Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 85 of 85
View Ziad Aboultaif Profile
CPC (AB)
View Ziad Aboultaif Profile
2020-10-09 11:57 [p.806]
Madam Speaker, I have been visiting important members of the agriculture industry in my riding and countless Canadian farms have been the victim of coercive diplomacy by China.
When can our farmers expect a return to normal and when will the diplomatic games end, so that our farmers can focus on feeding our families?
Madame la Présidente, j'ai rendu visite à des membres importants de l'industrie agricole dans ma circonscription. D'innombrables exploitations agricoles canadiennes ont été victimes de la diplomatie coercitive de la Chine.
Quand les agriculteurs canadiens peuvent-ils s'attendre à un retour à la normale, et quand va-t-on mettre fin aux jeux diplomatiques afin que les agriculteurs canadiens puissent se consacrer à nourrir les familles du pays?
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2020-10-09 11:57 [p.806]
Madam Speaker, when it comes to our trade policy with China, let me be very clear. As we have said before, the conditions for Canada to pursue a free trade agreement with China are not present at this time. Our priority does remain the immediate release of the two arbitrarily detained Canadians. We will continue to stand up for our two arbitrarily detained Canadians and push for their immediate release.
Madame la Présidente en ce qui concerne notre politique commerciale à l'égard de la Chine, j'aimerais dire très clairement, comme je l'ai dit auparavant, que les conditions nécessaires pour que le Canada puisse conclure un accord de libre-échange avec la Chine ne sont pas réunies actuellement. Notre priorité demeure la libération immédiate des deux Canadiens détenus de façon arbitraire. Nous allons continuer de défendre ces deux personnes et de réclamer leur libération immédiate.
View John McKay Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I am thankful for this opportunity to reply to the Speech from the Throne.
I will be splitting my time with my good friend from Humber River—Black Creek.
Like other members, I have been out and about with constituents and others. The general pattern of the conversation is to lament the progress of this pandemic and then the conversation tends to move toward how we will pay for this. The programs the government has put in place are generally well received, very welcome and are life rests to people in real desperation. It is quite right to say that the government has made its balance sheet available to Canadian citizens. Nevertheless, there will be a day of reckoning.
I will focus a bit on the necessity of fiscal anchors, but before I do, I want to point to the central truth of the Speech from the Throne, and that is that we need to do all we can to restore the nation's health. This is the pre-eminent priority of the Government of Canada and should be the pre-eminent priority of the Parliament of Canada. Without the restoration of the nation's health, there simply will not be any restoration of the nation's wealth. The saying that the first wealth is health has never been more true than it is today.
In 1993, The New York Times nominated Canada as an honorary member of the third world. Our debt and deficits had risen to unsustainable levels, vulnerable to inflation, runs on the dollar and other economic shocks. In 1997 through to 2006, the Chrétien and Martin governments paid down the national debt by something in the order of $100 billion, taking the debt-to-GDP ratio from north of 65% to somewhere in the order of 25%. Fiscal discipline and a robust economy allowed Canada to exit its honorary status as a third world nation and become the envy of the G7, the G20 and other OECD economies. We have been living on that legacy ever since.
The emergence of COVID-19 has driven our debt-to-GDP ratio much higher and it is now in the range of 49%. Recently the Parliamentary Budget Office issued a fiscal update. It has made three sobering assumptions: first, that there will be no widely available vaccine for the next 12 to 18 months; second, that current response measures will be withdrawn on schedule; and third, that the Bank of Canada will maintain a prime rate of 0.25% through to 2023 and further maintain its program of quantitative easing.
Between December 2019 and June 2020, Canada's real GDP collapsed by 13.4%, and the PBO does not expect it to recover to the December 2019 levels until March 2022. As the GDP goes, so also go the revenues of the government.
I appreciate the PBO's candour and recognize that all projections, whether they are from the Department of Finance or the PBO, are subject to some very significant caveats.
Canada is a trading nation. It is both a strength and a vulnerability. Our most significant trading partner has been in turmoil for the last four years. We might all hope that November 3 might bring a more stable and predictable relationship, but we cannot count on it.
Our number two trading partner, China, seems to be determined to turn Canada into a vassal state, kidnapping Canadian citizens, making arbitrary trade decisions, practising a hectoring diplomacy and introducing mass surveillance, all of which make the Chinese Communist Party an unreliable partner. The pandemic has woefully exposed our dependence on any supply chain that runs through China. In addition, our third largest trading partner seems to be consumed yet again by Brexit discussions.
In this gloomy context of unreliable trading partners, an unpredictable virus and unsustainable spending, what is a finance minister to do? Ultimately, the finance minister is the Dr. No of cabinet. However, it is helpful when saying no to attach the no to a stated rationale.
I, for one, would like to see a joint statement from the Department of Finance and the Parliamentary Budget Office giving their best projections on the GDP of the nation. In addition, I would like to see some effort to reconcile any differences. It would be in the national interest to have a common understanding of our fiscal and economic picture.
Second, I would like to see a fiscal anchor or series of fiscal anchors. If there is no fiscal anchor, the ship of state will inevitably go in dizzying circles. There are plenty of anchors to choose from. A stable debt-to-GDP ratio has the advantage of being widely accepted and easily understandable. The disadvantage is in the short run: It will deteriorate very quickly, as both the numerator and the denominator are going in opposite directions.
Another fiscal anchor is a balanced budget. At this point it is an unrealistic fiscal anchor, as implicitly acknowledged by my friend, the Leader of the Opposition, who recognized that balanced budgets may be more than 10 years away. By the way, I was pleased to see him in the House and look forward to his being Her Majesty's leader of the official opposition for many years to come.
Another fiscal anchor is inflation. Some say we should let inflation be the only anchor, or otherwise simply let programs expand. Still others propose a cap on spending. The disadvantage of a cap on spending is that it is entirely arbitrary and lacks flexibility.
David Dodge, the former deputy minister and former governor of the Bank of Canada, suggests a fiscal anchor tied to the cost of the national debt. He suggests that the cost of servicing the national debt should not exceed 10% of government revenues on an annual basis, and that, in addition, we should eventually reduce annual deficits to no more than 1% of GDP. Mr. Dodge also wants all government investments, all programs, tied to an increase in productivity. Canada has for quite a number of years now been a laggard in productivity.
My purpose here is to urge the government to pick a fiscal anchor or anchors to recognize that the Government of Canada is not the economy of Canada. At some point Dr. No has to say no, because to say otherwise would be to cut the ship of state from “wise and prudent management”.
Canada is not like the U.S. It can do wild and crazy fiscal things and get away with it because it is the world's currency. The Canadian dollar is a small currency in a very large pool. If either inflation or a run on the dollar occur, all the presumptions of cheap money are out the window. At this point we do have cheap money. Let us hope that it continues, because a number of the assumptions are based upon this.
With that, I hope the government will commit to fiscal anchors and we can have a realistic conversation about the program mix.
Madame la Présidente, je suis reconnaissant d'avoir l'occasion de répondre au discours du Trône.
Je partagerai mon temps de parole avec ma bonne amie de Humber River—Black Creek.
Comme certains députés, j'ai discuté avec des citoyens de ma circonscription et d'autres gens. De façon générale, on commençait la conversation par déplorer l'évolution de la pandémie avant de dévier sur la façon dont nous financerons tout cela. Les programmes mis en place par le gouvernement sont généralement bien accueillis et constituent des bouées de sauvetage pour les personnes qui sont réellement au désespoir. Il est tout à fait juste d'affirmer que le gouvernement a ouvert ses livres aux citoyens canadiens. Néanmoins, le jour viendra où il faudra faire face à la réalité.
Je me consacrerai un peu à la nécessité de fixer des cibles budgétaires, mais tout d'abord, je veux attirer l'attention sur l'élément central du discours du Trône, c'est-à-dire notre obligation de tout faire en notre pouvoir pour rétablir la santé économique du pays. Il s'agit là de la grande priorité du gouvernement du Canada, et le Parlement du Canada devrait y accorder autant d'importance. Sans le rétablissement de la santé du pays, il sera tout simplement impossible de retrouver une richesse collective. Le dicton selon lequel « la santé, c'est le plus grand des biens » n'a jamais été aussi vrai qu'aujourd'hui.
En 1993, le New York Times avait proposé le Canada comme membre honoraire du tiers monde. Notre dette et nos déficits avaient atteint des niveaux insoutenables, vulnérables à l'inflation, à des chutes du dollar et à d'autres chocs économiques. Entre 1997 et 2006, les gouvernements Chrétien et Martin ont fait fondre la dette nationale d'environ 100 milliards de dollars, faisant ainsi passer le ratio dette-PIB de plus de 65 % à quelque chose de l'ordre de 25 %. La discipline budgétaire et une économie vigoureuse ont permis au Canada de se défaire de son statut honoraire de pays du tiers monde et de faire l'envie du G7, du G20 et d'autres pays de l'OCDE. Nous profitons de ce legs depuis.
L'arrivée de la COVID-19 a fait grimper notre ratio dette-PIB de beaucoup. Il se situe maintenant dans les 49 %. Le Bureau du directeur parlementaire du budget vient de publier une mise à jour financière. Il part de trois hypothèses qui font réfléchir: d'abord, qu'il n'y aura pas de vaccin rendu largement disponible avant 12 à 18 mois; ensuite, que les mesures d'intervention actuelles seront retirées comme prévu; enfin, que la Banque du Canada va maintenir son taux d'intérêt cible à 0,25 % jusqu'en 2023 et poursuivre son programme d'assouplissement quantitatif.
Entre décembre 2019 et juin 2020, le PIB réel du Canada s'est effondré de 13,4 %, et le directeur parlementaire du budget ne prévoit pas qu'il retrouvera son niveau de décembre 2019 avant mars 2022. Quand le PIB baisse, il en va de même pour les recettes du gouvernement.
J'apprécie la franchise du directeur parlementaire du budget et je reconnais que toutes les prévisions, qu'elles proviennent du ministère des Finances ou du directeur parlementaire du budget, sont sujettes à d'importantes réserves.
Le Canada est un pays commerçant. Cela lui procure à la fois une force et une vulnérabilité. Notre principal partenaire commercial se trouve dans une période de bouleversements depuis quatre ans. Nous pourrions espérer que les élections du 3 novembre nous apportent des relations plus stables et prévisibles, mais il ne faut pas trop y compter.
La Chine, notre deuxième partenaire commercial en importance, semble déterminée à faire du Canada un État vassal. Elle enlève des citoyens canadiens, prend des décisions commerciales arbitraires, privilégie la diplomatie d'intimidation et a mis en place un système de surveillance massive. Toutes ces pratiques font du Parti communiste chinois un partenaire peu fiable. La pandémie a cruellement exposé notre dépendance aux chaînes d'approvisionnement qui passent par la Chine. De plus, notre troisième partenaire commercial en importance semble encore une fois être absorbé par des discussions liées au Brexit.
Dans ce contexte morose qui se caractérise par des partenaires commerciaux peu fiables, un virus imprévisible et des dépenses insoutenables, que doit faire un ministre des Finances? Au bout du compte, la ministre des Finances devient la « ministre qui dit non ». Cependant, lorsqu'on exprime un refus, il est utile de le justifier.
Pour ma part, j'aimerais voir une déclaration commune du ministère des Finances et du Bureau du directeur parlementaire du budget, dans laquelle ils présenteraient leurs meilleures prévisions concernant le PIB du pays. De plus, j'aimerais qu'on s'efforce d'expliquer tout écart. Il serait dans l'intérêt national d'avoir une compréhension commune de notre situation financière et économique.
Deuxièmement, j'aimerais que le gouvernement ait un ou plusieurs points d'ancrage financiers, car en l'absence de point d'ancrage, le navire de l'État se mettra inévitablement à tourbillonner d'une façon étourdissante. Les points d'ancrage possibles ne manquent pas. Ainsi, l'indicateur « ratio stable de la dette sur le PIB » a l'avantage d'être largement reconnu et facile à comprendre. Il a toutefois des inconvénients à court terme: il se dégradera très vite, en effet, puisque le numérateur et le dénominateur évoluent dans des directions opposées.
L'équilibre budgétaire peut aussi servir de point d'ancrage. Ce serait toutefois un objectif irréaliste à l'heure actuelle, comme l'a reconnu implicitement le chef de l’opposition, qui convient qu'il faudra peut-être attendre plus de 10 ans avant de renouer avec des budgets équilibrés. J'en profite pour dire que j'ai été heureux de le voir à la Chambre et pour lui souhaiter de nombreuses années à la tête de l'opposition officielle de Sa Majesté.
Un autre point d'ancrage possible serait l'inflation. Certains affirment que cela devrait être notre seul point d'ancrage et que l'on devrait simplement laisser les programmes prendre de l'ampleur sinon. D'autres encore proposent de plafonner les dépenses, une méthode qui a le défaut d'être tout à fait arbitraire et de manquer de souplesse.
David Dodge, ancien sous-ministre et gouverneur de la Banque du Canada, propose d'adopter un point d'ancrage fondé sur les coûts du service de la dette nationale. Selon lui, les coûts du service de la dette ne devraient pas dépasser la barre des 10 % des recettes gouvernementales annuelles et nous devrions travailler à ramener les déficits annuels à un maximum de 1 % du PIB. M. Dodge veut également que tous les investissements et les programmes du gouvernement soient liés à une augmentation de la productivité. Or, le Canada tire de l'arrière depuis de nombreuses années en matière de productivité.
Je presse le gouvernement d'établir un ou des points d'ancrage budgétaires et de reconnaître que le gouvernement du Canada ne constitue pas l'économie du Canada. À un moment donné, Dr No doit dire non, sans quoi le navire de l'État dérivera loin de la « gestion sage et prudente ».
Le Canada est différent des États-Unis. Ceux-ci peuvent prendre des mesures fiscales imprévisibles et folles parce que le dollar américain est la devise du monde entier. Le dollar canadien est du menu fretin en comparaison. En cas d'inflation ou de chute du dollar, les présomptions concernant l'argent à bon marché prennent le bord. En ce moment, nous avons de l'argent à bon marché. Espérons que cela se poursuive, parce que plusieurs présomptions sont fondées là-dessus.
Bref, j'espère que le gouvernement s'engagera à se fixer des cibles budgétaires et que nous pourrons entamer une conversation réaliste au sujet de la gamme de programmes.
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2020-09-30 15:20 [p.347]
Mr. Speaker, pursuant to Standing Order 32(2), I have the honour to table, in both official languages the treaties entitled, first, Annex VII to the Rotterdam Convention on the Prior Informed Consent Procedure for Certain Hazardous Chemicals and Pesticides in International Trade, Procedures and mechanisms on compliance with the Rotterdam Convention; second, amendments to Annexes I and II to the 1998 Protocol on Persistent Organic Pollutants to the United Nations Economic Commission for Europe Convention on Long-Range Transboundary Air Pollution, and amendments to Annexes A and C to the Stockholm Convention on Persistent Organic Pollutants; third, Agreement between the Government of Canada and the Government of the Commonwealth of The Bahamas on Air Transport; fourth, Audiovisual Coproduction Treaty between the Government of Canada and the Cabinet of Ministers of Ukraine; and last, amendment to the Convention on the Prohibition of the Development, Production, Stockpiling and Use of Chemical Weapons and on their Destruction.
Monsieur le Président, conformément à l'article 32(2) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, les traités suivants: un, annexe VII de la Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable en connaissance de cause applicable à certains produits chimiques et pesticides dangereux qui font l'objet d'un commerce international, Procédures et mécanismes de contrôle du respect de la convention de Rotterdam; deux, amendements aux annexes I et II du Protocole de 1998 relatif aux polluants organiques persistants de la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière à longue distance de la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe et amendements aux annexes A et C de la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants; trois, Accord sur le transport aérien entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Commonwealth des Bahamas; quatre, Traité de coproduction audiovisuelle entre le gouvernement du Canada et le Cabinet des ministres de l'Ukraine; et, enfin, amendement à la Convention sur l'interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l'emploi des armes chimiques et sur leur destruction.
View Erin O'Toole Profile
CPC (ON)
View Erin O'Toole Profile
2020-09-30 16:07 [p.353]
Mr. Speaker, I am pleased to be back in the House with my colleagues and to tell Canadians about my plan to support their jobs and their families.
Speaking of families, I want to start by saying how proud I am of mine. I know my wife, Rebecca, my kids Mollie and Jack, and my parents are probably watching this speech that I give on my first day as Conservative Party leader in the House of Commons.
What an honour it is for me to represent Durham, the area I grew up in, as a member of Parliament, to stand and represent them, and to be the leader of the party that founded this great country. What an intense honour this is for me. I will try to live up to the incredible precedent set before me.
I want to start by thanking the thousands of Canadians who reached out and said good words and sent prayers and their best thoughts for my family as Rebecca and I were overcoming COVID-19. I also want to thank the incredible health care workers we interacted with, like José, our personal health care office guide, who called and checked in almost every day. People like her are working tirelessly for Canadians in every corner of this country. I thank them for the sacrifices they are making. I have seen them in action, and at the edge of a second wave, I want, on behalf of the Conservative Party, to thank all of our front-line health care workers for everything they are doing throughout this pandemic.
Canadians can be proud of their guardian angels in health care. Doctors, nurses and PSWs have been there when we needed them. They have been on the front lines of the fight against a disease that our country did not see coming.
Canada was not ready, but our health care professionals were ready to risk their health for us. Now that the fight against the second wave has begun, we know we can count on them.
On behalf of the Conservative Party, I thank each and every one of them.
Two weeks ago, my wife Rebecca and I bundled the kids, Mollie and Jack, into a car and went and waited hours in line for COVID testing, just like thousands of other families did across this country the very same day. We waited for hours, only to be turned away. The health care worker who was managing the line and going through and apologizing to each family as they were sent away wanted to tell us where to go to get another test, but he said every testing site was so busy that places were not even answering their phones. That dedicated health care worker looked more disappointed than we were that day because there was no hope or news they could provide to those families.
We went home. We are fortunate. I have an office now that helps me call around, and I found out that my workplace provided a test. A few days later, our family took advantage of that test. However, as we did that, Rebecca and I talked about all of those other hundreds of families in line with us that day. How many of them did not have a workplace that could help them out of days and days of waiting? How many of them had to take more days off of work because their children could not return to school without a clear test? How many of them had to change plans to take care of an ill neighbour or a grandparent? How many were left stranded? That is all we could think about. We were fortunate to get tested.
Just a year ago, if we were experiencing some of these cold or mild flu-like symptoms, we would have just powered through. Many Canadians actually take pride in never having taken a sick day, always stepping up for their classes, always stepping up for a shift and not letting a cold or a flu hold them back. I admire these work characteristics. This the sort of hard work and perseverance that built this great country. However, in a pandemic, those same characteristics can also cause public health challenges. That same approach, Canadians should realize, could spread the coronavirus to other Canadians. Times have changed, and we have to be cautious and change with them.
We think about the people who do not have options. A single mother who may be working a few jobs to make sure all the bills are paid cannot risk missing one to have to take care of a child at home. A new Canadian who may have been in their job for just a few years may be worried about potentially missing work, and may want to keep their co-workers safe and healthy, but knows they need to make the next rent payment. There are millions of Canadians, like that new Canadian family and like that single mother, who were left out of the throne speech last week. There was nothing but empty words in there for them.
The throne speech, particularly after prorogation, which this Prime Minister said he would never do to avoid a scandal, could have provided a clear and distinct plan on the eve of a second wave of this pandemic. It failed to do that.
One way the Prime Minister could have given these Canadians more peace of mind is through rapid testing, particularly for asymptomatic patients and for families so they could avoid the lines. The Prime Minister knows this. In fact, the Prime Minister himself has said:
We know that massive testing has been part of the solution in places that have managed to contain or slow the spread of COVID-19...
The trouble is, the Prime Minister said this in March during the first wave of the pandemic and, like many things, when the TV cameras are off and the tweets have been sent, there is no followup. There is no leadership. There is no accountability. In the Speech from the Throne, we saw an absence of leadership at a time when Canadians, with thousands in line and many waking up at three in the morning to line up, are desperate for some leadership. All they get with this Prime Minister is disappointment after disappointment.
Fifteen other developed countries, our closest allies, already have available rapid-test options that give their citizens answers in minutes. As I said today, the Prime Minister does not seem to realize that CETA, the European trade agreement that my friend for Abbotsford negotiated, allows us to recognize the regulatory approval for medical kits and diagnostic tests from those countries. The Liberals talk about it, they tweet about it, but where was the action? There was just more disappointment.
Half a year after the Prime Minister said that rapid testing was important, and half a trillion dollars later, there are tens of thousands of Canadians in line and forgotten. Canadian families deserve better than this. They were looking for some answers. They were looking for a second wave plan in the throne speech. They heard nothing.
Also, the Liberals had no sense of purpose for the economic recovery for our country. In fact, because they prorogued Parliament all of the programs, from the CERB to rent assistance, were expiring. The Liberals decided to prorogue to avoid difficult questions from some of my colleagues on the WE scandal rather than get Parliament to work diligently towards a plan for small businesses and families for the second wave.
Hashtags and photo ops do not prepare this country for a crisis, and that is why the Conservative government-in-waiting will start to offer that plan to Canadians.
Let us look back, because we still have not been told by the Prime Minister or the health minister, whom most Canadians lost faith in early in March, why they closed the early pandemic warning system, the Global Public Health Intelligence Network, in May of 2019. They closed it with no answer. Experts have shown that it could have helped not just thousands of Canadians, but the world with a better response to COVID-19.
The government was warned of risks in December of last year and in January of this year. I am aware of at least five departments of the federal government that knew of the pandemic risks to Canadians, including health and economic risks, in January. By then, with no response and no plan, they were already letting hundreds of cases into Canada. By February, they had already sent critical personal protective equipment to China, at a time when their own departments were being warned that Beijing was trying to rally a global supply of PPE. While they were not being transparent on the full extent of the outbreak of the coronavirus, and while departments were warning them of the inadequacy of our own supply, they were sending supplies and tweeting rather than planning.
The government not only ignored our questions about the border, including my colleague in Prince George asking in January about closing the border to flights from at-risk countries. They accused the opposition of being intolerant. “We've got this,” the health minister said. In fact, for a month and a half she downplayed the risk to our country from this pandemic. That is why I say most Canadians had already lost faith in the health minister by that point.
Conservatives proposed using the EI system to prepare the economy for outages. Later on, when that was not used, we asked the government to push from a 10% wage subsidy program to 75% so we could preserve jobs and there would be something to return to after the closures of the first wave. We proposed this, we proposed the GST remittance, and we proposed faster and more direct rent relief to small businesses, not to the big landlords who unfortunately took their time to often opt out. The Liberals, sadly, got most of their programs slow or wrong. They had to introduce not one, but two emergency bills because the first one was insufficient.
We were all working hard. The whole world was responding, but Canadians expect their government to also work smart. They expected their government, their Prime Minister and their health minister to learn the lessons when they dropped the ball in the first round. When the Prime Minister said in March that rapid testing was Canada's priority, we should be rolling out hundreds of thousands of rapid tests today. Who is accountable there? Five departments of the federal government knew in January. The Prime Minister pledged to be prepared for the first, let alone the second, wave, and just yesterday they bought a rapid test and approved it the next day.
Rather than competing for the bottom, we should be looking to see how New Zealand, Taiwan, Australia and Vietnam responded and learning the lessons, not just looking at the poor response and the poor results in the United States. It reminds me of my land survival training in the air force. One of the wise old trappers in Hinton, Alberta, was asked a question when we were put out into the wilderness to survive as young air force officers. Somebody asked how to survive a bear attack and the wise old trapper said, “You just have to run faster than your friend.” That seems to be the Prime Minister's self-assessment of his response to COVID.
We seem to be running slightly faster than our friends to the south, but we are not learning from the countries that got it right. Hashtags, inaction and ethical scandals are the consistencies we see with this Prime Minister. Canadians, particularly during the biggest crisis of our lifetime, expect more. They expect a plan and they expect a response when families are worried about a second wave.
As my colleagues know, when I talk about health, I am talking about a government's most important role, namely to keep Canadians healthy and safe.
We know that the government did not fulfill its role in Quebec. By rolling out the CERB without first implementing a wage subsidy, it jeopardized jobs. By dawdling for months over a rapid testing system while refusing to use our allies' system, it jeopardized Canadians' trust. By keeping the borders open for the sake of political correctness, it jeopardized Canadians' health. Families in Quebec and across Canada sacrificed a lot during this pandemic: visits with grandparents, weddings, graduation ceremonies.
Many Quebeckers know at least one family member who fell ill. The long-term care homes faced major challenges. We all know the sad story of the Herron long-term care centre, but what really bothers me is knowing that the Liberal government waited far too long to send the army in to our seniors' homes. Even when the Government of Quebec asked for federal help, the Liberals hung back. Canadians are proud of our armed forces. Our men and women in uniform stepped up to help us at a time of crisis. They would have stayed longer if the Liberals had just let them do their job.
Now the Prime Minister is playing petty politics by foisting his own health care priorities on the provinces. Canadians have seen the Liberals stumble so many times that they do not trust them anymore.
My plan is clear. I will increase health transfers to the provinces by providing stable, predictable funding, no strings attached. This is about respecting the jurisdiction of the provinces, our partners, because we can count on our partners, our orderlies, our nurses, our doctors, and our soldiers, but we cannot count on this government.
Who is going to make sure Canada is better prepared next time? Who is going to make sure that Canada learns the lessons from the first wave and fixes the gaps and some of the problems that have put our citizens at risk? Who is going to make sure that working Canadian families stop getting left behind by the government?
Canadians are still getting to know me as the new leader of the Conservative Party and leader of the official opposition. Only the most dedicated political animals saw my speech live at 1:30 in the morning. My second big speech was from my doorstep. Through adversity to the stars.
As more Canadians get to know me, they will know that I set high standards for myself and this incredible team. We are a government in waiting, and we do not accept the poor response and the lack of lessons learned by the current government in a time of crisis.
Canadians will also get to know that I have tried to spend my entire life standing up for this country. I was not born with a sense of entitlement to lead the country, but I have worked hard for my entire life to serve Canada and its people, to earn the chance to lead. That is what we need in public life when we face a national unity crisis, a pandemic, economic rebuilding and uncertainty on the global stage: someone who will fight to ensure that no Canadian family gets left behind; someone who understands the importance of service and community.
Many Canadians know I am very proud to be a veteran. I am also proud to be a Legion member and a Rotarian. In fact, in this House there are probably dozens of Lions, Legion members and Knights of Columbus, Kinsmen, Optimists and Kiwanis. For decades, service clubs, faith organizations and community groups have been the pillars of strong communities, allowing Canadians to come together to accomplish great things together: service above self.
As a kid who grew up in a General Motors family, I also know that some of those organizations that help build strong communities are unions. Organized labour helps build strong communities. Unions foster community and workplace cultures where workers know that someone has their back.
An hon. member: Did Harper tell you that?
Hon. Erin O'Toole: Workers know that someone is fighting for them, as opposed to just agreeing with whatever the government says, like that member; someone who will fight for them when they are sick; and someone who fights for them to avoid the steel and aluminum tariffs that the government allowed to be applied on our hard-working families across the country.
I grew up on a street where neighbours looked out for one another. I have talked personally about when my mom was ill. My family and our neighbours were there to help. They were there for the meal. They were there to make sure the kids were okay. Strong communities take care of each other and foster a culture that values the health and well-being of those in their community. They value everyone.
Conservatives do not believe that big government programs are the solution to all problems. In fact, big and massive government can sometimes be part of the problem. Government can, by its very nature, stand between people. A government can give us clemency, but a government can also give us dependence. Only a community and our belonging to it can give us solidarity.
The Prime Minister does not understand the challenges facing our country because he has never had to understand the challenges facing the average Canadian family. Under the current government, Canada has become less united, less prosperous and less respected on the world stage. A large reason is that our Canadian community is being weakened under this Prime Minister.
The Prime Minister likes to preach that we are all in this together, but Canadians have seen time after time with this Prime Minister that this is not true. Millions of Canadians were already left out of the throne speech. They are not, as the Prime Minister likes to say, all there. In fact, they have seen many times that “all in it together” for the current government means the friends and family of the Liberal Party first and regular Canadians second; connected lobbyists for big corporations first and the Attorney General in their own caucus second; the family of the Prime Minister benefiting and the former finance minister arranging a program for the charity that helped the family.
In the middle of a pandemic, the Liberals were helping their friends and connected insiders. In the middle of a pandemic, they were suppressing the ability for Parliament to oversee spending, while they were creating a multi-million dollar plan to pay volunteers. When I talked about that sense of community earlier that we see in unions, service clubs and faith communities, the great thing about it is the altruism. They do not have to be paid. How novel is that, for the big government and connected insiders party? Canadians are left behind if they are not a Liberal insider with the government.
The Liberals gave a sole-source contract to an MP whose seat was hardly cold because he had just left the seat. They are applying national security exemptions to cover up decisions related to tendering during the pandemic. Think about that: the government is claiming national security grounds so that Canadians will not get to see who got contracts for hospital gowns or N95 masks. Is national security actually at risk or are the Liberal re-election chances at risk?
The Prime Minister has built his electoral success on dividing Canadians, province versus province, industry sector versus industry sector, rural versus urban; friends of the Liberal Party, the Laurier Club, versus everybody else. Now the Prime Minister continues that approach with the throne speech. He has not made Canada stronger or more resilient. He has not shown that we have learned lessons from the first wave of the pandemic, yet he is leaving people out of his vision for building back better.
The Liberals are demonizing Canadians who work in the resource sector or grew up hunting with their family. They are cancelling out people because of a difference of opinion or someone's religious faith. Groups that were doing summer jobs programs and intending to grow a sense of community have been cut off because they were associated with a church, mosque, gurdwara or synagogue. How is that bringing people together?
People may not always get along with their neighbours, but in the winter when someone shovels their neighbour's walk before they get home at the end of the day, they are grateful for them. When someone takes a neighbour's recycling bins in for them, or offers to walk their dog, a sense of community is felt. Rebecca and I have felt that on a daily basis as friends and neighbours have dropped off meals for us. Her best friend, Dawn, dropped off Tim Hortons after ringing the doorbell and driving away.
That is what keeps a country strong. That is what gives people hope on the edge of a second wave, because Canadians know that community means that someone will return the favour if they should get into an entanglement or if they are in lockdown because of COVID-19.
Would not most Canadians help that neighbour, just like ours helped me when I was a little kid and neighbours helped our family this week? Would people not help that neighbour because they worked in the oil patch, or came from Alberta, or Newfoundland and Labrador? Is that what we are starting to see with the approach of choosing who will be a part of building back better?
That appears to be the path that the government is on. It is the vision presented in the throne speech where a person is judged by the job they have or where they live, if they are lucky enough to even have a job after COVID: a Canada where the government decides what jobs people have and what cars they drive, a Canada where millions of Canadians are knowingly left behind and are told the country will be building back better without them.
The Prime Minister attacked me for suggesting that we have national unity challenges. Five years ago, when I was sworn into the Privy Council, the Bloc Québécois was not an official party. There was no such thing as the Wexit movement.
Now there are more members signed up for an email, looking into separation, than there are members of the Liberal Party of Canada. That is the Prime Minister's record. We are going to be holding him to account.
As I said in my first conversation with him, the most important job of a Canadian prime minister is supporting Canadian families and keeping our federation united. What we should do is respect the inherent dignity that goes into working, whether in the forestry sector in western Canada or Quebec, in the oil patch, in manufacturing or aluminum in the Saguenay. When people use their sweat equity and dedication to save for a home or for their children's education, there is a fundamental aspect of their character attached to the nobility of work. They believe they are part of something bigger than themselves. Their vision of work gives them value and dignity that is far greater than a paycheque.
It is time that government thought this way and valued tax dollars, and Canadian workers and the work they do, rather than the sector they are in.
The Liberals always seem to forget this, but the federal government has a key ally in managing this pandemic. This ally is very familiar with what the people need, and it works hard to educate them, care for them and put them to work. I am talking about the provinces.
The Liberals always govern as though power were their birthright. Just ask the Prime Minister. When a party is the country's so-called natural governing party of Canada, it tends to take a confrontational approach to governing instead of a collaborative one.
The Liberals are mistaken. Our country is a confederation, an alliance of the provinces. The provinces have a shared destiny and a shared dream. The Prime Minister of Canada must be the one to bring them together.
As Prime Minister, I will be a partner; I will not be paternalistic. My vision of federalism is a decentralized one that trusts the provinces, that supports resource development in the west and that respects the Quebec nation. These topics are taboo for the Liberals. They are not modern enough for them. This Liberal arrogance needs to stop. The country was not founded by Pierre-Elliott Trudeau. It was founded by John A. Macdonald and Georges-Étienne Cartier.
Canada is not a postnational country without history or identity. Canada is an alliance between two founding peoples, in collaboration with the first nations. The Liberals do not have a monopoly on Canadian identity. They do not have a monopoly on freedom of speech. They certainly do not have a monopoly on national pride.
The Prime Minister likes to use scare tactics when talking about right-wing ideology. He likes to claim that we are intolerant. He does not realize that under his governance, western separatism is now a threat to our country, and the Bloc Québécois has returned in full force, all because of the arrogance of this government.
The time has come for a Prime Minister who will unite Canadians. We cannot allow ourselves to be divided. We have a country to rebuild.
For too many Canadians, the dignity of work has taken a blow with the impacts of COVID-19, particularly on family-owned small businesses. Going back to strong communities, often small businesses, entrepreneurs are at the core of that sense of community.
The music store in downtown Belleville, Ontario, Pinnacle Music Studios, owned by Ken and Janet Harnden, just closed their doors after 25 years. At their peak, they had 600 students taking music lessons every week. Great Big Sea's Alan Doyle would drop by when he was in town. They played a major role in bringing people together through music and community. Their supply chain was devastated by COVID-19 and none of the government's programs worked for a small, family-owned business like theirs. They recently made the tough decision, after a generation, to close.
The legendary Ranchman's Cookhouse & Dancehall in Calgary, synonymous with western culture for half a century, closed its doors due to COVID-19. This month the property is for lease for the first time in its history. Restaurants like Campagnolo and Federico's Supper Club in Vancouver have had to permanently close their doors.
Small businesses that put communities on the map, like Caribou Crossing Trading Post near Carcross, Yukon, have been struggling as COVID-19 has shut down tourism. Generations of guide outfitters across Canada's north, who not only play an important role in the rural economy but are dedicated stewards to the environment and to wildlife populations, have had nothing to fall back on. Others have remortgaged their homes just to keep businesses on main street open. Some have pivoted their businesses to find new ways to help their communities in a crisis, like the mompreneur who owns Sohma Naturals in Digby Naturals in Digby, Nova Scotia, which switched from making diaper balm to hand sanitizer during the pandemic.
These small businesses are at the heart of strong communities. Canada does not need them to build back better. They do not need the Liberal government in Ottawa to tell them that their contributions have value.
Canada needs to build back stronger and smarter by setting up small businesses for recovery and success post-COVID-19. We need to ensure that more Canadians are not left behind, like they were in the throne speech. Picking winners and losers in the midst of a pandemic, as the Prime Minister seems intent on doing, is a failure of leadership and an abandonment to a commitment to the community of Canada.
Indigenous communities have also been left behind with an Ottawa-knows-best agenda. Indigenous communities have been strengthened by entrepreneurship and small business ownership only to watch opportunities vanish, from catering services to remote mining operations to security and construction. The prosperity of the country, including our resource sector, can be shared by all Canadians, including indigenous-led businesses and families.
Indigenous communities have known more than their share of tragedy. That is why I, like many members here today, wear orange to show support for reconciliation. It is why we asked several questions on the subject today. It is also why I was disappointed to hear the Prime Minister's condescending remarks about how happy he was to hear the Conservatives talking about reconciliation.
Both parties have a bad record when it comes to the indigenous experience, particularly surrounding residential schools. The condescension comes from ignorance. The last prime minister in our lifetime to open residential schools was Pierre Trudeau. Brian Mulroney closed the program, and I was proud that Stephen Harper apologized for it. We have a lot to do on this side, but the Liberals certainly have a lot to do as well. Indigenous Canadians are tired of the photo ops, the hashtags and the inaction on progress.
To Conservatives especially, and to indigenous entrepreneurs, reconciliation means opportunity, means collaboration and means participation in the Canadian economy. Encouraging indigenous businesses, building strong economies in indigenous communities, developing indigenous supply chains and giving indigenous young people brighter futures is part of our commitment to reconciliation.
Indigenous businesses are hiring local workers and reinvesting in their communities, yet they still do not have access to compete for procurement in federal government contracts. This, too, was not addressed in the throne speech. Almost half a trillion dollars has gone out the door, and today my colleague talked about cuts to high-speed connectivity for rural indigenous communities. Is that his priority? It is certainly his record.
We need a serious government, a government that saves for a rainy day, a government that encourages economic growth, a government that fosters peace, order and sound ethical governance. That is what our ancestors always did. That is what the Conservatives want to continue to do and that is what I will do as Prime Minister.
A time of crisis and uncertainty is not the the time to conduct social experiments like those set out in the throne speech. It is as though simply ensuring that Canadian families have good jobs is not prestigious enough for this Prime Minister. It is as though hashtags, tweets and impressing the UN are absolutely necessary. It is as though all Canadians have to work for a high-tech company to be happy. Perhaps the Prime Minister needs to meet ordinary people, small business owners who risked everything for their company. I am thinking of La Normandise in Saguenay, a family business that has been around for 30 years and had to close its doors because of the pandemic and poorly designed federal assistance. I am also thinking of Montreal institutions like L'Entrecôte Saint-Jean and Librairie Olivieri, which were hard hit by the uncertainty. Small businesses are fed up with roadblocks, taxes and red tape, but the Liberal government is still cruising down the spending highway.
They even turfed the finance minister because he wanted to avoid a spiralling debt. If the money were at least going to Canadians and not the Liberals' friends at WE, it would not be so bad. Either way, our kids and grandkids will have to pay off that debt, which is quite real. When the Liberals refuse to develop our resources, when they refuse to fight for softwood lumber, when they refuse to stop illegal blockades, they are jeopardizing our social programs. Funding for our hospitals, our universities, our seniors pensions, the Liberal debt puts all that at risk. It is time for a serious government. The country needs it.
The number one job for the Prime Minister of Canada when representing our country abroad is to stand up for the national interest and our values as a country. We must also foster strong communities with our allies. Putting the national interest first does not mean we have to go alone.
For the last three decades, an uneasy compromise has existed with the engagement of non-market economies and countries that resist democracy and rules-based diplomacy. Our belief, as Conservatives, in free markets and the positive influence of capitalism has fought for equal position with our commitment to international freedom and democracy when it comes to communist China.
As Conservatives, we normally believe that tariffs are bad for consumers. Free trade is supposed to lead to more free nations and greater prosperity as the market allocates economic resources to places that allow for goods to be produced and marketed for the greatest benefit of the greatest number of people.
I still believe in free trade, but I also believe in fair trade where countries follow the rules; free trade among free and democratic nations. I believe in free markets, free trade, even free movement with the U.K., Australia and New Zealand in CANZUK. I also believe that we have to resist the protectionist instincts of our American friends because we do more than $1 billion of business with them every day, because the aluminum in Kitimat and in the Saguenay has been a North American enterprise that helped win the Second World War, because since the 1960s and the Auto Pact, we have had an integrated manufacturing and steel industry in North America. We have to remind our American friends about that. Sadly, we have to remind the Canadian government about that.
I believe we should build new relationships, particularly grow our relationship with India and establish closer economic ties with the democratic regime in Taiwan. The price of market outcomes is too high when it comes to the Communist regime in Beijing. The price for Canadian auto workers, steelworkers and aluminum workers is too high. The price for access to safe and reliable PPE and medical products in a pandemic is too high. The price for Canadian communities and Canadians being left behind is too high.
China has ignored almost all of the conditions under which it entered the WTO. Its interference through its state-owned enterprises would not be tolerated from any other WTO member. For more than a decade, the chief economic exports from China often have been IT infringement, counterfeiting and digital privacy. I saw this first-hand when I worked in the private sector fighting the rise and export of dangerous counterfeit goods from mainland China. All of this is before we even raise the terrible ethnic cleansing of Uighur Muslims, the establishment of a police state in a once free Hong Kong under a one country, two systems agreement, the rapid expansion of its military into the South China Sea, the assertion of China as a near-Arctic nation and the suppression of Christian communities in China.
Let there be no mistake. I am in favour of free trade, but the cost of market outcomes with Beijing is simply becoming too high and the approach of the government is simply out of touch. Do we continue to ignore re-education camps in western China to grow our exports, or do we open new markets, work with our allies and rebalance global trade to show the Communist Party in Beijing that the one thing not for sale is our values? To do this we must help Canadian businesses grow new market opportunities, particularly in the Indo-Pacific and break dependency with China.
We must also show a commitment to free trade alongside the value of freedom. Under the Prime Minister's leadership, Canada has become less united, less prosperous and less respected on the world stage. Tonight I talked about some of the tens of thousands of Canadians left behind in his throne speech. Our communities are becoming weakened, families are worried and our Confederation is strained.
The Prime Minister is dividing our country between east and west, erasing our history and embarrassing us on the international stage.
Our small businesses are in crisis. After being attacked as tax cheats three years ago, family-owned enterprises were largely left out of the COVID response and now tens of thousands of them are teetering on the edge of insolvency. They do not need to build back better, they need to stay open so the family can survive.
Canadians are tired of being pitted against one another, sector versus sector, rural versus urban, west versus east, because it is really neighbour versus neighbour.
At a time when we need, more than ever, to be united, to work together, to have each other's backs, Canada does not need another slogan or hashtag. It needs a plan. It does not need a poster boy, it needs a handyman. People do not need the cold shoulder of indifference, but the hope that comes from a helping hand that gets them back to work. It needs to build back stronger and the only way that can happen is with a united Canada, where prosperity is shared from our outport communities in Newfoundland, to the Saguenay, to the factory floors in Windsor, to the oil patch of Alberta and the lower mainland of British Columbia. It is a Canada where no Canadian is left behind.
Canada needs someone who will fight for our workers and for people who are proud to work.
Canada needs a leader for all Canadians with a plan for all of Canada, not just the parts where the Liberal government finds its votes. Canada is a great country that was built on the communities that have always had one another's backs without question. That is why so many Canadians feel left out by this prorogation and the WE-scandal-avoiding throne speech. I want all those Canadians, especially those feeling forgotten, those in lineups for rapid tests and those worried about job losses in the second wave of COVID, to know I am proud to lead a strong, united Conservative government in waiting, and my goal in the coming months is that more of these Canadians will see a Conservative looking back at them when they look in the mirror each morning.
Monsieur le Président, je suis heureux de revenir à la Chambre en compagnie de mes collègues et de parler aux Canadiens de mon plan concernant leur emploi et leur famille.
En parlant des familles, je tiens d'abord à dire à quel point je suis fier de la mienne. Je sais que mon épouse, Rebecca, mes enfants, Mollie et Jack, ainsi que mes parents me regardent probablement prononcer mon premier discours à la Chambre des communes en tant que chef du Parti conservateur.
C'est pour moi un honneur de représenter la circonscription de Durham, où j'ai grandi, ainsi que ses habitants, et d'être le chef du parti qui a fondé ce grand pays. C'est vraiment un immense honneur. Je tenterai d'être à la hauteur des personnes incroyables qui m'ont précédé.
Je souhaite tout d'abord remercier les milliers de Canadiens qui m'ont envoyé des messages et des pensées d'encouragement et qui ont prié pour ma famille tandis que Rebecca et moi surmontions la COVID-19. Je remercie également les formidables travailleurs de la santé qui se sont occupés de nous. Je songe notamment à Josée, notre guide personnelle en matière de soins de santé, qui nous a téléphoné presque chaque jour pour vérifier notre état de santé. Ce sont des gens comme elle qui travaillent sans relâche pour les Canadiens aux quatre coins du pays. Je les remercie pour les sacrifices auxquels ils consentent. Je les ai vus en action et, alors que la deuxième vague nous frappe, je tiens, au nom du Parti conservateur, à remercier tous nos travailleurs de la santé de première ligne pour tout ce qu'ils accomplissent pendant cette pandémie.
Les Canadiens peuvent être fiers de leurs anges gardiens de la santé. Les médecins, les infirmières et les préposés ont été là quand nous avons eu besoin d'eux. Ils ont été au front lors de notre combat contre une maladie que notre pays n'a pas vue venir.
Le Canada n'était pas prêt, mais eux ont été prêts à risquer leur santé pour nous. Maintenant que le combat recommence contre une deuxième vague, nous savons que nous pouvons compter sur eux.
Au nom du Parti conservateur, je les remercie tous et toutes.
Il y a deux semaines, j'ai fait la file pendant des heures en compagnie de ma femme Rebecca et de mes enfants, Mollie et Jack, pour subir un test de dépistage de la COVID-19. Nous avons fait ce jour-là comme des milliers d'autres familles canadiennes dans tout le pays. Nous avons dû patienter pendant des heures, pour finalement être renvoyés chez nous. Un travailleur de la santé était présent pour superviser la file d'attente. Il prenait le temps de s'excuser auprès de chaque famille refusée, tout en leur indiquant où se trouvaient les autres cliniques de dépistage et en les prévenant toutefois que ces cliniques étaient toutes débordées au point où le personnel n'avait même plus le temps de répondre au téléphone. Ce travailleur de la santé dévoué avait l'air encore plus déçu que nous ce jour-là, car il ne pouvait faire davantage pour aider les familles présentes.
Nous sommes rentrés à la maison. Nous avons de la chance. J'ai maintenant un bureau dont le personnel m'aide à faire des appels et j'ai appris que mon lieu de travail m'offrait le dépistage. Quelques jours plus tard, ma famille a eu recours à ce service, mais Rebecca et moi avons parlé de la situation et pensé aux centaines de familles qui faisaient la file avec nous ce jour-là. Combien de personnes parmi elles ne pouvaient subir un test de dépistage à leur lieu de travail et éviter d'attendre pendant des jours? Combien ont dû prendre d'autres jours de congé parce que leurs enfants ne pouvaient retourner à l'école sans avoir obtenu un résultat négatif? Combien de personnes ont dû s'organiser pour prendre soin d'un voisin ou de leurs grands-parents malades? Combien ont été laissées à elles-mêmes? Nous pensions sans cesse à ces personnes. Nous avons été chanceux de pouvoir passer le test.
Il y a un an seulement, des symptômes de rhume ou de grippe légers ne nous auraient pas empêchés de travailler. Bien des Canadiens sont d'ailleurs fiers de n'avoir jamais pris de congé de maladie, manqué de cours ou de quarts de travail, de ne pas laisser un rhume ou une grippe les empêcher de faire ce qu'ils ont à faire. J'admire cette attitude face au travail. Ce travail et cette persévérance nous ont permis de bâtir notre grand pays. Or, dans une pandémie, cette attitude peut aussi présenter des problèmes pour la santé publique. Les Canadiens doivent se rendre compte qu'aujourd'hui, cette attitude peut entraîner la transmission du coronavirus à leurs concitoyens. Les choses ont changé et nous devons être prudents et nous adapter.
Nous devons penser à ceux qui n'ont pas de solutions de rechange. Les mères qui élèvent leur famille toutes seules et qui doivent occuper plusieurs emplois pour réussir à payer leurs factures ne peuvent pas courir le risque de manquer une journée de travail pour prendre soin d'un enfant malade. Les néo-Canadiens qui occupent leur emploi depuis quelques années seulement ont sans doute la santé et la sécurité de leurs collègues à cœur, mais ils craignent de prendre congé et ils savent qu'ils auront quand même besoin d'argent pour payer le prochain loyer. On compte par millions les Canadiens qui, comme ces mères seules et ces nouveaux arrivants, ont été oubliés dans le discours du Trône de la semaine dernière. Des paroles creuses, c'est la seule chose à laquelle ils ont eu droit.
Le discours du Trône, surtout après une prorogation — alors qu'on sait que le premier ministre avait juré de ne jamais au grand jamais proroger le Parlement afin d'éviter un scandale —, aurait pu constituer une feuille de route claire et nette, surtout à la veille d'une deuxième vague, mais il n'en fut rien.
Le premier ministre aurait pu procurer davantage de tranquillité d'esprit à ces Canadiens avec un test de dépistage rapide, surtout pour les personnes asymptomatiques et pour les familles, afin de leur permettre d'éviter les files d'attente. Le premier ministre le sait bien. D'ailleurs, comme il l'a dit lui-même:
Nous savons que le dépistage massif a fait partie de la solution dans les régions qui ont réussi à contenir ou à ralentir la propagation de la COVID-19...
Le problème, c'est que le premier ministre a fait cette déclaration en mars durant la première vague de la pandémie et que, comme c'est souvent le cas, lorsque les caméras de télévision sont éteintes et que les gazouillis ont été envoyés, il n'y a aucun suivi. Il n'y a aucun leadership. Il n'y a aucune reddition de comptes. Dans le discours du Trône, nous avons constaté l'absence de leadership, alors que des milliers de personnes attendent en file, que plusieurs se lèvent à 3 heures du matin pour aller faire la queue et que les Canadiens ont désespérément besoin de leadership. Tout ce qu'ils obtiennent de ce premier ministre, c'est déception par-dessus déception.
