Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 2246
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
moved for leave to introduce Bill C-3, An Act to amend the Judges Act and the Criminal Code.
demande à présenter le projet de loi C-3, Loi modifiant la Loi sur les juges et le Code criminel.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-25 12:12 [p.126]
Madam Speaker, during question period, we raised the possibility of working on the weekend. We therefore move the following motion:
That, notwithstanding any standing or special order or usual practice of the House, (a) Bill C-2, an act relating to economic recovery in response to COVID-19, be deemed to have been read a second time on division and referred to a committee of the whole; (b) the House shall meet at noon on Sunday, September 27, 2020, for the sole purpose of resolving itself into a committee of the whole to consider the said bill for a period not exceeding six hours and 20 minutes provided that: (i) the committee be subject to the provisions relating to the virtual sittings of the House; (ii) the Speaker may preside; (iii) the Chair may preside from the Speaker's chair; (iv) the Deputy Prime Minister and Minister of Finance, the Minister of Public Services and Procurement, the Minister of Families, Children and Social Development and the Minister of Labour be invited to appear; (v) each minister be questioned for 95 minutes provided that: (a) the Chair shall call members from all recognized parties and one member who does not belong to a recognized party in a fashion consistent with the proportions observed during Oral Questions; (b) no member shall be recognized for more than five minutes at a time which may be used for posing questions; (c) members may be permitted to split their time with one or more members by so indicating to the Chair; (d) the rotation for questions be the rotation used by the former special committee on the COVID-19 pandemic; (e) the ministers answer the questions; (vi) at the expiry of the time provided to the committee of the whole, the committee shall rise, the bill shall be deemed reported back to the House without amendment and the House shall stand adjourned until the next sitting day; (c) the report stage of the said bill begins Monday, September 28, 2020, provided that: (i) the deadline for notices of motion at report stage be set at 9 p.m. on Sunday, September 27, 2020, and if necessary the Order Paper and Notice Paper be republished for the Monday, September 28, 2020, sitting; (ii) the said bill can be debated at third reading during the same sitting; (iii) no more than one sitting day shall be allotted for consideration at report stage and third reading stage of the bill at the expiry of the time provided for Government Orders on Monday, September 28, 2020, or until no member rises to speak, whichever is earlier; the Speaker shall interrupt any proceedings and shall put forthwith and successively, without any further debate or amendment, all questions necessary to dispose of proceedings at the said stages of the bill provided that, if a recorded division is requested, it shall not be deferred.
Madame la Présidente, lors de la période des questions, nous avons évoqué la possibilité de travailler en fin de semaine. Nous proposons donc la motion suivante:
Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou pratique habituelle de la Chambre, a) le projet de loi C-2, Loi relative à la relance économique en réponse à la COVID-19, soit réputé lu une deuxième fois avec dissidence et renvoyé à un comité plénier; b) la Chambre se réunisse à midi le dimanche 27 septembre 2020 à la seule fin de se former en comité plénier au sujet dudit projet de loi pour une période n'excédant pas 6 heures 20 minutes, sous réserve que: 1) le comité soit assujetti aux dispositions relatives aux séances virtuelles de la Chambre; 2) le Président puisse présider; 3) la présidence puisse présider du fauteuil du Président de la Chambre; 4) la vice-première ministre et ministre des Finances, le ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social et la ministre du Travail soient invités à comparaître; 5) chaque ministre soit interrogé pendant 95 minutes sous réserve que: a) la présidence reconnaisse les députés de tous les partis reconnus et un député qui n'est pas membre d'un parti reconnu, guidée par les propositions suivies pendant les questions orales; b) aucun député n'ait la parole pendant plus de cinq minutes à la fois pour poser des questions; c) les députés puissent partager leur temps de parole avec d'autres députés en indiquant à la présidence qu'ils ont l'intention de procéder ainsi; d) la rotation des questions soit la rotation utilisée par l'ancien comité spécial sur la pandémie de la COVID-19; e) les ministres répondent aux questions; 6) à la fin de la période allouée au comité plénier, le comité lève la séance, le projet de loi soit réputé avoir fait l'objet d'un rapport à la Chambre sans amendement et la Chambre ajourne ses travaux jusqu'au prochain jour de séance; c) l'étape du rapport dudit projet de loi commence le lundi 28 septembre 2020 sous réserve que: 1) l'échéance des avis de motion à l'étape du rapport soit fixée à 21 heures le dimanche 27 septembre 2020 et, au besoin, le Feuilleton et le Feuilleton des avis soient republiés pour la séance du lundi 28 septembre 2020; 2) ledit projet de loi puisse être débattu en troisième lecture à la même séance; 3) pas plus qu'une journée de séance ne soit accordée pour la considération à l'étape du rapport et à l'étape de la troisième lecture du projet de loi et, à l'expiration du temps accordé aux ordres émanant du gouvernement le lundi 28 septembre 2020 ou lorsque aucun député ne se lève pour prendre la parole, selon la première éventualité, le Président interrompe les travaux et mette aux voix sans plus ample débat ni amendement toute question nécessaire pour disposer de ces étapes dudit projet de loi sous réserve que, si un vote par appel nominal est demandé, il ne soit pas différé.
