Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 83
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Okay, fair enough; I think that's good. It's not really answering the question, so I'm just going to move on.
In the same report, the Native Women's Association also talked about identifying and assisting indigenous victims and survivors of human trafficking and exploitation and how that effort has been greatly hindered by a lack of disaggregated and cross-jurisdictional data.
We hear this again and again. In every report that we do, data continues to be the big challenge. I'm wondering if there's been any work done on that and if the importance of indigenous ownership of the data collected in relation to the indigenous experience has been recognized. I also wonder how the fact of cross-jurisdictional data can be addressed. This continues to be an issue.
I only have one minute left, so I would really appreciate it if whoever can answer that best would please step up. We don't have a lot of time.
D'accord, très bien. Je pense que c'est suffisant. Cela ne répond pas vraiment à la question, alors je vais poursuivre.
Dans le même rapport, l'Association des femmes autochtones du Canada mentionne aussi qu'il faut procéder à l'identification des victimes et des survivantes de la traite des personnes et de l'exploitation pour leur venir en aide et que le manque de données ventilées et interorganisationnelles nuit grandement aux efforts en ce sens.
On répète cela sans cesse. Dans tous les rapports que nous publions, les données demeurent le gros problème. Je me demande si des efforts ont été déployés pour y remédier, et si on a reconnu l'importance de la propriété autochtone des données recueillies au sujet des expériences vécues par les Autochtones. Je me demande aussi comment le problème lié aux données interorganisationnelles peut être réglé, un problème toujours présent aujourd'hui.
Il ne me reste qu'une minute, alors si c'était la personne la mieux placée pour répondre à la question qui prenait la parole, je vous en serais très reconnaissante. Il reste très peu de temps.
Nathalie Levman
View Nathalie Levman Profile
Nathalie Levman
2021-06-01 13:04
I'm wondering if you would like to hear from Statistics Canada on these issues. There is data out there and a lot of it has been spearheaded by indigenous groups, but I think this is really a question for Statistics Canada. I note that they're not here.
Je me demande si vous aimeriez entendre Statistique Canada à ce propos. Des données existent et beaucoup de ces données ont été recueillies sous l'égide de groupes autochtones, mais je pense qu'il s'agit d'une question qui relève de Statistique Canada, et je constate qu'il n'y a pas de ses représentants ici.
Kathy AuCoin
View Kathy AuCoin Profile
Kathy AuCoin
2021-05-25 12:30
Madam Chair and members of the Standing Committee on Justice and Human Rights, I'd like to thank you for the opportunity to present our most recent statistics on senior abuse in Canada.
Much of the information I'll be focusing on this afternoon is available in the publication “Family violence in Canada: A statistical profile”. A link to the report and a series of custom tabulations have been provided to the clerk for your reference.
It's important to note that the data from this report highlight those forms of abuse that meet the criminal threshold and that were reported to the police. As a result, it does not provide a complete picture of the overall prevalence of senior abuse as it does not capture emotional, psychological and financial abuse. Also note that Statistics Canada is working towards collecting disaggregated data, that is, by ethnicity, life stages and gender, which will give us a better understanding of which seniors are most at risk of abuse.
Also note that I'll be referring to the most recent police data, which is from 2019. The 2020 data will be released at the end of July. This information will be critical to our understanding of the impact of COVID restrictions on seniors and whether or not they were more at risk of being a victim.
In 2019, there were more than 14,000 senior victims of police-reported violence in Canada. By senior victims, I mean those individuals who are 65 years of age and older. Of these victims, 55% were men, while 45% were women. This translates into a rate of 227 seniors per 100,000.
Since 2014, there has been a steady increase in police-reported violence perpetrated against seniors. Specifically, we've noted a 29% increase in victimization rates between 2014 and 2019. Over the same time period, the rate of violence increased more for senior women than for senior men. We also noted that there were increases in violence against other age groups—that is, people between 0 and 17, or 18 to 64—but it was only an increase of 16%.
Based on the police data, the highest rates of senior victimization were noted in the three territories, as well as Manitoba and New Brunswick, while Nova Scotia reported the lowest.
According to the 2016 census, 7% of all seniors lived in shared dwellings such as senior resident nursing homes. From police-reported data, we were able to get a glimpse of the violence committed against seniors in these environments. In 2019, just over one in 10 senior victims of police-reported violence were residing in a nursing or retirement home at the time of the incident. Two-thirds of these victims were senior women. Most of these seniors who experienced violence experienced physical assault, while one in seven were sexually assaulted.
Within the nursing and retirement home environment, the perpetrators of this violence were most often seniors themselves. They were a casual acquaintance of the victim, a neighbour within the retirement home or.... We can't tell from the data whether these individuals were suffering from some sort of cognitive impairment or dementia, which could have explained the reason for the violence. Further to that, the police-reported data noted very few cases where the perpetrator of the violence was a staff member of the residence.
Another source of data for senior abuse is the general social survey on victimization, which measures three types of violence—sexual assault, robbery and physical assault—as well as five forms of non-violent crime. These data are critical to our understanding as they capture victimization whether it was reported to the police or not.
According to the 2019 GSS, one in 10 seniors self-reported being a victim of household or violent crime in the previous 12 months and 84,000 seniors were victims of a violent crime. Through the GSS, we are also able to capture experiences of emotional and financial abuse of older adults by a family member or caregiver. Recent results found that approximately 2% of seniors reported experiencing financial or emotional abuse over the past five years. Finally, the GSS also noted that 14% of seniors experienced fraud over the previous five years.
There are challenges in collecting data on elder and senior abuse. Specifically, to obtain robust data, there must be an agreed-upon definition of “senior”, an agreed-upon definition of “abuse” and a sound method on how to capture this information from those living in an institution.
Thank you to the chair and members for their attention this afternoon.
Madame la présidente, et mesdames et messieurs les membres du Comité permanent de la justice et des droits de la personne, je vous remercie de me donner l’occasion de vous présenter nos statistiques les plus récentes sur la maltraitance des aînés au Canada.
Une grande partie des renseignements présentés cet après-midi est disponible dans la publication La violence familiale au Canada : un profil statistique. Un lien vers le rapport et une série de tableaux personnalisés ont été fournis au greffier à titre d'information.
