Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 9 of 9
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2020-02-25 11:02 [p.1480]
Madam Speaker, I am pleased to rise in the House today to talk about our government's record, about how we have invested in Canadians, including middle-class Canadians and those working hard to join them, about the middle-class tax cuts we introduced in 2015, and about the tax cuts we proposed in 2019.
The economy is strong and growing. Our record proves that, by investing in Canadians, we can have an impact on Canadians' day-to-day lives while growing the economy. However, we are also very aware that too many Canadians are still having trouble making ends meet.
Ever since we took office in 2015, our plan has focused on investing in Canadians and their communities. We are investing in things people need to build a better future for themselves and their families. We are investing in the middle class and those working hard to join it. We know that a strong middle class leads to a strong economy, and a strong economy benefits everyone. Our plan is working.
One of the first actions of our previous mandate was to introduce a tax break for the middle class that is benefiting more than nine million hard-working Canadians. We also introduced the Canada child benefit, which is providing more money to those families who need it most. By doing so, we have helped to lift one million people out of poverty, including 334,000 children, giving them a better start in life.
I would like to talk about how this measure in particular has helped children in my riding. Ottawa—Vanier is one of Canada's most diverse ridings. In fact, I often say that it represents our nation's diversity in one riding. It has some of Canada's highest earners and some of Canada's lowest earners. That is why the Canada child benefit is so important to my constituents. Over 15,000 children in Ottawa—Vanier benefit from the Canada child benefit.
Our government has also increased the guaranteed income supplement to help low-income seniors make ends meet. By working in co-operation and collaboration with our provincial partners, we strengthened the Canada pension plan so that Canadian workers will have more money in retirement. I am sure that hon. members on all sides of the House will celebrate the fact that yesterday Statistics Canada released national poverty figures showing that 73,000 seniors have been lifted out of poverty since 2015.
Furthermore, our government understands that small businesses are the catalyst of our economy. That is why we cut taxes for small businesses to help entrepreneurs grow their businesses and create more good, well-paying jobs. This measure was well received, and small business owners responded. Canada has gained over one million jobs since 2015, most of which are full-time jobs.
I would also like to highlight our government's commitment to ensuring that everyone has a safe and secure place to call home. Our government established Canada's first national housing strategy. We have invested in the construction of more affordable housing in communities across the country and we have helped make it more affordable for people to buy their first home through enhancements to the first-time homebuyers incentive.
We have made tremendous progress by working with Canadians. We have listened to their requests so that we can grow an economy that works for everyone.
Through our investments and Canadians' hard work, our country's economy is strong and growing. Over the past four years, Canadians have created over one million new jobs, and stronger wage growth has helped more people get ahead. However, we know that there is still a lot of work to be done.
Over the past few months, leading up to budget 2020, I have met with Canadians and stakeholders in Montreal, Windsor, Regina, Winnipeg, Kenora and elsewhere to understand the needs of Canadians in different parts of this country. One thing that came up is that too many people are still worried about making ends meet.
The rising cost of living is affecting Canadians from coast to coast to coast. They know what it is like to have their livelihoods put at risk by global economic challenges, and they worry about what the future holds for them and their families. We understand that.
I heard from Canadians that a good quality of life for them means not having to worry about living paycheque to paycheque. It means being in good health. It means living in a safe environment and in a society where diversity is celebrated. It means access to quality housing, child care and education, and an opportunity for all to succeed.
We have made a lot of progress over the last four years to grow the economy while ensuring that the middle class prospers, but we know that there is much more to do.
Economic growth and quality of life reinforce one another. We cannot sustain one for long without the other. We need to think about the future of our communities, about fighting climate change and protecting the environment, and about continuing our path to reconciliation with indigenous peoples. As long as these sorts of challenges are out there, our government will keep working to help Canadians overcome them. That is why making life more affordable for Canadians is a central focus for our government. It has been for the past four years and continues to be.
We are looking to grow an economy that works for everyone, not just the rich. By investing in and strengthening the middle class, we are growing the economy to benefit everyone.
Our plan to increase the basic personal amount will make the cost of living more affordable for more Canadians by helping them keep more of what they earn. That means they will have more money in their pockets. I would like to take a minute to explain how we will attain that objective and how that additional measure will benefit nearly 20 million Canadians.
As my hon. colleagues know, to help all Canadians meet their basic needs, no federal tax is collected on a certain amount of income earned. That amount is called the basic personal amount, or BPA. Under the existing rules regarding the BPA, Canadians can earn close to $12,300 in the 2020 tax year before they have to pay federal income tax.
As our first order of business our government proposed to lower taxes for the middle class and those working hard to join it by increasing the basic personal amount to $15,000 by 2023. We also propose to increase two related benefit amounts to $15,000 by 2023: the spouse or common-law partner amount and the eligible dependant credit.
This increase would be phased in over four years, starting in 2020. As I said earlier, it would cut taxes for close to 20 million Canadians. Importantly, it would mean that nearly 1.1 million more Canadians would no longer pay federal income tax at all by 2023.
To ensure that this tax relief goes to the people who need help the most, we will phase out the benefits of the increased basic personal amount. I will explain what this means in real terms for individuals and families.
It means that a single individual who makes $50,000 a year would pay less tax starting in 2020 with tax savings of close to $300 in 2023. It means that a two-earner couple where one partner works full time at $40,000 a year and the other part time at $20,000 a year would save close to $600 by 2023. It means that a one-earner couple with one child could save close to $600 in 2023. It also means that a single parent who can claim the eligible dependant credit in addition to the basic personal amount could save close to $600 in 2023.
All told, this would put $3 billion back in the pockets of Canadian households in 2020, with this amount rising to $6 billion by 2023. That is $6 billion to help make life more affordable for Canadians and keep our economy growing. That is $6 billion on top of the support that we have already delivered over the past four years.
When the middle-class tax cut, the Canada child benefit and the proposed increases to the basic personal amount are taken into account, a typical family of four could have over $2,300 more in their pockets in 2020 than they did in 2015. Once the changes to the basic personal amount are fully implemented, that family could have over $2,800 more in their pockets than they did in 2015.
That is what we mean when we talk about investing in Canadians. Thanks to the Canada child benefit, a working single mother or father of two earning $30,000 a year now gets $3,000 more in benefits every year than they did under the previous child benefit program. These changes will help more families pay for things that will have a real impact on their children's future, such as healthy food, registration fees for sports, summer camp or music lessons, or even warm clothes in the winter.
Our decision to improve the guaranteed income supplement has provided greater income security for close to 900,000 people, 70% of whom are women.
The guaranteed income supplement has helped lift 73,000 vulnerable seniors out of poverty. Thanks to the implementation of Canada's first-ever national housing strategy, a 10-year, $40-billion investment to provide more Canadians with affordable housing, the housing needs of 530,000 families will be met and chronic homelessness will decrease by 50%.
We will continue to invest in people and in the things that improve their quality of life. The past four years have shown what can happen when we put middle-class Canadians at the heart of our decisions and invest in those areas that make their lives easier.
We have seen that more money in families' pockets, more jobs, more welcoming communities and fewer people living in poverty contribute to our economic growth.
I do not like to repeat myself, but I think it is important to highlight, in both English and French, the results of our government's work to make life more affordable for Canadians. Due to the middle-class tax cut, the Canada child benefit and the proposed changes to the basic personal amount, a typical family of four could be better off by more than $2,300 this year compared to 2015. When the proposed changes to the basic personal amount are fully rolled out, the family could be better off by more than $2,800 compared to 2015.
These changes have been focused on those Canadians who need it most. The effect our plan has had on child poverty and seniors in need has been clear and is documented. We know that more work needs to be done to improve the quality of life for Canadians.
The way we have structured these changes to the basic personal amount clearly shows we are striving to target our efforts to be as effective as possible.
The reason we have focused on housing and the tax system is the flexibility those changes offer to Canadians. By providing tax cuts for those who need it and by providing the Canada child benefit directly to parents and caregivers, we are giving Canadians the tools to make the changes they feel they need.
We will also continue to work with indigenous peoples to help deliver a better quality of life for their families and communities. We will build on the progress achieved for all people in Canada, moving forward with investments that will make a real difference. We will do so in a way that is fiscally responsible and continues to reduce the federal debt relative to the size of our economy.
Canada's net debt-to-GDP ratio is low and sustainable. That puts Canada in an enviable position, especially compared to our G7 peers. Our relatively low level of debt gives us a serious competitive advantage, one our government is fully committed to maintaining. Even though our economy is doing well, we need to be ready to respond to whatever challenges might arise. We need to continue to build confidence in Canada's economy, making sure the world continues to see Canada as a great place in which to live, work and invest.
Canada has a AAA credit rating from the three most recognized credit rating agencies. This strong rating reflects the confidence others have in Canada's economic strength. We took timely action during our previous mandate to improve business tax competitiveness in this country. To make it easier for small businesses to succeed and create more jobs, we have cut taxes for small businesses twice. As a result of federal and provincial actions, Canada has the lowest overall tax rate on new business investment in the G7.
Our government's objective is to maintain these competitive advantages while implementing measures to make life more affordable and to invest in Canadians. We are building an economy that works for everyone.
We know what can happen when we invest in Canadians: They benefit through their hard work. In just four years, this has resulted in a strong and growing economy that has generated more than a million jobs with a historic low unemployment rate.
These are real changes that help improve the quality of life and well-being of all Canadians. Making it easier for Canadians to get ahead is at the very heart of our plan for the prosperity of the middle-class.
Madam Speaker, I would like to thank you for letting me speak about this important matter today. I welcome questions from my colleagues.
Madame la Présidente, c’est un plaisir pour moi de me lever à la Chambre aujourd’hui pour parler du bilan de notre gouvernement, des investissements que nous avons faits dans les Canadiens, incluant les Canadiens de la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour s’y joindre, et des baisses d’impôt pour la classe moyenne que nous avons faites en 2015, ainsi que celles que nous avons proposées en 2019.
L’économie est forte et en croissance. Notre bilan démontre qu’en investissant dans les Canadiens, nous pouvons avoir un effet sur la vie de tous les jours des Canadiens, tout en faisant croître l’économie. Toutefois, nous sommes aussi très conscients que, malgré tout, trop de Canadiennes et de Canadiens ont du mal à joindre les deux bouts à la fin du mois.
Depuis le début de notre premier mandat en 2015, notre plan met l’accent sur l’investissement dans les Canadiens et dans leurs communautés. Nous investissons dans les choses dont les gens ont besoin pour bâtir un avenir meilleur pour eux et leur famille. Nous investissons dans la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour s’y joindre. Nous savons qu’une classe moyenne forte mène à une économie forte. Cela mène à une économie qui profite à tout le monde. Notre plan fonctionne.