View Carla Qualtrough Profile
Lib. (BC)
View Carla Qualtrough Profile
2020-09-24 10:05 [p.25]
moved for leave to introduce Bill C-2, An Act relating to economic recovery in response to COVID-19.
demande à présenter le projet de loi C-2, Loi relative à la relance économique en réponse à la COVID-19.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I wish to inform the House that, in accordance with the representation made by the government under the provisions of Standing Order 55(1), I have caused to be published a special Order Paper giving notice of two government bills.
I therefore lay the relevant document upon the table.
Je désire informer la Chambre que, à la demande du gouvernement et conformément à l'article 55(1) du Règlement, j'ai fait publier un Feuilleton spécial donnant avis de deux projets de loi d'initiative ministérielle.
Je dépose donc sur le bureau le document pertinent.
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
moved for leave to introduce Bill C-1, An Act respecting the administration of oaths of office.
demande à présenter le projet de loi C-1, Loi concernant la prestation de serments d'office.
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2020-07-21 10:17 [p.2653]
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the hon. member for Vimy, who will be giving her maiden speech in this venerable House.
It is an honour for me to be in the House today and to speak on behalf of the residents of Davenport.
It is also an honour to join my colleagues to participate in this important debate on Bill C-20, which includes three key parts. The first part makes a number of adjustments that will expand the eligibility criteria around the Canada emergency wage. Part two covers a number of changes that must occur in order for us to provide a one-time payment to persons with disabilities for reasons related to COVID-19. In part three are a number of appropriate changes to certain acts that will provide some flexibility to certain time limits that were difficult or impossible to meet as a result of the exceptional circumstances produced by COVID-19. I will be talking to part two.
This bill would allow information sharing among several federal departments and agencies and Employment and Social Development Canada, so that a one-time payment can be made to support persons with disabilities during this pandemic. We have to allow for information to be shared among several departments in order to deliver this one-time payment as soon as we possibly can.
This one-time payment of $600 will help approximately 1.7 million Canadians with disabilities who are recipients of the disability tax credit certificate, CPP disability or QPP disability benefits and/or disability supports provided by Veterans Affairs Canada.
Bill C-20 is just one part of a much larger plan that our government has dedicated to supporting Canadians with disabilities. Today I want to talk about the evolution of our plan, the actions we have undertaken and our government's next steps toward creating an inclusive and barrier-free Canada.
In 2015, our government named the first-ever cabinet minister responsible for persons with disabilities and promised Canadians that we would pass legislation aimed at removing barriers to inclusion. This signalled our commitment to doing things differently in order to ensure that all Canadians have an equal chance at success.
One of the key milestones on this journey was the National Disability Summit that we held in May 2019, in the days prior to COVID. The summit provided an opportunity for participants to exchange best practices and to create and build on partnerships. It allowed us to understand the next steps to truly realize an inclusive and accessible Canada.
At the same time as the summit was taking place, the federal government's landmark legislation for the Accessible Canada Act was being finalized, following the most comprehensive consultations with the disability community in our country's history. More than 6,000 Canadians and 100 disability organizations shared their views and ideas about an accessible Canada. As we know, the act received royal assent on June 21, 2019 and came into force in July of that year.
The legislation builds upon existing mechanisms and ensures compliance and accountability. The Accessible Canada Act takes a proactive and systemic approach to identifying, removing and preventing barriers to accessibility in key areas within federal jurisdiction. The goal was to ensure that the act was based on safeguarding human rights and the United Nations Convention on the Rights of Persons with Disabilities. The act also created new entities such as Accessibility Standards Canada, which creates and reviews accessibility standards for federally regulated organizations.
I am proud of this legislation because it sends a clear message to Canadians that persons with disabilities will no longer be treated as an afterthought. From the start, systems will be designed to be inclusive for all Canadians. This is because it is our systems, our policies, our practices and our laws that need to be fixed, not our people.
I also want to point out that in the mandate letter of the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion, a number of important additional measures will continue to ensure that we promote disability inclusion. These include, among other measures, undertaking initiatives to improve the economic inclusion of persons with disabilities, targeting barriers to full participation in the labour force including discrimination and stigma, raising public awareness, and working with employers and businesses in a coordinated way.
As the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion has said, we move from “Nothing about us, without us” to “Nothing without us”, because everything in society touches the lives of Canadians with disabilities.
The Government of Canada is leading the way in ensuring communities and workplaces are accessible and inclusive for persons with disabilities. It is the largest federal employer. It is also the single-largest purchaser of goods and services in the country, and provides vital programs and services to Canadians. As such, we have committed to hiring at least 5,000 persons with disabilities over the next five years in the federal public service. We are also committed to applying an accessibility lens to government procurement and project planning.
Over the last five years, our government has worked tirelessly to improve the lives of Canadians with disabilities. I wish to share some of the highlights over our two mandates, which began in 2015.
Our government applied a disability lens to our flagship policies and programs such as the Canada child benefit, the national housing strategy and the infrastructure program. The result is that families of children with disabilities receive an additional amount under the CCB. For example, from 2017 to 2018, 1.75 million children benefited from the disability supplement.
Under the national housing strategy, there is a commitment to promote universal design and visitability. This includes a requirement that public and shared spaces meet accessibility standards, and that at least 2,400 new affordable housing units for persons with developmental disabilities are created.
In the area of infrastructure we have approved nearly 800 accessibility projects, including almost 500 new para-transit buses and improvements to 81 existing transit facilities to make them more accessible to Canadians. This was made possible by ensuring that accessibility was an eligible expense in public transit projects. In just one year, almost $800 million was invested into our public transit systems to make them more accessible.
