Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 66
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Thank you, Minister.
Commissioner Lucki, Colten Boushie died in 2016. His family filed a complaint in 2016. When the RCMP ruled that officers had acted properly, the family filed another complaint to the Civilian Review and Complaints Commission.
At your last appearance before this committee, during the summer, I asked you about the report on the Colten Boushie case. At the time you said, “I can't emphasize enough the importance of such a review.” As well, “The CRCC has done extensive research and a great job on the review. We need to give the same consideration to the review. I'm planning to have that review done by the fall of this year.”
It's now November 2020. When can we expect your response?
Merci, monsieur le ministre.
Madame Lucki, Colten Boushie est mort en 2016. Sa famille a déposé une plainte la même année. Lorsque la GRC a jugé que les agents avaient agi correctement, la famille a déposé une autre plainte auprès de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes.
Lors de votre dernière comparution devant ce comité — c'était pendant l’été —, je vous ai interrogée sur le rapport concernant l’affaire Colten Boushie. Vous avez alors déclaré: « Je ne peux vous dire à quel point ce genre d'enquête est important. » Vous avez aussi dit: « La CCETP a effectué une enquête en profondeur et un examen rigoureux. Nous devons nous assurer que notre propre examen soit aussi rigoureux. Il devrait être terminé d'ici l'automne prochain. »
Nous sommes maintenant en novembre 2020. Quand pouvons-nous nous attendre à recevoir votre réponse?
Brenda Lucki
View Brenda Lucki Profile
Brenda Lucki
2020-11-02 19:17
The CRCC completed their public interest investigation in January 2020 and provided us thereafter with the interim report. Obviously, we're in the process of reviewing the high volume of relevant material. Given the complexities of the recommendations and findings by the CRCC, a bit of time is required to prepare a thorough and well-founded response.
La Commission civile d'examen et de traitement des plaintes a terminé son enquête d’intérêt public en janvier 2020 et elle nous a par la suite fourni son rapport provisoire. Nous sommes bien entendu en train d’examiner le grand nombre de documents pertinents qui s'y rattachent. Étant donné la complexité des recommandations et des conclusions de la commission, il faut un peu de temps pour préparer une réponse complète et bien fondée.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Commissioner, with all due respect, one of the reasons that report didn't get you until January 2020 is that there was a delay in the RCMP providing the CRCC with information. Is the family going to see the report anytime soon?
Madame la commissaire, avec tout le respect que je vous dois, l’une des raisons pour lesquelles ce rapport ne vous est parvenu qu’en janvier 2020 est que la GRC a tardé à remettre ces informations à la CCETP. La famille va-t-elle voir le rapport bientôt?
Brenda Lucki
View Brenda Lucki Profile
Brenda Lucki
2020-11-02 19:17
Yes. As promised previously, as you mentioned, I intend on having that response completed by the end of this fall.
Oui. Comme cela a été promis précédemment — et comme vous l’avez souligné —, j’ai l’intention de terminer la préparation de cette réponse d’ici la fin de l’automne.
Christian Leuprecht
View Christian Leuprecht Profile
Christian Leuprecht
2020-07-24 11:09
I will close with my four points on action items.
We need to hold middle management accountable. The CAF demonstrates the effect that can have in terms of curtailing the sorts of challenges we are seeing.
The RCMP needs to release results of discipline hearings to the public. There's a ministerial directive on this. The RCMP has not published an annual report since 2017. Commissioner Lucki, as has been widely reported, has 180 Civilian Review and Complaints Commission reports on her desk dating back to 2016. That backlog simply is not acceptable.
My challenge to you as a committee is this. You have concrete opportunities to do things here and now, and that is Bill C-3, which is currently before Parliament. I detail several challenges that bill currently has. For the sake of time, I will not go through these in detail here, but Bill C-3, with the improvements that I lay out, can effect very clear and concrete change right here, right now.
Je vais terminer avec mes quatre remarques sur les mesures à prendre.
Il faut responsabiliser les cadres intermédiaires. L'expérience des FAC montre que cela peut réduire le genre de problèmes que nous constatons.
La GRC doit rendre publics les résultats des audiences disciplinaires. Il y a une directive ministérielle à ce sujet. La GRC n'a pas publié de rapport annuel depuis 2017. Comme on l'a beaucoup fait savoir dans les médias, la commissaire Lucki a sur son bureau 180 rapports de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes datant de 2016. Cet arriéré est tout simplement inacceptable.
Je lance un défi au Comité. Vous pouvez concrètement faire quelque chose ici et maintenant, et je parle du projet de loi C-3 actuellement devant le Parlement. J'expose en détail plusieurs problèmes que pose le projet de loi actuel. Pour gagner du temps, je ne vais pas y revenir ici, mais le projet de loi C-3, avec les améliorations que j'ai présentées, peut transformer la situation de façon très claire et très concrète, ici et maintenant.
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:11
Good morning and thank you for this opportunity to speak to you today on the subject of systemic racism in policing services in Canada.
The Civilian Review and Complaints Commission for the RCMP is an independent body established by Parliament. The commission makes broad-ranging recommendations regarding policies, procedures and training with the ultimate goal of improving policing and enhancing RCMP accountability. Greater police accountability is achieved through effective oversight, not only for public complaints but also through reviews of systemic issues.
As the Minister of Public Safety recently indicated to this committee, indigenous people, black Canadians and other racialized people experience systemic racism and disparate outcomes within the criminal justice system. That system includes all police forces, including the RCMP.
I must point out that the work of the commission is not immune to the long-term and ongoing effects of systemic racism. For example, it has been reported that there is an overrepresentation of police use of force incidents involving indigenous and racialized people. However, many of these use of force incidents do not result in a public complaint. Why is that the case?
In the commission’s northern British Columbia investigation, which was undertaken as a follow-up to a Human Rights Watch report, we asked members of indigenous communities why they do not make use of the complaints system. We found out that many indigenous people are either unaware of the public complaint process or do not trust it. The process can be excessively bureaucratic and difficult to navigate.
However, the commission has taken some action to improve the accessibility of the public complaints system, including making the public complaint form available in 16 different languages. We most recently worked very closely with the territorial Government of Nunavut to ensure that the complaint form and additional materials on the complaints process were available in Inuktitut.
Even with these strides, the commission still needs to do more to ensure greater accessibility, trust and transparency in the complaints process. Ultimately, my goal is for people to believe that they can file a complaint with the commission and be treated fairly, without fear of reprisal. To achieve that, we need to consult indigenous and racialized communities to identify and break down the systemic barriers that exist within our current system and implement their suggested changes. We must adopt a regime that better serves all communities.
In that regard, the commission, along with the RCMP, was involved in advancing an informal resolution process put forward by indigenous leaders. Such projects are key to combatting systemic racism and restoring public trust.
In terms of the RCMP, I must highlight that the commission’s lens tends to focus on individual allegations of bias, discrimination or racism. We do not get complaints of systemic racism as a rule. It is only when we take a step back and analyze our findings that the systemic nature of racism becomes apparent.
One such area is in the disparity of treatment between Caucasian and indigenous women detained for public intoxication in northern British Columbia, as noted in the commission’s public interest investigation into policing in that area. In a review of occurrence reports involving the policing of public intoxication, the commission noted that there were differences in treatment between indigenous and Caucasian women when it came to detention for public intoxication. Seventy-three per cent of indigenous women were held in cells until sober. In contrast, 54% percent of Caucasian women were held in cells until sober. As well, indigenous women were four times less likely to be taken home, rather than lodged in cells, as compared with Caucasian women.
The commission is also currently working on a systemic review of the RCMP's bias-free policing model. This review is examining the RCMP's bias-free policing policies and training, and assessing the broader application and accountability framework that is in place to ensure that RCMP members adhere to these policies. Accountability and transparency are key to addressing systemic issues and bringing about change.
To that end, I would suggest that there is an opportunity to further enhance the oversight regime with Bill C-3 and would make the following recommendations to strengthen the bill.
First, I recommend statutory timelines for responses to commission reports to codify the schedule established in the CRCC–RCMP MOU. At present, the legislation requires the commissioner to respond as soon as feasible. Responses to commission interim reports now take an average of 17 months. One of the commission's reports has been waiting for a response for over three and a half years. This is unacceptable in any system where accountability is critical.
Second, public education and outreach to indigenous and racialized communities must become statutory requirements. Bill C-3 currently makes public education mandatory for the commission's new oversight mandate for CBSA, but these activities remain optional under the RCMP Act. The only way that the public complaint process works is if people trust the system. The only way to build that trust is through our outreach efforts.
Third, I would like to see both the commissioner and, once Bill C-3 comes into force, the president of the CBSA required to provide an annual report to the commission outlining the status of implementation of the commission's recommendations. This would increase the transparency of the complaint system and reassure Canadians that the RCMP and the CBSA are held to a high standard of public accountability.
Finally, the commission needs to be appropriately resourced to conduct systemic reviews. At present, systemic reviews are conducted when sufficient resources are available. However, as chairperson, I must constantly make the decision between dealing with complaints from the public and conducting systemic reviews.
I do realize, however, that we have our own work to do. We need to dedicate more resources to outreach and public education in indigenous and racialized communities. We must consult and we must listen. We must become more transparent. We recently began to post summaries of public complaint decisions on our website. It is important that the Canadian public be made aware of our work and the recommendations that we make.
The commission must be consulted on any changes to oversight for both the RCMP and changes to Bill C-3. With its 35 years of experience in overseeing our national police force, the CRCC is uniquely qualified to provide insight and recommendations to inform decision-makers on this critical and pressing issue for Canadians. We are at an opportune time to effect change.
Thank you again for inviting me here today. I would be happy to answer any questions you may have.
