Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 860
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-07-22 14:18 [p.2724]
Mr. Speaker, the member highlighted a lot of really critical pieces of how people have been dealing with COVID-19. You mentioned support for shelters, individuals, racialized minorities, mental health issues and you also mentioned federal-provincial-territorial collaboration. On that note, there was one thing I noticed that might have been missing from that discussion. I wonder if you could speak about whether or not you believe that safe, affordable housing is a right and whether you support a rent freeze as families and individuals navigate COVID-19.
Monsieur le Président, la députée a donné de nombreux exemples de choses capitales que les gens font pour composer avec la pandémie de COVID-19. Vous avez mentionné le soutien aux refuges, aux particuliers et aux minorités racialisées, le soutien en matière de santé mentale et la collaboration fédérale-provinciale-territoriale. Cependant, je remarque une omission. SeIon vous, le logement sûr et abordable est-il un droit? Appuyez-vous un gel des loyers pendant que les familles et les particuliers sont aux prises avec la pandémie de COVID-19?
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-07-22 15:23 [p.2733]
Madam Chair, I very much enjoyed the speech from the member for Edmonton Strathcona. I always do, so I appreciate her work and her efforts. The member has been discussing a very important aspect, which is universal basic income, and how that could have come to the rescue of so many more Canadians.
Why does the member think the Liberal government is resistant to that idea?
Madame la présidente, j'ai vraiment apprécié l'intervention de la députée d'Edmonton Strathcona, comme toujours. Je la remercie de son travail et de ses efforts. La députée a évoqué une solution très intéressante, soit un revenu universel de base, et elle a expliqué comment une telle mesure aurait pu venir à la rescousse d'un bien plus grand nombre de Canadiens.
D'après la députée, pourquoi le gouvernement libéral résiste-t-il à cette idée?
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-07-22 15:47 [p.2737]
Madam Chair, our chamber of commerce in Fredericton held a webinar with the Minister of Economic Development. She mentioned the process of dealing with COVID-19 as stopping the bleeding, sewing up the wound and then healing. I feel like we have done a pretty good job of stopping the bleeding. We have incredible programs in place now. We have made some tweaks and improvements, which is what I would call sewing up those wounds.
What does the member believe would be the best way to support this next stage of healing for which Canadians are looking?
Madame la présidente, la chambre de commerce de Fredericton a tenu un webinaire avec la ministre du Développement économique. Elle a comparé le travail à faire relativement à la pandémie de COVID-19 à une blessure que l'on traite en arrêtant l'hémorragie, puis en faisant des points de suture pour ensuite laisser le tout se cicatriser. J'ai l'impression que nous avons bien arrêté l'hémorragie. Nous avons mis en œuvre des programmes incroyables. Nous leur avons apporté des ajustements et des améliorations, ce que je comparerais aux points de suture pour recoudre la plaie.
Selon la députée, quel serait maintenant le meilleur moyen de favoriser la prochaine étape de la guérison, que les Canadiens recherchent?
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-07-22 16:12 [p.2740]
Madam Chair, I have been reminded again and again of the kindness and creativity of people across this country these past four months, especially in our own civil service.
That historic weekend in mid-March when the pandemic took hold in Canada began a domino effect of businesses closing to the public, employees losing work and people flocking to government relief programs, fearing whether or not they would be able to pay their rent.
The huge number of applications submitted that have been processed by Service Canada and Canada Revenue Agency staff is incredible. More than six million applications were submitted by mid-April, just two weeks after Canadians started submitting their applications again.
More unsung heroes of this pandemic are the people employed at Global Affairs Canada and the CBSA, who began an incredible effort of repatriating Canadians from across the globe. During the first weeks of the pandemic, these civil servants moved mountains to schedule flights, to confirm travel eligibility, to work with consulates and foreign governments to get Canadian citizens and permanent residents back on Canadian soil. Their efforts were incredible. The minister responsible played a significant leadership role in guiding these efforts, and I wish to thank him as well.
Who can overlook the incredible work of the people involved in Canada's public health infrastructure? Dr. Tam and all of the other provincial health officers' daily updates and leadership and the support of the entire Public Health Agency and the public health departments across each province and territory, which pooled data, tracked cases and implemented protocols, have saved countless lives.
All of these efforts are to be commended, but the staff that dedicated their time to these emergency measures had to step away from their regular workloads, and ongoing cases at IRCC, Service Canada, CRA, Veterans Affairs, etc., have been stuck and languishing for months. What do people do when their federal systems are shutting down? They come to their MPs.
My team and I have been handling an incredible number of these case files and the people whose lives are on hold while their files stagnate in a backlog. Even as our government slowly works to address these files that are piling up on desks across departments, the traditional supporting documentation that people need to track down is not always available, and they cannot possibly complete the requests being made of them. We need these systems to empower workers to find alternative pathways for Canadians. This system collapse is having second- and third-order impacts on individuals and families across the country.
Let me tell members about a few of my constituents.
There is a gentleman in my riding who has been working in Canada for several years now and is applying for his permanent residency. He has submitted all of his documentation, but has been asked to submit one last piece of information: an FBI security check. It is not possible for him to get this document right now, as the FBI is not conducting these checks at this time. Relying on other countries to provide documentation is highly complex, given how hard it is to get documentation within our government. Will he need to leave Canada because we insisted on a document he could not get? How long will we leave this man and his loved ones in limbo? We need flexibility in the immigration system, and case workers who are empowered to identify alternative paths to residency and citizenship, or we risk losing our neighbours who have come to call Canada their home.
In another case, there is a couple in my riding who rely on their GIS cheques each month like so many other Canadians. They both submitted paper versions of their taxes at the same time in February. One of them had their taxes reviewed. One of them had their tax file lost. As a result, they have been denied their GIS payment until they can resubmit their taxes. They are being told that it must be done via e-file, but they have not been able to make that happen. We need flexibility within the CRA and employees in that department to be empowered to work with people and, in this case, to either track down the paper file or to work with this couple to facilitate the refiling of their taxes so they can receive their GIS payments.
In yet another case, there is a mother in my riding who lost her child tax benefit just before the pandemic shut down offices in March, because the father of her children claimed that he had custody when he did not. The CRA has placed the burden of proof on her shoulders to regain the benefit, which she needs to raise these children. One of the supporting documents required was a letter from a health care provider substantiating her claims. For months, doctors, dentists and other health professionals have not been providing these services. Getting these supporting documents has been incredibly difficult.
We need to implement flexible systems that enable federal employees to work more closely with people in these uncertain times.
I know that many of my colleagues in the House worked day and night in the first months of the pandemic to get support to constituents in crisis, and continue to do so. That workload has now shifted to support constituents in their backlogged cases. While my constituent assistants and I are continuing to advocate on behalf of the individual cases that come through my door, we need to fix this at a macro level.
I want to raise this today to articulate a question to my colleagues in government. What comes next? Can we initiate a major hiring push, just as Veterans Affairs Canada announced last month to handle its backlog?
So many Canadians remain underemployed and unemployed. This seems the perfect opportunity to get more hands on deck to start working across government departments.
Can we empower case workers with more flexibility and tools at their disposal to massage case files through the system, recognizing that the standard burden of documentation is not realistic now, and may not be for months to come?
I am but one opposition member of the House, and a rookie member, at that. I do not pretend to have all of the solutions, but I know that the solutions are out there, and I believe they lie in our civil service. The brilliant and compassionate minds that have worked tirelessly through March and April to get support into the hands of Canadians need to be equipped and empowered to put their brilliance to work to address these issues.
Communities across the country are changing. The government must adapt its services and embrace new technology.
There is so much about this virus that we cannot control, but we can control how we respond to it.
I wish to end on a positive note, a “thank you” to our civil service and a pledge to do all I can with my colleagues in the House to ensure that they have the tools and the respect they need to help Canadians in this time and in the future ahead.
Madame la présidente, au cours des quatre derniers mois, j'ai été témoin d'innombrables exemples de la gentillesse et de la créativité des Canadiens, en particulier au sein de la fonction publique fédérale.
La fameuse fin de semaine de la mi-mars, ce moment historique où la pandémie s'est installée au Canada, a provoqué une réaction en chaîne: des entreprises ont fermé leurs portes au public, des employés ont perdu leur emploi et les gens se sont prévalus en masse des programmes d'aide du gouvernement, craignant de ne pas pouvoir payer leur loyer.
L'énorme quantité de demandes qui ont été présentées et traitées par les employés de Service Canada et par l'Agence du revenu du Canada est incroyable. Plus de 6 millions de demandes avaient été présentées en date de la mi-avril, seulement deux semaines après que les Canadiens et Canadiennes eurent recommencé à présenter leurs demandes.
Parmi les héros de l'ombre depuis le début de la pandémie, on compte les employés d'Affaires mondiales Canada et de l'Agence des services frontaliers du Canada, qui ont eu à déployer des efforts considérables pour rapatrier les Canadiens partout dans le monde. Durant les premières semaines de la pandémie, les fonctionnaires ont déplacé des montagnes pour organiser les vols, confirmer l'admissibilité d'embarquement, collaborer avec les consulats et les gouvernements des autres pays pour ramener les citoyens canadiens et les résidents permanents canadiens dans notre pays. On parle d'efforts extraordinaires. Le ministre responsable a fait preuve d'un grand leadership pour diriger tous ces efforts, et je tiens à le remercier également.
Qui peut passer sous silence le travail fantastique accompli par toutes les personnes au sein de l'infrastructure de la santé publique canadienne? Le leadership de la Dre Tam et de tous les autres responsables de la santé publique dans les provinces, avec leurs bilans quotidiens, de même que le soutien de l'Agence de la santé publique du Canada et de tous les ministères de la santé publique provinciaux et territoriaux, qui ont mis en commun les données, fait le suivi des cas et instauré des protocoles, a permis de sauver d'innombrables vies.
Tous ces efforts doivent être soulignés. Cependant, tous les employés qui ont consacré leur temps à ces mesures d'urgence ont dû délaisser leurs tâches habituelles, et les dossiers en cours à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, à Service Canada, à l'Agence du revenu du Canada, à Anciens Combattants Canada, entre autres, ont été mis sur la glace depuis des mois. Que font les citoyens quand le fonctionnement de leur gouvernement fédéral est mis en suspens? Ils se tournent vers leur député.
Mon équipe et moi avons fait un nombre incroyable de demandes au nom de personnes dont la vie est en suspens pendant que leurs dossiers stagnent avec tous les autres qui sont en attente. Le gouvernement travaille lentement à traiter les dossiers qui s'accumulent sur les bureaux dans les ministères, mais les pièces justificatives habituelles qu'il faut obtenir ne sont pas toujours disponibles, de sorte que les gens ne peuvent pas répondre aux demandes qui leur sont faites. Il faut permettre aux travailleurs de trouver d'autres façons de faire pour les Canadiens. L'effondrement actuel des systèmes a des effets secondaires et tiers sur des personnes et sur des familles partout au Canada.
J'aimerais parler aux députés de quelques-uns des résidants de ma circonscription.
Il y a dans ma circonscription un homme qui travaille au Canada depuis plusieurs années maintenant et qui a présenté une demande de résidence permanente. Il a présenté tous ses documents, mais on lui a demandé de fournir un dernier renseignement: une vérification de sécurité effectuée par le FBI. Il ne lui est pas possible d'obtenir ce document pour l'instant, car le FBI ne procède pas actuellement à ces vérifications. Compter sur d'autres pays pour fournir des documents est très complexe, quand on sait à quel point il est difficile d'obtenir des documents au sein de notre gouvernement. Cet homme devra-t-il quitter le Canada parce que nous avons insisté pour qu'il obtienne un document qu'il n'a pas été en mesure d'obtenir? Combien de temps allons-nous laisser cet homme et ses proches dans l'incertitude? Notre système d'immigration doit être flexible, et nous avons besoin d'agents autorisés à trouver des solutions de rechange dans le processus pour obtenir la résidence et la citoyenneté, sinon nous risquons de perdre nos voisins qui en sont venus à considérer le Canada comme leur pays.
Voici un autre cas. Un couple de ma circonscription dépend des chèques du Supplément de revenu garanti qu'il reçoit chaque mois, comme beaucoup d'autres Canadiens. Ces deux personnes ont envoyé leur déclaration de revenus sur papier en même temps au mois de février. L'une d’elles a vu sa déclaration de revenus faire l'objet d'une déclaration, tandis que la déclaration de l'autre a été égarée. Par conséquent, on refuse de faire les paiements du Supplément de revenu garanti à ces gens tant qu'ils n'auront pas envoyé une nouvelle déclaration de revenus, ce qu'ils doivent faire par voie électronique, à ce qu'on leur dit. Malheureusement, ils n'en ont pas été capables jusqu'ici. Il faut que l'ARC fasse preuve de souplesse et donne à ses employés la latitude nécessaire pour pouvoir aider les gens. Dans ce cas-ci, il faut soit retrouver la déclaration sur papier, soit aider le couple à refaire une déclaration pour qu'il puisse recevoir ses paiements du Supplément de revenu garanti.
Je cite encore un autre cas, celui d'une mère de famille de ma circonscription qui a perdu la prestation fiscale pour enfant juste avant que les bureaux ferment à cause de la pandémie, en mars. Elle a perdu la prestation parce que le père de ses enfants a indiqué qu'il en avait la garde, alors que ce n'était pas le cas. L'ARC oblige cette mère de famille à prouver que c'est elle qui dit vrai si elle veut recevoir la prestation de nouveau, alors qu'elle en a besoin pour élever ses enfants. L'un des documents qu'elle doit produire est une lettre d'un professionnel de la santé attestant ses dires. Or, depuis des mois, les médecins, les dentistes et les autres professionnels de la santé ne fournissent plus ces services. Il est très difficile d'obtenir un tel document.
Encore une fois, nous devons mettre en œuvre des systèmes qui sont flexibles et qui permettent aux employés fédéraux de travailler plus directement avec les gens durant ces temps incertains.
Je sais qu'un grand nombre de mes collègues à la Chambre ont travaillé jour et nuit pendant les premiers mois de la pandémie, et qu'ils continuent de le faire, pour que les Canadiens en difficulté reçoivent de l'aide. Il faut maintenant s'occuper de l'arriéré de cas. Mes adjoints de circonscription et moi continuons d'essayer d'aider les personnes qui s'adressent à nous, mais il faut une solution plus générale.
J'aimerais donc poser une question à mes collègues du gouvernement. Quelle est la prochaine étape? Pouvons-nous lancer une vaste campagne d'embauche, comme celle qu'a annoncée Anciens Combattants Canada la semaine dernière pour traiter son arriéré?
Il y a encore tant de Canadiens sous-employés ou sans emploi. Cela semble l'occasion idéale pour faire appel à un plus grand nombre de personnes et collaborer entre ministères.
Pouvons-nous donner plus de flexibilité et d'outils aux agents chargés du traitement des dossiers pour qu'ils puissent traiter les dossiers dans le système? Il faut quand même reconnaître que la documentation standard aujourd'hui est d'une lourdeur inimaginable, et qu'elle pourrait le rester pendant des mois.
Je ne suis qu'une députée de l'opposition, et une débutante, en plus. Je ne prétends pas avoir toutes les solutions, mais je sais qu'il y a des solutions, et je crois qu'on les trouvera dans notre fonction publique. Les âmes brillantes et compatissantes qui ont travaillé sans relâche tout au long des mois de mars et d'avril pour que les Canadiens puissent toucher l'aide offerte doivent être équipées et avoir les pouvoirs nécessaires pour mettre leur génie au service de ces enjeux.
Partout au pays, nous observons nos communautés changer. Le gouvernement doit ajuster ses services et se mettre à niveau avec la technologie.
Il y a tant d'éléments en lien avec ce virus que nous ne pouvons maîtriser, mais nous pouvons gérer notre réponse face à ce virus.
J'aimerais finir sur une note positive et dire merci à notre fonction publique et lui promettre que mes collègues et moi, à la Chambre, ferons tout notre possible pour qu'elle obtienne les outils dont elle a besoin et le respect qu'elle mérite afin d'aider les Canadiens en ce moment et dans l'avenir.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-07-22 16:19 [p.2742]
Madam Chair, I am very supportive of the government's response to COVID-19. I mentioned yesterday just how proud I am to be a member of Parliament and to be a Canadian, at that, because we have fared quite well on the global stage, as far as COVID-19 goes.
The programs are not perfect, but we worked together to make them as applicable as we could to most Canadians. I do feel, however, that I must voice my support for a guaranteed livable income. That was something that, at the onset, would have supported so many more Canadians without the existing strict eligibility criteria. They would have had the support they needed to get through these months and the months ahead.
We are talking a bit about the healing and the recovery and what comes next, and I really hope the government is very open-minded with regard to the concept of a universal basic income or a guaranteed livable income, because I really feel that is the next step that we need to continue supporting Canadians with, as we have done throughout this COVID-19 crisis.
Madame la présidente, j'appuie sans réserve la réponse du gouvernement à la COVID-19. Hier, j'ai souligné à quel point je suis fière d'être députée et Canadienne, parce que nous nous sommes très bien tirés d'affaire sur la scène nationale dans le dossier de la COVID-19.
Les programmes que nous avons mis sur pied ne sont pas parfaits, mais nous avons travaillé ensemble pour veiller à ce qu'ils répondent aux besoins de la majorité des Canadiens. Je me dois toutefois d'exprimer mon appui à l'égard du revenu minimum garanti. N'étant pas assorti de critères d'admissibilité stricts, ce dernier aurait permis d'aider nettement plus de Canadiens au début de la crise. Les auraient eu le soutien dont ils avaient besoin pour traverser les derniers mois et les mois à venir.
Alors que nous commençons à parler du rétablissement du Canada et de la suite des choses, j'espère vraiment que le gouvernement fera preuve d'une grande ouverture d'esprit lorsqu'il se penchera sur la notion du revenu de base garanti ou du revenu minimum garanti. Je crois sincèrement qu'il s'agit de la prochaine étape pour continuer d'aider les Canadiens comme nous l'avons fait pendant la crise de la COVID-19.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-07-22 16:21 [p.2742]
Madam Chair, I thank my hon. colleague for her work in the House. We certainly align on just about everything, so I am glad to be here with her in the 43rd Parliament.
I am very supportive, as well, of a universal child care system. I have two children of my own; many of my friends, families and Canadians know how important child care is to these next steps in our recovery in building back better for Canada, so we certainly need to put a lot of emphasis on that. We know how women have been disproportionately impacted throughout the COVID-19 pandemic.
Certainly, I have felt some of those pressures as a woman, especially as a newly elected MP and what that brings into play, but I also recognize my privilege, so I cannot imagine those in a less privileged position having to deal with these last few months and then what is to come with all of the uncertainty.
There certainly need to be some changes. You mentioned some changes to the EI system; I really believe, again, that putting that patchwork of supports into a guaranteed basic income for all Canadians would really be the best step forward. It would alleviate a lot of the administrative costs and the stresses that we have experienced as parliamentarians in the rollout of these programs. That would be the direction that I would put my energy and my vote behind.
Madame la présidente, je remercie la députée de son travail à la Chambre. Nous nous entendons à presque tous les points de vue et je suis heureuse de siéger à ses côtés au cours de cette 43e législature.
Je suis moi aussi en faveur d'un système universel de garde d'enfants. J'ai moi-même deux enfants. Beaucoup de mes amis, de familles et de Canadiens comprennent l'importance de la garde d'enfants pour les prochaines étapes durétablissement et pour reconstruire le Canada en mieux. Il faut donc assurément mettre l'accent là-dessus. Nous savons que les femmes ont été touchées de façon disproportionnée par la pandémie de COVID-19.
J'ai ressenti ces pressions en tant que femme et en tant que députée nouvellement élue, avec tout ce que cela comporte. Cependant, je sais que je suis privilégiée et je ne peux m'imaginer ce qu'ont vécu au cours des derniers mois les personnes dont la situation est moins favorable et qui doivent faire face à un avenir incertain.
Il faut certainement apporter des changements. Vous avez parlé de modifications au régime de l'assurance-emploi. Encore une fois, je crois sincèrement que la meilleure façon de procéder est de réunir l'ensemble disparate de mesures afin d'offrir un revenu de base garanti à tous les Canadiens. Les coûts administratifs s'en verraient considérablement réduits, de même que le stress que les députés ont vécu lors de la mise en œuvre des programmes. C'est dans ce sens que je déploierais mes efforts et ce à quoi j'accorderais mon vote.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-07-22 16:23 [p.2742]
Madam Chair, I thank my colleague from Victoria for joining us virtually. That is a testament to how we have been doing our work here in Parliament.
In my speech, I gave a couple of examples of people struggling during this time. I think specifically about those who are waiting for their GIS cheques to come in. I think about those living on a limited income. I think about mothers who are struggling to find work or who want the option to stay with their children before they go on to their school-age classrooms.
For me, it would help countless individuals such as entrepreneurs, people wanting to take risks in their lives, artists and anyone in the gig economy. Specifically, I am thinking of many people in Atlantic Canada. I think about those with disabilities and those struggling with mental health issues. I feel this is the net we need to cast out into Canada, because it eliminates those holes we have been seeing glaringly throughout this COVID-19 crisis.
Madame la présidente, je remercie ma collègue de Victoria de se joindre à nous virtuellement. Voilà qui illustre tout ce que nous avons accompli pour que les députés puissent faire leur travail.
Tout à l'heure, j'ai donné quelques exemples de gens qui ont du mal à joindre les deux bouts. Je pense par exemple aux gens qui attendent impatiemment leur chèque du Supplément de revenu garanti, ou à ceux qui ont un revenu limité. Je pense aussi aux mères qui ont du mal à trouver du travail ou qui souhaitent passer du temps avec leurs enfants avant qu'ils rentrent à l'école.
Selon moi, cette mesure permettrait d'aider un très grand nombre de Canadiens, dont les entrepreneurs, les travailleurs qui ont envie de prendre des risques professionnels, les artistes et tous ceux qui vivent de petits boulots. Je crois qu'elle serait particulièrement avantageuse pour de nombreux Canadiens de l'Atlantique, comme les personnes handicapées ou celles qui sont aux prises avec des problèmes de santé mentale. À mes yeux, c'est le genre de filet dont nous devrions doter le Canada parce que nous pourrions alors éliminer les failles que la pandémie de COVID-19 a fait ressortir au grand jour.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-21 10:13 [p.2652]
Mr. Speaker, I ask that all questions be allowed to stand.
Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-21 10:13 [p.2652]
Mr. Speaker, I am rising to address the question of privilege raised yesterday by the member for Regina—Qu'Appelle. I would note that this matter was previously raised in a meeting of the committee of the whole on July 8.
The member raised concerns about the Prime Minister's response to a question in the committee of the whole on July 8. The exchange concerned the Ethics Commissioner's investigation on a matter last year. The member argued that the Prime Minister misled the House when he stated that the government took the unprecedented step of waiving cabinet confidentiality and solicitor-client confidentiality so that the Ethics Commissioner could fully investigate the matter at hand. The member argued that the matter was not fully investigated, because the Ethics Commissioner reported that he did not have access to additional cabinet confidences.
The Prime Minister's response is not being taken into proper context. It is clear that the Prime Minister was speaking about the government's rationale for taking an unprecedented step to co-operate with the Ethics Commissioner. Furthermore, fully investigating a matter does not mean that the Ethics Commissioner must have full access to all cabinet confidences and to all solicitor-client privileged information. It means that the commissioner has the information he needs to fulfill his duties under the Conflict of Interest Act. This means that the commissioner is able to examine a matter and to produce a report that sets out the facts in question and provides the commissioner's analysis and conclusions.
As a result, the issue raised by the member is, at best, a dispute as to the facts and does not meet the threshold of constituting a prima facie question of privilege.
The Conflict of Interest Act does not provide the Ethics Commissioner authority to access cabinet confidences or solicitor-client privileged information for an investigation. Parliament did not grant this authority to the commissioner when it passed the act in 2006. Authority to disclose cabinet confidence or waive solicitor-client privilege rests with the executive branch of government.
This government is committed to transparency and accountability. This government has co-operated with the Ethics Commissioner to ensure that the commissioner is able to examine matters and produce reports.
Regarding the matter at hand, the government recognized that certain cabinet confidence and certain solicitor-client privileged information could be important to the commissioner's investigation. The Prime Minister's response on July 8 explains the basis for the government's decision to take an unprecedented step of issuing an order in council to authorize the disclosure of cabinet confidences to the Ethics Commissioner and to waive solicitor-client privilege.
The government wanted to co-operate with the Ethics Commissioner so that he could fully investigate the matter on the merits and produce a report, and this is what the Ethics Commissioner was able to do.
The commissioner stated as much in his report when he wrote, “In the present examination, I have gathered sufficient factual information to properly determine the matter on its merits.” The member himself quoted this statement when he raised this issue on July 8.
Accordingly, I submit that the member for Regina—Qu'Appelle has raised a matter that is a dispute as to the facts and does not constitute a prima facie question of privilege.
Monsieur le Président, j'interviens au sujet de la question de privilège qui a été soulevée hier par le député de Regina—Qu'Appelle. Je souligne que cette question avait déjà été soulevée lors de la réunion du comité plénier du 8 juillet dernier.
Le député s'est dit inquiet de la réponse du premier ministre à une question posée en comité plénier le 8 juillet. Les délibérations portaient sur l'enquête du commissaire à l'éthique à propos d'un incident survenu l'année dernière. Le député a soutenu que le premier ministre avait induit la Chambre en erreur lorsqu'il a affirmé que le gouvernement avait pris la décision sans précédent de renoncer à la confidentialité des délibérations du Cabinet et au secret professionnel dans cette situation pour permettre au commissaire à l'éthique de faire toute la lumière sur cette affaire. Le député a soutenu que la question n'a pas fait l'objet d'une enquête exhaustive, car le commissaire à l'éthique a révélé qu'il n'avait pas eu accès à certains documents confidentiels du Cabinet.
La réponse du premier ministre n'est pas prise en compte dans le contexte approprié. Il est clair que le premier ministre parlait de la raison pour laquelle le gouvernement a pris une mesure sans précédent pour coopérer avec le commissaire à l'éthique. En outre, le fait d'enquêter à fond sur une affaire ne signifie pas que le commissaire à l'éthique doit avoir un accès complet à l'ensemble des documents confidentiels du Cabinet et à l'ensemble des renseignements protégés par le secret professionnel de l'avocat. Cela signifie que le commissaire dispose des renseignements dont il a besoin pour assumer ses fonctions en vertu de la Loi sur les conflits d'intérêts. C'est donc dire que le commissaire est en mesure d'examiner une affaire et de présenter un rapport qui expose les faits en question, ainsi que son analyse et ses conclusions.
Par conséquent, la question soulevée par le député est, au mieux, un différend quant aux faits, et ne correspond donc pas à ce que l'on pourrait considérer de prime abord comme une atteinte au privilège.
La Loi sur les conflits d'intérêts ne donne pas au commissaire à l'éthique le pouvoir d'accéder aux documents confidentiels du Cabinet ou aux renseignements protégés par le secret professionnel de l'avocat pour une enquête. Le Parlement n'a pas conféré ce pouvoir au commissaire lorsqu'il a adopté cette loi en 2006. Le pouvoir d'invoquer le secret du Cabinet ou de lever le secret professionnel relève du pouvoir exécutif.
Le gouvernement s'est engagé à être transparent et à rendre des comptes. Il a coopéré avec le commissaire à l'éthique afin que celui-ci soit en mesure d'examiner des questions et de produire des rapports.
En ce qui concerne la question qui nous occupe, le gouvernement a reconnu que certains documents confidentiels du Cabinet et renseignements protégés par le secret professionnel de l'avocat pourraient être importants pour l'enquête du commissaire. La réponse du 8 juillet du premier ministre explique le fondement de la décision du gouvernement de prendre la mesure sans précédent d'émettre un décret qui autorise la divulgation de documents confidentiels du Cabinet au commissaire à l'éthique et la levée du secret professionnel de l'avocat.
Le gouvernement voulait coopérer avec le commissaire à l'éthique afin qu'il puisse enquêter à fond sur l'affaire et produire un rapport, et c'est ce que le commissaire à l'éthique a pu faire.
Le commissaire l'a déclaré explicitement dans son rapport lorsqu'il a écrit ce qui suit: « Dans le cadre de cette étude, j'ai recueilli suffisamment de renseignements factuels pour bien trancher la question sur le fond. » Le député lui-même a cité cet extrait lorsqu'il a soulevé cette question le 8 juillet.
J'estime donc que le député de Regina—Qu'Appelle a soulevé un désaccord quant aux faits et qu'il n'y a pas, de prime abord, matière à question de privilège.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-21 10:56 [p.2659]
Mr. Speaker, the member has not responded to my colleague in a fully accurate way.
The Bloc, the New Democrats and the Conservatives were provided an opportunity not that long ago to give their unanimous consent. Unanimous consent is often given for a wide variety of bills, not only with this administration, but also previous administrations, so it is not as though it is unprecedented. There was an opportunity for us to see this legislation, or a form of it, pass.
It was not necessarily the Bloc as much as the Conservatives, but to try to imply that the government did not attempt to bring forward legislation that would have seen money in the pockets of individuals with a disability gives the wrong impression.
Would the member not acknowledge that there was a genuine attempt to make that happen?
Monsieur le Président, la réponse que le député a fournie à mon collègue n'est pas tout à fait exacte.
Les députés du Bloc québécois, du Nouveau Parti démocratique et du Parti conservateur ont eu l'occasion, il n'y a pas si longtemps, d'accorder le consentement unanime, comme cela se fait fréquemment pour une grande variété de projets de loi. Cette pratique n'est pas unique au gouvernement actuel. D'autres gouvernements y ont antérieurement eu recours. Ainsi, elle n'est pas sans précédent. Nous avons eu l'occasion d'adopter le présent projet de loi, ou du moins une version antérieure de celui-ci.
