Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 1706
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
I call the committee back to order. Welcome back.
I would like to make a few comments for the benefit of the new witnesses.
Before speaking, please wait until I recognize you by name. When you are ready to speak, you can click on the microphone icon to activate your mike. All comments should be addressed through the chair.
Interpretation in this video conference will work very much as it does in a regular committee meeting. You have the choice at the bottom of your screen of either “Floor, English or French”. As you are speaking, if you plan to alternate from one language to the other, you will need to also switch the interpretation channel so it aligns with the language you're speaking. You may want to allow for a short pause when switching languages. I remind you, witnesses, that if you require French interpretation, you should be selecting the English channel on the bottom of the screen, and vice versa if you need English interpretation.
When you're not speaking, you mike should be on mute, please. The use of headsets is strongly encouraged, as you've seen. I just would say that once we're into questioning by members, they will indicate, I hope, who they'd like to answer the question. When they call on you to answer a question, you don't have to wait for me to call on you. You can proceed, and at the end of the time they have, I will interrupt if I have to and go on to the next member.
I'd like to now welcome our first panel of witnesses. From Georgetown University, we have Evan S. Medeiros, Penner Family Chair in Asian Studies. From the New York University School of Law, we have Alvin Y.H. Cheung, non-resident affiliated scholar, U.S.-Asia Law Institute. From the University of Toronto, we have Lynette H. Ong, professor of political science and global affairs. Each witness will have up to 10 minutes to make an opening statement, followed by a round of questions from the members. We'll begin with Mr. Medeiros from Georgetown University.
Mr. Medeiros, go ahead, please, for 10 minutes.
Nous reprenons la séance. Bon retour parmi nous.
Je vais faire quelques observations à l'intention des nouveaux témoins.
Avant de commencer à parler, attendez que je vous donne la parole en disant votre nom. Lorsque vous êtes prêt à parler, vous pouvez cliquer sur l’icône du microphone pour activer votre micro. Tous les commentaires doivent être adressés à la présidence.
Pour la vidéoconférence, les services d’interprétation fonctionneront à peu près comme pour une réunion de comité ordinaire. Au bas de votre écran, vous pouvez choisir entre le son du parquet, l’anglais ou le français. Lorsque vous avez la parole, si vous voulez passer d’une langue à l’autre, vous devez également changer de canal d’interprétation pour que le canal corresponde à la langue dans laquelle vous vous exprimez. Il serait bon de faire une courte pause entre les deux langues. Je rappelle aux témoins que s'ils ont besoin de l'interprétation en français, ils doivent choisir le canal anglais au bas de l'écran, et vice versa s'ils ont besoin de l'interprétation en anglais.
Lorsque vous n'avez pas la parole, veuillez mettre votre micro en sourdine, s'il vous plaît. L'utilisation d'un casque d'écoute est fortement recommandée, comme vous l'avez vu. Je dirais simplement que lorsque nous en serons aux questions, les membres du Comité indiqueront, je l'espère, à qui leur question s'adresse. S'ils vous demandent de répondre à une question, vous n'avez pas à attendre que je vous donne la parole. Vous pouvez répondre, et quand le député aura utilisé tout le temps dont il dispose, je vais l'interrompre si nécessaire et donner la parole au député suivant.
J'aimerais maintenant souhaiter la bienvenue à notre premier groupe de témoins. Nous accueillons Evan S. Medeiros, titulaire de la chaire de la famille Penner en études de l'Asie, de l'Université de Georgetown; Alvin Y.H. Cheung, de la New York University School of Law, chercheur affilié non-résident, U.S.-Asia Law Institute; Lynette H. Ong, de l'Université de Toronto, professeure de science politique et affaires mondiales. Chaque témoin disposera d'un maximum de 10 minutes pour faire une déclaration préliminaire, après quoi les membres du Comité leur poseront des questions. Nous allons commencer par M. Medeiros, de l'Université de Georgetown.
Monsieur Medeiros, vous avez 10 minutes.
Evan S. Medeiros
View Evan S. Medeiros Profile
Evan S. Medeiros
2020-08-17 11:28
Thank you very much, Mr. Chairman.
It is a distinct pleasure and privilege to be invited to appear before this parliamentary Special Committee on Canada-China Relations. I applaud your focus on Canada-China relations in general and today's topic of Hong Kong. [Technical difficulty—Editor] all of its manifestations, is perhaps the most consequential challenge in global affairs. For nations to respond effectively, all countries need to engage in the very kind of national conversation that your committee is promoting about how to respond to China's rise.
My comments today will reflect my perspective as both a scholar and a former senior U.S. policy-maker. I spent 25 years researching and writing about China as both an analyst at the RAND Corporation and of course as a professor at Georgetown University. For six years I served on the staff of the U.S. National Security Council under President Obama as director for China, and then as special assistant to President Obama and senior director for Asia.
In today's session, I would like to make three broad points about the tragedy that has become Hong Kong.
First, the international community should expect the situation in Hong Kong to get worse before it stabilizes. Beijing's actions in recent weeks are a leading indicator, not a lagging one, of Hong Kong's deteriorating political trajectory under Beijing's hand. On July 31 Carrie Lam announced that the September Legislative Council elections would be postponed for a year. On the same day, Hong Kong authorities issued arrest warrants for six activists based abroad, including a U.S. citizen, for “incitement to secession and collusion with foreign forces”. On August 10, just last week, Jimmy Lai and several other media executives were arrested, as was Agnes Chow, former leader of the pro-democracy organization Demosisto.
These actions clearly signal that Beijing has no interest in preserving the basic political freedoms at the heart of the joint declaration, the Basic Law and ultimately the one country, two systems model, which collectively have been so important to Hong Kong's success today. The fact that Chinese internal security and intelligence services will now be able to openly operate in Hong Kong only increases the mainland's ability to use fear, intimidation and ultimately coercion to keep opposition voices silent.
Beijing's overall approach, in my assessment, is to use the national security law to separate politics from business in Hong Kong. It wants to preserve the latter while neutering the former. In short, Beijing wants Hong Kong to remain capitalist, especially the continued functioning of vibrant financial markets, but not liberal in its politics and, therefore, beholden to the Chinese Community Party for political governance.
Ultimately, this strategy will lead to, perhaps in a decade, the diminution of Hong Kong as the centre for finance in east Asia. As the risks and constraints of operating in Hong Kong grow, global financial firms and non-financial corporations will gradually reduce their footprint in Hong Kong as they move some of their operations into mainland China and their non-China operations to elsewhere in Asia. Thus, Hong Kong will gradually become a quirky, nostalgia-laden version of a southern Chinese city, consumed by the fact that its best days are in the rear-view mirror.
My second overall point is that the fate of Hong Kong will assume greater importance in global politics, largely by dint of its impact on U.S.-China relations. China's crackdown in Hong Kong will worsen the suspicion and mistrust at the heart of the U.S.-China relationship. More pointedly, it will fuel an incipient ideological competition between the United States and China. Hong Kong will become a focal point for and symbol of the U.S.-China competition over the value of liberal ideals.