Bonjour et merci de me donner l'occasion de m'adresser à vous aujourd'hui au sujet du racisme systémique dans les services de police au Canada.
La Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC est un organisme indépendant créé par le Parlement. Nous formulons des recommandations de large portée concernant les politiques, les procédures et la formation, dans le but ultime d'améliorer le maintien de l'ordre et de renforcer la responsabilité de la police. Une plus grande responsabilisation de la police est obtenue grâce à une surveillance efficace, non seulement en ce qui concerne les plaintes du public, mais aussi grâce à l'examen des problèmes systémiques.
Comme l'a indiqué le ministre de la Sécurité publique dans ses commentaires devant ce comité récemment, les Autochtones, les Canadiens noirs et les autres personnes racialisées sont victimes de racisme systémique et de disparités au sein du système de justice pénale. Ce système comprend toutes les forces policières, y compris la GRC.
Le travail de la Commission n'est pas à l'abri des effets à long terme et permanents du racisme systémique. Par exemple, il a été rapporté qu'il y a une surreprésentation des incidents liés à l'usage de la force par la police impliquant des Autochtones et des personnes racialisées. Toutefois, nombre de ces incidents impliquant le recours à la force ne donnent pas lieu de plainte du public. Pourquoi en est-il ainsi?
Dans l'enquête de la Commission sur le Nord de la Colombie-Britannique, qui a été entreprise à la suite d'un rapport de Human Rights Watch, nous avons demandé aux membres des collectivités autochtones pourquoi ils n'utilisaient pas le système des plaintes du public. Nous avons découvert que de nombreux Autochtones ne connaissent pas le processus de traitement des plaintes du public ou ne lui font pas confiance. Ce processus peut être excessivement bureaucratique et enchevêtré.
La Commission a pris certaines mesures pour améliorer l'accessibilité du public au système des plaintes, notamment en offrant le formulaire de plainte du public en 16 langues différentes. Tout récemment, la Commission a travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement du Nunavut pour s'assurer que le formulaire de plainte et les documents supplémentaires sur le processus de traitement des plaintes sont offerts en inuktitut.
Malgré ces progrès, la Commission doit encore en faire davantage pour assurer une plus grande accessibilité, confiance et transparence dans le processus de traitement des plaintes. En définitive, mon objectif est que les gens croient qu'ils peuvent déposer une plainte auprès de la Commission et être traités équitablement, sans crainte de représailles de la part de la GRC. Pour y parvenir, nous devons travailler plus étroitement avec les collectivités autochtones et racialisées afin de cerner les obstacles systémiques qui existent dans notre système actuel et de mettre en œuvre les changements qu'elles suggèrent. Nous devons adopter un régime qui répond mieux aux besoins des collectivités.
À cet égard, la Commission, de concert avec la GRC, a participé à l'avancement d'un processus de résolution informel mis en place par les dirigeants autochtones. De tels projets sont essentiels pour lutter contre le racisme systémique et restaurer la confiance du public.
En ce qui concerne le racisme systémique au sein de la GRC, je dois souligner que l'optique de la Commission tend à se concentrer sur les allégations individuelles de préjugés, de discrimination ou de racisme. Nous ne recevons pas de plaintes de racisme systémique en règle générale. Ce n'est que lorsque nous prenons du recul et analysons nos conclusions que la nature systémique du racisme devient apparente.
Un domaine où le racisme systémique peut être évident est la disparité dans le traitement des femmes caucasiennes et autochtones détenues pour ivresse publique dans le Nord de la Colombie-Britannique, comme l'a révélé l'enquête d'intérêt public de la Commission sur le maintien de l'ordre dans cette région. Dans un examen des rapports d'incidents impliquant le maintien de l'ordre en cas d'ivresse publique, la Commission a noté qu'il y avait des différences de traitement entre les femmes autochtones et caucasiennes en ce qui concerne la détention pour ivresse publique. 73 % des femmes autochtones arrêtées pour ivresse publique étaient détenues dans des cellules jusqu'à ce qu'elles soient sobres. En revanche, dans le cas des femmes caucasiennes, ce pourcentage s'élevait à 54 %. En outre, les femmes autochtones avaient quatre fois moins de chances d'être ramenées chez elles plutôt que d'être placées en cellule, par rapport aux femmes caucasiennes.
La Commission travaille aussi actuellement à un examen systémique du modèle de prestation de services de police dépourvus de préjugés de la GRC. L'examen de la Commission porte sur les politiques et la formation de la GRC en matière de services de police dépourvus de préjugés et évalue le cadre d'application et de responsabilisation plus large qui est en place pour garantir que les membres de la GRC respectent ces politiques. La responsabilisation et la transparence sont essentielles pour résoudre les problèmes systémiques et apporter des changements.
À cette fin, je pense qu'il est possible d'améliorer encore le régime de surveillance grâce au projet de loi C-3 et je fais les recommandations suivantes pour renforcer le projet de loi.
Premièrement, je recommande des délais prévus par la loi pour les réponses aux rapports de la Commission, afin de codifier le calendrier établi dans le protocole d'entente entre la CCETP et la GRC. À l'heure actuelle, la législation exige que la commissaire réponde dès que possible. Les réponses aux rapports intérimaires de la Commission prennent maintenant en moyenne 17 mois. L'un des rapports de la Commission attend une réponse depuis plus de trois ans et demi. Cela est inacceptable dans tout système où la responsabilisation est essentielle.
Deuxièmement, la sensibilisation du public et la liaison avec les collectivités autochtones et racialisées doivent devenir des exigences prévues par la loi. Le projet de loi C-3 rend actuellement l'éducation de la population obligatoire pour le nouveau mandat de surveillance de l'ASFC par la Commission, mais ces activités restent facultatives en vertu de la Loi sur la GRC. Pour que le processus de traitement des plaintes du public fonctionne, il faut que les gens fassent confiance au système. La seule façon d'établir cette confiance réside dans la consultation, l'éducation et l'évaluation continue de nos efforts de sensibilisation.
Troisièmement, j'aimerais que la commissaire et, une fois le projet de loi C-3 entre en vigueur, le président de l'ASFC soient tenus de fournir à la Commission un rapport annuel décrivant l'état de la mise en œuvre des recommandations de la Commission. Cela augmenterait la transparence du système de traitement des plaintes et rassurerait les Canadiens sur le fait que la GRC et l'ASFC sont tenues de respecter une norme élevée de responsabilisation publique.
Enfin, la Commission doit être dotée de ressources suffisantes pour mener des examens systémiques. À l'heure actuelle, les examens systémiques sont effectués lorsque des ressources suffisantes sont disponibles, mais en tant que présidente, je dois constamment choisir entre le traitement des plaintes du public et la réalisation des examens systémiques.
Je me rends bien compte, néanmoins, que la Commission a du travail à faire. La Commission doit consacrer davantage de ressources à la sensibilisation du public et la liaison avec les collectivités autochtones et racialisées. Nous devons consulter et nous devons écouter. Ensuite, nous devons devenir plus transparents. Nous avons récemment commencé à publier sur notre site Web des résumés des décisions relatives aux plaintes du public. Il est important que la population canadienne soit au courant de notre travail et des recommandations que nous faisons.
La Commission doit être consultée sur toute modification de la surveillance de la GRC et sur les changements apportés au projet de loi C-3. Forte de ses 35 années d'expérience en matière de surveillance du corps policier national, la CCETP est des plus compétentes pour fournir une orientation et formuler des recommandations qui permettront d'éclairer les décideurs sur cette question cruciale et urgente. Le moment est opportun pour apporter des changements.
Je vous remercie encore de m'avoir invitée aujourd'hui. Je me ferai un grand plaisir de répondre à toutes vos questions.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Thank you, Mr. Chair.
My questions are for Ms. Lahaie.
At the end of your testimony, you talked about certain problems, but I'm going to start by asking you how many complaints you receive on average per year. Then, what percentage of the complaints you receive are related to racism?
Je vous remercie, monsieur le président.
Je vais adresser mes questions à Mme Lahaie.
À la fin de votre témoignage, vous avez parlé de certains problèmes, mais je vais commencer en vous demandant combien de plaintes vous recevez en moyenne par année. Ensuite, parmi les plaintes que vous recevez, combien, en pourcentage, concernent le racisme?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:19
Thank you very much, Mr. Paul-Hus.
We receive between 3,000 and 3,500 complaints a year. Usually, we receive between 2,500 and 3,000—
Je vous remercie beaucoup, monsieur Paul-Hus.
Nous recevons entre 3 000 et 3 500 plaintes par année. Habituellement, nous en recevons de 2 500 à 3 000...
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:19
Sorry. I will give my answers in English, then, to allow for the simultaneous translation, because I'm not sure how to change to the French piece.
On average, we receive 3,000 to 3,500 complaints per year. We tend to send about 2,800 of those complaints over to the RCMP.
Over the course of the past five years, we've received 76 complaints that deal with bias, racism or discrimination.
Désolée. Je vais donc donner mes réponses en anglais pour permettre l'interprétation simultanée, parce que je ne sais pas trop comment passer à la version française.
En moyenne, nous recevons 3 000 à 3 500 plaintes par année. Nous transmettons généralement environ 2 800 de ces plaintes à la GRC.
Au cours des cinq dernières années, nous avons reçu 76 plaintes portant sur les préjugés, le racisme ou la discrimination.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Thank you, Mr. Chair.
We can say that, out of 2,000 complaints, 76 complaints about racism is a small number.
In your speech, you said that the commission was facing certain problems. You receive the complaints, you process them and you send them to the RCMP, but the RCMP Commissioner is the one who must analyze them and provide a response. You said that it takes up to 17 months to get a response, and that there is often no response at all.
Can things be done to change this situation?
Je vous remercie, monsieur le président.