Quinze autres pays développés, nos principaux alliés, disposent déjà d'options de dépistage rapide qui permettent à leurs citoyens d'obtenir des résultats en quelques minutes seulement. Comme je l'ai dit plus tôt, le premier ministre ne semble pas se rendre compte que l'AECG, l'accord commercial conclu avec l'Union européenne que mon ami de la circonscription d'Abbotsford a contribué à négocier, nous permet de reconnaître l'approbation réglementaire des trousses médicales et des tests diagnostiques des pays concernés. Les libéraux en ont parlé, ils ont diffusé des gazouillis à ce sujet, mais quand ont-ils agi? Ce n'est encore que déception.
Six mois après que le premier ministre a reconnu l'importance des tests de dépistage rapide, et 500 milliards de dollars plus tard, des dizaines de milliers de Canadiens font la queue et sont laissés pour compte. Les familles canadiennes méritent mieux que cela. Elles voulaient obtenir des réponses. Elles voulaient qu'un plan de lutte contre la deuxième vague soit prévu dans le discours du Trône. Elles ont espéré en vain.
Par ailleurs, les libéraux n'ont établi aucun but précis concernant la reprise économique de notre pays. En fait, en prorogeant le Parlement, ils ont laissé tous les programmes — de la PCU à l'aide au loyer — arriver à échéance. Les libéraux ont décidé de procéder ainsi pour éviter de répondre aux questions difficiles de la part de certains de mes collègues sur le scandale entourant l'organisme UNIS, plutôt que de laisser le Parlement travailler avec diligence afin d'adopter un plan pour les petites entreprises et les familles en prévision de la deuxième vague.
Les mots-clics et les séances de photos ne préparent pas le pays à gérer une crise, et c'est pourquoi le prochain gouvernement, celui des conservateurs, commencera à proposer un tel plan aux Canadiens.
Revenons un peu en arrière, parce que ni le premier ministre ni la ministre de la Santé — en qui la plupart des Canadiens ont perdu confiance au début mars — n'ont expliqué pourquoi ils ont mis fin en mai 2019 au système d'avertissements rapides en cas de pandémie, appelé le Réseau mondial de renseignement de santé publique. Ils l'ont désactivé sans explication. Or, les experts ont démontré que ce système aurait pu aider non seulement des milliers de Canadiens, mais également le monde entier, en permettant de lutter plus efficacement contre la COVID-19.
En décembre et janvier derniers, le gouvernement avait été mis au fait des risques liés à cette maladie. À ma connaissance, en janvier, au moins cinq ministères fédéraux étaient conscients des risques que posait la pandémie pour la population canadienne, y compris sur les plans de la santé et de l'économie. À ce moment-là, le gouvernement, qui n'avait toujours aucune solution ni aucun plan en place, laissait pourtant des centaines de personnes infectées entrer au Canada. En février, le gouvernement expédiait déjà de l'équipement de protection individuelle indispensable en Chine, alors même qu'on mettait en garde les ministères canadiens que Pékin tentait de constituer une réserve mondiale d'équipement de protection individuelle. Tandis qu'il manquait de transparence quant à l'ampleur réelle de l'éclosion de coronavirus, et au moment même où les ministères l'avisaient de leurs réserves inadéquates, le gouvernement envoyait des fournitures à l'étranger et gazouillait au lieu de planifier.
Le gouvernement a non seulement ignoré nos questions à propos de la frontière, dont celle que mon collègue de Prince George a posée en janvier concernant la fermeture de la frontière aux vols en provenance de pays à risque, mais il a aussi accusé l’opposition d’intolérance. « Tout est sous contrôle », a affirmé la ministre de la Santé. En fait, pendant un mois et demi, elle a minimisé le risque que représentait cette pandémie pour notre pays. Voilà pourquoi je dis que la plupart des Canadiens avaient déjà perdu foi en elle à ce stade.
Les conservateurs ont proposé d’utiliser le régime d’assurance-emploi pour préparer l’économie à des interruptions. Plus tard, quand le gouvernement n’y a pas eu recours, nous lui avons demandé d’insister pour que le programme de subvention salariale de 10 % passe à 75 % de façon à pouvoir préserver les emplois pour que les gens puissent reprendre le travail après les fermetures de la première vague. Nous avons proposé cette option, la remise de la TPS et une aide au loyer plus rapide et plus directe pour les petites entreprises, et non les grands propriétaires qui ont malheureusement pris leur temps pour souvent finir par se retirer du programme. Il est dommage que, dans la plupart des cas, les libéraux aient pris du temps à mettre en place leurs programmes ou que ceux-ci n’aient pas été les bons. Ils ont dû instaurer non pas un, mais bien deux projets de loi d’urgence parce que le premier était lacunaire.
Nous avons tous travaillé très fort. Alors que les gouvernements du monde entier réagissaient à la pandémie, les Canadiens s'attendaient à ce que leur gouvernement travaille de façon efficace lui aussi. Ils s'attendaient à ce que leur premier ministre et leur ministre de la Santé tirent des leçons de leur défaillance initiale. Comme le premier ministre avait déclaré en mars que la mise en place du dépistage rapide représentait la priorité du Canada, nous devrions en ce moment être en mesure d'effectuer des centaines de milliers de tests rapides. Qui est responsable de cette défaillance? Cinq ministères du gouvernement fédéral étaient déjà au courant de la situation dès janvier. Le premier ministre a promis qu'on serait prêt pour la première, sans compter la seconde, vague du virus; or, on apprend que l'achat du premier test rapide a eu lieu hier, et qu'il a été autorisé aujourd'hui.
Plutôt que de demeurer un cancre à l'échelle internationale — et de prendre pour point de comparaison la mauvaise gestion de crise et les piètres résultats aux États-Unis —, nous devrions plutôt chercher à comprendre les stratégies mises en place par des pays comme la Nouvelle-Zélande, Taïwan, l'Australie et le Vietnam, puis en tirer les leçons qui s'imposent. Cela me rappelle une formation de survie au sol que j'ai suivie lorsque j'étais dans les forces aériennes. Alors que nous nous trouvions en zone sauvage, l'un des jeunes officiers participants a demandé à l'un des anciens sages trappeurs de Hinton, en Alberta, comment survivre à une attaque d'ours, et le vieux trappeur avisé lui a répondu: « Vous devez juste courir plus vite que votre ami ». Voilà qui me paraît résumer l'auto-évaluation du premier ministre concernant sa gestion de la pandémie.
Nous semblons courir un petit peu plus vite que nos amis du Sud, mais nous ne tirons pas de leçons des pays qui s'en sont bien sortis. Les mots-clics, l'inaction et les scandales en matière d'éthique sont des constantes de ce premier ministre. Les Canadiens s'attendent à plus, surtout dans le contexte de la plus grande crise que nous ayons vue de notre vivant. Alors que les familles s'inquiètent d'une deuxième vague, les Canadiens s'attendent à ce qu'on leur présente un plan et des réponses.
Comme mes collègues le savent, quand je parle de santé, je parle du rôle le plus important d'un gouvernement: assurer la santé et la sécurité de notre population.
Au Québec, on sait que le gouvernement n'a pas été à la hauteur de son rôle. Présenter une PCU avant un programme de subvention salariale a mis des emplois en danger. Attendre des mois pour un système de dépistage rapide, mais refuser le système de nos alliés a mis la confiance des citoyens en danger. Garder les frontières ouvertes à cause du politiquement correct a mis la santé des Canadiens en danger. Les familles québécoises et les familles canadiennes ont sacrifié beaucoup durant cette pandémie: les réunions avec les grands-parents, les mariages, les cérémonies de remise des diplômes.
En particulier, beaucoup de Québécois connaissent un membre de leur famille qui est tombé malade. Les CHSLD ont fait face à de grands défis. Nous connaissons tous la triste histoire du CHSLD Herron, mais ce qui me dérange beaucoup, c'est de savoir que le gouvernement libéral a attendu trop longtemps avant d'envoyer l'armée dans nos résidences. Même quand le gouvernement du Québec a demandé un effort du gouvernement fédéral, ils ont attendu. Les Canadiens sont fiers de nos militaires. Nos hommes et nos femmes en uniforme sont venus nous aider dans un moment de crise. Ils seraient restés plus longtemps, si les libéraux les avaient laissés faire leur travail.
Maintenant, le premier ministre fait de la petite politique, en imposant ses propres priorités en santé aux provinces. Les Canadiens ont vu assez d'erreurs des libéraux pour ne pas leur faire confiance.
Mon plan est clair: je vais augmenter les transferts en santé aux provinces de manière stable, prévisible et sans condition. C'est une question de respect des champs de compétence des provinces, de nos partenaires, parce que nous pouvons compter sur nos partenaires, sur nos préposés, sur nos infirmières, sur nos médecins, sur nos militaires, mais nous ne pouvons pas compter sur ce gouvernement.
Qui va veiller à ce que le Canada soit mieux préparé la prochaine fois? Qui va s'assurer que le Canada retiendra des leçons de la première vague et qu'il apportera des correctifs à certains des problèmes qui ont mis nos concitoyens en danger? Qui va s'assurer que les familles canadiennes au travail cessent d'être laissées pour compte par le gouvernement?
Les Canadiens sont encore en train d'apprendre à me connaître en tant que nouveau chef du Parti conservateur et chef de l'opposition officielle. Il n'y a que les plus mordus de politique qui ont écouté le discours que j'ai livré à 1 h 30 du matin. Mon deuxième grand discours, je l'ai prononcé sur le seuil de ma porte. À travers l'adversité, jusqu'aux étoiles.
À mesure que les Canadiens apprendront à me connaître, ils s'apercevront que je me fixe des normes élevées, tant pour moi que pour notre formidable équipe. Nous sommes un gouvernement en devenir, et nous n'acceptons ni la réponse lamentable du gouvernement actuel ni son incapacité à tirer des leçons en ces temps de crise.
Les Canadiens apprendront aussi que j'ai passé toute ma vie à tenter de défendre les intérêts du Canada. Je ne suis pas né en croyant que gouverner le pays m'était dû. J'ai travaillé fort toute ma vie pour servir le Canada et ses habitants et pour mériter la chance de diriger. C'est ce qu'il faut en politique quand on doit faire face à une crise, à une pandémie, à une reconstruction économique et à de l'incertitude sur la scène internationale: quelqu'un qui se bat pour faire en sorte qu'aucun Canadien n'est laissé pour compte et qui comprend l'importance du service et de la collectivité.
Beaucoup de Canadiens savent que je suis très fier d'être un ancien combattant. Je suis aussi fier d'être membre de la Légion royale canadienne et du Club Rotary. En fait, à la Chambre, il y a probablement des dizaines de membres du Club Lions, de la Légion, des Chevaliers de Colomb, du Club Kin, du Club Optimiste ou du Club Kiwanis. Depuis des décennies, les clubs philanthropiques, les organismes confessionnels et les groupes communautaires sont les piliers des collectivités fortes, et ils permettent aux Canadiens de se réunir pour accomplir de grandes choses. Le service d'abord.
Étant donné que j'ai grandi dans une famille qui travaillait pour General Motors, je sais aussi que certains des organismes qui contribuent à bâtir des collectivités fortes sont les syndicats. Les syndicats contribuent à bâtir des collectivités fortes. Ils encouragent la vie communautaire et les cultures organisationnelles où les travailleurs savent que quelqu'un défend leurs intérêts.
Une voix: C'est Harper qui vous a dit cela?
L'hon. Erin O'Toole: Les travailleurs savent que quelqu'un se bat pour eux, au lieu de simplement acquiescer à tout ce que le gouvernement dit, comme ce député-là. Ils savent que quelqu'un se bat pour eux quand ils sont malades. Ils savent que quelqu'un se bat pour eux pour éviter les droits de douane sur l'acier et l'aluminium, qui ont pourtant été autorisés par le gouvernement et qui sont un fardeau pour nos familles de travailleurs partout au pays.
Dans la rue où j'ai grandi, les voisins s'entraidaient. J'ai parlé de mon expérience personnelle quand ma mère était malade. Ma famille et mes voisins ont été là pour nous aider. Ils aidaient pour les repas. Ils veillaient à ce que les enfants soient bien. Dans les communautés tissées serrées, les gens prennent soin les uns des autres et instaurent une culture qui valorise la santé et le bien-être de tous les membres de la communauté. Chaque personne est importante.
Les conservateurs ne croient pas que les gros programmes du gouvernement sont la solution à tous les problèmes. En fait, un gouvernement trop lourd et imposant fait parfois partie du problème. De par sa nature, le gouvernement peut s'interposer entre les gens. Un gouvernement peut faire preuve de clémence, mais il peut aussi créer de la dépendance. Seules la communauté et notre appartenance à celle-ci peuvent nous offrir la solidarité.
Le premier ministre ne comprend pas les défis auquel le pays est confronté parce qu'il n'a jamais eu besoin de comprendre les défis des familles canadiennes moyennes. Depuis que le gouvernement actuel est au pouvoir, le Canada est moins uni, moins prospère et moins respecté sur la scène internationale, en grande partie parce que la communauté canadienne se retrouve affaiblie par ce gouvernement.
Le premier ministre aime prêcher que nous sommes tous solidaires, mais les Canadiens ont pu constater, à maintes reprises, que ce n'est pas vraiment le cas sous le gouvernement libéral. Le discours du Trône laisse de côté des millions de Canadiens, et tant pis pour la solidarité. Dans les faits, les gens ont souvent pu constater que le gouvernement actuel est avant tout solidaire des copains et de la famille du Parti libéral, et que les Canadiens ordinaires arrivent au deuxième rang; qu'il fait passer les lobbyistes influents des grandes entreprises avant le procureur général de son propre caucus; que la famille du premier ministre profite de certains avantages et que l'ancien ministre des finances a vu à ce qu'on confie un programme à l'organisme de charité qui avait aidé la famille.
En pleine pandémie, les libéraux ont choisi d'aider leurs amis et les initiés bien branchés du parti. En pleine pandémie, ils ont choisi de retirer au Parlement son pouvoir de surveiller les dépenses, notamment leur plan de plusieurs millions de dollars visant à payer des bénévoles. J'ai parlé plus tôt de l'esprit communautaire qu'on observe au sein des syndicats, des clubs philanthropiques et des groupes confessionnels. Ce qu'il y a de merveilleux dans tout cela, c'est l'altruisme. Ces personnes n'ont pas besoin d'être rémunérées. Quelle idée originale pour un gouvernement tentaculaire et un parti axé sur l'intérêt de ses initiés bien branchés! Le gouvernement abandonne les Canadiens qui ne font pas partie des initiés du Parti libéral.
Les libéraux ont octroyé un marché à fournisseur unique à un député dont la démission était si récente que la banquette qu'il venait de quitter n'avait même pas encore eu le temps de refroidir. Ils appliquent une exception au nom de la sécurité nationale dans le but de camoufler leurs décisions en matière d'appels d'offres pendant la pandémie. Pensons-y: le gouvernement invoque des motifs de sécurité nationale pour éviter que les Canadiens sachent qui a obtenu les contrats relatifs aux blouses d'hôpital et aux masques N95. Si ces renseignements étaient divulgués, la sécurité nationale serait-elle réellement compromise, ou est-ce plutôt les chances de réélection des libéraux qui le seraient?
Le succès électoral du premier ministre repose sur une politique de la division entre les Canadiens: une province contre une autre, une industrie contre une autre, les régions rurales contre les régions urbaines, les amis du Parti libéral et le Club Laurier contre tous les autres. Le premier ministre conserve la même approche avec le discours du Trône. Il n'a pas rendu le Canada plus fort ou plus résilient. Il n'a pas montré que nous avons tiré des leçons de la première vague de la pandémie. Pourtant, il exclut des gens de sa vision pour rebâtir en mieux.
Les libéraux diabolisent les Canadiens qui travaillent dans le secteur des ressources ou qui ont appris à chasser avec leur famille. Ils rejettent des gens en raison de leurs points de vue différents ou de leur foi religieuse. Des groupes qui avaient recours au programme d'emplois d'été et qui avaient l'intention de cultiver un esprit communautaire ont été exclus à cause de leurs liens avec une église, une mosquée, un gurdwara ou une synagogue. Comment peut-on alors être rassembleur?
Les gens ne s'entendent pas toujours avec leurs voisins. Cependant, l'hiver venu, une personne est bien reconnaissante lorsque quelqu'un a pelleté son entrée avant qu'elle rentre à la maison à la fin de la journée. Quand un voisin rapporte la poubelle de recyclage d'un autre ou offre de promener le chien, un sentiment d'appartenance se développe. Rebecca et moi l'avons senti au quotidien lorsque des amis et des voisins nous ont laissé des repas. Sa meilleure amie, Dawn, a laissé du Tim Hortons sur le pas de la porte.
Voilà ce qui fait la force d'un pays. Voilà ce qui donne de l'espoir aux gens à l'approche d'une deuxième vague, car les Canadiens savent que les gens de leur collectivité leur rendront la pareille s'ils sont en difficulté ou confinés à cause de la COVID-19.
La plupart des Canadiens n'aideraient-ils pas ce voisin, tout comme le nôtre m'a aidé lorsque j'étais enfant, tout comme des voisins ont aidé ma famille cette semaine? Les gens décideraient-ils de ne pas aider ce voisin parce qu'il a travaillé dans le secteur pétrolier ou parce qu'il vient de l'Alberta ou de Terre-Neuve-et-Labrador? N'est-ce pas ce que l'on commence à voir lorsqu'on choisit avec qui on veut rebâtir en mieux?
C'est la voie que le gouvernement semble avoir choisie. C'est la vision qui est présentée dans le discours du Trône, une vision qui amène à juger une personne en fonction de l'emploi qu'elle occupe ou de son lieu de résidence, si elle est assez chanceuse pour avoir un emploi après la pandémie. C'est la vision d'un Canada où le gouvernement choisit les emplois que les gens occuperont et les voitures qu'ils conduiront, un Canada où des millions de Canadiens sont délibérément laissés pour compte et se font dire que le pays sera rebâti en mieux sans eux.
Le premier ministre m'a critiqué pour avoir dit que nous avons des problèmes d'unité nationale. Il y a cinq ans, lorsque j'ai été assermenté au Conseil privé, le Bloc québécois n'était pas un parti officiel. Le mouvement du Wexit n'existait pas.
Maintenant, le pays compte maintenant plus d'abonnés à une liste de diffusion qui parle de sécession qu'il y a de membres au Parti libéral du Canada. Voilà le bilan du premier ministre. Nous l'en tiendrons responsable.
Comme je l'ai dit durant ma première conversation avec lui, la tâche la plus importante du premier ministre du Canada consiste à soutenir les familles canadiennes et à garder notre fédération unie. Il faut respecter la dignité inhérente au travail, que ce soit dans le secteur forestier dans l'Ouest canadien ou au Québec, dans le secteur pétrolier, dans le secteur manufacturier ou dans le secteur de l'aluminium au Saguenay. Quand les gens utilisent le fruit de leur travail pour épargner en vue d'acheter une maison ou se dévouent pour payer les études de leurs enfants, c'est que pour eux, le travail a quelque chose de noble. Ces gens croient faire partie de quelque chose de plus grand qu'eux. Leur vision du travail leur procure de la valeur et de la dignité qui vont bien au-delà d'un simple chèque de paye.
Il est temps que le gouvernement pense de la même façon et qu'il accorde de la valeur à l'argent des contribuables, aux travailleurs canadiens et à leur labeur, plutôt qu'au secteur dans lequel ils œuvrent.
Les libéraux semblent toujours l'oublier, mais le gouvernement fédéral a un allié central dans la gestion de cette pandémie. C'est un allié qui connait bien les besoins de la population et qui travaille fort pour éduquer, soigner et faire travailler nos gens. Cet allié, ce sont nos provinces.
Les libéraux gouvernent toujours comme si le pouvoir leur revenait de naissance: parlez-en au premier ministre. Quand on est le « natural governing party » du pays, on gouverne en confrontation, pas en collaboration.
Les libéraux se trompent. Notre pays est une confédération, une alliance des provinces. Les provinces partagent une destinée commune et un rêve commun. Le premier ministre du Canada doit être le trait d'union qui les unit.
Comme premier ministre, je vais être partenaire, pas paternaliste. Ceci est ma vision du fédéralisme, un fédéralisme décentralisé qui fait confiance aux provinces, qui encourage le développement des ressources de l'Ouest et qui respecte la nation québécoise. Avec les libéraux, ces sujets sont tabous. Ce n'est pas assez moderne pour eux. Cette arrogance libérale doit cesser. Le pays n'a pas été fondé par Pierre-Elliott Trudeau, mais par John A. Macdonald et Georges-Étienne Cartier.
Le Canada n'est pas un pays postnational, sans histoire, sans identité. C'est une alliance entre deux peuples fondateurs en collaboration avec les Premières Nations. Les libéraux n'ont pas le monopole de l'identité canadienne. Ils n'ont pas le monopole de la liberté de parole. Ils n'ont surtout pas le monopole de notre fierté nationale.
Le premier ministre aime faire peur en parlant du discours de la droite. Il aime nous traiter d'intolérants. Il ne réalise pas que, sous sa gouverne, le séparatisme dans l'Ouest menace maintenant notre pays et le Bloc québécois est revenu en force, tout cela à cause de l'arrogance de ce gouvernement.
Le temps est venu pour un premier ministre qui va unir les Canadiens. On ne peut pas se permettre d'être divisés. On a un pays à rebâtir.
Pour beaucoup trop de Canadiens, la dignité que confère un emploi en a pris un coup à cause de la COVID-19, en particulier dans les petites entreprises familiales. Pour en revenir aux collectivités fortes, ce sont souvent les petites entreprises qui donnent sa véritable raison d'être à la collectivité.
Pinnacle Music Studios, le magasin de musique du centre-ville de Belleville, en Ontario appartenait à Ken et Janet Harnden. Il vient juste de fermer ses portes après 25 ans d'existence. Au sommet de leur gloire, ils donnaient des cours de musique à 600 élèves toutes les semaines, et Alan Doyle, de Great Big Sea, y faisait un saut quand il était en ville. Ils ont vraiment contribué à rapprocher les gens grâce à la musique et à leur esprit communautaire. Leur chaîne d'approvisionnement a été dévastée par la COVID-19 et aucun des programmes du gouvernement ne correspondait à une petite entreprise familiale comme la leur. Ils ont récemment pris la décision difficile, après une génération, de mettre la clé sous la porte.
Le légendaire Ranchman's Cookhouse & Dancehall de Calgary, représentatif de la culture western depuis un demi-siècle, a cessé ses activités ce mois-ci à cause de la COVID-19, et la propriété est à louer pour la première fois de son histoire. Des restaurants comme Campagnolo et Federico's Supper Club, à Vancouver, ont dû fermer définitivement leurs portes.
Des petites entreprises qui font rayonner des collectivités, notamment Caribou Crossing Trading Post, près de Carcross, au Yukon, peinent à rester ouvertes depuis que la COVID-19 a paralysé le tourisme. Des générations de guides pourvoyeurs du Nord du Canada, qui jouent un rôle important dans l'économie des régions rurales, certes, mais qui sont également des gardiens dévoués de l'environnement et de la faune, n'ont rien sur quoi se rabattre. Certains entrepreneurs ont été obligés de réhypothéquer leur maison pour pouvoir assurer la survie de leur entreprise sur la rue principale. D'autres se sont recyclés pour trouver des façons novatrices d'aider leur communauté pendant la crise, comme la propriétaire de Sohma Naturals, à Digby, en Nouvelle-Écosse, qui est passée de la confection de crème contre l'érythème fessier à la production de désinfectant pour les mains.
Ces petites entreprises sont le fondement même de collectivités solides. Le Canada n'a pas besoin qu'elles se rebâtissent en mieux, et elles n'ont pas besoin que le gouvernement fédéral leur dise qu'elles font du bon travail.
Le gouvernement doit rebâtir des économies plus fortes et plus efficaces en donnant aux petites entreprises le soutien dont elles ont besoin pour assurer leur relance et leur réussite après la COVID-19. Nous devons veiller à ce qu'il n'y ait pas davantage de Canadiens qui sont laissés pour compte, comme ceux dont il n'a pas été question dans le discours du Trône. Choisir des gagnants et des perdants alors que nous sommes au beau milieu d'une pandémie, comme le fait le premier ministre, témoigne d'un manque de leadership et du non-respect d'un engagement envers les Canadiens.
L'approche paternaliste du gouvernement fédéral laisse aussi pour compte les communautés autochtones. En effet, les communautés autochtones avaient été renforcées par la création et l'acquisition d'entreprises, notamment de petites entreprises, uniquement pour voir disparaître les débouchés dans les domaines des services de traiteur pour les exploitations minières éloignées, de la sécurité et de la construction. Tous les Canadiens, y compris les entrepreneurs et les familles autochtones, devraient pouvoir bénéficier de la prospérité du pays, notamment celle de notre secteur des ressources.
Les communautés autochtones ont connu plus que leur part de tragédies. C'est pourquoi, à l'instar de nombreux députés présents ici aujourd'hui, je porte de l'orange pour montrer que je suis en faveur de la réconciliation. C'est pourquoi nous avons posé plusieurs questions sur le sujet aujourd'hui. C'est aussi pour cela que j'ai été déçu d'entendre le ton condescendant du premier ministre quand il a dit qu'il était ravi d'entendre les conservateurs parler de réconciliation.
Les deux partis n'ont pas un bilan très reluisant en ce qui concerne les Autochtones, et plus particulièrement les pensionnats autochtones. Le ton condescendant du premier ministre démontre son ignorance du dossier. En effet, le dernier premier ministre à avoir ouvert des pensionnats autochtones était Pierre Trudeau. C'est Brian Mulroney qui a mis fin à ce programme, et c'est Stephen Harper qui a présenté des excuses aux survivants, ce qui m'a rendu fier. Il est vrai qu'il nous reste encore beaucoup à faire de notre côté, mais c'est aussi le cas des libéraux. Les Canadiens autochtones en ont assez des séances de photos, des mots-clics, de l'inaction et de l'absence de progrès.
Pour les conservateurs en particulier et pour les entrepreneurs autochtones, la réconciliation signifie des occasions, de la collaboration et une participation à l'économie canadienne. Soutenir les entreprises autochtones, consolider l'économie des communautés autochtones, développer les chaînes d'approvisionnement autochtones et offrir aux jeunes Autochtones un meilleur avenir sont tous des éléments de notre engagement en matière de réconciliation.
Les entreprises autochtones embauchent des travailleurs locaux et réinvestissent dans leur communauté, mais elles ne peuvent toujours pas présenter de soumissions pour des contrats du gouvernement fédéral. Le discours du Trône ne contenait rien à ce sujet non plus. Près d'un demi-billion de dollars se sont envolés et, aujourd'hui, mon collègue a parlé de coupures de la connectivité haute vitesse dans les collectivités autochtones rurales. Est-ce vraiment une priorité? C'est bien ce qu'il soutient.
Nous avons besoin d'un gouvernement sérieux; un gouvernement qui économise durant les bons jours pour préparer les mauvais jours; un gouvernement qui encourage la croissance économique; un gouvernement qui offre la paix, l'ordre et une bonne gouvernance éthique. C'est ce que nos ancêtres ont toujours fait. C'est ce que les conservateurs veulent continuer à faire et c'est ce que je vais faire comme premier ministre.
En temps de crise et d'incertitudes, ce n'est pas le moment de faire des expérimentations sociales comme celles annoncées dans le discours du Trône. C'est comme si juste assurer de bons emplois pour les familles canadiennes n'était pas assez prestigieux pour ce premier ministre. C'est comme s'il fallait absolument des mots-clics, des gazouillis et bien paraître à l'ONU. C'est comme s'il fallait que tous les Canadiens travaillent pour une entreprise de haute technologie pour être heureux. Peut-être que le premier ministre devrait rencontrer le vrai monde, peut-être qu'il devrait rencontrer les petits entrepreneurs qui ont tout risqué pour leur entreprise, des entreprises comme le restaurant La Normandise à Saguenay, une entreprise familiale qui existe depuis 30 ans et qui a fermé ses portes à cause de la pandémie et d'une aide fédérale mal adaptée; des institutions montréalaises comme L'Entrecôte Saint-Jean et la librairie Olivieri, qui ont trop souffert de l'incertitude. Entre les cônes orange, les taxes et la paperasse, les PME sont tannées. Pourtant le gouvernement libéral continue de rouler sur l'autoroute des dépenses sans limites.
Ils ont même mis le ministre des Finances dehors parce qu'il ne voulait pas faire exploser la dette. Si au moins l'argent allait aux Canadiens et non aux amis libéraux du scandale UNIS, cette dette, ce seront nos enfants et nos petits-enfants qui vont la payer. Elle n'est pas imaginaire et, quand les libéraux refusent de développer nos ressources, quand ils refusent de se battre pour le bois d'oeuvre, quand ils refusent d'arrêter des blocus illégaux, ils mettent la survie de nos programmes sociaux en danger. Le financement de nos hôpitaux, de nos universités et de nos pensions pour nos aînés, la dette libérale met tout cela en danger. Oui, c'est le temps d'un gouvernement sérieux. Le pays en a besoin.
La principale tâche du premier ministre du Canada lorsqu'il représente le pays à l'étranger consiste à défendre les intérêts et les valeurs du Canada. Il faut également favoriser l'établissement de liens solides avec nos alliés. Défendre nos intérêts ne signifie pas qu'il faille faire cavalier seul.
Depuis trois décennies, un compromis difficile s'est installé avec les pays sans économie de marché et avec les pays qui ne veulent pas de la démocratie et de la diplomatie reposant sur des règles. Notre croyance, en tant que conservateurs, dans le libre marché et l'influence positive du capitalisme n'a d'égale que notre engagement envers la liberté et la démocratie internationales lorsqu'il est question de la Chine communiste.
En tant que conservateurs, nous considérons généralement que les droits de douane nuisent aux consommateurs. Le libre-échange devrait mener à des pays plus libres et à une plus grande prospérité, puisque le marché dirige les ressources économiques vers les endroits où la production et l'écoulement des biens sont encouragés, pour le plus grand bénéfice du plus grand nombre de personnes.
Je crois toujours au libre-échange, mais je crois aussi au commerce équitable, avec des pays qui respectent les règles. Je crois au libre-échange entre des pays libres et démocratiques. Je crois au libre marché, au libre-échange et même à la libre circulation entre le Canada, le Royaume-Uni, l'Australie et la Nouvelle-Zélande au sein de l'organisation CANZUK. Je crois aussi que nous devons résister aux tendances protectionnistes de nos amis américains parce que nous faisons plus d'un milliard de dollars d'affaires avec eux chaque jour, parce que l'aluminium nord-américain de Kitimat et du Saguenay a contribué à la victoire lors de la Seconde Guerre mondiale, parce que depuis les années 1960 et le Pacte de l'automobile, nous avons une industrie manufacturière et sidérurgique intégrée en Amérique du Nord. Nous devons rappeler tout cela à nos amis américains. Malheureusement, nous devons également le rappeler au gouvernement du Canada.
Je pense que nous devrions établir de nouvelles relations, et surtout renforcer nos liens avec l'Inde, et nouer des liens économiques plus étroits avec le régime démocratique de Taïwan. Le prix à payer pour faire des affaires avec le régime communiste de Pékin est trop élevé. Le prix à payer pour les travailleurs canadiens de l'automobile, de l'acier et de l'aluminium est trop élevé. Le prix à payer pour obtenir des équipements de protection individuelle et des produits médicaux sûrs et fiables en cas de pandémie est trop élevé. Le prix à payer pour les collectivités canadiennes et les Canadiens laissés pour compte est trop élevé.
La Chine a fait fi de presque toutes les conditions qu'elle avait acceptées lors de son adhésion à l'OMC. Elle fait de l'ingérence par l'entremise de ses entreprises d'État, pratique qui ne serait tolérée de la part d'aucun autre État membre de l'OMC. Depuis plus d'une décennie, les principales exportations de la Chine ont souvent donné lieu à des violations de renseignements personnels numériques au moyen de la technologie de l'information et à des contrefaçons. Je l'ai constaté personnellement quand j'ai travaillé dans le secteur privé pour empêcher l'augmentation des exportations de produits contrefaits dangereux en provenance de la Chine continentale. Et, nous n'avons même pas encore parlé du terrible nettoyage ethnique des musulmans ouïghours, de la création d'une police d'État sur le territoire jadis libre de Hong Kong en vertu d'une entente reposant sur le principe « un pays, deux régimes », de l'expansion rapide des forces militaires chinoises dans la mer de Chine méridionale, de l'affirmation de la Chine en tant qu'État quasi arctique et de la répression des communautés chrétiennes sur le territoire chinois.
Qu'on ne se trompe pas. J'appuie le libre-échange, mais le coût des relations commerciales avec Pékin est tout simplement en train de devenir trop élevé et l'approche du gouvernement est déconnectée de la réalité. Devons-nous continuer d'ignorer l'existence de camps de rééducation dans l'Ouest de la Chine simplement pour faire croître nos exportations ou serait-il préférable d'ouvrir de nouveaux marchés, de collaborer avec nos alliés pour rééquilibrer le commerce mondial et montrer au parti communiste à Pékin que nos valeurs ne sont pas à vendre? Pour ce faire, nous devons aider les entreprises canadiennes à trouver de nouveaux débouchés, particulièrement dans la région indo-pacifique, et nous libérer de la dépendance à la Chine.
Nous devons également faire preuve d'un engagement envers le libre-échange et la liberté. Sous la direction du premier ministre, le Canada est devenu moins uni, moins prospère et moins respecté sur la scène mondiale. Ce soir, j'ai parlé de quelques-uns des dizaines de milliers de Canadiens laissés pour compte dans le discours du Trône. Nos collectivités s'affaiblissent, les familles s'inquiètent et la Confédération est mise à rude épreuve.
Le premier ministre divise notre pays entre l'Est et l'Ouest, efface notre histoire et nous embarrasse sur la scène internationale.
Les petites entreprises battent de l'aile. Après avoir été accusées il y a trois ans de frauder le fisc, les entreprises familiales ont été en grande partie laissées pour compte dans la réponse à la COVID. Par conséquent, des dizaines de milliers d'entre elles se trouvent maintenant au bord de la faillite. Elles n'ont pas besoin de rebâtir en mieux, elles ont besoin de rester ouvertes pour que la famille puisse survivre.
Les Canadiens en ont assez d'être dressés les uns contre les autres — un secteur contre un autre, les régions rurales contre les régions urbaines et l'Ouest contre l'Est —, car il ne s'agit que d'une bataille entre voisins.
Alors qu'il nous faut plus que jamais être unis, travailler ensemble, nous entraider, le Canada n'a pas besoin d'un autre slogan ou d'un autre mot-clic. Il a besoin d'un plan. Il n'a pas besoin d'une tête d'affiche, il a besoin de quelqu'un de compétent. Ce n'est pas d'indifférence dont les gens ont besoin, mais plutôt d'espoir, celui qui découle du coup de main qu'on reçoit pour retrouver du travail. Il faut rebâtir un pays plus fort et cela ne peut se faire que dans un Canada uni où la prospérité s'étend à tous, que ce soit dans les petits villages isolés de Terre-neuve, au Saguenay, dans le secteur manufacturier de Windsor, le secteur pétrolier de l'Alberta ou la vallée du bas Fraser en Colombie-Britannique. Dans ce Canada-là, personne n'est laissé pour compte.
Le Canada a besoin de quelqu'un qui se batte pour ceux qui travaillent et qui sont fiers de travailler.
Le Canada a besoin d'être dirigé par quelqu'un qui pense à tous les Canadiens et a un plan pour tout le pays et non pas seulement pour les régions où on vote libéral. Le Canada est un grand pays qui repose sur des collectivités qui n'ont jamais hésité à se soutenir mutuellement. C'est pour cela que tant de Canadiens ont l'impression que la prorogation et le discours du Trône qui voulait faire oublier l'affaire UNIS n'ont rien fait pour eux. Je veux que tous ces Canadiens, surtout ceux qui se sentent oubliés, ceux qui font la file pour un dépistage rapide et ceux qui craignent de perdre leur emploi dans la deuxième vague de COVID, sachent que je suis fier de diriger un futur gouvernement conservateur fort et uni et j'espère, au cours des mois qui viennent, faire en sorte qu'un plus grand nombre de ces Canadiens voient un conservateur lorsqu'ils regardent dans le miroir le matin.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Madam Speaker, one of the reasons this pandemic has struck Canada in such a way is the failure of the government to plan effectively in advance. Less than 20 years ago, we had another coronavirus pandemic in terms of SARS. It did not reach the same proportions, but it was in response to that pandemic that the government of the day created the Public Health Agency, which was supposed to prepare us for events like this. However, the government was not prepared. It destroyed aspects of our mask stockpile and that put us in a situation where the government was procuring very large amounts of PPE from China.
I want to specifically ask about this procurement. Many concerns have been raised about how Uighur Muslims in China. They face horrific repression and the largest mass detention of a minority since the Holocaust, according to many experts. They are being forced to participate in slave labour, including the production of PPE.
When we asked the government what safeguards are in place to ensure that slave labour is not part of the supply chain for our government-procured PPE, we were told by the minister that there is a process by which companies self-certify. In other words, those companies tell us everything is fine and we believe them.
Is the member concerned about the involvement, or the possible involvement, of slave labour in the supply chain for government-procured PPE? Is the member prepared to support new legislation to ensure that does not happen going forward? It is similar to, for instance, the Uyghur Forced Labor Prevention Act, which was passed with overwhelming support in U.S. Congress.
Madame la Présidente, l'une des raisons qui font que la pandémie a frappé le Canada aussi durement est l'absence de planification de la part du gouvernement. Il y a moins de 20 ans, nous avons connu une autre pandémie de maladie à coronavirus: le SRAS. Elle n'a pas atteint les mêmes proportions, mais c'est en réponse à cette pandémie que le gouvernement de l'époque a créé l'Agence de la santé publique, qui était censée nous préparer à de telles éventualités. Or, le gouvernement n'était pas préparé. Il a détruit une partie de nos stocks de masques, si bien qu'il s'est retrouvé contraint de se procurer de grandes quantités d'équipement de protection individuelle auprès de la Chine.
Ma question porte sur cet approvisionnement. Le traitement des Ouïghours musulmans en Chine soulève de grandes préoccupations. Ces personnes subissent une répression horrible et, selon de nombreux experts, font l'objet de la plus importante détention de masse d'une minorité depuis l'Holocauste. On les réduit aux travaux forcés, notamment pour fabriquer de l'équipement de protection individuelle.
Lorsque nous avons demandé au gouvernement quelles mesures de protection sont en place pour garantir que le travail forcé ne fait pas partie de la chaîne d'approvisionnement relative à l'équipement de protection individuelle acheté par le gouvernement, la ministre a répondu que le processus prévoit que les fabricants doivent certifier eux-mêmes qu'ils respectent les droits de la personne. Autrement dit, ces entreprises nous disent que tout est beau et nous les croyons.
Le député craint-il que le travail forcé fasse, ou puisse faire, partie la chaîne d'approvisionnement relative à l'équipement de protection individuelle acheté par le gouvernement? Est-il prêt à appuyer une nouvelle mesure législative afin de s'assurer que cela ne se produit pas à l'avenir? Je pense, par exemple, à une mesure semblable à la Uyghur Forced Labor Prevention Act, une loi visant à prévenir le travail forcé des Ouïghours, qui a été adoptée par une majorité écrasante au Congrès des États-Unis.
View Sean Casey Profile
Lib. (PE)
View Sean Casey Profile
2020-09-24 13:55 [p.57]
Madam Speaker, I would like to thank my hon. colleague for the passion he brings to international human rights. This is a positive contribution to all of the discussions we have in Parliament.
I would respectfully submit that the government has done an admirable job in protecting Canadians from the coronavirus right down the line, including the funds that have been rolled out and the acquisition of PPE. We can be rightly proud of the public servants and decision-makers, who have done such an excellent job in having Canadians' backs through the pandemic.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa passion pour les droits internationaux de la personne. Cela apporte une contribution positive à toutes nos discussions au Parlement.
À mon humble avis, le gouvernement a fait un travail admirable sur toute la ligne pour ce qui est de protéger les Canadiens contre le coronavirus, notamment en versant des fonds et en faisant l'acquisition d'équipement de protection individuelle. Nous pouvons être fiers à juste titre des fonctionnaires et des décideurs qui ont si bien appuyé les Canadiens tout au long de la pandémie.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Chair, I will be splitting my time with the member for Chicoutimi—Le Fjord.
The new NAFTA agreement is not worth the paper it is printed on. The Prime Minister claimed victory when it was signed. Here we are, mere weeks after the agreement has come into force, and workers in the aluminum industry are suffering as a result of the Liberal government's failed approach.
Why did the Prime Minister mislead these workers into a false sense of security?
Monsieur le président, je vais partager mon temps de parole avec le député de Chicoutimi—Le Fjord.
Le nouvel ALENA ne vaut pas un clou. Le premier ministre a eu beau crier victoire quand il a été signé, voilà que, quelques semaines à peine après son entrée en vigueur, les travailleurs de l'aluminium font encore les frais de l'ineptie du gouvernement libéral.
Pourquoi le premier ministre a-t-il conforté ces travailleurs dans un faux sentiment de sécurité?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2020-08-12 13:58 [p.2764]
Mr. Chair, let me be very clear that the Government of Canada strongly supports Canadian aluminum workers. We will continue to do so, as we always have. The United States needs Canadian aluminum and it cannot meet its own domestic needs for manufacturing.
I also want to acknowledge that the deputy prime minister has had conversations with the leader of the Bloc and members of the Conservative Party. We are very grateful for the Team Canada approach that has been taken to this. We are going to stand up to these unacceptable and unlawful—
Monsieur le président, je tiens à être très clair: le gouvernement du Canada est à 100 % derrière les travailleurs canadiens de l'aluminium. Il l'a toujours été, et il le sera toujours. Les États-Unis ont besoin de l'aluminium canadien, car ils n'en produisent pas assez pour répondre aux besoins de leurs entreprises manufacturières.
Je rappelle que la vice-première ministre s'est entretenue avec le chef du Bloc et plusieurs députés conservateurs. Nous leur en sommes reconnaissants, car nous devons travailler en équipe dans ce dossier. Nous allons nous défendre contre ces inacceptables et illégitimes...
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Chair, the government negotiated away Canada's ability to hit back with retaliatory tariffs on a broad range of strategic products from across the United States. The new NAFTA is an abject failure when it comes to protecting Canada's economy.
Has the government conducted an assessment of how many jobs the aluminum industry will lose as a result of these punishing tariffs?
Monsieur le président, au cours des négociations, le gouvernement a cédé la capacité du Canada de riposter en imposant des représailles tarifaires sur une vaste gamme de produits stratégiques de partout aux États-Unis. Le nouvel ALENA est un échec lamentable en ce qui concerne la protection de l'économie canadienne.
Le gouvernement a-t-il évalué combien d'emplois seront perdus dans l'industrie de l'aluminium à cause de ces droits de douane punitifs?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2020-08-12 13:59 [p.2764]
Mr. Chair, we have also made it very clear that we will not back down. We find these tariffs unacceptable and we are taking action.
We have said that we will impose reciprocal dollar-for-dollar retributive tariffs against the United States in order to stand up for those workers. We are now consulting with Canadians across the country on how to do that most effectively, and we will always stand up and support aluminum workers in Canada.
Monsieur le président, nous avons aussi affirmé très clairement que nous n'allons pas reculer. Nous considérons que ces droits de douane sont inacceptables et nous prenons des mesures en conséquence.
Nous avons dit que nous imposerons des mesures de représailles réciproques, dollar pour dollar, sur des marchandises américaines pour défendre les travailleurs canadiens de ce secteur. En ce moment, nous consultons les Canadiens partout au pays pour déterminer l'approche la plus efficace. Nous allons toujours défendre et soutenir les travailleurs de l'aluminium au Canada.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2020-08-12 14:01 [p.2764]
Mr. Chair, we know that the United States imposed a 10% tariff on Canadian aluminum. We knew it. We all saw this coming. We called it, but the government did nothing.
Sure, we can retaliate with tariffs of our own, but we faced this same problem in 2018. The aluminum industry is still wondering what happened to the money that was supposed to be given to them.
Why should we trust this government when it says that the money will be redistributed so as to benefit the aluminum industry?
Monsieur le président, on sait que les États-Unis ont imposé des tarifs de 10 % sur l'aluminium canadien. Nous le savions, nous l'avions tous prévu et nous l'avions dit. Par contre, le gouvernement n'a pas agi.
C'est sûr que l'on peut riposter avec des contre-mesures tarifaires. Cependant, en 2018, nous avons vu ce même problème. Le secteur de l'aluminium se demande encore comment l'argent qui devait lui être redistribué a été dépensé.
Pourquoi devrait-on faire confiance à ce gouvernement lorsqu'il dit que les sommes seront redistribuées au profit de l'industrie de l'aluminium?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2020-08-12 14:02 [p.2764]
Mr. Chair, as we have said very clearly, we strongly disagree with the tariffs that have been imposed by United States. They are unacceptable, we believe them unlawful and we are prepared to take strong reciprocal action.
We will not back down in the face of such intimidation, and it is our intent to always stand up for aluminum workers. As we do that, we are working closely with industries that are impacted by these unacceptable decisions made by the United States. We will be there to support those workers and to support those industries as we have always been.
Monsieur le président, comme nous l'avons dit très clairement, nous nous opposons fortement aux droits de douane imposés par les États-Unis. Ils sont inacceptables. Nous estimons qu'ils sont illégaux et nous sommes prêts à prendre des mesures réciproques décisives.
Nous ne baisserons pas les bras devant de telles intimidations et nous prévoyons toujours défendre les travailleurs de l'aluminium. Ce faisant, nous travaillons en étroite collaboration avec les industries touchées par les décisions inacceptables des États-Unis. Nous serons là pour soutenir ces travailleurs et ces industries comme nous l'avons toujours fait.
View Richard Martel Profile
CPC (QC)
View Richard Martel Profile
2020-08-12 14:02 [p.2764]
Mr. Chair, this business of tariffs, retaliatory tariffs and programs to help the industry feels a bit like Groundhog Day. Meanwhile, there is no accountability.
I sat down with the government to propose concrete, long-term solutions to protect the industry. These solutions did not come out of thin air; they came out of consultations I had with industry stakeholders. Everyone was in favour of creating a low-carbon procurement policy. Everyone agreed to put more money into research and development, to promote a circular economy with recycled aluminum and to foster a competitive tax and regulatory environment.
Why does the government not want to sit down with us to find long-term solutions that would protect the aluminum industry?
Monsieur le président, c'est un peu comme le jour de la marmotte lorsqu'il s'agit des tarifs, des contre-mesures tarifaires et des programmes qui visent à aider le secteur. Cependant, nous n'avons aucune reddition de comptes.
Je me suis assis avec le gouvernement pour lui proposer des solutions concrètes à long terme qui sécuriseraient l'industrie. Elles ne proviennent pas des nuages, mais de consultations que j'ai menées avec les intervenants du milieu. Tout le monde était favorable à l'instauration d'une politique d'achats à faible empreinte de carbone. Tout le monde était d'accord pour injecter plus d'argent dans le développement et la recherche, pour promouvoir une économie circulaire de l'aluminium recyclé et pour favoriser un environnement fiscal et réglementaire compétitif.
Pourquoi le gouvernement ne veut-il pas discuter avec nous pour trouver des solutions à long terme qui sécuriseraient l'industrie de l'aluminium?
View François-Philippe Champagne Profile
Lib. (QC)
Mr. Chair, I want to thank my colleague from Chicoutimi—Le Fjord. As he will no doubt recall, he and I met with aluminum workers in his riding in Lac-Saint-Jean. We also met several times with unions and management to discuss the future of the aluminum sector.
We even invested in green aluminum. He must remember launching Elysis together.
Yes, we are examining this matter. Yes, we are working with unions and management to develop export markets for aluminum in order to make it ever more competitive. I want to thank my colleague for contributing to those efforts.
This is not about politics. It is about working for Canada's aluminum workers.
Monsieur le président, j'aimerais remercier mon collègue de Chicoutimi—Le Fjord. Comme il le sait bien, lui et moi avons rencontré les employés de l'aluminium dans sa circonscription au Lac-Saint-Jean. Nous avons aussi rencontré à plusieurs reprises les syndicats et la partie patronale pour parler de l'avenir du secteur de l'aluminium.
Nous avons même investi dans l'aluminium vert. Il se rappellera le lancement d'Elysis que nous avons fait ensemble.
Oui, nous sommes saisis de cette question. Oui, nous travaillons avec les syndicats et la partie patronale pour développer des marchés d'exportation pour l'aluminium pour devenir de plus en plus compétitifs. Je remercie d'ailleurs mon collègue de sa contribution.
L'idée ici n'est pas de faire de la politique, mais de travailler pour les travailleurs et les travailleuses de l'aluminium au Canada.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Chair, in another one of his rash moves, President Trump has decided to impose tariffs on aluminum, putting 30,000 good jobs in Quebec in jeopardy. The government will impose retaliatory tariffs, but that is not a long-term solution.
Will the Liberals listen to the United Steelworkers and ensure that the revenues from these retaliatory measures go to support jobs in this industry?
Will they work on a climate adjustment system so that Quebec's aluminum, the most environmentally friendly aluminum there is, can finally have a competitive edge?
Monsieur le président, sur un autre de ses coups de tête à l'improviste, le président Trump a décidé d'imposer des tarifs sur l'aluminium, ce qui met à risque 30 000 bons emplois au Québec. Le gouvernement va imposer des représailles, mais ce n'est pas une solution à long terme.
Est-ce que les libéraux vont écouter le Syndicat des Métallos et s'assurer que les revenus de ces représailles serviront à soutenir les emplois de cette industrie?
Travailleront-ils à établir un système de rajustement climatique afin que l'aluminium québécois, soit le plus responsable du point de vue écologique, puisse bénéficier enfin d'un avantage compétitif?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2020-08-12 14:14 [p.2766]
Mr. Chair, as I have already indicated, our government is prepared to stand up to these unacceptable tariffs and take strong action in our disagreement with the United States on this matter. We are also prepared, as we have always been, to directly support the aluminum industry and aluminum workers as they go through the impact of these unacceptable tariffs. We will always stand up for those workers, and we will not back down from this type of economic intimidation.
Monsieur le président, comme je l'ai déjà mentionné, le gouvernement est prêt à tenir tête aux États-Unis et à prendre des mesures vigoureuses pour marquer son désaccord face à ces droits de douane inacceptables. De plus, comme c'est le cas depuis toujours, le gouvernement est prêt à apporter un soutien direct à l'industrie et aux travailleurs de l'aluminium qui subiront les conséquences de ces droits de douane inacceptables. Nous nous porterons toujours à la défense des travailleurs et nous ne nous laisserons pas intimider par ce genre de comportement qui vise à miner l'économie du Canada.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Mr. Chair, in 2018, when we imposed retaliatory counter-tariffs on the United States, did all of the revenue from these counter-tariffs that was supposed to go to the aluminum industry actually reach the industry?
Monsieur le président, en 2018, lorsqu'on a répliqué aux États-Unis avec les contre-tarifs, est-ce que l'ensemble des revenus de ces contre-tarifs destinés à l'aluminium a été redirigé vers l'industrie de l'aluminium?
View François-Philippe Champagne Profile
Lib. (QC)
Mr. Chair, I thank my colleague for his question.
He knows that we have been standing up for the aluminum sector since day one. We have been proud to invest in this sector. As I mentioned earlier, we invested in Elysis. That is the future. Just ask the unions and the workers. Green aluminum is the future of Quebec, the future of the industry. That is exactly what we have invested in to innovate and ensure long-term jobs—
Monsieur le président, je remercie mon collègue de sa question.
Il sait que, depuis le début, nous nous sommes toujours tenus debout pour le secteur de l'aluminium. Effectivement, nous étions fiers d'investir. Comme je l'ai dit plus tôt, nous avons investi dans Elysis. C'est l'avenir. Il suffit de demander aux syndicats, aux travailleurs et aux travailleuses. L'aluminium vert, c'est l'avenir du Québec, c'est l'avenir de l'industrie. C'est exactement là-dedans que nous avons investi pour faire de l'innovation et pour assurer les emplois à long terme...
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Mr. Chair, that is not what I asked. The answer was not forthcoming either, from what I could hear.
Did all of the money that was supposed to go to aluminum in 2018, the money from the counter-tariffs, actually get to the aluminum industry, yes or no?
Monsieur le président, ce n'était pas ma question. La réponse n'est pas venue non plus, d'après ce que je comprends.
Est-ce que tout l'argent qui était destiné à l'aluminium en 2018, l'argent qui venait des contre-tarifs, a été redirigé vers l'industrie de l'aluminium, oui ou non?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2020-08-12 14:19 [p.2767]
Mr. Chair, in the previous round of the unlawful section 232 tariffs, we demonstrated an unwavering commitment and no hesitation in providing direct support to the aluminum industry. We remain committed to that support.
We will be there for aluminum workers and for the aluminum industry. We recognize its importance to Canada, and those workers are important to us as well.
Monsieur le président, la première fois qu'on a imposé des droits de douane illégaux au titre de l'article 232, c'est sans hésiter que nous avons fait preuve d'un engagement inébranlable pour soutenir directement l'industrie de l'aluminium. Nous restons déterminés à maintenir ce soutien.
Nous serons là pour les travailleurs de l'aluminium et pour l'industrie de l'aluminium. Nous sommes conscients de l'importance qu'a cette industrie pour le Canada, et nous nous soucions aussi de ses travailleurs.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Mr. Chair, I will answer for them: The Parliamentary Budget Officer told us that over $200 million was not used.
Is the Deputy Prime Minister aware of that $200 million?
What does she intend to do with it?
Monsieur le président, je vais répondre à leur place: le directeur parlementaire du budget nous dit que plus de 200 millions de dollars n'ont pas été utilisés.
Est-ce que la vice-première ministre est au courant de ces 200 millions
Que compte-t-elle faire avec ces 200 millions de dollars?
View François-Philippe Champagne Profile
Lib. (QC)
Mr. Chair, I thank my colleague for his question.
As he said, the Deputy Prime Minister has all the facts. She masterfully negotiated this file from the beginning to stand up to the threats of U.S. tariffs. We will continue to do just that and we will continue to invest because we know that aluminum is an important industry for Quebec. We did so in the past, we are doing so now, and we will continue to do so in the future.
Monsieur le président, je remercie mon collègue de sa question.
Effectivement, comme il a dit, la vice-première ministre a tous les faits. Elle a négocié ce dossier de main de maître depuis le début pour se tenir debout face aux menaces de tarifs américains. Nous allons continuer cela et nous allons continuer d'investir, car nous savons que l'aluminium est une industrie importante pour le Québec. Nous l'avons fait par le passé, nous le faisons aujourd'hui et nous le ferons dans l'avenir.
View Alexis Brunelle-Duceppe Profile
BQ (QC)
Mr. Chair, when we listen to the Bloc Québécois's proposals, we see that they work. We saw that with aluminum.
We are going to make a suggestion. That money absolutely needs to go to the aluminum industry for secondary and tertiary processing. We are taking care of the $200 million that is left, but we want to see the promised $360 million and so do the unions.
Will that money immediately be sent directly to the aluminum industry?
Monsieur le président, quand on écoute les propositions du Bloc québécois, on voit que cela fonctionne. On l'a vu avec l'aluminium.
Nous allons faire une proposition: il faut absolument que cet argent aille dans l'industrie de l'aluminium pour la deuxième et la troisième transformation. On s'occupe des 200 millions de dollars qui restent, mais les 360 millions de dollars qui doivent s'en venir, nous voulons les voir et les syndicats veulent les voir.
Est-ce que cet argent sera dirigé tout de suite et directement dans le secteur de l'aluminium?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2020-08-12 14:21 [p.2768]
Mr. Chair, I want to acknowledge that the Deputy Prime Minister has had conversations with the leader of the Bloc and with some of her Conservative colleagues as well, and we think a team Canada approach, which worked so well with us in standing up to the section 232 tariffs, is exactly the right approach.
We encourage the Bloc to continue to engage in dialogue and to support our efforts to ensure that together we stand up for the Quebec aluminum industry.
Monsieur le président, je tiens à dire que la vice-première ministre a discuté avec le chef du Bloc québécois ainsi qu'avec certains collègues conservateurs, et nous considérons qu'une approche façon « Équipe Canada », qui a si bien fonctionné quand il a fallu s'opposer aux droits de douane imposés au titre de l'article 232, est l'approche de choix.
Nous encourageons le Bloc à poursuivre le dialogue et à appuyer nos efforts afin que nous défendions tous ensemble l'industrie de l'aluminium du Québec.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 425--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to government purchases of personal protective equipment (PPE): (a) how many units of PPE did the government have in Canada by November 30, 2019, broken down by type of equipment, and how much PPE was purchased in this month; (b) how many units of PPE did the government have in Canada by December 31, 2019, broken down by type of equipment, and how much PPE was purchased in this month; (c) how many units of PPE did the government have in Canada by January 31, 2020, broken down by type of equipment, and how much PPE was purchased in this month; (d) how many units of PPE did the government have in Canada by February 29, 2020, broken down by type of equipment, and how much PPE was purchased in this month; and (e) how many units of PPE did the government have in Canada by March 31, 2020, broken down by type of equipment, and how much PPE was purchased in this month?
Response
(Return tabled)