Indeed, Beijing's crackdown on Hong Kong could not have come at a worse time, as the U.S. is and will remain in the process of reassessing the nature of the China challenge and recalibrating its strategies and policies accordingly. China's treatment of Hong Kong has accentuated the differences in values between the United States and China. This has translated into a perception that China is actively trying to undermine liberal rules and norms globally, which in turn has produced a debate in the United States about whether China represents a systemic rival to the United States and other democracies.
My third and final point is that Canada, the United States and other major democracies need to stay engaged and active on the Hong Kong issue. Our countries' voices and actions matter now and going forward. While our leverage to change the situation on the ground is admittedly limited, there is much that can be done to shape the overall trajectory of Hong Kong, as well as to shape possible future actions by China.
These actions fall into several categories.
The first recommendation is that the United States and Canada should publicly and continually reassure the people of Hong Kong, as well as like-minded countries all over the world, that our governments will stand up for the protection of universal values. The Hong Kong situation will be a long-term challenge, and the international community, especially the United States and Canada, needs to be organized for the long game and not just focused on scoring points against Beijing's excesses right now. The two joint statements by the United States, Canada, the U.K. and Australia to date are important in this regard, as was the G7 foreign ministers' statement. Our countries should broaden this coalition to include others: notably Japan, South Korea and EU countries. The new international parliamentary commissions on China in the U.K., the EU and Japan offer another opportunity to send such signals.
The second recommendation is that the United States and Canada should take coordinated action to signal to China that there are costs for its crackdown. The logic of such actions is to give Beijing pause when it considers additional actions against Hong Kong. The recent decision by several countries to withdraw from or suspend their extradition treaties to Hong Kong was an important first step in this regard. One notable idea being considered is for a group of countries to follow the U.K. in opening their doors to Hong Kong residents who wish to emigrate, or related ideas to offer scholarships to young Hong Kong residents who wish to study in the U.S., Canada, the U.K., Australia and elsewhere.
The third recommendation is that the United States and Canada should work with the international business community to find creative ways to preserve the unique attributes and identity of Hong Kong to the extent possible. Beijing must avoid actions that substantially undercut the business environment in Hong Kong, especially related to global financial institutions. Thus, it may listen to the concerns of local and business leaders about restrictions such as Internet controls and law enforcement actions that undermine business confidence about operating in Hong Kong. The business community in Hong Kong may be helpful in pushing Beijing to retain some of Hong Kong's vibrancy.
My final point is that the U.S., Canada and other governments should work in coordination to take actions that disabuse Beijing of the belief that it could extend its coercion to Taiwan. I remain very concerned that Beijing could draw the wrong conclusions about the international community's response to Hong Kong, which, over time, could lead it to extend such an approach to Taiwan.
Thank you for the opportunity to present my views today. I'd be happy to answer any of your questions.
Merci beaucoup, monsieur le président.
C'est un grand plaisir et un privilège pour moi d'être invité à comparaître devant le Comité parlementaire spécial sur les relations sino-canadiennes. Je vous félicite d'avoir mis l'accent sur les relations entre le Canada et la Chine en général et sur le sujet d'aujourd'hui, Hong Kong. [Difficultés techniques] toutes ses manifestations, est peut-être le défi le plus important dans le domaine des affaires mondiales. Pour pouvoir réagir efficacement, tous les pays doivent participer au genre de conversation nationale dont votre comité fait la promotion sur la façon de répondre à la montée de la Chine.
Mes commentaires d'aujourd'hui refléteront mon point de vue en tant qu'universitaire et ancien décideur politique aux États-Unis. J'ai passé 25 ans à faire des recherches et à écrire sur la Chine en tant qu'analyste à la RAND Corporation et, bien sûr, en tant que professeur à l'Université de Georgetown. Pendant six ans, j'ai fait partie, sous le président Obama, du personnel du Conseil de sécurité national des États-Unis, où j'ai été directeur pour la Chine, puis adjoint spécial du président Obama et directeur principal pour l'Asie.
Au cours de la séance d'aujourd'hui, je voudrais formuler trois observations générales au sujet de la tragédie que vit Hong Kong.
Premièrement, la communauté internationale doit s'attendre à ce que la situation à Hong Kong empire avant de se stabiliser. Les mesures prises par Pékin au cours des dernières semaines sont un indicateur avancé, et non un indicateur tardif, de la dégradation de la trajectoire politique de Hong Kong sous la coupe de Pékin. Le 31 juillet, Carrie Lam a annoncé que les élections au Conseil législatif de septembre seraient reportées d'un an. Le même jour, les autorités hongkongaises ont émis des mandats d'arrestation contre six militants basés à l'étranger, dont un citoyen américain, pour « incitation à la sécession et collusion avec des forces étrangères ». Le 10 août, pas plus tard que la semaine dernière, Jimmy Lai et plusieurs autres dirigeants des médias ont été arrêtés, tout comme Agnes Chow, ancienne chef de l'organisation pro-démocratie Demosisto.
Ces mesures montrent clairement que Pékin n'est nullement intéressé à préserver les libertés politiques fondamentales qui sont au cœur de la déclaration conjointe, de la Loi fondamentale et, en fin de compte, du modèle « Un pays, deux systèmes » qui, collectivement, ont été si importants pour le succès de Hong Kong jusqu'à aujourd'hui. Le fait que les services internes de sécurité et de renseignement chinois pourront désormais opérer ouvertement à Hong Kong ne fait qu'accroître la capacité de la Chine continentale à recourir à la peur, à l'intimidation et, en fin de compte, à la coercition pour faire taire les voix de l'opposition.
À mon avis, l'approche globale de Pékin consiste à utiliser la loi sur la sécurité nationale pour séparer la politique et les affaires à Hong Kong. Pékin veut préserver le deuxième élément tout en neutralisant le premier. En bref, la Chine veut que Hong Kong demeure capitaliste, et surtout que les marchés financiers dynamiques continuent de fonctionner, mais sans être libérale sur le plan politique et, par conséquent, qu'elle soit inféodée au Parti communiste chinois pour sa gouvernance politique.
En fin de compte, cette stratégie mènera, peut-être dans une décennie, à la diminution de Hong Kong en tant que centre financier en Asie de l'Est. À mesure que les risques et les contraintes liés aux opérations à Hong Kong augmenteront, les sociétés financières et non financières mondiales y réduiront graduellement leur présence à mesure qu'elles déménageront une partie de leurs activités en Chine continentale et ailleurs en Asie. Ainsi, Hong Kong deviendra peu à peu une version insolite et nostalgique d'une ville du sud de la Chine, regrettant sa grandeur passée.
Ma deuxième observation générale est que le sort de Hong Kong revêtira une plus grande importance sur la scène politique mondiale, en grande partie en raison de son impact sur les relations entre les États-Unis et la Chine. La répression de la Chine à Hong Kong aggravera les soupçons et la méfiance au cœur des relations entre les États-Unis et la Chine. Plus précisément, cela alimentera une concurrence idéologique naissante entre les deux pays. Hong Kong deviendra un enjeu central et un symbole de la rivalité entre les États-Unis et la Chine quant à la valeur des idéaux libéraux.
