Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 604
View Francis Scarpaleggia Profile
Lib. (QC)
That's great.
Earlier, we were talking about targets regarding which, I hope, Parliament will legislate through a bill that will be submitted.
What is the provinces' role in the setting of those targets? Are you holding consultations with industrial sectors and the provinces to define those targets? What kind of progress has been made in that process?
C'est parfait.
Nous parlions tout à l'heure des cibles au sujet desquelles, je l'espère, le Parlement va légiférer par l'entremise d'un projet de loi qui sera déposé.
Quel est le rôle des provinces dans l'établissement de ces cibles? Tenez-vous des consultations avec les secteurs industriels et les provinces afin de définir ces cibles? Où en est l'évolution de ce processus?
View Jonathan Wilkinson Profile
Lib. (BC)
Of course, we have to hold consultations with provinces and territories, but also with industry, environmental groups, aboriginals and other Canadians interested in those issues. We have also promised to create an organization that would advise us on achieving the zero net emission target by 2050. That is something we will be doing over the short term. That organization will have to have discussions with industry and all other stakeholders. It goes without saying that a lot of discussions and consultations will be required. We have to all work on it together in Canada.
Bien sûr, nous devons tenir des consultations avec les provinces et les territoires, mais aussi avec l'industrie, les groupes environnementaux, les Autochtones et les autres Canadiens qui s'intéressent à ces questions. Nous avons aussi promis de mettre sur pied un organisme qui nous conseillerait afin d'atteindre la cible de zéro émission nette d’ici 2050. C'est une chose que nous allons faire à court terme. Cet organisme devra tenir des discussions avec l'industrie et toutes les autres parties intéressées. Il va sans dire que cela va nécessiter beaucoup de discussions et de consultations. Nous devons y travailler tous ensemble au Canada.
Natan Obed
View Natan Obed Profile
Natan Obed
2020-11-03 11:07
Thank you. It's great to see everyone.
Tunngasugitti. Welcome, everyone.
ITK is the national representational organization for approximately 65,000 Inuit in Canada, the majority of whom live in Inuit Nunangat, our homeland, which encompasses 51 communities, nearly one-third of Canada's land mass and over 50% of its coastline.
Our four regions are defined by our land claim agreements: the Inuvialuit region in the Northwest Territories, Nunavut and Nunavut Tunngavik in the jurisdiction now, Nunavik in the northern part of Quebec, and Nunatsiavut in the northern Labrador part of Newfoundland and Labrador.
The status of COVID-19 in Inuit Nunangat sits in stark contrast with the situation seen in the rest of Canada. To date, there have been only approximately 30 confirmed cases of COVID-19 detected within our 51 communities, the majority of which have been related to travel, with very little community spread after the initial diagnosis.
It has been tough to implement measures like the two-week quarantine in the south for some jurisdictions, and also the change in lifestyle around social distancing has been challenging within communities. However, to date we have been very successful in ensuring that our communities are not overrun with COVID-19.
Prior to COVID-19, we experienced greater adverse socio-economic conditions. We also had up to 300 times the rate of tuberculosis, depending on the region, in our communities. Respiratory disease and viruses have played a very significant role in the way in which public health has functioned in our homeland. Therefore, we knew right away how difficult this might be and took the appropriate measures.
The federal government has helped with the response to COVID-19, with approximately $90 million of federal Inuit-specific funding through two rounds of indigenous community support funds and a top-up to the Inuit post-secondary education funding. Those types of supports have really helped Inuit communities and Inuit land claim organizations respond to COVID-19 in a meaningful way.
The monies have been spent on things like supporting food programs; getting people out on the land, especially in the summer; the provision of cleaning supplies; in some cases, providing more water—because a lot of our communities are on trucked water—so that people can wash their hands for the appropriate number of times a day and not have to worry about water running out; home heating; purchase of supplies, including technological devices for education purposes and to support families and children in care, making sure that they can connect through the social distancing requirements of their jurisdictions.
We have also done a lot in relation to air transportation, and I'm pleased that the federal government has defined Inuit Nunangat air transportation as an essential service. I think there's a lot we can do moving forward in trying to figure out what that means and how to support it fully. However, the recognition is there that without air transportation, we don't get testing results on time, we don't get people to medical care, and we don't have fly-in, fly-out access to food. We are very fortunate that there has been a response and that there have been subsidies, because our airline industry has been hit just as hard as in the south.
We also have created Inuit-specific communications, making sure that any of the public health messaging is produced in our Inuktut language and also made available in the community.
We also have taken advantage of the Inuit Child First initiative to help families with children ensure that every child gets the health, social, and educational services and supports they need during the pandemic.
Moving forward, and especially going into this winter, we need to do more on testing. We need to make sure that the gains we've made in access to testing are sustainable, such as the GeneXpert testing platforms that have been mobilized in Inuit regions, and ensure that we have cartridges for them, and make sure that there's funding to ensure that those tests can be administered in Inuit Nunangat, that we can have access to rapid testing when it becomes available and that when testing needs to go to the south, we have a specific stream that those tests can go into so that they don't get lost in provincial or territorial structures.
We also need more data, especially outside of Inuit Nunangat. Provinces and territories need to fill out the appropriate Inuit-specific data to ensure that we have an understanding of any concerns in relation to COVID-19 in the Inuit population outside of Inuit Nunangat, and we need the federal government to help.
We also need to ensure that as the vaccine plans come together, Inuit are considered a highly vulnerable population, especially considering our exposure to TB, our remoteness and the fact that we need fly-in and fly-out support at all times for our communities.
Throughout all of this, we need an Inuit Nunangat approach. We need to do away with the odd, capricious nature of each of the 30-plus federal departments doing their own thing when it comes to indigenous peoples and programming and terms and conditions, and adopt for Inuit an Inuit Nunangat policy approach so that we are treated the same no matter where we live across Inuit Nunangat.
Thank you for the time this morning.
Merci. Je suis ravi de voir tout le monde.
Tunngasugitti. Bienvenue à tous.
L'Inuit Tapiriit Kanatami est l'organisme représentatif national d'environ 65 000 Inuits au Canada, dont la majorité vit dans l'Inuit Nunangat, notre terre natale, qui accueille 51 communautés et compte pour près du tiers de la superficie du Canada et pour plus de la moitié de son littoral.
Nos quatre régions sont définies par nos accords sur le règlement des revendications territoriales: la région d'Inuvialuit, dans les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut et le Nunavut Tunngavik sur le territoire maintenant, le Nunavik, dans la partie nord du Québec et le Nunatsiavut, dans la partie nord du Labrador à Terre-Neuve-et-Labrador.
La situation de la COVID-19 dans l'Inuit Nunangat contraste fortement avec celle observée dans le reste du Canada. Jusqu'à maintenant seulement environ 30 cas confirmés de COVID-19 ont été détectés dans nos 51 communautés, dont la majorité sont liés à des voyages, et il y a eu très peu de propagation communautaire après le diagnostic initial.
Il a été difficile de mettre en œuvre des mesures comme la quarantaine de deux semaines dans le Sud pour certains territoires. De plus, le changement de mode vie imposé par les directives de distanciation sociale a été difficile dans les communautés. Toutefois, à ce jour, nous sommes très bien parvenus à éviter que nos communautés soient envahies par la COVID-19.
Avant l'arrivée de la COVID-19, nous avons connu des conditions socioéconomiques plus néfastes. Selon la région, le taux de tuberculose était jusqu'à 300 fois plus élevé dans nos communautés. Les maladies respiratoires et les virus ont joué un rôle très important dans le fonctionnement de la santé publique chez nous. Par conséquent, nous avons tout de suite su à quel point la situation pourrait être difficile et nous avons pris les mesures qui s'imposaient.
Le gouvernement fédéral a contribué à la réponse à la COVID-19, en octroyant environ 90 millions de dollars aux Inuits dans deux cycles de fonds de soutien destinés aux communautés autochtones et en augmentant le financement de l'éducation postsecondaire des Inuits. Ce type de mesures de soutien a vraiment aidé les communautés inuites et les organisations inuites de revendications territoriales à répondre efficacement à la COVID-19.
L'argent a été consacré à certaines choses, comme les programmes alimentaires; les sorties à l'extérieur, surtout en été; les produits de nettoyage; dans certains cas, l'eau — parce que bon nombre de nos communautés sont approvisionnées en eau par camion —, de sorte que les gens puissent se laver les mains un nombre suffisant de fois par jour et n'aient pas à craindre de manquer d'eau; le chauffage des maisons; l'achat de fournitures, dont des appareils technologiques à des fins d'éducation et de soutien aux familles et aux enfants pris en charge, pour faire en sorte qu'ils puissent rester en contact en respectant les exigences de distanciation sociale de leur territoire.
