Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 454
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
View Julie Vignola Profile
2020-12-03 10:56 [p.2886]
Madam Speaker, just recently, the Government of Quebec complained about the lack of information provided by Ottawa, particularly information about the possibility of getting more doses than promised for 2021. The governments of Quebec and the Canadian provinces are the ones who will be distributing the vaccine.
I would like to know if my colleague has heard the same thing from the other Canadian provinces.
Madame la Présidente, encore récemment, le gouvernement du Québec s'est plaint, justement, du manque d'information fournie par Ottawa, notamment en ce qui a trait aux possibilités d'obtenir davantage de doses que celles promises pour 2021. Ce sont le gouvernement du Québec et ceux des provinces canadiennes qui vont distribuer le vaccin.
J'aimerais savoir si mon collègue a entendu le même constat de la part des autres provinces canadiennes.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2020-12-03 10:57 [p.2886]
Madam Speaker, I thank my colleague for her question. It is a good question.
Who will distribute the vaccine? We asked that question three months ago, and that is why we moved this motion today.
Quebeckers have the right to a plan, as do all the provinces. Canadians deserve better after 11 months with this government, which was slow to act at every stage, whether it was closing the border, emergency programs, rapid testing and, now, the vaccine.
In the middle of a pandemic, Canadians need information and certainty. Why is the vaccine deployment date a secret? The provinces and the National Assembly of Quebec deserve an answer.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question. C'est une bonne question.
Qui va distribuer le vaccin? Nous avons posé cette question il y a trois mois et c'est pourquoi nous avons présenté cette motion aujourd'hui.
Les Québécois et les Québécoises ont droit à un plan. C'est la même chose pour toutes les provinces. Les Canadiens méritent mieux après 11 mois de ce gouvernement qui a été lent à chacune des étapes, qu'il s'agisse de la fermeture des frontières, des programmes d'urgence, des tests rapides et maintenant du vaccin.
En pleine pandémie, les Canadiens ont besoin d'information et de certitudes. Pourquoi la date pour un vaccin est-elle un secret? Les provinces et l'Assemblée nationale du Québec méritent une réponse.
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I am proud to rise today to speak to the Government of Canada's work to ensure that Canadians have timely access to a safe and effective vaccine for COVID-19. There are now more than 200 COVID-19 candidate vaccines in various stages of development around the world, with dozens in different stages and phases of clinical trials.
This week, the vaccine manufactured by Pfizer became the first to be approved in the United Kingdom. Many other manufacturers are expected to submit their final data to the regulatory bodies in Canada, the United States, the United Kingdom and the European Union soon.
As things stand now, we expect vaccines to become available in Canada in early 2021. After a long and very difficult year, this is welcome news and news for which we have been preparing for many months.
Canada's vaccination programs and regulatory approval systems are among the best in the world. We have well-established systems to deliver vaccines to Canadians and we have a long history of delivering vaccines for diseases like influenza, measles and polio. We will benefit from this experience as well as the infrastructure that we have built up over many decades.
Over the past several months, there has been a lot going on behind the scenes to ensure that Canada is well positioned to obtain and deliver a safe and effective COVID-19 vaccine to Canadians in 2021. From the earliest days of the pandemic, we knew we had to start to lay the groundwork for success. We acted quickly to put the mechanisms in place to ensure that when a vaccine was ready, Canada would be ready. One of those mechanisms is procurement.
Based on the recommendations of the COVID-19 vaccine task force, Canada has signed agreements with seven different companies to reserve COVID-19 vaccine doses for Canadians.
We still do not know which vaccine will be most effective at preventing transmission. That is why we have pre-ordered the most promising vaccine candidates, with the possibility of increasing our order to have enough for all Canadians.
Also, the government has committed $220 million to the COVAX Facility. I want to thank my colleague, the Minister of International Development, for that work. The COVAX Facility and its advanced market commitment is designed to guarantee rapid, fair and equitable access to COVID-19 vaccines for every country in the world to slow the pandemic.
This agreement includes the option of acquiring doses for 20% of Canadians and a commitment to invest $220 million supplementary to provide vaccines to countries that are developing.
With these purchase agreements in place, the next step is to ensure that the new vaccines are safe and effective.
Vaccine development is highly complex and is a long process. Now in normal times it can take years to carry out extensive research needed to produce safe and effective product. However, these are not normal times and we are fighting a pandemic and human lives are hanging in the balance. The clock is ticking and scientists and researchers have leapt to the challenge. They have been working all around the world to accelerate development of a vaccine. This includes collaborating and taking advantage of the latest innovations.
Health Canada is the regulatory body that reviews new vaccines to ensure that they are safe and effective and approves them. These reviews normally take place once all clinical trials are complete and the results have been released.
However, given the urgency of COVID-19, we recognize the need for flexibility early to expedite this process without compromising safety, quality and efficacy. That is why this fall I signed an interim order to import, sell and advertise drugs during COVID-19. This interim order allows us to accept rolling submissions for drugs and vaccines. This means that manufacturers can submit data as it becomes available.
Once an authorized vaccine is in use, Canada continues to monitor its safety through post-market surveillance. This system allows public health authorities to respond quickly to changing trends or unusual, adverse events. So far, Health Canada has received submissions for authorizations of vaccines for COVID-19 from four companies: AstraZeneca, Pfizer, Moderna and, most recent, Janssen.
As these submissions are carefully reviewed, we are preparing for a successful rollout and distribution of the vaccines to Canadians. This will be an ambitious and complex program.
Vaccines are typically sent directly from the manufacturer to provinces and territories. However, with certain COVID-19 vaccines a different approach is required. Due to their novel nature, they will have different sets of logistical considerations.
For example, ultra-low temperature vaccines need to be kept at very cold temperatures, up to -80°C and these will need to be delivered directly from the manufacturer to the point of use and transport will be controlled by the manufacturer. Other frozen vaccines will be transported by a federally contracted logistics service provider from the manufacturer to the point of delivery, as identified by the provinces and territories.
Of course, this requires deep collaboration with provinces and territories. The Government of Canada is working closely with all of them as well as other public health partners to ensure the process is timely, fair and well-coordinated.
As I mentioned earlier, we expect vaccines to become available in early 2021. Initial supplies of vaccines will be limited, and just three million Canadians will have access to them.
Since the number of vaccines will be limited in the early stages, we will have to strategically determine who will be vaccinated first.
In Canada, we look after the most vulnerable among us. That is why the Government of Canada is working with external advisers to identify the high-priority groups that will benefit the most from being vaccinated.
The National Advisory Committee on Immunization is a standing body, an external advisory body that provides the Public Health Agency of Canada with independent, ongoing and timely medical, scientific and public health advice in response to questions from the agency relating to immunization.
On November 3, the committee released its preliminary guidance on key populations for early COVID-19 vaccination and outlined a targeted vaccination program. The committee identified several key populations including those that are at high risk of severe illness and death from COVID-19, such as the elderly and others with high-risk conditions; those who are most likely to transmit COVID-19 to those at high risk of severe illness and death from COVID-19; and workers essential to maintaining the COVID-19 response, such as health care workers and caregivers in long-term care facilities and people whose living or working conditions put them at an elevated risk of infection or where infection could have disproportionate consequences, including indigenous communities.
These recommendations will help provincial, territorial and federal authorities decide how to distribute the vaccine. It is also important to note that we are working actively with national indigenous organizations to determine how to distribute the vaccine properly and respectfully in indigenous communities.
Although the initial supply will be limited, I want to be clear that there will ultimately be enough vaccine for every Canadian who wishes to be vaccinated. However, as our country is geographically large, we will face some logistical challenges, such as the need for ultra-cold storage, reaching remote communities and coordinating between levels of government to name a few.
In the face of such challenges, no one is more effective or has more experience than the Canadian Armed Forces. Since the beginning of the pandemic, the Canadian Armed Forces have been fully involved in the Government of Canada's action.
Last week, Major-General Dany Fortin was named vice president of logistics and operations at the Public Health Agency of Canada, and he is overseeing logistical planning. He joins the 27 Canadian Armed Forces personnel who are already seconded to the agency, including logistics experts, operational planners, pharmacists, health care administrators, engineers and information technology experts. We thank the Canadian Armed Forces for their assistance and expertise.
In addition, the Public Health Agency is also taking action to prepare for the rollout of the vaccine. The stockpile has sites all across the country and has already started sharing necessary supplies with provinces and territories. This includes millions of needles, syringes, alcohol swabs as well as freezers for vaccine storage.
It is important to note that each provincial and territorial government is responsible for deciding how to deploy COVID-19 vaccines within their jurisdiction as well as who will get vaccinated first. The Government of Canada is working closely with provinces and territories, first nations, Inuit and Métis partners to help them get ready. This includes ensuring they have the necessary supplies and equipment as vaccines need to be managed safely and securely while ensuring rapid and efficient delivery.
I know Canadians are encouraged by the progress that we have made. Vaccines are on the horizon and they are almost within reach. We are about to embark on a future that is safer, healthier and, indeed, more secure for all of us.
In the meantime, we cannot let our guard down. We must continue our efforts and continue to practise physical distancing, wash our hands and wear a mask. That is all the more important now that the cold weather is forcing us inside and the holidays are approaching.
We need to stay vigilant as we wait for a vaccine to be ready. We need to support our seniors. We need to support our neighbours with high-risk conditions. We owe it to our health care providers and essential workers. They are counting on us to protect them. I know people have been trying really hard and we need to keep trying for the next several months.
The government is taking every step necessary to authorize safe and effective vaccines quickly and to distribute them to everyone who wants them. We will be ready. Until then, we have to stay focused and steadfast in our public health measures, because, together, we will see a brighter future, one where everyone is protected from COVID-19.
Madame la Présidente, je suis fière de prendre la parole au sujet des mesures prises par le gouvernement du Canada pour assurer aux Canadiens un accès rapide à un vaccin sécuritaire et efficace contre la COVID-19. Plus de 200 candidats vaccins contre la COVID-19 sont actuellement à divers stades de conception dans le monde. La mise au point et les essais cliniques comportent une dizaine d'étapes.
Cette semaine, le vaccin de l'entreprise Pfizer est devenu le premier à être homologué au Royaume-Uni. Plusieurs autres fabricants devraient soumettre sous peu leurs données finales aux organismes de réglementation du Canada, des États-Unis, du Royaume-Uni et de l'Union européenne.
À l'heure actuelle, nous nous attendons à ce que des vaccins soient offerts au Canada au début de 2021. Après une longue année très difficile, il s'agit d'une bonne nouvelle à laquelle nous nous préparons depuis plusieurs mois.
Les programmes de vaccination et les processus d'approbation réglementaire du Canada sont parmi les meilleurs au monde. Nous disposons de systèmes bien établis de distribution de vaccins à la population, et nous inoculons depuis longtemps des vaccins contre diverses maladies comme la grippe, la rougeole et la polio. Nous tirerons profit de cette expérience ainsi que de l'infrastructure que nous avons construite au fil des décennies.
Au cours des derniers mois, beaucoup de choses se sont passées en coulisses pour s'assurer que le Canada est bien placé pour obtenir des vaccins sûrs et efficaces contre la COVID-19 et les distribuer aux Canadiens en 2021. Depuis le début de la pandémie, nous savions qu'il nous fallait mettre en place les conditions garantes de notre succès. Nous avons agi rapidement en adoptant les mesures nécessaires pour que le Canada soit prêt dès qu'un vaccin serait homologué. L'approvisionnement fait partie de ces mesures.
Compte tenu des recommandations de groupes de travail sur le vaccin contre la COVID-19, le Canada a déjà signé des ententes avec sept entreprises différentes afin de réserver des doses de vaccin contre la COVID-19 pour les Canadiens.
Nous ne savons pas encore quel vaccin sera le plus efficace pour prévenir la transmission de la maladie. C'est pourquoi nous avons précommandé les vaccins candidats les plus prometteurs, avec la possibilité d'augmenter le nombre de doses commandées pour en avoir suffisamment pour l'ensemble de la population.
De plus, le gouvernement a promis de verser 220 millions de dollars au mécanisme COVAX. Je tiens à remercier ma collègue, la ministre du Développement international, du travail qu'elle a accompli. Le COVAX, qui comprend un système de garantie de marché, est conçu pour assurer aux pays du monde entier l'accès rapide, juste et équitable aux vaccins contre la COVID-19, ce qui permettra de ralentir la pandémie.
Cette entente comprend la possibilité d'acheter des doses pour 20 % des Canadiens ainsi que l'engagement d'investir 220 millions de dollars supplémentaires pour fournir des vaccins aux pays en développement.
Maintenant que ces ententes d'achat ont été conclues, la prochaine étape consiste à s'assurer que les nouveaux vaccins sont sûrs et efficaces.
La création d'un vaccin repose sur un long processus d'une grande complexité. En temps normal, les recherches approfondies nécessaires à la création d'un produit sûr et efficace peuvent prendre des années. Nous ne sommes toutefois pas dans une époque normale, puisque nous luttons contre une pandémie et que des vies humaines sont en jeu. Le temps presse. Les scientifiques et les chercheurs se sont mis à la tâche, partout sur la planète, dans le but d'accélérer la création d'un vaccin. Pour ce travail, ils s'appuient sur la collaboration et tirent parti des dernières innovations.
Santé Canada est l'organisme canadien de réglementation qui examine les nouveaux vaccins pour en assurer l'efficacité et la sécurité et les homologuer. Normalement, ces examens ont lieu une fois toutes les études cliniques terminées et l'ensemble des résultats communiqués.
Cela dit, étant donné la situation d'urgence que crée la COVID-19, nous savons qu'il faut faire preuve de souplesse sans tarder de façon à accélérer ce processus sans compromettre la sûreté, la qualité et l'efficacité des produits. C'est pourquoi j'ai signé, cet automne, un arrêté d'urgence concernant l'importation, la vente et la publicité de drogues à utiliser relativement à la COVID-19. Cet arrêté d'urgence nous permet d'accepter des présentations en continu concernant les vaccins et les médicaments. C'est donc dire que les fabricants peuvent nous soumettre des données au fur et à mesure qu'elles sont connues.
Quand un vaccin autorisé sera utilisé dans la population, le Canada continuera de surveiller son innocuité. Ce système de surveillance après la mise en marché permet aux autorités de santé publique de réagir rapidement si les tendances évoluent ou en cas d'incidents anormaux et indésirables. À ce jour, les demandes d'homologation de vaccins contre la COVID-19 qu'a reçues Santé Canada proviennent de quatre entreprises, soit AstraZeneca, Pfizer, Moderna et, récemment, Janssen.
En même temps que nous effectuons l'examen attentif des soumissions, nous préparons la distribution et l'administration des vaccins aux Canadiens. Il s'agira d'un programme ambitieux et complexe.
Généralement, les vaccins sont envoyés directement du fabricant aux provinces et aux territoires. Cependant, certains vaccins contre la COVID-19 exigent une approche différente. En raison de leur caractère novateur, ils seront assortis d'un nouvel ensemble de considérations logistiques.
Par exemple, les vaccins qui exigent un entreposage à des températures très basses — jusqu'à -80 degrés Celsius — devront être livrés directement du fabricant au lieu d'utilisation, et c'est le fabricant qui sera responsable du transport. D'autres vaccins surgelés seront transportés par des fournisseurs de services logistiques embauchés dans le cadre d'un contrat fédéral. Ces fournisseurs assureront la livraison du lieu de fabrication à des endroits que préciseront les provinces et les territoires.
Bien sûr, cela nécessitera une excellente collaboration avec les provinces et les territoires. Le gouvernement du Canada collabore étroitement avec tous les gouvernements provinciaux et territoriaux ainsi qu'avec d'autres partenaires de la santé publique pour faire en sorte que le processus soit rapide, équitable et bien coordonné.
Comme je l'ai mentionné plus tôt, nous nous attendons à ce que des vaccins soient disponibles au début de 2021. Les stocks initiaux de vaccins seront limités et seulement trois millions de Canadiens pourront y avoir accès.
Comme le nombre de vaccins sera initialement limité, nous devrons déterminer stratégiquement qui se fera vacciner en premier.
Au Canada, on s'occupe des plus vulnérables de la société. C'est pourquoi le gouvernement du Canada collabore avec des conseillers externes pour désigner les groupes hautement prioritaires qui bénéficieront le plus de la vaccination.
Le Comité consultatif national de l'immunisation est un organisme consultatif externe autonome qui fournit à l'Agence de la santé publique du Canada, en permanence et en temps opportun, des conseils médicaux, scientifiques et de santé publique indépendants, en réponse aux questions de l'agence relatives à l'immunisation.
Le 3 novembre, le comité a publié des recommandations préliminaires sur les populations clés qui devraient être vaccinées en priorité contre la COVID-19 et a tracé les grandes lignes d'un programme de vaccination ciblé. Le comité a désigné plusieurs populations clés, notamment celles qui sont exposées à un risque élevé de décès à cause de la COVID-19 ou qui risquent de présenter des symptômes graves de la maladie. Ces populations comprennent les personnes âgées et celles ayant un état de santé à haut risque; celles qui sont les plus susceptibles de transmettre la COVID-19 aux personnes exposées à un risque élevé de maladie grave et de décès dus à la COVID-19; les travailleurs essentiels au maintien de la réponse à la COVID-19, notamment les travailleurs de la santé et les préposés aux bénéficiaires dans les établissements de soins de longue durée; les personnes dont les conditions de vie ou de travail les exposent à un risque élevé d'infection ou dont l'infection pourrait avoir des conséquences disproportionnées, y compris les membres des communautés autochtones.
Ces recommandations aideront les responsables provinciaux, territoriaux et fédéraux à décider comment distribuer le vaccin. Il faut également noter que nous collaborons activement avec les organisations autochtones nationales pour déterminer comment distribuer le vaccin dans les communautés autochtones adéquatement et dans le respect.
L'approvisionnement initial sera limité, mais je tiens à préciser qu'il y aura finalement suffisamment de vaccins pour tous les Canadiens qui souhaitent se faire vacciner. Toutefois, comme notre pays a un vaste territoire, nous devrons surmonter certaines difficultés logistiques, comme la conservation des vaccins à des températures très basse, la distance pour se rendre dans les communautés éloignées et la coordination entre les gouvernements, pour n'en citer que quelques-unes.
Face à de tels défis, personne n'est plus efficace et n'a plus d'expérience que les Forces armées canadiennes. Depuis le début de la pandémie, les Forces armées canadiennes participent pleinement à l'intervention du gouvernement du Canada.
La semaine dernière, le major-général Dany Fortin a été nommé vice-président de la logistique et des opérations à l'Agence de la santé publique du Canada, et il supervise la planification logistique. Il se joint aux 27 membres des Forces armées canadiennes qui sont déjà en détachement à l'agence, notamment des spécialistes de la logistique, des planificateurs des opérations, des pharmaciens, des administrateurs des soins de santé, des ingénieurs et des experts en technologie de l'information. Nous remercions les Forces armées canadiennes de leur aide et leur expertise.
Par ailleurs, l'Agence de la santé publique prend également des mesures pour préparer la distribution du vaccin. La réserve a des sites dans tout le pays et a déjà commencé à distribuer les fournitures nécessaires aux provinces et aux territoires. Cela comprend des millions d'aiguilles, de seringues, de tampons alcoolisés ainsi que des congélateurs pour l'entreposage des vaccins.
Il est important de souligner que chaque gouvernement provincial et territorial est chargé de distribuer les vaccins contre la COVID-19 sur son territoire et de déterminer les groupes de la population qui recevront le vaccin en premier. Le gouvernement du Canada travaille en étroite collaboration avec les provinces et les territoires, les Premières Nations, les Inuits et les Métis pour les aider à se préparer. Il s'agit notamment de s'assurer qu'ils disposent des fournitures et de l'équipement nécessaires, car les vaccins doivent être gérés de manière sécuritaire, tout en veillant à une distribution rapide et efficace.
Les progrès que nous avons réalisés sont encourageants pour les Canadiens. Le vaccin arrive; il est à nos portes. Nous nous dirigeons vers un avenir plus sûr où les Canadiens seront plus en santé et en sécurité.
Dans l'intervalle, nous ne pouvons pas baisser la garde. Nous devons poursuivre nos efforts et continuer de respecter l'éloignement physique, de nous laver les mains et de porter un masque. C'est d'autant plus important que le temps froid nous incite maintenant à rester à l'intérieur et que le temps des Fêtes est à nos portes.
En attendant qu'un vaccin soit prêt, nous devons demeurer vigilants. Nous devons aider nos aînés. Nous devons aider nos voisins qui présentent des facteurs de risque importants. Faisons-le pour nos fournisseurs de soins de santé et nos travailleurs essentiels. Ils comptent sur nous pour les protéger. Je sais que les gens ne ménagent aucun effort, et c'est ce qu'ils doivent continuer de faire au cours des mois à venir.
Le gouvernement prend toutes les mesures nécessaires pour homologuer rapidement des vaccins sûrs et efficaces et les distribuer à toutes les personnes qui souhaitent se faire vacciner. Nous serons prêts. D'ici là, nous devons maintenir le cap et respecter constamment les mesures de santé publique parce que c'est en unissant nos efforts que nous pourrons avoir un avenir meilleur, un avenir où tout le monde est protégé contre la COVID-19.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-12-03 11:33 [p.2892]
Madam Speaker, we are talking about vaccines as if they are sort off the shelf and we have been late getting them. I then go and look at science journals and realize we still do not have a vaccine for SARS. This is complicated stuff, and certainly we would not have been able to predict one vaccine in the pipeline would need -70° refrigeration.
In response to opposition parties' demands, I certainly support we get as much information out to Canadians as fast as possible. I object to politicizing this. Is the Government of Canada still considering at all the use of the Emergencies Act, which I think would deal with the expectations of people who want to know why we are not coordinating better, why we are not moving faster? In a federation like Canada, would we move faster if the government went to the Emergencies Act as a way of moving forward?
