Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 3 of 3
View Mark Strahl Profile
CPC (BC)
View Mark Strahl Profile
2020-02-04 10:09 [p.866]
Mr. Speaker, if you seek it, I believe you will find unanimous consent for the following motion.
That, at the conclusion of today's debate on the opposition motion in the name of the member for Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, all questions necessary to dispose of the motion be deemed put and a recorded division deemed requested and deferred until Wednesday, February 5, 2020, at the expiry of the time provided for Oral Questions.
Monsieur le Président, vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante.
Qu'à la conclusion du débat d'aujourd'hui sur la motion de l'opposition au nom du député de Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, toute question nécessaire pour disposer de la motion soit réputée mise aux voix et qu'un vote par appel nominal soit réputé demandé et différé jusqu'au mercredi 5 février 2020, à la fin de la période prévue pour les questions orales.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Does the hon. member have the unanimous consent of the House to move on the motion?
Some hon. members: Agreed.
The Speaker: The House has heard the terms of the motion. Is it the pleasure of the House to adopt the motion?
Some hon. members: Agreed.
Le député a-t-il le consentement unanime de la Chambre pour présenter la motion?
Des voix: D'accord.
Le Président: La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre de l'adopter?
Des voix: D'accord.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
moved:
That the House: (a) condemn the decision of the Parole Board of Canada that led to a young woman’s death by an inmate during day parole in January of this year; and (b) instruct the Standing Committee on Public Safety and National Security to conduct hearings into this matter, including a review of the changes made by the government in 2017 to the board’s nomination process, with the view to recommend measures to be taken to ensure another tragedy such as this never happens again.
He said: Mr. Speaker, I will share my time with the member for Medicine Hat—Cardston—Warner.
Today is an important day for the official opposition, but it is especially important for the family of Marylène Levesque, which is entitled to answers. Marylène Levesque was a 22-year-old woman who was murdered two weeks ago in Quebec City, in my region.
This tragedy really had an impact on me. I simply cannot understand how it came to be that an inmate on parole was allowed to have sex with women. Somehow, someone recommended that this man have sexual relations even though he killed his ex-partner in 2004 and was sentenced to life in prison in 2006.
The first question we should ask ourselves in this case is why the individual was released before his 15-year sentence was up. The second question is about how the parole officer's strategy was implemented and why this officer's report was signed and endorsed by two Parole Board members. The report stated that the paroled inmate had a problem with women. That was clear. The man killed his ex-partner and, for nearly 15 years, demonstrated that he was not capable of engaging in normal relationships with women.
The parole report indicates, and I quote:
During the hearing, your parole officer underlined a strategy that was developed with the goals that would allow you to meet women in order to meet your sexual needs. Your CMT...gave permission for such meetings provided that you were transparent.
That is the issue that prompted us to move the motion we are debating today in the House of Commons. How could two board members agree to and sign a report that allowed a woman-killer, someone with psychological problems in his relationships with women, to meet his sexual needs with women? That implies that he can have dealings with prostitutes and that he can have a relationship with other women. However, these women have no idea who he is or where he comes from. Those members basically let a fox into the henhouse.
The Quebec City region, Quebec and now all of Canada are appalled by this story. Let us not forget that Marylène Levesque paid with her life because an inmate like Eustachio Gallese was given that permission.
These issues are making us question how the Parole Board of Canada could have undergone such a complete transformation in recent years. The changes began from the moment we changed governments in 2015. The contracts of the experienced members already on the board were not renewed. The government decided that members would be politically appointed, and so people were appointed. Surely they were good people. I do not want to accuse those individuals, but the fact remains that people were politically appointed to the Parole Board, to strategic positions, without any support from experienced members. In the workplace, a senior employee is usually always paired with a new one to ensure the transfer of knowledge.
These are fundamental questions, because these people have a tremendous responsibility to ensure public safety. They recommend and sign off on granting parole to murderers, people who have been sentenced to life in prison by a court. They apply for parole, and based on various criteria, their applications are approved. In this particular case, a man who had murdered a woman was allowed to meet with women to satisfy his sexual needs. That is incomprehensible. No one can understand this. Even Robert Pigeon, the chief of the Service de police de la Ville de Québec, said in an interview last weekend that he had never seen anything like this in his whole career and that he could not understand how this could happen.
There is another problem. In 2018, the Auditor General of Canada reported that there were problems with the supervision and accommodation of offenders on parole.
This combination of factors led to an explosive situation. I will say this again, Marylène Levesque paid with her life. Whatever some people may say, Marylène was earning a living as an “escort”. It is currently illegal to purchase sexual services. However, we have seen that a government report proposed enabling him to meet with women and, indirectly, with “escorts”, which is illegal. Canadians have many questions about what happened.
Furthermore, what happened to Marylène Levesque was not an isolated incident. Two years ago, we spent a long time debating the murder of Tori Stafford in this very chamber.