Nous avons également fait beaucoup de choses du côté du transport aérien, et je suis ravi que le gouvernement fédéral ait défini le transport aérien comme un service essentiel dans l'Inuit Nunangat. Je pense que nous pouvons faire beaucoup de choses pour essayer de déterminer ce que cela signifie et la manière de le soutenir pleinement. Cependant, il est reconnu que sans transport aérien, nous ne pouvons pas obtenir de résultats de tests à temps, accéder aux services médicaux et recevoir de la nourriture. Nous sommes très chanceux qu'il y ait eu une réponse et des subventions, car notre industrie aérienne a été frappée aussi durement que celle du Sud.
De plus, nous avons des communications adaptées aux Inuits. Nous nous assurons que tous les messages de santé publique sont produits en langue inuktut et qu'ils sont accessibles dans la communauté.
Nous avons également bénéficié de l'initiative Les enfants inuits d'abord, qui aide les familles avec enfants à s'assurer que chaque enfant a accès aux services de santé, aux services sociaux, aux services d'éducation et à l'aide dont ils ont besoin pendant la pandémie.
Pour la suite des choses, et surtout pour l'hiver qui s'en vient, nous devons en faire plus du côté du dépistage. Nous devons veiller à ce que les gains que nous avons réalisés au chapitre de l'accès aux tests de dépistage soient durables, comme l'utilisation des plateformes GeneXpert dans les régions inuites, et à ce que nous ayons des cartouches. De plus, nous devons nous assurer qu'il y a du financement pour que ces tests puissent être effectués dans l'Inuit Nunangat; que nous pourrons avoir accès à des tests de dépistage rapide lorsqu'ils seront accessibles; et que, lorsque des tests doivent être envoyés dans le Sud, nous avons un processus en place nous permettant de nous assurer qu'ils ne se perdent pas dans les structures provinciales ou territoriales.
Nous avons également besoin d'obtenir plus de données, surtout à l'extérieur de l'Inuit Nunangat. Les provinces et les territoires doivent nous fournir les données relatives aux Inuits qu'il faut afin que nous puissions comprendre tout problème lié à la COVID-19 pour les Inuits qui sont à l'extérieur de l'Inuit Nunangat, et nous avons besoin de l'aide du gouvernement fédéral.
Nous devons également veiller à ce que, à mesure que les plans relatifs aux vaccins se précisent, les Inuits soient considérés comme une population très vulnérable, en particulier compte tenu de leur exposition à la tuberculose, de leur éloignement et du fait que leurs communautés ont besoin d'un transport aérien en tout temps.
Dans tout cela, il nous faut une approche propre à l'Inuit Nunangat. Nous devons éliminer la nature étrange et capricieuse des quelque 30 ministères fédéraux, qui agissent chacun de leur côté lorsqu'il est question des peuples autochtones, des programmes et des conditions; et adopter une approche stratégique pour l'Inuit Nunangat, de sorte que les Inuits soient traités de la même manière peu importe où ils vivent dans l'Inuit Nunangat.
Je vous remercie du temps que vous m'avez accordé ce matin.
Marlene Poitras
View Marlene Poitras Profile
Marlene Poitras
2020-11-03 11:14
Tansi. Kinanâskomitinâwâw.
Thank you all for the invitation to speak with you today.
With the rise in cases of COVID-19 across the country, we have seen a rise in cases among our first nations and with that the concern and fear for our people has also risen. In times like these, it is incumbent upon us to not only focus on the crisis at hand but to look at the steps that brought us to where we are today and to identify the steps we need to take in the future to protect against these situations.
As you are all aware, first nations experience greater health, social and economic inequities than the rest of Canadians, which makes us particularly vulnerable to COVID-19. Our nations face chronic housing shortages, lack of access to drinking water and poor access to quality health services, as well as many other challenges. The health and well-being of first nations in Canada has been and continues to be affected by colonial governing structures, inconsistent policy schemes and underfunded program allocations. Collectively, these systemic issues impact the daily lives of first nations people both on and off reserve.
Ongoing experiences of racism in the health care system exacerbate these issues. First nations have an inherent and treaty right to health. Our treaties have established our treaty right to health through the obligation of the Crown to provide medicines and protection through the “medicine chest” clause found in Treaty No. 6. Treaty No. 6 also contains the pestilence clause under which the modern context is understood to be for the Crown to provide assistance in times of natural disasters, diseases and pandemics. These treaties speak to the beginning of first nations' relationships with the Crown, and it is these relationships that continue to be at the heart of what needs to be worked on.
This pandemic has highlighted the inequities in this country and exacerbated existing challenges. It has also shown us where the relationships between first nations and federal, provincial and territorial governments require more effort. This is the time when we need to draw on each other's strengths and support one another through transparent and respectful communication and joint decision-making. Leaders across the country were forced to respond to the COVID-19 crisis quickly, with limited information, and make decisions for the well-being of their people rapidly, but too often first nations were the last to receive information and were left out of the decision-making process at the federal, provincial and territorial tables. There is room to be better, and as first nations we look to the Crown to support our relationships with the provinces and territories.
It is particularly important, as we plan for vaccine distribution, to ensure that first nations' needs are considered as per the National Advisory Committee on Immunizations' recommendations. Throughout the pandemic, first nations have done much with very little. We have been innovative and creative and stretched our human and economic resources to respond to this threat. However, with the second wave of the pandemic and with the threat of the third in the future, first nations' capacities to respond are dwindling. Had more been done earlier to support our technological infrastructure and human capacity, first nations would not be as vulnerable to the impacts of COVID-19 as they are now.
First nations continue to rely heavily on the funding provided through Indigenous Services Canada to support the pandemic response. We were pleased to hear of the additional investments announced on Friday, but more will be needed before this pandemic is over. The investments made by the federal government to support all Canadians during the pandemic have been important and necessary. However, I want to emphasize that this unprecedented level of funding has shown us that first nations have not been a funding priority in the past, even though our people have been living through chronic health, mental health and addiction epidemics for years. Had more meaningful investments been made earlier to address systemic issues and build capacity, our first nations would not be as vulnerable as they are now. These investments are needed so that first nations are better prepared for future pandemics and emergencies. First nations need to be a priority.
We have an opportunity to learn from our experiences with the pandemic to date, to be stronger in our response together as we move forward. First nations need to be afforded equitable opportunities to make it through the next waves of the pandemic with minimal illness and loss of life.
As Dr. Tam stated in her recently released report, no one is protected until everyone is protected. Into the future, first nations need to be provided opportunities to be part of the economic recovery and response. Let us not return to normal. Let us work together to provide a better way forward for first nations and all Canadians.
Hay-hay. Knanâskomitinâwâw.
Tansi. Kinanâskomitinâwâw.
Je vous remercie tous de m'avoir invitée à discuter avec vous aujourd'hui.
Le nombre de cas de COVID-19 est en hausse partout au pays, et nous avons observé une augmentation du nombre de cas chez les Premières Nations, ce qui alimente les craintes pour nos populations. Dans des moments comme ceux-là, il nous incombe non seulement de nous concentrer sur la crise actuelle, mais aussi d'examiner les mesures qui nous ont amenés au contexte actuel et de déterminer ce que nous devons faire à l'avenir pour nous protéger contre ce type de situations.
Comme vous le savez tous, les Premières Nations sont confrontées à de plus grandes inégalités sanitaires, sociales et économiques que le reste des Canadiens, ce qui les rend particulièrement vulnérables à la COVID-19. Nos nations font face à une pénurie chronique de logements, à un manque d'approvisionnement en eau potable et à un accès limité à des services de santé de qualité, ainsi qu'à de nombreux autres problèmes. La santé et le bien-être des Premières Nations du Canada continuent de subir les conséquences de structures de gouvernance coloniales, de l'incohérence des programmes et du sous-financement des programmes. Ensemble, ces problèmes systémiques ont des répercussions sur la vie quotidienne des membres des Premières Nations, tant dans les réserves qu'ailleurs.
Le racisme que nos populations subissent constamment dans le système de santé aggrave ces problèmes. Les Premières Nations ont un droit inhérent à la santé conféré par traité. Nos traités ont établi ce droit par l'obligation de la Couronne de fournir des médicaments et de la protection, selon la clause relative aux médicaments qui figure dans le Traité no 6. Le Traité no 6 contient également la clause relative à la peste, en vertu de laquelle, dans le contexte moderne, la Couronne doit fournir de l'aide en période de catastrophe naturelle, de maladie ou de pandémie. Les traités marquent le début des relations entre les Premières Nations et la Couronne, et ces relations continuent d'être au cœur des choses à améliorer.
La pandémie a mis en évidence les inégalités dans ce pays et elle a aggravé les problèmes existants. Elle nous a également montré à quels égards les relations entre les Premières Nations et les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux nécessitent plus d'efforts. C'est maintenant que nous devons tirer parti des forces de chacun et nous soutenir mutuellement en communiquant de façon transparente et respectueuse et en prenant des décisions conjointement. Les dirigeants de partout au pays ont dû répondre à la crise de la COVID-19 rapidement, en ayant peu de renseignements, et prendre des décisions pour le bien-être de leur population sans tarder. Cependant, trop souvent, les Premières Nations ont été les dernières personnes à recevoir l'information et ont été exclues du processus de décision aux tables fédérales, provinciales et territoriales. Il est possible de faire mieux, et nous, les Premières Nations, nous attendons à ce que la Couronne soutienne nos relations avec les provinces et les territoires.
