Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 5864
View Scott Simms Profile
Lib. (NL)
Mr. Speaker, presenting reports from the interparliamentary delegations, I would like to report from the Canada-Europe interparliamentary delegation. Pursuant to Standing Order 34(1) I have the honour to present to the House, in both official languages, three reports of Canada-Europe.
The first concerns the parliamentary mission to Portugal, in Lisbon from April 15 to 17, 2019.
The second concerns the third part of the 2019 session of the Parliamentary Assembly of the Council of Europe and parliamentary mission to Strasbourg, France, and Rome, Italy, from June 24 to 28, 2019.
We are busy folks over here, so the third concerns the fourth part of the 2019 ordinary session of the Parliamentary Assembly of the Council of Europe in Strasbourg, France, from September 30 to October 4, 2019.
Monsieur le Président, conformément à l'article 34(1) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter à la Chambre, dans les deux langues officielles, trois rapports de la délégation interparlementaire Canada-Europe.
Le premier porte sur la mission parlementaire au Portugal, qui s'est tenue à Lisbonne, du 15 au 17 avril 2019.
Le deuxième porte sur la troisième partie de la session 2019 de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe et la mission parlementaire à Strasbourg, en France, et à Rome, en Italie, qui a eu lieu du 24 au 28 juin 2019.
Les membres de cette délégation sont très occupés. Le troisième rapport porte sur la quatrième partie de la session 2019 de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, qui s'est tenue à Strasbourg, en France, du 30 septembre au 4 octobre 2019.
View Wayne Easter Profile
Lib. (PE)
View Wayne Easter Profile
2020-02-20 10:04 [p.1287]
Mr. Speaker, this is my third day tabling reports. We have been busy at the Canada-United States Inter-Parliamentary Group.
Pursuant to Standing Order 34(1), I have the honour to present to the House, in both official languages, three reports of the Canada-United States IPG.
The first concerns the Pacific NorthWest Economic Region 29th annual summit held in Saskatoon, Saskatchewan, July 21 to 25, 2019.
The second concerns the National Governors Association annual summer meeting, held in Salt Lake City, Utah, from July 24 to 26, 2019.
The third concerns the CAN/AM Border Trade Alliance conference, held in Washington, D.C., from October 6 to 8, 2019.
Monsieur le Président, c'est la troisième journée que je présente des rapports. Le Groupe interparlementaire Canada—États-Unis a beaucoup de pain sur la planche.
Conformément à l'article 34(1) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter à la Chambre, dans les deux langues officielles, trois rapports du Groupe interparlementaire Canada—États-Unis.
Le premier porte sur le 29e sommet annuel de la région économique du Nord-Ouest du Pacifique, qui s'est tenu à Saskatoon, en Saskatchewan, du 21 au 25 juillet 2019.
Le deuxième porte sur la réunion estivale annuelle de la National Governors Association, qui s'est tenue à Salt Lake City, en Utah, du 24 au 26 juillet 2019.
Le troisième porte sur la conférence de l'Alliance commerciale de la frontière canado-américaine, qui a eu lieu à Washington, D.C., du 6 au 8 octobre 2019.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2020-02-20 10:05 [p.1287]
moved for leave to introduce Bill C-211, An Act to amend the Criminal Code (assaults against health care professionals and first responders).
He said: Mr. Speaker, I am truly honoured and humbled to be here today to introduce this bill.
In my mind, heroes do not wear capes. They wear shoulder flashes and badges that say nurse, RN, LPN, RPN, firefighter, paramedic, EMT or ambulance. They put their uniforms on every day knowing full well that they are going to experience human tragedy, and they are going to see sights and experience smells that may live with them for a lifetime.
When we call 911, we know that they will answer our call for help. They put their uniforms on every day to help us all. They fix our broken bones, they bandage our cuts, they restart our hearts and they hold our hands as we catch our last breath.
We should be doing everything we can to ensure that these altruistic individuals have the tools they require to do their jobs and to remain mentally healthy as well as physically healthy. We should be doing everything in our power to ensure that they never have to fear violence in their workplace.
Sadly, the rates of violence against our health care professionals and first responders are growing at a staggering rate. Today is about the nurse who is punched, kicked, spat at or thrown to the floor. Today is about the paramedic who is thrown down a flight of stairs, kicked and attacked while trying to save the life of a patient.
