Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 10 of 10
View Jean Yip Profile
Lib. (ON)
Thank you all for coming. Your testimony is very important.
My question is directed to Mr. Kwan.
Over the past year, there have been reports of confrontations in Canada between Hong Kong pro-democracy demonstrators and supporters of China's government. What information is available about the nature and frequency of such confrontations? I know you outlined some of it in your opening statement. Also, has there been an increase in confrontations between the two groups since the national security law was introduced?
Merci à toutes et à tous de votre présence. Vos témoignages sont très importants.
Ma question s'adresse à M. Kwan.
Au cours de la dernière année, des affrontements sont survenus au Canada entre des manifestants appuyant la démocratie à Hong Kong et des partisans du gouvernement de la Chine. Que savons-nous sur la nature et la fréquence de tels affrontements? Je sais que vous abordez le sujet durant votre exposé. Aussi, les affrontements entre les deux groupes sont-ils devenus plus fréquents depuis que la loi sur la sécurité nationale a été introduite?
Cheuk Kwan
View Cheuk Kwan Profile
Cheuk Kwan
2020-08-13 12:11
I just want to say that every single pro-Hong Kong rally that was peaceful was met with counter-demonstrations, organized probably by the Chinese consulates and also a lot of international students, or even Canadian residents, who are what we call “Ferrari-driving students”, who have come up and attempt to perpetuate violence against these pro-Hong Kong rallies. You might have heard that from other groups that have presented before me. This is an ongoing problem.
This is why my testimony today is focused purely on what we can do in Canada. I know that we can talk all we want about what we can do for Hong Kong, but we're going to be met with a stone wall erected by China. As a proactive way for Canada to move forward, I think we have to protect our citizens.
I want to thank you for bringing this question up, because Amnesty International, together with a bunch of our organizations, has issued a harassment report. The Chinese government and Chinese consulates openly harass people like me.
I will point out one last thing. I have been involved in human rights for the last 30 years. I don't think I will be transiting through Hong Kong anytime soon, nor will I even want to go to a country that has an extradition treaty with China. Nor will I fly Cathay Pacific, because the Chinese have threatened that because Cathay Pacific is a Hong Kong airline, registered in Hong Kong, China has a right to abduct me and bring me back to China for trial, or whatever it may be.
I want to point out two famous cases from a couple of years ago, when the Hong Kong Causeway Bay booksellers, a Swedish citizen and a British citizen, were abducted and disappeared from Hong Kong for months, without anyone knowing where they were. This is something that I think is gravely concerning for us as Canadians.
Je tiens à souligner que pour tous les rassemblements pacifiques en faveur de Hong Kong, il y a eu des contre-manifestations, probablement organisées par les consulats de Chine, et aussi par un grand nombre d'étudiants internationaux ou même de résidents canadiens — ce qu'on appelle « des étudiants au volant de Ferrari ». Ces gens tentent de semer la violence dans les rassemblements en faveur de Hong Kong. D'autres groupes ayant témoigné avant moi vous en ont peut-être parlé. C'est un problème persistant.
C'est pour cette raison que mon témoignage aujourd'hui porte strictement sur les mesures que nous pouvons prendre au Canada. Nous pouvons dire tout ce que nous voulons sur les façons de venir en aide à Hong Kong, mais nous nous heurterons à un mur de pierre érigé par la Chine. Pour avancer de manière proactive, le Canada doit protéger ses citoyens.
Je vous remercie d'avoir soulevé la question, car Amnistie internationale, en collaboration avec un grand nombre d'organisations comme la nôtre, a publié un rapport sur le harcèlement. Le gouvernement et les consulats de Chine harcèlent ouvertement les personnes comme moi.
Je vais dire une dernière chose. Je travaille dans le domaine des droits de la personne depuis 30 ans. Je ne pense pas passer par Hong Kong de sitôt, ni même me rendre dans un pays ayant signé un traité d'extradition avec la Chine. Je ne voyagerai pas non plus à bord d'un avion de Cathay Pacific parce que la Chine a déclaré que, Cathay Pacific étant un transporteur aérien hongkongais, enregistré à Hong Kong, la Chine a le droit de m'enlever et de me ramener en Chine pour m'y faire subir un procès ou quoi que ce soit.