We have also increased our investments in existing programs such as the enabling accessibility fund, the social development partnerships program and the opportunities fund. All three of these programs were significantly enhanced, allowing people to keep doing the good work they are doing to improve the lives of Canadians with disabilities.
Current COVID-19 supports have been amply covered by my colleagues over the last 24 hours, but I want to bring them to mind briefly. Since the pandemic was declared, our government has taken a disability-inclusive response to the pandemic. This included adhering to the principle of “Nothing without us”, from the UN Convention on the Rights of Persons with Disabilities, and the creation of the COVID-19 Disability Advisory Group to bring the lived experience of persons with disabilities to our government's response to the pandemic.
We provided additional support to students with permanent disabilities and the one-time payment that is part of the debate today. We invested in mental health for the Wellness Together portal. We launched calls for proposals under two components of the enabling accessibility fund, and created a national workplace accessibility stream of the opportunities fund to help people with disabilities find jobs right now. Finally, we added funding to the social development partnerships program to enhance accessibility communications during this crisis, and invested $1.18 million in five new projects across the country through the accessible technology program to help develop dynamic and affordable technology.
In conclusion, from the Canadian Survey on Disability, we know Canadians with disabilities are underemployed compared with the general population, a situation made worse by this pandemic. As the economy opens up again, this represents an opportunity for a vast and largely untapped pool of talent: people who are available to work, who want to join the workforce and who are ready to apply their innovative ideas to our new normal.
In the meantime, I call upon my colleagues to quickly pass the legislation before us so we can get support out to the people who urgently and immediately need it.
I am now ready to take questions.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Vimy, qui donnera son premier discours dans cette auguste enceinte.
C'est un honneur pour moi d'être à la Chambre aujourd'hui et de prendre la parole au nom des habitants de Davenport.
C'est également un honneur de me joindre à mes collègues pour prendre part à l'important débat sur le projet de loi C-20, qui comprend trois grandes parties. La partie 1 apporte un certain nombre de modifications afin de réviser les critères d’admissibilité à la Subvention salariale d’urgence du Canada. La partie 2 vise un certain nombre de modifications qui doivent être apportées afin que nous puissions verser un paiement unique aux personnes handicapées pour des raisons liées à la COVID-19. Dans la partie 3, nous apportons quelques changements nécessaires à certaines lois pour combler le besoin de souplesse en ce qui a trait à certains délais qu'il est difficile ou impossible de respecter en raison des circonstances exceptionnelles découlant de la COVID-19. Je vais parler de la partie 2.
Le projet de loi permettra l'échange d'information entre, d'une part, plusieurs ministères et organismes fédéraux et, d'autre part, Emploi et Développement social Canada aux fins du versement d'un paiement unique aux personnes handicapées pour les aider au cours de la pandémie. Nous devons permettre l'échange d'information entre les nombreux ministères afin de pouvoir verser ce paiement dès que possible.
Ce paiement unique de 600 $ aidera environ 1,7 million de Canadiens handicapés qui détiennent un certificat pour le crédit d'impôt pour personnes handicapées, qui reçoivent des prestations d'invalidité du Régime de pensions du Canada ou du Régime des rentes du Québec, ou qui touchent des prestations d'invalidité d'Anciens Combattants Canada.
Le projet de loi C-20 n'est qu'une partie d'un plan beaucoup plus vaste du gouvernement ayant pour objectif de soutenir les Canadiens en situation de handicap. Aujourd'hui, je veux parler de l'évolution du plan, des mesures que nous avons prises et des prochaines étapes que souhaite franchir le gouvernement afin de créer un Canada inclusif et exempt d'obstacles.
En 2015, le gouvernement a nommé la toute première ministre responsable des personnes handicapées et il a promis aux Canadiens d'adopter une loi pour éliminer les obstacles à l'inclusion. Nous avons ainsi montré notre détermination à faire les choses différemment afin de garantir à tous les Canadiens des chances égales de réussir.
Le sommet national pour les personnes en situation de handicap que nous avons tenu en mai 2019, avant l'ère de la COVID, constitue l'un des principaux jalons de ce cheminement. Le sommet a été l'occasion pour les participants de mettre en commun des pratiques exemplaires ainsi que de nouer et de consolider des partenariats. Il nous a permis de comprendre les prochaines étapes qui rendront véritablement le Canada inclusif et accessible.
Alors que le sommet se déroulait, nous finalisions la mesure législative phare du gouvernement fédéral, la Loi canadienne sur l'accessibilité, après avoir mené les consultations les plus complètes auprès de la communauté des personnes handicapées de l'histoire du Canada. Plus de 6 000 Canadiens et plus de 100 organismes œuvrant auprès des personnes handicapées ont donné leur point de vue et fait part de leur vision pour un Canada accessible. Comme nous le savons, la Loi canadienne sur l'accessibilité a reçu la sanction royale le 21 juin 2019. Elle est entrée en vigueur en juillet dernier.