On peut considérer que, sur 2 000 plaintes, 76 plaintes concernant le racisme constituent un faible ratio.
Vous avez dit, dans votre allocution, que la Commission faisait face à certains problèmes. Vous recevez les plaintes, vous les traitez et vous les envoyez à la GRC, mais c'est la commissaire de la GRC qui doit les analyser et donner une réponse. Vous avez dit que cela prenait jusqu'à 17 mois avant d'avoir une réponse, et que, bien souvent, il n'y avait pas de réponse du tout.
Des choses peuvent-elles être faites pour changer cette situation?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:21
To clarify, she is required to respond in accordance with the legislation, so she must respond to our reports. She must indicate whether she accepts our recommendations. If she does not accept them, she has to tell us why.
I believe the solution to this issue is to insert statutory timelines within Bill C-3, so that they are required to provide a response within a time that's articulated in the law. We currently have an MOU with the RCMP that articulates those timelines, but they are not statutory.
Je tiens à préciser qu'elle est tenue de répondre conformément à la loi et qu'elle doit donc répondre à nos rapports. Elle doit indiquer si elle accepte nos recommandations. Si elle ne les accepte pas, elle doit nous dire pourquoi.
Je crois que la solution à ce problème consiste à insérer des échéances dans le projet de loi C-3, pour qu'ils soient tenus de fournir une réponse dans un délai prévu par la loi. Nous avons actuellement un protocole d'entente avec la GRC qui précise ces échéances, mais elles ne sont pas indiquées dans la loi.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Okay.
You have made recommendations on the changes that should be made to Bill C-3. Were you consulted during the drafting of this bill? We feel that no one asked for your opinion.
Did the government ask you?
Très bien.
Vous avez fait des recommandations quant aux modifications qui devraient être apportées au projet de loi C-3. Avez-vous été consultés pendant l'élaboration de ce projet de loi? On a l'impression que personne ne vous a demandé votre avis.
Le gouvernement vous l'a-t-il demandé?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:22
The commission was not consulted on Bill C-3 when it was drafted.
La Commission n'a pas été consultée au moment de l'élaboration du projet de loi C-3.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
So it is safe to say that the problems you are experiencing with the RCMP will also be experienced with the Canada Border Services Agency. You said that the president should report. However, another system is currently being created which, I believe, will face the same problems.
Is that what you are foreseeing?
On peut donc considérer que les problèmes que vous vivez avec la GRC vont se retrouver également à l'Agence des services frontaliers du Canada. Vous avez dit que le président devait faire rapport. Or on crée présentement un autre système qui, je crois, va faire face aux mêmes problèmes.
Est-ce ce que vous entrevoyez?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:22
It is possible that we will have similar problems with the oversight of the CBSA.
Il est possible que nous ayons des problèmes semblables avec la surveillance de l'ASFC.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Okay.
On the website, your organization's last public report dates back to 2017. Can you tell us why other reports were not produced during those three years?
Très bien.
Sur le site Internet, le dernier rapport public de votre organisme date de 2017. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi d'autres rapports n'ont pas été réalisés pendant ces trois années?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:23
For me, as the chairperson, it comes down to commission resources.
When I came to the commission, we had one public interest investigation that was ongoing. That was the investigation that dealt with the RCMP's investigation into the death of Colten Boushie, which was launched in 2018. That report has now been completed, and it is with the commissioner for response.
We also had a backlog of files, because, in an organization with a relatively small budget, we have to make the decision constantly between dealing with public complaints from Canadians or launching our own larger investigations. I chose to hire additional staff and prioritize the clearance of our backlog, rather than launching additional investigations. I also attributed a large number of internal resources to the Boushie investigation, because it was important that it be completed in a reasonable time. We were able to deliver it to the commissioner early in 2020.
Pour moi, comme présidente, c'est une question de ressources pour la Commission.
Quand je suis entrée en fonction, il y avait une enquête d'intérêt public en cours. Elle portait sur l'enquête de la GRC sur la mort de Colten Boushie, entamée en 2018. Ce rapport est maintenant terminé et entre les mains de la commissaire, dont on attend une réponse.
Nous avions aussi un arriéré de dossiers parce que, dans une organisation qui dispose d'un budget relativement modeste, il faut constamment choisir entre traiter les plaintes des Canadiens et lancer nos propres enquêtes à portée plus vaste. J'ai décidé d'embaucher du personnel supplémentaire et d'accorder la priorité à l'élimination de notre arriéré, plutôt que de lancer d'autres enquêtes. J'ai aussi attribué un grand nombre de ressources internes à l'enquête Boushie, parce qu'il était important qu'elle soit menée à terme dans un délai raisonnable. Nous avons été en mesure de présenter un rapport à la commissaire au début de 2020.
View Gagan Sikand Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Chair.
My question is going to be for Ms. Lahaie. Whenever I talk about civilian oversight, I like to preface my comments, and it's actually not too different from what Mr. Parent said. By and large our system is good. Our law enforcement officers are good, but you can always make the system more efficient and have it work better for Canadians.
Having said that, I noticed that you attended SECU once last year. You talked about the lengthy time it can take to review public complaints, noting that it can sometimes take years for reports to be finalized.
How beneficial would it be to establish a baseline for time limits for the RCMP to respond, and what would be the best course of action, in your opinion?
Merci, monsieur le président.
Ma question s'adresse à Mme Lahaie. Quand je parle de surveillance civile, je tiens d'abord à dire — et, en fait, ce n'est pas très différent de ce qu'a dit M. Parent — que, dans l'ensemble, notre système est bon. Nos agents d'application de la loi sont bons, mais on peut toujours rendre le système plus efficace et plus utile pour les Canadiens.
Cela dit, j'ai remarqué que vous aviez assisté à une réunion du comité SECU une fois l'an dernier. Vous avez parlé du temps qu'il faut pour examiner les plaintes de la population, en soulignant qu'il faut parfois des années avant que les rapports soient terminés.
Dans quelle mesure serait-il utile d'établir une base de référence pour les délais de réponse de la GRC, et quelle serait la meilleure ligne de conduite, à votre avis?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:32
Thank you very much for your question.
From the commission's perspective, it would be extremely beneficial for baseline timelines to be established. That's one reason that, in December, Commissioner Lucki and I signed an MOU between the CRCC and the RCMP that did establish those timelines. A copy of that MOU is posted on the commission's website.
However, the MOU is not binding, so if parliamentarians could establish solid timelines, statutory timelines within the act, it would be extremely beneficial. Canadians who have made complaints will get responses to their complaints in a timely fashion, and that increases accountability exponentially.
Merci beaucoup de votre question.
Selon la Commission, il serait extrêmement avantageux de fixer des échéances de principe. C'est l'une des raisons pour lesquelles, en décembre, la commissaire Lucki et moi-même avons signé un protocole d'entente en ce sens entre la CCETP et la GRC. Une copie de ce protocole d'entente est affichée sur le site Web de la Commission.
Le protocole n'est cependant pas contraignant. Donc, si les parlementaires pouvaient fixer ces échéances dans la loi, ce serait extrêmement bénéfique. Les Canadiens qui ont adressé des plaintes obtiendront des réponses dans des délais convenables, et cela multiplie la reddition de comptes de façon exponentielle.
View Gagan Sikand Profile
Lib. (ON)
Speaking of accountability, we've heard that the CRCC isn't regulated, that it has a lack of representation from the affected communities. Surely amongst recent international discussions on policing, this has probably become more pronounced.
In your opinion, should we be expanding participation to those affected populations? How do you think we should go about that?
Puisque nous parlons de reddition de comptes, nous avons entendu dire que la CCETP n'est pas réglementée, que les communautés touchées n'y sont pas suffisamment représentées. C'est sûrement une question qui a été plus particulièrement abordée au cours des récentes discussions internationales sur le maintien de l'ordre.
Selon vous, devrait-on élargir la participation à ces populations? Selon vous, comment procéder?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:33
In my opinion, the commission can only benefit by having greater diversity. One thing we're doing internally is that we're setting up our own internal diversity and equity committee to look at inclusion and to ensure we're looking at diverse opinions from across the organization.
Internally, we are a diverse organization, but we do not have significant indigenous representation. I believe that is something we need to correct internally so that we're providing a better lens on the issues we deal with on such a regular basis.
À mon avis, la Commission ne peut que bénéficier d'une plus grande diversité. À l'interne, nous avons notre propre comité de la diversité et de l'équité, qui est chargé de veiller à l'inclusion et de nous assurer que nous tenons compte des diverses opinions dans l'ensemble de l'organisation.
À l'interne, nous sommes une organisation diversifiée, mais nous n'avons pas une représentation autochtone importante. Je crois que nous devons corriger cela à l'interne pour analyser plus clairement les questions que nous traitons régulièrement.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Thank you, Chair.
First of all, I'd just like to say that my observation from the evidence today from Professor Leuprecht and both other witnesses is that we have a system, as Professor Leuprecht pointed out, where we have 41 pages of recommendations going back to 2007. Ms. Lahaie talked about recommendations being made and sent to the commissioner. After a while, we'll know whether they're accepted or not, but we don't know, and I think Commissioner Lahaie would say we don't really have an effective way of finding out whether the recommendations have been followed or not, as evidenced by your northern B.C. situation.
What are we dealing with here? Is it true that the oversight by the civilian review board that you're heading, the Civilian Review and Complaints Commission, is an effective model? We've heard suggestions that the RCMP as an institution is broken. Is the oversight that's conducted by your organization broken in a way that can't be fixed by your suggestions, or do we have to look further than that? I have a problem here with all these complaints, lots of recommendations but no follow-through, and apparently the same issues that we're dealing with now.
Merci, monsieur le président.