En effet, la répression de Pékin contre Hong Kong n'aurait pas pu tomber à un pire moment, car les États-Unis sont en train, et continueront, de réévaluer la nature du défi de la Chine et de recalibrer leurs stratégies et politiques en conséquence. Le traitement de Hong Kong par la Chine a accentué les différences de valeurs entre les États-Unis et la Chine. Cela s'est traduit par la perception que la Chine tente activement de miner les règles et les normes libérales à l'échelle mondiale, ce qui a suscité un débat aux États-Unis sur la question de savoir si la Chine représente un rival systémique des États-Unis et des autres démocraties.
Ma troisième et dernière observation est que le Canada, les États-Unis et les autres grandes démocraties doivent rester engagés et actifs dans le dossier de Hong Kong. Les voix et les actions de nos pays sont importantes maintenant et à l'avenir. Bien que notre influence pour changer la situation sur le terrain soit certes limitée, il y a beaucoup à faire pour façonner la trajectoire globale de Hong Kong, ainsi que les actions futures possibles de la Chine.
Ces mesures entrent dans plusieurs catégories.
La première recommandation, c'est que les États-Unis et le Canada devraient rassurer publiquement et continuellement les gens de Hong Kong, ainsi que les pays aux vues similaires partout dans le monde, que nos gouvernements défendront la protection des valeurs universelles. La situation à Hong Kong sera un défi à long terme, et la communauté internationale, surtout les États-Unis et le Canada, doit s'organiser pour le long terme et ne pas se contenter de marquer des points contre les excès de Pékin à l'heure actuelle. Les deux déclarations conjointes des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni et de l'Australie à ce jour sont importantes à cet égard, tout comme la déclaration des ministres des Affaires étrangères du G7. Nos pays devraient élargir cette coalition pour y inclure d'autres pays, notamment le Japon, la Corée du Sud et les pays de l'Union européenne. Les nouvelles commissions parlementaires internationales sur la Chine au Royaume-Uni, dans l'Union européenne et au Japon, offrent une autre occasion d'envoyer de tels signaux.
La deuxième recommandation, c'est que les États-Unis et le Canada prennent des mesures coordonnées pour signaler à la Chine que sa répression aura des conséquences. La logique de ces actions est de faire réfléchir Pékin lorsqu'il envisage d'autres mesures contre Hong Kong. La récente décision de plusieurs pays de se retirer ou de suspendre leurs traités d'extradition vers Hong Kong a constitué un premier pas important à cet égard. Une idée digne de mention est qu'un groupe de pays emboîtent le pas au Royaume-Uni en ouvrant leurs portes aux résidents de Hong Kong qui souhaitent émigrer, ou une idée du même genre est d'offrir des bourses aux jeunes résidents de Hong Kong qui souhaitent étudier aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en Australie et ailleurs.
La troisième recommandation est que les États-Unis et le Canada collaborent avec la communauté internationale des affaires pour trouver des façons créatives de préserver, dans la mesure du possible, les attributs et l'identité uniques de Hong Kong. Pékin doit éviter de prendre des mesures qui minent considérablement l'environnement commercial à Hong Kong, en particulier en ce qui concerne les institutions financières mondiales. Ainsi, il pourrait écouter les préoccupations des dirigeants locaux et des chefs d'entreprise au sujet des restrictions comme les contrôles d'Internet et les mesures d'application de la loi qui sapent la confiance des entreprises à l'égard de leurs activités à Hong Kong. Le milieu des affaires de Hong Kong pourrait aider à pousser Pékin à conserver une partie du dynamisme de Hong Kong.
Ma dernière observation, c'est que les États-Unis, le Canada et d'autres gouvernements devraient travailler en coordination pour prendre des mesures qui détromperont Pékin de la croyance qu'il peut étendre sa coercition à Taïwan. Je crains fort que Pékin ne tire de mauvaises conclusions de la réponse de la communauté internationale à la situation à Hong Kong, ce qui, avec le temps, pourrait l'amener à étendre une telle approche à Taïwan.
Je vous remercie de me donner l'occasion de présenter mon point de vue aujourd'hui. Je me ferai un plaisir de répondre à vos questions.
Alvin Y.H. Cheung
View Alvin Y.H. Cheung Profile
Alvin Y.H. Cheung
2020-08-17 11:37
Mr. Chair, thank you for inviting me to give evidence today.
My academic work at NYU focuses on authoritarian abuses of law in Hong Kong and elsewhere. I'm also a Canadian citizen of Hong Kong origin, and I practised law in Hong Kong for several years.
You've already heard at length from other witnesses about developments in Hong Kong. I want to underscore the specific importance of these events to Canada. Although my remarks focus on the national security law, or NSL, I should emphasize that other developments, such as the growing politicization of the civil service and widespread impunity in the uniformed services, are also deeply troubling. I will gladly address these topics in questioning.
I will make three points today. First, events in Hong Kong are bad for Canadian businesses operating there; second, events in Hong Kong are bad for Canadian citizens, both inside and outside of Hong Kong; and third, events in Hong Kong directly implicate Canadian foreign policy priorities.
One of the main attractions of Hong Kong for Canadian businesses is the perception that it maintains the rule of law. This is ultimately about not being subject to arbitrary exercises of state power, and it is about being able to anticipate with reasonable certainty what you can or cannot do.
The NSL imposes a parallel legal system on Hong Kong, one with poorly defined offences, unaccountable secret police and harsh penalties. This system will displace the normal legal system whenever the authorities invoke “national security”. Simply put, whether normal law applies to you depends on the whim of the state. Even normal administrative institutions that businesses rely upon, such as the Companies Registry, have been politically captured. Since 2014, several opposition parties, including Joshua Wong's party, Demosisto, have been denied corporate registration, hampering their ability to rent offices or raise funds.
For at least three reasons, political apathy will not protect the business community. First, businesses in Hong Kong face tremendous political pressure to support the NSL publicly. Second, businesses will be forced to choose between complying with the NSL and complying with other regulatory regimes, including U.S. sanctions. Third, normal business matters may increasingly be characterized as implicating national security. For instance, any financial analyst whose conclusions could be interpreted as undermining public confidence in the Hong Kong or Beijing governments may be at risk of being prosecuted under the NSL.
Numerous chambers of commerce opposed the rendition bill in 2019 because they feared anyone present in or transiting through Hong Kong would be rendered to the mainland and subjected to its criminal law system. Having largely failed to bring people in Hong Kong within the reach of mainland criminal law, Beijing has brought mainland criminal law to them.
Events in Hong Kong also have grave consequences for Canadian citizens, whether or not they currently live in Hong Kong. There are over 300,000 Canadians in Hong Kong, and all of them must now live in fear of the possible consequences of violating the NSL, which includes being rendered to mainland China, prosecuted in mainland courts and sentenced to life imprisonment.