Il est important de noter que les données de ce rapport mettent en évidence les formes de maltraitance qui atteignent le seuil du comportement criminel et qui ont été déclarées à la police. En tant que telles, elles ne nous donnent pas une vue complète de la prévalence globale de la maltraitance des aînés, car elles ne comprennent pas la violence psychologique et émotionnelle ou l’exploitation financière. En outre, Statistique Canada travaille à la collecte de données désagrégées, soit par ethnicité, les étapes de la vie et le genre, lesquelles nous aideront à mieux comprendre les groupes d’aînés qui sont plus à risque de maltraitance.
Veuillez noter que je vais faire référence aux données les plus récentes des services de police qui remontent à 2019. Les données de 2020 seront disponibles à la fin du mois de juillet, et cette information sera essentielle pour nous aider à comprendre les répercussions des restrictions imposées par la COVID-19 sur les aînés et à déterminer s’ils subissent une victimisation supplémentaire en raison d’un plus grand isolement.
En 2019, plus de 14 000 personnes âgées ont été victimes d’une affaire de violence déclarée par la police au Canada. Par victimes âgées, j’entends les personnes âgées de 65 ans et plus. Parmi ces victimes, 55 % étaient des hommes et 45 % étaient des femmes. Ces chiffres correspondent à un taux de 227 victimes âgées pour 100 000 habitants.
Depuis 2014, on constate une augmentation constante du nombre de cas de violence envers des personnes âgées déclaré par la police. Plus précisément, nous avons constaté une augmentation de 29 % du taux de victimisation des aînés entre 2014 et 2019. Au cours de la même période, le taux de violence a augmenté plus chez les femmes âgées que chez les hommes âgés. On a également constaté des augmentations de la violence à l’égard d’autres groupes d’âge, comme chez les 0 à 17 ans, ou les 18 à 64 ans, mais l'augmentation était moindre, soit 16 %.
Selon les statistiques des services de police, les taux les plus élevés de victimisation chez les aînés ont été observés dans les trois territoires et dans les provinces du Manitoba et du Nouveau-Brunswick. Le taux le plus faible a été observé en Nouvelle-Écosse.
Selon le Recensement de 2016, 7 % des personnes âgées vivent dans des milieux en commun, comme des maisons de soins infirmiers. D’après les données déclarées par la police, nous sommes en mesure d’avoir un aperçu de la violence commise contre les personnes âgées dans ces milieux. En 2019, un peu plus d’une victime âgée sur dix d'une affaire de violence déclarée à la police résidait dans une maison de soins infirmiers ou de retraite au moment de l’incident. Les deux tiers de ces victimes étaient des femmes âgées. La plupart des personnes âgées qui ont été victimes de violence dans ces milieux ont été agressées physiquement, et environ une sur sept a été agressée sexuellement.
Dans les maisons de soins infirmiers ou de retraite, les auteurs de cette violence étaient le plus souvent eux-mêmes des personnes âgées et étaient une connaissance de la victime, un voisin dans la maison de retraite ou.... Nous n’avons aucun moyen de déterminer à partir des données si les auteurs de cette violence souffraient d’une forme quelconque de déficience cognitive ou de démence qui aurait pu jouer un rôle dans la violence. En outre, les données déclarées par la police font état de très peu de cas où l’auteur de la violence était un membre du personnel de la résidence.
Une autre source de données sur les mauvais traitements infligés aux personnes âgées est l’Enquête sociale générale sur la victimisation, qui mesure trois types de violence — agression sexuelle, vol qualifié et voies de fait —, de même que cinq formes de crimes non violents. Ces données sont essentielles à notre compréhension, car elles rendent compte de la victimisation, qu’elle ait été signalée à la police ou non.
Selon l’enquête sociale générale de 2019, un aîné sur dix a déclaré avoir été victime d’un crime contre le ménage ou violent au cours des 12 derniers mois, et 84 000 personnes âgées ont été victimes d’un crime violent. Grâce à cette enquête, nous sommes également en mesure de consigner les expériences de violence émotionnelle et d’exploitation financière par un membre de la famille ou un aidant. Les derniers résultats ont révélé qu'environ 2 % des aînés ont signalé avoir été victimes d’exploitation financière ou de violence émotionnelle au cours des cinq dernières années. Enfin, l'enquête a aussi permis de révéler que 14 % des personnes âgées ont été victimes de fraude au cours de cette période.
La collecte de données sur la maltraitance des aînés pose des défis. Plus précisément, pour obtenir des données robustes, il faut une définition convenue d'aîné, une définition convenue de maltraitance, et une méthode solide pour consigner cette information recueile auprès des personnes qui résident dans des établissements.
Je vous remercie, madame la présidente, et mesdames et messieurs les membres du Comité de votre attention.
View Lloyd Longfield Profile
Lib. (ON)
View Lloyd Longfield Profile
2021-05-05 16:26
Thank you, Mr. Chair, and thank you, Ms. Ryan, for your testimony.
The primary purpose of CEPA is to “contribute to sustainable development through pollution prevention”. The United Nations sustainable development goal 8 is to promote sustained, inclusive and sustainable economic growth and full and productive employment and decent work for all.
In your testimony, you mentioned a target savings of 1.8 megatonnes per year of GHG, and also 42,000 jobs. You've also talked about the integrated management approach. How are you going to be measuring these against sustainable development goal 8 on job growth and on sustainability?
Merci, monsieur le président, et merci, madame Ryan, de votre témoignage.
L'objectif premier de la LCPE est de « contribuer au développement durable par la prévention de la pollution ». L'objectif 8 du développement durable des Nations Unies est de promouvoir une croissance économique soutenue, inclusive et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous.
Dans votre témoignage, vous avez parlé d'économies cibles de 1,8 mégatonne par année de GES et de 42 000 emplois. Vous avez également parlé de l'approche de gestion intégrée. Comment allez-vous mesurer tout cela par rapport à l'objectif 8 du développement durable, soit la croissance de l'emploi et la durabilité?
Dany Drouin
View Dany Drouin Profile
Dany Drouin
2021-05-05 16:27
The work to track the progress towards zero plastic waste, including the greenhouse gas emissions and the jobs, is under way.
We're working in particular with Statistics Canada. Currently we don't have these numbers tracked; we're developing the framework and looking at the data and data gap in co-operation with Statistics Canada.
Les travaux visant à suivre les progrès vers l'objectif de zéro déchet de plastique, y compris les émissions de gaz à effet de serre et les emplois, sont en cours.
