Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 6035
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
I call the meeting to order. Welcome to meeting number 51, panel one of the House of Commons Standing Committee on Finance. We are meeting on government spending, WE Charity and the Canada student service grant. Today's meeting is taking place by video conference, and the proceedings will be made available on the House of Commons website.
Mr. Poilievre, I believe you have a point of order.
La séance est ouverte. Je vous souhaite la bienvenue à la première partie de 51e réunion du Comité permanent des finances. Nous étudions les dépenses engagées par le gouvernement, l’Organisme UNIS et la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant. La réunion d’aujourd’hui se déroule en vidéoconférence, et les délibérations seront accessibles sur le site Web de la Chambre des communes.
Monsieur Poilievre, je crois que vous voulez invoquer le Règlement.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Yes, one hour will be insufficient time for the witnesses. I don't want to waste any of that hour debating the amount of time. This is just to give you notice that Conservatives will be moving to invite these witnesses back for an additional three hours after this hearing is over, unless, of course, this meeting can be extended.
Oui, j’estime qu’une heure avec les témoins, ce n’est pas assez, mais je ne vais pas perdre mon temps maintenant à en discuter. Je vous préviens simplement que les conservateurs proposeront une motion pour faire revenir ces témoins pendant une autre séance de trois heures après celle-ci, à moins, bien sûr, que la réunion d’aujourd’hui puisse être prolongée.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
We'll say it's a point of information. I knew there would be a bit of controversy around the one hour, because we had talked about it previously.
We did initially invite the witnesses for one hour. They agreed to come as of Tuesday. A schedule of the committee went out, I believe it was last Friday, which indicated there would be one hour with these witnesses.
The clerk did talk to them this morning to see if it was possible for two hours, but they had one hour available, so we will stick with that. Maybe we'll get all the answers in half an hour, you never know. People in the private sector have businesses to run, so their time is very valuable as well.
With that, we will start with the witnesses. I want to welcome the witnesses, and thank them for coming. We have, from WE Charity, Mrs. Al-Waheidi, executive director; and Mr. Baker, chief operations officer. As an individual, we have Ms. Marquez, former staff member, government and stakeholder relations, WE Charity.
Mrs. Al-Waheidi, the floor is yours.
Disons que c’est plutôt un élément d’information. Je m’attendais à ce que cette séance d’une heure suscite la controverse, parce que nous en avons déjà parlé.
Au départ, nous avions invité les témoins pour une heure, et ils avaient accepté de venir mardi. Le calendrier des séances du Comité qui est sorti vendredi dernier indiquait, je crois, que nous aurions une heure avec ces témoins.
Le greffier leur a parlé ce matin pour savoir s’il leur serait possible de rester pendant deux heures, mais ils n’étaient libres que pendant une heure. Nous nous en tiendrons donc à ça. Peut-être que nous aurons toutes les réponses que nous voulons en une demi-heure, on ne sait jamais. Les gens du secteur privé ont des entreprises à diriger, et pour eux aussi le temps est précieux.
Cela dit, je voudrais souhaiter la bienvenue à nos témoins et les remercier de comparaître devant notre comité. Nous accueillons aujourd’hui Mme Al-Waheidi, directrice exécutive, et M. Baker, directeur des opérations, qui représentent tous les deux l’Organisme UNIS. Nous accueillons également Mme Marquez, qui comparaît à titre personnel et qui est une ancienne employée de l’organisme UNIS où elle s’occupait des relations avec le gouvernement et les intervenants.
Madame Al-Waheidi, vous avez la parole.
Dalal Al-Waheidi
View Dalal Al-Waheidi Profile
Dalal Al-Waheidi
2020-08-13 15:03
Thank you, Mr. Chair. Thank you to the committee.
Good afternoon. My name is Dalal Al-Waheidi, and I serve as the executive director for WE Charity.
I've spent 18 years in various roles at WE Charity, and I work alongside an exceptional team. I'm proud of the impact we make in helping young people at home by engaging them in service, and around the world helping children and families lift themselves out of extreme poverty. Our work is so important to me.
I'm a Palestinian Canadian and a refugee by birth. Growing up, I was affected by war twice: First, my family was in Kuwait during the 1990 Gulf War, and second, while living in the Gaza Strip. As a child and a teenager, I experienced first-hand the terrible impact of war, political instability, violence and systematic racism of young children because of identity, nationality and religion. However, I held on to a faint hope that my education would unlock doors for my future.
