Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 70
View Rachael Harder Profile
CPC (AB)
View Rachael Harder Profile
2020-07-21 14:10 [p.2688]
Mr. Speaker, a member of this place once said, “It's hard not to feel disappointment in one's government when every day there is a new scandal.” These are the words of the current Prime Minister, a sentiment that is shared now by many across the country.
We are standing at a precipice, a day of choosing. Will the Prime Minister choose to recommit to his 2014 goal of restoring trust in Canada's democracy, or will he continue to evade accountability, keep Parliament shut down and only answer questions if and when he deems them important?
Will the Prime Minister appear before the committee? Will he answer opposition questions, or will he choose to take personal days when it is inconvenient to face the music?
The Prime Minister can bury his head in the sand. He can ignore the public demand for transparency, or he can lead the way in openness and accountability by following his own advice to let the sun shine in. After all, we have been told that sunlight is in fact the best disinfectant.
What will he choose?
Monsieur le Président, un député a déjà déclaré qu'il est difficile de ne pas être déçu de son gouvernement quand chaque jour amène un nouveau scandale. Ce sont les paroles de notre premier ministre, et elles expriment le sentiment actuel de beaucoup de Canadiens partout au pays.
Nous sommes au bord du précipice, un jour de grande décision. Le premier ministre choisira-t-il de renouveler son engagement de 2014 à rétablir la confiance à l'égard de la démocratie au Canada, ou continuera-t-il à esquiver la reddition de comptes, à maintenir l'interruption des travaux du Parlement et à répondre seulement aux questions quand il juge qu'elles sont importantes?
Le premier ministre témoignera-t-il devant le comité? Répondra-t-il aux questions de l'opposition, ou choisira-t-il de prendre des congés personnels lorsque ce sera inconfortable pour lui de faire face aux conséquences de ses actes?
Le premier ministre peut faire l'autruche. Il peut faire la sourde oreille à la population canadienne qui demande de la transparence, ou il peut donner l'exemple en faisant preuve d'ouverture et en prenant ses responsabilités et suivre ses propres conseils pour faire briller le soleil. Après tout, il paraît que le soleil est le meilleur désinfectant.
Que choisira-t-il?
View Ben Lobb Profile
CPC (ON)
View Ben Lobb Profile
2020-06-17 18:47 [p.2525]
Madam Chair, at this point in the whole process I, like others, am frustrated by this. It has been going on for a long time. The fact is that I have asked three questions and got zero answers. I think I asked them in a polite manner. My colleague from Ottawa asked the minister a question in regard to the UN Security Council and did not get any answers.
All I can say is that if it is a good investment, they can tell us what it is. If it is $40 million to get a UN security seat, let us know. If we are putting money into Via Rail, let us know. How much is for new trains? How much is for maintenance? How much is for labour?
That is all we are trying to ask here. It is not that we are trying to slip anyone up or anything. It is just a respectful question to try to get a good answer, so if we are going to go through the process, how about we just get some real answers? I think we can handle them, and if they are good investments, let us support them.
Madame la présidente, à cette étape du processus, comme bien d'autres, je ressens de la frustration. Il en est ainsi depuis longtemps. J'ai posé trois questions, mais je n'ai obtenu aucune réponse. Je pense avoir posé mes questions poliment. Mon collègue d'Ottawa a posé une question à la ministre concernant le Conseil de sécurité de l'ONU et n'a obtenu aucune réponse.
Si ces investissements sont de bons investissements, ils peuvent nous dire ce dont il s'agit. Si 40 millions de dollars ont été dépensés pour tenter d'obtenir un siège au Conseil de sécurité de l'ONU, qu'ils nous le disent! Si nous investissons des fonds dans VIA Rail, qu'ils nous le disent! Combien iront à l'achat de nouveaux trains? Combien iront à la maintenance? Combien iront à la main-d'œuvre?
C'est tout ce que nous demandons. Nous n'essayons pas de prendre qui que ce soit en défaut. C'est simplement une question respectueuse pour tenter d'obtenir des réponses. Tant qu'à tenir ce processus, pourquoi ne pas nous donner de véritables réponses? Je pense que nous pouvons composer avec les réponses, et si les investissements s'avèrent judicieux, approuvons-les.
View Navdeep Bains Profile
Lib. (ON)
Madam Chair, I want to thank the hon. member for the way he presented his questions. He is absolutely correct. The investments we have made, particularly when it comes to vaccines and therapeutics, are designed to support Canadian solutions.
That is why we invested $175 million for AbCellera, a biotech company out of Vancouver that is working on identifying antibodies. Ultimately, it actually identified one antibody for a drug therapy.
That is the type of investment that we are making, which will benefit not only Canadians but many people outside of Canada as well.
Madame la présidente, je remercie le député de la façon dont il a présenté ses questions. Il a entièrement raison. Nos investissements, en particulier en ce qui a trait aux vaccins et aux traitements, sont conçus pour soutenir les solutions canadiennes.
Voilà pourquoi nous avons investi 175 millions de dollars dans AbCellera, une entreprise de biotechnologie de Vancouver qui travaille à cerner les anticorps et qui, en fait, a cerné un anticorps pour une pharmacothérapie.
Voilà le genre d'investissement que nous effectuons. C'est avantageux non seulement pour les Canadiens, mais aussi pour de nombreuses personnes à l'étranger.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2020-05-26 16:33 [p.2458]
Mr. Speaker, I am pleased to be sharing my time today with the member for Saskatoon—Grasswood. Both of us are here from Saskatchewan. We made the trip. It worked well and it is very good to be back in the House.
I have a tendency to think in visuals. As I have been thinking through this today, I have been trying to think of how I could communicate in a way that Canadians would understand what is happening in the House today. I think part of the reason the Liberals moved closure is that they realized Canadians are figuring this out.
I ask members to imagine a mother who goes into her son’s room, which had been well organized but now it is just chaos. She tells him that he needs to clean it up, that it is time to clean it up. In this case, the mother would be Canadians. They have been watching throughout this pandemic. The government is dealing with different dynamics, and we are working with the government, but it gets to a point when it is time to move on. It is time to clean this up.
The government we are facing today is that child with the room that has been cleaned up. He calls his mom back into the room and she says it is beautiful. There is nothing but beautiful space in the room. However, the books are not back where they are supposed to be. Where are they? The toys and clothes are not put back where they are supposed to be. Where is everything? It is all jammed into a closet where it is no longer seen.
We have a government that wants to run a committee going forward, even now, when this place is ready to reconvene as a proper Parliament. The Prime Minister and the government are trying to convince Canadians by telling us that we will have all these opportunities to ask questions and hear their answers, to present S.O. 31s and petitions, and that somehow things will be so much better.
I would argue that if anything, that says something even deeper. It says that the government has no desire to return to a position where it is being held accountable for the decisions it has been making. It has also stuffed things away into a closet that do not belong there.
During the first sitting of the Liberal government as a majority government, one of the first things Liberals tried to do was take away our parliamentary tools on the opposition side of the floor. Our House leader worked very hard on our behalf to make sure that did not happen. Now we have a circumstance where tools are being stripped away, and all we have is the opportunity to ask questions or present a statement. That is not our role as members of Parliament in the House. Our responsibilities are to represent our constituents, to bring accountability to the government and to further decisions that are in the best interests of Canadians when we feel they are not being met.
One example of what is not being met by a committee of the whole, which is not a true sitting of Parliament, is that there is no opportunity to present opposition motions. We know how important those are because the Conservative Party, along with the other opposition parties on this side of the House, won three opposition motions that put the government on notice.
One of them was the Canada-China committee that was struck because of all of the issues going on with China that are impacting Canada. We have two men who have been held there improperly for so long. I pray for these people regularly. I pray that they maintain their courage, that they stay healthy and that our government does what it needs to do to find a way to get them home.
There are issues around agriculture and what China has done to our exports. There are all kinds of issues on which the government has chosen to sit back on its heels, including dealing with China and this pandemic. There is no question that to a large degree the pandemic is what created the chaos in the room.
Canadians are saying that we are doing better, that we have done what we needed to do, but what about what the government did? Why did Liberals say that the virus could not be transmitted human to human? Why did they not immediately close down flights from China until we could figure this out? Why did they not play defensively instead of offensively? What was in their minds? Why did they say that we do not need to wear masks in the general public? Why are there not enough for our front-line workers? They threw it all away and did not have it replaced.
There are all kinds of dynamics here that need to be dealt with, and they need to be dealt with properly.
There was the China-Canada committee. Then there was the Parliamentary Budget Officer saying that he could not find where all of this infrastructure funding was. Where was it? We formed a committee with the support of all of the members on this side of the floor that forced this minority government to allow the search for where those funds are. Financial accountability is absolutely crucial for this government at the best of times, let alone when we find ourselves in a circumstance where money is being spent at such a huge rate. Yes, a lot of it needs to be done. I am not questioning that, but when we are spending to the point where we are printing money to the tune of $5 billion a week, accountability needs to be there.
Then there is the issue of the Parole Board. When this government came into power, it fired everyone on the Parole Board and put its own people into place. The person in charge of that Parole Board wrote a report that said it was a crisis waiting to happen. Sure enough, an individual who was released on day parole and was told that for his sexual gratification he could hire someone to meet his sexual needs. Then, he turned around and killed that woman. There is no question that there are issues around that Parole Board, and we have the opportunity, because of agreement on this side of the floor, to force the government to deal with those questions.
There are no opposition motions. On legislation, why are those members not concerned about any legislation, which we have no opportunity to truly debate? Our committees are slowly coming back, but I can tell members that I know of veterans affairs issues going on that need to be brought to our committee. We called for an emergency opportunity to meet with the ombudsman. His report was so important that he has released it even though he is no longer the ombudsman.
Once again, we have a circumstance where someone has a responsibility to reveal issues with the government, and any government ends up having those circumstances. The Auditor General has challenged our party when it was in government, too. However, that person somehow disappears when there is something that needs to be said to this government.
Of course, there is the question of private members' bills. This is something that is very important to us as individual members of Parliament. It is the only time in the House when we get an opportunity to present something that is really important to our constituents, to Canada and to ourselves that is not led or directed by our leadership. It is a very special privilege, and significant things have been done through that. Again, this is something we are missing the opportunity to do.
It is not just that. It is also the efforts at a power grab when we met for the first time in good faith to deal with the COVID crisis, the introduction of the wage subsidy and whatnot. There is also the use of an order in council to determine a significant ban on firearms with absolutely no debate, no discussion and no consultation with, quite honestly, anyone other than who the government wanted to look at, because it was its own ideology that was driving it. It is not good, solid legislation for Canadians.
There are many more things I could say, but the point here is that Canadians are saying it is time for us to get back to work here. Yes, we are all working very hard, and I have to give a shout-out to my staff. It is unbelievable the work they have been doing on behalf of our constituents. There have been times when they were in tears because of the circumstances that they were dealing with trying to help Canadians who need that help and are not finding it.
It is a real privilege to serve Canadians, to serve Yorkton—Melville and to serve alongside my staff. The reason I cannot support this motion is that Canadians are tired of a committee running this country. It is time for Parliament to get back to work.
Monsieur le Président, je suis heureuse de partager mon temps de parole avec le député de Saskatoon—Grasswood. Nous venons tous les deux de la Saskatchewan. Nous nous sommes déplacés. Le voyage s'est bien déroulé et il est bon de revenir à la Chambre.
Je suis plutôt une personne visuelle. Dans mes réflexions pendant la journée, je me suis demandé comment je pourrais expliquer aux Canadiens ce qui se passe aujourd'hui à la Chambre. Je crois qu'une des raisons pour lesquelles les libéraux ont proposé la clôture, c'est qu'ils ont réalisé que les Canadiens comprennent ce qui se passe.
Je demande aux députés d'imaginer une situation où une mère entre dans la chambre de son fils et constate que la chambre est un désordre complet alors qu'elle était habituellement bien rangée. Elle demande à son fils de faire le ménage; elle lui dit qu'il est temps de faire le ménage. Dans cette situation, la mère représente les Canadiens. Ces derniers ont suivi les développements pendant la pandémie. Le gouvernement s'ajuste à différentes façons de faire et nous collaborons avec lui, mais vient un temps où il faut passer à autre chose. Il est temps de faire le ménage.
Aujourd'hui, le gouvernement est comme l'enfant qui a rangé sa chambre et qui invite sa mère à venir voir comme elle est belle. En effet, tout l'espace est libre. Toutefois, les livres ne sont plus là où ils devraient être. Où sont-ils? Les jouets et les vêtements ne sont pas non plus à leur place. Où sont passées toutes ces choses? Tout est entassé dans le placard, à l'abri des regards.
Le gouvernement veut nous faire siéger en comité, même maintenant, alors que la Chambre est prête à se rassembler de nouveau pour tenir des séances en bonne et due forme. Le premier ministre et le gouvernement essaient de convaincre les Canadiens que tout sera ainsi pour le mieux en nous disant que nous aurons ainsi bien des occasions de poser des questions et d'écouter leurs réponses, en plus de pouvoir présenter des déclarations de députés et des pétitions.
Je dirais qu'il y a anguille sous roche. À mon avis, le gouvernement ne désire aucunement recommencer à devoir rendre compte des décisions qu'il prend. Lui aussi cache des choses dans un placard.
Lorsque nous avons siégé pour la première fois après l'élection du gouvernement libéral majoritaire, les libéraux ont tout de suite tenté d'enlever à l'opposition les outils parlementaires dont elle dispose. Notre leader parlementaire a travaillé d'arrache-pied pour veiller à ce que cela ne se produise pas. Maintenant, nous nous retrouvons privés de nos outils; nous devons nous contenter de pouvoir poser des questions ou présenter une déclaration. Ce n'est pas le rôle des députés à la Chambre des communes. Nous avons le devoir de représenter les électeurs de notre circonscription, de demander des comptes au gouvernement et de favoriser la prise de décisions qui sont dans l'intérêt des Canadiens lorsque nous jugeons que leurs besoins ne sont pas comblés.
Parmi les lacunes des séances en comité plénier, il y a celle de ne pas pouvoir présenter de motions de l'opposition parce qu'il ne s'agit pas d'une véritable séance de la Chambre des communes. Nous savons à quel point ces motions sont importantes parce que le Parti conservateur et les autres partis de l'opposition siégeant de ce côté-ci de la Chambre ont réussi à en faire adopter trois qui ont rappelé à l'ordre le gouvernement.
L'une d'entre elles prévoyait la formation du comité sur les relations sino-canadiennes, chargé d'examiner tous les problèmes avec la Chine qui ont une incidence sur le Canada. Je pense notamment aux deux hommes qui sont détenus indûment en Chine depuis fort longtemps. Je prie pour eux régulièrement. Je prie qu'ils ne perdent pas courage, qu'ils demeurent en bonne santé et que le gouvernement canadien fasse ce qu'il doit faire pour les rapatrier.
Je pense aussi à la situation dans le secteur agricole et aux mesures prises par la Chine à l'égard de nos exportations. Devant toutes sortes de problèmes, notamment ses rapports avec la Chine et la pandémie en cours, le gouvernement a choisi de rester les bras croisés. Il ne fait aucun doute que cette pandémie est en grande partie responsable du désordre qui règne.
Les Canadiens disent que tout va mieux et que nous avons fait ce que nous devions faire, mais qu'en est-il des mesures prises par le gouvernement? Pourquoi les libéraux ont-ils affirmé que le virus ne se transmettait pas d'humain à humain? Pourquoi n'ont-ils pas immédiatement suspendu les vols en provenance de la Chine jusqu'à ce que la situation soit tirée au clair? Pourquoi ont-ils adopté une approche défensive plutôt qu'offensive? À quoi pensaient-ils? Pourquoi ont-ils affirmé qu'il n'était pas nécessaire pour le grand public de porter un masque? Pourquoi n'y a-t-il pas assez de masques pour les travailleurs en première ligne? Les libéraux ont tout jeté sans remplacer les stocks.
Il y a toutes sortes de facteurs à prendre en compte, et ils doivent l'être de façon appropriée.
Il y a eu le comité sur les relations sino-canadiennes. Ensuite, le directeur parlementaire du budget a dit qu'il n'arrivait pas à déterminer où se trouvaient les fonds destinés aux infrastructures. Où étaient-ils? Nous avons formé un comité, avec l'appui de tous les députés de ce côté-ci de la Chambre, qui a obligé le gouvernement minoritaire à permettre la recherche de ces fonds. Quand tout va bien, il est absolument crucial de demander des comptes au gouvernement actuel sur les questions financières, mais ce l'est d'autant plus quand des sommes monumentales sont dépensées. Oui, un grand nombre de ces mesures s'imposent. Je ne le remets pas en question. Toutefois, lorsque les dépenses explosent à un point tel qu'il faut imprimer 5 milliards de dollars par semaine, une reddition de comptes s'impose.
Puis, il y a la question de la Commission des libérations conditionnelles. Lorsque le gouvernement actuel est entré au pouvoir, il a chassé toutes les personnes qui y étaient en poste pour les remplacer par des membres de son propre camp. La personne responsable de la commission avait rédigé un rapport qui concluait que, tôt ou tard, une crise allait survenir. Évidemment, un individu ayant obtenu une libération conditionnelle de jour s'est fait dire que, pour satisfaire ses besoins sexuels, il pouvait recourir aux services d'une femme pour se soulager. Ensuite, il a tué cette femme. Il ne fait aucun doute qu'il y a des problèmes à la Commission des libérations conditionnelles, et nous avons la possibilité, en raison d'une entente de ce côté-ci de la Chambre, de forcer le gouvernement à se pencher sur ces problèmes.
Il n'y a pas de motions de l'opposition. En ce qui concerne les projets de loi, pourquoi les députés libéraux ne s'inquiètent-ils pas du fait qu'aucun ne puisse être présenté, que nous n'ayons pas l'occasion de débattre réellement de projets de loi? Les comités reprennent lentement leurs activités, mais je peux dire aux députés que je suis au courant d'enjeux actuels concernant les vétérans qui doivent être soumis au comité. Nous avons demandé une rencontre d'urgence avec l'ombudsman. Son rapport était tellement important qu'il l'a rendu public même s'il n'est plus l'ombudsman.
Encore une fois, nous nous nous retrouvons une situation où quelqu'un est responsable de révéler les problèmes au gouvernement, le genre de situation que rencontrent tous les gouvernements. Le vérificateur général a aussi talonné notre parti lorsque nous étions au pouvoir. Par contre, lorsque quelqu'un a quelque chose à dire au gouvernement, cette personne est mise de côté.
Évidemment, il y a la question des projets de loi d'initiative parlementaire. Il s'agit d'un outil très important pour les simples députés. C’est le seul moment où nous pouvons présenter quelque chose à la Chambre qui compte vraiment pour les gens de notre circonscription, pour le Canada et pour nous, quelque chose qui ne vienne pas de la tête du parti. Il s'agit d'un privilège très spécial, et des mesures marquantes ont pu être adoptées ainsi. C'est encore une fois un outil qui nous est présentement refusé.
Ce n'est pas seulement cela. Il y a aussi la tentative d'abus de pouvoir lorsque nous nous sommes réunis pour la première fois en toute bonne foi pour étudier des mesures en réponse à la crise liée à la COVID-19, dont la subvention salariale. Il y a aussi le recours à un décret pour interdire des armes à feu sans le moindre débat, ni la moindre discussion, ni la moindre consultation alors que, bien franchement, tout le monde à part le gouvernement aurait voulu examiner la question. Or, le gouvernement a agi en fonction de son idéologie. Ce n'est pas ainsi qu'on fait de bonnes lois solides pour les Canadiens.
Je pourrais donner bien d'autres exemples, mais, en bref, les Canadiens estiment qu'il est temps pour nous de retourner au travail à la Chambre. Oui, nous travaillons tous très fort en ce moment. D'ailleurs, je salue mon personnel. C'est incroyable tout le travail qu'il fait pour les citoyens de ma circonscription. J'ai vu des membres de mon personnel en larmes en raison des circonstances avec lesquelles ils doivent composer pour tenter d'aider les Canadiens qui ne trouvent pas l'aide dont ils ont besoin.
Servir les Canadiens et les citoyens de Yorkton—Melville aux côtés de mon personnel est un véritable privilège. Je ne peux appuyer la motion parce que les Canadiens en ont assez que le pays soit dirigé par un comité. Il est temps que le Parlement retourne au travail.
View James Cumming Profile
CPC (AB)
View James Cumming Profile
2020-05-26 18:36 [p.2475]
Mr. Speaker, it is a great pleasure to follow that very impressive intervention.
I will be sharing my time today with the member for Thérèse-De Blainville.
It is a great honour for me to rise today and debate this motion on the floor with my colleagues, but I want to start by talking a bit about my staff that is serving the great constituents of Edmonton Centre. Edmonton Centre is an urban centre that has certainly been impacted by COVID, and the work that they have put forward is quite remarkable. Along with my responsibilities as shadow minister for small business and export promotion, I have the added burden of trying to work through the issues with small businesses and trying to help those small businesses that are struggling throughout the country.
I also want to talk about the people who have had to make adjustments in this very difficult time. I have a very personal story on that. I have a son, Garrett, who has Duchenne muscular dystrophy. Garrett has been struggling through this difficult time with COVID, but he has managed to complete his masters in global security online. It proves to me that we can do remarkable things when we set our minds to it.
If Garrett were here today, he would tell members that I am his voice, and he believes I should be here debating legislation. He would tell me that is why I am here. That is what I should be doing: not serving on a committee, but debating legislation. That is important to him, and it is important to my constituents.
Conservatives have been calling for Parliament to get back in a full way to be able to debate legislation. Of course we want to do it in a healthy way, following all the particular guidelines.
This proposal by the Liberals is an improvement from what we heard before, but it still fails in that it does not allow us to debate legislation. With that, we miss other things. We miss opposition days. We miss emergency debates. We miss the opportunity to debate private members' bills, order publication of government documents and debate and vote on committee reports. We also do not have all the committees sitting, so it is not full Parliament: It is a committee.
On the notion of private members' bills, it is incredibly important for members here, and particularly for new members like me, to be able to put forward bills and have them be debated, which we have not been able to do. I happen to be one of the lucky people: I drew sixth in line.
The private member's bill that I put forward, if someone would like to look at it, is Bill C-229. It is a bill that we are really going to need as we come out of COVID, because we are going to have to generate enormous amounts of revenue in this country to try to get back on track. This bill repeals the restrictions on tankers off the coast of B.C. This is an incredibly important issue in my province and for the rest of Canada, because the resource industry in this country has helped to fuel a lot of the infrastructure, a lot of the things that we have come to enjoy and the lifestyle that we have come to enjoy.
There is another important private member's bill. It breaks my heart that we are not able to debate it and see it go through. It was from one of my colleagues who drew the number one spot. It is from the member for Calgary Confederation, on the establishment of a national organ and tissue donor registry in Canada. It is Bill C-210, and I am hoping my colleagues will support it, but we should be talking about it now.
We need tremendous oversight in these times, with what is going on with COVID. That oversight has to include watching the spending of the government. The Auditor General said he needs another $10 million to properly do his job, to make sure that he can audit and do performance audits on those things that are important to this country. We are not able to pass any legislation. The Auditor General should be doing his job, and that oversight is even more important now, because we have heard from the PBO suggesting that there could be $250-billion worth of debt.
In questioning the PBO at committee, the level of confidence on $250 billion is very low. I suspect it could be at a three or a four. It is not just about the money; it is about how the money is spent and being accountable to the taxpayers. That does not even talk about the increasing household debt. It does not talk about the increase in provincial debt and municipal debt.
We need to see a budget. We need to be able to debate a budget, given the stresses of the economy, with a budget that will give a go-forward plan. Currently we do not have a go-forward plan. We have a reaction to the issue, but we need a plan to be able to understand where we are going and how we are going to come out of this.
We need to be able to debate this economic recovery after this first wave of the pandemic. What will happen to investments in the country, both the investments that we have now and the investments that have gone out of the country.
We need to talk about the debt that people are taking on. Almost every program is debt, debt, deferral; debt, debt, deferral. It is hard for businesses. They are going to have a hard time recovering from this.
Small businesses, of which I have been hearing from thousands, are working hard just trying to keep the doors open. These programs for further debt and deferrals are going to hit hard in September. We should be debating these issues. We should be talking about legislation to help those businesses before that happens in the fall.
Another point that the Liberals have been quiet on includes the changes to the Patented Medicine Prices Review Board regulations and especially for patients with cystic fibrosis. These changes incorporate new factors in determining whether a medicine is being or has been sold at excessive prices. The review board's changes would require patented drug manufacturers to significantly reduce their prices, a good thing, but making Canada a less attractive market to launch innovative therapies such as precision medicines that can alter the course of conditions such as cystic fibrosis.
The review board's changes affect private drug plans and patient access to new medicines for Canadians. These changes are currently on track to be implemented July 1. Already registration for new clinical trials have decreased by over 60%, from November 1, 2019 to February 29, 2020, because of these changes. These changes also affected the approval of new drugs, showing a drop of more than two-thirds.
One of the advocates to fight against these changes is Sandy. She lives in my riding. Her 14-year-old daughter, Laura, is battling cystic fibrosis. They, along with thousands of other Canadians, are fighting for access to a new drug called Trikafta, which has shown significant improvements in the lives of people suffering from cystic fibrosis by treating all cell levels and helping with lung performances. While other drugs in the past were treating symptoms, this actually improves lung performance and has been deemed the closest thing to a cure.
The parent company, Vertex Pharmaceuticals, has not yet applied to Health Canada because of the review board's regulatory changes, while it has been ready for approval in the U.S. market since last year. Canadians need access to this life-changing drug.
I want to acknowledge my colleague, the member for Parliament for Edmonton Riverbend, who has been working hard on this issue. These are the sorts of things we should be debating.
I ran for office and I came to this place to debate legislation. That is why I am here. That is what my constituents want me to do. They want me to serve them at home, but they also want me to serve them in this place and debate legislation. Let us get on with it. I know we can do it. I look forward to when we can actually debate legislation again.
Monsieur le Président, quel plaisir de suivre une intervention aussi impressionnante!
Aujourd'hui, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Thérèse-De Blainville.
C'est un immense honneur pour moi de pouvoir débattre ici même, avec mes collègues, de la motion dont la Chambre est saisie, mais j'aimerais d'abord dire un mot au sujet des employés qui m'aident à servir les extraordinaires habitants d'Edmonton-Centre. Edmonton-Centre est une circonscription urbaine qui a évidemment été touchée par la COVID, et le travail accompli par mes collaborateurs est tout simplement remarquable. Outre mes fonctions de ministre du cabinet fantôme chargé du dossier de la petite entreprise et de la promotion des exportations, je dois aussi aider les petites entreprises à surmonter les obstacles qui se dressent sur leur chemin et donner un coup de pouce à celles qui en arrachent, où qu'elles soient au pays.
J'aimerais aussi prendre un instant pour saluer tous ceux et celles qui ont réussi à s'adapter malgré les difficultés actuelles. J'ai d'ailleurs une anecdote très personnelle à raconter aux députés. Mon fils Garrett est atteint de la maladie de Duchenne de Boulogne. Or, même s'il était lui aussi éprouvé par la pandémie de COVID-19, il a réussi à terminer en ligne sa maîtrise en sécurité mondiale. Ce faisant, il m'a prouvé que, quand on s'y met, on peut faire de grandes choses.
Si Garrett était ici aujourd'hui, il dirait aux députés que je suis sa voix et que je devrais être ici à débattre de projets de loi. Il me dirait que c'est la raison pour laquelle je suis ici. C'est ce que je devrais faire: non pas siéger à un comité, mais débattre de projets de loi. C'est important pour lui et c'est important pour les habitants de ma circonscription.
Les conservateurs réclament que la Chambre des communes reprenne pleinement ses travaux afin de débattre de mesures législatives. Naturellement, nous voulons le faire en respectant les mesures sanitaires et conformément à toutes les consignes.
La proposition des libéraux représente une amélioration par rapport à ce que nous avons entendu auparavant, mais elle ne nous permet toujours pas de débattre de projets de loi. Elle nous fait manquer d'autres choses, comme les journées de l'opposition, les débats d'urgence, les débats sur les projets de loi d'initiative parlementaire, la possibilité d'ordonner la publication de documents gouvernementaux et de tenir un débat et un vote sur les rapports de comité. En outre, tous les comités ne siègent pas. Nous n'avons donc pas une Chambre des communes à proprement parler, mais un comité.
Il est très important pour les députés, en particulier les nouveaux députés comme moi, d'être en mesure de présenter des projets de loi et de les voir débattus, ce que nous n'avons pas été capables de faire. J'ai eu de la chance: mon nom a été le sixième à être tiré.
Si quelqu'un veut l'examiner, le projet de loi d'initiative parlementaire que je parraine est le projet de loi C-229. C'est un projet de loi dont nous aurons vraiment besoin au sortir de la pandémie de COVID-19, car nous devrons générer énormément de revenus au pays pour assurer notre relance. Ce projet de loi vise à éliminer les restrictions visant les pétroliers au large de la côte de la Colombie-Britannique. C'est un dossier extrêmement important pour ma province et pour le reste du pays, puisque l'industrie canadienne des ressources a soutenu nombre d'infrastructures, et elle a beaucoup contribué aux avantages et au mode de vie dont nous profitons.
Il y a un autre projet de loi d'initiative parlementaire important. Je suis navré que nous ne puissions pas en débattre et l'étudier à toutes les étapes. Il a été présenté par un de mes collègues qui a obtenu la première place au tirage. Je parle du projet de loi du député de Calgary Confederation, qui vise à établir un registre national de donneurs d’organes et de tissus au Canada. C'est le projet de loi C-210, et j'espère que mes collègues l'appuieront, mais nous devrions en parler dès maintenant.
Nous avons besoin d'une surveillance extrême en ces temps de COVID. Cette surveillance doit porter sur les dépenses du gouvernement. Le vérificateur général a dit qu'il a besoin de 10 millions de dollars de plus pour faire son travail comme il faut, pour qu'il puisse effectuer des audits dans des domaines importants pour le pays. Nous ne pouvons pas faire adopter de projet de loi. Le vérificateur général devrait faire son travail, qui est d'autant plus important que le directeur parlementaire du budget a laissé entendre qu'il pourrait y avoir une dette de 250 milliards de dollars.
D'après les questions posées au directeur parlementaire du budget lors de son témoignage au comité, le niveau de confiance concernant les 250 milliards de dollars est très bas. Je dirais qu'il est à trois ou à quatre sur dix. Ce n'est pas l'argent qui est en cause, mais la façon dont il est dépensé, ainsi que les comptes à rendre aux contribuables. Et on ne parle pas de l'augmentation de la dette des ménages ni de celle des dettes provinciales et municipales.
Il faut qu'un budget soit déposé. En raison des stress que subit l'économie, il faut pouvoir débattre d'un budget qui servira de feuille de route. Nous n'avons aujourd'hui aucun plan pour les prochaines étapes. Nous réagissons face à une situation, mais nous avons besoin d'un plan pour savoir vers où nous orienter et comment sortir de la crise.
Après cette première vague de la pandémie, nous devons débattre de la relance économique. Qu'adviendra-t-il des investissements au pays, autant ceux qui ont été faits que ceux qui ont quitté le Canada?
Nous devons discuter de la dette que les gens ont contractée. Presque tous les programmes n'ont que cela à offrir: des dettes et des reports de paiement. Les entreprises souffrent et auront du mal à se relever.
Les petites entreprises, dont des milliers ont communiqué avec moi, travaillent fort pour essayer de garder leurs portes ouvertes. Les programmes entraînant un endettement accru et le report de paiements feront très mal en septembre. Nous devrions débattre de ces questions. Nous devrions discuter des projets de loi qui aideront les petites entreprises avant qu'on n'en arrive là, à l'automne.
Un autre point sur lequel les libéraux ont été silencieux concerne les changements apportés aux règlements qui régissent le Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés, surtout à l'égard des patients atteints de la fibrose kystique. Ces changements intègrent de nouveaux facteurs pour déterminer si un médicament est vendu ou a été vendu à un prix excessif. Les changements du conseil d'examen obligeraient les fabricants des médicaments brevetés à réduire considérablement leurs prix, ce qui serait une bonne chose, mais qui rendrait le Canada moins attrayant comme marché pour lancer des thérapies novatrices, comme des médicaments précis qui peuvent modifier le cours de maladies comme la fibrose kystique.
Les changements du conseil d'examen touchent les régimes privés d'assurance-médicaments et l'accès des patients aux nouveaux médicaments pour les Canadiens. À l'heure actuelle, les changements doivent être mis en œuvre le 1er juillet. Déjà, l'enregistrement pour de nouveaux essais cliniques a diminué de plus de 60 %, du 1er novembre 2019 au 29 février 2020, en raison de ces changements. Ces derniers ont également une incidence sur l'approbation de nouveaux médicaments, qui a diminué de plus des deux tiers.
Sandy fait partie des gens qui militent contre ces changements. Elle habite dans ma circonscription. Sa fille de 14 ans, Laura, est atteinte de fibrose kystique. Avec des milliers d'autres Canadiens, elles luttent pour avoir accès à un nouveau médicament, le Trikafta. Il améliore considérablement la vie des personnes atteintes de fibrose kystique en traitant tous les taux de cellules et en soutenant la capacité pulmonaire. Si d'autres médicaments dans le passé traitaient les symptômes, celui-ci améliore la capacité pulmonaire. Il est considéré comme ce qui se rapproche le plus d'un remède.
La société mère, Vertex Pharmaceuticals, n'a pas encore soumis de demande à Santé Canada à cause des changements réglementaires apportés au conseil d'examen. Le Trikafta est pourtant approuvé pour le marché américain depuis l'an dernier. Les Canadiens doivent avoir accès à ce médicament qui change le cours d'une vie.
Je tiens à saluer mon collègue, le député d'Edmonton Riverbend, qui multiplie les efforts dans ce dossier. C'est le genre d'enjeu dont nous devrions débattre.
Je me suis présenté aux élections et je suis venu à la Chambre pour débattre de projets de loi. C'est la raison pour laquelle je suis ici. C'est ce que les gens de ma circonscription attendent de moi. Ils veulent que je les serve dans notre région, mais également à la Chambre en débattant de mesures législatives. Mettons-nous au travail. Je sais que nous pouvons le faire. J'ai hâte au jour où nous pourrons débattre à nouveau de projets de loi.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-05-25 11:32 [p.2324]
Madam Speaker, I am happy to rise to speak to Motion No. 7. The hon. House leader gave a very impassioned speech about how we all worked together when this crisis first hit. We worked together immediately so that we would have a safe situation here in Ottawa, whereby the House was suspended on March 13 and we all went back to our ridings and began the hard work of dealing with this pandemic.
However, when the House was suspended at that time, I do not think any of us thought that the government would use that opportunity to circumvent democracy and shut Parliament down for this long a period of time. That was never what Conservatives wanted.
Motion No. 7 would continue the shutdown of democracy. It would continue the shutdown of Parliament. It would continue the shutdown of all members of Parliament who do the work that Canadians elected us to do. What Motion No. 7 would do is re-establish the special committee. Although the special committee is one in which questions can be asked, we certainly are not seeing questions answered. There are many things that the opposition can do when Parliament is actually sitting in order to try to get answers and hold the government to account. That is not going to be happening if this motion passes.
I want to remind Canadians that there are a number of things that we can do as opposition members, including opposition days where we can have full days to debate issues that members of the opposition parties feel are important. Private members' business is allowed to come forward when Parliament is sitting. Under this motion, no private members' business would come forward until probably the end of September. There are questions on the Order Paper that can be posed, whereby very specific and detailed questions are answered, and we have seen so much information come out over the years from questions on the Order Paper. The opposition is not going to be allowed to do that. There are debates and discussions around important committee reports that happen when Parliament is sitting. That will not be happening under this special committee.
Let us be very clear. For all Canadians, for everyone in the House, Parliament would not be resuming. A committee would be resuming and it would be resuming in this place, face to face. This begs the question: If we can resume here four days a week as a committee, why in the world can we not resume as parliamentarians and as a full Parliament?
We had a study done just recently by the PROC committee. It was a good study, but it was probably too short. The committee probably will need more time, and I think it will be getting more time, to do some work that it is doing. There was some fantastic testimony given on why Parliament is essential. Some might suggest this is just about people getting media coverage. What an insult that is to what every single one of us does every single day when Parliament has been sitting and has sat for the last 150 years. We are here to do a job, whether it is in government or in opposition; whether it is the main opposition party, the second opposition party or even that third opposition party over there. Those members are here to do a job as well, and I do not think any of us are going to insult the third party there, even though its numbers are reduced, by saying that the members are here just to get attention.
Let me quote Marc Bosc, former acting clerk of the House. He articulated Parliament's place. Here is what he said:
In too many countries around the world, dominant executive branches of government eclipse parliament. This makes parliaments weaker and less relevant. That imbalance needs to be addressed, especially in a time of crisis.
That is what we are in, Madam Speaker. He continued:
The House of Commons [not committee] needs to be functioning and needs to be seen by Canadians as functioning. I want to be clear. Parliament, particularly the House of Commons [not committee] is an essential service to the country, and members of Parliament are also essential workers.
These views are not just academic concerns. Veteran observers of Canadian politics have made similar points. John Ibbitson, for example, wrote:
Everything that is being debated on Twitter and Facebook and in the news media needs to be debated on the floor of the House [of Commons] and in Question Period.
Again, that is not a committee. He is talking about being in Parliament in the House of Commons and on the floor of the House of Commons. He continued:
Canada is a parliamentary democracy, health emergency or no health emergency....The opposition parties have every right to raise these issues, and the governing party has every right to defend its record. The place to do that is in Parliament, not just once a day in front of a microphone.
Who has been doing that every day in front of a microphone, getting out in front of his cottage, answering a few questions, smiling, telling everybody how he feels and that is it? That is not Parliament. That is not the way our democracy works.
Manon Cornellier, a Quebec journalist, said in Le Devoir, “The Conservatives…are right to require the government to be more accountable. Constant speeches and press conferences cannot replace the duty of ministers and the Prime Minister to be accountable before elected representatives. In a British type of Parliament, the existence of the government depends on the trust of the House”: not a committee but the House, Parliament. “Ultimately, the government must answer for its actions and decisions...”
A lot of academics and media ask this, but more importantly every day my constituents ask me why Parliament is not sitting. They say we are in a middle of a crisis and they have elected me to sit in Parliament. I have had to tell them that the government, together with the help of some of the other parties, has tied our hands behind our backs. We have still been able to do a lot of good work here in opposition. We have seen the work we have done. The government House leader has even acknowledged that pretty well every one of the programs that the government introduced, we as opposition made better, because we did not allow anyone to shut our voice down and we used every tool available.
That is why we want Parliament to sit. We want to deliver better results for Canadians. We know that in a democracy when the government is challenged, when it has to defend what it is doing and maybe improve it, when it has to listen to us on our opposition days and take a position, it is better for Canadians. That is the whole reason Conservatives want Parliament to sit.
That, then, comes to the question of why the government would not want Parliament to sit. Why would the Liberal government prefer to stand up every day, as the Prime Minister does in front of his cottage, answer a few questions and announce some programs for people, but not come back to Parliament? For a long time, the government was saying it was concerned about the health and safety of people in the precinct and members of Parliament. That wears very thin because its own motion calls us all back here four days a week.
Four days a week we are going to be here in the committee, face to face, practising physical distancing and being very responsible, which is what Conservatives have advocated for. However, the Prime Minister does not want Parliament. Therefore, the whole argument of safety is actually pretty thin. I would say it is a thin excuse and not a real reason.
I would suggest the real reason Liberals do not want Parliament to sit is because they do not want the full accountability, the full scrutiny and the full responsibility that will come when Parliament does sit. Make no mistake: We will sit again. Conservatives will stand ready any time to come back as Parliament and hold the government to account for its response to this pandemic, for its lack of response, for its lack of dealing with things in a timely way, for its lack of supporting and providing protection for Canadians.
Make no mistake: The day of reckoning will come for the Prime Minister. He may think he is going to escape Parliament now, but the day will come. Conservatives will hold the government to account. We will do our job. Conservatives stand ready, willing and able to do the job for Canadians that it seems nobody else in this place wants to do.
Madame la présidente, je suis heureuse d'intervenir au sujet de la motion no 7. Le leader du gouvernement à la Chambre des communes a prononcé un discours enflammé sur la manière dont nous avons tous uni nos efforts lorsque la crise a frappé. Nous avons tout de suite collaboré afin d'assurer des conditions sécuritaires à Ottawa. Les séances de la Chambre ont été suspendues le 13 mars, et nous sommes tous rentrés dans notre circonscription pour entamer le dur travail qui consiste à faire face à la pandémie.
Lorsque la Chambre a suspendu ses travaux, je doute que quiconque ait pensé que le gouvernement profiterait de l'occasion pour contourner les processus démocratiques et fermer le Parlement pendant une aussi longue période. Les conservateurs n'ont jamais voulu qu'il en soit ainsi.
Avec la motion no 7, la démocratie resterait au point mort. Le Parlement demeurerait fermé. Tous les députés continueraient de ne pas pouvoir faire le travail que les Canadiens leur ont confié en les élisant. Concrètement, la motion no 7 rétablirait le comité spécial. Certes, on peut poser des questions au comité spécial, mais on ne peut vraiment pas dire qu'on y obtient des réponses. L'opposition peut accomplir beaucoup de choses, lorsque le Parlement siège en bonne et due forme, afin d'obtenir des réponses et de demander des comptes au gouvernement. Ce n'est pas ce qui se passera si la motion est adoptée.
Je rappelle aux Canadiens qu'il y a un certain nombre de choses que nous pouvons faire en tant que députés de l'opposition, notamment dans le cadre des journées de l'opposition, qui nous permettent de débattre des journées entières sur des questions que les partis de l'opposition jugent importantes. Des initiatives parlementaires peuvent être mises à l'étude lorsque le Parlement siège. Or, selon cette motion, de telles initiatives ne pourront probablement pas être mises à l'étude avant la fin de septembre. On peut inscrire des questions au Feuilleton pour obtenir des réponses à des questions très précises et détaillées, ce qui nous a permis d'obtenir beaucoup d'information au fil des années. L'opposition ne sera plus en mesure de le faire. Il y a des débats et des discussions sur d'importants rapports de comité lorsque le Parlement siège. Ce ne sera pas possible dans le cadre de ce comité spécial.
Soyons très clairs. Pour l'ensemble des Canadiens et des députés, le Parlement ne reprendrait pas ses travaux. Les membres d'un comité siégeraient en personne dans cette enceinte, ce qui m'amène à me poser la question suivante. Si nous pouvons nous réunir en comité quatre jours par semaine, dans cette Chambre, alors pourquoi tous les parlementaires ne pourraient-ils pas reprendre leurs travaux en bonne et due forme?