Question No. 426--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to additional funding for agencies tasked with Canadian border management, broken down by source of funds and fiscal mechanism (i.e. business of supply, emergency payment from fiscal framework, new legislation): (a) how much went to each border management agency throughout December 2019, broken down by (i) source of funds, (ii) amount of funds, (iii) purpose of funds; (b) how much went to each border management agency throughout January 2020, broken down by (i) source of funds, (ii) amount of funds, (iii) purpose of funds; (c) how much went to each border management agency throughout February 2020, broken down by (i) source of funds, (ii) amount of funds, (iii) purpose of funds; and (d) how much went to each border management agency throughout March 2020, broken down by (i) source of funds, (ii) amount of funds, (iii) purpose of funds?
Response
(Return tabled)

Question No. 427--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to the Canada Emergency Care Benefit: (a) how many people have received payments from both Employment and Social Development Canada and the Canada Revenue Agency; (b) of those cases in (a), how much was paid out in double payments; and (c) how much will need to be recovered due to double payments?
Response
(Return tabled)

Question No. 428--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to meetings or briefings at the deputy minister, minister, and cabinet level for Health Canada, the Public Health Agency of Canada, Global Affairs Canada, the Privy Council Office, Public Safety Canada, and all agencies therein, between November 30, 2019, and March 31, 2020: what were the details of all meetings held referencing the Hubei province in China, the novel coronavirus, COVID-19, pandemics, and emergency preparedness measures, including (i) the department holding the meeting, (ii) the date of meeting, (iii) officials in attendance, (iv) the topic of the meeting or agenda?
Response
(Return tabled)

Question No. 429--
Mr. John Nater:
With regard to inmates released early from federal correctional institutions as a result of the COVID-19 pandemic: (a) what is the total number of inmates who were released early; (b) what is the breakdown of (a) by (i) institution, (ii) length of sentence; and (c) how many of the inmates released early were serving sentences related to (i) murder or manslaughter, (ii) sex offences, (iii) other violent crimes?
Response
(Return tabled)

Question No. 430--
Mr. James Bezan:
With regard to COVID-19: (a) what is the first date on which Canadian Armed Forces MEDINT or CFINTCOM became aware of a new novel coronavirus in China; (b) what is the first date on which the Minister of National Defence was briefed or received a briefing note regarding a new novel coronavirus in China; and (c) what is the first date on which the Minister of National Defence shared information concerning a new novel coronavirus in China with the Prime Minister’s Office and/or the Privy Council Office?
Response
(Return tabled)

Question No. 431--
Mr. James Bezan:
With regard to personal protective equipment: (a) how many C4 protective masks and canisters have been issued to Canadian Armed Forces (CAF) personnel since January 1, 2020; (b) how many C4 protective masks and canisters are in stockpile; and (c) what are the types and quantities of all personal protective equipment for infectious diseases available for CAF/Department of National Defence personnel and in stockpile?
Response
(Return tabled)

Question No. 432--
Mr. James Bezan:
With regard to the Mobile Tactical Vehicle Light, Mobile Tactical Vehicle Engineer, Mobile Tactical Vehicle Recovery, and Mobile Tactical Vehicle Fitter: (a) how many of these mobile tactical vehicles have been identified as surplus; (b) how many mobile tactical vehicles have been or are in the process of being decommissioned; (c) how many of these mobile tactical vehicles have been given to museums or sold to private owners; (d) how many of these mobile tactical vehicles remain in service; and (e) by which date does the Canadian Armed Forces/Department of National Defence plan to have the entire fleet of these mobile tactical vehicles removed from service?
Response
(Return tabled)

Question No. 433--
Mr. James Bezan:
With regard to Role 2 and Role 3 hospitals and air transportation: (a) how many Role 2 and Role 3 hospitals are currently available in Canada; (b) how many Role 2 and Role 3 hospitals are planned for the next six months; and (c) how many aircraft capable of transporting people with infectious disease does the Canadian Armed Forces/Department of National Defence intend to acquire and by which date?
Response
(Return tabled)

Question No. 434--
Mr. Pat Kelly:
With respect to the Bank of Canada’s participation in Canada’s economic response to the coronavirus pandemic, between March 1, 2020, and the tabling of the reply to this question: (a) what is the dollar value of securities purchased under the Government of Canada Bond Purchase Program; (b) what is the dollar value of securities purchased under the Canada Mortgage Bond Purchase Program; (c) what is the dollar value of purchases under the Banker’s Acceptance Purchase Facility; (d) what is the dollar value of assets purchased under the Provincial Money Market Purchase Program, by province and in aggregate, respectively; (e) what is the dollar value of purchases under the Provincial Bond Purchase Program; (f) what is the dollar value of purchases under the Corporate Bond Purchase Program; (g) what is the dollar value of purchases under the Commercial Paper Purchase Program; (h) what is the dollar value of purchases under the Contingent Term Repo Facility; (i) what is the projected dollar value for total purchases during the life of each program in (a) to (h); (j) what is the dollar value of new currency created to date to fund the measures taken in (a) to (h); (k) what is the projected dollar value of new currency to be created to fund the measures taken in (a) to (h) during the life of each program; (l) what, if any, effects on inflation by the creation of currency in (j) does the Bank of Canada project for (i) 2020, (ii) 2021, (iii) 2022; and (m) what, if any, adjustments to the Bank of Canada’s prime rate does it anticipate needing to counteract any inflation projected in (l)?
Response
(Return tabled)

Question No. 435--
Mr. Pat Kelly:
With respect to the Bank of Canada’s participation in Canada’s economic response to the coronavirus pandemic: (a) when does the Bank of Canada project divesting itself of assets purchased under each of the Government of Canada Bond Purchase Program, the Canada Mortgage Bond Purchase Program, the Banker’s Acceptance Purchase Facility, the Provincial Money Market Purchase Program, the Commercial Paper Purchase Program, and the Contingent Term Repo Facility; and (b) what gain or loss does the Bank of Canada project realizing upon the sale of assets purchased under each of the programs in (a) respectively?
Response
(Return tabled)

Question No. 436--
Mr. Pat Kelly:
With respect to the doubling of the carbon tax on April 1, 2020: (a) by how much will the increased tax raise the cost of producing oil and natural gas respectively nationwide; (b) by how much will the increased tax raise the cost of producing oil and natural gas respectively for each energy producing province; (c) by how much have national revenues declined due to the drop in the price of crude oil since January 1, 2020; (d) in order for national revenues to recover to levels immediately pre-dating the drop in the price of oil in (c), and given the increased cost of production in (a), what does the price of crude oil need to be; (e) what effect does the increase in cost of production in (a) have on the ability of Canadian energy producers to compete with foreign producers at current world prices for crude oil; and (f) how many Canadian energy producers does the government forecast will be unable to compete with foreign energy producers at the prevailing price of crude oil due to the increased cost of production in (a)?
Response
(Return tabled)

Question No. 437--
Mrs. Cheryl Gallant:
With regard to government grants, contributions and contracts since January  1, 2016, what are the details of all grants, contributions or contracts given to World Wildlife Fund Canada or its international affiliates, broken down by: (a) date issued; (b) description of services provided; (c) authorizer; (d) timeframe for services; (e) original contribution value; (f) final contribution value (if different); (g) location services will be provided; and (h) reference and file number?
Response
(Return tabled)

Question No. 438--
Mrs. Cheryl Gallant:
With regard to the budget measure contained in Bill C-44 (42nd Parliament, budget 2017) exempting fees under the Food and Drugs Act from the new rules contained in the Service Fees Act: (a) how many times has the Minister of Health given a ministerial order to increase fees; and (b) what are the details of each increase, broken down by date of ministerial order, including (i) amount of the increase for each drug, device, food or cosmetic, by percentage and absolute dollar value, (ii) amount of the fee, (iii) manner or criteria used for determining the amount, (iv) circumstances in which the fee will be payable, (v)rationale for the fee, (vi) specific factors taken into account in determining the amount of the fee, (vii) performance standard that will apply in respect of the fee?
Response
(Return tabled)

Question No. 439--
Mr. Arnold Viersen:
With regard to temporary resident permits specific to victims of human trafficking, since November 4, 2015: (a) how many applications have been received; (b) how many temporary resident permits have been issued; (c) how many temporary resident permits were denied; (d) in (a) to (c), what is the breakdown by (i) year, (ii) month, (iii) gender, (iv) source country; (e) for permits in (b), what is the breakdown based on ministerial instructions 1(1), 1(2) and 2; and (f) what is the average wait time for an individual who applies for a temporary resident permits specific to victims of human trafficking?
Response
(Return tabled)

Question No. 440--
Mr. Arnold Viersen:
With regard to federal funding to combat human trafficking since November 4, 2015: (a) what is the total amount, broken down by (i) department or agency, (ii) initiative, (iii) amount; (b) what process was used to determine which department or agency would receive this funding; (c) what criteria or process was used to determine how much funding was allocated to each department or agency; and (d) what is the itemized list of funding programs to combat human trafficking, including (i) title of program, (ii) recipient organization or name, (iii) date of expenditure, (iv) amount, (vi) description of goods or services provided, including quantity, if applicable, (vi) file number?
Response
(Return tabled)

Question No. 441--
Mr. Arnold Viersen:
With regard to the additional $75 million National Strategy to Combat Human Trafficking announced on September 4, 2019: (a) what departments and agencies are receiving this new funding, broken down by initiative and organization; (b) what are the details of all funding provided to date, including the (i) name, (ii) project description, (iii) amount, (iv) date of the announcement, (v) duration of the project or program funded by the announcement; (c) what process was used to determine which department or agency would receive this funding; (d) what criteria or process was used to determine how much funding was allocated to each department or agency; and (e) what projects are slated to receive federal funding in the 2020-21 fiscal year?
Response
(Return tabled)

Question No. 442--
Mr. Kerry Diotte:
With regard to the functioning of the public service and government officials since March 16, 2020: (a) how many employees or full time equivalents (FTEs) have been (i) hired, (ii) reassigned in relation to the COVID-19 response; (b) how many FTEs have been (i) working from a government building, (ii) telecommuting or working from home during the pandemic; and (c) how many FTEs have been (i) laid off or terminated, (ii) placed on leave, broken down by type of leave?
Response
(Return tabled)

Question No. 443--
Mr. Michael Barrett:
With regard to construction and renovations at the Prime Minister’s country residence and surrounding property at Harrington Lake: (a) what are the details of each new building or other structure constructed, or in the process of being constructed, at the property since November 4, 2015, including (i) date construction began, (ii) projected or actual completion date, (iii) square footage, (iv) physical description of the structure, (v) purpose of the structure, (vi) estimated cost; and (b) what are the details of all renovations which began at the property since November 4, 2015, including (i) start date, (ii) projected or actual completion date, (iii) structure, (iv) project description, (v) estimated cost?
Response
(Return tabled)

Question No. 444--
Mrs. Marilène Gill:
With regard to evaluating the stock status of all of Canada’s fisheries resources since 2000: (a) has the Department of Fisheries and Oceans (DFO) used indicators to evaluate the various stocks and, if so, what is the breakdown of indicators by (i) species, (ii) province, (iii) area, (iv) sub-area, (v) year; (b) if the answer to (a) is negative, what does the DFO use as a basis for (i) evaluating stocks, (ii) making decisions on fisheries management; (c) has the DFO assessed the quality of its estimates for all of the various stocks and, if so, what is the breakdown of this qualitative assessment by (i) species, (ii) province, (iii) area, (iv) sub-area, (v) year; (d) if the answer to (c) is negative, (i) are there plans to carry out this assessment, (ii) why is this type of assessment not conducted; (e) has the DFO put together an action plan to increase the number of indicators used for evaluating various stocks and, if so, what are the names, measures taken or considered, and conclusions, broken down by (i) species, (ii) province, (iii) area, (iv) sub-area, (v) year; (f) if the answer to (e) is negative, (i) is this type of action plan being considered, (ii) why is there no action plan on this issue; (g) has the DFO expended funds to increase the number of indicators for evaluating the various stocks and, if so, what is the spending breakdown by (i) species, (ii) province, (iii) area, (iv) sub-area, (v) year; (h) if the answer to (g) is negative, (i) are there plans for this type of expenditure, (ii) why is there a lack of spending on this issue; (i) has the DFO begun to “rapidly develop or update the biological knowledge essential for the sustainable management” of lobsters in areas 15, 16, 17 and 18, as recommended in Science Advisory Report 2019/059, and, if so, what is the breakdown of measures taken by (i) area, (ii) sub-area, (iii) year; (j) if the answer to (i) is negative, (i) are there plans to do so, (ii) why have no measures been taken; (k) can the DFO explain why the confidence limit has increased to 95% in the past 10 years regarding the evaluation of the estimated biomass of stock in NAFO 4T and, if so, what is the explanation; and (l) if the answer to (k) is negative, why is the DFO unable to explain this increase?
Response
(Return tabled)

Question No. 445--
Mrs. Marilène Gill:
With regard to the peer review process coordinated by the Canadian Science Advisory Secretariat (CSAS) for the Department of Fisheries and Oceans (DFO): (a) exactly how is the peer review process carried out; (b) is participation in science advisory meetings by invitation only and, if so, (i) why is this the case, (ii) how are peers selected, (iii) who is responsible for peer selection or, if not, what is the procedure for participating in meetings; (c) in advance of a science advisory meeting, do all peers receive (i) the preliminary study and, if so, how long do they have to review it or, if not, what are the reasons for this decision, (ii) the data for this study and, if so, how long do they have to review it or, if not, what are the reasons behind this decision; (d) is it possible for an individual or a group to express their views (i) without having been invited and, if so, what is the procedure to follow or, if not, what are the reasons for this decision, (ii) without attending the science advisory meetings despite having been invited and, if so, what is the procedure to follow or, if not, what are the reasons for this decision, (iii) without attending the science advisory meetings and without having been invited and, if so, what is the procedure to follow or, if not, what are the reasons for this decision; (e) is it possible to attend meetings as an observer and, if so, (i) what is the procedure to follow, (ii) is an invitation required or, if not, what are the reasons for this decision; (f) for each of the DFO peer review processes coordinated by the CSAS, what is the breakdown for each meeting since 2010 by number of representatives affiliated with (i) DFO, (ii) the federal government excluding DFO, (iii) the Government of Quebec, (iv) the Government of British Columbia, (v) the Government of Alberta, (vi) the Government of Prince Edward Island, (vii) the Government of Manitoba, (viii) the Government of New Brunswick, (ix) the Government of Nova Scotia, (x) the Government of Newfoundland and Labrador, (xi) the Government of Ontario, (xii) the Government of Saskatchewan, (xiii) the Government of Nunavut, (xiv) the Government of Yukon, (xv) the Government of Northwest Territories, (xvi) band councils, (xvii) a Quebec university, (xviii) a Canadian university, (xix) an American university, (xx) the non-Indigenous fishing industry, (xxi) the Indigenous fishing industry, (xxii) an Indigenous group not affiliated with the fishing industry, (xxiii) an environmental group, (xxiv) a wildlife protection group, (xxv) another group; (g) how is consensus defined in the DFO peer review processes coordinated by the CSAS; (h) are stakeholders selected in order to encourage a lack of opposition to the conclusions put forward by the DFO; (i) do the procedures for the peer review process encourage a lack of opposition to the conclusions put forward by the DFO; and (j) does the methodology for the peer review process encourage a lack of opposition to the conclusions put forward by the DFO?
Response
(Return tabled)

Question No. 446--
Mrs. Marilène Gill:
With regard to recreational fishing managed by the Department of Fisheries and Oceans (DFO) since 2000: (a) what is the total amount of revenue generated by the DFO from the sale of recreational licences, broken down by (i) year, (ii) federal entity, (iii) fishing area, (iv) sub-area, (v) species; (b) what is the total amount of spending by the DFO to support recreational fishing, broken down by (i) year, (ii) federal entity, (iii) fishing area, (iv) sub-area, (v) species; (c) what measures are being taken to ensure compliance with recreational fishing regulations, broken down by (i) year, (ii) federal entity, (iii) fishing area, (iv) sub-area, (v) species; (d) what is the average number of fishery officers dedicated specifically to overseeing recreational fishing, broken down by (i) year, (ii) federal entity, (iii) fishing area, (iv) sub-area, (v) species; (e) what technological tools are used to ensure compliance with recreational fishing regulations, broken down by (i) year, (ii) federal entity, (iii) fishing area, (iv) sub-area, (v) species; (f) what is the number of tickets issued by the DFO using technological tools, broken down by (i) year, (ii) federal entity, (iii) fishing area, (iv) sub-area, (v) technological tool; (g) what is the total amount of all tickets issued by the DFO using technological tools, broken down by (i) year, (ii) federal entity, (iii) fishing area, (iv) sub-area, (v) technological tool; and (h) what is the total amount of all recreational fishing tickets issued by the DFO, broken down by (i) year, (ii) federal entity, (iii) fishing area, (iv) sub-area, (v) species?
Response
(Return tabled)

Question No. 447--
Mrs. Cheryl Gallant:
With regard to deputy ministers’ committees of the Privy Council Office, for fiscal years 2015-16, 2016-17, 2017-18, 2018-19 and 2019-20, broken down by individual committee: (a) what are the names and qualifications of each member; (b) what is the renumeration provided to members for service on committees, broken down by member; and (c) what are the expenses claimed by members while performing committee business, broken down by member?
Response
(Return tabled)

Question No. 448--
Mrs. Cheryl Gallant:
With regard to regional development agencies (RDAs) and the April 17, 2020, announcement of “$675 million to give financing support to small and medium-sized businesses that are unable to access the government’s existing COVID-19 support measures, through Canada’s Regional Development Agencies”: (a) how much of the $675 million will each of the six RDAs be allocated; (b) for each RDA, how will the funds be made available to businesses, broken down by program; (c) for each answer in (b), what are the details for each program, broken down by (i) funding type, (ii) criteria for qualification, (iii) maximum allowable funding per applicant, (iv) application deadlines, (v) number of applicants received, (vi) number of approved applicants; and (d) for each applicant in (c), what are the details of the applicant, broken down by (i) name, (ii) location, (iii) North American Industry Classification System (NAICS) code, (iv) amount applied for, (v) amount approved, (vi) project status, (vii) federal electoral district?
Response
(Return tabled)

Question No. 449--
Mr. Peter Julian:
With regard to business support measures in response to COVID-19 and audits by the Canada Revenue Agency (CRA) for tax evasion and aggressive tax avoidance, since March 11, 2020: (a) how many audits has the CRA conducted to ensure that businesses do not practise tax evasion and aggressive tax avoidance, broken down by the number of businesses; and (b) of the businesses that have been audited by the CRA in (a), how many have benefited from support measures and how many have been denied support measures because of tax evasion and aggressive tax avoidance?
Response
(Return tabled)

Question No. 450--
Mr. Peter Julian:
With regard to the efforts of the Canada Revenue Agency (CRA) to combat tax evasion and abusive tax planning since March 1, 2016: (a) how many businesses have been identified by the CRA’s computer systems, broken down by (i) businesses linked to tax evasion, (ii) businesses linked to fraud or fraud indicators, (iii) businesses linked to abusive tax planning; (b) of the businesses identified in (a), how many applied for the Canada Emergency Wage Subsidy (CEWS); and (c) of the applications for the CEWS in (b), how many were approved, and how many were denied because of tax evasion and abusive tax planning practices?
Response
(Return tabled)

Question No. 451--
Mr. Kenny Chiu:
With regard to the government’s response to the arbitrary arrests of Martin Lee and other pro-democracy leaders in Hong Kong: (a) has the Canadian government objected to these arrests and, if so, what specific action has been taken to voice the objection; (b) what specific assurances, if any, has the government received that Canadian citizens in Hong Kong not be subject to arrest or harm in relation to the pro-democracy movement; and (c) how is Canada monitoring and ensuring that Hong Kong’s Basic Law is being upheld, including the rights, protections, and privileges it grants to democratic advocacy?
Response
(Return tabled)

Question No. 452--
Mr. James Cumming:
With regard to vehicles purchased by the government for the 2018 G7 summit: (a) how many vehicles were purchased; (b) at the time of purchase, what was the market value of each individual vehicle purchased; (c) how many of the vehicles in (a) were put up for sale by the government; (d) of the vehicles in (c), how many were sold; (e) what was the individual selling price for each vehicle sold; and (f) of the vehicles in (c), how many (i) remain, (ii) are still for sale, including the individual selling price, (iii) are being used by the government, (iv) are in storage?
Response
(Return tabled)

Question No. 453--
Mr. Dave Epp:
With regard to the changes to the Canadian Surface Combatants (CSC) design and associated increase to the cost per ship and delay of the construction start time: (a) how many ships are specifically contracted for in the first phase of the contract with Irving Shipbuilding; (b) what is the most recent cost estimate for the first three ships as provided to the Assistant Deputy Minister (Material) and the Commander of the Royal Canadian Navy (RCN); (c) what are the specific design changes being considered that are expected to increase the size, capacity, speed, and weight of the Type T26 frigate from the original United Kingdom design; (d) who proposed each change and who approved the change(s) as being essential to the operations for the RCN; (e) what is the rationale given for each design change contemplated in terms of the risks to schedule and budget; (f) what, if any, are the specific concerns or issues related to costs, speed, size, weight and crewing of the T26 frigate design that have been identified by the Department of National Defence, third party advisors and any technical experts; (g) what are the current state of operations and technical requirements for the CSC; (h) what is the schedule for each (i) design change, (ii) contract approval, (iii) independent report from third party advisors, including the schedule for draft reports; (i) what is the cost for spares for each of the CSC; and (j) what is the cost of infrastructure upgrades for the CSC fleet?
Response
(Return tabled)

Question No. 454--
Mr. Dave Epp:
With regard to the Arctic Off-Shore Patrol Ships (AOPS): (a) what are the operational requirements established by the Canadian Coast Guard (CCG) for the two additional ships; (b) will the two AOPS for the CCG require redesign or changes, and, if so, what will be the specific changes; (c) what will be the specific cost for the changes; (d) when and in what reports did the CCG first identify the need for AOPS; (e) has the CCG identified any risks or challenges in operating the two AOPS, and, if so, what are those risks; and (f) what will be the total estimated costs of the two AOPS to CCG?
Response
(Return tabled)

Question No. 455--
Mr. Dave Epp:
With regard to the Royal Canadian Navy (RCN): (a) which surface platform in the RCN is deemed a warship and why has it obtained such a designation; (b) will the Joint Support Ship be a warship; (c) which specific characteristics will enable to Joint Support Ship to be a warship; (d) what are the RCN's definitions of interim operational capability (IOC) and full operational capability (FOC); (e) when will the first Joint Support Ship (JSS 1) achieve IOC and FOC; (f) when will the second Joint Support Ship (JSS 2) achieve FOC; and (g) what is the most recent cost projection identified to Assistant Deputy Minister (Material) for (i) JSS 1, (ii) JSS 2?
Response
(Return tabled)

Question No. 456--
Mr. Dave Epp:
With regard to Canada's submarine fleet: (a) what was the total number of days at sea for each submarine in (i) 2018, (ii) 2019; (b) what was the total spent to repair each submarine in (i) 2018, (ii) 2019; (c) what is the estimated total cost of the current submarine maintenance plan to the submarines in (i) 2018, (ii) 2019, (iii) 2020, (iv) 2021; and (d) what are the projected future costs of maintenance of the submarine fleet until end of life?
Response
(Return tabled)

Question No. 457--
Mr. Martin Shields:
With regard to the replacement of Canada's polar class icebreakers: (a) what is the (i) expected date of their replacement, (ii) roles for these new vessels, (iii) budget or cost for their replacement; and (b) what are the details relating to operating older icebreakers (such as the Louis S. St-Laurent and Terry Fox), including (i) expected years they will have to continue to operate before replacements are built, (ii) total sea days for each vessel in 2017, 2018, and 2019, (iii) total cost of maintenance in 2017, 2018, 2019 for each polar class vessel, (iv) planned maintenance cost of the vessels for each of the next five years, (v) total crews required to operate?
Response
(Return tabled)

Question No. 458--
Mr. Martin Shields:
With regard to the government's plans to build 16 multipurpose vessels for the Canadian Coast Guard: (a) what are the technical operational requirements for each vessel; (b) for each contract awarded in relation to the vessels, what is the (i) expected budget, (ii) schedule, (iii) vendor, (iv) work description; and (c) for each vessel, what is the (i) total number of crew expected, (ii) expected delivery date, (iii) risks to cost or budget identified in the planning for these ships?
Response
(Return tabled)

Question No. 459--
Mr. Martin Shields:
With regard to the government's profit policy relating to shipbuilding: (a) what risks has government evaluated related to guaranteed contracts for the (i) Arctic Off­Shore Patrol Ships (AOPS), (ii) Canadian Surface Combatants (CSC), (iii) Halifax class frigates, and what were the results of each evaluation; (b) what is the profit range offered to Irving Shipbuilding Inc. for its work on the (i) AOPS, (ii) CSC, (iii) Halifax class frigates; (c) what is the total profit offered for guaranteed work under the National Shipbuilding Strategy, broken down by each "cost plus" contract; and (d) what are the details of any third party review of Canada's profit policy related to the (i) AOPS, (ii) CSC?
Response
(Return tabled)

Question No. 460--
Mr. Peter Julian:
With regard to the Canada Revenue Agency’s investigations into overseas tax evasion and the Panama Papers and Paradise Papers scandals: (a) how many of the companies currently under investigation have requested government assistance under the COVID-19 emergency measures; and (b) of the requests for assistance from the companies in (a), how many were (i) granted, (ii) denied?
Response
(Return tabled)

Question No. 461--
Mr. Peter Julian:
With regard to the efforts of the Canada Revenue Agency (CRA) to fight tax evasion: (a) how many corporate groups, with one or more subsidiaries in one of the top 10 jurisdictions of the Financial Secrecy Index or the Corporate Tax Haven Index, has the CRA identified; (b) how many corporate groups that were implicated in financial or tax scandals or that received what would be considered illegal state aid has the CRA identified; (c) how many corporate groups have filled out a full report for each country, in keeping with the standard outlined by the Global Reporting Initiative; (d) how many corporate groups in (a), (b) and (c) have received or applied for federal government assistance; and (e) for the cases in (d), how many applications have been rejected by the government?
Response
(Return tabled)

Question No. 462--
Mr. Pat Kelly:
With regard to tax year 2020: (a) what are the projections for tax revenue to be assessed on taxable benefits paid to Canadians under each emergency measure proposed; (b) what are the low-end projections for each emergency measure, broken down by measure; (c) what are the high-end projections for each emergency measure, broken down by measure; and (d) what are the estimates or scenario-planning numbers of people applying for the Canada Emergency Response Benefit that fall within each tax bracket in Canada, broken down by each 2019 federal income tax bracket?
Response
(Return tabled)

Question No. 463--
Mr. Greg McLean:
With regard to departmental defences against Canadian International Trade Tribunal rulings: how much has been spent on legal fees, broken down by (i) department, (ii) expense, (iii) case, (iv) internal legal resources, (v) external legal resources?
Response
(Return tabled)

Question No. 464--
Mr. Greg McLean:
With regard to the government's campaign for a United Nations Security Council seat in 2021: how much has been spent on hospitality-related expenses, broken down by (i) date, (ii) item or service?
Response
(Return tabled)

Question No. 465--
Mr. Brad Vis:
With regard to the response from Correctional Service of Canada (CSC) to COVID-19 outbreaks in its facilities, specifically the Mission Medium Institution in British Columbia and the Port Cartier Institution in Quebec: (a) what protocols and procedures were enacted, and when, in the Port-Cartier Institution once COVID-19 was detected; (b) what protocols and procedures were enacted, and when, in the Mission Medium Institution in British Columbia once COVID-19 was detected; (c) are there standard pandemic protocols and procedures that are synchronized across the national CSC organization; (d) if the answer to (c) is negative, why; (e) if the answer to (c) is affirmative, what are the differences between CSC’s response in the Port Cartier Institute when compared to CSC’s response in the Mission Medium Institution; (f) at the Mission Medium Institution, on what date was Personal Protective Equipment (PPE) provided to staff, and what type of PPE was distributed; (g) at the Mission Medium Institution, on what date was PPE provided to inmates, and what type of PPE was distributed; (h) at the Port Cartier Institution, on what date was Personal Protective Equipment (PPE) provided to staff, and what type of PPE was distributed; and (i) at the Port Cartier Institution, on what date was PPE provided to inmates, and what type of PPE was distributed?
Response
(Return tabled)

Question No. 466--
Mr. Brad Vis:
With regard to the $305 million Indigenous Community Support Fund (ICSF) contained within the federal government’s COVID-19 Economic Response Plan, of which British Columbia First Nations were allocated $39,567,000 and British Columbia Métis were allocated $3,750,000: (a) how much funding was provided to each Indigenous band within or bordering Mission—Matsqui—Fraser Canyon, including Cook's Ferry, Skatin Nations, Douglas, Spuzzum, Ts'kw'aylaxw First Nation, Samahquam, Sts'ailes, Bridge River, Tsal'alh, Ashcroft, Boston Bar First Nation, Skawahlook First Nation, Sq'éwlets, Bonaparte, Nicomen, Leq' a: mel First Nation, Union Bar First Nation, Kanaka Bar, Siska, Oregon Jack Creek, Boothroyd, Xaxli'p, T'it'q'et, Matsqui, Shackan, Skuppah, Seabird Island, Chawathil, Yale First Nation, Cayoose Creek, Lytton, High Bar, and Stswecem'c Xgat'tem; (b) which existing agreements are being used to transfer those funds, broken down by band; (c) what reporting requirements are in place, broken down by band and by contribution agreement; (d) how are bands required to communicate to their members how emergency funds were spent; and (e) how are bands required to report to Indigenous Services Canada their receipts or a record of how funds were spent or disbursed to support band members?
Response
(Return tabled)

Question No. 467--
Mr. Todd Doherty:
With regard to government stockpiles of personal protective equipment (PPE): (a) what was the specific volume of PPE supplies in the stockpile as of February 1, 2020, broken down by item; (b) how many supplies of PPE were, destroyed, disposed of, or otherwise removed from the stockpile between January 1, 2016 to March 1, 2020; (c) what are the details of all instances in (b), including the (i) date, (ii) number of items removed, broken down by type of item, (iii) reason for removal; and (d) what are the details of each time items were added to the stockpile between January 1, 2016 to March 1, 2020, including the (i) date, (ii) items added, (iii) volume, (iv) financial value?
Response
(Return tabled)

Question No. 468--
Mr. James Cumming:
With regard to personal protective equipment (PPE) purchased since January 1, 2020: (a) how many items of PPE have been purchased; (b) what was the price of each item at the time of purchase, broken down by (i) date of purchase, (ii) item, (iii) the total amount of each type of PPE per transaction?
Response
(Return tabled)

Question No. 469--
Mr. James Cumming:
With regard to contaminated swabs and faulty or rejected N95 masks purchased by Public Services and Procurement Canada: (a) which suppliers provided these items; and (b) since January 1, 2016, what other purchases have been made by the government from these suppliers broken down by (i) date of purchase, (ii) item or service purchased, (iii) number of units of item or service purchased per transaction?
Response
(Return tabled)

Question No. 470--
Mr. James Cumming:
With regard to procurement of personal protective equipment (PPE) since January 1, 2020: (a) how many Advance Contract Award Notices (ACANs) relating to PPE have been posted; (b) for the ACANs in (a), (i) how many bidders were there for each notice, (ii) who were the bidders for each notice; and (c) who won each contract?
Response
(Return tabled)

Question No. 471--
Mr. Scott Reid:
With regard to preparation and response to COVID-19: (a) which provinces and territories have signed the Multi-Lateral Information Sharing Agreement (MLISA), and on what dates were each of their signatures provided; (b) which provinces and territories have declined to sign the MLISA, on what dates were each of their refusals provided, and what objections did each raise to signing; (c) which provinces and territories have withdrawn from the MLISA since signing it, and on what dates were their withdrawals effective; (d) is the MLISA currently in force, and, if not, why not; (e) which provinces and territories have signed the Federal/Provincial/Territorial Memorandum of Understanding on the Sharing of Information During a Public Health Emergency (Sharing MOU), and on what dates were each of their signatures provided; (f) which provinces and territories have declined to sign the Sharing MOU, and on what dates were their refusals provided; (g) which provinces and territories have withdrawn from the Sharing MOU since signing it, and on what dates were their withdrawals effective; (h) is the Sharing MOU currently in force, and, if not, why not; (i) which provinces and territories are using the Public Health Agency of Canada’s (PHAC) COVID-19 Case Report Form; (j) what percentage of known COVID-19 cases in Canada were reported to the PHAC using its COVID-19 Case Report Form versus other means; (k) when the PHAC’s COVID-19 Case Report Form instructs to "report cases electronically using secure methods or fax”, which secure methods does the PHAC utilize, and which methods are used, broken down by provinces and territories; (l) what percentage of known COVID-19 cases reported to the PHAC were reported using fax or paper; (m) how many full-time equivalents does the PHAC employ or have on contract to enter COVID-19 case reports received by fax or paper into electronic means; (n) what is the shortest, longest, and average delay that the PHAC experiences when a COVID-19 case report is received by fax or paper before it is entered into electronic means; (o) what is the reason for the discrepancy between the total number of cases of COVID-19 reported by the Government of Canada on its “Coronavirus disease (COVID-19): Outbreak update” website, and the smaller number of cases with specific epidemiological data on the website entitled “Detailed confirmed cases of coronavirus disease”; (p) what are the factors that contribute to the delay between the reporting of the “episode date” of a COVID-19 case and the “date [the] case was last updated”, with reference to the data referred to in (o); (q) which provinces and territories have objected to the public disclosure of their detailed COVID-19 case data, as on the “Detailed confirmed cases of coronavirus disease” website, and for each province and territory, what are the details or summary of their objection; (r) why, in developing its COVID-19 Case Report Form, did the PHAC choose not to collect the ethnicity or race of individuals, as done in other jurisdictions; (s) why has the government never used its powers under section 15 of the Public Health Agency of Canada Act to better collect and analyze COVID-19 case data held by the provinces; (t) why has the PHAC not yet published an epidemiological model of COVID-19 that includes a scientifically detailed public disclosure of the modelling methodology, computer code, and input parameters; (u) what are the reasons that the PHAC does not publish a daily COVID-19 model that includes up-to-date estimates of the effective reproductive number (R), such as that produced by Norway, in its model of May 8, 2020; (v) what is the value, duration, objectives and deliverables of the contract issued by the Government of Canada to Blue Dot for the modelling of COVID-19, announced by the Prime Minister on March 23, 2020; (w) which other individuals or companies has the Government of Canada contracted for the modelling of COVID-19, and, for each contract, what is the (i) value, (ii) duration, (iii) objectives, (iv) deliverables; (x) do any of the contracts for COVID-19 limit the freedom of the contractors to disclose the information, methodology, or findings of their models as confidential, and, if so, which contracts are so affected, and what are the terms of the confidentiality; (y) what is the total amount of federal spending on the Panorama public health and vaccination data system since its launch; (z) which provinces and territories utilize Panorama’s disease outbreak management and communicable disease case management modules for reporting COVID-19 information to the federal government; (aa) to what extent does the federal government have access to COVID-19 outbreak and case data contained within the Panorama system and what are the reasons for the lack of access to data, if any; (bb) what steps has the federal government taken to ensure that, when data exists, it will have access to COVID-19 vaccination data contained within the Panorama system; (cc) to what extent does the Panorama system meet the data collection and reporting goals of the federal government’s report entitled “Learning from SARS – Renewal of Public Health in Canada”; and (dd) has an audit of the Panorama system been completed and, if so, what are the details of the audit’s findings, including when it was done, by whom it was conducted, and the standards by which it was measured?
Response
(Return tabled)

Question No. 475--
Mr. John Barlow:
With regard to farm income loss as a result of the COVID-19 pandemic: (a) has Agriculture and Agri-Food Canada or Farm Credit Canada conducted an analysis on projected farm income loss as a result of the pandemic; and (b) what is the projected loss, broken down by agricultural sector?
Response
(Return tabled)

Question No. 476--
Mr. John Nater:
With regard to physical distancing and other safety measures for ministerial vehicles and chauffeurs during the COVID-19 pandemic: (a) what specific measures have been put in place to ensure the safety of drivers, including whether (i) ministers are required to wear masks in the vehicles, (ii) there is an occupancy limit to the vehicles, (iii) specific seats within the vehicles may not be used, (iv) there is a prohibition on others, including ministerial exempt staff, riding in the vehicles, (v) any other measures have been made to limit close physical contact between drivers and ministers; (b) on what date was each measure listed in (a), (i) put into place, (ii) amended, (iii) rescinded; and (c) have any ministers required their drivers to drive outside of the National Capital Region since March 13, 2020, and, if so, what are the details of each trip, including (i) date of trip, (ii) destination, (iii) purpose of trip, (iv) number of occupants in the vehicle, (v) whether a minister was in the vehicle, (vi) specific safety precautions taken?
Response
(Return tabled)

Question No. 477--
Mr. Matthew Green:
With regard to the Large Employer Emergency Financing Facility (LEEFF), since the creation of the program: (a) how many businesses have applied for the LEEFF; (b) how many businesses have been eligible; (c) how many applications from businesses have been denied; (d) of the applications that were denied, how many were from (i) businesses convicted of tax evasion, (ii) businesses convicted of abusive tax avoidance, (iii) companies that have subsidiaries in tax havens; (e) have applications from companies under investigation in connection with the Panama Papers and Paradise Papers been accepted; and (f) what is the current total cost of the LEEFF’s expenses, broken down by economic sector?
Response
(Return tabled)

Question No. 478--
Ms. Rachel Blaney:
With regard to the Canada Revenue Agency (CRA) and tax havens: (a) what is the CRA's definition of tax haven; and (b) which jurisdictions have been identified as tax havens according to the CRA's definition?
Response
(Return tabled)

Question No. 479--
Ms. Rachel Blaney:
With regard to the activities of the Canada Revenue Agency (CRA) under Part XVI of the Income Tax Act since November 2015, broken down by fiscal year and natural person, trust and corporation: (a) how many audits have been conducted; (b) how many notices of assessment have been issued by the CRA; and (c) what is the total amount recovered to date by the CRA?
Response
(Return tabled)

Question No. 480--
Ms. Rachel Blaney:
With regards to Veterans Affairs Canada, broken down by year for the most recent ten fiscal years for which data is available: (a) what was the number of disability benefit applications received; (b) of the applications in (a), how many were (i) rejected (ii) approved (iii) appealed (iv) rejected upon appeal (v) approved upon appeal; (c) what was the average wait time for a decision; (d) what was the median wait time for a decision; (e) what was the ratio of veteran to Case Manager at the end of each fiscal year; (f) what was the number of applications awaiting a decision at the end of each fiscal year; and (g) what was the number of veterans awaiting a decision at the end of each fiscal year?
Response
(Return tabled)