La Loi canadienne sur l'accessibilité fait fond sur des mécanismes qui existaient déjà. Elle garantit la conformité à la loi ainsi que la reddition des comptes. Elle repose sur une approche proactive et systémique pour trouver, éliminer et prévenir les obstacles à l'accessibilité dans des domaines clés de compétence fédérale. Il s'agissait de doter le pays d'une loi qui assurerait la protection des droits de la personne et le respect de la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées. La Loi a créé de nouvelles entités, comme l'Organisation canadienne d'élaboration de normes d'accessibilité, qui établit et qui examine les normes d'accessibilité pour les organismes sous réglementation fédérale.
Je suis fière de cette loi, car elle dit clairement aux Canadiens que les personnes handicapées ne seront plus reléguées au second plan. Les systèmes seront conçus au départ pour inclure tous les Canadiens, car ce sont les systèmes, les politiques, les pratiques et les lois qui doivent changer, et non les gens.
Je rappelle également que la lettre de mandat de la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées prévoit une série d'autres mesures importantes pour continuer à promouvoir l'inclusion des personnes handicapées. Il s'agit par exemple d'initiatives visant à faciliter l'inclusion économique de ces dernières, à faire tomber les obstacles, comme la discrimination et les préjugés, qui les empêchent de participer pleinement au marché du travail, à sensibiliser le grand public ou à renforcer la collaboration avec les employeurs et les entreprises.
Comme l'a dit la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées, l'ère du « rien à propos de nous, sans nous » est terminée; désormais, c'est « rien sans nous » tout court parce que les personnes handicapées du Canada sont présentes dans toutes les sphères de la société.
La fonction publique du Canada donne l'exemple en faisant le nécessaire pour que les milieux de vie et les lieux de travail soient accessibles aux personnes handicapées et inclusifs. Il s'agit après tout du plus gros employeur fédéral, mais aussi du plus important acheteur de biens et services du pays. C'est aussi elle qui administre les programmes et les services essentiels qui sont offerts aux Canadiens. Voilà pourquoi nous nous sommes engagés à embaucher au moins 5 000 personnes handicapées au cours des cinq prochaines années et à analyser les acquisitions gouvernementales et la planification des projets sous l'angle de l'accessibilité.
Depuis cinq ans, le gouvernement ne ménage aucun effort pour améliorer la vie des personnes handicapées du Canada, et j'aimerais revenir sur quelques-uns des hauts faits qui ont marqué nos deux mandats, dont le premier a débuté en 2015.
Le gouvernement a notamment analysé ses principaux programmes et politiques, dont l'Allocation canadienne pour enfants, la Stratégie nationale sur le logement et les programmes d'infrastructures, sous l'angle de l'accessibilité, et c'est suite à cette analyse qu'il a été décidé que l'Allocation canadienne pour enfants serait bonifiée pour les familles ayant des enfants handicapés. Ce sont donc 1,75 million d'enfants qui ont ainsi eu droit en 2018 à ce montant supplémentaire par rapport à 2017.
La Stratégie nationale sur le logement vise notamment à promouvoir la conception universelle et la visitabilité. Il faudra également que les espaces publics et partagés respectent les normes en matière d'accessibilité et que l'on construise au moins 2 400 logements abordables pour les personnes ayant une déficience développementale.
En ce qui concerne les infrastructures, nous avons approuvé près de 800 projets d'accessibilité, qui comprennent quelque 500 nouveaux autobus de transport adapté et des améliorations à 81 installations de transport en commun existantes dans le but de les rendre plus accessibles pour les Canadiens. On a rendu cela possible en faisant en sorte que les dépenses liées à l'accessibilité soient admissibles dans le cadre des projets de transport public. En seulement un an, près de 800 millions de dollars ont été investis dans les réseaux de transport public afin de les rendre plus accessibles.
Nous avons aussi augmenté les investissements dans des programmes déjà en place comme le Fonds pour l'accessibilité, le Programme de partenariats pour le développement social et le Fonds d’intégration. On a amélioré considérablement ces trois programmes afin que les gens puissent poursuivre leur bon travail pour améliorer la vie des Canadiens handicapés.
Au cours des 24 dernières heures, mes collègues ont abondamment parlé des mesures de soutien qui sont actuellement prises en raison de la COVID-19. Je voudrais néanmoins y revenir brièvement. Pour répondre à la pandémie, dès qu'elle a été déclarée, le gouvernement a adopté une approche inclusive par rapport aux personnes handicapées. Pour y arriver, il a notamment suivi le principe du « rien ne doit se faire sans nous » de la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées. Il a aussi créé le Groupe consultatif sur la COVID-19 en matière des personnes en situation de handicap afin que les expériences des personnes handicapées éclairent la réponse du gouvernement à la pandémie.
Nous avons offert un soutien additionnel aux étudiants ayant une invalidité permanente et le paiement unique qui est l'un des objets du débat d'aujourd'hui. Nous avons investi dans la santé mentale, notamment dans le lancement du portail Espace mieux-être. Nous avons lancé des appels de propositions visant deux composantes du Fonds pour l'accessibilité. Nous avons créé un volet national pour l'accessibilité en milieu de travail dans le cadre du fonds d'intégration pour aider les personnes handicapées à trouver des emplois dès maintenant. Enfin, nous avons augmenté le financement du Programme de partenariats pour le développement social afin d'améliorer l'accessibilité des communications pendant la crise et avons investi 1,18 million de dollars dans cinq nouveaux projets à travers le pays dans le cadre du Programme de développement de la technologie accessible pour soutenir le développement de technologies dynamiques et abordables.