Le comité de la procédure et des affaires de la Chambre a justement réalisé une étude sur le sujet dernièrement. Il s'agissait d'une bonne étude, quoique peut-être un peu courte. Le comité aura sans doute besoin de plus de temps pour venir à bout des tâches qui lui ont été confiées, et je crois qu'il en aura. Il a entendu plusieurs témoins qui sont venus expliquer de manière extraordinairement éloquente en quoi le Parlement est un service essentiel. Certains seront tentés de dire qu'il s'agit d'une simple tactique pour attirer l'attention des médias. Quelle insulte pour le travail que les députés accomplissent depuis 150 ans chaque fois que le Parlement siège. Que nous soyons sur les banquettes ministérielles ou sur celles de l'opposition — et j'englobe là-dedans autant l'opposition officielle que la deuxième et même la troisième opposition —, nous avons un travail à faire. Les députés sont ici pour faire leur travail, et j'ose espérer que personne ne souhaite insulter le troisième parti de l'opposition en affirmant que ses députés cherchent seulement à attirer l'attention sur eux, même s'ils sont en nombre réduit.
Marc Bosc, qui a déjà été greffier de la Chambre par intérim, a su mieux que quiconque résumer l'importance du Parlement:
Dans trop de pays, les organes exécutifs font de l'ombre au Parlement. Les Parlements finissent alors par être plus faibles et moins pertinents. On doit corriger ce déséquilibre, particulièrement en période de crise.
C'est le cas actuellement, madame la Présidente. M. Bosc a ajouté ceci:
Il faut que la Chambre des communes [et non un quelconque comité] fonctionne et qu'elle soit perçue comme étant une Chambre des communes qui fonctionne. Je veux être clair: le Parlement, particulièrement la Chambre des communes [et non ses comités], est un service essentiel pour le pays. Les députés sont également des travailleurs essentiels [...]
Il ne s'agit pas d'opinions purement théoriques. De nombreux observateurs chevronnés de la scène politique canadienne pensent la même chose. Voici par exemple ce qu'a écrit John Ibbitson:
Tout ce qui a été débattu sur Twitter, sur Facebook et dans la presse doit être débattu sur le parquet de la Chambre [des communes] et pendant la période des questions.
Là encore, il n'est pas question de comités. M. Ibbitson dit que les députés doivent se réunir et débattre de ces sujets à la Chambre des communes. Il ajoute ceci:
Le Canada est une démocratie parlementaire, urgence sanitaire ou pas [...] Les partis de l'opposition ont tout à fait le droit de poser ces questions, et le parti au pouvoir a absolument le droit de défendre ses décisions. Or, l'endroit pour ce faire est le Parlement, pas devant un micro une fois par jour.
Qui prend la parole tous les jours devant un micro, tout sourire, devant sa résidence, répond à quelques questions et explique comment il se sent à la galerie, mais sans plus? Pas le Parlement en tout cas. Ce n'est pas ainsi que fonctionne la démocratie canadienne.
La journaliste québécoise Manon Cornellier a écrit ceci dans Le Devoir: « Les conservateurs [...] n'ont pas tort d'exiger du gouvernement qu'il rende davantage de comptes. Les discours et les conférences de presse à répétition ne peuvent servir de substitut à l'obligation des ministres et du premier ministre d'être responsables devant les élus. En système parlementaire de type britannique, l'existence du gouvernement repose sur la confiance qui lui témoigne la Chambre — pas un comité de la Chambre, mais le Parlement. [Ultimement, le gouvernement] doit répondre de ses actes et décisions. »
Beaucoup d'universitaires et de journalistes posent la question, mais, surtout, beaucoup d'habitants de ma circonscription me demandent chaque jour pourquoi le Parlement ne siège pas. Ils font valoir que nous sommes en pleine crise et que j'ai été élue pour siéger au Parlement. J'ai été obligée de répondre que le gouvernement, avec l'aide de certains partis, nous a lié les mains. L'opposition a quand même été capable de faire beaucoup de très bon travail. On peut constater ce que nous avons accompli. Même le leader du gouvernement à la Chambre des communes a reconnu que l'opposition a amélioré pratiquement tous les programmes proposés par le gouvernement; c'est parce que nous avons refusé que quiconque nous contraigne au silence et nous nous sommes servis de tous les outils à notre disposition.
Voilà pourquoi nous voulons que le Parlement siège. Nous voulons livrer de meilleurs résultats aux Canadiens. Nous savons que, dans une démocratie, il est préférable pour les Canadiens que le gouvernement soit remis en question, qu'il doive défendre ses mesures et peut-être les améliorer, qu'il doive nous écouter lors des journées de l'opposition et prendre position. C'est la raison pour laquelle les conservateurs veulent que le Parlement siège.
La question qui se pose alors est de savoir pourquoi le gouvernement préférerait que le Parlement ne siège pas. Pourquoi le gouvernement libéral préférerait-il un point de presse quotidien, comme celui du premier ministre devant sa résidence, pour répondre à quelques questions et annoncer certains programmes à l'intention de la population, plutôt que la reprise des travaux du Parlement? Pendant longtemps, le gouvernement se disait préoccupé pour la santé et la sécurité des députés et des gens dans la Cité parlementaire. Ce prétexte n'est plus très valable, puisque sa propre motion nous convoque tous ici quatre jours par semaine.
Quatre jours par semaine, nous serons ici, face à face, en respectant les normes de distanciation physique et en étant très responsables, comme le réclament les conservateurs. Toutefois, étant donné que le premier ministre ne veut pas que le Parlement siège, nous formerons plutôt un comité. Par conséquent, l'argument de la sécurité ne tient pas la route. C'est une bien piètre excuse; ce n'est pas la vraie raison.
Selon moi, la vraie raison pour laquelle les libéraux ne veulent pas que le Parlement siège, c'est parce qu'ils ne veulent pas avoir à rendre des comptes en bonne et due forme, ils ne veulent pas se soumettre pleinement à l'examen du public et ils ne veulent pas être assumer pleinement la responsabilité de leurs actions, comme ce sera le cas lorsque le Parlement siégera. En effet, ne nous méprenons pas: nous siégerons de nouveau. Les conservateurs sont prêts à reprendre les travaux parlementaires n'importe quand, et nous exigerons des comptes du gouvernement pour sa réaction à la pandémie, ses défauts d'intervention, sa lenteur, et l'aide et la protection insuffisantes qu'il aura fournies aux Canadiens.
Il n'y a aucun doute, le jour du jugement viendra pour le premier ministre. Il pense peut-être échapper au Parlement en ce moment, mais le jour viendra. Les conservateurs exigeront qu'il rende des comptes. Nous ferons notre travail. Les conservateurs sont prêts, disposés et aptes à faire, pour les Canadiens, le travail que personne d'autre ici ne semble vouloir faire.
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I would like to begin my remarks today by expressing my heartfelt condolences on behalf of my entire caucus and our deepest sympathies to the family and friends of Constable Heidi Stevenson and all those who lost their lives in the senseless attack over the weekend in Nova Scotia. As more and more details come out as to the scale of the tragedy, I know it is weighing heavily upon all Canadians at this time, and all members of Parliament. To those members of Parliament from Nova Scotia, I would particularly like to convey, through them to their constituents, our solidarity with them. I know the whole country is grieving with them for their loss as well. We are also praying for a speedy recovery for the RCMP officer who was injured in the line of duty. Each one of the victims leaves behind heartbroken family, friends and a community reeling from such an unthinkable act.
I wish to extend my sincere condolences the family and friends of Constable Heidi Stevenson and all those who lost their lives in this senseless attack in Nova Scotia on the weekend. I also wish a speedy recovery to the RCMP officer who was injured in the line of duty. Every victim leaves behind a family, friends and a community torn apart by this outrageous act.
It is made all the more difficult because, in this time, comfort will have to be offered at a distance, but as we, as a nation, mourn with those who mourn, I hope that the affected families and communities know that right across Canada we hold them closely in our hearts.
These are difficult times. There has been far too much sadness and grief in our nation over the last month. Over 1,600 Canadians have now died from COVID-19, and more than 36,000 Canadians have fallen sick. Canadians' lives and livelihoods literally depend on the government getting the response to this pandemic right. Given what is at stake, Conservatives would like to see more than the one accountability session per week that the other parties appear to have agreed to.
We also believe that virtual accountability sessions should be designed in the all-party forum that is already working on this issue.
The Standing Committee on Procedure and House Affairs held its first meeting last week, and it should be allowed to carry out the job it has been assigned. If the NDP and the Bloc have agreed with the Liberals to limit accountability, they will have to explain themselves to Canadians in the coming weeks.
Conservatives believe in oversight and accountability. Millions of Canadians are going to work every single day to help their neighbours get through this pandemic. Parliamentarians should be doing the same thing. Right here on Parliament Hill, construction workers are continuing to renovate Centre Block, a project that is expected to take at least 10 years. If they can safely renovate the building that houses our Parliament, then surely we can do our duty to uphold the bedrock of our democracy.
That is the issue: democracy. Canadians have the right to be represented by their government. Their concerns must be heard and their questions must be answered.
There have been so many questions raised throughout this pandemic, and Conservatives have been asking those questions. We have not always gotten answers, but we are going to continue to press for them. The need for these accountability sessions is made evident day after day.
Why can the Prime Minister not tell Canadians when new ventilators will arrive? It was in this chamber, on March 12, when I asked the Deputy Prime Minister what the government was doing to obtain new ventilators. She said at that time that the government was leading a national procurement strategy. Thirty days later, the Prime Minister, in this chamber, said that the first ventilators would be weeks away. That is unacceptable.
Why were millions of masks and protective equipment destroyed and not replaced? Why are government programs changing every single day? These are the kinds of questions that Canadians have, and they deserve answers from their government, because vulnerable Canadians do not have another month to wait around for help.
Canadians' lives and livelihoods literally depend on the government getting its response to this pandemic right.
The Prime Minister continues to warn that this process will be long and arduous, but so far that has not just meant dealing with this pandemic but also the decision-making process. We owe it to Canadians to work our absolute hardest to get this right.
Since this crisis first began to take shape, it has been the opposition that has often been leading the way on the useful, practical actions that have been taken to protect Canadians. We called for tighter restrictions on travel and at the border. We called for the wage subsidy to be raised from 10% to 75%. We called for seasonal workers and those with limited incomes to qualify for the emergency response benefit. The Prime Minister said that he wanted a team Canada approach, and we have given him one, putting forward constructive solutions every day to help Canadians affected by this crisis.
Meanwhile, the Prime Minister and his ministers have chosen to try to do this on their own, and the result is that virtually every day they are having to make changes to their policies. If we were working these policies out together, each side playing to its strength, every region of this country represented as it is supposed to be, the government would get things right the first time around more often.
The Conservative caucus is determined to do the job we were elected to do: represent the voices of Canadians from coast to coast to keep Canadians as healthy and safe as possible. We are here because we know that Canadians are depending on us, and in this Conservative caucus we will not stop working.
The Leader of the Government in the House of Commons said that the government continues to reach out a hand of co-operation. I assure him that the same is true for the opposition.
The government House leader said that this is not about partisanship. I will remind him that it was his leader, his Prime Minister, who yesterday told something to Canadians that he knew was not true. He said that today there would be 338 MPs. I invite members to look around. We have done exactly what we told Canadians we would do: We would be here in a responsible manner, respecting public health guidelines while still representing Canadians.
For the Prime Minister to try to conjure up fears when he knew that was never going to be the case not only was disingenuous, but it undermines his credibility. At a time when Canadians are looking to him to be open and forthright, when he does things like that it shakes the confidence that Canadians have that he is being truthful on other matters. It was a shameful example of partisanship yesterday.
I have heard so many comments from members that, to me, indicate they are allowing the perfect to become the enemy of the good. It is clear that there are going to be challenges for in-person sittings. We could have spent the last two weeks talking about how best to deal with that, how best to limit the impact in the House of Commons and how best to ensure that representations from each caucus would be allowed to participate.
The default position is for Parliament to sit, and it is incumbent upon the government to explain why it should not in a time of crisis. We have already seen examples of the government using this crisis to its advantage. Do members remember the first time we were called here? I know the hon. House leader does, because we were both here until very early in the morning. When we were told to come to Ottawa to pass legislation to help get benefits into the hands of Canadians, the current government wrote itself massive new powers, giving itself broad powers, ignoring the role of Parliament in terms of taxation and spending. It was because Conservatives refused to go along with that that we were able to protect our democratic institutions.
The second time we came here, we were given a bill and we were told that it had to be passed by the end of the day on that Saturday. We rolled up our sleeves.
Other parties such as the Bloc Québécois gave the government carte blanche by stating that they would support the bill. However, our team did its job last weak. We identified weaknesses in the government's bill and our efforts improved it. Although the other parties do not want to do their job, we are ready to do the work that Canadians have asked us to do.
On behalf of the millions of Canadians whom we represent here, I move:
That the motion be amended, in paragraph (h),
(a) by replacing subparagraphs (iv) and (v) with the following: “(iv) during the period the House stands adjourned pursuant to this order, the committee shall meet in the chamber at noon every Tuesday and Wednesday, provided that the committee shall not meet on a day referred to in Standing Order 28(1),”;
(b) by deleting, in subparagraph (x), the words “or a Thursday”;
(c) by deleting, in subparagraph (xi), the words “and Thursdays”; and
(d) by replacing subparagraph (xviii) with the following: “(xviii) following the report of the Standing Committee on Procedure and House Affairs pursuant to its order of reference of Saturday, April 11, 2020, if that committee recommends the implementation of virtual sittings and if the Clerk of the House indicates that they are technologically feasible, the House leaders of all four recognized parties may indicate to the Speaker that there is an agreement among the parties to hold one additional meeting of the committee each week by videoconference, notwithstanding subparagraph (iv), with members participating by videoconference, and the Speaker shall give effect to that agreement;”.
Monsieur le Président, je voudrais d'abord commencer par exprimer mes sincères condoléances au nom de tout mon caucus à la famille et aux amis de l'agente Heidi Stevenson et de tous ceux qui ont perdu la vie lors de l'attaque gratuite survenue pendant la fin de semaine en Nouvelle-Écosse. À mesure que les détails filtrent quant à l'ampleur de la tragédie, je sais que l'inquiétude pèse lourd pour tous les Canadiens, y compris l'ensemble des députés. Je veux souligner à tous les habitants de la Nouvelle-Écosse, par l'entremise de leurs députés, que nous sommes solidaires avec eux. Je sais que tout le pays est en deuil avec eux. Nous prions aussi pour le prompt rétablissement de l'agent de la GRC blessé dans l'exercice de ses fonctions. Chacune des victimes laisse derrière elle une famille, des amis et une collectivité ébranlés par cet acte insensé.
Je voudrais exprimer mes sincères condoléances à la famille et aux amis de l'agente Heidi Stevenson et de tous ceux qui ont perdu la vie lors d'une attaque insensée en Nouvelle-Écosse le week-end dernier. Je souhaite également un prompt rétablissement à l'agent de la GRC qui a été blessé dans l'exercice de ses fonctions. Chaque victime laisse derrière elle une famille, des amis et une communauté déchirée par un acte aussi important.
Ce qui complique encore plus les choses, c'est que, à ce moment-ci, le réconfort devra être apporté à distance. Le pays tout entier partage la peine des personnes endeuillées, et j'espère que les familles et les collectivités touchées savent que, partout au pays, les Canadiens sont de tout cœur avec elles.
Les temps sont difficiles. Depuis un mois, le pays vit plus que sa part de chagrin et de tristesse. Plus de 1 600 Canadiens ont maintenant perdu la vie à cause de la COVID-19, et plus de 36 000 Canadiens sont tombés malades. La vie et le gagne-pain des Canadiens dépendent littéralement des mesures prises par le gouvernement en réaction à la pandémie. Compte tenu de ce qui est en jeu, les conservateurs souhaitent la tenue de plus d'une séance de responsabilisation par semaine, ce qui semble être la solution préconisée par les autres partis.
Nous croyons aussi que les séances de responsabilisation virtuelles devraient fonctionner selon le forum de tous les partis qui travaillent déjà sur cet enjeu.
Le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre a tenu sa première séance la semaine dernière et devrait pouvoir faire le travail qui lui a été confié. Si le NPD et le Bloc québécois s'unissent aux libéraux pour limiter la responsabilisation, ils vont devoir donner des explications aux Canadiens et aux Canadiennes au cours des prochaines semaines.
Les conservateurs croient à l'efficacité des mécanismes de surveillance et de reddition de comptes. Des millions de Canadiens vont travailler tous les jours pour aider leurs voisins à traverser la pandémie. Les parlementaires devraient faire de même. Ici, sur la Colline du Parlement, des travailleurs de la construction poursuivent les travaux de rénovation de l'édifice du Centre, un projet qui devrait durer au moins 10 ans. Si ces ouvriers peuvent en toute sécurité rénover l'édifice qui abrite les deux Chambres du Parlement, alors nous pouvons certainement assumer notre responsabilité, qui consiste à préserver le fondement de notre démocratie.
La question est là. La démocratie, c'est le droit des Canadiens et des Canadiennes d'être représentés par leur gouvernement. Leurs préoccupations doivent être entendues et ils doivent obtenir des réponses à leurs questions.
Cette pandémie suscite un grand nombre de questions depuis le début, et les conservateurs soulèvent ces questions. Nous n'obtenons pas toujours de réponses, mais nous allons continuer de les exiger. Le besoin de tenir des séances de responsabilisation est évident, chaque jour.
Pourquoi le premier ministre ne peut-il pas dire aux Canadiens quand les nouveaux respirateurs seront livrés? C'était ici même, le 12 mars dernier, que j'ai demandé à la vice-première ministre quelles mesures le gouvernement avait entreprises afin de se procurer de nouveaux respirateurs. À ce moment, elle a déclaré que le gouvernement avait lancé une stratégie nationale d'approvisionnement. Trente jours plus tard, le premier ministre, devant la Chambre, déclarait que les premiers respirateurs seraient prêts dans quelques semaines. C'est inacceptable.
Pourquoi des millions de masques et de pièces d'équipement de protection ont-ils été détruits sans être remplacés? Pourquoi les programmes du gouvernement changent-ils d'un jour à l'autre? Ce sont là des questions que les Canadiens se posent et ils méritent d'obtenir des réponses de la part de leur gouvernement, parce que les Canadiens vulnérables ne peuvent pas attendre un mois de plus avant de recevoir de l'aide.
La vie et le gagne-pain des Canadiens et des Canadiennes dépendent littéralement d'une réponse adéquate du gouvernement à la pandémie.
Le premier ministre ne cesse de dire que ce processus sera long et difficile, mais il n'est pas uniquement question de réagir à la pandémie; il faut aussi prendre des décisions. Nous devons aux Canadiens de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour bien faire les choses.
Depuis le début de la présente crise, c'est souvent l'opposition qui a été l'instigatrice de mesures utiles et pratiques visant à protéger les Canadiens. Nous avons réclamé des mesures plus sévères concernant les déplacements et les frontières. Nous avons demandé que la subvention salariale passe de 10 % à 75 %. Nous avons réclamé que les travailleurs saisonniers et à revenu limité soient admissibles à la Prestation canadienne d'urgence. Le premier ministre a dit vouloir une approche de type « Équipe Canada », ce que nous avons fait en présentant chaque jour des solutions constructives afin d'aider les Canadiens touchés par cette crise.
Pendant ce temps, le premier ministre et ses ministres ont choisi d'essayer de faire cavalier seul, avec pour résultat que presque pas un jour ne passe sans qu'ils doivent modifier leurs politiques. Si nous élaborions ces politiques ensemble, chaque partie misant sur ses forces et chaque région du pays étant représentée comme il se doit, le gouvernement ferait les choses correctement du premier coup plus souvent.
Les députés du caucus conservateur sont déterminés à faire ce pour quoi ils ont été élus, c'est-à-dire être les porte-parole des Canadiens d'un océan à l'autre et assurer leur santé et leur sécurité dans la mesure du possible. Nous sommes ici parce que nous savons que les Canadiens comptent sur nous, et c'est pourquoi nous, les députés conservateurs, ne baisserons pas les bras.
Le leader du gouvernement à la Chambre des communes a dit que la main du gouvernement était toujours tendue. Je tiens à dire que la nôtre l’est également.
Le leader du gouvernement à la Chambre a dit qu'il ne s'agit pas d'une question partisane. Je lui rappelle que c'est son chef, le premier ministre, qui a dit quelque chose aux Canadiens hier qu'il savait fausse. Il a déclaré qu'il y aurait 338 députés à la Chambre aujourd'hui. J'invite les députés à regarder autour d'eux. Nous avons fait exactement ce que nous avons dit aux Canadiens que nous ferions, soit représenter les Canadiens à la Chambre de façon responsable en respectant les lignes directrices de santé publique.
Le fait que le premier ministre ait tenté d'attiser la peur alors qu'il savait qu'une telle chose ne se produirait jamais était non seulement malhonnête, mais a aussi miné sa crédibilité. À un moment où les Canadiens s'attendent à ce qu'il soit ouvert et franc, le fait qu'il agisse de la sorte ébranle la confiance des Canadiens, qui doutent qu'il ait dit la vérité dans d'autres dossiers. Hier, nous avons été témoins d'un exemple scandaleux de partisanerie.
J'ai entendu beaucoup d'observations de la part de députés qui montrent, à mon avis, que ces derniers laissent le mieux être l'ennemi du bien. Il est évident que les séances en personne seront problématiques. Nous aurions pu passer les deux dernières semaines à discuter de la meilleure façon de régler ces problèmes, de limiter les répercussions sur la Chambre des communes et de permettre à des députés de tous les caucus de participer aux débats.
Par défaut, le Parlement doit siéger, et c'est au gouvernement d'expliquer pourquoi il devrait s'abstenir en temps de crise. Le gouvernement s'est déjà servi de la crise à son avantage. Les députés se rappellent-ils la première fois qu'ils ont été convoqués? Je sais que le leader parlementaire s'en souvient, lui, parce que nous sommes restés tous les deux ici jusqu'à très tôt le lendemain matin. Quand on nous a demandé de venir à Ottawa pour adopter une loi afin que les Canadiens aient plus aisément accès aux prestations d'urgence, le gouvernement libéral s'est attribué des pouvoirs inédits d'une ampleur incroyable, sans égard pour les pouvoirs du Parlement en matière de taxation et de dépenses. C'est parce que les conservateurs ont refusé de jouer le jeu que nous avons pu protéger nos institutions démocratiques.
La deuxième fois que nous avons été convoqués, un samedi, on nous a prévenus que le projet de loi à l'étude devait être adopté d'ici la fin de la journée. Nous nous sommes retroussé les manches.
D’autres partis, comme le Bloc québécois, ont donné carte blanche au gouvernement, en disant être d’accord avec lui sur le projet de loi. Par contre, notre équipe a fait son travail, la semaine passée. Nous avons trouvé des faiblesses dans le projet de loi du gouvernement, mais le travail que nous avons accompli a permis de l’améliorer. Si les autres partis ne veulent pas faire leur travail, nous sommes prêts à faire le travail que les Canadiens nous ont confié.
Au nom des millions de Canadiens que nous représentons ici, je propose:
Que la motion soit modifiée, au paragraphe (h),
a) par substitution des alinéas (iv) et (v) de ce qui suit: « (iv) pendant la période où la Chambre est ajournée conformément à cet ordre, le Comité se réunisse à midi en Chambre tous les mardis et mercredis, pourvu que le Comité ne se réunisse pas lors d’une journée mentionnée à l’article 28(1) du Règlement, »;
b) par suppression, à l’alinéa (x), des mots « et le jeudi »;
c) par suppression, à l’alinéa (xi), des mots « et les jeudis »;
d) par substitution de l’alinéa (xviii) de ce qui suit: « (xviii) à la suite de la présentation du rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre conformément à l’ordre de renvoi du samedi 11 avril 2020, si ce Comité recommande la tenue de séances virtuelles, et si le greffier de la Chambre indique que celles-ci sont réalisables sur le plan technologique, les leaders à la Chambre des quatre partis reconnus puissent donner avis au Président qu’il y a accord entre les partis visant la tenue d’une réunion de plus du Comité chaque semaine, par vidéoconférence, nonobstant l’alinéa (iv), avec la participation des membres par vidéoconférence, et le Président doive donner suite à cet accord; »
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I know that I speak for all parliamentarians when I say that those Canadians who are affected by the COVID-19 virus are in our thoughts and prayers at this time. I know that our actions, whether on the government side of the House or on opposition benches, must continue to be guided by our shared desire to protect the health and safety of all Canadians and to support them through the global pandemic.
These are unprecedented times, warranting an unprecedented response both from governments and the Canadian people.
We know that this crisis is affecting Canadians across the country.
Almost a million workers have already been laid off, stores and restaurants have been told to close their doors and Canadians have been asked to stay at home.
We also know that our economy is taking a hit in this crisis and that the coming months will be very difficult.
While we are all aware that more needs to be done, and we have all heard of isolated incidents of people not following public health advice, overwhelmingly Canadians have risen to the challenge and have shown the care and compassion for which we, as a country, are so well known.
In these trying times, now more than ever, we see the strength of our communities and appreciate our true Canadian heroes: truck drivers, farmers and factory workers keeping our supply chains running at all times; companies stepping up, ensuring workers get paid, even if their doors are closed; grocery stores, pharmacies and cleaning staff working to keep shelves full and doors open; and restaurants offering takeout and delivery to those who need a hot meal.
Perhaps most importantly as we consider the health crisis, I would like to express my heartfelt thanks to the doctors, nurses, hospital staff, public health officials and first responders working around the clock to keep us all healthy and safe.
I had an opportunity to speak with the president of the Ontario Medical Association last week about what doctors urgently need from the government in fighting this pandemic. Those needs must be met.
The president mentioned the need for greater information-sharing tools so that tracking of cases can be done more quickly, so that when someone has a positive test result, the medical and health agencies can work backward and find out who that person was in contact with and do it through a much faster response mechanism. He also spoke to the need for equipment that must be procured now, before the number of cases escalates. I hope the government takes those concerns very seriously.
Our researchers in the scientific community will also play an essential role in fighting this pandemic and ultimately developing a vaccine.
I also want to acknowledge the leadership shown by provincial and municipal elected officials across the country. While the federal government took its time, the provinces acted quickly, taking advantage of their constitutional powers on health and education, particularly through the police and local services. Each province has tackled its own challenges and proposed new, innovative approaches.
Canadians are worried. They are worried for their health and the health of their loved ones, for their jobs and for their futures, and they are looking to us for action.
Conservatives have been flexible in our approach, while also continuing to ensure government oversight. When we agreed to the extraordinary suspension of Parliament, Conservatives insisted that the government be subject to substantial accountability measures, including the condition that the Auditor General would audit any new spending and that parliamentary committees would be able to review all of that spending when Parliament resumes.
We also agreed to bring back the House of Commons this week with only a small number of members present. We were prepared to quickly pass the measures that the Prime Minister had announced to date.
What we were not prepared for was the government's attempted undemocratic power grab. The Liberals shamefully tried to use a public health crisis to give themselves the powers to raises taxes, debt and spending without parliamentary oversight. However, after hours of negotiation, the government now has backed down from that position, and Conservatives have secured the following concessions.
We demanded that the government remove the section that would have allowed it to raise taxes without parliamentary approval, and the Liberals have agreed.
We demanded that the government walk back its unlimited spending powers and that special warrants expire on June 23, 2020, instead of September 30, 2020. The Liberals agreed.
We demanded that the government include explicit reference to putting taxpayers' rights first, and the Liberals agreed.
We demanded that the government must put sunset clauses in its legislation, a point that only the Conservative Party raised.
We demanded a sunset clause to ensure that the new powers will not remain in place for several more years.
We demanded that the government be accountable to Parliament through regular reports to the House of Commons health and finance committees, and that the finance committee have the right to recall Parliament if we identify any abuses, and the Liberals agreed.
Our effective opposition has also gotten the government to reverse course on other policies.
Let us remember that it was just a short while ago in this House that Conservatives were calling for stronger action to protect our borders. We were the ones who were asking tough questions as to why flights coming into Canada from hot spots around the world were continuing to be allowed. We proposed the idea of restricting travel much earlier. The government's initial response was that closing borders and restricting travel was not an effective way to fight this virus. It turns out that this was exactly what the Liberals were forced to do, just a short while after making those statements.
We asked about the impact of the border closure on the temporary foreign worker and seasonal agricultural worker programs, and the government made exemptions.
We demanded that the government put an end to illegal border crossings, in particular Roxham Road, and it is only thanks to us that the government has listened.
We have also called on the federal government to increase support for small businesses and workers, and I remain hopeful that the government will implement our suggestions.
Conservatives are focused on putting forward constructive solutions to ensure that no one falls through the cracks. We will also continue to ask questions on behalf of Canadians and ensure that the government's response includes clear timelines so that Canadians know when they can expect to start receiving support.
Many of us are looking at models around the world, and we hope that the government can look to countries that had effective measures at the front end and were then able to relax some of their restrictions on the economy much more quickly. I know one of my hon. colleagues has already raised the examples that we can look to in Singapore, South Korea and Taiwan, where there were a large number of tests being done, as well as rapid information sharing and rapid tracking of individuals who had tested positive so that they could identify who in the community was exposed. Those are some of the measure that we needed to see implemented much more quickly so we could quickly get to the point where our economy can get back on its feet.
While the government is looking for ways to do exactly that, I again want to urge it to do everything that it can.
I know that the Minister of Finance said earlier that the Bank of Canada is independent of government. While that is true to many degrees, there are ways that the government can take steps to ensure that quantitative easing is not an option that the government is looking at. Every time that has been tried in the past, it has led to many negative consequences for years longer than the economic crisis that justified those moves. We know that there is a huge crunch right now in the credit markets and we know the government will be looking to ways to address that, but simply printing more money is not the way to do it. I hope the Liberals take that into account.
We are here to be co-operative as they look to provide support to individuals and to help people pay their mortgages, pay their rent, pay their utilities and put food on the table.
We will be there to help and to propose solutions to ensure that Canadians can keep their homes. We will work with the measures that provide direct assistance to the Canadians affected by this crisis.
I want to thank all my colleagues for being here throughout the day.
I again remind the government that the assistance part of this legislation could have been passed 12 hours ago, but we will acknowledge the progress that has been made and the spirit of co-operation that I see in the hon. government House leader. I want to thank him for all his efforts throughout the day. It has been a lot of hard work and there have been a lot of moving pieces in a lot of ways. Those of us who have been here since the start of the day are grateful that this assistance will be able to flow into the hands of Canadians.
Monsieur le Président, je sais que tous les parlementaires sont d'accord avec moi pour dire que les Canadiens touchés par la COVID-19 sont dans nos pensées et nos prières actuellement. Députés ministériels et députés de l'opposition, nous devons tous continuer d'être guidés par notre désir commun de protéger la santé et la sécurité de tous les Canadiens et d'aider ces derniers à faire face à la pandémie mondiale.
Nous traversons une période sans précédent, qui exige une intervention sans précédent, tant de la part des gouvernements que des Canadiens.
Nous savons que cette crise touche la vie des Canadiennes et des Canadiens partout au pays.
Près d'un million de travailleurs ont déjà été mis à pied, on a dit aux magasins et aux restaurants de fermer leurs portes et on a demandé aux Canadiens de rester à la maison.
Nous savons aussi que cette crise frappe notre économie et que les mois à venir seront très difficiles.
Nous savons tous qu'il faut en faire davantage et nous avons tous entendu parler de cas isolés où des gens n'ont pas respecté les conseils de santé publique, mais la très grande majorité des Canadiens se sont montrés à la hauteur et ont su faire preuve de compassion, une qualité pour laquelle le Canada est bien connu.
En cette période difficile, nous constatons plus que jamais la force de nos collectivités et nous reconnaissons les vrais héros canadiens: les camionneurs, les agriculteurs et les travailleurs d'usine, qui s'assurent que les chaînes d'approvisionnement soient maintenues en tout temps; les entreprises, qui prennent des mesures pour faire en sorte que les travailleurs continuent d'être payés même si elles ont fermé leurs portes; les épiceries, les pharmacies et le personnel de nettoyage, qui s'efforcent de garder les étagères remplies et les portes ouvertes; les restaurants, qui offrent des plats à emporter et la livraison à domicile à ceux qui ont besoin d'un repas chaud.
Dans le contexte de la crise sanitaire, je tiens surtout à remercier chaleureusement les médecins, les infirmières, les infirmiers, le personnel hospitalier, les responsables de la santé publique et les premiers intervenants, qui travaillent jour et nuit pour nous maintenir en santé et en sécurité.
La semaine dernière, j'ai eu l'occasion de discuter avec le président de l'Association des médecins de l'Ontario au sujet de ce dont les médecins ont besoin de toute urgence de la part du gouvernement pour lutter contre la pandémie. Il faut répondre à ces besoins.
Le président a indiqué qu'il fallait de meilleurs outils d'échange d'information sur les cas de contamination pour permettre aux organismes médicaux et sanitaires de retracer plus rapidement ceux qui ont été en contact avec des personnes ayant reçu un résultat positif au test de dépistage. Le mécanisme d'intervention doit être beaucoup plus rapide. Il a aussi indiqué qu'il fallait de l'équipement et que les achats devaient être faits dès maintenant, avant que le nombre de cas monte en flèche. J'espère que le gouvernement prend ces préoccupations très au sérieux.
Les chercheurs scientifiques joueront également un rôle essentiel dans la lutte contre la pandémie et, ultimement, dans le développement d'un vaccin.
Je tiens également à souligner le leadership démontré par les élus provinciaux et municipaux du pays. Alors que le gouvernement fédéral a mis du temps à agir, les provinces ont agi rapidement, profitant des pouvoirs conférés par la Constitution en matière de santé et d'éducation, notamment par l'entremise de la police et des services locaux. Cela a permis à chaque province de relever ses propres défis et de proposer des approches nouvelles et innovantes.
Les Canadiens sont inquiets. Ils s'inquiètent de leur santé, de la santé de leurs proches, de leur emploi et de leur avenir, et ils s'attendent à ce que nous agissions.
Les conservateurs ont fait preuve de souplesse tout en continuant à surveiller le gouvernement. Lorsque les conservateurs ont accepté l'interruption extraordinaire des travaux du Parlement, ils ont insisté pour que le gouvernement se soumette à des mesures importantes de reddition de comptes. Ils ont accepté l'interruption à condition que le vérificateur général vérifie toute nouvelle dépense et que les comités parlementaires soient capables d'examiner toutes ces dépenses à la reprise des travaux.
Nous avions aussi convenu de rappeler la Chambre des communes cette semaine avec un nombre restreint de députés. Nous étions prêts à adopter rapidement les mesures annoncées par le premier ministre jusqu'ici.
Cependant, nous n'étions pas prêts à laisser le gouvernement tenter un coup de force antidémocratique. Les libéraux ont essayé honteusement de se servir d'une crise de santé publique pour se donner le pouvoir d'augmenter les impôts, la dette et les dépenses sans surveillance parlementaire. Toutefois, après des heures de négociation, le gouvernement a fait marche arrière, et les conservateurs ont obtenu les concessions suivantes.
Nous avons exigé que le gouvernement retire l'article du projet de loi qui lui aurait permis d'augmenter les impôts sans l'approbation du Parlement, et les libéraux ont accepté.
Nous avons exigé que le gouvernement fasse marche arrière sur son pouvoir illimité de dépenser et que les mandats spéciaux expirent le 23 juin 2020 au lieu du 30 septembre 2020. Les libéraux ont accepté.
Nous avons exigé que le gouvernement fasse passer en premier, et de manière explicite, les droits des contribuables, et les libéraux ont accepté.
Nous avons exigé que le gouvernement inclue des dispositions de caducité dans son projet de loi. Le Parti conservateur est le seul à avoir soulevé cette question.
Nous avons demandé une clause d'extinction afin de nous assurer que les nouveaux pouvoirs ne demeureront pas pendant encore plusieurs années.
Nous avons exigé que le gouvernement rende des comptes au Parlement en présentant régulièrement des rapports aux comités de la santé et des finances de la Chambre des communes et que le comité des finances ait le droit de rappeler le Parlement en cas d'abus, et les libéraux ont accepté.
Notre opposition efficace a aussi obligé le gouvernement à faire marche arrière concernant d'autres politiques.
Rappelons qu'il y a peu de temps, les conservateurs ont réclamé devant la Chambre des mesures plus vigoureuses pour protéger les frontières. C'est nous qui avons demandé pourquoi le Canada acceptait toujours l'arrivée de vols en provenance de points chauds un peu partout dans le monde. Nous prônons depuis beaucoup plus longtemps l'idée de restreindre les voyages. Initialement, le gouvernement a soutenu que la fermeture des frontières et la restriction des voyages n'étaient pas un moyen efficace de lutter contre le virus. Or, peu après ces déclarations, il se trouve que les libéraux ont été forcés de recourir à ces solutions.
Nous avons demandé quelle incidence la fermeture de la frontière aurait sur les programmes des travailleurs étrangers temporaires et des travailleurs agricoles saisonniers, et le gouvernement a prévu des exemptions.
Nous avons exigé que le gouvernement mette un terme aux passages illégaux à la frontière, particulièrement au chemin Roxham, et c'est seulement grâce à nous si le gouvernement a écouté.
Nous avons aussi réclamé que le gouvernement fédéral augmente l'aide aux petites entreprises et aux travailleurs, et je continue d'espérer que le gouvernement mettra en oeuvre nos suggestions.
Les conservateurs s'emploient à proposer des solutions utiles pour que personne ne soit laissé pour compte. Nous continuerons à poser des questions au nom des Canadiens et à faire en sorte que le gouvernement réponde en fournissant des échéanciers clairs, pour que les Canadiens sachent quand ils peuvent s'attendre à recevoir du soutien.
Nous sommes nombreux à nous tourner vers le reste du monde à la recherche de modèles. Nous espérons que le gouvernement suivra l'exemple de pays qui ont mis en place des mesures efficaces dès le début et qui, par la suite, ont pu assouplir beaucoup plus rapidement certaines restrictions au plan économique. Un des députés a cité en exemple Singapour, la Corée du Sud et Taïwan, où il y a eu de vastes campagnes de dépistage, combinées à une communication rapide des informations et à de promptes mesures pour retrouver les personnes dont les résultats étaient positifs et établir la liste des individus exposés dans la collectivité. Voilà le genre d'interventions qu'il aurait fallu effectuer beaucoup plus rapidement pour que l'économie reprenne sans tarder.
Tandis que le gouvernement explore les moyens d'arriver précisément à cette fin, je le presse encore une fois de faire tout ce qui est en son pouvoir en ce sens.
Je sais que le ministre des Finances a dit plus tôt que la Banque du Canada est indépendante du gouvernement. Bien que ce soit vrai à bien des égards, il existe des façons pour le gouvernement de prendre des mesures pour s'assurer de ne pas envisager la possibilité d'un relâchement quantitatif. Chaque fois qu'un gouvernement a essayé d'aller en ce sens par le passé, cela a entraîné de nombreuses conséquences négatives qui ont persisté des années après la fin de la crise économique qui a justifié la prise de ces mesures. Nous savons que les marchés du crédit éprouvent actuellement d'énormes difficultés et nous savons que le gouvernement cherchera des moyens de régler le problème, mais il ne suffit pas d'imprimer plus d'argent. J'espère que les libéraux en tiendront compte.
Nous sommes ici pour coopérer avec eux alors qu'ils cherchent à apporter du soutien aux Canadiens et à aider les gens à payer leur hypothèque, leur loyer et les services publics, et à se nourrir.
Nous serons là pour aider les gens et proposer des solutions afin de nous assurer que les Canadiens et les Canadiennes peuvent garder leur maison. Nous allons coopérer avec les mesures apportant de l'aide directe entre les mains des Canadiens affectés par cette crise.
Je remercie tous mes collègues d'avoir été ici toute la journée.
Je rappelle de nouveau au gouvernement que la partie du projet de loi qui porte sur l'aide aurait pu être adoptée il y a 12 heures. Nous reconnaissons toutefois que des progrès ont été réalisés et que le leader du gouvernement à la Chambre fait preuve d'un esprit de coopération. Je le remercie de tous les efforts qu'il a faits au cours de la journée. Il a travaillé très fort et il y avait beaucoup d'éléments variables à bien des égards. Ceux d'entre nous qui sont ici depuis le début de la journée sont reconnaissants que les Canadiens puissent obtenir cette aide.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-03-25 5:34 [p.2089]
Mr. Speaker, I thank my colleagues for giving me the opportunity to speak here today on this important issue.
We certainly are in unprecedented times. It is remarkable for me to be here today representing my own riding while also carrying the weight of those living in the ridings of my Green Party colleagues, the member for Saanich—Gulf Islands and Nanaimo—Ladysmith. I have also been asked to share these comments on behalf of the independent member for Vancouver Granville.
I would first like to acknowledge that we are on the unceded territory of the Algonquin Anishinabe people. It is essential that we remember the historical and ongoing implications of those words and the responsibilities we bear toward indigenous communities across the nation, especially as we face this unprecedented crisis.
I know I am not alone in having made this bizarre trek to Ottawa to be present here for these proceedings. I made the 10-hour trip by car with my husband and two boys.
We stopped only to get gas and take a break. We followed all the recommended hygiene measures.
Of course, we did our best to entertain a toddler and a seven-year-old for 10 hours in the car. I think of the many families and households across the nation who are answering difficult questions from their children and trying to keep them entertained. I feel that too. I want to let the children of Canada know we love them and we are here for them too. We know this is a difficult time.
I would like to take this opportunity to also humbly thank many, many people: the front-line workers staffing our hospitals, stocking our grocery stores and keeping our communities safe; the businesses and educational institutions that are answering the call and mobilizing in a warlike effort to provide and manufacture and supplies that we need; Dr. Tam and her team for coordinating our public health response, as well as Dr. Bonnie Henry of B.C. for her incredible work; the tireless efforts of our cabinet ministers and their staff to coordinate a response to COVID-19 across government departments; and my colleagues here in this House and those practising social distancing at home for proving that in the face of a national crisis, we can and will work together for the people of this country.
We gather in these extraordinary times to pass extraordinary legislation. It will allow the federal government to reach out and help Canadians directly with their personal finances. It will allow help to reach the self-employed, small and medium-sized businesses and large corporations. I am very relieved that a compromise was found that allows us to pass this legislation today, albeit a bit later than we had hoped.
It is a fundamental principle of Westminster parliamentary democracy that Parliament controls the public purse. We cannot, even in a public health emergency, convey unprecedented powers without any oversight and without any criteria limiting those powers to any government, no matter how well-intentioned.
