Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 25447
View Ron McKinnon Profile
Lib. (BC)
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the second report of the Standing Committee on Health in relation to the motion adopted on Friday, November 27, 2020, regarding the instructions to the Law Clerk and Parliamentary Counsel.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le deuxième rapport du Comité permanent de la santé, qui fait suite à la motion adoptée le vendredi 27 novembre 2020 au sujet des instructions à l'intention du légiste et conseiller parlementaire.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-12-01 10:04 [p.2727]
Mr. Speaker, it is an honour to present petition 10865888. The petitioners ask the House of Commons to look at the situation, particularly on Wet'suwet'en territory and lands, in relation to the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. They point out that the Coastal GasLink project being built across Wet'suwet'en lands does not have the approval of the Wet'suwet'en nation, and specifically that the Coastal GasLink project will involve the release of vast quantities of the greenhouse gas methane.
The petitioners call on the House to move quickly to bring Canada into compliance with the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.
Monsieur le Président, c'est un honneur de présenter la pétition no 10865888. Les pétitionnaires demandent à la Chambre des communes de se pencher sur la mise en œuvre de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, en particulier en ce qui concerne le territoire et les terres des Wet'suwet'en. Ils soulignent que les travaux du projet de Coastal GasLink sont effectués sur les terres des Wet'suwet'en sans l'approbation de cette nation. Ils précisent que le projet de Coastal GasLink entraînera le rejet d'énormes quantités de méthane, qui est un gaz à effet de serre.
Les pétitionnaires demandent à la Chambre d'agir rapidement pour faire en sorte que le Canada respecte la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I rise to present a petition from young people in my riding and the neighbouring riding of Kootenay—Columbia. These young people are concerned about climate change and an uncertain future. They point out that Canada has endorsed the Paris Agreement to keep our world climate warming below 2°C.
The petitioners ask the government to take meaningful steps to ensure a good future for young Canadians by making a detailed climate action strategy that includes legislated science-based targets, implementing a steadily rising national carbon price, eliminating fossil fuel subsidies and redirecting those investments into renewable energy systems, energy efficiency, low-carbon transportation and job training.
Monsieur le Président, je prends la parole pour présenter une pétition signée par des jeunes de ma circonscription et de la circonscription voisine, Kootenay—Columbia. Ces jeunes sont préoccupés par les changements climatiques et l'incertitude de l'avenir. Ils soulignent que le Canada a signé l'Accord de Paris en vue de limiter la hausse de la température mondiale à moins de deux degrés Celsius.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de prendre des mesures concrètes pour assurer un bel avenir aux jeunes Canadiens en adoptant une stratégie détaillée de lutte contre les changements climatiques qui comprend des cibles fixées par la loi et fondées sur des données scientifiques, la mise en place à l'échelle nationale d'une tarification du carbone qui augmentera de façon constante, l’élimination des subventions pour les combustibles fossiles et la réaffectation de ces fonds dans les systèmes d'énergie renouvelable, l'efficacité énergétique, le transport à faibles émissions de carbone et la formation professionnelle.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-12-01 10:06 [p.2727]
Mr. Speaker, I ask that all questions be allowed to stand.
Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Is that agreed?
Some hon. members: Agreed.
D'accord?
Des voix: D'accord.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
moved:
That the House: (a) acknowledge the extraordinary work of health care workers (including doctors, nurses and orderlies) during the COVID-19 pandemic, particularly with seniors but also with the general public; (b) recognize the courage and sacrifices required from them and their families in order to be on the front lines; (c) highlight the work of Quebec and the provinces in responding to the health crisis and note the direct impact on their respective budgets; and (d) call on the government to significantly and sustainably increase Canada health transfers before the end of 2020 in order to support the efforts of the governments of Quebec and the provinces, health care workers and the public.
He said: Mr. Speaker, there are not many coincidences in life. It is no coincidence that our motion focuses primarily on the compassion that we should have not only for those who have contracted COVID-19, but also for front-line workers who, day after day, including during the holiday season, continue to give their all and expose themselves to the virus without regard for the risk to their own health.
Yesterday, the Liberal government presented its economic statement. It is also no coincidence that the Liberal government presented an economic update while telling us that the big spoonful of cod liver oil has to be taken right now. We need to open wide while the Liberals stuff $380 billion in deficit down our throats. They are telling us not to worry about it because we will never have to pay it back.
Usually, when someone makes that kind of promise and says right off the bat that nobody will ever have to pay, it is because they think something will absolve them from that debt. In this government's case, that is because it will no longer be in power. This government is creating the debt, and that might be justified in some ways but less justified in others considering how it went about doing things. The government expects others to do the hard work. Imagine shovelling snow just by pushing it forward. The snow will pile up and get heavier and harder to move. It will take forever, but other people will be wielding the shovel.
The government is laying this deficit on us now. In the spring, once vaccine distribution has begun, people will forget that they are getting it six or 12 weeks after everyone else. They will be a little less afraid. The government is laying the deficit on people while they are afraid so they will think it is justified.
In the spring, when budget time rolls around, there will be gifts galore, my friends. It will be nuts. Christmas will not come on December 25. It will come at the end of March. They will be throwing money around all over the place.
Obviously this is a prelude to an election. Everyone is saying so. I have to say, the whole thing makes me laugh. If the government thinks that trampling on provincial responsibilities, showing contempt for Quebec's values and language, and not giving Quebeckers and seniors in Quebec the means they need to protect their health, is the way to develop an election platform, then I have news for them. They are developing our platform. We are going to denounce all of this. We will offer another solution and will always preserve Quebec's powers in health.
Earlier I was telling a journalist that if he and I urgently needed $10 and we each had $5, I would give him my $5 if the issue was his responsibility. That would protect our combined investment since it would be his expertise.
A federal government that does not administer hospitals, does not manage nurses or doctors or is not the one that hires the orderlies does not have expertise managing the health care system. It is not only keeping its $5, but also the other party's $5. We are supposed to think that is normal. It is using people's fears for political gain.
It can never be said enough in this economic statement. There is something purely human in this.
We have been in a pandemic since March. The people who are the most vulnerable and most at risk in terms of health, the ones who are most likely to die if exposed to the coronavirus, are seniors. The people whose purchasing power has not increased—apart from those who have written telling us that they had a 61¢ increase in taxable income; how insulting—those whose purchasing power has been reduced the most because food costs more, getting around is more complicated and they have to rely on delivery, are once again seniors. The people who suffer the most from isolation are seniors. Adolescents are not the only ones experiencing distress and mental health problems that emerge in adulthood. Seniors also have mental health problems.
Where is the additional financial support for seniors in the economic statement?
There was no money for seniors. That is not nothing. Actually, it is nothing.
The government says it is prepared to spend $1 billion out of about $380 billion on top of the upcoming recovery costs. We expect that will happen during the election campaign. The government is offering up $1 billion out of the $380 billion, provided that the provinces, the doomed Gaulish chieftains of health care, surrender their power to Prime Minister Caesar, acknowledging that he is now in command of health care. Astérix might not like that, but here is the gist: The provinces are being asked to surrender their powers over health care in exchange for a cheque. It makes no sense, but that is the plan.
I have heard people say that this economic statement was about heart, not about numbers. I do not believe that. If the government were doing this out of the goodness of its heart, it would be looking after the most vulnerable and most fragile. The government would not be doing this petty political wheeling and dealing by withholding resources that are vital to our health care system and to the basic quality of life of our seniors, who will be spending Christmas alone in their rocking chairs watching TV. Have they no shame? This is very serious.
Let's briefly talk about health. We heard that, on December 5, there would be a meeting between the Prime Minister of Canada, the Premier of Quebec and the provincial and territorial premiers to talk about health transfers. We thought that the Deputy Prime Minister would help the Prime Minister come up with better ideas. We are seeing almost the opposite. The Prime Minister announced that he was arriving empty-handed and would be talking about all kinds of other things. To ensure that he would not be hounded after the meeting, he postponed it until the end of the session in Ottawa. That is really convenient. The opposition parties will therefore not have the opportunity to question the government about the fact that he went empty-handed to a meeting with the premiers, in an attempt to keep part of the money they are owed. He is using a serious crisis and people's misfortune to centralize political power and to set the stage for an election where Canada will be pitted against Quebec. They will be put in their place. This has worked before and it could work again. We are here and it may also not work.
The government should have been talking about the economic recovery. Yesterday's economic update puts that topic off until later because the government was announcing the bad news about the deficit, even though we all basically knew what was coming in that regard. The government is telling people not to worry because interest rates are low and now is the time to put everything on credit. The federal government is taking the credit cards of Quebec and the provinces, heading to Costco and filling its cart. The Liberals are building an election platform with money belonging to Quebec and the provinces.
When it gets closer to election time, the government will table a budget announcing all sorts of measures—so many measures, in fact, it will defy reason. Unfortunately, things do not work like that.
The economic recovery could involve many things. I will talk about three of them. Members will not be surprised to hear me talk about help for seniors again because, in the regions of Quebec, and I assume it is the same in the regions of Canada, seniors spend their money on a daily basis, so much so that many of them do not have enough money right now. All of that money would be quickly injected into the regions' economies, thus contributing to the rapid recovery of the economy when this pandemic is over. If the Liberals are unable to help seniors out of the goodness of their hearts, then they should do it because it makes financial sense. That is money that will be invested in the recovery.
Even the money that we are calling for for the health care systems in Quebec and the provinces is money invested in the economic recovery because those services need to be provided. If Quebec does not get the $200 million that the federal government should be giving the provinces, then it will have to find that money somewhere else.
The $200 million that Quebec will have to take from somewhere else to put into the health care system will not be used by Premier Legault or Minister Fitzgibbon to stimulate the Quebec economy, to support Quebec businesses or to help Quebec businesses get through this catastrophic crisis.
Health transfers therefore represent money that needs to flow so that Quebec can contribute to its own economic recovery.
Of course, there is the recovery in the traditional sense of the word. We will inject large amounts of money to stimulate economic activity. The basic principle remains unchanged: Every employed person represents one less expense and additional tax revenue for the government. In hockey that would be a four-point gain.
We need to get people back to work in hospitality, arts, tourism, the industrial sector, all public services and food services. This will mean a lot of people all returning to work at the same time, and it will take planning to make that happen. It is simple: If people do not know the details of the government's economic stimulus package, they cannot prepare for it. However, the government appears to want to keep those details to itself so that sometime in March it can deliver a budget that illustrates how wonderful and generous the government is to businesses.
We will be just starting to come out of COVID-19, since the most vulnerable and the most at risk of dying will have been vaccinated, front-line workers will have been vaccinated, and a big chunk of the work will have been done—later than in the U.S., Germany, the U.K. and India, but it will be done by then. The government will then come along with a bunch of good news that will open an electoral window but, in the meantime, businesses do not know what to plan for.
The government says it contributed by committing $25 billion in funding, but of that $25 billion, $15 billion is for the wage subsidy, which will make the NDP and the Green Party happy. The remaining $10 billion is for other measures, some of which are very good, such as the support for the electric vehicle purchasing program or the energy efficient retrofits. All these measures are interesting, but this $10 billion out of a total of $400 billion makes us realize that the bulk of the economic update is not going to the recovery.
In addition to the sincere compassion we feel every day for our seniors and those who are sick, we fear that the government is laying the groundwork for an election on Quebec's dime. I repeat. If the federal government's plan is to trample on Quebec's jurisdictions, trample on seniors' interests and quality of life, and trample on Quebeckers' values and language, then it is quite likely that Quebeckers will not like its plan very much. It is quite likely that we will come back here with as many or possibly more MPs to address all this.
propose:
Que la Chambre: a) salue le travail extraordinaire des travailleuses et des travailleurs de la santé (notamment les médecins, infirmières, infirmiers et préposés) pendant la pandémie de COVID-19, particulièrement auprès des personnes âgées, mais aussi auprès de toute la population; b) reconnaisse le courage et les sacrifices exigés tant pour eux que pour leurs familles pour être en première ligne; c) souligne le travail du Québec et des provinces pour répondre à la crise sanitaire et constate les effets directs sur leurs budgets respectifs; d) demande au gouvernement d’augmenter de façon significative et durable les transferts canadiens en santé avant la fin de 2020 afin de soutenir les efforts des gouvernements du Québec et des provinces, des travailleurs de la santé et de la population.
— Monsieur le Président, il n'y a pas beaucoup de hasard dans la vie. Le fait que notre motion porte essentiellement sur la compassion que nous devons avoir non seulement envers les gens qui sont victimes de la maladie, mais aussi envers les gens qui, en première ligne, jour après jour, y compris durant la période des Fêtes, vont continuer à fournir tous leurs efforts et à s'exposer sans égard au risque qu'ils prennent eux-mêmes, ce n'est pas un hasard.
Nous sommes au lendemain du dépôt de l'énoncé économique du gouvernement libéral. Ce n'est pas non plus un hasard si le gouvernement libéral a déposé un énoncé économique disant que la grande cuillère d'huile de foie de morue est pour tout de suite. Il faut ouvrir grand la bouche et on nous envoie 380 milliards de dollars de déficit dans la gorge. On dit qu'il ne faut pas nous occuper de cela , car jamais on ne paiera.
Habituellement, lorsque l'on s'engage et que l'on dit tout de suite que l'on ne paiera jamais, c'est parce qu'on pense que quelque chose nous libérera de la dette. Dans le cas du gouvernement actuel, il ne sera effectivement plus là. Ce gouvernement va créer une dette, qui est peut-être à certains égards justifiée, mais, qui l'est peut-être beaucoup moins compte tenu du procédé. Pour reprendre l'expression consacrée, elle est simplement « pelletée en avant ». J'invite tout le monde à s'imaginer l'exercice de pelleter en avant. Cela devient lourd et long, mais ce sont d'autres personnes qui vont tenir la pelle.
Le gouvernement nous passe le déficit tout de suite. Au printemps, lorsque l'on va avoir commencé à distribuer et à administrer un vaccin, les gens vont oublier qu'ils le reçoivent 6 ou 12 semaines après que les autres. Ils vont avoir un peu moins peur. On passe le déficit aux gens pendant qu'ils ont peur afin qu'ils trouvent cela justifié.
Ensuite, au printemps, au moment du budget, on va annoncer des cadeaux, mes amis. Cela n'aura plus de bon sens. Le Noël que nous n'aurons pas eu le 25 décembre, nous l'aurons à la fin de mars. Cela va revoler partout.
Évidemment, on comprend que c'est un exercice à caractère électoral. Des analystes autres que moi le disent. D'emblée, je dis que cela m'amuse beaucoup. Si, en marchant sur les responsabilités provinciales, en méprisant les valeurs et la langue du Québec et en ne donnant pas aux Québécois et aux aînés du Québec les moyens dont ils ont besoin pour protéger leur santé, le gouvernement pense qu'il se monte un programme électoral, j'ai des petites nouvelles pour lui: c'est le nôtre qu'il est en train de monter. Nous allons dénoncer cela. Nous allons présenter l'autre solution et nous allons toujours préserver les pouvoirs du Québec en matière de santé.
Plus tôt, je disais à un journaliste que si nous avions lui et moi un besoin urgent de 10 $ et que nous avions chacun 5 $, je lui donnerais mes 5 $ si la question relevait de ses compétences. Ainsi, il sauverait notre mise à tous les deux puisque ce serait son expertise.
Or, un gouvernement fédéral qui n'administre pas d'hôpitaux, qui ne gère pas d'infirmières ou de médecins ou qui n'est pas celui qui a embauché les préposés n'a pas l'expertise en matière de gestion de système de santé. Non seulement il garde ses 5 $, mais il garde ceux de l'autre. Nous sommes censés trouver cela normal. C'est utiliser les craintes et la peur des gens à des fins politiques.
On ne le dira jamais assez dans cet énoncé économique, il y a quelque chose de purement humain là-dedans.
Depuis le mois de mars, nous sommes en pandémie. Les gens les plus fragiles et les plus exposés sur le plan de la santé et qui risquent le plus de perdre la vie lorsqu'ils sont exposés au coronavirus sont les aînés. Les gens dont le pouvoir d'achat n'a pas augmenté — hormis tous ceux qui nous envoient des lettres nous disant qu'ils avaient eu une augmentation de 0,61 $ imposable, quelle insulte! —, ceux dont le pouvoir d'achat a été le plus réduit parce que les aliments coûtent plus cher, que les déplacements sont plus complexes ou qu'ils recourent à la livraison, ce sont encore une fois les aînés. Ceux qui souffrent le plus de l'isolement sont les aînés. Les problèmes de détresse et de santé mentale ne sont pas réservés aux adolescents qui émergent dans la vie adulte. Les personnes âgées ont aussi des problèmes de santé mentale.
Quelle est l'aide supplémentaire accordée aux aînés dans l'énoncé économique?
On n'accorde aucune somme d'argent. Ce n'est pas rien. En fait, c'est rien.
Pour ce qui est des soins, le gouvernement affirme être disposé à verser 1 milliard de dollars sur environ 380 milliards de dollars, auxquels s'ajouteront les coûts de la relance. Ce sera lors de la campagne électorale, on l'a compris. On offre de verser 1 milliard de dollars sur les 380 milliards de dollars à la condition que les provinces, telles des Vercingétorix de la santé, déposent leurs pouvoirs aux pieds du premier ministre Jules et disent qu'il est désormais le patron de santé. Cela se peut qu'Astérix n'aime pas cela. Or le principe est le suivant: on demande aux provinces de renoncer à leurs pouvoirs en santé en échange d'un chèque. Cela n'a pas de bon sens, mais c'est cela, le plan.
J'ai vu des gens dire que ce n'était pas l'énoncé économique du calcul, mais l'énoncé économique du cœur. Je n'y crois pas. Si on avait du cœur, on prendrait soin des gens les plus fragiles et les plus vulnérables. On ne ferait pas de l'intrigue politique de bas étage en retenant les ressources nécessaires au système de santé et à la qualité de vie minimale de nos aînés, qui vont passer Noël à se bercer tout seuls en regardant la télévision. Ces gens n'ont-ils honte de rien? Moi, je trouve cela grave.
Parlons rapidement de la santé. On avait entendu dire que, le 5 décembre, il y aurait une rencontre entre le premier ministre du Canada, le premier ministre du Québec et les premiers ministres des provinces et des territoires pour parler de transferts en santé. On avait déjà pensé que la vice-première ministre allait amener le premier ministre à des considérations plus valables. On constate un peu le contraire. Le premier ministre a annoncé qu'il arrivait les mains vides pour parler de toutes sortes d'autres choses. Pour être sûr de ne pas se faire achaler après la rencontre, il l'a reportée à la fin de la session à Ottawa. Comme c'est commode. Donc, les partis de l'opposition n'auront pas l'occasion de questionner le gouvernement sur le fait qu'il se sera présenté dans une rencontre avec les premiers ministres les mains vides, si ce n'est des conditions pour obtenir une partie de l'argent qui leur est dû. C'est l'instrumentalisation à des fins de centralisation politique d'une crise grave et du malheur des gens pour ouvrir une fenêtre électorale où on va jouer le Canada contre le Québec. On va les mettre à leur place. Cela a déjà fonctionné et cela pourrait fonctionner encore. Nous sommes là et cela pourrait aussi ne pas fonctionner.
Il fallait parler de relance économique. L'énoncé économique d'hier remet ce sujet à plus tard, parce que, maintenant, on annonce la mauvaise nouvelle du déficit, qui avait déjà été largement préparée, on le savait. On dit aux gens que ce n'est pas grave parce que les taux d'intérêt sont bas et que c'est le temps de remplir les cartes de crédit. On ramasse la carte de crédit du Québec et des provinces et on s'en va au Costco. On remplit le panier. On se construit un programme électoral avec l'argent du Québec et des provinces.
Quand on s'approchera de la fenêtre électorale, on va déposer un budget dans lequel on va annoncer plusieurs choses. Cela n'aura plus de bon sens, tout ce qu'on va annoncer. Le problème, c'est que cela ne fonctionne pas ainsi.
La relance économique peut passer par plusieurs éléments. Je vais en nommer trois. On ne sera pas surpris de m'entendre reparler de l'aide aux aînés, parce que, dans les régions du Québec, et je présume que c'est la même chose dans les régions du Canada, les aînés dépensent leur argent au quotidien. Même que, présentement, un grand nombre d'entre eux en manquent. Tout cet argent sera rapidement injecté dans l'économie des régions, contribuant ainsi à la relance rapide de l'économie lorsqu'on sortira de la pandémie. Si les libéraux sont incapables de leur venir en aide faute d'une âme et un cœur, qu'ils le fassent parce qu'ils ont une calculatrice. C'est de l'argent investi dans la relance.
Même l'argent que nous demandons pour le système de santé du Québec et des provinces, c'est de l'argent qui est investi dans la relance, parce que les services doivent être rendus. Si les 200 millions de dollars du fédéral destinés aux provinces ne sont pas envoyés à Québec, cette province devra prendre l'argent ailleurs.
Les 200 millions de dollars que Québec va devoir prendre ailleurs pour les mettre dans le système de santé ne seront pas utilisés par le premier ministre Legault ou le ministre Fitzgibbon pour relancer l'économie du Québec, pour soutenir les entreprises du Québec, pour faire émerger les entreprises du Québec d'une crise qui aura été catastrophique.
Les transferts en santé, c'est donc de l'argent qui doit être libéré pour permettre au Québec de participer à sa relance économique.
Bien sûr, il y a la relance au sens classique du terme. Nous allons injecter des sommes d'argent importantes pour stimuler l'activité économique. Le principe de base est toujours le même: chaque personne qui travaille est une dépense de moins et un revenu fiscal de plus pour l'État. Au hockey, ce serait un gain de quatre points.
Il faut ramener le monde au travail dans l'hébergement, les arts, le tourisme, le secteur industriel, l'ensemble des services publics et la restauration. Cela fait beaucoup de gens qui vont retourner travailler d'un seul coup, mais il faut de la prévisibilité pour y parvenir. C'est simple: si les gens ne connaissent pas la nature du plan de relance économique du gouvernement, ils ne peuvent pas s'y préparer. Cependant, le gouvernement semble vouloir se le garder pour pouvoir, quelque temps en mars, déposer un budget qui lui permettra de dire à quel point il est beau, bon et fin pour les entreprises.
Nous serons en train d'émerger de la COVID-19, parce que les gens les plus fragiles et qui risquent davantage d'y perdre la vie auront été vaccinés, les travailleurs de première ligne auront été vaccinés, et une grosse partie du travail aura été fait — plus tard qu'aux États-Unis, qu'en Allemagne, qu'au Royaume-Uni et qu'en Inde, mais cela aura été fait. Le gouvernement va donc arriver avec un ensemble de bonnes nouvelles qui lui ouvriront une fenêtre électorale, mais, en attendant, les entreprises ne savent pas comment s'organiser.
Le gouvernement dit qu'il a agi en débloquant 25 milliards de dollars. De ce montant de 25 milliards de dollars, 15 milliards vont au maintien de la Subvention salariale, ce qui va faire plaisir au NPD et au Parti vert. Les 10 milliards de dollars qui restent sont consacrés à d'autres mesures dont certaines sont très bonnes, comme le soutien au programme pour l'achat de véhicules électriques ou les immeubles écoénergétiques. L'ensemble des mesures sont intéressantes, mais ce montant de 10 milliards de dollars sur un total de 400 milliards de dollars nous fait comprendre que le gros de la mise à jour économique ne va pas à la relance.
Outre la sincère compassion que nous ressentons au quotidien pour nos aînés et nos malades, nous avons une crainte, celle que le gouvernement fédéral s'ouvre une fenêtre électorale sur le crédit du Québec. Je le répète. Si le plan du gouvernement fédéral est de marcher sur les compétences du Québec, de marcher sur les intérêts et la qualité de vie des aînés, et de marcher sur les valeurs et la langue des Québécois, il se pourrait que les Québécois n'aiment pas beaucoup son plan. Il se pourrait donc que nous soyons de nouveau ici, au moins autant que maintenant, ou peut-être bien plus, pour y répondre.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I would like to thank my colleague for his speech.
My colleague opposite has spoken only about Quebec in relation to Canada, but we have an entire country to manage. My colleague opposite spoke about the fear apparently created by the government. He says that the government is fearmongering when, in fact, we are weighing the risks posed by the pandemic and informing Canadians of those risks.
He even mocked the Prime Minister by comparing him to Astérix in his speech, which he thought was very funny. That is what he said and I am just repeating it.
My colleague really likes to talk about seniors, but I have bad news for him: Negotiations with Quebec are going well. We invested $740 million in care for seniors, we put in place the HST, we gave $400 more to seniors to support them. Can my colleague say whether the federal government provided sufficient support for seniors during this pandemic?
Madame la Présidente, j'aimerais remercier mon collègue de son discours.
Mon collègue d'en face compare seulement le Québec avec le Canada, mais nous avons un pays entier à gérer. Mon collègue d'en face parle de la crainte que le gouvernement aurait suscitée, il dit que le gouvernement fait peur à la population, alors qu'en fait, nous tenons compte des risques liés à la pandémie et nous en avisons la population.
Il se moque même du premier ministre en le comparant à Astérix, ce dont il s'amuse beaucoup dans son discours. C'est ce qu'il dit, nous ne faisons que répéter ses mots.
Mon collègue d'en face aime beaucoup parler des aînés, mais j'ai une mauvaise nouvelle pour lui: les négociations avec le Québec vont bien. Nous avons investi 740 millions de dollars dans les soins aux aînés, nous avons mis en place la TPS, nous avons remis 400 $ de plus aux aînés pour les soutenir. Est-ce que mon collègue d'en face est capable de nous dire si le gouvernement fédéral a soutenu suffisamment les aînés pendant cette pandémie?
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, yes, I can. I can say no. I can say that the seniors who write to us are telling us that they got an extra 61¢, which is not even enough to buy a pack of gum these days.
My esteemed colleague would not be surprised to hear that I consider Quebec to be separate from Canada. The last time I checked, I had the privilege of being the leader of a separatist party.
As for Astérix, the little guy with the big nose and wings on his head, that is me. I would not flatter the Prime Minister by comparing him to Astérix, who is pugnacious, determined and quite likeable. I do not think Astérix would like that. I was comparing the Prime Minister to Julius Caesar, who is more of a centralizing force in Roman history, as we learned in our CEGEP classes. That is it for my comparisons.
The answer is no, seniors are not well served by this economic statement.
Madame la Présidente, oui, j'en suis capable. Je suis capable de dire que non. Je suis capable de dire que les aînés qui nous écrivent nous disent qu'ils ont eu une augmentation de 0,61 $, ce qui ne suffit même plus à acheter un paquet de gomme de nos jours.
D'autre part, mon estimé collègue ne devrait pas s'étonner que je distingue le Québec du Canada. En effet, la dernière fois que j'ai vérifié, j'avais le privilège d'être le chef d'un parti indépendantiste.
Pour en revenir à Astérix, le petit avec un gros nez et des ailes sur la tête, c'est moi. Je ne fais pas le plaisir au premier ministre de le comparer à Astérix, qui est pugnace, déterminé et fort sympathique. Je ne suis pas sûr qu'Astérix aimerait cela. J'ai plutôt comparé le premier ministre à Jules César, qui est un peu plus centralisateur dans l'histoire romaine, comme nous l'apprennent les cours qui se donnent sur cela au cégep. Mes comparaisons s'arrêteront là.
La réponse est que, non, les aînés sont extrêmement mal traités par cet énoncé économique.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank the member for Beloeil—Chambly for his speech.
He will be pleased to hear that the NDP has always gone to bat for the restoration of health transfers ever since the Stephen Harper Conservatives made those cuts, which today's Liberals have maintained since 2015.
I fully agree with today's motion, especially the part about thanking health workers for all their sacrifices. They continue to work extremely hard.
I want to draw his attention to one issue in particular: the asylum seekers working in our health system. Back in August, they were promised a process to regularize their status, and were told there would be no deportations during the pandemic.
Yesterday, the Canada Border Services Agency said it would be resuming deportations and removals. The people who helped us were promised papers, but they could be deported very soon. His colleague from Saint-Jean is doing amazing work on this file, by the way.
I would like my colleague to tell us what he thinks about how asylum seekers who helped us in our health care system are being treated.
Madame la Présidente, je voudrais remercier le député de Beloeil—Chambly de son discours.
Il sera content d'entendre que le NPD a toujours été au front pour le rétablissement de transferts en santé depuis que les conservateurs de Stephen Harper avaient fait ces compressions budgétaires, qui ont été reconduites par les libéraux actuels, depuis 2015.
Je suis tout à fait d'accord sur la motion qui est présentée aujourd'hui, notamment pour remercier de tous leurs sacrifices les travailleurs et travailleuses en santé, qui continuent à travailler extrêmement fort.
Je veux attirer son attention sur un dossier particulier, celui des demandeurs d'asile qui travaillent dans notre système de santé. On leur a promis, depuis le mois d'août dernier, qu'il pourrait y avoir un processus de régularisation et qu'il n'y aurait pas de déportation en temps de pandémie.
Hier, nous avons appris par l'Agence des services frontaliers du Canada que les renvois et les déportations pouvaient recommencer. On a donc promis des papiers à des gens qui nous ont aidés, mais ils pourraient être déportés très prochainement. Sa collègue de la circonscription de Saint-Jean fait d'ailleurs un travail admirable dans ce dossier.
J'aimerais que mon collègue nous dise ce qu'il pense de la façon dont on traite ces demandeurs d'asile, qui nous ont aidés dans notre système de santé.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I am a little troubled. My colleague said too many nice things to me. I think someone must have put something in his coffee.
The Bloc Québécois, through the member for Saint-Jean, has expressed compassion for asylum seekers on many occasions. That is a very important issue.
I have the utmost respect for people who leave a difficult situation, who have the courage to go somewhere else and who, once they get there, spend their time showing their host society that they want to be involved. We have seen people expose themselves to often terrible conditions and situations where they are not always treated very well.
Now, while this government is claiming that we need to focus all of our attention on the pandemic—except in the small back room where the Liberals are preparing for the election—is not the time to allocate government resources of any kind to deporting people. We need to keep them here and, except for the rare exception, these people must be welcomed and encouraged to integrate. In addition, the day these people take the citizenship oath, if they do so in Quebec, then they must be required to show they have a minimum knowledge of French.
I want to quickly talk about two other issues.
First, health transfers are obviously important, but respect for Quebec's jurisdiction over child care, long-term care for seniors and pharmacare are just as important.
Second, the member for Rosemont—La Petite-Patrie still has some way to go, but all sins can be forgiven.
Madame la Présidente, je suis un peu troublé. Mon collègue m'a dit trop de bons mots. Je soupçonne qu'on a mis quelque chose dans son café.
D'abord, pour ce qui est de l'enjeu très important des demandeurs d'asile, le Bloc québécois, par la voix de la députée de Saint-Jean, en effet, a exprimé de la compassion à de nombreuses reprises.
J'ai le plus profond respect pour les gens qui quittent une situation difficile, qui ont le courage d'aller ailleurs et, une fois rendus, consacrent leur temps à démontrer à la société d'accueil qu'ils veulent s'y investir. On a vu des gens s'exposer dans des conditions souvent terribles et ne pas toujours être très bien traités.
Aujourd'hui, alors que ce gouvernement prétend que toute notre attention doit se porter sur la pandémie — sauf dans la petite pièce d'en arrière où on prépare les élections —, ce n'est pas le temps de consacrer des ressources du gouvernement, quelles qu'elles soient, à expulser des gens. Il faut absolument que ce soit maintenu et que, sauf exception rarissime, ces gens soient les bienvenus et invités à s'intégrer. D'ailleurs, le jour où ils prêteront serment, s'ils le font au Québec, il faudrait qu'ils soient tenus de le faire en démontrant une connaissance minimale du français.
Je vais poursuivre rapidement en parlant de deux autres enjeux.
Premièrement, les transferts en santé sont évidemment importants, mais le respect des compétences du Québec en matière de services de garde, de soins de longue durée aux aînés et d'assurance-médicaments le sont tout autant.
Deuxièmement, il reste encore quelques petits pas à faire au député de Rosemont—La Petite-Patrie, mais, ma foi, à tout pêché miséricorde.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I will pick up where I left off with the question I started asking earlier.
My colleague opposite is well aware of what we have done for seniors. We gave an extra $20 million to the new horizons program, and the Parti Québécois really benefited from that. We gave $350 million to charities, $9 million to United Way Canada, $100 million to food banks and local organizations.
My colleague talked about a 61¢ increase. Is he aware that that 61¢ is a monthly inflation adjustment? It is not an increase. He is misinforming organizations and putting erroneous ideas in their heads.
Madame la Présidente, je vais reprendre la question que j'ai commencé à poser tantôt.
Mon collègue d'en face sait très bien que ce que nous avons fait pour les aînés. Nous avons octroyé 20 millions de dollars supplémentaires à Nouveaux Horizons, desquels le Parti québécois a beaucoup profité, 350 millions de dollars aux organismes de bienfaisance, 9 millions de dollars à Centraide Canada, 100 millions de dollars aux banques alimentaires et aux organismes locaux.
Mon collègue nous parle d'une augmentation de 61 ¢. Sait-il que ces 61 ¢ reposent sur un exercice fiscal qui se fait chaque mois? Ce n'est pas une augmentation qui sert à mal informer les organismes et à leur mettre des faussetés dans la tête.
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, we have a couple of fascinating homework assignments to do here.
First up, geometry. Let us talk about the difference between “opposite” and “diametrically opposed”. Ideologically, I would say that we are not just opposite but diametrically opposed.
Now for arithmetic. Even if this is a monthly thing, 61¢ times 12 is a pittance. It adds up to $7.50 according to my esteemed colleague, who has a head for figures.
My colleague will not have an opportunity to respond, but that is okay because the Prime Minister occasionally answers questions.
Why not legitimately increase their buying power? Why does the government not come up with bizarre and convoluted explanations when it says it is going to give families money for their kids? Giving families money for their kids is great. The government tells them to go spend the money on peanut butter. For seniors though, the government says it gave the money to this or that organization, which might then send letters to its members about how nice the Liberal Party is.
The thing is, what is good for the goose should be good for the gander. Organizations have nothing to do with seniors' buying power.
Madame la Présidente, nous avons deux exercices absolument fascinants à faire.
D'abord, faisons un exercice de géométrie. Découvrons les mots « en face ». Je dirais plus « en biais ». En matière idéologique, nous sommes beaucoup plus en biais qu'en face.
Ensuite, 61 ¢ multipliées par 12, même si l'exercice est mensuel, cela n'est pas beaucoup. Cela équivaut à 7,50 $, selon mon estimé collègue expert en chiffres.
Mon collègue n'a pas l'occasion de répondre, mais ce n'est pas grave, car le premier ministre répond occasionnellement aux questions.
Pourquoi ne pas procéder par l'augmentation légitime du pouvoir d'achat? Pourquoi n'a-t-on pas un raisonnement tarabiscoté et bizarre quand on dit qu'on va envoyer de l'argent aux familles pour les enfants? C'est bien d'envoyer de l'argent aux familles pour les enfants. Le gouvernement leur dit d'aller acheter du beurre d'arachides avec cet argent. Par contre, quand il est question des aînés, ils disent qu'ils ont donné de l'argent à l'organisme Machin. L'organisme Machin envoie des lettres à ses membres et il va peut-être dire que le Parti libéral était sympathie.
Toutefois, ce qui est bon pour l'un devrait l'être pour l'autre. Le pouvoir d'achat des aînés ne passe pas par les organismes.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-12-01 10:29 [p.2730]
Madam Speaker, I want to thank my leader for his excellent speech and for the motion currently before the House.
It is very important to thank nurses and all the staff working in hospitals and long-term care centres. They have been performing miracles for the past eight or nine months. The system is underfunded, and it really is a humanitarian cause. These people are making a difference. Hats off and congratulations to them.
Just last week, one evening when the House was in committee of the whole, the Minister of Health talked about the standards that will be established for long-term care facilities in her speech. However, when the military went into our long-term care facilities last spring, they said that the problem was not a lack of standards, but rather a lack of personnel and resources.
Yesterday's economic update promised $1 billion. As my leader reminded everyone, it will be $1 billion out of $381 billion, on condition that the government can impose its standards and interfere quite a bit.
What are his thoughts on that?
Madame la Présidente, je tiens à remercier mon chef de son très bon discours et de cette motion qui est débattue aujourd'hui à la Chambre.
C'est très important de remercier les infirmières et tout le personnel qui travaille dans le milieu hospitalier et dans les CHSLD. Depuis huit ou neuf mois, ils font des miracles. Il manque d'argent dans le système et il s'agit vraiment d'une cause humanitaire. Ces gens changent les choses. Nous leur tirons notre chapeau et nous les félicitons.
Pas plus tard que la semaine passée, un soir où la Chambre s'est formée en comité plénier, la ministre de la Santé, dans son discours, est revenue sur les normes qu'on va établir pour les CHSLD. Pourtant, quand les militaires sont arrivés dans nos CHSLD, au printemps dernier, ils ont dit que ceux-ci ne manquaient pas de normes et que les problèmes étaient plutôt causés par un manque de personnel et de ressources.
Hier, on nous a présenté la mise à jour économique, qui dit qu'on va donner 1 milliard de dollars. Comme le rappelle mon chef, 1 milliard, c'est 381, à condition que le gouvernement puisse imposer ses normes et faire beaucoup d'ingérence.
Qu'en pense-t-il?
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
When my esteemed colleague speaks, it is like I am listening to myself, so I will not need much time.
However, I want to reiterate something. Let's put ourselves in the shoes of the health care workers who are going to work every day and exposing themselves not only to the virus, but also to seeing people who are suffering and seniors in distress. That should be a consideration.
The quickest way to help these people is to stop insisting on imposing conditions and start transferring to Quebec and the provinces the money they are technically owed, so that they can hire the necessary personnel and ensure that seniors and sick patients have the best living conditions and the best treatment possible. Their fight will go on for several more months.
Can we take care of them and not abandon them?
Quand mon estimé collègue parle, c'est comme si c'était moi-même, donc je n'ai pas besoin de beaucoup de temps.
Par contre, je veux réitérer une chose. Faisons l'exercice de nous mettre à la place des gens qui, jour après jour, vont travailler dans le système de santé et s'exposer non seulement au virus, mais aussi à l'observation de la misère des gens et de la détresse des aînés. Cela devrait être une considération.
Le moyen le plus rapide pour aider ces gens est en effet de ne pas s'entêter à imposer des conditions et de transférer au Québec et aux provinces l'argent qui leur est techniquement dû, afin qu'on puisse embaucher le personnel nécessaire et assurer aux aînés et aux malades les meilleures conditions de vie et le meilleur traitement possibles. Leur combat va durer encore plusieurs mois.