Je tiens d'abord à dire que, d'après le témoignage de M. Leuprecht et des deux autres témoins, je comprends que nous avons un système, comme M. Leuprecht l'a souligné, visé par 41 pages de recommandations depuis 2007. Mme Lahaie a parlé de recommandations communiquées à la commissaire. Nous saurons dans un certain temps si elles sont acceptées ou non, mais, pour l'instant, nous ne le savons pas, et je pense que la commissaire Lahaie dirait que nous n'avons pas vraiment de moyen efficace de savoir si les recommandations sont suivies ou non, comme en témoigne votre situation dans le Nord de la Colombie-Britannique.
Quel est le problème ici? Peut-on dire que la surveillance exercée par la Commission civile d'examen que vous dirigez, la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes, est un modèle efficace? Certains disent que l'institution de la GRC est déconnectée. La surveillance exercée par votre organisation est-elle déconnectée au point qu'elle ne puisse pas être corrigée par vos propositions ou convient-il de voir plus loin? Je m'inquiète de toutes ces plaintes, de ces nombreuses recommandations sans suivi, et de ce qui semble bien être une récurrence des mêmes problèmes.
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:45
I would point out to you that the commission's authorities are the same authorities as you would have with a commission of inquiry. What that means is that we have the authority to make findings and recommendations. Those findings and recommendations are then sent to the commissioner. She is required to respond to our reports and, in her responses, she is required to indicate whether she accepts our recommendations or not, and if she does not accept our recommendations, she has to indicate why she does not accept those recommendations.
The second portion of that, as you point out—and it is one of my recommendations going forward—is that the commissioner should be required to provide a letter to the commission on a yearly basis that indicates the status of the implementation of the recommendations that she has accepted. Putting statutory timelines into the act means that she must respond to public complaints in a timely fashion and, as well, putting into the act a requirement for an annual report on the status of the implementation of those recommendations will certainly strengthen our oversight role, and it will strengthen the accountability of the RCMP.
Je vous rappelle que les pouvoirs de la Commission sont les mêmes que ceux d'une commission d'enquête. Cela signifie que nous avons le pouvoir de formuler des conclusions et des recommandations. Ces conclusions et recommandations sont ensuite transmises à la commissaire, qui est tenue de répondre à nos rapports et d'indiquer si elle accepte ou non nos recommandations. Et, si elle ne les accepte pas, elle doit expliquer pourquoi.
Deuxièmement, comme vous l'avez souligné — et c'est l'une de mes recommandations pour l'avenir —, la commissaire devrait être tenue de fournir à la Commission, tous les ans, une lettre indiquant l'état d'avancement de l'application des recommandations qu'elle a acceptées. Si la loi prévoit des délais obligatoires, la commissaire devra répondre aux plaintes du public en temps voulu, et, si l'on impose la production d'un rapport annuel sur l'état d'avancement de l'application de ces recommandations, on renforcera certainement notre rôle de surveillance et la responsabilisation de la GRC.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
You've also suggested in your statement of July 21 that over the past four years you've issued 14 reports concerning individual cases where RCMP actions in wellness checks or for a person in crisis were unreasonable. You referenced other reports going back to 2009, 2014 and 2016, saying the same kind of thing that you did in terms of the RCMP approach. You issued that statement on the 21st. Obviously, you're not satisfied that there has been no response, so your recommendations going back several years, four years, and these other recommendations going back to 2009 don't seem to be having the effect they should.
What do you think can be done about that?
Dans votre déclaration du 21 juillet, vous avez également dit que, depuis quatre ans, vous avez publié 14 rapports sur des cas particuliers où les mesures prises par la GRC dans le cadre de vérifications de l'état de santé ou concernant une personne en crise avaient été déraisonnables. Vous avez parlé d'autres rapports remontant à 2009, 2014 et 2016, et vous avez dit la même chose sur le mode d'action de la GRC. Vous avez fait cette déclaration le 21. Vous êtes évidemment déçue de ne pas avoir obtenu de réponse. Vos recommandations d'il y a des années, d'il y a quatre ans et les autres recommandations remontant à 2009 ne semblent donc pas avoir eu l'effet escompté.
Que peut-on faire d'après vous?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:48
By having the commissioner report on the status of the implementation of those recommendations, that's going to increase the accountability. Right now, what's happening is that many of those reports are awaiting a response.
The reason we, or I, chose at the commission to release a public statement is that we were dissatisfied, effectively, with the fact that recommendations have been made over and over again with respect to wellness checks, and the RCMP does not appear to be listening. We issued that statement because I felt that it was in the public interest for that information to be made available.
We increase accountability by imposing timelines for responses to these reports and by requiring the commissioner to indicate the status of the implementation of our recommendations.
On améliorera la reddition des comptes en imposant à la commissaire de produire un rapport sur l'état d'avancement de l'application de ces recommandations. À l'heure actuelle, beaucoup de nos rapports sont encore sans réponse.
La raison pour laquelle la Commission ou moi-même avons décidé de faire une déclaration publique est que nous étions effectivement insatisfaits du fait que des recommandations ont été faites et réitérées au sujet des vérifications de l'état de santé et que la GRC ne semble pas écouter. Nous avons publié cette déclaration parce que j'estimais qu'il était dans l'intérêt public que cette information soit diffusée.
Nous améliorerons la reddition des comptes en imposant des délais de réponse à ces rapports et en exigeant que la commissaire précise l'état d'avancement de l'application de nos recommandations.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
Madam, who initiated the MOU, the MOU that resulted last December? Was that the commission or was that the RCMP?
Madame, qui est à l'origine du protocole d'entente conclu en décembre dernier? Était-ce la Commission ou la GRC?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:49
I would say it was something we came to jointly. Both organizations realized there would be value in our having an MOU.
The commission has existed for almost 35 years. We've never had an MOU with the RCMP, although it has been in the legislation. We felt that it was time to move forward with respect to putting an MOU in place. It was the first step in starting to impose timelines so that we could get more timely responses to Canadians with respect to their complaints.
En fait, nous l'avons fait ensemble. Les deux organisations se sont rendu compte qu'il serait utile d'avoir un protocole d'entente.
La Commission existe depuis près de 35 ans. Nous n'avons jamais eu de protocole d'entente avec la GRC, même si c'est prévu dans la loi. Il nous a semblé qu'il était temps de le faire. Cette étape permet de commencer à imposer des délais pour obtenir des réponses plus rapides aux plaintes des Canadiens.
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
It has been suggested that having an indigenous person as a fellow commissioner along with you would be of value and that you should be using indigenous people as part of your investigative team.
Is that the case now with respect to investigations? Would you think there would be value in having that, and perhaps having a little more authority beyond recommendations?
Certains pensent qu'un collègue commissaire autochtone auprès de vous serait utile et que vous devriez faire appel à des Autochtones dans votre équipe d'enquête.
Est-ce le cas actuellement dans les enquêtes? Pensez-vous que ce serait utile, et peut-être d'avoir un peu plus de pouvoir au-delà des recommandations?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:50
I believe there would be value in having a member of the commission who is indigenous—and just to clarify, we're called members, not commissioners.
I also believe, yes, we would be strengthened by having indigenous investigators. That said, my investigative team at the commission is quite diverse, but we do need to move forward with having a greater indigenous footprint here at the commission.
Je crois qu'il serait utile d'avoir un membre de la Commission qui soit autochtone — et je précise qu'on nous appelle des membres, pas des commissaires.
Je crois également que, oui, nous serions plus forts si nous avions des enquêteurs autochtones. Cela dit, mon équipe d'enquête est très diversifiée, mais nous devons faire mieux pour avoir une plus grande présence autochtone à la Commission.
View Kamal Khera Profile
Lib. (ON)
Thank you, Chair.
Thanks again to everyone for being here. I'll start with Ms. Lahaie.
Ms. Lahaie, can you please clarify for me the number of complaints you get and how many you get based on race and discrimination?
Merci, monsieur le président.
Merci encore à tous d'être ici. Je vais commencer par Mme Lahaie.
Madame Lahaie, pourriez-vous m'indiquer le nombre de plaintes que vous recevez et le nombre de plaintes fondées sur la race et la discrimination?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:54
The number of complaints that we receive on a yearly basis is between 3,000 and 3,500. The categories of allegations we have do not include discrimination or racism, but I can tell you that over the course of the last five years we've received 76 complaints that deal with racism, bias or discrimination.
Nous recevons entre 3 000 et 3 500 plaintes par an. Nos catégories d'allégations ne comprennent pas la discrimination ou le racisme, mais je peux vous dire que, depuis cinq ans, nous avons reçu 76 plaintes ayant trait au racisme, aux préjugés ou à la discrimination.
View Kamal Khera Profile
Lib. (ON)
That number is quite low, if you compare it with the realities, and especially the realities of the racialized communities and perhaps the testimonies that we've been hearing.
How are you tracking that they're based on racism or discrimination?
Ce chiffre est très faible si on le compare à la réalité, surtout à celle des communautés racialisées, et même aux témoignages que nous avons entendus.
Comment les retracez-vous comme plaintes fondées sur le racisme ou la discrimination?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:54
We're tracking it because the individuals indicate that they believe they've been discriminated against based upon race or culture or religion. The individuals actually come out, and oftentimes with complaints with respect to officer conduct or perhaps a negative attitude. The individuals will frame it by stating that they believe they've been discriminated against based upon race.
Les plaignants indiquent qu'ils estiment avoir été victimes de discrimination fondée sur la race, la culture ou la religion. En fait, les gens se plaignent souvent de la conduite des agents ou d'une attitude négative. Ils l'expriment en disant qu'ils estiment avoir été victimes de discrimination fondée sur la race.