Even a brief reading of the NSL will reveal that it defines its offences in extremely broad terms. In the circumstances, there can be no meaningful certainty as to what will or will not be treated as an NSL violation. When the Chinese authorities assert, as they have done repeatedly, that the NSL will only be used against a small number of people, they are implicitly admitting that they have extremely broad enforcement discretion, yet they have said very little about how that discretion will be exercised or regulated. This is antithetical to the rule of law.
The chilling effects of the NSL also extend to Canadian citizens within Canada. As has already been noted by other witnesses, the NSL encompasses acts done outside Hong Kong by people who are not permanent residents of Hong Kong. Consequently, any Canadian who might have to travel to Hong Kong, transit through Hong Kong or take a flight operated by a Hong Kong-based airline now faces considerable pressure to self-censor. Canadian citizens like me should be able to participate in the Canadian political process without fearing reprisals if they travel to or through Hong Kong.
Canadian citizens of Hong Kong descent are at particular risk. Many of them, particularly those living in Hong Kong, are also deemed to be PRC nationals under PRC law. As the PRC does not recognize dual citizenship, these individuals are at risk of being denied consular access in the event that they are detained in Hong Kong.
Evidence also suggests that the PRC has coerced individuals into renouncing foreign citizenship or claims to consular assistance. On June 30 of this year, a PRC court sentenced Sun Qian, a Canadian citizen, to eight years in prison for being a Falun Gong practitioner. She purported to renounce Canadian citizenship in the process, likely due to coercion by Chinese authorities. Similarly, Hong Kong-based booksellers Gui Minhai and Lee Bo, citizens of Sweden and the U.K. respectively, have also purported to renounce foreign citizenship in circumstances suggesting duress.
Canadian citizens with ties to Hong Kong must now consider whether what they say in Canada will be used against them in the event they so much as set foot on a Hong Kong-registered airliner. In addition, protests in Canada expressing support for Hong Kong have been met with counterprotests and provocateurs, and their participants subjected to harassment and intimidation. PRC consular officials in this country have publicly praised such acts of retaliation.
Events in Hong Kong also have implications for Canadian foreign policy.
First, the NSL will inhibit the Canadian government’s ability to obtain accurate information about developments in Hong Kong and China. Any Canadian citizen based in Hong Kong may face prosecution for doing what I am doing today.
Second, China's conduct in Hong Kong reflects poorly on its willingness to abide by other international commitments. Since 2014 mainland and Hong Kong officials have publicly and repeatedly declared the Sino-British Joint Declaration to be a dead letter, even though it remains in force until 2047. The failure of the international community, Canada included, to condemn these repudiations has contributed to the climate of impunity under which the PRC now operates in Hong Kong. Against that background, one might reasonably wonder whether the PRC will abide by its other bilateral and multilateral commitments.
Third and most significantly, the ongoing events in Hong Kong are an acid test for Canada’s willingness to uphold its commitments.
For the reasons I have set out, the situation in Hong Kong threatens the personal safety of Canadian citizens in Hong Kong and in Canada. It also imperils Canadian businesses in Hong Kong. This country has an obligation to protect them. Perhaps more importantly, how Canada reacts to developments in Hong Kong will speak volumes as to who we are and what values we share. Our government has publicly committed to revitalising the rules-based international order in conjunction with regional, bilateral and multilateral partners. I hope whatever steps the special committee recommends, and whatever steps the government ultimately chooses to take, will live up to these stated commitments to multilateralism and the rule of law.
I will now be happy to take questions and to deliver supplemental written answers, if need be.
Monsieur le président, je vous remercie de m'avoir invité à témoigner aujourd'hui.
Mes travaux universitaires à NYU portent sur les abus autoritaires du droit à Hong Kong et ailleurs. Je suis également citoyen canadien d'origine hongkongaise et j'ai pratiqué le droit à Hong Kong pendant plusieurs années.
D'autres témoins vous ont déjà longuement parlé de la situation à Hong Kong. Je tiens à souligner l'importance particulière de ces événements pour le Canada. Bien que mes remarques portent sur la loi sur la sécurité nationale, la LSN, je dois souligner que d'autres faits nouveaux, comme la politisation croissante de la fonction publique et l'impunité généralisée dans les services en uniforme, sont également profondément troublants. Je me ferai un plaisir d'aborder ces sujets pendant la période de questions.
Je ferai valoir trois choses aujourd'hui. Premièrement, les événements à Hong Kong sont mauvais pour les entreprises canadiennes qui y mènent des activités; deuxièmement, les événements à Hong Kong sont mauvais pour les citoyens canadiens, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de Hong Kong; et troisièmement, les événements à Hong Kong sont directement liés aux priorités de la politique étrangère du Canada.
L'un des principaux attraits de Hong Kong pour les entreprises canadiennes est la perception qu'elle maintient la primauté du droit. En fin de compte, il s'agit de ne pas être soumis à l'exercice arbitraire du pouvoir de l'État, et il s'agit de pouvoir prévoir avec une certitude raisonnable ce que vous pouvez ou ne pouvez pas faire.
La LSN impose un système juridique parallèle à Hong Kong, un système où les infractions sont mal définies, où la police secrète n'a pas de comptes à rendre et où les peines sont sévères. Ce système remplacera le système juridique normal chaque fois que les autorités invoqueront la « sécurité nationale ». En termes simples, la question de savoir si la loi normale s'applique à vous dépend des caprices de l'État. Même les institutions administratives normales sur lesquelles comptent les entreprises, comme le Registre des sociétés, ont été asservies à la politique. Depuis 2014, plusieurs partis de l'opposition, dont le parti de Joshua Wong, Demosisto, se sont vu refuser l'enregistrement d'une société, ce qui a nui à leur capacité de louer des bureaux ou de recueillir des fonds.
Pour au moins trois raisons, l'apathie politique ne protégera pas le milieu des affaires. Premièrement, les entreprises de Hong Kong subissent d'énormes pressions politiques pour appuyer publiquement la LSN. Deuxièmement, les entreprises seront obligées de choisir entre se conformer à la LSN et se conformer à d'autres régimes réglementaires, y compris les sanctions américaines. Troisièmement, les affaires courantes peuvent de plus en plus être considérées comme mettant en cause la sécurité nationale. Par exemple, tout analyste financier dont les conclusions pourraient être interprétées comme portant atteinte à la confiance du public à l'égard des gouvernements de Hong Kong ou de Pékin risque d'être poursuivi en vertu de la LSN.
De nombreuses chambres de commerce se sont opposées au projet de loi sur l'extradition, en 2019, parce qu'elles craignaient que toute personne se trouvant à Hong Kong ou transitant par Hong Kong soit extradée vers le continent pour être assujettie à son système de droit pénal. Après avoir largement échoué à mettre les gens de Hong Kong à la portée du droit pénal continental, Pékin le leur impose chez eux.