Pendant que nous planifions la distribution de vaccins, il est particulièrement important de nous assurer que les besoins des Premières Nations sont pris en compte, conformément aux recommandations du Comité consultatif national de l'immunisation. Depuis le début de la pandémie, les Premières Nations font beaucoup avec très peu. Nous avons fait preuve de créativité et nous avons utilisé nos ressources humaines et économiques plus efficacement pour répondre à cette menace. Toutefois, compte tenu de l'arrivée de la deuxième vague de la pandémie et de la menace qu'il y en ait une troisième, les capacités d'intervention des Premières Nations diminuent. Si plus de mesures avaient été prises plus tôt pour soutenir leur infrastructure technologique et leurs ressources humaines, les Premières Nations ne seraient pas aussi vulnérables aux répercussions de la COVID-19 qu'elles le sont actuellement.
Les Premières Nations dépendent toujours fortement du financement qui est fourni par l'intermédiaire de Services aux Autochtones Canada pour contribuer à la réponse à la pandémie. Les investissements supplémentaires qui ont été annoncés vendredi nous ont ravis, mais il devra y en avoir d'autres avant la fin de la pandémie. Les investissements qui ont été effectués par le gouvernement fédéral pour aider tous les Canadiens pendant la pandémie ont été importants et ils étaient nécessaires. Toutefois, je tiens à souligner que ce financement sans précédent nous a montré que les Premières Nations n'ont pas été une priorité sur le plan du financement dans le passé, même si nos peuples ont d'importants problèmes de santé chroniques, de santé mentale et de dépendance depuis des années. Si des investissements plus importants avaient été effectués plus tôt pour résoudre les problèmes systémiques et renforcer les capacités, nos Premières Nations ne seraient pas aussi vulnérables qu'elles le sont aujourd'hui. Ces investissements sont nécessaires pour que les Premières Nations soient mieux préparées à d'autres pandémies et situations d'urgence. Il faut que les Premières Nations soient une priorité.
Nous avons une occasion de tirer des leçons de ce que la pandémie nous a fait vivre jusqu'à maintenant, d'être plus forts, ensemble, dans notre réponse pour la suite des choses. Il faut que les Premières Nations soient autant en mesure que les autres de traverser les prochaines vagues de la pandémie en limitant le nombre d'infections et de décès.
Comme la Dre Tam l'a dit dans le rapport qu'elle a publié récemment, personne n'est protégé tant que tout le monde n'est pas protégé. À l'avenir, il faut donner aux Premières Nations la possibilité de participer à la reprise et à la réponse économiques. Ne revenons pas à la normale. Travaillons ensemble pour offrir un meilleur avenir aux Premières Nations et à tous les Canadiens.
Hay-hay. Knanâskomitinâwâw.
Marsha Walden
View Marsha Walden Profile
Marsha Walden
2020-10-29 11:23
Hello, everyone.
Thank you for inviting me to speak to the committee today.
I'd like to acknowledge that I'm joining you from the traditional territories of the Coast Salish peoples today—the Squamish, Tsleil-Waututh and Musqueam nations.
I'll be providing today's remarks primarily in English, but I'll also say a few words in French.
French is my second language. As part of my appointment, I have committed to improving upon my French skills—it's a commitment that I take very seriously.
Both official languages are spoken widely throughout the organization. I am exceptionally proud of the team, 35% of whom are bilingual.
I have spent seven years, so far, serving the tourism sector, first at a provincial level and now federally.
Never has our country or the world faced such a dire situation across a sector, a sector that employs 1 in 10 Canadians or 1.9 million people in all corners of our country, contributing $44 billion in annual GDP.
While I recognize that my invitation today is to introduce myself and to address my recent appointment as Destination Canada's president and CEO, I feel it is important that I share some of the background of our sector as a whole because it's why, in part, I chose to serve this sector and what compelled me to apply for this position.
My career spans executive leadership roles in strategy and organizational renewal, marketing and communications, corporate social responsibility, operations management and business innovation. I've worked with enterprises in many of Canada's flagship industries, but I found my true calling in tourism.
I joined Destination British Columbia as president and CEO in 2013. At that time, it was a newly formed provincial Crown corporation. I led ground-breaking strategies for tourism development and nationally recognized data-driven performance-marketing programs.
These efforts were done very much in collaboration with Destination Canada, as well as our provincial, regional and city partners, all of us part of team Canada in the tourism space.
When the position of president and CEO came up at Destination Canada, I was compelled to put my name forward, knowing the challenges that lie ahead for the sector. But I would say an even greater motivator are the opportunities at hand.
I genuinely believe that tourism improves the quality of life for all Canadians. It supports the restaurants and the entertainment we enjoy, the art galleries and museums we visit, the festivals and aquariums we take our kids to, and a huge diversity of local jobs that cannot be exported. From hotel workers to helicopter pilots, tourism is Canada’s biggest employer of young people and women.
Right now the sector is at risk of losing more than half of the jobs in the visitor economy. After five years of growth—and having been poised for a decade more of strong growth—we are forecasting that the sector will not recover to 2019 levels until 2024.
Tourism revenues are uniquely impacted by the COVID-19 pandemic. The summer season represents the core revenue generator for the industry, and it was devastated. The impacts are extremely far-reaching. Consider wonderful events in our social sphere, such as the Calgary Stampede, the Just for Laughs festival in Montreal, the Sunrise Festival in Inuvik and so many others that have been cancelled.
Consider the wider set of sectors that are integral to tourism, including airlines, cruises and hospitality. Those are largely closed or operating at huge losses. These sectors fuel the florist, the farmer, the fisher and the festival-goer. Tourism creates a ripple of economic, socio-cultural and environmental benefits, in communities big and small, all across our nation.
Since the onset of the pandemic, the work at Destination Canada has evolved very quickly. Normally, it is our role to focus primarily on the export side of tourism’s service economy, to lead international marketing, to drive demand and to provide research for industry and government intelligence.
We immediately realized that recovery would begin at a very hyper-local level and made $30 million available for domestic marketing by providing funds to our provincial and territorial partners—who matched it dollar-for-dollar—to maintain our presence and support of local communities.
We have also shifted focus domestically working with our partners.
We know that, in 2019, Canadian travellers injected $40 billion abroad. Our current environment presents a huge opportunity to capture what is typically taken offshore.
We've continued to supply our industry and our government with timely data and forecasts to support their decision-making and policy-making. Internationally, we are now focused on maintaining our key account relationships to ensure that Canada remains top of mind in our supply chain when international travel can safely resume.
For tourism, recovery presents a national challenge that calls for deep collaboration at all levels of industry and government to fully realize and regain its future potential. Today we can reimagine our industry to be a more competitive sector in future, one that can be an even more powerful force for good for communities and people across our nation.
Thank you.
Bonjour à tous.
Je vous remercie de m'avoir invitée à prendre la parole devant le Comité aujourd'hui.
Je tiens à souligner que je vous parle depuis les territoires traditionnels des peuples Salish du littoral, c'est-à-dire des nations Squamish, Tsleil-Waututh et Musqueam.
Je m'exprimerai principalement en anglais, tout en faisant certaines remarques en français.
Le français est ma deuxième langue. À ma nomination, je me suis engagée à améliorer mon français et c'est un engagement que je prends très au sérieux.
Les deux langues officielles sont largement parlées dans notre entreprise. Je suis très fière de l'équipe, composée à 35 % de gens bilingues.
J'évolue dans le secteur du tourisme depuis maintenant sept ans, tout d'abord à l'échelon provincial et maintenant au niveau fédéral.
Jamais ce pays et le monde entier n'ont connu de situation aussi désastreuse pour l'ensemble d'un secteur — un secteur qui emploie 1 Canadien sur 10, c'est-à-dire 1,9 million de personnes dans toutes les régions du pays et dont la contribution annuelle au PIB est de 44 milliards de dollars.
Bien que j'aie été invitée à cette réunion pour me présenter et parler de ma récente nomination à titre de présidente-directrice générale de Destination Canada, il m'apparaît impératif de présenter le contexte général du secteur, parce qu'il explique en partie mon dévouement envers ce dernier et la raison pour laquelle j'ai posé ma candidature à ce poste.
J'ai occupé divers postes de haute direction en gestion stratégique et en renouvellement organisationnel, en marketing et en communications, en responsabilité sociale de l'entreprise, en gestion des opérations et en innovation commerciale. J'ai travaillé auprès d'entreprises de nombreux secteurs phares du Canada, mais c'est dans le tourisme que j'ai trouvé ma véritable vocation.