These experiences of political and cultural divisiveness have come to define my life and my professional career at WE Charity, from advocating for young people, advancing education, working on diversity and inclusion, and championing the rights of girls and women.
In 1998, I arrived in Canada on my own to study international development, on a full scholarship, at Trent University. After graduation, I was proud to join a Canadian-founded not-for-profit, then called Free the Children and now known as WE Charity.
I have been lucky to build an entrepreneurial career with WE Charity, progressing from a youth coordinator to a program builder, overseeing our international development programs, leading WE Day, and now as its executive director. My story is only one of the many stories of people who have helped build this organization with staff and volunteers, many of whom have worked for 25 years to build WE Charity into what it is today.
I was directly involved in shaping and growing it, alongside passionate and dedicated team members for WE Days across Canada. It was our dream to make it cool for kids to care and to contribute. WE Day is a celebration of their service to their communities. Imagine the young person who volunteers for the first time in life, who cares about poverty or homelessness or racial injustice, who takes a stand on an issue, raises their voice for our cause or organizes a campaign, and then gets to celebrate with other youth who want to change the world too.
Through WE Day, more than one million Canadians have been inspired to give back and volunteer for the first time. We have worked with 7,000 schools. Students have volunteered 70 million hours for more than 3,000 causes, creating compassionate people who know they can make a difference. Studies have shown that our alumni are more likely to join, volunteer and look for careers in the social sector.
In addition to our local work, we also do international development, which makes us different. Through our development projects, we have built 1,500 schools and classrooms where more than 200,000 children have been educated and 30,000 women have been supported by our alternative income projects. I have had the honour to meet hundreds and hundreds of children in developing countries who attend schools built by WE Charity, many of whom are girls.
WE Charity is different from most groups, and that can be a source of confusion. As we grew beyond the small charity, it required a better model to sustain itself and its good work. ME to WE social enterprise creates jobs overseas, especially for women entrepreneurs, and it chose volunteers and donors at all of our global development sites so that they can transparently see the impact of our development projects.
Since the ME to WE social enterprise was founded in 2008, 100% of its profit—every penny—has been annually donated to WE Charity or reinvested to grow the social mission. At a time when charitable donations in Canada are at a 30-year low, the support of the social enterprise means that we do not have to plead for money from an ever-dwindling group of donors.
WE Charity is not perfect, especially when pulling apart every choice over the past 25 years, but I hope Canadians are willing to give us a second look. Under additional lights, outside of the political controversy we find ourselves in, our programs should be seen as innovative and entrepreneurial and delivering meaningful impact, benefiting children across Canada and around the world.
One of the greatest privileges of my life has been helping to bring service opportunities to young people. It was with great optimism that I worked alongside a talented team to make the Canada service grant a reality. A lot has been lost with its cancellation. This summer tens of thousands of students, over 65% from the visible minority population, lost their service opportunities. I could never have imagined that the combination of COVID-19 and the political fallout of agreeing to partner on the CSSG could be so devastating for WE Charity, our staff and the communities we serve.
A lot has happened. This week we had to release staff in Canada and say good-bye to talented and passionate members who came to WE because of their commitment to service. This is incredibly difficult and emotional. We have proactively suspended many of our philanthropic partnerships and school board partnerships in Canada. The organization is examining every aspect of what it does, including streamlining its organizational structure, conducting a governance review, simplifying its brand and closing certain programs.
It is easy to tear things down, but I can tell you from personal experience that it's not easy to build. Twenty-five years were invested by thousands of current and former staff, board members, teachers, schools, donors, students and advisers to create a unique platform for youth engagement and international development. I want to take a moment to share my gratitude and thanks for each one of them for believing in our mission. Regardless of the firestorm we are facing, nothing can erase the pride I feel for the impact of WE Charity and the dedication of our team. I know what has been achieved. I've seen it. I've seen its magical impact. It is worth saving.
As a child who fled war twice, Canada has given me everything. I've tried and worked very hard to give something back. I hope my two daughters, Zeina and Leila, first-generation Canadians, will one day participate in service programs, give back to this country and be celebrated for their service. I want to do my part to always ensure that Canada continues to be a good country with good people who have good hearts.
Thank you. Meegwetch. Merci. Shukran.
Je vous remercie, monsieur le président, ainsi que les membres du Comité.
Bonjour à tous. Je m’appelle Dalal Al-Waheidi et je suis la directrice exécutive de l’organisme UNIS.
