Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 2241
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2020-07-21 10:17 [p.2653]
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the hon. member for Vimy, who will be giving her maiden speech in this venerable House.
It is an honour for me to be in the House today and to speak on behalf of the residents of Davenport.
It is also an honour to join my colleagues to participate in this important debate on Bill C-20, which includes three key parts. The first part makes a number of adjustments that will expand the eligibility criteria around the Canada emergency wage. Part two covers a number of changes that must occur in order for us to provide a one-time payment to persons with disabilities for reasons related to COVID-19. In part three are a number of appropriate changes to certain acts that will provide some flexibility to certain time limits that were difficult or impossible to meet as a result of the exceptional circumstances produced by COVID-19. I will be talking to part two.
This bill would allow information sharing among several federal departments and agencies and Employment and Social Development Canada, so that a one-time payment can be made to support persons with disabilities during this pandemic. We have to allow for information to be shared among several departments in order to deliver this one-time payment as soon as we possibly can.
This one-time payment of $600 will help approximately 1.7 million Canadians with disabilities who are recipients of the disability tax credit certificate, CPP disability or QPP disability benefits and/or disability supports provided by Veterans Affairs Canada.
Bill C-20 is just one part of a much larger plan that our government has dedicated to supporting Canadians with disabilities. Today I want to talk about the evolution of our plan, the actions we have undertaken and our government's next steps toward creating an inclusive and barrier-free Canada.
In 2015, our government named the first-ever cabinet minister responsible for persons with disabilities and promised Canadians that we would pass legislation aimed at removing barriers to inclusion. This signalled our commitment to doing things differently in order to ensure that all Canadians have an equal chance at success.
One of the key milestones on this journey was the National Disability Summit that we held in May 2019, in the days prior to COVID. The summit provided an opportunity for participants to exchange best practices and to create and build on partnerships. It allowed us to understand the next steps to truly realize an inclusive and accessible Canada.
At the same time as the summit was taking place, the federal government's landmark legislation for the Accessible Canada Act was being finalized, following the most comprehensive consultations with the disability community in our country's history. More than 6,000 Canadians and 100 disability organizations shared their views and ideas about an accessible Canada. As we know, the act received royal assent on June 21, 2019 and came into force in July of that year.
The legislation builds upon existing mechanisms and ensures compliance and accountability. The Accessible Canada Act takes a proactive and systemic approach to identifying, removing and preventing barriers to accessibility in key areas within federal jurisdiction. The goal was to ensure that the act was based on safeguarding human rights and the United Nations Convention on the Rights of Persons with Disabilities. The act also created new entities such as Accessibility Standards Canada, which creates and reviews accessibility standards for federally regulated organizations.
I am proud of this legislation because it sends a clear message to Canadians that persons with disabilities will no longer be treated as an afterthought. From the start, systems will be designed to be inclusive for all Canadians. This is because it is our systems, our policies, our practices and our laws that need to be fixed, not our people.
I also want to point out that in the mandate letter of the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion, a number of important additional measures will continue to ensure that we promote disability inclusion. These include, among other measures, undertaking initiatives to improve the economic inclusion of persons with disabilities, targeting barriers to full participation in the labour force including discrimination and stigma, raising public awareness, and working with employers and businesses in a coordinated way.
As the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion has said, we move from “Nothing about us, without us” to “Nothing without us”, because everything in society touches the lives of Canadians with disabilities.
The Government of Canada is leading the way in ensuring communities and workplaces are accessible and inclusive for persons with disabilities. It is the largest federal employer. It is also the single-largest purchaser of goods and services in the country, and provides vital programs and services to Canadians. As such, we have committed to hiring at least 5,000 persons with disabilities over the next five years in the federal public service. We are also committed to applying an accessibility lens to government procurement and project planning.
Over the last five years, our government has worked tirelessly to improve the lives of Canadians with disabilities. I wish to share some of the highlights over our two mandates, which began in 2015.
Our government applied a disability lens to our flagship policies and programs such as the Canada child benefit, the national housing strategy and the infrastructure program. The result is that families of children with disabilities receive an additional amount under the CCB. For example, from 2017 to 2018, 1.75 million children benefited from the disability supplement.
Under the national housing strategy, there is a commitment to promote universal design and visitability. This includes a requirement that public and shared spaces meet accessibility standards, and that at least 2,400 new affordable housing units for persons with developmental disabilities are created.
In the area of infrastructure we have approved nearly 800 accessibility projects, including almost 500 new para-transit buses and improvements to 81 existing transit facilities to make them more accessible to Canadians. This was made possible by ensuring that accessibility was an eligible expense in public transit projects. In just one year, almost $800 million was invested into our public transit systems to make them more accessible.
We have also increased our investments in existing programs such as the enabling accessibility fund, the social development partnerships program and the opportunities fund. All three of these programs were significantly enhanced, allowing people to keep doing the good work they are doing to improve the lives of Canadians with disabilities.
Current COVID-19 supports have been amply covered by my colleagues over the last 24 hours, but I want to bring them to mind briefly. Since the pandemic was declared, our government has taken a disability-inclusive response to the pandemic. This included adhering to the principle of “Nothing without us”, from the UN Convention on the Rights of Persons with Disabilities, and the creation of the COVID-19 Disability Advisory Group to bring the lived experience of persons with disabilities to our government's response to the pandemic.
We provided additional support to students with permanent disabilities and the one-time payment that is part of the debate today. We invested in mental health for the Wellness Together portal. We launched calls for proposals under two components of the enabling accessibility fund, and created a national workplace accessibility stream of the opportunities fund to help people with disabilities find jobs right now. Finally, we added funding to the social development partnerships program to enhance accessibility communications during this crisis, and invested $1.18 million in five new projects across the country through the accessible technology program to help develop dynamic and affordable technology.
In conclusion, from the Canadian Survey on Disability, we know Canadians with disabilities are underemployed compared with the general population, a situation made worse by this pandemic. As the economy opens up again, this represents an opportunity for a vast and largely untapped pool of talent: people who are available to work, who want to join the workforce and who are ready to apply their innovative ideas to our new normal.
In the meantime, I call upon my colleagues to quickly pass the legislation before us so we can get support out to the people who urgently and immediately need it.
I am now ready to take questions.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Vimy, qui donnera son premier discours dans cette auguste enceinte.
C'est un honneur pour moi d'être à la Chambre aujourd'hui et de prendre la parole au nom des habitants de Davenport.
C'est également un honneur de me joindre à mes collègues pour prendre part à l'important débat sur le projet de loi C-20, qui comprend trois grandes parties. La partie 1 apporte un certain nombre de modifications afin de réviser les critères d’admissibilité à la Subvention salariale d’urgence du Canada. La partie 2 vise un certain nombre de modifications qui doivent être apportées afin que nous puissions verser un paiement unique aux personnes handicapées pour des raisons liées à la COVID-19. Dans la partie 3, nous apportons quelques changements nécessaires à certaines lois pour combler le besoin de souplesse en ce qui a trait à certains délais qu'il est difficile ou impossible de respecter en raison des circonstances exceptionnelles découlant de la COVID-19. Je vais parler de la partie 2.
Le projet de loi permettra l'échange d'information entre, d'une part, plusieurs ministères et organismes fédéraux et, d'autre part, Emploi et Développement social Canada aux fins du versement d'un paiement unique aux personnes handicapées pour les aider au cours de la pandémie. Nous devons permettre l'échange d'information entre les nombreux ministères afin de pouvoir verser ce paiement dès que possible.
Ce paiement unique de 600 $ aidera environ 1,7 million de Canadiens handicapés qui détiennent un certificat pour le crédit d'impôt pour personnes handicapées, qui reçoivent des prestations d'invalidité du Régime de pensions du Canada ou du Régime des rentes du Québec, ou qui touchent des prestations d'invalidité d'Anciens Combattants Canada.
Le projet de loi C-20 n'est qu'une partie d'un plan beaucoup plus vaste du gouvernement ayant pour objectif de soutenir les Canadiens en situation de handicap. Aujourd'hui, je veux parler de l'évolution du plan, des mesures que nous avons prises et des prochaines étapes que souhaite franchir le gouvernement afin de créer un Canada inclusif et exempt d'obstacles.
En 2015, le gouvernement a nommé la toute première ministre responsable des personnes handicapées et il a promis aux Canadiens d'adopter une loi pour éliminer les obstacles à l'inclusion. Nous avons ainsi montré notre détermination à faire les choses différemment afin de garantir à tous les Canadiens des chances égales de réussir.
Le sommet national pour les personnes en situation de handicap que nous avons tenu en mai 2019, avant l'ère de la COVID, constitue l'un des principaux jalons de ce cheminement. Le sommet a été l'occasion pour les participants de mettre en commun des pratiques exemplaires ainsi que de nouer et de consolider des partenariats. Il nous a permis de comprendre les prochaines étapes qui rendront véritablement le Canada inclusif et accessible.
Alors que le sommet se déroulait, nous finalisions la mesure législative phare du gouvernement fédéral, la Loi canadienne sur l'accessibilité, après avoir mené les consultations les plus complètes auprès de la communauté des personnes handicapées de l'histoire du Canada. Plus de 6 000 Canadiens et plus de 100 organismes œuvrant auprès des personnes handicapées ont donné leur point de vue et fait part de leur vision pour un Canada accessible. Comme nous le savons, la Loi canadienne sur l'accessibilité a reçu la sanction royale le 21 juin 2019. Elle est entrée en vigueur en juillet dernier.
La Loi canadienne sur l'accessibilité fait fond sur des mécanismes qui existaient déjà. Elle garantit la conformité à la loi ainsi que la reddition des comptes. Elle repose sur une approche proactive et systémique pour trouver, éliminer et prévenir les obstacles à l'accessibilité dans des domaines clés de compétence fédérale. Il s'agissait de doter le pays d'une loi qui assurerait la protection des droits de la personne et le respect de la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées. La Loi a créé de nouvelles entités, comme l'Organisation canadienne d'élaboration de normes d'accessibilité, qui établit et qui examine les normes d'accessibilité pour les organismes sous réglementation fédérale.
Je suis fière de cette loi, car elle dit clairement aux Canadiens que les personnes handicapées ne seront plus reléguées au second plan. Les systèmes seront conçus au départ pour inclure tous les Canadiens, car ce sont les systèmes, les politiques, les pratiques et les lois qui doivent changer, et non les gens.
Je rappelle également que la lettre de mandat de la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées prévoit une série d'autres mesures importantes pour continuer à promouvoir l'inclusion des personnes handicapées. Il s'agit par exemple d'initiatives visant à faciliter l'inclusion économique de ces dernières, à faire tomber les obstacles, comme la discrimination et les préjugés, qui les empêchent de participer pleinement au marché du travail, à sensibiliser le grand public ou à renforcer la collaboration avec les employeurs et les entreprises.
Comme l'a dit la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées, l'ère du « rien à propos de nous, sans nous » est terminée; désormais, c'est « rien sans nous » tout court parce que les personnes handicapées du Canada sont présentes dans toutes les sphères de la société.
La fonction publique du Canada donne l'exemple en faisant le nécessaire pour que les milieux de vie et les lieux de travail soient accessibles aux personnes handicapées et inclusifs. Il s'agit après tout du plus gros employeur fédéral, mais aussi du plus important acheteur de biens et services du pays. C'est aussi elle qui administre les programmes et les services essentiels qui sont offerts aux Canadiens. Voilà pourquoi nous nous sommes engagés à embaucher au moins 5 000 personnes handicapées au cours des cinq prochaines années et à analyser les acquisitions gouvernementales et la planification des projets sous l'angle de l'accessibilité.
Depuis cinq ans, le gouvernement ne ménage aucun effort pour améliorer la vie des personnes handicapées du Canada, et j'aimerais revenir sur quelques-uns des hauts faits qui ont marqué nos deux mandats, dont le premier a débuté en 2015.
Le gouvernement a notamment analysé ses principaux programmes et politiques, dont l'Allocation canadienne pour enfants, la Stratégie nationale sur le logement et les programmes d'infrastructures, sous l'angle de l'accessibilité, et c'est suite à cette analyse qu'il a été décidé que l'Allocation canadienne pour enfants serait bonifiée pour les familles ayant des enfants handicapés. Ce sont donc 1,75 million d'enfants qui ont ainsi eu droit en 2018 à ce montant supplémentaire par rapport à 2017.
La Stratégie nationale sur le logement vise notamment à promouvoir la conception universelle et la visitabilité. Il faudra également que les espaces publics et partagés respectent les normes en matière d'accessibilité et que l'on construise au moins 2 400 logements abordables pour les personnes ayant une déficience développementale.
En ce qui concerne les infrastructures, nous avons approuvé près de 800 projets d'accessibilité, qui comprennent quelque 500 nouveaux autobus de transport adapté et des améliorations à 81 installations de transport en commun existantes dans le but de les rendre plus accessibles pour les Canadiens. On a rendu cela possible en faisant en sorte que les dépenses liées à l'accessibilité soient admissibles dans le cadre des projets de transport public. En seulement un an, près de 800 millions de dollars ont été investis dans les réseaux de transport public afin de les rendre plus accessibles.
Nous avons aussi augmenté les investissements dans des programmes déjà en place comme le Fonds pour l'accessibilité, le Programme de partenariats pour le développement social et le Fonds d’intégration. On a amélioré considérablement ces trois programmes afin que les gens puissent poursuivre leur bon travail pour améliorer la vie des Canadiens handicapés.
Au cours des 24 dernières heures, mes collègues ont abondamment parlé des mesures de soutien qui sont actuellement prises en raison de la COVID-19. Je voudrais néanmoins y revenir brièvement. Pour répondre à la pandémie, dès qu'elle a été déclarée, le gouvernement a adopté une approche inclusive par rapport aux personnes handicapées. Pour y arriver, il a notamment suivi le principe du « rien ne doit se faire sans nous » de la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées. Il a aussi créé le Groupe consultatif sur la COVID-19 en matière des personnes en situation de handicap afin que les expériences des personnes handicapées éclairent la réponse du gouvernement à la pandémie.
Nous avons offert un soutien additionnel aux étudiants ayant une invalidité permanente et le paiement unique qui est l'un des objets du débat d'aujourd'hui. Nous avons investi dans la santé mentale, notamment dans le lancement du portail Espace mieux-être. Nous avons lancé des appels de propositions visant deux composantes du Fonds pour l'accessibilité. Nous avons créé un volet national pour l'accessibilité en milieu de travail dans le cadre du fonds d'intégration pour aider les personnes handicapées à trouver des emplois dès maintenant. Enfin, nous avons augmenté le financement du Programme de partenariats pour le développement social afin d'améliorer l'accessibilité des communications pendant la crise et avons investi 1,18 million de dollars dans cinq nouveaux projets à travers le pays dans le cadre du Programme de développement de la technologie accessible pour soutenir le développement de technologies dynamiques et abordables.
En conclusion, l'Enquête canadienne sur l'incapacité indique que les Canadiens handicapés sont sous-employés par rapport à la population générale, une situation que la pandémie a aggravée. La relance de l'économie est une occasion de puiser dans un important réservoir de talents largement inexploité: ces personnes sont disponibles pour travailler, veulent se joindre à la population active et sont prêtes à appliquer leurs idées novatrices à notre nouvelle normalité.
Entretemps, j'exhorte mes collègues à adopter rapidement le projet de loi dont nous sommes saisis afin que nous puissions verser une aide aux gens qui en ont besoin de toute urgence.
Je suis prête à répondre aux questions.
View Ziad Aboultaif Profile
CPC (AB)
View Ziad Aboultaif Profile
2020-07-21 10:27 [p.2654]
Mr. Speaker, what is the number of disability payment recipients in Canada now?
Monsieur le Président, à l'heure actuelle, combien de personnes reçoivent les paiements destinés aux personnes handicapées?
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2020-07-21 10:27 [p.2654]
Mr. Speaker, that is an excellent question. I actually do not have the answer to that question.
I do know that the changes we are about to make would, we believe, benefit 1.7 million Canadians. The other thing to point out is that the changes we want to make would make it more inclusive. We want as many people as possible, who have disabilities and need emergency support, to be able to access it. That is the reason we are proposing these changes in the legislation today.
Monsieur le Président, c'est une excellente question. Je n'ai pas la réponse, en fait.
Je sais toutefois que les changements que nous nous apprêtons à faire devraient profiter à 1,7 million de Canadiens. Je tiens aussi à souligner que les changements prévus rendraient ce programme plus inclusif. Nous voulons, en effet, que les personnes qui ont un handicap et ont besoin d'un soutien d'urgence soient aussi nombreuses que possible à y avoir accès. Voilà pourquoi nous proposons les modifications prévues par le projet de loi à l'étude.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2020-07-21 10:28 [p.2654]
Mr. Speaker, the disability tax credit application is quite arduous. I am not sure if the member has had a chance to go through that with some of her constituents, but it is a very heavy bureaucratic process and does take time.
I am wondering if she is aware of that process, the challenges that many Canadians have in applying for that credit and the fact that those who are either in the midst of applying or do not qualify are being left behind by aspects of this legislation.
Monsieur le Président, demander le crédit d'impôt pour personnes handicapées est un processus ardu. Je ne sais pas si la députée a eu l'occasion de le voir de plus près avec certains de ses concitoyens, mais c'est un processus lourdement bureaucratique, qui prend du temps.
J'aimerais savoir si elle est consciente du processus requis, des difficultés qu'éprouvent beaucoup de Canadiens qui cherchent à demander ce crédit, et du fait que le projet de loi à l'étude ne fait rien pour les personnes qui n'ont pas encore terminé le processus de demande de crédit d'impôt ou qui n'y sont pas admissibles.
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2020-07-21 10:28 [p.2655]
Mr. Speaker, I was listening very intently to the minister yesterday. She spoke about the system behind the benefits available to persons with disabilities in Canada, and basically said that the system needs to be changed. It has to be simplified as it is not easy to navigate. She has made a commitment to do everything in her power to simplify the system and make it easier for us to get benefits directly to those who need them immediately.
Monsieur le Président, j'ai écouté très attentivement ce que la ministre a dit hier. Elle a parlé du système qui sous-tend les prestations offertes aux personnes handicapées au Canada, et elle a affirmé, fondamentalement, qu'il fallait changer ce système. Il faut le simplifier parce que les gens ont du mal à s'y retrouver. La ministre s'est engagée à faire tout son possible pour simplifier le système et voir à ce que nous puissions plus facilement envoyer des prestations directement aux personnes qui en ont besoin sur-le-champ.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-07-21 10:30 [p.2655]
Mr. Speaker, when I heard my colleague mention social housing, it occurred to me that if we wanted to make life easier for people living with disabilities, maybe we should fund the health care system properly. Health care is still underfunded. As for social housing, Quebec is still waiting for the transfers from the federal government.
Would my colleague agree that it is urgent to transfer that money if we want to truly support people living with disabilities?
Monsieur le Président, en écoutant ma collègue parler brièvement du logement social, il m'est venu à l'idée que si on voulait améliorer la vie des gens qui vivent avec un handicap, on devrait peut-être financer suffisamment le système de soins de santé. Le financement du système de soins de santé est toujours déficient. En matière de logement social, le Québec attend toujours les transferts de la part du gouvernement fédéral.
Pense-t-elle qu'il est urgent de transférer ces fonds si on veut véritablement soutenir les gens qui vivent avec un handicap?
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2020-07-21 10:30 [p.2655]
Mr. Speaker, as I mentioned, I read a number of the elements of the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion's mandate letter and we are going to take a number of additional steps to try to be more helpful to our disability community.
In terms of health care, my understanding is that we have health agreements with every single province, except Quebec, and we are very happy to step up to the plate and continue those discussions with Quebec to ensure that persons with disabilities, as well as all Quebeckers, will have access to better health.
Monsieur le Président, comme je l'ai dit, en plus des éléments de la lettre de mandat de la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées que j'ai mentionnés, nous prendrons d'autres mesures pour aider la communauté des personnes handicapées.
Au chapitre des soins de santé, je crois savoir que nous avons une entente avec chacune des provinces, sauf le Québec. Nous sommes tout à fait disposés à poursuivre les discussions avec le Québec de sorte que les personnes handicapées, de même que tous les Québécois, aient accès à de meilleurs soins de santé.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I find it interesting that members of the opposition would question how long it takes for these disability tax credits given that we would be two months further ahead had they not been playing politics with this issue a couple of months ago.
The member talked about the lower employment levels of people with disabilities. I know first-hand that my cousin Aidan, who has Down syndrome, has all the supports he needs to get through his education, but after that there is a real lack of opportunity for employment. What this bill seeks to do, in particular, is create the economic environment for people with disabilities to prosper to their fullest potential. The federal government is looking to employ 5,000 more people with disabilities.
I am wondering if the member can comment on how she sees this impacting people in her own community of Davenport.
Monsieur le Président, je trouve intéressant que des députés de l'opposition se préoccupent du délai relativement aux crédits d'impôt pour personnes handicapées, alors que leurs jeux politiques dans ce dossier ont retardé de deux mois l'adoption de cette mesure d'aide.
La députée a parlé d'un taux d'emploi inférieur chez les personnes handicapées. Je sais pertinemment que mon cousin Aidan, qui est atteint du syndrome de Down, jouit de tous les soutiens dont il a besoin pour terminer ses études, mais après les études, les occasions d'emploi sont vraiment rares. Le projet de loi vise notamment à créer un environnement économique où les personnes handicapées pourront prospérer et atteindre leur plein potentiel. Le gouvernement fédéral cherche à employer 5 000 personnes handicapées supplémentaires.
Selon la députée, quelle sera l'incidence de cette mesure sur les gens de sa collectivité, Davenport?
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2020-07-21 10:32 [p.2655]
Mr. Speaker, I would have also liked to see this legislation pass two months ago. One of the positive aspects of waiting, turning lemons into lemonade, is that this time we expanded on who can apply and access this one-time emergency funding.
We are providing a number of avenues for more people to apply for the disability tax credit. If more people apply for the disability tax credit, more of them will be able to access the one-time emergency support. I know that is going to benefit many more people in my riding of Davenport.
Monsieur le Président, j'aurais aussi aimé que cette mesure législative soit adoptée il y a deux mois. Que nous ayons dû attendre a eu un aspect positif — quand la vie vous donne des citrons, il faut en faire de la limonade, comme on dit —, nous avons élargi la liste des personnes admissibles à cette prestation ponctuelle d'urgence qui peuvent donc en faire la demande et l'obtenir.
Nous offrons un certain nombre de possibilités pour que plus de Canadiens demandent le crédit d'impôt pour personnes handicapées. Si un plus grand nombre de Canadiens en font la demande, un plus grand nombre d'entre eux seront en mesure d'obtenir l'aide ponctuelle d'urgence. Je sais que bien plus d'habitants de ma circonscription de Davenport vont en profiter.
View Annie Koutrakis Profile
Lib. (QC)
View Annie Koutrakis Profile
2020-07-21 10:32 [p.2655]
Mr. Speaker, since the beginning of the pandemic, our government has followed the guidance of public health officials. Governments across Canada put lockdown measures in place to slow the spread of the virus and ensure that our health care systems were well prepared.
The lockdown measures that governments put in place to control the outbreak meant that many Canadians lost their jobs or a significant portion of their incomes. Without question, the nature of this crisis is completely unprecedented. We are confronting a public health and economic crisis. Canadians have managed to control the virus, and gradually and safely, our economy is restarting across the country.
Canadians have made great sacrifices to get here. Businesses of all sizes closed their doors during the emergency phase and are still facing uncertainty.
Our government acted quickly in March, when we launched the first measures of our COVID-19 economic response plan. Through rapid and broad support, the government has been able to protect millions of jobs, provide emergency income support to families and help keep businesses afloat during the worst of the storm. This support is helping Canadians get back on their feet and has prevented serious, long-term damage to our economy.
With the Canada emergency response benefit, we are providing temporary income support to Canadians across the country who have stopped working because of COVID-19. More than eight million Canadians have applied for the CERB.
We provided a special, one-time $300 top-up to the Canada child benefit for the month of May, delivering almost $2 billion in additional support to families who needed it. The government also provided a special top-up payment in April through the goods and services tax credit for low- and modest-income individuals and families, giving on average a single adult almost $400 more and couples almost $600 more.
We have worked to support our most vulnerable as well, providing support for the food banks, charities and non-profits that provide services to those in need. We have also provided $158 million to support Canadians experiencing homelessness, ensuring that the shelters they rely on have the equipment they need to prevent outbreaks.
We know that during the lockdown, home was not always a safe place to be. We provided funding that has helped over 500 organizations that support women and children experiencing violence. We want to work to keep our communities safe and vibrant.