En 2013, je suis devenue présidente-directrice générale de Destination British Columbia, qui était à l'époque une toute nouvelle société d'État provinciale. J'y ai dirigé des stratégies d'avant-garde pour favoriser le développement touristique, de même que des programmes de marketing au rendement fondé sur les données qui ont été reconnus à l'échelle nationale.
Ces efforts ont été réalisés dans une grande mesure en collaboration avec Destination Canada ainsi qu'avec nos partenaires provinciaux, régionaux et municipaux. Nous faisions tous partie du volet tourisme d'Équipe Canada.
Quand Destination Canada cherchait à pourvoir le poste de PDG, j'ai senti que je devais présenter ma candidature, parce que je savais que le secteur allait devoir relever des défis. Toutefois, je dirais que les possibilités qui s'offrent à nous sont une source de motivation encore plus grande.
Je suis profondément convaincue que le tourisme améliore la qualité de vie de tous les Canadiens. Il fait vivre les restaurants et les lieux de divertissement que nous fréquentons, les galeries d'art et les musées que nous visitons, les festivals et aquariums où nous emmenons nos enfants, et il soutient une grande diversité d'emplois locaux qui ne peuvent pas être exportés. Du personnel hôtelier aux pilotes d'hélicoptère, le tourisme est le secteur qui emploie le plus de jeunes et de femmes au Canada.
Aujourd'hui, le secteur risque toutefois de perdre plus de la moitié des emplois liés à l'économie touristique. Après cinq années de croissance — et à l'aube de ce qui devait être une décennie de forte croissance —, nous prévoyons que le secteur ne retrouvera pas avant 2024 les niveaux de 2019.
Les recettes touristiques sont particulièrement touchées par la pandémie de COVID-19. C'est la saison estivale qui génère la plus grande partie des recettes dans notre industrie, mais elle a été catastrophique. Les répercussions ont une étendue extrêmement vaste. Pensez à des événements merveilleux de notre sphère sociale, tels que le Stampede de Calgary, le Festival Juste pour rire de Montréal, le Sunrise Festival d'Inuvik et tant d'autres qui ont été annulés.
Pensez à l'ensemble plus large des secteurs faisant partie intégrante du tourisme, notamment les compagnies aériennes, les croisières et les restaurants, qui sont en grande partie fermés ou qui fonctionnent à perte. Ces secteurs soutiennent les fleuristes, les agriculteurs, les pêcheurs et les festivaliers. Le tourisme génère des retombées économiques, socioculturelles et environnementales dans les collectivités, grandes et petites, de tout le pays.
Depuis le début de la pandémie, le travail à Destination Canada a rapidement évolué. Normalement, notre rôle consiste à nous concentrer principalement sur le volet « exportation » de l'économie touristique, les activités de marketing international et les efforts visant à stimuler la demande et à réaliser des travaux de recherche servant à informer l'industrie et le gouvernement.
Nous avons réalisé tout de suite que la reprise commencerait à l'échelle hyperlocale et nous avons consacré 30 millions de dollars au marketing national en fournissant des fonds aux provinces et aux territoires — qui ont fourni des sommes équivalentes — pour maintenir notre présence et appuyer les collectivités locales.
Nous avons également changé d'orientation sur le plan national en travaillant avec nos partenaires.
Nous savons qu'en 2019, les voyageurs canadiens ont dépensé 40 milliards de dollars à l'étranger. La situation actuelle nous offre une occasion unique de bénéficier au pays de ces dépenses généralement faites à l'étranger.
Nous continuons de fournir à notre industrie et au gouvernement des données et des prévisions au moment opportun afin d'éclairer leurs décisions et de les aider à définir les politiques. À l'échelle internationale, nous nous efforçons de maintenir nos relations avec nos comptes principaux afin que le Canada demeure en tête de liste dans notre filière lorsque les voyages internationaux pourront reprendre en toute sécurité.
Pour ce qui est du tourisme, la reprise représente un défi national qui exige une collaboration approfondie, à tous les niveaux de l'industrie et du gouvernement, afin de réaliser pleinement son potentiel. Ensemble, nous pouvons repenser notre industrie pour qu'elle renaisse de ses cendres et devienne plus compétitive — un secteur qui contribuera encore plus vigoureusement au bien des collectivités et de la population de notre pays.
Merci.
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
Good evening. Ulaakut.
I'm speaking to you this evening from the traditional territory of the Algonquin people here in Ottawa.
Mr. Chair and members of the committee, I'm pleased to join you today, at least virtually, alongside my colleagues Minister Bennett and Minister Vandal. I also want to note the presence of Christiane Fox, deputy minister; Valerie Gideon, associate deputy minister; and Dr. Tom Wong, chief medical officer of public health, first nations and Inuit health branch.
Members, as of October 26, we are aware of 362 active cases of COVID-19 in first nations communities. Since the beginning of this pandemic, we've recorded 1,254 confirmed cases in first nations communities, with 877 recoveries and, tragically, 15 deaths. This number of active cases represents the highest number of active cases to date. In addition, I can report 28 confirmed positive cases of COVID-19 among Inuit in Nunavik, Quebec, and all have recovered.
In recent days and weeks, there has been an alarming rise in the number of active COVID-19 cases across the country, including in indigenous communities. We took a number of measures to support indigenous communities at the onset of this pandemic, and as we face the second wave of this pandemic, we are taking stock of what we've learned and applying those lessons rapidly.
We know that when local indigenous leadership is given the necessary resources, they are best placed to successfully respond to a crisis with immediate, innovative and proactive measures to ensure the safety of their members. The low case numbers experienced by first nations communities in the first wave was evidence of this. What is clear now, however, is that the second wave has impacted indigenous communities much harder than the first.
As in the first wave, we've put together and put into place...and ensured that the health and safety of indigenous peoples is my and the Government of Canada's utmost priority.
As the pandemic continues and continues to evolve, we are making sure to prioritize sustainable access to mental health services and continue to support indigenous communities. As such, we have invested new funding of $82.5 million, in addition to the $425 million in existing funding annually for community-based services that address the mental wellness needs of indigenous peoples.
These services comply with public health measures available, and, because of the pandemic, with many telehealth or virtual options, such as the Hope for Wellness Help Line.
We continue to work in partnership with indigenous organizations and communities to support the adaptation of mental health resources and services managed by indigenous communities, and will continue to do so throughout the pandemic and beyond it.
To support the unique challenges faced by indigenous businesses and economies, on June 11, we announced $117 million, plus a $16 million stimulus development fund to support the indigenous tourism industry. This funding builds on the $306.8 million previously announced to help indigenous small and medium-sized businesses.
The Government of Canada is also helping elementary and high school students by providing $112 million to support a safe return to first nations schools on reserve, in addition to the $2 billion being provided to the provinces and territories. And we are working to ensure the security and well-being of indigenous women and children by supporting and expanding a network of family violence prevention shelters for first nations communities across the country, and in the territories.
We continue to promote public health and safety measures and have, in collaboration with provincial and territorial governments, been actively evaluating and acquiring approved point-of-care tests to meet the needs of indigenous communities, especially those in rural, remote and isolated areas.
As of October 19, 70 GeneXpert instruments had been deployed to enable access to rapid point-of-care testing by indigenous communities across the country.
I'd like to take a moment to thank the health professionals, in particular Indigenous Services Canada nurses, who are supporting indigenous communities across the country by providing quality and culturally appropriate care, testing, contact tracing, prevention and treatment during this pandemic.
I would be remiss if I did not mention an emergency in Neskantaga that has been front and centre in the last few days. The recent shutdown of Neskantaga's water distribution system is indeed alarming. My officials are working directly with the leadership of Neskantaga First Nation, alongside partners such as Nishnawbe Aski Nation and Matawa First Nations Management, to mitigate the situation and ensure that the community has the support they need until water can be fully restored. Yesterday, Indigenous Services Canada's lead engineer accompanied the Matawa technical team to inspect the community's water infrastructure and continue water sampling.
Funding will be provided for immediate repairs as necessary, and efforts have been redoubled to address the issues with the distribution system and to support the community's new water system to completion. This funding is in addition to the recent $4 million of funding increase towards the project that aims to lift the long-term boil water advisory in that community, bringing the total investment to over $16.4 million. The construction of the community's water treatment plant is in its final stages, and we are optimistic that it will be up and running soon. We will continue to work with the community leadership to find immediate and long-term solutions to this health emergency.
With that, I look forward to taking your questions.
Meegwetch. Nakurmiik. Marsi cho.
Bonjour. Ulaakut.
Je vous parle ce soir depuis le territoire traditionnel du peuple algonquin ici à Ottawa.
Monsieur le président, membres du Comité, c'est avec plaisir que je comparais aujourd'hui, du moins virtuellement, en compagnie de mes collègues, la ministre Bennett et le ministre Vandal. Je tiens également à souligner la présence de Christiane Fox, sous-ministre; Valerie Gideon, sous-ministre déléguée; et du Dr Tom Wong, médecin en chef de la Santé publique, Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits.