En conclusion, l'Enquête canadienne sur l'incapacité indique que les Canadiens handicapés sont sous-employés par rapport à la population générale, une situation que la pandémie a aggravée. La relance de l'économie est une occasion de puiser dans un important réservoir de talents largement inexploité: ces personnes sont disponibles pour travailler, veulent se joindre à la population active et sont prêtes à appliquer leurs idées novatrices à notre nouvelle normalité.
Entretemps, j'exhorte mes collègues à adopter rapidement le projet de loi dont nous sommes saisis afin que nous puissions verser une aide aux gens qui en ont besoin de toute urgence.
Je suis prête à répondre aux questions.
View Ziad Aboultaif Profile
CPC (AB)
View Ziad Aboultaif Profile
2020-07-21 10:27 [p.2654]
Mr. Speaker, what is the number of disability payment recipients in Canada now?
Monsieur le Président, à l'heure actuelle, combien de personnes reçoivent les paiements destinés aux personnes handicapées?
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2020-07-21 10:27 [p.2654]
Mr. Speaker, that is an excellent question. I actually do not have the answer to that question.
I do know that the changes we are about to make would, we believe, benefit 1.7 million Canadians. The other thing to point out is that the changes we want to make would make it more inclusive. We want as many people as possible, who have disabilities and need emergency support, to be able to access it. That is the reason we are proposing these changes in the legislation today.
Monsieur le Président, c'est une excellente question. Je n'ai pas la réponse, en fait.
Je sais toutefois que les changements que nous nous apprêtons à faire devraient profiter à 1,7 million de Canadiens. Je tiens aussi à souligner que les changements prévus rendraient ce programme plus inclusif. Nous voulons, en effet, que les personnes qui ont un handicap et ont besoin d'un soutien d'urgence soient aussi nombreuses que possible à y avoir accès. Voilà pourquoi nous proposons les modifications prévues par le projet de loi à l'étude.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
View Damien Kurek Profile
2020-07-21 10:28 [p.2654]
Mr. Speaker, the disability tax credit application is quite arduous. I am not sure if the member has had a chance to go through that with some of her constituents, but it is a very heavy bureaucratic process and does take time.
I am wondering if she is aware of that process, the challenges that many Canadians have in applying for that credit and the fact that those who are either in the midst of applying or do not qualify are being left behind by aspects of this legislation.
Monsieur le Président, demander le crédit d'impôt pour personnes handicapées est un processus ardu. Je ne sais pas si la députée a eu l'occasion de le voir de plus près avec certains de ses concitoyens, mais c'est un processus lourdement bureaucratique, qui prend du temps.
J'aimerais savoir si elle est consciente du processus requis, des difficultés qu'éprouvent beaucoup de Canadiens qui cherchent à demander ce crédit, et du fait que le projet de loi à l'étude ne fait rien pour les personnes qui n'ont pas encore terminé le processus de demande de crédit d'impôt ou qui n'y sont pas admissibles.
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2020-07-21 10:28 [p.2655]
Mr. Speaker, I was listening very intently to the minister yesterday. She spoke about the system behind the benefits available to persons with disabilities in Canada, and basically said that the system needs to be changed. It has to be simplified as it is not easy to navigate. She has made a commitment to do everything in her power to simplify the system and make it easier for us to get benefits directly to those who need them immediately.
Monsieur le Président, j'ai écouté très attentivement ce que la ministre a dit hier. Elle a parlé du système qui sous-tend les prestations offertes aux personnes handicapées au Canada, et elle a affirmé, fondamentalement, qu'il fallait changer ce système. Il faut le simplifier parce que les gens ont du mal à s'y retrouver. La ministre s'est engagée à faire tout son possible pour simplifier le système et voir à ce que nous puissions plus facilement envoyer des prestations directement aux personnes qui en ont besoin sur-le-champ.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-07-21 10:30 [p.2655]
Mr. Speaker, when I heard my colleague mention social housing, it occurred to me that if we wanted to make life easier for people living with disabilities, maybe we should fund the health care system properly. Health care is still underfunded. As for social housing, Quebec is still waiting for the transfers from the federal government.
Would my colleague agree that it is urgent to transfer that money if we want to truly support people living with disabilities?
Monsieur le Président, en écoutant ma collègue parler brièvement du logement social, il m'est venu à l'idée que si on voulait améliorer la vie des gens qui vivent avec un handicap, on devrait peut-être financer suffisamment le système de soins de santé. Le financement du système de soins de santé est toujours déficient. En matière de logement social, le Québec attend toujours les transferts de la part du gouvernement fédéral.
Pense-t-elle qu'il est urgent de transférer ces fonds si on veut véritablement soutenir les gens qui vivent avec un handicap?
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2020-07-21 10:30 [p.2655]
Mr. Speaker, as I mentioned, I read a number of the elements of the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion's mandate letter and we are going to take a number of additional steps to try to be more helpful to our disability community.
In terms of health care, my understanding is that we have health agreements with every single province, except Quebec, and we are very happy to step up to the plate and continue those discussions with Quebec to ensure that persons with disabilities, as well as all Quebeckers, will have access to better health.
Monsieur le Président, comme je l'ai dit, en plus des éléments de la lettre de mandat de la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées que j'ai mentionnés, nous prendrons d'autres mesures pour aider la communauté des personnes handicapées.
