Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 794
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-05-26 10:06 [p.2399]
Mr. Speaker, can I have clarification? My interpretation said Standing Orders 7 and 8, but I believe it should be Standing Orders 15 and 17. Could the House leader clarify?
Monsieur le Président, pourrais-je demander une précision? L'interprète a parlé des articles 7 et 8, mais je crois qu'il s'agit plutôt des articles 15 et 17. Le leader du gouvernement à la Chambre peut-il préciser?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 10:07 [p.2399]
Mr. Speaker, pursuant to Standing Order 36(8)(a), I have the honour to table, in both official languages, the government's response to one petition. This return will be tabled in an electronic format.
While I am on my feet, I move:
That the House do now proceed to orders of the day.
Monsieur le Président, conformément à l'article 36(8)a) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles et sous forme électronique, la réponse du gouvernement à une pétition.
Pendant que j'ai la parole, je propose:
Que la Chambre passe maintenant à l'ordre du jour.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 10:17 [p.2400]
Mr. Speaker, I ask that all questions be allowed to stand.
Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 10:34 [p.2403]
Mr. Speaker, the member is missing a very important point. We in the Liberal caucus can assure the member that we work whether we are in Ottawa or in our home constituency. At the end of the day, the role that a member of Parliament plays goes far beyond just representation inside the House of Commons. There is no doubt about it that this is an important aspect. It is absolutely a privilege. It is an honour to stand up and speak.
The motion we are debating today is going to allow, even during this pandemic, the opportunity to ensure that government is still being held accountable and that the institution continues to work. To try to give the impression that members of Parliament are not working is just wrong, at least from the perspective of the Liberal caucus. We work every day, whether it is inside or outside the House.
Does the member not realize that this work inside the House, in a hybrid fashion, will take place, even in the months of July and August, which will be a first?
Monsieur le Président, le député passe à côté d'un point très important. Les membres du caucus libéral peuvent lui assurer qu'ils travaillent, peu importe qu'ils se trouvent à Ottawa ou dans leur circonscription. Au bout du compte, le rôle d'un député va bien au-delà de la simple représentation à la Chambre des communes. Il ne fait aucun doute que celle-ci est un élément important de leurs fonctions. C'est un privilège, indéniablement. C'est un honneur de se lever pour intervenir à la Chambre.
La motion à l'étude aujourd'hui fera en sorte que le gouvernement rende des comptes et que l'institution continue de tourner rondement malgré la pandémie. On a tort de laisser sous-entendre que les députés ne travaillent pas — c'est le cas du moins pour les membres du caucus libéral. Nous travaillons chaque jour, que ce soit à la Chambre des communes ou ailleurs.
Le député ne réalise-t-il pas que son travail à la Chambre se poursuivra, en mode hybride, même durant les mois de juillet et d'août, ce qui est sans précédent?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 10:42 [p.2404]
Mr. Speaker, Canadians from all regions of the country deserve a great deal of credit for how they have responded over the last couple of months.
I much prefer using “physical” distancing over “social” distancing, because people can still communicate in various ways, but it is important that we maintain the physical distancing. We talk about washing hands and wearing masks. Canadians have really stepped up to the plate in so many ways to ensure that we minimize the negative impact of the coronavirus. We should all express our appreciation to Canadians in general for the way they have responded.
I would like to get my colleague's thoughts on that.
Monsieur le Président, les Canadiens de partout au pays méritent toute notre admiration pour la façon dont ils ont réagi au cours des derniers mois.
Je préfère utiliser l'expression « distanciation physique » plutôt que « distanciation sociale », parce que les gens peuvent encore communiquer entre eux de différentes façons, mais il est important de maintenir les mesures de distanciation physique. Il faut se laver les mains et mettre un masque. Les Canadiens ont vraiment bien répondu à l'appel de multiples façons afin de minimiser les impacts négatifs du coronavirus. Nous devons tous être reconnaissants aux Canadiens en général pour la façon dont ils ont réagi.
J'aimerais que mon collègue nous dise ce qu'il en pense.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-05-26 11:01 [p.2407]
Mr. Speaker, I thank the hon. Parliamentary Secretary to the Prime Minister for splitting his time with me today.
It is absolutely a pleasure, as it always is, to be here with all of you. I am delighted to see some members for the first time in months and I really did miss everyone. Once again, it was not easy getting here. I packed up my family and we drove here from New Brunswick. They are with me for the long haul. We will be here as long as we need to be to do the work of Parliament that is very critical and essential during this time.
I do think of all the MPs who are not here today, and it is not because they do not want to be here or that they are not working. As I look at this chamber, at the 30 or so of us spread out with several seats between us, I am reminded that each empty chair represents roughly 100,000 Canadians. Their voices will not be heard here today.
Certain members of this House believe that perhaps a responsible representation of MPs by party status is adequate for decision-making and questioning the government. However, let us not forget that our jobs are first and foremost to our constituents and not to our parties.
I am delighted to be here on behalf of the riding of Fredericton and raising the issues that are important to my constituents. Just like the member for Foothills said, this is also the thrill of my lifetime to be an elected member of this House and to stand here in this historic place, a symbol of our freedom and democracy. It is a place of honour and respect, yet there have been some disrespectful comments made, such as insinuations that our fellow members are not showing up to work because they cannot be here in person.
We have heard wartime anecdotes and quotes from Winston Churchill, among others, all suggesting that COVID-19 in the year 2020 is somehow the same as World War II or the influenza outbreak. Of course, we know this is not the case.
The word “unprecedented” has been used an unprecedented number of times to describe the situation that faces us. We are not seeing the forces of the world clashing under tyrannical regimes. We do not have bombs bursting overhead. We are facing an invisible enemy. It is an enemy that does not discriminate, that infects its host at a rate we have never seen before and that has left our communities vulnerable.
We most certainly have an essential role to play as parliamentarians, but it looks different than it has at any other time in our history. The motion before us asks us to be creative, collaborative and accommodating to our members of Parliament. I believe it is meant to allow the fulsome participation of all elected members of this House from all ridings across this great country.
Few other MPs from Atlantic Canada are able to be here today. That is concerning to me. The issues facing my home region are urgent and unique. Right now, our region of Canada is facing challenges with the lobster season, quotas for fishers and processors unable to recruit enough workers. Temporary foreign workers were only allowed in New Brunswick as of last Friday, meaning a delayed season with major implications for the economy and the agricultural yields.