Au cours de notre dernier mandat, une des premières mesures que nous avons prises a été d’offrir à la classe moyenne un allégement fiscal qui profite à plus de neuf millions de vaillants travailleurs canadiens. Nous avons aussi instauré l’Allocation canadienne pour enfants, qui fournit un supplément financier aux familles en ayant le plus besoin. Ce faisant, nous avons aidé à sortir un million de personnes de la pauvreté, dont 334 000 enfants, à qui nous avons permis de connaître un meilleur départ dans la vie.
J’aimerais parler de la façon dont cette mesure particulière a aidé les enfants dans ma circonscription. Ottawa—Vanier est l’une des circonscriptions les plus diversifiées au Canada. En fait, je dis souvent qu’elle représente à elle seule la diversité de notre nation. Certains de ses habitants ont des revenus parmi les plus élevés au Canada, tandis que d'autres ont des revenus parmi les plus faibles. Voilà pourquoi l’Allocation canadienne pour enfants compte tant pour mes électeurs. Dans la circonscription d’Ottawa—Vanier, plus de 15 000 enfants en bénéficient.
Notre gouvernement a aussi rehaussé le Supplément de revenu garanti en vue d’aider les aînés à faible revenu à joindre les deux bouts. En collaboration avec nos partenaires provinciaux, nous avons renforcé le Régime de pensions du Canada de manière à ce que les travailleurs canadiens aient plus d’argent à la retraite. Je suis certaine que tous les députés se réjouiront des données nationales sur la pauvreté qu’a publiées hier Statistique Canada et qui montrent que 73 000 aînés ont été tirés de la pauvreté depuis 2015.
De plus, notre gouvernement comprend que les petites entreprises sont le catalyseur de notre économie. C’est pourquoi nous réduisons leurs impôts pour aider les entrepreneurs à faire croître leurs entreprises et à créer plus d’emplois intéressants et bien rémunérés. Cette mesure a été bien accueillie, et les propriétaires de petites entreprises y ont répondu à l'appel. Depuis 2015, plus d’un million d’emplois, à temps plein pour la plupart, ont été créés au Canada.
J’aimerais aussi souligner l’engagement de notre gouvernement à s’assurer que tous les Canadiens ont un chez-soi sûr. Notre gouvernement a mis en place la première Stratégie nationale sur le logement au pays. Nous avons financé la construction de logements abordables dans les collectivités d’ici et nous avons offert un incitatif à l’achat d’une première propriété pour faciliter la vie aux personnes qui acquièrent leur première habitation.
Nous avons réalisé d'énormes progrès en travaillant de concert avec les Canadiennes et les Canadiens. Nous avons écouté les demandes des Canadiens, afin que nous puissions faire croître une économie qui fonctionne pour tout le monde.
Grâce à nos investissements et au travail acharné des Canadiens, l'économie de notre pays est forte et croissante. Au cours des quatre dernières années, les Canadiennes et les Canadiens ont crée plus de 1 million nouveaux emplois, et une plus forte croissance des salaires a permis à plus de gens d'améliorer leur situation. Cependant, nous savons qu'il y a encore beaucoup de travail à faire.
Au cours des derniers mois, avant le dépôt du budget de 2020, je me suis entretenue avec des Canadiens et des intervenants de Montréal, Windsor, Regina, Winnipeg, Kenora et d'ailleurs afin de comprendre les besoins des Canadiens de différentes régions du pays. Il en est ressorti que trop de Canadiens peinent encore à joindre les deux bouts.
L'augmentation du coût de la vie a des répercussions pour les Canadiens d'un peu partout au pays. Ceux-ci savent ce que c'est de voir son gagne-pain menacé par les difficultés économiques qui sévissent dans le monde. Ils s'inquiètent de ce que l'avenir leur réserve, à eux et à leur famille, et nous le comprenons.
Les Canadiens m'ont dit que, pour eux, une bonne qualité de vie consiste à ne pas vivoter dans l'attente du prochain chèque de paie, à être en bonne santé, à vivre en sécurité dans une société où on célèbre la diversité. C'est aussi l'accès à un logement de qualité, à des services de garderie et à l'éducation, et des chances de réussite pour tous.
Nous avons accompli beaucoup de progrès au cours des quatre dernières années. En effet, nous avons fait croître l'économie tout en assurant la prospérité de la classe moyenne. Toutefois, nous sommes conscients qu'il y a encore beaucoup de pain sur la planche.
La croissance économique et la qualité de vie se renforcent mutuellement. Nous ne pouvons soutenir l’une longtemps sans l’autre. Nous devons penser à l’avenir de nos collectivités, à la lutte contre des changements climatiques et à la protection de l’environnement, et à la poursuite de la réconciliation avec les peuples autochtones. Tant que ces défis sont à relever, le gouvernement continuera de chercher à aider les Canadiens à les surmonter. C’est pourquoi il estime essentiel de rendre le coût de la vie plus abordable pour les Canadiens. C’est une de ses priorités depuis quatre ans et cela continuera de l’être.
Nous voulons une croissance économique qui profite à tous, pas seulement aux riches. En investissant dans la classe moyenne et en la renforçant, nous stimulons l’économie au profit de tous.
Notre projet d'augmenter le montant personnel de base rendrait le coût de la vie plus abordable pour un plus grand nombre de Canadiens en leur permettant de conserver une plus grande part de ce qu'ils gagnent. Cela signifie qu'ils auront plus d'argent dans leur poche. J'aimerais prendre une minute pour expliquer comment nous atteindrons cet objectif et comment cette mesure additionnelle bénéficiera à près de 20 millions de Canadiennes et de Canadiens.
Comme mes honorables collègues ici présents le savent, pour aider tous les Canadiens à satisfaire leurs besoins fondamentaux, aucun impôt fédéral n'est perçu sur un certain montant du revenu qu'une personne gagne. Ce montant s'appelle le montant personnel de base, ou le MPB. Selon les règles actuelles concernant le MPB, les Canadiennes et les Canadiens pourront gagner près de 12 300 $ durant l'année d'imposition 2020 avant d'avoir à payer de l'impôt fédéral sur le revenu.
Le gouvernement a proposé en premier lieu de réduire les impôts de la classe moyenne et de ceux qui travaillent fort pour y accéder en portant le montant personnel de base à 15 000 $ d’ici 2023. Nous proposons également de faire passer le montant de deux autres avantages fiscaux du même genre à 15 000 $ d’ici 2023, à savoir le montant pour époux ou conjoint de fait et le montant pour une personne à charge admissible.
Cette augmentation sera étalée sur quatre ans et commencera en 2020. Comme je l’ai dit tout à l’heure, elle réduira les impôts de près de 20 millions de Canadiens. Surtout, elle signifiera que près de 1,1 million de Canadiens supplémentaires ne paieront plus du tout d’impôt sur le revenu fédéral d’ici 2023.
Pour que cet allégement fiscal profite aux personnes qui en ont le plus besoin, nous éliminerons progressivement les avantages du montant personnel de base augmenté. J’expliquerai ce que cela signifie en réalité pour les particuliers et les familles.
Cela veut dire que le contribuable qui gagne 50 000 $ par an paiera moins d’impôts à partir de 2020 et économisera près de 300 $ en 2023. Autrement dit, un couple dont l'un des conjoints travaille à plein temps et gagne 40 000 $ par année tandis que l’autre travaille à temps partiel et gagne 20 000 $ par année économisera près de 600 $ d’ici 2023. Un couple ayant un seul salaire et un enfant pourrait économiser près de 600 $ en 2023. Une famille monoparentale ayant droit au montant pour une personne à charge admissible en plus du montant personnel de base pourrait économiser près de 600 $ en 2023.
Au total, la mesure remettra 3 milliards de dollars dans les poches des ménages canadiens en 2020, montant qui passera à 6 milliards d’ici 2023. Cet argent rendra le coût de la vie plus abordable pour les Canadiens et alimentera la croissance économique. Ce sont 6 milliards de dollars qui s’ajoutent au soutien que nous avons déjà apporté au cours des quatre dernières années.
À la suite de la baisse d'impôt pour la classe moyenne, de la mise en place de l'Allocation canadienne pour enfants et des hausses proposées du montant personnel de base, une famille typique de quatre personnes pourrait avoir plus de 2 300 $ de plus dans ses poches en 2020, en comparaison avec 2015. Lorsque les modifications au montant personnel de base auront été entièrement mises en œuvre, cette famille pourrait avoir dans ses poches plus de 2 800 $ de plus comparativement à 2015.
Quand on parle d'investissement dans les Canadiens, c'est ce que l'on veut comme résultat. Grâce à l'Allocation canadienne pour enfants, une mère seule ou un père seul qui travaille, qui a deux enfants et qui gagne 30 000 $ par année touche maintenant 3 000 $ de plus en prestations chaque année comparativement au système précédent de prestations pour enfant. Ces changements permettront à un plus grand nombre de familles de se procurer des choses qui auront une incidence réelle sur l'avenir de leurs enfants, comme des aliments sains, des inscriptions à des activités sportives, à des camps d'été ou à des cours de musique, ou encore, des vêtements chauds pour l'hiver.
Puisque nous avons bonifié le Supplément de revenu garanti, près de 900 000 personnes profitent maintenant d'une meilleure sécurité du revenu. De ce nombre, 70 % sont des femmes.
Le Supplément de revenu garanti amélioré a contribué à sortir 73 000 aînés vulnérables de la pauvreté. Grâce à la mise en œuvre de la toute première Stratégie nationale sur le logement du Canada, un investissement de 40 milliards de dollars sur 10 ans qui permettra à plus de Canadiens de trouver un logement, les besoins de 530 000 familles en matière de logement seront apaisés et l'itinérance chronique diminuera de 50 %.
Nous continuerons d'investir dans les gens et dans les choses qui leur permettent de profiter d'une meilleure qualité de vie. Les quatre dernières années ont démontré ce qui peut arriver lorsque nous mettons les Canadiennes et les Canadiens de la classe moyenne au cœur de nos décisions et que nous investissons dans les choses qui facilitent leur vie.
Nous avons vu que plus d'argent aux familles, un plus grand nombre de bons emplois, des communautés plus accueillantes et moins de personnes vivant dans la pauvreté contribuent à notre croissance économique.
Je n’aime pas me répéter, mais il me semble important de souligner, en anglais et en français, les résultats du travail du gouvernement pour rendre le coût de la vie plus abordable pour les Canadiens. Grâce à la baisse d’impôt pour la classe moyenne, à l’Allocation canadienne pour enfants et aux changements proposés au montant personnel de base, une famille type de quatre personnes pourrait avoir plus de 2 300 $ de plus dans ses poches cette année, par rapport à 2015. Une fois que les changements proposés au montant personnel de base totalement seront appliqués, la famille pourrait avoir au moins 2 800 $ de plus dans ses poches, par rapport à 2015.
Ces changements concernent les Canadiens qui en ont le plus besoin. L’effet de notre plan sur la pauvreté infantile et les aînés dans le besoin est évident et démontré. Nous savons qu’il reste à faire pour améliorer la qualité de vie des Canadiens.
Notre façon de structurer les changements apportés au montant personnel de base montre bien que nous nous employons à cibler nos efforts pour qu’ils soient aussi efficaces que possible.