Au chapitre des soins de santé, je crois savoir que nous avons une entente avec chacune des provinces, sauf le Québec. Nous sommes tout à fait disposés à poursuivre les discussions avec le Québec de sorte que les personnes handicapées, de même que tous les Québécois, aient accès à de meilleurs soins de santé.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I find it interesting that members of the opposition would question how long it takes for these disability tax credits given that we would be two months further ahead had they not been playing politics with this issue a couple of months ago.
The member talked about the lower employment levels of people with disabilities. I know first-hand that my cousin Aidan, who has Down syndrome, has all the supports he needs to get through his education, but after that there is a real lack of opportunity for employment. What this bill seeks to do, in particular, is create the economic environment for people with disabilities to prosper to their fullest potential. The federal government is looking to employ 5,000 more people with disabilities.
I am wondering if the member can comment on how she sees this impacting people in her own community of Davenport.
Monsieur le Président, je trouve intéressant que des députés de l'opposition se préoccupent du délai relativement aux crédits d'impôt pour personnes handicapées, alors que leurs jeux politiques dans ce dossier ont retardé de deux mois l'adoption de cette mesure d'aide.
La députée a parlé d'un taux d'emploi inférieur chez les personnes handicapées. Je sais pertinemment que mon cousin Aidan, qui est atteint du syndrome de Down, jouit de tous les soutiens dont il a besoin pour terminer ses études, mais après les études, les occasions d'emploi sont vraiment rares. Le projet de loi vise notamment à créer un environnement économique où les personnes handicapées pourront prospérer et atteindre leur plein potentiel. Le gouvernement fédéral cherche à employer 5 000 personnes handicapées supplémentaires.
Selon la députée, quelle sera l'incidence de cette mesure sur les gens de sa collectivité, Davenport?
View Julie Dzerowicz Profile
Lib. (ON)
View Julie Dzerowicz Profile
2020-07-21 10:32 [p.2655]
Mr. Speaker, I would have also liked to see this legislation pass two months ago. One of the positive aspects of waiting, turning lemons into lemonade, is that this time we expanded on who can apply and access this one-time emergency funding.
We are providing a number of avenues for more people to apply for the disability tax credit. If more people apply for the disability tax credit, more of them will be able to access the one-time emergency support. I know that is going to benefit many more people in my riding of Davenport.
Monsieur le Président, j'aurais aussi aimé que cette mesure législative soit adoptée il y a deux mois. Que nous ayons dû attendre a eu un aspect positif — quand la vie vous donne des citrons, il faut en faire de la limonade, comme on dit —, nous avons élargi la liste des personnes admissibles à cette prestation ponctuelle d'urgence qui peuvent donc en faire la demande et l'obtenir.
Nous offrons un certain nombre de possibilités pour que plus de Canadiens demandent le crédit d'impôt pour personnes handicapées. Si un plus grand nombre de Canadiens en font la demande, un plus grand nombre d'entre eux seront en mesure d'obtenir l'aide ponctuelle d'urgence. Je sais que bien plus d'habitants de ma circonscription de Davenport vont en profiter.
View Annie Koutrakis Profile
Lib. (QC)
View Annie Koutrakis Profile
2020-07-21 10:32 [p.2655]
Mr. Speaker, since the beginning of the pandemic, our government has followed the guidance of public health officials. Governments across Canada put lockdown measures in place to slow the spread of the virus and ensure that our health care systems were well prepared.
The lockdown measures that governments put in place to control the outbreak meant that many Canadians lost their jobs or a significant portion of their incomes. Without question, the nature of this crisis is completely unprecedented. We are confronting a public health and economic crisis. Canadians have managed to control the virus, and gradually and safely, our economy is restarting across the country.
Canadians have made great sacrifices to get here. Businesses of all sizes closed their doors during the emergency phase and are still facing uncertainty.
Our government acted quickly in March, when we launched the first measures of our COVID-19 economic response plan. Through rapid and broad support, the government has been able to protect millions of jobs, provide emergency income support to families and help keep businesses afloat during the worst of the storm. This support is helping Canadians get back on their feet and has prevented serious, long-term damage to our economy.
With the Canada emergency response benefit, we are providing temporary income support to Canadians across the country who have stopped working because of COVID-19. More than eight million Canadians have applied for the CERB.
We provided a special, one-time $300 top-up to the Canada child benefit for the month of May, delivering almost $2 billion in additional support to families who needed it. The government also provided a special top-up payment in April through the goods and services tax credit for low- and modest-income individuals and families, giving on average a single adult almost $400 more and couples almost $600 more.
We have worked to support our most vulnerable as well, providing support for the food banks, charities and non-profits that provide services to those in need. We have also provided $158 million to support Canadians experiencing homelessness, ensuring that the shelters they rely on have the equipment they need to prevent outbreaks.
We know that during the lockdown, home was not always a safe place to be. We provided funding that has helped over 500 organizations that support women and children experiencing violence. We want to work to keep our communities safe and vibrant.
We know that preserving the small businesses that give our neighbourhoods life is key to keeping our community strong. The Canada emergency business account, or CEBA, has helped over 690,000 small businesses. Through this support, small businesses and non-profit organizations can receive an interest-free loan of up to $40,000, 25% of which is forgivable if paid back by the end of 2022. We recently expanded the CEBA so that more small businesses can access it. The CEBA is making a real difference in addressing the cash-flow challenges we see businesses facing as a result of COVID.