There are also calls for a public inquiry into the handling of the Portapique tragedy. There is the broader conversation it has started about support for mental health initiatives and our collective response to domestic violence, especially in rural areas.
Cities, towns and villages in Atlantic Canada are much smaller than the major urban centres of other provinces, meaning that some of the federal funding earmarked for New Brunswick, P.E.I. and even Nova Scotia cannot be implemented by the municipalities that need it most.
Let us not forget New Brunswick's unique role as a bilingual province and the challenges faced by Canada's minority francophone population to receive accurate, current information about the virus. We also see that New Brunswick is one of the most enviable jurisdictions in the world in terms of its total number of cases and zero deaths. Finally, it pays to be a New Brunswicker.
Canada should be watching closely as my home province continues to open up elements of its economy as a test case for which businesses will flourish post-COVID-19, and which will need continued support. These issues are regionally specific and deserve to be voiced. Most of the MPs representing those voices cannot be here due to restrictions on interprovincial travel, limited domestic flights and the requirement for pared-down numbers in Parliament.
I also note that it is not safe for other members of this House, those who are from isolated communities or those who will put their or their communities' health at a greater risk of COVID-19 by travelling to Ottawa. How can we ask those who cannot be here today to risk becoming vectors of transmission? At the same time, how can we hope to make decisions and represent Canada without a single voice from these vulnerable regions?
It remains my opinion that until we can have a full integration of virtual participation with in-person meetings of the chamber or special committee, we are doing a disservice to rural, northern, Atlantic and west coast Canadians. As we stand here today, we are not ensuring equal representation for Canada, which is one of our most fundamental principles. Having said that, I see the effort the government is making with this motion to integrate virtual participation with the in-person sittings.
I also recognize that the day-to-day sittings would be in the Special Committee on the COVID-19 Pandemic rather than full sittings in the House of Commons, which would be more ideal.
With these elements considered, I will be supporting the motion because I believe it is in the best interests of democracy at this time.
When we have figured out how the whole virtual integration of MPs will work, we will need to see the House reconvene to table some pressing legislation, such as on medical assistance in dying. In February, the Minister of Justice asked the Supreme Court for a four-month extension to the ruling in order to avoid the creation of separate MAID frameworks in Quebec and the rest of Canada. We have already taken advantage of an extension. Difficult issues still need to be addressed and Canadians who wish to receive MAID depend on us to pass that legislation.
In March, the government introduced legislation to criminalize the cruel practice of conversion therapy. We need to commit to ban that practice without further delay. We also need to see the specifics of the firearms legislation meant to accompany the regulatory changes made on May 1. Canadians need to see the full details of this plan to end the suppositions on this issue that are polarizing Canadians.
Figuring out the integration of virtual MPs with those of us here in person will enable us to lead the way for Canada as the world of work shifts permanently through this period of history. Some Canadians will need to continue working from home for some time to come. Some will want to continue working from home. Some will need to work partially from their homes and partially from their offices. We are being creative. We will see less travel by plane. We will see less commuter traffic in general. Let us set the example for workplaces across the nation by enabling MPs to make the best decisions for their constituents and to engage fully in the debate and decision-making that occurs in the House.
My hope is that all Canadians will know how hard we are working for them every day. Whether in our living rooms with our kids hanging off us in front of a Zoom screen, or here on the floor of the House of Commons, our commitment and our efforts are unwavering.
My mind is constantly on those I know are still slipping through the cracks of our COVID relief initiatives: the not-for-profits, charities and church groups, which for one reason or another find themselves ineligible for the wage subsidy program despite the critical services they provide in our communities; the cleaners and cashiers who have been left out of the essential workers wage top-up in New Brunswick; the dentists who are concerned about their practices moving forward and are finding barriers to pursuing PPE; the international students who still do not qualify for the student benefits and who have nowhere to go and no support; the pregnant women who still do not have adequate answers about their parental leave benefits in the weeks to come, and so many others.
My colleagues and I work for them. I know that we can continue to do this work in a way that protects the health and safety of our home communities.
Monsieur le Président, je remercie le secrétaire parlementaire du premier ministre d’avoir partagé son temps avec moi aujourd’hui.
C’est un réel plaisir, comme c’est toujours le cas, d’être ici avec vous tous. Je suis ravie de voir certains députés pour la première fois depuis des mois. Tout le monde m'a manqué. Encore une fois, il n’a pas été facile de venir ici. J’ai pris la route avec ma famille pour venir jusqu’ici depuis le Nouveau-Brunswick. Ils resteront avec moi. Nous demeurerons ici le temps qu'il faudra pour les travaux du Parlement qui sont cruciaux à ce moment-ci.
Je pense à tous les députés qui ne sont pas ici aujourd’hui. S'ils n'y sont pas, ce n’est pas faute de vouloir être là ou parce qu’ils ne travaillent pas. En balayant du regard cette enceinte, je vois que nous sommes une trentaine séparés par plusieurs sièges vides. Je me rappelle que chaque siège vide représente environ 100 000 Canadiens. Leurs voix ne seront pas entendues ici aujourd’hui.
Certains députés croient qu’une juste représentation des députés par parti est adéquate pour prendre des décisions et poser des questions au gouvernement. Cependant, n’oublions pas que nous travaillons d’abord et avant tout pour nos électeurs et non pour nos partis.
Je suis ravie de représenter la circonscription de Fredericton et de soulever les questions qui sont importantes pour mes électeurs. Comme le député de Foothills l’a mentionné, c’est une expérience inoubliable d’avoir été élue à la Chambre et de me tenir ici dans cet endroit historique, qui constitue un symbole de notre liberté et de notre démocratie. C’est un endroit où se côtoient la dignité et le respect. Pourtant, il y a eu des commentaires irrespectueux, tels que des insinuations voulant que nos collègues ne se présentent pas au travail parce qu’ils ne peuvent pas être ici en personne.
Nous avons entendu des anecdotes du temps de la guerre et des citations de Winston Churchill, entre autres, laissant sous-entendre que la COVID-19 en 2020 est en quelque sorte similaire à la Seconde Guerre mondiale et à l’épidémie de grippe. Bien sûr, nous savons que ce n’est pas le cas.