Today is about ensuring that we stand up for them because violence is not part of their job description.
demande à présenter le projet de loi C-211, Loi modifiant le Code criminel (voies de fait contre un professionnel de la santé ou un premier répondant).
— Monsieur le Président, je suis sincèrement honoré et fier d'être ici aujourd'hui pour présenter ce projet de loi.
À mon avis, les héros ne portent pas de cape. Ils portent des insignes d'épaule ou des écussons sur lesquels il est inscrit infirmière, infirmière autorisée, infirmière auxiliaire, infirmière auxiliaire autorisée, pompier, ambulancier paramédical, technicien en soins médicaux d'urgence ou technicien ambulancier. Chaque jour, ces personnes enfilent leur uniforme en sachant très bien qu'elles seront témoins de tragédies humaines et qu'elles verront des choses et sentiront des odeurs qui les marqueront pour le reste de leurs jours.
Quand on compose le 911, on sait que ces personnes répondront à notre appel à l'aide. Elles enfilent leur uniforme chaque jour pour nous aider tous. Elles soignent nos os fracturés, pansent nos plaies, réaniment notre cœur et tiennent notre main quand on rend notre dernier souffle.
Nous devrions faire tout notre possible pour garantir que ces personnes altruistes ont les outils dont elles ont besoin pour accomplir leur travail et conserver leur santé mentale et physique. Nous devrions faire tout en notre pouvoir pour veiller à ce qu'elles n'aient plus jamais à craindre la violence dans leur milieu de travail.
Malheureusement, le taux de violence contre les professionnels de la santé et les premiers intervenants augmente à un rythme effarant. Des infirmières se font frapper à coups de poing et à coups de pied, cracher dessus ou jeter au sol. Des ambulanciers paramédicaux se font pousser en bas d'un escalier, rouer de coups de pied et attaquer alors qu'ils tentent de sauver la vie d'un patient.
Nous devons dès maintenant nous porter à leur défense parce que la violence ne fait pas partie de leur description de poste.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2020-02-20 10:07 [p.1287]
moved for leave to introduce Bill C-212, An Act to amend the Employment Insurance Act (special benefits).
He said: Mr. Speaker, I am pleased to rise today to table a bill to make our employment insurance system work better for Canadians suffering from serious illness.
Currently, EI sickness benefits only last 15 weeks, which is simply not enough for many Canadians suffering from cancer or other diseases with long treatment periods. This legislation proposes to extend those benefits to 50 weeks, the same amount of coverage people can receive if they are laid off.
Just yesterday, the House passed a motion calling for this change, with only the governing Liberals voting against it. This bill is the way to make it happen, to pass from words to action and get relief for Canadians who are suffering now.
Given the support expressed yesterday, I will be moving later today for unanimous consent to send this bill immediately to committee so we can find a way forward as quickly as possible and help relieve the financial hardship that comes with illness for sick Canadians from coast to coast to coast.
I hope that all members in the House will support making quick progress on this important initiative.
demande à présenter le projet de loi C-212, Loi modifiant la Loi sur l’assurance-emploi (prestations spéciales).
— Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui pour déposer un projet de loi visant à améliorer le fonctionnement du régime d'assurance-emploi pour les Canadiens atteints d'une maladie grave.
À l'heure actuelle, le régime d'assurance-emploi prévoit le versement de prestations de maladie pendant 15 semaines seulement. C'est nettement insuffisant pour nombre de Canadiens atteints d'un cancer ou d'une autre maladie qui requiert de longs traitements. Cette mesure législative propose de prolonger la période de versement jusqu'à 50 semaines, comme dans le cas des mises à pied.
Pas plus tard qu'hier, la Chambre a adopté une motion demandant ce changement, et seuls les libéraux, qui sont au pouvoir, ont voté contre. Ce projet de loi permettrait d'apporter ce changement, de passer de la parole aux actes et d'aider les Canadiens qui souffrent en ce moment.
Au vu de l'appui exprimé hier, je vais demander plus tard aujourd'hui le consentement unanime pour renvoyer ce projet de loi immédiatement au comité afin qu'il soit étudié le plus rapidement possible et que nous puissions alléger le fardeau financier qui pèse sur les Canadiens malades d'un océan à l'autre.
