Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 109
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)

Question No. 2478--
Mr. Brad Trost:
With regard to the total number of registered guns and licensed gun owners for each year since 2001: (a) how many Possession and Acquisition Licence (PAL) holders have been charged with homicide; (b) how many registered firearms were used in a homicide; and (c) how many PAL holders have been charged with using a registered firearm to commit homicide?
Response
Hon. Ralph Goodale (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, Lib.):
Mr. Speaker, RCMP systems do not capture the requested information at the level of detail requested. As a result, the information requested cannot be obtained without an extensive manual review of files. This manual review could not be completed within the established time frame.

Question No. 2479--
Mr. Brad Trost:
With regard to the total number of guns reported stolen for each year since 2001: (a) how many were registered; (b) how many were stolen from licensed gun owners; (c) how many were stolen from licensed gun dealers; and (d) of those guns stolen from licensed gun owners and dealers, how many were used in the commission of a violent offence?
Response
Hon. Ralph Goodale (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, Lib.):
Mr. Speaker, illegal or stolen handguns seized or found at crime scenes are deemed to be in the custody of the police force of jurisdiction, and kept for evidentiary purposes. Processes and/or policies may differ from one agency to another, as well as reporting requirements. Currently, there is no national repository for this type of information in Canada.
The Canadian firearms program, CFP, is a national program within the RCMP. It administers the Firearms Act and regulations, provides support to law enforcement and promotes firearms safety.
The CFP does not collect or track statistics with regard to the origin of illegal or stolen handguns.

Question No. 2481--
Mr. Ron Liepert:
With regard to the impact of Bill C-69, An Act to enact the Impact Assessment Act and the Canadian Energy Regulator Act, to amend the Navigation Protection Act and to make consequential amendments to other Acts, on Alberta’s economy: did the government conduct an economic analysis of the impact of Bill C-69 on Alberta’s oil and gas sector and, if so, who conducted the analysis and what were the results?
Response
Hon. Amarjeet Sohi (Minister of Natural Resources, Lib.):
Mr. Speaker, since coming to office, the government has made it clear that economic prosperity and environmental protection must go hand in hand. It has also been clear that it is a core responsibility of the federal government to help get Canada’s natural resources to market. The decision in 2012 to gut environmental laws eroded public trust, put Canada’s environment and economy at risk, and made it harder, not easier, for good projects to go ahead. These changes led to polarization and paralysis.
Bill C-69 was introduced to restore public confidence by better protecting the environment, fish and waterways, while also respecting indigenous rights. In addition, it would provide greater certainty to proponents, leading to the creation of good, middle-class jobs and enhancing economic opportunities.
Canada’s investment climate remains robust. According to the most recent “Major Projects Planned or Under Construction” report, there are 418 projects, worth some $585 billion, already under construction or planned over the next 10 years. This reflects Canada’s position as a destination of choice for resource investors.
Significantly, new projects have continued to come forward in all sectors since Bill C-69 was tabled in 2017, reflecting the continued confidence of the investment community.
In developing this legislation, the government undertook extensive consultations with Canadians. The bill reflects the feedback and advice from a broad range of stakeholders, including investors and project proponents, who indicated that they wanted a clear, predictable and timely project review process.
In addition, Natural Resources Canada routinely monitors market, financial and economic indicators to gauge the competitiveness of Canada’s oil and gas sector. These data inform all of the government’s policy decisions.

Question No. 2482--
Mr. Ron Liepert:
With regard to the Trans-Mountain Pipeline Expansion Project: (a) when is construction expected to resume on the pipeline; and (b) when will the expansion project be completed?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, the Trans Mountain Corporation is expected to update, publish and submit for regulatory consideration a revised construction schedule for the proposed Trans Mountain pipeline expansion project, if approved. The Department of Finance anticipates the government will be in a position to make a decision on the proposed project on or before June 18, 2019.

Question No. 2484--
Ms. Lisa Raitt:
With regard to taxpayer-funded flights taken by David MacNaughton, Canadian Ambassador to the United States, since March 2, 2016: (a) what are the details of all flights, including (i) dates, (ii) city of origin, (iii) city of destination, (iv) cost; and (b) what is the total amount spent on flights by the Ambassador?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Foreign Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers.
In response to parts (a) and (b), the information requested is publically disclosed at https://open.canada.ca/en/proactive-disclosure.

Question no 2478 --
M. Brad Trost:
En ce qui concerne le nombre total d’armes à feu enregistrées et de titulaires de permis d’armes à feu pour chaque année depuis 2001: a) combien de titulaires de permis de possession et d’acquisition (PPA) d’armes à feu ont-ils été accusés d’homicide; b) combien d’armes à feu enregistrées ont-elles été utilisées pour commettre un homicide; c) combien de titulaires de PPA ont-ils été accusés d’avoir utilisé une arme à feu enregistrée pour commettre un homicide?
Response
L'hon. Ralph Goodale (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):
Monsieur le Président, les systèmes de la GRC ne permettent pas de saisir l’information au niveau de détail demandé. Les données demandées ne peuvent pas être obtenues sans faire une vérification exhaustive manuelle de tous les fichiers. Cette vérification manuelle ne peut être faite dans les délais établis.

Question no 2479 --
M. Brad Trost:
En ce qui concerne le nombre total d’armes à feu déclarées volées chaque année depuis 2001: a) combien étaient enregistrées; b) combien ont été volées à des propriétaires d’armes titulaires d’un permis; c) combien ont été volées à des marchands d’armes à feu titulaires d’un permis; d) des armes à feu volées à des propriétaires titulaires d’un permis et à des marchands titulaires d’un permis, combien ont servi à la perpétration d’une infraction violente?
Response
L'hon. Ralph Goodale (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):
Monsieur le Président, les armes de poing illégales ou volées saisies ou découvertes sur des lieux de crime sont considérées comme étant sous la garde du service de police compétent et sont conservées à des fins de preuve. Les politiques et les processus, ainsi que les exigences en matière de production de rapports, peuvent être différents d’un service de police à un autre. À l’heure actuelle, il n’existe pas de registre national pour ce genre d’information au Canada.
Le Programme canadien des armes à feu, le PCAF, est un programme national de la GRC. Il administre l’application de la Loi sur les armes à feu et du règlement connexe, soutient les organismes d’application de la loi et fait la promotion de la sécurité en matière d’armes à feu.
Le PCAF ne recueille pas et ne tient pas de statistiques sur l’origine des armes de poing illégales ou volées.

Question no 2481 --
M. Ron Liepert:
En ce qui concerne les répercussions sur l’économie de l’Alberta du projet de loi C-69, Loi édictant la Loi sur l’évaluation d’impact et la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie, modifiant la Loi sur la protection de la navigation et apportant des modifications corrélatives à d’autres lois: le gouvernement a-t-il réalisé une analyse économique des répercussions du projet de loi C-69 sur le secteur pétrolier et gazier de l’Alberta et, le cas échéant, qui a réalisé l’analyse et quels en sont les résultats?
Response
L’hon. Amarjeet Sohi (ministre des Ressources naturelles, Lib.):
Monsieur le Président,depuis le début de son mandat, le gouvernement a indiqué clairement que la prospérité économique et la protection de l’environnement doivent aller de pair. Il a aussi été clair qu’une des responsabilités fondamentales du gouvernement fédéral est d’aider à faire en sorte que les ressources naturelles du Canada soient acheminées jusqu’aux marchés. La décision d’affaiblir les lois sur l’environnement, en 2012, a miné la confiance du public, a compromis l’environnement et l’économie du Canada et a rendu plus difficile, et non plus facile, de donner suite aux bons projets. Ces changements ont entraîné une polarisation et une paralysie.
Le projet de loi C-69 a été présenté afin de rétablir la confiance du public en offrant une meilleure protection pour l’environnement, le poisson et les voies navigables, tout en respectant les droits des Autochtones. De plus, ce projet de loi assurerait une plus grande certitude aux promoteurs menant à la création de bons emplois de classe moyenne et à l’amélioration des possibilités économiques.
Le climat d’investissements du Canada demeure robuste. Selon le dernier rapport « Grands projets prévus ou en voie de mise en œuvre », plus de 418 projets d’un coût total de 585 milliards de dollars sont déjà en cours de réalisation ou le seront d’ici 10 ans. Cela reflète la position du Canada en tant que destination de choix pour les investisseurs dans le secteur des ressources.
Notablement, de nouveaux projets ont continué d’être présentés dans tous les secteurs depuis que le projet de loi C-69 a été présenté, en 2017, traduisant ainsi la confiance continue des investisseurs.
Lors de l’élaboration de ce projet de loi, le gouvernement du Canada a mené de vastes consultations auprès des Canadiens et des Canadiennes. La nouvelle législation reflète les commentaires et les expériences entendus durant ces consultations auprès d’un vaste éventail d’intervenants, notamment des investisseurs et des promoteurs, qui ont affirmé qu’ils voulaient un processus d'examen clair, prévisible et rapide.
De plus, Ressources naturelles Canada surveille régulièrement les indicateurs financiers, économiques et de marché afin d’évaluer la compétitivité du secteur du pétrole et du gaz du Canada. Ces données orientent toutes les décisions de politique du gouvernement.

Question no 2482 --
M. Ron Liepert:
En ce qui concerne le projet d’agrandissement du réseau Trans Mountain: a) quand les travaux de construction du pipeline devraient-ils reprendre; b) quand le projet d’agrandissement sera-t-il terminé?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, il est attendu de la Trans Mountain Corporation qu’elle mette à jour, publie et présente un horaire révisé de construction pour le projet d’expansion proposé de l’oléoduc Trans Mountain, s’il est approuvé. Finances Canada prévoit que le gouvernement sera en mesure de prendre une décision au sujet du projet proposé d’ici le 18 juin 2019.

Question no 2484 --
Mme Lisa Raitt:
En ce qui concerne les vols financés par les contribuables et pris par David MacNaughton, ambassadeur du Canada aux États-Unis, depuis le 2 mars 2016: a) quels sont les détails de tous les vols, y compris (i) la date, (ii) la ville de départ, (iii) la ville de destination, (iv) le coût; b) quel est le montant total dépensé pour des vols pris par l’ambassadeur?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (ministre des Affaires étrangères, Lib.):
Monsieur le Président, les renseignements demandés sont publiquement divulgués à l'adresse suivante: https://ouvert.canada.ca/fr/divulgation-proactive.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)

Question No. 2458--
Mr. Colin Carrie:
With regard to Health Canada’s regulation of natural health products and non-prescription drugs: (a) what specific regulatory changes have been proposed or are currently under consideration by Health Canada; (b) for each proposed change, what is the stage, status, and timeline of the proposed change; and (c) is Health Canada proposing or considering bringing natural health products under direct regulation and, if so, what are the details, including timeline of such a proposal?
Response
Ms. Pam Damoff (Parliamentary Secretary to the Minister of Health, Lib.):
Mr. Speaker, in response to parts (a), (b) and (c), natural health products have been regulated under the natural health products regulations since 2004, and Canadians now have access to more than 150,000 licensed natural health products. The government is committed to preserving access to a wide range of health products, while making sure that Canadians have the information they need on the product labels to make informed health choices. Health Canada is dedicated to being reasonable, thoughtful and deliberate in how it develops its policy proposals and how it implements any changes.
Since fall 2016, departmental officials have conducted extensive consultations with a diverse range of stakeholders to gain their perspectives and concerns on proposed changes to the natural health products regulations to improve the labelling of natural health products, and the food and drug regulations to modernize the oversight approach for non-prescription drugs. Health Canada has received input from over 4,500 consumers, industry, health care professionals, academia and many other interested stakeholders. This engagement will continue as proposals advance over the coming months to further seek stakeholders’ perspectives and collaboratively work with them on potential solutions.
With regard to the natural health products regulations, Health Canada is proposing changes to improve the labelling of natural health products to make labels easier to read and understand, help consumers make informed decisions about their health and the health of their families, and reduce avoidable harms associated with confusing or illegible labels. Under this new proposal, labels would require a standardized product facts table, a minimum font size and appropriate colour contrast. This proposal is targeting spring 2020 for pre-publication in the Canada Gazette, part I. To support this proposal and its implementation, Health Canada has been engaging stakeholders extensively and has been meeting individual companies representing tens of thousands of natural health products on the Canadian market, to identify any challenges with implementing the proposed labelling changes and working in collaboration with stakeholders to identify potential solutions. Furthermore, Health Canada will publish its proposed guidance on labelling changes in June 2019 to seek additional feedback on the proposed changes prior to formal consultation in Canada Gazette, part I.
In April 2019, Health Canada published its findings from public opinion research on improving self-care product labelling during in-person public consultations held across Canada in 2018: “Consulting Consumers on Self-Care Product Labelling: A Report on What We Heard”, https://www.canada.ca/en/health-canada/topics/self-care-products/what-we-heard-product-labelling.html.
With regard to the food and drug regulations, Health Canada is proposing changes to modernize the oversight approach for non-prescription drugs, which range from cosmetic-like topical products to higher-risk products such as non-steroidal anti-inflammatories. This proposal would introduce simplified market access pathways for lower-risk products and reduce regulatory burden for industry. This proposal is targeting spring 2020 for pre-publication in Canada Gazette, part I.
The regulatory modernization proposals, as described above, are outlined in Health Canada’s “Forward Regulatory Plan 2019-2021”: https://www.canada.ca/en/health-canada/corporate/about-health-canada/legislation-guidelines/acts-regulations/forward-regulatory-plan/plan/self-care-framework.html.
More information on the proposed regulatory changes and how stakeholders can get involved can be found in “Next steps on the self-care products initiative”, at https://www.canada.ca/en/health-canada/services/self-care-framework.html.
Health Canada remains committed to continue to engage stakeholders throughout the regulatory modernization process.

Question No. 2469--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to the Asian Infrastructure Investment Bank, since January 1, 2016: (a) how many Canadian businesses are investing in projects in the Asian Infrastructure Investment Bank, broken down by year; (b) how much Canadian money is spent on projects in the Asian Infrastructure Investment Bank, broken down by year; and (c) of the projects listed in (a), how many of these businesses are operating through, either directly or indirectly, the Canadian government?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, in response to part (a), the Department of Finance has been informed that one Canadian firm, Hatch, is providing consulting services on an AIIB-financed project. In addition, the Department of Finance understands that Canadian firms and consultants are engaged with core functions of the bank. For example, TD Securities helped manage AIIB’s first bond issuance in May 2019, among other financial services firms.
The AIIB publishes details of investors who invest alongside the AIIB in a project. This information can be found on the AIIB website in project documents of both proposed and approved projects, at the following links: https://www.aiib.org/en/projects/approved/index.html and https://www.aiib.org/en/projects/proposed/index.html.
In response to part (b), Canada purchased a 0.995% shareholding in the Asian Infrastructure Investment Bank at a cost of $199 million U.S. This amount, which is payable over a five-year period in equal proportions, starting in 2017-18, is pooled with that of other member countries and used to finance AIIB projects over multiple years.
In response to part (c), businesses win procurement contracts independently and do not operate through the Government of Canada.

Question No. 2470--
Ms. Lisa Raitt:
With regard to the 2016 compliance agreement signed by SNC-Lavalin and Elections Canada: did Elections Canada receive any communication from the government, including from any minister’s office, about SNC-Lavalin since November 4, 2015, and, if so, what are the details of all communication, including (i) date, (ii) sender, (iii) recipient, (iv) form (email, letter, telephone, etc.), (v) subject matter, (vi) summary of contents?
Response
Mr. Arif Virani (Parliamentary Secretary to the Minister of Justice and Attorney General of Canada and to the Minister of Democratic Institutions, Lib.):
Mr. Speaker, the Office of the Chief Electoral Officer of Canada has not received any communication from the government, including from any minister’s office, about the 2016 compliance agreement signed by SNC-Lavalin Group Inc. and the Commissioner of Canada Elections, CCE.
The CCE is responsible to ensure that the Canada Elections Act and the Referendum Act are complied with and enforced, including the negotiation of compliance agreements. In the exercise of that role, he acts independently of the Chief Electoral Officer.

Question no 2458 --
M. Colin Carrie:
En ce qui concerne la réglementation des médicaments sans ordonnance et des produits de santé naturels par Santé Canada: a) quels changements réglementaires précis ont été proposés ou sont actuellement étudiés par Santé Canada; b) pour chaque changement proposé, à quelle étape du processus le changement en est-il, quel est le statut du changement et quel est l’échéancier prévu du changement; c) Santé Canada propose-t-il ou envisage-t-il de réglementer directement les produits de santé naturels, et le cas échéant, quels sont les détails concernant une telle proposition, y compris l’échéancier prévu?
Response
Mme Pam Damoff (secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé, Lib.):
Monsieur le Président, les produits de santé naturels, ou PSN, sont assujettis au Règlement sur les produits de santé naturels depuis 2004. La population canadienne a maintenant accès à plus de 150 000 PSN homologués. Le gouvernement est déterminé à maintenir l’accès à un large éventail de produits de santé, tout en veillant à ce que la population puisse faire des choix de santé éclairés grâce aux renseignements figurant sur les étiquettes des produits. Santé Canada s’engage à se montrer raisonnable, réfléchi et méthodique dans sa façon d’élaborer ses projets de politiques et de mettre en œuvre tout changement.
Depuis l’automne 2016, des agents ministériels ont mené de vastes consultations auprès de divers intervenants pour recueillir leurs points de vue et leurs préoccupations au sujet des modifications proposées au Règlement, qui visent à améliorer l’étiquetage des PSN, et au Règlement sur les aliments et drogues, qui visent à moderniser l’approche de surveillance pour les médicaments en vente libre. Santé Canada a pu recueillir les commentaires de plus de 4 500 consommateurs, représentants de l’industrie, professionnels des soins de santé, universitaires et nombreux autres intervenants intéressés. Cet engagement sera maintenu au fur et à mesure que les propositions progressent, au cours des prochains mois, pour solliciter d’autres points de vue auprès des intervenants et collaborer avec ceux ci à des solutions potentielles.
Santé Canada propose des modifications au Règlement pour améliorer l’étiquetage des produits de façon à en faciliter la lecture et la compréhension, à aider les consommateurs à prendre des décisions éclairées concernant leur santé et celle de leur famille, et à réduire les préjudices évitables associés à des étiquettes illisibles ou portant à confusion. Dans le cadre de cette proposition, les étiquettes devront inclure un tableau normalisé d’information sur le produit et respecter les exigences de taille de police minimale et de contraste de couleurs convenable. Dans le cas de cette proposition, l’objectif est de procéder à la publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada au printemps 2020. Afin de soutenir cette proposition et sa mise en œuvre, Santé Canada a mobilisé de nombreux intervenants et a rencontré des entreprises représentant des dizaines de milliers de PSN sur le marché canadien, afin de relever tout enjeu associé à la mise en œuvre des modifications proposées à l’étiquetage et de collaborer avec les intervenants à des solutions potentielles. De plus, Santé Canada proposera une ligne directrice sur les modifications à l’étiquetage en juin 2019 afin de recueillir d’autres commentaires sur ces modifications avant une consultation officielle.
En avril 2019, Santé Canada a publié les résultats d’un sondage d’opinion publique sur l’amélioration de l’étiquetage des produits d’autosoins mené lors des consultations publiques en personne à l’échelle du Canada en 2018: « Consultation des consommateurs au sujet de l’étiquetage des produits d’autosoins : Compte rendu de ce que nous avons entendu », que l’on peut consulter à l’adresse suivante: https://www.canada.ca/fr/sante-canada/sujets/produits-d-autosoins/consultation-consommateurs-letiquetage-produits-autosoins-ce-que-nous-avons-entendu.html.
Santé Canada propose aussi des modifications au Règlement sur les aliments et drogues afin de moderniser l’approche de surveillance pour les médicaments en vente libre, lesquels regroupent tant les médicaments topiques s’apparentant à des cosmétiques que les produits à risque plus élevé comme les anti inflammatoires non stéroïdiens. Cette proposition permettrait un accès simplifié au marché pour les produits à plus faible risque et réduirait le fardeau réglementaire pour l’industrie. L’objectif est de procéder à la publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada au printemps 2020.
Les propositions de modernisation réglementaire ci dessus sont décrites dans le Plan prospectif de la réglementation 2019 2021 de Santé Canada, que l’on peut également consulter à cette adresse: https://www.canada.ca/fr/sante-canada/organisation/a-propos-sante-canada/legislation-lignes-directrices/lois-reglements/plan-prospectif-reglementation/plan/cadre-produits-autosoins.html.
Pour en savoir plus sur les modifications proposées à la réglementation et sur la façon dont les intervenants peuvent participer, on peut consulte la page « Prochaines étapes de l'initiative de produits d'autosoins ».
Santé Canada demeure résolu à continuer de mobiliser les intervenants tout au long du processus de modernisation.

Question no 2469 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, depuis le 1er janvier 2016: a) combien d’entreprises canadiennes ont investi dans des projets avec la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, par année; b) combien d’argent canadien est dépensé dans des projets de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, par année; c) des projets énumérés en a), combien de ces entreprises sont exploitées, directement ou indirectement, par l’entremise du gouvernement canadien?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le ministère des Finances du Canada a appris que l’entreprise canadienne Hatch offrait des services de consultation pour un projet financé par la BAII, soit la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures. De plus, nous croyons comprendre que des entreprises canadiennes et des experts-conseils collaborent avec les responsables des fonctions de base de la Banque. Par exemple, Valeurs mobilières TD a aidé à gérer l’émission des premières obligations de la BAII en mai 2019, entre autres entreprises de services financiers.
La BAII publie les détails des investisseurs qui investissent à ses côtés dans un projet. Ces renseignements sont affichés sur le site Web de la BAII dans des documents pour les projets proposés et les projets approuvés. Voici des liens vers les projets: https://www.aiib.org/en/projects/approved/index.html et https://www.aiib.org/en/projects/proposed/index.html.
En ce qui concerne la partie b) de la question, le Canada a acheté une participation de 0,995 % dans la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures au coût de 199 millions de dollars américains. Ce montant, qui est payable sur une période de cinq ans en proportions égales à compter de 2017-2018, est mis en commun avec celui des autres pays membres et sert à financer des projets de la BAII sur plusieurs années.
Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, les entreprises obtiennent des contrats de façon indépendante et ne passent pas par le gouvernement du Canada.