Ce n'est pas tant les bloquistes que les conservateurs qui ont refusé le consentement unanime. Toutefois, il est faux de laisser entendre que le gouvernement n'a pas tenté de présenter un projet de loi visant à mettre de l'argent dans les poches des personnes handicapées.
Le député ne reconnaît-il pas que le gouvernement a réellement tenté de faire adopter un projet de loi à cette fin?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-21 11:06 [p.2660]
Mr. Speaker, this is a substantial piece of legislation that would bring in new support for individuals with disabilities. It makes significant changes to the wage subsidy program, a program that has, I would argue, saved millions of jobs. It has allowed employers to continue to employ their employees.
One of the concerns I have is the misinformation that has been put on the record in regard to the legislation itself. We have already had a couple of people speak about the disability aspect of the legislation, saying that it is taxable when, in fact, it is not taxable. The Bloc should be aware of that. If the members believe that it is taxable, they need to show me precisely what it is in the legislation that is giving them the impression that it is taxable. Not only is it not taxable, but it is also not reportable.
This is a direct benefit for individuals with disabilities, and this is something that we have previously attempted to get through the House of Commons. It is some members of the opposition who have caused the delay. This government has been aggressively trying to get it done as quickly as possible.
Monsieur le Président, il s'agit d'une mesure législative de premier plan qui propose une nouvelle mesure de soutien pour les personnes handicapées. Le projet de loi modifiera en profondeur le programme de subvention salariale, lequel — je me permets de le rappeler — a déjà permis de sauver des millions d'emplois, en plus de fournir aux employeurs le moyen de garder leurs employés.
Je dois toutefois admettre que les faussetés qui circulent au sujet du projet de loi lui-même me font tiquer. Plusieurs personnes ont par exemple affirmé que la somme qui y est prévue pour les personnes handicapées sera imposable, alors que c'est faux. Elle ne sera pas imposable. Le Bloc devrait se le tenir pour dit. En fait, j'aimerais bien que les députés qui prétendent que cette somme sera imposable me montrent la partie du texte qui leur permet de faire une telle affirmation. Non seulement elle ne sera pas imposable, mais elle ne pourra même pas être considérée comme un revenu.
Il s'agit d'un paiement qui sera versé directement aux personnes handicapées, et ce n'est pas la première fois que nous essayons de faire adopter cette mesure par la Chambre des communes. C'est la faute de certains députés de l'opposition si les choses trainent autant. Le gouvernement a tout fait pour que cette mesure soit mise en œuvre le plus rapidement possible.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-21 11:48 [p.2666]
Mr. Speaker, when we talk about substance versus style, I am afraid you would not provide me the amount of time that would be required for me to address the member's statement, especially if we want to compare this government to the previous government. The substance has been plenty on this side since we have been in government, and I sat in opposition benches when it was all style. It was called it the Harper bubble.
Having said that, the member makes reference to the legislation, trying to give the impression that when it comes to the issue of disabilities, maybe we could have done it earlier. The member needs to be a bit more forthright with members and those who are following the debate. The Conservative Party did have the opportunity to support the passage, as did other political parties in the chamber. We could have had support for people with disabilities weeks ago had it not been for the tactics of the Conservatives.
Monsieur le Président, je doute que vous me laissiez le temps requis pour répondre à la déclaration du député sur la primauté accordée à la forme par rapport au fond, surtout s'il s'agit d'établir une comparaison entre le gouvernement actuel et le gouvernement précédent. Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement actuel privilégie largement le fond, alors que, lorsque je siégeais sur les banquettes de l'opposition, on privilégiait toujours la forme. C'est ce qu'on appelait la bulle de Harper.
Cela dit, lorsque le député a parlé du projet de loi à l'étude, il a voulu donner l'impression que le gouvernement aurait pu s'occuper plus tôt des personnes handicapées. Il doit être un peu plus franc avec les autres députés et les personnes qui suivent le débat. Le Parti conservateur a eu l'occasion d'appuyer l'adoption de cette mesure, tout comme les autres partis politiques à la Chambre. Nous aurions pu venir en aide aux personnes handicapées il y a de cela plusieurs semaines, n'eût été les tactiques des conservateurs.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-21 12:07 [p.2668]
Madam Speaker, the government has, in fact, been investing in Canada's small businesses, whether it is through working with financial institutions for loans or through the wage subsidy program. The legislation that we are debating today would assist in making some of the changes to modify the program so that, again, even more businesses will benefit from it.
Would the member, as a general thought, agree that the government is in fact putting the right amount of resources into supporting Canada's small businesses and our communities through the CERB program?
Madame la Présidente, en fait, le gouvernement a investi dans les petites entreprises du pays, que ce soit au moyen de prêts accordés par l'entremise d'institutions financières ou du programme de subvention salariale. La mesure législative que nous débattons aujourd'hui permettrait de modifier le programme pour accroître le nombre d'entreprises qui peuvent s'en prévaloir.
De façon générale, le député ne pense-t-il pas que le gouvernement investit des ressources adéquates pour aider les petites entreprises canadiennes, tout comme les collectivités avec la Prestation canadienne d'urgence?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-21 12:48 [p.2674]
Madam Speaker, we continue to work with different levels of government. Whether it is the New Democratic government in B.C., Conservative or Liberal governments in Atlantic Canada or the governments in the Territories, we continue to work with stakeholders in municipalities: indigenous people and the many different stakeholders out there. We develop programs such as CERB and the wage loss program. We identify individuals in society such as our seniors, in particular, and those who are in poverty.
Today, we deal with individuals who have disabilities. It is not our first attempt. We cannot just click our heels and give everyone in society a million dollars. It does not work that way. We have to work within the reality of the situation. This government, with the support of other levels of government, has been very successful at meeting the needs of Canadian society so that we will be in a better position on the road to recovery.
To what degree, for example, would my New Democratic friend have gone further than a $600 one-time payment for people with a disability, a $500 one-time payment to our poorest seniors in Canada, $2,000 for CERB recipients for their paycheques or the millions of dollars being spent in support of small businesses?
What more would he have done?
Madame la Présidente, nous continuons de travailler avec différents ordres de gouvernement, que ce soit le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique, les gouvernements conservateurs ou libéraux des provinces de l'Atlantique, ou les gouvernements des territoires. Nous continuons de travailler avec les parties prenantes dans les municipalités, avec les peuples autochtones et les différents intervenants. Nous mettons sur pied des programmes comme la Prestation canadienne d'urgence et le programme de subvention salariale. Nous essayons de voir quels groupes ont besoin d'aide, comme les aînés, plus particulièrement, et les personnes en situation de pauvreté.
Aujourd'hui, il est question des personnes handicapées. Ce n'est pas la première fois que nous tentons de leur apporter une aide. Nous ne pouvons pas donner 1 million de dollars à tout le monde d'un coup de baguette magique. Les choses ne fonctionnent pas de cette façon. Il faut tenir compte de certaines réalités. Le gouvernement libéral, avec l'appui d'autres ordres de gouvernement, a su répondre efficacement aux besoins de la société canadienne pour que celle-ci soit bien placée pour la reprise.
Dans quelle mesure, par exemple, mon collègue néo-démocrate aurait-il versé davantage que le paiement unique de 600 $ aux personnes handicapées, le paiement unique de 500 $ aux aînés les plus pauvres au Canada, la somme de 2 000 $ aux bénéficiaires de la PCU pour leur chèque de paie et les millions de dollars en soutien aux petites entreprises?
Qu'aurait-il fait de plus?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-21 13:17 [p.2679]
Madam Speaker, the reality is that the wage subsidy program has assisted in wage subsidies for close to three million Canadians. That has literally saved hundreds of thousands of jobs and has provided the opportunity for many employers to keep the employees they had, as opposed to having to let them go. That would have potentially put their businesses in jeopardy.
By working with financial institutions, the government has also provided the opportunity to have more access to capital dollars, which is also important for small businesses. I am sure the member would recognize that Canada's business community is as diversified, if not more diversified, as most economies in the G7. As a direct result of that, even though our target is to hit 100% in terms of supporting small businesses, there are going to be situations that are truly unique and there are going to be situations in which it will be more challenging for the government to provide assistance.
Would the member not agree that, through our small businesses, we have great diversity, which has allowed our economy to grow during these difficult times and which will help in the recovery ahead?
Madame la Présidente, le fait est que le programme de subvention salariale a permis d'accorder ce genre de subvention à près de trois millions de Canadiens. Ce sont des centaines de milliers d'emplois qui ont pu être conservés. De nombreux employeurs ont pu garder leurs employés au lieu de les mettre à pied, une solution qui aurait peut-être mis leur entreprise en péril.
Le gouvernement a travaillé avec les institutions financières pour faciliter l'accès à des capitaux, un autre élément important pour les petites entreprises. Je suis certain que le député reconnaît que le milieu des affaires canadien est aussi diversifié, sinon plus, que celui de la plupart des économies du G7. Par conséquent, même si notre objectif est d'aider toutes les petites entreprises, il va y avoir des situations véritablement uniques en leur genre, des situations où le gouvernement aura plus de difficulté à apporter une aide.
Le député ne pense-t-il pas que les petites entreprises canadiennes sont très diversifiées, ce qui a permis à notre économie de prendre de l'expansion pendant cette période difficile, et que cela va contribuer à la reprise?
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-07-21 13:41 [p.2683]
Madam Speaker, I am happy to be in the House with my colleagues. Once again, it was quite a journey to get here, especially on short notice, but I know there is important work to be done.
I have been supportive of the government as we navigate COVID-19. I also want to thank fellow opposition members for their hard work and for getting things done. I am honoured to be a member of the 43rd Parliament and am proud to be Canadian.
I do have one regret: partisan politics. Quite simply, it has made a mockery of our institution. It has allowed us to perpetuate systemic issues within the House and has pitted us against each another. It inflames hatred and fear, the type that one can read about in the manifestos of domestic terrorists.
I want to offer my sincere concern for our Prime Minister and his family, as well as the Governor General. I think we should all reflect very deeply on what has occurred at Rideau Hall and commit to doing a better job of teaching love in our communities.
Our system sees its members fighting for credit and recognition, and tearing each other down at every available opportunity. It is the people of this country who are suffering. I think of all the Canadians who are eagerly awaiting the one-time payment for persons with disabilities that was proposed in June. It was poor planning and political posturing that has left these Canadians an extra month without aid.
I too have been made to draw lines in the sand where I did not want to. There is no definitive wrong or right side. If we are truly here in the best interests of Canadians, the taxpayers who elected us, then I must ask us all, what are we doing? Why pour our energy and resources into one-upping each other?
This is in no way to say that we are not to disagree, seek clarification, challenge evidence or hold the government to account. On the contrary, what I am calling for is increased participation and collaboration. I am calling for respect. Call it decorum or call it human decency.
On that note, I would like to speak about some of the specifics of Bill C-20. The most important thing we can be doing right now and in the coming months is to ensure that Canadians have the resources they need to meet their needs. I applaud the move by the government to support wages for Canadians. I question the complexity of the system it has devised and I am particularly concerned that the ongoing lack of clarity about the details of this program will make business owners vulnerable to audits and investigations to come.
It is essential that one year from now, or seven years from now, we remember that these programs were evolving in real time and that Canadians who accessed the wage subsidy, the emergency response benefit, the emergency student benefit, etc., did so in good faith based on the information they had available to them at the time. Heavy-handed, retroactive penalties will be the wrong approach.
I am pleased to finally see the one-time payment for persons with disabilities being passed, hopefully. My own province has the highest rates of disability in Canada, and many of those with disabilities live in rural communities. The nature of New Brunswick as Canada's only bilingual province means that many francophones living with disabilities are also trying to find adequate resources in their mother tongue. This funding is a step forward, but it should never have taken this long.
I would like to read an excerpt from a letter to the minister responsible for disability inclusion from a newly formed group, the New Brunswick Coalition for People with Disabilities:
...day after day during his daily briefings, the Hon. [Prime Minister] hardly ever even mentioned people with disabilities. Then, when a promised payment of $600.00 failed to get approved at the House of Commons, we told ourselves maybe we should "let the adults hash it out". But then, we said no. No, we will not sit quietly anymore. This is what has been expected of people with disabilities for too long.... Let's be honest here. [The Prime Minister] said that Covid19 had exposed some "uncomfortable truths" about how we look after our seniors. The truth of the matter is, should we not also be embarrassed of the way we have been treating people with disabilities in this country? Here we have a group of people who live below the poverty line month after month, year after year. With no chance of EVER going back to work.... And we sit in the sidelines, watching as the Prime Minister of our beloved country decides that $2000 per month is the amount needed to get by in this country. And yet... We are asking people with disabilities to get by on so much less. And then, in a time of crisis, we tell them—by not saying anything at all—that we will deal with them last. And when we do decide to help them with a one-time payment of $600.00, well...it doesn't go through. The only financial aid during this whole Covid nightmare that does not go through.
It is the responsibility of those with power to ensure that the most vulnerable among us are receiving the support they need. Many Canadians were already struggling to make ends meet, particularly because they could not access employment before COVID. For those relying on provincial social assistance programs, CPP or the disability benefit, their regular activities have been terribly interrupted by COVID.
The precariousness of housing, loss of community kitchens, closure of public spaces and limitations on public transit have all had financial consequences for people who are already living on the edge. These citizens should have been among the first to receive aid. Instead, most of them have still received nothing and those living with disabilities have waited five months for a one-time benefit. It is not good enough. There are two weeks before the House is scheduled to sit again and I encourage my colleagues in cabinet to come back to us in two weeks' time with a meaningful pitch to support all Canadians who are the most financially vulnerable.
I am also encouraged to see that the Canada-China relations committee will be able to continue its work. My hope is that we will be brave enough to be outspoken about China's occupation of Tibet and its treatment of religious minorities, including the Uighur concentration camps, and about the recent security law in Hong Kong.
I am also pleased to see the commencement of virtual meetings of the Standing Committee on Public Safety and National Security. We have incredibly important work to do as parliamentarians, and the more we enable this activity virtually, the better served each of our constituents will be.
I look forward to seeing how we address the question of virtual voting, especially as we expect a second wave of the pandemic to occur this fall. It would be irresponsible of us to become vectors of transmission in our communities. However, there is no question that we must get on with the regular business of the House to debate and pass important legislation.
This brings me back to my opening comments about partisan bickering hurting Canada. I encourage all members of the House across party lines to consider how we can work together to ensure that the needs of our constituents are best met, rather than the various partisan interests we represent. We have all been experiencing the pandemic as parliamentarians and as individuals. I wish my colleagues well. I hope they are all doing okay.
I know how this experience has affected my family and friends, my staff and their families. There is a collective struggle occurring across Canada and the globe. In this time of crisis, we need to tear down the barriers inherent to our ideologies and find ways that we can align. We need each other. We cannot get through the next phase of this virus without supporting each another as Canadians. We are stronger united. We must be able to have discussions, to challenge norms and stigmatization, but let our example of human decency in the House set the tone for the respect, kindness and compassion we want to see in communities across this country.
Madame la Présidente, je suis heureuse d'être à la Chambre avec mes collègues. Mon voyage pour venir jusqu'ici a été encore une fois toute une aventure, surtout avec le bref préavis, mais je sais que nous avons un travail important à effectuer.
J'ai appuyé le gouvernement tout au long de cette tempête de la COVID-19. Je tiens aussi à remercier les autres députés de l'opposition de leur travail acharné pour qu'on puisse prendre les mesures nécessaires. C'est pour moi un honneur d'être députée au cours de la 43e législature; je suis fière d'être canadienne.
J'ai un seul regret, et c'est de voir la politique partisane tourner notre institution en dérision. À cause d'elle, des problèmes systémiques perdurent à la Chambre et nous nous dressons les uns contre les autres. Elle attise la haine et la peur, comme le ferait un manifeste de terroristes canadiens.
Je tiens à témoigner ma sincère compassion au premier ministre, à sa famille et à la gouverneure générale. Je pense que nous devrions tous réfléchir sérieusement à ce qui est arrivé à Rideau Hall et nous engager à mieux enseigner l'amour dans nos collectivités.
Au sein de notre système parlementaire, les députés se battent pour de la reconnaissance, au point de s'entredéchirer à la moindre occasion. C'est la population canadienne qui en souffre. Je pense à tous les Canadiens qui attendent impatiemment le paiement unique pour les personnes handicapées qui avait été proposé en juin. C'est la mauvaise planification et la politicaillerie qui ont pour conséquences que les Canadiens ont attendu un mois de plus sans obtenir de l'aide.
J'ai moi aussi dû fixer des limites où je ne voulais pas le faire. Tout n'est pas tout noir ou tout blanc. Si nous sommes réellement ici pour défendre les intérêts des Canadiens, des contribuables qui ont voté pour nous faire élire, je dois donc poser la question: mais que faisons-nous? Pourquoi dépenser tant d'énergie et de ressources à essayer de se damer le pion les uns les autres?
Je ne veux en aucun cas insinuer que nous n'avons pas le droit d'être en désaccord, de demander des clarifications, de remettre en question des témoignages ou de demander des comptes au gouvernement. Au contraire, je demande une participation accrue et une meilleure collaboration. J'aimerais que nous nous respections mutuellement. C'est ce qu'on appelle de la bienséance ou de la dignité humaine.
Sur ce, j’aimerais parler de certaines particularités du projet de loi C-20. La chose la plus importante que nous puissions faire maintenant et dans les prochains mois est de veiller à ce que les Canadiens disposent des ressources nécessaires pour combler leurs besoins. J’applaudis la décision du gouvernement de soutenir les salaires des Canadiens. Toutefois, je m’interroge sur la complexité du système qu’il a conçu et je crains particulièrement que le manque de clarté persistant sur les détails de ce programme ne rende les propriétaires d’entreprise vulnérables à des vérifications et à des enquêtes à venir.
Il est essentiel que dans un an, ou dans sept ans, nous nous souvenions que ces programmes évoluaient en temps réel et que les Canadiens qui ont obtenu la subvention salariale, la prestation d’urgence, la prestation d’urgence pour étudiants et les autres formes d'aide l’ont fait de bonne foi en se fiant aux renseignements dont ils disposaient à l’époque. L’imposition de lourdes sanctions rétroactives ne sera pas la bonne approche.
Je suis heureuse de voir qu'enfin, nous nous apprêtons à autoriser le versement d'une somme forfaitaire aux personnes handicapées, et j'espère que cette mesure sera bel et bien adoptée. Ma province affiche les taux les plus élevés de personnes handicapées au Canada, et nombre d’entre elles vivent dans les régions rurales. Le Nouveau-Brunswick étant la seule province bilingue du Canada, de nombreux francophones ayant un handicap sont à la recherche de ressources adéquates dans leur langue maternelle. L'aide financière qui est prévue est un pas en avant, mais elle n’aurait jamais dû tarder autant.
J'aimerais lire, à l'intention de la ministre responsable de l'inclusion des personnes handicapées, un extrait d'une lettre de la coalition néo-brunswickoise pour les personnes handicapées, un groupe formé récemment:
[...] jour après jour, pendant ses points de presse quotidiens, l'honorable [premier ministre] ne mentionnait que très rarement les personnes handicapées. Puis, quand le paiement de 600 $ qui avait été promis n'a pas été approuvé par la Chambre des communes, nous nous sommes dit qu'il fallait peut-être « laisser les adultes en discuter ». Puis nous avons ensuite décidé que non, nous ne resterions plus assis tranquillement dans notre coin. C'est ce qu'on attend des personnes handicapées depuis trop longtemps [...] Soyons honnêtes. [Le premier ministre] a dit que la Covid19 avait mis en évidence des « vérités désagréables » sur notre façon de prendre soin des aînés. En fait, ne devrions-nous pas être aussi embarrassés par la façon dont nous traitons les personnes handicapées dans ce pays? Voilà un groupe de personnes qui vivent sous le seuil de la pauvreté un mois après l'autre, une année après l'autre, sans avoir AUCUNE possibilité de retourner sur le marché du travail [...] Nous restons assis les bras croisés tandis que le premier ministre de ce pays que nous aimons tant décide qu'il faut 2000 $ par mois pour survivre dans ce pays. Pourtant... nous demandons aux personnes handicapées de se débrouiller avec beaucoup moins. Quand arrive une période de crise, nous leur disons, par notre silence, que nous occuperons d'elles à la toute fin. Quand nous nous décidons finalement à leur verser un paiement unique de 600 $ pour les aider, eh bien... cette proposition tombe à l'eau. Pendant ce cauchemar qu'est la Covid, c'est le seul programme d'aide financière qui est tombé à l'eau.
Il incombe aux détenteurs du pouvoir de veiller à ce que les plus vulnérables d’entre nous reçoivent le soutien dont ils ont besoin. De nombreux Canadiens avaient déjà de la difficulté à joindre les deux bouts, notamment parce qu’ils ne pouvaient trouver un emploi avant la COVID. Ceux qui dépendent des programmes provinciaux d’aide sociale, du RPC ou de la prestation d’invalidité ont vu leurs activités régulières terriblement interrompues par la COVID.
La précarisation du logement, la fermeture des soupes populaires et des lieux publics ainsi que les restrictions relatives aux transports en commun ont eu des conséquences financières pour les personnes qui subsistaient déjà à peine. Ces citoyens auraient dû figurer parmi les premiers à recevoir de l’aide. Au lieu de cela, la plupart d’entre eux n’ont toujours rien reçu, et les personnes handicapées ont attendu cinq mois pour qu'on leur verse un montant forfaitaire. Il est prévu que la Chambre siège de nouveau dans deux semaines, et j’encourage mes collègues du Cabinet à nous revenir à ce moment-là avec une proposition valable pour soutenir tous les Canadiens les plus vulnérables du point de vue financier.
Je me réjouis aussi de voir que le Comité sur les relations Canada-Chine pourra poursuivre ses travaux. J’espère que nous serons assez courageux pour nous exprimer ouvertement sur l’occupation du Tibet par la Chine, sur le traitement qu’elle réserve aux minorités religieuses, notamment dans les camps de concentration pour les Ouïgours, et sur la récente loi concernant la sécurité à Hong Kong.
Je suis également ravie de voir que le Comité permanent de la sécurité publique et nationale va commencer à se réunir par téléconférence. Nous avons un travail incroyablement important à accomplir en tant que parlementaires, et plus nous aurons recours aux téléconférences pour pouvoir faire notre travail, plus nous arriverons à bien servir nos concitoyens.
Je suis impatiente de voir ce qu'il adviendra des votes à distance, d'autant qu'on annonce une deuxième vague de COVID-19 cet automne. Ce serait irresponsable que nous puissions être des vecteurs de transmission dans nos circonscriptions, mais une chose est sûre, les travaux de la Chambre doivent reprendre si l'on veut débattre et adopter de nouvelles lois.
Cela me ramène à ce que je disais au début sur le tort que les chicanes partisanes peuvent causer au Canada. J'invite tous les députés, quel que soit leur parti, à trouver des moyens de collaborer afin de répondre le mieux possible aux besoins des Canadiens au lieu de penser uniquement aux intérêts partisans. La pandémie nous a tous touchés, en tant que parlementaires, mais aussi en tant que citoyens. Je souhaite le meilleur à mes collègues et j'espère qu'ils se portent tous bien.
De mon côté, je vois l'effet que la pandémie a eu sur ma famille, mes amis, mes employés et leurs proches. Nous assistons à une vaste lutte collective, ici et dans le reste du monde. Or, en période de crise, nous devons passer outre aux obstacles inhérents à nos idéologies et trouver des moyens d'unir nos efforts. Nous avons besoin les uns des autres. Nous ne pourrons pas passer à travers la prochaine vague si nous ne nous pouvons pas compter sur les autres Canadiens. Ensemble, nous sommes plus forts. Nous devons être capables de discuter et de remettre en question les normes et les préjugés, mais la Chambre doit être un exemple de décence humaine, de respect, de bienveillance et de compassion si nous voulons que les gens en fassent autant.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-07-21 13:50 [p.2684]
Madam Speaker, I just think it shows so much about our society today, about how we prioritize, how we have completely lost the idea of eldership and how important seniors are in our communities. We are all going to be there, and we should definitely be trying to improve our quality of life at all stages, but particularly as we face our senior years.
To me, we need to do far more to protect those in our communities who are most vulnerable and who have years and years of experience being Canadian, who have gone through so many things, other difficult times and experiences similar to this. There is so much to learn from them. To support them with a one-time $300 payment is symbolic of how much we value them, and we should do so much more.
Madame la Présidente, je pense que cela en dit long sur les priorités de la société d'aujourd'hui et illustre à quel point nous avons complètement oublié nos personnes âgées et l'importance du rôle qu'elles jouent dans nos collectivités. La vieillesse est un destin qui nous est tous réservé. Nous devrions certainement tenter d'améliorer la qualité de notre vie à tous les stades de notre parcours, mais il faut se pencher plus particulièrement sur nos plus vieux jours.
À mon avis, nous devons en faire beaucoup plus pour protéger les membres les plus vulnérables de notre société, ceux qui sont des Canadiens depuis des dizaines d'années, qui ont vécu une panoplie d'expériences et qui ont traversé des crises comme celle qui nous secoue aujourd'hui. Nous avons tant de choses à apprendre d'eux. Leur offrir un paiement unique de 300 $ et prétendre que nous les aidons symbolise bien la valeur que nous leur accordons. Nous devrions en faire beaucoup plus.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-07-21 13:52 [p.2684]
Madam Speaker, to be honest, I have to disagree with the first part of my hon. colleague's question. I feel, especially as a Green Party member, that I have actually been given more opportunities to participate in debate. I particularly enjoy the virtual participation when we have the five-minute question slots, with the back-and-forth that occurs. We are getting our questions to Canadians. We are getting messages from the ministers responsible.
We are having adequate conversations and discussion, but I would love to see virtual voting, because that is the missing piece here. We can do the work we need to do in the House. We need to adapt to the changes that have been thrown our way during this pandemic, and the way to do that is through virtual voting.
I cannot see this room—
An hon. member: If you do not want to come to work, resign.
Mrs. Jenica Atwin: I am at work right now, thanks very much. I am still speaking, so if you could respect the decorum—
Madame la Présidente, en toute honnêteté, je dois dire que je ne partage pas l'opinion que ma collègue a exprimée dans la première partie de son intervention. À mon avis, surtout en tant que députée du Parti vert, j'ai eu plus d'occasions de participer aux débats. J'aime particulièrement le modèle virtuel avec les périodes de questions de cinq minutes et les échanges qu'elles permettent. Nous avons la possibilité de poser nos questions devant les Canadiens. Nous recevons des réponses des ministres responsables.
Nous avons des discussions adéquates, mais j'aimerais que le vote virtuel soit mis en place. C'est l'élément manquant. Nous pouvons mener les travaux qui doivent être faits à la Chambre. Nous devons nous adapter aux changements que la pandémie nous a imposés. Pour y arriver, il faut permettre le vote virtuel.
Je ne vois pas comment cette enceinte...
Une voix: Si vous ne voulez pas venir travailler, démissionnez.
Mme Jenica Atwin: Je travaille en ce moment même, je vous l'assure. J'ai toujours la parole et j'aimerais que vous respectiez le décorum...
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-07-21 13:53 [p.2685]
Madam Speaker, we cannot fill this room with 338 MPs. It is already quite filled at the moment. Each of us has our own lives, families and communities to return to, and it would be very irresponsible of us to have everyone return. Without virtual voting, without giving members the equal opportunity to represent their constituencies, this is the way it has to be, and I am very supportive of that.
Madame la Présidente, nous ne pouvons pas nous réunir tous les 338 députés dans cette salle. Elle est déjà bien remplie en ce moment. Chacun d'entre nous a sa propre vie et doit s'occuper de sa famille et de sa communauté, et il serait très irresponsable de notre part de faire revenir tout le monde. Sans la possibilité pour les députés de voter de manière virtuelle et de représenter chacun sa circonscription, c'est la voie à suivre, et c'est la voie que je soutiens.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-07-21 15:03 [p.2698]
Mr. Speaker, the pandemic is forcing us to rethink the world we live in, from food security to our workspaces to the impacts of systemic racism. As we continue to respond to the COVID-19 health crisis, we must not forget that the climate crisis is also a health crisis, an economic crisis and a social crisis. They are intricately connected, and a response requires that we build resilient communities that will be ready to adapt.
Could the Minister of Environment and Climate Change explain how exactly the undeniable impact of the climate crisis will be taken into account in the upcoming budget and within the long-term post-pandemic recovery plan?
Monsieur le Président, la pandémie nous force à revoir le monde dans lequel nous vivons, que ce soit la sécurité alimentaire, nos espaces de travail ou les conséquences du racisme systémique. Alors que nous poursuivons notre lutte pour survivre à la crise sanitaire de la COVID-19, n'oublions pas que la crise des changements climatiques est aussi une crise sanitaire, économique et sociale. Ces trois aspects sont étroitement liés, et notre réponse doit reposer sur le renforcement de la résilience des communautés afin qu'elles soient capables de s'adapter.
Le ministre de l'Environnement et du Changement climatique peut-il nous expliquer comment les effets indéniables de la crise des changements climatiques seront pris en considération dans le prochain budget et dans le plan de redressement à long terme après la pandémie?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 12:21 [p.2584]
Mr. Speaker, we would like to be able to review the comments and the concern put on the record by the leader of the official opposition, and we will report back to the House as soon as we can.