We know that preserving the small businesses that give our neighbourhoods life is key to keeping our community strong. The Canada emergency business account, or CEBA, has helped over 690,000 small businesses. Through this support, small businesses and non-profit organizations can receive an interest-free loan of up to $40,000, 25% of which is forgivable if paid back by the end of 2022. We recently expanded the CEBA so that more small businesses can access it. The CEBA is making a real difference in addressing the cash-flow challenges we see businesses facing as a result of COVID.
We know making rent can be a challenge for our hardest hit businesses. That is why we launched the Canada emergency commercial rent assistance, or CECRA, which provides eligible small-business tenants with a rent reduction of 50%. We recently announced that we are extending the program to cover eligible small-business rents for July. The program provides support by offering forgivable loans to qualifying commercial property owners, whether they have a mortgage on their property or not.
The CECRA also offers another key support to help businesses through the current challenges. Overall, since the beginning of the COVID-19 global outbreak, the Government of Canada has taken swift and significant action to support Canadians and protect jobs. The Canada emergency wage subsidy is one of the cornerstones of the government's economic response plan.
That is why with this week's legislation we are proposing to extend the Canada emergency wage subsidy until November 21, 2020. Furthermore, the government is announcing its intent to provide further support through the wage subsidy, up to December 19, 2020. The bill would make the program accessible to a broader range of employers and would help protect more jobs and promote growth as the economy continues to reopen.
To ensure strong subsidy support for those who need it, effective July 5, 2020, the Canada emergency wage subsidy would consist of two parts: a base subsidy available to all eligible employers experiencing a decline in revenues with a varying subsidy amount depending on the scale of revenue decline, and a top-up subsidy of up to an additional 25% for employers that have been most adversely affected by the COVID-19 crisis. If businesses are experiencing a revenue drop of 50% or more, they would receive the maximum base subsidy rate. If they are experiencing a decline between 49% and zero, their base subsidy rate would gradually decline in accordance with their revenue decrease. By removing the 30% revenue decline threshold, these adjustments would make the Canada emergency wage subsidy accessible to a broader range of employers. The introduction of a gradually declining base subsidy would allow the program to be extended to more employers and continue to support recovering businesses.
As well, the top-up subsidy rate of up to 25% would be available to employers that were the most adversely affected during the pandemic, which is to say those having experienced an average revenue drop of more than 50% over the preceding three months. This would be particularly helpful to employers and sectors that are recovering more slowly.
We will also make sure eligible employers that were making plans for the next two CEWS periods based on the existing design would be entitled to an amount of subsidy not less than the amount they would be entitled to under the wage subsidy rules that were in place before that period. This would provide a safe harbour so employers that already made business decisions for the period between July 5 and August 29 would not receive a subsidy rate lower than they would have under the previous rules.
By helping more workers return to work and supporting businesses as they recover, these changes would make businesses more competitive and would ensure that our economy returns to growth.
In conclusion, with this legislation the government is addressing the challenges employers are facing and is providing the support they need to participate in the restart. Therefore, I strongly recommend that all members of the House support the bill so that together we deliver on our collective commitment to be there for Canadians and help them bridge through to better times.
Monsieur le Président, depuis le début de la pandémie, le gouvernement a suivi les conseils des responsables de la santé publique. Les gouvernements de tout le Canada ont mis en place des mesures de confinement pour ralentir la propagation du virus et s'assurer que nos systèmes de santé étaient bien préparés.
Les mesures de confinement mises en place par les gouvernements pour maîtriser l'épidémie ont fait perdre leurs emplois ou une partie importante de leurs revenus à de nombreux Canadiens. Il ne fait aucun doute que la nature de cette crise est totalement sans précédent. Nous sommes confrontés à une crise économique et de santé publique. Les Canadiens ont réussi à contenir le virus et, progressivement et en toute sécurité, notre économie redémarre partout au pays.
Les Canadiens ont consenti d'énormes sacrifices pour en arriver là. Des entreprises de toutes tailles ont fermé leurs portes pendant la phase d'urgence et elles sont toujours en proie à l'incertitude.
Le gouvernement a agi rapidement, en mars, avec le lancement des premières mesures de notre plan de réponse économique à la COVID-19. En octroyant une aide rapide et générale, le gouvernement a pu protéger des millions d'emplois, fournir un revenu d'urgence aux familles et aider les entreprises à se maintenir à flot au plus fort de la tempête. Ce soutien aide les Canadiens à se remettre sur pied et a permis d'éviter que notre économie se détériore grandement à long terme.
Grâce à la Prestation canadienne d'urgence, nous offrons un soutien du revenu temporaire à tous les Canadiens qui ont cessé de travailler à cause de la COVID-19. Plus de huit millions de personnes au pays ont demandé la Prestation canadienne d'urgence.
En mai, nous avons fourni un soutien supplémentaire de près de deux milliards de dollars aux familles qui en avaient besoin, en leur versant un paiement complémentaire ponctuel spécial de 300 $ au titre de l’Allocation canadienne pour enfants. De plus, en avril, le gouvernement a versé un paiement complémentaire spécial du crédit pour la taxe sur les produits et services à des familles à revenu faible ou modeste, ce qui a donné, en moyenne, des prestations de près de 400 $ de plus aux adultes vivant seuls et de près de 600 $ de plus aux couples.
Nous avons aussi déployé des efforts pour protéger les membres les plus vulnérables de la société en soutenant les banques alimentaires, les organismes de bienfaisance et les organismes sans but lucratif qui offrent des services aux personnes dans le besoin. Nous avons également prévu 158 millions de dollars pour aider les personnes itinérantes au Canada en veillant à ce que les refuges où elles s'abritent possèdent l'équipement nécessaire pour prévenir des éclosions.
Nous savons que certaines personnes n'étaient pas en sécurité chez elles durant le confinement. Nous avons alloué des fonds pour aider plus de 500 organismes qui soutiennent les femmes et les enfants victimes de violence. Nous voulons assurer la sécurité et le dynamisme de nos collectivités.
Nous savons que pour maintenir la vigueur de nos collectivités, nous devons veiller à la survie des petites entreprises qui donnent de la vie à nos quartiers. Le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes a aidé plus de 690 000 petites entreprises. Grâce à ce soutien, les petites entreprises et les organismes sans but lucratif peuvent obtenir un prêt sans intérêt pouvant atteindre 40 000 $. Si le solde du prêt est remboursé avant la fin de l'année 2022, 25 % du prêt consenti sera radié. Le gouvernement a récemment élargi la portée du compte d'urgence afin que davantage de petites entreprises y soient admissibles. Ce programme d'aide est une vraie bouée de sauvetage pour les entreprises qui éprouvent des problèmes de liquidités à cause de la COVID-19.
Nous savons que les entreprises les plus touchées par la pandémie peuvent avoir de la difficulté à payer leur loyer. C'est pour cette raison que le gouvernement a mis sur pied l'Aide d'urgence du Canada pour le loyer commercial, qui propose une réduction de loyer de 50 % aux petites entreprises admissibles. Le gouvernement a récemment annoncé que le programme serait prolongé afin d'aider les petites entreprises admissibles à payer leur loyer jusqu'en juillet. L'Aide d'urgence du Canada pour le loyer commercial vise à aider les propriétaires d'immeubles commerciaux admissibles en leur accordant des prêts-subventions, qu'ils aient ou non un prêt hypothécaire.
Il constitue en outre une autre mesure de soutien importante pour aider les entreprises à surmonter la situation actuelle. Globalement, depuis le début de la pandémie mondiale de COVID-19, le gouvernement du Canada a pris rapidement des mesures importantes pour venir en aide aux Canadiens et protéger les emplois. La Subvention salariale d'urgence du Canada est une des pièces maîtresses du plan d'intervention économique du gouvernement.
C'est pourquoi, dans la mesure législative présentée cette semaine, nous proposons de prolonger cette subvention jusqu'au 21 novembre 2020. Le gouvernement annonce en outre qu'il a l'intention d'offrir une aide accrue au moyen de la subvention salariale jusqu'au 19 décembre 2020. Le projet de loi élargirait l'admissibilité au programme à un plus large éventail d'employeurs et permettrait de protéger un plus grand nombre d'emplois et de favoriser la croissance au fur et à mesure que se poursuit la réouverture de l'économie.
Afin de garantir que le programme vienne en aide à tout le monde qui en a besoin, à compter du 5 juillet 2020, la Subvention salariale d'urgence du Canada serait composée de deux volets: soit une subvention de base accessible à tous les employeurs admissibles qui ont subi une baisse de revenus, le montant de cette subvention variant selon l'ampleur de la baisse, et une subvention complémentaire pouvant atteindre 25 % pour les employeurs qui sont les plus durement touchés par la crise de la COVID-19. Le taux maximum de la subvention de base serait accordé aux employeurs ayant subi une baisse de revenus de 50 % ou plus, ce taux diminuant parallèlement à la baisse de ces revenus — de 49 à 0 % — chez les employeurs concernés. Grâce aux changements comme l'élimination du critère de baisse des revenus de 30 %, la Subvention salariale d'urgence du Canada deviendrait accessible à un plus grand nombre d'employeurs. La mise en place d'une subvention de base qui diminuerait graduellement améliorerait l'accessibilité du programme et permettrait aux entreprises qui remontent la pente de continuer à obtenir du soutien.
De plus, une subvention complémentaire pouvant atteindre 25 % de la rémunération des travailleurs serait accordée aux employeurs qui ont été les plus durement touchés par la pandémie, à savoir ceux dont les revenus ont chuté de plus de 50 % au cours des trois mois précédents. Cette mesure sera particulièrement utile pour les employeurs qui œuvrent dans des secteurs où la reprise se fait plus lentement.
Nous allons aussi nous assurer que les employeurs qui avaient planifié leurs activités pour les deux prochaines périodes du programme de subvention salariale en fonction des modalités qui étaient alors en place auront droit à un montant au moins équivalent à celui qui était accordé au titre des règles du programme qui étaient en cours avant la période visée. Ainsi, les employeurs qui avaient déjà pris des décisions d'affaires pour la période du 5 juillet au 29 août auraient l'assurance que leur subvention ne serait pas moins importante que celle qu'ils auraient reçue selon les anciennes règles.
En aidant plus de travailleurs à retourner au travail et en contribuant à la relance des entreprises, ces changements rendraient les entreprises plus compétitives et contribueraient à relancer la croissance économique.
Pour conclure, soulignons que ce projet de loi permet au gouvernement de répondre aux difficultés éprouvées par les employeurs et de leur offrir le soutien dont ils ont besoin pour participer à la relance. Par conséquent, j'encourage fortement tous les députés à appuyer le projet de loi afin que nous puissions travailler ensemble à remplir l'engagement que nous avons pris collectivement de soutenir les Canadiens et de les aider à traverser cette période difficile.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2020-07-21 10:40 [p.2656]
Mr. Speaker, I appreciate the member's comments and agree with the fact it has been two months since this was first presented. However, significantly more people with disabilities are included now because of the time that was invested in making the bill better.
One area the bill improves is support for veterans. They are included in this payment. Over 50,000 of them are without funding. I have a concern regarding what the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion said when she presented this in the House and referred to veterans. She said, “this is going to be super complicated at the back end”.
Does the member have any idea of the process that has been put in place to do this in an expeditious manner for veterans so that they do not lose hope again and this isn't another situation where the government is not providing them something they have been promised?
Monsieur le Président, je remercie la députée de ses observations. Il est vrai que deux mois se sont écoulés depuis la présentation de cette mesure. Toutefois, beaucoup plus de personnes handicapées auront maintenant droit à cette aide grâce au temps qui a été investi pour améliorer le projet de loi.
Le projet de loi permet notamment d'améliorer l'aide offerte aux anciens combattants, qui seront admissibles au paiement qui y est prévu. À l'heure actuelle, plus de 50 000 anciens combattants sont privés de fonds. Je m'inquiète de ce que la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées a dit quand elle a présenté ce projet de loi, et qu'elle a fait référence à son volet sur les anciens combattants. Elle a affirmé qu'« en fin de compte, ce sera hyper compliqué ».
La députée a-t-elle la moindre idée du processus mis en place pour venir rapidement en aide aux anciens combattants afin qu'ils ne perdent pas espoir de nouveau et que le gouvernement ne rompe pas encore une fois une promesse qu'il leur a faite?
View Annie Koutrakis Profile
Lib. (QC)
View Annie Koutrakis Profile
2020-07-21 10:42 [p.2656]
Mr. Speaker, our government is listening actively and working with various partners to make sure that no one is left behind. Certainly, we should not forget our veterans.
As we all know, this is the first time we are dealing with this. The disability act should have been debated and changed two months ago. We lost precious time, but I am sure, and can assure the House, that the minister, her team and the great people of our public service are going to find the solutions we need to make sure our veterans have the support they need.
Monsieur le Président, le gouvernement écoute activement divers partenaires et travaille en collaboration avec eux pour veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte. Chose certaine, il ne faut pas oublier les anciens combattants.
Comme nous le savons tous, c'est la première fois que nous faisons face à cette situation. La loi pour les personnes handicapées aurait dû être débattue et modifiée il y a deux mois. Nous avons perdu un temps précieux, mais — je peux en donner l'assurance à la Chambre — je suis certaine que la ministre, son équipe et les employés formidables de la fonction publique vont trouver les solutions nécessaires pour veiller à ce que les anciens combattants aient le soutien dont ils ont besoin.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-07-21 10:42 [p.2657]
Mr. Speaker, I appreciated the speech from my colleague, who sits on the Standing Committee on Finance.
I am going to ask her a somewhat technical question. I should probably ask the government, but I will see if she can answer. It is about support for people living with disabilities as drafted in Bill C-20.
In his announcement on June 1, the Prime Minister mentioned a refundable tax credit. However, Bill C-20 calls it a payment out of the consolidated revenue fund. On closer scrutiny, it seems like the payment could be considered taxable income for the taxpayer.
Does my colleague know whether this tax credit is taxable?
Monsieur le Président, j'aimerais saluer le discours de ma collègue qui siège sur le Comité permanent des finances.
Je vais lui poser une question assez technique que je devrais plutôt adresser au gouvernement et je verrai si elle a la réponse. Cela concerne le soutien aux personnes qui vivent avec un handicap tel qu'il est rédigé dans le projet de loi C-20.
Dans son annonce du 1er juin, le premier ministre parlait d'un crédit d'impôt remboursable. Or, dans le projet de loi C-20, on parle d'un versement prélevé sur le Trésor. Quand on analyse cela, il ne semble pas impossible que cela signifie que le versement soit considéré comme un revenu imposable pour le contribuable.
Ma collègue sait-elle si ce crédit d'impôt est imposable ou pas?
View Annie Koutrakis Profile
Lib. (QC)
View Annie Koutrakis Profile
2020-07-21 10:43 [p.2657]
Mr. Speaker, I thank my esteemed colleague from the Standing Committee on Finance for his question. I honestly do not know the details. I do not know if it is taxable or not, but I will find out and get back to him.
Monsieur le Président, je remercie mon cher collègue du Comité permanent des finances de sa question. Honnêtement, je ne connais pas les détails. Je ne sais pas si c'est imposable ou non, mais je pourrais m'informer et lui revenir à ce sujet.
View Lindsay Mathyssen Profile
NDP (ON)
View Lindsay Mathyssen Profile
2020-07-21 10:44 [p.2657]
Mr. Speaker, as we talk about the recovery of the economy, obviously a huge part of it is child care. Workplaces have continually expressed the need for a national public system of affordable child care.
The government has put forward an economic recovery plan, but the $625 million that has been allocated to child care is simply not enough. Some are calling for $2.5 billion.
I am wondering what the member across the way has to say about the huge difference in realities and the need to do a lot more on child care.
Monsieur le Président, alors que nous parlons de la reprise économique, il est évident que les services de garde d'enfants y joueront un rôle prépondérant. Les milieux de travail n'ont cessé de dire combien il était nécessaire d'avoir un système national public de garderies à prix abordable.
Le gouvernement a présenté un plan de relance économique, mais les 625 millions de dollars qui ont été alloués à des services de garde d'enfants ne sont tout simplement pas suffisants. Certains demandent 2,5 milliards de dollars.
Je me demande ce que la députée d'en face a à dire sur cet énorme écart entre la réalité et la nécessité d'en faire beaucoup plus dans le domaine de la garde d'enfants.
View Annie Koutrakis Profile
Lib. (QC)
View Annie Koutrakis Profile
2020-07-21 10:44 [p.2657]
Mr. Speaker, I am part of the finance committee, and we have heard time and time again through our witnesses that there will be no recovery unless we have affordable and proper child care. Our government is committed to that. I know that our various ministers have been working very closely with partners in various provinces. It is not an easy fix, but I know the discussions are going on. Our goal is to make sure that affordable child care is in place as our economy starts to recover.
Monsieur le Président, je siège au comité des finances. Nos témoins nous y ont dit, maintes et maintes fois, que nous ne connaîtrions pas de redressement tant que n'aurions pas de services de garde d'enfants abordables et adéquats. Le gouvernement est tout à fait acquis à cette idée. Je sais que nos différents ministres ont travaillé en très étroite collaboration avec des partenaires dans diverses provinces. Il n'y a pas de solution facile, mais je sais qu'il y a des discussions en cours. Notre objectif est de faire en sorte que des services de garde d'enfants abordables soient en place au début de la reprise économique.
View Gary Vidal Profile
CPC (SK)
Mr. Speaker, I congratulate the member opposite on her maiden speech. I recently had to do one and I appreciate the stress that comes with it.
I have a quick question on the CEWS legislation. In the backgrounder that is produced by the Department of Finance, there is an example that talks about businesses that now qualify because of the reduction in the 30% limit. In that example there is no reference, and in fact this is quite clear, to a retroactive application of this legislation for some very significant businesses that would qualify now but have been waiting for over 100 days for help in this legislation.
I am curious if the member believes that there should have been a retroactive component to the CEWS legislation for businesses that now qualify for the benefit but only on a go-forward basis.
Monsieur le Président, je félicite la députée d'en face de son premier discours à la Chambre. Comme je suis passé par là récemment, je comprends le stress qu'engendre cet exercice.
J'ai une brève question au sujet du projet de loi concernant la Subvention salariale d'urgence du Canada. Le document d'information préparé par le ministère des Finances mentionne notamment que des entreprises sont dorénavant admissibles parce que la limite de 30 % a été réduite. Par ailleurs, on ne parle pas — en fait, c'est très clair — d'application rétroactive de cette mesure à certaines entreprises très importantes qui seraient maintenant admissibles et qui attendent depuis plus de 100 jours l'aide prévue dans ce projet de loi.
J'aimerais savoir si la députée estime que le projet de loi concernant la Subvention salariale d'urgence du Canada devrait prévoir une application rétroactive dans le cas des entreprises qui ne sont admissibles qu'à compter de maintenant.
View Annie Koutrakis Profile
Lib. (QC)
View Annie Koutrakis Profile
2020-07-21 10:46 [p.2657]
Mr. Speaker, I know that the CEWS has supported over three million employees by helping them stay in their workforces or return to work. I am not certain whether at this moment we are looking to see whether we are able to give retroactive payments or not, but I am certain this government will do everything possible to listen. We are flexible. We were not looking for perfection. We do not want to allow perfection to stand in the way of the good. I can safely say, in my opinion, that if there is a way to give retroactive payments, I am sure this government is willing to listen to that.
Monsieur le Président, la Subvention salariale d'urgence du Canada a permis à plus de trois millions d'employés de rester au travail ou d'y retourner. Je ne suis pas certaine que le gouvernement envisage actuellement la possibilité de verser des paiements rétroactifs, mais je sais par contre qu'il ne ménagera pas les efforts pour répondre aux demandes. Le gouvernement est souple et il ne visait pas la perfection, car il ne voulait pas que cela nuise au bien commun. À mon avis, s'il est possible de verser des paiements rétroactifs, je suis persuadée que le gouvernement est disposé à envisager cette éventualité.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-07-21 10:47 [p.2657]
Mr. Speaker, first I want to let you know that I will be sharing my time with my colleague from Manicouagan. I would like to take this opportunity to invite all members of the House to visit that magnificent region this summer. It might be far, but it is worth the trip.
Bill C-20 leaves a bad taste in my mouth. It is the embodiment of everything I most abhor about this federation. It is a reminder that my people, my nation, is still controlled by the nation next door. I am sure my colleagues will have understood by now that I am referring to the Bill C-20 that was passed just over 20 years ago, the clarity act, which set out the majority threshold and was tabled by Stéphane Dion. This bill reminded Quebeckers that Quebec would be ruled by the will of the Canadian majority to the very end. I see the Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons applauding that. That is just pathetic.
Twenty years ago, this Parliament came out and said that Quebec is not the master of its own house, so much so that its neighbour decided to give itself a say and even veto power not just over the next referendum, but also over the very definition of a majority, since it felt 50% + 1 was not enough for a majority anymore. So much for a people's right to self-determination. Quebec does not know what is good for it. There are echoes of Lord Durham's lamentable report here. This gets applause to this day.
As for Bill C-20, which is being debated today, the Bloc Québécois will obviously support it. Our logic is straightforward. Quite simply, since the bill is good for Quebec, the Bloc Québécois will support it. However, I would like to address the manner in which the bill was introduced and will likely be passed.
Over the past four months, the pandemic has shaped our daily lives. That is true for all of society and also for this Parliament. Its usual operations were suspended because of health guidelines. For four months, this Parliament and its legislators have no longer carried out their roles as they should. That is also true for the study of this bill. We will pass it with a sham procedure, ramming it through without being able to study it properly. I completely understand that it is urgent that we help those paying the economic price of health measures, namely our workers, businesses and people with disabilities. However, after four months, I feel that it is time to strike a balance and to put an end to this travesty of democracy, I would even say, this quasi-dictatorial government.
I will explain. Here is how it works. The government presents its bill to each party under embargo and then, just a day or two later, it introduces the bill in the House and insists that it be passed as is. In so doing, the government is short-circuiting the usual analysis and study process. We do not have time to examine the bill in detail, but, as the saying goes, the devil is in the details. What worries me the most about this flippant approach is that, for the past four months, we have been passing bills without even giving members the opportunity to hear from the individuals and groups that are affected by those bills. The current process is too rushed. It does not make any sense.
I would like to give an example to illustrate this problem, that of Bill C-17. There was a section in Bill C-17 that sought to provide support to people living with disabilities. That support was intended for people who applied for the disability tax credit. However, since this was a non-refundable tax credit, many low-income people did not apply for it because they do not pay taxes. They were not going to fill out all the paperwork for something that did not apply to them. We know that far too many people with disabilities are living in extreme poverty. As written, Bill C-17 excluded the poorest people from the support program. Those who needed help the most were excluded, which was outrageous. This type of problem is usually fixed during the legislative process when committees have time to hear from the groups concerned and provide recommendations on how to improve bills.
In fact, it was groups like those who contacted us to complain about that aspect of Bill C-17. The bill affected their members. They are in the best position to analyze it, and they must be given time to take a close look at it and analyze it so that the government can hear what they have to say and make changes accordingly. As I have said before, the whole process that is crucial to passing good laws has been on hold for four months. That has to change. We need to get back to a democratic process. Let me just remind everyone that the government was unequivocal: Bill C-17 had to be passed as it was, and there was no room for improvement.
Even though it is in a minority situation, the government is behaving like a dictator. That is unacceptable. We said that we were in favour of Bill C-17, but that we needed time to study and analyze it. The government refused, saying that there would be no changes, and it chose to withdraw the bill and pout.
Fortunately for Canadians living with disabilities, just over a month later, Bill C-20 corrects the mistakes of Bill C-17 by adding three flexible elements.
First, individuals receiving a disability pension from the Quebec pension plan, Canada pension plan or Veterans Affairs will be entitled to the payment, even if they have not applied for the disability tax credit. However, this does not include those who receive a disability pension from the Société de l'assurance automobile du Québec following an automobile accident, or the Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail following a workplace accident. That could be improved.
Finally, individuals who apply for the disability tax credit within 60 days will be entitled to the payment, even if they did not previously claim it. This flexibility was not found in Bill C-17.
I would also like to talk about another point concerning the assistance for people with disabilities, which my colleague was asked about earlier. In his announcement on June 1, the Prime Minister talked about a refundable tax credit. However, Bill C-20 talks about a payment paid out of the consolidated revenue fund. It is not inconceivable that this could mean the payment is considered taxable income for taxpayers. I would like the government to clarify this.
Mr. Speaker, I want to appeal to you and to my colleagues from all parties here, in the House. We need to change how bills get passed. This chamber, its elected officials, its legislators and its committees must be able to actually do their jobs. We need to find a way that complies with health guidelines, but it is possible.