Je vais vous donner deux exemples célèbres survenus il y a quelques années. Des employés de la librairie hongkongaise Causeway Bay Books, un citoyen suédois et un citoyen britannique, ont été enlevés et ont disparu à Hong Kong. Pendant des mois, personne ne savait où ils se trouvaient. Je trouve cet incident extrêmement préoccupant pour les Canadiens.
Davin Wong
View Davin Wong Profile
Davin Wong
2020-08-11 11:06
Thank you.
My name is Davin Wong. I'm the director of youth engagement and policy initiatives at ACHK and the former president of the Hong Kong University Students’ Union, HKUSU, until I fled Hong Kong. I would like to thank the committee for the invitation to testify.
I understand my privilege as a Canadian Hong Konger, and it is my duty to speak up. Though I am speaking to you as a Canadian citizen, I am at risk. The Hong Kong government has already issued warrants for six overseas advocates for “secession” and “colluding with foreign countries” under the national security law, one of whom is an American citizen advocating to their own government.
The national security law destroys Hong Kongers’ capacity to express opposing opinions. It is also used to disqualify candidates and hijack the LegCo election. My friends and activists are feeling the chilling effects under this draconian law. Hong Kongers now depend on their international allies to hold the Beijing and Hong Kong governments to account.
I would like to bring the committee back to a year ago, when I was still a student leader involved in the pro-democracy movement. At that time, I had been harassed, threatened and intimidated. On August 30, 2019, I was followed, beaten up and wounded by a man in a white T-shirt, which is a dress code known for pro-Beijing thugs. Three other activists were brutally attacked on the same day.
I did not go to the hospital after the attack. Hospitals are dangerous spaces for activists, as it was exposed that the police set up back doors to the hospital authority’s system to track down hospitalized protestors. At the time, HKUSU even had to set up an underground clinic with voluntary doctors and medical students for protesters who were in need of medical help.
I also didn't seek help from the police. Why would I? As an activist, the police see me as an enemy. I have witnessed their abuse of power and human rights violations. I have witnessed mass arrests. One in 10 of my friends has been arrested on bogus charges. I have carried a friend who was shot in the stomach by the police. I have had guns pointed at me and I still vividly remember the smell of tear gas. The Hong Kong Police Force arrested medics and reporters. Protestors were beaten, raped, tortured and denied due process. Do you know what my friends and I would carry to the protests? Our wills, because we feared that we would never see the sunlight again.
After the attack, I immediately booked my ticket at 3 p.m. and hopped on the plane at 7 p.m. I knew that fleeing Hong Kong was a one-way trip, but I still naively believed I might have a slight chance to return. The national security law killed it. Our advocacy work here can get us arrested under the broad definition of “collusion with foreign countries”. We are not safe even in Canada, as we have seen dissidents abducted by Beijing in other countries. The fear is real.
Regarding the national security law, Beijing’s claims of extraterritorial jurisdiction over acts committed by non-Hong Kong residents outside of the territory is amplifying Beijing’s global authoritarian ambition. This committee should also pay attention to Beijing's long arms and the interference that is already effectively undermining our freedoms in Canada.
While I am not an expert in national security, I witnessed their tactics, especially in academia and student activism. The liaison office was a major financial supporter of the Chinese Students and Scholars Association in Hong Kong universities. HKUSU was also once infiltrated by students trained by pro-Beijing groups. We worry that this kind of interference is already happening in Canada.
Hong Kong’s freedom and autonomy have been destroyed. Journalists are guarding the last remnants of freedom of press and information, but the owner of Apple Daily, one of the most reliable sources in Hong Kong, was arrested under the national security law two days ago. The situation is urgent, and we’re running out of time.