En date du 26 octobre, nous avons la confirmation de 362 cas actifs de COVID-19 dans les communautés des Premières Nations. Depuis le début de la pandémie, nous avons enregistré 1 254 cas confirmés, dont 877 personnes rétablies et, malheureusement, 15 décès. Ce nombre de cas actifs constitue le plus élevé à ce jour. De plus, nous avons 28 cas positifs confirmés de COVID-19 chez les Inuits du Nunavik au Québec. Toutes les personnes infectées sont rétablies.
Au cours des derniers jours et semaines, nous avons connu une hausse alarmante du nombre de cas actifs de COVID-19 partout au pays, y compris dans les communautés autochtones. Nous avons pris un certain nombre de mesures pour soutenir les communautés autochtones au début de cette pandémie et, face à la deuxième vague, nous faisons le bilan de ce que nous avons appris et appliquons ces leçons rapidement.
Nous savons que lorsque les dirigeants autochtones locaux reçoivent les ressources nécessaires, ils sont les mieux placés pour répondre avec succès à une crise en prenant des mesures immédiates, innovantes et proactives pour assurer la sécurité de leurs membres. Le faible nombre de cas recensés dans les communautés des Premières Nations au cours de la première vague en est la preuve. Cela étant dit, il est maintenant évident que la deuxième vague frappe plus fort les communautés autochtones que la première.
Tout comme lors de la première vague, nous avons préparé et mis en place... la santé et la sécurité des peuples autochtones demeurent pour moi et pour le gouvernement la grande priorité.
Alors que la pandémie se poursuit et qu'elle continue à évoluer, nous nous assurons de donner la priorité à un accès durable aux services de santé mentale et nous continuons à soutenir les communautés autochtones, l'impact sur la santé mentale étant la face cachée de cette pandémie. Pour ce faire, nous avons investi de nouveaux fonds de l'ordre de 82,5 millions de dollars, en plus du financement annuel déjà existant de 425 millions de dollars pour les services communautaires qui répondent spécifiquement aux besoins des peuples autochtones en matière de bien-être mental.
Ces services respectent les mesures de santé publique et, en raison de la pandémie, offrent de nombreuses options de télésanté ou de services virtuels, notamment la Ligne d'écoute d'espoir, qui est disponible en plusieurs langues autochtones.
Nous continuons à travailler en partenariat avec les organisations et les communautés autochtones pour soutenir l'adaptation des ressources et des services de santé mentale gérés par les communautés autochtones. Nous continuerons à le faire tout au long de la pandémie et bien au-delà de celle-ci.
Afin de répondre aux défis uniques auxquels doivent faire face les entreprises autochtones, nous avons annoncé le 11 juin dernier l'attribution d'un fonds de 117 millions de dollars en plus d'un autre de 16 millions de dollars pour soutenir l'industrie touristique autochtone. Ce financement s'ajoute aux 306,8 millions de dollars déjà annoncés pour aider les petites et moyennes entreprises autochtones.
Nous soutenons aussi les élèves du primaire et du secondaire en fournissant 112 millions de dollars pour favoriser un retour en toute sécurité dans les écoles des Premières Nations situées dans les réserves. Ce montant s'ajoute aux 2 milliards de dollars versés aux provinces et aux territoires. De plus, nous nous efforçons d'assurer la sécurité ainsi que le bien-être des femmes et des enfants autochtones en soutenant et en élargissant un réseau de maisons d'hébergement pour la prévention de la violence familiale dans les collectivités des Premières Nations partout au pays et dans les territoires.
Nous continuons à promouvoir les mesures de santé et de sécurité publiques. En collaboration avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, nous avons aussi activement évalué et acquis des tests aux points de service pour répondre aux besoins des communautés autochtones, en particulier celles des régions rurales éloignées et isolées.
Le 19 octobre, 70 instruments GeneXpert ont été déployés pour permettre aux communautés autochtones de tout le pays d'avoir accès à des tests rapides aux points de service.
J’aimerais prendre un instant pour remercier les professionnels de la santé, en particulier les infirmières de Services aux Autochtones Canada, qui travaillent dans les communautés autochtones et leur fournissent des soins et des traitements de qualité et culturellement adaptés, effectuent les tests et la recherche des contacts et s'occupent de la prévention pendant cette pandémie.
Je m'en voudrais de ne pas parler de la situation urgente à Neskantaga qui a été au centre de nos préoccupations au cours des derniers jours. La récente fermeture du système de distribution d'eau de Neskantaga est, en effet, alarmante. Mes adjoints travaillent directement avec les dirigeants de la Première Nation Neskantaga, aux côtés de partenaires comme la nation Nishnawbe Aski et la Direction des Premières Nations de Matawa, afin d'améliorer la situation et de veiller à ce que la communauté dispose du soutien nécessaire jusqu'à ce que le système de distribution d'eau puisse être entièrement rétabli. Hier, l'ingénieur en chef de Services aux Autochtones Canada a accompagné l'équipe technique de Matawa pour l’inspection des infrastructures hydrauliques de la communauté, et poursuivre l'échantillonnage de l'eau.
Un financement sera accordé pour des réparations immédiates si nécessaire. Nous avons, d'autre part, redoublé d’efforts afin de résoudre les problèmes du système de distribution et d’appuyer la finalisation de la nouvelle usine de traitement d'eau de la communauté. Le montant s'ajoute à la récente augmentation de 4 millions de dollars de financement pour ce projet, qui vise à lever l'avis d'ébullition de l'eau en place depuis longtemps dans cette communauté. L'investissement total se chiffre donc à plus de 16,4 millions de dollars. La construction de la nouvelle usine de traitement d’eau en est à ses dernières étapes, et nous avons bon espoir qu’elle sera fonctionnelle d’ici peu. Nous allons continuer de travailler avec les dirigeants de la communauté afin de trouver des solutions immédiates et à long terme à cette crise sanitaire.
Sur ce, c'est avec plaisir que je répondrai à vos questions.
Meegwetch. Nakurmiik. Marsi cho.
View Dan Vandal Profile
Lib. (MB)
Thank you, Mr. Chair.
Kwe. Tawnshi. Greetings.
I want to begin by acknowledging that I am speaking to you from my office in Saint Boniface-Saint Vital, Treaty 1 territory, the traditional territory of the Anishinabe, Cree, Oji-Cree, Dakota, Dene and of course the homeland of the Métis nation, and a city that is now home to many Inuit.
Mr. Chair, I’m pleased to appear before this committee today with my colleagues, to give an update on the situation of the second wave of COVID-19 in the north and to contextualize what the Government of Canada is doing to assist indigenous communities and all northerners during the COVID-19 pandemic.
I have been in regular contact with territorial premiers and first nation, Inuit and Métis partners across the north. With the resurgence of COVID-19 we've seen in recent weeks, we are continuing to work with all partners to ensure the health and safety of all northerners, including taking necessary measures to respond to COVID-19.
The number of cases of COVID-19 in the north has been very limited, and that's not by accident. I commend the leadership and the hard work of the territorial governments and the indigenous leaders, who are keeping their communities safe during this pandemic.
We recognize that remote, isolated and northern communities have unique needs, and we continue to work in collaboration with territorial governments to respond to and prevent COVID-19.
In April, we provided the territories with more than $130 million of funding to address the immediate health, economic and transportation priorities related to the pandemic. From access to health services and supporting businesses and individuals to the continuation of the supply chains through air support and greater subsidies on essential items, we are taking actions to help northerners when they need it the most.
Earlier this summer, our government announced new measures to support essential air access to remote communities through bilateral agreements to ensure continuity of service for at least six months. This included establishing a $75-million funding program for our federal contribution for the first six months, which takes us to the end of the year, and maintaining these essential air services through an investment of up to $174 million over 18 months, if needed. We sincerely hope it's not needed. I commend Minister Garneau for his leadership on this initiative.
We also recognize the increased costs of many essential goods in the north and the increased financial pressures that many families are facing. That's why we provided an additional investment of $25 million to nutrition north Canada to increase the federal subsidy rate for essential items like food and personal hygiene products. We also expanded the subsidy list for all 116 northern communities eligible for nutrition north Canada, which also included cleaning products for personal hygiene that are necessary to keep people safe.
We also implemented the harvesters support grant, co-developed with indigenous partners, which helps with the high cost of traditional hunting and harvesting and helps to provide more traditional country food. We are also providing funding to community-led programs through food banks, breakfast clubs and the surplus food program. We recognize that the pandemic has had an impact on food security for families, and we are taking measures to support them.
We know that this pandemic has disproportionally affected some Canadians, and that's why we've rolled out a comprehensive support measure so that every Canadian gets the support they need. This includes enhancements to the Canada child benefit, direct financial support payments and investments to community organizations and mental health services.