Question no 2470 --
Mme Lisa Raitt:
En ce qui concerne l’entente de transaction que SNC-Lavalin et Élections Canada ont conclu en 2016: Élections Canada a-t-il reçu des communications du gouvernement, y compris d’un bureau de ministre, au sujet de SNC-Lavalin depuis le 4 novembre 2015; le cas échéant, quels sont les détails de toutes ces communications, y compris: (i) la date, (ii) le destinateur, (iii) le destinataire, (iv) la forme du message (courriel, lettre, appel téléphonique, etc.), (v) le sujet, (vi) le résumé du message?
Response
M. Arif Virani (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada et de la ministre des Institutions démocratiques, Lib.):
Monsieur le Président, le Bureau du directeur général des élections du Canada n’a reçu aucune communication de la part du gouvernement ni d’aucun cabinet à propos de la transaction conclue en 2016 entre le Groupe SNC-Lavalin inc. et le commissaire aux élections fédérales.
Le commissaire aux élections fédérales est responsable de veiller à ce que la Loi électorale du Canada et la Loi référendaire soient respectées et appliquées, notamment la négociation des transactions. Dans l’exercice de ce rôle, il agit indépendamment du directeur général des élections.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 2442--
Mr. Luc Berthold:
With regard to the canola crisis and the request from the Premier of Saskatchewan to increase the loan limit on Agriculture and Agri-Food Canada’s Advance Payments Program from $400,000 to $1 million: (a) why has the government not yet increased the loan limit; (b) will the government be increasing the loan limit to $1 million; (c) if the answer to (b) is affirmative, when; and (d) if the answer to (b) is negative, why not?
Response
Hon. Marie-Claude Bibeau (Minister of Agriculture and Agri-Food, Lib.):
Mr. Speaker, on behalf of Agriculture and Agri-Food Canada, including the Canadian Pari-Mutuel Agency, in response to (a), on May 1, 2019, the government announced that it intends to amend the agricultural marketing programs regulations to temporarily increase loan limits under the advance payments program for 2019.
In response to (b), the regulatory amendment would change the 2019 loan limits to allow for advances of up to $1 million on all commodities. The first $100,000 of the advances will remain interest-free on all commodities, except canola. Canola advances will be eligible for up to $500,000 interest-free.
In response to (c), as of May 29, canola advances are eligible for up to $400,000 in interest-free loans. Producers will be able to apply for the new amounts as early as June 10, and new advances above $400,000 will be issued as of June 26.

Question No. 2445--
Mr. John Brassard:
With regard to the government’s advertising and promotional campaign related to the Climate Action Incentive: (a) what are the various components of the campaign (postcards, partnership with H&R Block, etc.); (b) what are the total expenditures related to the campaign; and (c) what are the details of all expenditures related to the campaign, including (i) vendor, (ii) amount; (iii) date and duration of contract, (iv) description of goods or services provided, (v) to which campaign components is the expenditure related?
Response
Hon. Catherine McKenna (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Mr. Speaker, Environment and Climate Change Canada does not have any expenditures related to Q-2445.
With regard to the Canadian Environmental Assessment Agency, the agency does not have any expenditures related to Q-2445.
With regard to Parks Canada, Parks Canada does not have any expenditures related to Q-2445.

Question No. 2446--
Mrs. Sylvie Boucher:
With regard to the Canada Infrastructure Bank: (a) what is the complete list of infrastructure projects financed by the bank to date; and (b) for each project in (a), what are the details, including (i) amount of federal financing, (ii) location of project, (iii) scheduled completion date of project, (iv) project description?
Response
Mr. Marco Mendicino (Parliamentary Secretary to the Minister of Infrastructure and Communities, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to infrastructure projects, the Canada Infrastructure Bank invested $1.283 billion in the Réseau express métropolitain, REM, project, a 67-kilometre light rail, high-frequency network with 26 stations located in greater Montreal in the province of Québec: https://rem.info/en/reseau-express-metropolitain.
In response to (a), the infrastructure project is Réseau express métropolitain, REM.
In response to (b)(i), the amount of federal financing is $1.283 billion, in the form of a 15-year senior secured loan at a rate starting at 1% and escalating to 3% over the term of the loan. The $1.283-billion investment completes the project’s $6.3-billion financing.
In response to (b)(ii), the project location is greater Montreal.
In response to (b)(iii), with regard to the scheduled completion date of the project, the REM is the largest public transit project undertaken in Québec in the last 50 years. The first trains are expected to start running in 2021 from the South Shore to Bonaventure-Central Station.
In response to (b)(iv), with regard to project description, the REM is a new, integrated 67-kilometre public transit network intended to link downtown Montréal; the South Shore; the West Island, Sainte-Anne-de-Bellevue; the North Shore, Laval and Deux-Montagnes; and the airport through the operation of an entirely automated and electric light rail transit, LRT, system.

Question No. 2452--
Mr. Dave MacKenzie:
With regard to the federal carbon tax and the Climate Action Rebate, broken down by province where the federal carbon tax is in effect: (a) what is the total amount of revenue projected to be collected from the carbon tax in each of the next five fiscal years, starting with 2019-20; and (b) what is the total amount expected to be disbursed to individuals through the Climate Action Rebate in each of the next five fiscal years, starting with 2019-20?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.) :
Mr. Speaker, the Government of Canada has a plan that protects the environment while growing the economy. On October 23, 2018, the Government of Canada announced that there would be a price on carbon pollution across Canada in 2019. On the same day, the Department of Finance published a document named “Backgrounder: Ensuring Transparency”, which outlines amounts of projected fuel charge proceeds and climate action incentive payments, from 2019-20 to 2023-24. The document can be found on the Department of Finance website: https://www.fin.gc.ca/n18/data/18-097_2-eng.asp.

Question no 2442 --
M. Luc Berthold:
En ce qui concerne la crise du canola et la demande du premier ministre de la Saskatchewan, qui souhaite que les prêts limites consentis dans le cadre du Programme de paiements anticipés d’Agriculture et Agroalimentaire Canada soient portés de 400 000 $ à un million de dollars: a)pourquoi le gouvernement n’a-t-il pas déjà augmenté la limite; b) le gouvernement portera-t-il la limite à un million de dollars; c) si la réponse en b) est oui, à quelle date; d) si la réponse en b) est non, pourquoi?
Response
L’hon. Marie-Claude Bibeau (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le 1er mai dernier, le gouvernement a annoncé qu’il comptait modifier le Règlement sur les programmes de commercialisation agricole de manière à augmenter temporairement les limites de prêts en vertu du Programme de paiements anticipés pour l’année 2019.
En ce qui concerne la partie b) de la question, la modification réglementaire changerait les limites de prêts du Programme de paiements anticipés pour l’année 2019 pour permettre des avances pouvant atteindre 1 million de dollars sur tous les produits. La première tranche de 100 000 $ demeurera sans intérêt sur tous les produits, sauf le canola. Les avances sur le canola seront admissibles jusqu’à concurrence d’un total de 500 000 $ sans intérêt.
Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, depuis le 29 mai, les avances sur le canola sont admissibles à des prêts sans intérêt allant jusqu'à 400 000 $. Les producteurs peuvent présenter une demande pour recevoir les nouveaux montants depuis le 10 juin. Les nouvelles avances supérieures à 400 000 $ seront émises à compter du 26 juin.

Question no 2445 --
M. John Brassard:
En ce qui concerne la campagne de publicité et de promotion du gouvernement au sujet de l’Incitatif à agir pour le climat: a) quelles sont les diverses composantes de cette campagne (cartes postales, partenariat avec H&R Block, etc.); b) à combien s’élèvent les dépenses totales pour cette campagne; c) quel est le détail de toutes les dépenses concernant cette campagne, y compris (i) le nom du fournisseur, (ii) le montant, (iii) la date et la durée du contrat, (iv) la description des biens ou des services fournis, (v) et à quelles composantes de la campagne se rapportent ces dépenses?
Response
L’hon. Catherine McKenna (ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Lib.):
Monsieur le Président, ni Environnement et Changement climatique Canada, ni l’Agence canadienne d’évaluation environnementale ni Parcs Canada n’ont engagé de dépenses liées à la question posée.

Question no 2446 --
Mme Sylvie Boucher:
En ce qui concerne la Banque de l’infrastructure du Canada: a) quelle est la liste complète des projets d’infrastructure financés par la banque jusqu’à présent; b) pour chaque projet en a), quels sont les détails, y compris (i) le montant du financement fédéral, (ii) l’emplacement du projet, (iii) la date prévue d’achèvement du projet, (iv) la description du projet?
Response
M. Marco Mendicino (secrétaire parlementaire du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à cette question, la Banque de l’infrastructure du Canada a conclu un investissement de 1,283 milliard de dollars dans le projet de Réseau express métropolitain, ou REM, à Montréal, un réseau de trains légers à haute fréquence de 67 km et de 26 stations situées dans le Grand Montréal, au Québec. À ce sujet, on peut consulter le ite suivant: https://rem.info/fr.
En ce qui concerne la partie a) de la question, le nom du projet d’infrastructure est « Réseau express métropolitain » ou REM.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, il s’agit d’un projet d’infrastructure, et le montant du financement fédéral s’élève à 1,283 milliard de dollars sous la forme d'un prêt garanti de premier rang d'une durée de 15 ans à un taux débutant à 1% et progressant à 3% sur la durée du prêt. L’investissement de 1,283 milliard de dollars complète le financement de 6,3 milliards de dollars du projet.
L’emplacement du projet est la grande région de Montréal.
Pour ce qui touche à la date prévue de l’achèvement du projet, il convient de dire que, actuellement en phase de construction, le REM est le plus grand projet de transport collectif au Québec au cours des cinquante dernières années. Les premiers départs sont prévus en 2021 sur le segment Rive-Sud - Gare Centrale, puis le reste du réseau sera mis progressivement en service en 2022-2023.
Enfin, le REM est un nouveau réseau intégré de transport collectif de 67 km qui vise à relier à la fois le centre-ville de Montréal, la Rive-Sud, l’Ouest-de-l‘Île, à Sainte-Anne-de-Bellevue, la Rive-Nord, à Laval et à Deux-Montagnes, et l’aéroport par la mise en service d’un système de métro léger entièrement automatisé et électrique.

Question no 2452 --
M. Dave MacKenzie:
En ce qui concerne la taxe fédérale sur le carbone et l’Incitatif à agir pour le climat, ventilé par province où la taxe fédérale sur le carbone est en vigueur: a) quel est le montant total des recettes que l’on prévoit percevoir de la taxe sur le carbone au cours de chacun des cinq prochains exercices à compter de 2019-2020; b) quel est le montant total que l’on prévoit verser aux particuliers dans le cadre de l’Incitatif à agir pour le climat pour chacun des cinq prochains exercices à compter de 2019-2020?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada a un plan qui permet de protéger l’environnement tout en faisant fructifier l’économie. Le 23 octobre 2018, le gouvernement du Canada a annoncé qu’il imposerait une tarification de la pollution par le carbone dans l’ensemble du Canada en 2019. Cette même journée, le ministère des Finances a publié un document intitulé « Document d’information : Assurer la transparence », dans lequel il indique ses prévisions pour les produits issus de la redevance sur les combustibles et la somme totale des paiements de l’incitatif à agir pour le climat, pour les années 2019-2020 à 2023-2024. Le document en question peut être consulté sur le site Web du ministère des Finances Canada, à l’adresse suivante: https://www.fin.gc.ca/n18/data/18-097_2-fra.asp.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)

Question No. 2429--
Ms. Linda Duncan:
With regard to Canada’s Official Development Assistance (ODA): (a) what is the total ODA to gross national income (GNI) ratio arising from the 2019 budget; (b) what were Canada’s total ODA to GNI ratios for each of the last ten fiscal years; (c) what is the government’s position on delivering Canada’s outstanding commitment to deliver on the United Nations' target of 0.7% ODA to GNI; and (d) if the government is committed to delivering the 0.7% of GNI, what is the government’s timeline for delivering this commitment?
Response
Hon. Maryam Monsef (Minister of International Development and Minister for Women and Gender Equality, Lib.):
In response to (a), the ratio of official development assistance, ODA, to gross national income, GNI, arising from budget 2019 is not yet available. Investments in ODA-eligible activities stemming from budget 2019 would only begin to be captured in Canada’s ODA/GNI ratio once 2019 preliminary figures are released in April 2020. In addition, budget 2019 announced commitments that may affect Canada’s ODA in the future, such as an additional $700 million in 2023-24 to the international assistance envelope. This builds upon budget 2018’s announcement of $2 billion to the international assistance envelope over a five-year period, starting in 2018-19.
The ODA/GNI ratio is calculated by the Organisation for Economic Co-operation and Development, OECD, annually on a calendar year basis. Preliminary figures for the previous calendar year are usually released in April, with final figures confirmed in December. The latest preliminary OECD figures, for 2018, were released in April 2019, and Canada was identified as having an ODA/GNI ratio of 0.28% for 2018.
Canada’s 2018 preliminary ODA/GNI ratio, calculated by the Development Assistance Committee, DAC, of the OECD using a new grant equivalent methodology, was 0.28%. In 2018, the OECD-DAC began calculating ODA using a new “grant equivalent” methodology, which differs from the historical series, which was calculated on a cash basis. Canada is in the top 10 major DAC donor countries.
In response to (b), Canada’s total ODA/GNI ratios for each of the last 10 years for which final figures are available, 2008-17, are the following: for 2008, 0.33%; for 2009, 0.30%; for 2010, 0.34%; for 2011, 0.32%; for 2012, 0.32%; for 2013, 0.27%; for 2014, 0.24%; for 2015, 0.28%; for 2016, 0.26%; for 2017, 0.26%.
In response to (c) and (d), in 1970, UN member states, including Canada, agreed to UN General Assembly Resolution 2626 (XXV).

Question No. 2431--
Ms. Linda Duncan:
With regard to the Global Fund’s sixth replenishment to step up the fight against AIDS, tuberculosis and malaria: (a) is the government committing $1 billion to the Global Fund’s sixth replenishment for 2020-2022; and (b) will this funding be in addition to the total official development assistance promised in the 2018 and 2019 budgets?
Response
Hon. Maryam Monsef (Minister of International Development and Minister for Women and Gender Equality, Lib.):
Mr. Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers. The global effort to combat AIDS, tuberculosis and malaria remains a priority for the Government of Canada. The Global Fund is a key partner of Canada in tackling the fight against AIDS, tuberculosis and malaria. The Global Fund has achieved significant results with contributions from Canada and other international donors, helping to save more than 27 million lives since 2002.
In 2016, Canada was pleased to host the Global Fund’s Fifth Replenishment Conference, where Canada’s leadership helped secure over $12 billion U.S. to support its work to end these epidemics, and where Canada pledged $804 million for the 2017-19 period, a 24% increase over the previous period, 2015-17.
Canada is collaborating with France and other donors to help ensure that the upcoming Sixth Replenishment Conference in France will also be a success. The Government of Canada is still in the process of determining the level of the next pledge and expects being able to announce this pledge in advance of the Sixth Replenishment Conference in October 2019.
The information about the source of the funding will depend on the final amount and will be made available following the announcement.

Question No. 2432--
Ms. Linda Duncan:
With regard to Canada’s commitment to the 2030 Sustainable Development Goals and the Feminist International Development Policy: (a) what portion of Canada’s official development assistance in 2019-20 will be committed to water, sanitation and hygiene as a foundation for women’s health; (b) does Canada intend to increase its investment in the global water, sanitation and hygiene sector; (c) will Canada join the 72 other countries working together to stimulate political dialogue and leadership through the Sanitation and Water for All partnership; and (d) is the Feminist International Assistance Policy now being applied to projects for global water, sanitation, and hygiene, and, if so, will there be additional funding to serve the priority needs of women and girls, and for consultation with women and girls on their needs?
Response
Hon. Maryam Monsef (Minister of International Development and Minister for Women and Gender Equality, Lib.):
Mr. Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers. In response to (a), funding for fiscal year 2019-20 has not yet been fully allocated at the sectoral level. For a complete listing of approved and currently operational projects related to water supply and sanitation, please refer to Project Browser: https://w05.international.gc.ca/projectbrowser-banqueprojets/?lang=eng.
In response to (b), in light of competing priorities, Canada will likely not increase its investment in the global WASH sector. However, in addition to Canada’s direct investment in water and sanitation through development assistance, Canada’s support to the delivery of maternal and child health, sexual and reproductive health services, and international humanitarian assistance often also includes the provision of WASH.
In response to (c), Canada recognizes the importance of collaboration to tackle global issues, including water supply, sanitation and hygiene. Global Affairs Canada has not participated in the Sanitation and Water for All partnership in recent years due to competing priorities and commitments. Canada will be able to reassess our ability to participate when the next Sector Ministers’ Meeting is called.
In response to (d), Canada’s feminist international assistance policy, FIAP, recognizes the importance of addressing water and sanitation issues, particularly as it relates to their disproportionate impact on women and girls. This includes investments in sustainable access to appropriate WASH systems, as well as integrated water resource management. Gender equality and the empowerment of women and girls is the core action area under the FIAP, which prioritizes gender equality for all sectors covered under the FIAP. As a result, gender equality considerations related to water and sanitation are systematically integrated into all WASH programming.

Question no 2429 --
Mme Linda Duncan:
En ce qui concerne l’aide au développement officielle du Canada (ADO): a) dans le budget de 2019, quelle part du revenu national brut (RNB) l’ADO totale occupe-t-elle; b) quelle part du RNB l’ADO totale du Canada a-t-elle occupée dans chacun des dix derniers exercices; c) quelle est la position du gouvernement sur le respect de l’engagement du Canada à atteindre la cible fixée par les Nations Unies, soit consacrer 0,7 % du RNB à l’ADO; d) si le gouvernement s’engage à atteindre la cible de 0,7 % du RNB, quel échéancier se fixe-t-il pour y arriver?
Response
L’hon. Maryam Monsef (ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le ratio de l’aide publique au développement, ou APD, par rapport au revenu national brut, le RNB, à la suite du budget de 2019 n’est pas encore disponible. Les investissements dans les activités admissibles à l’APD dans le cadre du budget de 2019 commenceront à être reflétés dans le ratio d’APD par rapport au RNB du Canada seulement lorsque les chiffres préliminaires de l’année 2019 auront été publiés, en avril 2020. De plus, on a annoncé dans le budget de 2019 des engagements qui toucheront l’APD dans le futur, par exemple 700 millions de dollars supplémentaires en 2023-2024 pour l’enveloppe de l’aide internationale. Cela s’appuie sur l’annonce d’une contribution de 2 milliards de dollars pour l’enveloppe de l’aide internationale sur cinq ans dans le budget de 2018, à compter de 2018-2019.
Le ratio de l’APD par rapport au RNB est calculé annuellement par l’Organisation de coopération et de développement économiques, l’OCDE, et est fondé sur l’année civile. Les chiffres préliminaires de l’année civile précédente sont généralement publiés en avril, et les chiffres définitifs sont confirmés en décembre. L’OCDE a ainsi publié les chiffres préliminaires de 2018 en avril 2019, selon lesquels le Canada a eu un ratio d’APD par rapport au RNB de 0,28 % en 2018.
Le ratio d’APD par rapport au RNB préliminaire du Canada en 2018, calculé par le Comité d’aide au développement, ou CAD, de l’OCDE selon la nouvelle méthodologie d’équivalent-don, était de 0,28 %. En 2018, l’OCDE a commencé à calculer l'APD en utilisant une nouvelle méthodologie « d'équivalent-don », qui diffère de la méthode utilisée par le passé, fondée sur la base des flux financiers. Le Canada figure dans les 10 principaux pays donateurs du CAD.
En ce qui concerne la partie b) de la question, voici les ratios d’APD par rapport au RNB du Canada des 10 dernières années pour lesquels les chiffres définitifs sont disponibles, soit entre 2008 et 2017: en 2008, ce ratio était de 0,33 %; en 2009, il était de 0,30 %; en 2010, il atteignait 0,34 %; en 2011, c’était 0,32 %; en 2012, il remontait à 0,32 %; en 2013, c’était 0,27 %; en 2014, 0,24 %; en 2015, 0,28 %; en 2016, 0,26 %; et en 2017, il était de 0,26 %.
Enfin, pour ce qui est des parties c) et d) de la question, en 1970, les États membres des Nations unies, dont le Canada, ont approuvé la résolution 2626 (XXV) de l'Assemblée générale des Nations unies.

Question no 2431 --
Mme Linda Duncan:
En ce qui concerne la sixième reconstitution des ressources du Fonds mondial pour intensifier la lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme: a) le gouvernement s’engage-t-il à fournir 1 milliard de dollars dans le cadre de la sixième reconstitution des ressources du Fonds mondial pour 2020-2022; b) cette somme s’ajoutera-t-elle à l’aide au développement officielle totale promise dans les budgets de 2018 et de 2019?
Response
L’hon. Maryam Monsef (ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, Lib.):
Monsieur le Président, la lutte mondiale contre le sida, la tuberculose et le paludisme demeure une priorité pour le gouvernement du Canada. Le Fonds mondial est un partenaire clé du Canada dans la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Le Fonds mondial a obtenu des résultats importants avec le soutien financier du Canada et d’autres donateurs internationaux, contribuant ainsi à sauver plus de 27 millions de vies depuis 2002.
En 2016, le Canada a eu la chance d’être l’hôte de la cinquième Conférence de reconstitution du Fonds mondial. Dans le cadre de cet événement, le leadership du Canada a aidé à recueillir plus de 12 milliards de dollars américains pour appuyer la lutte contre ces épidémies. Le Canada s’est engagé à hauteur de 804 millions de dollars pour la période 2017-2019, une augmentation de 24 % par rapport à la période précédente, soit 2015-2017.
Le Canada collabore avec la France et avec d’autres donateurs afin de veiller à ce que la sixième Conférence de reconstitution, qui se tiendra en France, soit aussi un succès. Le gouvernement du Canada est toujours en train de déterminer le montant du prochain engagement financier et s’attend à pouvoir annoncer cet engagement d’ici la sixième Conférence de reconstitution, en octobre 2019.
Les renseignements à propos de la source des fonds à contribuer dépendront du montant final et seront disponibles après l’annonce.