I ask Canada to immediately offer safe haven for Hong Kongers, to curb the CCP’s malicious interference campaign at home and to work with our allies to hold the Chinese and Hong Kong governments to account.
Thank you again for letting me share my experience. I look forward to your questions.
Merci.
Je m'appelle Davin Wong et je suis directeur à l'Engagement des jeunes et aux initiatives stratégiques pour l'Alliance Canada Hong Kong, ou ACHK. J'ai aussi déjà été président de l'Union étudiante universitaire de Hong Kong jusqu'à ce que je fuie Hong Kong. Je voudrais remercier le Comité de m'avoir invité à témoigner.
Sensible au privilège dont je jouis à titre de Hongkongais canadien, je comprends qu'il est de mon devoir de parler. Même si je m'adresse à vous à titre de citoyen canadien, je cours un risque. En vertu de la loi sur la sécurité nationale, le gouvernement de Hong Kong a déjà émis des mandats pour « sécession » et « collusion avec des pays étrangers » contre six défenseurs des droits de la personne se trouvant à l'étranger, dont un citoyen américain intervenant auprès de son propre gouvernement.
La loi sur la sécurité nationale empêche les Hongkongais d'exprimer des opinions contraires. Le gouvernement s'en sert également pour écarter des candidats et influencer l'élection du conseil législatif. Mes amis et les activistes ressentent les effets délétères de cette loi draconienne. Les Hongkongais dépendent maintenant de leurs alliés étrangers pour obliger les gouvernements de Pékin et de Hong Kong à rendre des comptes.
J'aimerais ramener le Comité quelques années en arrière, au moment où j'étais encore un leader étudiant participant au mouvement prodémocratie. À l'époque, j'ai été harcelé, menacé et intimidé. Le 30 août 2019, j'ai été suivi, passé à tabac et blessé par un homme portant un t-shirt blanc, vêtement distinctif des fiers-à-bras du régime de Pékin. Trois autres activistes ont été brutalement attaqués le même jour.
Je ne me suis pas rendu à l'hôpital après l'attaque, car l'endroit est dangereux pour les activistes, puisqu'il a été révélé que la police infiltre le système des autorités des établissements pour retracer les manifestants hospitalisés. À l'époque, l'union étudiante avait même mis sur pied une clinique clandestine où travaillaient bénévolement des médecins et des étudiants en médecine qui aidaient les manifestants ayant besoin de soins médicaux.
En plus, je n'ai pas demandé l'aide de la police. Pourquoi l'aurais-je fait? Comme j'étais activiste, la police me considérait comme un ennemi. J'ai été témoin de ses abus de pouvoir et de ses violations des droits de la personne. J'ai assisté à des arrestations de masse. Le dixième de mes amis ont été arrêtés sous de fausses accusations. J'ai transporté un ami atteint à l'estomac par un tir de la police. J'ai été mis en joue et je me souviens encore parfaitement de l'odeur du gaz lacrymogène. La force de police de Hong Kong a arrêté des médecins et des journalistes. Des manifestants ont été rossés, violés et privés des processus auxquels ils avaient droit. Savez-vous ce que mes amis et moi transportions sur nous lors des manifestations? Nos dernières volontés, car nous craignions de ne jamais revoir la lumière du jour.
Après l'attaque, j'ai immédiatement réservé mon billet à 15 heure et j'ai pris l'avion à 19 heure. Je savais qu'en fuyant Hong Kong, il n'y avait pas de retour en arrière, mais je pensais encore naïvement avoir une mince chance de revenir. La loi sur la sécurité nationale a mis fin à cet espoir. Nos activités de défense des droits de la personne au Canada peuvent nous mener en prison en vertu de la large définition de « collusion avec des pays étrangers ». Même au Canada, nous ne sommes pas en sécurité, car Pékin a enlevé des dissidents dans d'autres pays. La peur est bien réelle.