For workers, we introduced the Canada emergency response benefit, which provided temporary financial support for Canadians who stopped working because of COVID. For businesses, we provided $15 million in emergency funding through CanNor to meet their challenges, as well as an additional $34 million dedicated through the regional relief and recovery fund, through CanNor, assisting businesses across all industries in the north, including the medical, hospitality and national resource industry. So far, these investments have helped to support more than 450 businesses across the north.
We also recognize the need to increase access to high-speed broadband in rural and remote communities. We are committed to accelerating the connectivity timelines and ambitions of the universal broadband fund.
We know this is a difficult time. We will continue to support Canadians who need help during this pandemic.
Meegwetch. Marsi. Nakurmiik.
Thank you.
Merci, monsieur le président.
Kwe. Tawnshi. Bonsoir.
Avant de commencer, je veux préciser que je vous parle aujourd’hui depuis mon bureau qui se trouve dans Saint-Boniface-Saint-Vital, sur le territoire du Traité no 1, le territoire traditionnel des peuples anishinaabeg, cri, oji-cri, dakota et déné, et bien sûr, la patrie de la nation métisse, et un lieu où vivent maintenant de nombreux Inuits.
J'ai le plaisir de comparaître aujourd'hui devant le Comité avec mes collègues pour faire le point sur la situation de la deuxième vague de la COVID-19 dans le Nord et pour mettre en contexte ce que fait le gouvernement du Canada pour aider les communautés autochtones et tous les habitants du Nord pendant cette pandémie.
Je m’entretiens régulièrement avec les premiers ministres des territoires et nos partenaires inuits, métis et des Premières Nations dans le Nord. Les cas de COVID-19 étant en recrudescence depuis les dernières semaines, nous continuons à travailler avec tous nos partenaires pour assurer la santé et la sécurité de tous les habitants du Nord, y compris en prenant les mesures nécessaires pour lutter contre la COVID-19.
Le nombre de cas de COVID-19 dans le Nord est limité, et ce n'est pas un hasard. Je félicite les gouvernements territoriaux et les chefs autochtones de leur leadership et de leur travail acharné pour préserver la sécurité de leurs communautés pendant cette pandémie.
Nous sommes conscients que les communautés éloignées et isolées du Nord ont des besoins uniques, et nous continuons à travailler en collaboration avec les gouvernements territoriaux pour prévenir la propagation de la COVID-19 et intervenir.
En avril, nous avons fourni aux territoires un financement de plus de 130 millions de dollars pour répondre aux priorités immédiates en matière de santé, d'économie et de transport liées à la pandémie. Qu'il s'agisse d'accès aux services de santé, de soutien aux entreprises et aux particuliers, ou encore du maintien de la chaîne d'approvisionnement en aidant les compagnies aériennes et en bonifiant les subventions sur les articles essentiels, nous prenons des mesures pour aider les habitants du Nord au moment où ils en ont le plus besoin.
Au début de l'été, le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures pour soutenir le transport aérien essentiel vers les collectivités éloignées dans le cadre d'accords bilatéraux afin de préserver le maintien des services pendant au moins six mois. Le programme d'aide fédérale pendant les six premiers mois s'élèvera à 75 millions de dollars, ce qui nous mènera à la fin de l'année, et nous avons aussi prévu un autre investissement pouvant atteindre 174 millions de dollars sur 18 mois pour assurer, si nécessaire, le maintien de ces services aériens essentiels, en espérant sincèrement un retour à la normale. Je félicite le ministre Garneau de son leadership dans cette initiative.
Nous sommes également conscients que le coût de nombreux produits de base dans le Nord augmente et que de nombreuses familles subissent des pressions financières accrues. Pour cette raison, nous avons investi un montant additionnel de 25 millions de dollars dans le programme Nutrition Nord Canada afin d’augmenter les taux de contribution fédérale pour les produits de base comme la nourriture et les produits d’hygiène personnelle. De plus, nous avons allongé la liste des produits subventionnés dans les 116 communautés nordiques admissibles à Nutrition Nord Canada, qui inclut les produits d'hygiène personnelle nécessaires à la sécurité des gens.
Nous avons également mis en place la Subvention pour le soutien aux chasseurs-cueilleurs, élaborée conjointement avec des partenaires autochtones, qui aide à réduire le coût élevé de la chasse et de la cueillette traditionnelles, et à fournir davantage d’aliments locaux. Nous finançons également des programmes communautaires par l'intermédiaire de banques alimentaires, de clubs de petit-déjeuner et du programme de gestion des surplus alimentaires. Nous sommes conscients que la pandémie a eu un impact sur la sécurité alimentaire des familles, et nous prenons des mesures pour les aider.
Nous savons que cette pandémie a touché certains Canadiens de manière disproportionnée. C'est pourquoi nous avons mis en place des mesures de soutien complètes, afin que chaque Canadien reçoive l'aide dont il a besoin. Cela comprend des améliorations à la Prestation canadienne pour enfants, un soutien financier direct et des investissements dans les organismes communautaires et les services de santé mentale.
Pour les travailleurs, nous avons introduit la Prestation canadienne d'urgence, qui offre un soutien financier temporaire aux Canadiens qui ont cessé de travailler en raison de la COVID-19. Pour les entreprises, nous avons mis à leur disposition, par l'entremise de CanNord, 15 millions de dollars en fonds d'urgence afin de les aider à relever leurs défis, et nous avons bonifié de 34 millions de dollars le Fonds d'aide et de relance régionale pour aider les entreprises de tous les secteurs dans le Nord, y compris le secteur médical et ceux de l'hôtellerie et des ressources nationales. Jusqu'à présent, ces investissements ont permis de soutenir plus de 450 entreprises dans le Nord.
Nous sommes aussi conscients qu'il est nécessaire d'accroître l'accès à Internet haute vitesse dans les collectivités rurales et éloignées. Nous sommes déterminés à accélérer le calendrier de mise en œuvre de la connectivité et à revoir à la hausse les ambitions du Fonds pour la large bande universelle.
Il s'agit d'une période difficile, et nous le savons. Nous continuerons à appuyer les Canadiens qui ont besoin d'aide tout au long de cette pandémie.
Meegwetch. Marsi. Nakurmiik.
Merci.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Thank you, Chair.
My question is for Minister Miller. Minister Bennett, if you have anything to add afterwards, that would be fantastic.
I have a question about stockpiles and delivery of PPE for indigenous communities. In the very beginning, of course, that was a bit of a problem across the country. I'm just wondering at this point if every indigenous community has what they need to manage the current reality and to be prepared for an outbreak if one happens.
Merci, monsieur le président.
Ma question s'adresse au ministre Miller. Madame Bennett, si vous avez quelque chose à ajouter par la suite, n'hésitez pas à le faire.
J'ai une question sur les stocks et notre approvisionnement en équipement de protection individuelle pour les communautés autochtones. Au tout début, évidemment, c'était un peu un problème dans tout le pays. Je me demande si, à ce stade-ci, chaque communauté autochtone dispose de ce dont elle a besoin pour gérer la réalité actuelle et se préparer à une éventuelle éclosion.
View Marc Miller Profile
Lib. (QC)
I would say that, when it comes to British Columbia, this work is done principally through FNHA, but as for the general question, we have been moving in real time in terms of our stockpile to a turnaround time of 24 hours. Now FNIHB and the resources that we have at our disposal serve essentially the health care and the essential service community inside indigenous communities. Our response time has improved to a 24-hour turnaround.
Clearly at the beginning, we saw some confusion across Canada with respect to how, when and where PPE was being used and deployed, and conversations as to need. Obviously, the clear message to us that we had to take action on was that we had to increase our communication with communities to see, first and foremost, what the protocol was for PPE. Very simple things become quite complex and intricate, particularly in a northern remote scenario, like donning and doffing, which has become a commonplace expression now. There was also proper use of PPE and how and when it's used in conjunction with testing.
I would leave the remaining portion of this question to Dr. Gideon.
Could you just add a bit, Val?
En ce qui concerne la Colombie-Britannique, je dirais que ce travail est principalement effectué par l'entremise de l'Autorité sanitaire des Premières Nations, mais pour ce qui est de la question générale des stocks, nous sommes passés à un délai d'exécution de 24 heures. Maintenant, la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits et les ressources dont nous disposons servent essentiellement à répondre aux besoins du milieu des soins de santé et des services essentiels dans les communautés autochtones. Notre délai d'intervention s'est amélioré, si bien que le tout se fait en 24 heures.
Manifestement, au début, il y avait une certaine confusion dans l'ensemble du Canada en ce qui concerne la manière, le moment et le lieu d'utilisation et de déploiement de l'équipement de protection individuelle, et nous avons tenu des discussions sur les besoins. De toute évidence, nous avons reçu un message clair selon lequel nous devions agir et accroître notre communication avec les communautés pour déterminer, d'abord et avant tout, le protocole lié à l'équipement de protection individuelle. Des choses très simples deviennent assez complexes et compliquées, en particulier dans le contexte des régions éloignées du Nord, comme les procédures d'enfilage et de retrait, une expression qui revient souvent de nos jours. Il fallait également déterminer l'utilisation appropriée de l'équipement de protection individuelle, en plus de préciser quand et comment l'utiliser pendant les tests.