Monsieur le Président, nous aimerions examiner les propos dont il est question ainsi que la préoccupation soulevée par le chef de l'opposition officielle. Nous ferons part de nos conclusions à la Chambre le plus rapidement possible.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 13:10 [p.2591]
Madam Speaker, it was tough listening to the member opposite. I think of the Fraser Institute and the Conservative Party coming together.
On the one hand, the member talked about why the government needed to do more for businesses, why it needed to do more for individuals. The greatest expenditure of the government today is related to supporting Canadians from coast to coast to coast, in part doing it through programs like the CERB, which the member referenced, and by supporting businesses through wage subsidies. All of that will no doubt cost a considerable amount of money, as the member knows full well. Then the member concluded his comments with regard to fear of the debt.
Does the member support the government spending the money to support Canadians through programs like the CERB and supporting small businesses?
Madame la Présidente, il était difficile d'écouter le député d'en face. J'imagine l'Institut Fraser en train de s'unir au Parti conservateur.
D'abord, le député a expliqué pourquoi le gouvernement devait en faire plus pour les entreprises et les particuliers. De nos jours, la plus grande dépense du gouvernement est liée au soutien des Canadiens d'un océan à l'autre, en partie grâce à des programmes comme la Prestation canadienne d'urgence, dont le député a parlé, et au soutien des entreprises à l'aide de subventions salariales. Comme le député le sait très bien, toutes ces mesures coûteront sans aucun doute très cher. Ensuite, il a conclu ses observations en parlant de craintes entourant la dette.
Le député appuie-t-il la décision du gouvernement de soutenir les petites entreprises et de dépenser les fonds nécessaires pour aider les Canadiens au moyen de programmes comme la Prestation canadienne d'urgence?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 13:30 [p.2593]
Madam Speaker, I appreciate the leader's comments. I want to pick up a bit on the wage subsidy program. It has been of huge benefit for workers not only in the province of Quebec but indeed throughout Canada. I understand that well over two million jobs have been saved because of this program.
I wonder if the member would concur on how important it was that we got a program out there as quickly as possible at that point in time, recognizing that there would be some need for modifications. When we introduce a new program from virtually nothing, there is going to be a need to make changes. Working with opposition members, such as the leader of the Bloc, and Canadians as a whole, is really what in essence is captured in this bill with respect to the wage program. Could he provide his further thoughts on the issue?
Madame la Présidente, je remercie le chef du Bloc québécois de ses observations. J'aimerais revenir brièvement sur le programme de subvention salariale. Il a été extrêmement bénéfique pour les travailleurs, non seulement au Québec, mais partout au Canada. Je crois que ce programme a permis de sauver bien plus de deux millions d'emplois.
Je me demande si le député conviendrait qu'il était important, à ce moment-là, de lancer un programme le plus rapidement possible tout en admettant que des modifications seraient nécessaires. Lorsqu'on crée un nouveau programme en partant de presque rien, il faut apporter des changements par la suite. En fait, en ce qui concerne le programme de subvention salariale, ce projet de loi reflète essentiellement la nécessité de travailler avec les députés de l'opposition, dont le chef du Bloc québécois, ainsi qu'avec l'ensemble des Canadiens. Le député pourrait-il nous en dire davantage à ce sujet?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 15:04 [p.2610]
Mr. Speaker, pursuant to Standing Order 36(8)(a), I have the honour to table, in both official languages, the government's response to 78 petitions. These returns will be tabled in an electronic format.
Monsieur le Président, conformément à l'article 36(8)a) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles et sous forme électronique, la réponse du gouvernement à 78 pétitions.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 15:11 [p.2611]
Mr. Speaker, it is with pleasure that I table a petition signed by residents of Winnipeg North who want the House of Commons to give special attention to seniors, particularly the poorest seniors in our country. This has actually been addressed in the last few months, as we have seen some increases to the OAS and the GIS. However, these petitioners just want to see members of Parliament support our seniors in all regions of our country.
Monsieur le Président, j'ai le plaisir de présenter une pétition signée par des résidants de Winnipeg-Nord qui veulent que la Chambre des communes accorde une attention particulière aux aînés du pays, surtout les plus pauvres. On s'y est d'ailleurs employé dans les derniers mois, puisque la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti ont été bonifiés. Cependant, ces pétitionnaires veulent seulement que les députés soutiennent les aînés dans toutes les régions du pays.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 15:11 [p.2611]
Mr. Speaker, if the government's responses to Questions Nos. 425 to 471 and 475 to 484 could be made orders for returns, these returns would be tabled immediately.
Monsieur le Président, si les questions nos 425 à 471 et 475 à 484 pouvaient être transformées en ordres de dépôt de documents, les documents seraient déposés immédiatement.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 15:12 [p.2619]
Mr. Speaker, I would ask that all remaining questions be allowed to stand.
Monsieur le Président, je demande que les autres questions restent au Feuilleton.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 15:29 [p.2622]
Mr. Speaker, I was in opposition for 20 years, which I often make reference to in the House. The statements made by the leader of the NDP and some of the Conservatives bring the word “balderdash” to my mind, as they have absolutely zero merit. That program was all about students. The Prime Minister, Deputy Prime Minister and others say that there was an unfortunate oversight that took place and it is being rectified.
To try to give a false impression that it was not about students is completely wrong. From day one, this government has been there to support Canadians in all regions of our country, whether it is through the CERB program, the wage loss program or the many other programs that we have provided to support Canadians in a very real and tangible way.
Would the member not agree that today's legislation is about improving some of those programs that we have brought forward, and that will continue to support Canadians in every region of the country?
Monsieur le Président, j'ai siégé dans l'opposition pendant 20 ans. C'est un fait que je rappelle souvent à la Chambre. Les déclarations faites par le chef du Nouveau Parti démocratique et par certains conservateurs sont pour moi des balivernes, car elles sont absolument sans fondement. Le programme était complètement axé sur les étudiants. Le premier ministre, la vice-première ministre et d'autres personnes disent qu'il y a eu une malheureuse erreur qu'on est en train de corriger.
Les députés ont tout à fait tort de donner la fausse impression que le programme n'était pas complètement axé sur les étudiants. Dès le début, le gouvernement était présent pour aider les Canadiens de toutes les régions du pays grâce à la Prestation canadienne d'urgence, au programme de subvention salariale ou aux nombreux autres programmes très réels et très tangibles que nous avons offerts aux Canadiens.
Le député ne convient-il pas que le projet de loi dont nous sommes saisis aujourd'hui vise à améliorer des programmes que nous avons présentés et qui continueront d'aider les Canadiens partout au pays?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 16:17 [p.2629]
Mr. Speaker, the member opposite encapsulates what the Conservative approach to being in the official opposition has really been about over the last number of years, It has been the character assassination of the Prime Minister, or the Minister of Finance or others. It has been fairly clear. All one needs to do is review what has happened over the last number of years. While the Conservatives are so determined to continue that character assassination, we as a government will continue to work day in and day out to serve Canadians in all regions of our country.
The very issue we are debating today is Bill C-20. It is about supporting people with disabilities. It is about making changes to the wage subsidy program. Canadians want and expect the House to deal with these things. Could the member provide any comments whatsoever with respect to Bill C-20, something Canadians want to see passed?
Monsieur le Président, le député d'en face incarne l'approche adoptée par les conservateurs en tant qu'opposition officielle au cours des dernières années, c'est-à-dire détruire la réputation du premier ministre, ou du ministre des Finances ou d'autres personnes. C'est très clair. N'importe qui peut le constater en passant en revue ce qui s'est passé au cours des dernières années. Bien que les conservateurs soient très déterminés à détruire des réputations, le gouvernement continuera de déployer des efforts jour après jour pour servir les Canadiens dans toutes les régions de notre pays.
Les délibérations d'aujourd'hui portent sur le projet de loi C-20. Le but est d'aider les personnes handicapées en apportant des modifications au Programme de subventions salariales. Les Canadiens s'attendent à ce que la Chambre s'occupe de ces enjeux. Le député peut-il émettre des commentaires sur le projet de loi C-20, dont les Canadiens souhaitent l'adoption?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 17:23 [p.2638]
Madam Speaker, toward the end of her speech, the member made reference to the issue of employment. I cannot help but reflect on how well, prior to the pandemic, the Canadian economy was doing. In five years, well over a million jobs were created. If we compare that with the tenure of the Harper government, during which the member opposite was a minister, at least for part of those years, we outperformed the previous government in job creation by virtually 2:1 per capita, based on number of years.
Would the member agree that this government is in a far better position to deal with unemployment than the previous Conservative administration was? I think history will show that we were far more successful.
Madame la Présidente, vers la fin de son discours, la députée a parlé de l'emploi. Je ne peux m'empêcher de rappeler la bonne tenue de l'économie canadienne avant la pandémie. En cinq ans, nous avons créé bien au-delà d'un million d'emplois. Si l'on compare cela au mandat du gouvernement Harper, durant lequel la députée d'en face occupait un poste de ministre au moins une partie du temps, on constate que nous avons créé deux fois plus d'emplois que le gouvernement précédent, en proportion de la population et du nombre d'années.
La députée ne convient-elle pas que le gouvernement actuel est beaucoup mieux placé pour régler le problème du chômage que l'était le gouvernement conservateur? Je pense que l'histoire montrera que nous avons été beaucoup plus efficaces en ce qui a trait à la réduction du chômage.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 17:29 [p.2639]
Madam Speaker, there are a number of things I could speak about. It will be a challenge to keep my comments within 20 minutes, but I will give it my best shot.
A bit of misinformation has come up over the last few hours of debate. There is one item in particular that I have to address, because the member opposite just made reference to it, and that is the issue of when we could have had the relief for individuals with disabilities in Canada. Just so the record is very clear for my friend across the way and my Conservative colleagues in particular, the opportunity to implement this was there weeks ago when the government, the New Democrats, the Green Party and the Bloc Party were all prepared to allow the legislation to pass. There was only one political entity in the House of Commons that said “no”, and that was the Conservative Party.
I know the Conservatives like at times to rewrite history, but this was really not that long ago. Thinking of individuals living with disabilities and how serious of an issue that is, I am very pleased that we finally have the Conservatives on side to allow this bill to move forward, so those with disabilities will be able to receive the much-needed support we wanted to provide to them.
When I say “we”, I am talking about members on all sides of the House—
An hon. member: Spin at its finest. We see that a lot these days.
Madame la Présidente, je pourrais parler de bien des choses. Il sera difficile de m'en tenir à 20 minutes, mais je ferai de mon mieux.
Une certaine désinformation est survenue au cours des dernières heures de débat. Je tiens à corriger un fait en particulier que vient de mentionner la députée d'en face, à savoir quand nous aurions pu offrir l'aide aux personnes handicapées au Canada. Dans le simple intérêt de corriger le compte rendu et, surtout, dans l'intérêt de la députée d'en face et de mes collègues conservateurs, je précise que nous avons eu l'occasion d'adopter cette mesure d'aide il y a de cela des semaines. Le gouvernement, les néo-démocrates, le Parti vert et le Bloc étaient tous prêts à adopter le projet de loi. Une seule entité politique à la Chambre des communes a refusé: le Parti conservateur.
Je sais que les conservateurs aiment parfois réécrire l'histoire, mais cela s'est produit il n'y a pas si longtemps. Quand je songe aux personnes handicapées et à l'importance de cette mesure d'aide, je suis très heureux que les conservateurs se rallient enfin à nous pour faire franchir les étapes du processus législatif à ce projet de loi, de sorte que les personnes handicapées puissent recevoir l'aide si nécessaire que nous voulions leur offrir.
Quand je dis « nous », je parle des députés de part et d'autre de la Chambre...
Une voix: Quel parfait exemple de manipulation des faits! C'est une tactique que nous voyons couramment ces temps-ci.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 17:31 [p.2639]
Madam Speaker, that was one comment. My other comment is based on a question that I had posed and that the Conservatives also posed. It is the question of how the economy is doing today compared to the way it was. It is a fair question.
We can look at the pre-pandemic economy, from prior to coronavirus. Coronavirus has had a very profound impact not only on Canada's economy but also on the economy around the world. This is something that is effecting every country, and some countries are doing a better job than others in terms of managing and providing for their citizens. Generally speaking, prior to the pandemic, Canada's economy was doing exceptionally well. When we compare it to the Stephen Harper days, members will find that it was doing exceptionally well, especially in terms of job creation.
There will always been a different approach from a Conservative administration than there will be from a Liberal administration. A Liberal government understands and appreciates the role a national government can play in providing the incentives necessary to support the economy and to move us forward in terms of creating jobs, opportunities and hope. We provide individuals who do not have much, through tax incentives and directed grants, the ability to become that much better off. We have demonstrated that very clearly.
What I want to say to Canadians today is that when the pandemic started and it was necessary for the government to engage, the government, without hesitation, made it very clear that it did not want Canadians to have to worry about paying bills. We wanted to ensure that Canadians knew we were going to be there for them in a very real and tangible way.
A Conservative member was being somewhat critical and said that the Liberals spent a lot of money. Yes, we have spent a lot of money. However, I believe that money has been well spent. If we listen to Conservatives, we do not hear any of them saying to cut back on any of the specific program dollars we have allocated. Conservatives recognize that programs like CERB are helping more than eight million people. Over eight million people are being helped by CERB.
We must remember that the CERB program started from nothing. Previously, there was no CERB program. It came into its very existence because of the coronavirus. That process, from the creation of the program to its getting money into the pockets of Canadians, happened relatively quickly. The program was not that complicated. It was more important that we put money in the pockets of Canadians so they could buy groceries, pay their bills and stay in their homes. That was the priority of this government, and we have seen the results.
The impact the coronavirus has had is second to no other. We would have to go back generations and generations to find this type of economical and social impact. There are people who have had to go through a great deal of hardship. I send my condolences to the families and friends of those who have passed from the coronavirus, to those who have been infected and to the individuals going through some very difficult times.
I recognize, appreciate and value the work of essential workers. We often talk about health care workers or first responders, as we should, and recognize the important role they have played. What about the long haul truck drivers who are ensuring groceries get to the supermarkets we are so dependent upon? What about the taxi drivers who are driving individuals to health care facilities?
Many essential workers have stepped up to ensure that we are able to continue to provide the types of services that are absolutely critical for us as a society. I express my appreciation, and the government's appreciation, to all those individuals who continue to contribute to the lives of individuals in a very real way.
There comes a point when we recognize that it is not just the government's cabinet ministers who sit around the table. The leader of the New Democrat Party said the NDP forced the Liberals to do this or that. If we listen to the leader of the NDP, everything we have ever done is because the NDP forced us to. The reality is that this government listens to what Canadians are saying. We introduce the programs. I was on virtual phone calls every day to the cabinet indirectly providing input, as many of my colleagues were. There were technical briefings provided for all members of the House. It did not matter which political party members were part of.
With regard to the coronavirus, our Prime Minister challenged us to consult and work with our constituents and report what we needed to do to ensure that Canada comes out okay. There should be no surprise that when we generate programs from nothing that there is going to be a need for modification of those programs. One would expect that.
I made reference to the Canada emergency response benefit allotment of $2,000. It was very simple so that we could get money into the pockets of Canadians as quickly as possible. I remember the former government House leader would say that small business is the backbone of Canada's economy. Other members have said likewise. We understand that if we want to see the economy grow, or minimize the negative impact on the economy, we have to recognize the important role that small businesses play and support them. This government is doing just that.
We see that through loans and from dialogue created with financial institutions, in terms of their important obligations to businesses and directing money through wage subsidies. That is what this legislation is changing. It is taking into consideration many changes that are necessary. These things are having a very real impact. They are not necessarily all coming from the mind of the leader of the New Democratic Party. These are flowing from ideas from constituencies and from Canadians in every region of our country. This is a government that is committed to working with other levels of government. It is brilliant. We just committed $19 billion to help restart the economy working with the provinces.
From the get-go, we have understood how important it was to work with the different levels of government because we each have a very important role to play in serving our constituents and Canadians. The Minister of Employment embodies a great deal of what many of us hope to achieve, and she shared that in some of her comments, if not directly, then indirectly. I will be a little more direct. The minister is very passionate about disabilities. We saw that with the historic disability accessibility legislation we brought in last year. It was quite a moment. I was not only happy for Canadians, but I felt good that a minister who felt so strongly about that issue was able to see it come to light.
Today, she was talking about the importance of somehow fixing the disability system and the way we allocate money out, whether it is tax credits or direct cash. What provides me comfort is that we have ministers like that, who are so committed to trying to make a difference, who share that personal story and are prepared to fight for those individuals with disabilities. It is individuals such as her, and I would suggest that she does not have a monopoly on it, because many, if not all of us in our own way, either directly or indirectly, try to influence government policy.
For myself, I can think of a wide spectrum of things that I would like to kindly gesture the government to move toward. There is no end to the things that I would like to see happen, but I recognize that it takes time. I think one of the issues that will come out of the coronavirus is that we will see a number of future modifications to programs that will be in the long-term best interest of a wide spectrum of people. I am anxious to see those types of changes take place in the coming years.
I want to highlight the impact at the grassroots level, and what is happening at the grassroots level today, compared to January or the beginning of February. For example, I have many constituents who travelled to India, particularly Punjab, and to the Phillippines, on holidays. They were enjoying their holiday, but unfortunately, with the coronavirus and the shutdown of airports and all sorts of issues, thousands of individuals were trapped abroad, hundreds from my own riding. For many, it has taken weeks, if not months, to ultimately be able to return, but we do not really hear about those examples.
The examples we typically hear about are of small businesses having a difficult time being able to keep their doors open, and it does become an issue of cash flow. When we look at the wage subsidy program, I believe it is somewhere in the neighbourhood of 2.5 million jobs that have been subsidized to date. I believe this is the minimum; it is probably quite a bit more than that, but I am not 100% sure. I can tell members that many of those jobs would have completely disappeared without the wage subsidy program. When an employer might have just as well laid someone off indefinitely, that program provided the employer an option instead. As a direct result, two million to three million Canadians were able to continue with the jobs they had.
I make reference to the eight million people in the CERB program. I am very much interested to see how that shakes out in the riding of Winnipeg North, but I do know there are tens of thousands of people in my home province of Manitoba. I hate to imagine what the economic plight of many of those individuals who have collected the CERB would have been like had it not been for that program. I have a family member who was dependent on that program. We all have friends and know of others who needed that sort of general program to be there as a backstop to support Canadians. I am very proud of that particular program.
When we think of other ways in which we can support Canadians, the Canada child benefit program allows for a direct deposit of cash into the accounts of families. Some of those families, because of COVID-19, are that much more challenged. The government brought through a top-up for the Canada child benefit program, helping thousands of people in virtually every province. I know I often refer to the Canada child benefit program. Under a normal situation, just over $9 million every month goes into the riding of Winnipeg North. That was topped up because it is easily identified and it is a good way to get money into the pockets of Canadians.
The GST affects us all. Somewhere in the neighbourhood of 12 million people benefited from the GST one-time payment also.
One of the things I am very proud of is that many of us have been wanting to support seniors. I tabled a petition earlier today about how we can support seniors. I am very grateful that the current Minister of Seniors, through an email, said she would love to be able to speak to the group at a meeting of my committee on seniors. It was wonderful. Seniors are important to all of us. It was so nice to see that we were able to create one-time payments for individuals on OAS. For the poorest seniors in Canada, we gave a separate increase to the GIS, which totalled about $500 for individuals who qualified for the GIS and OAS increase.
The point of this is to recognize that the coronavirus changed things profoundly. This government worked with everyone it could to ensure it could provide programming to make sure that Canadians would get out of this coronavirus situation and be well served when it comes time to restart the economy. We are starting to see that today. We are in a better position today to deal with a second wave, if it occurs, because of the hard work of legislators in the House of Commons and because of the fine work being done by the provinces, city councils, non-profits and private individuals.
With that, I will leave myself open for questions.
Madame la Présidente, il ne s'agit là que d'une seule observation. Mon autre commentaire porte sur une question que j'ai posée, et que les conservateurs ont posée également, au sujet de la situation économique d'aujourd'hui par rapport à ce qu'elle était avant la pandémie. C'est une question légitime.
Nous pouvons nous pencher sur la situation économique avant la pandémie causée par le coronavirus. Cette pandémie a eu de profondes répercussions non seulement sur l'économie du Canada, mais aussi sur l'économie mondiale. Elle touche tous les pays, mais certains d'entre eux parviennent plus efficacement à gérer la crise et à aider leurs citoyens que d'autres. De manière générale, l'économie du Canada se portait à merveille avant la pandémie. Si les députés la comparaient à celle de l'époque de Stephen Harper, ils constateraient qu'elle se portait particulièrement bien, surtout au chapitre de la création d'emplois.
Il y aura toujours une différence entre l'approche conservatrice et l'approche libérale. Un gouvernement libéral comprend et reconnaît qu'un gouvernement national peut jouer un rôle déterminant en prenant les mesures incitatives nécessaires pour soutenir l'économie, créer des emplois et des possibilités et susciter l'espoir chez les Canadiens. Grâce aux incitatifs fiscaux et aux subventions ciblées, nous permettons à des gens qui ont peu d'améliorer grandement leur situation. Nous l'avons montré très clairement.
Voici ce que je veux dire aux Canadiens aujourd'hui. Au début de la pandémie, lorsqu'il est devenu clair pour le gouvernement qu'il devait intervenir, il n'a pas hésité une seconde à dire aux Canadiens qu'ils ne devaient pas s'inquiéter au sujet du paiement de leurs factures. Nous voulions que les Canadiens sachent que nous allions être là pour eux de façon tangible et concrète.
Un député conservateur a critiqué les dépenses des libéraux. Nous avons effectivement beaucoup dépensé, mais je crois que nous l'avons fait judicieusement. Quand on écoute les conservateurs, pas un seul ne dit qu'il faudrait sabrer dans les programmes que nous avons créés. Les conservateurs admettent que des programmes comme celui de la PCU aident plus de huit millions de personnes. Plus de huit millions de personnes reçoivent cette aide.
Il ne faut pas oublier que la PCU a été créée de toutes pièces. Elle n'existait pas auparavant. Elle a été créée à cause du coronavirus. Il s'est écoulé relativement peu de temps entre le moment de sa création et celui où les Canadiens ont commencé à recevoir de l'argent. Ce programme n'était pas très compliqué. Il était plus important de faire parvenir de l'argent aux Canadiens afin qu'ils puissent faire leur épicerie, payer leurs factures et conserver leur logement. C'était la priorité du gouvernement, et cela a donné des résultats.
Les répercussions du coronavirus sont presque sans précédent. Il faudrait remonter des générations et des générations pour trouver des exemples de répercussions économiques et sociales d'une telle ampleur. Bon nombre de nos concitoyens ont dû traverser de grandes difficultés. J'offre mes condoléances aux familles et aux amis de ceux qui sont décédés à cause du coronavirus, et je compatis avec les personnes qui ont été infectées et celles qui traversent des moments très difficiles.
J'apprécie et je respecte le travail des travailleurs essentiels. Nous louangeons souvent les travailleurs de la santé et les premiers intervenants, comme il se doit, et nous reconnaissons le rôle important qu'ils jouent. Mais qu'en est-il des conducteurs de grand routier qui veillent à ce que les denrées alimentaires arrivent dans les supermarchés dont nous dépendons tellement? Qu'en est-il des chauffeurs de taxi qui conduisent les gens vers les établissements de soins de santé?
Beaucoup de travailleurs essentiels n'ont pas ménagé leurs efforts pour veiller à ce que nous puissions bénéficier de la qualité de services qui sont absolument vitaux dans notre société. Je tiens à exprimer, en mon nom et au nom du gouvernement, toute notre gratitude à chacune de ces personnes qui continuent de faire leur travail pour réellement sauver la vie d'autrui.
Il est approprié à ce moment-ci de reconnaître que ce ne sont pas seulement les ministres du Cabinet qui sont présents à la table. Le chef du Nouveau Parti démocratique a déclaré que son parti avait forcé les libéraux à faire ceci ou cela. À écouter le chef du NPD, tout ce que nous avons toujours fait, c'est grâce au NPD, qui nous a forcés à agir. En réalité, le gouvernement écoute ce que les Canadiens ont à dire. Nous avons mis en place de nouveaux programmes. J'ai participé à des téléconférences chaque jour pour faire part de mes commentaires au Cabinet à distance, tout comme l'ont fait nombre de mes collègues. Il y a eu des séances d'information techniques à l'intention de tous les députés, peu importe leur affiliation politique.
En ce qui a trait au coronavirus, le premier ministre nous a demandé de consulter les électeurs, de travailler avec eux et de lui signaler ce dont on avait besoin pour que le Canada parvienne à s'en sortir avec un minimum de répercussions. Quand on crée des programmes d'aide complètement nouveaux, personne ne devrait s'étonner qu'il faille les modifier. On devrait s'y attendre.
J'ai parlé du montant de 2 000 $ prévu pour la Prestation canadienne d'urgence. Nous avons choisi une formule très simple pour pouvoir mettre de l'argent dans les poches des Canadiens aussi rapidement que possible. L'ancien leader du gouvernement disait que les petites entreprises étaient le moteur de l'économie canadienne. D'autres députés ont affirmé la même chose. Nous comprenons que si nous voulons stimuler l'économie ou réduire au minimum les répercussions qu'elle subit, nous devons tenir compte du rôle important que jouent les petites entreprises et nous devons les soutenir. C'est exactement ce que fait le gouvernement actuel.
On le voit par les prêts, dans les échanges avec les institutions financières sur leurs obligations importantes envers les entreprises et par les fonds versés dans le cadre du programme de subventions salariales. Voilà où intervient cette mesure législative. Elle tient compte des nombreux changements qui sont nécessaires. On parle de choses qui ont vraiment un effet. Ce ne sont pas nécessairement toutes des idées qui viennent du chef du Nouveau Parti démocratique. Elles viennent des circonscriptions et de Canadiens des quatre coins du pays. Le gouvernement libéral a à coeur de travailler avec les autres ordres de gouvernement. C'est fantastique. Nous venons d'engager 19 milliards de dollars pour relancer l'économie en collaboration avec les provinces.
Dès le début, nous avons compris l'importance de travailler avec les différents paliers de gouvernement parce que nous avons tous un rôle très important à jouer au service des habitants de nos circonscriptions et des Canadiens. La ministre de l’Emploi a formulé une grande partie de ce que beaucoup d'entre nous espèrent pouvoir réaliser, et elle en a parlé dans certains de ses commentaires, directement et indirectement. Je vais être un peu plus direct. Le dossier des personnes avec un handicap lui tient vraiment à cœur. On l'a constaté avec l'historique mesure législative sur l'accessibilité que nous avons présentée l'année dernière. C'était quelque chose. Je me sentais heureux non seulement pour les Canadiens, mais aussi pour la ministre, pour qui cet enjeu était si important et qui a pu voir cette mesure législative être adoptée.
Aujourd'hui, elle a parlé de l'importance de corriger d'une manière ou d'une autre le régime d'invalidité et la répartition des fonds, qu'il s'agisse de crédits d'impôt ou de fonds en espèces. Je suis rassuré par le fait que nous avons de tels ministres, c'est-à-dire des ministres qui sont vraiment déterminés à essayer de changer les choses, qui partagent cette histoire personnelle et qui sont prêts à lutter pour les personnes handicapées. Il s'agit de personnes comme elle; et elle n'est pas seule parce que beaucoup de députés, voire tous les députés, tentent à leur manière d'influencer, directement ou indirectement, les politiques gouvernementales.
Pour ma part, je peux penser à un large éventail de mesures que j'aimerais gentiment proposer au gouvernement. Il n'y a pas de limite à ce que j'aimerais voir se réaliser, mais je reconnais que cela prend du temps. Parmi les changements qui découleront du coronavirus, je pense qu'il y en aura à des programmes dans l'intérêt à long terme d'un grand nombre de personnes. J'ai hâte de voir de tels changements dans les années à venir.
Je tiens à parler des répercussions locales de la pandémie et de ce qui arrive à l'échelle locale aujourd'hui par rapport à janvier ou au début février. Par exemple, bon nombre de mes concitoyens sont partis en vacances en Inde, particulièrement dans le Penjab, et aux Philippines. Ils profitaient de leurs vacances, mais, malheureusement, à cause du coronavirus, de la fermeture des aéroports et de toutes sortes de problèmes, des milliers de personnes ont été bloqués à l'étranger, dont des centaines de ma circonscription. Pour beaucoup d'entre elles, il a fallu des semaines, voire des mois, pour pouvoir rentrer au pays, mais on n'entend pas vraiment parler de ces cas.
Les histoires qu'on entend sont habituellement celles des petites entreprises qui ont du mal à rester ouvertes, ce qui leur cause des problèmes de trésorerie. Quand on examine le Programme de subventions salariales, on constate qu'il aurait permis de subventionner près de 2,5 millions d'emplois à ce jour. Je crois que c'est le minimum. Le chiffre est probablement beaucoup plus élevé, mais je n'en suis pas tout à fait sûr. Je peux dire aux députés que, sans le Programme de subventions salariales, bon nombre de ces emplois auraient complètement disparu. Le programme a offert une autre option aux employeurs qui, autrement, auraient simplement mis à pied indéfiniment des employés. Grâce à ce programme, de deux à trois millions de Canadiens ont pu garder leur emploi.
J'ai mentionné les huit millions de personnes qui ont reçu la Prestation canadienne d'urgence. J'aimerais beaucoup savoir combien en ont bénéficié dans ma circonscription, Winnipeg-Nord, mais je sais déjà qu'elles sont des dizaines de milliers au Manitoba, ma province. Je n'ose pas imaginer le cauchemar financier que ces personnes auraient vécu si elles n'avaient pas reçu la Prestation canadienne d'urgence. Un membre de ma famille comptait sur ce programme. Nous avons tous des amis et des connaissances qui avaient besoin d'un programme général comme celui-là pour les soutenir. C'est un programme dont je suis très fier.