The government is comfortable governing without Parliament, but that infringes on our democracy. This has been going on for four months, which is far too long, and it needs to change.
Monsieur le Président, je désire d'abord vous informer que je vais partager mon temps de parole avec ma collègue de Manicouagan. Je profite de l'occasion pour inviter tous les députés de la Chambre à visiter cette magnifique région cet été. Cela vaut le coup d'œil, même si c'est loin.
Le projet de loi C-20 me laisse un goût amer et incarne ce qui m'horripile le plus dans cette fédération. Cela me rappelle que mon peuple, ma nation, est encore dirigé par sa nation voisine. On aura compris que je fais référence au projet de loi C-20 qui a été adopté il y a 20 ans et des poussières, le projet de loi sur la clarté référendaire et la question de la majorité, qui était porté par Stéphane Dion. Ce projet de loi est venu rappeler que le Québec était assujetti à la volonté de la majorité canadienne jusqu'au bout. Je vois le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes applaudir à cela. C'est plus que navrant.
Il y a 20 ans, ce Parlement est venu dire que le Québec n'est tellement pas maître chez lui que le voisin a choisi de se donner un droit de regard et même un droit de veto quant à la prochaine question référendaire, et même sur la définition de la majorité, 50 % + 1 n'étant plus la majorité pour lui. Tant pis pour le droit à l'autodétermination des peuples. Le Québec ne sait pas ce qui est bon pour lui. Ce n'est pas loin de lord Durham et de son triste rapport. Encore aujourd'hui, on applaudit à cela.
Quant au projet de loi C-20 qui est aujourd'hui débattu, le Bloc québécois va évidemment l'appuyer. Notre grille d'analyse est claire. Puisque le projet de loi est bon pour le Québec, le Bloc québécois l'appuie, tout simplement. Je désire toutefois m'attarder à la manière dont le projet de loi est présenté et sera vraisemblablement adopté.
Depuis quatre mois, c'est la pandémie qui façonne notre quotidien. C'est vrai pour l'ensemble de la société et c'est aussi vrai pour ce Parlement. En raison des règles sanitaires, son fonctionnement habituel a été suspendu. Depuis quatre mois, ce Parlement et ses législateurs ne jouent plus leur rôle comme ils le devraient. C'est encore vrai dans le cas de l'étude de ce projet de loi. Nous allons l'adopter avec un simulacre de procédure, à toute vitesse, sans avoir pu l'étudier sérieusement. Je comprends tout à fait l'urgence d'aider ceux et celles qui paient le prix économique des mesures sanitaires, c'est-à-dire les travailleuses, les travailleurs, les entreprises, les personnes qui vivent avec un handicap, mais après quatre mois, à mon avis, il est temps de trouver un équilibre et de mettre fin à ce simulacre de démocratie, je dirais même à cette quasi-dictature gouvernementale.
Je m'explique. Voici comment cela fonctionne: le gouvernement présente son projet de loi sous embargo à chaque parti et, à peine un ou deux jours plus tard, il le présente à la Chambre avec l'impératif de l'adopter tel quel. On court-circuite ainsi le processus d'analyse et d'étude normal. On n'a pas le temps d'aller dans le détail, et c'est pourtant là, comme le dit l'adage, que se cache le diable. Ce qui m'inquiète le plus dans cette façon de faire des plus cavalières, c'est que, depuis quatre mois, nous adoptons des projets de loi, sans même que les députés puissent entendre les personnes et les groupes qui sont touchés par ces projets de loi. Le processus actuel est trop rapide. Cela n'a aucun sens.
Je vais illustrer ce problème à l'aide d'un exemple, celui du projet de loi C-17. Le projet de loi C-17 contenait une section qui visait à soutenir les personnes vivant avec un handicap. Ce soutien était destiné aux personnes qui avaient demandé le crédit d'impôt pour personnes handicapées. Or, puisqu'il s'agit d'un crédit d'impôt non remboursable, plusieurs personnes à faible revenu ne l'avaient pas demandé, étant donné qu'elles ne payaient pas d'impôt. On n'ira pas remplir de la paperasse pour un truc qui ne servira pas. On le sait, de trop nombreuses personnes vivant avec un handicap sont en situation de grande pauvreté. Tel que rédigé, le projet de loi C-17 se trouvait donc à exclure les personnes les plus pauvres du programme d'aide annoncé. Les personnes qui en avaient le plus besoin en étaient exclues, ce qui n'avait aucun sens. Ce genre d'aberration est normalement corrigé au cours du processus d'adoption de projet de loi lorsque les comités ont le temps d'écouter les groupes concernés et d'émettre leurs recommandations visant à bonifier les projets de loi.
Ce sont d'ailleurs des regroupements qui nous ont contactés pour se plaindre de ce critère du projet de loi C-17. Le projet de loi touchait leurs membres. Ils sont les mieux placés pour pouvoir l'analyser et il est essentiel de leur laisser le temps d'en prendre connaissance, d'en faire une analyse, pour pouvoir les entendre et corriger certaines choses en conséquence. Je le répète, tout ce processus essentiel pour adopter de bonnes lois a été suspendu depuis quatre mois. Il faut que cela change. On doit revenir à un processus démocratique. Je rappelle que le gouvernement était très catégorique: il fallait adopter le projet de loi C-17 tel quel, et il n'y avait aucune place à la bonification.
Le gouvernement agit en dictateur alors qu'il est en situation minoritaire. Cela est inacceptable. Nous lui avons dit que nous étions en faveur du projet de loi C-17, mais qu'il fallait prendre le temps de l'étudier, de l'analyser. Le gouvernement a refusé en disant qu'il demeurerait tel quel, et il a plutôt choisi de le retirer et de bouder.
Heureusement pour les personnes qui vivent avec un handicap, le projet de loi C-20 corrige, un mois et des poussières plus tard, les erreurs du projet de loi C-17 en apportant trois éléments de souplesse.
D'abord, les personnes qui reçoivent une rente d'invalidité du Régime des rentes du Québec, du Régime de pensions du Canada ou du ministère des Anciens Combattants auront droit au versement, même si elles n'ont pas demandé le crédit d'impôt pour personnes handicapées. Cela n'inclut cependant pas les personnes qui reçoivent une rente d'invalidité de la Société de l'assurance automobile du Québec, après un accident automobile, ou de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail, après un accident de travail. Ce serait perfectible.
Enfin, les personnes qui demandent le crédit d'impôt pour personnes handicapées dans les 60 jours pourront avoir accès au versement, même si elles ne l'avaient pas demandé précédemment. C'est un élément de souplesse qu'on ne retrouvait pas dans le projet de loi C-17.
J'aimerais aborder un autre élément concernant l'aide aux personnes qui vivent avec un handicap, tel que mentionné lors de la question posée à ma collègue précédemment. Dans son annonce du 1er juin, le premier ministre parlait d'un crédit d'impôt remboursable. Or, dans le projet de loi C-20, on parle d'un versement prélevé sur le Trésor. Il n'est pas impossible que cela signifie que le versement soit considéré comme un revenu imposable pour le contribuable. Je demande donc au gouvernement une clarification.
Monsieur le Président, je désire vous interpeller, en même temps que tous mes collègues de chaque parti, ici, à la Chambre. On doit changer la façon de faire adopter les projets de loi. Cette chambre, ses élus, ses législateurs et ses comités doivent pouvoir faire réellement leur travail. Il faut trouver une façon de faire qui respecte les règles sanitaires, mais cela est possible.
C'est confortable pour le gouvernement de gouverner pratiquement sans Parlement, mais c'est usurper la démocratie. Cela dure depuis quatre mois, depuis trop longtemps. Il faut que cela change.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague opposite for his speech.
I find it a bit ridiculous to hear members say that there was an opportunity to vote for a bill to help people living with disabilities last month, but today, a month later, they are justifying having voted against it.
Today, we have the opportunity to vote in favour of the bill. Once again, it is easy to say that the bill is not perfect. Could my colleague opposite tell us whether it would have been better to vote in favour the first time, thereby avoiding all the political games?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue d'en face de son discours.
Je trouve un peu loufoque de dire qu'on a eu l'occasion de voter en faveur d'un projet de loi pour les personnes handicapées, le mois dernier, et que, aujourd'hui, un mois plus tard, on juge bien de se justifier d'avoir voté contre.
Aujourd'hui, on a la chance de voter en faveur du projet de loi. Encore une fois, c'est facile de dire que ce n'est pas parfait. Mon collègue d'en face peut-il nous dire s'il n'aurait pas été mieux de voter en faveur la première fois et d'ainsi empêcher les jeux politiques?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-07-21 10:55 [p.2658]
Mr. Speaker, this is our first opportunity to vote on support for persons with disabilities. In fact, Bill C-17 was not even introduced in the House. We were not able to vote on that bill. The government chose to sulk by not introducing it.
Everyone in the House said that support for people living with disabilities was important. We just had to ensure that it was done right. My speech mainly focused on the fact that it was badly done and rushed. That is also the opinion of groups representing persons with disabilities.
Now, Bill C-20 is properly drafted. It is everything we asked for. The government must stop acting like a dictator and saying take it or leave it, and if we do not take it as it is, it does not work.
We have to return to a process that lets all elected members of every party to participate fully as legislators.
Monsieur le Président, c'est la première fois que nous pourrons voter sur le soutien aux personnes handicapées. En effet, le projet de loi C-17 n'a même pas été présenté à la Chambre. Nous n'avons pas pu voter sur ce projet de loi. Le gouvernement avait choisi de bouder en ne le présentant pas.
Tout le monde à la Chambre était toutefois unanime pour dire que le soutien aux personnes handicapées était important. Il fallait juste s'assurer que c'était bien fait. L'essentiel de mon discours portait justement sur le fait que c'était mal fait, trop précipité. Les regroupements qui représentent ces personnes l'ont dit.
Maintenant, le projet de loi C-20 est bien rédigé. C'est tout ce que nous demandions. Le gouvernement doit arrêter de jouer à la dictature, de dire que c'est à prendre ou à laisser et que si nous ne le voulons pas tel quel, cela ne fonctionne pas.
Il faut justement revenir à un processus qui permette à tous les élus de chaque parti de jouer pleinement leur rôle de législateur.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-21 10:56 [p.2659]
Mr. Speaker, the member has not responded to my colleague in a fully accurate way.
The Bloc, the New Democrats and the Conservatives were provided an opportunity not that long ago to give their unanimous consent. Unanimous consent is often given for a wide variety of bills, not only with this administration, but also previous administrations, so it is not as though it is unprecedented. There was an opportunity for us to see this legislation, or a form of it, pass.
It was not necessarily the Bloc as much as the Conservatives, but to try to imply that the government did not attempt to bring forward legislation that would have seen money in the pockets of individuals with a disability gives the wrong impression.
Would the member not acknowledge that there was a genuine attempt to make that happen?
Monsieur le Président, la réponse que le député a fournie à mon collègue n'est pas tout à fait exacte.
Les députés du Bloc québécois, du Nouveau Parti démocratique et du Parti conservateur ont eu l'occasion, il n'y a pas si longtemps, d'accorder le consentement unanime, comme cela se fait fréquemment pour une grande variété de projets de loi. Cette pratique n'est pas unique au gouvernement actuel. D'autres gouvernements y ont antérieurement eu recours. Ainsi, elle n'est pas sans précédent. Nous avons eu l'occasion d'adopter le présent projet de loi, ou du moins une version antérieure de celui-ci.
Ce n'est pas tant les bloquistes que les conservateurs qui ont refusé le consentement unanime. Toutefois, il est faux de laisser entendre que le gouvernement n'a pas tenté de présenter un projet de loi visant à mettre de l'argent dans les poches des personnes handicapées.
Le député ne reconnaît-il pas que le gouvernement a réellement tenté de faire adopter un projet de loi à cette fin?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-07-21 10:57 [p.2659]
Mr. Speaker, the government chose to introduce Bill C-17 as one bill made up of four different parts that could not be amended.
The part regarding support payments for people living with disabilities had the unanimous consent of the House. Had the government chosen to seek unanimous consent to pass that part of Bill C-17, it would have immediately gotten that consent. Every party publicly expressed its support for that part of the bill, so there would not have been any problem with that.
The government said no. The parties had to take the whole bill or leave it. That is the problem that we are once again seeing in this catastrophic approach to urgently passing bills imposed by the government. The part of Bill C-17 that helps people living with disabilities would have excluded the poorest members of that group because it was poorly written. The government is short-circuiting the usual process for passing bills in the House. That is what I have a problem with.
I hope I have made that clear to the Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons. This way of doing things needs to change. We have been doing things this way for four months and that is too long.
Monsieur le Président, le gouvernement a choisi de présenter le projet de loi C-17 comme un bloc qui comportait quatre parties, où il n'y avait de la place pour aucune modification.
Pour la partie concernant le paiement en soutien aux personnes ayant un handicap, il y avait unanimité à la Chambre. Si le gouvernement avait choisi de demander le consentement unanime pour adopter cette partie du projet de loi C-17, elle l'eût été immédiatement. Chaque parti s'était prononcé en faveur publiquement. Donc, il n'y aurait pas eu de problème.
Le gouvernement a dit non. C'était à prendre ou à laisser, comme un tout. C'est le problème qu'on voit encore dans la façon catastrophique d'adopter des projets de loi dans l'urgence, que le gouvernement impose à la Chambre. Dans le projet de loi C-17, la partie venant en aide aux personnes ayant un handicap aurait exclu les plus pauvres, parce que c'était mal rédigé. Le gouvernement court-circuite le processus d'adoption normal des projets de loi à la Chambre. C'est cela que je dénonce.
J'espère que le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre l'a bien entendu. Il faut que cette façon de faire change. Cela fait quatre mois qu'il en est ainsi, cela fait trop longtemps.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his speech. I really liked what he had to say.
I think Bill C-20 would have been a good opportunity for the government to simplify to some degree the fairly complex measures introduced in Bill C-17. It is still complex. It is written in very complex jargon. We are afraid it might prevent some businesses and individuals from getting the help they need, which is what happened with the emergency commercial rent assistance. We realized that applying for it was so complicated, people just gave up.
Does my colleague think Bill C-20 would have been a good opportunity for the government to simplify the process?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son allocution. J'ai beaucoup aimé ce qu'il a dit.
Je pense que le projet de loi C-20 aurait été l'occasion pour le gouvernement de simplifier un peu les mesures qu'il met en place et qui étaient assez complexes dans le projet de loi C-17. Ce l'est encore. C'est écrit dans un jargon très complexe. Nous avons peur que cela empêche certaines entreprises ou certaines personnes d'aller chercher l'aide nécessaire, comme cela a été le cas pour l'aide d'urgence pour le loyer commercial. Nous nous sommes rendu compte que c'était tellement compliqué d'aller la chercher que les gens ont dû y renoncer.
Mon collègue pense-t-il que le projet de loi C-20 aurait été l'occasion pour le gouvernement de simplifier le processus?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-07-21 10:59 [p.2659]
Mr. Speaker, the Income Tax Act is such incomprehensible gobbledygook that a physicist or a mechanical or electrical engineer would struggle to do the math. The equations are full of variables. There are more letters than numbers. There are cross references. It is endless. It is impossible to understand.
During the technical briefing on this bill provided by officials, we were assured that the government would be able to present the extension of the wage subsidy and all its various forms in a comprehensible way. That is a huge but necessary challenge. As my colleague said, that was not the case at all for the commercial rent assistance.
Monsieur le Président, la façon dont la Loi de l'impôt sur le revenu est rédigée est un tel charabia incompréhensible qu'un ingénieur en physique, en mécanique et en électricité y perdrait ses mathématiques. On y voit des équations de variables. Ce ne sont pas des chiffres, ce sont des lettres avec un peu de chiffres. Il y a des renvois. Cela ne finit jamais. C'est à n'y rien comprendre.
Lors du breffage technique offert par les fonctionnaires sur ce projet de loi, on nous a assuré que le gouvernement serait en mesure de présenter la prolongation de la subvention salariale et de toutes ses déclinaisons de façon compréhensible. C'est un beau défi, mais c'est pourtant essentiel. Comme ma collègue l'a dit, pour l'aide pour le loyer commercial, cela n'a pas été le cas du tout.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2020-07-21 11:00 [p.2659]
Mr. Speaker, members bring their personal experiences to the House of Commons. I am here to represent the people of Quebec and my riding. I am also the critic for families, children and social development.
I want to talk a bit about my experience. There is a lot of talk about what is being proposed in Bill C-20, and it is clear that the matter of accessibility is a sticking point. I am a mother of three children, one of whom has a disability.
For several weeks now, I have heard people talking about the bill that was tabled and that would make certain things possible. I, of course, see the bill from a parliamentary perspective, but also from a personal perspective, as I think about people who are living with a disability and who are vulnerable. The government is implying that everything is easy and available and that these people were taken into account, but all along it has been dragging its feet and taking its time.
Today, listening to the questions being asked in the House, it is unclear how the assistance for people with disabilities will be provided. The government is unable to tell us whether the $600 they get will be taxable. In my opinion, we are far from a comprehensive, clear proposal and from providing assistance for those who need it most.
I wanted to mention that, not only is this measure long overdue, but there is still the matter of accessibility. That is why debates and committees are an important part of the process of perfecting bills, as my hon. colleague from Joliette mentioned earlier. Of course, for the Bloc Québécois, the goal is to help the most vulnerable.
I mentioned that it is too late and that it is unclear, and I feel the same way about the Canada emergency wage subsidy. I have spoken to a number of people and entrepreneurs in my riding who did not have access to the CEWS. Now the government is trying to improve it, apparently so that more people can have access to it.
I went to Gaspé, where I spoke to entrepreneurs. Applying for the wage subsidy is a burden for companies large and small. It is not an easy task. Some were ineligible, and now the government has made some adjustments based on other criteria that are so convoluted as to be almost incomprehensible. Once again, my concern is that the subsidy will not be accessible to people who cannot apply themselves or who cannot do so properly, since the program is so convoluted, as I was saying. We need to clarify and simplify things if we want people to benefit, and the same goes for the $600.
Are we really providing assistance if people are unable to apply for it? In the case of the disability benefit, will people with disabilities be able to receive the whole amount, or will we only be sending them half? Once again, it is too late.
I would like to know if businesses that were not entitled to it may be entitled and may qualify. This could be good for those who were unable to before. The reason it is being adjusted is that we know there were problems with the emergency wage subsidy. Will businesses have retroactive access? Those are my suggestions for this bill.
There are other problems the government could have fixed. Members were talking about vulnerable people earlier. That brings to mind employment insurance sickness benefits. People who are sick now, people with cancer, for example, need money to keep fighting. My colleague from Salaberry—Suroît actually introduced a bill to extend the benefit period for these people, who really need it.
I had hoped that we would be able to add this element. That was what happened with Bill C-17, which included several elements. There are three elements here as well. This is something the government could very easily have done, and that people would have applauded, because they have been waiting a long time.
I will come back to the stories of other vulnerable people in my riding, in particular in seasonal industries where people are still waiting. We are halfway through summer, and we have not yet begun addressing their situation. They are wondering what is going to happen to them in the fall. The emergency wage subsidy is all well and good, but it does not apply to seasonal industries when people are not working.
We need to find something for them. We are being told that something is coming. However, when a seasonal worker knows that he is going to lose his job in the forestry or fishing industries, or in tourism, which has been struggling in many areas back home, he needs to know if he will be able to feed his family in the fall, that he will be able to keep working in his field and supporting his community, and that he will be going back to work in 2021.
We want our communities to retain their vitality and to bounce back from COVID-19. These people truly need help. I want to see this happen fast; I do not want to wait for summer to be over. Once again, we are falling behind on getting assistance to the people who are most vulnerable and who bear the brunt of COVID-19.
Monsieur le Président, quand on arrive à la Chambre des communes, on arrive avec un bagage personnel. Je suis ici pour représenter les Québécois et ma circonscription. Je suis aussi porte-parole en matière de famille, enfants et développement social.
J'ai envie de parler un peu de mon expérience. On parle beaucoup de ce qui est proposé dans le projet de loi C-20 et on se rend compte que la question de l'accessibilité est vraiment un point d'achoppement. Je suis mère de trois enfants, et l'un d'entre eux est en situation de handicap.
Depuis plusieurs semaines, j'entends les gens parler de ce projet de loi qui a été déposé et qui rendrait certaines choses possibles. Je le vois, bien sûr, d'un point de vue parlementaire, mais aussi de façon personnelle, et je pense à tous ces êtres vivants qui sont en situation de handicap et qui ont une vulnérabilité. On essaie de faire croire que tout est facile et disponible et qu'on a pensé à eux, alors que tout ce qu'on fait depuis le début, c'est traîner de la patte et prendre son temps.
Aujourd'hui, en entendant les questions qui ont été posées à la Chambre, ce n'est pas clair pour moi comment l'aide prévue pour les personnes en situation de handicap sera apportée. Le gouvernement est incapable de nous dire si l'aide de 600 $ sera imposable ou non. Selon moi, on est loin d'avoir une proposition absolument complète et claire et de mettre de l'argent dans les poches des gens qui en ont le plus besoin.
Je tenais à mentionner que non seulement cela arrive tard, mais il y reste encore la question de l'accessibilité. Voilà pourquoi les débats et les comités sont importants pour arriver à perfectionner ces projets de loi, comme l'a dit mon honorable collègue de Joliette. Bien sûr, pour le Bloc québécois, le but est d'aider les gens qui les plus vulnérables.
J'ai parlé du fait que c'est trop tard et du manque de clarté, et c'est sensiblement la même chose pour la Subvention salariale d'urgence du Canada. J'ai parlé avec beaucoup de gens et d'entrepreneurs dans ma circonscription qui n'avaient pas accès à la subvention salariale d'urgence. On essaie maintenant de l'améliorer, dit-on, pour que plus de gens puissent y accéder.
Je suis aussi allée en Gaspésie où j'ai parlé à des entrepreneurs. Il n'y a pas que les grandes entreprises, il y a aussi les petites entreprises pour qui c'est un fardeau de faire la demande de subvention salariale. C'est difficile pour elles de le faire. Certaines n'étaient pas admissibles, et on présente maintenant une modulation introduite en fonction d'autres critères qui semblent assez alambiqués pour que les gens puissent s'y retrouver. Encore une fois, ma crainte c'est que ce ne soit pas accessible aux personnes qui ne sont pas aptes à faire la demande elles-mêmes ou à le faire de la bonne façon étant donné que le programme est absolument alambiqué, comme je l'ai dit. Il faut clarifier et simplifier les choses, si on veut offrir quelque chose et c'est la même chose pour les 600 $.
Est-ce qu'on l'offre vraiment si les gens n'arrivent pas à le demander? Pour ce qui est de la prestation à versements pour les personnes ayant un handicap, seront-elles capables de recevoir la totalité de la somme? Est-ce qu'on leur offre plutôt une moitié de versement? Encore une fois, c'est trop tard.
J'aimerais savoir si les entreprises qui n'y avaient pas droit pourront y avoir droit et s'y qualifier. Cela pourrait être intéressant pour celles qui n'y sont pas arrivées. Si on module cela à ce moment-ci, c'est parce qu'on sait qu’il y avait des lacunes dans la subvention salariale d'urgence. Pourront-elles y accéder rétroactivement? Voilà mes suggestions pour le projet de loi actuel.
Il y a d'autres manques que l'on aurait pu régler. On a parlé de personnes vulnérables. Je pense par exemple aux prestations d'assurance-emploi en cas de maladie. Il y a des gens qui sont présentement malades, atteints du cancer par exemple, qui ont besoin d'argent pour continuer leur combat. D'ailleurs, ma collègue de Salaberry—Suroît a déposé un projet de loi pour qu'on puisse augmenter le nombre de semaines de prestation pour ces gens qui en ont véritablement besoin.
J'aurais donc souhaité qu'on puisse ajouter cet élément. C'est ce qui a été fait avec le projet de loi C-17, dans lequel on a placé plusieurs éléments. Il y en a trois ici aussi. C'est donc quelque chose qu'on aurait pu faire très facilement et que les gens auraient salué parce qu'ils l'attendent depuis très longtemps.
Je reviendrai sur le cas d'autres personnes vulnérables de chez moi, notamment dans des industries saisonnières où les gens attendent toujours. On est au milieu de l'été et on ne s'est pas encore penché sur leur cas. Ils se demandent donc ce qui va leur arriver cet automne. On a beau parler de la Subvention salariale d'urgence, cette dernière ne s'applique pas aux industries saisonnières quand les gens ne travaillent pas.