This is a defining moment for our country. I am prouder than ever before to be Canadian and to see the expedited response to this crisis. I am also so proud to be from New Brunswick. I commend Premier Higgs and chief medical officer Jennifer Russell for declaring a state of emergency. To the decision-makers of the neighbouring Atlantic provinces of Nova Scotia, P.E.I. and Newfoundland, I commend them all for making the difficult decision to close provincial borders to further protect citizens. I thank them for their leadership.
We have now seen more than a week of social distancing, of closures and restrictions. It is now the time for all Canadians to comply and do our part to get us through this together. Effective suppression would mean fewer cases of coronavirus, a fighting chance for our health care system and the humans who run it, a reduction in the number of total fatalities and a reduction in collateral damage. As well, it would give us the time for infected, isolated and quarantined health care workers to get better and return to work.
Canada has been quick to respond so far. Inevitably there are lessons to be learned to ensure that we are better prepared for this type of disaster in the future.
I am here to work collaboratively with my colleagues in government, but I must also point out the ways we need to improve so that we can get this right for Canadians.
I am sure we are all in the same boat when it comes to the level of correspondence with our constituents over the past few weeks. We have been hearing a lot of concern. One thing the situation has made clear is the inequalities within our society. COVID-19 has amplified the challenges people are already facing.
I am thinking of the Canadians who are living in poverty, especially those who are homeless.
Working Canadians have been laid off or are facing reduced work hours, particularly at a time when they feel financially insecure. Older Canadians living on a fixed income are worried about their pensions and investments. Indigenous peoples are facing heightened challenges in their communities.
It is not easy for Canadians living in rural areas to access health care services.
Permanent residents and other newcomers worrying about family abroad are trying to get home amidst travel cancellations. Our charities and not-for-profit organizations are losing their donor base right now and really need our support. We must also stay vigilant against those who want to profit from this crisis, and they are out there.
We are facing this giant together, but from very different vantage points. Almost a million people have applied for employment insurance. Our Green Party has been proposing a guaranteed livable income for Canadians for years, and if we had a GLI in place now, we would easily be able to ramp up payments to people facing layoffs and reduced hours without clogging the phone lines of Service Canada and scaring people who are afraid in their unique situations, leaving them without support. The government measures announced are now taking time to roll out because we lack the infrastructure to quickly disseminate direct payments to Canadians. We need to have a closer look at this issue.
It is also clear to me that if we had already made much-needed improvements to our health care system in areas that have been advocated by professionals, such as improved infrastructure, preventive health care and pharmacare, we would be much better situated to address the needs of Canadians in this COVID-19 crisis.
Best estimates of what lies ahead vary widely. We can all agree that the more we are able to maintain social distancing among those who are asymptomatic and maintain isolation for those who have symptoms, the greater our chances are of getting through COVID-19 without overwhelming the system. The extent to which individual Canadians and businesses can follow the advice provided depends on the extent of their financial ability to do so. People have to be in a financially secure position in order to take the public health advice.
When we talk about the economic impacts, it seems we have left some things out.
We have discussed a few of them here today. Renters, both residential and commercial, need measures to protect them from landlords who are not passing along the goodwill of the banks or who do not have the goodwill of their bank. New Brunswick and a few other provinces have made it illegal to evict tenants for nonpayment of rent. These measures are good, but they need to be standardized across the country.
We must do more for the small and medium-sized businesses that keep our economy moving.
As Dan Kelly, president of the Canadian Federation of Independent Business, says of the wage subsidies, “It's the right measure, but it's the wrong amount.”
Our assistance measures for businesses are being dwarfed by steps taken or being contemplated elsewhere. For example, in Denmark the government is offering up to 75% of wages, with the maximum payout per employee 10 times higher than the current offering in Canada. As well, there seems to be nothing for unincorporated businesses that have employees. This is a big concern.
New Brunswick is allowing small businesses to defer WorkSafe New Brunswick premiums for three months. The federal government could do the same for EI, CPP and HST.
These are trying times, but we do see examples of hope all across the country. I have seen jingle-dress dancers standing out in their yards dancing for all of our collective healing. I know that we have seen churches, synagogues, mosques and other places of worship adapting to a new reality and being steadfast in their support of spirituality and faith, which we need now more than ever.
These are emotional times for citizens as well, and we also must consider their mental health. We should get outside if we can, but we must maintain our social distancing. We can go for the online museum tours. Online zoo tours are happening. I have seen people making badminton nets out of tape. We can play Hide the Potato.
I have also seen people making Portugese-style or Quebec-style tortillas.
We are finding really creative examples to deal with this crisis. Let us keep it up. I urge us all to call neighbours, check in, do FaceTime with grandparents. We all have a responsibility here. Let us stay connected. Isolation can be a really difficult thing for each of us to face.
Many of us are setting an example by operating from home as well, and we can continue to play a leadership role here by exploring digital options for the work we do here in the House. Let us continue to have that conversation.
Today means passing this motion to ensure Canadians have the financial resources they need to make ends meet while we rigorously follow the advice of public health experts. We will get through this if we stick together, even if that means standing apart.
Monsieur le Président, je remercie mes collègues de me donner l'occasion de prendre la parole au sujet de cet enjeu important.
Nous vivons assurément une situation sans précédent. Il est remarquable que je sois ici pour représenter les gens de ma circonscription, mais aussi ceux des circonscriptions qui ont élu des verts, celle de la députée de Saanich—Gulf Islands et celle du député de Nanaimo—Ladysmith. On m'a aussi demandé de parler au nom de la députée indépendante de Vancouver Granville.
J'aimerais d'abord reconnaître que nous sommes sur les terres non cédées du peuple algonquin anishinabe. Il est essentiel de ne jamais oublier la signification historique de ces paroles et ce qu'elles impliquent, ainsi que notre responsabilité à l'endroit des communautés autochtones de partout au pays, particulièrement pendant cette crise sans précédent.
Je sais que je ne suis pas la seule à avoir entrepris un voyage un peu surréel vers Ottawa pour participer à cette séance. J'ai fait le voyage de 10 heures en voiture avec mon mari et nos deux garçons.
Nous sommes seulement arrêtés pour acheter de l'essence et faire une pause. Nous avons pris toutes les mesures d'hygiène recommandées.
Bien sûr, nous nous sommes efforcés d'occuper un bébé et un enfant de sept ans pendant le trajet de 10 heures. J'ai une pensée pour les nombreuses familles qui doivent répondre aux questions difficiles de leurs enfants tout en essayant de les garder occupés. Je vis la même chose. Je veux que tous les enfants du Canada sachent que nous les aimons et que nous sommes là pour eux aussi. Nous savons que c'est une période difficile.
J'aimerais également en profiter pour remercier humblement beaucoup de gens: les travailleurs de première ligne de nos hôpitaux, ceux qui remplissent les étagères de nos épiceries et ceux qui assurent la sécurité de nos collectivités; les entreprises et les établissements d'enseignement qui répondent à l'appel et qui déploient des efforts comparables à ceux que nous déploierions en temps de guerre pour fournir et fabriquer les produits dont nous avons besoin; la Dre Tam et son équipe, qui coordonnent notre réponse en matière de santé publique, et la Dre Bonnie Henry, de la Colombie-Britannique, pour son travail remarquable; les ministres et leur personnel, qui ont déployé des efforts inlassables pour coordonner la réponse à la COVID-19 dans tous les ministères; ainsi que les députés présents aujourd'hui et ceux qui pratiquent l'éloignement social chez eux. Cela prouve qu'au moment où nous faisons face à une crise nationale, nous sommes capables de coopérer pour le bien de la population canadienne, et que nous allons le faire.
Nous nous réunissons durant cette période extraordinaire pour adopter une mesure législative extraordinaire qui permettra au gouvernement fédéral d'aider directement les Canadiens avec leurs finances personnelles. Elle permettra d'aider les travailleurs autonomes et les petites et moyennes entreprises, ainsi que les grandes sociétés. Je suis fort soulagée que nous ayons pu nous entendre aujourd'hui pour adopter ce projet de loi, même si cela s'est fait un peu plus tard que nous l'avions espéré.
L'un des principes fondamentaux de la démocratie parlementaire fondée sur le modèle de Westminster veut que le Parlement contrôle les fonds publics. Même dans une situation d'urgence de santé publique, nous ne pouvons pas accorder à un gouvernement — même si ses intentions sont fort louables — des pouvoirs sans précédent sans prévoir des mesures de surveillance et des critères limitant ces pouvoirs.
C'est un moment déterminant pour le Canada. Je suis plus fière que jamais d'être Canadienne et de constater la rapidité avec laquelle nous avons réagi à cette situation de crise. Je suis également très fière d'être originaire du Nouveau-Brunswick. Je félicite le premier ministre Higgs et la Dre Jennifer Russell, médecin-hygiéniste en chef, d'avoir déclaré l'état d'urgence. Je félicite également les décideurs des provinces atlantiques voisines, soit la Nouvelle-Écosse, l'Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve, d'avoir pris la décision difficile de fermer les frontières provinciales afin de mieux protéger leurs citoyens. Je les remercie de leur leadership.
Cela fait maintenant plus d'une semaine que nous pratiquons l'éloignement social et que nous constatons des fermetures et l'imposition de restrictions. Il est maintenant temps que tous les Canadiens respectent les règles et apportent leur contribution pour que nous puissions traverser cette période ensemble. Si ces mesures s'avèrent efficaces, il y aura moins de cas d'infection au coronavirus, nous donnerons une chance au système de santé et aux gens qui le dirigent, et le nombre de décès et de dommages collatéraux diminuera. De plus, cela permettra aux travailleurs de la santé infectés, isolés et mis en quarantaine d'avoir le temps de se rétablir pour revenir au travail.
Les réponses du Canada ont jusqu'à présent été rapides. Il y a inévitablement des leçons à retenir afin de nous assurer que nous serons mieux préparés à des catastrophes de la sorte à l'avenir.
Je suis ici pour collaborer avec mes collègues du gouvernement, mais je dois également mettre en évidence les aspects qui doivent être améliorés pour que nous puissions faire les choses correctement pour les Canadiens.
Je suis certaine que nous avons tous échangé beaucoup de messages avec les gens de notre circonscription au cours des dernières semaines. Ils ont exprimé leurs nombreuses préoccupations. La situation a notamment mis en évidence les inégalités au sein de notre société. La COVID-19 a amplifié les difficultés que les gens devaient déjà affronter.
Je pense aux Canadiens et aux Canadiennes qui vivent dans la pauvreté, particulièrement à ceux et celles qui sont sans abri.
Les travailleurs canadiens ont été mis à pied ou doivent réduire leurs heures de travail, en particulier à un moment où leur situation financière est précaire. Les aînés à revenu fixe s'inquiètent pour leur pension et leurs placements. Les difficultés que vivent les communautés autochtones sont amplifiées.
Les Canadiens et les Canadiennes qui habitent en région rurale n'ont pas facilement accès à des services de soin de santé.
Les résidents permanents et les autres nouveaux arrivants qui s'inquiètent pour leur famille à l'étranger tentent de rentrer chez eux malgré les annulations de vol. Nos organismes caritatifs et sans but lucratif perdent leur bassin de donateurs et ont grand besoin de notre soutien. Nous devons également rester vigilants à l'égard de ceux qui veulent profiter de cette crise — parce qu'il y en a qui essaient de le faire.
Nous faisons face à ce géant ensemble, mais nos points de vue diffèrent grandement. Près d'un million de personnes ont fait une demande d'assurance-emploi. Depuis des années, le Parti vert propose l'instauration d'un revenu de subsistance garanti pour les Canadiens. Si une telle aide était disponible à l'heure actuelle, nous pourrions facilement augmenter les paiements alloués aux personnes qui ont été mises à pied et qui se sont vues réduire leurs heures de travail sans paralyser les lignes téléphoniques de Service Canada et sans faire peur aux gens qui, compte tenu de leur situation particulière, risquent de ne pas recevoir l'aide dont ils ont besoin. Les mesures annoncées par le gouvernement tardent à être mises en œuvre parce que nous ne disposons pas de la structure nécessaire pour acheminer rapidement les paiements directs aux Canadiens. Nous devons examiner cette question de plus près.
De toute évidence, si nous avions suivi les conseils des professionnels en apportant des améliorations indispensables à certains aspects de notre système de santé, comme les infrastructures, les soins de santé préventifs et l'assurance-médicaments, nous serions beaucoup mieux placés pour répondre aux besoins des Canadiens pendant cette crise de la COVID-19.
Les prévisions les plus optimistes varient grandement. Nous nous entendons tous pour dire que plus nous réussirons à maintenir la distanciation sociale parmi les personnes asymptomatiques et à isoler celles qui présentent des symptômes, plus nous serons en mesure de traverser la crise de la COVID-19 sans surcharger le système. Les Canadiens et les entreprises pourront d'autant plus suivre les conseils qui leur sont fournis qu'ils auront la capacité financière de le faire. Les gens doivent jouir d'une bonne sécurité financière pour pouvoir suivre les conseils de santé publique.
En ce qui concerne les répercussions économiques, il semble que nous ayons omis certaines choses.
Nous avons abordé certaines répercussions aujourd'hui, dans cette enceinte. Les locataires de logements résidentiels et commerciaux ont besoin de mesures pour les protéger contre les propriétaires qui ne suivent pas l'exemple de bonne volonté de leur banque ou qui n'en bénéficient pas. Au Nouveau-Brunswick et dans quelques autres provinces, il est maintenant illégal d'expulser des locataires parce qu'ils ne paient pas leur loyer. Ce sont de bonnes mesures, mais elles doivent être appliquées de manière uniforme dans tout le pays.
Nous devons faire beaucoup plus pour les petites et moyennes entreprises, celles qui font rouler notre économie.
Je cite Dan Kelly, le président de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante. Voici ce qu'il dit à propos des subventions salariales: « C'est la bonne mesure, mais ce n'est pas le bon montant. »
Nos mesures d'aide aux entreprises sont inférieures aux mesures prises ou envisagées ailleurs dans le monde. Par exemple, le gouvernement du Danemark offre de subventionner jusqu'à 75 % des salaires. Le paiement maximum par employé est 10 fois plus élevé que celui qui est actuellement offert au Canada. De plus, il semble qu'on ne prévoie rien pour les entreprises non constituées en société qui ont des employés. C'est inquiétant.
Le Nouveau-Brunswick permet aux petites entreprises de reporter de trois mois leurs cotisations à Travail sécuritaire Nouveau-Brunswick. Le gouvernement fédéral pourrait faire de même pour l'assurance-emploi, le Régime de pensions du Canada et la taxe de vente harmonisée.
Les temps sont durs, mais il y a des exemples d'espoir dans tout le pays. J'ai vu des personnes exécuter la danse de la robe à franges pour favoriser notre guérison collective. Je sais que des églises, des synagogues, des mosquées et d'autres lieux de culte se sont adaptés à la nouvelle réalité tout en demeurant résolus à continuer à promouvoir la spiritualité et la foi, ce dont nous avons besoin plus que jamais.
Les citoyens traversent eux aussi une période riche en émotions, et nous devons également tenir compte de leur santé mentale. Nous devrions sortir si nous le pouvons, tout en respectant le principe de la distanciation sociale. Il est possible de faire des visites virtuelles de musée ou de zoo. J'ai vu des gens fabriquer des filets de badminton avec du ruban adhésif. On peut aussi organiser des chasses au trésor.
On voit aussi des gens faire des tortillas à la façon portugaise ou québécoise.
Nous avons trouvé des façons très créatives pour faire face à cette crise. Continuons comme cela. J'encourage tout le monde à appeler leurs voisins, à prendre des nouvelles de leurs proches et à se servir de FaceTime pour parler à leurs grands-parents. Nous avons tous un rôle à jouer ici. Restons en contact. L'isolement peut être très difficile à supporter.
De plus, nous sommes nombreux à montrer l'exemple en travaillant de la maison et nous pouvons continuer à faire preuve de leadership en nous penchant sur des façons d'effectuer les travaux à la Chambre sur des plateformes numériques. Poursuivons la discussion à ce sujet.
Aujourd'hui, nous devons adopter la motion pour garantir aux Canadiens les ressources financières qui leur permettront de joindre les deux bouts tout en nous assurant de respecter à la lettre les conseils des experts en santé publique. Nous allons traverser cette crise en restant unis malgré la distance physique qui doit nous séparer.
View Kelly McCauley Profile
CPC (AB)
View Kelly McCauley Profile
2020-03-11 16:22 [p.1950]
Madam Speaker, my colleague from Yorkton—Melville mentioned the delays by the Liberal government in allowing Parliament and the opposition parties to study the bill. We asked for that in October and December.
Could she explain why the Liberal Party continually blocks Parliament from proper oversight of such an important deal?
Madame la Présidente, ma collègue de Yorkton—Melville a mentionné les retards qu'a pris le gouvernement libéral pour permettre au Parlement et aux partis de l'opposition d'étudier le projet de loi. Nous en avions fait la demande en octobre et en décembre.
Pourrait-elle expliquer pourquoi le Parti libéral empêche continuellement le Parlement d'exercer une surveillance adéquate sur un accord aussi important?
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2020-03-11 16:23 [p.1950]
Madam Speaker, clearly there is a problem on the other side of the House.
Quite often we see the Liberals making announcements and then trying to figure out the implementation of them. In this case, the deal took so long and was so poorly constructed, that the Liberals, realizing they had conceded so much, tried to avoid any kind of scrutiny and simply tried to get it through the House.
De toute évidence, madame la Présidente, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond de l'autre côté de la salle.
Très souvent, les libéraux annoncent une chose avant même de savoir ce qu'ils en feront. Cet accord a été si long à négocier et il est si mal ficelé que, lorsqu'ils ont pris conscience de toutes les concessions qu'ils avaient faites, les libéraux ont tout fait pour qu'on ne puisse pas l'examiner et pour que la Chambre l'approuve les yeux fermés, sans en débattre.
View Colin Carrie Profile
CPC (ON)
View Colin Carrie Profile
2020-03-10 11:26 [p.1855]
Madam Speaker, I listened to my colleague's speech intently and I want to thank him for his work on the international trade committee. He mentioned how Canadians are going to be paying the price for the Prime Minister's weak leadership. He talked about the aluminum industry, the dairy sector and the softwood lumber sector, all of these lost opportunities.
One point he brought up that is incredibly important to Canadians is the lack of transparency. The original TPP that was negotiated five years ago by the government had a positive effect of $4.3 billion on our GDP. The new agreement, according to C.D. Howe and as we heard in committee, is a $14-billion hit to our economy. The economic impact studies, as the member so carefully pointed out, were not even available to us until one day before the end of the agreement.
The Liberal government told Canadians before the election that this was a win-win-win, if members remember. It was a great deal for Canadians. Then we found out their own numbers. In my own community of Oshawa we have had a $1.5-billion hit to the auto industy and a decrease of 1.7% for production.
The member said that he is a watchdog and he is going to be a good watchdog working together on committee. I see myself in that form as well. There is so much misleading information and a lack of transparency.
How important is the implementation of this trade agreement and the oversight for that implementation, given the support for the negatively affected sectors? Also, because of the government's weak leadership and tendency to secrecy, how important are that implementation and oversight going to be?
Madame la Présidente, j’ai écouté attentivement le discours de mon collègue et je tiens à le remercier de son travail au comité du commerce international. Il est d'avis que les Canadiens vont payer le prix de la mollesse du premier ministre, en tant que dirigeant. Mon collègue a parlé des secteurs de l’aluminium, des produits laitiers et du bois d’œuvre, qui représentent autant d'occasions ratées.
Le député a soulevé aussi un point qui est incroyablement important pour les Canadiens: le manque de transparence. La version initiale du PTP négociée il y a cinq ans par le gouvernement augmentait le PIB du pays de 4,3 milliards de dollars. Selon l'Institut C.D. Howe et des témoins entendus par le comité, le nouvel accord fera perdre 14 milliards de dollars à l'économie canadienne. Comme le député a bien pris le temps de le souligner, nous n’avons même pas eu accès aux études d'impact économique avant la veille de la fin de l’accord.
Avant les élections, le gouvernement libéral disait aux Canadiens que l'accord était avantageux pour toutes les parties, comme les députés s'en souviennent peut-être. C’était un merveilleux accord pour les Canadiens. Ensuite, nous avons découvert nous-mêmes d'autres chiffres. L’industrie de l’automobile, qui est présente dans ma circonscription, Oshawa, perd 1,5 milliard de dollars, et sa production diminue de 1,7 %.
Le député a déclaré qu’il était un chien de garde et qu’il serait un bon chien de garde lors des travaux du comité. Je me vois jouer ce rôle également. Il y a beaucoup d'information trompeuse ainsi qu'un manque de transparence.
Quelle importance a la mise en œuvre de cet accord commercial et la surveillance de cette mise en œuvre, compte tenu de l'aide qui doit être fournie aux secteurs désavantagés? Aussi, compte tenu de la mollesse du gouvernement et de sa tendance à garder le secret, quelle importance auront cette mise en oeuvre et cette surveillance?
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, transparency is essential. Sadly, it has always been lacking in this type of agreement. It is imperative that we find a way to come up with institutional mechanisms. The committees are one. We will do our job and I invite the other opposition parties to do theirs.
The Bloc, the NDP and the Conservatives all agreed on the fact that this process was short on transparency. Generally speaking, these types of negotiations are held with very little consultation. This is true even at the preliminary stages, before anything is discussed with parliamentarians. Civil society groups are rarely consulted. In the end, they win some and they lose some. We must certainly find a way to monitor this, and I invite my colleagues to give that some thought.
Motions are moved in committee on specific aspects of the potential consequences of trade. We must ensure that we do our job effectively. Yes, negotiations are held behind closed doors, but this issue needs to be debated at the political level thereafter.
Madame la Présidente, la transparence est fondamentale. Or dans l'histoire de ce type d'accord, elle a toujours fait défaut, hélas. Il va impérativement falloir trouver des façons de se doter de mécanismes institutionnels. Les comités en sont un. Nous allons faire notre travail, et j'invite les autres partis de l'opposition à faire le leur.
Le Bloc, le NPD et les conservateurs s'entendaient tous sur le fait que la transparence faisait défaut dans le présent processus. De façon générale, ce type de négociations se déroule toujours avec très peu de consultations. Cela se passe même en amont, avant d'être discuté avec les parlementaires. Peu de consultations sont faites auprès des groupes de la société civile. Pourtant, dans certains cas, ils sont gagnants et, dans d'autres, ils sont perdants. Il faudrait assurément trouver une façon de surveiller cela, et j'invite mes collègues à y réfléchir.
Il y a aussi les motions qui sont proposées en comité sur des pans précis des conséquences potentielles du commerce. Il va falloir qu'on fasse notre travail efficacement. Oui, les négociations se font en cachette, mais c'est au niveau politique qu'il faut que cette question soit débattue par la suite.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I have enjoyed working with the member on a number of committees and always appreciate her input.
She and a number of other colleagues have talked about the lack of transparency in the current process around trade. The NDP has negotiated an agreement moving forward, not impacting this agreement, where the government will henceforth be looking to transparency in negotiating trade agreements, consulting with people up front and, particularly important and something that Canada really has not done, putting in place the economic evaluations of what a trade agreement could mean. This is so the trading negotiators actually have content in front of them as the trade agreement is negotiated.
I wanted to ask the member how she feels about that approach, with more transparency around trade. Does she feel, as I do, that ultimately that will lead to better trade agreements?
Monsieur le Président, j’ai bien aimé travailler avec la députée au sein de plusieurs comités et j’apprécie toujours ses commentaires.
Elle et plusieurs autres collègues ont parlé du manque de transparence du processus actuel relatif au commerce. Le NPD a négocié un accord pour l’avenir, qui n’a pas d’incidence sur celui-ci. Dorénavant, le gouvernement cherchera à faire preuve de transparence dans la négociation d’accords commerciaux, en consultant les gens dès le début et — ce qui est particulièrement important et ce que le Canada n’a pas vraiment fait —, en effectuant des évaluations économiques des incidences éventuelles d’un accord commercial. Ainsi, les négociateurs commerciaux auront en main un contenu concret au moment de négocier l’accord commercial.
Je voulais demander à la députée ce qu’elle pense de cette approche, qui offre une plus grande transparence en matière de commerce. Pense-t-elle, comme moi, qu’au bout du compte, cela donnera lieu à de meilleurs accords commerciaux?
View Kelly Block Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I too have appreciated working with my hon. colleague over the last number of years.
I think all of us would agree that accountability and transparency in everything that we do as elected representatives are goals and values that we should support and look to attain. I would like to refer back to the letter that was written by my colleagues to the Deputy Prime Minister. They voiced deep concern and disappointment with both the government's refusal to co-operate with the official opposition and other opposition parties and its inability to organize an effective legislative schedule, which delayed the work of the committee regarding the scrutiny of CUSMA. This is where we might be able to see some of that transparency and accountability when, as legislators, we are tasked with doing our due diligence in scrutinizing an agreement that we have to ratify in this place.
Monsieur le Président, moi aussi j'ai aimé travailler avec mon collègue ces dernières années.
Je crois que nous pouvons tous convenir que la reddition de comptes et la transparence sont des objectifs et des valeurs que nous devrions tous encourager et viser en tant que parlementaires. J'aimerais revenir à la lettre de mes collègues à la vice-première ministre. Ils lui ont écrit que le refus du gouvernement de coopérer avec l'opposition officielle et les autres partis d'opposition ainsi que son incapacité à organiser un programme législatif efficace les inquiétaient et les décevaient énormément. Tout cela retardait l'examen de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique par le comité. Cette reddition de comptes et cette transparence pourraient être utiles lorsque nous, les législateurs, sommes chargés de faire preuve de diligence raisonnable dans le cadre de l'examen d'un accord que la Chambre doit ratifier.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for her speech.
The NDP negotiated an agreement, to take effect with CUSMA, to allow for greater transparency so that the general public can understand free trade agreements. This agreement was to ensure that people would be consulted before instead of after and that the government would make sure the public understands the economic impact of the negotiations before they even begin. This has yet to happen. There was no credible process in the eyes of the public. Fortunately the Liberal government understood that the NDP's approach was better.
Does my colleague agree that it is better to provide more transparency so that the public understands the issues associated with each agreement negotiated?
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son discours.
Le NPD a négocié une entente qui prévoit à compter de cet Accord une plus grande transparence pour permettre au grand public de comprendre les ententes de libre-échange, que l'on consultera les gens avant plutôt qu'après et qu'on s'assurera que le public connaît les répercussions économiques des négociations avant même que ces dernières ne commencent. Jusqu'à maintenant, nous n'avons pas eu cela. Il n'y a pas eu de processus crédible aux yeux du grand public. Heureusement, le gouvernement libéral a compris que l'approche du NPD était meilleure.
Ma collègue est-elle d'accord sur cette approche qui souhaite dorénavant plus de transparence pour que le public comprenne les enjeux de chaque entente négociée?
View Patricia Lattanzio Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question.
First of all, we are committed to the principles of transparency, which are very important to us as elected officials. We have a duty to enforce these principles, and we do.
Furthermore, the Deputy Prime Minister and Minister of Intergovernmental Affairs negotiated with the other parties to ensure that the entire process was transparent.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
De prime abord, nous nous soucions des principes de transparence, qui sont très importants pour nous en tant qu'élus. Nous avons le devoir d'appliquer ces principes et nous y adhérons.
De plus, la vice-première ministre et ministre des Affaires intergouvernementales a négocié avec les autres parties pour qu'il y ait cette transparence tout au long du processus.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2020-03-10 17:50 [p.1914]
Mr. Speaker, as the NDP trade critic, I have been following the debate very closely.
Conservatives mentioned a couple of issues multiple times. One is the lack of an economic impact assessment, or the late delivery of that document, getting it only a day before the conclusion of the committee's study. A second concern, and I think a legitimate concern, is about having to give notice to the United States of negotiating an agreement with a non-market country, which really means China.
The NDP was successful in negotiating some policy changes with the government, namely that the government would be required by its own rules to table an economic impact assessment with the ratifying legislation, that it would be required to give three months' public notice, here in Parliament, of an intent to negotiate with any country, and that it would give notice of its negotiating objectives.
That is sound policy, and it helps in addressing some of the concerns about the process for this agreement by making public the notice that the U.S. would get anyway and by ensuring that economic impact assessments would be tabled with the ratifying legislation.
Would the member comment on those provisions?
Monsieur le Président, à titre de porte-parole du NPD en matière de commerce, je suis le débat de très près.
Les conservateurs ont cité quelques questions à maintes reprises, dont l'absence d'une analyse des répercussions économiques ou le dépôt tardif de ce document, qui est arrivé seulement la veille de la fin de l'étude du comité. Une autre source de préoccupations, que je crois légitime, c'est l'obligation d'aviser les États-Unis de la négociation d'un accord avec un pays n’ayant pas une économie de marché, en d'autres termes la Chine.
Le NPD a réussi à négocier certains changements aux politiques avec le gouvernement, soit la nécessité d'après ses propres règles de déposer une analyse des répercussions économiques en tandem avec la ratification de l'accord et l'obligation de donner un préavis public de trois mois dans l'enceinte du Parlement de son intention de négocier avec tout pays, de même que de ses objectifs de négociation.
C'est une approche sensée qui contribue à atténuer certaines préoccupations par rapport au processus dans cet accord, puisqu'elle rend public le préavis qui sera de toute façon transmis aux États-Unis et assure le dépôt d'une analyse des répercussions économiques de pair avec la ratification de l'accord.
Le député a-t-il des commentaires à faire sur ces dispositions?
View Martin Shields Profile
CPC (AB)
View Martin Shields Profile
2020-03-10 17:51 [p.1914]
Mr. Speaker, the member brings such depth to his questions and interest in this House. I always appreciate it when the member stands up to address the House.
The member talked about transparency, and transparency is the issue. We are dealing with the coronavirus. I am going to go a different way on this, but members will understand why in a second. We have had a party dealing with this, but it has been dealing with it in a very closed fashion.
When the Conservatives dealt with SARS, was it just the committee of the cabinet that was dealing with it? No. The leaders of all opposition parties were included at 10 o'clock every day. It was transparent and it was dealt with as a team, because those things need to be dealt with by a team.
This is the same as what the member was saying about dealing with a team. We are dealing with the coronavirus and we are out here having to ask questions about what is going on. If the Liberals would include the opposition, as Conservatives did with SARS, we would have transparency and much better information sharing. We would then be able to make better decisions.
Monsieur le Président, le député donne une telle profondeur à ses questions à la Chambre. J'apprécie toujours ses interventions.
Le député a mentionné la transparence, et la transparence est le cœur du problème. Nous sommes aux prises avec le coronavirus. Je vais ouvrir une parenthèse ici, mais les députés vont comprendre pourquoi dans un instant. Un des partis gère ce dossier, mais il le gère de manière très hermétique.
Lorsque les conservateurs ont géré la crise du SRAS, est-ce que c'était seulement la responsabilité du comité du Cabinet? Non. Les chefs de tous les partis de l'opposition étaient informés à 10 heures tous les jours. La crise était gérée avec transparence et en équipe, parce que ce type de situation doit être gérée par une équipe.
C'est la même situation à laquelle le député faisait référence lorsqu'il parlait du travail d'équipe. Nous sommes devant la menace du coronavirus et nous sommes obligés de venir à la Chambre poser des questions pour essayer de savoir ce qui se passe. Si les libéraux incluaient l'opposition, comme les conservateurs l'ont fait pour la crise du SRAS, il y aurait de la transparence et l'information serait communiquée de manière plus efficace. Nous serions ainsi en mesure de prendre des décisions plus éclairées.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2020-03-10 18:22 [p.1918]
Mr. Speaker, I sit on the Standing Committee on Fisheries and Oceans with my colleague, and I know he cares as much about shipping lobster as I do about shipping salmon and the other species where I live.
The member talked about governments doing things differently. Clearly, we are happy to see the government adopt our policy to change the policy on tabling treaties here in Parliament.
The Canadian government must act now. I really want to give a huge shout-out to my colleague from Elmwood—Transcona for working with the government and bringing this forward.
However, to give 90 days' notice of Canada's intent to negotiate a trade deal, to table negotiation objectives 30 days before negotiations commence and to provide an economic impact assessment along with ratifying legislation are basics for openness and transparency. Does my colleague agree that for transparency and openness in this deal, these should have been done in the first place?
Monsieur le Président, je siège au Comité permanent des pêches et des océans avec mon collègue, et je sais qu'il se soucie autant des expéditions de homard que je me soucie des expéditions de saumon et des autres espèces où j'habite.
Le député a parlé des gouvernements qui font les choses autrement. Nous sommes heureux, bien sûr, que le gouvernement ait accepté, comme nous le proposions, de modifier sa politique sur le dépôt des traités au Parlement.
Le gouvernement canadien doit passer à l'action maintenant. Je tiens vraiment à féliciter mon collègue d' Elmwood—Transcona d'avoir collaboré avec le gouvernement pour faire avancer ce dossier.
Toutefois, signaler l'intention du gouvernement de négocier un accord commercial 90 jours à l'avance, présenter les objectifs de négociation 30 jours avant le début des négociations, et fournir une analyse des répercussions économiques ainsi que le projet de loi de ratification sont des conditions essentielles pour assurer l'ouverture et la transparence. Mon collègue convient-il que c'est ainsi que l'on aurait dû procéder au départ pour cet accord?
View Robert Morrissey Profile
Lib. (PE)
View Robert Morrissey Profile
2020-03-10 18:23 [p.1918]
Mr. Speaker, let us cut right to the end of the discussion. The proof is in the final document. We have strong unanimity in this House for supporting this agreement, so obviously we arrived there in a transparent and open process.
Monsieur le Président, passons directement à la fin de la discussion. La preuve se trouve dans le document final. La solide unanimité dont bénéficie cet accord à la Chambre témoigne du processus ouvert et transparent que nous avons suivi pour en arriver là.
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2020-03-09 16:10 [p.1815]
Mr. Speaker, I know the member was not here in 2015. She was part of the Kathleen Wynne government in Ontario, so I will excuse her for not knowing this.
In the real plan the Prime Minister put out in 2015, he stated, “It is time to shine more light on government and ensure that it remains focused on the people it is meant to serve. Government and its information should be open by default...”
In fact, the mandate letters for all the ministers speaks to this directly from the Prime Minister. This motion is openness and transparency by default. Will she support the motion, yes or no?
Monsieur le Président, je sais que la députée ne siégeait pas à la Chambre en 2015. Elle faisait partie du gouvernement de Kathleen Wynne en Ontario. Je lui pardonnerai donc de ne pas connaître l'information suivante.
Dans le vrai plan que le premier ministre a publié en 2015, on peut lire ceci: « Il est temps de sortir le gouvernement de l'ombre pour que celui-ci soit réellement au service de la population. Le gouvernement et les renseignements du gouvernement devraient être ouverts par défaut. »
D'ailleurs, le premier ministre en parle directement dans toutes les lettres de mandat à ses ministres. Cette motion préconise l'ouverture et la transparence par défaut. Appuiera-t-elle la motion, oui ou non?
View Marie-France Lalonde Profile
Lib. (ON)
View Marie-France Lalonde Profile
2020-03-09 16:11 [p.1816]
Mr. Speaker, at this point, I feel confident that our government has shown transparency and openness since 2015. We are probably one of the most transparent and we are here to show members this.
I would remind the hon. member that while I might not have been here in 2015, I do live in Orleans and Ottawa. One thing that was made very clear to me when I went door to door was the openness of our government to invest in what mattered to people. We have done that since 2015, such as bringing the unemployment rates to their lowest in 40 years.
Monsieur le Président, à ce stade, je suis convaincue que notre gouvernement a fait preuve de transparence et d'ouverture depuis 2015. Nous sommes probablement l'un des plus transparents et nous sommes ici pour le montrer aux députés.
Bien que je ne siégeais pas à la Chambre en 2015, je rappelle au député que je vis à Orléans et à Ottawa. Lorsque j'ai fait du porte-à-porte, j'ai remarqué très clairement que le gouvernement était ouvert à investir dans les enjeux qui comptaient pour les Canadiens. C'est ce que nous faisons depuis 2015. Par exemple, nous avons réduit le taux de chômage à son plus bas niveau depuis 40 ans.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-02-28 10:03 [p.1727]
moved:
That, notwithstanding Standing Order 81, for the supply period ending March 26, 2020, three additional allotted days shall be added for a total of 10, provided that one of the additional days is allotted to the Conservative Party, one of the additional day is allotted to the Bloc Québécois, and one of the additional days is allotted to the New Democratic Party, and, if necessary to accommodate these additional days, the supply period may be extended to April 2, 2020, and no allotted days shall fall on a Wednesday or a Friday.
She said: I am very happy to rise today in my capacity as the House leader for the official opposition to speak to the motion that we have put forward today.
I will be honest. I wish we were not talking about the Standing Orders today. I think there are a lot of issues gripping this country, including illegal blockades. We have seen individuals set fires and put up barricades on railroads, causing our economy to come to a halt. We have seen absolute weak leadership and no leadership from the government. Today would be a good day to talk about things like that.
We also have seen issues around investment leaving this country. As we have just seen this week, Teck has taken out its application for a very important project that we wish had been built in Alberta. It would have helped jobs right across the country. The Liberals and their policy are driving investment away. That is something we could be talking about today.
We also have the coronavirus, which is gripping world. We do not know if it is contained. Could it be a pandemic? That is an issue Canadians are thinking about.
However, today we are talking about changes to the Standing Orders. I will get to the fact that we only have four speakers today, but for now I will say that I am sharing my time with one of the next three speakers, the member for Perth—Wellington.
I will start by giving a little background and then will quickly let my colleagues know, as some may not be aware, how a minority Parliament operates. I want to give some context about opposition days and why they matter.
Throughout the run of a full year, the government must devote 22 days for the opposition parties to raise topics of their choosing. The rules spread those out over winter, spring and fall, and from there the opposition parties agree on how to carve them up. It is up to the government to decide which days are used for opposition motions, but on those days, the opposition gets to bring forward any topic it chooses as long as it falls within Parliament's jurisdiction. Today, the Liberals decided to give Conservatives a Friday as their opposition day.
On Fridays, as we all know, the House has a much shorter sitting period, because we all want to get back to our ridings for the important things going on in our constituencies. To be blunt and very clear, for all of us who have been here for a while and know this and for the newer MPs, giving an opposition party, any one of us, a Friday as an opposition day is a full-out slap. It is a full-out insult. It is a full-out, 100% punishment.
That is what the Prime Minister is doing right now. He is punishing Conservatives. Why? It is because we have been standing up to him, because we have been pointing out his weakness and calling out some of the ways the government has not recognized that it is in a minority, not a majority, Parliament.
We have seen a number of things that we are very concerned about. We have raised them with you, Madam Speaker. They include things like the government's leaking bills to the press before they have been brought to the House. We had to rise on a point of privilege. As we saw, the Minister of Natural Resources had to stand and apologize. We accept that apology, but it was pretty disrespectful to all of us in this place for the government to leak contents of a bill to the press before we saw it.
We have also seen the government give incomplete and inaccurate responses to Order Paper questions. Actually, this is what the Minister of Natural Resources had to apologize for. No one has apologized yet for the leaking of the bill.
In responses to the Order Paper questions, misleading answers have been given, and then even in defence of those misleading answers, we have seen misleading answers given again. It is totally unacceptable, and as Conservatives, we are going to call that out.
There are the two issues on which I have seen such a high level of disrespect. First is the new NAFTA agreement and how the Liberals have worked with us on that. As Conservatives, we are the party of free trade. We believe that many Canadians and many Canadian sectors need an agreement. It is not a great agreement, but we have been supporting it, while asking tough questions.
One of those questions has been about the economic impact to Canadians, and the Liberals have refused to give us that. Instead, they are getting up, as we saw when the Deputy Prime Minister stood in this place, to completely mislead and try to poke a stick in our eye, saying that we were somehow blocking the new NAFTA deal, which is completely misleading, completely disingenuous and insulting.
To add insult to injury, yesterday when I tried to expedite Bill C-4, to get it through in a much faster way, the Liberals opposed it. In fact, it was the member for Winnipeg North, a Manitoban, who said no.
The Liberals are sucking and blowing at the same time, and in doing that they are insulting us. They are not recognizing that we are in a minority Parliament.
The really insulting thing they did occurred last week, when the Prime Minister excluded our leader from a meeting of all opposition and government leaders on the topic of the rail blockades simply because our leader spoke the truth as to how to approach the illegal blockades. He was called names and excluded by the Prime Minister. Then three days later, the Prime Minister basically repeated verbatim what our leader had said. That was disrespectful and disingenuous, and not at all the way a minority Parliament should work.
Last Parliament, we said this often: The Prime Minister wanted an audience in this place; he did not want an opposition. I am afraid that has not changed. He did not get the voters' message in the election. He did not get the memo that his majority has been taken away. He needs to recognize quickly that Conservatives are going to stand up for the interests of the millions of Canadians who voted for us, who did not vote for the Liberals, and the growing number of Canadians who see a country and an economy paralyzed by the weak Liberal government.
Conservatives are not afraid to give voice to Canadians who disagree with the Liberals and the Prime Minister. Conservatives will demand that Liberals be open and transparent. They will be honest in this Parliament. Conservatives will hold the Liberal government to account.
In 1979, Joe Clark and his government fell after just 49 sitting days. It is often said it was because they could not count, but really it was because they had miscalculated badly. Today is just the 26th sitting day of this Parliament, and sadly the Liberals and their growing pattern of disrespect are hurtling us toward one unnecessary political disaster after another.
We are going to give the Liberals a chance to work collaboratively with opposition parties and work with Parliament by dedicating three additional days for each of the opposition parties. Members will notice that we are working collaboratively. Members will notice that we put the opposition parties in our motion. We are not looking just for our gain. We want to see all of us work together.
The motion would give three additional days for each of the parties to put forward an idea for debate and propose solutions for the many difficulties that Canadians face. We are giving the Liberals a chance to right their wrongs toward the opposition parties. We will give the Prime Minister a chance to correct his course. Today is a chance to press reset.
Recently I read an article in which the Liberal House leader, talking to a member of the press in the context of a minority Parliament, said, “Never take one day for granted. Anything can happen.” This may be a lesson for the Liberals and the Prime Minister: The things he does affect all of Parliament. This is also, with respect, a lesson for the Liberal House leader that he should never take one day for granted, because anything can happen.