We know making rent can be a challenge for our hardest hit businesses. That is why we launched the Canada emergency commercial rent assistance, or CECRA, which provides eligible small-business tenants with a rent reduction of 50%. We recently announced that we are extending the program to cover eligible small-business rents for July. The program provides support by offering forgivable loans to qualifying commercial property owners, whether they have a mortgage on their property or not.
The CECRA also offers another key support to help businesses through the current challenges. Overall, since the beginning of the COVID-19 global outbreak, the Government of Canada has taken swift and significant action to support Canadians and protect jobs. The Canada emergency wage subsidy is one of the cornerstones of the government's economic response plan.
That is why with this week's legislation we are proposing to extend the Canada emergency wage subsidy until November 21, 2020. Furthermore, the government is announcing its intent to provide further support through the wage subsidy, up to December 19, 2020. The bill would make the program accessible to a broader range of employers and would help protect more jobs and promote growth as the economy continues to reopen.
To ensure strong subsidy support for those who need it, effective July 5, 2020, the Canada emergency wage subsidy would consist of two parts: a base subsidy available to all eligible employers experiencing a decline in revenues with a varying subsidy amount depending on the scale of revenue decline, and a top-up subsidy of up to an additional 25% for employers that have been most adversely affected by the COVID-19 crisis. If businesses are experiencing a revenue drop of 50% or more, they would receive the maximum base subsidy rate. If they are experiencing a decline between 49% and zero, their base subsidy rate would gradually decline in accordance with their revenue decrease. By removing the 30% revenue decline threshold, these adjustments would make the Canada emergency wage subsidy accessible to a broader range of employers. The introduction of a gradually declining base subsidy would allow the program to be extended to more employers and continue to support recovering businesses.
As well, the top-up subsidy rate of up to 25% would be available to employers that were the most adversely affected during the pandemic, which is to say those having experienced an average revenue drop of more than 50% over the preceding three months. This would be particularly helpful to employers and sectors that are recovering more slowly.
We will also make sure eligible employers that were making plans for the next two CEWS periods based on the existing design would be entitled to an amount of subsidy not less than the amount they would be entitled to under the wage subsidy rules that were in place before that period. This would provide a safe harbour so employers that already made business decisions for the period between July 5 and August 29 would not receive a subsidy rate lower than they would have under the previous rules.
By helping more workers return to work and supporting businesses as they recover, these changes would make businesses more competitive and would ensure that our economy returns to growth.
In conclusion, with this legislation the government is addressing the challenges employers are facing and is providing the support they need to participate in the restart. Therefore, I strongly recommend that all members of the House support the bill so that together we deliver on our collective commitment to be there for Canadians and help them bridge through to better times.
Monsieur le Président, depuis le début de la pandémie, le gouvernement a suivi les conseils des responsables de la santé publique. Les gouvernements de tout le Canada ont mis en place des mesures de confinement pour ralentir la propagation du virus et s'assurer que nos systèmes de santé étaient bien préparés.
Les mesures de confinement mises en place par les gouvernements pour maîtriser l'épidémie ont fait perdre leurs emplois ou une partie importante de leurs revenus à de nombreux Canadiens. Il ne fait aucun doute que la nature de cette crise est totalement sans précédent. Nous sommes confrontés à une crise économique et de santé publique. Les Canadiens ont réussi à contenir le virus et, progressivement et en toute sécurité, notre économie redémarre partout au pays.
Les Canadiens ont consenti d'énormes sacrifices pour en arriver là. Des entreprises de toutes tailles ont fermé leurs portes pendant la phase d'urgence et elles sont toujours en proie à l'incertitude.
Le gouvernement a agi rapidement, en mars, avec le lancement des premières mesures de notre plan de réponse économique à la COVID-19. En octroyant une aide rapide et générale, le gouvernement a pu protéger des millions d'emplois, fournir un revenu d'urgence aux familles et aider les entreprises à se maintenir à flot au plus fort de la tempête. Ce soutien aide les Canadiens à se remettre sur pied et a permis d'éviter que notre économie se détériore grandement à long terme.
Grâce à la Prestation canadienne d'urgence, nous offrons un soutien du revenu temporaire à tous les Canadiens qui ont cessé de travailler à cause de la COVID-19. Plus de huit millions de personnes au pays ont demandé la Prestation canadienne d'urgence.
En mai, nous avons fourni un soutien supplémentaire de près de deux milliards de dollars aux familles qui en avaient besoin, en leur versant un paiement complémentaire ponctuel spécial de 300 $ au titre de l’Allocation canadienne pour enfants. De plus, en avril, le gouvernement a versé un paiement complémentaire spécial du crédit pour la taxe sur les produits et services à des familles à revenu faible ou modeste, ce qui a donné, en moyenne, des prestations de près de 400 $ de plus aux adultes vivant seuls et de près de 600 $ de plus aux couples.
Nous avons aussi déployé des efforts pour protéger les membres les plus vulnérables de la société en soutenant les banques alimentaires, les organismes de bienfaisance et les organismes sans but lucratif qui offrent des services aux personnes dans le besoin. Nous avons également prévu 158 millions de dollars pour aider les personnes itinérantes au Canada en veillant à ce que les refuges où elles s'abritent possèdent l'équipement nécessaire pour prévenir des éclosions.