J'espère que tous les députés voudront faire avancer rapidement cette initiative importante.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-02-20 10:09 [p.1288]
Mr. Speaker, I am pleased to present a petition to defend wild Pacific salmon. It is a key issue for my constituents in Saanich—Gulf Islands. Indeed, they are clamouring for the House of Commons to act using the precautionary principle.
They have waited quite a long time for action based on the report that was originally commissioned by previous prime minister Stephen Harper: the commission of inquiry into the collapse of Fraser River sockeye in 2009.
There were 75 recommendations that stemmed from Mr. Justice Bruce Cohen's inquiry. They remain to be implemented. The petitioners ask for the recommendations of the Cohen commission to protect wild salmon to be implemented urgently.
Monsieur le Président, je suis heureuse de présenter une pétition qui vise à protéger le saumon sauvage du Pacifique. C'est une question importante pour les gens de ma circonscription, Saanich—Gulf Islands. En effet, ils réclament que la Chambre des communes agisse en appliquant le principe de précaution.
Si l'on se fie au rapport de la Commission d'enquête Cohen sur le déclin des populations de saumon rouge du fleuve Fraser, qui a été commandé par le premier ministre précédent, Stephen Harper, en 2009, on attend depuis assez longtemps que des mesures soient prises.
Dans le rapport, le juge Bruce Cohen a formulé 75 recommandations, mais elles n'ont pas encore été mises en oeuvre. Les pétitionnaires demandent qu'on donne suite sans tarder aux recommandations contenues dans le rapport de la Commission Cohen afin de protéger le saumon sauvage.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-02-20 10:10 [p.1288]
Mr. Speaker, I would ask that all questions be allowed to stand.
Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Is that agreed?
Some hon. members: Agreed.
D'accord?
Des voix: D'accord.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-02-20 10:10 [p.1288]
Mr. Speaker, I rise to respond to the intervention made by the member for Red Deer—Mountain View concerning the government's response to Question No. 50. This is a rather simple and straightforward matter.
Question No. 50 states, in part, “With regard to contracts granted by any department, agency, Crown corporation, or other government entity, since January 1, 2017, to the Pembina Institute”.
The government's response to Question No. 50 states:
Natural Resources Canada, Atomic Energy of Canada Limited, the Canadian Nuclear Safety Commission, the Canada Energy Regulator and the Northern Pipeline Agency have not granted any contracts to the Pembina Institute since January 1, 2017.
The question concerns contracts, not grants, made to the institute in question. There is a clear difference between a contract and a grant.
The Treasury Board of Canada Secretariat's guide on grants, contributions and other transfer payments clearly sets out the differences between contracts and transfer payments, which include grants.
The guide states:
A procurement contract is used to obtain goods or services. It is an agreement between a federal government contracting authority and an outside party to purchase goods, provide a service or lease rental property.
A transfer...arrangement [which includes grants] is used to transfer monies or make in-kind contributions from the federal government to individuals, organizations or other levels of government...to further government policy and the department's objectives.
In conclusion, Question No. 50 asked about contracts, not grants. The difference is obvious. The government has responded accurately—
Monsieur le Président, je prends la parole pour répondre à l'intervention du député de Red Deer—Mountain View au sujet de la réponse du gouvernement à la question no 50. L'affaire est assez simple.
La question no 50 se lit en partie comme suit: « En ce qui concerne les contrats accordés par un ministère, un organisme, une société d'État ou une autre entité gouvernementale au Pembina Institute depuis le 1er janvier 2017 [...] ».
On peut lire dans la réponse du gouvernement à cette question:
Ressources naturelles Canada, Énergie atomique du Canada limitée, la Commission canadienne de sûreté nucléaire, la Régie de l'énergie du Canada et l'Administration du pipe-line du Nord n'ont accordé aucun contrat au Pembina Institute depuis le 1er janvier 2017.
La question porte sur les contrats, et non sur les subventions, qui ont été accordés à l'institut en question. Un contrat et une subvention sont deux choses bien différentes.
Le Guide sur les subventions, contributions et autres paiements de transfert du Conseil du Trésor établit clairement les différences entre les contrats, aussi appelés marchés, et les accords de paiements de transfert, qui comprennent les subventions.
