Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 97
View John McKay Profile
Lib. (ON)
We have quorum. With that, I'll bring the meeting to order.
We've now completed our sound checks and our weather report from one end of the country to the other. I think we should publicize that on CBC, so that we all know what the weather is across the country.
Colleagues, we are now an hour and 20 minutes behind where we were supposed to be. I propose that we complete at least the first hour and then I'll seek guidance from colleagues as to how to complete the second hour.
With that, I'm going to call on Minister Blair, who is clearly one of the most popular ministers before this committee. I'm hard pressed to know why he is quite so popular, but I'm putting it down to his charm and his good looks.
With that, I'm going to ask Minister Blair to truncate his remarks as much as possible so that we can try to get back on our timeline.
Comme nous avons le quorum, je déclare la séance ouverte.
Nous avons maintenant terminé nos vérifications du son et notre compte rendu météorologique d'un bout à l'autre du pays. Je pense que nous devrions passer à Radio Canada pour que tout le monde connaisse la météo aux quatre coins du pays.
Chers collègues, nous accusons maintenant une heure et 20 minutes de retard. Je propose que nous terminions au moins la première heure, puis je demanderai à mes collègues comment nous allons passer la deuxième heure.
Sur ce, je vais donner la parole au ministre Blair, qui est manifestement l'un des ministres les plus populaires devant ce comité. Je m'explique mal qu'il puisse être aussi populaire, mais c'est sans doute pour son charme et sa belle apparence.
Sur ce, je vais demander au ministre Blair de raccourcir ses remarques le plus possible afin que nous puissions respecter notre horaire.
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
Thank you very much, Mr. Chair. I'll accept your remarks with respect to charm, but I'm afraid, with respect to looks, it's contrary to the evidence before us.
I'd like to thank the committee for the invitation today, and I'm pleased to present the 2021 supplementary estimates (C) and the 2021-22 main estimates for the public safety portfolio.
I'm very ably joined today by a number of my colleagues. Respectfully, in the interest of time, I will not introduce them, but I'd like to take the opportunity to acknowledge that, during these incredibly difficult and challenging times over the past year, they've all stepped up to the plate. They've been working diligently to keep our borders, communities and correctional institutions safe as well as to protect our national security.
Today, Mr. Chair, I believe these estimates reflect that work.
I'll go through the supplementary estimates (C) for 2021 in order to present these items chronologically. The approval of these estimates will result in funding approvals of $11.1 billion for the public safety portfolio, and that represents an increase of 3.3% over total authorities provided to date. I will briefly share some of the highlights here as they relate to how we manage our critical services during the pandemic.
The first is $135.8 million for the Correctional Service of Canada for critical operating requirements related to COVID-19.
The second is $35 million for Public Safety Canada, to support the urgent relief efforts of the Canadian Red Cross during the pandemic. Mr. Chair, as you know, the many volunteers and staff of the Canadian Red Cross have been there to support Canadians from the outset of this pandemic, including at long-term care homes right across the country.
I would ask this committee to join me in thanking them for all their service and for providing help where it was needed most. I’ll also note that this funding is in addition to the $35 million of vote 5 funding to Public Safety from Health Canada to support rapid response capacity testing being deployed to fill gaps in surge and targeted activities, including remote and isolated communities.
Included in these supplementary estimates is funding to enhance the integrity of our borders and asylum system while also modernizing the agency’s security screening system. This funding will ensure that security screening results are made available at the earliest opportunity under a reformed system.
I'd like to take this opportunity to highlight that CBSA employees have done a remarkable job in keeping our borders safe in response to COVID-19. I'd like to take the opportunity as well to thank them for their continued hard work in keeping Canadians safe.
We're also working through these supplementary estimates to increase funding to end violence against indigenous women and girls and to provide essential mental health services.
For the RCMP, we are investing significant funds through both the supplementary and main estimates to support improvements to the federal policing investigative capacity by bolstering its capability with additional policing professionals, investigators and scientists. This will be used to deal with federal policing initiatives, which include responding to money laundering, cybercrime such as child sexual exploitation, and national security such as responding to terrorism and foreign-influenced hostile activities.
Mr. Chair, if I may, I'll turn to the 2021-22 main estimates. The public safety portfolio, as a whole, is requesting a total of approximately $10 billion for this fiscal year. As I’ve previously noted, the portfolio funding has remained stable over the last few years. I will endeavour to break down the numbers by organization.
Public Safety Canada is seeking a total of $1.1 billion in the main estimates. This represents an increase of $329.9 million, or 45.5%, over the previous year. The bulk of this increase is due to the grants and contributions regarding the disaster financial assistance arrangements program, or DFAA. It’s an increase in funding based upon forecasts from provinces and territories for expected disbursements under the DFAA for this fiscal year. This represents a critical part of my portfolio as minister of Public Safety and Emergency Preparedness.
In these main estimates, increases also include $15 million for incremental funding to take action against gun and gang violence. As this committee knows, I introduced Bill C-21 in the House not very long ago, a bill designed to protect Canadians from firearm violence and to fulfill our promise of strengthening gun control.
Mr. Chair, I know that this committee will have the chance to review that legislation at some future date, and I look forward to discussing it with them at that time.
I want to focus on a number of ongoing issues and our responses to them, starting with Correctional Service of Canada, which is seeking $2.8 billion this fiscal year, which represents an increase of $239.8 million or 9.4% over the previous year. This net increase is primarily due to a net increase in operating funding, which includes an increase for transforming federal corrections as a result of the passage of the former Bill C-83, which introduced the new structured intervention unit model.
That bill represents a major change in the way our correctional institutions operate, and recent reports have been clear that more work must be done. Funding is just one part of the solution. With the creation of data teams, efforts to replicate best practices nationally and enhanced support from independent, external decision-makers, I am confident we will deliver on this transformational promise.
I want to again acknowledge the troubling findings that were made in the Bastarache report, which I know this committee has examined and reviewed with concern. We are seeking funds to establish the independent centre for harassment resolution. This will be responsible for implementing the full resolution process, including conflict management, investigations and decision-making.
Mr. Chair, we know more work needs to be done. I'd like to conclude by noting the importance of our oversight agencies. You will see in the main estimates that we are seeking to increase funding for the Office of the Correctional Investigator, the CRCC and the ERC, the latter by close to 100%.
With that, Mr. Chair, I thank you and the members of the committee for your patience as I delivered my opening remarks. I'm happy to answer questions that members may have about these estimates and the collective work of our portfolio.
Merci beaucoup, monsieur le président. Je suis d'accord avec vous pour ce qui est du charme, mais je crains que pour les apparences, on ne doive repasser.
Je remercie le Comité de son invitation et c'est avec plaisir que je vais vous présenter le Budget supplémentaire des dépenses (C) et le Budget principal des dépenses de 2021-2022 pour le portefeuille de la Sécurité publique
Aujourd'hui, je suis fort bien accompagné d'un certain nombre de collaborateurs, que je vais toutefois me permettre de ne pas présenter pour gagner du temps. Je tiens cependant à profiter de l'occasion pour souligner que, tout au long de l'année écoulée, durant cette période incroyablement difficile, tous ont fait leur part. Ils ont agi avec diligence pour protéger nos frontières et nos collectivités, pour s'occuper de nos établissement pénitenciers et pour assurer notre sécurité nationale.
Et aujourd'hui, monsieur le président, je crois que ces budgets des dépenses reflètent ce travail
Je vais d'abord passer en revue le Budget supplémentaire des dépenses (C) de 2020-2021 de sorte à présenter les postes dans un ordre chronologique. L'approbation de ces budgets des dépenses reviendrait à approuver un financement de 11,1 milliards de dollars pour le portefeuille de la Sécurité publique. Cela représente une augmentation de 3,3 % par rapport au total des autorisations accordées jusqu'à présent. Je vais vous présenter brièvement certains des points saillants, qui portent sur la façon dont nous gérons nos services essentiels pendant la pandémie.
Le premier est un montant de 135,8 millions de dollars pour le Service correctionnel du Canada, pour les besoins opérationnels essentiels liés à la COVID-19.
Le second est un montant de 35 millions de dollars pour la Sécurité publique Canada, qui vise à soutenir les secours d'urgence de la Croix-Rouge canadienne pendant la pandémie. Monsieur le président, comme vous le savez, les nombreux bénévoles et membres du personnel de la Croix-Rouge canadienne sont venus appuyer les Canadiens dès le début de cette pandémie, y compris dans les foyers de soins de longue durée partout au pays.
Je sais que le Comité se joindra à moi pour les remercier de leur service et de l'aide qu'ils apportent là où elle est le plus nécessaire. Et je ferai remarquer que ce financement s'ajoute aux 35 millions de dollars de financement du crédit 5 à Sécurité publique qui vient de Santé Canada et qui vise à soutenir les tests à capacité d'intervention rapide, qui seront déployés pour combler les lacunes dans les activités d'urgence ou ciblées, y compris dans les collectivités éloignées et isolées.
Le présent Budget supplémentaire des dépenses prévoit aussi des fonds destinés à améliorer l'intégrité de notre système de frontières et d'asile, tout en modernisant le système de contrôle de sécurité de l'organisme. Ce financement permettra de s'assurer que les résultats des contrôles de sécurité sont disponibles dès que possible dans un système réformé.
Je veux profiter de cette occasion pour souligner que les employés de l'ASFC ont fait un travail remarquable afin de maintenir la sécurité de nos frontières en réponse à la COVID-19. Je tiens à les remercier de leurs efforts pour assurer la sécurité des Canadiens.
Nous travaillons également, par l'intermédiaire du Budget supplémentaire des dépenses, à augmenter le financement pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles autochtones et à fournir des services de santé mentale essentiels.
Et pour la GRC, nous investissons des fonds importants par l'intermédiaire du Budget supplémentaire et du Budget principal des dépenses afin d'appuyer l'amélioration de la capacité d'enquête des services de police fédéraux en renforçant ses capacités en y ajoutant des professionnels des services de police, des chercheurs et des scientifiques. Cela servira à prendre en charge des initiatives des services de police fédéraux, dont la lutte contre le blanchiment d'argent, les cybercrimes comme l'exploitation sexuelle des enfants ainsi que la sécurité nationale, comme la lutte contre le terrorisme et les activités influencées par l'étranger.
Monsieur le président, je passe maintenant au Budget principal des dépenses de 2021-2022. Dans le portefeuille de la Sécurité publique dans son ensemble, un montant total de quelque 10 milliards de dollars est demandé pour l'exercice en cours. Comme je l'ai déjà mentionné, le financement du portefeuille est demeuré stable au cours des dernières années. Je vais ventiler les chiffres par organisation.
Sécurité publique Canada demande un total de 1,1 milliard de dollars dans le Budget principal des dépenses. Cela représente une augmentation nette de 329,9 millions de dollars, soit 45,5 %, par rapport à l'année précédente. La majeure partie de cette augmentation est attribuable aux subventions et contributions rattachées au programme des Accords d'aide financière en cas de catastrophe, ou AAFCC. Il s'agit d'une augmentation du financement d'après les prévisions des provinces et des territoires concernant les décaissements prévus au titre des AAFCC pour l'exercice en cours. Cela représente une partie essentielle de mon mandat en tant que ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile.
Le présent Budget principal des dépenses comprend des augmentations de 15 millions de dollars en financement supplémentaire destiné à intervenir contre la violence liée aux armes à feu et aux gangs. Comme les membres du Comité le savent, j'ai présenté le projet de loi C-21 à la Chambre il n'y a pas si longtemps, un projet de loi visant à protéger les Canadiens contre la violence liée aux armes à feu.
Monsieur le président, je sais que le Comité aura l'occasion d'examiner la question à une date ultérieure, et j'ai hâte d'en discuter avec eux à ce moment-là.
Je souhaite me concentrer sur un certain nombre d'enjeux et sur les réponses que nous y avons apportées, à commencer par le Service correctionnel du Canada, qui demande 2,8 milliards de dollars au cours de l'exercice, soit une augmentation de 239,8 millions de dollars, ou de 9,4 % par rapport à l'année précédente. L'augmentation nette est principalement attribuable à une augmentation nette du financement de fonctionnement, qui prévoit une augmentation des coûts de fonctionnement pour la transformation des services correctionnels fédéraux à la suite de l'adoption de l'ancien projet de loi C-83 qui a introduit le nouveau modèle des unités d'intervention structurée.
Ce projet de loi représente un changement de taille au fonctionnement de nos établissements correctionnels, et des rapports récents ont clairement indiqué qu'il fallait en faire davantage. Le financement n'est qu'une partie de la solution. Avec la création d'équipes de données, les efforts visant à reproduire les pratiques exemplaires à l'échelle nationale et un soutien accru aux décideurs externes indépendants, je suis convaincu que nous tiendrons pleinement notre promesse de transformation.
Je tiens également à souligner à nouveau les constatations troublantes du rapport Bastarache, qui, je le sais, a été examiné par ce comité qui s'en est inquiété. Vous constaterez à la lecture que nous demandons des fonds pour établir le Centre indépendant de résolution du harcèlement qui sera responsable de la mise en œuvre à l'ensemble du processus de résolution des conflits, y compris de la gestion des conflits, des enquêtes et de la prise de décisions.
Monsieur le président, nous sommes conscients qu'il reste encore beaucoup à faire. Je voudrais terminer en soulignant une fois de plus l'importance de nos organismes de surveillance. Vous verrez dans le Budget supplémentaire des dépenses que nous cherchons à obtenir du financement pour augmenter les budgets du Bureau de l'enquêteur correctionnel, de la CCETP et du CEE, de 100 % pour ce dernier.