Madame la Présidente, nous parlons de vaccins comme s'ils étaient des produits en vente libre que nous avons tardé à obtenir. Je consulte ensuite des revues scientifiques et je me rends compte que nous n'avons toujours pas de vaccin contre le SRAS. C'est un domaine compliqué et nous n'aurions certainement pas pu prévoir qu'un des vaccins en cours de développement devrait être conservé à une température de -70 degrés Celsius.
En réponse aux demandes des partis de l'opposition, je suis certainement en faveur de communiquer le plus d'informations possible le plus rapidement possible aux Canadiens. Je m'oppose à la politisation de cette question. Le gouvernement du Canada envisage-t-il toujours de recourir à la Loi sur les mesures d'urgence? À mon avis, cela répondrait aux attentes des gens qui veulent savoir pourquoi nous ne coordonnons pas mieux la situation et nous n'agissons pas plus rapidement. Dans une fédération comme le Canada, les choses progresseraient-elles plus rapidement si le gouvernement utilisait la Loi sur les mesures d'urgence pour aller de l'avant?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, thanks to the member opposite for acknowledging that vaccine technology is complicated and that Canadians expect whatever we approve here in Canada, whatever we distribute here in Canada, will go through the utmost rigour in assessing its safety and its effectiveness.
I also want to thank the member opposite for acknowledging that these ultra-cold vaccines use a novel technology, so it is especially new and it is especially important we understand its safety and effectiveness.
In terms of the Emergencies Act in the context of distributing vaccines, at this point I do not think we need to use the Emergencies Act. We are having incredible collaboration with provinces and territories.
In fact, I reject the opposition's assertion that we have not been talking to the provinces and territories. Just this week, we conducted a tabletop exercise with provinces and territories to go through a dry run of what the delivery would look like and assess any kinds of complications. Provinces and territories at all levels, technical tables, medical tables and political tables, have been meeting to talk about vaccine deployment for months and we are very thrilled we are as far along as we are.
Madame la Présidente, je remercie la députée d'en face de souligner que la technologie sur laquelle repose la mise au point des vaccins est complexe, et que les Canadiens s'attendent à ce que les vaccins qui seront approuvés et distribués ici aient satisfait aux normes d'homologation les plus rigoureuses pour attester leur sûreté et leur efficacité.
De plus, je la remercie de reconnaître que les vaccins qui doivent être conservés dans des supercongélateurs sont le fruit d'une nouvelle technologie. Comme ils sont tout nouveaux, nous devons absolument comprendre dans quelle mesure ils sont sûrs et efficaces.
Concernant le recours à la Loi sur les mesures d'urgence pour faciliter la vaccination, je ne crois pas que cette option est envisagée à l'heure actuelle. En effet, les provinces et les territoires nous offrent leur entière collaboration.
Je tiens à préciser que je ne suis pas d'accord avec l'affirmation de l'opposition selon laquelle nous ne communiquons pas avec les provinces et les territoires. Pas plus tard que cette semaine, nous avons procédé à un exercice consultatif avec nos homologues provinciaux et territoriaux pour simuler la distribution de vaccins et examiner les difficultés potentielles. Les responsables provinciaux et territoriaux de tous les échelons, les représentants des cercles technique, médical et politique, se réunissent régulièrement depuis des mois pour planifier la distribution des vaccins, et nous sommes très heureux d'avoir accompli autant de progrès.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, the Bloc Québécois will give its consent and vote in favour of the motion introduced by the leader of the official opposition because we believe that accountability is key in any issue. We believe that Quebec and the provinces, which will have to manage the distribution and administration of vaccines, require more specific information. The minister cannot claim that all the necessary specific information is available, since the people responsible for these issues in Quebec have been expressing a certain amount of dismay about the lack of information on a daily basis.
The government has a strong tendency toward denial. For example, when we ask the government questions about health transfers, the Prime Minister tends to respond, with unsettling obstinacy, that it is working hand in hand with the provinces, which are certainly not saying the same thing. Some provinces, civil society, Quebec's National Assembly and Parliament, as we heard yesterday, are saying that there is a problem with the health transfers, but the Prime Minister stubbornly says that everything is fine and that he is working hand in hand with people with whom he has no constructive contact.
For example, when we mention the French language in institutions under federal jurisdiction, he stands up and says loudly and clearly how much he loves the French language, while the facts, the behaviours, the delays, and the white papers conveniently pushing any action to after a future election clearly show his obstinate refusal to take any action at all in favour of the French language.
When we ask when the vaccine will be available, we are given one or more explanations that do not always make sense. The people have the right to decide whether or not they find the answer valid. The media have the right to question the validity of the answer. The official opposition and the Bloc Québécois also have the right to ask these questions, because it is our job, and because we hear the stakeholders who will have to manage the administration of the vaccine saying that they do not have the information they need.
Before publicly improving a situation and saying that it will do better, the government has to admit something. The government has to say that it would have liked to get the vaccine at the same time as everybody else, but that it did not succeed in getting it at the same time as everybody else, and then explain why it did not succeed in getting it at the same time as everyone else. Then, it needs to say what it is going to do to get it as soon as possible after everyone else gets it first.
There is something very basic about this admission, because it is not a partisan stunt. It is a process for getting out of an unprecedented health crisis that costs dozens of lives and affects thousands more every day. How can we take such an important matter lightly?
The admission is crucial. Our political issues notwithstanding, I think that the population of Quebec and Canada would not react so badly. They would say that it is unfortunate, and that the government could have done better, and then they would ask what it is going to do now. Quebeckers and Canadians would react better than they will when, in the coming days, they start seeing people in the United Kingdom get the vaccine, then people in the United States, Germany and India, while they are still watching the press briefings of the Premier of Quebec and Dr. Arruda telling them how many new cases there are, what they will not be allowed to do at Christmas and, unfortunately, how many more people have died.
The comparison will be hard to ignore, and the government will not emerge triumphant under full sail in the glory and enthusiasm of its great success. It will become obvious that it should have admitted its failure sooner.
We understand that the matter is going to be stretched out until next weekend, because then the government will not have to account for its actions in Parliament until the end of January, hoping that its faults, errors and bad deals will go unnoticed.
The delay is by no means trivial. In Quebec alone, we are talking about 1,000 to 1,500 new cases and several deaths a day. The government needs to admit its mistake in order to make amends and mitigate the negative effects of its false discourse.
I suppose that the government is negotiating in private with vaccine manufacturers to try to shorten the delay. It should be negotiating, but not in private. However, it said something rather astonishing: it does not want to reveal how much it paid for the vaccines it has purchased so far because that could hinder its negotiations for future purchases.
That concerns me. Why does it not want to tell us how much it paid? How could that hinder future negotiations, unless it overpaid? If it overpaid because it had no bargaining power, any future supplier will want the same amount the other company got. I will get back to this. This will have an adverse impact on the government's bargaining power.
There are things like this that we do not know about. The government could have done any number of things, not to control the result, since people all over the world were waiting, but to improve the chances that we would achieve the desired result. Since we do not know exactly what was done, we are obliged to fill in the blanks, just like the media, commentators and analysts are doing.
The government had options. One was to manufacture the vaccines here in Canada, which would have been dependent on a number of variables. We understand that it wanted to upgrade a production facility at a cost of over $40 million. Delays have now built up, and that will not happen before next summer. We understand that another facility can be used to produce RNA vaccines, a relatively new technology, but that that will also have to wait, this time until July. Could the government have acted sooner or managed the production facility option differently?
It could also have obtained patent licensing; in other words, it could have negotiated with the patent holders to pay a royalty to get the authorization to manufacture, replicate or copy patented technology. This principle also applies to industry and the arts. Some countries procured patent licences to produce vaccines. Canada did not. If it had, it would probably have been better able to speed up the process.
It could also have produced vaccines without a licence. Producing vaccines without a patent licence may not be entirely appropriate, but it was an option under the emergency measures adopted in March, one which lapsed at the end of September. The government did not bother to extend these measures and retain Canada's right to manufacture what it needed to protect and save lives. It could have made subsequent arrangements with the patent holders. It gave itself the right to do it once, then waived that right.
That would have been a success factor for several reasons, not the least of which was that it would have given the government some negotiating leverage. When the government negotiated with the various manufacturers, it could have told them that, if it was not happy with the agreement, it would still manufacture the vaccine. That would have been quite conceivable.
Although the government will not answer our questions, it is our duty to make these assumptions. If the government had told the various manufacturers that it was going to manufacture the vaccine no matter what, the manufacturers would undoubtedly have been more accommodating when it came to the delivery date. However, the government did not use the leverage it once gave itself, having decided to forgo that leverage in September.
It could also have synchronized its own approval process with that of the countries producing the vaccines. I understand that Canada has certain powers to ensure the safety of products used in Canada, but the Canadian process is relatively long, not to say very long or even too long.
In this case, in an unprecedented emergency, could the government not have decided to make an exception and to synchronize our approval with what was happening elsewhere in order to proceed at the same time as everyone else, at least in terms of authorization?
None of these measures would have provided a certain or absolute solution to the problem, but each of them would have improved the likelihood of more rapid delivery and administration of the vaccine, which is the government's fundamental responsibility.
When the government talks about 400 million doses, we see that it is just a political smoke show. We understand that the number of doses we will get in the first quarter of 2021, based on current guarantees, is probably not enough to cover the base, meaning, of course, those mostly likely to die or to spread the disease. I presume that negotiations are once again under way to accelerate delivery and obtain a larger supply of vaccine.
I also understand that pharmaceutical companies in Canada are not very excited—or would not have been very excited—about the government forcing them to produce a vaccine created by a competitor. I understand that, but does that justify a delay in treating Quebeckers and Canadians for a disease that is too often fatal? Probably not. However, these companies want to keep their facilities for themselves because they think they too will be able to develop a vaccine.
Is the government capitulating? I am asking the question; I do not know if it is. It is a good question, and we are here to ask questions. Did the government acquiesce to pharmaceutical companies in Quebec and Canada that did not want to make their facilities available to their competitors, even though they are in a better position than pretty much anyone else to retool their equipment? There is no way of knowing when that would have happened, but now we know it can never happen because it has not started. Did the government go along with what they wanted? Claims of having done the right thing will soon be revealed as mere pretense because people will notice that some people are being vaccinated and others, here, are not.
As with health transfers, there are also significant economic impacts. The provinces and Quebec need some flexibility to contribute to their own economic recovery. For example, the hundreds of millions of dollars in health transfers required are hundreds of millions of dollars that Quebec is using to invest in its economic recovery.
In this case, we are talking about workers. There are thousands, tens of thousands, hundreds of thousands, even millions of workers employed by hotels, restaurants and the industrial sector. There are also teachers and mental health care workers. There are many factors that influence the economy directly or indirectly.
I want to remind members that every unemployed worker represents an expense for the government. Every time we make it possible for a worker to return to work, it represents tax revenue for the government. Yesterday, I called that a four-point game. You take someone out of the expense column and put them in the revenue column. That is not neutral, it is better than neutral. A delay of six, eight or twelve weeks in obtaining the vaccine will delay the return to work and the economic recovery. That is a consequence that is all the more serious when we have a government that says, “to hell with expenses”.
Of course, this is just the beginning. The post-COVID-19 mass distribution and pre-election budget will be presented in March. There is something rather irresponsible about willfully ignoring the economic issues.
I think the Prime Minister is in a state of denial. This obstinacy is harmful, just as it is when it comes to health transfers. Everyone is against him: the Quebec National Assembly, all the premiers across Canada, the Premier of Quebec, the Quebec finance minister and civil society in general. Polls have even shown that the public shares this point of view. However, the Prime Minister continues to say that he is working hand in hand with people who are looking at that hand and saying they want nothing to do with it.
This is pure denial and we can also see it when the topic of French comes up. I mentioned this earlier. The Prime Minister likes to talk about how much his government loves the French language. We might have believed him at first, but very little has actually been done. I much prefer to hear the Leader of the Opposition say that he has changed his mind on this issue, after having voted in the past against applying the Charter of the French Language to federally regulated businesses. I personally have no problem with that and welcome his change of heart. However, when someone scoffs at us, in a sense, when they say they love us but their actions suggest otherwise, that smacks of denial.
As for the vaccine delays, this denial is detrimental to people's health, and the Prime Minister's responses are appalling.
Again, as with health transfers, we have to keep up the pressure to prevent this from becoming a partisan spectacle of 20-second sound bites on the news. If Parliament, if the other legislative assemblies and if civil society put enough pressure on the Liberals they will realize that this will hurt them the only place that seems to matter to them: the pre-election polls.
All of us together have the power to put pressure and use good arguments to make the Prime Minister and his government realize that they have to do better and be accountable for their actions. They have to take much more decisive action and get the vaccine delivered sooner. They have to provide predictability to patients, people who fear for their life, the families of those people, those who want to return to school in person, and those who want to return to work in person. They also have to give a sense of security. They will not achieve any of these things by being in denial and sooner or later that will become clear.
I offer the government my collaboration and I am sure that everyone in Parliament will do the same. I invite the government to be transparent, clear, lucid and compassionate and vote in favour of the Conservatives' motion. Then we all might make progress together on a real strategy for getting out of this crisis.
Madame la Présidente, le Bloc québécois va donner son accord et voter en faveur de la motion déposée par le chef de l'opposition officielle, parce que nous croyons qu'en toute matière, la reddition de comptes est une pratique nécessaire. Nous croyons que le Québec et les provinces, qui vont devoir gérer la distribution et l'administration des vaccins, ont besoin d'informations plus précises. La ministre ne peut pas prétendre que toute l'information nécessaire et précise circule en effet, puisque, quotidiennement, les responsables de telles questions au Québec expriment un certain désarroi quant au manque d'informations qui leur sont transmises.
Le gouvernement a une assez lourde tendance au déni. Par exemple, lorsque nous posons des questions au gouvernement en matière de transferts en santé, le premier ministre nous répond, avec une obstination troublante, qu'il travaille main dans la main avec des provinces, qui, pourtant, ne disent certainement pas cela. Des provinces, la société civile, l'Assemblée nationale du Québec et le Parlement, comme on l'a entendu hier, disent qu'il y a un problème en matière de transferts en santé, mais le premier ministre s'entête à dire que tout va bien et qu'il travaille main dans la main avec des gens avec qui il n'a aucun contact constructif.
Lorsqu'on parle, par exemple, de la langue française dans les institutions de compétence fédérale, il se lève pour clamer haut et fort son amour pour la langue française, alors que tous les faits, les comportements, les reports et les livres blancs opportuns pour que ce soit après une future élection se multiplient pour démontrer qu'il y a un refus obstiné de poser des gestes en faveur de la langue française.
Lorsqu'on parle du moment où le vaccin sera disponible, on nous sort toujours une explication ou un ensemble d'explications qui, parfois, ne tiennent pas la route. Les gens ont le droit de décider s'ils trouvent que la réponse est valable ou pas. Les médias ont le droit de remettre en question la validité de la réponse fournie. L'opposition officielle et le Bloc québécois ont le droit de poser de telles questions également, parce que c'est notre travail et parce que nous entendons les gens, les acteurs et les intervenants qui vont devoir gérer l'administration du vaccin dire qu'ils n'ont pas l'information nécessaire.
Avant d'améliorer une situation publiquement et de dire qu'on va faire mieux, il faut qu'il y ait une certaine admission. Il faut que le gouvernement dise qu'il aurait bien voulu avoir le vaccin en même temps que tout le monde, mais qu'il n'a pas réussi à l'avoir en même temps que tout le monde, puis qu'il explique pourquoi il n'a pas réussi à l'avoir en même temps que tout le monde. Ensuite, il doit dire ce qu'il va faire pour le recevoir le moins tard possible après que les autres l'aient reçu.
Il y a quelque chose d'assez rudimentaire dans cette admission, parce qu'il ne s'agit pas d'une frivolité partisane. Il s'agit d'un processus pour sortir d'une crise sanitaire sans précédent qui prend quotidiennement des dizaines de vies et qui touche quotidiennement des milliers de personnes de plus. Comment peut-on prendre à la légère une question de cette importance?
L'admission est donc cruciale. Nonobstant nos enjeux politiques, je pense que la population du Québec et du Canada ne réagirait pas si mal. Elle dirait que c'est dommage et que le gouvernement aurait pu faire mieux, puis elle lui demanderait ce qu'il ferait maintenant. Les Québécois et les Canadiens réagiraient mieux que lorsqu'ils vont commencer à voir, dans les prochains jours, des gens du Royaume-Uni recevoir le vaccin, peu après les États-Unis, l'Allemagne et l'Inde, alors qu'ils vont encore regarder le point de presse du premier ministre du Québec ou du Dr Arruda sur le nombre de nouveaux cas, sur ce qu'ils n'auront pas le droit de faire à Noël et, malheureusement, sur le nombre de décès.
La comparaison va devenir criante et le gouvernement ne s'en sortira pas, toutes voiles dehors, dans la gloire et l'enthousiasme de son grand succès. Il va devenir évident que c'est un échec qu'il aurait été préférable d'admettre de façon candide plus vite.
Nous comprenons qu'on va étirer cette affaire jusqu'à la fin de la semaine prochaine, parce qu'ensuite, il n'y aura plus de reddition de comptes au Parlement avant la fin janvier, espérant que les torts, les erreurs et les mauvaises opérations de ce gouvernement passeront inaperçus.
Le délai ne peut donc pas être banal. On parle, juste au Québec, de 1 000 à 1 500 nouveaux cas par jour et de plusieurs pertes de vies. Il faut admettre cela pour réparer et pour diminuer les effets négatifs d'un discours qui, pour l'instant, ne correspond pas à la vérité.
Je suppose que le gouvernement est en train de négocier — sans le dire publiquement — avec les fabricants de vaccins pour essayer de réduire ce délai. C'est la chose à faire, mais il ne nous en parle pas. Par contre, il nous a dit quelque chose d'assez étonnant: il ne veut pas révéler combien il a payé pour les vaccins achetés jusqu'à ce jour parce que cela pourrait nuire aux négociations en vue d'en acheter d'autres.
C'est très inquiétant. Pourquoi ne veut-il pas dire combien il a payé? En quoi est-ce que cela pourrait nuire aux négociations futures, sauf s'il a payé trop cher? S'il a en effet payé trop cher parce qu'il n'avait aucun pouvoir de négociation, il est sûr qu'un futur fournisseur voudra obtenir le même montant que celui versé à une autre compagnie. J'y reviendrai. Ce sera un paramètre qui nuira à la capacité de négociation du gouvernement.
Il y a effectivement des informations de cette nature que nous ne savons pas. Le gouvernement pouvait poser un certain nombre de gestes, non pour contrôler le résultat puisque les gens de partout sur la planète attendaient, mais bien pour améliorer la probabilité que le résultat souhaité se concrétise. Puisque nous ne savons pas exactement ce qui a été fait, nous sommes obligés de remplir nous-mêmes les blancs, tout comme les médias, les chroniqueurs et les analystes.
Le gouvernement avait des options. L'une de ces possibilités était de fabriquer les vaccins ici même, ce qui faisait intervenir plusieurs variables. On comprend qu'il a voulu mettre à niveau un centre de production et que cela allait coûter un peu plus de 40 millions de dollars. Des retards se sont accumulés et cela ne se fera pas avant l'été. On comprend qu'un autre centre permet lui aussi la production de ce type de vaccin à ARN, une haute technologie relativement nouvelle, mais que cette possibilité-là devra elle aussi attendre, à juillet. Est-ce que le gouvernement aurait pu s'y prendre plus tôt ou gérer autrement le dossier de ces installations de fabrication?
Il y avait aussi la possibilité d'obtenir des licences de brevet, c'est-à-dire de négocier avec les titulaires de brevet pour en obtenir l'autorisation, moyennant redevance, de fabriquer, de reproduire ou de copier une technologie constituant de la propriété intellectuelle. Ce principe s'applique à l'industrie et aux arts également. Certains pays ont obtenu des licences de brevet visant la production de vaccins. Le Canada ne l'a pas fait. S'il l'avait fait, il aurait probablement été plus en mesure d'accélérer le processus.
Il aurait aussi pu produire des vaccins sans licence. On peut croire que ce n'est pas gentil de produire des vaccins sans licence du titulaire du brevet. Pourtant, cette possibilité existait dans les mesures d'urgence qui ont été adoptées au mois de mars, mais qui sont devenues caduques à la fin du mois de septembre. Le gouvernement ne s'est pas « bâdré » de reconduire ces mesures et de préserver le droit de l'État canadien de fabriquer ce dont il a besoin pour protéger ou sauver des vies. Il aurait pu s'arranger ultérieurement avec les titulaires des brevets. Il s'était donné le droit de le faire une fois, mais il a renoncé à ce droit.
Cela aurait été un facteur de réussite pour plusieurs raisons, notamment parce que cela lui aurait donné un levier de négociation. Lorsque le gouvernement a négocié avec les différents fabricants, il aurait pu leur dire que si l'entente n'était pas à son goût, il fabriquerait quand même le vaccin. C'est une hypothèse qu'on peut très bien envisager.
Même si le gouvernement ne nous donne pas de réponses, notre devoir est de soulever ces hypothèses. Si le gouvernement avait dit aux différents fabricants qu'il fabriquerait le vaccin de toute façon, les fabricants auraient certainement été plus accommodants quant à la date de livraison. Cependant, il n'a pas utilisé ce levier, il y a renoncé à la fin du mois de septembre après s'en être doté.
Il aurait aussi pu synchroniser son propre processus d'homologation avec celui des pays producteurs de vaccins. Je comprends très bien que le Canada a certains pouvoirs pour s'assurer de l'innocuité des produits qui circulent sur son territoire, mais le processus canadien est relativement long, voire très long ou même trop long.