Si nous mettons l’accent sur le logement et la fiscalité, c’est en raison de la souplesse qu'accordent aux Canadiens les changements dans ces domaines. En réduisant les impôts de ceux qui en ont besoin et en versant directement aux parents et aux aidants naturels l’Allocation canadienne pour enfants, nous donnons aux Canadiens les moyens d’apporter les changements qui leur paraissent nécessaires.
Nous continuerons aussi de travailler avec les peuples autochtones afin d'améliorer la qualité de vie de leurs familles et de leurs collectivités. Nous nous appuierons sur les progrès accomplis pour tous les Canadiens et nous utiliserons l'argent là où nous pourrons obtenir des résultats concrets. Nous le ferons de manière financièrement responsable et de façon à continuer de réduire la dette fédérale par rapport à la taille de notre économie.
Le ratio de la dette nette par rapport au PIB du Canada est faible et viable, ce qui place notre pays dans une situation enviable, surtout par rapport aux autres pays du G7. Notre endettement relativement faible nous confère un réel avantage concurrentiel que le gouvernement entend bien maintenir. Même si notre économie se porte bien, nous devons être prêts à réagir à tout problème qui se poserait. Nous devons continuer de renforcer la confiance qu'inspire l’économie canadienne et faire en sorte que le reste du monde continue de considérer le Canada comme un pays où il fait bon vivre, travailler et investir.
Les trois agences de notation les plus reconnues attribuent au Canada une cote de crédit AAA, ce qui montre que la solidité de l’économie canadienne ne fait pas de doute dans l'esprit des autres. Nous avons pris des mesures dès le début de notre mandat précédent pour que la fiscalité des entreprises soit plus concurrentielle au Canada. Afin qu’il soit plus facile aux petites entreprises de prospérer et de créer plus d’emplois, nous avons réduit deux fois leur fardeau fiscal. Grâce aux mesures fédérales et provinciales, c'est au Canada que les investissements des entreprises sont soumis au taux global d'imposition le plus faible, parmi les pays du G7.
L'objectif de notre gouvernement est de préserver ces avantages concurrentiels alors que nous prenons des mesures pour rendre le coût de la vie plus abordable et pour investir dans les Canadiens. Nous bâtissons une économie qui fonctionne pour tout le monde.
Nous savons ce qui peut se produire lorsque nous investissons dans les Canadiennes et les Canadiens: ils en tirent profit en y ajoutant leur travail acharné. Le résultat qui en découle est une économie forte et croissante qui a généré plus d'un million d'emplois et qui affiche un taux de chômage se situant à des creux historiques, et le tout en seulement quatre ans.
Il s'agit de changements réels qui contribuent à améliorer la qualité de vie et le bien-être de toutes les Canadiennes et de tous les Canadiens. Faciliter la tâche aux Canadiennes et aux Canadiens pour qu'ils améliorent leur sort est au cœur même de notre plan pour la prospérité de la classe moyenne.
Je suis heureuse d'avoir eu l'occasion de discuter de cet important sujet aujourd'hui. J'invite maintenant mes collègues à me poser des questions.
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2020-02-25 11:45 [p.1486]
Madam Speaker, I am pleased to rise to speak to the NDP motion regarding the Liberal plan to increase the basic personal amount from $12,298 to $15,000.
Before I address the substance of the motion, this is the first time that I have had an opportunity to rise in the House since the last election to give a speech, and I want to thank the constituents of St. Albert—Edmonton for their vote of confidence. It was an overwhelming vote of confidence of 61%, which was 16% higher than in 2015, and I am very humbled by that.
It would not have been possible without all of the individuals who worked so hard on my campaign, who believed in me. While I cannot name all of them, I will name two who worked harder than anyone other than perhaps myself and they are my parents, Tom and Rita Cooper. In fact, they may have worked harder than I worked.
I will say to all of the residents of St. Albert—Edmonton, just as I did in the last Parliament, that although I am not perfect, I will do everything that I can to take their issues and priorities here to the House and be their voice in Ottawa.
Turning to the motion before the House and the issue of increasing the basic personal amount to $15,000 from $12,298, let me say that this is nothing more than a Liberal middle-class tax gimmick. This is a government that talks a good game about the middle class. Indeed, the Prime Minister even appointed a minister responsible for middle class prosperity to demonstrate the Prime Minister's apparent concern for middle-class Canadians, how caring he is and always from the heart out.
It is certainly interesting that, when the minister appeared before the finance committee, she was unable to explain her mandate. She was asked by my colleague, the member for Edmonton Centre and again today in the House to define what constitutes a middle-class Canadian. She could not answer the question. However, I digress, because the fact is, despite all of the talk, what matters is not words but action, and the actions of the government time and again are to make life less affordable for middle-class Canadians.
For a government that is so preoccupied with the middle class, it sure has a strange way of showing it. This, after all, is a government that scrapped tax credits that benefited middle-class Canadians. This is a government that scrapped the children's fitness tax credit, the children's arts tax credit, the student textbook tax credit, the public transit tax credit and I could go on.
However, not to be outdone, the government decided to jack up CPP, taking $2,200 out of the wallets of the average middle-class Canadian family. This is some way of showing its love for the middle class, nickel-and-diming them and taking money out of their wallets.
Of course, there is the massive tax on everything, the carbon tax, which as my friend, the member for Charleswood—St. James—Assiniboia—Headingley noted just yesterday the Alberta Court of Appeal determined to be a “constitutional Trojan horse”. Nonetheless, the government is adamant about imposing a massive tax on middle-class Canadians. The government would say, “Don't worry, be happy, we delivered a middle-class tax cut”.
We heard the Minister of Middle Class Prosperity refer to the Liberal middle-class tax cut, which sounds like a good idea.
Who could be against a middle-class tax cut? Like anything, the devil is in the details. For example, if one earned between $62,000 and $78,000, how much would that Canadian save under the Liberal middle-class tax cut? That sounds like a middle-class Canadian to me. The answer is $117. Now, is that $117 a day, a week or a month? No. It is $117 a year. How much does that work out to a week? The answer is $2.25, not even enough to purchase one extra-large regular coffee at Tim Hortons. So much for the Liberal so-called middle-class tax cut. The Liberal so-called middle-class tax cut is a Liberal middle-class tax gimmick, not to be outdone by the latest Liberal middle-class tax gimmick of increasing the basic personal amount.
I say, with respect to the increase that the Liberals are proposing, it is too little, too late. It is too late because Canadians would not see the full benefit for four years. I say it is too little because by the time they do, a large part of that increase will be gobbled up by inflation. While the benefit to Canadians is not going to be all that much, having regard to inflation, the government says $550, $600 for the average Canadian family. That is less than the average $800 that middle-class Canadians have seen in terms of their taxes going up, not down, under the Liberals. For this nominal benefit to some middle-class Canadians, it is going to come at an enormous cost.
According to the Parliamentary Budget Officer, the cost of this Liberal middle-class tax gimmick will be $21 billion, at a time when the government is running a deficit of $26.6 billion, $7 billion more than projected with nearly $30 billion of deficits for the fiscal years ahead, with no end in sight. The Minister of Middle Class Prosperity talked about the government's fiscal anchor, debt-to-GDP ratio, which she says is going down, except it has actually gone up this year from 30.8% to 31%, and that is before taking into account the $55 billion of spending promises that the Liberals made in the last election.
What middle-class Canadians deserve is action. They do not deserve more talk. They do not deserve more empty promises. They do not deserve more gimmicks. Canadians deserve broad-based tax relief. It is something that Conservatives committed to. It is something we intend to deliver on should we be entrusted with the confidence of Canadians, which I expect will happen, and cannot happen soon enough.
In the meantime, we will hold the government to account for the fact that it has made life more unaffordable for everyday Canadians, all the while mortgaging the future generations in Canada with higher taxes, higher deficits and more debt.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole au sujet de la motion du NPD concernant le plan libéral visant à faire passer le montant personnel de base de 12 298 $ à 15 000 $.
Avant d’aborder le fond de la motion, comme c’est la première fois que j’ai l’occasion de prendre la parole en Chambre depuis les dernières élections, je tiens à remercier les électeurs de St. Albert-Edmonton pour leur vote de confiance. C’était un vote de confiance écrasant de 61 %, soit 16 % de plus qu’en 2015 et j’en suis très ému.
Cela n’aurait pas été possible sans toutes les personnes qui ont travaillé assidûment durant ma campagne, qui ont cru en moi. Même si je ne peux les nommer toutes, je vais en nommer deux qui ont travaillé plus que tout le monde, à part peut-être moi-même; ce sont mes parents, Tom et Rita Cooper. En fait, ils ont peut-être travaillé plus fort que moi.
Je dis à tous les habitants de St. Albert-Edmonton, comme je l’ai fait lors de la dernière législature, que, même si je ne suis pas parfait, je ferai de mon mieux pour présenter leurs problèmes et leurs priorités ici, à la Chambre, et être leur voix à Ottawa.
Pour en revenir à la motion présentée à la Chambre et à la question de l’augmentation du montant personnel de base de 12 298 $ à 15 000 $, permettez-moi de vous dire qu’il ne s’agit là que d’un gadget fiscal libéral pour la classe moyenne. C’est un gouvernement qui parle beaucoup de la classe moyenne. En effet, le premier ministre a même nommé une ministre responsable de la prospérité de la classe moyenne afin de démontrer l’intérêt apparent qu’il a pour les Canadiens de la classe moyenne et à quel point il est attentionné et généreux.
Il est certes intéressant de constater que, quand la ministre a comparu devant le comité des finances, elle n’a pas pu expliquer son mandat. Mon collègue, le député d’Edmonton Centre, lui a posé la question et encore aujourd’hui en Chambre, on lui a demandé de définir ce qui constitue un Canadien de classe moyenne. Elle n’a pas su répondre. Quoi qu’il en soit, je m’écarte du sujet, car il n’en demeure pas moins que, malgré toutes les paroles, ce ne sont pas les mots qui comptent, mais les actes, et ceux du gouvernement ont toujours pour résultat de rendre la vie moins abordable pour les Canadiens de la classe moyenne.
C’est certainement une drôle de façon pour le gouvernement de montrer qu’il se soucie beaucoup de la classe moyenne. Après tout, c’est un gouvernement qui a supprimé les crédits d’impôt dont bénéficiaient les Canadiens de la classe moyenne. C’est un gouvernement qui a supprimé le crédit d’impôt pour la condition physique des enfants, le crédit d’impôt pour les activités artistiques des enfants, le crédit d’impôt pour les manuels scolaires, le crédit d’impôt pour les transports en commun, et j’en passe.
Cependant, pour ne pas être en reste, le gouvernement a décidé d’augmenter le Régime de pensions du Canada, en prélevant 2 200 $ dans le portefeuille de la famille canadienne type de la classe moyenne. Voilà une façon d’exprimer son amour pour la classe moyenne, de la ponctionner et de prendre de l’argent dans son portefeuille.