Les événements à Hong Kong ont également de graves conséquences pour les citoyens canadiens, qu'ils vivent ou non à Hong Kong. Il y a plus de 300 000 Canadiens à Hong Kong, et ils doivent tous vivre maintenant dans la peur des conséquences possibles d'une violation de la LSN, ce qui comprend l'extradition vers la Chine continentale, des poursuites devant les tribunaux du continent et l'emprisonnement à perpétuité.
Même une brève lecture de la LSN révèle qu'elle définit ses infractions en termes extrêmement généraux. Dans les circonstances, il ne peut y avoir de certitude réelle quant à ce qui sera traité ou non comme une infraction. Lorsque les autorités chinoises affirment, comme elles l'ont fait à maintes reprises, que la LSN ne sera utilisée que contre un petit nombre de personnes, elles admettent implicitement qu'elles ont un pouvoir discrétionnaire extrêmement large en matière d'application de la loi. Pourtant, elles ont très peu parlé de la façon dont ce pouvoir discrétionnaire sera exercé ou réglementé. C'est contraire à la primauté du droit.
Les effets paralysants de la LSN s'étendent également aux citoyens canadiens au Canada. Comme d'autres témoins l'ont déjà souligné, la LSN englobe les actes commis à l'extérieur de Hong Kong par des personnes qui ne sont pas des résidents permanents de Hong Kong. Par conséquent, tout Canadien qui pourrait devoir se rendre à Hong Kong, transiter par Hong Kong ou prendre un vol exploité par une compagnie aérienne basée à Hong Kong fait maintenant face à des pressions considérables pour s'autocensurer. Les citoyens canadiens comme moi devraient pouvoir participer au processus politique canadien sans craindre de représailles s'ils se rendent à Hong Kong ou y transitent.
Les citoyens canadiens d'origine hongkongaise courent un risque particulier. Bon nombre d'entre eux, en particulier ceux qui vivent à Hong Kong, sont également considérés comme des ressortissants de la RPC en vertu de la loi de la RPC. Comme la RPC ne reconnaît pas la double citoyenneté, ces personnes risquent de se voir refuser l'accès aux autorités consulaires si elles sont détenues à Hong Kong.
Il apparaît aussi que la RPC a forcé des gens à renoncer à leur citoyenneté étrangère ou à demander de l'aide consulaire. Le 30 juin dernier, un tribunal de la RPC a condamné Sun Qian, une citoyenne canadienne, à huit ans d'emprisonnement pour avoir pratiqué le falun gong. Elle aurait renoncé à sa citoyenneté canadienne durant ce temps, apparemment sous la contrainte des autorités chinoises. De même, les libraires de Hong Kong Gui Minhai et Lee Bo, citoyens de la Suède et du Royaume-Uni respectivement, auraient eux aussi renoncé à la citoyenneté étrangère dans des circonstances semblables.
Les citoyens canadiens ayant des liens avec Hong Kong doivent maintenant se demander si les propos qu'ils tiennent au Canada seront retenus contre eux s'ils font ne serait-ce que mettre le pied dans un avion immatriculé à Hong Kong. De plus, des manifestations menées au Canada en faveur de Hong Kong ont donné lieu à des contre-manifestations et à des actes de provocation; des participants ont été victimes de harcèlement et d'intimidation. Des agents consulaires de la République populaire de Chine au Canada ont fait l'éloge public de pareils agissements.
Les événements de Hong Kong se répercutent également sur la politique étrangère du Canada.
Premièrement, la loi sur la sécurité nationale empêchera le gouvernement du Canada d'obtenir des renseignements précis sur l'évolution de la situation à Hong Kong et en Chine. Tout citoyen canadien établi à Hong Kong est passible de poursuites s'il fait ce que je fais aujourd'hui.
Deuxièmement, la conduite de la Chine à Hong Kong sème le doute sur sa volonté de respecter d'autres engagements internationaux. Depuis 2014, les autorités du continent et de Hong Kong ont déclaré à maintes reprises que la Déclaration commune sino-britannique était lettre morte, même si elle demeure en vigueur jusqu'en 2047. Le fait que la communauté internationale, le Canada y compris, n'ait pas condamné ces répudiations publiques a contribué au climat d'impunité dans lequel la RPC agit maintenant à Hong Kong. Dans ce contexte, il est permis de se demander si elle respectera ses autres engagements bilatéraux et multilatéraux.
Troisièmement, et c'est le plus important, les événements qui se déroulent actuellement à Hong Kong sont une épreuve décisive pour la volonté du Canada de respecter ses propres engagements.
Pour les raisons que j'ai énoncées, la situation à Hong Kong menace la sécurité personnelle de Canadiens qui se trouvent là-bas, ou même au Canada. Elle met aussi en péril des entreprises canadiennes à Hong Kong. Notre pays a l'obligation de les protéger. Par-dessus tout peut-être, la façon dont le Canada réagira aux événements de Hong Kong en dira long sur le pays que nous sommes et les valeurs que nous défendons. Notre gouvernement s'est engagé publiquement à renforcer l'ordre international fondé sur des règles avec le concours de ses partenaires régionaux, bilatéraux et multilatéraux. J'espère que les mesures que le Comité spécial recommandera, et celles que le gouvernement choisira d'appliquer, seront à la hauteur de ces engagements déclarés envers le multilatéralisme et la primauté du droit.
Je me ferai un plaisir de répondre à vos questions et de vous fournir des réponses supplémentaires par écrit, au besoin.
Lynette H. Ong
View Lynette H. Ong Profile
Lynette H. Ong
2020-08-17 11:45
Thank you, Mr. Chairman. I am grateful for this opportunity to appear before the committee.
Let me begin with a statement of positionality. My perspectives on the situation in Hong Kong have been shaped by my work in and on China, first as a consultant and later as an academic, since the late 1990s. I've been based at the University of Toronto for the last 14 years, the first and only academic position I've ever held.
The national security law has potential widespread consequences. As a China scholar, I think about delivery of content over online platforms and preservation of the rigour and integrity of the courses I teach. I think about the safety of my students participating online, either in Toronto or from their home countries. I think about the feasibility of sustaining my own research agenda. I also think about my Hong Kong-based colleagues who are at the forefront of the battle against the erosion of academic freedom.
The law’s potential impact on the wider academic community that engages with Hong Kong and China is profound, but we should also be mindful that this is not the first time the mettle of the Chinese scholarly community has been tested—the last time was in 1989—yet we endure, we adapt and eventually we continue to thrive.
When the law was first proposed, my initial assessment was that it would merely legalize the underground repression that Beijing has applied on Hong Kong for over a decade. My own research suggests that covert repression through proxy or those taken out of the public eye has been ongoing in Hong Kong for some time, such as the kidnapping of banned booksellers and the Yuen Long attack in July 2019.
However, recent events unambiguously suggest that the law has actually emboldened and legalized further crackdown on freedom of speech and civil liberties. Furthermore, because of the law’s deliberately vague wording, it has produced a chilling effect on Hong Kong society and beyond. It is a clear violation of the one country, two systems principle in the Basic Law.