Today, with the amount of time that we have, we will talk about giving additional days to the opposition. We are hoping this will result in a reset and that the Liberals will respect that we are in a minority Parliament, will tell us the truth, will not exclude people who disagree with them, will not mislead this Parliament and will be open, transparent and respectful. Then we can continue to work, as we should, as the official opposition and as opposition parties to hold the government to account and do the very best we can for this great country that we serve.
propose:
Que, nonobstant l’article 81 du Règlement, pour la période des subsides se terminant le 26 mars 2020, trois jours désignés supplémentaires soient ajoutés, pour un total de 10, pourvu que l’un des jours désignés supplémentaires soit attribué au Parti conservateur, que l’un des jours désignés supplémentaires soit attribué au Bloc québécois et que l’un des jours désignés supplémentaires soit attribué au Nouveau Parti démocratique et, au besoin, pour permettre la tenue de ces jours supplémentaires, que la période des subsides soit prolongée jusqu’au 2 avril 2020, étant entendu qu’aucun jour désigné ne tombera un mercredi ni un vendredi.
— Je suis très heureuse d'intervenir aujourd'hui en ma qualité de leader parlementaire de l'opposition officielle pour parler de la motion que nous avons proposée aujourd'hui.
Je vais être franche. J'aurais préféré qu'on ne parle pas du Règlement de la Chambre aujourd'hui. Je pense que le pays est aux prises avec un très grand nombre de problèmes, dont celui des barrages illégaux. Des individus ont allumé des feux et érigé des barricades sur la voie ferrée, ce qui paralyse l'économie du pays. Le gouvernement manque de leadership ou n'en a pas du tout. Aujourd'hui aurait été une journée idéale pour parler de questions de ce genre.
Le pays perd des investissements. Cette semaine, la société Teck a annulé un projet très important qu'elle souhaitait réaliser en Alberta. Ce projet aurait contribué à améliorer la situation de l'emploi partout au pays. Les libéraux et les politiques qu'ils mettent en œuvre font fuir les investissements. Nous aurions pu parler de cet enjeu aujourd'hui.
Pensons aussi à la crise du coronavirus qui touche le monde entier. Nous ne savons pas si le virus est contenu. Décrétera-t-on une pandémie? C'est un problème qui préoccupe les Canadiens.
Malgré tout cela, aujourd'hui, nous parlons de la modification du Règlement. Nous n'avons que quatre intervenants aujourd'hui et je vais partager mon temps de parole avec l'un d'eux, le député de Perth—Wellington.
Je vais commencer par une petite mise en contexte et décrire brièvement, pour ceux de mes collègues qui ne le savent peut-être pas, comment fonctionne le Parlement dans un contexte de gouvernement minoritaire. Je vais donner des détails sur les journées de l'opposition et en expliquer l'importance.
Au cours d'une année, le gouvernement doit prévoir 22 journées où ce sont les partis de l'opposition qui choisissent le sujet abordé. Selon le Règlement, ces journées sont réparties pendant l'hiver, le printemps et l'automne. Il revient ensuite aux partis de l'opposition de décider du partage. Il appartient au gouvernement de déterminer quelles seront les journées réservées aux motions de l'opposition, mais ces jours-là, l'opposition peut choisir n'importe quel sujet pourvu que ce soit une question qui relève du Parlement. Les libéraux ont décidé de donner cette journée-ci aux conservateurs comme journée de l'opposition, un vendredi.
Comme nous le savons tous, la séance de la Chambre est beaucoup plus courte le vendredi, parce que nous voulons tous retourner aux tâches importantes qui nous attendent dans nos circonscriptions. Disons-le sans détour, pour tous ceux qui sont à la Chambre depuis un bout de temps et le savent, et aussi pour les nouveaux députés, prévoir une journée de l'opposition un vendredi est un véritable affront pour n'importe quel parti de l'opposition. Ce n'est rien de moins qu'une insulte. C'est carrément, sous tous les rapports, une punition.
Voilà ce que fait le premier ministre en ce moment. Il punit les conservateurs. Pourquoi? Parce que nous lui résistons, parce que nous soulignons ses faiblesses et dénonçons le fait que le gouvernement ne reconnaît pas qu'il est minoritaire et non majoritaire.
Nous constatons des choses très préoccupantes et nous vous en avons fait part, madame la Présidente. Pensons aux projets de loi que le gouvernement a divulgués à la presse avant de les présenter à la Chambre. Nous avons dû évoquer le Règlement. Le ministre des Ressources naturelles a dû prendre la parole et présenter des excuses. Nous les acceptons, mais il est tout de même irrespectueux envers les députés de communiquer un projet de loi à la presse avant qu'ils aient pu le voir.
Le gouvernement a aussi donné des réponses incomplètes et inexactes à des questions inscrites au Feuilleton. En fait, c'est pour cette raison que le ministre des Ressources naturelles a dû présenter des excuses. Personne n'a encore présenté d'excuses pour la fuite du contenu du projet de loi.
On a donné des réponses trompeuses aux questions inscrites au Feulleton, puis, pour justifier ces dernières, on a encore donné des réponses trompeuses. C'est tout à fait inacceptable, et les conservateurs vont dénoncer ces agissements.
Il y a deux questions pour lesquelles on a fait preuve d'un tel manque de respect. Primo, il y a le nouvel ALENA et la façon dont les libéraux ont collaboré avec nous dans ce dossier. Le Parti conservateur est le champion du libre-échange. Nous croyons que de nombreux Canadiens et secteurs au Canada ont besoin d'un accord. Il ne s'agit pas d'un très bon accord, mais nous l'appuyons, tout en posant des questions difficiles.
L'une de ces questions porte sur les répercussions économiques que l'accord aurait sur les Canadiens, et les libéraux refusent de nous répondre. Ils prennent plutôt la parole, comme l'a fait la vice-première ministre, pour nous induire complètement en erreur et nous lancer des piques en disant que nous bloquons en quelque sorte l'adoption du nouvel ALENA, ce qui est tout à fait trompeur, malhonnête et insultant.
Pour couronner le tout, hier, lorsque j'ai essayé d'accélérer le processus du projet de loi C-4, pour que celui-ci soit adopté plus rapidement, les libéraux s'y sont opposés. En fait, c'est le député de Winnipeg-Nord, un Manitobain, qui a dit non.
Les libéraux se contredisent constamment et, ce faisant, ils nous insultent. Ils ne réalisent pas qu'ils sont un gouvernement minoritaire.
Cependant, c'est la semaine dernière que nous avons subi la plus grande insulte, lorsque le premier ministre a exclu notre chef d'une rencontre réunissant tous les chefs de l'opposition au sujet des blocages ferroviaires simplement parce que ce dernier avait dit les vraies choses concernant l'approche à adopter à l'égard des blocages illégaux. Le premier ministre l'a insulté et l'a exclu de la réunion. Puis, trois jours plus tard, il a répété mot pour mot ce que notre chef avait dit. C'est un comportement irrespectueux et fallacieux, et ce n'est certainement pas la manière dont un gouvernement minoritaire devrait agir.
Lors de la dernière législature, nous l'avons souvent dit: le premier ministre veut un auditoire ici; pas une opposition. J'ai bien peur que rien n'ait changé. Il n'a pas compris le message des électeurs après l'élection. Il n'a pas reçu la note de service l'avisant qu'il avait perdu sa majorité. Il doit reconnaître sans tarder le fait que nous, les conservateurs, allons nous tenir debout pour défendre les intérêts des millions de Canadiens qui ont voté pour nous, qui n'ont pas voté pour les libéraux, ainsi que pour le nombre sans cesse croissant de Canadiens qui voient leur pays et leur économie paralysés par la faiblesse du gouvernement libéral.
Les conservateurs n'ont pas peur d'être les porte-paroles des Canadiens qui sont en désaccord avec les libéraux et le premier ministre. Les conservateurs exigeront que les libéraux soient ouverts et transparents, et qu'ils se montrent honnêtes pendant cette législature. Les conservateurs vont tenir les libéraux responsables de leurs actes.
En 1979, Joe Clark et son gouvernement sont tombés après seulement 49 jours de séance. On a souvent allégué que c'est parce que son gouvernement ne savait pas compter alors que, dans les faits, il s'était royalement trompé dans ses calculs. Le Parlement en est seulement à sa 26e journée de séance et il est triste de constater que les libéraux, et leur tendance croissante au manque de respect, nous précipitent vers une suite ininterrompue de désastres politiques.
Nous allons donner une occasion aux libéraux de collaborer avec les partis de l'opposition et avec le Parlement en donnant un jour de plus à chaque parti de l'opposition. Les députés remarqueront que nous travaillons en collaboration et que nous incluons les partis de l'opposition dans notre motion. Ce n'est donc pas seulement dans notre intérêt. Nous voulons que tout le monde unisse ses efforts.
La motion donnerait trois jours de plus aux partis pour présenter une question à débattre et proposer des solutions aux nombreux problèmes des Canadiens. Nous donnons aux libéraux une occasion de réparer leurs torts auprès des partis de l'opposition. Le premier ministre pourra rectifier le tir. Aujourd'hui, nous avons la chance de remettre le compteur à zéro.
Dernièrement, j'ai lu un article dans lequel le leader du gouvernement à la Chambre disait à un journaliste que, dans le contexte d'un gouvernement minoritaire, il ne faut pas tenir un seul jour pour acquis, car tout peut arriver. Voilà une leçon à retenir pour les libéraux, et surtout pour le premier ministre, car ses actions ont une incidence sur tout le Parlement. C'est aussi une leçon pour le leader du gouvernement à la Chambre, avec tout le respect que je lui dois: il ne devrait pas tenir un seul jour pour acquis, car tout peut arriver.
Aujourd'hui, nous nous servirons du temps mis à notre disposition pour parler de la possibilité d'attribuer des jours supplémentaires à l'opposition. Nous espérons que cela marquera un renouveau et que les libéraux reconnaîtront qu'ils forment un gouvernement minoritaire, qu'ils nous diront la vérité, qu'ils cesseront d'exclure les gens qui ne sont pas d'accord avec eux, qu'ils n'induiront pas le Parlement en erreur et qu'ils feront preuve d'ouverture, de transparence et de respect. Puis, l'opposition officielle et les partis de l'opposition pourront continuer, comme il se doit, de demander des comptes au gouvernement et de faire de leur mieux pour servir ce grand pays.
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
View Chris Bittle Profile
2020-02-28 10:37 [p.1732]
Madam Speaker, it seems we hit a nerve. It is clear the members of the opposition do not want to go forward on this important bill, a bill that is required, that businesses are crying out for, that farmers are crying out for, that people across the country want us to move forward on, but we are playing gotcha politics and we are playing petty politics on this particular day.
I would like to offer some comment on the importance of what we are debating today. This is not a motion that will likely attract the attention of many Canadians outside this chamber or outside the Ottawa bubble. It does not touch on the issues that are important to many of our constituents: the economy, jobs, affordability, climate change, health care, pensions, reconciliation with indigenous people, keeping our streets safe and securing Canada's place in the world.
These are, of course, the issues that are at the forefront of our government's agenda. These are the issues on which our government was elected to make changes. These are the issues on which our government has a mandate from Canadians.
This motion today does not call on the House to have a constructive debate on any of these matters. Make no mistake, the motion from the Conservative House leader has profound implications for Parliament and for the democratic system that we cherish. It is a motion that is reflective of the Conservatives themselves. While they were in government and during recent years in opposition, we have all seen their track record.
In government, under Stephen Harper, Conservatives showed disdain for Parliament and for all the members on the opposition benches. In opposition, under the current leader, who will be replaced in June, they have continued to show disdain for the traditions and decorum of this chamber. They heckle when I talk about decorum in this chamber, which is ironic.
Canadians have not forgotten the behaviour of the Conservatives in the 41st Parliament, as well as in the last one. It is the Conservatives who, all too often, held the House of Commons hostage with political tactics and manoeuvres, repeatedly obstructing MPs from debating important legislation. On more than one occasion, they forced the House to hold all-night marathon vote sessions. They voted against funding for infrastructure during that time, on national defence, veterans, police, security, VIA Rail services, Parks Canada, indigenous peoples and more.
This was a political stunt, and Liberal MPs stood proudly to vote in favour of those services that are important to Canadians. One of these voting marathons kept MPs in the chamber for 30 hours in the last Parliament. This came at a cost to Parliament's reputation and literally a cost to the taxpayers. Indeed, the Conservatives' current House leader said in a news release, when she was part of a previous Conservative government that was facing an NDP filibuster in 2011, that these tactics cost the House of Commons an additional $50,000 per hour to stay open. Where was that outrage in the last Parliament?
One of the Conservatives' most shameful episodes was when they tried to prevent the finance minister from reading his budget speech in the chamber by banging on their desks and shouting him down, like bullies in a schoolyard. It was an undignified spectacle.
These are the political stunts that the Conservatives like to call tools from their tool box. It is quite the tool box. This behaviour from the Conservative opposition has done nothing to restore Canadians' trust in Parliament. In fact, I fear what they have done has deepened the cynicism among all of our constituents.
Unfortunately, it has become clear that the Conservatives have not changed since the last Parliament. Last Thursday, they kept MPs in Ottawa for a vote on a opposition day, which never happened because once everyone had missed their flights home, they deferred the vote to the following Monday. MPs missed events in their riding, they missed spending time with their kids, husbands, wives and families. Why did they do this? For one reason: they could.
Simply a day later, on Friday, the Conservatives dipped into their bag of tricks again to obstruct the work of Parliament. On that day, members were debating Bill C-3, supported by all parties, including the Conservatives, that would bring great improvements to the accountability of the Canada Border Services Agency, and yet the Conservatives moved to literally shut down the business of the House that day.
They moved a motion to adjourn the House at 12:30 p.m., during their lunch hour. I know most Canadians do not move to end their work during their lunch hour, but the Conservatives did. They wanted to turn off the lights for the day. When that did not work, they attempted to adjourn debate again. When that failed, they attempted to shut down the House early, again.
These political stunts consumed over two hours of time in the House. The Conservatives' objective was clear: preventing the House from debating this important legislation. Unfortunately, that is exactly what happened. Without a doubt, the Conservatives have shown their true colours. They do not believe in Parliament.
Conservatives have shown this once again with the motion we are debating today, for at the heart of what the Conservative opposition members hope to achieve is tilting the balance from long-standing practices and procedures that have served the House well for many decades. This balance is simple in its design but crucial to its core.
The following is what makes our parliamentary system so successful. When an election happens, Canadians send their elected representatives to the House of Commons to act on their behalf. The government is elected with the responsibility to move forward on the agenda that Canadians have given it. That means introducing legislation, ensuring it receives vibrant debate from all sides and ultimately bringing legislation to a vote. There is limited time in the parliamentary calendar, and the government must always endeavour to schedule the time Parliament needs to examine and vote on its legislation.
Across the aisle, the opposition has the responsibility to hold the government to account and raise issues of public concern. Our system, under standing orders, allows for supply days to be scheduled. These days are also known as opposition days. On these days, government legislation is not debated. Instead, the opposition has the opportunity to bring forward a motion for debate and, ultimately, a vote.
This is the balance. Parliament needs time to debate legislation and to debate the supply days motion from the opposition. We believe Parliament can strike that balance.
Already we have come forward with important bills to ratify the new NAFTA, improve the CBSA, require training for judges on sexual assault, modernize the oath of citizenship and adjust the rules surrounding medical assistance in dying. These are just some of the parts of our platform to keep moving forward with policies that are both ambitious and achievable.
Our throne speech in December provided a road map for Parliament that outlines our agenda. We want to strengthen the middle class, make life more affordable for Canadians, protect the environment, fight climate change, improve the lives of indigenous people and secure Canada's place in the world.
Canadians sent us all a message in the recent election. They want us all to work together, and we agree. Indeed, we believe the House of Commons is a place where we can work on legislation to make important decisions for Canadians. Every day, we work hard in Parliament to find common ground on behalf of the Canadians who sent us all here.
While this happens, while we debate the merits of legislation and look to improve it, the opposition has many opportunities to bring issues to the forefront. This happens routinely in question period, and I would be remiss if I did not remind the House that it was our government that made fundamental changes to question period. It was our government that created the prime minister's question period on Wednesdays. Our Prime Minister answers every question during question period from all sides of the House.
Some hon. members: Oh, oh!
Mr. Chris Bittle: Madam Speaker, again we hear heckling from the other side. It is something Stephen Harper would never do in his wildest dreams, but something that the Prime Minister put forward to make himself accountable to the opposition, to Parliament, so that Canadians can hear the government's agenda. This is true accountability.
In addition to this, there are supply days. Today is the 26th sitting of the session. In December, as the previous supply period ended, the Conservatives were allotted an opposition day in which they put forward their motions. In this supply period, which runs from December 11 to March 26, seven days are allotted for opposition days. These are the rules under the Standing Orders.
Today marks the sixth opposition day. The Conservatives had four of those opposition days, and the Bloc and NDP have each had one to present their motions to the House for debate and a vote. Under the rules, one more opposition day remains up to March 26. Once we get to the next supply period, from April to June, there will be eight more opposition days.
This is the balance I spoke of. It works, it is democratic, yet the Conservatives are proposing to turn their backs on the Standing Orders and tilt the balance by adding three more opposition days to this supply period.
There would be a consequence to this change. There would be three fewer days for members of the House to debate legislation that Canadians have elected the government to move forward with. The motives behind the Conservatives' political tactic are transparent. They do not believe Parliament is a democratic institution to achieve consensus and change for Canadians. When Conservatives do not like the rules, they simply bulldoze over them.
This is a stunning hypocrisy given that the Conservatives continually preach that any rule change needs to have the unanimous support of all parties, but this should surprise no one. When it suits their needs Conservatives are willing to do anything, even if they were against it before they were for it.
They have become politically isolated and are in the midst of a leadership race that is exposing their own divisions. They are increasingly becoming irrelevant. Their objective is to obstruct the government's agenda. We are committed to making that agenda a reality.
I would like to talk about some examples of what we want to accomplish. There is no greater challenge facing this country and the world than fighting climate change. We believe strongly in this government's pan-Canadian framework on clean growth and climate change. It is no surprise that Conservatives do not want to debate that because, for the last five years that I have been here, we have heard the language of denial, mistrust of scientists and doing nothing.
We are committed to building upon this plan to ensure Canadian businesses will seize on the immense economic opportunities that are involved in the transition to the clean economy of the 21st century. We will set a target to achieve net-zero by 2050. Our goal will be ambitious but necessary, as we protect the environment but grow the economy.
We will help make energy-efficient homes more affordable. We will make it easier for Canadians to buy zero-emissions vehicles. We will cut taxes for all Canadians except the wealthiest. This will provide more money in the pockets of hard-working Canadians who need it the most.
To many Canadians who are unable to buy their first home, we will continue to take action with significant investments in affordable housing. We will introduce measures to make it easy for more people to purchase homes. It would be nice to see the Conservatives' provincial counterparts take action on that as well and work with us as partners to make affordable housing a reality in the provinces across the country.
Canadian workers, families and seniors are facing anxieties about making ends meet. We will assist parents with the time and money they need to raise their children. We will support students as they bear the cost of higher education and skills training. We will increase the federal minimum wage. We will reduce cellphone bills by 25%, and strengthen pensions for our seniors.
Four years ago, we promised to put Canada on a path forward toward reconciliation with indigenous peoples. We put the country on that path and we will keep Canada firmly on that path. The work toward reconciliation has not ended.
Once again, I hear heckling on that, but the leaders of their party talk about sending in the army. They call indigenous protesters terrorists, yet they are the ones heckling us on our record on reconciliation when the Harper government did absolutely nothing on the subject.
Canadians are worried about gun violence in our communities and we will crack down on this. We will also ban military-style assault rifles. We will work with provinces and territories to strengthen the health care system to get the service Canadians deserve. Once again, it is shocking that we are debating changes to the standing order, rather than talking about issues like climate change or health care.
Pharmacare, for example, has become one of the key missing pieces of universal health care in this country. Our government will take steps to introduce and implement a national pharmacare program so that Canadians have the drug coverage they need.
I cite these examples of where we intend to lead the country. We believe that parliamentarians must put the interests of Canadians first. Parliament is not a place only to debate our disagreements, but also a place to come together and find common ground. This is what can happen when we maintain the crucial balance about which I have spoken.
I would implore members to look at the legislation before this chamber, as well as the bills before us in the future, and work together on all of those bills. Parliament needs time to debate those bills, to scrutinize them and, when necessary, improve them. It is not time for political stunts and obstructions. This is the time for constructive debate, returning our attention to the legislation that can improve the lives of Canadians. It is the time to do the right thing for Parliament.
Madame la Présidente, on semble avoir touché une corde sensible. Il est évident que les députés de l'opposition ne souhaitent pas que l'on fasse progresser ce projet de loi important. Les entreprises, les agriculteurs et les Canadiens partout au pays nous implorent d'adopter ce projet de loi, mais les conservateurs préfèrent aujourd'hui faire de la petite politique.
J'aimerais formuler quelques commentaires sur l'importance de la question dont nous débattons aujourd'hui. Cette motion n'est pas susceptible d'attirer l'attention de nombreux Canadiens à l'extérieur de la Chambre ou de la bulle d'Ottawa. Elle ne porte pas sur les enjeux qui sont importants pour nos concitoyens, comme l'économie, l'emploi, le coût de la vie, les changements climatiques, les soins de santé, les pensions, la réconciliation avec les Autochtones, la sécurité publique et la consolidation de la place du Canada dans le monde.
Évidemment, tous ces enjeux figurent en tête de liste des priorités du gouvernement. Le gouvernement a été élu pour agir à l'égard de ces enjeux. Les Canadiens ont confié au gouvernement le mandat de se pencher sur ces enjeux.
La motion présentée aujourd'hui ne demande pas à la Chambre de tenir un débat constructif sur une de ces questions importantes. Il faut bien comprendre que la motion de la leader parlementaire des conservateurs aurait des incidences profondes pour le Parlement et pour le système démocratique que nous chérissons. C'est une motion à l'image des conservateurs. Nous connaissons leur bilan, autant celui des années où ils étaient au pouvoir que celui de leur nouvelle réalité de parti de l'opposition.
Lorsque les conservateurs de Stephen Harper étaient au pouvoir, ils méprisaient le Parlement et l'ensemble des députés de l'opposition. Depuis qu'ils font partie de l'opposition, sous leur chef actuel, qui sera remplacé en juin, ils continuent de faire preuve du même mépris des traditions et du décorum de la Chambre. Ils me chahutent alors même que je parle de décorum; quelle ironie!
Les Canadiens n'ont pas oublié le comportement adopté par les conservateurs lors de la 41e législature et de la législature qui vient de se terminer. Ce sont les conservateurs qui, trop souvent, prennent la Chambre des communes en otage au moyen de tactiques et de manœuvres politiques et qui empêchent les députés de débattre de mesures législatives importantes. À plus d'une reprise, ils ont forcé la Chambre à tenir des marathons de votes toute la nuit. Pendant ces marathons, ils ont voté contre l'affectation de fonds aux infrastructures, à la défense nationale, aux anciens combattants, aux forces policières, à la sécurité, aux services de VIA Rail, à Parcs Canada, aux peuples autochtones et j'en passe.
Il s'agissait de manœuvres politiques, et les députés libéraux ont fièrement voté en faveur des services qui sont importants pour les Canadiens. Dans le cadre d'un des marathons de vote de la législature précédente, les députés ont dû rester à la Chambre pendant 30 heures. Cela s'est fait au détriment de la réputation du Parlement et a coûté de l'argent aux contribuables. D'ailleurs, en 2011, lorsque l'actuelle leader parlementaire du Parti conservateur était membre du gouvernement conservateur précédent et que ce dernier faisait l'objet de manœuvres d'obstruction systématique de la part du NPD, elle a déclaré dans un communiqué de presse que ces tactiques entraînaient des coûts supplémentaires de 50 000 $ pour chaque heure additionnelle que la Chambre des communes siégeait. Où était l'indignation des conservateurs lors de la dernière législature?
L'une des manœuvres les plus honteuses des conservateurs a été lorsqu'ils ont tenté d'empêcher le ministre des Finances de lire son discours du budget à la Chambre en frappant leur bureau et en criant pour le faire taire, comme des petites brutes dans une cour d'école. C'était un spectacle indigne.
Les conservateurs considèrent ce genre de manœuvres politiques comme des outils dans leur boîte à outils. C'est toute une boîte à outils. Le comportement de l'opposition conservatrice n'a rien fait pour rétablir la confiance des Canadiens dans le Parlement. Au contraire, je crains qu'il ait renforcé le cynisme de tous les électeurs.
Malheureusement, il est devenu évident que les conservateurs n'ont pas changé depuis la dernière législature. Jeudi dernier, ils ont retenu les députés à Ottawa pour un vote sur une motion présentée lors d'un jour désigné qui n'a jamais eu lieu parce qu'ils l'ont repoussé au lundi, et ce, après que tous les députés ont raté leur vol pour rentrer chez eux. Les députés ont raté des activités dans leur circonscription et ils n'ont pas passé autant de temps que prévu avec leurs enfants, leur mari ou leur femme, et leurs proches. Pourquoi ont-ils fait une telle chose? Pour une seule raison: parce qu'ils le pouvaient.
À peine le lendemain, soit vendredi dernier, les conservateurs ont de nouveau fouillé dans leur sac à malice pour faire obstruction aux travaux du Parlement. Ce jour-là, les députés débattaient du projet de loi C-3, qui reçoit l'appui de tous les partis, y compris du Parti conservateur, et qui vise à améliorer considérablement la reddition de comptes à l'Agence des services frontaliers du Canada; pourtant, les conservateurs ont proposé de carrément interrompre les travaux de la Chambre.
Les conservateurs ont présenté une motion portant que la Chambre s'ajourne à 12 h 30, au cours de l'heure du dîner. Je sais que la plupart des Canadiens ne demandent pas de terminer leur journée de travail à l'heure du dîner, mais les conservateurs, eux, l'ont fait. Ils voulaient éteindre la lumière et s'en aller. Quand leur tentative s'est soldée par un échec, ils ont retenté d'ajourner le débat. Face à un autre échec, ils ont tenté une fois de plus d'interrompre les travaux de la Chambre plus tôt que prévu.
Ces manœuvres politiques ont monopolisé plus de deux heures à la Chambre. L'objectif des conservateurs était clair: empêcher la Chambre de débattre de cet important projet de loi. Malheureusement, ils ont réussi leur coup. Les conservateurs ont certainement affiché leurs vraies couleurs: ils ne croient pas au Parlement.
Les conservateurs viennent encore de le montrer avec la motion dont nous débattons aujourd'hui, car l'intention de l'opposition conservatrice est de perturber l'équilibre assuré par des pratiques et des procédures bien établies qui servent bien la Chambre depuis de nombreuses décennies. Cet équilibre est simple, mais fondamental.
Voici ce qui fait le succès du système parlementaire canadien. Aux élections, les Canadiens élisent des députés qui les représenteront à la Chambre des communes et agiront en leur nom. Le gouvernement élu a la responsabilité de mener à bien le mandat que lui ont confié les Canadiens. Il se doit donc de présenter des projets de loi, d'en débattre de façon dynamique avec tous les partis et enfin, de les soumettre au vote. Le calendrier parlementaire comporte des contraintes, et le gouvernement doit toujours s'efforcer de prévoir le temps dont le Parlement aura besoin pour étudier les projets de loi et les mettre aux voix.
L'opposition a la responsabilité de demander des comptes au gouvernement et de soulever des questions d'intérêt public. Notre système, en vertu du Règlement, prévoit la tenue de jours désignés. On les appelle également les journées de l'opposition. Pendant ces journées, les mesures législatives du gouvernement ne sont pas débattues. Les partis de l'opposition ont à ce moment-là l'occasion de présenter une motion qui sera débattue et ensuite mise aux voix.
Il faut trouver un équilibre. Le Parlement a besoin de temps pour débattre des mesures législatives et des motions de l'opposition. Nous sommes d'avis que le Parlement peut trouver cet équilibre.
Nous avons déjà présenté d'importants projets de loi, que ce soit pour ratifier le nouvel ALENA, bonifier l'Agence des services frontaliers du Canada, imposer aux juges une formation sur les agressions sexuelles, moderniser le serment de citoyenneté ou ajuster les règles relatives à l'aide médicale à mourir. Ce ne sont que quelques exemples de ce que nous réaliserons dans le cadre de notre programme, qui nous permettra d'adopter des politiques ambitieuses, mais réalisables.
Le discours du Trône de décembre a servi de feuille de route pour le Parlement, en énonçant les grandes lignes de notre programme. Nous voulons renforcer la classe moyenne, rendre la vie plus abordable pour les Canadiens, protéger l'environnement, lutter contre les changements climatiques, améliorer la qualité de vie des peuples autochtones et solidifier la position du Canada sur la scène internationale.
Les Canadiens nous ont tous envoyé un message aux dernières élections. Ils souhaitent nous voir collaborer, et nous sommes d'accord. En effet, la Chambre des communes est un endroit où nous travaillons sur des projets de loi en vue de prendre des décisions importantes pour les Canadiens. Chaque jour, les députés s'efforcent de trouver un terrain d'entente au nom des Canadiens qui les ont envoyés ici.
Tandis que nous débattons des mérites des projets de loi et des manières de les améliorer, l'opposition peut, à maintes occasions, amener des questions à l'avant-plan. Cela se produit couramment à la période des questions. Je manquerais à mon devoir si je ne rappelais pas à la Chambre que le gouvernement actuel a modifié considérablement la période des questions. C'est le gouvernement libéral qui a instauré la période des questions du premier ministre, le mercredi, durant laquelle il répond à toutes les questions provenant de tous les partis.
Des voix: Oh, oh!
M. Chris Bittle: Madame la Présidente, on chahute encore de l'autre côté de la Chambre. Même dans ses rêves les plus fous, Stephen Harper ne se serait jamais prêté à un tel exercice, mais le premier ministre a proposé de le faire, afin de rendre des comptes à l'opposition et au Parlement, et pour faire connaître aux Canadiens le programme du gouvernement. C'est ça, assumer véritablement ses responsabilités.
Il y a également les jours désignés. Aujourd'hui, c'est le 26e jour de séance. En décembre, à la fin de la dernière période des subsides, les conservateurs se sont vu accorder une journée de l'opposition pendant laquelle ils ont présenté leurs motions. Dans la période des subsides en cours, qui a débuté le 11 décembre et qui se terminera le 26 mars, sept jours sont réservés à l'opposition. Le Règlement l'exige.
Aujourd'hui, c'est la sixième journée de l'opposition. Les conservateurs ont eu droit à quatre de ces journées, tandis que le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique ont chacun eu droit à une journée pour présenter leurs motions à la Chambre afin qu'elle en débatte et qu'elle se prononce sur ces questions. Selon le Règlement, il reste une autre journée de l'opposition d'ici le 26 mars. Lors de la prochaine période des subsides, qui se déroulera du mois d'avril au mois de juin, il y aura huit autres journées de l'opposition.
Voilà l'équilibre dont j'ai parlé. C'est une formule démocratique qui fonctionne, mais les conservateurs proposent quand même de faire fi du Règlement et de déséquilibrer le processus en ajoutant trois autres journées de l'opposition à la période des subsides en cours.
Ce changement aurait pour conséquence que les députés auraient trois jours de moins pour débattre des projets de loi que nous devons étudier au nom des Canadiens qui nous ont élus. Les motifs derrière la manœuvre politique des conservateurs sont évidents. Les conservateurs ne croient pas que le Parlement est une institution démocratique où l'on cherche à établir un consensus et à changer les choses pour les Canadiens. Lorsque les règles ne font pas leur affaire, ils les contournent, tout simplement.
C'est l'hypocrisie pure et simple, vu que les conservateurs prêchent continuellement que tout changement au Règlement nécessite l'appui unanime de tous les partis. Cependant, cela ne devrait surprendre personne. Quand cela leur convient, les conservateurs sont prêts à tout, même s'ils étaient contre la mesure avant de l'approuver.
Les conservateurs se sont isolés politiquement. Ils sont en pleine course à la direction, course qui expose le manque de cohésion de leur parti. Ils perdent de plus en plus leur pertinence. Leur objectif est d'empêcher la mise en œuvre des programmes du gouvernement. Nous nous sommes engagés à faire de ce programme une réalité.
J'aimerais parler de quelques exemples de ce que nous voulons accomplir. Aucun défi n'est plus grand pour le Canada et pour le monde que la lutte contre les changements climatiques. Nous croyons profondément dans le cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques du gouvernement. Ce n'est pas surprenant que les conservateurs ne veuillent pas en débattre, car, pendant ces cinq années que j'ai passées à la Chambre, nous n'avons entendu que du déni, de la méfiance à l'égard des scientifiques et de l'immobilisme.
Nous sommes engagés à miser sur ce plan pour faire en sorte que les entreprises canadiennes saisissent les énormes occasions économiques de la transition vers l'économie propre du XXIe siècle. Nous établirons une cible pour atteindre la carboneutralité d'ici 2050. Notre objectif sera ambitieux, mais indispensable pour protéger l'environnement tout en stimulant l'économie.
Nous contribuerons à rendre les maisons écoénergétiques plus abordables. Nous faciliterons l'achat de véhicules zéro émission par les Canadiens. Nous réduirons les impôts de tous les Canadiens, sauf des plus riches. Cela permettra de mettre plus d'argent dans les poches des Canadiens qui travaillent dur et qui en ont le plus besoin.
Nous continuerons à investir massivement dans le logement abordable afin d'aider les très nombreux Canadiens qui ne sont pas en mesure d'acheter leur premier chez-soi. Nous prendrons des mesures pour faciliter l'achat d'une maison pour un plus grand nombre de Canadiens. Cela serait bien si nos homologues provinciaux conservateurs agissaient aussi et collaboraient avec nous pour faire du logement abordable une réalité dans toutes les provinces au Canada.
Les travailleurs, familles et aînés canadiens s'inquiètent de ne pas pouvoir joindre les deux bouts. Nous aiderons les parents à disposer du temps et de l'argent dont ils ont besoin pour élever leurs enfants. Nous aiderons les étudiants à payer leurs études supérieures et leur formation professionnelle. Nous augmenterons le salaire minimum fédéral. Nous ferons baisser les factures de téléphone cellulaire de 25 % et nous bonifierons les pensions de nos aînés.
Il y a quatre ans, nous avons promis que nous travaillerions à la réconciliation avec les peuples autochtones. C'est ce que nous sommes en train de faire et nous allons maintenir le cap sans faiblir. Le travail de réconciliation n'est pas terminé.
J'entends encore des députés chahuter, alors que le chef de leur parti veut envoyer l'armée. Ils protestent quand nous parlons de notre bilan en matière de réconciliation, alors qu'ils qualifient les manifestants autochtones de terroristes et que le gouvernement Harper n'a absolument rien fait dans ce dossier.
Les Canadiens s'inquiètent des actes de violence commis à l'aide d'armes à feu dans leurs quartiers, et nous allons nous attaquer à ce problème. Nous allons interdire les fusils d'assaut de type militaire. Nous allons collaborer avec les provinces et les territoires pour renforcer le système de santé pour offrir aux Canadiens les services qu'ils méritent. Je le répète, il est ahurissant que nous soyons ici à débattre de modifications au Règlement au lieu de parler de sujets tels que le changement climatique ou les soins de santé.
L'assurance-médicaments, par exemple, est l'une des pièces manquantes du régime universel de soins de santé du Canada. Le gouvernement prendra des mesures pour mettre en place le régime national d'assurance-médicaments dont les Canadiens ont besoin.
Ce sont des exemples qui montrent l'orientation que nous voulons donner à notre pays. Nous sommes d'avis que les parlementaires devraient faire passer les intérêts des Canadiens avant tout. Le Parlement n'est pas seulement l'endroit où nous exprimons nos désaccords; c'est aussi l'endroit où nous trouvons des terrains d'entente. Pour ce faire, il faut maintenir l'équilibre crucial dont j'ai parlé plus tôt.
J'exhorte les députés à examiner chacun des projets de loi dont la Chambre est actuellement saisie et dont elle sera saisie à l'avenir et à collaborer tous ensemble. Le Parlement a besoin de temps pour débattre, étudier et, au besoin, améliorer ces projets de loi. Ce n'est pas le moment de tenter des manœuvres politiques ou de faire de l'obstruction. Nous devrions plutôt tenir des débats constructifs sur les mesures législatives qui peuvent améliorer le sort des Canadiens. C'est le moment de faire ce qu'il faut pour le Parlement.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2020-02-28 12:21 [p.1751]
Madam Speaker, I would like to thank my hon. colleague from Portage—Lisgar for the speech she gave earlier.
I would like to reiterate from the outset that the government has a minority, which means quite frankly, clearly and objectively that it does not have the support of the House that it might like to have. That should be reflected in the way it works with the opposition.
I would also invite the House to revisit the mandate letter of the Leader of the Government in the House of Commons. The first thing he is asked to do would seem like a priority. He is asked to:
Lead the House Leadership team to bring a collaborative and effective approach to the minority Parliament, placing a priority on transparency and communicating with Canadians on the work of their Parliament.
I would like to make a few remarks about what has been asked of the Leader of the Government in the House of Commons. To that end, I will be sharing my time with my colleague from Saint-Jean.
The first requirement in the Prime Minister's mandate letter to the Leader of the Government in the House of Commons is leadership. I remind members that leadership involves leading people. To lead people, you need a place, an objective and a destination. That is the first thing. Of course, a minority government's first step should be to collaborate, as was mentioned earlier.
Beyond having a place and an objective, beyond collaborating and listening, leadership involves inspiring those around you. You need to be a source of inspiration, an influence, and I would even say a model, an example. A leader is a positive person whom people trust and want to follow through the battle. Trust is also an important component of leadership.
Naturally, all of this remains an essential condition to what is referred to in the mandate letter as a collaborative approach. Collaboration cannot be done alone, of course. We collaborate with the people around us, which means opening a space or sharing a common space with others. For this to happen, you have to reach out to others. You cannot stay in your own corner of the House of Commons. You have to listen to others.
When we listen to what other people are telling us on, say, an opposition day, we can make connections. Connecting can mean taking risks, but taking those risks and listening to others is one of the only ways to build relationships with them and earn their trust. That is the only way collaboration can happen.
I am sure everyone expects me to talk about the effective approach. We want leadership, we want to collaborate, we want to be effective. Effectiveness requires respect above all, respect and walking the talk. On many occasions, I have read and heard, here in the House and elsewhere, that the Leader of the Government in the House of Commons wants to collaborate and do every single thing in his mandate letter.
Why hold an opposition day on a Friday, then? I think that shows a lack of respect and a failure to walk the talk. In no way does it support collaboration or consistency. Trust, respect, collaboration and leadership have to be consistent too. People cannot say and do something one day and the opposite the next.
There are two things that are extremely important to me as a parliamentarian who answers to her constituents. The whole issue of transparency matters to me. I want my constituents to be able to know what is going on in the House. There are multiple discourses, from the government in power and from the opposition. The government cannot muzzle the House or claim that a single version of the facts is the only one that should be heard.
This is about transparency. We need to let the whole discourse unfold, because this is a debate. It is not an affirmation or a diktat. It is a debate. This is a space for ideological diversity, a space for establishing the various measures that must be put in place. That is why it is important for the whole discourse to be heard. It is not up to the government to decide what is going to happen.
A debate is a dialectical exchange. The goal is not to see who is right and make everyone else shut up. No, that is not the goal. Dialectics involves taking one idea and a contradictory or contrasting idea in order to arrive at something different. Naturally, the goal of every member of the House is to work for their constituents and find the best compromises. Compromises are also part of a debate.
As an MP, I said that I was concerned about transparency because I believe in our obligation to be accountable. I believe that we need to be accountable and that we are responsible for the decisions we make in the House. Canadians and Quebeckers need to be aware of what is happening in the House and they must have access to all speeches. That way they can make up their own minds and take action. Ultimately, we are working for them.
Communication is important to ensure that people are aware of what is happening in the House. The debates in the House reveal the hidden side of some subjects. We want to give voters all the information they need to make up their own minds and judge for themselves what to do. That is the very essence of democracy, the conditions necessary to exercising democracy. Opposition days are extremely valuable to voters and are part of this broad definition.
I will close by simply reminding members of the mandate letter of the Leader of the Government in the House of Commons, which reads as follows:
Lead the House Leadership team to bring a collaborative and effective approach to the minority Parliament, placing a priority on transparency and communicating with Canadians on the work of their Parliament.
I would like to ask the government House leader two rhetorical questions to give all members something to think about. By doing this, namely holding opposition days on Friday, does he think that he is fulfilling the responsibilities he was given in his mandate letter with respect to leadership, a collaborative and effective approach, transparency and communication? I have an answer for him. In my opinion, today, it is the opposition that acted as a House leader.
Madame la Présidente, j'aimerais remercier mon honorable collègue de Portage—Lisgar du discours qu'elle a prononcé plus tôt.
J'aimerais rappeler, d'entrée de jeu, que le gouvernement est minoritaire, ce qui signifie, de façon très plate, mais directe, claire et objective, qu'il n'est pas soutenu par la Chambre des communes de la façon qu'il souhaiterait peut-être l'être. Cela devrait transparaître dans sa façon de travailler avec l'opposition.
J'inviterais également la Chambre à revisiter la lettre de mandat du leader du gouvernement à la Chambre des communes. D'entrée de jeu, on lui formule une demande, qui, je l'imagine, est une priorité. La voici:
diriger l’équipe de leadership à la Chambre afin d’adopter une approche collaborative et efficace dans le cadre du Parlement minoritaire, en accordant la priorité à la transparence et à la communication avec les Canadiens au sujet des travaux du Parlement.
Bien évidemment, j'ai envie de revenir sur l'ensemble de cette demande qui a été faite au leader du gouvernement à la Chambre des communes. À cet effet, je partagerai mon temps de parole avec ma collègue de Saint-Jean.
La première chose qui est abordée dans cette demande du premier ministre au leader du gouvernement à la Chambre des communes est le leadership. Le leadership, je le rappelle, signifie tout d'abord diriger. Pour diriger, il faut avoir un lieu, un objectif et une destination. C'est la première des choses. Bien évidemment, l'idée première d'un gouvernement minoritaire devrait être de collaborer, comme on l'a dit plus tôt.
Au-delà du fait d'avoir un lieu et un objectif, de collaborer et d'être à l'écoute, quand on a du leadership, il faut inspirer les gens autour de nous. Il faut être une source d'inspiration, une influence, et je dirais même, un modèle, un exemple. Un leader, c'est une personne positive qu'on a envie de suivre jusqu'à la fin de la bataille et à qui on a envie de faire confiance. Le leadership repose également sur la confiance.