Pour ce qui est des autres façons de soutenir les Canadiens, rappelons que l'Allocation canadienne pour enfants permet de verser de l'argent directement dans le compte bancaire des familles. Certaines de ces familles traversent des moments particulièrement difficiles à cause de la COVID-19. Le gouvernement a donc augmenté l'un des versements de l'Allocation canadienne pour enfants, ce qui a aidé des milliers de personnes dans pratiquement toutes les provinces du pays. Je parle souvent de l'Allocation canadienne pour enfants, je le sais. En temps normal, la circonscription de Winnipeg-Nord reçoit un peu plus de 9 millions de dollars par mois à ce titre. Le gouvernement a augmenté cette somme parce que c'était une bonne façon de verser de l'argent aux Canadiens.
Par ailleurs, la TPS touche tout le monde. Environ 12 millions de personnes ont profité du versement unique de TPS.
S'il y a une chose dont je suis fier, c'est que nous soyons aussi nombreux à attendre depuis longtemps l'occasion de pouvoir aider les aînés. J'ai d'ailleurs présenté une pétition, plus tôt aujourd'hui, sur les moyens qui permettent d'aider les aînés. Je suis très reconnaissant à la ministre des Aînés d'avoir répondu par courriel qu'elle serait ravie de prendre la parole devant le comité d'aide aux aînés dont je fais partie. Quelle belle initiative! Nous avons tous le sort des aînés à cœur, alors je dois dire que j'étais très heureux d'apprendre que ceux qui touchent le Supplément de revenu garanti auront droit à un paiement ponctuel supplémentaire. Nous avons aussi bonifié le montant versé aux aînés les plus pauvres du Canada. Au total, les personnes qui ont droit au Supplément de revenu garanti et à la Sécurité de la vieillesse auront droit à environ 500 $.
L'idée, c'est de prendre conscience que le coronavirus a bouleversé notre vie du tout au tout. Le gouvernement a tendu la main à toutes les parties intéressées afin d'offrir aux Canadiens les programmes dont ils avaient besoin pour survivre à la pandémie et être en bonne posture lorsque surviendra la reprise. Nous commençons d'ailleurs à en percevoir les effets aujourd'hui. Nous sommes en effet mieux préparés à une éventuelle seconde vague grâce à l'excellent travail des législateurs de la Chambre des communes et à celui des provinces, des conseils municipaux, des organismes à but non lucratif et de M. et Mme Tout-le-Monde.
Sur ce, je suis prêt à répondre aux questions.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 17:50 [p.2641]
Madam Speaker, speaking of channel changers, the Conservatives since day one have always been on the same channel of character assassination. It does not matter what issue is facing Canadians, the Conservatives really do not care. They are more focused on character assassination.
I did not comment on the WE charity because we have spent billions and billions of dollars. We have brought in new programs. We have been trying to minimize the negative impact of the coronavirus on Canadians as a whole. We are getting our country in a position where we will be stronger and healthier going forward. We are remaining focused on doing work for Canadians. That is our priority.
We will let the Conservatives dwell at the bottom of the cellar and figure out the crisis, or how they can attack what character next on the agenda.
Madame la Présidente, certains aiment varier les sujets, mais d'autres sont toujours bloqués sur la même chaîne, celle de la diffamation. Peu importent les obstacles auxquels se heurtent les Canadiens, les conservateurs s'en moquent et préfèrent s'investir dans la diffamation.
Je n'ai pas parlé de la fondation UNIS parce que nous avons dépensé des milliards de dollars. Nous avons créé de nouveaux programmes. Nous essayons de réduire au minimum les répercussions néfastes du coronavirus sur l'ensemble des Canadiens. Nous tâchons de placer le Canada dans une situation qui nous permettra d'être plus résilients et en meilleure santé à l'avenir. Nous demeurons concentrés sur le travail que nous faisons pour les Canadiens. C'est notre priorité.
Nous allons laisser les conservateurs se complaire dans leurs réflexions de bas étage sur la crise ou sur la prochaine personne qu'ils comptent prendre pour cible.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 17:53 [p.2642]
Madam Speaker, that is not reconciliation. The Conservatives say we have shut down the oil industry. The member opposite just said that we have opened up a whole new area. I guess the difference between the Liberals and the Conservatives and New Democrats, and possibly even the Bloc, is that Liberals recognize that the environment and the economy can in fact go hand in hand.
If we do the proper environmental work and consultations with different levels of government, indigenous people and stakeholders, we can develop the economy and protect the environment. I guess that is where Liberals differ from what I would qualify as the unholy alliance of the Conservatives and New Democrats. I will leave the Bloc out, for now.
Madame la Présidente, ce n'est pas de la réconciliation. Selon les conservateurs, nous avons mis fin à l'industrie pétrolière. Le député d'en face vient de dire que nous avons ouvert un tout nouveau secteur. Je suppose que la différence entre les libéraux, les conservateurs, les néo-démocrates et peut-être même le Bloc québécois, c'est que les libéraux reconnaissent que l'environnement et l'économie peuvent vraiment aller de pair.
Si on prend les bonnes mesures environnementales, en consultation avec les différents ordres de gouvernement, les Autochtones et les intervenants, alors on peut développer l'économie tout en protégeant l'environnement. Je suppose que c'est à cet égard que l'approche libérale diffère de ce que j'appelle l'alliance contre nature entre les conservateurs et les néo-démocrates. Je vais épargner le Bloc québécois pour l'instant.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 17:55 [p.2642]
Madam Speaker, the last thing I would want to do is to give the impression I know everything about all things.
Some hon. members: Oh, oh!
Mr. Kevin Lamoureux: I do not know the details the member is referencing, but what I can tell the House is that as a government, we have been developing programs that have been to the benefit of Canadians as a whole. There has been special targeting of seniors, and now individuals with disabilities.
There are opportunities going forward, no doubt, as we see in this legislation, for modifications or changes. There are ongoing discussions that take place with provinces. I made reference to the $19 billion restart program that incorporates health. I do not know all of the details, but where it is valid for us to make some changes or to ensure that we have the support necessary to do that, I am glad we have a government in Ottawa that is open to listening.
Madame la Présidente, je ne voudrais surtout pas donner l'impression que je sais tout.
Des voix: Oh, oh!
M. Kevin Lamoureux: Je ne connais pas les détails auxquels le député fait allusion, mais ce que je peux dire à la Chambre, c'est qu'en tant que gouvernement, nous avons élaboré des programmes qui ont profité à l'ensemble des Canadiens. Nous avons ciblé tout particulièrement les personnes âgées, et maintenant les personnes handicapées.
Il y a sans doute d'autres possibilités d'apporter des modifications, comme le montre le projet de loi dont nous sommes saisis. Des discussions sont en cours avec les provinces. J'ai signalé d'ailleurs le programme de relance de 19 milliards de dollars qui intègre le volet santé. Je n'en connais pas tous les détails, mais lorsqu'il est utile d'apporter certains changements ou de s'assurer d'avoir le soutien nécessaire pour le faire, je suis heureux que nous ayons à Ottawa un gouvernement réceptif.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 17:58 [p.2642]
Madam Speaker, first, with regard to the indigenous issue or the blockades that were taking place, there were actually a number of issues, as there are in any given year, that made it to the national level. I know there was an airplane that was tragically shot down, which many people, at least on this side of the House, felt very passionate about, and I would like to think all members of the House did. There were a number of different issues.
I was here for a number of those years when Stephen Harper was the prime minister. If we do a cross-comparison, we will find, in terms of economic performance, that we did better 2:1 when it came to issues like jobs, compared to the Harper administration. That is the type of history we cannot change, and that is what I was referencing.
Madame la Présidente, d'abord, en ce qui a trait au dossier des Autochtones et aux barrages, comme chaque année, de nombreuses questions ont fait les manchettes à l'échelle nationale. Je sais qu'un avion a tragiquement été abattu, un dossier auquel les députés ont attaché beaucoup d'importance, du moins de ce côté-ci de la Chambre, mais j'ose croire que c'est le cas pour tous les députés. D'autres questions ont fait les manchettes.
J'étais ici pendant une partie des années où Stephen Harper était premier ministre. Si l'on fait la comparaison entre le gouvernement actuel et celui de M. Harper, on constate que, au chapitre du rendement économique, notre bilan est deux fois supérieur, notamment en matière d'emplois. Voilà le genre de fait historique qui est immuable. C'est ce dont je parlais.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 17:59 [p.2643]
Madam Speaker, it is important to recognize that municipalities in general, whether smaller rural municipalities or larger urban centres, are more challenged in terms of being able to generate the revenues necessary in order to perform many of the responsibilities they have. Public transit would be a good example, or even, to a certain degree, child care support in the provinces. The federal restart program goes a long way in supporting municipalities and encouraging provinces to become engaged to ensure that we have things such as child care, which enables—
Madame la Présidente, il importe de reconnaître que, de façon générale, les municipalités, qu'il s'agisse de petites municipalités rurales ou de grands centres urbains, ont plus de difficulté à générer les revenus dont elles ont besoin pour s'acquitter de toutes leurs responsabilités. Le transport en commun serait un bon exemple ou même, dans une certaine mesure, les services de garderies dans les provinces. Le programme fédéral de relance contribue grandement à aider les municipalités et à encourager les provinces à veiller à ce que nous ayons des choses comme des services de garde d'enfants, qui permettent...
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 18:13 [p.2645]
Madam Speaker, the member made reference extensively with respect to parliamentary process. One of the things we have witnessed over the last number of months is more questions than have previously been asked. In fact, today we are sitting during the summer. We have had four regular days of sittings for parliamentarians. We have had extended question and answer periods.
It seems to me, with the exception of opposition days and private members' business, that we have seen probably a great deal more accountability on the issue of questions and answers than we saw with the previous administration. I would remind the member that she was part of a previous administration that actually prorogued Parliament.
Madame la Présidente, la députée a longuement parlé du processus parlementaire. Au cours des derniers mois, nous avons constaté, entre autres, qu'il y a plus de questions qu'auparavant. D'ailleurs, nous siégeons aujourd'hui en été. Il y a eu quatre jours de séances régulières pour les parlementaires. Nous avons eu des périodes prolongées de questions et réponses.
Il me semble que, à l'exception des journées de l'opposition et des affaires émanant des députés, nous avons probablement vu une bien plus grande reddition de comptes de la part du gouvernement actuel que de l'ancien en ce qui concerne les questions et réponses. Je rappelle à la députée qu'elle faisait partie du gouvernement précédent, qui a prorogé le Parlement.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 18:35 [p.2648]
Madam Speaker, at times I wonder if the member goes to bed at night trying to influence his dreaming capabilities so he can raise some sort of issue with the government of the day that he can put a negative spin on. I was reviewing the question the member posed that ultimately led to the speech we just heard. The question was this: Why did the Bloc party vote with the government to prevent us from dealing with an issue that was in the House of Commons prior to the last election? He was upset with the Bloc because the Bloc voted with the government, but the Bloc agreed that the issue was from the previous Parliament and we did not need to talk about it.
If we were to go back to previous elections, I am sure we could find a number of interesting scandals that Conservatives were involved in. Do members remember the Senate scandal? Maybe we should regurgitate one of those scandals and have them go before the ethics committee.
At the end of the day, there has been a great deal of transparency and accountability. We have seen the Prime Minister, even when he was in opposition, bring forward things such as proactive disclosure. We have seen that the Prime Minister has been very candid in recognizing if he makes a mistake. He then apologizes for it and takes actions to rectify it.
In the end, I truly believe that we need to move forward. The report the member referred to, the second report on the Prime Minister, was dealt with in the House. We are not the only party in the House that agrees with that. I suggest the member remain focused on some of the good things that are happening. Maybe the member could spend less time dreaming about how he can create crisis situations and instead look at ways we can improve the system. I am not saying the system cannot be improved upon; the system can be improved upon.
There will be mistakes. Conservative ministers made mistakes and went to the commissioner. I urge members to remember that the commissioner is relatively new. That position only came into being in 2008, so there have only been two prime ministers and two governments that have been subjected to the commissioner. It is a learning process, and we have a Prime Minister who understands that. When mistakes are made, he is very straightforward and he co-operates with the Ethics Commissioner.
I see those as positive things. I only wish that Conservative opposition members would give some attention to not only the negative side of life but also to the positive side of life. Maybe they could bring forward ideas so we can ensure there is more accountability and transparency.
I am very open-minded, and I look forward to the rebuttal in the form of a question from my friend, but I would like to see us move forward. I would like to see if we can come up with some positive contributions to how we could change the system and ultimately see an improvement. I know he has it in him to come up with some positive recommendations. I would implore him to suggest one or two of them in a positive light.
Madame la Présidente, je me demande parfois si, au moment d'aller au lit, le député tente d'influencer ses rêves afin de trouver des moyens de faire mal paraître le gouvernement. J'ai examiné la question que le député a posée et qui a mené au discours que nous venons d'entendre. La question était la suivante: Pourquoi le Bloc québécois a-t-il fait front avec le gouvernement pour nous empêcher de nous pencher sur une question dont la Chambre était saisie avant les dernières élections? Il était fâché contre le Bloc parce que ce parti avait appuyé le gouvernement, mais le Bloc a convenu que le dossier concernait la législature précédente et qu'il était inutile de revenir sur le sujet.
Si nous revenions sur les élections précédentes, je suis certain que nous pourrions trouver des scandales intéressants impliquant les conservateurs. Les députés se souviennent-ils du scandale au Sénat? Peut-être pourrions-nous ressusciter un scandale du genre et le soumettre au comité de l'éthique.
Quand on regarde bien les choses, il y en a eu, de la transparence et de la reddition de comptes, et pas juste un peu. C'est même le premier ministre qui a eu l'idée de la divulgation proactive, à l'époque où il était dans l'opposition. Il n'a jamais hésité à admettre ses erreurs quand il en faisait. Chaque fois, il s'est excusé et il a fait le nécessaire pour corriger la situation.
Maintenant, je crois sincèrement que nous devons regarder devant nous. Le rapport dont parle le député, soit le deuxième dont le premier ministre a fait l'objet, a été étudié par la Chambre. Nous ne sommes d'ailleurs pas le seul parti à en convenir. J'aimerais que le député s'intéresse davantage aux choses positives. Peut-être qu'il devrait consacrer moins de ses rêves à trouver des moyens de créer des crises de toutes pièces et s'employer plutôt à trouver des façons d'améliorer le système. Je suis loin de dire qu'il ne peut pas être amélioré; il peut l'être.
Des erreurs, il y en aura toujours. Les ministres conservateurs en ont fait et ils ont dû en répondre devant le commissaire. Je rappelle à mes collègues que le poste de commissaire est relativement nouveau. Il a été créé en 2008, c'est donc dire qu'il a eu à scruter les actions de seulement deux premiers ministres et deux gouvernements. Nous ne cessons jamais d'apprendre, et le premier ministre en est tout à fait conscient. Quand il fait des erreurs, il est très franc et il collabore avec le commissaire à l'éthique.
Selon moi, c'est positif. Je considère que ce sont des choses positives. Si seulement les députés conservateurs de l'opposition pouvaient accorder une certaine attention non seulement au côté négatif de la vie, mais aussi au côté positif. Peut-être pourraient-ils proposer des idées afin que nous puissions garantir une meilleure reddition de comptes et une plus grande transparence.
Je suis très ouvert d'esprit, et je suis prêt à entendre la réfutation du député sous la forme d'une question, mais j'aimerais que nous avancions. Je suis curieux de voir si nous pouvons offrir des suggestions positives afin de changer le système et, éventuellement, d'y apporter des améliorations. Je sais que le député est capable de formuler des recommandations positives. Je l'implore d'en suggérer une ou deux.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 18:40 [p.2648]
Madam Speaker, just to emphasize, the member opposite is focused on trying to blame the Bloc for voting with the Liberals to prevent something from a previous election coming before a House of Commons standing committee. This is the same Bloc that often votes with the Conservative Party against the government. The member is imputing motives that might not necessarily be justified, I would suggest, and I am trying to be as nice as I can with regard to it.
When I think of standing committees, in the back of my mind I am trying to think if Stephen Harper ever appeared before one. I wonder if the member is aware that, even though the office of the commissioner has only been around since 2008, there were a number of Conservatives—
Madame la Présidente, il faut souligner que le député d'en face cherche uniquement à reprocher au Bloc d'avoir voté du côté des libéraux afin d'empêcher qu'un comité permanent de la Chambre des communes ne soit saisi d'une situation survenue lors de précédentes élections. Je parle ici du même Bloc qui vote souvent avec le Parti conservateur pour s'opposer au gouvernement. Je pense que le député prête des intentions au parti qui ne sont pas nécessairement justifiées, et c'est le moins que je puisse dire.
J'essaie de me souvenir si Stephen Harper a déjà comparu devant un comité permanent. Je me demande si le député sait que, même si le Bureau du commissaire à l'éthique n'existe que depuis 2008, il y a eu un certain nombre de conservateurs...
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 18:46 [p.2649]
Madam Speaker, I would first like to thank members of the standing committee and those who have taken the time to present and share their thoughts on this very important issue.
Huseyin Celil is a Canadian citizen. As the Prime Minister and the Minister of Foreign Affairs have consistently stated, the government is seized at all levels by cases of Canadians detained in China, including the long-standing case of Mr. Celil. Mr. Celil has been in detention in Xinjiang since 2006.
The provision of consular services to Canadians in China is governed by a bilateral agreement that details consular obligations and entitlements of our two countries in order to facilitate the protection of the rights and interests of our citizens. It is also governed by the Vienna Convention on Consular Relations. Canada expects China to live up to its obligations under these agreements.
In the case of Mr. Celil, despite repeated and ongoing attempts, Canadian officials have not been granted consular access. The government is deeply concerned about the case of Mr. Celil and will continue to raise his case at every opportunity at senior levels. Canadian officials will continue to advocate for Mr. Celil and seek consular access to him to verify his health and well-being and offer him assistance.
Mr. Celil is of the Uighur ethnicity, and Canada is deeply concerned by the mass detention of Uighurs in Xinjiang based on their ethnicity and religion and under the pretext of countering extremism. We acknowledge the pain and hardship experienced by Mr. Celil's family as a result of his detention. Consular officials are in communication with Mr. Celil's family and will continue to provide support until they are reunited.
Uighurs have been disappearing into detention in China, and getting information about their whereabouts can be incredibly challenging. Publicly and privately, in multilateral fora and in bilateral conversations, Canada has consistently called on the Chinese government to address the situation. Canada has called on the Chinese government to allow the Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights and the UN Special Procedures immediate, unfettered, meaningful access to Xinjiang.
Our government will always stand up for Canadians in need of assistance abroad. We recognize and affirm that Mr. Celil is a Canadian. We will continue to advocate for him and make every effort to obtain consular access to him.
Madame la Présidente, j'aimerais d'abord remercier les membres du comité permanent et les personnes qui ont pris le temps de donner leur point de vue sur cette question très importante.
Huseyin Celil est un citoyen canadien. Comme le premier ministre et le ministre des Affaires étrangères l'ont indiqué à maintes reprises, le gouvernement, à tous les niveaux, est saisi des cas des Canadiens détenus en Chine, y compris du cas de M. Celil, qui est détenu au Xinjiang depuis 2006.
La prestation de services consulaires aux Canadiens qui résident en Chine est régie par un accord bilatéral qui détaille les obligations et les droits consulaires de nos deux pays afin de faciliter la protection des droits et des intérêts de nos citoyens. Elle est également régie par la Convention de Vienne sur les relations consulaires. Le Canada s'attend à ce que la Chine respecte ses obligations en vertu de ces accords.
Dans le cas de M. Celil, malgré de nombreuses tentatives infructueuses, les représentants du Canada n'ont jamais pu avoir accès à lui. Le gouvernement s'inquiète sérieusement du sort qui est réservé à M. Celil et il continuera d'aborder le cas de celui-ci auprès des plus hauts échelons chaque fois qu'il en aura l'occasion. Les représentants canadiens continueront de défendre M. Celil et de demander que le personnel consulaire puisse le visiter afin de vérifier son état de santé et de bien-être, ainsi que pour lui offrir de l'aide.
M. Celil est d'origine ouïghoure, et le Canada demeure profondément préoccupé par la détention massive des Ouïghours dans la province du Xinjiang en raison de leur ethnicité et de leur religion, sous prétexte de lutter contre l'extrémisme. Nous sommes conscients de la souffrance et des difficultés vécues par la famille de M. Celil en raison de sa détention. Les agents consulaires communiquent avec les proches de M. Celil et continueront à leur offrir du soutien jusqu'à ce qu'ils soient réunis avec lui.
Les Ouïghours disparaissent dans les centres de détention en Chine, et il est extrêmement difficile d'obtenir des renseignements sur l'endroit où ils se trouvent. En public et en privé, dans les forums multilatéraux et lors de conversations bilatérales, le Canada exhorte continuellement le gouvernement chinois à remédier à la situation. Le Canada a demandé au gouvernement chinois d'accorder immédiatement aux représentants du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme et aux rapporteurs des procédures spéciales des Nations unies un accès libre et véritable à la province du Xinjiang.
Le gouvernement défendra toujours les Canadiens qui ont besoin d'aide à l'étranger. Nous reconnaissons et affirmons que M. Celil est un Canadien. Nous continuerons à défendre sa cause et à tout faire pour que des agents consulaires puissent le visiter.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-20 18:50 [p.2650]
Madam Speaker, the Government of Canada remains deeply concerned about the ongoing detention of Mr. Celil.
As with all cases of Canadian citizens detained abroad, our officials have repeatedly sought consular access to determine Mr. Celil's well-being. While Canada has submitted numerous official requests and made high-level interventions in the case, China has not granted Canadian officials access to Mr. Celil.
Canada is deeply concerned by the mass detention that is taking place based on ethnicity and religion and under the pretext of countering extremism. We will continue to advocate on Mr. Celil's behalf and call on China to allow consular service officials to visit him.
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada reste profondément préoccupé par la détention de M. Celil, qui perdure.
Comme dans tous les cas de citoyens canadiens détenus à l'étranger, les fonctionnaires ont réclamé à de nombreuses reprises un accès consulaire afin de juger du bien-être de M. Celil. Bien que le Canada ait présenté de nombreuses demandes officielles et qu'il soit intervenu aux plus hauts échelons dans cette affaire, la Chine n'a pas autorisé les fonctionnaires canadiens à voir à M. Celil.
Le Canada est profondément préoccupé par les détentions massives, fondées sur l'ethnicité et la religion, qui sont imposées sous prétexte de lutter contre l'extrémisme. Nous continuerons à plaider en faveur de M. Celil et à demander à la Chine d'autoriser les agents des services consulaires à aller le voir.
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2020-07-08 12:38 [p.2540]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes.
It is hard not to feel disappointed in one's government when every day there is a new scandal. Does the Prime Minister believe it was ethical to award a near $1-billion exclusive contract to his friends at WE Charity, yes or no?
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes.
Il est difficile de ne pas être déçue par le gouvernement quand chaque jour amène un nouveau scandale. Le premier ministre croit-il, oui ou non, qu'il était conforme à l'éthique d'attribuer un contrat exclusif de près de 1 milliard de dollars à ses amis de l'organisme UNIS?
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2020-07-08 12:38 [p.2540]
Mr. Speaker, given the ongoing ethics investigation, will the Prime Minister and his family be stepping back from their involvement with the WE Charity until the investigation is concluded, yes or no?
Monsieur le Président, étant donné l'enquête menée actuellement par le commissaire à l'éthique, est-ce que le premier ministre et sa famille se distancieront de l'organisme UNIS jusqu'à la fin de l'enquête? Oui ou non?
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2020-07-08 12:39 [p.2540]
Mr. Speaker, I think it would be inappropriate to continue involvement with an investigation ongoing by the Ethics Commissioner, but at the very least, will the Prime Minister confirm he will not invoke cabinet confidence on this matter, commit to full transparency and allow the Ethics Commissioner to complete his investigation free from interference, yes or no?
Monsieur le Président, je continue de penser que, maintenant que le commissaire à l'éthique a lancé une enquête, le premier ministre serait mal venu de ne pas couper ses liens avec cet organisme, mais peut-il à tout le moins confirmer qu'il n'invoquera pas le secret du Cabinet pour jeter une chape de plomb sur toute cette affaire et qu'il laissera le commissaire à l'éthique faire sans son travail sans ingérence, oui ou non?
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2020-07-08 13:06 [p.2545]
Madam Chair, I will be splitting my time with the member for Elmwood—Transcona.
The government encouraged people to apply for the CERB and deal with complications after, and that is exactly what has occurred: complications. In Manitoba, the Pallister government has decided to treat the $2,000 CERB as an excuse to cut provincial supports. EIA recipients who got CERB are now ineligible for future support.
Instead of making sure provinces do not claw back federal help, why has the government chosen to callously go after people who applied in good faith as “fraudulent applicants”? People in my riding who have their EIA paid out to landlords will no longer have their rent paid and they are at risk of homelessness. This is a nightmare.
Will the government respect Make Poverty History Manitoba's request and not require EIA recipients to pay back the CERB, forcing individuals deeper into poverty, yes or no?
Madame la présidente, je vais partager mon temps de parole avec le député d'Elmwood—Transcona.
Le gouvernement a incité les gens à demander la PCU et à gérer les complications plus tard, et c'est exactement ce qui s'est produit: il y a eu des complications. Au Manitoba, le gouvernement Pallister a décidé de traiter les 2 000 $ de la PCU comme une excuse pour sabrer les mesures d'aide provinciales. Les bénéficiaires du Programme d'aide à l'emploi et au revenu qui ont reçu la PCU sont maintenant inadmissibles à toute aide future.
Plutôt que de veiller à ce que les provinces ne récupèrent pas l'aide fédérale, pourquoi le gouvernement a-t-il choisi de s'en prendre cyniquement à ceux qui ont soumis une demande de bonne foi en les traitant de demandeurs frauduleux? Les habitants de ma circonscription dont les prestations du PAER étaient versées directement au propriétaire de leur logement risquent de se retrouver à la rue. C'est un cauchemar.
Est-ce que le gouvernement va donner suite à la demande de la coalition Abolissons la pauvreté du Manitoba et ne pas exiger que les bénéficiaires du PAER remboursent la PCU, ce qui enfoncerait certaines personnes davantage dans la pauvreté? Oui ou non?
View Leah Gazan Profile
NDP (MB)
View Leah Gazan Profile
2020-07-08 13:08 [p.2545]
Madam Chair, small businesses are the heart and soul of Winnipeg Centre, yet the government has made their ability to survive questionable. Paul Taylor, who owns the Brickhouse Gym in Winnipeg Centre, said, “These rent assistance programs are not a one-size-fits-all issue. Businesses have suffered from COVID-19. Programs need to be scalable to help Canadian small businesses survive. On top of the failure of the rent program that relies on landlords to sign on, the wage subsidy arbitrarily requires businesses to have their own CRA business number since before the pandemic, but a lot of small businesses do not, including many in the gig economy, in arts, film—”
Madame la présidente, les petites entreprises sont la cheville ouvrière de Winnipeg-Centre, mais le gouvernement met en péril leur survie. Selon Paul Taylor, le propriétaire du Brickhouse Gym, à Winnipeg-Centre: « les programmes d'aide du gouvernement pour le loyer commercial ne conviennent pas à tout le monde. La COVID-19 a eu de lourdes conséquences sur les entreprises. Les programmes doivent être flexibles et évolutifs pour aider les petites entreprises canadiennes à garder la tête hors de l'eau. Non seulement le programme d'aide pour le loyer commercial, qui exige une attestation du propriétaire, a été un échec, mais en plus, pour être admissible à la Subvention salariale d'urgence, il faut présenter un numéro d'entreprise obtenu auprès de l'Agence du revenu du Canada avant la pandémie. Or, de nombreuses petites entreprises n'en ont pas, notamment les entreprises qui font partie de l'économie des petits boulots, dans le domaine des arts, du cinéma... »
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2020-07-08 13:09 [p.2546]
Madam Chair, after years of cuts to health care in Manitoba, the Conservative government here is now preparing to spend millions of dollars on private clinics to make up for surgery backlogs. That is money that could be invested in the public system in order to restore needed capacity, and we know that public delivery of services is the best way to realize the spirit and the promise of the Canada Health Act. Therefore, I am wondering what the government is going to do to promote the public delivery of services.
Madame la présidente, après des années de coupes dans le système de santé au Manitoba, le gouvernement conservateur de la province s'apprête à dépenser des millions de dollars dans des cliniques privées pour rattraper l'arriéré de chirurgies. Cet argent pourrait être investi dans le système public afin de ramener sa capacité au niveau requis et nous savons que la prestation de services de santé publics est le meilleur moyen de respecter l'esprit de la Loi canadienne sur la santé et de livrer ses promesses. Je me demande donc ce que le gouvernement fait pour promouvoir la prestation de services de santé publics.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2020-07-08 13:10 [p.2546]
Madam Chair, one of the reasons I think the government's answer to this is very important, and it is something that we have learned during the pandemic, or that has been publicized and many already knew, is that the state of long-term care in Canada has not been good. It has not been serving a lot of Canadians well.
We know from the evidence that for-profit delivery of long-term care results, on average, in lower health outcomes for Canadians. We know that a lot of federal money will be required in order to get long-term care up to where it needs to be in Canada. We want the federal government to be convening meetings with the provinces now on how to do that, and we want the government to be a champion at that table for getting for-profit delivery services out of long-term care.
Is the government committed to doing everything it can to get for-profit delivery of long-term care off the table in Canada?