Sur ce, monsieur le président, je vous remercie, vous et les membres du Comité, d'avoir eu la patience de m'écouter pendant que je faisais ma déclaration préliminaire. Je me ferai un plaisir de répondre aux questions que les membres du Comité pourraient avoir au sujet du budget des dépenses et du travail collectif de notre portefeuille.
View Kamal Khera Profile
Lib. (ON)
Thank you.
Could you just briefly talk about the issue of oversight? I know you mentioned that in the main estimates, you're seeking an increase in the level of funding [Technical difficulty—Editor] investing 3% more than last year. The CRCC, I believe, is 2% more than last year, and the external review committee for the RCMP, I believe, is 100% more than the year before.
In your opinion, why is it so important for these agencies to have this effective oversight? Will you be reintroducing legislation to bring oversight to the CBSA?
Merci.
Pourriez-vous nous parler brièvement de la question de la surveillance? Je sais que vous avez mentionné que, dans le Budget principal des dépenses, vous demandez une augmentation du niveau de financement [Difficultés techniques] en investissant 3 % de plus que l’an dernier. Pour la CCETP, je crois que c'est 2 % de plus que l’an dernier, et pour le comité externe d’examen de la GRC, 100 % de plus que l’année précédente, si je ne me trompe.
À votre avis, pourquoi est-il si important que ces organismes puissent exercer une surveillance efficace? Allez-vous présenter de nouveau un projet de loi pour assurer la surveillance de l’ASFC?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
The answer is yes. The reason, if I may sum it up in one word, is trust. Without the public's trust, without the consent of the people who are policed, who are subject to the actions of our border officers or who are in corrections, we can't serve appropriately.
All of the agencies, the RCMP, CBSA, CSIS and Corrections Canada, understand the importance of maintaining public trust. That's why independent, civilian oversight is such an important component of that. When I say “independent”, people don't have an expectation, for example, that police will investigate themselves. That is why I think independent oversight of complaint resolution is the best way to make it effective.
We have begun, with the introduction of—
La réponse est oui. La raison, si je peux la résumer en un mot, c’est la confiance. Sans la confiance du public, sans le consentement des gens qui ont affaire aux policiers, aux agents des services frontaliers ou aux services correctionnels, nous ne pouvons pas servir le public adéquatement.
Tous les organismes, la GRC, l’ASFC, le SCRS et le Service correctionnel du Canada, comprennent l’importance de maintenir la confiance du public. C’est pourquoi une surveillance civile indépendante est un élément si important. Quand je dis « indépendante », les gens ne s’attendent pas, par exemple, à ce que la police fasse enquête sur elle-même. C’est pourquoi je pense que la surveillance indépendante du règlement des plaintes est la meilleure garantie d'efficacité.
Nous avons commencé par l’introduction de...
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Thank you, Chair, and thank you, Minister, for joining us today.
We received this week the report from the Civilian Review and Complaints Commission for the RCMP on the Colten Boushie matter, with a number of recommendations.
First of all, how do you, not Commissioner Lucki, plan to ensure that the recommendations are actually implemented? We know there's no real mechanism to report back to the CRCC on the recommendations. How do you plan, as the only real oversight, to ensure that that takes place?
Merci, monsieur le président, et merci à vous, monsieur le ministre, de vous être joint à nous aujourd’hui.
Nous avons reçu cette semaine le rapport de la Commission civile d’examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC sur l’affaire Colten Boushie, avec un certain nombre de recommandations.
Premièrement, comment vous-même, et non la commissaire Lucki, comptez-vous vous assurer que les recommandations seront effectivement mises en oeuvre? Nous savons qu’il n’y a pas vraiment de mécanisme pour faire rapport à la CCETP au sujet de ses recommandations. Comment prévoyez-vous, étant le seul à pouvoir vraiment surveiller cela, veiller à ce que ce soit fait?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
That's an important question.
Let me first acknowledge the importance of the report from the CRCC. The commissioner and the RCMP have acknowledged and committed to responding positively to all of the recommendations that have been made.
I don't disagree. It is my responsibility to oversee the implementation of those recommendations and on behalf of Canadians and Parliament ensure that the response is appropriate.
In addition to those very important recommendations arising from that event, let me first acknowledge that the way in which Colten Boushie's family, and Ms. Baptiste, in particular, were treated was unacceptable. We deeply regret that.
C’est une question importante.
Permettez-moi d’abord de souligner l’importance du rapport de la CCETP. La commissaire et la GRC se sont engagés à répondre positivement à toutes les recommandations qui ont été faites.
Je ne suis pas en désaccord. Il m’incombe de surveiller la mise en oeuvre de ces recommandations et, au nom des Canadiens et du Parlement, de veiller à ce que la réponse soit appropriée.
Outre les recommandations majeures découlant de cette affaire, permettez-moi d’abord de reconnaître que la façon dont la famille de Colten Boushie, et Mme Baptiste en particulier, ont été traitées était inacceptable. Nous le regrettons profondément.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
We see, though, that the principal oversight body at the moment, the CRCC, has a reduction in this budget. The commissioner has complained that she has inadequate funds to do both the complaints that are being brought to her, plus the systemic complaints for which the commission was given the power to undertake in 2014. The Colten Boushie case alone cost $1.2 million going back to last December, but we're seeing a decrease in her budget year over year.
Why are we not providing the kind of money...? She says she needs about a 50% increase in her budget to do a proper job, but even 30%, which would be $3 million or $4 million, would make a big difference. However, we see a decrease, not an increase. Why is that?
Nous constatons toutefois que le principal organisme de surveillance à l’heure actuelle, la CCETP, voit son budget réduit. La commissaire a déploré de ne pas avoir les fonds nécessaires pour traiter les plaintes qui lui sont présentées, en plus des plaintes systémiques pour lesquelles la commission a reçu le pouvoir d’entreprendre des enquêtes en 2014. À elle seule, l’affaire Colten Boushie a coûté 1,2 million de dollars en décembre dernier, mais le budget de la commission diminue d’une année à l’autre.
Pourquoi ne fournissons-nous pas l’argent...? La commissaire dit avoir besoin d’une augmentation d’environ 50 % de son budget pour faire un bon travail, mais même 30 %, soit 3 ou 4 millions de dollars, améliorerait grandement la situation. Cependant, nous constatons une diminution au lieu d'une augmentation. Pourquoi en est-il ainsi?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
In fact, you're not correct. The funding for CRCC is actually up over these two.... It's not a great deal, but more funding will be brought forward with the legislation. The reintroduction of our bill for civilian oversight of CBSA will also include significant new enhancements with respect to oversight, timelines and accountability for the RCMP.
All of that work is coming. We've introduced that legislation twice. I'm looking forward to bringing it forward again, and your support as we do so.
En fait, vous vous trompez. En réalité, le financement de la CCETP a augmenté au-delà de ces deux... Ce n’est pas beaucoup, mais il y aura plus de financement grâce au projet de loi. Le nouveau dépôt de notre projet de loi pour la surveillance civile de l’ASFC comprendra également de nouvelles améliorations importantes en ce qui a trait à la surveillance, aux échéanciers et à la responsabilisation de la GRC.
Tout ce travail s’en vient. Nous avons présenté ce projet de loi à deux reprises. J’ai hâte de le présenter de nouveau, et je compte sur votre appui.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Thank you.
Ms. Lucki, during our study on systemic racism in policing, we heard from Michelaine Lahaie, of the Civilian Review and Complaints Commission for the RCMP. She told us that the commission needed to be appropriately resourced to conduct systemic reviews and that systemic reviews were being conducted only when sufficient resources were available. She said that she constantly had to decide between dealing with complaints from the public and conducting systemic reviews.
The commission's funding has increased slightly when you compare the main estimates for 2020-21 with those for 2021-22.
Do you think the increase is enough to ensure the commission can adequately deal with complaints and conduct systemic reviews?
Je vous remercie.
Madame Lucki, lors de notre étude sur le racisme systémique au sein des services policiers, nous avons entendu le témoignage de Mme Michelaine Lahaie, de la Commission civile d’examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC. Elle nous disait que la Commission devait absolument être dotée de ressources suffisantes pour mener des examens systémiques et que, à l'heure actuelle, ceux-ci n'étaient effectués que lorsqu'il y avait des ressources suffisantes. Elle nous disait devoir constamment choisir entre le traitement des plaintes du public et la réalisation des examens systémiques.
Dans le Budget principal des dépenses 2021-2022, il y a une légère augmentation du budget de la Commission par rapport au Budget principal des dépenses 2020-2021.
Estimez-vous que cette augmentation est suffisante pour s'assurer que la Commission peut répondre adéquatement aux plaintes tout en effectuant les examens systémiques?
Brenda Lucki
View Brenda Lucki Profile
Brenda Lucki
2021-03-24 18:13
Thank you for your question.
It's very difficult for me to respond to that because I'm not sure how they allocate their finances and what kind of money they do need.
What I can say is that we obviously rely on them for oversight. It's good for our organization when we have that oversight. Anything that can help them helps us.
Je vous remercie de la question.
Il m'est très difficile de répondre à cette question parce que je ne sais pas trop comment la Commission répartit ses ressources financières ni de combien d'argent elle a besoin.
Ce que je peux dire, c'est que nous comptons évidemment sur elle pour exercer une surveillance, qui est utile à notre organisation. Tout ce qui peut aider la Commission nous aide.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
This wouldn't be a Treasury Board decision. This is a Supreme Court of Canada decision, sir, and it applies on the basis of the Charter of Rights and the very similar circumstances.
I wonder why it is that you wouldn't have considered applying that policy and would give a perfunctory answer like that.
I will pass on to something else. I wish to go to Commissioner Lucki. I want to ask further questions on the Boushie report that we had this week. Of course, we all know it was disturbing. I appreciate, Commissioner, that you and the RCMP have acknowledged that both systemic racism and actual racism occurred.
I want to ask about a further matter that was disclosed publicly, I think, for the first time this week, although [Technical difficulty—Editor] about this for some time. On the night that Colten Boushie was killed, there were RCMP communications in the course of attending at the Boushie family home and Mrs. Baptiste, and those communications were destroyed.
We don't know what was on those communications, but the implication, obviously, is that there may have been matters on this communication that would be of importance to the investigation being done by the CRCC or any other investigation. It sounds that it could easily be something very close to obstruction.
Have the individuals involved in this destruction been identified and dealt with through disciplinary matters, Commissioner Lucki?
Ce ne serait pas une décision du Conseil du Trésor. Il s'agit d'une décision de la Cour suprême du Canada, monsieur, elle s'appuie sur la Charte des droits et libertés et s'applique à des circonstances très semblables.
Pourquoi n'avez-vous pas envisagé d'appliquer cette politique et pourquoi avez-vous donné une réponse qui témoigne de tant d'indifférence?
Passons à autre chose. Je poserai à la commissaire Lucki d'autres questions sur le rapport sur l'affaire Boushie que nous avons reçu cette semaine. Bien sûr, nous savons tous que c'est troublant. Madame la commissaire, je suis heureux que vous et la GRC ayez reconnu qu'il y a eu du racisme systémique et des actes concrets de racisme.
Ma question sur un autre fait qui a été divulgué publiquement, je crois, pour la première fois cette semaine, bien que... [Difficultés techniques] à ce sujet depuis un certain temps. Le soir où Colten Boushie a été tué, il y a eu des communications de la GRC lorsqu'elle se trouvait au foyer familial de Boushie et auprès de Mme Baptiste, et ces communications ont été détruites.
Nous ignorons le contenu des communications, mais cette destruction donne à penser qu'il y avait peut-être là des éléments qui auraient été importants pour l'enquête de la CCETP ou toute autre enquête. On dirait que nous ne sommes pas très loin de la tactique d'obstruction.
Madame la commissaire Lucki, les personnes impliquées dans cette destruction ont-elles été trouvées et ont-elles fait l'objet de mesures disciplinaires?
Brenda Lucki
View Brenda Lucki Profile
Brenda Lucki
2021-03-24 18:20
No, they have not. By the time the request came from the CRCC, those recordings had already been destroyed. What happened was that those recordings were examined completely by our major crimes investigators, who took carriage of that investigation. A full review was done of all relevant material that came in. There was no relevancy on those particular recordings and there was no evidentiary value, so they were just left where they get stored in the usual manner, and within two years, as per the retentions act, they were destroyed. Then the CRCC asked for them, and that's why we couldn't produce them.
In no way was it a cover-up, but I will say that, as a result of that, I have directed a policy review on that to ensure that a retention in such matters is in line with the reality.
Je dois répondre par la négative. Au moment où la demande est venue de la CCETP, ces enregistrements avaient déjà été détruits. Ils ont été examinés à fond par nos enquêteurs des crimes majeurs chargés de l'enquête. Un examen complet de tous les documents pertinents a été effectué. Ces enregistrements ne présentaient aucun intérêt et n'avaient aucune valeur comme éléments de preuve. Ils ont donc été laissés là où on les conserve normalement. Au bout de deux ans, ils ont été détruits conformément aux dispositions législatives sur la conservation de l'information. Ensuite, la CCETP les a demandés, mais nous n'avons pas pu les produire pour cette raison.
Il ne s'agissait aucunement de camouflage, mais je dirai qu'à la suite de cela, j'ai ordonné un examen de la politique pour m'assurer que les décisions sur la conservation des renseignements dans de telles affaires tiennent compte des circonstances.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
You're suggesting that, despite the fact that there was a CRCC investigation going on, the normal conditions applied. Why would it not be saved so that the commission, not your internal investigation, could decide whether it was relevant or not?