Question No. 481--
Ms. Rachel Blaney:
With regard to Veterans Affairs Canada (VAC): (a) during the most recent fiscal year for which data is available, broken down by month and by VAC offices, including nationally, what was the total number of overtime hours worked, further broken down by job title, including National 1st Level Appeals Officer, National 2nd Level Appeals Officer, Case Manager, Veterans Service Agent and Disability Adjudicator; (b) during the most recent fiscal year for which data is available, broken down by month and by VAC offices, including nationally, what was the average number of overtime hours worked, further broken down by (i) job title, including National 1st Level Appeals Officer, National 2nd Level Appeals Officer, Case Manager, Veterans Service Agent and Disability Adjudicator, (ii) directorate; (c) during the most recent fiscal year for which data is available, broken down by month and by VAC offices, including nationally, what was the total cost of overtime, further broken down by (i) job title, including National 1st Level Appeals Officer, National 2nd Level Appeals Officer, Case Manager, Veterans Service Agent and Disability Adjudicator, (ii) directorate; (d) during the most recent fiscal year for which data is available, broken down by month and by VAC offices, including nationally, what was the total number of disability benefit claims, further broken down by (i) new claims, (ii) claims awaiting a decision, (iii) approved claims, (iv) denied claims, (v) appealed claims; (e) during the most recent fiscal year for which data is available, broken down by month and by VAC offices, including nationally, how many new disability benefit claims were transferred to a different Veterans Affairs Canada office than that which conducted the intake; (f) during the most recent fiscal year for which data is available, broken down by month and by VAC offices, including nationally, what was the number of (i) Case Managers, (ii) Veterans Service Agents; (g) during the most recent fiscal year for which data is available, broken down by month and by VAC offices, including nationally, excluding standard vacation and paid sick leave, how many Case Managers took a leave of absence, and what was the average length of a leave of absence; (h) during the most recent fiscal year for which data is available, broken down by month and by VAC offices, including nationally, accounting for all leaves of absence, excluding standard vacation and paid sick leave, how many full-time equivalent Case Managers were present and working, and what was the Case Manager to veteran ratio; (i) during the most recent fiscal year for which data is available, broken down by month and by VAC offices, including nationally, how many veterans were disengaged from their Case Manager; (j) during the most recent fiscal year for which data is available, broken down by month and by VAC offices, including nationally, what was the highest number of cases assigned to an individual Case Manager; (k) during the most recent fiscal year for which data is available, broken down by month and by VAC offices, including nationally, how many veterans were on a waitlist for a Case Manager; (l) during the most recent fiscal year for which data is available, broken down by month and by VAC offices, including nationally, for work usually done by regularly employed Case Managers and Veteran Service Agents, (i) how many contracts were awarded, (ii) what was the duration of each contract, (iii) what was the value of each contract; (m) during the most recent fiscal year for which data is available, broken down by VAC offices, what were the service standard results; (n) what is the mechanism for tracking the transfer of cases between Case Managers when a Case Manager takes a leave of absence, excluding standard vacation and paid sick leave; (o) what is the department’s current method for calculating the Case Manager to veteran ratio; (p) what are the department’s quality assurance measures for Case Managers and how do they change based on the number of cases a Case Manager has at that time; (q) during the last five fiscal year for which data is available, broken down by month, how many individuals were hired by the department; (r) how many of the individuals in (q) remained employed after their 12-month probation period came to an end; (s) of the individuals in (q) who did not remain employed beyond the probation period, how many did not have their contracts extended by the department; (t) does the department track the reasons for which employees are not kept beyond the probation period, and, if so, respecting the privacy of individual employees, what are the reasons for which employees were not kept beyond the probation period; (u) for the individuals in (q) who chose not to remain at any time throughout the 12 months, were exit interviews conducted, and, if so, respecting the privacy of individual employees, what were the reasons, broken down by VAC offices; (v) during the last five fiscal years for which data is available, broken down by month, how many Canadian Armed Forces service veterans were hired by the department; (w) of the veterans in (v), how many remained employed after their 12-month probation period came to an end; (x) of the veterans in (v) who are no longer employed by the department, (i) how many did not have their employment contracts extended by the department, (ii) how many were rejected on probation; (y) if the department track the reasons for which employees are not kept beyond the probation period, respecting the privacy of individual veteran employees, what are the reasons for which veteran employees are not kept beyond the probation period; (z) for the veterans in (v) who chose not to remain at any time throughout the 12 months, were exit interviews conducted, and, if so, respecting the privacy of individual veteran employees, what were the reasons for their leaving, broken down by VAC offices; (aa) during the last five fiscal year for which data is available, broken down by month, how many employees have quit their jobs at VAC; and (bb) for the employees in (aa) who quit their job, were exit interviews conducted, and, if so, respecting the privacy of individual employees, what were the reasons, broken down by VAC offices?
Response
(Return tabled)

Question No. 482--
Mr. Alistair MacGregor:
With regard to the Canada Revenue Agency (CRA) and tax havens: Does the CRA consider the Cayman Islands and Barbados to be tax havens?
Response
(Return tabled)

Question No. 483--
Mr. Alistair MacGregor:
With regard to tax information exchange agreement signed between Canada and Cayman Islands, since entry into force of the agreement and broken down by fiscal year: (a) how many times has the Canada Revenue Agency (CRA) obtained information from Cayman Islands; (b) how many times has the CRA released information to Cayman Islands; (c) how much tax examinations abroad was conducted by CRA in Cayman Islands; (d) how many CRA enquiries have been denied by the Cayman Islands; (e) how many audits have been conducted by the CRA; (f) how many notices of assessment have been issued by the CRA; and (g) what is the total amount recovered by the CRA?
Response
(Return tabled)

Question No. 484--
Mr. Alistair MacGregor:
With regard to amendments to the Canada Grain Regulations (SOR/2020-63), enacted through the passage of Bill C-4, An Act to implement the Agreement between Canada, the United States of America and the United Mexican States, which amended the Canada Grain Act through an expedited process, bypassing the normal Canada Gazette I posting and public comment period, and were posted on Canada Gazette, Part II, Volume 154, Number 9: (a) what are the details of all meetings, round tables, teleconference calls, town halls, and other means of consultation, in regard to grain, held during CUSMA/NAFTA 2.0 negotiations, including the (i) dates, (ii) locations, (iii) agendas, (iv) minutes, (v) attendee and invitee lists, including government officials and agriculture sector stakeholders, and their organizational affiliations; (b) for the meetings referred to in (a), what are the details of (i) published notices, (ii) reports, including where and when they were published; (c) what are the details of all stakeholder views expressed during these consultations, including minority positions, which were communicated to inform the Government of Canada negotiating position, along with the names and positions of the officials to whom these stakeholder views were communicated; (d) what are the details of all engagement activities with grain sector stakeholders following the CUSMA announcement where the impacts of the agreement, potential legislative and regulatory amendments, and implementation plans were discussed, as well as the reports flowing from these engagement activities that informed the drafting of Bill C-4 amendments to the Canada Grain Act, including the (i) dates, (ii) locations, (iii) agendas, (iv) minutes, (v) attendees, including from the Canada Grain Commission and Agriculture and Agri-Food Canada officials and agriculture sector stakeholders, and their organizational affiliations; (e) who made the decision to have “minimal” consultation on the regulatory changes and an explanation of their rationale for the decision when, as the regulatory analysis document says, the amendments are consequential; and (f) what is the definition of the industry referred to when “industry-led” is used in regard to integrating the Delivery Declaration Form and its implementation into the existing grain delivery structure, particularly whether farmers are included among the leadership of the industry?
Response
(Return tabled)