Dans le cas présent, puisqu'il y a une urgence sans précédent, le gouvernement n'aurait-il pas pu décider de faire une exception et de synchroniser notre homologation avec ce qui se fait ailleurs pour être capable de procéder au même moment que quiconque, au moins en ce qui concerne l'autorisation?
Aucune de ces mesures n'est en soi une certitude ni n'offre d'absolu dans le contexte, mais chacune de ces mesures améliore la probabilité d'une livraison et d'une administration plus rapides du vaccin, ce qui est la responsabilité fondamentale de l'État.
Donc, quand le gouvernement parle de 400 millions de doses, nous comprenons que c'est une parade purement politique. Nous comprenons que le nombre de doses que nous allons avoir au cours du premier trimestre de l'année 2021, selon ce qui est garanti pour l'instant, est probablement insuffisant pour couvrir la base, la base étant, bien sûr, les gens les plus à risque de mourir ou de propager la maladie. Je présume qu'il y a des négociations, encore une fois, pour accélérer la livraison et l'obtention d'une quantité plus importante de vaccins.
Je comprends aussi que les entreprises pharmaceutiques installées au Canada ne sont pas très enthousiastes ou n'auraient pas été très enthousiastes à l'idée que le gouvernement les oblige à se mettre à produire un vaccin créé par un concurrent. Je peux comprendre cela, mais cela justifie-t-il des retards dans le traitement des citoyens du Québec et du Canada face à une maladie qui est trop souvent mortelle? Ce n'est probablement pas le cas. Cependant, ces entreprises veulent garder leurs installations pour elles, parce qu'elles pensent elles aussi qu'elles vont réussir à développer un vaccin.
Le gouvernement fait-il preuve de complaisance? Je pose la question, je ne peux pas l'affirmer. C'est une question pertinente et nous sommes là pour poser des questions. Le gouvernement a-t-il fait preuve de complaisance à l'égard des entreprises pharmaceutiques installées sur le territoire québécois et canadien qui, elles, ne voulaient pas être mises à la disposition de leurs concurrents, alors qu'elles auraient été mieux placées qu'à peu près quiconque pour procéder à des transformations de leur équipement? On ne pouvait pas savoir quand cela aurait abouti, mais on sait maintenant que cela ne peut pas aboutir, puisque cela n'est pas commencé. Y a-t-il eu une telle complaisance? La prétention d'avoir bien fait ne tiendra plus, bientôt, parce que le monde verra que des gens sont vaccinés et que d'autres gens, ici, ne le sont pas.
Un peu comme dans le cas des transferts en santé, il y a aussi des répercussions économiques importantes. Les provinces et le Québec ont besoin d'une marge de manœuvre pour contribuer à leur propre relance économique. Par exemple, les centaines de millions de dollars en transferts en santé que cela prend, ce sont des centaines de millions de dollars que le Québec utilise pour investir dans la relance de son économie.
Dans le cas présent, ce sont des travailleurs. Ce sont des milliers, des dizaines de milliers, des centaines de milliers, voire des millions de travailleurs en hôtellerie, dans la restauration ou dans le secteur industriel. Il y a aussi l'enseignement et les soins en santé mentale. Ce sont beaucoup de facteurs qui, de façon directe ou indirecte, influencent l'économie.
Je rappelle que chaque travailleur qui ne travaille pas est une dépense pour l'État. Chaque fois qu'on permet au travailleur de retourner au travail, il devient un revenu fiscal pour l'État. C'est ce que j'appelais, hier, une partie de quatre points: on enlève quelqu'un de la colonne des dépenses et on le met dans la colonne des revenus. Ce n'est même pas neutre, c'est mieux que neutre. Or le retard de six, huit ou douze semaines dans l'obtention du vaccin va retarder le retour au travail des gens et la relance de l'activité économique. C'est une conséquence qui apparaît d'autant plus grave que nous avons devant nous un gouvernement qui dit « au diable les dépenses ».
D'ailleurs, ce n'est qu'un début. Bien sûr, le budget de la grande distribution post-COVID-19 et préélectoral va être présenté en mars. Il y a quelque chose d'un peu irresponsable dans le fait d'ignorer volontairement les enjeux économiques.
Je pense que le premier ministre s'enferme dans le déni. Cet entêtement est préjudiciable, comme dans le cas des transferts en santé où tout le monde est contre lui: l'Assemblée nationale du Québec, l'ensemble des premiers ministres de partout au Canada, le premier ministre du Québec, le ministre des Finances du Québec, la société civile en général. Des sondages ont même démontré que la population partage ce point de vue. Pourtant, le premier ministre continue de dire qu'il travaille main dans la main avec des gens qui regardent cette main et se disent qu'ils ne veulent pas y toucher.
C'est du déni, au même titre que lorsqu'on parle du français. Je le mentionnais tout à l'heure. Le premier ministre déclare l'amour de son gouvernement pour le français, amour dont on aurait pu d'emblée discuter, mais les gestes se révèlent bien mitigés. J'aime beaucoup mieux voir le chef de l’opposition officielle, qui a déjà voté contre l'application de la Charte de la langue française aux entreprises privées de compétence fédérale, dire qu'il a changé d'idée sur cette question. Personnellement, je trouve que c'est correct et j'accueille cela favorablement. Toutefois, quelqu'un qui nous rit au visage dans une certaine mesure, en nous disant qu'il nous aime, mais en nous donnant tout le contraire d'une preuve d'amour, il y a du déni là-dedans.
Dans le cas du retard des vaccins, ce déni nuit à la santé des gens et les réponses du premier ministre sont déplorables.
Encore une fois, comme dans le cas des transferts en santé, il faut maintenir la pression et éviter que cela devienne exclusivement un spectacle partisan d'entrefilets de 20 secondes au bulletin de nouvelles. Si le Parlement, si les autres assemblées législatives et si la société civile mettent assez de pression sur le gouvernement, il va se rendre compte que cela va lui causer du tort au seul endroit qui a l'air de l'inquiéter: les sondages en prévision d'une campagne électorale.
Nous avons le pouvoir, tout le monde ensemble, d'exercer des pressions et de recourir à des arguments solides pour que le premier ministre et son gouvernement finissent par se rendre compte qu'ils doivent faire mieux et rendre des comptes sur les gestes qu'ils posent. Ils doivent poser des gestes beaucoup plus manifestes et réduire les délais de livraison du vaccin. Ils doivent donner de la prévisibilité aux patients, aux gens qui ont peur pour leur vie, aux familles de ces gens, à ceux qui veulent retourner à l'école dans une école et à ceux qui veulent retourner au travail dans un lieu de travail. Ils doivent aussi donner un sentiment de sécurité, sans recourir à un déni dont, tôt ou tard, le mauvais fondement sera démontré.
J'offre au gouvernement ma collaboration et je suis convaincu que tout le monde au Parlement fera de même. J'invite le gouvernement à faire preuve de transparence, de clarté, de lucidité et de compassion, et à voter en faveur de la motion des conservateurs. Ensuite, nous pourrons progresser tous ensemble vers une véritable sortie de crise.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-12-03 12:12 [p.2897]
Madam Speaker, I agree with the member that we need to recognize the phenomenal efforts of the industries in Canada that really stepped up. He pointed out such things as hand sanitizers and masks, and it was truly amazing how industry in Canada turned it around and started to produce those very important products. I just wanted to mention that.
My question is more related to vaccinations. We have been focused since before June on how we are going to ensure that Canadians will be vaccinated. We need to recognize that not just the national government is in charge of the administration of that. It also involves the provinces and territories, so there needs to be a high sense of co-operation and collaboration between the national government and provinces and territories.
Can he provide his thoughts as to why that is so important?
Madame la Présidente, je suis d'accord avec le député pour dire qu'il est important de reconnaître les efforts phénoménaux déployés par les industries au Canada. Elles ont réellement répondu à l'appel, notamment, comme l'a mentionné le député, pour produire des désinfectants pour les mains et des masques. C'est vraiment incroyable de constater la façon dont l'industrie au Canada a transformé ses activités pour produire ce matériel si important. Je voulais simplement le mentionner.
Ma question porte sur la vaccination des Canadiens qui, déjà avant juin, constituait notre priorité. Il faut reconnaître que l'administration de la vaccination ne relève pas seulement du gouvernement national, mais aussi des provinces et des territoires. Elle nécessite donc une étroite collaboration entre ces parties.
Selon le député, pourquoi est-ce si important?
View Jagmeet Singh Profile
NDP (BC)
View Jagmeet Singh Profile
2020-12-03 12:14 [p.2897]
Madam Speaker, I anticipated a question like this, and that is why I gave the example of Australia.
As the hon. member knows, Australia has a very similar setup, with a national government as well as state governments. It has very similar responsibilities of co-operating together. Despite that same challenge, the Australian government has laid out a clear plan. We can Google it right now and find out exactly what is going on. The Canadian government has failed. There is no other way to put it. It has failed. We knew that vaccine delivery and production would be vital for us to get out of this pandemic. The fact that we cannot, right now, find out what that plan is, and that people clearly do not know what the plan is, what the doses are, which companies are involved, who is going to get vaccinated or when, or have answers to other basic questions, is very clearly a failure of leadership on the part of the Liberal government.
Madame la Présidente, comme je m'attendais à une question comme celle-ci, j'ai cité l'exemple de l'Australie.
Comme le député le sait, l'Australie a une structure très similaire à celle du Canada, soit un gouvernement national et des gouvernements d'État. Elle a aussi des responsabilités très similaires en matière de collaboration entre ordres de gouvernement. Or, en dépit de cette difficulté, le gouvernement australien a établi un plan clair. Il est possible de le consulter sur Google dès maintenant et de savoir exactement ce qui se passe. Le gouvernement canadien a failli à la tâche. Il n'y a pas d'autre façon de le dire. Il a échoué. Nous savions que la livraison et la production de vaccins seraient vitales pour nous permettre de sortir de cette pandémie. Le fait que nous ne puissions pas, à l'heure actuelle, connaître ce plan, et que les gens ne sachent manifestement pas en quoi il consiste, quelles sont les doses, quelles sont les entreprises participantes, qui va se faire vacciner et quand, ou qu'on n'ait pas de réponses à d'autres questions fondamentales, illustre très clairement que le gouvernement libéral manque de leadership.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-12-03 12:30 [p.2900]
Madam Speaker, the member just said that no one is asking for detailed information, yet in his speech he said that he wanted to see the contracts.
We need to recognize that the Government of Canada is not acting alone. There are experts and civil servants on a vaccination committee who have done their homework to ensure that Canadians will be well served with a vaccination. There are seven companies with which we have contracts. They are leading companies. At the end of the day, I believe that Canadians will, in fact, be well served by the work of the civil servants and the experts, by the implementation and by working with the provinces and territories.
Would the member not acknowledge that the administration of the units is not going to be by Walmart and Walgreens, but the provinces and territories doing what they have done well? We can look at this flu season, with 16 million vaccinations administered during a pandemic.
Could the member provide his thoughts in terms of the role that the provinces and territories play?
Madame la Présidente, le député vient tout juste de dire que personne ne cherche à obtenir des renseignements détaillés, mais dans son discours il a dit qu'il voulait voir les contrats.
Il faut comprendre que le gouvernement du Canada n'agit pas seul. Il y a des experts et des fonctionnaires qui font leurs recherches et qui siègent à un comité de l'immunisation pour veiller à ce que les Canadiens soient bien servis par une opération de vaccination. Le gouvernement du Canada a conclu des ententes avec sept des meilleures entreprises. Au bout du compte, je pense que le travail des fonctionnaires et des experts, la mise en oeuvre de la vaccination et la collaboration avec les provinces et les territoires seront bénéfiques pour les Canadiens.
Le député doit au moins admettre qu'il ne reviendra pas à Walmart ou à Walgreens de veiller à l'administration des doses de vaccin, mais bien aux provinces et aux territoires, comme ils le font déjà si bien? Il suffit de penser à la présente saison de grippe et aux 16 millions de doses de vaccin qui seront administrées pendant une pandémie.
Le député pourrait-il nous parler un peu du rôle que jouent les provinces et les territoires?
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2020-12-03 12:31 [p.2900]
Mr. Speaker, first, to clarify for the member, what I said was that we are not looking for detailed commercial and sensitive information from the contracts. We just want the basic details that Canadians want to know. When will the vaccines come? How many vaccines will be administered in January, February and March? Who is going to do the vaccinating? What are the priority groups? To this day, December 3, there is not a document from this federal government that says conclusively what the priority order of target populations to be vaccinated is. That is unacceptable on December 3, if we are going to be starting to vaccinate in early January.
To speak to the member's other point, Canada is not unique. The United States has a federal government with many states and many complex administrative relationships. Australia is a country very similar to Canada. It is a mid-sized country with a federal government and states just like Canada. Those countries are producing vaccines domestically. They are releasing detailed vaccination plans. They are telling the population what the details are.
What my hon. colleague basically says is that we have all these people working on all of these plans, and I agree with that. What we are asking for is to tell Canadians what those details are. It is time.
Monsieur le Président, je veux d'abord clarifier les choses pour le député; j'ai dit que nous ne cherchions pas à obtenir des renseignements commerciaux sensibles et détaillés concernant les contrats. Nous voulons simplement obtenir les informations de base que veulent connaître les Canadiens. Quand les vaccins seront-ils livrés? Combien de vaccins seront administrés en janvier, en février et en mars? Qui se chargera de l'inoculation? Quels seront les groupes vaccinés en priorité? En date du 3 décembre, le gouvernement fédéral n'a produit aucun document indiquant de façon concluante dans quel ordre les populations cibles seront vaccinées. C'est inacceptable que ce soit le cas en date d'aujourd'hui, alors que la campagne de vaccination devrait commencer au début du mois de janvier.
Pour ce qui est de l'autre point soulevé par le député, le Canada n'est pas un cas exceptionnel. Les États-Unis ont un gouvernement fédéral, de nombreux États et de nombreuses relations administratives complexes. L'Australie est un pays très similaire au Canada; c'est un pays de taille moyenne doté d'un gouvernement fédéral et d'États comparables aux provinces canadiennes. Ces pays produisent des vaccins. Ils font connaître les plans détaillés de leur campagne de vaccination. Ils informent leur population des détails de ces plans.
Ce que dit mon collègue, c'est qu'il y a beaucoup de gens qui travaillent à tous ces plans, et je suis d'accord avec lui. Ce que nous demandons, c'est que les Canadiens puissent connaître les détails de ces plans. L'heure est venue de les communiquer.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2020-12-03 14:45 [p.2922]
Mr. Speaker, patients in ICUs in Alberta are being forced to share rooms, the use of oxygen is being limited and now the Red Cross has been called in and field hospitals are being set up: field hospitals in Edmonton, in Canada. Yesterday, the Ontario health minister defended the Ford government by saying, at least it is not as bad as Jason Kenney.
Conservatives are failing Canadians, but so are Liberals. Canadians are depending on the federal government to show leadership and share a plan with the provinces. When will it?
Monsieur le Président, dans les unités de soins intensifs en Alberta, les patients sont obligés de partager leur chambre et on limite l'utilisation de l'oxygène. La Croix-Rouge a été convoquée et on est à installer des hôpitaux de campagne — des hôpitaux de campagne à Edmonton, au Canada. Hier, la ministre de la Santé de l'Ontario a défendu le gouvernement Ford en faisant valoir qu'il n'était pas aussi mauvais que celui de Jason Kenney.
Les conservateurs manquent à leurs obligations envers les Canadiens, mais les libéraux aussi. Les Canadiens ont besoin que le gouvernement fédéral fasse montre de leadership et dévoile un plan aux provinces. Quand le fera-t-il?
View Patty Hajdu Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, every step of the way we have been there for provinces and territories to deliver on their health care responsibilities, and it will be no different with Alberta. I spoke with Minister Shandro last night and offered him a variety of supports in addition to the field hospitals that he is asking for.
However, let us be clear. This demonstrates how deadly of a disease this is and how we all have to work together and adhere to the public health measures that keep us safe.
Monsieur le Président, à chaque instant, les provinces et les territoires ont pu compter sur nous pour les aider à assumer leurs responsabilités en matière de soins de santé. Il en sera de même pour l'Alberta. J'ai parlé au ministre Shandro hier soir et je lui ai offert de l'aide sous diverses formes, en plus des hôpitaux de campagne qu'il réclame.
Soyons clairs, cependant. Cela montre à quel point la maladie est dangereuse et à quel point nous devons collaborer et adhérer aux mesures sanitaires afin d'assurer notre sécurité.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I get the feeling that the Prime Minister is not aware of the Government of Quebec's reaction to his economic update.
He is at odds with the provinces. He maintains that everyone is getting along, but the truth is that things are getting strained. It is more than a little concerning.
We have clearly established that the federal government has obligations to the provinces and Quebec, but the Prime Minister is not respecting his own obligations.
How then can he want to impose obligations on others?
Monsieur le Président, j'ai la forte impression que le premier ministre n'a pas pris connaissance des réactions du gouvernement du Québec à la suite de sa mise à jour économique.
Il est en conflit avec les provinces. C'est à la limite de la politesse, et il continue à nous parler de se tenir main dans la main. Je trouve ça au moins inquiétant.
Nous avons établi clairement que le fédéral a des obligations à l'endroit des provinces et du Québec. Or il ne respecte pas ses propres obligations.
Comment peut-il vouloir en imposer aux autres?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-12-02 14:48 [p.2813]
Mr. Speaker, I understand that the Bloc Québécois's raison d'être is to create conflict between Ottawa and Quebec. We work well with Quebec.
We will continue to work hand in hand to protect our seniors, as we did with the Canadian Armed Forces and the Red Cross. We will always work together to ensure that the necessary resources are there to get through this pandemic, whether it is by sending the provinces their share of the $25 billion, which is what we did to help them through this pandemic, or whether it is by working together for seniors, children and families. We will be there to work together.
Monsieur le Président, je comprends que, pour le Bloc, créer de la chicane entre Ottawa et Québec, c'est sa raison d'être. Nous, nous travaillons bien avec Québec.
Nous allons continuer de travailler main dans la main pour protéger nos aînés, comme nous l'avons fait avec les Forces armées canadiennes et avec la Croix-Rouge. Nous allons toujours travailler ensemble pour nous assurer qu'il y a les ressources nécessaires pour passer à travers cette pandémie, qu'il s'agisse d'envoyer aux provinces leur part des 25 milliards de dollars, ce que nous avons fait pour les aider à passer à travers cette pandémie, ou de travailler ensemble pour les aînés, pour les enfants et pour les familles. Nous allons être là pour travailler ensemble.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, the big pink unicorn is back.
Will it bother the Prime Minister if I inform Quebeckers that, according to his vision, the provinces are subsidiaries of Ottawa, there is no Quebec nation, there is no exclusive jurisdiction, there is no respect for the National Assembly of Quebec, there is no respect for the Government of Quebec and there is no respect for Quebec?
Monsieur le Président, c'est le retour de la grande licorne rose.
Est-ce que cela dérange le premier ministre si j'informe les Québécois que, selon sa vision à lui, les provinces sont des succursales d'Ottawa, il n'y a pas de nation québécoise, il n'y a pas de compétence exclusive, il n'y a pas de respect pour l'Assemblée nationale du Québec, il n'y a pas de respect pour le gouvernement du Québec et il n'y a pas de respect pour le Québec?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2020-12-02 14:49 [p.2813]
Mr. Speaker, that is the Bloc's perspective.
We are in a pandemic where people are working together, where we are fighting this virus every day and where we are working on delivering personal protective equipment, rapid testing and vaccines. We are working together.
The Bloc does not want to talk about the fact that the federal government is there to actually help Quebeckers on the ground. It is looking for a fight. We are not fighting, we are working on behalf of all Canadians.
Monsieur le Président, voilà la perspective du Bloc.
Nous sommes dans une pandémie où les gens sont en train de travailler ensemble, où on est en train de lutter tous les jours contre ce virus et où on est en train de travailler pour livrer de l'équipement de protection individuelle, des tests rapides et des vaccins. Nous travaillons ensemble.
Le Bloc ne veut pas parler du fait que le gouvernement fédéral est présent pour aider concrètement les Québécois sur le terrain, il cherche la chicane. Nous ne sommes pas en chicane, nous sommes en train de travailler pour tous les Canadiens.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-12-01 10:29 [p.2730]
Madam Speaker, I want to thank my leader for his excellent speech and for the motion currently before the House.
It is very important to thank nurses and all the staff working in hospitals and long-term care centres. They have been performing miracles for the past eight or nine months. The system is underfunded, and it really is a humanitarian cause. These people are making a difference. Hats off and congratulations to them.
Just last week, one evening when the House was in committee of the whole, the Minister of Health talked about the standards that will be established for long-term care facilities in her speech. However, when the military went into our long-term care facilities last spring, they said that the problem was not a lack of standards, but rather a lack of personnel and resources.
Yesterday's economic update promised $1 billion. As my leader reminded everyone, it will be $1 billion out of $381 billion, on condition that the government can impose its standards and interfere quite a bit.
What are his thoughts on that?
Madame la Présidente, je tiens à remercier mon chef de son très bon discours et de cette motion qui est débattue aujourd'hui à la Chambre.
C'est très important de remercier les infirmières et tout le personnel qui travaille dans le milieu hospitalier et dans les CHSLD. Depuis huit ou neuf mois, ils font des miracles. Il manque d'argent dans le système et il s'agit vraiment d'une cause humanitaire. Ces gens changent les choses. Nous leur tirons notre chapeau et nous les félicitons.
Pas plus tard que la semaine passée, un soir où la Chambre s'est formée en comité plénier, la ministre de la Santé, dans son discours, est revenue sur les normes qu'on va établir pour les CHSLD. Pourtant, quand les militaires sont arrivés dans nos CHSLD, au printemps dernier, ils ont dit que ceux-ci ne manquaient pas de normes et que les problèmes étaient plutôt causés par un manque de personnel et de ressources.