En ce qui concerne la loi sur la sécurité nationale, le fait que Pékin affirme avoir le droit d'agir à l'étranger en réaction à des gestes posés par des non-Hongkongais se trouvant hors de son territoire amplifie ses ambitions autoritaires mondiales. Votre comité devrait également porter attention aux longs tentacules de Pékin et à son ingérence qui menace déjà nos libertés au Canada.
Même si je ne suis pas expert en sécurité nationale, j'ai été témoin des tactiques du régime, particulièrement en ce qui concerne l'activisme universitaire et étudiant. Le bureau de liaison a fourni une aide financière substantielle à l'Association des étudiants et des universitaires chinois dans les universités de Hong Kong. Sachez en outre que l'Union étudiante universitaire de Hong Kong a déjà été infiltrée par des groupes favorables à Pékin, et nous craignons que ce genre d'ingérence ne se manifeste au Canada.
La liberté et l'autonomie de Hong Kong ont été annihilées. Les journalistes gardent les derniers vestiges de la liberté de presse et de l'information, mais le propriétaire d'Apple Daily, une des sources les plus fiables à Hong Kong, a été arrêté en vertu de la loi sur la sécurité nationale il y a deux jours. La situation est urgente et le temps presse.
Je demande au Canada d'offrir immédiatement un havre sécuritaire aux Hongkongais afin de faire échec à la campagne d'ingérence malveillante du Parti communiste chinois à Hong Kong et de collaborer avec nos alliés pour obliger les gouvernements de la Chine et de Hong Kong à rendre des comptes.
Je vous remercie de nouveau de me donner l'occasion de vous faire part de mon expérience. Je répondrai à vos questions avec plaisir.
Gloria Fung
View Gloria Fung Profile
Gloria Fung
2020-08-11 11:16
Mr. Chair and members of the special committee, thank you for the opportunity to testify before this committee. I feel honoured to stand with the courageous people of Hong Kong in their struggle for freedom and human rights.
I am a proud Canadian who grew up in Hong Kong. I have been engaged in international justice work here since Canada-Hong Kong Link’s formation in 1997. Last year, when I saw millions in Hong Kong peacefully marching for basic civil rights and young front-line protesters courageously standing their ground despite being tear-gassed, pepper-sprayed and even shot, it touched my heart. I know how hard it is in China to overcome one’s fear and to stand up for human dignity and fundamental rights, because I was a witness of the Tiananmen massacre in 1989. I saw tanks crushing people and a man shot to death beside me. I will never underestimate the brutality of the Chinese Communist Party in silencing dissent.
In Hong Kong, during last year’s protests marked by escalating police brutality, over 9,000 people were arrested, some as young as 13 years old. They face prison terms of up to 10 years. This is the price they have to pay for struggling to preserve core values that we Canadians also cherish.
This year marked the end of Hong Kong’s autonomy, rule of law and fundamental freedoms under the one country, two systems framework, as Beijing imposed its new security law and cracked down on independent media and opposition. Many in Hong Kong fear they will suffer the same fate as the millions of interned Uighurs, Tibetans and faith groups, whose rights of free expression and worship are denied.
In addition to threatening the civil rights of Hong Kong people and the 300,000 Canadians living there, the national security law claims extraterritorial jurisdiction. Anyone anywhere in the world who criticizes the Chinese or Hong Kong governments could be considered a criminal under its vaguely worded provisions criminalizing the incitement of hatred against China. China has extradition treaties with many countries, and Canadian citizenship offers no protection. The two Michaels can attest to this, as they mark their 20th month of arbitrary detention under conditions amounting to torture.
Our government must take this grave threat to Canadians’ safety seriously. Approximately 50 Hong Kongers are seeking asylum in Canada. We anticipate a new wave of returned immigrants and asylum seekers after travel restrictions are lifted.
What is the impact of Hong Kong on the Canadian community?
What is happening in Hong Kong is vital to Canadian interests. As an increasingly powerful Chinese regime aims to expand its influence and subvert the international rule of law, Hong Kong is on the front line of a worldwide conflict pitting totalitarianism against freedom and democracy. Therefore, defending freedom in Hong Kong is also defending Canadians’ security, interests and core values.