Nous travaillons en particulier avec Statistique Canada. À l'heure actuelle, nous ne suivons pas ces chiffres; nous élaborons le cadre et nous examinons les données et les lacunes en collaboration avec Statistique Canada.
View Lloyd Longfield Profile
Lib. (ON)
View Lloyd Longfield Profile
2021-05-05 16:28
Thank you.
I'm imagining that municipalities or provincial governments might have to report this to Statistics Canada. When I was in business, I had to report to head office how many tonnes of plastics we were recycling as part of my annual report. There was a job in getting that data, but you're using Statistics Canada, correct?
Merci.
J'imagine que les municipalités ou les gouvernements provinciaux pourraient devoir transmettre ce genre de données à Statistique Canada. Quand j'étais en affaires, je devais déclarer à mon siège social le nombre de tonnes de plastique que nous recyclions dans le cadre de mon rapport annuel. Il était difficile d'obtenir ces données, mais vous, vous passez par Statistique Canada, n'est-ce pas?
Dany Drouin
View Dany Drouin Profile
Dany Drouin
2021-05-05 16:28
Correct. It's through the materials flow studies that are published every second year, which you probably contributed to, as you pointed out.
Exact. C'est grâce aux études sur les flux de matériaux qui sont publiées tous les deux ans, auxquelles vous avez probablement contribuées, comme vous l'avez souligné.
Josée Bégin
View Josée Bégin Profile
Josée Bégin
2021-03-10 18:02
Madam Chair and committee members, thank you for the opportunity today to share some key observations about the Canadian labour market, and more particularly, the changing labour needs in Canada since the beginning of the pandemic.
The main source of information available at Statistics Canada to measure labour demand in detail is the Job Vacancy and Wage Survey. Since October, Statistics Canada has been releasing new monthly indicators on unmet labour demand to provide a timelier picture of employers' recruitment efforts. For example, in December, there were 478,000 vacant positions in Canada.
A more detailed analysis of quarterly job vacancies, including by occupation and subprovincial geography, will be released on March 23, 2021, on the Statistics Canada website. When we look at these data, we see that, last fall, the job vacancy rate—or the number of vacant jobs as a proportion of all vacant and occupied jobs—was about the same as before the pandemic. The vacancy rate was 3% in December, following 3.3% in November, and 3.5% in October, based on our seasonally unadjusted data.
Since October, above-average job vacancy rates have been observed both in sectors where employment has been less affected by COVID-19, such as health care and social assistance and professional, scientific and technical services, and in sectors that have been more affected, such as administrative and support services, and accommodation and food services.
The agriculture, forestry, fishing and hunting sector, which employs a high number of temporary foreign workers, posted the highest job vacancy rate in October with 5.7%, but it fell by half the following month to 2.8%. In December, the job vacancy rate in this sector was 4.2%. The number of job vacancies in this sector can vary greatly depending on seasonal trends.
Provincially, British Columbia and Quebec have consistently had the highest job vacancy rates since October 2020. These provinces also had some of the highest vacancy rates prior to the COVID-19 pandemic. From October to December, job vacancy rates were among the lowest in Alberta, Saskatchewan and Newfoundland and Labrador. Job vacancy rates in these provinces also tended to be among the lowest before the pandemic.
I would now like to provide a brief overview of the composition of temporary foreign workers and immigration.
Temporary foreign workers have played an increasingly important role in the Canadian labour market in recent years. Nearly 470,000 foreign nationals had a work permit that came into effect in 2019, up sharply from the 340,000 foreign nationals whose permits came into effect in 2017.
In 2017, there were approximately 550,000 foreign workers in Canada, representing 2.9% of the total number of people employed. Although this percentage was relatively low for the economy as a whole, it was particularly high in agriculture, forestry, fishing and hunting, where it accounted for 15.5% of employment.
In contrast, the percentage of temporary foreign workers in other goods-producing sectors was generally low, representing 1% of employment in mining, quarrying and oil and gas extraction, and 1.7% in manufacturing. In service-producing sectors, the highest proportion of temporary foreign workers was observed in accommodation and food services, where it was 7.2%.
Looking at immigration more broadly, immigration levels followed an upward trend from 2016 to 2019, with eight of every 10 people being added to the Canadian population being immigrants or non-permanent residents.
Madame la présidente et membres du Comité, je vous remercie de me permettre aujourd'hui de vous faire part de certaines observations clés sur le marché du travail au Canada, plus particulièrement sur l'évolution des besoins en main-d'œuvre depuis le début de la pandémie.
La principale source d'information dont dispose Statistique Canada pour mesurer la demande de main-d'œuvre de façon détaillée est l'Enquête sur les postes vacants et les salaires. Depuis octobre, Statistique Canada diffuse de nouveaux indicateurs mensuels sur la demande non comblée de main-d'œuvre afin de fournir un portrait plus rapide des efforts de recrutement des employeurs. Ainsi, en décembre, il y avait 478 000 postes vacants au Canada.
Une analyse plus détaillée des postes vacants sur une base trimestrielle, notamment selon la profession et la géographie infraprovinciale, sera diffusée le 23 mars 2021 sur le site de Statistique Canada. Lorsque nous examinons ces données, nous constatons que, cet automne, le taux de postes vacants, c'est-à-dire le nombre de postes vacants en proportion de tous les postes vacants et occupés, était sensiblement le même qu'avant la pandémie. Le taux de postes vacants était de 3 % en décembre, après s'être établi à 3,3 % en novembre, et à 3,5 % en octobre, d'après nos données non désaisonnalisées.
Depuis octobre, des taux de postes vacants au-dessus de la moyenne ont été observés aussi bien dans des secteurs où l'emploi a été moins touché par la pandémie de COVID-19, notamment les soins de santé et l'assistance sociale ainsi que les services professionnels, scientifiques et techniques, que dans des secteurs qui l'ont été davantage, par exemple les services administratifs et les services de soutien ainsi que les services d'hébergement et de restauration.
Le secteur de l'agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse, qui emploie un nombre élevé de travailleurs étrangers temporaires, a affiché le taux de postes vacants le plus élevé en octobre, s'établissant à 5,7 %. Celui-ci a toutefois diminué de moitié le mois suivant pour se situer à 2,8 %. En décembre, le taux de postes vacants dans ce secteur s'établissait à 4,2 %. Le nombre de postes vacants dans ce secteur peut varier grandement en fonction des tendances saisonnières.