Peut-on prendre soin d'eux et ne pas les laisser tomber?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-12-01 10:31 [p.2731]
Madam Speaker, I will be sharing my time with my colleague and friend, the member for Laurier—Sainte-Marie.
I have always said that Canadians' health and safety are too important to play partisan politics over. This is not the time. We must work together to help all Quebeckers and Canadians. The best way to do that is to take the time to listen to one another and engage in dialogue.
As I have said, and as we have all said, Canadians' health and safety have been our main concern in recent months. That was, is and will continue to be our main concern. That is our priority. I said it before, and I will say it again: We will always be there to protect the health and safety of all Canadians.
Before I go any further, I would like to underscore the work of our health care workers and the extraordinary sacrifice they have made during the pandemic. I am referring to doctors, nurses, health care aides and orderlies. These people are the cornerstone of our health care system. I would like to thank them from the bottom of my heart. Similarly, I would like to underscore the important work of the other people working alongside these health care workers, who do not get as much attention. They are also less visible, working more in the shadows. I am thinking of the security guards, janitors and all the support staff who keep our health care system running. They work in the shadows, but they must not be forgotten.
I would like us to keep them in mind in all of our discussions and debates. These people are on the front lines. These support workers are giving up time they could be spending with their families to take care of our loved ones, our parents and grandparents. They are putting their own lives at risk to protect all of us.
From the bottom of my heart, I thank all the health care professionals and all those working in the health care sector, day and night, from coast to coast to coast.
I would also like to underscore the work of our armed forces, our soldiers. I would like to underscore the contribution they made by helping seniors in long-term care facilities in Quebec and Ontario. I would also like to underscore the work of the Red Cross, whose workers are still on the ground right now, helping the men and women who work with our seniors. Every day, they are working incredibly hard to help provide care and support for our parents and grandparents.
As I have said many times before, helping the most vulnerable Canadians is not a matter of jurisdiction. Helping our seniors is not a matter of jurisdiction. Our seniors are not a paragraph or a line in the Constitution. They are our seniors. They are the people who gave birth to us. They are the people who built this society. We must all, collectively, be there for them.
I have to say that I find it deplorable that the members of the Bloc Québécois would rather pick a fight than work together for Canadians. I find that unfortunate. They are trying to stir up bogus quarrels with Quebec City, but there are none. We agree, we collaborate, we work together and we talk every day, and that goes for the various ministers' and members' offices and for political staff. We have been collaborating with akk the provinces since the beginning of the pandemic. We are still collaborating with the provinces, including Quebec. My friends in the Bloc Québécois may not want to hear it, but it is true. It is working well.
Is it perfect? No. That is how a federation, our federation, works. We can work together because we have the people's interests at heart.
It is important to mention that we are there for the provinces and territories. We were there, we are still there, and we will continue to be there.
That is why we gave the provinces and territories $41.9 billion this year and will be giving them another $235 billion over the next five years. At least one positive thing has come out of this horrible and difficult pandemic: the will and the ability to work together.
That is how we succeeded in making a historic $19-billion investment under the safe restart agreement to help all of the provinces.
That includes $700 million to support the health care system, $500 million to help people experiencing challenges related to mental health, substance use or homelessness, and $740 million to control and prevent infections in long-term care, home care and palliative care settings.
These are extremely concrete actions. These amounts are in addition to other investments in health care we made during the pandemic, including $500 million for the most pressing health system needs and $240 million for virtual care and digital tools, which are playing an increasingly larger role in the health care system.
What does that mean for Quebec in practical terms? For Quebec, it means $675 million for testing, contact tracing and data management, which are absolutely crucial for stopping a pandemic. It means $270 million to help the health care system get through the crisis and $166 million for the most vulnerable populations. These are concrete amounts for Quebec. It also means $675 million for personal protective equipment, since we know how important PPE is for health care workers.
Then there is all the rest, such as child care, sick leave and public transit. All of these things have become essential services during the pandemic. That it why we put $1.5 billion on the table. In all, we have given Quebec more than $3 billion for the health and safety of Quebeckers, in addition to the usual health transfer payments.
Just yesterday, the Deputy Prime Minister announced new investments that show our profound commitment to the health and safety of all Canadians.
Allow me to list them quickly. There is $ 1 billion to improve conditions in long-term care facilities. That means more money for ventilation, more staff and better infection control. All of this is absolutely essential in our fight against the pandemic.
It means more money for rapid testing, personal protective equipment and, of course, the purchase of vaccines. We have purchased or reserved 400 million doses of vaccine, the equivalent of 10 doses for every Canadian. That is more doses per capita than any other country in the world. We have been working for months with all of the provinces to prepare for the distribution of the vaccines.
When the Bloc Québécois talks about health care funding, I think we can agree that we have been there, we are still there and we will continue to be there for everyone.
I say to the Bloc Québécois that we have been there for everyone, including Quebec.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec mon collègue et ami le député de Laurier—Sainte-Marie.
J'ai toujours dit que la santé et la sécurité des Canadiens étaient trop importantes pour en faire des outils de politique partisane. Ce n'en est pas le temps. Nous devons collaborer pour aider l'ensemble des Québécois et des Canadiens. La meilleure façon de le faire, c'est en s'écoutant et en s'accordant du temps et en dialoguant.
Je l'ai dit, et nous l'avons tous dit, la santé et la sécurité des Canadiens étaient au cœur de nos préoccupations au cours des derniers mois. Elle l'était, elle l'est et elle continuera de l'être. C'est cela, notre priorité. Je l'ai dit et je le répète: nous serons toujours là pour protéger la santé et la sécurité de tous les Canadiens.
Avant d'aller plus loin, je tiens à souligner le travail des travailleurs de la santé et le sacrifice incroyable qu'ils ont fait pendant la pandémie. Je pense aux médecins, aux infirmières, aux aide-soignants et aux préposés aux bénéficiaires. Ces gens sont la pierre angulaire de notre système de santé. Je tiens à les remercier du fond du coeur. De la même manière, je veux souligner l'important travail des autres qui sont là avec eux et à qui on pense moins. On les voit moins, aussi. Ils sont peut-être un peu plus à l'ombre, mais je pense aux gardiens de sécurité, aux concierges et à tout ce personnel de soutien qui permet à notre système de santé de continuer à évoluer. Ils sont dans l'ombre, mais il ne faut pas les oublier.
Je tiens à ce que l'on pense à eux également dans toutes nos discussions et tous nos débats. Ces gens sont en première ligne. Ce personnel de soutien renonce à du temps qu'ils pourraient passer avec leurs familles pour s'occuper des nôtres, de nos parents et de nos grands-parents. Ils mettent leur propre vie en danger pour protéger l'ensemble de la collectivité.
À tous les professionnels de la santé et tous ceux qui oeuvrent dans le domaine de la santé, jour et nuit, d'un océan à l'autre, je tiens à les remercier du fond du coeur.
Je veux aussi souligner le travail de nos forces armées, de nos soldats. Je veux souligner la contribution qu'ils ont apportée auprès de nos aînés dans nos CHSLD, au Québec et en Ontario. Je veux aussi souligner le travail de la Croix-Rouge, qui est encore là au moment où on se parle, sur le terrain, pour prêter main-forte aux hommes et aux femmes qui travaillent auprès de nos personnes âgées. Tous les jours, ils font un travail extraordinaire pour aider pour soigner et accompagner nos parents et nos grands-parents.
Je l'ai répété plusieurs fois: aider nos personnes les plus vulnérables n'est pas une question de champs de compétences. Aider nos aînés n'est pas une question de champs de compétences. Nos aînés ne sont pas un paragraphe ou une ligne dans la Constitution. Ce sont nos aînés. Ce sont ceux qui nous ont mis au monde. Ce sont eux qui ont bâti cette société. On doit tous, collectivement, être là pour eux.
Je dois dire que je trouve cela déplorable et trouve même un peu « poche » que les députés du Bloc québécois veuillent faire des chicanes plutôt que de travailler ensemble pour les Canadiens. Je trouve ça « poche ». Ils essaient de créer de fausses chicanes avec Québec, mais il n'y en a pas. Nous nous entendons, nous collaborons, nous travaillons ensemble et nous nous parlons quotidiennement, que ce soit à partir des différents bureaux de ministres ou de députés ou qu'il s'agisse de personnel politique. Nous avons bien collaboré avec l'ensemble des provinces depuis le début de la pandémie. Nous continuons de bien collaborer avec les provinces, incluant le Québec, mais mes amis du Bloc québécois ne veulent pas l'entendre. Pourtant, c'est la réalité. Cela fonctionne bien.
Est-ce parfait? Non. C'est le propre d'une fédération, de notre fédération. Nous sommes capables de travailler ensemble, parce que nous avons à coeur l'intérêt des populations.
Il est important de mentionner que nous sommes là pour les provinces et les territoires. Nous avons été là, nous sommes là et nous continuerons d'être là.
C'est pour cela que nous avons versé 41,9 milliards de dollars aux provinces et aux territoires, cette année, et que nous allons verser 235 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. Cette pandémie, qui est horrible et difficile, fait ressortir au moins une chose positive, et c'est cette volonté de travailler ensemble et cette capacité à le faire.
C'est comme cela, par exemple, que nous avons réussi à faire des investissements historiques de 19 milliards de dollars en vertu de l'Accord sur la relance sécuritaire pour aider l'ensemble des provinces.
Par exemple, cela comprend, 700 millions de dollars pour appuyer le système de soins de santé, 500 millions de dollars pour aider les personnes qui éprouvent des problèmes de santé mentale, de toxicomanie et d'itinérance, 740 millions de dollars pour contrôler et prévenir les infections dans les centres de soins de longue durée, les soins à domicile et les soins palliatifs.
Ce sont des choses extrêmement concrètes. Ces sommes s'ajoutent à d'autres investissements qui ont déjà été faits en santé dans le cadre de la pandémie, notamment 500 millions de dollars pour les besoins les plus pressants du système de soins de santé et 240 millions pour les soins virtuels et les outils numériques, qui jouent un rôle de plus en plus important dans le système de santé.
Qu'est-ce que cela veut dire concrètement pour le Québec? Pour le Québec, cela veut dire 675 millions de dollars pour le dépistage, la recherche de contacts et la gestion des données, qui sont absolument fondamentaux lorsqu'on veut vaincre une pandémie. Ce sont 270 millions de dollars pour aider le système de santé à traverser la crise et 166 millions de dollars pour les populations les plus vulnérables. Ce sont des sommes concrètes pour le Québec. C'est encore 675 millions de dollars pour les équipements de protection individuelle; on sait à quel point ces équipements jouent un rôle fondamental auprès des travailleurs de la santé.
On peut penser aussi à tout le reste: les services de garde, les congés de maladie et le transport en commun. Tout cela est devenu également essentiel pendant la pandémie. C'est pour cela que nous avons mis 1,5 milliard de dollars sur la table. En tout, nous avons versé plus de 3 milliards de dollars au Québec en lien avec la santé et la sécurité des Québécois, et cela s'ajoute aux transferts en santé courants.
Pas plus tard qu'hier, la vice-première ministre a annoncé de nouvelles sommes qui témoignent de notre engagement très concret envers la santé et la sécurité de tous les Canadiens.
Je vais les énumérer rapidement. Il s'agit de 1 milliard de dollars pour améliorer la situation dans les centres de longue durée, les CHSLD. Cela représente plus d'argent pour la ventilation, l'embauche de plus d'employés et un meilleur contrôle des infections. Tout cela est absolument essentiel pour la lutte contre cette pandémie.
Il s'agit de plus d'argent pour les tests rapides, l'équipement de protection individuelle et, évidemment, l'achat de vaccins. Nous avons acheté ou réservé 400 millions de doses de vaccins, ce qui représente 10 doses par Canadiens. C'est plus que n'importe quel autre pays au prorata de leur population. Nous travaillons depuis des mois avec l'ensemble des provinces pour préparer la distribution des vaccins.
Quand le Bloc québécois parle de financement en santé, je pense qu'on peut s'entendre pour dire que nous avons été présents, que nous sommes encore présents et que nous allons continuer de l'être pour tout le monde.
Je dis donc à mes amis du Bloc québécois que nous avons été là pour tout le monde, y compris pour le Québec.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2020-12-01 10:40 [p.2732]
Madam Speaker, I congratulate and thank my colleague opposite for his speech.
I almost let myself be seduced by the sound of his voice. His voice is so soft when he talks about taking care of seniors. He also sounds so sweet when he says that his government is there for the provinces and territories.
I have a question for my colleague. If, at their meeting with the Prime Minister next week, the provinces and territories reiterate that they do not want the federal government to interfere in their jurisdictions and that they want the transfers to be increased, as the provinces and Quebec have unanimously called for, what will the government do? Will it say that it is and will remain committed to being there for the provinces and territories?
If someone tells me they do not want me to come to their party, I do not go. I go away. If someone asks me to send money for the party and says it is my duty, well then that is what I have to do.
I also have another question.
The Leader of the Government in the House of Commons said that his government is there for seniors and that the Bloc Québécois is trying to pick a fight by saying that nothing is being done for them. Can he tell me exactly where the money for seniors is? Where in the economic update can we see actual money that will be given directly to seniors in Quebec and the provinces? I looked everywhere, but I did not see any. The seniors that we talked to—
Madame la Présidente, je félicite et remercie mon collègue d'en face pour son discours.
Je me suis presque laissé séduire par son ton. Il a un ton très doux quand il nous dit qu'il prend soin des aînés. Il a aussi un beau ton quand il nous dit que son gouvernement est là pour les provinces et les territoires.
J'aimerais poser une question à mon collègue. Si les provinces et les territoires réitèrent, la semaine prochaine, lors de la rencontre qu'ils auront avec le premier ministre, qu'ils ne veulent pas que le fédéral s'ingère dans les champs de compétences des provinces et du Québec et qu'ils souhaitent que les transferts soient majorés comme cela a été unanimement demandé par le Québec et les provinces, qu'est-ce que le gouvernement va faire? Va-t-il dire qu'il s'engage à être là pour les provinces et les territoires et qu'il le restera?
Moi, quand on me dit qu'on ne veut pas que je vienne à la fête, je n'y vais pas et je m'en vais. Si on me demande d'envoyer ce je dois pour financer la fête et que c'est mon travail, eh bien, c'est cela, mon travail.
J'ai aussi une autre question.
Le leader du gouvernement à la Chambre dit que son gouvernement est là pour les aînés et que le Bloc québécois cherche la chicane en disant qu'il n'y a rien pour les aînés. Peut-il me dire concrètement où est l'argent pour les aînés? Où peut-on voir des sommes concrètes d'argent dans l'énoncé économique que les aînés du Québec et des provinces pourront concrètement recevoir? Je les ai cherchées partout, et je ne les ai pas vues. Les aînés à qui nous avons parlé...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The hon. Leader of the Government in the House of Commons.
L'honorable leader du gouvernement à la Chambre a la parole.
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-12-01 10:42 [p.2732]
Madam Speaker, I thank my colleague for his comments about my tone of voice.
From the beginning, we have been working on this file with the Government of Quebec and all the provincial governments. There have been clear and straightforward transfers.
With regard to seniors, we provided direct support to those living in Quebec's long-term care facilities through the Canadian Armed Forces, the Red Cross and direct funding. We helped several times with PPE and testing. We have worked with the Government of Quebec in tangible ways.
It is not about jurisdictions or fights right now. We are all serving the same people. The people that I represent are also represented by the Quebec National Assembly at the provincial level in Quebec. We have the same objective and that is to get through this crisis as quickly as possible while saving as many lives as possible, keeping people as healthy as possible and keeping the economy as strong as possible.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de ses commentaires sur la douceur de mes propos.
Depuis le début, nous travaillons à ce dossier avec le gouvernement du Québec et ceux de l'ensemble des provinces. Il y a eu des transferts clairs et nets.
En ce qui concerne les aînés, nous avons offert un appui direct à ceux vivant dans les CHSLD grâce aux Forces armées canadiennes, la Croix-Rouge et le financement direct. Nous avons donné plusieurs coups de pouce en ce qui a trait à l'équipement de protection individuelle et au dépistage. Nous avons collaboré de façon concrète avec le gouvernement du Québec.
Il n'est pas question de champs de compétences ou de chicane, actuellement. Nous servons tous les mêmes personnes. Les gens que je représente sont aussi représentés par des gens à l'Assemblée nationale au niveau provincial, au Québec. Nous avons le même objectif, soit de surmonter cette crise le plus rapidement possible, tout en sauvant le plus de vies possible, en étant le plus en santé possible et en ayant l'économie la plus forte possible.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2020-12-01 10:43 [p.2732]
Madam Speaker, one of the reasons I am a proud New Democrat is that the New Democratic Party is the party that invented and pioneered public health care. We did it in the 1940s in Saskatchewan, and of course, the NDP played an instrumental role in the 1960s working with the Liberal government of Prime Minister Pearson to create the structure of today's health care system.
At the time, the original bargain for health care was a 50-50 split between the federal government and the provinces. Since then, however, successive federal underfunding has resulted in the situation we have today where the federal government pays only about 22% of the total health care bill.
Also, of course, the Harper government capped federal health care spending at 3% in 2017. The Liberals promised to address that, and instead, they adopted it. The result is that we have health care costs growing at 5.4% in this country and federal funding growing at 3%. Canadians can do the math. There is only one recipe and that is for long-term fiscal disaster and cuts.
Does my hon. colleague not agree that the federal government should reverse the long-term slide in federal funding and start reversing it so the federal government can start to honour its original commitment of paying half the cost of health care in this country, as originally promised?
Madame la Présidente, une des raisons pour lesquelles je suis un fier néo-démocrate, c'est que c'est le Nouveau Parti démocratique qui a inventé le système de santé publique et qui, ce faisant, a fait œuvre de pionnier. C’était dans les années 1940 en Saskatchewan et, bien sûr, le NPD, en collaboration avec le gouvernement libéral du premier ministre Pearson, a joué un rôle déterminant dans la création de la structure du système de soins de santé actuel dans les années 1960.
À l'époque, il avait été entendu initialement que les coûts seraient partagés 50-50 entre le gouvernement fédéral et les provinces. Depuis, cependant, l'insuffisance de financement de la part des gouvernements fédéraux successifs a conduit à la situation que nous connaissons aujourd'hui, à savoir que le gouvernement fédéral ne paie qu'environ 22 % de la facture totale des soins de santé.
Par ailleurs, le gouvernement Harper, bien sûr, a plafonné les dépenses fédérales au titre des soins de santé à 3 % en 2017. Les libéraux s'étaient engagés à régler le problème, mais ils ont préféré garder ce taux. Les coûts des soins de santé augmentent donc de 5,4 % dans ce pays, et le financement fédéral, de 3 %. Les Canadiens peuvent faire le calcul. Tout cela ne peut que nous mener tout droit à une catastrophe financière et à des compressions à long terme.
Mon collègue ne convient-il pas que le gouvernement fédéral devrait inverser la tendance à la baisse à long terme du financement fédéral et commencer à le faire afin d'honorer son engagement initial de payer la moitié du coût des soins de santé dans ce pays, comme il l'avait promis au départ?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-12-01 10:44 [p.2733]
Madam Speaker, I do agree with my hon. colleague that we have to be there for the health of all Canadians, and we have to be there to collaborate with all the provinces. This is exactly what we have been doing. If he is asking me to defend the system put in place by the Conservatives, I will not do that. I will let the Conservatives defend their own system.
What I can say is that since the beginning of this pandemic we have been there for Canadians across the country with all kinds of measures and supports. Our intention is to keep working with provinces to help them go through this pandemic and work on the long term. Actually, the Prime Minister is meeting with his counterparts on December 10. They will be discussing this and other topics.
Madame la Présidente, je conviens avec mon collègue qu'il faut assurer la santé de tous les Canadiens et collaborer avec toutes les provinces. C'est exactement ce que nous faisons. S'il me demande de défendre le système mis en place par les conservateurs, je ne le ferai pas. Que les conservateurs défendent leur propre système.
Je peux affirmer que, depuis le début de la pandémie, nous avons été là pour les Canadiens de partout au pays en mettant en place toutes sortes de mesures d'aide. Nous avons l'intention de continuer à travailler avec les provinces afin de les aider à traverser la pandémie et à trouver des solutions à long terme. Le premier ministre rencontrera ses homologues provinciaux le 10 décembre. Il en sera notamment question lors de cette rencontre.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I am pleased to rise today to participate in this important discussion about the Canada health transfer, or CHT, and funding for health care.
Our government is committed to improving the health care system so that it can meet the needs of Canadians today and in the future. Our system must adapt if it wants to provide better health care and better results at an affordable cost given the aging population, the increase in rates of chronic disease and the financial pressure resulting from new drugs and new technologies.
From the beginning of the global coronavirus pandemic, our government has been proactive, shown leadership and worked with the provinces and territories to support their efforts to deal with this crisis. More specifically, our government invested more than $19 billion to help the provinces and territories safely restart their economies. This amount includes $500 million to guarantee that health care systems will be ready to face future waves of the virus; $740 million for vulnerable Canadians, including those in long-term care and palliative care facilities, and those who receive home care, and risk having more serious cases of COVID-19; and $500 million to support and protect people struggling with mental health, addiction or homelessness.
Our government also supports virtual care services and online screening to relieve emergency services and promote physical distancing. We have invested $240 million in creating virtual care and mental health care tools in order to support the provinces and territories in this work. This investment is in addition to the $500 million from the COVID-19 response fund, which was distributed earlier this year to the provinces and territories in order to help them respond to critical needs in the health care systems and to support mitigation efforts.
This funding was provided as an ad hoc complement to the Canada health transfer, which is the primary federal funding mechanism for supporting Canada's health care system. It allows for the provision of predictable, long-term funding to the provinces and territories. In 2020-21, our government will provide nearly $42 billion in cash assistance to the provinces and the territories through the CHT. This represents on average more than 23% of planned health spending by the provincial and territorial governments. In 2020-21, the Province of Quebec will receive $9.4 billion from the CHT.
The CHT will increase each year based on economic growth, with a minimum increase of 3% per year. Over the next five years, funding for the CHT to the provinces and territories should reach more than $200 billion. These funds are allocated to the provinces and territories on an equal per capita basis, which guarantees the comparable treatment of all Canadians, regardless of where they live.
The Canada Health Act sets out the criteria and conditions the provinces and territories must meet to receive their full contribution through the CHT. With the exception of its link to the Canada Health Act, the CHT is unconditional, and gives provinces and territories the leeway to decide how best to distribute the funds in order to meet their residents’ and communities’ health care needs.
I would like to take a little time to talk about the history and evolution of the CHT. The current flexible block funding approach to the CHT differs substantially from the cost-sharing program that existed when the public health insurance plan was introduced. Before 1977, the federal government matched eligible provincial and territorial spending on doctors and hospitals at a rate of 50%. However, expenses for these items constituted only about three-quarters of the provinces’ and territories’ total health care expenses.
In other words, the cost-sharing arrangement in place before 1977 did not cover other health care expenses such as pharmaceuticals, home care, mental health services and related health care services that were beginning to represent a growing share of the provinces’ and territories’ health care expenses. As we know, these health care expenditure components increased over the years. The share of spending for doctors and hospitals decreased, and now represents less than 60% of the provinces’ and territories’ health care expenses.
Even during the first period of the cost-sharing program for eligible expenses, federal transfers never really represented 50% of spending for doctors and hospitals. They represented less than 37% of the provinces’ and territories’ total health care expenses. As the health care system evolved, all of the parties involved agreed that a more flexible funding system was required to help the provinces and territories meet their own health care priorities and not only to help foot the bill for doctors and hospitals.
When the established programs financing, or EPF, was introduced in 1977, the federal, provincial and territorial governments agreed to replace the earlier equal cost-sharing program with a more flexible block- or cash-funding approach. This meant that, instead of the federal government equalizing the provinces’ and territories’ spending on doctors and hospitals, the provinces and territories received a cash transfer that they could spend on a broader range of health care priorities.
More importantly, in our context, the EPF program included a stipulation that the federal government was to permanently transfer tax room or tax points to the provinces and territories. This transfer of tax points meant that the federal government permanently reduced its tax rates, while the provinces and territories increased theirs by the same amount, which had no net impact on the taxpayer's tab. More specifically, 13.5 percentage points of the federal personal income tax and one percentage point of the federal corporate income tax were transferred to the provinces and territories. Instead of the federal government collecting taxes and transferring them to the provinces and territories, the provinces and territories could now collect these taxes themselves and spend them as they saw fit.
In 1977-78, the value of the transfer of tax points was equivalent to approximately 22% of the provinces' and territories' spending for doctors and hospitals, the public health insurance plan, while the health transfer represented 33%, for a total of 55%. The cash transfer represented almost 25% of the provinces' and territories' total health care spending. Until recently, this threshold, which is the reference point for the federal cash contribution, was long recognized by the provinces and territories themselves.
As I mentioned, the CHT now represents more than 23% of the provinces' and territories' health care spending. But the federal government's contribution to health care in provinces and territories is not limited to the CHT. Much of the funding related to the COVID-19 pandemic, including the funds from the safe restart agreement, which are intended specifically for health care, will be transferred directly to the provinces and territories.
In addition to the extraordinary measures the government implemented to help the provinces, the territories and all Canadians deal with the coronavirus pandemic, the federal government has also provided significant and ongoing support for health care. These investments were made during the previous Parliament when, in August 2017, all the provinces and territories agreed on $11 billion in federal funding over 10 years to improve home care and mental health services. This new funding alone increased the federal contribution to provincial and territorial health spending by nearly 25%. The government also provides considerable direct health care funding as part of its health promotion and protection responsibility, which includes regulation. It supports public health, research and national health organizations, and delivers health care services to specific groups, such as indigenous populations. In addition to direct federal spending and provincial and territorial transfers, the government also helps individuals and companies via the tax system.
Let me close with the following.
In conclusion, our health system needs improvement in some areas. However, experience shows us that we cannot improve things just by injecting more cash. Canada spends more on health than most other countries, yet we are not getting the results Canadians need and deserve.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui pour participer à cette importante discussion au sujet du Transfert canadien en matière de santé, ou TCS, et du financement des soins de santé.
Notre gouvernement s'est engagé à améliorer le système de soins de santé afin qu'il puisse répondre aux besoins des Canadiennes et des Canadiens aujourd'hui et à l'avenir. Notre système doit s'adapter s'il veut fournir de meilleurs soins et de meilleurs résultats à un coût abordable, vu le vieillissement de la population, l'augmentation des taux de maladies chroniques et la pression financière liée aux nouveaux médicaments et aux nouvelles technologies.
Depuis le début de la pandémie mondiale du coronavirus, notre gouvernement a continué à jouer un rôle proactif de leadership et à échanger avec les provinces et les territoires pour les épauler dans leurs efforts de réaction à cette crise. Plus précisément, notre gouvernement a investi plus de 19 milliards de dollars pour aider les provinces et les territoires à relancer leur économie en toute sécurité. Ce montant comprend: 500 millions de dollars pour aider à garantir que les systèmes de soins de santé seront prêts à faire face aux futures vagues du virus; 740 millions de dollars pour les Canadiennes et les Canadiens vulnérables, y compris les personnes en établissement de soins de longue durée et de soins palliatifs ainsi que les bénéficiaires de soins à domicile, qui risquent de souffrir de cas plus graves de COVID-19; et 500 millions de dollars pour soutenir et protéger les personnes confrontées à des difficultés liées à la santé mentale, à la toxicomanie ou à l'itinérance.
Notre gouvernement soutient également les services de soins virtuels et de dépistage en ligne afin de soulager les services d'urgence et de favoriser la distanciation physique. Nous avons investi 240 millions de dollars dans la création d'outils de soins virtuels et de soins en santé mentale afin d'appuyer les provinces et les territoires dans ce travail. Cette somme s'ajoute aux 500 millions de dollars issus du Fonds de réponse à la COVID-19, qui ont été versés plus tôt cette année aux provinces et aux territoires afin de les aider à répondre aux besoins critiques des systèmes de soins de santé et de soutenir les efforts d'atténuation.
Ces fonds ont été fournis à titre de complément unique au Transfert canadien en matière de santé. Celui-ci est le principal mécanisme de financement fédéral destiné au soutien du système de soins de santé au Canada. Il permet de fournir un financement prévisible et à long terme aux provinces et aux territoires. En 2020-2021, notre gouvernement fournira près de 42 milliards de dollars d'aide en espèces aux provinces et aux territoires par l'intermédiaire du TCS. Cela représente en moyenne plus de 23 % des dépenses de santé prévues par les gouvernements provinciaux et territoriaux. En 2020-2021, la province du Québec recevra 9,4 milliards de dollars du TCS.
Le TCS est appelé à augmenter chaque année en fonction des taux de croissance de l'économie, avec une augmentation minimale d'au moins 3 % par année. Au cours des cinq prochaines années, le financement du TCS aux provinces et aux territoires devrait dépasser les 200 milliards de dollars. Ces fonds sont alloués aux provinces et aux territoires sur une base égale par habitant, ce qui garantit un traitement comparable à tous les Canadiens et les Canadiennes, quel que soit leur lieu de résidence.
La Loi canadienne sur la santé établit les critères et les conditions que les provinces et les territoires doivent remplir pour recevoir leur pleine contribution financière au titre du TCS. Au-delà du lien avec la Loi canadienne sur la santé, le TCS est inconditionnel et donne aux provinces et aux territoires la flexibilité de décider de la meilleure façon de répartir ces fonds afin de répondre aux besoins en soins de santé de leurs résidants et de leurs collectivités.
J'aimerais prendre un peu de temps pour parler de l'histoire de l'évolution du TCS. L'arrangement actuel de financement global flexible dans le cadre du TCS diffère considérablement du régime de subventions de contrepartie qui existait dans les premiers temps de l'assurance-maladie. Avant 1977, le gouvernement fédéral égalait, à un taux de 50 %, des dépenses provinciales et territoriales admissibles pour les médecins et les hôpitaux. Toutefois, les dépenses pour ces postes ne représentaient qu'environ trois quarts des dépenses de santé totales des provinces et des territoires.
En d'autres termes, l'accord de contrepartie d'avant 1977 ne couvrait pas les autres dépenses de santé, comme les produits pharmaceutiques, les soins à domicile, la santé mentale ou d'autres services de santé connexes qui commençaient à représenter une portion croissante des dépenses de santé des provinces et des territoires. Comme nous le savons, ces composantes des dépenses de santé ont augmenté au fil des ans. La part des dépenses consacrée aux médecins et aux hôpitaux a diminué et représente aujourd'hui moins de 60 % des dépenses en santé des provinces et des territoires.
Même au cours de la première période de contrepartie des dépenses admissibles, les transferts fédéraux n'ont jamais réellement représenté une part de 50 % des dépenses consacrées aux médecins et aux hôpitaux. Ils représentaient moins de 37 % des dépenses totales en santé des provinces et des territoires. Au fur et à mesure de l'évolution du système de santé, toutes les parties concernées ont convenu qu'un système de financement plus souple était nécessaire pour aider les provinces et les territoires à répondre à leurs propres priorités en matière de soins de santé, et non seulement pour contribuer au paiement de la facture des services des médecins et des hôpitaux.
Dans le cadre de l'accord de 1977 sur le Financement des programmes établis, ou FPÉ, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont convenu d'abandonner les subventions antérieures de contrepartie à parts égales en faveur d'un système plus souple de transferts en bloc ou en espèces. Cela signifie qu'au lieu de voir le gouvernement fédéral égaler les dépenses des provinces et des territoires en matière d'hôpitaux et de médecins, les provinces et les territoires ont reçu un transfert en espèces à dépenser sur un plus large éventail de priorités en matière de soins de santé.
Plus important encore, dans notre contexte, l'accord FPÉ comprenait une disposition qui prévoyait que le gouvernement fédéral transfère en permanence une marge fiscale ou des points aux provinces et aux territoires. Ce transfert de points d'impôt signifiait que le gouvernement fédéral réduisait ses taux d'imposition de manière permanente, tandis que les provinces et les territoires augmentaient les leurs du même montant, ce qui n'avait finalement aucune incidence nette sur la facture du contribuable. Plus précisément, c'est 13,5 points de pourcentage de l'impôt sur le revenu des personnes physiques et un point de pourcentage de la marge d'imposition des sociétés qui ont été transférés aux provinces et aux territoires. Au lieu que le gouvernement fédéral perçoive les impôts et leur transfère les recettes, les provinces et les territoires peuvent désormais percevoir ces recettes eux-mêmes et les dépenser comme bon leur semble.
En 1977-1978, la valeur du transfert de point d'impôt était égale à environ 22 % des dépenses des provinces et des territoires en matière d'hôpitaux et de médecins, le régime public d'assurance-maladie, tandis que le transfert en espèces pour la santé représentait 33 %, soit un total combiné de 55 %. Le transfert en espèces représentait alors proportionnellement près de 25 % des dépenses totales de santé des provinces et des territoires. Ce seuil, qui est la référence pour la contribution fédérale en espèces, était reconnu depuis longtemps et jusqu'à récemment par les provinces et les territoires eux-mêmes.
Comme je l'ai mentionné, le TCS représente actuellement plus de 23 % du total des dépenses en santé des gouvernements provinciaux et territoriaux. Cependant, le financement fédéral de la santé pour les provinces et les territoires ne se limite pas au TCS. Une grande partie du financement lié à la COVID-19, y compris les fonds de l'Accord sur la relance sécuritaire, qui sont spécifiquement destinés à la santé, sera transférée directement aux provinces et aux territoires.
Outre les mesures extraordinaires que le gouvernement a adoptées pour aider les provinces et les territoires ainsi que toute la population canadienne à affronter la pandémie de coronavirus, le gouvernement fédéral apporte un soutien supplémentaire considérable et continu en matière de soins de santé. Il s'agit notamment des investissements effectués sous le précédent mandat lorsque, en août 2017, toutes les provinces et tous les territoires se sont entendus sur un financement fédéral de 11 milliards de dollars sur 10 ans pour améliorer les soins à domicile et les services de santé mentale. L'ajout de ces fonds à eux seuls porte la contribution fédérale aux dépenses en santé provinciales et territoriales à près de 25 %. Le gouvernement fournit également des fonds directs importants en matière de soins de santé par l'intermédiaire de sa responsabilité de protection et de promotion de la santé, y compris la réglementation. Il soutient la santé publique, la recherche et les organisations de santé pancanadiennes, ainsi que la prestation des services de soins de santé à des groupes spécifiques tels que les populations autochtones. En plus des dépenses fédérales directes et des transferts fiscaux provinciaux et territoriaux, le gouvernement fournit également une aide aux particuliers et aux entreprises par l'intermédiaire du régime fiscal.
Je terminerai sur ce qui suit.
En conclusion, notre système de santé doit être amélioré dans certains domaines. Cependant, notre expérience passée nous montre que ces améliorations ne peuvent être obtenues en ajoutant simplement plus d'argent. Le Canada est l'un des pays qui dépensent le plus dans le domaine de la santé, et pourtant, nous n'obtenons pas le type de résultats dont les Canadiennes et les Canadiens ont besoin et qu'ils méritent.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2020-12-01 10:56 [p.2734]
Madam Speaker, the speech by the Leader of the Government in the House of Commons almost had me in tears earlier, but this time I have to wonder how long it would take me to respond to this crash course on health transfers and all the numbers we were given.
Throughout my career, I have had the pleasure and privilege of sitting on all kinds of commissions on health funding, including one in Canada, the most recent being the Romanow commission, but I will not dwell too much on that.
Initially, there was a pact guaranteeing citizens free, universal access to health care across Canada. There was a pact to share the costs 50-50. Another aspect of the pact provided that the organization of health care services was the exclusive jurisdiction of the provinces.
After all the numbers and the history lesson we were just given, I have a question. Do you think the sums of money being given in the current economic climate are sufficient, compared to transfers that respect provincial areas of jurisdiction and are sufficient to meet their needs?
I am talking about predictable transfer payments, which is what our motion is all about. Would such payments not guarantee a strong health care system?
Madame la Présidente, si le discours du leader du gouvernement à la Chambre des communes a failli me faire verser une petite larme, plus tôt, cette fois-ci, je me demandais de combien de temps je disposerais pour répondre à ce cours 101 concernant tous les transferts en santé et à tous les chiffres qui nous ont été donnés.
Dans mon parcours, j'ai eu le plaisir et le privilège d'assister à toutes sortes de commissions sur le financement de la santé, dont une au Canada, la dernière en titre, la Commission Romanow. Cependant, je ne vais pas m'attarder là-dessus.
Au départ, il y avait un pacte pour garantir aux citoyennes et aux citoyens un accès universel et gratuit aux soins de santé partout au Canada. Il y avait un pacte prévoyant un partage des frais 50-50. L'autre pacte prévoyait que l'organisation des soins de santé relève de la compétence exclusive des provinces.
Après tous les chiffres et l'historique qu'on vient de nous donner, je voudrais poser une question: pensez-vous que des sommes d'argent données de façon conjoncturelle soient suffisantes, par comparaison avec des transferts qui respectent les champs de compétence des provinces et qui suffisent à leurs besoins?
Je parle donc de transferts prévisibles, ce qui correspond au sens de notre motion. De tels transferts ne sont-ils pas plus garants d'un système de santé publique fort?
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
I want to remind the hon. member to address her comments through the Chair.
The hon. minister.
Je rappelle à l'honorable députée qu'elle doit s'adresser à la présidence.
L'honorable ministre a la parole.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I thank my hon. colleague for her question.
In my speech, I tried to show that costs were once shared 50-50, but that this only represented part of the costs for the provinces and territories. In time, following a series of agreements between the federal government and the provinces and territories, this arrangement was changed, and the 50-50 formula that did not cover 50% of provincial costs was changed to a more flexible formula that took different factors into account when calculating the transfers.
The opposition is trying to make the House believe that we went from 50% to 23% and that the federal government disengaged from the health care system of the provinces and territories, but that is simply not true.
There is predictability built into these agreements, but COVID-19 called for targeted intervention. I believe that the Bloc Québécois would be the first to rise and oppose everything we are doing had there not been this targeted assistance to cope with COVID-19.
Madame la Présidente, je remercie mon honorable collègue de sa question.