Last June, Canada-Hong Kong Link staged our first anti-extradition bill rally, engaging a wide range of communities, including the Uighur, Tibetan, Taiwanese and religious sectors. Canadians’ support for Hong Kong grew into large demonstrations, involving thousands from coast to coast. Following the launch of an e-petition supporting democracy and human rights in Hong Kong, with thousands of signatories from across Canada, we have collectively built a nationwide network of organizations engaging voters to advocate for policy changes.
However, the Chinese Communist Party has launched covert operations to suppress our right to freedom of expression, using commercial blacklisting, threatening phone calls or emails, cyber-hacking and even physical confrontation. I have personally experienced all of these forms of intimidation. Anonymous callers have repeatedly warned me of serious consequences if I continue my advocacy. Google security has warned me of numerous state-level hacking attempts.
The most dramatic physical confrontations occurred in August last year. Chinese international students and pro-Beijing United Front organizations were mobilized to block and intimidate peaceful demonstrations in Toronto, Montreal, Calgary, Vancouver and many other cities around the world at the same time. In Toronto, they blocked our march and attempted to steal our flags, leading to police intervention. They screamed insults at us, sang the Chinese national anthem and booed us when we responded with O Canada. Older men with cellular phones stood apart from the crowd, apparently giving instructions.
At a Vancouver church, a prayer vigil for peace in Hong Kong was disrupted by 100 pro-Beijing protesters waving Chinese flags. Church members had to call the police so they could leave safely. These incidents are a clash of opposing values. We have documented them in the 2020 national report on harassment and intimidation compiled by Amnesty International and the Canadian Coalition on Human Rights in China.
Pro-Beijing United Front organizations have placed full-page ads in Chinese-language newspapers in Canada supporting the extradition bill and the new security law. In most Canadian Chinese-language media, coverage of Hong Kong issues is virtually controlled by the Chinese Communist Party either through direct ownership or through influence by the Chinese embassy and consulates. Journalistic freedom in Canada is limited.
In light of Beijing’s grievous assault on civil rights in Hong Kong, we call upon the Government of Canada to take the following actions. One, offer a “safe harbour program” with an expedited process to grant permanent residency status to Hong Kongers at risk of political persecution, including international students and expatriate workers who have participated in protests in Canada. Two, invoke the Magnitsky Law to sanction Chinese and Hong Kong officials who violate human rights and to ban them and their immediate family members from Canada and freeze their Canadian assets; the U.S. has already done this. Three, introduce legislation to combat foreign interference in Canadian politics and suppression of freedom of expression on Canadian soil.
Furthermore, we call on this committee to expedite the completion of the report on Hong Kong after this series of hearings and to immediately act on the proposed policies to address the human rights crisis in Hong Kong.
In conclusion, Canada needs to work with international allies to institute a strong policy towards China. It is way past time for Canada to show leadership on the world stage.
Thank you very much.
Monsieur le président, distingués membres du comité spécial, je vous remercie de m'offrir l'occasion de témoigner devant vous. Je considère comme un honneur de témoigner aux côtés de courageuses personnes de Hong Kong qui luttent en faveur de la liberté et des droits de la personne.
Je suis une fière Canadienne qui a grandi à Hong Kong. Je prends part aux démarches de justice internationale depuis la formation de Canada-Hong Kong Link en 1997. L'an dernier, quand j'ai vu des millions de Hongkongais manifester pacifiquement en faveur des droits civils fondamentaux et de jeunes protestataires figurant résister courageusement en première ligne malgré les gaz lacrymogènes, le poivre de Cayenne et mêmes les balles, j'ai été touchée en plein cœur. Je sais à quel point il est difficile de surmonter sa peur et de défendre la dignité humaine et les droits fondamentaux en Chine, car j'ai été témoin du massacre de la place Tiananmen en 1989. J'ai vu des chars d'assaut écraser des gens et un homme mourir sous les balles à mes côtés. Jamais je ne sous-estimerai la brutalité du Parti communiste chinois quand il entend réduire la dissidence au silence.
