Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 31
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Thank you, Chair.
As I am in Ottawa, I do want to acknowledge my presence today on the traditional territory of the Algonquin people.
Kwe, good afternoon, bonjour.
Before I begin, I would like to say a few words on the current social climate. Right now, we are in a moment when Canadians are recognizing that there's unfairness built into our systems and that these systems have always been unfair towards indigenous peoples.
I look to my colleagues on this committee among others and across government to reflect and question ourselves on why injustice towards indigenous peoples still happens and how we can move forward in the short, medium and long term.
This is obvious. We need to ensure that there is accountability and that policing services are committed to ensuring that they are always worthy of the trust we put in them. Indigenous peoples and their communities are entitled to the best, and the best there is of the RCMP.
We need to constantly question and reflect on the issues of systemic racism in institutions, particularly those that hold exceptional powers, ones, at times, of life and death. The exceptional powers exercised by police services across Canada come with correspondingly exceptional responsibilities. We must keep fighting to remove systemic racism from these institutions, institutions that are meant to serve everyone living in this country equally and fairly.
With that, I welcome the opportunity to provide you with an update on our continuing effort to confront the evolving COVID-19 pandemic and to answer your questions on supplementary estimates (A).
As of June 15, Indigenous Services Canada is aware of 247 confirmed cases of COVID-19 in first nations communities on reserves. Of these, 208 individuals are considered to have recovered. In terms of Inuit in Nunavik, all of the 16 cases reported have recovered.
Our commitment to supporting communities in their response to COVID-19 has never wavered. That is why our 2020-21 supplementary estimates (A) reflect a net increase of $1.7 billion. This was essential to address the needs of indigenous peoples during this global crisis. These supplementary estimates include $950.5 million of statutory funding, mostly related to the COVID-19 response measures, in addition to new funding support for key programs such as Jordan's principle and child and family services.
To date, the Government of Canada has made roughly $1.5 billion in distinctions-based funding available to indigenous peoples and northern communities to support their efforts to successfully battle COVID-19. Specifically, these estimates contain more than $280 million to support Indigenous Services Canada's health response in first nations and Inuit communities. This is essential funding that will help to provide first nations and Inuit communities with additional health care providers; personal protective equipment; health infrastructure, specifically retooling existing community spaces or purchasing mobile structures to support isolation, screening and/or accommodations; and community-level infection prevention and control measures that are essential.
In addition to this, these estimates also reflect $305 million for the distinctions-based indigenous community support fund. Of this amount, $215 million was dedicated to first nations, $45 million to Inuit, and $30 million to Métis nation communities, plus $15 million in proposals-based funding for first nations off reserve and urban indigenous organizations and communities.
An additional $75 million was also sought for organizations supporting first nations individuals off reserve and Inuit and Métis living in urban areas, as well as $10 million in funding for emergency family violence prevention shelters on reserve and in Yukon.
As part of our COVID-19 response, we are also providing $260 million to respond to financial pressures on income assistance.
Outside of funding to support our COVID-19 response, these supplementary estimates also include $232 million to support the ongoing implementation of Jordan's principle, and $468.2 million to support the ongoing delivery of the first nations child and family services program. These investments demonstrate the government's ongoing commitment to fully implementing the orders of the Canadian Human Rights Tribunal.
This investment more than doubles the program's budget, bringing it to nearly $1.7 billion. Funding will be used to ensure that first nations children and families are getting the services they need.
You'll note that we have also made a few other announcements recently. These items will be reflected in future supplementary estimates. These include $75.2 million in new investments to support first nations, Inuit and Métis nations post-secondary recent graduates impacted by the pandemic, and $440 million in funding in support of indigenous businesses and the indigenous tourism industry in response to the hardships created by COVID-19.
I will close by saying that we are committed to responding to the needs of first nations, Inuit and Métis and to stopping the spread of COVID-19. We're committed to getting more nurses, paramedics, nursing stations and health centres to help those who need it most.
I want to take a moment, as I close, to thank all health care professionals working in indigenous communities for their continued dedication and determination to ensure that quality and culturally appropriate care, testing and treatment are provided during this pandemic.
I want to thank members for this opportunity to meet with you today, albeit virtually.
Again, I am happy to answer any and all questions.
Meegwetch. Nakurmiik. Merci.
Merci, monsieur le président.
Comme je suis à Ottawa, je tiens à souligner ma présence aujourd’hui sur le territoire traditionnel non cédé du peuple algonquin.
Kwe, bonjour.
Avant de commencer, j’aimerais dire quelques mots sur le climat social actuel. En ce moment, les Canadiens prennent conscience de l’injustice de nos systèmes et du fait que ces systèmes ont toujours été injustes envers les peuples autochtones.
J’attends de mes collègues de ce comité, entre autres, et de l’ensemble du gouvernement qu’ils se penchent et s’interrogent sur les raisons pour lesquelles l’injustice envers les peuples autochtones persiste et sur la manière dont nous pouvons aller de l’avant à court, moyen et long terme.
C’est une évidence. Nous devons nous assurer que l’obligation de rendre des comptes est respectée et que les services de police s’engagent à être toujours dignes de la confiance que nous leur accordons. Les peuples autochtones et leurs communautés ont droit à ce qu’il y a de mieux, y compris en ce qui a trait à la GRC.
Nous devons constamment nous interroger et réfléchir sur les questions de racisme systémique dans les institutions, en particulier celles qui détiennent des pouvoirs exceptionnels; il s’agit, parfois, d’une question de vie ou de mort. Les pouvoirs exceptionnels exercés par les services de police partout au Canada s’accompagnent de responsabilités exceptionnelles. Nous devons continuer à nous battre pour éliminer le racisme systémique de ces institutions, qui sont censées servir tous les habitants de notre pays de façon égale et équitable.
Cela dit, je tiens à vous remercier de l’occasion qui m’est donnée de faire le point sur nos efforts continus pour faire face à l’évolution de la pandémie de COVID-19 et de répondre à vos questions sur le Budget supplémentaire des budgets (A).
En date du 15 juin, Services aux Autochtones Canada est au courant de 247 cas confirmés de COVID-19 dans les communautés des Premières Nations. Parmi ceux-ci, 208 personnes sont considérées comme rétablies. En ce qui concerne les Inuits du Nunavik, 16 cas ont été signalés, et toutes ces personnes sont rétablies.
Notre engagement à soutenir les communautés dans leur réponse à la COVID-19 ne s’est jamais démenti. C’est pourquoi notre budget supplémentaire des dépenses (A) pour 2020-2021 prévoit une augmentation nette de 1,7 milliard de dollars. Une telle mesure était indispensable pour répondre aux besoins des peuples autochtones pendant cette crise mondiale. Ce budget supplémentaire des dépenses comprend 950,5 millions de dollars de financement prévu par la loi, principalement destiné aux mesures d’intervention relatives à la COVID-19, en plus de nouveaux fonds pour soutenir des programmes clés, tels que le principe de Jordan et les services à l’enfance et à la famille.
À ce jour, le gouvernement du Canada a mis à la disposition des peuples autochtones et des communautés du Nord environ 1,5 milliard de dollars en financement fondé sur les distinctions afin de soutenir leurs efforts pour venir à bout de la COVID-19. Plus précisément, ce budget prévoit plus de 280 millions de dollars pour appuyer l’action sanitaire de Services aux Autochtones Canada dans les communautés des Premières Nations et des Inuits. Il s’agit d’un financement essentiel qui permettra de fournir aux communautés des Premières Nations et des Inuits des fournisseurs de soins de santé supplémentaires, de l’équipement de protection individuelle, des infrastructures de santé — notamment, le réaménagement des espaces communautaires existants ou l’achat de structures mobiles pour soutenir l’isolement, le dépistage et l’hébergement —, ainsi que des mesures essentielles de prévention et de contrôle des infections sur le plan communautaire.
En plus de ces mesures, ce budget prévoit 305 millions de dollars pour le Fonds de soutien aux communautés autochtones, selon une approche basée sur les distinctions. De ce montant, 215 millions de dollars sont destinés aux Premières Nations, 45 millions de dollars aux Inuits et 30 millions de dollars aux communautés des nations métisses, en plus de 15 millions de dollars de financement fondé sur des propositions pour les organisations et les communautés autochtones situées hors réserve et en milieu urbain.
Un montant supplémentaire de 75 millions de dollars a également été demandé pour les organisations soutenant les membres des Premières Nations à l’extérieur des réserves et les Inuits et Métis vivant en milieu urbain, ainsi qu’un financement de 10 millions de dollars destiné aux refuges d’urgence pour la prévention de la violence familiale dans les réserves et au Yukon.
Dans le cadre de notre réponse à la COVID-19, nous fournissons également 260 millions de dollars pour répondre aux pressions financières qu'exerce la COVID-19 sur le programme d'aide au revenu.
En dehors du financement destiné à soutenir notre réponse à la COVID-19, ce budget supplémentaire des dépenses comprend également 232 millions de dollars pour soutenir l’application du principe de Jordan, et 468,2 millions de dollars pour soutenir la prestation du programme des Services à l’enfance et à la famille des Premières Nations. Ces investissements démontrent l’engagement continu de notre gouvernement à mettre pleinement en œuvre les ordonnances du Tribunal canadien des droits de la personne.
Cet investissement a permis de plus que doubler le budget du programme, ce qui le porte maintenant à près de 1,7 milliard de dollars. Les fonds seront utilisés pour veiller à ce que les enfants et les familles des Premières Nations reçoivent les services auxquels ils ont droit et dont ils ont besoin.
Vous noterez que nous avons également fait quelques autres annonces récemment. Ces postes budgétaires seront pris en compte dans le prochain Budget supplémentaire des dépenses. Il s’agit notamment de 75,2 millions de dollars en nouveaux investissements pour soutenir les étudiants de niveau postsecondaire et les nouveaux diplômés des Premières Nations, des Inuits et des Métis touchés par la pandémie, et de 440 millions de dollars de financement pour aider les entreprises autochtones et l’industrie touristique autochtone à surmonter les difficultés engendrées par la COVID-19.
Je conclurai en disant que nous sommes déterminés à répondre aux besoins des Premières Nations, des Inuits et des Métis et à stopper la propagation de la COVID-19. Nous sommes également déterminés à faire venir davantage de personnel infirmier et paramédical, à multiplier les postes de soins infirmiers et les centres de santé, à apporter une aide accrue à ceux qui en ont le plus besoin.
Enfin, j’aimerais prendre un instant pour remercier tous les professionnels de la santé qui travaillent dans les communautés autochtones, car c’est grâce à leur dévouement et à leur détermination que les communautés autochtones ont accès à des soins, des tests et des traitements de qualité et culturellement adaptés en cette période de pandémie.
Je vous remercie de m’avoir donné l’occasion de vous rencontrer, virtuellement, aujourd’hui.
Encore une fois, je serai heureux de répondre à toutes vos questions.
Meegwetch. Nakurmiik. Merci.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Thank you very much, Mr. Chair.
I thank the witnesses. It is always nice to welcome ministers to committee meetings.
I would like to state that I am on the traditional Mi'kmaq territory in my hometown of Amqui. In the Mi'kmaq language, Amqui means “where people have fun”. It is a lot of fun to be here tonight with you.
My question is for you, Minister Miller.
In your opening remarks, you stated that the public is becoming more aware than ever of the injustices indigenous peoples face in the system. I am sure the government has the best of intentions, but many people are still being left behind.
Do you feel the amounts provided to date are sufficient, not only to begin reconciliation but also to restore balance to the system? In times of crisis, such as the one we are currently experiencing, inequalities are only increasing, particularly in certain communities.
With particular reference to the indigenous community support fund, are the amounts that have been invested sufficient?
Merci beaucoup, monsieur le président.
Je remercie les témoins. C'est toujours plaisant de recevoir des ministres en comité.
J'aimerais mentionner que je suis sur le territoire traditionnel micmac, à Amqui, ma ville natale. En langue micmaque, Amqui signifie « là où l'on s'amuse ». J'ai bien du plaisir à être ici ce soir avec vous.
Ma question s'adressera à vous, monsieur le ministre Miller.
Dans votre allocution d'ouverture, vous disiez que la population prend plus que jamais conscience de l'injustice du système envers les peuples autochtones. Je suis certaine que les intentions du gouvernement sont tout à fait pures, mais il y a encore beaucoup de personnes qui sont laissées de côté.
Selon vous, les sommes prévues jusqu'à maintenant sont-elles suffisantes pour entamer non seulement une réconciliation, mais aussi pour rétablir l'équilibre du système? En temps de crise comme celle que nous vivons en ce moment, les inégalités ne font qu'augmenter, particulièrement dans certaines communautés.
Les montants qui ont été investis, notamment par l'entremise du Fonds de soutien aux communautés autochtones, sont-ils suffisants?
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Thank you.
First and foremost, I would like to acknowledge your leader Yves-François Blanchet's speech this morning on behalf of Regional Chief Ghislain Picard about matters such as the importance of helping indigenous police. It is very much a key point to make to Parliament.
As to whether the amounts are sufficient, I will give you a qualified answer. We admit failure with regard to the inequalities that indigenous communities have been facing since the beginning of the crisis.
The demands we received were related to overcrowding and low capitalization of indigenous housing, and lack of investment in housing, education and healthcare. The demands were also directed at provincial governments.
Faced with this failure, we had to deploy resources in some communities that would not have needed them if they were not indigenous. Mobile equipment was needed to be able to isolate people and do tests, and we had to increase the number of nurses. We deployed resources based on the cards we were dealt.
Are the many resources we deployed in these communities sufficient? We will not know until later. It has worked on reserves because not many people there have been infected with the virus. We are facing an unpredictable epidemic. We must therefore always remain vigilant and deploy the necessary resources. There is a very real danger of several successive waves.
Je vous remercie.
D'abord et avant tout, je voudrais saluer l'intervention de votre chef Yves-François Blanchet ce matin, qui a porté le message du chef régional Ghislain Picard au sujet de l'importance d'aider la police autochtone, entre autres. C'est un point très important à faire valoir au Parlement.
Quant à savoir si les sommes sont suffisantes, je vais vous donner une réponse mitigée. Nous faisons un constat d'échec quant aux inégalités auxquelles les communautés autochtones font face depuis le début de la crise.
Les revendications qui nous ont été faites concernaient le surpeuplement et le faible taux de capitalisation des logements autochtones, le manque d'investissements dans le logement, l'éducation et les soins de santé. Ces revendications étaient aussi adressées aux gouvernements provinciaux.
Devant ce constat d'échec, nous avons dû mobiliser des ressources dans certaines communautés qui, si elles n'étaient pas autochtones, n'en auraient pas eu besoin. Il fallait du matériel amovible pour pouvoir isoler les gens et faire des tests, et augmenter le nombre d'infirmiers et d'infirmières. Nous avons mobilisé des ressources en fonction des cartes qu'on nous a distribuées.
Les nombreuses ressources que nous avons mobilisées dans ces communautés sont-elles suffisantes? Nous ne le saurons que plus tard. Cela a donné des résultats dans les réserves, car peu de gens y ont été infectés par le virus. Nous faisons face à une épidémie imprévisible. Il nous faut donc rester toujours vigilants et mobiliser les ressources nécessaires. Il y a un danger très réel de plusieurs vagues successives.
View Sylvie Bérubé Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
My question is for Minister Miller.
Is Indigenous Services Canada considering additional funding under the indigenous community support fund? Do you plan to create additional funding to deal with the second wave, if it occurs?
Je vous remercie, monsieur le président.
Ma question s'adresse au ministre Miller.
Services aux Autochtones Canada envisage-t-il d'accorder du financement supplémentaire dans le cadre du Fonds de soutien aux communautés autochtones? Avez-vous prévu créer des fonds supplémentaires pour faire face à la deuxième vague, si elle a lieu?
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Thank you.
I will provide a two-part answer.
With respect to the first question, which concerns the similar amounts that are part of the allocations to communities, this is that good old $300 million plus allocated at the very beginning. The Government of Canada gave the money to the communities to ensure that they had the financial means to make their own decisions and to mitigate a potential outbreak of COVID-19. It worked well.
Of course, since nothing can be taken for granted and we need to prepare for a second wave, an additional fund of over $200 million has been allocated specifically to mobile solutions for screening and isolation. These are internal resources that can be strategically deployed in communities.
Now, since we cannot predict how the pandemic will evolve, we are trying to determine what support communities need so that we can target it better than before. We have been asked for resources, for additional security, for example, or envelopes for better preparations; these are not financial choices made at the expense of decisions that should always be health-focused first and foremost.
With respect to the first part of your question, it remains to be seen, but we are always prepared to reevaluate envelopes that were previously allocated.
Je vous remercie.
Ma réponse aura deux volets.
Je vais d'abord répondre à la première question, qui concerne les sommes similaires qui ont été allouées dans le contexte des allocations aux communautés. Il s'agit de la fameuse somme de plus de 300 millions de dollars qui a été accordée au tout début. Le gouvernement du Canada a versé cette somme aux communautés pour s'assurer qu'elles avaient les moyens financiers nécessaires pour prendre leurs propres décisions et pallier une éclosion potentielle de la COVID-19. Cela a donné de bons résultats.
Évidemment, puisqu'il ne faut rien tenir pour acquis et qu'il faut se préparer pour une deuxième vague, il y a eu un fonds supplémentaire de plus de 200 millions de dollars alloué spécifiquement aux solutions mobiles pour le dépistage et l'isolement. Ce sont des ressources à l'interne que l'on peut déployer de façon stratégique dans les communautés.
Maintenant, comme nous ne pouvons pas prévoir l'évolution potentielle de la pandémie, nous essayons de déterminer quel est le soutien dont les communautés ont besoin, de façon à mieux les cibler qu'auparavant. On nous a demandé des ressources, notamment, en matière de sécurité supplémentaire ou d'enveloppes nécessaires pour mieux se préparer; il ne s'agit pas de choix financiers faits aux dépens de décisions qui devraient toujours, d'abord et avant tout, être axées sur la santé.
En ce qui a trait au premier volet de votre question, c'est une chose à suivre, mais nous sommes toujours préparés à réévaluer les enveloppes qui ont déjà été accordées.
Éric Cardinal
View Éric Cardinal Profile
Éric Cardinal
2020-06-09 17:40
Thank you, that is very kind of you, Mr. Viersen.
My third example concerns a nation located in the Gaspé Peninsula. It is the La Nation Micmac de Gespeg, whose members do not live on a reserve, much like the members of the Long Point Nation. Members live primarily on the unceded traditional territory in the Gaspé region. Even though the nation has no community to manage, its council still has responsibilities toward members, just like other First Nations governments. The La Nation Micmac de Gespeg applied for assistance from the Indigenous Community Support Fund. It did not ask for much, only $150,000. The government replied that La Nation Gespeg was not entitled to support since it is not a reserve.
However, since the crisis began, the council has been fulfilling its governmental responsibilities toward its members. La Nation Gespeg is asking for support to cover the additional costs associated with managing the COVID-19 crisis. It is being told that it cannot be granted any funds because it does not meet the criteria dictated by a colonialist view of First Nations crisis management. That is a far cry from the nation-to-nation and government-to-government relationship that the Canadian government says it wants to have. This was the third example I wanted to give to show how difficult it is to recognize First Nations governments while managing the COVID-19 crisis.
Je vous remercie, c'est très gentil de votre part, monsieur Viersen.
Mon troisième exemple concerne une nation située en Gaspésie. Il s'agit de la nation des Micmacs de Gespec, qui, comme celle de Long Point, ne vit pas sur une réserve. Les membres vivent en grande partie sur le territoire traditionnel non cédé de la région de Gaspé. Même si la nation n'a pas de communauté à gérer, son conseil a quand même des responsabilités à l'égard des membres, au même titre que les autres gouvernements de Premières Nations. La nation des Micmacs de Gespeg a fait une demande d'aide dans le cadre du Fonds de soutien aux communautés autochtones. Elle n'a pas demandé grand-chose, seulement 150 000 $. Le gouvernement a répondu que la nation de Gespeg n'avait pas droit à l'aide, puisqu'elle n'est pas une réserve.
Depuis le début de la crise, le conseil assume pourtant ses responsabilités gouvernementales à l'égard de ses membres. Ce que demande la nation de Gespeg, c'est une aide pour couvrir les coûts supplémentaires associés à la gestion de la crise liée à la COVID-19. La nation se fait dire qu'elle ne peut pas recevoir l'argent, parce qu'elle ne correspond pas aux critères dictés par une lecture colonialiste de la gestion de la crise chez les Premières Nations. On est loin de la relation de nation à nation et de gouvernement à gouvernement que dit pourtant vouloir entretenir le gouvernement canadien. C'était le troisième exemple que je voulais donner pour montrer la difficulté de concilier la reconnaissance des gouvernements des Premières Nations avec la gestion de la crise liée à la COVID-19.
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Chair.
Good evening, everyone.
I'd like to start by thanking you, the members of this committee, for your tireless work during this crisis. I also want to thank you for inviting me to speak to you today, and I thank the officials for joining us.