Question no 2432 --
Mme Linda Duncan:
En ce qui concerne les engagements que le Canada a pris à l’égard des Objectifs de développement durable à l’horizon de 2030 et de la Politique d’aide internationale féministe: a) quelle proportion de l’aide publique au développement que le Canada versera en 2019-2020 sera consacrée à des programmes liés à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène comme éléments fondamentaux de la santé des femmes; b) le Canada a-t-il l’intention de bonifier ses investissements dans les programmes internationaux liés à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène; c) le Canada se joindra-t-il aux 72 autres pays qui collaborent pour encourager le dialogue et le leadership politiques par l’entremise du partenariat Assainissement et eau pour tous; d) la Politique d’aide internationale féministe est-elle désormais appliquée aux projets découlant des programmes internationaux liés à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène et, le cas échéant, y aura-t-il des fonds supplémentaires pour répondre aux besoins prioritaires des femmes et des filles, de même que pour consulter les femmes et les filles quant à leurs besoins?
Response
L’hon. Maryam Monsef (ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le financement pour l’exercice 2019-2020 n’a pas entièrement été réparti par secteur. Pour obtenir une liste complète des projets approuvés et actuellement en cours liés à l’eau et à l’assainissement, on peut consulter la Banque de projets, à cette adresse: https://w05.international.gc.ca/projectbrowser-banqueprojets/?lang=fra.
En ce qui concerne la partie b) de la question, compte tenu de priorités concurrentes, le Canada n’augmentera pas son investissement dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène. Toutefois, en plus d’investir directement dans l’eau et l’assainissement au moyen de l’aide au développement, l’appui du Canada aux services de santé pour les mères et les enfants, aux services de santé sexuelle et reproductive, ainsi qu’à l’aide humanitaire internationale intègre souvent l’approvisionnement en eau, l’assainissement et l’hygiène.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, le Canada reconnaît l’importance de la collaboration pour lutter contre les enjeux mondiaux, y compris l’approvisionnement en eau, l’assainissement et l’hygiène. Affaires mondiales Canada n’a pas participé au partenariat Assainissement et eau pour tous au cours des dernières années en raison de priorités et d’engagements conflictuels. Le Canada pourra réévaluer sa capacité à participer lors de la prochaine réunion des ministres responsables du secteur.
Enfin, pour ce qui est de la partie d) de la question, la Politique d’aide internationale féministe, la PAIF, du Canada reconnaît l’importance de résoudre les problèmes liés à l’eau et à l’assainissement, surtout parce qu’ils touchent de façon disproportionnée les femmes et les filles. Cela comprend des investissements dans l’accès durable à des systèmes d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène, ainsi que dans une gestion intégrée des ressources en eau. L’égalité entre les genres et l’autonomisation des femmes et des filles est le champ d’action principal du PAIF, qui accorde la priorité à l’égalité entre les sexes dans tous les secteurs couverts par la PAIF. Ainsi, les considérations relatives à l’égalité entre les sexes liées à l’approvisionnement en eau et à l’assainissement sont systématiquement intégrées à tous les programmes d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène.
View Robert-Falcon Ouellette Profile
Lib. (MB)
View Robert-Falcon Ouellette Profile
2019-06-03 20:20 [p.28460]
[Member spoke in Cree as follows:]
[Cree text translated as follows:]
Mr. Speaker, to all my relations, I say hello. I am very proud to be here.
I am Robert Gauthier. I am from Red Pheasant First Nation.
[English]
Mr. Speaker, I am from Red Pheasant First Nation, which is a Cree community in Saskatchewan, and I am very proud of that.
I remember when I first rose in the House on December 8, 2015, for my maiden speech. I talked about child and family services because it was such an important issue to the people of Manitoba and especially the people of Winnipeg Centre. They were so upset with what was occurring in our province and in our city.
Imagine if 90,000 children in Quebec or 130,000 children in Ontario had been placed in foster care. There would have been an uprising and rioting in the streets. It would have been a huge deal if it had happened in other provinces.
This bill is perhaps one of the most important pieces of legislation that I believe we are going to pass, not only because it is about children and the best interests of children but also because it is about jurisdiction and giving indigenous communities control. It is important for a number of reasons. One is repairing our colonial past of residential schools, when we took away children and forcibly assimilated them into the Canadian body politic, and when we took away their languages.
I said in my maiden speech, “I think of our first prime minister, John A. Macdonald, God bless his soul, who imprisoned indigenous peoples, stole our children, and stole our languages.” I was talking about the history of this nation. That history of residential schools continued on into the 1960s, when instead of placing kids in large institutions around the country far from major urban centres, we placed them in adoption centres and sent them around the world. I meet young men and women my age who have come home to Canada who were adopted out into France or the United States. This was often called the sixties scoop.
We still have foster families today, and in Manitoba there are 11,000 kids in care, which is where the number of 90,000 comes from. If we had the same number of kids in care today as there are in Manitoba, per capita there would be 90,000 in Quebec and 130,000 in Ontario.
The child welfare system has a significant impact on real people. For example, let us look at Dwayne Gladu, who is from my riding, and his daughter Lisa.
Dwayne was placed in a foster family as a child. So was his daughter, but his daughter was placed in a foster family because her father had a mark in his file that said that he had been in foster care, which meant that he was not going to be a good parent. He was indigenous, so he was going to have problems, even though Dwayne is a man who follows what we call the “red road”. He is a good man, whom I have met many times on the powwow trail. While he may be poor, by nature he is a very good and kind person.
Lisa, Dwayne's daughter, also had a birth alert against her, and when she gave birth only a few years ago, her child was seized immediately, without giving her the opportunity of proving that she would be a good parent. She fell into despair. She no longer had access to her child. She had to prove that she would be a good parent and take parenting classes when no one else had to do that. Her only crime was having been in a foster family herself.
In her despair, she became depressed. She fell in with the wrong crowd because she was poor and living in downtown Winnipeg. She started using drugs, and eventually she died from an overdose on the streets of Winnipeg.
Dwayne still goes to visit his grandson at every opportunity. Every week he is there with his grandson, enjoying their time together. He is trying to be a good grandfather and pass along his culture.
I think about Lisa because today is also when the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls released its report.
I am wearing a jacket that was given to me by the women of Winnipeg Centre. I am not sure if the cameras can come closer for a close-up of this jacket, but two women have been beaded onto the lapel. It was given to me to remind me why I am here. It is to remind me of Lisa, to never forget her name, to never forget her hopes and dreams and her desire to hold her child in her arms every day when she wakes up and to put that child to sleep. She never had that opportunity. It was taken from her by this system. That is what this legislation is supposed to change. That is what this legislation is about. That is why it is so important.
When I gave my maiden speech in this House, over 300,000 people viewed that speech by a backbencher on Facebook. That says that people were hungry for something different.
I am very proud of the work everyone on that committee did, whether it was the Conservatives, the NDP, or even the Green Party and the independents. They came together on the committee to study this legislation, because it will make a significant difference in the future. We will be able to look back at this moment in 30 or 40 years and say that this was perhaps the finest piece of legislation in this chamber. Even though it is coming at the end of this session, it does not reduce its importance or its significance.
There is also the question of jurisdiction. The Indian Act from 1876 granulated indigenous peoples and their nations into small component parts. It took what were large groupings of people from Treaty 1 territory, Treaty 3 territory and Treaty 7 territory, where hundreds of indigenous groups, tribes and nations were living in a communal way and coming together at certain times of the year, and granulated them down into these small communities that were isolated from each other. They had no agency in their lives. This is about allowing those indigenous nations to reform themselves and in one area have full supremacy. Their laws would take precedence over federal or provincial law. That is significant.
The member for Saint Boniface—Saint Vital is applauding right now, because he knows how important this is in Manitoba.
I recently spoke, in a few of the questions and comments periods, about how governments cannot legislate love. Governments can never legislate love. A government cannot love people. Sir John A. Macdonald and his ghost will never be able to love our children. People, Canadians, have to do that.
Another member in this debate said that our children are a resource. Unfortunately, yes, they are a resource in the sense that we receive funds to look after them. It is easier to pay someone else to look after the children than to help a family become successful and ensure that the children remain with their parents, where they have a connection to the culture and who they are and a connection to family members and those who love them most dearly. Maybe they are going to have an imperfect love, but it will be a strong love nonetheless.
I am very proud of the work that each and every one of us has done. I see the House leader. I do not mean to mention that she is here, but I hope that when we pass this legislation and it receives royal assent, it will be done in a way that includes a ceremony with the Governor General and that indigenous people will be included. Even though Parliament is supreme in its matters, its decisions and how it legislates, we can also decide to include others. It is very important to include the indigenous world view in this legislation and to make sure that the indigenous world view is paramount.
I am now ready for questions. I would like to thank each and every member. I am so proud of all the work we have done. I will be able to look my children in the eyes and look at myself in the mirror when I go to bed at night. No matter the outcome of this election, no matter who will be in office, members can rest assured that indigenous people and all Canadians will fight for proper financing, the administration of child welfare and allowing indigenous people to do it on their own without others telling them what to do.
[Le député s'exprime en cri ainsi qu'il suit:]
[Les propos du député sont traduits ainsi:]
Monsieur le Président, je salue tous les gens que je connais. Je suis très fier d'être ici.
Je m’appelle Robert Gauthier. Je suis membre de la nation de Red Pheasant.
[Traduction]
Monsieur le Président, je viens de la communauté crie de Red Pheasant, en Saskatchewan, et j'en suis très fier.
Je me souviens du jour où j'ai pris la parole pour la première fois à la Chambre, le 8 décembre 2015. J'ai parlé des services à l'enfance et à la famille parce que c'est une question très importante pour les Manitobains, plus particulièrement pour les résidants de Winnipeg-Centre. Ils étaient très fâchés de ce qui se passait dans notre province et dans notre ville.
Imaginons que 90 000 enfants de la province de Québec aient été placés en famille d'accueil ou que 130 000 enfants de l'Ontario aient été placés en famille d'accueil. Il y aurait eu une révolution et des émeutes dans les rues. Cela aurait été incroyable si cela avait été le cas dans d'autres provinces.
Ce projet de loi est peut-être la plus importante mesure législative que nous allons adopter, non seulement parce qu'elle concerne les enfants et l'intérêt supérieur des enfants, mais aussi parce qu'elle concerne les champs de compétences et la cession du contrôle aux communautés autochtones. Elle est importante pour diverses raisons. Elle vise à réparer le passé colonialiste des pensionnats, à l'époque où nous arrachions les enfants à leur famille pour les assimiler de force à l'entité politique canadienne, à l'époque où nous les privions de leur langue.
J'ai déclaré dans mon premier discours: « Je songe au premier de nos premiers ministres, John A. Macdonald, Dieu ait son âme, qui a jeté des Autochtones en prison, qui a volé nos enfants, qui a volé nos langues. » Je parlais de l'histoire de ce pays. L'histoire des pensionnats s'est poursuivie jusque dans les années 1960, lorsque, au lieu de placer les enfants dans de grands établissements éloignés des grands centres urbains, on les a placés dans des centres d'adoption et envoyés dans le monde entier. J'ai en effet rencontré des jeunes de mon âge, hommes et des femmes, qui sont revenus au Canada après avoir été adoptés en France ou aux États-Unis. C'est ce que l'on appelle généralement la rafle des années 1960.
Il y a encore des familles d'accueil aujourd'hui. Au Manitoba, 11 000 enfants sont placés. Le chiffre de 90 000 est fondé sur ce nombre. Proportionnellement selon le nombre d'habitants, ces 11 000 donneraient 90 000 au Québec et 130 000 en Ontario.
Le système d'aide à l'enfance a d'importantes répercussions sur la vie de gens bien réels. Prenons l'exemple de Dwayne Gladu, qui habite ma circonscription, et de sa fille Lisa.
Lorsqu'il était enfant, Dwayne a été placé dans une famille d'accueil. Il en a été de même pour sa fille, mais, dans son cas à elle, c'était parce qu'il y avait une note au dossier de son père indiquant qu'il avait été en famille d'accueil, ce qui voulait dire qu'il ne serait pas un bon parent. Il était Autochtone, donc il aurait des problèmes, même si Dwayne est un homme qui suit ce que nous appelons le « chemin rouge ». C'est quelqu'un de bien. Je l'ai rencontré à de nombreuses reprises dans des pow-wow. Il est peut-être pauvre, mais c'est un homme très bon.
Lisa, la fille de Dwayne, a elle aussi fait l'objet d'un signalement de naissance en situation de risque. Lorsqu'elle a accouché, il y a quelques années, son enfant lui a été enlevé immédiatement. Elle n'a jamais eu l'occasion de prouver qu'elle pouvait être une bonne mère. Elle a sombré dans le désespoir. Elle n'avait pas le droit de voir son enfant. Elle a été obligée de prouver qu'elle pouvait être une bonne mère et de suivre des cours sur le rôle parental, alors que personne d'autre n'avait à le faire. Son seul crime était d'avoir elle-même été placée dans un foyer d'accueil.
Son désespoir a tourné à la dépression. Elle a commencé à avoir de mauvaises fréquentations parce qu'elle était pauvre et vivait au centre-ville de Winnipeg. Elle s'est mise à consommer de la drogue et est éventuellement décédée d'une surdose dans les rues de Winnipeg.
Dwayne continue de visiter son petit-fils à la moindre occasion. Chaque semaine, il passe du temps en compagnie de son petit-fils et ils s'amusent ensemble. Il tente d'être un bon grand-père et de transmettre sa culture.
Si je pense à Lisa aujourd'hui, c'est aussi parce que l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a présenté son rapport.
Le veston que je porte est un cadeau de la part des femmes de Winnipeg-Centre. Je ne sais pas si les caméras peuvent s'approcher pour le montrer en gros plan, mais deux femmes sont brodées de perles sur les revers. On me l'a donné pour me rappeler la raison pour laquelle je suis ici et pour me rappeler Lisa. C'est pour faire en sorte que je n'oublie jamais son nom, ses espoirs, ses rêves et son désir de tenir son enfant dans ses bras lorsqu'elle se réveille et s'endort. Elle n'a jamais eu l'occasion de le faire. Le système lui a refusé cette chance. C'est cela que le projet de loi est censé changer. Voilà l'objet du projet de loi et la raison pour laquelle il est si important.
Lorsque j'ai prononcé mon premier discours à la Chambre, plus de 300 000 personnes l'ont visionné sur Facebook. Cela indique que les gens ont soif de changement.
Je suis très fier du travail accompli par tous les membres du comité, que ce soient les conservateurs, les néo-démocrates, le Parti vert ou les députés indépendants. Ils se sont réunis au comité pour étudier ce projet de loi parce qu'il améliorera considérablement la situation pour l'avenir. Dans 30 ou 40 ans, nous pourrons songer à ce moment-ci et dire que ce projet de loi était peut-être le meilleur à avoir été présenté à la Chambre. Même s'il est présenté à la fin de la session, cela ne diminue en rien son importance.
Il y a aussi la question des champs de compétence. La Loi sur les Indiens de 1876 a divisé les Autochtones et leurs nations en petits groupes. Au titre de cette loi, de grands groupes de gens se trouvant sur les territoires visés par les traités nos 1, 3 et 7, où des centaines de groupes, de tribus et de nations autochtones vivaient dans un esprit communautaire et se réunissaient à certaines périodes de l'année, ont été divisés en petites communautés qui ont été isolées les unes des autres. Ces gens ne s'en remettaient à aucun organisme. L'objectif est de permettre à ces nations autochtones de procéder elles-mêmes à des réformes et d'avoir une pleine compétence dans un domaine précis. Leurs lois auraient préséance sur les lois fédérales et provinciales. C'est significatif.
Le député de Saint-Boniface—Saint-Vital applaudit en ce moment parce qu'il sait à quel point c'est important au Manitoba.
Au cours de quelques périodes de questions et observations, j'ai récemment dit que les gouvernements ne peuvent pas légiférer sur l'amour. C'est quelque chose qu'ils ne peuvent jamais faire. Un gouvernement ne peut pas aimer des gens. Sir John A. Macdonald, ou plutôt son fantôme, ne sera jamais capable d'aimer nos enfants. Ce sont les Canadiens qui doivent le faire.
Un autre participant au débat a affirmé que nos enfants sont une ressource. Malheureusement, oui, elles en sont une parce que nous recevons des fonds pour nous occuper d'eux. Il est plus facile de payer quelqu'un d'autre pour s'occuper des enfants que d'aider une famille à réussir et de s'assurer que les enfants demeurent avec leurs parents afin qu'ils puissent garder leur lien avec leur culture et leur identité, ainsi qu'avec les membres de leur famille et les personnes qui les aiment le plus. L'amour que ces enfants recevront sera peut-être imparfait, mais il sera tout de même profond.
Je suis très fier du travail que chacun d'entre nous a accompli. Je vois la leader à la Chambre. Je ne veux pas dire qu'elle est ici, mais j'espère que, lorsque nous adopterons ce projet de loi et qu'il recevra la sanction royale, il y aura une cérémonie avec la gouverneure générale et que les peuples autochtones participeront. Même si, dans ses affaires, dans ses décisions et dans la façon dont il légifère, le Parlement est souverain, nous pouvons aussi décider d'inclure d'autres participants. Il est très important le projet de loi inclue la vision du monde autochtone et que c'est cette vision qui soit reflétée avant tout.
Je suis maintenant prêt pour les questions. Je souhaite remercier tous les députés. Je suis très fier de tout le travail que nous avons accompli. Je vais pouvoir regarder mes enfants dans les yeux et dormir sans remords. Peu importe l'issue des élections, peu importe le parti qui sera au pouvoir, les députés peuvent être sûrs que les Autochtones et tous les Canadiens se battront pour l'administration et le financement adéquats des services à l'enfance et pour que les Autochtones puissent le faire eux-mêmes, sans qu'on leur dise quoi faire.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)

Question No. 2379--
Mr. Kevin Waugh:
With regard to the Prime Minister’s desire to have SNC-Lavalin offered a Deferred Prosecution Agreement (DPA): (a) has the government taken any steps towards providing a DPA to SNC-Lavalin; and (b) has the Director of Public Prosecutions received any instructions or advice from the government in relation to SNC-Lavalin, and, if so, what are the details including (i) date, (ii) sender, (iii) recipient, (iv) instructions or advice?
Response
Mr. Arif Virani (Parliamentary Secretary to the Minister of Justice and Attorney General of Canada and to the Minister of Democratic Institutions, Lib.):
Madam Speaker, with respect to part (a), deferred prosecution agreements are at the discretion of the prosecution.
With respect to part (b), any advice sought or received from any government source is privileged; no instructions can be provided to the director of public prosecutions other than a formal directive by the Attorney General, which would be published in the Canada Gazette.

Question No. 2383--
Mr. Peter Kent:
With regard to the warning that the government received from Fitch Ratings about the rising debt level: (a) what specific action, if any, is the government prepared to do to ensure that Canada retains the “AAA” credit rating; (b) does the government have any projections on the effect of losing the “AAA” credit on the government’s finances and, if so, what are the projections; and (c) has the government received warnings from any other credit ratings agencies, since January 1, 2017, that it may lose its “AAA” credit rating and, if so, what are the details of any such warnings?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, with regard to part (a), ratings issued by credit ratings agencies are based on their assessment of a sovereign’s strengths and weaknesses under several categories, including economic strength, institutional strength, fiscal strength, external financing, a country’s ability to address adverse economic/financial shocks and how susceptible the country is to these risks; and a country’s performance according to environmental, social and governance, ESG, factors.
Canada fares well in overall credit ratings assessments. Canada is one of only a few countries that continues to receive AAA status, with a stable outlook, from S&P, Moody’s and Fitch. Canada has held its AAA rating from Standard & Poor’s and Moody’s since 2002, and from Fitch since 2004.
With budget 2019, the government is continuing to invest in people and in growing the economy for the long term while carefully managing deficits and debt. Indeed, since November 2015, targeted investments and strong economic fundamentals have contributed to creating over 900,000 new jobs, pushing the unemployment rate to around its lowest levels in over 40 years. Canada also had the strongest economic growth of all G7 countries in 2017, and was second only to the U.S. in 2018.
The government continues to manage deficits carefully while delivering real results that grow the economy, create jobs and improve the quality of life for the middle class and people working hard to join it. As projected in budget 2019, the federal government deficit is projected to decline from $19.8 billion in 2019-20 to $9.8 billion in 2023-24. The federal debt-to-GDP ratio, which is Canada’s debt in relation to the size of our economy, is also projected to fall in every year of the forecast horizon, reaching 28.6% of GDP by 2023-24. According to the IMF, Canada also has the lowest net debt-to-GDP ratio among G7 countries.
It is also important to note that while general government debt measures are useful for international comparisons, provinces and municipalities are responsible for their own fiscal and debt management.
With regard to part (b), there is a large degree of uncertainty regarding the estimated impact of a downgrade on the government’s finances, as shown by the wide range of impacts seen with recent international experiences. Australia’s downgrade warning in 2016, triggered by a persistent period of slower-than-expected growth and concerns over the government’s will to curtail budgetary deficits, saw very little market reaction. The British gilt 10-year yield increased by about 100 basis points following the downgrade in 2013. As the 2016 downgrade was due to the Brexit vote, it is impossible to disentangle the impacts of the downgrade from general market reaction. With regard to France during the period 2011 to 2015, in 2011, the spread between French and German 10-year government yields increased by about 100 basis points for approximately nine months. There was little market reaction to the 2013 and 2015 downgrades.
With regard to part (c), the most formal way for credit ratings agencies to signal concerns or issue warnings over ratings would be to assign a “negative” outlook, although ratings do change sometimes without first getting a “positive” or “negative” outlook.
Since January 2017, Canada has not received a negative outlook. Fitch, S&P and Moody’s continue to rate Canada as AAA with a stable outlook, meaning that the three major ratings agencies do not expect changes to Canada’s AAA rating. Canada has held its AAA rating, with a stable outlook, from Standard and Poor’s and Moody’s since 2002, and from Fitch since 2004.