Depuis 18 ans, j’ai occupé divers postes dans cet organisme, aux côtés d’une équipe exceptionnelle. Je suis fière de ce que nous faisons pour aider les jeunes à s’engager dans la communauté, au Canada, et pour aider les enfants et les familles du monde entier à sortir de la pauvreté. Ce travail est très important, à mes yeux.
Je suis d’origine palestinienne et je suis réfugiée depuis ma naissance. J’ai connu deux fois la guerre: une première fois quand ma famille était au Koweït pendant la guerre du Golfe en 1990, et une deuxième fois quand j’habitais dans la bande de Gaza. Pendant mon enfance et mon adolescence, j’ai vu de près l’impact terrible de la guerre, de l’instabilité politique, de la violence et du racisme systématique à l’égard des jeunes enfants pour des motifs d’identité, de nationalité et de religion. J’ai quand même su garder le petit espoir que les études que je faisais m’ouvriraient un jour des portes.
Ce que j’ai appris des conflits politiques et culturels que j’ai vécus m’a aidée à choisir la carrière que je voulais embrasser dans l’Organisme UNIS, c’est-à-dire la défense des intérêts des jeunes, la promotion de l’éducation, de la diversité et de l’inclusion, et la défense des droits des filles et des femmes.
En 1998, je suis arrivée seule au Canada pour étudier le développement international à l’Université Trent, avec une bourse d’études. Mon diplôme en poche, j’ai eu le bonheur d’entrer dans une organisation à but non lucratif établie au Canada, qui s’appelait alors Free the Children et qui porte aujourd’hui le nom d’Organisme UNIS.
J’ai eu beaucoup de chance de pouvoir entamer une carrière dans cet organisme, où j’ai occupé toute une série de postes: coordonnatrice des jeunes, créatrice de programmes, responsable des programmes de développement international, organisatrice de la Journée UNIS, et maintenant directrice exécutive. Je suis une des nombreuses personnes qui ont contribué à développer cette organisation, aux côtés d’employés et de bénévoles, dont beaucoup y travaillent depuis 25 ans pour en faire ce qu’elle est devenue aujourd’hui.
J’ai participé directement, aux côtés de personnes entièrement dévouées, à la création et au développement des Journées UNIS partout au Canada. Notre rêve était d’encourager les jeunes à servir et à contribuer. La Journée UNIS est la célébration de leur engagement dans leur collectivité. Imaginez ce que ressent un jeune qui fait du bénévolat pour la première fois, qui s’intéresse aux pauvres et aux sans-abri, qui lutte contre l’injustice raciale, qui défend ses opinions, qui milite pour notre cause ou qui organise une campagne, et qui ensuite se retrouve avec d’autres jeunes pour célébrer tous les efforts qu’ils ont déployés pour changer le monde.
Grâce à la Journée UNIS, plus d’un million de Canadiens ont pour la première fois eu envie de faire leur part et d’exercer une activité bénévole. Nous avons travaillé avec 7 000 écoles. Les étudiants ont donné 70 millions d’heures de bénévolat pour plus de 3 000 causes, ce qui en a fait des êtres compatissants qui savent qu’ils peuvent changer le monde. Des études indiquent que nos anciens bénévoles sont plus susceptibles de faire carrière, plus tard, dans le secteur social.
En plus de notre travail au niveau local, nous nous occupons de développement international, ce qui nous distingue des autres. Nos projets de développement nous ont permis de construire 1 500 écoles et salles de classe, où 200 000 enfants ont pu suivre des cours et 30 000 femmes ont pu bénéficier de programmes alternatifs de soutien du revenu. J’ai eu l’honneur de rencontrer des centaines d’enfants des pays en développement qui fréquentaient des écoles construites par l’Organisme UNIS, et beaucoup d’entre eux étaient des filles.
L’Organisme UNIS est différent de la plupart des autres groupes, ce qui peut être une source de confusion. Le petit organisme de bienfaisance que nous étions au début a vite eu besoin d’un meilleur modèle pour pouvoir se développer et faire ses bonnes œuvres. L’entreprise sociale ME to WE crée des emplois à l’étranger, surtout pour les femmes entrepreneures, et elle choisit des bénévoles et des donateurs dans tous nos sites de développement de par le monde, afin qu’ils puissent voir, en toute transparence, l’impact de nos projets de développement.