As we all know, COVID-19 still poses a significant threat to public health. It has also turned people's lives, their jobs, their businesses and our economy upside down.
To help Canadians through this difficult time, our government has been taking quick and decisive action. We have been offering support directly to workers and to businesses to protect jobs and support our economy. We continue to listen to workers and businesses to ensure that the emergency programs respond to the needs of Canadians.
Over the past two and a half months, we have consulted extensively with stakeholders and parliamentarians, some of whom are in this room. We have held town halls. We have spoken directly to Canadians. I have personally attended over 18 round tables and town halls to get a true understanding of how COVID-19 has impacted our country. These engagements have spanned the country, from Moncton and Windsor to Regina and Kelowna, just to name a few. I have spoken with diverse cultural organizations and key economic stakeholders. Just yesterday I heard from youth on how this crisis has impacted their lives. We have listened to community and business leaders, workers and employers.
The feedback we have heard on the ground has played an important role in shaping our response to this crisis. We have had an open-door policy and have continually updated programs and measures to reflect the realities faced by families and businesses alike.
The historic support measures we have implemented have been designed, developed and delivered directly to Canadians in record time, thanks to public servants who have been working around the clock. I can proudly say that Canada has one of the most comprehensive plans in the G7.
The government rapidly implemented sweeping measures to provide Canadians with over $150 billion in direct financial support to attenuate the impact of the crisis on the economy. That support will give our economy a leg up during the post-crisis recovery phase.
We brought in measures that help workers and businesses in all sectors of the economy, as well as employers of all sizes. We are helping students, who have to pay tuition, and parents, who are working hard to balance the demands of work and family in the context of COVID-19. We are making sure nobody gets left behind. All across the country, the Canada emergency response benefit, the CERB, is providing temporary income support to Canadians who have stopped working because of COVID-19. Over 8.2 million Canadians have applied for the CERB so far.
We are working with the provinces, the territories and indigenous leaders. In fact, to help indigenous communities address the health, social and economic challenges they are facing, last week we announced $75 million in new funding for indigenous organizations providing services to indigenous individuals in urban centres and off reserve. This new money brings the total indigenous community support fund investment to $380 million.
The Canada emergency wage subsidy, CEWS, will allow eligible Canadian employers who have been affected by COVID-19 to receive a subsidy of 75% of employee wages. This wage subsidy will enable an employer to rehire workers previously laid off as a result of COVID-19, help prevent further job losses, and better position them to resume normal operations following the crisis. To date, this program has already supported over two million Canadian workers, maintained their paycheques and maintained their relationship with their employer. We continue to listen to Canadians and take their input on ways to improve our emergency measures.
We understand that families are struggling with added costs as well, and many parents are now trying to balance work and caring for their children, all from home. That is why, last week, families will have received a one-time special CCB payment of an additional $300 per child, delivering almost $2 billion in extra support across the country to help families during this challenging period.
We know that the pandemic has brought extra costs for low- and modest-income Canadians, too. They need some support as well. As one of our first measures, we announced a GST credit top-up that was delivered in April and provided financial support to these Canadians, including over four million seniors. Earlier this month, we announced that seniors who receive old age security will automatically receive a tax-free payment of $300, and those who receive the guaranteed income supplement will receive an additional $200 of tax-free support.
To help property owners and businesses that rent from them, we launched the Canada emergency commercial rent assistance for small businesses, with applications opening this past Monday, May 25. This program provides property owners the opportunity to do their part in helping small businesses and their employees succeed in these challenging times. We're all in this together, and that's why the government is stepping up to provide rent relief to businesses while property owners maintain rental income through this crisis.
We have heard from businesses, big and small, that the availability of credit is critically important to ensure they have the ability to continue to grow their businesses once the immediate health emergency has passed. This includes the business credit availability program that is available to mid-sized companies with larger financing needs.
Support for mid-market businesses will include loans of up to $60 million per company and guarantees of up to $80 million. Through the BCAP, Export Development Canada and the Business Development Bank of Canada will work with private sector lenders to support access to capital for Canadian businesses in all sectors and regions.
We have taken steps to help small businesses that require support to help pay their fixed costs. The Canada emergency business account has helped hundreds of thousands of businesses through a partially forgivable loan. We heard from businesses that there were those that originally could not qualify and we took the necessary steps to expand eligibility to help those in need.
We also expanded the eligibility criteria for the Canada emergency business account to include many owner-operated small businesses. Expanding the scope of this measure will help small businesses protect the jobs that Canadians depend on. Changes to the Canada emergency business account mean more Canadian small businesses can get interest-free loans, which they can use to cover their operating costs while revenues are down because of the pandemic. In response to feedback we've received from across the country, we're now making the Canada emergency business account available to more businesses.
If I may, I would also like to talk about the large employer emergency financing facility, which was announced just recently. This program supports Canada's largest employers.
Je vous remercie, monsieur le président.
Bonsoir à tous.
Permettez-moi tout d'abord de vous remercier, membres du Comité, de votre travail continu pendant cette crise. Je tiens également à vous remercier de votre invitation à prendre la parole aujourd'hui, et je remercie les fonctionnaires de leur présence.
Comme nous le savons tous, la COVID-19 continue de représenter une menace importante pour la santé publique. Elle a également perturbé la vie des gens, leurs emplois, leurs entreprises et notre économie.
Pour aider les Canadiens à traverser cette période difficile, le gouvernement a pris des mesures rapides et décisives. Nous avons offert un soutien direct aux travailleurs et aux entreprises afin de protéger les emplois et de soutenir l'économie. Nous continuons à écouter les travailleurs et les entreprises pour faire en sorte que les programmes d'urgence répondent aux besoins des Canadiens.
Au cours des deux derniers mois et demi, nous avons largement consulté les parties prenantes et les parlementaires, dont certains sont ici présents. Nous avons organisé des assemblées publiques. Nous nous sommes adressés directement aux Canadiens. J'ai moi-même participé à plus de 18 tables rondes et assemblées publiques pour comprendre véritablement les conséquences de la COVID-19 sur le pays. Cette mobilisation a eu lieu dans des villes de tout le pays: de Moncton à Kelowna en passant par Windsor et Regina, pour ne nommer que celles-là. J'ai parlé avec diverses organisations culturelles et des acteurs économiques clés. Pas plus tard qu'hier, des jeunes m'ont expliqué la manière dont la crise a eu des conséquences sur leur vie. Nous avons écouté les dirigeants des collectivités et des entreprises, les travailleurs et les employeurs.
Les réactions que nous avons entendues sur le terrain ont joué un rôle important dans l'élaboration de la réponse du gouvernement face à la crise. Nous avons adopté une politique de la porte ouverte et nous avons continuellement adapté les programmes et les mesures pour tenir compte des réalités auxquelles sont confrontées les familles et les entreprises.
Nous avons décidé d'apporter un soutien financier direct sans précédent, que nous avons conçu, mis sur pied et versé directement aux Canadiens en un temps record grâce à des fonctionnaires qui ont travaillé 24 heures sur 24. Je peux dire avec fierté que le Canada dispose de l'un des plans les plus complets des pays du G7.
Dans le cadre de son intervention rapide et de grande envergure, le gouvernement offre aux Canadiens un soutien financier direct de plus de 150 milliards de dollars pour atténuer les répercussions de la crise sur l'économie. Grâce à ce soutien, notre économie pourra mieux rebondir lorsque cette crise aura pris fin.
Nous avons instauré des mesures qui aident les travailleurs et les entreprises de tous les secteurs de l'économie ainsi que les employeurs de toutes les tailles. Nous aidons les étudiants, qui doivent payer leurs études, ainsi que les parents, qui s'efforcent de concilier les exigences imposées par la crise de la COVID-19 sur leur vie professionnelle et leur vie familiale. Nous continuons de veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte. Dans tous les coins du pays, la Prestation canadienne d'urgence, ou PCU, offre un soutien temporaire au revenu pour les Canadiens qui ont cessé de travailler à cause de la COVID-19, et plus de 8,2 millions de Canadiens ont demandé la PCU jusqu'à maintenant.
Nous travaillons de concert avec les provinces, les territoires et les dirigeants autochtones. Par ailleurs, afin d'aider les communautés autochtones à relever les défis sanitaires, sociaux et économiques auxquels elles doivent faire face, nous avons annoncé la semaine dernière une aide financière supplémentaire de 75 millions de dollars aux organisations autochtones qui offrent des services aux Autochtones dans des centres urbains et hors réserve. Cet investissement porte à 380 millions de dollars le montant de l'aide offerte par l'intermédiaire du Fonds de soutien aux communautés autochtones.
La Subvention salariale d'urgence du Canada permettra aux employeurs canadiens admissibles qui ont été touchés par la COVID-19 de recevoir une subvention équivalant à 75 % des salaires des employés. Grâce à elle, un employeur pourra réembaucher des travailleurs qu'il a mis à pied en raison de la COVID-19, garder des employés qui autrement auraient pu être mis à pied, et reprendre ses activités normales plus facilement après la crise. À ce jour, le programme a déjà permis de soutenir plus de deux millions de travailleurs canadiens, leur permettant ainsi de continuer à recevoir un chèque de paie et de conserver un lien avec leur employeur. Nous restons à l'écoute des Canadiens et prenons en compte leurs commentaires sur les moyens d'améliorer les mesures d'urgence.
Nous comprenons que les familles doivent également composer avec des dépenses supplémentaires et que de nombreux parents tentent de travailler tout en s'occupant des enfants, et ce, à partir de la maison. Voilà pourquoi, la semaine dernière, les familles recevant l'Allocation canadienne pour enfants ont reçu un versement spécial unique de 300 $ supplémentaire par enfant, ce qui représente près de 2 milliards de dollars de soutien supplémentaire pour aider les familles de l'ensemble du pays pendant cette période difficile.
Nous savons que la pandémie a entraîné des coûts supplémentaires pour les Canadiens à revenu faible ou modeste. Ces derniers aussi ont besoin d'aide. L'une des premières mesures a été l'annonce d'un supplément du crédit pour la TPS, qui a été accordé en avril et qui a permis d'apporter un soutien financier à ces Canadiens, dont plus de quatre millions de personnes âgées. Plus tôt ce mois-ci, nous avons annoncé que les personnes âgées qui reçoivent la Sécurité de la vieillesse recevront automatiquement un versement non imposable de 300 $, et que celles qui reçoivent le Supplément de revenu garanti recevront une aide supplémentaire de 200 $ non imposable.
Pour aider les propriétaires fonciers et les entreprises qui leur louent des locaux, nous avons lancé l'Aide d'urgence du Canada pour le loyer commercial pour les petites entreprises. Ces dernières peuvent présenter une demande depuis lundi dernier, le 25 mai. Ce programme offre aux propriétaires fonciers la possibilité de faire leur part pour aider les petites entreprises et leurs employés à surmonter les difficultés actuelles. Nous sommes tous dans le même bateau. Voilà pourquoi le gouvernement prend des mesures pour alléger les loyers des entreprises et permettre aux propriétaires fonciers de conserver leurs revenus locatifs pendant la crise.
Des entreprises, grandes et petites, nous ont dit que l'accès au crédit est d'une importance capitale pour leur permettre de continuer à croître une fois l'urgence sanitaire immédiate passée. Le soutien comprend le Programme de crédit aux entreprises, qui est offert aux entreprises de taille moyenne ayant des besoins de financement plus substantiels.
Le soutien aux moyennes entreprises comprendra des prêts pouvant atteindre 60 millions de dollars par entreprise et des garanties allant jusqu'à 80 millions de dollars. Dans le cadre du Programme de crédit aux entreprises, Exportation et développement Canada et la Banque de développement du Canada travailleront avec des prêteurs du secteur privé pour soutenir l'accès au capital pour les entreprises canadiennes dans l'ensemble des secteurs et des régions.
Nous avons pris des mesures pour aider les petites entreprises ayant besoin d'un soutien pour payer les frais fixes. Le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes a aidé des centaines de milliers d'entreprises grâce à un prêt pouvant être partiellement radié. Certaines entreprises nous ont indiqué qu'elles n'étaient pas admissibles au départ. Nous avons donc pris les mesures nécessaires pour élargir les critères d'admissibilité afin de pouvoir aussi les aider.
Nous avons également annoncé l'élargissement des critères d'admissibilité au Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes en vue d'inclure un bon nombre de petites entreprises exploitées par les propriétaires. L'élargissement de cette mesure aidera les petites entreprises à protéger des emplois dont dépendent les Canadiens. Les modifications apportées au Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes permettront à un plus grand nombre de petites entreprises canadiennes d'accéder à des prêts sans intérêt. Ceux-ci aideront à payer leurs coûts d'exploitation au cours de cette période où les revenus ont été réduits en raison de la pandémie. Compte tenu de la rétroaction que nous avons reçue dans l'ensemble du pays, le programme du Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes sera maintenant offert à un plus grand nombre d'entreprises.
Si vous me le permettez, je vais aussi parler du Crédit d'urgence pour les grands employeurs, qui a été annoncé dernièrement. Ce programme appuie les plus grands employeurs du Canada.
Christopher Sheppard-Buote
View Christopher Sheppard-Buote Profile
Christopher Sheppard-Buote
2020-05-19 17:42
Good morning, committee. My name is Christopher Sheppard-Buote. I'm the president of the National Association of Friendship Centres.
I want to recognize that I'm on Treaty 6. I'm joined by Jocelyn Formsma, the executive director of the National Association of Friendship Centres. We represent over 100 local friendship centres and provincial and territorial associations in every province from coast to coast to coast, except Prince Edward Island.
Friendship centres are urban indigenous community hubs that provide a wide range of programs and services for every demographic of indigenous people, including prenatal, healthy baby, family, children's, youth, adult and seniors programming. We offer services in health, economic development, entrepreneurship and employment and training, housing and homelessness, head start and child care, violence prevention, education, languages, culture, justice, and sports and recreation.
Collectively, we are the largest and most comprehensive urban indigenous service delivery network in Canada. Last year, 93 centres served approximately 1.4 million first nations, Inuit, Métis and non-indigenous people across over 1,200 programs and services in 238 buildings, and employing over 2,700 people. We are proud to be a largely indigenous, women-led network.
What I need you to hear today is this: The federal government needs us to help navigate through the remainder of the COVID-19 response in urban indigenous communities. They will need us to help re-establish Canada's economy after COVID-19, and they need to effectively resource us to do so. The first friendship centres have been on the front lines of support for first nations, Inuit and Métis people for 70 years. COVID-19 is but one emergency that we are helping the communities we serve to navigate. The matters and conditions that we help our community members with every day will still be here, even after this pandemic ends.
Among the systemic barriers to doing this essential work are the distinctions-based approach to COVID-19 funding, which left many of the urban indigenous community members we serve unseen; the ongoing jurisdictional wrangling between federal and provincial governments; the chronic lack of resources, training and personal protective equipment; and not being engaged nationally on urban-specific approaches.
While we are appreciative of the funds we have been able to secure through the indigenous community support fund, we need you to know that this money was spent even before it hit the ground. The $15 million that was set aside for urban indigenous needs was never going to meet those needs. We must see a second wave of funding soon. Urban indigenous people cannot continue to be left behind.
Now is the time to leverage the friendship centre movement's expertise, networks and programs to support urban indigenous people and provide them with the support they need during this crisis and afterward. The NAFC continues to seek funds to ensure that urban indigenous communities are served in this time. Friendship centres should not be decimated because they answered the call when others could not or would not, because they spent and served without proper equipment, and because they put aside their regular fundraising activities or shut down their social enterprises. Our network is highly effective, agile and competent at sharing information and caring for each other.
Instead of looking at us as another handout asking for more, we encourage the federal government to look to us as an answer to the question of how to reach this priority population. Properly equipping and resourcing friendship centres now and including friendship centres in response and recovery strategies is but one way to care for and invest in the viability of urban indigenous communities and economies.
The NAFC has offered and continues to offer its perspective, expertise and knowledge of urban indigenous communities and community members to inform the federal government and guide effective remedies both now and post COVID-19. We look forward to being a part of the ongoing conversation and the continued investment in our work.
Thank you so much.
Bonjour à tous les membres du Comité. Je m'appelle Christopher Sheppard-Buote. Je suis président de l'Association nationale des centres d'amitié.
Je veux souligner que je me trouve sur le territoire visé par le Traité no 6. Je suis en compagnie de Jocelyn Formsma, directrice exécutive de notre association. Nous représentons plus d'une centaine de centres d'amitié et d'associations provinciales et territoriales de partout au Canada, à l'exception de l'Île-du-Prince-Édouard.
Les centres d'amitié sont des carrefours communautaires autochtones qui offrent un vaste éventail de programmes et de services aux Autochtones de tous les groupes démographiques, des services prénataux aux services pour les nourrissons, les familles, les jeunes enfants, les adolescents, les adultes et les aînés. Nous offrons aussi des services dans les domaines de la santé, du développement économique, de l'entrepreneuriat, de l'emploi, de la formation, du logement, de l'itinérance, de la garde d'enfants, comme le programme Bon départ, de la prévention de la violence, de l'éducation, de la langue, de la culture, de la justice, des sports et des loisirs.
Collectivement, nous sommes le réseau de prestation de services aux Autochtones des milieux urbains le plus vaste et le plus complet du Canada. L'an dernier, 93 centres ont offert une diversité de services à environ 1,4 million de membres des Premières Nations, d'Inuits, de Métis et de non-Autochtones dans le cadre de plus de 1 200 programmes et services, disséminés à 238 emplacements différents et employant plus de 2 700 personnes. Nous sommes fiers d'être un réseau composé majoritairement d'Autochtones et dirigé par des femmes.
Voici ce que je veux vous dire aujourd'hui: le gouvernement fédéral a besoin de nous dans sa lutte contre la COVID-19 pour venir en aide aux Autochtones vivant en milieu urbain. Il aura besoin de nous pour relancer l'économie canadienne après la pandémie et il doit nous fournir les ressources dont nous avons besoin pour jouer notre rôle. Depuis 70 ans, les centres d'amitié sont en première ligne pour soutenir les Premières Nations, les Inuits et les Métis. La pandémie de COVID-19 est une situation d'urgence parmi d'autres où nous aidons les communautés que nous desservons à se prévaloir des services. Les problèmes et les situations que vivent nos membres dans leur vie de tous les jours seront toujours présents, même après la pandémie.
Parmi les obstacles systémiques qui nous empêchent de faire ce travail essentiel, il y a l'approche fragmentée en matière de financement qui a laissé dans l'oubli de nombreux Autochtones vivant en milieu urbain, les querelles de compétence entre les gouvernements fédéral et provinciaux, le manque chronique de ressources, de formation et d'équipement de protection individuelle et le fait de ne pas mettre en place, à l'échelle du pays, des approches mieux adaptées au milieu urbain.
Tout en nous réjouissant d'avoir obtenu de l'argent par le biais du Fonds de soutien aux communautés autochtones, nous vous signalons que cet argent était déjà dépensé avant même d'arriver dans nos poches. Les 15 millions mis en réserve pour répondre aux besoins des Autochtones vivant en milieu urbain n'ont jamais pu être utilisés à cette fin. Nous avons absolument besoin de voir arriver une deuxième vague de financement. Les Autochtones vivant en milieu urbain ne peuvent continuer à être laissés pour compte.
Il est temps de tirer profit de l'expertise, des réseaux et des programmes des centres d'amitié et de leur fournir le soutien dont ils ont besoin durant et après cette pandémie. L'ANCA est toujours en quête de fonds pour s'assurer que les communautés autochtones urbaines ne soient pas oubliées cette fois-ci. Il faut éviter que des centres d'amitié disparaissent tout simplement parce qu'ils ont répondu à l'appel alors que d'autres ne pouvaient ou ne voulaient pas le faire, parce qu'ils ont dépensé leur argent et offert leurs services sans avoir l'équipement approprié, ou parce qu'ils ont interrompu leurs collectes de fonds ou fermé leurs entreprises sociales. Notre réseau est très efficace, agile et compétent pour partager de l'information et prendre soin les uns des autres.
Au lieu de nous regarder comme une main tendue qui en veut davantage, le gouvernement fédéral devrait nous voir comme un partenaire pour rejoindre cette population prioritaire. Fournir dès maintenant aux centres d'amitié de l'équipement et des ressources dont ils ont besoin et les inviter à participer aux stratégies d'intervention et de relance sont autant de façons d'investir dans la viabilité des communautés et des économies autochtones urbaines.
L'ANCA a déjà offert son point de vue, son expertise et sa connaissance des communautés autochtones urbaines et elle continuera à le faire afin d'éclairer le gouvernement fédéral et de guider la mise en place de mesures efficaces durant et après la pandémie de COVID-19. Nous espérons participer au dialogue et à l'investissement continu dans notre travail.
Je vous remercie.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Thank you very much, Mr. Chair. I think that's the best way to proceed. Then hopefully the translation will be set by the time it comes back to Mr. Ste-Marie.
My question is for Mr. Sheppard-Buote and Ms. Formsma.
