Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 471
View Tracy Gray Profile
CPC (BC)
View Tracy Gray Profile
2020-08-12 14:23 [p.2768]
Mr. Chair, when the government announced the internal Canada free trade agreement in 2017, it was stated that this would bring $25 billion in economic activity to Canada. That was three years ago.
Can the government please disclose what this $25 billion in economic activity has brought into Canada's engine of economy during the last three years since this was implemented?
Monsieur le président, quand le gouvernement a annoncé l'Accord de libre-échange canadien, en 2017, on disait que cette mesure injecterait 25 milliards de dollars dans l'économie canadienne. Trois ans ont passé depuis.
Le gouvernement pourrait-il nous dire ce que ces 25 milliards de dollars d'activité économique ont apporté au moteur économique du pays depuis la mise en œuvre de l'accord, il y a trois ans?
View Richard Lehoux Profile
CPC (QC)
View Richard Lehoux Profile
2020-05-13 15:01 [p.2284]
Mr. Speaker, my question is very simple.
The minister mentioned CUSMA, the new agreement with the Americans. There are still some important points to negotiate, in particular with respect to tariff quotas.
We have heard a number of times and in different studies in committee that producers and processors early in the production chain should be allocated as much of these quotas as possible.
I would like to hear the minister's thoughts on that.
Monsieur le Président, ma question est fort simple.
Mme la ministre a parlé de la nouvelle entente avec les Américains, l'ACEUM. Il reste encore des points importants à négocier, notamment toute la question des contingents tarifaires.
À plusieurs reprises et au cours de différentes études en comités, nous avons entendu dire qu'il fallait que ces contingents soient attribués le plus près possible de la base — soit aux producteurs ou aux transformateurs.
J'aimerais savoir où en est la ministre dans sa réflexion.
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2020-05-13 15:05 [p.2285]
Mr. Speaker, the minister said this legislation was not needed before because the dairy commission had the borrowing capacity to deal with what was a pandemic that resulted in having to dump milk.
What has changed in the future that it needs this extra borrowing capacity? Is this to deal with COVID, or the additional imports allowed from the United States as a result of the USMCA?
Monsieur le Président, la ministre a déclaré que ces mesures législatives n'étaient pas nécessaires auparavant, car la Commission canadienne du lait disposait d'une capacité d'emprunt qui lui permettait de s'ajuster à la pandémie, avec comme résultat de devoir jeter du lait.
Qu'est-ce qui a changé pour que la Commission ait besoin d'augmenter sa capacité d'emprunt? Est-ce pour s'ajuster à la COVID ou est-ce pour s'ajuster à la hausse des importations en provenance des États-Unis dans la foulée de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique?
View Richard Lehoux Profile
CPC (QC)
View Richard Lehoux Profile
2020-05-13 15:07 [p.2285]
Mr. Speaker, my question is for the minister.
Earlier, I neglected to thank her for introducing the bill to increase the borrowing capacity of the Canadian Dairy Commission.
My question concerns processors and dairy production.
There are people working in the dairy processing industry right across Canada. They are currently having to deal with the impact of COVID-19. They have to rework their product processing and come up with new products. Moreover, the fact that CUSMA comes into force on July 1 rather than August 1 only increases the problems they have to contend with.
Having one month rather than one year to transform their production process for goods that will go to market is a catastrophe, and on top of that there are the problems caused by COVID-19.
Has the minister come up with any solutions to help these dairy processors?
Monsieur le Président, ma question s'adresse à Mme la ministre.
Tout à l'heure, j'ai omis de la remercier d'avoir déposé le projet de loi concernant l'augmentation de la capacité d'emprunt de la Commission canadienne du lait.
Ma question est en lien avec les transformateurs et la production laitière.
Dans toutes les régions du Canada, il y a des gens qui s'occupent de la transformation des produits laitiers. Ils subissent actuellement les répercussions de la COVID-19. Ils doivent retravailler leur façon de transformer et d'adapter de nouveaux produits. De plus, le fait que l'entrée en vigueur de l'ACEUM soit le 1er juillet plutôt que le 1er août accroît le nombre de difficultés qu'ils doivent affronter.
Le fait de devoir réorienter en un mois, plutôt qu'en un an, leur façon de faire les produits qui seront mis en marché est une catastrophe, en plus de celle causée par la COVID-19.
La ministre a-t-elle pensé à quelques solutions afin de venir en aide à ces transformateurs laitiers?
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2020-05-13 15:11 [p.2285]
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Beauce.
It is my pleasure to rise today to speak to Bill C-16. I know we are all going to be supporting this bill today, and that goes to show we are supporting Canada's agriculture sector. However, there are some issues with how this was brought about and it highlights many of the issues we have been trying to shine a light on with the government's approach to agriculture as a whole and the industry within Canada.
What is being proposed today, which I feel will be supported by all the parties in this House, is, again, additional loan capacity. It is not an injection of funds or a program that would give liquidity to the agriculture sector as a whole.
I did ask the minister if this was a response to the COVID-19 pandemic, or if it was more a response to what Canada's dairy sector will be facing as a result of the increased imports that will be coming from the United States as part of the USMCA.
The minister said in her response that the Canadian Dairy Commission had the loan capacity and the line of credit to deal with the COVID pandemic when it was at its peak, when restaurants and schools were closed, and many of the traditional customers of Canada's dairy producers were closing their doors and were temporarily on lockdown. As a result of those closures, many of our producers, especially in eastern Canada, had to dump millions of litres of milk, which is not something that any Canadian wants to see.
It was certainly good to see Canadians from across the country step up and do everything they could to help our producers, whether they were food banks, schools, or anyone who was willing to take their product and then donate it to those who had a use for it.
However, what that response says to me is that this is more a response to what will happen with the USMCA. The dairy industry in Canada is going to be taking a hit as a result of that.
We have given up a great deal of our trade sovereignty in signing that USMCA. Not only will it increase imports of American dairy products, but it will also limit Canadian dairy producers' opportunities to access foreign markets and it will limit the growth of certain products that are produced right here in Canada.
The other issue that comes to mind is how long it took for the Liberal government to address a problem that was highlighted very early on in Canada's agriculture sector. That has been an ongoing issue with the current government.
Let us take a step back to what was announced last week with the agriculture assistance package of about $250 million. To put that in perspective, the Canadian Federation of Agriculture asked for $2.6 billion as the amount needed to be a tangible relief for Canadian agriculture.
When that announcement came out to be less than 10% of what is deemed by the industry, by producers, food processors, our ranchers and farm families as what is needed for them to be able to keep their heads above water during this pandemic, it was extremely frustrating for our producers.
Let us put that in perspective. This is $250 million to Canadian agriculture, when the President of the United States has given $19 billion. That is putting our industry at a considerable competitive disadvantage.
We look at all the other programs that have been announced for Canadian businesses, and Canadian agriculture is getting a fraction of that. It is extremely difficult when the Prime Minister is saying, time and again, that Canadian agriculture is an essential service and that it is a critical pillar of our food security and of our economy. To say that in one breath, and then not offer the resources the people in that sector need to be successful, does not make a lot of sense. We are seeing the clear frustration of Canadian farmers, producers and food processors who have voiced their displeasure and frustration over the past week since the announcement from the Minister of Agriculture and Agri-Food.
Even today, the Minister of Agriculture and Agri-Food has said that there are business risk management programs in place that agriculture can access. Those business risk management programs were never designed to deal with a pandemic like COVID-19. They were designed to deal with other variables that impact various sectors of agriculture, certainly not a global pandemic. She talks about the $1.6 billion in AgriStability, so let us use AgriStability as an example. Less than 35% of farmers have actually subscribed to AgriStability, because it is not efficient and it is not timely. They may not see a payment for months or even years down the road. By that time they could be bankrupt.
Let us take a look at AgriInvest. She said there is another billion dollars in AgriInvest, but producers have asked who has that money, where is it, and who has access to it. In many cases those dollars have already been spent, or they are being put aside for transition to the next generation.
In no other program, such as CEBA, for example, has the government told small business owners to drain their bank account before they can have access to or qualify for the emergency business account. However, that is exactly what the Minister of Agriculture is asking farmers to do.
Many of these farmers have maybe $5,000 or $10,000 in their AgriInvest account. It is not a huge amount of money we are talking about here, but the Minister of Agriculture is telling those producers they had better drain their savings accounts, and then maybe the government will look at other programs that may be of assistance to them. The government is not asking that of any other sector in Canada's economy, and it is not fair.
The ramifications of that are quite profound. Dr. Sylvain Charlebois, one of the Canadian experts on food security, has said 15% of Canadian farms are in jeopardy of going bankrupt if there is no federal assistance. That is 30,000 family farms in jeopardy. That is a huge number, and we cannot possibly fathom the impact that will have on our rural economies.
More important, what impact is that going to have on Canada's food security? What kind of impact is that going to have on the price of groceries on the store shelves?
I know that for many of us in this room, never in our lifetime have we gone to a grocery store and seen empty shelves, until now. I am hopeful that as a result of this Canadians across the country now have a much better appreciation of where their food comes from, who makes it, how we do it and why we do it.
Every single day we are asking Canadians across the country to stay home, to protect themselves and stay healthy. At the same time, because they are deemed an essential service, we are asking farmers, ranchers and employees at food processors to get up every single day, go to work and work hard to make sure we have food on our tables and on our grocery store shelves.
Those people are asking for respect, and that respect comes from being a priority to the current government and the programs it is putting forward. It is very clear that Canada's food security and our supply chain is not a priority for the government with $250 million being given to farmers through various programs.
The other frustration with this is that these are not new programs and this is not new money. For the government to come out and say it has taken these steps to address the COVID-19 pandemic, even with changing this Dairy Commission legislation, they are still not addressing the pandemic.
These are not extraordinary measures to deal with an unprecedented challenge within our agriculture sector. These are just reannouncements of existing programs. What message does that send to Canadian agriculture?
They are saying that the farmhouse is burning down and the Liberal government is standing by and offering them a bottle of water as assistance. That is just not good enough. It is not good enough for Canadian agriculture. It is not good enough for our farmers, our ranchers and our processors, who are working hard every day to do their jobs, and who do it with pride.
All they are asking for is that the Liberal government stand beside them and show that the work they are doing means something. I think the question the government has to ask itself is this: Is the Liberal government's food security plan to ensure that we have to import food from other countries to feed Canadian families?
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Beauce.
C'est un plaisir pour moi de prendre la parole au sujet du projet de loi C-16. Je sais que nous allons tous appuyer ce projet de loi aujourd'hui, ce qui montre bien que nous soutenons le secteur agricole canadien. Néanmoins, la façon dont ce projet a été présenté soulève certaines questions et met en lumière bon nombre de problèmes par rapport à l'approche du gouvernement à l'égard du secteur agricole canadien dans son ensemble.
Ce que le gouvernement propose aujourd'hui, c'est d'augmenter la capacité d'emprunt du secteur agricole. Je pense que tous les partis y seront favorables. Il ne s'agit pas d'injecter des fonds ni de mettre sur pied un programme visant à fournir des liquidités à l'ensemble du secteur agricole.
J'ai cependant demandé à la ministre s'il s'agit d'une réaction à la pandémie de COVID-19 ou plutôt aux problèmes qu'engendrera pour le secteur laitier canadien la hausse des importations américaines à venir dans le cadre de l'Accord États-Unis—Mexique—Canada.
Dans sa réponse, la ministre a dit que la Commission canadienne du lait avait la capacité d'emprunt et la ligne de crédit nécessaires pour faire face à la pandémie de COVID lorsqu'elle était à son apogée, c'est-à-dire lorsque les restaurants et les écoles étaient fermés et que beaucoup de clients traditionnels des producteurs laitiers du Canada fermaient leurs portes et étaient temporairement en confinement. À la suite de ces fermetures, un bon nombre de producteurs, surtout dans l'Est du Canada, ont dû jeter des millions de litres de lait, ce qu'aucun Canadien ne souhaite.
Il était certainement bon de voir des Canadiens de partout au pays passer à l'action et faire tout leur possible pour aider les producteurs d'ici, qu'il s'agisse de banques alimentaires, d'écoles ou de toute personne disposée à prendre leur produit et à le donner ensuite aux gens qui en avaient besoin.
Cependant, la réponse de la ministre me dit que le projet de loi vise davantage les effets futurs de l'Accord États-Unis—Mexique—Canada, dont l'industrie laitière canadienne subira les conséquences.
Lorsque le Canada a signé cet accord, il a renoncé à une grande part de sa souveraineté en matière de commerce. Non seulement l'accord augmentera les importations de produits laitiers américains, mais il limitera également les débouchés des producteurs laitiers canadiens sur les marchés étrangers et la croissance commerciale de certains produits fabriqués ici même, au Canada.
Un autre problème qui me vient à l'esprit est le temps qu'il a fallu au gouvernement libéral pour s'attaquer à un problème qui avait été souligné très tôt par le secteur agricole canadien. C'est un problème persistant du gouvernement actuel.
Revenons un peu à l'annonce, la semaine dernière, de mesures d'aide de 250 millions de dollars pour les agriculteurs. Pour mettre cela en perspective, la Fédération canadienne de l'agriculture a demandé 2,6 milliards de dollars, soit la somme qui, à son avis, permettrait d'offrir une aide concrète aux agriculteurs canadiens.
Lorsque les producteurs canadiens ont constaté que la somme annoncée représentait moins de 10 % de ce qui est jugé comme étant nécessaire pour que l'industrie, les producteurs, les transformateurs d'aliments, les éleveurs et les familles agricoles puissent se maintenir à flot pendant cette pandémie, ils ont ressenti beaucoup de frustration.
Mettons les choses en perspective. Il s'agit de 250 millions de dollars pour le secteur agricole canadien, alors que le président des États-Unis a donné 19 milliards de dollars aux agriculteurs étatsuniens. Cela nuit énormément à la compétitivité de l'industrie agricole canadienne.
En examinant tous les autres programmes qui ont été annoncés à l'intention des entreprises canadiennes, on constate que le secteur agricole du pays n'a droit qu'à des miettes. C'est d'autant plus pénible que le premier ministre ne cesse de répéter que le secteur agricole canadien offre un service essentiel et qu'il est un pilier fondamental de notre sécurité alimentaire et de notre économie. Il est insensé d'affirmer une telle chose sans fournir aux intervenants de ce secteur les ressources dont ils ont besoin pour réussir. On ne peut que constater la frustration évidente des agriculteurs, des producteurs et des transformateurs d'aliments du Canada, qui ont exprimé leur mécontentement cette semaine dans la foulée de l'annonce faite par la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire.
Aujourd'hui encore, la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire a dit que le secteur agricole peut se tourner vers les programmes existants de gestion des risques de l'entreprise. Ces programmes n'ont jamais été conçus pour faire face à une pandémie comme celle de la COVID-19. Ils ont été conçus pour faire face à d'autres variables qui affectent divers secteurs du monde agricole, mais certainement pas à une pandémie mondiale. Comme elle a parlé du 1,6 milliard de dollars du programme Agri-stabilité, prenons l'exemple de ce programme. Moins de 35 % des agriculteurs ont souscrit à ce programme parce qu'il est inefficace et lourd. Ils doivent attendre des mois, voire des années, avant de recevoir un paiement. Ils pourraient avoir fait faillite d'ici là.
Penchons-nous sur Agri-investissement. La ministre a affirmé que ce programme prévoit un autre milliard de dollars. Or, les producteurs se demandent qui a cet argent, où il se trouve et qui y a accès. Très souvent, ces fonds ont déjà été dépensés ou sont mis de côté pour assurer la transition vers la prochaine génération.
C'est le seul cas où le gouvernement demande aux petits entrepreneurs de vider d'abord leur compte bancaire. Par exemple, ils n'ont pas à le faire pour être admissibles ou avoir accès au Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes. Pourtant, c'est exactement ce que la ministre de l'Agriculture demande aux agriculteurs.
Bon nombre de ces agriculteurs ont peut-être 5 000 ou 10 000 $ dans leur compte d'Agri-investissement. On ne parle pas de grosses sommes d'argent. La ministre de l'Agriculture leur dit toutefois qu'ils devraient vider leurs comptes d'épargne en espérant que le gouvernement envisage ensuite la mise en place d'autres programmes d'aide pour eux. Aucun autre secteur de l'économie canadienne n'est tenu de répondre à une telle demande. C'est injuste.
Les répercussions de cette situation sont assez profondes. M. Sylvain Charlebois, un expert canadien en matière de sécurité alimentaire, a déclaré que, à défaut d'aide fédérale, 15 % des exploitations agricoles canadiennes risquent la faillite. Ce sont donc 30 000 exploitations agricoles familiales qui sont menacées. C'est un chiffre énorme, et on ne peut pas imaginer l'incidence que cela aura sur les économies rurales.
Plus important encore, quelle incidence cette situation aura-t-elle sur la sécurité alimentaire au Canada et sur le prix des denrées alimentaires dans les magasins?
Beaucoup d'entre nous dans cette enceinte n'avaient jusqu'ici jamais vu des rayons vides dans une épicerie. J'espère que cette expérience permettra aux Canadiens de tout le pays de mieux comprendre d'où vient leur nourriture, qui la produit, comment et pourquoi on la produit.
Jour après jour, nous demandons aux Canadiens de tout le pays de rester à la maison, de se protéger et de préserver leur santé. En même temps, parce qu'ils sont considérés comme assurant un service essentiel, nous demandons aux agriculteurs, aux éleveurs et aux employés des entreprises de transformation alimentaire de se lever tous les jours et d'aller travailler dur pour qu'il y ait de la nourriture sur nos tables et sur les rayons des épiceries.
Ces gens demandent qu'on les respecte. Or, pour ce faire, le gouvernement doit leur signifier qu'ils sont une priorité pour lui et ajuster ses programmes en conséquence. Avec 250 millions de dollars égrenés parmi une panoplie de programmes, on voit tout de suite que les agriculteurs, la sécurité alimentaire et l'intégrité de la chaîne d'approvisionnement n'ont jamais figuré parmi ses priorités.
C'est sans parler du fait qu'il ne s'agit même pas de nouveaux programmes ni d'argent frais. Cela aussi, c'est frustrant. Le gouvernement a beau dire qu'il a pris ces mesures à cause de la pandémie de COVID-19 et que c'est pour cette raison qu'il souhaite changer la loi sur la Commission canadienne du lait, mais c'est loin d'être suffisant pour vraiment atténuer les contrecoups de la pandémie.
Nous n'avons pas affaire ici à des mesures extraordinaires prises parce que le secteur agricole se trouve dans une situation encore jamais vue. Non, nous avons plutôt affaire à une série de vieux programmes réchauffés qu'on tente de nous faire passer pour du neuf. Quel message envoie-t-on au milieu agricole?
Les agriculteurs ont l'impression que le gouvernement libéral leur offre une petite bouteille d'eau pour éteindre l'incendie qui ravage leur demeure. C'est tout simplement insuffisant. Le milieu agricole a besoin de plus. Les agriculteurs, les éleveurs et les transformateurs ont besoin de plus, car ils travaillent d'arrache-pied jour après jour et ils sont fiers de ce qu'ils font.
Tout ce qu'ils veulent, c'est que le gouvernement libéral soit là pour eux et leur montre qu'il a un minimum de considération pour leur labeur. Voici la vraie question que le gouvernement doit se poser: va-t-il se tourner vers les importations pour nourrir les familles canadiennes? Est-ce là son plan?
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2020-05-13 15:20 [p.2287]
Mr. Speaker, I am really concerned, being on the trade committee, with what happened with respect to the USMCA regarding our sovereignty and how the U.S. now gets to dictate where we can or cannot export our milk products. I am a little concerned when the member says that this funding has come about not necessarily because of the COVID crisis but because of the possibility of that agreement and other agreements the government has signed on to.
Do you think it is using the COVID crisis to hide the mistake it made in its trade agreement?
Monsieur le Président, en tant que membre du comité du commerce, je suis très préoccupé par l'effet de l'Accord États-Unis—Mexique—Canada sur notre souveraineté, puisque les États-Unis peuvent désormais nous dicter où exporter ou non les produits laitiers canadiens. Je suis un peu inquiet lorsque le député dit que le financement n'est pas nécessairement attribuable à la crise de la COVID, mais plutôt aux répercussions éventuelles de l'Accord et d'autres accords que le gouvernement a signés.
Pensez-vous que le gouvernement se sert de la crise de la COVID pour camoufler l'erreur qu'il a commise avec l'accord commercial?
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2020-05-13 15:21 [p.2287]
Mr. Speaker, I think there is no doubt about it when we have seen over the last several weeks that the United States has asked Canada to make sure that 100% of our TRQs go to retailers and when the dairy processors and producers are asking for those TRQs to be as close to the farm gate as possible.
The Liberal government has seen that in no other trade agreement in our history has Canada surrendered its trade sovereignty to another country, but that is exactly what has happened in the USMCA. Now the United States can get involved in any trade negotiations we have with new non-market trading partners. They also now control the growth of critical dairy products that are produced right here in Canada. In no other trade agreement is that possible, but that has happened under the Liberal government with the USMCA.
Monsieur le Président, c'est indéniable. Au cours des dernières semaines, les États-Unis ont demandé au Canada d'attribuer 100 % des contingents tarifaires aux détaillants, alors que les transformateurs et les producteurs de produits laitiers demandent que les contingents tarifaires soient le plus près possible de la ferme.
Le gouvernement libéral a constaté qu'il n'y a aucun autre accord commercial dans l'histoire du pays où le Canada a cédé sa souveraineté à un autre pays en matière de commerce, mais c'est exactement ce qui s'est passé avec l'Accord États-Unis—Mexique—Canada. Les États-Unis peuvent désormais intervenir dans toutes nos négociations commerciales avec de nouveaux partenaires commerciaux n'ayant pas d'économie de marché. De surcroît, ils contrôlent maintenant la croissance de la production canadienne de produits laitiers essentiels. Aucun autre accord commercial ne le permet, mais c'est ce qui est arrivé sous le gouvernement libéral avec l'Accord États-Unis—Mexique—Canada.
View Richard Lehoux Profile
CPC (QC)
View Richard Lehoux Profile
2020-05-13 15:25 [p.2288]
Mr. Speaker, today I rise in the House to speak to government Bill C-16, which seeks to amend existing legislation on the loan capacity of the Canadian Dairy Commission.
Although this amendment is welcome and important, I wonder what took the government so long to get around to it. A little over a month ago, Canadian dairy producers were forced to dump 12.5 million litres of milk in just a week. I received many calls from producers and processors in my riding, including major industry stakeholders. When I asked these stakeholders what the best course of action would be, they all said that they wanted the government to expand the loan capacity of the Canadian Dairy Commission from $300 million to $800 million, or an increase of $500 million in loan capacity.
After speaking with the minister's office, I was informed that the Canadian Dairy Commission experts think the $200-million increase is good enough. The point I want to make here is that this bill took an awfully long time to come into existence, considering that it amends just a line or two of the Act. Why did the government drag its heels on this file?
It is very important to note that many industry stakeholders have told me this legislative change is about two weeks too late. Many of them have already found their own way out of this mess with no help from the government. While it is clear to me that this bill is nevertheless important to the agricultural sector because it will protect our dairy industry, I am left wondering about money for the rest of Canada's agriculture and agri-food sector. This government likes to pat itself on the back for announcing various funds and loans for the sector, but it does not have a solid plan for saving the industry that feeds our country.
For example, the other day in committee, a representative from the Canadian Federation of Agriculture said that without immediate assistance, Canada could lose up to 15% of our farms because of COVID-19. That is about 30,000 farms. I cannot even begin to express how devastating that is to hear. Canada has had a very weak response to COVID-19 in the agriculture and agri-food sector.
Just look at our neighbours, the United States. Their government announced a $19-billion assistance program for the agriculture sector, while our government has done nothing after offering our sector $252 million.
The government provided $50 million in assistance to the beef and pork industries. The Canadian Cattlemen's Association told us the other day in committee that the money was appreciated, but that it was used up two weeks ago to cover the extra feed needed because of the pandemic. The government does not seem to understand that we are in a crisis and that our national food security and our sovereignty are in jeopardy. According to the Canadian Cattlemen's Association, it would cost about $135 million to implement an adequate set-aside program.
Meanwhile, the pork industry is suffering through a nightmare in terms of slaughter capacity. It does not have the option of using a set-aside program like the beef sector, and the government seems content to keep watching animals be euthanized, while telling these farmers to use the existing business risk management programs. I have news for the government: These programs do not work. Changes need to be made to these programs now to help our producers ASAP. The minister keeps boasting about the amazing online calculator for these programs. Could it be that the true purpose of the calculator is to calculate when our businesses will have to fold?
Getting back to this bill, it is very hard to debate it here today. I think I speak for all my colleagues when I say that it is definitely a step in the right direction, but when will the rest of the aid for the agriculture and agri-food sector be announced?
The Prime Minister and the Minister of Agriculture both said that the agricultural industry would be given additional assistance, but when will that be announced? Do they not realize that this industry is having a hard time staying afloat?
Every day, I turn on the television and I hear the Prime Minister announcing new programs and several billion dollars in funding for other industries. I have come to expect no new announcements for agriculture.
Right now, the Prime Minister seems to be, whether consciously or unconsciously, pitting the various industries in our sector against each other, the eastern provinces against the western provinces, or supply managed sectors against non-supply managed sectors. The division is clear, as are the Prime Minister's allegiances.
I would also like to remind the House that the Canadian dairy industry was led to believe that the coming into force of the CUSMA would be delayed in order to give the sector time to prepare for the reformed agreement. Unfortunately, the dairy industry now has only one month to prepare rather than a full year.
I would also like to point out that many of Canada's supply-managed industries are still waiting for announcements regarding their sector. It is wonderful to see assistance for dairy farmers today, but when will the government help other sectors?
Take Canada's poultry producers, for example. Like beef and pork producers, poultry producers will likely have to cull their flocks and absorb revenue losses associated with not processing their birds, but the Prime Minister and the Minister of Agriculture have not announced any help for that sector.
We keep hearing that the AgriRecovery program will fix things for this sector. Unfortunately, the program covers only cull costs, not the value of the birds themselves. Plus, this program does not help processors if culling happens at the plants.
I am so tired of hearing that the government is working with the provinces to find a solution. Why can the government not take the initiative, show some real leadership and make a significant contribution of its own to the agricultural sector?
I could spend a lot more time quoting many very eloquent industry stakeholders. The consensus is simple: The government's COVID-19 pandemic response for the agricultural sector is not nearly good enough. The sector needs help fast, but I think the government's clock is broken.
I look forward to answering my colleagues' question.
Monsieur le Président, aujourd'hui, je prends la parole à la Chambre pour discuter du projet de loi C-16 du gouvernement, qui vise à modifier la loi préexistante sur la capacité de prêt de la Commission canadienne du lait.
Bien que cette modification soit bien accueillie et importante, je me demande pourquoi le gouvernement a mis autant de temps à la mettre en lumière. Il y a plus d'un mois, les producteurs laitiers canadiens ont été contraints de déverser plus de 12,5 millions de litres de lait en une seule semaine. J'ai reçu de nombreux appels de producteurs et de transformateurs de ma circonscription, y compris d'importantes parties prenantes du secteur. Lorsque j'ai demandé à ces parties prenantes quelle serait la meilleure ligne de conduite à adopter, elles m'ont toutes répondu que leur demande était que le gouvernement étende la capacité de prêt de la Commission canadienne du lait de 300 millions de dollars à 800 millions de dollars, soit une augmentation de 500 millions de dollars de la capacité de prêt.
Après avoir parlé avec le bureau de la ministre, j'ai été informé que les experts de la Commission canadienne du lait avaient déterminé que la modification de 200 millions de dollars était adéquate. Ce que je voudrais souligner aujourd'hui, c'est que nous débattons d'un projet de loi qui a pris beaucoup trop de temps à se concrétiser si l'on considère que cette mesure législative ne modifie qu'une ou deux lignes de la Loi. Comment ce gouvernement peut-il expliquer le fait qu'il se soit traîné les pieds dans ce dossier?
Il est très important de noter que beaucoup d'intervenants de cette industrie me disent que ce changement législatif arrive environ 15 jours trop tard. Beaucoup de ces entreprises ont trouvé leur propre chemin pour sortir du trou sans aucune aide du gouvernement. Il est clair pour moi que ce projet de loi est toujours très important pour le secteur agricole afin de protéger notre industrie laitière. Toutefois, je continue à me demander où est l'argent pour le reste du secteur agricole et agroalimentaire canadien. Le gouvernement actuel semble très satisfait d'annoncer de nouveau les différents fonds et prêts accordés au secteur, mais il n'y a aucun plan concret sur la manière de sauver l'industrie qui nourrit notre pays.
À titre d'exemple, l'autre jour en comité, une représentante de la Fédération canadienne de l'agriculture a déclaré que, sans aide immédiate, le Canada risque de perdre jusqu'à 15 % de ses exploitations agricoles à cause de la COVID-19. Cela représente environ 30 000 fermes. Je ne peux même pas commencer à dire à quel point cette nouvelle me dévaste. La réaction du Canada face à la COVID-19 dans le secteur agricole et agroalimentaire a été extrêmement faible.
Il suffit de regarder nos voisins, les États-Unis. Leur gouvernement a annoncé un programme d'aide de 19 milliards de dollars pour soutenir l'agriculture, alors que notre gouvernement reste les bras croisés après avoir offert à notre secteur 252 millions de dollars.
Le gouvernement a offert une aide de 50 millions de dollars aux industries bovines et porcines. La Canadian Cattlemen's Association nous a dit, l'autre jour en comité, que cet argent est le bienvenu, mais qu'il était dépassé il y a deux semaines, uniquement à cause des frais d'alimentation additionnels engendrés par la pandémie. Le gouvernement ne semble pas comprendre que nous sommes en crise et que notre sécurité alimentaire nationale et notre souveraineté sont en danger. Selon la Canadian Cattlemen's Association, il en coûterait environ 135 millions de dollars pour mettre en place un programme de mise en jachère adéquat.
Pendant ce temps, l'industrie porcine vit un cauchemar en matière de capacité d'abattage. Elle n'a pas la possibilité d'utiliser un programme de mise en jachère comme dans le secteur du bœuf, et le gouvernement semble content de continuer à voir les animaux euthanasiés, tout en disant à ces producteurs d'utiliser les programmes de gestion des risques d'entreprises déjà en place. J'ai des nouvelles pour le gouvernement: ces programmes ne fonctionnent pas. Ils doivent être modifiés immédiatement pour aider nos agriculteurs, et ce, dès maintenant. La ministre continue de vanter la fameuse calculatrice en ligne pour ces programmes. La calculatrice servirait-elle plutôt à calculer à quel moment nos entreprises devraient fermer leurs portes?
Pour en revenir au projet de loi en question, il est très difficile d'en débattre ici aujourd'hui. Je pense parler au nom de tous mes collègues lorsque je dis que c'est certainement un pas dans la bonne direction, mais quand le reste de l'aide au secteur agricole et agroalimentaire sera-t-il annoncé?
Le premier ministre et la ministre de l'Agriculture ont tous deux déclaré que le secteur agricole bénéficierait d'une aide supplémentaire, mais quand sera-t-elle annoncée? Ne se rendent-ils pas compte que ce secteur a de gros problèmes à se maintenir à flot?
Chaque jour, j'allume la télévision et j'entends le premier ministre annoncer de nouveaux programmes et du financement de plusieurs milliards de dollars à d'autres industries. J'ai appris à ne pas espérer de nouvelles annonces pour l'agriculture.
À l'heure actuelle, le premier ministre semble dresser — consciemment ou non — les différentes industries de notre secteur les unes contre les autres, les provinces de l'Est contre celles de l'Ouest, ou les secteurs soumis à la gestion de l'offre contre ceux qui ne le sont pas. La division est claire et les allégeances du premier ministre, évidentes.
Je voudrais aussi rappeler à la Chambre que l'industrie laitière avait été amenée à croire que l'entrée en vigueur de l'ACEUM serait retardée afin de permettre au secteur laitier canadien de se préparer à cet accord réformé. Malheureusement, ce secteur laitier ne dispose plus maintenant que d'un seul mois pour se préparer, plutôt que d'une année complète.
Je voudrais également souligner que de nombreuses industries soumises à la gestion de l'offre au Canada attendent encore des annonces pour leur secteur. Il est formidable de voir aujourd'hui l'aide apportée aux producteurs laitiers, mais quand le gouvernement interviendra-t-il ailleurs?
Je prends l'exemple des producteurs de poulet du Canada. Comme pour le bœuf et le porc, les producteurs de poulet sont exposés à un risque de dépeuplement de leurs troupeaux et à la perte de revenus qui découle de la non-transformation des volailles. Pourtant, le premier ministre et la ministre de l'Agriculture n'ont annoncé aucune aide pour ce secteur.
Nous entendons constamment dire que le programme Agri-relance sera la solution pour ce secteur. Malheureusement, le programme ne couvre que les coûts liés au dépeuplement et non à la valeur des volailles. En outre, les transformateurs ne peuvent pas bénéficier de ce programme si le dépeuplement se produit à l'usine.
Je suis tellement fatigué d'entendre que le gouvernement travaille avec les provinces pour trouver une solution. Pourquoi le gouvernement ne peut-il pas prendre l'initiative, faire montre d'un vrai leadership et apporter de lui-même une contribution significative au secteur agricole?
Je pourrais rester ici beaucoup plus longtemps à citer les propos très éloquents de nombreux intervenants du secteur agricole. Le consensus est simple: la réponse du gouvernement à la pandémie de la COVID-19 dans le secteur de l'agriculture est extrêmement insuffisante. La rapidité d'intervention est essentielle au secteur agricole, mais je pense bien que l'horloge du gouvernement est brisée.
Je serai heureux de répondre aux questions de mes collègues.
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2020-05-13 16:16 [p.2295]
Mr. Speaker, before I speak to the bill, I have sad news to announce to the House.
During National Nursing Week in London, my hometown and a town that I represent, Brian Beattie, a registered nurse who worked in a retirement village, died of COVID-19. He was the first registered nurse in Ontario to die of COVID-19. Brian is remembered as a dedicated nurse who loved his job and considered the residents in his care like his other family. My thoughts and deepest condolences go out to Brian's family and friends.
I want to sincerely thank front-line health care workers, who literally put their lives on the line to take care of others and take care of our families.
It is often hard to switch gears in these circumstances, but today I am pleased to speak to Bill C-16, an act to amend the Canadian Dairy Commission Act. The New Democrats are relieved to see this legislation finally come forward and are happy to support it.
I want to acknowledge the great work done by my colleague, the MP for Cowichan—Malahat—Langford, the NDP's agricultural critic. He could not be here today, as he lives fairly far away, but his work on behalf of farmers across the country is greatly appreciated, despite his absence.
The New Democrats believe that increasing the buyback limit that dairy processors have with the Canadian Dairy Commission from $300 million to $500 million, allowing this Crown corporation to purchase more surplus butter and cheese and helping processors with cash flow issues until the market stabilizes again will provide some help to dairy farmers and processors so they can weather the COVID-19 pandemic. These actions are ones we have pushed for. We know they will start to help the sector at this unprecedented time of need.
Because of the losses in liquid milk sales to restaurants and other retail sectors due to COVID-19 shutdowns in the sector, producers and processors need assistance. Of course, this help is late. I have heard from a lot of farming families in the area that surrounds my riding who have been worried for months. The uncertainty and stress caused by this pandemic have had a detrimental impact on everyone, especially farmers, so I am glad that we are here today to support this plan.
Before I get into truly addressing some details regarding this legislation and the supports that are much needed for our agricultural sector and dairy sector, I will speak to some of the key issues that women working in the agricultural sector sometimes face, issues that have been long-standing but exacerbated by this pandemic.
According to the United Nations, “With the spread of the COVID-19 pandemic, even the limited gains made in the past decades are at risk of being rolled back.” The Canadian Human Rights Commission has echoed this statement, saying, “These disproportionate impacts could have long-term and far reaching consequences.” As the Canadian Women's Foundation notes, “The pandemic circumstances intensify inequalities related to gender, and other factors, such as economic status, race, culture, language, and other intersecting elements of our identities.”
The lack of access to services is felt by women nationwide, but rural women or women living in smaller towns are especially hit hard by the issue of the provision of services, simply because of their location or gender. Rural women have to travel long distances to get the help they need. We know women have felt the impact of this pandemic at disproportionate rates, and when they work in the agricultural sector, they often live in rural and remote areas. Their access to services is therefore dramatically reduced.
This is why the announcement last week that Greyhound is suspending its bus service operations has raised many flags with women's organizations, as the ridership of these services is 60% women and Greyhound is used by many trying to get to work. I will continue to call on the government to help people in my riding of London—Fanshawe and others across southwestern Ontario who rely on the inner-city bus industry. Travel, of course, is a necessity of life in rural Canada, and every community in Canada should be able to count on reliable transit to connect people to their jobs, health care services, schools and family members.
Connectivity in person during this time is obviously limited, which for so many has put a great deal of emphasis on virtual connectivity. Again, this pandemic has exacerbated many of the failures within our infrastructure for farmers and people living in rural and remote areas across this country. There are issues that consecutive governments have ignored for far too long.
Women, and in particular women living in rural Canada, too often feel isolated, and this is compounded by their inability to access or afford a stable Internet connection or cellphone service. It is so important to physically distance right now, but social isolation must be avoided. I have heard from so many women who say they miss their families and their grandkids, the hugs and support they provide.
In particular, I want to address the needs of women who need access to supports from government programs for mental health support and domestic violence hotlines. Those are just some examples. If they do not have that connectivity to online supports, they are left in further, more devastating isolation.
The New Democrats' vision of Canada is one of equality, balance and fairness, a country where women's organizations have stable funding so that women can access the support and advocacy they need, and where women have the tools that they need to access those services in their communities, whether urban, suburban, rural or remote.
Shelters across Canada have faced large expenses trying to adapt themselves to meet public health physical distancing requirements and to alter programs to deal with the new reality of a COVID-impacted world. However, without the necessary core funding that many shelters and organizations need, these supports cannot exist. Core funding has not been provided by the federal government for too many years, and these organizations cannot use the project-based funding to deal with this crisis situation. Too many fundraising events have been cancelled due to COVID, so another source of income for community-based support services that women need has been cut.
This, of course, is a serious financial crisis for the not-for-profit and charitable sectors. This crisis began long before COVID-19, and if things do not change it is one that will continue well past this pandemic.
I want to specifically highlight some of the stresses that are put on rural women and women who work in Canada's agricultural industry. Women are leaders in this sector, but I do not believe the government has done a good enough job of closing the pay equity gap and ensuring that women have access to affordable child care and to education. I know that although the number of women is slowly growing in the agricultural sector, many barriers still exist. A significant barrier to most people farming, especially to women, is the large costs associated: the cost of farmland, the cost of equipment, the labour challenges. This pandemic, again, has only exacerbated the difficulties that farmers in the dairy industry face.