Question no 425 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne les achats gouvernementaux d’équipement de protection individuelle (EPI): a) quel est le nombre d’unités d’EPI que le gouvernement avait au Canada en date du 30 novembre 2019, ventilé par type d’équipement, et quel est le nombre d’unités d’EPI acheté au cours de ce mois; b) quel est le nombre d’unités d’EPI que le gouvernement avait au Canada en date du 31 décembre 2019, ventilé par type d’équipement, et quel est le nombre d’unités d’EPI acheté au cours de ce mois; c) quel est le nombre d’unités d’EPI que le gouvernement avait au Canada en date du 31 janvier 2020, ventilé par type d’équipement, et quel est le nombre d’unités d’EPI acheté au cours de ce mois; d) quel est le nombre d’unités d’EPI que le gouvernement avait au Canada en date du 29 février 2020, ventilé par type d’équipement, et quel est le nombre d’unités d’EPI acheté au cours de ce mois; e) quel est le nombre d’unités d’EPI que le gouvernement avait au Canada en date du 31 mars 2020, ventilé par type d’équipement, et quel est le nombre d’unités d’EPI acheté au cours de ce mois?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 426 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne le financement additionnel affecté aux organismes canadiens de gestion des frontières, ventilé par source des fonds et mécanisme financier (c.-à-d. travaux des subsides, paiement d’urgence imputé au cadre financier, nouvelle loi): a) quel est le montant affecté à chaque organisme de gestion des frontières en décembre 2019, ventilé par (i) source des fonds, (ii) montant des fonds, (iii) utilisation prévue des fonds; b) quel est le montant affecté à chaque organisme de gestion des frontières en janvier 2020, ventilé par (i) source des fonds, (ii) montant des fonds, (iii) utilisation prévue des fonds; c) quel est le montant affecté à chaque organisme de gestion des frontières en février 2020, ventilé par (i) source des fonds, (ii) montant des fonds, (iii) utilisation prévue des fonds; d) quel est le montant affecté à chaque organisme de gestion des frontières en mars 2020, ventilé par (i) source des fonds, (ii) montant des fonds, (iii) utilisation prévue des fonds?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 427 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne la Prestation canadienne d’urgence: a) combien de personnes ont reçu un paiement à la fois d’Emploi et Développement social Canada et de l’Agence du revenu du Canada; b) parmi les cas en a), à combien s’élèvent les paiements effectués en double; c) combien d’argent devra être recouvré à la suite de paiements en double?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 428 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne les réunions ou séances d’information au niveau des sous-ministres, des ministres et du Cabinet pour Santé Canada, l’Agence de la santé publique du Canada, Affaires mondiales Canada, le Bureau du Conseil privé, Sécurité publique Canada et tous les organismes qui en relèvent, entre le 30 novembre 2019 et le 31 mars 2020: quels sont les détails de toutes les réunions qui ont eu lieu au sujet de la province d’Hubei en Chine, du nouveau coronavirus, de la COVID-19, de pandémies et de mesures de protection civile, y compris (i) le ministère qui a tenu la réunion, (ii) la date de la réunion, (iii) les responsables présents, (iv) le sujet de la réunion ou l’ordre du jour?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 429 --
M. John Nater:
En ce qui concerne les personnes détenues dans un établissement correctionnel fédéral qui ont été mises en liberté anticipée en raison de la pandémie de la COVID-19: a) combien de détenus ont été mis en liberté anticipée au total; b) comment se répartissent les détenus en a) par (i) établissement, (ii) durée de la peine; c) combien de détenus mis en liberté anticipée purgeaient une peine pour (i) meurtre ou homicide involontaire, (ii) infractions sexuelles, (iii) autres crimes violents?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 430 --
M. James Bezan:
En ce qui concerne la COVID-19: a) à quelle date le COMRENSFC ou le MEDINT des Forces armées canadiennes ont-ils pris connaissance pour la première fois d’un nouveau coronavirus en Chine; b) à quelle date le ministre de la Défense nationale a-t-il été informé ou a-t-il reçu une note d’information pour la première fois au sujet d’un nouveau coronavirus en Chine; c) à quelle date le ministre de la Défense nationale a-t-il échangé pour la première fois des informations avec le Cabinet du Premier ministre ou le Bureau du Conseil privé au sujet d’un nouveau coronavirus en Chine?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 431 --
M. James Bezan:
En ce qui concerne l’équipement de protection individuelle: a) combien de masques de protection C4 et boîtiers filtrants ont été fournis au personnel des Forces armées canadiennes (FAC) depuis le 1er janvier 2020; b) combien y a-t-il de masques de protection C4 et boîtiers filtrants en stock; c) quels types et quelles quantités d’équipements de protection contre les maladies infectieuses sont disponibles pour le personnel des FAC et du ministère de la Défense nationale et quels types et quelles quantités sont en stock?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 432 --
M. James Bezan:
En ce qui concerne le véhicule léger d’appui tactique, le véhicule d’appui tactique – version génie, le véhicule d’appui tactique – dépannage et le véhicule d’appui tactique – ajustage: a) combien de ces véhicules d’appui tactique ont été jugés excédentaires; b) combien de véhicules d’appui tactique ont été mis hors service ou sont en voie de l’être; c) combien de ces véhicules d’appui tactique ont été donnés à des musées ou vendus à des particuliers; d) combien de ces véhicules d’appui tactique sont toujours en service; e) selon les Forces armées canadiennes ou le ministère de la Défense nationale, à quelle date l’ensemble de la flotte de ces véhicules d’appui tactique aura-t-elle été mise hors service?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 433 --
M. James Bezan:
En ce qui concerne les hôpitaux de rôle 2 et rôle 3 et le transport aérien: a) combien d’hôpitaux de rôle 2 et rôle 3 sont actuellement en service au Canada; b) combien d’hôpitaux de rôle 2 et rôle 3 prévoit-on ajouter au cours des six prochains mois; c) combien d’avions pouvant transporter des personnes atteintes de maladies infectieuses les Forces armées canadiennes ou le ministère de la Défense nationale ont-ils l’intention d’acquérir, et d’ici quelle date comptent-ils le faire?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 434 --
M. Pat Kelly:
En ce qui concerne la participation de la Banque du Canada au plan d’intervention économique du Canada en réponse à la pandémie de coronavirus, entre le 1er mars 2020 et le dépôt de la réponse à cette question: a) quelle est la valeur en dollars des titres achetés dans le cadre du programme d’achat d’obligations du gouvernement du Canada; b) quelle est la valeur en dollars des titres achetés dans le cadre du programme d’achat d’obligations hypothécaires du Canada; c) quelle est la valeur en dollars des achats dans le cadre de la facilité d’achat des acceptations bancaires; d) quelle est la valeur en dollars des actifs achetés dans le cadre du programme d’achat de titres provinciaux sur les marchés monétaires, selon la province et au total, respectivement; e) quelle est la valeur en dollars des achats dans le cadre du programme d’achat d’obligations provinciales; f) quelle est la valeur en dollars des achats dans le cadre du programme d’achat d’obligations de sociétés; g) quelle est la valeur en dollars des achats dans le cadre du programme d’achat de papier commercial; h) quelle est la valeur en dollars des achats dans le cadre du mécanisme conditionnel de prise en pension à plus d’un jour; i) quelle est la valeur en dollars prévue du total des achats d’ici la fin de chacun des programmes en a) à h); j) quelle est la valeur en dollars de la nouvelle monnaie créée à ce jour pour financer les mesures évoquées en a) à h); k) quelle est la valeur en dollars prévue de la nouvelle monnaie qui sera créée pour financer les mesures évoquées en a) à h) d’ici la fin de chacun des programmes; l) quels effets la création de la nouvelle monnaie mentionnée en j) aura-t-elle, le cas échéant, sur l’inflation, selon les projections de la Banque du Canada pour (i) 2020, (ii) 2021, (iii) 2022; m) quels rajustements du taux directeur la Banque du Canada s’attend-elle à devoir effectuer, le cas échéant, pour contrer l’inflation prévue en l)?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 435 --
M. Pat Kelly:
En ce qui concerne la participation de la Banque du Canada au plan d’intervention économique du Canada en réponse à la pandémie de coronavirus: a) quand la Banque du Canada prévoit-elle se dessaisir des actifs achetés dans le cadre du programme d’achat d’obligations du gouvernement du Canada, le programme d’achat d’obligations hypothécaires du Canada, la facilité d’achat des acceptations bancaires, le programme d’achat de titres provinciaux sur les marchés monétaires, le programme d’achat de papier commercial et le mécanisme conditionnel de prise en pension à plus d’un jour; b) quel gain ou quelle perte la Banque du Canada s’attend-elle à réaliser au moment de la vente des actifs achetés dans le cadre de chacun des programmes mentionnés en a) respectivement?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 436 --
M. Pat Kelly:
En ce qui concerne le doublement de la taxe sur le carbone le 1er avril 2020: a) de quel montant la taxe accrue fera-t-elle augmenter le coût de la production de pétrole et de gaz naturel, respectivement, à l’échelle nationale; b) de quel montant la taxe accrue fera-t-elle augmenter le coût de la production de pétrole et de gaz naturel, respectivement, dans chacune des provinces productrices d’énergie; c) de quel montant les recettes nationales ont-elles fléchi par suite de la chute des cours du pétrole brut depuis le 1er janvier 2020; d) pour que les recettes nationales se rétablissent aux niveaux immédiatement antérieurs à la chute des cours du pétrole évoquée en c), et compte tenu de la hausse du coût de production évoquée en a), à combien doit s’établir le cours du pétrole brut; e) quelle incidence la hausse du coût de production évoquée en a) a-t-elle sur la capacité des producteurs canadiens d’énergie de faire concurrence aux producteurs étrangers aux cours mondiaux actuels du pétrole brut; f) quelles sont les projections du gouvernement quant au nombre de producteurs canadiens d’énergie qui ne pourront pas faire concurrence aux producteurs étrangers d’énergie au cours actuels du pétrole brut, dans le contexte de la hausse du coût de production évoquée en a)?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 437 --
Mme Cheryl Gallant:
En ce qui concerne les subventions, les contributions et les contrats consentis par le gouvernement depuis le 1er janvier 2016, quels sont les détails de l’ensemble des subventions, des contributions et des contrats consentis au Fonds mondial pour la nature Canada ou à ses filiales à l’étranger, ventilés par: a) date d’émission; b) description des services fournis; c) signataire autorisé; d) durée des services; e) valeur initiale de la contribution; f) valeur finale de la contribution (en cas d’écart avec la valeur initiale); g) endroit où les services sont fournis; h) référence et numéro de dossier?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 438 --
Mme Cheryl Gallant:
En ce qui concerne la mesure budgétaire contenue dans le projet de loi C-44 (42e législature, budget de 2017), qui exclut les frais prévus par la Loi sur les aliments et drogues de l’application des nouvelles règles aux termes de la Loi sur les frais de service: a) combien de fois la ministre de la Santé a-t-elle pris un arrêté ministériel afin d’augmenter les frais; b) quels sont les détails de chacune des augmentations, ventilées par date de l’arrêté ministériel, incluant (i) le montant de l’augmentation pour chaque médicament, instrument, aliment ou produit cosmétique, par pourcentage et valeur absolue en dollars, (ii) le montant des frais, (iii) les modalités et critères employés pour déterminer le montant, (iv) les circonstances dans lesquelles les frais seront imputables, (v) les raisons justifiant les frais, (vi) les facteurs précis pris en compte pour déterminer le montant des frais, (vii) la norme de rendement applicable aux frais?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 439 --
M. Arnold Viersen:
En ce qui concerne les permis de séjour temporaire délivrés spécifiquement aux victimes de la traite des personnes depuis le 4 novembre 2015: a) combien de demandes ont été reçues; b) combien de permis de séjour temporaire ont été délivrés; c) combien de demandes de permis de séjour temporaire ont été refusées; d) pour ce qui est des nombres en a) à c), quelle est leur ventilation par (i) année, (ii) mois, (iii) sexe, (iv) pays d’origine; e) pour ce qui est des permis visés en b), quelle est la ventilation par instruction ministérielle appliquée, soit 1(1), 1(2) et 2; f) quel est le temps d’attente moyen lorsqu’un individu demande un permis de séjour temporaire spécial pour les victimes de la traite de personnes?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 440 --
M. Arnold Viersen:
En ce qui concerne le financement fédéral pour la lutte contre la traite des personnes depuis le 4 novembre 2015: a) quel est le montant total, ventilé par (i) ministère ou organisme, (ii) initiative, (iii) montant; b) quelle méthode a été employée pour attribuer ce financement aux ministères et organismes; c) quels sont les critères ou méthodes employés pour déterminer le montant affecté à chacun des ministères et organismes; d) quelle est la liste détaillée des programmes de financement pour la lutte contre la traite des personnes, y compris (i) le titre du programme, (ii) l’organisme ou la personne bénéficiaire, (iii) la date de la dépense, (iv) le montant, (vi) la description des biens ou services fournis, dont la quantité, s’il y a lieu, (vi) le numéro du dossier?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 441 --
M. Arnold Viersen:
En ce qui concerne l’annonce, le 4 septembre 2019, des 75 millions de dollars supplémentaires affectés à la Stratégie nationale de lutte contre la traite des personnes: a) quels ministères et organismes toucheront ces nouveaux fonds, ventilées par initiative et organisme; b) quelles sont les détails de tout le financement versé jusqu’à présent, y compris (i) le nom du projet, (ii) la description du projet, (iii) la somme versée, (iv) la date de l’annonce, (v) la durée du projet ou du programme financé dans l’annonce; c) quels mécanismes ont servi à déterminer les ministères ou les organismes qui obtiendront de ces fonds; d) quels critères ou mécanismes ont servi à déterminer le financement affecté à chacun des ministères ou organismes; e) quels projets devraient obtenir du financement fédéral au cours de l’exercice 2020-2021?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 442 --
M. Kerry Diotte:
En ce qui concerne le fonctionnement de l’administration publique et les fonctionnaires depuis le 16 mars 2020: a) combien d’employés ou d’équivalents temps plein (ETP) ont été (i) embauchés, (ii) réaffectés en raison de la réponse à la pandémie de la COVID-19; b) combien d’ETP (i) travaillent dans un édifice gouvernemental, (ii) font du télétravail ou travaillent de la maison durant la pandémie; c) quel est le nombre des ETP (i) mis en disponibilité ou licenciés, (ii) mis en congé, ventilé par type de congé?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 443 --
M. Michael Barrett:
En ce qui concerne la construction et les rénovations à la résidence secondaire du premier ministre et aux édifices avoisinants au lac Harrington: a) quels sont les détails pour chaque nouvel édifice ou toute autre structure qui a été construit ou est en train d’être construit à cet endroit depuis le 4 novembre 2015, y compris (i) la date de début de la construction, (ii) la date d’achèvement prévue ou réelle, (iii) la superficie, (iv) la description physique de la structure, (v) le but de la structure, (vi) le coût estimé; b) quels sont les détails de toutes les rénovations qui ont été entreprises à cet endroit depuis le 4 novembre 2015, y compris (i) la date de début des rénovations, (ii) la date d’achèvement prévue ou réelle, (iii) la structure, (iv) la description du projet, (v) le coût estimé?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 444 --
Mme Marilène Gill:
En ce qui concerne l’évaluation de l’état des stocks de l’ensemble des ressources halieutiques au Canada depuis 2000: a) le ministère des Pêches et des Océans (MPO) a-t-il utilisé des indicateurs pour faire l’évaluation des différents stocks, et, le cas échéant, quelle est la ventilation de ces indicateurs par (i) espèce, (ii) province, (iii) zone, (iv) sous-zone, (v) année;? b) si la réponse en a) est négative, sur quoi le MPO se base-t-il pour (i) évaluer les stocks, (ii) rendre ses décisions concernant la gestion des pêches; c) le MPO a-t-il évalué la qualité de ses estimations de l’ensemble des différents stocks, et, le cas échéant, quelle est la ventilation de cette évaluation qualitative par (i) espèce, (ii) province, (iii) zone, (iv) sous-zone, (v) année; d) si la réponse en c) est négative, (i) existe-t-il des projets pour effectuer une telle évaluation, (ii) quelles sont les raisons motivant l’absence de ce genre d’évaluation; e) le MPO a-t-il travaillé à échafauder un plan d’action pour augmenter le nombre d’indicateurs servant à l’évaluation des différents stocks, et, le cas échéant, quels en sont les titres, les mesures prises ou envisagées et les conclusions, ventilés par (i) espèce, (ii) province, (iii) zone, (iv) sous-zone, (v) année; f) si la réponse en e) est négative, (i) existe-t-il des projets pour ce genre de plan d’action, (ii) quelles sont les raisons motivant l’absence de plan d’action sur le sujet; g) le MPO a-t-il dépensé de l’argent dans le but d’augmenter le nombre d’indicateurs servant à l’évaluation des différents stocks, et, le cas échéant, quelle est la ventilation des dépenses par (i) espèce, (ii) province, (iii) zone, (iv) sous-zone, (v) année; h) si la réponse en g) est négative, (i) existe-t-il des projets pour ce genre de dépense, (ii) quelles sont les raisons motivant l’absence de dépense sur le sujet; i) le MPO a-t-il commencé à « rapidement développer ou mettre à jour les connaissances biologiques essentielles à la gestion durable » des stocks de homard des zones 15, 16, 17 et 18, comme recommandé par l’Avis scientifique 2019/059, et, le cas échéant, quelle est la ventilation des mesures prises par (i) zone, (ii) sous-zone, (iii) année; j) si la réponse en i) est négative, (i) existe-t-il des projets pour cela, (ii) quelles sont les raisons motivant l’absence de mesure; k) le MPO a-t-il une explication relative à l’augmentation dans les 10 dernières années de l’intervalle de confiance à 95 % dans l’évaluation de la biomasse estimée du stock de la division 4T de l’OPANO, et, le cas échéant, quelle est cette explication; l) si la réponse en k) est négative, pourquoi le MPO ne peut-il pas expliquer cette augmentation?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 445 --
Mme Marilène Gill:
En ce qui concerne les processus d’examen par les pairs du ministère des Pêches et des Océans (MPO) organisés par le Secrétariat canadien de consultation scientifique (SCCS): a) comment se déroule précisément ce processus d’examen par les pairs; b) la participation aux réunions d’avis scientifique par les pairs est-elle seulement possible sur invitation, et, le cas échant, (i) pourquoi est-ce le cas, (ii) comment sont choisis les pairs, (iii) qui est responsable de la sélection des pairs, ou sinon, quelle est la procédure pour assister aux réunions; c) avant une réunion d’avis scientifique, l’ensemble des pairs reçoit-il (i) l’étude préliminaire, et, le cas échéant, combien de temps ont-ils pour l’étudier, ou sinon, quelles sont les raisons qui motivent cette décision, (ii) les données de cette étude, et, le cas échéant, combien de temps ont-ils pour les étudier, ou sinon, quelles sont les raisons qui motivent cette décision; d) est-il possible pour une personne ou un groupe d’exprimer son avis (i) sans avoir été invité, et, le cas échéant, quelle est la procédure, ou sinon, quelles sont les raisons qui motivent cette décision, (ii) sans être présent aux réunions d’avis scientifique et en ayant été invité, et, le cas échéant, quelle est la procédure, ou sinon, quelles sont les raisons qui motivent cette décision, (iii) sans être présent aux réunions d’avis scientifique et sans être invité, et, le cas échéant, quelle est la procédure, ou sinon, quelles sont les raisons qui motivent cette décision; e) est-il possible d’assister aux réunions en tant qu’observateur, et, le cas échéant, (i) quelle est la procédure, (ii) faut-il être invité, ou sinon, quelles sont les raisons qui motivent cette décision; f) pour chacun des processus d’examen par les pairs du MPO organisés par le SCCS, quelle est la ventilation du nombre de représentants pour chaque rencontre depuis 2010 étant affiliés (i) au MPO, (ii) au gouvernement fédéral en excluant le MPO, (iii) au gouvernement du Québec (iv) au gouvernement de la Colombie-Britannique, (v) au gouvernement de l’Alberta, (vi) au gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard, (vii) au gouvernement du Manitoba, (viii) au gouvernement du Nouveau-Brunswick, (ix) au gouvernement de la Nouvelle-Écosse, (x) au gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, (xi) au gouvernement de l’Ontario, (xii) au gouvernement de la Saskatchewan, (xiii) au gouvernement du Nunavut, (xiv) au gouvernement du Yukon, (xv) au gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, (xvi) aux conseils de bande, (xvii) à une université québécoise, (xviii) à une université canadienne, (xix) à une université américaine, (xx) à l’industrie de la pêche non autochtone, (xxi) à l’industrie de la pêche autochtone, (xxii) à un groupe autochtone non affilié à l’industrie de la pêche, (xxiii) à un groupe environnemental, (xxiv) à un groupe de protection de la faune, (xxv) à un autre groupe; g) quelle est la définition du mot consensus utilisée dans le cadre des processus des examens par les pairs du MPO organisés par le SCCS; h) la sélection des intervenants vise-t-elle à favoriser l’absence d’opposition aux conclusions proposées par le MPO; i) les procédures du processus des examens par les pairs visent-elles à favoriser l’absence d’opposition aux conclusions proposées par le MPO; j) la méthodologie du processus des examens par les pairs vise-t-elle à favoriser l’absence d’opposition aux conclusions proposées par le MPO?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 446 --
Mme Marilène Gill:
En ce qui concerne la pêche récréative encadrée par le ministère des Pêches et des Océans (MPO) depuis 2000: a) quel est le revenu revenant au MPO qui provient de la vente de permis de pêche récréative, ventilé par (i) année, (ii) entité fédérée, (iii) zone de pêche, (iv) sous-zone, (v) type d’espèce; b) quel est le montant total des dépenses effectuées par le MPO pour encadrer la pêche récréative, ventilé par (i) année, (ii) entité fédérée, (iii) zone de pêche, (iv) sous-zone, (v) type d’espèce; c) quelles mesures sont prises pour assurer le respect des règlements entourant la pêche récréative, ventilées par (i) année, (ii) entité fédérée, (iii) zone de pêche, (iv) sous-zone, (v) type d’espèce; d) quel est le nombre moyen d’agents de pêche attitrés spécifiquement à la surveillance de la pêche récréative, ventilé par (i) année, (ii) entité fédérée, (iii) zone de pêche, (iv) sous-zone, (v) type d’espèce; e) quels outils technologiques sont utilisés pour assurer le respect des règlements entourant la pêche récréative, ventilés par (i) année, (ii) entité fédérée, (iii) zone de pêche, (iv) sous-zone, (v) type d’espèce?; f) quel est le nombre de constats d’infraction remis par le MPO grâce à l’utilisation d’outils technologiques, ventilé par (i) année, (ii) entité fédérée, (iii) zone de pêche, (iv) sous-zone, (v) type d’outil technologique; g) quel est le montant total de l’ensemble des constats d’infraction remis par le MPO grâce à l’utilisation d’outils technologiques, ventilé par (i) année, (ii) entité fédérée, (iii) zone de pêche, (iv) sous-zone, (v) type d’outil technologique; h) quel est le montant total de l’ensemble des constats d’infraction relative à la pêche récréative ayant été remis par le MPO, ventilé par (i) année, (ii) entité fédérée, (iii) zone de pêche, (iv) sous-zone, (v) type d’espèce?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 447 --
Mme Cheryl Gallant:
En ce qui concerne les comités des sous-ministres du Bureau du Conseil privé, pour les exercices 2015-2016, 2016-2017, 2017-2018, 2018-2019 et 2019-2020, ventilés par comité: a) quels sont le nom et les qualifications de chaque membre; b) quelle est la rémunération versée aux membres pour siéger aux comités, ventilée par membre; c) quelles sont les dépenses réclamées par les membres pour l’exercice des travaux des comités, ventilées par membre?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 448 --
Mme Cheryl Gallant:
En ce qui concerne les agences de développement régional (ADR) et l’annonce faite le 17 avril 2020 pour « un soutien financier de 675 millions de dollars aux petites et aux moyennes entreprises qui n’ont pas accès aux mesures de soutien actuelles du gouvernement pour répondre à la COVID-19 [et qui] se fera par l’intermédiaire des agences de développement régional du Canada »: a) quelle part des 675 millions de dollars chacune des ADR recevra-t-elle; b) pour chaque ADR, comment les fonds seront-ils versés aux entreprises, avec ventilation par programme; c) pour chaque réponse en b), quels sont les détails de chaque programme, ventilé par (i) type de financement, (ii) critère d’admissibilité, (iii) montant maximal admissible par demandeur, (iv) échéances des demandes, (v) nombre de demandes reçues, (vi) nombre de demandes approuvées; d) pour chaque demandeur en c), quels sont les détails du demandeur, ventilé par (i) nom, (ii) emplacement, (iii) code du Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN), (iv) montant demandé, (v) montant approuvé, (vi) état du projet, (vii) circonscription électorale fédérale?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 449 --
M. Peter Julian:
En ce qui concerne les mesures de soutien aux entreprises dans le cadre de la COVID-19 et les vérifications de l'Agence du revenu du Canada (ARC) des pratiques d'évasion fiscale et d'évitement fiscal abusif, depuis le 11 mars 2020: a) combien de vérifications ont été effectuées par l’ARC afin de s’assurer que les entreprises ne pratiquent pas l’évasion fiscale et l’évitement fiscal abusif, ventilé par nombre d'entreprises; b) parmi les entreprises qui ont subi des vérifications de l'ARC en a), combien ont bénéficié d'une mesure de soutien et combien ont été privées d'une mesure de soutien en raison de leur pratique de l'évasion fiscale et de l'évitement fiscal abusif?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 450 --
M. Peter Julian:
En ce qui concerne les efforts de l'Agence du revenu du Canada (ARC) dans la lutte contre l'évasion fiscale et l'évitement fiscal abusif, depuis le 1er mars 2016: a) combien d'entreprises ont été signalées par les systèmes informatiques de l'ARC, ventilées par (i) entreprises associées à l'évasion fiscale; (ii) entreprises associées à la fraude ou à des indicateurs de fraude, (iii) entreprises associées à l'évitement fiscal abusif; b) parmi les entreprises signalées en a), combien ont demandé la Subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC); c) parmi les demandes de SSUC en b), combien ont été acceptées et combien ont été refusées en raison de pratiques d'évasion fiscale et d'évitement fiscal abusif?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 451 --
M. Kenny Chiu:
En ce qui concerne la réaction du gouvernement aux arrestations arbitraires de Martin Lee et d’autres leaders du mouvement prodémocratie à Hong Kong: a) le gouvernement canadien s’est-il opposé à ces arrestations et, dans l’affirmative, quelles mesures précises ont été prises pour faire valoir cette opposition; b) quelles assurances précises, le cas échéant, le gouvernement a-t-il reçues garantissant que les citoyens canadiens à Hong Kong ne fassent pas l’objet d’arrestation ou de préjudice relativement au mouvement prodémocratie; c) que fait le Canada pour surveiller la situation afin de s’assurer que la Loi fondamentale de Hong Kong est respectée, y compris les droits, les protections et les privilèges qu’elle confère aux défenseurs de la démocratie?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 452 --
M. James Cumming:
En ce qui concerne les véhicules achetés par le gouvernement pour le Sommet du G7, en 2018: a) combien de véhicules ont été achetés; b) au moment de l’achat, quelle était la valeur marchande de chaque véhicule acheté; c) combien de véhicules en a) ont été mis en vente par le gouvernement; d) en ce qui concerne les véhicules mentionnés en c), combien ont été vendus; e) quel était le prix de vente de chaque véhicule; f) en ce qui concerne les véhicules mentionnés en c), combien (i) n’ont pas été vendus, (ii) sont encore en vente, y compris le prix de vente de chacun, (iii) sont utilisés par le gouvernement, (iv) sont entreposés?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 453 --
M. Dave Epp:
En ce qui concerne les modifications à la conception des navires de combat de surface canadiens (NCSC) ainsi que l’augmentation du coût par navire et le report de la date de début de la construction qui y sont associés: a) combien de navires sont expressément visés par la première phase du contrat avec Irving Shipbuilding; b) quelle est la plus récente estimation des coûts pour les trois premiers navires, telle qu’elle a été présentée au sous-ministre adjoint (Matériels) de la Défense et au commandant de la Marine royale canadienne (MRC); c) quelles sont les modifications de conception particulières envisagées qui sont censées accroître la taille, la capacité, la vitesse et le poids de la frégate T26 par rapport à la conception originale du Royaume-Uni; d) qui a proposé chaque modification et approuvé les modifications comme étant essentielles pour les opérations de la MRC; e) quelle est la justification pour chacune des modifications de conception envisagées en fonction des risques liés à l’échéancier et au budget; f) le cas échéant, quels sont les préoccupations ou problèmes liés aux coûts, à la vitesse, à la taille, au poids et à l’affectation des équipages de la conception de la frégate T26 que le ministère de la Défense nationale, des conseillers indépendants ou des experts techniques ont signalés; g) quel est l’état actuel des opérations et des exigences techniques des NCSC; h) quel est l’échéancier pour chaque (i) modification de conception, (ii) approbation de contrat, (iii) rapport indépendant des conseillers, y compris des avant-projets de rapports; i) quel est le coût des pièces de rechange pour chacun des NCSC; j) quel est le coût des mises à niveau de l’infrastructure pour la flotte de NCSC?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 454 --
M. Dave Epp:
En ce qui concerne les navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique (NPEA): a) quelles exigences opérationnelles ont été établies par la Garde côtière canadienne (GCC) pour les deux navires supplémentaires; b) les deux NPEA destinés à la GCC nécessiteront-ils une nouvelle conception ou des modifications et, si tel est le cas, quelles seront les modifications requises; c) quels seront les coûts précis des modifications; d) quand et dans quels rapports la GCC a-t-elle déterminé pour la première fois que des NPEA étaient nécessaires; e) la GCC a-t-elle relevé des risques ou des difficultés quant à l’exploitation des deux NPEA et, si tel est le cas, quels sont ces risques; f) quels seront les coûts estimatifs totaux des deux NPEA pour la GCC?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 455 --
M. Dave Epp:
En ce qui concerne la Marine royale canadienne (MRC): a) quelle plate-forme de surface de la MRC est considérée comme un navire de guerre et pourquoi est-elle désignée comme telle; b) le Navire de soutien interarmées sera-t-il un navire de guerre; c) quelles caractéristiques particulières feront du Navire de soutien interarmées un navire de guerre; d) comment la MRC définit-elle la capacité opérationnelle provisoire et la capacité opérationnelle totale; e) quand le premier Navire de soutien interarmées (NSI 1) atteindra-t-il sa capacité opérationnelle provisoire et sa capacité opérationnelle totale; f) quand le deuxième Navire de soutien interarmées (NSI 2) atteindra-t-il sa capacité opérationnelle totale; g) quelle projection de coût la plus récente a été établie au titre du sous-ministre adjoint (Matériels) pour le (i) NSI 1, (ii) NSI 2?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 456 --
M. Dave Epp:
En ce qui concerne la flotte de sous-marins du Canada: a) quel a été le nombre total de jours passés en mer pour chaque sous-marin en (i) 2018, (ii) 2019; b) quelle somme totale a été consacrée à la réparation de chaque sous-marin en (i) 2018, (ii) 2019; c) quel est le coût total estimatif du plan d’entretien actuel des sous-marins pour (i) 2018, (ii) 2019, (iii) 2020, (iv) 2021; d) quels sont les coûts prévus pour l’entretien de la flotte de sous-marins d’ici la fin de sa vie utile?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 457 --
M. Martin Shields:
En ce qui concerne le remplacement des brise-glaces de classe polaire du Canada: a) quels sont (i) la date de remplacement prévue, (ii) les rôles de ces nouveaux navires, (iii) le budget ou le coût de leur remplacement; b) quels sont les détails relatifs à l’exploitation de brise-glaces plus anciens (tels que le Louis S. St-Laurent et le Terry Fox), y compris (i) le nombre d’années qu’ils devront demeurer en service avant la construction de leurs successeurs, (ii) le nombre total de jours en mer de chaque navire en 2017, 2018 et 2019, (iii) le coût total de l’entretien en 2017, 2018 et 2019 de chaque navire de classe polaire, (iv) le coût d’entretien prévu des navires au cours de chacune des cinq prochaines années, (v) le nombre total de membres d’équipage requis pour les exploiter?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 458 --
M. Martin Shields:
En ce qui concerne le projet du gouvernement de construire 16 navires de charge polyvalents pour la Garde côtière canadienne: a) quelles sont les exigences techniques et opérationnelles pour chaque navire; b) pour chacun des contrats liés à ces navires, quel est (i) le budget prévu, (ii) le calendrier des travaux, (iii) le fournisseur, (iv) la description du travail; c) pour chaque navire, quels sont (i) le nombre total de membres d’équipage prévu, (ii) la date de livraison prévue, (iii) les risques financiers cernés dans la planification de l’acquisition de ces navires?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 459 --
M. Martin Shields:
En ce qui concerne la politique du gouvernement sur la marge bénéficiaire dans le domaine de la construction navale: a) quels risques les évaluations du gouvernement ont-elles déterminés par rapport aux contrats garantis pour (i) les navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique (NPEA), (ii) les navires canadiens de combat de surface, (iii) les frégates de la classe Halifax, et quels sont les résultats de chacune des évaluations; b) quelle est la marge bénéficiaire offerte à Irving Shipbuilding Inc. pour leur participation à la construction des (i) NPEA, (ii) navires canadiens de combat de surface, (iii) frégates de la classe Halifax; c) quelle est la marge bénéficiaire totale offerte pour les travaux garantis dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale, ventilée par contrat à prix coûtant majoré; d) quelles sont les modalités de tout examen par un tiers de la politique sur la marge bénéficiaire du Canada à l’égard des (i) NEPA, (ii) navires canadiens de combat de surface?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 460 --
M. Peter Julian:
En ce qui concerne les enquêtes sur l’évasion fiscale à l’étranger de l'Agence du revenu du Canada et les scandales des Panama Papers et des Paradise Papers: a) combien d'entreprises visées actuellement par ces enquêtes ont demandé une aide gouvernementale dans le cadre des mesures d'urgences liées à la COVID-19; b) parmi les demandes d'aide des entreprises en a), combien ont été (i) acceptées, (ii) refusées?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 461 --
M. Peter Julian:
En ce qui concerne les efforts de l'Agence du revenu du Canada (ARC) dans la lutte à l'évasion fiscale: a) combien de groupes de sociétés, qui possèdent une ou plusieurs filiales dans l'une des dix premières juridictions du classement de l'indice d’opacité financière ou de l'indice des paradis fiscaux pour les entreprises, l'ARC a-t-elle identifié; b) combien de groupes de sociétés ayant été impliqués dans des scandales financiers ou fiscaux ou ayant été jugés comme ayant reçu une aide d'État illégale l'ARC a-t-elle identifié; c) combien de groupes de sociétés ont rempli un rapport complet pays par pays, conformément à la norme de la Global Reporting Initiative; d) combien de groupes de sociétés en a), b) et c) ont bénéficié ou appliqué pour une aide du gouvernement fédéral; e) pour les cas en d), combien de demandes ont été refusées par le gouvernement?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 462 --
M. Pat Kelly:
En ce qui concerne l’année d’imposition 2020: a) quelles sont les projections de recettes fiscales à comptabiliser concernant les prestations imposables versées aux Canadiens au titre de chaque mesure d’urgence proposée; b) quelles sont les projections à l’extrémité inférieure pour chaque mesure d’urgence, ventilées par mesure; c) quelles sont les projections à l’extrémité supérieure pour chaque mesure d’urgence, ventilées par mesure; d) quels sont les estimations ou les scénarios de planification quant au nombre de demandeurs de la Prestation canadienne d’urgence dans chaque tranche d’imposition au Canada, ventilés par tranche d’imposition fédérale sur le revenu de 2019?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 463 --
M. Greg McLean:
En ce qui concerne la défense par les ministères contre des décisions du Tribunal canadien du commerce extérieur: quel est le montant des frais juridiques engagés, ventilé par (i) ministère, (ii) dépense, (iii) affaire, (iv) ressources juridiques internes, (v) ressources juridiques externes?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 464 --
M. Greg McLean:
En ce qui concerne la campagne du gouvernement pour l’obtention d’un siège au Conseil de sécurité des Nations unies en 2021: quelle somme a été affectée aux dépenses relatives à l’accueil, ventilée par (i) date, (ii) article ou service?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 465 --
M. Brad Vis:
En ce qui concerne les mesures prises par Service correctionnel Canada (SCC) pour lutter contre les éclosions de COVID-19 dans ses établissements, notamment l’Établissement de Mission à sécurité moyenne, en Colombie-Britannique, et l’Établissement de Port-Cartier, au Québec: a) quels procédures et protocoles ont été mis en œuvre, et quand, à l’Établissement de Port-Cartier lorsque des cas de COVID-19 ont été dépistés; b) quels procédures et protocoles ont été mis en œuvre, et quand, à l’Établissement de Mission à sécurité moyenne lorsque des cas de COVID-19 ont été dépistés; c) les procédures et protocoles standards en cas de pandémie sont-ils uniformes dans toute l’organisation nationale de SCC; d) si la réponse donnée en c) est négative, pourquoi; e) si la réponse donnée en c) est affirmative, quelles sont les différences entre les mesures prises par SCC à l’Établissement de Port-Cartier et à l’Établissement de Mission à sécurité moyenne; f) à l’Établissement de Mission à sécurité moyenne, à quelle date les employés ont-ils reçu du matériel de protection individuelle et quel matériel leur a-t-on distribué; g) à l’Établissement de Mission à sécurité moyenne, à quelle date les détenus ont-ils reçu du matériel de protection individuelle et quel matériel leur a-t-on distribué; h) à l’Établissement de Port-Cartier, à quelle date les employés ont-ils reçu du matériel de protection individuelle et quel matériel leur a-t-on distribué; i) à l’Établissement de Port-Cartier, à quelle date les détenus ont-ils reçu du matériel de protection individuelle et quel matériel leur a-t-on distribué?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 466 --
M. Brad Vis:
En ce qui concerne le Fonds de soutien aux communautés autochtones (FSCA) de 305 millions de dollars prévu dans le Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19, dont 39 567 000 $ ont été alloués aux Premières Nations de la Colombie-Britannique et 3 750 000 $ aux Métis de la Colombie-Britannique: a) quels montants ont été accordés à chacune des bandes autochtones qui se trouvent dans la circonscription de Mission—Matsqui—Fraser Canyon ou en périphérie de celle-ci, dont les bandes de Cook’s Ferry, des Nations de Skatin, de Douglas, de Spuzzum, de la Première Nation de Ts'kw'aylaxw, de Samahquam, de Sts'ailes, de Bridge River, de Tsal'alh, d’Ashcroft, de la Première Nation de Boston Bar, de la Première Nation de Skawahlook, de la Première Nation Sq'éwlets, Bonaparte, Nicomen, de la Première Nation Leq'a: mel, Union Bar, Kanaka Bar, de Siska, du ruisseau Oregon Jack, de Boothroyd, de la Première Nation Xaxli'p, de la Première Nation de T’it’q’et, de Matsqui, de Shackan, Skuppah, de Seabird Island, de Chawathil, de la Première Nation de Yale, de Cayoose Creek, de Lytton, High Bar et de la Première Nation Stswecem’c Xgat’tem; b) quels sont les accords existants utilisés pour transférer ces fonds, ventilés par bande; c) quelles sont les exigences de déclaration en vigueur, ventilées par bande et par accord de contribution; d) comment les bandes doivent-elles informer leurs membres de la façon dont les fonds d’urgence ont été dépensés; e) de quelle façon les bandes sont-elles tenues de faire rapport au ministère des Services aux Autochtones et de lui transmettre leurs reçus ou un compte rendu de la manière dont les fonds ont été dépensés ou versés pour soutenir les membres de la bande?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 467 --
M. Todd Doherty:
En ce qui concerne les stocks gouvernementaux d’équipement de protection individuelle (EPI): a) quel était le volume précis d’EPI dans les stocks en date du 1er février 2020, ventilé par article; b) combien d’EPI ont-ils été détruits ou autrement retirés des stocks entre le 1er janvier 2016 et le 1er mars 2020; c) quels sont les détails des destructions et retraits en b), y compris (i) la date, (ii) le nombre d’articles retirés, ventilé par type d’article, (iii) la raison du retrait; d) quels sont les détails des ajouts d’articles aux stocks entre le 1er janvier 2016 et le 1er mars 2020, y compris (i) la date, (ii) les articles ajoutés, (iii) le volume, (iv) la valeur financière?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 468 --
M. James Cumming:
En ce qui concerne l’équipement de protection individuelle (EPI) acheté depuis le 1er janvier 2020: a) quel est le nombre d’articles d’EPI achetés; b) quel est le prix de chaque article au moment de l’achat, ventilé par (i) date d’achat, (ii) article, (iii) montant total de chaque type d’EPI par transaction?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 469 --
M. James Cumming:
En ce qui concerne les écouvillons contaminés et les masques N95 rejetés ou défectueux dont Services publics et Approvisionnement Canada a fait l’acquisition: a) quels sont les fournisseurs ayant fourni ces produits; b) depuis le 1er janvier 2016, quels autres achats ont été faits par le gouvernement auprès de ces fournisseurs, les achats étant ventilés selon (i) la date d’achat, (ii) le produit ou service acheté, (iii) le nombre d’unités du produit ou du service acheté par transaction?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 470 --
M. James Cumming:
En ce qui concerne les achats d’équipements de protection individuelle (EPI) depuis le 1er janvier 2020: a) combien de préavis d’adjudication de contrats (PAC) concernant les EPI ont été diffusés; b) pour les PAC en a), (i) combien de soumissionnaires y avait-il pour chaque préavis, (ii) quels étaient les soumissionnaires pour chaque préavis; c) qui a remporté chaque contrat?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 471 --
M. Scott Reid:
En ce qui concerne la préparation et la réponse à la COVID-19: a) quelles provinces et quels territoires ont signé l’Entente multilatérale sur l’échange de renseignements (EMER), et à quelles dates chaque province et territoire l’a-t-il signé; b) quelles provinces et quels territoires ont refusé de signer l’EMER, à quelles dates leurs refus ont-ils été présentés, et quelles objections les provinces et les territoires ont-ils respectivement soulevées à la signature; c) quelles provinces et quels territoires se sont retirés de l’EMER après l’avoir signée, et à quelles dates leurs retraits sont-ils entrés en vigueur; d) l’EMER est-elle actuellement en vigueur, et, si tel n’est pas le cas, pourquoi; e) quelles provinces et quels territoires ont signé le Protocole d’entente fédéral-provincial-territorial sur le partage de renseignements pendant une urgence de santé publique (PE sur le partage de renseignements), et à quelles dates chaque province et territoire l’a-t-il signé; f) quelles provinces et quels territoires ont refusé de signer le PE sur le partage de renseignements, et à quelles dates leurs refus ont-ils été présentés; g) quelles provinces et quels territoires se sont retirés du PE sur le partage de renseignements après l’avoir signé, et à quelles dates leurs retraits sont-ils entrés en vigueur; h) le PE sur le partage de renseignements est-il actuellement en vigueur, et, si tel n’est pas le cas, pourquoi; i) quelles provinces et quels territoires utilisent le Formulaire de déclaration des cas d’infection – maladie à coronavirus (COVID-19) de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC); j) quel pourcentage des cas connus de COVID-19 au Canada a été déclaré à l’aide du Formulaire de déclaration des cas de COVID-19 de l’ASPC par rapport à d’autres moyens de déclaration; k) lorsque, dans le Formulaire de déclaration des cas de COVID-19 de l’ASCP, il est demandé d’envoyer « les déclarations par voie électronique de façon sécurisée ou par télécopieur », quelles méthodes de transmission sécurisées l’ASPC utilise-t-elle, et quelles méthodes sont employées, ventilées par province et territoire; l) quel pourcentage des cas connus de COVID-19 déclarés à la l’ASPC ont été signalés par télécopieur ou par la poste; m) combien d’équivalents temps plein l’ASPC emploie-t-elle en tant que membres de son effectif ou en tant que contractuels pour entrer électroniquement les déclarations de cas de COVID-19 reçues par télécopieur ou par la poste; n) à l’ASPC, quel est le délai le plus court, le délai le plus long et le délai moyen pour entrer électroniquement une déclaration de cas de COVID-19 après l’avoir reçue par télécopieur ou par la poste; o) quelle est la raison de l’écart entre le nombre total de cas de COVID-19 indiqué par le gouvernement du Canada dans son site Web « Maladie à coronavirus (COVID-19): Mise à jour sur l’éclosion » et le nombre inférieur de cas accompagnés de données épidémiologiques précises, indiqué dans le site Web intitulé « Cas confirmés détaillés de maladies à coronavirus (COVID-19) »; p) quels facteurs contribuent à l’écart entre la « date de l’épisode » pour un cas de COVID-19 et la « date de dernière mise à jour du cas », en ce qui concerne les données en o); q) quelles provinces et quels territoires se sont opposés à la divulgation publique de leurs données détaillées sur les cas de COVID-19, comme dans le site Web « Cas confirmés détaillés de maladies à coronavirus (COVID-19) », et, pour chaque province et territoire, quels sont les détails ou les grandes lignes de leur opposition; r) pourquoi, en concevant son Formulaire de déclaration des cas de COVID-19, l’ASPC a-t-elle choisi de ne pas recueillir de données sur l’appartenance ethnique ou la race des personnes, comme le font d’autres autorités de santé publique; s) pourquoi le gouvernement n’a-t-il pas utilisé les pouvoirs que lui confère l’article 15 de la Loi sur l’Agence de la santé publique du Canada pour mieux recueillir et analyser les données sur les cas de COVID-19 que possèdent les provinces; t) pourquoi l’ASPC n’a-t-elle pas encore publié de modèle épidémiologique de la COVID-19 comprenant une divulgation publique scientifiquement détaillée de la méthode de modélisation, du code informatique et des paramètres d’entrée; u) pour quelles raisons l’ASPC ne publie-t-elle pas un modèle quotidien de la COVID-19 comprenant des données estimatives actualisées sur le taux de reproduction effectif (R), comme l’a fait la Norvège dans son modèle du 8 mai 2020; v) quelles sont la valeur, la durée, les objectifs et les réalisations attendues du contrat accordé par le gouvernement du Canada à Blue Dot pour la modélisation de la COVID-19, annoncé par le premier ministre le 23 mars 2020; w) avec quels autres particuliers ou entreprises le gouvernement du Canada a-t-il passé un contrat pour la modélisation de la COVID-19, et, pour chaque contrat, quels sont (i) la value, (ii) la durée, (iii) les objectifs, (iv) les réalisations attendues; x) certains des contrats passés pour la COVID-19 comportent-ils des clauses de confidentialité limitant la liberté des entrepreneurs de divulguer l’information, la méthode ou les conclusions associées à leurs modèles et, si tel est le cas, quels sont les contrats concernés et quelles sont les conditions de confidentialité; y) quel est le montant total des dépenses fédérales affectées au système Panorama sur les données de santé publique et de vaccination depuis son lancement; z) quelles provinces et quels territoires utilisent les modules de Panorama sur la gestion des éclosions de maladies et sur la gestion des cas de maladies transmissibles pour déclarer des renseignements sur la COVID-19 au gouvernement fédéral; aa) dans quelle mesure le gouvernement fédéral a-t-il accès aux données sur l’éclosion et sur les cas de COVID-19 contenues dans le système Panorama, et, le cas échéant, pour quelles raisons l’accès aux données est-il limité; bb) quelles mesures le gouvernement fédéral a-t-il prises pour veiller à ce que, lorsque les données existent, il ait accès aux données de vaccination pour la COVID-19 contenues dans le système Panorama; cc) dans quelle mesure le système Panorama satisfait-il aux objectifs de cueillette et de déclaration de données du rapport du gouvernement fédéral intitulé « Leçons de la crise du SRAS – Renouvellement de la santé publique au Canada »; dd) le système Panorama a-t-il fait l’objet d’un audit, et, si tel est le cas, quels sont les détails des conclusions de l’audit, y compris la date de l’audit, son auteur et les normes de vérification appliquées?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 475 --
M. John Barlow:
En ce qui concerne les pertes de revenus agricoles attribuables à la pandémie de COVID-19: a) Agriculture et Agroalimentaire Canada ou Financement agricole Canada ont-ils analysé les projections de pertes de revenus causées par la pandémie; b) à combien les pertes projetées s’élèvent-elles, ventilées par secteur agricole?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 476 --
M. John Nater:
En ce qui a trait à l’éloignement physique et aux autres mesures de protection à respecter à l’égard des chauffeurs et des véhicules ministériels pendant la pandémie de COVID-19: a) quelles mesures précises ont été adoptées pour assurer la sécurité des chauffeurs, y compris parmi les suivantes (i) les ministres sont tenus de porter un masque dans les véhicules, (ii) une limite du nombre de passagers a été instaurée, (iii) des places précises dans les véhicules ont été condamnées, (iv) il est interdit aux autres personnes, y compris aux membres du personnel ministériel exonéré, de voyager à bord des véhicules, (v) toute autre mesure prise pour limiter les contacts physiques rapprochés entre les chauffeurs et les ministres; b) à quelle date chacune des mesures énumérées en a) a-t-elle été (i) mise en œuvre, (ii) modifiée, (iii) annulée; c) des ministres ont-ils demandé à leur chauffeur de les conduire à l’extérieur de la région de la capitale nationale depuis le 13 mars 2020, et, le cas échéant, quels sont les détails de chaque déplacement, y compris (i) la date du déplacement, (ii) la destination, (iii) la raison, (iv) le nombre de passagers dans le véhicule, (v) la présence ou non du ministre dans le véhicule, (vi) les mesures de protection précises mises en place?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 477 --
M. Matthew Green:
En ce qui concerne le Crédit d’urgence pour les grands employeurs (CUGE), depuis la création du programme: a) combien d’entreprises ont-elles présenté une demande pour le CUGE; b) combien d’entreprises ont-elles été admissibles; c) combien de demandes d’entreprises ont-elles été rejetées; d) parmi les demandes qui ont été rejetées, combien provenaient (i) d’entreprises déclarées coupables d’évasion fiscale, (ii) d’entreprises déclarées coupables d’évitement fiscal abusif, (iii) d’entreprises ayant des filiales dans des paradis fiscaux; e) les demandes provenant d’entreprises faisant l’objet d’une enquête en lien avec les Panama Papers et les Paradise Papers ont-elles été acceptées; f) quel est le montant total actuel des dépenses relatives au CUGE, ventilé par secteur économique?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 478 --
Mme Rachel Blaney:
En ce qui concerne l’Agence du revenu du Canada (ARC) et les paradis fiscaux: a) quelle est la définition de « paradis fiscal » pour l’ARC; b) quels pays ont été identifiés comme des paradis fiscaux selon la définition de l’ARC?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 479 --
Mme Rachel Blaney:
En ce qui a trait aux activités menées par l’Agence du revenu du Canada (ARC) en application de la partie XVI de la Loi de l’impôt sur le revenu depuis novembre 2015, avec ventilation par exercice et par personne physique, fiducie et société: a) combien de vérifications ont-été effectuées; b) combien d’avis de cotisation l’ARC a-t-elle envoyés; c) quel montant total l’ARC a-t-elle recouvré jusqu’à présent?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 480 --
Mme Rachel Blaney:
En ce qui concerne Anciens Combattants Canada, ventilé par année pour les 10 exercices les plus récents pour lesquels des données existent: a) combien de demandes de prestations d’invalidité le ministère a-t-il reçues; b) parmi les demandes mentionnées à a), combien ont (i) été rejetées (ii) été approuvées (iii) fait l’objet d’un appel (iv) été rejetées en appel (v) été approuvées en appel; c) quel était le délai d’attente moyen pour une décision; d) quel était le délai d’attente médian pour une décision; e) quel était le nombre d’anciens combattants par rapport au nombre de gestionnaires de cas à la fin de chaque exercice; f) combien de demandes étaient toujours en attente d’une décision à la fin de l’exercice; g) combien d’anciens combattants étaient toujours en attente d’une décision à la fin de chaque exercice?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 481 --
Mme Rachel Blaney:
En ce qui concerne Anciens Combattants Canada (ACC): a) au cours de l’exercice le plus récent pour lequel les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois et par bureau d’ACC, y compris à l’échelle nationale, quel a été le nombre total d’heures supplémentaires travaillées, celui-ci étant à son tour ventilé par titre de poste, y compris ceux d’agent de l’Unité nationale des appels de premier palier, d’agent de l’Unité nationale des appels de deuxième palier, de gestionnaire de cas, d’agent des services aux vétérans et d’arbitre des prestations d’invalidité; b) au cours de l’exercice le plus récent pour lequel des données sont disponibles, ventilé par mois et par bureau d’ACC, y compris à l’échelle nationale, quel a été le nombre moyen d’heures supplémentaires travaillées, celui-ci étant à son tour ventilé par (i) titre de poste, y compris ceux d’agent de l’Unité nationale des appels de premier palier, d’agent de l’Unité nationale des appels de deuxième palier, de gestionnaire de cas, d’agent des services aux vétérans et d’arbitre des prestations d’invalidité, (ii) direction; (c) au cours de l’exercice le plus récent pour lequel les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois et par bureau d’ACC, y compris à l’échelle nationale, quel a été le coût total des heures supplémentaires, celui-ci étant à son tour ventilé par (i) titre de poste, y compris ceux d’agent de l’Unité nationale des appels de premier palier, d’agent de l’Unité nationale des appels de deuxième palier, de gestionnaire de cas, d’agent des services aux vétérans et d’arbitre des prestations d’invalidité, (ii) direction; d) au cours de l’exercice le plus récent pour lequel les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois et par bureau d’ACC, y compris à l’échelle nationale, quel a été le nombre total de demandes de prestations d’invalidité, celui-ci étant à son tour ventilé par (i) nouvelles demandes, (ii) demandes en attente de décision, (iii) demandes approuvées, (iv) demandes refusées, (v) demandes portées en appel; e) au cours de l’exercice le plus récent pour lequel les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois et par bureau d’ACC, y compris à l’échelle nationale, combien de nouvelles demandes de prestations d’invalidité ont été transférées à un bureau d’ACC différent de celui qui a effectué l’évaluation initiale; f) au cours de l’exercice le plus récent pour lequel les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois et par bureau d’ACC, y compris à l’échelle nationale, combien y avait-il (i) de gestionnaires de cas, (ii) d’agents des services aux vétérans; g) au cours de l’exercice le plus récent pour lequel les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois et par bureau d’ACC, y compris à l’échelle nationale et en excluant les vacances annuelles et congés de maladie usuels, combien de gestionnaires de cas ont pris un congé, et quelle a été la durée moyenne des congés; h) au cours de l’exercice le plus récent pour lequel les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois et par bureau d’ACC, y compris à l’échelle nationale et en tenant compte de tous les congés, sauf les vacances annuelles et congés de maladie usuels, combien de gestionnaires de cas étaient présents et au travail en équivalent temps plein, et quel était le ratio entre gestionnaire de cas et vétérans; i) au cours de l’exercice le plus récent pour lequel les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois et par bureau d’ACC, y compris à l’échelle nationale, combien de dossiers de vétéran ont été retirés du gestionnaire de cas responsable; j) au cours de l’exercice financier le plus récent pour lequel les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois et par bureau d’ACC, y compris à l’échelle nationale, quel a été le nombre maximal de cas attribués à un gestionnaire de cas; k) au cours de l’exercice le plus récent pour lequel les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois et par bureau d’ACC, y compris à l’échelle nationale, combien de vétérans étaient en attente d’un gestionnaire de cas; l) au cours de l’exercice le plus récent pour lequel les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois et par bureau d’ACC, y compris à l’échelle nationale, pour ce qui est du travail réalisé habituellement par les gestionnaires de cas et les agents des services aux vétérans à l’emploi régulier d’ACC, (i) combien de contrats ont été accordés, (ii) quelle a été la durée de chaque contrat, (iii) quelle a été la valeur de chaque contrat; m) au cours de l’exercice le plus récent pour lequel les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par bureau d’ACC, quels ont été les résultats concernant les normes de service; n) quel est le mécanisme de suivi du transfert des cas entre les gestionnaires de cas lorsque l’un d’eux prend congé, en excluant les vacances annuelles et congés de maladie usuels; o) quelle est la méthode employée par le ministère pour calculer le ratio entre gestionnaire de cas et vétérans; p) quelles sont les mesures d’assurance de la qualité que prend le ministère à l’égard des gestionnaires de cas, et quelles sont les adaptations prises lorsque le nombre de cas dont s’occupe un gestionnaire de cas change; q) durant les cinq derniers exercices pour lesquels les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois, combien de personnes ont-elles été embauchées par le ministère; r) combien parmi les personnes en q) ont conservé leur emploi à la fin de la période probatoire; s) parmi les personnes en q) qui n’ont pas conservé leur emploi à la fin de la période probatoire, combien n’ont pas vu leur contrat prolongé par le ministère; t) le ministère fait-il le suivi des raisons pour lesquelles les employés ne conservent pas leur emploi à la fin de la période probatoire et, le cas échéant, tout en respectant la vie privée de ces anciens employés, quelles sont les raisons pour lesquelles ceux-ci n’ont pas conservé leur emploi; u) en ce qui concerne les personnes dont on parle en q) qui choisissent de quitter leur emploi à un moment ou à un autre durant la période de 12 mois, des entrevues de fin d’emploi ont-elles été menées et, le cas échéant, tout en respectant la vie privée de ces personnes, quelles ont été les raisons invoquées, celles-ci étant ventilées par bureau d’ACC; v) durant les cinq derniers exercices pour lesquels les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois, combien de vétérans des Forces armées canadiennes ont-ils été embauchés par le ministère; w) parmi les vétérans en v), combien d’entre eux ont conservé leur emploi au terme de la période probatoire de 12 mois; x) parmi les vétérans en v) qui ne travaillent plus pour le ministère, (i) combien n’ont pas vu leur contrat prolongé par le ministère, (ii) combien n’ont pas été retenus après la période probatoire; y) si le ministère fait le suivi des raisons pour lesquelles les employés ne conservent pas leur emploi à la fin de la période probatoire, tout en respectant la vie privée de ces anciens employés, quelles sont les raisons pour lesquelles ceux-ci ne conservent pas leur emploi à la fin de la période probatoire; z) parmi les vétérans en v) qui choisissent de quitter leur emploi à un moment ou à un autre durant la période de 12 mois, des entrevues de fin d’emploi ont-elles été menées et, le cas échéant, tout en respectant la vie privée de ces vétérans, quelles ont été les raisons invoquées, celles-ci étant ventilées par bureau d’ACC; aa) durant les cinq derniers exercices pour lesquels les données sont disponibles, celles-ci étant ventilées par mois, combien d’employés ont-ils quitté leur emploi à ACC; bb) en ce qui concerne les employés en aa) qui ont quitté leur emploi, des entrevues de fin d’emploi ont-elles été menées et, le cas échéant, tout en respectant la vie privée de ces anciens employés, quelles ont été les raisons invoquées, celles-ci étant ventilées par bureau d’ACC?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 482 --
M. Alistair MacGregor:
En ce qui concerne l’Agence du revenu du Canada (ARC) et les paradis fiscaux: l’ARC considère-t-elle les îles Caïmans et la Barbade comme des paradis fiscaux?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 483 --
M. Alistair MacGregor:
En ce qui concerne l’accord d’échange de renseignements fiscaux signé entre le Canada et les îles Caïmans, depuis l’entrée en vigueur de l’accord, ventilé par exercice: a) combien de fois l’Agence du revenu du Canada (ARC) a-t-elle reçu des renseignements des îles Caïmans; b) combien de fois l’ARC a-t-elle transmis des renseignements aux îles Caïmans; c) combien d’examens fiscaux l’ARC a-t-elle effectués sur place aux îles Caïmans; d) combien d’enquêtes de l’ARC les îles Caïmans ont-elles refusées; e) combien de vérifications ont été effectuées par l’ARC; f) combien d’avis de cotisation l’ARC a-t-elle établis; g) quelle somme l’ARC a-t-elle recouvrée au total?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 484 --
M. Alistair MacGregor:
En ce qui concerne les modifications apportées au Règlement sur les grains du Canada (DORS/2020-63), édictées par l’adoption du projet de loi C-4, Loi portant mise en œuvre de l’Accord entre le Canada, les États-Unis d’Amérique et les États-Unis mexicains, qui ont modifié la Loi sur les grains du Canada au moyen d’une procédure accélérée, en contournant la publication habituelle dans la partie I de la Gazette du Canada et en éliminant la période d’observations du public, et ont été publiées dans la partie II de la Gazette du Canada, volume 154, numéro 9: a) quels sont les détails de l’ensemble des réunions, tables rondes, téléconférences, assemblées publiques et autres consultations relatifs aux grains tenus pendant la négociation de l’ACEUM/ALÉNA 2.0, y compris (i) les dates, (ii) lieux, (iii) ordres du jour, (iv) procès-verbaux, (v) listes des personnes présentes et des invités, y compris les fonctionnaires et représentants du secteur agricole, et les organismes qu’ils représentent; b) pour les réunions mentonnées en a), quels sont les détails des (i) avis publiés, (ii) rapports, y compris les lieux et dates de publication; c) quels sont les détails des opinions exprimées par tous les intervenants dans le cadre de ces consultations, y compris les positions minoritaires, qui visaient à éclairer la position de négociation du gouvernement du Canada, de même que les noms et titres des responsables auxquels ces opinions des intervenants ont été communiquées; d) quels sont les détails des activités de mobilisation à l’intention des intervenants du secteur des grains à la suite de l’annonce de l’ACEUM lors desquelles les répercussions de l’Accord, les modifications potentielles des lois et règlements et les plans de mise en œuvre ont été présentés, ainsi que les rapports issus de ces activités de mobilisation qui ont éclairé la rédaction du projet de loi C-4 modifiant la Loi sur les grains du Canada, y compris les (i) dates, (ii) lieux, (iii) ordres du jour, (iv) procès-verbaux, (v) personnes présentes, y compris les fonctionnaires de la Commission canadienne des grains et d’Agriculture et Agroalimentaire Canada et représentants du secteur agricole, et les organismes qu’ils représentent; e) qui a pris la décision de tenir des consultations « minimes » sur les modifications réglementaires et la justification de cette décision alors que, comme le précise l’étude d’impact de la réglementation, les modifications sont corrélatives; f) quelle est la définition du terme « industrie » lorsqu’il est question de « dirigé par l’industrie » au sujet de l’intégration de la formule de déclaration à la livraison dans la structure actuelle de livraison des grains, et plus particulièrement si les producteurs sont compris parmi les dirigeants de l’industrie?
Response
(Le document est déposé.)
8555-431-425 Personal protective equipment8555-431-426 Additional funding for agen ...8555-431-427 Canada Emergency Care Benefit8555-431-428 Government meetings8555-431-429 Early releases from federal ...8555-431-430 COVID-198555-431-431 Personal protective equipment8555-431-432 Mobile tactical vehicles8555-431-433 Role 2 and Role 3 hospitals8555-431-434 Bank of Canada8555-431-435 Bank of Canada ...Show all topics