L’expression « sans précédent » a été utilisée un nombre de fois inégalé pour décrire la situation à laquelle nous faisons face. Nous ne voyons pas les forces mondiales affronter des régimes tyranniques. Il n’y a pas de bombes qui explosent au-dessus de nos têtes. Nous faisons face à un ennemi invisible. C’est un ennemi qui ne fait aucune distinction, qui infecte son hôte à un rythme que vous n’avons jamais vu auparavant et qui a laissé nos communautés vulnérables.
Nous avons assurément un rôle essentiel à jouer en tant que parlementaires, mais c’est aussi un rôle sans précédent dans toute notre histoire. La motion dont nous sommes saisis nous demande d’être créatifs, coopératifs et respectueux les uns des autres. Elle vise, j’en suis convaincue, à permettre la pleine participation, dans cette Chambre, des représentants de toutes les circonscriptions de notre beau pays.
Peu de députés du Canada atlantique ont pu être présents aujourd’hui. Cela me préoccupe, car ma région natale fait face à des problèmes urgents et uniques. À l’heure actuelle, nous avons des problèmes concernant la saison du homard, les quotas de pêche et l’incapacité des transformateurs à recruter suffisamment de travailleurs. Les travailleurs saisonniers étrangers n’ont été autorisés à entrer au Nouveau-Brunswick que vendredi dernier, ce qui a retardé le démarrage de la saison et entraîné de graves conséquences pour l’économie et la production agricole.
Mentionnons aussi le traitement de la tragédie de Portapique à l'égard duquel les gens réclament une enquête publique. Cette tragédie a également suscité un débat au sujet des mesures collectives à prendre en matière de santé mentale et de violence familiale, surtout dans les zones rurales.
Les villes et les villages du Canada atlantique sont beaucoup plus petits que les grands centres urbains des autres provinces, ce qui signifie qu’une partie des fonds fédéraux alloués au Nouveau-Brunswick, à l’Île du Prince-Édouard et même à la Nouvelle-Écosse ne peuvent pas être utilisés par les municipalités qui en ont le plus besoin.
Sans compter que le Nouveau-Brunswick, dans sa situation unique de province bilingue, doit aussi s’assurer que la minorité francophone reçoit des informations précises et pertinentes sur le virus. Je signale que cette province jouit d’une position très enviable dans le monde, car elle compte très peu de cas de COVID-19 et aucun décès. Finalement, habiter au Nouveau-Brunswick, c’est un avantage.
Le Canada devrait surveiller de près ce qui se passe dans ma province au fur et à mesure qu’elle déconfine son économie, car il pourra en tirer des leçons sur la façon dont les entreprises peuvent se relancer après la COVID-19, avec l'aide nécessaire. Il faut pouvoir parler des enjeux propres à certaines régions. Or, la plupart des députés qui représentent les circonscriptions de ces régions ne peuvent pas être ici à cause des restrictions imposées en ce qui concerne les déplacements interprovinciaux, les liaisons aériennes nationales et le nombre de députés présents à la Chambre.
Je note également que, pour d’autres députés, il n’est pas prudent d’être ici. Je songe notamment à ceux qui viennent de localités isolées ou qui risquent de contaminer leur collectivité en se rendant à Ottawa. Pouvons-nous vraiment demander à ceux qui ne sont pas ici aujourd’hui de risquer de devenir des vecteurs de transmission? Par ailleurs, comment la Chambre peut-elle prendre des décisions et représenter tout le Canada sans la présence des représentants de ces régions vulnérables?
Je reste convaincue que, tant que nous ne pouvons pas avoir l’assurance que la participation virtuelle pourra être totalement intégrée à la participation présentielle à des séances de la Chambre ou d’un comité spécial, nous ne servons pas les intérêts des Canadiens des régions rurales, du Nord, de l’Atlantique et de la côte Ouest. Aujourd’hui même, nous ne représentons pas toutes les régions du Canada de façon équitable, ce qui est pourtant l’un des principes fondamentaux de la Chambre. Cela dit, je vois que le gouvernement fait un effort en présentant une motion qui intègre la participation virtuelle et les séances présentielles.
Je reconnais également que les séances quotidiennes se dérouleraient au sein du Comité spécial sur la pandémie de la COVID-19, plutôt que dans le cadre de séances plénières à la Chambre des communes, ce qui serait l'idéal.
Compte tenu de ces éléments, j’appuierai la motion parce que je crois qu'elle sert la démocratie à ce stade.
Lorsque nous aurons déterminé comment fonctionnera l’intégration virtuelle des députés, la Chambre devra se réunir à nouveau pour déposer des projets de loi urgents, notamment celui qui concerne l’aide médicale à mourir. À ce chapitre, le ministre de la Justice a demandé en février à la Cour suprême de surseoir de quatre mois l'application de son arrêt afin d'éviter qu'il y ait un cadre différent au Québec et dans le reste du Canada. Nous avons déjà bénéficié d’une prolongation. Des questions difficiles restent à régler et les Canadiens qui souhaitent recevoir l'aide médicale à mourir comptent sur nous pour adopter ce projet de loi.
En mars, le gouvernement a présenté un projet de loi visant à criminaliser la pratique cruelle de la thérapie de conversion. Nous devons nous engager à interdire au plus vite cette dernière. Nous devons également prendre connaissance des détails du projet de loi sur les armes à feu censés découler des changements réglementaires apportés le 1er mai. Les Canadiens doivent en prendre connaissance pour mettre un terme aux suppositions qui polarisent la population.
En trouvant le moyen d'intégrer en un tout la présence virtuelle et la présence concrète des députés, le Canada ouvre la voie de l'avenir au moment où le monde du travail se transforme radicalement. Certains Canadiens devront continuer à faire du télétravail pendant un certain temps. D'autres souhaiteront le faire. D'autres encore devront répartir leur travail entre leur domicile et leur bureau. Nous savons faire preuve de créativité. Il y aura moins de déplacements par avion et moins de déplacements pour se rendre au travail. Proposons des modèles de lieux de travail en permettant aux députés de prendre les meilleures décisions pour leurs concitoyens et de participer pleinement au débat et au processus décisionnel qui ont lieu à la Chambre.