Before I became an MP, I was a parliamentary staffer and had the great honour of working with the past international trade critic, Tracey Ramsey. Because of this incredible work, I was able to meet and work with amazing people in our agricultural sector, including in the dairy sector. Many people know that in the renegotiated NAFTA, Canada threw our dairy farmers under the bus to appease the U.S. The U.S. has now gained 3.59% access to our dairy market on top of the concessions that were in the other two Conservative-negotiated, Liberal-signed trade deals, the CPTPP and CETA, that bring the total loss to 8.4% of market share. That translates into 800 million litres of milk that will be permanently removed from our farms. I cannot imagine any other sector from which any government would dare cut almost 10% of our market share.
These are hard-working families across the country who take so much pride in producing top-quality milk for our communities. I do not know how much more dairy farmers can bear. Once again, I come to the point that because of decisions by consecutive Conservative and Liberal governments that have hurt our supply-managed dairy industry, this sector has been weakened. It is less resilient from the effects of this pandemic. Like so many other systems that I mentioned before that women, farmers and all Canadians rely upon, we need to reinforce social programs and these market protections, which protect people and protect Canadians.
Canadian farmers have benefited from the supply-managed system since the early 1970s. The system sets the prices and creates stability for dairy, egg and poultry producers. Supply management has proven to be an effective model that equalizes the benefits of dairy production across consumers, farmers and processors, and it stabilizes the industry against price shocks or over supply. During the negotiations of CUSMA, the Liberal government, every day, repeated its rhetoric that it would preserve and protect our supply-managed sectors, but protecting it meant not allowing pieces of it to be negotiated away.
There are three pillars of supply management: import control, pricing mechanisms, and production. In production, we have the quota system in Canada. We make sure that we are only making as much as the market demands. What is being thrown away in every single trade agreement signed by the current government is the pillar of import control.
Another key concern in allowing American milk into the Canadian market is that this product contains bovine growth hormone, created by Monsanto and used by American dairy farmers to increase milk production. There are no studies on the effect of this hormone on human health. I am so relieved when I buy milk and I see the little blue cow on the package, knowing that I am supporting Canadian dairy farmers and knowing that my milk is healthy and safe. I know what is in it, and therein lies the extraordinary value of our dairy sector and why we need to fight to protect it.
To add even more insult to injury, after selling out our dairy farmers in CUSMA, the government still has not provided the financial compensation it promised to support those same farmers. Ironically, this would not be necessary if the Liberals had actually protected supply management like they said they would, and we would not have had a surplus of American milk flooding Canadian borders, leading to the current Canadian supply glut, necessitating the recent dumping of 30 million litres of liquid milk.
Also causing harm to dairy farmers is the Canada Day start for the new NAFTA, which is only a few more weeks away, when those market concessions will hit our sector hard. This is another reason it was so vital that the NDP and my colleague, the MP for Elmwood—Transcona, negotiated with this government on future trade deals being negotiated in a far more consultative and transparent way. We pushed for Parliament to be able, for the first time ever, to view future trade deals in advance of ratification, instead of merely voting yea or nay after the deal is done. That is needed to preserve our food sovereignty and systems like supply management. It is to protect our farmers for future generations and to ensure that should we have these crises or emergencies in the future, we would be able and stable enough to withstand it.
Overall, the other measures announced for farmers by this government are not enough to offset the losses Canadian farmers collectively have suffered, nor will they ensure a strong food security system for Canadians. No one in Canada should be worried about where their next meal will come from. Canada's national food policy needs to improve food security by linking producers to the communities worried about having enough affordable food.
I live in an incredible area rich in agricultural land. However, farmers are facing significant challenges in southwestern Ontario. As the farm belt gears up for the growing season, the landscape has been radically changed by the COVID-19 virus and the lockdowns and security precautions that it has brought. The closure of the food service industries, with dine-in restaurant doors shut, has forced food producers and processors to adjust to a high demand for retail and direct-to-consumer products. The processing of food is incredibly different for home consumption than from food service, which is causing some significant challenges in our system. Again, although they have been delayed, I am glad we are passing these supports today.
With businesses and restaurants closed during the pandemic, the government has finally accepted the NDP's call for the government to buy surplus food to support food producers and help local organizations enhance food security for people in our communities. Canada is a privileged country because of its agricultural diversity, but it still faces many challenges concerning food. In 1976, Canada signed onto the International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights, which includes a right to food. Yet, more than 40 years later, too many Canadians are still having difficulty putting food on their tables. It is well past time for the federal government to live up to its obligations and ensure access to safe, affordable and healthy food.
Farmers have been waiting for weeks for this emergency support, and while New Democrats welcome the bill in front us today that would increase the Dairy Commission's credit line, this should have been done weeks ago, and there is still a great amount to do. Instead of investing more to help our agricultural producers during this crisis, the government again has let farmers fall through the cracks. So many are not eligible for support programs. After everything this government has done to dairy farmers, this is the least it can do to support them during this pandemic. Instead of investing more to help our agricultural producers during this crisis, the government is letting them down. Many are still not eligible for support programs.
The COVID-19 pandemic has revealed many failings in our systems and social programs. Cracks have been created over many years, and people are falling through those cracks because of the government's consistent cutting and gutting. The undermining of the supports provided by these programs has cost us a great deal now.
The question remains, will we continue down a road where we are shortsighted? Will we look only to what will benefit a small group in a short term, or will we now repair the damage done by the cutbacks and decide to further build and strengthen the programs we have? Will we ensure fairness, balance and equality within sectors, including our agricultural sector? Will we value the work of farmers in every sector? Will we value the sourcing of local food? Will we fall back from the belief that globalization and a neoliberal agenda are inevitable or supreme and realize that it is actually through social stability, the strengthening of people and the foundations they stand upon, that will make us thrive?
Now is a good time to start to ask these hard questions and to talk about our lives post-COVID. I know what my answer is, and I am willing to do the work involved to achieve something better for everyone.
Before I officially conclude, I want to briefly take this opportunity to recognize a very important anniversary.
Fifty years ago, almost to the day, members of the Vancouver Women's Caucus travelled to Ottawa with the Abortion Caravan. In 1970, members of the Abortion Caravan marched on Parliament Hill in opposition to the 1969 amendments to the Criminal Code. However, this women's organization knew then that a lack of fair and equal access to proper reproductive rights was putting women's health in danger.
The Abortion Caravan arrived in Ottawa on Mother's Day weekend in 1970, a convoy of Canadian women, over 500 strong, arrived here with coat hangers and a black coffin in tow to demand the legalization of unrestricted access to abortion services for all Canadian women.
On May 11, 1970, approximately three dozen women entered the House of Commons, taking their seats in the various galleries circling the chamber. Once seated, the women quietly chained themselves to their seats, listening intently as NDP MP Andrew Brewin asked Minister of Justice John Turner if he would consider reviewing the abortion law. Turner tried to dismiss the matter, but just before 3 p.m., one of the women rose from her seat in the gallery and began reciting the Abortion Caravan's prepared speech, interrupting debate on the floor of the House of Commons. As parliamentary guards approached the woman, a second woman stood up in another area of the gallery and continued to give the speech. One by one, the women rose from their seats, adding their voices to the call for safe and equal access to reproductive rights.
The Abortion Caravan brought national attention to this issue. Sadly, women today are still forced to fight for access to health care options. Specifically on this 50th anniversary, I think about those brave women who were part of that caravan and built that movement to ensure that women of my generation have the freedom of choice.
I also think of the women in Fredericton today and the fact that the so-called feminist federal government still has done nothing to ensure that the women's clinic in Fredericton is properly and fairly funded to do what is needed to protect the rights women are supposed to have under the Canada Health Act.
Like those women 50 years ago, and like MP Brewin, New Democrats will continue to fight for safe and fair reproductive rights. In recognition of this 50th anniversary, I believe that if you seek it, you will find unanimous consent for the following motion: “That the House recognize this week marks the 50th anniversary of the Abortion Caravan, commemorates the caravan's important contribution to modernizing Canada's reproductive rights laws and calls upon the government to take further action to increase access to abortion services, including by enforcing the Canada Health Act and ensuring that Clinic 554 in Fredericton is properly and fairly funded.”
Monsieur le Président, avant de parler du projet de loi, j'ai de tristes nouvelles à annoncer à la Chambre.
Pendant la Semaine nationale des soins infirmiers à London, la ville d'où je viens et que je représente, Brian Beattie, un infirmier autorisé qui travaillait dans un complexe pour personnes âgées, est décédé de la COVID-19. Il est le premier infirmier autorisé de l'Ontario à avoir succombé à la COVID-19. M. Beattie laisse le souvenir d'un infirmier dévoué qui était passionné par son travail et qui considérait les résidents dont il s'occupait comme sa deuxième famille. J'offre mes plus sincères condoléances à la famille et aux amis de M. Beattie.
Du fond du coeur, je tiens à remercier les travailleurs de la santé de première ligne qui mettent littéralement leur vie en danger pour prendre soin des autres et s'occuper de nos familles.
C'est souvent difficile de changer aussi abruptement de sujet dans de pareilles circonstances, mais je suis heureuse de prendre la parole aujourd'hui concernant le projet de loi C-16, Loi modifiant la Loi sur la Commission canadienne du lait. Les néo-démocrates sont soulagés que cette mesure législative ait enfin été présentée et ils l'appuient avec plaisir.
Je tiens à souligner l'excellent travail de mon collègue, le député de Cowichan—Malahat—Langford, porte-parole du NPD en matière d'agriculture. Comme il habite plutôt loin, il ne pouvait pas être ici aujourd'hui, mais son absence ne nous empêche pas de lui être très reconnaissants pour tout le travail qu'il fait dans l'intérêt des agriculteurs canadiens.
Les néo-démocrates estiment que faire passer de 300 millions à 500 millions de dollars le plafond d'emprunt des transformateurs de produits laitiers auprès de la Commission canadienne du lait, permettre à cette société d'État d'acheter les stocks excédentaires de beurre et de fromage et aider les transformateurs ayant des problèmes de liquidités jusqu'à ce que le marché se stabilise de nouveau aidera les producteurs et les transformateurs laitiers à traverser cette période de pandémie. Nous avons réclamé ces mesures. Nous savons qu'elles aideront le secteur en cette période de difficultés sans précédent.
Les ventes de lait liquide ont beaucoup diminué en raison des fermetures dans le secteur de la restauration et de la vente au détail. Par conséquent, les producteurs et les transformateurs laitiers ont besoin d'aide. Évidemment, cette aide arrive un peu tard. Les familles d'agriculteurs de ma région s'inquiètent depuis des mois. L'incertitude et le stress qui accompagnent la pandémie de COVID-19 nuisent à tout le monde, surtout aux agriculteurs. Je suis donc heureuse que nous soyons ici aujourd'hui pour appuyer ce plan d'intervention.
Avant de plonger dans le détail du projet de loi et des mesures d'aide dont les secteurs agricole et laitier ont grandement besoin, j'aimerais parler des difficultés auxquelles les femmes doivent faire face dans le secteur agricole. Ces difficultés ne datent pas d'hier, mais elles sont exacerbées par la pandémie actuelle.
Selon les Nations unies, la pandémie de COVID-19 risque de faire disparaître même les petits gains des dernières décennies. La Commission canadienne des droits de la personne abonde dans le même sens lorsqu'elle dit: « Ces impacts disproportionnés peuvent avoir de lourdes conséquences à long terme. » La Fondation canadienne des femmes, pour sa part, dit que la pandémie amplifie les inégalités liées au sexe et à divers autres facteurs, comme la situation économique, la race, la culture, la langue et d'autres éléments de nos identités qui s'entrecroisent.
Le manque d'accès aux services est un problème qui touche des femmes partout au pays, mais particulièrement les femmes qui habitent dans des régions rurales ou de petites villes en raison simplement de leur lieu de résidence ou de leur sexe. Les femmes des régions rurales doivent parcourir de grandes distances pour obtenir l'aide dont elles ont besoin. Nous savons que la pandémie a des conséquences disproportionnées sur les femmes et celles qui travaillent dans le secteur agricole habitent souvent en région rurale ou éloignée. Elles ont donc beaucoup moins accès à des services.
C'est pour cette raison que l'annonce faite la semaine dernière par Greyhound concernant la suspension de son service d'autocars a déclenché la sonnette d'alarme pour de nombreuses organisations de femmes, car la clientèle de Greyhound est composée de 60 % de femmes et que bon nombre d'entre elles utilisent ses services pour se rendre au travail. Je continuerai de demander au gouvernement qu'il aide les gens de ma circonscription, London—Fanshawe, et ceux de l'ensemble du sud-ouest de l'Ontario qui dépendent des services d'autobus urbains. Pouvoir se déplacer est une nécessité dans les régions rurales du Canada; c'est une évidence. Toutes les collectivités canadiennes devraient pouvoir compter sur un service de transport en commun fiable permettant aux gens de se rendre au travail, d'obtenir des soins, d'aller à l'école et de rendre visite aux membres de leur famille.
Bien sûr, les rencontres en personne sont présentement limitées, ce qui rend la capacité de se connecter à Internet beaucoup plus importante pour bien des gens. Encore une fois, la pandémie a mis en évidence de nombreuses lacunes dans les infrastructures pour les agriculteurs et les habitants des régions rurales ou éloignées au pays. Depuis beaucoup trop longtemps, les gouvernements successifs ignorent certains problèmes.
Trop souvent, les Canadiennes, en particulier celles qui habitent dans les régions rurales, se sentent isolées et cette situation est aggravée par le fait qu'elles ne peuvent avoir un accès stable à Internet ou au réseau cellulaire ou qu'elles n'ont pas les moyens de se le payer. Il est très important présentement de pratiquer la distanciation physique, mais l'isolement social doit être évité. Beaucoup de femmes m'ont dit qu'elles s'ennuient de leur famille et de leurs petits-enfants, des câlins et du réconfort qu'ils leur procurent.
Je souhaite en particulier qu'on réponde aux besoins des femmes qui doivent avoir accès aux programmes gouvernementaux de soutien à la santé mentale et aux lignes d'assistance téléphonique en cas de violence domestique. Ce ne sont là que quelques exemples. Si ces femmes n'ont pas accès aux services de soutien en ligne, elles sont laissées dans un isolement encore plus dévastateur.
Le NPD prône un Canada où règne l'égalité, l'équilibre et l'équité, bref, un pays où les organisations féminines bénéficient d'un financement stable afin que les femmes puissent recevoir les services de soutien et de défense des droits dont elles ont besoin, et où elles disposent des outils nécessaires pour obtenir ces services dans leur collectivité, que ce soit en milieu urbain, suburbain, rural ou éloigné.
D'un bout à l'autre du Canada, les refuges ont dû faire face à des dépenses importantes pour répondre aux exigences des autorités de santé publique en matière de distanciation physique et pour adapter les programmes à la nouvelle réalité de la COVID. Cependant, de nombreux refuges et organisations ont besoin d'un financement de base pour offrir des services de soutien. Or, depuis de trop nombreuses années, le gouvernement fédéral ne fournit pas le financement de base nécessaire et les organisations ne peuvent pas utiliser le financement par projet pour faire face à la présente crise. Par surcroît, comme un très grand nombre d'événements de collecte de fonds ont été annulés à cause de la COVID, une autre source de revenus servant à financer les services de soutien communautaires dont les femmes ont besoin s'est tarie.
Il va sans dire que les secteurs à but non lucratif et caritatif sont confrontés à une grave crise financière. Cette crise a commencé bien avant la COVID-19 et, si rien n'est fait, elle perdurera bien après la pandémie.
Je tiens à mettre l'accent sur le stress que vivent les femmes des régions rurales et celles qui travaillent dans le secteur agricole canadien. Ces femmes sont des chefs de file dans ce secteur, mais je ne crois pas que le gouvernement a fait ce qu'il fallait pour réduire l'écart salarial et veiller à ce que ces femmes aient accès à des services de garde abordables et à une éducation. Je sais que même si la proportion de femmes augmente lentement mais sûrement dans le secteur agricole, celles-ci ont encore bien des obstacles à surmonter. Un obstacle de taille pour la plupart des agriculteurs, en particulier les femmes, est l'importance des divers coûts associés à ce secteur, comme le coût des terres, le coût de l'équipement et les problèmes de main-d'œuvre. Je le répète, cette pandémie n'a fait qu'exacerber des problèmes qui existaient déjà dans l'industrie laitière.
Avant d'être élue députée, je faisais partie du personnel parlementaire et j'ai eu l'insigne honneur de travailler avec Tracey Ramsey, qui était alors porte-parole en matière de commerce international. Cette expérience formidable m'a permis de rencontrer des gens extraordinaires de notre secteur agricole — et laitier — et de travailler avec eux. Nombreux sont ceux qui savent que, dans la négociation du nouvel ALENA, le Canada a sacrifié les producteurs laitiers pour apaiser les États-Unis. Ce pays a maintenant accès à 3,59 % du marché canadien des produits laitiers, en sus des concessions qui avaient déjà été accordées dans les deux autres accords commerciaux négociés par les conservateurs et signés par les libéraux, soit le PTPGP et l'AECG, ce qui représente une perte totale et définitive de parts de marché de 8,4 % ou de 800 millions de litres de lait pour nos agriculteurs. Je ne peux songer à un autre secteur à qui un gouvernement oserait retirer près de 10 % de parts de marché.
Il s'agit de familles qui travaillent fort dans tout le pays et qui sont très fières de produire du lait de première qualité pour nos collectivités. Je ne sais pas quel coup les familles de producteurs laitiers pourront encore encaisser. Encore une fois, je fais valoir qu'en raison des décisions qui ont été prises par les gouvernements conservateurs et libéraux qui se sont succédé et qui ont nui à l'industrie laitière soumise à la gestion de l'offre, le secteur s'est affaibli. Il résiste moins bien aux répercussions de la pandémie. Comme pour tant d'autres systèmes que j'ai mentionnés, sur lesquels comptent les femmes, les agriculteurs et tous les Canadiens, il faut renforcer les programmes sociaux et les protections du marché au profit de tous.
Les agriculteurs canadiens profitent du système de la gestion de l'offre depuis le début des années 1970. Le système fixe les prix et crée une certaine stabilité pour les producteurs de lait, d'oeufs et de volaille. La gestion de l'offre est une manière efficace et éprouvée de répartir les avantages de la production laitière entre les consommateurs, les agriculteurs et les transformateurs. Elle stabilise le secteur et le protège contre la fluctuation des prix ou les excédents. Durant les négociations de l'Accord Canada-États-Unis-Mexique, le gouvernement libéral n'a pas cessé de prétendre préserver et protéger les secteurs soumis à la gestion de l'offre. Pour les protéger, il aurait fallu éviter d'en céder certaines parties durant les négociations.
Les trois piliers du système de gestion de l'offre sont le contrôle des importations, des prix et de la production. Pour ce qui est de la production, nous avons un système de quotas au Canada. Nous veillons à ce que la production n'excède pas la demande du marché. Ce à quoi l'actuel gouvernement renonce dans chacun des accords commerciaux qu'il signe, c'est le contrôle des importations.
Une autre préoccupation de taille concernant l'arrivée du lait étatsunien sur le marché canadien est que l'hormone de croissance bovine est présente dans ce produit. Créée par Monsanto, cette hormone est utilisée par les producteurs laitiers étatsuniens pour accroître la production laitière. Il n'existe aucune étude sur ses effets sur la santé humaine. Je me sens rassurée quand j'achète du lait et que je vois la petite vache bleue sur l'emballage, car je sais que je soutiens les producteurs laitiers canadiens et que mon lait est sain et naturel. Je sais ce qu'il contient et c'est là la valeur extraordinaire de notre secteur laitier; c'est là la raison pour laquelle il faut lutter pour le protéger.
Comme si ce n'était pas suffisant, après avoir sacrifié nos producteurs laitiers dans l'ACEUM, le gouvernement ne leur a toujours pas versé la compensation financière qu'il leur avait promise pour les soutenir. Ironiquement, cette compensation financière n'aurait pas été nécessaire si les libéraux avaient protégé la gestion de l'offre comme ils avaient proclamé vouloir le faire. Aujourd'hui, nous n'aurions pas cette surabondance de lait canadien qui nous a menés à jeter 30 millions de litres de lait liquide ces derniers temps, et ce, parce que notre marché est inondé par les surplus de lait en provenance des États-Unis.
Par ailleurs, ce qui fait aussi très mal aux producteurs laitiers canadiens est la date d'entrée en vigueur de l'ACEUM à la fête du Canada. Autrement dit, il ne reste seulement que quelques semaines avant que les concessions de marchés ne se fassent pleinement sentir dans notre secteur. Voilà une autre raison pour laquelle il était primordial que le Nouveau Parti démocratique et mon collègue le député d'Elmwood—Transcona obtiennent du gouvernement que le processus de négociation des nouveaux accords commerciaux soit beaucoup plus consultatif et transparent. Nous avons fait pression pour que le Parlement puisse, pour la toute première fois, prendre connaissance des accords commerciaux futurs avant leur ratification, au lieu d'en être réduit à voter oui ou non après que l'entente ait été conclue. C'est nécessaire pour préserver notre souveraineté alimentaire et nos systèmes comme la gestion de l'offre. Ainsi, nous protégerions les prochaines générations d'agriculteurs et nous serions plus solides et plus aptes à traverser toute crise ou urgence à l'avenir.
Dans l'ensemble, les autres mesures annoncées par le gouvernement pour aider les agriculteurs canadiens ne suffisent pas à compenser les pertes que ces derniers ont subies collectivement, et elles ne permettront pas non plus d'assurer l'efficacité du système de sécurité alimentaire pour les Canadiens. Personne au Canada ne devrait s'inquiéter de savoir d'où proviendra son prochain repas. La politique alimentaire nationale du Canada doit améliorer la sécurité alimentaire en mettant en relation les producteurs et les collectivités, qui craignent de ne pas disposer de suffisamment d'aliments à un prix abordable.
J'habite dans une région incroyable riche en terres agricoles. Toutefois, dans le Sud-Ouest de l'Ontario, les agriculteurs se heurtent à des difficultés importantes. Alors que la ceinture agricole se prépare pour la saison de croissance, la COVID-19 a bouleversé radicalement le paysage à cause des mesures d'isolement et de sécurité qui en ont découlé. La fermeture de l'industrie de la restauration, où les restaurants avec salle à manger ont dû fermer leurs portes, a obligé les producteurs et les transformateurs d'aliments à s'adapter à une forte demande de produits de détail s'adressant directement aux consommateurs. La transformation des aliments destinés à la consommation familiale est extrêmement différente de celle des aliments destinés à la restauration, ce qui cause des difficultés importantes dans le système. Je le répète, même s'il a fallu du temps, je suis heureuse que nous adoptions ces mesures d'aide aujourd'hui.
Les entreprises et les restaurants ayant été obligés de cesser leurs activités en raison de la pandémie, le gouvernement a finalement acquiescé à la demande du NPD et accepté d'aider à la fois les producteurs en achetant leurs surplus et les organismes communautaires en leur fournissant de quoi nourrir ceux qui ont faim. Le Canada est un pays privilégié, car son agriculture est diversifiée, mais cela ne veut pas dire que tout va pour le mieux sur le plan de la sécurité alimentaire. En 1976, il a signé le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, qui prévoit un droit à de la nourriture. Pourtant, au-delà de 40 ans plus tard, de trop nombreux Canadiens n'ont pas tous les jours de quoi manger. Il est plus que temps que le gouvernement fédéral honore ses obligations et garantisse l'accès à de la nourriture salubre, abordable et saine.
Les agriculteurs attendent depuis des semaines qu'on leur offre un programme d'urgence comme celui-ci. Or, même si les néo-démocrates voient d'un bon œil la mesure législative dont la Chambre a été saisie aujourd'hui, car il permettra d'augmenter la limite de crédit de la Commission canadienne du lait, il aurait dû voir le jour il y a déjà plusieurs semaines et il est loin de combler tous les besoins. Au lieu d'investir davantage pour aider les producteurs agricoles à traverser la crise, le gouvernement a tourné le dos aux agriculteurs. Bon nombre d'entre eux n'ont pas droit aux différents programmes de soutien. Après tout ce que le gouvernement a fait aux agriculteurs, le moins qu'il puisse faire, c'est de les aider à traverser la pandémie. Au lieu d'investir davantage afin d'aider les producteurs agricoles, il les laisse tomber. Encore aujourd'hui, bon nombre d'entre eux n'ont droit à aucun programme d'aide.
La pandémie de COVID-19 a révélé de nombreuses lacunes dans nos systèmes et nos programmes sociaux. Ceux-ci se sont affaiblis au fil des ans en raison des constantes compressions gouvernementales, de sorte que les gens sont abandonnés à leur sort. L'affaiblissement du soutien fourni par ces programmes nous coûte cher aujourd'hui.
La question demeure: allons-nous continuer de manquer de vision? Nous concentrerons-nous uniquement sur ce qui sera avantageux à court terme pour un petit groupe, ou réparerons-nous maintenant les dommages causés par les compressions et déciderons-nous d'améliorer et de consolider les programmes dont nous disposons? Veillerons-nous à assurer l'équité, l'équilibre et l'égalité entre les secteurs, y compris le secteur agricole? Reconnaitrons-nous l'importance du travail des agriculteurs dans chaque secteur? Reconnaitrons-nous l'importance de l'approvisionnement en aliments locaux? Remettrons-nous en question l'inévitabilité et la suprématie de la mondialisation et du programme néolibéral et réaliserons-nous que c'est la stabilité sociale, le renforcement de la société et de ses piliers qui nous permettront de prospérer?
C'est le bon moment pour commencer à poser des questions difficiles et à parler de nos vies après la crise de COVID. Je sais quelle est ma réponse et je suis prête à faire le travail nécessaire pour obtenir de meilleurs résultats pour tout le monde.
Avant de conclure officiellement mon intervention, je tiens à profiter brièvement de cette occasion pour souligner un anniversaire très important.
Il y a 50 ans, presque jour pour jour, des membres du caucus des femmes de Vancouver sont venues à Ottawa avec la caravane de l'avortement. En 1970, des membres de cette caravane sont venues sur la Colline du Parlement afin de s'opposer aux modifications au Code criminel de 1969. Ce groupe de femmes savait que, si les femmes ne pouvaient pas bénéficier de droits justes et équitables en matière de procréation, cela mettrait leur vie en danger.
La caravane de l'avortement est arrivée à Ottawa le week-end de la fête des Mères, en 1970. Les quelque 500 femmes de ce convoi sont arrivées ici, avec des cintres et un cercueil noir, pour réclamer la légalisation de l'accès, sans restrictions, à des services d'avortement pour toutes les Canadiennes.
Le 11 mai 1970, environ trois douzaines de femmes sont entrées à la Chambre des communes et ont pris place dans les différentes tribunes autour de l'enceinte. Une fois assises, elles se sont enchaînées silencieusement à leur siège. Elles ont écouté attentivement le député néo-démocrate Andrew Brewin demander au ministre de la Justice John Turner s'il allait envisager de revoir les dispositions législatives sur l'avortement. M. Turner a voulu faire fi de la question, mais, juste avant 15 heures, une des femmes assises à la tribune s'est levée et a interrompu le débat de la Chambre des communes en prononçant le discours préparé par la caravane de l'avortement. Lorsque des gardiens du Parlement se sont approchés de cette femme, une deuxième femme s'est levée dans une autre section de la tribune et a poursuivi le discours. Les femmes se sont levées, l'une après l'autre, pour réclamer à l'unisson l'accès sécuritaire et équitable à des droits en matière de procréation.
La caravane pour l'avortement a attiré l'attention du pays sur cette question. Malheureusement, aujourd'hui encore, les femmes sont obligées de se battre pour avoir accès aux différents soins de santé. À l'occasion du 50e anniversaire tout particulièrement, je pense aux femmes courageuses qui ont fait partie de cette caravane et qui ont construit ce mouvement pour que les femmes de ma génération aient la liberté de choix.
Je pense aussi aux femmes à Fredericton et au fait que le gouvernement fédéral soi-disant féministe n'a encore pris aucune mesure pour veiller à ce que la clinique pour femmes à Fredericton soit financée convenablement et fasse le nécessaire pour protéger les droits que les femmes sont censées avoir en vertu de la Loi canadienne sur la santé.
Comme ces femmes il y a 50 ans et comme le député Brewin, les néo-démocrates continueront à se battre pour que les droits génésiques puissent être exercés en toute sécurité et en toute équité. À l'occasion du 50e anniversaire, je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante: Que la Chambre reconnaisse que cette semaine marque le 50e anniversaire de la caravane pour l'avortement, qu'elle souligne l'importante contribution de la caravane à la modernisation des lois canadiennes sur les droits génésiques et qu'elle demande au gouvernement de prendre d'autres mesures pour améliorer l'accès aux services d'avortement, notamment en appliquant la Loi canadienne sur la santé et en veillant à ce que la clinique 554 de Fredericton soit financée de manière adéquate et équitable.
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2020-05-13 17:12 [p.2303]
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for Brandon—Souris for his intervention, for his wealth of knowledge when it comes to the agriculture sector and specifically for his comments on Bill C-16.
I wonder if the member could comment on some of the things he has heard from his constituents regarding the impact on the Dairy Commission and the dairy producers as a result of this pandemic.
Is this agreement that we are talking about today more to do with the USMCA, and what impact is the USMCA having on dairy producers across the country?
Monsieur le Président, je remercie le député de Brandon—Souris de son intervention, de ses vastes connaissances sur le secteur agricole et de ses observations sur le projet de loi C-16.
J'aimerais que le député nous fasse part de propos de certains habitants de sa circonscription concernant les répercussions de la pandémie sur la Commission canadienne du lait et les producteurs laitiers.
Est-ce que l'accord dont il est question aujourd'hui a plus à voir avec l'Accord États-Unis—Mexique—Canada? Quelle est l'incidence de ce dernier sur les producteurs laitiers du pays?
View Larry Maguire Profile
CPC (MB)
View Larry Maguire Profile
2020-05-13 17:13 [p.2304]
Mr. Speaker, I want to thank my colleague for Foothills for that question. It is very relevant.
I did mention that this agreement the government signed, the USMCA, is weaker for the dairy industry than what we had before, the same as the $2.2 billion support level that was brought out a week before the election campaign. This support level is needed right now in the industry. Of course, it is caused by the pandemic that we are in, but the trade agreements needed to be much more solid for the long-term sustainability and viability of a very needed industry like the dairy industry that we have here in Canada.
Monsieur le Président, je tiens à remercier le député de Foothills de sa question. Elle est très pertinente.
J'ai effectivement mentionné que l'accord que le gouvernement a conclu, l'Accord États-Unis—Mexique—Canada, est moins avantageux pour l'industrie laitière que ce que nous avions auparavant. L'industrie laitière a besoin dès maintenant d'une aide semblable aux 2,2 milliards de dollars promis une semaine avant le lancement de la campagne électorale. Je suis conscient que la pandémie a changé la donne, mais les accords commerciaux auraient dû être beaucoup plus robustes pour garantir la pérennité d'une industrie aussi essentielle que l'industrie laitière du Canada.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2020-03-12 14:52 [p.2020]
Mr. Speaker, on September 11, 2018, a spokesman for the finance minister commented on the government's retaliatory measures against steel and aluminum tariffs, saying that they are, “committed to making sure that every dollar raised [on]...tariffs is given back in the form of support for affected sectors,” but the PBO estimates that the government will actually spend $105 million less than it collected.
Could the Minister of Finance answer this: Where did the money go?
Monsieur le Président, le 11 septembre 2018, un porte-parole du ministre des Finances s'est prononcé sur les mesures de rétorsion adoptées par le gouvernement à la suite de l'imposition de droits de douane sur l'acier et l'aluminium. Il a déclaré que le gouvernement était déterminé à ce que chaque dollar recueilli à l'aide des droits de douane serve à soutenir les secteurs touchés. Or, selon les estimations du directeur parlementaire du budget, les dépenses du gouvernement à cet effet seront de 105 millions de dollars inférieures aux sommes recueillies.
Le ministre des Finances pourrait-il répondre à la question suivante: où est passé l'argent?
View Colin Carrie Profile
CPC (ON)
View Colin Carrie Profile
2020-03-12 14:53 [p.2021]
Mr. Speaker, the finance minister himself stated that the revenues collected from these surtaxes would go to supporting affected industries, but a closer look at the PBO's report shows that is not the case. Out of the approximate $1.3 billion collected, only $894 million went back to the steel and aluminum industries. The rest was spent on administration and programs that could be accessed by any industry in Canada.
Why has the Liberal government not kept its word and sent every dollar back to the negatively affected aluminum and steel industries?
Monsieur le Président, le ministre des Finances a lui-même indiqué que les recettes provenant de ces surtaxes serviraient à aider les industries touchées, mais, en regardant de plus près le rapport du directeur parlementaire du budget, on constate que ce n'est pas le cas. Des quelques 1,3 milliard de dollars perçus, seulement 894 millions de dollars ont été versés aux industries de l'acier et de l'aluminium. Le reste a été consacré à l'administration et à des programmes dont n'importe quelle industrie au Canada peut se prévaloir.
Pourquoi le gouvernement libéral n'a-t-il pas tenu parole et n'a-t-il pas réinvesti chaque dollar dans les industries de l'acier et de l'aluminium, qui ont été durement touchées?
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2020-03-11 15:35 [p.1942]
Madam Speaker, I ask the member for Yukon if this is such a great trade deal, why did the government wait until the 11th hour to release the economic impact analysis, which would actually demonstrate that it is a bad deal? The C.D. Howe Institute released a paper undertaking an analysis in which it pointed out that Canada stands to lose $14.6 billion in GDP under the new deal, compared with the old deal.
I wonder if the member could comment.
Madame la Présidente, selon le député de Yukon, si cette entente commerciale est si extraordinaire, pourquoi le gouvernement a-t-il attendu jusqu'à la dernière minute pour publier l'analyse des répercussions économiques, qui montrerait clairement que l'entente n'est pas avantageuse? L'Institut C.D. Howe a publié un document d'analyse qui a révélé que le nouvel accord risque d'entraîner une perte de 14,6 milliards de dollars pour le PIB au Canada, comparativement à l'ancien accord.
J'aimerais que le député nous dise ce qu'il en pense.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2020-03-11 15:37 [p.1942]
Madam Speaker, my hon. colleague cited the number of trade agreements that the government has been able to negotiate, but maybe the member could speak about the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples and climate targets. We have not seen, and maybe he can correct me, that these have been priorities in any of the trade agreements.
Does the member not see that these should be priorities in any trade agreements moving forward?
Madame la Présidente, mon collègue a cité le nombre d'accords commerciaux que le gouvernement a réussi à négocier, mais il pourrait peut-être aussi parler de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones et des cibles en matière de lutte contre les changements climatiques. Il ne nous semble pas — et le député peut me corriger si je me trompe — qu'on ait accordé la priorité à ces deux éléments dans aucun des accords commerciaux.
Le député ne croit-il pas qu'il faudrait leur accorder la priorité dans tout accord commercial futur?
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2020-03-11 15:38 [p.1943]
Madam Speaker, I am pleased to speak today on Bill C-4, the Canada–United States–Mexico agreement implementation act.
I would specifically like to thank my colleague, the member for Elmwood—Transcona, for his work on this file. Through extensive negotiation with the government, I am so proud that my colleague secured more openness and transparency for Canada's trade process.
Too often the opposition says that the NDP does not understand trade, but this could not be further from the truth. What we do not support is the neo-liberal trade agenda. New Democrats understand the importance of our trading relationship with the U.S., our largest trading partner, and we believe that a better NAFTA could improve the welfare of all North Americans. We believe that all trade agreements must be transparent, inclusive and forward-looking. They must address important issues, like income inequality, sovereignty and climate change. Above all, they must strengthen human rights. They must be transparent and fair for everyone.
Too many trade agreements are approached with the idea of how to make the rich richer. They focus on growing the wealth and power of those who already hold a great deal of wealth and power. They do not consider bettering the lives of all Canadians.
Certainly, people in southwestern Ontario, in my riding, know all too well what Liberal- and Conservative-negotiated trade agreements have created for them and their families. We see what were once highly productive manufacturing hubs now boarded up. One only has to drive along Dundas Street in London, Ontario to know the history of these trade agreements, and what it means to workers in my riding.
The original NAFTA was negotiated by Conservatives and signed by Liberals in 1994. People were promised jobs, rising productivity and secure access to the largest market in the world. It seemed like we were on the cusp of a dream, and all we had to do was sell our soul to cash in.
What happened was far from that dream, and instead Canadian workers faced a nightmare. Canada lost over 400,000 manufacturing jobs and its textile industry. In addition, Canada paid millions of dollars in court fees and penalties when sued by corporations under the ISDS resolution mechanism.
Despite some improvements, this NAFTA continues a disturbing trend of giving more enforceable rights to corporations in trade agreements than to the real people involved and the environment. Over the last 25 years, because of NAFTA, our North American auto and manufacturing industry has become highly dependent on the integrated supply chain. In fact, automobiles and parts will often cross our borders hundreds of times before a vehicle is completed.
Since 2001, after we lost the Auto Pact, 44,000 Canadian auto jobs were lost. After this devastating announcement at GM in Oshawa a few years ago, Canadians are learning that no amount of language in free trade deals, including the new NAFTA, will stop corporations from leaving Canada and heading to Mexico, where they are taking advantage of a low-wage economy and a country that does not respect the environment.
Workers are left to fend for themselves, despite the fact that the Liberals will say that this agreement is good for the automotive sector. In fact, Liberals also ensured that GM Oshawa had no ties to Canada once they provided a multi-million dollar bailout, and let the corporation off the hook from ever paying Canadians back.
The Liberals were nowhere to be found when those GM auto workers were fighting for their jobs in Oshawa. They were certainly not on the front lines, desperately searching for answers about their future or their livelihoods.
Interestingly, the Liberals claimed they were working hard for auto workers by signing the new NAFTA last spring. They insisted that the deal was fantastic and no improvements could be made. Funnily enough, the American Democrats proved them wrong. It would seem that the Liberals were not the skilled negotiators they claimed to be.
At every step of the process, the Liberals have said the same thing, that this trade agreement is a great deal. First, they said they were happy with the original NAFTA and did not want to renegotiate. Then they said the first version of CUSMA was the best we could get, and now they say this latest version is the best that they can get. Well which one is it?
When the NDP called on the government to wait to ratify the first version of CUSMA so the Democrats in the States could improve it, Deputy Prime Minister said:
Mr. Speaker, what the NDP needs to understand is that reopening this agreement would be like opening Pandora's box ... It would be naive for the NDP to believe that Canadians would benefit from reopening this agreement.
However, the Liberals are now keen to brag about improvements made by Democrats in the United States.
Income and wealth inequality in Canada today is at a crisis level with 46% of Canadians $200 away from financial trouble. Working people, like people in London—Fanshawe, are struggling to get by and the wonders of this new NAFTA, like the old NAFTA, will not materialize for the majority of people in my riding. The fact of the matter is, neo-liberal trade agreements do not work for workers.
New Democrats have been consistent in our calls for a transparent trade process in Canada that makes the government more accountable and allows Parliament to play a greater role than that of a simple rubber stamp.
The Liberals over-promised and under-delivered on holding meaningful public consultations on this agreement.
The NDP believes that in all trade negotiations, the government should consult Canadians and their members of Parliament from all parties in a meaningful, comprehensive and public way.
