Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 2 of 2
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2020-07-20 12:23 [p.2584]
moved that Bill C-20, An Act respecting further COVID-19 measures, be read the second time and referred to a committee.
She said: Mr. Speaker, it is my honour today to introduce in the House Bill C-20, an act respecting further COVID-19 measures.
COVID-19 has been a profound shock to our economy and has profoundly changed the way we go about our daily lives. Canadians have come together to flatten the curve, and economies are now gradually and safely reopening. It is a crisis that has called for quick, decisive leadership to stabilize the economy, to protect jobs, to ensure that workers and families can put food on the table and to prevent long-term damage to our economy. Our government has worked tirelessly to answer this call.
Protecting Canadian jobs has been a priority for us since the beginning of the pandemic. Our government recognizes the importance of protecting the link between workers and their employers. Businesses thrive when owners and employees work as a team. We know that for businesses to stay ready to bounce back, it is vitally important that they maintain that link with the employees they have trained, employees who have earned the trust of customers and whom have been working with for years.
We launched the Canada emergency wage subsidy to give businesses, non-profits and charitable organizations support so that they could keep and rehire workers. To date, this program has helped around three million workers keep their jobs. That means millions of families have had paycheques to rely on throughout this.
This program has been available to employers of all sizes across Canada and across sectors. It is here to make sure that even as this crisis causes unprecedented uncertainty, employers have the certainty that they can pay their workers.
The CEWS has been an important part of our economic response plan and is providing support to a broad base of businesses. It has had a significant impact: In May, one in four private sector employees was covered by the wage subsidy.
This pandemic is unprecedented in nature, and the situation continues to evolve. We are ensuring that our programs are also evolving.
Today, we are introducing a bill that will make the wage subsidy more effective, flexible and responsive. These changes will give businesses a longer runway to recovery, expand program eligibility to include a larger number of workplaces, provide more targeted support to the hardest-hit businesses and, by so doing, protect a greater number of Canadian jobs.
In the spring we began consulting with businesses and labour representatives on what adjustments we could make to the program, so that we could help more Canadians get hired back and help businesses grow. During the consultations we heard from many employers that the CEWS was invaluable in keeping workers on the payroll and helping to bring workers back. However, employers understand, like all Canadians do, that our economic recovery will be gradual.
Many people we spoke with shared the view that the subsidy should be extended past the initial 12-week extension. They also shared many ideas on how the adjustment to CEWS could support businesses and employees as the economy restarts and businesses recover and grow. One thing they were worried about was the current program design's cliff effect, which is that even if a business picked up slowly, once it grew past the 30% revenue decline threshold it would not have the support it was relying on in order to pay workers.
No business should feel it has to choose reopening, growing and hiring or getting the support it needs.
Many of the people we have talked to have also said that businesses want the government to dial back the wage subsidy as revenue goes up to ensure stable support during recovery.
Canadians know that recovery will be a gradual process because we want to do it safely. We do not think businesses should be penalized for doing the right thing and taking the necessary precautions to protect their community.
Whether it is a restaurant that is not at full capacity so that it can keep a safe distance between diners, or a front-line non-profit organization that is making sure all of its workers have proper PPE and training before going back on the job, or a store that has adjusted its hours to make sure it is properly cleaned, we see organizations working hard to figure out how to operate safely as we all adjust to living with COVID-19.
Other Canadians told us that the current 30% revenue decline test kept many of Canada's affected businesses from getting this much-needed support. They brought up the idea of tiered support to help businesses that are struggling as they face the challenges of this pandemic, but have not seen a full 30% reduction in revenue.
Overall, businesses have a strong sense that the road to recovery will be gradual and uncertain. Employers want to know that they will have support past this summer in order to stay strong through the challenges we face.
Information gleaned on the ground about how well our programs are working and how we can make them even more useful is priceless. Given what we have learned, we are proposing changes to the wage subsidy that will encourage employers to resume operations and keep hiring Canadians as the economy opens up. Our bill will make those changes happen.
With Bill C-20 we are proposing to extend the CEWS until November 21, 2020, with the intent of providing further support through the CEWS until December 19, 2020.
This bill would also broaden eligibility, making this subsidy available to more employers and protecting more workers. The changes in this bill would also promote growth as the economy continues to recover from the shock of this pandemic.
Effective July 5, 2020, the CEWS would consist of two parts: a base subsidy available to all eligible employers experiencing a decline in revenues, with the subsidy amount varying depending on the scale of revenue decline, and a top-up subsidy of up to an additional 25% for employers most adversely affected by the COVID-19 crisis.
The maximum base subsidy rate would be provided to employers experiencing a revenue drop of 50% or more, with the rate gradually declining for employers experiencing a revenue drop between 49% and zero. This would extend access to the CEWS to a broader range of employers. Organizations that have been struggling but have had revenue declines of less than 30% would be able to access the wage subsidy for the first time. This would open the program to a whole new range of employers, providing the base subsidy rate support to active employees and helping protect more of the jobs Canadians rely on.
For employers who have been deeply affected, those who experienced a revenue drop of more than 50% over three months on average, we are offering a top-up subsidy for their workers of up to 25% of their pay. This measure will be particularly helpful for employees working in industries that are recovering more slowly. As I said, our plan consists in building a bridge to a safer place for Canadians during this emergency situation.
Lastly, we want to make sure this program provides no barriers to growth. By removing the 30% revenue decline threshold, employers already on the program will not have to worry that they will lose support they are still relying on as they grow. We will still be there to provide support as they work to recover and restore growth.