Question No. 2390--
Mr. Guy Caron:
With regard to the government’s ratification strategy for the United Nations Arms Trade Treaty: (a) what measures has the government taken so far to comply with the Treaty; (b) what other measures does the government plan to take to comply with the Treaty; (c) what is the timeline for each of the measures in (b); (d) did legal opinions show that measures in Bill C-47 failed to comply with both the spirit and letter of the Treaty, broken down by (i) department, (ii) agency; and (e) for the responses to (d), what are the file numbers of each of these legal opinions?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Foreign Affairs, Lib.):
Madam Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers. With regard to parts (a) to (d), the Government of Canada is committed to promoting peace and security here at home and around the world. This includes finally acceding to the Arms Trade Treaty, ATT, which Canada failed to do in 2013 or 2014.
The ATT is the only international treaty that seeks to regulate the international trade in conventional weapons. By acceding to the ATT, Canada is supporting the multilateral efforts to address the violence caused by this unregulated and dangerous trade.
On April 13, 2017, the Minister of Foreign Affairs introduced legislation that made the necessary changes for Canada to accede to the Arms Trade Treaty.
The Minister of Foreign Affairs also announced $13 million over five years to allow Canada to implement the ATT and further strengthen its export control regime, and a $1-million contribution to the UN Trust Facility Supporting Cooperation on Arms Regulation, in order to help other countries accede to the ATT.
On March 8, 2018, the Minister of Foreign Affairs announced the government’s support for further legislative amendments to strengthen Canada’s arms export system. This included putting the Arms Trade Treaty assessment criteria into law. This means that all considerations of potential exports must include international human rights law, peace and security, and gender-based violence.
Through the amended legislation, which received royal assent on December 13, 2018, the government is also introducing a new legal requirement for the Canadian government to refuse permits for arms exports that would violate these criteria. This is the most significant change to Canadian arms exports in over 30 years.
The government is currently preparing the necessary regulations to enact these changes. These have been informed by public consultations from December 2018 to January 2019, which included over 190 participants from industry associations, businesses, civil society organizations, academia and legal professionals, as well as by pre-publishing in part I of the Canada Gazette from March 2019 to April 2019.
Four regulations will establish Canada’s brokering controls, and two regulations will enhance transparency and reporting by enabling the Government of Canada to collect data on the export to the U.S. of the full-system items for which the ATT requires reporting.
In addition to this work, government departments including Global Affairs Canada and the Department of National Defence are currently updating their internal processes to ensure the Government of Canada is fully compliant with the ATT.
Global Affairs Canada’s legal division has confirmed that the steps Canada has taken to accede to the ATT comply with both the spirit and letter of the treaty.
All Canadian exporters, including those working with the Canadian Commercial Corporation, CCC, will continue to be required to comply with the Export and Import Permits Act, and with the new legislative changes. CCC is putting in place policies and procedures to address the ATT assessment criteria and to ensure that the Canadian exporters it supports do the same. All exports of controlled goods, including those facilitated by CCC, require an export permit and will be subject to the ATT assessment criteria.
Shortly after the final publication of the regulations, Canada will deposit its instrument of accession to the ATT with the United Nations and formally become a State Party of the ATT in 2019.

Question No. 2391--
Mr. Guy Caron:
With regard to the contract to sell light armoured vehicles to Saudi Arabia, which Canada signed in 2014 and the government approved in 2016: what meetings were held between Global Affairs Canada and General Dynamics Land Systems-Canada, as of October 2018, including (i) the date of the meeting, (ii) the location of the meeting, (iii) the participants, (iv) the purpose of the meeting?
Response
Hon. Jim Carr (Minister of International Trade Diversification, Lib.):
Madam Speaker, the following reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers. The Government of Canada has demonstrated its clear commitment to openness and transparency. The Government of Canada believes in evidence-based policy-making and meaningful consultation with Canadians.
Meetings with key stakeholders and experts help to inform the policy development process. For a listing of lobbyist interactions, please visit the Registry of Lobbyists, which is the central source of information about individuals, not-for-profit organizations and for-profit corporations who lobby the federal government: https://lobbycanada.gc.ca/app/secure/ocl/lrs/do/clntSmmrySrch?lang=eng

Question No. 2392--
Mr. Alexandre Boulerice:
With regard to the statement in Budget 2019 that “To date, Canada’s efforts to reform fossil fuel subsidies have resulted in the phase-out or rationalization of eight tax expenditures”: (a) what are these eight tax expenditures; (b) of the tax expenditures in (a), (i) which ones have already been abolished and which ones are being phased out, (ii) which ones have been rationalized and which ones are being rationalized; (c) what is the timeline for phasing out or rationalizing each of the tax expenditures in (a); (d) how much will be saved in total by phasing out or rationalizing the tax expenditures in (a); and (e) what is the annual cost of each of the tax expenditures in (a)?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the combined response to parts (a), (b), (c), (d), and (e) is as follows. The eight tax measures, and the actions that have been taken to phase out or rationalize them, are listed below. For most of the measures, an estimate of cost savings was provided when the phase-out or rationalization was announced in the budget. For reference, these estimates are summarized below. However, these estimates are not up-to-date and have a number of limitations.
First is the phase-out of the accelerated capital cost allowance for the oil sands from budget 2007, completed in 2015. No costing information was included in the budget for the period affected by the phase-out. See page 374 of the budget plan 2007, http://www.budget.gc.ca/2007/pdf/bp2007e.pdf).
Second is the reduction in the deduction rates for intangible capital expenses in oil sands projects to align with rates in conventional oil and gas sector from budget 2011, completed in 2016. It was estimated that this would result in cost savings of $220 million from 2011-12 to 2015-16. See page 263 of the budget plan 2011, http://www.budget.gc.ca/2011/plan/Budget2011-eng.pdf).
Third is the phase-out of the Atlantic investment tax credit for investments in the oil and gas and mining sectors from budget 2012, completed in 2017. It was estimated that this would result in cost savings of $135 million from 2014-15 to 2016-17. See page 380 of the budget plan 2012, http://www.budget.gc.ca/2012/plan/pdf/Plan2012-eng.pdf).
Fourth is the reduction in the deduction rate for pre-production intangible mine development expenses, including coal mining, to align with the rate for the oil and gas sector from budget 2013, completed in 2018. It was estimated that this would result in cost savings of $45 million from 2015-16 to 2017-18. See page 331 of the budget plan 2013, http://www.budget.gc.ca/2013/doc/plan/budget2013-eng.pdf).
Fifth is the phase-out of the accelerated capital cost allowance for mining, including coal mining from budget 2013, to be completed in 2021. It was estimated that this would result in cost savings of $10 million in 2017-18. See page 331 of the budget plan 2013, http://www.budget.gc.ca/2013/doc/plan/budget2013-eng.pdf).
Sixth is allowing the accelerated capital cost allowance for liquefied natural gas facilities to expire as scheduled in 2025 from budget 2016. No costing information was included in the budget for the phase out of this measure. However, when the measure was introduced in budget 2015, the cost was estimated as $45 million over the 2015-16 to 2019-20 period. See page 210 of the budget plan 2015, https://www.budget.gc.ca/2015/docs/plan/budget2015-eng.pdf).
Seventh is the rationalization of the tax treatment of expenses for successful oil and gas exploratory drilling from budget 2017, to be completed by 2021. It was estimated that this would result in cost savings of $145 million from 2019-20 to 2021-22. See page 6 of the tax measures supplement, http://www.budget.gc.ca/2017/docs/tm-mf/tax-measures-mesures-fiscales-2017-en.pdf).
Eighth is the phase-out of the tax preference that allows small oil and gas companies to reclassify certain development expenses as more favorably treated exploration expenses from budget 2017, to be completed in 2020. It was estimated that this would result in cost savings of $5 million from 2019-20 to 2021-22. See page 6 of the tax measures supplement, http://www.budget.gc.ca/2017/docs/tm-mf/tax-measures-mesures-fiscales-2017-en.pdf).
The department provided the above estimates of cost savings over the budget horizon at the time the phase-out or rationalization of each measure was announced. Once an announcement has been made, the department does not continue to update or track the resulting cost savings. As such, the cost savings amounts listed above are indicative only and actual savings may be different. The amounts should not be added up, as this would not accurately represent total cost savings.

Question No. 2393--
Mr. Alexandre Boulerice:
With regard to all legal fees paid since November 4, 2015: what are the details, including the nature of the complaints or charges, the amount, the date of payment, and the government representative that received the money, of all legal fees paid pursuant to (i) section 8.6.1 of the Policies for Ministers’ Offices, (ii) section 6.1.14 of the Policy on Legal Assistance and Indemnification, (iii) previous provisions of either of these sections?
Response
Mr. Kevin Lamoureux (Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons, Lib.):
Madam Speaker, with regard to the policy on legal assistance and indemnification, the government is not able to produce and validate a comprehensive response in the time allotted.
In processing parliamentary returns, the government applies the Privacy Act and the principles set out in the Access to Information Act. A response to the question could disclose personal and solicitor privileged information.

Question No. 2403--
Mr. Phil McColeman:
With regard to the changes made by Veterans Affairs Canada to the disability questionnaire meant to document post-traumatic stress disorder claims by former soldiers: why was the minister's mental health advisory committee left out of the development of the new questionnaire and not consulted about the changes?
Response
Hon. Lawrence MacAulay (Minister of Veterans Affairs and Associate Minister of National Defence, Lib.):
Madam Speaker, to deliver faster decisions for veterans related to their disability benefits applications, Veterans Affairs Canada shortened the medical questionnaire for psychiatric and psychological conditions. The questionnaire was simplified to allow medical professionals the ability to complete the process quicker. This provides veterans with faster decisions on their disability benefits applications, which allows faster access to treatment. The changes are designed to increase efficiency of the process and to ensure that veterans in need get access to treatments faster.
Veterans Affairs Canada consulted its service excellence advisory group. This advisory group is focused on initiatives aimed at streamlining processes for veterans and health professionals. A team of mental health professionals, including those from operational stress injury clinics who are frequent users of the questionnaire, was also consulted and requested revisions to the form. As a result, the questionnaire was modified and streamlined to improve the turnaround times for completion and get benefits out to veterans faster.
Veterans Affairs Canada has a new approach to making disability benefit decisions for veterans with post-traumatic stress disorder, in that the department now only requires minimal diagnostic information. Veterans Affairs Canada asks health professionals to provide a diagnosis and accepts their professional assessment.
It is important to note that 97% of first applications for post-traumatic stress disorder were approved, according to the 2018-19 statistics.
The following changes were made.
The questionnaire was modified and streamlined. It was reduced in size to ease the paperwork burden on physicians and to improve turnaround times for completion. This is expected to result in faster decisions for veterans.
Veterans Affairs Canada is no longer asking for health professionals to substantiate their diagnosis. Veterans Affairs Canada is taking them at their word. The information on the form focuses on assessing the severity of their injury.
The privacy notice was updated.
The medical diagnosis heading was renamed to “Confirmed Medical Diagnosis’. In addition, the diagnosis section has been revised. The physician/psychologist information has been moved to the last page.
A single psychiatric condition could be assessed at 100%, if the individual meets the highest ratings in each table in the table of disabilities.

Question No. 2404--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to the Treasury Board Secretariat’s YouTube video titled “Cracking the Code” released on May 30, 2018: (a) how much was spent to create the video; (b) was an actor or actress paid to do the voice-over for the video and, if so, how much was the actor or actress paid; and (c) how many full-time equivalents worked on the video from development to publication?
Response
Mr. Greg Fergus (Parliamentary Secretary to the President of the Treasury Board and Minister of Digital Government, Lib.):
Madam Speaker, in response to part (a), the video was created in-house by the TBS multimedia team, using their equipment. Sixty dollars, $60, was spent to acquire the music track.
In response to part (b), no actor or actress was paid for the voice-over. A TBS employee provided this service on a volunteer basis.
In response to part (c), seven people worked on this project part-time, for a total of 84 hours from development to publication.

Question No. 2405--
Mr. Bob Saroya:
With regard to the $12 million in government funding for Loblaw Companies Limited to install new refrigeration systems, between January 1, 2019, and April 9, 2019: how much funding was provided to smaller, less-profitable independent grocery stores for new refrigeration systems and what are the details of any such funding, including (i) date of announcement, (ii) recipient, (iii) location, (iv) amount?
Response
Hon. Catherine McKenna (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Madam Speaker, the over $500 million low-carbon economy challenge is part of the low-carbon economy fund, LCEF. The LCEF is designed to leverage Canadian ingenuity to reduce greenhouse gas emissions and support Canada’s clean growth as part of the pan-Canadian framework on clean growth and climate change.
The challenge has two streams. The champions stream provides funding to eligible recipients, specifically provinces and territories, municipalities, indigenous communities and organizations, large as well as small and medium-sized businesses, and not-for-profit organizations. Independent grocers were eligible to apply, but we did not receive any proposals. The project referenced is one of 54 successful champions stream projects, which are providing solutions to cut pollution and increase energy efficiency in communities across Canada. Announcements for successful champions stream projects are ongoing.
The second part of the low-carbon economy challenge, the partnerships stream, was launched in December 2018. Eligible recipients for the partnerships stream are small municipalities, indigenous communities and organizations, not-for-profit organizations, and small and medium-sized businesses, including independent grocery stores. This stream provides an additional opportunity for smaller businesses, organizations and communities to participate in the shift to a low-carbon economy. Proposals are currently under review, and results will be communicated to applicants in 2019.

Question No. 2408--
Mr. Peter Julian:
With regard to the statement in Budget 2019 that “Canada will continue to review measures that could be considered inefficient fossil fuel subsidies with a view to reforming them as necessary”: (a) how many measures that are considered inefficient are currently being reviewed; (b) what is the name of each of the measures listed in (a); (c) what is the timetable for phasing out or rationalizing each of the measures in (a); and (d) what is the estimated annual cost of each of the measures in (a)?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, here is the response of the Department of Finance to parts (a), (b), (c), and (d). As committed to in the department’s action plan following the 2017 Auditor General report on fossil fuel subsidies, the department completed a review of 13 tax measures that are specific to the fossil fuel sector. Based on evidence currently available, it is not possible to conclude that any existing tax measures are inefficient fossil fuel subsidies.
The department will continue to support the government in fulfilling its commitment to phase out or rationalize inefficient fossil fuel subsidies by 2025. As part of that work, Canada and Argentina recently committed to undergoing peer reviews of inefficient fossil fuel subsidies under the G20 process. Peer reviews of inefficient fossil fuel subsidies can increase transparency, encourage international dialogue, and help develop best practices while moving toward a low-carbon economy. This voluntary process will enable both countries to compare and improve knowledge and push forward the global momentum to identify and reduce inefficient fossil fuel subsidies.

Question no 2379 --
M. Kevin Waugh:
En ce qui concerne le souhait du premier ministre que SNC-Lavalin puisse faire l’objet d’un accord de suspension des poursuites: a) le gouvernement a-t-il fait des démarches pour que SNC-Lavalin puisse bénéficier d’un tel accord; b) la directrice des poursuites pénales a-t-elle reçu des directives ou des conseils du gouvernement à propos de SNC-Lavalin et, dans l’affirmative, quels en sont les détails, dont (i) la date, (ii) le destinateur, (iii) le destinataire, (iv) les directives ou les conseils donnés?
Response
M. Arif Virani (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada et de la ministre des Institutions démocratiques, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse à la partie a) de la question, les accords de suspension des poursuites sont à la discrétion de la poursuite.
En ce qui concerne la partie b), tous conseils demandés ou reçus d’une source gouvernementale sont privilégiés; aucune instruction ne peut être fournie à la directrice des poursuites pénales autre qu’une directive officielle du procureur général, qui serait publiée dans la Gazette du Canada.

Question no 2383 --
M. Peter Kent:
En ce qui concerne l’avertissement qu’a servi Fitch Ratings au gouvernement relativement à l’augmentation du niveau de la dette: a) quelles mesures précises, le cas échéant, le gouvernement entend-il prendre pour que le Canada conserve sa cote de crédit « AAA »; b) le gouvernement dispose-t-il de projections concernant l’effet éventuel de la perte de la cote de crédit « AAA » sur ses finances et, le cas échéant, quelles sont-elles; c) depuis le 1er janvier 2017, le gouvernement a-t-il reçu d’autres avertissements d’agences de notation selon lesquels il pourrait perdre sa cote de crédit « AAA » et, le cas échéant, que disent précisément ces avertissements?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse à la partie a) de la question, les notations émises par les agences de notation sont fondées sur leur évaluation des forces et des faiblesses d’un pays souverain dans plusieurs catégories, notamment la vigueur économique, la solidité de ses institutions, la solidité financière, le financement extérieur, la capacité d’un pays à faire face aux chocs économiques et financiers défavorables et la sensibilité du pays à ces risques, et sur la performance d’un pays en fonction de facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance.
Le Canada se porte bien pour ce qui est des cotes de crédit globales. Le Canada est l’un des rares pays qui continuent de se voir attribuer une cote de crédit AAA, assortie de perspectives stables, de la part de Standard and Poor’s, ou S&P, et de Moody’s and Fitch. Le Canada a conservé sa cote AAA de S&P et de Moody’s depuis 2002 et celle de Fitch, depuis 2004
Dans son budget de 2019, le gouvernement continue d’investir dans les gens et dans une croissance durable de l’économie, tout en gérant soigneusement les déficits et la dette. En effet, depuis novembre 2015, des investissements ciblés et les facteurs économiques fondamentaux solides ont contribué à la création de plus de 900 000 nouveaux emplois, entraînant le taux de chômage autour de ses niveaux les plus faibles enregistrés en plus de 40 ans. De plus, le Canada a enregistré la plus forte croissance économique parmi les pays du G7 en 2017, et le taux de 2018 se classait au deuxième rang, après les États-Unis.
Le gouvernement continue de gérer soigneusement les déficits tout en obtenant de vrais résultats, qui font croître l’économie, qui créent des emplois et qui améliorent la qualité de vie des membres de la classe moyenne et des gens qui travaillent fort pour en faire partie. Tel qu’il a été prévu dans le budget de 2019, le déficit du gouvernement fédéral devrait diminuer pour passer de 19,8 milliards de dollars en 2019-2020 à 9,8 milliards d’ici 2023-2024. Le ratio de la dette fédérale au produit intérieur brut, ou PIB, – la dette du Canada par rapport à la taille de notre économie – devrait également diminuer chaque année de l’horizon de projection pour atteindre 28,6 % du PIB d’ici 2023-2024. Selon le Fonds monétaire international, le Canada a le ratio de la dette nette au PIB le plus bas parmi les pays du G7.
En outre, il convient de noter que, bien que les mesures de la dette des administrations publiques soient utiles pour les comparaisons internationales, les provinces et les municipalités sont responsables de la gestion de leurs propres finances et de leur propre dette.
En ce qui a trait à la partie b) de la question, il y a un important degré d’incertitude concernant l’incidence estimée d’un déclassement des finances publiques, comme en témoigne la vaste gamme d’incidences observées à la suite des récentes expériences internationales: la mise en garde contre la rétrogradation de la cote de l’Australie en 2016, déclenchée par une période persistante de croissance plus lente que prévu et des préoccupations au sujet de la volonté du gouvernement de réduire les déficits budgétaires, a suscité très peu de réactions sur les marchés; quant aux rétrogradations du Royaume-Uni de 2013 et de 2016, le rendement des obligations britanniques sur 10 ans a augmenté d’environ 100 points de base après la rétrogradation en 2013 — étant donné que la rétrogradation de 2016 était attribuable au vote sur le Brexit, il est impossible de démêler les répercussions de la rétrogradation de la réaction générale du marché; enfin, quant aux rétrogradations de la France entre 2011 et 2015, en 2011, l’écart entre les rendements des gouvernements français et allemand sur 10 ans a augmenté d’environ 100 points de base pendant environ neuf mois — il y a eu peu de réactions sur les marchés à l’égard des rétrogradations de 2013 et de 2015.
Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, la façon la plus officielle pour les agences de notation de signaler des préoccupations ou d’émettre des avertissements sur les cotes serait d’attribuer une perspective « négative », bien que les cotes changent parfois sans d’abord se voir attribuer une perspective « positive » ou « négative ».
Depuis janvier 2017, le gouvernement n’a pas reçu de perspective « négative ». Fitch, S&P et Moody’s continuent d’accorder au Canada la cote AAA avec perspectives stables, ce qui signifie que les trois principales agences de notation ne s’attendent pas à ce que la cote AAA du Canada change. Le Canada a conservé sa cote AAA, avec perspective stable, de Standard and Poor’s et de Moody’s depuis 2002, et celle de Fitch, depuis 2004.