I would like to address some of the concerns that I have about chapter 11, the investor-state dispute settlement mechanism. We are pleased with the elimination of chapter 11, there is no doubt about that. However, it has been replaced with mandatory regulatory co-operation, and further influence has been given to corporations. While, in principle, international regulatory co-operation has the potential to raise standards, experts argue that under the new terms, corporate influence has increased at the expense of public protections, and limits government's ability to regulate in areas such as toxic chemicals, food safety, rail safety, workers' health and safety, and the environment.
This agreement would give corporations advance notice of new regulations and ensure that they are allowed a consultation process before any regulation goes through a legislative process.
Regulatory co-operation is subject to dispute resolution. This means corporations can still directly challenge government actions, which is the highest form of regulatory chill. Regulators have to vigorously defend proposed regulations and are even required to suggest alternatives that do not involve regulating. They have to provide extensive analysis, including cost benefits, to industry. This makes governments accountable to industry, not to people.
I would also like to address the gender concerns that I have in this agreement. The Liberals promised an entire chapter to promote gender equality, and this was not delivered in CUSMA. The Liberals appear to have abandoned their promise before it could take root. Their limited language regarding the importance of gender equality does not exist as there is no gender chapter.
Experts testified at the international trade committee that these agreements should not just have a gender chapter, though, but that they must also mainstream gender rights throughout the entirety of an agreement, and that gender equality does not concern only the issues of women entrepreneurs and business owners.
The only chapter that addresses the links between gender and trade in any substantive fashion is the labour chapter. Otherwise, the addition of gender equality language is more superficial than substantive. Labour rights must also address injustices to women, like pay inequity, child labour and poor working conditions. The NDP believes that for an agreement to be truly progressive when it comes to gender rights, it must address the systemic inequalities of all women. The NDP believes that both a gender analysis and a gendered impact assessment must be applied to all trade agreements.
A professor in my hometown of London, Dr. Erin Hannah, testified to the international trade committee:
Overwhelmingly we've put attention on women entrepreneurs in the gender in global trade agenda. That's important.... But the lion's share of women in the developing world work in the informal economy.
We don't have very good tools for assessing the impact of all sorts of things in the lives of women working in the informal economy, but particularly trade....[There are no] methodological tools to study the impact of proposed trade deals on women who are not in the formal economy.
That raise much bigger questions, though, about whether the objective of these initiatives is to bring women into the formal economy, to transition women out of the informal economy into the formal economy. It raises a whole host of other issues. I think it's important to think about how that would change these women's lives. We have a data problem, but we also have an ideological problem.
The NDP believes that, like other socially progressive ideals that can be brought forward in trade agreements, words are not enough. For gender, labour, indigenous, environmental or human rights to be truly advanced, there must be tools in place to achieve that progress. As Dr. Hannah rightfully pointed out, Canada has a lot to do itself on the gender agenda. We do not have pay equity. We do not have universal child care. It is clear that to move forward globally and negotiate progressive trade agreements internationally, nationally we must have domestic tools in place that work effectively.
In conclusion, I would like to talk about indigenous rights. My colleague across the way mentioned that again this deal is absent of any mention of the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. We believe, in the NDP, that the government must abide by article 19 of the UN declaration and obtain free, prior and informed consent of indigenous people before adopting any measures that may affect them.
As was noted by Pam Palmater at the international trade committee during the conversations about Mercosur, indigenous rights should be addressed throughout the entirety of a trade agreement, not only related to one chapter. She also noted that throughout the Pacific Alliance nations, there are large numbers of indigenous people who experience a great deal of violence from transnational corporations involved in trade. That is certainly something we see in NAFTA.
These are some of the concerns I have about the trade deal, and I appreciate the time that this House has given me to discuss them. I appreciate any questions.
Madame la Présidente, je suis heureuse de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-4, Loi de mise en œuvre de l'Accord Canada–États-Unis–Mexique.
Je tiens à remercier tout particulièrement mon collègue le député d'Elmwood—Transcona pour son travail dans ce dossier. Grâce à de longues négociations avec le gouvernement, mon collègue a obtenu que le processus commercial du Canada devienne plus ouvert et transparent, et j'en suis extrêmement fière.
Trop souvent, l'opposition affirme que le NPD ne comprend rien au commerce international. Rien n'est plus faux. Ce que nous rejetons, c'est le programme commercial néolibéral. Les néo-démocrates sont conscients de l'importance des relations commerciales du Canada avec les États-Unis, son principal partenaire commercial. Nous sommes d'avis qu'un meilleur ALENA pourrait améliorer la situation de tous les Nord-Américains. Nous sommes convaincus que tous les accords commerciaux doivent être transparents, inclusifs et progressistes. Ils doivent aborder des questions importantes comme l'inégalité des revenus, la souveraineté et les changements climatiques. D'abord et avant tout, ils doivent renforcer les droits de la personne. Ils doivent être transparents et équitables pour tous.
Un trop grand nombre d'accords commerciaux sont portés par l'idée d'enrichir les riches. Ils visent d'abord à accroître la richesse et le pouvoir de ceux qui en détiennent déjà beaucoup. On ne cherche pas à améliorer la vie de tous les Canadiens.
Chose certaine, les gens du Sud-Ouest de l'Ontario, dans ma circonscription, sont bien au courant de ce que les accords commerciaux négociés par les libéraux et les conservateurs ont fait subir à leur famille et à eux. Des centres manufacturiers hautement productifs sont maintenant placardés. Il suffit de circuler sur la rue Dundas, à London en Ontario, pour voir ce que ces accords commerciaux ont causé et ce qu'ils ont fait aux travailleurs de ma circonscription.
Le premier ALENA avait été négocié par les conservateurs et signé par les libéraux en 1994. On avait promis aux gens la création d'emplois, la hausse de la productivité et un accès garanti au plus grand marché du monde. C'est comme si nous étions aux portes du paradis et que, pour pouvoir les franchir, il nous suffisait de vendre notre âme.
Loin d'être le paradis, ce que les travailleurs canadiens ont plutôt connu, c'est l'enfer. Le Canada a perdu plus de 400 000 emplois dans le secteur manufacturier et dans l'industrie du textile. En outre, le Canada a dû dépenser des millions de dollars en frais juridiques et amendes en raison des poursuites intentées contre lui par des entreprises au moyen des dispositions investisseur-État concernant le règlement des différends.
Malgré de rares améliorations, le nouvel ALENA continue dans la même voie, celle des accords commerciaux qui accordent plus de droits exécutoires aux entreprises qu'aux citoyens et à l'environnement. Au cours des 25 dernières années, à cause de l'ALENA, l'industrie automobile et le secteur manufacturier nord-américains sont devenus très dépendants de la chaîne d'approvisionnement intégrée. D'ailleurs, les véhicules automobiles et les pièces qui les composent doivent souvent traverser des centaines de fois la frontière avant que le véhicule soit prêt.
Depuis l'annulation du Pacte de l'automobile en 2001, 44 000 emplois ont été perdus dans le secteur canadien de l'automobile. Après l'annonce dévastatrice de la fermeture de l'usine de GM à Oshawa il y a quelques années, les Canadiens commencent à comprendre que nulle disposition d'accord de libre-échange, y compris le nouvel ALENA, n'empêchera les sociétés de quitter le Canada pour déménager au Mexique, un pays qui ne se soucie pas de l'environnement et où elles peuvent tirer profit d'une économie de bas salaires.
Les travailleurs sont abandonnés à leur sort, même si les libéraux affirment que cet accord est avantageux pour le secteur de l'automobile. D'ailleurs, les libéraux ont également fait en sorte que GM n'avait aucun lien la retenant au Canada lorsqu'ils lui ont fourni un sauvetage de millions de dollars pour son usine d'Oshawa. Ils ont laissé la société se défiler de tout éventuel remboursement aux Canadiens.
Les libéraux brillaient par leur absence lorsque les travailleurs de l'automobile se battaient pour sauver leur emploi à l'usine GM d'Oshawa. Ils n'étaient certainement pas au front, cherchant désespérément des réponses à l'égard de leur avenir et de leur gagne-pain.
Curieusement, les libéraux ont prétendu qu'ils avaient travaillé dur pour les travailleurs de l'automobile lorsqu'ils ont signé le nouvel ALENA le printemps dernier. Ils ont insisté pour dire que l'accord était fantastique et qu'on ne pouvait obtenir mieux. C'est drôle, les démocrates américains leur ont donné tort. Il semble que les libéraux ne sont pas des négociateurs aussi compétents qu'ils le prétendent.
À toutes les étapes du processus, les libéraux n'ont cessé de nous ressortir le même couplet, à savoir que c'est un accord commercial fabuleux. D'abord, ils ont déclaré être satisfaits de l'ALENA d'origine et ne pas vouloir le renégocier. Puis, ils ont affirmé que l'ACEUM dans sa première version était ce que l'on pouvait obtenir de mieux, et maintenant, ils disent que c'est cette toute dernière version qui est le mieux que l'on puisse espérer. Quelle est la meilleure version, en fin de compte?
Quand le NPD a demandé au gouvernement d'attendre un peu avant de ratifier la première version de l'ACEUM pour que les démocrates aux États-Unis puissent l'améliorer un peu, la vice-première ministre a déclaré:
Monsieur le Président, ce que le NPD devrait comprendre, c'est que la réouverture de cet accord ouvrirait la boîte de Pandore [...] Le NPD serait naïf de penser que la réouverture de cet accord serait bénéfique pour les Canadiens.
Quoi qu'il en soit, les libéraux tiennent maintenant à se vanter des améliorations apportées par les démocrates américains.
L'écart entre les riches et les pauvres au Canada se creuse de manière alarmante, et 46 % des Canadiens se trouvent en ce moment même à 200 $ de l'insolvabilité. Les travailleurs, y compris ceux de London—Fanshawe, ont du mal à joindre les deux bouts et la majorité des habitants de ma circonscription ne profiteront pas des bienfaits de ce nouvel ALENA, pas plus que de l'ancien. Le fait est que les accords de libre-échange néo-libéraux ne profitent pas aux travailleurs.
Les néo-démocrates ont toujours été en faveur d'un processus transparent en ce qui concerne le déroulement des négociations commerciales, ce qui obligerait le gouvernement à rendre davantage de comptes et permettrait au Parlement de jouer un rôle plus significatif que celui de simple mécanisme d'approbation automatique.
Les libéraux ont trop promis et pas assez fait quant à la tenue de consultations publiques sérieuses sur cet accord.
Le NPD estime que le gouvernement doit tenir des consultations sérieuses, approfondies et ouvertes auprès des Canadiens et des représentants élus, tous partis confondus, au sujet des négociations commerciales.
Je me penche sur certaines des préoccupations que j'ai au sujet du chapitre 11 qui porte sur le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États. Il va sans dire que nous, néo-démocrates, nous réjouissons de la suppression du chapitre 11. Toutefois, il a été remplacé par des dispositions qui prévoient une coopération réglementaire obligatoire et qui élargissent l'influence des entreprises. En principe, la coopération internationale en matière de réglementation peut améliorer les normes, mais certains experts soutiennent que les nouvelles dispositions augmentent l'influence des entreprises aux dépens de la protection du public et limitent la capacité du gouvernement de réglementer dans des domaines comme les produits chimiques toxiques, la santé et la sécurité des travailleurs et l'environnement.
En vertu du nouvel accord, les entreprises seraient avisées à l'avance de tout projet de réglementation et pourraient participer à des consultations avant que ledit règlement soit soumis au processus législatif.
La coopération réglementaire est assujettie au processus de règlement des différends. En pratique, cela signifie que les entreprises peuvent directement contester les décisions gouvernementales, ce qui représente la pire forme de frilosité réglementaire. Les organismes de réglementation doivent vigoureusement défendre les règlements proposés et sont même tenus de suggérer des solutions de rechange excluant la prise de règlements. Ils doivent également fournir à l'industrie des analyses exhaustives, notamment sur les coûts par rapport aux avantages. Bref, les gouvernements doivent rendre des comptes à l'industrie plutôt qu'à la population.
Cet accord me pose également problème pour ce qui est de l'égalité des sexes. Les libéraux avaient promis qu'un chapitre entier de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique serait consacré à l'égalité des sexes, ce qui n'est pas le cas. Les libéraux semblent avoir laissé tomber leur promesse avant même qu'elle puisse prendre racine. Leurs belles paroles sur l'importance de l'égalité des sexes ne veulent rien dire, car il n'y a aucun chapitre à ce sujet dans l'Accord.
Des experts ont déclaré au comité du commerce international que, dans ce genre d'accord, la notion d'égalité des sexes ne devrait pas se limiter à un seul chapitre, mais bien être intégrée à l'ensemble du document, car l'égalité entre les sexes ne se limite pas uniquement aux femmes entrepreneures et aux propriétaires d'entreprises.
Le seul chapitre où on aborde de façon substantielle les liens entre le genre et le commerce est le chapitre sur le travail. Ailleurs, l'égalité des sexes est abordée de façon plutôt superficielle que concrète. Les dispositions sur les droits des travailleurs doivent aussi traiter des injustices subies par les femmes, comme l'iniquité salariale, le travail des enfants et les mauvaises conditions de travail. Le NPD est d'avis que pour qu'un accord soit vraiment progressiste en matière d'égalité entre les sexes, il doit s'attaquer aux inégalités systémiques que subissent toutes les femmes. Le NPD est d'avis que, pour tous les accords commerciaux, il faut procéder à une analyse comparative entre les sexes et à une évaluation des effets sexospécifiques.
Mme Erin Hannah, qui enseigne à London, où j'habite, a déclaré ceci devant le comité du commerce international:
Nous avons accordé énormément plus d'attention aux femmes entrepreneures dans le volet genre du programme de commerce international. C'est important [...] Par contre, la grande majorité des femmes dans les pays en développement travaillent au niveau de l'économie informelle.
Nous ne disposons pas de très bons outils pour évaluer l'incidence de toutes sortes de choses dans la vie des travailleuses de l'économie informelle, mais en particulier dans le commerce. [Il n'y a pas] de bons outils méthodologiques pour étudier l'incidence des accords commerciaux proposés sur les femmes qui ne font pas partie de l'économie formelle.
Par contre, cela soulève des questions beaucoup plus vastes, à savoir si l'objectif de ces initiatives est de faire entrer les femmes dans l'économie formelle, de les faire passer de l'économie informelle à l'économie formelle. Cela soulève une foule d'autres questions. Je pense qu'il est important de réfléchir à la façon dont cela pourrait changer la vie de ces femmes. Nous avons un problème de données, mais nous avons aussi un problème idéologique.
Le NPD estime que, comme pour les autres idéaux socialement progressistes qui peuvent être intégrés aux accords commerciaux, les mots ne suffisent pas. Il faut des outils concrets si nous voulons faire progresser les droits des femmes, des travailleurs, des Autochtones, de l'environnement et de la personne. Comme le disait si bien Mme Hannah, le Canada a encore beaucoup de chemin à faire pour parvenir à l'égalité entre les sexes. L'équité salariale n'est pas encore une réalité, et il n'y a toujours pas de régime universel de garde d'enfants. Un constat s'impose donc: pour faire avancer le monde et négocier des accords internationaux progressistes, nous devons commencer par nous donner les moyens de nos ambitions ici, chez nous.
En terminant, j'aimerais parler des droits des Autochtones. Mon collègue d'en face a souligné que cet accord ne mentionne pas non plus la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Les néo-démocrates estiment que le gouvernement doit se conformer à l'article 19 de cette déclaration et qu'il doit donc obtenir le consentement préalable des Autochtones, donné librement et en connaissance de cause avant d'adopter des mesures susceptibles de les toucher.
Comme l'a fait remarquer Pam Palmater devant le comité du commerce international pendant son étude du Mercosur, il faut tenir compte des droits des Autochtones d'un bout à l'autre d'un accord commercial, et non seulement dans un chapitre. Elle a aussi signalé que, dans l’ensemble des pays de l’Alliance du Pacifique, de nombreux Autochtones sont victimes de violence de la part de multinationales qui se livrent à des activités commerciales. On a certainement pu constater ce phénomène dans le cadre de l'ALENA.
Ce sont là quelques-unes des préoccupations que j'ai à propos de l'accord commercial. Je remercie la Chambre de m'avoir accordé du temps pour en parler. Je suis maintenant prête à répondre aux questions de mes collègues.
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2020-03-11 15:49 [p.1945]
Madam Speaker, I may not have been in the House but I was working for the NDP member of Parliament for Essex, who was the NDP critic for trade at the time. I do know what happened throughout that negotiation process. It was the Conservatives who were pushing for the deal. A lot of promises were made by the Liberal government at the time and it did not fulfill many of them.
When the minister came before committee, she talked about a gender chapter. She talked about an indigenous chapter. The government did not deliver.
At the end of the last session, the Liberal government put forward a signed deal that it wanted the House to accept, despite a lot of New Democrats saying no, that the government was not getting the best deal. We knew then that it could be better. U.S. Democrats insisted that the deal could be better and they made it better. I find it interesting that the Liberal government is now taking credit for that work.
Madame la Présidente, je n'étais peut-être pas à la Chambre, mais je travaillais pour la députée néo-démocrate d'Essex, qui était à l'époque porte-parole du NPD en matière de commerce. Je sais ce qui s'est passé tout au long du processus de négociation. Ce sont les conservateurs qui ont fait pression en faveur de l'accord. Le gouvernement libéral de l'époque a fait beaucoup de promesses, mais il n'en a pas tenu beaucoup.
Lors de son témoignage en comité, la ministre a parlé d'un chapitre sur le genre. Elle a parlé d'un chapitre sur les Autochtones. Le gouvernement n'a pas tenu ses promesses.
À la fin de la dernière session, le gouvernement libéral a présenté un accord signé qu'il voulait que la Chambre accepte, malgré le refus d'un grand nombre de néo-démocrates qui estimaient que le gouvernement n'obtenait pas le meilleur accord. Nous savions alors qu'il pouvait être amélioré. Les démocrates américains ont insisté sur le fait que l'accord pouvait être meilleur et ils l'ont amélioré. Je trouve intéressant que le gouvernement libéral s'attribue maintenant le mérite de ce travail.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2020-03-11 15:50 [p.1945]
Madam Speaker, I would like to quote what the vice-president of the Canadian Federation of Agriculture said at committee. He said, “Canada agreed to place a world-wide cap on exports of certain dairy products in the CUSMA, which is unprecedented in regional trade agreements. As the nation's prosperity depends on reliable access to global markets, Canada must not agree to this kind of provision in any future trade agreement.”
Could the member tell me what she sees as the dangers in Canada making this kind of concession in regard to another country limiting our own trade with other countries?
Madame la Présidente, je voudrais citer le témoignage qu'a présenté en comité le vice-président de la Fédération canadienne de l'agriculture, à savoir: « Le Canada a accepté l’inclusion, dans l’ACEUM, d’un plafond pour les exportations de certains des produits laitiers canadiens dans le monde, ce qui est sans précédent dans le contexte d’accords commerciaux régionaux. Étant donné que la prospérité de notre pays dépend d’un accès fiable aux marchés mondiaux, le Canada ne doit pas consentir à ce genre de disposition dans tout accord commercial futur. »
La députée pourrait-elle me dire quels sont, à son avis, les dangers que le Canada fasse ce genre de concessions à l'égard d'un autre pays, limitant ainsi son propre commerce avec d'autres pays?
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2020-03-11 15:51 [p.1945]
Madam Speaker, New Democrats have also questioned the sovereignty challenges of other trade agreements that are going forward in non-status economies, as was quoted by the deal. It absolutely deserves a lot of attention.
In terms of the agricultural sector, many farmers are looking forward to growing our ability to access those trade agreements and I certainly support that, but it has to be fair and equitable.
I certainly do not disagree with fair trade, but I agree in the neo-Liberal agenda as it is going forward with free trade.
Madame la Présidente, les néo-démocrates ont également remis en question la disposition qui menace notre souveraineté relativement à la conclusion d'autres accords commerciaux avec des pays sans économie de marché, comme le cite l'accord. Cet aspect de l'accord mérite certainement qu'on s'y attarde.
En ce qui concerne le secteur agricole, de nombreux agriculteurs souhaitent pouvoir profiter de ces accords commerciaux et je suis tout à fait d'accord avec eux, mais il faut que ces accords soient justes et équitables.
Je ne suis certainement pas contre le commerce équitable, mais j'appuie la conception néo-libérale du libre-échange.
View Scott Duvall Profile
NDP (ON)
View Scott Duvall Profile
2020-03-11 15:52 [p.1945]
Madam Speaker, I have heard a couple of comments and questions to the member about the Liberals saying they did a great deal and that the Conservatives wanted to push them forward to accept any deal.
When the NDP called on the government to ratify the first version of CUSMA, we were asking to get a better deal. However the minister at that time said, “Mr. Speaker, what the NDP needs to understand is that reopening this agreement would be like opening Pandora's box.” And yet the Liberals are now keen to brag about improvements made by U.S. Democrats.
Why should Canadians believe the Liberals had anything to do with the changes that increased protections for workers and guard against higher drug prices?
Madame la Présidente, quelques observations et questions ont été adressées à la députée au sujet du fait que les libéraux affirmaient avoir accompli beaucoup de choses et que les conservateurs voulaient les pousser à accepter n'importe quel accord.
Lorsque le NPD a demandé au gouvernement de ratifier la première version de l'ACEUM, nous demandions à obtenir un meilleur accord. Cependant, le ministre de l'époque a dit ceci: « Monsieur le Président, ce que le NPD devrait comprendre, c'est que la réouverture de cet accord ouvrirait la boîte de Pandore. » Pourtant, les libéraux s'attribuent le mérite des améliorations apportées par les démocrates américains.
Pourquoi les Canadiens devraient-ils croire que les libéraux ont contribué de quelque façon que ce soit aux modifications qui ont renforcé la protection des travailleurs et qui protègent les Canadiens contre la hausse des prix des médicaments?
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2020-03-11 15:53 [p.1945]
Madam Speaker, I thank my hon. colleague for his work on this file as well. These trade agreements have also hurt his community in Hamilton.
It is true. The Liberals were willing to take the deal as it was before and we were constantly pushing for something better because we knew there was something better. My colleague from Elmwood—Transcona has ensured that this deal also has something better through a lot of hard work and pushing the government to go even further and better itself, not just sign off on Conservative already created trade agreements.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue du travail qu'il a fait aussi dans ce dossier. Ces accords commerciaux ont également nui à sa circonscription à Hamilton.
C'est vrai. Les libéraux étaient prêts à accepter la version précédente de l'accord, mais nous réclamions constamment quelque chose de mieux parce que nous savions qu'un tel accord était possible. Mon collègue d'Elmwood—Transcona a fait en sorte d'améliorer également cet accord en déployant beaucoup d'efforts et en exerçant des pressions sur le gouvernement pour qu'il aille encore plus loin au lieu de simplement signer les accords commerciaux déjà établis par les conservateurs.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2020-03-11 16:05 [p.1947]
Madam Speaker, I thank the hon. member for putting an emphasis on the investor-state provisions, which we both dislike. We do not support this corporate model that ignores the rights of workers and indigenous rights.
Not having climate targets in this deal is of huge concern. I would like the member to talk about what could have been done if we had included climate targets and how trade could become a tool for reducing emissions so we can follow the IPCC report. The report identifies that we will have catastrophic changes if we do not make huge changes to our lifestyle today.
Could he also talk a bit more about how important the indigenous rights piece is? He cited the Hupacasath, and I applaud them. They have stood up for indigenous rights. He also cited how the government failed again. It failed to do adequate consultation and implement UNDRIP in this deal. There was an opportunity to do that. In fact, it was the U.S. Democrats that got us most of our gains in this deal, not the Liberal government, which is patting itself on the back. It would have settled on this agreement way before any of these changes were put forward, so we owe appreciation to the U.S. and certainly to the Hupacasath and all the other players who are standing up for really important values.
Madame la Présidente, je remercie le député de parler plus précisément des dispositions sur les différends entre les investisseurs et les États, qui nous déplaisent à tous les deux. Nous n'appuyons pas ce modèle au service de la grande entreprise qui fait fi des droits des travailleurs et des Autochtones.
Il est extrêmement préoccupant que cet accord ne contienne aucune cible de lutte contre les changements climatiques. J'aimerais que le député parle de ce qu'on aurait pu faire si on avait inclus de telles cibles et de la façon dont le commerce aurait pu contribuer à la réduction des émissions pour que nous puissions suivre les recommandations du rapport du GIEC. Selon le rapport, si nous n'apportons pas, dès aujourd'hui, des changements considérables à nos habitudes de vie, les conséquences seront catastrophiques.
Le député pourrait-il également en dire un peu plus sur l'importance des dispositions sur les droits des Autochtones? Il a cité l'exemple des Hupacasath. Je les félicite d'avoir défendu leurs droits ancestraux. Le député a aussi indiqué de quelle manière le gouvernement a de nouveau manqué à ses obligations. Il n'a pas su consulter adéquatement les peuples autochtones et veiller à ce que cet accord tienne compte de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Il avait pourtant l'occasion de le faire. D'ailleurs, le gouvernement se félicite des gains obtenus à ce chapitre dans le cadre de cet accord, mais, dans la plupart des cas, ce sont les démocrates des États-Unis, et non le gouvernement libéral, qui en sont responsables. Le gouvernement était prêt à conclure cet accord bien avant que l'on propose ces changements. Nous devons donc une fière chandelle aux États-Unis et, bien sûr, aux Hupacasath et aux autres intervenants qui défendent des valeurs très importantes.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2020-03-11 16:08 [p.1948]
Madam Speaker, to pass this legislation swiftly, as all stakeholders and constituents had requested, so the vacuum of uncertainty would be lifted on our trade relations with the U.S., our official opposition made many suggestions as to ways we would gladly co-operate with the government.
Knowing that the federal election was coming up in October, the Conservatives offered to begin a pre-study on the original legislation, Bill C-100, in May of this year. That way the government would only have to deal with clause by clause later on, but it declined. When the revised agreement was signed in December, the Conservatives offered to come back early from the Christmas break to begin work on the bill. Again, the government declined.
The international trade committee had approximately 200 requests come in on CUSMA, and the amount of work to do on the legislation had not changed. We consistently offered to commence that work earlier, but the government declined.
The Conservatives ultimately offered to complete clause-by-clause examination by no later than March 5, under the assumption that the government would not be recalling the House of Commons during the constituency break. Again, the government declined.
A unanimous motion was passed at the international trade committee, requesting that the government release its economic impact analysis for CUSMA. It was not provided until one day before committee conducted its clause-by-clause review and the government's economic impact report compared CUSMA to not having a NAFTA deal at all.
What this said was that the government wanted Canadians to believe that any trade deal, no matter how unbalanced or restrictive, would actually be better than nothing at all.
Thankfully, the C.D. Howe Institute released a report comparing CUSMA to the old NAFTA deal on February 21. It affirmed that CUSMA would reduce Canada's GDP by $14.2 billion. Canada's exports to the U.S. would fall by $3.2 billion, while our imports from the U.S. would increase by $8.6 billion. The C.D. Howe Institute's report shed some light on why the government said it was important to support the new agreement moving quickly and then balked at every opportunity we gave to expedite the passing of the legislation.
We are here now dealing with the issues around what was not good in the agreement. With those 200 organizations and individuals who wanted to come and talk to the committee, we were able to process through 100 of those.
The Canadian Manufacturers and Exporters said, “If we want Canada to take full advantage of this agreement, the government must take steps to insure Canadian manufacturers' productivity levels are equivalent to that of other OECD countries so they can succeed on North American markets and globally.”
The Canadian Chamber of Commerce said, “The CUSMA, as signed last autumn, was in imperfect but necessary agreement to provide greater predictability in our relations with Canada's largest trading partner.” Predictability was lost to such an extent that we were to the point where people were saying that we needed to just get this done.
Last week, I met with my own chamber of commerce and also held a town hall, with the shadow minister for agriculture, in my riding with a number of farmers from the area.
Agriculture and agrifood producers, manufacturers, exporters and all the support services of small businesses in my riding are experiencing the serious impacts of uncertainty with which the government has plagued our economy: increased costs and a loss of customer base because of the punitive policies of the government: an uncertainty of our relationship with our biggest trading partner, plus the shutting down of supply routes due to strikes and lack of rail cars because oil is flowing on our tracks instead of safely through our pipelines; barricades that created dangerous situations and prevented products from being shipped; carbon taxes on heating and cooling systems that are necessary for manufacturing; and increased payroll taxes and red tape.
People feel they have been attacked and ignored by the government. They know that CUSMA is an imperfect, but necessary agreement to provide better predictability in our relationships with Canada's largest trading partner. Therefore, we are here ready to pass Bill C-4.
The Aluminum Association of Canada said, “As part of the ongoing collaboration between the Government of Canada and industry, we intend to initiate discussions with the government to encourage Mexico to implement a similar measure, which would help limit the arrival of products that do not comply with the rules of the agreement between our three countries.” Canada's aluminum industry is concerned by the government's failure to secure the same made-in-North American provision for aluminum as was given to steel. Canada is North America's largest producer of aluminum.
While the 70% rule of origin included looks good on paper, in reality the failure to include a smelted and poured definition, which is what the industry is asking of in Mexico, will leave the North American industry vulnerable to dumping from overseas, particularly through Mexico.
As well, the government needs to report on the status of the $2 billion in tariffs, the revenue that it has collected thus far, to ensure it actually was used to support Canadian businesses impacted by those tariffs. The manufacturers in my communities were very discouraged by what they saw in the government's behaviour when they were facing shut downs, including its suggestion that it help the manufacturers deal with it by giving more EI. They did not want more EI; they wanted to keep those people working.
As well, there is an urgency to develop a strategy to market Canadian aluminum as the greenest in the world to help shore up our competitiveness in existing and emerging markets. This is part of the Conservative environmental plan. It looks at showcasing and bragging to the world about what Canada already has done and how we can help to impact the global issues on climate change that have impacted so many other countries that are not as clean as Canada.
Then there are our dairy farmers.
The largest group left behind by the government during the negotiations is Canada's dairy sector. The government has managed to simultaneously shrink the opportunities for dairy producers and processors at home, while also limiting their ability to grow by exporting.
Canada agreed to place a worldwide cap on exports of certain dairy products in CUSMA, which is unprecedented in regional trade agreements. As the nation's prosperity depends on reliable access to global markets in every market, but specifically in dairy, Canada must not agree to this kind of provision in any future trade agreement. Why would the government say yes to giving the U.S. that kind of power over our sovereignty and our opportunity to trade as we wish with other countries?
This concession is an affront to our sovereignty and there is no excuse or rational argument for this capitulation to go hat in hand to the U.S. to ask if we can please have its permission to export dairy to any country with which we choose to trade.
There are so many areas that are faulty in this agreement, which stakeholders brought to the attention of the committee, and we were able to create recommendations for the government to move forward and to rectify a lot of those issues.
Regarding government procurement, we have no chapter on being able to secure Canada's access to the U.S. market.
Regarding auto, Canada's exports of motor vehicles to the U.S. will decline by $1.5 billion relative to the current trade regime under NAFTA, and imports would decrease by $1.2 billion. In light of the hardships faced by Ontario's auto sector, which were compounded by the punitive actions of the government against our competitiveness, it must fulfill the auto sector's request to delay the implementation of CUSMA for the auto sector until January 2021 to allow it to adjust to the new climate of the deal.
Regarding forestry, so many mills have closed and support services, small businesses and whole communities have been brought to a standstill by the government's indifference. They do not deserve this attitude from their Prime Minister, whom they expect to re-engage right now with the United States trade representative to find a solution to this issue.
Regarding cultural exemption, the price of protecting it in CUSMA was to open ourselves up to retaliatory tariffs not limited to that sector. For example, if Canada decides to implement a digital service tax for a company such as Netflix, the United States would be within its right, as per CUSMA, to place a tariff of equal commercial effect on any Canadian export.
These are just a few of the examples of where the government has capitulated to the U.S.. The U.S. reply to the whole document is a huge document of all of its successes. Ours, from what I understand the previous minister of trade on this side of the House said, was 72 pages long. Clearly, Canada has not come out on the best circumstances here, but as stakeholders have said, we just need to get this done and move on, hopefully in the future with better arrangements.
Madame la Présidente, l'opposition officielle aurait volontiers collaboré avec le gouvernement et a fait maintes propositions en vue de faire adopter le projet de loi rapidement, comme l'ont réclamé tous les intervenants et les Canadiens en général, pour que nos relations commerciales avec les États-Unis ne soient plus affectées par l'incertitude.
Conscients de la tenue des élections fédérales en octobre dernier, les conservateurs ont offert d'entreprendre une étude préliminaire du projet de loi initial, le projet de loi C-100, au mois de mai. Ainsi, le gouvernement n'aurait eu qu'à faire l'étude article par article ultérieurement, mais il a refusé. Lorsque l'accord révisé a été signé en décembre, les conservateurs ont offert de revenir plus tôt que prévu après la pause des Fêtes pour travailler sur le projet de loi. Encore une fois, le gouvernement a refusé.
Le comité du commerce international avait reçu environ 200 demandes concernant l'ACEUM et la quantité de travail sur le projet de loi n'avait pas changé. Nous avons continué à suggérer d'entamer le travail plus tôt, mais le gouvernement a refusé.
Les conservateurs ont finalement offert de terminer l'étude article par article au plus tard le 5 mars, en supposant que le gouvernement ne rappellerait pas la Chambre des communes pendant la semaine de relâche. Le gouvernement a encore une fois refusé.
Une motion a été adoptée à l'unanimité au comité du commerce international demandant que le gouvernement rende publique son analyse des répercussions économiques de l'ACEUM. Le gouvernement ne l'a fournie qu'un jour avant que le comité procède à l'examen article par article du projet de loi, et le rapport du gouvernement sur les répercussions économiques comparait l'ACEUM au fait de ne pas avoir d'ALENA du tout.
Ce que cela veut dire, c'est que le gouvernement voulait faire croire aux Canadiens qu'un accord commercial, aussi bancal ou restrictif qu'il soit, serait en fait mieux qu'aucun accord.
Heureusement, l'Institut C.D. Howe a publié, le 21 février, un rapport comparant l'ACEUM à l'ancien ALENA. Il y affirmait que l'ACEUM ferait diminuer le PIB du Canada de 14,2 milliards de dollars et que les exportations du Canada vers les États-Unis diminueraient de 3,2 milliards de dollars pendant que les importations en provenance des États-Unis augmenteraient de 8,6 milliards de dollars. Le rapport de l'Institut C.D. Howe nous éclaire sur les raisons pour lesquelles le gouvernement a déclaré qu'il était important de soutenir l'adoption rapide du nouvel accord puis s'est dérobé à chaque occasion que nous lui avons donnée d'en accélérer l'adoption.
Nous nous retrouvons maintenant à devoir nous occuper de toutes les mauvaises mesures contenues dans cet accord. Sur les deux cents organisations et personnes qui ont voulu témoigner au comité, nous n'avons été en mesure d'en entendre qu'une centaine.
Les Manufacturiers et exportateurs du Canada ont dit, et je cite: « Si nous voulons que le Canada tire pleinement parti de cet accord, le gouvernement doit prendre des mesures pour s'assurer que le niveau de productivité des manufacturiers canadiens est équivalent à celui des autres pays de l'OCDE, afin qu'ils puissent réussir sur les marchés nord-américains et internationaux. »
La Chambre de commerce du Canada a déclaré: « L'ACEUM signé l'automne dernier était imparfait, mais nécessaire afin que les relations du Canada avec son principal partenaire commercial soient plus prévisibles. » La prévisibilité a diminué à un point où les gens disaient que la meilleure chose à faire était simplement de l'adopter.
La semaine dernière, dans ma circonscription, j'ai rencontré la chambre de commerce de ma région et j'ai aussi tenu une assemblée publique en compagnie du ministre du cabinet fantôme pour l'agriculture et de nombreux agriculteurs du coin.
Les producteurs, transformateurs et exportateurs du secteur agricole et agroalimentaire et toutes les petites entreprises qui se greffent au secteur pour offrir des services subissent les graves répercussions de l'incertitude économique créée par le gouvernement: augmentation des coûts et perte de clients en raison des politiques punitives du gouvernement; incertitudes concernant la relation avec notre plus important partenaire commercial; fermeture des voies d'approvisionnement causée par des grèves et par le manque de wagons-citernes, puisque le pétrole au pays doit être acheminé par rail plutôt que par des pipelines sécuritaires; barricades qui ont causé des situations dangereuses et qui empêchaient la libre circulation des marchandises; taxes sur le carbone qui s'appliquent aux systèmes de chauffage et de refroidissement dont a besoin le secteur manufacturier; augmentation des charges sociales et de la bureaucratie.
Les gens ont l'impression que le gouvernement ne tient pas compte de leurs besoins et qu'il s'en prend à eux. Ils comprennent que l'Accord Canada—États-Unis—Mexique est un accord imparfait, mais nécessaire pour améliorer la prévisibilité dans les relations entre le Canada et son plus important partenaire commercial. C'est pour cette raison que nous sommes prêts à appuyer le projet de loi C-4.
Voici ce qu'a déclaré l'Association de l'aluminium du Canada: « Dans le cadre de la collaboration en cours entre le gouvernement du Canada et l'industrie, nous avons l'intention d'entamer des discussions avec le gouvernement pour encourager le Mexique à mettre en œuvre une mesure similaire, ce qui contribuerait à limiter l'arrivée de produits non conformes aux règles de l'accord entre nos trois pays. » L'industrie canadienne de l'aluminium s'inquiète de l'incapacité du gouvernement à obtenir les mêmes protections concernant la production en Amérique du Nord pour l'aluminium que celles obtenues pour l'acier. Le Canada est le plus important producteur d'aluminium en Amérique du Nord.
Bien que la règle d'origine de 70 % incluse dans l'accord semble avantageuse sur papier, en réalité, si l'accord ne comprend pas l'exigence voulant que l'acier doive être fondu et coulé en Amérique du Nord, comme le demande l'industrie au Mexique, l'industrie nord-américaine deviendra vulnérable au dumping en provenance de l'étranger, et en particulier du Mexique.
Le gouvernement doit aussi présenter un rapport sur ce qu'il est advenu des 2 milliards de dollars de recettes tarifaires perçues à ce jour. Nous devons nous assurer que cet argent a réellement servi à soutenir les entreprises canadiennes qui ont été touchées par l'imposition de ces droits. Lorsque les fabricants de ma circonscription ont fait face à des fermetures, ils étaient très découragés par l'attitude du gouvernement, qui a, entre autres, suggéré de les aider en accordant davantage de prestations d'assurance-emploi à leurs employés. Les entreprises ne veulent pas plus d'assurance-emploi. Ils veulent conserver leurs travailleurs.
De plus, il y a un besoin urgent d'élaborer une stratégie pour commercialiser l'aluminium canadien comme étant le plus écologique de la planète, ce qui permettra de renforcer notre compétitivité sur les marchés existants et émergents. Cela s'inscrit dans le cadre du plan environnemental conservateur. Ce plan vise à vanter auprès du monde entier les mesures que nous avons déjà prises pour lutter contre les changements climatiques et à exposer la façon dont nous pouvons aider à ce chapitre d'autres pays qui n'ont pas des normes aussi strictes que le Canada en matière d'environnement.