The NDP pushed for friendship centres to be here today because of the important testimony you've offered, and certainly we are completely in alignment on the issue of child care and expanding child care services.
As you so eloquently put it, the initial amount of $15 million was completely inadequate to the needs of the National Association of Friendship Centres and indigenous people living in urban centres. If there is a request to the federal government, I think it would be helpful to know the exact amount of the request. If not, can you give us an idea, in dollar terms, of what would make a difference in order to allow the National Association of Friendship Centres, which does fantastic work across the country, to continue its work and meet the challenges of COVID-19?
Merci beaucoup, monsieur le président. Je pense que c'est la meilleure façon de procéder. Espérons que la traduction fonctionnera d'ici là.
Ma question s'adresse à M. Sheppard-Buote et à Mme Formsma.
Le NPD a insisté pour que les centres d'amitié soient représentés ici aujourd'hui en raison de l'important témoignage que vous avez livré, et il va de soi que nous sommes tout à fait d'accord sur la question des garderies et de l'expansion des services de garde.
Comme vous l'avez si bien dit, le montant initial de 15 millions de dollars ne suffisait absolument pas aux besoins de l'Association nationale des centres d'amitié et des Autochtones vivant en milieu urbain. S'il y a une demande à faire au gouvernement fédéral, il serait utile d'en connaître le montant exact. Sinon, pouvez-vous nous donner une idée, en dollars, de ce qui permettrait à l'association, qui fait un travail fantastique dans tout le pays, de poursuivre son œuvre et de relever les défis de la COVID-19?
Christopher Sheppard-Buote
View Christopher Sheppard-Buote Profile
Christopher Sheppard-Buote
2020-05-19 18:20
I'll start, and Jocelyn can finish up.
The concern for us was twofold. First, the requirement for some, and not for others, to stop what they were doing, reach out to almost 100 members across this country during a pandemic and ask for data and actual numbers was the first portion that was extremely challenging for us. It was not only the amount; it was the fact that we were forced to create a proposal during a pandemic and then apply and compete for $15 million of over $300 million in this fund. We submitted a proposal to Canada with figures based on actual data, based on reality, that I would assume very few agencies or associations could do right now.
Jocelyn can tell you what that number is, and I'll pass it over to her, but it was a twofold issue.
Je vais commencer et Mme Formsma pourra conclure.
Notre problème était double. Dans un premier temps, il y avait l'obligation pour certains, et non pour d'autres, de cesser leur activité et de communiquer avec près d'une centaine de membres à travers le pays, en pleine pandémie, pour recueillir des données et des chiffres réels, ce qui était extrêmement difficile pour nous. Il n'y avait pas que la question du montant; il y avait le fait que nous devions établir une proposition en pleine pandémie, présenter une demande pour espérer décrocher 15 millions de dollars sur un fonds de plus de 300 millions. Nous avons soumis une proposition au Canada avec des chiffres basés sur des données réelles, sur la réalité, et j'imagine que très peu d'organismes ou d'associations pourraient le faire en ce moment.
Mme Formsma pourra vous donner le montant, alors je lui cède la parole, mais le problème était double.
Jocelyn Formsma
View Jocelyn Formsma Profile
Jocelyn Formsma
2020-05-19 18:21
Our proposal alone was for $15 million—or just under that, about $14.9 million—for urgent, immediate costs covering staffing, capacity, personal protective equipment, the infrastructure costs of renting equipment such as handwashing stations and porta-potties, fuel and vehicles, because they're delivering food and supplies to people, as well as modifications to the centres, both sanitization supplies and cleaning services, as well as food for the food banks' kitchens and delivery.
We also put in support for coordination. We have people who are social workers, executive directors and administrators who now have to respond to a pandemic with no public health background. We wanted to be able to hire some expertise to help guide us through what we should or shouldn't be doing and then be able to connect with each other to do that coordination by just having one staff alone to coordinate the donations that were coming in, food donations, gift cards and those kinds of things.
We also needed support for technology, upgrades to equipment, tablets and phones, both for the staff to move to a virtual environment and for loaning to community members such as elders to combat social isolation, or to young people and families.
Then we also included some support for accessing mental health and to do what we're calling program adaptation.
All of those components, which were based on actual costs that friendship centres were already spending, were the $14.9 million. While friendship centres are accessing other federal government supports, for example the wage subsidy for small businesses, a lot of the food security funds didn't come to friendship centres, so what happened is that friendship centres had to apply for $1,000 here, $5,000 there or $10,000 there. We have some friendship centre EDs who are just exhausted from applying for small grants and also helping community members apply, in a safe way, for CERB and other benefits they have access to.
So, yes, there has been a lot. A lot of the benefits have just kind of flown over our heads and we haven't been able to really grasp a significant portion that would help us do the work we were doing.
Notre proposition à elle seule s'élevait à 15 millions de dollars — ou juste un peu moins, environ 14,9 millions — pour couvrir les frais immédiats, c'est-à-dire le personnel, la capacité, l'équipement de protection individuelle, la location d'équipement comme les postes de lavage des mains et les toilettes portatives; il y avait aussi le carburant et les véhicules — parce que nos centres livrent de la nourriture et des provisions —, ainsi que l'aménagement des centres, le matériel de désinfection et les services de nettoyage, la nourriture pour les cuisines des banques alimentaires et la livraison.
Nous avons également soutenu la coordination. Nous avons des travailleurs sociaux, des directeurs généraux et des administrateurs qui doivent maintenant affronter une pandémie sans avoir d'antécédents en santé publique. Nous voulions pouvoir embaucher des experts pour nous aider à déterminer ce qu'il fallait faire ou ne pas faire, puis pouvoir communiquer entre nous pour assurer cette coordination en confiant à un seul employé le soin de coordonner les dons qui arrivaient, les dons alimentaires, les cartes-cadeaux et ce genre de choses.
Nous avions aussi besoin d'aide en technologie, pour mettre à niveau l'équipement, les tablettes et les téléphones, tant pour permettre au personnel de faire du télétravail que pour venir en aide à des membres de la communauté comme les aînés aux prises avec l'isolement social, ou aux jeunes et aux familles.
Nous avons aussi prévu un montant pour l'accès aux services de santé mentale et pour ce que nous appelons l'adaptation de programmes.
Tous ces éléments, établis d'après les coûts réels déjà encourus par les centres d'amitié, s'élevaient à 14,9 millions de dollars. Bien que les centres aient droit à d'autres mesures d'aide du gouvernement fédéral, par exemple les subventions salariales aux petites entreprises, une bonne partie des fonds destinés à la sécurité alimentaire ne leur ont pas été versés, de sorte qu'ils ont dû demander 1 000 $ ici, 5 000 $ là ou 10 000 $ ailleurs. Certains directeurs de centre se sont tout simplement épuisés à force de demander des petites subventions ici et là et d'aider aussi des membres à s'inscrire, de façon sûre, à la PCU et aux autres prestations.
Donc, oui, nous nous sommes beaucoup démenés. Et beaucoup de prestations nous sont tout bonnement passées sous le nez; nous n'avons pas été en mesure d'en saisir une part substantielle, qui nous aiderait à faire notre travail.
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Thank you, Mr. Chair.
Kwe. Tansi. Ulaakut.
Hello.
I would like to acknowledge that we are on the traditional territory of the Algonquin people.
As of May 5, we have seen 161 confirmed cases of COVID-19 in first nations communities on reserve and 16 in Inuit communities, focused in the Nunavik region.
I also want to take a second to address what was made public a few days ago with respect to a false positive case in Pond Inlet. This was confirmed, luckily, earlier in the week, to the relief of many Canadians. Again, the lesson from this is that we need to stay vigilant, because we know that the pre-existing conditions in these communities make them exceedingly vulnerable. Vigilance is key, particularly with a pandemic that we have yet to fully understand.
In order to help indigenous communities cope with COVID-19, our government has provided more than $740 million in direct support to help first nations, Inuit, and Métis communities address their public health needs.
So far, more than $59.8 million has been used to buy equipment for medical personnel and to support community-led preparation measures. This money is in addition to the investments made in budget 2019, in which our government provided $79.86 million for health emergency readiness. These investments helped in developing a network of regional coordinators and enhancing the ability of first nation communities to deal with health emergencies and pandemics.
Indigenous Services Canada continues to maintain a stockpile of personal protective equipment and hand sanitizer to give to first nations communities dealing with a health emergency situation. This stockpile is available to first nations communities that might need personal protective equipment to ensure the safety of health care workers and others supporting the delivery of health services in an emergency health situation, such as the current COVID-19 pandemic.
As of May 5, yesterday, we have shipped 731 orders for personal protective equipment, including hand sanitizers, N95 masks, isolation shields and gloves to first nations communities with five orders in progress. The amounts constitute more than 167,850 gowns and more than 202,000 surgical masks to complement supplies provided by provinces and territories. We continue to respond quickly to requests and to assess them within a 24-hour turnaround time.
I would like to underscore that many communities and service providers are adapting their operations to respect the requirement for physical distancing. National indigenous organizations, such as Thunderbird Partnership Foundation and First Peoples Wellness Circle, have developed a series of resources related to COVID-19 that are available to everyone online.
One of our supports has been to financially assist the First Peoples Wellness Circle in developing an online platform for its network of local, multidisciplinary mental wellness teams that are currently offering services to 344 communities. We've increased the number of crisis intervention counsellors on shift at the Hope for Wellness helpline, which is now receiving more than 100 calls or chats a week linked to COVID-19. This experience of self-isolation and physical distancing of family members who may be at higher risk or might fall ill can have a significant and real impact on mental health. We recognize this and are engaged with partners to support solutions to address and bolster mental health, particularly for youth.
Support for aboriginal youth is another priority sector. The department is working with its indigenous partners, including youth organizations, to support and promote indigenous resources for young people.
For example, the Canadian Roots Exchange has set up the creation community support fund to support youth mental wellness during the COVID-19 pandemic with local solutions. Similarly, We Matter is an indigenous-led youth organization focused on life promotion and messages of hope and resilience. They have developed tool kits for youth, teachers and support workers to help youth and those who support youth.
We are aware that post-secondary students are facing an unprecedented situation because of COVID-19. On April 22, the Prime Minister announced up to $9 million in funding for post-secondary students and recent graduates, including aboriginal students.
Nevertheless, we know that many aboriginal students are dealing with specific and unique situations either related to financial stability, job opportunities or simply the chance to continue their studies as planned. That is why an additional $75.2 million will be provided specifically in support of first nations, Inuit and Métis post-secondary students as they deal with COVID-19. This amount is in addition to the existing financial aid programs for aboriginal post-secondary students. This support could be used to cover the cost related to buying computer equipment as courses move online, registration fees, groceries, support payments, housing and transportation, and, should graduation be delayed, cover an extra year of university and related expenses.
At the end of the day, this assistance is meant to ensure that post-secondary aboriginal students can continue or begin their studies as planned despite the obstacles put up by COVID-19.
We are also taking steps to support indigenous-owned businesses during this crisis. The Government of Canada will provide up to $306.8 million in funding to help small and medium-sized indigenous businesses through the network of aboriginal financial institutions that offer financing to indigenous businesses. This measure will help an estimated 6,000 indigenous-owned businesses during this difficult time and will hopefully provide the stability they need to persist.
Indigenous businesses, including indigenous government-owned corporations and partnerships, are also now eligible to apply for the Canada emergency wage subsidy to support them in their efforts to retain and rehire laid-off employees and weather their current challenges. Taxable indigenous government-owned corporations are already eligible for the wage subsidy.
The government has also established a business credit availability program to provide $40 billion in additional support through the Business Development Bank of Canada and Export Development Canada, which are working together with private sector lenders to coordinate credit solutions for individual businesses. Some indigenous businesses may be able to leverage these solutions as well.
As you may recall, on March 18 the Government of Canada allocated $305 million towards a new distinctions-based indigenous community support fund to address immediate needs related to COVID-19 in indigenous communities and among urban indigenous populations. This funding is part of the COVID-19 economic response plan and is in addition to needs-based support for first nations and Inuit health and emergency management.
As part of this indigenous community support fund, we are working to support first nations off reserve and urban indigenous populations. We recently concluded proposal-based processes to distribute $15 million to organizations that provide critical services to first nations off reserve and to indigenous peoples living in urban centres. So far 94 proposals by organizations from coast to coast to coast have been supported through this fund. This includes support for friendship centres as they continue their important work to serve urban indigenous communities in the face of this pandemic. We know that friendship centres are playing a crucial role in providing key support, which ranges from delivering food to families, young people and elders to responding to calls for assistance to providing support for mental health and cultural support for urban indigenous communities.
As our response to the COVID-19 pandemic continues and adapts to new data, we ask indigenous communities and partners to continue to assess their evolving needs. We ask them to reach out to their regional departmental contacts so that we may assist them in supporting community members.
I want to take this final moment, Mr. Chair, to express again my deepest sympathies to the Canadian Armed Forces. Our thoughts and prayers go to the military personnel who lost their lives in the helicopter crash in the Ionian Sea, and their families. Canada is grieving with them as we all try to come to grips with this tragic accident.
Let me conclude by saying that the government has designed and supported the measures I've described earlier today to provide timely and direct support to all Canadians in response to this unprecedented crisis. These measures offer timely financial support to indigenous peoples in Canada in particular, no matter where they reside. We are working with our partners for all Canadians.
Meegwetch. Nakurmiik. Merci. Thank you.
Merci, monsieur le président.
Kwe. Tansi. Ulaakut.
Bonjour.
J'aimerais souligner que nous nous trouvons sur le territoire traditionnel du peuple algonquin.
En date du 5 mai, il y a 161 cas confirmés de la COVID-19 dans des réserves des communautés des Premières Nations et 16 cas dans des communautés inuites de la région du Nunavik.
Je tiens aussi à prendre un instant pour parler d'une situation qui a été rendue publique il y a quelques jours par rapport à un résultat positif obtenu à Pond Inlet. Heureusement, on a confirmé plus tôt cette semaine qu'il s'agissait d'un faux positif, au grand soulagement de nombreux Canadiens. La leçon à tirer de cette situation, c'est que nous devons demeurer vigilants, car nous savons que les conditions préexistantes que présentent les membres de ces communautés les rendent extrêmement vulnérables. La vigilance est essentielle, surtout dans le contexte d'une pandémie que nous ne comprenons pas encore pleinement.
Afin d'aider les communautés autochtones à se préparer à réagir à la COVID-19, notre gouvernement a octroyé directement plus de 740 millions de dollars pour les besoins des communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis en matière de santé publique.
À jour, plus de 59,8 millions de dollars ont été utilisés pour l'achat d'équipement pour le personnel médical, ainsi que pour soutenir les mesures de préparation menées par les communautés elles-mêmes. Ce montant est en plus des investissements faits lors du budget de 2019, dans lequel notre gouvernement a octroyé 79,86 millions de dollars pour la préparation aux urgences sanitaires. Ces investissements ont permis le développement d'un réseau de coordonnateurs régionaux et le renforcement des capacités des communautés des Premières Nations pour faire face notamment aux urgences sanitaires et aux pandémies.
Service aux autochtones Canada continue de maintenir une réserve d'équipement de protection individuelle et de désinfectants pour les mains pour les remettre aux communautés des Premières Nations en situation d'urgence sanitaire. Cette réserve est mise à la disposition des communautés des Premières Nations qui pourraient avoir besoin d'équipement de protection individuelle pour garantir la sécurité des travailleurs de la santé et d'autres personnes appuyant la prestation des services de santé en situation d'urgence sanitaire, comme la présente pandémie de la COVID-19.
En date du 5 mai, soit hier, nous avons envoyé 731 commandes d'équipement de protection individuelle, y compris du désinfectant pour les mains, des masques N95, des écrans faciaux et des gants, aux communautés des Premières Nations. Cinq commandes sont en cours. Cela représente plus de 167 850 blouses et plus de 202 000 masques chirurgicaux qui s'ajoutent à l'équipement fourni par les provinces et les territoires. Nous continuons à répondre rapidement aux demandes et à les examiner dans un délai de 24 heures.
Je tiens à souligner que de nombreuses communautés et de nombreux fournisseurs de services adaptent leurs activités afin de respecter les règles de distanciation physique. Certains organismes autochtones nationaux, comme la Thunderbird Partnership Foundation et le First Peoples Wellness Circle, ont créé des ressources sur la COVID-19 accessibles à tous en ligne.
Nous avons versé des fonds au First Peoples Wellness Circle pour l'aider à créer une plateforme en ligne à l'intention de son réseau d'équipes multidisciplinaires locales de mieux-être mental, qui offre actuellement des services dans 344 communautés. C'est là une des mesures de soutien que nous avons adoptées. Nous avons aussi augmenté le nombre d'intervenants en cas de crise en poste à la Ligne d'écoute d'espoir pour le mieux-être, qui reçoit maintenant plus de 100 appels ou messages par clavardage par semaine au sujet de la COVID-19. L'auto-isolement et la distanciation physique pratiqués pour protéger les membres de la famille présentant un risque élevé de tomber malade peuvent avoir un effet réel et important sur la santé mentale. Nous le reconnaissons et nous collaborons avec nos partenaires dans le but de soutenir les mesures axées sur la santé mentale, en particulier celles destinées aux jeunes.
L'aide aux jeunes autochtones constitue également un secteur prioritaire. Le ministère collabore avec ses partenaires autochtones, dont des organismes de jeunesse, pour soutenir et promouvoir les ressources autochtones destinées aux jeunes.
Par exemple, Échanges Racines canadiennes a lancé un fonds d'appui communautaire dans le but d'appuyer des mesures de soutien locales visant le bien-être mental des jeunes pendant la pandémie de la COVID-19. De même, We Matter, un organisme autochtone dirigé par des jeunes qui se consacre à la promotion de la vie et à la transmission de messages d'espoir et de résilience, a créé des trousses d'outils destinées aux jeunes, aux enseignants et aux travailleurs de soutien pour venir en aide aux jeunes et à ceux qui les appuient.
Nous sommes conscients que les étudiants au niveau postsecondaire font face à une situation sans précédent en raison de la COVID-19. Le premier ministre a annoncé le 22 avril un financement à hauteur de près de 9 millions de dollars destinés aux étudiants de niveau postsecondaire et aux nouveaux diplômés, y compris les étudiants autochtones.
Nous savons néanmoins que plusieurs étudiants autochtones font face à des situations particulières et uniques, que ce soit en lien avec la stabilité financière, les occasions d'emploi ou simplement la possibilité de poursuivre leurs études comme prévu. C'est pourquoi un montant supplémentaire de 75,2 millions de dollars sera octroyé spécifiquement pour soutenir les étudiants de niveau postsecondaire des Premières Nations, Inuits et Métis pendant qu'ils font face à la COVID-19. Ce montant s'ajoute au financement déjà existant des programmes d'aide financière pour les étudiants autochtones au niveau postsecondaire. Ce soutien pourra servir, entre autres, à couvrir les frais liés à l'achat d'équipement informatique à mesure que les cours migrent en ligne, à permettre l'inscription aux cours, à couvrir les dépenses liées à la nourriture, à la pension alimentaire, au logement et au transport et, en cas de retard de l'obtention d'un diplôme, à couvrir une année universitaire supplémentaire et les dépenses connexes.
En fin de compte, cette aide est destinée à garantir que les étudiants autochtones de niveau postsecondaire pourront poursuivre ou commencer leurs études comme prévu, malgré les obstacles causés par la COVID-19.
Nous prenons également des dispositions pour soutenir les entreprises appartenant à des Autochtones pendant la crise. Le gouvernement du Canada offrira une aide financière pouvant atteindre 306,8 millions de dollars pour prêter main-forte aux PME autochtones par l'entremise du réseau d'institutions financières autochtones, qui offre des solutions de financement à ces entreprises. Selon les estimations, cette mesure aidera 6 000 entreprises autochtones à traverser ces moments difficiles et, je l'espère, apportera la stabilité dont elles ont besoin pour survivre.
Les entreprises autochtones, y compris les sociétés appartenant à l'État et les partenariats autochtones, peuvent désormais bénéficier elles aussi de la Subvention salariale d'urgence du Canada, qui les aidera à retenir le personnel et à réembaucher les employés mis à pied, ainsi qu'à surmonter les défis actuels. Les sociétés autochtones appartenant à l'État qui sont assujetties à l'impôt ont déjà droit à la subvention salariale.
Le gouvernement a également mis en place un Programme de crédit aux entreprises visant à verser un soutien supplémentaire de 40 milliards de dollars par l'entremise de la Banque de développement du Canada et d'Exportation et développement Canada, qui collaborent avec les prêteurs du secteur privé pour coordonner l'offre de solutions de financement adaptées aux entreprises individuelles. Des entreprises autochtones pourraient également avoir recours à ces solutions.
Vous vous souviendrez sans doute que, le 18 mars, le gouvernement canadien a octroyé 305 millions de dollars pour créer un Fonds de soutien aux communautés autochtones fondé sur les distinctions, qui vise à répondre aux besoins immédiats liés à la COVID-19 des collectivités autochtones et des populations autochtones en milieu urbain. Ce financement fait lui aussi partie du Plan d'intervention économique du Canada à l'égard de la COVID-19, et s’ajoute au soutien fondé sur les besoins en matière de gestion des urgences et de la santé des Premières Nations et des Inuits.