Question no 2390 --
M. Guy Caron:
En ce qui concerne la stratégie de ratification du Traité sur le commerce des armes des Nations-Unies du gouvernement: a) quelles sont les mesures prises jusqu’à maintenant afin que le gouvernement se conforme au Traité; b) quelles sont les autres mesures que le gouvernement compte prendre afin de se conformer au Traité; c) quel est l’échéancier de chacune des mesures en b); d) des avis juridiques ont-ils conclu que des mesures du projet de loi C-47 ne se conformaient pas à l’esprit ou à la lettre du Traité, ventilés par (i) ministère, (ii) organisme; e) pour les réponses en d), quels sont les numéros de dossiers de chacun des avis juridiques?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (ministre des Affaires étrangères, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada est déterminé à promouvoir la paix et la sécurité, tant au pays qu’ailleurs dans le monde, notamment en adhérant finalement au Traité sur le commerce des armes, ou TCA, ce qu’il n’avait pas pu faire en 2013 et en 2014.
Le TCA est le seul traité international ayant pour objectif de réglementer le commerce mondial des armes classiques. En adhérant à ce traité, le Canada appuie les efforts multilatéraux déployés pour lutter contre la violence entraînée par ces échanges commerciaux non réglementés et dangereux.
Le 13 avril 2017, j’ai déposé un projet de loi afin d’apporter les modifications nécessaires à l’adhésion du Canada au TCA.
J’ai également annoncé que le Canada consacrerait 13 millions de dollars sur cinq ans à la mise en œuvre nationale du TCA et au renforcement du régime canadien de contrôles à l’exportation, et 1 million de dollars au Mécanisme de financement des Nations unies pour la coopération en matière de réglementation des armements afin d’aider d’autres pays à adhérer à ce traité.
Le 8 mars 2018, j’ai annoncé le soutien du gouvernement à d’autres modifications législatives visant à renforcer le régime canadien d’exportation des armes, y compris en intégrant les critères d’évaluation du TCA à la loi. Cela signifie que toutes les évaluations de demandes d’exportation devront tenir compte des questions liées aux droits de la personne, à la paix et la sécurité et à la lutte contre la violence fondée sur le genre.
Dans le cadre du projet de loi modifié, qui a reçu la sanction royale le 13 décembre 2018, le gouvernement du Canada a créé une nouvelle exigence juridique en vertu de laquelle il est tenu de rejeter toute demande de licence si les exportations d’armes en question contreviennent à ces critères. Il s’agit là du plus grand changement apporté au régime canadien d’exportations des armes depuis plus de 30 années.
Le gouvernement prépare actuellement les règlements nécessaires à l’adoption de ces modifications. Celles-ci ont été éclairées par des consultations publiques tenues de décembre 2018 à janvier 2019 auxquelles ont participé plus de 190 personnes provenant d’associations industrielles, d’entreprises, d’organisations de la société civile, d’universités et du milieu juridique, ainsi que par la publication préalable dans la partie I de la Gazette du Canada de mars 2019 à avril 2019.
Quatre règlements établiront les contrôles canadiens en matière de courtage, et deux règlements permettront d’accroître la transparence et la reddition de compte en autorisant le gouvernement du Canada à recueillir des données sur l’exportation vers les États-Unis de systèmes complets visés par les exigences du TCA en matière de reddition de compte.
Outre ces efforts, des ministères fédéraux, dont Affaires mondiales Canada et le ministère de la Défense nationale, mettent actuellement à jour leurs procédures internes pour veiller à ce que le gouvernement du Canada soit pleinement conforme au TCA.
La direction juridique d’Affaires mondiales Canada a confirmé que les mesures prises par le Canada pour adhérer au TCA sont conformes à l’esprit et la lettre du traité.
Tous les exportateurs canadiens, y compris ceux travaillant avec la Corporation commerciale canadienne, ou CCC, devront toujours se conformer à la Loi sur les licences d’exportation et d’importation, ainsi qu’avec les nouvelles modifications législatives. La CCC met en place des politiques et des procédures afin de traiter des critères d’évaluation du TCA et de veiller à ce que les exportateurs canadiens qu’elle appuie fassent de même. Toutes les exportations de biens contrôlés, y compris ceux facilités par la CCC, doivent être accompagnées d’une licence d’exportation et seront assujetties aux critères d’évaluation du TCA.
Peu après la publication finale des règlements, le Canada déposera son instrument d’adhésion au TCA auprès des Nations Unies et deviendra officiellement partie au TCA en 2019.

Question no 2391 --
M. Guy Caron:
En ce qui concerne le contrat de vente de blindés légers entre le Canada et l’Arabie Saoudite, signé en 2014 par le Canada et approuvé par le gouvernement en 2016: quels sont les détails des rencontres effectuées entre Affaires mondiales Canada et General Dynamics Land Systems-Canada, depuis octobre 2018, y compris (i) la date de la rencontre, (ii) le lieu de la rencontre, (iii) les participants à la rencontre, (iv) l’objet de la rencontre?
Response
L’hon. Jim Carr (ministre de la Diversification du commerce international, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada a démontré son engagement clair envers l’ouverture et la transparence. Il croit en l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes et en l’importance de tenir de véritables consultations auprès des Canadiens.
Les réunions avec les principales parties prenantes et des experts contribuent à éclairer le processus d’élaboration des politiques. Pour obtenir une liste des interactions des lobbyistes, on peut consulter le registre des lobbyistes, qui est la source centrale d'informations sur les individus, les organisations à but non lucratif et les sociétés à but lucratif qui font pression sur le gouvernement fédéral. On trouve le registre à cette adresse: https://lobbycanada.gc.ca/app/secure/ocl/lrs/do/clntSmmrySrch?lang=fra.

Question no 2392 --
M. Alexandre Boulerice:
En ce qui concerne la déclaration du Budget 2019 que « à ce jour, les efforts visant à réformer les subventions aux combustibles fossiles déployés par le Canada ont permis d'éliminer progressivement ou de rationaliser huit dépenses fiscales »: a) quels sont ces huit dépenses fiscales; b) parmi les dépenses fiscales en a), (i) quelles sont celles qui ont déjà été éliminées et qui sont en voie d'être progressivement éliminées, (ii) quelles sont celles qui ont été rationalisées et sont en voie d'être rationalisées; c) quel est l'échéancier de l'élimination progressive ou de la rationalisation de chacune des dépenses fiscales en a); d) quel est le total des économies générées par l'élimination progressive ou de la rationalisation des dépenses fiscales en a); e) quel est le coût annuel de chacune des dépenses fiscales en a)?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse aux parties a), b), c), d) et e) de la question, les huit mesures fiscales et les mesures qui ont été prises pour les éliminer progressivement ou les rationaliser sont indiquées ci-dessous. Pour la plupart des mesures, une estimation des économies a été fournie lorsque l’élimination progressive ou la rationalisation a été annoncée dans le budget. À titre de référence, ces estimations sont résumées ci-dessous. Toutefois, ces estimations ne sont pas à jour et elles comportent un certain nombre de limites.
La première est l’élimination progressive de la déduction pour amortissement accéléré pour les sables bitumineux, dans le budget de 2007 et terminée en 2015; aucun renseignement sur les coûts n’a été inclus dans le budget pour la période touchée par l’élimination progressive; on peut consulter la page 408 du plan budgétaire de 2007, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2007/pdf/bp2007f.pdf.
La deuxième est la réduction des taux de déduction pour les dépenses en actifs incorporels dans les projets de sables bitumineux afin d’harmoniser ces taux avec ceux du secteur pétrolier et gazier conventionnel, dans le budget de 2011 et terminée en 2016; on a estimé que cela entraînerait des économies de 220 millions de dollars de 2011-2012 à 2015-2016; on peut consulter la page 297 du plan budgétaire de 2011, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2011/plan/Budget2011-fra.pdf.
La troisième est l’élimination progressive du crédit d’impôt à l’investissement dans la région de l’Atlantique pour les investissements dans les secteurs pétrolier et gazier et minier, dans le budget de 2012, terminée en 2017; on a estimé que cela entraînerait des économies de 135 millions de dollars de 2014-2015 à 2016-2017; on peut consulter la page 436 du plan budgétaire de 2012, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2012/plan/pdf/Plan2012-fra.pdf.
La quatrième est la réduction du taux de déduction des frais d’aménagement minier incorporels de pré-production, y compris pour l’exploitation du charbon, aux fins d’harmonisation avec les taux du secteur pétrolier et gazier, dans le budget de 2013, à terminer en 2018; on a estimé que cela entraînerait des économies de 45 millions de dollars de 2015-2016 à 2017-2018; on peut consulter la page 367 du plan budgétaire de 2013, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2013/doc/plan/budget2013-fra.pdf.
La cinquième est l’élimination progressive de la déduction pour amortissement accéléré pour le minier, y compris l’exploitation du charbon, dans le budget de 2013, à terminer en 2021; on a estimé que cela entraînerait des économies de 10 millions de dollars en 2017-2018; on peut consulter la page 367 du plan budgétaire de 2013, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2013/doc/plan/budget2013-fra.pdf.
La sixième vise à permettre que la déduction pour amortissement accéléré s’appliquant aux installations de gaz naturel liquéfié expire comme prévu en 2025, dans le budget de 2016; aucun renseignement sur les coûts n’a été inclus dans le budget pour l’élimination progressive de cette mesure, toutefois, lorsque la mesure a été adoptée dans le budget de 2015, le coût était estimé à 45 millions de dollars sur la période de 2015 2016 à 2019 2020; on peut consulter la page 231 du plan budgétaire de 2015, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2015/docs/plan/budget2015-fra.pdf.
La septième est la rationalisation du traitement fiscal des dépenses pour les activités de forage des puits de découverte de pétrole et de gaz couronnées de succès, dans le budget de 2017, à terminer d’ici 2021; on estimait que cela entraînerait des économies de 145 millions de dollars de 2019 2020 à 2021 2022; on peut consulter la page 6 du supplément sur les mesures fiscales, à l’adresse https://www.budget.gc.ca/2017/docs/tm-mf/tax-measures-mesures-fiscales-2017-fr.pdf.
Enfin, la huitième est l’élimination progressive de l’avantage fiscal permettant aux petites entreprises pétrolières et gazières de reclasser certains frais d’aménagement à titre de frais d’exploration qui reçoivent un traitement plus favorable, dans le budget de 2017, à terminer d’ici 2020; on estime que cela entraînera des économies de 5 millions de dollars de 2019 2020 à 2021 2022; on peut consulter la page 6 du supplément sur les mesures fiscales, à l’adresse http://www.budget.gc.ca/2017/docs/tm-mf/tax-measures-mesures-fiscales-2017-fr.pdf.
Les estimations des économies ci-dessus ont été fournies par le ministère afin d’estimer les économies au cours de l’horizon budgétaire au moment où l’élimination progressive ou la rationalisation de chaque mesure a été annoncée. Une fois qu’une annonce est faite, le ministère ne continue pas de mettre à jour ou d’effectuer un suivi sur les économies réalisées. Cela signifie que les économies énoncées ci-dessus ne sont là qu’à titre indicatif et que les économies réelles peuvent être différentes. Les montants énoncés ne devraient pas être additionnés, car cela ne représenterait pas correctement les économies totales.

Question no 2393 --
M. Alexandre Boulerice:
En ce qui concerne tous les frais juridiques payés depuis le 4 novembre 2015: quels sont les détails, notamment la nature des plaintes ou des poursuites, le montant, la date du paiement, et le représentant du gouvernement qui a reçu l'argent, de tous les frais juridiques payés conformément (i) au paragraphe 8.6.1 des Politiques à l'intention des cabinets des ministres, (ii) au paragraphe 6.1.14 de la Politique sur les services juridiques et l'indemnisation, (iii) aux dispositions antérieures de l'un ou l'autre de ces paragraphes?
Response
M. Kevin Lamoureux (secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.) :
Madame la Présidente, en ce qui concerne la Politique sur les services juridiques et l'indemnisation, le gouvernement n'est pas en mesure de produire et de valider une réponse approfondie dans les délais prescrits.
Lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Une réponse à la question pourrait divulguer de l’information personnelle ainsi que de l’information contenant des renseignements protégés par le secret professionnel des avocats.

Question no 2403 --
M. Phil McColeman:
En ce qui concerne les changements apportés par Anciens Combattants Canada au questionnaire sur l’incapacité servant à étayer les réclamations d’anciens soldats concernant le trouble de stress post-traumatique: pourquoi le comité consultatif sur la santé mentale du Ministre a-t-il été écarté de l’élaboration du nouveau questionnaire et qu’il n’a pas été consulté à propos des changements?
Response
L'hon. Lawrence MacAulay (ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, Lib.):
Madame la Présidente, afin de rendre des décisions plus rapidement pour les vétérans relativement à leurs demandes de prestations d’invalidité, Anciens Combattants Canada a raccourci le questionnaire médical sur les affections psychiatriques et psychologiques. Le questionnaire a été simplifié pour permettre aux professionnels de la santé de compléter le processus de façon plus expéditive. Les vétérans peuvent ainsi obtenir plus rapidement les décisions concernant leurs demandes de prestations d'invalidité, ce qui accélère l'accès aux traitements. Ces changements visent à accroître l'efficacité du processus et à s’assurer que les vétérans qui en ont besoin ont accès aux traitements plus rapidement.
Anciens Combattants Canada a consulté le Groupe consultatif sur l'excellence du service. Ce groupe consultatif se concentre sur des initiatives visant à rationaliser les processus pour les vétérans et les professionnels de la santé. Une équipe de professionnels de la santé mentale, y compris ceux des cliniques pour traumatismes liés au stress opérationnel qui utilisent fréquemment le questionnaire, a également été consultée et a demandé que l’on apporte des modifications au formulaire. Par conséquent, le questionnaire a été modifié et simplifié afin d'améliorer les délais de traitement et de permettre aux vétérans de recevoir les prestations plus rapidement.
Anciens Combattants Canada a adopté une nouvelle approche pour rendre les décisions relatives aux prestations d’invalidité dans le cas des vétérans qui souffrent du trouble de stress post-traumatique. Le ministère exige maintenant le minimum de renseignements diagnostiques. Anciens Combattants Canada demande aux professionnels de la santé de fournir un diagnostic et accepte leur évaluation professionnelle.
Il convient de noter que 97 % des premières demandes relatives au trouble de stress post-traumatique ont été approuvées, selon les statistiques de 2018-2019.
Les changements suivants ont été apportés au formulaire.
D’abord, le questionnaire a été modifié et simplifié. Sa taille a été réduite afin d’alléger le fardeau de la paperasserie pour les médecins et d’améliorer les délais d’exécution. On s’attend à ce que cela se traduise par des décisions plus rapides pour les vétérans.
Ensuite, Anciens Combattants Canada ne demande plus aux professionnels de la santé de justifier leur diagnostic; Anciens Combattants Canada les croit sur parole. L’information contenue dans le formulaire est axée sur l’évaluation de la gravité du traumatisme.
Puis, l’avis de confidentialité a été mis à jour.
Ensuite, la rubrique Diagnostic médical a été renommée «?Diagnostic médical confirmé?» et la section sur le diagnostic a été révisée. L’information concernant le médecin/psychologue a été déplacée à la dernière page
Enfin, une seule affection psychiatrique pourrait être évaluée à 100 %, si la personne a obtenu la cote la plus élevée dans chaque tableau de la Table des invalidités.

Question no 2404 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne la vidéo intitulée « Déchiffrez le code » que le Secrétariat du Conseil du Trésor a mise en ligne sur YouTube le 30 mai 2018: a) quelle somme a été dépensée pour créer cette vidéo; b) est-ce qu’un acteur ou une actrice a été rémunéré(e) pour faire la voix hors champ de la vidéo et, dans l’affirmative, quel était son salaire; c) combien d’équivalents temps plein ont travaillé sur cette vidéo, de sa conception à sa publication?
Response
M. Greg Fergus (secrétaire parlementaire de la présidente du Conseil du Trésor et ministre du Gouvernement numérique, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse à la partie a) de la question, la vidéo a été créée à l’interne par l’équipe des multimédias du SCT, à l’aide de son propre équipement. L’achat de la bande sonore a coûté soixante dollars (60 $).
En ce qui a trait à la partie b) de la question, aucun acteur ou actrice n’a été payé pour faire la narration. Une employée du SCT l’a fait bénévolement.
Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, sept personnes ont travaillé à ce projet à temps partiel et y ont consacré 84 heures en tout, depuis la conception jusqu’à la publication.

Question no 2405 --
M. Bob Saroya:
En ce qui concerne le financement gouvernemental de 12 millions de dollars accordé à Les Compagnies Loblaw limitée pour la mise en place de nouveaux systèmes de réfrigération du 1er janvier au 9 avril 2019: quel montant de financement a été remis à des épiceries indépendantes plus petites et moins rentables pour de nouveaux systèmes de réfrigération, et quels sont les détails de ce financement, y compris (i) la date de son annonce, (ii) son bénéficiaire, (iii) son emplacement, (iv) son montant?
Response
L’hon. Catherine McKenna (ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Lib.):
Madame la Présidente, le Défi pour une économie à faibles émissions de carbone, d’une valeur de plus de 500 millions de dollars, fait partie du Fonds pour une économie à faibles émissions de carbone, le FEFEC. Celui-ci est conçu de manière à tirer parti de l’ingéniosité canadienne pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et à favoriser la croissance propre du Canada à l’appui du Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques.
Le Défi est divisé en deux volets. Le volet des champions fournit du financement aux demandeurs admissibles, plus précisément les provinces, les territoires, les municipalités, les communautés et organismes autochtones, les petites, moyennes et grandes entreprises ainsi que les organismes sans but lucratif. Les épiciers indépendants pouvaient présenter une demande, mais nous n’avons reçu aucune proposition. Le projet auquel on fait référence ici est l’un de 54 projets fructueux du volet des champions, qui fournissent des solutions pour réduire les émissions et augmenter l’efficacité énergétique dans les collectivités du Canada. Des annonces concernant les projets fructueux du volet des champions sont en cours.
Le deuxième volet du défi pour une économie à faibles émissions de carbone, le volet des partenariats, a été lancé en décembre 2018. Les demandeurs admissibles au volet des partenariats sont les petites municipalités, les communautés et organismes autochtones, les organismes sans but lucratif et les petites et moyennes entreprises, y compris les épiceries indépendantes. Ce volet fournit aux entreprises, aux organismes et aux collectivités de petite taille une possibilité supplémentaire de participer à la transition vers une économie à faibles émissions de carbone. Des propositions font actuellement l’objet d’un examen et les résultats seront communiqués aux demandeurs en 2019.