Voici ce qu'on peut y lire:
Le marché est utilisé pour obtenir des biens ou des services. Il s’agit d’une entente entre une autorité contractante du gouvernement fédéral et une tierce partie pour l’achat de biens, la fourniture d’un service ou la location d’un bien immobilier.
Un accord de [...] transfert [ce qui comprend les subventions] sert à virer des sommes ou des contributions en nature du gouvernement fédéral à des particuliers, des organisations ou d’autres paliers de gouvernement [...] pour promouvoir la politique gouvernementale et l’atteinte des objectifs du ministère.
Bref, la question no 50 porte sur les contrats et non les subventions. Il y a une différence évidente entre les deux. Le gouvernement a donné une réponse correcte...
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
We have a point of order, but we cannot have a point of order on a point of order. I will let the hon. member continue and then we will come back after. It is bordering on debate, and I do have some questions but I will let the hon. member finish.
Il y a un rappel au Règlement, mais on ne peut pas avoir un rappel au Règlement sur un rappel au Règlement. Je vais laisser le député poursuivre, puis nous y reviendrons. Nous sommes à la limite du débat, et j'ai quelques questions, mais je vais laisser le député terminer.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-02-20 10:13 [p.1288]
Mr. Speaker, to continue, I submit that if my hon. colleague had asked a slightly different question, he would have received a different answer. Therefore, in no way has the government deliberately misled the House in its response to Question No. 50. It should now be clear to the House that this matter does not constitute a question of privilege.
Monsieur le Président, je poursuis. Si mon collègue avait posé une question légèrement différente, je suis convaincu qu'il aurait reçu une réponse différente. Par conséquent, le gouvernement n'a nullement induit délibérément la Chambre en erreur dans sa réponse à la question no 50. Il devrait maintenant être évident pour la Chambre que cette affaire ne constitue pas une question de privilège.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
We will take that under advisement. That will help us come back to the House with a ruling on the point of privilege that was made by the hon. member for Red Deer—Mountain View. There are no other points of order.
Nous prendrons la question en délibéré. L'intervention du député nous aidera à rendre une décision à l'égard de la question de privilège du député de Red Deer—Mountain View. Il n'y a pas d'autre recours au Règlement.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2020-02-20 10:14 [p.1289]
moved:
That the House stand in solidarity with every elected band council on the Coastal GasLink route, the majority of hereditary chiefs, and the vast majority of the Wet’suwet’en people, who support the Coastal GasLink project, and condemn the radical activists who are exploiting divisions within the Wet’suwet’en community, holding the Canadian economy hostage, and threatening jobs and opportunities in Indigenous communities.
He said: Mr. Speaker, I will be splitting my time with the hon. member for Chilliwack—Hope.
Today is about the voices of the Wet'suwet'en. Over the last 14 days, we have heard that a lot of people are standing in solidarity with the Wet'suwet'en. Today we are bringing the real voices of the Wet'suwet'en to the floor of Parliament to ensure that the other side of the story is being told.
I could stand here and talk about the 900,000 tonnes of product that is shipped every day on our railways or the 88.1 million passengers who are moved annually on our railways. I could talk about the fact that Canada is a trading nation and our economic prosperity is predicated on our ability to produce good products and get them to market.
I could mention that over the last 14 days we have seen a lack of leadership. We have seen zero leadership from the Prime Minister. I could talk about how this has damaged our economic standing in the global market.
However, today I am going to focus on the voices of the Wet'suwet'en, the voices of the 20 first nations, the elected bands and the hereditary chiefs. Over 85% of the Wet'suwet'en voted in favour of the Coastal GasLink project, voted in favour of economic prosperity.
I live in northern British Columbia adjacent to the territories that the Coastal GasLink project is going through. I have many friends who are Wet'suwet'en. I have many friends who are Tsilhqot'in. My family is from the Tsilhqot'in First Nation. We are in northern British Columbia, where our economic opportunities are few and far between. Our forestry industry is in dire straits. We have seen job losses in the tens of thousands and 25 mill closures in the last year. When we see groups sign on to hope and economic prosperity, we want to make sure their voices are heard.
The Wet'suwet'en, whose voices have not been heard so far, are being vandalized and harassed. As a matter of fact, three of the hereditary chiefs were kicked out because they supported the Coastal GasLink project.