J’espère que tous les Canadiens sauront à quel point nous travaillons fort pour eux chaque jour. Que nous soyons dans nos salons en compagnie de nos enfants devant un écran Zoom, ou ici à la Chambre des communes, notre engagement et nos efforts sont indéfectibles.
Je pense constamment à ceux qui sont laissés pour compte dans la lutte contre la COVID-19, par exemple les organisations à but non lucratif, les organisations caritatives et les groupes religieux qui, pour une raison ou pour une autre, ne sont pas admissibles au programme de subvention salariale en dépit des services essentiels qu’ils fournissent dans la collectivité. Mentionnons aussi les nettoyeurs et les caissiers qui ne bénificient pas du supplément de salaire au Nouveau-Brunswick; les dentistes inquiets de leur avenir et qui ont du mal à se procurer de l'équipement de protection individuelle; les étudiants étrangers qui n'ont toujours pas droit aux prestations pour étudiants et qui n’ont nulle part où aller et aucun soutien; les femmes enceintes qui n’ont pas de réponses précises au sujet de leurs prestations de congé parental pour les semaines à venir, et bien d’autres.
Mes collègues et moi travaillons pour eux. Je sais que nous pouvons continuer à faire ce travail de façon à protéger la santé et la sécurité de nos communautés.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-05-26 11:10 [p.2408]
Mr. Speaker, the member is right that it would not protect our parliamentary privilege. We have the right to be here and to voice our concern on every issue that is put before the House. Being from a small party, I am responsible for many files as critic, so I have broader interests and responsibilities than perhaps other members do, so I want to participate in everything that goes on.
I really feel that this shows our ability to collaborate. We are being creative. We are being accommodating. This needs to move forward and it is something we can be excited about. This is a very neat initiative. Canadians will be excited to see how this works, and other jurisdictions are already doing it, so it is time that we give it a shot and a good effort. Our attitudes need to shift a bit.
Monsieur le Président, le député a raison de dire que cette formule ne protégerait pas notre privilège parlementaire. Nous avons le droit d’être ici et d’exprimer notre préoccupation sur tout sujet dont la Chambre est saisie. Comme députée d’un petit parti, je suis chargée de nombreux dossiers en tant que porte-parole et j’ai des intérêts et des responsabilités peut-être plus vastes que d’autres députés. Je tiens donc à participer à tout ce qui se passe.
Je pense vraiment que cela montre notre capacité de collaborer. Nous nous montrons créatifs et conciliants. Cette motion doit être adoptée et elle devrait nous réjouir. C’est une excellente idée. Les Canadiens seront très heureux de la voir mise en pratique, et elle l’est déjà ailleurs. Il est donc temps de l’essayer en y mettant du nôtre. Nous devons changer d’attitude.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-05-26 11:12 [p.2409]
Mr. Speaker, the member is right. Yesterday when he was speaking about private members' bills, I found myself nodding my head quite a bit. They are a critical component of what we do here in the House, and it is an unfortunate aspect of this new motion that they would not be included. I was not lucky enough to win the lottery; my number is quite a bit further down the line. That is perhaps why I am more willing to support this, but it is not fair to my other colleagues who do have private members' bills they would like to put forward.
The member is right. This is not perfect. It is not the ideal situation, but we have to do what is best for the health of our communities and, unfortunately, private members' bills will not fit into what is being proposed here today.
Monsieur le président, le député a raison. Hier, quand il parlait des projets de loi d’initiative parlementaire, je me suis surprise à hocher souvent la tête. Il s’agit d’un élément essentiel dans ce que nous faisons à la Chambre et il est regrettable qu’ils ne soient pas prévus dans cette nouvelle motion. Je n’ai pas eu la chance de gagner à la loterie; mon numéro est beaucoup plus loin sur la liste. C’est peut-être pour cette raison que je suis plus disposée à soutenir cette motion, mais elle n’est pas juste pour les députés qui souhaitent présenter des projets de loi d’initiative parlementaire.
Le député a raison. Cette motion n’est pas parfaite. La situation n'est pas idéale, mais nous devons agir pour protéger la santé des collectivités et, malheureusement, les projets d’initiative parlementaire n’ont pas leur place dans ce qui est proposé aujourd’hui.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-05-26 11:13 [p.2409]
Mr. Speaker, as allies of women on the issue of domestic violence, we are certainly doing all that we can. It is difficult across jurisdictions. We need to be very regionally specific because there are lots of cultural things to take into consideration around this issue. That is one of the important things that we want to discuss here in the House, but also to allow all of our colleagues across Canada to join us through a virtual Parliament as well. I am open to any idea that allows the fulsome participation of all voices to address very serious issues like domestic violence in Canada.
Monsieur le Président, en tant qu’alliés des femmes dans le dossier de la violence conjugale, nous faisons certainement tout ce que nous pouvons. La situation est difficile à la grandeur du pays. Nous devons être très proches de la réalité régionale, car il faut tenir compte de nombreux éléments culturels autour de cette question. C’est l’une des choses importantes dont nous voulons discuter ici, mais nous voulons le faire avec la participation de tous les députés au sein d'un Parlement virtuel. Je suis ouverte à toute idée qui permettrait la participation pleine et entière de toutes les voix pour aborder des questions très graves comme la violence conjugale au Canada.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-05-26 11:14 [p.2409]
Mr. Speaker, schools and day cares are closed. My children are with me. It has presented many challenges along the way. That has perhaps been the biggest barrier. It is the work-home life balance. As I said, in Zoom conferences my children often appear on the screen, but that has added an element of humanity to our work as well.
Absolutely, there have been increased costs associated with day cares reopening. We need consider its affordability for Canadians across this country. If we want our economy to get back to work, we need day cares to be there for people and to be affordable.
Monsieur le Président, les écoles et les garderies sont fermées. Mes enfants sont avec moi. Cette situation a engendré de nombreux défis en cours de route. Cela a peut-être constitué la plus grande difficulté. Il s’agit de concilier la vie professionnelle et la vie personnelle. Comme je l’ai dit, lors de conférences sur Zoom, on a souvent vu mes enfants à l’écran, mais cela a aussi ajouté un élément d’humanité à notre travail.