Dans le cadre de mon discours, j'ai essayé de faire la démonstration qu'à une certaine époque, il y avait effectivement un partage des coûts 50-50, mais qu'il ne représentait qu'une partie de la facture des provinces et des territoires. Au fil des années, à la suite d'une série d'accords entre le gouvernement fédéral et les provinces et les territoires, on a modulé ce partage, passant d'une formule 50-50 qui ne couvrait pas 50 % des dépenses des provinces à une formule plus flexible où on tient compte de différents éléments dans le calcul des transferts.
L'opposition tente de nous faire croire qu'on est passé 50 % à 23 % et que le gouvernement fédéral s'est désengagé du système de santé des provinces et des territoires, mais ce n'est simplement pas vrai.
D'autre part, il y a bien sûr de la prévisibilité dans le cadre de ces accords, mais dans le cadre de la COVID-19, il fallait intervenir de façon ponctuelle. Je pense que le Bloc québécois serait le premier à se lever et à s'opposer à tout ce que nous faisons s'il n'y avait pas eu cette aide ponctuelle dans le cadre de la COVID-19.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, the member for Laurier—Sainte-Marie just gave us a huge sales pitch. I remind him that health transfers used to increase by 6% every year. Stephen Harper's Conservatives slashed that increase to less than 3%, taking $36 billion from the provinces over a period of about 10 years, and the Liberal government has picked up where the Conservatives left off.
When the member talks about scraping together bits and pieces from different programs, he is avoiding the fundamental question, as health care costs increase by 5.4% a year. How can the provinces absorb these costs when the federal government increases transfers by just 3%?
My colleague is familiar with the concept of sustainable development, so I would like to hear his thoughts on a sustainable health care system.
Madame la Présidente, j'ai l'impression que le député de Laurier—Sainte-Marie nous a fait une grosse salade avec un paquet d'ingrédients. J'aimerais lui rappeler qu'auparavant, les transferts en santé augmentaient de 6 % chaque année. Sous les conservateurs de Stephen Harper, cette augmentation a été diminuée à plus ou moins 3 %, privant les provinces de 36 milliards de dollars sur à peu près 10 ans, et le gouvernement libéral a reconduit la formule des conservateurs.
Alors, en parlant de faire des ajouts partiels à droite et à gauche en allant grappiller différents programmes, on évite la question fondamentale, alors que les coûts des soins de santé augmentent de 5,4 % par année. Comment les provinces peuvent-elles arriver à absorber ces coûts, alors que le gouvernement fédéral ne fait qu'une augmentation de 3 %?
Mon collègue connaît le concept de développement durable, alors j'aimerais l'entendre sur celui d'un système de santé durable.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I thank the hon. member for Rosemont—La Petite-Patrie for his question. I am very happy for the opportunity to talk about the environment, since the science clearly shows that pollution costs our health care system a lot of money.
For that reason, since 2015, our government has been taking a never-before-seen approach to tackling this issue. The more we can reduce pollution in Canada, whether it be air pollution, water pollution, or pollution associated with climate change, the healthier our country, planet and people will be. On top of that, if we reduce pollution, there will be fewer demands and pressures on our public health care system across the country.
Madame la Présidente, je remercie l'honorable député de Rosemont—La Petite-Patrie de sa question. Je suis d'ailleurs très heureux qu'il m'amène sur la question de l'environnement, puisque la science démontre très bien que la pollution engendre des coûts très importants pour notre système de santé.
C'est d'ailleurs pourquoi, depuis 2015, notre gouvernement s'attaque à cette question comme aucun gouvernement ne l'a fait auparavant. Plus nous réussirons à diminuer la pollution au pays, que ce soit la pollution de l'air ou de l'eau ou encore celle liée aux changements climatiques, plus notre pays, notre planète et notre population seront en santé. De plus, cela réduira les besoins et les ponctions dans notre système de santé publique partout au pays.
View Steven Blaney Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, I will be sharing my time with my colleague from British Columbia, the member for Kamloops—Thompson—Cariboo.
I would have liked to ask the Liberal minister a question. We are in the midst of a pandemic, and it is true that the environment we live in is disrupted. I would like to show that the government can do more than transfer funds. It can also take action to help the provinces. It could have done that.
Today, we are here to debate a motion moved by the Bloc Québécois. The first three points highlight the work of health care workers and the courage and sacrifices required from them.
As a parliamentarian, I can only add my voice to those of all parliamentarians. I am sure I speak for us all when I say that we are proud of the work that is being done in our hospitals. I visited the Lévis Hôtel-Dieu hospital over the weekend. I was also able to see the security staff who come into contact with the virus on a daily basis but still continue to do their job. That presents significant human challenges.
I am thinking about my financial advisor, whose wife works with the Sisters of Charity of Quebec, where there is another outbreak in Quebec City. She herself was affected and is therefore in quarantine. I am also thinking about the people working in seniors' residences like the Résidence le Royal, in Saint-Anselme.
It is demanding enough to work in an environment where a lot of basic care is provided without the added challenge of constraints. I commend all these people. We have a great deal of admiration for them. We hope that Christmas will give them a bit of a break even though that is also a busy time for them.
From the outset, I would like to say to my colleagues in the Bloc and those watching us that I am proud to have been part of a government that improved health transfers even during an economic recession.
Let's be clear. We think that the federal government has a major role to play to support the provinces in their efforts to maintain their health care system. That is why we are in favour of the motion moved by the Bloc Québécois. The federal government needs to continue to provide the provinces with significant, long-term health transfers.
We appreciate what is being done, but as I mentioned at the top of my speech, these are strange times. What is most important now is for the government to say when Canadians will have access to the vaccines, and this is something we ask the government about every chance we get.
It is important. We are still in the second wave. There is a lot of uncertainty surrounding the holiday season. This is important for Canadians and for businesses. For example, our restaurants are shut down. The tourism sector needs a glimmer of hope and a timeline. Right now, we are totally in the dark.
The government will not give us any hints. All we know is that it has reserved a very large number of vaccines. There are enough doses to vaccinate almost every body part. The problem is that we do not know when that will happen. This is what we are humbly asking the government on behalf of Canadians.
Can the government tell us when we can expect vaccines to be distributed in Canada?
It would be important to know because people are waiting for life to get back to normal. Meanwhile, there are the much talked about rapid tests. The faster people know if they are carriers, the better it is for everyone. Right now, people do not know whether or not they have the virus, whether a family member has it, whether they have been in contact with it or whether they are carriers. They want to know. In this case as well, we have seen a lot of delays in deploying rapid testing.
We have pointed out that in some countries, rapid testing has been available for ages. As for the vaccine, as we know, some countries, like Mexico, already have access to it. We are happy for our Mexican partners, with whom we have trade agreements. However, we would also like to have access to the vaccine, like the Americans and many European countries, along with hundreds of millions of people around the world. We believe that Canadians deserve access to the vaccine.
It is clear that the Liberals need to make a special effort with regard to rapid tests and PPE.
Unfortunately, the government did the opposite. It threw out supplies or sent them abroad at the beginning of the pandemic. We find that deplorable.
What is more, I represent Bellechasse, and I am thinking about the hospital that was located in the municipality of Armagh. When the Liberals wanted to balance the budget, they made cuts to health transfers. I would like to remind members that we, the Conservatives, increased health transfers and that we balanced the budget during the economic recession.
Unfortunately, the Liberals seem to have a lot of work to do on their financial plan before they will be able to balance the budget without once again dumping the problems on the provinces, as they did in the area of health care by cutting transfers. We are still living with the consequences of those cuts today. Armagh no longer has a hospital because of the Liberal cuts.
What is the consequence of that? Yesterday, the Liberals presented their economic update and, this morning, the newspapers published very large deficit numbers. That deficit will need to be repaid when the orgy of spending is finally over.
In the past, we have seen the Liberals cut provincial health transfers, and yesterday, we got confirmation of a tax hike. The government is going to start taxing digital services. The government has spent so much that it is wondering how it is going to balance the budget. Considering that it provided no fiscal anchors, no plan to fight the pandemic, and no plan to manage public finances, it does not seem all that worried.
The government came up with plans for sustainable development and the environment. There are two sides to the sustainable development coin, however: the economy and the environment. Both need to be managed sustainably. Right now, the government seems to be driving us straight into a wall, and that is alarming. Even if the government votes in favour of the motion we are debating today, it is unlikely to be able to honour any kind of commitment because of the perilous financial path it is on.
It is important to remember that Canada currently has the highest unemployment rate in the G7 and is the only country that does not have an economic recovery plan. That is important because in order to support our health care system and social transfers, we need to get our economy back on track, something we have no sign of at this time. Why are we in this situation? This question is troubling because, basically, the Liberals could have taken action to alleviate the pressure on the health care system. The best investment that one can make is the money one does not spend.
One of the responsibilities of the federal government is to protect the border. At the beginning of the year, the Conservatives started telling the government that there was a problem in China. Unfortunately, the government allowed 50,000 people from China to enter Canada, and we know what happened: The virus spread. On top of that, the government did not communicate properly with customs officials, which meant that people were allowed to leave the country in the spring and come back later, with the impact this had, especially on the Quebec health care system. While all this mismanagement might not relate to health directly, it all has an impact on health.
As I mentioned earlier, 16 tonnes of essential equipment was sent to China at the beginning of the pandemic. A few months later, we were scrambling to find masks. Now we all wear masks, and there are even some beautifully designed ones available. We have plenty of masks now, but it would have been helpful to have them from day one since we know they are effective.
In closing, we will support the motion. However, since this is an emergency situation, we are asking the government to tell us today when we will have the vaccines. We are also asking the government to help the provinces provide rapid testing and, in particular, to help our provinces manage long-term care facilities. We are asking the government to play its federal role and support the health care system, which means setting fiscal anchors. On that, we look forward to seeing the Liberal government set the record straight.
Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec ma collègue de Colombie-Britannique, la députée de Kamloops—Thompson—Cariboo.
J'aurais aimé poser une question au ministre libéral. Nous sommes en pleine pandémie, et c'est vrai que l'environnement dans lequel on vit est perturbé. J'aimerais démontrer que le gouvernement peut non seulement transférer des fonds, mais il peut aussi poser des gestes pour aider les provinces. Il aurait pu poser ces gestes.
Aujourd'hui, nous sommes ici pour débattre une motion présentée par le Bloc québécois. Les trois premiers volets soulignent le travail des travailleuses et des travailleurs dans le domaine de la santé et le courage et le sacrifice dont ces gens ont fait preuve.
Comme parlementaire, je ne peux qu'ajouter ma voix à celles de l'ensemble des parlementaires. Je suis sûr de parler en leur nom quand je dis que nous sommes fiers du travail qui se fait dans nos centres hospitaliers. J'ai visité l'Hôtel-Dieu de Lévis, en fin de semaine. J'ai pu voir aussi le personnel de sécurité, qui, sur une base quotidienne, est en contact avec le virus. Il fait quand même son travail. Cela pose des défis humains importants.
Je pense, par exemple, à mon conseiller financier dont la conjointe travaille avec les Sœurs de la Charité de Québec, où il y a un autre foyer d'éclosion à Québec. Elle a elle-même été touchée, elle est donc en quarantaine. Je pense aussi aux gens qui travaillent dans les résidences pour aînés comme la Résidence le Royal, à Saint-Anselme.
C'est déjà exigeant de travailler dans un milieu où on donne beaucoup de soins de base, et cela pose davantage de difficultés quand il y a des contraintes. Je salue tous ces gens. Nous avons beaucoup d'admiration pour eux. Nous espérons que Noël va arriver pour leur donner un répit, même si c'est aussi une période occupée pour eux.
D'entrée de jeu, j'aimerais dire à mes collègues du Bloc et aux gens qui nous écoutent que je suis fier d'avoir fait partie d'un gouvernement qui, même pendant une récession économique, a bonifié les transferts en santé.
Effectivement, soyons très clairs, nous estimons que le gouvernement fédéral a un rôle significatif à jouer pour soutenir les efforts des provinces pour maintenir leur réseau de santé. C'est la raison pour laquelle nous sommes en faveur de la motion présentée par le Bloc québécois. Il faut que le gouvernement fédéral continue à fournir aux provinces des transferts considérables et durables dans le domaine de la santé.
Nous apprécions le travail qui est fait, mais, comme je le mentionnais au début de mon allocution, nous vivons une période particulière. Présentement, ce qui est extrêmement important, et ce sur quoi nous questionnons le gouvernement à chaque occasion qui nous est offerte, c'est qu'il nous dise à quel moment les Canadiens vont avoir accès aux vaccins.
C'est important. Nous sommes encore dans la deuxième vague. Il y a beaucoup d'incertitudes pour le temps des Fêtes. C'est important pour les Canadiens et pour les entreprises. Par exemple, dans le secteur touristique, nos restaurants sont fermés. C'est important pour eux d'avoir une lueur d'espoir et d'avoir un échéancier. Présentement, nous sommes dans une obscurité totale.
Le gouvernement ne nous donne aucun indice. Tout ce que nous savons, c'est qu'il a réservé un très grand nombre de vaccins. Il y en a pour s'en mettre à peu près sur toutes les parties du corps. Le problème, c'est qu'on ne sait pas quand cela arrivera. C'est ce que nous demandons humblement au gouvernement au nom de la population canadienne.
Peut-on nous dire à quel moment les vaccins vont commencer à être distribués au pays?
C'est important parce que les gens l'attendent pour reprendre le cours des choses. En même temps, il y a les fameux tests de dépistage rapide. Plus vite on peut savoir si on est porteur, mieux c'est pour tout le monde. On ne sait pas si on a le virus, ou si un proche l'a ou non, ou si on a été en contact avec le virus ou si on en est porteur. On veut le savoir. Encore là, il y a beaucoup de lenteur dans le déploiement de tests de dépistage rapide.
Nous l'avons mentionné: il y a des pays où le dépistage rapide existe depuis des lunes. Sur le plan du vaccin, on le sait, il y a des pays comme le Mexique qui y ont accès. Nous en sommes heureux pour nos partenaires mexicains. Nous avons des ententes commerciales avec eux. Par contre, nous voudrions aussi avoir accès aux vaccins, comme les Américains et beaucoup d'Européens, et comme des centaines de millions de personnes dans le monde. Nous estimons que les Canadiens sont en droit d'avoir accès au vaccin.
Il est évident que les libéraux doivent faire un effort particulier pour ce qui est des tests de dépistage rapide et des équipements de protection individuelle.
Malheureusement, on a vu le gouvernement faire le contraire et jeter des stocks ou en envoyer à l'étranger au début de la pandémie. Ce sont vraiment des choses que l'on déplore.
De plus, je représente Bellechasse et je pense à la municipalité d'Armagh, où se trouvait un hôpital. Lorsque les libéraux ont voulu rétablir l'équilibre budgétaire, ils ont coupé dans les transferts de santé. Je tiens à rappeler que nous, les conservateurs, avons augmenté les transferts en santé et que nous avons retrouvé l'équilibre budgétaire pendant la récession économique.
Malheureusement, les libéraux semblent avoir beaucoup de travail à faire pour avoir un plan financier, c'est-à-dire un plan d'équilibre budgétaire, sans en même temps de nouveau pelleter les problèmes dans la cour des provinces comme ils l'ont fait dans le domaine de la santé en coupant les transferts. Cela a causé les conséquences que l'on vit encore aujourd'hui. Maintenant, il n'y a plus d'hôpital à Armagh. Les libéraux ont coupé.
Quel est le corollaire de cela? Hier, il y a eu un énoncé économique et, cematin, les journaux publient des chiffres très importants pour ce qui est du déficit. Or, qui dit déficit dit remboursement, lorsque l'orgie de dépenses sera finie à un moment donné.
Dans le passé, on a déjà vu les libéraux couper les transferts en santé aux provinces et, hier, on a vu poindre une augmentation des taxes. En effet, le gouvernement va commencer à taxer les services numériques. Le gouvernement a tellement dépensé qu'il se demande comment il va faire pour rééquilibrer son budget. Cependant, comme il n'a fourni ni cibles budgétaires, ni plan pour lutter contre la pandémie, ni plan pour gérer les finances publiques, il ne semble pas s'en préoccuper.
Le gouvernement nous fait des plans pour le développement durable et pour l'environnement. Dans le développement durable, cependant, il y a d'un côté l'économie et, de l'autre, l'environnement. Les deux doivent être menés de façon durable. Actuellement, on constate que le gouvernement nous entraîne vers un mur et cela est préoccupant. Même si le gouvernement vote en faveur de la motion que nous débattons aujourd'hui, il risque d'être incapable d'honorer son engagement parce qu'il va avoir pris une trajectoire financière plutôt dangereuse.
Il faut rappeler que le Canada a actuellement le taux de chômage le plus élevé parmi les pays du G7 et qu'il est le seul pays à ne pas avoir de plan de relance de l'économie. Cela est important parce que, pour soutenir notre système de santé et nos transferts sociaux, nous avons besoin de remettre notre économie sur les rails, ce dont nous n'avons aucun signe à l'heure actuelle. Pourquoi se retrouve-t-on dans cette situation? Cette question est préoccupante, car, dans le fond, les libéraux auraient pu poser des gestes pour soulager la pression sur le système de santé. La meilleure piastre que l'on peut investir est celle que l'on ne dépense pas.
L'une des responsabilités du gouvernement fédéral est de protéger la frontière. Dès le début de l'année, les conservateurs ont dit au gouvernement qu'il y avait un problème en Chine. Malheureusement, le gouvernement a permis à 50 000 personnes en provenance de la Chine d'entrer au pays, avec le résultat que l'on sait: le virus s'est propagé. De plus, le gouvernement a mal communiqué avec les douanes, qui ont donc laissé au printemps des gens sortir du pays, puis y revenir, avec les conséquences que cela a eues, notamment sur le système de santé québécois. Tout cela est de la mauvaise gestion qui, sans avoir de rapport direct avec la santé, a des répercussions sur la santé.
Je l'ai mentionné plus tôt: 16 tonnes d'équipement essentiel ont été envoyées à la Chine au début de la pandémie. Quelques mois plus tard, on se demandait où trouver des masques. Maintenant, on en porte tous et il y a même des couturiers qui en font de très beaux. On en a beaucoup, mais il aurait été très utile d'en avoir dès le début puisqu'on sait qu'ils sont efficaces.
En conclusion, nous allons soutenir la motion. Cependant, puisqu'on est en situation d'urgence, nous demandons au gouvernement de nous dire aujourd'hui à quel moment on aura les vaccins. Nous lui demandons aussi d'aider les provinces à fournir des tests de dépistage rapide et, en particulier, d'aider nos provinces dans la gestion critique des CHSLD. Nous lui demandons enfin de jouer son rôle fédéral et de soutenir le réseau de la santé, ce qui passe par l'établissement de cibles budgétaires. À ce sujet, nous avons hâte de voir le gouvernement libéral remettre les pendules à l'heure.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech.
My colleague across the way says he is in favour of a significant, long-term increase. According to him, with the $42-billion health transfer and the $200 billion over the next five years, which is $10 billion more than the Conservative Party provided in the last year of its term, crisis management is part of the expenses. To us, we are managing the crisis for the people of Canada and Quebec.
Is it normal that the Conservatives are simultaneously concerned about balancing the budget and increasing health transfers, which are inadequate according to them?
Madame la Présidente, j'aimerais remercier mon collègue de son discours.
Mon collègue d'en face se dit en faveur d'une augmentation importante et durable. Selon lui, avec les 42 milliards de dollars en transferts en santé et les 200 milliards de dollars pour les cinq prochaines années, soit 10 milliards de dollars de plus que ce qu'avait prévu le Parti conservateur lors de sa dernière année de mandat, la gestion de crise est une partie de dépenses. Pour nous, c'est une gestion de crise pour les citoyens du Canada et du Québec.
Est-il normal que les conservateurs se soucient à la fois de l'équilibre budgétaire et de l'augmentation des transferts en santé, qui sont insuffisants selon eux?
View Steven Blaney Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague. I see that he paid close attention to my speech, and I want to say to him that the Conservatives supported measures to help people during the pandemic.
However, the government put measures in place without consulting Parliament when it prorogued the House, and for that reason they were not productive.
I am certain that my colleague has in his riding, as I do, restaurants who had a hard time finding staff this summer because the government put in place poorly targeted measures that created an artificial labour shortage. Programs such as Canada summer jobs could have been enhanced to give young people the opportunity to work this summer. Unfortunately, the government did not put more money in this envelope.
I want to tell my colleague that the Liberal government has a responsibility. The money that was invested previously does not count; what counts is what happens from now on and how we look forward. There is money being injected into the health system, but there are also steps that could be taken to reduce the pressure on the system, and that requires a vaccine and rapid testing.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue. Je vois qu'il a écouté mon discours avec attention et je tiens à lui dire que les conservateurs ont appuyé les mesures pour soutenir les gens pendant la pandémie.
Par contre, le gouvernement a mis des mesures en place pour lesquelles il n'a pas consulté le Parlement quand il a prorogé la Chambre, et cela fait que ce fut improductif.
Je suis sûr que mon collègue a dans sa circonscription, tout comme il y a dans la mienne, des restaurateurs qui ont eu de la difficulté à trouver du personnel cet été, parce que le gouvernement avait mis en place des mesures qui étaient mal ciblées et qui créaient une pénurie artificielle de main d'œuvre. Des programmes comme Emplois d'été Canada auraient pu être bonifiés pour justement donner la possibilité à des jeunes de travailler, cet été. Malheureusement, le gouvernement n'a pas bonifié cette enveloppe.
Je tiens à dire à mon collègue que le gouvernement libéral a une responsabilité. Ce n'est pas l'argent qui a été investi avant qui compte; c'est à partir de maintenant et la manière dont on regarde en avant. Il y a l'argent qu'on injecte dans le réseau de la santé, mais il y a aussi les mesures qu'on peut prendre pour réduire la pression sur le système de santé, et cela passe par un vaccin et des tests de dépistage rapide.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2020-12-01 11:13 [p.2737]
Madam Speaker, I would like to thank the member for his comments.
I apologize for speaking in English.
I will learn.
My question is around the supports for our essential workers. We know how much they have done during this pandemic and how important they have been. However, one of the problems we are having in Alberta is that our provincial government will not actually take the money that the federal government has allocated to top up wages for essential workers.
Knowing that there are provinces that are not willing to even take the funds, I think we are the only province, I am wondering if the member would speak about the impacts of provinces not working well with the federal government in this way.
Madame la Présidente, je remercie le député de ses observations.
Je suis désolée de parler en anglais.
Je vais apprendre.
Ma question touche les mesures de soutien à l'intention des travailleurs essentiels. Nous sommes conscients de tout ce qu'ils ont fait durant la pandémie. Nous sommes conscients de leur importance. Or, en Alberta, le gouvernement provincial refuse de prendre l'argent accordé par le gouvernement fédéral pour verser un complément de rémunération aux travailleurs essentiels.
Sachant qu'il y a des provinces qui ne sont même pas prêtes à accepter les fonds — bien que je pense que nous sommes la seule province dans cette situation —, j'aimerais que le député nous parle des conséquences de ce genre de mésentente entre les provinces et le gouvernement fédéral.
View Steven Blaney Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, one vision that we have as Conservatives is that we do not like the approach of “Ottawa knows best”.
Actually, we believe that the expertise is in the provinces, just as it is in Quebec and Ontario or elsewhere in the country. We feel that provinces are best placed, since they have a Constitutional responsibility for taking care of health, and that they are there to support the system and they are facing many challenges. We believe that provinces need to be strongly supported by the federal government in order to be there for the first responders.
Madame la Présidente, les conservateurs n'aiment pas le principe selon lequel « Ottawa sait mieux que tout le monde ».
En fait, nous sommes d'avis que ce sont les provinces qui ont l'expertise; le Québec, l'Ontario et toutes les autres. Selon nous, les provinces sont les mieux placées pour s'occuper de la santé, puisque la responsabilité leur en revient selon la Constitution, et elles appuient le système et font face à de nombreux défis. Nous estimons que les provinces ont besoin d'un bon soutien de la part du gouvernement fédéral pour pouvoir appuyer les premiers répondants.
View Marc Dalton Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I thank the member for his comments.
He spoke a lot about how far behind the Liberal government and Canada are when it comes to vaccination. This is very worrisome.
My question is the following. Could my colleague tell us more about how the delay in vaccination will affect seniors' homes, Canadians and the economy?
Madame la Présidente, j'aimerais remercier le député de ses commentaires.
Il a beaucoup parlé du fait que le gouvernement libéral et le Canada sont vraiment en retard sur le plan de la vaccination. C'est une préoccupation importante.
Ma question est la suivante. Mon collègue peut-il nous en dire davantage sur les conséquences qu'entraînera le retard de vaccination pour les résidences pour aînés, pour la population et pour l'économie?
View Steven Blaney Profile
CPC (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague from British Columbia for his question. We are both members of the Standing Committee on Official Languages, and it is a pleasure to have a francophile like him on the committee who is working to sustain the vitality of linguistic communities across the country.
His question is very simple. We are in the second half of a tunnel. The longer we go without a vaccine, the longer the tunnel becomes. The earlier that Canada has access to the vaccine, like all other countries in the world, the faster we will be able to see the light at the end of the tunnel and come out the other side. That is why we are calling on the government to give us a plan and tell us when we will get the vaccine in Canada.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de la Colombie-Britannique de sa question. Je siège avec lui au Comité permanent des langues officielles, et c'est un plaisir d'avoir un francophile comme lui au sein du Comité qui voit à la vitalité des communautés linguistiques partout au pays.
Sa question est très simple. Nous sommes présentement dans le deuxième tronçon d'un tunnel. Tant que nous n'avons pas de vaccin, ce tunnel s'allonge. Le plus tôt le Canada aura accès au vaccin, comme tous les pays du monde, le plus rapidement nous pourrons nous sortir la tête hors de l'eau et voir la lumière au bout du tunnel. C'est la raison pour laquelle nous demandons au gouvernement de nous fournir un plan pour savoir à quel moment nous aurons le vaccin au Canada.
View Cathy McLeod Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I want to thank my colleagues from the Bloc for this very important motion today, and it is really quite fitting that it is December 1. Many are heading into the holiday season and we are heading into some extraordinary challenges, so hopefully this measure of support from all parliamentarians will mean something and will matter. More important would be the action of getting rapid testing in place and getting vaccines in a quick and timely way so the end of the tunnel would be closer.
This motion is in three parts and so I will talk a bit about each part of the motion. The first part is acknowledging the extraordinary work of the health care workers. It talks about the nurses, the doctors and the orderlies. I want to note there are many more who keep our health care system going, so our appreciation is also extended to the folks doing the laundry and the cleaning and those who are playing so many critical roles like working in the laboratories in order to keep our system going. They are also doing extraordinary work during extraordinary challenges.
The motion also talks about seniors and the general public. We know there are many challenges in the long-term care homes as well as some tragic outcomes from the first wave. Unfortunately, we did not learn from the first wave in terms of being as prepared as we should be for the second wave in our homes and with the general public. Public health care workers are now overwhelmed with the testing and contact tracing that has to be done, and in some provinces, they are actually not able to do what they originally were needing to do.
This is not like a marathon, where one knows how far one needs to go. Health care workers are having to put in these extraordinary efforts and they do not know when the end point is. It is certainly starting to take a toll on them. Again we need to note the extraordinary work they are doing.
We are also getting to a stage where many difficult decisions need to be made. At the beginning, it was around how we keep our PPE, which we had limited resources of. Canada likes to think it is doing very well compared to our neighbours in the U.S., but there was some recent work done by a health care institute out of Washington that thinks that by mid-December Canada's per capita numbers are actually going to be worse than the United States. I am not sure we can be proud as we think of how we have responded to this crisis when we compare ourselves to the U.S. and its numbers, because now we are not looking nearly as good.
People see the oxygen coming from the wall in hospitals and they believe it is unlimited, but yesterday in Alberta a memo went out about having to start being very conscientious about how oxygen is used because it is a limited resource. Originally we had a lot of conversations about ventilators, but I do not think there was much in terms of the oxygen that is available. As we hit these extraordinary numbers in December, ICU capacity in some hospitals in some provinces might face very challenging issues.
The second part of the motion recognizes the courage and sacrifice of the front-line workers and their families. I am a former nurse, and I have mentioned that before in this House, and I have friends and colleagues and family members who are still involved in the health care profession.
I will give one personal example of some of the challenges health care workers are facing. I have a son who works up north who is a nurse and does medical evacuations. He just headed up north today, and he has to stay in isolation for the next five weeks unless he is involved in an emergency. He is up north where it is dark all day and is not allowed to leave the house because of course they need to protect the communities he goes into.
He goes into communities, but when he is not working on call, he will spend five weeks sitting in a house waiting for calls and we all know that the Internet is not even a resource that is easily available up north. His girlfriend will be working through the Christmas holidays dealing with the extraordinary challenges of working in an emergency department and an ICU in a small community and having friends and family come in.
Up in 100 Mile House workers want to protect their families, so they have been staying in hotels. They do not have rapid testing in a way that meets their needs, so not wanting to expose their grandparents, parents and children, they spend many nights in hotels. Of course, who has not read or seen the stories of nurses using FaceTime so family members can say goodbye, doctors phoning loved ones or family members saying goodbye while fully masked and gowned and holding loved ones' hands? It is extremely challenging.
Canadians are asked to stay home and wear masks and that is what we need to do. We need to wear masks. Even if it only protects a little, it is not a big deal to put on a mask when going into stores or public areas. Quite frankly, when we look at what health care workers have to deal with and wear, asking Canadians to wear masks, to me, is certainly not too big a deal.
The motion talks about the work of the provinces, which are of course responsible for health care. They need sustainable funding and long-term resources. There is one thing I want to note from the economic fiscal update yesterday that is a concern. The $1 billion for long-term care, I am sure, is going to be welcomed by many of the provinces, but it would have been much more appropriate to use that money between the first and second waves. The government could have made some capital investments to improve infection control measures. Though $1 billion is important and will be welcomed, is it not a little late? The government is typically behind the eight ball and the $1 billion should have been used between the first and second waves.
As for vaccines, instead of the partnership with China, which has not been a reliable partner for many years, the government could have looked outside China. We know of the failure of that particular partnership and now know that Canada is going to be behind many other countries in getting the vaccine.
Rapid testing is not a perfect answer, but it is a tool in the tool box. Why can health care workers not have rapid tests and then have policies reflect the results of the tests. It is not perfect, but it would certainly help to make their lives more livable right now.
Hopefully all members in Parliament are going to support this motion and recognize the extraordinary work and courage of health care workers. More importantly, we have a job to do, which is to get the vaccine and be prepared. To be frank, the government's approach has failed Canadians in many ways, whether it was the health surveillance system, telling Canadians COVID was low risk for too long, refusing to close the border, being slow with rapid testing, not considering home testing until recently or vaccine deployment.
Our numbers are starting to look very challenging and we need to move forward for the sake of our health care workers and Canadians.
Madame la Présidente, je remercie les députés bloquistes d'avoir présenté aujourd'hui cette importante motion, qui est tout à fait à propos en ce 1er décembre. Une grande partie de la population se prépare pour la période des Fêtes, qui cette année sera accompagnée d'un lot de défis extraordinaires. J'espère donc sincèrement que cette mesure de soutien de la part de tous les parlementaires aura une incidence positive. Je pense surtout aux tests de dépistage rapide et aux vaccins qui, espérons-le, seront accessibles le plus rapidement possible de façon à ce que l'on voie la lumière au bout du tunnel.
Cette motion comporte trois parties et je les aborderai séparément. La première reconnaît le travail exceptionnel des travailleurs de la santé, notamment les médecins, les infirmiers et les préposés aux bénéficiaires. J'aimerais souligner que de nombreuses autres catégories de travailleurs contribuent aussi au bon fonctionnement de notre système de santé, comme les équipes responsables du blanchissage et du nettoyage ainsi que tous les autres travailleurs qui jouent un rôle essentiel, notamment dans les laboratoires, pour maintenir notre système de santé sur les rails. Ces gens font également un travail exceptionnel dans des circonstances vraiment difficiles.
La motion parle aussi des personnes âgées, ainsi que de toute la population. Nous savons que les établissements de soins de longue durée se heurtent à de nombreuses difficultés et que des tragédies s'y sont produites lors de la première vague. Malheureusement, nous n'avons pas tiré les leçons nécessaires de la première vague pour faire face adéquatement à la deuxième vague dans ces établissements et dans l'ensemble de la population. De nos jours, les travailleurs de la santé publique sont débordés, car ils doivent procéder à un grand nombre de tests de dépistage et de recherches de contacts. Dans certaines provinces, ils ne sont même plus en mesure de remplir leur vocation première.
Ce n'est pas comme si ces travailleurs de la santé participaient à un marathon, où ils savent la distance qu'il leur reste à parcourir. On leur demande de déployer des efforts incroyables sans qu'ils sachent où se trouve la ligne d'arrivée. Cela commence certes à être très éprouvant pour eux. Encore une fois, nous devons saluer leur travail extraordinaire.
Nous arrivons également à un point où il faudra prendre de nombreuses décisions difficiles. Au début, la question était de savoir comment utiliser l'équipement de protection individuelle, dont nos stocks étaient limités. Le Canada aime croire qu'il s'en tire très bien comparativement à nos voisins, les États-Unis, mais selon une étude récente d'un centre de recherche en santé de Washington, à la mi-décembre, l'incidence de la COVID-19 par rapport au nombre d'habitants sera pire au Canada qu'aux États-Unis. Je ne suis pas certaine que nous puissions être aussi fiers que nous le croyons de la manière dont nous avons réagi à cette crise lorsque nous nous comparons aux États-Unis et à leurs statistiques, car en ce moment, notre situation est loin d'être aussi reluisante.
Les gens voient des patients sous oxygène et croient que les hôpitaux disposent de quantités d'oxygène infinies, mais hier, en Alberta, on a envoyé une note de service pour conscientiser le personnel quant à l'importance d'utiliser l'oxygène de façon mesurée parce qu'il s'agit d'une ressource limitée. Nous avons beaucoup parlé des respirateurs, mais je ne crois pas que nous ayons fait grand cas de l'oxygène disponible. Lorsque le nombre de cas montera en flèche en décembre, les unités de soins intensifs dans certaines provinces risquent de se retrouver dans des situations problématiques.
La deuxième partie de la motion souligne le courage et les sacrifices des travailleurs de première ligne et de leur famille. Comme je l'ai déjà mentionné à la Chambre, j'ai déjà été infirmière et j'ai des amis, d'anciens collègues et des membres de ma famille qui travaillent dans le domaine de la santé.
Je donne un exemple personnel des difficultés avec lesquelles doivent composer les travailleurs de la santé. Mon fils travaille dans le Nord comme infirmier et participe aux évacuations médicales. Aujourd'hui, il est parti pour le Nord. Il devra demeurer en isolement pour les cinq prochaines semaines, à moins d'être appelé à intervenir dans le cadre d'une situation urgente. Dans le Nord, il fait noir toute la journée. Mon fils n'est pas autorisé à sortir de la maison, car, évidemment, il faut protéger les collectivités où il se rend.
Il se rend dans les collectivités, mais, à moins qu'il ait à répondre à une urgence, il restera à la maison à attendre un appel. Nous savons tous qu'Internet n'est pas facilement accessible dans le Nord. Sa compagne travaillera durant la période des Fêtes et devra faire face aux difficultés immenses qui accompagnent le travail dans une salle d'urgence et une unité de soins intensifs dans une petite localité et les visites de parents et amis.
Dans 100 Mile House, les travailleurs veulent protéger leur famille. Ils restent donc à l'hôtel. L'accès aux tests de dépistage rapide n'est pas suffisant pour répondre aux besoins. Puisqu'ils ne veulent pas exposer leurs grands-parents, leurs parents et leurs enfants au virus, ils passent de nombreuses nuits à l'hôtel. Qui n'a pas lu ou entendu d'histoires de membres du personnel infirmier qui utilisent FaceTime pour que des membres de la famille puissent dire au revoir à un patient, de médecins, vêtus d'un uniforme de protection complet, qui téléphonent aux proches ou aux parents d'un patient, à qui ils tiennent la main? C'est extrêmement difficile.
On demande aux Canadiens de demeurer à la maison et de porter le masque et c'est ce qu'il faut faire. Il est nécessaire de porter le masque. Même si le masque ne nous protège pas beaucoup, ce n'est pas si difficile de le porter dans les magasins ou dans les endroits publics. Franchement, lorsque l'on songe à ce que les professionnels de la santé doivent porter et affronter, je suis d'avis que c'est la moindre des choses de demander aux Canadiens de porter le masque.
La motion concerne le travail des provinces. Ce sont elles, évidemment, qui sont responsables des soins de santé. Elles ont besoin d'un financement durable et de ressources à long terme. J'aimerais soulever une préoccupation concernant l'énoncé économique de l'automne qu'on nous a présenté hier. Le montant d'un milliard de dollars prévus pour les soins de longue durée sera bien accueilli par de nombreuses provinces, j'en suis persuadée, mais il aurait été beaucoup plus logique d'utiliser cet argent entre la première et la deuxième vague de la pandémie. Le gouvernement aurait pu réaliser d'importants investissements pour améliorer les mesures de prévention des infections. Ce milliard de dollars est essentiel et les provinces se réjouiront de le recevoir, mais n'est-il pas un peu trop tard? Fidèle à ses habitudes d'être en retard, ce milliard de dollars aurait dû être utilisé entre la première et la deuxième vague.
En ce qui concerne les vaccins, le gouvernement n'aurait pas dû conclure d'entente avec la Chine, car ce pays démontre depuis plusieurs années qu'il n'est pas un partenaire fiable. Le gouvernement aurait dû regarder ailleurs. Nous avons entendu parler de ce partenariat qui est tombé à l'eau, et maintenant nous savons que le Canada recevra le vaccin après de nombreux autres pays.
Les tests de dépistage rapide ne sont pas une solution miracle, mais ils sont un outil à notre disposition. Pourquoi ne pas faire passer des tests de dépistage rapide aux travailleurs de la santé et faire en sorte que les politiques tiennent compte des résultats des tests? Ce n'est pas un système parfait, mais cela permettrait d'améliorer grandement la qualité de vie de ces travailleurs en ce moment.
J'espère que tous les députés appuieront la motion pour saluer le travail et le courage extraordinaires des travailleurs de la santé. Plus important encore, nous avons un travail à faire, soit d'obtenir des vaccins et d'en préparer la distribution. Bien franchement, l'approche adoptée par le gouvernement a laissé tomber les Canadiens, à bien des égards. Je pense notamment à l'échec du système de surveillance de la santé, au fait que le gouvernement a dit pendant trop longtemps aux Canadiens que la COVID-19 ne représentait qu'un faible risque, qu'il a refusé de fermer les frontières, qu'il s'est traîné les pieds pour obtenir des tests de dépistage rapide, qu'il n'a pas envisagé l'utilisation des tests à domicile jusqu'à tout récemment et qu'il manque de préparation pour la distribution des vaccins.