We know this new CEWS will be a welcome change, and that a lot of businesses have made plans based on the existing design for the next two periods of the CEWS from July 5 to August 29. We are creating a safe harbour where they can be confident they will still qualify, at a minimum, for the same level of support for those CEWS periods as under the previous design.
Thanks to this new more effective design, the emergency wage subsidy will help even more employers who are all at various stages of reopening. If they experienced a greater decline in revenue, they will receive a higher subsidy.
The gradual reduction in assistance given to businesses that are successfully reopening will ensure that they get stable and predictable support as their activities resume. These changes will make businesses more competitive and will help increase the number of employees returning to work thanks to the emergency wage subsidy.
This proposed design of the CEWS would ensure the program continues to address the immediate needs of businesses while also positioning them for a strong recovery.
Our government believes in the resilience of Canadians and the ability of our businesses to find innovative ways to keep going and to grow back stronger, but these are extraordinary times and businesses continue to need support to do this.
Our plan is to help Canadians stay strong throughout this storm. It will protect Canadians' health and ensure that we have the best tools and systems to monitor the virus. It will provide the financial support that Canadians with disabilities need. It will also help mothers and fathers feed their families, make it possible for youth to follow their dreams and ensure that no one is left behind.
It is also about keeping our communities strong, giving needed support to the shops and restaurants that define our neighbourhoods and making sure the outreach centres and community organizations that support our most vulnerable can keep being there for people.
COVID-19 has affected all aspects of Canadians' quality of life, from their health to their livelihoods. We created programs to support students, seniors, families and workers so they would not have to make impossible choices between paying their bills and keeping food on the table. It is now critically important that we pursue inclusive growth and continue to support our most vulnerable. That is why I am working on incorporating quality of life measurements into decision-making, including in the economic response plan.
In addition to the support provided by the Canada emergency wage subsidy, more than eight million Canadians have received the Canada emergency response benefit, which has helped them pay for groceries, rent and prescription medications. We have also provided financial support to millions of vulnerable Canadians through existing programs, such as the goods and services tax credit, the Canada child benefit, old age security and the guaranteed income supplement.
Canadians with disabilities are facing increased costs, too, and need support. This legislation would help an estimated 1.7 million Canadians living with disabilities qualify for a special payment of up to $600 so they can have access to the support they need.
We are also working to make sure businesses can get the liquidity support they need. From the Canada emergency business account and the business credit availability program to the large employer emergency financing facility, we are providing tailored support to workers and employers of every size across this country to make sure that no matter where people work, their employers have access to support.
We are making sure that no business is left behind. We have allocated $962 million to the regional relief and recovery fund, administered by the six regional development agencies across Canada, in order to support the affected companies that are essential to the regional and local economy, including in rural communities. These companies create good local jobs, and they support our families and the communities they serve.
We are also investing in indigenous businesses, providing almost $307 million in funding to help small and medium-sized indigenous businesses, and $133 million to support indigenous business through the recovery, including micro-businesses that are not eligible for other support programs.
We have also provided support for women entrepreneurs who are facing hardship during the pandemic, through $15 million in new funding from the women entrepreneurship strategy.
Canadians' collective actions have helped control the virus here at home. Canadians want to go back to work, but they need the confidence they can do it safely. Across Canada, economies are reopening and we are seeing our streets come back to life, but it is a bit different than before, and that is a good thing. We need to make sure we are staying safe.
COVID-19 has not disappeared. We need to take action to protect ourselves and our neighbours against another out-of-control outbreak. All employers are required to strictly follow the latest public health guidelines in order to protect their patrons, their workers and their communities.
We must always remember that our collective economic success is fundamentally linked to our public health outcomes. The $19-billion Safe Restart Agreement our government reached with provinces and territories last week is helping Canadians stay safe and healthy and ensuring we are more resilient to possible future waves. This funding will enhance capacity for testing, contact tracing and data management.
Through this funding, we will be able to secure reliable sources of personal protective equipment, which will help protect our front-line workers and health care workers. It will also enable the provinces and territories to provide temporary income support, so that workers who are not entitled to paid sick leave can get 10 days of paid sick leave related to COVID-19.
The funding will help in many other ways, including by making sure there are enough safe child care spaces available so that parents can go back to work.
Our government will not stop working to help Canadians face the challenges of COVID-19. We stand ready to take additional actions, as needed, to stabilize the economy, protect Canadians and position them for a strong restart as we emerge from the crisis. By recognizing and addressing the challenges employers are facing and providing the support they need to restart, the enhancement to the Canada emergency wage subsidy proposed in Bill C-20 is another important step in our work to support the resilience of Canadians and help them bridge through to better times.
It is on all of us, as hon. members in the House, to make sure we remain focused on the ongoing crisis at hand and put the immediate needs of Canadians first. Canadians have demonstrated their ability to put old habits aside and come together for the greater good. I encourage the members of this House to do the same so that Canadians can get the support they deserve without further delay.
I urge all hon. members of the House to support the speedy passage of Bill C-20 so that we can protect jobs in this country and get Canadians back to work.
propose que le projet de loi C-20, Loi concernant des mesures supplémentaires liées à la COVID-19, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Monsieur le Président, j'ai l'honneur aujourd'hui de présenter à la Chambre le projet de loi C-20, Loi concernant des mesures supplémentaires liées à la COVID-19.
La COVID-19 a profondément secoué l'économie canadienne et elle a grandement changé nos habitudes quotidiennes. Les Canadiens ont uni leurs efforts pour aplatir la courbe. Les provinces commencent graduellement et de façon sécuritaire à rouvrir certains secteurs de leurs économies. Face à la crise de la COVID-19, le gouvernement a dû faire preuve de leadership et agir rapidement et de manière décisive pour stabiliser l'économie, protéger les emplois, veiller à ce que les travailleurs puissent nourrir leur famille et éviter des séquelles économiques à long terme. Il n'a ménagé aucun effort pour s'attaquer à la crise.