Bien sûr, il y a la taxe massive sur tout, la taxe sur le carbone, que la Cour d’appel de l’Alberta a qualifiée de « cheval de Troie constitutionnel », comme mon ami le député de Charleswood—St. James—Assiniboia—Headingley l’a souligné pas plus tard qu’hier. Néanmoins, le gouvernement tient fermement à imposer une taxe massive aux Canadiens de la classe moyenne. Le gouvernement dirait: « Pas de souci, soyez heureux, nous avons réduit l’impôt de la classe moyenne ».
Nous avons entendu la ministre de la Prospérité de la classe moyenne évoquer la réduction d’impôt pour la classe moyenne des libéraux, ce qui semble une bonne idée.
Qui pourrait être contre une réduction d’impôt pour la classe moyenne? Comme pour toute chose, le diable est dans les détails. Par exemple, si un Canadien gagnait entre 62 000 $ et 78 000 $, combien économiserait-il grâce à la réduction d’impôt que les libéraux accorderaient à la classe moyenne? Cela me semble être un Canadien de la classe moyenne. La réponse est 117 $. S’agit-il de 117 $ par jour, par semaine ou par mois? Non, c’est 117 $ par an. Combien cela représente-t-il par semaine? La réponse est 2,25 $, ce qui ne permet même pas d’acheter un café ordinaire de très grand format chez Tim Hortons. Voilà pour la soi-disant réduction d’impôt pour la classe moyenne des libéraux. Il s’agit d’une entourloupette fiscale des libéraux pour la classe moyenne, pour ne pas être en reste par rapport à la plus récente entourloupette fiscale des libéraux pour la classe moyenne consistant à augmenter le montant personnel de base.
À mon avis, l’augmentation que les libéraux proposent, c’est trop peu, trop tard. Trop tard, parce que les Canadiens n’en verraient pas le plein bénéfice avant quatre ans. Trop peu, parce que d’ici là, l’inflation aura effacé une grande partie de cette augmentation. Même si les bénéfices pour les Canadiens ne sont pas très importants, compte tenu de l’inflation, le gouvernement parle de 550 $ou 600 $ pour la famille canadienne moyenne. C’est moins que les 800 $ d’augmentations d’impôts en moyenne, et non de diminutions, que les Canadiens de la classe moyenne ont subies sous les libéraux. Cet avantage nominal pour certains Canadiens de la classe moyenne aura un coût énorme.
Selon le directeur parlementaire du budget, le coût de cette entourloupette fiscale des libéraux pour la classe moyenne s’élèvera à 21 milliards de dollars, alors que le gouvernement enregistre un déficit de 26,6 milliards de dollars, soit 7 milliards de dollars de plus que prévu, avec près de 30 milliards de dollars de déficit pour les exercices à venir, sans fin en vue. La ministre de la Prospérité de la classe moyenne a parlé du point d’ancrage budgétaire du gouvernement, le ratio de la dette au PIB qui, selon elle, est en baisse, sauf qu’en réalité, il a augmenté cette année, passant de 30,8 % à 31 %, et c’est avant de prendre en compte les 55 milliards de dollars de promesses de dépenses que les libéraux ont faites lors de la dernière élection.
Ce que les Canadiens de la classe moyenne méritent, c’est de l’action. Ils méritent plus qu'encore des paroles. Ils méritent plus des promesses creuses. Ils méritent mieux que de la poudre aux yeux. Les Canadiens méritent un allégement fiscal général. Les conservateurs s’y sont engagés. C’est quelque chose que nous avons l’intention de faire si les Canadiens nous donnent leur confiance, ce qui devrait se produire, je crois, et le plus tôt sera le mieux.
Entretemps, nous demanderons des comptes au gouvernement parce qu’il a rendu la vie plus chère pour les Canadiens ordinaires, tout en hypothéquant les générations futures du Canada en augmentant les impôts, les déficits et la dette.
View Alistair MacGregor Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, it is a great honour again to stand in the House and speak on behalf of my wonderful constituents of Cowichan—Malahat—Langford.
I am going into my fifth year as a member of the House and during my time here, I have known nothing but a Liberal government. I did work for a previous member of Parliament during the time the Conservatives were in power.
Over the last numbers of years, I have watched the Liberal government make a number of choices. I will start with what it calls a middle-class tax cut, which in fact sent the lion's share of the benefits to people making six-figure incomes. I remember at the time telling Liberal MPs in this place that they gave themselves the maximum tax cut and that people who earned the median income, which is just over $40,000 per year, would receive nothing. That is just a correction for the record.
We also have the Truth and Reconciliation Commission's calls to action, and the Liberals have only implemented a handful of those 94 calls to action. This is a government that chose to spend billions of dollars of taxpayer money to buy the TMX pipeline. It has inadequate climate targets. It is waffling on pharmacare. Today we are getting lukewarm support for what the NDP is proposing for dental care.
Governing is about choices. I think back to the words of the late Jack Layton, when he said that we could not just be a party of opposition, that we had to be a party of proposition. That is exactly what today's motion would do. It is the NDP bringing forward a motion to the House, which would have real and tangible benefits for many Canadians suffering from a lack of care.
If we go back to the throne speech, there was a cursory mention of dental care, as follows:
The Government is open to new ideas from all Parliamentarians, stakeholders, public servants, and Canadians—ideas like universal dental care are worth exploring, and I encourage Parliament to look into this.
We are looking into this. We took the words of the Governor General, and we are doing precisely that. In fact, regarding the proposal for dental care, a poll was done last year by IPSOS. It showed that around 86% of Canadians would support providing publicly funded dental care to those without insurance coverage. Eighty-six per cent is a pretty comfortable majority of Canadians. I know that no matter what side of the political spectrum one represents, constituents in every riding of the country need dental care. They are suffering because of poor oral health.
Our proposal is very simple. One of the first things the Liberal government proclaimed it would do was with regard to taxes. The Liberals want to essentially take the basic personal amount and raise it in stages, so the amount of income a person would not pay taxes on would rise to the first $15,000 by the year 2023. This would then slowly slope off to the cut-off income of $150,000 a year.
People who are earning six figures are going to receive most of the benefit. The NDP proposes that we take that proposal but instead limit it to people who earn $90,000 a year or less, in other words, to people who actually need it.
The Parliamentary Budget Officer has estimated that if the proposed Liberal tax change comes into effect with the income going up to $150,000, it will cost the Canadian treasury $6.2 billion by the year 2024-25 after the full impact has kicked in. I remind all hon. members that tax changes actually cost money. If we are just giving a rather small benefit to the people who do not need it, then what measurable benefit are we giving Canadian society?
Meanwhile, a huge number of Canadians do not have any dental coverage. They do not have that oral health. We have a real opportunity here to take something, shift it slightly so there still is a tax change, but use the resultant savings to invest in a national dental care plan and get people the help they require.
For my constituents back home, I want to read into the record our motion of today. It says:
That the House call on the government to change its proposed tax cuts by targeting benefits to those who earn less than $90,000 per year, and use those savings to invest in priorities that give real help to Canadians, including dental coverage for uninsured families making less than $90,000 per year.
We need to look at some of the statistics to understand why this proposal is so important. We know that emergency room visits due to dental emergencies cost taxpayers at least $155 million annually. According to Statistics Canada, in 2018, 35.4% of Canadians reported they had no dental insurance, and 22.4% of Canadians, which is roughly 6.8 million people, avoided visiting dental professionals due to the cost.
We know the health literature studies have linked poor oral health to serious health conditions, including cardiovascular disease, dementia, respiratory infections, diabetic complications, renal disease complications, premature birth and low birth weight.
We can look at where we can make those targeted investments in society that will have real impact. Yes, the upfront costs will be quite expensive, because we are going to have to bring a large portion of the population up to a standard of care. However, those costs will start to go down over time. We will see the results in savings in our medical system when we do not have to spend the money to deal with much more complicated health problems down the line.
This is a real opportunity for us to come together and make a difference in this place. I ask members to look at the situation in their own ridings, at what so many of their constituents are facing and to make a real difference by passing this motion. We have a choice before us. Are we going to spend our limited time in this place to give money to people who do not need it or are we going to make that investment to ensure Canadians are getting the help they need?
I have been listening to the debate today and members who spoke previously brought together a lot of personal stories, of meeting constituents, residents in their communities who had to cover their mouth because they were embarrassed by the state of their teeth or had further complications going down the line, which had led to multiple hospital visits.
In many ways, oral health is still very much a class issue. People who have means, who have income, have good teeth. People who do not have that source of income usually have poor oral health. This is an opportunity to give people another rung on social mobility, to give them the ability to go forward, to have confidence in seeking a new job, to be more open, to really participate in society.
Our dental care plan as members of Parliament is very generous. In fact, we have so much privilege in this place. We command an amazing salary. We have incredible health and dental benefits. Why do we feel comfortable as parliamentarians to give ourselves that coverage, yet we balk at the cost of giving it to our constituents?
Can we honestly make that argument to the public when in our constituencies, that we as a members of Parliament deserve dental care but they do not have. I do not think many of us can. If members are going to make that argument, I would think twice about sitting in this place, because constituents might have better ideas.
I know my time is coming to a close, but I will end by imploring all of my colleagues, no matter which political party, to seriously look at this proposal, look at the good it will do for the people of Canada and take this moment to come together in this minority Parliament, pass the motion and get our country onto a path where we can cover people for dental care, which will have a very real and measurable impact in their lives.
Madame la Présidente, c’est un grand honneur pour moi de prendre de nouveau la parole à la Chambre au nom de mes merveilleux concitoyens de Cowichan—Malahat—Langford.
J’entame ma cinquième année à la Chambre et, depuis que je suis ici, je n'ai rien connu d’autre qu’un gouvernement libéral. J’ai toutefois travaillé pour un ancien député lorsque les conservateurs étaient au pouvoir.
Au cours des dernières années, j’ai vu le gouvernement libéral faire un certain nombre de choix. Je vais commencer par ce qu’il appelle une baisse d’impôt pour la classe moyenne, qui a en fait envoyé la part du lion des avantages aux personnes qui gagnent des salaires dans les six chiffres. Je me souviens avoir dit à l’époque aux députés libéraux qu’ils s'accordaient la baisse d’impôt maximale et que les gens qui gagnaient le revenu médian, qui est d’un peu plus de 40 000 $ par année, ne recevraient rien. Il s’agit simplement d’une correction pour le compte rendu.
Il y a aussi les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation, et les libéraux n’ont mis en œuvre qu’une poignée de ces 94 appels à l’action. Le gouvernement a choisi de dépenser des milliards de dollars de l’argent des contribuables pour acheter le pipeline TMX. Ses cibles climatiques sont inadéquates. Il tergiverse au sujet de l’assurance-médicaments. Aujourd’hui, il accorde un appui tiède à la proposition du NPD sur les soins dentaires.