Dans le cadre du Fonds de soutien aux communautés autochtones, nous tâchons d'aider les membres des Premières Nations vivant hors réserve et les populations autochtones en milieu urbain. Nous avons récemment achevé des processus fondés sur des propositions visant à distribuer 15 millions de dollars aux organisations qui fournissent des services essentiels aux Premières Nations hors réserve et aux populations autochtones en milieu urbain. Jusqu'à maintenant, 94 propositions soumises par des organisations du nord au sud et d'est en ouest ont bénéficié du fonds. Cela comprend le soutien accordé aux centres d'amitié, qui continuent malgré la pandémie leur important travail d'aide aux communautés autochtones en milieu urbain. Nous savons que les centres d'amitié jouent un rôle fondamental en apportant un soutien essentiel fort diversifié, allant de la livraison d'aliments à des familles, des jeunes et des personnes âgées à la réponse aux demandes d'aide, en passant par les services de santé mentale et de soutien culturel aux communautés autochtones en milieu urbain.
Alors que nous répondons à la pandémie de la COVID-19 et nous adaptons aux nouvelles données, nous demandons aux communautés autochtones et à nos partenaires de continuer à évaluer les besoins en constante évolution des Autochtones. Nous les invitons à communiquer avec la personne-ressource du ministère dans leur région pour que nous puissions les aider à soutenir les membres de la communauté.
Monsieur le président, je voudrais prendre le temps qu'il me reste pour offrir à nouveau mes plus sincères condoléances aux Forces armées canadiennes. Nos pensées et nos prières accompagnent les militaires qui ont perdu la vie lors de l'accident d'hélicoptère dans la mer Ionienne, ainsi que leurs familles. Le Canada est éprouvé tandis que nous essayons tous de comprendre ce tragique accident.
Permettez-moi de conclure en disant que le gouvernement a conçu et appuyé les mesures que j'ai décrites tout à l'heure afin d'apporter un soutien direct et rapide à tous les Canadiens en réponse à cette crise sans précédent. Ces mesures offrent plus particulièrement une aide financière rapide aux peuples autochtones du Canada, quel que soit leur lieu de résidence. Nous travaillons avec nos partenaires dans l'intérêt de tous les Canadiens.
Meegwetch. Nakurmiik. Merci. Thank you.
Robert Bertrand
View Robert Bertrand Profile
Robert Bertrand
2020-05-05 17:30
Good afternoon, Mr. Chair, committee members and fellow witnesses.
My name is Robert Bertrand. I'm the national chief of the Congress of Aboriginal Peoples, or CAP, as we like to call it.
I would like to extend my thanks for this invitation and to those who have worked to bring us here this afternoon.
Mr. Chair, we appreciate your invitation to appear.
We would also like to thank Peter Julian for his recent work in Parliament to ensure that the urban indigenous population is heard.
Since 1971, CAP has fought for the rights, interests and needs of off-reserve status and non-status Indians, Métis and southern Inuit people.
In 2016, in the CAP/Daniels decision, the Supreme Court unanimously ruled that non-status and Métis people are Indians under the Constitution and that this is an area of federal responsibility. In 2018, CAP signed a renewed political accord with the Government of Canada to ensure our people are included in federal policy.
CAP is the national voice for our 10 provincial and territorial affiliates. They work with their respective provincial and territorial governments to advocate for their constituents. They are service providers in areas such as housing, education, employment and language, among others.
Our communities have been historically known as a forgotten people. This has not changed, even during the present pandemic. In the past, this term referred to the indigenous peoples excluded from the Indian Act, treaties and land claim agreements. Today, we also have to add to the list those who are excluded from the government's distinction-based approach.
In March, the government announced a $305-million support package for indigenous peoples dealing with the COVID-19 pandemic. Of this amount, $290 million was designated for distinction-based organizations, which represents about 500,000 indigenous people across Canada. Less than 5%, or $15 million, was designated for supporting off-reserve and urban indigenous populations, a group of over one million people.
Fifteen dollars per person is not enough for any meaningful support programs for one of the most marginalized groups in Canada. I don't need to reiterate the poverty and chronic health issues, the over-policing and the discrimination faced by our indigenous people.
CAP was told that it will only receive $250,000 after a competitive bureaucratic process that pitted off-reserve organizations against each other. This amount would be enough to provide those in need among our people with approximately three dollars. That is per capita.
We were encouraged to hear the government acknowledge that the initial $15 million for urban indigenous communities was insufficient. CAP said as much when the funding levels were announced back in March.
Despite the promise of more funding, we are left with a few pressing questions. First, how much more will be made available? Second, when is it going to reach our people, who have been waiting since mid-March? Finally, when will the government address the distinction-based approach that created this problem in the first place and include all the national indigenous organizations as equal?
Our people should have known about funding levels and timelines months ago. Implementing programs takes time, time that is wasted while people's health and lives are threatened.
The distinction-based model continues to be a problem and a barrier for our constituents with more recent announcements.
New funding is rolled out without representatives of urban indigenous peoples being consulted. Government has announced another $70 million in distinction-based indigenous student aid funding that our constituents will not be able to access. Also, $306 million in indigenous business support is flowing through groups that exclude most of our membership as well.
What CAP is asking is that all indigenous peoples be considered when creating public policy. We urge federal and provincial/territorial governments to engage CAP, our PTOs and our constituents to design programs, rather than restricting access to only a handful of organizations.
Mr. Chair, I appreciate the opportunity to speak to you today, because consultation on issues that impact all indigenous people is something that CAP strives for in our work as a national indigenous organization. Mr. Chair, we will not be forgotten.
Meegwetch. Merci. Thank you very much.
Bonjour, monsieur le président, distingués membres du Comité, mesdames et messieurs les témoins.
Je m'appelle Robert Bertrand. Je suis le chef national du Congrès des peuples autochtones ou CPA.
Je vous remercie de l'invitation. Je remercie également tous ceux qui nous ont permis de nous réunir cet après-midi.
Monsieur le président, nous sommes reconnaissants de l'invitation à témoigner aujourd'hui.
Nous remercions également Peter Julian de son travail récent au Parlement pour faire entendre les besoins de la population autochtone en milieu urbain.
Depuis 1971, le CPA représente les droits, les intérêts et les besoins des Indiens inscrits et non inscrits, des Métis et des peuples inuits du Sud vivant hors réserve.
En 2016, dans l'arrêt Daniels, la Cour suprême a jugé à l'unanimité que les Indiens non inscrits et les Métis sont des Indiens aux termes de la Constitution et qu'ils relèvent de la compétence fédérale. En 2018, le CPA a signé un accord politique avec le gouvernement du Canada pour garantir l'inclusion de nos communautés dans les politiques fédérales.
Le CPA est le porte-parole national de ses 10 organismes provinciaux et territoriaux affiliés. Ils travaillent avec leur gouvernement provincial ou territorial respectif pour défendre l'intérêt des personnes qu'ils servent. Ils fournissent des services notamment dans les secteurs du logement, de l'éducation, de l'emploi et de la langue.
Historiquement, nos communautés ont été qualifiées de peuples oubliés. La situation n'a pas changé, même en cette période de pandémie. Dans le passé, on faisait référence aux Autochtones exclus de la Loi sur les Indiens, des traités et des accords de revendications territoriales. Aujourd'hui, il faut aussi ajouter à la liste les personnes qui sont exclues de l'approche fondée sur les distinctions du gouvernement.
En mars, le gouvernement a annoncé un programme d'aide de 305 millions de dollars pour les peuples autochtones aux prises avec la pandémie de COVID-19. De ce montant, 290 millions de dollars sont alloués aux organisations fondées sur les distinctions, qui représentent environ 500 000 Autochtones partout au Canada. Moins de 5 % des fonds, soit 15 millions de dollars, ont été réservés aux populations autochtones urbaines et hors réserve, un groupe de plus d'un million de personnes.
Quinze dollars par personne sont insuffisants pour offrir un programme de soutien digne de ce nom à l'intention d'un des groupes les plus marginalisés du Canada. Je n'ai pas à rappeler les problèmes de pauvreté, de maladies chroniques, de contrôles policiers excessifs et de discrimination auxquels les peuples autochtones sont confrontés.
Le CPA a appris qu'il ne recevra que 250 000 $ à la suite de la bataille bureaucratique qu'ont dû se livrer les organismes hors réserve. Il faudrait donc s'occuper des personnes dans le besoin au sein de nos communautés avec environ 3 $. C'est le montant par habitant.
Il a été encourageant d'entendre le gouvernement reconnaître que les 15 millions de dollars initiaux pour les communautés autochtones urbaines étaient insuffisants. Le CPA l'avait souligné lors de l'annonce des fonds en mars dernier.
Malgré les promesses de fonds supplémentaires, des questions pressantes demeurent. D'abord, à combien ces fonds s'élèveront-ils? Ensuite, à quel moment notre peuple les recevra-t-il alors qu'il attend depuis la mi-mars? Enfin, quand le gouvernement se penchera-t-il sur l'approche fondée sur les distinctions à l'origine du problème pour inclure toutes les organisations autochtones nationales d'égales à égales?
Notre peuple aurait dû être informé des montants accordés et des échéanciers il y a des mois. La mise en place de programmes nécessite du temps. Pourtant, on perd du temps alors que la santé et la vie des gens sont en danger.
D'autres annonces plus récentes continuent de s'appuyer sur le modèle fondé sur les distinctions, ce qui représente un problème et un obstacle pour les personnes que nous servons.
De nouveaux fonds sont mis en place sans que des représentants des Autochtones en milieu urbain soient consultés. Le gouvernement a annoncé le versement de 70 millions de dollars supplémentaires pour offrir aux étudiants autochtones un soutien fondé sur les distinctions. Les personnes que nous représentons n'y auront donc pas accès. De plus, 306 millions de dollars sont versés aux entreprises autochtones par l'entremise de groupes qui excluent la majorité de nos membres.
Le Congrès des peuples autochtones, CPA, demande que tous les peuples autochtones soient pris en compte dans l'élaboration des politiques publiques. Nous exhortons les provinces, les territoires et le fédéral à collaborer avec le CPA, ses organismes provinciaux et territoriaux affiliés et les gens qu'ils représentent pour concevoir les programmes au lieu de restreindre l'accès à une poignée d'organismes.
Monsieur le président, je suis reconnaissant d'avoir pu prendre la parole aujourd'hui parce que le CPA, en tant qu'organisation autochtone nationale, vise à participer aux consultations sur les enjeux qui touchent tous les peuples autochtones. Monsieur le président, nous ne serons pas oubliés.
Meegwetch. Thank you. Merci beaucoup.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Thanks very much, Mr. Chair.
Thanks to all our witnesses for being here today. We hope your families are safe and healthy.
I'm very pleased to see you here today, National Chief Bertrand. You've been long overdue in coming here. We have had indigenous leaders come forward to the finance committee, and they've also testified at the indigenous and northern affairs committee, concerned about the lack of supports for indigenous communities. Certainly we should have learned the lessons from the past, when indigenous communities received little more than body bags to deal with pandemics. We're facing a similar situation here.
You pointed out that, on average, indigenous peoples living in urban areas will have about 15 dollars' worth of funding. That contrasts vividly and starkly with the supports that have been given in liquidity for some of the country's most profitable and biggest banks, about $20 billion on average.
What is the price of our not providing supports for indigenous peoples who live in urban areas across the country? What should the government be doing to provide support for indigenous people living in those urban areas?
Merci beaucoup, monsieur le président.
Je remercie tous les témoins de leur présence aujourd'hui. Nous espérons que vos familles sont en sécurité et en santé.
Je suis ravi de vous voir parmi nous, chef national Bertrand. Votre présence au comité des finances s'est trop fait attendre. Des dirigeants autochtones sont venus témoigner devant le comité des finances et le comité des affaires autochtones et du Nord et se sont dits inquiets du manque de soutien pour les communautés autochtones. Assurément, nous aurions dû tirer des leçons du passé, de l'époque où on fournissait à ces communautés à peine plus que des housses mortuaires pour faire face aux pandémies. Nous sommes aux prises avec une situation semblable aujourd'hui.
Vous avez mentionné que les Autochtones qui vivent en milieu urbain recevront environ 15 $ en moyenne. Voilà qui contraste nettement avec les appuis en liquidités qui ont été accordés à des banques qui comptent parmi les plus grandes et les plus prospères du pays et qui se chiffrent à 20 milliards de dollars en moyenne.
Combien nous coûtera le fait de ne pas offrir de soutien aux Autochtones qui vivent en milieu urbain un peu partout au pays? Qu'est-ce que le gouvernement devrait faire pour les aider?
Robert Bertrand
View Robert Bertrand Profile
Robert Bertrand
2020-05-05 18:22
The amount of resources allocated off reserve for this pandemic was a slap in the face, excuse the expression. When we convened our PTOs to tell them that, across Canada, CAP had received only $250,000—if you divide that by 10 PTOs, it's $25,000 per PTO—some of the chiefs were so insulted. One of the presidents said to me, “The federal government is asking me to choose which child or which elder we are going to help, and to not help the other.”
All we are saying is that, whether they be off reserve or on reserve, let's get equal help for everyone because they all need the same help. Because of this funding—I forget what the expression is—the distinctions-based approach, some indigenous people are better taken care of than the rest who are off reserve. That should not be, Mr. Julian. We're all indigenous people. We're all Canadians. We should all get the same help from this government.
Le montant accordé pour faire face à la pandémie à l'extérieur des réserves a été reçu comme un véritable affront. Lorsque nous avons réuni les organisations autochtones provinciales et territoriales pour leur annoncer que, pour l'ensemble du Canada, le Congrès des peuples autochtones n'avait reçu que 250 000 $ — si on divise ce montant entre 10 organisations, on arrive à 25 000 $ par organisation —, certains chefs étaient carrément insultés. L'un des présidents m'a dit: « Le gouvernement fédéral me demande de choisir d'aider certains enfants ou aînés et d'ignorer les autres. »
Nous faisons simplement valoir qu'il faut aider autant les Autochtones qui vivent dans les réserves que ceux à l'extérieur des réserves, parce qu'ils ont tous besoin d'aide. En raison du genre de financement — j'oublie comment on l'appelle, je parle de l'approche fondée sur les distinctions —, certains Autochtones sont mieux traités que les autres qui vivent à l'extérieur des réserves. Il ne devrait pas en être ainsi, monsieur Julian. Nous sommes tous des Autochtones. Nous sommes tous des Canadiens. Nous devrions tous recevoir la même aide de la part du gouvernement.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Thank you.
Thanks to all the witnesses today.
My last question will be to National Chief Bertrand.
You've raised very compelling arguments today about the level of support that is required to make sure that indigenous people across the country, urban or living on reserve, have the ability to withstand this pandemic.
Do you believe that you are being heard? Is there a sense that there is movement from the government to provide the supports that are needed?
Merci.
Merci à tous les témoins d'être ici aujourd'hui.
Ma dernière question s'adresse au chef national, M. Bertrand.
Aujourd'hui, vous avez présenté des arguments très convaincants au sujet du niveau de soutien qui est nécessaire pour que, partout au pays, les Autochtones puissent affronter la pandémie, et ce, qu'ils résident en milieu urbain ou dans une réserve.
Croyez-vous qu'ils sont entendus? Avez-vous l'impression que le gouvernement se prépare à leur fournir les mesures de soutien dont ils ont besoin?
Robert Bertrand
View Robert Bertrand Profile
Robert Bertrand
2020-05-05 18:57
Mr. Julian, I would like to thank you so much for your question.
To answer it as honestly as I could, I deeply feel that CAP is not listened to. We have talked to CIRNAC and we've talked to ISC. I don't know how many letters I've sent to the Prime Minister's office for a meeting with him, and the people answering his letters say that, unfortunately, he is too busy to meet with me.
It's very discouraging, the answers we are receiving, but I'm not usually the type of person who will take no for an answer. We will keep on knocking on doors. We will keep on trying to meet with all the concerned ministers, because indigenous constituents, our communities, rely on us. I can assure you, Mr. Julian, that we—me, the board of directors and all our reps—will not let these people down. We will continue knocking on doors. We will get what rightfully should be coming to our people, and we will not stop until we get the job done.
Thank you.
Je vous remercie énormément de votre question, monsieur Julian.
En toute honnêteté, je crois profondément qu'on n'écoute pas le Congrès des peuples autochtones. Nous avons parlé à des représentants du ministère des Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada, ainsi que du ministère des Services aux Autochtones. J'ai envoyé je ne sais combien de lettres au Bureau du premier ministre pour demander à le rencontrer. Les personnes qui ont répondu en son nom m'ont dit que, malheureusement, il était trop occupé pour me rencontrer.
Les réponses que nous recevons sont très décourageantes, mais je ne suis pas du genre à accepter qu'on me dise non. Nous allons continuer de frapper aux portes. Nous allons continuer de tenter de rencontrer tous les ministres concernés, car les communautés autochtones se fient à nous. Monsieur Julian, je peux vous garantir que le conseil d'administration, tous nos représentants et moi n'allons pas laisser tomber ces gens. Nous allons continuer de cogner aux portes. Nous allons obtenir ce qui revient à juste titre aux Autochtones et nous poursuivrons nos efforts tant que cet objectif n'aura pas été atteint.
Merci.
Valerie Gideon
View Valerie Gideon Profile
Valerie Gideon
2020-04-21 14:08
Thank you very much, Mr. Chair.
I would like to thank you all for inviting me to appear before this committee on the issue of COVID-19. I want to begin by acknowledging that I am on the traditional territory of the Algonquin people, and I am here today, along with my colleagues, to discuss the unique strengths and challenges faced by first nations, Inuit and Métis in preparing for and responding to COVID-19.
First nations, Inuit and Métis know their communities and their community members. They know what will work and what will not work. The effectiveness of the government's response to COVID-19 among indigenous peoples relies on our ability to listen and provide support, tools, resources and reliable and timely information communicated in a culturally informed way.
The challenges faced today by indigenous peoples are related to poor social determinants of health and higher rates of respiratory and chronic disease. These challenges are well documented in countless detailed studies, including the Royal Commission on Aboriginal Peoples, the Truth and Reconciliation Commission, and the missing and murdered indigenous women and girls inquiry. These challenges are highly relevant to the COVID-19 planning and response required.
Lessons learned from H1N1 demonstrate the importance of connecting health to the social determinants of health in pandemic planning. The establishment of Indigenous Services Canada has strengthened the government's ability to focus its efforts, aligning the public health response with supports in social programs, critical infrastructure and broader emergency management. Investing in pandemic planning capacity and readiness across communities was also an important lesson learned.
With budget 2019 resources of $79.9 million over five years, Indigenous Services Canada proactively invested in first nations' capacity at the regional, tribal council and community levels in health emergency preparedness. The department also established a public health emergency network made up of regional medical officers and regional coordinators, including in emergency management, environmental public health and communicable disease emergency coordinators, to advise and support first nations across provinces.
While this capacity provided an important foundation, the need for communities and the department to adapt broad pandemic plans to the unique context of COVID-19 requires additional support and resources. It is also equally important to recognize the need to expand the support to first nations in the territories, Inuit, Métis, self-governing nations, indigenous individuals living away from their communities and indigenous communities within urban centres.
This is why the Government of Canada invested $305 million in the distinctions-based indigenous community support fund. These funds are provided to communities while maximizing their flexibility to respond to the immediate needs of their members. They include an urban and regional indigenous organization envelope of $15 million. Some of the needs being addressed through the community support fund are food subsidies for households; supports to control non-essential travel in communities; surge capacity costs for staff, critical equipment and supplies; and mental health supports.
In addition to the indigenous community support fund, the department is working with other federal colleagues to ensure that first nations, Inuit and Métis individuals can access the broader COVID-19 economic response plan benefits available to workers, families and businesses. Ten million dollars will be provided to Indigenous Services Canada's existing network of 46 emergency shelters, located on reserve and in Yukon, to support indigenous women and children fleeing violence. Approximately 329 first nations communities have been served by Indigenous Services Canada's funded emergency shelters.
On April 18, the Government of Canada announced up to $306.8 million in funding to help small and medium-sized indigenous businesses and to support aboriginal financial institutions that offer financing to these businesses. These measures will help 6,000 indigenous-owned businesses get through these difficult times and play a key role in the country's economic recovery.
Economic prosperity is an important determinant of health, particularly when you consider the younger age distribution among indigenous peoples.
In terms of my department's specific public health measures, I wish to highlight some of the core elements and activities of the response to date. While the exposure and number of confirmed cases among first nations and Inuit to date have been relatively limited, 0.01% of the total first nations on-reserve population compared to 0.09% for the rest of the population, vigilance is essential as the numbers are gradually increasing.