Il y a aussi nos producteurs laitiers.
Le secteur laitier du Canada est le principal groupe que le gouvernement a laissé en plan pendant les négociations. Le gouvernement a réussi à la fois à réduire les débouchés pour les producteurs et les transformateurs laitiers canadiens et à limiter leur capacité de croissance grâce à l'exportation.
Le Canada a accepté l’inclusion, dans l’Accord Canada—États-Unis—Mexique, d’un plafond pour les exportations de certains des produits laitiers canadiens dans le monde, ce qui est sans précédent dans le contexte d’accords commerciaux régionaux. Étant donné que la prospérité de notre pays dépend d’un accès fiable aux marchés mondiaux, surtout en ce qui concerne les produits laitiers, le Canada ne doit pas consentir à ce genre de disposition dans tout accord commercial futur. Pourquoi le gouvernement accepterait-il d'accorder aux États-Unis un tel pouvoir sur notre souveraineté et notre capacité de commercer comme bon nous semble avec d'autres pays?
Cette concession est un affront à notre souveraineté, et il n'existe aucune excuse ni aucun argument valable pour expliquer cette capitulation et le fait que nous devrons maintenant demander humblement aux États-Unis la permission d'exporter nos produits laitiers vers les pays avec lesquels nous souhaitons avoir des échanges commerciaux.
Il y a vraiment beaucoup de choses qui clochent dans cet accord, comme l'ont souligné au comité des parties intéressées. Nous avons été en mesure d'émettre des recommandations à l'intention du gouvernement afin qu'il en corrige un grand nombre.
En ce qui concerne les marchés publics, aucun chapitre ne prévoit, pour le Canada, un accès garanti au marché américain.
En ce qui concerne le secteur de l'automobile, la valeur des exportations canadiennes de véhicules vers les États-Unis diminuera de 1,5 milliard de dollars par rapport à ce qu'elle est sous le régime commercial actuel prévu dans l'ALENA, et la valeur des importations baissera de 1,2 milliard de dollars. Compte tenu des difficultés auxquelles doit faire face le secteur ontarien de l'automobile — difficultés qui ont été exacerbées par les mesures gouvernementales ayant nui à la compétitivité du pays —, le gouvernement doit répondre à la demande du secteur de l'automobile qui souhaite que l'on retarde jusqu'à janvier 2021 l'application de l'ACEUM à ce secteur afin de lui permettre de s'adapter à la nouvelle conjoncture occasionnée par l'accord.
Pour ce qui est du secteur forestier, de nombreuses scieries ont dû fermer leurs portes. Des services de soutien, des petites entreprises et des localités entières sont paralysés en raison de l'indifférence du gouvernement. Ils ne méritent pas une telle attitude de la part du premier ministre. Ils s'attendent plutôt à ce que celui-ci reprenne immédiatement les négociations avec le représentant au commerce des États-Unis pour trouver une solution à ce problème.
En ce qui concerne l'exemption culturelle, le prix à payer pour la protéger dans l'ACEUM a été d'exposer le pays à des représailles tarifaires qui ne se limitent pas à ce secteur. Par exemple, si le Canada décide de mettre en place une taxe sur les services numériques pour une société telle que Netflix, les États-Unis seraient dans leur droit, aux termes de l'ACEUM, d'imposer des droits de douane à effet commercial égal sur toute exportation canadienne.
Ce ne sont là que quelques exemples de points sur lesquels le gouvernement a capitulé devant les États-Unis. La réponse américaine à ce document est un volumineux document consignant tous ses gains. Le nôtre, d'après ce qu'a dit l'ancien ministre du Commerce international de ce côté-ci, avait 72 pages. De toute évidence, le Canada ne s'en est pas sorti de façon particulièrement reluisante, mais, comme certaines parties prenantes l'ont dit, il faut simplement régler cela et passer à autre chose, en espérant que les prochaines ententes seront meilleures.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2020-03-11 16:19 [p.1950]
Madam Speaker, the inconsistency is on that side of the House.
The Liberals voted against the very first NAFTA agreement. We are the party of free trade. The other trade agreements that the Liberals were championing today, the ones they signed their name to, all of that work was done by this Conservative Party when we were on that side of the House.
That member has nothing to say to me about free trade. We are very proud of the fact that we do very good deals. It is unfortunate, quite honestly, from my perspective, that we have to vote in favour of this in light of these issues. This has been done so poorly, but all our stakeholders have said that we need to deal with this and move on from here.
Madame la Présidente, ce sont les libéraux qui manquent de cohérence.
Ils ont voté contre le tout premier ALENA. Nous sommes le parti du libre-échange. Les autres accords commerciaux dont les libéraux se vantent aujourd'hui sous prétexte que c'est eux qui les ont signés, eh bien, chaque fois, c'est le Parti conservateur qui a fait le gros du travail.
Le député n'a pas de leçon à me donner sur le libre-échange. Nous sommes très fiers des excellents accords que nous avons négociés. C'est seulement dommage, pour être bien honnête, que nous devions voter en faveur de celui-là, parce qu'il est loin d'être sans défauts. Le processus complet laissait à désirer, mais toutes les parties concernées disent que nous devons l'adopter et vivre avec.
View Scott Duvall Profile
NDP (ON)
View Scott Duvall Profile
2020-03-11 16:20 [p.1950]
Madam Speaker, when the first NAFTA agreement came out under the Conservatives, 400,000 jobs were lost. I know that in the city of Hamilton, many manufacturing jobs were lost. The city was collapsing at that time.
Under the first agreement, investor-state dispute provisions were negotiated that would allow investors to sue our country. Now that this has been taken out under this agreement, does the member not feel this is a better agreement than the original one?
Madame la Présidente, quand le premier ALENA a vu le jour, les conservateurs étaient effectivement aux commandes, et 400 000 emplois ont disparu. Je sais en tout cas qu'à Hamilton, le secteur manufacturier a perdu de très nombreux emplois. La ville s'est presque effondrée à l'époque.
Le premier ALENA contenait des dispositions qui permettaient aux investisseurs de poursuivre le Canada. Maintenant que ces dispositions ont été supprimées, la députée ne trouve-t-elle pas que l'accord actuel est meilleur que l'accord original?
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2020-03-11 16:21 [p.1950]
Madam Speaker, from what I see in feedback from the stakeholders in the auto industry, there is a lot of angst around issues with this agreement. That is why they have requested that it not be implemented for the auto industry until 2021.
Madame la Présidente, cet accord suscite énormément de mécontentement dans le secteur de l'automobile. Voilà pourquoi certains ont demandé que les dispositions qui se rapportent à ce secteur n'entrent pas en vigueur avant 2021.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2020-03-11 16:22 [p.1950]
Madam Speaker, I cannot answer that. However, if we were forming government, we would be far more careful about the way we encourage investment from China in our country going forward.
Je ne peux pas répondre à cette question, madame la Présidente. Toutefois, si nous formions le gouvernement, nous serions beaucoup plus prudents dans la manière dont nous encourageons les investissements de la Chine dans notre pays.
View Kelly McCauley Profile
CPC (AB)
View Kelly McCauley Profile
2020-03-11 16:22 [p.1950]
Madam Speaker, my colleague from Yorkton—Melville mentioned the delays by the Liberal government in allowing Parliament and the opposition parties to study the bill. We asked for that in October and December.
Could she explain why the Liberal Party continually blocks Parliament from proper oversight of such an important deal?
Madame la Présidente, ma collègue de Yorkton—Melville a mentionné les retards qu'a pris le gouvernement libéral pour permettre au Parlement et aux partis de l'opposition d'étudier le projet de loi. Nous en avions fait la demande en octobre et en décembre.
Pourrait-elle expliquer pourquoi le Parti libéral empêche continuellement le Parlement d'exercer une surveillance adéquate sur un accord aussi important?
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2020-03-11 16:23 [p.1950]
Madam Speaker, clearly there is a problem on the other side of the House.
Quite often we see the Liberals making announcements and then trying to figure out the implementation of them. In this case, the deal took so long and was so poorly constructed, that the Liberals, realizing they had conceded so much, tried to avoid any kind of scrutiny and simply tried to get it through the House.
De toute évidence, madame la Présidente, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond de l'autre côté de la salle.
Très souvent, les libéraux annoncent une chose avant même de savoir ce qu'ils en feront. Cet accord a été si long à négocier et il est si mal ficelé que, lorsqu'ils ont pris conscience de toutes les concessions qu'ils avaient faites, les libéraux ont tout fait pour qu'on ne puisse pas l'examiner et pour que la Chambre l'approuve les yeux fermés, sans en débattre.
View Bob Saroya Profile
CPC (ON)
View Bob Saroya Profile
2020-03-11 16:33 [p.1952]
Madam Speaker, I appreciate the member's wonderful speech.
Perhaps he could speak about the softwood lumber industry in B.C. and about the aluminum industry in Quebec, as people are suffering.
Monsieur le Président, je remercie le député de son excellent discours.
J'aimerais entendre ses observations au sujet de l'industrie du bois d'œuvre en Colombie-Britannique et celle de l'aluminium au Québec, car les travailleurs de ces industries souffrent en ce moment.
View Scott Duvall Profile
NDP (ON)
View Scott Duvall Profile
2020-03-11 16:37 [p.1952]
Madam Speaker, I always enjoy listening to my colleague.
He mentioned some provisions, which the government is taking credit for, about protecting women. According to sources, the renegotiated deal originally included provisions for improving conditions for working women, which included workplace harassment, pay equity and equality issues.
However, that was in the scrub phase. These provisions disappeared in the scrubbing process. How does this protect women, and what happened to these provisions?
Madame la Présidente, j'aime toujours écouter les interventions de mon collègue.
Il a affirmé que le gouvernement avait ajouté certaines dispositions pour protéger les femmes. Selon des sources, l'accord renégocié contenait initialement des dispositions pour améliorer les conditions de travail des femmes, notamment des dispositions sur le harcèlement en milieu de travail, l'équité salariale et l'égalité hommes-femmes.
Or, un tri a été fait par la suite, et ces dispositions ont disparu. Comment une telle chose protège-t-elle les femmes, et qu'est-il arrivé à ces dispositions?
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2020-03-11 16:39 [p.1952]
Madam Speaker, I am pleased to rise this afternoon to speak to Bill C-4, an act to ratify the new free trade agreement among Canada, the United States and Mexico, sometimes referred to as the new NAFTA. Whatever one wishes to label the agreement, one thing is clear and that is, for Canadians, it falls far short of a win.
Before I elaborate on some of the shortcomings with respect to the new agreement, it is important to provide some context in terms of the history of how we got to where we are.
In November 2016, President Trump was elected, and it is no secret that President Trump was no fan of NAFTA. Indeed, he called it the worst trade deal ever. In the face of that, it was a little surprising that the Prime Minister pre-emptively invited the President to renegotiate NAFTA. The Prime Minister, ever so confident, stated that he would get a better deal. The Prime Minister boasted about a win-win-win: a win for Canada, a win for the United States and a win for Mexico.
It is no surprise that, given the President's position on NAFTA, he took the Prime Minister up on his offer at the earliest opportunity. What did the Prime Minister do once he got his wish? Effectively, he put forward a whole series of non-trade issues that alienated the United States. During the course of negotiations, we saw punitive steel and aluminum tariffs levelled against Canada that had a devastating impact that lasted for more than a year.
The Prime Minister spent a lot of time doing what this Prime Minister does: virtue signalling while Canadians paid. The United States concluded that Canada was not interested in reaching a deal. The United States negotiated a deal with Mexico. Most aspects of this agreement were negotiated between the United States and Mexico, including steel provisions and other components of the agreement. Canada was invited in at the eleventh hour when there were few items to resolve. In that respect, it was a fait accompli. The government was left with very little choice, either to sign the agreement or walk away. In the face of that, it is no surprise that Canada signed the agreement.
As a result of the Prime Minister's lack of leadership, what we got was not the better deal that the Prime Minister promised, but a worse deal. Instead of a win-win-win, a win for Canada, a win for the United States and a win for Mexico, we have an agreement that is a win for the United States, a win for Mexico and a loss for Canada. It is no wonder that the government was so reluctant to reveal its own economic impact analysis on this agreement until the eleventh hour. It did so one day before the trade committee went clause by clause on Bill C-4.
If this trade agreement were as good as the government would like Canadians to believe, then surely the government would be very eager to reveal its economic impact analysis to demonstrate what a good deal it was for Canada. However, the government did not do that.
Why did it not do that? Very simply, despite the rhetoric on the other side, the government knows that it is not a good deal and the Prime Minister did not get a better deal as he promised.
When we saw the economic impact analysis, the government's analysis compares the new deal to no deal at all. The appropriate comparator is not between the new deal and no deal at all, but between the new deal and the old NAFTA.
While the Liberal government quite deliberately did not undertake that analysis, in terms of what it has revealed publicly, the C.D. Howe Institute did undertake such an analysis. What the C.D. Howe Institute determined was that, under the new deal, Canada stands to lose $14.2 billion in GDP. Not only that, Canada stands to see a reduction in exports to the U.S. market in the sum of $3.2 billion, while Canada stands to import more American products in the sum of $8.6 billion. That is $8.6 billion more in U.S. exports, and $3.2 billion less in Canadian exports. Again, it is a good deal for the United States, and a bad deal for Canada.
Despite the fact that this agreement falls short, we on this side of the House are prepared to support the government, support the passage of Bill C-4 and support the speedy ratification of CUSMA. We support it because, at the end of the day, this deal is better than no deal.
We have heard, as the member for Sackville—Preston—Chezzetcook noted, that the business community and premiers want to see certainty. They want to see continued access to our most important trading partner, the United States. We know there is $2 billion in bilateral trade between Canada and the United States every day, and $900 billion in bilateral trade a year. To put that in perspective, that is nine times more than with our second-largest trading partner, China. Seventy-five per cent of Canadian exports are destined for the U.S. market.
In light of that, it would be irresponsible not to support the ratification of this agreement. If we were to not do so, there would be a risk of no agreement, which would benefit no one. However, while we support the ratification, we do so on a qualified basis. We will continue to remind the government of the shortcomings of this agreement.
The Liberal government opened up 3.6% of the dairy market, and got nothing in return. The government was not able to get the same protections for the Canadian aluminum industry that are in the agreement for the steel industry. We know that the government got nowhere in terms of buy America. Mexico got a chapter on buy America, but Canada did not. The consequence is that it leaves Canadian companies out of the opportunity to bid on large government procurement projects in the United States. The government also sold out Canadian sovereignty by requiring permission from Washington to negotiate new trade agreements with non-market economies, such as our second-largest trading partner, China.
While this is a deal that we will support, let us make no mistake about it: It is better than no deal, but it is not a good deal.
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole cet après-midi au sujet du projet de loi C-4, une loi portant ratification du nouvel accord de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, qui est parfois appelé le nouvel ALENA. Peu importe le nom qu'on lui donne, une chose est sûre: l'accord est loin de représenter une victoire pour les Canadiens.
Avant de parler plus en détail de certaines des lacunes du nouvel accord, il est important de donner un peu de contexte pour comprendre comment nous en sommes arrivés là.
Le président Trump a été élu en novembre 2016. Ce n'est un secret pour personne qu'il n'est pas un partisan de l'ALENA. En fait, il l'a qualifié de pire accord commercial de tous les temps. Dans ce contexte, il est légèrement surprenant que le premier ministre ait pris les devants en invitant le président à renégocier l'ALENA. Le premier ministre, toujours aussi sûr de lui, a affirmé qu'il obtiendrait un meilleur accord. Il a même parlé d'une entente où toutes les parties, c'est-à-dire le Canada, les États-Unis et le Mexique, sortiraient gagnantes.
Vu la position du président à l'égard de l'ALENA, il n'est pas surprenant qu'il ait accepté sans tarder l'offre du premier ministre. Qu'a fait le premier ministre après que son vœu ait été exaucé? Il a soulevé toute une série de dossiers n'ayant aucun lien avec le commerce et s'est mis à dos les États-Unis. Au cours des négociations, il y a eu imposition de droits de douane punitifs sur l'acier et l'aluminium canadiens dont les conséquences dévastatrices ont duré plus d'un an.
Le premier ministre a passé beaucoup de temps à faire ce qu'il fait de mieux: il a fait la morale tandis que les Canadiens ont écopé. Les États-Unis ont conclu que le Canada ne souhaitait pas parvenir à un accord. Ils ont donc négocié un accord avec le Mexique. La plupart des aspects de l'accord ont été négociés entre les États-Unis et le Mexique, y compris les dispositions relatives à l'acier. Le Canada a été invité à la dernière minute, alors qu'il ne restait que quelques éléments à régler. Il s'est donc, pour ainsi dire, retrouvé devant le fait accompli. Le gouvernement n'a pas eu grand choix: ou bien il signait l'accord, ou bien il s'en retirait. Il n'est donc pas étonnant que le Canada ait signé l'accord.
À cause du manque de leadership du premier ministre, nous n'avons pas obtenu le meilleur accord que ce dernier nous avait promis, mais bien un accord moins avantageux. Au lieu d'un accord avantageux pour toutes les parties, soit le Canada, les États-Unis et le Mexique, nous avons conclu un accord avantageux pour les États-Unis et le Mexique, mais désavantageux pour le Canada. Il n'est pas étonnant que le gouvernement ait tant hésité et attendu jusqu'à la dernière minute avant de dévoiler l'analyse des répercussions économiques qu'il a lui-même effectuée sur cet accord. Il l'a dévoilée un jour avant que le comité du commerce international ne procède à l'étude article par article du projet de loi C-4.
Si cet accord commercial était aussi bon que le gouvernement voudrait le faire croire aux Canadiens, alors ce dernier aurait certainement dû être très impatient de dévoiler son analyse des répercussions économiques pour montrer à quel point cet accord est avantageux pour le Canada. Or, ce n'est pas ce que le gouvernement a fait.
Pourquoi ne l'a-t-il pas fait? C'est très simple: malgré les beaux discours des députés d'en face, le gouvernement sait qu'il ne s'agit pas d'un bon accord, et le premier ministre n'a pas conclu un meilleur accord comme il l'avait promis.
En examinant l'analyse des répercussions économiques du gouvernement, nous avons constaté qu'elle établit une comparaison entre le nouvel accord et l'absence totale d'accord. Le bon point de comparaison n'est pas entre le nouvel accord et l'absence totale d'accord, mais bien entre le nouvel accord et l'ancien ALENA.
Le gouvernement libéral a délibérément omis d'effectuer une telle analyse ou d'en révéler publiquement les résultats, mais l'Institut C.D. Howe, lui, l'a fait, et selon cet institut, le nouvel accord risque de soustraire 14,2 milliards de dollars du PIB canadien. De plus, le Canada risque de voir ses exportations vers le marché américain diminuer de 3,2 milliards de dollars et ses importations de produits américains augmenter de 8,6 milliards de dollars. On parle de 8,6 milliards de dollars de plus en importations des États-Unis et de 3,2 milliards de dollars en moins dans les exportations du Canada. Il s'agit d'un bon accord pour les États-Unis, mais d'un mauvais accord pour le Canada.
Bien que l'accord laisse à désirer, nous, de ce côté-ci de la Chambre, sommes prêts à appuyer le gouvernement, l'adoption du projet de loi C-4 et la ratification rapide de l'ACEUM. Nous l'appuyons parce qu'au bout du compte, cet accord est mieux que rien.
Comme le député de Sackville—Preston—Chezzetcook l'a mentionné, le milieu des affaires et les premiers ministres provinciaux veulent de la certitude. Ils veulent continuer d'avoir accès à notre plus important partenaire commercial, les États-Unis. Nous savons que les échanges commerciaux bilatéraux entre le Canada et les États-Unis s'élèvent à 2 milliards de dollars par jour et à 900 milliards de dollars par année. Pour mettre les choses en perspective, je signale que c'est neuf fois plus que nos échanges avec notre deuxième partenaire commercial, la Chine. Soixante-quinze pour cent des exportations canadiennes sont destinées au marché des États-Unis.
Dans ce contexte, il serait irresponsable de ne pas appuyer la ratification de l'accord. Sans notre appui, l'accord risque de tomber à l'eau, ce qui ne profiterait à personne. Nous appuyons donc la ratification, mais notre appui n'est pas sans réserve. Nous allons continuer de rappeler au gouvernement les lacunes de l'accord.
Le gouvernement libéral a cédé 3,6 % du marché des produits laitiers et n'a rien obtenu en retour. Il n'a pas réussi à obtenir pour l'industrie canadienne de l'aluminium les mêmes protections que pour l'industrie de l'acier. Nous savons que le gouvernement s'est heurté à un mur pour ce qui est d'assouplir la politique privilégiant l'achat de produits américains. Le Mexique a obtenu un chapitre à ce sujet, mais pas le Canada. La conséquence, c'est que les entreprises canadiennes n'ont pas la possibilité de soumissionner pour les grands marchés publics aux États-Unis. Le gouvernement a également porté atteinte à la souveraineté canadienne puisque, dorénavant, le Canada devra obtenir l'autorisation de Washington pour négocier un accord commercial avec tout pays n'ayant pas une économie de marché, tel que notre deuxième partenaire commercial en importance, la Chine.
Nous appuierons l'accord, mais que personne ne s'y méprenne: nous l'appuyons parce qu'il vaut mieux que rien, et non parce qu'il est avantageux.
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2020-03-11 16:50 [p.1954]
Madam Speaker, various sectors of the Canadian economy have spoken and they have said it is an adequate deal. It is a good enough deal, but it is not a great deal. I could quote many people on that.
Is the member for Kingston and the Islands happy that Canadian aluminum producers do not have the same protection afforded to steel producers, opening up dumping from China via Mexico? Is the member proud that we opened up our dairy market, resulting in compensation that the government is now rolling out because it did not get a good deal to protect our supply-managed sectors of the economy? Is the member proud of the fact that we got rid of the investor-state dispute settlement mechanism, leaving Canadian businesses at the whim of U.S. courts?
I am not proud of those things. There is a lot of room for an improved deal. This is far from a good deal.
Madame la Présidente, des représentants de divers secteurs de l'économie canadienne ont dit que c'est un accord suffisant. C'est un accord non pas excellent, mais suffisant. Je pourrais citer nombre d'intervenants à ce sujet.
Le député de Kingston et les Îles est-il heureux que les producteurs d'aluminium canadiens ne bénéficient pas de la même protection que les producteurs d'acier et qu'ils soient ainsi vulnérables au dumping en provenance de la Chine et du Mexique? Le député est-il fier que le Canada assouplisse l'accès à son marché des produits laitiers, ce qui force maintenant le gouvernement à offrir une indemnité parce qu'il n'a pas obtenu un accord suffisamment avantageux pour protéger les secteurs de notre économie qui sont soumis à la gestion de l'offre? Le député est-il fier que le Canada se soit débarrassé du mécanisme de résolution des différends entre les investisseurs et l'État, ce qui laisse les entreprises canadiennes à la merci des tribunaux des États-Unis?
À mon avis, il n'y a pas de quoi être fier. Cet accord pourrait être bien meilleur. C'est loin d'être un bon accord.
View Scott Duvall Profile
NDP (ON)
View Scott Duvall Profile
2020-03-11 16:51 [p.1954]
Madam Speaker, in his speech earlier, the member mentioned that Conservatives are not happy with the deal, but they are going to accept it. I agree there could have been a better deal. However, there are major improvements in certain areas from the original deal, and getting rid of the investor-state provisions was a good thing. It allowed the investors to actually sue our government.
Does the member believe that this is a better deal than the original deal, or does he feel the original deal was better and we should have stayed with it?
Madame la Présidente, plus tôt, dans son discours, le député a dit que les conservateurs ne sont pas satisfaits de l'accord, mais qu'ils vont l'accepter quand même. Je conviens qu'il aurait pu être meilleur. Cependant, il y a de nettes améliorations par rapport à certaines dispositions de l'accord précédent, et l'élimination des dispositions sur les différends entre les investisseurs et l'État est une bonne chose, car ces dispositions permettaient carrément aux investisseurs de poursuivre l'État.
Le député pense-t-il que cet accord est meilleur que le précédent ou croit-il que l'accord précédent était meilleur et qu'il aurait fallu le maintenir?
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2020-03-11 16:52 [p.1954]
Madam Speaker, we believe that the old NAFTA deal was a better deal than this deal. That is clear. The Prime Minister invited the President to renegotiate a deal that had, on the whole, been good for Canada and that created five million Canadian jobs. NAFTA was a good deal. This deal is an adequate deal, but one that falls far short.
Madame la Présidente, nous croyons que l'ancien ALENA était meilleur que cet accord. C'est évident. Le premier ministre a invité le président des États-Unis à renégocier un accord qui, dans l'ensemble, a été avantageux pour le Canada et a créé cinq millions d'emplois au pays. L'ALENA était un bon accord. Le nouvel accord est suffisant, mais il comporte des lacunes.
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
View Michael Cooper Profile
2020-03-11 16:54 [p.1954]
Madam Speaker, with respect to aluminum that the member made reference to, it is with respect to parts from aluminum. At the end of the day, sources from a country such as China can be dumped into the North American market by Mexico. The agreement falls far short in terms of our aluminum producers.
Madame la Présidente, le député a parlé d'une exigence relative à l'aluminium, mais mon inquiétude se rapporte aux pièces d'aluminium. Au bout du compte, de l'aluminium produit en Chine pourrait être écoulé à bas prix sur le marché nord-américain par le Mexique. Les protections prévues dans l'accord pour les producteurs d'aluminium canadiens sont nettement insuffisantes.
View Scott Duvall Profile
NDP (ON)
View Scott Duvall Profile
2020-03-11 17:07 [p.1956]
Madam Speaker, Quebec is one of the biggest aluminum producers in North America and an excellent, well-paid workforce. It does not have the same protections under the aluminum strategy as it did with the steel industry. Does the member fear, because the rules are so vague in the aluminum industry, that there is going to be a massive job loss in Quebec?
Madame la Présidente, le Québec est l'un des plus grands producteurs d'aluminium en Amérique du Nord et il dispose d'une excellente main-d'œuvre bien rémunérée. La stratégie sur l'aluminium n'offre pas des mesures de protection équivalentes à celles dont bénéficie l'industrie de l'acier. En raison des règles floues dans le secteur de l'aluminium, le député craint-il qu'un nombre incroyable d'emplois soient perdus au Québec?
View Brad Vis Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, the Conservative Party is the party of free trade and free markets. We recognize the importance of the U.S. and Mexican markets for Canadian exporters, which is why the Conservatives have been clear that we will support the swift passage of the new NAFTA deal. However, while a deal is better than no deal, Canadian industries are bracing for the impact of the changes to come.
Ironically enough, the Liberal government's economic impact report compares CUSMA to not having a NAFTA deal at all. This is baffling, since almost any trade deal, no matter how lopsided, would have been better than having nothing at all.
The C.D. Howe Institute discovered that CUSMA would reduce Canada's GDP by $14.2 billion. Its recent report found that after the implementation of CUSMA, Canada's exports to the U.S. will fall by $3.2 billion, while our imports from the U.S. will increase by $8.6 billion, with the worst impacts being felt in our agriculture and dairy sectors.
I have heard from many farmers in my riding who operate businesses in supply-managed industries, and they feel that the Liberal government has literally sold the family farm. The Conservatives are committed to Canada's supply management system, but the Liberal government's weak leadership and ineffective negotiation tactics have continued to erode the system's integrity. Concessions have been made to the U.S. without our receiving anything meaningful in return, and stakeholders are speaking up.
Last week, I had the opportunity to meet with turkey farmers in British Columbia. They indicated that market access concessions made as the result of CUSMA are going to hurt turkey farm families across the country. Not only that, this change would greatly hinder Canadian consumer access to locally farmed products.
What would this impact look like? Under CUSMA, the market access commitment calculation for turkey will be modified to a 29% increase in new market access for the U.S. into Canada. It will allow the U.S. to export an additional 1,000 metric tons of turkey products each year for the next 10 years above current access levels, with potentially more in the future.
Canadian dairy farmers and processors are also set to lose market access to the Americans. Before the international trade committee, the Dairy Processors Association of Canada shared that at full implementation, the access granted under CUSMA, in addition to the existing concessions from other agreements, namely CETA and CPTPP, represent about 18% of the Canadian market. When considering the three latest trade agreements, Canadian dairy processors will lose $320 million per year.
On top of the market access concessions, CUSMA includes a concerning and unprecedented clause that will impose export caps on worldwide Canadian shipments of milk powder, protein concentrates and infant formula. For example, for skim milk powder and milk protein concentrates, a cap of 55,000 tonnes will be imposed for the first year and 35,000 tonnes for the second year.
The Canadian Federation of Agriculture is also sounding the alarm. In addition to the market access concessions, supply-managed industries are anxiously waiting for government to fulfill its commitment to quickly and fully mitigate the impacts of these trade agreements, action that is necessary, though insulting to many of my constituents who work in these industries.
Before the international trade committee, Mr. Dykstra, a New Brunswick dairy farmer, stated:
I now want to touch on the compensation package promised, and partly delivered, for CETA and CPTPP. I haven't heard anything about the remaining years and how it will be paid out. That in itself concerns me. The compensation package is bittersweet. Most farmers, including me, received a payment in December of last year for those previous trade agreement concessions. As far as I am aware, no concrete timeline has been set for the next payments. We, as dairy farmers, have always prided ourselves on getting all our money from the marketplace. This is how the system is supposed to work. This is how it did work. The government trading away excess and then offering compensation is not what we want.
In addition to the previously mentioned market access concessions, the Canadian Federation of Agriculture has raised two other issues causing serious industry concern.
First, the Liberals have relinquished Canadian sovereignty on critical internal policy development and export control functions. CUSMA commits Canada to consult with the United States before making changes to Canadian dairy policies. This should have never been surrendered.
Second, as mentioned previously, the Liberal government also agreed to cap dairy-sector exports of milk protein concentrates, skim milk and infant formula to CUSMA and non-CUSMA countries, and approved an export charge on exports over the cap. This is disturbing on several fronts. Canada has long argued against the use of export tariffs to regulate trade. It also sets a dangerous precedent by allowing a regional trade agreement and a party in that agreement to control the trade of another party to countries outside of that agreement.
This is why the Conservative Party is standing up for these Canadian businesses and calling on the Deputy Prime Minister and the Liberal government to amend the agreement. Export thresholds for milk protein concentrates, skim milk powder and infant formula should only be subject to trade between the CUSMA signatories, not to other countries that are not party to the agreement.
I will give a real-world example of this from a company that employs hundreds of people in my riding, Vitalus Nutrition, whose CEO, Phil Vanderpol, presented at the trade committee.
Vitalus processes milk supplied by Canadian farmers into high-quality cream and butter, milk protein concentrates and milk protein isolates that have superior quality, nutritional value and functionality. It planned and anticipated demand and, up to this point, was capitalizing on the growth in the global market for nutritional value-added dairy ingredients. The federal government, or at least Western Economic Diversification Canada and Agriculture and Agri-Food Canada, recognized Vitalus' economic promise and even invested significant funds in the company in the previous Parliament. However, that same federal government is now pulling the rug out from under the company and, ironically, its own previous investments. The Liberal government has managed, in this case, to simultaneously shrink the opportunity for Canadian dairy producers in the Fraser Valley while limiting their ability to grow by exporting.
Turning to forestry, Canada's forestry industry is also disappointed in the Liberal government's inability to protect its sector, since CUSMA does not prevent the United States from applying anti-dumping and countervailing duties to Canadian softwood lumber. Yes, Canadian forest product producers want a speedy ratification of CUSMA, even though it will provide no relief for their uncertainty. They want this in the hope that the federal government will start providing their industry the attention it requires. Businesses are going under, families are hurting and more than 20,000 forestry workers have suffered layoffs. The Liberal government must take immediate action to solve the softwood lumber dispute. It is unconscionable that a sector so significant was not part of the agreement.
I do not have time to address all of the shortcomings I have outlined that are in this new trade agreement, but I note that I would have liked to see the list of professionals admitted under temporary entry for business persons expanded to include the jobs of the 21st century. There are a lot of problematic issues regarding the rules of origin for automobiles and the new quotas in place. Also, buy America was not addressed.
When I was a graduate student, I participated in the North American forum for young leaders in North America. I had the opportunity to work with American and Mexican students at some of the top universities in our continent. On a personal note, we have so much untapped potential between our three countries, and I look forward to seeing labour mobility provisions changed during my lifetime, of course with strict immigration protocols, to meet the untapped potential we have with our trading partners.
With that, I would say that the new NAFTA deal put forward for ratification by the government is, overall, a disappointment, which I know because I represent the supply-managed industries in Mission—Matsqui—Fraser Canyon. It would leave Canadians worse off than they were under the prior agreement and would relinquish our sovereignty. Our economy depends on free trade, and we need a federal government that signs agreements for the benefit of Canadians. It seems in this case that Canadians were sold out on so many fronts. We need ministers like my old boss, the member for Abbotsford, at the helm of international trade.
Madame la Présidente, le Parti conservateur est le parti du libre-échange et du libre marché. Nous reconnaissons l'importance des marchés américain et mexicain pour les exportateurs canadiens. Voilà pourquoi les conservateurs ont clairement indiqué qu'ils appuieraient l'adoption rapide du nouvel ALENA. Cependant, même si un accord est mieux que rien du tout, les industries canadiennes se préparent à affronter les conséquences des changements à venir.
C'est drôle, car dans le rapport du gouvernement libéral sur les répercussions économiques, on peut lire que l'ACEUM est tout comme si nous n'avions pas du tout d'ALENA. C'est déconcertant lorsqu'on pense que presque n'importe quel accord commercial, aussi désavantageux soit-il, aurait été mieux que de ne rien avoir du tout.
L'Institut C.D. Howe a découvert que l'ACEUM allait diminuer le PIB du Canada de 14,2 milliards de dollars. Son récent rapport a révélé qu'après la mise en œuvre de l'ACEUM, les exportations du Canada vers les États-Unis allaient chuter de 3,2 milliards de dollars, tandis que les importations en provenance des États-Unis allaient augmenter de 8,6 milliards de dollars, les pires répercussions se faisant sentir dans les secteurs agricole et laitier du Canada.
De nombreux agriculteurs de ma circonscription qui exploitent des entreprises dans des industries soumises à la gestion de l'offre ont communiqué avec moi et m'ont dit qu'ils ont l'impression que le gouvernement libéral a littéralement vendu la ferme familiale. Les conservateurs sont résolus à protéger le système de gestion de l'offre du Canada, mais le manque de leadership et les tactiques de négociation inefficaces du gouvernement libéral ont continué d'éroder l'intégrité du système. On a fait des concessions aux États-Unis, mais le Canada n'a rien reçu de significatif en échange. Les parties prenantes dénoncent la situation.
La semaine dernière, j'ai eu l'occasion de rencontrer des producteurs de dindon en Colombie-Britannique. Ils m'ont dit que les concessions concernant l'accès aux marchés qui ont été faites en raison de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique vont nuire aux producteurs de dindon et à leurs familles partout au Canada. De plus, ce changement entravera grandement l'accès des consommateurs canadiens aux produits d'élevage locaux.
À quoi ressembleront ces répercussions? Dans le cadre de l'Accord, le calcul de l'engagement d'accès aux marchés concernant la dinde sera modifié en faveur d'une hausse de 29 % de l'accès des États-Unis à de nouveaux marchés canadiens. Cela permettra aux États-Unis d'exporter 1 000 tonnes métriques de produits de dinde de plus chaque année pendant les 10 prochaines années, au-delà des niveaux d'accès actuels, et possiblement plus à l'avenir.
Les producteurs et transformateurs laitiers canadiens subiront une réduction de l'accès aux marchés au profit des Américains. Devant le comité du commerce international, les représentants de l'Association des transformateurs laitiers du Canada ont déclaré que lorsque l'ACEUM sera pleinement mis en œuvre, les accès prévus, en tenant compte des concessions déjà faites en raison des autres accords en vigueur, notamment l'AECG et le PTPGP, représenteront environ 18 % du marché canadien. Si l'on tient compte de ces trois accords commerciaux, les transformateurs laitiers canadiens perdront 320 millions de dollars par année.
En plus des concessions concernant l'accès aux marchés, l'ACEUM comporte une disposition sans précédent — et troublante — qui impose le plafonnement des exportations canadiennes à l'échelle internationale de poudre de lait, de concentrés de protéines laitières et de lait maternisé. Si l'on prend l'exemple de la poudre de lait écrémé et des concentrés de protéines laitières, un plafond de 55 000 tonnes est fixé pour la première année, et de 35 000 tonnes pour la deuxième.
La Fédération canadienne de l'agriculture pousse un cri d'alarme. En plus de ces concessions sur les accès aux marchés, les industries soumises à la gestion de l'offre attendent impatiemment que le gouvernement respecte son engagement d'atténuer, rapidement et entièrement, l'impact de ces accords commerciaux, une démarche qui est nécessaire, malgré que la situation insulte un grand nombre d'électeurs de ma circonscription qui travaillent dans ces industries.
Devant le comité du commerce international, M. Dykstra, un producteur laitier du Nouveau-Brunswick, a déclaré:
J'aimerais aussi parler un peu des indemnités promises, et versées en partie, pour l'AECG et le PTPGP. Je n'ai rien entendu sur les années qu'il reste et la façon dont ces indemnités seront versées. Déjà, cela m'inquiète. Ces indemnités me laissent un goût amer dans la bouche. La plupart des agriculteurs, dont moi, ont reçu un paiement en décembre dernier pour les dernières concessions commerciales. En ce qui me concerne, je n'ai aucune idée du moment où je recevrai les prochains paiements. Nous, les producteurs laitiers, nous sommes toujours fait une fierté de tirer tous nos revenus du marché. C'est ainsi que le système est censé fonctionner. C'est ainsi qu'il fonctionnait. Nous ne voulons pas que le gouvernement sacrifie les surplus, puis nous offre des indemnités pour compenser.
En plus des concessions concernant l'accès aux marchés mentionnés précédemment, la Fédération canadienne de l'agriculture a soulevé deux autres questions qui préoccupent vivement l'industrie.
Premièrement, les libéraux ont renoncé à la souveraineté canadienne en ce qui a trait à l'élaboration d'importantes politiques internes et aux processus du contrôle à l'exportation. En vertu de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique, le Canada doit consulter les États-Unis avant d'apporter des changements aux politiques laitières canadiennes. Cela n'aurait jamais dû être accepté.
Deuxièmement, je le répète, le gouvernement libéral a aussi accepté le plafond imposé aux exportations du secteur laitier — notamment de concentrés de protéines laitières, de lait écrémé et de préparations pour nourrissons — vers des pays signataires et non signataires de l'Accord. Il a également approuvé des droits d'exportation sur les exportations qui dépassent le plafond. Cela me préoccupe, pour plusieurs raisons. Le Canada s'oppose depuis longtemps à l'imposition de droits sur les exportations pour régir les échanges commerciaux. En outre, cela établit un dangereux précédent, en permettant qu'un accord commercial régional et qu'un signataire de cet accord contrôlent les échanges commerciaux d'un autre signataire avec des pays non signataires.