Vous laissez entendre que, malgré le fait qu'une enquête de la CCETP était en cours, les conditions normales se sont appliquées. Pourquoi ne pas avoir conservé ces enregistrements pour que la Commission, et non votre enquête interne, puisse se prononcer sur leur pertinence?
Brenda Lucki
View Brenda Lucki Profile
Brenda Lucki
2021-03-24 18:22
They worked, obviously, in silos, and they didn't find the evidentiary value with regard to the Criminal Code case. Therefore, it was left in its normal storage.
De toute évidence, les enquêteurs ont fait leur travail en vase clos, et ils n'ont pas trouvé aux enregistrements une valeur de preuve pour cette affaire relevant du Code criminel. Par conséquent, ils ont été conservés selon la pratique habituelle.
View Joël Lightbound Profile
Lib. (QC)
I really like that last thing you said. Believe me, we hope so too.
I have one last quick question.
As the RCMP embarks on a cultural change, the RCMP External Review Committee has a backlog of 300 files. The RCMP External Review Committee received additional funding this past year.
Ms. Lucki, has the number of files awaiting review by the RCMP External Review Committee decreased now that more staff have been hired?
J'aime bien cette dernière phrase que vous venez de prononcer. Croyez-moi, nous le souhaitons aussi.
J'aimerais poser une dernière brève question.
Alors qu'un changement de culture s'opère au sein de la Gendarmerie royale du Canada, l'arriéré du Comité externe d'examen de la GRC compte 300 dossiers. Des sommes supplémentaires ont été ajoutées, au cours de la dernière année, au budget du Comité externe d'examen de la GRC.
Madame Lucki, l'embauche de personnel supplémentaire a-t-elle entraîné une diminution des dossiers qui sont en attente de traitement au Comité externe d'examen de la GRC?
Brenda Lucki
View Brenda Lucki Profile
Brenda Lucki
2021-03-24 18:30
That's a great question, but I think, if I can correct you, you might be referring to the Civilian Review and Complaints Commission. It's where most of the backlog is.
We have committed, under my direction and my leadership.... We have the first ever MOU with the CRCC with certain specific service standards, which is six months. We currently have reduced the backlog to 120 files, and we are committed to eliminating that backlog by the end of the year.
In the meantime, every single file that comes in as of April 1 will be meeting the six-month service standard. It is so important that Canadians get a timely response. It's not easy to come forward, in the first place, to make a complaint, and then if they have to wait years for a response, that's unacceptable.
C'est une excellente question, mais si je peux me permettre de vous corriger, vous faites peut-être allusion à la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes. C'est là que se trouve la majeure partie de l'arriéré.
Nous nous sommes engagés, sous ma direction et mon leadership... Nous avons le tout premier protocole d'entente avec la CCETP, qui prévoit des normes de service précises, soit six mois. Nous avons ramené l'arriéré à 120 dossiers, et nous sommes déterminés à l'éliminer d'ici la fin de l'année.
Entretemps, tous les dossiers reçus à compter du 1er avril respecteront la norme de service de six mois. Il est très important que les Canadiens obtiennent une réponse dans les meilleurs délais. Il n'est pas facile de déposer une plainte, et s'il faut attendre des années pour obtenir une réponse, c'est inacceptable.
View John McKay Profile
Lib. (ON)
Okay.
May I then move that all of the votes for the Department of Public Safety, National Security and Intelligence Review Agency, Canada Border Services Agency, Canadian Security Intelligence Service, Civilian Review and Complaints Commission, Correctional Service of Canada, Office of Correctional Investigator, Parole Board, Royal Canadian Mounted Police, RCMP External Review Committee and Secretariat of the National Security and Intelligence be moved on division?
CANADA BORDER SERVICES AGENCY
Vote 1—Operating expenditures..........$1,752,432,513
Vote 5—Capital expenditures........$106,457,799
(Votes 1 and 5 agreed to on division)
CANADIAN SECURITY INTELLIGENCE SERVICE
Vote 1—Program expenditures..........$572,188,443
(Vote 1 agreed to on division)
CIVILIAN REVIEW AND COMPLAINTS COMMISSION FOR THE ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE
Vote 1—Program expenditures..........$9,345,025
(Vote 1 agreed to on division)
CORRECTIONAL SERVICE OF CANADA
Vote 1—Operating expenditures, grants and contributions..........$2,359,350,375
Vote 5—Capital expenditures..........$187,796,912
(Votes 1 and 5 agreed to on division)
DEPARTMENT OF PUBLIC SAFETY AND EMERGENCY PREPAREDNESS
Vote 1—Operating expenditures..........$181,272,861
Vote 5—Grants and contributions..........$858,170,860
(Votes 1 and 5 agreed to on division)
NATIONAL SECURITY AND INTELLIGENCE REVIEW AGENCY SECRETARIAT
Vote 1—Program expenditures..........$28,490,287
(Vote 1 agreed to on division)
OFFICE OF THE CORRECTIONAL INVESTIGATOR OF CANADA
Vote 1—Program expenditures..........$4,879,527
(Vote 1 agreed to on division)
PAROLE BOARD OF CANADA
Vote 1—Program expenditures..........$49,323,723
(Vote 1 agreed to on division)
ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE
Vote 1—Operating expenditures..........$2,642,741,385
Vote 5—Capital expenditures..........$251,946,081
Vote 10—Grants and contributions..........$194,973,483
(Votes 1, 5 and 10 agreed to on division)
ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE EXTERNAL REVIEW COMMITTEE
Vote 1—Program expenditures..........$5,800,710
(Vote 1 agreed to on division)
SECRETARIAT OF THE NATIONAL SECURITY AND INTELLIGENCE COMMITTEE OF PARLIAMENTARIANS
Vote 1—Program expenditures..........$3,409,991
(Vote 1 agreed to on division)
The Chair: Shall I report the main estimates to the House?
An hon. member: Yes.
The Chair: Okay. Thank you.
It's always a good day if you survive a non-confidence and an impeachment vote.
Thank you, Glen, for that.
D'accord.
Puis-je alors proposer que tous les crédits du ministère de la Sécurité publique, de l'Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement, de l'Agence des services frontaliers du Canada, du Service canadien du renseignement de sécurité, de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes, du Service correctionnel du Canada, du Bureau de l'enquêteur correctionnel, de la Commission des libérations conditionnelles, de la Gendarmerie royale du Canada, du Comité externe d'examen de la GRC et du Secrétariat du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement soient proposés et adoptés avec dissidence?
AGENCE DES SERVICES FRONTALIERS DU CANADA
Crédit 1 — Dépenses de fonctionnement..........1 752 432 513 $
Crédit 5 — Dépenses en capital........106 457 799 $
(Les crédits 1 et 5 sont adoptés avec dissidence.)
SERVICE CANADIEN DU RENSEIGNEMENT DE SÉCURITÉ
Crédit 1 — Dépenses du programme..........572 188 443 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
COMMISSION CIVILE D'EXAMEN ET DE TRAITEMENT DES PLAINTES RELATIVES À LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
Crédit 1 — Dépenses du programme..........9 345 025 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA
Crédit 1 — Dépenses de fonctionnement, subventions et contributions..........2 359 350 375 $
Crédit 5 — Dépenses en capital..........187 796 912 $
(Les crédits 1 et 5 sont adoptés avec dissidence.)
MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ET DE LA PROTECTION CIVILE
Crédit 1 — Dépenses de fonctionnement..........181 272 861 $
Crédit 5 — Subventions et contributions..........858 170 860 $
(Les crédits 1 et 5 sont adoptés avec dissidence.)
SECRÉTARIAT DE L'OFFICE DE SURVEILLANCE DES ACTIVITÉS EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ NATIONALE ET DE RENSEIGNEMENT
Crédit 1 — Dépenses du programme..........28 490 287 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
BUREAU DE L'ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL DU CANADA
Crédit 1 — Dépenses du programme..........4 879 527 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
COMMISSION DES LIBÉRATIONS CONDITIONNELLES DU CANADA
Crédit 1 — Dépenses du programme..........49 323 723 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
Crédit 1 — Dépenses de fonctionnement..........2 642 741 385 $
Crédit 5 — Dépenses en capital..........251 946 081 $
Crédit 10 — Subventions et contributions..........194 973 483 $
(Les crédits 1, 5 et 10 sont adoptés avec dissidence.)
COMITÉ EXTERNE D'EXAMEN DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
Crédit 1 — Dépenses du programme..........5 800 710 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
SECRÉTARIAT DU COMITÉ DES PARLEMENTAIRES SUR LA SÉCURITÉ NATIONALE ET LE RENSEIGNEMENT
Crédit 1 — Dépenses du programme..........3 409 991 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
Le président: Dois-je faire rapport du Budget principal des dépenses à la Chambre?
Un député: Oui.
Le président: D'accord. Merci.
C'est toujours une bonne journée quand on survit à un vote de défiance et de destitution.
Merci, monsieur Motz.
View Glen Motz Profile
CPC (AB)
Mr. Babineau, I want to ask you directly about the RCMP complaints process. As I was saying, we know it's backlogged and complex, but that's the public complaints process. I want to focus more on the internal process. We had a witness at our committee last week who spoke of some of the issues going on inside the complaints process. Obviously we need a fix. We need to fix the public complaints process, and I want to get your thoughts on this. First of all, the public safety minister has amalgamated CBSA and the RCMP into one public complaints commission, if you will. I want to get your thoughts on how you think that will play out.
Is there a way we can fix the internal process for the RCMP?
Monsieur Babineau, je voudrais vous poser une question directe sur le processus de plainte de la GRC. Comme je le disais, nous savons qu'il accuse un retard et qu'il est complexe, mais c'est le processus de plaintes du public. Je veux me concentrer davantage sur le processus interne. La semaine dernière, un témoin qui a comparu devant notre comité a parlé de certains des problèmes qui se posent dans le cadre du processus de plainte. Il est évident que nous avons besoin d'une solution. Nous devons corriger la procédure de traitement des plaintes du public, et je veux connaître votre avis à ce sujet. Tout d'abord, le ministre de la Sécurité publique a établi la Commission des plaintes du public, qui traite maintenant les plaintes relatives à l'ASFC et à la GRC. J'aimerais savoir ce que vous en pensez.
Y a-t-il un moyen d'améliorer le processus interne de la GRC?
Alain Babineau
View Alain Babineau Profile
Alain Babineau
2020-12-07 15:47
It's a big question.
First of all, there are two different processes for dealing with systemic discrimination and systemic racism. A person can go through two different processes. Number one is harassment, and the other one is if there's an issue with promotion or other things, which can addressed by way of grievances.
Historically, the RCMP processes, regardless of the type of complaint, have been wholly inefficient in dealing with racism period, much less systemic racism. I still think there's a lack of understanding, a lack of acknowledgement and, quite frankly, a lack of training to be able to investigate systemic discrimination complaints.
C'est une grosse question.
Tout d'abord, il existe deux processus différents pour traiter la discrimination systémique et le racisme systémique. Une personne peut passer par deux processus différents. Le premier concerne le harcèlement, et le second vise les problèmes de promotion ou autres, qui peuvent être réglés par des griefs.
Depuis toujours, les processus de la GRC, quel que soit le type de plainte, sont totalement inefficaces pour traiter le racisme, et encore plus inefficaces pour faire face au racisme systémique. Je continue de penser que les gens ne comprennent pas et ne reconnaissent pas la discrimination systémique et, très franchement, que la formation qu'il faut pour être en mesure d'enquêter sur les plaintes de discrimination systémique fait défaut.
View John McKay Profile
Lib. (ON)
I call the meeting to order. We see a quorum, and we're ready to go with the ninth meeting of the public safety committee.
We have with us today Minister Blair and his officials. The good news is that there was no vote today, so we are actually starting on time. The bad news is that the minister needs to leave at 5:15. The good news is that the minister can be quite economical in his remarks.
Before I ask him to give his opening statement, I would take note that we are calling votes 1, 5 and 10. At the end of the two hours, I will seek the committee's will with respect to the disposition of these votes.
With that, I will call on Minister Blair for his remarks and for an introduction of his officials.
Minister Blair, you have seven minutes, please.
La séance est ouverte. Je constate qu'il y a quorum et que nous sommes prêts à commencer la neuvième réunion du Comité permanent de la sécurité publique et nationale.
Nous accueillons aujourd'hui le ministre Blair et ses collaborateurs. La bonne nouvelle, c'est qu'il n'y a pas de vote aujourd'hui, donc nous commençons la réunion à l'heure. La mauvaise nouvelle, c'est que le ministre doit nous quitter à 17 h 15. Toutefois, le ministre peut être assez concis dans sa déclaration.
Avant de lui demander de faire sa déclaration préliminaire, je souligne la mise aux voix des crédits 1, 5 et 10. À la fin de ces deux heures, je vais consulter le Comité concernant ces crédits.
Sur ce, je prie le ministre Blair de faire sa déclaration et de nous présenter ses collaborateurs.
Monsieur le ministre, je vous en prie. Vous avez sept minutes.
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
Thank you very much, Mr. Chair. I will try to be economical in my remarks.
I am pleased to have the opportunity to present to you today the 2020-21 main estimates and supplementary estimates (B) for the public safety portfolio. Fortunately, in order to provide explanation to the committee of these figures in greater detail and to answer the questions that members may have, I am very pleased today to be joined by Rob Stewart, deputy minister of public safety; Michelle Tessier, deputy director at the Canadian Security Intelligence Service; President John Ossowski, Canada Border Services Agency; the senior deputy commissioner of the Correctional Service of Canada, Alain Tousignant; Commissioner Lucki of the RCMP; and Jennifer Oades, chair of the Parole Board of Canada.