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-05-13 16:10 [p.2293]
Mr. Speaker, when I was teaching at CEGEP and at the university, I would explain to my students that market globalization meant that some sectors were protect by governments because they were important sectors for a society like ours. I always gave the example of agriculture, since it is important to ensure that a country can feed its people itself so as not to be held hostage, as we saw recently with health equipment. If we do not want to be held hostage, we have to take care of our agricultural sector.
What happened when the Conservatives were in power? They were the first to sacrifice milk quotas on the altar of international trade. They were the first to sell Quebec milk quotas to open the borders to the benefit of western Canada. The Liberal Party followed suit.
The Conservatives criticize the government. They see the beam in their neighbour's eye. It is not a beam that they have in their own eyes, but a dozen two by fours.
The member for Beauce knows that they were the first party to make sure that milk quotas were jeopardized by international trade and trade deals. They were the first to roll over before other countries and fail to protect Quebec dairy producers. While the Conservatives are criticizing the government today, they are in an uncomfortable situation.
Monsieur le Président, quand j'étais enseignant au cégep et à l'université, j'expliquais à mes étudiants que la mondialisation des marchés faisait que certains domaines étaient protégés par les gouvernements, parce qu'il s'agit de domaines importants pour une société comme la nôtre. Je donnais toujours l'exemple de l'agriculture, puisqu'il est important de faire en sorte de nourrir soi-même sa population, afin de s'assurer de ne pas être victime de chantage, comme cela a récemment été le cas relativement à l'équipement sanitaire. Si nous ne voulons pas être victimes de chantage, nous devons prendre soin de notre secteur agricole.
Qu'est-il arrivé lorsque les conservateurs étaient au pouvoir? Ils ont été les premiers à mettre sur l'autel du commerce international le destin des quotas de lait. Ils ont été les premiers à vendre les quotas de lait québécois pour ouvrir les frontières afin d'en faire profiter de l'ouest du pays. Ce piètre exemple a été suivi par le Parti libéral.
Les conservateurs critiquent le gouvernement. Ils voient la poutre dans l'œil de leur voisin. Quant à eux, ce n'est pas une poutre qu'ils ont dans l'œil, c'est une dizaine de « 2 x 4 ».
Le député de Beauce sait qu'ils ont été les premiers à faire en sorte que les quotas de lait soient abîmés par le commerce international dans les ententes commerciales. Ils ont été les premiers à s'écraser devant les autres pays et à ne pas protéger les producteurs laitiers québécois. Même si les conservateurs critiquent aujourd'hui le gouvernement, ils sont dans une position très gênante.
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2020-05-13 18:28 [p.2314]
Mr. Speaker, the Green Party supports this legislation to amend the Canadian Dairy Commission Act. We also support additional measures to help our farmers.
As has been pointed out by many other hon. members in this place today, Canadian farmers need help. They need help to deal with the sudden disappearance of demand for their products. Tens of thousands of restaurants, cafés and diners closed their doors two months ago. Hotels and schools were emptied out. At that moment, the demand for dairy products to go into their coffees, baked goods, sandwiches and desserts evaporated.
Dairy cows do not suddenly stop producing milk when the demand for it disappears. And as dairy farmers cannot lower production quickly, they were faced with an unstoppable supply and no demand. Some milk was dumped, but instead of dumping it all, dairy producers across the country have donated hundreds of thousands of litres of excess milk to those in need. Dairy Farmers of Canada has announced that producers have committed to donate $10 million of dairy products to food banks across the country. Dairy producers have also donated hundreds of thousands of dollars in cash. I applaud them for their support feeding people in need.
The Green Party does not like to see anything wasted. We believe in the idea of a circular economy, where nothing is wasted and every product has a full life cycle, so I can say we do not like to see dairy products dumped needlessly. Dedicating more federal funds to help with the storage of butter and cheese is an important way the government can support dairy farmers and avoid wasting valuable food.
Unfortunately, the trouble for Canada's farmers and for food security in this country did not begin with the COVID-19 crisis, and it will not end when restaurants and cafés reopen.
The average age of a farmer in Canada is 55. Most aging farmers who have been surveyed report they have no succession plan for their family farms. Families that want to transfer farms between generations should be able to do so without facing a huge tax bill. This is something we can also fix.
At the same time, more and more young people are pursuing farming as an occupation. That is the good news. The bad news is that unless they grew up on a family farm and intend to take over from their parents, many young farmers have great difficulty accessing land to farm.
In British Columbia high property values are a major factor. On one hand, agricultural properties that are not protected by the agricultural land reserve are increasingly being developed for housing. On the other hand, ALR-protected farmlands that are not available for development are still too costly for young farmers to buy or lease. The unfortunate result of this situation is that agricultural lands end up sitting fallow or not being used for food production.
On Vancouver Island we have a very long growing season and one of the best climates in Canada for food production. We also have a large amount of prime agricultural land, but the number one crop being grown on Vancouver Island is hay.
Why are we not growing more food? This is a very relevant question to be asking right now. Food production has become too centralized and we are far too dependent on international supply chains. Up until the 1950s, about 85% of the food consumed on Vancouver Island was grown on Vancouver Island. Now we import 95% of the food we eat.
In the event of a serious supply chain disruption, such as an earthquake, Vancouver Island would be in a very perilous situation. We have a three-day supply of food in our stores and warehouses. We have a growing population. We need to get very serious about increasing our capacity to produce food locally.
That applies across the country. We urgently need to support efforts to relocalize food production. It is one of the most powerful actions we can take to develop resilient communities that will be able to weather the challenges of climate change in the coming decades.
The COVID-19 pandemic has brought to light many issues and weaknesses in our food production chains in this country.
Nearly a decade ago, the federal government got out of inspections of abattoirs and passed that responsibility on to the provinces. The fallout of that decision is still rippling through small farms in B.C. today. Many small regional abattoirs shut down, because it was too expensive to comply with new provincial regulations that mandated a separate, dedicated washroom and office for the inspectors when they visited.
In many cases, this just strengthened the market position of big corporate players. Now, small-scale farmers who used to get their animals processed close to home at their local abattoir have to truck their animals for hours to a large abattoir. In many cases, the large abattoirs charge more than they used to pay and have large minimum orders.
Many small-scale farmers have had to get out of raising animals for meat. Every time this happens, it hurts local food security. It increases centralization in our food production, and it also means a lower quality of life for the animals being raised.
Many small farmers have farms that resemble the farms in children's books. Large industrial farms with tens of thousands of animals being raised in close confinement have very little to do with the farms in our children's storybooks. Bigger is not always better. The move to big feedlots and bigger slaughterhouses has led to issues such as the spread of COVID-19 among the workers. This is a provincial issue. Nonetheless, it has created serious problems for farmers and for the supply chain, and it will increase food prices for consumers.
The canola trade issue with China has highlighted another problem. Concentrating agricultural production on certain export crops leaves our farmers susceptible to trade disputes and unfair trade practices. It is important that Canada continue to do its part to feed the world when so many are going hungry, but it is just as important to ensure that low- and middle-income countries have the ability to feed their own populations, and direct foreign aid can help increase the capacity in those countries to help them become more self-reliant.
As I mentioned earlier, re-localizing our food production is key. For the first time in decades, we are seeing a significant increase in the number of young people who want to be farmers. That is a trend we can support and encourage. We need to figure out what role the government can play in connecting young farmers with land that they can farm on. These kinds of arrangements require long-term thinking, because it can take years to bring a former hayfield back to food production, but it can be done and is worth doing.
Organic regenerative farming can sequester carbon. It is a key tool in the fight against climate change. We need to support organic regenerative farming. We need to increase food security with more local food production. The government should provide more local food infrastructure funding so that communities across Canada can count on locally produced food, as much as the weather in their regions will permit.
I want to give a shout-out to the Cedar Farmers Market, which opened this past weekend, and today the Island Roots Market opened outdoors for the first time this season.
Local food production enhances our food security. It lowers the carbon footprint of the food we eat. We must develop and strengthen urban growing, and farms and community garden initiatives. This has been shown to create good employment, as well as nutritious, fresh produce and fruit for people living on low incomes.
Prior to being elected, I worked for a local non-profit, Nanaimo Foodshare, and I did skills training for people with barriers to employment and people with diverse abilities. We worked with them with food. We taught them how to grow food, how to cook food and what nutritious food was all about. We got them jobs in areas of food production, working on farms, working in processing, working at grocery stores and in restaurants, and engaged them in all those aspects related to food.
I remember being in the van with a group. We were going to a farm, and a young first nations fellow said to me that he did not want to go to work on the farm that day. He was not interested in a job on a farm.
At the end of the day, after spending the day out in the open air planting, digging and working with his comrades, he told me he really wanted a job on a farm, so I got him a job on a farm. He really enjoyed it. He loved it, actually.
Other young people I work with also love working on farms. They love feeding the chickens, taking care of the animals, planting crops and watching them grow and taking care of other things. There are a lot of young people who benefit from that.
The urban farms in my community grow a lot of local produce, which goes into good food boxes that Foodshare supplies. They go to low-income families, seniors, students and people with diverse abilities, because nutrition is key to physical health, mental health and our well-being. The young people with diverse abilities who face challenges in their lives feel a sense of pride in helping other people in their communities who face challenges. They are proud to step up and help other people.
I stated earlier that the trouble for Canada's farmers regarding food security in this country did not begin with the COVID-19 crisis and will not end when restaurants and cafés reopen. The sad reality is that a very large number of restaurants and cafés will never reopen. Those closures will have a ripple effect and negatively impact suppliers such as dairy farmers. Many restaurants and cafés were operating on very thin profit margins, and in some cases, newer restaurants were operating at a loss while they worked at building clientele. Many restaurants are very dependent on tourism in the summer months. Summertime is the high season for them, a time when they can make the money that gets them through the rest of the year. The dairy industry and many other industries depend on the restaurants and hotels getting tourist business.
The tourism industry is also facing tremendous uncertainty. Tourism employs more Canadians across the country than the oil and gas sector does. The prospects for tourism operators this year are grim. Hotels, motels, tour operators and fishing charters are only a few of the businesses in my riding that might shut down forever. Again, widespread closures would negatively impact businesses that are intertwined with tourism, like restaurants and farms. We need to make sure that these businesses are supported in order for them to weather this storm and survive until next year's tourism season.
We should start thinking about marketing strategies to increase domestic tourism. Our country will have to be creative as we come out of this crisis. We will not be able to rely on foreign tourism for a while. When it is safe to do so, we will need to encourage more Canadians to rediscover the tourist destinations in their regions. This is another facet of re-localization: rediscovering all there is to appreciate about the places we call home, reconnecting with nature and our parks and reconnecting with our communities, neighbours and local farmers.
Agriculture is very important to all of us. No matter what we do, what kinds of occupations, pastimes or passions we have, as my good friend Farmer Brown likes to say, “We all eat for a living.”
Monsieur le Président, le Parti vert appuie ce projet de loi visant à modifier la Loi sur la Commission canadienne du lait. De plus, il est en faveur de l'adoption de mesures supplémentaires pour aider les agriculteurs canadiens.
Comme beaucoup d'autres députés l'ont signalé aujourd'hui, les agriculteurs canadiens ont besoin d'aide. Ils ont besoin d'aide pour composer avec le fait que leurs produits ne sont soudainement plus en demande. Des dizaines de milliers de restaurants, de cafés et de casse-croûtes ont fermé leurs portes il y a deux mois. Les écoles et les hôtels se sont vidés. À ce moment-là, la demande de produits laitiers pour le café, les produits de boulangerie, les sandwichs et les desserts de ces établissements s'est évaporée.
Les vaches laitières n'arrêtent pas subitement de produire du lait quand il n'est plus en demande. En outre, puisque les producteurs laitiers ne peuvent pas réduire la production rapidement, ils continuent d'avoir des produits à offrir, même si la demande pour ceux-ci a disparu. On a dû jeter une partie du lait produit. Cependant, au lieu de le jeter au complet, des producteurs laitiers partout au pays ont donné des centaines de milliers de litres de lait excédentaire aux personnes dans le besoin. Les Producteurs laitiers du Canada ont annoncé que les producteurs se sont engagés à donner des produits laitiers d'une valeur de 10 millions de dollars à des banques alimentaires canadiennes. Les producteurs laitiers ont aussi donné des centaines de milliers de dollars en argent comptant. Je les félicite de l'aide qu'ils apportent pour nourrir les gens dans le besoin.
Au Parti vert, nous n'aimons pas le gaspillage. Nous croyons en l'idée d'une économie circulaire, où rien n'est gaspillé et où chaque produit a un cycle de vie complet. Je peux donc dire que nous n'aimons pas voir des produits laitiers détruits sans raison. Accorder une aide financière fédérale plus importante aux éleveurs laitiers pour stocker le beurre et le fromage est un bon moyen, pour le gouvernement, de les aider et d'éviter de gaspiller des aliments précieux.
Malheureusement, les problèmes pour les agriculteurs canadiens et en matière de sécurité alimentaire dans ce pays n'ont pas commencé avec la crise de la COVID-19 et ils ne s'arrêteront pas avec la réouverture des restaurants et des cafés.
L'âge moyen chez les agriculteurs au Canada est de 55 ans. La plupart des agriculteurs âgés interrogés ont répondu n'avoir personne en vue pour reprendre leurs fermes familiales. Les familles qui voudraient faire passer leurs exploitations à la génération suivante devraient pouvoir le faire sans avoir à payer d'énormes impôts. C'est un problème que nous pouvons aussi régler.
Parallèlement à cela, de plus en plus de jeunes choisissent la profession d'agriculteur. C'est la bonne nouvelle. La mauvaise nouvelle, c'est que, à moins qu'ils aient grandi dans une ferme familiale et qu'ils comptent prendre la relève de leurs parents, bon nombre de jeunes agriculteurs ont beaucoup de difficulté à accéder à des terres cultivables.
En Colombie-Britannique, la valeur élevée des terres est un facteur important. D'un côté, les terres agricoles qui ne sont pas protégées par les réserves de terres agricoles sont de plus en plus utilisées pour des projets domiciliaires. D'un autre côté, les terres protégées par les réserves de terres agricoles et que l'on ne peut pas utiliser pour des projets domiciliaires sont tout de même trop chères pour que les jeunes agriculteurs puissent les acheter ou les louer. Malheureusement, à cause de cette situation, les terres agricoles finissent en jachère ou elles ne sont pas utilisées pour produire des aliments.
L'île de Vancouver a une très longue saison agricole et l'un des meilleurs climats pour la production d'aliments au Canada. Nous avons également une vaste superficie de terres agricoles de première qualité, mais la principale culture est le foin.
Pourquoi ne cultivons-nous pas plus d'aliments? C'est une question très pertinente à poser en ce moment. La production d'aliments est devenue trop centralisée et nous dépendons beaucoup trop des chaînes d'approvisionnement internationales. Jusque dans les années 1950, environ 85 % des aliments consommés sur l'île de Vancouver étaient cultivés sur place. De nos jours, nous importons 95 % des aliments que nous mangeons.
Si une grave perturbation de la chaîne d'approvisionnement devait survenir, notamment en raison d'un tremblement de terre, l'île de Vancouver se retrouverait dans une situation très périlleuse. Nos magasins et nos entrepôts peuvent nous fournir en aliments pendant trois jours. Notre population s'accroît. Nous devons penser sérieusement à augmenter notre capacité locale de production d'aliments.
Cela vaut pour toutes les autres régions du pays. Il faut, de toute urgence, appuyer les efforts en vue de renforcer la production locale d'aliments. C'est l'une des mesures les plus efficaces que nous puissions prendre pour bâtir des collectivités fortes capables de surmonter les difficultés liées aux changements climatiques au cours des prochaines décennies.
La pandémie de COVID-19 met en lumière de nombreux problèmes et de nombreuses faiblesses dans les chaînes de production alimentaire du Canada.
Il y a presque 10 ans, le gouvernement fédéral s'est libéré de sa responsabilité en matière d'inspection des abattoirs et il l'a transférée aux provinces. Les répercussions de cette décision se font encore sentir dans les petites exploitations agricoles de la Colombie-Britannique. De nombreux petits abattoirs régionaux ont fermé parce qu'il était trop dispendieux de respecter les nouvelles normes provinciales, qui exigeaient qu'un bureau et des toilettes séparés soient attitrés aux inspecteurs lors de leurs visites.
Dans de nombreux cas, la situation n'a fait que consolider la part de marché des grandes sociétés. Aujourd'hui, les petits éleveurs qui envoyaient auparavant leurs animaux vers l'abattoir local près de chez eux sont maintenant obligés de transporter par camion les animaux pendant des heures jusqu'aux grands abattoirs. Bien souvent, les grands abattoirs exigent des frais supérieurs à ceux que demandaient les abattoirs locaux et le nombre minimal d'animaux à abattre pour un seul contrat est aussi beaucoup plus élevé.
Beaucoup de petits éleveurs n'ont eu d'autre choix que de cesser l'élevage d'animaux de boucherie. Chaque fois qu'un éleveur prend une telle décision, c'est la sécurité alimentaire locale qui écope. Cela accélère la centralisation de la production alimentaire au Canada et entraîne aussi une diminution de la qualité de vie des animaux d'élevage.
Beaucoup de petits agriculteurs ont des fermes qui ressemblent à celles des comptes pour enfants. Les grandes exploitations industrielles qui comptent des dizaines de milliers d'animaux confinés n'ont rien à voir avec les fermes des livres pour enfants. Il n'est pas toujours vrai que plus c'est grand mieux c'est. La transition vers de grands parcs d'engraissement et de plus grands abattoirs a entraîné des conséquences, notamment la propagation de la COVID-19 parmi les travailleurs. Il s'agit d'un problème provincial. Par surcroît, ce changement a entraîné de graves problèmes pour les agriculteurs et dans la chaîne d'approvisionnement et fera augmenter le prix des aliments.
Le différend avec la Chine concernant le canola a mis un autre problème en lumière. Le fait de mettre l'accent sur la production de certaines cultures d'exportation rend nos agriculteurs vulnérables aux différends commerciaux et aux pratiques commerciales déloyales. Il est important que le Canada continue à faire son possible pour nourrir les gens qui ne mangent pas à leur faim dans le monde, mais il est tout aussi important de veiller à ce que les pays à faible et moyen revenu soient en mesure de nourrir leur population. Ainsi, l'aide étrangère accordée directement à ces pays peut contribuer à accroître leur capacité à devenir plus autonomes.
Comme je l'ai mentionné plus tôt, il est essentiel de renforcer la production alimentaire locale. Pour la première fois depuis des décennies, on constate une augmentation substantielle du nombre de jeunes qui souhaitent se lancer en agriculture. Voilà une tendance à soutenir et à encourager. Il faut voir quel rôle le gouvernement peut jouer pour aider les jeunes agriculteurs à s'établir sur des terres qu'ils pourront exploiter. Ce genre d'initiative exige une réflexion à long terme parce qu'il peut falloir des années avant qu'un ancien pré puisse être utilisé pour la production alimentaire, mais c'est possible et vaut la peine d'être fait.
L'agriculture biologique régénératrice peut permettre de séquestrer le carbone. C'est un outil essentiel dans la lutte contre le changement climatique. Il faut soutenir l'agriculture biologique régénératrice. Il faut accroître la sécurité alimentaire en augmentant la production alimentaire locale. Le gouvernement devrait financer davantage les infrastructures alimentaires locales afin que les communautés de tout le Canada puissent compter sur des aliments produits localement, dans la mesure où le climat de leur région le permet.
Je tiens à saluer le marché fermier Cedar, qui a ouvert la fin de semaine dernière, et le marché Island Roots, qui a inauguré aujourd'hui la saison en plein air.
La production alimentaire locale renforce la sécurité alimentaire et réduit l'empreinte carbone de la nourriture que nous mangeons. Il faut développer et renforcer l'agriculture urbaine et les initiatives d'agriculture et de jardins communautaires. Il a été démontré que ces projets créent de bons emplois et permettent de fournir des fruits et des légumes frais à des personnes à faible revenu.
Avant d'être élu, je travaillais pour un organisme à but non lucratif local, Nanaimo Foodshare, et je donnais de la formation à des personnes faisant face à des obstacles d'employabilité et des personnes ayant diverses capacités. Notre programme reposait sur la nourriture. Nous leur montrions comment cultiver divers aliments, comment cuisiner et quels étaient les aliments nutritifs. Nous leur obtenions des emplois dans la production alimentaire, dans des fermes, dans le secteur de la transformation, dans les épiceries et dans des restaurants et les amenions à s'intéresser aux divers aspects de l'alimentation.
Je me rappelle avoir été dans une fourgonnette avec un groupe. Nous nous dirigions vers une ferme quand un jeune d'une Première Nation m'a dit qu'il ne voulait pas aller travailler à la ferme ce jour-là. Un emploi dans une ferme ne l'intéressait pas.
En fin de compte, après avoir passé la journée en plein air à planter et à creuser la terre avec ses camarades, il m'a dit qu'il voulait vraiment travailler dans une ferme. Je lui ai donc trouvé un emploi dans une ferme. Le travail lui a beaucoup plu. En fait, il a adoré cela.
D'autres jeunes auprès desquels j'interviens adorent aussi travailler dans des fermes. Ils adorent nourrir les poulets, prendre soin des animaux, ensemencer les terres, regarder pousser les plantes et remplir d'autres tâches. Beaucoup de jeunes profitent d'une telle expérience.
Dans ma circonscription, les fermes en milieu urbain cultivent de nombreux produits, qui vont ensuite garnir les paniers d'aliments sains distribués par Foodshare. Ces paniers sont remis à des familles à faible revenu, à des aînés, à des étudiants et à des personnes ayant diverses capacités, car une bonne alimentation est essentielle à la santé physique et mentale et au bien-être. Les jeunes ayant diverses capacités qui se heurtent à des problèmes dans leur vie éprouvent un sentiment de fierté lorsqu'ils aident d'autres personnes de leur milieu qui doivent aussi affronter des problèmes. Ils sont fiers de se retrousser les manches et d'aider les autres.
J'ai dit plus tôt que les problèmes des agriculteurs canadiens concernant la sécurité alimentaire n'avaient pas commencé avec la crise de la COVID-19 et qu'ils n'allaient pas prendre fin avec la réouverture des cafés et des restaurants. La triste réalité c'est qu'un très grand nombre de cafés et de restaurants ne rouvriront jamais, ce qui aura un effet d'entraînement et nuira à leurs fournisseurs, les producteurs de lait par exemple. La marge de profit de nombreux cafés et restaurants était très mince et, dans certains cas, les nouveaux restaurants fonctionnaient à perte le temps de se constituer une clientèle. De nombreux restaurants dépendent beaucoup du tourisme pendant les mois d'été. C'est alors la haute saison pour eux, et ils en profitent pour amasser l'argent qui leur permettra de survivre le reste de l'année. L'industrie laitière et beaucoup d'autres industries dépendent des touristes qui fréquentent les restaurants et les hôtels pendant l'été.
L'industrie du tourisme vit elle aussi beaucoup d'incertitude. Dans l'ensemble du pays, l'industrie du tourisme emploie davantage de Canadiens que l'industrie pétrolière et gazière. L'avenir est sombre pour les exploitants d'entreprises touristiques cette année. Les hôtels, les motels, les voyagistes et les entreprises de pêche touristique comptent parmi les entreprises de ma circonscription qui risquent de ne jamais rouvrir. Je le répète, des fermetures massives vont nuire aux entreprises dont les activités sont liées au tourisme, comme les restaurants et les fermes. Nous devons aider ces entreprises afin qu'elles puissent braver cette tempête et survivre jusqu'à la saison touristique de l'an prochain.
Nous devrions commencer à penser à des stratégies de marketing pour stimuler le tourisme intérieur. Notre pays devra faire preuve de créativité au fur et à mesure que nous sortirons de cette crise. En effet, nous ne pourrons pas compter sur le tourisme étranger pendant un certain temps. Lorsqu'il sera possible de le faire en toute sécurité, nous devrons encourager davantage de Canadiens à redécouvrir les destinations touristiques de leur région. Il s'agit là d'une autre facette de la renaissance de la filière locale: redécouvrir tout l'agrément qu'offrent les lieux de chez nous, se rapprocher de la nature et de nos parcs, et renouer avec nos communautés, nos voisins, et les agriculteurs locaux.
L'agriculture joue un rôle très important pour nous tous. Quoi que nous fassions, quels que soient nos professions, nos passe-temps ou nos passions, comme le dit si bien le sympathique personnage « Farmer Brown »: « Nous mangeons tous pour vivre ».
View Francesco Sorbara Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, let me begin by reassuring the hon. member that our government is addressing the concerns being raised by Canadians about the ongoing COVID-19 outbreak.
Just last Thursday, the Deputy Prime Minister convened a new cabinet committee on the federal response to the coronavirus. They discussed in detail the measures taken by the government to limit the spread of the virus in Canada and in the area where I live, York Region.
At the committee meeting, the Minister of Health and Canada's chief public health officer, Dr. Theresa Tam, provided an update on the evolving situation and the ongoing collaborative engagement with provinces and territories, as well as with our international partners, including the United States, to limit the spread of the virus.
If I may, as a Canadian of Italian heritage, I wish to express my thoughts and sympathies over the ongoing outbreak that is happening back home where many of my relatives still live. Our prayer is that it is controlled and that the numbers start coming down in Italy.
The finance minister has also provided an update of the impact of this evolving situation on the economy. The impact of COVID-19 on the economy is of concern. I understand, and so do my colleagues, the challenges many companies and Canadians face, including those in Vaughan—Woodbridge.
I will be splitting my time with my esteemed colleague and friend, the hon. member for Kingston and the Islands.
I want to assure hon. members, Canadians and my constituents that we have a sound fiscal and economic track record. We will remain ready to respond to whatever may come our way.
In 2015, we proposed a plan to invest in Canadians and strengthen the middle class. That plan worked. Canada is in a good position to deal with this challenge. Our government's plan over the past four and a half years has been clear: to invest in the middle class and help those working hard to join it.
Canada's economy is healthy and, this year, Canada should rank second in the G7 in terms of economic growth. We are convinced that all Canadians should benefit from the country's economic success. That is why we are working to grow the economy in a way that will benefit all Canadians.
Lowering taxes for middle-class families and those who need help the most, for all but the wealthiest Canadians, is just the first step in our new mandate. What is more, we will ensure that people can further their education more easily, buy their first home and have access to care for their children. As part of our previous mandate, we reduced poverty across the country.
We have reduced poverty. We have lifted a million Canadians out of poverty.
We will continue to make crucial investments, especially in affordable housing. We will help workers enter the job market, develop their skills and move from one job to another. This is part of our government's responsible plan to build a modern, vigorous and growing economy. We will build on the progress of the past four years and continue to truly change the lives of Canadians today and in the future. We know that there is much more work to be done. The work begins with supporting business investments.
Our government knows that small business is a key driver of Canada's economy, accounting for 70% of all private sector jobs. In the city of Vaughan, where I am proud to live and call home and where I am raising our family with my wife, there are over 12,000 small businesses. Our entrepreneurial spirit is strong and second to none. These very small businesses play a supporting role in the resource sector, supplying goods and services to larger resource companies.
In support of my hard-working small business owners in Vaughan—Woodbridge, and all of those across Canada from coast to coast to coast, the government reduced the small business tax rate as of January 2018 to 10%, and then reduced it to 9% as of January 2019. I believe if members check, they will see that is $7,500 in lower taxes for individual small businesses across Canada.
In addition, in the 2018 fall economic statement, our government introduced three changes to Canada's tax system to attract investment and build the business confidence we need to succeed. This included allowing businesses to immediately write off the full cost of specified clean energy equipment to spur new investments and the adoption of advanced clean technologies in the Canadian economy. It also included allowing businesses to immediately write off the full cost of machinery and equipment used for the manufacturing or processing of goods.
Our government also introduced the accelerated investment incentive, which allows businesses of all sizes in all sectors of the economy to write off a larger share of the cost of newly acquired assets in the year the investment is made.
Taken together, the incentives make it more attractive for businesses to invest in assets that help drive business growth, thereby freeing up capital that businesses can use to create more good, well-paying jobs for Canadians, including the hard-working residents in my riding of Vaughan—Woodbridge.
In addition to changing the tax system, the government did more to strengthen its investments in key drivers of economic growth by introducing new measures that will boost investor confidence in Canada and attract investment.
In budget 2018, the government made a commitment to regulatory reform, including a review of federal regulatory regimes; the goal of this review was to determine what is working and what is not.
We backed that commitment by announcing a legislative review. We want to look for opportunities to modernize the mandates of departments responsible for making regulations. The goal is to better integrate the importance of regulatory efficiency and economic growth. We also introduced an annual modernization bill to help eliminate outdated or redundant regulatory requirements and keep existing regulations up to date.
Measures like these are indicative of our government's proactive approach to helping Canadian businesses grow and compete by removing barriers at home and abroad.
Even with the concerns surrounding the COVID-19 outbreak, Canada is well positioned to continue to prosper from our unique strengths and advantages. I worked at a bond rating agency for many years. Canada's AAA credit rating across the board is solid, and according to the Parliamentary Budget Officer, our financial flexibility is sound. We are going in the right direction in our country. Our foundation is strong. Being a son of a carpenter and a roofer, I can surely say that our roof is sound as well.
We are building an internationally competitive environment for Canadian businesses, one that attracts investment, contributes to our economic growth and creates jobs that support families and communities such as Vaughan—Woodbridge.
At the same time, our government is maintaining our steadfast commitment to a fair and inclusive society in which all Canadians can contribute to and benefit from a strong and growing economy. Economic growth must be for the benefit of all Canadians, not just the few. It must be inclusive.
We believe that our goals of not only a competitive economy but also a fair and inclusive economy are fully complementary. They reinforce and strengthen one another. Giving people the chance to succeed is not just the right thing to do, it is the smart thing to do for the economy, for Canadians and for the residents of Vaughan—Woodbridge.
Monsieur le Président, permettez-moi tout d'abord de rassurer le député. Le gouvernement répond aux inquiétudes des Canadiens au sujet de la COVID-19.
Pas plus tard que jeudi, la vice-première ministre a mis sur pied le Comité du Cabinet chargé de la réponse fédérale à la maladie du coronavirus, comité qui a discuté en détail des mesures que doit prendre le gouvernement pour limiter la propagation du virus au pays, y compris là où je vis, dans la région d'York.
Pendant la réunion, la ministre de la Santé et l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Therera Tam, ont fait le point sur la situation ainsi que sur les efforts déployés jusqu'ici pour stopper la propagation du virus, en collaboration avec les provinces, les territoires et nos partenaires internationaux, dont les États-Unis.
Si je peux me permettre, je suis moi-même d'origine italienne, alors depuis le début de l'éclosion, mon cœur et mes pensées sont en Italie, où vivent encore bon nombre de mes proches. Nous prions pour que la maladie puisse être maîtrisée et que le nombre de patients infectés commence à descendre.
Le ministre des Finances a lui aussi fait le point sur les effets de la COVID-19 sur l'économie. Il faut avouer que c'est inquiétant. Je suis conscient des difficultés que vivent les entreprises et les Canadiens, y compris dans Vaughan—Woodbridge, et je suis convaincu que mes collègues le sont aussi.
Je vais partager mon temps de parole avec mon distingué collègue et ami, le député de Kingston et les Îles.
Je tiens à assurer aux députés, aux Canadiens en général et aux habitants de ma circonscription que nous avons un solide bilan financier et économique. Nous allons demeurer prêts à réagir aux événements, quels qu'ils soient.
En 2015, nous avons proposé un plan consistant à investir dans les Canadiens et à renforcer la classe moyenne. Ce plan a fonctionné. Le Canada est bien placé pour relever ce défi. Tout au long des quatre dernières années et demie, le plan de notre gouvernement était clair: investir dans la classe moyenne et aider les gens qui travaillent fort pour en faire partie.
L'économie du Canada est saine et le Canada devrait se classer, cette année, au deuxième rang des pays du G7, au chapitre de la croissance économique. Nous sommes convaincus que tous les Canadiens doivent profiter du succès économique du pays. C'est la raison pour laquelle nous travaillons à faire croître l'économie d'une façon qui sera avantageuse pour tous les Canadiens.
Réduire les impôts des familles de la classe moyenne et de ceux qui ont le plus besoin d'aide, à l'exception des plus riches, n'est que la première étape de notre nouveau mandat. De plus, nous ferons en sorte que les gens puissent poursuivre leurs études plus facilement, s'acheter leur première habitation et avoir accès aux services de garde pour leurs enfants. Dans le cadre de notre mandat antérieur, nous avons réduit la pauvreté dans l'ensemble du pays.
Nous avons réduit la pauvreté. Nous avons sorti un million de Canadiens de la pauvreté.
Nous poursuivrons nos investissements cruciaux, notamment en ce qui concerne le logement abordable. Nous aiderons les travailleurs à entrer sur le marché du travail, à développer leurs compétences et à passer d'un emploi à un autre. Cela s'inscrit dans le plan responsable de notre gouvernement consistant à bâtir une économie moderne, vigoureuse et en croissance. Nous nous appuierons sur les progrès des quatre dernières années et continuerons à changer véritablement la vie des Canadiens aujourd'hui et à l'avenir. Nous savons qu'il y a encore beaucoup de travail à faire. Ce travail commence par un appui à l'investissement des entreprises.
Le gouvernement libéral sait que les petites entreprises, qui représentent 70 % de tous les emplois du secteur privé, sont un moteur de l'économie canadienne. La ville de Vaughan, que je suis fier d'habiter et où j'élève ma famille avec mon épouse, compte plus de 12 000 petites entreprises. L'entrepreneuriat y est fort et exceptionnel. Ces très petites entreprises jouent un rôle de soutien dans le secteur des ressources en fournissant des biens et des services aux grandes sociétés du secteur.
Afin d'appuyer les propriétaires travailleurs des petites entreprises de Vaughan—Woodbridge et des quatre coins du pays, le gouvernement a réduit le taux d'imposition des petites entreprises à 10 % en janvier 2018, puis à 9 % en janvier 2019. Je pense que, si les députés vérifient, ils verront que cela représente 7 500 $.
De plus, dans son énoncé économique de l'automne 2018, le gouvernement a apporté trois modifications au régime fiscal du Canada afin d'attirer les investissements et de favoriser la confiance des entreprises nécessaire à la prospérité. Il s'agissait notamment de permettre aux entreprises d'amortir immédiatement le coût total du matériel désigné de production d'énergie propre en vue de stimuler les nouveaux investissements et l'adoption de technologies propres de pointe dans l'économie canadienne, ainsi que le coût total des machines et du matériel utilisés pour la fabrication et la transformation de biens.
Le gouvernement actuel a aussi instauré l'incitatif à l'investissement accéléré, qui permet aux entreprises de toutes tailles et de tous les secteurs de l'économie de déduire une plus grande part des coûts de biens nouvellement acquis, la première année où l'investissement est effectué.
L'ensemble de ces incitatifs encouragent les entreprises à investir dans des biens qui favorisent leur croissance et à dégager du capital afin de créer plus de bons emplois bien rémunérés pour les Canadiens, y compris les habitants de Vaughan—Woodbridge, qui ont du coeur à l'ouvrage.
Au-delà du régime fiscal, le gouvernement a fait davantage pour renforcer ses investissements dans les principaux moteurs de croissance économique en instaurant de nouvelles mesures qui augmenteront la confiance envers le Canada et qui favoriseront les investissements.
Dans le budget de 2018, le gouvernement a souligné son engagement à l'égard d'un programme de réforme de la réglementation, y compris les examens des régimes de réglementation fédéraux. Dans le cadre de ces examens, nous avons examiné ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.
Nous avons renforcé cet engagement en annonçant l'examen des lois pour déterminer s'il existe des possibilités de moderniser les mandats des ministères chargés de la réglementation afin d'intégrer davantage l'importance de l'efficacité réglementaire et de la croissance économique, ainsi qu'en déposant un projet de loi sur la modernisation annuelle visant à autoriser l'élimination des exigences réglementaires désuètes ou redondantes et à permettre la mise à jour des règlements.
Grâce à de telles mesures, notre gouvernement adopte une approche proactive en vue d'aider les entreprises canadiennes à croître et à être concurrentielles en réduisant les obstacles au pays et à l'étranger.
Malgré les préoccupations suscitées par l'épidémie du coronavirus, le Canada est bien placé pour continuer à prospérer, étant donné ses forces et ses avantages uniques. J'ai travaillé pour une agence d'évaluation de crédit pendant de nombreuses années. La cote de crédit AAA du Canada est solide et, selon le directeur parlementaire du budget, le pays jouit d'une bonne marge de manoeuvre sur le plan financier. Notre pays est sur la bonne voie. Nos assises sont solides. Étant fils d'un charpentier et d'un couvreur, je peux affirmer que notre toit est aussi en bon état.
Nous créons les conditions idéales pour aider les entreprises canadiennes à soutenir la concurrence internationale, attirer les investissements, contribuer à la croissance économique et créer des emplois pour les familles et les localités du pays, comme celle de Vaughan—Woodbridge.
Parallèlement, le gouvernement maintient son engagement envers une société juste et inclusive, à laquelle tous les Canadiens peuvent contribuer et où tous peuvent profiter d'une économie forte et en pleine croissance. La croissance économique doit bénéficier à tous les Canadiens et pas seulement à quelques-uns d'entre eux. Elle doit être inclusive.
Nous estimons que nos objectifs visant, d'une part, une économie concurrentielle, et, d'autre part, une économie juste et inclusive sont complémentaires. Ils se renforcent mutuellement. Donner aux gens l'occasion de réussir est non seulement la bonne chose à faire, mais aussi la chose intelligente à faire pour notre économie, les Canadiens et les habitants de Vaughan—Woodbridge.
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I congratulate the hon. member on his excellent comments and his bid at comedy.
I will be splitting my time with the hon. member for Kootenay—Columbia.
In all seriousness, we are facing an economic crisis. The TSX dropped over 1,600 points today. It is serious. What is more, the TSX dropped 31% more than the Dow. Across the border to the south, their economy has been roaring. The Dow has been outperforming the TSX. They are a natural comparison in the United States. Our stock exchange, the TSX dropped 30% more. Why is that?
I ask every member, in all seriousness, to consider that. Why is our stock market bleeding a third more than the market to the south?
To carve through the demagoguery and clarify the economic reality that the other side is desperately trying to obscure and obfuscate against, including the finance minister, who will not comment on whether we are heading into a recession or on the finances of our country, is a problem.
In order to go there, I think we have to start at the beginning. Any capitalist economy is cyclical, it is true. It goes through a series of expansions and contractions. There are various economic theories. There is the Keynesian theory that says when times are good, we should save more money, we should raise taxes and decrease spending. In bad times, we should spend more and cut taxes to give stimulus to the economy. However, there is a more free market, laissez-faire theory that says to keep spending low, keep taxes low and the private sector will overcome and come to equilibrium.
The last five years have not borne a resemblance to any economic theory known. It has just been spend, spend, tax more and spend in the good times. The Liberal government's attack on businesses, the institution of the carbon tax, its weak leadership, failure to address Canada's productivity gap and reckless spending have left our country without many of the resources that are required to counteract the effects of a recession.
Small business is the very heart of our country. Nearly 70% of private sector employees come from small business. These individuals have had to deal with increasing regulations, increasing taxation, and, worst of all in my opinion, the finance minister had the chutzpah to call these individuals, who are some of the most honourable, hard-working people I have ever met, tax cheats. In my mind, that is utterly reprehensible.
In my local riding, we have seen the impact of the Liberal government's policy of taxation, which has meant the closure of the Weston bakery and of Saputo in the riding next door to me. It is costing us real jobs, and it is having a real impact on the people in my riding.
Another detrimental impact, a self-inflicted wound, is the carbon tax. The carbon tax has been an unmitigated economic disaster. It has increased the cost of inputs into our businesses, making our businesses less competitive. Many of our foreign competitors do not have to pay a carbon tax, so they have a competitive advantage, most notably those in the United States. I repeat, the TSX dropped 30% more than the Dow.
Could the carbon tax have something to do with it? I think so. The carbon tax has a negative, insidious multiplier effect. We have more and more carbon tax, which makes our products more and more expensive, and our economy less competitive.
In my riding of Northumberland—Peterborough South, which I think is the greatest riding in Canada, the agricultural sector is incredibly important. In the agricultural sector, we have seen farmers lose 12% of their net income because of the carbon tax. Once again, the TSX is down 30% more. Why is that?
It is self-evident that a more productive economy is a more stable economy, so we need to pursue an economy that is more competitive and more productive.
As we have seen over the last five years, businesses have invested 20% less. We have seen Warren Buffett pull out of Canada. Teck Frontier has decided not to go ahead with its tar sands expansion. Over and over again, we see less capital being invested in Canada. Could that have something to do with why the Dow Jones is ahead of the TSX by 30% today?
At the heart of many of our economic problems is a serious structural competitive issue. In Canada, we measure productivity globally by the amount each worker contributes to GDP per hour. In Canada it is a low $50; in the United States it is $60; in Switzerland it is $65; and in Ireland it is $84. Why does productivity matter? Is this just the Conservatives talking about numbers? No. This has a real impact on human beings. It is for the people of Canada that productivity matters. The average wage earner in Canada earns $19 an hour. The average wage earner in the United States earns $23. In Switzerland, the average wage earner earns $33. Are these related? I think so.
When we look at the impact of government on the economy, the productivity gap, the loss in our stock markets today and the broader picture, we see that Canada is falling behind. Could that also be related to the fact that the average Canadian now spends more on taxes than on food, clothing and shelter combined? The idea is to save for a rainy day, but the government has not done that itself and has also made it impossible for Canadians. The average Canadian is $200 away from insolvency every month, 50% of them.
The other major issue is the weak leadership we have seen from the Prime Minister. Our weak economy is a direct result of the Prime Minister's weak leadership. His dithering and dialogue failed to effectively lead our country through the blockades and trade disputes. The economic impact of the blockades has yet to be determined, but it will no doubt be in the millions of dollars.
In my riding, I have had a lot of conversations with business owners and individuals alike who have struggled with the impact of the blockades. They cannot get their goods to make other goods and they cannot ship their goods. This is impacting all Canadians, and the folks in my riding are hurting. Some of the businesses will not be able to make payroll this month because of the blockades. If the Prime Minister had stood up 19 days before with the vast majority of the Wet'suwet'en people and the vast majority of hard-working Canadians and shut the blockades down, all of this hardship would have been avoided.
When we look at the overall picture, there is no question that today is a bad day for the global economy. We are looking straight down the barrel of a downturn. The government did not act with the due diligence that it should have.
As a key device, according to Keynesian economics, a government can counteract an economic downturn with deficit spending. However, when we spend the cupboard bare, there is nothing else to grab from there.
The Prime Minister talked repeatedly, during his 2015 campaign, about the importance of maintaining a balanced budget. He was on record saying that we needed to have a balanced budget. Indeed, as he famously said, “the budget will balance itself.” Of course, budgets do not balance themselves and we are left with a $30-billion structural deficit, in addition to over $100 billion of deficit spending.
My friends across the aisle like to say that Stephen Harper had billions of dollars in deficit. We were going through the worst global recession in the last 50 years and he balanced the budget so we could outperform the rest of the G7. The Conservatives took the necessary steps. I stand by Prime Minister Harper's record. Now we see the opposite. When times are good globally and economically, what do we do? We sing, dance, spend and tax, over and over again, leaving our cupboard bare.
I feel as though we are watching the economy go over the edge and the Conservative Party is yelling for us to stop, hit the brakes and change direction, but you refuse. We will go over the cliff. For goodness' sake, we need to change direction. We need to go forward with a more productive and efficient economy, and not slide into a further—
Monsieur le Président, je félicite le député de ses excellents commentaires et de sa tentative d'humour.
Je partagerai mon temps de parole avec le député de Kootenay—Columbia.
Soyons maintenant sérieux. La crise économique nous guette. L'indice TSX a perdu au-delà de 1 600 points aujourd'hui. C'est grave. Comme si ce n'était pas assez, la baisse du TSX a été 31 % plus prononcée que celle du Dow Jones. L'économie américaine tourne à plein régime, si bien que le Dow Jones dépasse désormais le TSX. Il s'agit normalement d'un point de comparaison aux États-Unis, mais voilà que l'indice boursier canadien, le TSX, a chuté de 30 % de plus. Comment est-ce possible?
Je demande à tous mes collègues de se poser sérieusement la question. Pourquoi la Bourse torontoise a-t-elle perdu un tiers de plus que son équivalent new-yorkais?
Ce ne sera pas une mince tâche de faire fi des discours démagogiques du gouvernement et de savoir exactement comment se porte l'économie, car les députés d'en face font tout pour brouiller les cartes, y compris le ministre des Finances, qui refuse de se prononcer sur l'état des finances du pays ou même de dire si nous nous dirigeons vers une récession.
Pour y arriver, il faut à mon avis commencer par le commencement. Il est vrai que toute économie capitaliste est cyclique. Elle passe par des phases d'expansion et de contraction. Il existe différentes théories économiques. Il y a la théorie keynésienne, selon laquelle, quand les choses vont bien, il faut mettre plus d'argent de côté, augmenter le fardeau fiscal et diminuer les dépenses. Quand elles vont mal, il faut augmenter les dépenses et réduire le fardeau fiscal pour stimuler l'économie. Il existe cependant une autre théorie davantage axée sur le marché libre et une moins grande intervention qui, elle, veut que, si on restreint les dépenses et le fardeau fiscal, le secteur privé va surmonter les problèmes et trouver un équilibre.
Au cours des cinq dernières années, nous n'avons rien vu qui ressemble à une théorie économique connue. Pendant que l'économie se portait bien, on a dépensé encore et plus et augmenté le fardeau fiscal. Le gouvernement libéral s'en est pris aux petites entreprises, a instauré la taxe sur le carbone, a manqué de leadership, ne s'est pas attaqué à l'écart de productivité du Canada et a dépensé sans compter. Résultat? Le pays est dépourvu de bon nombre des ressources nécessaires pour contrer les effets d'une récession.
Les petites entreprises sont le cœur même du Canada. Près de 70 % des employés du secteur privé travaillent pour des petites entreprises. Ces gens ont dû faire face à un nombre croissant de règlements et à une hausse de taxes et, pire encore à mon avis, le ministre des Finances a eu le culot de qualifier ces Canadiens, qui sont parmi les plus honorables et les plus travailleurs que j'ai jamais rencontrés, de fraudeurs fiscaux. À mon avis, c'est tout à fait répréhensible.
Dans ma circonscription, nous avons vu les conséquences de la politique fiscale du gouvernement libéral, qui a entraîné la fermeture de la boulangerie Weston et de l'usine Saputo dans la circonscription adjacente à la mienne. Cette politique nous coûte de vrais emplois et a des répercussions concrètes sur les gens de ma circonscription.
Un autre de ses effets négatifs est la taxe sur le carbone, une façon de nous nuire à nous-mêmes. La taxe sur le carbone a été un désastre économique total. Elle a augmenté le coût des intrants des entreprises, ce qui a rendu les entreprises canadiennes moins compétitives. Beaucoup de nos concurrents étrangers n'ont pas à payer de taxe sur le carbone, ce qui leur donne un avantage concurrentiel, notamment ceux des États-Unis. Je le répète, l'indice TSX a chuté de 30 % de plus que l'indice Dow Jones.
Se peut-il que la taxe sur le carbone ait quelque chose à voir avec cela? Je pense que oui. La taxe sur le carbone a un effet multiplicateur négatif et insidieux. La taxe sur le carbone ne cesse d'augmenter, ce qui rend nos produits de plus en plus chers et notre économie moins compétitive.
Dans ma circonscription, Northumberland—Peterborough-Sud, qui, selon moi, est la meilleure circonscription au Canada, le secteur agricole est extrêmement important. Dans ce secteur, les agriculteurs ont perdu 12 % de leur revenu net à cause de la taxe sur le carbone. Le TSX a encore baissé de 30 %. Pourquoi?
Il est évident qu'une économie plus productive est une économie plus stable. Par conséquent, nous devons faire en sorte que notre économie soit plus compétitive et plus productive.
Au cours des cinq dernières années, les entreprises ont réduit leurs investissements de 20 %. Warren Buffett s'est retiré du Canada. La société Teck a annulé son projet Frontier d'exploitation de sables bitumineux. De moins en moins de capitaux sont investis au Canada. Est-ce à cause de cela que le Dow Jones est supérieur de 30 % au TSX aujourd'hui?
Un grave problème de compétitivité structurelle se trouve au cœur même de bon nombre de nos problèmes économiques. Au Canada, nous mesurons globalement la productivité en fonction de la contribution de chaque travailleur au PIB par heure. Au Canada, cette contribution est de seulement 50 $; aux États-Unis, elle est de 60 $; en Suisse, elle est de 65 $; et en Irlande, elle est de 84 $. Pourquoi la productivité est-elle importante? Est-ce seulement une affaire de chiffres pour les conservateurs? Non. La productivité a un impact réel sur les êtres humains. La productivité est importante pour les Canadiens. Au Canada, le salarié moyen gagne 19 $ l'heure. Aux États-Unis, le salarié moyen gagne 23 $, tandis que, en Suisse, il fait 33 $. Y a-t-il un lien? Je pense que oui.
Quand on examine l'incidence du gouvernement sur l'économie, l'écart de productivité, les pertes enregistrées sur les marchés boursiers aujourd'hui et la situation dans son ensemble, on constate que le Canada tire de l'arrière. Cette situation est-elle aussi liée au fait que le Canadien moyen consacre aujourd'hui une plus grande part de son revenu aux impôts et aux taxes qu'à la nourriture, aux vêtements et au logement pris ensemble? L'idée est d'économiser en prévision des mauvais jours, mais le gouvernement ne l'a même pas fait lui-même et il a aussi empêché les Canadiens de le faire. La moitié des Canadiens moyens sont à 200 $ de l'insolvabilité chaque mois.
L'autre problème important est le manque d'initiative dont fait preuve le premier ministre. La faiblesse de l'économie est directement liée au manque d'initiative du premier ministre. Ses tergiversations et ses discussions n'ont pas réussi à sortir le pays de la crise des barrages et des différends commerciaux. Les répercussions économiques des barrages n'ont pas encore été déterminées, mais elles atteindront certainement des millions de dollars.
Dans ma circonscription, j'ai parlé avec beaucoup de propriétaires d'entreprise et de particuliers qui doivent composer avec les répercussions des barrages. Ils ne peuvent obtenir les produits nécessaires pour en fabriquer d'autres et ils ne peuvent pas non plus expédier leurs produits. Cette crise touche tous les Canadiens, et les habitants de ma circonscription souffrent. Certaines entreprises ne seront pas capables de payer leurs employés ce mois-ci à cause des barrages. Si le premier ministre était intervenu 19 jours plus tôt pour défendre les intérêts de la majorité des Wet'suwet'en et des travailleurs canadiens en démantelant les barrages, on aurait pu éviter tous ces problèmes.
Quand on prend la situation dans son ensemble, il est évident qu'aujourd'hui est un jour sombre pour l'économie mondiale. La récession nous guette. Le gouvernement n'a pas fait preuve de la diligence raisonnable qui était requise.
Dans la théorie keynésienne, une des mesures clés dont peuvent se servir les gouvernements en cas de récession économique est de faire des déficits. Or, si on a déjà vidé son bas de laine, il ne reste plus rien dont on peut se servir.
Pendant la campagne électorale de 2015, le premier ministre a souligné à maintes reprises l'importance d'équilibrer le budget. Il a affirmé publiquement qu'il fallait équilibrer le budget. D'ailleurs, il avait alors prononcé une de ses phrases les plus célèbres: « Le budget s'équilibrera de lui-même. » Évidemment, les budgets ne s'équilibrent pas d'eux-mêmes et le pays se retrouve avec un déficit structurel de 30 milliards de dollars, auquel s'ajoute un déficit budgétaire de plus de 100 milliards de dollars.
Mes collègues d'en face aiment dire que Stephen Harper avait fait des milliards de dollars de déficit. C'était à l'époque de la pire récession mondiale des 50 dernières années et M. Harper avait équilibré le budget de sorte que le pays a pu mieux s'en sortir que les autres pays du G7. Les conservateurs avaient pris les mesures nécessaires. Je suis fier du bilan du premier ministre Harper. Aujourd'hui, nous vivons la situation inverse. Alors l'économie mondiale est au beau fixe, qu'est-ce qu'on fait? On chante, on danse, on dépense et on augmente les taxes sans arrêt, et on vide notre bas de laine.
J'ai l'impression qu'on regarde l'économie foncer dans le mur et que le Parti conservateur crie d'arrêter, d'appliquer les freins et de donner un coup de volant, mais que vous ne voulez rien entendre. Nous allons percuter le mur. Bon sens, il faut donner un coup de volant. Il faut rendre l'économie plus productive et efficace; il ne faut pas sombrer davantage dans...
View Robert Oliphant Profile
Lib. (ON)
View Robert Oliphant Profile
2020-02-28 12:11 [p.1750]
Madam Speaker, pursuant to Standing Order 32(2) I have the honour to table, in both official languages, the treaties entitled: “Amendments to Annex III of the Rotterdam Convention on the Prior Informed Consent Procedure for Certain Hazardous Chemicals and Pesticides in International Trade”; “Annex VII of the Rotterdam Convention on the Prior Informed Consent Procedure for Certain Hazardous Chemicals and Pesticides in International Trade: Procedures and Mechanisms on Compliance with the Rotterdam Convention”; “Amendments to Annexes I and II to the 1998 Protocol on Persistent Organic Pollutants to the United Nations Economic Commission for Europe Convention on Long-Range Transboundary Air Pollution”; “Amendments to Annexes A and C to the Stockholm Convention on Persistent Organic Pollutants”; “Agreement between the Government of Canada and the Government of the Commonwealth of the Bahamas on Air Transport”; and last, “Audiovisual Coproduction Treaty between the Government of Canada and the Cabinet of Ministers of Ukraine”.
Madame la Présidente, conformément au paragraphe 32(2) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, les traités suivants: Amendements à l'annexe III de la Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable en connaissance de cause applicable à certains produits chimiques et pesticides dangereux qui font l'objet d'un commerce international; Annexe VII de la Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable en connaissance de cause applicable à certains produits chimiques et pesticides dangereux qui font l'objet d'un commerce international; Amendements aux annexes I et II du Protocole sur les polluants organiques persistants de 1998 à la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière à longue distance de la Commission économique des Nations unies pour l'Europe; Amendements aux annexes A et C de la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants; Accord sur le transport aérien entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Commonwealth des Bahamas; et Traité de coproduction audiovisuelle entre le gouvernement du Canada et le Cabinet des ministres de l'Ukraine.
View Louis Plamondon Profile
BQ (QC)
moved for leave to introduce Bill C-216, An Act to amend the Department of Foreign Affairs, Trade and Development Act with respect to supply management.
He said: Mr. Speaker, the purpose of this bill is to protect supply management by making it non-negotiable in future international negotiations.
We recall that in recent negotiations—whether for the comprehensive economic and trade agreement with Europe, the Agreement for Trans-Pacific Partnership or the Canada-United States-Mexico free trade agreement—significant breaches were made in the supply management system, which lowered producers' revenues by approximately 8%.
This bill will amend section 10 of the Department of Foreign Affairs, Trade and Development Act by adding provisions that will make supply management non-negotiable.
I hope that all members will vote in favour of this bill, which is highly anticipated by producers.
demande à présenter le projet de loi C-216, Loi modifiant la Loi sur le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement relativement à la gestion de l’offre.
— Monsieur le Président, le but de ce projet de loi est de protéger la gestion de l'offre afin qu'elle soit intouchable dans les futures négociations internationales.
Nous nous rappelons que dans les dernières négociations, que ce soit l'Accord économique et commercial global avec l'Europe, l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste ou encore l'accord de libre-échange Canada—États-Unis—Mexique, des brèches importantes ont été faites dans le système de la gestion de l'offre, faisant ainsi baisser les revenus des producteurs d'environ 8 %.
Ce projet de loi modifiera l'article 10 de la Loi sur le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement. L'article sera modifié par adjonction de dispositions visant à rendre intouchable la gestion de l'offre.
J'espère que l'ensemble des députés voteront en faveur de ce projet de loi tant attendu par les producteurs.
View Tako Van Popta Profile
CPC (BC)
View Tako Van Popta Profile
2020-02-21 10:47 [p.1373]
Mr. Speaker, I am pleased to join the debate on Bill C-3, an act to amend the Royal Canadian Mounted Police Act and the Canada Border Services Agency Act.
The legislation before us would rename the Civilian Review and Complaints Commission for the RCMP to the public complaints and review commission which, as an oversight committee, would also have responsibility to review civilian complaints against the Canada Border Services Agency.
Canada has a very long, unprotected border with our neighbour to the south. The United States of America is our biggest trading partner, and that means we need to have an effective border services agency. Every year, the agency processes 100 million people into Canada at our border crossings and at airports, rail crossings and sea ports. It processes 20 million commercial shipments every year and 46 million courier shipments. Every day there is about $2 billion in trade between these two great trading partners. Along with national security and safety, the CBSA is also charged with providing priority to efficiency in trade and commerce.
My constituency of Langley—Aldergrove has one of four B.C. Lower Mainland border crossings. It is a critical tool for our citizens and businesses. The citizens of my riding are looking for efficiency at this and other border crossings to expedite business and relationships. They are also looking for security and safety.