Il faut donc trouver quelque chose. On nous dit qu'il va y avoir quelque chose. Cependant, quand un travailleur saisonnier sait qu'il va perdre son emploi en forêt, dans les pêches ou dans le domaine du tourisme — qui a vivoté à plusieurs endroits chez nous —, il est certain que ce travailleur a besoin de savoir s'il va y avoir du pain sur la table à l'automne et qu'il va être en mesure de demeurer dans son domaine, de faire vivre sa communauté et de reprendre son travail l'an prochain, en 2021.
Nous voulons que nos communautés restent vivantes et qu'elles puissent survivre à la COVID-19. Ces gens-là ont aussi véritablement besoin d'aide. Je m'attends à ce que ce soit fait rapidement, sans attendre que l'été soit passé. Encore une fois, on accuse un retard dans l'aide qu'on doit donner aux gens les plus vulnérables et qui subissent les répercussions négatives de la COVID-19.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-21 11:06 [p.2660]
Mr. Speaker, this is a substantial piece of legislation that would bring in new support for individuals with disabilities. It makes significant changes to the wage subsidy program, a program that has, I would argue, saved millions of jobs. It has allowed employers to continue to employ their employees.
One of the concerns I have is the misinformation that has been put on the record in regard to the legislation itself. We have already had a couple of people speak about the disability aspect of the legislation, saying that it is taxable when, in fact, it is not taxable. The Bloc should be aware of that. If the members believe that it is taxable, they need to show me precisely what it is in the legislation that is giving them the impression that it is taxable. Not only is it not taxable, but it is also not reportable.
This is a direct benefit for individuals with disabilities, and this is something that we have previously attempted to get through the House of Commons. It is some members of the opposition who have caused the delay. This government has been aggressively trying to get it done as quickly as possible.
Monsieur le Président, il s'agit d'une mesure législative de premier plan qui propose une nouvelle mesure de soutien pour les personnes handicapées. Le projet de loi modifiera en profondeur le programme de subvention salariale, lequel — je me permets de le rappeler — a déjà permis de sauver des millions d'emplois, en plus de fournir aux employeurs le moyen de garder leurs employés.
Je dois toutefois admettre que les faussetés qui circulent au sujet du projet de loi lui-même me font tiquer. Plusieurs personnes ont par exemple affirmé que la somme qui y est prévue pour les personnes handicapées sera imposable, alors que c'est faux. Elle ne sera pas imposable. Le Bloc devrait se le tenir pour dit. En fait, j'aimerais bien que les députés qui prétendent que cette somme sera imposable me montrent la partie du texte qui leur permet de faire une telle affirmation. Non seulement elle ne sera pas imposable, mais elle ne pourra même pas être considérée comme un revenu.
Il s'agit d'un paiement qui sera versé directement aux personnes handicapées, et ce n'est pas la première fois que nous essayons de faire adopter cette mesure par la Chambre des communes. C'est la faute de certains députés de l'opposition si les choses trainent autant. Le gouvernement a tout fait pour que cette mesure soit mise en œuvre le plus rapidement possible.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2020-07-21 11:08 [p.2660]
Mr. Speaker, the opposition has the right to disagree with the government. I think that is one of our freedoms, however modest it may be.
I have here an excerpt from the June 1 announcement, in which the Prime Minister mentioned a refundable tax credit. However, Bill C-20 talks about the payment being paid out of the consolidated revenue fund, which indicates just a possibility. It it not stated explicitly, but it is also not ruled out. If I do not see something explicitly stated in a contract, I want to clarify it and have it stipulated. If that is truly what the government intended to do, why did it not just write it down?
I do not want to mislead people. I am simply being a responsible member of Parliament and I am asking questions that, I think, are of interest to my constituents and to the people of Quebec and Canada.
Monsieur le Président, l'opposition a le droit de ne pas être d'accord avec le gouvernement. Je pense que c'est une de nos libertés, si minime soit-elle.
J'ai ici un extrait de l'annonce du 1er juin dans laquelle le premier ministre parlait d'un crédit d'impôt remboursable. Or, dans le projet de loi C-20, on parle d'un versement prélevé sur le Trésor, ce qui ne signifie qu'une possibilité. Ce n'est pas écrit clairement, mais ce n'est pas exclu non plus. Quand je lis un contrat, si un élément n'y est pas écrit, je veux le clarifier et le faire stipuler. En effet, si c'est vraiment ce qu'on entendait faire, pourquoi ne l'a-t-on pas écrit, tout simplement?
Je ne veux pas induire les gens en erreur. Je suis tout simplement responsable comme députée et je pose des questions qui, je pense, intéressent les gens de ma circonscription, du Québec et du Canada.
View Cathay Wagantall Profile
CPC (SK)
View Cathay Wagantall Profile
2020-07-21 11:09 [p.2661]
Mr. Speaker, I appreciated listening to what the member had to say. Today we had the opportunity to walk up the hill together and get to know each other a bit. We have a lot in common in our two ridings, and our concerns are very similar as well.
I do appreciate the Bloc members who have made the wise decision to tell the government that they are not happy with what it has done, with the help of the NDP, to our rights and privileges as the opposition on this side of the floor.
Would the member be interested in encouraging the rest of her caucus to fully support petition e-2629, which calls on the government to do the right thing and return, in full, to the House in September? We need to return so that we can carry on in the role we have to hold the government to account; bring forward our own supply day motions, which, as we have worked together, have been very successful; and have private member's bills.
All the roles we should have on this side of the floor have been hijacked by the government. We need to stand together, not just us parliamentarians in the House, but also every person in each of our ridings, and call on the Liberals to do what they should do and re-engage Parliament, rather than meeting virtually. We are no longer provided with opportunities to hold them accountable, other than through virtual means, or the Prime Minister stepping out of his door.
Monsieur le Président, j'ai pris un grand plaisir à écouter l'intervention de la députée. Aujourd'hui, nous avons eu l'occasion de marcher ensemble sur la Colline pour venir ici et de faire un peu connaissance. Nos deux circonscriptions ont beaucoup en commun, et nos préoccupations sont également très similaires.
J'applaudis les députés du Bloc qui ont pris la sage décision de faire savoir au gouvernement qu'ils n'appuient pas la façon dont il bafoue, avec la complicité des néo-démocrates, les droits et les privilèges des députés de ce côté-ci de la Chambre.
La députée souhaiterait-elle encourager le reste de son caucus à appuyer pleinement la pétition e-2629, qui demande au gouvernement de faire ce qui s'impose en permettant à la Chambre de recommencer à siéger pleinement à compter de septembre? La Chambre doit reprendre ses travaux afin que nous puissions continuer à nous acquitter de nos fonctions, c'est-à-dire tenir le gouvernement responsable, présenter nos propres motions de l'opposition — qui, grâce à notre collaboration, ont été très fructueuses — et présenter des projets de loi d'initiative parlementaire.
Le gouvernement interfère avec toutes les fonctions que ce côté-ci de la Chambre est censé remplir. Nous devons faire front commun, non seulement nous, les parlementaires de la Chambre, mais aussi tous les habitants de nos circonscriptions, afin de demander aux libéraux de faire ce qui s'impose et de permettre à la Chambre de reprendre ses travaux, plutôt que de continuer à procéder par réunion virtuelle. Nous n'avons plus l'occasion de leur demander des comptes, sauf par l'entremise de moyens virtuels ou lorsque le premier ministre met le nez dehors.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2020-07-21 11:10 [p.2661]
Mr. Speaker, I would like to thank my hon. colleague for her question. In fact, I have not read the petition she mentioned.
However, I believe that members have heard me make a request in the House on several occasions. I find that the Wednesday sittings are committee meetings and not real sittings of the House of Commons.
The ten or twenty hours my colleague and I must spend each week to get here will not prevent us from working in the House to hold the government to account. That is what we are doing today, even though it does not really want to answer our questions and seems to believe that we are biased. We need answers and we need to be responsible, which is something I truly appreciate. I believe it is the duty of every parliamentarian.
The Bloc Québécois caucus wants to do its job of course. We, the members, want to do our job as parliamentarians as it is usually understood in the House, with concern for our safety and that of all Canadians.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier mon honorable collègue de sa question. En fait, je n'ai pas lu la pétition à laquelle elle fait référence.
Toutefois, je pense qu'on m'a entendu à plusieurs reprises formuler une demande à la Chambre. Pour moi, les séances actuelles du mercredi sont des réunions de comité, pas des séances de la Chambre des communes.
Les dizaines ou vingtaines d'heures de route que ma collègue et moi devons faire chaque semaine pour venir ici ne vont pas nous empêcher de venir travailler à la Chambre pour demander des comptes au gouvernement. C'est ce que nous faisons aujourd'hui, même si l'on ne veut pas trop répondre à nos questions et qu'on juge que nous avons un parti pris. Nous avons besoin de réponses et d'être responsables, un mot que j'apprécie énormément. Je pense que c'est le devoir de tout parlementaire.
Le caucus du Bloc québécois veut faire son travail, bien entendu. Nous, députés, voulons faire notre travail de parlementaire comme convenu habituellement par la Chambre, en toute sécurité pour nous-mêmes et pour l'ensemble de la population.
View Marilène Gill Profile
BQ (QC)
View Marilène Gill Profile
2020-07-21 11:11 [p.2661]
Mr. Speaker, I am pleased to rise in this House today to discuss, in particular, part 3 of Bill C-20 that would enact an act respecting the suspension or extension of time limits and the extension of other periods as part of the response to the coronavirus disease 2019.
As members are all aware, the COVID-19 pandemic has created many challenges on several fronts, not only for individual Canadians and businesses, but also for the operations of federal and provincial governments. Governments are working hard to respond to the pandemic and protect the well-being and safety of Canadians. Today, I would like to speak about one particular set of challenges that we are proposing to address with this legislation.
This issue has important implications on the rule of law, as well as significant practical implications not only for our justice system but also for the federally regulated sphere in which individuals are governed and businesses operate. I am referring to the issue of fixed statutory deadlines.
Members may wonder what these deadlines are. Canadians normally rely on the certainty of knowing that, if they have a decision from a court, there is a limited time to bring an appeal. They want to know that if they are in a process of trying to comply with a requirement, such as working with creditors, they will not be in default and subject to serious consequences, through no fault of their own, if they continue to follow the steps set out in the law.
Overnight, the certainty offered by fixed time limits became an obstacle rather than a comfort. If an act provides no discretion to extend time limits, there could be serious consequences for Canadians.
Let us take the example of someone who wants to challenge the terms of a divorce settlement ordered by a judge. Suppose this person has lost their job and is caring for the children at home. If the current situation prevents the person from filing an appeal within 30 days as required by the Divorce Act, that person is out of options.
Let us also consider employees under federal jurisdiction who work in essential sectors like transportation and need valid certification. The pandemic could be making it hard or even impossible for them to renew their certification. Can we expect businesses to continue to operate without that certification, potentially putting themselves at risk?
The measures in this bill will provide a level of certainty that will enable individuals, businesses and the government to focus on maintaining or resuming operations in the context of the pandemic.
I am therefore pleased to present a series of measures grouped in one act, an act respecting the suspension or extension of time limits and the extension of other periods as part of the response to the coronavirus disease 2019. The short title of this act is the time limits and other periods act with regard to COVID-19.
The act would apply to two categories of problematic time limits that require immediate attention: first, time limits in civil proceedings, and second, legislative time limits and periods set out in federal acts and regulations.
With respect to civil litigation, should deadlines not be extended, it would risk forcing people to choose between ignoring public health advice and protecting their legal interests for preparing for or attending court. This risk is highest for self-represented litigants, who many not know where to go or what to do to secure their legal rights in the current circumstances. Chief justices have done as much as they can within their powers and have asked for a more complete solution from the federal government. Other stakeholders, such as the bar associations, have also called for the federal government to act quickly.
A number of federal laws include deadlines, and failure to meet these deadlines could have serious and irreversible consequences for Canadians and for Canada as a whole. Even government activities have been affected by the pandemic. A large amount of resources is being allocated to the fight against COVID-19, which prevents us from supporting other activities and meeting certain deadlines.
Under the Food and Drug Regulations, the sale of drugs intended for clinical trials is authorized by default unless Canada sends a notice of refusal before the specified deadline. If we cannot meet these deadlines, Canadians' safety could be at risk. In addition, many companies and organizations will now have more time to hold their annual meetings, without having to ask the courts for an extension.
These are only a few examples. There are many others. If Parliament does not take action and find solutions, Canadians will soon feel the real-life consequences. It is important to point out that several provinces have recognized the need to extend legal and regulatory deadlines and have acted accordingly.
British Columbia, Alberta, Ontario, Quebec and New Brunswick have taken measures to suspend or extend time limits in proceedings under their emergency legislation. In some cases, these provinces have also extended deadlines not related to proceedings. Of course, no provincial measures can resolve the issue of time limits in federal legislation. Newfoundland and Labrador and Manitoba have also passed legislation giving them similar powers.
Our government also received feedback from various stakeholders and parliamentarians on this legislative proposal and considered their comments, as members will see from changes to the bill resulting from those considerations.
The purpose of the bill is clearly set out. It is to temporarily suspend certain time limits and to temporarily authorize the suspension and extension of certain other time limits in order to prevent any exceptional circumstances from making it difficult or impossible to meet those timelines and time limits. It also aims to temporarily authorize the extension of other periods, for instance the validity of licences, in order to prevent unfair or undesirable effects that may result from their expiry in the current circumstances.
It is clearly stated at the outset that the bill is to be interpreted and to provide certainty in legal proceedings and ensure respect for the rule of law and the Canadian Charter of Rights and Freedoms. I want to emphasize that the bill would not apply in respect of the investigation of an offence or in respect of a proceeding respecting an offence, nor does it apply in respect of a time limit or other period that is established by or under the Corrections and Conditional Release Act.
The bill is divided into two substantive parts, one dealing with civil litigation and one dealing with a limited number of regulatory deadlines. For civil litigation, the new act would provide for the suspension of civil limitation periods established in federal legislation. These include time limits for commencing a civil proceeding before a court, for doing something in the course of proceedings, or for making an application for leave to commence a proceeding, or to do something in relation to a proceeding. These provisions would apply to any court referred to in federal legislation.
The suspension is for a maximum period of six months, which starts on March 13 of this year and ends on September 13 of this year, or an earlier day to be fixed by order of the Governor in Council. Even though the suspension of limitation periods will be automatic, the legislation is flexible in nature. Courts will be empowered to vary the length of a suspension when they feel it is necessary, as long as the commencement date of the suspension remains the same and the duration of the suspension does not exceed six months. They will also have the power to make orders to remedy a failure to meet a time limit that is later suspended. In addition, to deal with the possibility of unintended consequences, the Governor in Council may lift a suspension in specified circumstances.
Once again, the duration of the suspensions or extensions cannot exceed a maximum of six months. It is important to point that out. This also includes renewals. The orders do not apply in respect of a time limit or other period that ends on December 31, 2020, nor can they be used to extend a time limit beyond December 31, 2020. What is more, the suspension provided for by an order cannot allow a time limit to continue after December 31, 2020.
However, ministerial orders can be retroactive to March 13, 2020, and can include provisions respecting the effects of a failure to meet the time limit or of the expiry of a period that was then suspended or extended. In order to provide some flexibility, orders may provide that a suspension or extension applies only with the consent of the decision-maker in question or that the decision-maker can refuse to apply the order or make changes regarding its application.
We recognize the unique nature of this legislation. As such, numerous safeguards have been built into the bill right from the beginning. First and foremost, the bill clearly indicates that the powers to make orders cannot be used after September 30, 2020. It also ensures that no order can remain in effect after December 31, 2020. The bill would also give the Governor in Council the power to make regulations restricting or imposing conditions on the power of ministers to make orders regarding time limits and other periods.
What is more, in order to ensure full transparency and ensure that Canadians are being kept informed of what is being done, the new law will require that a ministerial order or order in council regarding suspensions or extensions, together with the reason for making them, be published on a Government of Canada website no later than five days after the day on which it is made for a period of at least six months. It must also be published in the Canada Gazette within 14 days after the day on which it is made.
That is very important. It is a way of ensuring that all parties and all stakeholders are made aware of the extension or suspension of the provisions of this act.
As is clear from this overview, our proposed legislation is targeted, flexible and transparent. It provides the certainty that all Canadians deserve when dealing the legal system, while promoting the rule of law and giving needed flexibility in key regulatory areas. At the same time, it ensures that needed protections are in place and it recognizes the key role that Parliament plays in holding government to account.
For these reasons, I hope we will find support, not only from this side of the House but from the other side of the House, to make sure that we provide the needed flexibility that Canadians deserve during the pandemic, and to also make sure that they get that information to understand why we would need to prolong or suspend the measures that are applicable in this law.
I look forward to questions from hon. members.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole à la Chambre aujourd'hui au sujet, notamment, de la partie 3 du projet de loi C-20, qui édicte la Loi concernant la suspension et la prolongation de délais et la prolongation d’autres périodes dans le contexte de la réponse à la maladie à coronavirus 2019.
Comme les députés le savent, la pandémie de COVID-19 a créé de nombreuses difficultés dans plusieurs domaines, non seulement pour les particuliers et les entreprises du Canada, mais aussi pour les activités des gouvernements fédéral et provinciaux. Les gouvernements travaillent sans relâche pour lutter contre la pandémie ainsi que pour assurer le bien-être et la sécurité des Canadiens. Aujourd'hui, je tiens à parler expressément d'un problème que nous proposons de régler grâce à la mesure législative.
Ce problème a des répercussions importantes sur le respect de la primauté du droit ainsi que d'importantes conséquences pratiques non seulement pour le système de justice, mais aussi pour les personnes et les entreprises assujetties à la réglementation fédérale. Je parle du problème des délais fixes prévus par la loi.
Les députés se demandent peut-être ce que sont ces délais. Les Canadiens comptent normalement sur une certitude: si un tribunal rend une décision, il y a un délai pour interjeter appel. Lorsqu'ils sont en train d'essayer de se conformer à une exigence, comme s'entendre avec des créanciers, ils veulent avoir l'assurance que, s'ils continuent de suivre les étapes prévues par la loi, ils ne seront pas pris en défaut de paiement, ce qui les exposerait à de graves conséquences, pour des raisons indépendantes de leur volonté.
Du jour au lendemain, l'élément de certitude qu'amenaient les délais est devenu un obstacle plutôt que quelque chose de rassurant. Si une loi donnée n'accorde aucune marge de manoeuvre discrétionnaire qui permettrait de prolonger les délais, les Canadiens et les Canadiennes risquent de commencer à en subir les graves conséquences.
Prenons l'exemple d'une personne qui souhaite contester les conditions imposées par un juge dans le cadre d'un divorce, mais qui a perdu son emploi et qui s'occupe de ses enfants à la maison. Si la situation actuelle l'empêche de respecter le délai d'appel de 30 jours prévu par la Loi sur le divorce, il n'y a plus de recours.
Pensons aussi aux employés d'entreprises de compétence fédérale qui travaillent dans des secteurs essentiels comme les transports et qui ont besoin d'une certification en règle. La pandémie peut rendre difficile, voire impossible, le renouvellement de cette certification. Peut-on s'attendre à ce que les entreprises continuent leurs opérations sans cette certification et qu'elles s'exposent ainsi à des risques?
Ces mesures contribueront à apporter une dose de certitude qui permettra aux particuliers, aux entreprises et au gouvernement de se concentrer sur le maintien ou la reprise de leurs activités dans le contexte de la pandémie.
Je suis donc heureux de présenter un ensemble de mesures regroupées dans une loi et concernant la suspension et la prolongation des délais et d'autres périodes dans le contexte de la réponse à la maladie à coronavirus de 2019. Le titre abrégé de cette loi est la Loi sur les délais et autres périodes (COVID-19).
Cette loi viserait deux catégories de délais problématiques qui requièrent une attention immédiate: les délais judiciaires dans le contexte civil dans un premier temps, et les délais et périodes réglementaires prévus dans les lois et règlements fédéraux dans un second temps.
En ce qui concerne les litiges civils, ne pas prolonger les délais risque de forcer les gens à choisir entre ignorer les conseils des autorités de santé publique et protéger leurs intérêts juridiques en se préparant ou en se présentant au tribunal. C'est pour les personnes qui se représentent elles-mêmes que le risque est le plus élevé, puisque beaucoup d'entre elles ne savent ni où aller ni quoi faire pour protéger leurs droits juridiques dans le contexte actuel. Les juges en chef ont fait tout ce qui est en leur pouvoir et ils ont demandé une solution plus complète de la part du gouvernement fédéral. D'autres intervenants, comme les barreaux du pays, ont également demandé au gouvernement fédéral d'agir rapidement.
De notre côté, de nombreuses lois fédérales prévoient des délais dont le non-respect pourrait avoir des répercussions importantes et irréversibles pour la population canadienne et pour le Canada dans son ensemble. En raison de la pandémie, même les activités gouvernementales sont touchées. Une grande partie des ressources est consacrée à la lutte contre la COVID-19, ce qui empêche de soutenir d'autres activités et d'accomplir certaines choses dans les délais requis.
Au titre du Règlement sur les aliments et drogues, la vente de médicaments destinés à des essais cliniques est autorisée par défaut, à moins que le Canada envoie un avis de refus dans les délais prescrits. S'il est impossible de respecter ces délais, la sécurité d'un certain nombre de Canadiennes et de Canadiens pourrait être menacée. De plus, de nombreuses entreprises et organisations auront désormais plus de temps pour tenir leurs réunions annuelles, sans avoir à recourir aux cours pour obtenir une prolongation.
Ce ne sont que quelques exemples, et il y en a bien d'autres. Si le Parlement n'agit pas pour apporter des solutions, la population canadienne en subira concrètement les conséquences dans un avenir rapproché. Il est important de souligner que plusieurs provinces ont reconnu la nécessité de prolonger les délais légaux et réglementaires et qu'elles ont pris des mesures en ce sens.
Il y a notamment lieu de noter que la Colombie-Britannique, l'Alberta, l'Ontario, le Québec et le Nouveau-Brunswick ont pris des mesures pour suspendre ou pour prolonger des délais judiciaires en vertu de leurs lois respectives applicables aux situations d'urgences. Dans certains cas, ces provinces ont prolongé des délais non judiciaires. Bien sûr, aucune mesure de ressort provincial ne peut résoudre la question des délais prévus dans les lois fédérales. Les provinces de Terre-Neuve-et-Labrador et du Manitoba ont aussi adopté des projets de loi prévoyant des pouvoirs similaires.
Le gouvernement a également tenu compte des commentaires provenant de divers intervenants et parlementaires au sujet de la mesure législative proposée, comme les députés peuvent le constater à la lumière des amendements qui ont été apportés au projet de loi dans la foulée des commentaires reçus.
Il est clairement énoncé que le projet de loi a pour objet, en premier lieu, de suspendre temporairement certains délais et de permettre temporairement la suspension et la prolongation d'autres délais afin d'éviter que des circonstances exceptionnelles n'en rendent le respect difficile ou impossible, et, en second lieu, de permettre temporairement la prolongation d'autres périodes, par exemple la validité d'un permis, afin d'éviter que leur expiration n'entraîne des effets injustes ou indésirables en raison de ces circonstances exceptionnelles.
Par ailleurs, il est clairement précisé que le projet de loi s'interprète de façon à fournir une certitude quant aux instances et à respecter la primauté du droit et la Charte canadienne des droits et libertés. Je souligne le fait que le projet de loi ne s'applique ni à l'égard des enquêtes sur les infractions ni à l'égard des instances concernant les infractions. En outre, il ne s'appliquera pas à l'égard des délais et autres périodes prévus sous le régime de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition.
Le projet de loi est divisé en deux grandes parties. L'une porte sur les litiges civils, l'autre sur un nombre restreint de délais réglementaires. Pour ce qui est des litiges civils, la nouvelle loi prévoirait la suspension des périodes limites établies par les lois fédérales. Cela comprend tout délai concernant le droit d'introduire une instance devant une cour et l'accomplissement d'un acte dans le cadre d'une instance, et tout délai dans lequel il faut présenter une demande visant à obtenir l'autorisation d'introduire une instance ou d'accomplir un acte dans le cadre d'une instance. Ces dispositions s'appliqueraient à toutes les cours dont il est question dans la législation fédérale.
La suspension serait pour une période maximale de six mois allant du 13 mars 2020 au 13 septembre 2020, à moins que le gouverneur en conseil ne fixe une date plus hâtive. Bien que la suspension des délais prévus soit automatique, la loi offre de la souplesse. Les cours pourront modifier la durée d'une suspension si elles le jugent nécessaire, pourvu que la date du début de la suspension demeure la même et que la durée de la suspension n'excède pas six mois. Elles pourront aussi prendre une ordonnance pour annuler les effets du non-respect d'un délai qui a ensuite été suspendu. De plus, afin d'éviter d'éventuelles conséquences imprévues, le gouverneur en conseil peut éliminer une suspension dans certaines circonstances.