À Hong Kong, les manifestations qui se sont déroulées au cours de la dernière année ont été marquées par une augmentation de la brutalité policière; plus de 9 000 personnes ont été arrêtées, dont certaines n'avaient que 13 ans. Ces personnes s'exposent à des peines d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 10 ans. C'est le prix à payer quand on lutte pour préserver les valeurs auxquelles les Canadiens adhèrent également.
Cette année a été marquée par la fin de l'autonomie, de la primauté du droit et des libertés fondamentales à Hong Kong sous l'autorité d'un seul pays et au titre d'un cadre englobant deux systèmes, Pékin imposant sa nouvelle loi sur la sécurité nationale et cherchant à écraser les médias indépendants et l'opposition. De nombreux Hongkongais craignent de connaître le même sort que les millions de prisonniers ouïghours, tibétains ou d'autres groupes confessionnels privés de leurs droits à la liberté d'expression et de culte.
En plus de menacer les droits civils des Hongkongais et des 300 000 Canadiens vivant à Hong Kong, la loi sur la sécurité nationale confère des pouvoirs extraterritoriaux. Quiconque critique les gouvernements de la Chine ou de Hong Kong dans le monde pourrait être considéré comme un criminel en vertu d'une disposition au libellé vague qui fait de l'encouragement à la haine contre la Chine une infraction criminelle. La Chine a des traités d'extradition avec de nombreux pays, et la citoyenneté canadienne n'offre aucune protection. Les deux Michael peuvent en témoigner, eux qui en sont à leur 20e mois de détention arbitraire dans des conditions s'apparentant à de la torture.
Notre gouvernement doit prendre au sérieux cette grave menace à la sécurité des Canadiens. Une cinquantaine de Hongkongais ont demandé l'asile au Canada et nous anticipons une nouvelle vague d'immigrants et de demandeurs d'asile rejetés une fois que les restrictions en matière de voyage auront été levées.
Quelle incidence Hong Kong a-t-elle sur la communauté canadienne?
Ce qui se passe à Hong Kong revêt une importance capitale pour les intérêts canadiens. Alors qu'un régime chinois de plus en plus puissant cherche à élargir son influence et à bafouer la primauté du droit internationale, Hong Kong se trouve aux premières lignes d'un conflit mondial opposant le totalitarisme à la liberté et à la démocratie. Ainsi, en défendant la liberté à Hong Kong, on défend également la sécurité, les intérêts et les valeurs du Canada.
En juin dernier, Canada-Hong Kong Link a tenu son premier ralliement contre le projet de loi sur l'extradition. L'activité a réuni un large éventail de communautés, dont des Ouïghours, des Tibétains, des Taïwanais et des secteurs religieux. Le soutien des Canadiens à l'égard de Hong Kong s'est amplifié, prenant la forme de manifestations d'envergure auxquelles prennent part des milliers de gens aux quatre coins du pays. À la suite du lancement d'une pétition en ligne en appui à la démocratie et aux droits de la personne à Hong Kong, signée par des milliers de personnes au Canada, nous avons formé collectivement un réseau national d'organisations encourageant les électeurs à réclamer des changements de politique.
Le Parti communiste chinois a toutefois lancé des opérations secrètes afin de réprimer notre droit à la liberté d'expression, dressant des listes noires commerciales, effectuant des appels téléphoniques et envoyant des courriels menaçants, s'adonnant au piratage électronique et recourant même à la confrontation physique. J'ai personnellement fait l'objet de toutes ces formes d'intimidation. Des appelants anonymes m'ont plusieurs fois prévenue que je m'exposais à de graves conséquences si je continuais à défendre les droits de la personne. Le service de sécurité de Google m'a avisée que de nombreuses tentatives de piratage étatiques avaient été effectuées.