Voilà pourquoi le Parti conservateur défend les entreprises agricoles du Canada et pourquoi il demande à la vice-première ministre et au gouvernement libéral de modifier l'Accord. Les plafonds qui s'appliquent aux concentrés de protéines laitières, à la poudre de lait écrémé et aux préparations pour nourrissons devraient seulement s'appliquer aux échanges commerciaux entre les pays signataires de l'Accord, et non aux échanges effectués avec d'autres pays non signataires.
Je prendrai comme exemple une entreprise qui emploie des centaines de personnes de ma circonscription, Vitalus Nutrition. Son PDG, Phil Vanderpol, a témoigné devant le comité du commerce.
Vitalus transforme du lait fourni par des producteurs canadiens en crème et en beurre de qualité, en concentrés de protéines laitières et en isolats de protéines laitières, des produits qui brillent par leur qualité, leur valeur nutritive et leur fonctionnalité. L'entreprise a su planifier et prévoir la demande et, jusqu'à maintenant, elle tirait parti de la croissance du marché mondial des ingrédients laitiers nutritionnels à valeur ajoutée. Le gouvernement fédéral — ou du moins Diversification de l'économie de l'Ouest Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada — a reconnu le potentiel économique de Vitalus et y a même investi des sommes considérables pendant la dernière législature. Fait ironique, ce même gouvernement fédéral fragilise maintenant cette entreprise et les investissements qu'il y a lui-même faits. Dans ce cas, le gouvernement libéral a réussi à limiter à la fois les débouchés des producteurs laitiers de la vallée du Fraser et leur capacité de croître grâce aux exportations.
Quant à l'industrie forestière, elle trouve aussi décevant que le gouvernement libéral soit incapable de protéger le secteur forestier, puisque l'Accord Canada—États-Unis—Mexique n'empêche pas les États-Unis d'imposer des droits antidumping ou compensateurs sur le bois d'œuvre canadien. Oui, les producteurs canadiens de produits forestiers souhaitent une ratification rapide de l'Acoord, qui n'offre pourtant rien pour régler leurs incertitudes. Ils espèrent qu'une fois l'Accord réglé, le gouvernement fédéral portera à leur industrie l'attention dont elle a besoin. Des entreprises font faillite, des familles sont en difficulté, et plus de 20 000 travailleurs forestiers ont été mis à pied. Le gouvernement libéral doit agir immédiatement afin de régler le conflit sur le bois d'œuvre. Il est inacceptable qu'un secteur aussi important que celui-ci ait été exclu de l'Accord.
Je n'ai pas le temps de détailler toutes les lacunes de ce nouvel accord. J'ajouterai toutefois que j'aurais aimé qu'on ajoute les emplois du XXIe siècle à la liste des professionnels ayant droit à l'admission temporaire des hommes et des femmes d'affaires. De plus, les règles d'origine relatives aux automobiles et les nouveaux quotas posent de nombreux problèmes. Rappelons aussi que la question de la politique « Buy America » n'a pas été réglée.
Pendant mes études supérieures, j'ai participé au forum nord-américain des jeunes leaders en Amérique du Nord. J'ai eu l'occasion de travailler avec des étudiants américains et mexicains de certaines des meilleures universités du continent. Personnellement, j'estime que les trois pays peuvent s'apporter beaucoup les uns aux autres et j'espère que les dispositions relatives à la mobilité de la main-d'œuvre seront un jour modifiées — et assorties de protocoles d'immigration stricts, évidemment — et qu'on tirera enfin profit du potentiel inexploité que nous offrent nos partenaires commerciaux.
Cela dit, j'ajouterais que le nouvel ALENA qu'entend ratifier le gouvernement est, dans l'ensemble, décevant et je peux l'affirmer, parce que je représente Mission—Matsqui—Fraser Canyon, une circonscription où se trouvent des industries assujetties à la gestion de l'offre. Les Canadiens se retrouveront en moins bonne posture avec le nouvel accord qu'avec l'ancien et ils auront cédé leur souveraineté. L'économie canadienne dépend du libre-échange et le pays a besoin d'un gouvernement fédéral qui signe des accords profitables pour les Canadiens. Dans le cas présent, on a l'impression que les intérêts des Canadiens ont été sacrifiés sur bien des fronts. Le pays a besoin de ministres à l'image de mon ancien patron, le député d'Abbotsford, pour diriger la politique en matière de commerce international.
View Brad Vis Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I remind the hon. member for Kingston and the Islands of a moment in the last Parliament, when the Deputy Prime Minister called over the member for Abbotsford and congratulated him. She embraced him in the House and thanked him for the excellent work he had done on the free trade agreement with the European Union. That does not happen every day. That happened because of the amazing work the previous Conservative government did to support free trade in Canada.
Turning to this deal, I note that all of my constituents who raised concerns about the new NAFTA have been vehemently and unanimously opposed to it. There are so many young farmers, like the dairy producers who were in Ottawa just a few weeks ago, who feel the Government of Canada sold them out. For the first time they are taking a paycheque from the government when they and their families prided themselves on maintaining the supply management system. That will be lost in a big way under this agreement.
I will make no bones about challenging an agreement that erodes Canadian sovereignty and that demands the Government of Canada to share its policies on dairy production with a foreign government. That is unacceptable.
Madame la Présidente, j'aimerais rappeler au député de Kingston et les Îles qu'à un moment donné, lors de la dernière législature, la vice-première ministre a interpellé le député d'Abbotsford pour le féliciter. Elle lui a donné l'accolade à la Chambre et l'a remercié pour l'excellent travail qu'il avait accompli dans le dossier de l'accord de libre-échange avec l'Union européenne. Des moments comme celui-là, nous n'en voyons pas tous les jours; il résulte du travail extraordinaire que le gouvernement conservateur précédent a fait pour soutenir le libre-échange au Canada.
En ce qui concerne le présent accord, je constate que tous les habitants de ma circonscription qui ont exprimé des inquiétudes au sujet du nouvel ALENA s'y sont tous opposés avec véhémence. Un grand nombre de jeunes agriculteurs, comme les producteurs laitiers venus manifester à Ottawa il y a quelques semaines à peine, ont l'impression que le gouvernement fédéral les a laissé tomber. Pour la première fois, ils ont dû accepter un chèque de paie du gouvernement, alors qu'eux et leur famille étaient fiers d'assurer le maintien du système de gestion de l'offre. Le recul à cet égard sera énorme en vertu de cet accord.
Je n'hésiterai pas à contester un accord qui érode la souveraineté du Canada et qui exige que le gouvernement fédéral adopte les mêmes politiques en matière de production laitière qu'un gouvernement étranger. C'est inacceptable.
View Brad Vis Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I thank my Bloc Québécois colleague for her question.
I am not quite comfortable answering a question in French, but I will get there.
I was at the B.C. poultry AGM last week and heard that right now in Canada unfortunately we are consuming less turkey. Turkey producers across Canada have launched a new campaign to share the benefits of eating turkey meat at times outside of our Thanksgiving holiday.
The concessions that were made regarding turkey producers are like a double whammy to them, because they have already seen a decrease in their quota allotments over the last number of years. They will especially feel the impacts of CUSMA more than other supply-managed sectors.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue du Bloc québécois de sa question.
Je ne suis pas très à l'aise pour répondre à une question en français, mais je vais finir par y arriver.
J'ai assisté à l'assemblée générale annuelle des éleveurs de volaille en Colombie-Britannique la semaine dernière, et j'ai entendu dire que, malheureusement, nous consommons actuellement moins de dindon au Canada. Les producteurs de dindons du Canada ont lancé une nouvelle campagne pour faire connaître les bénéfices de consommer de la chair de dindon à d'autres occasions qu'à l'Action de grâces.
Les concessions qui ont été faites au détriment des producteurs de dindons représentent un nouveau coup dur pour eux du fait qu'ils ont déjà subi une diminution de leurs quotas au cours des dernières années. Ils vont ressentir les effets de l'ACEUM encore plus que les autres secteurs soumis à la gestion de l'offre.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2020-03-11 17:37 [p.1960]
Madam Speaker, I commend my colleague on his speech.
He spoke about the aluminum industry, which we were very concerned about. We also stood up for the aluminum industry in the House.
Unfortunately, I think the Bloc Québécois is being quite naive. It was satisfied with the Deputy Prime Minister's stated intention to perhaps do something with the Americans to protect our aluminum industry, to provide for traceability measures.
These negotiations unfortunately never materialized. They are yet to happen, and the Bloc Québécois seems to be taking the Deputy Prime Minister and the Liberal government at their word.
Earlier the parliamentary secretary spoke about give-and-take. Where is the give-and-take in all of this?
Madame la Présidente, j'applaudis le discours de mon collègue.
Il a parlé du secteur de l'aluminium, qui nous a beaucoup préoccupés. Nous aussi, nous nous sommes levés à la Chambre pour défendre le secteur de l'aluminium.
Malheureusement, je trouve que le Bloc québécois a fait preuve de beaucoup de naïveté. Il s'est contenté de la volonté exprimée par la vice-première ministre de, peut-être, faire quelque chose avec les Américains pour protéger notre aluminium, pour que nous ayons des mesures de traçabilité.
Malheureusement, ces négociations n'ont pas eu lieu. Ces négociations sont à venir, et le Bloc québécois semble croire à 100 % la parole de la vice-première ministre et celle du gouvernement libéral.
Tout à l'heure, le secrétaire parlementaire a parlé de donnant, donnant. Quel est-il dans cette histoire-là?
View Bob Saroya Profile
CPC (ON)
View Bob Saroya Profile
2020-03-11 17:40 [p.1961]
Madam Speaker, I come from the private sector and I am really glad to speak to this very important subject.
For Canadian businesses, when it comes to finding customers, Chicago and Toronto are separated by only 800 kilometres. Vancouver and Toronto are separated by 4,000 kilometres. For businesses in Vancouver, customers in Seattle are much closer than even customers in Calgary.
To put it into perspective, 66% of Canadians live within 100 kilometres of a border. It is closer to ship to the south. Geography is a part of it, but over 325 million potential customers is a powerful reason for businesses to look south before they look east or west. For any growing Canadian company, it is just a matter of time before it looks to expand south.
Business is just one part of this equation. Customers in the United States demand Canadian products and Canadians demand American products.
In terms of trade, no relationship compares to that between Canada and the United States: 75% of Canada's trade is done with the United States and $2 billion worth of goods crosses the border everyday.
Just because trade is mutually beneficial does not mean it is easy. Trade can be complex, with different regulations, safety concerns and government help to the industry in different countries. Free trade is never free of rules. That is why agreements need to be reached.
When Canada and the United States began to trade, we did it piecemeal until 1992. That is when Canada, led by then prime minister Brian Mulroney and the Progressive Conservative Party, signed the North American Free Trade Agreement. That created the world's largest economic trading zone. That agreement was an overwhelming success in growing our trade in both the United States and Mexico.
The deputy prime minister put it into perspective when she said, “Today, Canada, the United States and Mexico account for nearly one-third of global GDP despite having just 7% of the global population.”
The clear benefits of NAFTA have helped establish free trade as a foundation of Canadian conservatism, a foundation that former Prime Minister Harper built on by signing trade agreements with South Korea, Jordan and Columbia, among others. Let me remind everyone that the new European Union trade deal was negotiated almost entirely under the previous government. Simply put, the Conservatives understand that.
I am here to discuss the next stage of our trade relationship with the United States and Mexico, the Canada-United States-Mexico agreement, CUSMA, also known as the new NAFTA.
We all know how we got here. On the campaign trail, President Donald Trump promised Americans a better deal with trade. Millions of Americans were concerned that jobs were flowing south to Mexico because of low wages, little regulation and few rights for workers. President trump told them that they were right. On election night, many analysts pointed to these words as the reason that President Trump was able to carry the rust belt states. That delivered him the presidency.
Unfortunately for Canadians, as soon as President Trump was elected, it became clear that calls for a new deal were more than just hot air. Renegotiating NAFTA was a primary goal for his presidency. That meant Canada would be back at the negotiating table.
The talk around the negotiating table was not comforting. Statements made by the Canadian government made it look like it did not take the situation seriously. The Prime Minister threw personal attacks at President Trump, which showed an interest in scoring political points rather than securing a good deal for Canadians.
On the other side, statements by the President about Canada were often not true. At times, it seemed as if Canada was an afterthought, as President Trump focused on Mexico.
The good news is that the deal is done. After years of uncertainty, businesses can once again begin investing in Canada, and investors can be assured that trucks, ships and planes carrying goods between the United States, Canada and Mexico will not grind to a halt due to the repeal of NAFTA.
Many businesses and industries as a whole have made it clear that they want this deal signed, and they want it signed soon. Premiers across the country have also added their voices to that message.
I have already made it clear that the Conservative Party supports free trade. We understood that billions of dollars and hundreds of thousands of jobs, if not millions, were at stake. We wanted the best deal possible for Canadians.
As my colleague from Prince Albert put it, we wanted a good dealt that would last for the next 50 years, but that is not what we got. Instead, Canadians have a deal with new red tape and other barriers that hurt Canadian businesses, a deal that ignores ongoing problems and mutually beneficial economic opportunities.
The barrier I find most disturbing involves trade deals with other nations. Under CUSMA, if Canada continues expanding it free trade network, it will have to seek permission from the United States. This overreach into Canadian sovereignty is a hard pill to swallow. Canada should be free to pursue its trade interests with anyone.
That question of American oversight also made its way into the rules about dairy products. Canada gave up 3% of the market to American suppliers in the deal, but the concessions did not end there. Milk protein exports are now something the United States government has a say over. The Canadian government also negotiated away milk classes 6 and 7. With all these drastic changes, it should not be a surprise that the dairy industry will need help. That help will most likely come in the form of subsidies or payouts for which Canadians will be on the hook.
The new rules around aluminum have also raised concerns. Canada is a massive producer of aluminum. Globally we are the fourth-largest producer in the world. When CUSMA was being negotiated, it was clear we had to protect our market share in the United States, which, according to the Financial Post, is “just over half of it.” The new rules protect our steel industry but do nothing for aluminum.
As I mentioned before, one of the problems with this deal is the issues that were ignored. The issue that comes to the top of mind is the buy America policies. We failed to get rules in CUSMA that would stop the unfair boxing out of Canadian companies from government contracts in the United States. Mexico was able to strike a deal.
As for the lingering softwood lumber dispute, it was ignored and left in the hands of the World Trade Organization, an organization that has struggled to make any progress on the issue at all.
In terms of opportunities lost, a glaring example was not including more professions under section 16. That would have made it easier for companies to bring in high-demand low-supply professionals who they need to grow their businesses.
Instead of the 50 years of certainty, the new NAFTA gives 16 years, 16 years before we are back at the negotiating table, and that is if we can make it past the six-year formal reviews of CUSMA.
While there are many flaws, a deal is better than no deal, and we need to focus on the next steps. The agreement has put many industries at risk. There needs to be discussions on how Canada is going to ensure CUSMA is not a crippling blow for them. Unfortunately, that means Canadian taxpayers are once again facing new costs because of poor decisions by the Liberal government.
Madame la Présidente, je viens du secteur privé et je suis très heureuse de parler de ce sujet très important.
Pour les entreprises canadiennes, lorsqu'il s'agit de trouver des clients, la distance est un facteur. Seulement 800 kilomètres séparent Chicago de Toronto, alors que 4 000 kilomètres séparent Vancouver et Toronto. Pour les entreprises de Vancouver, les clients de Seattle sont beaucoup plus proches que ceux de Calgary.
Pour mettre les choses en perspective, 66 % des Canadiens vivent à moins de 100 kilomètres d'une frontière. Les clients américains sont beaucoup plus près que peuvent l'être les clients canadiens. La géographie est un facteur, mais quelque 325 millions de clients potentiels suffisent amplement pour inciter les entreprises à se tourner vers les États-Unis avant de se tourner vers l'Ouest ou l'Est canadien. Ce n'est qu'une question de temps avant que les entreprises canadiennes en pleine croissance ne cherchent à étendre leurs activités au sud de la frontière.
Les entreprises ne sont qu'une partie de cette équation. Les clients américains demandent des produits canadiens, et les Canadiens demandent des produits américains.
Sur le plan du commerce, aucune relation n'est comparable à celle qui existe entre le Canada et les États-Unis: 75 % des échanges commerciaux du Canada se font avec les États-Unis, et des marchandises d'une valeur de 2 milliards de dollars traversent quotidiennement la frontière.
Ce n'est pas parce qu'elles sont mutuellement avantageuses que les relations commerciales entre nos deux pays sont faciles. Réglementation, sécurité, subventions gouvernementales: les pierres d'achoppement peuvent en effet être nombreuses. Le libre-échange, ce n'est pas l'absence de règles, et c'est pour cette raison que les accords commerciaux sont aussi importants.
Historiquement, le Canada et les États-Unis ont toujours établi les règles encadrant leurs échanges commerciaux à la pièce. Du moins jusqu'en 1992. Cette année-là, le Canada, avec à sa tête le premier ministre progressiste-conservateur Brian Mulroney, créait en effet la plus vaste zone économique du monde avec l'Accord de libre-échange nord-américain. Cet accord, qui a connu énormément de succès, a permis d'accroître les échanges commerciaux du Canada avec ses deux partenaires, les États-Unis et le Mexique.
La vice-première ministre a réussi à bien mettre les choses en perspective lorsqu'elle a dit: « Aujourd'hui, le Canada, les États-Unis et le Mexique représentent près du tiers du PIB mondial avec seulement 7 % de la population mondiale. »
Les nets avantages de l'ALENA ont permis de faire du libre-échange la pierre angulaire du conservatisme à la canadienne, sur laquelle l'ex-premier ministre Stephen Harper a pu bâtir en concluant de nouveaux accords commerciaux avec la Corée du Sud, la Jordanie et la Colombie, pour ne nommer que ceux-là. Je rappelle aux députés que l'accord avec l'Union européenne a été presque entièrement négocié par l'ancien gouvernement. En deux mots, les conservateurs ont compris comment ça marche.
J'aimerais aujourd'hui parler de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique, ou ACEUM — que d'aucuns appellent aussi « nouvel ALENA » —, qui représente l'étape suivante de nos relations commerciales avec nos deux partenaires américains
Nous savons tous comment nous en sommes arrivés là. Pendant sa campagne électorale, le président Donald Trump a promis aux Américains un meilleur accord commercial. Des millions d'Américains craignaient de voir des emplois être relocalisés au sud en raison des bas salaires, du peu de réglementation et des droits limités des travailleurs au Mexique. Le président Trump leur a dit que leurs craintes étaient justifiées. Le soir des élections, de nombreux analystes ont indiqué que c'est grâce à ces mots que le président Trump a remporté la victoire dans les États de la « rust belt ». C'est cette victoire qui lui a permis de devenir président.
Malheureusement pour les Canadiens, il est devenu clair après l'élection du président Trump que, loin de n'avoir prononcé que des paroles en l'air, il avait bel et bien l'intention de négocier un nouvel accord. La renégociation de l'ALENA représentait l'un des principaux objectifs de sa présidence, ce qui signifiait que le Canada allait devoir retourner à la table des négociations.
Les propos entourant les négociations n'étaient pas rassurants. Les déclarations du gouvernement du Canada donnaient l'impression qu'il ne prenait pas la situation au sérieux. Le premier ministre lançait des attaques personnelles contre le président Trump, ce qui montrait qu'il était plus enclin à chercher les gains politiques qu'à obtenir un bon accord pour les Canadiens.
Par ailleurs, le président Trump faisait souvent des affirmations erronées au sujet du Canada, qu'il voyait comme une considération secondaire alors qu'il se concentrait sur le Mexique.
La bonne nouvelle, c'est que l'accord est conclu. Après des années d'incertitude, les entreprises peuvent de nouveau recommencer à investir au Canada, et les investisseurs peuvent être assurés que les camions, les navires et les avions qui transportent des marchandises entre les États-Unis, le Canada et le Mexique ne seront pas immobilisés à cause de la résiliation de l'ALENA.
Beaucoup d'entreprises et d'industries ont clairement indiqué qu'elles souhaitent que l'on signe cet accord, et ce, rapidement. Les premiers ministres provinciaux du pays ont aussi ajouté leur voix à ce message.
J'ai déjà dit clairement que le Parti conservateur appuie le libre-échange. Nous étions conscients que des milliards de dollars et des centaines de milliers d'emplois, voire des millions, étaient en jeu. Nous voulions le meilleur accord possible pour les Canadiens.
Comme mon collègue de Prince Albert l'a mentionné, nous voulions un bon accord qui durerait pour les 50 prochaines années, mais ce n'est pas ce que nous avons obtenu. Les Canadiens ont plutôt obtenu un accord qui prévoit de nouvelles formalités administratives et d'autres obstacles qui nuisent aux entreprises canadiennes, un accord qui fait fi des problèmes persistants et des débouchés économiques mutuellement avantageux.
À mon avis, l'obstacle le plus inquiétant concerne les accords commerciaux conclus avec d'autres pays. Au titre de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique, si le Canada continue à élargir son réseau de libre-échange, il devra demander la permission aux États-Unis. Cette ingérence dans la souveraineté du Canada est difficile à avaler. Le Canada devrait être libre de conclure des accords commerciaux avec n'importe qui, selon ses intérêts.
Ce droit de regard accordé aux Américains s'étend également aux règles touchant les produits laitiers. Le Canada a cédé 3 % du marché aux fournisseurs américains dans l'accord, mais les concessions ne s'arrêtent pas là. Le gouvernement américain a dorénavant un droit de regard sur les exportations de protéines laitières. Le gouvernement canadien a également sacrifié les classes de lait 6 et 7. Avec tous ces changements draconiens, il ne faudra pas s'étonner que l'industrie laitière ait besoin d'aide. Cette aide prendra fort probablement la forme de subventions ou d'indemnités que les contribuables devront payer.
Les nouvelles règles touchant l'aluminium ont elles aussi soulevé des questions. Le Canada est un très grand producteur d'aluminium, le quatrième en importance dans le monde. Il était évident qu'il fallait protéger notre part du marché américain dans la négociation de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique, une part qui, selon le Financial Post représente « un peu plus de la moitié du marché ». Les nouvelles règles protègent notre industrie de l'acier, mais ne font rien pour l'aluminium.
Comme je l'ai déjà mentionné, on a laissé de côté un certain nombre d'enjeux, ce qui est un des problèmes que pose cet accord. Le premier qui me vient à l'esprit est la politique d'achat aux États-Unis. L'Accord Canada—États-Unis—Mexique empêche injustement les entreprises canadiennes d'obtenir des contrats gouvernementaux aux États-Unis. Le Mexique, lui, a réussi à conclure une entente à cet égard.
Le différend de longue date sur le bois d'oeuvre n'a pas été réglé. On a plutôt laissé le soin à l'Organisation mondiale du commerce de le faire, alors qu'elle n'est jamais vraiment arrivée à avancer dans ce dossier.
Le fait de ne pas avoir prévu davantage de professions au titre de l'article 16 est un exemple flagrant d'occasion ratée. Cela aurait permis aux entreprises de faire venir plus facilement des professionnels en forte demande dont ils ont besoin pour élargir leurs activités.
Au lieu de 50 ans de certitude, le nouvel ALENA nous en donne 16. Autrement dit, dans 16 ans, nous devrons être de retour à la table des négociations, et ce, si nous arrivons à franchir le cap du réexamen formel de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique après six ans.
Même avec beaucoup de défauts, un accord est préférable à l'absence d'accord, et nous devons nous concentrer sur les prochaines étapes. L'accord a mis en péril de nombreuses industries. Il faut discuter de la manière dont le Canada va garantir que l'Accord Canada—États-Unis—Mexique ne leur portera pas un coup fatal. Malheureusement, cela signifie que les contribuables canadiens doivent une fois de plus faire face à de nouveaux coûts en raison des mauvaises décisions du gouvernement libéral.
View Bob Saroya Profile
CPC (ON)
View Bob Saroya Profile
2020-03-11 17:51 [p.1963]
Madam Speaker, when we talk about the industry, the negotiation, etc., this deal was negotiated by Mexico. The Prime Minister was calling the president names, and vice versa. That did not help. The deal was negotiated between Mexico and the United States. We signed it at the end of the day because we had no choice. There are many flaws.
As I said earlier, I come from the private sector and I believe in private enterprise. Dairy products, the softwood lumber industry, the aluminum industry and many other industries will suffer with this new deal.
Madame la Présidente, quand on parle de l'industrie, des négociations et ainsi de suite, il faut avouer que cet accord a été négocié par le Mexique. Le premier ministre injuriait le président, et vice versa. Cela n'a pas aidé. L'accord a été négocié entre le Mexique et les États-Unis. Au bout du compte, nous l'avons signé parce que nous n'avions pas le choix. L'accord comporte de nombreuses lacunes.
Comme je l'ai dit plus tôt, je viens du secteur privé et je crois à la libre-entreprise. L'industrie des produits laitiers, l'industrie du bois d'oeuvre, l'industrie de l'aluminium et beaucoup d'autres industries souffriront à cause de cet accord.
View Scott Duvall Profile
NDP (ON)
View Scott Duvall Profile
2020-03-11 17:51 [p.1963]
Madam Speaker, my friend mentioned earlier some of the issues with this deal, but I have heard from many major stakeholders in the steel industry, the president of the Canadian Labour Congress and the president of Unifor that although they are not really entirely happy with this deal and are disappointed, they feel it is a much better deal than the original deal. Does the member agree with those comments?
Madame la Présidente, plus tôt, le député a parlé de quelques-unes des lacunes de cet accord, mais j'ai entendu de la part de nombreux intervenants importants de l'industrie de l'acier, du président du Congrès du travail du Canada et du président d'Unifor que même s'ils ne sont pas entièrement satisfaits de cet accord, et même s'ils en sont déçus, à leur avis, c'est un bien meilleur accord que l'accord initial. Le député est-il d'accord avec cette observation?
View Bob Saroya Profile
CPC (ON)
View Bob Saroya Profile
2020-03-11 17:52 [p.1963]
Madam Speaker, back in 1992, if my memory is correct, when NAFTA was created, most of the unions and many other people said it was a bad deal, that it would never happen, that it would take jobs and many other things. However, at the end of the day, it was one of the best things the Conservatives did back in 1992. In today's deal, as I mentioned, there are many flaws.
I wish the Liberals had asked for advice from the member of Parliament for Abbotsford, who negotiated with the European Union and many other countries. The Conservatives could have given them advice at no cost, but the original NAFTA was the best deal possible for us.
Madame la Présidente, en 1992, si ma mémoire est exacte, lors de la création de l'Accord de libre-échange nord-américain, la plupart des syndicats et beaucoup d'autres personnes ont dit que c'était un mauvais accord, qu'il ne serait jamais ratifié, qu'il éliminerait des emplois, et ainsi de suite. Cependant, au bout du compte, c'était une des meilleures réalisations des conservateurs en 1992. Comme je l'ai déjà dit, l'accord d'aujourd'hui comporte de nombreuses lacunes.
J'aurais aimé que les libéraux aient demandé des conseils au député d'Abbotsford, qui a participé à des négociations avec les représentants de l'Union européenne et de bon nombre de pays. Les conservateurs auraient pu donner aux libéraux des conseils gratuits; l'ALENA initial était le meilleur accord possible pour nous.
View Bob Saroya Profile
CPC (ON)
View Bob Saroya Profile
2020-03-11 17:54 [p.1963]
Madam Speaker, yes, I agree with you that Quebec produces the greenest aluminum. That was left behind because the deal was not negotiated with Canada. The deal was negotiated with Mexico, and we ended up signing the deal for the sake of signing a deal.
As I said, I come from the private sector, where we would rather have this deal than no deal, but the deal was not negotiated with President Trump in good faith and at the end of the day we took what he gave us.
Oui, je suis d'accord avec vous. Le Québec produit l'aluminium le plus vert au monde. Cet aspect n'a pas été pris en compte parce que le Canada n'était pas à la table de négociations. L'accord a été négocié avec le Mexique. Nous avons fini par le signer pour ne pas nous retrouver sans entente.
Comme je l'ai dit, je viens du secteur privé, où nous trouvons que cet accord vaut mieux que pas d'accord. Cela dit, il n'a pas été négocié de bonne foi avec le président Trump. Au bout du compte, nous avons accepté ce qu'il nous offrait.
View Scott Duvall Profile
NDP (ON)
View Scott Duvall Profile
2020-03-11 18:21 [p.1967]
Madam Speaker, I am really concerned about one particular issue with respect to this agreement, and that is the aluminum industry. The interpretation is very vague as to what protection there is.
I am wondering if the member is concerned that this will allow the doors to be opened for dumping aluminum through Mexico and there will be a loss of jobs in Quebec.
Madame la Présidente, il y a un élément de l'accord qui me préoccupe beaucoup. Il s'agit de l'industrie de l'aluminium. L'accord est très vague quant aux protections prévues.
Le député craint-il que cela permette le dumping d'aluminium au Mexique, ce qui entrainerait des pertes d'emplois au Québec?
View Jeremy Patzer Profile
CPC (SK)
Madam Speaker, the member might want to double-check his facts when he talks about equalization and transfer payments, because I am pretty sure Quebec has been on the receiving end for quite a while in very large amounts, not paying out.
My question is with regard to jobs. The Prime Minister likes to talk about all the Canadian jobs he is supporting. Could the member elaborate on whether jobs would be supported with this deal in his area or not?
Madame la Présidente, le député devrait peut-être vérifier à nouveau ses renseignements concernant les paiements de péréquation et de transfert parce que je suis pas mal certain que, depuis très longtemps, le Québec n'en paie pas, mais en reçoit des sommes considérables.
Ma question porte sur les emplois. Le premier ministre aime parler de tous les emplois qu'il soutient au Canada. Le député pourrait-il dire si cet accord soutiendra ou non l'emploi dans sa région?
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, the member opposite has again used the term “non-partisan” on quite a few points. I do not think anyone in this room would consider it partisan to point out that all members of Parliament who are not part of the executive or cabinet have a duty to hold the government to account for its conduct, particularly when it comes to these free trade deals.
The member talked about how Canada had a team Canada approach when it came to working together. Very early on, the government decided it would work with Mexico and take a team approach against the challenges that the Americans, particularly the President, had launched. The President had been very clear that most of the issues in this NAFTA negotiation had to do with Mexico. They did not have to do with Canada. However, near the end of the negotiation, the Mexican government did a bilateral where clearly trilateral issues were discussed and Canada was left out in the cold. The team Canada approach was left out in the cold.
Does this member believe that the government let the country down when it came to this approach at that critical juncture? It was critical for this country.
Madame la Présidente, le député d'en face a de nouveau demandé aux députés de mettre de côté la partisanerie à l'égard de nombreux points. Je doute que quiconque dans cette enceinte considère comme de la partisanerie le fait de souligner que tous les députés qui ne font pas partie de l'exécutif ou du Cabinet ont le devoir de demander des comptes au gouvernement relativement à sa conduite, surtout en ce qui concerne les accords de libre-échange.
Le député a expliqué que le Canada avait adopté l'approche « Équipe Canada » en matière de collaboration. Très tôt dans les négociations, le gouvernement a décidé de travailler avec le Mexique, en adoptant une approche d'équipe, afin de relever les défis lancés par les Américains, particulièrement le président. Le président avait très clairement indiqué que la plupart des points de négociation dans l'ALENA concernaient le Mexique. Ils n'avaient rien à voir avec le Canada. Cependant, vers la fin des négociations, le gouvernement mexicain a adopté une approche bilatérale dans des dossiers qui étaient clairement trilatéraux, et le Canada a été laissé pour compte. L'approche « Équipe Canada » est restée en plan.
Le député croit-il que, en misant sur cette approche, le gouvernement a laissé tomber le pays à ce moment critique? Il s'agissait d'un moment crucial pour le Canada.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2020-03-10 10:32 [p.1847]
Madam Speaker, I certainly want to thank the Democrats in the United States for standing up for Canada and ensuring we got some better deals than the Liberals were willing to sign off on. We got rid of the investor-state provisions and we support that.
What the member did not talk about was chapter 19 and the fact that the government has traded away our right to data sovereignty. When I spoke with U.K. colleagues in Washington recently, they were really disturbed that we no longer have the right to protect our data sovereignty, that we have lost the right to put in privacy provisions that the EU is moving toward and that we do not have the power to tax the Google, Facebook and Amazon giants. Certainly, their lobbyists are dancing and popping the champagne.
I am really concerned about the safe harbour provisions, which do not allow Canada to hold YouTube or Facebook to account for the drive of extremist content that is happening through their algorithms on their sites. We do not have the power to take them on. I would ask my hon. colleague why Canada has dropped the ball so clearly on the issue of data rights and the rights of our citizens in the digital realm.
Madame la Présidente, je tiens à remercier le Parti démocrate américain d'avoir défendu les intérêts du Canada en faisant en sorte que nous obtenions de meilleurs accords que ceux que les libéraux étaient prêts à signer. On s'est débarrassé des dispositions investisseur-État, et nous appuyons cette mesure.
Le député n'a toutefois pas parlé du chapitre 19 et du fait que le gouvernement a renoncé à notre droit à la souveraineté des données. Lorsque je me suis entretenu avec des collègues britanniques à Washington récemment, ils étaient très perturbés de constater que nous ne disposons plus du droit de protéger notre souveraineté sur les données, que nous avons perdu le droit de faire adopter des dispositions relatives à la protection des renseignements personnels et de la vie privée, comme l'Union européenne s'apprête à le faire, et que nous n'avons pas le pouvoir d'imposer les géants comme Google, Facebook et Amazon. Leurs lobbyistes sont certainement en train de danser et de sabler le champagne.
Je suis très préoccupé par les dispositions relatives à l'exonération de responsabilité, qui ne permettent pas au Canada de tenir YouTube ou Facebook pour responsables de la diffusion de contenus extrémistes que propagent leurs algorithmes sur leurs sites. Nous n'avons pas le pouvoir de leur faire assumer leurs responsabilités. Je demanderais au député pourquoi le Canada a manqué son coup de façon aussi spectaculaire dans les dossiers des droits en matière de données et des droits de nos concitoyens dans la sphère numérique.
View Tamara Jansen Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I was surprised by the amount of talk about the wins the Liberals had, but there was no mention of gender equality issues. Before negotiations even started, the Prime Minister talked a lot about how he was going to ensure a lot of gender issues were tackled and somehow it does not seem that happened. I am shocked the member did not even mention one word about it in his speech. I wonder if he can mention why that is the case.
Madame la Présidente, j'ai été étonnée que les libéraux mentionnent abondamment leurs bons coups, mais qu'ils ne parlent pas des enjeux en matière d'égalité des sexes. Avant le début des négociations, le premier ministre a beaucoup répété qu'il verrait à ce qu'on règle de nombreux enjeux relatifs au genre. Il semble toutefois que rien n'ait été fait en ce sens. Je trouve stupéfiant que le député n'ait absolument rien dit à ce sujet pendant son discours. Peut-être pourrait-il expliquer pourquoi.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2020-03-10 10:37 [p.1847]
Madam Speaker, I seek unanimous consent of the House to split my time with the member for Chatham-Kent—Leamington.
Madame la Présidente, je demande le consentement unanime pour partager mon temps de parole avec le député de Chatham-Kent—Leamington.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2020-03-10 10:37 [p.1848]
Madam Speaker, it will be that member's maiden speech so I think we are going to hear a really good speech from him today. I cannot think of a better topic for him to speak to, because trade is an important issue to the people in his riding. I look forward to hearing his comments. I am sure they will be wise and worth listening to, unlike some of the other comments we have heard here today. No offence intended.
We are getting through Bill C-4. There is no question about that. We kept our word. We said we would not hold this up. We said that we would do everything we could to properly see this go through the committee stage, which we did. We heard some 200 submissions from people who wanted to appear before the committee.
Even though the Liberals shortened the time, with agreement from the NDP, and made it tough to hear from all of those witnesses, we managed to get through the bulk of them by having extended sittings. I want to thank all members of the committee for sharing their time in the evenings and the staff who were involved so that we could listen to these people. They had serious concerns, and I want to talk about some of those today and get them on the record.
I will start off with dairy. During the TPP negotiations, we were going to give roughly 3.5% market access for dairy to the U.S. and all of the other countries involved in the TPP. When the Liberals pulled us out of the TPP and held us back for a year and a half, and Obama lost the ability to move it forward in the U.S., TPP was going to be the replacement. By the Liberals not moving forward here in Canada, and not creating a window for Obama to move forward in the U.S., we lost that window of opportunity for a period of time, thus a new election in the U.S.
We did the TPP. We still gave up 3.5%, and now we had to negotiate a new NAFTA deal with the U.S. What did we do? We gave up another 3.5%. Dairy producers have been hit twice, which they feel is unfair, and I can understand where they are coming from.
What makes it even more disturbing is what else the Liberals gave up. They gave up their ability to market things like powdered milk around the world, things that we have a surplus of here in Canada. When they were being consulted through the negotiations, they told us in committee that they were under the impression that it would be limited to North America. The text of the agreement indicates that it is global.
Why would the Liberals let another country determine the amount of exports a sector is able to do? That is what the Liberals agreed to in this agreement. The dairy sector has some serious concerns and complaints about that, and this is something the minister will have to address.
Aluminum and the 70% rule are another issue with respect to this agreement. There is still a lot of concern in the aluminum sector in Quebec about why that was different from the steel industry. Why was the aluminum industry not given the same considerations as steel? If we wanted to have North American content, it should have been that way.
What is concerning here is that there could possibly be a back door through Mexico for a pile of cheap aluminum to be dumped into the North American market based on how that country goes through the process of identification. I understand our officials have said they are going to monitor it, along with the U.S., to make sure that does not happen, but the same thing could have simply been done for aluminum as was done for steel. We would have been fine.
Another opportunity that the Liberals missed out on, and which the member for Chicoutimi—Le Fjord brought up in one of our meetings with Steve Verheul, our trade negotiator, is the fact that green aluminum is produced in Quebec and in other parts of Canada. It is all based on hydro power. The facility in British Columbia is based on hydro. The facilities in Chicoutimi are based on hydro. Canada probably produces the most environmentally friendly aluminum in the world.
Why would that not be put into the agreement? Why would we not say that if we want to have green vehicles, environmentally friendly vehicles, let us use environmentally friendly products like Canadian aluminum?
There were opportunities to say that was the way the implementation should be, so that we were not renegotiating the deal. Instead, all three countries said they wanted to do more for the environment and this was one way, so let us put it in our implementation act that we do just that. There was an opportunity there again, an opportunity we would not have known about unless we did some due diligence in committee.
Government procurement is very disturbing. The Liberals did not even touch on it in this new agreement. They said they would leave it up to the WTO. Then we found out the U.S. was talking about pulling out of the WTO government procurement program. We have no protection with respect to government procurement. We have no provisions to fight off buy America. We have nothing in place.
I would strongly encourage the government to go back to the table on this part, especially if we see the U.S. pull out of the WTO agreement. It should get a deal on procurement and deal with buy America, because the Liberals did not do that in this agreement.
Then there is the auto sector. We feel that Canada's auto sector is going to be hit by a decline of almost $1.5 billion when we look at the impact of the changes in the auto rules.