Encore une fois, les suspensions ou les prolongations ne seraient possibles que pour six mois au maximum. C'est important de le dire. Cela comprend aussi les renouvellements. Les arrêtés ne peuvent viser les délais ou d'autres périodes qui expirent le 31 décembre 2020 ni prolonger les délais au-delà du 31 décembre 2020. De plus, la suspension permise par un arrêté ne peut avoir pour effet de permettre qu'un délai continue de courir après le 31 décembre 2020.
Les arrêtés ministériels pourraient en revanche avoir un effet rétroactif au 13 mars 2020 et pourraient comporter des dispositions visant à s'occuper des effets du non-respect ou de l'expiration d'un délai qui a ensuite été suspendu ou prolongé. Dans un effort de flexibilité, les arrêtés pourraient énoncer qu'ils s'appliquent seulement si le décideur en question y consent ou énoncer que ce décideur pourrait refuser leur application ou apporter des modifications quant à cette application.
Nous comprenons la nature unique de cette mesure législative. C'est pourquoi, d'entrée de jeu, nous y avons inscrit de nombreuses garanties. D'abord et avant tout, le projet de loi indique clairement que les pouvoirs conférés par la loi pour émettre des arrêtés ne peuvent être exercés après le 30 septembre 2020. En outre, il garantit qu'aucun arrêté ne peut demeurer en vigueur après le 31 décembre 2020 et il permet au gouverneur en conseil de prendre un règlement qui limiterait le pouvoir des ministres de suspendre ou de prolonger des délais et d'autres périodes ou qui soumettrait l'exercice de ce pouvoir à des conditions.
Qui plus est, dans le but d'assurer une grande transparence et de veiller à ce que la population canadienne soit tenue au courant de ce qui se fait, la nouvelle loi exigerait que les arrêtés ministériels de suspension ou de prolongation et les décrets soient publiés sur un site Web gouvernemental au plus tard cinq jours après avoir été pris, accompagnés des raisons qui les justifient, et ce, pour au moins six mois. Ils doivent aussi être publiés dans la Gazette du Canada au plus tard 14 jours après avoir été pris.
Cela est très important. C'est une façon de s'assurer que tous les partis et toutes les personnes concernées sont mis au courant des prolongations ou des suspensions des articles dans cette loi.
Comme en témoigne cet aperçu, la mesure législative que nous proposons est ciblée, souple et transparente. Elle offre les assurances que méritent tous les Canadiens lorsqu'ils ont affaire au système judiciaire, tout en promouvant la primauté du droit et en offrant la souplesse nécessaire dans des secteurs de réglementation d'importance. En même temps, il garantit la mise en place des protections nécessaires et reconnaît le rôle important du Parlement pour demander des comptes au gouvernement.
Pour ces raisons, j'espère que les députés des deux côtés de la Chambre appuieront le projet de loi pour que nous puissions offrir la souplesse que nécessitent les Canadiens et qu'ils méritent pendant la pandémie, et aussi pour que nous nous assurions qu'ils sont bien informés, de manière à comprendre pourquoi nous pourrions avoir besoin de prolonger ou de suspendre les mesures prévues dans cette loi.
Je suis prêt à répondre aux questions des députés.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-07-21 11:27 [p.2663]
Mr. Speaker, I really enjoyed my colleague's speech. He showed us how important it is to extend deadlines during a crisis like this one.
That reminds me of the answer we got yesterday from his colleague, the member for Marc-Aurèle-Fortin, who said the Liberal Party, as an organization, was struggling. The Prime Minister refused to confirm that when my party asked him about it.
I wonder if the Liberal Party will continue to struggle until November 21 or, as the Prime Minister said, until December 31. Does my colleague have a sense of just how badly the Liberal Party is struggling?
Monsieur le Président, j'ai bien apprécié le discours de mon collègue. Il a fait la démonstration de l'importance de la prolongation des délais dans le contexte d'une crise comme celle que nous vivons présentement.
Cela me fait penser à la réponse que nous avons eue hier de la part de son collègue de Marc-Aurèle-Fortin, qui nous a confirmé que, selon lui, le Parti libéral était un organisme en difficulté. Le premier ministre n'a jamais voulu nous le confirmer lorsque questionné par ma formation politique.
Je me demande maintenant si le Parti libéral sera en difficulté jusqu'au 21 novembre ou, comme le dit le premier ministre, jusqu'au 31 décembre. Est-ce que mon collègue a une idée de l'ampleur de la difficulté du Parti libéral?
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2020-07-21 11:27 [p.2663]
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague for his question, although he is fully aware that that is not what this bill is about. This is a bill specifically about suspending legislative provisions that include a time limit. Rather than making a connection, I would prefer to stick to the framework of the bill. It is not that I do not want to say anything, but I fail to see any logical connection between the two things my colleague is trying to conflate in his question.
What I can tell him is that this bill is very important for reassuring Canadians that the law will continue to apply to them despite the usual time limits if they are doing what is required by law. That is why we added this flexibility, so we could make sure that certain provisions could be suspended and others could be extended for up to six months, as well as those that go to the end of this year, that is, December 31, 2020.
Monsieur le Président, je remercie mon honorable collègue de cette question dont il sait très bien qu'elle ne fait pas l'objet de ce projet de loi. Ce dernier vise précisément la question de la suspension des dispositions des projets de loi où il y aurait un délai. Plutôt que d'établir un lien, j'aimerais me limiter au cadre inclus dans le projet de loi. Ce n'est pas que je ne veuille rien dire, mais il ne semble pas y avoir de suite logique entre les deux éléments que mon collègue veut relier dans sa question.
Je peux toutefois lui dire que ce projet de loi est très important pour assurer aux Canadiens que la loi continuera de s'appliquer à eux malgré les délais prévus s'ils sont en train de faire ce que la loi leur demande. C'est la raison pour laquelle nous avons ajouté cette flexibilité, pour nous assurer de pouvoir suspendre certaines dispositions ou en prolonger d'autres jusqu'à six mois, ainsi que celles allant jusqu'à la fin de cette année, soit le 31 décembre 2020.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his very detailed and precise speech.
I would like to ask a question about direct assistance for people with disabilities. The number or percentage of people with disabilities who are eligible for this additional $600 has increased compared with the previous Bill C-17. However, the bill still falls short of covering all people with disabilities. I know there are differences between how the federal and provincial governments consider these data.
Could my colleague make a commitment, as a member of the Liberal Party, to do whatever is necessary to increase this assistance so that all people with disabilities can be helped, as called for by the NDP?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours très détaillé et très précis.
J'aimerais poser une question sur l'aide directe aux personnes en situation de handicap. Comparativement au projet de loi précédent C-17, on a quand même réussi à augmenter le nombre ou le pourcentage de personnes en situation de handicap admissibles à cette aide supplémentaire de 600 $. Cependant, on est encore loin du compte pour ce qui est de l'ensemble des personnes en situation de handicap. Je sais qu'il existe des différences entre le fédéral et le provincial sur la manière de tenir compte de l'ensemble de ces données.
Mon collègue peut-il s'engager en tant que député du Parti libéral à faire les efforts nécessaires pour accroître cette aide afin que l'ensemble des personnes en situation de handicap puissent être aidées, comme le demande le NPD?
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2020-07-21 11:30 [p.2663]
Mr. Speaker, I would like to thank the member for Rosemont—La Petite-Patrie for his question.
As I said to our Bloc Québécois colleague, I would prefer to limit the debate to the provisions and framework of this bill.
As I said, the bill addresses two categories of problematic time limits that need immediate attention. The first is time limits in civil litigation. The second is regulatory deadlines in federal acts and regulations. Again, I cannot connect this to any other situation. That particular situation does not fall within the context of civil litigation. This is specifically about regulations where Canadians might find themselves in a situation that violates the usual time limits set out in other legislation. The bill we just introduced allows certain aspects to be suspended for up to six months or extended in order to ensure that Canadians who are trying to do the right thing can comply with the law. We will ensure that by following the regulations, they are not breaking any laws.
How they would find themselves outside of the positions of respecting the timelines that are already contained in previous legislation.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier le député de Rosemont—La Petite-Patrie de sa question.
Comme je l'ai répondu à notre collègue du Bloc québécois, j'aimerais me limiter aux dispositions et au cadre de cette loi.
Comme je l'ai dit, cette loi viserait deux catégories de délais problématiques qui requièrent une attention immédiate. Dans un premier temps, il s'agit des délais judiciaires dans le contexte civil. Dans un deuxième temps, il s'agit des délais des périodes d'ordre réglementaire prévus dans les lois et règlements fédéraux. Encore une fois, je ne peux pas faire de lien avec d'autres situations. Ce n'est pas une situation qui s'inscrit dans un contexte judiciaire civil. On se limite précisément au cadre des règlements où les Canadiens peuvent se trouver dans une situation qui ne respecte pas les délais prévus par les autres lois. Cette loi que nous venons de présenter leur donne la possibilité de suspendre les éléments pour une durée maximale de six mois ou de prolonger les dispositions pour s'assurer que les Canadiens qui font des efforts seront conformes aux dispositions d'une loi. Nous allons nous assurer qu'en suivant les règlements, ils n'enfreindront pas la loi.
Ils seront ainsi protégés s'ils ne peuvent pas respecter les délais prescrits antérieurement par la loi.
View Brenda Shanahan Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I always learn something when the member for Hull—Aylmer addresses the House. It struck me that we are thinking of deadlines and time limits and legal technicalities that would be not normally the subject here in the House during this confinement because of the coronavirus, which is already a terrible and difficult time for people. Imagine if someone were also going through a divorce or a court hearing and the outcomes were in jeopardy.
I am glad to hear there is flexibility and discretion being given to the courts, but I want to understand more about the safeguards so that we do not see abuse either from this flexibility, but certainly that the aims of justice are served.
Monsieur le Président, chaque fois que le député de Hull—Aylmer prend la parole à la Chambre, j'apprends quelque chose. J'ai été frappée par le fait que les questions de délais et autres formalités judiciaires n'auraient autrement pas été discutées à la Chambre en cette période de confinement à cause du coronavirus qui crée déjà des conditions difficiles et terribles pour les gens. Imaginons ce que doivent éprouver les gens qui, de surcroît, sont en pleine procédure de divorce ou doivent se présenter à une audience d'un tribunal alors que l'instance est en péril.
Je suis heureuse d'apprendre qu'on accorde une certaine latitude et un pouvoir discrétionnaire aux cours. J'aimerais toutefois en savoir plus sur les mesures prévues pour que l'on n'abuse pas de cette latitude et, surtout, pour que les intérêts de la justice soient servis.
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2020-07-21 11:33 [p.2664]
Mr. Speaker, I am always happy to answer questions from my hon. colleague from Châteauguay—Lacolle, who is doing an outstanding job of representing her constituents here in the House of Commons, especially in a serious situation like this pandemic.
She is perfectly right, and this matter is extremely important to all Canadians, especially those going through a divorce, for instance. They have certain time limits they need to meet, but the pandemic is getting in the way. We are introducing a housekeeping bill to give Canadians some degree of flexibility so they can do what they have to do in certain situations, such as divorce proceedings, which are not easy. We will make sure they are able to meet the stated time limits thanks to the flexibility that this bill provides.
This is a great way to reassure Canadians that even though they are in this pandemic, which is stressful enough, and whatever situation they are in, such as in the case of a divorce, for example, which is extremely upsetting and difficult for those parties, that we have created the flexibility in the legislation to allow them to continue with two tough things, making sure they are not sacrificing their rights or the opportunity to seek out justice or reparations.
Monsieur le Président, je suis toujours heureux de répondre à mon honorable collègue de Châteauguay—Lacolle, qui fait un travail exceptionnel pour représenter ses concitoyens ici, à la Chambre des communes, particulièrement lors d'une situation grave comme cette pandémie.
Elle a tout à fait raison, et cette question est très importante pour tous les Canadiens, surtout ceux qui doivent rompre leur mariage, par exemple. Ils doivent respecter certains délais, mais, à cause de la pandémie, ils ne peuvent pas les respecter. Nous déposons un projet de loi d'ordre administratif pour assurer une flexibilité aux Canadiens, afin qu'ils puissent faire ce qu'ils doivent faire dans certaines situations, comme un divorce, qui ne sont pas simples. Nous allons nous assurer qu'ils pourront respecter les délais prévus grâce à la flexibilité que ce projet de loi établit.
C'est une excellente façon de rassurer les Canadiens: alors que sévit une pandémie qui cause déjà suffisamment de stress et que les gens se trouvent dans diverses situations, par exemple, s'ils sont en train de vivre un divorce, ce qui est extrêmement éprouvant et ardu pour les parties, le projet de loi prévoit la latitude qui permettra aux gens de traverser deux épreuves en même temps. Ainsi, ils n'ont pas à sacrifier l'exercice de leurs droits ou l'occasion d'obtenir justice ou réparation.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, earlier today, I raised the issue of how complex this bill is. Many questions are left unanswered. For instance, Bill C-20 expands access to include seasonal businesses, businesses that were not eligible for assistance before.
There are several questions in my mind. Will the assistance be retroactive? Will it also apply retroactively for those who have been receiving it for months or for new businesses? This could change a lot of things for a business, helping it survive. Being able to get retroactive financial support could be good for a business. I am wondering if that will be on offer.
Monsieur le Président, tout à l'heure, j'ai abordé la question de la complexité de la chose. Plusieurs questions restent sans réponses. Le projet de loi C-20 vient élargir l'accès des entreprises saisonnières, des entreprises qui n'avaient pas droit à l'aide auparavant, par exemple.
Les questions qui me viennent en tête sont les suivantes. Est-ce que l'aide sera rétroactive? Est-ce que les gens qui ont pu en bénéficier depuis plusieurs mois ou les nouvelles entreprises pourront aussi retourner en arrière? Cela pourrait changer beaucoup de choses pour une entreprise, et cela pourrait lui permettre de sortir la tête de l'eau. Si l'entreprise peut avoir accès à une aide financière rétroactive, cela peut être bon pour elle. Je me demande si ce sera le cas.
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2020-07-21 11:36 [p.2664]
Mr. Speaker, I thank my colleague for her question.
The bill provides individuals and businesses with the certainty that if they take legal or regulatory steps, they will now have the flexibility to ensure that they can deal with matters during the pandemic.
If, because of the pandemic, they cannot meet certain time limits set out in the bill, this legislation gives them some flexibility. This will allow them to continue their activities and meet the time limits stipulated in the bill or any deadlines they may have to meet in their particular situation.
The bill introduces a certain flexibility. This gives Canadians, businesses and individuals, the certainty that they can continue their activities and meet all the established time limits.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question.
Le projet de loi permet de donner aux particuliers ou aux entreprises la certitude que s'ils font des démarches judiciaires ou réglementaires, ils auront maintenant la flexibilité de s'assurer qu'ils peuvent traiter des affaires durant la pandémie.
Dans le cas où, à cause de la pandémie, ils ne peuvent pas respecter certains délais prévus dans le projet de loi, ce dernier leur donne une certaine flexibilité. Cela leur permet de poursuivre leurs activités et de respecter les délais prévus dans le projet de loi ou les délais relatifs à la situation particulière dans laquelle ils se trouvent.
Le projet de loi introduit une certaine flexibilité. Cela permet de donner aux Canadiens, aux entreprises ou aux particuliers, la certitude qu'ils pourront poursuivre leurs activités et respecter tous les délais prévus.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2020-07-21 11:37 [p.2664]
Mr. Speaker, it is an honour once again to rise in the House and enter into debate. It is good to be back in Parliament, regardless of the time of year. Even though summer is not normally a time Parliament sits, we have important business to do, so it is good to be back.
In my 10-minute speech, I hope to cover a whole range of subjects, but I want to bring up something that constituents talk to me on a regular basis about, and that is the deterioration in trust that has taken place between Canadians and their government.
On October 21, Canadians sent a minority Liberal government to Ottawa and a strong Conservative opposition and two other parties. Throughout the last number of months, we have not seen an attitude from the Liberal government that it has clearly had its hand slapped by Canadians for a series of ethical failings, among other things. Rather, we have seen a government that clearly seems to want to maintain an aura of not just majority rule, but one in which the current Prime Minister also feels he has a divine right to rule this country in whatever regard he feels according to the whim of the day.
That has caused a deterioration in trust. What I hear from constituents time and again every day, whether by email or phone or when stopped in a grocery store, is that there has been a deterioration in trust between Canadians and the institutions of government. That trust is a sacred thing. It builds the very foundation of what our democratic process is all about.
We have seen a number of ethical violations. In fact, the current Prime Minister is the only prime minister to have been found guilty of ethics violations not once, not twice, but now one that would seem to be well on his way to a third violation. Yet we have seen investigations stymied and documents not being released and cabinet confidences not being waived, although I note that the parliamentary secretary to the House leader made an impassioned defence of why the Prime Minister did not mislead the House earlier, saying instead that they took unprecedented action to release everything.
The facts simply speak for themselves. There is so much more to the story than what we are learning. We find ourselves in the midst of the WE scandal. We find once again that the Prime Minister does not know the line. He seems to wander back and forth between politics and government, and even seeing his family and friends benefit from the power entrusted to the government to govern the country. That is causing an erosion of the sacred trust that exists between the institution of government, including the House, and Canadians.
It is increasingly clear, and I certainly hear about it on a daily basis, that trust has been lost. In fact, in question period yesterday, I asked the Minister of Diversity and Inclusion and Youth if she knew about the Prime Minister's conflict of interest. It was not an hour after question period that an article came out revealing that she had met with WE only a few days prior to this announcement. That deterioration of trust is having a significant impact.
I have the honour of sitting on the ethics committee, where we saw something truly unprecedented. There was a quite simple motion to say that we should shine the light on this scandal and get the information we need, yet we saw government members of that committee filibuster and try to shut down the proceedings. Canadians expect better from their government. I wrote down a number of quotes and checked the minutes of the meeting afterward, and a lot of the things the government members said show a stunning level of hypocrisy.
I will be splitting my time with one of my hon. colleagues from Quebec, and I will not try to pronounce his riding's name out of respect for the French language. I appreciate the reminder to say that.
We have a government that is being rocked by another ethics scandal.
With respect to the bill we are debating today, I have heard a number of the members opposite say that it is all the fault of the Conservatives. In fact, it is probably Stephen Harper. That seems to be the thing they say most regularly. I see the parliamentary secretary to the House leader is probably preparing a question right now. When we were faced with a pandemic that changed the way all of us, all Canadians, and pretty much everybody around the world, lived our daily lives, instead of rising to the challenge regarding where we were as a parliament, we saw a shutting down of Parliament.
The members opposite have said very clearly that we have asked more questions now than we ever have, and it is probably Stephen Harper's fault again. What is very clear is that the government emphasizes style over substance. We admit there were a lot of questions, and we were happy to work within the context of ensuring there was democratic accountability. However, we saw a shutdown of all other aspects of Parliament, including committees. In fact, it was only a few days ago that we saw the opening up of a few other committees.
The ethics committee only met for the first time this past Friday, after a break of a number of months. When I tell my constituents that I am on the ethics committee, their first comment is that it must be really busy or they ask if the Prime Minister actually allows it to do anything. It is unfortunate. I will note that shortly after the ethics committee was struck in this new Parliament, we attempted to have the Ethics Commissioner come to committee to have an honest dialogue about what was found to be a second violation of the Prime Minister with respect to ethics rules and the Liberal members voted against it.
There are so many aspects of the ethical failings of the government. My constituents have continually referred to them as the “cottage chronicles”. Quite often the Prime Minister would make an announcement, with few details and clarification on those details later in the day. A whole host of questions would remain on any of the programs that had been announced and in some cases there would be months of delay before seeing those programs implemented.
Regarding the bill at hand, specifically with respect to the disability portion of this, the Conservatives support ensuring that those who need support get it. The members opposite have said that these delays are the Conservatives fault. Let the record state very clearly that the Conservatives made it clear that we were happy to deal with the legislation and that Parliament should be the body to do so. However, the Liberals played politics with that and shut it down.
There are three main aspects to the bill. We have the wage subsidy, for which a lot of businesses are applying. Some are benefiting, but when I speak to small and medium-sized businesses specifically, they talk about how complicated some of these applications are. When I read through the portions of the bill that deal with the wage subsidy, we see further complications. For a large firm with a corporate office in a large city, that is okay, because it has accounting and legal departments. The accounting and legal departments of the small and medium-sized enterprises, especially in a rural constituency such as mine, is often one person, or a part-time role, or a hired accountant or they simply do the books themselves. Therefore, the unnecessarily complicated nature and aspects of the bill make it more difficult for people to apply.
I have a brief comment on the justice elements of the bill. Certainly, with the times we find ourselves in, it is necessary to have a look at these, but I would note that deterioration of trust, which I mentioned at the beginning of my speech. When I read the aspects of the justice portion of the bill, the thought in the back of my mind was whether the Liberals were trying to sneak something into this that would have that negative impact on Canadians?
I look forward to answering questions on this and trying to dive into many aspects of this important debate today.
Monsieur le Président, encore une fois, c'est un honneur de prendre la parole à la Chambre et de prendre part au débat. Je suis heureux d'être de retour au Parlement, peu importe le moment de l'année. Même si, normalement, le Parlement ne siège pas au cours de l'été, je suis ravi d'être de retour, car nous avons d'importantes affaires à traiter.
Durant mon discours de 10 minutes, j'espère aborder tout un éventail de sujets, mais je veux aussi soulever une question dont les habitants de ma circonscription me parlent souvent, c'est-à-dire l'érosion du lien de confiance entre les Canadiens et le gouvernement.
Le 21 octobre, les Canadiens ont élu à Ottawa un gouvernement libéral minoritaire, une forte opposition conservatrice et deux autres partis. Tout au long des derniers mois, le gouvernement libéral a agi comme si les Canadiens n'avaient pas clairement exprimé leur désapprobation envers ses nombreux manquements à l'éthique, entre autres choses. Non seulement le gouvernement veut manifestement continuer à régner comme s'il était majoritaire, mais aussi le premier ministre se croit investi du droit divin de gouverner le pays comme bon lui semble au gré de ses coups de tête.
Cela entraîne une perte de confiance. Tous les jours, les citoyens de ma circonscription me répètent, que ce soit par courriel, par téléphone ou lorsqu'ils me croisent à l'épicerie, que la confiance des Canadiens envers les institutions du gouvernement s'érode. La confiance est sacrée. C'est le fondement de notre processus démocratique.
Or, les manquements à l'éthique s'accumulent. D'ailleurs, le premier ministre actuel est le seul premier ministre à avoir été jugé coupable d'un manquement à l'éthique, et il l'a été non pas une, mais bien deux fois, et il semble bien parti pour l'être une troisième fois. Malgré cela, on fait entrave aux enquêtes, on refuse de divulguer des documents et on refuse de lever le secret du Cabinet, quoique le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement à la Chambre des communes a défendu avec passion le premier ministre tout à l'heure, soutenant que ce dernier n'a pas induit la Chambre en erreur et que le gouvernement a pris des mesures sans précédent pour divulguer tous les renseignements.
Les faits sont vraiment éloquents. Nous n'avons pas fini d'en apprendre dans cette affaire. Nous sommes au cœur du scandale concernant UNIS. Encore une fois, le premier ministre n'a aucune idée des limites. Il semble louvoyer entre le monde de la politique et celui du gouvernement. Même ses amis et des membres de sa famille bénéficient des pouvoirs confiés au gouvernement pour diriger le pays. Tout cela érode cette confiance sacrée qui doit exister entre l'institution du gouvernement, dont la Chambre, et les Canadiens.
Il est de plus en plus clair, en tout cas c'est ce que j'entends chaque jour, que cette confiance a disparu. À la période des questions d'hier, j'ai demandé à la ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse si elle était au courant du conflit d'intérêts du premier ministre. À peine une heure après la période des questions, on a publié un article dans lequel on apprenait qu'elle avait rencontré des représentants d'UNIS quelques jours seulement avant cette annonce. Cette érosion de la confiance a des répercussions importantes.