La protection des emplois canadiens constitue une priorité pour nous depuis le début de la pandémie. Notre gouvernement reconnaît l'importance de protéger le lien entre les travailleurs et leurs employeurs. Les entreprises prospèrent grâce au travail en équipe des propriétaires et des travailleurs. Nous savons que, pour permettre aux entreprises de demeurer prêtes à rebondir, il est d'une importance cruciale qu'elles maintiennent ce lien avec les travailleurs qu'ils ont formés, qui ont gagné la confiance des clients, et qu'ils côtoient au travail depuis des années.
Nous avons lancé la Subvention salariale d'urgence du Canada pour aider les entreprises, les organismes sans but lucratif et les organismes de bienfaisance à garder leurs employés ou à les réembaucher. Jusqu'à maintenant, le programme a contribué au maintien d'environ trois millions d'emplois. Des millions de familles ont donc pu compter sur des chèques de paie pendant cette période difficile.
Le programme est offert aux employeurs de toutes les tailles et de tous les secteurs à l'échelle du Canada. Grâce à lui et malgré l'incertitude sans précédent qu'engendre cette crise, les employeurs savent qu'ils peuvent payer leurs employés.
Le programme de subvention salariale est un élément important de notre plan d'intervention économique et il soutient un grand nombre d'entreprises. Il a eu des retombées considérables: en mai, un employé du secteur privé sur quatre profitait de la subvention salariale.
Cette pandémie est sans précédent par nature, et la situation continue d'évoluer. Nous nous assurons que nos programmes évoluent également.
Aujourd'hui, nous déposons un projet de loi qui rendra la subvention salariale plus efficace, plus souple et mieux adaptée. Ces changements permettront de donner aux entreprises une piste de décollage plus longue vers la reprise, d'élargir l'admissibilité du programme pour inclure un plus grand nombre de lieux de travail, d'offrir un soutien mieux ciblé aux entreprises les plus durement touchées et, par conséquent, de protéger un plus grand nombre d'emplois canadiens.
Au printemps, nous avons entamé des consultations auprès de représentants des travailleurs et des propriétaires pour déterminer les ajustements que nous pouvions apporter au programme afin d'aider plus de Canadiens à retrouver leur emploi et de favoriser la croissance des entreprises. Pendant ces consultations, bon nombre d'employeurs ont affirmé que la subvention salariale leur fournit une aide inestimable pour garder leurs employés et réintégrer ceux qui avaient été mis à pied. Cependant, les employeurs, comme tous les Canadiens, comprennent que la relance économique sera graduelle.
Parmi les personnes que nous avons consultées, beaucoup étaient d'avis que la subvention devait être reconduite au-delà de la prolongation initiale de 12 semaines. Elles s'entendaient aussi sur un bon nombre des ajustements à apporter au programme pour soutenir les employeurs et les employés au moment où l'activité économique reprend et où les entreprises remontent la pente. Elles s'inquiétaient notamment des répercussions que pourrait avoir sur le versement des salaires la coupure soudaine de la subvention que prévoit le programme lorsqu'une entreprise qui se relève lentement passe sous le seuil des pertes de revenus de 30 %.
Aucune entreprise ne devrait avoir l'impression d'avoir à choisir entre la reprise, la croissance, l'embauche ou l'obtention du soutien nécessaire.
Beaucoup de gens à qui nous avons parlé ont également affirmé que les entreprises souhaitaient une réduction progressive du taux de la subvention salariale à mesure que les revenus augmentent, afin de fournir un soutien stable durant la reprise.
Tous les Canadiens savent que la reprise sera un processus graduel, étant donné que nous l'effectuons de façon sécuritaire. À notre avis, les entreprises ne devraient pas être pénalisées pour avoir fait la bonne chose, pour avoir pris les précautions nécessaires en vue de protéger leur communauté.
Qu'il s'agisse de restaurants qui choisissent de ne pas fonctionner à plein rendement afin de conserver une distance sécuritaire entre leurs clients, ou d'organismes de bienfaisance offrant des services de première ligne qui veillent à ce que tous leurs employés aient l'équipement de protection individuelle et la formation nécessaires avant de reprendre le travail, ou encore de commerces qui ont modifié leurs heures d'ouverture pour procéder au nettoyage nécessaire, nous constatons que les entreprises ne ménagent aucun effort pour trouver un moyen de mener leurs opérations de façon sécuritaire alors que tout le pays s'adapte aux changements quotidiens entraînés par la COVID-19.
D'autres Canadiens nous ont dit que le critère actuel de baisse des revenus de 30 % empêchait de nombreuses entreprises canadiennes touchées par la pandémie d'obtenir le soutien dont elles ont grandement besoin. Ils proposent la mise en œuvre d'une aide à niveaux multiples pour soutenir les entreprises qui souffrent des conséquences de la pandémie, mais qui n'ont pas subi une réduction totale de 30 % de leurs revenus.
Dans l'ensemble, les entreprises sont convaincues que la reprise sera graduelle et incertaine. Les employeurs veulent avoir l'assurance qu'ils auront du soutien financier après l'été afin de pouvoir rester solides face aux défis à relever.
Ces renseignements obtenus sur le terrain, sur l'utilité des programmes et la façon de les rendre encore plus utiles, sont inestimables. Munis de cette information, nous proposons des changements à la subvention salariale qui serviront d'incitatifs afin que les employeurs reprennent leurs activités et continuent à embaucher les Canadiens à mesure que l'économie rouvre. Le projet de loi que nous proposons viendrait concrétiser ces changements.