Depuis que l’entreprise sociale ME to WE a été créée en 2008, 100 % de ses profits — au dollar près — sont transférés à l’Organisme UNIS ou réinvestis pour développer la mission sociale. À une époque où les dons de charité au Canada sont à leur plus bas depuis 30 ans, le soutien que nous apporte l’entreprise sociale signifie que nous n’avons pas besoin d’aller chercher de l’argent auprès de donateurs qui se font de plus en plus rares.
L’Organisme UNIS n’est pas parfait, surtout si l’on décortique chaque décision prise depuis 25 ans, mais j’espère que les Canadiens sont prêts à nous donner une deuxième chance. Sous un autre éclairage, en dehors de la controverse politique qui nous frappe, nos programmes devraient être considérés comme des programmes novateurs, qui suscitent l’esprit d’entreprise, qui ont un impact sérieux et qui viennent en aide aux enfants du Canada et du monde entier.
Offrir des possibilités de bénévolat aux jeunes est l’un des plus grands privilèges que j’ai reçus. C’est avec beaucoup d’optimisme que j’ai travaillé aux côtés d’une équipe talentueuse pour faire de la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant une réalité. La suppression de ce programme est une grande perte. Cet été, des dizaines de milliers d’étudiants, dont plus de 65 % étaient issus des minorités visibles, ont été privés de l’occasion de faire du bénévolat. Je n’aurais jamais imaginé que la combinaison de la COVID-19 et des retombées politiques du contrat que nous avions signé pour mettre en œuvre la BCBE puissent être aussi dévastatrices pour l’Organisme UNIS, notre personnel et les communautés que nous servons.
Beaucoup de choses se sont passées. Cette semaine, nous avons dû mettre à pied des employés au Canada et remercier des membres qui étaient venus chez UNIS pour faire du bénévolat. C’est incroyablement difficile et émouvant. De façon proactive, nous avons suspendu un grand nombre de partenariats philanthropiques et de partenariats avec des conseils scolaires au Canada. L’organisation a décidé de tout remettre à plat, et notamment de rationaliser sa structure organisationnelle, d’entreprendre un examen de sa gouvernance, de simplifier sa marque et de mettre un terme à certains programmes.
C’est facile de démolir, mais je peux vous dire, par expérience, que ce n’est pas facile de construire. Pendant 25 ans, des milliers d’employés actuels et anciens, d’administrateurs, d’enseignants, d’écoles, de donateurs, d’étudiants et de conseillers ont contribué à créer une plateforme unique pour encourager la mobilisation des jeunes et le développement international. Je profite de l’occasion pour exprimer ma gratitude à chacun d’entre eux et pour les remercier d’avoir eu foi dans notre mission. Malgré la tempête qui s’abat sur nous, rien ne peut effacer la fierté que nous ressentons pour le travail accompli par l’Organisme UNIS et par son personnel dévoué. Je sais ce que nous avons réalisé. Je l’ai vu. J’en ai vu l’impact inimaginable. Cela mérite d’être dit.
À moi qui ai fui la guerre à deux reprises, le Canada m’a tout donné. J’ai essayé de travailler très fort pour lui exprimer ma gratitude. J’espère que mes deux filles, Zeina et Leila, des Canadiennes de première génération, participeront un jour à des programmes de bénévolat, qu’elles sauront exprimer leur gratitude envers ce pays et qu’on célébrera leur engagement. Je souhaite faire ma part et veiller à ce que le Canada continue d’être un beau pays, avec de belles personnes et de belles âmes.
Merci. Meegwetch. Merci. Shukran.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
WE Charity Foundation received $30 million from the Government of Canada. Unfortunately, you've only repaid $22 million. Where is the rest?
WE Charity Foundation a reçu 30 millions de dollars du gouvernement du Canada. Malheureusement, vous n’en avez remboursé que 22 millions. Où est le reste?
Scott Baker
View Scott Baker Profile
Scott Baker
2020-08-13 15:12
Yes, on June 30 we did receive $30 million. We have returned $22 million of those funds. We are in the process of working with the government—
En effet, le 30 juin, nous avons reçu 30 millions de dollars. Nous en avons remboursé 22 millions. Nous sommes en train de voir avec le gouvernement...
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Sorry, the question was where is the rest? Where is it? In what account is it being held?
Je suis désolé, je vous ai demandé où était le reste? Où est-il? Dans quel compte se trouve-t-il?