Gouverner, c'est faire des choix. Des propos du regretté Jack Layton me viennent à l'esprit. Il a affirmé que nous ne pouvions pas nous contenter d'être le parti de l'opposition et que nous devions aussi être le parti des propositions. C'est exactement l'objectif de la motion d'aujourd'hui. Le NPD présente à la Chambre une motion qui aurait des avantages réels et tangibles pour les nombreux Canadiens qui souffrent parce qu'ils n'ont pas accès à des soins.
Je reviens au discours du Trône, où il est fait allusion aux soins dentaires en ces termes:
Le gouvernement est réceptif aux nouvelles idées provenant de tous les parlementaires, les parties intéressées, les fonctionnaires et les Canadiens — des idées comme les soins dentaires universels méritent d’être étudiées, et j’encourage le Parlement à le faire.
Nous étudions la question. Nous faisons exactement ce que la gouverneure générale a demandé. En fait, selon un sondage d'IPSOS mené l'an dernier sur l'offre de soins dentaires, 86 % des Canadiens seraient en faveur d'un régime public de soins dentaires pour ceux qui n'ont pas d'assurance. Voilà une majorité très confortable de Canadiens qui y sont favorables. Je sais que, quelle que soit l'allégeance politique de leur représentant, des gens de toutes les circonscriptions du pays ont besoin de soins dentaires. Ils souffrent en raison d'une mauvaise santé buccodentaire.
Notre proposition est très simple. L'une des premières mesures que le gouvernement libéral a déclaré qu'il prendrait portait sur l'impôt. Essentiellement, les libéraux veulent augmenter graduellement le montant personnel de base afin que le montant que l'on peut déduire du revenu imposable passe à 15 000 $ d'ici 2023. Pour les particuliers dont le revenu annuel est de 150 000 $, l'augmentation sera éliminée progressivement.
Cette mesure profitera surtout aux gens qui gagnent un salaire dans les six chiffres. Le NPD propose de modifier cette mesure en la limitant plutôt aux particuliers qui gagnent 90 000 $ par année ou moins, autrement dit, les gens qui en ont réellement besoin.
Le directeur parlementaire du budget estime que, si la modification fiscale proposée par les libéraux englobe les revenus qui peuvent atteindre jusqu'à 150 000 $, en 2024-2025, elle aura coûté 6,2 milliards de dollars au Trésor canadien lorsque toutes ses répercussions se seront fait sentir. Je rappelle à tous les députés que les modifications fiscales coûtent de l'argent. Si nous accordons un bénéfice plutôt limité à des personnes qui n'en ont pas besoin, quel bénéfice concret accordons-nous à la société canadienne?
Entretemps, beaucoup de Canadiens n'ont pas la moindre assurance dentaire. Ils n'ont pas accès aux soins buccodentaires. Une véritable occasion s'offre à nous, soit prendre une mesure, la modifier légèrement afin qu'il y ait toujours une modification fiscale et investir les économies réalisées dans un régime national de soins dentaires pour aider les gens qui en ont besoin.
J'aimerais lire la motion d'aujourd'hui pour les citoyens de ma circonscription. La motion dit:
Que la Chambre demande au gouvernement de modifier les réductions d’impôts proposées en s’efforçant de procurer des avantages aux personnes qui gagnent moins de 90 000 $ par année et d'utiliser ces économies pour investir dans des priorités qui apportent une aide réelle aux Canadiens, y compris l’assurance des soins dentaires des familles qui n’ont pas d’assurance et dont le revenu annuel est inférieur à 90 000 $.
Examinons les statistiques pour comprendre pourquoi cette proposition est si importante. Nous savons que les visites à l'urgence pour des problèmes dentaires coûtent chaque année au moins 155 millions de dollars aux contribuables. Selon Statistique Canada, en 2018, 35,4 % des Canadiens ont déclaré ne pas avoir d'assurance de soins dentaires. De plus, 22,4 % des Canadiens, ce qui représente environ 6,8 millions de personnes, ont déclaré qu'ils évitent d'aller chez le dentiste en raison des coûts.
Les études portant sur la santé confirment qu'il existe un lien entre la mauvaise santé buccodentaire et les problèmes de santé graves, notamment les maladies cardiovasculaires, la démence, les infections respiratoires, les complications liées au diabète, les complications liées à l'insuffisance rénale, l'accouchement prématuré et le faible poids à la naissance.
Il faut envisager d'effectuer des investissements ciblés qui auront une véritable incidence sur la société. Oui, au départ, cela va coûter cher, puisqu'une grande portion de la population devra se prévaloir de soins avant de rattraper la norme. Toutefois, avec le temps, ces coûts vont diminuer. De plus, l'amélioration générale du niveau de santé permettra de réaliser des économies du côté du système de santé.
C'est une véritable occasion de nous mobiliser pour améliorer le sort des Canadiens. J'invite les députés à examiner la situation dans leur circonscription, à considérer ce que vivent un si grand nombre de citoyens et à améliorer la vie de ces gens en adoptant la présente motion. Un choix s'offre à nous. Allons-nous consacrer le temps limité qui nous est accordé en cet endroit à donner de l'argent à des gens qui n'en ont pas besoin ou allons-nous le consacrer à concrétiser cet investissement de sorte que les Canadiens obtiennent l'aide dont ils ont besoin?
J'ai écouté le débat aujourd'hui, et les députés qui sont intervenus avant moi ont rapporté beaucoup d'histoires personnelles et de discussions avec des habitants de leurs collectivités qui, embarrassées par leur dentition en très mauvais état, se sentaient obligés de se couvrir la bouche ou avaient eu d'autres complications au fil du temps les forçant à se rendre à l'hôpital à maintes occasions.
À bien des égards, la santé bucco-dentaire demeure encore et toujours une question de classe. Les gens qui ont les moyens, qui ont un bon revenu ont de bonnes dents. Les gens qui n'ont pas ce genre de moyens ont, en général, une mauvaise santé bucco-dentaire. C'est l'occasion de permettre aux gens de grimper l'ascenseur social, de leur donner la possibilité d'aller de l'avant, d'avoir suffisamment confiance en eux pour chercher à décrocher un nouvel emploi, d'être plus ouverts et d'être des membres à part entière de la société.
Notre régime de soins dentaires ici, au Parlement, est très généreux. Le fait est que nous sommes très privilégiés. Nous touchons un excellent salaire. Les prestations d'assurance-maladie et dentaire dont nous bénéficions sont incroyables. Comment pouvons-nous accepter, en tant que parlementaires, que, d'un côté, nous nous octroyions ce régime, et de l'autre, nous hésitions à l'accorder aux habitants de nos circonscriptions en raison des coûts?
Pouvons-nous honnêtement dire aux habitants de nos circonscriptions qu'en tant que députés, nous méritons ces soins dentaires, mais qu'eux, non? Je ne pense pas que beaucoup d'entre nous le puissent. Si je pensais cela, je réfléchirais à deux fois avant de continuer à siéger dans cet endroit, parce que les habitants de ma circonscription pourraient bien avoir une meilleure idée.
Je sais que mon temps de parole touche à sa fin. Je terminerai, néanmoins, en implorant tous mes collègues, quel que soit leur parti politique, d'examiner sérieusement cette proposition, de penser aux bienfaits qu'elle procurerait aux Canadiens, de profiter de l'occasion pour unir nos efforts dans ce Parlement minoritaire, d'adopter la motion et de faire en sorte de donner aux Canadiens un régime de soins dentaires, lequel aura un effet réel et mesurable sur leur vie.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
That tells me that the government is doing it right, that by working with Canadians we are making a positive difference.
When we look at why it is so important that we get it right, and we look at where those tax dollars and those tax breaks and the enhancement of the child benefit and our seniors program are going, the reality is that they are putting dollars into the pockets of the Canadians who need them the most. When we do that, we are increasing their disposable income. By increasing Canadians' disposable income, we are allowing Canadians to spend more in their communities.
That in itself assists in building the economy. That is why the Prime Minister and other Liberals will say that, by supporting our middle class and giving our middle class strength, we are strengthening our economy. Again, the proof is in the pudding. By working with Canadians, we have created well over one million jobs since 2015, and most of those are full-time jobs. I would compare our record with the Stephen Harper record, any day on anything.
Mr. Tony Baldinelli: Done.
Mr. Kevin Lamoureux: The member might not want to say, “done” too quickly because they will be embarrassed if they accept that challenge.
Madam Speaker, we look at the policies that have been put in place, both on the progressive side in terms of programs like the CPP and budgetary measures such as tax cuts. If we look at the investments in Canadians, specifically the record amounts of money in infrastructure, we see that unlike the former government we actually believe in infrastructure. A healthier infrastructure is good for the economy. We know that.
On this side, we get it. By addressing all three areas, we have witnessed a relatively healthy economy over the last number of years that has generated record numbers of jobs and has reduced unemployment rates to historical levels in certain areas of the country. These are the types of things that are having a positive impact on Canadians.
In the most recent budget, we are talking about increasing the basic allotment amount from just over $12,000 to $15,000 over the next few years. My Conservative friends will say that is not a tax cut. I always say a tax cut is a tax cut is a tax cut. It is, in fact, a tax cut. Those individuals will be paying less tax, as a direct result, once again, of another Liberal initiative. That is incorporated and coming up. We are going to see some wonderful things in the not-too-distant future. Those are the types of things that will keep us on the road that we are currently on.
We, collectively on the government benches, understand the importance of working with Canadians, consulting with our constituents and coming up with the ideas that are ultimately going to take form in different ways through legislation, through budgetary motions and just through government policy in general. We are in contact with ministers and we provide direct input, whether inside this chamber, in our caucus or in the standing committee.
I will leave it at that, but I would suggest that we are going to get a lot more when we get the chance to look at the next budget.
Ce bilan me dit que le gouvernement fait bien les choses et que, en travaillant avec les Canadiens, nous améliorons leur situation.
Lorsque nous songeons à l'importance de prendre les mesures qui s’imposent et nous voyons à quoi servent l’argent des contribuables, les allégements fiscaux, la bonification de l’Allocation canadienne pour enfants et notre programme pour les aînés, nous constatons qu’ils viennent directement en aide aux Canadiens qui en ont le plus besoin. Ce faisant, nous accroissons le revenu dont ils disposent, ce qui, du coup, leur permet de dépenser davantage dans leurs collectivités.
Cette mesure en elle-même contribue à la croissance économique. Voilà pourquoi le premier ministre et d’autres libéraux diront que, en soutenant notre classe moyenne et en lui donnant des forces, nous renforçons notre économie. Encore une fois, les faits sont éloquents. En travaillant avec les Canadiens, nous avons créé plus d’un million d’emplois depuis 2015, dont la plupart sont à temps plein. Je serais prêt à comparer notre bilan avec celui de Stephen Harper n’importe quand et à n’importe quel égard.
M. Tony Baldinelli: Faites-le.
M. Kevin Lamoureux: Le député n’a peut-être pas intérêt à m’encourager trop rapidement à le faire, car les membres de son parti perdront la face s’ils acceptent le défi.