Madame la présidente, si la réponse du gouvernement à cette question revêt une telle importance, c'est notamment parce que la situation dans le secteur des soins de longue durée est peu reluisante au Canada, comme nous l'avons appris pendant la pandémie, quoique c'est une situation qui avait déjà été médiatisée et que beaucoup de gens connaissaient. Ce secteur n'a pas bien servi un grand nombre de Canadiens.
Comme les données l'indiquent, les services à but lucratif de soins de longue durée se traduisent, en moyenne, par des résultats inférieurs au chapitre de la santé pour les Canadiens. Nous savons que le fédéral devra injecter beaucoup d'argent pour rehausser la qualité des soins de longue durée à un niveau acceptable au Canada. Nous voulons que le gouvernement fédéral organise maintenant des rencontres avec les provinces pour déterminer les façons d'y arriver. Nous voulons que le gouvernement y défende l'exclusion des services à but lucratif du secteur des soins de longue durée.
Le gouvernement est-il déterminé à tout faire pour que les services à but lucratif de soins de longue durée ne soient plus envisageables au Canada?
View Ted Falk Profile
CPC (MB)
View Ted Falk Profile
2020-07-08 13:12 [p.2546]
Madam Chair, I am going to be splitting my time with the member for Port Moody—Coquitlam.
We are pleased to see that Canada is beginning to reopen. However, that means that Canadians need access to government services beyond COVID. Many constituents have expressed to me their concern and frustration that they are not able to access these important services. For example, my province of Manitoba has seen very few COVID cases and, yet, the CRA tax centre in Winnipeg remains closed indefinitely, severely impacting both employers and taxpayers.
What is the Liberal government's plan to safely restore CRA services?
Madame la présidente, je vais partager mon temps de parole avec la députée de Port Moody—Coquitlam.
Nous sommes heureux que le Canada commence son déconfinement. Cela signifie toutefois que des Canadiens ont besoin d'avoir accès à des services gouvernementaux autres que ceux liés à la COVID. De nombreux électeurs m'ont dit qu'ils sont inquiets et frustrés de ne pas pouvoir accéder à ces services importants. Par exemple, très peu de cas de COVID ont été signalés dans ma province, le Manitoba. Pourtant, le centre fiscal de l'Agence du revenu du Canada à Winnipeg reste fermé indéfiniment, ce qui a de graves répercussions sur les employeurs et les contribuables.
Quel est le plan du gouvernement libéral pour rétablir les services de l'Agence du revenu du Canada en toute sécurité?
View Ted Falk Profile
CPC (MB)
View Ted Falk Profile
2020-07-08 13:13 [p.2546]
Madam Chair, during the past few months Canadian front-line and essential workers such as truck drivers, bus drivers, manufacturers, farmers, restaurant workers, store clerks, gas station attendants, construction workers, bankers, mechanics and even the media have found ways to work safely.
Can the Prime Minister or the minister explain why so many Canadian workers have found ways to do their jobs safely and the Liberal government cannot figure out a way to restore the public service to Canadians?
Madame la présidente, au cours des derniers mois, les travailleurs canadiens essentiels et de première ligne comme les camionneurs, les chauffeurs d'autobus, les ouvriers, les agriculteurs, les travailleurs de la restauration, les préposés en magasin, les pompistes, les travailleurs de la construction, les banquiers, les mécaniciens et même les journalistes ont trouvé des moyens de travailler en toute sécurité.
Le premier ministre ou la ministre peuvent-ils expliquer pourquoi tant de travailleurs canadiens ont trouvé des moyens de faire leur travail en toute sécurité, alors que le gouvernement libéral ne parvient pas à trouver une façon de rouvrir les services publics aux Canadiens?
View Ted Falk Profile
CPC (MB)
View Ted Falk Profile
2020-07-08 13:15 [p.2546]
Madam Chair, that was not an answer.
The Auditor General has revealed a troubling failure of the public safety minister in her latest report. Under the Liberal government, tens of thousands of individuals who are subject to removal orders are in Canada, including some with criminal ties. This unacceptable failure risks further undermining the integrity of our immigration system and public safety.
Instead of wasting his time attacking law-abiding firearm owners with legislation and regulations, could the public safety minister do his job and enforce removal orders?
Madame la présidente, la ministre n'a pas répondu à ma question.
Dans son dernier rapport, la vérificatrice générale a révélé un échec inquiétant de la part du ministre de la Sécurité publique. Sous le gouvernement libéral, des dizaines de milliers de personnes assujetties à une mesure de renvoi se trouvent encore au Canada, dont certaines ont des liens avec le monde de la criminalité. Cet échec inacceptable risque de miner davantage l'intégrité du système d'immigration et la sécurité publique.
Au lieu de perdre son temps à s'en prendre aux honnêtes propriétaires d'armes à feu à coups de lois et de règlements, le ministre de la Sécurité publique pourrait-il plutôt faire son travail en appliquant les mesures de renvoi?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-08 14:48 [p.2562]
Madam Chair, I see a totally different picture from the one the leader of the official opposition has just portrayed. I see a government that has been demonstrating caring and compassion, a government that has worked with other levels of government of all political stripes to make sure that Canadians in all regions of our great nation are being looked after. They are in fact the number one priority of this government, this cabinet, and this Prime Minister. That is what I have witnessed.
We have seen programs come from virtually nowhere, programs that previously did not exist, like the CERB, to serve millions of Canadians by providing them with the disposable income that is so critical for them to be able to buy the things that are necessary. I have seen businesses saved to the degree that millions of jobs have been saved as a direct result. I have seen opposition members come to the table in a positive way to contribute to making life better for all Canadians.
This is a government that truly cares and has the compassion to put Canadians first and foremost as its number one priority.
Would the member opposite not agree that it is time that we look at and focus on what is in the best interests of families in Canada and get behind programs like those that provide more support for Canadians with disabilities?
Madame la présidente, j'ai une image bien différente de la situation par rapport au tableau que le chef de l'opposition officielle vient de brosser. Je vois un gouvernement qui fait preuve de bienveillance et de compassion, qui a travaillé avec les autres ordres de gouvernement de toutes les allégeances politiques pour venir en aide aux Canadiens de toutes les régions de ce grand pays. En fait, les Canadiens sont la grande priorité du gouvernement, du Cabinet et du premier ministre. C'est ce dont j'ai été témoin.
On a établi des programmes qui n'étaient pas prévus, des programmes qui n'existaient pas auparavant, comme la PCU. Des millions de Canadiens ont ainsi obtenu un revenu dont ils ont absolument besoin pour acheter des choses essentielles. J'ai vu des entreprises qui ont ainsi été sauvées, ce qui a eu comme conséquence directe de préserver des millions d'emplois. Des députés de l'opposition ont contribué positivement aux discussions pour améliorer le sort de tous les Canadiens.
Le gouvernement se soucie vraiment des Canadiens. Guidé par la compassion qui l'anime, il en fait sa grande priorité avant toute chose.
Le député d'en face ne convient-il pas qu'il est temps que nous nous concentrions sur les mesures qui sont dans l'intérêt des familles au Canada et que nous soutenions des programmes qui offriront une aide supplémentaire aux Canadiens ayant un handicap?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-08 15:04 [p.2564]
Madam Chair, what we have seen over the last number of months is a government that has taken a different approach from the Conservatives, and that is a good thing. We have looked at many programs to which the member opposite just made reference, whether it is the CERB or the wage loss program. We have also been able to provide direct support to families through child care and to seniors, whether it is through the GIS or the OAS. Supporting Canadians through this difficult time of the pandemic ultimately allows us to be on a road to recovery in a much better form.
Would the member not agree, and hopefully we can get agreement on this, as a result of the way the government has invested during this time, we will be on a better path to recovery?
Madame la présidente, au cours des derniers mois, nous avons vu le gouvernement adopter une stratégie qui diffère de celle privilégiée par les conservateurs. C'est une bonne chose. Nous avons examiné un grand nombre des programmes que vient de mentionner le député d'en face, qu'il s'agisse de la Prestation canadienne d'urgence ou du programme d'assurance-salaire. Nous avons également pu fournir une aide directe aux familles, par l'entremise des services de garde d'enfants, et aux personnes âgées, au moyen du Supplément de revenu garanti ou de la Sécurité de la vieillesse. En aidant les Canadiens pendant cette période difficile causée par la pandémie, le Canada sera beaucoup mieux placé pour la relance.
Le député ne pense-t-il pas, et j'espère qu'il sera d'accord avec moi, que les investissements faits par le gouvernement pendant cette période vont favoriser la relance?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-08 15:11 [p.2565]
Madam Chair, I rise to address the concern. The member raises a valid point. Everything was shared with all parties under embargo earlier today. From what I understand, that included electronic copies. Therefore, all members do have access to it. I am not 100% sure how the respective caucuses and independents received it, but I believe the information was made available.
Madame la présidente, je me permets d'intervenir à ce sujet. La députée soulève un point valable. Tous les documents ont été envoyés à tous les partis, sous embargo, plus tôt aujourd'hui. Selon ce que je comprends, cela inclut les versions électroniques. Tous les députés ont donc accès au document. Je ne suis pas totalement certain de la façon dont les différents caucus et députés indépendants l'ont reçu, mais je crois que l'information leur a été transmise.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-08 15:54 [p.2571]
Madam Chair, I will say right at the beginning that it has been encouraging to be on the government side and to see a much higher sense of co-operation coming from the New Democratic Party in supporting many of the measures the government is proposing, in contrast to the official opposition, which opposes us no matter what we bring forward.
My question for the leader of the New Democratic Party is more one of acknowledgement, and that is to acknowledge, as most Canadians would, that the different levels of government, obviously including the federal government and the many programs we have put into place, all assist us in being in a better position to be on the road to a healthier recovery, while at the same time we are saving lives and providing a better situation in terms of preventing the loss of lives and providing supports for our front-line services.
I'm wondering if the leader of the NDP could provide his thoughts.
Madame la présidente, je commencerais par exprimer à quel point il est encourageant pour nous, le gouvernement, de constater un plus grand sentiment de coopération de la part du NPD, qui appuie un grand nombre des mesures que nous proposons, en comparaison avec l'opposition officielle, qui s'oppose à tout ce que nous présentons.
Ma question au chef du NPD est plutôt une observation. Il est important de reconnaître, comme la plupart des Canadiens le font, que les différents ordres de gouvernement — y compris de toute évidence le gouvernement fédéral et les nombreux programmes qu'il a mis en œuvre —, nous aident tous à progresser vers le meilleur redressement économique possible, et que, parallèlement, ils sauvent des vies et offrent de meilleures conditions pour prévenir les décès ainsi que des mesures de soutien à nos travailleurs de première ligne.
Je me demande si le chef du NPD pourrait nous faire part de ses commentaires.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-08 16:11 [p.2573]
Madam Chair, within the Liberal caucus, members bring forward ideas virtually daily of what we could be doing to improve the programs we have brought in over the last few months to support Canadians. We have taken this seriously, not only from government members but also opposition members, recognizing that we need more co-operation in order to provide the services that Canadians need during the pandemic.
We have seen that through direct assistance: through CERB, the wage subsidy, direct support for seniors, child care, families, businesses and so much more. I agree with the member that we need to take this opportunity and continue to explore ways in which we can better the system. We could maybe even continue with some of the things we started when we first became government.
I wonder if my friend can provide his thoughts on continuing the momentum of many of the social policies we started in the last number of months—
Madame la présidente, au sein du caucus libéral, pratiquement tous les jours, des députés proposent des idées pour améliorer les programmes que nous avons mis en place ces derniers mois pour soutenir les Canadiens. Nous prenons ce processus au sérieux, que les suggestions viennent des députés ministériels ou des députés de l'opposition. En effet, nous sommes conscients qu'une collaboration accrue est nécessaire pour offrir les services dont les Canadiens ont besoin pendant la pandémie.
Nous avons opté pour une aide directe. Je pense à la PCU, à la subvention salariale, au soutien direct pour les aînés, aux services de garde, aux familles, aux entreprises et bien plus encore. Je suis d'accord avec le député: nous devons saisir cette occasion et continuer de chercher des façons d'améliorer le système. Nous pourrions même faire fond sur des mesures que nous avons lancées à notre arrivée au pouvoir.
Mon collègue pourrait-il se prononcer sur la possibilité de poursuivre sur la lancée d'une bonne partie des politiques sociales que nous avons introduites ces derniers mois...
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-06-17 14:42 [p.2488]
Mr. Speaker, there have also been discussions among the parties and if you seek it, I think you will find unanimous consent for the following motion:
That the membership of the Standing Committee of Citizenship and Immigration be amended as follows: Mr. Dhaliwal, Surrey—Newton, for Mr. Tabbara, Kitchener South—Hespeler, and that the name of Mr. Zuberi, Pierrefonds—Dollard, be added to the list of associate members of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development.
Monsieur le Président, il y a eu d'autres discussions entre les partis, et je pense que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante:
Que la composition du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration soit modifiée comme suit: M. Dhaliwal, Surrey—Newton, pour M. Tabbara, Kitchener‑Sud—Hespeler, et que le nom de M. Zuberi, Pierrefonds—Dollard, soit ajouté à la liste des membres associés du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-06-17 14:43 [p.2488]
Mr. Speaker, there have also been discussions among the parties and, if you seek it, I think you will find unanimous consent for the following motion:
That, during the debate today on the Business of Supply pursuant to the order adopted on May 26, 2020:
a) within each 15-minute period, each party may allocate time to one or more of its members for speeches or for questions and answers, provided that, in the case of questions and answers, the minister's answer approximately reflect the time taken by the question, and provided that, in the case of speeches, members of the party to which the period is allocated may speak one after the other; and
b) the Speaker may preside in committee of the whole.
Monsieur le Président, il y a eu d'autres discussions entre les partis, et je pense que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante:
Que, pendant le débat aujourd’hui relatif aux travaux des subsides conformément à l'ordre adopté le 26 mai 2020:
a) à l’intérieur de chaque période de 15 minutes, chaque parti puisse allouer du temps à un ou plusieurs de ses députés pour des discours ou des questions et réponses, à condition que, dans le cas des questions et réponses, la réponse du ministre corresponde approximativement au temps pris par la question, et que, dans le cas des discours, les députés du parti auquel la période est consacrée puissent parler les uns après les autres;
b) le Président puisse présider le comité plénier.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-06-17 15:40 [p.2495]
Madam Chair, I appreciate the job and the work that the minister has been doing. Given the environment we face today, in all regions of our country there has been a great deal of concern in regard to making sure we do not leave people behind. It seems to be a very important priority for the government.
Could the minister provide his thoughts on how important it is that, as a government, we try to be there as best we can for our citizens as a whole?
Madame la présidente, j'apprécie le travail qu'accomplit le ministre. Dans le contexte actuel, des gens de partout au pays tiennent à ce que le gouvernement fasse le nécessaire pour que personne ne soit laissé pour compte. C'est une grande priorité du gouvernement, je crois.
Le ministre pourrait-il nous dire pourquoi il est important, selon lui, que le gouvernement fasse tout son possible pour soutenir l'ensemble des citoyens?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-06-17 15:42 [p.2495]
Madam Chair, could the minister provide his thoughts on how important it is that the federal government work with its provincial counterparts and other stakeholders to ensure that Canadians are protected?
Madame la présidente, le ministre pourrait-il expliquer à quel point il est important que le gouvernement fédéral travaille avec ses homologues provinciaux et d'autres intervenants afin de protéger les Canadiens?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-06-17 16:30 [p.2503]
Madam Chair, I wonder if the minister could provide her thoughts on the many Canadian companies and corporations across the country that have really stepped up. They have retooled and assisted in making sure that there has been a growth of Canadian content in this very important area.
Madame la présidente, je me demande si la ministre pourrait nous dire ce qu'elle pense des nombreuses entreprises et sociétés canadiennes qui ont vraiment redoublé d'efforts partout au pays. Elles se sont adaptées et elles ont contribué à accroître le contenu canadien dans ce secteur très important.
View Raquel Dancho Profile
CPC (MB)
View Raquel Dancho Profile
2020-06-17 16:31 [p.2503]
Madam Chair, I will be using my time to make a five-minute statement today and splitting it with the member for Central Okanagan—Similkameen—Nicola and the member for Regina—Lewvan.
It's an honour to be back in the House representing my Kildonan—St. Paul constituents on the very last day of the parliamentary session. Although the Liberal government has decided to shut down Parliament during the worst crisis Canadians have faced in living memory, I will do my best to speak and advocate on their behalf with the little time we have remaining.
Unfortunately, the Prime Minister has only allowed parliamentarians four hours to debate and approve $87 billion in spending, or roughly $362 million every minute, which may be a record in the history of the Canadian Parliament.
If the member opposite were listening, he might learn something.
This is truly unprecedented. The very purpose of Parliament is to provide checks and balances on government power. If we do not have the opportunity to question the government. to study emerging issues at committee, or to put forward alternative solutions, how are we supposed to do our job and be that check on power if we are not sitting?
In effect, the government is telling Canadians that they have nothing to worry about, but that they just to trust the government, that there is no need for Parliament to meet or to provide oversight on the massive spending that's been going on for three months. Unfortunately, between the Liberals power grabs and long history of ethics violations, to say that opposition parties are skeptical would be an understatement. In fact, there has not been this great a need for parliamentary oversight since the Second World War.
The last few months have not been easy for anyone. Some have been far more severely impacted than others. Thus far, three million people have lost their jobs and 13% of the working population remains unemployed. We know that women have been impacted to a greater degree than men and that rates of human trafficking and spousal abuse have reportedly gone up. Eight thousand people have lost their lives to COVID-19, and the well-being of countless others has been impacted from the thousands of delayed surgeries and the severe mental health impacts that isolation has had on the nation.
To be a member of Parliament during this unprecedented time has been an unforgettable experience with many challenges and difficult days. Speaking with hundreds of constituents and small businesses in my community who have been deeply and negatively impacted by the pandemic has been very heartbreaking, but they will not be forgotten by the Conservative team. We are all working tirelessly on their behalf and we will represent every Canadian left behind by the government's inadequate response to the COVID-19 pandemic.
The possibility of a second wave of the pandemic is of great concern to me and the constituents of Kildonan—St. Paul, and the Liberal government, frankly, has provided very little to Canadians to give them confidence that we will be prepared and financially equipped to handle a second wave, since we barely made it through the first one. We are seeing this first-hand in the Prime Minister's refusal to provide an economic and fiscal update during this sitting, despite the Parliamentary Budget Officer's call for one.
It is critical that Canadians know whether we have any financial flexibility to extend programs before they are indeed extended. That is key. Otherwise, we are just guessing and hoping that it will all work out and that the country does not go bankrupt, which is really not a great strategy.
As one of 338 MPs and one of only 121 official opposition MPs in Canada, I ask the Liberal government with all sincerity to use its three-month hiatus from oversight and accountability to prepare tirelessly for the second wave of the COVID-19 pandemic: to prepare PPE, testing, contact tracing capacity, and whatever is necessary to give Canadians the confidence that the government can actually do this job. Beyond that, it needs to acknowledge that Canadian small businesses and the millions of Canadian workers they employ cannot afford to go back into isolation, neither financially nor for their mental health. Moreover, neither can the taxpayer afford to subsidize the pandemic response effort of nearly $100 billion per month without serious tax increases and financial consequences at the family kitchen table.
The Liberal government has the responsibility to present a plan and to communicate it effectively to Canadians, so they can prepare in the coming months. Canadians deserve answers on how prepared we are and what the financial outlook for Canada is, so I implore the government to be transparent, honest and accountable. It is its duty to Canadians.
To conclude, I sincerely thank the front-line workers in every industry in Kildonan—St. Paul, from health care workers to grocery store clerks and gas station attendants, for quickly adapting to the first wave of this pandemic and and physical distancing requirements, and even organizations that, despite being forced to drastically change their daily routines, rose to the occasion in service of our community. Churches, gurdwaras, synagogues, elder care homes, grocery stores, schools and hundreds of small businesses in Kildonan—St. Paul rallied with a true Canadian spirit of resilience and innovation to get the community through the first wave of the pandemic.
That honestly gives me real hope for the second wave and whatever comes after that. I do believe we will get through this together.
Madame la présidente, je ferai une déclaration de cinq minutes, puis je partagerai le reste du temps de parole dont je dispose aujourd'hui avec les députés de Central Okanagan-Similkameen-Nicola et de Regina—Lewvan.
C'est un honneur d'être de retour à la Chambre pour représenter mes concitoyens de Kildonan—St. Paul en ce dernier jour de la session parlementaire. Même si le gouvernement libéral a décidé de fermer le Parlement durant la pire crise que le pays ait traversée de mémoire d'homme, je ferai de mon mieux pour parler au nom des Canadiens et défendre leurs intérêts durant le peu de temps qui nous reste.
Malheureusement, le premier ministre a seulement accordé aux parlementaires quatre heures pour débattre et approuver des dépenses de 87 milliards de dollars, ou approximativement 362 millions de dollars par minute, ce qui représente peut-être un record dans l'histoire du Parlement canadien.
Si le député d'en face écoutait ce que j'ai à dire, il apprendrait peut-être quelque chose.
La situation actuelle est vraiment sans précédent. La raison d'être du Parlement est de faire contrepoids au pouvoir du gouvernement. Si nous ne pouvons pas interroger le gouvernement, étudier des questions émergentes en comité ou proposer des solutions de rechange, comment sommes-nous censés faire notre travail? Comment sommes-nous censés faire contrepoids au pouvoir du gouvernement si nous ne siégeons pas?
En fait, le gouvernement dit aux Canadiens qu'ils n'ont pas à s'inquiéter, qu'ils n'ont qu'à lui faire confiance et qu'il est inutile que le Parlement se réunisse ou surveille les énormes dépenses que fait le gouvernement depuis trois mois. Comme les libéraux ont malheureusement l'habitude de tenter de s'arroger des pouvoirs et de contrevenir à l'éthique, le moins qu'on puisse dire c'est que les partis de l'opposition sont évidemment sceptiques. Dans les faits, le Canada n'a jamais eu autant besoin d'une surveillance parlementaire depuis la Deuxième Guerre mondiale.
Les derniers mois ont apporté leur lot de difficultés à tout le monde, et certains ont été touchés plus durement que d'autres. Jusqu'à maintenant, trois millions de personnes ont perdu leur emploi et 13 % de la population active est toujours sans emploi. Nous savons aussi que la crise a touché davantage les femmes que les hommes et que, d'après les rapports, la traite de personnes et la violence conjugale sont à la hausse. Huit mille personnes sont mortes de la COVID-19, et le bien-être d'une multitude d'autres gens a été ébranlé en raison du report de milliers de chirurgies et des graves conséquences de l'isolement sur la santé mentale des gens.
Être députée pendant cette période sans précédent a été une expérience inoubliable ponctuée de nombreux défis et de journées difficiles. Les centaines d'électeurs et de propriétaires de petites entreprises de ma circonscription qui ont été durement touchés par la pandémie m'ont raconté des histoires à crever le cœur, mais ils ne seront pas oubliés par le Parti conservateur. Nous travaillons tous sans relâche pour eux, et nous représenterons tous les Canadiens qui ont été laissés pour compte par le gouvernement et sa réponse inadéquate à la crise de la COVID-19.
Les résidants de ma circonscription, Kildonan-St. Paul, et moi nous inquiétons vivement de la possibilité d'une deuxième vague de la pandémie. En toute honnêteté, le gouvernement libéral n'a pas fait grand-chose pour prouver aux Canadiens qu'il est prêt à faire face à une deuxième vague de la pandémie et qu'il dispose des outils financiers nécessaires pour le faire, puisque nous avons traversé la première vague de peine et de misère. Nous pouvons constater cette mauvaise gestion de nos propres yeux lorsque le premier ministre refuse de nous fournir une mise à jour économique et financière au cours de la présente séance, même si le directeur parlementaire du budget lui en a demandé une.
Il est primordial que les Canadiens sachent si le gouvernement a la souplesse financière nécessaire pour prolonger les programmes avant que des mesures soient prises en ce sens. C'est essentiel. Autrement, nous prenons des décisions fondées sur des hypothèses en espérant que tout aille pour le mieux et que le pays ne fasse pas faillite, ce qui n'est vraiment pas une bonne stratégie.
Faisant partie des 338 députés et des 121 députés de l'opposition officielle au Canada, je demande au gouvernement libéral, en toute sincérité, d'utiliser les trois mois de suspension de la surveillance et de la reddition de comptes pour se consacrer sans relâche à la préparation en vue de la deuxième vague de la pandémie de COVID-19: qu'il fasse les préparatifs concernant l'équipement de protection individuelle, le dépistage, la capacité de retraçage des contacts, et tout ce qui est nécessaire pour que les Canadiens puissent avoir confiance en la capacité du gouvernement à faire son travail. En outre, le gouvernement doit reconnaître que les petites entreprises canadiennes et les millions de travailleurs qu'elles emploient ne pourront traverser un autre confinement, que ce soit sur le plan financier ou sur le plan de la santé mentale. De plus, les contribuables n'ont pas les reins assez solides pour financer une réponse à la pandémie de près de 100 milliards de dollars par mois sans qu'il y ait d'augmentations d'impôt salées et de conséquences graves pour les finances de leur famille.
Le gouvernement libéral a la responsabilité de présenter un plan et de bien le communiquer aux Canadiens, afin qu'ils puissent se préparer dans les mois à venir. Les Canadiens ont le droit d'obtenir des réponses sur le niveau de préparation du pays et sur les perspectives financières du Canada, alors je demande avec insistance au gouvernement d'être transparent, honnête et responsable. C'est son devoir envers les Canadiens.
En terminant, je remercie de tout cœur les employés de première ligne dans tous les secteurs de Kildonan—St. Paul, tant les travailleurs de la santé que les commis d'épicerie et les employés de station-service, de s'être rapidement adaptés aux mesures de distanciation physique pendant la première vague de la pandémie, et je remercie aussi les organisations qui, malgré des changements draconiens à leurs routines quotidiennes, ont su relever le défi et continuer de servir la collectivité. Les églises, les gurdwaras, les synagogues, les centres de soins pour aînés, les épiceries, les écoles et des centaines de petites entreprises de Kildonan—St. Paul se sont serré les coudes dans le plus pur esprit canadien de résilience et d'innovation pour permettre à la collectivité de traverser la première vague de la pandémie.
Cela me donne beaucoup d'espoir en vue de la deuxième vague et de ce qui viendra après. Je crois sincèrement que nous traverserons cette épreuve ensemble.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-06-17 16:59 [p.2509]
Mr. Speaker, when I think of the CERB program, I see the creation of a program to support Canadians at a time when Canadians needed to be supported by government. It is no easy accomplishment to put together a program to literally serve eight million plus Canadians.
Could the minister give us some of the numbers and reinforce why, with the sheer number of Canadians being served through this program, it was so important that we bring forward this program? Tied into that are also the additional jobs saved through the wage compensation program, which I believe was over two million jobs.
Monsieur le Président, quand je pense à la Prestation canadienne d'urgence, je constate qu'il s'agit d'un programme qui vise à soutenir les Canadiens à un moment où ils ont besoin du soutien du gouvernement. Ce n'est pas une tâche facile d'élaborer un programme pour soutenir littéralement plus de huit millions de Canadiens.
La ministre pourrait-elle nous fournir des chiffres et nous expliquer pourquoi, vu le grand nombre de Canadiens qui bénéficient de ce programme, il est tellement important que nous l'ayons présenté? À cela se rattachent les autres emplois sauvés grâce à la subvention salariale d'urgence, dont le nombre s'élève à plus de deux millions, si je ne m'abuse.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-06-17 17:32 [p.2513]
Mr. Speaker, I know the minister has been a very strong advocate for the western economic diversification fund, something that has been of great value to the prairie provinces in particular. I am wondering if she could indicate her sense of commitment to that program from this government.
Monsieur le Président, je sais que la ministre a vigoureusement défendu le Fonds de diversification de l'économie de l'Ouest, une initiative qui a une grande valeur pour les provinces des Prairies. Je me demande si elle peut nous parler de l'engagement envers ce programme de la part du gouvernement.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-05-26 10:06 [p.2399]
Mr. Speaker, can I have clarification? My interpretation said Standing Orders 7 and 8, but I believe it should be Standing Orders 15 and 17. Could the House leader clarify?
Monsieur le Président, pourrais-je demander une précision? L'interprète a parlé des articles 7 et 8, mais je crois qu'il s'agit plutôt des articles 15 et 17. Le leader du gouvernement à la Chambre peut-il préciser?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 10:07 [p.2399]
Mr. Speaker, pursuant to Standing Order 36(8)(a), I have the honour to table, in both official languages, the government's response to one petition. This return will be tabled in an electronic format.
While I am on my feet, I move:
That the House do now proceed to orders of the day.
Monsieur le Président, conformément à l'article 36(8)a) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles et sous forme électronique, la réponse du gouvernement à une pétition.
Pendant que j'ai la parole, je propose:
Que la Chambre passe maintenant à l'ordre du jour.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 10:17 [p.2400]
Mr. Speaker, I ask that all questions be allowed to stand.
Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 10:34 [p.2403]
Mr. Speaker, the member is missing a very important point. We in the Liberal caucus can assure the member that we work whether we are in Ottawa or in our home constituency. At the end of the day, the role that a member of Parliament plays goes far beyond just representation inside the House of Commons. There is no doubt about it that this is an important aspect. It is absolutely a privilege. It is an honour to stand up and speak.
The motion we are debating today is going to allow, even during this pandemic, the opportunity to ensure that government is still being held accountable and that the institution continues to work. To try to give the impression that members of Parliament are not working is just wrong, at least from the perspective of the Liberal caucus. We work every day, whether it is inside or outside the House.