Today is about the 875 million dollars' worth of contracts that have been let on this project so far. Many of them are joint ventures between first nations and non-first nations. Today is about the 400 indigenous and first nations people who are employed by the Coastal GasLink project. That is over one-third of the employees. Today is about the over $1 billion of economic opportunity and partnerships the first nations have signed on for with the Coastal GasLink project.
I know that my colleagues across the way will say that we do not stand with hereditary chiefs and that we are failing to recognize the hereditary chiefs who voted against this. I will remind the House that all 20 elected bands signed up for the Coastal GasLink project. Eight of the 13 hereditary chiefs signed up for the Coastal GasLink project. There were five hereditary chiefs and their families who said no to the project.
This is a Wet'suwet'en issue. It has been said before by members on all sides of the House and by the media that this is a Wet'suwet'en issue. I agree with that. The Wet'suwet'en have to sort their house out; they have to figure this out.
What is the result of inaction? The result of no action is exactly what we are seeing today. The Prime Minister jetted all over the world for 14 days, 13 days or nine days, however long it was, and hid overseas. He is refusing to acknowledge that we are in a crisis.
If the blockades were removed today and our goods and services all of a sudden opened up, it would take not days, not weeks, but months upon months for us to recover. We are already seeing job losses with CN and VIA Rail. Yesterday VIA Rail announced 1,000 job losses, layoffs. In making that announcement, the CEO said that in its 42 years of existence she had never seen a service disruption of this magnitude.
Those lost jobs are not just non-first nation jobs. They are first nation jobs too. These workers are employed as truck drivers. They are the folks laying pipe. They are working to do whatever they can to make a better living for their families and put a roof over their heads.
In the three minutes I have left, I want to bring forward the voices of the Wet'suwet'en.
Robert Skin, who was elected to the council of the Skin Tyee First Nation, said, “With the benefit agreement that [the Skin Tyee] did sign, I see us being in a better place even within the next five years.”
He also said:
These protesters are getting one side of the story. They want to stand up with their fists in the air, but I say come and listen to us and get the other side of the story before you go out there and stop traffic and stop the railroad. All you are doing is alienating our people who are trying to put a roof over their heads and food on the table.
This is a voice I want to bring to the floor today.
I have a constituent who works at CN as a locomotive engineer. He was the first to go west from Smithers out to Prince George on a 12,000-foot coal train last Friday when the blockade came down. He asked me a question: If all these other groups are supporting the Wet'suwet'en and the Wet'suwet'en have agreed to remove the blockade to facilitate the dialogue, why did the federal government not do the same thing as the B.C. government and agree to have dialogue but only if the illegal blockades were removed first?
Chief Larry Nooski, of the Nadleh Whut'en, said:
Coastal GasLink represents a once in a generation economic development opportunity for Nadleh Whut'en First Nation. We negotiated hard...to guarantee that Nadleh people, including youth, have the opportunity to benefit directly and indirectly from the project, while at the same time, ensuring that the land and the water is protected.
First nations chiefs and leaders are on record saying that during the six years of consultation, they would go to Coastal GasLink if they had questions. They walked the lands and decided together what this project meant. Their concerns were met with answers and the company listened. These are the stories that are not being told, which is what today is all about.
Hereditary Chief Helen Michelle of Skin Tyee First Nation of the Wet'suwet'en has stated, “A lot of the protesters are not even Wet'suwet'en.... Our own people said go ahead” to Coastal GasLink. She also said, “We talked with the elders.... We talked and talked, and we kept bringing them back.... We walked the very territory where CGL is going.... We are going to give it the go-ahead.”
Hereditary Chief Theresa Tait-Day of the Wet'suwet'en nation said, “In the case of Coastal GasLink, 85% of our people said yes, we want this project.”
Marion Tiljoe Shepherd, the descendant of a hereditary chief, said, “All of these protesters don't have the right to close down railways and ships. It's not right. Go away. I want them to leave.”
Shepherd also stated:
People are starting to speak the truth about what they feel. People want to work. The chiefs are supposed to talk to the clans and the clans are supposed to make the decisions. It's not going that way.