I understand that the U.S. was very tough on these negotiations. There are some wins in it for our guys here in Canada, there are some wins in the U.S. and some concessions made out of Mexico on that. When it comes down to the auto part of the deal, that was actually done in Mexico between the U.S. and Mexico and we took what was left. We did not have a lot of input into the auto part of this deal.
I have some concerns about longevity when it comes to the competitiveness of our auto sector. With these new rules, we are going to have more expensive cars and they are going to be more expensive in the global marketplace. We did nothing to improve the competitiveness of the auto sector within the three countries, which is a really huge missed opportunity.
We also need to talk a little bit about de minimis rates. I know the U.S. wanted us to go up to a higher number. We kept it at a lower number, which is good, but then they put in a strange amendment. They left Canada Post out as being one of the carriers. Looking at it, all of the commercial carriers can handle any packages across the border and get the new de minimis rate, except for Canada Post.
I live in rural Canada. Canada Post delivers my parcels. Why would we have a deal leaving out Canada Post? It is a Crown corporation, and parcel delivery is probably the most lucrative part of Canada Post. Again, this is an area that I think the government needs to look at and fix, because it does not make a lot of sense.
We tried all along to see this piece of legislation go forward. We knew the importance of the deal. We did not like it. We knew it stunk, but I want to get it on the record that we were being progressive and trying to be proactive in moving this forward. This goes back to before the election.
Before the election, we made a motion at the standing committee, once the original deal was signed, to do a pre-study. There were concerns at the time that we would not have the U.S. moving at the same speed as us and we would be ahead of them. Mexico was actually moving very fast. We said that we should have all the pre-studies done and then we would just have to deal with it in the House. The Liberals declined. In December 2019, we offered to come back early and deal with this. The Liberals declined.
It was not until the end of January that the Liberals actually brought it into the House and we managed to work with the other opposition parties and everybody here. Instead of taking the normal 16 days, we did it in six days. At committee, all we wanted was to do thorough research, so we were willing to get it done in the last week of sitting. That last Thursday we put forward an unanimous consent motion, which the Liberals declined, to start this process basically two weeks ago. The member across the way said no. I want to make sure that everybody understands in the House that we have never been the ones holding this up, but we did say that we wanted to have a good thorough look at it.
One of the things that happened at committee, which I think committee members and all members of the House should be very concerned about, is that 20 minutes before our last meeting the Liberals dropped off their economic analysis. They gave us not even an evening, not even an hour to go through it, only 20 minutes. We quickly went through it and started looking at the announcements and the benchmarks, which were compared to nothing. Instead of taking this agreement and comparing it with what we have today, which is what was done on TPP and other trade agreements, it was compared to nothing.
It was a horrible assessment. It was just unusable to help us talk to people who were going to be negatively impacted to find a way forward. It was just incredible.
When C.D. Howe did its assessment, it found this deal is going to cost our economy $14 billion a year. For the Liberals to say this is a win-win-win, no it is not. It is plug our noses and be thankful we got something, because something is better than nothing.
As I sum this up, there is more that I could probably talk about with regard to the committee, but I want to thank all the companies that came forward and all the individuals who gave evidence.
I want to challenge the government because you got a lot of really good information. Do something with that information, mitigate the losses and make sure they are not left out, because it is your responsibility to come up with a game plan. We would be glad to help.
Madame la Présidente, comme il s'agit du discours inaugural du député, je pense que nous aurons droit à une très bonne intervention de sa part. Selon moi, il ne pourrais y avoir meilleur sujet de débat pour lui que celui du commerce puisque c'est un dossier que les habitants de sa circonscription ont à coeur. J'ai bien hâte d'entendre ses observations à ce sujet. Je suis persuadé qu'elles seront judicieuses et intéressantes, contrairement à d'autres commentaires que nous avons entendus aujourd'hui — cela étant dit en tout respect pour mes collègues.
L'étude du projet de loi C-4 avance. Cela ne fait aucun doute. Nous avons tenu parole. Nous avons dit que nous n'en retarderions pas l'étude. Nous avons dit que nous ferions tout en notre pouvoir pour que l'étude avance à l'étape du comité et nous l'avons fait. Nous avons entendu quelque 200 exposés de personnes qui voulaient comparaître devant le comité.
Même si les libéraux ont réduit le temps alloué, avec l'accord du NPD, et ont ainsi fait en sorte qu'il soit plus difficile d'entendre tous ces témoins, nous avons pu entendre la plupart d'entre eux en prolongeant des séances. Je remercie tous les membres du comité d'avoir partagé leur temps en soirée ainsi que le personnel qui nous a aidés à entendre tous ces gens. Les témoins avaient de vives préoccupations, et j'aimerais parler de quelques-unes d'entre elles aujourd'hui pour qu'elles figurent dans le compte rendu.
Je vais commencer par le secteur laitier. Dans le cadre des négociations du Partenariat transpacifique, il avait été entendu que nous donnerions accès à environ 3,5 % de notre secteur laitier aux États-Unis et à tous les autres pays associés au partenariat. Quand les libéraux se sont retirés du partenariat et nous ont empêchés d'aller de l'avant pendant un an et demi et que le président Obama s'est retrouvé dans l'impossibilité de le faire adopter aux États-Unis, le partenariat aurait dû être la solution de rechange. Toutefois, comme les libéraux n'ont pas bougé ici, au Canada, et n'ont pas permis au président Obama d'agir, aux États-Unis, nous n'avons plus eu la possibilité d'intervenir pendant un certain temps, et il y a eu une nouvelle élection présidentielle aux États-Unis.
Nous avons signé le Partenariat transpacifique. Nous avons quand même abandonné 3,5 % de notre secteur laitier et nous nous sommes retrouvés à devoir négocier un nouvel ALENA avec les États-Unis. Qu'est-ce que nous avons fait? Nous avons encore cédé 3,5 % de part de marché. Les producteurs laitiers ont été floués deux fois et ils trouvent cela injuste. Je peux comprendre leur point de vue.
Ce qui rend cette décision encore plus troublante, c'est ce qui a également été concédé par les libéraux. Ils ont renoncé à leur capacité d'offrir dans le monde entier des produits comme le lait en poudre, des produits que nous avons en quantité excédentaire au Canada. Quand ils se sont présentés devant notre comité pendant les négociations, ils ont déclaré avoir l'impression que cette mesure se limiterait à l'Amérique du Nord. Le libellé de l'accord indique bien que c'est mondial.
Pourquoi les libéraux laissent-ils un autre pays décider de la capacité d'exportation d'un secteur de notre économie? C'est ce qu'ils ont accepté dans cet accord. Le secteur de la production laitière a de graves inquiétudes et des plaintes à ce sujet, et c'est une situation sur laquelle la ministre devra se pencher.
L'aluminium et la règle des 70 % constituent une autre question à régler en ce qui concerne cet accord. La distinction qui a été faite par rapport au secteur de l'acier suscite beaucoup de préoccupations au sein du secteur de l'aluminium du Québec. Pourquoi l'aluminium ne bénéficie-t-il pas des mêmes avantages que l'acier? Si nous visions un contenu nord-américain, cela aurait dû être le cas.
Ce qui est préoccupant, c'est que, selon le processus d'identification utilisé, le Mexique pourrait détourner une grande quantité d'aluminium peu coûteux vers le marché nord-américain. Nos fonctionnaires auraient affirmé leur volonté de surveiller la situation de concert avec les États-Unis, pour qu'une telle chose ne se produise pas. Or, nous aurions très bien pu procéder avec l'aluminium comme nous l'avons fait avec l'acier.
Une autre occasion que les libéraux ont ratée et que le député de Chicoutimi—Le Fjord a soulevée lors d'une de nos rencontres avec Steve Verheul, notre négociateur commercial, c'est le fait que l'aluminium produit au Québec et dans d'autres régions du Canada est de l'aluminium vert. Toute cette production repose sur l'énergie hydraulique. L'usine de Colombie-Britannique fonctionne à l'hydroélectricité. Celles de Chicoutimi fonctionnent à l'hydroélectricité. Le Canada produit probablement l'aluminium le plus écologique au monde.
Pourquoi cela ne serait-il pas inclus dans l'accord? Pourquoi ne pas dire que si nous voulons des véhicules verts, des véhicules écologiques, nous devrions utiliser des produits écologiques comme de l'aluminium canadien?
On a eu la possibilité de dire que c’est ainsi que la mise en œuvre devrait se faire de façon à ne pas renégocier l’accord. Au lieu de cela, les trois pays ont dit qu’ils voulaient prendre davantage de mesures pour l’environnement et que c’en était une. Ils ont donc décidé de l’intégrer à la loi de mise en œuvre pour montrer qu'ils étaient sérieux. On a encore eu une possibilité, possibilité dont nous aurions ignoré l’existence à moins de faire preuve de diligence raisonnable en comité.
La question des marchés publics est assez troublante. Les libéraux ne l’ont même pas abordée dans ce nouvel accord. Ils ont dit qu’ils laisseraient l’Organisation mondiale du commerce en décider. Ensuite, nous avons appris que les États-Unis envisageaient de se retirer de l’Accord sur les marchés publics de cette organisation. Nous ne bénéficions d’aucune protection au chapitre des marchés publics. Nous n’avons prévu aucune disposition pour lutter contre celle qui encourage à « acheter américain ». Nous n’avons rien mis en place.
J’encourage fortement le gouvernement à retourner à la table des négociations pour revoir cette partie, surtout si les États-Unis se retirent de l’Accord sur les marchés publics. Il devrait conclure une entente sur les marchés publics et en ce qui concerne le programme « acheter américain », car les libéraux ne l’ont pas fait dans cet accord.
Ensuite, il y a le secteur automobile. En examinant l’incidence des modifications aux règles concernant les automobiles, nous estimons que ce secteur connaîtra un déclin de près de 1,5 milliard de dollars au Canada.
Je comprends que les États-Unis ont négocié à la dure. Il y a quelques gains pour nos travailleurs, quelques gains pour les États-Unis, et le Mexique a fait quelques concessions. Quant aux négociations concernant les pièces d'automobile, elles ont eu lieu au Mexique, entre les États-Unis et le Mexique, et nous avons obtenu les miettes. Nous n'avons pas eu vraiment notre mot à dire sur cette partie de l'accord.
Je crains que la compétitivité de notre secteur de l'automobile ne s'inscrive pas dans la durée. Les nouvelles règles feront en sorte que les automobiles coûteront plus cher à produire, et cela augmentera d'autant leur prix sur le marché mondial. Rien n'a donc été fait pour améliorer la compétitivité de ce secteur au sein des trois pays, ce qui veut dire que nous avons vraiment raté le bateau ici.
Il faut aussi discuter des taux de minimis. Je sais que les États-Unis voulaient que nous les relevions un peu. Nous ne l'avons pas fait, et c'est bien, mais ils ont ensuite ajouté un curieux amendement. Postes Canada ne fait pas partie des transporteurs. L'amendement prévoit que tous les transporteurs commerciaux peuvent effectuer le transport transfrontalier d'un colis et obtenir le nouveau taux de minimis, à l'exception de Postes Canada.
J'habite dans une région rurale. Mes colis me sont livrés par Postes Canada. Pourquoi voudrions-nous avoir un accord dans lequel Postes Canada est exclue? Il s'agit d'une société d'État, et la livraison de colis est sans doute son activité la plus lucrative. Voilà donc à mon avis un autre problème que le gouvernement doit examiner et régler, car cela manque de logique.
Nous voulions depuis le début voir ce projet de loi être adopté. Nous connaissions l'importance de l'accord. Il ne nous plaisait pas. Nous savions que des éléments clochaient, mais je tiens à mentionner publiquement que nous voulions être progressistes et proactifs dans ce dossier, et c'était le cas même avant les élections.
Avant les élections et après la signature de l’accord original, nous avions déposé une motion au comité permanent pour faire une étude préalable. Nous craignions à l’époque que les États-Unis ne progressent pas aussi vite que nous. Le Mexique, lui, avançait très vite, et nous pensions qu’il fallait faire toutes ces études au préalable pour être prêts quand le texte de l’accord serait déposé à la Chambre. Les libéraux avaient refusé notre proposition. En décembre 2019, nous avons suggéré de reprendre nos travaux plus tôt pour régler cette question, mais les libéraux ont encore une fois rejeté notre proposition.
Il a fallu attendre la fin du mois de janvier pour que les libéraux déposent le texte à la Chambre et que nous puissions commencer à travailler avec les autres partis d’opposition et tous ceux qui sont ici. Au lieu d’utiliser les 16 jours qui nous étaient attribués, nous avons réussi à tout faire en six jours. En comité, notre seul objectif était de faire une étude approfondie du document, et nous étions prêts à la faire au cours de la dernière semaine de session. Ce jeudi-là, nous avons présenté une motion demandant le consentement unanime pour commencer cette étude il y a deux semaines, mais les libéraux ont rejeté cette motion. Le député d’en face a dit non. Je veux que tout le monde comprenne bien que ce n’est pas nous qui avons retardé tout le processus, même si nous avons insisté pour avoir la possibilité de faire un examen approfondi du texte dont nous étions saisis.
Je me dois de vous rappeler ce qui s’est passé à la dernière séance du comité, et qui devrait préoccuper grandement les membres du comité et tous les députés: 20 minutes avant la fin de la réunion, les libéraux ont déposé leur analyse économique, si bien que nous n’avions même pas une soirée, même pas une heure pour en prendre connaissance, seulement 20 minutes. Nous avons parcouru rapidement le document, regardé les annonces et les points de référence, mais ils n’étaient comparés à rien du tout. Au lieu de comparer le nouvel accord à celui qui est en vigueur aujourd’hui, comme cela avait été fait pour le Partenariat transpacifique et d’autres accords commerciaux, les données de l’analyse ne comparaient à rien du tout.
C’était une analyse déplorable. On n’y trouvait rien qui pût nous aider à expliquer à ceux qui allaient en pâtir comment essayer de trouver une solution. C’était lamentable.
Quand l’Institut C.D. Howe a fait sa propre évaluation, il a conclu que cet accord allait coûter à notre économie 14 milliards de dollars par an. Nous allons devoir l’accepter et nous estimer heureux d’avoir quelque chose, car c’est mieux que rien.
Même si j’ai encore beaucoup de choses à dire au sujet du comité, j’aimerais, pour conclure, remercier toutes les entreprises et tous les particuliers qui sont venus témoigner.
Je mets au défi le gouvernement de tirer le maximum de toutes les informations précises qu’il a obtenues, afin de limiter les pertes et de préparer un plan d’action. Nous sommes prêts à collaborer.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2020-03-10 10:48 [p.1849]
Madam Speaker, I also want to congratulate the chair of the committee. She did an excellent job, and all the committee members did a very respectful job in moving this forward and getting it out of committee as quickly as possible to get it here today. I look forward to the House doing the exact same thing. There is no reason to delay this in the House. It can get into the Senate and move forward so that Canadian companies can have bankability and stability.
I think bankability and stability are the big things we gained out of this agreement. Companies are sitting there saying that they cannot live without any agreement and that they need something. They need to know what the rules are. Even if they are not great rules, at least they know what the rules are so they can play by them.
That is one thing this agreement does: It sets the rules out. As well, maybe it sets the stage for some improvements down the road. We have some work to do to make this a better deal and make sure Canadian companies are more competitive, but we can deal with that going forward.
Madame la Présidente, je tiens moi aussi à féliciter la présidente du comité. Elle a fait un excellent travail, et tous les membres du comité ont fait preuve d’une grande diligence pour que le document soit prêt à être examiné à la Chambre aujourd’hui. J’espère qu’il en sera de même dans cette enceinte, car il n’y a aucune raison de faire traîner les choses. Il faut que le texte puisse être renvoyé au Sénat afin que les entreprises canadiennes retrouvent leur viabilité financière et leur stabilité.
Je pense que la viabilité financière et la stabilité sont les principaux gains que nous avons faits avec la signature de cet accord. Les entreprises ont besoin de cet accord, elles ne peuvent pas vivre sans. Elles ont besoin de savoir quelles sont les règles qui s’appliquent. Même si ces règles ne les emballent pas, elles doivent les connaître pour pouvoir les respecter.
Il faut reconnaître au moins une chose à cet accord: il établit des règles. Mais il rend aussi possibles certaines améliorations à plus ou moins long terme. Nous avons du travail à faire pour l’exploiter au mieux et pour nous assurer que les entreprises canadiennes seront plus compétitives, mais nous pourrons le faire au fur et à mesure.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for his work on the trade committee. He has been very liberal in his praise for all the members working so hard. It is nice to see, because people back home expect us to do these things, although this member is one of our most conservative members.
What I would like to ask is specifically about intellectual property. Free trade agreements are changing. They are no longer just tariff access agreements by which we are getting rid of tariffs. In this one, we would actually be changing copyright. We would be extending it from 50 years after the death of an author to 70, matching the American rules.
There has been a lot of research showing that pushing these things back benefits only large corporations. At the same time, we would see less innovation and fewer things going into the public domain. We know that the Disney corporation has been very hawkish in this area to extend the life of their copyright for Micky Mouse, etc.
These changes would harm Canada's interests. Does the member think we need to compensate through changes and modernization of the Copyright Act to allow for more innovation in that space?
Madame la Présidente, j’aimerais remercier mon collègue pour tout le travail qu’il a accompli au comité du commerce international. Il s’est montré très libéral en dispensant ses louanges à tous les membres du comité qui ont travaillé d’arrache-pied. Cela me réjouit, car c’est ce que les gens de nos circonscriptions attendent précisément de nous, que nous travaillions fort. Cela dit, le député s’est montré très libéral alors que c’est l’un de nos députés les plus conservateurs.
J’aimerais poser une question précise sur la propriété intellectuelle. Les accords de libre-échange évoluent. Ce ne sont plus simplement des accords visant à supprimer des barrières tarifaires. Avec ce nouvel accord, nous modifions le droit d’auteur. Nous le faisons passer de 50 à 70 ans après le décès de l’auteur, pour nous aligner sur les règles américaines.
Beaucoup d’études ont été faites là-dessus, qui montrent que cela ne profite qu’aux grandes entreprises. Et qu’en même temps, il y aura moins d’innovation et moins de choses qui feront partie du domaine public. Nous savons que la société Disney a défendu âprement la prolongation de ses droits d’auteur sur Mickey Mouse, etc.
Ces changements vont nuire aux intérêts du Canada. Le député pense-t-il qu’il va falloir compenser en modernisant la Loi sur le droit d’auteur, afin d’encourager l’innovation?
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2020-03-10 10:50 [p.1850]
Madam Speaker, we have actually heard some conflicting testimony on this issue. We have heard some people saying that they want to see it moved up faster and we heard some people saying this is going to have a negative impact on how they go about doing their business. I think we have to do a proper balance. I do not think we have a lot of choice in this scenario in reality.
That said, when we look at the cultural exemptions, digital privacy and things like the safe harbour, as our colleague from the NDP talked about before, we see that the inability to hold companies like Facebook and Google and Instagram accountable for their content is a problem. We need to figure out how to solve that problem, because they have to be accountable for what they post or what is posted on their sites. For those companies to have no accountability is not acceptable to Canadians.
Madame la Présidente, en fait, nous avons entendu des témoignages contradictoires à ce sujet. Certaines personnes souhaitent qu’on aille plus vite et d’autres disent que cela aura un impact négatif sur la façon dont elles travaillent. À mon avis, nous devons trouver un juste équilibre. Je ne crois pas que nous ayons beaucoup de choix, en réalité.
Cela dit, si nous prenons les exceptions culturelles, la protection des renseignements personnels numériques et des choses comme l’exonération de responsabilité, dont le député du NPD a parlé plus tôt, nous voyons que le fait de ne pas pouvoir demander des comptes à des entreprises comme Facebook, Google et Instagram à propos de leur contenu pose un problème. Nous devons trouver le moyen de le résoudre parce que ces entreprises doivent assumer la responsabilité de ce qu’elles publient ou laissent publier sur leurs sites. Il est inacceptable pour les Canadiens qu’elles n’aient pas de comptes à rendre.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2020-03-10 10:51 [p.1850]
Madam Speaker, I did go to Chicoutimi—Le Fjord and I talked to both the primary and secondary producers of aluminum. They gave us some great suggestions on how to move forward to mitigate some of the concerns they had with this agreement.
The member there has some great ideas, which we have shared with the government, and I think there are some good ideas moving forward.
That is the thing, though. That is the difference between Conservative and Bloc members. We are looking for solutions to make Canada a greater country, and that includes Quebec. The member for Chicoutimi—Le Fjord was doing just that, and he did an honourable job.
Madame la Présidente, je me suis rendu à Chicoutimi—Le Fjord et j’ai parlé aux producteurs d’aluminium primaires et secondaires. Ils nous ont proposé d’excellentes mesures pour atténuer certaines de leurs préoccupations à l’égard de cet accord.
Le député a d’excellentes idées, dont nous avons fait part au gouvernement, et je crois que certaines ont été retenues.
Voilà bien, cependant, la différence entre les députés conservateurs et les députés du Bloc. Nous cherchons des solutions pour faire du Canada un pays encore meilleur, et cela comprend le Québec. C’est ce que faisait justement le député de Chicoutimi—Le Fjord, et il a fait un travail remarquable.
View Dave Epp Profile
CPC (ON)
View Dave Epp Profile
2020-03-10 10:52 [p.1850]
Madam Speaker, as this is my maiden speech, I would respectfully ask for the traditional maiden speech consideration to acknowledge those who have helped create this opportunity to address the House today.
As a colleague stated several weeks ago, cats have nine lives, but members of Parliament who do not acknowledge their families and forget them have only one, so I want to begin by thanking my wife, Charlene, for her support as we began going down this road several years ago. Charlene is a relatively quiet, private individual, so when she joined me knocking on doors in an unfamiliar part of our riding on our 34th wedding anniversary, I knew I had her full backing. I am thankful for Charlene's love and support.
We are blessed with four daughters, aged 23 to 30, who are presently scattered across Canada, and I also enjoy their support. Kiana is pursuing her master's degree in economics at Waterloo; Brenna is articling for the Bar in Vancouver; Carina is a registered nurse working in long-term care, pursuing her master's degree in gerontology and living in Kamloops, B.C., with her husband Adam, and this June will give us our first grandchild; lastly, our oldest daughter, Alyssa, lives closest to us near Leamington and continues to pursue her dream career as an operatic lyric soprano while teaching music.
I am very proud of my four daughters and I will continue to work to ensure that their lives have no glass ceilings above them.
I am fortunate that my parents, Abe and Susan Epp, who are in the mid to late 80s, were able to join us here in Ottawa in November as I accepted the responsibilities of this office. I thank them for a lifetime of love and support.
I also want to thank my brother Peter and his family. They are the business partners of Lycoland Farms, a family farm business founded by my grandfather, who purchased the home farm in 1949. I have the privilege of being the third generation living on that property today, with my brother and his son providing the day-to-day leadership in that business. We pride ourselves on maintaining this farm along with other lands now under our stewardship in a better environmental state than when my grandfather first purchased this property.
It is my privilege to represent the riding of Chatham-Kent—Leamington, CKL for short, which is Canada's most southerly riding. I want to thank our EDA, along with all the volunteers who joined our campaign last fall.
With two major centres, Chatham and Leamington, and more than 20 smaller towns and villages, providing a better future for our community of communities is a shared goal. Historical communities such as Comber, Blenheim, Morpeth, Highgate, Ridgetown, North Buxton, south Buxton, Charing Cross, Erieau, Wheatley, Stoney Point, Lighthouse Cove, Rondeau, Merlin, Erie Beach, Clachan, Duart, Shrewsbury, Guilds, Rushton Corners, Prairie Siding, Sleepy Hollow, Coatsworth, Jeannette's Creek, Port Crewe, Port Alma, Dealtown, Cedar Spring, Fletcher, and Muirkirk provide a rich, unique legacy in Canada, and I sure hope that I did not forget one.
Chatham—Kent—Leamington is one of the earliest settled areas in Canada. It is largely surrounded by water, which is why it was settled early, as water was one of the most efficient means of travel and trade two to three centuries ago. That same water still has a profound effect on our riding today.
As Canadians, we describe our country as stretching from shore to shore to shore. The north shore of Lake Erie forms the southern boundary of the riding, with Pelee Island and Middle Island's shores entirely within that lake. With additional shoreline on Lake St. Clair also adding to the over 150 kilometres of shoreline, Chatham-Kent—Leamington, along with other ridings across approximately one-third of Canada's southerly border, truly belongs in our national maritime boundary description. These shorelines provide sources of employment and enjoyment, but they also provide challenges as we grapple with record-high Great Lakes water levels.
However, for the moment, I want to focus on the hard-working folks who work some of Canada's most productive soils that are surrounded by these shores, and the people who add value to the products from our farms in the food sector.
Agriculture and food processing are the traditional bedrock of our local economy. With the 42nd parallel running through the riding about two kilometres south of my home farm, we enjoy one of the longest growing seasons in Canada.
Along with very fertile soils, our microclimate, buffered by the Great Lakes, allows the production of grain and oilseeds and a whole range of fruits and vegetables that make an important contribution to Canada's food security.
This vegetable production on some of our sandiest soils also spawned a greenhouse industry that today is a world leader. It is an honour to represent some of the most advanced greenhouses in the world. They utilize the most modern technologies, thereby reducing negative effects on the environment and considerably improving the energy efficiency of crops, and thus remaining competitive both in national and international markets.
Similarly, our manufacturing sector, with geographic proximity to the historical birthplace of the North American auto sector, has developed into a world leader, not only in the tool and die sector for auto but also for aerospace, automation, food processing and handling, greenhouse technologies, and a host of other industrial sectors.
We have a talented, industrious workforce led by entrepreneurs whose imagination drives their initiatives, both in their businesses and in our communities. Agriculture and agrifood, as well as the manufacturing sectors, are solid, competitive local industries ready to serve both domestic and export markets.
Therefore, Bill C-4, the Canada–United States–Mexico agreement, CUSMA, which is being debated today, is highly significant to my riding. We have a long history with trade, with many businesses having grown to service the logistics of trade and participating both domestically and in export markets. Our riding is well positioned geographically to serve Canada's interests by being ready, willing and capable of adding to Canada's exports, one of the stated goals of the government.
Let me add my voice to those who say the Conservative Party of Canada is the party of freer and more liberalized trade. We were party to the original North American Free Trade Agreement, NAFTA 1.0. Let me state that this agreement before us today is certainly not NAFTA 2.0; NAFTA .7 might be more accurate.
Nevertheless, we have been clear from the outset that the Canadian business community needs certainty, and we will support this bill. In fact, we have been pushing the government, as the previous speaker stated, to expedite the passage of this bill, but coupled with a proper examination of its implications. A closer look revealed several flaws that will cost our country. For example, and as previously mentioned, softwood lumber issues related to the buy American policy were not addressed.
Let me focus some comments on two areas of the economy that are important to my riding. While the horticulture and grain and oilseeds sector of agriculture were largely unaffected by the negotiations, our supply-managed sector was not. An additional 3.6% of our dairy market was opened up to imports, which was more than what was intended under the TPP, the trans-Pacific partnership.
Originally, with Mexico and the U.S. as planned signatories to the TPP, the new TPP thresholds were intended to be updated to NAFTA levels.
In addition, this agreement eliminates class 6 and class 7, and establishes export thresholds for milk protein concentrates, skim milk powder and infant formula. Other supply-managed industries also had similar outcomes, with imports given additional access to domestic markets.
Canadians are wondering what Canada got in return for these concessions. Would the opportunities for other agriculture sectors, such as our grain and oilseeds and horticulture sectors, be enhanced? Not that I have heard.
At the last minute, another concession was given. Aluminum was not afforded the same protection as steel, which was that 70% of steel used in auto production must be North American, defined as melted and poured in North America. Aluminum was not afforded the same consideration.
With increased interest in the electrification of vehicles and the replacement of steel with aluminum parts to lessen vehicle weight and increase fuel efficiency, it is expected that aluminum content will only increase in future automobile manufacturing. This development directly impacts a business in my riding. Dajcor Aluminum began 10 years ago in Chatham, and in the last decade has grown from nothing to over 250 employees. They extrude aluminum into various parts, mainly targeted to North American auto manufacturers.
Mike Kilby, president of Dajcor, testified at the trade committee hearings into Bill C-4. He concluded his submission with the following:
To summarize, this is a terribly bad deal for NA aluminum producers, extruders and for manufacturers of aluminum automotive components in Canada and the U.S. Mexico already has a labour advantage and now they get to add a subsidized commodity to that advantage.
The Conservatives support freer and fair trade. We will support this bill, despite its many shortcomings, because of the certainty that investment demands. There must, however—
Madame la Présidente, comme c’est ma première intervention à la Chambre, je demande respectueusement à pouvoir remercier, comme de coutume, ceux à qui je dois l'honneur de pouvoir m’adresser à la Chambre aujourd’hui.
Comme un député le disait il y a quelques semaines, on dit que les chats ont neuf vies, mais que les parlementaires qui oublient leur famille et ne reconnaissent pas son apport n’en ont qu’une. Je commencerai donc par remercier mon épouse, Charlene, de son soutien depuis que nous nous sommes engagés sur cette voie, il y a plusieurs années. Charlene est une personne relativement silencieuse et discrète. Aussi, quand elle m’a accompagné le jour de notre 34e anniversaire de mariage pour aller frapper à des portes dans une partie de notre circonscription que nous connaissions mal, j’ai su qu’elle me soutenait pleinement. Je lui suis reconnaissant de son amour et de son soutien.
Nous avons le bonheur d’avoir quatre filles, âgées de 23 à 30 ans, qui sont aujourd’hui éparpillées aux quatre coins du Canada, et elles m’apportent aussi leur soutien. Kiana prépare sa maîtrise en économie à Waterloo. Brenna est en stage en préparation à son admission au barreau à Vancouver. Carina, qui est infirmière autorisée, travaille dans le domaine des soins de longue durée tout en préparant sa maîtrise en gérontologie. Elle vit à Kamloops, en Colombie-Britannique, avec son époux, Adam, et, en juin, ils nous donneront notre premier petit-enfant. Enfin, notre fille aînée, Alyssa, est celle qui vit le plus près de chez nous, près de Leamington, et elle continue de mener la carrière de ses rêves, chanteuse d'opéra soprano lyrique, tout en enseignant la musique.
Je suis très fier de mes quatre filles et je continuerai de travailler pour qu’aucun plafond de verre ne leur soit jamais imposé.
J’ai la chance que mes parents, Abe et Susan Epp, qui ont plus de 85 ans, aient pu nous rejoindre à Ottawa en novembre quand j’ai accepté les responsabilités de cette fonction. Je les remercie de l’amour et du soutien qu’ils m’ont toujours prodigués.
Je tiens aussi à remercier mon frère Peter et sa famille. Ce sont les associés de Lycoland Farms, entreprise agricole familiale fondée par mon grand-père, qui a acheté l’exploitation en 1949. J’ai le privilège de faire partie de la troisième génération qui vit sur cette propriété aujourd’hui, avec mon frère et son fils qui dirigent l’entreprise au quotidien. Nous sommes fiers de maintenir cette exploitation, ainsi que d’autres terres que nous gérons maintenant, dans un meilleur état environnemental qu’à l’époque où mon grand-père l’a acquise.
J’ai le privilège de représenter la circonscription de Chatham-Kent-Leamington, CKL en abrégé, qui est la plus méridionale du Canada. Je tiens à remercier l’association de la circonscription, de même que tous les bénévoles qui se sont joints à notre campagne l’automne dernier.
Avec deux grands centres, Chatham et Leamington, et plus de 20 petites villes et villages, assurer un avenir meilleur à l’ensemble de nos collectivités est un objectif commun. Des localités historiques comme Comber, Blenheim, Morpeth, Highgate, Ridgetown, North Buxton, South Buxton, Charing Cross, Erieau, Wheatley, Stoney Point, Lighthouse Cove, Rondeau, Merlin, Erie Beach, Clachan, Duart, Shrewsbury, Guilds, Rushton Corners, Prairie Siding, Sleepy Hollow, Coatsworth, Jeannette's Creek, Port Crewe, Port Alma, Dealtown, Cedar Spring, Fletcher et Muirkirk recèlent un patrimoine riche et unique au Canada, et j’espère vraiment n’en avoir oublié aucune.
La région de Chatham-Kent-Leamington compte parmi les premières régions colonisées au Canada. Elle est en grande partie entourée d’eau, raison pour laquelle elle a été peuplée tôt, car l’eau était un des moyens les plus efficaces pour se déplacer et commercer, il y a deux ou trois siècles. Cette même eau a toujours une incidence profonde sur notre circonscription aujourd’hui.
Tout comme les Canadiens disent de leur pays qu’il s’étend d’un océan à l’autre, nous disons de notre région qu'elle s'étend d'un rivage à l'autre. La circonscription est délimitée au sud par la rive nord du lac Érié, dans lequel se trouvent les îles Pelée et Middle. Avec les rives du lac Sainte-Claire qui ajoutent plus de 150 kilomètres de rivage, Chatham-Kent-Leamington, comme les autres circonscriptions le long du tiers environ de la frontière sud du Canada, correspond vraiment à la description que nous faisons de nos frontières maritimes nationales. Ces rivages sont des sources d’emplois et de loisirs, mais ils apportent aussi leur lot de problèmes au moment où nous sommes aux prises avec des niveaux d'eau record dans les Grand Lacs.
Cependant, pour l’instant, j’entends me concentrer sur les personnes qui triment dur sur des terres parmi les plus productives du Canada et situées entre ces rives, et sur les personnes qui ajoutent de la valeur aux produits de nos exploitations agricoles dans le secteur de l’alimentation.
L’agriculture et la transformation des aliments constituent l’assise traditionnelle de notre économie locale. Avec le 42e parallèle qui traverse la circonscription environ deux kilomètres au sud de notre exploitation agricole, nous bénéficions d’une des plus longues périodes de croissance au Canada.
En plus de sols très fertiles, notre microclimat, tempéré par les Grands Lacs, permet la production de céréales et d’oléagineux et de toute une variété de fruits et de légumes qui représentent une contribution importante à la sécurité alimentaire du Canada.
Cette production de légumes sur certains de nos sols les plus sablonneux a également donné naissance à une industrie serricole qui est aujourd’hui un chef de file mondial. C’est un honneur de représenter certaines des serres les plus perfectionnées au monde. Elles utilisent les technologies les plus modernes, ce qui atténue les effets négatifs sur l’environnement et améliore considérablement l’efficacité énergétique des cultures et nous permet donc de rester concurrentiels sur les marchés nationaux et internationaux.
De même, notre secteur manufacturier, fort de sa proximité géographique avec le berceau historique du secteur de l’automobile nord-américain, est devenu un chef de file mondial, non seulement dans le secteur de l’outillage-ajustage pour l'automobile, mais aussi dans l’aérospatiale, l’automatisation, la transformation et la manipulation d'aliments, les technologies serricoles et une multitude d’autres secteurs industriels.
Nous disposons d’une main-d’œuvre talentueuse et industrieuse, dirigée par des entrepreneurs dont l’imagination anime les initiatives, tant au sein de leurs entreprises que de nos collectivités. L’agriculture et l’agroalimentaire, ainsi que les secteurs manufacturiers, sont des industries locales solides et concurrentielles prêtes à desservir le marché canadien et les marchés d’exportation.
Par conséquent, le projet de loi C-4, l’Accord Canada-États-Unis-Mexique, l’ACEUM, dont nous débattons aujourd’hui, est extrêmement important pour ma circonscription. Nous avons un long passé commercial et de nombreuses entreprises qui offrent des services de logistique commerciale pour les marchés intérieurs et d’exportation. Notre circonscription est bien située géographiquement pour servir les intérêts du Canada en étant prête, disposée et apte à ajouter aux exportations canadiennes, l’un des objectifs déclarés du gouvernement.
Permettez-moi d’ajouter ma voix à ceux qui disent que le Parti conservateur du Canada est le parti d’un commerce plus libre et plus libéralisé. Nous étions partie à l’Accord de libre-échange nord-américain initial, l’ALENA 1.0. Permettez-moi de dire que l’accord dont nous sommes saisis aujourd’hui n’est certainement pas l’ALENA 2.0; il serait plus juste de parler de l’ALENA 0.7.
Néanmoins, nous avons dit clairement, dès le début, que le milieu des affaires canadien a besoin de certitude et nous appuierons ce projet de loi. En réalité, nous avons fait pression sur le gouvernement, comme l’intervenant précédent l’a dit, afin d’accélérer l’adoption de ce projet de loi, mais de pair avec un examen approprié de ses implications. Un examen plus approfondi a révélé plusieurs lacunes qui coûteront à notre pays. Par exemple, et comme il a déjà été mentionné, les enjeux relatifs au bois d’œuvre découlant de la politique d'achat aux États-Unis n’ont pas été abordés.
Mes observations porteront notamment sur deux secteurs de l'économie qui sont importants pour ma circonscription. En matière d'agriculture, le secteur de l'horticulture et celui des céréales et des oléagineux ont été peu touchés par les négociations, mais cela n'a pas été le cas du secteur soumis à la gestion de l'offre. On a élargi de 3,6 % la part du marché canadien des produits laitiers ouverte aux importations, ce qui est plus que ce qui était prévu au titre du Partenariat transpacifique, ou PTP.
À l'origine, étant donné que le Mexique et les États-Unis devaient être signataires du PTP, les nouveaux seuils de cet accord devaient être mis à jour pour refléter ceux de l'ALENA.
Qui plus est, l'Accord Canada—États-Unis—Mexique élimine les classes 6 et 7 de produits laitiers et fixe des seuils d'exportation pour les concentrés de protéine de lait, le lait écrémé en poudre et la préparation pour nourrissons. D'autres industries assujetties à la gestion de l'offre ont aussi subi des répercussions semblables, car les exportateurs étrangers bénéficient désormais d'un plus grand accès aux marchés canadiens.
Les Canadiens se demandent ce que le Canada a obtenu en échange de ces concessions. Les débouchés pour les autres secteurs agricoles, comme le secteur des céréales et des oléagineux et celui de l'horticulture, seront-ils élargis? Pas que je sache.
On a fait une autre concession à la dernière minute. On n'a pas accordé au secteur de l'aluminium la même protection qu'à celui de l'acier, à savoir que 70 % de l'acier utilisé dans la production automobile doit être nord-américain, c'est-à-dire qu'il doit avoir été fondu et coulé en Amérique du Nord. L'aluminium n'a pas eu droit au même traitement.
Étant donné qu'il y a un intérêt accru pour l'électrification des véhicules et le remplacement de pièces d'acier par des pièces d'aluminium pour alléger les véhicules et accroître leur efficacité énergétique, on s'attend à ce que les automobiles fabriquées à l'avenir contiennent de plus en plus d'aluminium. Cette situation touche directement une entreprise de ma circonscription. Dajcor Aluminum a ouvert ses portes il y a 10 ans, à Chatham, et, au cours de la dernière décennie, elle est passée de zéro à plus de 250 employés. L'entreprise fabrique différentes pièces en aluminium extrudé, qui sont destinées principalement aux constructeurs d'automobiles de l'Amérique du Nord.