Mr. Chair, before I get to the estimates, allow me to take a very brief moment to recognize the hard work, professionalism and dedication of the employees across the nine organizations of my portfolio. Their collective efforts, Mr. Chair, have helped protect our borders, our communities, our corrections institutions and our national security. This year in particular, amid the unprecedented COVID pandemic, they have continued to serve Canadians and, I believe, have done an exemplary job in their work to keep us safe.
The estimates before you today reflect the breadth of that work. In my allotted time today, I hope to provide a broad overview of the estimates, highlighting some of the most substantial items for the organizations within my portfolio.
Let me begin with the 2020-21 main estimates. As members will note, the public safety portfolio as a whole is requesting a total of $9.7 billion for this fiscal year. Overall, the portfolio's funding has remained stable over the last few years, averaging 2.6% annual growth based on available funding authorities from 2014-15 to 2019-20. Spending increases for the portfolio in this fiscal year are also expected to be in line with those in previous years.
I'll break things down by organization, Mr. Chair.
Public Safety Canada is seeking a total of $725 million in these main estimates. You will note that there is a request for an increase in funds to protect people from unnecessary violence and to work towards holding criminals to account. This includes an additional $25 million to take action against gun and gang violence, over $10 million to combat human trafficking and to protect children from online sexual exploitation, and additional investments for the national cyber security strategy. Additionally, we are working towards providing additional support for the first nations policing program as well as for infrastructure projects in indigenous communities.
I will now turn to this year's main estimates for other organizations in the public safety portfolio.
CBSA is seeking a total of just over $2.2 billion in 2020-21, a net increase of $80 million or 3.8% over the previous year. The most substantial item affecting this change in funding levels for the CBSA is an additional $75 million to implement and to maintain the agency's assessment and revenue management project. Once fully implemented, this project will modernize and streamline the process of importing commercial goods. The goal is to reduce the administrative burden for importers and other trade partners and to increase CBSA's efficiency and Government of Canada revenues.
The CBSA's main estimates of 2020-21 also include an increase of $17.3 million to enhance the operational response related to the fight against gun and gang violence. Also, you will recall that by launching the Canadian travel number, we have delivered on our commitment to improve air security and offer redress to those who were falsely flagged on the no-fly list. The main estimates include $12.3 million to implement amendments to the Secure Air Travel Act and to introduce a framework for the passenger protect program.
I will now turn to the RCMP, which is seeking total funding in the amount of $3.5 billion in the main estimates for 2020-21. In terms of increases, additional funds relate to contract policing services; support for the renewal of the RCMP's radio communications system infrastructure in Ontario, Quebec and the national capital region; and over $20 million in funding to strengthen federal cybercrime enforcement.
The Correctional Service of Canada is requesting a total of $2.6 billion in the main estimates for 2020-21. The most substantial investment is an additional $49.7 million to support the transformation of the federal corrections system following the passage into law of Bill C-83.
As members know, we have eliminated administrative segregation. The new system, called structured intervention units, is designed to provide inmates the opportunity for more time out of their cells and for meaningful human contact, as well as targeted interventions and programs. They also must receive daily health care visits by a registered health professional and comprehensive mental health assessments. As we have recently been informed, there is much more work to do, though progress is being made. We'll continue to work with groups to ensure adequate reporting and oversight and to measure the progress being made in achieving these important goals.
On that note, Mr. Chair, I will now turn to the portfolio's supplementary estimates, which so far this year total $523.3 million. This represents a small percentage, only 5.4% of the $9.7-billion base funding requested in the main estimates.
On a portfolio-wide basis, the total authority sought in the supplementary estimates (B) more specifically would result in a net increase of $203.2 million. This represents a 1.9% increase over the total authorities provided to date, for a total of $10.7 billion.
If I may, I'll highlight a few key items in these estimates across the portfolio.
Most notably, CSC is seeking $143.3 million in additional funding for support for the Correctional Service of Canada. The supplementary estimates also include a transfer of $58.8 million from Public Safety Canada to the RCMP, and this is for first nations community policing. This transfer covers the cost of the policing services provided by the RCMP under tripartite agreements among Public Safety Canada, the provinces and territories, and first nations.
The RCMP is also seeking $14.5 million in these estimates to implement and maintain the national cybercrime solution. This will provide the national cybercrime coordination unit with the IM/IT functions it needs to receive, store, analyze and share cybercrime data and establish a public reporting website.
The CBSA is seeking an additional $6 million for measures to enhance the integrity of Canada's borders and asylum system, and is also seeking funds to crack down on fraudulent consultants. More specifically, funding will support an IT system and changes to ensure that CBSA's case management systems reflect the recent changes to Canada's immigration laws.
Finally, Mr. Chair, I'll note that your documents also outline the 2020-21 main estimates and supplementary estimates (B) for CSIS, the Parole Board of Canada, the Office of the Correctional Investigator, the RCMP External Review Committee, and the Civilian Review and Complaints Commission for the RCMP. Additional funds for the Parole Board of Canada, in particular, will work towards addressing workload capacity for those involved with decisions pertaining to conditional release to ensure we are keeping our communities safe.
This has been a difficult year for Canadians, but regardless of the area in which they work, our employees have risen to the challenge. They work hard to keep us safe and secure.
Mr. Chair, I welcome the opportunity for me and my officials to answer any questions the committee may have.
Thank you, sir.
Merci beaucoup, monsieur le président. J'essaierai de garder ma déclaration concise.
Je suis heureux d'être ici aujourd'hui pour vous présenter le Budget principal des dépenses et le Budget supplémentaire des dépenses (B) de 2020-2021 pour le portefeuille de la Sécurité publique. Heureusement, pour m'aider à expliquer ces chiffres en plus de détails et pour répondre à vos questions, j'ai le plaisir d'être accompagné par Rob Stewart, sous-ministre de la Sécurité publique; Michelle Tessier, sous-directrice au Service canadien du renseignement de sécurité; John Ossowski, président de l'Agence des services frontaliers du Canada; Alain Tousignant, sous-commissaire principal du Service correctionnel du Canada; Brenda Lucki, commissaire de la Gendarmerie royale du Canada; et Jennifer Oades, présidente de la Commission des libérations conditionnelles du Canada.
Monsieur le président, avant d'en venir aux budgets des dépenses, je voudrais prendre un moment pour souligner le travail acharné, le professionnalisme et le dévouement des employés des neuf organisations de mon portefeuille. Leurs efforts collectifs, monsieur le président, aident à protéger nos frontières, nos collectivités, nos établissements correctionnels et notre sécurité nationale. Cette année, dans le contexte de la pandémie sans précédent de COVID-19, ils ont continué de servir les Canadiens, et j'estime qu'ils font un travail exemplaire pour nous protéger.
Les budgets des dépenses dont vous êtes saisis aujourd'hui tiennent compte de l'ampleur incroyable de ce travail. Dans le temps qui m'est imparti aujourd'hui, j'espère vous donner un aperçu général de ces budgets des dépenses et mettre en évidence certains des postes les plus importants pour les organisations de mon portefeuille.
Je commencerai par le Budget principal des dépenses de 2020-2021. Comme les membres le remarqueront, le portefeuille de la Sécurité publique dans son ensemble demande un total de 9,7 milliards de dollars pour cet exercice. En général, le financement du portefeuille est demeuré stable au cours des dernières années. En moyenne, il a augmenté de 2,6 % par année par rapport aux autorisations de financement disponibles de 2014-2015 à 2019-2020. Les augmentations des dépenses qui sont prévues pour le portefeuille pendant l'exercice devraient aussi concorder avec celles des années précédentes.
Je vais fournir les détails par organisation, monsieur le président.
Sécurité publique Canada demande un total de 725 millions de dollars dans le Budget principal des dépenses. Vous remarquerez qu'il y a une augmentation de fonds pour protéger les gens de la violence inutile et poursuivre nos efforts en vue de tenir les criminels responsables. Cela comprend 25 millions de dollars supplémentaires pour prendre des mesures contre la violence liée aux armes à feu et aux gangs; plus de 10 millions de dollars pour la lutte contre la traite de personnes et pour protéger les enfants de l'exploitation sexuelle en ligne; et fournir un soutien financier supplémentaire pour la Stratégie nationale de cybersécurité. De plus, nous nous efforçons de fournir un soutien financier supplémentaire pour le Programme des services de police des Premières Nations ainsi que des projets d'infrastructure dans des communautés autochtones.
Je vais maintenant passer au Budget principal des dépenses de cette année pour d'autres organisations faisant partie du portefeuille de la Sécurité publique.
L'Agence des services frontaliers du Canada, ou ASFC, demande un total d'un peu plus de 2,2 milliards de dollars en 2020-2021 — une augmentation nette de 80 millions de dollars, ou 3,8 %, par rapport à l'année précédente. Le poste le plus important qui influe sur ce changement dans les niveaux de financement de l'ASFC est un montant supplémentaire de 75 millions de dollars pour la mise en œuvre et le maintien du projet de l'Agence en matière de gestion des cotisations et des recettes. Une fois entièrement mis en œuvre, ce projet modernisera et rationalisera le processus d'importation des marchandises commerciales. L'objectif est de réduire le fardeau administratif des importateurs et des autres partenaires commerciaux et d'accroître l'efficacité de l'ASFC et les recettes du gouvernement du Canada.
Le Budget principal des dépenses de l'ASFC pour 2020-2021 comprend également une augmentation de 17,3 millions de dollars pour améliorer la réponse opérationnelle à la lutte contre la violence liée aux armes à feu et aux gangs. Également, vous vous rappellerez que nous avons respecté notre engagement à améliorer la sécurité aérienne et avons offert réparation à ceux qui ont été faussement signalés comme étant sur la liste d'interdiction de vol en lançant le Numéro canadien de voyages. Le Budget principal des dépenses comprend 12,3 millions de dollars pour mettre en œuvre des modifications à la Loi sur la sûreté des déplacements et introduire le cadre pour le Programme de protection des passagers.
Passons maintenant à la Gendarmerie royale du Canada, ou GRC, qui demande un montant total de 3,5 milliards de dollars dans le Budget principal des dépenses pour 2020-2021. En matière d'augmentation, des fonds supplémentaires sont liés aux services de police contractuels; un appui pour le renouvellement de l'infrastructure du système de radiocommunication de la GRC en Ontario, au Québec et dans la région de la capitale nationale; et plus de 20 millions de dollars de financement pour renforcer l'application de la loi fédérale sur la cybercriminalité.
Pour ce qui est du Service correctionnel du Canada, l'organisation demande un total de 2,6 milliards de dollars dans son Budget principal des dépenses pour 2020-2021. Le plus important investissement est une somme additionnelle de 49,7 millions de dollars pour appuyer la transformation du système correctionnel fédéral après l'adoption du projet de loi C-83.
Comme les membres le savent, nous avons éliminé l'isolement préventif. Le nouveau système, appelé unités d'intervention structurée, est conçu pour offrir aux détenus l'occasion de passer plus de temps à l'extérieur de leur cellule et d'avoir plus de contacts humains significatifs. Il prévoit aussi des interventions et des programmes ciblés. De plus, les détenus ont droit à une visite de soins de santé quotidienne par un professionnel de la santé autorisé et à des évaluations complètes de la santé mentale. Comme on nous l'a signalé récemment, il y a encore beaucoup de travail à faire, quoique l'on constate des progrès. Nous continuerons de collaborer avec divers groupes afin d'assurer une surveillance et des rapports adéquats ainsi que pour mesurer les progrès accomplis dans l'atteinte de ces objectifs importants.
Sur cette note, monsieur le président, je vais maintenant passer au Budget supplémentaire des dépenses du portefeuille, qui totalise jusqu'à présent 525,3 millions de dollars pour l'exercice. Cela représente un faible pourcentage, seulement 5,4 %, du financement de base de 9,7 milliards de dollars demandé dans le Budget principal des dépenses.
À l'échelle du portefeuille, le total des autorisations demandées dans le Budget supplémentaire des dépenses (B) en particulier entraînerait une augmentation nette de 203,2 millions de dollars. Ce montant représente une augmentation de 1,9 % par rapport au total des autorisations fournies à ce jour, pour un total de 10,7 milliards de dollars.
Si vous me le permettez, je vais mettre en évidence quelques postes clés de ce budget des dépenses pour l'ensemble du portefeuille.
Plus particulièrement, le Service correctionnel du Canada, ou SCC, demande 143,3 millions de dollars en financement supplémentaire pour le « Soutien au Service correctionnel du Canada ». Le Budget supplémentaire des dépenses comprend également un transfert de 58,8 millions de dollars de Sécurité publique Canada à la GRC pour les services de police communautaire des Premières Nations. Ce transfert couvre les coûts des services de police fournis par la GRC en vertu d'ententes tripartites conclues par Sécurité publique Canada, les provinces et territoires et les Premières Nations.
La GRC demande également une somme de 14,5 millions de dollars dans ce budget des dépenses pour mettre en œuvre et maintenir la Solution nationale en matière de cybercriminalité. Cela permettrait au Groupe national de coordination contre la cybercriminalité d'assumer les fonctions de gestion de l'information et technologie de l'information ou GI-TI dont il a besoin pour recevoir, stocker, analyser et partager des données sur la cybercriminalité, et établir un site Web de rapports publics.