Bien sûr, en rouvrant, les garderies ont dû supporter des coûts accrus. Nous devons tenir compte du caractère abordable des garderies pour les Canadiens à la grandeur du pays. Si nous voulons que notre économie reprenne, les garderies doivent être là pour les travailleurs et elles doivent être abordables.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 11:25 [p.2410]
Mr. Speaker, my friend makes reference to the connection between the need to support workers and the need to support businesses. Whether in the province of Quebec or my home province of Manitoba, small businesses are hurting, just as workers are hurting. That is one of the reasons the government has spent so much energy and many resources to make sure minimal damage is done to that aspect of our economy.
An example of that is the wage subsidy. By bringing forward a strong wage subsidy program, we are ensuring that both workers and employers will be protected. By ensuring that protection, we will be in a better position to grow our economy into the future. We are protecting jobs and at the same time protecting companies.
This is just one program of the many programs that are there, and it shows why it is so important that the Government of Canada works with provincial entities to make sure we minimize the negative impacts of the coronavirus. Does the member not see that as a good thing?
Monsieur le Président, le député fait allusion à la nécessité d’aider les travailleurs et à celle d’aider les entreprises, mais aussi au fait qu'il y a un lien entre les deux. Que ce soit au Québec ou dans ma province, le Manitoba, tant les petites entreprises que les travailleurs sont en mauvaise posture. C’est l’une des raisons pour lesquelles le gouvernement a consacré tant d’énergie et de nombreuses ressources pour veiller à ce que cet aspect de notre économie subisse le moins de dommage possible.
La subvention salariale en est un exemple. En proposant un programme de subvention salariale solide, nous garantissons que les travailleurs et les employeurs sont protégés. En assurant cette protection, nous serons mieux placés pour faire croître notre économie. Nous protégeons des emplois tout en protégeant des entreprises.
Ce n’est qu’un des nombreux programmes disponibles et cela montre pourquoi il est si important que le gouvernement du Canada travaille avec les gouvernements provinciaux pour veiller à atténuer les répercussions négatives du coronavirus. Le député ne pense-t-il pas que c’est une bonne chose?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 11:39 [p.2412]
Mr. Speaker, the member brought up a number of issues, some of which I agree with and others I might question. For example, I believe that the government has invested more in health care, historical amounts, and I do not see the cuts that she has seen. However, the reason I am posing a question to the member is to make a connection between her comments and how important the motion before us really is.
Surely to goodness, we recognize that just a few months ago no one could have anticipated this. If we look at all that has been accomplished, whether it is the programs or the government's working with the opposition, we have accomplished a great deal in a relatively short period of time. Democracy is important. The idea of a full virtual integration has been talked about for the last couple of months, and we have moved significantly on this. That is what the motion is really about: advancing us further into this full integration so that all members can be engaged in Parliament.
Would the member agree that because of the motion, she would have far more latitude and a greater ability to question the government on all of the issues she has raised? She will be able to do this not only in the months of May and June, but also for the first time, from what I understand, in July and August.
Monsieur le Président, la députée fait valoir plusieurs points. Je suis d'accord avec certains, mais d'autres sont discutables, selon moi. Par exemple, je suis d'avis que le gouvernement a investi des montants sans précédent dans les soins de santé et je n'ai pas été témoin des compressions qu'elle évoque. Je pose une question à la députée afin de faire un lien entre ses observations et l'importance véritable de la motion à l'étude.
Assurément, il faut reconnaître que personne n'aurait été en mesure de prédire la situation il y a quelques mois. Si on considère tout ce qui a été fait, qu'il s'agisse des programmes ou de la collaboration du gouvernement avec l'opposition, force est d'admettre que nous avons accompli beaucoup de choses en une période relativement courte. La démocratie est importante. Nous avons discuté de l'intégration virtuelle complète ces derniers mois et nous avons réalisé des progrès considérables à cet égard. C'est là l'objet de la motion: nous faire avancer dans l'atteinte d'une intégration complète, pour que tous les députés puissent apporter leur contribution au Parlement.
La députée convient-elle que, grâce à la motion, elle aura beaucoup plus de latitude et sera beaucoup plus en mesure d'interroger le gouvernement sur tous les points qu'elle soulève? Elle pourra le faire non seulement durant les mois de mai et juin, mais aussi durant les mois de juillet et août, ce qui est sans précédent, d'après ce que je comprends.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 12:33 [p.2420]
Mr. Speaker, I want to be as concise as I can on what we are actually debating today and why I would highly recommend that the member opposite support where we are today. The Prime Minister has been here and has been held to account for government decisions, whether here or in the virtual Parliament over the Internet.
From the Conservatives perspective, what we are really talking about is their wanting an opposition day and private members' business. Maybe those can come with time. We need to focus on how we can continue to move forward with a virtual Parliament, a hybrid system that will enable all members to participate.
I want to give a specific example. If we have an opposition day, at the end of the opposition day there needs to be a vote. However, because of physical distancing we cannot have 338 members sitting in the chamber. Even the Conservatives seem to agree with that particular point. We have to allow for some sort of a voting process, yet the Conservatives refuse to have a voting process. Whether we are talking about opposition days or private members' bills, therein lies the problem. That problem needs to be resolved. The House leadership teams need to come together and work through it.
Would the member not agree that today we are talking about having more questions than we have ever had? We are going to be sitting in the summer, which we have never done before. There is going to be a wide variety of issues to talk about at length, both virtually and in Parliament. In fact, the Prime Minister and Liberal caucus have made a commitment to the parliamentary process and serving their constituents.
Monsieur le Président, je serai aussi concis que possible par rapport au sujet à l'étude aujourd'hui et à la raison pour laquelle que recommande fortement à la députée d'en face d'appuyer notre position. Le premier ministre est présent et justifie les décisions du gouvernement, que ce soit ici ou dans le cadre des séances virtuelles du Parlement ou sur Internet.
Les conservateurs réclament une journée de l'opposition et l'étude d'initiatives parlementaires. Ces rubriques pourraient peut-être venir avec le temps. Toutefois, pour le moment, nous devons poursuivre avec la mise en œuvre d'un Parlement virtuel et l'adoption d'un système hybride qui permettrait à tous les députés de participer.