Hier, on nous a présenté la mise à jour économique, qui dit qu'on va donner 1 milliard de dollars. Comme le rappelle mon chef, 1 milliard, c'est 381, à condition que le gouvernement puisse imposer ses normes et faire beaucoup d'ingérence.
Qu'en pense-t-il?
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
When my esteemed colleague speaks, it is like I am listening to myself, so I will not need much time.
However, I want to reiterate something. Let's put ourselves in the shoes of the health care workers who are going to work every day and exposing themselves not only to the virus, but also to seeing people who are suffering and seniors in distress. That should be a consideration.
The quickest way to help these people is to stop insisting on imposing conditions and start transferring to Quebec and the provinces the money they are technically owed, so that they can hire the necessary personnel and ensure that seniors and sick patients have the best living conditions and the best treatment possible. Their fight will go on for several more months.
Can we take care of them and not abandon them?
Quand mon estimé collègue parle, c'est comme si c'était moi-même, donc je n'ai pas besoin de beaucoup de temps.
Par contre, je veux réitérer une chose. Faisons l'exercice de nous mettre à la place des gens qui, jour après jour, vont travailler dans le système de santé et s'exposer non seulement au virus, mais aussi à l'observation de la misère des gens et de la détresse des aînés. Cela devrait être une considération.
Le moyen le plus rapide pour aider ces gens est en effet de ne pas s'entêter à imposer des conditions et de transférer au Québec et aux provinces l'argent qui leur est techniquement dû, afin qu'on puisse embaucher le personnel nécessaire et assurer aux aînés et aux malades les meilleures conditions de vie et le meilleur traitement possibles. Leur combat va durer encore plusieurs mois.
Peut-on prendre soin d'eux et ne pas les laisser tomber?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-12-01 10:31 [p.2731]
Madam Speaker, I will be sharing my time with my colleague and friend, the member for Laurier—Sainte-Marie.
I have always said that Canadians' health and safety are too important to play partisan politics over. This is not the time. We must work together to help all Quebeckers and Canadians. The best way to do that is to take the time to listen to one another and engage in dialogue.
As I have said, and as we have all said, Canadians' health and safety have been our main concern in recent months. That was, is and will continue to be our main concern. That is our priority. I said it before, and I will say it again: We will always be there to protect the health and safety of all Canadians.
Before I go any further, I would like to underscore the work of our health care workers and the extraordinary sacrifice they have made during the pandemic. I am referring to doctors, nurses, health care aides and orderlies. These people are the cornerstone of our health care system. I would like to thank them from the bottom of my heart. Similarly, I would like to underscore the important work of the other people working alongside these health care workers, who do not get as much attention. They are also less visible, working more in the shadows. I am thinking of the security guards, janitors and all the support staff who keep our health care system running. They work in the shadows, but they must not be forgotten.
I would like us to keep them in mind in all of our discussions and debates. These people are on the front lines. These support workers are giving up time they could be spending with their families to take care of our loved ones, our parents and grandparents. They are putting their own lives at risk to protect all of us.
From the bottom of my heart, I thank all the health care professionals and all those working in the health care sector, day and night, from coast to coast to coast.
I would also like to underscore the work of our armed forces, our soldiers. I would like to underscore the contribution they made by helping seniors in long-term care facilities in Quebec and Ontario. I would also like to underscore the work of the Red Cross, whose workers are still on the ground right now, helping the men and women who work with our seniors. Every day, they are working incredibly hard to help provide care and support for our parents and grandparents.
As I have said many times before, helping the most vulnerable Canadians is not a matter of jurisdiction. Helping our seniors is not a matter of jurisdiction. Our seniors are not a paragraph or a line in the Constitution. They are our seniors. They are the people who gave birth to us. They are the people who built this society. We must all, collectively, be there for them.
I have to say that I find it deplorable that the members of the Bloc Québécois would rather pick a fight than work together for Canadians. I find that unfortunate. They are trying to stir up bogus quarrels with Quebec City, but there are none. We agree, we collaborate, we work together and we talk every day, and that goes for the various ministers' and members' offices and for political staff. We have been collaborating with akk the provinces since the beginning of the pandemic. We are still collaborating with the provinces, including Quebec. My friends in the Bloc Québécois may not want to hear it, but it is true. It is working well.
Is it perfect? No. That is how a federation, our federation, works. We can work together because we have the people's interests at heart.
It is important to mention that we are there for the provinces and territories. We were there, we are still there, and we will continue to be there.
That is why we gave the provinces and territories $41.9 billion this year and will be giving them another $235 billion over the next five years. At least one positive thing has come out of this horrible and difficult pandemic: the will and the ability to work together.
That is how we succeeded in making a historic $19-billion investment under the safe restart agreement to help all of the provinces.
That includes $700 million to support the health care system, $500 million to help people experiencing challenges related to mental health, substance use or homelessness, and $740 million to control and prevent infections in long-term care, home care and palliative care settings.
These are extremely concrete actions. These amounts are in addition to other investments in health care we made during the pandemic, including $500 million for the most pressing health system needs and $240 million for virtual care and digital tools, which are playing an increasingly larger role in the health care system.
What does that mean for Quebec in practical terms? For Quebec, it means $675 million for testing, contact tracing and data management, which are absolutely crucial for stopping a pandemic. It means $270 million to help the health care system get through the crisis and $166 million for the most vulnerable populations. These are concrete amounts for Quebec. It also means $675 million for personal protective equipment, since we know how important PPE is for health care workers.
Then there is all the rest, such as child care, sick leave and public transit. All of these things have become essential services during the pandemic. That it why we put $1.5 billion on the table. In all, we have given Quebec more than $3 billion for the health and safety of Quebeckers, in addition to the usual health transfer payments.
Just yesterday, the Deputy Prime Minister announced new investments that show our profound commitment to the health and safety of all Canadians.
Allow me to list them quickly. There is $ 1 billion to improve conditions in long-term care facilities. That means more money for ventilation, more staff and better infection control. All of this is absolutely essential in our fight against the pandemic.
It means more money for rapid testing, personal protective equipment and, of course, the purchase of vaccines. We have purchased or reserved 400 million doses of vaccine, the equivalent of 10 doses for every Canadian. That is more doses per capita than any other country in the world. We have been working for months with all of the provinces to prepare for the distribution of the vaccines.
When the Bloc Québécois talks about health care funding, I think we can agree that we have been there, we are still there and we will continue to be there for everyone.
I say to the Bloc Québécois that we have been there for everyone, including Quebec.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec mon collègue et ami le député de Laurier—Sainte-Marie.
J'ai toujours dit que la santé et la sécurité des Canadiens étaient trop importantes pour en faire des outils de politique partisane. Ce n'en est pas le temps. Nous devons collaborer pour aider l'ensemble des Québécois et des Canadiens. La meilleure façon de le faire, c'est en s'écoutant et en s'accordant du temps et en dialoguant.
Je l'ai dit, et nous l'avons tous dit, la santé et la sécurité des Canadiens étaient au cœur de nos préoccupations au cours des derniers mois. Elle l'était, elle l'est et elle continuera de l'être. C'est cela, notre priorité. Je l'ai dit et je le répète: nous serons toujours là pour protéger la santé et la sécurité de tous les Canadiens.
Avant d'aller plus loin, je tiens à souligner le travail des travailleurs de la santé et le sacrifice incroyable qu'ils ont fait pendant la pandémie. Je pense aux médecins, aux infirmières, aux aide-soignants et aux préposés aux bénéficiaires. Ces gens sont la pierre angulaire de notre système de santé. Je tiens à les remercier du fond du coeur. De la même manière, je veux souligner l'important travail des autres qui sont là avec eux et à qui on pense moins. On les voit moins, aussi. Ils sont peut-être un peu plus à l'ombre, mais je pense aux gardiens de sécurité, aux concierges et à tout ce personnel de soutien qui permet à notre système de santé de continuer à évoluer. Ils sont dans l'ombre, mais il ne faut pas les oublier.
Je tiens à ce que l'on pense à eux également dans toutes nos discussions et tous nos débats. Ces gens sont en première ligne. Ce personnel de soutien renonce à du temps qu'ils pourraient passer avec leurs familles pour s'occuper des nôtres, de nos parents et de nos grands-parents. Ils mettent leur propre vie en danger pour protéger l'ensemble de la collectivité.
À tous les professionnels de la santé et tous ceux qui oeuvrent dans le domaine de la santé, jour et nuit, d'un océan à l'autre, je tiens à les remercier du fond du coeur.
Je veux aussi souligner le travail de nos forces armées, de nos soldats. Je veux souligner la contribution qu'ils ont apportée auprès de nos aînés dans nos CHSLD, au Québec et en Ontario. Je veux aussi souligner le travail de la Croix-Rouge, qui est encore là au moment où on se parle, sur le terrain, pour prêter main-forte aux hommes et aux femmes qui travaillent auprès de nos personnes âgées. Tous les jours, ils font un travail extraordinaire pour aider pour soigner et accompagner nos parents et nos grands-parents.
Je l'ai répété plusieurs fois: aider nos personnes les plus vulnérables n'est pas une question de champs de compétences. Aider nos aînés n'est pas une question de champs de compétences. Nos aînés ne sont pas un paragraphe ou une ligne dans la Constitution. Ce sont nos aînés. Ce sont ceux qui nous ont mis au monde. Ce sont eux qui ont bâti cette société. On doit tous, collectivement, être là pour eux.
Je dois dire que je trouve cela déplorable et trouve même un peu « poche » que les députés du Bloc québécois veuillent faire des chicanes plutôt que de travailler ensemble pour les Canadiens. Je trouve ça « poche ». Ils essaient de créer de fausses chicanes avec Québec, mais il n'y en a pas. Nous nous entendons, nous collaborons, nous travaillons ensemble et nous nous parlons quotidiennement, que ce soit à partir des différents bureaux de ministres ou de députés ou qu'il s'agisse de personnel politique. Nous avons bien collaboré avec l'ensemble des provinces depuis le début de la pandémie. Nous continuons de bien collaborer avec les provinces, incluant le Québec, mais mes amis du Bloc québécois ne veulent pas l'entendre. Pourtant, c'est la réalité. Cela fonctionne bien.
Est-ce parfait? Non. C'est le propre d'une fédération, de notre fédération. Nous sommes capables de travailler ensemble, parce que nous avons à coeur l'intérêt des populations.
Il est important de mentionner que nous sommes là pour les provinces et les territoires. Nous avons été là, nous sommes là et nous continuerons d'être là.
C'est pour cela que nous avons versé 41,9 milliards de dollars aux provinces et aux territoires, cette année, et que nous allons verser 235 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. Cette pandémie, qui est horrible et difficile, fait ressortir au moins une chose positive, et c'est cette volonté de travailler ensemble et cette capacité à le faire.
C'est comme cela, par exemple, que nous avons réussi à faire des investissements historiques de 19 milliards de dollars en vertu de l'Accord sur la relance sécuritaire pour aider l'ensemble des provinces.
Par exemple, cela comprend, 700 millions de dollars pour appuyer le système de soins de santé, 500 millions de dollars pour aider les personnes qui éprouvent des problèmes de santé mentale, de toxicomanie et d'itinérance, 740 millions de dollars pour contrôler et prévenir les infections dans les centres de soins de longue durée, les soins à domicile et les soins palliatifs.
Ce sont des choses extrêmement concrètes. Ces sommes s'ajoutent à d'autres investissements qui ont déjà été faits en santé dans le cadre de la pandémie, notamment 500 millions de dollars pour les besoins les plus pressants du système de soins de santé et 240 millions pour les soins virtuels et les outils numériques, qui jouent un rôle de plus en plus important dans le système de santé.
Qu'est-ce que cela veut dire concrètement pour le Québec? Pour le Québec, cela veut dire 675 millions de dollars pour le dépistage, la recherche de contacts et la gestion des données, qui sont absolument fondamentaux lorsqu'on veut vaincre une pandémie. Ce sont 270 millions de dollars pour aider le système de santé à traverser la crise et 166 millions de dollars pour les populations les plus vulnérables. Ce sont des sommes concrètes pour le Québec. C'est encore 675 millions de dollars pour les équipements de protection individuelle; on sait à quel point ces équipements jouent un rôle fondamental auprès des travailleurs de la santé.
On peut penser aussi à tout le reste: les services de garde, les congés de maladie et le transport en commun. Tout cela est devenu également essentiel pendant la pandémie. C'est pour cela que nous avons mis 1,5 milliard de dollars sur la table. En tout, nous avons versé plus de 3 milliards de dollars au Québec en lien avec la santé et la sécurité des Québécois, et cela s'ajoute aux transferts en santé courants.
Pas plus tard qu'hier, la vice-première ministre a annoncé de nouvelles sommes qui témoignent de notre engagement très concret envers la santé et la sécurité de tous les Canadiens.
Je vais les énumérer rapidement. Il s'agit de 1 milliard de dollars pour améliorer la situation dans les centres de longue durée, les CHSLD. Cela représente plus d'argent pour la ventilation, l'embauche de plus d'employés et un meilleur contrôle des infections. Tout cela est absolument essentiel pour la lutte contre cette pandémie.
Il s'agit de plus d'argent pour les tests rapides, l'équipement de protection individuelle et, évidemment, l'achat de vaccins. Nous avons acheté ou réservé 400 millions de doses de vaccins, ce qui représente 10 doses par Canadiens. C'est plus que n'importe quel autre pays au prorata de leur population. Nous travaillons depuis des mois avec l'ensemble des provinces pour préparer la distribution des vaccins.
Quand le Bloc québécois parle de financement en santé, je pense qu'on peut s'entendre pour dire que nous avons été présents, que nous sommes encore présents et que nous allons continuer de l'être pour tout le monde.
Je dis donc à mes amis du Bloc québécois que nous avons été là pour tout le monde, y compris pour le Québec.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-12-01 11:27 [p.2739]
Madam Speaker, I disagree with a number of the comments the member has put on the record.
With respect to vaccinations, I believe the government has done an excellent job working with and listening to experts and the immunization advisory committee, as well as working with the provinces and other stakeholders to ensure the interests of Canadians will be taken care of when the time is right and we receive the vaccines.
The question I have for my friend is this. I believe there is widespread support, I can assure her there is in Winnipeg North, for a federal government that understands the importance of the Canada Health Act and that it has a role to play. If we look at the monies we have invested even recently, whether in mental health, home care services and so much more, does the member not recognize that many of her constituents would want to see a presence in health care that goes beyond just handing over a bunch of cash?
Madame la Présidente, je refuse bon nombre des observations faites par la députée.
En ce qui concerne la vaccination, je considère que le gouvernement a su très bien travailler avec les experts et le Comité consultatif national sur l'immunisation, les écouter et collaborer avec les provinces et d'autres intervenants pour s'assurer qu'on veille bien aux intérêts des Canadiens quand viendra le temps de recevoir les vaccins.
Voici la question que j'adresse à la députée. À ma connaissance, il existe un vaste appui — c'est sûrement le cas dans Winnipeg-Nord — en faveur d'un gouvernement fédéral qui comprend l'importance de la Loi canadienne sur la santé et le rôle qu'elle a à jouer. Regardons, par exemple, les sommes que nous avons affectées dernièrement à la santé mentale, aux soins à domicile et à beaucoup d'autres enjeux. La députée ne reconnaît-elle pas que bon nombre de ses concitoyens souhaitent voir, dans le domaine de la santé, une présence fédérale qui va au-delà du transfert d'une grosse pile d'argent?
View Cathy McLeod Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I want to first start with the preamble to that question. The Liberals talk about vaccines. It is true they put their eggs in the basket of China. Procuring multiple doses per Canadian is important, Health Canada approval is important, but what is most important is when we will see those vaccines put into the arms of people. I need to compare that to Australia, where we can look at a plan that is clear and transparent. Last night, I looked at the plans for Canada and Australia. There is no plan for Canada. Australia's was simple and easy. All Canadians are asking for is a transparent view of how we are going to get to the end of the—
Madame la Présidente, commençons par la prémisse sur laquelle repose cette question. Les libéraux parlent de vaccins. Ne leur en déplaise, ils ont bel et bien mis tous leurs œufs dans le même panier, celui de la Chine. Le nombre de doses par habitant, le processus d'homologation de Santé Canada, tout ça est important, mais ce qui compte par-dessus tout, c'est le moment où les Canadiens pourront se faire injecter un vaccin, quel qu'il soit. La comparaison avec l'Australie s'impose d'elle-même, car là-bas, les autorités se sont dotées d'un plan clair et transparent. Hier soir, j'ai comparé le plan du Canada avec celui de l'Australie. En fait, le Canada n'a pas de plan, tandis que celui de l'Australie est tout ce qu'il y a de simple et de facile à comprendre. Tout ce que veulent les Canadiens, c'est qu'on leur dise comment ils vont se rendre jusqu'à...
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-12-01 12:01 [p.2744]
Madam Speaker, I want to inform you that I will be sharing my time with my esteemed colleague from Thérèse-De Blainville, who will deliver a most interesting speech, as usual.
The Bloc Québécois's motion today is meant to offer a huge thank you to workers, most of whom are women, on the front lines in long-term care homes, in hospitals, and all across our health care system.
These people are working under very difficult and unsafe conditions. They can be told at the last minute that they need to work a second shift because of a lack of staff. They are always directly exposed to COVID-19 and must deal with never knowing if they have been infected or have infected their families. They are living in uncertainty and have been making a huge daily sacrifice for several months. We tip our hat to them and thank them from the bottom of our hearts. They matter a lot.
The current pandemic, a crisis that affects us all, has shown just how fragile our health system has become after decades of underfunding by Ottawa. No matter the party in power, the approach has been to disengage and provide less and less funding, which has weakened the health system and led to the lack of resources we are facing, including at long-term care homes. This pretty much explains the tragic situations that have occurred during this pandemic.
This fall, the CHSLD Saint-Eusèbe, in downtown Joliette, also experienced significant challenges. We want to commend and thank the front-line workers who look after patients.
I have no words to describe the government's arrogant and contemptuous attitude in the House towards the provinces and Quebec. This government is telling us that it is our fault that things are going badly, and that we did not do our part. This government claims that it could have done better and continues with its centralizing agenda by attempting to take over provincial responsibilities and powers under the pretext that it can do better.
All of this is happening while the federal government is failing to properly fulfill its role and responsibilities. One such example is vaccine procurement, which I think has been a disaster compared to other countries. We will have the proof in the weeks and months to come. Another example is border control, which was very poorly managed at the beginning of the pandemic.
Yesterday the government delivered its economic update, and clearly it will continue to interfere in provincial jurisdictions, while refusing to provide additional funding for health care. I expected the economic update to finally get health transfers back on track. I would have liked to see some acknowledgement that Ottawa has been shirking its responsibilities and not contributing for the past 25 years.
All we got was a promise of $1 billion for long-term care centres, or roughly one four-hundredth of the deficit, which is up to $382 billion.
If only this government would let us apply our standards. In her speech last week during the committee of the whole meeting, the Minister of Health insisted that her government was going to impose Canada-wide standards, as if what is missing from long-term care and health care is more standards.
During the first wave of COVID-19 in the spring, the military was called in to help in the long-term care facilities. According to reports from the Canadian Armed Forces, it was not a lack of rules and standards that caused the crisis in the long-term care facilities, but rather a lack of resources.
Why was there a lack of resources? Because the health care system had been undermined. Why was the health care system undermined? Because the federal government has been saying for 25 years that it will not play its part. How will it tackle the deficit? By cutting health care funding, too bad. People will complain to the governments of Quebec and the provinces. It was Jean Chrétien who said that at a G7 meeting at the time. His counterparts said that they were going to impose austerity measures and that there were all kinds of demonstrators in front of their parliaments. Jean Chrétien told them that he did not have that problem, that he was cutting funding to the provinces and that people would demonstrate in front of the National Assembly and the legislative assemblies of the different provinces. He laughed about it, but they cut funding from essential services.
Originally and until the end of the 1970s, the agreement was that half of health spending would be funded by Ottawa. That was an entirely logical criterion. When taxpayers pay their taxes, they pay roughly half to Quebec and the provinces and the other half to Ottawa. After that, it is only normal that we share health funding fifty-fifty.
To deal with its deficit, Ottawa said it would no longer play its role. Its share has decreased to 21% or 22%. That is clearly not enough. As the fiscal capacity, the surplus or the flexibility are in this Parliament, Ottawa is using this flexibility to invest in programs that give it greater visibility. Ottawa is not listening to Canadians who say that health care is the priority and that they need funding for health care. No matter the party in power, Ottawa refuses. That is unacceptable and deplorable.
To add insult to injury, in yesterday's economic statement the government boasted that 80% of every $10 injected to get through the pandemic comes from the federal government. It is patting itself on the back for that.
The government fails to mention that all of that adds to the national debt and that taxpayers will be the ones who will eventually have to pay it back. The government also fails to mention, and I find this particularly insulting, that the exact opposite is true when it comes to health care. Ottawa is providing barely more than 20% of health care funding. It gives itself some wiggle room and then tells us to look at how well it is dealing with the pandemic. The wiggle room is here, and the needs are in the health care system. Our workers are doing miracles. They are living in very difficult conditions to try to deal with that and the government is taking a haughty attitude and saying that it will show the provinces the right thing to do because it knows all about this sort of thing. It is showing contempt for Quebec and the provinces. That is unacceptable and it needs to change.
I was expecting that to change in the economic update. Obviously, that was an unpleasant surprise. Perhaps it will change at the meeting with the provincial premiers, which was finally announced today and which will take place on December 10, just before the break. We will not be able to question the government about this meeting, but I hope that the government will get back on track.