However, moving forward, the situation in Hong Kong may go in one of these two directions. One, I think Beijing may intensify its crackdown, further eroding Hong Kong’s autonomy and the space for civil society to operate. Two, the repression may taper off after the initial round of harsh crackdowns. One could argue that, because the law is so new, its first set of applications was deliberately harsh in order to set a precedent for, as well as to produce a demonstrative effect on, any would-be violators.
In my view, which of these two ways the situation will evolve in depends on the value of Hong Kong to the Chinese Communist Party elites. Despite the rising competitiveness of Chinese cities such as Shanghai and Shenzhen, the Hong Kong stock exchange remains the most favourable venue for Chinese companies to raise capital.
Furthermore, a recent New York Times investigative report suggests that families of the party elites own more than $50 million U.S. of luxury homes in Hong Kong. I think this is an indication of the political as well as personal vested interests of Beijing’s top elites in the continued prosperity of Hong Kong. These elites, in turn, form the core support base of President Xi's leadership. Losing this critical support will render the leadership vulnerable.
In many respects, Hong Kong and the national security law are a double-edged sword for the CCP leadership. On the one hand, they want to introduce the law to stop violent protests from wreaking havoc on the economy, which will hurt their interests. On the other hand, the law will invite sanctions, which it has from the U.S., that will erode Hong Kong’s attractiveness as an international capital centre and a regional business hub.
So far, I think the evidence on Hong Kong’s economic competitiveness has been rather mixed. In the past six months, Chinese companies have raised more capital in the Hong Kong stock exchange and deepened its investment in the territory. However, revoking Hong Kong’s special trade status has actually raised the tariff levels to which goods coming into and going out of Hong Kong are subjected, to the same levels as those from mainland China. A recent poll by the American chamber of commerce suggests that four out of 10 companies are planning to move their regional headquarters away from Hong Kong.
This brings me to my next point, which is what actions Canada should or should not take.
As an overall, Canada should send a very clear message that we condemn the repression in Hong Kong and that we stand by the people of Hong Kong. However, in my view, whatever punitive measures we come up with need to pay careful consideration to the dual nature of Hong Kong to the CCP leadership.
Hong Kong is the goose that lays the golden eggs, as well as a rebellious child who needs to be disciplined. This is from the CCP leadership's perspective. If we impose measures that further erode the function of the goose, Hong Kong’s value will diminish to that of a rebellious entity, which we have seen examples of, and the consequences of that are obvious. To put it plainly, if we kill the goose, we may end up hurting Hong Kong’s quest for freedom and autonomy more than helping it.
My second recommendation is that I support Canada opening its doors to welcome immigration and talent from Hong Kong.
My third recommendation is that I would also recommend the Canadian government, as well as the university sector, offer scholarships for students from Hong Kong.
In the short run, I think we should be under no illusion that freedom of expression will return to Hong Kong or that the people of Hong Kong will be given universal suffrage as promised by the Basic Law. Upon the signing of the Sino-British Joint Declaration in 1984, many western observers had hoped that Hong Kong offered a beacon of hope that democracy would one day arrive in China through Hong Kong. This has proved to be a pipe dream so far.
We should also be under no illusion that maintaining trade with China—and trade alone—will push the country to become more open, as many had hoped when they supported China’s entry to the WTO in 2001. Nor should we fool ourselves that if we afford China the respect a country its size deserves, that respect will be reciprocated. The fate of Mr. Kovrig and Mr. Spavor, who have been detained by China for more than 600 days, suggests it is not a country that plays by the rules. The collateral damage of the pandemic, which no country has managed to escape so far, further illustrates the externalities of China’s authoritarian political system.
I believe that we cannot properly tackle the situation in Hong Kong without addressing how we should cope with the rise of China. I think these two problems are deeply intertwined, so I am pessimistic in the short run. However, in the medium to long run, I believe the resilience of Hong Kong as a city and its people, shaped by a fiercely entrepreneurial, creative and industrious migrant culture, will prevail. I remain hopeful that a vibrant and free Hong Kong will eventually return.
Thank you for the opportunity to share my perspectives.
Merci, monsieur le président. Je suis heureuse d'avoir l'occasion de comparaître devant le Comité.
Permettez-moi d'abord de me situer par rapport au sujet. Mon point de vue sur les événements de Hong Kong a été façonné par les travaux que j'ai menés en Chine et sur la Chine, d'abord comme consultante, puis comme universitaire, depuis la fin des années 1990. Je travaille à l'Université de Toronto depuis 14 ans, dans le premier et seul poste universitaire que j'aie jamais occupé.
La loi sur la sécurité nationale peut avoir des répercussions de toutes sortes. En tant que spécialiste de la Chine, je pense à la diffusion de contenu sur des plateformes en ligne et à la préservation de la rigueur et de l'intégrité des cours que j'enseigne. Je pense à la sécurité de mes étudiants qui participent en ligne, que ce soit à Toronto ou à partir de leur pays d'origine. Je pense à la possibilité de soutenir mon propre programme de recherche. Je pense aussi à mes collègues de Hong Kong qui sont aux premiers rangs de la lutte contre l'érosion de la liberté universitaire.
Cette loi pourrait avoir une incidence profonde sur la grande communauté universitaire qui gravite autour de Hong Kong et de la Chine, mais nous devons nous rappeler que ce n'est pas la première fois que le courage des intellectuels chinois est mis à l'épreuve — la dernière fois, c'était en 1989 —, et pourtant nous tenons bon, nous nous adaptons et nous continuons de prospérer.
Lorsque la loi a été proposée pour la première fois, j'ai d'abord estimé qu'elle ne ferait que légaliser la répression clandestine que Pékin exerce sur Hong Kong depuis plus d'une décennie. D'après mes propres recherches, la répression secrète par procuration ou la mise au secret de certaines personnes ont cours à Hong Kong depuis un certain temps, comme en témoignent l'enlèvement des libraires frappés d'interdit et l'attaque de Yuen Long en juillet 2019.
Cependant, des événements récents montrent clairement que la loi a en fait renforcé et cautionné une répression accrue de la liberté d'expression et des libertés civiles. De plus, en raison d'un libellé laissé vague à dessein, elle a en quelque sorte paralysé la société de Hong Kong et plus encore. Il s'agit d'une violation flagrante du principe « Un pays, deux systèmes » reconnu dans la Loi fondamentale.
À l'avenir, toutefois, la situation pourrait évoluer dans l'une de ces deux directions: Pékin pourrait accentuer sa répression, ce qui grugerait davantage l'autonomie de Hong Kong et la marge de manœuvre de la société civile; ou bien la répression pourrait diminuer après un premier temps marqué par des mesures sévères. Vu que la loi est tellement nouvelle, on aurait voulu frapper fort au début afin d'établir un précédent et de faire un exemple pour tous ceux qui seraient tentés d'y contrevenir.