Communications and protocols have been critical, with multiple visual and social media channels being utilized and a heavy emphasis on adapting national public health guidance to target community priorities, including physical distancing, limits to non-essential travel, personal protective equipment, home and community care, long-term care and nursing homes on reserve, non-insured health benefits medical transportation, self-screening of health providers and visitors, access to testing and funerals.
As an example, we are supporting indigenous communities to implement adapted culturally relevant public health measures to promote physical distancing on the land. Translation of materials in indigenous languages will also continue.
At a national level, weekly briefings are taking place with the Assembly of First Nations chiefs committee on health, the Inuit public health task group and representatives of the Métis Nation. We are working closely with indigenous, federal, provincial and territorial partners through the public health working group on remote and isolated communities to ensure that the unique needs of these communities are met and that adequate preparedness, supplies and response levels are in place.
Weekly "touch bases" have also taken place with the National Association of Friendship Centres and the First Nations Health Managers Association. The department is also keeping apprised members of the indigenous women's well-being advisory committee, co-chaired by the National Aboriginal Council of Midwives and Pauktuutit.
At a regional level, our regional officials have either daily or multiple weekly calls with indigenous partners and work on a daily basis with provincial and territorial colleagues. As you know, health care is a shared jurisdiction, which raises the significance of coordination and collaboration among first nations, Inuit or Métis-led services with those of Indigenous Services Canada, other federal departments, provincial or territorial governments and their public health authorities.
During this pandemic, clarity of roles and responsibilities can remain a challenge, but thankfully, regional offices have spent recent years strengthening trilateral partnership tables. Relationships are well established and a strong asset in this COVID-19 response.
Indigenous Services Canada plays a more direct role for primary health care in 79 remote first nations communities and for public health among first nations on reserve across provinces, with the exception of British Columbia where the department acts as a funding and governance partner with the B.C. First Nations Health Authority.
Specifically, the department has mobilized its national health emergency network and regional command centres to actively support communities in updating testing and activating their pandemic or their all-hazards emergency plans. It has assessed more than 550 requests to the department stockpile for personal protective equipment and hand sanitizer, within 24 hours, intended for first nations health care workers. It has set up emergency contracts for surge nursing and paramedic capacity available to first nations health and long-term care facilities across provinces and identified additional physicians for the Society of Rural Physicians of Canada. It has worked with the Public Health Agency of Canada on the availability of swab tests, where these cannot be provided by provinces, and point-of-care testing in and/or near indigenous communities when those become available.
With fewer commercial flights and travel restrictions in place, the department has secured stable means to transport health professionals and needed supplies to remote first nations communities. Finally, we have directly purchased or funded alternative infrastructure for medical purposes or for accommodation. With a focus on remote communities, retooling existing space in schools, band offices or hotels is the preferred and fastest option. However, where this has been deemed impossible, 41 mobile medical units and 17 multi-purpose mobile trailers have been secured so far.
I understand the committee has been provided a copy of a dashboard we developed to provide to the committee some key information as it relates to COVID-19 and indigenous communities.
Indigenous Services Canada is also ensuring that additional supports are available through the emergency management assistance program, income assistance, non-insured health benefits, Jordan's principle, the Inuit child first initiative, and first nations child and family services.
When Indigenous Services Canada is made aware of COVID-19 tested positive cases, we work in collaboration with key partners to ensure appropriate health care is available for affected individuals; to implement immediate measures to reduce further community spread including contact tracing; and to identify any additional support that may be required. The health and safety of community members is a top priority, as is the need to respect the privacy of those who are sick with COVID-19.
With flood and fire season approaching, I want to assure you that the department is working closely with first nation communities to prevent any additional challenges that seasonal flooding and other natural disaster emergency situations may present in the midst of responding to the COVID-19 pandemic.
We are working to ensure that emergency seasonal evacuations continue to happen within the context of COVID-19. Confirmed and presumptive cases of COVID-19 will be assessed and treated using appropriate public health and primary care measures. Infection prevention and control measures are put into place to ensure that community members who are being evacuated are protected from being exposed to COVID-19.
We are learning and adapting quickly as the COVID-19 pandemic evolves. Currently, we are focused on enhancing our response efforts in key areas. We are partnering with indigenous organizations to ramp up and tailor communications to their needs, including youth, urban-based and northern populations.
We are working collaboratively with first nations on ensuring access to mental health resources, including virtual counselling, crisis lines surge capacity and strategies to cope with alcohol, opioid and methamphetamine addictions.
Merci beaucoup, monsieur le président.
Je vous remercie tous de m’avoir invitée à m’exprimer devant ce comité sur la question de la COVID-19. J’aimerais tout d’abord souligner que nous sommes réunis sur le territoire traditionnel du peuple algonquin. Mes collègues et moi-même sommes ici aujourd’hui pour discuter des points forts des collectivités autochtones, inuites et métisses, ainsi que des difficultés uniques qu'elles doivent surmonter pour faire face à la COVID-19 et y répondre.
Les Premières Nations, les Inuits et les Métis connaissent leurs collectivités et leurs membres. Ils savent ce qui fonctionnera et ce qui ne fonctionnera pas. L’efficacité de la réponse du gouvernement face à la COVID-19 auprès des peuples autochtones repose sur notre capacité à écouter et à fournir un soutien, des outils, des ressources et de l’information fiable et à jour communiquée de manière culturellement informée.
Les défis auxquels sont confrontés aujourd’hui les peuples autochtones sont liés à d’importants enjeux en lien avec les déterminants sociaux de la santé et à des taux plus élevés de maladies respiratoires et chroniques. Ces défis sont bien documentés dans d’innombrables études détaillées, notamment la Commission royale sur les peuples autochtones, la Commission de vérité et réconciliation et l’Enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. Ces défis sont plus que pertinents pour la planification et la réponse requises face à la COVID-19.
Les leçons tirées de la grippe H1N1 ont démontré l’importance de faire des liens entre la santé et les déterminants sociaux de la santé dans le cadre de la planification en cas de pandémie. La création de Services aux Autochtones Canada a renforcé la capacité du gouvernement de concentrer ses efforts, en alignant la réponse de santé publique avec les soutiens des programmes sociaux, les infrastructures essentielles et la gestion des urgences en général. De plus, le besoin d’investir dans la capacité de planification et de préparation en cas de pandémie au sein des communautés a également été une importante leçon apprise.
Grâce aux ressources de 79,9 millions de dollars sur cinq ans du budget de 2019, Services aux Autochtones Canada a investi de façon proactive dans la capacité de préparation aux urgences sanitaires des Premières Nations aux niveaux de la région, du conseil tribal et de la communauté. Le ministère a également créé un réseau d’urgence en santé publique composé de médecins-hygiénistes régionaux et de coordonnateurs régionaux, y compris des coordonnateurs de la gestion des urgences, de la santé publique environnementale et des maladies transmissibles, afin de conseiller et d’appuyer les Premières Nations de toutes les provinces.
Bien que cette capacité fournisse une base importante, la nécessité pour les communautés et le ministère d’adapter les plans généraux de lutte contre les pandémies au contexte unique de COVID-19 nécessite un soutien et des ressources supplémentaires. Il est également tout aussi important de reconnaître la nécessité d’élargir ce soutien aux Premières Nations des territoires, aux Inuits, aux Métis, aux nations autonomes, aux Autochtones vivant hors de leur communauté et aux communautés autochtones des centres urbains.
C’est pourquoi le gouvernement du Canada a investi 305 millions de dollars dans le Fonds de soutien aux communautés autochtones fondé sur les distinctions. Ces fonds sont accordés aux communautés tout en maximisant leur flexibilité pour répondre aux besoins immédiats de leurs membres. Ce montant comprend une enveloppe de 15 millions de dollars pour les organisations autochtones urbaines et régionales. Certains des besoins couverts par le Fonds incluent les subventions alimentaires pour les ménages, les soutiens pour contrôler les déplacements non essentiels au sein des communautés, les coûts de capacité de pointe supplémentaire pour le personnel, l’équipement et les fournitures essentiels, ainsi que les soutiens pour la santé mentale.
En plus du Fonds de soutien aux communautés autochtones, le ministère travaille avec d’autres collègues fédéraux pour veiller à ce que les Premières Nations, les Inuits et les Métis aient accès aux avantages plus larges du plan de réponse économique en lien avec la COVID-19 qui sont offerts aux travailleurs, aux familles et aux entreprises. Dix millions de dollars seront versés au réseau existant de 46 refuges d’urgence de Services aux Autochtones Canada, situés dans les réserves et au Yukon, pour soutenir les femmes et les enfants autochtones fuyant la violence. Environ 329 communautés des Premières Nations ont été desservies par des refuges d’urgence financés par Services aux Autochtones Canada.
Le 18 avril, le gouvernement du Canada a annoncé un financement de 306,8 millions de dollars pour aider les petites et moyennes entreprises autochtones et pour soutenir les institutions financières autochtones qui offrent du financement à ces entreprises. Ces mesures aideront 6 000 entreprises appartenant à des Autochtones à traverser ces moments difficiles et à jouer un rôle clé dans la reprise économique du pays.
La prospérité économique est un déterminant important de la santé, d’autant plus considérant que la répartition selon l’âge chez les peuples autochtones présente une population plus jeune.
En ce qui concerne les mesures particulières de santé publique de mon ministère, je souhaite souligner certains des éléments et activités clés de la réponse à ce jour. Bien que l’exposition et le nombre de cas confirmés à ce jour chez les Premières Nations et les Inuits aient été relativement limités — 0,01 % de la population totale des Premières Nations vivant dans les réserves comparativement à 0,09 % pour le reste de la population canadienne —, la vigilance est de mise puisque les chiffres augmentent progressivement.
Les communications et les protocoles continuent d’être essentiels. Nous avons utilisé de nombreuses chaînes, telles que les médias visuels et médias sociaux tout en adaptant les messages nationaux de santé publique pour cibler les priorités des communautés. Cela comprend les messages en lien avec la distanciation physique, les restrictions des déplacements non essentiels, l’équipement de protection individuelle, les soins communautaires et à domicile, les soins de longue durée et les maisons de soins dans les réserves, les prestations de santé non assurées, le transport médical, l’autodépistage des fournisseurs de soins de santé et des visiteurs, l’accès aux tests, et les funérailles.
À titre d’exemple, nous aidons les communautés autochtones à mettre en œuvre des mesures de santé publique adaptées et respectueuses de la culture pour promouvoir la distanciation physique sur le territoire. La traduction de documents dans les langues autochtones se poursuivra également.
À l’échelle nationale, des séances d’information hebdomadaires ont lieu avec le Comité de la santé des chefs de l’Assemblée des Premières Nations, le Groupe de travail sur la santé publique des Inuits et des représentants de la Nation métisse. Nous travaillons en étroite collaboration avec les partenaires autochtones, fédéraux, provinciaux et territoriaux par l’entremise du Groupe de travail sur la santé publique dans les communautés éloignées et isolées, afin de nous assurer que les besoins uniques de ces communautés sont satisfaits et que des niveaux adéquats de préparation, d’approvisionnement et d’intervention sont en place.
Des contacts hebdomadaires ont également eu lieu avec l’Association nationale des centres d’amitié et l’Association des gestionnaires de la santé des Premières Nations. Le ministère tient également au courant les membres du Comité consultatif sur le bien-être des femmes autochtones qui est coprésidé par le Conseil national des sages-femmes et Pauktuutit.
Au niveau régional, nos responsables régionaux ont des appels quotidiens ou plusieurs appels hebdomadaires avec des partenaires autochtones et travaillent quotidiennement avec des collègues provinciaux ou territoriaux. Comme vous le savez, les soins de santé sont une compétence partagée, ce qui souligne l’importance de la coordination et de la collaboration entre les services dirigés par les Premières Nations, les Inuits ou les Métis avec ceux de Services aux Autochtones Canada, d’autres ministères fédéraux, des gouvernements provinciaux ou territoriaux et de leurs autorités de santé publique.
Pendant cette pandémie, la clarté entourant les rôles et les responsabilités peut demeurer un défi, mais heureusement, les bureaux régionaux ont consacré ces dernières années à renforcer des tables de partenariat trilatérales avec ces partenaires. Les relations sont bien établies et représentent un atout important dans cette réponse face à la COVID-19.
Services aux Autochtones Canada joue un rôle plus direct pour les soins de santé primaires dans 79 collectivités éloignées des Premières Nations, ainsi que pour la santé publique des Premières Nations dans les réserves dans toutes les provinces, à l’exception de la Colombie-Britannique où le ministère agit comme partenaire de financement et de gouvernance avec la Régie de la santé des Premières Nations de la Colombie-Britannique.
Plus précisément, le ministère a mobilisé son réseau national d’urgence sanitaire et ses centres de commandement régionaux pour soutenir activement les communautés dans la mise à jour, l’essai et l’activation de leurs plans d’urgence en lien avec les pandémies ou tout autre risque. Il a évalué plus de 550 demandes d’approvisionnement d’équipements de protection individuelle et de désinfectant pour les mains dans un délai de 24 heures à l’intention des agents de santé des Premières Nations. Il a établi des contrats d’urgence pour la capacité de pointe des infirmières et ambulanciers disponibles pour les établissements de santé et de soins de longue durée des Premières Nations dans toutes les provinces, et identifié des médecins supplémentaires par l’entremise de la Société de la médecine rurale du Canada. Il a travaillé avec l’Agence de la santé publique du Canada sur la disponibilité de tests sur écouvillon, lorsque ceux-ci ne peuvent pas être fournis par les provinces, ainsi que sur les tests au point de service au sein ou à proximité des communautés autochtones lorsque ceux-ci deviennent disponibles.
Comme il y a de moins en moins de vols commerciaux et de plus en plus de restrictions de voyage, le ministère a garanti un moyen de transport stable pour assurer un afflux de professionnels de la santé et de fournitures vers les communautés autochtones éloignées. Enfin, nous allons acheter directement ou financer des infrastructures alternatives à des fins médicales ou pour l'hébergement. En mettant l'accent sur les communautés éloignées, l'option préférée et la plus rapide est la réorganisation des espaces existants dans les écoles, les bureaux de bande ou les hôtels. Cependant, là où cela a été jugé impossible, 41 unités médicales mobiles et 17 remorques mobiles polyvalentes ont été sécurisées jusqu'à maintenant.
Je crois savoir que le Comité a reçu une copie du tableau de bord que nous avons créé pour lui fournir des informations clés concernant la COVID-19 et les communautés autochtones.
Services aux Autochtones Canada s'assure également que des soutiens supplémentaires sont disponibles par l'entremise du Programme d'aide à la gestion des urgences, du Programme d'aide au revenu dans les réserves, du Programme des services de santé non assurés, du principe de Jordan, de l'Initiative : Les enfants inuits d'abord et des Services à l'enfance et à la famille des Premières Nations.
Lorsque notre ministère est mis au courant des cas positifs testés pour la COVID-19, nous travaillons en collaboration avec des partenaires clés pour assurer la disponibilité de soins de santé appropriés pour les personnes touchées. Nous mettons en œuvre des mesures immédiates pour réduire la propagation au sein de la communauté, y compris l'identification des contacts, et nous cernons tout soutien supplémentaire qui pourrait être nécessaire. La santé et la sécurité des membres des communautés sont une priorité absolue, tout comme la nécessité de respecter la vie privée des personnes atteintes de la COVID-19.
À l'approche de la saison des inondations et des incendies, je tiens à souligner que le ministère travaille en étroite collaboration avec les communautés des Premières Nations afin de prévenir tout problème supplémentaire pouvant découler des inondations saisonnières et d'autres urgences causées par des catastrophes naturelles, alors que nous nous employons toujours à gérer la pandémie de la COVID-19.
Nous veillons à ce que les évacuations en raison d'une urgence saisonnière se poursuivent dans le contexte de la pandémie. Les cas confirmés et présumés de COVID-19 seront évalués et traités selon les mesures de santé publique et de soins primaires appropriées. Des mesures de prévention et de contrôle des infections sont mises en place pour veiller à ce que les membres évacués des communautés soient protégés contre l'exposition à la COVID-19.
Nous apprenons et nous nous adaptons rapidement à mesure que la pandémie de la COVID-19 évolue. Actuellement, nous nous concentrons sur l'amélioration de nos efforts de réponse dans certains domaines clés. Nous travaillons en partenariat avec des organisations autochtones pour accélérer et adapter les communications selon leurs besoins, y compris pour les jeunes, les populations urbaines et celles du Nord.
Nous travaillons en collaboration avec les Premières Nations pour assurer l'accès aux ressources en santé mentale, y compris les services de consultation virtuelle, la capacité de pointe pour les lignes de crise ainsi que les stratégies pour faire face aux dépendances à l'alcool, aux opioïdes et à la méthamphétamine.
Jocelyn Formsma
View Jocelyn Formsma Profile
Jocelyn Formsma
2020-04-21 14:22
Good afternoon, everyone. I am going to do the first five minutes and then I'm going to hand it off to our president, Mr. Sheppard-Buote.
My name is Jocelyn Formsma. I am the executive director of the National Association of Friendship Centres, NAFC. I am originally from northern Ontario. My family is from Moose Cree first nation, and I grew up in the surrounding area in my territory.
Friendship centres have been on the front lines of the COVID-19 response since the first day. I will give some examples of what they have been doing. They have been responding to increased service demands, delivering food to families, young people and elders. They have been responding to calls for assistance and support, and we've found that there are additional calls around sexual assault and family violence. They have also been providing mental health and cultural supports for urban indigenous community members. They have been asked to lead task forces or have just started them on their own, responding to the needs in urban settings. They have been asked by mainstream agencies to help deliver supports. They've been emptying their food stores, cooking food for community members and picking up and delivering food and traditional medicines.
We've even had an example of a friendship centre that went to a family home to deliver food, and they found out that the family's stove had broken down. They purchased a stove and arranged for it to be delivered to the home. In another instance, we found that they were delivering food to a family and that the father was very ill. They convinced him to go to the hospital so that he could seek medical attention. He thought that, whatever he was dealing with, he was safer at home than going to the hospital to deal with that medical issue. Although it wasn't COVID-related specifically, there are so many things that friendship centres have been doing to step up in this space.
The NAFC represents 107 local friendship centres and provincial and territorial associations, operating in every province and territory in Canada except Prince Edward Island. The services offered are as diverse as the communities in which they are located. They key point is that they are all culturally informed and culturally appropriate.
The NAFC received word from Indigenous Services yesterday that we will be receiving $3.75 million from the indigenous community fund, and that was representative of 100 different organizations, including the NAFC, six provincial and territorial associations and 93 local friendship centres. We certainly appreciate the support, but we know that these funds will not last long, and we welcome the opportunity to work with the government to seek additional supports for friendship centres.
Friendship centres are experts in urban indigenous service delivery. Since the 1950s, we've been working in a wide variety of our communities from Inuvik to Montreal to Labrador, Vancouver Island and everywhere in between.
Indigenous people, as we know, are diverse. A diversity of approaches and partners are needed to respond appropriately to this COVID-19 pandemic. We know that friendship centres are already providing services, food, supplies and staffing. We need support for creating safer spaces now and in the future. We need support for equipment and information technology, software, hardware and protective equipment for our staff, volunteers and community members.
The distinctions-based approach has affected urban indigenous pandemic responses. In echoing the words from the MMIWG inquiry report, we believe and would advocate that distinctions ought to be defined with an intersectional lens, not just including first nations, Métis and Inuit, but also considering the residence of indigenous people, the province or territory that they're in, whether they're remote or northern residents, their physical and mental abilities and their sex, gender identity and sexual orientation. We believe that, by including an intersectional lens to distinctions, we will be better positioned to provide wider and greater supports for urban indigenous community members.
I will provide the committee with a bit of context. In the early weeks, we found that jurisdictional wrangling had an effect on our ability to respond. As a national association, we immediately went to Indigenous Services and received word that the provinces and territories would have been expected to step in within the urban spaces for indigenous people, but when our provincial and territorial associations went to the provinces and territories for support, they were saying that we should be going to the federal government for financial support. This led to a lot of running around for friendship centres and nobody taking full responsibility.
We know that first nations, Métis and Inuit are a priority group for testing. They're a community of concern for the virus. We want to ensure that urban indigenous voices are considered and that our communities are considered in whatever approaches are taken to respond to this pandemic.
I'll hand it off to President Sheppard-Buote to wrap up our comments.
Bonjour à tous. Je prendrai la parole les cinq premières minutes, après quoi je la céderai à notre président, M. Sheppard-Buote.
Je m'appelle Jocelyn Formsma et je suis directrice exécutive de l'Association nationale des centres d'amitié, l'ANCA. Je viens du Nord de l'Ontario. Ma famille est de la Première Nation de Moose Cree, et j'ai grandi dans la région, sur nos territoires.