Those are the voices of the Wet'suwet'en and they are the reason we are here today.
propose:
Que la Chambre soit solidaire de tous les conseils de bande élus sur le tracé du gazoduc de Coastal GasLink, de la majorité des chefs héréditaires et de la grande majorité des membres de la communauté des Wet’suwet’en, qui appuient le projet de Coastal GasLink, et condamne les activistes radicaux qui exploitent les divisions au sein de la communauté des Wet’suwet’en, tiennent l’économie canadienne en otage et menacent les emplois et les opportunités dans les communautés autochtones.
— Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec le député de Chilliwack—Hope.
Le but de la motion d'aujourd'hui est de faire entendre les voix des Wet'suwet'en. Depuis 14 jours, nous entendons beaucoup de gens se dire solidaires des Wet'suwet'en. Aujourd'hui, le Parlement relaiera les voix des Wet'suwet'en eux-mêmes afin de faire connaître leur propre version des faits.
Je pourrais parler des 900 000 tonnes de produits transportées chaque jour sur nos voies ferrées ou des 88,1 millions de passagers qui empruntent le train chaque année. Je pourrais parler du fait que le Canada est un pays commerçant et que notre prospérité économique dépend de notre capacité à produire des produits de qualité et à les acheminer vers les marchés.
Je pourrais mentionner que, depuis 14 jours, nous observons un manque de leadership. Le premier ministre ne prend absolument pas les choses en main. Je pourrais dire à quel point la situation actuelle nuit à notre position économique dans le marché mondial.
Toutefois, aujourd'hui, je vais me concentrer sur les voix des Wet'suwet'en, les voix des 20 Premières Nations, des dirigeants de bande élus et des chefs héréditaires. Plus de 85 % des Wet'suwet'en ont voté pour le projet Coastal GasLink et pour la prospérité économique qu'il représente.
Je vis dans le Nord de la Colombie-Britannique, près du territoire que le projet Coastal GasLink doit traverser. J'ai de nombreux amis wet'suwet'en et tsilhqot'ins. Ma famille vient de la Première Nation des Tsilhqot'ins. Dans le Nord de la Colombie-Britannique, où nous vivons, les débouchés économiques sont restreints. L'industrie forestière est dans une situation désastreuse. Au cours de la dernière année, 25 scieries ont fermé, et des dizaines de milliers d'emplois ont disparu. Il est donc essentiel de faire entendre la voix des groupes qui misent sur l'espoir et la prospérité économique.
Nous n'avons pas encore entendu la voix des Wet'suwet'en, qui sont actuellement la cible de vandalisme et de harcèlement. Trois des chefs héréditaires ont d'ailleurs été chassés parce qu'ils appuyaient le projet Coastal GasLink.
Parmi les enjeux auxquels nous pensons aujourd'hui figurent les contrats d'une valeur d'environ 875 millions de dollars qui ont déjà été accordés pour ce projet. Il s'agit, dans bien de cas, de partenariats entre des Premières Nations et d'autres entités. Nous pensons aussi aux 400 personnes autochtones ou des Premières Nations qui travaillent pour le projet Coastal GasLink; elles représentent plus d'un tiers des employés. Nous pensons également aux partenariats et aux perspectives économiques de plus de 1 milliard de dollars pour lesquels les Premières Nations ont choisi d'adhérer au projet Coastal GasLink.
Les députés d'en face diront sûrement que nous ne soutenons pas les chefs héréditaires, que nous ne tenons pas compte des chefs héréditaires qui ont voté contre ce projet. Je rappelle à la Chambre que les 20 bandes élues ont toutes adhéré au projet Coastal GasLink, tout comme 8 des 13 chefs héréditaires. Cinq chefs héréditaires et leur famille ont refusé le projet.
Ces divergences d'opinions relèvent des affaires internes des Wet'suwet'en, comme l'ont souligné des journalistes et des députés de tous les côtés de la Chambre. C'est aussi mon avis. Les Wet'suwet'en doivent mettre de l'ordre dans leurs affaires; ils doivent régler la situation.
Quel est le résultat de l'inaction? Nous voyons aujourd'hui exactement ce qu'il en est. Le premier ministre a sillonné le monde en avion pendant 14 jours, 13 jours ou 9 jours — peu importe —; il s'est caché à l'étranger. Il refuse de reconnaître que le pays est en situation de crise.