Les statistiques commencent à être très inquiétantes. Nous devons aller de l'avant pour le bien de nos travailleurs de la santé et de tous les Canadiens.
View Denis Trudel Profile
BQ (QC)
View Denis Trudel Profile
2020-12-01 11:25 [p.2738]
Madam Speaker, what the Liberals have been telling us since the start of today's sitting is rather absurd.
Health falls under provincial jurisdiction. The federal government does not manage any hospitals or pay any doctors. We are calling for health transfers.
Since the beginning of the pandemic, we have been asking the federal government for two fairly simple things: to close the borders and to secure a vaccine when one became available. The government did not come through on either of those requests.
We are calling for health transfers, which is simple. All of the provincial premiers agree that the federal government should send money to the provinces to help them get through the pandemic.
My question is quite simple. Health transfers have declined from 50% to 22%. That did not happen in three days, a week or even a month. This has been going on for 30 years.
If there was an election tomorrow morning and the Conservative Party were elected, would my colleague agree to meet the demands of the provincial premiers and increase federal funding from 22% to 35%?
Madame la Présidente, ce que nous disent nos collègues libéraux depuis le début de la séance est un peu aberrant.
La santé est une compétence provinciale. Le fédéral ne gère aucun hôpital et ne paie pas de médecins. Nous demandons des transferts en santé.
Depuis le début de la pandémie, nous demandons deux choses assez simples au gouvernement fédéral, soit de fermer les frontières et de se procurer un vaccin lorsqu'il serait prêt. Aucune de ces demandes n'a été réalisée.
Nous demandons un transfert en santé, ce qui est simple. Tous les premiers ministres provinciaux du Canada sont d'accord pour que le gouvernement fédéral envoie de l'argent aux provinces afin de les aider à surmonter la pandémie.
Ma question est assez simple. Les transferts en santé sont passés de 50 % à 22 %. Ce n'est pas arrivé en trois jours, en une semaine ou en un mois. Cela existe depuis 30 ans.
S'il y avait une élection demain matin, et que le Parti conservateur était élu, ma collègue serait-elle d'accord pour répondre aux demandes des premiers ministres des provinces, à savoir d'augmenter le financement du fédéral de 22 % à 35 %?
View Cathy McLeod Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, our party has always believed in sustainable long-term funding to the provinces and not interfering in provincial jurisdiction. Whether with respect to the needs of Quebec versus Prince Edward Island, Newfoundland or British Columbia, we believe the provinces, both constitutionally and in practice, are best set to deliver health care. If we look at the current federal government's record of committing to plant two billion trees and not managing to plant any, it getting into the jurisdiction of provinces would certainly end up a disaster.
Madame la Présidente, notre parti a toujours cru au financement durable à long terme pour les provinces, sans que le fédéral empiète sur les compétences provinciales. Qu'il s'agisse des besoins du Québec, de l'Île-du-Prince-Édouard, de Terre-Neuve ou de la Colombie-Britannique, nous croyons que, des points de vue constitutionnel et pratique, les provinces sont les mieux placées pour assurer la prestation des soins de santé. Si l'on examine le bilan du gouvernement actuel, qui s'est engagé à planter deux milliards d'arbres, mais n'en a planté aucun, sa participation aux compétences provinciales aboutirait certainement à un désastre.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-12-01 11:27 [p.2739]
Madam Speaker, I disagree with a number of the comments the member has put on the record.
With respect to vaccinations, I believe the government has done an excellent job working with and listening to experts and the immunization advisory committee, as well as working with the provinces and other stakeholders to ensure the interests of Canadians will be taken care of when the time is right and we receive the vaccines.
The question I have for my friend is this. I believe there is widespread support, I can assure her there is in Winnipeg North, for a federal government that understands the importance of the Canada Health Act and that it has a role to play. If we look at the monies we have invested even recently, whether in mental health, home care services and so much more, does the member not recognize that many of her constituents would want to see a presence in health care that goes beyond just handing over a bunch of cash?
Madame la Présidente, je refuse bon nombre des observations faites par la députée.
En ce qui concerne la vaccination, je considère que le gouvernement a su très bien travailler avec les experts et le Comité consultatif national sur l'immunisation, les écouter et collaborer avec les provinces et d'autres intervenants pour s'assurer qu'on veille bien aux intérêts des Canadiens quand viendra le temps de recevoir les vaccins.
Voici la question que j'adresse à la députée. À ma connaissance, il existe un vaste appui — c'est sûrement le cas dans Winnipeg-Nord — en faveur d'un gouvernement fédéral qui comprend l'importance de la Loi canadienne sur la santé et le rôle qu'elle a à jouer. Regardons, par exemple, les sommes que nous avons affectées dernièrement à la santé mentale, aux soins à domicile et à beaucoup d'autres enjeux. La députée ne reconnaît-elle pas que bon nombre de ses concitoyens souhaitent voir, dans le domaine de la santé, une présence fédérale qui va au-delà du transfert d'une grosse pile d'argent?
View Cathy McLeod Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I want to first start with the preamble to that question. The Liberals talk about vaccines. It is true they put their eggs in the basket of China. Procuring multiple doses per Canadian is important, Health Canada approval is important, but what is most important is when we will see those vaccines put into the arms of people. I need to compare that to Australia, where we can look at a plan that is clear and transparent. Last night, I looked at the plans for Canada and Australia. There is no plan for Canada. Australia's was simple and easy. All Canadians are asking for is a transparent view of how we are going to get to the end of the—
Madame la Présidente, commençons par la prémisse sur laquelle repose cette question. Les libéraux parlent de vaccins. Ne leur en déplaise, ils ont bel et bien mis tous leurs œufs dans le même panier, celui de la Chine. Le nombre de doses par habitant, le processus d'homologation de Santé Canada, tout ça est important, mais ce qui compte par-dessus tout, c'est le moment où les Canadiens pourront se faire injecter un vaccin, quel qu'il soit. La comparaison avec l'Australie s'impose d'elle-même, car là-bas, les autorités se sont dotées d'un plan clair et transparent. Hier soir, j'ai comparé le plan du Canada avec celui de l'Australie. En fait, le Canada n'a pas de plan, tandis que celui de l'Australie est tout ce qu'il y a de simple et de facile à comprendre. Tout ce que veulent les Canadiens, c'est qu'on leur dise comment ils vont se rendre jusqu'à...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
We have time for one last question.
The hon. member for South Okanagan—West Kootenay.
Il reste du temps pour une dernière question.
Le député d'Okanagan-Sud—Kootenay-Ouest a la parole.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, I believe my colleague from Kamloops—Thompson—Cariboo rightly highlighted some of the tragedy that has unfolded in our long-term care homes. Just quickly, I would like to ask her, through you, whether she would support the NDP's proposal to bring long-term care into the Canada Health Act so the provinces would have a proper funding source to maintain those homes to care for our seniors in a proper way, because although there are standards, they do not have the funding to meet those standards of care.
Madame la Présidente, ma collègue de Kamloops—Thompson—Cariboo a mis le doigt sur un point important en mettant en lumière les tragédies qui se sont déroulées dans les centres d'hébergement de longue durée. Maintenant, pourriez-vous lui demander de nous dire brièvement si elle appuie l'idée du NPD, qui souhaite assujettir les soins de longue durée à la Loi canadienne sur la santé afin que les provinces aient l'argent nécessaire pour assurer le bon fonctionnement de ces établissements et pour bien prendre soin des aînés qui y vivent, car même s'il y a des normes, les provinces n'ont pas les moyens de les faire appliquer.
View Cathy McLeod Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, the biggest tragedy is the billion dollars that is to be used later as opposed to between the first and second waves. That money could have been well used by the provinces in preparing for the second wave, training their staff, infection control measures, capital improvements and—
Madame la Présidente, la véritable tragédie, c'est qu'on ait décidé de mettre un milliard de dollars de côté pour un usage ultérieur au lieu de s'en servir entre la première et la deuxième vague. Cet argent aurait très bien pu aider les provinces à se préparer à la deuxième vague, à former le personnel, à instaurer des mesures de prévention des infections, à améliorer les bâtisses et...
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Resuming debate, the hon. member for Rosemont—La Petite-Patrie.
Nous reprenons le débat. Le député de Rosemont—La Petite-Patrie a la parole.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, first I want to let you know that I will be sharing my time with my distinguished colleague from Vancouver Kingsway.
I was delighted to hear the previous Conservative Party colleague talk about what I feel is the issue at the core of this motion. Along the way, that got a little lost among the important debates we have been having. I am talking about health professionals, health care workers. For the past nine months, they have been working incredibly hard to take care of us, they have been trying to save lives and salvage the situation. They get up every morning—or every evening or night, as the case may be—to care for people with COVID-19. These people are making absolutely incredible sacrifices, and they are there for us.
One of the very good questions we need to ask ourselves as parliamentarians is this: Are we there for them? Have successive Conservative and Liberal governments been there for our health professionals, for our health care workers?
I wanted to come back to that because it is a fundamental issue in which the federal government has a role to play. These are frontline workers. They are literally putting their lives and their health on the line. We have seen that people who spend time with those who are sick or infected can catch the virus, get sick or infect people in their family, their spouse for example. That has happened.
I wanted to take a minute to draw our attention to something very specific about these health workers who are our guardian angels. That is how we have referred to them for a while. They are refugees or asylum seekers who voluntarily signed up to work in our long-term care facilities, in our hospitals or in our clinics to try to take care of people. Many of them got sick or even brought the virus home, which led to the death of their spouse. We have heard some heart-rending stories.
We worked very hard to create a program to regularize their status, in other words, give them an opportunity to become permanent residents, considering all their hard work in our health care system. The program was announced in August, but absolutely nothing has been done to date. It appears to be blocked somewhere. Initially, we wanted it to be for all essential workers, that is, people who worked in pharmacies and grocery stores, and also for those who did not necessarily provide direct care but worked in the health care system, for example, kitchen staff and security guards. Even for those who provided direct care, the program has not yet been successfully implemented.
Something very troubling happened yesterday. Without any warning, and on the day of the economic update, the Canada Border Services Agency announced that it was going to resume removals and deportations. Some people were promised or led to believe they would be granted permanent residency, but since the program does not really exist on the ground yet, some risk being deported, even though they came to help us in our long-term care centres and our health care system. I think that is appalling. No one should be deported during a pandemic, but especially not those who came to help us.
I want to get back to health care workers. Have we been there for them?
They have been working in deplorable conditions. Certain types of jobs, especially the lower-paid ones, are just not very attractive because of the working conditions. Just look at the wages paid to orderlies, nurses' work hours, the heavy workload and the mandatory overtime.
In the middle of a crisis and a pandemic, the health care sector is short-staffed. If the provincial and Quebec governments had had the money to treat these people better, we would probably have fewer problems retaining workers and attracting new workers. People are not really encouraged to go to work if the conditions are difficult and they earn $12 or $13 an hour.
The provinces were unable to provide good working conditions and did not have the resources to do so because the federal level has slashed health transfers to the provinces. The Conservatives and Liberals are both to blame here.
Earlier I asked the member for Laurier—Sainte-Marie a question, and he gave us some acrobatics.
There is something completely unrealistic here, and the motion touches on that. After the Stephen Harper government was elected, the increase in health transfers, which had reached 6% a year, was cut to 3% a year. This created a shortfall of around $36 billion for the provinces over a 10-year period.
Unfortunately, despite all of their lofty promises, the Liberals under the current Prime Minister have picked up where the Conservatives left off, increasing transfers by 3% a year, even though health care costs are increasing by 5.4% a year, as my colleague from Vancouver Kingsway pointed out earlier today. There is a shortfall here, and it is neither viable nor sustainable.
We need to start giving the provinces back the ability to properly serve the public. To do that, the federal government needs to carry out its role of increasing health transfers. That is absolutely essential. It cannot be avoided, otherwise, we are not doing justice to our health care workers and we cannot provide them with decent working conditions.
The federal government therefore needs to increase health transfers. The Liberals will say that an increase of 6% per year is not sustainable for the public purse, so then what should we do? The NDP has some unique and worthwhile proposals, such as the completely crazy idea of getting money from those who have it, those who have so much that they do not know what to do with it all.
Our party is the only one saying that we could create a tax on wealth. People who have more than $20 million in property and assets could pay a small surtax of 1% per year. That is not too much. It would bring in hundreds of millions if not billions of dollars. Why not create a tax on wealth? It would not harm the middle class or workers. The wealthy are perfectly capable of paying it.
There are also companies that have made inordinate profits since the start of this pandemic. Why could we not establish, perhaps on a temporary basis, a special tax on the excessive or inordinate profits of certain companies that lined their pockets? I am obviously referring to the web giants, such as Netflix or Amazon, whose profits literally exploded.
I would like to say a few words about Amazon. Oxfam recently pointed out that if Jeff Bezos were to give a $105,000 bonus right now to each one of its 876,000 employees, he would still be just as rich as he was before the start of the pandemic. This shows the extent to which certain companies profited. The NDP believes that these companies could be made to pay taxes, which has not yet happened.
I have another important matter to address before concluding. I was very disappointed with yesterday's economic update with respect to the web giants. The government told us that it is going to make web giants pay the GST. That is a good thing that we have been asking for, and it is about fairness and justice. That said, charging the GST means that consumers will pay it. Customers are going to pay the GST. It is the right thing to do because it is fair, but at the same time, this costs the web giants nothing, since it will be the consumer who pays.
All of a sudden, the government is telling us that digital giants are going to pay tax not in January, but 13 months from now. They are being given a one-year reprieve before they have to pay tax in Canada. Moreover, we do not know if they will even pay tax because the Minister of Finance says they will pay tax if necessary.
Digital giants have not been paying tax in Canada for years, and that is an absolute scandal. Tax havens still exist, and the Liberal government is doing absolutely nothing.
Let's get serious. Let's get money from those who have it, boost health transfers and pay a reasonable wage to the people who look after our sick.
Once again, I thank them from the bottom of my heart and I salute them. I want them to know we should do better. An NDP government will do better.
Madame la Présidente, d'entrée de jeu, je vous signale que je vais partager mon temps de parole avec mon illustre collègue de Vancouver Kingsway.
J'ai été assez ravi d'entendre la dernière collègue du Parti conservateur qui, dans son allocution, a parlé de ce qui, selon moi, est au coeur de la motion. Cela a un peu disparu en cours de route parmi les débats importants que nous avons aujourd'hui. Je parle des professionnels de la santé, soit les travailleuses et les travailleurs de la santé. Depuis maintenant neuf mois, ils travaillent d'arrache-pied pour prendre soin de nous, essayer de sauver des vies et de sauver la situation. Ils se lèvent tous les matins, parfois tous les soirs ou toutes les nuits pour être au chevet des gens qui ont attrapé la COVID-19. Ces gens font des sacrifices absolument incroyables et ils sont là pour nous.
Une des très bonnes questions que nous devons nous poser en tant que parlementaires est la suivante: sommes-nous là pour eux? Est-ce que les gouvernements conservateurs et libéraux successifs ont été là pour les professionnels de la santé, les travailleuses et les travailleurs de notre système de santé?
Je voulais y revenir, parce que c'est une question fondamentale dans laquelle le gouvernement fédéral a un rôle à jouer. Ces gens sont sur la ligne de front. Ils mettent littéralement leur vie et leur santé en jeu. On l'a vu: ceux qui côtoient les malades et les personnes infectées peuvent attraper le virus, tomber malades ou contaminer des gens de leur famille, par exemple, leur conjoint ou conjointe. Cela s'est produit.
Je voudrais prendre une minute pour attirer notre attention sur une catégorie très particulière de ces travailleuses et de ces travailleurs de la santé, qui sont nos « anges gardiens ». C'est comme cela que nous les avons appelés pendant un certain temps. Ils sont les réfugiés ou les demandeurs d'asile qui se sont volontairement inscrits pour travailler dans nos CHSLD, dans nos hôpitaux ou dans nos cliniques pour essayer de soigner des gens. Plusieurs sont tombés malades ou, parfois, ont apporté le virus dans leur foyer, ce qui a fait que leur conjoint est décédé. Il y a des histoires à fendre le coeur.
Nous avons travaillé très fort pour avoir un programme pour régulariser leur statut, c'est-à-dire leur donner la possibilité d'avoir la résidence permanente, vu tout le travail qu'ils ont fait dans notre réseau de la santé. Ce programme a été annoncé au mois d'août dernier. À ce jour, absolument rien n'a été fait. Il semble y avoir un blocage. Au départ, nous voulions que ce soit pour tous les travailleurs essentiels, c'est-à-dire ceux qui ont travaillé dans les pharmacies, les épiceries, mais aussi pour ceux qui n'ont pas nécessairement donné de soins directs, mais qui étaient là, dans le système de la santé, par exemple dans les cuisines ou comme gardiens de sécurité. Même pour ceux qui donnaient des soins directs, on n'a pas encore réussi à mettre ce programme en place.
Hier, il est arrivé quelque chose d'extrêmement grave. Sans crier gare, alors que c'était le jour de la mise à jour économique, l'Agence des services frontaliers du Canada a annoncé qu'elle allait reprendre les renvois et les déportations. On a promis ou laissé entendre à des gens qu'ils allaient obtenir leur résidence permanente, mais, puisque le programme n'existe pas encore réellement sur le terrain, certains risquent d'être déportés, alors qu'ils sont venus nous aider dans nos CHSLD et dans notre système de santé. Je trouve cela odieux. En temps de pandémie, on ne devrait jamais déporter des gens, surtout pas ceux qui sont venus nous aider.
Cela dit, je reviens aux professionnels et aux travailleuses et aux travailleurs de la santé. A-t-on été là pour eux?
On leur a donné des conditions de travail déplorables. Quand on regarde les salaires des préposés aux bénéficiaires, les horaires de travail des infirmiers et des infirmières, la lourdeur de la tâche ou les heures supplémentaires obligatoires, on se rend compte qu'on n'a pas créé des conditions attrayantes pour occuper certains types d'emploi, notamment les moins bien payés.
En temps de crise et de pandémie, on a vu un manque de ressources humaines. Si les gouvernements des provinces et du Québec avaient eu les moyens de mieux traiter ces gens, on aurait probablement eu moins eu de problèmes de rétention de la main-d'oeuvre et d'attraction pour que les gens viennent travailler. Si les conditions de travail sont pénibles et qu'on gagne 12 ou 13 $ l'heure, cela ne donne pas vraiment envie d'aller travailler.
Si les provinces ont été incapables de donner de bonnes conditions de travail à ces gens ou n'ont pas eu les ressources suffisantes pour le faire, c'est en bonne partie parce qu'on a coupé dans les transferts en santé aux provinces. C'est une responsabilité partagée des conservateurs et des libéraux.
J'ai posé une question un peu plus tôt au député Laurier—Sainte-Marie qui s'en est sorti avec une espèce de pirouette.
Il y a quelque chose d'absolument irréalisable dans la situation actuelle, et la motion en parle. En effet, lorsque le gouvernement conservateur de Steven Harper a été élu, les transferts en santé, qui augmentaient de 6 % par année auparavant, ont été réduits à une augmentation de 3 % par année. Cela a donc créé un manque à gagner d'environ 36 milliards de dollars pour les provinces sur une période de 10 ans.
Malheureusement, malgré toutes leurs belles promesses, les libéraux du premier ministre actuel ont reconduit la même entente avec 3 % d'augmentation par année, alors que les coûts réels des systèmes de santé sont de 5,4 % par année, comme l'a mentionné mon collègue de Vancouver Kingsway un peu plus tôt aujourd'hui. Il y a donc une impossibilité. Ce n'est ni viable ni durable.
Il faut commencer à redonner aux provinces les capacités de bien rendre des services à la population. Cela nécessite que le fédéral assume son rôle, qui est d'augmenter les transferts en santé. C'est absolument essentiel. On ne peut pas éviter cela, sinon, on ne rend pas justice aux travailleurs et aux travailleuses de la santé et on est incapable de leur donner de bonnes conditions de travail.
Il faut donc accorder une hausse des transferts en santé. On me dira qu'une augmentation de 6 % par année, ce n'est pas viable pour le trésor public. Alors, que faut-il faire? Le NPD a des propositions intéressantes et uniques à la Chambre, comme l'idée complètement folle d'aller chercher l'argent là où il se trouve, c'est-à-dire chez ceux qui en ont tellement qu'ils ne savent plus quoi en faire.
Notre parti est le seul à dire qu'on pourrait créer un impôt sur la fortune. Les gens qui ont plus de 20 millions de dollars de biens et d'actifs pourraient payer une petite surtaxe de 1 % par année. Ce n'est rien d'exagéré. On irait chercher plusieurs centaines de millions, voire des milliards de dollars. Pourquoi ne pas créer un impôt sur la fortune? Cela ne fera mal ni à la classe moyenne, ni aux travailleurs et aux travailleuses. Ces gens-là sont tout à fait capables de le payer.
Il y a également des compagnies qui ont fait des profits démesurés depuis le début de cette pandémie. Pourquoi ne pourrait-on pas, de manière temporaire peut-être, établir un impôt spécial sur les profits excessifs ou démesurés de certaines grandes compagnies qui, sérieusement, s'en sont mis plein les poches? On pense ici évidemment aux géants du Web, que ce soit Netflix ou que ce soit Amazon, dont les profits ont littéralement explosé.
J'aimerais dire un mot à propos d'Amazon. L'organisme Oxfam soulignait récemment que si Jeff Bezos donnait maintenant une prime de 105 000 $ à chacun de ses 876 000 employés, il serait encore aussi riche qu'avant le début de la pandémie. Cela montre à quel point la pandémie a profité à certaines compagnies. Au NPD, on dit qu'on pourrait mettre ces compagnies à contribution; ce qu'on ne fait pas encore.
J'ai un autre élément important à aborder avant de terminer. J'ai été très déçu de la mise à jour économique d'hier en ce qui concerne les géants du Web. Le gouvernement nous dit qu'il va appliquer la TPS aux géants du Web. C'est une bonne chose, parce que nous le demandons et que ce n'est qu'équité et justice. Cela dit, percevoir la TPS, cela veut dire la percevoir auprès des consommateurs. Ce sont les clients qui vont payer la TPS. C'est correct parce que c'est équitable, mais en même temps, cela ne coûte absolument rien aux géants du Web, c'est le consommateur qui paie.
Soudainement, le gouvernement nous dit que les géants du Web vont payer de l'impôt non pas au mois de janvier prochain, mais dans 13 mois. On leur donne un répit d'un an encore avant de devoir payer leur impôt au Canada. De plus, on ne sait pas s'ils vont payer leur impôt parce que la ministre des Finances a dit qu'ils en paieraient si c'était nécessaire.
Cela fait des années que les géants du Web ne paient pas d'impôt au Canada, ce qui est un scandale absolu; les paradis fiscaux continuent d'exister; et le gouvernement libéral ne fait absolument rien.
Soyons sérieux! Allons chercher l'argent là où il est, augmentons les transferts en santé et payons convenablement les travailleurs et les travailleuses qui soignent nos personnes malades.
Encore une fois, je les remercie du fond du cœur et je leur tire mon chapeau. Je leur dis qu'on devrait faire mieux. Avec un gouvernement néo-démocrate, nous ferons mieux.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his speech.
My colleague asked himself not once, not twice, but three times whether we, as the government and as parliamentarians, have done right by the people during this crisis.
My colleague knows very well that, in general, Canadians are satisfied with how we have been managing this crisis. We have been responding to this pandemic since March 11.
Would he agree that, since March 11, we have taken the necessary steps to support our workers, our industries, our businesses, our seniors, our youth and everyone going through tough times and help them weather this pandemic? Would he agree that we have done all that without an instruction manual?
Madame la présidente, j'aimerais remercier mon collègue de son discours.
Mon collègue s'est demandé, non pas une, non pas deux, mais trois fois, si, comme gouvernement et comme parlementaires nous avions bien répondu aux citoyens, à notre population pendant cette crise.
Mon collègue sait très bien que les Canadiens, en général, sont satisfaits de la gestion de crise de cette pandémie. Depuis le 11 mars, nous avons répondu à cette pandémie.
Est-il d'accord pour dire que, depuis le 11 mars, nous avons pris les moyens nécessaires pour soutenir nos travailleurs, nos industries, nos commerces, nos aînés, nos jeunes et tous ceux qui ont des problèmes pour les aider à surmonter cette pandémie, et ce, sans livret d'instructions pour le faire?
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague for his question.
Some measures were fairly good, but usually it was because the NDP pushed the government to take action. Without the NDP, there would be no 75% wage subsidy and no $2,000 a month Canada emergency response benefit. Without the NDP, self-employed workers would not have been included so that they can receive an income. Without the NDP, there would have been no benefits for students.
As for what will happen next, we will have to see whether these measures come to an end in June or September and if anything else will be done at that point. We do not know what the health and economic situation will be at that point. The government needs to commit to being there for people and to getting the resources and revenue needed to continue to help them.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question.
Certaines mesures étaient assez bonnes, mais normalement, c'était parce que le NPD avait poussé le gouvernement à agir. Il n'y aurait pas eu de subvention salariale de 75 %, sans le NPD. Il n'y aurait pas eu de Prestation canadienne d'urgence à 2 000 $ par mois, sans le NPD. On n'aurait pas inclus les travailleurs autonomes afin qu'ils aient un revenu, sans le NPD. Il n'y aurait pas eu de prestations pour les étudiants, sans le NPD.
Pour la suite des choses, il faudra voir si ces mesures se termineront en juin ou en septembre et si elles auront une suite. On ne sait pas quelle sera la situation sanitaire et économique à ce moment-là. Il faut que le gouvernement s'engage à être là pour les gens, mais surtout à aller chercher les ressources et les revenus nécessaires pour continuer à les aider.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-12-01 11:42 [p.2741]
Madam Speaker, I wonder if the member could expand on how the New Democratic Party talks a great deal about supporting a national pharmacare program. It talks a great deal about home care services. It talks about the potential federal government involvement.
Could the member provide further thoughts in regard to the importance of the Canada Health Act and what role that plays in society today?
Monsieur le Président, étant donné que le Nouveau Parti démocratique parle beaucoup de la création d'un programme national d'assurance-médicaments, des soins de longue durée et de l'intervention potentielle du gouvernement fédéral, j'aimerais que le député me donne des précisions.
Aurait-il des observations à faire sur l'importance de la Loi canadienne sur la santé et le rôle qu'elle joue dans la société actuelle?
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, the first time the Liberals promised child care services, I was 20 years old. Now my daughter is 20. The first time they promised a pharmacare program, I was 24 years old. I will not tell you my age, but we have been waiting for quite some time now.
Yes, we are in favour of a universal public pharmacare system, like all of the Quebec labour unions and the Union des consommateurs du Québec have been calling for, because such a system would save us money. The NDP has been fighting tooth and nail for years for this very worthwhile project, which we would want to carry out through a constructive dialogue between the federal and provincial governments. We think that the federal government needs to implement such a program. It needs to stop with the rhetoric and keep its promises. It needs to actually implement this program.
Madame la Présidente, la première fois que les libéraux ont promis des services de garde, j'avais 20 ans, et maintenant, ma fille a 20 ans. La première fois qu'ils ont promis un régime d'assurance-médicaments, j'avais 24 ans. Je ne vous dirai pas mon âge, mais cela commence à faire longtemps.
Alors, oui, nous sommes en faveur d'un régime d'assurance-médicaments public et universel, comme le demandent toutes les centrales syndicales québécoises et l'Union des consommateurs du Québec, parce que cela nous ferait économiser de l'argent. C'est un projet très intéressant que nous, au NPD, défendons bec et ongles depuis des années, dans le respect d'un dialogue constructif entre le fédéral et les provinces. Nous pensons que cela doit être mis sur pied, mais il faut arrêter d'avoir seulement de belles paroles et de faire des promesses. Il faut le faire réellement.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2020-12-01 11:44 [p.2741]
Madam Speaker, my colleague is a strong voice in our caucus. He is a leader in representing the people of Quebec in the House.
I want to ask about long-term care. We have seen critical and devastating conditions across the country with respect to long-term care. We have seen too little action from the Liberal government.
Could he share his thoughts on the NDP platform on long-term care and what we would like to see to ensure our seniors are taken care of and are protected as we head into the second and potentially the third wave of the pandemic?
Madame la Présidente, mon collègue est une voix forte au sein de notre caucus. C'est un chef de file lorsqu'il s'agit de représenter les Québécois à la Chambre.
J'aimerais poser une question sur les soins de longue durée. Nous avons vu l'état critique et désastreux des soins de longue durée au pays, et le gouvernement libéral a trop peu agi dans ce dossier.
Le député pourrait-il donner son avis sur l'approche que le NPD propose en matière de soins de longue durée et sur ce qu'il aimerait que l'on fasse pour prendre soin des aînés et les protéger en vue de la deuxième vague et d'une éventuelle troisième vague de la pandémie?
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, I thank my colleague from Edmonton Strathcona for that very important question.
Yes, I think that, as a whole, we need to set goals for the quality of care available to seniors. That is a big job that needs to be done in partnership with the provinces to deal with this challenge, and transfers are a big part of it. The death toll was horrendous, and we do not want to go through that again.
The NDP is actually the only party that says there should be no private sector involvement in health care, especially when it comes to caring for seniors. We saw the appalling nightmare that took place at the Herron long-term care home in Dorval, a private facility.
In our view, people should not have to use their credit card to access health care. It should be a universal right, and we should work together to achieve the highest standards of care and respect for seniors. They worked so hard their whole lives, and I think that is the least we can do for them.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue d'Edmonton Strathcona de sa question très importante.
Oui, je pense que, collectivement, nous devons avoir des objectifs quant à la qualité des soins offerts aux aînés. Il y a tout un travail de partenariat à faire, notamment en ce qui concerne les transferts, pour aider les provinces à relever ce défi. Cela a été une hécatombe épouvantable, et on ne veut pas revivre cela.
Par ailleurs, le NPD est le seul parti qui dit qu'il ne devrait pas y avoir de secteur privé dans le domaine des soins de santé, particulièrement lorsqu'il s'agit des soins aux personnes âgées. On a vu le cauchemar épouvantable qui a eu lieu au CHSLD privé Herron, à Dorval.
Selon nous, ce n'est jamais la carte de crédit qui devrait servir à nous garantir des soins de santé. Cela devrait être un droit universel, et nous devrions travailler ensemble pour atteindre les plus hautes normes en ce qui concerne les soins offerts aux aînés, et ce, dans le respect de ces derniers. Ils ont travaillé tellement fort au cours de leur vie, et je pense que c'est le minimum que nous leur devons.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2020-12-01 11:46 [p.2742]
Madam Speaker, I am so pleased to stand in the House today to speak to this important motion, which is so timely and needed right now in our country. The motion would do a number of critically important and profoundly worthy things. It has us acknowledge the extraordinary work of health care workers, including doctors, nurses and all allied health professionals and workers during the COVID-19 pandemic.
It calls on us to recognize the courage and sacrifices that have been required from all front-line health care workers and their families as they tend to the very important health services on which so many of us are counting. It highlights the work of all the provinces in respect to the health crisis. It calls on the federal government to significantly and sustainably increase Canada health transfers, starting before the end of this year.
I want to begin by acknowledging the extraordinary work and sacrifice of health care workers in British Columbia. I would like to start with the top doctor in British Columbia, Dr. Bonnie Henry. B.C.'s provincial health officer, Dr. Henry, has been widely praised around the globe for her response to the COVID-19 outbreak leadership. In particular, she has been recognized for her ability to convey complicated health information in a clear way that does not talk down to people.
Under Dr. Henry's direction, B.C. led the way in implementing a testing strategy, physical distancing and control measures at long-term care facilities faster than every other province in the country. Dr. Henry's leadership, expertise and genuine care about the safety of British Columbians have also instilled a sense of trust that has helped foster public co-operation throughout the pandemic, which is critically important at this time.
When Dr. Henry declared an official health emergency on March 17, she ended her initial statement with the phrase that has been heard countless times throughout B.C. since, “This is our time to be kind, to be calm, and to be safe”.
Under Dr. Henry's leadership are the tens of thousands, perhaps the hundreds of thousands of health care workers and their families that have done so much to keep Canadians and British Columbians safe.
I want to particularly highlight the work of the health care unions in British Columbia as well. They have played such a leadership role during this crisis.
Nationally, according the Canadian Institute for Health Information, 19.4%, almost one in five of those infected with COVID-19 in Canada as of July 23, were health care workers. This was twice the global average.
According to the BC Nurses' Union, 40% of nurses are reporting serious depression and 60% are on track to have post-traumatic stress disorder. According to Christine Sorensen, the president of BCNU, B,C. nurses are not healthy right now. They are overtaxed. They are emotionally distressed, trying to manage all the personal and professional implications of COVID, which all of us are managing, plus they need to go to work and be exposed daily to COVID. By the way, this description of the stress and danger that are affecting nurses in British Columbia is true across the country in every province and territory, and in every community.
Dr. Kathleen Ross, president of Doctors of BC, says that physician burnout was an issue before the pandemic and it has become much worse. She says
We need to continue to recognize that as we head into this second wave, many of us are still recovering from the first wave...The pandemic has certainly required all frontline providers, including physicians, to step up to the plate and access our surge capacity, that ability to step forward and work harder.
It is not just health professionals shouldering the burden. Critical front-line health care sector workers like personal support workers, cleaning crews, maintenance workers and administrative staff have made tremendous sacrifices to keep the health care system operational throughout the COVID-19 pandemic.
I want to recognize, in particular, care aides, not only in long-term care centres but in our hospitals. These workers do incredibly important work. They take care of our loved ones at their most vulnerable. This is skilled work. This is compassionate work. This is difficult work. It is also underpaid and undervalued work.
At this point, I want to single out the particularly strong and early recognition of these facts by the British Columbia NDP government under the tutelage and leadership of the best provincial health minister in the country, Adrian Dix.
What did the British Columbia government do early on? It was the first province in the country to ban the practice of care aides shuffling between care homes. They sometimes had two to three part-time jobs. Not only has this been very difficult on the care aides to raise their families with no benefits and the difficulty and precarity of the situation, but they were also seen as a vector of transmission.
However, backing up this move with money, the British Columbia NDP government poured $10 million per month to raise the wages of care aides and create full-time jobs. This was not only better for workers, but better for patients. Workers could actually have full-time jobs with benefits in one single place, which gave the kind of care the residents needed and the workers the kind of security they needed.
The B.C. NDP government tore up the Liberal legislation that created the crisis in the first place, which was Bill 29. The bill was passed in 2002 by a provincial Liberal government in British Columbia. It attacked health care collective agreements and unions. Plus, the B.C. NDP government added more care hours, fewer shared rooms for seniors, more non-profit ownership of long-term care centres and more inspections of long-term care homes. This is the kind of work and leadership done by a provincial government, a New Democrat government, that puts a priority on health care.
On March 23, the B.C. government also approved a $5 billion pandemic contingency allocation to support its response to the COVID-19 pandemic. This funding has supported a number of initiatives: to hire contact tracers; to provide additional funding for long-term care facilities; to support mental health initiatives; to increase funding for long-term care; and, as I said earlier, to provide more care hours for residents, have fewer shared rooms and have more non-profit facility ownership in the long-term care sector. These initiatives were done by the Province of British Columbia, starting last spring.
This federal government has yet to actually act on those very important measures. I was disappointed to see in the economic statement yesterday that we were still waiting for national guidelines on long-term care homes.
The motion also calls on the federal government to significantly and sustainably increase the Canada health transfers before the end of 2020.
When medicare was first established in Canada, the federal government agreed to assume 50% of the costs incurred by provinces and territories. At a first ministers meeting in 1976, prime minister Pierre Trudeau proposed replacing the 50/50 cost sharing with a new regime of block grants that exposed the provinces and territories to unilateral federal cuts over the subsequent decades, which successive Liberal and Conservative governments in fact did. Today, the federal share of overall health care spending in Canada has plummeted from that original 50/50 share to approximately 22% today.
Seeking re-election in 2011, Stephen Harper pledged to negotiate a health accord with the provinces and territories, however, no negotiations ensued. Instead, finance minister Jim Flaherty announced that when the 2004 accord expired in 2014, the Canada health transfer escalator would remain at 6% until 2017 and then grow no higher than 3% for the next decade. The Liberals under the current government promised to address that but instead adopted the Harper cuts.
The impact of that is clear. Health care costs in the country are rising at an average of 5.4% per year. If the federal government is increasing spending at 3%, clearly that is a recipe for long-term fiscal problems and cuts. With the COVID-19 pandemic, the Conference Board of Canada estimates that total health care expenditures will actually rise between 6.5% and 8.4%. Therefore, today it is more important than ever.
It is time for this federal government to put its money where its mouth is, reverse the long-term slide of federal funding in health care transfers and start getting it back up toward the 50%, so that we can bring pharmacare, dental care, long-term care, mental health care, eye and ear care coverage for every Canadian in the country.
Madame la Présidente, je suis vraiment heureux d'être présent à la Chambre pour parler de l'importante motion à l'étude, car le pays avait besoin d'une telle motion, qui tombe à point nommé. La motion demande différentes choses importantes et tout à fait louables. Elle demande que nous saluions le travail extraordinaire des travailleuses et des travailleurs de la santé, notamment les médecins, infirmières, infirmiers et tous les professionnels de la santé pendant la pandémie de COVID-19.
La motion nous demande de reconnaître le courage et les sacrifices exigés des travailleurs de première ligne du secteur de la santé et de leur famille pour prodiguer les très importants soins de santé sur lesquels bon nombre d'entre nous comptent. Elle souligne le travail accompli par toutes les provinces pour répondre à la crise sanitaire. Elle demande au gouvernement fédéral d'augmenter de façon significative et durable les transferts canadiens en santé avant la fin de l'année.
Je voudrais d'abord saluer le travail et les sacrifices extraordinaires accomplis par les travailleurs de la santé de la Colombie-Britannique, en commençant par la docteure en chef et directrice de la santé publique de la province, la Dre Bonnie Henry. Le leadership dont elle a fait preuve dans sa réponse à la COVID-19 a été encensé partout sur la planète. Sa capacité à transmettre des informations complexes sur la situation sanitaire de façon claire et non infantilisante a notamment été saluée.