View Kamal Khera Profile
Lib. (ON)
Can you clarify? Given that there's a clear differential of results from racialized people, I hope you're not concluding that there's a low number of complaints based on racism, or that there is little or no systemic racism within the RCMP.
Pouvez-vous préciser? Étant donné qu'il y a une nette différence par rapport aux témoignages des personnes racialisées, j'espère que vous ne concluez pas qu'il y a peu de plaintes fondées sur le racisme ou qu'il y a peu ou pas de racisme systémique au sein de la GRC.
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:55
No, I'm not at all making that conclusion. As I indicated in my remarks, one thing the commission has noted is that indigenous people do not make use of the public complaints system. That is an issue for us that we need to work on. The best way to work on it is through better public education and better outreach, and the only way we get to that place is through increased resources and a statutory requirement to perform those activities.
Non, je ne tire pas du tout cette conclusion. Comme je l'ai dit dans mon exposé, la Commission a remarqué que les Autochtones n'ont pas recours au système des plaintes du public. C'est un problème auquel nous devons nous atteler. Le meilleur moyen est de mieux sensibiliser la population et de mieux l'informer, et, pour cela, il faut augmenter les ressources et imposer légalement l'obligation d'exécuter ces mesures.
View Kamal Khera Profile
Lib. (ON)
Thank you.
Ms. Lahaie, would you say that the CRCC is representative of the communities it serves? Could you provide us with an overview of how many women, black, indigenous and racialized Canadians there are at the commission?
Merci.
Madame Lahaie, diriez-vous que la CCETP est représentative des collectivités qu'elle sert? Pourriez-vous nous donner une idée du nombre de femmes, de Noirs, d'Autochtones et de Canadiens racialisés qui siègent à la Commission?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:56
I'll be able to provide you with those statistics afterwards. I don't have them at my fingertips right now.
I can tell you that the commission is very diverse. In terms of gender balance, we're approximately 55% women, as a matter of fact, here at the commission, and we have a very diverse population.
I can provide you with those specific statistics afterwards. I'll send them to you.
Je pourrai vous fournir ces statistiques par la suite. Je ne les ai pas sous la main en ce moment.
Je peux vous dire que la Commission est très diversifiée. Pour ce qui est de l'équilibre entre les sexes, environ 55 % des membres de la Commission sont des femmes, et notre effectif est très diversifié.
Je pourrai vous fournir ces statistiques plus tard. Je vous les ferai envoyer.
View Tim Uppal Profile
CPC (AB)
Thank you.
Chairperson Lahaie, you mentioned that the commission is very diverse. Do these members also have broad experience in policing?
Merci.
Madame Lahaie, vous avez dit que la Commission est très diversifiée. Ses membres ont-ils aussi une vaste expérience du maintien de l'ordre?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 11:58
On the commission right now in terms of policing, we do have some staff members who are former police officers. I must point out our role, though. We are civilian oversight. We take that very seriously. The most important thing from a staff perspective is that the staff of the commission need to have a diverse and broad range of experiences coming from very different areas. For example, if I look at my investigative team, some of my investigators are former police officers, but some come from more of a social background. That really provides us with a diverse experience here and it provides us a very diverse lens on the investigations that we do.
Certains membres du personnel de la Commission sont d'anciens policiers. Je dois toutefois vous expliquer notre rôle. Nous sommes un organisme de surveillance civil. Nous prenons notre mandat très au sérieux. La Commission recherche surtout un personnel qui possède une expérience variée. Par exemple, si je prends mon équipe d'enquêteurs, certains sont d'anciens policiers, mais d'autres sont d'anciens travailleurs sociaux. Ainsi, grâce à la grande diversité de nos expériences aux uns et aux autres, nous adoptons des points de vue très diversifiés dans les enquêtes que nous effectuons.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Thank you, Chair.
Thank you to all the witnesses for being with us today.
I want to start by getting something on the record. The fact is that the overrepresentation of black Canadians and indigenous peoples in the criminal justice system in Canada is just as bad as in the United States. In terms of people shot by the police, 30 people in Canada were killed between January and June. Three indigenous people were killed in three days in Winnipeg. To say that Canada isn't as bad as the dumpster fire in the United States is to do a disservice to those who have been killed and their families. I just wanted to get that on the record.
Ms. Lahaie, I looked at the flow chart on your website about how to file a complaint. I've had conversations about the process with Dr. Allen Benson, whom you probably know. He has indicated that the process is so difficult that many people have to hire a lawyer in order to file a complaint with the RCMP. As a result, many indigenous people who have experienced racism and discrimination actually never file a complaint.
I applaud the work you've done in translating into other languages, but I'm wondering if you've considered simplifying the application process so that it's easier for individuals to file those complaints.
Merci, monsieur le président.
Je remercie tous les témoins d'être parmi nous aujourd'hui.
Je commencerai par dire quelque chose aux fins du compte rendu. En réalité, la surreprésentation des Canadiens noirs et des Autochtones dans le système de justice pénale au Canada est tout aussi grave que ce qu'on observe aux États-Unis. Prenons les personnes abattues par la police, il y en a eu 30 au Canada entre janvier et juin. Trois Autochtones ont été tués en trois jours à Winnipeg. Prétendre que le Canada fait mieux que la catastrophe américaine est rendre un mauvais service aux familles des personnes tuées. Je voulais simplement que cela figure au compte rendu.
Madame Lahaie, j'ai regardé le diagramme de traitement des plaintes sur votre site Web. J'ai discuté du processus avec M. Allen Benson, que vous connaissez probablement. Il m'a dit que la démarche est si difficile qu'il arrive souvent que les gens doivent retenir les services d'un avocat pour déposer une plainte contre la GRC. C'est pour cela que de nombreux Autochtones victimes de racisme et de discrimination n'en déposent jamais.
Je vous félicite du travail que vous avez fait pour traduire les textes dans d'autres langues, mais je me demande si vous avez envisagé de simplifier le processus afin qu'il soit plus facile pour les gens de déposer une plainte.
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 12:01
Yes, as you point out, we have done translation into many different languages. The best way that we can make the system more accessible is through increased public education and outreach. You are correct that when you look at that flow chart on our website, it can be highly confusing, but we've simplified the complaint form a great deal over the course of the past few years.
As well, we have intake officers. If individuals choose to make a complaint with respect to the RCMP, we have a phone number and we have an email address. They can reach out. We have very well-trained staff who can talk people through the process and explain to them exactly how it will work.
Oui, comme vous l'avez souligné, nous avons traduit les documents dans de nombreuses langues. La meilleure façon d'améliorer l'accessibilité du système est d'informer et de sensibiliser davantage le public. Vous avez raison de dire que le diagramme de notre site Web peut être très compliqué, mais nous avons grandement simplifié le formulaire de plainte au cours des dernières années.
Nous comptons aussi sur des agents de réception des plaintes. Si une personne décide de déposer une plainte contre la GRC, elle trouvera un numéro de téléphone et une adresse électronique. Elle peut donc communiquer avec nous. Nous avons du personnel très bien formé qui peut parler aux plaignants tout au long du processus et leur expliquer exactement comment cela va fonctionner.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Would you consider putting together a group of, for instance, indigenous peoples, black Canadians and other racialized Canadians to be part of a review of that process? If Dr. Benson, who's on the ground, is hearing that it's difficult to apply, then I'm wondering...because so often we exclude people as government. I don't think education solves the problem. If you don't trust the RCMP and you don't trust the institution, you probably won't come forward.
I put that out there for your consideration.
Envisageriez-vous d'organiser des groupes d'Autochtones, de Canadiens noirs ou d'autres Canadiens racialisés, par exemple, pour les faire participer à l'examen de ce processus? Si M. Benson, qui est sur le terrain, entend dire qu'il est difficile de déposer une plainte, alors je me demande... parce que le gouvernement exclut souvent des gens. Je ne pense pas que l'information règle le problème. Celui ou celle qui ne fait pas confiance à la GRC et à l'institution, ne se manifestera probablement pas.
Je soumets la question à votre attention.
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 12:02
I think your idea is definitely worthy of consideration. There's no doubt that we need to do greater consultation.
The other thing I need to highlight as well is that our process is a remedial process. Really, the focus is on identifying issues with policies, procedures and training. If any officers are found to have had conduct issues, we make recommendations for operational guidance. The process is remedial in fashion.
But yes, I like your idea. It is certainly something that I will take into consideration.
Je pense que votre idée mérite certainement d'être étudiée. Il ne fait aucun doute que nous devons mener de plus vastes consultations.
Je dois par ailleurs souligner que nous administrons un processus réparateur qui consiste à déterminer les problèmes découlant des politiques, des procédures et de la formation. S'il s'avère que des policiers ont eu des problèmes de conduite, nous formulons des recommandations à des fins d'orientation opérationnelle. Il s'agit donc d'un processus rectificatif.
Mais oui, j'aime votre idée. Je vais certainement en tenir compte.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
My questions are for Ms. Lahaie and are along the same lines as Ms. Damoff's.
You said that there are now 16 languages available on the website. More recently, Inuktitut was added. So of those 16 languages, three are indigenous, whereas there are dozens of indigenous languages. The information pamphlet and the online complaint form are only available in French and English.
You mentioned 76 complaints related to discrimination and racism in the last five years. In your opinion, is it possible that not having access to the complaint process or to a form in one's mother tongue can be a major obstacle to filing a complaint? Personally, I believe it can deter a victim of discrimination from filing a complaint. There is still a phone number and an email for people who want information, but are there trained people and translators who can help people file a complaint?
Je vous remercie, monsieur le président.
Mes questions s'adressent à Mme Lahaie et vont dans le même sens que celles de Mme Damoff.