J'ai l'honneur de siéger au comité de l'éthique où nous avons pu voir une situation vraiment inédite. Une motion très simple a été présentée dans le but de faire la lumière sur ce scandale et d'obtenir l'information dont nous avons besoin. Qu'ont fait les membres ministériels du comité? Ils ont tenté de bloquer les travaux en faisant de l'obstruction. Les Canadiens s'attendent à mieux que cela de la part de leur gouvernement. J'ai pris en note un certain nombre de choses qui ont été dites et j'ai vérifié le compte rendu de la réunion par la suite. Bon nombre des propos des députés ministériels révèlent une hypocrisie sans nom.
Je vais partager mon temps de parole avec un de mes collègues du Québec. Par respect pour la langue française, je m'abstiendrai d'essayer de prononcer le nom de sa circonscription. Merci de m'avoir rappelé de mentionner ce détail.
Le gouvernement est encore une fois éclaboussé par un scandale causé par son manque d'éthique.
À propos du projet de loi à l'étude aujourd'hui, j'ai entendu un certain nombre de députés d'en face déclarer que c'est la faute des conservateurs. En fait, c'est probablement la faute de Stephen Harper. Il semble que ce soit le clou sur lequel ils frappent le plus souvent. Je vois que le secrétaire parlementaire du leader à la Chambre prépare probablement une question en ce moment même. Lorsque nous avons été confrontés à une pandémie qui a changé la façon dont l'ensemble des Canadiens et des habitants de la planète vivent leur vie au quotidien, le gouvernement a décidé de fermer le Parlement au lieu de relever les défis auxquels la démocratie fait face.
Les députés d'en face ont carrément dit que nous posons plus de questions en ce moment que jamais auparavant. C'est sans doute encore la faute de Stephen Harper. De toute évidence, le gouvernement privilégie la forme plutôt que le fond. Certes, nous avions beaucoup de questions et nous étions prêts à faire respecter le principe démocratique de reddition de comptes. Cependant, il y a eu suppression de tous les autres volets du Parlement, y compris les comités. En fait, un petit nombre de comités ont repris leurs travaux il y a quelques jours à peine.
Le comité de l'éthique s'est réuni pour la première fois vendredi dernier, après une interruption de plusieurs mois. Lorsque je dis aux habitants de ma circonscription que je siège au comité de l'éthique, ils répliquent que le comité doit être très occupé ou demandent si le premier ministre lui permet de faire quoi que ce soit. C'est désolant. Peu après la formation du comité au cours de la présente législature, nous avons tenté d'inviter le commissaire à l'éthique à comparaître, afin d'avoir un entretien honnête au sujet de ce qui s'est avéré le deuxième manquement du premier ministre aux règles d'éthique. Les députés libéraux ont voté contre.
Il y a tant de facettes aux manquements à l'éthique du gouvernement. Mes concitoyens ne cessent de les appeler les « chroniques du cottage ». Très souvent, le premier ministre faisait une annonce en fin de journée qui comportait peu de détails et de précisions sur ces détails. Il restait une foule de questions sur l'un ou l'autre des programmes annoncés et, dans certains cas, il fallait attendre des mois avant que ceux-ci soient mis en œuvre.
En ce qui concerne le projet de loi dont nous sommes saisis, plus précisément la partie relative aux personnes handicapées, les conservateurs appuient la prise de mesures visant à donner de l'aide aux personnes qui en ont besoin. Les députés d'en face prétendent que ces retards sont la faute des conservateurs. Qu'il soit bien clair que les conservateurs ont ouvertement indiqué qu'ils étaient heureux de se pencher sur le projet de loi et que le Parlement devrait être l'organe chargé de cette tâche. Cependant, les libéraux ont fait de la politique avec ce dossier et ils ont fermé le Parlement.
Le projet de loi comprend trois volets principaux. Il y a notamment la subvention salariale, qui est demandée par de nombreuses entreprises. Certaines entreprises peuvent en bénéficier, mais, lorsque je parle à des propriétaires de petites et moyennes entreprises, ils m'expliquent à quel point certains aspects du processus de demande sont compliqués. Lorsque je lis les parties du projet de loi qui ont trait à la subvention salariale, je vois d'autres complications. Pour une grande entreprise établie dans une grande ville, cela ne pose pas problème, car elle peut faire appel à ses services responsables de la comptabilité et des questions juridiques. Dans le cas des petites et moyennes entreprises, surtout dans une circonscription rurale comme la mienne, ces fonctions sont souvent assumées par une seule personne ou par quelqu'un qui fait ce travail à temps partiel, ou alors on embauche un comptable ou on décide tout simplement de s'occuper soi-même de la comptabilité. Par conséquent, en raison de la nature et des aspects inutilement complexes du projet de loi, il est plus difficile pour les gens de soumettre une demande.
J'aimerais parler brièvement des éléments du projet de loi concernant la justice. Dans les circonstances actuelles, il est nécessaire de se pencher là-dessus, mais j'observe une érosion de la confiance, comme je l'ai indiqué au début de mon intervention. Lorsque je lis les dispositions ayant trait à la justice, je me demande si les libéraux ont voulu insérer discrètement dans ce projet de loi des mesures qui auraient des effets négatifs sur les Canadiens.
J'ai hâte de répondre à des questions sur tout cela et d'examiner de nombreux aspects de cet important débat aujourd'hui.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-21 11:48 [p.2666]
Mr. Speaker, when we talk about substance versus style, I am afraid you would not provide me the amount of time that would be required for me to address the member's statement, especially if we want to compare this government to the previous government. The substance has been plenty on this side since we have been in government, and I sat in opposition benches when it was all style. It was called it the Harper bubble.
Having said that, the member makes reference to the legislation, trying to give the impression that when it comes to the issue of disabilities, maybe we could have done it earlier. The member needs to be a bit more forthright with members and those who are following the debate. The Conservative Party did have the opportunity to support the passage, as did other political parties in the chamber. We could have had support for people with disabilities weeks ago had it not been for the tactics of the Conservatives.
Monsieur le Président, je doute que vous me laissiez le temps requis pour répondre à la déclaration du député sur la primauté accordée à la forme par rapport au fond, surtout s'il s'agit d'établir une comparaison entre le gouvernement actuel et le gouvernement précédent. Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement actuel privilégie largement le fond, alors que, lorsque je siégeais sur les banquettes de l'opposition, on privilégiait toujours la forme. C'est ce qu'on appelait la bulle de Harper.
Cela dit, lorsque le député a parlé du projet de loi à l'étude, il a voulu donner l'impression que le gouvernement aurait pu s'occuper plus tôt des personnes handicapées. Il doit être un peu plus franc avec les autres députés et les personnes qui suivent le débat. Le Parti conservateur a eu l'occasion d'appuyer l'adoption de cette mesure, tout comme les autres partis politiques à la Chambre. Nous aurions pu venir en aide aux personnes handicapées il y a de cela plusieurs semaines, n'eût été les tactiques des conservateurs.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2020-07-21 11:49 [p.2666]
Mr. Speaker, the member is right in as far as it could have been passed. However, because the Liberals have shut down Parliament and refused to allow Parliament to do its job, it was not.
When it comes to playing politics, it is a shame really that the Liberals would play politics with an institution like this, that they would use this very House of Commons, which is the pinnacle of Canadian democracy, as a bargaining chip in political discourse in the country. It is the only body where we can be assured that it is not a small group of reporters where the state broadcaster gets a disproportionate number of the questions, but it is truly members who represent every corner of our great country.
The member suggests that somehow the Conservatives tried to shut it down or would not allow it. It is shameful that the Liberals are not allowing Parliament to do its function, not only with respect to its constitutional function but also with respect to the ability for Parliament to do the job that Canadians expected it to do: the essential service of ensuring for my constituents, like the constituents of every member within every corner of the country, that I am doing the job they sent me here to do. It is unfortunate that this continues to be the attitude represented from the other side.
Monsieur le Président, le député a raison de dire que nous aurions pu adopter la mesure législative. Toutefois, nous ne l'avons pas fait parce que les libéraux ont fermé le Parlement et refusent de nous laisser faire notre travail.
Je trouve cela extrêmement dommage que les libéraux se livrent à des jeux politiques avec une institution comme la Chambre des communes, l'emblème de la démocratie du Canada, et qu'ils s'en servent pour se donner un pouvoir de négociations lors des débats politiques au pays. C'est le seul organe au Canada qui garantit à la population que ce sont des députés représentant toutes les régions de notre magnifique pays qui posent les questions et non un petit groupe de journalistes parmi lesquels ceux d'un diffuseur d'État posent un nombre disproportionné de questions.
Le député laisse entendre que les conservateurs auraient tenté de mettre fin au débat sur la mesure législative ou d'empêcher qu'elle soit adoptée. Les libéraux devraient avoir honte de ne pas permettre au Parlement de jouer son rôle, non seulement en ce qui a trait à sa fonction conformément à la Constitution, mais aussi au mandat que les Canadiens lui ont confié et qui consiste à faire, pour les électeurs de sa circonscription, comme pour ceux de la circonscription des députés de tout le pays, le travail pour lequel ils nous ont élus. C'est dommage que les députés d'en face persistent à garder cette attitude.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-07-21 11:50 [p.2666]
Mr. Speaker, I commend my colleague for raising a fundamental aspect of democracy, namely trust.
My colleague from Lac-Saint-Jean and I often say that we must never forget who we work for. We work for our constituents. My colleague aptly and rightly pointed that out.
My colleague talked about the erosion of our constituents' trust in us. I liked his comment that some people are saying that the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics must be really busy. That speaks to the cynicism that we see in society.
Many ethics issues have been raised, and the Prime Minister's ethics violations have been brought up. Something just sprang to mind. If we want to keep our constituents' trust and prevent that trust from deteriorating, maybe we should not personally benefit from the measures we are talking about. I am referring to the emergency wage subsidy.
Does my colleague agree that if a political party is benefiting from the emergency wage subsidy, it is contributing to the erosion of the public's trust in us and feeding public cynicism?
Monsieur le Président, je félicite mon collègue d'avoir soulevé une question fondamentale en démocratie, celle de la confiance.
Mon collègue de Lac-Saint-Jean et moi nous disons fréquemment de ne jamais oublier pour qui nous travaillons: pour nos citoyens. Mon collègue l'a bien souligné et l'a bien fait remarquer.
Mon collègue a parlé de l'érosion de la confiance que nos citoyens peuvent avoir envers nous. J'ai bien aimé sa constatation que certains citoyens se disent que le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique doit être bien occupé. Cela démontre le cynisme qui prévaut au sein de la population.
De nombreuses questions éthiques ont été soulevées et l'on a parlé des violations éthiques du premier ministre. Quelque chose me vient rapidement à l'esprit: si l'on veut garder la confiance de nos citoyens et si l'on veut éviter qu'elle ne se détériore, nous ne devrions peut-être pas profiter personnellement des mesures que nous discutons. Je pense ici à la Subvention salariale d'urgence.
Mon collègue serait-il d'accord avec moi pour dire qu'un parti politique qui profite de la Subvention salariale d'urgence contribue à la détérioration de la confiance que la population a en nous et à son cynisme?
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2020-07-21 11:52 [p.2666]
Mr. Speaker, when it comes to the decisions made within the party to which he has referred, it was a party decision in which MPs had no involvement. I will leave it to the party to answer those questions.
However, he does talk about trust. During the ethics committee last week, the hon. member who spoke before me, the member for Hull—Aylmer, made the comment that democracy was fragile.
I see one of the other committee members sitting across the way, whose constituency I fail to remember. She made a number of comments around the stereotype of politicians, and she is right. There is this negative stereotype around politicians. When we see a prime minister's family benefiting $300,000 from an organization with close ties to the Liberal government, a $900-million sole-sourced contract that would have resulted in $42 million in fees and a whole host of questions surrounding that, the stereotype, unfortunately, of politicians and pork barrel politics is true. It causes a deterioration of that trust, that fundamental and sacred trust that exists between Parliament, its members and Canadians. It is a trust that is difficult to earn and unfortunately it is being eroded.
Monsieur le Président, en ce qui concerne les décisions prises au sein du parti auquel il fait référence, il s'agit d'une décision prise par ce parti avec laquelle les députés n'ont rien eu à voir. Je laisserai donc au parti le soin de répondre à ces questions.
Toutefois, il parle de confiance. Lors d'une réunion du comité de l'éthique la semaine dernière, le député de Hull—Aylmer qui a pris la parole avant moi a fait remarquer que la démocratie était fragile.
Je vois un autre membre du comité siégeant de l'autre côté. Je ne me souviens pas de sa circonscription. Elle a fait un certain nombre de commentaires sur le stéréotype du politicien, et elle a raison. Il y a un stéréotype négatif qui colle à la peau des politiciens. Quand on voit la famille d'un premier ministre recevoir 300 000 $ d'une organisation ayant des liens étroits avec le gouvernement libéral, l'octroi d'un contrat à fournisseur unique de 900 millions de dollars avec des frais d'administration à hauteur de 42 millions de dollars et une pléthore de questions sur ce dossier, cela perpétue le stéréotype du politicien et de la politique de l'assiette au beurre, malheureusement. Cela contribue à éroder la confiance, cette confiance fondamentale et sacrée qui existe entre le Parlement, les députés et les Canadiens. C'est une confiance difficile à gagner, et malheureusement, elle s'érode.
View Jacques Gourde Profile
CPC (QC)
View Jacques Gourde Profile
2020-07-21 11:53 [p.2666]
Mr. Speaker, I am pleased to participate in the debate on Bill C-20, which seeks to provide new support for Canadians in need, and to make my voice and that of my Conservative colleagues heard. We have repeatedly asked the government to make changes to the tax programs and support programs for the forgotten members of our society.
Before I begin my speech, I would like to extend my condolences to anyone who has tragically lost a loved one, or loved ones, to COVID-19. I would also like to thank all of the essential front-line workers and those who are still working to help anyone who is vulnerable and sick because of this terrible virus that has left us all powerless.
Summer is here, but unfortunately, the time for resiliency is not over. We are still facing a lot of uncertainty as a result of new pandemic-related setbacks. Canadians old and young have had their lives, their health and their well-being upended as they face an uncertain future. While I support the measures set out in the bill before us today, I am still outraged. I would be remiss if I failed to mention my indignation against the Liberal government, which was slow to close our borders even though we pushed for it to do so at the first sign of the virus.
We also had to demand a mandatory quarantine for foreign nationals arriving in Canada. That was non-negotiable for our own protection. The Conservative members were the first to support increasing the wage subsidy from 10% to 75%. The Conservative members were also the first to say that the CERB should be opened up to include volunteer firefighters and other low-income earners who were slipping between the cracks. The Conservative members were also the first to say that the agricultural sector should be designated as essential infrastructure.
Members will remember that the previous economic crisis in 2008 happened under a Conservative government, which, I would point out, succeeded in balancing Canada's budget while stimulating economic growth and bouncing back from a crisis that hit Canada harder than any other G7 country.
Faced with the consequences of the COVID-19 crisis, many of my constituents are so worried about what lies ahead for themselves, their children and future generations that they do not know where to turn. I certainly understand how they feel.
This minority Liberal government has been on a spending spree since 2015, although we were in good shape at the time. We have therefore had to work hard and work together to reach a consensus and expose any possible fraud or potential risks in the various programs being announced. We demanded that any infrastructure projects that were ready to go in Quebec get started right away to help with the economic recovery.
We pressured the government to support local media. We also advocated for high-speed Internet access throughout the regions, which the Liberals have been promising for five years now. We are keeping a close eye on the public purse, and always will, for we can no longer afford Liberal extravagances that are unjustified or reserved for their close friends and donors.
The Conservative members of the official opposition are paying close attention to both the reasonable measures that need to be implemented and the unthinkable ones. We are involved in policy development via video conference. We are taking part in many virtual advisory committees and sharing the concerns of Canada's small businesses, which are struggling to survive. As one might expect, a good many sectors have been overlooked.
We are all rising to the challenge of doing things differently and changing the way we live and protect ourselves. For many of us, not being able to go to work every day has shown us how proud we are, how independent we are, and how much our daily work plays into our sense of identity. Bolstered by our values, we are going back to work, in solidarity, to help create wealth and economic prosperity.
The Liberal government's economic and fiscal snapshot showed a massive $343-billion deficit, and total federal debt this year will hit more than $1 trillion. That will be a deep hole to climb out of.
Canada has never fallen so far. It has the highest unemployment rate in the G7. It is the only G7 country that has lost its AAA credit rating. Worse yet, it is the only G7 country without a recovery plan.
While we plan on supporting this assistance, we are well aware that we cannot trust this Prime Minister to lead Canada's recovery.
The government’s excessive taxes, wasteful spending and massive deficits put Canada in an incredibly weak and precarious position even before the pandemic started.
Conservative members want to help Canadians who need assistance. We proposed the back-to-work bonus, a plan to make the Canada emergency response benefit more flexible and more generous, so that workers could earn more as businesses gradually reopened. We are on the road to economic recovery. The Conservative official opposition is responsible for the financial future of my grandchildren and all future generations of Canadians and it is focused on finding concrete, effective solutions for our industries that create jobs, our workers who pay taxes and the growth sectors that generate revenue for Canada. We all know that the Conservative Party is the only party that can replace the current government, but this is not the time for such decisions, because we are convinced that we can continue to work together to face the critical months of the second wave of the virus.
I have the privilege of sitting on the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics. The pandemic has obviously not affected the Prime Minister’s overwhelming desire to flout the law and the rules of ethics and transparency.
I can tell you that on Friday, July 17, 2020, I would not have wanted to be a Liberal member of Parliament. My pride would have been seriously wounded, having to deal with the Prime Minister’s third major instance of wrongdoing and the Liberal members’ filibustering. The Liberals had a lot to say before the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics. They systematically obstructed the committee's work, preventing Canadians with serious questions about the close ties between the Prime Minister and WE from finding out what is really going on. It is Canadians’ democratic right to know the full truth about this new Liberal scandal. Transparency is important in the deliberations of the Prime Minister’s Office.
Although I seriously doubt it, will the Prime Minister waive cabinet confidence this time and finally tell us the truth? Media reports indicate that three members of the Prime Minister’s family were paid $300,000 to attend WE Charity events, some of which took place during the Prime Minister’s first term. Since 2016, the Prime Minister’s mother has spoken at approximately 28 events and received $250,000. The Prime Minister’s brother spoke at eight events and received about $32,000. The media also reported that the current Finance Minister did not recuse himself from the Liberal cabinet review of the WE contract despite the involvement of two members of his immediate family in the charitable organization, one of them as a paid contract worker.
We should also note that the Minister of Natural Resources and the Prime Minister's chief of staff apparently also helped raise $400,000 for the charitable organization in 2010 and 2011, before the Liberals took office.
During a pandemic, we need to implement exceptional measures. We are certainly not going to let this Prime Minister, his family and friends receive or give preferential treatment to take advantage of the situation and profit from it. This Prime Minister, like a spoiled child who only apologizes when he gets caught red-handed, will be watched very closely and continually to make him accountable, and will have to continue to work with us to plan our country's economic recovery. He sometimes seems to forget that he has a minority government.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre part au débat sur le projet de loi C-20 pour offrir un nouveau soutien aux Canadiens qui sont dans le besoin et pour faire entendre ma voix et celle de mes collègues, les députés conservateurs. Nous avons demandé à plusieurs reprises des ajustements aux programmes fiscaux et du soutien aux oubliés.
Avant de commencer mon discours, j'aimerais offrir mes condoléances aux familles et aux proches qui ont malheureusement perdu un ou des êtres chers à cause de la COVID-19. J'en profite également pour remercier tous les travailleurs essentiels de première ligne et ceux qui assistent encore aujourd'hui les personnes vulnérables et malades à cause de ce virus terrible qui nous tient tous en état d'impuissance.
Le temps de la résilience ne se terminera malheureusement pas avec l'arrivée de l'été, puisque nous traversons encore une période incertaine avec les nouveaux revers que nous impose la pandémie. Petits et grands ont vu leur équilibre de vie, leur santé et leur mieux-être être ébranlés devant l'avenir. Même si j'approuve les mesures du projet de loi que nous débattons aujourd'hui, je suis quand même choqué. Je ne peux passer sous silence mon indignation envers le gouvernement libéral, qui a tardé à fermer nos frontières, alors que nous le lui avions demandé avec insistance de le faire dès les premiers signes de la présence du virus.
Nous avons aussi dû exiger une quarantaine obligatoire pour les arrivants étrangers au Canada. Cela allait de soi pour nous protéger. Les députés conservateurs ont été les premiers à soutenir une augmentation de la subvention salariale aux entreprises de 10 à 75 %. Les députés conservateurs ont aussi été les premiers à demander un assouplissement de la PCU pour permettre aux pompiers volontaires et à tous ceux qui passaient entre les mailles du filet, en raison d'un faible revenu d'emploi, d'y avoir quand même droit. Les députés conservateurs ont aussi été les premiers à réclamer qu'on désigne le secteur agricole comme une infrastructure essentielle.
On se souviendra que la dernière crise économique remontait à 2008 sous un gouvernement conservateur qui, rappelons-le, avait réussi à ramener l'équilibre budgétaire au Canada, tout en stimulant la croissance économique et à sortir de cette crise le plus fort de tous les pays du G7.
Devant l'ampleur des conséquences de la crise créée par la COVID-19, plusieurs de mes concitoyens ne savent plus où donner de la tête tellement ils sont inquiets de leur avenir et de ceux de leurs enfants et des générations à venir. Je les comprends très bien.
Ce présent gouvernement libéral minoritaire a beaucoup de facilité à dépenser sans compter depuis 2015, alors que nous étions en bonne posture à l'époque. Nous avons donc dû travailler fort, tous ensemble, pour trouver des consensus et dénoncer la fraude ou les risques potentiels dans les différents programmes annoncés. Nous avons exigé que les projets d'infrastructure qui sont prêts au Québec soient mis en chantier rapidement pour relancer l'économie.
Nous avons mis de la pression sur le gouvernement pour qu'il soutienne nos médias locaux. Nous avons également réclamé un accès Internet haute vitesse partout en région, ce qui est promis depuis déjà cinq ans. Nous surveillons encore et toujours les finances publiques, puisqu'on ne peut plus se permettre les folies libérales injustifiées ou exclusivement réservées aux petits amis qui financent ce parti.
Tant dans les mesures justes à mettre en œuvre que dans l'impensable, les députés de l'opposition officielle du Parti conservateur veillent au grain. Nous participons à l'élaboration des politiques par vidéoconférence, nous assistons à de nombreux comités consultatifs virtuels et nous faisons valoir les nombreuses inquiétudes de nos petites entreprises, qui peinent à survivre. On s'en doute, les secteurs oubliés étaient bien nombreux.
Tous ensemble, nous relevons le défi de voir les choses autrement et de modifier notre façon de vivre et de nous protéger. Pour plusieurs d'entre nous, le fait de ne plus pouvoir exercer notre travail journalier nous a montré la fierté que nous éprouvons, l'autonomie que nous avons et le sentiment d'identité que nous portons jour après jour dans l'exercice de nos fonctions. Riches de nos valeurs, nous revenons au travail, solidaires, pour contribuer à la création de la richesse et à notre prospérité économique.
Le portrait économique et financier du gouvernement libéral étant un déficit qui a explosé à 343 milliards de dollars, la dette fédérale totale s'élèvera à plus de 1 000 milliards de dollars cette année. La pente sera difficile à remonter.
Le Canada régresse comme jamais. Il a le taux de chômage le plus élevé du G7. Il est le seul pays du G7 à avoir perdu sa cote de crédit AAA. Pire encore, il est le seul pays du G7 à ne pas avoir de plan de relance.
Bien que nous ayons l'intention d'appuyer cette aide, nous sommes lucides devant le bilan de ce premier ministre: on ne peut pas lui faire confiance pour mener la reprise au Canada.
Ses impôts excessifs, ses dépenses inutiles et ses déficits massifs ont mis le Canada dans une position incroyablement fragile et faible, avant même que la pandémie ne commence.
Les députés conservateurs veulent aider les Canadiens qui en ont besoin. Nous avons proposé la prime de retour au travail, un plan pour rendre la Prestation canadienne d'urgence plus souple et plus généreuse, pour que les travailleurs puissent gagner plus alors que les entreprises rouvrent progressivement. Nous sommes sur la voie de la reprise économique. En tant que responsable du porte-feuille de mes petits-enfants et de ceux de tous, l'opposition officielle conservatrice demeure aux aguets afin de trouver des solutions concrètes et efficaces pour nos industries qui créent des emplois, pour nos travailleurs qui paient des impôts et pour les secteurs d'avenir qui génèrent des revenus pour le Canada. On le sait, le Parti conservateur est le seul parti à pouvoir remplacer le présent gouvernement, mais l'heure n'est pas aux décisions, puisque nous sommes certains de pouvoir continuer à travailler ensemble en vue des mois critiques de la nouvelle vague de ce fameux virus.