À l'échelle provinciale, la Colombie-Britannique et le Québec ont constamment affiché les plus hauts taux de postes vacants depuis octobre 2020. Ces provinces avaient aussi des taux de postes vacants parmi les plus élevés avant la pandémie. D'octobre à décembre, les taux de postes vacants ont été parmi les plus faibles en Alberta, en Saskatchewan ainsi qu'à Terre-Neuve-et-Labrador. Les taux de postes vacants dans ces provinces avaient également tendance à être parmi les plus bas avant la pandémie.
J'aimerais maintenant vous présenter un aperçu de la composition des travailleurs étrangers temporaires et de l'immigration.
Les travailleurs étrangers temporaires ont joué un rôle de plus en plus important sur le marché du travail canadien au cours des dernières années. Près de 470 000 ressortissants étrangers avaient un permis de travail entré en vigueur en 2019. Cela représente une forte hausse par rapport aux 340 000 ressortissants dont le permis était entré en vigueur en 2017.
En 2017, il y avait environ 550 000 travailleurs étrangers temporaires au Canada, soit 2,9 % du total des personnes employées. Bien que sur l'ensemble de l'économie ce pourcentage soit assez faible, il était particulièrement élevé dans les secteurs de l'agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse, où il représentait 15,5 % de l'emploi.
En revanche, la part des travailleurs étrangers temporaires dans les autres secteurs producteurs de biens était généralement faible: elle s'élevait à 1 % des emplois dans les secteurs de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz, et à 1,7 % dans l'industrie manufacturière. Parmi les secteurs producteurs de services, la proportion la plus élevée de travailleurs étrangers temporaires, soit 7,2 %, a été observée dans les services d'hébergement et de restauration.
En ce qui concerne l'immigration plus globalement, on note que les niveaux d'immigration ont suivi une tendance à la hausse de 2016 à 2019. En effet, 8 personnes sur 10 qui s'ajoutaient à la population canadienne étaient des immigrants ou des résidents non permanents.
Josée Bégin
View Josée Bégin Profile
Josée Bégin
2021-03-10 18:07
In 2018 and 2019, the majority of employment growth was attributable to immigrants. However, immigration levels fell sharply in 2020 due to the pandemic and travel restrictions.
Our projections suggest that by 2030, Canada's population growth could come exclusively from immigration.
This concludes my presentation, Madam Chair.
En 2018 et en 2019, la hausse de l'emploi était majoritairement attribuable aux immigrants. Cependant, les niveaux d'immigration ont baissé fortement en 2020 à cause de la pandémie.
Selon nos prévisions, d'ici 2030, la croissance de la population canadienne pourrait exclusivement provenir de l'immigration.
Cela conclut ma présentation, madame la présidente.
Jean-Pierre Corbeil
View Jean-Pierre Corbeil Profile
Jean-Pierre Corbeil
2021-03-09 18:42
Thank you, Mr. Chair.
I would like to thank the committee members for inviting Statistics Canada to appear before them to provide input into their study on the measures the Government of Canada can take to protect and promote French in Canada.
My brief presentation will cover three key points. First, I will talk about different indicators and concepts that are used to track the evolution of French in Canada. Second, I will describe some of the issues and challenges specific to the state of French outside Quebec, as well as in Quebec. Lastly, I will conclude my presentation with a list of other topics requiring more in-depth analysis that needs to factor in the growing complexity of language dynamics and multilingualism in Canada, and particularly in Quebec.
First of all, what do we mean by the state of French in Canada? There are actually a number of indicators and concepts that are used to track its evolution. For example, there are traditional ones that look at the change in the size and proportion of the population with French as its mother tongue, the population with French as the main language used at home, and the population that knows French well enough to have a conversation.
And while statistics on the use of French in the private sphere are very useful and reveal multiple facets of linguistic diversity, language policies, charters and legislation focus on the public sphere. In this vein, it is very important and useful to collect and publish information on the language of work and on language practices in different areas of public life, such as language of instruction, day care centres, cultural activities, public signage, communications with and services offered to communities, to name a few.
Faced with this wide array of indicators, we want to know which one or ones will be considered most important or will best reflect what we call the state and evolution of French. The findings on the status of French could also differ based on whether only one indicator or several non mutually exclusive indicators were used.
Two indicators traditionally used to monitor the evolution of French outside Quebec—mother tongue and first official language spoken—reveal that the French-language population continues to grow in number, but decrease in proportion. The same observation was made for the population that reported being able to have a conversation in French.
Moreover, the population that speaks French predominantly at home is declining in number and proportion, while the population that uses it equally with English or as a secondary language is growing. Similarly, the population that predominantly uses French at work has dropped in number and proportion in favour of the population that uses French and English equally in the workplace.
Of course, it is perilous to speak only to a global analysis without taking into account the great diversity of situations and contexts, depending upon whether one resides in the Atlantic provinces, in Ontario or in the western provinces, in rural areas or in larger urban centres.
In addition, some less frequently used indicators testify to the fact that the picture is not all negative. For example, over the last 10 years for which data are available, the number of enrolments in a French-language minority school has grown by 17% to reach nearly 171,000 students. Likewise, the number of young people who registered in the French immersion program in Canada has increased by nearly 70% since the very first action plan for official languages began in 2003, reaching nearly 478,000 students during the year 2018-19.
However, several studies have documented the fact that the main issue in this area concerns the retention of second language skills and the opportunities to maintain them over time.
Two other considerable issues are hindering the growth of French in Canada outside Quebec. The large-scale study entitled “Language Projections for Canada, 2011 to 2036,” which Statistics Canada published in 2017, shows to what extent major changes in the number of French-language immigrants would be required to stabilize the demographic weight of the francophone population. What's more, incomplete transmission of French from one generation to the next, combined with a low fertility rate and weak status of French in many regions of the country are impeding the growth of the French-language population.
In Quebec, the presence and use of French, and how it has evolved, is complex and multifaceted. For example, census data on mother tongue or main language used at home are generally used to show how French in Quebec has changed. We know that immigration is the main driver of population growth and that the vast majority of these immigrants—more than 7 in 10, in fact—have neither English nor French as their mother tongue. In addition, of the roughly 180,000 new immigrants in the Montreal area at the last census, more than half spoke another language most often at home.