Je vais laisser Mme Gideon compléter la réponse à cette question.
Pourriez-vous ajouter quelques observations, madame Gideon?
Valerie Gideon
View Valerie Gideon Profile
Valerie Gideon
2020-10-27 19:41
As the minister said, it was about clarifying where provinces were unable to provide supply, because the provinces and territories are still the primary provider of PPE for all health care workers in a province. However, some provinces experienced shortages early on, so we were able to step in. We have not had a shortage in terms of the supply that's been available to us. We continue to message out and encourage people to submit requests and plan in advance, and we will ship three months' supply, for instance, to remote and isolated communities, not one month's supply. We have an online management system for all of our PPE, which has expedited the process of ordering and confirming receipt of PPE even at a community level. Those are some of the measures we've put in place.
We expanded the reach of our PPE supply, noting some of the shortages to treatment centres and friendship centres. We have also negotiated some collaborative agreements with some provinces, like Ontario, where we have agreed that we will provide PPE in certain cases, and the Ontario government will provide it in others, just to make sure that that clarification is there.
Comme l'a dit le ministre, il s'agissait de repérer les endroits où les provinces n'étaient pas en mesure d'assurer l'approvisionnement, car n'oublions pas que les provinces et territoires demeurent les principaux fournisseurs d'équipement de protection individuelle pour leurs travailleurs de la santé respectifs. Toutefois, certaines provinces ont connu des pénuries au début, et nous avons donc pu intervenir. Il n'y a pas eu de manque en matière d'approvisionnement. Nous continuons à faire passer le message et à encourager les gens à présenter des demandes et à planifier le tout pour prendre de l'avance. Par exemple, nous expédierons trois mois de fournitures aux communautés éloignées et isolées, au lieu d'un mois. Nous disposons également d'un système de gestion en ligne pour toutes nos pièces d'équipement de protection individuelle, ce qui a accéléré le processus de commande et de confirmation de la réception de ces articles, même à l'échelle communautaire. Voilà donc quelques-unes des mesures que nous avons mises en place.
Par ailleurs, nous avons élargi la portée de notre approvisionnement en équipement de protection individuelle, après avoir relevé certaines pénuries dans les centres de traitement et les centres d'amitié. Nous avons également négocié des ententes de collaboration avec certaines provinces, comme l'Ontario, où nous avons convenu de fournir de l'équipement de protection individuelle dans certains cas, alors que le gouvernement de l'Ontario s'occupera de le faire dans d'autres cas, simplement pour bien préciser les rôles.
Valerie Gideon
View Valerie Gideon Profile
Valerie Gideon
2020-10-27 19:42
We've also provided funding to communities so they can purchase their own PPE for other workers in the communities who they would like to ensure are protected.
Nous avons également accordé des fonds aux communautés afin qu'elles puissent acheter leur propre équipement de protection individuelle pour les autres travailleurs locaux qu'elles souhaitent protéger.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
Thank you. That's extremely helpful.
We had 'Namgis in my riding that had a serious outbreak, and their neighbouring community, Alert Bay, had the same outbreak. They really came together and worked amazingly well. I have nothing but respect for both the mayor and the chief there, but I have heard from other indigenous communities across Canada that are close to municipalities and are trying to coordinate a response to an outbreak, and they're finding it to be a fairly significant challenge.
I'm just wondering if the ministry is looking into funding or something to help develop coordinated emergency response plans in conjunction with provincial or municipal emergency response departments.
Merci. Voilà qui est extrêmement utile.
Dans ma circonscription, la nation des 'Namgis a connu une grave éclosion, tout comme la communauté voisine d’Alert Bay. Les deux communautés ont travaillé ensemble de façon absolument remarquable. J'ai le plus grand respect pour le maire et le chef là-bas, mais d’autres communautés autochtones ailleurs au Canada, situées à proximité de municipalités, m’ont dit avoir tenté de coordonner une réponse à une éclosion et trouvé la tâche particulièrement difficile.
Je me demande si le ministère étudie la possibilité de financer ou de soutenir l’élaboration de plans coordonnés d’intervention en cas d’urgence de pair avec les services correspondants au provincial ou au municipal.
Christiane Fox
View Christiane Fox Profile
Christiane Fox
2020-10-27 20:21
Absolutely. I think there has been some investment in the past around emergency management and around how we can support communities, but beyond that, the department is looking at enhancing those emergency response funding agreements that we have with communities across the country. I think we have to work in partnership with municipal governments, with provincial governments and with territorial governments because they obviously all need to be utilized and deployed when a situation occurs, whether it's COVID, fires, flooding or all of these issues.
I think the answer to the question is, absolutely, we are doing that, and we are investing more into these types of programs and working with indigenous communities to develop them.
Tout à fait. Je crois qu’il y a déjà eu des investissements en matière de gestion des urgences et associés à la façon dont nous pouvons soutenir les communautés, mais au-delà de cela, le ministère souhaite améliorer les ententes de financement des interventions en cas d’urgence conclues avec les communautés partout au pays. J’estime que nous devons travailler en partenariat avec les administrations municipales et les gouvernements provinciaux et territoriaux, car il faut manifestement utiliser tous ces services et les déployer quand une situation se présente, qu’il s’agisse de la COVID, d’incendies, d’inondations ou d’autres situations du genre.
Pour répondre à votre question, je dirais que nous faisons tout à fait cela et investissons davantage dans ce type de programmes tout en travaillant avec les communautés autochtones pour les concevoir.
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
My last question is on rapid testing. I know that some communities are having a hard time working with their provincial counterparts to get the testing they need, and I'm just wondering if there has been any work done on that.
Ma dernière question porte sur les tests rapides. Je sais que certaines communautés ont du mal à travailler avec leurs homologues provinciaux afin d'obtenir l'analyse des tests dont elles ont besoin, et je me demande simplement si des efforts ont été déployés à cet égard.
Tom Wong
View Tom Wong Profile
Tom Wong
2020-10-27 20:23
Yes, there's indeed a lot of work. We're working with indigenous communities, together with the National Microbiology Lab, in order to access more and more of these rapid tests in remote and isolated communities in particular. Earlier, you heard the minister talk about the 77 GeneXpert machines being deployed. In addition to that, over the next couple of months there's new technology, including Abbott's ID NOW, as well as Panbio, and there will be many more being acquired and deployed to more indigenous communities in the north.
At this moment, we are very excited about those opportunities, not just the deployment of those machines but also the test as well as training to actually do the testing, biosafety, quality assurance and quality control.
Oui, de nombreux efforts ont effectivement été déployés. Nous travaillons avec les communautés autochtones, en collaboration avec le Laboratoire national de microbiologie, afin d'avoir accès à un nombre de plus en plus important de ces tests rapides, en particulier dans les collectivités isolées ou éloignées. Tout à l'heure, vous avez entendu le ministre parler des 77 appareils GeneXpert qui sont en cours de déploiement. En outre, au cours des prochains mois, de nouvelles technologies seront mises en œuvre, notamment ID NOW de l'entreprise Abbott ainsi que PanBio, et de nombreuses autres technologies seront acquises et déployées dans un plus grand nombre de collectivités autochtones du Nord.
En ce moment, nous sommes très enthousiastes à propos de ces possibilités, non seulement à propos du déploiement de ces machines, mais aussi à propos du test, de la formation pour administrer ce test, de la biosécurité, de l'assurance de la qualité et du contrôle de la qualité.
View Joël Godin Profile
CPC (QC)
Madam Chair, I'm done with that question. I'd like to switch topics. I got confirmation that it was indeed 78%.
Thank you, Ms. Nichols, from the Department of Transport.
The purpose of this study is to determine the feasibility of federal legislation on zero-emission vehicles. A number of programs were rolled out, so I'd like to know how they were designed and examined to ensure they were as effective as possible.
Given the importance of respecting provincial and territorial jurisdiction, did you consult the provinces and territories? If so, which ones? That question is for whomever can answer first.
Madame la présidente, je vais mettre fin à cette question et continuer avec un autre sujet. J'ai eu la confirmation que le pourcentage était bien de 78 %.
Je vous remercie, madame Nichols, du ministère des Transports.
L'objectif de notre étude actuelle est de déterminer la faisabilité d'une loi fédérale sur les véhicules zéro émission. Plusieurs programmes ont été mis en place, et j'aimerais savoir comment ceux-ci ont été planifiés et étudiés afin de maximiser leur efficacité.
Puisqu'il faut travailler en respectant les champs de compétence aux échelons provincial et territorial, avez-vous consulté les provinces et les territoires, et si oui, lesquels? Cette question s'adresse au premier qui pourra y répondre.