Earlier this afternoon, Quebec's finance minister commented on yesterday's statement. Of course he said how disappointed he was. He thought it was unacceptable for Ottawa to impose standards on the provinces. It disrespects jurisdiction, and it has to change. The December 10 meeting is an opportunity. Let us hope it is not a missed opportunity, despite the Prime Minister's statement that he has already done quite a lot for health. He believes the provinces have adequate health funding. The Minister of Intergovernmental Affairs tweeted that all kinds of other subjects would be on the agenda. He is determined to downplay the importance of health funding.
Will Ottawa do what it usually does by lowering the bar and trying to divide the provinces? When the provinces are struggling financially, there are always some that give in for cheap. Ultimately, Quebec will be the only one asking for more money, and the health system will continue to be underfunded.
That needs to change now.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à vous informer que je vais partager mon temps de parole avec mon estimée collègue de Thérèse-De Blainville, qui fera un discours des plus intéressants comme à son habitude.
La motion que le Bloc québécois présente aujourd'hui vise d'abord à dire un immense merci aux travailleuses et aux travailleurs — évidemment, il s'agit surtout de travailleuses — qui se retrouvent aux premières lignes en pleine pandémie dans notre système de santé, que ce soit dans les CHSLD ou dans les hôpitaux un peu partout.
Ces gens vivent des conditions très difficiles et une grande insécurité. À la toute dernière minute, on peut leur dire qu'ils doivent faire un deuxième quart de travail puisqu'il manque de personnel. Ils sont toujours directement exposés à la COVID-19 et doivent composer avec la constante insécurité d'être contaminés ou de contaminer leur famille. Ils vivent dans l'incertitude et font un sacrifice incroyable tous les jours depuis plusieurs mois. Nous leur tirons notre chapeau et nous les remercions du fond du cœur en leur disant qu'ils comptent beaucoup.
La pandémie actuelle, un drame que l'on vit tous, a révélé à quel point notre système de santé est fragilisé. Ce dernier s'est retrouvé dans cet état après des décennies de sous-financement de la part d'Ottawa. Peu importe le parti au pouvoir, la façon de faire a toujours été de se désengager et de financer de moins en moins, ce qui a fragilisé le système de santé et mené au manque de ressources que l'on connaît, entre autres dans les CHSLD. Cela explique en grande partie les drames qu'on a vécus lors de cette pandémie.
Cet automne, le CHSLD Saint-Eusèbe, au centre-ville de Joliette, a lui aussi vécu des moments difficiles. Nous tenons à saluer et à remercier les travailleuses et les travailleurs qui sont aux premières lignes pour s'occuper des patients.
Je n'ai pas de mots pour décrire l'attitude arrogante et méprisante du gouvernement à la Chambre à l'égard des provinces et de Québec. Ce gouvernement nous dit que c'est de notre faute si cela va mal et que nous n'avons pas bien joué notre rôle. Ce gouvernement prétend qu'il aurait mieux fait et il continue ses visées centralisatrices en voulant accaparer les responsabilités et les pouvoirs des provinces sous prétexte qu'il saura mieux faire.
Tout cela a lieu alors que le gouvernement fédéral n'assume pas bien son rôle et ses responsabilités. On peut penser à l'approvisionnement en vaccins qui est, à mon avis, une catastrophe lorsqu'on se compare aux autres pays; on en aura la preuve au cours des prochaines semaines et des prochains mois. On peut aussi penser au contrôle des frontières au début de la pandémie, qui a été très mal géré.
Hier, le gouvernement a annoncé sa mise à jour économique et il est évident qu'il continuera de s'immiscer dans les champs de compétence des provinces, tout en ne finançant pas davantage la santé. Pourtant, je m'attendais à ce que la mise à jour économique propose enfin un important rattrapage. J'aurais aimé qu'on reconnaisse enfin que cela fait 25 ans qu'Ottawa se désengage et ne contribue pas.
Or, tout ce que nous avons eu, c'est une promesse d'un milliard de dollars pour les CHSLD, soit environ un quatre centième du déficit, qui est rendu à 382 milliards de dollars.
Si seulement ce gouvernement pouvait nous laisser appliquer nos normes. La semaine dernière, lors de son discours en soirée à la Chambre pendant la réunion du comité plénier, la ministre de la Santé est revenue à la charge en disant que son gouvernement allait imposer des normes pancanadiennes. Comme si ce qu'il manque dans les CHSLD et dans les soins de santé, ce sont des normes supplémentaires!
Lors de la première vague de la COVID-19 au printemps, des militaires ont été déployés dans les CHSLD pour apporter leur aide. Or, selon les rapports des Forces armées canadiennes, ce n'est pas le manque de règles et de normes qui a causé la crise dans les CHSLD, c'est le manque de ressources.
Pourquoi y avait-il un manque de ressources? C'est parce que le système de santé a été fragilisé. Pourquoi le système de santé a-t-il été fragilisé? Parce que le gouvernement à Ottawa se dit depuis 25 ans qu'il ne jouera pas sa partition. Comment va-t-il régler le déficit? C'est en réduisant le financement de la santé. Tant pis! Les gens iront se plaindre aux gouvernements du Québec et des provinces. C'est Jean Chrétien qui disait cela à une rencontre du G7 à l'époque. Ses homologues disaient qu'ils allaient imposer des mesures d'austérité et qu'ils avaient plein de manifestants devant leur Parlement. Jean Chrétien leur répondait qu'il n'avait pas ce problème, qu'il coupait le financement aux provinces et que les gens allaient manifester devant l'Assemblée nationale et les parlements des différentes provinces. Il riait de cela, sauf qu'on a coupé dans l'essentiel.
À l'origine et jusqu'à la fin des années 1970, l'accord était que la moitié des dépenses en santé allait être financée par Ottawa. C'était un critère tout à fait logique. Quand les contribuables paient leurs taxes et leurs impôts, ils en paient à peu près la moitié à Québec ou aux provinces et l'autre moitié à Ottawa. Après cela, c'est normal qu'on se partage moitié-moitié le financement de la santé.
Pour régler son déficit, Ottawa a dit qu'il ne jouerait plus son rôle. Sa part est descendue et est rendue à 21 ou 22 %. C'est nettement insuffisant. Alors que la capacité fiscale, le surplus ou la marge de manœuvre se trouve à ce Parlement-ci, Ottawa se sert de sa marge de manœuvre pour investir dans des programmes qui lui donnent davantage de visibilité. Ottawa n'écoute pas la population qui dit que la santé est sa priorité et qu'elle a besoin d'avoir un financement de la santé. Peu importe le parti au pouvoir, Ottawa refuse cela. Cela est inacceptable, c'est déplorable.
Pour comble d'insulte, dans l'énoncé économique d'hier, le gouvernement se vante en disant que, dans chaque tranche de 10 $ injectés pour se sortir de la pandémie, 80 % viennent du gouvernement fédéral. Il se pète les bretelles avec cela.
Il omet de rappeler que tout cela va sur la dette et que, au bout du compte, ce sont les contribuables qui vont devoir le rembourser. Il ne dit pas non plus, et je trouve cela particulièrement insultant, que c'est exactement l'inverse en santé. Ottawa fournit à peine plus de 20 % du financement de la santé. Il se dégage une marge de manœuvre, puis il demande qu'on regarde comment il est bon pendant la pandémie. La marge de manœuvre est ici, les besoins sont dans le système de la santé. Nos travailleuses et nos travailleurs font des miracles, ils vivent dans des conditions très difficiles pour pallier cela et le gouvernement a une attitude hautaine qui consiste à dire qu'il va montrer ce qui est bon et qu'il connaît cela. Il méprise le Québec, il méprise les provinces. C'est inacceptable, il faut que cela change.
Je m'attendais à ce que cela change dans l'énoncé économique. Évidemment, c'est une mauvaise surprise. Peut-être que cela va changer lors de la rencontre avec les premiers ministres des provinces. Cette rencontre a été finalement annoncée aujourd'hui. Elle aura lieu le 10 décembre, quand nous aurons pratiquement fini de siéger. Nous ne pourrons pas questionner le gouvernement au sujet de cette rencontre, mais j'espère qu'un important rattrapage va se faire.
Plus tôt cet avant-midi, le ministre des Finances du Québec a commenté l'énoncé d'hier. Évidemment, il a dit à quel point il était déçu. Il trouve vraiment inacceptable qu'Ottawa impose des normes aux provinces. Cela ne respecte pas les champs de compétence. Il faut que cela change. La rencontre du 10 décembre est une occasion. Souhaitons que ce ne soit pas une occasion manquée, même si le premier ministre a déclaré qu'il en avait déjà fait pas mal pour la santé. Dans son esprit, les provinces sont assez financées en matière de santé. Le ministre des Affaires intergouvernementales a publié un gazouillis disant que de toute façon plein d'autres sujets seraient abordés lors de cette rencontre. Il tient à diluer l'importance du financement de la santé.
Est-ce qu'Ottawa fera comme d'habitude en nivelant par le bas et en essayant de diviser les provinces? Quand les provinces sont en difficulté financière, il y en a toujours certaines qui acceptent de plier à faible coût. Au bout du compte, le Québec se retrouve isolé et le seul à porter la demande, et le système de santé continue d'être sous-financé.
Il est temps que cela change.
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2020-12-01 13:47 [p.2758]
Mr. Speaker, Canadians are very proud of their health care system. In Quebec, we are fortunate enough to have one of the country's most progressive and comprehensive systems.
Before getting into the nuts and bolts of our collaboration with the government of Quebec and the other provinces on matters of health care, I would first like to speak to health workers.
There are a lot of numbers being quoted these days, like the number of cases and sums of money, and I will quote some myself soon. Our health care system, however, is made up of human beings, men and women, Quebeckers and Canadians. I am thinking in particular of those who work in the free testing sites in Outremont, Côte-des-Neiges, the Plateau and Mile End. I am also thinking of the staff at the CHUM, the Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, the Jewish General Hospital and St. Mary's Hospital.
The nursing staff is on duty day and night, much like the physicians and surgeons, orderlies, receptionists, not to mention the entire cleaning and cafeteria staff. They are all tired. They have been dealing with a health crisis for over nine months now. We all acknowledge their work, and their call for more resources are entirely legitimate. That is why the federal government has spent $3 billion to top up the wages of our essential workers.
The motion before us contains four elements. You will not find many colleagues who oppose the first three. I will never miss an opportunity to thank our front-line workers and acknowledge the sacrifices they have had to make and continue to make. However, with respect to the fourth part of the motion, which is essentially asking us to give the provinces blank cheques, I do have some questions.
Our government is committed to working with the National Assembly and with all provincial and territorial governments, to improve access to care for all Canadians. That is why our government has announced that it is entering into negotiations with the provinces on health care and transfers. That meeting is scheduled for December 10, just under 10 days from now.
The COVID-19 pandemic has certainly highlighted the importance of strong and resilient health care systems. It has shown us that health systems need to be more flexible and capable of reaching people in their homes and communities.
The Government of Canada is committed to working in partnership with the provinces and territories to strengthen health care through investments in virtual care, home care, long-term care, community services, and mental health and substance use services. It is a real Canada-wide effort to provide Canadians with the best care possible. It is an unprecedented collaboration between the different levels of government.
I want to remind the members that over the past nine months, the federal government has already provided the provinces with a total of more than $24 billion in direct support. In other words, over a period of nine months, $24 billion was transferred from the federal coffers to the provincial governments.
In fact, if we consider all of the programs, not just the transfers to the provinces, over the past nine months, the federal government has provided almost 85% of the funding that has gone to support Canadians, including Quebeckers, of course, in fighting the pandemic. That also includes more than $25 billion that was allocated specifically to fight COVID-19, protect Canadians' health and support a safe restart.
This includes more than $4 billion for the purchase of PPE, more than $4 billion to help the provinces build up their testing capacity, $2.3 billion for public transit in our municipalities, more than $1 billion for medical research, and much more.
As a mother, I would also like to note the $2-billion transfer to the provinces for the safe return to school, half of which was transferred in September.
While we often hear arguments about the provinces' exclusive jurisdiction over health, I do not recall hearing a lot of noise about this transfer, which, I would remind hon. members, comes with certain conditions.
All these targeted investments are in addition to the funding that our federal government already provides to the provinces and territories through the Canada health transfer, which I will refer to as the CHT. In 2020-21, the government will transfer nearly $42 billion in funding through the CHT to support provincial and territorial health care systems, for a total of more than $200 billion over the next five years.
There is also the nearly $20-billion investment in the safe restart agreement. These investments, which again came from the federal government coffers, allowed our government to increase health transfers to the provinces by more than 23% in relation to the CHT. That is a 23% increase.
By targeting investments to specific priorities, our government is helping the provinces expand access to services where they are most needed. For example, we know that the pandemic has created a mental health crisis. Our government is investing in mental health and addiction services to help the provinces implement initiatives that enhance children's and youth's access to mental health community services. These services roll out evidence-based community models of mental health care and culturally sensitive models of intervention that are integrated into primary care services and increase the availability of integrated community-based mental health and addiction services for people with complex health needs.
Canadians expect governments to collectively achieve concrete results. Accordingly, health ministers have undertaken to measure their performance and report on the results obtained with these investments. Once again, we developed this approach, which includes clear conditions and targets, together with the Government of Quebec.
Bilateral agreements with the provinces allow us to focus efforts on sectors of the health care system that are most in need of resources. Our targeted investments help make our health care system more sustainable in the long term. Now, bilateral agreements on virtual care are helping the provinces and territories speed up their process. In addition, our government will continue to work with the provinces and territories to improve access to family physicians and primary health care teams; increase their ability to provide virtual health care; and strengthen the medicare system.
We look forward to continuing our work with the Government of Quebec and all provincial and territorial governments to make significant changes to our health care system and provide better support to Canadians across the country.
Monsieur le Président, les Canadiens et les Canadiennes sont très fiers de leur système public de soins de santé. Au Québec, nous sommes chanceux d'avoir l'un des systèmes les plus progressistes et les plus complets du pays.
Avant de rentrer dans les détails de notre collaboration avec le gouvernement du Québec ainsi qu'avec tous les gouvernements provinciaux en matière de santé, j'aimerais tout d'abord m'adresser aux travailleurs de la santé.
Ces temps-ci, on parle souvent de chiffres, par exemple du nombre de cas et des montants d'argent, comme je le ferai très bientôt. Cependant, notre système de santé est composé d'êtres humains, d'hommes et de femmes, de Québécois et de Québécoises, de Canadiens et de Canadiennes. Je pense entre autres à tous ceux qui travaillent dans les centres de dépistage gratuit, à Outremont, à Côte-des-Neiges et dans le Plateau et Mile-End. Je pense également au personnel du CHUM, du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, de l'Hôpital général juif et du Centre hospitalier de St. Mary.
Les infirmières travaillent jour et nuit, tout comme les médecins et les chirurgiens, les préposés, les réceptionnistes, ainsi que ceux qui font le ménage et la cuisine. Ils sont tous fatigués. Cela fait plus de neuf mois qu'ils font face à une crise sanitaire. Nous reconnaissons tous leur travail, et leurs demandes pour obtenir davantage de ressources sont plus que légitimes. C'est pourquoi le gouvernement fédéral a consacré 3 milliards de dollars pour bonifier le salaire de nos travailleurs essentiels.
La motion qui est devant nous contient quatre éléments. Vous ne trouverez pas beaucoup de collègues pour qui les trois premiers éléments posent le moindre problème. Je ne manquerai jamais une occasion de remercier nos travailleurs de première ligne et de saluer les sacrifices qu'ils ont dû faire et qu'ils continuent de faire. Par contre, pour ce qui est du quatrième élément de la motion, qui nous demande essentiellement de fournir des chèques en blanc aux provinces, je me pose des questions.
Notre gouvernement est déterminé à collaborer avec l'Assemblée nationale ainsi qu'avec tous les gouvernements provinciaux et territoriaux pour améliorer l'accès aux soins pour tous. C'est dans ce contexte que notre gouvernement a annoncé qu'il entamait des négociations avec les provinces sur les soins de santé et les transferts. Cette rencontre est d'ailleurs prévue pour le 10 décembre, dans une dizaine de jours à peine.
Certes, la pandémie de la COVID-19 a mis en évidence l'importance d'avoir des systèmes de santé solides et résistants. Elle a montré que les systèmes de santé doivent être plus que flexibles et capables d'atteindre les personnes dans leur foyer et dans leur collectivité.
Le gouvernement du Canada s'est engagé à travailler en partenariat avec les provinces et les territoires pour renforcer les soins de santé grâce à des investissements ciblant les soins virtuels, les soins à domicile, les CHSLD, le milieu communautaire, ainsi que les services en santé mentale et en toxicomanie. C'est un véritable effort pancanadien pour offrir les meilleurs soins possible aux Canadiens. C'est une collaboration sans précédent entre les différents niveaux de gouvernement.
Rappelons-le: durant les neuf derniers mois, le gouvernement fédéral a déjà offert un soutien direct aux provinces totalisant plus de 24 milliards de dollars. Autrement dit, en neuf mois, 24 milliards de dollars des coffres du fédéral ont été dirigés vers les gouvernements provinciaux.
En fait, si nous considérons non seulement les transferts aux provinces, mais bien tous les programmes, durant les neuf derniers mois, le gouvernement fédéral a fourni presque 85 % du financement pour soutenir les Canadiens, y compris bien sûr les Québécois et les Québécoises, afin de lutter contre la pandémie. Cela comprend également plus de 25 milliards de dollars alloués précisément pour lutter contre la COVID-19, protéger la santé des Canadiens et favoriser une relance sécuritaire.
On parle de plus que 4 milliards de dollars pour l'achat d'équipement de protection individuelle, de plus de 4 milliards de dollars pour aider les provinces à accroître leur capacité de dépistage, de 2,3 milliards de dollars pour le transport en commun dans nos municipalités, de plus de 1 milliard de dollars pour la recherche médicale, et bien plus encore.
En tant que mère de famille, j'aimerais aussi souligner le transfert aux provinces de 2 milliards de dollars pour le retour sécuritaire en classe, dont la moitié a été transférée au mois de septembre.
Alors que nous entendons souvent des arguments relatifs à la compétence exclusive des provinces en matière d'éducation, je ne me souviens pas d'avoir entendu beaucoup de bruit en rapport à ce transfert qui, je rappelle, vient avec certaines conditions.
Tous ces investissements ciblés s'ajoutent au financement que notre gouvernement fédéral fournit déjà aux provinces et aux territoires par l'intermédiaire du Transfert canadien en matière de santé, que j'appellerai le TCS. En 2020-2021, le gouvernement transférera près de 42 milliards de dollars de financement par l'intermédiaire du TCS pour soutenir les systèmes de santé provinciaux et territoriaux, soit un total de plus de 200 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années.
Évidemment, il faudrait également se rappeler les prêts de 20 milliards de dollars d'investissement dans le cadre de l'Accord sur la relance sécuritaire. Ces investissements, venant encore une fois des coffres du gouvernement fédéral, ont permis d'augmenter le transfert de notre gouvernement en matière de santé fourni aux provinces de plus de 23 % par rapport au TCS. C'est une augmentation de 23 %.
En ciblant les investissements sur des priorités précises, notre gouvernement aide les provinces à élargir l'accès aux services là où ils sont le plus nécessaires. Par exemple, nous savons que la pandémie crée une crise de santé mentale. Notre gouvernement investit dans les services en santé mentale et en toxicomanie pour aider les provinces à mettre en œuvre des initiatives qui élargissent l'accès des enfants et des jeunes aux services communautaires en santé mentale, qui diffusent des modèles communautaires de soins en santé mentale fondés sur des données probantes et des modèles d'intervention appropriée sur le plan culturel qui sont intégrés aux services de santé primaire, et augmentent la disponibilité des services communautaires intégrés en santé mentale et en toxicomanie pour les personnes ayant des besoins complexes en matière de santé.
Les Canadiens et les Canadiennes attendent des gouvernements qu'ils obtiennent collectivement des résultats concrets. En conséquence, les ministres de la Santé se sont engagés à mesurer leur rendement et à rendre compte des résultats obtenus par ces investissements. Encore une fois, c'est en concertation avec le gouvernement du Québec que nous avons développé cette approche, qui comprend des conditions et des cibles claires.
Des accords bilatéraux avec les provinces sont une façon ciblée de concentrer les efforts sur les secteurs des systèmes de soins de santé où les ressources sont les plus nécessaires. Nos investissements ciblés contribuent à mettre les soins de santé sur la voie de la durabilité à long terme. Maintenant, les accords bilatéraux sur les soins virtuels aident les provinces et territoires à accélérer leurs travaux. Pour compléter les efforts déployés par ces initiatives, notre gouvernement continuera de travailler en collaboration avec les provinces et les territoires afin d'améliorer l'accès aux médecins de famille et aux équipes de soins primaires, d'accroître la capacité de fournir des soins de santé virtuels et de renforcer le régime d'assurance maladie.
Nous sommes impatients de continuer à travailler avec le gouvernement du Québec et ceux de tous les gouvernements provinciaux et territoriaux pour apporter des changements significatifs à nos systèmes de santé afin de mieux soutenir les Canadiens et les Canadiens de tout le pays.
View Brenda Shanahan Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for her speech.
I would like to continue the discussion we were having earlier about the good work that is being done back home in Quebec. I had the pleasure of working in health care for part of my career. I always noticed that we collaborated not only with professionals and administrators from Quebec, but also with those from other provinces.
Could my colleague tell me if Quebec has a lot to offer? Does she agree that collaboration between the provinces, Quebec and the federal government is a good idea?
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son discours.
J'aimerais continuer un peu la discussion que nous avons eue plus tôt concernant le bon travail qui est fait chez nous, au Québec. J'ai eu le plaisir de travailler dans le système de santé pendant une partie de ma carrière. J'ai toujours remarqué que nous collaborions non seulement avec des professionnels et des administrateurs du Québec, mais également avec ceux d'autres provinces.