J'ai le privilège de siéger au Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique. Le temps de la pandémie n'aura certainement pas fait exception pour ce qui est du désir presque irrépressible du premier ministre de se soustraire aux lois et aux devoirs d'éthique et de transparence.
Je peux assurer que, le vendredi 17 juillet 2020, je n'aurais pas voulu être un député libéral. Ma fierté aurait été atteinte sérieusement, alors que nous en sommes au troisième écart de conduite majeur de ce premier ministre et que les députés libéraux ont fait de l'obstruction. En effet, les libéraux en avaient long à dire pendant le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique. Ils bloquaient systématiquement son bon fonctionnement, empêchant les Canadiens qui ont de sérieuses questions sur les rapports étroits entre le premier ministre et l'organisme UNIS de savoir de quoi il en retourne vraiment. Connaître toute la vérité sur ce nouveau scandale libéral est un droit démocratique. La transparence est importante dans les délibérations du Cabinet du premier ministre.
Bien que j'en doute fort, cette fois-ci, le premier ministre va-t-il lever le voile, renoncer au secret du Cabinet et nous dire enfin toute la vérité? Les médias nous ont indiqué que trois membres de la famille du premier ministre ont été payés 300 000 $ pour assister à des événements de l'organisme de bienfaisance UNIS, dont certains ont eu lieu durant son premier mandat. Depuis 2016, la mère du premier ministre a pris parole à environ 28 événements et a reçu 250 000 $. Le frère du premier ministre a pris la parole à huit événements et a reçu environ 32 000 $. Les médias ont également indiqué que le ministre des Finances actuel ne s'est pas récusé de l'étude par le Cabinet libéral du contrat de l'organisme UNIS malgré l'implication de deux membres de sa famille immédiate au sein de l'organisme caritatif, l'un d'eux en tant qu'employé contractuel rémunéré.
Notons aussi que le ministre des Ressources naturelles et le chef de Cabinet du premier ministre auraient également participé à la collecte de 400 000 $ pour l'organisation caritative en 2010 et en 2011, avant que les libéraux ne forment le gouvernement.
En ces temps de pandémie, nous devons déployer des mesures exceptionnelles. Il n'est pas vrai que nous allons laisser ce premier ministre, sa famille et ses petits amis recevoir ou faire des passe-droits afin de profiter de la situation pour s'enrichir. Ce premier ministre, comme un enfant gâté qui ne s'excuse que lorsqu'il est pris la main dans le sac, sera surveillé de très près et sans relâche afin qu'il rende des comptes, en plus de devoir continuer à collaborer avec nous pour élaborer la reprise économique de notre pays. Il semble parfois oublier que son gouvernement est minoritaire.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, my colleague spoke about ethics. There was the private island, SNC-Lavalin and now WE Charity. This is the third strike, as my colleague from La Prairie mentioned yesterday. He also said the the Prime Minister should perhaps get a direct line to the Office of the Ethics Commissioner. The Bloc Québécois proposed that the Prime Minister step aside until we shed light on this whole affair.
What does my colleague think of that?
Madame la Présidente, mon collègue a abordé la question de l'éthique. Il y a eu l'île privée, SNC-Lavalin, et maintenant, il y a l'organisme UNIS. On en est à la troisième prise, comme le disait hier mon collègue de La Prairie. Il disait aussi que le premier ministre devrait peut-être s'abonner au bureau du commissaire à l'éthique. Le Bloc québécois a proposé que le premier ministre se retire le temps qu'on fasse la lumière sur toute cette affaire.
Qu'en pense mon collègue?
View Jacques Gourde Profile
CPC (QC)
View Jacques Gourde Profile
2020-07-21 12:03 [p.2668]
Madam Speaker, I thank my colleague for her question.
Ideally, perhaps the Prime Minister would step down, but given how Parliament works, I would be really surprised if he did. Still, I would like to thank the Bloc Québécois for being willing to stand with us at the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics over the next few days.
We think the committee will meet tomorrow, and we expect obstruction. We hope the Bloc Québécois will stay and vote with us so we can finally shed some light on this and get the full truth on the Prime Minister's ethics.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question.
Ce serait peut-être l'idéal que le premier ministre se retire, mais, vu la manière dont fonctionne le Parlement, j'en serais grandement étonné. Par contre, je tiens à remercier le Bloc de bien vouloir rester avec nous au Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique au cours des prochains jours.
Nous pensons que le Comité va siéger demain et qu'il y aura de l'obstruction. Nous souhaitons que le Bloc québécois reste avec nous et vote comme nous pour que nous puissions enfin élucider cela et avoir la vérité entière sur l'éthique du premier ministre.
View Soraya Martinez Ferrada Profile
Lib. (QC)
View Soraya Martinez Ferrada Profile
2020-07-21 12:04 [p.2668]
Madam Speaker, I thank my colleague from the opposition for his comments today.
A few weeks ago, the opposition had an opportunity to support legislation that would have helped people with disabilities who are struggling.
My question is very straightforward. Is the official opposition going to support the government on this provision, which is very clear and seeks to support people with disabilities and increase the emergency wage subsidy? Are the Conservatives going to support the government, yes or no?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de l'opposition de ses commentaires d'aujourd'hui.
Il y a plusieurs semaines, l'opposition a eu l'occasion d'appuyer une mesure législative qui venait en aide aux personnes ayant un handicap en difficulté.
Ma question est très simple. L'opposition officielle va-t-elle appuyer le gouvernement quant à cette disposition, qui est très claire et qui vise à soutenir les gens qui ont un handicap et à augmenter la subvention salariale d'urgence? Les conservateurs vont-ils, oui ou non, appuyer le gouvernement?
View Jacques Gourde Profile
CPC (QC)
View Jacques Gourde Profile
2020-07-21 12:05 [p.2668]
Madam Speaker, I indicated in my speech that we were in favour of this provision, which is more in line with the help that is needed now that an adjustment has been made.
We always agreed with supporting persons with disabilities. The last time, it was presented with other provisions that we did not agree with. Today we will move forward.
Madame la Présidente, j'ai indiqué dans mon discours que nous étions favorables à cette disposition, qui reflète un peu plus l'aide qui est nécessaire, car une modulation a été apportée.
Nous avons toujours été d'accord pour soutenir les personnes ayant un handicap. La dernière fois, cela avait été présenté avec d'autres dispositions sur lesquelles nous n'étions pas d'accord. Aujourd'hui, nous allons aller de l'avant.
View Richard Lehoux Profile
CPC (QC)
View Richard Lehoux Profile
2020-07-21 12:05 [p.2668]
Madam Speaker, I commend my colleague on his speech.
Often people say that this side of the House does not offer any proposals. However, the Conservatives proposed that a change be made to the CERB, that it be regressive in order to make it more accessible to people who would want to go back to work. The emergency wage subsidy is interesting, but it could also be paired with the Canada emergency response benefit to better coordinate both programs.
I would like to have a few more details on this proposal.
Madame la Présidente, je félicite mon collègue pour son discours.
On dit souvent qu'aucune proposition n'est faite de ce côté-ci de la Chambre. Pourtant, les conservateurs ont proposé qu'une modification soit apportée à la PCU, qu'elle soit dégressive pour permettre une plus grande accessibilité aux gens qui voudraient retourner sur le marché du travail. La subvention salariale d'urgence est intéressante, mais elle pourrait aussi être jumelée à la Prestation canadienne d'urgence afin de mieux les coordonner.
J'aimerais connaître un peu plus de détails sur cette proposition.
View Jacques Gourde Profile
CPC (QC)
View Jacques Gourde Profile
2020-07-21 12:06 [p.2668]
Madam Speaker, I thank the hon. member for Beauce. He is very active in his riding and works for the people of Beauce. I want to congratulate him personally.
Whenever the government needs to act—in collaboration with the opposition parties, because this is a minority government after all—we need to ensure that the focus is on investing in the economy.
Canadian companies, small and medium-sized businesses and their millions of employees are the ones who will support the Canadian economy. We must ensure that those jobs are not lost this year, next year or in the years to come. This money should go to the businesses and those who are maintaining jobs, to help them overcome this massive, global challenge. Canada's main challenge will be to maintain jobs, and we need to work with Canadian companies on this. All federal assistance must go towards helping businesses keep people employed.
Madame la Présidente, je remercie le député de Beauce. Il est très actif dans sa circonscription et travaille pour les Beaucerons. Je tiens personnellement à le féliciter.
Dans toutes les mesures que le gouvernement doit mettre en œuvre, en collaboration avec les partis d'opposition, car je rappelle que le gouvernement est minoritaire, nous devons vraiment nous assurer d'investir dans l'économie.
Ce sont les entreprises canadiennes, les petites et moyennes entreprises et leurs millions d'employés, qui vont soutenir l'économie canadienne. Il faut s'assurer que ces emplois restent en place cette année, l'année prochaine et les autres années à venir. Tout argent devrait aller vers les entreprises et ceux qui maintiennent les emplois, pour leur permettre de relever ce grand défi, qui est mondial présentement. Le grand défi canadien sera de garder les emplois en place et cela va se faire en collaboration avec les entreprises canadiennes. Toute l'aide disponible du fédéral devrait aller aux entreprises pour garder le monde en place au travail.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-07-21 12:07 [p.2668]
Madam Speaker, the government has, in fact, been investing in Canada's small businesses, whether it is through working with financial institutions for loans or through the wage subsidy program. The legislation that we are debating today would assist in making some of the changes to modify the program so that, again, even more businesses will benefit from it.
Would the member, as a general thought, agree that the government is in fact putting the right amount of resources into supporting Canada's small businesses and our communities through the CERB program?
Madame la Présidente, en fait, le gouvernement a investi dans les petites entreprises du pays, que ce soit au moyen de prêts accordés par l'entremise d'institutions financières ou du programme de subvention salariale. La mesure législative que nous débattons aujourd'hui permettrait de modifier le programme pour accroître le nombre d'entreprises qui peuvent s'en prévaloir.
De façon générale, le député ne pense-t-il pas que le gouvernement investit des ressources adéquates pour aider les petites entreprises canadiennes, tout comme les collectivités avec la Prestation canadienne d'urgence?
View Jacques Gourde Profile
CPC (QC)
View Jacques Gourde Profile
2020-07-21 12:07 [p.2668]
Madam Speaker, my colleague raised an important point.
In the beginning, the government's earliest initiatives were only for individuals. Members on this side of the House put a lot of pressure on the government to make sure businesses were not forgotten. We asked the government to make changes so that Canadian businesses could keep their employees in the short term and through the coming months. If businesses lose their employees, we will lose our businesses, which make up the economic fabric of this country. Businesses drive our economy, and the future depends on helping them.
Madame la Présidente, mon collègue vient de toucher un point important.
Au début, les premières initiatives du gouvernement ne touchaient que les individus. De côté-ci de la Chambre, nous avons fait énormément de pression pour nous assurer que les entreprises ne soient pas mises de côté et pour demander au gouvernement de réviser son plan afin que les entreprises canadiennes puissent garder leurs employés demain et au cours des mois à venir. Si on perd les employés, on va perdre nos entreprises, les commandes et le tissu économique du Canada. L'avenir est à l'aide aux entreprises.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I am absolutely delighted to be here this afternoon to talk about Bill C-20 and the government's response to COVID-19. I want to begin by acknowledging that we are gathered here on the traditional lands of the Algonquin people.
Before I go on, I want to take a moment. Usually we never meet in July, and this is a very important week for me personally, and the entire Tamil community, so I want to just take a moment to acknowledge the horrific events of Black July, which started on the evening of July 22, 1983. Mobs armed with an electoral list of Tamil homes went door to door in Colombo, Sri Lanka, beat and killed over 3,000 Tamils, and looted their homes and businesses.
This period, known as Black July, sparked an armed conflict and the mass exodus of Tamils out of Sri Lanka. The anti-Tamil pogroms forced many, including my family, to seek refuge in Canada. The government of Pierre Trudeau at that time enacted a special measures program to assist over 1,800 Tamils to settle in Canada. Today, this community is over 300,000 strong, and I am so very proud to be part of this community from coast to coast to coast.
With that, I want to take a moment to reflect on the most vulnerable in our society, particularly as a result of COVID-19. I would be remiss if I did not acknowledge the refugees who are in many camps around the world, struggling in cramped conditions in UNHCR tents or displaced altogether. There are over 80 million displaced people around the world and over 30 million refugees. I want to recognize them and all those who support refugees, both abroad and in Canada, and particularly those who are vulnerable in Canada, who have come in search of freedom but are unfortunately struggling with COVID-19, as are all of us across the globe.
This pandemic has had a very profound effect on all of us, but none more than our seniors. I want to talk about long-term care homes in my province of Ontario, and also locally at the Altamont Care Community in Scarborough—Rouge Park. We lost 52 residents and one staff member to COVID-19, so we have lost 53 people as a result of COVID-19. This is just in one home. There are four other homes: Orchard Villa in Pickering—Uxbridge, Holland Christian Grace Manor in Brampton South, Hawthorne Place Care Centre in Humber River—Black Creek, and Eatonville Care Centre in Etobicoke Centre. All five MPs who correspond to these homes have written to Premier Doug Ford, as well as the Prime Minister.
We are asking the premier to initiate a public inquiry, similar to that of Ipperwash, to make sure that we do not make the mistakes that we made in long-term care homes. Some 80% of deaths associated with the COVID-19 pandemic are a result of people living in long-term care homes. These are our seniors, and it is a national shame. I would say that we have failed our seniors, those who are in long-term care homes, and I am saddened to stand here today to even talk about it. The report from the Canadian Armed Forces, who were deployed to these five care homes, really does shed light on what we need to do, and I want to emphasize and ask the Premier of Ontario to make sure that we do right and get to the bottom of this.
Equally, the five colleagues, including myself, wrote to the Prime Minister seeking national standards for long-term care homes. I realize that there are challenges, in terms of jurisdiction. As a federal government, we are not directly responsible for long-term care homes. Nevertheless, as a government that is responsible for Canadians and to Canadians, it would be incumbent upon us to take some leadership and make sure that we have national standards of care for all those who are in long-term care homes. As a government, we regulate everything from plastic bags to toothpaste and all kinds of consumer products, and, for the life of me, it is hard to imagine why we cannot have some form of minimum standards set for long-term care homes.
I think it is long overdue, and that conversation needs to take place. I look forward to working with the government, as well as our friends across the aisle, to ensure that this does not happen again.
I also want to note that the government recently announced $19 billion toward a safe restart program. This is part of our government's response to COVID-19. This $19 billion will go, in part, toward supporting long-term care homes, especially the deficiencies that are outlined in the report by the Canadian Armed Forces. We are hopeful that the immediate response, in case there is a second or third wave, will be mitigated by the additional financial support that our government is giving to the provinces and, in turn, that should filter in toward long-term care homes.
I also want to address another issue that has been quite troubling to me, and that is the issue of systemic racism. I have spoken about this many, many times in this House and with many of my colleagues, including colleagues from across the aisle. I want to acknowledge that a couple of weeks ago many of us got together and wrote a letter that was signed by many members, led by the member for Hull—Aylmer and of course supported by people like my friend from Hamilton Centre, where we highlighted the need for the government to address the issues of systemic racism.
One thing that COVID-19 has shown us is that it has an impact on racialized people. Whether it is people working on the front lines as workers at hospitals, working as cashiers or working in the restaurant industry, for example, there is a significant impact of COVID-19 on racialized people.
In places like the United States and England, we have specific numbers that speak to this racial divide, but in Canada we do not keep those kinds of statistics. I believe that one of the things we really need to do is gather that information and make sure that we connect the dots between race, poverty and health services. I hope that this is an opportunity for us to learn and, again, mitigate in terms of a second wave.
With respect to overall systemic racism, it is very clear that racism affects many people and it affects them differently. Anti-black racism is profound in our history. It continues. The social results are very obvious. The numbers kind of speak for themselves. Whether it is with respect to the social determinants of health, issues of incarceration or issues of education streaming, there is a profound impact on Canada's black community, as well as indigenous peoples, who, since Confederation, have been rendered to be second-class citizens in all aspects.
This conversation was sparked by the tragic killing of George Floyd at the hands of the Minneapolis police, but of course in Canada we have seen our share of these tragedies, including the brutal attack on Chief Allan Adam at the hands of the RCMP, and the death of Chantel Moore.
We have seen calls for governments at all levels to reimagine what policing looks like, to reimagine how interaction between police and individuals is, especially those who may have mental health issues and those in racialized communities. I think the moment is now for us to seize and make sure we address the systemic issues that have led to these devastating results. I hope that we will be able to work collaboratively to advance these issues in the months to come.
Support for Canadians with disabilities is something our government has been trying to do from the beginning. There have been a number of measures we have put in to support all Canadians, and I will speak to that at the end. However, with respect to this legislation, it will directly assist people with disabilities with a non-reportable payment of $600 to all eligible individuals who receive the disability tax credit.
We have worked hard since the start of this pandemic to provide support for vulnerable Canadians and to ensure that the response plan leaves no one behind. We need to make sure that Canadians with disabilities who are facing additional costs related to the pandemic get the support they need. This payment would also flow to those who are eligible for other disability benefits or supports, such as the Canada pension plan disability benefits, the Quebec pension plan disability benefits or one of the disability supports provided by Veterans Affairs Canada. This would benefit approximately 1.7 million Canadians with disabilities who are facing additional expenses due to the COVID-19 pandemic.
According to the 2017 Canadian survey on disability, 22% of Canadians aged 15 and over identify as having a disability. The rate goes up with age, with 38% of Canadians over 65 and 47% of Canadians over 75. We know that among working-age Canadians with disabilities, more than 1.5 million, or 41%, are unemployed or out of the labour market entirely. Among those with severe disabilities, the rate increases to over 60%.
These Canadians face challenges each and every day, and they do it with determination. They deserve the support of their government. Our government has worked closely with the disability community during this time of crisis, including the COVID-19 disability advisory group, which is advising the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion. The group has shared details about the lived experiences of persons with disabilities during the pandemic, along with disability-specific issues, systemic gaps and potential responses. Our government will continue to work hard to increase accessibility and remove barriers, and it remains committed to a disability-inclusive pandemic response and recovery.
I want to take a minute to acknowledge some of the incredible organizations in Scarborough that have been working to address and support people with disabilities during this pandemic. I want to start by thanking the South Asian Autism Awareness Centre, which does magnificent work with young people with autism who are on the spectrum. The Wellspring Centre, which I was able to visit last week, is a respite care facility that just reopened. I was able to meet with its team and some of its clients. It is a relatively new organization, but one that is very promising and that will really support a lot of people with disabilities.
Community Living is another one. Many of us in Parliament have very important Community Living locations in our ridings. There are several in my riding, and I am always awed by the work they do and the level of commitment their staff and volunteers have in supporting those with disabilities. TAIBU Community Health Centre is located in Scarborough North, adjacent to my riding. It is the only black-focused community health centre in North America. They do some great work, especially supporting those with sickle cell disease and other issues related to the black community, and I want to thank them for their work.
The next aspect of my discussion today is about broadening the Canada emergency wage subsidy. It is now one of the pillars of the government's COVID-19 economic response plan. The Canada emergency wage subsidy was introduced to prevent further job losses, encourage employers to quickly rehire workers previously laid off because of COVID-19, and help better position the Canadian economy as we transition into the post-pandemic recovery.
The Canada emergency wage subsidy can continue to protect jobs by helping businesses keep employees on the payroll and encouraging employers to rehire workers previously laid off. We are already seeing lower unemployment numbers because people are being rehired. It offers more flexibility to employers so that a large number of them can benefit from this subsidy. Employers of all sizes and in all sectors of the economy may be eligible.
Since we launched this program this spring, about three million Canadian employees have had their jobs supported through the Canada emergency wage subsidy, and that number continues to grow. To help support these Canadians, our bill would redesign the Canada emergency wage subsidy and tailor it to the needs of more businesses. This bill would extend the program to the end of 2020, with the intent of providing further support until the end of the year.
The wage subsidy would be made more accessible by making the base subsidy available to all eligible employees who are experiencing any decline in revenues. This would allow businesses, small and large, that have been struggling throughout this pandemic to get access to the support for the first time and help more Canadian workers get support as a result. This would remove any barriers to growth for firms currently using the Canada emergency wage subsidy program. By removing the threshold for support, they will know that they have support as they work to grow, invest and re-hire workers.
Our government is also proposing to introduce a top-up subsidy for eligible employers that have been most adversely affected by the COVID-19 crisis. The redesigned wage subsidy would help position employers and workers for a strong rebound in the post-pandemic recovery.
I want to talk about this program in relation to my experience in the 2008 financial crisis. At that time, I had opened a law firm a couple of years earlier. I had about a dozen staff, and one of the toughest things I had to do at that time, because the economy was contracting, was to lay off staff. I lost a couple of really good people whom I was never able to get back.
From my experience, making sure that companies are supported in keeping their staffing levels is critical to the long-term viability of our economy. It is so important that Canadians be able to continue to work and receive a paycheque, because, ultimately, that is the best form of support any government could give. I am very pleased to say that this program has helped dozens of organizations in my riding and, I am sure, across many of my colleagues' ridings as well.
This is just part of our overall response to COVID-19. Here I want to say a thing or two about the restart program. I know that the city councillor in ward 25, Dr. Jennifer McKelvie, John Tory, the mayor of the City of Toronto, and others have been speaking to us over the last several weeks about their challenges with the city budget and that the $19 billion the federal government is giving to the provinces will inevitably support them with their restart. I really want to thank them for their advocacy.
The other programs we have, as we know, are the Canada emergency response benefit, the Canada emergency student benefit, the GST rebate back in April, the OAS and GIS top-ups, as well as the Canada emergency business account. These are all supports that we have given individual Canadians to make sure they can sustain the financial challenges they have incurred over the past four months.
I want to conclude by thanking all of those who have been working on the front lines, who have been heroic in their efforts. They never set out to be heroes, but they are our Canadian heroes. I want to thank the Canadian Armed Forces for the work they did in my riding, the front-line workers at the hospitals and in all of the different areas, including trucking, cashiers at grocery stores and, of course, Dr. Eileen de Villa, the medical officer of health for the City of Toronto, for her tremendous leadership.
Madame la Présidente, je suis vraiment ravi d'intervenir cet après-midi au sujet du projet de loi C-20 et des mesures que le gouvernement a prises en réaction à la COVID-19. Je tiens d'abord à souligner que nous sommes réunis ici sur les terres ancestrales du peuple algonquin.
Avant d'entrer dans le vif du sujet, je signale que la Chambre ne siège généralement jamais en juillet et que cette semaine est très importante pour moi personnellement et pour l'ensemble de la communauté tamoule. Je prends donc un moment pour rappeler les terribles événements du « juillet noir » qui ont commencé le soir du 22 juillet 1983. Des bandes armées et munies d'une liste électorale des foyers tamouls sont allées de porte en porte à Colombo, au Sri Lanka. Ces truands ont battu et tué plus de 3 000 Tamouls et ont pillé foyers et entreprises.
Cette période, appelée juillet noir, a déclenché un conflit armé et un exode de Tamouls du Sri Lanka. Les pogroms contre la communauté tamoule ont forcé de nombreuses personnes, notamment ma famille, à se réfugier au Canada. À l'époque, le gouvernement de Pierre Trudeau avait mis en place des mesures spéciales qui ont aidé plus de 1 800 Tamouls à s'établir au Canada. Aujourd'hui, la communauté tamoule du Canada compte plus de 300 000 personnes d'un océan à l'autre, et je suis extrêmement fier d'en faire partie.
Cela dit, j'aimerais prendre un moment pour parler des plus vulnérables de notre société, surtout dans le contexte de la COVID-19. Je m'en voudrais de passer sous silence les réfugiés dans les nombreux camps autour du monde, qui en arrachent dans la promiscuité des tentes du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, ou qui errent, tout simplement. Il y a plus de 80 millions de personnes déplacées sur la planète et plus de 30 millions de réfugiés. J'ai une pensée pour ces personnes, ainsi que pour toutes celles qui s'occupent des réfugiés, tant ici qu'à l'étranger, et tout particulièrement pour les personnes vulnérables qui se trouvent au Canada, qui sont venues ici en quête de liberté, mais qui sont malheureusement aux prises avec la COVID-19, tout comme le reste de la population mondiale.