Question no 2408 --
M. Peter Julian:
En ce qui concerne la déclaration du Budget 2019 « Le Canada continuera d’examiner les mesures qui pourraient être considérées comme des subventions inefficaces aux combustibles fossiles en vue de les réformer s’il y a lieu »: a) combien de mesures considérées comme des subventions inefficaces font actuellement l’objet d’un examen; b) quel est le nom de chacune des mesures en a); c) quel est l’échéancier d’élimination ou de rationalisation de chacune des mesures en a); d) quel est le coût annuel estimé de chacune des mesures en a)?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse aux parties a), b), c) et d) de la question, comme le prévoyait le plan d’action du ministère après le rapport de 2017 du vérificateur général portant sur les subventions pour les combustibles fossiles, le ministère a terminé un examen de 13 mesures fiscales qui sont particulières au secteur des combustibles fossiles. Selon les résultats probants actuellement disponibles, il n’est pas possible de conclure que les mesures fiscales existantes sont des subventions inefficaces pour les combustibles fossiles.
Le ministère continuera d’appuyer le gouvernement dans sa promesse d’éliminer progressivement ou de rationaliser les subventions inefficaces pour les combustibles fossiles d’ici 2025. Dans le cadre de ce travail, le Canada et l’Argentine se sont récemment engagés à se soumettre à des examens par les pairs des subventions inefficaces pour les combustibles fossiles en vertu du processus du G20. Les examens par les pairs des subventions inefficaces pour les combustibles fossiles peuvent accroître la transparence, encourager un dialogue à l’échelle internationale et aider à élaborer des pratiques exemplaires, tout en passant à une économie à faibles émissions de carbone. Ce processus volontaire permettra aux deux pays de comparer et d’accroître leurs connaissances, en plus d’encourager l’élan mondial pour identifier et réduire les subventions inefficaces pour les combustibles fossiles.
View Robert-Falcon Ouellette Profile
Lib. (MB)
View Robert-Falcon Ouellette Profile
2019-05-07 13:28 [p.27466]
[Member spoke in Cree as follows:]
[Cree text translated as follows:]
Mr. Speaker, to all my relations, I say hello. I am very proud to be here.
[Translation]
Mr. Speaker, it is a great honour for me to have the opportunity today to speak about how we must invest in the middle class and build an economy that works for everyone, an economy that provides more good, well-paying jobs for the middle class and helps those working hard to join it, an economy where everyone, no matter their age, can live and work with pride.
At the same time, people across the country want to protect their children and grandchildren from the dangers of climate change. They want to invest in technologies that will help us lower the cost of living and reduce the emissions that cause climate change.
A Canadian green deal is based on balance. Failing to invest in a cleaner more sustainable future threatens the things that Canadians rely on for their success: an affordable cost of living; good, well-paying jobs and resilient communities. It would make it harder to help those who are poor, because it would make it difficult to ensure that we have those things to pay for those services.
Climate change, as we know, is real, and we need to take action today. Budget 2019 made significant investments to protect Canada's environment while also creating new jobs and making life more affordable for Canadians. These investments go hand in hand with efforts to help more people find a home, find and keep good jobs, retire with confidence and get affordable prescription drugs when they need them. The budget also delivers on a promise of a stronger middle class, and advances the plan to protect the health of all Canadians, the health of our economy and the health of future generations.
During their 10 years, the Harper Conservatives ignored the needs of a better future for all, the needs of the environment, of the middle class, and especially the needs of those who are most poor in our society who want government to work for them. Today, more Canadians are working, more families have more money in their pockets and Canada's middle class is growing.
The current leader of the Conservative Party, as well as Ford and Harper, all spent time cutting services and are cutting services today, like local library services, day care centres and even tree planting. This is absolutely unconscionable. The priorities of Ford and the current leader of the Conservative Party are about slashing funds for city services while moving forward with a pricey campaign promise to bring beer into convenience stores. They want to make it cheaper and more affordable so that we can drink beer. “Where is the sense in that?”, said Mayor John Tory. “Cutting public health programs and daycare programs to find the extra money to pay the Beer Store to change their contract?” That is what he said.
In Manitoba, in alliance, the leader of the Conservative Party and Pallister continue to cut services, including emergency services at a hospital in my riding, the Misericordia Health Centre. They are about to cut it at the Concordia Hospital. Gone. They have been reducing services in health care right across the province.
In fact, Premier Brian Pallister is leaving money on the table, including $547 million for public transit, which is important to having a good climate change program to ensure we protect the environment. The Manitoba government left $451 million of green infrastructure dollars on the table. Where is the Canadian green deal in that, a deal based on balance? It is not with the Pallister government. It left $61 million behind for community, cultural and recreation infrastructure. We need more good programming to ensure we do not have the meth crisis we have in Winnipeg right now, and to ensure that young people do not have to join gangs in order to find something to do. The government also left $112 million of rural and northern programming on the table. It is absolutely unconscionable.
On this side of the House, we have taken action to ensure there is a price on pollution right across Canada in 2019. We have implemented a federal backstop system in jurisdictions that do not have a standard that meets that standard at the federal level. As part of this plan, the federal government will be returning the bulk of the direct proceeds from the fuel charge in the form of a climate action incentive payment directly to individuals in the provinces, meaning it is costed so that those dollars are going back to the citizens. The residents of Ontario, New Brunswick, Manitoba and Saskatchewan have a government that is looking out for them and for all citizens. Their families can claim that climate incentive on their personal income tax returns. The remainder of the direct fuel charge proceeds will be used to support small and medium-sized businesses and other particularly affected sectors in these provinces.
The Canadian green deal is about balance. It is balanced to help reward good behaviour that will have an impact in protecting the environment and stop, or even at some point reverse, climate change.
As the Parliamentary Budget Officer confirmed last week, most households will receive more in climate action incentive payments than their increased costs resulting from the federal carbon pollution pricing system. People are going to be better off under this plan.
We know that climate change is not just an environmental issue but also an economic and social issue.
Our government's plan will grow the Canadian economy, build a nation of innovators and create good, well-paying jobs that strengthen the middle class.
Budget 2019 proposes significant investments and, above all, enables the government to implement new measures to help Canada's middle class and all those working hard to join it.
In budget 2019, our government announced several actions that build on our plan to help Canadians and support our communities. For example, we intend to lower the energy costs of Canadians by investing $1 billion to help increase energy efficiency in residential, commercial and multi-unit buildings. The budget also proposes to provide new infrastructure to help build cleaner and healthier communities through a major municipal infrastructure top-up investment of $2.2 billion. We are helping communities. This will double our government's commitment to municipalities and help communities fund their infrastructure priorities, including public transit, water and green energy projects. However, this is not all that we are doing.
We asked the wealthiest 1% of Canadians to pay a little more so that we could give the middle class a tax break. That tax break is helping over nine million Canadians.
We have also created the Canada child benefit, or the baby bonus. This baby bonus is important to the people of Winnipeg Centre. In 2018-19, every month, on average, we make 8,490 payments of the baby bonus to citizens in Winnipeg Centre, helping 15,510 children. It is helping to lift thousands of children out of poverty. It is $790 on average, which is $6,733,000 a month directly into the economy of the people of Winnipeg Centre.
This is not all that we have done. We have also helped seniors in my riding. We have made 9,580 payments under old age security, for an average of $6,520 under the guaranteed income supplement; 4,620 payments for an average of $6,490; as well as our top-up, which came in the last budget, of 2,620 new payments, for a total of $1,040 a month, to seniors in Winnipeg Centre. That is $96 million which is going to help Canadians advance in life.
In closing, I would like to say that Canadians want a plan that will enable them to prosper in a world where the climate is changing. Our government is investing in a cleaner and healthier future for all Canadians.
We have made a lot of progress since the fall of 2015, since the decade of darkness. However, we know there is more work to be done, and we are not going to lose sight of that goal. We will keep helping the middle class and those working hard to join it. Our government will work hard for Canadians to build an economy where everyone has a fair and true chance of succeeding, lifting thousands of Canadians out of poverty. We will ensure that our government works, not just for the few as under Harper, not just for those who might vote for them, but for all Canadians no matter what their political stripe, so that we ensure we are all better off in the future.
[Le député s'exprime en cri ainsi qu'il suit:]
[Les propos du député sont traduits ainsi:]
Monsieur le Président, je salue tous les gens que je connais. Je suis très fier d'être ici.
[Français]
Monsieur le Président, c'est pour moi un grand honneur d'avoir la possibilité, aujourd'hui, de parler de la façon dont nous devrons investir dans la classe moyenne et bâtir une économie qui fonctionne pour tout le monde, une économie qui offre plus de bons emplois bien rémunérés pour la classe moyenne et qui aide les personnes qui travaillent fort pour s'y joindre, une économie où chacun, peu importe son âge, peut vivre et travailler avec fierté.
En même temps, les gens de partout au pays veulent protéger leurs enfants et leurs petits-enfants contre les dangers des changements climatiques. Ils veulent des investissements dans des technologies qui nous permettront d'abaisser le coût de la vie et de réduire les émissions qui causent les changements climatiques.
Un pacte vert canadien doit être axé sur l'équilibre. Si nous n'investissons pas pour bâtir un avenir plus propre et plus viable, tout ce qui contribue à la réussite des Canadiens sera mis en péril, tant le coût de la vie abordable que les bons emplois bien rémunérés et les collectivités résilientes. Il deviendra alors plus difficile d'aider les personnes pauvres puisque, dans ce contexte, nous aurons moins de moyens pour payer les services.
Comme on le sait, les changements climatiques sont bien réels et il faut agir dès maintenant. Le budget de 2019 prévoit des investissements considérables qui visent à protéger l'environnement tout en créant des emplois et en rendant le coût de la vie plus abordable pour les Canadiens. Ces investissements vont de pair avec les efforts déployés pour aider plus de gens à trouver un logement, à trouver un bon emploi et à le conserver, à prendre leur retraite en toute confiance, et à obtenir les médicaments d'ordonnance dont ils ont besoin. Le budget viendra aussi renforcer la classe moyenne, conformément à la promesse du gouvernement, en plus de soutenir les plans conçus pour protéger la santé de tous les Canadiens, la santé de l'économie canadienne et la santé des générations futures.
Pendant les 10 années où ils ont été au pouvoir, les conservateurs de Harper ont tourné le dos à la nécessité de bâtir un avenir meilleur pour tous ainsi qu'aux besoins de l'environnement, de la classe moyenne et surtout des personnes les plus démunies de la société, qui tiennent à ce que le gouvernement les aide. Aujourd'hui, plus de Canadiens travaillent, plus de familles ont davantage d'argent dans leurs poches et la classe moyenne du pays est en pleine croissance.
À l'instar de Doug Ford et de Stephen Harper, le chef actuel du Parti conservateur propose de sabrer dans les services, comme les services de bibliothèque, les services de garde et même les programmes de plantation d'arbres. C'est totalement inadmissible. Les priorités de Doug Ford et du chef actuel du Parti conservateur consistent à réduire le financement des services municipaux, tout en mettant en oeuvre une promesse électorale coûteuse qui consiste à permettre aux dépanneurs de vendre de la bière. Ils souhaitent que la bière soit plus abordable pour la population. Le maire de Toronto John Tory a déclaré ce qui suit à ce sujet: « En quoi cette mesure est-elle logique? Le gouvernement va sabrer dans les programmes publics de santé et de garderies afin de dégager les sommes nécessaires pour dédommager le Beer Store à la suite de la modification de son contrat. » C'est ce qu'il a dit.
Au Manitoba, le chef du Parti conservateur Brian Pallister continue de sabrer dans les services, y compris le service des urgences d'un hôpital de ma circonscription, le Centre de santé Misericordia. Son allié, le chef du Parti conservateur, lui donne sa bénédiction. Les conservateurs sont aussi sur le point d'éliminer le service des urgences de l'Hôpital Concordia. C'est terminé. Ils sont en train de réduire les services de santé partout dans la province.
En fait, le premier ministre Pallister laisse de l'argent sur la table, dont une somme de 547 millions de dollars destinée au transport en commun, élément indispensable à un programme efficace de lutte contre les changements climatiques, qui permet de protéger l'environnement. Le gouvernement du Manitoba a laissé sur la table 451 millions de dollars destinés aux infrastructures vertes. Est-ce cela, le plan vert canadien, qui repose sur l'équilibre? Ce n'est certainement pas le gouvernement Pallister qui va en élaborer un. Il n'a pas touché à une somme de 61 millions de dollars qui devait servir à financer des projets d'infrastructures communautaires, culturelles et récréatives. Il faut mettre en place de bons programmes pour lutter contre la crise de la méthamphétamine qui sévit actuellement à Winnipeg et pour empêcher des jeunes désoeuvrés de se joindre à des gangs. Le gouvernement a aussi laissé sur la table 112 millions de dollars destinés aux programmes pour les habitants des régions rurales et du Nord. C'est totalement inadmissible.
De ce côté-ci de la Chambre, nous avons fait le nécessaire pour que la pollution soit tarifée partout au Canada dès 2019. Nous avons créé un filet de sécurité national pour les provinces qui ne disposaient pas d'un mécanisme répondant aux normes fédérales. Dans le cadre de ce plan, le gouvernement remettra directement aux habitants des provinces concernées l'essentiel des recettes que la redevance sur les combustibles permettra de recueillir. C'est ce qu'on appelle l'Incitatif à agir pour le climat. Autrement dit, le plan du gouvernement est ainsi conçu que l'argent recueilli retournera directement dans les poches des Canadiens. Les habitants de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick, du Manitoba et de la Saskatchewan peuvent compter sur nous pour voir à leurs besoins et à ceux de tous leurs concitoyens. Les familles pourront réclamer l'Incitatif à agir pour le climat sur leur déclaration de revenus. Le reste de la redevance sur les combustibles servira à soutenir les petites et moyennes entreprises ainsi que les secteurs les plus durement touchés de ces mêmes provinces.
Équilibre, voilà le maître-mot du pacte vert canadien, qui récompensera les comportements à privilégier pour protéger l'environnement et mettre un frein aux changements climatiques, voire, un jour, les renverser.
Comme le confirmait le directeur parlementaire du budget la semaine dernière, l'Incitatif à agir pour le climat permettra à la plupart des ménages de recevoir davantage que ce que leur coûtera le régime fédéral de tarification de la pollution par le carbone. Bref, les Canadiens sortiront gagnants.
Nous sommes conscients que les changements climatiques ne sont pas seulement un enjeu environnemental, mais aussi un enjeu économique et social.
Le plan de notre gouvernement vise à assurer la croissance de l’économie canadienne, à bâtir un pays d'innovateurs et à créer de bons emplois bien rémunérés qui renforcent la classe moyenne.
Le budget de 2019 propose de mettre en œuvre d’importants investissements, mais, surtout, il permet au gouvernement de prendre de nouvelles mesures, afin d’aider les Canadiens de la classe moyenne et tous ceux qui travaillent pour en faire partie.
Dans le budget de 2019, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures additionnelles pour venir en aide aux Canadiens et aux municipalités du pays. Nous avons par exemple l'intention de faire baisser la facture énergétique des Canadiens en investissant 1 milliard de dollars afin d'améliorer l'efficacité énergétique des immeubles résidentiels, commerciaux et à logements multiples. Nous avons également annoncé un investissement ponctuel de 2,2 milliards de dollars dans les infrastructures municipales afin d'aider les municipalités du pays à devenir des milieux de vie plus sains et à mieux protéger l'environnement. Nous aidons les villes et les villages du Canada. En fait, cette annonce permettra de doubler les sommes promises par le gouvernement aux municipalités afin qu'elles puissent financer leurs infrastructures prioritaires, comme les transports en commun, les réseaux d'aqueduc et les projets énergétiques verts. C'est toutefois loin d'être tout.
Nous avons demandé au 1 % le plus riche des Canadiens de payer un peu plus, pour que nous puissions réduire les impôts de la classe moyenne. Cette baisse d’impôt pour la classe moyenne profite à plus de 9 millions de Canadiens.
Nous avons aussi créé l'Allocation canadienne pour enfants, qu'on appelle aussi la « prime pour les bébés ». Cette prime est importante pour les gens de Winnipeg-Centre. Chaque mois, en 2018-2019, le Canada verse cette allocation à 8 490 familles de Winnipeg-Centre, ce qui permet d'aider 15 510 enfants. L'Allocation canadienne pour enfants contribue à sortir des milliers d'enfants de la pauvreté. Les prestations s'élèvent en moyenne à 790 $. Ce sont donc 6 733 000 $ par mois qui sont injectés directement dans l'économie de Winnipeg-Centre.
Ce n'est pas tout. Nous avons aussi aidé les personnes âgées de ma circonscription. Nous avons effectué 9 580 versements de la Sécurité de la vieillesse, pour une moyenne de 6 520 $. Pour ce qui est du Supplément de revenu garanti, nous avons effectué 4 620 versements, pour une moyenne de 6 490 $. Grâce à la bonification que nous avons instaurée dans le dernier budget, nous faisons 2 620 paiements de plus aux personnes âgées de Winnipeg-Centre, pour un total de 1 040 $ par mois. Ces 96 millions de dollars aideront les Canadiens à améliorer leur sort.
En terminant, je dirai ceci: les Canadiens veulent un plan qui peut leur permettre de prospérer dans un climat qui change. Notre gouvernement investit dans un avenir plus propre et plus sain pour tous les Canadiens.
Nous avons fait beaucoup de progrès depuis l'automne 2015, depuis la décennie de grande noirceur. Beaucoup de choses restent à faire, toutefois, et nous n'allons pas perdre de vue cet objectif. Nous continuerons d'aider les gens de la classe moyenne et ceux qui s'efforcent d'y accéder. Le gouvernement ne ménagera aucun effort pour aider les Canadiens à bâtir une économie où chacun a véritablement la possibilité de réussir, à chances égales, et où des milliers de gens pourront sortir de la pauvreté. Nous veillerons à ce que le gouvernement n'aide pas seulement quelques privilégiés, comme au temps de Stephen Harper, ou ceux qui pourraient voter pour son parti, mais plutôt l'ensemble des Canadiens, dans l'intérêt de tous, quelles que soient leurs allégeances politiques.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)

Question No. 2341--
Mr. Ed Fast:
With regard to expenditures by the Advisory Council on Climate Action, since the announcement of the formation of the group: (a) what are all the total expenditures by the organization broken down by year; (b) what is the breakdown of the yearly expenditures by (i) line item, (ii) financial code used by organization; and (c) what are the details of all contracts issued in relation to the group, including (i) vendor, (ii) date, (iii) amount, (iv) description of goods or services?
Response
Hon. Catherine McKenna (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Mr. Speaker, as of April 23, 2019, Environment and Climate Change Canada has not yet incurred expenditures related to Q-2341.

Question No. 2343--
Mr. Rob Nicholson:
With regard to the integrity regime since January 1, 2016: how many times did SNC-Lavalin or affiliates of SNC-Lavalin request advanced determinations of ineligibility, broken down by (i) date of request for advanced determination, (ii) date of decision on the request from Public Services and Procurement Canada?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement and Accessibility, Lib.):
Mr. Speaker, pursuant to the ineligibility and suspension policy, a supplier or potential supplier may request an advanced determination of its own status under the integrity regime. Since January 1, 2016, there have been no advanced determinations of ineligibility requested by SNC-Lavalin or one of its affiliates under the integrity regime.

Question no 2341 --
M. Ed Fast:
En ce qui concerne les dépenses du Conseil consultatif pour l’action sur le climat, depuis l’annonce de sa création: a) à combien s’élèvent ses dépenses totales, ventilées par année; b) quelle est la ventilation des dépenses annuelles par (i) poste budgétaire, (ii) code financier utilisé; c) quels sont les détails concernant l’ensemble des contrats émis relativement au Conseil, y compris (i) le fournisseur, (ii) la date, (iii) le montant, (iv) la description des biens ou des services?
Response
L’hon. Catherine McKenna (ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Lib.):
Monsieur le Président, à compter du 23 avril 2019, Environnement et Changement climatique Canada n'a pas encore engagé de dépenses liées à la question Q-2341.

Question no 2343 --
M. Rob Nicholson:
En ce qui concerne le régime d’intégrité, depuis le 1er janvier 2016: combien de fois SNC-Lavalin ou ses entreprises affiliées ont-elles demandé des décisions préalables concernant leur admissibilité, ventilées selon (i) la date à laquelle a été présentée la demande de décision préalable, (ii) la date à laquelle a été rendue la décision par Services publics et Approvisionnement Canada concernant la demande?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l'Accessibilité, Lib.):
Monsieur le Président, conformément à la Politique d'inadmissibilité et de suspension, un fournisseur ou un fournisseur potentiel peut demander une détermination anticipée de son propre statut dans le cadre du Régime d'intégrité. Depuis le 1er janvier 2016, aucune détermination d'inadmissibilité anticipée n'a été demandée à SNC-Lavalin ou à l'une de ses entreprises affiliées dans le cadre du Régime d'intégrité.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)

Question No. 2312--
Mr. David Tilson:
With regard to part (c) of the government's response to Q-2104, which was tabled on January 28, 2019, and states that “The client submits a completed application by mail to the Permanent Resident Card Processing Centre in Sydney, Nova Scotia. The application is verified for completeness. If it is not complete, the application is returned to the client.”: (a) what are the average wait times for the return of applications which are not complete; and (b) is there any priority given to applications that have been deemed incomplete, once they are returned back to the Permanent Resident Card Processing Centre for a second time, or are the applications subject to the same waiting and processing times as a brand new application?
Response
Hon. Ahmed Hussen (Minister of Immigration, Refugees and Citizenship, Lib.):
Madam Speaker, insofar as Immigration, Refugees and Citizenship Canada, IRCC, is concerned, in response to (a), as of March 5, 2019, the average processing time for IRCC to verify an application for completeness was 29 days from the day IRCC receives the original application. If it is not complete, the application is returned to the client. The return time has decreased significantly in the past year, from an average of 87 days between October and December 2018 to the current processing time of 29 days. These numbers do not include mailing time and are in calendar days.
As of March 5, 2019, the processing time to renew a permanent resident card was 32 days from the day the application is received to the day a final decision is made. The processing time does not include card printing time, which has a three-day service standard, and mailing time.
Note that the processing times are subject to change depending on available resources and volume of applications received.
In response to (b), applications previously returned as incomplete and resubmitted are subject to the normal processing times. They are not given priority processing.

Question no 2312 --
M. David Tilson:
En ce qui concerne la partie c) de la réponse du gouvernement à la question écrite Q-2104, déposée le 28 janvier 2019, laquelle indique que le client doit présenter une demande dûment remplie par la poste, au Centre de traitement des demandes de cartes de résidence permanente de Sydney, en Nouvelle-Écosse, que la demande est vérifiée pour s’assurer qu’elle est complète, et que si elle ne l’est pas, elle est retournée au client: a) quel est, en moyenne, le délai d’attente associé au retour des demandes incomplètes; b) la priorité est-elle accordée aux demandes qui ont été jugées incomplètes, une fois qu’elles sont envoyées au Centre de traitement des demandes de cartes de résidence permanente pour la deuxième fois, ou sont-elles assujetties aux mêmes délais d’attente et de traitement que les nouvelles demandes?
Response
L'hon. Ahmed Hussen (ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse à la partie a) de la question, en date du 5 mars 2019, le temps de traitement moyen pour qu’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, ou IRCC, vérifie si une demande est complète était de 29 jours après sa réception. Si la demande est incomplète, elle est retournée au client. Le délai de retour a diminué de façon significative au cours de la dernière année pour passer d’un temps moyen de 87 jours, entre octobre et décembre 2018, à 29 jours présentement. Ces données n’incluent pas les délais postaux, et elles sont en jours civils.
En date du 5 mars 2019, le temps de traitement pour renouveler une carte de résident permanent était de 32 jours à partir du moment où la demande est reçue jusqu’au moment où une décision finale est prise. Le temps de traitement n’inclut pas le temps d’impression de la carte — la norme de service de trois jours — et les délais postaux.
Il est à noter que le temps de traitement peut changer au fil du temps selon les ressources disponibles et selon le nombre de demandes reçues.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, les demandes qui ont été précédemment retournées comme incomplètes et soumises de nouveau sont assujetties aux délais de traitement normaux. Il n’y pas de traitement prioritaire pour ces demandes.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)

Question No. 2281--
Ms. Rachael Harder:
With regard to the government’s decision to change Status of Women Canada to the Department for Women and Gender Equality on December 13, 2018: (a) did the Minister responsible for the department receive a new mandate letter which indicates the new responsibilities and, if so, when was the letter (i) sent to the Minister, (ii) made available to the public; and (b) what are the details, including total of all costs associated with changing the name of the department?
Response
Mr. Terry Duguid (Parliamentary Secretary to the Minister for Women and Gender Equality, Lib.):
Mr. Speaker, in response to (a), the Minister for Women and Gender Equality did not receive a new mandate letter.
In response to (b), regarding the costs associated with changing the name of the department, business card rebranding cost $692.78 and an update to the department’s web encryption certificate cost $3,558.

Question No. 2282--
Mr. Luc Berthold:
With regard to the new animal transport regulations announced by the Canadian Food Inspection Agency (CFIA): (a) why did the CFIA not wait until the research funded by Agriculture and Agri-Food Canada into the issue was finalized prior to releasing the new regulations; (b) what is the CFIA’s reaction to the concerns by industry associations that the new regulations will likely increase stress to cattle and opportunity for injury; and (c) has either Agriculture and Agri-Food Canada or the CFIA done any analysis or studies on the impact of these changes to the various livestock or transportation industries and, if so, what are the details, including results?
Response
Hon. Marie-Claude Bibeau (Minister of Agriculture and Agri-Food, Lib.):
Mr. Speaker, in response to (a), the Canadian Food Inspection Agency, CFIA, recognizes the work and research pertaining to animal welfare that the beef industry has been doing and continues to do. Important research regarding animal welfare during transport is routinely under way on many fronts, both domestically and internationally. The duration of research projects is often measured in years, and outcomes are not predetermined. Such is the case with the cattle industry study funded by Agriculture and Agri-Food Canada, AAFC, which is not scheduled to conclude until 2022. The amendments to the health of animals regulations have been in progress for over 10 years. They were published in the Canada Gazette, part I, in 2016, with a clear forward regulatory plan of final publication in fall 2018-winter 2019. We received an unprecedented number of comments during the public comment period: over 51,000 comments from 11,000 respondents. These comments were taken into account, along with the latest research on animal transportation and international standards. Over 400 scientific articles were examined to help develop clear and science-informed requirements that better reflect the needs of animals and improve overall animal welfare in Canada. These are balanced regulations that, given the existing infrastructure, industry trends and evolving consumer demands, are expected to work for stakeholders while protecting the well-being of animals. It is recognized that any new research will need to be considered and could inform future revisions to the regulations.
In response to (b), the maximum intervals without feed, water and rest for the different species were based on available science, international standards, consumer expectations, and industry logistics.
The CFIA consulted experts in the animal transportation field from industry and academia. Relevant scientific articles were also examined to ensure that the most current research available on the subject of animal transportation and its effects on animals was used to draft the amendments. The resulting maximum feed, water and rest intervals during animal transport were the outcome of all relevant inputs regarding the relative stress responses of rest stops versus the stress to animals of exhaustion, extreme hunger and dehydration resulting from prolonged feed, water and rest deprivation.
The amendments also contain an option for the use of fully equipped conveyances that meet specific required conditions such as temperature monitoring, adequate ventilation, and feed and water dispensing systems. These conveyances will mitigate but not eliminate the negative effects of transport. As such, those stakeholders that move animals in fully equipped conveyances are exempted from the prescribed maximum intervals for feed, water and rest. This provision will promote innovation and will provide regulated parties with additional flexibility regarding time in transport and confinement. It is important to note that all other provisions, including the animal-based outcomes relating to the effects of feed, water and rest deprivation will require full compliance.
In response to (c), the CFIA sent out two economic questionnaires to stakeholders to assess the economic impact of potential changes to the regulations and the timing of their coming into force. The second questionnaire was sent to over 1,000 recipients with a request to forward the questionnaire to any other interested party that the CFIA may have missed. CFIA economists reviewed the incoming data and provided a detailed summary of the costs and benefits to industry in the regulatory impact analysis statement, which can be found at www.gazette.gc.ca/rp-pr/p2/2019/2019-02-20/html/sor-dors38-eng.html, immediately below the regulatory amendment.