Aux termes du projet de loi C-20, nous proposons de prolonger la Subvention salariale d'urgence du Canada jusqu'au 21 novembre 2020, ce qui nous permettra de fournir une aide supplémentaire jusqu'au 19 décembre 2020.
Le projet de loi contribuerait aussi à élargir les critères d'admissibilité, rendant ainsi la subvention accessible à un plus grand nombre d'employeurs et à protéger un plus grand nombre de travailleurs. Les modifications apportées par ce projet de loi favoriseraient également la croissance alors que l'économie se remet peu à peu du choc provoqué par la pandémie.
À compter du 5 juillet 2020, la Subvention salariale d'urgence du Canada serait composée de deux parties: d'une subvention de base accessible à tous les employeurs admissibles qui subissent une baisse de leurs revenus, le montant de cette subvention variant selon l'ampleur de la baisse, et d'une subvention complémentaire pouvant atteindre 25 % pour les employeurs les plus touchés par la crise de la COVID-19.
Le taux maximum de la subvention de base serait accordé aux employeurs subissant une baisse de revenus de 50 % ou plus, ce taux diminuant parallèlement à la baisse de ces revenus — de 49 à 0 % — chez les employeurs concernés. Cela permettrait d'étendre l'accès à la subvention à un plus grand nombre d'employeurs. Les organisations qui ont connu des difficultés, mais dont la baisse de revenus était inférieure à 30 % pourraient avoir accès à la subvention salariale pour la première fois. Le programme serait ainsi ouvert à un tout nouvel éventail d'employeurs, ce qui permettrait d'aider des employés en poste et de protéger un plus grand nombre d'emplois sur lesquels les Canadiens comptent.
Pour les employeurs qui ont été profondément touchés, ceux dont les revenus ont chuté de plus de 50 % sur trois mois en moyenne, nous offrirons une subvention complémentaire pour leurs travailleurs jusqu'à concurrence de 25 % de leur rémunération. Cette mesure sera particulièrement utile pour les employés qui travaillent dans des secteurs où la reprise a lieu plus lentement. Comme je l'ai déjà dit, notre plan consiste à bâtir un pont vers un lieu plus sûr pour les Canadiens durant cette situation d'urgence.
Enfin, nous voulons nous assurer que le programme n'entrave aucunement la croissance. En éliminant le critère de baisse des revenus de 30 %, les employeurs déjà inscrits au programme n'auront plus à craindre de perdre le soutien dont ils ont encore besoin pour assurer leur croissance. Nous continuerons à leur offrir de l'aide tandis que leur entreprise cherche à se redresser et à recommencer à croître.
Nous savons que la nouvelle Subvention salariale d’urgence du Canada sera la bienvenue. Nous savons aussi que de nombreuses entreprises ont fait des plans basés sur la subvention salariale actuelle pour les deux prochaines périodes d'admissibilité, qui s'étendent du 5 juillet au 29 août. Nous créons une règle d’exonération afin de garantir que pendant ces périodes, les entreprises auront droit au moins au même soutien qu'elles auraient reçu dans le cadre de la subvention salariale précédente.
Grâce à cette nouvelle conception plus efficace, la Subvention salariale d'urgence aidera un plus grand nombre d'employeurs qui sont tous à des stades différents de la reprise. S'ils ont subi une perte de revenus plus élevée, ils recevront une subvention plus élevée.
La réduction graduelle de l'aide accordée aux entreprises qui connaissent une bonne reprise leur assurera un taux stable et prévisible de soutien à mesure que les activités reprennent. Ces changements rendront les entreprises plus concurrentielles et permettront d'augmenter le nombre d'employés qui retournent au travail grâce à la Subvention salariale d'urgence.
Les modifications proposées garantiraient que le programme continue de répondre aux besoins immédiats des entreprises, tout en leur permettant de connaître une reprise vigoureuse.
Le gouvernement croit que les Canadiens sont résilients et que les entreprises du pays peuvent trouver des solutions novatrices pour survivre et sortir grandies de cette crise. Cependant, en ces temps extraordinaires, les entreprises ont encore besoin d'aide pour y parvenir.
Notre plan consiste à aider les Canadiens à demeurer forts tout au long de cette tempête. Il vise à assurer la protection de la santé des Canadiens et à faire que nous ayons les meilleurs outils et systèmes pour contrôler le virus. Il vise à assurer le soutien financier nécessaire aux Canadiens en situation de handicap. Il vise aussi à aider les mères et les pères à nourrir leur famille, à permettre aux jeunes de poursuivre leurs rêves et à faire que personne ne soit laissé pour compte.
L'idée est d'aider nos collectivités à demeurer fortes, d'offrir aux magasins et aux restaurants qui définissent nos quartiers le soutien dont ils ont besoin et de s'assurer que les centres de ressources et les organismes communautaires peuvent continuer de soutenir les membres les plus vulnérables de la société.
La COVID-19 a eu une incidence sur tous les aspects de la qualité de vie des Canadiens, depuis leur santé jusqu'à leur gagne-pain. Nous créons des programmes pour aider les étudiants, les aînés, les familles et les travailleurs afin que ceux-ci n'aient pas à choisir entre payer leurs factures et mettre de la nourriture sur la table. Il est maintenant crucial que nous visions une croissance inclusive et que nous continuions de soutenir les personnes vulnérables. Voilà pourquoi je travaille à incorporer l'indice de la qualité de vie dans notre prise de décisions, y compris dans nos décisions relatives au Plan d'intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19.