Megan Nichols
View Megan Nichols Profile
Megan Nichols
2020-10-26 16:48
I can confirm that we have a federal-provincial-territorial zero-emission vehicle working group. It has been meeting for a number of years. It meets to discuss best practices and lessons learned on how to increase the uptake of zero-emission vehicles.
Je peux confirmer que nous avons un groupe de travail fédéral-provincial-territorial sur les véhicules zéro émission. Il se réunit depuis un certain nombre d'années pour discuter des pratiques exemplaires et les leçons retenues sur les moyens d'accroître l'utilisation de véhicules zéro émission.
View Joël Godin Profile
CPC (QC)
Yes, Madam Chair.
Ms. Nichols, can you tell me which provinces were involved in that consultation?
Oui, madame la présidente.
Madame Nichols, pouvez-vous nommer les provinces qui ont participé à cette consultation?
Megan Nichols
View Megan Nichols Profile
Megan Nichols
2020-10-26 16:48
All provinces are members of this working group.
Toutes les provinces sont membres du groupe de travail.
View Joël Godin Profile
CPC (QC)
Were they representatives from the provincial transport ministries or other ministries?
Était-ce des représentants des différents ministères des Transports ou des représentants d'autres ministères?
Megan Nichols
View Megan Nichols Profile
Megan Nichols
2020-10-26 16:48
It includes a combination of ministries of transport and ministries of environment.
Cela inclut des représentants des ministères des Transports et des ministères l'Environnement.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
Thanks very much.
Ms. McGee, I have a couple of questions on Reaching Home.
We have been asked by some of the opposition parties to end Reaching Home and to send the dollars straight to provincial capitals and not to front-line services, particularly in B.C., by the member for Vancouver East, Ms. Kwan. What would the impact of that be on some of the prairie provinces—Manitoba, Saskatchewan, Alberta—where support for homeless services, in particular harm reduction, has been very slow to meet the front-line needs of a COVID response?
Je vous remercie beaucoup.
Madame McGee, j'ai quelques questions sur le programme Reaching Home.
Certains membres des partis de l'opposition nous ont demandé de mettre fin à Reaching Home et de verser directement les fonds aux provinces plutôt qu'aux services de première ligne, particulièrement en Colombie-Britannique, comme l'a réclamé la députée de Vancouver-Est, Mme Kwan. Quelles répercussions cette approche aurait-elle dans les provinces des Prairies, soit le Manitoba, la Saskatchewan et l'Alberta, où le soutien aux services aux itinérants — en ce qui concerne particulièrement la réduction des méfaits — a mis beaucoup de temps à combler les besoins en première ligne dans le cadre de la réaction à la COVID?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:34
For our effort, I think it would have a very negative impact. I would say that Reaching Home needs to be understood, and our local efforts generally, because we certainly administer investments in homelessness by other orders of government. The important underlying focus is that it is a coordinated approach and a community commitment to work in a coordinated way and in alignment with any homelessness.... Harm reduction is definitely a principle of the Housing First program. The Housing First program, which is also strongly reinforced by Reaching Home, is client-centred and client-focused, focused on the potential of individuals. Agencies are really empowered, as well as front-line staff.
I think one of the things that don't necessarily get generalized or understood around Housing First is that it really empowers the decision-making at the front line to support individuals in ending their homelessness in a way that has the most sustainable outcome in the long term, and that happening in a coordinated way has been critical to communities being able to really move the bar—not just for a person, not just for a program, but as a community.
In the absence of that, we run the risk of just cycling people through other programs, and having a very programmatic structure ensures that people just don't get the traction that we're working so hard to provide them.
Je pense que l'effet serait très néfaste sur notre œuvre. Le programme Reaching Home et les efforts que nous déployons de manière générale à l'échelle locale doivent être compris, car nous gérons certainement les investissements qu'effectuent d'autres ordres de gouvernement dans la lutte contre l'itinérance. Il importe que vous sachiez que nos efforts s'appuient sur une approche coordonnée et un engagement communautaire à travailler de manière coordonnée et en harmonie avec toute intervention en matière d'itinérance. La réduction des méfaits est certainement un principe s'inscrivant dans le programme Housing First. Ce programme, qui est aussi grandement renforcé par Reaching Home, est axé sur le client et le potentiel des personnes. Les organismes et le personnel de première ligne sont réellement habilités à intervenir.
Je pense que l'on ne sait ou ne comprend pas nécessairement le fait que le programme Housing First favorise réellement la prise de décisions en première ligne afin d'aider les gens à se sortir de l'itinérance d'une manière qui aura les résultats les plus durables à long terme. Le fait que tout se passe de manière coordonnée a considérablement aidé les communautés à pouvoir agir, pas seulement pour une personne ou un programme, mais à titre de communauté.
En l'absence d'un tel programme, nous risquons de simplement renvoyer les gens vers d'autres programmes, et si la structure est fort problématique, les gens ne disposeront tout simplement pas de la force de traction que nous travaillons si fort pour leur conférer.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
In terms of the $19-billion restart fund that we just delivered to the provinces and territories, how much of that have you received so far?
Du montant de 19 milliards de dollars que nous venons de verser aux provinces et aux territoires, quelle somme avez-vous reçue jusqu'à présent?
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:35
Through Reaching Home, Homeward Trust received about $6.4 million through our entity commitment, as well as indigenous funding of $1.1 million. Those are rounded numbers.
Au titre du programme Reaching Home, Homeward Trust a reçu environ 6,4 millions de dollars pour l'ensemble de son engagement, ainsi que 1,1 million de dollars en fonds pour les Autochtones. Il s'agit de chiffres arrondis.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
That's out of the restart program that we just recently shipped to.... It's federal money that's being distributed by the province to your organization.
Ces fonds font partie du programme de relance que nous avons récemment lancé et des fonds fédéraux que la province verse à votre organisation.
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:35
No, sorry; that was out of the initial announcement of the $157-million Reaching Home. The other funding for Homeward Trust directly has not as yet been cascaded through the programs that are focused on homelessness in our community.
Non. Je suis désolée, mais ces fonds font partie du financement de 157 millions de dollars initialement annoncé pour le programme Reaching Home. Les autres fonds que Homeward Trust doit recevoir directement n'ont pas encore été versés dans le cadre des programmes de lutte contre l'itinérance dans notre communauté.
View Adam Vaughan Profile
Lib. (ON)
That's the risk of funding the provinces and asking them to do federal work. Sometimes the provinces have different priorities, and therefore the money wouldn't get to the front lines. And it hasn't.
Voilà le risque quand on verse les fonds aux provinces et leur demande de faire le travail du gouvernement fédéral. Elles ont parfois des priorités différentes et l'argent ne se rend pas en première ligne. Et c'est ce qui est arrivé.
Susan McGee
View Susan McGee Profile
Susan McGee
2020-08-17 15:36
Yes. It certainly has some risk. Good plans and good scenario planning can't happen in a bubble. That's the risk.
Oui, cette approche comporte certainement quelques risques. Les plans et les scénarios judicieux ne s'élaborent pas dans une bulle. Voilà le risque.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
Welcome to the witnesses. I am pleased that we were able to meet again so quickly.
My first question is for Ms. McGee.
Thank you for your testimony. You talked about the issues of homelessness and social housing. You have this particular organization in Alberta, but I think these are important concerns in every province. They were important before the pandemic, but they have become even more pressing during the pandemic. Earlier, you said that you are a leader.
If I understood correctly, you said that community organizations sometimes see confusion between levels of government. You believe that we should let organizations govern because they are able to better understand the needs of the community. As we have seen, ecosystems in every province have a role to play in meeting the demand when it comes to both homelessness and social housing.
Don't you think that agencies and provinces should be allowed to lead and that the federal government should support them with funding?
Merci, monsieur le président.
Je salue les témoins. Je suis heureuse que nous ayons pu nous revoir à court terme.
Ma première question s'adresse à Mme McGee.
Je vous remercie de votre témoignage. Vous avez évoqué les enjeux liés à l'itinérance et au logement social. Vous avez cet organisme particulier en Alberta, mais je crois que ce sont des préoccupations importantes dans chacune des provinces. Elles étaient importantes avant la pandémie, mais, pendant celle-ci, elles sont devenues encore plus criantes. Vous avez dit tout à l'heure être chef de file.
Si j'ai bien compris, vous avez dit que, pour les organismes communautaires, il y avait parfois de la confusion entre les paliers de gouvernement. Vous croyez qu'il faut laisser les organismes gouverner parce qu'ils sont en mesure de mieux comprendre les besoins du milieu. Comme nous avons pu le constater, il y a dans chacune des provinces des écosystèmes dont le rôle est de répondre à la demande, tant en matière d'itinérance que de logement social.
Ne croyez-vous pas qu'on devrait laisser les organismes et les provinces être les maîtres d'œuvre et que le fédéral devrait les soutenir au moyen de financement?
Results: 1 - 30 of 604 | Page: 1 of 21

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data