'ai mentionné plus tôt, je vous encourage à examiner les quatre lois adoptées par l'Australie pour prévenir l'ingérence dans ses affaires internes. Il ne devrait y avoir aucune tolérance à l'égard des activités d'espionnage du gouvernement chinois ou de l'Armée de la libération populaire pour en tirer un avantage commercial. En fait, nous devrions expulser les espions chinois lorsque leurs activités sont mises au jour, ou porter des accusations contre les auteurs d'activités d'espionnage.
Je pense en outre que nous devrions annoncer que nous renonçons à conclure un accord de libre-échange avec la Chine. Nous devrions procéder à un examen spécial des activités de collaboration en cours dans le domaine de l'intelligence artificielle, afin de nous assurer que la technologie canadienne n'est pas utilisée pour mettre en place le système de crédit social en Chine. Il faudrait aussi vérifier s'il est nécessaire d'apporter des modifications au traité bilatéral d'investissement. Il faudrait également procéder à des inspections plus rigoureuses et plus constantes des produits chinois pour s'assurer qu'ils satisfont à nos normes de sécurité. Nous devrions annoncer le redéploiement de délégués commerciaux dans d'autres pays en Asie et tirer parti des accords de libre-échange, tout en explorant les façons de mieux aider les entreprises en Chine. À mon avis, le gouvernement chinois devrait disposer du même accès à Ottawa que celui dont dispose l'ambassadeur Barton à Pékin. J'entends par là qu'aucun ministre fédéral ne devrait accepter une invitation à déjeuner ou à dîner à l'ambassade de Chine.
Comme M. Balloch l'a mentionné,nous devons continuer de collaborer avec la Chine sur les enjeux mondiaux, comme les changements climatiques — il y a quelques mois, en fait, je pensais aux pandémies, et voilà que nous sommes en plein cœur d'une —, les questions économiques et la prolifération nucléaire. Le Canada a beaucoup à offrir à la Chine dans de nombreux domaines.
Il a été beaucoup question de Huawei. J'ai travaillé sur ce dossier lorsque j'étais ambassadeur. Je pense que nous devons ouvrir le processus 5G à toutes les sociétés publiques en adoptant une position semblable à celle du Royaume-Uni. Jusqu'à maintenant, la stratégie du Centre de la sécurité des télécommunications, qui consiste à tester toute pièce d'équipement avant d'être déployée au Canada, fonctionne bien. Au risque de me répéter, le gouvernement, tout comme les entreprises d'ailleurs, devra s'appliquer à mieux comprendre la Chine et à se doter d'une stratégie bien documentée et plus éclairée à son égard.
Sur le plan multilatéral, le Canada n'est pas, de toute évidence, dans une position pour critiquer seule la Chine au sujet de ses pratiques commerciales ou des droits de la personne. Nous devons être conscients que nous avons une capacité très limitée d'exercer une influence sur ce pays. Comme la Chine est soucieuse de sa réputation internationale, nous devrions continuer à chercher des appuis auprès de nos alliés, y compris en Asie, soit au Japon, en Corée du Sud et à Singapour, pour exercer des pressions sur le gouvernement chinois afin qu'il libère nos prisonniers, mais nous devrions aussi penser à élaborer une stratégie pour conjuguer nos efforts sur les questions d'intérêt commun afin d'éviter que la Chine ne punisse encore une fois unpays qui lui a déplu. Nous devrions également exercer des pressions communes à Pékin relativement à la situation au Xinjiang ou aux violations des droits de la personne, et exhorter la Chine à respecter sa propre constitution et à améliorer sa façon d'administrer sa justice. Il s'agit également d'un élément important pour rassurer les investisseurs étrangers.
Nous devrions également examiner les façons de mieux soutenir la démocratie à Hong Kong et à Taïwan. Nous devrions collaborer avec nos alliés à des stratégies communes pour contrer l'opposition de la Chine aux technologies étrangères et aux investissements étrangers en général, pour nous assurer qu'elle respecte les promesses faites lors de son entrée à l'OMC, et pour veiller au respect des normes internationales, afin de ne pas fragiliser le système multilatéral pour qu'il fonctionne bien et que tous respectent leurs obligations.
En guise de conclusion, comme le soulignaient Kurt Campbell et Jake Sullivan dans l'édition de septembre du magazine Foreign Affairs:
La meilleure façon de défendre la démocratie est de mettre l'accent sur les valeurs qui sont essentielles à une saine gouvernance, en particulier la transparence et la responsabilisation, et d'appuyer la société civile, l'indépendance des médias et la libre circulation de l'information.
Je vous remercie de votre attention. Je serai heureux de répondre à vos questions.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Thank you, Mr. Chair.
I want to thank both of you, not only for your testimony today but for your service to Canada.
I want to start with Ambassador Saint-Jacques. Sir, you mentioned the Garratt case, which is, of course, of great interest to this committee. The Garratts were released, and of course, we're hoping for a similar outcome in the present cases. I wonder if you could share a little bit, briefly, about what led to success in the context of the Garratt case.
Merci, monsieur le président.
Je tiens à vous remercier tous les deux de vos témoignages, mais aussi de votre dévouement au service du Canada.
Je vais commencer par l'ambassadeur Saint-Jacques. Vous avez parlé, monsieur, de l'affaire Garratt qui intéresse beaucoup le Comité, naturellement. Les Garratt ont été libérés, et nous espérons qu'il en sera de même dans les cas actuels. J'aimerais savoir si vous pourriez nous dire brièvement ce qui a mené à leur libération.
Results: 1 - 15 of 184 | Page: 1 of 13

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data