Many will remember this Canadian little girl who was abducted, raped, tortured and murdered by Michael Rafferty and Terri-Lynne McClintic. Her body was found in Ontario. It was an unbelievable tragedy, and the murderers were given life sentences. After just six years, however, we learned that Ms. McClintic had been transferred from a maximum-security penitentiary to the Okimaw Ohci Healing Lodge, a minimum-security facility in Saskatchewan. Since Ms. McClintic claimed to be indigenous, she was sent to a healing lodge where there were only cameras and residents can open the door and leave whenever they like. No one in Canada could understand how that could have happened. We raised the matter in the House of Commons, but the Liberals did not want to change anything. After considerable pressure and public outrage, the government finally sent Ms. McClintic back to a regular prison.
Those decisions have prompted many, many questions about the entire decision-making process. That is why we would like a review of how the Parole Board of Canada operates and how, and on what basis, decisions are made.
Quebec's justice minister, Sonia LeBel, summed up the situation surrounding the murder of Marylène Levesque in a single sentence, “Reintegration has to be a consideration in the parole process, but the overriding principle has to be, first and foremost, the safety and security of the public, the safety of our citizens.”
On that, in 2017, eight former PBC members sent a letter to the Prime Minister. The following two paragraphs provide a clear summary of the situation, “We are Parole Board of Canada members who wish to share our serious concerns about the member reappointment process, which does not seem to be transparent.”
Former members also mentioned the following in that letter: "Our primary mandate is to protect the public, and we fear that this mandate is currently in jeopardy.”
This is a letter that was sent in 2017 by eight former Parole Board members who were already flagging the problem. They never received a response from the Prime Minister.
We must not get distracted by the life that Marylène Levesque chose to live. We believe that the important thing to understand is that the parole conditions of the individual in question were unacceptable and the entire process has to be reviewed, including the way Parole Board members are appointed.
propose:
Que la Chambre: a) condamne la décision de la Commission des libérations conditionnelles du Canada qui a mené à la mort d’une jeune femme par un détenu alors qu’il était en semi-liberté en janvier de cette année; b) donne instruction au Comité permanent de la sécurité publique et nationale de tenir des audiences sur cette affaire, y compris d’examiner les changements apportés par le gouvernement en 2017 au processus de nomination de la Commission, en vue de recommander des mesures à prendre pour veiller à ce qu’une tragédie de ce genre ne se reproduise plus jamais.
— Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Medicine Hat—Cardston—Warner.
La journée d’aujourd’hui est très importante pour l’opposition officielle, mais surtout pour la famille de Marylène Levesque, qui doit obtenir des réponses. Marylène Levesque est cette jeune femme de 22 ans qui a été assassinée il y a deux semaines à Québec, dans ma région.
Ce drame m’a personnellement touché. Je suis incapable de comprendre pourquoi nous en sommes arrivés à une situation où un prisonnier en liberté conditionnelle pouvait avoir des relations sexuelles avec des femmes. C’est même une recommandation qui a amené cet homme à avoir des relations sexuelles, alors qu’il a tué son ex-conjointe en 2004 et qu’il a été condamné à la prison à vie en 2006.
La première question qu’on peut se poser devant une telle situation, c’est pourquoi l’individu avait été relâché avant les 15 ans déterminés par le juge. La deuxième question est de comprendre comment a été mise en place la stratégie de l’agente des libérations conditionnelles, dont le rapport a été signé et adopté par deux commissaires. Ce rapport mentionnait que le prisonnier en liberté conditionnelle avait un problème avec les femmes. C’était clair. Cet homme avait tué son ex-conjointe et avait démontré pendant près de 15 ans qu’il n’était pas en mesure de nouer des relations normales avec des femmes.
Dans le rapport de libération conditionnelle, on peut lire ce qui suit:
En audience, votre agente de libération conditionnelle a souligné qu’une stratégie a été développée afin que vous puissiez rencontrer des femmes, mais seulement afin de répondre à vos besoins sexuels. Votre ÉGC [...] vous a permis de faire ces rencontres moyennant que vous fassiez preuve de transparence.
Voilà le nœud de l’affaire qui nous amène à déposer cette motion dont nous débattons aujourd’hui à la Chambre des communes. Comment deux commissaires ont-ils pu accepter et signer un rapport qui permet à un tueur de femmes, à quelqu’un qui a des problèmes psychologiques dans ses relations avec les femmes, d’assouvir ses besoins sexuels avec des femmes? Cela sous-entend qu’il peut faire affaire avec des prostituées et qu’il peut avoir une relation avec d’autres femmes. Or ces femmes ne savent pas qui il est ni d’où il vient. On envoie carrément un loup dans la bergerie.
La région de Québec, le Québec et maintenant le Canada sont consternés par cette histoire. N’oublions pas que Marylène Levesque a payé de sa vie cette permission octroyée à un prisonnier comme Eustachio Gallese.