Scott Baker
View Scott Baker Profile
Scott Baker
2020-08-13 15:12
We're in the process right now of working as quickly as we can with the government to return it. They're driving the process.
The funds are currently in bank accounts, not earning any interest and not accessed in any way.
Nous sommes en train de voir avec le gouvernement comment nous pouvons rembourser ce dernier montant. C’est le gouvernement qui pilote le processus.
Les fonds sont actuellement détenus dans des comptes bancaires; ils n’accumulent aucun intérêt et ne sont pas accessibles.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Was the money originally transferred to WE Charity or the WE Charity Foundation?
Au départ, l’argent a-t-il été transféré à l’Organisme UNIS ou à la WE Charity Foundation?
Scott Baker
View Scott Baker Profile
Scott Baker
2020-08-13 15:13
The agreement was with the WE Charity Foundation. As a result, the transfer was to the WE Charity Foundation.
L’entente a été conclue avec la WE Charity Foundation. En conséquence, le transfert a été fait à la WE Charity Foundation.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Did it remain there or did any of it get transferred over to WE Charity?
Est-ce que l’argent est resté à la fondation ou est-ce qu’il a été transféré à l’Organisme UNIS?
Scott Baker
View Scott Baker Profile
Scott Baker
2020-08-13 15:13
Since receiving the money on June 30, it has not been touched.
Depuis que l’argent nous a été transféré le 30 juin, personne n’y a touché.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Thank you.
My next question is for you, Ms. Marquez. You do government relations work for WE. Since March 1 have you been in contact with anyone in the Prime Minister's Office?
Merci.
J’aimerais maintenant m’adresser à vous, madame Marquez. Chez UNIS, vous vous occupez des relations avec les gouvernements. Depuis le 1er mars, avez-vous été en contact avec qui que ce soit au Bureau du premier ministre?
Sofia Marquez
View Sofia Marquez Profile
Sofia Marquez
2020-08-13 15:13
I have been in contact with staffers at Minister Morneau's office.
Avec des employés du bureau du ministre Morneau.
Sofia Marquez
View Sofia Marquez Profile
Sofia Marquez
2020-08-13 15:13
They are Amit Singh, a political staffer, as well as...she's been a witness, Michelle Kovacevic. I think that's her last name.
Ce sont Amit Singh, membre du personnel politique, ainsi que… Elle a comparu devant votre comité, c’est Michelle Kovacevic. Je pense que c’est bien son patronyme.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
She's a public servant.
Again, just to make sure, have you communicated with anybody in the Prime Minister's Office since March 1?
C’est une fonctionnaire.
Encore une fois, pour être sûr, je vous demande si vous avez communiqué avec qui que ce soit au Bureau du premier ministre depuis le 1er mars?
Sofia Marquez
View Sofia Marquez Profile
Sofia Marquez
2020-08-13 15:14
Since March 1, I was only in communication with two people at the Prime Minister's Office. Allow me to make sure that I'm very clear. It was on May 5, with a staffer, a director of policy. His name is Rick Theis. I emailed as well another person. Her name is Laura Lebel.
Depuis le 1er mars, je n’ai eu des contacts qu’avec deux personnes du Bureau du premier ministre. Permettez-moi d’être très précise. Le 5 mai, j’ai eu des contacts avec un directeur des politiques, un certain Rick Theis. J’ai aussi envoyé un courriel à une autre personne, une certaine Laura Lebel.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Come back to it later in the meeting. We don't have time.
How long was your conversation with the PMO policy director on May 5?
Je reviendrai là-dessus plus tard. Le temps presse.
Combien de temps a duré votre conversation avec le directeur des politiques du BPM le 5 mai?
Sofia Marquez
View Sofia Marquez Profile
Sofia Marquez
2020-08-13 15:15
It was very brief. It was a very high-level conversation of about half an hour. It was a debrief of the current state of the proposal that had already been in the works with ESDC. We provided context as to the latest development on the proposal.
C’était très court. La conversation était très pointue, et elle a duré à peu près une demi-heure. On a fait le point au sujet de la proposition qui était déjà en cours de traitement à EDSC. Nous avons fait le point.
View Pierre Poilievre Profile
CPC (ON)
Did you get any assurance that WE Charity could begin implementing the proposal on May 5?
Avez-vous à ce moment-là eu l’assurance que l’Organisme UNIS pourrait commencer à mettre en œuvre la proposition?
Results: 1 - 30 of 6035 | Page: 1 of 202

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data