Does the member not realize that this work inside the House, in a hybrid fashion, will take place, even in the months of July and August, which will be a first?
Monsieur le Président, le député passe à côté d'un point très important. Les membres du caucus libéral peuvent lui assurer qu'ils travaillent, peu importe qu'ils se trouvent à Ottawa ou dans leur circonscription. Au bout du compte, le rôle d'un député va bien au-delà de la simple représentation à la Chambre des communes. Il ne fait aucun doute que celle-ci est un élément important de leurs fonctions. C'est un privilège, indéniablement. C'est un honneur de se lever pour intervenir à la Chambre.
La motion à l'étude aujourd'hui fera en sorte que le gouvernement rende des comptes et que l'institution continue de tourner rondement malgré la pandémie. On a tort de laisser sous-entendre que les députés ne travaillent pas — c'est le cas du moins pour les membres du caucus libéral. Nous travaillons chaque jour, que ce soit à la Chambre des communes ou ailleurs.
Le député ne réalise-t-il pas que son travail à la Chambre se poursuivra, en mode hybride, même durant les mois de juillet et d'août, ce qui est sans précédent?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 10:42 [p.2404]
Mr. Speaker, Canadians from all regions of the country deserve a great deal of credit for how they have responded over the last couple of months.
I much prefer using “physical” distancing over “social” distancing, because people can still communicate in various ways, but it is important that we maintain the physical distancing. We talk about washing hands and wearing masks. Canadians have really stepped up to the plate in so many ways to ensure that we minimize the negative impact of the coronavirus. We should all express our appreciation to Canadians in general for the way they have responded.
I would like to get my colleague's thoughts on that.
Monsieur le Président, les Canadiens de partout au pays méritent toute notre admiration pour la façon dont ils ont réagi au cours des derniers mois.
Je préfère utiliser l'expression « distanciation physique » plutôt que « distanciation sociale », parce que les gens peuvent encore communiquer entre eux de différentes façons, mais il est important de maintenir les mesures de distanciation physique. Il faut se laver les mains et mettre un masque. Les Canadiens ont vraiment bien répondu à l'appel de multiples façons afin de minimiser les impacts négatifs du coronavirus. Nous devons tous être reconnaissants aux Canadiens en général pour la façon dont ils ont réagi.
J'aimerais que mon collègue nous dise ce qu'il en pense.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-05-26 11:01 [p.2407]
Mr. Speaker, I thank the hon. Parliamentary Secretary to the Prime Minister for splitting his time with me today.
It is absolutely a pleasure, as it always is, to be here with all of you. I am delighted to see some members for the first time in months and I really did miss everyone. Once again, it was not easy getting here. I packed up my family and we drove here from New Brunswick. They are with me for the long haul. We will be here as long as we need to be to do the work of Parliament that is very critical and essential during this time.
I do think of all the MPs who are not here today, and it is not because they do not want to be here or that they are not working. As I look at this chamber, at the 30 or so of us spread out with several seats between us, I am reminded that each empty chair represents roughly 100,000 Canadians. Their voices will not be heard here today.
Certain members of this House believe that perhaps a responsible representation of MPs by party status is adequate for decision-making and questioning the government. However, let us not forget that our jobs are first and foremost to our constituents and not to our parties.
I am delighted to be here on behalf of the riding of Fredericton and raising the issues that are important to my constituents. Just like the member for Foothills said, this is also the thrill of my lifetime to be an elected member of this House and to stand here in this historic place, a symbol of our freedom and democracy. It is a place of honour and respect, yet there have been some disrespectful comments made, such as insinuations that our fellow members are not showing up to work because they cannot be here in person.
We have heard wartime anecdotes and quotes from Winston Churchill, among others, all suggesting that COVID-19 in the year 2020 is somehow the same as World War II or the influenza outbreak. Of course, we know this is not the case.
The word “unprecedented” has been used an unprecedented number of times to describe the situation that faces us. We are not seeing the forces of the world clashing under tyrannical regimes. We do not have bombs bursting overhead. We are facing an invisible enemy. It is an enemy that does not discriminate, that infects its host at a rate we have never seen before and that has left our communities vulnerable.
We most certainly have an essential role to play as parliamentarians, but it looks different than it has at any other time in our history. The motion before us asks us to be creative, collaborative and accommodating to our members of Parliament. I believe it is meant to allow the fulsome participation of all elected members of this House from all ridings across this great country.
Few other MPs from Atlantic Canada are able to be here today. That is concerning to me. The issues facing my home region are urgent and unique. Right now, our region of Canada is facing challenges with the lobster season, quotas for fishers and processors unable to recruit enough workers. Temporary foreign workers were only allowed in New Brunswick as of last Friday, meaning a delayed season with major implications for the economy and the agricultural yields.
There are also calls for a public inquiry into the handling of the Portapique tragedy. There is the broader conversation it has started about support for mental health initiatives and our collective response to domestic violence, especially in rural areas.
Cities, towns and villages in Atlantic Canada are much smaller than the major urban centres of other provinces, meaning that some of the federal funding earmarked for New Brunswick, P.E.I. and even Nova Scotia cannot be implemented by the municipalities that need it most.
Let us not forget New Brunswick's unique role as a bilingual province and the challenges faced by Canada's minority francophone population to receive accurate, current information about the virus. We also see that New Brunswick is one of the most enviable jurisdictions in the world in terms of its total number of cases and zero deaths. Finally, it pays to be a New Brunswicker.
Canada should be watching closely as my home province continues to open up elements of its economy as a test case for which businesses will flourish post-COVID-19, and which will need continued support. These issues are regionally specific and deserve to be voiced. Most of the MPs representing those voices cannot be here due to restrictions on interprovincial travel, limited domestic flights and the requirement for pared-down numbers in Parliament.
I also note that it is not safe for other members of this House, those who are from isolated communities or those who will put their or their communities' health at a greater risk of COVID-19 by travelling to Ottawa. How can we ask those who cannot be here today to risk becoming vectors of transmission? At the same time, how can we hope to make decisions and represent Canada without a single voice from these vulnerable regions?
It remains my opinion that until we can have a full integration of virtual participation with in-person meetings of the chamber or special committee, we are doing a disservice to rural, northern, Atlantic and west coast Canadians. As we stand here today, we are not ensuring equal representation for Canada, which is one of our most fundamental principles. Having said that, I see the effort the government is making with this motion to integrate virtual participation with the in-person sittings.
I also recognize that the day-to-day sittings would be in the Special Committee on the COVID-19 Pandemic rather than full sittings in the House of Commons, which would be more ideal.
With these elements considered, I will be supporting the motion because I believe it is in the best interests of democracy at this time.
When we have figured out how the whole virtual integration of MPs will work, we will need to see the House reconvene to table some pressing legislation, such as on medical assistance in dying. In February, the Minister of Justice asked the Supreme Court for a four-month extension to the ruling in order to avoid the creation of separate MAID frameworks in Quebec and the rest of Canada. We have already taken advantage of an extension. Difficult issues still need to be addressed and Canadians who wish to receive MAID depend on us to pass that legislation.
In March, the government introduced legislation to criminalize the cruel practice of conversion therapy. We need to commit to ban that practice without further delay. We also need to see the specifics of the firearms legislation meant to accompany the regulatory changes made on May 1. Canadians need to see the full details of this plan to end the suppositions on this issue that are polarizing Canadians.
Figuring out the integration of virtual MPs with those of us here in person will enable us to lead the way for Canada as the world of work shifts permanently through this period of history. Some Canadians will need to continue working from home for some time to come. Some will want to continue working from home. Some will need to work partially from their homes and partially from their offices. We are being creative. We will see less travel by plane. We will see less commuter traffic in general. Let us set the example for workplaces across the nation by enabling MPs to make the best decisions for their constituents and to engage fully in the debate and decision-making that occurs in the House.
My hope is that all Canadians will know how hard we are working for them every day. Whether in our living rooms with our kids hanging off us in front of a Zoom screen, or here on the floor of the House of Commons, our commitment and our efforts are unwavering.
My mind is constantly on those I know are still slipping through the cracks of our COVID relief initiatives: the not-for-profits, charities and church groups, which for one reason or another find themselves ineligible for the wage subsidy program despite the critical services they provide in our communities; the cleaners and cashiers who have been left out of the essential workers wage top-up in New Brunswick; the dentists who are concerned about their practices moving forward and are finding barriers to pursuing PPE; the international students who still do not qualify for the student benefits and who have nowhere to go and no support; the pregnant women who still do not have adequate answers about their parental leave benefits in the weeks to come, and so many others.
My colleagues and I work for them. I know that we can continue to do this work in a way that protects the health and safety of our home communities.
Monsieur le Président, je remercie le secrétaire parlementaire du premier ministre d’avoir partagé son temps avec moi aujourd’hui.
C’est un réel plaisir, comme c’est toujours le cas, d’être ici avec vous tous. Je suis ravie de voir certains députés pour la première fois depuis des mois. Tout le monde m'a manqué. Encore une fois, il n’a pas été facile de venir ici. J’ai pris la route avec ma famille pour venir jusqu’ici depuis le Nouveau-Brunswick. Ils resteront avec moi. Nous demeurerons ici le temps qu'il faudra pour les travaux du Parlement qui sont cruciaux à ce moment-ci.
Je pense à tous les députés qui ne sont pas ici aujourd’hui. S'ils n'y sont pas, ce n’est pas faute de vouloir être là ou parce qu’ils ne travaillent pas. En balayant du regard cette enceinte, je vois que nous sommes une trentaine séparés par plusieurs sièges vides. Je me rappelle que chaque siège vide représente environ 100 000 Canadiens. Leurs voix ne seront pas entendues ici aujourd’hui.
Certains députés croient qu’une juste représentation des députés par parti est adéquate pour prendre des décisions et poser des questions au gouvernement. Cependant, n’oublions pas que nous travaillons d’abord et avant tout pour nos électeurs et non pour nos partis.
Je suis ravie de représenter la circonscription de Fredericton et de soulever les questions qui sont importantes pour mes électeurs. Comme le député de Foothills l’a mentionné, c’est une expérience inoubliable d’avoir été élue à la Chambre et de me tenir ici dans cet endroit historique, qui constitue un symbole de notre liberté et de notre démocratie. C’est un endroit où se côtoient la dignité et le respect. Pourtant, il y a eu des commentaires irrespectueux, tels que des insinuations voulant que nos collègues ne se présentent pas au travail parce qu’ils ne peuvent pas être ici en personne.
Nous avons entendu des anecdotes du temps de la guerre et des citations de Winston Churchill, entre autres, laissant sous-entendre que la COVID-19 en 2020 est en quelque sorte similaire à la Seconde Guerre mondiale et à l’épidémie de grippe. Bien sûr, nous savons que ce n’est pas le cas.
L’expression « sans précédent » a été utilisée un nombre de fois inégalé pour décrire la situation à laquelle nous faisons face. Nous ne voyons pas les forces mondiales affronter des régimes tyranniques. Il n’y a pas de bombes qui explosent au-dessus de nos têtes. Nous faisons face à un ennemi invisible. C’est un ennemi qui ne fait aucune distinction, qui infecte son hôte à un rythme que vous n’avons jamais vu auparavant et qui a laissé nos communautés vulnérables.
Nous avons assurément un rôle essentiel à jouer en tant que parlementaires, mais c’est aussi un rôle sans précédent dans toute notre histoire. La motion dont nous sommes saisis nous demande d’être créatifs, coopératifs et respectueux les uns des autres. Elle vise, j’en suis convaincue, à permettre la pleine participation, dans cette Chambre, des représentants de toutes les circonscriptions de notre beau pays.
Peu de députés du Canada atlantique ont pu être présents aujourd’hui. Cela me préoccupe, car ma région natale fait face à des problèmes urgents et uniques. À l’heure actuelle, nous avons des problèmes concernant la saison du homard, les quotas de pêche et l’incapacité des transformateurs à recruter suffisamment de travailleurs. Les travailleurs saisonniers étrangers n’ont été autorisés à entrer au Nouveau-Brunswick que vendredi dernier, ce qui a retardé le démarrage de la saison et entraîné de graves conséquences pour l’économie et la production agricole.
Mentionnons aussi le traitement de la tragédie de Portapique à l'égard duquel les gens réclament une enquête publique. Cette tragédie a également suscité un débat au sujet des mesures collectives à prendre en matière de santé mentale et de violence familiale, surtout dans les zones rurales.
Les villes et les villages du Canada atlantique sont beaucoup plus petits que les grands centres urbains des autres provinces, ce qui signifie qu’une partie des fonds fédéraux alloués au Nouveau-Brunswick, à l’Île du Prince-Édouard et même à la Nouvelle-Écosse ne peuvent pas être utilisés par les municipalités qui en ont le plus besoin.
Sans compter que le Nouveau-Brunswick, dans sa situation unique de province bilingue, doit aussi s’assurer que la minorité francophone reçoit des informations précises et pertinentes sur le virus. Je signale que cette province jouit d’une position très enviable dans le monde, car elle compte très peu de cas de COVID-19 et aucun décès. Finalement, habiter au Nouveau-Brunswick, c’est un avantage.
Le Canada devrait surveiller de près ce qui se passe dans ma province au fur et à mesure qu’elle déconfine son économie, car il pourra en tirer des leçons sur la façon dont les entreprises peuvent se relancer après la COVID-19, avec l'aide nécessaire. Il faut pouvoir parler des enjeux propres à certaines régions. Or, la plupart des députés qui représentent les circonscriptions de ces régions ne peuvent pas être ici à cause des restrictions imposées en ce qui concerne les déplacements interprovinciaux, les liaisons aériennes nationales et le nombre de députés présents à la Chambre.
Je note également que, pour d’autres députés, il n’est pas prudent d’être ici. Je songe notamment à ceux qui viennent de localités isolées ou qui risquent de contaminer leur collectivité en se rendant à Ottawa. Pouvons-nous vraiment demander à ceux qui ne sont pas ici aujourd’hui de risquer de devenir des vecteurs de transmission? Par ailleurs, comment la Chambre peut-elle prendre des décisions et représenter tout le Canada sans la présence des représentants de ces régions vulnérables?
Je reste convaincue que, tant que nous ne pouvons pas avoir l’assurance que la participation virtuelle pourra être totalement intégrée à la participation présentielle à des séances de la Chambre ou d’un comité spécial, nous ne servons pas les intérêts des Canadiens des régions rurales, du Nord, de l’Atlantique et de la côte Ouest. Aujourd’hui même, nous ne représentons pas toutes les régions du Canada de façon équitable, ce qui est pourtant l’un des principes fondamentaux de la Chambre. Cela dit, je vois que le gouvernement fait un effort en présentant une motion qui intègre la participation virtuelle et les séances présentielles.
Je reconnais également que les séances quotidiennes se dérouleraient au sein du Comité spécial sur la pandémie de la COVID-19, plutôt que dans le cadre de séances plénières à la Chambre des communes, ce qui serait l'idéal.
Compte tenu de ces éléments, j’appuierai la motion parce que je crois qu'elle sert la démocratie à ce stade.
Lorsque nous aurons déterminé comment fonctionnera l’intégration virtuelle des députés, la Chambre devra se réunir à nouveau pour déposer des projets de loi urgents, notamment celui qui concerne l’aide médicale à mourir. À ce chapitre, le ministre de la Justice a demandé en février à la Cour suprême de surseoir de quatre mois l'application de son arrêt afin d'éviter qu'il y ait un cadre différent au Québec et dans le reste du Canada. Nous avons déjà bénéficié d’une prolongation. Des questions difficiles restent à régler et les Canadiens qui souhaitent recevoir l'aide médicale à mourir comptent sur nous pour adopter ce projet de loi.
En mars, le gouvernement a présenté un projet de loi visant à criminaliser la pratique cruelle de la thérapie de conversion. Nous devons nous engager à interdire au plus vite cette dernière. Nous devons également prendre connaissance des détails du projet de loi sur les armes à feu censés découler des changements réglementaires apportés le 1er mai. Les Canadiens doivent en prendre connaissance pour mettre un terme aux suppositions qui polarisent la population.
En trouvant le moyen d'intégrer en un tout la présence virtuelle et la présence concrète des députés, le Canada ouvre la voie de l'avenir au moment où le monde du travail se transforme radicalement. Certains Canadiens devront continuer à faire du télétravail pendant un certain temps. D'autres souhaiteront le faire. D'autres encore devront répartir leur travail entre leur domicile et leur bureau. Nous savons faire preuve de créativité. Il y aura moins de déplacements par avion et moins de déplacements pour se rendre au travail. Proposons des modèles de lieux de travail en permettant aux députés de prendre les meilleures décisions pour leurs concitoyens et de participer pleinement au débat et au processus décisionnel qui ont lieu à la Chambre.
J’espère que tous les Canadiens sauront à quel point nous travaillons fort pour eux chaque jour. Que nous soyons dans nos salons en compagnie de nos enfants devant un écran Zoom, ou ici à la Chambre des communes, notre engagement et nos efforts sont indéfectibles.
Je pense constamment à ceux qui sont laissés pour compte dans la lutte contre la COVID-19, par exemple les organisations à but non lucratif, les organisations caritatives et les groupes religieux qui, pour une raison ou pour une autre, ne sont pas admissibles au programme de subvention salariale en dépit des services essentiels qu’ils fournissent dans la collectivité. Mentionnons aussi les nettoyeurs et les caissiers qui ne bénificient pas du supplément de salaire au Nouveau-Brunswick; les dentistes inquiets de leur avenir et qui ont du mal à se procurer de l'équipement de protection individuelle; les étudiants étrangers qui n'ont toujours pas droit aux prestations pour étudiants et qui n’ont nulle part où aller et aucun soutien; les femmes enceintes qui n’ont pas de réponses précises au sujet de leurs prestations de congé parental pour les semaines à venir, et bien d’autres.
Mes collègues et moi travaillons pour eux. Je sais que nous pouvons continuer à faire ce travail de façon à protéger la santé et la sécurité de nos communautés.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-05-26 11:10 [p.2408]
Mr. Speaker, the member is right that it would not protect our parliamentary privilege. We have the right to be here and to voice our concern on every issue that is put before the House. Being from a small party, I am responsible for many files as critic, so I have broader interests and responsibilities than perhaps other members do, so I want to participate in everything that goes on.
I really feel that this shows our ability to collaborate. We are being creative. We are being accommodating. This needs to move forward and it is something we can be excited about. This is a very neat initiative. Canadians will be excited to see how this works, and other jurisdictions are already doing it, so it is time that we give it a shot and a good effort. Our attitudes need to shift a bit.
Monsieur le Président, le député a raison de dire que cette formule ne protégerait pas notre privilège parlementaire. Nous avons le droit d’être ici et d’exprimer notre préoccupation sur tout sujet dont la Chambre est saisie. Comme députée d’un petit parti, je suis chargée de nombreux dossiers en tant que porte-parole et j’ai des intérêts et des responsabilités peut-être plus vastes que d’autres députés. Je tiens donc à participer à tout ce qui se passe.
Je pense vraiment que cela montre notre capacité de collaborer. Nous nous montrons créatifs et conciliants. Cette motion doit être adoptée et elle devrait nous réjouir. C’est une excellente idée. Les Canadiens seront très heureux de la voir mise en pratique, et elle l’est déjà ailleurs. Il est donc temps de l’essayer en y mettant du nôtre. Nous devons changer d’attitude.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-05-26 11:12 [p.2409]
Mr. Speaker, the member is right. Yesterday when he was speaking about private members' bills, I found myself nodding my head quite a bit. They are a critical component of what we do here in the House, and it is an unfortunate aspect of this new motion that they would not be included. I was not lucky enough to win the lottery; my number is quite a bit further down the line. That is perhaps why I am more willing to support this, but it is not fair to my other colleagues who do have private members' bills they would like to put forward.
The member is right. This is not perfect. It is not the ideal situation, but we have to do what is best for the health of our communities and, unfortunately, private members' bills will not fit into what is being proposed here today.
Monsieur le président, le député a raison. Hier, quand il parlait des projets de loi d’initiative parlementaire, je me suis surprise à hocher souvent la tête. Il s’agit d’un élément essentiel dans ce que nous faisons à la Chambre et il est regrettable qu’ils ne soient pas prévus dans cette nouvelle motion. Je n’ai pas eu la chance de gagner à la loterie; mon numéro est beaucoup plus loin sur la liste. C’est peut-être pour cette raison que je suis plus disposée à soutenir cette motion, mais elle n’est pas juste pour les députés qui souhaitent présenter des projets de loi d’initiative parlementaire.
Le député a raison. Cette motion n’est pas parfaite. La situation n'est pas idéale, mais nous devons agir pour protéger la santé des collectivités et, malheureusement, les projets d’initiative parlementaire n’ont pas leur place dans ce qui est proposé aujourd’hui.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-05-26 11:13 [p.2409]
Mr. Speaker, as allies of women on the issue of domestic violence, we are certainly doing all that we can. It is difficult across jurisdictions. We need to be very regionally specific because there are lots of cultural things to take into consideration around this issue. That is one of the important things that we want to discuss here in the House, but also to allow all of our colleagues across Canada to join us through a virtual Parliament as well. I am open to any idea that allows the fulsome participation of all voices to address very serious issues like domestic violence in Canada.
Monsieur le Président, en tant qu’alliés des femmes dans le dossier de la violence conjugale, nous faisons certainement tout ce que nous pouvons. La situation est difficile à la grandeur du pays. Nous devons être très proches de la réalité régionale, car il faut tenir compte de nombreux éléments culturels autour de cette question. C’est l’une des choses importantes dont nous voulons discuter ici, mais nous voulons le faire avec la participation de tous les députés au sein d'un Parlement virtuel. Je suis ouverte à toute idée qui permettrait la participation pleine et entière de toutes les voix pour aborder des questions très graves comme la violence conjugale au Canada.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-05-26 11:14 [p.2409]
Mr. Speaker, schools and day cares are closed. My children are with me. It has presented many challenges along the way. That has perhaps been the biggest barrier. It is the work-home life balance. As I said, in Zoom conferences my children often appear on the screen, but that has added an element of humanity to our work as well.
Absolutely, there have been increased costs associated with day cares reopening. We need consider its affordability for Canadians across this country. If we want our economy to get back to work, we need day cares to be there for people and to be affordable.
Monsieur le Président, les écoles et les garderies sont fermées. Mes enfants sont avec moi. Cette situation a engendré de nombreux défis en cours de route. Cela a peut-être constitué la plus grande difficulté. Il s’agit de concilier la vie professionnelle et la vie personnelle. Comme je l’ai dit, lors de conférences sur Zoom, on a souvent vu mes enfants à l’écran, mais cela a aussi ajouté un élément d’humanité à notre travail.
Bien sûr, en rouvrant, les garderies ont dû supporter des coûts accrus. Nous devons tenir compte du caractère abordable des garderies pour les Canadiens à la grandeur du pays. Si nous voulons que notre économie reprenne, les garderies doivent être là pour les travailleurs et elles doivent être abordables.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 11:25 [p.2410]
Mr. Speaker, my friend makes reference to the connection between the need to support workers and the need to support businesses. Whether in the province of Quebec or my home province of Manitoba, small businesses are hurting, just as workers are hurting. That is one of the reasons the government has spent so much energy and many resources to make sure minimal damage is done to that aspect of our economy.
An example of that is the wage subsidy. By bringing forward a strong wage subsidy program, we are ensuring that both workers and employers will be protected. By ensuring that protection, we will be in a better position to grow our economy into the future. We are protecting jobs and at the same time protecting companies.
This is just one program of the many programs that are there, and it shows why it is so important that the Government of Canada works with provincial entities to make sure we minimize the negative impacts of the coronavirus. Does the member not see that as a good thing?
Monsieur le Président, le député fait allusion à la nécessité d’aider les travailleurs et à celle d’aider les entreprises, mais aussi au fait qu'il y a un lien entre les deux. Que ce soit au Québec ou dans ma province, le Manitoba, tant les petites entreprises que les travailleurs sont en mauvaise posture. C’est l’une des raisons pour lesquelles le gouvernement a consacré tant d’énergie et de nombreuses ressources pour veiller à ce que cet aspect de notre économie subisse le moins de dommage possible.
La subvention salariale en est un exemple. En proposant un programme de subvention salariale solide, nous garantissons que les travailleurs et les employeurs sont protégés. En assurant cette protection, nous serons mieux placés pour faire croître notre économie. Nous protégeons des emplois tout en protégeant des entreprises.
Ce n’est qu’un des nombreux programmes disponibles et cela montre pourquoi il est si important que le gouvernement du Canada travaille avec les gouvernements provinciaux pour veiller à atténuer les répercussions négatives du coronavirus. Le député ne pense-t-il pas que c’est une bonne chose?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 11:39 [p.2412]
Mr. Speaker, the member brought up a number of issues, some of which I agree with and others I might question. For example, I believe that the government has invested more in health care, historical amounts, and I do not see the cuts that she has seen. However, the reason I am posing a question to the member is to make a connection between her comments and how important the motion before us really is.
Surely to goodness, we recognize that just a few months ago no one could have anticipated this. If we look at all that has been accomplished, whether it is the programs or the government's working with the opposition, we have accomplished a great deal in a relatively short period of time. Democracy is important. The idea of a full virtual integration has been talked about for the last couple of months, and we have moved significantly on this. That is what the motion is really about: advancing us further into this full integration so that all members can be engaged in Parliament.
Would the member agree that because of the motion, she would have far more latitude and a greater ability to question the government on all of the issues she has raised? She will be able to do this not only in the months of May and June, but also for the first time, from what I understand, in July and August.
Monsieur le Président, la députée fait valoir plusieurs points. Je suis d'accord avec certains, mais d'autres sont discutables, selon moi. Par exemple, je suis d'avis que le gouvernement a investi des montants sans précédent dans les soins de santé et je n'ai pas été témoin des compressions qu'elle évoque. Je pose une question à la députée afin de faire un lien entre ses observations et l'importance véritable de la motion à l'étude.
Assurément, il faut reconnaître que personne n'aurait été en mesure de prédire la situation il y a quelques mois. Si on considère tout ce qui a été fait, qu'il s'agisse des programmes ou de la collaboration du gouvernement avec l'opposition, force est d'admettre que nous avons accompli beaucoup de choses en une période relativement courte. La démocratie est importante. Nous avons discuté de l'intégration virtuelle complète ces derniers mois et nous avons réalisé des progrès considérables à cet égard. C'est là l'objet de la motion: nous faire avancer dans l'atteinte d'une intégration complète, pour que tous les députés puissent apporter leur contribution au Parlement.
La députée convient-elle que, grâce à la motion, elle aura beaucoup plus de latitude et sera beaucoup plus en mesure d'interroger le gouvernement sur tous les points qu'elle soulève? Elle pourra le faire non seulement durant les mois de mai et juin, mais aussi durant les mois de juillet et août, ce qui est sans précédent, d'après ce que je comprends.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 12:33 [p.2420]
Mr. Speaker, I want to be as concise as I can on what we are actually debating today and why I would highly recommend that the member opposite support where we are today. The Prime Minister has been here and has been held to account for government decisions, whether here or in the virtual Parliament over the Internet.
From the Conservatives perspective, what we are really talking about is their wanting an opposition day and private members' business. Maybe those can come with time. We need to focus on how we can continue to move forward with a virtual Parliament, a hybrid system that will enable all members to participate.
I want to give a specific example. If we have an opposition day, at the end of the opposition day there needs to be a vote. However, because of physical distancing we cannot have 338 members sitting in the chamber. Even the Conservatives seem to agree with that particular point. We have to allow for some sort of a voting process, yet the Conservatives refuse to have a voting process. Whether we are talking about opposition days or private members' bills, therein lies the problem. That problem needs to be resolved. The House leadership teams need to come together and work through it.
Would the member not agree that today we are talking about having more questions than we have ever had? We are going to be sitting in the summer, which we have never done before. There is going to be a wide variety of issues to talk about at length, both virtually and in Parliament. In fact, the Prime Minister and Liberal caucus have made a commitment to the parliamentary process and serving their constituents.
Monsieur le Président, je serai aussi concis que possible par rapport au sujet à l'étude aujourd'hui et à la raison pour laquelle que recommande fortement à la députée d'en face d'appuyer notre position. Le premier ministre est présent et justifie les décisions du gouvernement, que ce soit ici ou dans le cadre des séances virtuelles du Parlement ou sur Internet.
Les conservateurs réclament une journée de l'opposition et l'étude d'initiatives parlementaires. Ces rubriques pourraient peut-être venir avec le temps. Toutefois, pour le moment, nous devons poursuivre avec la mise en œuvre d'un Parlement virtuel et l'adoption d'un système hybride qui permettrait à tous les députés de participer.
Je donne un exemple. Admettons que nous tenions une journée de l'opposition. À la fin de la journée, la motion devra être mise aux voix. Or, en raison de la distanciation physique, nous ne pouvons avoir les 338 députés présents à la Chambre. Même les conservateurs semblent d'accord sur ce point. Nous devons donc prévoir une méthode pour voter, mais les conservateurs s'y opposent. Que nous étudiions une motion de l'opposition ou un projet de loi d'initiative parlementaire, le problème est le même. Il faut trouver une solution. Les leaders parlementaires doivent trouver un terrain d'entente.
La députée ne convient-elle pas que nous proposons aujourd'hui plus de poser plus de questions que jamais? Nous proposons de siéger pendant l'été, ce qui est sans précédent. Les députés pourront débattre en long et en large d'un grand éventail de questions, tant dans les séances virtuelles qu'au Parlement. D'ailleurs, le premier ministre et le caucus libéral se sont engagés à respecter la procédure parlementaire et à servir les citoyens des circonscriptions qu'ils représentent.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 13:13 [p.2426]
Mr. Speaker, I appreciate the comments of my colleague across the way. I always put the residents of Winnipeg North and their concerns and issues at the top of my agenda. I appreciate the hundreds of millions of dollars that are being spent through this epidemic to support real people in our communities: young, not as young, businesses and so forth. It is critically important.