Vous avez dit qu'il y avait maintenant 16 langues disponibles sur le site Internet. Plus récemment, on a ajouté l'inuktitut. De ces 16 langues, il y a donc trois langues autochtones, alors qu'il existe des dizaines de langues autochtones. Quant au dépliant d'information et au formulaire de plainte en ligne, ils sont seulement en français et en anglais.
Vous avez dit qu'il y avait eu 76 plaintes en rapport avec la discrimination et le racisme au cours des cinq dernières années. Selon vous, le fait de ne pas avoir accès au processus de plainte ou à un formulaire dans sa langue maternelle peut-il être un frein important au dépôt d'une plainte? Pour ma part, je crois que cela peut dissuader une victime de discrimination de porter plainte. Il y a quand même un numéro de téléphone et un courriel pour les gens qui veulent obtenir de l'information, mais y a-t-il des gens formés et des traducteurs qui peuvent aider les gens à déposer une plainte?
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 12:04
The commission does have agreements in place with the translation bureau, where if an individual wishes to make a complaint and we do not have access to the individual's mother tongue, we do three-way calls with the translation bureau, between our intake officer and the individual who is making the complaint. We have done that in the past, and we will continue to do that.
As well, the commission is always open to producing other complaint forms in other languages. We've done it in the past, and we can do it again in the future. The languages that have been chosen—
La Commission a conclu des ententes avec le Bureau de la traduction. Si une personne souhaite déposer une plainte dans une langue que nous ne maîtrisons pas, nous organisons une conférence téléphonique entre elle, le Bureau de la traduction et notre agent de réception des plaintes. C'est ce que nous avons fait dans le passé et que nous continuerons de faire.
De plus, la Commission est toujours disposée à produire d'autres formulaires de plainte dans d'autres langues. Nous l'avons fait dans le passé, et nous pourrons le faire encore à l'avenir. Les langues qui ont été choisies...
View Jack Harris Profile
NDP (NL)
No, I'm just trying to understand the statistics.
Can you tell me why you don't publish your reports and recommendations, except in the case of public interest matters? You could easily allow the public to see what the recommendations were and and what the facts were without disclosing privacy.
J'essaie simplement de comprendre les statistiques.
Pouvez-vous me dire pourquoi vous ne publiez pas vos rapports et vos recommandations, sauf dans le cas de questions d'intérêt public? Vous pourriez facilement permettre au public de voir les recommandations et les faits sans divulguer de renseignements personnels.
Michelaine Lahaie
View Michelaine Lahaie Profile
Michelaine Lahaie
2020-07-24 12:06
Yes, you're correct. The Privacy Act is the main reason why we do not do that, but if you go to our website, you will notice that we have begun to publish summaries of the complaints that we have received. We are going to continue doing that, going forward, to increase the transparency.
Vous avez raison. Nous en sommes principalement empêchés par la Loi sur la protection des renseignements personnels, mais si vous consultez notre site Web, vous constaterez que nous avons commencé à publier des résumés des plaintes reçues. Nous allons continuer de le faire pour améliorer la transparence.
Allen Benson
View Allen Benson Profile
Allen Benson
2020-07-23 15:28
Thank you to the committee for the invite. I'd also like to thank and acknowledge the clerk and his office for all the work going into setting this up. I appreciate it.
I am a member of the Beaver Lake First Nation in Treaty 6 territory, and I want to acknowledge that I'm on that territory. I was reminded yesterday by a priest and an elder that while I'm on Zoom meetings, I should acknowledge that I'm in the Creator's space, so I'll do that.
I'm the president of the National Associations Active in Criminal Justice and, as of Monday, the former chair of the Family Violence Death Review Committee in Alberta. I have experience working in Australia implementing some of the recommendations from the Wood inquiry. The RCMP actually assisted the Government of Australia in that inquiry. I was heavily involved in community engagement while I worked for the Premier of New South Wales. I'm also, at present, the facilitator for dialogue with the Alberta chiefs. Last week we had a meeting with our provincial justice minister and four federal ministers, including Minister Blair and another member of Parliament, Pam.
I'm going to speak from all of that experience on a number of different topics, and I'll try to be as brief as I can. Rather than read my notes, I'm going to highlight some key things.
The first thing I'd like to talk about is the use of force. As I've been involved in many investigations and reviews of complaints against the police that have come through my office, I'd like to speak about the Criminal Code. Section 25 of the code allows law enforcement to use force in the course of their duty, and section 26 makes it a crime for police to use excessive force. However, the definition of what is a reasonable use of force is very vague. Because of that, provincial police forces and municipal police forces have their own legal frameworks, so there's no consistency across the country. That creates a challenge.
We need to review the various definitions of “reasonable use of force” and create a federal standard that's incorporated not just in the Criminal Code but in the national police act. A clear definition is important for understanding what the use of force is. A standard needs to be created with input from civilians, women, first nations, Inuit, Métis and many other minorities across this country. That input is very important.
The video of Chief Allan Adam being taken down is a good example of how the police can review recordings and determine that reasonable force was used. According to their standard, reasonable force was used in his case, while most Albertans and Canadians decried that use of force as excessive. The definition of “reasonable” needs to resonate with police and civilians.
The review of incidents should be done from the perspective of an independent process. Municipal, provincial and federal police services need a more independent body that reviews complaints and that reports to municipal, provincial and federal governments. Historically and currently, the work of the police complaints commission for the RCMP has not made a substantive change in the way indigenous people experience police services nationally. The commission needs to be more inclusive, more accessible and more transparent, with the ability to impose sanctions in some cases.
Reviews also need to be accessible. The current processes are complicated and difficult to navigate for many Canadians. All Canadians need to be able to understand and access the process for complaints. Their complaints need to be taken and addressed in respectful ways.
Reviews should also allow for meaningful and engaged indigenous participation in the entire independent review process. This means including indigenous leadership on the team or commission, indigenous expertise in decision-making positions and hiring indigenous investigators.
The review body needs to be composed of indigenous, non-indigenous and other minorities that have a broad expertise, along with other Canadians in policing and social justice. For transparency, the independent review process needs to be detailed and be made available to Canadians with few exceptions. These exceptions need more clarity.
There need to be clear consequences. The consequences of excessive use of force, racism and abuse of power need to be meaningful and transparent to the public. Investigative bodies must be able to recommend sanctions in some cases and have the authority to impose these sanctions.
From a first nations police point of view—and I'm going to speak about my interaction with the chiefs and federal and provincial ministers and recent follow-up with the chiefs—there needs to be a more equitable and consistent funding for self-administered first nation police services. These services must be recognized as essential services, as are other police forces, in federal and provincial legislation.
Inherent to this funding is the negotiation of an agreement with first nations that recognizes the right of first nations to police their communities or to negotiate the delivery of police services by the RCMP or in some cases by provincial authorities.
Further, the chiefs in Alberta region have requested direct negotiations and involvement in the development of any policies, legislation around first nation policing or criminal justice reform.
I'd like to just make a reference to the Siksika Nation. On that nation there are approximately 8,000 people. The hamlet next to Siksika has a population of just over 200 people. The police detachment is located in that hamlet of 200 people. They have 20 officers.
Those 20 officers provide police services—very little by way of police services, but police services, nonetheless—to Siksika First Nation. The question of everybody in that whole region is, why isn't that detachment on the reserve and serving the biggest population of the whole region? That's just one example of many challenges around policing from outside the community.
Je remercie le comité de l'invitation à témoigner. J'aimerais aussi remercier le greffier et son équipe de tout le travail de préparation. Je leur en suis reconnaissant.
Je suis membre de la Première Nation de Beaver Lake sur le territoire du Traité no 6, et je tiens à souligner que je m'y trouve en ce moment. Hier, un prêtre et un aîné m'ont rappelé que, lorsque je participe à des réunions sur Zoom, je devrais reconnaître que nous nous trouvons dans l'espace du Créateur, ce que je viens de faire.
Je suis le président des Associations nationales intéressées à la justice criminelle et, depuis lundi, l'ancien président du Family Violence Death Review Committee, en Alberta. J'ai travaillé en Australie à la mise en œuvre d'une partie des recommandations de l'enquête Wood. En fait, la GRC a soutenu le gouvernement de l'Australie dans le cadre de cette enquête. J'ai participé activement à la mobilisation communautaire lorsque j'ai travaillé pour le premier ministre de la Nouvelle-Galles du Sud. En ce moment, j'ai aussi le rôle de facilitateur du dialogue avec les chefs de l'Alberta. La semaine dernière, nous avons tenu une rencontre avec notre ministre provincial de la Justice et quatre ministres fédéraux, y compris le ministre Blair et une de ses collègues, Mme Damoff.
J'aborderai un certain nombre de sujets en m'appuyant sur l'ensemble de mon expérience. Je tenterai d'être le plus bref possible. Au lieu de lire mes notes, je vais souligner quelques points essentiels.
Je vais d'abord parler de l'usage de la force. Comme un grand nombre d'enquêtes et de plaintes contre la police sont passées par mon bureau, j'aimerais parler du Code criminel. L'article 25 permet aux forces de l'ordre d'employer la force dans le cadre de leurs fonctions, et l'article 26 criminalise le fait pour les policiers d'utiliser une force excessive. Cependant, la définition de ce qu'est le recours à une force raisonnable est très vague. Pour cette raison, les forces policières provinciales et municipales ont leur propre cadre juridique. Il n'y a donc pas d'uniformité à l'échelle du pays, ce qui crée un défi.
Il faut passer en revue les diverses définitions du « recours à une force raisonnable » et créer une norme fédérale qui sera incorporée non seulement au Code criminel, mais également à la loi sur la police nationale. Il est important d'avoir une définition claire pour bien comprendre en quoi consiste l'usage de la force. Une telle norme doit être créée avec l'apport des civils, des femmes, des Premières Nations, des Inuits, des Métis et des nombreuses autres minorités du pays. Ces consultations sont très importantes.