Sous la direction de la Dre Henry, la Colombie-Britannique a pris l'initiative de mettre en œuvre une stratégie de dépistage, de distanciation physique et de mesures de contrôle dans les établissements de soins de longue durée plus rapidement que toute autre province au pays. Le leadership de la Dre Henry, son expertise et son souci sincère de la sécurité des Britanno-Colombiens ont également suscité un sentiment de confiance qui a contribué à favoriser la collaboration du public tout au long de la pandémie, ce qui est d'une importance capitale en ce moment.
Lorsque la Dre Henry a déclaré une urgence sanitaire officielle le 17 mars dernier, elle a terminé sa première déclaration par la phrase qui a été entendue d'innombrables fois dans toute la Colombie-Britannique depuis: « C'est le moment d'être bon, d'être calme et d'être prudent. »
Sous la direction de la Dre Henry il y a les dizaines de milliers, voire les centaines de milliers de travailleurs de la santé et leur famille qui ont tant fait pour assurer la sécurité des Canadiens et des Britanno-Colombiens.
Je tiens à souligner tout particulièrement le travail des syndicats des professionnels de la santé en Colombie-Britannique également. Ils ont joué un véritable rôle de leader pendant la crise.
Selon l'Institut canadien d'information sur la santé, 19,4 % des personnes infectées par la COVID-19 au Canada étaient des travailleurs de la santé, soit près d'un cinquième des cas à l'échelle nationale en date du 23 juillet. Ce pourcentage est deux fois plus élevé que la moyenne mondiale.
Le Syndicat des infirmières et infirmiers de la Colombie-Britannique rapporte que 40 % de ses membres affirment souffrir de dépression grave et que 60 % sont en voie d'être atteints du trouble de stress post-traumatique. Selon Christine Sorensen, la présidente du syndicat, les infirmières et infirmiers de la Colombie-Britannique ne sont pas en bonne santé en ce moment. Ils sont surchargés. Ils sont en détresse émotionnelle, car ils essaient de gérer toutes les implications personnelles et professionnelles de la COVID, comme nous tous, tout en devant se présenter au travail et être exposés quotidiennement à la COVID. Soit dit en passant, cette description du stress et du danger que connaissent les infirmières et infirmiers de la Colombie-Britannique s'applique dans tout le pays, dans chaque province et territoire et dans chaque collectivité.
La Dre Kathleen Ross, présidente des Doctors of BC, a déclaré que l'épuisement professionnel des médecins représentait un problème avant la pandémie et que ce problème s'est aggravé. Elle dit ceci:
À l'approche de la deuxième vague, nous devons continuer à reconnaître que beaucoup d'entre nous se remettent encore de la première vague […] La pandémie a certainement exigé de tous les fournisseurs de première ligne, y compris les médecins, qu'ils assument leurs responsabilités et contribuent à la capacité d'intervention, c'est-à-dire la capacité de se présenter et de travailler plus fort.
Les professionnels de la santé ne sont pas les seuls à porter le fardeau. Les travailleurs de première ligne essentiels du secteur de la santé, tels que les préposés aux bénéficiaires, les équipes de nettoyage et d'entretien et le personnel administratif, ont fait d'énormes sacrifices pour assurer le fonctionnement du système tout au long de la pandémie de COVID-19.
Je salue notamment les aides-soignants, non seulement dans les centres de soins de longue durée, mais aussi dans les hôpitaux. Ces travailleurs font une contribution extrêmement importante. Ils s'occupent de nos proches au moment où ceux-ci sont le plus vulnérables. C'est un travail difficile exigeant des compétences particulières et de la compassion. C'est également un travail sous-payé dont la valeur est sous-estimée.
Je profite de l'occasion pour souligner que, sous l'impulsion du meilleur ministre provincial de la santé du pays, Adrian Dix, le gouvernement néo-démocrate de Colombie-Britannique a rapidement et vigoureusement reconnu la contribution de ces travailleurs.
Qu'a fait le gouvernement de la Colombie-Britannique dès le début de la pandémie? Ce fut le premier gouvernement provincial à interdire que les aides-soignants se déplacent d'un établissement de soins à un autre. Certaines personnes avaient parfois deux ou trois emplois à temps partiel. Compte tenu de la difficulté et de la précarité de leur travail et de l'absence de prestations, il était très difficile pour certains aides-soignants d'élever leur famille, sans compter qu'ils étaient également considérés comme un vecteur de transmission.
Cependant, comme il fallait soutenir cette initiative financièrement, le gouvernement néo-démocrate de Colombie-Britannique a dégagé 10 millions de dollars par mois pour augmenter les salaires des aides-soignants et créer des emplois à plein temps. Cette mesure a été bénéfique non seulement pour les travailleurs, mais aussi pour les patients. Les travailleurs pouvaient en fait avoir un emploi à plein temps à un seul endroit et bénéficier d'avantages sociaux. Bref, cette mesure a permis de fournir aux résidents le type de soins requis, et aux travailleurs la sécurité qui leur faisait défaut.
Le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique a aboli la loi libérale à l'origine de la crise. Je parle ici du projet de loi 29, qui a été adopté par le gouvernement libéral de la Colombie-Britannique en 2002. Cette mesure législative s'en prenait aux syndicats et aux conventions collectives des professionnels de la santé. De plus, le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique a augmenté le nombre d'heures consacrées aux soins, a limité la pratique des chambres partagées pour les personnes âgées, a accru le nombre d'établissements de soins de santé à but non lucratif et a procédé à un plus grand nombre d'inspections dans les établissements de soins de longue durée. Voilà un exemple de ce qu'un gouvernement provincial — un gouvernement néo-démocrate — peut accomplir lorsqu'il fait preuve de leadership et accorde la priorité aux soins de santé.
Le 23 mars dernier, le gouvernement de cette province a également approuvé une réserve pour éventualités de 5 milliards de dollars destinée à la lutte contre la pandémie de COVID-19. Cette réserve a permis de financer de nombreuses mesures, par exemple: l'embauche de responsables de la recherche de contacts; le versement de fonds supplémentaires dans les établissements de soins de santé de longue durée; l'appui aux initiatives en matière de santé mentale; le financement accru des soins de longue durée; et, comme je l'ai dit plus tôt, l'augmentation du nombre d'heures consacrées aux soins des résidants, le partage limité des chambres et le nombre accru d'établissements de soins de santé de longue durée à but non lucratif. Ces mesures ont été mises en place par la Province de la Colombie-Britannique depuis le printemps dernier.
Le gouvernement fédéral, pour sa part, n'a toujours pas pris de telles mesures importantes. J'ai été déçu hier de voir que l'énoncé économique ne contenait toujours pas de lignes directrices nationales sur les établissements de soins de longue durée.
La motion demande aussi au gouvernement fédéral d’augmenter de façon significative et durable les transferts canadiens en santé avant la fin de 2020.
Lorsque l'assurance-maladie a été créée au Canada, le gouvernement fédéral a convenu d'assumer 50 % des coûts encourus par les provinces et les territoires. Lors d'une conférence des premiers ministres en 1976, le premier ministre Pierre Trudeau a proposé de remplacer ce partage des coûts à parts égales par un nouveau régime de subventions globales, exposant ainsi les provinces et les territoires à de possibles compressions unilatérales de la part du fédéral au cours des décennies suivantes, compressions que des gouvernements libéraux et conservateurs subséquents ont effectivement effectuées. Aujourd'hui, la part du gouvernement fédéral dans les dépenses globales en matière de santé au Canada a chuté de 50 % qu'elle était à l'origine à environ 22 %.
Cherchant à être réélu en 2011, Stephen Harper avait promis de négocier un accord en matière de santé avec les provinces et les territoires. Il n'a jamais donné suite à cette promesse. Son ministre des Finances, Jim Flaherty, a plutôt annoncé que lorsque l'accord de 2004 prendrait fin, en 2014, le facteur de progression des transferts en santé resterait bloqué à 6 % jusqu'en 2017, puis qu'il n'augmenterait pas de plus de 3 % au cours de la décennie suivante. Les libéraux actuellement au pouvoir avaient promis de corriger la situation, mais ils ont plutôt adopté les compressions de Harper.
L'impact de toutes ces manœuvres est clair: le coût des soins de santé au Canada augmente au rythme d'environ 5,4 % par année. Si le gouvernement fédéral augmente les transferts de 3 %, il est clair que cela entraînera des problèmes financiers et des réductions de services à long terme. De plus, le Conference Board du Canada prévoit que la pandémie de COVID-19 entraînera une hausse globale de 6,5 % à 8,4 % des dépenses en matière de soins de santé. Il est donc plus important que jamais de procéder à un rajustement.
Il est temps que le gouvernement fédéral joigne le geste à la parole, qu'il inverse la tendance à la baisse de longue date des transferts fédéraux en santé et qu'il commence à redresser la barre afin d'atteindre la cible de 50 % des dépenses pour que tous les Canadiens puissent bénéficier d'une couverture pour les médicaments, les soins dentaires, les soins de longue durée, les soins de santé mentale, les soins oculaires et les soins auditifs.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-12-01 11:56 [p.2743]
Madam Speaker, I can understand and appreciate a number of the comments my colleague has made.
For me, I look at it with respect to what we have seen over the last number of years, such as record amounts of health transfers to provinces. In this year of the pandemic we have seen hundreds of millions of allocated tax dollars from Ottawa to the provinces, with emphasis on issues such as mental health and home care services.
We have seen an ongoing commitment toward the establishment of a national pharmacare program. I know the NDP likes to say that it has been 20 or 25 years, but this government has been in office since 2015.
The member talked a great deal about what is happening in B.C., with the NDP and its progressive attitudes toward health care. Does he know if the Province of British Columbia, because I am sure the member agrees with me, believes that the best way to have a truly national program is to have the support of provinces? Where does the Province of B.C. stand on a national pharmacare program?
Madame la Présidente, j'apprécie certaines observations que vient de faire mon collègue.
En ce qui me concerne, j'examine la situation par rapport à ce que nous avons observé au cours des dernières années, comme les montants records des transferts aux provinces en matière de santé. En cette année marquée par la pandémie, des centaines de millions de dollars d'impôts ont été versées par Ottawa aux provinces, l'accent étant mis sur des enjeux tels que la santé mentale et les services de soins à domicile.
Nous avons constaté un engagement continu en faveur de la mise en place d'un programme national d'assurance-médicaments. Je sais que le NPD aime dire qu'il s'agit d'une promesse faite depuis 20 ou 25 ans, mais j'aimerais rappeler que le gouvernement actuel est en place depuis 2015 seulement.
Le député a beaucoup parlé de la situation en Colombie-Britannique, et de la mentalité progressiste du NPD à l'égard des soins de santé. Pense-t-il comme moi que la meilleure manière d'instaurer un véritable programme national d'assurance-médicaments est d'obtenir le soutien de la Colombie-Britannique et des autres provinces? Quelle est la position de la Colombie-Britannique par rapport à cet enjeu?
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2020-12-01 11:57 [p.2743]
Madam Speaker, I would point out that the Liberals have been in power for 18 years of those years since 1993, 16 of that in majority government. They have had a lot of time to address these structural problems.
I want to just quote from a letter that was written yesterday by the president of the Canadian Medical Association, Dr. Ann Collins. She says:
I shared my deep concern about the state of Canada's health systems, which were stressed before the pandemic and now have reached a critical tipping point. Many of my physician colleagues ... are exhausted and facing burnout. They are under immense pressure while they tackle the second wave of this pandemic ... Today's federal economic update should have offered health care providers hope of relief and a glimpse of the federal leadership required to keep our health system afloat. But instead it fell short. ... The reality is that our health care system is on the verge of crumbling.
This is what the head of Canada's doctors is saying.
Pharmacare, to answer my hon. colleague's direct question, is something that all provinces will join if the federal government puts sufficient money on the table and plays a leadership role so we can expand pharmaceutical coverage to be the exact same as any medical service, from hip replacement to cataract surgery to broken arms.
It is long overdue and the government should play a leadership role. It continues to say that it wants it in every throne speech, but fails to act on it.
Madame la Présidente, j'aimerais préciser que les libéraux ont été au pouvoir pendant 18 ans depuis 1993, dont 16 années en situation majoritaire. Ils ont eu amplement le temps de corriger ces problèmes structuraux.
J'aimerais lire un extrait d'une lettre envoyée hier par la Dre Ann Collins, présidente de l'Association médicale canadienne. Voici:
J’ai exprimé ma vive inquiétude au sujet de l’état des systèmes de santé du Canada: déjà sous tension avant la pandémie, ils ont maintenant atteint un point critique. Beaucoup de mes collègues médecins [...] sont exténués et font face à l’épuisement professionnel. Ces hommes et ces femmes subissent une énorme pression alors qu’ils déploient tous les efforts pour s’attaquer à la deuxième vague de cette pandémie [...] La mise à jour économique fédérale d’aujourd’hui aurait dû offrir aux fournisseurs de soins de santé l’espoir d’un soulagement et un aperçu du leadership fédéral nécessaire pour maintenir notre système de santé à flot. Or, il n’a pas été à la hauteur. [...] La réalité, c’est que notre système de santé est sur le point de s’effondrer.
Voilà l'opinion de la chef des médecins du pays.
Pour répondre à la question de mon collègue, toutes les provinces prendront le train de l'assurance-médicaments si le gouvernement fédéral injecte suffisamment d'argent et qu'il joue un rôle de chef de file. Ainsi, les médicaments seront couverts comme n'importe quel autre service médical, du remplacement d'une hanche à une chirurgie de la cataracte en passant par un plâtre pour un bras cassé.
Il est plus que temps que l'assurance-médicaments devienne une réalité, et le gouvernement devrait jouer un rôle de premier plan. Il répète que c'est ce qu'il veut à chaque discours du Trône, mais il ne passe jamais de la parole aux actes.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2020-12-01 11:58 [p.2744]
Madam Speaker, one of my questions is around the Canada Health Act. I know my colleague is extremely knowledgeable about that act.
When the transfer payments to provinces become so low, like they are now, and increasingly get lower and lower as we go forward, how does that impact our ability to ensure that Canadians across the country can access the same level of care and ensure that the different provincial jurisdictions do not privatize some services or chip away at that very cherished public universally accessible system?
Madame la Présidente, l'une de mes questions porte sur la Loi canadienne sur la santé. Je sais que mon collègue connaît extrêmement bien cette loi.
Quand le montant des paiements de transfert aux provinces devient très faible, comme il l'est actuellement, et qu'il diminue de plus en plus à mesure que le temps passe, quelle incidence cela a-t-il sur notre capacité à garantir que les Canadiens de tout le pays peuvent bénéficier de la même qualité de soins et que les différents gouvernements provinciaux ne privatisent pas certains services ou ne s'attaquent pas à ce système public universellement accessible très cher aux Canadiens?
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2020-12-01 11:59 [p.2744]
Madam Speaker, I would like to thank my hon. colleague from Edmonton Strathcona for her excellent work in standing up for a strong public health care system in the face of, in her province of Alberta, a Conservative premier who is attacking the very notion of public health care and floating the idea of privatizing parts of our system.
Canadians value and cherish our public health care system. They know how important it is that every Canadian can get access to the medical care they need, regardless of their wealth or their social status. Canadians are most proud of that.
To make it work, we need a strong federal government as an equal partner at the table that is meeting its fiscal obligations and also enforcing the Canada Health Act, which has five principles. We count on the federal government to ensure that any province that violates those principles is immediately addressed.
Frankly, I have seen successive federal governments, both Conservative and Liberal, fail on that front. We have privatized MRI services in Saskatchewan, private surgical ideas floated in Alberta and the New Brunswick government failing to ensure women have access to reproductive health services. We need the federal government to get back in the game, to exercise its jurisdiction and to fund the health care system properly, so Canadians can not only have the health care system they are used to, but expand our health care system to make it more comprehensive and deliver health care in the most efficient way. We know public health care is the best and most efficient way to deliver that care.
Madame la Présidente, je tiens à remercier ma collègue d'Edmonton Strathcona de l'excellent travail qu'elle accomplit pour défendre la solidité du système de santé public face au premier ministre conservateur de sa province, l'Alberta, qui s'en prend à la notion même de système de santé public et qui caresse l'idée de privatiser certaines parties du système.
Les Canadiens chérissent le système de santé public. Ils savent à quel point il est important que tous les Canadiens puissent avoir accès aux soins médicaux dont ils ont besoin, peu importe leur richesse ou leur statut social. Les Canadiens en sont très fiers.
Pour qu'il fonctionne, nous avons besoin d'un gouvernement fédéral fort qui travaille en partenariat d'égal à égal, qui respecte ses obligations financières et qui fait également respecter la Loi canadienne sur la santé, qui comprend cinq principes. Nous comptons sur le gouvernement fédéral pour qu'il intervienne immédiatement auprès des provinces qui violent ces principes.
Bien franchement, les uns après les autres, les gouvernements fédéraux, conservateurs et libéraux, ont échoué à cet égard. En Saskatchewan, les services d'image par résonance magnétique ont été privatisés. En Alberta, il a été question de privatiser certaines opérations chirurgicales. Au Nouveau-Brunswick, le gouvernement ne garantit pas aux femmes les services de santé génésique. Il faut que le gouvernement fédéral reprenne son rôle, exerce sa compétence et finance le système de santé adéquatement pour que les Canadiens puissent obtenir les soins auxquels ils sont habitués et, aussi, afin d'élargir ce système pour qu'il soit plus complet et le plus efficace possible. Nous savons que le système public est la meilleure façon et la façon la plus efficace de fournir les soins.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-12-01 12:01 [p.2744]
Madam Speaker, I want to inform you that I will be sharing my time with my esteemed colleague from Thérèse-De Blainville, who will deliver a most interesting speech, as usual.
The Bloc Québécois's motion today is meant to offer a huge thank you to workers, most of whom are women, on the front lines in long-term care homes, in hospitals, and all across our health care system.
These people are working under very difficult and unsafe conditions. They can be told at the last minute that they need to work a second shift because of a lack of staff. They are always directly exposed to COVID-19 and must deal with never knowing if they have been infected or have infected their families. They are living in uncertainty and have been making a huge daily sacrifice for several months. We tip our hat to them and thank them from the bottom of our hearts. They matter a lot.
The current pandemic, a crisis that affects us all, has shown just how fragile our health system has become after decades of underfunding by Ottawa. No matter the party in power, the approach has been to disengage and provide less and less funding, which has weakened the health system and led to the lack of resources we are facing, including at long-term care homes. This pretty much explains the tragic situations that have occurred during this pandemic.
This fall, the CHSLD Saint-Eusèbe, in downtown Joliette, also experienced significant challenges. We want to commend and thank the front-line workers who look after patients.
I have no words to describe the government's arrogant and contemptuous attitude in the House towards the provinces and Quebec. This government is telling us that it is our fault that things are going badly, and that we did not do our part. This government claims that it could have done better and continues with its centralizing agenda by attempting to take over provincial responsibilities and powers under the pretext that it can do better.
All of this is happening while the federal government is failing to properly fulfill its role and responsibilities. One such example is vaccine procurement, which I think has been a disaster compared to other countries. We will have the proof in the weeks and months to come. Another example is border control, which was very poorly managed at the beginning of the pandemic.
Yesterday the government delivered its economic update, and clearly it will continue to interfere in provincial jurisdictions, while refusing to provide additional funding for health care. I expected the economic update to finally get health transfers back on track. I would have liked to see some acknowledgement that Ottawa has been shirking its responsibilities and not contributing for the past 25 years.
All we got was a promise of $1 billion for long-term care centres, or roughly one four-hundredth of the deficit, which is up to $382 billion.
If only this government would let us apply our standards. In her speech last week during the committee of the whole meeting, the Minister of Health insisted that her government was going to impose Canada-wide standards, as if what is missing from long-term care and health care is more standards.
During the first wave of COVID-19 in the spring, the military was called in to help in the long-term care facilities. According to reports from the Canadian Armed Forces, it was not a lack of rules and standards that caused the crisis in the long-term care facilities, but rather a lack of resources.
Why was there a lack of resources? Because the health care system had been undermined. Why was the health care system undermined? Because the federal government has been saying for 25 years that it will not play its part. How will it tackle the deficit? By cutting health care funding, too bad. People will complain to the governments of Quebec and the provinces. It was Jean Chrétien who said that at a G7 meeting at the time. His counterparts said that they were going to impose austerity measures and that there were all kinds of demonstrators in front of their parliaments. Jean Chrétien told them that he did not have that problem, that he was cutting funding to the provinces and that people would demonstrate in front of the National Assembly and the legislative assemblies of the different provinces. He laughed about it, but they cut funding from essential services.
Originally and until the end of the 1970s, the agreement was that half of health spending would be funded by Ottawa. That was an entirely logical criterion. When taxpayers pay their taxes, they pay roughly half to Quebec and the provinces and the other half to Ottawa. After that, it is only normal that we share health funding fifty-fifty.
To deal with its deficit, Ottawa said it would no longer play its role. Its share has decreased to 21% or 22%. That is clearly not enough. As the fiscal capacity, the surplus or the flexibility are in this Parliament, Ottawa is using this flexibility to invest in programs that give it greater visibility. Ottawa is not listening to Canadians who say that health care is the priority and that they need funding for health care. No matter the party in power, Ottawa refuses. That is unacceptable and deplorable.
To add insult to injury, in yesterday's economic statement the government boasted that 80% of every $10 injected to get through the pandemic comes from the federal government. It is patting itself on the back for that.
The government fails to mention that all of that adds to the national debt and that taxpayers will be the ones who will eventually have to pay it back. The government also fails to mention, and I find this particularly insulting, that the exact opposite is true when it comes to health care. Ottawa is providing barely more than 20% of health care funding. It gives itself some wiggle room and then tells us to look at how well it is dealing with the pandemic. The wiggle room is here, and the needs are in the health care system. Our workers are doing miracles. They are living in very difficult conditions to try to deal with that and the government is taking a haughty attitude and saying that it will show the provinces the right thing to do because it knows all about this sort of thing. It is showing contempt for Quebec and the provinces. That is unacceptable and it needs to change.
I was expecting that to change in the economic update. Obviously, that was an unpleasant surprise. Perhaps it will change at the meeting with the provincial premiers, which was finally announced today and which will take place on December 10, just before the break. We will not be able to question the government about this meeting, but I hope that the government will get back on track.
Earlier this afternoon, Quebec's finance minister commented on yesterday's statement. Of course he said how disappointed he was. He thought it was unacceptable for Ottawa to impose standards on the provinces. It disrespects jurisdiction, and it has to change. The December 10 meeting is an opportunity. Let us hope it is not a missed opportunity, despite the Prime Minister's statement that he has already done quite a lot for health. He believes the provinces have adequate health funding. The Minister of Intergovernmental Affairs tweeted that all kinds of other subjects would be on the agenda. He is determined to downplay the importance of health funding.
Will Ottawa do what it usually does by lowering the bar and trying to divide the provinces? When the provinces are struggling financially, there are always some that give in for cheap. Ultimately, Quebec will be the only one asking for more money, and the health system will continue to be underfunded.
That needs to change now.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à vous informer que je vais partager mon temps de parole avec mon estimée collègue de Thérèse-De Blainville, qui fera un discours des plus intéressants comme à son habitude.
La motion que le Bloc québécois présente aujourd'hui vise d'abord à dire un immense merci aux travailleuses et aux travailleurs — évidemment, il s'agit surtout de travailleuses — qui se retrouvent aux premières lignes en pleine pandémie dans notre système de santé, que ce soit dans les CHSLD ou dans les hôpitaux un peu partout.
Ces gens vivent des conditions très difficiles et une grande insécurité. À la toute dernière minute, on peut leur dire qu'ils doivent faire un deuxième quart de travail puisqu'il manque de personnel. Ils sont toujours directement exposés à la COVID-19 et doivent composer avec la constante insécurité d'être contaminés ou de contaminer leur famille. Ils vivent dans l'incertitude et font un sacrifice incroyable tous les jours depuis plusieurs mois. Nous leur tirons notre chapeau et nous les remercions du fond du cœur en leur disant qu'ils comptent beaucoup.
La pandémie actuelle, un drame que l'on vit tous, a révélé à quel point notre système de santé est fragilisé. Ce dernier s'est retrouvé dans cet état après des décennies de sous-financement de la part d'Ottawa. Peu importe le parti au pouvoir, la façon de faire a toujours été de se désengager et de financer de moins en moins, ce qui a fragilisé le système de santé et mené au manque de ressources que l'on connaît, entre autres dans les CHSLD. Cela explique en grande partie les drames qu'on a vécus lors de cette pandémie.
Cet automne, le CHSLD Saint-Eusèbe, au centre-ville de Joliette, a lui aussi vécu des moments difficiles. Nous tenons à saluer et à remercier les travailleuses et les travailleurs qui sont aux premières lignes pour s'occuper des patients.
Je n'ai pas de mots pour décrire l'attitude arrogante et méprisante du gouvernement à la Chambre à l'égard des provinces et de Québec. Ce gouvernement nous dit que c'est de notre faute si cela va mal et que nous n'avons pas bien joué notre rôle. Ce gouvernement prétend qu'il aurait mieux fait et il continue ses visées centralisatrices en voulant accaparer les responsabilités et les pouvoirs des provinces sous prétexte qu'il saura mieux faire.
Tout cela a lieu alors que le gouvernement fédéral n'assume pas bien son rôle et ses responsabilités. On peut penser à l'approvisionnement en vaccins qui est, à mon avis, une catastrophe lorsqu'on se compare aux autres pays; on en aura la preuve au cours des prochaines semaines et des prochains mois. On peut aussi penser au contrôle des frontières au début de la pandémie, qui a été très mal géré.
Hier, le gouvernement a annoncé sa mise à jour économique et il est évident qu'il continuera de s'immiscer dans les champs de compétence des provinces, tout en ne finançant pas davantage la santé. Pourtant, je m'attendais à ce que la mise à jour économique propose enfin un important rattrapage. J'aurais aimé qu'on reconnaisse enfin que cela fait 25 ans qu'Ottawa se désengage et ne contribue pas.
Or, tout ce que nous avons eu, c'est une promesse d'un milliard de dollars pour les CHSLD, soit environ un quatre centième du déficit, qui est rendu à 382 milliards de dollars.
Si seulement ce gouvernement pouvait nous laisser appliquer nos normes. La semaine dernière, lors de son discours en soirée à la Chambre pendant la réunion du comité plénier, la ministre de la Santé est revenue à la charge en disant que son gouvernement allait imposer des normes pancanadiennes. Comme si ce qu'il manque dans les CHSLD et dans les soins de santé, ce sont des normes supplémentaires!
Lors de la première vague de la COVID-19 au printemps, des militaires ont été déployés dans les CHSLD pour apporter leur aide. Or, selon les rapports des Forces armées canadiennes, ce n'est pas le manque de règles et de normes qui a causé la crise dans les CHSLD, c'est le manque de ressources.
Pourquoi y avait-il un manque de ressources? C'est parce que le système de santé a été fragilisé. Pourquoi le système de santé a-t-il été fragilisé? Parce que le gouvernement à Ottawa se dit depuis 25 ans qu'il ne jouera pas sa partition. Comment va-t-il régler le déficit? C'est en réduisant le financement de la santé. Tant pis! Les gens iront se plaindre aux gouvernements du Québec et des provinces. C'est Jean Chrétien qui disait cela à une rencontre du G7 à l'époque. Ses homologues disaient qu'ils allaient imposer des mesures d'austérité et qu'ils avaient plein de manifestants devant leur Parlement. Jean Chrétien leur répondait qu'il n'avait pas ce problème, qu'il coupait le financement aux provinces et que les gens allaient manifester devant l'Assemblée nationale et les parlements des différentes provinces. Il riait de cela, sauf qu'on a coupé dans l'essentiel.
À l'origine et jusqu'à la fin des années 1970, l'accord était que la moitié des dépenses en santé allait être financée par Ottawa. C'était un critère tout à fait logique. Quand les contribuables paient leurs taxes et leurs impôts, ils en paient à peu près la moitié à Québec ou aux provinces et l'autre moitié à Ottawa. Après cela, c'est normal qu'on se partage moitié-moitié le financement de la santé.
Pour régler son déficit, Ottawa a dit qu'il ne jouerait plus son rôle. Sa part est descendue et est rendue à 21 ou 22 %. C'est nettement insuffisant. Alors que la capacité fiscale, le surplus ou la marge de manœuvre se trouve à ce Parlement-ci, Ottawa se sert de sa marge de manœuvre pour investir dans des programmes qui lui donnent davantage de visibilité. Ottawa n'écoute pas la population qui dit que la santé est sa priorité et qu'elle a besoin d'avoir un financement de la santé. Peu importe le parti au pouvoir, Ottawa refuse cela. Cela est inacceptable, c'est déplorable.
Pour comble d'insulte, dans l'énoncé économique d'hier, le gouvernement se vante en disant que, dans chaque tranche de 10 $ injectés pour se sortir de la pandémie, 80 % viennent du gouvernement fédéral. Il se pète les bretelles avec cela.
Il omet de rappeler que tout cela va sur la dette et que, au bout du compte, ce sont les contribuables qui vont devoir le rembourser. Il ne dit pas non plus, et je trouve cela particulièrement insultant, que c'est exactement l'inverse en santé. Ottawa fournit à peine plus de 20 % du financement de la santé. Il se dégage une marge de manœuvre, puis il demande qu'on regarde comment il est bon pendant la pandémie. La marge de manœuvre est ici, les besoins sont dans le système de la santé. Nos travailleuses et nos travailleurs font des miracles, ils vivent dans des conditions très difficiles pour pallier cela et le gouvernement a une attitude hautaine qui consiste à dire qu'il va montrer ce qui est bon et qu'il connaît cela. Il méprise le Québec, il méprise les provinces. C'est inacceptable, il faut que cela change.
Je m'attendais à ce que cela change dans l'énoncé économique. Évidemment, c'est une mauvaise surprise. Peut-être que cela va changer lors de la rencontre avec les premiers ministres des provinces. Cette rencontre a été finalement annoncée aujourd'hui. Elle aura lieu le 10 décembre, quand nous aurons pratiquement fini de siéger. Nous ne pourrons pas questionner le gouvernement au sujet de cette rencontre, mais j'espère qu'un important rattrapage va se faire.
Plus tôt cet avant-midi, le ministre des Finances du Québec a commenté l'énoncé d'hier. Évidemment, il a dit à quel point il était déçu. Il trouve vraiment inacceptable qu'Ottawa impose des normes aux provinces. Cela ne respecte pas les champs de compétence. Il faut que cela change. La rencontre du 10 décembre est une occasion. Souhaitons que ce ne soit pas une occasion manquée, même si le premier ministre a déclaré qu'il en avait déjà fait pas mal pour la santé. Dans son esprit, les provinces sont assez financées en matière de santé. Le ministre des Affaires intergouvernementales a publié un gazouillis disant que de toute façon plein d'autres sujets seraient abordés lors de cette rencontre. Il tient à diluer l'importance du financement de la santé.
Est-ce qu'Ottawa fera comme d'habitude en nivelant par le bas et en essayant de diviser les provinces? Quand les provinces sont en difficulté financière, il y en a toujours certaines qui acceptent de plier à faible coût. Au bout du compte, le Québec se retrouve isolé et le seul à porter la demande, et le système de santé continue d'être sous-financé.
Il est temps que cela change.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague for his speech.
He really emphasized the measures our government has taken during the pandemic. He finds it insulting that the government has paid $8 out of every $10 spent during the pandemic.
Could he tell us whether his constituents oppose the measures this government has taken? The government has invested during this crisis to save lives, households, businesses and seniors in his riding.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier mon collègue de son discours.
Il a beaucoup mis l'accent sur les mesures que notre gouvernement a prises pendant la pandémie. Il trouve cela insultant que le gouvernement ait injecté 8 $ sur 10 $ pendant la pandémie.
Pourrait-il nous dire si les citoyens de sa circonscription sont contre les mesures que le gouvernement a prises? Le gouvernement a investi durant cette crise pour sauver des vies, des ménages, des entreprises et les aînés de sa circonscription.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-12-01 12:11 [p.2745]
Mr. Speaker, the government claims to have saved seniors, while their cheques have increased by 61¢ in taxable income. That is completely unacceptable.
Monsieur le Président, on prétend qu'on a sauvé les aînés alors que leur chèque a augmenté de 61 ¢ imposables. Ce n'est pas du tout acceptable.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
That is false. It is an adjustment. Do you know what that is, in tax policy?
C'est faux, c'est un ajustement. Savez-vous ce que c'est, en fiscalité?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-12-01 12:12 [p.2745]
Mr. Speaker, the Parliamentary Secretary to the Minister of Seniors asked his question and was allowed to speak. I did not agree with the premise of his question, and I will explain why, but I would now like him to let me answer.
What I am criticizing is not the fact that Ottawa spent during the pandemic, but rather that it is bragging about being better than the provinces. It still has such an arrogant attitude towards the provinces. The reason the fiscal capacity and fiscal flexibility remain here is because the Liberals have slashed what matters, that is, health care funding.
It was a Liberal government that began this practice in the 1990s. This puts pressure on the system, and the current pandemic has revealed just how fragile that system has become. The pandemic should serve as an opportunity to fix the problem and better fund the health care system.
Monsieur le Président, le secrétaire parlementaire de la ministre des Aînés a posé sa question et on l'a laissé parler. Je n'étais pas d'accord sur la prémisse de sa question et j'expliquerai pourquoi, mais j'aimerais maintenant qu'il me laisse lui répondre.
Ce que je dénonce, ce n'est pas le fait qu'Ottawa ait dépensé pendant la pandémie, c'est qu'il se pète les bretelles en disant qu'il est meilleur que les provinces. Il a encore cette attitude arrogante devant les provinces. Si la capacité fiscale et la marge de manœuvre sont ici, c'est parce que les libéraux ont sabré ce qui compte, soit le financement de la santé.
C'est un gouvernement libéral des années 1990 qui a commencé cette pratique. Cela met de la pression sur le système, dont la fragilité a été révélée par la présente pandémie. Il serait temps d'utiliser la pandémie pour corriger le tir et mieux financer le système de santé.
View Scott Duvall Profile
NDP (ON)
View Scott Duvall Profile
2020-12-01 12:13 [p.2746]
Mr. Speaker, I appreciate my friend's intervention on this.
What I have been hearing lately on this is that health care is in the provincial jurisdiction. Provinces do the administration but need more federal funding, with which I agree. In some of those provincial jurisdictions, looking at long-term care, we found out there were atrocious conditions. This was not caused by COVID-19, it was exposed by COVID-19.
Does my friend feel that more money should come with more federal standards, to make sure that our seniors have the proper health care and the dignity they should have and not just privatization, where money goes into the pockets of privatized people? Should all this go with public health care?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son intervention.
J'entends souvent dire ces derniers temps que la santé est une compétence provinciale. Les provinces administrent les soins de santé, mais ont besoin de plus d'argent du fédéral, ce sur quoi je suis d'accord. Dans certaines provinces, nous avons découvert que les conditions étaient parfois horribles dans le domaine des soins de longue durée. Ces conditions n'ont pas été causées par la COVID-19, elles ont été exposées par la COVID-19.
Mon collègue pense-t-il qu'on devrait assortir les subventions supplémentaires de normes fédérales qui permettraient de veiller à ce que les aînés reçoivent des soins de santé appropriés et vivent dans la dignité au lieu de se contenter de privatiser les services au profit d'un certain groupe de gens? Tout cela devrait-il aller avec les soins de santé publics?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-12-01 12:14 [p.2746]
Mr. Speaker, I thank my colleague for the question.
We do not need more federal standards in our long-term care facilities. People keep saying that it is resources and funding that we need. Standards are in place. The report of the Canadian Armed Forces, which lent us a hand in the long-term care facilities in the spring, came to the same conclusion. There are enough standards. I have not heard one nurse, or anyone on the front line say that this was going so badly because of a lack of Canada-wide standards, which would solve everything. That is rhetoric from the Minister of Health and other MPs in the House.
The Constitution is clear: Health is the exclusive jurisdiction of Quebec and the provinces, except when it comes to the health of indigenous peoples, military hospitals, drug approval, and quarantine. Ottawa's role is to fund health and leave the rest to the provinces, which have the expertise to take action, including in long-term care facilities.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
Il ne faut pas plus de normes fédérales dans nos CHSLD. Les gens le disent, ce sont les ressources et le financement qui manquent. Les normes sont en place. Le rapport des Forces armées canadiennes, qui ont prêté main-forte dans les CHSLD au printemps, est arrivé à la même conclusion. Des normes, il y en a assez. Je n'ai pas entendu une infirmière, ni qui que ce soit sur la ligne de front dire que cela allait tellement mal faute de normes pancanadiennes, qui régleraient tout. C'est la lubie de la ministre de la Santé et d'autres élus de la Chambre.
La Constitution est claire: la santé est un pouvoir exclusif du Québec et des provinces, sauf pour ce qui est de la santé des Autochtones, des hôpitaux militaires, de l'approbation des médicaments et de la quarantaine. Ottawa doit jouer son rôle, celui de financer la santé, et laisser les provinces qui ont l'expertise agir, y compris dans les CHSLD.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2020-12-01 12:15 [p.2746]
We have time for a quick question and a brief response.
The hon. member for Laurentides—Labelle.
Nous avons le temps d'une brève question et d'une brève réponse.
L'honorable députée de Laurentides—Labelle a la parole.
View Marie-Hélène Gaudreau Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I will be brief.
What does my colleague think I should say to my constituents when I return to my riding of Laurentides—Labelle? All the provinces have called for an increase in these health transfers.
What will it take for the government to understand that not only is this is urgent, but also that it has to be done now?
Monsieur le Président, je serai très brève.
Selon mon collègue, que devrais-je dire à mes concitoyens quand je serai de retour dans ma circonscription, Laurentides—Labelle? L'ensemble des provinces a fait cette demande en matière de transferts en santé.
Qu'est-ce qui manque au gouvernement pour comprendre que, non seulement cela presse, mais qu'il faut que ce soit fait maintenant?
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-12-01 12:15 [p.2746]
Mr. Speaker, before the throne speech, the provinces stood together to ask that Ottawa cover one-third of their health spending, since it pays for barely over 20%. However, none of this was mentioned in the throne speech.
We expected to see something in the fall economic statement, but, once again, there was no mention of it. I would suggest to my esteemed colleague from Laurentides—Labelle that she tell her constituents to wait until December 10, when the provincial premiers and our premier, François Legault, meet with the Prime Minister.
Will Ottawa rectify the mistakes of the last 25 years and improve health funding? We shall see. We will be here to pressure the government to do so and to respond to people's concerns.