Madame la Présidente, prenons les politiques qui ont été mises en place, ce sont des programmes progressistes. Il y a par exemple le Régime de pensions du Canada et les mesures budgétaires, comme les réductions d’impôt. Si nous examinons les investissements dans les Canadiens, en particulier les sommes record consacrées aux infrastructures, on peut voir que, contrairement à l’ancien gouvernement, nous croyons vraiment aux infrastructures. Une bonne infrastructure sert bien l’économie. Nous le savons.
De ce côté-ci, nous le comprenons. En nous attaquant à ces trois domaines, nous avons vu au cours des dernières années une économie qui se porte plutôt bien. Celle-ci a généré un nombre record d’emplois et permis de faire baisser le taux de chômage à des niveaux historiques dans certaines régions du pays. C’est le genre de choses qui ont un impact positif sur les Canadiens.
Dans le dernier budget, il est question de faire passer le montant personnel de base d’un peu plus de 12 000 $ à 15 000 $ au cours des prochaines années. Les conservateurs diront que ce n’est pas une réduction d’impôt. Je dis toujours qu’une réduction d’impôt, c'est une réduction d’impôt. Il s'agit bien d'une réduction d’impôt. Ces personnes paieront moins d’impôt, et ce sera encore une fois la conséquence directe d’une initiative libérale. Cette initiative a été intégrée et sera bientôt mise en œuvre. Nous allons voir des choses merveilleuses dans un avenir assez proche. C’est le genre de mesures qui nous maintiendront sur la voie actuelle.
Nous tous, ici, comprenons l’importance de travailler avec les Canadiens, de consulter nos concitoyens et de trouver des idées qui, en fin de compte, se concrétiseront de différentes manières au moyen de projets de loi, de motions budgétaires et simplement de la politique gouvernementale en général. Nous sommes en contact avec les ministres et notre contribution est directe, que ce soit à la Chambre, dans notre caucus ou dans un comité permanent.
Je m’en tiendrai là, mais je suis d’avis que nous verrons que ce n'est qu'un début quand nous aurons l’occasion d’examiner le prochain budget.
View Nathaniel Erskine-Smith Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I appreciate the element of the motion that suggests the basic personal amount should be targeted more specifically to people in need and middle-class Canadians. I would like to think I had a middle-class upbringing, having been raised by two teachers, and I think that should be the focus of our efforts.
Some of my concern comes from looking at the distributional analysis of the PBO. In 2024, those with incomes above $97,000 will only receive less than 14% of the benefit. It is a bit disingenuous to suggest this will only flow to upper-income Canadians or principally to them.
My other challenge is with the math from the NDP in this instance. Over five years, the distributional analysis suggests that for incomes over $97,000, the basic personal amount will be about $3.5 billion, yet the dental care promise in the NDP platform is $5 billion. These numbers do not add up and that is my fundamental challenge with this motion.
Madame la Présidente, j’apprécie la partie de la motion qui indique que le montant personnel de base devrait aller en priorité aux personnes dans le besoin et aux Canadiens de la classe moyenne. J’ose croire que j'ai grandi dans la classe moyenne, car j’ai été élevé par deux enseignants, et je pense que nos efforts devraient être axés sur elle.
Certaines de mes réserves ont pour origine l’analyse de répartition préparée par le directeur parlementaire du budget. En 2024, les personnes dont le revenu est supérieur à 97 000 $ ne recevront que moins de 14 % de la réduction d'impôts. Il est un peu fallacieux de prétendre qu'elle profitera principalement ou exclusivement aux Canadiens à revenu élevé.
Mon autre réserve concerne les calculs du NPD dans ce dossier. L’analyse de répartition porte à croire que, pour les revenus supérieurs à 97 000 $, le montant personnel de base représentera environ 3,5 milliards de dollars sur cinq ans, sauf que le montant promis pour les soins dentaires dans la plateforme du NPD est de 5 milliards de dollars. Ce calcul ne colle pas, et c’est là pour moi le problème fondamental de cette motion.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2020-02-25 13:52 [p.1503]
Madam Speaker, I am glad that my hon. colleague was raised by teachers as I am sure he can do math. I had one teacher in my family, my father, who was very good at math, but he would say his son was not so much. That is why I rely on the Parliamentary Budget Officer as well. When I look at the Parliamentary Budget Officer's report, it says the benefits do go to those making above $90,000, just as the previous tax cut went to those making above $90,000.
There is always a reason for the Liberals not to do the right thing, but when we see the costs of this figured out, it would probably cost $1.8 billion in the first year and then probably about $800 million. That may be low, but the impacts on society are going to be much better.
I would ask my hon. colleague how much of a benefit we are getting from the $12 billion or $15 billion that was signed off on with respect to the pipeline. Has he done a cost-benefit analysis of how that is helping the middle class? That is probably a question he gets asked all the time in his riding.
Madame la Présidente, je me réjouis que le député ait été élevé par des enseignants et je n’ai aucun doute qu’il se débrouille bien en mathématiques. Il y avait un enseignant dans ma famille, mon père, qui était très calé en mathématiques, mais il n’en disait pas autant à mon sujet. C’est pourquoi je me fie au directeur parlementaire du budget moi aussi. Quand j’examine son rapport, je constate qu'il y est dit que les prestations vont à ceux qui gagnent plus de 90 000 $, tout comme les allégements fiscaux précédents qui étaient accordés à ceux dont le revenu était supérieur à 90 000 $.
Les Libéraux ont toujours une raison de ne pas faire la bonne chose, mais quand on examine le détail des coûts, on constate qu'il en coûterait probablement 1,8 milliard de dollars la première année et probablement environ 800 millions de dollars par la suite. Cela peut sembler peu, mais ce serait très bénéfique pour la société.
J’aimerais demander à mon honorable collègue dans quelle mesure nous allons tirer parti des 12 ou 15 milliards de dollars qui ont été approuvés pour le gazoduc. A-t-il effectué une analyse coût-bénéfice pour déterminer en quoi ce sera utile pour la classe moyenne? C’est probablement une question qu’on lui pose tout le temps dans sa circonscription.
View Soraya Martinez Ferrada Profile
Lib. (QC)
View Soraya Martinez Ferrada Profile
2020-02-25 15:23 [p.1520]
Mr. Speaker, I will pick up where I left off before question period.
That is also why, as the first act in its new mandate, our government tabled a proposal to once again lower taxes for the middle class. All Canadians must be able to reap the benefits of our economic growth.
This new tax cut targets the basic personal amount, as the government indicated this past December when it tabled a notice of ways and means motion. The basic personal amount is a technical term that is not always easy to understand but essentially describes something very simple: It is the amount of money that a person can earn before paying federal income tax.
At this time of year, many Canadians are preparing to fill out their income tax return for 2019. When they do it, they will see that the basic personal amount for 2019 was $12,069. The plan we are proposing will raise that amount to $15,000 in 2023.
Let me be clear. Canadians will see a difference beginning this year, in 2020, since this increase is spread over four years. Once these tax cuts are fully implemented in 2023, single people could save nearly $300 in taxes every year, and families could save double that, or nearly $600.
That is not all. Nearly 1.1 million more Canadians will no longer pay federal income tax in 2023, including seniors living on a fixed income and low-income workers, for example.
Our proposal increases two other related amounts at the same time: the spouse or common law credit and the credit for an eligible dependant. Conversely, Canadians in the highest tax bracket will not get this tax cut. Nonetheless, this cut will put more money in the pockets of nearly 20 million Canadians.
The Canada child benefit reduces the financial pressure on families and has lifted approximately 300,000 children out of poverty. As I said yesterday in my statement in the House, more than 9,000 payments were made in Hochelaga and more than 15,000 children benefited from these payments, which averaged $640. In total, $5,769,000 in tax-free payments were made in Hochelaga, and they have certainly helped families, including single-parent families. When I was a young mother, I would have loved to have access to that kind of funding.
As the Minister of Social Development said, Canada's poverty rate has fallen to a historic low. According to Statistics Canada, it was one of the sharpest declines on record: Canada's official poverty rate dropped from 12.1% in 2015 to 8.7% in 2018. The Minister of Social Development said that it was the largest three-year reduction in poverty in Canadian history and that poverty is at its lowest point on record in Canada.
It is thanks to programs such as the Canada child benefit, as well as increases to the guaranteed income supplement, that Canadians have more money in their pockets.
I would like to use my remaining time to tell members about what the government has done to help Canadians, including the most vulnerable Canadians.
As I said, we created the Canada child benefit, which has lifted 300,000 children out of poverty.
The enhanced guaranteed income supplement means that some 900,000 seniors now enjoy greater income security. That lifted 57,000 seniors out of poverty.
Canada's national housing strategy, an investment of $40 million over 10 years, will enable more Canadians to find safe, affordable housing. The strategy will meet the needs of over half a million households over the next decade.
The Canada workers benefit puts more money in the pockets of low-income workers.
Thanks to the middle-class tax cut and the higher basic personal amount, a typical family of four will have over $2,300 more this year than in 2015. Once the changes have been fully implemented, that typical family could have $2,800 more than in 2015.
The government invested in Canadians, and that is what matters to them. As a result, our economy is more vigorous and our people get better support.
What we need to do now is make sure that even more people benefit. That is exactly what the new middle-class tax cut announced in December will do.
Monsieur le Président, je reprends où j'étais rendue avant la période des questions orales.
C'est aussi pour cela que, comme première mesure de son nouveau mandat, notre gouvernement a présenté une proposition visant à réduire encore une fois les impôts de la classe moyenne. L'ensemble des Canadiens doivent être en mesure de profiter des retombées de notre croissance économique.
Cette nouvelle baisse d'impôts est axée sur ce que l'on appelle le montant personnel de base, comme le gouvernement l'a indiqué en décembre dernier en déposant un avis de motion des voies et moyens. Le montant personnel de base est un terme technique qui peut parfois être difficile à comprendre, mais qui décrit essentiellement quelque chose de fort simple: c'est le montant que chaque personne peut gagner avant de commencer à payer de l'impôt fédéral sur le revenu.
À ce temps-ci de l'année, plusieurs Canadiens s'apprêtent à remplir leur déclaration de revenus pour 2019. Lorsqu'ils le feront, ils constateront que le montant personnel de base pour 2019 était de 12 069 $. Avec le plan que nous proposons, ce montant va passer à 15 000 $ en 2023.
Qu'on se comprenne bien: les Canadiens verront la différence dès cette année, en 2020, puisque cette augmentation est échelonnée sur quatre ans. Une fois la réduction d'impôts entièrement mise en œuvre en 2023, les personnes seules pourraient économiser près de 300 $ d'impôts par année et les familles, le double, soit près de 600 $.
Ce n'est pas tout. Près de 1,1 million de Canadiens de plus n'auraient plus à payer d'impôt fédéral sur le revenu en 2023, y compris des aînés ayant un revenu fixe ou des travailleurs à faible revenu, par exemple.