La police peut examiner les enregistrements et déterminer qu'une force raisonnable a été utilisée. L'arrestation musclée du chef Allan Adam en est un bon exemple. Selon les policiers, une force raisonnable a été utilisée dans ce cas alors que la plupart des Albertains et des Canadiens ont déploré le recours à une force qu'ils qualifient d'excessive. Les policiers et les civils doivent s'entendre sur la définition de « raisonnable ».
L'examen des incidents devrait suivre un processus indépendant. Les services de police fédéraux, provinciaux et municipaux ont besoin d'un organisme plus indépendant qui examine les plaintes et qui rend des comptes au gouvernement fédéral, aux gouvernements provinciaux et aux administrations municipales. Historiquement, et encore aujourd'hui, le travail de la commission de traitement des plaintes relatives à la GRC n'a pas changé de façon marquée l'expérience des Autochtones par rapport aux services de police au pays. La commission doit être plus inclusive, plus accessible et plus transparente. Elle doit avoir la capacité d'imposer des sanctions dans certains cas.
Les examens doivent également être accessibles. Les processus actuels sont compliqués, et il est difficile de s'y retrouver pour de nombreux Canadiens. Tous les Canadiens doivent pouvoir comprendre le processus de traitement des plaintes et y avoir accès. Leurs plaintes doivent être reçues et traitées avec respect.
Par ailleurs, les examens devraient permettre la participation pleine et active des Autochtones tout au long du processus indépendant. Ainsi, il faudrait inclure des dirigeants autochtones dans l'équipe ou la commission, nommer des experts autochtones à des postes décisionnels et embaucher des enquêteurs autochtones.
L'organisme d'examen doit compter des Autochtones, des non-Autochtones et d'autres minorités, en plus d'autres Canadiens, qui ont une vaste expertise en matière de forces policières et de justice sociale. Par souci de transparence, le processus d'examen indépendant doit être détaillé et accessible aux Canadiens, à quelques exceptions près. Ces exceptions doivent être mieux définies.
Il doit y avoir des conséquences claires. Les conséquences de l'utilisation d'une force excessive, des cas de racisme et des abus de pouvoir doivent être importantes et transparentes pour le public. Les organismes d'enquête doivent être en mesure de recommander des sanctions dans certains cas et avoir le pouvoir d'en imposer.
En ce qui concerne les services de police des Premières Nations, je vais parler de mon interaction avec les chefs et les ministres provinciaux et fédéraux ainsi que du suivi récent auprès des chefs. Les services de police autogérés des Premières Nations doivent recevoir un financement plus équitable et plus régulier. Ces services doivent être reconnus comme essentiels, tout comme les autres forces policières, dans les lois fédérales et provinciales.
Pour établir ce financement, il faut négocier une entente avec les Premières Nations qui reconnaît leur droit de veiller au maintien de l'ordre dans leur collectivité ou encore négocier la prestation des services de police par la GRC ou des autorités provinciales.
De plus, les chefs de la région de l'Alberta ont demandé de participer directement, au moyen de négociations, à l'élaboration de toutes les politiques et les lois qui touchent les services de police des Premières Nations ou la réforme de la justice pénale.
Je voudrais dire un mot sur la nation de Siksika, qui compte environ 8 000 personnes. Le hameau à côté de Siksika a une population d'un peu plus de 200 personnes. Le détachement de police est situé dans ce hameau de 200 personnes. Il compte 20 agents.
Ces 20 agents fournissent des services de police — des services très limités, mais tout de même présents — à la Première Nation de Siksika. Tout le monde se pose la même question: pourquoi le détachement n'est-il pas situé dans la réserve pour servir la population la plus importante de la région? Ce n'est là qu'un exemple des nombreux défis par rapport aux services de police situés à l'extérieur des collectivités.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Thank you. I want to thank the witnesses as well.
Mr. Cowan, I want to talk to you about the issue of accountability and civilian oversight. I know you had mentioned the challenges you've had and the fact that you've made some complaints through the system.
What has your experience been in representing clients, the outcomes, the timelines, the transparency and the actual accountability measures that have come out of these complaints?
Je vous remercie. Je tiens également à remercier les témoins.
Monsieur Cowan, j'aimerais vous parler de la question de la reddition de comptes et de la surveillance civile. Je sais que vous avez parlé des difficultés que vous avez eues et des plaintes que vous avez déposées par l'intermédiaire du système.
Dans ce contexte, que retenez-vous de votre expérience en ce qui a trait à la représentation des clients, aux résultats, aux délais et à la transparence du processus, ainsi qu'en ce qui concerne les mesures concrètes de reddition de comptes qui ont découlé de ces plaintes?
Benson Cowan
View Benson Cowan Profile
Benson Cowan
2020-07-23 13:22
With respect to the CRCC in particular, or just generally with respect to the RCMP?
Vous voulez dire à propos de la Commission civile d’examen et de plaintes en particulier, ou simplement en général en ce qui concerne la GRC?
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
If you can speak to both, I think it will be helpful.
Si vous pouviez parler des deux, je pense que cela serait utile.
Benson Cowan
View Benson Cowan Profile
Benson Cowan
2020-07-23 13:22
Our experience with the CRCC is that.... I've no doubt that it is a well-meaning organization, but it has a limited mandate and it has a critical funding problem. I'd also say that, as far as I am aware, there are no indigenous or northern commissioners on the commission. I would suggest that is an immediate and quick fix that could be made.
Ultimately, it's an organization with a very limited mandate. I feel somewhat uncomfortable picking on it because it can only do what it can do.
Notre expérience avec la Commission civile d’examen et de plaintes est que... Je ne doute pas que ce soit une organisation bien intentionnée, mais son mandat est limité et elle a un grave problème de financement. Je dirais également que, pour autant que je sache, la Commission ne compte aucun commissaire autochtone ou originaire du Nord. Je pense que cette lacune pourrait être comblée immédiatement et rapidement.
En fin de compte, la Commission est un organisme qui a un mandat très limité. Je me sens un peu mal à l'aise de m'en prendre à elle parce qu'elle ne peut faire que ce qu'elle est habilitée à faire.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Thank you, Chair.
Thank you both for being here today.
I think we all need to recognize that while many of these events have come to light in the last few weeks, this issue has been ongoing certainly with indigenous people for hundreds of years, sadly. The systemic racism in policing against indigenous peoples and black Canadians and other racialized people in Canada is just unacceptable. I'm glad we're having these conversations right now.
To start, Minister, I have some questions around the Civilian Review and Complaints Commission. I'm going to give you a list of some things that I think could be looked at, and I'm wondering if you could maybe let me know if they're on your radar and would consider doing them. These things include bringing in legislation that would have timelines on the reports being released; an appeals process; the report going to an advisory committee or another body rather than the RCMP reporting to itself; meaningful engagement of indigenous and marginalized peoples in the review process; and simplifying the complaints process, because many people feel that they need to hire a lawyer in order to file a complaint, and a number of people do not have the socio-economic ability to hire a lawyer.
Minister, I'm wondering if you could let us know whether that would be on your radar right now.
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie tous deux d'être ici aujourd'hui.
Je pense que nous devons tous reconnaître que si bon nombre d'événements du genre ont été mis au jour au cours des dernières semaines, ce problème perdure parmi les peuples autochtones depuis des centaines d'années, malheureusement. Le racisme systémique des forces policières contre les Autochtones et les Canadiens noirs ou les autres personnes racialisées au Canada est carrément inacceptable. Je suis heureux que nous ayons ce genre de conversation aujourd'hui.
Pour commencer, monsieur le ministre, j'ai des questions à vous poser sur la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes. Je vais vous énumérer une liste de choses qui pourraient être examinées, selon moi, et j'aimerais que vous me disiez si elles sont dans votre oeil de mire. Il y aurait l'adoption d'une loi prescrivant les délais de publication des rapports; un processus d'appel; la présentation du rapport à un comité consultatif ou à un organisme externe de la GRC; une véritable participation des personnes autochtones et marginalisées au processus d'examen et la simplification du processus de plaintes, parce que beaucoup de personnes ont l'impression de devoir embaucher un avocat pour pouvoir porter plainte, alors que beaucoup n'en ont pas les moyens socioéconomiques.
Monsieur le ministre, j'aimerais savoir si vous pouvez nous dire si vous avez ces objectifs dans l'oeil de mire.
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
Let me begin by saying that I think our complaints system has to be accessible to all Canadians. It needs to be transparent. It needs to be fair and objective. It also needs to be quick. What we have seen and what I've heard very clearly is that Canadians across the country have raised a number of concerns regarding the timeliness of those complaint reviews.
I've had a little bit of experience in my own jurisdiction, under a different legislative framework, with a complaints process. As a police chief, I can tell you that a well-functioning and accessible complaints review system that the public can trust with regard to its objectivity, its fairness, and its accessibility, and through which individuals who engage in misconduct will be held to account, is of tremendously important assistance to a police chief to maintain public trust in those complaints systems. I also recall that when they were first being introduced across the country, there was some resistance to them amongst police leaders. What we found very quickly was that when those investigations were being conducted independent of police leadership and the public trusted the outcome, they produced much better results.
I'll also tell you that in my experience the overwhelming majority of complaints can be resolved quite informally and quite quickly, but they need to be recorded to ensure the integrity of a complaints review system.
I am in complete agreement with the importance of published and enforceable timelines so that Canadians can have a reasonable expectation of when a matter will be resolved, and I think they should be as open and transparent as possible. The commissioner and I have had a number of conversations about how that can be achieved.