Cette pandémie a eu de très grandes répercussions sur nous tous, mais surtout sur nos aînés. J'aimerais parler des établissements de soins de longue durée de ma province, l'Ontario, et plus particulièrement de l'Altamont Care Community, dans Scarborough—Rouge Park. Nous y avons perdu 53 personnes, soit 52 résidents et un membre du personnel, aux mains de la COVID-19, et il ne s'agit là que d'un établissement. Il y en a quatre autres: l'Orchard Villa dans Pickering—Uxbridge, le Holland Christian Grace Manor dans Brampton-Sud, le Hawthorne Place Care Centre dans Humber River—Black Creek, et le Eatonville Care Centre dans Etobicoke-Centre. Les cinq députés de ces circonscriptions ont écrit au premier ministre ontarien Doug Ford ainsi qu'au premier ministre.
Nous demandons au premier ministre de lancer une enquête publique, similaire à celle d’Ipperwash, afin de nous assurer d’éviter de commettre les mêmes erreurs que celles que nous avons commises dans les établissements de soins de longue durée. Environ 80 % des personnes décédées par suite de la pandémie de la COVID-19 vivaient dans ces établissements. Ce sont nos aînés, et c’est une honte nationale. Je dirais que nous avons laissé tomber nos aînés, ceux qui vivent dans des établissements de soins de longue durée, et je suis triste de prendre la parole ici aujourd’hui pour même en parler. Le rapport des Forces armées canadiennes qui ont été déployées dans ces cinq résidences pour personnes âgées jette vraiment un éclairage sur ce que nous devons faire et je tiens à insister et à demander au premier ministre de l’Ontario de s’assurer que nous fassions bien les choses et que nous fassions toute la lumière sur cette situation.
De même, cinq collègues, dont moi-même, ont écrit au premier ministre pour demander des normes nationales pour les établissements de soins de longue durée. Je suis conscient que des défis se posent en ce qui concerne les champs de compétence. Le gouvernement fédéral n'est pas directement responsable de ces établissements. Néanmoins, à titre de gouvernement responsable des Canadiens et envers les Canadiens, il nous incomberait d’exercer un certain leadership et de veiller à ce que nous disposions de normes nationales pour tous ceux qui vivent dans des établissements de soins de longue durée. À titre de gouvernement, nous réglementons tout, des sacs en plastique au dentifrice et à toutes sortes de produits de consommation et je ne vois absolument pas pourquoi nous ne pouvons pas fixer des normes minimales pour les établissements de soins de longue durée.
Je pense qu’il est plus que temps que cette conversation ait lieu. Je suis impatient de travailler avec le gouvernement et avec nos amis d’en face pour faire en sorte que cela ne se reproduise plus.
Je tiens aussi à souligner que le gouvernement a récemment annoncé 19 milliards de dollars pour un programme de relance en toute sécurité. Cela fait partie de la réponse de notre gouvernement à la COVID-19. Ces 19 milliards de dollars serviront, en partie, à soutenir les établissements de soins de longue durée, en particulier à combler les lacunes exposées dans le rapport des Forces armées canadiennes. Nous espérons que l’intervention immédiate, au cas où il y aurait une deuxième ou une troisième vague, sera atténuée par l’aide financière supplémentaire que notre gouvernement accorde aux provinces, laquelle, au bout du compte, devrait parvenir aux établissements de soins de longue durée.
Je tiens aussi à aborder une autre question qui m’a beaucoup troublé, celle du racisme systémique. J’en ai parlé à maintes reprises dans cette Chambre et avec nombre de mes collègues, y compris des collègues d’en face. Je tiens à reconnaître qu’il y a quelques semaines, bon nombre d’entre nous se sont réunis et ont rédigé une lettre que de nombreux députés ont signée, sous l’impulsion du député de Hull—Aylmer et, bien sûr, avec l’appui de personnes comme mon ami de Hamilton-Centre, dans laquelle nous avons souligné que le gouvernement devait s’attaquer aux problèmes de racisme systémique.
La crise de la COVID-19 a fait ressortir une chose, son impact sur les personnes racialisées. Qu’il s’agisse de gens travaillant en première ligne comme employés dans des hôpitaux, comme caissiers ou dans la restauration, par exemple, la COVID-19 a un impact considérable sur les personnes racialisées.
Dans des pays comme les États-Unis et l’Angleterre, nous disposons de chiffres précis qui illustrent ce fossé racial, mais au Canada, nous ne tenons pas ce genre de statistiques. Je crois que parmi les choses que nous devons vraiment faire, nous devons collecter ces données et nous assurer d’établir des liens entre la race, la pauvreté et les services de santé. J’espère que nous avons là une occasion d’apprendre et, encore une fois, d’atténuer l’impact d’une éventuelle deuxième vague.
Quant au racisme systémique en général, il est très évident que le racisme touche de nombreuses personnes et les affecte différemment. Le racisme envers les Noirs est profond dans notre histoire. Il perdure. Les résultats sociaux sont très évidents. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, pour ainsi dire. Qu’il s’agisse des déterminants sociaux de la santé, des problèmes liés à l’incarcération ou des problèmes liés à la segmentation de l’éducation, les effets sur la communauté noire du Canada sont profonds, tout comme sur les Autochtones qui, depuis la Confédération, ont été relégués au rang de citoyens de deuxième classe sous tous les rapports.
Cette conversation a été déclenchée par le meurtre tragique de George Floyd aux mains de la police de Minneapolis, mais bien sûr, au Canada, nous avons eu notre part de tragédies de cette nature, y compris l’attaque brutale contre le chef Allan Adam aux mains de la GRC, et le décès de Chantel Moore.
Nous avons vu des appels lancés aux gouvernements à tous les niveaux pour qu’ils réimaginent ce à quoi ressembleront les services de police, l’interaction entre les policiers et les citoyens, en particulier ceux qui ont des problèmes de santé mentale et ceux qui font partie de communautés racialisées. Je crois qu’il nous appartient de saisir l’occasion et de veiller à nous attaquer aux problèmes systémiques qui ont abouti à ces résultats dévastateurs. J’espère que nous pourrons travailler en collaboration pour faire progresser ces dossiers dans les mois à venir.
Notre gouvernement s’emploie depuis le début à soutenir les Canadiens handicapés. Nous avons mis en œuvre plusieurs mesures pour soutenir tous les Canadiens, et j’en parlerai à la fin. Cependant, en ce qui concerne ce projet de loi, il aidera directement les personnes handicapées en versant un paiement qui n’a pas à être déclaré de 600 $ à toutes les personnes admissibles qui reçoivent le crédit d’impôt pour personne handicapée.
Nous avons travaillé d’arrache-pied depuis le début de cette pandémie pour soutenir les Canadiens vulnérables et faire en sorte que le plan d’intervention n’oublie personne. Nous devons veiller à ce que les Canadiens handicapés qui doivent supporter des coûts supplémentaires liés à la pandémie reçoivent le soutien dont ils ont besoin. Ce paiement serait aussi versé aux personnes admissibles à d’autres prestations d’invalidité ou mesures de soutien pour personnes handicapées, comme les prestations d’invalidité du Régime de pensions du Canada, les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec ou l’une des mesures de soutien pour les personnes handicapées qu’offre Anciens Combattants Canada. Cette mesure profiterait à environ 1,7 million de Canadiens handicapés qui font face à des dépenses supplémentaires en raison de la pandémie de la COVID-19.
Selon l'Enquête canadienne sur l'incapacité menée en 2017, 22 % des Canadiens âgés de 15 ans et plus s'identifient comme ayant un handicap. Ce taux augmente avec l'âge, avec 38 % des Canadiens de plus de 65 ans et 47 % des Canadiens de plus de 75 ans. Nous savons que parmi les Canadiens handicapés en âge de travailler, plus de 1,5 million, soit 41 %, sont au chômage ou totalement absents du marché du travail. Parmi les personnes gravement handicapées, le taux passe à plus de 60 %.
Ces Canadiens font face à des défis au quotidien, et ils le font avec détermination. Ils méritent le soutien de leur gouvernement. Notre gouvernement a travaillé en étroite collaboration avec la communauté des personnes handicapées pendant cette période de crise, notamment avec le Groupe consultatif sur la COVID-19 en matière des personnes en situation de handicap, qui conseille la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées. Le groupe a partagé des détails sur les expériences vécues par les personnes handicapées pendant la pandémie, ainsi que sur les questions spécifiques au handicap, les lacunes systémiques et les réponses possibles. Le gouvernement continuera à travailler fort pour augmenter l'accessibilité pour les personnes handicapées et pour supprimer les obstacles. En outre, le gouvernement demeure déterminé à adopter une approche inclusive par rapport aux personnes handicapées lors de l'intervention et de la relance liées à la pandémie.
Je tiens à prendre un instant pour souligner certains des merveilleux organismes de Scarborough qui s'efforcent d'aider les personnes handicapées au cours de la pandémie. Je veux d'abord remercier le South Asian Autism Awareness Centre, qui fait un travail magnifique auprès des jeunes atteints d'un trouble du spectre de l'autisme. Le Wellspring Centre, que j'ai pu visiter la semaine dernière, est un établissement de soins de répit qui vient de rouvrir. J'ai pu rencontrer l'équipe du centre et certains de ses clients. Il s'agit d'un organisme relativement nouveau, mais il est très prometteur et il aidera vraiment beaucoup de personnes handicapées.
Community Living en est un autre exemple. Community Living a d'importants bureaux dans la circonscription de nombreux députés. Il y en a plusieurs dans la mienne, et je suis toujours impressionné par le travail qu'accomplit cet organisme et par l'engagement de ses employés et de ses bénévoles à aider les personnes handicapées. Le Centre de santé communautaire TAIBU est situé dans Scarborough-Nord, soit la circonscription voisine de la mienne. C'est le seul centre de santé communautaire en Amérique du Nord qui a comme vocation de traiter les Noirs. Cet organisme fait de l'excellent travail, surtout pour aider les personnes atteintes de drépanocytose et celles qui ont d'autres problèmes liés à la communauté noire, et je tiens à le remercier de son travail.
Le prochain point de mon intervention d'aujourd'hui porte sur l'élargissement de l'accès à la Subvention salariale d'urgence du Canada. Elle est maintenant l'un des piliers du plan d'intervention économique pour répondre à la COVID-19 du gouvernement. La Subvention salariale d'urgence du Canada a été instaurée pour prévenir d'autres pertes d'emplois, encourager les employeurs à réembaucher rapidement les travailleurs mis à pied à cause de la COVID-19 et nous assurer que le Canada sera en meilleure position pour rebondir dans la reprise post-pandémique.
La Subvention salariale d'urgence du Canada peut continuer à protéger les emplois en aidant les entreprises à garder leurs employés et en les encourageant à réembaucher les travailleurs mis à pied au début de la pandémie. Grâce à la réembauche des employés, nous observons déjà une baisse du taux de chômage. La subvention salariale offre une plus grande souplesse aux employeurs pour qu'un grand nombre d'entre eux puissent en profiter. Les employeurs de toutes les tailles et de tous les secteurs de l'économie peuvent y être admissibles.
Depuis que nous avons lancé ce programme au printemps dernier, la Subvention salariale d'urgence du Canada a soutenu l'emploi d'environ trois millions de travailleurs canadiens, et ce nombre ne cesse d'augmenter. Dans le but d'aider ceux-ci, le projet de loi restructurerait la Subvention salariale d'urgence afin qu'elle réponde aux besoins d'un plus grand nombre d'entreprises. En vertu de ce projet de loi, le programme serait prolongé jusqu'à la fin de 2020 pour soutenir davantage les Canadiens.
L'admissibilité à la Subvention salariale d'urgence serait accrue en permettant à tous les employés de toucher la subvention de base, dans la mesure où ils satisfont aux critères d'admissibilité et qu'ils ont subi une perte de revenus, peu importe le montant. Ainsi, les petites et grandes entreprises qui éprouvent des difficultés depuis le début de la pandémie pourraient avoir accès à cette mesure de soutien pour la première fois, aidant par le fait même un plus grand nombre de travailleurs canadiens. Cela éliminerait toutes les barrières à la croissance pour les entreprises qui ont actuellement recours à la Subvention salariale d'urgence du Canada. Le seuil d'admissibilité étant annulé, les entreprises canadiennes sauront qu'elles sont appuyées dans leurs démarches pour réembaucher des employés, croître et investir.
Le gouvernement propose également d'instaurer une subvention complémentaire pour les employeurs admissibles qui sont les plus durement touchés par la crise de la COVID-19. La subvention salariale restructurée contribuerait à ce que les employeurs et les travailleurs soient en meilleure posture pour stimuler la croissance durant la phase de redressement après la pandémie.
En parlant de ce programme, j'aimerais faire le lien avec mon vécu pendant la crise financière de 2008. Je venais d'ouvrir un bureau d'avocats quelques années auparavant. J'avais une dizaine d'employés. Une des choses les plus difficiles que j'ai dû faire à ce moment-là a été de mettre des employés à pied en raison du ralentissement économique. J'ai perdu de très bons employés que je n'ai jamais pu récupérer.
D'après mon expérience, il est essentiel pour la viabilité à long terme de l'économie canadienne de soutenir les entreprises pour qu'elles puissent garder leurs employés. C'est très important que les Canadiens puissent continuer à travailler et à recevoir une rémunération, car, au bout du compte, c'est la meilleure sorte de soutien que le gouvernement puisse offrir. Je suis heureux de dire que ce programme a aidé des dizaines d'organismes dans ma circonscription et sans doute aussi dans celles des autres députés.
Ce n'est qu'une partie des mesures que nous avons prises pour riposter à la COVID-19. J'aimerais maintenant dire un mot ou deux sur la relance. Je sais que la conseillère municipale du district 25, Jennifer McKelvie, le maire de Toronto, John Tory, et plusieurs autres nous parlent depuis des semaines des difficultés budgétaires de la Ville et du fait que les 19 milliards de dollars que le gouvernement fédéral a promis aux provinces devraient nécessairement les aider à relancer l'économie. Je les remercie de leur excellent travail. Ils représentent bien leur ville.
Les autres programmes que nous avons créés sont, comme chacun sait, la Prestation canadienne d'urgence, la Prestation canadienne d'urgence pour les étudiants, le remboursement de la TPS d'avril, les compléments à la Sécurité de la vieillesse et au Supplément de revenu garanti et le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes. Il s'agit d'autant de manières dont nous sommes venus en aide aux Canadiens afin qu'ils puissent surmonter les obstacles financiers qui se dressent sur leur chemin depuis quatre mois.
En terminant, j'aimerais remercier tous les travailleurs de première ligne, dont les efforts ont été tout simplement héroïques. Ils n'ont jamais demandé à être des héros, mais c'est bel et bien ce qu'ils sont. Je remercie également les membres des Forces armées canadiennes du travail qu'ils ont accompli dans ma circonscription, de même que les travailleurs de première ligne, ceux des hôpitaux, mais aussi ceux qui travaillent dans une épicerie ou qui conduisent un camion de marchandises. C'est sans oublier la directrice de la santé publique de la Ville de Toronto, la Dre Eileen de Villa, qui a su faire preuve d'un grand sens du leadership.
View Ziad Aboultaif Profile
CPC (AB)
View Ziad Aboultaif Profile
2020-07-21 12:28 [p.2671]
Madam Speaker, the parliamentary secretary mentioned that the wage subsidy is very important for small businesses to survive. There is no doubt about that, but with the new bill, it seems there are a lot of complications. People probably need master's degrees in mathematics to understand it, plus a few accountants, if they can afford to hire them.
I will give an example to the parliamentary secretary. If a business experienced an average revenue drop of more than 50% over the last three months, it can get a top-up to its wage subsidy benefit to reach a final top-up number. If we add into the calculations the base wage subsidy, which is if it had lost under 49% of its revenue, it is up for another set of calculations.
So my question for the parliamentary secretary is this: If a business loses 60% of its revenue, what would be the wage subsidy percentage that it would receive in order to survive?
Madame la Présidente, le secrétaire parlementaire a mentionné que la subvention salariale est cruciale pour la survie des petites entreprises. Cela ne fait aucun doute, mais le nouveau projet de loi semble toutefois apporter beaucoup de complications. Les gens ont probablement besoin, pour le comprendre, d'avoir une maîtrise en mathématiques ainsi que quelques comptables s'ils en ont les moyens.
Voici un exemple à l'intention du secrétaire parlementaire. Si les revenus d'une entreprise ont baissé de plus de 50 %, en moyenne, au cours des trois derniers mois, elle peut obtenir un pourcentage compensatoire applicable à sa subvention salariale et arriver à un pourcentage compensatoire final. Si on ajoute à ces calculs la subvention salariale de base, qui s'applique si l'entreprise a perdu moins de 49 % de ses revenus, il faut jongler avec une autre série de calculs.
Voici donc la question que j'adresse au secrétaire parlementaire: si une entreprise perd 60 % de ses revenus, quel est le pourcentage de subvention salariale qu'elle recevra pour assurer sa survie?
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I know that my friend from Edmonton Manning and many others in the House are big advocates of small business.
The fact is that all of these supports are not meant to help each and every one who may be affected. They are supposed to help as many as possible, with the widest net possible in giving that support.
There was a lot of criticism of the existing wage subsidy program. I had a lot of employers who came up to me and said they did not meet the threshold. What this would do is open it up and allow more flexibility in the program, and hopefully will widen the net so that more employers can continue to keep Canadians employed.
Madame la Présidente, je sais que le député d'Edmonton Manning et beaucoup d'autres députés sont d'ardents défenseurs de la petite entreprise.
À dire vrai, les mesures d'appui ne sont pas destinées à aider absolument chacune des entreprises touchées. Les mesures sont censées ratisser large et aider le plus grand nombre possible.
On a beaucoup critiqué le programme de subvention salariale existant. De nombreux employeurs m'ont dit qu'ils ne répondaient pas aux critères. Nous proposons d'élargir et d'assouplir le programme afin, espérons-le, qu'un plus grand nombre d'employeurs puissent garder les Canadiens à leur emploi.
View Andréanne Larouche Profile
BQ (QC)
View Andréanne Larouche Profile
2020-07-21 12:30 [p.2671]
Madam Speaker, I thank my hon. colleague for his speech, particularly since he talked about seniors, a matter that prompted me to come to the House on a regular basis during the pandemic so that I could take a stand to improve their situation.
I agree with him that we cannot continue to leave seniors out in the cold. However, we have different opinions on how to remedy that problem. I do not think that the solution is to set a standard for the health care systems of Quebec and the provinces.
The government has been making cuts to our health care system and failing to increase health transfers for years. Does he not think that now is the time to remedy that? Quebec and the provinces are unanimously calling for such action.
What is more, right now, our seniors are receiving just a single cheque for $300. Does my colleague not think that the government should commit to keeping its election promise and improve long-term support for seniors by increasing the old age security benefit and the guaranteed income supplement?
Madame la Présidente, je remercie mon honorable collègue de son discours, d'autant plus qu'il a abordé la question des aînés, un dossier qui m'a amenée à venir régulièrement à la Chambre durant la pandémie et à prendre position pour améliorer leur situation.
Je suis d'accord avec lui sur le fait qu'on ne peut plus se permettre de laisser tomber les aînés. Par contre, sur les moyens à prendre, nos opinions diffèrent. En effet, je ne crois pas qu'établir une norme avec le système de santé qui relève du Québec et des provinces soit la solution.
Après des années à appauvrir notre système de santé, après des années à ne pas augmenter les transferts en santé, ne pense-t-il pas qu'il serait le temps de le faire, comme le demandent le Québec et les provinces de façon unanime?
De plus, en ce moment, nos aînés reçoivent un seul et unique chèque de 300 $. Mon collègue ne pense-t-il pas que le gouvernement devrait s'engager à respecter sa propre promesse électorale et améliorer à long terme l'aide aux aînés en augmentant la pension de la Sécurité de la vieillesse et en bonifiant le Supplément de revenu garanti?
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I thank my colleague for her question.
I do agree that we all need to do more for seniors. The $19 billion the federal government has agreed to give the provinces will ensure that seniors, particularly those in long-term care facilities, are supported during this pandemic, and it allows long-term care facilities as well as the provinces to restart.
I believe that to the extent there are ideological differences about how we fund health care, it is important that we have a national conversation and that the conversation include how provinces are currently supporting seniors and long-term care facilities, but also to have national standards that will ensure that all Canadians across the country who are living in long-term care facilities are able to have the same security.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question.
Je conviens que nous devons tous en faire davantage pour les aînés. Grâce au montant de 19 milliards de dollars que le gouvernement fédéral a accepté de verser aux provinces, les personnes âgées, en particulier celles dans les établissements de soins de longue durée, seront appuyées durant la pandémie. De plus, ces établissements et les provinces pourront connaître un nouveau départ.
Certes, il y a des différences idéologiques sur la manière de financer les soins de santé, mais, selon moi, il est tout de même important d'entamer un débat de société, notamment pour voir comment les provinces soutiennent les aînés et les établissements de soins de longue durée à l'heure actuelle, mais aussi en vue d'établir des normes nationales pour faire en sorte que tous les Canadiens qui vivent dans un établissement de soins de longue durée au pays aient droit au même niveau de sécurité.
View Matthew Green Profile
NDP (ON)
View Matthew Green Profile
2020-07-21 12:32 [p.2672]
Madam Speaker, I want to congratulate the member for Scarborough—Rouge Park for providing a very comprehensive outlook on the response to COVID, even going beyond the bill that is here today. He raised very important points about the experiences of people around the world, quite frankly, including in refugee camps. He spoke about anti-racism. He spoke about people with disabilities and, of course, the economy.
One of the things that has been missing is the impacts of COVID on families who are trying to work their way through immigration. We know that currently there are people who have been waiting not 12 months, not 18 months, but close to two years. This situation happened well before COVID, but now during COVID, its impact on the families who have been separated throughout this crisis in this critical time is becoming much more apparent.
What are the hon. member and his government doing to help prioritize family reunification in this time of crisis?
Madame la Présidente, je félicite le député de Scarborough—Rouge Park d'avoir expliqué en détail les mesures d'intervention à l'égard de la COVID-19, y compris celles qui sortent du cadre du projet de loi à l'étude aujourd'hui. Il a soulevé des questions très importantes sur ce que vivent les gens partout dans le monde, y compris, disons-le bien franchement, dans les camps de réfugiés. Il a parlé de la lutte contre le racisme. Il a aussi parlé des personnes handicapées et, bien sûr, de l'économie.
Il n'a cependant pas été question des répercussions de la COVID-19 sur les familles qui se soumettent au processus d'immigration. Nous savons qu'il y a actuellement des gens qui attendent depuis non pas 12 ou 18 mois, mais depuis près de deux ans. Cette situation sévissait bien avant la pandémie de COVID-19, mais les conséquences de la crise actuelle pour les membres des familles qui ont été séparées rendent le problème d'autant plus évident.
Quelles mesures sont prises par le député et le gouvernement pour faire de la réunification des familles une priorité en cette période de crise?
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Madam Speaker, I appreciate that very important question by my friend from Hamilton Centre.
I had a chance to speak to the Minister of Immigration just this afternoon on a number of issues relating to refugees in particular. I know the commitment is there to ensure there is a level of focus on family reunification. Just before the pandemic hit, family reunification in Canada took just about 12 months. I believe that time might have increased because of COVID-19, and I know the minister is committed to ensuring that those numbers are sustained.
One of the concerns I continue to have is the number of refugee cases being prolonged because of this. It is something that really does put people in limbo, and I am hopeful that the government and the IRB, an independent body of the government, will move toward ensuring that cases are fast-tracked and decisions are rendered sooner than later.
This is an overall disruption to many elements of our justice system, and I think the bill before us does help us in advancing some of those issues within the criminal justice system.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue d'Hamilton-Centre de poser cette question très importante.
Cet après-midi même, j'ai eu la chance de parler avec le ministre de l’Immigration d'un certain nombre de sujets touchant les réfugiés en particulier. Il y a un engagement à mettre l'accent sur la réunification des familles. Juste avant que la pandémie frappe, le processus de réunification des familles au Canada nécessitait environ 12 mois seulement. Ce délai pourrait s'être allongé à cause de la COVID-19, et je sais que le ministre est déterminé à maintenir ces chiffres.
Je demeure notamment préoccupé par le nombre de dossiers de réfugiés dont le traitement est prolongé pour cette raison. Les gens sont alors laissés dans l'attente et l'incertitude. J'ai bon espoir que le gouvernement et la Commission de l'immigration et du statut de réfugié, qui est un organisme gouvernemental indépendant, feront en sorte que les dossiers soient traités plus rapidement et que les décisions soient rendues le plus tôt possible.
Des perturbations générales affectent de nombreux éléments de l'appareil judiciaire canadien. Je crois que le projet de loi dont nous sommes saisis nous aide à faire avancer certains enjeux au sein du système de justice pénale.
Results: 1 - 60 of 2241 | Page: 1 of 38

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data