La confrontation physique la plus dramatique a lieu en août de l'an dernier. Des étudiants étrangers chinois et des organisations du Front uni pour Pékin ont été mobilisés pour bloquer et intimider des manifestants pacifiques à Toronto, à Montréal, à Calgary, à Vancouver et dans de nombreuses autres villes du monde en même temps. À Toronto, ils ont bloqué notre marche et tenté de voler nos drapeaux, poussant la police à intervenir. Ils nous ont abreuvés d'injures, chantant l'hymne national chinois et nous huant quand nous répondions en entonnant l'Ô Canada. Des hommes plus âgés munis de téléphones cellulaires se tenaient à l'écart de la foule, donnant apparemment des instructions.
Dans une église de Vancouver, une veillée de prières en faveur de la paix à Hong Kong a été perturbée par 100 protestataires favorables à Pékin brandissant des drapeaux chinois. Les membres de l'église ont dû appeler la police pour que les gens puissent partir en sécurité. Ces incidents, qui témoignent d'une opposition de valeurs, ont été répertoriés dans le rapport national publié en 2020 sur le harcèlement et l'intimidation observés par Amnistie internationale et la Coalition canadienne des droits de la personne en Chine.
Les organisations du Front uni pour Pékin ont publié de pleines pages de publicité dans des journaux canadiens de langue chinoise en appui au projet de loi sur l'extradition et la nouvelle loi sur la sécurité nationale. Dans la plupart des médias canadiens de langue chinoise, le traitement des questions relatives à Hong Kong est pratiquement contrôlé par le Parti communiste chinois, soit parce qu'il les possède directement ou parce qu'il exerce son influence par l'entremise de l'ambassade et des consulats de la Chine. La liberté journalistique est limitée au Canada.
Pékin foulant aux pieds les droits civils à Hong Kong, nous demandons au gouvernement du Canada de prendre les mesures suivantes. Il doit notamment offrir un « programme de refuge sécuritaire » prévoyant un processus accéléré pour accorder le statut de résident permanent aux Hongkongais s'exposant à la persécution politique, y compris aux étudiants étrangers et aux travailleurs expatriés qui ont participé aux manifestations au Canada. Il doit en outre invoquer la loi Magnitski afin de sanctionner les fonctionnaires de la Chine et de Hong Kong qui violent les droits de la personne en interdisant à ces personnes et aux membres de leur famille d'entrer au Canada et en gelant leurs actifs au pays, comme les États-Unis l'ont déjà fait. Le gouvernement doit également adopter une loi pour lutter contre l'ingérence étrangère dans la politique canadienne et contre la suppression de la liberté d'expression en sol canadien.
De plus, nous demandons au Comité d'accélérer la rédaction du rapport sur Hong Kong après avoir recueilli sa série de témoignages afin d'instaurer immédiatement les politiques proposées pour réagir à la crise qui sévit à Hong Kong au chapitre des droits de la personne.
En conclusion, le Canada doit collaborer avec des alliés internationaux afin d'adopter une politique forte à l'égard de la Chine. Il est plus que temps qu'il montre la voie à l'échelle internationale.
Je vous remercie beaucoup.
View Jean Yip Profile
Lib. (ON)
There are 300,000 Canadians in Hong Kong. What are your thoughts on the Hong Kong protests and their impact on Canada?
Il y a 300 000 Canadiens à Hong Kong. Que pensez-vous des manifestations qui ont lieu à Hong Kong et de leur incidence sur le Canada?
Dominic Barton
View Dominic Barton Profile
Dominic Barton
2020-02-05 19:40
Well, Mr. Chair, to your exact point, there are 300,000 Canadians there and we have to care about what happens to them. It's a high area of focus for us. I hope that people are listening to some of the messages that are being given by the protestors, and there's a broad range of messages. They relate also to income inequality and lack of opportunity and so forth.