I would also point out that we introduced legislation in the last Parliament, which, unfortunately, passed in the House but didn't get through the Senate. We've reintroduced it in the form of Bill C-3. That's for a complaints review system that builds upon the existing CRCC body and includes the responsibility for providing a complaints mechanism for our border services officers. I'm looking very carefully at that legislation to ensure it does have those appropriate and defined timelines. I think there are a number of things this committee could do.
Let me assure you that I'm very open to your observations and recommendations coming forward from the work of this committee on how we can make the complaints review system work better, not just for all Canadians but for police officers who are the subject of these complaints. Timely resolutions of those complaints are actually in their interests as well so that they can get on with rebuilding their relationship with the people they're supposed to be serving.
Permettez-moi de dire avant tout que je crois que notre système de plaintes doit être accessible à tous les Canadiens. Il doit être transparent. Il doit être juste et objectif. Il doit aussi être rapide. Nous avons vu — et je l'entends très clairement —, que les Canadiens de partout au pays sont frustrés du temps de traitement des plaintes.
J'en ai moi-même un peu vécu l'expérience dans ma région, dans un cadre législatif un peu différent. En tant qu'ancien chef de police, je peux vous dire qu'il est extrêmement précieux pour un chef de police de pouvoir compter sur un système de traitement des plaintes accessible, fonctionnel, dont l'objectivité, la justesse et l'accessibilité inspirent la confiance du public et grâce auquel les personnes qui adoptent des comportements répréhensibles peuvent être tenues responsables. C'est essentiel pour maintenir la confiance du public envers le système de plaintes. Je me rappelle aussi que quand les premiers systèmes du genre sont apparus au pays, les chefs de police affichaient une certaine résistance. Or, nous nous sommes très vite rendu compte que quand les enquêtes sont confiées à des corps de police indépendants et que les résultats de l'enquête inspirent la confiance du public, ils produisent de bien meilleurs résultats.
Je peux aussi vous dire que selon mon expérience, la très vaste majorité des plaintes peut être résolue très vite, de façon assez informelle, mais qu'il est nécessaire de bien consigner toute l'information au dossier pour assurer l'intégrité du système de traitement des plaintes.
Je conviens tout à fait de l'importance de limites de temps publiées, ayant force de loi, pour que les Canadiens aient une idée juste du moment où l'affaire sera résolue, et je pense que le processus doit être le plus ouvert et transparent possible. La commissaire et moi en avons discuté à maintes reprises.
Je dois aussi souligner que nous avions soumis un projet de loi en ce sens à la dernière législature, qu'il a été adopté par la Chambre, mais que malheureusement, il n'a pas pu franchir l'étape du Sénat. Nous l'avons redéposé sous la forme du projet de loi C-3. Il prévoit justement un système de traitement des plaintes, sur le modèle de la CCETP, qui crée la responsabilité de fournir un mécanisme de plaintes à nos agents des services frontaliers également. Je suis en train de l'examiner attentivement, afin de m'assurer qu'il prescrit des échéances raisonnables et bien définies. Je pense qu'il y a diverses choses que ce comité pourrait faire.
Je vous assure que je suis très ouvert à vos observations et à vos recommandations et que j'ai hâte de voir ce qui ressortira des travaux du Comité afin de déterminer comment nous pouvons améliorer le système d'examen et de traitement des plaintes, non seulement pour l'ensemble des Canadiens, mais aussi pour les policiers visés. Il est également dans leur intérêt que ces plaintes se règlent rapidement, pour qu'ils puissent rétablir leurs relations avec les personnes qu'il sont censés servir.
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
Thank you, Minister.
Commissioner, I have a specific question for you. In February I held a screening of the movie We Will Stand Up, which was about what happened to Colten Boushie. His sister, his mom, and the director Tasha Hubbard were there. Obviously, there were a number of questions raised on racism in the legal system and within the RCMP.
There was a complaint filed. I know the review has been completed. You've had it since January 2020. On behalf of the family, I am just wondering when they can expect to see the results of that review.
Merci, monsieur le ministre.
Madame la commissaire, j'aurais une question à vous poser sur un cas en particulier. En février dernier, j'ai organisé une projection du film We Will Stand Up, qui raconte ce qui est arrivé à Colten Boushie. Sa soeur, sa mère et la directrice Tasha Hubbard étaient là. De toute évidence, il y a beaucoup de questions qui se posent sur le racisme dans le système judiciaire et au sein de la GRC dans cette histoire.
Une plainte a été déposée. Je sais qu'elle a été traitée. Vous avez le rapport depuis janvier 2020. Au nom de la famille, j'aimerais savoir quand elle peut s'attendre à connaître les résultats de l'enquête.
Brenda Lucki
View Brenda Lucki Profile
Brenda Lucki
2020-06-23 17:24
I can't emphasize enough the importance of such a review. It's actually we who asked the CRCC to do the review, and not the reverse. It was only because we wanted to be as transparent as we could.
The CRCC has done extensive research and a great job on the review. We need to give the same consideration to the review. I'm planning to have that review done by the fall of this year.
Je ne peux vous dire à quel point ce genre d'enquête est important. En fait, c'est nous qui avons demandé à la CCETP de mener enquête, et non l'inverse. C'est parce que nous voulions vraiment être les plus transparents possible.
La CCETP a effectué une enquête en profondeur et un examen rigoureux. Nous devons nous assurer que notre propre examen soit aussi rigoureux. Il devrait être terminé d'ici l'automne prochain.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Thank you, Mr. Chair.
There are a number of reasons why some communities are discriminated against.
On the website of the Civilian Review and Complaints Commission for the RCMP, we can see that the complaint form is available in 16 languages. The language barrier is certainly a form of discrimination. Only 13 of the 16 languages are Indigenous languages. Why is the complaint form not available in all Indigenous languages? How can an Indigenous person who is a victim of abuse or discrimination file a complaint if they cannot even access the form in their own language?
Je vous remercie, monsieur le président.
Un certain nombre d'éléments expliquent la discrimination dont sont victimes certaines communautés.
Sur le site Web de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC, on peut observer que le formulaire des plaintes est disponible en seize langues. La barrière de la langue est certainement un élément de discrimination. Il y a 16 langues, dont seulement 13 langues autochtones. Comment se fait-il que ce formulaire de plainte ne soit pas disponible dans toutes les langues autochtones? De quelle façon une personne autochtone qui serait victime de mauvais traitements ou de discrimination peut-elle porter plainte, si elle ne peut même pas avoir accès au formulaire dans sa propre langue?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
We spoke earlier about the importance of the accessibility of a complaints resolution system. Every Canadian has to have the ability to bring forward a complaint without the help of a lawyer and in a language that makes it accessible to them.
The RCMP, I know, has worked hard, as has the CRCC, to make that as accessible as possible. You mentioned translating it into a number of indigenous languages. There's more work to be done, and that will be part of the work we have in front of us.
Nous avons parlé plus tôt de l'importance de l'accessibilité du système de règlement des plaintes. Chaque Canadien a le droit d'avoir la possibilité de déposer une plainte sans l'aide d'un avocat et dans une langue qu'il comprend.
Je sais que la GRC et la CCETP ont consacré beaucoup d'efforts pour rendre le système aussi accessible que possible. Vous avez mentionné le fait de faire traduire les formulaires dans de nombreuses langues autochtones. Il reste du travail à faire et la traduction en fait partie.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Minister, the Annual Report 2018-2019 of the Civilian Review and Complaints Commission for the RCMP reported a 13% increase over the previous year. The majority of complaints dealt with improper arrest, neglect of duty, improper attitude, mishandling of property, or improper use of force.
You speak of measures that have been in place for a number of years, such as cultural diversity training. That being the case, how do you explain the increase in the number of complaints?
Monsieur le ministre, le rapport annuel de 2018-2019 de la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC faisait état d'une augmentation de 13 % par rapport à l'année précédente. Dans la plupart des plaintes, on parle d'arrestation injustifiée, de négligence du devoir, d'attitude répréhensible, d'usage impropre d'un bien, de recours abusif à la force.
Vous parlez de mesures qui ont été mises en place depuis un certain nombre d'années, comme des formations sur la diversité culturelle. Qu'est-ce qui explique, dans ce cas, l'augmentation du nombre des plaintes?
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
It's always possible to look at the number of complaints and an increase in the number of complaints as indicative of a growing problem. It also, I hope, indicates a growing awareness and trust in the complaints resolution system.
A greater concern to me would be no complaints at all, because we know that interactions between the police and the public do not always go perfectly and that people may be quite unsatisfied with the service or the outcome. So, making sure that a complaint system is available and accessible to Canadians, and that it provides them with a timely resolution of their complaint is the right thing to do for the public and for the police officer.
Of course, I know the commissioner tracks very carefully when there is a pattern of increasing complaints of a certain nature and that it is quickly responded to and evaluated with respect to their training, their policies and their systems of accountability.
On peut toujours, en examinant le nombre de plaintes et la hausse de celles-ci, en conclure qu'il s'agit d'un problème grandissant. J'espère également que c'est le résultat d'une meilleure sensibilisation et d'une confiance accrue à l'égard du système de règlement des plaintes.
Je serais plus inquiet s'il n'y avait aucune plainte, car nous savons que les interactions entre la police et les membres du public ne se déroulent pas toujours harmonieusement et que les gens peuvent être très insatisfaits du service ou du résultat. Il faut donc s'assurer que le système de plaintes existe et est accessible aux Canadiens, et que leurs plaintes sont traitées dans les délais les plus brefs, ce qui est dans l'intérêt du public et de l'agent de police.
Je sais, bien sûr, que la commissaire surveille de très près le système et si les plaintes d'une certaine nature commencent à augmenter, elle réagit rapidement et en tient compte dans la formation, les politiques et les systèmes de reddition de comptes.
Results: 1 - 60 of 66 | Page: 1 of 2

1
2
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data