Outre le soutien offert par l'entremise de la Subvention salariale d'urgence, plus de huit millions de Canadiens ont reçu la Prestation canadienne d'urgence, ce qui leur a permis d'acheter de la nourriture et de payer le loyer ou des médicaments d'ordonnance. Nous avons aussi fourni un soutien financier à des millions de Canadiens vulnérables par l'intermédiaire de programmes existants, comme le crédit pour la taxe sur les produits et services, l'Allocation canadienne pour enfants, la Sécurité de la vieillesse ainsi que le Supplément de revenu garanti.
Les Canadiens ayant un handicap sont également aux prises avec une hausse de coûts et ont besoin d'aide. On estime que, grâce au présent projet de loi, 1,7 million de Canadiens vivant avec un handicap seraient admissibles à un paiement spécial pouvant atteindre 600 $ afin d'accéder à l'aide dont ils ont besoin.
En outre, nous travaillons à faire en sorte que les entreprises puissent obtenir les liquidités dont elles ont besoin. Depuis le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes jusqu'au Programme de crédit aux entreprises en passant par le Crédit d'urgence pour les grands employeurs, nous offrons aux employeurs de toutes les tailles ainsi qu'aux travailleurs partout au pays un soutien sur mesure de sorte que, quel que soit l'endroit où les gens travaillent, leur employeur ait accès à du soutien.
Nous veillons à ce qu'aucune entreprise ne soit laissée pour compte laissée pour compte. Le Fonds d'aide et de relance régionale du gouvernement prévoit 962 millions de dollars, administrés par les six agences de développement régional du Canada, afin de soutenir les entreprises touchées qui sont essentielles à l'économie régionale et locale, y compris dans les communautés rurales. Ces entreprises génèrent de bons emplois locaux et soutiennent les familles et les communautés qu'elles servent.
Nous investissons également dans les entreprises autochtones, en offrant près de 307 millions de dollars en financement aux PME autochtones et 133 millions de dollars pour appuyer les entreprises autochtones durant la reprise, notamment les microentreprises qui ne sont pas admissibles à d'autres programmes de soutien.
Nous offrons également de l'aide aux femmes entrepreneurs qui éprouvent des difficultés pendant la pandémie en fournissant 15 millions de dollars de nouveaux fonds à l'aide de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat.
Les mesures prises collectivement par les Canadiens aident à contrôler la propagation du virus au pays. Les Canadiens veulent retourner au travail, mais ont besoin de savoir qu'ils peuvent le faire en toute sécurité. Partout au Canada, l'activité économique reprend et les rues s'animent à nouveau. Toutefois, les choses ne sont pas tout à fait comme avant, ce qui est positif. Nous devons veiller avant tout à notre santé et à notre sécurité.
La COVID-19 est toujours parmi nous. Nous devons prendre des mesures pour nous protéger et pour protéger nos voisins contre une autre éclosion non maîtrisée. Tous les employeurs doivent s'assurer de suivre strictement les plus récentes directives de la santé publique, afin de protéger leurs clients, leurs travailleurs et leurs collectivités.
Il faut toujours se rappeler que la réussite économique collective est fondamentalement liée aux résultats en matière de santé publique. L'entente de relance sécuritaire de 19 milliards de dollars que le gouvernement fédéral a conclue la semaine dernière avec les provinces et les territoires contribue à assurer la sécurité et la santé des Canadiens et à faire en sorte qu'ils soient plus résilients advenant de nouvelles flambées de la maladie. Ce financement renforcera la capacité de dépistage, de retraçage des contacts et de gestion des données.
Ces fonds aideront à obtenir des sources fiables d'équipement de protection individuelle, ce qui aidera à protéger nos travailleurs de première ligne et de soins de santé. De plus, ils permettront aux provinces et aux territoires de mettre en place un soutien au revenu temporaire, de sorte que les travailleurs qui n'ont pas droit aux congés de maladie payés pourront bénéficier de 10 jours de congé payé lié à la COVID-19.
Le financement aidera de plusieurs autres manières, notamment afin qu'un nombre suffisant de places en garderies sécuritaires soit à la disposition des parents, de manière à ce que ces derniers puissent retourner au travail.
Le gouvernement continuera d'aider les Canadiens à relever les défis découlant de la COVID-19. Nous sommes prêts à prendre des mesures additionnelles, au besoin, pour stabiliser l'économie ainsi que pour protéger les Canadiens et les placer dans une position permettant une reprise vigoureuse une fois la crise terminée. En reconnaissant les enjeux auxquels sont confrontés les employeurs et en leur offrant le soutien dont ils ont besoin pour redémarrer, la bonification de la Subvention salariale d'urgence du Canada proposée dans le projet de loi C-20 constitue un autre élément important de notre plan pour accroître la résilience des Canadiens et les aider à sortir de la crise.
Il incombe à l'ensemble des députés qui siègent à la Chambre de s'assurer que nous continuons de nous concentrer sur la crise en cours et traitions en priorité les besoins des Canadiens. Nos concitoyens ont montré qu'ils sont capables de mettre de côté les vieilles habitudes et de faire preuve de solidarité pour le bien commun. J'invite les députés à faire de même pour que les Canadiens obtiennent sans délai l'appui qu'ils sont en droit de recevoir.
Je demande à tous les honorables députés de la Chambre de bien vouloir accorder leur soutien à l'adoption rapide du projet de loi C-20 afin que nous puissions protéger les emplois au pays et remettre les Canadiens au travail.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I again want to start by acknowledging that we are on the traditional territory of the Algonquin people.