I hope there can be a peaceful way for addressing those issues being raised. I think the elections that occurred recently were a manifestation of that. It was a process where messages were delivered. The Chinese government has not intervened or pushed through. I don't think that's what they wanted or expected, but they recognize that's where the people are. It's a delicate balance of hoping that ideas and people's expression can be put through, and that they can get to a peaceful place in it. I say so because the current course is harmful for everyone.
Eh bien, monsieur le président, sur ce point, il y a effectivement 300 000 Canadiens à Hong Kong, et nous devons nous soucier de leur sort. Nous y accordons beaucoup d'attention. J'espère que le peuple écoute les messages des manifestants, et il y en a beaucoup. Ils déplorent notamment l'inégalité des revenus et le manque de possibilités.
J'espère qu'il y aura des solutions pacifiques à tout cela. Je pense que les élections qui ont eu lieu récemment en sont la manifestation. Bien des messages ont été véhiculés pendant le processus. Le gouvernement chinois n'est pas intervenu, il n'a rien imposé. Je ne pense pas que c'est ce qu'il souhaitait ni ce à quoi il s'attendait, mais il reconnaît que c'est là où le peuple en est. C'est une délicate question d'équilibre, il faut espérer que les idées et la parole du peuple peuvent être exprimées et qu'elles peuvent mener à quelque chose de pacifique. Je le dis parce que tout le monde souffre de la situation actuelle.
View Jean Yip Profile
Lib. (ON)
Do you feel that the coronavirus has muted some of these issues at all in Hong Kong?
Croyez-vous que le coronavirus a étouffé un peu le discours sur ces questions à Hong Kong?
Dominic Barton
View Dominic Barton Profile
Dominic Barton
2020-02-05 19:41
I think the coronavirus has changed the focus on a lot of things for the short term. The coronavirus is probably going to be here longer than we think, and I just don't believe the idea that we're going to be done with it in March. I'm not a virologist, so you should be careful whom you're listening to on that. I just think this is going to take longer.
That said, these issues are not going to go away in the world, and that's why I think we have to keep moving. Obviously, this is a big issue now, but we have to keep moving on all the other agenda items, too.
Je pense que le coronavirus a beaucoup fait dévier l'attention à court terme. Le coronavirus est probablement là pour plus longtemps que nous le croyons, je ne pense vraiment pas que la crise sera derrière nous en mars. Je ne suis pas virologiste, donc vous devez faire attention à qui vous prêtez l'oreille à ce sujet, mais j'ai l'impression qu'il faudra plus de temps pour que cette crise passe.
Cela dit, les problèmes ne se dissiperont pas dans le monde, et je pense que c'est pourquoi nous devons continuer d'avancer. Évidemment, c'est un grand enjeu à l'heure actuelle, mais nous devons continuer d'avancer sur tous les autres fronts aussi.
View Emmanuel Dubourg Profile
Lib. (QC)
Okay, thank you.
I have other questions. You just told my colleague that 123 Canadians are currently under arrest, be it in China or in Hong Kong. We know that, last year, highly virulent protests took place in Hong Kong, more specifically. Were any Canadians arrested during those protests? If so, how many?
D'accord, merci.
J'ai d'autres questions. Vous venez de dire à mon collègue que 123 Canadiens sont présentement en état d'arrestation, que ce soit en Chine ou à Hong Kong. On sait que l'année dernière, il y a eu des manifestations très virulentes, à Hong Kong, plus précisément. Y a-t-il des Canadiens qui ont été arrêtés lors de ces manifestations? Si oui, combien?
Heather Jeffrey
View Heather Jeffrey Profile
Heather Jeffrey
2020-02-04 10:56
We did have reports of a number of Canadians who were detained related to those demonstrations. However, to my knowledge, all have now been released, and we have no Canadians currently detained.
Nous avons reçu des signalements d'un certain nombre de Canadiens qui ont été détenus dans le cadre de ces manifestations. À ma connaissance, toutefois, toutes ces personnes ont été mises en liberté et aucun Canadien n'est détenu actuellement.
Results: 1 - 10 of 10

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data