Les centres d'amitié sont sur la ligne de front pour combattre la COVID-19 depuis le jour 1. Je vous donnerai quelques exemples de ce qu'ils font. Ils répondent à une demande de services accrue, ils distribuent de la nourriture aux familles, aux jeunes et aux aînés. Ils répondent à des demandes d'aide, et nous avons constaté une hausse du nombre d'appels pour signaler des cas d'agression sexuelle ou de violence familiale. Ils offrent aussi des ressources en santé mentale et un soutien culturel à leurs membres vivant en milieu urbain. Ils se font demander de diriger des groupes de travail ou en ont créé de leur propre chef pour répondre aux besoins des Autochtones en milieu urbain. Diverses grandes organisations leur demandent de les aider à offrir des services. Ils vident les épiceries, cuisinent pour les membres de leur communauté, puis font du transport et de la livraison d'aliments et de produits médicinaux traditionnels.
Il y a même un exemple où les gens d'un centre d'amitié se sont rendus à un domicile pour y apporter de la nourriture et ont constaté que la cuisinière était brisée. Ils en ont donc acheté une nouvelle et se sont organisés pour qu'elle soit livrée à la famille. Dans un autre cas, en livrant de la nourriture à une famille, des gens d'un centre d'amitié se sont rendu compte que le père était très malade. Ils l'ont convaincu d'aller à l'hôpital pour obtenir des soins médicaux. Il se disait que peu importe ce qu'il avait, il était plus en sécurité chez lui qu'à l'hôpital pour se soigner. Même s'il ne s'agissait pas de la COVID en particulier, cela montre tout ce que les centres d'amitié font pour intervenir dans ce domaine.
L'ANCA représente 107 centres d'amitié locaux et associations provinciales et territoriales. Il y en a dans toutes les provinces et les territoires canadiens, sauf à l'Île-du-Prince-Édouard. Les services offerts sont aussi diversifiés que les communautés dans lesquelles ils se trouvent. L'élément central, c'est qu'ils offrent des services sensibles à la culture.
L'ANCA a appris hier des Services aux Autochtones que nous recevrons 3,75 millions de dollars du fonds pour les communautés autochtones pour une centaine d'organisations différentes, dont l'ANCA, six associations provinciales et territoriales et 93 centres d'amitié locaux. Nous sommes certes heureux de cette annonce, mais nous savons que ces fonds ne dureront pas longtemps, donc nous serons heureux de travailler avec le gouvernement pour trouver de l'aide supplémentaire pour les centres d'amitié.
Les centres d'amitié sont des experts de la prestation de services aux Autochtones en milieu urbain. Depuis les années 1950, nous travaillons dans une grande variété de communautés, d'Inuvik à Montréal, de l'île de Vancouver au Labrador et partout entre les deux.
Les peuples autochtones sont très diversifiés, comme nous le savons. Une diversité d'approches et de partenaires est nécessaire pour répondre de manière appropriée à la pandémie de COVID-19. Nous savons que les centres d'amitié fournissent déjà des services, de la nourriture, des fournitures et du personnel. Nous avons besoin d'aide pour créer des espaces sûrs, pour aujourd'hui et demain. Nous avons besoin de soutien afin de pouvoir acheter de l'équipement, des logiciels, du matériel, des outils de TI et du matériel de protection à notre personnel, à nos bénévoles, aux membres de nos communautés.
L'approche distinctive a une incidence sur les mesures offertes aux Autochtones des milieux urbains dans cette pandémie. Pour reprendre les termes du rapport d'enquête sur les FFADA, nous réclamons que ces distinctions soient définies dans une optique intersectionnelle qui ne se limite pas à l'identité autochtone (Premières Nations, Métis et Inuit), mais qui tienne compte aussi du lieu de résidence des Autochtones, de leur province ou territoire, du fait qu'ils vivent dans une région nordique ou éloignée, de leurs aptitudes physiques et mentales, de leur sexe, de leur identité sexuelle et de leur orientation sexuelle. Nous croyons que cette perspective intersectionnelle nous positionnera mieux pour fournir un vaste soutien aux Autochtones des villes.
Je vous mettrai un peu en contexte. Au cours des premières semaines, nous avons constaté que les querelles sur le partage des compétences nuisaient à notre aptitude à intervenir. Comme nous sommes une association nationale, nous nous sommes immédiatement adressés aux Services autochtones et nous nous sommes fait dire que ce sont les provinces et les territoires qui devraient fournir de l'aide aux Autochtones des milieux urbains, mais quand nos associations provinciales et territoriales ont demandé de l'aide aux provinces et aux territoires, elles se sont fait répondre qu'elles devaient demander l'appui financier du gouvernement fédéral. Les centres d'amitié perdent donc beaucoup de temps à s'adresser à l'un et à l'autre, et personne n'assume l'entière responsabilité.
Nous savons que les Premières Nations, les Métis et les Inuits sont un groupe prioritaire pour le dépistage. Ils sont particulièrement vulnérables au virus. Nous voulons que les voix des Autochtones des villes soient entendues et que nos communautés soient prises en compte dans toutes les approches adoptées pour répondre à cette pandémie.
Je cède maintenant la parole à notre président, M. Sherppard-Buote, pour la fin de notre exposé.
Christopher Sheppard-Buote
View Christopher Sheppard-Buote Profile
Christopher Sheppard-Buote
2020-04-21 14:28
I'm going to take a bit of a different frame. What I am really concerned about, more than the timing and everything else, is that the Government of Canada continues to frame urban indigenous communities as somehow different or separate from our relatives who continue to live in their respective historical or current territories.
Since the 1950s, friendship centres have been the direct result of indigenous self-determination, designed to be a support foundation for indigenous people in cities, who for many reasons, ended up there. Friendship centres provided a safe haven that was fabricated from indigenous ways of knowing, outside and beyond historical government-determined boundaries. Current data shows that indigenous people will continue to move to urban centres and the numbers will continue to increase in urban centres. Systems, programs, pandemic planning and public policy are still crafted from a perspective that does not appropriately reflect where indigenous people live.
This can be most easily seen during this current health crisis. The majority of the support fund did not require a request for proposal process, whereas urban people were required to create a proposal. In most instances, it required our national association to intervene in the work they were doing on the ground, to ask questions to make sure we were getting the appropriate data to complete an application to get support for our organizations on the ground.
While friendship centres historically have been designed as wraparound civil society organizations, we have been fighting this notion that across the spectrum of program design within federal systems, there is very little space for urban people. This current situation is highlighting and compounding other problematic realities.
When you look at historically ineligible items to support your community, such as food security, in a time when food security is one of the biggest barriers in our communities, and our organizations know it's not typically an eligible expense, it takes a lot of written confirmation before they will be comfortable spending those resources. They have a huge fear of being told that what they're doing is ineligible.
I'll finish with this. It may seem unusual to a lot of people right now that you go to work every day fighting to keep people alive, but this is a normal occurrence in our organizations all the time. COVID-19 and keeping people alive is not strange territory for us. When you have urban people who are borderline invisible and not quite distinct enough, it takes an incredible amount of work, energy and response to make sure they have the best health outcomes every day. So it's very normal for our organizations not to even consider closing and to keep working, because this is their everyday life.
As we move forward, my hope is that policy responses to a health crisis like we're in right now represent the reality for urban people and for indigenous people in this country. Out of $305 million, $15 million is set aside for where the majority of us live.
Thank you.
Je prendrai un angle légèrement différent. Ce qui me dérange encore plus que le temps d'intervention et tout le reste, c'est que le gouvernement du Canada continue de voir les Autochtones des milieux urbains différemment de nos frères et sœurs qui continuent de vivre dans leurs territoires traditionnels et actuels.
Depuis les années 1950, les centres d'amitié sont le résultat direct de l'autodétermination des Autochtones, ils sont le fondement de l'aide apportée aux Autochtones qui finissent par se retrouver en ville pour diverses raisons. Les centres d'amitié leur procurent un lieu sûr créé à partir des savoirs autochtones, en dehors et au-delà des limites déterminées depuis toujours par les gouvernements. Les données actuelles nous montrent que les Autochtones continueront de déménager vers les villes et que leur nombre continuera d'augmenter dans les centres urbains. Or les systèmes, les programmes et toute la planification de l'intervention en cas de pandémie et les politiques publiques demeurent conçus d'un point de vue qui ne tient pas adéquatement compte de l'endroit où les Autochtones vivent.
C'est encore plus évident pendant la crise sanitaire actuelle. Il n'a pas été nécessaire de présenter une proposition officielle pour se prévaloir de la plupart des prestations offertes, sauf pour les Autochtones des milieux urbains. Dans la plupart des cas, il a fallu que notre association nationale intervienne dans le travail local, afin de poser des questions pour que toutes les données exigées soient rassemblées pour remplir une demande en bonne et due forme afin de recevoir de l'aide pour les organisations sur le terrain.
Les centres d'amitié ont toujours été conçus comme des organisations de la société civile à part entière, mais nous avons toujours lutté contre le fait qu'il y ait si peu d'espace pour les Autochtones des milieux urbains dans les divers programmes fédéraux. La situation actuelle ne fait donc qu'amplifier d'autres réalités déjà problématiques.
Il y a des choses qui ne sont jamais admises pour aider la communauté, comme tout ce qui concerne la sécurité alimentaire, alors que l'insécurité alimentaire est l'un des plus grands obstacles auxquels se heurtent les membres de nos communautés, mais comme notre organisation sait que ce n'est pas habituellement une dépense admissible, il faut beaucoup de confirmations écrites avant que le gouvernement ne soit convaincu du bien-fondé de nous octroyer des ressources. Nos organisations ont toujours très peur de se faire dire que leurs services sont inadmissibles.
Je terminerai sur cette note: il peut sembler inhabituel pour bien des gens actuellement de se rendre au travail tous les jours afin de se battre pour garder des gens en vie, mais c'est la réalité de nos organisations en permanence. L'objectif de garder les gens en vie comme dans le contexte de la COVID-19 n'est rien de nouveau pour nous. Quand ont vient en aide aux Autochtones des villes, qui sont pratiquement invisibles et pas tout à fait assez distincts, il faut déployer une somme incroyable de travail, d'énergie et de mesures pour protéger leur santé chaque jour. Il est donc tout à fait normal que nos organisations ne puissent même pas envisager de fermer et d'arrêter leurs activités, parce que c'est leur travail de tous les jours.
J'ose espérer qu'à l'avenir, on se rendra compte que les mesures stratégiques prises pour répondre à cette crise sanitaire sont la réalité quotidienne des Autochtones vivant en milieu urbain au Canada. Sur les 305 millions de dollars annoncés, 15 millions iront à la majorité d'entre nous qui vivons en ville.
Merci.
Jerry Daniels
View Jerry Daniels Profile
Jerry Daniels
2020-04-21 14:33
Thank you.
I would like to start by acknowledging that although we may not be together in the same place for this meeting, we are all on Turtle Island. Indigenous peoples have been on this land since the first sunrise.
I want to take a moment to acknowledge our elders, who are the keepers of our knowledge and culture and who are at increased risk during this health pandemic. I want to acknowledge all the people who are working hard on the front lines and behind the scenes to keep indigenous nations and Canada safe from COVID-19.
I would like to acknowledge the leaders and community members on the ground who are putting themselves at risk to ensure operations are maintained and families are taken care of. Whether it is running errands for others, delivering supplies such as groceries, water or medicine, or standing for hours at the road checks to help flatten the curve, I want to say chi-meegwetch, thank you from the bottom of my heart for doing that work and being the backbone of this country right now.
I thank the committee for the work you are doing and for inviting me to speak today about Canada’s response to the COVID-19 pandemic. I will speak about how the pandemic is impacting indigenous Anishinabe and Dakota people in what is now southern Manitoba.
I hope that this meeting will be fruitful and further inform the way forward. In my presentation I am going to focus on four key determinants of first nations health, how they are impacted by the COVID-19 pandemic and what is needed to effectively support our communities. At the heart of the determinants of health are inequities in the health system, inequities with federal funding, and ongoing inequities the communities are facing that make our elders and our youth so vulnerable.
I begin by focusing on health inequities that first nations people face in Canada. When it comes to accessing health care services and professionals, indigenous peoples are the most marginalized in the country, with the poorest health outcomes. As just one example, a joint study released last year by the First Nations Health and Social Secretariat of Manitoba and the Manitoba Centre for Health Policy demonstrated that decades of poor health outcomes have resulted in a gap in life expectancy between status first nations and all other Manitobans that now sits at 11 years. Shockingly, this 11-year gap is growing.
This lack of access to health care was allowed to develop over decades and many administrations. First nations reserves are often remote and far from major cities in which there is better access to health care. It is important to remember that displacement of Anishinabe and Dakota nations made way for those cities, such as Winnipeg and Brandon, with large health hubs and resources. I am concerned about our fly-in communities such as Poplar River, Pauingassi and Little Grand Rapids, which are particularly vulnerable in this pandemic. When the rest of the country comes to a halt or adjusts its production, transportation and distribution schedules, the impact hits our remote communities hard. They rely on supplies and health professionals from outside of their communities. For first nations living off reserve, we need only think of the death of Brian Sinclair to know that racism and stereotypes can be deadly in our cities as well.
As we continually check in with our communities, we hear their concerns. I can tell you that as of yesterday, Little Grand Rapids is experiencing a shortage of liquid baby formula at their Northern store. We ask that the systemic inequalities be addressed once and for all, with increased access to health care on reserve, with special consideration for remote communities.
Sadly, the inequities continue with the response to COVID-19. While we applaud the initial steps of this government with the indigenous community support fund, and are encouraged by the aid announced over the weekend for indigenous businesses suffering COVID-19 losses, there is a monumental financial shortfall that will cause hardship. This past Friday, CBC’s Power & Politics host Rosemary Barton estimated that an unprecedented $113 billion has been allocated to help Canada thus far with the pandemic. Only $621 million is earmarked for indigenous communities. The 2016 Canadian census reported that indigenous people account for 4.9% of the national population, yet indigenous people are receiving just over half of 1% of the relief funds allocated by Ottawa. This is clearly disproportionate, and first nations are still left to manage in poverty.
While the argument may be that first nations are eligible for some of the billions in aid available to regular Canadians, for example, the increase in GST rebates or child tax credit, that will not be close to the extent that would close the gap between $621 million and the $113 billion. We ask that the funding for the indigenous community support fund be increased to equitably reflect the first nations population and realities, realities created by many consecutive Canadian governments. We ask that any proposal processes move quickly to the approval stage due to the state of emergency we find ourselves in.
Another area of concern is off-reserve members of our communities. Approximately half of first nations populations now live off reserve and in urban centres, yet we are not funded to care of our off-reserve members.
Chiefs are receiving calls every single day asking for help. With just $15 million of the indigenous community support fund allocated for urban indigenous peoples and divided among first nations, Inuit and Métis organizations across the country, it is simply not enough.
We ask that the funding for off-reserve services be increased to appropriately reflect population dynamics in urban centres.
I will now take a moment to highlight other inequalities that impact first nations, specifically food security and infrastructure deficits.
When it comes to food security, indigenous peoples have been in precarious and vulnerable situations since the disruption of our agricultural and hunting economies. Because so many of our families are already experiencing food scarcity, this crisis has made this situation so much worse.
We rely on strong partnerships, like the one with the Breakfast Club of Canada. Our 34 communities applied to the COVID-19 emergency fund, with a low barrier application and fast response. A big meegwetch to the Breakfast Club of Canada for their strong support.
As first nations, we have always hunted, fished and trapped to survive and feed our families. In this time of crisis, with restricted movement to the surrounding cities and municipalities, we are trying to return to traditional food sources and harvesting to increase our food security.
We ask for financial help to support the implementing of community food security projects.
The COVID-19 pandemic has reinforced that there is a lack of housing and a poor quality of existing infrastructure on reserve.
Where do you isolate in a community when there are chronic housing shortages and more than a dozen people in one home? There is a lack of on-reserve facilities and resources for community members struggling with addictions.
While we applaud the $50-million allocation for women's shelters and sexual assault centres, which includes up to $10 million for facilities on reserve and in indigenous communities, more is needed. There are only 46 shelters funded by Indigenous Services Canada across the entire country.
We ask for more investment in first nations' infrastructure for housing facilities and shelters.
Lastly, I would like to speak about the well-being of our elders and our youth.
From conversations with our chiefs and members, we know that many are concerned about the safety of our elders from the virus that disproportionately kills older people.
Elders are sacred in our communities. Not only are they much loved members of our families, but they carry our culture and knowledge, languages, our histories and traditions.
If the disease hits our communities and the personal care homes like it has in other provinces, it would deal a heavy blow to the intergenerational knowledge systems of our people. We need our elders close and cared for. We need more homes on reserves because our elders are not always treated well in personal care homes off reserve. We have just two personal care homes for elders in all of our 34 communities.
I want to acknowledge and thank the hard work and dedication of the Manitoba first nations personal care home network, our leaders of the on-reserve care homes in Manitoba.
Our communities are also worried about our youth, especially those in post-secondary education. The economic fallout poses a real risk, with no summer job prospects this year and no child care to support single parents. Attending post-secondary programs this fall may not be possible.
Indigenous youth have some of the highest rates of suicide and self-harm in the country, and are overrepresented in the child welfare system. Mental health supports and resources to keep youth engaged during this time of isolation are critical.
We ask for a measurable increase in mental health supports and a new commitment to address addictions on reserve.
We ask for an investment of four additional personal care homes that can serve Anishinabe and Dakota elders in our communities.
I have spoken of the current health inequalities and of the inequitable response to COVID-19. I have spoken of the food security and infrastructure challenges exacerbated by the pandemic.
As I conclude, I want to leave you with a new vision of health transformation.
First nations do not want to inherit a broken health system, but to create a wellness model with our governance and our values, a new and groundbreaking health system for all southern first nations communities that will begin to close the gaps.
We are days away from signing a memorandum of understanding with Canada to make this happen. I should not die a decade before you because I am an Anishinabe man, and my son should not die a decade before your child because he is an Anishinabe.
Let's work towards the Truth and Reconciliation Commission of Canada's call to action 19 and identify and close the gaps in health care outcomes. Reconciliation can mean letting go of the structures and the faulty dynamics that have plagued our relationship for generations.
Statistics and reports document the legacy of systemic neglect and negligence in the health care system for first nations, but together we can build a new future founded on true partnership as the treaties intended.
Chi-meegwetch.
Merci.
Je voudrais commencer par souligner que même si nous ne sommes pas tous ensemble en personne pour cette séance, nous sommes tous sur l'île de la Tortue. Les peuples autochtones habitent cette terre depuis le premier lever du soleil.
J'aimerais prendre un instant pour rendre hommage à nos aînés, aux gardiens de notre savoir et de notre culture, qui sont particulièrement vulnérables pendant cette crise sanitaire. J'ai une pensée pour toutes les personnes qui travaillent au front et en coulisses pour protéger les peuples autochtones et le Canada de la COVID-19.
J'aimerais souligner le travail des dirigeants et des membres de la communauté sur le terrain, qui se mettent eux-mêmes en danger pour veiller à ce que les services soient maintenus et à ce que les familles reçoivent de l'aide. Qu'il s'agisse de faire des courses pour les autres, d'aller leur porter de l'épicerie, de l'eau ou des médicaments, de passer des heures aux postes routiers pour aplatir la courbe, je tiens à leur dire chi-meegwetch, un grand merci du plus profond de mon cœur pour tout le travail que vous faites. Je vous remercie d'être l'épine dorsale de notre pays en ce moment.
Je remercie le Comité du travail qu'il fait et je le remercie de m'avoir invité à venir m'exprimer sur la réponse du Canada à la pandémie de COVID-19. Je vous parlerai de la façon dont la pandémie touche les peuples autochtones Anishinabe et Dakota dans ce qui est aujourd'hui le Sud du Manitoba.
J'espère que cette réunion sera fructueuse et qu'elle permettra d'éclairer davantage la voie à suivre. Je mettrai l'accent, dans mon exposé, sur quatre facteurs déterminants de la santé des Premières Nations, je vous parlerai des effets de la pandémie de COVID-19 sur elles et de ce qu'il faut faire pour bien venir en aide à nos communautés. Les principaux facteurs déterminants de la santé reposent sur les iniquités inhérentes au système de santé, au financement fédéral et sur toutes les autres iniquités constantes auxquelles nos membres sont confrontés et qui rendent nos aînés et nos jeunes si vulnérables.
Je commencerai donc par vous parler des iniquités auxquelles les Autochtones sont confrontés au Canada dans le domaine de la santé. Les Autochtones sont les personnes les plus marginalisées au pays lorsque vient le temps d'accéder à des services de santé et aux professionnels de la santé; ce sont également eux qui affichent les pires résultats en matière de santé. Pour vous en donner un exemple, une étude publiée conjointement l'an dernier par le First Nations Health and Social Secretariat of Manitoba et le Manitoba Centre for Health Policy fait état d'un écart de 11 ans dans la durée de vie des Autochtones ayant le statut d'Indiens inscrits par rapport à l'ensemble des autres Manitobains à cause de ces disparités. À notre grande consternation, cet écart de 11 ans ne fait que s'accroître.