I am pleased to speak today to Bill C-4. In the fall of 2018, leaders from Canada, the United States and Mexico announced a new trilateral trade agreement to replace the 24-year-old North American Free Trade Agreement. This was a pivotal moment for our country, for North America and for fair trade around the world. This agreement would ensure free and fair trade in North America, a trading zone that accounts for more than a quarter of the world's economy, with just 7% of its population.
During the negotiations, we saw unprecedented support from across the country. We came together to ensure that we got the best possible deal for Canada and Canadians. We had co-operation from all political parties.
In May 2017, I visited Washington, D.C., with the public safety committee. Conservative, NDP and Liberal MPs came together to meet with U.S. elected officials. Talk inevitably turned to trade and we successfully shared stories about why NAFTA was so important to the trading relationship between our countries.
Brian Mulroney and Rona Ambrose have both worked with our government and have spoken out in favour of the agreement. The new NAFTA has the support of the Canadian Chamber of Commerce, the Assembly of First Nations, the Federation of Canadian Municipalities and the Automotive Parts Manufacturers' Association, to name just a few. Business, industry, individuals and local governments are in favour of this deal because of the certainty, security and prosperity that will come from a modern free trade agreement.
Perry Bellegarde, AFN national chief, said:
The new NAFTA...is the most progressive and inclusive trade agreement to date. It’s good for #FirstNations and Canada. Involving #Indigenous peoples & respecting our rights leads to better outcomes and greater economic certainty.
As the Deputy Prime Minister said following the signing of the new NAFTA:
...it preserves free trade across the North American continent and market access in a $25-trillion open market of 470 million people. A market that has tripled in size since the creation of NAFTA in 1993.
And it does this while providing insurance against the spectre of auto tariffs that were threatening our economy and thousands of good, well-paying jobs—on both sides of the border.
...[It] maintains tariff-free access to the majority of Canadian exports to U.S. markets.
...Since the Auto Pact, Canada has been an integral and essential part of a North American auto industry, with its highly integrated supply chains. We fought for that, and we have preserved it and created opportunities for growth.
She also said:
...[It] is good for hundreds of thousands of Canadian workers. Not only does it preserve essential cross-border supply chains, but it significantly improves wages and rights for Mexican workers. This will concretely level the playing field for auto workers in cities like Windsor and Oshawa [and Oakville]. It helps guarantee their future.
The minister continued:
...[It] preserves the Canadian cultural exception, that was demanded by Canada, especially in the digital world. That protects our cultural industries and more than 650,000 jobs across Canada. It preserves our unique, bilingual identity, as Canadians.
...[The] agreement fully upholds the impartial dispute resolution of Chapter 19 of the original NAFTA. When there’s a disagreement over trade, it goes to an independent, bi-national panel. And that panel gets to decide.
This legislation is the final step in safeguarding more than $2 billion a day in cross-border trade as well as tariff-free access to our largest trading partner. It will also support hundreds of thousands of Canadian jobs, now and in the future.
In December 2019, Canada joined the U.S. and Mexico in signing an agreement that reflected additional changes. That has given us an agreement that strengthens the state-to-state dispute settlement mechanism, labour protection, environmental protection, intellectual property and the automotive rules of origin. It will also help make the most advanced medicines affordable for Canadians.
These changes were met with widespread praise. I was particularly happy to see Jerry Dias, president of Unifor Canada, say, “The new [deal], while far from perfect, provides a road map to implement necessary changes in trade policy to benefit workers.”
Throughout the negotiations for the new NAFTA, we fought for a total lift of the U.S. tariffs on Canadian steel and aluminum, and we succeeded. Canada is now the only major producer of aluminum in the world that is not subject to U.S. tariffs. It is the result of our firm and measured response, including $2 billion in support for Canadian workers and companies and hundreds of interactions with U.S. officials.
I was pleased to welcome the Prime Minister to Oakville North—Burlington in 2018, shortly after the negotiation had finished on this new agreement. We visited MetriCan, which has facilities in Canada, the United States and Mexico and is a significant, innovative player in the global automotive industry and a leading supplier of tooling and stamped metal components.
The Prime Minister told MetriCan employees:
Canadians told us they wanted us to stand firm to protect good middle-class jobs like those here at MetriCan. The automobile and auto parts manufacturing industry remains a key driver of Canada’s economy. Thank you for showing me the important work you do here at MetriCan to ensure it remains so.
I am proud to have a company like MetriCan in my riding, and I know the impact the visit had on the owners and employees of the company.
Ford of Canada's head office is located in Oakville, and from the time of my election, ensuring their access to the U.S. and Mexico has been a top priority. I have been pleased to work with both management and Unifor Local 707 to ensure their concerns were heard and shared with the government.
I remember a meeting held with the presidents of the big three automakers and the president of Unifor Canada, where we all agreed that a team Canada approach to trade with regard to the auto industry was critical for success. I am proud to work with the fine men and women from Ford of Canada, and I know they want to see this agreement passed by this House.
These are just two examples of businesses in my community that are counting on us to ratify this agreement. The new NAFTA is an important achievement for the middle class and Canadians working hard to join it. This new agreement will be good for Canadian workers, businesses, and families. It will strengthen the middle class and create good, well-paying jobs and new opportunities for the nearly half a billion people who call North America home.
This agreement is good for Canada's economy. It will modernize and stabilize the economy for the 21st century, guaranteeing a higher standard of living for Canadians for the long term. The agreement will also protect jobs and preserve cultural industries in Canada.