Je donne un exemple. Admettons que nous tenions une journée de l'opposition. À la fin de la journée, la motion devra être mise aux voix. Or, en raison de la distanciation physique, nous ne pouvons avoir les 338 députés présents à la Chambre. Même les conservateurs semblent d'accord sur ce point. Nous devons donc prévoir une méthode pour voter, mais les conservateurs s'y opposent. Que nous étudiions une motion de l'opposition ou un projet de loi d'initiative parlementaire, le problème est le même. Il faut trouver une solution. Les leaders parlementaires doivent trouver un terrain d'entente.
La députée ne convient-elle pas que nous proposons aujourd'hui plus de poser plus de questions que jamais? Nous proposons de siéger pendant l'été, ce qui est sans précédent. Les députés pourront débattre en long et en large d'un grand éventail de questions, tant dans les séances virtuelles qu'au Parlement. D'ailleurs, le premier ministre et le caucus libéral se sont engagés à respecter la procédure parlementaire et à servir les citoyens des circonscriptions qu'ils représentent.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 13:13 [p.2426]
Mr. Speaker, I appreciate the comments of my colleague across the way. I always put the residents of Winnipeg North and their concerns and issues at the top of my agenda. I appreciate the hundreds of millions of dollars that are being spent through this epidemic to support real people in our communities: young, not as young, businesses and so forth. It is critically important.
It is encouraging to see individuals from all political parties contributing to doing the tweaking that is necessary so that we can maximize the benefits and minimize the negative impact of the epidemic we are facing.
My question is related to the full virtual integration that we are hoping to achieve. Because of health-related concerns and advice from health experts, 338 members cannot meet inside the House and therefore are looking for that hybrid.
Could my colleague emphasize how important it is that we achieve that at some point?
Monsieur le Président, j'apprécie à leur juste valeur les commentaires de mon collègue d'en face. Je place toujours les habitants de Winnipeg-Nord, leurs préoccupations et leurs problèmes au haut de ma liste de priorités. Je mesure à leur juste valeur les centaines de millions de dollars dépensés pendant cette pandémie pour aider les gens ordinaires: jeunes, moins jeunes, entrepreneurs et ainsi de suite. C'est essentiel.
C'est encourageant de voir des députés de tous les partis politiques contribuer aux changements qui sont nécessaires pour maximiser les prestations et minimiser les effets négatifs de la pandémie à laquelle nous faisons face.
Ma question porte sur l'intégration virtuelle totale que nous voudrions mettre en place. C'est en raison des problèmes éventuels de santé et par respect des avis médicaux qu'on ne peut permettre à 338 députés de se réunir à la Chambre et qu'il faut chercher une solution hybride.
Mon collègue voudrait-il expliquer pourquoi il est important que nous la trouvions à un moment donné?
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the hon. member for Battlefords—Lloydminster.
I am glad to be back in the House. I love being in the chamber. One of my friends in the media calls the day that he puts the newspaper together with the stories and the pictures “magic day”, and this is where magic happens for us as politicians, right here in the chamber. It is the only place, I think, where we can get the real feel of how Parliament is meant to work.
I appreciate that a number of colleagues are giving shout outs to their staff, and I would like to do the same. My staff works so diligently and hard on behalf of our constituents who have been struggling during this outbreak. I want to give a big thanks to Dana, Lisa, Laura, Lindsay, Megan and Gianfranco. The service they provide to our constituents is bar none, and I am proud of each and every one of them. I know the incredible amount of effort and skill they apply to each case that has come to our attention through the mailbox, by email or by phone. Even though we are not yet allowing visitors in our office, we are working to put in place the proper safety protocol so that we can start meeting with our constituents again when a phone call is just not enough.
Meeting here and having these discussions is something that is fundamental to democracy. As Conservatives, we have been saying that Parliament needs to meet, as we are doing here today, and it needs to do so consistently. Now, we are not saying that we need all 338 members here. We can use a hybrid system, which we are going to try out going forward with the special committee of the whole on COVID-19. There are ways for us to do that, as well as to vote. We are looking for a compromise where we can have Parliament function and deal with the business of the day.
Our municipalities are meeting. Our town councils and municipal councils are meeting every month dealing with things on behalf their ratepayers. Every provincial legislature is still meeting. They are acknowledging the need for social distancing while still doing the business of the day to ensure that they are on top of the COVID-19 crisis, and also dealing with all of the issues that government is charged with.
If we look around the world, the United States, the United Kingdom, the European Union, Australia and even China are meeting. I am sure that the Prime Minister, with his admiration for the “basic dictatorship” in China, is watching closely as the National People's Congress of China is meeting shoulder-to-shoulder. If members watched them on the news, they are all wearing masks, but they are sitting shoulder-to-shoulder in their chamber. It is important that parliaments gather. We exchange ideas and have rigorous debate, which is not possible through Zoom with the technological problems, the inability to hear each other and the cutting in and out.
I am sure that the member for Timmins—James Bay will be glad that I am going to give a Winston Churchill quote, as follows:
It is difficult to explain this to those who do not know our ways. They cannot easily be made to understand why we consider that the intensity, passion, intimacy, informality and spontaneity of our Debates constitute the personality of the House of Commons and endow it at once with its focus and its strength.
That is the best way to describe why we need to be in here carrying out these debates, including the heckles. It is where we have an opportunity to have an exchange of ideas and to see the reactions and to be able to feed off each other's emotions to some degree, as long as it does not escalate too much. It is the role of parliamentarians in the House of Commons to have these discussions. Although the government motion refers to having a 95-minute question time during the committee of the whole with five minutes of back and forth, it still does not replace what we do in here via conversations and discussions on the bills of the day, which is something that we are not dealing with at all while we are in this special parliamentary committee format. For instance, we are not dealing with a budget, and I will get to that later.
Professor Christian Leuprecht from Queen's University has said:
Ultimately the underlying primary constitutional principle here is the principle of responsible government. It is about ministerial responsibility, first and foremost, during a crisis and an emergency...
Especially during a time of crisis, Parliament has a supreme duty to hold the executive to account. Canadians need continuous parliamentary audit of the executive and the bureaucracy's judgment.
This is the role of the opposition and the backbench of the government in the House, that we ask the tough questions. Our Constitution, our Westminster parliamentary system, is built upon that ministerial accountability and that is not happening when we are working off Zoom.
There are concerns in my riding. When I am here I can have my 10-minute speech and I can have my time in question period and I can have time at committee to raise concerns from my constituents. I want to raise a few of those right now.