Ma collègue serait-elle en mesure de dire que le Québec a quand même beaucoup de choses à apporter? Est-elle d'accord pour dire que la collaboration entre les provinces, le Québec et le fédéral est une bonne idée?
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2020-12-01 15:22 [p.2775]
Mr. Speaker, the whole point of my speech was to thank the people back home who are doing such a great job and who have been devoting themselves to their work since the beginning of the COVID-19 pandemic, or even longer, actually.
As for collaboration, my own humble opinion is that the participation of the federal government should be limited to delivering the health transfers, as the premiers of Quebec and the provinces are calling for. Quebeckers need the money to do their jobs properly, and it is necessary for the dignity and well-being of the people.
Discussions are happening, and people can talk to one another, of course, but I still think that the federal government needs to stick to doing its job, which is to deliver the health transfers that the premiers of Quebec and the provinces are asking for. That is essential.
Monsieur le Président, en effet, l'essence même de mon discours visait à remercier les gens de chez nous qui font un excellent travail et qui se dévouent à la tâche depuis le début de la COVID-19. En fait, ils le font depuis plus longtemps que cela, il faut le dire.
En ce qui concerne la collaboration, pour ma part, bien humblement, je crois que la participation du gouvernement fédéral doit se limiter à faire les transferts en santé, comme le demandent les premiers ministres du Québec et des provinces. Les gens de chez nous en ont besoin pour faire leur travail correctement, et c'est nécessaire pour la dignité et le mieux-être de la population.
Alors, il y a des discussions et les gens peuvent se parler, bien sûr, mais il demeure que le gouvernement fédéral devrait se limiter à faire son travail, c'est-à-dire faire les transferts en santé que demandent le premier ministre du Québec et les provinces. C'est essentiel.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-12-01 17:18 [p.2791]
Madam Speaker, it has been an interesting day today. We started the day off talking about health care and just how important it was. Now we are in private members' hour. The member for Calgary Confederation has brought forward a bill that has fairly good support from all sides of the House. I anticipate a willingness to see the bill go to committee at which point in time I am sure there will be a lot of interesting discussions and possibly a number of presentations. We will leave it up to the standing committee to establish that.
I want to recognize the member for Calgary Confederation and other members. For example, the member for Oakville North—Burlington has been a very strong advocate in our caucus, ensuring, as much as possible, that we move the bill forward. I believe that after today, the opportunity for it to go to committee will be there. Knowing the efforts of some of the members who have been lobbying for the bill, I suspect the committee will be dealing with it in a relatively quick fashion. I wish them well in getting it processed.
I would like to share some comments on this with the House. When we talk about issues, such as organ transplants, and look at what the legislation attempts to do, it is really about the CRA, the Canada Revenue Agency, working with different provincial and territorial governments to see how we can establish and maintain an organ and tissue registry. This is worth pushing forward.
A name that comes to my mind is Hank Horner, who has since passed. For the longest time, Hank was waiting to get a transplant. It is hard to really appreciate it, but these organ recipients often have amazing attitudes. As opposed to being angry, the exchanges I have had with people who are on a waiting list are quite touching. People want to go that extra mile. We often wonder why a higher percentage of people are not registering as organ donors.
In Hank's case, he use to lobby me, saying that we should have MPI, Manitoba Public Insurance, work with the provincial government to get a registry established through drivers' licences. For good reason, it made a lot of sense. Some people might say that we should put stickers on the licence plates of registered donors. There is obviously a great deal of passion in regard to this issue. We have heard that in a number of the speeches. This is not the first time we have debated this legislation.
I applaud the member for Oakville North—Burlington and the member for Calgary Confederation on their efforts to bring this legislation to the point where it is today. In particular, the member for Calgary Confederation used his priority in bill placement and was also able to get additional support to get the legislation bumped up to have that second hour of debate today.
I thought I would share some interesting statistics from the Internet. They come from the Canadian Institute for Health Information. It is somewhat pertinent to what we are talking about. It puts into perspective some actual numbers. In 2018, a total of 2,782 transplant procedures of all organs were performed in Canada. That was an increase of 33% since 2009.
The next thing I will go over will clearly demonstrate why it is so important that we continue to take the necessary actions to support people to register to donate organs. I have a table I would like to reference, and I will speak specifically of organs.
The top organs used in transplants are kidneys, liver, heart, lung and pancreas. Kidneys are the highest number for organ transplants, at 1,706. The number of patients on a waiting list are 3,150. There is some qualification to that because not all provinces could provide the hard numbers, but that is roughly the number of people on a waiting list. An active amount in 2018 is 2,045. The last column really wakes us up to the importance of it. The number of patients who were on the waiting list and died was 95. That speaks volume. We have to wonder what would have happened for those 95 individuals. What kind of future would they have had if they had received that important transplant.
A high number of people who were on waiting lists for a liver transplant died. The total number of organ transplants was 533. The number of patients on a wait list was 527 and 377 were active. The number of patients who died while waiting for a transplant was 82. We can get that sense of just how important this is.
Very quickly, the number of heart transplants is 189, lung is 361 and the pancreas is 57. Obviously, there are tissues and so forth.
The point is there are things the government can do. We have to be cognizant of jurisdictional responsibility. Ottawa can play a role. Hopefully we will get a better understanding when it goes to the standing committee about the CRA working with the provinces and territories.
Madame la Présidente, la journée a été intéressante. Nous avons d'abord parlé des soins de santé et de leur grande importance. Nous passons maintenant à l'heure réservée à l'étude des initiatives parlementaires. Le député de Calgary Confederation a présenté un projet de loi qui jouit d'un assez bon appui des deux côtés de la Chambre. Je pense qu'il y aura une volonté de renvoyer le projet de loi au comité. Je ne doute pas qu'il pourra alors faire l'objet de nombreuses discussions intéressantes et peut-être même d'un certain nombre d'exposés. C'est le comité permanent qui en décidera.
Je tiens à saluer le travail du député de Calgary Confederation et d'autres députés. Par exemple, la députée d'Oakville-Nord—Burlington a défendu vigoureusement le projet de loi dans notre caucus pour assurer, dans la mesure du possible, son progrès dans le processus législatif. À mon avis, après aujourd'hui, il pourra être renvoyé au comité. Compte tenu des efforts de certains députés pour défendre le projet de loi, j'imagine que les membres du comité en feront l'étude assez rapidement. Je leur souhaite que tout se déroule bien.
J’aimerais faire part à la Chambre de mes commentaires à ce sujet. Lorsqu’il est question de greffes d’organes et des objectifs visés au moyen du projet de loi, il s’agit vraiment pour l’Agence du revenu du Canada de travailler en collaboration avec les gouvernements des provinces et des territoires pour voir comment nous pouvons établir et maintenir un registre de donneurs d’organes et de tissus. Cela vaut la peine d’avancer en ce sens.
Un nom qui me vient à l’esprit est celui de Hank Horner, aujourd’hui décédé. Pendant très longtemps, Hank a attendu une greffe. Il est difficile de nous l’imaginer, mais ces receveurs d’organes ont souvent une attitude fantastique. Plutôt que de manifester de la colère, les gens qui sont sur une liste d’attente avec qui j’ai eu des échanges au fil des ans ont plutôt une attitude très touchante. Les gens doivent en faire davantage. On se demande souvent pourquoi un pourcentage plus élevé de gens ne s’inscrivent pas comme donneurs d’organes.
Dans le cas de Hank, quand il me voyait, il faisait son lobbying en me disant que nous devrions demander à la Société d'assurance publique du Manitoba de collaborer avec le gouvernement provincial pour établir un registre à l’aide du permis de conduire. Il avait raison et sa suggestion était parfaitement logique. Certains diront que nous devrions apposer des autocollants sur les plaques d’immatriculation des donneurs inscrits. De toute évidence, cette question suscite beaucoup de passion. Plusieurs discours en ont fait foi. Ce n’est pas la première fois que nous débattons de ce projet de loi.
Je félicite la députée d’Oakville-Nord—Burlington et le député de Calgary Confederation des efforts qu’ils ont déployés pour que ce projet de loi parvienne à l’étape où il en est aujourd’hui. En particulier, le député de Calgary Confederation a profité de sa position sur l’ordre de priorité pour présenter un projet de loi et il a également réussi à obtenir un appui supplémentaire pour que le projet de loi fasse l’objet d’une deuxième heure de débat aujourd’hui.
J’ai pensé vous faire part de statistiques intéressantes trouvées sur Internet. Elles proviennent de l’Institut canadien d’information sur la santé, et elles concernent le sujet dont nous sommes saisis. Elles mettent en perspective certains chiffres réels. En 2018, 2 782 greffes d’organes ont été effectuées au Canada. Il s’agit d’une augmentation de 33 % depuis 2009.
Je vais maintenant expliquer clairement pourquoi il est si important que nous continuions à prendre les mesures nécessaires pour aider les gens à s’inscrire comme donneurs d’organes. J’ai un tableau à consulter, et je vais parler plus précisément des organes.
Les organes les plus souvent greffés sont les reins, le foie, le cœur, les poumons et le pancréas. Les reins arrivent en tête de lice avec 1 706 greffes. Il y a 3 150 patients sur les listes d'attente. Ces chiffres sont à prendre avec une certaine réserve, parce que ce ne sont pas toutes les provinces qui étaient en mesure de donner un nombre exact, mais c'est environ le nombre de personnes sur les listes d'attente. En 2018 il y en avait 2 045 sur une liste d'attente active. La dernière colonne nous fait réaliser la gravité de la situation. Le nombre de patients qui sont décédés alors qu'ils étaient sur une liste d'attente est de 95. Cela en dit long. On ne peut que tenter d'imaginer quel aurait pu être l'avenir de ces 95 personnes. Que leur serait-il arrivé si elles avaient pu obtenir la greffe si convoitée?
Un nombre élevé de gens en attente d'une greffe de foie sont décédés. Le nombre total de greffes atteignait 533. Il y avait 527 personnes sur une liste d'attente, dont 377 sur une liste d'attente active. Le nombre de patients décédés en attente d'une greffe était de 82. Cela donne une idée de l'importance de cette question.
Je donne d'autres chiffres très rapidement: 189 greffes de cœur, 361 greffes de poumon et 57 greffes de pancréas. Évidemment, il y a aussi les greffes de tissus et autres.
Le constat est que le gouvernement peut agir. Il faut être conscient des limites en matière de compétence, mais Ottawa a son rôle à jouer. J'espère que nous obtiendrons une meilleure compréhension de ce que l'Agence du revenu du Canada peut faire en collaboration avec les provinces et les territoires lorsque le projet de loi sera renvoyé au comité permanent.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2020-12-01 17:26 [p.2791]
Madam Speaker, I rise today to speak to Bill C-210, an act to amend the Canada Revenue Agency Act, which would enable the CRA to use tax returns to collect the information required for establishing and maintaining an organ and tissue donor registry in the province. The second part of the bill would allow the CRA to disclose this information to Quebec and the provinces and territories with which it has entered into an agreement.
Today I will talk about three different points connected to this bill.
First, I will talk about our party's position on this matter. Second, I will read some excerpts of articles and will share some cases that describe the state of organ donation in Quebec, Canada and the world. Third, I will talk a little about how the pandemic has made organ donation difficult.
I want to start by saying that the Bloc Québécois supports this bill, which should have absolutely no impact on Quebec. We also want Quebec to manage a single tax return. Even if that does not happen, Quebec will have to get all of the information required from its own tax returns. Allow me to explain. The Bloc Québécois has no problem with this bill, but Quebec is unlikely to sign an agreement with the Canada Revenue Agency, since Quebec already has its own tax return.
What the Bloc Québécois wants instead is a single tax return handled by Quebec, which means that this bill would not affect Quebec at all. Even if Quebec wanted an agreement, we would have no problem with sharing this information. Quebec is free to sign an agreement or not. This bill does not commit Quebec to anything or limit it in any way. It lets the CRA collect information if there is an agreement with participating provinces, and sharing that information with the provinces is not a problem. It actually makes sense because the CRA handles all the tax returns outside Quebec.
Now I would like to show how Nova Scotia recently legislated to reverse consent for organ donation. Nova Scotians are now deemed to be consenting unless they state otherwise. Quebec is just getting started on a debate to do the same as Nova Scotia. I had a chance to sit in on a passionate debate on the subject. Right now, Quebeckers have to indicate on their health card whether they want to donate their organs when they die. Quebec has all the information it needs to improve the situation.
According to experts, increasing the supply of organs would be very helpful, but we need more doctors who specialize in organ and tissue retrieval and transplants. This brings us back to the subject of the debate raised in the motion moved by the Bloc Québécois here today, that is, the importance of increasing health transfers. It is only logical. Without additional funding, it would be difficult for Quebec and the provinces to have these medical specialists.
As Raôul Duguay said, everything is in everything.
In addition, the number of potential donors is relatively limited, which further complicates things.
Second, I will share some statistics drawn from current events that illustrate some of the problems that exist in organ donation in Canada.
There is not enough supply to meet the demand. Even though the number of transplants has increased by 33% over the past 10 years, there is still a shortage of organs in Canada, according to the latest data published by the Canadian Institute for Health Information. In 2008, 4,351 Canadians were on a transplant waiting list according to CIHI figures. In the same year, 2,782 organ transplants were performed in Canada, while 223 people died while waiting for transplants.
The increased need for organ transplantation is in part being driven by the rising number of Canadians diagnosed with end-stage kidney disease, which went up 32% over the 10 years studied. According to Greg Webster, CIHI's director of acute and ambulatory care information services, improved organ donation practices across Canada have resulted in a 33% increase in transplant procedures over the last decade.
For most organs, patient survival is greater than 80% after five years.
One of the reasons for the increased number of transplants is that many countries have expanded deceased organ donation practice beyond brain death cases to include donation after cardiac death, meaning the heart has permanently stopped beating. This has led to an increase of almost 430% in the number of donation after cardiac death organs used for transplantation, from 42 in 2009 to 222 in 2018.
According to Dr. Gill, transplant nephrologist and associate professor of medicine at the University of British Columbia, with the increase in donation after cardiac death, there has been a substantial increase in the number of organ donors in Canada, and this has shortened wait times, particularly for those waiting for kidney or lung transplants.
The number of donors after brain death also increased by 21% between 2009 and 2018. That is an encouraging trend given that a deceased donor can provide up to eight organs.
Data published by CIHI also reveal that there were 555 living donors in Canada in 2018. These are people who donated a kidney or a lobe of liver. There were also 762 deceased donors in Canada. The number of deceased donors increased by 56% between 2009 and 2018, whereas the number of living donors remained stable.
Nova Scotia's decision to adopt presumed consent for organ donation has pushed several provinces to ask themselves the question. Is this the best way to increase the number of donors? Survivors and family members believe it is, but for some experts the solution is not that simple. As we heard earlier, we need more specialists.
I will talk about a few cases. Four years ago, Sammy, a young boy from Montreal, was diagnosed with Kawasaki syndrome, a childhood illness that leads to heart complications. He has been living with a new heart for three years. He is in good health. At age 11, Sammy is on the short list of patients who have benefited from organ donation.
Linda Paradis's life was turned upside down at age 60, two years ago, when her lungs started to deteriorate. This active businesswoman fit as from Quebec suddenly ended up with a few weeks to live, a few weeks away from death's door. She ended up getting a double lung transplant. Of course for her, automatic consent does not hurt. It also takes doctors who are able to perform the operation.
Nova Scotia adopting legislation that assumes all citizens are organ donors has given the rest of the country something to think about. The Premier of Nova Scotia, Stephen McNeil, hopes that his initiative will snowball, but for now, nothing is certain. New Brunswick is looking at the idea closely. The governments of Quebec and British Columbia are saying that they will be monitoring what happens in Nova Scotia, and Ontario says it is happy with its system.
Some European countries like France and Spain adopted presumed consent several years ago. At this time, the data do not show a clear correlation between presumed consent and an increase in the number of donors. Marie-Chantal Fortin, a nephrologist and bioethicist at CHUM, said that it is a simple solution to a complex problem. She pointed out that countries with presumed consent like Spain have excellent organ donation rates, yet the United States, which does not have presumed consent, also has a high organ donation rate.
What experts do agree on is that we need better training for medical teams and, above all, people have to talk about organ donation with their friends and family. I mentioned training for medical teams. This brings us back to the debate on increasing health transfers.
The pandemic exacerbated the problems related to organ donation. According to an article published in July 2020, the organ donation rate is the lowest it has been in five years because of COVID-19. That is what Transplant Québec warned. The provincial organization responsible for organ management counted only two people who donated organs to save five patients in April 2020, while the number of donors was already low. According to a press release from Transplant Québec, executive director Louis Beaulieu said, “The slowdown that occurred in April was mainly due to the exceptional circumstances we found ourselves in. The need to ensure the safety of transplant recipients and the massive reorganization that occurred in hospitals contributed to this situation.”
Despite the resumption of activities in May, Transplant Québec noticed a 50% drop in the number of organ donors and a 60% drop in transplants for the second quarter of 2020 compared to the same period in 2019.
In closing, I hope that we can come up with better solutions in this debate so that we can save lives without feeling uncomfortable talking about the signature on the back of the card. I would like to read a rather interesting testimonial from the oldest organ donor in Quebec. He said, “Just because I'm 92 years old, that doesn't mean that I can't donate an organ.” He gave part of his liver, and the recipient is doing well. As for Quebec's youngest organ donor, it is a much more tragic story. He lived only 48 hours, but he was able to donate his heart. Let's give from our hearts and sign the card.
Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui sur le projet de loi C-210, Loi modifiant la Loi sur l’Agence du revenu du Canada afin de permettre à l'Agence du revenu de collecter, par l'entremise des déclarations de revenus, les renseignements dont ont besoin les provinces pour créer et tenir un registre de donneurs d'organes. La deuxième partie du projet de loi permet à l'ARC de transmettre ces données au Québec et aux provinces et territoires ayant conclu une entente.
Je parlerai aujourd'hui de ce projet de loi sous trois aspects.
D'abord, je parlerai de la position de notre parti sur ce sujet. Ensuite, je lirai quelques extraits d'articles et ferai part à la Chambre de quelques cas qui parleront de la situation du don d'organes au Québec au Canada et dans le monde. Enfin, je glisserai quelques mots sur les difficultés qu'a engendrées la pandémie pour les dons d'organes.
D'entrée de jeu, j'affirmerais que le Bloc québécois est en faveur de ce projet de loi, qui ne devrait avoir absolument aucun impact au Québec. Nous souhaitons aussi que le Québec gère une déclaration d'impôts unique. Même si nous ne l'obtenons pas, le Québec devra obtenir toutes les informations nécessaires avec ses propres déclarations de revenus. Je m’explique. Ce projet de loi ne pose aucun problème pour le Bloc québécois, mais il est improbable que Québec souhaite conclure une entente avec l'Agence du revenu, puisque le Québec dispose déjà de sa propre déclaration de revenus.
Ce que nous souhaitons plutôt au Bloc québécois, c'est instaurer une déclaration de revenus unique gérée par Québec, ce qui fait en sorte que ce projet de loi n'affecterait pas du tout le Québec. Même dans le cas où Québec souhaiterait conclure une entente, le fait de partager l'information ne nous cause aucun problème. Québec est libre de conclure ou non une entente. Ce projet de loi n'engage en rien le Québec et n'impose aucune condition. Il permet à l'ARC de collecter des informations à la suite d'une entente avec la province concernée, et les diffuser aux provinces ne cause pas de problème. C'est même une façon intelligente de procéder, puisque l'ARC gère l'ensemble des déclarations de revenus hors Québec.
Maintenant je vais donner l'exemple de la Nouvelle-Écosse qui a récemment légiféré pour inverser le consentement au don d'organes. Les citoyens sont maintenant présumés consentants, à moins qu'ils indiquent ne pas l'être. Au Québec, le débat visant à imiter la Nouvelle-Écosse commence. J'ai déjà eu l'occasion d'assister à un débat passionné sur ce sujet. C'est sur la carte d'assurance-maladie que les Québécois peuvent et doivent actuellement indiquer s'ils sont consentants à donner leurs organes lors de leur décès. Québec dispose de toutes les informations nécessaires pour améliorer la situation.
Selon les spécialistes, augmenter l'offre d'organes serait très utile, mais il faut plus de médecins spécialisés pour réaliser les prélèvements et les transplantations. On revient au sujet du débat que le Bloc québécois a apporté et débattu ici aujourd'hui, à savoir l'importance d'augmenter les transferts en santé. C'est une question de logique. Sans argent supplémentaire, il serait difficile pour le Québec et les provinces d'avoir ces médecins spécialistes.
Tout est donc dans tout, comme le dirait Raôul Duguay.
Par ailleurs, le nombre de donneurs potentiels est relativement limité, ce qui complique davantage la chose.
En deuxième partie, j'illustrerai quelques statistiques tirées de l'actualité récente qui exposent tout de même la problématique du don d'organes au Canada.
L'offre ne suffit pas à la demande, car, même si le nombre de transplantations a augmenté de 33 % depuis 10 ans, il y aurait toujours une pénurie d'organes au Canada, selon les dernières données publiées par l'Institut canadien d'informations sur la santé. En 2008, 4 351 Canadiens figuraient sur une liste d'attente pour une transplantation selon les chiffres de l'ICIS. Au cours de la même année, 2 782 transplantations d'organes ont été réalisées au Canada, tandis que 223 personnes sont décédées, alors qu'elles attendaient une transplantation.