L'ASFC demande un montant supplémentaire de 6 millions de dollars pour des mesures visant à améliorer l'intégrité des frontières et du système d'asile du Canada, et demande aussi des fonds pour s'attaquer aux consultants frauduleux. Plus précisément, le financement appuierait les changements apportés au système de TI pour s'assurer que les systèmes de gestion des cas de l'ASFC tiennent compte des changements récents apportés aux lois canadiennes sur l'immigration.
Enfin, monsieur le président, je tiens à souligner que vos documents décrivent également le Budget principal des dépenses et le Budget supplémentaire des dépenses (B) de 2020-2021 du SCRS, de la Commission des libérations conditionnelles du Canada, du Bureau de l'enquêteur correctionnel, du Comité externe d'examen de la GRC et de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes de la GRC. Des fonds supplémentaires pour la Commission des libérations conditionnelles du Canada, en particulier, aideraient à régler la capacité de travail des personnes touchées par les décisions concernant la libération conditionnelle de sorte à bien protéger nos collectivités.
Cette année a été difficile pour tous les Canadiens. Quel que soit le domaine dans lequel ils travaillent, nos employés ont relevé le défi et ont travaillé dur pour nous garder en sécurité et en santé.
C'est avec plaisir, monsieur le président, que mes collaborateurs et moi répondrons maintenant aux questions que pourrait avoir le Comité.
Merci, monsieur.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Let me get to the accountability aspect. The Civilian Review and Complaints Commission of the RCMP chairperson was before this committee in July, when she said that the commission needs to be better resourced in order to conduct systemic reviews, yet we see a decrease in the funding for the CCRC in the main estimates and we have had outstanding complaints for three years or more that have not been dealt with and 175 reports have been sitting on the commissioner's desk since March.
What is that in terms of accountability if we don't have the additional resources that are necessary? Is the minister prepared to agree that the system is not working and needs to be fixed and better resourced?
Permettez-moi d’aborder la question de la reddition de comptes. La présidente de la CCETP, la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC, a comparu devant ce comité en juillet. À cette occasion, elle avait déclaré que la commission devait disposer de ressources plus importantes pour être en mesure de mener des examens systémiques. Or, le Budget principal des dépenses prévoit une diminution du financement de cet organisme. Pourtant, nous avons des plaintes en suspens qui attendent d'être traitées depuis trois ans ou plus, et il y a 175 rapports qui patientent sur le bureau de la commissaire depuis le mois de mars.
À quoi cette reddition de comptes rime-t-elle si nous n’avons pas les ressources supplémentaires nécessaires? Le ministre est-il prêt à admettre que le système ne fonctionne pas, et qu’il faut le réparer et lui donner plus de ressources?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
Thank you very much. That's another very important question, Jack.
Let me simply remind you that earlier this year, we introduced Bill C-3, which actually had attached to it $24 million in additional resources for the CRCC and introduced legislation as well. That legislation also requires, in my opinion, very clear and mandatory timelines for speedy resolution. I am absolutely committed to ensuring that the important function of oversight and accountability for the RCMP, and as well for the CBSA, needs to be strong in legislation and properly funded to ensure that the independent reviewers we task with this important work have the resources, the tools and the authorities they need to do the important job. I think public trust is absolutely contingent upon both that legislation and those investments. We'll be reintroducing strong legislation in that regard.
I can also inform you that I know that the CRCC chair and the RCMP commissioner have been working together to significantly improve those timelines and to address the backlogs that existed. I'm prepared as well, in the interim, until we get this legislation passed, to take additional measures as required to ensure that those timelines are in fact met and that the resources are available to the CRCC to do their important work.
Merci beaucoup. C’est une autre question très importante.
Permettez-moi simplement de vous rappeler qu’au début de l’année, nous avons présenté le projet de loi C-3 qui, en plus de proposer des mesures législatives, prévoyait 24 millions de dollars de ressources supplémentaires pour la CCETP. Ce projet de loi met aussi de l'avant des délais très clairs et obligatoires qui visent à hâter la résolution des dossiers. Je suis absolument déterminé à faire en sorte que l’importante fonction de surveillance et de reddition de comptes qui incombe à la GRC et à l’Agence des services frontaliers du Canada soit bien définie dans la loi et correctement financée afin de garantir que les examinateurs indépendants auxquels nous confions cet important travail disposent des ressources, des outils et des pouvoirs qu'il leur faut pour accomplir leur tâche. Je pense que la confiance du public est absolument tributaire de ces mesures législatives et de ces investissements. Nous allons revenir avec des dispositions législatives rigoureuses à cet égard.
Je peux également vous dire que je sais que la présidente de la CCETP et la commissaire de la GRC ont travaillé ensemble pour raccourcir considérablement ces délais et résorber les arriérés qui existaient. En attendant l'adoption de ce projet de loi, je suis également disposé à prendre au besoin des mesures supplémentaires pour garantir que ces délais soient respectés et que les ressources nécessaires soient mises à la disposition de la CCETP pour qu'elle puisse faire son important travail.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
These are the main estimates, though, Minister Blair, and there's no additional money to allow the CRCC to actually do the job the commission is asked to do. It's all very well to have high-minded words on what we're going to do, but these are the estimates that the commission has to work with. They're not able to do their job and do these systemic reviews that are required or meet those timelines. I think that's the reality that I'm calling out here today.
Mr. Chair, I don't know how much time I have left.
Sauf qu'il s’agit du Budget principal des dépenses, monsieur Blair, et il n’y a pas d’argent supplémentaire pour permettre à la commission de faire réellement le travail qui lui est demandé. C’est très bien d’avoir des paroles bienveillantes sur ce que nous allons faire, mais il s'agit du budget avec lequel la commission doit travailler. Elle n’est pas en mesure de faire son travail et d’effectuer les examens systémiques qui sont nécessaires ou de respecter les délais. C’est la réalité que je cherche à mettre en évidence aujourd’hui.
Monsieur le président, je ne sais pas combien de temps il me reste.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Thank you, Chair.
Commissioner, when you were here last time, I asked you about the report on Colten Boushie. This weekend I'm interviewing his family as part of a panel that I'm doing.
When I asked you about the report last time, I wasn't aware that there are actually 149 interim reports awaiting a response until I read about it in a November 10, 2020, article. One report is more than four years old, 14 are three to four years, 44 are two to three years, 49 are one to two years, and 41 files are for less than a year.
As we've been looking at systemic racism in policing, I think probably one of the most important things we've heard is on accountability and consequences when there are things that go wrong, and Commissioner, these numbers are just unacceptable.
First, it's three and a half weeks until the end of fall. Will the Boushie family get the report released publicly before then? Second, what are you doing to deal with this backlog?
Merci, monsieur le président.
Madame la commissaire, lors de votre dernière comparution, je vous ai posé une question sur le rapport sur Colten Boushie. Sachez que ce week-end, je vais interviewer sa famille à titre de membre d'un groupe d'experts.
La dernière fois que je vous ai demandé des renseignements sur le rapport, j'ignorais, avant d'avoir lu un article paru le 10 novembre 2020, qu'en fait, 149 rapports intérimaires attendent toujours une réponse. Un rapport se fait attendre depuis plus de quatre ans, 14 rapports depuis trois ou quatre ans, 44 rapports depuis deux ou trois ans, 49 rapports depuis un ou deux ans et 41 rapports depuis moins d’un an.
Lorsque nous examinons le racisme systématique dans les activités policières, je crois que l'une des choses les plus importantes dont on a parlé, c'est la responsabilité et les conséquences dans les cas où des erreurs sont commises. Sachez, madame la commissaire, que ces chiffres sont tout simplement inacceptables.
Primo, il reste trois semaines et demie avant la fin de l'automne. La famille Boushie verra-t-elle la publication du rapport d'ici là? Secundo, quand allez-vous traiter ces rapports en souffrance?
Brenda Lucki
View Brenda Lucki Profile
Brenda Lucki
2020-11-25 17:02
After you asked me that question about the Boushie report, I went back to my team and really pushed the envelope. Lots of information was given to us from the CRCC in January, and I have been told I will have that report on my desk on December 4 and I will work through the weekend to get through it. It will go back to CRCC and it will be up to them to release it. We don't release it.
I get the report on December 4. I'm going to work through the weekend on it and make sure that I'm prepared to release it to the CRCC shortly after that.
Après que vous m'avez posé la question sur le rapport Boushie, je suis revenue à mon équipe et je lui ai mis de la pression. Nous avons reçu beaucoup de renseignements de la CCETP en janvier, et on m'a confirmé que j'aurai le rapport sur mon bureau le 4 décembre. Je vais travailler pendant le week-end pour le lire. Le rapport sera ensuite retourné à la CCETP et c'est elle qui le rendra public. Ce n'est pas nous.
Je recevrai le rapport le 4 décembre. Je vais travailler pendant le week-end et je vais m'assurer qu'il sera retourné à la CCETP peu de temps après.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
What about the other 149 reports that are outstanding?
Qu'en est-il des 149 autres rapports en souffrance?
Brenda Lucki
View Brenda Lucki Profile
Brenda Lucki
2020-11-25 17:03
Those aren't public interest investigations like the Colten Boushie report. Colten Boushie's was specific. They're much lengthier in time.
You're right that we need to get better. Canadians deserve better when we talk about timelines, whether it is ATIP or CRCC reports. We've created an MOU with the CRCC with the service standard. We need to get rid of the backlog, and we're committed to getting rid of the backlog in 2021 and not having a backlog. We're hiring more people to do those reviews and provide those responses. There is absolute commitment on the part of my team that we will eliminate the backlog and be more timely in our responses within the service standard that we're setting out.
Ces rapports ne portent pas sur des enquêtes d'intérêt public comme celui sur Colten Boushie. Le cas de Colten Boushie est particulier. Les autres rapports prennent beaucoup plus de temps.
Vous avez raison de dire que nous devons nous améliorer. Les Canadiens méritent beaucoup mieux pour ce qui est des temps d'attente, qu'il s'agisse des rapports de l'AIPRP ou de la CCETP. Nous avons conclu un protocole d'entente avec la CCETP sur les normes en matière de service. Il faut éliminer l'arriéré, et nous nous sommes engagés à le faire en 2021. Nous embauchons plus de gens pour effectuer les examens et fournir les réponses. Mon équipe s'est formellement engagée à éliminer l'arriéré et à répondre plus rapidement, conformément à la norme de service que nous adopterons.
View John McKay Profile
Lib. (ON)
We're agreeable to that?
Is that sufficient for the formalities of reporting, Mr. Clerk? It is.
CANADA BORDER SERVICES AGENCY
Vote 1—Operating expenditures..........$1,822,908,053
Vote 5—Capital expenditures..........$177,772,983
(Votes 1 and 5 agreed to on division)
CANADIAN SECURITY INTELLIGENCE SERVICE
Vote 1—Program expenditures..........$598,034,351
(Vote 1 agreed to on division)
CIVILIAN REVIEW AND COMPLAINTS COMMISSION FOR THE ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE
Vote 1—Program expenditures..........$9,284,989
(Vote 1 agreed to on division)
CORRECTIONAL SERVICE OF CANADA
Vote 1—Operating expenditures, grants and contributions..........$2,145,688,776
Vote 5—Capital expenditures..........$187,796,912
(Votes 1 and 5 agreed to on division)
DEPARTMENT OF PUBLIC SAFETY AND EMERGENCY PREPAREDNESS
Vote 1—Operating expenditures..........$143,921,366
Vote 5—Grants and contributions..........$565,749,061
(Votes 1 and 5 agreed to on division)
NATIONAL SECURITY AND INTELLIGENCE REVIEW AGENCY SECRETARIAT
Vote 1—Program expenditures..........$22,801,056
(Vote 1 agreed to on division)
OFFICE OF THE CORRECTIONAL INVESTIGATOR OF CANADA
Vote 1—Program expenditures..........$4,735,703
(Vote 1 agreed to on division)
PAROLE BOARD OF CANADA
Vote 1—Program expenditures..........$41,877,803
(Vote 1 agreed to on division)
ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE
Vote 1—Operating expenditures..........$2,610,780,627
Vote 5—Capital expenditures..........$249,275,558
Vote 10—Grants and contributions..........$195,339,283
(Votes 1, 5 and 10 agreed to on division)
ROYAL CANADIAN MOUNTED POLICE EXTERNAL REVIEW COMMITTEE
Vote 1—Program expenditures..........$2,894,153
(Vote 1 agreed to on division)
SECRETARIAT OF THE NATIONAL SECURITY AND INTELLIGENCE COMMITTEE OF PARLIAMENTARIANS
Vote 1—Program expenditures..........$3,331,078
(Vote 1 agreed to on division)
The Chair: The second vote is on the supplementary estimates. Shall I ask whether that is to move on division?
Sommes-nous d'accord pour faire cela?
Est-ce suffisant pour les exigences du rapport, monsieur le greffier? Oui, c'est suffisant.
AGENCE DES SERVICES FRONTALIERS DU CANADA
Crédit 1— Dépenses de fonctionnement..........1 822 908 053 $
Crédit 5—Dépenses en capital..........177 772 983 $
Les crédits 1 et 5 sont adoptés avec dissidence.)
SERVICE CANADIEN DU RENSEIGNEMENT DE SÉCURITÉ
Crédit 1—Dépenses du programme..........598 034 351 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
COMMISSION CIVILE D'EXAMEN ET DE TRAITEMENT DES PLAINTES RELATIVES À LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
Crédit 1—Dépenses du programme..........9 284 989 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA
Crédit 1—Dépenses de fonctionnement, subventions et contributions..........2 145 688 776 $
Crédit 5—Dépenses en capital..........187 796 912 $
(Les crédits 1 et 5 sont adoptés avec dissidence.)
MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ET DE LA PROTECTION CIVILE
Crédit 1—Dépenses de fonctionnement..........143 921 366 $
Crédit 5—Subventions et contributions..........565 749 061 $
(Les crédits 1 et 5 sont adoptés avec dissidence.)
SECRÉTARIAT DE L'OFFICE DE SURVEILLANCE DES ACTIVITÉS EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ NATIONALE ET DE RENSEIGNEMENT
Crédit 1—Dépenses du programme..........22 801 056 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
BUREAU DE L'ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL DU CANADA
Crédit 1—Dépenses du programme..........4 735 703 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
COMMISSION DES LIBÉRATIONS CONDITIONNELLES DU CANADA
Crédit 1—Dépenses du programme..........41 877 803 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
Crédit 1—Dépenses de fonctionnement..........2 610 780 627 $
Crédit 5—Dépenses en capital..........249 275 558 $
Crédit 10—Subventions et contributions..........195 339 283 $
(Les crédits 1, 5 et 10 sont adoptés avec dissidence.)
COMITÉ EXTERNE D'EXAMEN DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
Crédit 1—Dépenses du programme..........2 894 153 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
SECRÉTARIAT DU COMITÉ DES PARLEMENTAIRES SUR LA SÉCURITÉ NATIONALE ET LE RENSEIGNEMENT
Crédit 1—Dépenses du programme..........3 331 078 $
(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)
Le président: Le deuxième vote est sur le Budget supplémentaire des dépenses. Dois-je demander s'il est adopté avec dissidence?
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
I'd also like to ask about the RCMP complaints commission. It seems to me that this is a broken system or is not very efficient. I still see 175 reports on the commissioner's desk, and that's not good for her and it's not good for the people who are waiting to hear their complaints. Is there room for some mechanism like an automatic release of these reports after two months or 60 or 90 days to clear the decks? Should that be the way to go or do we need to revamp the system? You shouldn't have to have a MOU between the commissioner and the chief of the complaints commission to get things moving. Yet, as you point out, what we have added to this is another agency, the Canada Border Services Agency, with the legislation that was tabled before prorogation. That seems to be going nowhere. What can we recommend to fix it?
J'aimerais également poser une question à propos de la Commission d'examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC. Ce système me semble être défectueux ou manquer d'efficacité. Je vois encore 175 rapports sur le bureau de la commissaire. Ce n'est bon ni pour elle ni pour les gens qui attendent que leurs plaintes soient entendues. Serait-il possible de mettre en place une sorte de mécanisme de libération automatique des rapports après deux mois, ou encore après 60 à 90 jours pour dégager la voie? Devrions-nous procéder ainsi ou revoir le système? Il ne devrait pas falloir conclure un protocole d'entente entre la commissaire et la dirigeante de la Commission d'examen des plaintes pour faire bouger les choses. Dans le texte législatif qui a été déposé avant la prorogation, nous y avons pourtant ajouté un autre organisme, à savoir l'Agence des services frontaliers du Canada. Voilà qui ne semble mener à rien. Que pouvons-nous recommander pour remédier à la situation?
Kent Roach
View Kent Roach Profile
Kent Roach
2020-11-16 16:48
I think here of a drop-dead date that would allow the commission to release these reports, but the whole idea is that the commissioner should absorb and learn the lessons from the report.
The commission has done some very good work on systemic.... Maybe one way to go is to leave it as a systemic body, but allow the provinces, when necessary, to have their own complaints bodies deal with the individual complaints against RCMP officers.
Je pense ici à une date butoir qui permettrait à la Commission de libérer ces rapports, mais l'objectif, c'est que la commissaire en assimile le contenu et en tire des leçons.
La Commission a fait du très bon travail sur le caractère systémique... Une solution serait peut-être de laisser cette structure en place pour les enjeux systémiques, mais de permettre au besoin aux organismes provinciaux de traitement des plaintes de s'occuper des plaintes individuelles contre les agents de la GRC.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Thank you, Minister.
Commissioner Lucki, Colten Boushie died in 2016. His family filed a complaint in 2016. When the RCMP ruled that officers had acted properly, the family filed another complaint to the Civilian Review and Complaints Commission.
At your last appearance before this committee, during the summer, I asked you about the report on the Colten Boushie case. At the time you said, “I can't emphasize enough the importance of such a review.” As well, “The CRCC has done extensive research and a great job on the review. We need to give the same consideration to the review. I'm planning to have that review done by the fall of this year.”
It's now November 2020. When can we expect your response?
Merci, monsieur le ministre.
Madame Lucki, Colten Boushie est mort en 2016. Sa famille a déposé une plainte la même année. Lorsque la GRC a jugé que les agents avaient agi correctement, la famille a déposé une autre plainte auprès de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes.
Lors de votre dernière comparution devant ce comité — c'était pendant l’été —, je vous ai interrogée sur le rapport concernant l’affaire Colten Boushie. Vous avez alors déclaré: « Je ne peux vous dire à quel point ce genre d'enquête est important. » Vous avez aussi dit: « La CCETP a effectué une enquête en profondeur et un examen rigoureux. Nous devons nous assurer que notre propre examen soit aussi rigoureux. Il devrait être terminé d'ici l'automne prochain. »
Nous sommes maintenant en novembre 2020. Quand pouvons-nous nous attendre à recevoir votre réponse?
Brenda Lucki
View Brenda Lucki Profile
Brenda Lucki
2020-11-02 19:17
The CRCC completed their public interest investigation in January 2020 and provided us thereafter with the interim report. Obviously, we're in the process of reviewing the high volume of relevant material. Given the complexities of the recommendations and findings by the CRCC, a bit of time is required to prepare a thorough and well-founded response.
La Commission civile d'examen et de traitement des plaintes a terminé son enquête d’intérêt public en janvier 2020 et elle nous a par la suite fourni son rapport provisoire. Nous sommes bien entendu en train d’examiner le grand nombre de documents pertinents qui s'y rattachent. Étant donné la complexité des recommandations et des conclusions de la commission, il faut un peu de temps pour préparer une réponse complète et bien fondée.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Commissioner, with all due respect, one of the reasons that report didn't get you until January 2020 is that there was a delay in the RCMP providing the CRCC with information. Is the family going to see the report anytime soon?
Madame la commissaire, avec tout le respect que je vous dois, l’une des raisons pour lesquelles ce rapport ne vous est parvenu qu’en janvier 2020 est que la GRC a tardé à remettre ces informations à la CCETP. La famille va-t-elle voir le rapport bientôt?
Brenda Lucki
View Brenda Lucki Profile
Brenda Lucki
2020-11-02 19:17
Yes. As promised previously, as you mentioned, I intend on having that response completed by the end of this fall.
Oui. Comme cela a été promis précédemment — et comme vous l’avez souligné —, j’ai l’intention de terminer la préparation de cette réponse d’ici la fin de l’automne.
Christian Leuprecht
View Christian Leuprecht Profile
Christian Leuprecht
2020-07-24 11:09
I will close with my four points on action items.
We need to hold middle management accountable. The CAF demonstrates the effect that can have in terms of curtailing the sorts of challenges we are seeing.
The RCMP needs to release results of discipline hearings to the public. There's a ministerial directive on this. The RCMP has not published an annual report since 2017. Commissioner Lucki, as has been widely reported, has 180 Civilian Review and Complaints Commission reports on her desk dating back to 2016. That backlog simply is not acceptable.
My challenge to you as a committee is this. You have concrete opportunities to do things here and now, and that is Bill C-3, which is currently before Parliament. I detail several challenges that bill currently has. For the sake of time, I will not go through these in detail here, but Bill C-3, with the improvements that I lay out, can effect very clear and concrete change right here, right now.
Je vais terminer avec mes quatre remarques sur les mesures à prendre.
Il faut responsabiliser les cadres intermédiaires. L'expérience des FAC montre que cela peut réduire le genre de problèmes que nous constatons.
La GRC doit rendre publics les résultats des audiences disciplinaires. Il y a une directive ministérielle à ce sujet. La GRC n'a pas publié de rapport annuel depuis 2017. Comme on l'a beaucoup fait savoir dans les médias, la commissaire Lucki a sur son bureau 180 rapports de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes datant de 2016. Cet arriéré est tout simplement inacceptable.
Je lance un défi au Comité. Vous pouvez concrètement faire quelque chose ici et maintenant, et je parle du projet de loi C-3 actuellement devant le Parlement. J'expose en détail plusieurs problèmes que pose le projet de loi actuel. Pour gagner du temps, je ne vais pas y revenir ici, mais le projet de loi C-3, avec les améliorations que j'ai présentées, peut transformer la situation de façon très claire et très concrète, ici et maintenant.
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:11
Good morning and thank you for this opportunity to speak to you today on the subject of systemic racism in policing services in Canada.
The Civilian Review and Complaints Commission for the RCMP is an independent body established by Parliament. The commission makes broad-ranging recommendations regarding policies, procedures and training with the ultimate goal of improving policing and enhancing RCMP accountability. Greater police accountability is achieved through effective oversight, not only for public complaints but also through reviews of systemic issues.
As the Minister of Public Safety recently indicated to this committee, indigenous people, black Canadians and other racialized people experience systemic racism and disparate outcomes within the criminal justice system. That system includes all police forces, including the RCMP.
I must point out that the work of the commission is not immune to the long-term and ongoing effects of systemic racism. For example, it has been reported that there is an overrepresentation of police use of force incidents involving indigenous and racialized people. However, many of these use of force incidents do not result in a public complaint. Why is that the case?
In the commission’s northern British Columbia investigation, which was undertaken as a follow-up to a Human Rights Watch report, we asked members of indigenous communities why they do not make use of the complaints system. We found out that many indigenous people are either unaware of the public complaint process or do not trust it. The process can be excessively bureaucratic and difficult to navigate.
However, the commission has taken some action to improve the accessibility of the public complaints system, including making the public complaint form available in 16 different languages. We most recently worked very closely with the territorial Government of Nunavut to ensure that the complaint form and additional materials on the complaints process were available in Inuktitut.
Even with these strides, the commission still needs to do more to ensure greater accessibility, trust and transparency in the complaints process. Ultimately, my goal is for people to believe that they can file a complaint with the commission and be treated fairly, without fear of reprisal. To achieve that, we need to consult indigenous and racialized communities to identify and break down the systemic barriers that exist within our current system and implement their suggested changes. We must adopt a regime that better serves all communities.
In that regard, the commission, along with the RCMP, was involved in advancing an informal resolution process put forward by indigenous leaders. Such projects are key to combatting systemic racism and restoring public trust.
In terms of the RCMP, I must highlight that the commission’s lens tends to focus on individual allegations of bias, discrimination or racism. We do not get complaints of systemic racism as a rule. It is only when we take a step back and analyze our findings that the systemic nature of racism becomes apparent.
One such area is in the disparity of treatment between Caucasian and indigenous women detained for public intoxication in northern British Columbia, as noted in the commission’s public interest investigation into policing in that area. In a review of occurrence reports involving the policing of public intoxication, the commission noted that there were differences in treatment between indigenous and Caucasian women when it came to detention for public intoxication. Seventy-three per cent of indigenous women were held in cells until sober. In contrast, 54% percent of Caucasian women were held in cells until sober. As well, indigenous women were four times less likely to be taken home, rather than lodged in cells, as compared with Caucasian women.
The commission is also currently working on a systemic review of the RCMP's bias-free policing model. This review is examining the RCMP's bias-free policing policies and training, and assessing the broader application and accountability framework that is in place to ensure that RCMP members adhere to these policies. Accountability and transparency are key to addressing systemic issues and bringing about change.
To that end, I would suggest that there is an opportunity to further enhance the oversight regime with Bill C-3 and would make the following recommendations to strengthen the bill.
First, I recommend statutory timelines for responses to commission reports to codify the schedule established in the CRCC–RCMP MOU. At present, the legislation requires the commissioner to respond as soon as feasible. Responses to commission interim reports now take an average of 17 months. One of the commission's reports has been waiting for a response for over three and a half years. This is unacceptable in any system where accountability is critical.
Second, public education and outreach to indigenous and racialized communities must become statutory requirements. Bill C-3 currently makes public education mandatory for the commission's new oversight mandate for CBSA, but these activities remain optional under the RCMP Act. The only way that the public complaint process works is if people trust the system. The only way to build that trust is through our outreach efforts.
Third, I would like to see both the commissioner and, once Bill C-3 comes into force, the president of the CBSA required to provide an annual report to the commission outlining the status of implementation of the commission's recommendations. This would increase the transparency of the complaint system and reassure Canadians that the RCMP and the CBSA are held to a high standard of public accountability.
Finally, the commission needs to be appropriately resourced to conduct systemic reviews. At present, systemic reviews are conducted when sufficient resources are available. However, as chairperson, I must constantly make the decision between dealing with complaints from the public and conducting systemic reviews.
I do realize, however, that we have our own work to do. We need to dedicate more resources to outreach and public education in indigenous and racialized communities. We must consult and we must listen. We must become more transparent. We recently began to post summaries of public complaint decisions on our website. It is important that the Canadian public be made aware of our work and the recommendations that we make.
The commission must be consulted on any changes to oversight for both the RCMP and changes to Bill C-3. With its 35 years of experience in overseeing our national police force, the CRCC is uniquely qualified to provide insight and recommendations to inform decision-makers on this critical and pressing issue for Canadians. We are at an opportune time to effect change.