Monsieur le Président, avant le discours du Trône, les provinces ont fait front commun pour demander qu'Ottawa finance le tiers des dépenses en santé. Il en finance à peine plus que 20 %. Or il n'y a pas eu une ligne là-dessus dans le discours du Trône.
On s'attendait à ce que ce soit le cas dans l'énoncé économique, mais, là non plus, il n'y a pas eu une seule ligne là-dessus. Je dirais à mon estimée collègue de Laurentides—Labelle de dire à ses concitoyens d'attendre au 10 décembre, date à laquelle les premiers ministres des provinces et notre premier ministre, François Legault, rencontreront le premier ministre du Canada.
Est-ce qu'Ottawa va corriger l'erreur des 25 dernières années et commencer à mieux financer la santé? C'est à suivre et nous serons ici pour faire des pressions et répondre aux préoccupations de la population.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2020-12-01 12:16 [p.2746]
Mr. Speaker, I felt proud when our motion was presented, because it is all about kindness and appreciation. This morning, I wondered who, among us in the House, could be against that.
I said that this motion is about kindness and appreciation because it acknowledges the extraordinary work of everyone working in our health care facilities. The motion calls on the House to recognize the courage and sacrifices required from these workers; highlight the work of Quebec and the provinces in responding to the health crisis; and note the direct impact on their respective budgets. The wording is important here. Kindness and gratitude are not about pointing fingers or talking about how they poorly managed the crisis. Quite the opposite, in fact.
The fourth point of the motion calls on the House to recognize once and for all that Quebec and the provinces have exclusive jurisdiction over delivering and coordinating health care and services. This means that the government must significantly and sustainably increase health transfers based on real needs. These are four recommendations for what should be done.
We have to recognize health care workers, who are predominantly women. They are nurses, practical nurses, orderlies, doctors, paramedics, medical technicians—those who analyze test results everywhere—the support staff who keep our medical facilities up and running, food services staff and health care professionals like psychologists, occupational therapists, physiotherapists, social workers and others.
All these people take care of patients every day. They are on the front lines despite the fact that the burden of care rests entirely on their shoulders. They know how essential their work is and how much good it does, but at the same time, they are suffering. They often fear for their lives and that of their loved ones. They are exhausted, and statistics clearly show it. They might not even have any time off during the holidays. Nevertheless, health care workers step up to the plate time and time again.
I am a nurse by training. I worked as a nurse for about a decade in the field now known as critical care. During that time, I took care of people and was proud to do it. I was also a union leader. I represented health care workers. It was all about recognizing their work and expertise, which goes beyond calling them guardian angels, even if that is nice. It was all about recognizing their contribution and expertise.
In Quebec, 80% of health care spending is dedicated to human resources, to the people who provide services. More than anything, it is because of these people that we have quality health care services. They deserve more than our respect. We should admire them even more knowing that they are still on their feet even though they are exhausted and that they go to the front lines to demand better working conditions. They should be commended for that. They will keep soldiering on.
Starving the provinces and reducing their capacity to provide quality health care puts them at the mercy of the federal government's spending power, a power that is too often exerted with no consideration for the needs of provinces.
If the government had kept its part of the original deal requiring it to cover 50% of health expenditures, it would not have to explain today that it spent $19 billion here and $600 million there, that it distributed face masks, and so on. The people who wear masks, face shields and gowns need only adequate funding to be able to provide quality health care. They do not need reams of figures. Let me remind you that these men and women are your constituents. Like us, they expect to receive quality health care. It is a federal responsibility.
You forgot to mention that in your economic statement yesterday. All provinces are unanimous in asking the federal government for sustainable and predictable funding they can count on. I do not see why anybody here would disagree with that. They do not want to be guessing every time what the government will do. They do not want to feel compelled to beg for money. It is our tax money, and the government owes it to us.
Next week, on December 10, provinces will speak with one voice. They will ask for the money and the capacity they need to act. We should be able to count on that.
Quebec called the last agreement on federal health transfers to provinces a partial victory, and with good reason. It was one of the first times bilateral agreements were favoured. The "divide and conquer" principle was applied. Everybody is on the losing side in that agreement. All provinces are now severely underfunded on health care.
Nature abhors a vacuum. Provinces will possibly exclude some options. We hear a lot about the privatization of health care. We should speak out against that, as provinces do. Such an option should not be considered. Cuts had to be made because of the funding shortfall and due diligence, not to mention that governments lacked the political will to honour their commitments. That suits them fine.
Here is our message to the government. Before the end of 2020, let us put an end to these cheap tactics. If the health and safety of our fellow citizens really matter, then provinces must be given the capacity they need, not piecemeal but in a sustainable way.
Monsieur le Président, en présentant notre motion, je ressentais une fierté, parce qu'elle est empreinte de bienveillance et de reconnaissance. Ce matin, je me demandais qui pourrait bien être contre cela, parmi les parlementaires à la Chambre.
Si je dis que c'est de la bienveillance et de la reconnaissance, c'est parce qu'elle souligne le travail du personnel en soins de santé qui oeuvre dans l'ensemble des établissements de santé. C'est parce qu'elle reconnaît le courage et le sacrifice du personnel, mais aussi parce qu'elle souligne le travail du Québec et des provinces pour répondre à cette pandémie, une crise sans précédent, et constate — les termes sont importants — les effets directs de celle-ci sur leurs budgets respectifs. La bienveillance et la reconnaissance, ce n'est pas les pointer du doigt ou les regarder de travers et penser qu'ils ont mal géré la crise. C'est tout le contraire.
En quatrième lieu, la motion demande que l'on reconnaisse une fois pour toutes que le Québec et les provinces ont compétence exclusive en matière de prestation et d'organisation des soins et des services. Cela signifie qu'on doit soutenir et financer les systèmes de santé de chaque province de façon stable et durable, en fonction de leurs réels besoins. Finalement, ce sont quatre recommandations qui témoignent de ce qui devrait être fait.
Par ailleurs, il faut reconnaître les travailleurs de la santé, qui sont majoritairement des femmes. Ce sont des infirmières, des infirmières auxiliaires, des préposées aux bénéficiaires, des médecins, des ambulanciers, des techniciens médicaux, soit ceux qui ont analysé les résultats des tests partout, le personnel de soutien qui entretient nos établissements de santé, le personnel en alimentation, les professionnels de la santé, que ce soit les psychologues, les ergothérapeutes, les physiothérapeutes ou les travailleurs sociaux, etc.
C'est un ensemble de personnes qui prennent soin des gens au quotidien. Elles ont été au front et elles y sont toujours, malgré le fait que l'ensemble des besoins reposent sur leurs épaules. Ces gens sont convaincus de la nécessité de leur travail et de l'effet positif qu'il a, mais en même temps, ils souffrent. Souvent, ils craignent pour leur vie et celle de leurs proches. Ils sont épuisés, et les statistiques le démontrent. Ils n'auront peut-être même pas de congé pendant les Fêtes. Malgré tout, le personnel est au front et il va continuer de l'être.
Je suis infirmière de formation. J'ai pratiqué ce métier pendant une dizaine d'années dans le domaine qu'on appelle maintenant les soins critiques. J'ai donc eu un parcours où j'ai pris soin des gens, et j'étais fière de le faire. J'ai aussi été leader syndicale. J'ai représenté des travailleuses et des travailleurs dans le secteur de la santé. Il s'agissait de reconnaître leur travail et leur expertise, ce qui ne signifie pas seulement de nommer des anges gardiens, même si c'est affectueux. Il s'agissait de reconnaître leur apport et leur expertise.
Au Québec, 80 % des dépenses en soins de santé sont liées aux ressources humaines. Ce sont des personnes qui donnent des services, et c'est surtout grâce à elles si nous avons des services de qualité. Elles méritent donc plus que notre respect. On devrait avoir encore plus de respect pour elles en sachant qu'elles restent debout malgré leur épuisement et qu'elles vont au front pour réclamer de meilleures conditions de travail. C'est tout à leur honneur, et elles vont continuer.
Quand on affame les provinces et qu'on réduit leurs moyens de garantir des soins publics de santé de qualité, on les met à la merci du pouvoir de dépenser du gouvernement fédéral, pouvoir qu'il s'arroge en pilant trop souvent sur les besoins des provinces.
Si le pacte conclu à l'époque de financer les besoins en santé à hauteur de 50 % avait été respecté, on n'entendrait pas le gouvernement aujourd'hui nous expliquer qu'il a mis 19 milliards de dollars ici, 600 millions de dollars là, qu'il a donné des masques, etc. Tout ce dont ont besoin les personnes qui portent des masques, des visières, des gants et des blouses, c'est d'avoir le financement nécessaire pour pouvoir donner des soins de qualité aux gens. Elles n'ont pas besoin qu'on leur donne plein de chiffres. Je vous rappelle que ce sont des citoyennes et des citoyens de vos circonscriptions. Comme nous, ils s'attendent à recevoir des soins de qualité. C'est la responsabilité du fédéral.
Vous avez oublié d'en parler dans votre énoncé budgétaire d'hier. Toutes les provinces ont dit unanimement au gouvernement fédéral — je ne vois pas pourquoi quelqu'un ici serait contre cela — qu'elles ont besoin d'un financement durable et prévisible sur lequel elles peuvent compter. Elles ne veulent pas se demander chaque fois ce que le gouvernement va faire. Elles ne veulent pas se sentir obligées de quêter de l'argent. Ce sont nos taxes et nos impôts. C'est de l'argent qui nous est dû.
La semaine prochaine, le 10 décembre, il y aura un son de cloche unanime. On va réclamer les subsides nécessaires et les moyens d'agir. C'est sur cela qu'on doit pouvoir compter.
Le Québec a qualifié de demi-victoire la dernière entente fédérale de transfert aux provinces, et pour cause. Pour l'une des premières fois, on a plutôt privilégié des ententes bilatérales. On a appliqué le principe « diviser pour mieux régner ». Tout le monde est perdant, dans cette dernière entente. Chaque province est actuellement très sous-financée dans le domaine de la santé.
La nature a horreur du vide. Il y a peut-être des choix qui ne seront pas faits par les provinces. On parle beaucoup de privatisation des soins de santé. On peut le dénoncer, et c'est dénoncé par les provinces. Ce n'est pas le choix qu'on devrait faire. On a dû faire des coupes faute de financement, de rigueur et de volonté politique des gouvernements d'honorer leur engagement. Cela les sert.
Voici notre message au gouvernement. D'ici 2020, mettons fin à ces basses manœuvres. Si l'on considère importantes la santé et la sécurité des citoyennes et des citoyens, donnons aux provinces les moyens d'agir non pas à la pièce, mais de façon durable.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I would like to thank my colleague for the second part of the Bloc Québécois speech.
According to her, the health transfers would fix all the problems related to this pandemic. This pandemic hit us very abruptly. No previous event in Canada's history gave us insights on how to deal with it.
My colleague seems to be trivializing the transfers. She only spoke about masks, even though the federal government did more than simply ship masks. She did not mention the respirators and all the equipment provided to medical teams. There was also the contribution of the army and the Red Cross.
Does she really believe that a health transfer would have supported our seniors in long-term care? We provided support by sending in the army and providing equipment such as respirators and so on. The Red Cross also pitched in, for example.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier ma collègue pour la deuxième partie du discours du Bloc québécois.
Selon elle, les transferts en santé régleraient tous les problèmes liés à cette pandémie. Cette pandémie nous est tombée dessus brusquement. Rien dans l'histoire du Canada ne nous donnait de livre d'instructions.
Ma collègue semble banaliser les transferts. Elle n'a parlé que des masques, mais le gouvernement fédéral a fait plus que simplement transférer des masques. Elle n'a pas parlé de l'équipement respiratoire et de tout l'équipement qui a été fourni aux équipes de soins médicaux. Il y aussi eu la présence de l'armée et de la Croix-Rouge.
Pense-t-elle vraiment qu'un transfert en santé aurait soutenu nos aînés dans les CHSLD? Nous avons fourni le soutien de l'armée et de l'équipement comme des respirateurs, et ainsi de suite. Il y a eu aussi l'aide de la Croix-Rouge, et ainsi de suite.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2020-12-01 12:26 [p.2747]
Mr. Speaker, I thank the member for his question, especially regarding the long-term care facilities.
I hear talk about the army, but this is not about federal jurisdiction. If we needed the help of the army, we might need to ask some serious questions. Quebec and Ontario asked for this help. Funding usually goes first to where it is most needed. Perhaps that is because those needs were not there before the pandemic.
As for the staff shortages and lack of equipment, if the provinces had received sustainable funding, that might have helped. I think that is the bone of contention.
The government is laying it on thick saying that the provinces needed help and that it responded by spending $600 million on this and $19 billion on that. When I spoke of masks, I was not talking about the coverings themselves, but about the people behind the masks and visors, those who wear the gloves and gowns so they can take care of people. If we had looked at this idea of ongoing, sustainable funding 20 or 25 years ago instead of playing games with the provinces' needs in their areas of jurisdiction, we would not be talking about all these amounts of money that the government pays out piecemeal.
Monsieur le Président, je remercie le député de sa question, particulièrement en ce qui a trait aux CHSLD.
On parle de l'armée, mais il n'est pas question ici de compétence fédérale. Si on a eu besoin de l'armée, il faut peut-être se poser des questions. Le Québec et l'Ontario ont demandé cette aide. On finance d'abord les secteurs où il y a des besoins. C'est peut-être parce qu'avant la pandémie, les besoins n'étaient pas présents.
Quant aux questions de pénurie de main-d'œuvre et de manque d'équipement, si les provinces avaient eu un financement durable, cela aurait pu aider. Je pense que c'est là-dessus qu'on ne s'entend pas.
Le gouvernement se gargarise en disant que les provinces avaient des besoins et qu'il y a répondu, qu'il a versé 600 millions de dollars pour ceci et 19 milliards de dollars pour cela. Quand j'ai parlé des masques, je ne parlais pas du matériel, mais bien des personnes qui sont derrière les masques, les visières, les gants et les blouses pour donner des soins. Si, il y a 20 ou 25 ans, on avait regardé cette idée du financement pérenne et durable et qu'on n'avait pas joué au yoyo avec les besoins des provinces relativement à leurs champs de compétence, on ne se serait pas parlé de toutes ces sommes d'argent que le gouvernement a versées à la pièce.
View Leona Alleslev Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague for his speech.
Yes, fighting the pandemic is hard, and the provinces are doing great work. However, the federal government has not shared a COVID-19 vaccine distribution plan. That is problematic for the provinces because it means they cannot plan how they are going to fight the pandemic going forward.
Can my hon. colleague tell the House what she thinks of the federal government's missing COVID-19 vaccine distribution plan?
Monsieur le Président, je veux remercier mon honorable collègue de son discours.
Évidemment, il est très difficile de lutter contre la pandémie, et les provinces sont en train de faire un très bon travail. Toutefois, le gouvernement fédéral n'a pas présenté de plan de distribution du vaccin contre la COVID-19. Cela cause des difficultés aux provinces, qui ne peuvent pas prévoir comment elles pourront lutter contre la pandémie à l'avenir.
Mon honorable collègue peut-elle expliquer à la Chambre ce qu'elle pense de l'absence de plan du gouvernement fédéral pour distribuer le vaccin contre la COVID-19?
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2020-12-01 12:28 [p.2747]
Mr. Speaker, it is deeply disappointing, but it comes as no surprise. From the start, we have been lamenting this government's lack of vision and lack of a plan. From the start, it has reacted instead of taking action. It has tried to cure rather than prevent. The House was prorogued and suspended for two months while we awaited the throne speech, which ultimately had no new information. We might have expected a vision. What is happening now is deplorable.
Monsieur le Président, c'est absolument désolant, mais faut-il s'en étonner? Depuis le début, nous déplorons le manque de vision et de plan de ce gouvernement. Depuis le début, on a réagi plutôt qu'agi. On a tenté de guérir plutôt que de prévenir. Durant deux mois, la Chambre a été prorogée et suspendue, et nous attendions le discours du Trône, qui finalement ne nous a rien dit de plus. On aurait pu s'attendre à une vision. Ce qui se passe est déplorable.
View Jenica Atwin Profile
GP (NB)
View Jenica Atwin Profile
2020-12-01 12:29 [p.2748]
Mr. Speaker, I simply wanted to say that I fully support increasing federal health transfers. The Atlantic provinces face unique challenges, and their aging population requires and deserves additional support. That was already the case before the pandemic. We need to support our provinces and territories in their recovery. I thank my colleague and I agree with her.
Monsieur le Président, je veux simplement dire que je suis tout à fait en faveur de l'augmentation des transferts fédéraux en matière de santé. Les provinces de l'Atlantique font face à des défis uniques et leur population vieillissante nécessite et mérite un soutien supplémentaire. C'était déjà le cas avant la pandémie. Soutenons nos provinces et territoires dans leur rétablissement. Je remercie ma collègue et je suis d'accord avec elle.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
View Louise Chabot Profile
2020-12-01 12:30 [p.2748]
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague for her comments.
I want to take this opportunity to add something I forgot to mention. The Canada health transfers to the provinces fail to take into account one aspect of the funding. It is on a per capita basis, but it does not take into account the aging of the population. In Quebec and Ontario in particular, the rate of aging is higher than the Canadian average. That should also be taken into account. This is one way to look after the most vulnerable.
Monsieur le Président, je remercie ma chère collègue de son commentaire.
J'en profite pour dire quelque chose que j'ai oublié de mentionner. Dans les transferts canadiens aux provinces en matière de santé, il y a un élément du financement dont on ne tient pas compte. On établit un financement par habitant, mais on ne tient justement pas compte du vieillissement de la population. Au Québec et en Ontario, particulièrement, le taux de vieillissement est plus élevé que la moyenne canadienne. Il faudrait aussi prendre cela en compte. C'est une façon de s'occuper des plus vulnérables.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Thank you, Mr. Speaker. I want to inform you that I will be splitting my time with my hon. colleague from Châteauguay—Lacolle.
I thank everyone for raising this important issue in the House of Commons and giving it national attention. This matter is very personal for me as the parliamentary secretary to the Minister of Seniors. We have been very hard at work throughout this pandemic.
The pandemic is extremely hard on everyone, but even more so on those fighting every day on the front lines to help people and save lives. Without hesitation, health care workers went to the front lines with a single goal in mind: protecting Canadians. They pay a very high price for their dedication. Some even made the ultimate sacrifice.
Without their hard work right from the beginning of the pandemic, even more people would have lost their lives. Words cannot express how thankful I am. We owe them a tremendous debt of gratitude that we can never repay.
From the outset of the pandemic, the government provided support to Canadians and worked with provinces. We introduced the Canada emergency response benefit to help people who had lost their job. We invested $500 million through partnerships to help seniors and others get essential supplies and services such as grocery delivery. In July, we sent a one-time tax-free payment of $300 to seniors eligible for old age security and an additional $200 to the most vulnerable seniors, in other words, those eligible for the guaranteed income supplement.
We worked with the provinces and territories to ensure the safety of residents and staff in long-term care facilities. When the provinces called on us, we were there to help. Members of the Canadian Armed Forces were deployed in more than 50 long-term care facilities in Quebec and Ontario. We also published guidelines for these types of facilities in order to prevent and control COVID-19 infections.
We are investing billions of dollars in the purchase of personal protective equipment for health workers, including the ones who are providing long-term care. Indeed, with the new essential services contingency reserve we will make sure that the men and women who take care of our seniors always have the PPE and other supplies they need.
Under the safe restart agreement, we will provide $740 million for measures to control and prevent infections, including in long-term care facilities, which means among the most vulnerable. We have provided $3 billion to the provinces and territories to increase the wages of low-income essential workers, such as staff at long-term care facilities.
Our government has taken comprehensive measures to improve the quality of life of our seniors. That is on top of the attention that we have paid to seniors since we were elected.
Since 2015, our government has implemented a number of measures to improve the quality of life of seniors across the country. Thanks to our initiatives, many seniors are able to make ends meet, receive the care they need and remain active in their communities. One of these measures includes lowering the age of eligibility for old age security and the guaranteed income supplement from 67 to 65. We did that at the very beginning of our mandate. That is how we put thousands of dollars back into the pockets of new seniors.
We also invested to give seniors greater income security by increasing the guaranteed income supplement and the GIS earned income exemption. We worked with the Government of Quebec to harmonize the Quebec pension plan. We are continuing our efforts to enhance the Canada pension plan, specifically by increasing the maximum annual CPP benefit by 50%.
In the House, the Bloc Québécois is criticizing us for small increases, when its members know very well that these are adjustments to the amounts, not increases. They are playing with words in order to misinform our seniors in Quebec and Canada.
Our government's leadership and collaboration with the provinces prove that it is possible to establish national standards for the benefit of seniors and the public while respecting provincial jurisdictions.
Furthermore, we know how important it is to help seniors live longer in their own homes. That is why we invested an additional $6 billion in home and community care and palliative care services.
Since delivering the throne speech, our government has been committed to continuing to provide the support that seniors and essential workers need. We will work closely with the provinces and territories to establish new national standards for long-term care so that seniors receive the best possible support. We have a good working relationship with the provinces and territories, including Quebec.
We are also committed to fast-tracking measures to bring in a national and universal pharmacare program in collaboration with the provinces and territories. We have also committed to proposing changes to the Criminal Code in order to explicitly penalize those who neglect seniors under their charge, thereby putting our seniors at risk.
Yesterday, our government presented the 2020 fall economic update. We know that Canada is dealing with a second wave of the COVID-19 virus. We are better prepared than we were in the spring. We have learned a few things. We have the PPE that we need to protect nurses, doctors and front-line workers, and our government is procuring even more. That is why we are creating a new $1-billion fund to ensure the safety of long-term care, which will help the provinces and territories protect people in long-term care and support the prevention and control of infections. It is a health transfer.
We are committed to providing $38.5 million, a health transfer, to support training for up to 4,000 personal support care trainees to address the severe shortage of workers in long-term care and home care.
The government is proposing to invest $150 million to help the Canadian Red Cross. This transfer will help our population and our seniors, and will help other organizations to establish and maintain a pool of humanitarian workers who will provide surge capacity in response to outbreaks of COVID-19.
We will invest $6.4 million to expand the Canadian Foundation for Healthcare Improvement's LTC+ initiative. Once again, this will help Quebec and all of Canada's provinces.
All Canadians and Quebeckers can rest assured that the government will continue to work closely with the provinces, territories, municipalities and indigenous communities to implement a Canada-wide response to the pandemic. There remains work to do, but our government's ambitious measures are truly making changes in the lives of our seniors. The measures implemented during the pandemic made it possible to help millions of people, and we will always be there for Canadians and Quebeckers.
We have a good relationship with Quebec. Even if the Bloc Québécois would like us to be at odds with Quebec, we will always be there for Canadians and Quebeckers during this pandemic.
Merci, monsieur le Président. J'aimerais vous aviser que je partagerai mon temps de parole avec mon honorable collègue de Châteauguay—Lacolle.
Je tiens à remercier tout le monde d'avoir soulevé cette question si importante à la Chambre des communes et de lui accorder une attention nationale. Ceci me touche personnellement étant donné que je suis le secrétaire parlementaire de la ministre des Aînés et que nous avons été fortement sollicités pendant la pandémie.
La pandémie est particulièrement difficile pour tout le monde, mais elle l'est encore plus pour ceux et celles qui sont au front et qui se battent quotidiennement pour aider les gens et sauver des vies. Sans se poser de questions, les travailleurs de la santé sont montés au front avec un seul objectif: protéger les Canadiens et les Canadiennes. Le prix qu'ils ont à payer est immense. Certains ont même fait le sacrifice ultime et ont payé de leur vie.
Sans leur travail acharné depuis le début de la pandémie, le nombre de morts qu'on pourrait déplorer dans la population aurait été encore plus grand. Je n'ai pas de mots pour les remercier. Nous avons une dette immense envers eux, dont nous ne pourrons jamais nous acquitter.
Depuis le début de la pandémie, notre gouvernement a soutenu la population et a travaillé en collaboration avec les provinces. Nous avons mis en place la Prestation canadienne d'urgence pour aider les gens qui avaient perdu leur emploi. Nous avons investi 500 millions de dollars par l'entremise de partenaires pour aider les aînés et d'autres personnes à obtenir des fournitures et des services essentiels comme la livraison d'épicerie. En juillet, nous avons versé un paiement unique non imposable de 300 $ aux aînés qui étaient admissibles à la pension de la Sécurité de la vieillesse et de 200 $ pour les plus vulnérables, c'est-à-dire aux personnes âgées admissibles au Supplément de revenu garanti.
Nous avons collaboré avec les provinces et les territoires pour nous assurer de la sécurité des résidants et du personnel dans les centres de soins de longue durée. Quand les provinces nous ont appelés à l'aide, nous avons répondu présent. Des membres des Forces armées canadiennes ont été déployés dans plus de 50 établissements de soins de longue durée au Québec et en Ontario. Nous avons également publié des lignes directrices pour ce type d'établissements afin de prévenir et de contrôler les infections à la COVID-19.
Nous investissons des milliards de dollars dans l'achat d'équipement de protection individuelle pour les travailleurs de la santé, y compris ceux assurant les soins de longue durée. D'ailleurs, la nouvelle Réserve d'urgence pour les services essentiels garantira qu'il y aura toujours de l'équipement de protection individuelle et d'autres fournitures essentielles pour ceux et celles qui s'occupent de nos aînés.
Dans le cadre de l'Accord sur la relance sécuritaire, 740 millions de dollars seront investis dans des mesures de contrôle et de prévention des infections et dans les centres de soins de longue durée, c'est-à-dire dans la population vulnérable. Nous avons aussi fourni 3 milliards de dollars aux provinces et aux territoires pour augmenter les salaires des travailleurs essentiels à faible revenu comme les préposés aux soins de longue durée.
Notre gouvernement a pris des mesures exhaustives pour améliorer la qualité de vie de nos aînés. Cela s'ajoute à l'attention que nous avons portée aux personnes âgées depuis que nous avons été élus.
Depuis 2015, notre gouvernement a mis en place plusieurs mesures pour améliorer la qualité de vie de nos aînés partout au pays. Grâce à nos initiatives, de nombreuses personnes âgées ont pu joindre les deux bouts, obtenir les soins dont elles ont besoin et rester actives dans leur communauté. Parmi ces mesures, nous avons rabaissé de 67 ans à 65 ans l'âge d'admissibilité à la pension de la Sécurité de la vieillesse et au Supplément de revenu garanti, et ce, dès le début de notre mandat. Nous avons ainsi remis des milliers de dollars dans les poches des nouveaux aînés.
Nous avons également investi pour assurer aux aînés une plus grande sécurité de revenu, notamment en augmentant le Supplément de revenu garanti et l'exemption du revenu du SRG. Nous avons travaillé de concert avec le gouvernement du Québec pour l'harmonisation du Régime de rentes du Québec. Nous poursuivons nos efforts en lien avec le Régime de pensions du Canada, notamment en augmentant de 50 % la prestation annuelle maximale du RPC que nous avons mise en place.
À la Chambre, le Bloc québécois nous reproche de petites augmentations, alors que ses députés savent très bien que ce sont des ajustements à ces montants et que ce ne sont pas des augmentations. Ils jouent sur les mots afin de mal informer nos aînés du Québec et du Canada.
Le leadership de notre gouvernement et la collaboration avec les provinces prouvent qu'il est possible d'établir des normes nationales au bénéfice des aînés et de la population tout en respectant les champs de compétence des provinces.
Par ailleurs, nous savons à quel point il est important d'aider les aînés à vivre plus longtemps chez eux. C'est pourquoi nous avons investi 6 milliards de dollars supplémentaires dans les soins à domicile et dans les soins de proximité, ainsi que dans les services de soins palliatifs.
Depuis le discours du Trône, notre gouvernement s'engage à continuer de fournir le soutien dont les aînés et les travailleurs essentiels ont besoin. Nous allons travailler en collaboration avec les provinces et les territoires pour établir de nouvelles normes nationales en matière de soins de longue durée afin que les aînés bénéficient du meilleur soutien possible. Nous avons une bonne collaboration avec les provinces et les territoires, ainsi qu'avec le Québec.
De plus, nous nous sommes engagés à accélérer les mesures visant à mettre en place un programme national et universel d'assurance-médicaments, en collaboration avec les provinces et les territoires. Nous sommes également engagés à proposer des modifications au Code criminel afin de pénaliser explicitement ceux qui négligent les aînés dont ils ont la charge, mettant ainsi en danger nos aînés.
Hier, notre gouvernement a présenté une mise à jour sur l'énoncé économique de l'automne 2020. Nous savons que le Canada lutte contre une deuxième vague virulente de la COVID-19. Nous sommes mieux préparés que nous l'étions ce printemps. Nous avons appris des choses. Nous avons l'équipement de protection individuelle dont nous avons besoin pour protéger les infirmières et les infirmiers, les médecins, les travailleurs de première ligne, et notre gouvernement s'en procure encore plus. C'est pour cela que nous allons créer un nouveau fonds pour la sécurité des soins de longue durée de 1 milliard de dollars, qui aidera les provinces et les territoires à protéger les personnes en soins de longue durée et à soutenir la prévention et le contrôle des infections. C'est du transfert en santé.
Nous nous sommes engagés à verser 38,5 millions de dollars pour soutenir une formation maximale de 4 000 stagiaires dans le domaine des services de soutien à la personne — 'est du transfert en santé — afin de remédier à la grave pénurie de main d'œuvre dans les soins de longue durée et les soins à domicile.
Le gouvernement propose d'investir 150 millions de dollars pour aider la Croix-Rouge canadienne. C'est du transfert pour aider notre population et nos aînés, ainsi que pour aider d'autres organismes à constituer et à maintenir une main d'œuvre humanitaire afin de fournir une capacité de pointe en réponse à des éclosions de la COVID-19.
Nous allons investir 6,4 millions de dollars pour étendre l'initiative du SLD+ de la Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé. Encore une fois, c'est pour aider la province de Québec et toutes les provinces du Canada.
Tous les Canadiens et les Québécois peuvent être assurés que le gouvernement continuera de collaborer étroitement avec les provinces, les territoires, les municipalités et les communautés autochtones à la mise en place d'une intervention pancanadienne contre la pandémie. Il reste encore du travail à faire, mais les mesures ambitieuses de notre gouvernement changent vraiment les choses dans la vie de nos aînés. Comme les mesures prises pendant la pandémie ont permis de venir en aide à des millions de gens, nous serons toujours là pour les Canadiens et les Québécois.
Les relations sont bonnes avec le Québec. Même si le Bloc québécois aimerait que nous soyons en chicane avec le Québec, nous serons toujours là pour les Canadiens et les Québécois durant cette pandémie.
View Simon-Pierre Savard-Tremblay Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I simply want to read an excerpt of a report that states, “According to our observations, the critical need for CHSLDs is an improved level of staff with medical training.”
This was not a report from a separatist body looking for trouble. It comes from a truly independent body known as the Canadian Armed Forces.
I would like to hear my colleague's thoughts on that quote.
Monsieur le Président, je voudrais tout simplement lire l'extrait d'un rapport qui dit ceci: « Selon nos observations, conclut-on, le besoin criant des CHSLD est au niveau du personnel avec formation médicale. »
Ce n'est pas le rapport d'une fondation indépendantiste qui cherche la chicane, c'est le rapport d'une fondation très indépendantiste qui s'appelle les Forces armées canadiennes.
J'aimerais savoir ce que mon collègue pense de cette phrase.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question. If he read one line of the report, then he surely read the whole thing.
The report found that the Canadian government needs to support our seniors in long-term care homes. The measures taken during the COVID-19 pandemic in long-term care homes shed a light on what was going on in these homes, and we will always be there to help seniors.
We do not think that seniors are a provincial, federal or municipal responsibility. They are human beings whom we have a responsibility as a government to support.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question. S'il a lu une ligne du rapport, il aura pris la peine de le lire dans sa totalité.
Le rapport a déterminé que nous devions, en tant que gouvernement canadien, être là pour soutenir nos aînés dans les CHSLD. Les mesures prises durant la pandémie de la COVID-19, dans le domaine des soins de longue durée, nous ont permis d'en savoir davantage sur ce qui se passait sur le terrain et nous serons toujours là pour aider les aînés.
Selon nous, un aîné n'est pas une question de compétence provinciale, fédérale ou municipale. Un aîné est un être humain pour lequel nous devons être là en tant que gouvernement afin de le soutenir.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I just want to stay on that theme of long-term care. We have seen the tragedy that has unfolded in long-term care homes across the country. This is a problem that was there before COVID. COVID has just exacerbated it.
The NDP has put forward a proposal to bring long-term care into the Canada Health Act. The trouble with the provincial standards is not that the standards are too low; it is that none of the provinces are meeting them because they do not have the funding.
Can the member comment on that and the NDP proposal to bring this into the Canada Health Act, so that every province would have adequate funding and our seniors can be taken care of in the manner that they deserve?
Monsieur le Président, je souhaite simplement poursuivre sur le thème des soins de longue durée. Nous avons été témoins de la tragédie qui s'est déroulée dans les foyers de soins de longue durée partout au pays. Le problème existait avant la pandémie, mais il a été exacerbé par celle-ci.
Le NPD a présenté une proposition visant à assujettir les soins de longue durée à la Loi canadienne sur la santé. Le problème ne tient pas à ce que les normes provinciales sont trop faibles, mais plutôt à ce qu'aucune des provinces ne les respecte faute de financement adéquat.
Le député pourrait-il dire ce qu'il pense de cette situation et de la proposition du NPD d'assujettir les soins de longue durée à la Loi canadienne sur la santé, afin que les provinces disposent d'un financement adéquat et que les aînés puissent recevoir les soins qu'ils méritent?
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I want to thank my colleague from the New Democratic Party for his excellent question.
We are in the process of negotiating with provinces and territories to establish national standards for our seniors. Indeed all ideas are welcome.
However the primary purpose is to improve and give back dignity to our seniors. They are the ones who built Canada, and they are proud of it. They are our teachers. They are the ones who put us here today. They are our decision-makers. We owe them the greatest respect, which means we should set national standards by working with provinces and territories to give seniors a dignified pension and end of life.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue du Nouveau Parti démocratique de son excellente question.
Nous sommes actuellement en négociation avec les provinces et les territoires pour établir des normes nationales pour nos aînés. Effectivement, toutes les idées sont bonnes.
Cependant, l'objectif premier est de s'améliorer et de redonner la dignité à nos aînés, qui sont ceux qui ont bâti le Canada et qui en sont fiers. Ce sont nos professeurs. Ce sont ceux qui nous ont placés, ici, aujourd'hui. Ce sont nos décideurs. Nous leur devons le plus grand respect et ce plus grand respect serait d'établir des normes nationales en travaillant avec les provinces et les territoires pour donner aux aînés une pension et une fin de vie digne.
View Denis Trudel Profile
BQ (QC)
View Denis Trudel Profile
2020-12-01 12:43 [p.2750]
Mr. Speaker, I have a lot of empathy for my colleague representing seniors who has to go to bat for his government and deliver an empty speech.
The government repeated the same number three or four times, namely, the $300 sent in July, but that was a long time ago. Now it is talking about investments during the pandemic.
Indeed the federal government invested in health care during the pandemic, but it had to do so because no investment was made before that. If health transfers had been increased before, investments would not be needed during the pandemic. What we are asking is that the government invests now so we do not have to go through the same thing again. That is the problem and that is what we are asking this morning.
My hon. colleague keeps saying that people know and that the Bloc is spreading disinformation, that it acts in a partisan way. Last night I received an email from one of my constituents who seemingly had not read the same newspapers as my hon. colleague across the way. My constituent writes that many political columnists and politicians talk about extra money for older people, but he is wondering where that extra money is after being mentioned many times over a long period of time. It was supposed to be for older and low-income people. He concludes by thanking me for my involvement and my interest in helping the cause. A citizen from my riding wrote that to me yesterday, after the speech by the hon. Deputy Prime Minister.
Monsieur le Président, j'ai beaucoup d'empathie pour mon collègue qui représente les aînés, qui va au bâton pour son gouvernement et qui n'a rien fait dans son discours.
Il nous ressasse trois ou quatre fois le même chiffre, c'est-à-dire les 300 $ envoyés au mois de juillet, mais cela fait longtemps. Là, il nous parle d'investissements faits durant la pandémie.
Effectivement, il y a eu un investissement du fédéral en santé pendant la pandémie. Or, si on a eu besoin de faire cela, c'est parce qu'on n'a pas investi avant. Si on avait augmenté les transferts en santé avant, on n'aurait pas eu besoin d'investir pendant la pandémie. Ce que nous demandons, c'est que l'on investisse maintenant pour éviter qu'après on ait à passer à travers cela. C'est cela, le problème. C'est ce que nous demandons ce matin.
Mon honorable collègue n'arrête pas de dire que les gens sont au courant et que le Bloc fait de la désinformation et qu'il est partisan. Hier soir, j'ai reçu un courriel d'un citoyen de ma circonscription qui n'avait pas l'air d'avoir lu les mêmes journaux que mon honorable collègue d'en face. Il m'écrit que beaucoup de chroniqueurs politiques et de politiciens parlent de bonifications pour les gens d'un certain âge. Il me demande où sont passées les bonifications mentionnées à plusieurs reprises depuis déjà longtemps pour les gens d'un certain âge et à faible revenu. Il termine en me remerciant de mon implication et de mon intérêt à soutenir la cause. Ce citoyen de ma circonscription m'a écrit cela hier, après le discours de l'honorable vice-première ministre.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, thank you for giving me the opportunity to answer that question.
I can help my colleague answer his constituent if he cannot. It is very simple. He could mention that the $300 helped greatly during the pandemic, but that other measures have been taken. He could reiterate that organizations in his riding benefited from the new horizons program to break social isolation and improve mental health. He could also remind his constituent that we invested another $20 million in projects through the new horizons program, $350 million for charities and $9 million for the United Way of Canada. We did all of that to help seniors. There was also $100 million for food banks that helped seniors. We have been there for seniors and everyone in my colleague's riding. I can certainly help him answer his constituent if my colleague needs a hand.
Monsieur le Président, je vous remercie de me donner l'occasion de répondre à cette question.