Many people in my riding are gun enthusiasts, and are rightly concerned by proposed further restrictions on already stringent firearms possession and acquisition rules. They are genuinely concerned that these further restrictions will have the effect of only pointing the finger at them, law-abiding citizens who acquired the firearms lawfully and who diligently follow all the rules about safe storage, transport and use.
They ask why the government is not looking at where the real problem is, namely at people who obtain guns illegally, largely by cross-border smuggling. We need border security officers who have both the tools and the resources to do their job effectively.
Our border services officers have extraordinary powers. For example, they may detain people for questioning, search vehicles and packages, and arrest people without a warrant. I would argue that these are necessary powers if we want our CBSA officers to do the work that we expect them to do. However, as a corollary to these exceptional and extraordinary powers, our border services officers must also be subject to oversight.
Currently, there is oversight by courts, commissions and tribunals, but we need stronger arm's-length civilian monitoring, which is what Bill C-3 would do. A civilian review commission would improve oversight and help the CBSA be an even more effective agency in performing its duties and functions. However, to be a truly effective agency for Canada, as Canada strives to uphold the integrity and security of its borders, the CBSA must also be properly resourced in both manpower and equipment, which is our party's position.
Given the need for balancing border security and market efficiency, something I am sure the government also agrees with, we are left bewildered as to why the government is not acting decisively on unwelcome threats to our markets and security.
Why is the government ignoring the needs of Canadians, including the needs of my constituency of Langley—Aldergrove? Our border with the U.S.A. is very important to businesses in Langley. This border crossing, the Aldergrove-Lynden border crossing, is open for business from 8 a.m. until midnight every day, and those limited opening hours slow cross-border traffic down, to the detriment of businesses in my riding. The businesses and people in this riding would benefit greatly from a 24-7 opening of this crucial link with the United States, our prime trading partner.
The president of the Greater Langley Chamber of Commerce was quoted recently in one of our local newspapers as saying our “local prosperity depends on our ability to export our goods and services across the country and around the globe.” He also pointed out the obvious: that companies prioritize shipping times based on when and where they are best able to move goods.
The Langley area, because of its proximity to both the United States and metro Vancouver, has two strategically located industrial parks zoned for manufacturing and logistics. These zones are tied to highways and rail crossings with the United States.
The president of the Greater Langley Chamber of Commerce said, “We need to be able to move goods, whether out of a port or land border, at reduced times.”
B.C. is an export-driven economy. The president added that its prosperity “hinges on its ability to trade openly in the global and Canadian markets.”
Along with security at our border crossings and effective oversight of the work the CBSA does, the government also needs to invest in better and more accessible international trade at our border crossings, and in the instance of my riding, to finance longer opening hours.
My constituents are looking to the federal government to work co-operatively with its U.S. counterparts and finally make this a reality. I can guarantee that such an initiative would have the support of the Greater Langley Chamber of Commerce and its 1, 025 businesses, and I am certain it would also have the support of the chamber of commerce, businesses and citizens of Whatcom County in Washington state.
The businesses in my community are deeply concerned about the significant negative impacts the recent rail blockages are having on trade and commerce, and what they are doing to our reputation among our trading partners.
A letter, written by chambers of commerce across the country and by various business leaders to the Prime Minister three days ago, states:
In addition to disrupting domestic and global supply chains, the blockades undermine Canada’s reputation as a dependable partner in international trade. They also threaten public safety by preventing the distribution of essential products like chlorine for water treatment and propane for heating homes, seniors' facilities and farms.
The damage inflicted on the Canadian economy and on the welfare of all our citizens mounts with each hour that these illegal disruptions are allowed to continue. Each additional day that rail lines are disrupted requires three to four days for supply chains to recover. This is why it is imperative that the Government act now to get the Canadian economy moving again.
A letter written last week by the Canadian Global Cities Council, addressed to the Minister of Transport and the Minister of Innovation, Science and Industry, states:
As the Canadian Global Cities Council (CGCC), we represent over 50 per cent of Canada's gross domestic product and population. Given the events of the past few days, [rail blockages,] we are deeply concerned by the ongoing disruptions to Canada's trade and exports. The impact is also being felt beyond Canada's borders and is harming the country's reputation as a stable and viable supply chain partner. While many of Canada's good destined for the world are currently unable to reach global markets, we are concerned with reports of international shippers diverting traffic away from Canadian ports.
While Bill C-3 is to be applauded for what it would do to support the Canada Border Services Agency, urgent attention needs to be paid to the current crisis that threatens trade and commerce at these border crossings.
Monsieur le Président, je suis heureux de participer au débat sur le projet de loi C-3, Loi modifiant la Loi sur la Gendarmerie royale du Canada et la Loi sur l’Agence des services frontaliers du Canada.
Le projet de loi à l'étude modifierait le nom de la Commission civile d’examen et de traitement des plaintes relatives à la Gendarmerie royale du Canada, qui serait dorénavant connue sous le nom de Commission d’examen et de traitement des plaintes du public. Cette dernière, en tant que comité de surveillance, serait aussi chargée d'enquêter sur les plaintes du public contre l'Agence des services frontaliers du Canada.
Le Canada est séparé de ses voisins du Sud par une très longue frontière non protégée. Les États-Unis d'Amérique sont notre principal partenaire commercial. L'efficacité de notre agence des services frontaliers est donc primordiale. Chaque année, cette agence contrôle l'entrée au Canada de 100 millions de personnes aux postes frontaliers, aux aéroports, aux gares ferroviaires et aux ports maritimes. Elle traite 20 millions d'expéditions commerciales par année et 46 millions d'expéditions par messagerie. Chaque jour, les échanges commerciaux entre ces deux grands partenaires commerciaux se chiffrent à environ 2 milliards de dollars. En plus de la sécurité et de la sûreté nationales, l'Agence des services frontaliers du Canada doit également accorder la priorité à l'efficacité des échanges et du commerce.
Ma circonscription, Langley—Aldergrove, abrite l'un des quatre passages frontaliers de la vallée du bas Fraser, en Colombie-Britannique. Ce passage revêt une importance cruciale pour nos concitoyens et nos entreprises. Les habitants de ma circonscription veulent que ce poste frontalier et d'autres aussi fonctionnent efficacement afin d'accélérer les procédures administratives et l'établissement de relations. Ils souhaitent également que la sécurité soit assurée.
Il y a beaucoup d'amateurs d'armes à feu dans ma circonscription et ils s'inquiètent, à juste titre, des nouvelles propositions visant à resserrer les règles, déjà strictes, régissant la possession et l'achat d'armes à feu. Ils craignent véritablement que ces nouvelles restrictions aient pour seul effet de les blâmer, eux, des citoyens respectueux des lois qui ont acquis leurs armes légalement et respectent religieusement toutes les règles de sécurité relatives à l'entreposage, au transport et à l'utilisation des armes à feu.
Ils se demandent pourquoi le gouvernement ne s'occupe pas du vrai problème, à savoir les gens qui se procurent des armes à feu illégalement, en profitant, essentiellement, de la contrebande transfrontalière. Nous avons besoin d'agents des services frontaliers qui disposent des moyens et des ressources nécessaires pour faire leur travail efficacement.
Nos agents des services frontaliers détiennent des pouvoirs extraordinaires. Ainsi, ils peuvent détenir des personnes pour les interroger, fouiller des véhicules et des colis et procéder à des arrestations en l'absence de mandat. Je dirais qu'il s'agit là de pouvoirs nécessaires si nous voulons qu'ils fassent le travail que nous attendons d'eux. Par ailleurs, comme corollaire à ces pouvoirs exceptionnels et extraordinaires, nos agents des services frontaliers doivent aussi faire l'objet d'une surveillance.
À l'heure actuelle, les tribunaux et les commissions exercent une surveillance, mais nous avons besoin d'une surveillance civile indépendante, comme le prévoit le projet de loi C-3. Une commission civile d'examen des plaintes améliorerait la surveillance et aurait pour effet d'accroître l'efficacité de l'Agence des services frontaliers du Canada dans l'exercice de ses fonctions. Toutefois, alors que le Canada s'efforce de maintenir l'intégrité et la sécurité de ses frontières, l'Agence doit également posséder la main-d'œuvre et l'équipement nécessaires pour être réellement efficace pour le Canada. C'est ce que veut notre parti.
Étant donné la nécessité de créer un équilibre entre la sécurité frontalière et l'efficacité du marché, un objectif auquel le gouvernement souscrit, j'en suis persuadé, la décision de celui-ci de ne pas prendre de mesures décisives pour contrer les menaces indésirables qui pèsent sur nos marchés et notre sécurité nous laisse perplexes.
Pourquoi le gouvernement ignore-t-il les besoins des Canadiens, notamment les besoins de ma circonscription, Langley-Aldergrove? La frontière qu'elle partage avec les États-Unis est essentielle pour les entreprises de Langley. Le poste frontalier de Lynden-Aldergrove est ouvert de 8 h à minuit tous les jours, et ces heures d'ouverture restreintes ralentissent la circulation transfrontalière, au détriment des entreprises de ma circonscription. Les entreprises et les particuliers de ma circonscription seraient nettement avantagés si cette voie de communication avec les États-Unis, notre plus important partenaire commercial, était ouverte 24 heures sur 24.
Le président de la Chambre de commerce du Grand Langley a été cité récemment dans un de nos journaux locaux disant que notre « prospérité dépend de notre capacité à transporter nos marchandises et nos services dans tout le pays et sur la planète ». Il a aussi énoncé une évidence, à savoir que les entreprises décident de leurs livraisons en fonction du moment où elles sont le plus à même de transporter leurs marchandises et du lieu où elles les expédient.
La région de Langley, en raison de sa proximité avec les États-Unis et la région métropolitaine de Vancouver, est dotée de deux parcs industriels situés dans des zones stratégiques réservées à la fabrication et à la logistique. Ces zones sont situées près des autoroutes et des voies ferrées qui mènent aux États-Unis.
Le président de la Chambre de commerce du Grand Langley a déclaré: « Nous devons être en mesure d'expédier les marchandises, que ce soi à partir d'un port ou à la frontière terrestre, dans les plus brefs délais. »
L'économie de la Colombie-Britannique est axée sur l'exportation. Le président de la chambre de commerce a ajouté que la prospérité de la province « dépend de son accès libre aux marchés canadiens et mondiaux. »
En plus de la sécurité à la frontière et de la surveillance efficace du travail de l'Agence des services frontaliers du Canada, le gouvernement doit aussi investir afin d'améliorer et de faciliter le commerce international aux postes frontaliers et, dans le cas de ma circonscription, de permettre la prolongation des heures d'ouverture des postes frontaliers.
Les habitants de ma circonscription veulent que le gouvernement fédéral collabore avec les Américains pour qu'enfin ce projet se réalise. Je suis convaincu que la chambre de commerce du Grand Langley et ses 1 025 entreprises membres appuieraient une telle initiative, tout comme la chambre de commerce, les entreprises et les habitants du comté de Whatcom, dans l'État de Washington.
Les entreprises de ma région s'inquiètent beaucoup des impacts négatifs qu'ont les barrages des voies ferrées sur les échanges commerciaux et sur le commerce international, ainsi que sur la réputation du Canada auprès de ses partenaires commerciaux.
Dans une lettre envoyée au premier ministre il y a trois jours, les responsables de chambres de commerce de partout au pays et divers chefs d'entreprise ont déclaré ce qui suit:
En plus de perturber les chaînes d’approvisionnement nationales et mondiales, les blocus minent la réputation du Canada comme partenaire fiable dans le commerce international. Ils menacent également la sécurité publique en empêchant la distribution de produits essentiels comme le chlore pour le traitement de l’eau et le propane pour le chauffage des maisons, des établissements pour personnes âgées et des fermes.
Les dommages infligés à l’économie canadienne et au bien-être de tous nos citoyens augmentent chaque heure où nous laissons ces perturbations illégales se poursuivre. Chaque jour où les lignes ferroviaires sont perturbées nécessite trois à quatre jours supplémentaires pour rétablir les chaînes d’approvisionnement. C’est pourquoi il est impératif que le gouvernement agisse maintenant pour relancer l’économie canadienne.
Dans une lettre envoyée la semaine dernière au ministre des Transports et au ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie, le Conseil des grandes villes canadiennes a déclaré ce qui suit:
Le Conseil des grandes villes canadiennes représente plus de 50 % du produit intérieur brut et de la population du Canada. Compte tenu des événements des derniers jours, [les blocages ferroviaires,] nous sommes fortement préoccupés par les perturbations que subit actuellement le milieu canadien du commerce et des exportations. Les répercussions se font aussi sentir au-delà des frontières canadiennes, et elles nuisent à la réputation du Canada comme partenaire stable et viable de la chaîne d'approvisionnement. Alors que, à l'heure actuelle, de nombreuses marchandises canadiennes destinées au reste du monde ne peuvent pas atteindre les marchés internationaux, nous sommes préoccupés par les rapports faisant état de la décision prise par des expéditeurs internationaux d'éviter de transiter par les ports canadiens.
Il y a tout lieu d'appuyer le projet de loi C-3, car il soutiendra l'Agence des services frontaliers du Canada. Toutefois, il faut prêter attention de toute urgence à la crise actuelle qui menace les échanges commerciaux aux passages frontaliers.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I am thankful for the opportunity to address the recent and ongoing protest in relation to the Coastal GasLink pipeline project and Wet'suwet'en first nation. I thank the member for New Westminster—Burnaby for initiating this important emergency debate.
I want to cover a number of different issues in my speech this evening. First is the notion of protest and its importance in our democracy and under our constitution. The notion of lawful protest is critical. It is protected in multiple subsections of the Charter of Rights and Freedoms, particularly subsections 2(b), 2(c) and 2(d).
What we understand as a protest is critical, as is the manner in which it unfolds. What do I mean by that? We have heard extensive discussions over the last 12 days about protesting in accordance with the law and the rule of law. This is critical and needs to always be respected in this country in order for the protest function to fulfill its important purpose.
I am speaking tonight because it is important that the people watching and participating in this debate understand that there is frustration out there. It is being experienced on many fronts. As the member of Parliament for Parkdale—High Park, I have heard about this frustration in my riding from my constituents, who have raised their voices with me in multiple contexts: via email, on the phone and in person. They have taken different sides on this issue. Some have raised their frustration with reconciliation and the commitment to climate change, asking what is going on in terms of those important precepts. Others have asked about their economic livelihood and the standstill happening in the Canadian economy.
There is frustration being experienced by so many people in this country right now. It is the reason we are here debating this into the wee hours of the evening and why the frustration needs to be validated and understood. People are frustrated and they deserve to be frustrated. It is important for all of us to understand this and work toward the common goal, which is a speedy resolution to this dispute.
The fundamental question is how we get there. We heard a lot about this today, both in tonight's debate and in the ministerial presentations and statements made earlier today.
When we talk about the resolution to this matter, we have a pretty strong juxtaposition presented to us. On the one hand, the notion of dialogue has been undertaken with mutual respect, dialogue that would work toward a meaningful and peaceful resolution. Who suggested that dialogue? We heard the Prime Minister, in his ministerial statement, talk about the need for dialogue and extending a hand.
Also of importance, we heard from National Chief Perry Bellegarde today, who echoed the need for peaceful, respectful dialogue. We have heard this from some of the leaders of the Mohawk First Nation as well, who have echoed the need for moving forward in a manner that facilitates discussion among the parties.
On the other hand, we have a stark contrast that was articulated earlier today by the opposition, which is escalation and potentially the use of force by law enforcement officials, including the Royal Canadian Mounted Police. Let me say to you quite clearly, Madam Speaker, and to everyone who is watching at this late hour, that I find that approach very problematic. I am going to underscore several reasons why I believe that is problematic.
The first is that we do not instruct the police in this country on who to arrest or release. That is very important because the police in this country, indeed I would say the police in any functioning democracy, are not the private force of the political party in power. That is so fundamental that it should go without saying. In a democracy, the police work within a broader legislative framework or under the underpinnings of a statutory framework, but in their day-to-day functions, they operate independently.
Why do I say this and what basis do I have for this claim? I am going to point out a few authoritative sources, the first of which is the Supreme Court of Canada. It has outlined that the principle of police independence “underpins the rule of law” and is necessary for the “maintenance of public order and preservation of the peace”.
I am entering into my former vocation as a lawyer here, but I will cite the Campbell and Shirose case, which is a 1999 decision of the Supreme Court, at paragraphs 29 and 33, directly from the Court's judgment, where it is stated:
While for certain purposes the Commissioner of the RCMP reports to the Solicitor General, the Commissioner is not to be considered a servant or agent of the government while engaged in a criminal investigation. The Commissioner is not subject to political direction.
That is from the Supreme Court of Canada.
There are further instances of this being articulated in other judicial fora or commissions of inquiry.
After the APEC summit was held, there was an inquiry into what transpired there. In that APEC inquiry, Justice Hughes stated five principles of police independence. One of the principles he articulated is that when the RCMP is performing law enforcement functions, it is entirely independent of the federal government and answerable only to the law and the courts.
The final instance I want to bring to the attention of the House is the Arar commission. We all know the infamous case of Maher Arar. We also know about Dennis O'Connor's inquiry into the circumstances that led to Maher Arar's rendition and torture in a foreign jurisdiction. At page 458 of the report, Justice O'Connor said:
The outer limits of police independence continue to evolve, but its core meaning is clear: the Government should not direct police investigations and law enforcement decisions in the sense of ordering the police to investigate, arrest or charge—or not to investigate, arrest or charge—any particular person. The rationale for the doctrine is the need to respect the rule of law.
Where are we situated here? We are situated in a context where multiple things are being suggested by multiple people not only in this chamber but around the country. Some would say it is time for politicians to lay down the law, so to speak, and instruct law enforcement officials to make arrests or use force in a given context, particularly with the Wet'suwet'en protesters. Others have said we should be instructing the police to do the opposite and remove themselves from the situation.
My position, and that of this government, is that it is not for the police to be directed to either arrest or withdraw. That is not the operational independence that is sacrosanct to the protection of the rule of law in a functioning democracy. We have to allow police officers to operate independently, as they do to this point. It is very critical.
I also want to emphasize in this debate what has harkened back to me. I am older than I appear and people tend to confuse me for my age, but I remember very clearly the Ipperwash situation in Ontario, my home province, in the mid-1990s, when the premier, then of the Conservative ilk, decided to issue a blunt direction. It is not really worth repeating, but it was something along the lines of, “Get the Indian out of the park.” There are a few more choice words in that quotation. That led to an entire inquiry into the role of elected leaders with respect to the supervision, enforcement and instruction of law enforcement officials. The Ipperwash Inquiry found, to the same extent of some of the inquiries I have mentioned, that this role is entirely inappropriate. It is inappropriate because it jeopardizes the foundation upon which this democracy, and indeed any democracy, operates. The police are not a private force under the employ of the political party in power.
I started with two options, dialogue versus direct action and enforcement, and on this side of the House we side with the option of dialogue. How is that dialogue proceeding? I will cite some of the instances members and hopefully those watching have already heard about this evening.
Dialogue has already commenced. We heard able argumentation presented by the Minister of Indigenous Services at the start of tonight's debate about the engagement he has already had with the Mohawk leaders. We have heard from the Minister of Transport, who has met with indigenous Canadians. We know that the Minister of Crown-Indigenous Relations has already had discussions on the telephone with individuals, including the hereditary chiefs of the Wet'suwet'en First Nation. We know that she is readily available to meet directly and in person with those hereditary chiefs to continue this critical dialogue.
Let us talk about those with whom we are having dialogue, because I think this is also one of the core issues that is germane to the debate this evening. We believe that all indigenous stakeholders, elected representatives and hereditary chiefs should be involved in this discussion and dialogue.
I am going to give members an anecdote from my somewhat still nascent parliamentary career, which is about five years old.
One of the privileges that I had in the last Parliament was to work on the indigenous language protection act. That was an incredibly difficult file at times but also an incredibly rewarding file. I am very proud to say that all parliamentarians supported the bill, which has now restored the vitality, promotion and protection of indigenous languages that were at various stages of risk in this country. That was a very illustrative exercise for me when I was working as parliamentary secretary on that bill, because I was leading some of the consultations around the country.
What I quickly learned in that situation was that there is a great amount of heterogeneity among indigenous communities, stakeholders, elders, teachers, students, etc., around this country. Whether we are dealing with first nations, Inuit or Métis people, there are a lot of different opinions, and that is as it should be. No one entity or no one group speaks for the entire group. There is as much diversity of opinion among indigenous stakeholders as there is among non-indigenous stakeholders. Again, it is simplistic in its analysis but the illustration was very clear to me.
What I learned with that exercise was that while there are a multiplicity of views out there on any issue that touches indigenous people in this country, what is important when we are dealing with indigenous issues and indigenous stakeholders is that none of those views should be ignored. That is critical when we are trying to give flesh to this idea of reconciliation and what reconciliation means.
It is fundamentally different and qualitatively different. I do not think anyone in this chamber would disagree. When we are trying to pursue an equitable issue with respect to immigrant groups or racialized groups or a religious minority, those are important objectives. When we are dealing with the history and legacy of 400 years of colonialism and racism and the legacy of the residential school system, it is qualitatively different. It is what we call sui generis in the legal context. It is qualitatively different because we cannot ignore any of the voices. That is fundamental and it needs to be clear.
I also want to add a further layer to this debate. A lot of the people who come into my office in Parkdale—Hyde Park or speak to me about this, or reach out by email or social media, talk about the indigenous cause being the vanguard of a broader cause, a respect for Mother Earth, a respect for Mother Nature, a respect for the land that is so bountiful. It is caught up with this issue, and rightfully so, about the pressing need for action on climate change.
I take no issue with that. I fundamentally believe that climate action is urgent. I fundamentally believe that when we declare an emergency on climate change in the House, we need to stand by that.
I return to the fact that folks in my riding and folks right around this country have always consistently approached this issue to me in terms of its broader gravity. They would tell me we have an emergency. They would say to me that it is not just an emergency in Canada, but that it is a global emergency. I would readily concur with them. That is absolutely right. We have a global problem so what we need is a global solution. What I say to them in the context of tonight's debate is to think about this project as part of that global problem and global solution.
What do I mean by that? We know and people who are viewing this tonight understand that this project was touted as the single largest private sector investment in Canadian history, $40 billion deep. Why is that? It is because this project has the ability to provide the cleanest liquefied natural gas facility on earth and to provide green energy to locations around the planet that are in need of greener sources of energy. What I mean by that is ensuring that the phase-out of coal in large Asian nations, particularly India and China, can be accelerated through this liquefied natural gas. What I urge people to consider is that jeopardizing this project will impede the ability of Canada to contribute a global solution to what is indeed a global problem. That is an important factor to consider in this context.
I would venture so far as to put it that this single factor is the reason why we had parties and governments of different political stripes, a provincial NDP government working in close collaboration with a federal Liberal government, working together, and why we had indigenous leaders lining up behind this original project, including all of the elected council representatives for the various first nations groups that are affected with respect to this project.
In total, was there an absolute consensus? Clearly there was not and there is not. That is why we are here today. The voices of the hereditary chiefs have been articulated, indicating that they are speaking out, and they are speaking out on behalf of their people on this very important substantive issue.
Those voices cannot be denied. Those voices are the ones that need to be listened to and the ones that need to be addressed if we are to give reconciliation some meaning. That is the meaningful dialogue and peaceful resolution that we are working toward in this context.
I would reiterate some aspects of what has been transpiring with respect to the RCMP, in the brief time that I have remaining. That law enforcement agency, I am glad to say, has been facilitating a different approach.
In this context, with respect to Wet'suwet'en, the RCMP are attempting to work with what we call a measured approach that is facilitating lawful, peaceful and safe protest in an environment that is safe for protesters and members of the public.
That is a departure from traditional enforcement-focused policing. It is a measured approach that places a premium on open communication and mitigation efforts where the use of arrest becomes just one of the many options that would be available to law enforcement. Indeed, the use of arrest is kept as a last resort.
It also encourages police to undertake proactive engagement. Having a measured approach calls for communication, mitigation and facilitation measures to ensure they maintain peace and to facilitate the resolution of public disorder and the restoration of peace.
It is also critical that the RCMP, which employs a measured approach, respects the lawful exercise of personal rights and freedoms, including the rights of peaceful assembly and association, which I outlined at the outset.
What I am saying in this context is that we have got the fundamental issue of protest. We have to balance that so that it is done in accordance with the rule of law. We have this issue about how we approach the protest: Do we encourage action and enforcement measures, including the use of force by the police at the direction of elected officials, or do we pursue dialogue?
I am very strongly in favour of the dialogue option. The dialogue must engage all parties involved in the conflict, including the hereditary leaders, and that dialogue must consider the impact of climate action that we could take here in Canada that could impact the global climate problem.
Those are the issues that are at stake here. Those are the issues that are fundamental to this debate. I invite questions from the hon. members.
Madame la Présidente, je suis heureux d'avoir l'occasion de parler des manifestations récentes et continues visant le projet de gazoduc Coastal GasLink et la Première Nation des Wet'suwet'en. Je remercie le député de New Westminster—Burnaby d'avoir proposé la tenue de cet important débat d'urgence.
Je tiens à parler ce soir d'un certain nombre d'enjeux. Premièrement, j'aimerais aborder la notion de manifestation et son importance dans notre démocratie et notre Constitution. La notion de manifestation légale est primordiale. Elle est protégée par plusieurs dispositions de la Charte canadienne des droits et libertés, notamment aux termes des alinéas 2(b), 2(c) et 2(d).
Il est essentiel de comprendre ce qu'on entend par manifestation, ainsi que la manière dont celle-ci se déroule. Qu'est-ce que j'entends par cela? Au cours de 12 derniers jours, nous avons beaucoup discuté des manifestations qui respectent la loi et la primauté du droit. C'est essentiel, et il faut toujours les respecter si l'on veut que les manifestations fonctionnent au Canada et qu'elles atteignent leurs importants objectifs.
Je prends la parole ce soir parce qu'il est important que ceux qui nous écoutent et ceux qui participent à ce débat comprennent le mécontentement de la population à bien des égards. En tant que député de Parkdale—High Park, je sais que nombre de résidants de ma circonscription m'ont fait part de ce mécontentement de différentes façons: par courriel, au téléphone et en personne. Ils ont défendu différents points de vue sur cette question. Certains ont exprimé leur mécontentement par rapport au processus de réconciliation et aux engagements en matière de lutte contre les changements climatiques, et ils se demandent ce qu'il advient de ces principes importants. D'autres se préoccupaient de leur gagne-pain et de l'économie canadienne qui stagne.
Nombreux sont aujourd'hui les Canadiens mécontents. C'est pour cela que nous débattons ici en cette heure tardive et qu'il nous faut reconnaître ce mécontentement et le comprendre. Les gens sont mécontents et ils ont raison de l'être. Il est important que nous le comprenions tous et que nous visions le même objectif, c'est-à-dire trouver rapidement une solution à ce conflit.
La question fondamentale est de savoir comment y parvenir. Il en a beaucoup été question aujourd'hui, tant dans le débat de ce soir que dans les observations et les déclarations ministérielles que nous avons entendues aujourd'hui.
Quand nous parlons des moyens de résoudre le problème, la juxtaposition des solutions proposées est fort intéressante. Tout d'abord, il y a la notion de dialogue fondé sur le respect mutuel et qui favoriserait une solution significative et pacifique. Qui a fait cette suggestion? Nous avons entendu le premier ministre, dans sa déclaration ministérielle, parler de l'importance de nouer le dialogue et de tendre la main.
Je tiens également à souligner que le chef national Perry Bellegarde a lui aussi insisté aujourd'hui sur la nécessité d'un dialogue pacifique et respectueux. C'est également ce qu'ont dit certains chefs de la nation mohawk, qui ont eux aussi reconnu la nécessité de procéder d'une manière qui facilite les discussions entre les parties.
En revanche, l'opposition a suggéré aujourd'hui une solution radicalement différente, à savoir l'escalade du conflit et un possible recours à la force par les responsables de l'application de la loi, y compris la Gendarmerie royale du Canada. Permettez‑moi de vous dire très clairement, madame la Présidente, ainsi qu'à tous les gens qui nous regardent à cette heure tardive, que je trouve cette approche fort problématique. Je vais donner quelques raisons qui me poussent à croire cela.
Pour commencer, au Canada, on ne peut pas dicter à la police qui elle doit arrêter et qui elle doit remettre en liberté. Il s'agit d'un principe essentiel parce qu'il garantit aux citoyens — ceux du Canada, mais aussi de n'importe quelle démocratie digne de ce nom — que les policiers ne sont pas à la solde du parti au pouvoir. C'est tellement fondamental que cela devrait aller de soi, selon moi. En démocratie, la police devrait opérer à l'intérieur d'un vaste cadre législatif et dans le respect des lois, mais au quotidien, elle devrait n'avoir d'ordres à recevoir de personne.
Pourquoi est-ce que je dis tout cela et sur quoi est-ce que je m'appuie pour avancer de tels arguments? J'ai mes sources, à commencer par la Cour suprême du Canada. Celle-ci a conclu que le principe de l'indépendance policière « est à la base de la primauté du droit » et qu'il est nécessaire « au maintien de l'ordre public et de la paix ».
J'ai l'impression de revenir à l'époque où j'étais avocat, mais je précise que ces passages sont tirés du paragraphe 29 de l'arrêt Campbell et Shirose, qui a été rendu en 1999 par la Cour suprême. Voici maintenant ce qu'on peut lire au paragraphe 33:
Bien qu'à certaines fins, le Commissaire de la GRC rende compte au Solliciteur général, il ne faut pas le considérer comme un préposé ou un mandataire du gouvernement lorsqu'il effectue des enquêtes criminelles. Le Commissaire n'est soumis à aucune directive politique.
Il s'agit d'une décision de la Cour suprême du Canada.
Il existe d'autres cas où ce type de décision a été prise par d'autres tribunaux ou commissions d'enquête.
Après le sommet de l'APEC, on a mené une enquête sur ce qui s'y était passé. Dans l'enquête, le juge Hughes énonce cinq principes régissant l'indépendance de la police. L'un de ces principes veut que, lorsque la GRC exerce des fonctions d'application de la loi, elle soit entièrement indépendante du gouvernement fédéral et n'a de comptes à rendre qu'à la loi et aux tribunaux.
Le dernier cas que je tiens à porter à l'attention de la Chambre est la Commission Arar. Nous connaissons tous le cas tristement célèbre de Maher Arar. Nous connaissons également l'enquête de Dennis O'Connor sur les circonstances qui ont conduit à l'extradition et à la torture de Maher Arar dans un pays étranger. À la page 458 du rapport, le juge O'Connor déclare:
Les limites de la doctrine de l’indépendance de la police continuent d’évoluer, mais son sens profond est clair: le gouvernement ne doit pas diriger les enquêtes de la police et les décisions en matière d’application de la loi au sens d’ordonner à la police d’enquêter sur une personne donnée, de l’arrêter ou de porter des accusations contre elle, ou d’éviter de le faire. La raison d'être de la doctrine est le besoin de respecter la primauté du droit.
Quelle est la situation actuelle? Nous nous trouvons dans une situation où de nombreuses choses sont suggérées par de nombreuses personnes non seulement à la Chambre des communes, mais aussi un peu partout au pays. Certains sont d'avis qu'il est temps que les politiciens fassent appliquer la loi et qu'ils ordonnent aux forces de l'ordre de procéder à des arrestations ou d'avoir recours à la force dans un contexte donné, en particulier à l'encontre des manifestants wet'suwet'en. D'autres ont dit que nous devrions ordonner à la police de faire l'inverse et de se retirer de la situation.
Ma position, et celle du gouvernement, c'est qu'il n'est pas approprié d'ordonner à la police de procéder à des arrestations ou de se retirer. Ce n'est pas ainsi que l'on protège l'indépendance opérationnelle de la police qui est essentielle au maintien de la primauté du droit au sein d'une démocratie fonctionnelle. Il faut permettre aux agents de police d'agir de manière indépendante, comme ils l'ont d'ailleurs fait jusqu'ici. C'est crucial.
Dans le cadre de ce débat, je tiens aussi à faire part à la Chambre de ce qui m'est revenu à l'esprit. Les gens ont tendance à penser que je suis plus jeune que je ne le parais, mais je me rappelle très clairement ce qui s'est passé à Ipperwash, en Ontario — ma province —, au milieu des années 1990. Le premier ministre conservateur de l'époque avait décidé de donner un ordre direct. Il n'est pas nécessaire de répéter ses mots exacts, mais il souhaitait que l'on chasse les Indiens du parc. Cette citation contenait d'autres mots choisis soigneusement. Cette situation a donné lieu à une enquête en bonne et due forme sur le rôle des dirigeants élus dans la supervision des responsables de l'application de la loi et les ordres qui leur sont donnés. Comme dans le cas de certaines des enquêtes que j'ai mentionnées, la commission d'enquête sur les événements d'Ipperwash a conclu que ce rôle est totalement inapproprié. Il est inapproprié, car il compromet les fondations sur lesquelles repose la démocratie canadienne — en fait, toute démocratie. La police n'est pas une force privée au service du parti politique au pouvoir.
Au départ, il y avait deux options: le dialogue par opposition à l'action directe et à l'application de la loi. De ce côté-ci de la Chambre, nous sommes en faveur de l'option du dialogue. Comment progresse le dialogue? Je vais citer quelques exemples dont les députés et, je l'espère, les téléspectateurs ont déjà entendu parler ce soir.
Un dialogue a déjà été entamé. Nous avons entendu des arguments logiques de la part du ministre des Services aux Autochtones au début du débat de ce soir concernant les consultations qu'il a déjà menées auprès des dirigeants mohawks. Nous avons entendu le discours du ministre des Transports, qui a rencontré des Canadiens autochtones. Nous savons que la ministre des Relations Couronne-Autochtones a déjà eu des discussions téléphoniques avec certaines personnes, notamment avec les chefs héréditaires de la Première Nation des Wet'suwet'en. Nous savons qu'elle peut facilement se libérer pour rencontrer les chefs héréditaires directement et en personne afin de poursuivre ce dialogue crucial.
Parlons des intervenants avec qui nous tenons des discussions, car je pense qu'il s'agit d'une des questions fondamentales du débat de ce soir. Nous pensons que tous les intervenants autochtones, tous les représentants élus et tous les chefs héréditaires devraient participer à ces discussions.
Je vais faire part aux députés d'une anecdote tirée de ma carrière parlementaire qui est encore relativement jeune, puisqu'elle n'a environ que cinq ans.
Lors de la dernière législature, j'ai eu le privilège de travailler sur la loi sur la protection des langues autochtones. Ce dossier parfois incroyablement difficile a aussi été incroyablement satisfaisant. Je suis très fier de pouvoir dire que tous les parlementaires ont appuyé le projet de loi, qui a permis de rétablir la vitalité, la promotion et la protection de ces langues, qui étaient menacées à divers degrés au pays. J'ai beaucoup appris de cette démarche en tant que secrétaire parlementaire travaillant sur ce projet de loi, car je dirigeais certaines des consultations qui ont été menées partout au pays.
Je me suis vite rendu compte qu'il y avait une grande hétérogénéité parmi, notamment, les communautés, les parties prenantes, les anciens, les enseignants et les étudiants autochtones au Canada. Qu'il s'agisse des Premières Nations, des Inuits ou des Métis, les opinions sont très variées, ce qui est bien normal. Aucune entité, aucun groupe en particulier ne parle pour tous. Il y a autant de diversité d'opinions entre les intervenants autochtones qu'entre les intervenants non autochtones. L'analyse est simple, mais elle illustre clairement la situation.
J'ai appris que, bien qu'il y ait une multitude de points de vue sur toute question qui touche les Autochtones au Canada, quand il s'agit de traiter de questions autochtones ou avec des intervenants autochtones, il ne faut ignorer aucun de ces points de vue. Il s'agit d'un élément essentiel à retenir dans le contexte de la réconciliation, de la notion même de réconciliation.
On parle d'une différence fondamentale et qualitative. Je pense que tout le monde ici serait d'accord avec moi. Les questions d'équité envers des groupes d'immigrants, des groupes racialisés ou une minorité religieuse sont importantes. Lorsqu'il s'agit de l'histoire et des séquelles de 400 ans de colonialisme et de racisme et des séquelles des pensionnats, il y a une différence qualitative. En droit, on emploie le terme sui generis. Il y a une différence qualitative parce qu'il faut tenir compte de tous les points de vue. C'est fondamental et il faut que ce soit clair.
Je veux aussi ajouter une dimension à ce débat. Bien des gens qui viennent à mon bureau dans Parkdale—Hyde Park, qui me parlent de cette question ou qui me joignent par courriel ou dans les médias sociaux parlent de la cause autochtone comme étant à l'avant-plan d'une cause plus vaste, celle du respect de la planète, du respect de Dame Nature, du respect des terres, si généreuses. Elle rejoint cet enjeu et, à juste titre, la nécessité d'agir pour contrer les changements climatiques.
Je ne conteste pas cela. Je crois fondamentalement qu'il est urgent d'agir pour le climat. Je crois fondamentalement que, lorsque nous déclarons qu'il y a urgence en la matière à la Chambre, nous devons maintenir notre position.
Je reviens au fait que des gens de ma circonscription et des gens de partout au pays me parlent constamment de cette question sous l'angle de ses conséquences plus vastes. Ils me disent qu'il y a urgence. Ils disent qu'il n'y a pas urgence seulement au Canada, mais à l'échelle planétaire. Je suis d'emblée d'accord avec eux. C'est tout à fait vrai. Nous avons un problème mondial. Il nous faut donc une solution mondiale. Dans le contexte du débat de ce soir, je leur dis de penser à ce projet comme faisant partie du problème mondial et de la solution mondiale.
Qu'est-ce que je veux dire par là? Nous savons, ainsi que les gens qui nous regardent ce soir, qu'il s'agit d'un projet qui a été présenté comme étant le plus grand investissement du secteur privé de l'histoire canadienne, à hauteur de 40 milliards de dollars. Pourquoi? C'est parce que le projet a la capacité de fournir le gaz naturel liquéfié le plus propre au monde et d'approvisionner en énergie verte beaucoup d'endroits qui ont besoin de sources d'énergie plus écologiques. Je veux dire par là que l'élimination du charbon dans les grands pays asiatiques comme l'Inde et la Chine peut être accélérée grâce au gaz naturel liquéfié canadien. J'exhorte les gens à prendre en considération que le fait de compromettre ce projet empêche le Canada de pouvoir offrir une solution mondiale à ce qui est en fait un problème mondial. C'est un facteur important à prendre en considération, dans ce contexte.
J'irais même jusqu'à affirmer que ce seul facteur est la raison pour laquelle les partis et les gouvernements d'allégeances politiques différentes, comme un gouvernement provincial néo-démocrate et un gouvernement fédéral libéral, ont collaboré étroitement, et la raison pour laquelle les dirigeants autochtones se sont rangés derrière ce projet original, y compris tous les représentants des conseils élus des différents groupes de Premières Nations qui sont touchés par le projet.
Y avait-il un consensus absolu, dans l'ensemble? De toute évidence, il n'y en avait pas et il n'y en a toujours pas. C'est ce qui nous amène ici aujourd'hui. Les chefs héréditaires ont fait entendre leur voix, ils se sont exprimés, et ils ont signalé qu'ils s'exprimaient au nom de leur peuple à propos de cet enjeu fondamental.
On ne peut pas faire la sourde oreille. Il faut écouter leurs voix et leurs messages pour que la réconciliation prenne sens. C'est dans cette optique que nous nous efforçons d'établir un réel dialogue et d'arriver à une résolution pacifique.
Pendant le peu de temps qu'il me reste, j'aimerais revenir un peu sur la GRC. Je suis heureux de souligner qu'elle a adopté une approche différente.
Dans la situation dont nous parlons, qui touche les Wet'suwet'en, la GRC s'efforce d'appliquer une approche modérée et de favoriser des manifestations légales et pacifiques, dans un environnement qui soit sécuritaire tant pour les manifestants que pour la population.
Cette façon de faire diffère des méthodes policières traditionnelles axées sur le respect des lois. Il s'agit d'une approche modérée qui met l'accent sur une communication ouverte et sur des efforts d'atténuation. Dans ce contexte, les arrestations ne sont que l'une des options dont disposent les policiers, et elles ne sont utilisées qu'en dernier recours.
L'approche encourage également la police à prendre les devants. Une approche mesurée repose sur la communication et des mesures d'atténuation et de facilitation visant à maintenir la paix et à rétablir l'ordre public.
Il est aussi essentiel que la GRC, qui adopte une approche mesurée, respecte l'exercice légitime des droits et des libertés individuelles, y compris le droit à la liberté de réunion pacifique et d'association, dont j'ai parlé en introduction.
Dans ce contexte, il y a le problème fondamental de la manifestation. Nous devons établir un juste équilibre afin d'agir conformément à la loi. La façon d'approcher la manifestation pose problème: devrions-nous encourager l'action et les mesures d'application de la loi, y compris le recours à la force par la police, à la demande des élus, ou devrions-nous poursuivre le dialogue?
Je suis très en faveur de l'option dialogue. Toutes les parties impliquées dans le conflit, y compris les chefs héréditaires, doivent prendre part au dialogue, qui doit aussi porter sur les mesures contre les changements climatiques que nous pourrions prendre au Canada et qui pourraient avoir une incidence sur les problèmes climatiques à l'échelle mondiale.
Voilà les enjeux qui se présentent à nous. Voilà les questions fondamentales de l'actuel débat. Je suis prêt à répondre aux questions des députés.
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2020-02-18 23:22
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Vancouver Granville.
I have heard many of the interventions this evening through this emergency debate and I want to bring a different perspective to this discussion tonight. I want to put this in context.
About 20 years ago, a previous Liberal government actually arrested farmers and put them in jail for crossing the border and trying to sell their grain in the United States. In perspective, right now we have protestors illegally blockading critical infrastructure across Canada and a Liberal government that is doing nothing to address that situation.
I want to talk about the collateral damage of the inaction that is happening and put that in perspective. Canadian farmers who are trying to sell their own grain are arrested and put in jail by the Liberal government. We have protestors, the court has said this is an illegal blockade and the Liberal government is not doing anything. We can imagine the message this is sending to Canadian agriculture. The blockades are bringing Canada's economy to its knees, and there are very real consequences.
On Friday, a grain producer from my riding came into my office in High River. I have to admit that it is not often I see farmers and ranchers almost in tears, but this 80-some-year-old farmer was extremely frustrated. He has gone through what has been deemed the harvest of hell this fall. He is now finally getting his crops harvested. Throughout January and February, when there was a nice day, some of the farmers in my riding were out in their combines trying to get whatever crop off they possibly could.
I now have this farmer in my office asking what else he can do. He suffered through one of the worst springs and falls in 60 years of farming. He finally harvested his crops, but now he is dealing with a blockade. There are no trains at the terminal where he could sell his commodities and get his product to market.
These are the very real consequences farmers across this country are facing. It is not just in western Canada or in my riding, but in every corner of this country.
Members across the floor are talking about not wanting to rush this through and wanting to have a discussion and open dialogue and saying they will be there for as long as it takes. However, there are business owners, farmers and ranchers across this country who literally cannot wait for this dialogue and the Liberal government to just stand back and hope that this resolves itself. They will be bankrupt before this is resolved if the Prime Minister continues to stand on the sidelines.
This is not just rhetoric. I have heard from many of my colleagues across the floor that this is rhetoric. I would like to mention the stats of what is going on right now. Currently in the port of Prince George, there are 19 ships waiting to be loaded with grain. They are short 400,000 tonnes of grain that is not there to be loaded. In the port of Vancouver, there are 42 vessels waiting to be loaded.
Just in Prince George alone, it is 400,000 tonnes of grain they are waiting for, which is about 4,000 railcars. Every day of waiting is about a million dollars. If we include both ports, every week the cost directly to grain farmers is between $40 million and $50 million. When those ships are not loaded, the demurrage costs are passed directly on to the producers. They cannot pass those costs on to anyone else. They are price takers. They are the end of the line. If we add this up over the four weeks, this has cost Canadian agriculture well over $200 million to $300 million, and that is only in grain. I am not talking about cattle, fertilizer, pork or other commodities. That is only in grain. We can understand the implication this is having on our farmers and ranchers.
This is not only on the commodity side. I spoke to a propane dealer today, who said that Quebec and Ontario may have four to five days of propane reserves left and that it is being rationed. I have heard similar stories from Atlantic Canada. This includes farmers who are trying to heat their barns and dry their grain. Every time they turn around, they are getting another punch to the gut. They are throwing up their hands and asking what more can they do and wondering why no one is paying attention to the anxiety, stress and frustration they are feeling.
The ironic part on the propane side is that these same farmers are now hit with a Liberal carbon tax, which is costing them tens of thousands of dollars a month.
We heard from the Agricultural Producers Association of Saskatchewan, which said that the carbon tax was equal to 12% of one's revenue just disappearing.
The farmers finally got their grain off in the fall. Then they were faced with a CN rail strike, where again the Liberal government did not take any action and decided to stand on the sidelines and wait for it to resolve itself. That is finally now starting to get caught back up. Then in January, farmers were hit with a carbon tax. In February, now they are being hit with illegal blockades across this country and they cannot get their products to market. I hope my colleagues across the floor can see the utter frustration from Canada's agriculture and agri-food sector. Every time they turn around they are getting another punch in the face by the Liberal government.
When we asked the Minister of Agriculture and Agri-Food if she knew the impact the carbon tax was having on Canadian farmers, her response was that her department was not keeping any data on it and she was hoping to find evidence and data on it. Before one puts in a carbon tax, maybe one should have done an economic impact analysis on the agriculture sector.
For the last two weeks I have heard the Liberals say that they are not going to enforce the court injunction and they just hope it resolves itself peacefully and quickly. I am sorry, but that is just not good enough. I am absolutely not inciting violence or anything along that line, but sooner or later they have to understand there are real economic consequences to this inaction.
I do not know how else I can say this, but Canada's economy is on its knees. Even when this is resolved, whenever that may be, to just assume that Canada's economy is going to pick back up and get back on track is simply not the case. I spoke to CN last week and it is 200 freight trains behind. That will take not days, not weeks, but months to get caught back up.
The government also has to understand the implications this has on our global relations with some of our most trusted and important trading partners. They look at Canada as a supplier. They are our customers. What will customers do when the ships they have sent from Japan, China, India, Australia, New Zealand and Peru to be loaded in Vancouver or Prince George are turned around empty? They will take those ships to where they know they are going to get a reliable supply. They will go to Brazil, Peru or the United States. These are customers that we will have lost.
This impacts our reputation in the global marketplace. More than 50% of the commodities we produce in agriculture are exported. Almost more than any other country in the world, we are reliant on those export markets. We cannot have this unreliability within the critical infrastructure and the supply chain from coast to coast without there being very clear consequences to what is going on.
I have talked a lot about the farmers on the ground who are being impacted by this, but I also spoke with Chuck Magro, the president and CEO of Nutrien on Friday to see the impact this was having on its business. It is the largest fertilizer company in North America and is based in Calgary. This is Nutrien's busiest time of the year. It is trying to get its supplies not only across Canada to its domestic customers but also to ships to send it around the world. If these blockades are not removed in the very near future, Nutrien will be forced to shut down some of its most important plants across Canada and lay off people. Nutrien is now 125 railcars short and that number continues to grow each and every day.
In conclusion, I want to be crystal clear to my colleagues across the floor that there are very real consequences to this inaction and this grandstanding. Farmers, ranchers, food processors across this country are going to be bankrupt. They are desperate. They need people to stand up and show they are fighting for them, but unfortunately, time and time again the government has shown that it is not.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec la députée de Vancouver Granville.
J'ai écouté la plupart des interventions du débat d'urgence de ce soir et j'aimerais aborder le sujet sous un angle différent, c'est-à-dire expliquer pourquoi nous en sommes là.
Il y a une vingtaine d'années, le gouvernement libéral de l'époque a carrément jeté des agriculteurs en prison pour avoir franchi la frontière dans le but de vendre leurs céréales aux États-Unis. D'un autre côté, des manifestants bloquent aujourd'hui des infrastructures essentielles à la bonne marche du pays, mais le gouvernement libéral ne fait rien pour remédier à la situation.
Quelqu'un a pensé aux dommages collatéraux de cette inaction? Les agriculteurs de tout à l'heure, qui demandaient seulement à vendre leurs céréales, ont été jetés en prison par les libéraux. De nos jours, les tribunaux ont confirmé que les barricades érigées par les manifestants sont illégales, mais les libéraux ne lèvent pas le petit doigt. On peut imaginer le message que cela envoie aux agriculteurs du pays. Ces barricades sont en train d'étouffer l'économie canadienne, et les conséquences sont bien réelles.
Vendredi, un producteur de grains de ma circonscription est venu à mon bureau à High River. Je dois admettre que je vois rarement des agriculteurs et des éleveurs de bétail au bord des larmes, mais cet agriculteur octogénaire était extrêmement furieux. Il a connu ce qui a été considéré comme la pire saison des récoltes imaginable cet automne. Il procède enfin aux récoltes. Tout au long de janvier et de février, lorsqu'il faisait beau, certains agriculteurs de ma circonscription étaient à l'extérieur sur leur moissonneuse-batteuse, essayant de récolter ce qu'ils pouvaient.
Voilà maintenant que cet agriculteur à mon bureau demande ce qu'il peut faire d'autre. Il a vécu l'un des pires printemps et l'un des pires automnes en 60 ans. Il a fini par faire les moissons, mais, il doit maintenant composer avec les blocages. Il n'y a pas de train au terminus où il pourrait vendre ses denrées et acheminer son produit jusqu'au marché.
Ce sont les conséquences réelles que vivent les agriculteurs de tout le pays. Ce n'est pas juste dans l'Ouest canadien ou dans ma circonscription. Il en est ainsi dans chaque région du pays.
Les députés d'en face disent ne pas vouloir précipiter les choses et vouloir discuter et ouvrir le dialogue, disant qu'ils seront là aussi longtemps qu'il le faudra. Toutefois, il y a des propriétaires d'entreprise, des agriculteurs et des éleveurs de bétail dans tout le pays qui ne peuvent vraiment pas attendre que prenne place ce dialogue et regarder le gouvernement libéral rester à l'écart en espérant que la crise se règle d'elle-même. Ils seront en faillite avant que la crise soit réglée si le premier ministre continue à ne rien faire.
Ce n'est pas purement rhétorique. J'ai entendu un grand nombre de mes collègues en face dire que ce n'était que des paroles en l'air. J'aimerais présenter en chiffres la situation actuelle. À l'heure actuelle, dans le port de Prince George, 19 navires attendent un chargement de grain. Ils leur en manque 400 000 tonnes. Dans le port de Vancouver, 42 navires attendent un chargement.
Seulement à Prince George, on attend 400 000 tonnes de grain, soit environ 4 000 wagons. Chaque journée d'attente coûte environ un million de dollars. Si on inclut les deux ports, on parle d'un coût direct de 40 à 50 millions de dollars par semaine pour les producteurs de grain. Quand les bateaux ne sont pas chargés, les frais de surestarie sont refilés directement aux producteurs. Ils ne peuvent pas les transférer à qui que ce soit, car ils prennent le prix offert et sont le dernier maillon de la chaîne. Si on additionne tout cela pour la période de quatre semaines, la situation a coûté au secteur agricole canadien de 200 à 300 millions de dollars, seulement pour le grain. Ces chiffres ne tiennent pas compte du bétail, des engrais, du porc ou d'autres denrées. Il ne concerne que le grain. Cela donne une idée des répercussions qu'a cette situation sur les agriculteurs et les éleveurs du pays.
Par ailleurs, j'ai parlé aujourd'hui à un marchand de propane. Il m'a dit que les réserves du Québec et de l'Ontario pourraient tenir pendant peut-être quatre ou cinq jours et qu'elles étaient rationnées. J'ai entendu des commentaires semblables venus du Canada atlantique. Ce problème touche notamment les agriculteurs qui cherchent à chauffer leurs étables et à faire sécher leur grain. Ils subissent un coup dur après l'autre. Ils lèvent les bras vers le ciel, désespérés, se demandent ce qu'ils pourraient faire de plus et pourquoi personne ne porte attention à l'anxiété, au stress et à l'exaspération qu'ils vivent.
Petit fait ironique à propos du propane, ces mêmes agriculteurs doivent aussi composer avec la taxe sur le carbone des libéraux, qui leur coûte des dizaines de milliers de dollars par mois.
L'association des producteurs agricoles de la Saskatchewan a calculé que c'est comme si la taxe sur le carbone faisait disparaître 12 % du revenu des agriculteurs.
Les agriculteurs ont fini par envoyer leurs céréales cet automne, mais le CN est alors tombé en grève. Là non plus, le gouvernement libéral n'a rien fait; il a plutôt décidé de rester sur la touche et d'attendre que le problème se résolve tout seul. On commence à peine à rattraper les retards accumulés. Puis voilà qu'en janvier, la taxe sur le carbone s'est ajoutée aux malheurs des agriculteurs. Février arrive, le pays est jonché de barricades illégales et ils ne peuvent toujours pas acheminer leurs produits jusqu'aux marchés. J'espère que mes collègues d'en face peuvent sentir toute la colère du milieu agricole et agroalimentaire du pays. Chaque fois que ces gens pensent qu'ils sont au bout de leurs peines, le gouvernement libéral leur assène une autre gifle.
Quand on a demandé à la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire si elle était au courant des effets de la taxe sur le carbone sur les agriculteurs canadiens, elle a répondu que son ministère ne gardait pas de données là-dessus, mais qu'elle avait bon espoir d'en avoir un jour en sa possession. Avant d'imposer une taxe sur le carbone, le gouvernement aurait peut-être dû en calculer les coûts pour le secteur agricole.
Au cours des deux dernières semaines, j'ai entendu les libéraux dire qu'ils n'allaient pas faire respecter l'injonction accordée par les tribunaux et qu'ils espéraient que le problème se règle tout seul pacifiquement et rapidement. Je suis désolé, mais cela ne suffit tout simplement pas. Je ne voudrais surtout pas inciter les gens à la violence ou avoir une influence de ce genre, mais il faudra tôt ou tard comprendre que l'inaction actuelle a des conséquences économiques bien réelles.
L'économie canadienne est au bord du gouffre, et je ne vois pas comment je pourrais qualifier la situation autrement. Il ne faut pas penser que, lorsque le problème sera résolu, à un moment donné, l'économie canadienne se remettra aussitôt à tourner comme si de rien n'était. Ce ne sera pas le cas. J'ai parlé au CN, la semaine dernière, et il a un arriéré de 200 trains de marchandises. Ce ne sont ni des jours ni des semaines qu'il faudra pour résorber cet arriéré, mais bien des mois.
Par ailleurs, le gouvernement doit comprendre les incidences de ce qui se passe actuellement sur les relations du Canada avec ses partenaires commerciaux les plus fidèles et les plus importants. Ils voient le Canada comme un fournisseur. Eux sont nos clients. Que feront-ils lorsque leurs navires partis du Japon, de la Chine, de l'Inde, de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande et du Pérou pour prendre un chargement à Vancouver ou à Prince George repartiront bredouilles? Ils enverront leurs navires prendre une cargaison chez un fournisseur leur offrant une meilleure garantie d'approvisionnement. Ils iront au Brésil, au Pérou ou aux États-Unis. Nous aurons perdu ces clients.
Notre réputation sur les marchés mondiaux sera ternie. Plus de 50 % de la production agricole canadienne est destinée à l'exportation. Nous dépendons plus des marchés d'exportation que n'importe quel autre pays ou presque. La fiabilité de l'infrastructure essentielle et de la chaîne d'approvisionnement dans l'ensemble du pays ne peut être ébranlée de la sorte sans que des conséquences très claires en résultent.
J'ai beaucoup parlé des simples agriculteurs qui sont touchés par cette situation. Toutefois, vendredi dernier, j'ai aussi discuté avec Chuck Magro, le président-directeur général de Nutrien, pour connaître les répercussions sur ses activités. Cette entreprise d'engrais, qui est située à Calgary, est la plus importante en Amérique du Nord. C'est le temps de l'année le plus occupé pour Nutrien. Elle cherche à acheminer ses produits non seulement à ses clients aux quatre coins du Canada, mais également vers des bateaux pour les envoyer partout dans le monde. Si ces barrages ne sont pas retirés à très court terme, Nutrien n'aura pas d'autre choix que de fermer certaines de ses usines les plus importantes au pays et de mettre à pied des employés. Nutrien a maintenant un retard de 125 wagons, et ce nombre continue d'augmenter chaque jour.
En conclusion, je veux dire très clairement à mes collègues d'en face qu'il y a des conséquences bien réelles à cette inaction et à toute cette démagogie. Des agriculteurs, des éleveurs et des transformateurs d'aliments de partout au pays seront acculés à la faillite. Ils sont désespérés. Ils ont besoin de gens qui se tiennent debout et qui sont prêts à lutter pour eux. Malheureusement, le gouvernement a montré, encore et encore, que ce n'est pas le cas.
View Chrystia Freeland Profile
Lib. (ON)
moved that Bill C-4, An Act to implement the Agreement between Canada, the United States of America and the United Mexican States, be read the second time and referred to a committee.
She said: Mr. Speaker, I would like to begin by acknowledging that we are gathered on the traditional territory of the Algonquin people.