À mon avis, la direction qui sera prise dépend de la valeur de Hong Kong pour l'élite du Parti communiste chinois. Malgré la compétitivité croissante de villes chinoises comme Shanghai et Shenzhen, la bourse de Hong Kong demeure le lieu de prédilection des sociétés chinoises pour lever des capitaux.
Selon un récent rapport d'enquête du New York Times, des familles de l'élite du Parti posséderaient à Hong Kong des résidences de luxe valant plus de 50 millions de dollars américains. C'est un signe, je pense, que l'élite de Pékin a tout intérêt, politiquement et personnellement, à ce que Hong Kong demeure prospère. Elle forme le noyau des appuis sur lesquels repose le leadership du président Xi. La perte de ce soutien essentiel le rendrait vulnérable.
À bien des égards, Hong Kong et la loi sur la sécurité nationale sont une arme à double tranchant pour les dirigeants du PCC. D'une part, ils ont besoin de cette loi pour empêcher des manifestations violentes de ravager l'économie, à leur détriment. D'autre part, la loi entraînera des sanctions, comme celles imposées par les États-Unis, qui nuiront à l'attrait de Hong Kong en tant que centre financier international et centre d'affaires régional.
Jusqu'à maintenant, les effets sur la compétitivité économique de Hong Kong sont plutôt mitigés. Au cours des six derniers mois, les sociétés chinoises ont levé plus de capitaux à la bourse de Hong Kong et intensifié leurs investissements dans le territoire. Par contre, la révocation du statut commercial spécial de Hong Kong a fait grimper les tarifs auxquels sont assujetties les marchandises qui entrent dans le territoire et qui en sortent, jusqu'à hauteur des tarifs pratiqués dans la Chine continentale. Selon un récent sondage de la Chambre de commerce des États-Unis, quatre entreprises sur dix prévoient déménager leur siège social régional de Hong Kong.
Cela m'amène à mon point suivant, à savoir les mesures que le Canada devrait ou ne devrait pas prendre.
De façon générale, le message du Canada devrait être très clair: nous condamnons la répression à Hong Kong et nous sommes solidaires de la population de Hong Kong. Cependant, à mon avis, quelles que soient les mesures punitives que nous prendrons, il faudra tenir compte de la double nature de Hong Kong aux yeux des dirigeants du Parti communiste chinois.
Pour les dirigeants du PCC, Hong Kong est à la fois une poule aux œufs d'or et un enfant rebelle qui a besoin d'être discipliné. Si nous imposons des mesures qui empêchent la poule de pondre, la valeur de Hong Kong se réduira à celle de l'enfant rebelle, avec les conséquences que nous connaissons trop bien, pour en avoir vu des exemples. Pour dire les choses simplement, si nous tuons la poule, nous risquons davantage de nuire à la quête de liberté et d'autonomie de Hong Kong que de l'appuyer.
Ma deuxième recommandation est que le Canada ouvre ses portes à l'immigration et au talent de Hong Kong.
Ma troisième recommandation, qui s'adresse autant au secteur universitaire qu'au gouvernement canadien, est d'offrir des bourses aux étudiants de Hong Kong.
À court terme, nous ne devrions pas nous faire d'illusions quant au retour de la liberté d'expression à Hong Kong ou au suffrage universel promis par la Loi fondamentale. Lors de la signature de la Déclaration commune sino-britannique en 1984, de nombreux observateurs occidentaux avaient évoqué l'espoir ténu que la démocratie arriverait un jour en Chine par la voie de Hong Kong. C'est un rêve chimérique jusqu'à présent.
Il ne faudrait pas non plus nous imaginer que le maintien du commerce avec la Chine pourra à lui seul amener le pays à s'ouvrir davantage, comme beaucoup l'avaient espéré lorsqu'ils ont appuyé l'entrée de la Chine à l'OMC, en 2001. N'allons pas non plus nous imaginer que si nous accordons à la Chine le respect dû à un pays de sa taille, ce respect sera réciproque. Il suffit de penser au sort de M. Kovrig et de M. Spavor, qui sont détenus depuis plus de 600 jours, pour voir que la Chine fait peu de cas des règles internationales. Les dommages collatéraux causés par la pandémie, qu'aucun pays n'a réussi à éviter jusqu'à présent, viennent encore exacerber les effets extérieurs de son régime politique autoritaire.
Je crois que nous ne pourrons pas saisir correctement la situation à Hong Kong sans nous demander aussi comment nous allons composer avec la montée de la Chine. Ce sont deux problèmes intimement liés, alors je suis pessimiste dans l'immédiat. Mais à plus long terme, je crois que la résilience de la ville et des habitants de Hong Kong, façonnée par une culture de migrants débrouillards, créatifs et travailleurs, aura le dessus. J'ai bon espoir que Hong Kong redeviendra un jour dynamique et libre.
Je vous remercie de m'avoir écoutée.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Thank you, Mr. Chair.
Thank you to the witnesses.
The Chinese government often tries to use a bogus cultural argument to justify its repression, and for that reason, their efforts to snuff out freedom in Hong Kong are part of a strategy to try to take away freedoms enjoyed by Chinese areas. Of course Taiwan is a similar counter-example. Taiwan shows how Chinese culture is very much compatible with freedom and democracy. I was very struck by the sense that this is one step into Hong Kong and the next step will be Taiwan. We saw a similar pattern of action with, let's say, Nazi Germany going into Czechoslovakia and then to Poland.
Mr. Medeiros, you spoke about Taiwan. How do we arrest this process? How do we respond to the situation in Hong Kong in a way that deters this next step into what likely is the next aggressive action plan by the Xi Jinping regime?
Merci, monsieur le président.
Merci aux témoins.
Le gouvernement chinois essaie souvent d'invoquer un argument culturel bidon pour justifier sa répression. On dirait que ses efforts pour étouffer la liberté à Hong Kong s'inscrivent dans une stratégie visant à priver les régions chinoises de leurs libertés. Bien sûr, Taïwan est un contre-exemple semblable. Taïwan montre à quel point la culture chinoise est compatible avec la liberté et la démocratie. J'ai été très frappé par le sentiment que Hong Kong est une première étape et que la suivante sera Taïwan. Nous avons observé un plan d'action semblable avec, disons, l'Allemagne nazie qui entre en Tchécoslovaquie, puis en Pologne.
Monsieur Medeiros, vous avez parlé de Taïwan. Comment arrêter ce processus? Comment pouvons-nous réagir aux événements de Hong Kong de façon à empêcher ce qui semble être la prochaine offensive du régime de Xi Jinping?
Evan S. Medeiros
View Evan S. Medeiros Profile
Evan S. Medeiros
2020-08-17 11:54
Thank you very much. It's an excellent question, and I share your concern about what conclusions Beijing might draw.
I think it's important to keep in mind that this is not the prelude to World War II, as there are important historic differences in the situation.
I raised the Taiwan question because I was concerned that if there is insufficient solidarity in the west about the situation in Hong Kong, then if the situation over Taiwan deteriorates in the future, Beijing could come to the conclusion that the costs were worth bearing, that they really weren't that high, and that America, Canada, the U.K. and Australia would eventually get over it.