Finally, of the approximately 1.1 million immigrants who were living in Quebec in 2016, 55% reported speaking more than one language at home.
Are these statistics automatically indicative of the decline of French in favour of English in Quebec? Not necessarily, because the reality is much more complex.
For example, in the last census, of the roughly 230,000 workers in the greater Montreal area who spoke a language other than English or French most often at home, close to 46% used French most often at work and another 18% used it equally with English.
As well, between 2006 and 2016, the predominant use of English at work by workers whose mother tongue was English fell by 6 percentage points, and by 7 percentage points among workers in the “other” mother tongue category, in favour of the predominant use of French or equal use of French and English. In contrast, a decrease in the predominant use of French was observed among workers whose mother tongue was French, in favour of equal use of French and English.
According to the Office québécois de la langue française, there was an increase in bilingual greetings by clerks in Montreal stores between 2010 and 2017, but the option for service in French remained stable at 95%.
Finally, of the approximately 6,000 French-mother-tongue McGill University students who graduated between 2010 and 2015, more than 80% reported speaking French most often at home in the last census. These are just some examples of the complexity of language dynamics in Quebec.
Before I conclude, I'd like to say that in addition to the information on French as a mother tongue and as the main language used at home, it is important to delve deeper into a number of dynamics and dimensions on the evolution of the situation of French.
In Quebec, for example, which specific factors account for the increase in English–French bilingualism in the workplace? What is the role of industry sectors involved in commercial trade with the rest of the country or internationally?
A more in-depth analysis of these issues is absolutely necessary, especially considering the growing importance of exports of goods and services from Quebec's high-technology and knowledge industries. In addition, a better understanding is required of the obvious under-representation of populations with an immigrant background in provincial, regional and local public administrations, and in Crown corporations in the greater Montreal area, sectors where the use of French is rather widespread.
There also seems to be an urgent need to better understand the role of language and educational paths, on the one hand, and the language used in the public sphere in Quebec, on the other.
Furthermore, given the increasing complexity of language dynamics and a rise in multilingualism at home in the Montreal area, the traditional indicators of “mother tongue” and “language spoken most often at home,” including a focus on language transfers, need to be revisited and better integrated with other language practice indicators to develop a more complete portrait of the evolution of French in Quebec.
In Canada outside Quebec, some of the topics requiring more comprehensive analysis include the transmission of French to children; the retention of language proficiency among young people whose second language is French; a better understanding of the issues and obstacles that impede the growth, integration and inclusion of highly ethnoculturally diverse francophone immigrants; and a better understanding of the barriers and opportunities of French educational paths from preschool to university.
To conclude, the data to be collected in the 2021 Census of Population this coming May and in the Survey on the Official Language Minority Population in 2022 will be combined with data from other administrative sources and from surveys to build a rich data ecosystem, which will help to enhance our understanding of the complex dynamics of the situation of French in the country.
Thank you for your attention. I would be happy to answer any questions you might have.
Merci, monsieur le président.
Je remercie les membres du Comité d'avoir invité Statistique Canada à comparaître devant eux afin de nourrir leur étude sur les mesures que le gouvernement du Canada peut prendre pour protéger et promouvoir le français au Canada.
J'aborderai trois points principaux dans ma courte allocution. Dans un premier temps, je parlerai de divers indicateurs et concepts qui permettent de suivre l'évolution du français au Canada. Dans un deuxième temps, je présenterai quelques-uns des enjeux et des défis propres à la situation du français à l'extérieur du Québec et de ceux qui touchent plus particulièrement cette province. Finalement, je terminerai cette allocution en présentant quelques éléments qui devront faire l'objet d'analyses plus approfondies sur le sujet et qui requièrent de prendre en considération la complexité croissante des dynamiques linguistiques et du multilinguisme au pays, et au Québec en particulier.
Tout d'abord, de quoi parle-t-on lorsqu'il est question de la situation du français au Canada? Il existe en réalité plusieurs indicateurs et concepts qui peuvent témoigner de son évolution. Il y a ceux dits traditionnels, qui portent sur l'évolution de l'effectif et de la proportion de la population de langue maternelle française, celle dont le français est la principale langue d'usage au foyer et celle qui le maîtrise suffisamment pour soutenir une conversation.
Toutefois, bien que les données statistiques sur l'usage du français dans la sphère privée soient très utiles et qu'elles révèlent diverses facettes de la diversité linguistique, les politiques, les chartes et les législations en matière de langue visent essentiellement l'espace public. En ce sens, la collecte et la diffusion d'informations sur la langue de travail et les pratiques linguistiques dans divers domaines d'espace public, comme la langue d'enseignement, les services de garde, les activités culturelles, la langue d'affichage public, les communications et les divers services offerts à la communauté, pour ne nommer que ceux-là, sont très importantes et utiles.
Devant cette grande diversité d'indicateurs, la question est donc de savoir lesquels sont jugés les plus importants ou témoignent le mieux de ce qu'on peut appeler l'état et l'évolution du français. Le constat qu'on dresse sur l'état du français pourrait également être différent selon qu'on focalise sur un seul indicateur ou qu'on intègre plusieurs indicateurs non mutuellement exclusifs.
Deux des indicateurs traditionnellement utilisés pour suivre l'évolution du français hors Québec, soit la langue maternelle ou la première langue officielle parlée, révèlent que la population de langue française continue de s'accroître en nombre, mais qu'elle a diminué en proportion. Il en va de même pour ce qui est de la population qui déclare pouvoir soutenir une conversation en français.
Quant à la population parlant le français à la maison, celle qui en fait l'usage prédominant diminue en nombre et en proportion au profit de son usage à égalité avec l'anglais ou comme langue secondaire. De même, en matière de langue de travail, l'usage prédominant du français recule en nombre et en proportion au profit de son utilisation à égalité avec l'anglais.
Bien entendu, il est périlleux de ne s'en tenir qu'à une analyse globale sans prendre en considération la grande diversité des situations et des contextes selon que l'on réside dans les régions rurales ou les grands centres urbains des provinces atlantiques, de l'Ontario ou des provinces de l'Ouest.