Je peux aider mon collègue d'en face à répondre à son citoyen s'il n'en est pas capable. C'est très facile. Il peut rappeler que les 300 $ ont été d'une grande aide pendant la pandémie, mais que d'autres mesures ont été prises. Il peut répéter que, dans sa circonscription, des organismes ont profité du programme Nouveaux Horizons pour briser l'isolement et contribuer à la santé mentale. Il peut rappeler aussi à son concitoyen que nous avons injecté 20 millions de dollars supplémentaires pour des projets dans le cadre du programme Nouveaux Horizons, 350 millions de dollars pour les organismes de bienfaisance et 9 millions de dollars pour Centraide Canada. Tout cela a été fait pour les aînés. Il y a eu aussi 100 millions de dollars pour les banques alimentaires qui venaient en aide aux aînés. Nous étions là pour les aînés et pour la population dans sa circonscription. Si mon collègue a besoin d'aide, je suis capable de l'aider à répondre à son concitoyen.
View Brenda Shanahan Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, first of all, I wish to take this opportunity to thank and salute all the health care workers in my riding of Châteauguay—Lacolle. They do amazing work on the ground, in CLSCs and at Hôpital Anna-Laberge.
Since March, Quebeckers and the Government of Quebec have taken individual and collective measures to slow and contain the spread of COVID-19. These measures were strengthened by the close and ongoing collaboration between federal, provincial and territorial governments.
The Government of Canada has always proudly supported the delivery of health care services to Quebeckers. In 2020-21, our government transferred over $9.42 billion to Quebec through the Canada health transfer, a 3.4% increase over the previous year and a $1.1-billion increase compared to what Quebec received in 2016-17. This represents 23% of the Government of Quebec's total health care spending.
On July 16, the Prime Minister of Canada and the Premier of Quebec, along with the other provincial premiers, announced the safe restart agreement. The agreement includes more than $19 billion in federal money to help the provinces and territories, including Quebec, restart their economies safely in the coming months while making Canada more resilient when future waves of the virus hit.
In addition to the $500 million transferred to the provinces and territories at the start of the year to help their health systems weather the first wave of the COVID-19 pandemic, the safe restart agreement included $700 million in additional funds to ensure that Canada's health systems were ready to deal with surges and future waves of COVID-19. That amounted to $270 million in new money to help the Government of Quebec continue to meet Quebeckers' needs and maintain capacity within its health system.
Since the beginning of the pandemic, we also committed to support the efforts of the provincial governments, including Quebec, when it comes to testing, contact tracing and data collection. To that end, our government allocated over $775 million to support the Government of Quebec's testing, contact tracing and data collection efforts.
What is more, in May 2020, the Government of Quebec and the Government of Canada announced that they had come to an agreement to support the provincial government in contact tracing. Statistics Canada has currently increased its capacity to 1,980 calls per day for Quebec.
We also support virtual care services and online screening assessments in order to take the pressure off emergency departments and support physical distancing. We also invested $240 million to implement virtual care services to help the provinces and territories carry out this important work. That includes $150 million this year for the provinces and territories to help them expedite their work to improve accessibility to virtual care while protecting the privacy of Canadians. Over $28 million of the total amount allocated to virtual care was given to the Government of Quebec.
We also committed to protecting our most vulnerable populations, including people in long-term care facilities and those receiving home care. That will continue under the the safe restart agreement.
The federal government took a number of measures to respond to the major challenges that long-term care facilities in Quebec and across the country are facing, in order to avoid more tragedies like the ones we saw in the spring.
We called on the men and women of the Canadian Armed Forces when we found out about the difficult situations in long-term care facilities in Ontario and Quebec. That was the help that was needed to stabilize these situations during the summer months.
After the Canadian Armed Forces mission ended, we worked with the Canadian Red Cross to continue to support the provinces and territories dealing with outbreaks in their long-term care facilities. To date, a total of 1,553 Canadian Red Cross members have been involved in long-term care facilities in Quebec. In addition, 582 Red Cross members are still active in the province to help reduce the incidence of current and future outbreaks in long-term care facilities.
What is more, up to $3 billion in federal funding is being provided to the provinces and territories to support increasing the wages of low-income essential workers, who may include front-line workers in hospitals and long-term care facilities.
The safe restart agreement will provide $740 million in additional funding to help the most vulnerable Canadians, including those receiving long-term care, home care and palliative care, who are at an increased risk of more severe cases of COVID-19. These funds will support progressive measures to control and prevent infections, which will protect those receiving long-term care, home care and palliative care. These new funds, including more than $166 million for Quebec, will be in addition to the financial support measures agreed to between the Government of Canada and the Government of Quebec.
Those earlier measures were set out in a bilateral agreement in 2017. They provide support for home and community care, as well as mental health and addiction services. The dollar value of these measures is updated annually and is based on population estimates. At present, the theoretical total for Quebec is more than $10.48 billion over 10 years, including $1.35 billion for home care and $1.13 billion for mental health.
The safe restart agreement will enhance these supports and include $500 million for Canadians experiencing challenges related to mental health and substance use.
My time is running out, but I want to mention that we invested over $46 million to launch the Wellness Together Canada program, a new online portal that provides access to a virtual network of psychosocial supports. Wellness Together Canada is the first national service of its kind to offer access to free, evidence-based resources, tools and supports on a 24-7 basis. These very important resources are there to supplement provincial health care services, like those offered by Quebec's Department of Health and Social Services, and include self-assessment, peer support, and confidential sessions with social workers, psychologists and other professionals.
Since the beginning of the pandemic, we have proudly supported Quebec's efforts. As my colleague just mentioned, we have a very good relationship with the Premier of Quebec regarding all the work we do together.
We are proud of the co-operation we have seen throughout this pandemic between our government, the Government of Quebec, municipalities in the province and other key stakeholders. We will maintain the same approach going forward to build back better.
Monsieur le Président, tout d'abord, j'aimerais profiter de l'occasion pour remercier et saluer tous les travailleurs en santé dans ma circonscription de Châteauguay—Lacolle. Ils font un merveilleux travail sur le terrain, dans les CLSC et à notre cher Hôpital Anna-Laberge.
Depuis le mois de mars, les Québécoises et les Québécois et le gouvernement du Québec ont pris des mesures individuelles et collectives pour ralentir et contenir la propagation de la COVID-19. Ces actions ont été renforcées grâce à la collaboration étroite et continue qui existe entre les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux.
Le gouvernement du Canada a toujours été fier de soutenir la prestation de services de santé aux Québécoises et aux Québécois. En 2020-2021, notre gouvernement a octroyé plus de 9,42 milliards de dollars au Québec par l'entremise du Transfert canadien en matière de santé, ce qui représente une augmentation de 3,4 % par rapport à l'année précédente, et 1,1 milliard de dollars de plus que ce que le Québec a reçu en 2016-2017. Cela représente 23 % des dépenses totales du gouvernement du Québec en matière de santé.
Le 16 juillet, le premier ministre du Canada et le premier ministre du Québec, ainsi que les autres premiers ministres provinciaux, ont annoncé qu'ils avaient conclu l'Accord sur la relance sécuritaire. Cet accord prévoit plus de 19 milliards de dollars d'investissements fédéraux pour aider les provinces et les territoires, dont le Québec, à redémarrer leur économie en toute sécurité au cours des mois suivants, tout en rendant le Canada plus résistant à d'éventuelles futures vagues du virus.
En plus des 500 millions de dollars transférés aux provinces et territoires au début de l'année pour aider leur système de santé pendant la première vague de la pandémie de la COVID-19, l'Accord sur la relance sécuritaire comprend 700 millions de dollars supplémentaires pour aider à garantir que les systèmes de santé au Canada soient prêts à faire face aux résurgences et aux futures vagues de la COVID-19. Cela se traduit par plus de 270 millions de dollars en nouveaux fonds pour le gouvernement du Québec, afin de continuer à répondre aux besoins des Québécoises et des Québécois et de préserver la capacité de son système de santé.
Depuis le début de la pandémie, nous nous sommes également engagés à soutenir les efforts des gouvernements provinciaux, y compris celui du Québec, en matière de dépistage, de recherche des contacts et de collecte de données. À cette fin, notre gouvernement a octroyé plus de 775 millions de dollars pour soutenir les efforts du gouvernement du Québec en matière de dépistage, de recherche des contacts et de collecte de données.
En plus, en mai 2020, le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada ont annoncé qu'ils avaient conclu un accord pour soutenir le gouvernement provincial dans la recherche des contacts. À l'heure actuelle, Statistique Canada a augmenté sa capacité à 1 980 appels par jour pour le Québec.
Nous soutenons également les services de soins virtuels et de dépistage en ligne afin de soulager les services d'urgence et de favoriser la distanciation physique. Nous avons ainsi investi 240 millions de dollars pour mettre sur pied des soins virtuels, afin d'aider les provinces et les territoires à effectuer cet important travail. Cette somme comprend 150 millions de dollars cette année pour les provinces et territoires, afin de les aider à accélérer leurs travaux visant à accroître l'accessibilité des soins virtuels, tout en protégeant la vie privée des Canadiennes et des Canadiens. Plus de 28 millions de dollars du total des fonds mis à disposition pour les soins virtuels ont été octroyés au gouvernement du Québec.
Nous nous sommes également engagés à protéger les populations les plus vulnérables, y compris les personnes en établissement de soins de longue durée et celles qui reçoivent des soins à domicile. Cela se poursuivra dans le cadre de l'Accord sur la relance sécuritaire.
Le gouvernement fédéral a pris un certain nombre de mesures pour répondre aux défis importants auxquels sont confrontés les établissements de soins de longue durée, au Québec et dans tout le pays, afin d'éviter d'autres tragédies comme celles qui se sont produites au printemps.
Nous avons fait appel aux hommes et aux femmes des Forces armées canadiennes lorsque nous avons pris connaissance des situations difficiles dans les établissements de soins de longue durée, en Ontario et au Québec. Voilà l'aide qui a été nécessaire pour stabiliser ces situations pendant les mois d'été.
Après la fin de la mission des Forces armées canadiennes, nous avons travaillé avec la Croix-Rouge canadienne pour continuer à soutenir les provinces et les territoires confrontés à des éclosions dans leurs établissements de soins de longue durée. À ce jour, un total de 1 553 membres du personnel de la Croix-Rouge canadienne ont été engagés dans les établissements de soins de longue durée, au Québec. Ce sont 582 membres du personnel de la Croix-Rouge qui sont toujours actifs dans la province pour aider à réduire l'incidence des éclosions actuelles et futures dans les établissements de soins de longue durée.
De plus, jusqu'à 3 milliards de dollars du financement fédéral sont fournis aux provinces et aux territoires pour soutenir l'augmentation des salaires des travailleurs essentiels à faible revenu, ce qui peut comprendre les travailleurs de première ligne dans les hôpitaux et les établissements de soins de longue durée.
L'Accord sur la relance sécuritaire prévoit un financement supplémentaire de 740 millions de dollars pour venir en aide aux Canadiens et aux Canadiennes les plus vulnérables, notamment ceux qui reçoivent des soins de longue durée, des soins à domicile et des soins palliatifs, qui risquent de souffrir de cas plus graves de la COVID-19. Ces fonds vont soutenir des mesures progressives de prévention et de contrôle des infections afin de protéger les personnes qui reçoivent des soins de longue durée et celles qui reçoivent des soins à domicile et des soins palliatifs. Ces nouveaux fonds, dont plus de 166 millions de dollars sont octroyés au Québec, s'ajouteront aux mesures de soutien financier convenues entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec.
Ces mesures précédentes ont été définies dans un accord bilatéral, en 2017, et permettent de soutenir des soins à domicile et des soins de proximité, ainsi que des services de santé mentale et de toxicomanie. Le montant de ces mesures est mis à jour annuellement et est fondé sur les estimations de la population. À l'heure actuelle, le total théorique pour le Québec s'élève à plus de 10,48 milliards de dollars sur 10 ans, dont 1,35 milliard de dollars pour les soins à domicile et 1,13 milliard de dollars pour la santé mentale.
L'Accord sur la relance sécuritaire augmentera ces mesures de soutien et comprendra 500 millions de dollars consacrés à l'aide aux Canadiennes et aux Canadiens qui sont confrontés à des difficultés liées à la santé mentale et à la consommation problématique de substances.
Je n'ai pas beaucoup de temps, mais je veux mentionner que nous avons investi plus de 46 millions de dollars pour lancer le programme Espace mieux-être Canada. Il s'agit d'un nouveau portail en ligne qui donne accès à un réseau virtuel de soutien psychosocial. Espace mieux-être Canada est le premier programme national de ce type à offrir un accès 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à des ressources, des outils et des aides gratuites et fondées sur les données probantes. Ce sont des ressources très importantes pour soutenir les services de santé provinciaux, tels que ceux offerts par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Ils vont de l'auto-évaluation et du soutien par les pairs à des séances confidentielles avec des travailleurs sociaux, des psychologues et d'autres professionnels.
Depuis le début de la pandémie, nous sommes très fiers de soutenir les efforts au Québec, et, comme mon collègue vient de le dire, nous avons des ententes de collaboration très agréables avec le premier ministre du Québec concernant tout le travail que nous faisons ensemble.
Nous sommes fiers de la collaboration que nous avons constatée entre notre gouvernement, le gouvernement du Québec, les administrations municipales de cette province ainsi que d'autres intervenants-clés, tout au long de cette pandémie, et nous poursuivrons cette approche à l'avenir pour mieux reconstruire.
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for her speech.
I unfortunately did not hear what she thinks of her government imposing national standards in long-term care homes.
The riding that my colleague from Châteauguay—Lacolle represents is in the region covered by the Montérégie-Ouest Integrated Health and Social Services Centre. I am curious to hear her thoughts on the Quebec premier's recent statement in the media that forcing national standards on Quebec long-term care homes is unacceptable.
A year ago, I was managing a long-term care home for seniors. Did my colleague contact Normand Gaudet, who is the assistant director of the nine long-term care homes in the Montérégie-Ouest region, which did not have a single death among their residents? We did not need the army or the Red Cross.
What does my colleague have to say in response to Quebec's Premier Legault?
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son discours.
Je n'ai malheureusement pas entendu ce qu'elle pense de l'idée de son gouvernement d'imposer des normes nationales dans les CHSLD.
La circonscription de ma collègue de Châteauguay—Lacolle se trouve sur le territoire du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest. Je suis curieuse d'entendre ses commentaires sur la déclaration que le premier ministre du Québec vient de faire dans les médias, disant que l'imposition de normes nationales dans les CHSLD du Québec est inacceptable.
Il y a un an, j'étais gestionnaire d'un CHSLD pour personnes âgées. Est-ce que ma collègue a contacté Normand Gaudet, qui est le directeur adjoint des neuf CHSLD de la Montérégie-Ouest, établissements où il n'y a eu aucune hécatombe parmi les personnes aînées? Ni l'armée ni la Croix-Rouge n'ont été nécessaires sur notre territoire.
Quels sont les commentaires de ma collègue en réaction à la déclaration du premier ministre du Québec, M. Legault?
View Brenda Shanahan Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague opposite for her question.
I also thank her for mentioning the quality of care in the long-term care homes in my riding. We are very proud of the good work they have consistently done, which has been even clearer during the pandemic.
I was very happy to participate in conference calls with all the stakeholders in my region in the early days of the pandemic and with elected officials at all levels of government. We made sure to get all of the necessary equipment, PPE and care.
As for my colleague's question, we are not talking about imposing national standards on long-term care homes. We are talking about collaboration. I have worked in these facilities. It is very important to have discussions at all levels.
Monsieur le président, je remercie beaucoup ma collègue d'en face pour sa question.
Je la remercie aussi d'avoir mentionné la qualité des soins de longue durée offerts dans les CHSLD de ma circonscription. Nous sommes très fiers du bon travail qui y a toujours été accompli, mais qui a été mis en évidence depuis le début de la pandémie.
J'étais très contente de participer aux conférences téléphoniques avec tous les intervenants de ma région dès le début de la pandémie et avec les élus de tous les paliers gouvernementaux. Nous nous sommes assurés d'obtenir tout le matériel, dont l'équipement de protection individuelle, ainsi que les soins nécessaires.
Pour revenir à la question de ma collègue sur l'imposition de normes nationales pour les centres d'hébergement et de soins de longue durée, il n'est pas question d'imposition, mais plutôt de collaboration. J'ai déjà travaillé dans ces établissements. Il est vraiment important d'avoir cette discussion à tous les niveaux.
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, we have heard a lot today about long-term care. I have spoken a couple times on it in questions and comments. I would like to talk about another issue that is facing Canadians within our health care system that should have been included from the start, which is dental care. Dental care really goes down the line. If we do not have good dental care, we end up costing our overall health care system millions and millions of dollars. It is one of the parts of health care where one's income is one of the big factors. If someone has a low income, they tend not to have access to dental care.
If we provide a national, publicly funded dental care program for those people who really need it, we can really help Canadians who need that help the most and help out health care system. I would like to hear her comments on that.
Monsieur le Président, il a beaucoup été question des soins de longue durée aujourd'hui. J'en ai parlé à plusieurs reprises à la période réservée aux questions et observations. Par ailleurs, j'aimerais parler d'un autre volet des soins de santé qui intéresse les Canadiens et qui aurait dû être inclus dès le départ dans le système, à savoir les soins dentaires. Les soins dentaires complètent vraiment la gamme de soins de base. Les personnes qui ne bénéficient pas de bons soins dentaires finissent par coûter des centaines de millions de dollars au système de santé. C'est le volet des soins à l'égard duquel le revenu joue un rôle déterminant. En pratique, les personnes à faible revenu n'ont généralement pas les moyens de se payer des soins dentaires.
La création d'un programme national de soins dentaires financé par l'État pour les Canadiens qui en ont vraiment besoin pourrait réellement être utile et soutenir le système de soins de santé. J'aimerais que la députée nous fasse part de ses commentaires à ce sujet.
View Brenda Shanahan Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I would like to thank my hon. colleague for bringing up that area of health care. I do not want to say it is neglected because if we neglect our teeth, we will find out about it very soon.
My brother has been a dentist for 40 years. His first 10 years of practice were here in Ottawa working in a provincial clinic where he was providing dental care for people of low incomes and vulnerable people. It is certainly an area that needs to be explored.
Monsieur le Président, je remercie le député de soulever ce domaine des soins de santé. Je ne veux pas dire que celui-ci est négligé, car, si on ne prend pas soin de nos dents, on le constate assez vite.
Mon frère est dentiste depuis 40 ans. Il a passé ses 10 premières années de pratique ici, à Ottawa, dans une clinique provinciale, où il prodiguait des soins à des gens vulnérables ou à faible revenu. C'est certainement un domaine qui doit être exploré.
View Rachel Bendayan Profile
Lib. (QC)
View Rachel Bendayan Profile
2020-12-01 13:01 [p.2752]
Mr. Speaker, I really enjoyed my colleague's speech.
I would also like to point out the work that she has done with long-term care home stakeholders in her community and region and ask her what she thought about the announcement that the Deputy Prime Minister and Minister of Finance made yesterday concerning a $1-billion investment for long-term care homes. Perhaps some of that money will go to helping care homes in her region of Montérégie.
Monsieur le Président, j'ai beaucoup apprécié le discours de ma collègue.
J'aimerais également souligner son travail auprès des intervenants des CHSLD dans sa communauté et dans sa région et lui demander sa réaction à l'annonce faite hier par la vice-première ministre et ministre des Finances d'un investissement d'un milliard de dollars pour les CHSLD. Cet investissement pourrait peut-être aider les établissements dans sa région de la Montérégie.
View Brenda Shanahan Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, our colleagues' questions are always the most difficult ones to answer, are they not?
In all sincerity, the announcement that we heard yesterday was very well received by the people in my region. As I said, my region could be a model for long-term care home management. This money will really help and support us in those fine efforts.
Monsieur le Président, les questions auxquelles il est le plus difficile de répondre viennent toujours de nos collègues, n'est-ce pas?
Sincèrement, l'annonce que nous avons entendue hier a été très bien accueillie par les gens de ma région. Comme je l'ai dit, chez nous, nous pouvons être un modèle de gestion des CHSLD. Cet argent va vraiment nous aider et nous soutenir dans ces beaux efforts.
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I want to inform you that I will be sharing my time with the fabulous, wonderful and extraordinary member for Montarville.
I want to begin with some warm words for all of the employees who work in the Quebec public health network. Under normal circumstances, without a pandemic, Christmas is a difficult time because everyone wants to take time off, scheduling is tricky, and it is hard to please everyone. This year, health care workers at all levels, from maintenance workers to those in charge of entertainment and activities, will be having a rather different Christmas.
It is the same thing for patients. This Christmas will be very different since they may not be able to have as many visitors as they would like.
In particular, I want to thank the people who work for community groups. We forget about them because we focus on long-term care homes, community health centres and home care. We do not spend enough time talking about the people who work for community groups, about the community network that complements the public network and works in partnership with it. These volunteers, these citizens, improve other people's quality of life and provide services. I would like to express my deep appreciation and support for them. We know it is not easy. Community groups providing essential services have not had a break since March. They adapted quickly and changed how they operate so they could keep providing the services people need.
We talk a lot about seniors' needs in this pandemic situation. They have been hit hard, perhaps harder than anyone else, by this pandemic. People talk as if that were the only issue, but we need to acknowledge that conditions of care in long-term care homes were the weak link in this pandemic.
I have said repeatedly that I used to work for seniors, specifically managing seniors' housing. It was a big part of my professional life. I can tell the House one thing for sure, and I think my colleague from Châteauguay—Lacolle said this earlier: some long-term care homes did not have the same death toll as those in other parts of Quebec because they had enough staff and good management. The problem is that those people are now worn out. They have been working non-stop since March, not taking vacation, sometimes doing mandatory overtime, yet they have continued to care for our seniors.
Long-term care homes are already regulated by and must comply with many Quebec standards. They are inspected and evaluated regularly by the department. Amongst ourselves, we call these departmental visits. We call this obtaining accreditation from Accreditation Canada. In long-term care homes, there are standards for reducing medication for seniors, including the prescription of psychotropic drugs. There are standards for reducing control measures, formerly known as restraint measures. Long-term care homes have many quality performance targets to meet in order to pass a departmental visit or obtain accreditation from Accreditation Canada.
Therefore, there is no need for Canada-wide standards to improve the quality of care provided in long-term care homes. There is no doubt about that. As the Premier of Quebec told the media earlier, the idea of Canada-wide standards for the supervision and management of our long-term care homes is unacceptable. This does not respect jurisdictions and, let's face it, it is not Ottawa that provides direct services to seniors, youth and the homeless; it is the staff hired and covered by a collective agreement, which is managed by and negotiated with the Quebec government. Additional standards will in no way bring in more staff at long-term care homes or ensure extraordinary service levels. The service is already extraordinary.
The thing that is missing is an extra set of hands. That is clear. There is a shortage of workers at every level. Obviously there is a lack of funding to hire that extra staff. We must not overlook the fact that there is currently a labour shortage. There are not enough people who want to become personal support workers. We talk a lot about personal support workers in long-term care homes, but we must not forget that home support workers and social workers also provide home care. It is hard to recruit people in that field as well.
Standards are not going to fix the problem in long-term care homes, in home care or in the delivery of different services to the people who need it in Quebec and the provinces. There needs to be increased funding to better organize services and meet needs.
No one will be surprised to learn that this requires better federal transfers to the provinces, as we have said repeatedly today. Quebec has to make tough choices. It does not have the necessary financial capacity because Ottawa has diminished that over the years. Year after year, federal health transfers to the provinces have been reduced so much, by both the Conservatives and the Liberals, that they now cover only roughly 21% of needs.
I have listened to the debates. It is often said that the Bloc wants to pick a fight. I am not trying to pick a fight. Earlier, I read that Ontario's finance minister said that he hopes parliamentarians will support the Bloc's motion. It will take federal health transfers to Quebec and the provinces to increase their capacity to meet the needs of their residents. The experts, the pros at organizing health care services, are the ones who know what is needed. We often talk about a top-down approach. The needs are not being expressed at the federal level, and the federal government does not deliver the services. It does not have the expertise or the necessary first-hand knowledge to provide money with conditions to bring in programs.
I am passionate about this subject, and I have two things to say. First, we must not forget that the health care system does not merely consist of services for seniors. These services are important, but other care sectors are also important, especially those dealing with homelessness, mental health and addiction issues. Community groups are known for their innovation and practices, which are often studied by other countries. Quebec's intervention practices are closely followed.
I will repeat that the Government of Quebec must make agonizing choices. We know that 45% of Quebec's annual budget is allocated to health. Obviously, it must increase its capacity.
I implore my Quebec colleagues to understand and to use their leadership to convince the government that it is misguided in its desire to trample on Quebec's jurisdictions and to impose standards. It is playing with words. I am certain that the deputy House leader will tell me that soon. We know that the Liberals do not want to impose them. No provincial government will agree to participate in the negotiation of Canada-wide health standards for long-term care. Not one. If it does not work, it cannot be imposed.
I am asking all Quebec members sitting in the House of Commons to collaborate and stand together with the Premier of Quebec, who requests and requires respect for provincial jurisdictions, and I am asking the government to drop this idea of imposing Canada-wide standards for long-term care homes.
Monsieur le Président, je veux vous informer que je vais partager mon temps de parole avec le fabuleux, magnifique et extraordinaire député de Montarville.
Je commence mon discours par des mots chaleureux que je veux offrir à tout le personnel salarié qui travaille dans l'ensemble du réseau public québécois. En temps normal, sans pandémie, l'approche de Noël est une période difficile, parce que tout le monde veut partir en vacances, les horaires sont difficiles à faire et c'est difficile de contenter tout le monde. Cette année, ce personnel soignant à tous les niveaux, tant à l'entretien qu'à l'animation et aux loisirs, va vivre un Noël assez spécial.
C'est la même chose pour les patients qui vont vivre un Noël très spécial en ne recevant peut-être pas toute la visite qu'ils aimeraient recevoir.
Je remercie spécialement le personnel des groupes communautaires. On les oublie, parce qu'on parle beaucoup de CHSLD, de CLSC et de soins à domicile. Or on ne parle pas assez du personnel des groupes communautaires, du réseau communautaire qui est là aussi en complémentarité du réseau public et en partenariat avec lui. Ces bénévoles et ces citoyens aident les autres à passer de meilleurs moments et leur donnent des services. Je leur dis donc des mots chaleureux en guise de soutien. Nous savons que ce n'est pas facile. Les groupes communautaires qui étaient aux services essentiels n'ont pas eu de répit depuis le mois de mars. Ils se sont adaptés rapidement, ils ont changé leur manière de faire pour continuer à donner des services aux gens qui en avaient besoin.
On parle beaucoup des besoins des aînés dans le cadre de la pandémie. Ils ont été durement touchés, et je dirais qu'ils ont été les plus durement touchés par cette pandémie. On parle comme s'il n'y avait que cela, mais il faut reconnaître que les conditions de soins en CHSLD ont été la grande faiblesse dans cette pandémie.
J'ai dit à plusieurs reprises que j'ai eu l'occasion de travailler au service des aînés, particulièrement en gestion d'hébergement pour les aînés. C'est une grande partie de ma vie professionnelle. Je peux assurer une chose à la Chambre — je pense que ma collègue de Châteauguay—Lacolle l'a dit tantôt —, certains CHSLD n'ont pas connu l'hécatombe qu'ont connue d'autres secteurs ailleurs au Québec, parce qu'il y avait suffisamment de personnel et un bon encadrement. Par contre, ces gens sont épuisés aujourd'hui. Depuis le mois de mars, ils travaillent sans relâche et sans congés, ils font des heures supplémentaires parfois obligatoires et continuent d'offrir des soins à nos aînés.
Les CHSLD sont encadrés par de nombreuses normes québécoises et ils doivent s'y conformer. Ils sont inspectés et évalués régulièrement par le ministère. Dans notre jargon, nous appelons cela des visites ministérielles. Nous appelons cela obtenir son agrément d'Agrément Canada. En CHSLD, il y a des normes pour diminuer la médication des aînés, dont la prescription des psychotropes. Il y a des normes pour diminuer les mesures de contrôle, anciennement appelées des mesures de contention. Les CHSLD ont beaucoup de cibles de performance en qualité à atteindre pour pouvoir passer une visite ministérielle ou obtenir la mention d'Agrément Canada.
Il n'y a donc aucun besoin de normes pancanadiennes pour améliorer la qualité de la dispensation des soins dans les CHSLD. C'est hors de tout doute. D'ailleurs, le premier ministre du Québec l'a dit tantôt aux médias, les normes pancanadiennes pour encadrer et gérer nos CHSLD sont inacceptables. Cela ne respecte pas les champs de compétence et, disons-le, ce n'est pas Ottawa qui donne des services directs aux aînés, aux jeunes et aux itinérants, c'est le personnel embauché et encadré par une convention collective, qui est gérée et négociée avec le gouvernement du Québec. Ce n'est pas du tout l'ajout de normes qui va faire en sorte que, tout à coup, du personnel va apparaître dans les CHSLD, et que la qualité des services va devenir extraordinaire. Elle est déjà extraordinaire.
Ce qui manque, ce sont des bras, c'est assez clair. Il manque de travailleurs à tous les niveaux. Évidemment, il manque de fonds pour engager ce personnel supplémentaire. Surtout, il ne faut pas ignorer qu'il y a actuellement une pénurie de main-d'œuvre. Il manque de personnes qui souhaitent devenir préposés aux bénéficiaires. On parle beaucoup des préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD, mais il ne faut pas oublier que des auxiliaires familiaux et sociaux donnent aussi des services à domicile. On a aussi de la difficulté à en recruter.
Ce ne sont pas des normes qui vont régler le problème des CHSLD, des soins à domicile ou de la prestation de différents services aux populations qui en ont besoin au Québec et dans les provinces. Il faut plutôt augmenter la capacité financière pour mieux organiser les services et répondre aux besoins.
On ne sera pas étonné d'entendre que cela passe par de meilleurs transferts fédéraux aux provinces, comme nous l'avons répété beaucoup aujourd'hui. Le Québec doit faire des choix déchirants. Il n'a pas la capacité financière nécessaire parce qu'Ottawa la lui a retirée au fil des années. D'année en année, les transferts fédéraux en santé aux provinces ont été tellement réduits, tant par les conservateurs que par les libéraux, qu'aujourd'hui, ils ne correspondent plus qu'à environ 21 % des besoins.
J'ai écouté les débats. On dit souvent que le Bloc cherche la chicane. Je ne cherche pas la chicane. Tantôt, j'ai lu une petite publication du ministre des Finances de l'Ontario, où il dit espérer que les parlementaires appuieront la motion du Bloc. C'est par les transferts en santé du fédéral au Québec et aux provinces qu'on va augmenter la capacité de celles-ci de mieux répondre aux besoins de leur population. Les experts, les pros de l'organisation des services de soins de santé, ce sont eux qui voient quels sont les besoins. On parle souvent d'approche descendante. Ce n'est pas au fédéral que les besoins s'expriment et ce n'est pas lui qui donne les services. Il n'a donc pas l'expertise ni la connaissance du terrain nécessaires pour donner de l'argent avec conditions pour mettre en place des programmes.
Je suis passionnée par le sujet, et je dois dire deux choses. Premièrement, il ne faut pas oublier que le réseau de la santé ne se limite pas aux services aux aînés. Ces services sont importants, mais d'autres secteurs de soins sont aussi importants, notamment ceux qui concernent l'itinérance, la santé mentale et les problèmes de dépendance. Les groupes communautaires se démarquent par leur innovation et leurs pratiques, qui sont souvent étudiées à l'international. La pratique québécoise en intervention est très suivie.
Je répète que le gouvernement du Québec doit faire des choix déchirants. On sait que 45 % du budget annuel du Québec est consacré à la santé. Forcément, il doit augmenter sa capacité.
J'implore mes collègues députés du Québec de comprendre et d'utiliser leur leadership pour convaincre le gouvernement qu'il fait fausse route en voulant empiéter sur les champs de compétence du Québec et en voulant imposer des normes. On joue avec les mots. Je suis certaine que le leader adjoint du gouvernement me le dira tantôt. On sait que les libéraux ne veulent pas les imposer. Aucun gouvernement provincial ne va accepter de participer à une négociation sur des normes pancanadiennes en santé pour les CHSLD. Il n'y en a aucun. Si cela ne fonctionne pas, on ne peut pas l'imposer.
Je demande la collaboration de tous les députés du Québec qui siègent à la Chambre pour faire front commun avec le premier ministre du Québec, qui demande et exige le respect des compétences de sa province, et qu'on laisse tomber cette idée d'imposer des normes pancanadiennes pour les CHSLD.
View Brenda Shanahan Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, once again, I thank my colleague for her wonderful speech, which gives us an opportunity to explore this worthwhile topic.
My region managed quite well, even though it is no better off than other regions, so I think that is something to look into. I recently learned that my colleague was involved in managing these services. Money is helpful, but do we not also need to consider management, as well as administrative and policy decisions?
Perhaps in some respects Quebec could serve as an example to the rest of the country.
Monsieur le Président, je remercie encore ma collègue de son beau discours, qui nous donne l'occasion d'aborder ce sujet intéressant.
Dans ma région, qui n'est pas mieux nantie que d'autres, on a quand même bien réussi, et je crois qu'il y a là matière à réflexion. D'ailleurs, je viens d'apprendre que ma collègue a participé à la bonne administration des services. L'argent nous aide, mais n'y a-t-il pas une question de gestion et de choix administratifs et politiques à considérer?
Peut-être que le Québec pourrait servir d'exemple à quelques égards pour le reste du pays.
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for her question.
The Montérégie-Ouest Centre intégré de santé et de services sociaux is a striking example. It did not need Canada-wide standards to manage its long-term care homes and to do a good job. As my colleague can see, her government is misguided.
The Government of Quebec's innovative practices are a source of inspiration for other provinces and countries. Quebec is also a model in terms of child care. These are services that Quebec citizens and taxpayers pay for and that other provinces could choose to fund. They choose not to, however, and that is up to them. We are also a model in terms of how we support our community organizations that serve the public.
We are indeed a good example, but that is no reason for the federal government to come in and tell us what to do and how to do it. I hope my colleague understands that and will get her government back on the right track.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question.
Le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest est un exemple frappant. Il n'a pas eu besoin de normes pancanadiennes pour gérer ses CHSLD et bien faire le travail. Ma collègue voit que son gouvernement fait fausse route.
Le gouvernement du Québec, par ses pratiques innovantes, inspire d'autres provinces, mais aussi d'autres pays. Le Québec est d'ailleurs un modèle en matière de services de garde. Ce sont des services que les citoyens et les contribuables québécois se paient et que d'autres provinces pourraient choisir de se payer. Cependant, elles ne le font pas, et cela les regarde. Nous sommes aussi inspirants par la manière dont nous soutenons nos organismes communautaires, qui donnent des services à la population.
Nous sommes donc un bon exemple, mais ce n'est pas une raison pour qu'on vienne nous dire quoi faire et comment le faire. J'espère que ma collègue va comprendre cela et qu'elle va influencer son gouvernement pour le remettre sur le droit chemin.
View Heather McPherson Profile
NDP (AB)
View Heather McPherson Profile
2020-12-01 13:14 [p.2753]
Mr. Speaker, I want to follow up on the comments my colleague just made about ensuring provincial governments have the ability to make decisions. She talks about the fact that Quebec has a wonderful child care program and does not need national standards and these sorts of things.
I am happy the people in Quebec have this access, but I am concerned about people across the country having equal access and it being the same for long-term care in Quebec as it is in Alberta and British Columbia. I see a value in national standards.
I wonder whether she could talk a bit about how we would ensure people in each area of the country could access the same quality of care if we did not have a national standard.
Monsieur le Président, j'aimerais revenir sur les propos de la députée sur la nécessité de laisser les provinces exercer un pouvoir discrétionnaire. Elle parle du fait que le Québec a mis en place un excellent programme de services de garde et qu'il n'a pas besoin de normes nationales et ce genre de choses.
Je me réjouis que les Québécois jouissent d'un tel accès, mais je souhaite que, partout au pays, les gens aient aussi un tel accès, et qu'il en soit de même pour les soins de longue durée au Québec, en Alberta et en Colombie-Britannique. Selon moi, les normes nationales ont de la valeur.
J'aimerais entendre les observations de la députée sur la manière d'assurer à un accès à la même qualité de soins partout au pays en l'absence de normes nationales.
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for her question.
We do not share the same definition of the word “national”. When I say “nation”, I mean Quebec. If I mention Canada-wide standards, that means all of Canada.
If my colleague wants to influence the scope of social benefits and health care in her own province, I just want to tell her that she is in the wrong Parliament. She should instead try to influence the politicians in the Legislative Assembly of Alberta.
I would point out to her that we pay the QST and the GST in Quebec. We pay a lot of taxes in Quebec, because we have decided to redistribute the money collectively and equitably in order to provide social benefits to everyone.
Ottawa's Parliament is not the place to hold debates on health care and social services; they must happen in the parliamentary assembly of each province. I therefore urge her to use her fighting spirit to influence the politicians in Alberta.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question
Nous n'avons pas la même définition du mot « national ». Quand je parle de nation, je parle du Québec. Si je parle de normes pancanadiennes, cela concerne tout le Canada.
Si ma collègue veut influencer l'étendue de la couverture sociale et des soins de santé dans sa propre province, je veux juste lui répondre qu'elle n'est pas au bon Parlement. Elle devrait plutôt influencer les politiciens de son assemblée nationale en l'Alberta.
Je lui ferai remarquer qu'au Québec, nous payons des taxes: la TVQ et la TPS. Nous payons beaucoup d'impôt au Québec, parce que nous avons décidé de redistribuer l'argent collectivement et de manière équitable pour offrir une couverture sociale à tout le monde.
Les débats sur la santé et les services sociaux ne se font pas ici, au Parlement d'Ottawa, mais plutôt au Parlement de chaque province. Je l'invite donc à utiliser toute sa combativité pour influencer les politiciens de l'Alberta.
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2020-12-01 13:16 [p.2754]
Mr. Speaker, I want to thank my wonderful and brilliant colleague from Salaberry—Suroît for her compliments. Fortunately, I was wearing my mask. Otherwise everyone would have been able to see me blush.
As members no doubt know, red does not suit me very well. It is not part of my usual colour palette, although, as I often say, it is better to wear or drink red than to be subject to it.
That being said, just yesterday around 8 p.m., my colleague across the way, the Minister of Intergovernmental Affairs, tweeted the following:
On December 10th, the PM—who I will not name since I cannot do so under the rules—and I will meet with Canada’s Premiers to discuss our continued work together to fight COVID-19, strengthen health care, and on the distribution and logistics of vaccines.
Other than wanting to know when they will finally be able to start vaccinating people and when the vaccines will finally be available, the provinces' and Quebec's main request is a substantial increase in health transfers. What is incredible about this statement by the Minister of Intergovernmental Affairs is that this invitation was issued when the Prime Minister of Canada was sure to arrive empty-handed.