Si les barricades étaient retirées aujourd'hui et que l'acheminement des biens et des services reprenait soudainement, il faudrait non pas des jours ni des semaines, mais plusieurs mois pour rétablir la situation. On constate déjà des pertes d'emploi au CN et à VIA Rail. Hier, VIA Rail a annoncé la mise à pied de 1 000 employés. En faisant l'annonce, la présidente et chef de la direction a dit que, dans les 42 ans d'existence de la société, il n'y avait jamais eu d'interruption de service d'une telle ampleur.
Il n'y a pas que des non-Autochtones qui ont perdu leur emploi. Il y a aussi des membres des Premières Nations. Les travailleurs touchés sont des camionneurs. Ce sont des poseurs de tuyaux. Ils travaillent et font tout ce qu'ils peuvent pour améliorer le sort de leur famille et pour avoir un toit sur la tête.
Dans les trois minutes qui me restent, j'aimerais faire entendre la voix des Wet'suwet'en.
Robert Skin, qui a été élu au conseil de la Première Nation Skin Tyee, a dit ceci: « Grâce à l'entente sur les retombées que [les Skin Tyee] ont signée, je prévois que nous serons déjà en meilleure position d'ici cinq ans. »
Il a ajouté ceci:
Les manifestants n'ont qu'une seule version des faits. Ils veulent se montrer solidaires en levant les poings en l'air, mais je leur demande de venir nous écouter pour entendre l'autre version des faits avant d'aller arrêter la circulation routière et ferroviaire. De tels actes ne font qu'aliéner les membres de notre peuple qui cherchent à avoir un toit sur la tête et à mettre de la nourriture sur la table.
Il s'agit d'une voix que je veux faire entendre à la Chambre aujourd'hui.
Un de mes concitoyens travaille au CN à titre de mécanicien de locomotive. Vendredi dernier, il a été le premier à se déplacer vers l'ouest, de Smithers à Prince George, à bord d'un train de 12 000 pieds de long transportant du charbon, lorsque la barricade a été démantelée. Il m'a posé la question suivante: si tous les autres groupes appuient les Wet'suwet'en et que les Wet'suwet'en ont convenu de retirer la barricade pour faciliter le dialogue, pourquoi le gouvernement fédéral n'a-t-il pas suivi l'exemple du gouvernement de la Colombie-Britannique en acceptant d'établir un dialogue, mais seulement si les barrages illégaux étaient d'abord défaits?
Larry Nooski, chef de la nation de Nadleh Whuten, a dit ceci:
Le projet Coastal GasLink constitue une occasion de développement économique pour la Première Nation de Nadleh Whuten qui ne se présente qu'une fois par génération. Nous avons négocié énergiquement [...] pour garantir que les Nadleh, y compris les jeunes, puissent bénéficier directement et indirectement du projet, tout en veillant à la protection des terres et des eaux.
Les chefs et dirigeants des Premières Nations ont déclaré publiquement que pendant les six années de consultation, ils se tournaient vers les responsables du projet Coastal GasLink s'ils avaient des questions. Ils ont parcouru le territoire et ont décidé ensemble de la signification de ce projet. L'entreprise les a écoutées et a répondu à leurs préoccupations. Voilà les histoires qu'on n'entend pas, voilà de quoi il sera question aujourd'hui.
La chef héréditaire Helen Michelle, de la Première Nation Skin Tyee des Wet'suwet'en, a déclaré que de nombreux manifestants n'étaient même pas des Wet'suwet'en et que les membres de sa Première Nation avaient donné le feu vert à Coastal GasLink. Elle a aussi dit: « Nous avons parlé avec les aînés [...] Nous avons longuement discuté du projet avec eux et nous les avons fait revenir souvent [...] Nous avons marché le long du tracé de Coastal GasLink [...] Nous allons lui donner le feu vert. »
La chef héréditaire Theresa Tait-Day, de la nation des Wet'suwet'en, a indiqué que 85 % de son peuple s'est prononcé en faveur du projet Coastal GasLink.
Marion Tiljoe Shepherd, la descendante d'un chef héréditaire, a déclaré: « Tous ces manifestants n'ont pas le droit d'interrompre les services par chemin de fer et par bateau. Ce n'est pas correct. Ils doivent arrêter. Je veux qu'ils partent. »
Elle a également tenu les propos suivants:
Les gens commencent à dire la vérité sur ce qu'ils ressentent. Ils veulent travailler. Les chefs sont censés parler aux clans et les clans sont censés prendre les décisions. Ce n'est pas ce qui se passe en ce moment.