Thank you again for inviting me here today. I would be happy to answer any questions you may have.
Bonjour et merci de me donner l'occasion de m'adresser à vous aujourd'hui au sujet du racisme systémique dans les services de police au Canada.
La Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC est un organisme indépendant créé par le Parlement. Nous formulons des recommandations de large portée concernant les politiques, les procédures et la formation, dans le but ultime d'améliorer le maintien de l'ordre et de renforcer la responsabilité de la police. Une plus grande responsabilisation de la police est obtenue grâce à une surveillance efficace, non seulement en ce qui concerne les plaintes du public, mais aussi grâce à l'examen des problèmes systémiques.
Comme l'a indiqué le ministre de la Sécurité publique dans ses commentaires devant ce comité récemment, les Autochtones, les Canadiens noirs et les autres personnes racialisées sont victimes de racisme systémique et de disparités au sein du système de justice pénale. Ce système comprend toutes les forces policières, y compris la GRC.
Le travail de la Commission n'est pas à l'abri des effets à long terme et permanents du racisme systémique. Par exemple, il a été rapporté qu'il y a une surreprésentation des incidents liés à l'usage de la force par la police impliquant des Autochtones et des personnes racialisées. Toutefois, nombre de ces incidents impliquant le recours à la force ne donnent pas lieu de plainte du public. Pourquoi en est-il ainsi?
Dans l'enquête de la Commission sur le Nord de la Colombie-Britannique, qui a été entreprise à la suite d'un rapport de Human Rights Watch, nous avons demandé aux membres des collectivités autochtones pourquoi ils n'utilisaient pas le système des plaintes du public. Nous avons découvert que de nombreux Autochtones ne connaissent pas le processus de traitement des plaintes du public ou ne lui font pas confiance. Ce processus peut être excessivement bureaucratique et enchevêtré.
La Commission a pris certaines mesures pour améliorer l'accessibilité du public au système des plaintes, notamment en offrant le formulaire de plainte du public en 16 langues différentes. Tout récemment, la Commission a travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement du Nunavut pour s'assurer que le formulaire de plainte et les documents supplémentaires sur le processus de traitement des plaintes sont offerts en inuktitut.
Malgré ces progrès, la Commission doit encore en faire davantage pour assurer une plus grande accessibilité, confiance et transparence dans le processus de traitement des plaintes. En définitive, mon objectif est que les gens croient qu'ils peuvent déposer une plainte auprès de la Commission et être traités équitablement, sans crainte de représailles de la part de la GRC. Pour y parvenir, nous devons travailler plus étroitement avec les collectivités autochtones et racialisées afin de cerner les obstacles systémiques qui existent dans notre système actuel et de mettre en œuvre les changements qu'elles suggèrent. Nous devons adopter un régime qui répond mieux aux besoins des collectivités.
À cet égard, la Commission, de concert avec la GRC, a participé à l'avancement d'un processus de résolution informel mis en place par les dirigeants autochtones. De tels projets sont essentiels pour lutter contre le racisme systémique et restaurer la confiance du public.
En ce qui concerne le racisme systémique au sein de la GRC, je dois souligner que l'optique de la Commission tend à se concentrer sur les allégations individuelles de préjugés, de discrimination ou de racisme. Nous ne recevons pas de plaintes de racisme systémique en règle générale. Ce n'est que lorsque nous prenons du recul et analysons nos conclusions que la nature systémique du racisme devient apparente.
Un domaine où le racisme systémique peut être évident est la disparité dans le traitement des femmes caucasiennes et autochtones détenues pour ivresse publique dans le Nord de la Colombie-Britannique, comme l'a révélé l'enquête d'intérêt public de la Commission sur le maintien de l'ordre dans cette région. Dans un examen des rapports d'incidents impliquant le maintien de l'ordre en cas d'ivresse publique, la Commission a noté qu'il y avait des différences de traitement entre les femmes autochtones et caucasiennes en ce qui concerne la détention pour ivresse publique. 73 % des femmes autochtones arrêtées pour ivresse publique étaient détenues dans des cellules jusqu'à ce qu'elles soient sobres. En revanche, dans le cas des femmes caucasiennes, ce pourcentage s'élevait à 54 %. En outre, les femmes autochtones avaient quatre fois moins de chances d'être ramenées chez elles plutôt que d'être placées en cellule, par rapport aux femmes caucasiennes.
La Commission travaille aussi actuellement à un examen systémique du modèle de prestation de services de police dépourvus de préjugés de la GRC. L'examen de la Commission porte sur les politiques et la formation de la GRC en matière de services de police dépourvus de préjugés et évalue le cadre d'application et de responsabilisation plus large qui est en place pour garantir que les membres de la GRC respectent ces politiques. La responsabilisation et la transparence sont essentielles pour résoudre les problèmes systémiques et apporter des changements.
À cette fin, je pense qu'il est possible d'améliorer encore le régime de surveillance grâce au projet de loi C-3 et je fais les recommandations suivantes pour renforcer le projet de loi.
Premièrement, je recommande des délais prévus par la loi pour les réponses aux rapports de la Commission, afin de codifier le calendrier établi dans le protocole d'entente entre la CCETP et la GRC. À l'heure actuelle, la législation exige que la commissaire réponde dès que possible. Les réponses aux rapports intérimaires de la Commission prennent maintenant en moyenne 17 mois. L'un des rapports de la Commission attend une réponse depuis plus de trois ans et demi. Cela est inacceptable dans tout système où la responsabilisation est essentielle.
Deuxièmement, la sensibilisation du public et la liaison avec les collectivités autochtones et racialisées doivent devenir des exigences prévues par la loi. Le projet de loi C-3 rend actuellement l'éducation de la population obligatoire pour le nouveau mandat de surveillance de l'ASFC par la Commission, mais ces activités restent facultatives en vertu de la Loi sur la GRC. Pour que le processus de traitement des plaintes du public fonctionne, il faut que les gens fassent confiance au système. La seule façon d'établir cette confiance réside dans la consultation, l'éducation et l'évaluation continue de nos efforts de sensibilisation.
Troisièmement, j'aimerais que la commissaire et, une fois le projet de loi C-3 entre en vigueur, le président de l'ASFC soient tenus de fournir à la Commission un rapport annuel décrivant l'état de la mise en œuvre des recommandations de la Commission. Cela augmenterait la transparence du système de traitement des plaintes et rassurerait les Canadiens sur le fait que la GRC et l'ASFC sont tenues de respecter une norme élevée de responsabilisation publique.
Enfin, la Commission doit être dotée de ressources suffisantes pour mener des examens systémiques. À l'heure actuelle, les examens systémiques sont effectués lorsque des ressources suffisantes sont disponibles, mais en tant que présidente, je dois constamment choisir entre le traitement des plaintes du public et la réalisation des examens systémiques.
Je me rends bien compte, néanmoins, que la Commission a du travail à faire. La Commission doit consacrer davantage de ressources à la sensibilisation du public et la liaison avec les collectivités autochtones et racialisées. Nous devons consulter et nous devons écouter. Ensuite, nous devons devenir plus transparents. Nous avons récemment commencé à publier sur notre site Web des résumés des décisions relatives aux plaintes du public. Il est important que la population canadienne soit au courant de notre travail et des recommandations que nous faisons.
La Commission doit être consultée sur toute modification de la surveillance de la GRC et sur les changements apportés au projet de loi C-3. Forte de ses 35 années d'expérience en matière de surveillance du corps policier national, la CCETP est des plus compétentes pour fournir une orientation et formuler des recommandations qui permettront d'éclairer les décideurs sur cette question cruciale et urgente. Le moment est opportun pour apporter des changements.
Je vous remercie encore de m'avoir invitée aujourd'hui. Je me ferai un grand plaisir de répondre à toutes vos questions.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Thank you, Mr. Chair.
My questions are for Ms. Lahaie.
At the end of your testimony, you talked about certain problems, but I'm going to start by asking you how many complaints you receive on average per year. Then, what percentage of the complaints you receive are related to racism?
Je vous remercie, monsieur le président.
Je vais adresser mes questions à Mme Lahaie.
À la fin de votre témoignage, vous avez parlé de certains problèmes, mais je vais commencer en vous demandant combien de plaintes vous recevez en moyenne par année. Ensuite, parmi les plaintes que vous recevez, combien, en pourcentage, concernent le racisme?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:19
Thank you very much, Mr. Paul-Hus.
We receive between 3,000 and 3,500 complaints a year. Usually, we receive between 2,500 and 3,000—
Je vous remercie beaucoup, monsieur Paul-Hus.
Nous recevons entre 3 000 et 3 500 plaintes par année. Habituellement, nous en recevons de 2 500 à 3 000...
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:19
Sorry. I will give my answers in English, then, to allow for the simultaneous translation, because I'm not sure how to change to the French piece.
On average, we receive 3,000 to 3,500 complaints per year. We tend to send about 2,800 of those complaints over to the RCMP.
Over the course of the past five years, we've received 76 complaints that deal with bias, racism or discrimination.
Désolée. Je vais donc donner mes réponses en anglais pour permettre l'interprétation simultanée, parce que je ne sais pas trop comment passer à la version française.
En moyenne, nous recevons 3 000 à 3 500 plaintes par année. Nous transmettons généralement environ 2 800 de ces plaintes à la GRC.
Au cours des cinq dernières années, nous avons reçu 76 plaintes portant sur les préjugés, le racisme ou la discrimination.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Thank you, Mr. Chair.
We can say that, out of 2,000 complaints, 76 complaints about racism is a small number.
In your speech, you said that the commission was facing certain problems. You receive the complaints, you process them and you send them to the RCMP, but the RCMP Commissioner is the one who must analyze them and provide a response. You said that it takes up to 17 months to get a response, and that there is often no response at all.
Can things be done to change this situation?
Je vous remercie, monsieur le président.
On peut considérer que, sur 2 000 plaintes, 76 plaintes concernant le racisme constituent un faible ratio.
Vous avez dit, dans votre allocution, que la Commission faisait face à certains problèmes. Vous recevez les plaintes, vous les traitez et vous les envoyez à la GRC, mais c'est la commissaire de la GRC qui doit les analyser et donner une réponse. Vous avez dit que cela prenait jusqu'à 17 mois avant d'avoir une réponse, et que, bien souvent, il n'y avait pas de réponse du tout.
Des choses peuvent-elles être faites pour changer cette situation?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:21
To clarify, she is required to respond in accordance with the legislation, so she must respond to our reports. She must indicate whether she accepts our recommendations. If she does not accept them, she has to tell us why.
I believe the solution to this issue is to insert statutory timelines within Bill C-3, so that they are required to provide a response within a time that's articulated in the law. We currently have an MOU with the RCMP that articulates those timelines, but they are not statutory.
Je tiens à préciser qu'elle est tenue de répondre conformément à la loi et qu'elle doit donc répondre à nos rapports. Elle doit indiquer si elle accepte nos recommandations. Si elle ne les accepte pas, elle doit nous dire pourquoi.
Je crois que la solution à ce problème consiste à insérer des échéances dans le projet de loi C-3, pour qu'ils soient tenus de fournir une réponse dans un délai prévu par la loi. Nous avons actuellement un protocole d'entente avec la GRC qui précise ces échéances, mais elles ne sont pas indiquées dans la loi.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Okay.
You have made recommendations on the changes that should be made to Bill C-3. Were you consulted during the drafting of this bill? We feel that no one asked for your opinion.
Did the government ask you?
Très bien.
Vous avez fait des recommandations quant aux modifications qui devraient être apportées au projet de loi C-3. Avez-vous été consultés pendant l'élaboration de ce projet de loi? On a l'impression que personne ne vous a demandé votre avis.
Le gouvernement vous l'a-t-il demandé?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:22
The commission was not consulted on Bill C-3 when it was drafted.
La Commission n'a pas été consultée au moment de l'élaboration du projet de loi C-3.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
So it is safe to say that the problems you are experiencing with the RCMP will also be experienced with the Canada Border Services Agency. You said that the president should report. However, another system is currently being created which, I believe, will face the same problems.
Is that what you are foreseeing?
On peut donc considérer que les problèmes que vous vivez avec la GRC vont se retrouver également à l'Agence des services frontaliers du Canada. Vous avez dit que le président devait faire rapport. Or on crée présentement un autre système qui, je crois, va faire face aux mêmes problèmes.
Est-ce ce que vous entrevoyez?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:22
It is possible that we will have similar problems with the oversight of the CBSA.
Il est possible que nous ayons des problèmes semblables avec la surveillance de l'ASFC.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Okay.
On the website, your organization's last public report dates back to 2017. Can you tell us why other reports were not produced during those three years?
Très bien.
Sur le site Internet, le dernier rapport public de votre organisme date de 2017. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi d'autres rapports n'ont pas été réalisés pendant ces trois années?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:23
For me, as the chairperson, it comes down to commission resources.
When I came to the commission, we had one public interest investigation that was ongoing. That was the investigation that dealt with the RCMP's investigation into the death of Colten Boushie, which was launched in 2018. That report has now been completed, and it is with the commissioner for response.
We also had a backlog of files, because, in an organization with a relatively small budget, we have to make the decision constantly between dealing with public complaints from Canadians or launching our own larger investigations. I chose to hire additional staff and prioritize the clearance of our backlog, rather than launching additional investigations. I also attributed a large number of internal resources to the Boushie investigation, because it was important that it be completed in a reasonable time. We were able to deliver it to the commissioner early in 2020.