Question No. 2285--
Ms. Sheri Benson:
With regard to Canada’s Homelessness Strategy “Reaching Home”, and the February 20, 2019 public announcement of $638 million to address urban Indigenous homelessness: (a) what are the details of the strategy, including, if available, the (i) summary of the rationale of the strategy, (ii) objectives, (iii) goals; (b) what are the specific budgetary envelopes and programs that the government will use to deliver these funds; (c) what are the criterias that will be used to evaluate applications; (d) what is the projected allocation of these funds, broken down by fiscal year; (e) what are the expected policy outcomes; and (f) what are the methods the government will use to evaluate the success or failure of this strategy and the individual projects that receive funding?
Response
Mr. Adam Vaughan (Parliamentary Secretary to the Minister of Families, Children and Social Development), Lib.):
Mr. Speaker, homelessness has an economic and social impact on every community in Canada. The Government of Canada is committed to helping those who are in need and believes that one homeless Canadian is one too many. Everyone deserves a safe and affordable place to call home.
The Government of Canada’s homelessness programs have undergone various reforms and renewals over the years. In recognition of the fact that indigenous people are overrepresented in homeless populations, the programs have provided Indigenous-specific funding. The government’s current program, the homelessness partnering strategy, or HPS, is a community-based approach that aims to prevent and reduce homelessness in Canada. It includes an aboriginal homelessness funding stream.
Reaching Home, the redesigned HPS, was launched on April 1, 2019. The purpose of Reaching Home is to support Canadian communities in their efforts to prevent and reduce homelessness by mobilizing partners at the federal, provincial/territorial and community levels, as well as the private and voluntary sectors, to address barriers to well-being faced by those who are homeless or at imminent risk of homelessness. The program is part of Canada’s first-ever national housing strategy, which is a 10-year, $40-billion plan to lift hundreds of thousands of Canadians out of housing need. The development of Reaching Home was informed by research and broad public consultations, engagement with first nations, Inuit and Métis peoples and organizations, and advice from the advisory committee on homelessness, which included indigenous representation.
The engagement and advice that informed Reaching Home identified that more funding and a greater understanding of indigenous homelessness was needed. In large part due to the engagement with indigenous peoples, Reaching Home includes increased funding to be directed toward indigenous homelessness supports, and expanded flexibility for first nations, Inuit and Métis-led initiatives.
Reaching Home is providing more than $1.6 billion in funding over the next nine years for services and supports for all Canadians, including indigenous peoples, who are at risk of or are experiencing homelessness. In addition to that, a total of $413 million is dedicated for addressing indigenous homelessness. The indigenous-specific funding will provide $261 million through an indigenous homelessness stream over a nine-year period to maintain the community-based approach and continue to address local priorities, and $152 million over nine years that will be invested on priorities determined in collaboration with first nations, Inuit and Métis partners, to be phased in over three years.
Reaching Home is not--with some exceptions in Quebec--a proposal or application-driven program; funding agreements are negotiated between the department and service providers. The eligibility criteria--terms and conditions, and directives are outlined in detail within the program authorities. Reaching Home supports community-based approaches by providing funding directly to municipalities and local service providers, while providing communities more flexibility to design appropriate responses to local challenges. This includes greater flexibility for culturally appropriate responses to help meet the unique needs of first nations, Inuit and Métis peoples. Funding through the indigenous homelessness stream will continue to flow to Indigenous service providers, and the additional investments for identifying and establishing priorities to help meet the needs of first nations, Inuit and Métis will be determined in collaboration with indigenous partners.
In terms of outcomes, Reaching Home aims to prevent and reduce homelessness across Canada. It supports the goals of the national housing strategy, in particular to support the most vulnerable Canadians in maintaining safe, stable and affordable housing and to reduce chronic homelessness nationally by 50% by 2027–2028. It also supports the goals of “Opportunity for All – Canada’s First Poverty Reduction Strategy”.
To evaluate the effectiveness of its programs, including Reaching Home, the government will be tracking the rate of homelessness along with other socio-economic indicators. The poverty reduction strategy is developing a dashboard of indicators to track progress on the many aspects of poverty, ranging from different measures of low income to the number of Canadians in housing need. Indicators that reflect first nations, Inuit, and Métis concepts of poverty and well-being are being co-developed with indigenous partners for inclusion on the dashboard. The publicly available online dashboard will allow all Canadians to monitor progress, and it will be regularly updated as new information becomes available. Reaching Home is participating in and supports the development of the poverty reduction strategy dashboard.
The Government of Canada is committed to achieving reconciliation with indigenous peoples through a renewed relationship based on recognition of rights, respect, co-operation, and partnership. Reaching Home includes increased and targeted funding to help address the unique needs of first nations, Inuit, and Métis, and provisions so that the priorities and approaches will be determined in collaboration with indigenous partners. Under Reaching Home, the government is demonstrating its commitment to ensuring that first nations, Inuit and Métis people across Canada have a safe and affordable place to call home, where they can enjoy a bright future for themselves and their families.
Members should note that as part of the national housing strategy, the Government of Canada announced a total investment of $2.2 billion for homelessness over 10 years, building on budget 2016 funding of $111.8 million over two years. By 2021–22, this will double annual investments compared to 2015–16.

Question No. 2304--
Ms. Elizabeth May:
With regard to the acquisition and construction of the Trans Mountain pipeline: (a) what was the source of funds for the $4.5 billion reportedly paid to Kinder Morgan at the closing date of August 31, 2018; (b) where is (i) that $4.5 billion accounted for in the Finance Ministry’s November 2018 Budget Update and (ii) is the NEB facility of $500 000 also accounted for in that Budget Update; (c) is the outstanding balance of $4.67 billion for the acquisition facility reported by the Canada Development Investment Corporation (CDEV) in its 2018 third quarterly report the final acquisition figure; (d) is the project (i) in compliance with spending benchmarks identified in the Construction Facility, and (ii) if the answer to (i) is negative, what corrective actions are being or will be taken; (e) do any documents exist pertaining to contract extensions and financial costs incurred through construction delays, and, if so, what are the details; and (f) what sources of revenues is CDEV pursuing to finance construction once the credit facility expires in August 2019?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), on August 31, 2018, the Trans Mountain Corporation, TMC, paid Kinder Morgan Cochin ULC $4.427 billion in order to acquire the Trans Mountain entities, these being Trans Mountain Pipeline ULC; Trans Mountain Canada Inc., which was formerly Kinder Morgan Canada Inc.; Trans Mountain Pipeline LP; and Trans Mountain Pipeline (Puget Sound) LLC. TMC financed the acquisition with loans and other funds from its parent corporation, Canada TMP Finance Ltd.
With regard to (b), the $4.427 billion TMC paid to Kinder Morgan Cochin ULC and the $500 million facility with the National Energy Board are not specifically reflected in the government’s November 2018 Fall Economic Statement. However, the loans issued by Export Development Canada to Canada TMP Finance Ltd., which were relied upon by affiliates of Canada TMP Finance Ltd. for the acquisition and for the National Energy Board facility, are reflected on pages 93-94 of the Fall Economic Statement.
With regard to (c), as the ultimate parent corporation for TMC, the Canada Development Investment Corporation, or CDEV, will report the final acquisition price for the Trans Mountain entities in its 2018 consolidated financial statements. CDEV’s Q3 financial statements contained a preliminary acquisition price of $4.427 billion.
With regard to (d), Canada TMP Finance Ltd. is in full compliance with the construction credit agreement with Export Development Canada.
With regard to (e), Trans Mountain Pipeline ULC is the applicant and proponent for the proposed Trans Mountain expansion project. The proposed project does not currently have a valid National Energy Board Act certificate or Canadian Environmental Assessment Act, 2012 decision statement. The authoritative documents on the expected schedule and costs of the proposed project are those filed by Trans Mountain Pipeline ULC with the National Energy Board as part of the board’s review of the proposed project, including its recent reconsideration. These documents are publicly available on the National Energy Board’s public registry.
With regard to (f), Trans Mountain Pipeline ULC is the applicant and proponent for the proposed Trans Mountain expansion project. The proposed project does not currently have a valid National Energy Board Act certificate or Canadian Environmental Assessment Act, 2012 decision statement. Should the Governor in Council approve the proposed project, Canada TMP Finance Ltd. would renew the construction facility for an additional year as per the credit agreement. TMP Finance Ltd. will work with its shareholder to secure long-term funding.

Question No. 2307--
Mr. François Choquette:
With regard to biometric data collection procedures: (a) what are the exact criteria that were used to determine that Greenland and St. Pierre and Miquelon would be exempt from biometric data collection before entering Canada; (b) what are the exact criteria that would constitute an exceptional situation justifying an exemption in other cases; (c) is the procedure for collecting data at the border going to be extended to other countries or territories; (d) why (i) are only Greenland and St. Pierre and Miquelon exempt and (ii) could the French West Indies not benefit from the same exemption, given their similar administrative status as a French overseas territory near North America; and (e) does the government plan to publish the studies that led it to say that “it is not expected to result in significant declines in demand over the medium or long-term” and that the “implications for Canada’s competitiveness in attracting visitors, business people and students are expected to be overall neutral”, as described in the Canada Gazette, Part I, Volume 152, Number 14: “Regulations Amending the Immigration and Refugee Protection Regulations” of April 7, 2018?
Response
Hon. Ahmed Hussen (Minister of Immigration, Refugees and Citizenship, Lib.):
Mr. Speaker, insofar as Immigration, Refugees and Citizenship Canada, IRCC, is concerned, with regard to (a), the requirement to provide biometrics when applying to come to Canada depends on the document a client is applying for and is aligned with Canada’s entry document requirements. Generally, biometrics are required when applying for a visitor visa; a work or study permit, except for U.S. nationals; permanent residence; and refugee or asylum status. However, there are some exemptions. Travelers from countries that are visa-exempt are not required to provide biometrics before entering Canada.
As per section 190 of the Immigration and Refugee Protection Regulations, residents of Greenland as well as St. Pierre and Miquelon who are coming to Canada as visitors are visa-exempt and therefore not subject to biometrics requirements. Those coming to Canada to study or work in Canada are required to provide biometrics in support of their applications.
For more information about Canada’s entry requirements by country/territory and requirements for providing biometrics, members may visit https://www.canada.ca/en/ immigration-refugees-citizenship/ services/ visit-canada/ entry-requirements-country.html.
With regard to (b), if the collection of biometric information is impossible or not feasible, an exemption from the biometrics requirements could be warranted. These exceptional circumstances are determined on a case-by-case basis. Some examples of the criteria that may be used to assess whether it is impossible or not feasible to collect biometric information and an exemption could therefore be justified include a situation in which the client has a temporary or permanent medical condition that prevents the operator or system from capturing the biometric information; the collection equipment or system is not operational, and it is not known how long the system will be down; or the case is exceptionally vulnerable and requires accelerated processing, but biometric information cannot be collected in a timely manner.
With regard to (c), at this time there are no plans to extend the collection of biometrics at the border to any other countries or territories.
With regard to (d)(i), in general, most people are required to make their application and comply with requirements--such as providing biometric data in support of their application--from outside Canada. This is to ensure that applicants are assessed appropriately before they arrive to Canada. On the other hand, to ensure that a balanced strategy is taken when managing the flow of people into Canada, efforts are taken to facilitate the travel of known and low-risk applicants. Residents of Greenland, and St. Pierre and Miquelon are among the very few who may apply for a study or work permit at the port of entry. It should be noted that on average, approximately six work permits and 19 study permits are processed at the port of entry each year from these two territories. The low numbers are operationally manageable for processing at the port of entry.
With regard to (d)(ii), territories in the French West Indies that are part of France—that is, the French Republic--are visa-exempt, and as such, people there do in fact benefit from the biometric exemption when they are seeking to come to Canada as visitors. As well, if they meet the requirements set out in the regulations, they are also eligible to apply for a work permit at the port of entry. However, they are not eligible to apply for a study permit at the port of entry.
With regard to (e), these findings will be included in the program’s evaluation report, entitled “Evaluation of Biometrics (Steady State) and Canada-United States Immigration Information Sharing (IIS)”, which the government anticipates will be published by September 2019.

Question No. 2308--
Mr. Harold Albrecht:
With regard to expenditures on catering at the Global Affairs Canada buildings on Sussex Drive in Ottawa : (a) what was the total catering bill in (i) 2016, (ii) 2017, (iii) 2018; and (b) what are the details of each expenditure including (i) vendor, (ii) date, (iii) amount, (iv) description of related event, if known?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Foreign Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, this answer reflects a consolidated response approved on behalf of Global Affairs Canada ministers. Global Affairs Canada undertook an extensive preliminary search in order to determine the amount of information that would fall within the scope of the question and the amount of time that would be required to prepare a comprehensive response. The information requested is not systematically tracked in a centralized database. Global Affairs Canada concluded that producing and validating a comprehensive response to this question would require a manual collection of information that is not possible in the time allotted and could lead to the disclosure of incomplete and misleading information.

Question No. 2309--
Mr. Arnold Viersen:
With regard to the directive provided by the Minister of Innovation, Science and Economic Development to the CRTC in February 2019, which he claimed would lower the prices of internet and cell phone services: (a) what specific evidence does the government have that the Minister’s directive will actually lead to lower prices; and (b) what are the specific projections on how much the average Canadian’s cell phone and internet services bill will be lowered as a result of this directive for each of the next 5 years?
Response
Hon. Navdeep Bains (Minister of Innovation, Science and Economic Development, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (b) and (c), to clarify the statement in the House of Commons, the policy direction would promote competition and choice so that Canadians can have more affordable plans.
Competition is the best way to bring down prices of telecommunications services, including Internet and cellphone plans. The latest price comparisons of wireline, wireless and Internet services in Canada and with foreign jurisdictions, commissioned by ISED, highlighted the importance of new and smaller service providers in Canada. In regions with strong competition, wireless data plans are up to 32% cheaper than the national average. The same study found that average broadband Internet prices offered by smaller service providers were up to 35% lower than those of the large companies.
The proposed policy direction to the CRTC would require it to clearly consider competition, affordability, consumer policy interests and innovation in all its telecommunications regulatory decisions and to demonstrate to Canadians that it has done so. The CRTC has a number of upcoming decisions that the policy direction, if implemented, could affect, thereby leading to better outcomes for Canadians.
For example, on February 28, 2019, the CRTC launched a review of mobile wireless services in Canada. The review will focus on competition in the retail market, the wholesale regulatory framework, and the future of mobile wireless services in Canada. Specifically, the CRTC has taken the preliminary view that it would be appropriate to mandate that the national wireless carriers provide wholesale mobile virtual network operator, or MVNO, access as an outcome of the proceeding. MVNOs are a form of wireless competition that has the potential to offer more affordable wireless services.

Question no 2281 --
Mme Rachael Harder:
En ce qui concerne la décision du gouvernement de changer Condition féminine Canada par le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres le 13 décembre 2018: a] la ministre responsable du ministère a-t-elle reçu une nouvelle lettre de mandat indiquant les nouvelles responsabilités et, le cas échéant, quand cette lettre a-t-elle été (i) envoyée à la ministre, (ii) rendue publique; b) quels sont les détails, y compris les coûts totaux, associés au changement de nom du ministère?
Response
M. Terry Duguid (secrétaire parlementaire de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres n’a pas reçu de nouvelle lettre de mandat.
En ce qui concerne la partie b) de la question, les coûts suivants sont associés au changement de nom du ministère: le changement de nom sur les cartes de visite a coûté 692,78 $, et la mise à jour du certificat de chiffrement du Web pour le ministère a coûté 3?558 $.

Question no 2282 --
M. Luc Berthold:
En ce qui concerne la nouvelle réglementation sur le transport des animaux annoncée par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA): a) pourquoi l’ACIA n’a-t-elle pas attendu la fin de l’étude financée par Agriculture et Agroalimentaire Canada sur la question avant de publier le nouveau règlement; b) quelle est la réaction de l’ACIA aux craintes des associations de l’industrie selon lesquelles la nouvelle réglementation pourrait entraîner une augmentation du stress des bovins et des risques de blessures; c) Agriculture et Agroalimentaire Canada ou l’ACIA ont-ils effectué des analyses ou des études au sujet de l’incidence de ces changements sur les secteurs de l’élevage ou des transports et, le cas échéant, quels en sont les détails et les résultats?
Response
L’hon. Marie-Claude Bibeau (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, ou ACIA, reconnaît les travaux et les recherches se rapportant au bien-être des animaux qu’effectue et poursuit l’industrie du bœuf. Des recherches importantes concernant le bien-être des animaux lors du transport sont couramment entreprises à plusieurs niveaux, tant à l’échelle nationale qu’internationale. La durée des projets de recherches se mesure souvent en années et les résultats ne sont pas prédéterminés. C’est le cas de l’étude de l’industrie de l’élevage de bovins financée par Agriculture et Agroalimentaire Canada, ou AAC, qui ne se conclura pas avant 2022. Les modifications au Règlement sur la santé des animaux sont en progression depuis plus de 10 ans. Elles ont été publiées dans la Partie I de la Gazette du Canada en 2016, avec un plan prospectif de la réglementation bien déterminé aux fins de publication définitive à l’automne 2018 ou à l’hiver 2019. Nous avons reçu un nombre de commentaires sans précédent, lors de la période d’observation du public, soit plus de 51 000 commentaires provenant de 11 000 répondants. Ces commentaires ont été pris en compte parallèlement aux recherches les plus récentes sur le transport des animaux et les normes internationales. Plus de 400 articles scientifiques ont été examinés afin d’aider à élaborer des exigences claires et fondées sur la science qui reflètent mieux les besoins des animaux et qui améliorent le bien-être global des animaux au Canada. Il s’agit d’une réglementation équilibrée qui, compte tenu de l’infrastructure actuelle, des tendances de l’industrie et de l’évolution des demandes des consommateurs, est prévue être fonctionnelle pour les intervenants, tout en protégeant le bien-être des animaux. On reconnaît que de nouvelles recherches devront être considérées et seraient susceptibles d’orienter les révisions futures de la réglementation.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, les intervalles maximaux sans alimentation, abreuvement et repos pour les différentes espèces sont fondés sur les données scientifiques disponibles, les normes internationales, les attentes des consommateurs et la logistique de l’industrie.
L’ACIA a consulté des experts du domaine du transport des animaux de l’industrie et du milieu universitaire. Des articles scientifiques pertinents ont également été examinés afin d’assurer que les recherches les plus récentes disponibles sur le sujet du transport des animaux et ses effets sur les animaux ont servi à rédiger l’ébauche des modifications. Les intervalles maximaux d’alimentation, d’abreuvement et de repos lors du transport des animaux qui ont été établis ont été le fruit de tous les commentaires pertinents concernant les réactions relatives au stress lors des haltes routières par rapport au stress des animaux causé par l’épuisement, la faim extrême et la déshydratation découlant de l’absence prolongée d’alimentation, d’abreuvement et de repos.
Les modifications comportent également une option concernant l’utilisation de véhicules entièrement équipés qui répondent à des conditions requises particulières, comme la surveillance de la température, la ventilation adéquate et les systèmes de distribution d’aliments et d’eau. Ces véhicules atténueront sans toutefois éliminer les effets négatifs du transport. Ainsi, les intervenants qui effectuent le transport des animaux dans des véhicules entièrement équipés sont exemptés des intervalles maximaux prescrits aux fins d’alimentation, d’abreuvement et de repos. Cette disposition favorisera l’innovation et fournira aux parties réglementées une plus grande marge de manœuvre quant à la durée du transport et du confinement. Il est important de noter que toutes les autres dispositions, notamment les résultats en santé animale se rapportant aux effets liés à l’absence d’alimentation, d’abreuvement et de repos devront respecter pleinement les exigences.
Enfin, en ce qui a trait à la partie c) de la question, l’ACIA a envoyé aux intervenants deux questionnaires sur le volet économique, afin d’évaluer l’incidence économique des changements éventuels à la réglementation et le moment de leur entrée en vigueur. Le deuxième questionnaire a été acheminé à plus de 1 000 destinataires avec une demande visant à le transmettre à toute autre partie intéressée que l’ACIA pourrait avoir omis. Les économistes de l’ACIA ont examiné les données et ont fourni un résumé détaillé des coûts et des avantages à l’industrie dans le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation, disponible à l’adresse Web suivante: www.gazette.gc.ca/rp-pr/p2/2019/2019-02-20/html/sor-dors38-fra.html, immédiatement après la modification réglementaire.