I am truly honoured to speak here today in support of Bill C-4, an act to implement the new NAFTA. Canadians have come a long way since 2017, when Canada's most important trading relationship, indeed our national prosperity itself, was put at serious risk. The years that followed were among the more turbulent in our history. We have emerged not only with the essential elements of the North American Free Trade Agreement intact, but with a better, more effective and fairer agreement than before.
This agreement is better for steel and aluminum workers, better for auto manufacturers and factory workers, better for farmers, forestry workers and energy workers. This agreement is better for the thousands of people working hard in our service industries. It is better for Canadian artists, singer-songwriters and filmmakers and better for the companies that hire them.
Canada has always been a trading nation. We have trade agreements with Europe and the Pacific in place, and we are about to have a modernized NAFTA. That means free trade with 1.5 billion people around the world and makes us one of the world's greatest trading nations.
That we achieved this at a time of considerable uncertainty in global trade, with the rules-based international order itself under strain, is something of which all Canadians can be rightly proud. It is a testament to the unrelenting work of thousands of patriotic Canadians from all walks of life, representing every political view from all orders of government and from all regions of our great country. This truly has been team Canada at work.
A little more than 25 years ago, the North American Free Trade Agreement created the world's largest economic trading zone, but let us remember that it did not come about easily or without controversy. In fact, a federal election was fought over free trade in 1988, and my own mother ran against NAFTA for the New Democrats in the riding of Edmonton Strathcona. These were intense debates as many in the House will remember, yet today the Canadian consensus for free trade is overwhelming.
That consensus is a testament to NAFTA's long-term effectiveness as a vehicle for economic growth. More broadly speaking, it is also a testament to the fact that rules-based trade advances personal freedom, fosters entrepreneurial spirit and generates prosperity.
Today, Canada, the United States and Mexico account for nearly one-third of global GDP despite having just 7% of the global population. Every day, transactions worth about $2 billion Canadian and 400,000 people cross the Canada-U.S. border. Those are impressive numbers.
When we were first asked to renegotiate NAFTA, we were determined to improve the agreement, update it, refine it and modernize it for the 21st century. That is exactly what we did.
I would like to stress two points. Under the new NAFTA, 99.9% of our exports to the United States can be exported tariff-free, and when it comes into force, this agreement will be the most progressive trade deal our country has ever negotiated. Indeed, I believe it will be the most progressive trade deal in the world.
“Growth that works for everyone” is not just a slogan. It has been the animating, driving idea in our negotiations from the start.
Let us be honest: The negotiations that got us here were not always easy. There were some twists and turns along the way. There were, as I predicted at the outset, moments of drama. There were times when the prospect of success seemed distant, but we hung in there. Faced with a series of unconventional negotiating positions from the United States, a protectionist flurry unlike any this country has encountered before, we did not escalate and we also did not back down. We stayed focused on what matters to Canadians: jobs, economic growth, security and opportunity. That is how we stayed the course.
It was clear from the start that, in order to be successful, Canada as a whole had to come together and work as a team.
We began by consulting stakeholders across the country. We heard from Canadians in industry, agriculture, the service sector and labour. We sought and received advice and insight from across party lines. We reached out to current and former politicians, including provincial and territorial premiers, mayors, community leaders and indigenous leaders. We asked Canadians for their input and gathered over 400,000 submissions on the modernization of NAFTA.
We established the NAFTA council with people from different political parties, as well as business, labour and indigenous leaders.
I would like to thank every member of the NAFTA council for their wisdom, hard work and collegiality. Their insight helped guide our way forward at every step of the way, right up to the present moment.
I would also like to thank current and past members of the House for their contributions. With politics, there is always partisanship, but there can also be collaboration in the national interest. I know, from the many conversations I have had with colleagues across the aisle and across Canada, that every single one of us here shares the goal of working for Canada and Canadians. This negotiation has not been a political project. It has been a national one.
There have been many hurdles. During the negotiations, we were hit with unfair and arbitrary tariffs on Canadian steel and aluminum. We defended ourselves without rancour, but with firmness, imposing perfectly reciprocal, dollar-for-dollar tariffs on the United States even as team Canada fanned out across the U.S., reminding our friends, allies and neighbours that they rely on us for trade, too.
We were consistent. We were persistent. We never gave up. We just kept digging in the corners, if I may be allowed one NAFTA hockey metaphor.
The new NAFTA is a great agreement for Canada because we acted with resolve at the negotiating table to uphold the interests and values of Canadians. Our professional trade negotiators are, without exaggeration, the very best in the world. They are a group of true hard-working patriots, led by the inimitable Steve Verheul. I would like to thank them on behalf of all Canadians.
I would also like to thank Ambassador Bob Lighthizer. I found him to be a reliable and trustworthy counterpart, even though there were many times when we did not agree. He is someone who has become a friend. I would like to acknowledge his hard work, his professionalism and his willingness to find win-win compromises for our great continent. That made this agreement possible.
I would also like to recognize the efforts of my Mexican counterparts, who showed tremendous commitment, through a change in government, in renewing our trilateral relationship and in reaching a progressive outcome that raises working standards for workers across our shared continent.
Muchas gracias, amigos.
The benefits of this agreement for Canadians are concrete and considerable. The new NAFTA preserves Canada's tariff-free access to our most important market: 99.9% of our exports to the U.S. will be tariff-free. The agreement preserves the dispute settlement mechanism known as the famous chapter 19 in the original NAFTA, which provides an independent and impartial process for challenging anti-dumping and countervailing duties.
Critically, this mechanism is how we Canadians ensure a level playing field with a much larger trading partner. This mechanism is more valuable today than ever, with the WTO effectively paralyzed.
The new NAFTA preserves the general exception for cultural industries, which employ some 650,000 people across the country. These industries are an integral part of Canada's bilingual nature and our linguistic and cultural identity. This was a crucial factor, because those industries ensure that we can tell our own stories, as Canadians, in both official languages.
Our farmers are more crucial than ever to our collective prosperity. Canada and the United States have the largest bilateral trading relationship in the world in the area of agriculture, which is worth about $48 billon annually.
At one point in the negotiations, the United States demanded that we abolish supply management. We refused that demand. This agreement secures the future of Canada's supply management system for this generation and generations to come.
The new agreement strengthens labour standards and working conditions in all three countries. This is a historic milestone with, for the first time, truly muscular and enforceable labour standards. This agreement, for the first time, levels the playing field in North America for Canadian workers.
It supports the advancement of fair and inclusive trade. It addresses issues related to migrant workers, forced or compulsory labour, and violence against union members, including gender violence. It enshrines obligations related to discrimination, including discrimination based on gender, sexual orientation and gender identity.
This agreement modernizes our trade for the 21st century. Critically, it reduces cross-border red tape and simplifies procedures for Canadian exporters. It promotes increased trade and investment through new chapters dedicated to small and medium-sized businesses.
As well, the agreement preserves the provisions on temporary entry for business people. These provisions are essential to supporting cross-border trade and investments. Temporary entry ensures that investors can see their investments first-hand, and that service suppliers can enter the market to fulfill their contracts on-site.
At a time when walls are being built, temporary entry is a critical advantage for Canadians.
Crucially, the new NAFTA also shields Canada from arbitrary and unfair trade actions. For instance, our auto sector employs 125,000 people directly and another 400,000 indirectly through a network of dealers and after-market services. The side letter we signed with the new NAFTA protects this vital industry from any potential U.S. tariffs on automobile and auto parts.
The new NAFTA is great for Canadian auto workers. We see this in new, higher requirements for levels of North American content in the production of cars and trucks. We see it in the labour chapter, which includes key provisions to strengthen and improve labour standards in the NAFTA space.
One of our government's main objectives is to ensure that women have the opportunity to participate fully and equitably in the Canadian economy. The new NAFTA is no exception. The labour chapter includes a non-discrimination clause and addresses obstacles to the full participation of women.
Environmental stewardship is essential to our collective future. The new NAFTA includes a chapter on the environment that will help ensure that our trade partners do not receive unfair economic advantages because they failed to respect the environment.
The environment chapter requires that all the NAFTA partners maintain strong environmental protection and robust environmental governance. It introduces new commitments to address challenges like illegal wildlife trade, illegal fishing and the depletion of fish stocks, species at risk, conservation of biodiversity, ozone-depleting substances and marine pollution.
It also recognizes the unique role of indigenous peoples in the conservation of our shared biodiversity and in sustainable fisheries and forest management. This is a first. For the first time in a Canadian trade agreement, the new NAFTA confirms that the government can adopt or maintain measures it deems necessary to fulfill its legal obligations to indigenous peoples.
We should note that the obligations on labour and environment in the new NAFTA are subject to dispute settlement. This is a major accomplishment. This means any laggard can be held accountable.
In his speech to the U.S. National Governors Association in 2017, the Prime Minister referred to his father's famous metaphor about Canada, of our experience of sleeping next to an elephant. He said that, contrary to his father's phrase, Canada today is no mouse, more like a moose. This negotiation and its conclusion have shown how right he was.
Throughout the formal negotiations and in the months that followed, the Government of Canada has been intent on upholding the national interest. This work continued last year, culminating in a protocol of amendments signed by Canada, the United States and Mexico that strengthen state-to-state dispute settlements, labour protection, environmental protection and rules of origin.
Our government is committed to ensuring that the benefits of trade are widely and fairly shared.
The new NAFTA helps us accomplish that. It promotes progressive, free and fair economic growth. More generally, it strengthens rules-based trade at a time when those rules are in great need of strengthening. It brings back stability to the trade relationship between Canada, the United States and Mexico. Above all, this agreement provides stability and predictability for companies that employ hundreds of thousands of Canadians.
Our focus in bringing the new NAFTA to Parliament has always been on preserving and fostering opportunity for Canadian workers, businesses, families and communities across the country. That is what we achieved, and this is what all Canadians have achieved together. It is something that all Canadians and every member of the House can be proud of. We are all here to serve Canadians.
I encourage all members in the House and Senate to work co-operatively with us to swiftly pass this legislation.
propose que le projet de loi C-4, Loi portant mise en œuvre de l'Accord entre le Canada, les États-Unis d'Amérique et les États-Unis mexicains, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Monsieur de Président, je tiens d'abord à souligner que nous sommes réunis sur les terres ancestrales du peuple algonquin.
Je suis vraiment honorée de prendre la parole aujourd'hui pour appuyer le projet de loi C-4, Loi portant mise en œuvre de l'Accord entre le Canada, les États-Unis d'Amérique et les États-Unis mexicains. Les Canadiens ont fait beaucoup de chemin depuis 2017, lorsque la relation commerciale la plus importante du Canada — celle qui assurait notre prospérité nationale — a été sérieusement compromise. Les années qui ont suivi ont été les plus tumultueuses de l'histoire du Canada. Nous sommes ressortis de cette situation avec un meilleur accord qui, en plus de comporter les éléments essentiels de l'ALENA, est plus équitable et plus efficace.
C’est un accord meilleur pour les travailleurs de l’acier et de l’aluminium; meilleur pour les fabricants d’automobiles et les ouvriers d’usine; meilleur pour les agriculteurs, les travailleurs forestiers et les travailleurs du secteur de l’énergie. C’est un accord meilleur pour les milliers de personnes qui travaillent fort dans nos industries de services. Il est meilleur pour les artistes, les auteurs-compositeurs et les cinéastes canadiens et il est meilleur pour les entreprises qui les embauchent.
Le Canada a toujours été un pays commerçant. Aujourd’hui, avec nos accords commerciaux avec l’Europe et le Pacifique en vigueur et un ALENA modernisé qui est en voie de l’être, nous pourrons commercer en franchise de droits avec 1,5 milliard de personnes dans le monde. Cela fait de nous l’une des grandes nations commerçantes du monde.
D'avoir obtenu un tel résultat malgré le climat de grande incertitude qui entoure le commerce mondial, alors que l'ordre international fondé sur les règles était soumis à de fortes pressions, est une chose dont tous les Canadiens ont bien raison d'être fiers. Cela témoigne du travail acharné, tous ordres de gouvernement confondus, de milliers de patriotes canadiens de tous les horizons et de toutes les régions de ce grand pays, aux opinions politiques variées. C'est réellement le fruit du travail d'Équipe Canada.
Il y a un peu plus de 25 ans, l'Accord de libre-échange nord-américain a créé la plus grande zone économique de commerce du monde, mais n'oublions pas qu'il ne s'est pas concrétisé sans difficultés ni controverses. En fait, une élection fédérale s'est jouée sur cet accord, en 1988. Ma propre mère s'est d'ailleurs opposée à l'ALENA à titre de candidate du Nouveau Parti démocratique dans la circonscription d'Edmonton Strathcona. Il y a eu des débats intenses; bon nombre de députés se les rappelleront. Pourtant, aujourd'hui, le libre-échange fait largement consensus parmi les Canadiens.
Cela témoigne de l'efficacité durable de l'ALENA en tant que mécanisme de croissance économique. En outre, d'une manière globale, cela témoigne du fait que le commerce fondé sur des règles est un moteur de liberté personnelle, de l'esprit d'entreprise et de prospérité.
Aujourd'hui, le Canada, les États-Unis et le Mexique représentent près du tiers du PIB mondial avec seulement 7 % de la population mondiale. Chaque jour, des échanges commerciaux d'une valeur d'environ 2 milliards de dollars canadiens et quelque 400 000 personnes traversent la frontière entre le Canada et les États-Unis. Ces chiffres sont impressionnants.
Lorsque la possibilité de renégocier l'ALENA nous a été présentée, nous étions déterminés à améliorer cet accord, à le mettre à jour, à le peaufiner et à le moderniser pour le XXIe siècle. C'est exactement ce que nous avons fait.
Je tiens à insister sur deux points. Au titre du nouvel ALENA, 99,9 % des produits que nous exporterons vers les États-Unis seront libres de droits de douane. Quand cet accord entrera en vigueur, ce sera l'accord commercial le plus progressiste jamais conclu par le Canada. Je crois même qu'il s'agira de l'accord commercial le plus progressiste au monde.
« La croissance au service de tous » n'est pas seulement un slogan: il s'agit du principe directeur qui régit nos négociations depuis le début.
Soyons honnêtes: les négociations qui ont abouti à cet accord n'ont pas toujours été faciles. Elles ont connu quelques rebondissements en cours de route. Comme je l'avais prédit d'entrée de jeu, il y a eu des moments intenses. À certains moments, le succès semblait presque hors de portée, mais nous avons tenu bon. Face à toutes sortes de positions de négociation inhabituelles de la part des États-Unis, une vague protectionniste différente de toutes celles auxquelles le Canada avait été confronté auparavant, nous n'avons ni fait dégénérer les pourparlers ni reculé sur notre position. Nous sommes restés concentrés sur ce qui compte pour les Canadiens: les emplois, la croissance économique, la sécurité et les débouchés. Voilà comment nous avons gardé le cap.
Depuis le début, il était clair que, pour réussir, tout le Canada devait se mobiliser et travailler en équipe.
Nous avons d'abord consulté des intervenants de partout au pays. Nous avons entendu des représentants de l'industrie du secteur agricole, du secteur des services et des syndicats. Nous avons demandé et reçu des points de vue et des avis de tous les partis. Nous avons pris contact avec les politiciens actuels et d'anciens politiciens, des premiers ministres provinciaux et territoriaux, des maires, des dirigeants communautaires et des leaders autochtones. Nous avons fait appel aux Canadiens et aux Canadiennes et avons accueilli plus de 400 000 mémoires concernant la modernisation de l'ALENA.
Nous avons mis en place le Conseil de l'ALENA, qui est formé de gens de différents partis politiques, de représentants du monde des affaires et des syndicats, ainsi que de leaders autochtones.
Je tiens à remercier tous les membres du Conseil de l'ALENA de leur sagesse et de leur travail assidu mené dans la collaboration. Leur contribution nous a aidés à orienter nos travaux pendant tout le processus, jusqu'à aujourd'hui.
Je veux aussi remercier les députés actuels et les anciens députés de leur contribution. Il y aura toujours de la partisanerie en politique, mais, lorsque l'intérêt national est en jeu, il y a aussi de la collaboration. D'après les nombreuses conversations que j'ai eues avec certaines de mes collègues d'en face et de partout au pays, je peux affirmer qu'absolument tous les députés ont comme objectif de travailler pour le bien du Canada et des Canadiens. La renégociation de l'accord n'était pas un projet politique, c'était un projet national.
Les obstacles ne manquaient pas. Pendant le processus de négociation, l'acier et l'aluminium canadiens ont été frappés par des droits de douane injustes et arbitraires. Nous nous sommes défendus résolument, mais sans rancœur, en imposant des droits de douane parfaitement réciproques, dollar pour dollar, sur des marchandises américaines, pendant que les membres d'Équipe Canada parcouraient les États-Unis pour rappeler à nos amis, alliés et voisins qu'ils ont eux aussi besoin de nous pour faire du commerce international.
Nous avons gardé le cap. Nous nous sommes montrés tenaces. Nous n'avons jamais abandonné. Si je peux me permettre une métaphore de hockey, nous n'avons pas eu peur d'aller dans les coins.
Le nouvel ALENA est très avantageux pour le Canada parce que nous avons fait preuve de détermination à la table des négociations pour défendre les intérêts et les valeurs des Canadiens. Sans exagérer, les négociateurs commerciaux professionnels du Canada sont les meilleurs au monde. Cette équipe de patriotes, dirigée par l'inimitable Steve Verheul, incarne l'ardeur au travail. Je tiens à les remercier au nom de tous les Canadiens.
J'aimerais aussi remercier l'ambassadeur Bob Lighthizer. Même si nous n'étions pas toujours d'accord, j'ai trouvé en lui un collègue fiable et digne de confiance. Il est devenu mon ami. Je voudrais souligner son excellent travail, son professionnalisme et sa volonté de trouver des compromis avantageux pour tout le monde. C'est ce qui a rendu cet accord possible.
J'en profite aussi pour souligner les efforts de mes homologues mexicains qui, malgré l'élection d'un nouveau gouvernement, se sont montrés exceptionnellement déterminés à renouveler notre relation trilatérale et à parvenir à un résultat progressiste qui améliorera les normes de travail dans l'ensemble du continent que nous partageons, pour le plus grand bien des travailleurs.
Muchas gracias, amigos.
L'accord propose de nombreux avantages concrets pour les Canadiens. Le nouvel ALENA conserve l'accès sans droits de douane du Canada à son marché le plus important: 99,9 % des exportations aux États-Unis seront exemptes de droits de douane. L'accord préserve aussi le mécanisme de règlement des différends de l'ALENA initial, le fameux chapitre 19, qui prévoit un processus indépendant et impartial pour contester les droits antidumping et compensateurs.
Point capital, ce mécanisme est la façon dont nous, les Canadiens, nous assurons d'être sur un pied d'égalité avec un partenaire commercial beaucoup plus grand. Ce mécanisme est plus utile que jamais, l'OMC étant, dans les faits, paralysée.
Le nouvel ALENA préserve l'exception générale pour les industries culturelles, qui emploient quelque 650 000 personnes d'un bout à l'autre du pays. Ces industries font partie intégrante du caractère bilingue du Canada et de notre identité linguistique et culturelle. C'était un élément essentiel. Elles assurent notre capacité de raconter nos propres histoires en tant que Canadiens et Canadiennes, dans les deux langues officielles.
Les agriculteurs de notre pays sont plus que jamais indispensables à notre prospérité collective. Le Canada et les États-Unis entretiennent la plus importante relation commerciale bilatérale au monde dans le domaine de l'agriculture, avec des échanges qui s'élèvent à quelque 48 milliards de dollars par année.
Au cours des négociations, les États-Unis ont exigé que nous abolissions la gestion de l'offre. Nous avons rejeté cette exigence. Cet accord préserve l'avenir du système canadien de gestion de l'offre pour la génération actuelle et celles qui suivront.
Le nouvel accord renforce les normes et les conditions de travail dans les trois pays. Il s'agit d'un tournant historique avec, pour la première fois, des normes du travail vraiment musclées et exécutoires. Grâce à cet accord, pour la première fois, les règles du jeu sont uniformisées en Amérique du Nord pour les travailleurs canadiens.
Il favorise l'adoption de pratiques commerciales justes et inclusives. Il règle des questions liées aux travailleurs migrants, au travail forcé ou obligatoire et à la violence contre les syndiqués, y compris la violence fondée sur le sexe. Il contient des obligations relatives à la discrimination, y compris la discrimination fondée sur le sexe, l'orientation sexuelle et l'identité de genre.
Cet accord modernise nos activités commerciales à l'étranger et les adapte au XXIe siècle. Autre point capital, il réduit les formalités à la frontière et simplifie les procédures pour les exportateurs canadiens. Il stimule le commerce et les investissements grâce à de nouveaux chapitres visant les PME.
Qui plus est, l'accord préserve les dispositions sur l'admission temporaire des hommes et des femmes d'affaires. Ces dispositions sont essentielles pour soutenir le commerce et les investissements transfrontières. L'admission temporaire permet aux investisseurs de venir voir ce dans quoi ils investissent et aux fournisseurs de venir remplir leurs contrats sur place.
À l'heure où l'on érige des murs, l'admission temporaire est un avantage décisif pour les Canadiens.
Autre point particulièrement crucial, le nouvel ALENA protège le Canada de mesures commerciales arbitraires et injustes. Par exemple, notre secteur de l'automobile emploie directement 125 000 personnes et en emploie indirectement 400 000 autres par la voie d'un réseau de concessionnaires et de services après-vente. La lettre d'accompagnement que nous avons signée dans le cadre du nouvel ALENA protège cette industrie vitale de l'imposition, par les États-Unis, de tout droit de douane potentiel sur les véhicules et les pièces automobiles.
Le nouvel ALENA est excellent pour les travailleurs de l'industrie canadienne de l'automobile. Il exige une plus grande proportion de contenu nord-américain dans la fabrication des autos et des camions. Le chapitre sur le travail comprend des dispositions importantes pour renforcer et améliorer les normes du travail dans les domaines régis par l'accord.
L’un des principaux objectifs de notre gouvernement est de veiller à ce que les femmes aient la possibilité de participer pleinement et équitablement à l’économie canadienne. Le nouvel ALENA ne fait pas exception à la règle. Le chapitre sur le travail comprend une clause de non-discrimination et aborde les obstacles à la pleine participation des femmes.
La gestion responsable de l'environnement est essentielle pour notre avenir collectif. Le nouvel ALENA comporte un chapitre consacré à l’environnement qui nous permettra de veiller à ce que nos partenaires commerciaux n’obtiennent pas d’avantages économiques indus en manquant de respect à l’égard de l’environnement.
Le chapitre sur l'environnement oblige les parties à maintenir des niveaux élevés de protection de l'environnement de même qu'une gouvernance environnementale robuste. Il ajoute de nouveaux engagements, notamment en matière de lutte contre le commerce illicite d'espèces de faune et de flore sauvages, la pêche illicite et la réduction des stocks de poissons, de même qu'en matière de protection des espèces menacées, de conservation de la biodiversité, de contrôle des substances appauvrissant la couche d'ozone et de prévention de la pollution de l'environnement marin.
En outre, ce chapitre reconnaît le rôle unique des Autochtones dans la conservation de notre biodiversité commune ainsi que dans la gestion durable des pêches et des ressources forestières. C'est du jamais vu. Pour la première fois, un accord commercial canadien confirme que le gouvernement peut adopter ou maintenir les mesures qu'il juge nécessaires pour s'acquitter de ses obligations légales envers les peuples autochtones.
Il convient de signaler que le mécanisme de règlement des différends s'applique aux obligations relatives au travail et à l'environnement prévues par le nouvel ALENA. Il s'agit d'une réalisation majeure. Cela signifie que l'on peut exiger des comptes de toute partie négligeant ses obligations.
Dans le discours qu'il a prononcé en 2017 à l'intention de la National Governors Association des États-Unis, le premier ministre a dit que, selon lui, contrairement à la célèbre analogie de son père comparant l'expérience du Canada à celle de la souris sommeillant aux côtés d'un éléphant, le Canada d'aujourd'hui n'est pas une souris, mais s'apparente plutôt à un orignal. La négociation de cet accord et sa conclusion montrent à quel point le premier ministre avait raison.
Pendant les négociations officielles et les mois qui ont suivi, le gouvernement du Canada a toujours cherché à veiller aux intérêts du pays. Le travail s'est poursuivi l'an dernier pour aboutir à un protocole d'amendement qui a été signé par le Canada, les États-Unis et le Mexique. Ce protocole apporte des améliorations dans les domaines suivants: le règlement des différends entre États, la protection des travailleurs, la protection environnementale et les règles d'origine.
Le gouvernement est bien déterminé à voir à ce que les avantages du commerce soient répandus largement et de façon équitable.
Le nouvel ALENA nous permet d'y parvenir. Il favorise une croissance économique progressiste, libre et équitable. De manière plus globale, il renforce les échanges commerciaux fondés sur des règles, à une époque où ils ont grandement besoin d'être renforcés. Il rétablit la stabilité dans la relation commerciale entre le Canada, les États-Unis et le Mexique. Par-dessus tout, cet accord offre stabilité et prévisibilité à des entreprises qui emploient des centaines de milliers de Canadiens.
Avec le nouvel ALENA, notre but a toujours été de protéger et de favoriser les possibilités pour les travailleurs, les entreprises, les familles et les collectivités du pays. C'est ce que nous avons accompli, c'est ce que tous les Canadiens ont accompli ensemble. C'est quelque chose dont tous les Canadiens et tous les députés à la Chambre peuvent être fiers. Nous sommes tous ici pour les Canadiens.
J'invite tous les députés et tous les sénateurs à collaborer avec nous pour assurer l'adoption rapide de cette mesure législative.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2020-01-30 18:32 [p.746]
Madam Speaker, I am here today to raise an issue of great concern to me.
Yesterday in the House, a majority of parliamentarians adopted a motion calling on the Auditor General to conduct an investigation into the $186.7-billion investing in Canada plan presented by the Liberal government in 2016. This plan was slammed by the Parliamentary Budget Officer many times for its lack of information for Canadians and for the government's inability to keep track of the millions and billions of dollars in investments it promised to make in various projects.
To us, this is absolutely important. Members will recall that, when the Liberal government was first elected in 2015, it promised to invest in infrastructure to get Canadians back to work and to grow the economy and our GDP. Unfortunately, that did not happen and these investments in infrastructure were being made with borrowed money.
In 2015, they announced small deficits of $10 billion, $10 billion, $6 billion, a little less than $3 billion, and then a return to a balanced budget. Today, we are at $26 billion in deficit spending for this year alone.
What is more, the Parliamentary Budget Officer says there is no infrastructure plan. How can anyone tell if a plan is good when there is no plan? That is why we asked the Auditor General to do this analysis and look into the plan.
Last year, the Auditor General announced that he did not have enough money to handle all the necessary audits and oversight. We are concerned that the Auditor General might not have all the resources he needs to carry out this new mandate from the House of Commons. That is why we are asking the government for assurances that he will get the resources he needs. The Auditor General says he is several million dollars short of being able to complete all of his performance audits.
We want the government to make the money available. Maybe the government could get some of the money from the Asian Infrastructure Investment Bank. The government pledged tens of millions of dollars to the bank so it would look good on the world stage. The government is still sending tens of millions of dollars to the Asian Infrastructure Investment Bank even though China has closed its borders to canola, pork and beef imports from Canada.
Here in Canada, the Auditor General is complaining that he does not have enough money to provide oversight for all government activities. Given that Canada does not have good relations with China, we believe that it is perfectly reasonable to take the money that is supposed to be invested in the Asian Infrastructure Investment Bank and give it to the Auditor General so that he can investigate how infrastructure money is spent and invested right here in Canada.
Madame la Présidente, je suis ici aujourd’hui pour soulever un dossier qui me préoccupe grandement.
Hier à la Chambre, une majorité de parlementaires a adopté une motion demandant au vérificateur général de faire enquête sur les 186,7 milliards de dollars du plan Investir dans le Canada présenté par le gouvernement libéral en 2016. Ce plan a subi les foudres du directeur parlementaire du budget à plusieurs reprises pour son manque d’information aux Canadiens et pour l’incapacité du gouvernement à garder la trace des millions et des milliards de dollars promis en investissements un peu partout.
Pour nous, cela est absolument important. On se rappelle que, quand le gouvernement libéral a été élu la première fois en 2015, il l’a été sous la promesse d’investir en infrastructure pour remettre les Canadiens au travail et pour faire croître l'économie et le PIB. Malheureusement, on a vu que cela ne se réalisait pas, d’autant plus que ces investissements en infrastructure se faisaient avec de l’argent emprunté.
On se rappelle qu’en 2015, on parlait de petits déficits: 10 milliards de dollars, 10 milliards, 6 milliards, un peu moins de 3 milliards, puis le retour à l’équilibre budgétaire. Or, aujourd’hui, on en est à 26 milliards de dollars de déficit pour cette année seulement.
De plus, le directeur parlementaire du budget estime qu’il n’y a pas de plan pour l’infrastructure. Or, comment juger de la qualité d’un plan quand il n'y a pas de plan? C’est la raison pour laquelle nous avons demandé au vérificateur général d’effectuer cette analyse et cette étude.
Le vérificateur général a annoncé l’an dernier qu’il manquait d'argent pour effectuer toutes les vérifications nécessaires, les audits et les surveillances. Nous craignons donc que le vérificateur général n’ait pas toutes les ressources requises pour exécuter ce nouveau mandat de la Chambre des communes. Par conséquent, nous demandons au gouvernement de nous assurer qu’il aura les ressources nécessaires. Le vérificateur général soutient qu’il lui manque plusieurs millions de dollars pour être capable de mener à terme l’ensemble de ses audits de performance.
Nous souhaitons donc que le gouvernement réponde à ce manque. Une des sources où le gouvernement peut prendre son argent est la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures. Le gouvernement s’est engagé à investir plusieurs dizaines de millions de dollars dans cette banque pour pouvoir faire belle figure sur la scène internationale. Or, pendant que l'on continue d'envoyer des dizaines de millions de dollars à la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, la Chine a fermé sa frontière au canola, au porc et au bœuf en provenance du Canada.
Au pays, le vérificateur général se plaint qu’il n’a pas d’argent pour remplir son mandat de surveillance de toutes les activités du gouvernement. Étant donné que le Canada n’a pas de bonnes relations avec la Chine, nous sommes donc d'avis qu’il est tout à fait normal de prendre l’argent qui doit être investi dans la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures et de le donner au vérificateur général pour qu’il puisse faire une enquête sur la façon dont sont dépensées et investies les sommes en infrastructure ici même au Canada.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-01-30 18:35 [p.747]
Madam Speaker, the member was quite focused on the Auditor General and the Asian Infrastructure Investment Bank. My colleague and I thought maybe it would be more appropriate if I attempted to provide an answer, because it was not necessarily about canola.
Having said that, there is a difference on this side of the House, with the new government, since 2015. There is a much deeper respect for those independent parliamentary offices, such as the Auditor General of Canada. We all know that there is a process in which the Auditor General goes before standing committees and comes before Parliament in different ways, putting in requests and also making suggestions. Reports come out. There is a great deal of discussion and ongoing debate.
Even when I was an MLA, I always respected the independence of the auditor, whether at the national level or at the provincial level. They do a lot of fine work. I am sure that even with the resources they have today, they are able to meet their requirements.
I suspect if members were to check with any of our independent offices of the Parliament of Canada, or even those independent offices at the provincial level, they would find there is always a need for additional resources. I am sure if more money was offered, something that Stephen Harper never did to the best of my knowledge, it would at least facilitate some discussion.
With regard to infrastructure, I have noticed that many of the Conservatives like to talk about the Asian Infrastructure Investment Bank. However, I can recall one of the incidents in the past where it actually invested in flood proofing for the Philippines. I believe that saved a great deal of material and provided financial help for a country that was really in need of some flood proofing.
To try to say that the Asian Development Bank is nothing but a disaster does it a disservice. At the end of the day, it was a wise investment from the Government of Canada.
There are many different ways we can provide assistance. Every year, whether it was a Conservative government of the past or the current government, we spend money internationally to support communities. We have done that. It is part of our obligations. All western countries, including the U.S., European countries and Australia, contribute to the bigger picture and try to make the world a better place to live. I suspect that, at least indirectly if not directly, the commitment to the Asian Development Bank assists in doing that.
The member made a brief comment on canola, and I can tell him that the government has long been a very strong advocate for our canola farmers on the prairies. In fact, shortly after getting into government, we had an issue with canola in Russia. We were able to resolve that. We continuously look at other potential markets around the world where canola trade could be expanded upon.
Madame la Présidente, pendant son intervention, le député s'est concentré sur le vérificateur général et la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures. Mon collègue et moi pensons que je devrais tenter de fournir une réponse à ce sujet, car le député n'a pas parlé de canola.
Cela dit, les choses sont différentes de ce côté-ci de la Chambre depuis 2015, soit depuis que nous formons le gouvernement. Il existe un respect beaucoup plus profond à l'endroit des mandataires indépendants du Parlement, comme le vérificateur général du Canada. Nous savons tous que, selon le processus en place, le vérificateur général comparaît devant des comités permanents et le Parlement, où il peut présenter des demandes et formuler des recommandations. Il publie des rapports. Il y a énormément de discussion et de débat.
Même à l'époque où j'étais député provincial, j'ai toujours respecté l'indépendance du vérificateur général, que ce soit à l'échelle nationale ou provinciale. Les personnes qui occupent ce poste font un excellent travail. Je ne doute pas que même avec les ressources dont elles disposent aujourd'hui, elles arrivent à répondre aux exigences.
J'ai bien l'impression que si les députés posaient la question à n'importe lequel des mandataires indépendants du Parlement du Canada, ou même à leurs homologues provinciaux, ils se rendraient compte que des ressources additionnelles sont toujours les bienvenues. Je suis sûr que si de nouveaux fonds étaient offerts — ce que, à ma connaissance, Stephen Harper n'a jamais fait —, ils permettraient à tout le moins de faciliter certaines discussions.
En ce qui concerne la question des infrastructures, j'ai remarqué que bon nombre de conservateurs aiment parler de la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures. Cependant, je me souviens d'un cas où des investissements ont été faits dans la protection contre les inondations aux Philippines. Ces sommes ont permis de protéger beaucoup de matériel et de fournir une aide financière à un pays qui avait grandement besoin d'une telle protection.
Ce n'est pas rendre justice à la Banque asiatique de développement que de dire qu'elle n'est qu'un désastre. Avec le recul, on constate que c'était un investissement judicieux de la part du gouvernement du Canada.
Nous pouvons offrir notre aide de nombreuses façons. Chaque année, autant lorsque les conservateurs étaient au pouvoir que maintenant, le Canada dépense à l'étranger pour soutenir différentes communautés. Nous le faisons; cela fait partie de nos obligations. Tous les pays occidentaux, y compris les États-Unis, les pays européens ou l'Australie, s'impliquent à l'échelle de la planète afin d'en faire un monde meilleur. À mon avis, l'investissement dans la Banque asiatique de développement, de façon directe ou indirecte, sert à cela.
Le député a brièvement parlé du canola et je peux lui dire que le gouvernement défend depuis longtemps les producteurs de canola des Prairies. D'ailleurs, peu de temps après notre arrivée au pouvoir, il y a eu des problèmes liés au canola avec la Russie. Nous avons réussi à les résoudre. Nous cherchons sans relâche des débouchés partout dans le monde afin de faire croître les exportations de canola.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2020-01-30 18:39 [p.747]
Madam Speaker, it was only once the current government became a minority government that it agreed to talk about canola in a special committee on Canada-China relations. The Liberal government is going to send $256 million of taxpayers' money to the Asian Infrastructure Investment Bank. The Auditor General is asking for much less than that to be able to do his job and audit the government.
The Auditor General needs more money because the current government is spending like no other government in Canadian history. This Prime Minister is the highest-spending prime minister in Canadian history. It makes sense that the Auditor General needs more money to sort through all of the spending and programs. Infrastructure Canada's funding programs include more than 50 programs and involve 32 departments.
If we want the Auditor General to do his job, we need to give him the means to do so. Since we are at odds with China, on canola in particular, I think we should use the money that we were to send to the Canada Infrastructure Bank to adequately fund the Auditor General of Canada.
Madame la Présidente, il a fallu que le gouvernement actuel soit minoritaire pour qu'il accepte enfin qu'on parle du canola dans un comité spécial sur les relations Canada-Chine. C'est 256 millions de dollars des contribuables canadiens que le gouvernement libéral va envoyer à la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures. Le vérificateur général demande beaucoup moins que cela pour être capable de vraiment faire son travail et de vérifier les comptes du gouvernement.
Le vérificateur général besoin de plus d'argent parce que le gouvernement en place dépense comme aucun gouvernement n'a jamais dépensé dans l'histoire du Canada. Nous avons le premier ministre le plus dépensier de l'histoire du Canada. Devant l'ensemble des dépenses et des programmes, il est évident que le vérificateur général a besoin de plus d'argent. Les programmes de financement d'Infrastructure Canada comprennent plus de 50 programmes et touchent 32 ministères.
Si on veut que le vérificateur général fasse son travail, il faut lui donner les moyens. Étant donné qu'on est en conflit avec la Chine, notamment sur le canola, je signale qu'on devrait se servir de l'argent qu'on devait envoyer à la Banque de l'infrastructure du Canada pour financer correctement le vérificateur général du Canada.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-01-30 18:40 [p.747]
Madam Speaker, my friend makes reference to the record amounts of money the government spends. I am sure he would also acknowledge that every year, as the country continues to grow and there is more prosperity, albeit more under Liberal regimes than Conservative regimes, we are going to see increases in expenditures.
We need to respect the fact that we have an independent office. It is a parliamentary office. There are opportunities for the type of dialogue that the member is suggesting we have. I would really encourage the member to get involved with committees, such as the procedure and House affairs committee, or maybe raising, through his House leader, the issue at the Board of Internal Economy. There are other ways to talk about it, but I do not think we need to politicize the Office of the Auditor General.
Madame la Présidente, le député parle des montants record dépensés par le gouvernement. Je suis certain qu'il reconnaît que nous constaterons une augmentation des dépenses chaque année, à mesure que le pays — certes, davantage sous les régimes libéraux que conservateurs — poursuit sa croissance et gagne en prospérité.
Il faut respecter l'indépendance du bureau, qui est celui d'un mandataire du Parlement. Il est possible d'entamer le genre de dialogue suggéré par le député. J'encourage le député à s'adresser à un comité, comme celui de la procédure et des affaires de la Chambre, ou à la leader de l'opposition à la Chambre, pour que celle-ci soulève la question auprès du Bureau de la régie interne. Il y a d'autres façons de discuter de la question. Selon moi, il n'est pas nécessaire de politiser le Bureau du vérificateur général.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2019-12-13 10:47 [p.390]
Mr. Speaker, my question is for the member for Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, who criticized the dearth of measures to support regional development in the throne speech.
The Bloc Québécois proposed an amendment in the House that was primarily aimed at defending supply management tooth and nail and increasing the health transfers. I think all regions in Quebec want health services to be better funded.
Why did my colleague choose to vote against that amendment? Instead of pulling out all the rhetorical stops and saying that the Bloc Québécois supports centralizing federalism, he could have stood up in the House and defended the regions by voting for the Bloc's amendment.
Monsieur le Président, ma question s'adresse au député de Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, qui déplore le manque de mesures pour soutenir le développement de nos régions dans le discours du Trône.
Le Bloc québécois a proposé un amendement à la Chambre qui visait notamment à défendre bec et ongles la gestion de l'offre et à augmenter les transferts en santé. Je pense que toutes les régions du Québec veulent que les services de santé soient mieux financés.
Pourquoi mon collègue a-t-il choisi de voter contre cet amendement? Plutôt que de lancer des fleurs de rhétorique et de dire que le Bloc québécois appuie le fédéralisme centralisateur, il aurait pu se lever à la Chambre et défendre les régions en votant pour l'amendement du Bloc.
View Bernard Généreux Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I would be pleased to answer my colleague's question.
During yesterday's question period in the House of Commons, three Bloc Québécois MPs asked the Liberals questions and said there was nothing for Quebec in the throne speech. Be that as it may, the Bloc Québécois was certainly quick on the draw in deciding to support the Liberals' throne speech.
The Bloc Québécois cannot help Quebec get ahead. Our party is the one that put all kinds of things in place for Quebec, and we recognized the Quebec nation. The Bloc is in no position to tell us what to do.
Monsieur le Président, cela me fait plaisir de répondre à la question de mon collègue.
Hier, à la Chambre des communes, lors de la période des questions, trois députés du Bloc québécois ont posé des questions aux libéraux en disant qu'il n'y avait rien dans le discours du Trône pour le Québec, alors même que le Bloc québécois avait décidé d'appuyer instantanément, aussi vite que Lucky Luke, le discours du Trône des libéraux.
Le Bloc québécois ne peut rien faire gagner au Québec. Nous sommes le parti qui a mis en place toutes sortes d'éléments pour le Québec, et nous avons reconnu la nation québécoise. Nous n'avons aucune leçon à recevoir du Bloc.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2019-12-12 10:29 [p.311]
Madam Speaker, I want to start by mentioning that I will be sharing my time with my colleague from Salaberry—Suroît.
As Bloc Québécois critic for agriculture, agri-food and supply management, I will be talking about agriculture today.
We were pleased to see that the compensation that had been promised to dairy farmers before the election campaign was included in the Speech from the Throne. The government can be assured of our full co-operation for the follow-up.
However, I want to point out to the government that much of the compensation promised when the trade deals were signed has failed to materialize. Chicken, turkey, hatching egg and table egg farming are not covered, and no agreement has been reached yet between those farmers and the government.
We therefore call on the government to act diligently and as swiftly as possible to resolve this matter. It must make good on all of its commitments and promises of compensation. The financial health of our farming businesses depends on it.
There was also no agreement for the dairy processing sector. Not only has no compensation been determined for that sector, but also all the contingency plans, such as import permits, have yet to be definitively established. We have one concern about that particular issue. Regarding the agreement with Europe, we were told that a permanent determination of import licences would be announced in January. We have no other information at the moment.
Quotas were provisionally set at 55% for retailers and 45% for processors. However, it seems that this ratio is harmful to Quebec's industry. Retailers are taking advantage of the situation to import substantial amounts of cheese, even though the same cheeses are produced here at good prices. Those products are replacing local products on store shelves and causing Quebec producers to lose out.
Accordingly, for the optimal benefit of our local production, that ratio must be amended immediately, with the processors' share increased significantly. When processors are licence holders, they import products that complement the local production, which makes sense. This means less competition for our local producers. This distribution is also better for consumers, who will have access to a broader range of products. It is a win-win.
Therefore, today I am asking about the government's intentions in this regard. Producers, processors, consumers and we, the members, need a clear answer.
That is what I wanted to say about compensation. Although the compensation is necessary and our agricultural producers now want it, it is not their preferred option. Quebec farmers are proud people. They do not want government handouts. What they want is to work. What they need to do that, now more than ever, is for the government to take action and to put in place permanent and unequivocal protections for the supply management system.
We will not be satisfied this time with a commitment or a simple motion. What we want is legislation that protects our supply management system so that it will never again be amputated. This system is unparalleled in the world. It results in a quality product, a stable price and a decent standard of living for our producers. This system should not be cut up into pieces. Instead, we should maintain it and promote it abroad. This system works well. Furthermore, it requires no government subsidies. It is surreal to see this innovative system be gradually replaced by a system of compensation, in essence by subsidies.
The Bloc Québécois wants a firm commitment from this government. Is the government prepared to step up and protect the way we manage our agricultural sector?
NDP members have said that they will support our efforts. Conservative members have been talking a lot about agriculture since we returned, and the opposition leader has spoken in favour of our supply management system in the past. I would imagine, or at least I would hope, that his party will also support our request.
How about the government?
I listened carefully to the statement the minister made on December 3 at the Union des producteurs agricoles congress in Quebec City. The minister was trying to reassure farmers under supply management and guarantee that his government would protect the system and not give away any new market shares. I can only assume that the government will agree to enact legislation that will truly protect our supply management system.
If that is indeed the case, we will have a very strong consensus in the House and our supply management system will forever be off the table in future international negotiations. This is of vital importance. Mercosur negotiations and the likelihood of Brexit are forcing us to move faster. I am urging all MPs to act swiftly.
I would also like to talk about the recent propane crisis, which had a very negative impact on the agricultural sector. After a year of terrible weather, a late, rainy spring and early snows and winter, the sector was hit by the CN strike. The 2019 season was bad enough for grain producers, and all those factors made it even worse.
The propane supply was interrupted from day one. The company gave no notice. Producers were left with silos full of wet grain they could not dry and snowy fields they could not harvest. They had no choice but to watch the grain rot in the fields because they did not have fuel to dry it.
This situation is unacceptable. The Bloc Québécois called for action from the start. We wanted CN to make shipping propane a priority so farmers would get the supply they need. The service interruption doomed many crops.
According to Mr. Overbeek, the president of Producteurs de grain du Québec, many businesses will not make it through 2019. On top of that, when rail service resumed, farmers were subject to an unconscionable increase in the cost of propane. It is disgusting to see one industry profit while another suffers. On Saturday, farmers in Saint-Barthélemy, in Berthier—Maskinongé, told me about all of the problems they have faced this year and struggled to control their emotions. Some are still trying to salvage some of the grain by harvesting it at night, because the conditions are better. A number of them have given up. Our grain farmers need a sign. They need real action to know that their elected officials support them.
The federal government has little control over the price of propane. However, we must take action when possible. In the short term, we are talking about compensation. Will the federal government commit to follow the Government of Quebec's lead and show our farmers some extraordinary support, in light of the exceptional crisis they have just experienced?
Long-term action is needed as well. Is the government prepared to reflect on how it can guarantee farmers a basic energy supply? We in the Bloc Québécois believe that what our farmers went through was unacceptable and must never happen again. We need to take steps.
The subject of our relations with China has come up in this debate. In that case too, farmers are getting shafted. Pork exports have recovered, but our farmers suffered major losses they will have to be compensated for. We also believe that an emergency fund should be established to support any farm sector that is affected by future diplomatic crises. Our canola farmers have also been hit hard. We need to help them.
We must bear in mind that other countries do not hesitate to support their farmers. That gives foreign farmers an unfair advantage over ours. We should also ask ourselves what kind of support we can offer to our cattle farmers. With regard to the transportation standards that are set to take effect in February, the minister has announced a two-year delay before penalties are enforced.
We should use that time to think about how we can help our farmers and establish reasonable standards that do not jeopardize our agriculture industry.
There were a few other topics I wanted to address, but I will wind up my remarks now and come back to them in my answers. The agriculture industry has been under a lot of strain over the past few years. Rural folks need help and recognition. They need us. We must never forget that agriculture not only provides our food supply and our food sovereignty, in other words, our security, but also ensures the full, dynamic use of our land.
Madame la Présidente, j'aimerais d'abord annoncer que je vais partager mon temps de parole avec ma collègue de Salaberry—Suroît.
À titre de porte-parole en matière d'agriculture, d'agroalimentaire et de gestion de l'offre pour le Bloc québécois, je vais vous entretenir aujourd'hui d'agriculture.
Nous avons été satisfaits de constater que les compensations promises aux producteurs laitiers avant la campagne électorale étaient inscrites au discours du Trône. À ce sujet, nous assurons notre pleine collaboration au gouvernement pour la suite des choses.
Par contre, je désire faire remarquer au gouvernement qu'il manque plusieurs compensations promises lors de la signature des traités de commerce. Les productions de poulet, de dindon, d'œufs d'incubation et d'œufs de consommation ne sont pas encore couvertes, et aucune entente n'est encore intervenue entre ces producteurs et le gouvernement.
Nous demandons par conséquent que le gouvernement agisse avec diligence et procède le plus rapidement possible au règlement de ce dossier. Tous les engagements et toutes les promesses de compensation doivent devenir réalité. La santé financière de nos entreprises agricoles en dépend.
Il n'y a pas eu d'entente non plus dans le secteur de la transformation laitière. Non seulement les compensations de ce secteur ne sont pas fixées, mais aussi toutes les questions de contingence, c'est-à-dire les licences d'importation, restent à fixer de façon définitive. Sur cette question, nous avons une inquiétude. En effet, en ce qui concerne le traité avec l'Europe, on nous a annoncé qu'une fixation permanente des licences d'importation serait annoncée en janvier. Or, nous n'avons en ce moment aucune autre information.
Les quotas avaient été fixés de façon provisoire à 55 % pour les détaillants et à 45 % pour les transformateurs. Or il appert que ce ratio est nuisible à l'industrie québécoise. Les détaillants profitent de cette situation pour importer des quantités importantes de fromages dont des équivalents sont déjà produits ici à bas prix. Ces produits remplacent les produits locaux sur les tablettes et occasionnent des pertes pour les producteurs du Québec.
Ainsi, pour le plus grand bien de notre production locale, il est urgent de modifier ce ratio en augmentant considérablement la part des transformateurs. Ces derniers, lorsqu'ils sont titulaires des licences, importent en toute logique des produits complémentaires à la production locale. Ils font ainsi moins concurrence à nos producteurs locaux. Cette répartition est aussi plus avantageuse pour les consommateurs, qui se voient offrir une plus grande variété de produits. C'est gagnant-gagnant.
Je demande donc aujourd'hui quelles sont les intentions du gouvernement à cet effet. Les producteurs, les transformateurs, les consommateurs et nous-mêmes avons besoin d'une réponse claire.
Voilà ce que je souhaitais dire au sujet des compensations. Or, bien que ces compensations soient nécessaires et souhaitées maintenant par nos producteurs agricoles, il ne s'agit pas de leur premier choix. Les agriculteurs du Québec sont des gens fiers. Ils ne veulent pas être des assistés du gouvernement. Ce qu'ils veulent, c'est travailler. Pour ce faire, ils ont besoin, maintenant plus que jamais, que le gouvernement bouge et protège de façon définitive et sans équivoque le système de gestion de l'offre.
Nous ne nous satisferons pas cette fois-ci d'un engagement ou d'une simple motion. Ce que nous voulons, c'est qu'une loi protège notre système de gestion de l'offre, afin que plus jamais on ne puisse l'amputer de nouveau. Ce système n'a pas d'équivalent dans le monde. Il permet d'assurer un produit de qualité, un prix stable et un niveau de vie décent pour nos producteurs. Ce système, on ne devrait pas le découper en morceaux. On devrait plutôt le préserver et en faire la promotion à l'international. Il fonctionne bien, ce système. De plus, à la base, il ne demandait aucune subvention gouvernementale. Il est surréaliste de voir ce système novateur remplacé graduellement par un système de compensation, donc de subventions.
Au Bloc québécois, nous demandons un engagement ferme du gouvernement à cet effet. Le gouvernement est-il prêt à bouger, et à protéger notre façon de faire de l'agriculture?
Les gens du NPD nous ont affirmé qu'ils allaient appuyer notre démarche. Les gens du Parti conservateur parlent beaucoup d'agriculture depuis le début des travaux et le chef de l'opposition s'est déjà prononcé en faveur de notre système de gestion de l'offre par le passé. J'imagine — du moins, je l'espère — que son parti va lui aussi appuyer notre demande.
Du côté du gouvernement, quelles sont les intentions?
J'ai écouté attentivement la déclaration que la ministre a faite le 3 décembre dernier lors du congrès de l'Union des producteurs agricoles, à Québec. J'ai bien compris que la ministre voulait rassurer les agriculteurs sous gestion de l'offre et leur garantir que son gouvernement avait l'intention de protéger le système et de ne plus jamais céder de nouvelles parts de marché. Je présume donc que le gouvernement acceptera de protéger pour vrai notre système de gestion de l'offre au moyen d'une loi.
Si c'est bien le cas, nous aurons un formidable consensus à la Chambre, et nous exclurons de façon définitive notre système de gestion de l'offre de toute future négociation internationale. Il est impératif de le faire. Les négociations sur le Mercosur et le probable Brexit nous forcent à accélérer le pas. Je le demande aux élus de la Chambre, agissons promptement.
J'aimerais aussi entretenir la Chambre de la récente crise de propane, qui a eu de très graves conséquences sur le monde agricole. Après une année terrible sur le plan climatique, avec son printemps pluvieux et tardif, son hiver et sa neige hâtifs, il y a eu la grève du CN. Tout cela est venu noircir le portrait d'une situation de la saison 2019 déjà très difficile pour les producteurs de grains.
Les approvisionnements en propane ont été interrompus dès le premier jour, sans aucun préavis de la part de l'entreprise. Les producteurs se sont retrouvés avec des silos remplis de grain humide, impossible à assécher, ou devant des champs enneigés non récoltés. Ils ont dû se résigner à regarder le grain se détériorer dans les champs, faute de combustible pour procéder au séchage.
Cette situation est inacceptable. Le Bloc québécois a demandé qu'on agisse dès le départ, notamment en s'assurant que le propane circule en priorité sur les rails du CN pour assurer l'approvisionnement en propane de nos producteurs. Cette interruption de service aura été fatale pour de nombreuses productions.
Selon les dires de M. Overbeek, président des Producteurs de grain du Québec, plusieurs entreprises ne passeront pas au travers de l'année 2019. Pour ajouter à tout cela, lors de la reprise du service, les agriculteurs ont dû subir une hausse déraisonnable du prix du propane. Il est révoltant de voir une industrie profiter d'une autre quand celle-ci est dans la misère. Encore, samedi dernier, des producteurs de Saint-Barthélemy, dans Berthier—Maskinongé, me racontaient leurs déboires de la dernière année en ayant peine à retenir leurs émotions. Certains tentent encore de récupérer une partie du grain en le récoltant de nuit parce que les conditions y sont plus favorables. Plusieurs ont aussi baissé les bras. Les agriculteurs, nos producteurs de grain, ont besoin d'un signal. Ils ont besoin d'un geste, d'une mesure de leurs élus pour leur montrer qu'ils les soutiennent.
Sur le prix du propane, le gouvernement fédéral a peu d'emprise. Cependant, là où on peut agir, on doit le faire. À court terme, il s'agit de compensations. Le gouvernement fédéral s'engage-t-il à emboîter le pas au moment où le gouvernement du Québec fera une demande afin de soutenir de façon extraordinaire nos producteurs, considérant la crise hors du commun qu'ils viennent de traverser?
À long terme aussi, il faudra agir. Le gouvernement est-il prêt à réfléchir afin d'assurer dans l'avenir un approvisionnement énergétique minimal en milieu agricole? Au Bloc québécois, nous trouvons que ce que nos agriculteurs ont vécu n'est pas admissible et que cela ne doit plus se produire. Nous devons prendre des mesures.
Il a été question, au cours des débats, de nos relations avec la Chine. Là aussi, les agriculteurs sont ceux qui écopent. Les exportations de porc ont pu reprendre, mais nos producteurs ont subi de lourdes pertes qu'il faudra compenser. Nous pensons qu'il faut également se doter d'un fonds d'urgence afin de soutenir toute production agricole qui serait touchée par une future crise diplomatique. Nos producteurs de canola sont aussi très durement touchés. Nous devons leur venir en aide.
N'oublions pas que les autres pays n'hésitent pas, eux, à soutenir le monde agricole. Cela donne aux producteurs étrangers un avantage indu par rapport à nos producteurs locaux. Il faudra aussi se questionner sur le soutien qu'on pourra apporter à nos producteurs de bovins. En ce qui a trait aux normes de transport qui vont entrer en vigueur en février prochain, la ministre a annoncé un sursis de deux ans pour ce qui est des sanctions qui seront appliquées.
Profitons de cette période pour réfléchir à la manière dont on peut venir en aide à nos producteurs et pour instaurer des normes de façon raisonnable afin de ne pas mettre en danger notre agriculture.
J'aurais pu parler de quelques autres sujets, mais je vais conclure maintenant et j'y reviendrai dans mes réponses. Le monde agricole a été mis à mal ces dernières années. Les gens de nos campagnes ont besoin d'aide et de reconnaissance. Ils ont besoin de nous. N'oublions jamais que, lorsqu'on parle du monde agricole, on parle non seulement de notre garde-manger et de notre souveraineté alimentaire, donc de notre sécurité, mais on parle aussi de l'occupation dynamique et complète de notre territoire.
View Vance Badawey Profile
Lib. (ON)
View Vance Badawey Profile
2019-12-12 16:39 [p.364]
Madam Speaker, I will take this opportunity to wish all a merry Christmas, a happy Hanukkah and a happy new year. I hope that members spend much quality time with their families, friends and neighbours in their communities.
I am honoured to rise today in response to the Speech from the Throne. It is my first time