Mike Kilby, président de Dajcor, a témoigné lors des audiences du comité du commerce international portant sur le projet de loi C-4. Il conclut son mémoire ainsi:
En résumé, cet accord est extrêmement désavantageux pour les producteurs d’aluminium, les sociétés d’extrusion et les fabricants de composantes automobiles en aluminium d’origine nord-américaine, tant au Canada qu’aux États-Unis. Le Mexique, qui possède déjà l’avantage de la main-d’œuvre, veut maintenant aussi profiter de l’avantage des marchandises subventionnées.
Les conservateurs sont favorables à des échanges commerciaux plus libres et équitables. En raison de la certitude qu'exigent les investissements, nous allons appuyer ce projet de loi malgré ses nombreuses lacunes. Cependant, il doit...
View Dave Epp Profile
CPC (ON)
View Dave Epp Profile
2020-03-10 11:03 [p.1852]
Madam Speaker, yes, certainly 70% is better than zero, but, as I understand it, the industry was largely supplied by aluminum from North America. The industry challenged, through CITT hearings, dumping allegations in 2009 and again in 2014. The Americans did the same thing in 2010 and 2015. Those hearings were upheld through the Canadian International Trade Tribunal to block dumping. Now, at the very last minute, our trade negotiations allow this back door for the potential of aluminum from other sectors to be stockpiled and allowed into the North American market through Mexico. Therefore, while 70% is better than zero, it is certainly less than 100%.
Madame la Présidente, il est vrai que 70 % valent mieux que zéro, mais si je comprends bien, l’industrie était essentiellement approvisionnée en aluminium provenant d’Amérique du Nord. Dans le cadre d’audiences du Tribunal canadien du commerce extérieur, l’industrie a contesté des allégations de dumping en 2009, et de nouveau en 2014. Les Américains ont fait de même en 2010 et en 2015. Lors de ces audiences, le TCCE a confirmé les décisions afin de bloquer le dumping. Aujourd’hui, à la toute dernière minute, nos négociations commerciales permettent cette échappatoire de sorte que de l’aluminium provenant d’autres secteurs pourrait être stocké et autorisé sur le marché nord-américain en passant par le Mexique. Donc, même si 70 % valent mieux que zéro, c’est certainement moins que 100 %.
View Dave Epp Profile
CPC (ON)
View Dave Epp Profile
2020-03-10 11:05 [p.1852]
Madam Speaker, my understanding is that the aluminum going forward under the present provisions does not have the same protection as steel. I would certainly enjoin any efforts that would grant that to our aluminum producers. I am not aware of that at this point.
Madame la Présidente, je crois comprendre qu’en vertu des dispositions actuelles, l’aluminium ne jouit pas de la même protection que l’acier. Je me joindrais assurément à tout effort qui accorderait cette protection à nos producteurs d’aluminium. Je n’ai pas connaissance de tels efforts à ce stade-ci.
View Randall Garrison Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, the agreement that the Conservatives will be supporting takes out the investor-state suing provisions in the current trade agreement with the United States. Since the Conservatives are supporting that, I would be interested in the hon. member's opinion on the agreement the Conservative government signed with China, the FIPA agreement. Can we be assured that if Huawei is denied participation in the 5G network, there will not be financial repercussions for the United States under that agreement, which the previous Conservative government negotiated?
Madame la Présidente, l’accord que les conservateurs veulent appuyer supprime les dispositions de l’accord commercial actuel avec les États-Unis qui concernent les poursuites d’investisseurs contre l’État. Comme les conservateurs appuient cette mesure, j’aimerais savoir ce que le député pense de l’accord que le gouvernement conservateur a conclu avec la Chine, soit l’Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers entre le Canada et la Chine. Pouvons-nous avoir l’assurance que si Huawei se voit refuser la participation au réseau 5G, il n’y aura pas de répercussions financières pour les États-Unis dans le cadre de cet accord, que le précédent gouvernement conservateur avait négocié?
View Dave Epp Profile
CPC (ON)
View Dave Epp Profile
2020-03-10 11:06 [p.1852]
Madam Speaker, unfortunately, I did not have the time to finish my concluding comments, but I will go at that question another way.
The government does have a responsibility to the sectors affected by its decisions and there should be redress for the casualties of the government's compromises.
I wanted to conclude with the fact that the upcoming budget must begin that process. As Conservatives, we stand ready to address the upcoming shortcomings of NAFTA .7 and hold this government to account.
Madame la Présidente, je n’ai malheureusement pas eu le temps de terminer mes observations finales, mais j’aborderai cette question sous un autre angle.
Le gouvernement a une responsabilité envers les secteurs touchés par ses décisions, et il devrait y avoir un recours pour les victimes des compromis du gouvernement.
Je tenais à conclure sur le fait que le prochain budget doit amorcer ce processus. Comme conservateurs, nous sommes prêts à nous attaquer aux prochaines lacunes de l’ALENA 0.7 et à demander des comptes au gouvernement.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2020-03-10 11:06 [p.1852]
Madam Speaker, I congratulate my hon. colleague on his maiden speech.
I am from a forestry riding in the province of British Columbia, in which 140 communities are dependent on forestry. Tens of thousands of jobs have been lost just in the last year alone. The Liberal government has dithered away time and has not secured a new softwood lumber agreement.
I would ask my hon. colleague why he thinks the Liberals missed a key opportunity to negotiate a new softwood lumber agreement in this new agreement.
Madame la Présidente, je félicite mon collègue pour sa première intervention.
Je viens d’une circonscription forestière de la Colombie-Britannique où 140 collectivités dépendent de l’exploitation forestière. Des dizaines de milliers d’emplois ont été perdus rien qu’au cours de la dernière année. Le gouvernement libéral a tergiversé et n’a pas conclu de nouvel accord sur le bois d’œuvre.
Je demanderais à mon collègue pourquoi il pense que les libéraux ont raté une occasion importante de négocier un nouvel accord sur le bois d’œuvre dans le cadre de ce nouvel accord.
View Dave Epp Profile
CPC (ON)
View Dave Epp Profile
2020-03-10 11:07 [p.1853]
Madam Speaker, the short answer is this. I have no idea why the Liberals would not address such long outstanding issues such as softwood lumber, buy America provisions and a whole host of other provisions. I do not know.
Madame la Présidente, voici la réponse brève. Je ne sais pas pourquoi les libéraux n’auraient pas abordé des enjeux en suspens depuis si longtemps, comme le bois d’œuvre, les dispositions de la politique d'achat aux États-Unis et toute une série d’autres dispositions. Je l'ignore.
View Colin Carrie Profile
CPC (ON)
View Colin Carrie Profile
2020-03-10 11:26 [p.1855]
Madam Speaker, I listened to my colleague's speech intently and I want to thank him for his work on the international trade committee. He mentioned how Canadians are going to be paying the price for the Prime Minister's weak leadership. He talked about the aluminum industry, the dairy sector and the softwood lumber sector, all of these lost opportunities.
One point he brought up that is incredibly important to Canadians is the lack of transparency. The original TPP that was negotiated five years ago by the government had a positive effect of $4.3 billion on our GDP. The new agreement, according to C.D. Howe and as we heard in committee, is a $14-billion hit to our economy. The economic impact studies, as the member so carefully pointed out, were not even available to us until one day before the end of the agreement.
The Liberal government told Canadians before the election that this was a win-win-win, if members remember. It was a great deal for Canadians. Then we found out their own numbers. In my own community of Oshawa we have had a $1.5-billion hit to the auto industy and a decrease of 1.7% for production.
The member said that he is a watchdog and he is going to be a good watchdog working together on committee. I see myself in that form as well. There is so much misleading information and a lack of transparency.
How important is the implementation of this trade agreement and the oversight for that implementation, given the support for the negatively affected sectors? Also, because of the government's weak leadership and tendency to secrecy, how important are that implementation and oversight going to be?
Madame la Présidente, j’ai écouté attentivement le discours de mon collègue et je tiens à le remercier de son travail au comité du commerce international. Il est d'avis que les Canadiens vont payer le prix de la mollesse du premier ministre, en tant que dirigeant. Mon collègue a parlé des secteurs de l’aluminium, des produits laitiers et du bois d’œuvre, qui représentent autant d'occasions ratées.
Le député a soulevé aussi un point qui est incroyablement important pour les Canadiens: le manque de transparence. La version initiale du PTP négociée il y a cinq ans par le gouvernement augmentait le PIB du pays de 4,3 milliards de dollars. Selon l'Institut C.D. Howe et des témoins entendus par le comité, le nouvel accord fera perdre 14 milliards de dollars à l'économie canadienne. Comme le député a bien pris le temps de le souligner, nous n’avons même pas eu accès aux études d'impact économique avant la veille de la fin de l’accord.
Avant les élections, le gouvernement libéral disait aux Canadiens que l'accord était avantageux pour toutes les parties, comme les députés s'en souviennent peut-être. C’était un merveilleux accord pour les Canadiens. Ensuite, nous avons découvert nous-mêmes d'autres chiffres. L’industrie de l’automobile, qui est présente dans ma circonscription, Oshawa, perd 1,5 milliard de dollars, et sa production diminue de 1,7 %.
Le député a déclaré qu’il était un chien de garde et qu’il serait un bon chien de garde lors des travaux du comité. Je me vois jouer ce rôle également. Il y a beaucoup d'information trompeuse ainsi qu'un manque de transparence.
Quelle importance a la mise en œuvre de cet accord commercial et la surveillance de cette mise en œuvre, compte tenu de l'aide qui doit être fournie aux secteurs désavantagés? Aussi, compte tenu de la mollesse du gouvernement et de sa tendance à garder le secret, quelle importance auront cette mise en oeuvre et cette surveillance?
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2020-03-10 11:29 [p.1856]
Madam Speaker, in his speech, the member for Saint-Hyacinthe—Bagot mentioned that an agreement had been reached between the Bloc Québécois and the government regarding the aluminum sector.
In committee, we heard that the government already had mechanisms in place to find out how much aluminum was in transit from China to Mexico. The information needed to find out what is happening is therefore already provided.
How is the agreement between the Bloc and the government different from what the government is already doing?
Madame la Présidente, dans son discours, le député de Saint-Hyacinthe—Bagot a mentionné qu'une entente relative au secteur de l'aluminium avait été conclue entre le Bloc québécois et le gouvernement.
En comité, nous avons entendu que le gouvernement avait déjà des mécanismes en place pour connaître la quantité d'aluminium qui transitait de la Chine vers le Mexique. L'information nécessaire est donc déjà fournie pour savoir ce qui se passe.
En quoi l'entente entre le Bloc et le gouvernement est-elle différente de ce que le gouvernement fait déjà?
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2020-03-10 11:34 [p.1857]
Madam Speaker, I have found the third reading debate and indeed this whole process around the Canada-U.S.-Mexico trade agreement interesting. Today I watched as the governing Liberals, the opposition Conservatives and the separatist Bloc all tried to take credit for free trade and sing the praises of free trade. I can tell members that the New Democrats are not here to sing the praises of corporate free trade; far from it. We have been pretty consistent critics of this model of trade, but not trade itself.
One of the sleights of hand that too often happens not just in this place but in the media about trade is that somehow the corporate model of free trade that has been very good at reinforcing corporate rights over the rights of people and the environment is somehow the only way to do trade. New Democrats are not under that illusion. We know that too often corporate free trade deals have meant that countries get trapped in a race to the bottom, that these deals are structured in a way to allow international capital.
We hear in other debates about how Canada needs to compete for investment, and if it tries to regulate in the public interest in areas that have to do with the environment or workers that international capital is going to leave and go to other jurisdictions. These types of free trade agreements are all about making that easier and all about intensifying the threat of capital flight in the event governments choose to stand up for their workers, the environment or the rights of indigenous people within their territory.
CUSMA unfortunately is part of that model. What is different here is that we are not talking about going from no free trade agreement to having a corporate free trade agreement. What we are talking about is two different agreements and which one we are going to have. As some people mentioned earlier, if we did not go for the new CUSMA and the existing NAFTA was abrogated by the President of the United States, there would still be a free trade deal in place, the original free trade deal between Canada and the United States.
We are not in a position where we are talking about whether Canada is going to sign up for some new commitment under the corporate free trade agreement. What we are talking about is which commitment is going to serve Canadians better. That is an important point to make, and that has been a consistent theme throughout the debate on this. Certainly it has been an important part of the NDP's deliberations on this particular deal.
In my speech at second reading, I said there were two questions that were going to guide us in our thinking. One was whether, on balance, this deal would leave Canadians better off than the current agreement. The second question I said would guide our deliberations was whether we could leverage the process around this deal, which we knew was going to pass anyway because the Conservatives said early on that whether they liked it or not or studied it a long time or a short time, ultimately they were going to vote for it. We knew that this was an agreement that was going to pass, and the question was whether we could use the process around this ratification in order to get a better process that made the next trade agreement negotiation more open and transparent to the Canadian public.
I want to talk a little about some of the problems with the model and then I want to talk a little about this particular agreement and why, on balance, we think that the package of things that comes with this agreement will leave Canadians a bit better off than the status quo.
In addition to the problems of the corporate free trade model I mentioned earlier, particularly that race to the bottom when it comes to environmental standards and labour standards, there is another problem. We hear often from Conservatives that what they do not like about government is that it picks winners and losers, except that they have no problem with that when it comes to free trade agreements. Often the Conservatives negotiate the deal and then the Liberals sign the deal. That seems to be the pattern.
The Liberal Party and Conservative Party work very well together when it comes to advancing this corporate model of free trade, but Conservatives do not have a problem picking winners and losers in free trade agreements even though they do not like the idea of picking winners and losers when it comes to funding renewable energy, for instance, over other industries. They say that is an unacceptable picking of winners over losers. However, when it comes to sacrificing the dairy industry in agreements, we know the Conservatives negotiated concessions on supply management in the TPP, which ultimately the Liberals signed on to.
I was trying to listen in the best spirit and interestingly, optimistically, I heard members of the Conservative Party defending Canada Post, a Crown corporation. That was great to hear. I might add that is not reminiscent of the way the Conservatives behaved as a government, but it was nice to hear. That was another instance where they were decrying picking winners and losers. I am inclined to agree that Canada Post should not have been singled out, because I am a proud supporter of Crown corporations. I hope their resolve carries forward with them into whatever future positions they may have in this House, be it government or the fourth party. We can only hope.
I mentioned also that CUSMA picks winners and losers when it comes to the digital economy. Unfortunately, the losers, by and large, are Canadians themselves. This has been another feature of these corporate free trade agreements where governments, I think quite needlessly, tie their hands when it comes to making good public policy. One of the things this agreement does is it really constricts the options Canadian governments have going forward on how to deal with what is a new, emerging and very important and significant aspect of the global economy, which is the digital economy.
For instance, in this agreement, the government has agreed it will not make third party platforms responsible for the content posted on those platforms. That is a major policy decision. It is one that we may well live to regret. It is a discussion which, in my opinion, should have happened in this House in a far more robust way. That is not the kind of thing we should have been negotiating with trading partners prior to having a meaningful debate about how Canada wanted to treat this issue.
In some places within trade agreements we get protection for existing laws, rules and policies. We really have not had the opportunity to establish those in a meaningful way for many aspects of the digital economy. We see the government already signing away its ability to make those decisions and, by extension, the ability of this place and Canadians themselves to decide how they want their digital space managed going forward. That is a feature of these kinds of agreements. It is the kind of thing the NDP has been a vocal critic of. We think it is one thing to decide we want to trade with another country, but when we look at agreements like the Auto Pact, which were not global free trade deals but about dividing up the wealth that comes from producing those products and ensuring that the trading partners each were getting their fair share of the wealth generated by the products that were going to be moving freely across the border, that is not what free trade is. Rather, it is more about, as I said earlier, setting up rules to make it easy for multinational corporations to move their production around. That may have a short-term benefit on price, but it does not always. We know companies charge what the market will bear. In the long term, I think there are many Canadians who would appreciate the opportunity to pay a bit more for a good or service that contributes to Canadian workers and keeps wealth in Canada, but I digress.
I mentioned earlier there were two questions that would guide our deliberations. I want to speak to the first one now, which is whether, on balance, this agreement is better than the status quo. There are a few things I would point to that are laudable, despite the faults of this agreement.
One is the elimination of chapter 11 of the original NAFTA. That was the clause under which foreign corporations, not Canadian corporations—although I would not have been a fan of that, but I think it was that much more egregious that it only gave these rights to foreign corporations—could sue the Canadian government for creating laws or instituting regulations that protect the environment or workers that they saw as costing them profit. Canada not only put that in the original NAFTA, but these investor-state dispute settlement clauses have been in most of the trade agreements that we have negotiated. Canada has paid out the most in the world under these kinds of clauses, so I am glad to see that go. I note it was something the President of the United States wanted gone and that initially our government defended, which has always seemed backward to me. Nevertheless, regardless of who got it out, it is out and that is a good thing.
It is likewise with the energy proportionality clause. It said that if, in any given year, we take the average percentage of Canadian production of oil and gas that went to the United States over the previous three years, in future years the U.S. would have a right to insist on that percentage of Canadian production. Regardless of whether there was a domestic shortage or whether we could get a better price somewhere else, the United States would have a right to that percentage of our production of oil and gas. We have always seen that as a completely unreasonable, to put it mildly, infringement on Canadian sovereignty and something that was not in the best interests of Canadians, so we are glad to see that go.
There are a number of new North American content provisions for the auto sector, which we think is a good thing. They hearken back to the Auto Pact. Those provisions are actually least like free trade provisions, but they are being lauded as potentially doing the most for the Canadian auto sector. I think this is a signal that the free trade model, in itself, is not enough for Canadian success.
One of the other things to note is that in the original version of CUSMA there were provisions that would have significantly increased the cost of biologic drugs. This was due to, unfortunately, not our own government, but to the Democrats in the United States who went back to the table. Because they were not satisfied with the original agreement, those provisions came out. That means that some of the increases in the cost of prescription drugs that were going to happen as a result of this agreement, which we have seen in other agreements like CETA and the TPP, are not happening in this agreement. That is a good thing. One of the reasons that the NDP has often opposed some of these trade agreements is because they offer unreasonably good protection to international pharmaceutical companies at the expense of Canadians who require medication to improve their quality of life.
We also saw, in the second round of negotiations spurred by the Democrats in the United States, first-of-their-kind labour provisions in a trade agreement. I will not say that they are perfect; a lot of work is going to have to be done in order to ensure that they are implemented in a way that realizes the maximum potential for workers in Mexico, but these agreements would provide some upward pressure on wages for Mexicans working in the auto sector. I think just as, or more, importantly, and we heard this at committee from a Mexican member of the labour movement, it will make it easier for them to organize real unions in their workplaces. Evidence shows that when there is a union, one is able to get better working conditions and secure better wages. That is good for Mexican workers and for workers in the United States and Canada as well. This is to the extent, and that extent remains to be seen, that companies will not be picking up their operations and simply moving them to Mexico because it is a way of getting out of having a union in a workplace and paying higher wages.
Again, this is not a panacea; it is not going to change things overnight, but these enforceable labour provisions are the kinds of things that New Democrats have said for decades ought to go hand in hand with the rules that are established, and very strongly protected, in international trade agreements.
By voting for this agreement at this time, we are trying to consolidate the gains of having chapter 11 eliminated, having the proportionality clause eliminated and having the potential increase in prescription drugs stopped. We want to give a chance to allow these first-of-their-kind labour provisions to play out and to see whether we can use trade agreements to increase fairness for workers. I hope, if we can show that there is success on that front, that one day we could get meaningful enforcement of some environmental rules across jurisdictions too.
This agreement really does not do that. It does not mention the most important agreement designed to address the most important environmental challenge of our time, which is the Paris accord and climate change. I think that is where we are going to need to get if we are going to have accountability internationally for countries reducing their climate emissions. We need to tie those accords to economic accords as well, so that there can be meaningful consequences for countries that do not live up to their expectations.
I want to spend a little time now talking about the second question that I said would guide our deliberations on this matter, which was whether this ratification process could be leveraged to get a better trade process for the next time.
This process in itself was not great. We heard other members speak earlier about just how late Parliament got an economic impact assessment. By everyone's admission, we are talking about a major deal. We are talking about a lot of trade crossing the border every day, and there has been a lot of commentary on the agreement. The surprising thing for Canadians who may just be learning about this, if they are watching at home, is that debate was not supported by any real economic data because the government did not release it until the day before the end of the committee hearings, which was just the last sitting Thursday. Therefore, the economic report that actually puts some numbers to what we are doing here came out on the Wednesday and the committee study concluded and moved along on the Thursday. That did not make a heck of a lot of sense.
There are other things that have not made sense over the years, particularly the high degree of secrecy around trade negotiations. As I mentioned in my speech at second reading, two of our biggest trading partners, with which we have concluded free trade deals, the European Union and the U.S., both released far more information about their negotiation process to the public. They create far more of a space for civic engagement around trade negotiation and allow their citizens to weigh in on what is important to them, what they think their executive is doing right in those negotiations and what it is doing wrong. We saw how that interplay between the legislature and the executive can create opportunities to get better deals. We saw that happen with this very agreement, unfortunately not here in Canada but in the United States where Congress was able to get involved and require the President to go back to the table in order to get a deal that was acceptable to the legislature.
This Parliament only deals with trade deals once they are signed, sealed and delivered and there is no possibility of going back to the table. That was why I contacted the Deputy Prime Minister early on in this process, to talk about some of those problems of process and how we might be able to improve those going forward. That precipitated a period of negotiation, at the end of which the government committed to put in its policy for tabling treaties in the House of Commons a new commitment. The government will now tell Parliament formally, 90 days before beginning formal negotiations with another country or group of countries, of its intent to bargain a new trade deal. It will table its negotiating objectives in Parliament, which means publicly, 30 days before those negotiations. That is comparable to what already happens in the United States, and is even less stringent than what happens in the European Union, so it is a completely reasonable thing to do and Canadians will be better off for it.
Finally, on the topic of the economic impact assessment, we got a commitment from government that it will make it a matter of policy that governments table economic impact assessments side by side with the ratifying legislation so that we never again end up in the ridiculous position we were in this time, where we were being asked to study a bill without having any economic data about its impact. I should not say “any”; we did have some from the United States because a year ago, it published an economic impact assessment. Canadians and their parliamentarians should not have to look to our trading partners for information about how a trade deal is going to affect us. We should be able to get that from the government. We now have a commitment to make it a matter of policy that governments will provide that information, which is important.
There is more I would like to say, but I look forward to the question and answer period.
Madame la Présidente, j’ai trouvé très intéressants le débat en troisième lecture et, de fait, tout ce processus concernant l’accord commercial entre le Canada, les États-Unis et le Mexique. Aujourd’hui, j’ai vu les libéraux au pouvoir, les conservateurs dans l’opposition et les séparatistes du Bloc, tous tenter de s’approprier le mérite pour le libre-échange et chanter les louanges du libre-échange. Je peux dire aux députés que les néo-démocrates ne chantent pas les louanges du libre-échange au service de la grande entreprise; loin de là. Nous avons critiqué avec beaucoup de cohérence ce modèle de commerce, mais pas le commerce lui-même.
Un des tours de passe-passe qui se produit trop souvent au sujet du commerce, pas seulement ici, mais dans les médias, c’est que pour une raison quelconque, le modèle de libre-échange des entreprises qui réussit si bien à renforcer les droits des entreprises au détriment des droits des gens et de l’environnement est perçu comme étant le seul modèle de commerce. Les néo-démocrates ne croient pas à cette illusion. Nous savons que bien trop souvent les ententes de libre-échange au service de la grande entreprise ont signifié que des pays s’enlisent dans une course à la sous-enchère, que ces ententes sont structurées de façon à ouvrir le chemin aux capitaux internationaux.
Nous avons entendu dans d’autres débats à quel point le Canada doit se battre pour les investissements et que, s’il tente de réglementer dans l’intérêt du public dans les domaines qui touchent l’environnement ou les travailleurs, les capitaux internationaux sortiront du pays et iront ailleurs. Ces types d’accords de libre-échange facilitent cela et intensifient la menace selon laquelle les capitaux disparaîtront si les gouvernements choisissent de se battre pour les travailleurs, l’environnement ou les droits des Autochtones dans leur territoire.
Malheureusement, l'Accord Canada—États-Unis—Mexique fait partie de ce modèle. À la différence près que nous ne parlons pas ici de passer d’un accord de libre-échange à un accord de libre-échange au service de la grande entreprise. Nous parlons de deux accords différents et de celui que nous allons choisir. Comme certaines personnes l’ont mentionné, si nous ne nous prononçons pas pour le nouvel Accord Canada—États-Unis—Mexique et si l’ALENA existant était abrogé par le président des États-Unis, il y aurait toujours un accord de libre-échange en vigueur, l’accord de libre-échange initial entre le Canada et les États-Unis.
Nous n’en sommes pas à nous demander si le Canada va signer un nouvel engagement dans le cadre de l’accord de libre-échange au service de la grande entreprise. Ce dont nous parlons, c’est de savoir quel engagement servira le mieux les Canadiens. C’est un point important à souligner, et cela a été un thème constant tout au long du débat à ce sujet. C’est assurément un aspect important des délibérations du NPD concernant cet accord particulier.
Dans mon discours à l'étape de la deuxième lecture, j’ai dit que deux questions nous guideraient dans nos pensées. Une de ces questions est si, dans l’ensemble, les Canadiens seraient en meilleure position avec cet accord qu’avec l’accord actuel. La deuxième question qui, à mon avis, guiderait nos délibérations serait de savoir si nous pourrions prendre appui sur cet accord qui, nous le savions, passerait de toute manière parce que les conservateurs ont déclaré très tôt que, qu’ils l’aiment ou non ou qu’il soit étudié longtemps ou très peu de temps, en fin de compte, ils voteraient pour lui. Nous savions que c’était un accord qui serait adopté et la question était de savoir si nous pouvions prendre appui sur le processus de cette ratification pour arriver à un meilleur processus qui rende les prochaines négociations d’accord de libre-échange plus ouvertes et transparentes pour le public canadien.
J'aimerais parler un peu des problèmes liés à ce modèle d'accord commercial et ensuite j'aimerais dire quelques mots au sujet de l'accord lui-même. J'expliquerai pourquoi, selon nous, cet accord améliorera davantage la vie des Canadiens que le statu quo, dans l'ensemble.
En plus des problèmes que pose le modèle du libre-échange au service de la grande entreprise dont j'ai parlé plus tôt, notamment le nivellement par le bas des normes environnementales et des normes de travail, il y a un autre problème. Nous entendons souvent les conservateurs dire qu'ils n'aiment pas voir le gouvernement désigner les gagnants et les perdants. Or, lorsque les conservateurs négocient des accords de libre-échange, ils n'ont aucun scrupule à agir de la même manière. Souvent, ce sont les conservateurs qui négocient les accords et les libéraux qui les signent. Il semble que ce soit devenu une habitude.
Les partis libéral et conservateur se complètent parfaitement lorsque vient le temps de défendre le libre-échange au service de la grande entreprise. Les conservateurs n'hésitent pas du tout à désigner des gagnants et des perdants dans les accords de libre-échange même s'ils sont contre l'idée de faire des gagnants et des perdants lorsque nous parlons, par exemple, d'accorder du financement au secteur de l'énergie renouvelable plutôt qu'à un autre. Dans ce cas, les conservateurs affirment que c'est inacceptable de choisir des gagnants et des perdants. Pourtant, les conservateurs n'ont pas hésité à sacrifier l'industrie laitière lorsqu'ils ont offert des concessions au chapitre de la gestion de l'offre lors des négociations du Partenariat transpacifique, concessions qui ont été approuvées par les libéraux en fin de compte.
J'ai essayé d'écouter de mon mieux et je dois avouer que j'ai eu un regain d'optimisme lorsque j'ai entendu des députés du Parti conservateur défendre Postes Canada, une société d'État. J'ai été ravi d'entendre cela. J'ajouterais que cette attitude ne se reflétait pas dans le comportement des conservateurs lorsqu'ils étaient au pouvoir, mais j'ai été heureux d'entendre cela. C'est un autre dossier dans lequel ils critiquaient l'idée de choisir les gagnants et les perdants. Je suis porté à croire que l'on n'aurait pas dû cibler Postes Canada, car je suis un fier partisan des sociétés d'État. J'espère que les conservateurs continueront de les défendre avec la même détermination, quel que soit le rôle qu'ils occuperont à l'avenir dans cette Chambre, que ce soit celui de gouvernement ou de quatrième parti. On peut toujours espérer.
J'ai indiqué aussi que l'ACEUM fait des gagnants et des perdants en ce qui a trait à l'économie numérique. Malheureusement, les perdants sont, dans une large mesure, les Canadiens. C'est l'une des caractéristiques des accords de libre-échange au service de la grande entreprise. En effet, les gouvernements se lient les mains — tout à fait inutilement, à mon avis — lorsqu'il s'agit de mettre en œuvre de bonnes politiques publiques. Cet accord a pour effet, entre autres, de limiter considérablement les options qui seront à la disposition des gouvernements canadiens lorsque viendra le temps de prendre des mesures dans un nouveau secteur émergent et très important de l'économie mondiale, soit l'économie numérique.
Par exemple, au titre de cet accord, le gouvernement a convenu qu'il ne tiendra pas les tiers responsables du contenu publié sur leurs plateformes. C'est une décision stratégique majeure que nous pourrions très bien regretter. J'estime que nous aurions dû en discuter beaucoup plus rigoureusement à la Chambre. Ce n'est pas le genre de chose que nous devrions négocier avec nos partenaires commerciaux avant d'en avoir débattu convenablement afin de déterminer comment le Canada veut traiter ce dossier.
Certaines dispositions des accords commerciaux protègent les lois, les règles et les politiques existantes. Or, nous n'avons pas eu l'occasion de protéger de nombreux aspects de l'économie numérique. On voit déjà le gouvernement céder sa capacité de prendre ce genre de décisions et, partant, la capacité de la Chambre et celle des Canadiens de déterminer comment leur espace numérique sera géré. C'est une caractéristique de ce genre d'accords à laquelle le NPD s'oppose vivement. Tant mieux si le Canada a des relations commerciales avec un autre pays et s'il conclut des accords comme le Pacte de l'automobile, qui visait à répartir équitablement, entre les deux partenaires commerciaux, la richesse générée par la fabrication des produits circulant librement d'un pays à l'autre. Toutefois, ce genre d'accord ne fait pas partie des accords de libre-échange globaux, qui consistent plutôt à établir des règles pour faciliter la tâche des multinationales souhaitant relocaliser leur production, ce qui peut faire baisser les prix à court terme, mais pas toujours. Nous savons que les entreprises fixent les prix selon la tolérance du marché. Je suis d'avis qu'à long terme, beaucoup de Canadiens aimeraient avoir la possibilité de se procurer des biens et des services qu'ils paieraient un peu plus cher, mais dont la production créerait des emplois pour les travailleurs canadiens et générerait de la richesse qui resterait au Canada, mais je m'égare du sujet.
J'ai dit un peu plus tôt que nos délibérations reposeraient sur deux questions. Je souhaite aborder la première dès maintenant, c'est-à-dire établir si, au bout du compte, cet accord est mieux que le statu quo. Il y a quelques points remarquables que j'aimerais souligner, malgré les défauts de cet accord.
L'élimination du chapitre 11 de l'ALENA en est un. Il s'agissait de la disposition qui permettait aux sociétés étrangères, et non aux sociétés canadiennes, de poursuivre le gouvernement canadien pour l'adoption de lois ou de règlements qui protègent l'environnement ou les travailleurs et que ces sociétés jugeaient dommageables à leurs activités. Même si je n'aurais guère aimé que les sociétés canadiennes jouissent aussi de ce droit, on peut bien comprendre le problème colossal de le réserver aux sociétés étrangères. Non seulement le Canada a été l'instigateur de cette disposition de l'ALENA, mais la disposition relative à ce mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États figure dans la majorité des accords commerciaux que nous avons négociés. Le Canada a été le pays le plus pénalisé par ce genre de dispositions, alors je suis heureux qu'elle ait été retirée. Je précise que le président des États-Unis voulait s'en débarrasser, mais que notre gouvernement a d'abord défendu ce mécanisme, ce qui m'a toujours paru être un non-sens. Néanmoins, peu importe qui l'a éliminée, c'est fait et c'est bien ainsi.
Il en va de même pour la disposition sur la proportionnalité des exportations dans le secteur de l’énergie, qui stipulait que, pour une année donnée, si on calcule le pourcentage moyen de la production canadienne de pétrole et de gaz naturel qui a été exporté aux États-Unis pendant les trois années précédentes, les États-Unis ont le droit d’exiger ce même pourcentage pour les années suivantes. Peu importe que le Canada connaisse une pénurie ou qu’il ait la possibilité d’obtenir ailleurs un meilleur prix pour son pétrole ou son gaz naturel, les États-Unis avaient le droit d’exiger ce pourcentage de notre production. Nous avons toujours considéré cela comme un empiétement tout à fait déraisonnable, c’est le moins que l’on puisse dire, sur la souveraineté canadienne et comme une disposition contraire aux intérêts de notre pays. Nous sommes donc ravis qu’elle ait été supprimée.
Le nouvel accord contient un certain nombre de nouvelles dispositions sur le contenu nord-américain pour le secteur de l’automobile, ce dont nous nous réjouissons. Elles nous ramènent au Pacte de l’automobile. Elles ne ressemblent en rien à un accord de libre-échange, mais d’aucuns prétendent que c’est le genre de dispositions qui risquent d’être les plus bénéfiques pour le secteur canadien de l’automobile. Cela montre, à mon avis, que le modèle du libre-échange ne suffit plus, en soi, à assurer le succès de l’économie canadienne.
Je voudrais mentionner également que, dans la version originale de l'Accord Canada—États-Unis—Mexique, certaines dispositions auraient fait augmenter considérablement le coût des médicaments biologiques. Ce n’était pas la faute de notre gouvernement, mais plutôt, malheureusement, de celle des démocrates américains qui avaient voulu renégocier le texte. Comme ils n’étaient pas satisfaits de l’accord original, de nouvelles dispositions avaient été présentées. Cela signifie que certaines des augmentations de coûts des médicaments sur ordonnance qui devaient en résulter ne se produiront pas avec cet accord, contrairement à ce qui s’est passé avec d’autres accords comme l'Accord économique et commercial global avec l'Europe et le Partenariat transpacifique. C’est une bonne chose. L’une des raisons pour lesquelles le NPD s’est souvent opposé à des accords de libre-échange, c’est parce qu’ils offrent des protections excessivement généreuses aux grandes entreprises pharmaceutiques, au détriment des Canadiens qui ont besoin de médicaments pour améliorer leur qualité de vie.
Nous avons également observé, lors de la seconde ronde de négociations déclenchée par les démocrates américains, que pour la première fois, un accord commercial comportait des dispositions sur les conditions de travail. Je ne dirai pas qu’elles sont parfaites, car nous avons encore beaucoup de travail à faire pour nous assurer que leur mise en œuvre profite pleinement aux travailleurs du Mexique, mais j’estime qu’elles vont contribuer à rehausser les salaires des Mexicains qui travaillent dans le secteur de l’automobile. Et ce qui est même peut-être encore plus important, comme nous l’a dit le représentant d’un syndicat mexicain, ces dispositions devraient faciliter la tâche aux travailleurs mexicains qui veulent se syndiquer. C’est une bonne chose pour les travailleurs mexicains ainsi que pour les travailleurs américains et canadiens. À condition bien sûr, et il faudra attendre pour le savoir, que les entreprises ne décident pas de se délocaliser au Mexique, pour éviter d’avoir à composer avec un syndicat et de devoir payer des salaires plus élevés.
Je le répète, ce n’est pas une panacée; les choses ne vont pas changer du jour au lendemain, mais les néo-démocrates ne cessent de dire depuis des décennies que des dispositions contraignantes sur les conditions de travail vont de pair avec les règles qui sont établies, et qu’elles doivent être strictement protégées dans les accords commerciaux internationaux.
En approuvant cet accord, nous essayons de consolider les gains que nous avons obtenus avec la suppression du chapitre 11 et de la disposition sur la proportionnalité, et avec l’annulation de l’augmentation prévue du coût des médicaments sur ordonnance. Nous voulons voir ce que va donner la mise en œuvre de ces dispositions inédites sur les conditions de travail, afin de déterminer si les accords commerciaux peuvent servir à donner aux travailleurs un traitement et des conditions plus justes. Si nous obtenons des succès sur ce front-là, espérons qu’un jour nous réussirons à faire vraiment appliquer certaines règles environnementales à l’extérieur de nos frontières.
Pour l’instant, cet accord est loin d’y parvenir. Il ne mentionne même pas l’accord le plus important qui ait été signé pour faire face au défi environnemental le plus déterminant de notre époque, c'est-à-dire l’Accord de Paris et le changement climatique. Il va pourtant falloir le faire si nous voulons réussir à amener d'autres pays à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Nous allons devoir lier ces accords à des accords économiques, afin que les pays qui ne respectent pas leurs engagements en paient réellement les conséquences.
J’aimerais maintenant m’attarder quelque peu sur la seconde question qui, comme je l’ai dit, devrait guider nos délibérations, à savoir le processus de ratification. Quelles leçons pouvons-nous en tirer pour améliorer les choses lors des prochaines négociations commerciales?
Ce processus est loin d’être satisfaisant. D’autres députés ont rappelé tout à l’heure que le Parlement n’a pu prendre connaissance de l’évaluation de l’impact économique qu’à la dernière minute. Tout le monde s’entend pour dire qu’il s’agit d’un accord d’envergure. Beaucoup d’échanges se font chaque jour des deux côtés de la frontière, et cet accord a fait couler beaucoup d’encre. Ce que les Canadiens qui nous regardent doivent savoir, c’est que nos discussions ont dû se faire en l’absence de données économiques réelles parce que le gouvernement a attendu la veille de la dernière réunion du comité, c’est-à-dire le dernier jeudi avant l’ajournement, pour les présenter. Par conséquent, le rapport économique qui est censé chiffrer les mesures annoncées n’est sorti que le mercredi, alors que le comité a terminé ses travaux le jeudi. Cela ne tient pas debout.
Il y a d’autres choses qui ne tiennent pas debout depuis plusieurs années, en particulier la chape de plomb qui entoure les négociations commerciales. Comme je l’ai dit au cours de mon intervention à l’étape de la deuxième lecture, deux de nos principaux partenaires commerciaux avec lesquels nous avons conclu des accords de libre-échange, soit l’Union européenne et les États-Unis, ont tous deux divulgué à leur population beaucoup plus d’informations sur les négociations que nous. Ils encouragent ainsi, beaucoup plus que nous, la mobilisation civile à l’égard de toute cette question et permettent à leurs citoyens de donner leur point de vue sur ce qui est important à leurs yeux et sur ce que leurs dirigeants font de bien ou de mal au cours de ces négociations. Nous avons observé comment l’interaction qui se fait entre les assemblées législatives et l’exécutif peut conduire à de meilleurs accords. Nous l’avons constaté lors de la négociation de cet accord, non pas au Canada, malheureusement, mais aux États-Unis où le Congrès a pu exiger du président qu’il retourne à la table de négociation pour négocier un accord plus acceptable.