Bien sûr, tout cela demeure une condition sine qua non de ce qu'on appelle dans la lettre de mandat une approche collaborative. Collaborer, bien évidemment, cela ne se fait pas seul. On collabore avec les autres autour de nous et cela signifie offrir un espace, partager un espace commun avec l'autre. Pour qu'il y ait un espace commun, il faut aussi aller vers l'autre. Il ne faut pas rester dans son coin à la Chambre des communes, il faut écouter l'autre.
Lorsqu'on écoute ce que l'autre a à dire, par exemple, dans le cadre d'une journée de l'opposition, cela permet de créer des liens. Pour créer des liens, il faut parfois prendre des risques. Prendre le risque d'écouter l'autre est l'un des seuls moyens de tisser des liens et d'obtenir la confiance de l'autre, de façon à collaborer.
Évidemment, on se doute que je m'apprête à parler de l'approche efficace. On veut du leadership, on veut collaborer, on veut être efficace. Pour être efficace, il faut du respect. C'est la première des choses. Il faut du respect et une cohérence. À plusieurs reprises, j'ai lu et entendu, à la Chambre et ailleurs, que le leader du gouvernement à la Chambre des communes souhaitait justement collaborer et répondre in extenso à tout ce qui est dans sa lettre de mandat.
Pourtant, on a décidé de tenir une journée de l'opposition un vendredi. Selon moi, c'est un manque de respect et de cohérence. Bien sûr, la collaboration n'y est pas du tout, pas plus que la constance. La confiance, le respect, la collaboration et le leadership doivent aussi être constants. On ne peut pas parfois dire et faire quelque chose et, à d'autres moments, faire le contraire.
Deux choses sont extrêmement importantes pour moi, en tant que parlementaire qui est redevable à ses électeurs. Toute la question de la transparence m'interpelle. Je veux que mes électeurs puissent savoir ce qui se passe à la Chambre. Il y a plusieurs discours, dont celui du gouvernement qui est au pouvoir. Il y a aussi le discours de l'opposition. Or on ne peut pas museler la Chambre ni prétendre qu'une seule version des faits doit être entendue.
On parle de transparence. Il faut avoir le discours en entier, parce qu'il s'agit d'un débat. Ce n'est pas une affirmation ni un diktat, c'est un débat. C'est un espace pour la diversité idéologique et un espace permettant d'établir les diverses mesures à mettre en place. Il faut donc que tous les discours soient entendus. Ce n'est pas au gouvernement de décider de ce qui va arriver.
Un débat, c'est une dialectique. Le but n'est pas de savoir qui a raison et de faire taire les autres. Non, ce n'est pas cela. La dialectique, c'est de prendre une idée et son contraire ou une idée qui s'oppose afin d'en arriver à autre chose. Bien sûr, le but de chacun des députés de la Chambre est de travailler pour ses électeurs et de trouver les meilleurs compromis. Il faut aussi parler de compromis lorsqu'il est question d'un débat.
En tant que députée, j'ai dit que la transparence m'interpellait parce que je crois à notre obligation de rendre des comptes. Je crois qu'il faut que nous rendions des comptes, et je crois que nous sommes responsables des décisions que nous prenons à la Chambre. À cet effet, il faut que les Canadiens et les Québécois soient au courant de ce qui se passe à la Chambre et qu'ils aient accès à tous les discours. Ainsi, ils pourront se faire leur propre idée et agir. Au bout du compte, nous travaillons pour eux.
La communication est importante pour que les gens puissent être au courant de ce qui se passe à la Chambre. Les débats à la Chambre montrent la face cachée de certains sujets. Nous souhaitons donner l'information à nos électeurs pour qu'ils puissent se faire leur propre idée et juger eux-mêmes des mesures à prendre. C'est l'essence même de la démocratie, les conditions de son exercice. Les jours réservés à l'opposition sont absolument fertiles pour nos électeurs et font également partie de cette grande définition.
Je conclurai simplement en rappelant la lettre de mandat du leader du gouvernement à la Chambre des communes :
Diriger l’équipe de leadership à la Chambre afin d’adopter une approche collaborative et efficace dans le cadre du Parlement minoritaire, en accordant la priorité à la transparence et à la communication avec les Canadiens au sujet des travaux du Parlement.
J'aimerais poser deux questions rhétoriques au leader du gouvernement pour inviter tous les députés à une réflexion. En agissant de la sorte, c'est-à-dire en tenant la journée de l'opposition un vendredi, croit-il répondre à ce qu'on lui demande dans sa lettre de mandat quant au leadership et à l'approche collaborative et efficace et quant à la transparence et la communication? Je lui suggérerai une réponse. À mon avis, aujourd'hui, c'est l'opposition qui a agi comme leader à la Chambre.
View Christine Normandin Profile
BQ (QC)
View Christine Normandin Profile
2020-02-28 12:35 [p.1753]
Madam Speaker, I would like to set the tone for my speech by reading two quotes.
The first is something that the Prime Minister said on October 23, 2019, just after the election. He said, “Canadians have sent a clear message that they want their parliamentarians to work together, and I am committed to doing that”.
The second quote is a response the hon. member for Honoré-Mercier, the government House leader, gave to a statement in the House on December 6, 2019. He said, “...the government is under scrutiny. Well, all parliamentarians are under scrutiny by Canadians. On October 21, Canadians sent us a very clear message. They want us to work together and try to move forward together on matters of common interest.”
The Liberals have a minority government, and I think that they are losing sight of the fact that the term “political opponent” does not mean exactly the same thing as it does in a majority context. In a minority situation, today's opponents may be tomorrow's allies. From this perspective, I believe that the government did not really understand the message sent by Canadians. Canadians were saying that the government needs to work with us because progress will only be made if the entire House works together.
Opposition members, in contrast, truly understand the importance of working together and collaborating, as we have seen on opposition days. I would like to go over a few of the topics we have addressed on opposition days since this Parliament began, which was not that long ago. The House began its work in early December. Several things have emerged from opposition days.
On the first opposition day, the goal was to create a special committee on Canada-China Relations. The Conservatives' motion reminded us that it is important to review the government's conduct to ensure that the diplomatic crises we have experienced in recent months and years, some involving China, do not happen again.
That opposition day reminded the government that it is on notice, that the opposition will make sure the government conducts itself impeccably, that the House is accountable to the people and that all the government's actions must be transparent. We reminded the government that we are keeping a close eye on it, that we are ready to intervene and that we will make sure Canada has good diplomatic relations. That probably would not have happened if the government had a majority.
The second opposition day motion to be voted on called for an audit of the government's investing in Canada plan. It had come to parliamentarians' attention that the Parliamentary Budget Officer posted that budget 2018 provided an incomplete account of the changes to the government's $186.7-billion infrastructure spending plan.
Parliamentarians seized upon the opportunity provided by a Conservative proposal that would give the Parliamentary Budget Officer more powers, authorize him to immediately conduct an audit of spending under the government's investing in Canada plan and ask him to report to the House. Again, in this context, the opposition took a watchdog role, keeping an eye on what is happening in the House. The opposition fully understood its importance, and, above all, it understood the importance of collaboration, because the opposition voted as a bloc—no pun intended.
On the third opposition day, we debated a motion to instruct the Standing Committee on Public Safety and National Security to conduct hearings into the death of Marylène Levesque. Parliamentarians studied the question on a Conservative opposition day. The Conservatives highlighted the importance of reviewing certain procedures, including the provision of training to Parole Board officers.
As we mentioned then, although the Bloc did not fully agree with the proposed wording, it supported the motion nonetheless. The opposition used a full day of debate to clarify the nuances and important subtleties. Bloc members explained why it was important to support the Conservative motion, even though it was not perfect.
A full day of debate allowed us to leave no stone unturned so that everyone, both in the House and in our ridings when we return to speak with our constituents, clearly understood what was at play with that proposal.
The last proposal I want to talk about is the one from the Bloc Québécois; I would really be remiss if I let it go unmentioned. It dealt with the issue of special employment insurance sickness benefits. The opposition day served to shed light not only on an important issue, an issue of compassion that affects people in every riding, but also on the unfairness that exists between workers who are laid off when a business closes and those who stop working because of a serious illness. Together with the Conservatives, the Bloc and the NDP called on the government to increase the benefit period to 50 weeks to ensure fairness between the different categories of workers. Again, it was an opposition day that produced results and allowed the parties to collaborate well together.
Unfortunately, while the decision to set the Conservatives' opposition day for a Friday was clearly intended to punish that party first and foremost, the government does not seem to realize that it punishes the entire population. It deprives them of their right to share ideas from all walks of life, ideas that advance our society and days that give everyone the opportunity to understand the issues of the day.
On the other hand, it is never too late to do the right thing; I think this is what we must keep in mind this week. We saw this with the rail blockade crisis. It seems that the government has finally implemented what the Bloc has been proposing from day one, from the very beginning of the crisis. Apparently, we might finally be approaching a way out of this crisis. Similarly, I would suggest to the government that, once again, it is not too late to do the right thing.
At the beginning of the parliamentary session, there seemed to be a real desire to work together, to advance issues collaboratively. However, it feels like things are going sideways. Once again, it is not too late to change course, to get things back on track and make sure that parliamentarians work together.
If people are already having a hard time getting along, just a few months into this Parliament, and if people already have bad attitudes when we have just barely started our work, then I cannot even imagine what the future holds if we do not fix this situation.
We are being told that more opposition days would mean losing some time to debate other key issues. However, if we do not fix things right now, and if we get caught up in never-ending procedural arguments in the long term, then I fear that we will lose even more days of work. If we are arguing amongst ourselves, starting with little shots at each other and moving up to an eye for an eye, then will all end up blind. That is not what we want.
This is why the Bloc Québécois commends the Conservatives for moving this motion, which I believe is a levelheaded response to a slap in their face. This motion sends a message by creating the least amount of collateral damage possible. This motion serves as a reminder to the government that, although it has acknowledged it in the past, it does not seem to understand that it is a minority government.
Madame la Présidente, j'aimerais donner le ton de mon discours en présentant deux citations.
La première citation provient du premier ministre et date du 23 octobre 2019, c'est-à-dire peu après l'élection. Il a dit: « je pense que c'est important de reconnaître que les Canadiens nous demandent de mieux travailler ensemble en tant que parlementaires, et je m'engage à faire ça [...] ».
La deuxième citation date du 6 décembre 2019. Il s'agit d'une réponse à une déclaration à la Chambre qui émane de l'honorable député d'Honoré-Mercier et leader parlementaire du gouvernement à la Chambre. Il a dit que « [...] le gouvernement est sous surveillance. Tous les parlementaires sont sous la surveillance des Canadiens. Les Canadiens nous ont envoyé un message très clair le 21 octobre: ils veulent qu'on collabore, ils veulent qu'on essaie d'avancer ensemble sur des choses communes ».
Le gouvernement est minoritaire, et j'ai l'impression qu'il est en train de perdre de vue que la notion d'adversaire politique n'est pas exactement la même qu'en contexte majoritaire. Dans un contexte minoritaire, les adversaires d'un jour peuvent également être les alliés du lendemain. Dans ce contexte, je crois que le gouvernement n'a pas bien saisi le message envoyé par la population, selon lequel il doit travailler avec nous, car c'est avec la collaboration de l'ensemble de la Chambre que les dossiers pourront avancer.
D'ailleurs, je dirais que les députés de l'opposition ont bien saisi l'importance de travailler de concert et de collaborer. Nous l'avons vu lors des journées de l'opposition. Je me permettrai de faire un retour sur quelques sujets abordés lors des journées de l'opposition depuis le début de la législature. Ce n’est pourtant pas si loin que cela. Les travaux de la Chambre ont commencé au début du mois de décembre. Plusieurs choses ont émané des journées de l'opposition.
La première journée de l'opposition avait pour but la création d'un comité spécial sur les relations sino-canadiennes. Dans le cadre de cette motion, qui émanait des conservateurs, nous avons rappelé l'importance de revoir les façons de faire du gouvernement pour nous assurer que les crises diplomatiques que nous avons connues dans les derniers mois et les dernières années, notamment avec la Chine, ne se reproduisent pas.
La journée de l'opposition a servi à rappeler au gouvernement qu'il était justement sous surveillance, que l'opposition s'assurera que ses façons de faire sont impeccables, que la Chambre est redevable à la population et que rien ne doit se faire sans transparence. Nous avons rappelé au gouvernement que nous le surveillons, que nous sommes prêts à intervenir et que nous nous assurerons d'avoir de bonnes relations diplomatiques, ce qui n'aurait probablement pas été fait si le gouvernement avait été majoritaire.
La deuxième motion votée dans le cadre d'une journée de l'opposition est celle ayant trait à la vérification du plan gouvernemental Investir dans le Canada. Il est venu à l'oreille des parlementaires que le directeur parlementaire du budget a indiqué que le budget de 2018 présente un compte rendu incomplet des changements apportés au plan de 186,7 milliards de dollars de dépenses du gouvernement dans les infrastructures.
Les parlementaires ont saisi la balle au bond dans le cadre d'une proposition émanant des conservateurs. Celle-ci visait à donner plus de pouvoirs au directeur parlementaire du budget, à lui permettre de procéder immédiatement à une vérification des dépenses du plan gouvernemental Investir dans le Canada et à lui demander de faire un rapport à la Chambre. Encore une fois, dans ce contexte, l'opposition s'est fait le chien de garde de ce qui se passe à la Chambre. L'opposition a bien compris son importance et, surtout, l'importance de collaborer, puisque c'est en bloc — sans mauvais jeu de mots — que l'opposition a voté.
Lors de la troisième journée de l'opposition, nous avons abordé une motion visant à donner l'instruction au Comité permanent de la sécurité publique et nationale de tenir des audiences relativement au décès de Marylène Levesque. Les parlementaires se sont penchés sur la question lors d'une journée de l'opposition réservée aux conservateurs. Ces derniers ont soulevé l'importance de revoir certains procédés, notamment quant à la formation des agents de la Commission des libérations conditionnelles.
Comme nous l'avons mentionné ce jour-là, bien que le Bloc n'était pas d'accord sur l'entièreté du libellé proposé, il a néanmoins appuyé la motion. L'opposition s'est servie d'une journée complète de débats pour bien faire comprendre les nuances et les subtilités importantes. Les députés du Bloc ont expliqué pourquoi il était important d'appuyer la motion des conservateurs, malgré qu'elle ne soit pas parfaite.
Une journée complète de débat nous a permis de ne laisser aucune pierre non retournée, pour que tout le monde, autant à la Chambre que sur le terrain quand nous y retournons pour parler à nos concitoyens, comprenne très clairement quel était l'enjeu avec cette proposition-là.
La dernière proposition dont je veux parler — je ne peux pas la passer sous silence — est celle qui émanait du Bloc québécois. C'est le dossier des prestations spéciales de maladies de l'assurance-emploi. À cet égard, la journée de l'opposition a servi non seulement à mettre en lumière un enjeu important, un enjeu de compassion qui touche des gens dans les circonscriptions de tous les parlementaires. Nous avons mis en lumière l'iniquité qui existe entre les travailleurs qui sont mis à pied à la suite d'une fermeture d'entreprise, par exemple, et ceux qui doivent cesser de travailler à la suite d'une maladie grave. C'est de concert que les conservateurs, le Bloc et le NPD ont demandé au gouvernement de rehausser le seuil des prestations à 50 semaines, afin de veiller à ce qu'il n'y ait pas d'injustice entre les différentes catégories de travailleurs. Encore une fois, c'est une journée de l'opposition qui a porté ses fruits et qui aura permi une bonne collaboration entre les partis à ce sujet.
Malheureusement, bien que le fait de fixer une journée de l'opposition des conservateurs un vendredi venait visiblement de la volonté primaire de punir les conservateurs, le gouvernement ne s'en rend pas compte, mais il punit l'ensemble de la population à qui on retire le droit d'avoir des idées qui émanent de partout, des idées qui servent à faire progresser la population et des journées qui permettent de bien comprendre différentes questions d'actualité.
Par contre — et je pense que c'est le message qu'on doit retenir cette semaine — il n'est jamais trop tard pour bien faire. On l'a vu dans le contexte de la crise des blocus ferroviaires. Ce que le Bloc a proposé d'entrée de jeu, dès le début de la crise, semble finalement être mis en application par le gouvernement. On sent qu'on arrive potentiellement, enfin, à une sortie de crise. De la même façon, je soumets au gouvernement qu'il n'est, encore une fois, pas trop tard pour bien faire.
En début de session parlementaire, on partait d'une belle volonté de travailler ensemble, de faire avancer conjointement des dossiers. Cependant, il me semble qu'on est en train de déraper un peu. Encore une fois, il n'est pas trop tard pour corriger le tir, se réaligner dans le sens des planches et s'assurer que les parlementaires travaillent ensemble.
Si la mauvaise entente commence d'ores et déjà, après quelques mois à peine de travaux parlementaires, s'il y a déjà une attitude délétère qui s'installe au-dessus de nos têtes, alors que nous venons seulement de commencer à travailler, et qu'on ne redresse pas la situation, je n'ose même pas imaginer à quoi cela pourra ressembler dans le futur.
On nous dit que le fait d'octroyer davantage de journées de l'opposition nous fait perdre un peu notre temps et ne nous permet pas de débattre d'autres enjeux clés. Toutefois, si nous ne corrigeons pas le tir immédiatement et que nous sombrons dans des guerres de « procédurite » à ne plus finir, à long terme, j'ai peur que nous ne perdions encore plus de journées de travail. Si nous sombrons dans cette espèce de guéguerre interne où nous commençons à nous donner de petites tapes sur la « suce », et qu'éventuellement nous en venons à des coups beaucoup plus francs avec l'attitude « œil pour œil, dent pour dent », nous allons finir borgnes, toute la bande. Ce n'est pas ce que nous souhaitons.
C'est dans ce contexte que le Bloc salue aujourd'hui la proposition des conservateurs qui, à mon avis, est une réponse posée à un affront ouvert qui leur a été fait. C'est une mesure qui permet de passer un message en faisant le moins de dommages collatéraux possible. Cette motion permet de rappeler au gouvernement ce qu'il semble avoir dit, mais n'avoir pas compris, c'est-à-dire qu'il est minoritaire.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
View Jack Harris Profile
2020-02-28 12:49 [p.1755]
Madam Speaker, I will say at the outset that I am sharing my time with the hon. member for Rosemont—La Petite-Patrie. I am very happy to do so because I think he has a significant contribution to make to the debate, as has been noticed in the past.
I am pleased to have an opportunity to speak in this debate because I think it is an important one. It is an opportunity to add three more opposition debate days to the calendar. That may be technical and require a change to the statutory rules, the instruments of the House, the Standing Orders. However, it is an addition that is very valid and welcome in this minority Parliament.
There is a special reason for that. I will not go into the reasons why the Conservatives were prompted to do this in this particular instance, but I will say that we are dealing with a government that is acting in a manner that is not in keeping with the expectations of Canadians to co-operate with other parties to deliver a good government. There are many examples of that.
I will go over some of the valid and excellent motions that were brought forward by our party on opposition days over the last number of years. These motions were extremely important to the future of the country and to the people of Canada. I hope that those listening will agree that in the last election no party was given a majority. We had had four years of a Liberal majority, and people said they did not want that. They wanted the parties to work together to deliver good government.
What we are getting from the government is that its agenda is the only agenda that matters. That is all it wants to do. The government wants to run the House as if it had a majority, and it is not really prepared to listen to what the opposition has to say.
Here is an opportunity for the Liberals to agree that we need to hear more from the opposition. We might ask the opposition to be more constructive sometimes, but the opposition is here to provide an alternative and to hold the government to account. We have tried over many years, including in this Parliament, to provide constructive opposition day motions.
The first example is the most recent, which occurred on February 26. It was a motion calling on the government to change its proposed tax cuts by targeting benefits to those families earning less than $90,000 a year. The savings could then be used to add a dental care program for those who do not have a dental program. That was an important debate. The government did not listen to it, but that is its prerogative.
Canadians were able to listen to the proposal to use part of the $6.85 billion per year that the government proposes to spend on a so-called middle-class tax cut, of which at least $1.6 billion is going to those who are making in excess of $90,000 a year, to create a dental plan.
The tax cut will give those who are making in excess of $90,000 a year a $340 break on their taxes, while people who make less than $15,000 will save $1. That is the middle-class tax cut for them.
We said take the top part of that, the $1.6 billion from those making more than $90,000 a year, and use a portion of it, not even all of it, to ensure that those who do not have dental care plans, like every member in the House has, would get an opportunity to have access to dental care.
That is a very important motion, a very important provision and a very important proposal to compromise with the government's stated aim to have what it calls a middle-class tax cut.
That is only one example, and examples are repeated time and again in a review of NDP motions in the past. In May 2019, there was a motion by our leader, the member for Burnaby South, for a declaration of an environment and climate emergency. We have had considerable motions over the last number of years on the importance of the climate and concerns about climate change.
We had a motion in February of last year addressing Canada's housing crisis, which is still a significant issue and one that the government is struggling to have credibility on. This keeps the issue on the table and it gives an opportunity to the government to see where to go if it wants co-operation in the House, which is what Canadians want.
In November of the previous year we had a motion on service standards for Canadian veterans. We have still not seen the results of that, but it was brought to the House by an opposition day motion. Members had a full day to debate the importance of veterans getting the services they need, getting the attention they need, and getting beyond this continuous and long-standing wait-list, which is depriving them of the services they need and are entitled to. It is still going on, regardless of the fact that this was brought in during a majority government. Maybe in a minority government with more opposition days these issues would actually get dealt with, because the government will be told by parliamentarians elected by all Canadians what the priorities are.
This is certainly a big priority for me, for our party and for the people of my province. Indeed, it is a big priority for the whole country, which has the important issue of support for veterans on their minds.
We have discussed other issues that are of world importance, such as our debate in June 2017 on nuclear disarmament. What could be more important, in terms of making the world a safer place for our children and the future, than moving forward on the motion of nuclear disarmament in a world that is getting a bit more uncertain as time goes on?
We introduced a bill on a universal pharmacare program. That was debated in the House in October 2017, thanks to the New Democratic Party, and we now have legislation before the House. It is a matter that at least has the attention of the Liberals, but I have not seen any sign that we are going to have a public system that Canadians want, similar to what is contained in the Canada Health Act.
Issues that keep coming back again and again were sometimes brought to the House by New Democrats, not necessarily for the first time, but in a forceful and positive way looking for solutions.
A motion on care for first nations children was brought forward by the member for Timmins—James Bay in November 2016.
I could go on but I will go back to one issue that comes up again and again, and I am talking about the motions brought forward by the New Democratic Party on climate change. We can go as far back as February 2007, with a motion on the Kyoto protocol, which the previous government got rid of.
In 2007, a climate change action plan was brought forward by former leader Jack Layton of the New Democratic Party. That was more than 12 years ago. Climate change action has been on the NDP agenda for more than a decade. Climate change has now reached a crisis point. We recognized that crisis many years ago. The government is now at least listening, but where are we in terms of enforceable standards? Where is the plan? Where are the timetables? Where is the reporting back to the House?
These issues are still there, but they were brought to the House in important opposition day motions.
I have one minute left and I am happy to devote it to a motion brought forward by my former colleague Romeo Saganash on the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, also known as UNDRIP. This is an extremely important resolution from the United Nations supported by the Government of Canada but not yet brought into force. It was adopted by the Government of British Columbia. It is extremely important in terms of what we are dealing with these days with the Wet'suwet'en in British Columbia.
Opposition day motions are so important for Canadians and for this House of Parliament. We should have more of them.
Madame la Présidente, j'aimerais d'abord souligner que je vais partager mon temps de parole avec le député de Rosemont—La Petite-Patrie. Je suis très heureux de le faire parce que je pense qu'il a beaucoup à apporter au débat, comme on a pu le voir par le passé.
Je suis ravi d'avoir l'occasion de participer à ce débat, car il est important à mon avis. On veut ajouter trois journées de l'opposition au calendrier. C'est peut-être une mesure qui exige une modification des règles, des instruments de la Chambre, du Règlement. Il n'en demeure pas moins que ce serait un ajout très valable et utile dans un contexte de gouvernement minoritaire.
Une raison bien spéciale sous-tend cette demande. Je ne m'attarderai pas aux raisons qui ont poussé les conservateurs à faire cette demande dans ce cas-ci, mais je tiens à souligner que nous avons affaire à un gouvernement qui ne tient pas compte des attentes des Canadiens, qui, eux, souhaitent qu'il collabore avec les autres partis pour gouverner de manière efficace. Il y a de nombreux exemples de cela.
Je vais passer en revue quelques-unes des excellentes motions que le NPD a présentées au cours des dernières années à l'occasion de journées de l'opposition. Ces motions étaient extrêmement importantes pour l'avenir du pays et pour les Canadiens. J'espère que les gens qui nous écoutent conviendront que, à l'issue de la dernière élection générale, aucun parti n'a obtenu de majorité. Après quatre années d'un gouvernement libéral majoritaire, les gens ont dit qu'ils en avaient assez. Ils souhaitaient que les partis travaillent ensemble pour assurer une saine gestion publique.
Or, le gouvernement nous dit que son programme est le seul qui compte. C'est tout ce qu'il veut faire. Le gouvernement veut diriger les travaux de la Chambre comme s'il était majoritaire et il n'est pas vraiment disposé à écouter ce que l'opposition a à dire.
Nous offrons aux libéraux l'occasion de convenir qu'ils doivent être davantage à l'écoute de l'opposition. On peut parfois demander à l'opposition d'être plus constructive; toutefois, l'opposition est là pour offrir une solution de rechange et pour demander des comptes au gouvernement. Depuis de nombreuses années, y compris au cours de la présente législature, nous tentons de présenter des motions constructives à l'occasion des journées de l'opposition.
Le plus récent exemple remonte au 26 février. Il s'agissait d'une motion demandant au gouvernement de modifier ses réductions d'impôts proposées en s'efforçant de procurer des avantages aux familles qui gagnent moins de 90 000 $ par année et d'utiliser les économies ainsi générées pour fournir une assurance de soins dentaires à ceux qui n'en ont pas. C'était un débat important. Le gouvernement n'a rien voulu entendre, mais c'est son droit.
Les Canadiens ont pu prendre connaissance de la proposition d'utiliser une partie des 6,85 milliards de dollars par année que le gouvernement propose de consacrer à une supposée baisse d'impôt pour la classe moyenne, dont au moins 1,6 milliard de dollars iraient à des gens qui gagnent plus de 90 000 $ par année, pour créer un régime de soins dentaires.
La baisse d'impôt proposée permettra aux contribuables qui gagnent plus de 90 000 $ par année d'économiser 340 $ d'impôt, alors que ceux qui gagnent moins de 15 000 $ vont économiser 1 $. Voilà ce que la baisse d'impôt pour la classe moyenne fera pour eux.
Notre proposition consistait à prendre une partie de l'argent, les 1,6 milliard de dollars destinés à ceux qui gagnent plus de 90 000 $ par année, et utiliser une portion de ce montant, même pas la totalité, pour donner accès à des soins dentaires à ceux qui, contrairement à nous les députés, n'ont pas de régime d'assurance dentaire.
C'était une motion très importante, une disposition très importante, une proposition très importante pour amener le gouvernement à faire un compromis à propos de ce qu'il appelle une « baisse d'impôt pour la classe moyenne ».
Ce n'est qu'un exemple, mais il suffirait de passer en revue les motions présentées par le NPD jusqu'ici pour constater qu'il y en a plein d'autres. En mai 2019, par exemple, notre chef, le député de Burnaby-Sud, a présenté une motion visant à déclarer l'urgence environnementale et climatique. La Chambre a été saisie d'un nombre considérable de motions sur le climat et les changements climatiques depuis quelques années.
En février 2019, nous avons étudié une motion visant à régler la crise du logement qui secouait le pays, et qui le secoue encore. Il s'agit d'un enjeu capital pour lequel, il faut le dire, le gouvernement a peu de crédibilité. Ce genre de motion permet d'éviter que certains enjeux tombent dans l'oubli, en plus d'indiquer au gouvernement ce qu'il a à faire s'il veut obtenir la collaboration de la Chambre, ce que souhaitent les Canadiens, je le rappelle.
En novembre de l'autre année, la Chambre a été saisie d'une motion sur la qualité des services offerts aux vétérans du pays. Nous n'en avons toujours pas vu les résultats, mais il n'en demeure pas moins qu'elle a été présentée à l'occasion d'un jour désigné. Les députés ont alors eu une journée complète pour en débattre et expliquer à leurs collègues pourquoi il est si important que les vétérans obtiennent les services et le soutien dont ils ont besoin au lieu de poireauter sur une liste d'attente interminable. Le problème est loin d'être réglé, cela dit, même si le gouvernement était majoritaire quand il a été abordé. Peut-être que, le gouvernement étant maintenant minoritaire, s'il y avait plus de jours désignés, les problèmes comme celui-là trouveraient une solution, parce que ce serait les parlementaires élus par l'ensemble des Canadiens qui dicteraient les priorités.
Chose certaine, il s'agit d'une priorité pour moi personnellement, pour mon parti et pour les habitants de ma province. J'irais même jusqu'à dire qu'il s'agit d'une priorité pour le pays au grand complet, car le bien-être des vétérans devrait toujours être présent à notre esprit.
Nous avons discuté d'autres enjeux d'importance mondiale, notamment lors du débat sur le désarmement nucléaire qui s'est tenu en juin 2017. Quoi de plus important pour rendre le monde plus sûr pour l'avenir de nos enfants que de donner suite à la motion sur le désarmement nucléaire dans un monde qui est toujours un peu plus incertain?
Nous avons présenté un projet de loi sur la création d'un régime universel d'assurance-médicaments. Grâce au Nouveau Parti démocratique, cette question a été débattue à la Chambre en octobre 2017. Un député néo-démocrate a présenté un projet de loi là-dessus au cours de la présente législature. Les libéraux s'intéressent à cette question, mais rien ne me permet de croire que le pays sera bientôt doté d'un régime public d'assurance-médicaments inspiré du contenu de la Loi canadienne sur la santé. C'est pourtant ce que souhaitent les Canadiens.
Des questions qui reviennent sans cesse dans l'actualité ont parfois été présentées à la Chambre par les néo-démocrates, pas nécessairement pour la première fois, mais de manière énergique et positive, afin que l'on puisse trouver des solutions.
Une motion portant sur les soins destinés aux enfants des Premières Nations a été présentée par le député de Timmins—Baie James en novembre 2016.
Je pourrais continuer, mais je vais revenir sur une question qui est soulevée continuellement, soit les motions présentées par le Nouveau Parti démocratique sur les changements climatiques. On peut remonter à février 2007, où nous avons présenté une motion sur le protocole de Kyoto, que le gouvernement précédent a rejetée.
En 2007, Jack Layton, l'ancien chef du Nouveau Parti démocratique, a présenté un plan d'action sur les changements climatiques. C'était il y a plus de 12 ans. La lutte contre les changements climatiques fait partie du programme du NPD depuis plus d'une décennie. Les changements climatiques ont maintenant dégénéré en crise. Nous avons reconnu cette crise il y a de nombreuses années. Au moins, maintenant, le gouvernement écoute, mais où en sommes-nous en matière de normes exécutoires? Où est le plan? Où sont les échéanciers? Où est l'obligation de faire rapport à la Chambre?
Nous débattons toujours de ces questions, mais elles ont été soulevées à la Chambre à l'aide d'importantes motions de l'opposition.
Il me reste une minute et je suis heureux de la consacrer à une motion présentée par mon ancien collègue Romeo Saganash, qui porte sur la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Il s'agit d'une résolution extrêmement importante adoptée par les Nations unies et appuyée par le gouvernement du Canada, mais elle n'est pas encore entrée en vigueur. Elle a été adoptée par le gouvernement de la Colombie-Britannique. Elle est extrêmement importante à la lumière de ce qui se passe ces jours-ci avec les Wet'suwet'en en Colombie-Britannique.
Les motions de l'opposition sont cruciales pour les Canadiens et pour la Chambre des communes. Nous devrions en présenter davantage.
View Corey Tochor Profile
CPC (SK)
View Corey Tochor Profile
2020-02-28 13:19 [p.1760]
Madam Speaker, Canada needs more democracy. Better yet, Canada needs better democracy.
The frustrations of the opposition over the government's decisions and its policies can be seen in the streets, on the rails and online, but the Prime Minister is not getting the message. Our country needs more debate and more opposition days if Canada is to be saved.
Our economy and large sectors of our job creators are on their knees. Canada is tearing itself apart. I love our country, but I do not think the Liberals love my province or my people. The Liberals should want to enter into more debate on how we can fix Canada. Our country is at a crossroads.
This week, we witnessed massive nation-building projects shut down. The government is ignoring the pleas for help and support from the 20 elected band chiefs who want the Coastal GasLink and the 14 reserves that support the Teck mine. These are projects that support good-paying jobs, are environmentally friendly and can help Canada grow and get us off our knees, but the government is ignoring them. Instead, the Liberal government is listening to the pollsters, the UN and the elites. The Liberals need to start listening to the majority of MPs who were sent here with an agenda that is different from theirs.
Before being elected federally by the good people of Saskatoon—University, I was honoured to serve two terms in the Saskatchewan legislative assembly. I was lucky enough that my colleagues elected me the 25th Speaker of our assembly. I know what it is like to work in consensus with government, the opposition and the NDP to find ways forward. I believe we can do that in this Parliament, and it is with this experience of reference that I enter the 43rd Parliament.
I have seen first-hand how an effective opposition can challenge a government for the betterment of all. I have sat in government, I have sat in the Speaker's chair, and now I sit in opposition. I bring a unique viewpoint on how our democracy does or does not work. It is not a zero-sum game, as some would have us believe. My experience is that when governments grant time and availability to opposition, ultimately it is democracy, the governing party and the people themselves who benefit.
I would say this to the Liberal members who are here today: When governments fight against transparency and scrutiny, it is their public support that hurts. We have seen in recent polling that the government is failing our country. I challenge the Liberals not to fight for less debate. Now more than ever, I believe debate is needed in Canada. Too many important issues are at stake. If the government truly values transparency, it will champion motions such as this one.
I am fearful that the Liberal government will desire to stay in the shadows and hide from debate. Some Liberals will want other opposition parties to join them, but I believe the human spirit and a desire to fulfill our honourable work as members of Parliament will overcome this darkness.
Our Westminster-based democracy works best only when we witness vigorous debate in this chamber. This chamber was set up for that reason, with the government to the right of the Speaker proposing an agenda, opposition parties across the aisle vigorously debating what is at stake, and independent media watching over the top. That is is how Westminster democracies properly work. This configuration has been our tradition for over 150 years in this country.
I believe everyone in this chamber is honourable and wants a better nation. We need more debate on the big issues we face today. Through these debates and honest dialogue, we will get the best solutions for Canadians.
I propose that liquefied natural gas exported from Canada will lower the use of coal and greenhouse gases around the world and provide jobs and wealth to Canada. I ask fellow parliamentarians to change my view if they disagree with that statement, and that is the debate we need to have.
This is the forum to have that debate. We should be encouraging more debates, not less. I might be new here, but I still believe my arguments can change the direction of the country. However, I have been here long enough to know that others can change my opinions. It is how democracy should work. It is how we should get the best decisions for all of Canada.
If the Liberal government is so sure that it is correct, then providing more opportunity to debate its policy should be welcomed. On October 21 of last year, the Liberal government was punished and lost its majority, because, in part, it could not defend its agenda.
This motion today would grant the Liberals this forum to defend their agenda. If the Liberals believe in their agenda, democracy and this country, I hope they will vote in favour of the motion.
For the other non-government members of the House, why were we sent here? We have the honour to sit in this chamber because the majority of people in our home ridings wanted a new and different direction for our country, a different direction than what the Liberals were proposing. We won the right to be called members of Parliament, because people wanted their voices in Ottawa, a voice different from the Liberals. Today, we have the opportunity to let that voices be heard. Granting more debate will result in more real democracy.
Another important part of the Westminster democracy that needs attention and could benefit from more debate is the press.
I find it shocking that during most question periods, we have a handful of press members watching the proceedings. I know other people watch electronically, but that is a sad state when we compare the press we had 10 to 20 years ago. That decline is seriously jeopardizing our democracy and needs to be addressed if we are going to be a successful country.
We only have a strong democracy if we have a strong independent press. I along with many in Canada are concerned with the direction of media in our nation. We should be welcoming new media platforms, new stories, new sources and new reporting of our debates. If this motion to increase debate in the House of Commons is successful, it could encourage more media coverage, more attention and itself help save independent press. The alternative is more taxpayer dollars subsidizing the slowing of the decline of media in Canada. We can change that.
If we are successful, more debates will happen, democracy will be enhanced and Canada can be saved. Opposition days for other parties will welcome new and different motions to be debated. Who would not want to hear different views and beliefs from different ridings across Canada? The Liberals believe only their views are to be heard and thought.
I cannot say that I will vote in favour of the motions of other parties in future days, but I do welcome that debate. We as Parliamentarians have the honour to be that voice in that debate.
If the solutions to the problems our country is facing are to be found, this motion needs to be passed.
All of us will be returning to our ridings next week. Many of us will be hearing directly from Canadians. We hopefully will hear about solutions, what real people are facing and hopefully exchange ideas on what we can do better in our great country. We need the ability to bring those new ideas forward. The motion would allow for that: more opposition days, more debate and more ideas to be shared. It is what well-functioning democracies should be like.
Motions such as this one highlight how a minority Parliament can and should work. Opposition members have shown Canadians how we can work. Let us continue this work.
Madame la Présidente, au Canada, on a besoin de plus de démocratie. Je dirais même qu'on a besoin d'une meilleure démocratie.
Le mécontentement de l'opposition quant aux décisions et aux politiques du gouvernement se manifeste dans les rues, sur les chemins de fer et sur Internet, mais le premier ministre fait la sourde oreille. Si nous voulons sauver notre pays, nous devons débattre davantage et prévoir plus de journées de l'opposition.
L'économie et les secteurs importants qui favorisent la création d'emplois sont au bout du rouleau. Le Canada est en train de se déchirer. J'aime notre pays, mais je ne pense pas que les libéraux aiment ma province et ses habitants. Les libéraux devraient accepter de débattre davantage de la façon dont on peut arranger les choses au Canada. Notre pays est à la croisée des chemins.
Cette semaine, nous avons assisté à l'annulation d'énormes projets qui auraient participé à l'édification de la nation. Le gouvernement ignore les appels à l'aide des 20 chefs de bande élus qui sont en faveur du projet Coastal GasLink et des 14 réserves qui appuient le projet Frontier. Ce sont des projets qui contribuent à la création d'emplois bien rémunérés, qui sont respectueux de l'environnement et qui peuvent aider le Canada à croître et à se relever. Au lieu de cela, le gouvernement libéral préfère s'intéresser aux sondages, à l'ONU et aux élites. Les libéraux doivent commencer à écouter la majorité des députés, qui ont été élus pour réaliser un programme qui est différent du leur.
Avant d'être élu à l'échelon fédéral par les habitants de Saskatoon—University, j'ai eu l'honneur de servir deux mandats à l'Assemblée législative de la Saskatchewan. J'ai eu l'extrême privilège d'être choisi par mes collègues pour agir à titre de 25e Président de l'assemblée. Je sais ce que représentait la recherche de consensus avec le gouvernement, l'opposition et le NPD pour réaliser des progrès. Je crois que la présente législature peut y arriver, et c'est fort de cette expérience que travaillerai au sein de la 43e législature .
J'ai constaté par moi-même comment une opposition efficace peut interpeller un gouvernement dans l'intérêt de tous. J'ai siégé au gouvernement, j'ai occupé le fauteuil de Président et, aujourd'hui, j'occupe les banquettes de l'opposition. J'apporte un point de vue unique sur la façon dont notre démocratie peut être efficace ou non. Ce n'est pas une situation de gagnant-perdant comme certains tentent de nous le faire croire. Selon mon expérience, quand les gouvernements accordent temps et disponibilité à l'opposition, au bout du compte, c'est profitable pour la démocratie, le parti au pouvoir et toute la population.
Je souhaite rappeler aux députés libéraux présents aujourd'hui que, lorsqu'un gouvernement refuse de se montrer transparent et de se soumettre à la critique, il perd le soutien de la population. Des sondages récents montrent que le gouvernement ne sert pas les intérêts du pays. J'encourage vivement les libéraux à ne pas chercher à réduire les débats. Le Canada a plus que jamais besoin de débats, car beaucoup de questions cruciales sont en jeu. Si le gouvernement attache vraiment de l'importance à la transparence, il appuiera des motions comme celle-ci.
Je crains que le gouvernement libéral choisisse de rester dans l'ombre et d'éviter les débats. Certains libéraux souhaiteront que des partis de l'opposition se joignent à eux. Pour ma part, je crois que nous pourrons surmonter cette noirceur grâce à notre humanité et à notre désir d'accomplir le travail honorable qui nous incombe à titre de députés.
La démocratie canadienne, fondée sur le modèle de Westminster, est à son meilleur quand la Chambre peut tenir des débats vigoureux. C'est d'ailleurs la raison d'être de la Chambre. Le gouvernement, placé à la droite du fauteuil de la présidence, propose un programme; les partis d'opposition, de l'autre côté de l'allée, débattent vigoureusement des enjeux; et les médias indépendants regardent le tout d'en haut. Voilà comment fonctionnent les démocraties du modèle Westminster. C'est la configuration traditionnelle qui existe au Canada depuis plus de 150 ans.
Je crois que tous les députés sont des gens honorables qui souhaitent faire du Canada un pays meilleur. Nous avons besoin de débattre des grands enjeux actuels. C'est grâce à ces débats et à un dialogue honnête que nous arriverons aux meilleures solutions qui soient pour les Canadiens.
J'estime que le gaz naturel liquéfié exporté par le Canada contribuera à réduire la consommation de charbon et les gaz à effet de serre partout dans le monde tout en créant des emplois et de la richesse au Canada. Si mes collègues parlementaires ne sont pas d'accord avec moi, je les invite à tenter de me convaincre, et c'est justement ce genre de débat que nous devrions tenir.
La Chambre est le lieu tout indiqué pour le faire. Nous devrions faire en sorte qu'il y ait plus de débats, et non moins. Je suis peut-être nouveau ici, mais je crois quand même que mes arguments peuvent contribuer à changer les façons de faire du pays. Cependant, je suis ici depuis assez longtemps pour savoir que les autres peuvent aussi me faire changer d'avis. C'est ainsi que la démocratie fonctionne. C'est de cette façon que nous devrions prendre les meilleures décisions pour l'ensemble du pays.
Si le gouvernement libéral est à ce point convaincu d'avoir raison, alors il devrait accueillir favorablement la possibilité de débattre de sa stratégie. Le 21 octobre dernier, le gouvernement libéral a été puni en perdant sa majorité, notamment parce qu'il n'a pas su défendre son programme.