Ces questions nous amènent à essayer de comprendre comment la Commision des libérations conditionnelles du Canada s’est vue complètement transformée dans les dernières années. À partir du moment où nous avons changé de gouvernement en 2015, des changements ont été apportés. Des contrats de commissaires expérimentés qui étaient en place n’ont pas été renouvelés. Le gouvernement a décidé que les nominations des commissaires se feraient au niveau politique. Ainsi, des gens ont été nommés. C’étaient sûrement de bonnes personnes. Je ne veux pas accuser les individus, mais il reste que des gens ont été nommés de façon politique à des postes de commissaires, qui sont des postes stratégiques, sans avoir l’appui des anciens. Normalement, lorsqu’on travaille, un ancien est toujours jumelé à un nouveau, pour assurer la transmission des connaissances.
Ces questions sont fondamentales, parce que ces gens ont une responsabilité énorme en matière de sécurité publique. Ils signent et cautionnent des libérations de meurtriers, des gens que la cour a condamnés à la prison à vie. Ceux-ci demandent une libération et, selon différents critères, on accède à leur demande. Dans ce cas précis, on a donné la possibilité à un meurtrier de femmes de rencontrer des femmes pour assouvir ses besoins sexuels. C’est incompréhensible. Personne ne comprend cela. Même le chef du Service de police de la Ville de Québec, Robert Pigeon, a dit en entrevue la fin de semaine dernière qu’il n’avait jamais vu une telle chose de toute sa carrière et qu’il ne pouvait comprendre comment cela avait pu arriver.
Il y a un autre problème: en 2018, le vérificateur général du Canada a mentionné dans son rapport qu’il y avait des problèmes relatifs aux suivis et à l'hébergement pour les gens en liberté conditionnelle.
Il y a donc un ensemble de facteurs qui mènent à une situation explosive. Je le répète, Marylène Levesque l'a payé de sa vie. Quoiqu'en disent certaines personnes, Marylène gagnait effectivement sa vie comme « escorte ». L'achat de services sexuels est illégal actuellement. Or on a vu qu'un rapport du gouvernement proposait d'aller vers les femmes et indirectement vers les « escortes », ce qui est illégal. La population se questionne énormément sur ce qui s'est passé.
On voit d'ailleurs que la situation de Marylène Levesque n'est pas la seule. Il y a deux ans, nous avons ici même longuement débattu du meurtre de Tori Stafford.
On se souviendra de cette autre jeune Canadienne qui avait été enlevée, violée, torturée et assassinée par Michael Rafferty et Terri-Lynne McClintic. On avait retrouvé son corps en Ontario. C'était un meurtre incroyable, et les meurtriers ont été condamnés à la prison à vie. Or, après seulement six ans, on apprenait que Mme McClintic avait été transférée d'un pénitencier à sécurité maximale vers le pavillon de ressourcement Okimaw Ohci, un pavillon à sécurité minimale situé en Saskatchewan. Comme Mme McClintic prétendait être autochtone, on l'a envoyée dans un centre de ressourcement où il n'y a que des caméras et où on peut ouvrir la porte et sortir quand on veut. C'est une situation que la population du Canada tout entier ne comprenait pas. Nous avions soulevé le point à la Chambre des communes, mais les libéraux ne voulaient pas changer les choses. À la suite de beaucoup de pression et après que la population se soit révoltée, le gouvernement a finalement renvoyé Mme McClintic dans une prison normale.
Ces décisions font qu'on se pose énormément de questions sur l'ensemble du processus de décisions qui sont prises. C'est pour cette raison que nous voulons revoir comment fonctionne la Commission des libérations conditionnelles du Canada et comment sont appuyées les décisions.
Au Québec, la ministre de la Justice, Mme Sonia LeBel, a résumé la situation du meurtre de Marylène Levesque en une seule phrase: « Les libérations conditionnelles doivent effectivement prendre en compte les principes de réinsertion sociale, mais ils ont comme principe prépondérant d’abord et avant tout la sécurité de nos citoyens, la sécurité des gens ».
À ce sujet, en 2017, huit anciens commissaires aux libérations conditionnelles ont envoyé une lettre au premier ministre. Les deux paragraphes suivants résument clairement la situation: « Nous sommes des commissaires de la Commission des libérations conditionnelles du Canada et voulons vous transmettre nos sérieuses préoccupations concernant le processus de renouvellement des mandats de commissaires, qui ne nous apparaît pas transparent ».
D'anciens commissaires ont également mentionné dans la lettre: « Notre mandat premier est la protection du public et nous craignons que ce mandat soit actuellement en péril ».
Il s'agit d'une lettre envoyée en 2017 par huit anciens commissaires qui soulevaient déjà l'existence d'une problématique. Ils n'ont jamais reçu de réponse de la part du premier ministre.
Nous ne devons pas nous laisser distraire par le genre de vie que Marylène Levesque avait choisi de mener. L'important est de comprendre que, selon nous, l'individu en liberté conditionnelle avait des conditions inacceptables et que tout le processus doit être revu, de même que la façon de nommer les commissaires aux libérations conditionnelles.
Results: 1 - 3 of 3

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data