Pour moi, comme présidente, c'est une question de ressources pour la Commission.
Quand je suis entrée en fonction, il y avait une enquête d'intérêt public en cours. Elle portait sur l'enquête de la GRC sur la mort de Colten Boushie, entamée en 2018. Ce rapport est maintenant terminé et entre les mains de la commissaire, dont on attend une réponse.
Nous avions aussi un arriéré de dossiers parce que, dans une organisation qui dispose d'un budget relativement modeste, il faut constamment choisir entre traiter les plaintes des Canadiens et lancer nos propres enquêtes à portée plus vaste. J'ai décidé d'embaucher du personnel supplémentaire et d'accorder la priorité à l'élimination de notre arriéré, plutôt que de lancer d'autres enquêtes. J'ai aussi attribué un grand nombre de ressources internes à l'enquête Boushie, parce qu'il était important qu'elle soit menée à terme dans un délai raisonnable. Nous avons été en mesure de présenter un rapport à la commissaire au début de 2020.
View Gagan Sikand Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Chair.
My question is going to be for Ms. Lahaie. Whenever I talk about civilian oversight, I like to preface my comments, and it's actually not too different from what Mr. Parent said. By and large our system is good. Our law enforcement officers are good, but you can always make the system more efficient and have it work better for Canadians.
Having said that, I noticed that you attended SECU once last year. You talked about the lengthy time it can take to review public complaints, noting that it can sometimes take years for reports to be finalized.
How beneficial would it be to establish a baseline for time limits for the RCMP to respond, and what would be the best course of action, in your opinion?
Merci, monsieur le président.
Ma question s'adresse à Mme Lahaie. Quand je parle de surveillance civile, je tiens d'abord à dire — et, en fait, ce n'est pas très différent de ce qu'a dit M. Parent — que, dans l'ensemble, notre système est bon. Nos agents d'application de la loi sont bons, mais on peut toujours rendre le système plus efficace et plus utile pour les Canadiens.
Cela dit, j'ai remarqué que vous aviez assisté à une réunion du comité SECU une fois l'an dernier. Vous avez parlé du temps qu'il faut pour examiner les plaintes de la population, en soulignant qu'il faut parfois des années avant que les rapports soient terminés.
Dans quelle mesure serait-il utile d'établir une base de référence pour les délais de réponse de la GRC, et quelle serait la meilleure ligne de conduite, à votre avis?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:32
Thank you very much for your question.
From the commission's perspective, it would be extremely beneficial for baseline timelines to be established. That's one reason that, in December, Commissioner Lucki and I signed an MOU between the CRCC and the RCMP that did establish those timelines. A copy of that MOU is posted on the commission's website.
However, the MOU is not binding, so if parliamentarians could establish solid timelines, statutory timelines within the act, it would be extremely beneficial. Canadians who have made complaints will get responses to their complaints in a timely fashion, and that increases accountability exponentially.
Merci beaucoup de votre question.
Selon la Commission, il serait extrêmement avantageux de fixer des échéances de principe. C'est l'une des raisons pour lesquelles, en décembre, la commissaire Lucki et moi-même avons signé un protocole d'entente en ce sens entre la CCETP et la GRC. Une copie de ce protocole d'entente est affichée sur le site Web de la Commission.
Le protocole n'est cependant pas contraignant. Donc, si les parlementaires pouvaient fixer ces échéances dans la loi, ce serait extrêmement bénéfique. Les Canadiens qui ont adressé des plaintes obtiendront des réponses dans des délais convenables, et cela multiplie la reddition de comptes de façon exponentielle.
View Gagan Sikand Profile
Lib. (ON)
Speaking of accountability, we've heard that the CRCC isn't regulated, that it has a lack of representation from the affected communities. Surely amongst recent international discussions on policing, this has probably become more pronounced.
In your opinion, should we be expanding participation to those affected populations? How do you think we should go about that?
Puisque nous parlons de reddition de comptes, nous avons entendu dire que la CCETP n'est pas réglementée, que les communautés touchées n'y sont pas suffisamment représentées. C'est sûrement une question qui a été plus particulièrement abordée au cours des récentes discussions internationales sur le maintien de l'ordre.
Selon vous, devrait-on élargir la participation à ces populations? Selon vous, comment procéder?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:33
In my opinion, the commission can only benefit by having greater diversity. One thing we're doing internally is that we're setting up our own internal diversity and equity committee to look at inclusion and to ensure we're looking at diverse opinions from across the organization.
Internally, we are a diverse organization, but we do not have significant indigenous representation. I believe that is something we need to correct internally so that we're providing a better lens on the issues we deal with on such a regular basis.
À mon avis, la Commission ne peut que bénéficier d'une plus grande diversité. À l'interne, nous avons notre propre comité de la diversité et de l'équité, qui est chargé de veiller à l'inclusion et de nous assurer que nous tenons compte des diverses opinions dans l'ensemble de l'organisation.
À l'interne, nous sommes une organisation diversifiée, mais nous n'avons pas une représentation autochtone importante. Je crois que nous devons corriger cela à l'interne pour analyser plus clairement les questions que nous traitons régulièrement.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Thank you, Chair.
First of all, I'd just like to say that my observation from the evidence today from Professor Leuprecht and both other witnesses is that we have a system, as Professor Leuprecht pointed out, where we have 41 pages of recommendations going back to 2007. Ms. Lahaie talked about recommendations being made and sent to the commissioner. After a while, we'll know whether they're accepted or not, but we don't know, and I think Commissioner Lahaie would say we don't really have an effective way of finding out whether the recommendations have been followed or not, as evidenced by your northern B.C. situation.
What are we dealing with here? Is it true that the oversight by the civilian review board that you're heading, the Civilian Review and Complaints Commission, is an effective model? We've heard suggestions that the RCMP as an institution is broken. Is the oversight that's conducted by your organization broken in a way that can't be fixed by your suggestions, or do we have to look further than that? I have a problem here with all these complaints, lots of recommendations but no follow-through, and apparently the same issues that we're dealing with now.
Merci, monsieur le président.
Je tiens d'abord à dire que, d'après le témoignage de M. Leuprecht et des deux autres témoins, je comprends que nous avons un système, comme M. Leuprecht l'a souligné, visé par 41 pages de recommandations depuis 2007. Mme Lahaie a parlé de recommandations communiquées à la commissaire. Nous saurons dans un certain temps si elles sont acceptées ou non, mais, pour l'instant, nous ne le savons pas, et je pense que la commissaire Lahaie dirait que nous n'avons pas vraiment de moyen efficace de savoir si les recommandations sont suivies ou non, comme en témoigne votre situation dans le Nord de la Colombie-Britannique.
Quel est le problème ici? Peut-on dire que la surveillance exercée par la Commission civile d'examen que vous dirigez, la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes, est un modèle efficace? Certains disent que l'institution de la GRC est déconnectée. La surveillance exercée par votre organisation est-elle déconnectée au point qu'elle ne puisse pas être corrigée par vos propositions ou convient-il de voir plus loin? Je m'inquiète de toutes ces plaintes, de ces nombreuses recommandations sans suivi, et de ce qui semble bien être une récurrence des mêmes problèmes.
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:45
I would point out to you that the commission's authorities are the same authorities as you would have with a commission of inquiry. What that means is that we have the authority to make findings and recommendations. Those findings and recommendations are then sent to the commissioner. She is required to respond to our reports and, in her responses, she is required to indicate whether she accepts our recommendations or not, and if she does not accept our recommendations, she has to indicate why she does not accept those recommendations.
The second portion of that, as you point out—and it is one of my recommendations going forward—is that the commissioner should be required to provide a letter to the commission on a yearly basis that indicates the status of the implementation of the recommendations that she has accepted. Putting statutory timelines into the act means that she must respond to public complaints in a timely fashion and, as well, putting into the act a requirement for an annual report on the status of the implementation of those recommendations will certainly strengthen our oversight role, and it will strengthen the accountability of the RCMP.
Je vous rappelle que les pouvoirs de la Commission sont les mêmes que ceux d'une commission d'enquête. Cela signifie que nous avons le pouvoir de formuler des conclusions et des recommandations. Ces conclusions et recommandations sont ensuite transmises à la commissaire, qui est tenue de répondre à nos rapports et d'indiquer si elle accepte ou non nos recommandations. Et, si elle ne les accepte pas, elle doit expliquer pourquoi.
Deuxièmement, comme vous l'avez souligné — et c'est l'une de mes recommandations pour l'avenir —, la commissaire devrait être tenue de fournir à la Commission, tous les ans, une lettre indiquant l'état d'avancement de l'application des recommandations qu'elle a acceptées. Si la loi prévoit des délais obligatoires, la commissaire devra répondre aux plaintes du public en temps voulu, et, si l'on impose la production d'un rapport annuel sur l'état d'avancement de l'application de ces recommandations, on renforcera certainement notre rôle de surveillance et la responsabilisation de la GRC.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
You've also suggested in your statement of July 21 that over the past four years you've issued 14 reports concerning individual cases where RCMP actions in wellness checks or for a person in crisis were unreasonable. You referenced other reports going back to 2009, 2014 and 2016, saying the same kind of thing that you did in terms of the RCMP approach. You issued that statement on the 21st. Obviously, you're not satisfied that there has been no response, so your recommendations going back several years, four years, and these other recommendations going back to 2009 don't seem to be having the effect they should.
What do you think can be done about that?
Dans votre déclaration du 21 juillet, vous avez également dit que, depuis quatre ans, vous avez publié 14 rapports sur des cas particuliers où les mesures prises par la GRC dans le cadre de vérifications de l'état de santé ou concernant une personne en crise avaient été déraisonnables. Vous avez parlé d'autres rapports remontant à 2009, 2014 et 2016, et vous avez dit la même chose sur le mode d'action de la GRC. Vous avez fait cette déclaration le 21. Vous êtes évidemment déçue de ne pas avoir obtenu de réponse. Vos recommandations d'il y a des années, d'il y a quatre ans et les autres recommandations remontant à 2009 ne semblent donc pas avoir eu l'effet escompté.
Que peut-on faire d'après vous?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:48
By having the commissioner report on the status of the implementation of those recommendations, that's going to increase the accountability. Right now, what's happening is that many of those reports are awaiting a response.
The reason we, or I, chose at the commission to release a public statement is that we were dissatisfied, effectively, with the fact that recommendations have been made over and over again with respect to wellness checks, and the RCMP does not appear to be listening. We issued that statement because I felt that it was in the public interest for that information to be made available.
We increase accountability by imposing timelines for responses to these reports and by requiring the commissioner to indicate the status of the implementation of our recommendations.
On améliorera la reddition des comptes en imposant à la commissaire de produire un rapport sur l'état d'avancement de l'application de ces recommandations. À l'heure actuelle, beaucoup de nos rapports sont encore sans réponse.
La raison pour laquelle la Commission ou moi-même avons décidé de faire une déclaration publique est que nous étions effectivement insatisfaits du fait que des recommandations ont été faites et réitérées au sujet des vérifications de l'état de santé et que la GRC ne semble pas écouter. Nous avons publié cette déclaration parce que j'estimais qu'il était dans l'intérêt public que cette information soit diffusée.
Nous améliorerons la reddition des comptes en imposant des délais de réponse à ces rapports et en exigeant que la commissaire précise l'état d'avancement de l'application de nos recommandations.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam, who initiated the MOU, the MOU that resulted last December? Was that the commission or was that the RCMP?
Madame, qui est à l'origine du protocole d'entente conclu en décembre dernier? Était-ce la Commission ou la GRC?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:49
I would say it was something we came to jointly. Both organizations realized there would be value in our having an MOU.
The commission has existed for almost 35 years. We've never had an MOU with the RCMP, although it has been in the legislation. We felt that it was time to move forward with respect to putting an MOU in place. It was the first step in starting to impose timelines so that we could get more timely responses to Canadians with respect to their complaints.
En fait, nous l'avons fait ensemble. Les deux organisations se sont rendu compte qu'il serait utile d'avoir un protocole d'entente.
La Commission existe depuis près de 35 ans. Nous n'avons jamais eu de protocole d'entente avec la GRC, même si c'est prévu dans la loi. Il nous a semblé qu'il était temps de le faire. Cette étape permet de commencer à imposer des délais pour obtenir des réponses plus rapides aux plaintes des Canadiens.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
It has been suggested that having an indigenous person as a fellow commissioner along with you would be of value and that you should be using indigenous people as part of your investigative team.
Is that the case now with respect to investigations? Would you think there would be value in having that, and perhaps having a little more authority beyond recommendations?
Certains pensent qu'un collègue commissaire autochtone auprès de vous serait utile et que vous devriez faire appel à des Autochtones dans votre équipe d'enquête.
Est-ce le cas actuellement dans les enquêtes? Pensez-vous que ce serait utile, et peut-être d'avoir un peu plus de pouvoir au-delà des recommandations?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:50
I believe there would be value in having a member of the commission who is indigenous—and just to clarify, we're called members, not commissioners.
I also believe, yes, we would be strengthened by having indigenous investigators. That said, my investigative team at the commission is quite diverse, but we do need to move forward with having a greater indigenous footprint here at the commission.
Je crois qu'il serait utile d'avoir un membre de la Commission qui soit autochtone — et je précise qu'on nous appelle des membres, pas des commissaires.
Je crois également que, oui, nous serions plus forts si nous avions des enquêteurs autochtones. Cela dit, mon équipe d'enquête est très diversifiée, mais nous devons faire mieux pour avoir une plus grande présence autochtone à la Commission.
Results: 1 - 60 of 97 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data