De plus, certains indicateurs moins souvent utilisés témoignent du fait que le tableau n'est pas entièrement négatif. Par exemple, au cours des dix dernières années pour lesquelles les données sont disponibles, le nombre d'inscriptions dans l'ensemble des écoles de langue française en situation minoritaire a connu une croissance de 17 % pour atteindre près de 171 000 élèves. De même, le nombre de jeunes inscrits dans un programme d'immersion en français au Canada s'est accru de près de 70 % depuis le début du tout premier plan d'action pour les langues officielles en 2003, pour s'établir à près de 478 000 jeunes au cours de l'année 2018-2019.
Plusieurs études ont cependant bien documenté le fait que l'enjeu principal dans ce domaine est lié à la rétention des acquis en langue seconde et aux possibilités de les maintenir au fil du temps.
Deux enjeux supplémentaires de taille contraignent l'essor du français au Canada hors Québec. L'étude d'envergure intitulée « Projections linguistiques pour le Canada, 2011 à 2036 », diffusée par Statistique Canada en 2017, a montré à quel point des changements majeurs en matière d'effectifs d'immigrants de langue française seraient requis afin de stabiliser le poids démographique de la population de langue française. De plus, la transmission incomplète du français entre les générations, conjuguée à une faible fécondité et au faible statut de cette langue dans nombreuses régions du pays, freine la croissance de la population de langue française.
Au Québec, l'évolution de la présence et de l'usage du français est complexe et multiforme. Par exemple, les données du recensement sur la langue maternelle ou sur la principale langue d'usage à la maison sont généralement utilisées pour décrire l'évolution de la présence du français au Québec. Or nous savons que l'immigration est le principal moteur de croissance de la population et que la grande majorité de ces immigrants — plus de sept sur dix, en réalité — n'ont ni le français ni l'anglais comme langue maternelle. De même, lors du dernier recensement, parmi les quelque 180 000 nouveaux immigrants de plus que comptait la région de Montréal, plus de la moitié parlaient une langue tierce le plus souvent à la maison.
Finalement, il faut mentionner que, sur les quelques 1,1 million d'immigrants qui résidaient au Québec en 2016, 55 % déclaraient parler plus d'une langue à la maison.
Ces quelques statistiques témoignent-elles automatiquement du recul du français au profit de l'anglais au Québec? Pas nécessairement, car la réalité est beaucoup plus complexe.
Par exemple, dans la région métropolitaine de Montréal, lors du dernier recensement, sur les quelque 230 000 travailleurs parlant une autre langue que le français ou l'anglais le plus souvent à la maison, près de 46 % utilisaient le plus souvent le français au travail, tandis que 18 % l'utilisaient à égalité avec l'anglais.
De même, entre 2006 et 2016, on y a observé une baisse de 6 points de pourcentage de l'utilisation prédominante de l'anglais au travail par les travailleurs de langue maternelle anglaise et de 7 points chez ceux de langue maternelle tierce au profit d'une utilisation prédominante du français ou à égalité avec l'anglais. À l'inverse, c'est chez les travailleurs de langue maternelle française qu'on a observé une baisse de l'utilisation prédominante du français au profit de l'utilisation des deux langues à égalité.
Selon l'Office québécois de la langue française, on a observé une croissance de l'accueil bilingue dans les commerces de Montréal entre 2010 et 2017, mais la possibilité de se faire servir en français était demeurée stable à hauteur de 95 %.
Par ailleurs, lors du dernier recensement, parmi les quelque 6 000 étudiants de langue maternelle française qui ont obtenu un diplôme de l'Université McGill entre 2006 et 2011, plus de 80 % ont déclaré parler le français le plus souvent à la maison. Il ne s’agit là, bien sûr, que de quelques exemples qui témoignent de la complexité de la dynamique linguistique qui prévaut au Québec.
Avant de conclure, j'aimerais souligner que, au-delà des informations sur la présence du français comme langue maternelle et comme principale langue d'usage à la maison, il importe de pousser plus loin l'analyse de plusieurs dynamiques et dimensions de l'évolution de la situation du français.
Au Québec, par exemple, quels sont les facteurs spécifiques qui expliquent l'accroissement du bilinguisme français-anglais au travail? Quel rôle jouent les secteurs d'industrie impliqués dans le commerce extérieur avec le reste du pays ou à l'international?
Une analyse plus fine de ces questions est absolument nécessaire, d'autant que l'on connait depuis longtemps la place grandissante qu'occupent les biens et les services des industries de pointe et du savoir, ainsi que leurs exportations vers l'extérieur du Québec. De même, il faut mieux comprendre pourquoi l'on observe une sous-représentation marquée des populations issues de l'immigration dans les administrations publiques provinciales, régionales et locales et les sociétés d'État sur le territoire de la région métropolitaine de Montréal, des secteurs où l'usage du français est pourtant quasi généralisé.
Il semble également impératif de mieux comprendre le rôle des trajectoires linguistiques et scolaires, d'une part, et la langue utilisée dans l'espace public au Québec, d'autre part.
De même, devant la complexité croissante des dynamiques linguistiques en présence et le multilinguisme croissant à la maison dans la région de Montréal, il faut sans doute repenser l'usage des indicateurs traditionnels que sont la langue maternelle et la langue parlée le plus souvent à la maison, incluant la focalisation sur les transferts linguistiques, et mieux les intégrer à d'autres indicateurs des pratiques linguistiques afin d'obtenir un portrait plus complet de l'évolution de la présence du français au Québec.
Au Canada hors Québec, la transmission du français aux enfants, le maintien des acquis chez les jeunes dont le français est la langue seconde, une meilleure compréhension des problèmes et des obstacles qui freinent l'accroissement, l'intégration et l'inclusion d'une immigration de langue française très diversifiée sur le plan ethnoculturel, ainsi qu'une meilleure compréhension des obstacles et des possibilités en matière de trajectoires scolaires en français, du préscolaire à l'universitaire, ne sont également que quelques exemples parmi tant d'autres qui requièrent des analyses plus approfondies.
En terminant, les nombreuses données qui seront recueillies lors du recensement de la population de 2021, au mois de mai prochain, et de la prochaine enquête sur la population de langue officielle en situation minoritaire en 2022, conjuguées à celles provenant d'autres sources de données administratives et d'enquêtes, permettront de construire un riche écosystème de données pour enrichir notre compréhension des dynamiques complexes entourant l'évolution de la situation du français au pays.
Je vous remercie de votre attention. C'est avec plaisir que je répondrai à vos questions sur le sujet.