La motion d'aujourd'hui vise à donner aux libéraux la possibilité de défendre leur programme. Si les libéraux croient en leur programme, en la démocratie et en ce pays, alors j'espère qu'ils appuieront la motion.
Quant aux députés non ministériels, pourquoi ont-ils été envoyés ici? Nous avons l'honneur de siéger dans cette Chambre parce que la majorité des résidants de nos circonscriptions voulaient une autre orientation que celle que proposent les libéraux pour le pays. Ils nous ont accordé le droit de les représenter comme députés parce qu'ils voulaient qu'une voix différente de celle des libéraux se fasse entendre à Ottawa. Aujourd'hui, nous avons l'occasion de faire entendre cette voix. Le fait de pouvoir débattre davantage servira mieux la démocratie.
La presse est une autre composante importante du modèle démocratique de Westminster à laquelle il faut prêter attention et dont il y aurait lieu de débattre davantage.
Il est consternant que, la plupart des jours, seulement quelques journalistes sont présents pour observer la période des questions. Je sais que certains suivent les débats en ligne, mais il y a lieu de déplorer la situation actuelle lorsqu'on la compare à celle qui prévalait il y a 10 ou 20 ans. Ce déclin met sérieusement en péril la démocratie. Il faut y remédier pour assurer la réussite du pays.
Une démocratie forte ne peut exister qu'en présence d'une presse forte et indépendante. Comme beaucoup de gens au Canada, je me préoccupe de la tendance dans l'univers des médias au pays. Nous devrions accueillir favorablement les nouvelles plateformes médiatiques, les nouvelles histoires, les nouvelles sources et les nouveaux reportages dans nos débats. Advenant l'adoption de la motion à l'étude, qui vise à stimuler les débats à la Chambre des communes, il y aura plus de couverture médiatique et plus d'attention, ce qui contribuera à sauver la presse indépendante. L'autre solution consiste à dépenser plus d'argent public pour ralentir le déclin des médias canadiens. Nous pouvons changer la donne.
Si nous arrivons à faire adopter la motion, il y aura plus de débats, l'état de la démocratie s'améliorera et le Canada pourra être sauvé. Des motions nouvelles et différentes seront présentées lors des journées de l'opposition des autres partis. Qui refuserait d'entendre les convictions et les points de vue divergents des circonscriptions de partout au Canada? Les libéraux estiment que seuls leurs points de vue devraient compter et être entendus.
Je ne peux pas dire que je voterai en faveur des motions des autres partis à l'avenir, mais j'accueille favorablement ce débat. En tant que parlementaires, nous avons l'honneur d'être cette voix dans ce débat.
Si nous voulons trouver des solutions aux problèmes qui existent au Canada, il faut adopter la motion.
Tous les députés retourneront dans leur circonscription la semaine prochaine. Des Canadiens communiqueront directement avec beaucoup d'entre nous. Idéalement, des solutions seront proposées, nous entendrons parler des difficultés que vivent les gens ordinaires et il y aura des échanges d'idées pour améliorer notre grand pays. Il faut être en mesure de présenter ces nouvelles idées. La motion nous permettrait de le faire: il y aurait plus de journées de l'opposition, plus de débats et plus d'idées à échanger. Voilà à quoi devrait ressembler une démocratie qui fonctionne bien.
Les motions comme celle dont nous sommes saisis illustrent comment un Parlement peut et doit fonctionner dans un contexte de gouvernement minoritaire. Les députés de l'opposition ont montré aux Canadiens comment ils peuvent travailler. Poursuivons ce travail.
View Chris d'Entremont Profile
CPC (NS)
View Chris d'Entremont Profile
2020-02-28 14:09 [p.1767]
Madam Speaker, why are we here today, talking about this motion? Let me read the motion one more time. It states:
That, notwithstanding Standing Order 81, for the supply period ending March 26, 2020, three additional allotted days shall be added for a total of 10, provided that one of the additional days is allotted to the Conservative Party, one of the additional day is allotted to the Bloc Québécois, and one of the additional days is allotted to the New Democratic Party, and, if necessary to accommodate these additional days, the supply period may be extended to April 2, 2020, and no allotted days shall fall on a Wednesday or a Friday.
The motion is clear in that we as opposition members feel that our voices have not been heard , but will be heard more clearly due to the dates we have put forward.
I have heard what the member for Winnipeg North and other Liberal MPs have said about this They do not know why we are doing this. How dare we bring up such a procedural issue in the House of Commons.
It really boils down to the fact that the Liberals do not understand it. They still have that tinge of arrogance that they had prior to the last election. They still feel they are completely in charge and that the opposition is just a bother. The Liberals do not want to deal with us. The Liberals say that they want to collaborate with us, that they want to work together, because that is the message they heard from Canadians. That is not real at all. They want to collaborate when it is good for their agenda, when it involves things they want to do. They expect us to say okay. They expect us to collaborate and do as we are told. That is not right. This is about not that. This is about true collaboration on the floor of the House.
Arrogance is one word that we can use, but quite honestly it is just a misunderstanding. Government members have not quite received the message yet. It is a very tough lesson to learn and one I hope today, with this motion going forward, they will learn and understand that we have needs for our communities as well. We have constituents who have issues that need to be brought forward in this Parliament and we need the opportunity to do that. We need to know that the government is listening and that our issues will be moved upon.
I spent 16 years in the Nova Scotia legislature, many of those years as the house leader for the official opposition. There is nothing harder to deal with than a Liberal government, even a provincial one. Provincially it is the same thing. It is hard to believe. It is like déjà vu from one house to this House. I am seeing the same kind of discord happening.
I am new. I expected things to work a little differently here, but we have the same problems. The Liberals think it is all us. They think the Conservatives are against everything the Liberals do. How dare we oppose this or say that. They do not understand, particularly when we do not get the answers we want or they produce written answers to our questions that are incorrect.
We sat here through the Prime Minister's day. What a benefit that was for all of us. What wonderful answers we received from the right hon. Prime Minister.
On Wednesday, when I asked him the question about Trikafta, I have never been more embarrassed for a family to hear the kind of answer I received. I heard the member for Winnipeg North say that the government gave us the opposition day, that the government gave us the Prime Minister's question period, where he would answer all the questions. My goodness, if he actually answered a question, we might have been happy with it. Instead, we get platitudes, non-answers and we get blamed.
The other part I find truly disheartening on the floor of the House of Commons is that the Liberals blame everyone but themselves. The Liberals have been government for five long, hard, dark years and the country continues to get behind. It continues to fail because of the inaction of the government.
Look at the blockades. Pick a topic of today: Canadians are unhappy with the way the government is putting things forward. The government is trying to manage an economy it does not understand and issues it does not want to understand, and it will continue to blame everyone else.
Madame la Présidente, pourquoi débattons-nous de la motion d'aujourd'hui? J'aimerais lire la motion de nouveau. On propose:
Que, nonobstant l’article 81 du Règlement, pour la période des subsides se terminant le 26 mars 2020, trois jours désignés supplémentaires soient ajoutés, pour un total de 10, pourvu que l’un des jours désignés supplémentaires soit attribué au Parti conservateur, que l’un des jours désignés supplémentaires soit attribué au Bloc québécois et que l’un des jours désignés supplémentaires soit attribué au Nouveau Parti démocratique et, au besoin, pour permettre la tenue de ces jours supplémentaires, que la période des subsides soit prolongée jusqu’au 2 avril 2020, étant entendu qu’aucun jour désigné ne tombera un mercredi ni un vendredi.
L'objet de la motion est clair: les députés de l'opposition estiment que leur voix n'a pas été entendue, mais qu'elle se fera mieux entendre si on ajoute le nombre de jours désignés qui est proposé pendant la période indiquée.
J'ai entendu ce que le député de Winnipeg-Nord et d'autres députés libéraux ont dit à ce sujet. Ils ignorent pourquoi nous faisons cela. Ils se demandent comment nous pouvons oser proposer une telle procédure à la Chambre des communes.
Essentiellement, les libéraux ne comprennent pas. Ils ont toujours l'arrogance qu'ils avaient avant les dernières élections. Ils estiment encore qu'ils sont les maîtres du jeu et que l'opposition n'est qu'une nuisance. Les libéraux ne veulent pas négocier avec nous. Ils disent vouloir collaborer avec nous parce que c'est ce que souhaitent entendre les Canadiens. Or, ce n'est pas vrai du tout. Ils sont prêts à collaborer seulement lorsque cela avantage leur programme. Ils s'attendent à ce que nous consentions. Ils s'attendent à ce que nous collaborions et obéissions au doigt et à l'œil. Ce n'est pas ainsi que cela fonctionne. Les Canadiens veulent une véritable collaboration à la Chambre des communes.
L'arrogance est un mot que l'on peut utiliser pour décrire l'attitude des libéraux, mais, honnêtement, c'est simplement un malentendu. Les ministériels n'ont pas encore tout à fait compris le message. C'est une leçon très difficile à apprendre. J'espère qu'ils l'apprendront aujourd'hui, lorsque la motion sera adoptée. Alors, ils comprendront peut-être que nous avons aussi des besoins pour représenter les citoyens de nos circonscriptions, qui ont des problèmes sur lesquels le Parlement doit se pencher. Nous devons avoir l'occasion de porter ces dossiers à l'attention de la Chambre. Nous devons savoir que le gouvernement est à l'écoute et qu'il prendra des mesures pour remédier à nos problèmes.
J'ai siégé pendant 16 ans à l'Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse. J'ai passé bon nombre de ces années sur les bancs de l'opposition. Il n'y a rien de plus difficile que de collaborer avec un gouvernement libéral, même au palier provincial. Dans les provinces, c'est la même chose. C'est difficile à croire. On dirait du déjà vu, d'une Chambre à l'autre. Je vois le même genre de discorde se produire.
Je suis un nouveau député fédéral. J'aurais pensé que les choses fonctionneraient un peu différemment ici, mais je constate que nous avons les mêmes problèmes. Les libéraux croient que tout est notre faute. Ils croient que les conservateurs sont contre tout ce que font les libéraux. Comment osons-nous nous opposer à ceci ou dire cela? Ils ne comprennent pas, surtout quand nous n'obtenons pas les réponses que nous cherchons ou quand ils produisent des réponses écrites incorrectes.
Nous étions ici pendant la journée du premier ministre. Quel grand bien cela nous a fait! Quelles merveilleuses réponses nous avons reçues du très honorable premier ministre!
Quand je lui ai posé une question à propos du Trikafta, mercredi, j'ai trouvé vraiment gênant que la famille entende la réponse qu'il m'a donnée. Le député de Winnipeg-Nord dit que le gouvernement nous a donné la journée de l'opposition et qu'il nous a aussi donné la période des questions au premier ministre, un moment où il répond à toutes les questions. Eh bien, s'il répondait vraiment aux questions, nous en serions peut-être ravis, mais il nous offre plutôt des paroles creuses, des non-réponses et des reproches.
Un autre aspect des travaux de la Chambre que je trouve désolant, c'est que les libéraux rejettent le blâme sur tout le monde mais jamais sur eux-mêmes. Ils sont au pouvoir depuis cinq longues, sombres et difficiles années, et le pays continue de prendre du retard. Le Canada accumule les échecs à cause de l'inaction du gouvernement.
Qu'on pense aux barrages ou aux autres enjeux actuels, les Canadiens sont insatisfaits des façons de faire du gouvernement. Le gouvernement tente de gérer une économie qu'il ne comprend pas et des défis qu'il ne veut pas comprendre, et il continue de rejeter le blâme sur tout le monde.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2020-02-20 15:09 [p.1332]
Mr. Speaker, trade deals affect every part of Canadians' lives, from jobs to drug prices to the environment.
After extensive negotiations with the government, we were able to deliver a meaningful step forward to make Canadian trade negotiations more open and transparent. We are bringing more decisions out of the back room and into the light. For future deals, the government will need to give 90 days notice of its intent to negotiate, table negotiation objectives 30 days before it begins and provide an economic impact assessment with the ratifying legislation.
Could the Deputy Prime Minister confirm the government's commitment to moving ahead with these improvements?
Monsieur le Président, les accords commerciaux ont une incidence sur tous les aspects de la vie des Canadiens, des emplois aux prix des médicaments jusqu'à l'environnement.
Après de longues négociations avec le gouvernement, nous avons pu faire un grand pas en avant pour que les négociations commerciales canadiennes soient plus ouvertes et transparentes. Grâce à nous, un plus grand nombre de décisions ne seront plus prises en secret. Dorénavant, le gouvernement devra aviser 90 jours à l'avance de son intention de négocier, déposer les objectifs de la négociation 30 jours avant qu'elle commence et accompagner la mesure législative de ratification d'une évaluation des répercussions économiques.
Est-ce que la vice-première ministre pourrait confirmer l'engagement du gouvernement à adopter ces améliorations?
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, we welcome the proposals from the member for Elmwood—Transcona, and we will be formally amending the government's policy on tabling treaties in Parliament in line with his excellent suggestions. It has been a pleasure to work with him.
I also appreciate his work to ensure an expeditious ratification of the new NAFTA. It is a shame that I cannot say the same of the Conservatives, who used to be the party of free trade. Unfortunately, thanks to their weak and feckless leadership, it is up to the NDP to do that job.
Monsieur le Président, nous accueillons favorablement les propositions du député d'Elmwood—Transcona et nous modifierons officiellement la politique du gouvernement sur le dépôt de traités au Parlement conformément à ses excellentes suggestions. C'est un plaisir de travailler avec lui.
J'apprécie aussi son travail pour assurer une ratification rapide du nouvel ALENA. C'est dommage que je ne puisse pas en dire autant des conservateurs, dont le parti a déjà été le grand partisan du libre-échange. Malheureusement, en raison du leadership faible et maladroit des conservateurs, c'est au NPD que revient la tâche.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, answers tabled in response to a query from my colleague, the member for Haliburton—Kawartha Lakes—Brock, showed 38 government agencies reported a total of more than 5,000 incidents last year in which classified or otherwise protected documents were mishandled and stored in a manner that did not meet security requirements. In reality this number is likely much higher as Global Affairs Canada did not disclose any reported breaches, but we know in the past it has mishandled sensitive information many times.
It is disturbing that this ethical disregard for the privacy of Canadians is so widespread throughout the government. Across 38 departments, sensitive information was mishandled 20 times per working day. The ethical bar that has been set by the Prime Minister and his cabinet is so low that this should not come as a surprise.
Disregard for ethics is a top-down problem for the government, where the Prime Minister himself has twice been found to have breached ethics laws. That is a hallmark of the government. It breaks ethics laws, and then tries to cover it up. From illegal vacations on a billionaire's island, clam scam and forgotten French villas to, of course, the SNC-Lavalin scandal, the government's ethical record is abysmal.
When the Prime Minister politically interfered in the criminal prosecution of his friends at SNC-Lavalin, it became clear that the government and the Prime Minister had no intention of reforming their actions and had thrown any ethical considerations by the wayside, all in the name of re-election.
The Liberals' contempt for ethics has led the Prime Minister to mandate that his ministers hold themselves to the highest ethical standards. However, they carry on their disregard for ethics by continuing to block investigations and awarding sole-sourced contracts to former Liberal MPs. It has gotten to the point that it is almost laughable, but of course it is not. Canadians are losing their confidence in public institutions, and believe that there are now two sets of rules: one for the governing class and one for those it governs.
A government ought to operate at the intersection of responsibility and principle, being responsible for its actions and being a proper steward of the trust that Canadians give it to govern both rightly and justly. Further, when a government takes a principled approach to governance, being prudent and doing the right thing, it should have no problem working within the prescribed bounds of ethical law.
There is so much work to be done to restore the public's confidence in their institutions, but the government's negligence in cultivating that trust and its continued ethical apathy are not helping. Canadians deserve better.
Since I asked my initial question in this place, we have found out this week that personal information naming more than 69,000 victims of the government's failed Phoenix payroll system was shared across the government into dozens of departments. It was seen by hundreds of staff who had no business seeing it. More than 69,000 public servants' personal information was inappropriately handled.
This same week, we found out that the Prime Minister again failed to meet his obligations as set out under the conflict of interest code for members when he failed to file his disclosures.
We continue to see examples of failures or an unwillingness to follow ethical rules, and Canadians expect more of the government. They deserve more of the government.
I would like to ask, when will the government start to treat Canadians with respect?
Monsieur le Président, selon les réponses déposées à la suite d'une question de mon collègue le député d'Haliburton—Kawartha Lakes—Brock, 38 organismes gouvernementaux ont signalé plus de 5 000 incidents l'an passé au cours desquels des documents classifiés ou protégés ont été mal gérés et entreposés d'une manière ne correspondant pas aux normes de sécurité. Le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé, étant donné qu'Affaires mondiales Canada n'a pas fourni de données sur des incidents de ce genre. Nous savons toutefois que ce ministère a mal géré des renseignements de nature délicate à maintes reprises dans le passé.
Il est troublant que ce mépris de la vie privée des Canadiens soit à ce point répandu dans l'appareil gouvernemental. Dans l'ensemble des 38 ministères, il y a eu 20 incidents par jour ouvrable où des renseignements de nature délicate ont été mal gérés. Comme le premier ministre et son cabinet ont fixé des attentes extrêmement basses en matière d'éthique, la situation ne devrait surprendre personne.
Un tel mépris pour l'éthique est un problème qui vient des échelons supérieurs du gouvernement: le premier ministre lui-même a été reconnu coupable d'avoir enfreint les lois sur l'éthique à deux reprises. C'est un trait distinctif du gouvernement. Il viole les lois sur l'éthique, puis tente d'étouffer l'affaire. Que l'on pense aux vacances illégales sur l'île d'un milliardaire, à l'escroquerie de la mactre de l'Atlantique, aux villas françaises oubliées ou, bien sûr, au scandale SNC-Lavalin, le bilan du gouvernement en matière d'éthique est catastrophique.
Quand le premier ministre s'est ingéré dans les poursuites criminelles visant ses amis chez SNC-Lavalin, nous avons tous compris que le gouvernement et le premier ministre n'avaient aucune intention de changer et n'avaient rien à faire de l'éthique, qu'il n'y avait que leur réélection qui comptait.
Le mépris des libéraux pour l'éthique est tel que le premier ministre demande à ses ministres dans leur lettre de mandat d'avoir une conduite éthique irréprochable. Or, ils laissent l'éthique de côté en continuant de bloquer des enquêtes et en accordant des contrats à fournisseur unique à d'anciens députés libéraux. Cela en est presque devenu risible, mais, en réalité, cela n'a rien de risible. Les Canadiens perdent confiance dans les institutions publiques et pensent qu'il y a maintenant deux séries de règles: une pour ceux qui gouvernent et une pour ceux qui sont gouvernés.
Le fonctionnement d'un gouvernement devrait concilier responsabilité et principes. Le gouvernement doit être responsable de ses actes et garant de la confiance que lui accordent les Canadiens en lui donnant le mandat de gouverner de manière correcte et juste. Qui plus est, quand un gouvernement adopte une approche de la gouvernance fondée sur des principes, qu'il agit prudemment et correctement, il ne devrait avoir aucune difficulté à respecter la loi sur l'éthique.
Il y a tant de travail à faire pour rétablir la confiance de la population envers ses institutions. Or, le gouvernement ne fait rien pour regagner cette confiance et fait fi de l'éthique, ce qui n'aide en rien les choses. Les Canadiens méritent mieux.
Depuis que j'ai posé ma question initiale dans cette enceinte, nous avons appris cette semaine que les renseignements personnels de plus de 69 000 victimes du système de paie défaillant du gouvernement, le système Phénix, avaient été transmis à des dizaines de ministères. Des centaines d'employés ont vu ces renseignements alors que ces derniers ne les concernaient pas. Les renseignements personnels de plus de 69 000 fonctionnaires ont été traités de manière inappropriée.
La même semaine, nous avons appris que le premier ministre a encore une fois manqué à ses obligations prévues au Code régissant les conflits d'intérêts des députés, car il n'a pas soumis ses déclarations.
Les échecs et les exemples de réticence à se conformer aux règles d'éthique se multiplient. Les Canadiens s'attendent à plus du gouvernement. Ils méritent mieux de la part du gouvernement.
J'aimerais savoir quand le gouvernement traitera enfin les Canadiens avec respect.
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2020-02-20 18:41 [p.1365]
Mr. Speaker, it is my pleasure to rise in the House to follow up on the response that I provided to my hon. colleague from Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes.
The government takes protecting Canadians' privacy very seriously. This protection is part of every aspect of our decision-making process. As Parliamentary Secretary to the President of the Treasury Board and to the Minister of Digital Government, I have seen how hard public servants work every day to protect Canadians' privacy. Many of them process and study thousands of sensitive government documents, the vast majority of the time without issue, while meeting appropriate security standards.
This is because the public servants who deal with sensitive information are required to undergo security screening and security training. This is a fundamental exercise. It establishes and maintains a foundation of trust within government, between government and Canadians and between Canada and other countries.
Allow me to provide a bit of background for the hon. member and all Canadians participating in this debate.
All public servants who handle government documents undergo a level of security screening that is proportionate to the responsibilities of their positions. For positions that deal with more sensitive information, requirements are even more robust.
Departments are required to renew the security status of employees on an ongoing basis. There are also times when enhanced security screening is required. It is undertaken when duties involve or directly support security and intelligence functions. These extensive processes help ensure the integrity of our system.
Let me stress an important point. Individuals must be officially granted a security status or clearance before they are assigned to a position and before they are granted access to sensitive information, including personal information.
Employees also take ongoing security training to better fulfill their obligations. It is important to note that public servants process a wide range of sensitive documents. Some of these documents may include personal information, others may be confidential cabinet documents, and some may be related to national security.
The vast majority of these documents are handled securely and appropriately without issue. However, when employees are found to have not followed the appropriate protocols, they are provided with additional guidance and assistance to help ensure that the mistake is not repeated. When it comes to privacy specifically, the Government of Canada also has a framework for protecting Canadians' information.
The directive on privacy practices requires government institutions to develop plans and establish procedures to manage privacy breaches and assign roles and responsibilities to that end. The directive also requires these institutions to report any substantial privacy breaches to the Treasury Board Secretariat and the Office of the Privacy Commissioner of Canada. Unfortunately, I do not have enough time to answer the question.
The guidelines for privacy breaches provide explicit guidance as to what is or is not a “material” breach. These are just some of the ways the government is working hard to safeguard the privacy of Canadians. It is of utmost importance to this government, and we will continue to practise due diligence and ensure that the privacy of Canadians is protected.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole à la Chambre afin de revenir sur la réponse que j'ai donnée au député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes.
Le gouvernement prend la protection de la vie privée des Canadiens très au sérieux. Cette protection fait partie de tous les aspects de notre processus de prise de décision. À titre de secrétaire parlementaire pour le président du Conseil du Trésor et de la ministre du Gouvernement numérique, j'ai constaté à quel point les fonctionnaires s'efforcent chaque jour de protéger la vie privée des Canadiens. Bon nombre d'eux traitent et étudient des milliers de documents sensibles du gouvernement, dont la vaste majorité ne présente pas de problème, tout en respectant les normes de sécurité appropriées.
C'est parce que les fonctionnaires qui doivent traiter de l'information sensible doivent se soumettre à un contrôle de sécurité et suivre une formation sur la sécurité. C'est un processus d'une importance capitale, car il permet d'établir et de maintenir des liens de confiance au sein de l'appareil gouvernemental, entre l'appareil gouvernemental et les Canadiens ainsi qu'entre le Canada et d'autres pays.
J'aimerais faire une brève mise en contexte pour le député et pour tous les Canadiens qui écoutent ce débat.
Tous les fonctionnaires qui doivent traiter des documents gouvernementaux sont tenus de se soumettre à un contrôle de sécurité proportionnel aux responsabilités que comporte leur poste. Ainsi, un fonctionnaire qui doit traiter de l'information de nature plus délicate sera soumis à des exigences encore plus rigoureuses.
Les ministères sont tenus de renouveler la cote de sécurité de leurs employés de façon régulière. Il y a aussi des circonstances où un contrôle de sécurité plus rigoureux est exigé. C'est le cas notamment lorsque les fonctions englobent des activités de sécurité et de renseignement ou les appuient directement. Ces processus rigoureux contribuent à assurer l'intégrité de notre système.
J'insiste sur un point important: les candidats doivent obtenir une cote ou une autorisation de sécurité officielle avant d'obtenir un poste et de pouvoir accéder à de l'information sensible, y compris des renseignements personnels.
Les employés suivent également de la formation continue sur la sécurité afin de mieux respecter leurs obligations. Il est important de noter que les fonctionnaires traitent une vaste gamme de documents sensibles. Certains de ces documents peuvent comprendre des renseignements personnels, d'autres peuvent être des documents confidentiels du Cabinet, et certains peuvent même être reliés à la sécurité nationale.
La grande majorité de ces documents sont traités adéquatement et de façon sécuritaire sans aucun problème. Cependant, lorsqu'on s'aperçoit qu'un employé n'a pas suivi les protocoles prévus, on lui fournit des directives et de l'aide supplémentaires pour éviter que cette erreur se reproduise. En ce qui concerne plus précisément la protection de la vie privée, le gouvernement du Canada a aussi mis en place un cadre pour protéger les renseignements personnels des Canadiens.
La Directive sur les pratiques relatives à la protection de la vie privée exige que les institutions du gouvernement dressent des plans et établissent des procédures pour gérer les atteintes à la vie privée et qu’elles attribuent des rôles et des responsabilités à cette fin. La Directive exige également que ces institutions signalent au Secrétariat du Conseil du Trésor et au Commissariat à la protection de la vie privée du Canada les atteintes substantielles à la vie privée. Malheureusement, je n’ai pas assez de temps pour répondre à cette question.
La directive précise explicitement ce qui constitue une atteinte « substantielle » à la vie privée. Voilà simplement quelques-unes des façons dont le gouvernement s'applique à protéger la vie privée des Canadiens, car celle-ci est de la plus haute importance pour le gouvernement, et nous continuerons de prendre toutes les précautions voulues afin d'assurer la protection de la vie privée des Canadiens.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, my colleague talked about the robust system that is in place for the public servants who are responsible for handling these files. I talked about a top-down issue that they have. He also talked about the remedial training or support that public servants would receive if they mishandled information.
Given the top-down issue I identified and the several concrete examples I cited where the Prime Minister was found guilty of breaking the rules, will any remedial training be available to the Prime Minister? If not, I would be very happy to help the government create a curriculum that I think would be of great benefit to the Prime Minister and his ministers.
Monsieur le Président, mon collègue a parlé du système robuste qui est en place pour les fonctionnaires chargés de manipuler ces documents. J'ai parlé d'un problème qui vient des échelons supérieurs. Il a également parlé de la formation d'appoint et du soutien que les fonctionnaires reçoivent s'ils manipulent incorrectement des renseignements.
Compte tenu du problème venant des échelons supérieurs que j'ai décrit et des exemples concrets que j'ai donnés où le premier ministre a été jugé coupable de manquement aux règles, va-t-on offrir une formation d'appoint au premier ministre? Si ce n'est pas le cas, je serais ravi d'aider le gouvernement à créer un programme de formation qui, je crois, serait grandement bénéfique pour le premier ministre et les ministres.
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2020-02-20 18:46 [p.1365]
Mr. Speaker, first of all I would like to thank my hon. colleague for the suggestion he has so kindly made just now. I hope we will have the opportunity to discuss it further.
As I said, the government is committed to protecting the privacy of Canadians. The Government of Canada has a very strong investigative and security system and provides extensive privacy training to its public servants. Without proper security clearance, public servants cannot be in a position where they have to deal with sensitive information.
Let me make one thing clear: The vast majority of sensitive government documents are handled securely, appropriately and without issue. It is also important to note that in the event of a privacy breach, departments must have plans and procedures in place to manage the breach. We can do even more.
Thanks to our targeted plan to manage privacy breaches in our government, I am convinced that we will be strengthening privacy and privacy breach management within policies, guidance and tools.
Monsieur le Président, j’aimerais tout d’abord remercier mon honorable collègue de la suggestion qu’il vient de faire avec tant de gentillesse. J’espère que nous aurons l’occasion d’en discuter plus en profondeur.
Comme je l’ai dit, le gouvernement s’est engagé à protéger la vie privée des Canadiens. Le gouvernement du Canada dispose d’un très solide système d’enquête et de sécurité et offre de la formation très complète à ses fonctionnaires sur le sujet. Sans une attestation de sécurité adéquate, les fonctionnaires ne peuvent pas occuper un poste dans le cadre duquel ils doivent traiter des renseignements sensibles.
Je vais clarifier une chose: la vaste majorité des documents sensibles du gouvernement sont traités de façon sécuritaire et appropriée, sans problème. Il est également important de noter qu’en cas d’atteinte à la vie privée, les ministères doivent dresser des plans et établir des procédures pour les gérer. Nous pouvons faire encore plus.
Grâce à notre plan ciblé pour gérer les atteintes à la vie privée au gouvernement, je suis convaincu que nous renforcerons la protection de la vie privée et la gestion des atteintes à la vie privée, notamment au moyen de politiques, d'orientation et d'outils.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2020-02-06 12:33 [p.1014]
Madam Speaker, I understand that the member has a number of problems and some of those are similar to what happens with dairy producers in my riding. I have heard from the dairy producers. We also have an aluminum industry in British Columbia. Our largest aluminum smelter is in Kitimat, the Alcan smelter. A huge LNG plant is being built, which is getting its aluminum tariff-free from China. We see problems with this issue across the country.
I understand, from the different debates here, that many MPs are not happy with part of the negotiation. We hear that the Liberals were not happy when the Conservatives were negotiating these agreements. The Conservatives are not happy with the Liberals' negotiating of these agreements.
Do you think we should have a more open and transparent process of negotiating trade agreements, so all parties can be involved and we can debate the merits of the socio-economic benefits of these agreements before we enter negotiation?
Madame la Présidente, je crois savoir que la députée a un certain nombre de problèmes et que certains d’entre eux sont semblables à ceux qu’éprouvent les producteurs laitiers dans ma circonscription. Ces producteurs m’ont parlé. La Colombie-Britannique a aussi une industrie de l’aluminium. Notre principale aluminerie, celle de l’Alcan, se trouve à Kitimat. Or, une énorme usine de gaz naturel liquéfié est en construction et elle achète son aluminium de la Chine sans devoir payer de droits tarifaires. C’est un problème qu’on observe à la grandeur du pays.
Si j’en juge par les différentes discussions soulevées à la Chambre, nombre de députés sont insatisfaits d’une partie des négociations. On nous dit que les libéraux n’étaient pas contents lorsque les conservateurs négociaient ces accords et que c’est maintenant au tour des conservateurs de ne pas être satisfaits.
Pensez-vous que nous devrions privilégier un processus de négociation des accords commerciaux qui soit plus ouvert et transparent de façon à ce que tous les partis puissent y participer et discuter des mérites des avantages socioéconomiques qu’ils offrent avant le début des pourparlers?
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
View Julie Vignola Profile
2020-02-06 12:34 [p.1015]
Madam Speaker, I would like to thank my esteemed colleague for his empathy. We share the same concerns for our constituents.
I do believe there should be more non-partisan discussion on such hot topics as the economy, our sovereignty, and Quebec and Canadian producers, since transparent discussions will make it possible to draft agreements that truly represent our people.
Madame la Présidente, je remercie mon estimé collègue de son empathie. Nous partageons les mêmes soucis envers nos concitoyens.
En effet, je crois qu'il doit y avoir plus de discussions non partisanes sur des sujets aussi chauds que l'économie, notre souveraineté ou les producteurs québécois et canadiens, puisque des discussions transparentes permettront d'en arriver à des accords qui représentent vraiment les gens d'ici.
View Dave Epp Profile
CPC (ON)
View Dave Epp Profile
2020-02-04 12:03 [p.883]
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for the reminder to thank my spouse and I will do that more appropriately in an upcoming speech. As a new member, I take that advice seriously.
I have also heard the government's call to continue to campaign as a transparent government. As a new member to this chamber, I would ask my colleague to help me understand how an internal review would fulfill that goal of transparency. Is our motion not far more appropriate toward encouraging transparency?
Monsieur le Président, je tiens à remercier le député de m'avoir rappelé de remercier ma conjointe. Je vais bientôt le faire comme il se doit dans un discours. En tant que nouveau député, je prends ce conseil au sérieux.
J'ai également entendu l'appel du gouvernement, qui continue à se présenter comme un gouvernement transparent. En tant que nouveau député, je demanderais au député de m'aider à comprendre la façon dont un examen interne permettrait d'atteindre cet objectif de transparence. Notre motion n'est-elle pas un moyen beaucoup plus approprié d'encourager la transparence?
View Kelly McCauley Profile
CPC (AB)
View Kelly McCauley Profile
2020-02-04 12:04 [p.884]
Mr. Speaker, I agree with my colleague's sentiment. This has to be an open and transparent review. We know full well that in an internal review the government is going to scapegoat the parole officer who was dealing with this, throw him under the bus and give a free pass to its patronage appointments to the Parole Board.
This has to be a fulsome, open and transparent review to ensure that we never again lose a sister, a mother, a daughter, a brother or anyone due to the incompetence of the Parole Board.
Monsieur le Président, je suis d'accord avec mon collègue. Il doit s'agir d'un examen ouvert et transparent. Nous savons très bien que, dans le cadre d'un examen interne, le gouvernement se servira de l'agent de libération conditionnelle qui s'est occupé de ce dossier comme d'un bouc émissaire, qu'il le jettera aux lions et qu'il accordera un passe-droit aux membres de la Commission des libérations conditionnelles qui ont été nommés de façon partisane.
Il doit s'agir d'un examen complet, ouvert et transparent pour garantir qu'on ne perde plus jamais une sœur, une mère, une fille, un frère ou quelqu'un d'autre en raison de l'incompétence de la Commission des libérations conditionnelles.
View Taylor Bachrach Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I rise today to speak to the new NAFTA, the Canada-United States-Mexico agreement.
New Democrats recognize that the United States is Canada's most significant trading partner, and that the trade enabled by the agreement we are debating today is critical to Canada's economic success. Since the signing of the original free trade agreement, Canadian exports to the United States increased from $110 billion in 1993 to $349 billion in 2014. However, it is vital that the wealth generated through trade creates good jobs for working people in Canada and not simply for the interests of the wealthiest few.
When the initial agreement was signed back in November 2018, the NDP raised serious concerns about how the new trade deal addressed workers' rights and environmental regulations. Disappointingly, it was left to the Democrats in the U.S. rather than the Liberal government to stand up to the Trump administration and fight for these important changes.
I would like to use my time today to address three broad areas of concern. First, I will highlight two industries in my riding of Skeena—Bulkley Valley that I believe should have done better by the deal the government signed. Second, I will address the failure of this deal to engage indigenous people and to uphold their rights. Third, I will speak on our thoughts about the closed-door process by which our government negotiates deals such as this one.
While we have seen some sectors thrive and bring jobs and opportunities to northern British Columbia, we have also seen some industries struggle. We have heard a fair bit in the House already with regard to how this agreement would affect Canada's aluminum industry.
Canada's aluminum industry is the fifth largest in the world with an annual production of 2.9 million tonnes of primary aluminum. All of this is produced with a lower carbon footprint than other international producers.
The only aluminum smelter in western Canada is located in my riding in northern British Columbia. Rio Tinto's Kitimat smelter employs more than 1,000 workers in the town of Kitimat and contributes over $500 million annually to British Columbia's economy. As anyone who knows Kitimat will say, it is hard to overstate the importance of the smelter to this community. Indeed, it was the primary reason for the founding and construction of the community in the 1950s. However, for over a year, illegal steel and aluminum tariffs imposed by the U.S. left workers in Kitimat anxious about their community's future. While people in my riding were left wondering whether they would continue to have work, the government went ahead and signed the new NAFTA deal with those tariffs still in place.
The cost of the government's inaction on aluminum has been high. It has been estimated that across the country over 1,000 jobs have been lost. While the government is celebrating the lifting of these tariffs, I am still hearing concerns from aluminum workers in my riding.
The U.S. has made it clear that it would be willing to reinstate tariffs at any time, and all it would take is for President Trump to decide that there has been a surge in aluminum imports for these tariffs to return. Unfortunately, we do not have a definition in this agreement for what would constitute a surge in imports, which means continued uncertainty for workers in my riding regardless of whether this agreement is ratified.
I have also heard concern with how the amended agreement deals with rules of origin in the automotive sector, a topic we have heard about in the House over the past few days. While the agreement requires that 70% of steel and aluminum used in the manufacture of automobiles be from North America, no one seems to have bothered to ask what percentage the industry currently uses. Without that information, how can Canadians determine if this threshold will stimulate our industry or simply be a backstop?
Furthermore, the requirement that 70% of aluminum be North American is undermined again by the lack of a definition for what is meant by “North American”. For steel, the agreement sets out a specific definition, which reads, “for steel to be considered as originating under this Article, all steel manufacturing processes must occur in one or more of the Parties, except for metallurgical processes involving the refinement of steel additives....”
Such processes include the initial melting and mixing and continues through the coating stage, yet for aluminum, no such definition exists. This calls into question whether Mexican auto parts manufacturers could import cheap aluminum ingots from China without running afoul of the 70% rule. If this is indeed possible, it begs the question as to what the value is of having the 70% provision included in the agreement at all.
It appears that weaker aluminum provisions were the cost of getting this agreement signed, a concession that poses a real risk to the economy of the region I represent. Should this deal be ratified, workers in my riding deserve to hear more from the government about how it plans to protect aluminum workers and increase the market for Canadian aluminum.
A second area of concern I have heard about from people in my riding is softwood lumber. In Skeena—Bulkley Valley, as many as 3,500 people are employed in the forestry sector. However, for many communities, falling lumber prices have led to tough times. We have seen layoffs, curtailments and mill closures across northern B.C. At such a tough time, what we needed was a government in Ottawa on the side of forestry workers, but that has just not been the case.
While it is vital and positive that the NAFTA dispute mechanism has remained in the new trade agreement so that Canada can continue to argue for independent arbitration when the U.S. seeks to impose tariffs on Canadian softwood, we see very little in this agreement for the forestry sector. Since the previous softwood agreement expired in October 2015, we have desperately needed a new agreement to give forestry workers certainty that their product will still have access to the U.S. market. Instead, we have seen the Trump administration imposing softwood tariffs.
It would seem that during all those trips to Washington, getting a fair deal in the softwood lumber dispute was never on the table, but we will never know because of the opaque process by which this agreement has been negotiated. I would have thought that while we were opening up trade negotiations with the U.S., getting a stable resolution on softwood would be at the top of the agenda.
Another real concern with this new agreement is indigenous rights. In 2017, the Liberal government promised it would negotiate an entire chapter in this agreement to promote indigenous rights, but again we are left disappointed with what the government has delivered. It is so disheartening, as we work toward reconciliation with indigenous peoples across North America, that this agreement makes no mention of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. We see again that the government has put the interests of big corporations ahead of indigenous peoples, who are seeking justice and respect on their own lands.
Finally, I would like to address the process by which this agreement was negotiated.
Throughout the negotiations, we heard from the Liberals that this was the best deal possible, but then the Democrats in the United States were able to deliver the important changes that the Liberals told Canadians were just not possible. Now we are hearing more concerns from some sectors, and again it is difficult for Canadians to have their voices heard. For people in northwest British Columbia, it feels like the government is just not listening.
People are rightly concerned that such an important agreement for Canada's economy would be adopted without a thorough examination. Why is it that Canadians know more about the negotiation strategy and objectives of our trading partner than they do of their own government?
Going forward, we need to see a real commitment to changing how Canada negotiates international trade agreements. Too often we see deals made behind closed doors, with everyday Canadians having little input. We need a commitment to increase transparency and a government that gives voice to working people most affected by trade agreements, not just to corporate lobbyists that stand to profit most from the outcome.
That is why the New Democrats support a thorough study of this deal along with the creation of a transparent trade process that holds our government more accountable and allows Parliament to play a more meaningful role than that of a simple rubber stamp. We owe it to Canadians.
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui au sujet du nouvel ALENA, l'Accord Canada—États-Unis—Mexique.
Les néo-démocrates comprennent que les États-Unis sont le plus important partenaire commercial du Canada et que les échanges commerciaux qui découleront de l'accord dont nous discutons aujourd'hui sont essentiels au succès économique du Canada. Depuis la signature de l'accord de libre-échange initial, les exportations canadiennes vers les États-Unis sont passées de 110 milliards de dollars en 1993 à 349 milliards de dollars en 2014. Cependant, il est essentiel que la richesse produite grâce à ces échanges crée de bons emplois pour les travailleurs canadiens et qu'elle ne serve pas seulement les intérêts d'une minorité de bien nantis.
Lors de la signature de l'accord initial en novembre 2018, le Nouveau Parti démocratique a soulevé de sérieuses préoccupations concernant la manière dont le nouvel accord commercial aborde les droits des travailleurs et la réglementation environnementale. Malheureusement, ce sont les démocrates étatsuniens, plutôt que le gouvernement libéral, qui ont dû tenir tête à l'administration Trump et lutter pour ces changements importants.
J'aimerais utiliser le temps qui m'est accordé aujourd'hui pour parler de trois grands sujets préoccupants. Premièrement, je mentionnerai deux industries de ma circonscription, Skeena—Bulkley Valley, qui, selon moi, auraient dû bénéficier davantage de l'accord signé par le gouvernement. Deuxièmement, je traiterai du fait que l'accord ne fait pas participer les Premières Nations et qu'il ne respecte pas leurs droits. Troisièmement, je ferai part de nos réflexions sur le processus secret employé par le gouvernement pour négocier de tels accords.
Bien que certains secteurs connaissent un bon essor et créent de l'emploi et des débouchés dans le Nord de la Colombie-Britannique, d'autres industries traversent une période difficile. Il a notamment beaucoup été question, à la Chambre, des effets qu'aurait l'accord sur le secteur de l'aluminium.
Le secteur canadien de l'aluminium est le cinquième en importance sur la scène mondiale. Il produit 2,9 millions de tonnes d'aluminium primaire par année, une production dont l'empreinte carbone est moindre que celle d'autres producteurs mondiaux.