Le Parlement ne prend connaissance des accords commerciaux que lorsqu’ils sont conclus et signés et qu’il n’y a plus aucune possibilité de retourner à la table de négociation. C’est la raison pour laquelle j’ai contacté la vice-première ministre dès le début du processus, pour essayer d’améliorer les choses à l’avenir. Cela a donné lieu à des négociations, à la suite desquelles le gouvernement a pris un nouvel engagement en ce qui a trait à la procédure de présentation des traités à la Chambre des communes. Dorénavant, il informera officiellement le Parlement, 90 jours avant le début des négociations officielles avec un autre pays ou groupe de pays, de son intention de négocier un nouvel accord commercial. Il présentera ses objectifs de négociation au Parlement, ce qui signifie qu’ils seront publics, 30 jours avant ces négociations. C’est comparable à ce qui se fait déjà aux États-Unis et c’est même moins exigeant que ce qui se fait dans l’Union européenne. C’est donc tout à fait réalisable au Canada, et les Canadiens ne s’en porteront que mieux.
Enfin, au chapitre de l’évaluation de l’impact économique, le gouvernement s’est engagé à rendre désormais obligatoire la présentation des évaluations de l’incidence économique en même temps que le projet de loi de ratification, afin que nous ne nous retrouvions plus jamais dans la situation ridicule où nous nous sommes trouvés cette fois-ci, quand on nous a demandé d’examiner un projet de loi sans que nous ayons le moindre chiffre quant à son impact économique. Je ne devrais pas dire « le moindre », car des chiffres nous étaient parvenus des États-Unis, quand le gouvernement américain a publié son évaluation de l’incidence économique il y a un an. Les Canadiens et leurs représentants élus ne devraient pas être obligés de compter sur nos partenaires commerciaux pour savoir comment un accord commercial va nous affecter. Nous devrions pouvoir obtenir ces informations auprès de notre gouvernement. Dorénavant, donc, les gouvernements canadiens devront fournir ces renseignements, et c’est une très bonne chose.
J’aurais encore beaucoup de choses à dire, mais je vais attendre la période des questions.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2020-03-10 11:55 [p.1859]
Madam Speaker, I am just digesting the question. I hope I was clear enough that I am not a supporter of the original NAFTA. The NDP was not and is not.
What I was saying is that I do not like the model. I do not like the model that that agreement was signed under, and I do not like the model that this agreement was signed under. What we have been tracking in this debate is whether, overall, the one agreement under a bad model is, relatively speaking, better than the original agreement under a bad model.
Of course there are lots of corporations that employ a lot of Canadians; that does not mean they can do no wrong. That does not mean that they are all wonderful people. That does not mean they are all looking out for the interests of their employees.
I would refer the member to the 400,000 Canadians who have lost manufacturing jobs since the signature of the original NAFTA, including those in Oshawa who just recently had their plant closed, despite the fact they did award-winning work, because that plant moved to Mexico for the sole purpose of low wages. Canadians workers should not be forced to compete with that. That is exactly what these deals do.
There is some relief from that, for the first time, in these labour provisions. We are interested to see how those play out.
Madame la Présidente, j’essaie de digérer la question. J’espère avoir dit clairement que je n’approuvais pas l’ALENA original. Le NPD n'a jamais été en faveur de cet accord, et cela n'a pas changé.
Ce que j’ai dit, c’est que je n’aime pas le modèle. Je n’aime pas le modèle selon lequel l’ancien accord a été signé, et je n’aime pas le modèle selon lequel ce nouvel accord a été signé. Ce que nous avons essayé de déterminer, au cours de ce débat, c’est si, dans l’ensemble, le nouvel accord négocié selon un mauvais modèle est, tout bien considéré, une amélioration par rapport à l’ancien accord qui avait été négocié selon un mauvais modèle.
Bien sûr qu’il y a beaucoup d’entreprises qui emploient beaucoup de Canadiens; cela ne signifie pas qu’elles ne peuvent rien faire de mal. Cela ne signifie pas qu’elles sont toutes extraordinaires. Cela ne signifie pas qu’elles défendent toutes les intérêts de leurs employés.
J’aimerais rappeler au député que 400 000 Canadiens ont perdu leur emploi dans le secteur manufacturier depuis la signature du premier ALENA, y compris ceux qui, à Oshawa, viennent de voir leur usine fermer ses portes, malgré l’excellence de leur travail, parce que ses propriétaires ont décidé de la délocaliser au Mexique dans le seul but de payer des salaires inférieurs. Les travailleurs canadiens ne devraient pas être forcés de concurrencer ce genre de choses. Or, c’est exactement ce que font ces accords.
Par contre, pour la première fois, les choses vont peut-être s’améliorer avec les nouvelles dispositions sur les conditions de travail. Nous avons hâte de voir ce qu’elles vont donner.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2020-03-10 11:57 [p.1860]
Madam Speaker, there were clearly many job losses between 1994 and 2007-08, when the Canadian dollar was at par with the U.S. dollar. The appreciation of our currency may explain some rather recent manufacturing job losses, but it does not explain the jobs lost between 1994 and 2007-08.
Madame la Présidente, il est évident qu'il y a eu beaucoup de pertes d'emplois entre 1994 et 2007-2008, alors que le dollar canadien a atteint la parité avec la devise américaine. Cette appréciation de notre monnaie explique peut-être des pertes plutôt récentes d'emplois manufacturiers, mais elle n'explique pas celles survenues entre 1994 et 2007-2008.
View Randall Garrison Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I want to congratulate the member for Elmwood—Transcona on clearly laying out the NDP trade policies. I congratulate him on his very effective work as our trade spokesperson.
The member does not take enough credit for something I think we will regard as historic. When we look back on the changes that his work with the Deputy Prime Minister led to in the way we approach trade agreements, we are going to see this was a historic change, providing more transparency, more openness and a role for Parliament in having input into the trade agreements instead of a last-minute yes or no, as in this case.
I wonder if the hon. member could give us some idea of how these agreements he reached with the government will apply to the upcoming trade negotiations with other countries?
Madame la Présidente, j'aimerais féliciter le député d'Elmwood—Transcona d'avoir exposé clairement les politiques en matière de commerce du NPD. Je le félicite pour l'excellent travail qu'il fait en tant que porte-parole néo-démocrate en matière de commerce.
Le député ne s'attribue pas assez le mérite d'avoir accompli quelque chose que nous allons considérer comme historique, je pense. Si nous considérons la manière dont son travail avec la vice-première ministre a contribué à changer notre façon d'aborder les accords commerciaux, nous en arrivons à la conclusion qu'il s'agissait d'un changement historique. Ce changement contribuera, en effet, à une plus grande transparence, à davantage d'ouverture et à un rôle plus actif pour le Parlement en ce qui concerne les accords commerciaux, étant donné que le Parlement aura son mot à dire et n'en sera plus réduit à dire oui ou non à la dernière minute, comme dans le cas présent.
Le député voudrait-il nous donner une idée du rôle que les accords qu'il a conclus avec le gouvernement joueront dans les négociations commerciales à venir avec d'autres pays?
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2020-03-10 11:58 [p.1860]
Madam Speaker, I am going to go back a little ways to a process that some might remember around what was referred to as the security and prosperity partnership, SPP.
One of the really frustrating aspects about those negotiations was that we did not know the full extent of them. In one of the minority Parliaments that preceded 2011, there was an attempt to get documents, just for Canadians to get some basic information about what the government was doing at the negotiating table with the United States on that file. A Conservative chair of the committee at that time stood up and walked out of the room, lest emotion pass demanding information about what was going on at that table.
What we have negotiated with the government and what should be different is at least Canadians will know that a negotiation is taking place. That sounds really basic. It does not sound particularly exciting. It sounds like the kind of thing that of course we would know, because the government always tells us. However, the fact is that there is no requirement for the government to tell us. The SPP was a great example of a time when it refused to tell us.
Not only would we know that that negotiation was happening, but we would have, at the very least, the high-level negotiating objectives, which were presumably were different for the SPP than they were for the TPP or CETA.
This is one of those things that are easy to understate. It sounds like it is not that big of a deal, and that the government was already doing that. The point is that it was not. People in the trade justice network, labour unions and other parts of civil society know that these trade agreements can have a real impact on the lives of working people, not just corporate tycoons who are going to make more money but real Canadians who have a real potential to lose out on things that matter to them in their lives. This is going to give them a window in, to know where to start looking and sniffing around to find out what is going on and how it is going to affect people, whether they are members of unions or organizations, or just ordinary Canadians whose welfare they are concerned for.
That is why it is a really important starting point.
Madame la Présidente, j'aimerais revenir un peu sur un processus dont certains se rappelleront peut-être qu'on appelait le Partenariat pour la sécurité et la prospérité, ou PSP.
L'un des aspects vraiment frustrants de ces négociations est que nous n'en connaissions pas toute l'étendue. Sous l'un des gouvernements minoritaires ayant existé avant 2011, on avait tenté d'obtenir des documents, simplement pour que les Canadiens puissent avoir des informations de base sur ce que le gouvernement faisait à la table des négociations avec les États-Unis dans ce dossier. À l'époque, le président conservateur du comité s'était levé et avait quitté la salle de peur de laisser transparaître son sentiment quant à cette exigence à propos des négociations.
Ce qui résulte de nos négociations et ce qui devrait être différent, c'est que les Canadiens sauront au moins qu'il y a des négociations en cours. Cela semble vraiment fondamental et pas particulièrement excitant. Cela semble être le genre de choses dont nous serions au courant, bien sûr, parce que le gouvernement nous tient toujours au courant. Il n'est pourtant pas obligé de le faire. Le PSP illustrait tout à fait une époque où le gouvernement refusait de nous dire quoi que ce soit.
Non seulement saurions-nous alors quelles négociations sont en cours, mais nous connaîtrions aussi, à tout le moins, leurs grands objectifs, qui n'étaient probablement pas les mêmes pour le Partenariat pour la sécurité et la prospérité que pour le Partenariat transpacifique ou l'Accord économique et commercial global.
C'est un point dont il est facile de minimiser l'importance. On peut avoir l'impression que ce n'est pas grand-chose, que le gouvernement le faisait déjà. Je tiens à souligner qu'en réalité, il ne le faisait pas. Les intervenants du réseau pour la justice dans les échanges commerciaux, des syndicats et d'autres secteurs de la société civile savent que les accords commerciaux peuvent avoir des conséquences réelles dans la vie des travailleurs. Je ne pense pas seulement ici aux magnats du monde des affaires qui feront encore plus d'argent, mais aux vrais Canadiens qui risquent réellement de perdre des choses auxquelles ils tiennent. Cela servira donc de porte d'entrée, de point de départ pour regarder et épier ce qui se passe et quelles seront les conséquences pour les gens, qu'il s'agisse de membres de syndicats ou d'organisations ou de Canadiens ordinaires dont le bien-être est important.
Voilà pourquoi il s'agit vraiment d'un point de départ crucial.
View Daniel Blaikie Profile
NDP (MB)
View Daniel Blaikie Profile
2020-03-10 12:02 [p.1861]
Madam Speaker, I know the Deputy Prime Minister has made a lot about the amount of consultation that went on. However, there is a big difference between consulting sector-specific people under the cloak of NDAs, or non-disclosure agreements, where they are not allowed to talk about anything, versus bringing it to Parliament where there are things we can discuss. There is a difference between sharing objectives at the negotiating table with people who are not allowed to talk about those with anybody else and sharing them in Parliament, where the country can have a conversation about what should be on the list and what should be taken off the list, and supply management is a great example.
Dairy farmers are hit hard by this agreement. I hope there will be another context. It has been done somewhat at committee, where we have talked about ways government can mitigate some of the ill effects that are part of this agreement. That debate should have taken place with more information on the table. Up until two weeks before this version of the deal was signed, dairy farmers were told they would be okay, that there were not significant concessions beyond what was in the original NAFTA.
People were caught off guard. Public debate has a way of bringing those things out. It does not always, it is not perfect, it is a blunt instrument, but it can really bring things to the surface. That is why it was such a priority for us to take the first meaningful step on a road toward a better, more transparent process. In the long term, that will help us get better deals that are fairer for workers and the environment.
Madame la Présidente, je sais que la vice-première ministre parle beaucoup de la quantité de consultations qui ont eu lieu. Cependant, il y a une grande différence entre consulter les représentants de certains secteurs qui, en raison d'ententes de confidentialité, ne peuvent parler de quoi que ce soit et s’adresser au Parlement, où il est possible de discuter de ces choses. Il y a une différence entre faire part des objectifs à la table de négociation à des personnes qui ne peuvent en parler avec quiconque d’autre et en faire part au Parlement, où le pays peut débattre de ce qui devrait figurer sur la liste ou en être retiré, et la gestion de l’offre en est un parfait exemple.
Cet accord frappe durement les producteurs laitiers. J’espère que cela pourra changer. Il en a été un peu question en comité, où nous avons parlé de mesures que pourrait prendre le gouvernement pour atténuer en partie les répercussions négatives de cet accord. Ce débat aurait dû avoir lieu avec plus de données sur la table. Deux semaines encore avant que cette version de l’accord soit signée, on disait aux producteurs laitiers qu’ils n’avaient pas à s’inquiéter, qu’il n’y avait pas eu de concessions importantes par rapport à l’ALENA original.
Les gens ont été pris de court. Le débat public permet de faire ressortir ces éléments. Pas toujours, car il n’est pas parfait. C’est un instrument brutal, mais il peut vraiment faire ressortir des éléments. C’est pourquoi il était primordial pour nous de prendre la première véritable mesure allant dans le sens d’un processus meilleur et plus transparent. À long terme, cela nous aidera à conclure de meilleurs accords, plus justes pour les travailleurs et l’environnement.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2020-03-10 12:16 [p.1863]
Mr. Speaker, I am certainly glad we finally got rid of the investor-state provisions that negatively impacted Canada's jurisdiction and our ability to put forward policies that benefit our citizens.
However, what concerns me is that chapter 19 reads like a wish list for the lobbyists of Google, Facebook and Amazon, who spend as much time in the halls of the Liberal government as they do in Washington. There is a fundamental issue of data sovereignty emerging around the world in the wake of the Cambridge Analytica scandal. The right and need to have data sovereignty to put in proper privacy protections have been stripped away. The Liberals have given that over to the Google, Facebook and Amazon lobby in Washington.
Canada has an inability to actually hold the data giants to account through safe harbour provisions or to look in the black box of algorithms that are pushing extremist content. It is an issue that is driving legislators in Europe to take action, yet we have stripped it away to become a branch plant of silicon valley without the right of legislators to protect our citizens.
What does my hon. colleague think about this?
Monsieur le Président, je me félicite que nous nous soyons enfin débarrassés des dispositions investisseur-État, qui avaient un impact négatif sur la souveraineté du Canada et sur sa capacité à mettre en œuvre des politiques servant les intérêts de sa population.
Cela dit, ce qui me préoccupe, c’est que le chapitre 19 soit une véritable liste de souhaits pour les lobbyistes de Google, de Facebook et d’Amazon, qui courent les antichambres du gouvernement libéral aussi bien que celles du gouvernement à Washington. Dans le sillage du scandale Cambridge Analytica, on se rend compte que le problème de la souveraineté des données est de plus en plus important de par le monde. Le droit à la souveraineté des données et à la mise en place de mesures de protection adéquate disparaît progressivement. Les libéraux ont abandonné tout cela aux lobbyistes de Google, Facebook et Amazon à Washington.
Le Canada est incapable d’obliger les géants du numérique à rendre des comptes au moyen de dispositions d’exonération de responsabilité ou à chercher dans la boîte noire les algorithmes qui favorisent la publication de contenus extrémistes. C’est un problème qui pousse les législateurs européens à agir, mais nous, nous le faisons disparaître en devenant la succursale de la Silicon Valley, sans que nos législateurs aient le pouvoir de protéger notre population.
Qu’en pense mon collègue?
View Colin Carrie Profile
CPC (ON)
View Colin Carrie Profile
2020-03-10 12:29 [p.1865]
Mr. Speaker, my colleague chairs the Standing Committee on International Trade and we were able to work together quite well on this agreement. The question I have for her is about something we found out that was quite disturbing, which was the transparency of the government on the economic impact implications of this trade agreement.
Before the election, the Prime Minister and the Deputy Prime Minister were very clear that this was going to be a win-win-win for Canadians. We found out late in the game the government's own numbers. For example, for people in my community in the auto sector there was going to be a hit of $1.5 billion to the auto industry and a decrease of 1.7% in production.
My colleague did not know and we did not know. I believe the Prime Minister and the Deputy Prime Minister were aware of it because they were working on it since 2017.
In order for this not to happen again, what does she think has to be implemented for future trade agreements? This was extremely misleading and it may have caused people to vote differently in the election.
Monsieur le Président, ma collègue est la présidente du Comité permanent du commerce international et nous avons réussi à travailler parfaitement bien ensemble à cet accord. Ma question pour elle concerne un élément fort dérangeant que nous avons relevé, celui de la transparence du gouvernement au sujet des impacts économiques de cet accord commercial.
Avant les élections, le premier ministre et la vice-première ministre ont affirmé sans ambiguïté que les Canadiens seraient gagnants sur tous les fronts. Nous avons eu les chiffres du gouvernement très tard dans le processus. Par exemple, pour les gens de ma région qui travaillent dans le secteur automobile, on s'attend à une perte de 1,5 milliard de dollars dans l'industrie automobile et à une baisse de 1,7 % de la production.
Ma collègue n'était pas au courant et nous non plus. Je crois que le premier ministre et la vice-première ministre, eux, étaient au courant, car ils travaillaient à ce dossier depuis 2017.
Afin d'éviter qu'une situation comparable ne survienne de nouveau, d'après la députée, qu'est-ce qui devrait être fait en vue de futurs accords commerciaux? La situation a été présentée de façon extrêmement trompeuse et cela a pu avoir un effet sur les intentions de vote.
View Randall Garrison Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I listened to the member's remarks with interest. At the end of her remarks, she touched on provisions dealing with gender and equality for women. One of the problems with the way we have negotiated trade agreements has been the secrecy around those negotiations, and I certainly salute the Deputy Prime Minister and the member for Elmwood—Transcona for trying to fix that in the future.
My understanding is that many sources reported that the deal originally had much more extensive provisions dealing with gender equity, workplace harassment and other things that are very important to the equality of women in the workplace and that those disappeared from the final agreement, replaced by just some very general statements.
Can the member tell us if she has any information about what happened to those more extensive gender equity provisions and why they disappeared?
Monsieur le Président, j'ai écouté la députée avec intérêt. À la fin de son discours, elle a mentionné les dispositions sur l'identité de genre et l'égalité pour les femmes. L'un des aspects problématiques des négociations des accords commerciaux est le secret qui les entoure. Je tiens donc à saluer les efforts de la vice-première ministre et du député d'Elmwood—Transcona visant à régler ce problème pour l'avenir.
À ce que je comprends, de nombreuses sources ont rapporté que l'accord contenait initialement des dispositions beaucoup plus vastes sur l'équité entre les sexes, le harcèlement en milieu de travail et d'autres questions essentielles à l'égalité pour les femmes au travail, mais qu'elles ont disparu de la version définitive pour être remplacées par des énoncés très généraux.
La députée peut-elle nous dire ce qu'elle sait sur le sort qui a été réservé à ces dispositions plus vastes sur l'équité entre les sexes et les raisons qui expliquent leur disparition?
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Carlton Trail—Eagle Creek.
As the member of Parliament for Renfrew—Nipissing—Pembroke, I welcome the opportunity to participate in this debate regarding the Canada-U.S.-Mexico agreement, or CUSMA, which will replace the North American Free Trade Agreement that was negotiated by a previous Conservative government.
To paraphrase comments previously made by my Conservative colleagues, the good news is that, after rigorous debate in Parliament and at committee, Canada will continue to have a trade agreement with our largest trading partner. The bad news is that it was negotiated by the Liberal government, which made concession after concession to the United States and Mexico.
The United States is our greatest ally and our largest trading partner. The NAFTA deal that was negotiated by the Conservatives was good for Canada, with $2 billion a day in trade crossing our border, which represents 75% of Canadian exports. The U.S. direct investment in Canada was over $400 billion, which is huge.
Since NAFTA was first implemented, over five million jobs have been created, and total trilateral trade has quadrupled to $1.2 trillion. Conservative trade deals have done a good job creating jobs for Canadians.
The Conservative Party of Canada is the party of free trade. An election was fought over free trade. Luckily for Canadians, the Conservatives won that election. It was under former prime minister Brian Mulroney that the first Canada-U.S. free trade agreement was signed. Then it was under former Conservative prime minister Stephen Harper that Canada signed a record number of trade agreements, providing Canadian businesses with unprecedented access to markets around the world.
The Conservative Party is the party of free trade. We have long supported free trade and will continue to support a free trade agreement with the United States, our largest trading partner, and Mexico.
On February 25, I had the honour of presenting a private member's bill, Bill C-222, an act to amend the Expropriation Act with respect to protection of private property. There has been a disturbing trend in Canada toward what is referred to as regulatory, de facto or constructive taking of private property. This happens when government uses its statutory powers to regulate or restrict the property rights of an owner without acquiring title to the land being adversely affected. The landowner feels the impact of the regulation as if the land has been expropriated.
In the United States, the fifth amendment of the American constitution protects private property rights. In Canada, government acquisition of land without the owner's consent is not subject to the Canadian Charter of Rights and Freedoms. Private property rights were excluded from the Canadian Constitution when it was repatriated in 1982.
In Canada, landowners' rights are found in the expropriation legislation. The government must follow the law as to what land may be expropriated and must observe procedures set out in the legislation. In Canada the government can strictly regulate land, limiting its value and what a landowner can and cannot do with it without triggering the procedures in the legislation.
A de facto regulatory taking means a property owner is not entitled to compensation unless the restrictions of the owner's rights are such that they should be properly regarded within the meaning of the Expropriation Act.
I introduced Bill C-222 to provide some protections from the government taking people's property without compensation. It would appear that CUSMA addresses the issue raised by my private member's bill, Bill C-222. Canadian common law on de facto expropriation suffers from what some jurists refer to as external incoherence.
The present context of CUSMA decries the possibility that the rights of foreign investors in Canadian property are afforded more protection than the rights of Canadian property owners of Canadian property. The source of this incoherence is article 1110 of the North American Free Trade Agreement, or NAFTA, which has been carried over into CUSMA under article 14.8 on expropriation and compensation.
Article 14.8 in the new agreement provides:
1. No Party shall expropriate or nationalize a covered investment either directly or indirectly through measures equivalent to expropriation or nationalization (expropriation), except:
(a) for a public purpose;
(b) in a non-discriminatory manner;
(c) on payment of prompt, adequate, and effective compensation in accordance with paragraphs 2, 3, and 4; and
(d) in accordance with due process of law.
2. Compensation shall:
(a) be paid without delay;
(b) be equivalent to the fair market value of the expropriated investment immediately before the expropriation took place (the date of expropriation);
(c) not reflect any change in value occurring because the intended expropriation had become known earlier; and
(d) be fully realizable and freely transferable.
3. If the fair market value is denominated in a freely usable currency, the compensation paid shall be no less than the fair market value on the date of expropriation, plus interest at a commercially reasonable rate for that currency, accrued from the date of expropriation until the date of payment.
4. If the fair market value is denominated in a currency that is not freely usable, the compensation paid—converted into the currency of payment at the market rate of exchange prevailing on the date of payment—shall be no less than:
(a) the fair market value on the date of expropriation, converted into a freely usable currency at the market rate of exchange prevailing on that date; plus
(b) interest, at a commercially reasonable rate for that freely usable currency, accrued from the date of expropriation until the date of payment.
5. For greater certainty, whether an action or series of actions by a Party constitutes an expropriation shall be determined in accordance with paragraph 1 of this Article and Annex 14-B (Expropriation).
The language used here was rolled over from the 1992 NAFTA and it refers to the indirect nationalizing or expropriating of a measure as being tantamount to nationalization or expropriation. The language clearly exists to ensure that compensation will be owed for both de jure and de facto expropriation by the expropriating country.
The scope of article 14.8 is indeed wide. “Measure” includes any law, regulation, procedure, requirement or practice, and the definition of “investment” is so expansive that it cannot be included here. Moreover, there is no allowance, as there is in Canadian common law, for express statutory language to extinguish the right of compensation.
How the previous NAFTA article 1110 has been treated in arbitration among the parties of NAFTA, Canada, the United States and Mexico, has, or at least should have, bearing on expropriation law in Canada generally. This is particularly so given NAFTA's, now CUSMA's, constitution-like status as a document that cannot be amended without the consent of all signatories.
The NAFTA expropriation case that has received the most attention from Canadian legal scholars is probably The United Mexican States v. Metalclad Corporation. In that case, Metalclad had received approval from the federal government of Mexico to operate a landfill in the municipality of Guadalcazar and began to construct the landfill on that basis. Mid-construction, Guadalcazar informed Metalclad that it would require a municipal permit and must cease construction pending its issuance. More than a year later, Guadalcazar finally made its decision: permit denied.
The governor of San Luis Potosi, the state in which Guadalcazar is situated, further declared Metalclad's land to be a natural area for the protection of rare cacti. The federal government took no saving action. In its decision, the tribunal stated, “these measures, together with the representations of the Mexican federal authorities”, on which Metalclad relied, “and the absence of a timely, orderly or substantive basis for the denial of the construction permit, amounted to an indirect” or de facto “expropriation.”
The tribunal's belief in the far-ranging scope of article 1110 is evident. As outlined in its decision, expropriation in NAFTA, and now CUSMA, includes not only “the open, deliberate and acknowledged takings of property” but also the “covert or incidental interference with the use of property which has the effect of depriving the owner, in whole or in significant part, of the use or reasonably-to-be-expected economic benefit of property.”
Where the ratification of CUSMA will leave expropriation law and Canadian property rights in the future is uncertain. Time will tell whether or not the law will continue to afford foreign investors more protection than Canadians. This is one example of why a detailed analysis of CUSMA is so important for Canadians to understand what is being signed.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Sentier Carlton—Eagle Creek.
À titre de députée de Renfrew—Nipissing—Pembroke, je suis heureuse d'avoir l'occasion de participer au débat sur l'Accord Canada—États-Unis—Mexique, ou ACEUM, qui remplacera l'Accord de libre-échange nord-américain négocié par un ancien gouvernement conservateur.
Pour paraphraser ce que mes collègues conservateurs ont déjà dit, la bonne nouvelle est qu'après un débat rigoureux au Parlement et en comité, le Canada continuera d'avoir un accord avec son principal partenaire commercial. La mauvaise nouvelle est qu'il a été négocié par le gouvernement libéral, qui a multiplié les concessions aux États-Unis et au Mexique.
Les États-Unis sont notre plus grand allié et notre principal partenaire commercial. L'ALENA, qui avait été négocié par les conservateurs, a été bénéfique pour le Canada. Il est à l'origine d'échanges commerciaux transfrontaliers qui se chiffrent à 2 milliards de dollars par jour, ce qui représente 75 % de toutes les exportations canadiennes. Les investissements directs américains au Canada, quant à eux, ont dépassé les 400 milliards de dollars, ce qui est énorme.
Depuis l'entrée en vigueur de l'ALENA, plus de 5 millions d'emplois ont été créés, et le commerce trilatéral a quadruplé pour atteindre 1,2 billion de dollars. Les accords commerciaux conclus par les conservateurs ont bien contribué à la création d'emplois pour les Canadiens.
Le Parti conservateur du Canada est le parti du libre-échange. Des élections fédérales ont été tenues sur la question du libre-échange. Heureusement pour les Canadiens, les conservateurs ont remporté ces élections. C'est sous l'ancien premier ministre Brian Mulroney que le premier accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis a été signé. Puis, sous l'ancien premier ministre Stephen Harper, le Canada a signé un nombre record d'accords commerciaux, grâce auxquels les entreprises canadiennes ont eu un accès sans précédent aux marchés étrangers.
Le Parti conservateur est le parti du libre-échange. Nous appuyons le libre-échange depuis toujours et nous allons appuyer l'accord de libre-échange avec les États-Unis, notre principal partenaire commercial, et le Mexique.
Le 25 février, j'ai eu l'honneur de présenter le projet de loi d'initiative parlementaire C-222, Loi modifiant la Loi sur l'expropriation relativement à la protection de la propriété privée. Une tendance inquiétante se fait présentement sentir au Canada, celle de l'appropriation réglementaire ou de facto de la propriété privée. Ce phénomène désigne le fait, pour le gouvernement, d'utiliser les pouvoirs qui lui sont conférés par la loi pour régir ou restreindre les droits de propriété d'une personne sans l'exproprier de son terrain. Les conséquences sont les mêmes que si elle l'avait été, même si ce n'est pas le cas.
Aux États-Unis, le cinquième amendement de la Constitution américaine garantit les droits liés à la propriété privée. Au Canada, si le gouvernement fait l'acquisition de terrains sans le consentement de leur propriétaire, ce dernier n'est pas protégé par la Charte canadienne des droits et libertés. Les droits liés à la propriété privée ont été exclus de la Constitution lorsqu'elle a été rapatriée en 1982.
Au Canada, les droits des propriétaires fonciers sont énoncés dans la Loi sur l'expropriation, qui précise les terres qui peuvent être expropriées ainsi que la marche à suivre dans un tel cas. Le gouvernement canadien peut imposer des règlements stricts, limiter la valeur des terres et déterminer ce que les propriétaires peuvent faire, ou pas, sans jamais enfreindre les dispositions de la Loi.
L'appropriation est dite « de facto » si le propriétaire n'a droit à aucune indemnité, à moins que ses droits soient restreints au point que la Loi sur l'expropriation doive s'appliquer.
J'ai présenté le projet de loi C-222 afin que les propriétaires soient mieux protégés si le gouvernement souhaite s'approprier leur propriété sans les indemniser en conséquence. Or, il semblerait que l'accord entre le Canada, les États-Unis et le Mexique traite déjà du problème auquel je souhaite m'attaquer avec mon projet de loi d'initiative parlementaire. Lorsqu'il est question d'expropriation de facto, il semblerait que la common law canadienne souffre de ce que certains juristes appellent « l'incohérence externe ».
Dans le contexte actuel, les investisseurs étrangers qui posséderaient une propriété au Canada pourraient être mieux protégés que les propriétaires canadiens. À la source du problème se trouve l'article 1110 de l'ALENA, qui a été reproduit tel quel à l'article 14.8 de l'ACEUM, sur l'expropriation et l'indemnisation.
Voici ce que prévoit l'article 14.8 du nouvel accord:
1. Aucune Partie ne nationalise ni n’exproprie un investissement visé directement ou indirectement au moyen de mesures équivalentes à une nationalisation ou à une expropriation (« expropriation »), si ce n’est:
a) à des fins d’intérêt public;
b) de façon non discriminatoire;
c) moyennant le versement d’une indemnité prompte, adéquate et effective, conformément aux paragraphes 2, 3 et 4; et
d) dans le respect du principe de l’application régulière de la loi.
2. L’indemnité:
a) est versée sans délai;
b) équivaut à la juste valeur marchande de l’investissement exproprié immédiatement avant l’expropriation (la date de l’expropriation);
c) ne tient compte d’aucun changement de valeur résultant du fait que l’expropriation envisagée était déjà connue; et
d) est pleinement réalisable et librement transférable.
3. Si la juste valeur marchande est libellée dans une monnaie librement utilisable, l’indemnité versée n’est pas inférieure à la juste valeur marchande à la date de l’expropriation, majorée des intérêts calculés à un taux commercial raisonnable pour cette monnaie, courus de la date de l’expropriation à la date du paiement.
4. Si la juste valeur marchande est libellée dans une monnaie qui n’est pas librement utilisable, l’indemnité versée, convertie dans la monnaie utilisée pour le versement au taux de change du marché en vigueur à la date du paiement, n’est pas inférieure à:
a) la juste valeur marchande à la date de l’expropriation, convertie dans une monnaie librement utilisable au taux de change du marché en vigueur à cette date;
b) majorée des intérêts, calculés à un taux commercial raisonnable pour cette monnaie librement utilisable, courus de la date de l’expropriation à la date du paiement.
5. Il est entendu que la question de savoir si une mesure ou une série de mesures prises par une Partie constituent une expropriation est tranchée conformément au paragraphe 1 du présent article et à l’annexe 14-B (Expropriation).
La formulation utilisée ici a été reprise de l’ALENA de 1992 et fait référence à la nationalisation ou à l’expropriation indirecte d’une mesure équivalant à une nationalisation ou à une expropriation. Cette formulation existe manifestement pour garantir que le pays expropriant fournira une indemnisation, dans les faits et en droit, pour l’expropriation.
Le champ d’application de l’article 14.8 est certes vaste. Le terme « mesure » inclut toute loi, tout règlement et toute procédure, exigence ou pratique, et la définition du terme « investissement » est si large que l’on ne peut l’inclure ici. En outre, il n’est pas possible, comme dans la common law canadienne, d’utiliser un langage législatif explicite pour abolir le droit à l’indemnisation.
La façon dont l’ancien article 1110 de l’ALENA a été traité dans l’arbitrage entre les parties à l’ALENA, le Canada, les États-Unis et le Mexique, a, ou devrait avoir, du moins, une incidence sur le droit de l’expropriation au Canada en général. C’est particulièrement le cas étant donné le statut constitutionnel de l’ALENA, maintenant l’ACEUM, en tant que document qui ne peut être modifié sans le consentement de tous les signataires.
L’affaire d’expropriation dans le cadre de l’ALENA qui a reçu le plus d’attention de la part des juristes canadiens est probablement celle des États-Unis du Mexique c. Metalclad Corporation. Dans cette affaire, Metalclad avait reçu du gouvernement fédéral du Mexique l’autorisation d’exploiter un site d’enfouissement dans la municipalité de Guadalcazar et, pour cette raison, avait commencé à construire le site. À mi-chemin des travaux de construction, Guadalcazar a informé Metalclad qu’elle devait demander un permis municipal et devait arrêter la construction en attendant ce permis. Plus d’un an plus tard, Guadalcazar a finalement pris sa décision: le permis a été refusé.
Le gouverneur de San Luis Potosi, l’État où se trouve Guadalcazar, a en outre déclaré que le terrain de Metalclad était une zone naturelle pour la protection des cactus rares. Le gouvernement fédéral n’a rien fait pour intervenir. Dans sa décision, le tribunal a déclaré que « ces mesures, ainsi que les observations des autorités fédérales mexicaines », sur lesquelles Metalclad s’est appuyée, « et l’absence d’un fondement opportun, ordonné ou substantiel pour le refus du permis de construction, constituaient une expropriation indirecte » ou une expropriation dans les faits.
Manifestement, le tribunal croit en la portée étendue de l’article 1110. Comme il l’a souligné dans sa décision, l’expropriation dans l’ALENA et maintenant dans l’ACEUM comprend non seulement « la saisie ouverte, délibérée et reconnue de propriété », mais aussi « l’ingérence secrète ou fortuite dans l’utilisation d’un bien qui a pour effet de priver le propriétaire, en tout ou en partie, de l’usage ou de l’avantage économique raisonnablement escomptés du bien ».
Avec la ratification de l’ACEUM, une incertitude planera sur le droit de l’expropriation et les droits de propriété canadiens à l’avenir. Nous verrons avec le temps si la loi continuera ou non à offrir aux investisseurs étrangers une plus grande protection qu’aux Canadiens. Voilà pourquoi, entre autres, une analyse détaillée de l’ACEUM est si importante pour que les Canadiens comprennent ce qui est signé.
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, CUSMA validates my private member's bill, Bill C-222. It naturally follows that Bill C-4 also supports the same principles found in Bill C-222. That is why I am supporting this CUSMA agreement.
Monsieur le Président, l'ACEUM valide mon projet de loi d'initiative parlementaire, le projet de loi C-222. Cela signifie que le projet de loi C-4 soutient les mêmes principes que ceux du projet de loi C-222. C'est pour cette raison que j'appuie l'ACEUM.
View Randall Garrison Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I always enjoy working with the member for Renfrew—Nipissing—Pembroke, even though we rarely agree on anything.
My question involves the fact that she is now supporting a trade agreement that will take out the investor-state dispute resolution. That is something that she supported when the former Conservative government in a previous Parliament put investment protection into the Canada-China agreement.
Does the member still support the idea that a corporation like Huawei should be able to sue the Canadian government for losses, and to do so in a secret process, if they are denied the ability to participate in the 5G network? That is something the previous Conservative government put in place in 2014.
Monsieur le Président, j'aime toujours travailler avec la députée de Renfrew—Nipissing—Pembroke, même si nous sommes rarement d'accord sur quoi que ce soit.
Ma question porte sur le fait qu'elle appuie maintenant un accord commercial qui supprime le mécanisme de règlement des différends entre les investisseurs et les États. C'est pourtant une chose qu'elle avait soutenue lorsque l'ancien gouvernement conservateur, lors d'une précédente législature, a cherché à inclure des dispositions sur la protection des investissements dans l'accord Canada-Chine.
La députée est-elle toujours d'avis qu'une société comme Huawei devrait avoir le droit de poursuivre le gouvernement canadien pour ses pertes, et ce, dans le cadre d'un processus secret, si on lui refuse la possibilité de participer à l'édification du réseau 5G? C'est une mesure que le gouvernement conservateur précédent a mise en place en 2014.
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, the issue of Huawei involves matters of national security, and I believe in ranking the security of Canada and the defence of Canada as paramount.
I look forward to broad support for Bill C-222 from my colleagues and government members on the basis of consistency between article 14 of CUSMA and the articulation of private property rights in private member's Bill C-222. This is in addition to other sound legislative reasons for supporting Bill C-222.
Monsieur le Président, cette situation avec Huawei touche à des questions de sécurité nationale, et je crois qu'il faut accorder la priorité à la sécurité et à la défense du Canada.
J'espère que le projet de loi C-222 recevra un large appui de mes collègues et des députés ministériels en raison de la cohérence qui existe entre l'article 14 de l'ACEUM et l'articulation des droits de propriété privée décrits aux termes du projet de loi d'initiative parlementaire C-222. Cela s'ajoute à d'autres bonnes raisons législatives d'appuyer le projet de loi C-222.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2020-03-10 12:46 [p.1867]
Mr. Speaker, the vice-president of the Canadian Federation of Agriculture made this quote:
Canada agreed to place a world-wide cap on exports of certain dairy products in the CUSMA, which is unprecedented in regional trade agreements. As the nation’s prosperity depends on reliable access to global markets, Canada must not agree to this kind of provision in any future trade agreement.
What does the member see as the dangers in making this concession in regard to limiting our own trade in other countries on the basis of this agreement?
Monsieur le Président, le vice-président de la Fédération canadienne de l'agriculture a fait la déclaration suivante:
[...] le Canada a accepté l’inclusion, dans l’ACEUM, d’un plafond pour les exportations de certains des produits laitiers canadiens dans le monde, ce qui est sans précédent dans le contexte d’accords commerciaux régionaux. Étant donné que la prospérité de notre pays dépend d’un accès fiable aux marchés mondiaux, le Canada ne doit pas consentir à ce genre de disposition dans tout accord commercial futur.
Selon la députée, quels sont les dangers de faire une concession qui limite les échanges commerciaux du Canada avec d'autres pays sur la base de cet accord?