Notre proposition augmenterait en parallèle deux montants connexes: le montant pour époux ou conjoint de fait et le crédit pour personne à charge admissible. En contrepartie, les Canadiens qui se trouvent dans la tranche d'imposition la plus élevée n'auraient pas droit à la baisse d'impôts. Néanmoins, cette baisse va mettre plus d'argent dans les poches de près de 20 millions de Canadiens.
L'Allocation canadienne pour enfants permet de réduire la pression financière sur les familles et a sorti près de 300 000 enfants de la pauvreté. Comme je l'ai mentionné hier dans ma déclaration à la Chambre, plus de 9 000 paiements ont été versés dans Hochelaga et plus de 15 000 enfants ont bénéficié de l'Allocation. Ces paiements sont d'un montant moyen de 640 $, ce qui nous amène à un total non imposable de 5 769 000 $ qui ont été versés dans Hochelaga. Cela a certainement aidé les familles, y compris monoparentales. En tant que jeune mère, j'aurais aimé avoir accès à ce genre de financement.
Comme l'a annoncé le ministre du Développement social, le taux de pauvreté au Canada est tombé à un niveau historiquement bas. Selon Statistique Canada, il s'agit d'une des plus fortes baisses jamais enregistrées: le taux officiel de pauvreté du Canada est passé de 12,1 % en 2015 à 8,7 % en 2018. Le ministre du Développement social a dit qu'il s'agissait de la plus grande réduction de la pauvreté sur trois ans de l'histoire du Canada, et que la pauvreté était désormais à son point le plus bas jamais enregistré au pays.
C'est grâce à des programmes comme l'Allocation canadienne pour enfants et les augmentations du Supplément de revenu garanti que les Canadiens ont plus d'argent dans leurs poches.
Je voudrais profiter du temps qu'il me reste pour souligner aux députés les efforts que le gouvernement a faits pour venir en aide aux Canadiens, y compris les plus vulnérables.
Comme je le disais, nous avons créé l'Allocation canadienne pour enfants. Grâce à cette mesure, 300 000 enfants sont sortis de la pauvreté.
Grâce à la bonification du Supplément de revenu garanti, près de 900 000 personnes âgées bénéficient maintenant d'une plus grande sécurité de revenu. Cela a permis de sortir 57 000 personnes âgées de la pauvreté.
La Stratégie nationale sur le logement du Canada — un investissement de 40 milliards de dollars sur 10 ans — permettra à un plus grand nombre de Canadiens de se loger dans un endroit sécuritaire et abordable. La Stratégie permettra de combler les besoins de plus d'un demi-million de ménages au cours de la prochaine décennie.
L'Allocation canadienne pour les travailleurs permet de compléter les gains des Canadiens à faible revenu.
À la suite de la baisse d'impôts pour la classe moyenne et des bonifications au montant personnel de base, une famille typique de quatre personnes pourrait disposer de plus de 2 300 $ de plus cette année comparativement à 2015. Lorsque les modifications auront été entièrement mises en œuvre, cette famille pourrait avoir 2 800 $ de plus dans ses poches comparativement à 2015.
Le gouvernement a investi dans les Canadiens, et c'est ce qui compte pour eux. Le résultat, c'est une économie vigoureuse et des gens soutenus.
Il est maintenant important de s'assurer que cela profite à encore plus de personnes. C'est exactement ce que la nouvelle baisse d'impôts pour la classe moyenne annoncée en décembre dernier va permettre de faire.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2020-02-25 16:59 [p.1534]
Mr. Speaker, it is an honour to stand in this chamber and speak about something that has been a core gap, an omission in our national health care system for almost half a century.
Canadians are justly proud of our public health care system. It is an accomplishment that defines us as a nation. It is an affirmation that we will take care of each other and our most vulnerable. It is a reflection of our commitment to equality and justice. However, it is not perfect and it is not complete. Many important health services remain uncovered in Canada. For these, patients remain at the mercy of their ability to pay.
Canada's New Democrats are proud to introduce the motion before us today because it would help address one of the most glaring gaps in our public system: dental care.
Our proposal calls on the Liberal government to target its tax plan currently before the House to those earning less than $90,000 per year and use those savings to make a down payment on universal dental care by immediately extending coverage to millions of currently uninsured Canadians.
To be clear, Canadians earning over $90,000 a year do not need a tax cut, but those earning less do need help, and the NDP plan is based on this position.
The omission of dental coverage from our universal health care system is both a pressing public health concern and a social justice issue.
Many would be surprised to learn that the most common non-communicable diseases are oral diseases. Studies have also linked poor dental health to serious health conditions, including cardiovascular disease, dementia, respiratory infections, diabetic complications, renal disease complications, premature birth and low birth rate. Numbers cannot begin to quantify the pain, social impacts, and economic losses suffered by those with untreated dental problems, yet as we speak, 35.4% of Canadians today have no dental insurance, and nearly seven million Canadians avoid the dentist every year because of the cost.
Unsurprisingly, this hurts poor and marginalized Canadians the most. Canada's most vulnerable citizens have the highest rates of dental decay and disease but the worst access to this much-needed service.
According to the Canadian Academy of Health Sciences, 50% of low-income Canadians have no dental coverage whatsoever, along with the majority of seniors over the age of 60. Indigenous populations have nearly twice as much dental disease as non-indigenous Canadians, and income-related inequalities in oral health are greater in women than in men.
Moreover, at a time when wages have flatlined and their job prospects have grown increasingly insecure, young people have also seen benefits like dental insurance rapidly scaled back or completely eliminated by employers. Today only 50% of millennials have access to dental insurance. This deficiency harms career prospects and is a matter of fundamental intergenerational inequity. According to Statistics Canada, young Canadians aged 18 to 34 are the most likely group to report cost as a barrier to dental care.
If we can agree that everyone in Canada should have equal access to health care regardless of their age, income, job status or where they live, then we simply cannot justify the continued exclusion of oral health care from our public health care system.
However, at present, Canada ranks second-last in public financing for dental care among OECD countries. The motion before us today would begin to change that. By making a small modification to the government's tax plan, we can extend dental coverage to 4.3 million uninsured Canadians right away.
I will now provide a brief overview of how we can get this done.
In December 2019, the Liberal government announced its intention to increase the basic personal amount tax credit in 2020. It has marketed this proposal as a “middle-class tax cut”. However, according to the Parliamentary Budget Officer, individuals with net incomes between $103,000 to $160,000 will receive the largest average reduction in their income taxes at $347 annually, while individuals with net incomes below $15,000, the poorest Canadians, will receive the smallest average reduction, at $1.00.
Overall, this tax plan will cost $6.9 billion per year once it is fully implemented. New Democrats believe that this funding should be focused on Canadians who are struggling to make ends meet. We are proposing that the government target this tax plan to those making $90,000 per year or less, with a phase-out beginning at $80,000, and use the $1.6 billion in annual savings to invest in dental care for uninsured Canadians with household incomes below $90,000.
According to the Parliamentary Budget Officer, providing dental coverage for uninsured families making less than $90,000, which is the median income in Canada, meaning 50% of Canadians in this country, would cost $1.8 billion in the first year and approximately $830 million for every year after that.
This program would give immediate help to 4.3 million people and save our health care system tens of millions of dollars every year. After all, emergency room visits due to dental emergencies already cost taxpayers at least $155 million annually.
Under the NDP's plan, there would be no cost for individuals with a household income under $70,000, while copayments would be required on a sliding scale for those with a household income between $70,000 and $90,000.
We are proposing comprehensive care for these Canadians. The minimum basket of services covered would include diagnostic services, preventive services, restorative services, endodontic services, periodontal services, prosthodontic services, oral surgery, orthodontic services and adjunctive services as well.
This program would be the next big expansion in our health care system after pharmacare, which the NDP is also driving forward in this Parliament. This program could be administered by the federal government or by provinces and territories upon agreement. Existing provincial and territorial programs that provide the same services could continue.
I wish to conclude my remarks today by outlining the path forward toward full universal dental care in Canada.
During the last election, New Democrats heard from many Canadians who were struggling to afford necessary dental care. We heard heart-rending stories from Canadians in every province and territory of the physical, emotional, social and economic pain of dental illness. That is why at their first meeting following the campaign, the leader of the NDP pressed the Prime Minister to work across party lines in this minority Parliament to address this urgent health concern.
It is ludicrous that we cover the entire body and then carve out the piece of our mouth and cover it from the tonsils back, but leave Canadians uninsured for the tonsils forward. It is absurd.
I was pleased to see the government acknowledge this NDP priority in its Speech from the Throne and I was heartened that the Minister of Health's mandate letter contained a direction to “Work with Parliament to study and analyze the possibility of national dental care.” The NDP is turning a possibility into reality with the motion here today.
I moved the motion at the Standing Committee on Health at the very first committee meeting dealing with business. I was proud that my colleagues accepted my motion to undertake that study on the development of a national dental care program and I call on my colleagues on the health committee to give this study the upmost priority, but as we prepare to embark on the tremendously important task of developing a national dental care program for Canadians, there is no reason we cannot get started right away, because the need is clear and before us we have a realistic plan to achieve it.
I want to pause for a moment and remind my fellow Parliamentarians why we do not have dental care today. The 1964 Royal Commission on Health Services, which formed the original framework of our public health care system, called for the inclusion of dental services. That was always intended to be part of our public health care system. However, it was not brought in at that time simply because there was a shortage of dentists, a shortage so acute that they believed it was impossible to implement a universal system.
Nevertheless, the commission stated explicitly that it believed that it was imperative for the government to immediately establish a public system for children, expectant mothers and public assistance recipients that could be scaled up, as resources expanded, to a universal system. In fact, it said the program was one of the highest priorities among their proposals. Unfortunately, it was never established by any Liberal or Conservative government to this day.
However, today we have turned Canada's dentist shortage into a surplus, and thereby resolved the original impediment to implementing universal dental care.
It is time to roll up our sleeves and begin the work necessary to make this overdue health care service a reality for Canadians. I therefore call on all members to take that first step today. Let us demonstrate our commitment to universal dental care by making a down payment that immediately extends coverage to 4.3 million people, and then we will do the work to make sure every Canadian gets access to necessary dental care on a universal basis, as was originally intended over 50 years ago.
Canadians have waited long enough. It is time to finally ensure that access—
Monsieur le Président, c’est un honneur de prendre la parole à la Chambre pour aborder une question qui a été une lacune importante, une omission dans notre système de soins de santé national pendant près d’un demi-siècle.
Les Canadiens ont raison d'être fiers de leur système de soins de santé. C’est une réalisation qui définit notre nation. C’est notre façon d’affirmer que nous veillerons les uns sur les autres et que nous prendrons soin des personnes vulnérables. Il reflète notre engagement à l’égard de l’égalité et de la justice. Cependant, il n’est ni parfait ni exhaustif. Nombre de services de santé importants ne sont toujours pas couverts au Canada. Pour les obtenir, les patients doivent avoir la possibilité de se les payer.