C'est dans ma circonscription, dans le Nord de la Colombie-Britannique, que se trouve la seule aluminerie de l'Ouest canadien. L'aluminerie Rio Tinto de Kitimat emploie plus de 1 000 travailleurs et injecte plus de 500 millions de dollars par année dans l'économie de la province. Ceux qui connaissent Kitimat vous le diront: on ne peut surestimer le rôle crucial que joue l'aluminerie dans la collectivité. C'est elle qui a mené, en grande partie, à la fondation et au développement de la communauté dans les années 1950. Récemment, les travailleurs de Kitimat ont passé plus d'un an à craindre pour l'avenir de leur communauté en raison des droits de douane sur l'acier et l'aluminium imposés illégalement par les États-Unis. Ces droits étaient toujours en vigueur, et mes concitoyens se demandaient toujours s'ils continueraient d'avoir du travail, quand le gouvernement a signé le nouvel ALENA.
L'inaction du gouvernement dans le secteur de l'aluminium a coûté cher. Selon les estimations, plus de 1 000 emplois auraient disparu dans l'ensemble du pays. Pendant que le gouvernement célèbre l'élimination de ces droits de douane, il y a encore des travailleurs de l'aluminium dans ma circonscription qui se disent préoccupés.
Les États-Unis ont indiqué sans équivoque qu'ils étaient prêts à rétablir les droits de douane à tout moment. Il suffirait que le président Trump constate une hausse des importations d'aluminium pour qu'il décide d'imposer ces droits de nouveau. Malheureusement, cet accord ne contient aucune définition de ce qui constituerait une hausse des importations. Il y aurait donc des incertitudes constantes pour les travailleurs de ma circonscription, que cet accord soit ratifié ou non.
J'ai aussi entendu des gens qui sont préoccupés par les dispositions de l'accord commercial modifié en ce qui concerne les règles d'origine dans le secteur de l'automobile. La Chambre en a discuté dans les derniers jours. L'accord exige que 70 % de l'acier et de l'aluminium employés dans la fabrication des automobiles proviennent de l'Amérique du Nord. Cependant, personne ne semble s'être donné la peine de se demander à combien s'élève le pourcentage actuel dans l'industrie. Sans cette information, comment les Canadiens peuvent-ils savoir si l'imposition de ce seuil stimulera l'industrie ou sera simplement un filet de sécurité?
En plus, l'exigence selon laquelle 70 % de l'aluminium doit être d'origine nord-américaine est encore une fois affaiblie par l'absence d'une définition de ce qu'on entend par « nord-américaine ». Pour ce qui est de l'acier, l'accord précise que « pour que l'acier puisse être considéré comme étant originaire aux termes du présent article, tous les procédés de fabrication de l'acier doivent avoir lieu sur le territoire de l'une ou de plusieurs des parties, à l'exception des procédés métallurgiques comportant l'affinage des additifs d'acier [...] ».
Ces procédés de fabrication comprennent la première fusion et le premier brassage et se poursuivent jusqu'à l'étape du revêtement, mais pour l'aluminium, aucune précision de la sorte n'est incluse. Cela veut-il dire que les fabricants mexicains de pièces automobiles pourraient importer des lingots d'aluminium bon marché de Chine sans enfreindre la règle des 70 %? Si c'est le cas, on peut se demander s'il est pertinent d'inclure la disposition des 70 % dans l'accord.
Il semble que des dispositions moins contraignantes sur l'aluminium aient servi de monnaie d'échange pour la conclusion de cet accord, une concession qui crée un risque réel pour l'économie de la région que je représente. Si cet accord doit être ratifié, les travailleurs de ma circonscription méritent de savoir ce que le gouvernement prévoit exactement pour protéger les travailleurs de l'aluminium et accroître le marché pour l'aluminium canadien.
Les gens de ma circonscription m'ont aussi parlé de leur inquiétude au sujet du bois d'œuvre. Dans Skeena—Bulkley Valley, le secteur forestier emploie pas moins de 3 500 personnes. Or, pour de nombreuses localités, la chute du prix du bois d'œuvre a entrainé une période difficile. Il y a eu des mises à pied, des réductions des heures de travail et des fermetures d'usine partout dans le Nord de la Colombie-Britannique. En cette période difficile, nous aurions eu besoin d'un gouvernement fédéral du côté des travailleurs forestiers, mais tel n'a pas été le cas.
Le maintien du mécanisme de règlement des différends de l'ALENA est un aspect essentiel et positif du nouvel accord afin que le Canada puisse continuer de réclamer un arbitrage indépendant lorsque les États-Unis cherchent à imposer des droits de douane sur le bois d'œuvre canadien. Cela dit, il n'y a pas grand-chose d'autre dans cet accord pour le secteur forestier. Depuis que l'accord sur le bois d'œuvre précédent est arrivé à échéance, en octobre 2015, nous avons désespérément besoin d'une nouvelle entente pour assurer aux travailleurs forestiers qu'ils continueront d'avoir accès au marché américain. C'est tout le contraire qui s'est passé: l'administration Trump a imposé des droits de douane sur le bois d'œuvre.
Il semble que, pendant tout ce temps passé à Washington, il n'a jamais été question d'essayer d'obtenir un accord équitable dans le différend sur le bois d'œuvre, mais nous ne le saurons jamais compte tenu du manque de transparence du processus de négociation. J'aurais pensé qu'une solution dans ce dossier aurait été une priorité dans des négociations commerciales avec les États-Unis.
Les droits des Autochtones sont une autre question qui me préoccupe relativement à ce nouvel accord. En 2017, le gouvernement libéral a promis de négocier tout un chapitre dans cet accord afin de défendre les droits des Autochtones, ici aussi, le résultat est décevant. C'est tellement décourageant de voir que la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones n'est même pas mentionnée dans cet accord alors que nous travaillons à la réconciliation avec les peuples autochtones an Amérique du Nord. Encore une fois, on constate que le gouvernement a fait passer les intérêts des grandes entreprises avant ceux des peuples autochtones, qui veulent être traités de façon juste et respectueuse sur leurs propres terres.
Pour terminer, j'aimerais parler de la façon dont cet accord a été négocié.
Tout le long des négociations, les libéraux nous ont dit qu'il s'agissait du meilleur accord possible. Puis les Démocrates, aux États-Unis, ont réussi à produire les importants changements que les libéraux considéraient comme impossibles à obtenir. Aujourd'hui, d'autres secteurs expriment de nouvelles inquiétudes et encore une fois, les Canadiens ont du mal à se faire entendre. Les habitants du Nord-Ouest de la Colombie-Britannique ont l'impression que le gouvernement ne les écoute tout simplement pas.
Les gens craignent à juste titre qu'un accord d'une telle importance pour l'économie canadienne soit adopté sans examen approfondi. Comment se fait-il que les Canadiens en sachent plus sur la stratégie et les objectifs de négociation de notre partenaire commercial que sur ceux de leur propre gouvernement?
À l'avenir, il faudrait que le gouvernement canadien montre qu'il veut vraiment changer la manière dont il négocie les accords commerciaux internationaux. Trop souvent, ces accords sont concoctés derrière des portes closes sans que les Canadiens ordinaires aient grand-chose à dire. Le gouvernement doit s'engager à promouvoir la transparence et à donner la parole aux travailleurs les plus touchés par ces accords commerciaux, et pas seulement aux groupes de pression à la solde des grandes entreprises qui seront les premiers à en bénéficier.
C'est pourquoi les néo-démocrates sont en faveur d'une étude approfondie de cet accord ainsi que de l'instauration d'un processus transparent en ce qui concerne le déroulement des transactions commerciales, qui obligera le gouvernement à rendre davantage de comptes et permettra au Parlement de jouer un rôle plus significatif que celui de simple chambre d'approbation. Nous le devons aux Canadiens.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2020-02-03 11:27 [p.796]
Madam Speaker, I would like to congratulate my colleague for his excellent intervention.
The Bloc Québécois is also concerned about these agreements being negotiated behind closed doors, because the details are often slow to emerge.
For instance, does my colleague know that the Canadian government agreed to limit exports of milk by-products, milk protein concentrate and infant formula to countries outside the agreement? This provision is something we have never seen before, and I would like to hear what my colleague thinks about it.
Madame la Présidente, j'aimerais féliciter mon collègue de son excellente intervention.
Le Bloc québécois est lui aussi préoccupé par ces ententes négociées derrière des portes closes, puisqu'il arrive souvent que des détails particuliers fassent tardivement surface.
À titre d'exemple, mon collègue est-il au courant du fait que le gouvernement canadien a accepté de limiter les exportations de sous-produits laitiers, de protéines laitières et de produits pour nourrissons vers les pays qui ne sont pas signataires de l'entente? Cette disposition est inédite et j'aimerais entendre les commentaires de mon collègue à ce sujet.
View Taylor Bachrach Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, what the hon. member has raised is precisely why we need a better process, one that is transparent and engages Canadians in the debate around what the objectives and the strategy for negotiating these trade agreements should be at the front end of the process, not the back end. The example he raised is a good one.
Madame la Présidente, ce dont le député vient de parler est précisément la raison pour laquelle il faut un meilleur processus, un processus qui est transparent et qui permet aux Canadiens de participer au débat concernant les objectifs et la stratégie de négociation des accords commerciaux en amont du processus, plutôt qu'à sa conclusion. Le député a donné un excellent exemple.
View Michael Barrett Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, the government revealed that 38 departments and agencies mishandled sensitive information more than 5,000 times last year. Clearly this is not a one-off. This is a pattern across the Liberal government. Information was mismanaged and misplaced. It is clear the Liberals do not care about the privacy of Canadians.
When will the Prime Minister hold his ministers to account and demand that they protect the privacy of Canadians?
Monsieur le Président, le gouvernement a révélé que 38 ministères et agences ont mal géré des renseignements de nature délicate à plus de 5 000 reprises l'année dernière. Manifestement, ce n'était pas un cas isolé. Il s'agit d'une tendance dans l'ensemble du gouvernement libéral. Des renseignements ont été mal gérés et perdus. Il est évident que les libéraux se soucient peu de la vie privée des Canadiens.
Quand le premier ministre exiger-t-il des comptes à ses ministres et demandera-t-il qu'ils protègent la vie privée des Canadiens?
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2020-02-03 14:59 [p.830]
Mr. Speaker, our government is committed to safeguarding sensitive government information and maintaining the highest standards of document security, as prescribed in our policies. Each employee receives proper training on this and a minimum of safeguards for protected and classified documents are outlined in the directive on security management.
We will continue to monitor and ensure the privacy of Canadians are protected.
Monsieur le Président, le gouvernement est déterminé à protéger les renseignements gouvernementaux de nature délicate et à maintenir les normes les plus élevées en matière de sécurité des documents, comme le prescrivent les politiques fédérales. Chaque employé reçoit une formation appropriée à ce sujet, et un certain nombre de mesures de protection des documents protégés et classifiés sont définies dans la directive sur la gestion de la sécurité.
Nous continuerons à surveiller et à garantir la protection de la vie privée des Canadiens.
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, last year the government had over 5,000 security breaches related to classified documents. That is 20 for everyday work, with no one fired and no one's security clearance revoked.
If that was not bad enough, one ministry felt it was above the will of Canadians. In an affront to Parliament, Global Affairs Canada did not even bother to disclose its breaches: So much for an open and accountable government.
Will the Prime Minister protect democracy now and demand that Global Affairs Canada release its breaches?
Monsieur le Président, l'année dernière, le gouvernement a eu plus de 5 000 cas d'atteinte à la sécurité de documents classifiés. C'est 20 cas par jour de travail sans que personne soit congédié et sans qu'aucune cote de sécurité soit révoquée.
Comme si cela ne suffisait pas, un ministère n'a pas tenu compte de la volonté des Canadiens. Faisant un affront au Parlement, Affaires mondiales Canada ne s'est même pas donné la peine de divulguer les atteintes dont il est responsable: on repassera pour un gouvernement ouvert et responsable.
Le premier ministre protégera-t-il la démocratie dès maintenant et exigera-t-il qu'Affaires mondiales Canada divulgue les cas d'atteinte à la sécurité?
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2020-02-03 15:00 [p.830]
Mr. Speaker, as I just said, the security of Canadians' personal information is very important to our government. Our government is determined to safeguard the personal information of Canadians, as well as government information. Every employee receives training on security measures. We will certainly continue our good work on this issue.
Monsieur le Président, comme je viens de le dire, la sécurité des renseignements personnels des Canadiens est très importante pour notre gouvernement. Notre gouvernement est déterminé à protéger les renseignements privés des Canadiens, ainsi que les renseignements gouvernementaux. Tous les employés reçoivent de la formation sur les mesures de sécurité. Il est certain que nous allons continuer notre bon travail à ce sujet.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I am here today to speak to the trade agreement now before the House. I have had opportunities in the last few days to stand in the House, but this is my first speech.
I would like to thank all the people in my riding who helped me in being elected to serve in the House for a second term. When we have an election, it is amazing how many people come forward to volunteer, and they do so much significant work in the community.
I also want to thank my family members who supported my being here today, especially my sister Mary. Even though she has three small children to care for, she flew in to spend the last few days of the election with me. It meant a lot to have her there.
However, I also want to acknowledge all the volunteers for every party. At the end of the day, democracy is fundamental to our country. It is important to acknowledge all the people who volunteered and spent time working very hard for their candidates.
I have some concerns about this agreement and I am torn on this issue. I recognize the importance of trade to our country and to its economic success. We live in a global economy, but I have a lot of concerns about how that works.
The U.S. is Canada's most significant trading partner. It is our friend and our neighbour. We have some political challenges with the U.S. at certain times, but there is a lot of back-and-forth between our two countries. Therefore, trying to find ways to work with the Americans is important.
However, at the end of the day, trade needs to focus on fairness. We need to have trade that assures all Canadians are respected throughout the process.
I live in a rural and remote community. North Island—Powell River is just under 60,000 square kilometres. There are several ferries. It is both on Vancouver Island and on the mainland. One of the things that worries me in our trade process, and I will talk about the transparency of that process, is we often forget some of our rural and remote communities and the challenges they face when we do not think about trade through that lens.
My riding has several dairy farms. When we look at what has been happening with the past several trade agreements, supply management is struggling. From my perspective, supply management is really under attack. I understand that there are challenges when we trade, but supply management is so important. It assures all Canadians of a good product in which they can trust. I encourage people to check out a Canadian dairy farm. It is an amazing thing. It is a lot more healthy and wonderful than one thinks, and we can trust that product.
Protecting rural and remote communities is key. Supply management allows us to have robust farms that are small and local, that provide local jobs, not only on the farms but in the services they use, and that is important.
Viewfield Farms, Daldas Farms and Lloydshaven farm are in my riding. Those farms are a big part of our community. Not only do they employ people at their farms and create amazing products, but they also access the services around them to care for their farms, their milk products and their cows.
When we look at the negotiations that have taken place on supply management, under CUSMA, CPTPP and CETA, we see that about 10% of the market share has been taken away from those sectors, which makes it harder for those farms. I hope we do not want more focus on centralization. That takes away from those small rural and remote communities and starts to build in larger centres. Therefore, this is important.
The other thing that worries me is that this trade agreement contains a provision that would grant the U.S. oversight into the administration of the Canadian dairy system. It undermines Canada's sovereignty and our ability to manage our product. When we look at the product produced in the U.S., we need to be concerned about it. We know that the American dairy sector uses bovine growth hormone, which increases milk production up to 25%. There are no studies on what that does to people when they consume these products.
We know it is really bad for the cows. They suffer from more stress and there is a higher incidence of udder infections, swollen legs and premature death. It should be very concerning when that product is coming across our borders. Canadians need to know what the product is. As I said earlier, those who go to Canadian farms will feel good about eating dairy products. Farmers take care of their cows.
Another important area for me, especially in this day and age, is environmental protections and addressing issues like climate change. When there are trade discussions, Canada has an important opportunity to reflect on how it is doing with respect to its climate change actions, on which we need to do a lot better. However, it is also an opportunity to negotiate with other countries to increase their accountability. I want to see more trade agreements in which provisions around the environment and climate change are binding and fully enforceable. We do not see that in this agreement.
The provisions should also focus on and be in line with Canada's international obligations. When we look at the Paris Agreement, we do not see that reflected. When I look at this trade agreement, it really does not help us move forward toward those important environmental climate change targets.
I have another frustration. I remember being in this place in the spring of last year, talking about ratifying this agreement. Again and again, the NDP asked why the government was rushing this, that we needed to ensure the U.S. Democrats in Congress had an opportunity to do their work on this deal, that they would make it a better deal, and that happened. However, we kept hearing that it was the best deal we could get. Then the government would go back to the table and come back again, saying it was a better deal.
It is important for the government to understand it has an obligation to get the best deal it can, to take every action it can to ensure Canadian workers are cared for, that we are respectful of workers in other countries, that we look at how it will impact our businesses and economy, what it looks like in urban settings and in rural and remote settings. I am glad the work was done, but it is frustrating to keep having this conversation.
I am very pleased that chapter 11, the investor-state dispute settlement of NAFTA, is finally gone. When we look at the history of the country, Canada was sued repeatedly, and this mechanism kept us in a vulnerable position. I am glad it is gone.
However, I am also concerned about some of the language I see in the agreement that leads me to believe some of those things are entwined in the language. We will have to watch that carefully, and we should be concerned about it.
At the end of the day, though, one of my biggest frustrations on all trade agreements is the lack of transparency of the negotiation process. It needs to be addressed, and I hope that is fixed soon.
Canadians across the country need to understand what we are negotiating and why. As I said earlier, I represent three dairy farms in my riding, and one thing they wanted to know was how much supply management quota we were giving away. They were frustrated by the lack of communication and clarity around this very important issue.
We have a huge country with a lot of diverse economies. We also have a lot of rural and remote communities, like mine, that are struggling as we adjust to this changing world and changing economy. We need to ensure that trade recognizes this and looks at how we can work collaboratively to ensure those folks are not left behind in these discussions.
I call on the government to understand that we need a more transparent process. I understand that when we are negotiating something, we do not want to lay all our cards on the table publicly. However, there still was not enough information that allowed different sectors in our communities across Canada to express their concerns and ensure that those voices were heard. Even in the states, Trump was very clear about his goals, so we need to hear the goals of government.
I look forward to having further discussions. I am excited for the bill go to committee, where we can study these issues more fully.
Madame la Présidente, j'interviens aujourd'hui pour parler de l'accord commercial dont la Chambre a été saisie. Au cours des derniers jours, j'ai eu l'occasion de m'exprimer à quelques reprises à la Chambre, mais il s'agit aujourd'hui de mon premier discours en tant que tel.
Je tiens à remercier tous les résidants de ma circonscription qui m'ont aidée à me faire élire pour servir mes concitoyens à la Chambre dans le cadre d'un deuxième mandat. Lorsqu'une élection générale est déclenchée, il est étonnant de constater le nombre de personnes qui sont prêtes à faire de l'excellent travail bénévole dans la collectivité.
Je tiens aussi à remercier les membres de ma famille qui m'ont aidée à me faire élire, plus particulièrement ma sœur Mary. Même si elle est mère de trois petits enfants, elle n'a pas hésité à prendre l'avion pour pouvoir passer les derniers jours de la campagne électorale en ma compagnie. Je lui en suis extrêmement reconnaissante.
Je tiens également à remercier les bénévoles de tous les partis. En fin de compte, la démocratie est essentielle pour notre pays. Il est important de souligner l'excellent travail réalisé par tous les bénévoles auprès des candidats qu'ils ont soutenus.
J'ai des doutes concernant cet accord et je suis très partagée, en ce qui concerne ce sujet. Je suis bien consciente que les échanges commerciaux sont cruciaux pour notre pays et sa prospérité. Nous vivons dans une économie mondialisée. J'ai quand même beaucoup de réserves quant à la manière dont tout cela fonctionne.
Les États-Unis représentent le plus important partenaire commercial du Canada. Ce sont nos amis et nos voisins. Parfois, nous avons des divergences d'un point de vue politique avec les États-Unis, mais il y a beaucoup d'échanges entre nos deux pays. Il est donc essentiel d'essayer de trouver des moyens de travailler avec les Américains.
En définitive, il faut quand même que les échanges commerciaux soient équitables et que tous les Canadiens soient traités avec respect tout au long du processus.
Je vis dans une région rurale et éloignée. La circonscription de North Island—Powell River fait un peu moins de 60 000 kilomètres carrés. Il y a plusieurs traversiers. Elle se trouve à la fois sur l'île de Vancouver et sur le continent. Une des choses qui me préoccupent en ce qui concerne notre processus commercial — et je parlerai de la transparence de ce processus —, c'est que nous oublions souvent certaines de nos collectivités rurales éloignées et les difficultés auxquelles elles sont confrontées quand nous n'envisageons pas les échanges commerciaux sous cet angle.
Il y a plusieurs fermes laitières dans ma circonscription. Comme on a pu le constater, les derniers accords commerciaux ont nui à la gestion de l'offre. Selon moi, la gestion de l'offre est réellement menacée. Je comprends que lorsqu'on fait du commerce, il y a des difficultés à surmonter, mais la gestion de l'offre est tellement importante. Elle permet aux Canadiens de savoir que les produits qu'ils consomment sont bons et fiables. J'encourage tout le monde à aller visiter une ferme laitière canadienne. Les fermes laitières sont des endroits remarquables et beaucoup plus sains et exceptionnels qu'on le pense. Nous pouvons avoir confiance en leurs produits.
Il est essentiel de protéger les collectivités rurales et éloignées. La gestion de l'offre permet à nos petites fermes locales de prospérer et de créer évidemment des emplois directs à la ferme, mais aussi plusieurs emplois indirects, notamment chez les fournisseurs de services, et c'est important.
Les fermes Viewfield, Daldas et Lloydshaven occupent une place importante dans la vie des habitants de ma circonscription. Elles offrent non seulement des emplois et d'excellents produits, mais elles utilisent également les services dans leur collectivité pour gérer leur ferme, leurs produits laitiers et leurs vaches.
En ce qui concerne la gestion de l'offre, on constate que dans le cadre des négociations de l'ACEUM, du PTPGP et de l'AECG, ces secteurs ont perdu environ 10 % des parts du marché, ce qui rend la situation encore plus difficile pour ces exploitations. J'ose espérer que nous ne mettrons pas davantage l'accent sur la centralisation, car ce processus favorise les grands centres au détriment des petites collectivités rurales et éloignées. C'est donc important.
L'autre aspect qui m'inquiète, c'est que cet accord commercial contient une disposition qui vise à donner aux États-Unis un droit de regard sur l'administration du système laitier canadien, ce qui compromet notre souveraineté et notre capacité à gérer notre produit. C'est plutôt le produit des États-Unis qui devrait nous préoccuper. En effet, nous savons que le secteur laitier américain utilise l'hormone de croissance bovine, qui augmente la production laitière jusqu'à 25 %. Il n'existe aucune étude sur les effets de cette hormone sur les consommateurs.
Nous savons que c'est vraiment mauvais pour les vaches. Elles subissent plus de stress, et l'incidence des infections du pis, de l'enflure des pattes et des morts prématurées est plus élevée. Il y a de quoi s'inquiéter à l'heure où nous ouvrons notre marché à la production laitière des États-Unis. Les Canadiens doivent être renseignés au sujet de cette production. Comme je l'ai dit tout à l'heure, les gens qui visitent les fermes canadiennes en ressortent avec une bonne impression des produits laitiers. Les éleveurs prennent soin de leurs vaches.
La protection de l'environnement et la lutte contre les changements climatiques constituent un autre domaine qui est important à mes yeux, en particulier de nos jours. Les négociations commerciales sont une bonne occasion pour le Canada de réfléchir aux mesures qu'il prend contre les changements climatiques. Nous devons considérablement améliorer notre bilan à cet égard. Toutefois, les négociations sont aussi l'occasion d'amener d'autres pays à prendre davantage leurs responsabilités. J'aimerais que les accords commerciaux contiennent plus souvent des obligations et des dispositions pleinement exécutoires relativement à l'environnement et aux changements climatiques. L'accord ne contient rien de tel.
L'accord commercial qu'on nous propose actuellement de mettre en œuvre devrait être conforme aux obligations internationales du Canada et en faire une question centrale. Pourtant, on n'a aucunement tenu compte de l'accord de Paris. Je ne vois rien dans l'accord commercial à ratifier qui puisse nous aider à atteindre les objectifs importants pour l'environnement et la lutte contre les changements climatiques.
Il y a une autre chose qui me dérange. Nous avons parlé de la ratification de cet accord ici même le printemps dernier. À de nombreuses reprises, le NPD a demandé pourquoi le gouvernement voulait aller si vite, a dit qu'il fallait laisser aux démocrates du Congrès américain le temps de faire leur travail et d'améliorer l'accord, ce qu'ils ont fait. Or, on nous répétait que le Canada avait négocié le meilleur accord possible. Puis, le gouvernement est retourné à la table et est revenu en disant qu'on avait un meilleur accord.
Il est important que le gouvernement comprenne qu'il a l'obligation de conclure le meilleur accord possible, de faire tout ce qu'il peut pour veiller aux intérêts des travailleurs canadiens et au respect des travailleurs des autres pays, d'examiner les répercussions de l'accord sur les entreprises et l'économie canadienne, les régions urbaines et les régions rurales éloignées. Je suis contente que le travail ait été fait, mais cela me dérange d'avoir à constamment revenir sur ces points.
Je suis ravie que le chapitre 11 de l'ALENA, qui portait sur le règlement des différends entre investisseurs et États, soit enfin disparu. À cause de ce mécanisme, de nombreuses poursuites ont été intentées contre le Canada, ce qui le rendait vulnérable. Je suis contente qu'on ait éliminé ce chapitre.
Cependant, après avoir lu l'Accord, je crains que certains des mécanismes soient enchâssés dans son libellé. C'est quelque chose qui devrait nous préoccuper et que nous devrions surveiller attentivement.
Au fond, l'une des choses qui m'exaspèrent le plus dans les accords commerciaux, c'est le manque de transparence du processus de négociation. C'est un problème qui doit être abordé et qui, je l'espère, sera corrigé bientôt.
Tous les Canadiens doivent comprendre l'objet et les motifs de nos négociations. Comme je l'ai dit plus tôt, il y a trois fermes laitières dans ma circonscription. Les exploitants de ces fermes voulaient notamment savoir quel pourcentage des quotas de la gestion de l'offre nous allions sacrifier. Ils étaient contrariés par le manque de clarté sur cette question cruciale, ainsi que sur l'absence de communication à cet égard.
Notre pays est énorme et on y trouve des économies diverses. Il y a aussi beaucoup de collectivités rurales et éloignées, comme la mienne, qui peinent à s'adapter à un monde et à une économie en évolution. Il faut le reconnaître quand il est question de commerce et chercher des manières de collaborer pour que ces gens ne soient pas laissés pour compte.
Je prie le gouvernement de comprendre qu'un processus plus transparent est nécessaire. Je comprends qu'en cours de négociation, on ne veut pas mettre toutes ses cartes sur la table. Toutefois, il y avait tellement peu d'informations que les différents secteurs des collectivités au Canada n'ont pas eu la possibilité de se faire entendre et d'exprimer leurs préoccupations. Aux États-Unis, même Trump a clairement fait connaître ses objectifs. Le gouvernement devrait faire de même.
J'ai hâte de discuter davantage de ces questions. Je suis ravie que le projet de loi soit renvoyé au comité, pour que nous puissions étudier les problèmes de manière plus approfondie.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-01-28 11:01 [p.548]
Madam Speaker, first I want to pay my respect to my hon. colleague for the quality of his French. He said many sentences in French, and we deeply appreciate that. However, it is not because he spoke in French that I totally agree with him.
That is why I was so surprised by the amendments he proposed. He wanted to gloss over the facts. The fact is that over the past four years, this government failed to show any transparency with regard to accountability for major infrastructure projects.
My question is perfectly simple. Why does the government want to deny the facts with regard to transparency?
Madame la Présidente, j'aimerais d'abord féliciter mon collègue pour la qualité de son français. Il a prononcé beaucoup de phrases en français, et nous lui en sommes profondément reconnaissants. Cependant, ce n'est pas parce qu'il s'est exprimé en français que je suis tout à fait d'accord avec lui.
C'est la raison pour laquelle j'ai été très surpris par les amendements qu'il a proposés. Il voulait mettre de côté la réalité des faits. La réalité est que ce gouvernement, au cours des quatre dernières années, n'a pas fait preuve de transparence concernant la reddition de comptes pour les projets très importants d'infrastructures.
Ma question est fort simple. Pourquoi le gouvernement veut-il retirer la réalité des faits quand il est question de transparence?
View Andy Fillmore Profile
Lib. (NS)
View Andy Fillmore Profile
2020-01-28 11:02 [p.548]
Madam Speaker, I would like to begin this response in the same way that I ended the last one: Better is always possible.
The motion was predicated on the earlier March report from the PBO that identified where we could do better. We did do better and closed the gaps identified in that report. That caused the PBO to issue a second report later in that same year, declaring that we have in fact met the obligations that were set out to us.
I spoke in great detail in my speech about all the transparency mechanisms that are in place, from the infrastructure website to other government accountability websites. I would invite members of the House to agree with the PBO that we have in fact met our obligation to invest over $186 million in Canadian communities to improve the economy and create jobs over 12 years.
Madame la Présidente, je vais commencer cette réponse comme j'ai fini la précédente, soit en disant qu'il est toujours possible de faire mieux.
La motion est fondée sur le rapport précédent du directeur parlementaire du budget, rapport du mois de mars, dans lequel celui-ci avait conclu que nous pouvions faire mieux. Nous avons fait mieux et nous avons comblé les lacunes mises en évidence dans ce rapport. Cela a amené le directeur parlementaire du budget à publier un second rapport un peu plus tard cette année-là dans lequel il affirmait que nous avions en effet rempli les obligations qui nous avaient été imposées.
J'ai parlé dans le détail, dans mon intervention, de tous les mécanismes de transparence qui sont en place, du site Web d'Infrastructure Canada et d'autres sites gouvernementaux où on peut vérifier les faits. J'invite les députés à reconnaître, à l'instar du directeur parlementaire du budget, que nous avons investi plus de 186 millions de dollars dans les collectivités canadiennes pour stimuler l'économie et créer des emplois sur 12 ans et que nous avons ainsi respecté l'obligation qui nous était faite.
View Xavier Barsalou-Duval Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I will be sharing my time with the member for Abitibi—Témiscamingue. We will each have 10 minutes, and I am looking forward to hearing his speech.
First off, I want to go back to the content of the motion moved by my colleague, the member for Mégantic—L'Érable, so that we can see what it is about. The motion essentially says the following:
That, given the Parliamentary Budget Officer posted on March 15, 2018, that “Budget 2018 provides an incomplete account of the changes to the government's $186.7 billion infrastructure spending plan” and that the “PBO requested the new plan but it does not exist”, the House call on the Auditor General of Canada to immediately conduct an audit of the government's “Investing in Canada Plan”, including, but not be limited to, verifying whether the plan lives up to its stated goals and promises; and that the Auditor General of Canada report his findings to the House no later than one year following the adoption of this motion.
There is something there, and I expect this to be an interesting discussion. Before I begin analyzing our response to the motion, I would like to first indicate that the Bloc Québécois intends to vote in favour of this motion for several reasons. Here are the main three.
The first reason is the delay in spending, which members have already mentioned. Since 2016, the government has delivered on only a small part of the announced infrastructure spending. When money is announced for a project, that money is needed for the project to begin. That is even more important when it comes to infrastructure because infrastructure is something that our constituents, our communities, our towns and our cities need to operate, to grow and to have a healthy economy.
It always fuels cynicism when the government announces $300 million for this or $1 billion for that, but the money never comes. We are obviously concerned about these delays in spending. We would therefore like the Auditor General to tell us what is really going on.
The second reason is the importance of transparency when it comes to economic data. Without numbers, we cannot really get an accurate picture of the situation. The government's numbers are never very clear. It appears to be recycling amounts from previous announcements whose time is running out. Is that money being reclaimed or not? Is it being reallocated elsewhere? Nobody knows what is going on with that money.
Obviously, we think that when the government makes spending announcements, the money should actually be spent on what they said they would spend it on, especially when it comes to infrastructure. Our communities have infrastructure needs, especially Quebec communities, and we will look at why a bit later. Transparency is important because we need predictability. People need a clear sense of the situation not only so they can really trust the information they get from the government but also so they can make good decisions and adjust plans as needed. Without that information, people are flying blind.
The third reason why we plan to vote in favour of the motion is that we believe it is important for Quebec to obtain its fair share. When there is a delay in spending and a lack of transparency in the data, it is difficult to know if Quebec is getting what it is entitled to.
According to one of the PBO's reports on phase 1 of the infrastructure plan covering the period from 2016 to 2018 and tabled in March 2018, Quebec received only 12% of total investment under the program while Quebec accounts for 23% of Canada's population. I think it goes without saying that we find that offensive and, above all, inadequate. Like anyone else, we Quebeckers pay taxes to Ottawa, and we expect to receive our fair share of the taxes that we send to Ottawa until we become independent. Let us hope that happens as quickly as possible.
I will do a brief comparison of amounts received by Quebec compared to those received by the other provinces, according to the table on page 9 of the PBO's report. If we look at the figures for Ontario, for example, we see that it received 32% of total infrastructure investment for 2,884 infrastructure projects, which represents $161 per capita. We see that Ontario's share of the investments was not so shabby.
Other provinces were spoiled even more. On a per capita basis, Yukon received $1,797, Nunavut received $2,146, the Northwest Territories received $1,618, and Newfoundland and Labrador received $1,752. If we look at what each of the provinces received, we can see that Quebec was overlooked and received the least money. Ontario was next, but it still managed to receive nearly its full share. By way of comparison, Ontario is getting 32%, or $161 per capita, and Quebec is getting 12%, or $97 per capita. Some provinces are getting thousands of dollars per capita, yet Quebec cannot even get $100. It is easy to understand why we are not too happy with these figures and why we would like some answers from the Auditor General.
Other things are brought up in that Auditor General report. The Prime Minister had planned to spend $14.4 billion in 2016-17 and 2017-18, as stated in his infrastructure plan. According to the Auditor General's report, however, it appears that only 50% of planned expenditures were actually spent.
There is no excuse. Sometimes, they tell us that it takes a while to come to an agreement, that there are administrative delays and that projects are not being submitted. A little later in the same report, we see that 17% of projects received no funding even though they had been approved. One in five approved projects did not receive any money.
This is inconceivable and inexplicable to us, and we very much look forward to hearing the real explanations that the government will give us. We have not heard any yet, but perhaps the Auditor General will be able to tell us more.
We also know that it is always harder for Quebec to secure funding. We have some demands. We want 100% of the funds earmarked for Quebec to stay in Quebec, we want Ottawa to send the money directly to the Quebec government, and we want it to stop imposing all kinds of conditions. Apparently, that does not suit Ottawa, and it always slows things down.
It is important to know that only 2% of public infrastructure in Canada falls under federal jurisdiction, and the remaining 98% comes under either municipal or provincial jurisdiction. The federal government owns only 2% of infrastructure, yet it controls a large portion of the budget and imposes all kinds of conditions on everyone.
It is not familiar with the reality in the municipalities and the provinces. A central government does not have the credibility to say that it understands the reality in every municipality in the country. Canada has 5,000 municipalities, but the Bloc is concerned first and foremost with the 1,400 municipalities in Quebec. It would be impossible for Ottawa to be familiar with the reality facing each and every one of them. Federal regulations make it difficult for the municipalities to qualify for and secure the funds that are rightfully theirs. This is especially true for small municipalities, which do not have an army of staff to research how to qualify for the various federal government programs, how to submit an application and how to navigate all the bureaucracy.
Clearly, it would be far more efficient if the money were transferred to Quebec so that it could be distributed based on people's needs. The money would trickle down much faster to where it is needed on the ground.
The Bloc Québécois is permanently stuck in this tug-of-war, because we want Quebec to get the money to which it is entitled.
I know that I am running out of time, but I want to close on another topic, namely the Canada Infrastructure Bank, for which the Minister of Infrastructure and Communities is responsible. After all, we are talking about infrastructure. It is very hard to get service in French when dealing with that bank. Since the bank was founded, there has not been a single executive, press secretary or CEO who speaks French. No one can respond to the municipalities in French. It is a major problem. We are talking about $35 billion that the federal government is investing in this bank. The private sector might be investing in it as well.
It was even reported a few days ago that no one at the office of the Minister of Infrastructure and Communities speaks French. It is clear that we are more than misunderstood in this country. Quebeckers would be much better off if we could manage our own money.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec le député d'Abitibi—Témiscamingue. Nous aurons chacun 10 minutes et j'ai très hâte d'entendre son intervention.
D'abord et avant tout, je veux revenir sur le contenu de la motion déposée par mon collègue, le député de Mégantic—L'Érable, pour que l'on sache de quoi il est question. La motion dit essentiellement ceci:
Que, étant donné que le directeur parlementaire du budget a indiqué le 15 mars 2018 que « le budget de 2018 présente un compte rendu incomplet des changements apportés au plan de 186,7 milliards de dollars de dépenses du gouvernement dans les infrastructures » et que le « DPB a demandé le nouveau plan, mais il n'existe pas », la Chambre demande au vérificateur général du Canada de procéder immédiatement à une vérification du plan gouvernemental Investir dans le Canada, y compris, mais sans s'y limiter, une vérification permettant de déterminer si les objectifs et promesses liés au plan se sont concrétisés; et que le vérificateur général du Canada fasse rapport de ses constatations à la Chambre au plus tard un an après l'adoption de la présente motion.
Il y a du jus là-dedans. Je pense qu'il y aura aussi du jus dans la discussion qui va suivre. Avant de commencer l'analyse de notre réaction à la motion, j'aimerais d'emblée indiquer que le Bloc québécois a l'intention de voter en faveur de cette motion pour plusieurs raisons, dont voici les trois principales.
La première raison est le retard dans les dépenses, que l'on a mentionné. Depuis 2016, seule une faible partie des dépenses annoncées en infrastructure se sont concrétisées. Quand de l'argent est annoncé pour un projet, il est intéressant d'avoir cet argent pour que le projet démarre. C'est encore plus important quand il s'agit d'infrastructure parce que ce sont des choses dont nos citoyens, nos citoyennes, nos communautés, nos villes et nos villages ont besoin pour fonctionner, pour se développer et pour avoir une belle économie.
Cela alimente toujours le cynisme quand on annonce 300 millions pour ceci ou 1 milliard pour cela, mais que l'argent n'arrive jamais. Pour nous, il est évident que ces retards dans les dépenses sont préoccupants. Nous aimerions donc que le vérificateur général nous en brosse un portrait réel.
La deuxième raison est le besoin de transparence en matière de données économiques. Sans chiffres, on ne sait pas vraiment quel est le portrait réel de la situation. Les chiffres fournis par le gouvernement ne sont jamais très clairs. Il semble récupérer des montants mentionnés dans d'autres annonces et qui semblent venir à échéance. Ces montants sont-ils effectivement récupérés ou non? Sont-ils affectés ailleurs? On ne sait pas ce qui arrive avec cet argent.
Évidemment, nous jugeons important que l'argent annoncé soit réellement dépensé et utilisé aux fins promises, surtout en matière d'infrastructure. En effet, il y a des besoins en infrastructure dans nos collectivités, particulièrement au Québec — nous en verrons la raison un peu plus tard. La transparence est nécessaire pour savoir où l'on s'en va. Les gens doivent avoir un portrait clair de la situation non seulement pour faire davantage confiance aux informations que leur transmet le gouvernement, mais aussi pour que l'on puisse prendre de bonnes décisions et faire les ajustements nécessaires. Sans ces informations, on navigue à l'aveuglette.
La troisième raison pour laquelle nous entendons voter en faveur de la motion est que nous jugeons important que le Québec aille chercher sa juste part. Quand il y a un retard dans les dépenses et un manque de transparence en lien avec les données, il est difficile de savoir si le Québec reçoit ce qui lui revient.
Dans un rapport du directeur parlementaire du budget sur la phase 1 du plan d'infrastructure, couvrant la période de 2016 à 2018 et déposé en mars 2018, il est mentionné que le Québec n'a reçu que 12 % des investissements totaux du programme, alors que le Québec représente 23 % de la population du Canada. On comprendra que nous trouvons cela insultant et, surtout, insuffisant. Comme n'importe qui d'autre, nous, Québécois, payons des impôts à Ottawa et nous nous attendons à recevoir notre juste part des taxes et des impôts que nous envoyons à Ottawa, et ce, jusqu'au jour où nous serons indépendants. Souhaitons que cela se produise le plus vite possible.
Je vais faire une petite comparaison des montants reçus par le Québec par rapport à ceux reçus par les autres provinces, en me basant sur un petit tableau en page 9 du rapport du directeur parlementaire du budget. Si l'on regarde l'Ontario par exemple, on constate que cette province a reçu 32 % des investissements totaux pour 2 884 projets d'infrastructure, ce qui représente 161 $ par habitant. On voit que l'Ontario ne se classe pas trop mal dans le lot au chapitre de la portion qui lui est revenue.
D’autres provinces ont été plus gâtées. Par habitant, le Yukon a reçu 1 797 $, le Nunavut, 2 146 $, les Territoires du Nord-Ouest, 1 618 $, Terre-Neuve-et-Labrador, 1 752 $. Quand on regarde ce qu'ont reçu chacune des provinces, on voit que le Québec est le parent pauvre; c'est lui qui reçoit le moins d'argent. Vient ensuite l'Ontario, qui, pourtant, reçoit tout près de sa part. À titre de comparaison, l’Ontario reçoit 32 %, soit 161 $ par habitant, et le Québec 12 %, soit 97 $ par habitant. Des provinces reçoivent des milliers de dollars par habitant et le Québec ne peut même pas recevoir 100 $. On peut comprendre pourquoi nous ne sommes pas très contents de ces résultats et nous aimerions obtenir des réponses du vérificateur général.
D’autres choses sont mentionnées dans le fameux rapport du vérificateur général. Le premier ministre avait prévu dépenser 14,4 milliards de dollars en 2016-2017 et 2017-2018 dans son plan d’infrastructure. Or il semble que, selon le rapport du vérificateur général, seulement 50 % de ce qu’on prévoyait dépenser ne l'a été.
Il n’y a pas d’excuse. Parfois, on nous dit que c’est long de s’entendre, qu’il y a des délais administratifs et que les projets ne sont pas présentés. Un peu plus loin dans le même rapport, on constate qu’aucune contribution n’a été versée dans le cas de 17 % des projets, même s'ils avaient été approuvés. Pour un projet approuvé sur cinq, l'argent n'a pas été versé.
Nous trouvons cela inconcevable et inexplicable, et nous avons bien hâte d’entendre les vraies explications que le gouvernement nous présentera. Nous n’en avons pas encore obtenu, mais peut-être que le vérificateur général pourra nous en dire plus.