Le taux croissant des Canadiens au stade terminal de l'insuffisance rénale, qui a augmenté de 32 % au cours de la décennie, explique en partie le besoin accru de la transplantation d'organes. C'est grâce à l'amélioration des pratiques en matière de don d'organes au Canada que le nombre de transplantations a augmenté de 33 % en 10 ans, a indiqué Greg Webster directeur des services d'information sur les soins ambulatoires et de courte durée à l'ICIS.
Pour la plupart des organes, le taux de survie des patients après cinq ans dépasse maintenant 80 %.
L'une des raisons qui explique l'augmentation du nombre de transplantations est que de nombreux pays ont élargi leur pratique en matière de don d'organes provenant des donneurs décédés qui, en plus de donneurs après diagnostic de décès neurologique, comprennent désormais les donneurs après un diagnostic de décès cardiovasculaire, c'est-à-dire les donneurs dont le cœur a cessé de battre. Ainsi, le nombre d'organes transplantés provenant de donneurs après des décès est passé de 42 en 2009 à 222 en 2018, ce qui représente une hausse de près 430 %.
Puisqu'il y a davantage de donneurs après des décès, le nombre total des donneurs au Canada a connu une hausse significative, ce qui a permis de réduire le temps d'attente, particulièrement pour les transplantations rénales et pulmonaires. C'est ce qu'a précisé le docteur Gill néphrologue transplantologue et professeur agrégé de médecine à l'Université de la Colombie-Britannique.
Le nombre de donneurs après une mort cérébrale a aussi augmenté de 21 % entre 2009 et 2018. Il s'agit là d'une tendance encourageante, lorsqu'un donneur décédé peut fournir jusqu'à huit organes.
Les données publiées par l'ICIS révèlent également qu'en 2018 au Canada il y a eu 555 donneurs vivants. Ce sont des personnes qui ont fait le don d'un rein ou d'un lobe de foie. Il y a eu également 762 donneurs décédés. Le nombre de donneurs décédés a augmenté de 56 % entre 2009 et 2018, alors que le nombre de donneurs vivants est demeuré stable.
La décision de la Nouvelle-Écosse d'adopter le consentement automatique lorsqu'il est question de dons d'organes a poussé plusieurs provinces à se poser à leur tour la question. Serait-ce la meilleure solution pour augmenter le nombre de donneurs? Des survivants et des proches pensent que oui, alors que, pour certains spécialistes, la solution n'est pas si simple. On l'a vu tout à l'heure, on aurait besoin de plus de médecins spécialisés.
Je vais parler de quelques cas. Il y a quatre ans, Sammy, un jeune montréalais, était atteint du syndrome de Kawasaki, une maladie infantile qui entraine des complications cardiaques. Il vit depuis trois ans avec un nouveau cœur. Il est en pleine forme. À 11 ans, Sammy fait partie de la courte liste de patients qui ont pu profiter d'un don d'organes.
Linda Paradis, a vu sa vie basculer à l'âge de 60 ans, il y a deux ans, quand l'état de ses poumons s'est détérioré. Cette Québécoise, une femme d'affaires active, s'est retrouvée du jour au lendemain avec quelques semaines à vivre, à quelques semaines de la mort. Elle a finalement subi une double greffe des poumons. Bien sûr, pour elle, le consentement automatique ne peut pas nuire. En plus, cela prend des médecins qui seront en mesure de pratiquer les opérations.
Depuis que la Nouvelle-Écosse a adopté son projet de loi qui suppose que tous les citoyens sont donneurs d'organes, une réflexion s'est amorcée partout au pays. Le premier ministre néo-écossais Stephen McNeil espère que son initiative fera boule de neige, mais, pour l'instant, rien n'est sûr. Le Nouveau-Brunswick examine l'idée de près. Les gouvernements du Québec et de la Colombie-Britannique disent qu'ils seront attentifs à la suite des choses en Nouvelle-Écosse, et l'Ontario se dit satisfaite de son système.
Certains pays européens comme la France et l'Espagne ont adopté le consentement automatique il y a plusieurs années. Les données ne démontrent pas pour l'instant de corrélation claire entre le consentement automatique et l'augmentation du nombre de donneurs. « C'est une solution simple à un problème complexe », explique Marie-Chantal Fortin, néphrologue et bioéthicienne au CHUM. « On a vu dans des pays où il y avait du consentement automatique comme l'Espagne un excellent taux de dons d'organe et les États-Unis, où il n'y a pas de consentement automatique, avec d'excellents taux de dons d'organes aussi. » C'est ce qu'elle souligne.
Les experts s'entendent plutôt pour dire qu'il faut une meilleure formation des équipes médicales et, surtout, qu'il faut parler du don d'organes autour de soi. On parle de formation des équipes médicales. On en revient donc encore au débat sur l'augmentation des transferts en santé.
La pandémie a exacerbé les problèmes liés aux dons d'organes. Selon un article paru en juillet 2020, les dons d'organes sont au plus bas en cinq ans en raison de la pandémie de la COVID-19. C'est ce qu'a averti Transplant Québec. L'organisme provincial chargé de la gestion des organes n'a compté que deux personnes ayant donné des organes pour sauver cinq patients en avril 2020, alors que le nombre de donneurs était déjà dans un creux. « Le ralentissement qui s'est produit en avril dernier s'explique principalement par les circonstances exceptionnelles dans lesquelles nous avons été plongés. » C'est ce qu'a indiqué par voie de communiqué le directeur général de Transplant Québec, Louis Beaulieu. « La nécessité d'assurer la sécurité des patients à transplanter ainsi que la réorganisation massive dans les hôpitaux ont notamment pu contribuer à ces résultats. »
Malgré la reprise des activités en mai, Transplant Québec a remarqué une diminution de 50 % du nombre de donneurs d'organes et de 60 % des transplantations pour le deuxième trimestre de 2020 comparativement à la même période en 2019.
En conclusion, j'espère que nous pourrons élargir les solutions dans ce débat pour sauver des vies sans malaise de discuter de la fameuse signature au dos de la carte. J'ai ici un petit témoignage quand même assez intéressant. « Ce n'est pas parce que j'ai 92 ans que je ne peux pas donner un organe. » C'est ce qu'a fait valoir le plus vieux donneur d'organes au Québec. Il a donné son foie et le receveur se porte bien. Pour ce qui est du plus petit, c'est plus tragique. Il n'avait que 48 heures, mais il a pu donner son cœur. Alors, donnons le nôtre et signons la carte.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2020-12-01 17:35 [p.2793]
Madam Speaker, it is a real pleasure to stand in the House today and support Bill C-210, with great thanks to my hon. colleague from Calgary Confederation. I had the immense pleasure of serving with him on the health committee for a number of years. I cannot think of a finer parliamentarian and a more collegial, publicly minded representative than he. I am so pleased to support legislation that I know he has fought so hard to make a reality in this place.
This legislation would amend the Canada Revenue Agency Act to authorize the Canada Revenue Agency to enter into an agreement with a province or a territory regarding the collection and disclosure of information required for establishing or maintaining an organ and tissue donor registry in the province or territory. In short, what the act would do is allow Canadians to indicate on their tax return that they wish to have their information shared with a provincial or territorial organ and tissue donation program to help facilitate and expedite the donation of organs and tissues in the country.
Canada's New Democrats believe that we must make every possible effort to ensure that every Canadian who needs an organ or tissue transplant receives it. Just one donor can save up to eight lives and benefit more than 75 people, yet, at 18 donors per million people, Canada's current donation rate puts us in the lower third of developed countries. Allowing Canadians to register as an organ and tissue donor through their tax returns will help increase registration rates, improve consent rates and help build a donation culture in Canada.
This legislation was first introduced in the 42nd Parliament as Bill C-316. Despite passing unanimously in the House of Commons, Bill C-316 was one of several bills that unfortunately were allowed to die on the Order Paper in the Senate before the last election. By the way, the Senate also blocked legislation to give mandatory sexual assault training to federally appointed judges, implement the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples and ban unhealthy food and beverages marketing directed at children.
However, this was a life and death matter. Canadians are currently dying while on wait lists simply because our organ and tissue donation rate is so unacceptably low. At present, only 20% of Canadians have joined their province's organ and tissue registry. Provinces like Ontario are taking steps to make it easier by asking about organ and tissue donations on health card and driver licence renewals, which has increased registrations. However, even when everything is in place, some 20% of families refuse to transplant a registered donor's organs and tissue.
In our recent study on organ and tissue donation at the Standing Committee on Health last Parliament, we learned that of the 4,500 Canadians on the wait list, 260 died waiting for an organ in 2016 alone. In order to better meet this demand, improved coordination across provinces and territories is needed.
Bill C-210 would allow the federal government to coordinate with provinces and territories to allow Canadians to register as an organ and tissue donor through their federal tax filing.
The act would align with the long-standing advocacy and legislative work of New Democrat MPs around organ and tissue donations. The bill is essentially a version of the previous proposal to create a pan-Canadian organ donor registry to coordinate and promote organ and tissue donations throughout Canada.
In February 2016, Conservative MP for Edmonton Manning, whose son had been the recipient of three donated livers, reintroduced a private member's bill calling for a national registry. That bill had been previously introduced seven times by both the Liberals and two New Democrats, Lou Sekora, Judy Wasylycia-Leis and Malcolm Allen.
Unfortunately, the Liberal caucus voted to defeat the member for Edmonton Manning's bill. The Liberals defended their decision to kill the bill, without study, by claiming that it was a matter that was under provincial jurisdiction and it was for that reason the bill was unsupportable.
Leaving that question aside, I want to quote from a couple of important stakeholders. The Kidney Foundation of Canada says, “In an environment where the supply of donor organs is so low and demands are so high, missed opportunities for donation are literally a matter of life and death. Donor organs are rare and precious and every opportunity needs to be pursued to ensure that no potential donation is missed or lost because it also means lost lives of those waiting for transplant.”
Dr. Philip Halloran, professor of medicine at the University of Alberta, said, “Donations in Canada are not performing at the standard that our colleagues in the United States are performing and there isn’t really any excuse except organization and accountability.”
I was therefore quite disappointed to see jurisdiction thrown out by the Liberals as being a barrier to facilitating organ and tissue donation.
Here are a few facts.
While 90% of Canadians support organ and tissue donation, less than 20% have made plans to donate. Unlike the United States, Canada does not have a centralized list of people waiting for an organ or tissue transplant.
The efficiency of donor registration varies greatly from province to province to territory. In the case where someone dies outside of the province where they are registered for organ and tissue donation, it is highly unlikely the hospital would be able to identify them as a donor. Online registration is available only in five provinces: British Columbia, Ontario, Alberta, Manitoba and Quebec.
Even if someone is registered as a donor, the family has the final say. As I pointed out, about one in five registered organ and tissue donors had their wishes overridden by family members, according to a 2016 report in the Canadian Medical Association Journal.
For every patient in Canada who does receive an organ transplant, there are two more on the wait-list. In the past 10 years, the number of deceased organ donors has gone up by 42%, so there is progress, but the number of people needing a transplant has also gone up at the same time. Over 1,600 Canadians are added to the organ wait-lists yearly.
Canada is the only developed country without national organ donation legislation, such as the U.S.'s 1984 National Organ Transplant Act, so it is time that parliamentarians united and addressed this very pressing need. We cannot let jurisdiction, difficulty, party interests and technicalities get in the way of doing what we all know is necessary: We must make it much more efficient and simple for Canadians, who overwhelmingly want to donate organs and tissue, to do so to save their family members and other Canadians.
It is my view that the best system of all is an opt-out system, where everyone is considered to be an organ donor unless they specifically opt out. This respects the rights of everyone who does not, for various reasons, whether religious, philosophical, health or any other reason at all, want to be an organ and tissue donor. There are many countries around the globe that have such a system, and what we see in those countries is that their rates of organ and tissue donations and transplants dwarf Canada's rates. This saves lives.
I hope that all parliamentarians can work together, support the bill, expedite it through this place and ensure that the Senate passes it as soon as possible. Let us do everything we can in this country to facilitate organ and tissue donation and transplantation as soon as possible.
Madame la Présidente, je suis ravi de prendre la parole aujourd'hui pour appuyer le projet de loi C-210. Je tiens à remercier sincèrement à cet égard mon collègue de Calgary Confederation. C'est avec un immense plaisir que j'ai siégé à ses côtés au comité de la santé pendant plusieurs années. Je ne peux songer à un meilleur parlementaire et à un représentant plus cordial et dévoué à l'intérêt public que lui. Je suis également très heureux d'appuyer une mesure législative pour laquelle il s'est battu si fort dans cette enceinte pour qu'elle devienne réalité.
Ce projet de loi modifie la Loi sur l’Agence du revenu du Canada afin d’autoriser l’Agence du revenu du Canada à conclure une entente avec une province ou un territoire relativement à la collecte et à la communication des renseignements dont a besoin la province ou le territoire pour la création ou la tenue d’un registre de donneurs d’organes et de tissus. Bref, cela permettra aux Canadiens d'inscrire sur leur déclaration de revenus qu'ils souhaitent que leurs renseignements soient communiqués à un programme provincial ou territorial de dons d'organes ou de tissus de façon à faciliter les dons de ce type au pays et à en accélérer l'exécution.
Les néo-démocrates du Canada estiment que nous devons déployer tous les efforts possibles pour que chaque Canadien qui a besoin d'une greffe de tissus ou d'organe la reçoive. Nous savons qu'un seul donneur peut sauver jusqu'à huit vies et aider plus de 75 personnes, et pourtant, le Canada se trouve dans le dernier tiers des pays développés pour ce qui est du taux de dons d'organes, qui est actuellement de 18 donneurs par tranche d'un million de personnes. Permettre aux Canadiens de s'inscrire comme donneur d'organes et de tissus par l'entremise de leur déclaration de revenus contribuera sans doute à faire augmenter les taux d'inscription, à améliorer les taux de consentement et à développer une culture du don d'organes au Canada.
Cette mesure législative a été présentée pour la première fois lors de la 42e législature sous la forme du projet de loi C-316. Bien qu'il ait été adopté à l'unanimité à la Chambre des communes, le projet de loi C-316 est l'un des nombreux projets de loi qu'on a laissés mourir au Feuilleton— à l'étape de l'étude du Sénat — avant les dernières élections. Au fait, le Sénat a également bloqué trois autres projets de loi, qui visaient respectivement à faire suivre une formation obligatoire sur les agressions sexuelles aux juges nommés par le gouvernement fédéral, à mettre en oeuvre la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, et à interdire la publicité sur les boissons et les aliments malsains qui s'adresse aux enfants.
Toutefois, il s'agissait dans ce cas-ci d'une question de vie ou de mort. Des Canadiens meurent pendant qu'ils sont sur une liste d'attente simplement parce que le taux de dons d'organes et de tissus au Canada est beaucoup trop bas. À l'heure actuelle, seulement 20 % des Canadiens se sont inscrits au registre des donneurs d'organes et de tissus de leur province. Des provinces comme l'Ontario prennent des mesures pour faciliter l'inscription et se servent du renouvellement de la carte d'assurance-maladie et du permis de conduire pour demander aux gens s'ils veulent faire un don d'organes et de tissus, une méthode qui a permis d'augmenter le nombre d'inscriptions. Cela dit, même quand tout est prévu, quelque 20 % des familles refusent le prélèvement des organes et des tissus d'un donneur inscrit.
Dans une étude sur les dons d'organes et de tissus effectuée par le Comité permanent de la santé pendant la dernière législature, nous avons appris que, sur les 4 500 Canadiens qui étaient sur la liste d'attente, 260 étaient décédés alors qu'ils attendaient un don d'organes pour la seule année 2016. Il faut améliorer la coordination entre les provinces et les territoires pour pouvoir mieux répondre à la demande.
Le projet de loi C-210 permettrait au gouvernement fédéral d'assurer la coordination avec les provinces et les territoires afin de donner la possibilité aux Canadiens de s'inscrire comme donneurs d'organes et de tissus au moment de la production de leur déclaration de revenus.
La mesure législative cadrerait avec le travail législatif et le travail de sensibilisation que font depuis longtemps les députés néo-démocrates en matière de dons d'organes et de tissus. Le projet de loi reprend essentiellement la proposition précédente qui visait à créer un registre pancanadien de donneurs d'organes afin de coordonner et de promouvoir les dons d'organes et de tissus dans l'ensemble du pays.
En février 2016, le député conservateur d'Edmonton Manning, dont le fils a reçu trois nouveaux foies, a présenté de nouveau un projet de loi d'initiative parlementaire demandant la création d'un registre national. Le projet de loi avait déjà été présenté sept fois par un libéral et deux néo-démocrates, soit Lou Sekora, Judy Wasylycia-Leis et Malcolm Allen.
Malheureusement, le caucus libéral a voté contre le projet de loi du député d'Edmonton Manning. Les libéraux ont justifié leur décision de tuer le projet de loi, sans l'étudier, en affirmant qu'il s'agissait d'une question de compétence provinciale et que c'était pour cette raison que le projet de loi n'avait pas obtenu leur appui.
Laissons cette question de côté. Je souhaite citer quelques acteurs importants. Voici ce que dit la Fondation canadienne du rein: « Dans un monde où les demandes de don d'organe sont considérablement supérieures aux dons d'organe eux-mêmes, toute occasion manquée de convaincre une personne de faire un don d'organe est littéralement une question de vie ou de mort. Les dons d'organe sont rares et précieux, et il faut saisir toutes les chances pour qu'aucun don potentiel ne soit manqué ou perdu. En effet, pour chaque don manqué ou perdu, une personne en attente d'un organe doit faire une croix sur sa vie. »
Je cite le Dr Philip Halloran, professeur de médecine à l'Université de l'Alberta, qui a dit: « Les dons au Canada ne sont pas aussi populaires qu'aux États-Unis, et il n'y a pas vraiment d'excuse pour expliquer cet état de fait, sauf peut-être l'organisation et la responsabilisation ».
J'ai donc été très déçu de constater que des champs de compétence déterminés par les libéraux font obstacle aux dons d'organes et de tissus.
Voici quelques faits.
Alors que 90 % des Canadiens sont favorables au don d'organes et de tissus, moins de 20 % ont pris des mesures à cet effet. Contrairement aux États-Unis, le Canada ne tient pas de liste centralisée des personnes en attente d'une transplantation d'organe ou de tissus.
L'efficacité de l'inscription au registre des donneurs varie selon la province ou le territoire. Si un Canadien meurt à l'extérieur de la province où il est inscrit comme donneur d'organes et de tissus, il est très peu probable que l'hôpital sera informé de son statut de donneur. L'inscription en ligne se fait seulement dans cinq provinces: la Colombie-Britannique, l'Ontario, l'Alberta, le Manitoba et le Québec.
Même si une personne est inscrite comme donneur, la famille a le dernier mot. Comme je l'ai souligné, environ un donneur sur cinq n'a pas été respecté dans son choix parce que sa famille s'est opposée au don de ses organes et tissus, selon un rapport publié en 2016 dans le Journal de l'Association médicale canadienne.
Pour chaque patient canadien qui reçoit un organe, il y en a deux autres sur la liste d'attente. Au cours des 10 dernières années, le nombre de personnes décédées ayant donné leurs organes a augmenté de 42 %, c'est déjà un progrès; mais le nombre de personnes en attente d'une greffe a aussi grimpé. Plus de 1 600 Canadiens s'ajoutent aux listes d'attente chaque année.
Le Canada est le seul pays développé à ne pas disposer d'une loi nationale sur le don d'organes, comme la 1984 National Organ Transplant Act aux États-Unis, la loi américaine de 1984 sur la transplantation d'organes. Il est donc temps que les parlementaires unissent leurs efforts et répondent à ce besoin criant. Nous ne pouvons pas laisser les compétences, les difficultés, les intérêts des partis et les détails techniques nous empêcher de faire ce que nous savons tous être nécessaire: nous devons rendre le processus plus efficient et facile pour les Canadiens, qui sont très largement en faveur de ces dons pour sauver les membres de leur famille et d'autres Canadiens.
Selon moi, le meilleur système est celui du consentement présumé du don d'organes, qui est présumé à moins que la personne concernée ait expressément indiqué qu'elle ne ferait pas don de ses organes. Ce système respecte les droits de quiconque ne souhaite pas, pour une raison ou pour une autre, religieuse, philosophique, sanitaire ou autres, faire don de ses organes et tissus. Ce système existe dans de nombreux pays dans le monde et, dans ces pays, les taux de dons et de greffes d'organes et de tissus éclipsent ceux du Canada. Cela permet de sauver des vies.
J'espère que tous les parlementaires travailleront ensemble, appuieront le projet de loi, le feront adopter rapidement ici et feront en sorte que le Sénat l'adopte le plus vite possible. Faisons tout ce que nous pouvons dans ce pays pour que le don et la greffe d'organes et de tissus deviennent plus faciles rapidement.
View Ziad Aboultaif Profile
CPC (AB)
View Ziad Aboultaif Profile
2020-12-01 17:43 [p.2794]
Madam Speaker, at the beginning I would like to congratulate the hon. member for Vancouver Kingsway for his speech and his call for support for this very important issue. It is very close to my heart and I have always hoped to see this debated on the floor of the House of Commons.
After five years in the House, I cannot think of a bill that I have agreed with more than this one, Bill C-210, which was proposed by the hon. member for Calgary Confederation. He is to be commended for his vision and desire to help Canadians.
Bill C-210, an act to amend the Canada Revenue Agency Act regarding organ and tissue donors, is a short bill that has only two clauses. It is a simple, effective and life-saving act. With a “yes” vote, we can all save lives. Bill C-210 authorizes the Canada Revenue Agency to ask those filling out their tax forms if they wish to be organ donors. It allows the CRA to provide that information to provincial health authorities for their organ donor lists.
When we talk about organ donation, we frequently talk about facts and figures. I intended to give some of those today. Sometimes, though, we forget that behind each number there is a human being involved. Lives become impacted for better or worse, depending on the availability of a much-needed transplant. It is that human element that makes this bill so important.