Nous savons que certaines personnes n'étaient pas en sécurité chez elles durant le confinement. Nous avons alloué des fonds pour aider plus de 500 organismes qui soutiennent les femmes et les enfants victimes de violence. Nous voulons assurer la sécurité et le dynamisme de nos collectivités.
Nous savons que pour maintenir la vigueur de nos collectivités, nous devons veiller à la survie des petites entreprises qui donnent de la vie à nos quartiers. Le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes a aidé plus de 690 000 petites entreprises. Grâce à ce soutien, les petites entreprises et les organismes sans but lucratif peuvent obtenir un prêt sans intérêt pouvant atteindre 40 000 $. Si le solde du prêt est remboursé avant la fin de l'année 2022, 25 % du prêt consenti sera radié. Le gouvernement a récemment élargi la portée du compte d'urgence afin que davantage de petites entreprises y soient admissibles. Ce programme d'aide est une vraie bouée de sauvetage pour les entreprises qui éprouvent des problèmes de liquidités à cause de la COVID-19.
Nous savons que les entreprises les plus touchées par la pandémie peuvent avoir de la difficulté à payer leur loyer. C'est pour cette raison que le gouvernement a mis sur pied l'Aide d'urgence du Canada pour le loyer commercial, qui propose une réduction de loyer de 50 % aux petites entreprises admissibles. Le gouvernement a récemment annoncé que le programme serait prolongé afin d'aider les petites entreprises admissibles à payer leur loyer jusqu'en juillet. L'Aide d'urgence du Canada pour le loyer commercial vise à aider les propriétaires d'immeubles commerciaux admissibles en leur accordant des prêts-subventions, qu'ils aient ou non un prêt hypothécaire.
Il constitue en outre une autre mesure de soutien importante pour aider les entreprises à surmonter la situation actuelle. Globalement, depuis le début de la pandémie mondiale de COVID-19, le gouvernement du Canada a pris rapidement des mesures importantes pour venir en aide aux Canadiens et protéger les emplois. La Subvention salariale d'urgence du Canada est une des pièces maîtresses du plan d'intervention économique du gouvernement.
C'est pourquoi, dans la mesure législative présentée cette semaine, nous proposons de prolonger cette subvention jusqu'au 21 novembre 2020. Le gouvernement annonce en outre qu'il a l'intention d'offrir une aide accrue au moyen de la subvention salariale jusqu'au 19 décembre 2020. Le projet de loi élargirait l'admissibilité au programme à un plus large éventail d'employeurs et permettrait de protéger un plus grand nombre d'emplois et de favoriser la croissance au fur et à mesure que se poursuit la réouverture de l'économie.
Afin de garantir que le programme vienne en aide à tout le monde qui en a besoin, à compter du 5 juillet 2020, la Subvention salariale d'urgence du Canada serait composée de deux volets: soit une subvention de base accessible à tous les employeurs admissibles qui ont subi une baisse de revenus, le montant de cette subvention variant selon l'ampleur de la baisse, et une subvention complémentaire pouvant atteindre 25 % pour les employeurs qui sont les plus durement touchés par la crise de la COVID-19. Le taux maximum de la subvention de base serait accordé aux employeurs ayant subi une baisse de revenus de 50 % ou plus, ce taux diminuant parallèlement à la baisse de ces revenus — de 49 à 0 % — chez les employeurs concernés. Grâce aux changements comme l'élimination du critère de baisse des revenus de 30 %, la Subvention salariale d'urgence du Canada deviendrait accessible à un plus grand nombre d'employeurs. La mise en place d'une subvention de base qui diminuerait graduellement améliorerait l'accessibilité du programme et permettrait aux entreprises qui remontent la pente de continuer à obtenir du soutien.
De plus, une subvention complémentaire pouvant atteindre 25 % de la rémunération des travailleurs serait accordée aux employeurs qui ont été les plus durement touchés par la pandémie, à savoir ceux dont les revenus ont chuté de plus de 50 % au cours des trois mois précédents. Cette mesure sera particulièrement utile pour les employeurs qui œuvrent dans des secteurs où la reprise se fait plus lentement.
Nous allons aussi nous assurer que les employeurs qui avaient planifié leurs activités pour les deux prochaines périodes du programme de subvention salariale en fonction des modalités qui étaient alors en place auront droit à un montant au moins équivalent à celui qui était accordé au titre des règles du programme qui étaient en cours avant la période visée. Ainsi, les employeurs qui avaient déjà pris des décisions d'affaires pour la période du 5 juillet au 29 août auraient l'assurance que leur subvention ne serait pas moins importante que celle qu'ils auraient reçue selon les anciennes règles.
En aidant plus de travailleurs à retourner au travail et en contribuant à la relance des entreprises, ces changements rendraient les entreprises plus compétitives et contribueraient à relancer la croissance économique.
Pour conclure, soulignons que ce projet de loi permet au gouvernement de répondre aux difficultés éprouvées par les employeurs et de leur offrir le soutien dont ils ont besoin pour participer à la relance. Par conséquent, j'encourage fortement tous les députés à appuyer le projet de loi afin que nous puissions travailler ensemble à remplir l'engagement que nous avons pris collectivement de soutenir les Canadiens et de les aider à traverser cette période difficile.
Results: 1 - 15 of 2246 | Page: 1 of 150

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data