It is now time to ratify the agreement so that we can move ahead with confidence that the Canadian economy is secure, even as we expand our trade to markets around the world. Canada has always had strong economic ties with the United States and Mexico. By strengthening the rules and procedures governing trade and investment, the agreement will provide a solid foundation for building Canada's prosperity and demonstrate the benefits of open trade for the rest of the world.
I am proud of our government for standing firm and getting not just any deal, but the best deal for Canada. I would in particular like to single out our Deputy Prime Minister for her leadership, professionalism and determination to ensure that the interests and values of Canadians were always defended. She did yeoman's work to see this agreement negotiated and to see it ratified here in the House. I thank her on behalf of all residents of Oakville North—Burlington and all Canadians.
As hon. members know, the Deputy Prime Minister has asked that we work together as colleagues to put Canada and Canadians first and get this important work done without undue delay. We have seen industry, business, union leadership, diplomats, indigenous leadership and government officials all buy into a team Canada approach. The United States and Mexico have already ratified this agreement. Now it is our turn.
Let us show the world that we all play for the same team.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à souligner que nous nous trouvons présentement sur les terres ancestrales du peuple algonquin.
Je suis heureuse de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-4. À l'automne 2018, les dirigeants du Canada, des États-Unis et du Mexique ont annoncé un nouvel accord commercial trilatéral pour remplacer l'Accord de libre-échange nord-américain, vieux de 24 ans. Il s'agit d'un moment décisif pour notre pays, pour l'Amérique du Nord et pour le commerce équitable dans le monde entier. Cet accord prévoit un commerce libre et équitable en Amérique du Nord, une zone commerciale qui représente plus du quart de l'économie mondiale, mais seulement 7 % de la population mondiale.
Pendant les négociations, nous avons reçu un soutien sans précédent partout au pays. Nous avons travaillé ensemble pour voir à conclure le meilleur accord possible pour le Canada et les Canadiens. Nous avons eu la collaboration de tous les partis politiques.
En mai 2017, je me suis rendue à Washington, D.C., avec le comité de la sécurité publique. Des députés conservateurs, néo-démocrates et libéraux ont rencontré ensemble des élus américains. Nous avons évidemment fini par parler de commerce et nous avons eu une bonne discussion sur l'importance de l'ALENA pour la relation commerciale entre nos deux pays.
Brian Mulroney et Rona Ambrose ont tous les deux travaillé avec le gouvernement libéral et ont indiqué qu'ils étaient en faveur de l'accord. Le nouvel ALENA a reçu l'appui de différents organismes, dont la Chambre de commerce du Canada, l'Assemblée des Premières Nations, la Fédération canadienne des municipalités et l'Association des fabricants de pièces d'automobile, pour n'en nommer que quelques-uns. Les entreprises, l'industrie, les particuliers et les administrations locales sont en faveur de cet accord en raison de la certitude, de la sécurité et de la prospérité qui découlera d'un accord de libre-échange moderne.
Perry Bellegarde, le chef national de l'Assemblée des Premières Nations, a dit ceci:
Le nouvel ALENA [...] est l'accord commercial le plus progressiste et le plus inclusif à ce jour. Il est bon pour les #Premières Nations et pour le Canada. La participation des #Peuples autochtones et le respect de nos droits permettent d'en arriver à de meilleurs résultats et à une plus grande certitude économique.
Comme l'a dit la vice-première ministre après la signature du nouvel ALENA:
[Il] maintient le libre-échange à l'échelle du continent nord-américain ainsi que l'accès au sein d'un marché régional d'une valeur de 25 [billions] de dollars, qui compte [470] millions de personnes et dont la taille a triplé depuis la création de l'ALENA en [1993].
En même temps, il nous protège contre le spectre des droits de douane sur le secteur automobile qui planait sur notre économie et les milliers de bons emplois bien rémunérés, des deux côtés de la frontière.
[Il] maintient l'accès en franchise de droits de la grande majorité des exportations canadiennes au marché américain.
[...] Depuis le Pacte de l'automobile, le Canada fait partie intégrante de l'industrie automobile nord-américaine, dont les chaînes d'approvisionnement sont fortement intégrées, et il y joue un rôle essentiel. Nous nous sommes battus pour ça, et nous l'avons préservé.
Elle a ajouté ceci:
Cet accord est bon pour des centaines de milliers de travailleurs canadiens. Non seulement il préserve les chaînes d'approvisionnement transfrontalières essentielles, mais il améliore considérablement les salaires et les droits des travailleurs mexicains. Concrètement, c'est plus équitable pour les travailleurs de l'automobile dans des villes comme Windsor[, Oakville] ou Oshawa. Ça aide à garantir leur avenir.
La ministre a poursuivi ainsi:
Cet accord maintient aussi l'exception culturelle demandée par le Canada, notamment dans l'espace numérique, qui protège nos industries culturelles et plus de [650 000] emplois partout au pays. Il préserve notre identité canadienne unique et notre caractère bilingue.
[Il] conserve l'intégralité du mécanisme de règlement des différends impartial prévu au chapitre 19 de l'ALENA original. Les désaccords commerciaux seront donc soumis à un comité binational indépendant chargé de trancher la question.
Ce projet de loi est la dernière étape d'un processus qui permettra de protéger des échanges commerciaux transfrontaliers totalisant plus de 2 milliards de dollars par jour, ainsi qu'un accès libre de droits de douane à notre plus grand partenaire commercial. Il maintiendra également des centaines de milliers d'emplois au pays, tant pour aujourd'hui que pour l'avenir.