It is encouraging to see individuals from all political parties contributing to doing the tweaking that is necessary so that we can maximize the benefits and minimize the negative impact of the epidemic we are facing.
My question is related to the full virtual integration that we are hoping to achieve. Because of health-related concerns and advice from health experts, 338 members cannot meet inside the House and therefore are looking for that hybrid.
Could my colleague emphasize how important it is that we achieve that at some point?
Monsieur le Président, j'apprécie à leur juste valeur les commentaires de mon collègue d'en face. Je place toujours les habitants de Winnipeg-Nord, leurs préoccupations et leurs problèmes au haut de ma liste de priorités. Je mesure à leur juste valeur les centaines de millions de dollars dépensés pendant cette pandémie pour aider les gens ordinaires: jeunes, moins jeunes, entrepreneurs et ainsi de suite. C'est essentiel.
C'est encourageant de voir des députés de tous les partis politiques contribuer aux changements qui sont nécessaires pour maximiser les prestations et minimiser les effets négatifs de la pandémie à laquelle nous faisons face.
Ma question porte sur l'intégration virtuelle totale que nous voudrions mettre en place. C'est en raison des problèmes éventuels de santé et par respect des avis médicaux qu'on ne peut permettre à 338 députés de se réunir à la Chambre et qu'il faut chercher une solution hybride.
Mon collègue voudrait-il expliquer pourquoi il est important que nous la trouvions à un moment donné?
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the hon. member for Battlefords—Lloydminster.
I am glad to be back in the House. I love being in the chamber. One of my friends in the media calls the day that he puts the newspaper together with the stories and the pictures “magic day”, and this is where magic happens for us as politicians, right here in the chamber. It is the only place, I think, where we can get the real feel of how Parliament is meant to work.
I appreciate that a number of colleagues are giving shout outs to their staff, and I would like to do the same. My staff works so diligently and hard on behalf of our constituents who have been struggling during this outbreak. I want to give a big thanks to Dana, Lisa, Laura, Lindsay, Megan and Gianfranco. The service they provide to our constituents is bar none, and I am proud of each and every one of them. I know the incredible amount of effort and skill they apply to each case that has come to our attention through the mailbox, by email or by phone. Even though we are not yet allowing visitors in our office, we are working to put in place the proper safety protocol so that we can start meeting with our constituents again when a phone call is just not enough.
Meeting here and having these discussions is something that is fundamental to democracy. As Conservatives, we have been saying that Parliament needs to meet, as we are doing here today, and it needs to do so consistently. Now, we are not saying that we need all 338 members here. We can use a hybrid system, which we are going to try out going forward with the special committee of the whole on COVID-19. There are ways for us to do that, as well as to vote. We are looking for a compromise where we can have Parliament function and deal with the business of the day.
Our municipalities are meeting. Our town councils and municipal councils are meeting every month dealing with things on behalf their ratepayers. Every provincial legislature is still meeting. They are acknowledging the need for social distancing while still doing the business of the day to ensure that they are on top of the COVID-19 crisis, and also dealing with all of the issues that government is charged with.
If we look around the world, the United States, the United Kingdom, the European Union, Australia and even China are meeting. I am sure that the Prime Minister, with his admiration for the “basic dictatorship” in China, is watching closely as the National People's Congress of China is meeting shoulder-to-shoulder. If members watched them on the news, they are all wearing masks, but they are sitting shoulder-to-shoulder in their chamber. It is important that parliaments gather. We exchange ideas and have rigorous debate, which is not possible through Zoom with the technological problems, the inability to hear each other and the cutting in and out.
I am sure that the member for Timmins—James Bay will be glad that I am going to give a Winston Churchill quote, as follows:
It is difficult to explain this to those who do not know our ways. They cannot easily be made to understand why we consider that the intensity, passion, intimacy, informality and spontaneity of our Debates constitute the personality of the House of Commons and endow it at once with its focus and its strength.
That is the best way to describe why we need to be in here carrying out these debates, including the heckles. It is where we have an opportunity to have an exchange of ideas and to see the reactions and to be able to feed off each other's emotions to some degree, as long as it does not escalate too much. It is the role of parliamentarians in the House of Commons to have these discussions. Although the government motion refers to having a 95-minute question time during the committee of the whole with five minutes of back and forth, it still does not replace what we do in here via conversations and discussions on the bills of the day, which is something that we are not dealing with at all while we are in this special parliamentary committee format. For instance, we are not dealing with a budget, and I will get to that later.
Professor Christian Leuprecht from Queen's University has said:
Ultimately the underlying primary constitutional principle here is the principle of responsible government. It is about ministerial responsibility, first and foremost, during a crisis and an emergency...
Especially during a time of crisis, Parliament has a supreme duty to hold the executive to account. Canadians need continuous parliamentary audit of the executive and the bureaucracy's judgment.
This is the role of the opposition and the backbench of the government in the House, that we ask the tough questions. Our Constitution, our Westminster parliamentary system, is built upon that ministerial accountability and that is not happening when we are working off Zoom.
There are concerns in my riding. When I am here I can have my 10-minute speech and I can have my time in question period and I can have time at committee to raise concerns from my constituents. I want to raise a few of those right now.
One of the small business owners in my riding owns a couple of businesses and said she had to shut down because of the types of businesses she operates and is having trouble paying her rent. Unfortunately, her landlord refuses to participate in the Canada emergency commercial rent assistance and so she is going to be forced to leave and he is going to have to chase after her for the lease payments that are left. It is going to end up in court and could actually affect her other businesses because she is financially strapped now.
If I get a chance through the special committee and the 95 minutes of questions and answers maybe I will get the chance to get these answers from the minister, but if we are here all day long, I have a greater opportunity to raise these issues directly with the minister.
On the agriculture side, farmers are really struggling. The Interlake area I represent has gone through drought after drought. Before that there was BSE and flooding along Lake Manitoba and Lake Winnipeg, so a lot of farmers have been hit hard. They are trying to get crops in the ground and cattle fed through the winter, having enough pasture. On top of that, as we already heard, and I thank my colleague from Battle River—Crowfoot for the great job he does as the shadow minister of agriculture, we are seeing meat prices go up because there is less beef being processed in our meat packing plants because the slaughter facilities are being impacted by COVID and workers cannot get to work and, ultimately, prices on the retail side are going up.
The opposite is happening because of oversupply in our feed lots and among our cattle calf operators. One of my constituents lost $600 per head on the calves he held over the winter, as he always does. He sold them in the spring and received $600 less than he did the year before. Most operators will not be able to sustain that. That is over a $60,000 loss for that one single farmer.
There is also a commercial fishery in my riding, and it has raised many concerns. The Freshwater Fish Marketing Corporation has quit buying pickerel from Lake Winnipeg and will not even try to market it because all the restaurants they sell to have shut down and there is an oversupply sitting in storage. Fishermen and their families have to go out onto the lakes and are not able to catch anything of value, like pickerel and whitefish, to sell.
One thing that is missing in all of this process is a budget from the government. We are spending money this year that could very well see us having a deficit equal to the budget we had last year of $350 billion. We could have a $350-billion deficit with the shrinking economy and the growing government spending in response to COVID-19. We still have not seen a budget from the government and accountability on how it is going to spend this money without crashing the economy, without putting us in such crippling debt that we may never be able to crawl out from underneath it.
It is our job as parliamentarians to look after the taxpayer, and that is not happening because of this special committee.
I can go on and on. Firearms owners in my riding are upset. These issues need to be discussed at committee, but we do not have every committee going. The public safety committee is not going. The national defence committee that I am vice-chair of is not operating. Without having those committees operating, we cannot deal with issues of the day in a timely manner to address the concerns of Canadians from coast to coast to coast.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec la députée de Battlefords—Lloydminster.
Je suis heureux d'être de retour à la Chambre. J'adore être ici. Un de mes amis, qui est de la presse écrite, dit de la journée où il fait le montage des articles et des photos de son journal qu'elle est magique. Pour nous, politiciens, c'est ici, à la Chambre, que la magie opère. Je crois que c'est le seul endroit où on peut vraiment ressentir la façon dont le Parlement est censé fonctionner.
J'apprécie le fait que certains collègues rendent hommage à leur personnel, et j'aimerais en faire autant. Les membres de mon personnel travaillent avec tellement de diligence et d'ardeur au nom de nos concitoyens qui éprouvent des difficultés pendant cette pandémie. Je tiens à remercier chaleureusement Dana, Lisa, Laura, Lindsay, Megan et Gianfranco. Les services qu'ils rendent à nos concitoyens sont sans égal, et je suis fier de chacun d'entre eux. Je suis conscient des efforts et des prouesses dont ils font preuve pour chacun des dossiers qui nous parviennent, que ce soit par courrier, par courriel ou par téléphone. Même si les visiteurs ne sont pas encore admis dans nos locaux, nous travaillons à mettre en place les mesures de sécurité appropriées qui nous permettront de rencontrer à nouveau nos concitoyens lorsqu'un coup de fil ne suffira tout simplement pas.
Les séances et les discussions à la Chambre sont un élément fondamental de la démocratie. Nous les conservateurs, nous pensons que le Parlement doit siéger, comme nous le faisons aujourd'hui, et ce, de manière constante. Nous ne sommes pas en train de dire que les 338 députés doivent être sur place. Nous pouvons fonctionner selon un modèle hybride, ce que nous allons essayer de faire pour le comité plénier spécial sur la COVID-19. Il y a moyen de fonctionner de cette façon et aussi de pouvoir procéder aux votes. Nous souhaitons arriver à un compromis qui permettrait au Parlement de fonctionner et de poursuivre ses travaux.
Les gouvernements municipaux se réunissent. Les conseils municipaux tiennent des réunions tous les mois pour régler des dossiers au nom de leurs contribuables. Toutes les assemblées législatives provinciales continuent de se réunir. Elles tiennent compte des règles de distanciation sociale, mais poursuivent leurs travaux pour s'assurer de bien gérer la crise de la COVID-19 tout en s'occupant de tous les dossiers qui relèvent du gouvernement.
Si nous regardons dans le monde, nous pouvons voir que les gouvernements des États-Unis, du Royaume-Uni, de l'Union européenne, de l'Australie et même de la Chine se réunissent. Compte tenu de l'admiration du premier ministre pour la « dictature » chinoise, je suis convaincu qu'il surveille de près la réunion des membres du Congrès national du peuple de Chine, qui travaillent côte à côte. Les députés qui les ont vus aux nouvelles ont remarqué qu'ils portent tous des masques, mais qu'ils sont assis côte à côte dans leur assemblée législative. Il est important que les députés se réunissent. Nous échangeons des idées et menons des débats rigoureux, ce qui est impossible avec Zoom en raison de problèmes technologiques, de l'incapacité de s'entendre les uns les autres et de mauvaises connexions.
Je suis convaincu que le député de Timmins—Baie James sera heureux de m'entendre lire la citation suivante de Winston Churchill:
Il est difficile d’expliquer cela à ceux qui ne connaissent pas notre façon de faire. Il peut être difficile de comprendre pourquoi nous considérons que l’intensité, la passion, l’intimité, le caractère informel et la spontanéité de nos débats représentent la personnalité de la Chambre des communes et lui donnent son but et sa force.
C'est le meilleur moyen d'expliquer pourquoi nous devons être ici à débattre, et même à chahuter. C'est ici que nous avons l'occasion d'échanger des idées, de voir les réactions et, dans une certaine mesure, de nous nourrir des émotions de nos collègues, à condition de ne pas aller trop loin bien sûr. C'est le rôle des parlementaires qui siègent à la Chambre des communes de tenir de telles discussions. Même si la motion du gouvernement parle d'une période des questions de 95 minutes en comité plénier comprenant des échanges de cinq minutes, cela ne peut remplacer ce que nous faisons ici dans nos échanges et nos discussions sur les différents projets de loi, chose que nous ne faisons pas du tout lorsque nous sommes constitués en comité parlementaire spécial. Nous ne débattons pas d'un budget, par exemple. J'y reviendrai plus tard.
Voici ce qu'a déclaré Christian Leuprecht, professeur à l'Université Queen's:
Au bout du compte, le grand principe constitutionnel sous-jacent en l'espèce est le principe du gouvernement responsable. C'est d'abord et avant tout une question de responsabilité ministérielle en situation de crise et d'urgence. [...]
Le Parlement a le devoir suprême, surtout en temps de crise, d’obliger l’appareil exécutif à rendre des comptes. Les Canadiens ont besoin d'une surveillance parlementaire continue du pouvoir exécutif et des décisions des instances gouvernementales.
C'est le rôle des députés de l'opposition et des députés ministériels d'arrière-ban de poser les questions difficiles. Notre Constitution, notre système parlementaire fondé sur le modèle de Westminster, s'appuie sur cette reddition de comptes ministérielle, qui n'a pas lieu lorsque nous travaillons au moyen de Zoom.
Cela préoccupe les gens dans ma circonscription. Lorsque je suis ici, je peux prononcer mon discours de 10 minutes, participer à la période de questions et disposer d'une certaine période de temps en comité pour parler des préoccupations des habitants de ma circonscription. J'aimerais d'ailleurs parler de certaines de leurs préoccupations maintenant.
L'une des propriétaires de petites entreprises de ma circonscription possède quelques entreprises. Elle a dit qu'elle avait dû fermer les portes en raison du genre d'entreprise qu'elle exploitait, et qu'elle avait du mal à payer son loyer. Malheureusement, son propriétaire refuse d'adhérer à l'Aide d'urgence du Canada pour le loyer commercial. Elle va donc être obligée de quitter les lieux sans payer et son locateur va devoir lui courir après pour les mois qui lui restent à payer. Cette affaire va se retrouver devant les tribunaux et pourrait même avoir des conséquences sur ses autres entreprises, car la propriétaire en question n'a plus d'argent.
Si j'ai l'occasion de participer à une réunion du comité spécial et aux 95 minutes pour les questions et réponses, je vais peut-être obtenir des réponses du ministre, mais si nous sommes ici toute la journée, j'aurai plus de chance d'aborder les questions directement avec le ministre.
Pour leur part, les agriculteurs sont vraiment aux prises avec de grandes difficultés. La région d’Interlake que je représente a connu sécheresse après sécheresse. Il y a eu auparavant la crise de la vache folle ainsi que les inondations le long du lac Manitoba et du lac Winnipeg, qui ont frappé durement beaucoup d’agriculteurs. Ces derniers ont suffisamment de pâturages et ils essaient de cultiver leurs champs et d’obtenir de quoi nourrir leur bétail pendant l’hiver. En outre, comme nous le savons — et je remercie mon collègue de Battle River—Crowfoot pour le magnifique travail qu’il fait en qualité de ministre du cabinet fantôme en matière d’Agriculture —, les prix de la viande sont à la hausse parce qu'il y a moins de viande bovine transformée dans nos usines, les abattoirs étant touchés par la COVID et les travailleurs ne pouvant pas se rendre au travail.
Le contraire se produit en raison de l’offre excédentaire dans les parcs d’engraissement et chez les éleveurs de veaux de boucherie. Un citoyen de ma circonscription a perdu 600 $ par tête sur les veaux qu'il a gardés pendant l’hiver, comme il le fait toujours. Il a vendu ses bêtes au printemps 600 $ de moins que l'année précédente. La plupart des éleveurs ne pourront pas soutenir une telle baisse. La perte s’élève à plus de 60 000 $ pour ce seul agriculteur.
Ma circonscription compte également une exploitation de pêche commerciale qui a suscité de nombreuses préoccupations. L'Office de commercialisation du poisson d'eau douce a cessé d'acheter du doré du lac Winnipeg et n’essaiera même pas de le mettre sur le marché parce que les restaurants qu’il approvisionne ont tous fermé et qu'il y a une surabondance de stocks. Les pêcheurs doivent se rendre plus loin sur les lacs et ne peuvent rien attraper d’intéressant, comme du doré ou du poisson blanc qu’ils pourraient vendre.
Ce qui manque dans tout ce processus, c’est un budget du gouvernement. Nous faisons cette année des dépenses qui pourraient très bien nous amener à avoir un déficit égal au budget de l’an dernier, qui s’élevait à 350 milliards de dollars. Avec la contraction de l'économie et l'augmentation des dépenses gouvernementales en réponse à la COVID-19, nous pourrions avoir un déficit de 350 milliards de dollars. Or, le gouvernement n’a toujours pas présenté de budget ni rendu compte de la façon dont il dépense cet argent sans faire s'effondrer l’économie et sans nous engloutir dans une dette dont nous pourrions ne plus jamais émerger.
Comme parlementaires, il nous incombe de nous occuper des contribuables, mais nous ne pouvons pas le faire à cause de ce comité spécial.
Je pourrais continuer longtemps. Dans ma circonscription, les propriétaires d'armes à feu sont mécontents. Les questions de ce genre doivent faire l'objet de discussions en comité, mais les travaux de certains comités sont suspendus. Le comité de la sécurité publique ne se réunit plus. Le comité de la défense nationale, dont je suis le vice-président, a interrompu ses travaux. En l'absence de ces comités, nous ne pouvons pas étudier en temps opportun les enjeux de l'heure afin de pouvoir répondre aux préoccupations des Canadiens d'un bout à l'autre du pays.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 13:46 [p.2431]
Mr. Speaker, the member is actually wrong in his assessment, and once this motion passes, it will enable the member to talk about whatever issue he so chooses to talk about and raise in the format of questions. We will still have members' statements and petitions as well.
Some things we will not have, such as opposition days. In order to have an opposition day, or a private member's hour, there are other aspects that need to be figured out, for example, how a member would actually vote. We cannot have 338 members inside the chamber all at once. Even the Conservatives seem to recognize that.
This is something that is evolving, much like many of the different programs. Three or four months ago, no one could have anticipated the types of changes that we have witnessed, such as providing the billions in support programs. Had we not done that, could you only imagine what the economy and our society would be looking like?
The government is moving forward, opposition members are contributing, life continues and we continue to look for ways we can improve our system.
Monsieur le Président, le député évalue mal la situation. Une fois que la motion aura été adoptée, le député pourra parler de tous les sujets qu'il lui plaira sous forme de questions. Les députés pourront aussi faire des déclarations et présenter des pétitions.
Il ne sera toutefois pas possible de faire certaines choses, comme tenir des journées de l'opposition. Pour pouvoir organiser une journée de l'opposition ou une période d'une heure réservée aux affaires émanant des députés, il faudra régler certains détails, comme la façon dont les députés pourront voter. Il n'est pas possible de demander aux 338 députés de siéger en même temps à la Chambre. Même les conservateurs semblent l'admettre.
La situation évolue, comme d'ailleurs bon nombre des programmes mis sur pied. Il y a trois ou quatre mois, personne n'aurait pu prévoir l'ampleur des changements dont nous avons été témoins, comme la création de programmes d'aide totalisant plusieurs milliards de dollars. Si le gouvernement n'avait pas agi, peut-on imaginer ce qu'il serait advenu de l'économie et de la société canadiennes?
Le gouvernement va de l'avant, l'opposition met l'épaule à la roue, la vie continue et nous cherchons toujours des façons d'améliorer le système.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, I want to use this quote from December 2013. It reads:
We know why the Prime Minister prorogued the session back in September. It was because he did not want to have the House sitting. He avoided the day in and day out accountability in the House, because he was not happy with what was being reported in a sequence of events that portrayed corruption and fraud....
As a result, we lost weeks of debate earlier this fall because the Prime Minister did not want to come back. Why did he not want to come back? He had a very serious problem, and still does, and it is not going to go away.
Do members know who said that? It was the member for Winnipeg North.
He, of course, is failing to recognize that the issue of accountability, our ability as private members to bring forward our private members' bills, is not being enabled through this process. We are not dealing with any legislation. We are not dealing with opposition motions, as he already portrayed. That is part of accountability, and the Liberals are trying to duck out and do government through press conferences in front of the Rideau Cottage.
Monsieur le Président, voici des propos tenus en décembre 2013. Je cite:
Nous savons pourquoi le premier ministre a prorogé le Parlement en septembre: il ne voulait pas que la Chambre siège. Il voulait éviter que des comptes soient rendus quotidiennement sur ce qui se passait à la Chambre, parce qu'il n'était pas satisfait de la séquence des événements qui était rapportée et qui faisait état de corruption et de fraude [...]
Nous avons donc perdu des semaines de débat cet automne parce que le premier ministre ne voulait pas revenir à la Chambre. Pourquoi? Un très grave problème l'accablait, et cette épine au pied n'est pas près de s'en aller.
Les députés savent-ils qui a tenu ces propos? C'est nul autre que le député de Winnipeg-Nord.
Évidemment, le député refuse de reconnaître que le processus proposé nuit à la reddition de comptes et à la capacité des simples députés de présenter des projets de loi d'initiative parlementaire. Nous n'examinons ni mesures législatives ni motions de l'opposition comme il l'a déjà prétendu. Or, ces activités s'inscrivent dans le droit fil de la reddition de comptes. Les libéraux essaient de se défiler et gouvernent en tenant des conférences de presse devant Rideau Cottage.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, I am a farmer, and my son in law is just finishing putting soybeans in the ground right now. I can tell you that, knowing how AgriStability and the suite of business risk management programs work, they were never designed to deal with these types of crises.
Whether one is a beef farmer, a grain and oilseeds operator or a supply-managed dairy farmer, there are a lot of problems with the lack of response from the government. The government refuses, first, to recognize the issue and, second, to respond in a meaningful way to ensure that we are food secure and that our rural communities thrive. Without a healthy agricultural society, our rural communities hurt. The government refuses to put in place the proper cash injections to cover off the loss of market share on the international and domestic levels, and recognize the fact that we need to control supply.
Without the government,s putting in place those steps and programs, like the set-aside on slaughter animals, we will not get to a point of viability to survive through the pandemic, for our agriculture producers.
Monsieur le Président, je suis agriculteur, et mon gendre achève de semer le soya en ce moment. Étant donné que je sais comment Agri-stabilité et la série de programmes de gestion des risques de l'entreprise fonctionnent, je peux vous dire qu'ils n'ont jamais été conçus pour gérer ce genre de crise.
Que l'on soit producteur de bœuf, exploitant de ferme de céréales et d'oléagineux ou producteur laitier soumis à la gestion de l'offre, il y a beaucoup de problèmes auxquels le gouvernement ne répond pas. Le gouvernement refuse, primo, de reconnaître le problème, et, secundo, d'intervenir concrètement pour assurer la sécurité alimentaire du Canada et la prospérité des collectivités rurales. Sans une société agricole saine, les collectivités rurales souffrent. Le gouvernement refuse d'injecter les capitaux nécessaires pour couvrir la perte de parts de marché à l'échelle internationale et nationale, et de reconnaître le fait que nous devons contrôler l'approvisionnement.
Si le gouvernement ne met pas en place ces mesures et ces programmes, comme le programme de retrait pour les animaux de boucherie, nous ne pourrons pas atteindre la viabilité nécessaire aux producteurs agricoles pour traverser la pandémie.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, when the member for Timmins—James Bay and I were first elected, we served on the agriculture committee together. The member is right. We do not have enough regional capacity across this country. Do we have surplus capacity on good days? Yes, we do. When everyone is operating at full steam, we have enough capacity within the country.
However, when we start seeing reductions in shifts, or shutdowns of plants in Alberta, Ontario and Quebec, we will ultimately see impacts in other areas of the country. The farther away those facilities are, the harder it is to get animals to market, and the bigger the discounts they will take.
We need to look at our overall food security and how processing, along with production, is part of that. We also need to maintain the ability to export our high-quality food products around the world.
Monsieur le Président, lorsque le député deTimmins—Baie James et moi-même avons été élus pour la première fois, nous faisions partie du comité de l'agriculture. Le député a raison. La capacité régionale au pays est insuffisante. Avons-nous une capacité excédentaire lorsque tout va bien? Oui, c'est le cas. Lorsque tout le secteur fonctionne à plein régime, nous avons une capacité suffisante au pays.
Cependant, lorsqu'il commencera à y avoir des réductions de quarts de travail ou des fermetures d'usines en Alberta, en Ontario et au Québec, cela finira par se répercuter dans d'autres régions du pays. Plus les installations sont loin, plus il est difficile de mettre en marché les animaux et plus les prix seront réduits.
Nous devons examiner la sécurité alimentaire globale et le rôle qu'y jouent la transformation et la production. Nous devons également maintenir la capacité d'exporter nos produits alimentaires de qualité supérieure dans le monde entier.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 14:03 [p.2433]
Mr. Speaker, I would like to take this time and opportunity to say a special thanks to those individuals who have had an impact on the lives of all Canadians.
We often thank our first responders, our health care workers, but there are so many other people, from the farmer who produces the food to the truck driver who delivers it to the supermarkets or food centres to the individuals who provide cashier services and stocking of the shelves, not to mention those services that are so critically important.
The other day I had the opportunity to speak to taxi and bus drivers. Imagine driving a bus or a taxi and not knowing who is coming in the doors or entering the car. Many people are contributing to ensure that we as a society are much better off in getting through this pandemic.
On behalf of the constituents of Winnipeg North, and I believe all members of Parliament from all sides of the House, I would like to express our appreciation and gratitude.
Monsieur le Président, j'aimerais profiter de l'occasion pour remercier tout particulièrement les personnes dont le travail a amélioré la vie de tous les Canadiens.
Nous remercions souvent les premiers intervenants et les travailleurs de la santé, mais il y a tant d'autres gens à remercier, tels que les agriculteurs qui produisent les aliments, les camionneurs qui les livrent aux supermarchés ou aux centres alimentaires, les caissiers, les personnes qui remplissent les rayons, ainsi que celles qui fournissent des services essentiels.
L'autre jour, j'ai eu l'occasion de parler à des chauffeurs de taxi et d'autobus. Imaginons devoir conduire un autobus ou un taxi sans savoir qui monte à bord. Beaucoup de personnes aident la société canadienne à surmonter la pandémie bien plus facilement.
Au nom des habitants de Winnipeg-Nord, et je crois de tous les députés siégeant à la Chambre, je tiens à exprimer notre reconnaissance et gratitude envers ces personnes.
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, military members serving in Operation Laser have sounded the alarm on the horrible abuse and neglect of our vulnerable seniors in long-term care homes. The military reported this abuse on May 14, but the minister of defence did nothing with that information until Friday. The Province of Ontario was left in the dark until Sunday because the public safety minister sat on it until then.
Our troops are in harm's way, witnessing blatant disregard for infection control, mistreatment of elderly residents and a level of care described as “horrible”.
Why did the Minister of National Defence sit on these allegations for almost two weeks?
Monsieur le Président, des militaires qui participent à l'opération Laser ont sonné l'alarme au sujet des traitements horribles et de la négligence dont sont victimes les aînés vulnérables dans les établissements de soins de longue durée. L'armée a fait état de ces mauvais traitements le 14 mai, mais le ministre de la Défense n'y a donné suite que vendredi dernier. L'Ontario n'en a rien su avant dimanche parce que le ministre de la Sécurité publique a laissé traîner les choses jusqu'à ce moment-là.
Nos troupes mettent leur vie en danger et elles ont constaté un mépris flagrant de la prévention des infections, mais aussi de mauvais traitements à l'endroit de résidants âgés et une qualité de soins « horrible ».
Pourquoi le ministre de la Défense a-t-il mis près de deux semaines à réagir à ces allégations?
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, that does not answer the question. The question is that this information became available on May 14. The government refused to move on that intelligence and these allegations to go and protect the most vulnerable, our loved ones who are living in long-term care facilities.
The question is quite simple: Why did the Liberals sit on their hands for two weeks and do nothing to protect our loved ones in long-term care homes?
Monsieur le Président, cela ne répond pas à la question. La question porte sur le fait que l'information a été révélée le 14 mai. Le gouvernement a refusé de donner suite aux renseignements et aux allégations de manière à protéger les Canadiens plus vulnérables, à savoir nos proches qui vivent dans des établissements de soins de longue durée.
La question est très simple: pourquoi les libéraux sont-ils restés les bras croisés pendant deux semaines, sans rien faire pour protéger nos proches dans les établissements de soins de longue durée?
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-05-26 14:38 [p.2440]
Mr. Speaker, a relative of one of my constituents is a student who is renting out a room in her home to a foreign student. The student recently informed her that he has found a way to collect the CERB and go back to his home country overseas, and that he would not be paying her rent any longer. He gets to leave Canada, he gets to collect the CERB and she gets shafted. We are hearing more and more stories like this.
Why are the Liberals turning a blind eye to individuals who seem to be purposely trying to scam the system?
Monsieur le Président, une étudiante parente d'une personne de ma circonscription loue une chambre chez elle à un étudiant étranger. L'étudiant en question l'a informée récemment qu'il avait trouvé un moyen d'obtenir la Prestation canadienne d'urgence et qu'il retournait chez lui, à l'étranger, et qu'il ne lui paierait plus de loyer. Il peut quitter le Canada, il peut toucher la PCU et elle, elle se fait escroquer. Nous entendons de plus en plus d'histoires de ce genre.
Pourquoi les libéraux font-ils fi des individus qui semblent essayer de frauder délibérément le système?
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-05-26 14:39 [p.2440]
Mr. Speaker, according to a memo obtained by the National Post, foreign nationals are not required to show any proof of status before getting CERB payments. Temporary foreign workers do not need to show a work permit and international students do not need to show enrolment or a student visa. There are virtually no safeguards in place.
Does the minister not realize that by failing to prevent fraud he is actually encouraging it?