Why did he make sure to arrive empty-handed? That very afternoon, the Deputy Prime Minister and Minister of Finance basically explained how she intends to spend money she does not have, how she will spend that borrowed money. To no one's surprise, there was not a single penny for transfer payments to the provinces.
How ridiculous is that? We are in the middle of the worst health crisis in history and the federal government cannot find a way to increase transfer payments, a very basic demand from the provinces and Quebec to help them face not only this pandemic, but the day-to-day delivery of health care services in their jurisdiction.
The government prefers to invest elsewhere. It prefers a “national” regime. As my colleague from Salaberry—Suroît said, and as former Bloc Québécois leader Lucien Bouchard used to say, there are two countries in this country. We obviously have a different definition of the word “national”. As far as a national child care system goes, Quebec already has one. That is the choice we made, as my colleague mentioned.
Regarding national long-term care standards for seniors, we wonder why the federal government thinks investing in standards is a better idea than investing in health care. It is going to impose standards on the provinces and Quebec in an area it knows absolutely nothing about. The federal government has no expertise in that area, but it thinks it knows how things work and it is going to show provinces and Quebec how it is done.
Why does the federal government think it has to get involved? According to the government, provinces were so negligent that the army had to step in. It is as if the armed forces could only offer humanitarian aid abroad. I will simply remind my colleagues that Quebeckers also pay for that army. It is only normal for the army to intervene when needed.
Let's come back to the Canadian Armed Forces. It is interesting to see that they do not recommend at all that the federal government proceed as it intends to. In fact, they say that there is already an abundant supply of standards and that the problem is elsewhere.
The problem is insufficient staff. There are not enough available and qualified people. The report says, "According to our observations, the critical need for CHSLDs is an improved level of staff with medical training.” The health care system, Quebec and other provinces do not need standards; they need resources.
What has been happening in the long-term care facilities in Quebec and all other provinces since the spring is the result of negligence by the federal government. People will wonder how this can be. It is quite simple. The federal government had agreed initially to provide 50% of the money for health care, but it does not even spend a dime on long-term care for seniors.
The result of federal cuts in health care funding is that 80% to 85% of the money for long-term care comes from the Government of Quebec and the rest from users themselves. To find that kind of money, the Government of Quebec has to draw from the scarce resources left for health care after successive cuts from the federal government. If the federal government had maintained its funding levels at 50%, the Government of Quebec and the provincial governments would have had more resources available to provide long-term care properly. Unfortunately, the federal government chose to disengage.
That is why we are a little afraid when the federal government tells us it wants to impose new standards along with a budget envelope. We know that the funding will eventually run out but that the standards will remain. In fact, the federal government has maintained its requirements under the Canada Health Act even if it does not provide more than 20% of the funding for health care.
I will conclude by coming back to the wording of the motion, which proposes that the House “acknowledge the extraordinary work of health care workers (including doctors, nurses and orderlies) during the COVID-19 pandemic, particularly with seniors but also with the general public”. We all agree on that.
The motion also proposes that the House “recognize the courage and sacrifices required from them and their families in order to be on the front lines”. We cannot disagree with that either.
The motion proposes that the House “highlight the work of Quebec and the provinces in responding to the health crisis and note the direct impact on their respective budgets”. The pandemic definitely had a direct impact on Quebec's finances and the provinces'. The federal government may not acknowledge that, but it is a fact.
Lastly, the motion proposes that the House “call on the government to significantly and sustainably increase Canada health transfers before the end of 2020 in order to support the efforts of the governments of Quebec and the provinces, health care workers and the public”. There might be some disagreement on this last point.
I have heard my Liberal Party colleagues' speeches up to this point. I just want to tell those colleagues that, even if they do not really agree with that last point, they should vote in favour of this motion for at least two reasons. The first is that it respects the Constitution that the Liberal Party of Canada imposed on Quebec. The second is that it is consistent with the federal government's promise at the time to cover 50% of health care costs.
Monsieur le Président, je veux remercier ma formidable collègue, ma lumineuse collègue de Salaberry—Suroît de sa présentation des plus élogieuses. Fort heureusement, je portais mon masque; autrement tout le monde m'aurait vu rougir.
Comme on le sait sans doute, le rouge ne me va pas très bien. Cela ne fait pas partie de ma palette de couleurs, quoique j'ai l'habitude de dire que, le rouge, il vaut mieux le porter ou le consommer que le subir.
Cela dit, pas plus tard qu'hier, vers 20 heures, mon vis-à-vis le ministre des Affaires intergouvernementales a publié le gazouillis suivant:
Le 10 décembre, le pm — que je ne nommerai pas, puisque le Règlement m'en empêche — et moi-même rencontrerons les premiers ministres du Canada pour discuter de notre lutte commune contre la COVID-19, du renforcement des soins de santé ainsi que de la logistique et distribution des vaccins.
Outre le fait de savoir quand elles vont pouvoir enfin commencer à vacciner les gens et quand les vaccins seront finalement disponibles, la principale demande des provinces et du Québec, c'est l'augmentation substantielle des transferts en santé. Or, ce qui est formidable, dans cette déclaration de la part du ministre des Affaires intergouvernementales, c'est que cette invitation a été lancée, alors que le premier ministre du Canada s'était assuré d'arriver à la réunion les mains vides.
Pourquoi s'était-il assuré d'arriver à la réunion les mains vides? C'est que, l'après-midi même, la vice-première ministre et ministre des Finances a pour ainsi dire fait la description de la façon dont elle allait utiliser l'argent qu'elle n'a pas, de comment elle allait faire en sorte de dépenser cet argent qu'on emprunte. Surprise, il n'y avait pas une cenne de prévue pour les transferts aux provinces.
Imagine-t-on le ridicule de la situation? Nous vivons une crise sanitaire sans précédent et le gouvernement fédéral ne trouve pas le moyen de répondre à cette demande élémentaire des provinces et du Québec voulant qu'on augmente les transferts pour leur permettre de faire face non seulement à cette pandémie, mais à la gestion au quotidien des soins de santé sur leur territoire.
On constate que le gouvernement préfère investir ailleurs. Il préfère investir dans un système « national ». Comme le disait ma collègue de Salaberry—Suroît et comme le disait l'ancien chef du Bloc québécois, M. Lucien Bouchard, il y a deux pays dans ce pays. On n'a évidemment pas la même définition de ce qui est national. Pour ce qui est d'un système national de garde à l'enfance. Le Québec est déjà doté d'un tel service, parce que nous en avons fait le choix, comme le soulignait ma collègue.
En ce qui concerne les normes nationales pour les soins de longue durée pour nos aînés, on se demande ce qui a amené le gouvernement fédéral à se dire qu'il faudrait investir dans des normes plutôt que dans la santé. Il va imposer des normes aux provinces et au Québec dans un secteur auquel le gouvernement fédéral ne connaît absolument rien. Le gouvernement fédéral n'a absolument aucune compétence en la matière, mais il prétend qu'il sait comment cela marche et il va dire aux provinces et au Québec comment cela fonctionne.
Qu'est-ce qui a amené le gouvernement fédéral à se dire qu'il fallait qu'il intervienne? Selon lui, les provinces ont été tellement négligentes qu'il a fallu envoyer les Forces armées. C'est comme si les Forces armées pouvaient intervenir, sur le plan humanitaire, seulement à l'étranger. Je veux juste rappeler à nos collègues que les Québécoises et les Québécois paient pour cette armée. Quand on en a besoin, il est normal qu'elle puisse intervenir.
Revenons sur l'intervention des Forces armées canadiennes. Il est intéressant de constater que ces dernières ne recommandent pas du tout au gouvernement fédéral de faire ce qu'il s'apprête à faire. En effet, elles lui disent plutôt qu'il existe déjà tant et plus de normes et que le problème n'est pas là.
Le problème, c'est le personnel, ce sont les paires de bras disponibles et qualifiées. Dans le rapport, il est écrit: « Selon nos observations, le besoin criant des CHSLD est au niveau du personnel avec formation médicale ». Le réseau, le Québec et les autres provinces n'ont pas besoin de normes, mais de ressources.
Ce qui est arrivé dans les CHSLD du Québec et les établissements de soins de longue durée de toutes les autres provinces depuis le printemps est le résultat de la négligence du gouvernement fédéral. On me demandera comment cela peut être. C'est fort simple. Le gouvernement fédéral avait convenu au départ de fournir 50 % du financement des soins de santé, mais il n'investit pas un sou dans les soins de longue durée pour les aînés.
Le résultat des coupes fédérales effectuées dans le financement est que 80 % à 85 % des frais pour les soins de longue durée sont assumés par le gouvernement du Québec et le reste par les usagers eux-mêmes. Pour assumer ces quelque 85 % des frais, le gouvernement du Québec est obligé de piger dans les rares ressources qui lui restent pour les soins de santé après les compressions budgétaires successives du gouvernement fédéral. Si le gouvernement fédéral avait maintenu sa contribution à 50 %, les gouvernements du Québec et des provinces auraient disposé de davantage de ressources pour être en mesure de s'occuper adéquatement des soins de longue durée. Cependant, le gouvernement fédéral a choisi de se désengager.
C'est pourquoi nous sommes un peu terrifiés quand le gouvernement fédéral nous dit qu'il veut imposer de nouvelles normes, assorties d'une enveloppe budgétaire. Nous savons qu'il finira par retirer cette enveloppe, mais sans retirer ses normes. En effet, le gouvernement fédéral a maintenu ses exigences en vertu de la Loi canadienne sur la santé même s'il ne fournit plus que 20 % du financement des soins de santé au Canada.
Je vais conclure en revenant sur le libellé de la motion. Cette dernière propose que la Chambre « salue le travail extraordinaire des travailleuses et des travailleurs de la santé (notamment les médecins, infirmières, infirmiers et préposés) pendant la pandémie de COVID-19, particulièrement auprès des personnes âgées, mais aussi auprès de toute la population ». Nous nous entendons tous et toutes sur cela.
La motion propose aussi que la Chambre « reconnaisse le courage et les sacrifices exigés tant pour eux que pour leurs familles pour être en première ligne ». Nous ne pouvons pas être en désaccord avec cela non plus.
La motion propose que la Chambre « souligne le travail du Québec et des provinces pour répondre à la crise sanitaire et constate les effets directs sur leurs budgets respectifs ». Il est sûr que la pandémie a un effet direct sur les finances du Québec et des provinces. Le gouvernement fédéral peut bien ne pas le reconnaître, mais c'est un fait.
Finalement, la motion propose que la Chambre « demande au gouvernement d'augmenter de façon significative et durable les transferts canadiens en santé avant la fin de 2020 afin de soutenir les efforts des gouvernements du Québec et des provinces, des travailleurs de la santé et de la population ». Il est possible que ce dernier point suscite un certain désaccord.
J'ai entendu les discours de mes collègues du Parti libéral jusqu'à présent. Je dirais simplement à ces collègues que, même si le dernier élément de la motion ne les satisfait pas vraiment, ils doivent voter en faveur de cette motion pour au moins deux raisons. La première est que cela respecte la Constitution imposée par le Parti libéral du Canada au Québec. La seconde est que cela respecte la parole du gouvernement fédéral, qui s'était engagé à l'époque à assumer 50 % de la facture des soins de santé.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague opposite for his speech.
My colleague is highly educated and I know him quite well through his career in politics. He is saying that, according to his party's former leader, there is a country within a country. I remind him that he represents a province within Canada, a country that we need to manage through the pandemic. Quebec is a province and is part of Canada.
In addition to the $200 billion in health transfers, we have invested $19 billion to help Canadian provinces and territories as part of the safe restart agreement. Does my colleague agree that a portion of that $19 billion for the safe restart can also be used for health care?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue d'en face de son discours.
Mon collègue est fort instruit et je le connais très bien grâce à sa carrière politique. Or, il nous annonce qu'il y a un pays dans un pays, selon l'ancien chef de son parti. Je tiens donc à lui préciser qu'il représente une province à l'intérieur du Canada, pays que nous devons gérer pendant la pandémie. Le Québec est une province qui fait partie du Canada.
En plus des 200 milliards de dollars en transferts en santé, nous avons investi 19 milliards de dollars pour aider les provinces et les territoires canadiens dans le cadre de l'Accord sur la relance sécuritaire. Mon collègue d'en face est-il d'accord qu'une certaine partie de ces 19 milliards de dollars de l'Accord sur la relance sécuritaire sert aussi pour les soins de santé?
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2020-12-01 13:27 [p.2755]
Mr. Speaker, I get the impression that the hon. member was not here when my colleague from Longueuil—Saint-Hubert replied to his speech saying that the reason there is a need for financial support during this pandemic is the federal government's negligence when it comes to transfers to the provinces. The WHO has said that there will be other pandemics. If we want to avoid ending up in exactly the same situation, then we need to start reinvesting now to avoid being in the same situation later.
I thought my colleague from Longueuil—Saint-Hubert had been extraordinarily clear, but it seems that my colleague from the Liberal Party has not grasped the nuance. A sum of $19 billion is nice, but it does not solve the root of the problem. The problem is that health care in Canada is underfunded because of the federal government's disengagement. If Quebec is part of this beautiful, great country, then perhaps the federal government should assume its responsibilities and part of those responsibilities is to keep its word on paying 50% of health care.
Monsieur le Président, j'ai l'impression qu'il était absent, lorsque mon collègue de Longueuil—Saint-Hubert a répliqué à son discours en lui disant que, si on est obligé de mettre de l'argent pendant cette pandémie, c'est justement en raison de la négligence du gouvernement fédéral précédemment quant aux transferts aux provinces. L'OMS nous annonce qu'il y aura d'autres pandémies. Si l'on veut éviter de se retrouver exactement dans la même situation, il faudrait commencer à réinvestir maintenant pour éviter de se retrouver exactement dans la même situation plus tard.
Je croyais que mon collègue de Longueuil—Saint-Hubert avait été d'une limpidité absolument extraordinaire, mais il semble que mon collègue du Parti libéral n'ait pas encore saisi la nuance. Une somme de 19 milliards de dollars, c'est bien beau, mais cela ne règle pas le problème de fond. Le problème, c'est que les soins de santé au Canada sont sous-financés à cause du désengagement du gouvernement fédéral. Si le Québec fait partie de ce beau, grand pays, peut-être que le gouvernement fédéral devrait assumer ses responsabilités, et parmi ces responsabilités, il y a le fait de respecter sa parole et de payer 50 % des soins de santé.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his impassioned speech. He is always energetic and interesting to listen to. The motion before us today is a good one; it contains several interesting aspects.
We in the NDP have always condemned the cuts that were first made by the Harper Conservatives and later continued by the current Liberal government. These cuts have resulted in transfer increases of about 3% per year, while health care costs have risen by 5.4%. Clearly, we have reached an impasse. It is not sustainable, not viable.
We want to acknowledge the work done by health care workers, which is a very good idea. However, among those workers, there are also asylum seekers who were promised that their status would be regularized by last August. Yesterday we learned that the Canada Border Services Agency is going to resume removals and deportations.
I would like to hear what my colleague has to say about the current Liberal government's lack of sensitivity, compassion and solidarity if it ends up deporting people who helped us and cared for us during this pandemic.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue pour son discours enflammé. Il est toujours aussi énergique et intéressant à écouter. C'est une bonne motion dont nous discutons aujourd'hui, elle contient plusieurs choses intéressantes.
Au NPD, nous avons toujours dénoncé les compressions que les conservateurs de Stephen Harper avaient faites au départ et qui ont été poursuivies par le gouvernement libéral actuel. Ces compressions font en sorte que les augmentations des transferts sont d'environ 3 % par année alors que la hausse des coûts du système de santé est de 5,4 %. On voit très bien qu'on arrive à une impasse. Ce n'est pas durable, ce n'est pas viable.
On veut saluer le travail des travailleurs et des travailleuses de la santé, ce qui est une très bonne idée, mais parmi ces travailleurs et travailleuses, il y a aussi des demandeurs d'asile à qui l'on avait promis de régulariser le statut au mois d'août dernier. Hier, on a appris de l'Agence des services frontaliers du Canada qu'on va recommencer les renvois et les déportations.
J'aimerais entendre mon collègue au sujet du manque de sensibilité, de compassion et de solidarité du gouvernement libéral actuel, si jamais il déporte des gens qui nous ont aidés et soignés pendant cette pandémie.
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2020-12-01 13:29 [p.2755]
Mr. Speaker, my learned colleague from Rosemont—La Petite-Patrie can correct me but, as far as I know, neither the federal Liberal government nor the Quebec government has any intention of deporting anyone who has helped care for people during this pandemic.
In that regard, I believe that the answer is clear. We should not be concerned that people who look after our seniors, among others, during the pandemic could possibly face deportation.
That said, we should recognize that being accepted by a country is not a right. A certain number of criteria must be met. If these criteria are not met, the law does provide for deportation. It is not my cup of tea nor my specialty. I will therefore let the experts elaborate on this issue.
Monsieur le Président, mon érudit collègue de Rosemont—La Petite-Patrie me corrigera, mais, que je sache, il n'est absolument pas question, ni de la part du gouvernement libéral fédéral ni de celle du gouvernement du Québec, de déporter qui que ce soit qui aurait contribué à soigner la population durant cette pandémie.
Dans ce sens, je pense que la réponse est claire quant au fait qu'il ne faut pas craindre que des gens qui ont pris soin de nos aînés, entre autres, durant la pandémie soient confrontés à une possible déportation.
Cela dit, il faut quand même reconnaître qu'être accueilli dans un pays n'est pas un droit. Il faut répondre à un certain nombre de critères. Si l'on ne répond pas à ces critères, la loi prévoit effectivement des expulsions. Ce n'est pas ma tasse de thé ni ma spécialité. Je vais donc laisser aux spécialistes le soin d'approfondir cette question.
View Martin Champoux Profile
BQ (QC)
View Martin Champoux Profile
2020-12-01 13:31 [p.2755]
Mr. Speaker, I congratulate my colleague for his speech.
I would like him to comment on something I was told today. We are often told that the Bloc always makes demands and that it looks for a fight when what it is calling for is fair health transfers for Quebec and the provinces.
Ontario's finance minister stated earlier today that the provinces are more united than ever under the leadership of François Legault, that the Bloc Québécois motion would be helpful and that it would be a good thing if it were adopted. It was Ontario's finance minister who said so, not Quebec's.
I would like my colleague to comment on that.
Monsieur le Président, je félicite mon collègue pour son discours.
J'aimerais connaître son impression sur une chose qui m'a été communiquée aujourd'hui. On se fait souvent dire que le Bloc a toujours des revendications et qu'il cherche la chicane alors qu'il réclame de justes transferts en santé pour le Québec et les provinces.
Le ministre des Finances de l'Ontario vient de déclarer, plus tôt aujourd'hui, que les provinces sont plus unies que jamais sous le leadership de François Legault, que la motion du Bloc québécois serait utile et que ce serait bon signe si elle était adoptée. C'est le ministre des Finances de l'Ontario qui l'a dit, pas celui du Québec.
J'aimerais entendre mon collègue là-dessus.
View Stéphane Bergeron Profile
BQ (QC)
View Stéphane Bergeron Profile
2020-12-01 13:31 [p.2756]
Mr. Speaker, I thank my colleague from Drummond for his excellent question.
He is completely right. The Leader of the Government in the House of Commons keeps saying that the Bloc Québécois wants to pick a fight. It was not the Bloc Québécois who said today that federal standards were completely unacceptable, it was the Premier of Quebec. It was not the Bloc Québécois who said what my colleague from Drummond just mentioned, it was the Ontario finance minister.
We are simply a reflection of reality, and that reality is that not everything is peaches and cream between the federal government and the governments of the provinces and Quebec. The Leader of the Government in the House of Commons can claim until the cows come home that we are only looking to pick a fight, the reality is that there is some dissatisfaction about the availability of vaccines and transfers to provinces. The federal government has to address that dissatisfaction without pretending that people are looking to pick a fight. Things need to be addressed. We are here to clearly state Quebec's demands and expectations.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Drummond pour son excellente question.
Il a parfaitement raison. Le leader du gouvernement à la Chambre des communes ne cesse de répéter à la Chambre que c'est le Bloc québécois qui cherche la chicane. Ce n'est pas le Bloc québécois qui a déclaré aujourd'hui que les normes fédérales étaient tout à fait inacceptables, c'est le premier ministre du Québec. Ce n'est pas le Bloc québécois qui a déclaré ce que vient d'évoquer mon collègue de Drummond, c'est le ministre des Finances de l'Ontario.
C'est donc dire que nous sommes simplement ici le reflet d'une réalité, c'est-à-dire que tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes entre le gouvernement fédéral et les gouvernements des provinces et du Québec. Le leader du gouvernement à la Chambre des communes pourra bien nous accuser jusqu'à plus soif de chercher la chicane, le fait est que, dans la réalité, il y a des insatisfactions, notamment quant au moment où on recevra les vaccins. Il y a des insatisfactions quant aux transferts aux provinces. Il faut que le gouvernement fédéral y réponde sans prétendre qu'il s'agit de la chicane. Il s'agit simplement de mettre les choses au clair, et nous sommes ici pour mettre les choses au clair quant aux demandes et aux attentes du Québec.
View Darrell Samson Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, I am very pleased to voice my opinion and, of course, talk about what front-line health care workers are going through in my riding.
I will be sharing my time with the member for Outremont.
There is no question that this pandemic has been unprecedented. It has been a challenge right across the country. It has been a challenge for families and individuals. The bottom line is that families and communities have come together. That is so important to note, and I want to thank them.
Health care workers are the backbone of this pandemic. They have played and continue to play an extremely important role. As well, I want to thank the provinces, territories and our government for their excellent work, a team Canada approach, so to speak.
I would like to also mention the individuals who have been helping us through this pandemic: front-line workers, health care workers, those working at long-term care facilities and senior residences, our men and women in uniform, even those working at gas stations, convenience stores and grocery stores. All these people have played such an important role. I want to thank and underline some of them in my riding.
I want to thank the nurses working in long-term care at Ocean View Manor in Eastern Passage, the Ivy Meadows in Beaver Bank and Sagewood in Sackville. They have contributed and continue to do great work. I want to note some of the individuals I visited throughout the summer during the pandemic. Sabrina at the Beaverbank Convenience Store store worked to support her community; VJ at Cooks Convenience Store in Middle Sackville; and Sandra with By the Ocean Art in Eastern Passage. So many individuals and groups have been contributing, and I want to thank them. It is extremely important.
Some organizations too have played a very important role. I think of the Boys & Girls Club in East Preston, which delivered boxed lunches; Lions Christmas Express in Fall River; the Beacon House in Sackville; the Eastern Passage-Cow Bay Community Food Bank; and the Waverley Heritage Museum. All these great organizations had to do things differently in order to help and they did a great job doing that.
I want to note some individuals who volunteered, like Stefanie in Porters Lake, who led the Craig's Cause Pancreatic Cancer Society's five-kilometre run. I thank her for her leadership. Sandra MacDonald-Miles in Fall River raised over 800 pounds of food for Nova Scotia. These are great stories and I am sure all members could tell stories as well.
I want to thank the business community that had to do things differently to try to survive. They had to find ways to increase revenue and shed expenses. Some of them pivoted following our Prime Minister's encouragement to look for different ways to support Canadians through this pandemic. Stanfield's in Nova Scotia pivoted its operations to make gowns. Spring Loaded in Dartmouth made face shields. These are very important companies.
I want to thank our government for helping individuals and seniors with its various programs: the CERB, the wage subsidy, the rent subsidy, the transfers for seniors and the program for people with disabilities. I cannot say enough about how important these programs were. As an MP, I was so proud of our government rolling out these programs and then listening to MPs across the country to make the tweaks and adjustments necessary to meet even more demands by Canadians and businesses.
The second part of my presentation is about health care and working with provinces and territories.
I want to thank the Public Health Agency of Canada. It has worked closely with our government, the provinces and territories, our international partners and the world health organizations. Those great networking avenues have helped us through this pandemic and as we continue to move forward.
Health care is a very important area as is the health transfer for Atlantic Canadians in Nova Scotia, because we have the most seniors. The funding based on population rather than ratio it is an issue for us. However, we need to underline that our government has invested not only in the health care transfer agreement, but has also helped with home care, which is essentially what Canadians have underlined.
Top priorities for Nova Scotia are mental health, pharmacare, strategies for dementia and family doctors. Our government has been working very hard in these areas to help Canadians, such as national standards for long-term care and mental health, which are big issues.
With respect to supporting the provinces, I cannot thank them enough with respect to our restart agreement of $19 billion plus an extra $2 billion for education, which is a big investment, to help with testing, creating capacity and PPE.
Now we are investing in child care spaces, as members heard yesterday, which is extremely important.
I want to thank our Canadian Armed Forces for helping us. When we get our vaccine, the distribution will be supported by the Canadian Armed Forces.
I would like to remind the members of the Bloc Québécois of some very important things. They keep talking about areas of jurisdiction because the situation makes them uncomfortable.
I want to tell them how things really are. Our federal government has to enforce certain standards and is required to ensure that people have access to consistent health care services and have the same rights all across the country. We need to stop people like Alberta Premier Jason Kenney who is trying to privatize health care. We are investing in seniors and day care, which are also very important. We need to ensure that we have standards.
That is where the Bloc Québécois seems to be on the wrong track. We can speak on behalf of Quebec because our Parliament represents all of Canada and we have responsibilities. It is not just the Bloc Québécois that knows the truth about the support that is needed.
I am rather disappointed in my colleague from Beloeil—Chambly, whom I admire. He gave two speeches. In his speech last week on the French language, he did not show much emotion and I do not know why. Again today, when he spoke to his motion, he was a little vague.
I see that my friends from the Bloc Québécois, whom I like very much, continue to support the Conservatives. I am wondering if something will happen in the new year. Are we going to see the Bloc Québécois and the Conservatives join forces? Will there be an agreement between the member for Beloeil—Chambly and the member for Durham to form a coalition government?
I am asking that question because it is becoming quite obvious that the Bloc Québécois does not have much room to manoeuver while the Conservatives, on their part, seem to like everybody all of a sudden and increasingly want to help people. However, members will recall that, for a long time, all Conservatives could think of was budgetary cuts.
Our government has restored the health care funding. We continue to make those investments, not only under existing agreements, but also in all other areas that matter to Canadians.
Once again I am not trying to speak on behalf of the Bloc Québécois, but I am worried about the way things are going.
In 2011, when the Conservatives were in office, Ontario's health minister said the following:
“it's a unilateral federal offer...Our Christmas present this year is a lump of coal.”
The Government of Ontario felt that the federal Conservatives had a unilateral approach, but the situation is different all of a sudden, when talking about areas of jurisdiction. As for us, we believe that our government is a national government. We must be there for all Canadians, for families and organizations. We are there for everybody, in all parts of the country.
We want to make sure that acceptable standards are implemented, so that seniors' rights are respected, no matter if they live in Quebec, Alberta, Nova Scotia or New Brunswick.
Monsieur le Président, je suis très content de pouvoir communiquer mes opinions et, bien sûr, parler de ce que vivent les travailleurs de première ligne du domaine de la santé dans ma circonscription.
Je partagerai mon temps de parole avec la députée d'Outremont.
Il ne fait aucun doute que la pandémie est sans précédent. C'est un défi pour tout le pays. C'est un défi pour les familles et les particuliers. Les familles et les communautés ont uni leurs efforts. C'est très important de le souligner, et je tiens à les remercier.
Les travailleurs de la santé sont l'épine dorsale des efforts de lutte contre la pandémie. Ils ont joué — et continuent de jouer — un rôle extrêmement important. Je tiens également à remercier les provinces, les territoires et le gouvernement fédéral de leur excellent travail, une approche Équipe Canada, pour ainsi dire.
Je souhaite également mentionner les personnes qui nous ont aidés à traverser la pandémie: les travailleurs de première ligne, les travailleurs de la santé, le personnel dans les établissements de soins de longue durée et les résidences pour personnes âgées, les militaires, même les employés dans les stations-service, les dépanneurs et les épiceries, qui ont tous joué un rôle on ne peut plus important. Je tiens à remercier et à souligner certaines d'entre elles dans ma circonscription.
Je tiens à remercier les infirmiers qui travaillent dans les établissements suivants: Ocean View Manor, à Eastern Passage; Ivy Meadows, à Beaver Bank; et Sagewood, à Sackville. Ils ont fait — et continuent de faire — un travail extraordinaire. J'aimerais saluer tout particulièrement certaines personnes que j'ai rencontrées pendant l'été, au cœur de la pandémie. Je pense à Sabrina, du dépanneur de Beaverbank, qui a soutenu sa communauté. Sans oublier VJ, du dépanneur Cooks, à Middle Sackville, et Sandra, de la boutique By the Ocean Art, à Eastern Passage. Tellement de gens et de groupes ont mis la main à la pâte. Je tiens à les remercier. C'est extrêmement important.
Certains organismes ont également joué un rôle crucial. Par exemple, le Boys & Girls Club, à East Preston, qui a livré des boîtes-repas; le Lions Christmas Express, à Fall River; le Beacon House, à Sackville; la banque alimentaire communautaire d'Eastern Passage-Cow Bay; et le musée du patrimoine de Waverley. Tous ces organismes remarquables ont dû faire les choses autrement pour offrir leur aide, et ils ont fort bien réussi.
Je tiens également à rendre hommage à certains bénévoles, comme Stefanie, de Porters Lake, qui a organisé la course de cinq kilomètres pour la société Craig's Cause, qui lutte contre le cancer du pancréas. Je la félicite de son Ieadership. Je pense aussi à Sandra MacDonald-Miles, de Fall River, qui a recueilli plus de 800 livres de nourriture pour les Néo-Écossais. Ce sont là des histoires formidables, et je suis convaincu que tous les députés en auraient aussi à raconter.
Je veux remercier les entreprises qui ont dû faire les choses autrement pour assurer leur survie. Elles ont dû trouver des moyens d'augmenter leurs revenus tout en réduisant leurs dépenses. Certaines d'entre elles ont même réorienté leurs activités à la suite de l'appel de notre premier ministre pour trouver des façons différentes d'aider les Canadiens durant la pandémie. En Nouvelle-Écosse, Stanfield's a modifié sa production pour fabriquer des blouses. À Dartmouth, Spring Loaded s'est mise à fabriquer des écrans faciaux. Ces entreprises sont très importantes.
Je veux remercier le gouvernement d'aider les gens, y compris les personnes âgées, grâce à divers programmes: la PCU, la subvention salariale, la subvention pour le loyer, les paiements aux aînés et le programme pour les handicapés. Je ne dirai jamais assez à quel point ces programmes sont importants. En tant que député, j'étais vraiment fier que le gouvernement mette en place ces programmes, et ensuite d'entendre des députés de partout au pays proposer des ajustements pour que les programmes répondent encore mieux aux besoins des Canadiens et des entreprises.
La deuxième partie de mon discours concerne les soins de santé et la collaboration avec les provinces et les territoires.
J'aimerais remercier l'Agence de la santé publique du Canada. Elle a travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement, les provinces et les territoires, nos partenaires internationaux et les organisations qui s'occupent de la santé à l'échelle internationale. C'est un incroyable réseautage qui nous a été bénéfique pendant toute la pandémie et qui continuera à l'être par la suite.
Les soins de santé sont un domaine très important pour les Canadiens de l'Atlantique en Nouvelle-Écosse, tout comme le transfert en santé, car c'est dans notre province qu'il y a le plus grand nombre de personnes âgées. Comme le financement est basé sur la population plutôt que sur le ratio, c'est un problème pour nous. Toutefois, il faut reconnaître que le gouvernement a investi non seulement dans l'accord sur les transferts en santé, mais aussi dans les soins à domicile. C'est ce que les Canadiens ont souligné essentiellement.
En Nouvelle-Écosse, les grandes priorités sont la santé mentale, l'assurance-médicaments, les stratégies en matière de démence et les médecins de famille. Le gouvernement travaille très dur dans ces domaines pour aider les Canadiens et il planche notamment sur des normes nationales pour les soins de longue durée et la santé mentale, qui sont des enjeux majeurs.
En ce qui concerne l'aide aux provinces, je ne saurais trop remercier le gouvernement pour l'Accord sur la relance sécuritaire de 19 milliards de dollars, auxquels viennent s'ajouter 2 milliards pour l'éducation, ce qui est un gros investissement, pour aider au dépistage, fournir des moyens et de l'équipement de protection individuelle.
Maintenant, nous investissons dans des places en garderie, comme les députés l'ont entendu dire hier, et c'est très important.
Je tiens à remercier les Forces armées canadiennes de leur aide. Lorsque nous recevrons le vaccin, les Forces armées canadiennes viendront nous épauler pour la distribution.
J'aimerais rappeler des éléments très importants au Bloc québécois, qui ne cesse de parler de champs de compétence parce que la situation le met mal à l'aise.
Je vais lui dire ce qu'il en est vraiment. Notre gouvernement fédéral doit faire respecter des normes et il a l'obligation d'assurer des soins de santé uniformes et les mêmes droits à tout le monde partout au pays. Il faut arrêter des gens comme le premier ministre Jason Kenney de l'Alberta, qui cherche à privatiser les soins de santé. Nous sommes en train d'investir pour les aînés et pour les services de garde, qui sont aussi très importants. Nous devons nous assurer que nous avons des normes.
C'est là que le Bloc québécois semble faire fausse route. Nous pouvons parler au nom du Québec, car notre Parlement représente tout le Canada et nous avons des responsabilités. Il n'y a pas que le Bloc québécois qui détient la vérité en ce qui concerne les appuis nécessaires.
Je suis un peu déçu de mon collègue de Beloeil—Chambly, que j'admire. Il a donné deux discours. Lors de celui de la semaine dernière sur la langue française, il n'a pas exprimé beaucoup d'émotion et je ne sais pas pourquoi. Encore aujourd'hui, en présentant sa motion, il était un peu vague.
Je vois que mes amis du Bloc québécois, que j'aime beaucoup, continuent d'appuyer les conservateurs. Je me demande si quelque chose de nouveau va se passer dans la nouvelle année. Est-ce que le Bloc québécois et les conservateurs vont s'allier? Y aura-t-il une coalition gouvernementale entre le député de Beloeil—Chambly et le député de Durham?
Je me pose la question parce que cela commence à devenir de plus en plus évident que le Bloc québécois n'a pas beaucoup de marge de manœuvre tandis que les conservateurs, eux, aiment tout à coup tout le monde et souhaitent de plus en plus aider les gens. Pourtant, si l'on s'en souvient bien, pendant longtemps, les conservateurs ne faisaient que faire des coupes budgétaires en santé.
Notre gouvernement a rétabli les investissements en santé. Nous continuons de faire ces investissements, non seulement en vertu des ententes en vigueur, mais aussi dans tous les autres secteurs qui sont importants pour les Canadiennes et les Canadiens.
Encore une fois, je ne suis pas en train de faire un discours pour le compte du Bloc québécois, mais je m'inquiète de voir où il s'en va.
Lorsque les conservateurs fédéraux étaient au pouvoir en 2011, le ministre ontarien de la Santé de l'Ontario a dit:
« ...c'est une offre fédérale unilatérale [...] Cette année, pour Noël, nous aurons un morceau de charbon. »
Le gouvernement de l'Ontario trouvait que les conservateurs fédéraux avaient une approche unilatérale, mais la situation est tout à coup différente lorsqu'on parle des champs de compétence. Pour notre part, notre gouvernement est un gouvernement national. Nous sommes là pour tous les Canadiens, pour les familles, pour les organisations. Nous sommes là pour tout le monde partout au pays.
Nous allons assurer la mise en œuvre de normes acceptables afin que les droits des aînés soient respectés, qu'ils habitent au Québec, en Alberta, en Nouvelle-Écosse ou au Nouveau-Brunswick.
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his speech.
It is true that we need standards, but what we need are standards for the Quebec nation. Every province has its own standards because they set them based on their unique circumstances and needs.
I do not agree with my colleague's assertion that this is what the Bloc wants. It is not the Bloc that wants this. All the provinces want it. All the provinces have asked the federal government to respect their jurisdictions and transfer the money to the provinces so they can provide adequate health services.
Why is the government insisting on interfering in areas under provincial jurisdiction as clearly described in the Canadian Constitution?
Why does my colleague not give a fig about that?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours.
C'est vrai que nous avons besoin de normes. Toutefois, nous avons besoin de normes nationales québécoises. Chaque province a ses propres normes parce qu'elle les établit selon sa spécificité et selon ses besoins.
Je ne suis pas d'accord avec mon collègue quand il dit que c'est le Bloc qui veut cela. Ce n'est pas le Bloc qui veut cela. Toutes les provinces le veulent. Toutes les provinces ont demandé au gouvernement fédéral de respecter leurs champs de compétence et de transférer l'argent aux provinces pour qu'elles puissent offrir les services de santé adéquats.
Pourquoi le gouvernement s'entête-t-il à vouloir intervenir dans les compétences des provinces, qui sont bien décrites dans la Constitution canadienne?
Pourquoi mon collègue fait-il fi de cela?
View Darrell Samson Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, I thank my colleague for her question. It is a very important question, and I definitely want to give her an answer.
With respect to quality standards, we need to help everyone, young and old, whether they are in Newfoundland and Labrador, in Ontario or in Quebec. We need to guarantee a minimum standard. If Quebec wants to do more in certain areas, it can. There will be a guaranteed minimum standard.
There is no doubt that the federal government's investments in long-term care have proven its desire to help seniors in every province.
Jurisdiction must be respected. I am not saying it should not be, but I am saying there should be standards because we have one Canada for all Canadians no matter where they live.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question, qui est très importante et à laquelle je veux certainement répondre.
En ce qui a trait aux normes de qualité, nous devons aider tout le monde, qu'il s'agisse d'un aîné ou d'un jeune, qu'il se trouve à Terre-Neuve-et-Labrador, en Ontario ou au Québec. On doit s'assurer d'un minimum. Si le Québec veut aller plus loin dans certains domaines, il peut le faire. Au moins, un minimum sera garanti.
Il ne fait aucun doute que le gouvernement fédéral a démontré, avec ses investissements dans les soins de longue durée, qu'il veut aider les personnes aînées de toutes provinces.
Il faut respecter les champs de compétence. Je ne dis pas qu'il ne faut pas les respecter, mais je dis que des normes doivent être adoptées, parce que c'est un Canada pour tous les Canadiens, peu importe où ils habitent.
Results: 1 - 100 of 25447 | Page: 1 of 255

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10