One of the small business owners in my riding owns a couple of businesses and said she had to shut down because of the types of businesses she operates and is having trouble paying her rent. Unfortunately, her landlord refuses to participate in the Canada emergency commercial rent assistance and so she is going to be forced to leave and he is going to have to chase after her for the lease payments that are left. It is going to end up in court and could actually affect her other businesses because she is financially strapped now.
If I get a chance through the special committee and the 95 minutes of questions and answers maybe I will get the chance to get these answers from the minister, but if we are here all day long, I have a greater opportunity to raise these issues directly with the minister.
On the agriculture side, farmers are really struggling. The Interlake area I represent has gone through drought after drought. Before that there was BSE and flooding along Lake Manitoba and Lake Winnipeg, so a lot of farmers have been hit hard. They are trying to get crops in the ground and cattle fed through the winter, having enough pasture. On top of that, as we already heard, and I thank my colleague from Battle River—Crowfoot for the great job he does as the shadow minister of agriculture, we are seeing meat prices go up because there is less beef being processed in our meat packing plants because the slaughter facilities are being impacted by COVID and workers cannot get to work and, ultimately, prices on the retail side are going up.
The opposite is happening because of oversupply in our feed lots and among our cattle calf operators. One of my constituents lost $600 per head on the calves he held over the winter, as he always does. He sold them in the spring and received $600 less than he did the year before. Most operators will not be able to sustain that. That is over a $60,000 loss for that one single farmer.
There is also a commercial fishery in my riding, and it has raised many concerns. The Freshwater Fish Marketing Corporation has quit buying pickerel from Lake Winnipeg and will not even try to market it because all the restaurants they sell to have shut down and there is an oversupply sitting in storage. Fishermen and their families have to go out onto the lakes and are not able to catch anything of value, like pickerel and whitefish, to sell.
One thing that is missing in all of this process is a budget from the government. We are spending money this year that could very well see us having a deficit equal to the budget we had last year of $350 billion. We could have a $350-billion deficit with the shrinking economy and the growing government spending in response to COVID-19. We still have not seen a budget from the government and accountability on how it is going to spend this money without crashing the economy, without putting us in such crippling debt that we may never be able to crawl out from underneath it.
It is our job as parliamentarians to look after the taxpayer, and that is not happening because of this special committee.
I can go on and on. Firearms owners in my riding are upset. These issues need to be discussed at committee, but we do not have every committee going. The public safety committee is not going. The national defence committee that I am vice-chair of is not operating. Without having those committees operating, we cannot deal with issues of the day in a timely manner to address the concerns of Canadians from coast to coast to coast.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec la députée de Battlefords—Lloydminster.
Je suis heureux d'être de retour à la Chambre. J'adore être ici. Un de mes amis, qui est de la presse écrite, dit de la journée où il fait le montage des articles et des photos de son journal qu'elle est magique. Pour nous, politiciens, c'est ici, à la Chambre, que la magie opère. Je crois que c'est le seul endroit où on peut vraiment ressentir la façon dont le Parlement est censé fonctionner.
J'apprécie le fait que certains collègues rendent hommage à leur personnel, et j'aimerais en faire autant. Les membres de mon personnel travaillent avec tellement de diligence et d'ardeur au nom de nos concitoyens qui éprouvent des difficultés pendant cette pandémie. Je tiens à remercier chaleureusement Dana, Lisa, Laura, Lindsay, Megan et Gianfranco. Les services qu'ils rendent à nos concitoyens sont sans égal, et je suis fier de chacun d'entre eux. Je suis conscient des efforts et des prouesses dont ils font preuve pour chacun des dossiers qui nous parviennent, que ce soit par courrier, par courriel ou par téléphone. Même si les visiteurs ne sont pas encore admis dans nos locaux, nous travaillons à mettre en place les mesures de sécurité appropriées qui nous permettront de rencontrer à nouveau nos concitoyens lorsqu'un coup de fil ne suffira tout simplement pas.
Les séances et les discussions à la Chambre sont un élément fondamental de la démocratie. Nous les conservateurs, nous pensons que le Parlement doit siéger, comme nous le faisons aujourd'hui, et ce, de manière constante. Nous ne sommes pas en train de dire que les 338 députés doivent être sur place. Nous pouvons fonctionner selon un modèle hybride, ce que nous allons essayer de faire pour le comité plénier spécial sur la COVID-19. Il y a moyen de fonctionner de cette façon et aussi de pouvoir procéder aux votes. Nous souhaitons arriver à un compromis qui permettrait au Parlement de fonctionner et de poursuivre ses travaux.
Les gouvernements municipaux se réunissent. Les conseils municipaux tiennent des réunions tous les mois pour régler des dossiers au nom de leurs contribuables. Toutes les assemblées législatives provinciales continuent de se réunir. Elles tiennent compte des règles de distanciation sociale, mais poursuivent leurs travaux pour s'assurer de bien gérer la crise de la COVID-19 tout en s'occupant de tous les dossiers qui relèvent du gouvernement.
Si nous regardons dans le monde, nous pouvons voir que les gouvernements des États-Unis, du Royaume-Uni, de l'Union européenne, de l'Australie et même de la Chine se réunissent. Compte tenu de l'admiration du premier ministre pour la « dictature » chinoise, je suis convaincu qu'il surveille de près la réunion des membres du Congrès national du peuple de Chine, qui travaillent côte à côte. Les députés qui les ont vus aux nouvelles ont remarqué qu'ils portent tous des masques, mais qu'ils sont assis côte à côte dans leur assemblée législative. Il est important que les députés se réunissent. Nous échangeons des idées et menons des débats rigoureux, ce qui est impossible avec Zoom en raison de problèmes technologiques, de l'incapacité de s'entendre les uns les autres et de mauvaises connexions.
Je suis convaincu que le député de Timmins—Baie James sera heureux de m'entendre lire la citation suivante de Winston Churchill:
Il est difficile d’expliquer cela à ceux qui ne connaissent pas notre façon de faire. Il peut être difficile de comprendre pourquoi nous considérons que l’intensité, la passion, l’intimité, le caractère informel et la spontanéité de nos débats représentent la personnalité de la Chambre des communes et lui donnent son but et sa force.