Ce manque d'accès aux soins de santé s'est développé sur plusieurs décennies et sous le règne de différentes administrations. Les réserves autochtones sont souvent éloignées, loin des grandes villes où il est plus facile d'avoir accès à des soins de santé. Il ne faut pas oublier que le déplacement des Nations Anishinabe et Dakota pour faire place à des villes comme Winnipeg et Brandon, où sont concentrées les ressources en santé. Je m'inquiète particulièrement de nos communautés seulement accessibles par avion, comme celles de Poplar River, de Pauingassi et de Little Grand Rapids, qui sont particulièrement vulnérables pendant cette pandémie. Pendant que le reste du pays est sur pause et ajuste ses horaires de production, de transport et de distribution, nos communautés éloignées sont durement touchées. Elles dépendent de l'approvisionnement extérieur et des professionnels de la santé qui viennent également de l'extérieur. Puis pour les Autochtones qui vivent hors réserve, il suffit de penser à la mort de Brian Sinclair pour comprendre que le racisme et les stéréotypes peuvent être mortels dans nos villes aussi.
Nous sommes en contact permanent avec nos communautés et nous entendons leurs préoccupations. Je peux vous dire qu'hier, il manquait de lait maternisé liquide au magasin du nord de Little Grand Rapids. Nous demandons à ce que les iniquités dont souffrent nos communautés en matière de santé soient corrigées une bonne fois pour toutes, particulièrement dans les communautés éloignées.
Malheureusement, ces iniquités perdurent dans le contexte de la COVID-19. Bien que nous applaudissions les premières mesures prises par le gouvernement avec l'annonce du fonds de soutien aux communautés autochtones et que nous soyons encouragés par l'aide annoncée au cours de la fin de semaine pour les entreprises autochtones qui subissent des pertes à cause de la COVID-19, il reste un manque à gagner financier monumental qui causera beaucoup de tort. Vendredi dernier, l'animatrice de Power & Politics à la CBC, Rosemary Barton, a dit qu'un montant sans précédent d'environ 113 milliards de dollars a été octroyé à ce jour pour aider le Canada à affronter la pandémie. Seulement 621 millions de dollars ont été réservés pour les communautés autochtones. Selon le recensement de 2016, les Autochtones représenteraient 4,9 % de la population nationale, alors qu'ils ne reçoivent qu'un peu plus de la moitié de 1 % des fonds de secours octroyés par Ottawa. Il y a un net déséquilibre, et encore une fois, les Premières Nations sont prises à gérer la crise dans la pauvreté.
Il est peut-être vrai que les Autochtones pourraient toucher une partie des milliards de dollars d'aide offerts à l'ensemble des Canadiens, notamment sous la forme de remboursements de la TPS et du crédit d'impôt pour enfants, mais ce sera bien loin de suffire pour combler l'écart entre ces 621 millions de dollars et 113 milliards de dollars. Nous demandons une augmentation du financement octroyé aux communautés autochtones équivalente à leur poids démographique et à leurs réalités, puisque ces réalités sont attribuables aux décisions prises par les nombreux gouvernements canadiens successifs. Nous demandons à ce que toute proposition passe rapidement au stade de l'approbation en raison de l'état d'urgence dans lequel nous nous trouvons.
Par ailleurs, nous nous inquiétons aussi pour les membres de nos communautés qui vivent hors réserve. C'est environ la moitié de la population des Premières Nations qui vit hors réserve et dans les centres urbains en ce moment, mais nous ne recevons rien pour nous occuper de nos membres hors réserve.
Il ne se passe pas une journée sans que nos chefs reçoivent des appels à l'aide. Le Fonds de soutien aux communautés autochtones prévoit à peine 15 millions de dollars à diviser entre les organisations des Premières Nations, inuites et métisses de tout le pays pour fournir des services aux Autochtones en milieu urbain, ce qui est loin d'être suffisant.
Nous demandons que le financement des services hors réserve soit bonifié de manière à mieux tenir compte de la situation de nos populations dans les centres urbains.
Je veux prendre un moment pour mettre en lumière d'autres iniquités qui affectent les Premières Nations, tout particulièrement du point de vue de la sécurité alimentaire et des infrastructures insuffisantes.
Pour ce qui est de la sécurité alimentaire, nous vivons une situation précaire depuis le bouleversement de notre économie basée sur l'agriculture et la chasse. Bon nombre de nos familles souffrent déjà d'un manque de nourriture, si bien que la crise actuelle ne fait qu'envenimer les choses.
Nous devons compter sur de solides partenariats, comme celui que nous avons établi avec le Club des petits déjeuners du Canada. Nos 34 communautés ont présenté une demande au titre de leur fonds d'urgence pour la COVID-19 pour lequel les critères ont été abaissés et les réponses sont données rapidement. Meegwetch du fond du coeur au Club des petits déjeuners du Canada pour son soutien bien senti.
En tant que membres des Premières Nations, nous avons toujours chassé, pêché et trappé pour assurer notre survie et nourrir nos familles. En cette période de crise où les déplacements entre les villes et les collectivités avoisinantes sont limités, nous essayons de retourner à nos modes d'approvisionnement traditionnels pour nous assurer une plus grande sécurité alimentaire.
Nous demandons une aide financière pour appuyer la réalisation de projets visant la sécurité alimentaire dans nos communautés.
La pandémie de COVID-19 a exacerbé les problèmes découlant du manque de logements et de la faible qualité des infrastructures en place dans les réserves.
Où peut-on s'isoler dans une communauté aux prises avec une pénurie chronique de logements quand on habite avec une dizaine d'autres personnes? Il n'y a pas dans nos réserves suffisamment d'installations et de ressources pour les membres de nos communautés qui ont des problèmes de toxicomanie.
Nous nous réjouissons de l'enveloppe de 50 millions de dollars allouée aux refuges pour femmes et aux centres pour les victimes d'agression sexuelle, y compris un montant pouvant atteindre 10 millions de dollars pour les installations dans les réserves et les communautés autochtones, mais il en faudrait encore davantage. Services aux Autochtones Canada finance seulement 46 refuges dans l'ensemble du pays.
Nous réclamons donc des investissements supplémentaires dans les infrastructures en matière de logement et dans les refuges pour les Premières Nations.
J'aimerais traiter en terminant de la situation de nos aînés et de nos jeunes.
Pour avoir parlé avec nos chefs et nos membres, nous savons qu'ils sont nombreux à se préoccuper du sort de nos aînés face à un virus surtout mortel pour les personnes âgées.
Les aînés revêtent un caractère sacré au sein de nos communautés. Non seulement sont-ils des membres chéris de nos familles, mais ils transmettent notre culture, nos connaissances, nos langues, nos histoires et nos traditions.
Si la maladie frappe nos communautés et nos foyers de soins personnels comme elle l'a fait dans d'autres provinces, la transmission intergénérationnelle de nos connaissances autochtones en souffrira grandement. Nous voulons que nos aînés puissent demeurer près de nous et recevoir tous les soins nécessaires. Nous avons besoin d'un plus grand nombre de foyers de soins personnels dans nos réserves, car nos aînés ne sont pas toujours bien traités dans ceux qui sont situés hors réserve. Nous avons seulement deux foyers de soins personnels pour aînés dans l'ensemble de nos 34 communautés.
Je veux profiter de l'occasion pour souligner l'apport exceptionnel de tous ceux qui se dévouent à la tâche au sein de notre réseau des foyers de soins personnels pour les Premières Nations du Manitoba.
Nos communautés s'inquiètent également du sort de leurs jeunes, et tout particulièrement de ceux qui font des études postsecondaires. L'arrêt de l'économie pose un risque véritable avec des perspectives d'emploi d'été nulles pour cette année et aucun service de garde d'enfants pour les parents seuls. Il est possible que l'accès aux études postsecondaires à l'automne soit compromis.
Les taux de suicide et d'automutilation chez les jeunes Autochtones sont parmi les plus élevés au pays, et nos jeunes sont surreprésentés au sein du système de protection de l'enfance. Il est d'autant plus essentiel de pouvoir compter sur des mesures de soutien en santé mentale et sur les ressources nécessaires pour maintenir l'intérêt chez nos jeunes en cette période d'isolement.
Nous demandons une bonification tangible des mesures de soutien en santé mentale et un engagement renouvelé envers la lutte contre la toxicomanie dans les réserves.
Nous demandons un investissement pour l'ajout de quatre foyers de soins personnels au bénéfice des aînés Anishinabe et Dakota de nos communautés.
Je vous ai parlé des iniquités en matière de santé, notamment quant aux mesures d'intervention dans le contexte de la COVID-19. Je vous ai aussi entretenu des problèmes de sécurité alimentaire et d'infrastructures qui sont exacerbés par la pandémie.
En guise de conclusion, je veux vous laisser avec une nouvelle vision, celle de la transformation des soins de santé.
Les Premières Nations ne veulent pas hériter d'un système de santé défaillant. Nous désirons plutôt créer un modèle de mieux-être s'appuyant sur notre gouvernance et nos valeurs. Nous envisageons un système de santé tout à fait novateur qui permettra de commencer à corriger les lacunes qui affectent l'ensemble des communautés des Premières Nations du Sud.
D'ici quelques jours, nous allons conclure avec le Canada un protocole d'entente qui concrétisera cette vision. Je ne devrais pas mourir 10 ans avant vous parce que je suis anishinabe, et mon fils ne devrait pas mourir 10 ans avant votre enfant du simple fait qu'il est anishinabe.
Nous devons conjuguer nos efforts pour donner suite à l'appel à l'action no 19 de la Commission de vérité et réconciliation qui nous demande de cerner et de combler les écarts dans les résultats en matière de santé entre Autochtones et non-Autochtones. La réconciliation peut exiger l'abandon des structures et de la dynamique défaillantes qui minent nos relations depuis des générations.
Les statistiques et les rapports témoignent d'un héritage de négligence systémique dans le régime des soins de santé pour les Premières Nations, mais nous pouvons travailler tous ensemble pour nous donner un avenir meilleur basé sur le partenariat véritable que les traités cherchaient à établir.
Chi-meegwetch
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Thank you, Mr. Chair.
I want to thank all of the witnesses for taking the time and making the effort to be with us today. It is appreciated.
My first question is for the National Association of Friendship Centres. I'll let the two of you decide who wants to answer.
As has been referenced a couple of times, $305 million was announced for the indigenous community support fund. Out of that $305 million, $15 million was allocated to urban indigenous organizations like yours. It was through an application-based process. My understanding, from a statistical basis, is that over 60% of indigenous people in Canada live in urban centres and that this funding represents about 5% of the funding for indigenous organizations.
You spoke to it a bit in your presentation, but perhaps you could elaborate on how maybe the underfunding of urban indigenous organizations during this pandemic puts indigenous people in urban centres at greater risk.
Merci, monsieur le président.
Je veux remercier tous les témoins d'avoir pris le temps et fait l'effort d'être avec nous aujourd'hui. Nous vous en sommes reconnaissants.
Ma première question s'adresse aux représentants de l'Association nationale des centres d'amitié. Je vais vous laisser le soin de décider qui de vous deux y répondra.
Comme on l'a mentionné à deux ou trois reprises, 305 millions de dollars ont été annoncés pour le Fonds de soutien aux communautés autochtones. Sur ce montant, 15 millions de dollars ont été alloués aux organisations autochtones urbaines comme la vôtre. Il y avait un processus de demande. Je crois comprendre que d'un point de vue statistique, plus de 60 % des Autochtones du Canada vivent dans des centres urbains et que ces fonds représentent environ 5 % du financement des organisations autochtones.
Vous en avez parlé un peu dans votre exposé, mais peut-être pourriez-vous nous expliquer dans quelle mesure le sous-financement des organisations autochtones urbaines rend les Autochtones des centres urbains plus vulnérables durant la pandémie.
Jocelyn Formsma
View Jocelyn Formsma Profile
Jocelyn Formsma
2020-04-21 14:56
Maybe I'll start on that and then ask President Sheppard-Buote to jump in.
It's been a challenge, because we don't want to be seen as throwing anybody under the bus. That's why, in my criticisms of the distinction-based, we're saying that there has to be a consideration for remoteness, for those who live in the north, for women and for a number of different intersections in terms of what makes up an indigenous person. We're trying to add a voice with regard to the urban. We say “urban”, but we have friendship centres in Inuvik and Happy Valley–Goose Bay. They're not the typical big, urban spaces. They are just off reserve, and typically not in Inuit Nunangat. Sometimes they are in Métis homelands but not part of Métis settlements. It could be in communities of over a thousand or five thousand, or in major metropolitan areas.
I think the piece we're trying to get across is the service component. As friendship centres, we look at people in terms of what they need and in terms of service delivery. Who they are in terms of how they identify is important to us, but we're also considering the factors that they need. We're trying to respond from a service point of view. We don't dictate who we get calls from. People who are living in urban spaces, if they need support and they know that there's an indigenous organization that might have a better understanding of who they are, will call that organization. They will call regardless of whether they're first nations, Métis or Inuit. They're there, they need something, and they need an organization that understands who they are.
We're finding that friendship centres have now been getting an increase in calls. The friendship centres in B.C. are not just at capacity; they're at overcapacity in terms of the services they're providing. The financial resources from any level of government have not materialized yet. As I said, we got notice yesterday that we will be getting funds from the indigenous community support fund in the amount of $3,750,000 across 100 different organizations. As the NAFC, we chose to write a proposal on behalf of all of our member friendship centres, because we did not want to have the burden put on the local friendship centres, who are in it every single day. I've had executive directors say that they've been sleeping overnight in the homeless shelter because of their lack of staffing. We've had people say that they had a 25% increase in requests at their food bank and ran out of food in an hour, or that they haven't been able to get access to some of the personal equipment. We've been getting stories from across Canada on just the service needs...and going from place to place to place, knocking on doors, trying to get some kind of financial support and some kind of financial recognition that we're there, we're doing the work every single day, and it has not materialized.
It has materialized in some of the local centres in some of the larger areas—for example, with the Vancouver Foundation and local foundations, where they've been able to get supports from some local centres—but until the federal funds start flowing from the federal government to us to the friendship centres.... The provinces have announced, to a certain extent, some indigenous funding. We don't know yet if that will go to friendship centres. Ontario seems to be the only province that has actually committed funds that friendship centres will be able to access. However, the work has been happening for the last six weeks. For six weeks the friendship centres have been doing this work without that financial support. I don't want to say that distinctions don't matter, but when you're in need and you're calling somebody for help, you want that help to show up. We've been doing our best.
I hope that answered your question. I was just trying to express the need that's there, the work we've been doing for the last six weeks and the support we're trying to get.
I will say one last thing. We've been hearing from a lot of first nations about the supports for their off-reserve, and we've been trying to meet those needs. A lot of our friendship centres do have good relationships with their local first nations. I think one of the best problems we will have is that our people will have not just enough, but too much; you know, I don't think it's going to be a problem.
I think that the more supports we can get out, the more supports we can make available for people and the more options they have to meet their needs, will only serve the people on the ground. I think we should be doing the best we can to make sure that we coordinate our efforts and resources, plan and work together, and ensure that there are no gaps and that we're not leaving anybody behind.
Thank you for that. I'll hand it off to President Sheppard-Buote.
Je pourrais commencer et demander ensuite à M. Sheppard-Buote d'intervenir.
C'est difficile, car nous ne voulons pas donner l'impression que nous jetons le blâme sur qui que ce soit. C'est pourquoi, concernant les critiques que j'ai formulées sur l'approche fondée sur les distinctions, nous disons qu'il faut tenir compte de l'isolement, des gens qui vivent dans le Nord, des femmes et d'un certain nombre d'éléments qui se conjuguent dans la définition d'un Autochtone. Nous essayons d'ajouter une voix en ce qui a trait au milieu urbain. Nous disons « urbain », mais il y a des centres d'amitié à Inuvik et à Happy Valley–Goose Bay. Il ne s'agit pas ici des grands milieux urbains habituels. Ils sont situés tout juste à l'extérieur des réserves et ne sont généralement pas dans l'Inuit Nunangat. Parfois, ils sont dans les territoires des Métis, mais ne font pas partie des établissements métis. Il peut s'agir de communautés qui comptent plus de 1 000 ou de 5 000 personnes, ou de grandes régions métropolitaines.
Je pense que l'élément que nous essayons de faire ressortir, c'est celui des services. Dans les centres d'amitié, nous agissons en fonction des besoins des gens et de la prestation des services. La façon dont ils se définissent est importante, mais nous tenons compte également de leurs besoins. Nous essayons d'intervenir du point de vue des services. Nous ne déterminons pas de qui nous recevons des appels. Si des gens qui vivent en milieu urbain ont besoin d'aide et savent qu'il existe une organisation autochtone qui pourrait mieux comprendre qui ils sont, nous communiquerons avec cette organisation. Ils appelleront, peu importe s'ils sont des membres de Premières Nations, des Métis ou des Inuits. Ils sont là, ils ont besoin de quelque chose, et ils ont besoin de l'aide d'une organisation qui les comprend.
Nous constatons que les centres d'amitié reçoivent maintenant un nombre croissant d'appels. Ceux de la Colombie-Britannique ne sont pas seulement au maximum de leur capacité; ils se retrouvent avec une surcapacité dans leurs services. Ils n'ont pas encore reçu les ressources financières promises par les gouvernements. Comme je l'ai dit, c'est hier que nous avons été informés que nous allions obtenir de l'argent du Fonds de soutien aux communautés autochtones, à hauteur de 3 750 000 $, et on parle de 100 organisations différentes. À l'Association nationale des centres d'amitié, nous avons décidé de rédiger une proposition au nom de tous nos membres, car nous ne voulions pas que le fardeau soit porté par les centres d'amitiés locaux, qui travaillent jour après jour. Des directeurs généraux disent qu'ils passent la nuit dans le refuge pour sans-abri en raison d'un manque de personnel. Des gens nous ont dit que la demande avait augmenté de 25 % dans leur banque alimentaire et qu'il manquait de nourriture après une heure, ou qu'ils ne sont pas capables d'accéder à de l'équipement personnel. Partout au Canada, on nous raconte ce qui se passe concernant les besoins sur le plan des services... On va d'un endroit à l'autre, on frappe aux portes, on essaie d'obtenir du soutien financier et une sorte de reconnaissance financière du fait que nous sommes là, nous faisons le travail jour après jour, et cela ne s'est pas concrétisé.
Cela s'est concrétisé dans une partie des centres locaux de certaines grandes régions — par exemple, la Vancouver Foundation et des fondations locales, où il a été possible d'obtenir du soutien de certains centres locaux —, mais en attendant que les fonds fédéraux commencent à nous être versés par le gouvernement fédéral pour les centres d'amitié... Les provinces ont annoncé, dans une certaine mesure, un financement autochtone. Nous ne savons pas encore si les fonds iront aux centres d'amitié. L'Ontario semble être la seule province qui a prévu des fonds qui seront accessibles aux centres d'amitié. Toutefois, le travail se fait depuis les six dernières semaines. Depuis six semaines, les centres d'amitié font le travail sans avoir obtenu ce soutien financier. Je ne veux pas dire que les distinctions n'ont pas d'importance, mais lorsqu'on est dans le besoin et qu'on appelle quelqu'un à l'aide, on veut que cette aide se manifeste. Nous faisons de notre mieux.
J'espère avoir répondu à votre question. J'essayais seulement de parler des besoins qui se font sentir, du travail que nous avons accompli au cours des six dernières semaines et du soutien que nous essayons d'obtenir.
Je veux dire une dernière chose. De nombreuses Premières Nations nous ont parlé de l'aide pour leurs communautés établies à l'extérieur des réserves et nous essayons de répondre à ces besoins. Un grand nombre de centres d'amitié ont de bonnes relations avec les Premières Nations locales. Je pense que l'un des meilleurs problèmes que nous aurons, c'est que nos populations n'en auront pas seulement assez, mais trop; vous savez, je ne pense pas que ce sera un problème.
Je pense que plus nous pourrons apporter de soutien aux gens, plus nous offrirons d'options pour répondre à leurs besoins, plus cela servira aux gens sur le terrain. Je pense que nous devrions faire de notre mieux pour coordonner nos efforts et nos ressources, planifier les choses et travailler ensemble et veiller à ce qu'il n'y ait pas de lacunes et à ce que personne ne soit laissé-pour-compte.
Je vous remercie. Je cède la parole à M. Sheppard-Buote.
Christopher Sheppard-Buote
View Christopher Sheppard-Buote Profile
Christopher Sheppard-Buote
2020-04-21 15:02
Thank you.
To echo what Grand Chief Jerry Daniels said, it isn't enough money, period.
You start with a deficit from the very beginning, and from our perspective, to see that envelope of money and to know that we are now competing for $15 million across the country, knowing that there are 100 organizations to try to get resources to on the ground....
To me, the fact that there was a structure that was that underfunded and competitive was very disrespectful. You are asking people to say, “You're kind of indigenous, not indigenous enough to be trusted to be given resources to support people, so we're just going to make you dig really hard to get the data and report on it so that you can help people on the ground.”
The fact that this design even existed in some way, shape or form tells me that there's a huge problem with how this response has gone for everyone in the indigenous space, especially when it's so obvious that you have a section of individuals who are treated so differently.