For example, let me tell members about my son, Tyler. When a child is born, parents always have great dreams for them. There is unlimited potential. We are excited to see how they will fulfill it, and so it was with Tyler, who is now a young adult. My wife and I are very proud of him. Tyler is alive, thanks to not one but three organ donations. Without them, I would be standing here telling the story of a life lost, not a life saved.
Tyler was born with a defective liver. When he was very young it became apparent that without a transplant, he would die. The liver is a remarkable organ that can regenerate itself. That means that the transplant can be from a live donor, that is, if the two people are compatible. With any surgery there are risks, and 20 years ago, liver surgeries were much riskier than they are today. No one undergoes such a procedure without much thought beforehand.
I was a compatible donor. Would I risk my life to allow my son to live? Of course I would and the operation was a success. That, though, is not the end of the story. That first liver transplant did not last.
On Christmas Eve, 2003, it looked like Tyler's time had run out. His life expectancy was now days, perhaps hours. I was not allowed to make a second donation. Almost miraculously, a liver became available from a Quebec man who had just died. We were told it was not the perfect solution. It would only buy time, but time was what we were desperately looking for.
After a decade that liver also began to fail. One more time we entered the medical system. Our emotions were a mixture of hope and fear. There were no guarantees. We knew the statistics. We knew the odds and, as we had done before, we prayed for a miracle. Once again, a grieving family offered a loved one's organ for the good of the community and a match was made. Today, we are so grateful to have a healthy son.
There are no sufficient words in any language to express the gratitude my wife Liz and I still feel for the anonymous donors who saved Tyler's life.
Our family's experience is not unique, but there are not enough available organs to meet the need. Bill C-210 seeks to alleviate that.
When Tyler first began having problems, I became aware of the unmet need for organ donations in Canada. There are literally thousands of people waiting for the telephone call that will change their lives and the lives of those around them. Tragically, for more than 200 Canadians every year time runs out before the phone call comes.
More than 90% of Canadians support organ and tissue donation, which is a great yield, but in theory less than 25% make plans to donate. I will not embarrass hon. members by asking for a show of hands as to how many of them have registered to become organ donors should they die. It is probably not as many as one would expect.
Canada's organ donation rate puts us in about 20th place in international ranking. We need to do better. After all, one donor can benefit more than 75 people and save more than eight lives. A single donor can provide lungs, a heart, liver, kidneys, corneas and more.
According to the Canadian organ replacement register, in 2018 there were 762 deceased donors in Canada and 2,782 organ transplant procedures performed. However, there were 4,351 people on organ transplant waiting lists and 223 of those people died waiting for an organ to become available. That is a sad statistic. The demand for organs is increasing, but the supply is not maintaining the pace.
The number of patients on the waiting list for kidney transplants is approximately two and a half times higher than the number of transplants performed. More than 1,600 Canadians are added to the wait-lists each year, which means we are falling behind.
The various ways of registering to be an organ donor are good, but more effort is needed. It is not that people are opposed to the idea of organ donation, but we do not seem to be that great at putting the idea into practice. By expanding the number of those willing to be organ donors, Bill C-210 could help save lives. By allowing people to indicate their wishes before death, medical personnel would not have to approach a grieving family at the worst possible time to ask about the gift of life.
What if it was a member's son or daughter who needed a transplant? Would they not do everything in their power to make sure it could happen? By making a simple change to the income tax forms through Bill C-210, we would be giving Canadians an easy way to do the right thing.
We are talking a bill that could literally save thousands of lives. Think about that. Think about what we do here in the House and how we are frequently unsure of the effects of our actions. With Bill C-210, we know we would be doing good. How many lives lost is too many? In many ways that is the question we are asking today.
We have an opportunity to do good for all Canadians. Why waste it? I urge every member to support Bill C-210.
Madame la Présidente, je veux tout d'abord féliciter le député de Vancouver Kingsway de son intervention et de nous avoir demandé d'appuyer cette cause vitale. Cette dernière me tient grandement à coeur, et j'ai toujours espéré que nous en débattions dans cette enceinte.
Après cinq ans à la Chambre, je n'ai jamais été aussi en faveur d'une mesure législative que je le suis à l'égard du projet de loi C-210, présenté par le député de Calgary Confederation. Il faut le féliciter pour sa vision et son désir d'aider les Canadiens.
Le projet de loi C-210, Loi modifiant la Loi sur l’Agence du revenu du Canada relativement aux donneurs d'organes et de tissus, est un court projet de loi ne contenant que deux articles. Il s'agit d'une mesure législative simple et efficace qui cherche à sauver des vies. Si nous votons en sa faveur, nous pourrions tous sauver des vies. Le projet de loi C-210 autorise l'Agence du revenu du Canada à demander aux gens remplissant leur déclaration de revenus s'ils désirent être des donneurs d'organes. Il permet à l'Agence de fournir cette information aux autorités provinciales de la santé pour qu'elles puissent ajouter les noms des personnes intéressées à leurs listes de donneurs d'organes.
Souvent, lorsqu'on parle de dons d'organes, on a tendance à présenter les faits et les statistiques. J'avais l'intention d'en présenter quelques-uns ce soir. Sauf que parfois, on oublie que ces statistiques représentent de vraies personnes. La vie d'une personne peut prendre une bonne ou une mauvaise tournure selon qu'elle peut ou non recevoir une greffe nécessaire. C'est cette composante humaine qui fait que ce projet de loi est si important.
J'aimerais donner l'exemple de mon fils Tyler aux députés. Lorsqu'un enfant naît, ses parents ont toujours de grands rêves pour lui. Les possibilités sont infinies, et nous nous réjouissons à la perspective de voir nos enfants réaliser leur plein potentiel. C'était ce que je souhaitais pour mon fils, Tyler, qui est maintenant un jeune adulte. Mon épouse et moi sommes très fiers de lui. Tyler est en vie aujourd'hui, car il a reçu non pas un, mais trois dons d'organes. S'il n'avait pas reçu ces organes, je serais ici pour vous parler d'une vie qui a été perdue et non pas d'une vie qui a été sauvée.
Tyler est né avec un foie défectueux. Quand il était très jeune, nous nous sommes rendu compte qu'il allait mourir s'il ne subissait pas une greffe. Le foie est un organe remarquable qui peut se régénérer par lui-même, ce qui veut dire qu'il peut provenir d'un donneur vivant compatible avec le receveur. Toutes les chirurgies comportent des risques, et les greffes de foie étaient beaucoup plus risquées il y a 20 ans qu'elles ne le sont aujourd'hui. Personne ne subit une intervention de ce genre sans y avoir beaucoup réfléchi au préalable.
J'étais un donneur compatible. Allais-je risquer ma vie pour permettre à mon fils de vivre? Bien sûr que j'allais le faire. L'opération a été un succès. Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Cette première greffe de foie n'a pas duré.
En 2003, la veille de Noël, nous étions sûrs que l'heure de Tyler avait sonné. Il ne lui restait maintenant que des jours, voire des heures à vivre. Je n'étais pas autorisé à faire un deuxième don. Presque miraculeusement, un foie est devenu disponible parce qu'un homme venait de mourir au Québec. On nous a cependant prévenus que ce n'était pas la solution idéale, que nous gagnerions seulement un peu de temps, mais c'était justement le temps qui nous faisait cruellement défaut.
Après 10 ans, le nouveau foie s'est lui aussi mis à flancher. Une fois de plus, nous nous sommes tournés vers le système de santé. Nous éprouvions des craintes, mais aussi de l'espoir. Il n'y avait pas de garanties. Nous étions au courant des statistiques. Nous savions quelles étaient ses chances et, comme nous l'avions fait auparavant, nous avons prié pour que se produise un miracle. Encore une fois, une famille en deuil a offert les organes d'un être cher pour le bien de la collectivité. Il y avait compatibilité. Aujourd'hui, nous sommes on ne peut plus reconnaissants d'avoir un fils en santé.
Aucune langue ne compte assez de mots pour exprimer la gratitude que mon épouse Liz et moi ressentons toujours pour les donneurs anonymes qui ont sauvé la vie de Tyler.
L'expérience de notre famille n'est pas unique, mais il n'y a pas assez d'organes disponibles pour répondre aux besoins. Le projet de loi C-210 vise à remédier en partie à ce problème.
Lorsque Tyler a commencé à éprouver des problèmes, j'ai découvert l'écart entre l'offre et la demande en dons d'organes au Canada. Il y a littéralement des milliers de personnes qui attendent l'appel téléphonique qui va changer leur vie et celle de leur entourage. Malheureusement, plus de 200 Canadiens meurent chaque année avant que cet appel n'arrive.
Plus de 90 % des Canadiens sont en faveur du don d'organes et de tissus, ce qui représente un excellent résultat en théorie, mais moins de 25 % d'entre eux envisagent de faire un don. Je m'abstiendrai de mettre les députés mal à l'aide en demandant à ceux qui se sont inscrits pour devenir des donneurs d'organes après leur mort de lever la main. Ils ne sont probablement pas aussi nombreux qu'on pourrait s'attendre.
Au chapitre du don d'organes, le Canada arrive à peu près au 20e rang du classement international. Nous devons faire mieux. Après tout, un seul donneur peut aider plus de 75 personnes et sauver plus de 8 vies. Un seul donneur peut fournir des poumons, un cœur, un foie, des reins, des cornées et bien d'autres organes.
Selon le Registre canadien des insuffisances et des transplantations d’organes, il y a eu 762 donneurs décédés et 2 782 transplantations d'organes réalisées en 2018 au Canada. Toutefois, 4 351 personnes se trouvaient toujours sur la liste d'attente et 223 d'entre elles sont décédées alors qu'elles attendaient une transplantation d'organe. Il s'agit de bien tristes statistiques. La demande d'organes s'accroît, alors que l'offre n'augmente pas au même rythme.
En effet, le nombre de patients sur la liste d'attente pour une transplantation de rein est environ deux fois et demie supérieur au nombre de transplantations réalisées. Plus de 1 600 Canadiens s'ajoutent en outre à la liste d'attendre chaque année, ce qui signifie que nous perdons du terrain.
Il est bien d'offrir diverses possibilités pour s'inscrire comme donneur d'organes, mais il faut en faire davantage. En principe, les gens ne s'opposent pas à l'idée de faire un don d'organes. Il semble plutôt que ce soit la concrétisation de cette idée qui achoppe. En élargissant le bassin de donneurs d'organes, le projet de loi C-210 pourrait contribuer à sauver des vies. En permettant aux gens d'exprimer leur volonté avant leur décès, le personnel médical n'aurait pas à communiquer avec une famille en deuil au pire moment possible pour demander un don de vie.
Je pose la question: que se passerait-il si c'était le fils ou la fille d'un député qui avait besoin d'une transplantation? Ne ferait-il pas tout son possible pour que l'intervention ait lieu? En apportant un simple changement aux formulaires de déclarations d'impôt par l'intermédiaire du projet de loi C-210, on donnerait aux Canadiens un moyen facile de faire ce qu'il faut.
Ce projet de loi pourrait littéralement sauver des milliers de vies. Pensez-y. Pensez à ce que nous faisons ici, à la Chambre des communes, et au fait que, souvent, nous ne sommes pas certains des conséquences qu'auront nos décisions. Dans le cas du projet de loi C-210, nous avons la certitude que nous ferions quelque chose de bien. Combien de vies doit-on perdre pour en arriver à dire que c'est trop? À bien des égards, c'est la question que nous posons aujourd'hui.
Nous avons la possibilité de faire quelque chose de bien pour tous les Canadiens. Pourquoi ne pas le faire? J'invite instamment tous les députés à appuyer le projet de loi C-210.
View Francesco Sorbara Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I thank my colleague from Calgary Confederation for bringing the issue of organ and tissue donation in Canada to the forefront.
I would like to start by sharing some national data on the subject to paint a picture of the situation. Some 4,400 people in Canada are waiting for an organ or tissue donation, and more than 1,600 people join the waiting list every year.
It is devastating to think that 250 people die in Canada every year while waiting for a transplant. Many of those deaths could have been prevented, and the reason for that is simple. Canada has too few organ and tissue donors. This is all the more devastating knowing that a single organ and tissue donor can save up to eight lives and improve the lives of 75 people.
That is why I am happy to support this bill at second reading, and I have to say that I am eagerly looking forward to an in-depth examination of this legislation in committee. We are all touched by the fact that too many people are waiting for organs and tissue, and we all want Canada's donor list to get longer.
That said, at committee stage, we will need to ensure that the bill actually meets its objective in the most efficient way possible. I believe that we will also need to ensure that the legislation specifies the most efficient means possible for the Canada Revenue Agency to collect donor information.
Then, we will also need to ensure that the CRA can dialogue with the provinces and territories to see if any amendments could be made to improve the bill. It could also be worthwhile to hear the testimony of the agency's non-partisan and professional officials who might be involved in the process. To the extent possible, it might also be interesting to hear what provincial and territorial experts would have to say on the matter.
To be sure, we will need to study this bill closely to ensure that it will create the best possible framework in which the provinces and territories can easily and safely share donor information with the CRA. The idea is obviously to end up with the best bill possible, because it is painfully obvious that far too many people are waiting on organ and tissue transplants in this country.
I am also proud to say that the Government of Canada is already turning its attention to this issue. As announced in budget 2019, effective in 2019-20, Health Canada will receive $36.5 million over five years, as well as an additional $5 million per year thereafter, to help in the development of a pan-Canadian data and performance system for organ donation and transplantation in collaboration with provincial and territorial partners. The funding will also support the promotion of organ and tissue donations to the Canadian public.
According to polls on this issue, 90% of Canadians support organ and tissue donation but less than 20% of Canadians plan to donate their organs and tissues. In light of these statistics, it is clear that we need to raise awareness of this issue among Canadians.
Public awareness about organ and tissue donation is urgently needed, since year after year, despite gains made here and there, the end result brings its fair share of disappointment.
For example, we have noticed in the past few years that the number of deceased organ donors has gone up by 42%.
While that is encouraging, unfortunately, the number of people needing a transplant has also gone up during that same time, and the situation remains concerning. As a result, Canadians are dying because they are not getting an organ or tissue transplant. This is utterly tragic.
I recently heard a very inspiring story about Logan Boulet.
Logan played defence for the Humboldt Broncos, a junior hockey team. The team was travelling to a game together when their bus was hit by a transport truck in April 2018.
That story made headlines and struck a chord with Canadians. Logan was a registered organ donor and had made his wishes known in the weeks before his death. He was able to donate his heart, lungs, liver, both kidneys and both corneas.
News of these generous donations produced what was called the Logan Boulet effect. More than 60,000 people across Canada signed up to be organ and tissue donors in the weeks that followed. His father launched an initiative the following year called Green Shirt Day. This initiative honours his son's actions by promoting awareness of organ and tissue donation. The addition of 100,000 donors would be heartwarming news to come out of this tragedy.
There is no question that more must be done to address the serious need for organs and tissue available for donation. Today transplants can help burn victims recover, remove the need for long-time dialysis, reduce the need for amputations, repair childhood heart problems, assist in heart bypass surgery, replace lungs affected by cystic fibrosis with healthy ones and replace the disfigured facial features of accident victims by providing a cosmetic solution. Living donors who are of the age of majority and in good health can donate a kidney, part of the liver and a lobe of a lung and continue to lead full and rewarding lives. What could be more rewarding than saving someone else's life?
By promoting awareness among Canadians, we can increase the number of donors. The Logan Boulet effect is proof of that. Furthermore, when we work together at the national level, with the provinces and territories, we can continue to improve the organ and tissue donation and transplant system, to guarantee Canadians timely, efficient access to health care.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Calgary Confederation d'avoir remis au premier plan la question du don d'organes et de tissus au Canada.
En tout premier lieu, je vais citer certaines données nationales sur le sujet afin de brosser le portrait de la situation. Ce sont près de 4 400 personnes au Canada qui sont en attente d'une transplantation d'organes ou de tissus, et plus de 1 600 personnes s'ajoutent à la liste d'attente chaque année.
Toutefois, il est absolument navrant de constater qu'environ 250 personnes meurent chaque année au Canada en attendant une transplantation. Bon nombre de ces décès pourraient être évités et la raison en est bien simple: le Canada compte trop peu de donneurs d'organes et de tissus. Cela est d'autant plus navrant quand on sait qu'un seul donneur d'organes ou de tissus peut sauver jusqu'à 8 vies et améliorer la qualité de vie de 75 personnes.
C'est pourquoi je suis heureux d'appuyer ce projet de loi à la deuxième lecture et je dois dire que j'attends avec impatience qu'un examen approfondi de la législation soit fait en comité. Nous sommes tous touchés par le trop grand nombre de personnes en attente de dons d'organes et de tissus et nous voulons tous voir la liste des donneurs s'allonger au Canada.
Cependant, lorsque nous examinerons ce projet de loi en comité, nous devrons nous assurer qu'il atteint bel et bien son objectif, et ce, de la meilleure façon qui soit. Je suis d'avis qu'il faudra notamment veiller à ce que ce projet de loi propose des moyens parmi les plus efficients et les plus efficaces pour l'Agence du revenu du Canada quand viendra le temps de recueillir les renseignements sur les donneurs.
Dans un deuxième temps, il faudra également s'assurer que l'Agence peut interagir avec les provinces et les territoires pour voir si des amendements sont nécessaires pour améliorer le projet de loi en question. Il serait par ailleurs judicieux d'entendre en comité les experts non partisans et professionnels de l'Agence qui seraient éventuellement appelés à administrer cette proposition. De plus, si cela est possible, il serait également intéressant d’entendre des experts provinciaux et territoriaux sur la question.
En définitive, il faudrait étudier attentivement ce projet de loi pour nous assurer qu'il crée le meilleur cadre possible pour que les provinces et les territoires collaborent facilement et de manière volontaire avec l'Agence pour la collecte et l'échange sécurisés de renseignements sur les donateurs. L'idée est bien évidemment d'obtenir le meilleur projet de loi qui soit, car il est clair que beaucoup trop de personnes attendent une transplantation d'organes et de tissus dans ce pays.
Je suis également fier de dire que le gouvernement du Canada s'intéresse déjà à cette question. Le budget de 2019 prévoit que Santé Canada reçoive 36,5 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2019-2020, et 5 millions de dollars par année par la suite, en vue d’élaborer un système pancanadien de données et de mesure du rendement pour le don et la transplantation d’organes, en collaboration avec des partenaires provinciaux et territoriaux. Ce financement permettra également de soutenir la promotion des dons d'organes et de tissus auprès du public canadien.
Selon les sondages, 90 % des Canadiens sont favorables au don d'organes et de tissus, mais moins de 20 % d'entre eux envisagent d'en faire don. À la lumière de ces statistiques, il est clair qu'il faut sensibiliser les Canadiens à cet enjeu.
Sensibiliser les gens au don d'organes et de tissus est urgent puisque d'année en année, malgré des gains ici et là, les résultats au bout du compte apportent quand même leur lot de déceptions.
Par exemple, nous avons constaté que, au cours des dernières années, le nombre de donneurs d'organes décédés avait augmenté de 42 %.
Bien que ces chiffres soient encourageants, le nombre de personnes qui nécessitent une transplantation a malheureusement, lui aussi, augmenté pendant la même période, de sorte que la situation reste préoccupante. Le résultat est que des Canadiens meurent, faute d'avoir reçu une greffe d'organes ou de tissus. Cela est littéralement déplorable.
Or je suis tombé récemment sur une histoire que je trouve des plus inspirantes. C'est celle de Logan Boulet.
Logan était un défenseur des Broncos de Humboldt, une équipe de hockey junior. Ensemble, les joueurs de l'équipe se rendaient à un match lorsque l'autobus a été heurté par un camion de transport, en avril 2018.
Cette histoire a fait la une des journaux, causant beaucoup d'émoi chez les Canadiens. Logan s'était inscrit pour devenir donneur d'organes et il avait fait connaître ses souhaits au cours des semaines précédant sa mort. Il a pu ainsi faire don de son cœur, de ses poumons, de son foie, de ses deux reins et de ses deux cornées.
La nouvelle de ces généreux dons a produit ce qu'on a appelé l'effet Logan Boulet. Plus de 60 000 personnes, de partout au Canada, se sont inscrites pour devenir donneurs d'organes et de tissus dans les semaines qui ont suivi. Son père a lancé une initiative l'année suivante, appelée la Journée du chandail vert. Cette initiative, en mémoire du geste de son fils, vise à sensibiliser les gens à faire un don d'organes et de tissus. Imaginons un peu une augmentation de 100 000 donneurs: voilà qui est très touchant, malgré la tragédie.
Nul doute qu'il faille en faire davantage pour tenter de combler les besoins d'organes et de tissus. De nos jours, les transplantations peuvent aider les victimes de brûlures à se rétablir, éliminer les dialyses à long terme, réduire le nombre d'amputations, corriger des anomalies cardiaques congénitales, aider en cas de pontage coronarien, remplacer des poumons affaiblis par la fibrose kystique et offrir une nouvelle solution esthétique pour les personnes défigurées dans un accident. Les donneurs vivants ayant atteint l'âge de la majorité et qui sont en bonne santé peuvent donner un de leurs reins, une partie de leur foie et un lobe d'un de leurs poumons, et continuer de mener une vie active et satisfaisante. Quoi de plus satisfaisant que de sauver la vie à quelqu'un?
C'est en sensibilisant la population canadienne que nous augmenterons le nombre de donneurs. L'effet Logan Boulet est là pour le prouver. De plus, c'est en travaillant de manière collaborative à l'échelle nationale, avec les provinces et les territoires, que nous continuerons d'améliorer le système de dons et de transplantation d'organes et de tissus afin de garantir aux Canadiens un accès rapide et efficace aux soins.
Results: 1 - 30 of 454 | Page: 1 of 16

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data