However, Taiwan is a very different situation, largely because it's physically separated from the mainland and because it would probably take some kind of major military action to bring about the type of situation in Taiwan that China has with Hong Kong. Most basically, it has sovereignty, and the international community recognizes it has sovereignty.
In terms of deterring actions on Taiwan, it fundamentally comes down to a military security type of issue, which is a large feature of U.S. defence policy.
Merci beaucoup. C'est une excellente question; je suis préoccupé moi aussi par les conclusions que Pékin pourrait tirer.
Il est important de garder à l'esprit qu'il ne s'agit pas ici du prélude à la Seconde Guerre mondiale, car il y a d'importantes différences historiques.
J'ai soulevé la question de Taïwan parce que je craignais que, s'il n'y avait pas suffisamment de solidarité à l'Ouest autour du sort de Hong Kong, puis que la situation de Taïwan se détériorait à l'avenir, Pékin pourrait conclure que le jeu en valait la chandelle, que le prix à payer n'était pas si élevé en fin de compte et que les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et l'Australie finiraient par s'y faire.
Toutefois, la situation de Taïwan est bien différente, d'abord parce qu'elle est physiquement séparée du continent et qu'il faudrait probablement une intervention militaire d'envergure pour reproduire à Taïwan ce que la Chine fait avec Hong Kong. Mais surtout, Taïwan a la souveraineté, reconnue par la communauté internationale.
Pour ce qui est d'empêcher une offensive contre Taïwan, il s'agit essentiellement d'une question de sécurité militaire, qui est un élément important de la politique de défense des États-Unis.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
If I could just follow up, I understand there are always differences when you try to make analogies to historic events.
Is the western response to Russia's invasion of Ukraine perhaps a better analogy? Perhaps Putin had larger designs, but inflicting significant economic and other consequences on Russia because of that invasion didn't stop the annexation of Crimea, however, it slowed down what might have been intended as a larger advance.
Do you think that lesson is applicable, in the sense that a strong, coordinated, international response—and Canada played a leadership role in response to Russia's invasion of Ukraine—maybe doesn't stop the current aggression, but it's more likely to deter future aggression by showing that aggression has high costs?
Si vous me permettez d'enchaîner, je comprends qu'il y a toujours des différences lorsqu'on tente de faire des analogies avec des événements historiques.
La réaction de l'Ouest à l'invasion de l'Ukraine par la Russie est-elle peut-être une meilleure analogie? Le président Poutine avait peut-être des projets plus ambitieux, mais le fait d'user de représailles économiques et autres envers la Russie à cause de cette invasion n'a pas empêché l'annexion de la Crimée, mais cela a pu freiner des ambitions plus grandes.
Pensez-vous que cette leçon est applicable, à savoir qu'une riposte internationale vigoureuse et coordonnée — et le Canada a joué un rôle de meneur après l'invasion de l'Ukraine par la Russie — n'arrête peut-être pas l'agression actuelle, mais qu'elle est plus susceptible de décourager une agression future en montrant que le prix à payer est élevé?
Evan S. Medeiros
View Evan S. Medeiros Profile
Evan S. Medeiros
2020-08-17 11:57
Basically, I agree.
Fundamentally, it comes down to the best diplomatic, economic and military mechanisms that will give Beijing pause about taking future actions.
Essentiellement, je suis d'accord.
Au fond, ce sont les meilleurs mécanismes diplomatiques, économiques et militaires qui amèneront Pékin à réfléchir avant de prendre d'autres mesures.
Evan S. Medeiros
View Evan S. Medeiros Profile
Evan S. Medeiros
2020-08-17 11:58
Something that I've written about was my concern that the moderate international response to the Russian invasion of Georgia didn't cause the invasion of Ukraine, but it definitely created an enabling environment. It was one of the contributing factors.
J'ai fait part dans un de mes écrits de ma préoccupation selon laquelle la réaction internationale plutôt tiède à l'invasion russe de la Géorgie n'a peut-être pas entraîné l'invasion de l'Ukraine, mais cela a certainement créé un climat favorable. C'est un des facteurs qui ont pu jouer.
Evan S. Medeiros
View Evan S. Medeiros Profile
Evan S. Medeiros
2020-08-17 11:58
I think we need to be mindful of that with Hong Kong, but as I and others have stressed, you don't want to shoot the hostage. Killing Hong Kong right now in your effort to deter some notional Chinese response to Taiwan in the future doesn't support either our values or our interests.
Je pense qu'il faut en tenir compte dans le cas de Hong Kong, mais comme d'autres et moi-même l'avons souligné, il ne faut pas tirer sur l'otage. Tuer Hong Kong à l'heure actuelle dans le but d'empêcher une éventuelle intervention de la Chine à Taïwan ne correspond ni à nos valeurs ni à nos intérêts.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
Thank you so much. I think the point on Georgia is very interesting.
Merci beaucoup. Je trouve que l'argument à propos de la Géorgie est très intéressant.
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
I want to ask you one more question about multilateral response.
Everybody on this committee believes and every party believes that we want to have a multilateral response. My concern is that sometimes people use the need for multilateralism as an excuse to say we shouldn't act first or we need a multilateral response, so let's sit around and wait for something multilateral to happen. What I heard you say is that responding in a multilateral way means that we start with the coalitions we have and seek to expand them, so we'd be prepared to taken action right now in concert with the United States. We seek to enlarge those coalitions, but we don't wait for some mythical complete coalition to emerge.
What are your thoughts on that?
J'aimerais vous poser une autre question au sujet de la riposte multilatérale.
Tout le monde dans ce comité et tous les partis s'entendent pour dire que nous voulons avoir une riposte multilatérale. Ce qui me tracasse, c'est qu'on invoque parfois la nécessité d'agir de façon multilatérale, justement pour ne rien faire et attendre qu'il se passe quelque chose sur ce plan-là. Je retiens de vos propos que, pour riposter de façon multilatérale, nous commençons par les coalitions que nous avons et nous cherchons à les agrandir. Nous serions donc prêts à agir immédiatement de concert avec les États-Unis. Nous cherchons à élargir les coalitions, mais nous n'attendons pas qu'apparaisse comme par magie une coalition intégrale.
Qu'en pensez-vous?
Evan S. Medeiros
View Evan S. Medeiros Profile
Evan S. Medeiros
2020-08-17 11:59
Generally, I agree.
The fact that the U.S., the U.K., Canada and Australia have already started to act is a good thing. I think adding South Korea, Japan and others is smart. I don't think it's a question of inaction; it's a question of how you go bigger and broader in terms of participation.
De façon générale, je suis d'accord.
Le fait que les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et l'Australie aient déjà commencé à agir est une bonne chose. Je pense qu'il est judicieux d'ajouter la Corée du Sud, le Japon et d'autres pays. Je ne pense pas qu'il s'agisse de ne rien faire, mais plutôt de savoir rallier une participation plus forte et plus nombreuse.
Results: 1 - 15 of 1706 | Page: 1 of 114

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data