Les néo-démocrates du Canada sont fiers de présenter la motion à l’étude aujourd’hui, car elle contribuerait à combler une des lacunes les plus flagrantes de notre système de santé publique: les soins dentaires.
Nous appelons le gouvernement libéral à orienter le régime fiscal actuellement soumis à l’examen de la Chambre vers les personnes dont le revenu annuel est inférieur à 90 000 $ et à se servir des économies réalisées pour faire une mise de fonds sur un régime de soins dentaires universel en offrant une assurance immédiate aux millions de Canadiens qui n’en ont pas.
En clair, les Canadiens dont le revenu annuel est supérieur à 90 000 $ n’ont pas besoin de réduction d’impôt, mais ceux dont le revenu est inférieur ont besoin d’aide. C’est ce sur quoi est fondé le régime du NPD.
Le fait que les soins dentaires ne sont pas inclus dans le régime universel de soins de santé est une omission qui soulève une question de santé publique pressante, ainsi qu'une question de justice sociale.
Bien des gens seraient étonnés d'apprendre que les maladies non transmissibles les plus courantes sont des maladies buccodentaires. Des études ont en outre permis d'établir un lien entre une mauvaise santé buccodentaire et certaines maladies graves, dont les maladies cardiovasculaires, la démence, les infections respiratoires, les complications découlant du diabète, les complications découlant de maladies du rein, de même que les naissances prématurées et la faible natalité. Les chiffres ne peuvent en aucune façon quantifier la douleur, les répercussions sociales et les pertes économiques subies par les personnes qui ont des problèmes dentaires non traités. Pourtant, à l'heure actuelle, 35,4 % des Canadiens n'ont pas d'assurance dentaire et près de sept millions de Canadiens évitent les visites annuelles chez le dentiste en raison du coût.
Il va sans dire que ce sont les personnes pauvres et marginalisées qui sont les plus touchées par ce problème. Ce sont les citoyens les plus vulnérables du Canada qui ont les taux les plus élevés de caries et d'affections dentaires, mais le moins bon accès aux soins nécessaires.
Selon l'Académie canadienne des sciences de la santé, 50 % des Canadiens à faible revenu n'ont pas la moindre assurance dentaire, tout comme la majorité des personnes de plus de 60 ans. Les Autochtones ont deux fois plus de problèmes dentaires que les non-Autochtones et les inégalités découlant du revenu dans ce domaine touchent davantage les femmes que les hommes.
En outre, dans un contexte où les salaires stagnent et où les emplois sont de plus en plus précaires, les jeunes doivent également faire face à la réduction ou la suppression complète de certains avantages sociaux, comme l'assurance dentaire. Aujourd'hui, seuls 50 % des milléniaux ont accès à une assurance dentaire. Cette carence nuit aux perspectives de carrière et représente un enjeu fondamental d'inégalité intergénérationnelle. Selon Statistique Canada, les jeunes Canadiens âgés de 18 à 34 ans forment la tranche d’âge la plus susceptible de déclarer le coût comme un obstacle à leur recours à des soins dentaires.
Si nous pouvons convenir que tout Canadien devrait bénéficier d'un accès égal aux soins de santé, indépendamment de son âge, de son revenu, de sa situation professionnelle ou de son lieu de résidence, alors nous ne pouvons tout simplement pas justifier le fait que les soins buccodentaires ne fassent toujours pas partie de notre système public de soins de santé.
Toutefois, à l'heure actuelle, le Canada se classe à l'avant-dernier rang des pays de l'OCDE en matière de financement public des soins dentaires. La motion dont nous sommes saisis aujourd'hui constitue un premier pas pour remédier à cette situation. En apportant une petite modification au plan fiscal du gouvernement, nous pourrions étendre immédiatement la couverture des soins dentaires à 4,3 millions de Canadiens qui ne sont pas assurés.
J'aimerais à présent donner un aperçu de la manière d'y parvenir.
En décembre 2019, le gouvernement libéral a annoncé son intention d'augmenter le crédit d'impôt au titre du montant personnel de base en 2020. Il a présenté cette mesure comme une « baisse d'impôt pour la classe moyenne ». Néanmoins, selon le directeur parlementaire du budget, les contribuables dont le revenu net se situe entre 103 000 $ et 160 000 $ vont bénéficier de la plus grande réduction moyenne de leur impôt sur le revenu, soit 347 $ par an. Pour leur part, les contribuables dont le revenu net est inférieur à 15 000 $, donc les Canadiens les plus pauvres, vont devoir se contenter de la plus petite réduction moyenne, soit seulement 1 $.
Au total, ce plan de réduction des impôts coûtera 6,9 milliards de dollars par année lorsqu'il sera pleinement mis en oeuvre. Les néo-démocrates sont d'avis que ces fonds devraient servir à aider ceux qui peinent à joindre les deux bouts. Nous proposons que le gouvernement axe ce plan sur les gens qui gagnent 90 000 $ ou moins par année, avec une augmentation des primes à partir de 80 000 $, et qu'il utilise le 1,6 milliard d'économies annuelles pour offrir des soins dentaires aux Canadiens qui n'ont pas d'assurance et qui ont un revenu familial de moins de 90 000 $.
Selon le directeur parlementaire du budget, il en coûterait 1,8 milliard de dollars la première année, et environ 830 millions de dollars chaque année par la suite, pour offrir des soins dentaires aux familles sans assurance qui gagnent moins de 90 000 $ par année, soit le revenu médian au Canada et 50 % des Canadiens.
Ce programme viendrait en aide immédiatement à 4,3 millions de personnes et ferait épargner à notre système de soins de santé des dizaines de millions de dollars par année. Après tout, les visites à l'urgence pour des problèmes dentaires coûtent déjà aux contribuables au moins 155 millions de dollars par année.
Dans le plan du NPD, ceux qui ont un revenu familial de moins de 70 000 $ n'auraient rien à débourser, tandis que ceux ayant un revenu familial entre 70 000 $ et 90 000 $ devraient assumer une partie des coûts selon une échelle graduelle.
Nous proposons d'offrir à ces Canadiens des soins complets. Le panier de services minimal comprendrait les services de diagnostic, de prévention, de restauration, d'endodontie, de parodontie, de prosthodontie, d'orthodontie, ainsi que la chirurgie buccale et les services complémentaires.
Ce programme serait la prochaine grande amélioration du système de santé après l'assurance-médicaments, dont le NPD fait aussi la promotion au cours de la présente législature. Le programme pourrait être administré par le gouvernement fédéral ou les provinces et les territoires après entente entre les parties. Les programmes provinciaux et territoriaux actuels qui offrent les mêmes services pourraient demeurer en place.
En guise de conclusion, je tiens à parler de la voie à suivre vers un régime universel et complet de soins dentaires au Canada.
Lors de la dernière campagne électorale, les néo-démocrates ont entendu les doléances de nombreux Canadiens qui n'ont pas les moyens d'aller chez le dentiste. Des Canadiens de toutes les provinces et de tous les territoires nous ont raconté des histoires déchirantes au sujet de la douleur physique et émotionnelle ainsi que des difficultés sociales et économiques causées par les maladies buccodentaires. C'est pourquoi , lors de sa première rencontre avec le premier ministre après les élections, le chef du NPD a exhorté à transcender les lignes de parti dans ce contexte de gouvernement minoritaire afin de s'attaquer à cet urgent problème de santé.
Il est aberrant que, au Canada, nous puissions nous faire soigner de la tête aux pieds, sauf pour une petite partie de la bouche en avant des amygdales. C'est absurde.
Je me suis réjoui de constater que le gouvernement a reconnu cette priorité du NPD dans le discours du Trône et j'ai trouvé encourageant que la lettre de mandat de la ministre de la Santé contienne la directive de « Travailler avec le Parlement pour étudier et analyser les voies à suivre concernant le régime national de soins dentaires ». En présentant la motion d'aujourd'hui, le NPD permet qu'une possibilité devienne réalité.
J'ai proposé la motion à la toute première réunion du Comité permanent de la santé qui portait sur le sujet. J'étais fier que mes collègues aient adopté ma motion visant à entreprendre cette étude sur l'élaboration d'un régime national de soins dentaires et je les invite à accorder à cette étude la priorité absolue. Alors que nous nous préparons à entreprendre la tâche extrêmement importante d'élaborer un régime national de soins dentaires pour les Canadiens, rien ne nous empêche de commencer tout de suite, car le besoin est manifeste et nous disposons d'un plan réaliste pour y parvenir.
Je voudrais m'arrêter un instant et rappeler aux députés pourquoi nous n'avons pas de régime de soins dentaires aujourd'hui. En 1964, les rapports de la Commission royale d'enquête sur les services de santé — qui ont fourni le cadre initial de notre système de santé publique — exigeaient l'inclusion des soins dentaires. C'est quelque chose qui avait toujours été censé faire partie du système public de soins de santé. Cependant, cela avait été mis de côté à l'époque simplement parce qu'il y avait une pénurie de dentistes, une pénurie si grave qu'on croyait qu'il était impossible de mettre en place un système universel.
Néanmoins, la Commission a déclaré explicitement qu'il était selon elle impératif que le gouvernement établisse immédiatement un système public pour les enfants, les futures mères et les bénéficiaires d'aide sociale, système qui pourrait être transformé en un système universel lorsque les ressources le permettraient. En fait, elle a déclaré que ce régime était l'une de ses propositions les plus prioritaires. Malheureusement, aucun gouvernement libéral ou conservateur à ce jour ne l'a concrétisée.
Cependant, aujourd'hui, nous avons réussi à transformer la pénurie de dentistes en surplus, et ainsi, nous avons surmonté l'obstacle initial qui empêchait la concrétisation du projet de régime universel de soins dentaires.
Il est temps que nous nous retroussions les manches et que nous commencions à prendre les mesures nécessaires pour que ces services de santé, qu'on attend depuis trop longtemps, deviennent une réalité pour les Canadiens. J'invite donc tous les députés à faire un premier pas aujourd'hui. Démontrons notre engagement à l'égard des soins dentaires universels par un financement initial qui permettra à 4,3 millions de personnes d'en bénéficier. Nous pourrons ensuite prendre les mesures nécessaires pour que tous les Canadiens aient accès aux soins dentaires essentiels, comme c'était prévu à l'origine, il y a plus de 50 ans.
Les Canadiens ont assez attendu. Il est grand temps que nous offrions cet accès...
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Pursuant to section 79.22 of the Parliament of Canada Act, it is my duty to present to the House a report from the Parliamentary Budget Officer entitled “Cost Estimate of Increasing the Basic Personal Amount Tax Credit”.
Conformément au paragraphe 79.2(2) de la Loi sur le Parlement du Canada, il est de mon devoir de présenter à la Chambre un rapport du directeur parlementaire du budget intitulé « Estimation du coût de l’augmentation du crédit d’impôt au titre du montant personnel de base ».
Results: 1 - 9 of 9

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data