Jean-Pierre Corbeil
View Jean-Pierre Corbeil Profile
Jean-Pierre Corbeil
2021-03-09 19:14
Thank you. Once again, that's a very good question.
Measuring language used in the public space is one of the great challenges. Needless to say, while work is a key sector, it's important to understand that one-third of the population is not in the workforce and therefore does not use French or English at work. However, there are other indicators.
The Office québécois de la langue française carried out investigations in 2010 and 2017, in which people were asked what language they used, generally speaking, outside of their home and their circle of friends. According to the results obtained, some people used English more often at home, though they used French at work. Others used more than one language at work, but spoke their other language at home. Of course the language used for service delivery is important. There is also the matter of languages used at performances or a variety of other activities. Indicators could be developed on the use of languages.
People who speak mostly French at home will usually speak French in public. The same goes for people who speak English most often at home.
Nevertheless, the major challenge is to be able to monitor trajectories if we are to acquire a better understanding of the presence of the French language, without falling into a reductionist approach in which those who do not speak French at home are not considered francophones. I think things can be analyzed in a much more subtle manner.
Je vous remercie de la question, qui est encore une fois très pertinente.
Mesurer la langue qui est utilisée dans l'espace public représente un des grands défis. Évidemment, le travail est un secteur de premier plan. C'est un domaine clé, mais il faut bien comprendre que le tiers de la population ne fait pas partie de la population active et n'utilise donc pas le français ou l'anglais au travail. Toutefois, il y a d'autres indicateurs.
L'Office québécois de la langue française a mené des enquêtes, en 2010 et en 2017, dans la cadre desquelles on demandait aux gens quelle était la langue qu'ils utilisaient, en général, à l'extérieur de leur foyer et de leur cercle d'amis. Selon les résultats obtenus, certaines personnes utilisent plus souvent l'anglais à la maison alors qu'ils utilisent le français au travail. D'autres utilisent plus d'une langue au travail, mais parlent leur langue tierce à la maison. Bien sûr, la langue de prestation des services est importante. Il y a aussi l'utilisation des langues dans les spectacles ou les activités diverses. Il y a des indicateurs qu'on peut établir sur l'usage des langues.
Les personnes qui parlent le plus souvent en français à la maison parleront habituellement en français dans l'espace public. C'est la même chose pour celles qui parlent le plus souvent en anglais à la maison.
Cela étant dit, le grand défi, c'est d'être capable de suivre les trajectoires pour arriver à mieux comprendre la présence de la langue française, sans tomber dans une approche réductrice selon laquelle ceux qui ne parlent pas français à la maison ne sont pas considérés comme francophones. Je pense qu'il y a beaucoup de nuances à apporter quant à cet aspect.
Josée Bégin
View Josée Bégin Profile
Josée Bégin
2021-02-23 15:37
Thank you, Mr. Chair.
Thank you, members of the committee. Thank you for inviting Statistics Canada to speak today as part of the study on employment insurance.
Statistics Canada has many data sources, such as the Labour Force Survey, or LFS, and employment insurance, or EI, statistics, that are used to paint a more complete portrait of labour market-related events. Many of the indicators I will cite today are drawn from these sources. Each data source has its benefits and drawbacks, for example, in terms of coverage, sample size and how quickly data are published.
The pandemic has caused unprecedented job losses in Canada. Total employment fell by more than three million during the worst of the crisis in March and April. Within three months, the unemployment rate almost tripled, reaching 13.7% in May. Although the labour market has improved since then, most labour market indicators have not yet returned to pre-pandemic levels. Their recovery has been slowed by the public health measures in place.
In January 2021, the unemployment rate stood at 9.4%, compared with 5.7% in February 2020. The number of long-term unemployed workers, in other words, people who have been looking for work or on temporary layoff for 27 weeks or more, remained at a record high of 512,000.
New experimental data show that COVID-19 has significantly impacted groups designated as visible minorities. In January, the unemployment rate of Black Canadians was 5.3 percentage points higher than a year earlier, versus an increase of 3.7 percentage points for Canadians who did not identify as indigenous or did not belong to a group designated as a visible minority. This more precarious labour market situation for population groups designated as visible minorities is partly due to the higher concentration of these workers in some of the sectors most affected by the COVID-19 economic crisis, such as accommodation and food services.
Looking at age groups, youth employment in January 2021 was the furthest, -14%, from the pre-pandemic levels of February 2020, when compared with other demographic groups, particularly employment among young women, -17%.
Last December, 1.3 million Canadians were receiving regular EI benefits, almost triple the number from February 2020, which was 446,000.
The results of the LFS show that 1.8 million people were unemployed in December, including 1.5 million who were looking for work and 300,000 who had a connection to a job, either because they had been laid off temporarily or because they had arrangements to start a new job in the near future.
There is always a proportion of unemployed who are not eligible for EI benefits. Some unemployed people have not contributed to the program because they have not worked in the past 12 months or because their job was not insured. Others contributed to the program, but they do not meet the eligibility criteria.
In December, 13% of all regular EI beneficiaries were eligible as a result of temporary changes made to the eligibility rules in September 2020. This proportion was higher in Quebec and in the Atlantic provinces than in the other provinces.
The December LFS results revealed that the industries where employment remained furthest from pre-pandemic levels included accommodation and food services, information, culture and recreation, and what is known as other services, including personal services and laundry services. The challenges facing these industries are reflected in the profile of regular EI beneficiaries. For example, in December, more than one in four regular EI beneficiaries had last worked in one of these three sectors.
The uneven impact of COVID-19 across industries, combined with relaxation of the rules for accessing the EI program, has also driven the proportion of women who receive regular benefits upward, which rose from 37% in February to 48% in December.
My colleague Vincent and I would be happy to answer any of your questions.
This concludes my presentation, Mr. Chair. I hope this overview of the Canadian labour market will be useful to the committee.
Merci, monsieur le président.
Je remercie les membres du Comité. Je vous remercie d'avoir invité Statistique Canada à prendre la parole aujourd'hui dans le cadre de l'étude sur l'assurance-emploi.
Statistique Canada dispose de plusieurs sources de données pour brosser un portrait plus complet du marché du travail, notamment l'Enquête sur la population active et les statistiques de l'assurance-emploi, dont la plupart des indicateurs que je vais citer aujourd'hui sont tirés. Chacune de ces sources de données présente des avantages et des limites, notamment en fait de couverture, de taille d'échantillon et d'actualité des données.