Monsieur le Président, d'après une note de service obtenue par le National Post, les ressortissants étrangers ne sont pas tenus de présenter de preuve de leur statut pour recevoir la prestation. Les travailleurs étrangers temporaires n'ont pas besoin de présenter de permis de travail et les étudiants étrangers n'ont pas besoin de présenter de preuve d'inscription ou de visa d'étudiant. Il n'y a pratiquement pas de mesures en place pour éviter la fraude.
Le ministre ne voit-il pas qu'en ne tentant pas d'empêcher la fraude, il l'encourage en fait?
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-05-26 15:09 [p.2446]
Mr. Speaker, Canada has incredible destinations, from spectacular mountain scenery to World Heritage sites, the highest tides in the world and vibrant cultural diversity. We can be proud of everything our beautiful country has to offer.
Tourism is indeed a vital part of the Canadian economy. Before the pandemic, it represented more than $20 billion in revenue, millions of jobs and 3% of the GDP. However, now this sector and the people who make hospitality their career need our support more than ever.
Could the minister detail the plan to support the workers of this industry? Will they be able to count the hours they worked in the previous year when applying for employment insurance, as has been a concession for other seasonal workers?
Des montagnes à couper le souffle, des sites du patrimoine mondial, les plus hautes marées du monde: le Canada ne manque pas de destinations de choix, monsieur le Président, surtout si on ajoute à tout cela sa diversité culturelle d'un dynamisme sans pareil. Nous pouvons être fiers de tout ce que notre beau pays a à offrir.
Le tourisme constitue en effet un pan essentiel de l'économie canadienne. Avant la pandémie, on lui devait plus de 20 milliards de dollars en recettes, des millions d'emplois et 3 % du PIB, mais aujourd'hui, l'industrie touristique et les travailleurs qui y font carrière ont besoin plus que jamais de notre aide.
Le ministre pourrait-il nous donner les détails du plan visant à soutenir les travailleurs du secteur touristique? Pourront-ils déclarer les heures de l'année dernière lorsqu'ils demanderont des prestations d'assurance-emploi, comme peuvent dorénavant le faire les autres travailleurs saisonniers?
View James Bezan Profile
CPC (MB)
Mr. Speaker, I also rise on a point of order. During question period, I was questioning the Minister of Public Safety regarding the tragedy we are hearing about in our long-term care facilities that was witnessed by members of the Canadian Armed Forces who are serving in Operation Laser. The minister said he never received a notification of this until Friday of last week.
The Global News Ottawa bureau chief is now reporting that the report and a letter were sent directly to the Minister of Public Safety on May 14.
I wish that he would correct the record.
Monsieur le Président, j'invoque moi aussi le Règlement. Au cours de la période des questions, j'ai posé une question au ministre de la Sécurité publique concernant la situation tragique dans les établissements de soins de longue durée dont nous entendons parler et dont ont été témoins des membres des Forces armées canadiennes qui participent à l'opération LASER. Le ministre a affirmé n'avoir jamais été informé de la situation avant vendredi dernier.
Selon le chef de bureau de Global News, à Ottawa, le rapport et une lettre ont été envoyés directement au ministre de la Sécurité publique le 14 mai.
J'aimerais qu'il rectifie les faits.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-05-26 15:15 [p.2448]
Mr. Speaker, I am very, very disappointed that we are seeing the government shut down debate on this important motion. When the government gave notice of it, I was anticipating it might try this manoeuvre earlier today and then I was very pleased when the government House leader did not move a motion to shut down debate.
What would possess him to do this right now I do not know, except for the fact that what I do know is that the government does not want Parliament to sit. The government wants a committee to sit so the Liberals can escape the accountability and rigour Parliament demands. We have seen the Prime Minister stand outside his cottage day after day over the last several months taking nice questions from the media and not having to answer questions, opposition day motions, questions on the Order Paper or deal with private members' legislation.
The work Parliament should be doing in this House the Prime Minister has been able to escape from day after day after day, and this motion continues to give him that escape hatch.
We know the government House leader is shutting down debate, but I will ask him this. He and the Prime Minister think that we can be here face to face, as the 40-some of us are here in this place today. If we can do that every day four days a week for the next several weeks, why can we not meet face to face in a Parliament setting with Parliament working and acting, and not just a feeble committee that is a fake parliament?
Monsieur le Président, je suis vraiment très déçue de constater que le gouvernement met fin au débat sur cette motion très importante. Lorsque le gouvernement a présenté son avis, j'ai d'abord cru qu'il tenterait cette manœuvre plus tôt aujourd'hui, et j'ai été agréablement surprise de constater que le leader du gouvernement à la Chambre n'a pas présenté de motion visant à clore le débat.
Je ne vois pas ce qui pourrait le pousser à agir ainsi maintenant, outre le fait que je sais pertinemment que le gouvernement ne tient pas à ce que le Parlement siège. Le gouvernement souhaite que ce soit un comité qui siège afin que les libéraux puissent se soustraire à la reddition de comptes et à la rigueur qu'exige le Parlement. Jour après jour, depuis plusieurs mois, nous voyons le premier ministre sortir de son chalet et répondre aux belles questions des médias. Il évite ainsi la période des questions, les motions des journées de l'opposition, les questions au Feuilleton ou encore les projets de loi d'initiative parlementaire.
Jour après jour, le premier ministre parvient à se soustraire au travail que les parlementaires devraient faire à la Chambre et cette motion lui offre une nouvelle échappatoire.
Nous savons que le leader du gouvernement à la Chambre des communes étouffe le débat, mais je vais lui poser la question suivante. Le premier ministre et lui croient que nous pouvons nous réunir ici en personne, étant donné que quelque 40 députés sont réunis ici aujourd'hui. Si nous pouvons faire une telle chose chaque jour, quatre jours par semaine, au cours des prochaines semaines, pourquoi ne pouvons-nous pas nous réunir en personne en tant que véritable assemblée parlementaire capable de travailler et de prendre des décisions, au lieu de nous contenter d'un comité pitoyable qui n'est qu'une pâle copie de la Chambre des communes?
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 16:02 [p.2453]
Mr. Speaker, I would contrast Stephen Harper and the current Prime Minister any time and anywhere when it comes to defending the parliamentary institution. It was Stephen Harper who prorogued Parliament, meaning that he actually shut down Parliament and did not work with any opposition parties.
We can contrast that to what we have today: an ongoing commitment by the current Prime Minister to ensure, by listening to health experts and respecting the importance of this institution, that we are where we are today.
In fact, at the end of the day, we are going to have more questions being asked and petitions from Canadians across the country. We have the opportunity for members' statements. This is something that is hopefully going to work toward more of a full virtual integration, where all MPs will be able to be engaged by using technology. Hopefully, the Conservatives will realize the importance of looking at how we can ensure some form of voting so parliamentarians, no matter where they are, are able to place their vote. Then maybe we could proceed a bit further on some of the other changes that are so critical.
Monsieur le Président, en ce qui concerne la défense de l'institution parlementaire, je serais prêt n'importe où et n'importe quand à comparer le bilan de Stephen Harper à celui du premier ministre actuel. Stephen Harper a prorogé le Parlement, c'est-à-dire qu'il a fermé le Parlement et n'a travaillé avec aucun des partis de l'opposition.
Comparons cela à ce que nous avons actuellement: un premier ministre faisant preuve d'un engagement soutenu à écouter les experts de la santé et à respecter l'importance de l'institution qui est la nôtre afin que nous soyons là où nous en sommes aujourd'hui.
Au bout du compte, même, plus de questions pourront être posées et plus de pétitions pourront être présentées par des Canadiens de partout au pays. Nous avons la possibilité d'entendre les déclarations des députés. Nous espérons que cela permettra une intégration virtuelle plus complète, où tous les députés pourront participer à l'aide d'outils technologiques. Il est à espérer que les conservateurs se rendront compte de l'importance de trouver un moyen d'assurer une certaine forme de vote afin que les parlementaires puissent voter, peu importe où ils se trouvent. Cela fait, nous pourrions peut-être ensuite aller un peu de l'avant avec certains des autres changements qui sont si importants.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 16:31 [p.2457]
Mr. Speaker, I will try to keep this short.
If this motion passes, the member will be provided the opportunity to present all of the different issues she has raised, whether in question period, members' statements, petitions and so forth. There is a major flaw in the argument the Bloc and the Conservatives are putting forward. On the one hand, they say that health experts say that 338 people cannot be inside the chamber at one time, but the Conservatives are also saying they are not prepared to go to electronic voting. There is an impasse that has to be resolved for us to move forward. We have to allow for 338 members of Parliament to be able to vote when it comes to issues like opposition motion days and private members' bills. Would she not agree?
Monsieur le Président, je tâcherai d'être bref.
Si cette motion est adoptée, la députée aura la possibilité de présenter toutes les différentes questions qu'elle a soulevées, que ce soit lors de la période des questions, des déclarations de députés, des pétitions, ou à un autre moment. L'argument avancé par les bloquistes et les conservateurs comporte une lacune importante. D'une part, ils affirment que selon les experts en matière de santé, il n'est pas souhaitable que 338 personnes se rassemblent à la Chambre en même temps. D'autre part, les conservateurs disent qu'ils ne sont pas prêts à passer au vote électronique. Nous devons dénouer cette impasse pour aller de l'avant. Nous devons permettre aux 338 députés de voter sur des enjeux liés par exemple aux journées de l'opposition et aux projets de loi d'initiative parlementaire. N'est-elle pas d'accord?
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-05-26 17:48 [p.2468]
Mr. Speaker, I thank my colleague for her excellent speech and comments about the need for Parliament to sit. I wonder if she could talk about some of the challenges her constituents are facing during this pandemic. Although there has been some support from the government, it seems that every time the Liberals roll out the support, there is a mistake they have to fix. Those things would have been dealt with had we been able to have Parliament sitting and to talk about some of the programs and deal with them as a Parliament. I am wondering if she would comment on that.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue pour son excellent discours et pour ses observations concernant la nécessité que le Parlement puisse siéger. Je me demande si elle pourrait aborder certains des défis auxquels les habitants de sa circonscription sont confrontés pendant cette pandémie. Bien que le gouvernement ait fourni un certain soutien à la population, il semble que chaque fois que les libéraux déploient des mesures d'aide, ils doivent ensuite corriger telle ou telle erreur. Les problèmes liés à certains de ces programmes auraient pu être abordés lors de séances parlementaires. Je me demande si la députée pourrait nous faire part de ses commentaires à ce sujet.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-05-26 18:30 [p.2474]
Mr. Speaker, one thing that Bloc members have in common with the Conservatives is their Confederation approach to dealing with things such as housing and health care. If it were up to the Bloc and the Conservative Party, there would be virtually no role whatsoever for the national government to participate in housing. As for health care, under the previous Conservative government there was a genuine lack of commitment to it, and the Bloc would suggest that the federal government has no role to play there.
Being a nationalist who believes in all regions of our country, I am very proud of the fact that we, as a government, have committed to a national housing strategy, lifting many people out of very serious situations. We have committed historic amounts of health care dollars. There were increases, actually, even though Bloc members will often say in their speeches that there were decreases.
All of the issues the member across the way talked about could be addressed if this motion were to pass. It allows for a wide spectrum, with debate, questions and answers, petitions from his constituents, members' statements and more.
I encourage the member to recognize the very nature of the pandemic and look at the motion as a way forward for us to ensure that the institution is providing a high sense of accountability. That is happening with this motion.
Monsieur le Président, les députés du Bloc ont en commun avec les conservateurs leur approche relative au logement et aux services de santé dans le cadre de la Confédération. S'il n'en tenait qu'à eux, le gouvernement national n'interviendrait aucunement au chapitre du logement. Pour ce qui est de la santé, le gouvernement conservateur précédent s'en souciait vraiment peu, et le Bloc dirait que cela ne relève aucunement du gouvernement fédéral.
En tant que nationaliste qui mise sur toutes les régions de notre pays, je suis très fier que le gouvernement ait lancé la Stratégie nationale sur le logement, grâce à laquelle de nombreuses personnes sont sorties de situations très graves. Nous consacrons des sommes historiques aux services de santé. Ces sommes ont augmenté, quoi qu'en disent les députés du Bloc.
Tous les problèmes que soulève le député d'en face pourraient être réglés si la motion était adoptée. Elle prévoit un large éventail de travaux, dont la tenue de débats, des périodes de questions, la présentation de pétitions, des déclarations de députés, et j'en passe.
J'invite le député à considérer la motion comme une solution qui nous permettra de veiller à ce que l'institution rende des comptes en dépit de la pandémie. Voilà le but de la motion.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-05-25 11:21 [p.2323]
Madam Speaker, I want to thank the government House leader for his comments and for his expressions of gratitude to all of us. I would agree with much of what he said, but there are a few things we do not agree with.
My question is very simple. First of all, I think we need to state for the record that Motion No. 7 does not reconvene Parliament. It reconvenes, establishes and continues a committee.
My question is twofold. First, does the government House leader believe that Parliament, not a committee, is essential to Canadians? Second, if we can meet here face to face four days a week, as this committee is going to be doing should this motion pass, why can Parliament not meet here face to face four days a week?
Madame la Présidente, je tiens à remercier le leader du gouvernement à la Chambre pour ses commentaires et pour son témoignage de gratitude à notre égard. À quelques exceptions près, je suis d'accord avec lui sur tous les points qu'il a soulevés.
Ma question est très simple. Tout d'abord, je crois qu'il est important de préciser que la motion no 7 n'a pas pour but de rappeler le Parlement, mais plutôt de rappeler un comité afin qu'il poursuive ses travaux.
Ma question comporte deux volets. Premièrement, le leader du gouvernement à la Chambre croit-il que le Parlement, et non un comité, est essentiel pour les Canadiens? Deuxièmement, si nous pouvons nous réunir ici, en personne, quatre jours par semaine — comme le fera le comité si la motion est adoptée — pourquoi le Parlement ne ferait-il pas de même?
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-05-25 11:31 [p.2324]
Madam Speaker, I understand I have unlimited time. However, I would like to split my time with the member for Kelowna—Lake Country. I would ask for unanimous consent from the House to do that.
The Assistant Deputy Speaker (Mrs. Alexandra Mendès): Is there unanimous consent?
Some hon. members: Agreed.
Madame la présidente, je crois savoir que mon temps de parole est illimité. Toutefois, j'aimerais le partager avec la députée de Kelowna—Lake Country. Je demande le consentement unanime de la Chambre pour ce faire.
La vice-présidente adjointe (Mme Alexandra Mendès): Y a-t-il consentement unanime?
Des voix: D'accord.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2020-05-25 11:32 [p.2324]
Madam Speaker, I am happy to rise to speak to Motion No. 7. The hon. House leader gave a very impassioned speech about how we all worked together when this crisis first hit. We worked together immediately so that we would have a safe situation here in Ottawa, whereby the House was suspended on March 13 and we all went back to our ridings and began the hard work of dealing with this pandemic.
However, when the House was suspended at that time, I do not think any of us thought that the government would use that opportunity to circumvent democracy and shut Parliament down for this long a period of time. That was never what Conservatives wanted.
Motion No. 7 would continue the shutdown of democracy. It would continue the shutdown of Parliament. It would continue the shutdown of all members of Parliament who do the work that Canadians elected us to do. What Motion No. 7 would do is re-establish the special committee. Although the special committee is one in which questions can be asked, we certainly are not seeing questions answered. There are many things that the opposition can do when Parliament is actually sitting in order to try to get answers and hold the government to account. That is not going to be happening if this motion passes.
I want to remind Canadians that there are a number of things that we can do as opposition members, including opposition days where we can have full days to debate issues that members of the opposition parties feel are important. Private members' business is allowed to come forward when Parliament is sitting. Under this motion, no private members' business would come forward until probably the end of September. There are questions on the Order Paper that can be posed, whereby very specific and detailed questions are answered, and we have seen so much information come out over the years from questions on the Order Paper. The opposition is not going to be allowed to do that. There are debates and discussions around important committee reports that happen when Parliament is sitting. That will not be happening under this special committee.
Let us be very clear. For all Canadians, for everyone in the House, Parliament would not be resuming. A committee would be resuming and it would be resuming in this place, face to face. This begs the question: If we can resume here four days a week as a committee, why in the world can we not resume as parliamentarians and as a full Parliament?
We had a study done just recently by the PROC committee. It was a good study, but it was probably too short. The committee probably will need more time, and I think it will be getting more time, to do some work that it is doing. There was some fantastic testimony given on why Parliament is essential. Some might suggest this is just about people getting media coverage. What an insult that is to what every single one of us does every single day when Parliament has been sitting and has sat for the last 150 years. We are here to do a job, whether it is in government or in opposition; whether it is the main opposition party, the second opposition party or even that third opposition party over there. Those members are here to do a job as well, and I do not think any of us are going to insult the third party there, even though its numbers are reduced, by saying that the members are here just to get attention.
Let me quote Marc Bosc, former acting clerk of the House. He articulated Parliament's place. Here is what he said:
In too many countries around the world, dominant executive branches of government eclipse parliament. This makes parliaments weaker and less relevant. That imbalance needs to be addressed, especially in a time of crisis.
That is what we are in, Madam Speaker. He continued:
The House of Commons [not committee] needs to be functioning and needs to be seen by Canadians as functioning. I want to be clear. Parliament, particularly the House of Commons [not committee] is an essential service to the country, and members of Parliament are also essential workers.
These views are not just academic concerns. Veteran observers of Canadian politics have made similar points. John Ibbitson, for example, wrote:
Everything that is being debated on Twitter and Facebook and in the news media needs to be debated on the floor of the House [of Commons] and in Question Period.
Again, that is not a committee. He is talking about being in Parliament in the House of Commons and on the floor of the House of Commons. He continued:
Canada is a parliamentary democracy, health emergency or no health emergency....The opposition parties have every right to raise these issues, and the governing party has every right to defend its record. The place to do that is in Parliament, not just once a day in front of a microphone.
Who has been doing that every day in front of a microphone, getting out in front of his cottage, answering a few questions, smiling, telling everybody how he feels and that is it? That is not Parliament. That is not the way our democracy works.
Manon Cornellier, a Quebec journalist, said in Le Devoir, “The Conservatives…are right to require the government to be more accountable. Constant speeches and press conferences cannot replace the duty of ministers and the Prime Minister to be accountable before elected representatives. In a British type of Parliament, the existence of the government depends on the trust of the House”: not a committee but the House, Parliament. “Ultimately, the government must answer for its actions and decisions...”
A lot of academics and media ask this, but more importantly every day my constituents ask me why Parliament is not sitting. They say we are in a middle of a crisis and they have elected me to sit in Parliament. I have had to tell them that the government, together with the help of some of the other parties, has tied our hands behind our backs. We have still been able to do a lot of good work here in opposition. We have seen the work we have done. The government House leader has even acknowledged that pretty well every one of the programs that the government introduced, we as opposition made better, because we did not allow anyone to shut our voice down and we used every tool available.
That is why we want Parliament to sit. We want to deliver better results for Canadians. We know that in a democracy when the government is challenged, when it has to defend what it is doing and maybe improve it, when it has to listen to us on our opposition days and take a position, it is better for Canadians. That is the whole reason Conservatives want Parliament to sit.
That, then, comes to the question of why the government would not want Parliament to sit. Why would the Liberal government prefer to stand up every day, as the Prime Minister does in front of his cottage, answer a few questions and announce some programs for people, but not come back to Parliament? For a long time, the government was saying it was concerned about the health and safety of people in the precinct and members of Parliament. That wears very thin because its own motion calls us all back here four days a week.
Four days a week we are going to be here in the committee, face to face, practising physical distancing and being very responsible, which is what Conservatives have advocated for. However, the Prime Minister does not want Parliament. Therefore, the whole argument of safety is actually pretty thin. I would say it is a thin excuse and not a real reason.
I would suggest the real reason Liberals do not want Parliament to sit is because they do not want the full accountability, the full scrutiny and the full responsibility that will come when Parliament does sit. Make no mistake: We will sit again. Conservatives will stand ready any time to come back as Parliament and hold the government to account for its response to this pandemic, for its lack of response, for its lack of dealing with things in a timely way, for its lack of supporting and providing protection for Canadians.
Make no mistake: The day of reckoning will come for the Prime Minister. He may think he is going to escape Parliament now, but the day will come. Conservatives will hold the government to account. We will do our job. Conservatives stand ready, willing and able to do the job for Canadians that it seems nobody else in this place wants to do.
Madame la présidente, je suis heureuse d'intervenir au sujet de la motion no 7. Le leader du gouvernement à la Chambre des communes a prononcé un discours enflammé sur la manière dont nous avons tous uni nos efforts lorsque la crise a frappé. Nous avons tout de suite collaboré afin d'assurer des conditions sécuritaires à Ottawa. Les séances de la Chambre ont été suspendues le 13 mars, et nous sommes tous rentrés dans notre circonscription pour entamer le dur travail qui consiste à faire face à la pandémie.
Lorsque la Chambre a suspendu ses travaux, je doute que quiconque ait pensé que le gouvernement profiterait de l'occasion pour contourner les processus démocratiques et fermer le Parlement pendant une aussi longue période. Les conservateurs n'ont jamais voulu qu'il en soit ainsi.
Avec la motion no 7, la démocratie resterait au point mort. Le Parlement demeurerait fermé. Tous les députés continueraient de ne pas pouvoir faire le travail que les Canadiens leur ont confié en les élisant. Concrètement, la motion no 7 rétablirait le comité spécial. Certes, on peut poser des questions au comité spécial, mais on ne peut vraiment pas dire qu'on y obtient des réponses. L'opposition peut accomplir beaucoup de choses, lorsque le Parlement siège en bonne et due forme, afin d'obtenir des réponses et de demander des comptes au gouvernement. Ce n'est pas ce qui se passera si la motion est adoptée.
Je rappelle aux Canadiens qu'il y a un certain nombre de choses que nous pouvons faire en tant que députés de l'opposition, notamment dans le cadre des journées de l'opposition, qui nous permettent de débattre des journées entières sur des questions que les partis de l'opposition jugent importantes. Des initiatives parlementaires peuvent être mises à l'étude lorsque le Parlement siège. Or, selon cette motion, de telles initiatives ne pourront probablement pas être mises à l'étude avant la fin de septembre. On peut inscrire des questions au Feuilleton pour obtenir des réponses à des questions très précises et détaillées, ce qui nous a permis d'obtenir beaucoup d'information au fil des années. L'opposition ne sera plus en mesure de le faire. Il y a des débats et des discussions sur d'importants rapports de comité lorsque le Parlement siège. Ce ne sera pas possible dans le cadre de ce comité spécial.
Soyons très clairs. Pour l'ensemble des Canadiens et des députés, le Parlement ne reprendrait pas ses travaux. Les membres d'un comité siégeraient en personne dans cette enceinte, ce qui m'amène à me poser la question suivante. Si nous pouvons nous réunir en comité quatre jours par semaine, dans cette Chambre, alors pourquoi tous les parlementaires ne pourraient-ils pas reprendre leurs travaux en bonne et due forme?
Le comité de la procédure et des affaires de la Chambre a justement réalisé une étude sur le sujet dernièrement. Il s'agissait d'une bonne étude, quoique peut-être un peu courte. Le comité aura sans doute besoin de plus de temps pour venir à bout des tâches qui lui ont été confiées, et je crois qu'il en aura. Il a entendu plusieurs témoins qui sont venus expliquer de manière extraordinairement éloquente en quoi le Parlement est un service essentiel. Certains seront tentés de dire qu'il s'agit d'une simple tactique pour attirer l'attention des médias. Quelle insulte pour le travail que les députés accomplissent depuis 150 ans chaque fois que le Parlement siège. Que nous soyons sur les banquettes ministérielles ou sur celles de l'opposition — et j'englobe là-dedans autant l'opposition officielle que la deuxième et même la troisième opposition —, nous avons un travail à faire. Les députés sont ici pour faire leur travail, et j'ose espérer que personne ne souhaite insulter le troisième parti de l'opposition en affirmant que ses députés cherchent seulement à attirer l'attention sur eux, même s'ils sont en nombre réduit.
Marc Bosc, qui a déjà été greffier de la Chambre par intérim, a su mieux que quiconque résumer l'importance du Parlement:
Dans trop de pays, les organes exécutifs font de l'ombre au Parlement. Les Parlements finissent alors par être plus faibles et moins pertinents. On doit corriger ce déséquilibre, particulièrement en période de crise.
C'est le cas actuellement, madame la Présidente. M. Bosc a ajouté ceci:
Il faut que la Chambre des communes [et non un quelconque comité] fonctionne et qu'elle soit perçue comme étant une Chambre des communes qui fonctionne. Je veux être clair: le Parlement, particulièrement la Chambre des communes [et non ses comités], est un service essentiel pour le pays. Les députés sont également des travailleurs essentiels [...]
Il ne s'agit pas d'opinions purement théoriques. De nombreux observateurs chevronnés de la scène politique canadienne pensent la même chose. Voici par exemple ce qu'a écrit John Ibbitson:
Tout ce qui a été débattu sur Twitter, sur Facebook et dans la presse doit être débattu sur le parquet de la Chambre [des communes] et pendant la période des questions.
Là encore, il n'est pas question de comités. M. Ibbitson dit que les députés doivent se réunir et débattre de ces sujets à la Chambre des communes. Il ajoute ceci:
Le Canada est une démocratie parlementaire, urgence sanitaire ou pas [...] Les partis de l'opposition ont tout à fait le droit de poser ces questions, et le parti au pouvoir a absolument le droit de défendre ses décisions. Or, l'endroit pour ce faire est le Parlement, pas devant un micro une fois par jour.
Qui prend la parole tous les jours devant un micro, tout sourire, devant sa résidence, répond à quelques questions et explique comment il se sent à la galerie, mais sans plus? Pas le Parlement en tout cas. Ce n'est pas ainsi que fonctionne la démocratie canadienne.
La journaliste québécoise Manon Cornellier a écrit ceci dans Le Devoir: « Les conservateurs [...] n'ont pas tort d'exiger du gouvernement qu'il rende davantage de comptes. Les discours et les conférences de presse à répétition ne peuvent servir de substitut à l'obligation des ministres et du premier ministre d'être responsables devant les élus. En système parlementaire de type britannique, l'existence du gouvernement repose sur la confiance qui lui témoigne la Chambre — pas un comité de la Chambre, mais le Parlement. [Ultimement, le gouvernement] doit répondre de ses actes et décisions. »
Beaucoup d'universitaires et de journalistes posent la question, mais, surtout, beaucoup d'habitants de ma circonscription me demandent chaque jour pourquoi le Parlement ne siège pas. Ils font valoir que nous sommes en pleine crise et que j'ai été élue pour siéger au Parlement. J'ai été obligée de répondre que le gouvernement, avec l'aide de certains partis, nous a lié les mains. L'opposition a quand même été capable de faire beaucoup de très bon travail. On peut constater ce que nous avons accompli. Même le leader du gouvernement à la Chambre des communes a reconnu que l'opposition a amélioré pratiquement tous les programmes proposés par le gouvernement; c'est parce que nous avons refusé que quiconque nous contraigne au silence et nous nous sommes servis de tous les outils à notre disposition.
Voilà pourquoi nous voulons que le Parlement siège. Nous voulons livrer de meilleurs résultats aux Canadiens. Nous savons que, dans une démocratie, il est préférable pour les Canadiens que le gouvernement soit remis en question, qu'il doive défendre ses mesures et peut-être les améliorer, qu'il doive nous écouter lors des journées de l'opposition et prendre position. C'est la raison pour laquelle les conservateurs veulent que le Parlement siège.
La question qui se pose alors est de savoir pourquoi le gouvernement préférerait que le Parlement ne siège pas. Pourquoi le gouvernement libéral préférerait-il un point de presse quotidien, comme celui du premier ministre devant sa résidence, pour répondre à quelques questions et annoncer certains programmes à l'intention de la population, plutôt que la reprise des travaux du Parlement? Pendant longtemps, le gouvernement se disait préoccupé pour la santé et la sécurité des députés et des gens dans la Cité parlementaire. Ce prétexte n'est plus très valable, puisque sa propre motion nous convoque tous ici quatre jours par semaine.
Quatre jours par semaine, nous serons ici, face à face, en respectant les normes de distanciation physique et en étant très responsables, comme le réclament les conservateurs. Toutefois, étant donné que le premier ministre ne veut pas que le Parlement siège, nous formerons plutôt un comité. Par conséquent, l'argument de la sécurité ne tient pas la route. C'est une bien piètre excuse; ce n'est pas la vraie raison.
Selon moi, la vraie raison pour laquelle les libéraux ne veulent pas que le Parlement siège, c'est parce qu'ils ne veulent pas avoir à rendre des comptes en bonne et due forme, ils ne veulent pas se soumettre pleinement à l'examen du public et ils ne veulent pas être assumer pleinement la responsabilité de leurs actions, comme ce sera le cas lorsque le Parlement siégera. En effet, ne nous méprenons pas: nous siégerons de nouveau. Les conservateurs sont prêts à reprendre les travaux parlementaires n'importe quand, et nous exigerons des comptes du gouvernement pour sa réaction à la pandémie, ses défauts d'intervention, sa lenteur, et l'aide et la protection insuffisantes qu'il aura fournies aux Canadiens.
Il n'y a aucun doute, le jour du jugement viendra pour le premier ministre. Il pense peut-être échapper au Parlement en ce moment, mais le jour viendra. Les conservateurs exigeront qu'il rende des comptes. Nous ferons notre travail. Les conservateurs sont prêts, disposés et aptes à faire, pour les Canadiens, le travail que personne d'autre ici ne semble vouloir faire.
Results: 1 - 100 of 860 | Page: 1 of 9

1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|