Voilà ce que pensent les Wet'suwet'en, et c'est pour cette raison que nous sommes ici aujourd'hui.
View Larry Bagnell Profile
Lib. (YT)
View Larry Bagnell Profile
2020-02-20 10:24 [p.1290]
Madam Speaker, it is always very helpful to have quotes from the people involved in these situations, so I appreciate that.
I want to ask a non-partisan question related to the numbers. During the emergency debate the other night, a member who had been on the ground and talked to the people gave us numbers from two different Wet'suwet'en first nations. From what I remember from the debate, a majority were against the project.
Does the member have exact numbers to give us that are different from the numbers given during the emergency debate?
Madame la Présidente, il est toujours très utile de rapporter les propos des personnes concernées par ces situations, alors je remercie le député.
J'aimerais poser une question non partisane au sujet des chiffres. Pendant le débat d'urgence que nous avons tenu l'autre soir, un député qui est allé sur le terrain et qui a parlé aux gens sur les lieux nous a fourni des chiffres sur deux communautés distinctes de la nation des Wet'suwet'en. D'après ce que j'ai retenu du débat, la majorité était contre le projet.
Le député peut-il nous donner des chiffres précis qui diffèrent de ceux fournis pendant le débat d'urgence?
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2020-02-20 10:25 [p.1290]
Madam Speaker, these numbers are from the Wet'suwet'en themselves, the Wet'suwet'en who voted in favour of this project. The numbers I quoted today are from the Wet'suwet'en, the Wet'suwet'en voices themselves. Over 85% of the Wet'suwet'en voted in favour of this project. Eight of the 13 hereditary chiefs voted in favour of this project. Twenty first nations voted in favour of this project.
Those are the numbers I want to leave my colleague with today.
Madame la Présidente, les chiffres proviennent directement des Wet'suwet'en. Ils ont voté pour ce projet. Les chiffres que j'ai cités aujourd'hui proviennent des Wet'suwet'en; ce sont les Wet'suwet'en qui se sont prononcés. Plus de 85 % des Wet'suwet'en ont voté pour ce projet. Huit des 13 chefs héréditaires ont voté pour ce projet. Vingt nations autochtones ont voté pour ce projet.
Voilà les chiffres que j'ai à fournir à mon collègue aujourd'hui.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-02-20 10:26 [p.1290]
Madam Speaker, I listened closely to my colleague's speech, but I do not really see how what he said will help resolve the crisis. I think dialogue is key to resolving the crisis. In my previous life, I taught philosophy. The word “dialogue” comes from dialogos, which means two parties discerning the truth. The underlying assumption is that all participants must be recognized.
In his speech, my colleague said that, on the one hand, there are the real voices of the Wet'suwet'en and, on the other, the impostor voices of the Wet'suwet'en, those who oppose or do not recognize the Coastal GasLink project and, as my colleague stated, perhaps mistakenly, are against economic development and whatever else.
I would like my colleague to tell me what part of everything he told us just now points to a way out of this crisis.
Madame la Présidente, j'ai écouté attentivement le discours de mon collègue et j'ai de la difficulté à voir, dans ce qu'il nous a présenté, une solution pour arriver à une sortie de crise. Pour moi, une sortie de crise passe nécessairement par le dialogue. Dans une ancienne vie, j'enseignais la philosophie. Le mot « dialogue » vient de dialogos qui signifie déterminer la vérité à deux. Cela suppose donc de reconnaître les différents intervenants.
Dans son discours, mon collègue soulignait que d'un côté il y a une véritable voix des Wet'suwet'en et de l'autre, une fausse voix des Wet'sutwet'en, c'est-à-dire celle des opposants ou celle de ceux qui ne reconnaissent pas le projet de Coastal GasLink, ceux qui, comme le soulignait peut-être à tort mon collègue, sont contre le développement économique et je ne sais trop quoi.
J'aimerais que mon collègue me dise à quel endroit se situe la possibilité d'une sortie de crise dans ce qu'il nous a présenté tout à l'heure.
Results: 1 - 15 of 5864 | Page: 1 of 391

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data