La pandémie a causé des pertes d'emplois sans précédent au Canada. L'emploi total a chuté de plus de 3 millions pendant le pire de la crise, en mars et avril. En l'espace de trois mois, le taux de chômage a presque triplé, pour atteindre 13,7 % en mai. Bien que le marché du travail se soit amélioré depuis, la plupart des indicateurs du marché du travail ne sont pas encore retournés à leur niveau d'avant la crise, leur progression étant ralentie par les mesures de santé publique en place.
En janvier 2021, le taux de chômage se situait à 9,4 %, comparativement à 5,7 % en février 2020. Le nombre de chômeurs de longue durée, c'est-à-dire les personnes à la recherche d'un emploi ou en mise à pied temporaire depuis 27 semaines ou plus, est resté à un niveau record, se situant à 512 000 personnes.
De nouvelles données expérimentales montrent que la COVID-19 a eu des répercussions importantes sur les groupes désignés comme minorité visible. En janvier, le taux de chômage des Canadiens de race noire était en hausse de 5,3 points de pourcentage par rapport à son niveau d'il y a un an, comparativement à une hausse de 3,7 points de pourcentage pour les Canadiens qui ne s'identifiaient pas comme Autochtones et qui n'appartenaient pas à un groupe désigné comme minorité visible. La situation plus difficile sur le marché du travail des groupes de populations désignés comme minorité visible peut s'expliquer en partie par la plus grande concentration de ces travailleurs dans certains des secteurs les plus touchés par la crise économique liée à la COVID-19, notamment dans les services d'hébergement et de restauration.
Par groupe d'âge, en janvier 2021, l'emploi chez les jeunes était le plus éloigné, soit à -14 %, des niveaux observés en février 2020 par rapport aux autres groupes démographiques, particulièrement l'emploi chez les jeunes femmes, à -17 %.
En décembre dernier, le nombre de Canadiens touchant des prestations régulières d'assurance-emploi s'est établi à 1,3 million, soit près du triple du nombre de février 2020, qui était de 446 000.
Les résultats de l'Enquête sur la population active indiquent que 1,8 million de personnes étaient au chômage en décembre, y compris 1,5 million de personnes qui étaient à la recherche d'un emploi et 300 000 personnes qui avaient un lien avec un emploi, soit parce qu'elles avaient été mises à pied temporairement, soit parce qu'elles avaient une entente confirmant le début d'un nouvel emploi dans un avenir rapproché.
Il y a toujours une certaine proportion de chômeurs qui ne sont pas admissibles à des prestations d'assurance-emploi. Certains chômeurs n'ont pas cotisé au régime parce qu'ils n'ont pas travaillé au cours des 12 derniers mois ou parce que leur emploi n'était pas assuré. D'autres chômeurs ont cotisé au régime, mais ne satisfont pas aux critères d'admissibilité.
En décembre, 13 % de toutes les personnes touchant des prestations régulières d'assurance-emploi y étaient admissibles par suite de changements temporaires apportés aux règles d'admissibilité en septembre 2020. Cette proportion était relativement plus élevée au Québec et dans les provinces de l'Atlantique que dans les autres provinces.
Les résultats de l'Enquête sur la population active de décembre démontrent que les secteurs où l'emploi est demeuré le plus éloigné des niveaux observés avant la pandémie comprenaient les services d'hébergement et de restauration, l'information, la culture et les loisirs, et les autres services comprenant les services personnels et les services de blanchissage. Les défis auxquels doivent faire face ces secteurs se reflètent dans le profil des personnes touchant des prestations régulières d'assurance-emploi. En décembre, plus d'une personne sur quatre touchant des prestations régulières d'assurance-emploi avait travaillé pour la dernière fois dans l'un de ces trois secteurs.
L'impact inégal de la COVID-19 selon les industries, combiné à l'assouplissement des règles d'accès au Programme d'assurance-emploi, a également fait croître la proportion des femmes touchant des prestations régulières. De février à décembre, cette proportion est passée à 37 à 48 %.
Mon collègue, M. Dale, et moi serons heureux de répondre à vos questions.
Voilà qui conclut mon exposé, monsieur le président. J'espère que cet aperçu du marché du travail canadien sera utile au Comité.
Vincent Dale
View Vincent Dale Profile
Vincent Dale
2021-02-23 16:17
I probably can't give you a very precise answer to your question. I can tell you that we have a survey every year called the employment insurance coverage survey, which looks at the question of what proportion of people have had a spell of unemployment—
Je ne peux probablement pas fournir une réponse très précise à votre question. Je peux vous dire que nous menons chaque année une enquête qui s'appelle l'Enquête sur la couverture de l'assurance-emploi, qui permet de déterminer la proportion de personnes qui ont connu une période de chômage...
View Dave Epp Profile
CPC (ON)
Thank you. I have lots I want to get to.
You talked about the need for more independent third party data so that we could make good decisions. You referenced StatsCan. What would be a mechanism to get that data? Are you talking about compelling disclosure? How do we find that balance?
Merci. J'ai beaucoup de choses à dire.
Vous avez parlé de la nécessité d'avoir plus de données indépendantes provenant de tiers pour que nous puissions prendre de bonnes décisions. Vous avez parlé de Statistique Canada. Par quel mécanisme pourrions-nous obtenir ces données? Songez-vous à une déclaration obligatoire? Comment trouver un juste équilibre?
Al Mussell
View Al Mussell Profile
Al Mussell
2021-02-02 15:50
Maybe what I can say about it is this, Dave. This information was collected previously. Back in 2013 or in around that period, there were quite a number of datasets being collected that were agricultural statistics. That data collection from Statistics Canada ended.
To be fair, I would want to leave it to Statistics Canada to ask them how they collected the data previously. One would hope that they continue to do that again.
Voici ce que je peux dire à ce sujet, monsieur Epp. Par le passé, ces renseignements étaient recueillis. En 2013 ou à peu près à cette époque, un grand nombre de séries de données qui étaient recueillies étaient des statistiques agricoles. On a mis fin à cette collecte de données qui étaient réunies par Statistique Canada.
Pour être juste, je préférerais laisser à Statistique Canada le soin d'expliquer comment ces données étaient recueillies auparavant. Il est à espérer qu'il reprendra cette collecte de données.
Results: 1 - 15 of 83 | Page: 1 of 6

1
2
3
4
5
6
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data