We don't know when that money is actually going to reach organizations. There are multiple non-indigenous, not-for-profit agencies and national organizations that did not have to apply for their allocations either because they're providing essential services or because they're providing something that's needed. I think, even when you look at it within that scope, there's a clear issue with how this has been developed and framed. Why is that?
Merci.
Pour reprendre les propos tenus par le grand chef Jerry Daniels, je dirais que ce n'est pas assez d'argent, un point c'est tout.
Il y a un déficit dès le début et, de notre point de vue, voir cette enveloppe et savoir que nous rivalisons maintenant avec d'autres organisations partout au pays pour 15 millions de dollars, quand on sait que 100 organisations essaient d'obtenir des ressources pour les gens sur le terrain...
Selon moi, le fait qu'il y avait une structure aussi sous-financée et compétitive était très irrespectueux. On demande aux gens de dire « vous êtes autochtones, mais pas assez pour qu'on vous fasse confiance et qu'on vous donne des ressources pour soutenir les gens, et donc, nous allons juste vous faire travailler très fort pour obtenir les données et en faire rapport pour que vous puissiez aider les gens sur le terrain ».
Le fait que cela ait même existé d'une manière ou d'une autre m'indique qu'il y a un énorme problème dans la manière dont les choses se passent dans le cadre de la réponse pour le milieu autochtone, surtout qu'il est si évident qu'une partie des gens sont traités de façon très différente.
Nous ignorons à quel moment les organisations recevront cet argent. De nombreux organismes à but non lucratif et organismes nationaux non autochtones n'ont pas eu à demander les fonds parce qu'ils fournissent des services essentiels ou qu'ils offrent quelque chose qui est nécessaire. Je pense que, même si l'on examine la situation sous cet angle, il est clair que la manière dont cela a été élaboré et encadré pose problème. Comment est-ce possible?
Natan Obed
View Natan Obed Profile
Natan Obed
2020-04-21 15:05
Perhaps I'll start.
We've found that there's been a lot of communication, but also at the same time a lot of confusion. The way the Government of Canada has worked with Inuit in allocating $45 million of the $305 million for the indigenous community support fund was in line with the Inuit Nunangat policy approach, and then the ITK board of directors allocated those funds within the board process, so each of the regions had a specific allocation. Now there are a number of interventions that have already happened.
On the other hand, there have been challenges with responsibilities and participation in conversations about health care systems, data, personal protective equipment, and a number of the essential considerations for the flow of health services in response to COVID-19. It would have been great, and it still will be, and the thing we look forward to is participating in those conversations even if we as Inuit don't always deliver those [Inaudible—Editor] to our communities.
Perhaps President Kotierk could talk specifically about what Nunavut has done in relation to the implementation of COVID-19 funds.
Je peux répondre en premier.
Nous avons trouvé qu'il y avait eu beaucoup de communication, mais aussi beaucoup de confusion. Le gouvernement du Canada a suivi l'approche stratégique proposée pour l'Inuit Nunangat pour le versement de 45 millions de dollars sur les 305 millions de dollars prévus dans le Fonds de soutien aux communautés autochtones. Ensuite, le Conseil d'administration de l'ITK a distribué ces fonds en utilisant le processus du conseil, et chaque région a reçu une allocation précise. Plusieurs interventions ont donc déjà eu lieu.
D'un autre côté, il y a eu des défis liés aux responsabilités et à la participation à des conversations sur les systèmes de soins de santé, les données, l'équipement de protection personnelle et certains facteurs essentiels pour la prestation de services de santé en réponse à la COVID-19. Il aurait été formidable — et ce le serait encore — de participer à ces conversations et nous avons hâte de le faire, même si nous ne fournissons pas toujours ces [Inaudible] à nos collectivités inuites.
Mme Kotierk pourrait peut-être vous donner plus de détails sur la mise en œuvre des fonds pour la COVID-19 au Nunavut.
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Thank you. My question is for Ms. Gideon as well.
In the application process that's been much talked about today on the urban side, there's obviously been some concern expressed. Can you tell us who was at the table in making the decision on how to allocate that money and what criteria were used?
Merci. Ma question s'adresse aussi à Mme Gideon.
Pour ce qui est du processus de demande en milieu urbain dont il a beaucoup été question aujourd'hui, des préoccupations ont évidemment été exprimées. Pouvez-vous nous dire qui était à la table afin de décider de la façon de répartir cet argent? Quels critères ont été employés?
Valerie Gideon
View Valerie Gideon Profile
Valerie Gideon
2020-04-21 16:11
We had representatives within the department with expertise in terms of social programs who led the coordination and the assessment of the proposals very quickly. Those recommendations were then brought to our deputy minister and will be brought to our minister. We expect decisions to be able to be finalized within days.
Des représentants du ministère possédant une expertise dans les programmes sociaux ont dirigé la coordination et l'évaluation très rapide des propositions. Ces recommandations ont ensuite été soumises à notre sous-ministre, et elles seront portées à l'attention de notre ministre. Nous pensons que les décisions pourront être finalisées dans les prochains jours.
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Thank you, Mr. Chair.
I want to follow up with Ms. Gideon a little on the question I started earlier.
I don't think you really identified what criteria was used. Could you maybe clarify the criteria that was used for that?
Also, there has been some talk about maybe saying that this $50 million is just the beginning. Would it be your expectation that the application process be used again for any future funding for urban indigenous people, and would the same criteria be used to distribute that?
Je vous remercie, monsieur le président.
Je veux assurer brièvement le suivi avec Mme Gideon au sujet de la question que j'ai abordée plus tôt.
Je ne pense pas que vous ayez vraiment précisé les critères qui ont été utilisés. Pourriez-vous faire la lumière à ce sujet?
En outre, certains ont affirmé que le montant de 50 millions de dollars n'est peut-être que le début. Prévoyez-vous que ce processus de demande sera utilisé de nouveau dans l'avenir pour les Autochtones vivant en milieu urbain? Est-ce que les mêmes critères seraient utilisés pour le versement des fonds?
Valerie Gideon
View Valerie Gideon Profile
Valerie Gideon
2020-04-21 16:19
In terms of criteria, there were some parameters laid out in terms of the RFP itself, which essentially set the stage in terms of addressing unmet needs, areas where there were no other support systems available to organizations and specific needs that had emerged as a result of the COVID-19 situation.
There was absolutely an effort to be as inclusive as possible, understanding the number of organizations that had submitted requests, and to try to balance those needs both geographically and across the different service delivery areas. It included things such as mental health services, food security, equipment and supplies to continue to run essential services, staffing and coordination with [Technical difficulty—Editor], the core elements that were part of the application process.
I certainly can't speculate as to what classes would be used if [Technical difficulty—Editor] were made available. Those would be decisions [Technical difficulty—Editor] the number of [Technical difficulty—Editor] demonstrated a significant need.
Au chapitre des critères, certains paramètres ont été établis dans la demande de propositions même. Voilà qui met essentiellement la table afin de combler les besoins insatisfaits dans des domaines où aucun autre système de soutien n'existe pour les organisations et les besoins précis qui se sont fait jour en raison de la pandémie de la COVID-19.
Le gouvernement s'est certainement efforcé d'être aussi inclusif que possible, en regard du nombre d'organisations qui ont présenté des demandes, et a tenté de trouver un juste équilibre entre les besoins des diverses régions géographiques et des divers domaines de prestation de service. Il s'est notamment intéressé aux services de santé mentale, à la sécurité alimentaire, à l'équipement et à aux fournitures nécessaires au maintien des services essentiels, à la dotation et à la coordination avec [Difficultés techniques], les éléments fondamentaux qui ont fait partie du processus de demande.
Je ne peux certainement pas formuler d'hypothèse sur les catégories qui seraient utilisées si [Difficultés techniques] étaient offerts. Ces décisions seraient [Difficultés techniques] le nombre de [Difficultés techniques] prouvaient l'existence d'un besoin criant.
View Bill Morneau Profile
Lib. (ON)
Thanks very much, Mr. Chair.
I'd like to take the opportunity to thank the committee for having me here. I'd also like to thank the members of the Standing Committee on Finance for the work they're doing.
We obviously know that COVID-19 is causing unprecedented disruption to the economy here at home and around the world. None of us has faced a crisis like this. Our government knows that Canadian workers and businesses have been through a tough time already and that this difficult period is continuing. That's why we're moving rapidly to help as many Canadians as possible, as quickly as possible. We're creating, developing, adapting and delivering measures in record time.
Today my goal is to highlight some of the measures we've announced recently, including enhancements to programs in anticipation of your questions.
Earlier this month when I met with you, I talked about the Canada emergency response benefit, which provides $2,000 every four weeks for up to 16 weeks to workers who lose their income as a result of the pandemic. What we've seen over the last week is that millions of Canadians have successfully applied to the program and received payments. We want this benefit to be as flexible and accessible as possible. That's why, for example, it's available to workers whether or not they have employment insurance. No one should have to choose between protecting their health, putting food on the table, paying for their medication or caring for a family member.
Yesterday, the Prime Minister announced new measures to expand the eligibility criteria for the Canada emergency response benefit. Workers can earn up to $1,000 a month while receiving the benefit. This includes wages along with fees and royalties.
The Canada emergency response benefit will also be available to people who were unemployed prior to the pandemic, who ran out of employment insurance benefits, and who can't find work because of COVID-19. Seasonal workers who can't work in their field because of the pandemic will also be eligible.
The Canada emergency response benefit is an important part of the government's COVID-19 economic response plan to support Canadians and businesses facing hardship as a result of the COVID-19 global pandemic. We also need to recognize that the pandemic has placed a significant amount of stress on certain workers.
Take those working in hospitals or nursing homes as examples, or the people who are ensuring the integrity of our food supply and those providing essential retail services to Canadians. The work these people are doing is essential. However, their salaries are sometimes less than what they'd receive from the Canada emergency response benefit. We want to boost the salaries of these essential workers. We're working with provinces and territories to offer a cost-shared, temporary top-up to the salaries of all low-income workers deemed essential in the fight against COVID-19.
Through this new transfer, provinces and territories will be able to provide a salary top-up every four weeks to the essential worker who earns less than $2,500 per month. The Government of Canada will cover a portion of the cost of the top-up and will provide an important boost to the front-line workers in our hospitals and long-term care homes, those working to make sure our groceries are well stocked, and others.
As announced yesterday, the federal government will share the cost of the programs to retain essential workers that were already in place in Quebec and British Columbia. The government is also providing support to employers through its COVID-19 economic response plan.
As you know, the Canada emergency wage subsidy covers 75% of employees' wages up to a maximum benefit of $847 per week, for up to 12 weeks. As I said earlier, not all jobs are the same and not all businesses are the same. We changed the eligibility criteria for the Canada emergency wage subsidy to help as many employers as possible and thereby as many workers as possible. As a result of Bill C-14, which was passed by Parliament last Saturday, employers must show that their revenue decreased by 15% in March 2020, instead of by 30%, as will be the case for April and May. We also acknowledge that the pandemic has been negatively affecting employers since mid-March.
Employers will also have two possible benchmarks to determine their eligibility, based on their loss of revenue. They'll be able to compare revenues of March, April and May 2020 to that of the same months of 2019. Alternatively, they can use an average of revenues in January and February of this year; this is especially beneficial for new businesses and start-ups that might not have a year's worth of earnings to look back on.
Employers will calculate revenues through one of two accounting methods: either the accrual method or the cash method.
To make it simpler and more cost-effective for employers to re-employ workers, the government will also refund some premiums for employers who keep their employees on paid leave. This includes employment insurance, Canada pension plan, Quebec pension plan and Quebec parental insurance plan premiums.
The government continues to assess and respond to the challenge of COVID-19 and we stand ready to take additional actions as needed. Earlier today, the Prime Minister announced that we'll make the Canada emergency business account available to more small businesses.
The CEBA was created to provide help to small businesses and not-for-profits to pay for non-deferrable operating costs. When we initially launched CEBA, the eligibility requirements required employers to have paid between $50,000 and $1 million in total payroll in 2019 to qualify.
As we've always said, the COVID-19 economic response plan is responsive. We heard from Canada's small businesses. We want to make sure that businesses are getting the support they need, so we've expanded the criteria. CEBA will now be available to the businesses that paid between $20,000 and $1.5 million in total payroll in 2019.
In addition, the government is also providing up to $306.8 million on a cash basis to indigenous businesses unable to access the government's existing COVID-19 support measures. This includes access to short-term interest-free loans and non-repayable contributions. Financial support for indigenous businesses will be provided through aboriginal financial institutions that offer financing to first nations, Métis and Inuit businesses.
Canada's COVID-19 economic response plan is the biggest economic program of our lifetime.
We're prepared to do whatever it takes to keep Canadians safe. We'll support workers and businesses because we know that this will help the Canadian economy recover more quickly once the crisis is over. This is how we can continue to build an even better Canada.
Thank you. I'm happy to answer your questions.
Mr. Chair, I'm ready for questions.
Merci beaucoup, monsieur le président.
J'aimerais profiter de l'occasion pour remercier le Comité de m'accueillir. J'aimerais également remercier les membres du Comité permanent des finances pour leur travail.
Nous savons évidemment que la COVID-19 cause des perturbations économiques sans précédent ici et partout dans le monde. Personne parmi nous n'a déjà fait face à une telle crise. Notre gouvernement sait que les entreprises et les travailleurs canadiens ont déjà vécu une période difficile et que cela se poursuit. C'est pourquoi nous agissons rapidement pour aider le plus grand nombre possible de Canadiens, le plus rapidement possible. Nous créons, adaptons et mettons en œuvre des mesures en un temps record.
Aujourd'hui, mon objectif est de mettre en lumière certaines des mesures que nous avons annoncées récemment, notamment les améliorations apportées aux programmes, en prévision de vos questions.
Lorsque je vous ai rencontrés au début du mois, j'ai parlé de la Prestation canadienne d'urgence, qui est versée à raison de 2 000 $ toutes les quatre semaines pendant un maximum de 16 semaines aux travailleurs qui perdent leur revenu en raison de la pandémie. Au cours de la dernière semaine, nous avons constaté que des millions de Canadiens ont présenté une demande avec succès et ont reçu des paiements. Nous voulons que cette prestation soit aussi souple et accessible que possible. C'est pourquoi, par exemple, elle est offerte aux travailleurs, qu'ils aient accès à l'assurance-emploi ou non. Personne ne devrait avoir à choisir entre protéger sa santé, mettre du pain sur la table, payer ses médicaments ou s'occuper d'un membre de sa famille.
Hier, le premier ministre a donc annoncé de nouvelles mesures pour élargir les critères d'admissibilité à la Prestation canadienne d'urgence. Les travailleurs pourront gagner jusqu'à 1 000 $ par mois tout en touchant la Prestation. Cette somme inclut les salaires ainsi que les honoraires et les redevances.
La Prestation canadienne d'urgence sera aussi offerte aux personnes qui étaient sans emploi avant la pandémie, qui ont épuisé leurs prestations d'assurance-emploi et qui ne peuvent pas se trouver un travail à cause de la COVID-19. Les travailleurs saisonniers qui ne peuvent pas travailler dans leur domaine à cause de la pandémie y auront aussi droit.
La Prestation canadienne d'urgence est une partie importante du Plan d'intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19, un plan qui vise à offrir du soutien aux Canadiens et aux entreprises qui éprouvent des difficultés attribuables à la pandémie mondiale de la COVID-19. Nous devons également reconnaître que la pandémie entraîne un stress important chez certains travailleurs.
Prenons l'exemple des personnes qui travaillent dans les hôpitaux ou dans les centres de soins infirmiers ou les personnes qui veillent à l'intégrité de notre chaîne d'approvisionnement alimentaire et celles qui fournissent des services de vente au détail essentiels aux Canadiens. Ces personnes effectuent un travail essentiel. Pourtant, leur salaire est parfois moins élevé que ce qu'ils recevraient dans le cadre de la Prestation canadienne d'urgence. Nous voulons donc augmenter le salaire de ces travailleurs essentiels. Nous travaillons avec les provinces et les territoires pour partager les coûts en vue d'offrir un supplément salarial temporaire à tous les travailleurs à faible revenu qui sont jugés essentiels dans la lutte contre la COVID-19.
Par l'entremise de ce nouveau transfert, les provinces et les territoires seront en mesure de verser un supplément salarial toutes les quatre semaines aux travailleurs essentiels qui gagnent moins de 2 500 $ par mois. Le gouvernement du Canada paiera une partie du coût de ce supplément et fournira un appui important aux travailleurs de première ligne dans les hôpitaux et dans les centres de soins de longue durée, aux travailleurs qui veillent à l'approvisionnement des tablettes d'épicerie et à d'autres travailleurs.
En vertu de l'annonce faite hier, le gouvernement fédéral partagera le coût des programmes pour la rétention des travailleurs essentiels qui ont déjà été mis en place au Québec et en Colombie-Britannique. Le gouvernement apporte aussi son soutien aux employeurs, dans le cadre de son plan d'action économique pour répondre à la COVID-19.
Comme vous le savez, la Subvention salariale d'urgence du Canada couvre 75 % des salaires des employés jusqu'à concurrence de 847 $ par semaine pour une période maximale de 12 semaines. Comme je l'ai dit plus tôt, les emplois ne sont pas tous les mêmes; les entreprises ne sont pas toutes les mêmes non plus. Nous avons donc modifié les critères d'admissibilité à la Subvention salariale d'urgence du Canada, pour aider le plus d'employeurs possible et par conséquent le plus de travailleurs possible. Grâce au projet de loi C-14, qui a été adopté par le Parlement samedi dernier, les employeurs devront démontrer que leurs revenus ont diminué de 15 % pendant le mois de mars 2020, au lieu de 30 % comme ce sera le cas pour les mois d'avril et de mai. Nous reconnaissons aussi que la pandémie a eu des effets négatifs sur les employeurs à partir de la mi-mars.
Les employeurs utiliseront également deux seuils possibles pour déterminer leur admissibilité, qui sera fondée sur leur perte de revenus. En effet, ils pourront comparer leurs revenus des mois de mars, avril et mai 2020 à leurs revenus des mêmes mois pour l'année 2019. Mais ils pourront également utiliser la moyenne de leurs revenus de janvier et de février de l'année en cours, ce qui convient surtout aux nouvelles entreprises et aux entreprises en démarrage qui n'ont peut-être pas encore une année de revenus à utiliser aux fins de comparaison.
Les employeurs calculeront leurs revenus avec l'une des deux méthodes comptables suivantes, c'est-à-dire la méthode de comptabilité d'exercice ou la méthode de comptabilité de caisse.
Afin de rendre le réemploi des travailleurs plus simple et plus économique pour les employeurs, le gouvernement va aussi rembourser certaines cotisations des employeurs qui gardent leurs employés en congé payé. Cela inclut les cotisations à l'assurance-emploi, au Régime de pensions du Canada, au Régime de rentes du Québec, ainsi qu'au Régime québécois d'assurance parentale.
Le gouvernement continue d'évaluer et de relever les défis posés par la COVID-19 et nous sommes prêts à prendre des mesures supplémentaires au besoin. Plus tôt aujourd'hui, le premier ministre a annoncé que nous élargirons l'accès au Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes, afin d'inclure un plus grand nombre de petites entreprises.
Le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes a été créé pour aider les petites entreprises et les organismes à but non lucratif à payer leurs coûts de fonctionnement qui ne peuvent pas être reportés. Au lancement du CUEC, les critères d'admissibilité exigeaient que les employeurs aient payé une masse salariale totale de 50 000 à 1 million de dollars en 2019.
Comme nous l'avons toujours dit, le Plan d'intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 permet une certaine souplesse. Nous avons entendu les représentants des petites entreprises canadiennes. Nous voulons veiller à ce que les entreprises obtiennent le soutien dont elles ont besoin, et nous avons donc élargi les critères d'admissibilité. En effet, le CUEC sera maintenant offert aux entreprises qui ont payé une masse salariale totale de 20 000 à 1,5 million de dollars en 2019.
De plus, le gouvernement offre jusqu'à 306,8 millions de dollars selon la comptabilité de caisse aux entreprises autochtones qui n'ont pas accès aux mesures de soutien offertes par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre la COVID-19. Cela comprend l'accès à des prêts à court terme sans intérêt et à des contributions non remboursables. Le soutien financier aux entreprises autochtones sera fourni par l'entremise d'institutions financières autochtones qui offrent du financement aux entreprises des Premières Nations, ainsi qu'aux entreprises métisses et inuites.
Le Plan d'intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 est le plus grand programme économique de notre époque.
Nous sommes prêts à faire tout ce qu'il faut pour assurer la sécurité des Canadiens. Nous allons soutenir les travailleurs et les entreprises, parce que nous savons que cela aidera l'économie canadienne à se redresser plus rapidement lorsque la crise sera passée. C'est ainsi que nous pourrons continuer à bâtir un Canada encore meilleur.
Je vous remercie, et c'est avec plaisir que je répondrai à vos questions.
Monsieur le président, je suis prêt à répondre aux questions.
Results: 1 - 30 of 31 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data