En décembre 2019, le Canada a signé avec les États-Unis et le Mexique un accord qui tenait compte d'autres changements. Cet accord renforcera le mécanisme de règlement des différends entre les investisseurs et l'État, la protection des travailleurs, la protection de l'environnement, la propriété intellectuelle et les règles d'origine dans le secteur de l'automobile. Il contribuera aussi à rendre les tout derniers médicaments abordables pour les Canadiens.
Ces changements ont fait l'objet d'un concert d'éloges. J'ai été particulièrement heureuse d'entendre Jerry Dias, président d'Unifor Canada, déclarer ce qui suit: « Le nouvel [accord], bien qu'il soit loin d'être parfait, fournit une feuille de route pour mettre en œuvre les changements nécessaires à la politique commerciale au profit des travailleuses et travailleurs. »
Tout au long des négociations du nouvel ALENA, nous avons insisté pour que les Américains lèvent tous leurs droits de douane sur l'acier et l'aluminium canadiens, ce qui a été fait. Le Canada est maintenant le seul grand producteur d'aluminium au monde à ne pas être assujetti aux droits de douane américains. Cette réussite est le fruit de notre intervention ferme et mesurée, dans le cadre de laquelle nous avons versé 2 milliards de dollars en soutien aux entreprises et aux travailleurs canadiens et avons eu des centaines d'interactions avec les fonctionnaires américains.
En 2018, j'ai eu le plaisir d'accueillir le premier ministre dans ma circonscription, Oakville-Nord—Burlington, peu après la fin des négociations sur ce nouvel accord. Nous avons visité MetriCan, qui possède des usines au Canada, aux États-Unis et au Mexique, et qui est un acteur aussi important que novateur au sein de l'industrie mondiale de l'automobile. Cette entreprise est également un fournisseur de premier plan en matière d'outillage et de composantes métalliques d'emboutissage.
Voici ce qu'a dit le premier ministre aux employés de MetriCan:
Les Canadiens nous ont demandé de nous montrer fermes afin de protéger les bons emplois pour la classe moyenne, comme ceux qu'offre MetriCan ici. Le secteur de l'automobile et de la fabrication des pièces d'automobiles demeure l'un des principaux moteurs de l'économie canadienne. Nous ferons en sorte qu'il le reste, et je vous remercie de m'avoir montré le travail important que vous faites ici à MetriCan.
Je suis fière de pouvoir compter sur une entreprise comme MetriCan dans ma circonscription, et je suis consciente de l'impact que cette visite a eu sur les propriétaires et les employés.
Le siège social de Ford Canada est situé à Oakville. Depuis mon élection, ma priorité absolue a été de m'assurer que cette entreprise ait accès aux marchés américain et mexicain. J'ai été heureuse de travailler à la fois avec la direction et avec la section locale 707 d'Unifor pour faire en sorte que leurs préoccupations soient entendues et communiquées au gouvernement.
Je me souviens d'une réunion avec les présidents des trois grands constructeurs d'automobiles et le président d'Unifor Canada, où nous avons tous convenu que l'adoption de l'approche d'Équipe Canada à l'égard des échanges commerciaux dans l'industrie automobile était essentielle à la réussite. Je suis fière de travailler avec les hommes et les femmes remarquables de Ford Canada et je sais qu'ils veulent que l'accord soit adopté par la Chambre.
Ce ne sont que deux des entreprises dans ma circonscription qui comptent sur nous pour ratifier cet accord. Le nouvel ALENA représente tout un accomplissement pour la classe moyenne et les Canadiens qui travaillent fort pour en faire partie. Ce nouvel accord sera avantageux pour les travailleurs, les entreprises et les familles du Canada. Il renforcera la classe moyenne et créera de bons emplois bien rémunérés et de nouvelles possibilités pour les près d'un demi-milliard de personnes qui vivent en Amérique du Nord.
Le nouvel ALENA est bon pour l'économie canadienne. Il modernisera et stabilisera l'économie pour le XXIe siècle, ce qui permettra aux Canadiens de jouir d'un niveau de vie plus élevé à long terme. De plus, l'accord protégera des emplois et les industries culturelles au Canada.
Il est maintenant temps de ratifier l'accord, ce qui nous permettra d'aller de l'avant avec l'assurance que l'économie canadienne est protégée, même à mesure que nous élargissons nos horizons commerciaux vers des marchés partout dans le monde. Le Canada a toujours entretenu des liens économiques étroits avec les États-Unis et le Mexique. En renforçant les règles et les procédures qui régissent le commerce et les investissements, l'accord fournira l'assise nécessaire pour favoriser la prospérité du Canada et il montrera au reste du monde les avantages du libre-échange.
Je suis fier du gouvernement, qui est demeuré ferme et qui n'a pas conclu n'importe quel genre d'accord: il a conclu le meilleur accord pour le Canada. Je tiens à souligner tout particulièrement le leadership, le professionnalisme et la détermination de la vice-première ministre, qui a fait en sorte que l'on défende toujours les intérêts et les valeurs des Canadiens. Elle a accompli un travail remarquable pour conclure cet accord et pour qu'il soit ratifié à la Chambre. Je la remercie au nom de tous les habitants d'Oakville-Nord—Burlington et de tous les Canadiens.
Comme les députés le savent, la vice-première ministre nous a demandé de nous concerter pour prioriser le Canada et les Canadiens afin d'accomplir ce travail important sans délai. Les industries, les entreprises, les dirigeants syndicaux, les diplomates, les dirigeants autochtones et les représentants du gouvernement adhèrent tous à l'approche « Équipe Canada ». Les États-Unis et le Mexique ont déjà ratifié l'accord. C'est maintenant à notre tour.
Montrons au monde que nous jouons tous pour la même équipe.
Results: 1 - 2 of 2

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data