C'est le meilleur moyen d'expliquer pourquoi nous devons être ici à débattre, et même à chahuter. C'est ici que nous avons l'occasion d'échanger des idées, de voir les réactions et, dans une certaine mesure, de nous nourrir des émotions de nos collègues, à condition de ne pas aller trop loin bien sûr. C'est le rôle des parlementaires qui siègent à la Chambre des communes de tenir de telles discussions. Même si la motion du gouvernement parle d'une période des questions de 95 minutes en comité plénier comprenant des échanges de cinq minutes, cela ne peut remplacer ce que nous faisons ici dans nos échanges et nos discussions sur les différents projets de loi, chose que nous ne faisons pas du tout lorsque nous sommes constitués en comité parlementaire spécial. Nous ne débattons pas d'un budget, par exemple. J'y reviendrai plus tard.
Voici ce qu'a déclaré Christian Leuprecht, professeur à l'Université Queen's:
Au bout du compte, le grand principe constitutionnel sous-jacent en l'espèce est le principe du gouvernement responsable. C'est d'abord et avant tout une question de responsabilité ministérielle en situation de crise et d'urgence. [...]
Le Parlement a le devoir suprême, surtout en temps de crise, d’obliger l’appareil exécutif à rendre des comptes. Les Canadiens ont besoin d'une surveillance parlementaire continue du pouvoir exécutif et des décisions des instances gouvernementales.
C'est le rôle des députés de l'opposition et des députés ministériels d'arrière-ban de poser les questions difficiles. Notre Constitution, notre système parlementaire fondé sur le modèle de Westminster, s'appuie sur cette reddition de comptes ministérielle, qui n'a pas lieu lorsque nous travaillons au moyen de Zoom.
Cela préoccupe les gens dans ma circonscription. Lorsque je suis ici, je peux prononcer mon discours de 10 minutes, participer à la période de questions et disposer d'une certaine période de temps en comité pour parler des préoccupations des habitants de ma circonscription. J'aimerais d'ailleurs parler de certaines de leurs préoccupations maintenant.
L'une des propriétaires de petites entreprises de ma circonscription possède quelques entreprises. Elle a dit qu'elle avait dû fermer les portes en raison du genre d'entreprise qu'elle exploitait, et qu'elle avait du mal à payer son loyer. Malheureusement, son propriétaire refuse d'adhérer à l'Aide d'urgence du Canada pour le loyer commercial. Elle va donc être obligée de quitter les lieux sans payer et son locateur va devoir lui courir après pour les mois qui lui restent à payer. Cette affaire va se retrouver devant les tribunaux et pourrait même avoir des conséquences sur ses autres entreprises, car la propriétaire en question n'a plus d'argent.
Si j'ai l'occasion de participer à une réunion du comité spécial et aux 95 minutes pour les questions et réponses, je vais peut-être obtenir des réponses du ministre, mais si nous sommes ici toute la journée, j'aurai plus de chance d'aborder les questions directement avec le ministre.
Pour leur part, les agriculteurs sont vraiment aux prises avec de grandes difficultés. La région d’Interlake que je représente a connu sécheresse après sécheresse. Il y a eu auparavant la crise de la vache folle ainsi que les inondations le long du lac Manitoba et du lac Winnipeg, qui ont frappé durement beaucoup d’agriculteurs. Ces derniers ont suffisamment de pâturages et ils essaient de cultiver leurs champs et d’obtenir de quoi nourrir leur bétail pendant l’hiver. En outre, comme nous le savons — et je remercie mon collègue de Battle River—Crowfoot pour le magnifique travail qu’il fait en qualité de ministre du cabinet fantôme en matière d’Agriculture —, les prix de la viande sont à la hausse parce qu'il y a moins de viande bovine transformée dans nos usines, les abattoirs étant touchés par la COVID et les travailleurs ne pouvant pas se rendre au travail.
Le contraire se produit en raison de l’offre excédentaire dans les parcs d’engraissement et chez les éleveurs de veaux de boucherie. Un citoyen de ma circonscription a perdu 600 $ par tête sur les veaux qu'il a gardés pendant l’hiver, comme il le fait toujours. Il a vendu ses bêtes au printemps 600 $ de moins que l'année précédente. La plupart des éleveurs ne pourront pas soutenir une telle baisse. La perte s’élève à plus de 60 000 $ pour ce seul agriculteur.
Ma circonscription compte également une exploitation de pêche commerciale qui a suscité de nombreuses préoccupations. L'Office de commercialisation du poisson d'eau douce a cessé d'acheter du doré du lac Winnipeg et n’essaiera même pas de le mettre sur le marché parce que les restaurants qu’il approvisionne ont tous fermé et qu'il y a une surabondance de stocks. Les pêcheurs doivent se rendre plus loin sur les lacs et ne peuvent rien attraper d’intéressant, comme du doré ou du poisson blanc qu’ils pourraient vendre.
Ce qui manque dans tout ce processus, c’est un budget du gouvernement. Nous faisons cette année des dépenses qui pourraient très bien nous amener à avoir un déficit égal au budget de l’an dernier, qui s’élevait à 350 milliards de dollars. Avec la contraction de l'économie et l'augmentation des dépenses gouvernementales en réponse à la COVID-19, nous pourrions avoir un déficit de 350 milliards de dollars. Or, le gouvernement n’a toujours pas présenté de budget ni rendu compte de la façon dont il dépense cet argent sans faire s'effondrer l’économie et sans nous engloutir dans une dette dont nous pourrions ne plus jamais émerger.
Comme parlementaires, il nous incombe de nous occuper des contribuables, mais nous ne pouvons pas le faire à cause de ce comité spécial.
Je pourrais continuer longtemps. Dans ma circonscription, les propriétaires d'armes à feu sont mécontents. Les questions de ce genre doivent faire l'objet de discussions en comité, mais les travaux de certains comités sont suspendus. Le comité de la sécurité publique ne se réunit plus. Le comité de la défense nationale, dont je suis le vice-président, a interrompu ses travaux. En l'absence de ces comités, nous ne pouvons pas étudier en temps opportun les enjeux de l'heure afin de pouvoir répondre aux préoccupations des Canadiens d'un bout à l'autre du pays.
Results: 1 - 15 of 794 | Page: 1 of 53

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data