On sait aussi que, dans le cas du Québec, c’est toujours plus difficile d’obtenir des fonds. Nous avons des revendications. En fait, nous voudrions que 100 % de l’argent destiné au Québec reste au Québec, qu'Ottawa l'envoie directement au gouvernement des Québécois et qu'il arrête d’imposer toutes sortes de conditions. Il semble que cela ne fasse pas l’affaire d’Ottawa et que cela crée toujours des ralentissements.
Il faut savoir que seulement 2 % des infrastructures publiques au Canada relèvent de la compétence du fédéral, et le reste, soit 98 %, relèvent soit des municipalités, soit des provinces. Le fédéral ne possède que 2 % des infrastructures, mais il contrôle une grande portion du budget et impose toutes sortes de conditions à tout le monde.
Il ne connaît pas la réalité des municipalités et des provinces. Un gouvernement central n’a pas la crédibilité nécessaire pour dire qu’il connaît la réalité de toutes les municipalités du pays. Au Canada, il y a 5 000 municipalités, mais ce qui intéresse le Bloc, c'est d'abord et avant tout le Québec, qui compte 1 400 municipalités. Il est impossible qu’Ottawa connaisse la réalité de chacune d'elles. À cause des règles du gouvernement fédéral, il est difficile pour les municipalités de se qualifier et d’aller chercher l’argent qui leur revient. C'est surtout le cas pour les petites municipalités, qui n’ont pas une armée de personnel pour réussir à comprendre comment se qualifier pour les différents programmes du gouvernement fédéral, comment faire une demande et s'y retrouver dans toutes ces administrations.
Il est évident que si l'on transférait l’argent à Québec pour qu'il puisse l'attribuer selon les besoins des gens, ce serait beaucoup plus efficace. L’argent serait reçu beaucoup plus vite sur le terrain, là où les gens en ont besoin.
C’est le bras de fer permanent dans lequel le Bloc québécois est engagé, car il veut que le Québec obtienne l’argent auquel il a droit.
Je sais qu’il me reste peu de temps, et je vais terminer sur un autre sujet: la Banque de l’infrastructure du Canada, qui relève de la ministre de l’Infrastructure et des Collectivités. Après tout, nous parlons d’infrastructures. Il est très difficile d’obtenir des services en français, quand on s'adresse à cette banque. Depuis sa création, aucun dirigeant, attaché de presse ni directeur général ne parle français. Personne ne peut répondre en français aux municipalités. C’est un problème majeur. Pourtant, c'est plus de 35 milliards de dollars que le fédéral investira dans cette banque, dans laquelle le secteur privé investira peut-être.
On a même rapporté il y a quelques jours que personne ne parlait français au bureau de la ministre de l’Infrastructure et des Collectivités. On comprendra que nous sommes plus qu’incompris dans ce pays. Si les Québécois pouvaient gérer leur propre argent, ce serait pas mal plus gagnant.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I would like to begin by saying that I will be sharing my time with the excellent new member for Skeena—Bulkley Valley.
This is not a debate that is abstract at all. When we talk about infrastructure and infrastructure funding in this country, the lack of coordination and the shortchanging we have seen over the last few decades from Ottawa are causing real hardship right across the country. In this regard, I would criticize as openly the Harper Conservatives as I do the current government for their refusal to adequately fund what is becoming a chronic problem in this country. The Federation of Canadian Municipalities and many other groups have identified the shortfall. We are talking about an infrastructure deficit of over $170 billion in this country and that does not include first nations communities.
What does that mean? That means the infrastructure that was put in place largely after the Second World War, in the 1950s and 1960s when there was adequate government funding for this, to ensure that we have water treatment and sewage facilities, roads and bridges has not been renewed.
The Liberal government will say that it has funded some of the infrastructure that is needed. Today as we go through the discussion and debate in the House of Commons, we will find that the Liberals will mention particular projects that have been funded. Certainly, those projects are welcome. The reality is we are talking about a massive infrastructure deficit of over $170 billion in this country. That some infrastructure funding is being forwarded does mean that it is doing some good and making some progress, but what that means is that while the house may still have a leaky roof, while the toilets do not work, while there is no heat, yes, we have windows being replaced and a new front door.
What I am saying is that we are far from the degree of investment that is required in this country to bring the quality of life right across the country up to speed. This is a profound problem. That is why we welcome and support the motion that was brought forward today.
The difference between the rhetoric and the reality is that the government has said that it is financing all of these infrastructure projects, and yet tens of billions of dollars remain unallocated to this day. That is something only the Auditor General can look into with the expertise that he has to offer, to make sure that parliamentarians, of course, but more importantly Canadians as a whole, can get a real handle on the massive debt between the rhetoric and the reality.
The reality is that we are in an infrastructure crisis in this country. The rhetoric is that somehow the government is addressing this. However, the few projects the government is financing are far from what is needed across the country.
I am proud to represent the cities of New Westminster and Burnaby, both led by very progressive city councils that are endeavouring to do things with the small amount of taxpayers' dollars that the municipalities actually get, around 10% of the taxpayer pie. The tax dollars that are actually allocated across the country come from municipalities. We have good infrastructure that has been put into place because the cities and the recent new B.C. government have been providing supports for some of the infrastructure that is needed. We are still a far way from having in place an infrastructure program that addresses the $170 billion and growing deficit that we have in this country.
That has to change. It is obvious when one looks at the state of our highways, bridges and waste-water treatment centres. There is a difference between rhetoric and reality. La Presse even reported a few months ago that the state of our roads is deteriorating, not just in Quebec but across Canada. This is because the funding that should be going to infrastructure is not being allocated. That is why we are experiencing a crisis.
The government will say it has allocated money in each budget. The Auditor General will be able to tell us to what extent that is the reality. The Auditor General will be able to tell us that the funding announced by the government has actually led to infrastructure projects being started and to what extent municipalities in rural and urban regions across the country have been able to access that money. In New Westminster we are looking for a renewal of the Canada Games Pool, which was built over 40 years ago and needs to be renewed. New Westminster would like to see some of that funding coming from the federal government. At the moment, that has not happened.
Burnaby has identified a number of sites for housing. Both Mayor Jonathan Coté in New Westminster and Mayor Mike Hurley in Burnaby are endeavouring to ensure that all aspects of quality of life are increased in those two cities by getting the needed infrastructure funding.
What has been the government's approach? First off, when we talk about the overall allocation of funding, the Auditor General will be able to determine in a way that only his department can determine the extent to which the funding has actually been allocated. More importantly, when we talk about the funding itself, the question is how that money is being allocated.
Under the previous government we had public-private partnerships. In public-private partnerships it costs the taxpayer significantly more to ensure private profit for what is essentially public funding. I can point to the debacle of the Ottawa LRT, a public-private partnership where billions of dollars from the public were allocated to put in place a transit system that has become notoriously unreliable. I travel each day to work. I have tried to travel on the LRT. However, in recent days, as with so many other people in the national capital region, I have been unable to take the train because the number of trains and their frequency has been reduced through this public-private partnership. As a result of that, the ability of citizens to access this service has been circumscribed. This is just one example of many.
Similar concerns have been raised about the government's approach with the Canada Infrastructure Bank. A previous member of Parliament, Guy Caron, who was finance critic for the NDP, repeatedly raised concerns, as have other NDP members, around the idea that public money would go to further private profit. In the executive suite of the Canada Infrastructure Bank we have seen what can only be described as chaos, a turnover of those people that had been appointed to head up the bank. Very little progress has been made. Arguably, the most significant projects that have come through the Canada Infrastructure Bank were already online for public investment. The federal government played a shell game around that to try to give some credit to the Canada Infrastructure Bank.
It is so essential that these aspects of the use of the public dollar be examined by the Auditor General. The Auditor General has the confidence of Canadians. The Auditor General can look at these projects and within one year can bring forward recommendations about how infrastructure funding should be treated in this country. It should not serve for friends of the government to make a profit out of this. It should not simply be a piggy bank for election campaigns.
What we need is a sustained ongoing source of public funding that municipalities across the length and breadth of this country can depend on. That is why the NDP is supporting the motion.
Madame la Présidente, j’aimerais dire en commençant que je vais partager mon temps de parole avec l’excellent nouveau député de Skeena—Bulkley Valley.
Ce n'est pas du tout un débat abstrait. En matière d'infrastructures et de financement, Ottawa coordonne mal les choses et ne comble pas les besoins depuis des décennies, ce qui cause de graves difficultés partout au pays. À cet égard, je blâme autant les conservateurs du gouvernement Harper que l'actuel gouvernement pour avoir refusé de consentir un financement convenable en vue de régler un problème qui est en voie de devenir chronique au pays. La Fédération canadienne des municipalités et beaucoup d'autres groupes ont fait état de ce sous-financement des infrastructures, qui est de plus de 170 milliards de dollars au pays, sans compter les communautés autochtones.
Qu'est-ce que cela signifie? À cause de ce sous-financement, on n'a pas renouvelé les infrastructures, lesquelles, pour une large part, ont été construites après la Deuxième Guerre mondiale, dans les années 1950 et 1960, alors que les gouvernements finançaient adéquatement la construction d'usines d'épuration d'eau, de systèmes d'égout, de routes et de ponts.
Le gouvernement libéral affirmera sans doute qu'il a déjà financé une partie des infrastructures dont le pays a besoin. Tout au long du débat d'aujourd'hui, les libéraux ne manqueront d'ailleurs certainement pas de faire la liste de ces projets — qui sont les bienvenus, qu'on ne s'y trompe pas. Sauf que, à plus de 170 milliards de dollars, le déficit actuel en matière d'infrastructures est énorme. Que de l'argent ait déjà été débloqué ne peut certainement pas nuire et permettra de nous rapprocher un tant soit peu de l'objectif, mais j'ai comme l'impression que, pour le moment, les libéraux se contentent de remplacer les portes et les fenêtres de la grande maison canadienne alors que le toit coule, que les toilettes sont hors d'usage et que le chauffage est en panne.
Bref, les investissements annoncés sont loin de suffire pour améliorer la qualité de vie des Canadiens, ou même de la ramener à un niveau acceptable. Il s'agit d'un véritable problème, et c'est pourquoi nous voyons d'un très bon œil la motion dont la Chambre est saisie et nous entendons l'appuyer.
En théorie, le gouvernement a promis de financer tous les projets d'infrastructures dont le pays a besoin, mais en réalité, des dizaines de milliards de dollars dorment encore dans les coffres, et elle est là la différence. Seul le vérificateur général a l'expertise requise pour se pencher sur la question et assurer aux parlementaires et surtout aux Canadiens que le gouvernement entend combler le fossé gigantesque qui sépare la théorie de la réalité.
Le fait est que nous traversons au pays une crise des infrastructures. Le gouvernement prétend qu'il s'en occupe. Cependant, les quelques projets qu'il finance sont loin de répondre aux besoins de l'ensemble du pays.
Je suis fier de représenter les villes de New Westminster et de Burnaby, toutes deux gérées par des conseils municipaux très progressistes qui s'efforcent de faire quelque chose même si les municipalités n'ont qu'une petite proportion des recettes fiscales, soit environ 10 %. En fait, les fonds publics alloués dans l'ensemble du pays proviennent des municipalités. En Colombie-Britannique, nous avons de bonnes infrastructures, car les villes et le nouveau gouvernement de la province ont financé des infrastructures nécessaires. Le programme d'infrastructure est loin de pouvoir combler le déficit, qui équivaut à 170 milliards de dollars et qui ne cesse de se creuser au pays.
Il faut que cela change. C’est évident quand on voit l’état des routes, des ponts et des centres de traitement des eaux usées. Il y a une différence entre la rhétorique et la réalité. La Presse a même mentionné il y a quelques mois qu’il y a une détérioration de l’état des routes, pas seulement au Québec, mais partout au Canada. Cela est dû au fait que le financement qui devrait être alloué aux infrastructures ne l’est pas. C’est pour cette raison que nous vivons une crise.
Le gouvernement dira qu'il a prévu des sommes dans chacun des budgets. Le vérificateur général pourra nous dire dans quelle mesure c'est vrai. Il pourra aussi nous dire si les fonds annoncés par le gouvernement ont bel et bien permis le lancement de projets d'infrastructure et dans quelle mesure les municipalités des régions rurales et urbaines du pays peuvent avoir accès à cet argent. À New Westminster, nous nous attendons à ce que l'on rénove la piscine des Jeux du Canada qui a été construite il y a plus de 40 ans. Elle a bien besoin d'être rénovée. À New Westminster, nous souhaitons également qu'une partie des fonds nécessaires soit versée par le gouvernement fédéral. Il ne l'a toujours pas fait.
La ville de Burnaby a déterminé un certain nombre de sites où on pourrait construire des logements. Les maires de New Westminster et de Burnaby, Jonathan Coté et Mike Hurley, sont résolus à améliorer tous les aspects de la qualité de vie dans leur ville respective en obtenant le financement nécessaire au titre des infrastructures.
Quelle est l'approche du gouvernement? Tout d'abord, le vérificateur général possède des moyens qui lui sont propres et qui lui permettront de déterminer dans quelle mesure les fonds ont été affectés. Chose plus importante encore, quand on parle du financement lui-même, il faut savoir de quelle manière les fonds sont attribués.
Sous le gouvernement précédent, nous avions des partenariats public-privé. Dans les partenariats public-privé, il en coûte beaucoup plus cher au contribuable de garantir un profit privé pour ce qui s'agit essentiellement de financement public. Je peux rappeler le fiasco du train léger d'Ottawa, un partenariat public-privé dans le cadre duquel des milliards de dollars de fonds publics ont été octroyés pour mettre en place un système de transport en commun maintenant reconnu pour son manque de fiabilité. Je me déplace chaque jour pour aller travailler. J'ai essayé de me déplacer en utilisant le train léger. Toutefois, ces derniers jours, comme beaucoup d'autres habitants de la région de la capitale nationale, je n'ai pas pu prendre le train parce que le nombre de trains et leur fréquence ont été réduits à cause de ce partenariat public-privé. Par conséquent, la capacité des citoyens à accéder à ce service a été limitée. Ce n'est là qu'un exemple parmi tant d'autres.
On a soulevé des préoccupations semblables au sujet de l'approche du gouvernement quant à la Banque de l'infrastructure du Canada. Guy Caron, ancien député et porte-parole du NPD en matière de finances, a souvent dit craindre, à l'instar d'autres députés néo-démocrates, que des fonds publics soient utilisés pour enrichir des intérêts privés. La haute direction de la Banque de l'infrastructure du Canada ne peut être qualifiée que de chaotique tant le taux de roulement au sein de celle-ci est élevé. Très peu de progrès ont été réalisés. Ce que l'on peut considérer comme les plus importants projets ayant été concrétisés grâce à la Banque de l'infrastructure du Canada étaient des projets déjà affichés en ligne comme ayant reçu des fonds publics. Le gouvernement fédéral a fait un tour de passe-passe pour tenter d'attribuer du mérite à la Banque.
Il est essentiel que le vérificateur général se penche sur cette utilisation des deniers publics. Ce dernier jouit de la confiance des Canadiens. Il peut examiner les projets et, en un an, formuler des recommandations sur la façon dont on devrait traiter le financement des infrastructures au Canada. Cette banque ne doit pas servir à enrichir les amis du gouvernement sur le dos des contribuables. Elle ne doit pas non plus être une simple tirelire pour les campagnes électorales.
Ce dont nous avons besoin, c'est une source de financement public constante sur laquelle les municipalités des quatre coins du pays peuvent compter. Voilà pourquoi le NPD appuie la motion.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2020-01-28 12:36 [p.562]
Madam Speaker, I listened with great interest. What really concerns me is that I remember in 2015, the Liberals made such beautiful promises about everything and they got elected. They were going to deal with the infrastructure crisis and it was the most beautiful plan we had ever seen. Then they set up the Infrastructure Bank with our finance minister, who is pretty much the finance minister for the 1%, and it turned into an open bar for the lobbyists to come in with no oversight.
The privatization of key public assets is what the Liberals have been spinning to their friends. One has only to look at the LRT in Ottawa, run by SNC-Lavalin, where it cannot even get the doors to open. It did not even meet the criteria, but they are friends of the Prime Minister.
Therefore, I am deeply concerned when I see that we cannot even account for billions of dollars. We do not even know where it is. I am also concerned that the Liberals are against oversight by the Parliamentary Budget Officer, which is the one opportunity that we have as parliamentarians to get straight answers.
I would like to ask my hon. colleague this. Why does he think that the Liberal government came in with such good promises and ended up in such a cynical place?
Madame la Présidente, j'ai écouté le débat avec un grand intérêt. Voici ce qui m'inquiète. Je me souviens des belles promesses que les libéraux ont faites en 2015, grâce auxquelles ils ont été élus. Ils ont promis de régler la crise des infrastructures. Leur plan était le plus beau qu'on ait jamais vu. Avec le ministre des Finances, qui est essentiellement le ministre des Finances pour le 1 % le plus riche, ils ont ensuite mis sur pied la Banque de l'infrastructure, qui s'est avérée un bar ouvert que fréquentent les lobbyistes à l'abri de toute surveillance.
Les libéraux font saliver leurs amis avec la privatisation d'actifs publics clés. On n'a qu'à penser au train léger à Ottawa, un projet dirigé par SNC-Lavalin, dont les portes n'ouvrent même pas. La société ne répondait pas aux critères, mais il s'agit d'amis du premier ministre.
Je m'inquiète donc vivement du fait que des milliards de dollars manquent à l'appel. Nous ne savons même pas où ils sont allés. Je m'inquiète aussi du fait que les libéraux s'opposent à ce que le directeur parlementaire du budget exerce une surveillance, la seule chose qui permet aux députés d'obtenir des réponses claires.
D'après le député, pourquoi le gouvernement libéral fait-il preuve d'un tel cynisme après avoir fait d'aussi belles promesses à ses débuts?
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-01-28 12:38 [p.562]
Madam Speaker, I would say it is because they are Liberals.
It is true. Based on history, the Liberal Party always said one thing and then would do exactly the reverse. If anyone knows about that, it is the NDP member. In 1974, the Liberal Party was elected saying there would be no control over taxes. The Prime Minister's father said that in 1974, while our party said that we had to have control.
What did the Liberals do in 1975? On October 8, if my memory is good, they called a shot on that. They said one thing and they did the reverse. Their history continues.
Madame la Présidente, je dirais que c'est parce que c'est un gouvernement libéral.
C'est vrai. Il en a toujours été de même. Le Parti libéral dit une chose et s'empresse de faire exactement le contraire. Si quelqu'un le sait, c'est bien le député néo-démocrate. En 1974, le Parti libéral a été élu en promettant de ne pas contrôler les taxes. C'est ce qu'avait dit le père du premier ministre en 1974, alors que les conservateurs disaient qu'un contrôle s'imposait.
Qu'ont fait les libéraux en 1975? Le 8 octobre si ma mémoire est bonne, ils ont changé d'idée. Ils ont dit une chose et ont fait le contraire. Ils ne changent pas.
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2020-01-28 13:08 [p.566]
Madam Speaker, I would like to note that I am splitting my time with the member for Stormont—Dundas—South Glengarry.
Before I get into my speech, I want to correct the record. The President of the Treasury Board just indicated that the FCM is absolutely thrilled with the party on the other side. I would say there is a lot of hesitation from the mayors, councillors and reeves I have spoken to across the country. They are quite disappointed in the way that money has flowed from the government and think that the government's communication back and forth on when exactly they will get that money has been a problem. I am sure he would be happy to accept my correction to the record.
Infrastructure impacts all Canadians on a daily basis. It is the roads we drive on, the public buildings we use and the parks we bring our children to. It is a large component of any government's budget, yet the current government seems unsure of how much funding has gone out the door to support infrastructure development.
In 2015, the Liberals promised that they would run modest deficits of less than $10 billion over the two years that followed and make historic investments in infrastructure. They have already failed on the modest deficits front. The deficit this year alone is estimated to be more than $26 billion. The government does not seem to have a plan to get the budget back to balance, but that is a different debate for a different day.
The government introduced the investing in Canada plan, a $188-billion plan to update infrastructure based on the priorities the government had. The government failed to work with the provinces to ensure they were shared priorities. Almost right away there were problems with the plan.
A March 2018 report from the Parliamentary Budget Officer found that only half of the spending promised to be invested in infrastructure had been tied to projects. After this finding was published, the government shuffled its cabinet and the next minister of infrastructure was urged in his mandate letter to stop the current lag with regard to infrastructure projects and get more money out the door. The government knew it was failing to meet expectations.
Reports from the Parliamentary Budget Officer kept coming. Another report found provinces were not investing as much in infrastructure as the federal government had estimated. This is a result of the federal government's not consulting with provinces when developing its investing in Canada plan.
The Parliamentary Budget Officer also ran into roadblocks when conducting research for its reports. After a request, Infrastructure Canada was unable to provide the data requested regarding a list of all the specific project commitments under the investing in Canada plan.
That is why we need the Auditor General of Canada to immediately conduct an audit of the government's plan. The department that should have a thorough list of all the projects in its own plan cannot provide it. Canadians deserve to know how their money is being spent.
I have seen first-hand how the incompetence of the government's infrastructure plan has been impacting Canadians. For the past year and a half, I have had the opportunity to travel across Canada and visit mayors and councillors in rural and urban municipalities. I have spoken to municipal leaders from all provinces and territories to get their feedback on the current infrastructure plan.
One of the biggest things I heard during these discussions was that money needed for crucial infrastructure was stuck in Ottawa and that the federal government is not listening to local concerns. This Ottawa-knows-best approach is not working for municipalities. We need to streamline infrastructure and need a government that acts in the best interest of local communities on matters of infrastructure.
Many of these municipal representatives told me that they have yet to see any promised infrastructure funding flow into the areas. They have put in the requests and sometimes do not even hear back from the federal government. Mayors and councillors want more control over their projects. They want to decide what gets done instead of having bureaucrats, sometimes thousands of kilometres away, choose what to prioritize.
Many of the municipalities I consulted have said online application forms to receive infrastructure spending are so complicated that some have even given up entirely. Imagine having the sole beneficiaries of funding not even bother to apply for funding because it has been made too difficult. Instead, these municipalities are looking for other sources of funding to get their projects built.
The government also founded the Canada Infrastructure Bank, a $35-billion agency designed to attract private investors to create public infrastructure projects. Despite costing so much money, we have seen very little in the way of announcements from the bank. In fact, the first announcement from this bank came more than two years after its establishment and it was just a reannouncement of funding that the government had already pledged.
Despite not accomplishing much, the infrastructure bank has had no problem asking for more money from the federal government to cover salaries, legal services, travel and other expenses. Announcements from the bank are sparse and the government has not yet been transparent about what the bank is actually achieving for Canadians.
Not all Canadians will even benefit from the Canada Infrastructure Bank. The finance minister confirmed that small municipalities will not benefit because investors will look to invest only, in his words, in “large transformational projects” that Maclean's notes will “produce a revenue stream, from which they can earn a high rate of return on their investment.” As well, the bank will only provide funding to projects worth $100 million or more, virtually guaranteeing that rural communities across Canada will not qualify, while small and medium-sized municipalities are losing $15 billion of infrastructure money to pay for the bank.
It is clear that the government is not listening to Canadians and is being unresponsive to concerns about the investing in Canada plan. Instead, it is continuing to forge ahead with a plan that has very obvious shortcomings.
The government knows its plan is failing too. In budget 2019, Liberals allocated a $2.2-billion top-up in municipal transfers to fund short-term infrastructure projects for the year, which, as we all know, happened to be an election year. This was despite having the previous four years in government to address delays in delivering this much-needed infrastructure.
I am anticipating that some of my colleagues across the aisle will accuse our party of wanting to cut infrastructure funding, but that is simply not true. Our previous government's record speaks for itself. Our economic action plan approved and announced $12 billion in infrastructure projects in three years of government during the worst economic crisis in a generation. We understand how important infrastructure is to Canadians. We understand the need to get dollars out the door as quickly as possible so projects can be completed in more reasonable time lines. Cutting infrastructure funding is not in our country's best interest.
The government also promised that the investing in Canada plan would stimulate the economy. The Liberals promised they would raise the level of real GDP by up to 1% in the 2017-18 fiscal year. However, the Parliamentary Budget Officer found that there was no increase in the level of real GDP from infrastructure in Canada.
Their record on infrastructure is one of failure. They failed to match infrastructure funding with projects preferred by the municipalities. They failed to keep the deficits modest. They failed to grow the economy in the way that they promised to Canadians. They failed to be accountable and transparent.
When asked for details about the program, they cannot provide them. The department itself has an idea of how many infrastructure investments have been made. The Parliamentary Budget Officer could not get the facts. We have no idea how billions of dollars in taxpayer money is being spent.
The Auditor General must audit the investing in Canada plan to verify whether the plan lives up to its stated goals and promises. My guess is that it is not.
Madame la Présidente, sachez que je partagerai mon temps de parole avec le député de Stormont—Dundas—South Glengarry.
Avant d'entrer dans le vif du sujet, je tiens à rectifier les faits. Le président du Conseil du Trésor vient de dire que la Fédération canadienne des municipalités est tout à fait ravie des efforts déployés par le parti d'en face. Or, d'après mes entretiens avec des maires, des conseillers municipaux et des préfets d'un bout à l'autre du pays, je dirais qu'il y a beaucoup d'hésitation de leur part. Ils sont très déçus de la façon dont le gouvernement a distribué les fonds, et ils estiment que son incapacité à communiquer la date précise à laquelle cet argent leur serait versé a posé problème. Je suis sûr que le député serait heureux d'accepter cette mise au point.
Les infrastructures ont une incidence sur la vie quotidienne de tous les Canadiens. Il s'agit des routes que nous empruntons, des édifices publics que nous utilisons et des parcs où nous amenons nos enfants. Cela représente une part importante du budget de tout gouvernement. Pourtant, le gouvernement actuel ne semble pas savoir au juste combien d'argent a été débloqué pour appuyer le développement des infrastructures.
En 2015, les Libéraux ont promis de n’enregistrer que de modestes déficits annuels de moins de 10 milliards de dollars pendant deux ans et de faire des investissements d’envergure historique dans les infrastructures. Ils ont déjà échoué sur le front des déficits modestes. Selon les estimations, le déficit de cette année devrait dépasser les 26 milliards de dollars. Le gouvernement ne semble avoir aucun plan pour revenir à l’équilibre budgétaire, mais ça, c’est une autre histoire sur laquelle nous reviendrons.
Le gouvernement a lancé Investir au Canada, un plan de 188 milliards de dollars visant la modernisation des infrastructures en fonction de ses propres priorités. Mais comme le gouvernement n’a pas consulté les provinces pour s’assurer qu’elles avaient les mêmes priorités, ce plan n’a pas tardé à poser des problèmes.
Dans un rapport publié en mars 2018, le directeur parlementaire du budget constatait que la moitié seulement des investissements promis dans les infrastructures avaient été liés à des projets. Après la publication de ce rapport, le gouvernement a remanié son Cabinet et demandé au nouveau ministre, dans sa lettre de mandat, de mettre fin aux retards dans les projets d’infrastructure et de débloquer des fonds. Le gouvernement savait pertinemment qu’il ne répondait pas aux attentes.
Le directeur parlementaire du budget a continué de publier des rapports. Dans un autre, il constatait que les provinces n’investissaient pas autant dans l’infrastructure que le gouvernement fédéral l’avait espéré. Cela est attribuable au fait que le gouvernement fédéral n’a pas consulté les provinces lorsqu’il a établi son programme Investir au Canada.
Le directeur parlementaire du budget s’est également heurté à divers obstacles en faisant sa recherche pour ses rapports. Infrastructure Canada a été incapable de lui fournir une liste de tous les engagements liés à des projets précis dans le cadre du plan Investir au Canada.
Voilà pourquoi il est impératif que le vérificateur général du Canada se penche sur le plan gouvernemental. Le ministère qui devrait avoir une liste exhaustive de tous les projets prévus dans le cadre de son propre plan est incapable de la fournir. Les Canadiens méritent de savoir comment leur argent est dépensé.
J’ai constaté personnellement à quel point l’incompétence du gouvernement à mettre en œuvre son plan d’infrastructure a eu des effets négatifs sur les Canadiens. Au cours des 18 derniers mois, j’ai eu l’occasion de voyager à travers le Canada et de rencontrer des maires et des conseillers de municipalités rurales et urbaines. J’ai discuté avec des dirigeants municipaux de toutes les provinces pour savoir ce qu’ils pensent de l’actuel plan d’infrastructure.
L’un des principaux commentaires entendus au cours de ces discussions, c’est que l’argent requis pour des infrastructures essentielles était bloqué à Ottawa et que le gouvernement fédéral n’était pas sensible aux préoccupations locales. Cette approche paternaliste d’Ottawa ne fonctionne pas avec les municipalités. Il faut simplifier les projets d’infrastructure et pour cela, nous avons besoin d’un gouvernement qui agit dans l’intérêt des collectivités locales dans ce domaine.
Bon nombre de ces représentants municipaux m’ont dit n’avoir pas encore vu la couleur de l’argent promis pour les infrastructures dans leur région. Ils ont présenté des demandes au gouvernement fédéral, parfois sans jamais obtenir de réponse. Les maires et les conseillers veulent exercer plus de contrôle sur leurs projets. Ils veulent décider eux-mêmes ce qu’il faut faire au lieu de laisser des fonctionnaires, qui travaillent parfois à des milliers de kilomètres de là, déterminer les priorités.
De nombreux représentants municipaux m’ont dit que les formulaires de demande en ligne pour obtenir des fonds d’infrastructure sont tellement complexes que certaines municipalités ont renoncé à les utiliser. Il est incroyable de penser que les bénéficiaires du financement ne se donnent même pas la peine de présenter une demande de financement à cause de la complexité du processus. Ces municipalités essaient plutôt de se tourner vers d’autres sources de financement pour mettre leurs projets en œuvre.
Le gouvernement a également financé la Banque de l’infrastructure du Canada, qui investira 35 milliards de dollars pour attirer des investisseurs privés pour créer des projets d’infrastructure publique. Malgré son coût exorbitant, la banque n’a pas annoncé beaucoup de projets. En fait, elle a annoncé son premier projet deux ans près sa création, et elle ne faisait que répéter un financement déjà promis par le gouvernement.
Malgré ses modestes réalisations, la Banque de l’infrastructure du Canada n’a aucun problème à demander plus l’argent au gouvernement pour couvrir les salaires, les services juridiques, les déplacements et d’autres dépenses. Les projets annoncés par la banque sont rares, et le gouvernement n’a pas encore fait preuve de transparence concernant ce qu'elle fait pour les Canadiens.
Les Canadiens ne profiteront pas tous des retombées de la Banque de l’infrastructure du Canada. Le ministre des Finances a confirmé que les petites municipalités n’en profiteront pas parce que les investisseurs chercheront à investir seulement dans « des projets de transformation d’envergure » qui, selon le magazine Maclean, « peuvent générer des revenus qui leur garantiront un taux de rendement élevé sur leur investissement ». De plus, la banque ne financera que des projets d’une valeur de 100 millions de dollars ou plus, ce qui confirme que les collectivités rurales du Canada ne seront pas admissibles, pendant que les petites et moyennes municipalités perdent 15 milliards de dollars en fonds d’infrastructure pour payer la Banque de l’infrastructure.
Il est clair que le gouvernement n’est pas à l’écoute des Canadiens et qu’il est insensible à leurs préoccupations concernant le plan Investir dans le Canada, mais il continue de déployer un plan qui comporte des lacunes très évidentes.
Le gouvernement sait pertinemment que son plan est un échec. Dans le budget de 2019, les libéraux ont prévu un complément de 2,2 milliards en transferts municipaux pour financer des projets d’infrastructure à court terme au cours de l’année, une année qui, comme nous le savons tous, était une année électorale. Tout cela après quatre années au pouvoir durant lesquelles le gouvernement n’a cessé de cumuler les retards dans la construction de ces infrastructures on ne peut plus essentielles.
Je m'attends à ce que certains de mes collègues d'en face accusent notre parti de vouloir sabrer le financement des infrastructures, mais c'est tout simplement faux. Le bilan du dernier gouvernement conservateur parle de lui-même. Pendant la pire crise économique de la dernière génération, le Plan d'action économique que nous avions mis en œuvre avait permis d'approuver et d'annoncer pour 12 milliards de dollars de projets d'infrastructure en seulement trois ans. Nous sommes conscients de l'importance que revêtent les infrastructures pour les Canadiens et nous avons compris que l'argent promis doit être débloqué le plus rapidement possible si l'on veut que les projets soient réalisés dans un laps de temps raisonnable. Couper dans l'argent destiné aux infrastructures ne servira jamais les intérêts du pays.
Le gouvernement avait aussi promis que le plan Investir dans le Canada permettrait de stimuler l'économie. Les libéraux avaient même laissé entendre que la hausse du PIB réel pourrait atteindre 1 % en 2017-2018. C'était avant que le directeur parlementaire du budget ne constate que les infrastructures n'avaient contribué en rien à faire augmenter le PIB réel du Canada.
Le bilan des libéraux en matière d'infrastructures est lamentable: l'argent distribué ne correspondait pas aux projets choisis par les municipalités; les déficits n'ont jamais été « modestes », comme ils l'avaient pourtant promis; l'économie n'a pas crû autant qu'ils l'avaient fait miroiter aux Canadiens; ils ont refusé de rendre des comptes et ils ont agi de manière opaque.
Les libéraux sont incapables de fournir les détails de leur programme, même quand on le leur demande. Le ministère lui-même a seulement une idée des sommes qui ont pu être consacrées aux infrastructures. Le directeur parlementaire du budget n'a jamais eu accès aux données. Bref, nous ignorons comment sont dépensés des milliards de dollars de deniers publics.
Le vérificateur général doit se pencher sur le plan Investir dans le Canada afin que nous ayons la garantie qu'il répond aux attentes et qu'il produit les résultats qu'on nous a promis. Personnellement, je crains que ce ne soit pas le cas.
View Kelly McCauley Profile
CPC (AB)
View Kelly McCauley Profile
2020-01-28 15:59 [p.596]
Mr. Speaker, this is a very simple request. Throughout the last several years, we have seen the PBO, in its 2017 estimates and supplementary estimates commentary, saying there were billions missing from the infrastructure fund. We saw that with Mr. Fréchette, and we see it with the current PBO comment in 2018 that money cannot be located.
A Senate report investigating this infrastructure money came up with a finalized part of the report saying there was no metric for success for infrastructure spending apart from the fact that money was spent. It was not carbon reduction, not roads built, not Canadians' health. The government's only metric was that the money was spent.
Why are Liberals opposing having the Auditor General look at this vital issue of money for taxpayers? What are they trying to hide? What are they afraid of?
Monsieur le Président, ma question est très simple. Le directeur parlementaire du budget, dans ses commentaires sur le Budget principal des dépenses et le Budget supplémentaire des dépenses de 2017, a indiqué qu'il manquait des milliards de dollars au fonds d'infrastructure. Tout comme M. Fréchette, l'actuel directeur parlementaire du budget a indiqué dans son commentaire de 2018 qu'on ne savait pas où l'argent est allé.
Dans un rapport sénatorial publié à la suite d'une enquête sur le fonds d'infrastructure, on indique que, sur le plan des dépenses en infrastructure, la seule mesure de succès était les montants dépensés. Ce n'était pas la réduction du carbone, le nombre de routes construites ou la santé des Canadiens. La seule mesure utilisée par le gouvernement est le fait que l'argent soit dépensé.
Pourquoi les libéraux s'opposent-ils à ce que le vérificateur général se penche sur cette question cruciale concernant l'argent des contribuables? Qu'essaient-ils de cacher? De quoi ont-ils peur?
View Francesco Sorbara Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, this morning I read one of the PBO reports that says 900,000 Canadians are going to be taken off the tax rolls with our increase to the basic personal exemption amount and 21 million Canadians will receive a tax break, that is, more tax dollars in their pockets.
I look forward to the PBO undertaking more analysis of our government proposals and plans to invest in Canada and Canadians to keep growing our economy, creating jobs and lifting people out of poverty, because that is what we ran on in 2015 and that is what we ran on in 2019. I look forward to the PBO undertaking further analysis.
Monsieur le Président, ce matin, j'ai lu un rapport du directeur parlementaire du budget indiquant que 900 000 Canadiens seront rayés du rôle d'imposition grâce à l'augmentation du montant de l'exemption personnelle de base et que 21 millions de Canadiens jouiront d'une baisse d'impôt et auront donc plus d'argent dans leurs poches.
Je me réjouis du fait que le directeur parlementaire du budget entreprendra d'autres analyses des plans et des propositions du gouvernement, qui investit dans le Canada et les Canadiens pour continuer à faire croître l'économie, à créer des emplois et à tirer les gens de la pauvreté. Voilà ce sur quoi nous avons fait campagne en 2015 ainsi qu'en 2019. Il me tarde que le directeur parlementaire du budget fasse d'autres analyses.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2020-01-28 16:14 [p.599]
Mr. Speaker, I want to thank the minister for sharing her vision of the infrastructure plan.
I am a little disappointed, but I was expecting the Minister of Infrastructure and Communities to give a long list of all the projects that have been approved in recent years, because the list is long. As the minister said, she could have spent all afternoon reading it. However, this does not answer the Parliamentary Budget Officer's questions about the planning of these projects and the expected results.
The minister talked at length about results related to climate change and greenhouse gas reduction. However, the Parliamentary Budget Officer made it clear that there is currently no mechanism for verifying whether approved infrastructure projects will have an impact on climate change or for determining that impact.
All the same, that was one of the objectives. It was part of the government's nice little slogans, like the ones the minister just uttered, such as “building Canada” or “building a better future”. However, everything depends on the information provided to parliamentarians, not the slogans.
Does the minister not believe that parliamentarians of all stripes are entitled to the same information the government has, so they can make informed decisions about the infrastructure plan? Do they not have the right to know whether a plan exists for the funds that were not invested in 2016-17 and 2017-18?
Monsieur le Président, je remercie la ministre de nous avoir donné sa vision du plan d'infrastructure.
Je suis un peu déçu, mais je m'attendais à ce que la ministre de l'Infrastructure et des Collectivités dresse une longue liste des projets qui ont été approuvés au cours des dernières années, car la liste est longue. Comme la ministre l'a dit, elle aurait pu passer l'après-midi à la lire. Cependant, cela ne répond pas aux questions du directeur parlementaire du budget sur la planification de ces projets et les résultats attendus.
La ministre a abondamment parlé des résultats relatifs aux changements climatiques et à la réduction de gaz à effet de serre. Cependant, le directeur parlementaire du budget a été clair: il n'existe présentement aucun mécanisme pour vérifier si les projets d'infrastructure acceptés auront ou non des effets sur les changements climatiques, ni pour déterminer quels seront ces effets.
Pourtant, cela faisait partie des objectifs. Cela faisait partie des beaux slogans du gouvernement, comme ceux que la ministre vient tout juste de dire, comme « bâtir le Canada » ou « assurer un avenir meilleur ». Cependant, tout est dans l'information donnée aux parlementaires, et non dans les slogans.
La ministre ne croit-elle pas que les parlementaires de tous les partis ont droit aux mêmes informations que celles actuellement détenues par le gouvernement afin de prendre des décisions éclairées en ce qui a trait au plan d'infrastructure? N'ont-ils pas le droit de savoir s'il existe ou non un plan pour les sommes qui n'ont pas été investies en 2016-2017 et en 2017-2018?
View Catherine McKenna Profile
Lib. (ON)
View Catherine McKenna Profile
2020-01-28 16:15 [p.599]
Mr. Speaker, our government is open and transparent, and we welcome public and parliamentary oversight of our historic infrastructure program, the investing in Canada plan. I am actually pleased to see that members opposite are now taking an interest in our investments to grow the economy, build better communities and fight climate change.
I would like to point out that, during the last election campaign, the Conservatives said they would slash $18 million from our infrastructure investments. Canadians, in contrast, decided to move forward and invest in a better future for their children and grandchildren. Canadians want to know which projects the Conservatives would like to cancel. Will it be Montreal's blue line, the Quebec City tramway, the Champlain Bridge or affordable housing?
Monsieur le Président, l'ouverture et la transparence sont des caractéristiques de notre gouvernement et nous accueillons la surveillance publique et parlementaire de notre programme d'infrastructure historique, le plan Investir dans le Canada. En fait, je suis heureuse de voir que les députés d'en face s'intéressent maintenant à nos investissements visant à accroître l'économie, à bâtir de meilleures collectivités et à lutter contre les changements climatiques.
Je rappelle que, lors de la dernière campagne électorale, les conservateurs voulaient sabrer 18 milliards de dollars de nos investissements en infrastructure. Pourtant, les Canadiens ont décidé d'avancer et d'investir dans un avenir meilleur pour leurs enfants et leurs petits-enfants. Les Canadiens veulent savoir quels projets les conservateurs voudraient annuler: la ligne bleue de Montréal, le tramway de Québec, le pont Champlain ou les logements abordables?
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, in my riding in the Cowichan Valley, the Cowichan River, which has long been a source of inspiration for the first peoples who have lived there, a very deep, historical and cultural significance, is really starting to feel the effects of climate change. One of the proposals to help us save that river is to build a new weir so we can hold more lake supply water back in Lake Cowichan and control the flow during the dry spring and summer months.
I look at the motion before us today and the crux of the matter is that we want to see if the plan is living up to its stated goals and promises. The Auditor General's office plays a very important role to help us, as parliamentarians, to see if it is actually doing that.
Why is the minister's government so against us getting this information to see if we can try and find more efficiencies in the plan and give our constituents, who need this funding, the information they need to make the appropriate applications for the resources necessary to get the funding in the first place?
Monsieur le Président, dans ma circonscription de la vallée de la Cowichan, la rivière Cowichan, qui est depuis longtemps une source d'inspiration pour les premiers peuples qui ont habité la région et qui a une énorme importance historique et culturelle, commence vraiment à se ressentir des effets des changements climatiques. Une des solutions qui a été proposée pour nous aider à sauver cette rivière consiste à construire un nouveau barrage afin de retenir plus d'eau dans le lac Cowichan et de contrôler le débit pendant les mois secs du printemps et de l'été.
Relativement à la motion dont nous débattons, essentiellement, il s'agit de savoir si les objectifs et les engagements prévus dans le plan sont respectés. Le Bureau du vérificateur général joue un rôle important à cet égard; il peut aider les parlementaires à répondre à cette question.
Selon la ministre, pourquoi le gouvernement libéral s'oppose-t-il tant à ce que nous obtenions cette information qui nous permettrait de voir si nous pouvons essayer de trouver des gains d'efficience dans le plan et de fournir aux gens de nos circonscriptions — qui ont besoin de ces fonds — les renseignements dont ils ont besoin pour demander le financement nécessaire à leurs projets pour commencer?
Results: 1 - 60 of 70 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data