Question no 2285 --
Mme Sheri Benson:
En ce qui concerne la stratégie canadienne de lutte contre l’itinérance « Vers un chez-soi », ainsi que l’annonce publique du 20 février 2019 concernant l’octroi d’une somme de 638 millions de dollars pour l’itinérance autochtone: a) quels sont les détails de la stratégie, y compris, s’ils sont disponibles, (i) le résumé des motifs justifiant la stratégie, (ii) les objectifs, (iii) les buts; b) quels programmes et enveloppes budgétaires le gouvernement utilisera-t-il pour octroyer ces fonds; c) quels critères seront employés pour évaluer les demandes; d) comment prévoit-on affecter ces fonds, par exercice; e) quels sont les résultats attendus en matière de politique; f) quelles méthodes le gouvernement utilisera-t-il pour évaluer le succès ou l’échec de la stratégie et les projets individuels qui obtiennent des fonds?
Response
M. Adam Vaughan (secrétaire parlementaire du ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social (Logement et Affaires urbaines), Lib.):
Monsieur le Président, l’itinérance a des répercussions économiques et sociales sur l’ensemble des collectivités au Canada. Le gouvernement du Canada est déterminé à aider les personnes dans le besoin et croit qu’un seul Canadien sans abri est un sans-abri de trop. Tout le monde mérite d’avoir un chez-soi sûr et abordable.
Les programmes de lutte contre l’itinérance du gouvernement du Canada ont fait l’objet de diverses réformes et de renouvellements au fil des ans. Compte tenu du fait que les Autochtones sont surreprésentés dans les populations sans abri, les programmes ont fourni du financement qui leur est expressément destiné. Le programme actuel du gouvernement, la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance, ou SPLI, consiste en une approche communautaire qui vise à prévenir et à réduire l’itinérance au Canada. Il comprend un volet de financement Itinérance chez les Autochtones.
Vers un chez-soi, la SPLI remaniée, a été lancée le 1er avril 2019. Vers un chez-soi a pour objectif d’aider les collectivités canadiennes à prévenir et à réduire l’itinérance en mobilisant des partenaires aux niveaux fédéral, provincial, territorial et communautaire ainsi que dans les secteurs privé et bénévole, afin d’éliminer les obstacles au bien-être auxquels font face les personnes sans abri ou à risque imminent de le devenir. Le programme fait partie de la toute première Stratégie nationale sur le logement du Canada, un plan de 40 milliards de dollars échelonné sur 10 ans, visant à combler les besoins en matière de logement de centaines de milliers de Canadiens. L’élaboration de Vers un chez-soi s’est appuyée sur la recherche et de vastes consultations publiques, la mobilisation de membres et d’organisations des Premières Nations, des Inuits et des Métis, et les conseils du Comité consultatif sur l’itinérance, qui comprenait des représentants autochtones.
Il est ressorti de la mobilisation et des conseils qui ont éclairé Vers un chez-soi qu’il était nécessaire d’accroître le financement et de mieux comprendre l’itinérance chez les Autochtones. En grande partie grâce à la mobilisation des Autochtones, Vers un chez-soi prévoit une hausse du financement pour les mesures de soutien de lutte contre l’itinérance chez les Autochtones et une souplesse accrue en ce qui concerne les initiatives dirigées par les Premières Nations, les Inuits et les Métis.
Vers un chez-soi fournit un financement de plus de 1,6 milliard de dollars au cours des neuf prochaines années pour des services et des mesures de soutien à l’intention de tous les Canadiens, y compris les Autochtones, qui sont sans abri ou à risque de le devenir. En outre, un total de 413 millions de dollars est consacré à la lutte contre l’itinérance chez les Autochtones. Le financement expressément destiné aux Autochtones fournira: un montant de 261 millions de dollars dans le cadre d’un volet Itinérance chez les Autochtones, sur une période de 9 ans, afin de maintenir l’approche communautaire et de continuer de répondre aux priorités locales; et un montant de 152 millions de dollars qui sera investi sur une période de neuf ans en fonction des priorités déterminées en collaboration avec les partenaires des Premières Nations, des Inuits et des Métis, et sera attribué progressivement sur une période de trois ans.
Vers un chez-soi n’est pas, à quelques exceptions près au Québec, un programme axé sur les propositions ou les demandes; les ententes de financement sont négociées entre le ministère et les fournisseurs de services. Les critères d’admissibilité sont décrits en détail dans les pouvoirs se rattachant au programme, c’est-à-dire les modalités et les directives. Vers un chez-soi appuie les approches communautaires en versant des fonds directement aux municipalités et aux fournisseurs de services locaux, tout en accordant aux collectivités plus de souplesse pour concevoir des réponses appropriées aux défis locaux. Cela comprend une marge de manœuvre accrue pour les interventions culturellement adaptées afin de répondre aux besoins uniques des membres des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Le financement du volet Itinérance chez les Autochtones continuera d’être versé aux fournisseurs de services autochtones, et les investissements supplémentaires pour cerner et établir les priorités afin de répondre aux besoins membres des Premières Nations, des Inuits et des Métis seront déterminés en collaboration avec les partenaires autochtones.
Au chapitre des résultats, Vers un chez-soi vise à prévenir et à réduire l’itinérance au Canada. Vers un chez soi appuie les objectifs de la Stratégie nationale sur le logement, notamment pour ce qui est d’aider les Canadiens les plus vulnérables à conserver un logement sûr, stable et abordable et de réduire l’itinérance chronique à l’échelle nationale de 50 % d’ici 2027-2028. Le programme soutient également les objectifs d’Une chance pour tous: la première Stratégie canadienne de réduction de la pauvreté.
Pour évaluer l’efficacité de ses programmes, y compris Vers un chez-soi, le gouvernement fera le suivi du taux d’itinérance ainsi que d’autres indicateurs socioéconomiques. La Stratégie de réduction de la pauvreté élabore un tableau de bord d’indicateurs pour suivre les progrès réalisés à l’égard des nombreux aspects de la pauvreté, qu’il s’agisse des différentes mesures du faible revenu ou des Canadiens ayant des besoins en matière de logement. Des indicateurs qui rendent compte des notions de pauvreté et de bien-être chez les membres des Premières Nations, les Inuits et les Métis sont élaborés conjointement avec des partenaires autochtones aux fins d’inclusion dans le tableau de bord. Le tableau de bord en ligne accessible au public permettra à tous les Canadiens de suivre les progrès, et il sera mis à jour régulièrement à mesure que de nouveaux renseignements seront disponibles. Vers un chez-soi appuie l’élaboration du tableau de bord de la Stratégie de réduction de la pauvreté et y participe.
Le gouvernement du Canada s’est engagé à réaliser la réconciliation avec les peuples autochtones au moyen d’une relation renouvelée fondée sur la reconnaissance des droits, le respect, la coopération et le partenariat. Vers un chez-soi comprend un financement accru et ciblé visant à répondre aux besoins uniques des Premières Nations, des Inuits et des Métis, ainsi que des dispositions faisant en sorte que les priorités et les approches soient déterminées en collaboration avec les partenaires autochtones. Dans le cadre de Vers un chez-soi, le gouvernement démontre son engagement à veiller à ce que les membres des Premières Nations, les Inuits et les Métis de partout au Canada aient un chez-soi sûr et abordable, où ils peuvent aspirer à un avenir radieux pour eux-mêmes et leurs familles.
Il est à noter que, dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement, le gouvernement du Canada a annoncé un investissement total de 2,2 milliards de dollars sur 10 ans pour lutter contre l’itinérance, dans le prolongement du financement de 111,8 millions de dollars sur deux ans du budget de 2016. D’ici 2021-2022, les investissements réalisés seront ainsi presque doublés par rapport à 2015-2016.

Question no 2304 --
Mme Elizabeth May:
En ce qui concerne l’acquisition et la construction du pipeline de Trans Mountain: a) d’où provenaient les 4,5 milliards de dollars supposément versés à Kinder Morgan à l’échéance du 31 août 2018; b) sous quel poste de la mise à jour budgétaire de novembre 2018 du ministère des Finances figurent (i) les 4,5 milliards de dollars, et le cas échéant, (ii) les 500 000 $ pour la facilité de l’Office national de l’énergie; c) le montant impayé de 4,67 milliards de dollars pour la facilité d’acquisition rapporté par la Corporation de développement des investissements du Canada (CDIC) dans son rapport du troisième trimestre est-il le montant d’acquisition final; d) le projet (i) respecte-t-il les cibles de dépenses établies par la facilité de construction, et (ii) si la réponse à (i) est non, quelles sont les mesures correctives mises en œuvre ou prévues; e) existe-t-il des documents concernant les prolongations de contrat et les coûts financiers associés aux retards de construction, et dans l’affirmative, quels en sont les détails; f) sur quelles sources de revenus la CDIC mise-t-elle pour financer la construction à l’échéance de la facilité de crédit en août 2019?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le 31 août 2018, Trans Mountain Corporation, ou TMC, a versé 4,427 milliards de dollars à Kinder Morgan Cochin ULC afin d’acquérir les entités de Trans Mountain: Trans Mountain Pipeline ULC, Trans Mountain Canada Inc. — anciennement Kinder Morgan Canada Inc., Trans Mountain Pipeline LP et Trans Mountain Pipeline — Puget Sound — LLC. TMC a financé l’acquisition par des prêts et autres fonds de sa société mère, Canada TMP Finance Ltd.
En ce qui concerne la partie b) de la question, la somme de 4,427 milliards de dollars que TMC a versée à Kinder Morgan Cochin ULC et les 500 millions de dollars pour l’installation de l’Office national de l’énergie ne sont pas particulièrement indiqués dans l’énoncé économique de l’automne de novembre 2018 du gouvernement. Cependant, les prêts émis par Exportation et développement Canada, ou EDC, à Canada TMP Finance Ltd. sur lesquels s’étaient fondées les sociétés affiliées de Canada TMP Finance Ltd. pour l’acquisition et pour la facilité de l’Office national de l’énergie sont indiqués aux pages 102 et 103 de l’Énoncé économique de l’automne.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, en tant que société mère finale de TMC, la Corporation de développement des investissements du Canada, ou CDEV, déclarera le prix d’acquisition final des entités de Trans Mountain dans ses états financiers consolidés de 2018. Les états financiers au troisième trimestre de la CDEV contenaient un prix d’acquisition préliminaire de 4,427 milliards de dollars.
En ce qui a trait à la partie d) de la question, Canada TMP Finance Ltd. respecte entièrement l’accord de crédit de construction avec Exportation et développement Canada.
En ce qui concerne la partie e) de la question, Trans Mountain Pipeline ULC est le demandeur-promoteur du Projet d’agrandissement du réseau de Trans Mountain proposé. Le projet proposé n’a pas encore de certificat en vertu de la Loi sur l’Office national de l’énergie ou de déclaration en vertu de la Loi canadienne de 2012 sur l’évaluation environnementale. Les documents faisant autorité sur le calendrier prévu et les coûts du projet proposé sont ceux qui ont été déposés par Trans Mountain Pipeline ULC auprès de l’Office national de l’énergie dans le cadre de l’examen de l’Office, y compris le récent réexamen, du projet proposé. Ces documents sont publiés dans le registre public de l’Office national de l’énergie.
Enfin, pour ce qui est de la partie f) de la question, Trans Mountain Pipeline ULC est le demandeur-promoteur du Projet d’agrandissement du réseau de Trans Mountain proposé. Le projet proposé n’a pas encore de certificat en vertu de la Loi sur l’Office national de l’énergie ou de déclaration en vertu de la Loi canadienne de 2012 sur l’évaluation environnementale. Si le gouverneur en Conseil approuve le projet proposé, Canada TMP Finance Ltd renouvellera l’installation de construction pour une année additionnelle conformément à l’accord de crédit. TMP Finance Ltd travaillera avec son actionnaire pour assurer un financement à long terme.

Question no 2307 --
M. François Choquette:
En ce qui concerne les procédures de recueil de données biométriques: a) quels sont les critères précis sur lesquels est fondée l'exemption de recueil préalable des données biométriques dont bénéficient le Groenland et St-Pierre-et-Miquelon avant d'entrer sur le territoire; b) quels sont les critères exacts qui pourraient constituer une situation exceptionnelle justifiant une exemption dans d'autres cas; c) la procédure de recueillement des données à la frontière est-elle en voie d'être étendue à d'autres pays ou territoires; d) pourquoi (i) uniquement le Groenland et St-Pierre-et-Miquelon bénéficient d'une exemption et (ii) est-ce que les Antilles françaises ne pourraient pas bénéficier du même statut étant donnée leur similarité administrative comme territoire français d'outre-mer proche de l'Amérique du nord; e) le gouvernement compte-t-il rendre publique les études permettant d'affirmer qu'il ne « prévoit pas qu'elle entraîne une diminution considérable de la demande à moyen ou à long terme » et n'aura que « des conséquences neutres pour ce qui est de la capacité concurrentielle du Canada d'attirer des visiteurs, des gens d'affaires et des étudiants » tel que décrit dans La Gazette du Canada, Partie 1, volume 152, numero 14: « Règlement modifiant le Règlement sur l'immigration et la protection des réfugiés » du 7 avril 2018?
Response
L'hon. Ahmed Hussen (ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’obligation pour un client de fournir ses données biométriques lorsqu’il présente une demande d’admission au Canada dépend du document demandé et correspond aux exigences relatives aux documents d’entrée au Canada. En général, les données biométriques sont requises pour les demandes de visa de visiteur, de permis de travail ou d’études — à l’exclusion des ressortissants américains —, de résidence permanente et de statut de réfugié ou d’asile, mais il existe des exceptions. Les voyageurs venant de pays dispensés de l’obligation de visa ne sont pas tenus de fournir leurs données biométriques avant d’entrer au Canada.
En vertu du l’article 190 du Règlement sur l’immigration et la protection des réfugiés, les résidants du Groenland et de Saint-Pierre-et-Miquelon qui viennent au Canada à titre de visiteurs sont dispensés de l’obligation de visa et ne sont donc pas assujettis aux exigences en matière de biométrie. Les personnes qui viennent au Canada pour y étudier ou y travailler sont tenues de fournir des données biométriques à l’appui de leur demande.
Pour de plus amples renseignements sur les exigences d’admission au Canada selon le pays ou le territoire et sur les personnes qui sont tenues de fournir leurs données biométriques, veuillez consulter le site suivant: https://www.canada.ca/fr/immigration-refugies-citoyennete/services/visiter-canada/exigences-admission-selon-pays.html.
En ce qui a trait à la partie b) de la question, dans les circonstances où la collecte de renseignements biométriques est impossible ou irréalisable, il pourrait être justifié d’accorder une dispense de l’obligation de fournir des données biométriques. Ces circonstances exceptionnelles sont déterminées au cas par cas. On trouvera ci-après quelques exemples de critères qui pourraient servir à évaluer s’il est impossible ou irréalisable de recueillir des données biométriques, et qui pourraient donc justifier l’octroi d’une dispense: le client a un problème de santé temporaire ou permanent qui empêche l’opérateur ou le système d’inscrire les renseignements biométriques; l’équipement ou le système de collecte n’est pas opérationnel, et on ne sait pas pendant combien de temps il sera en panne; ou il s’agit de personnes exceptionnellement vulnérables qui nécessitent un traitement accéléré et pour lesquelles les données biométriques ne peuvent pas être recueillies en temps voulu.
En ce qui concerne la partie c) de la question, pour l’instant, il n’est pas envisagé d’élargir la collecte de données biométriques à la frontière à d’autres pays ou territoires.
Pour ce qui est le partie d)(i) de la question, en général, la plupart des gens sont tenus de présenter leur demande et de se conformer aux exigences, et notamment de fournir des données biométriques à l’appui de leur demande, à l’extérieur du Canada. Cette mesure permet de faire en sorte que les demandeurs fassent l’objet d’une évaluation adéquate avant leur arrivée au Canada. En revanche, pour veiller à l’adoption d’une stratégie équilibrée à l’égard de la gestion de la circulation des personnes au Canada, on déploie des efforts afin de faciliter les déplacements des demandeurs connus et à faible risque. Les résidants du Groenland et de Saint-Pierre-et-Miquelon comptent parmi les rares personnes qui peuvent présenter une demande de permis d’études ou de travail au point d’entrée. Il convient de souligner que, en moyenne, environ six permis de travail et 19 permis d’études sont traités au point d’entrée chaque année en provenance de ces deux territoires. En raison de ce faible nombre, il est réaliste sur le plan opérationnel d’en assurer le traitement au point d’entrée.
En ce qui a trait à la partie d)(ii) de la question, les territoires des Antilles françaises faisant partie de la France, c’est-à-dire de la République française, sont dispensés du visa, et par conséquent, leurs résidants jouissent effectivement de la dispense des mesures biométriques lorsqu’ils souhaitent venir au Canada en tant que visiteurs, et s’ils satisfont aux exigences prévues dans les dispositions réglementaires, ils peuvent également présenter une demande de permis de travail au point d’entrée. Toutefois, ils ne peuvent pas présenter une demande de permis d’études au point d’entrée.
Enfin, pour ce qui est de la partie e) de la question, ces conclusions seront comprises dans le rapport d’évaluation du programme intitulé « Évaluation de la biométrie (état stable) et de l’échange de l’information sur les immigrants (EII) entre le Canada et les États-Unis », dont le gouvernement prévoit la publication d’ici septembre 2019.

Question no 2308 --
M. Harold Albrecht:
En ce qui concerne les dépenses consacrées aux services de traiteur dans les édifices d’Affaires mondiales Canada de la promenade Sussex, à Ottawa: a) quelle a été la facture totale des services de traiteur en (i) 2016, (ii) 2017, (iii) 2018; b) quels sont les détails de chaque dépense, y compris (i) le fournisseur, (ii) la date, (iii) le montant, (iv) une description de l’activité concernée, si elle est connue?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (ministre des Affaires étrangères, Lib.):
Monsieur le Président, Affaires mondiales Canada a effectué une recherche préliminaire approfondie afin de déterminer la quantité de renseignements qui seraient visés par la question, ainsi que la durée nécessaire pour préparer une réponse approfondie. Les renseignements demandés ne sont pas systématiquement consignés dans une base de données centralisée. Affaires mondiales Canada a conclu que la production et la validation d’une réponse approfondie à cette question exigerait une collecte manuelle de renseignements. Il serait impossible d’achever une telle recherche dans les délais prescrits et pourrait mener à la divulgation de renseignements incomplets et trompeurs.

Question no 2309 --
M.Arnold Viersen:
En ce qui concerne la directive donnée par le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique au CRTC en février 2019 qui, selon lui, ferait diminuer les prix des services Internet et de téléphonie cellulaire: a) quels sont les faits précis dont le gouvernement dispose et qui montrent que la directive du ministre contribuera bel et bien à faire diminuer les prix; b) quelles sont les prévisions précises en ce qui concerne la diminution de la facture du Canadien moyen pour les services Internet et de téléphonie cellulaire en raison de cette directive, pour chacune des cinq prochaines années?
Response
L'hon. Navdeep Bains (ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Lib.):
Monsieur le Président, afin de préciser ma déclaration à la Chambre des communes, j’ai souligné que les instructions en matière de politique favoriseraient la concurrence et le choix pour que les Canadiens puissent avoir des forfaits plus abordables.
La concurrence est le meilleur moyen de faire baisser les prix des services de télécommunications, y compris ceux des forfaits Internet et de téléphonie cellulaire. La plus récente comparaison des tarifs des services filaires, sans fil et Internet offerts au Canada et à l’étranger, réalisée à la demande du ministère de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, a souligné l’importance d’avoir de nouveaux fournisseurs de services de plus petite taille au Canada. Dans les régions où il y a une forte concurrence, les forfaits de données sans fil sont jusqu’à 32 % moins chers que la moyenne nationale. La même étude a révélé que les prix moyens des services Internet à large bande offerts par les petits fournisseurs de services étaient jusqu’à 35 % inférieurs à ceux des grandes entreprises.
Les instructions en matière de politique proposées au CRTC exigeraient qu’il tienne clairement compte de la concurrence, de l’abordabilité, des intérêts en ce qui a trait aux politiques de consommation et de l’innovation dans toutes ses décisions réglementaires en matière de télécommunications, et qu’il démontre aux Canadiens qu’il a satisfait à ces exigences. Le CRTC a un certain nombre de décisions à venir qui pourraient être touchées par les instructions en matière de politique, si elles sont mises en œuvre, ce qui pourrait donner de meilleurs résultats pour les Canadiens.
Par exemple, le 28 février 2019, le CRTC a lancé un examen des services sans fil mobiles au Canada. L’examen portera sur la concurrence sur le marché de détail, le cadre de réglementation des services de gros et l’avenir des services sans fil mobiles au Canada. Plus précisément, le CRTC a adopté l’opinion préliminaire qu’il serait approprié d’exiger que les fournisseurs de services sans fil nationaux offrent des services d’accès de gros aux exploitants de réseaux mobiles virtuels, ou ERMV, à l’issue de l’instance. Les ERMV sont un type de concurrence sans fil qui a le potentiel d’offrir des services sans fil plus abordables.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)

Question No. 2265--
Ms. Brigitte Sansoucy:
With regard to infrastructure investments through the Canada Infrastructure Bank, since its creation: (a) what are the Bank's investments, broken down by (i) province, (ii) constituency, (iii) investment partners, (iv) investment projects, (v) investment amounts; and (b) how many jobs are generated by these investments, broken down by (i) province, (ii) constituency?
Response
Mr. Marco Mendicino (Parliamentary Secretary to the Minister of Infrastructure and Communities, Lib.):
Mr. Speaker, in response to part(a)(i) of the question, the Canada Infrastructure Bank invested $1.283 billion in the Réseau express métropolitain project in Montréal, a 67-kilometre, light rail, high-frequency network with 26 stations located in greater Montreal in the Province of Québec. For more information, please consult https://rem.info/en#carte.
Regarding part (a)(ii), the Réseau express métropolitain project is a 67-kilometre, light rail, high-frequency network with 26 stations. Once completed, the stations will be located in the following constituencies: Rivière-des-Mille-Îles, Laval-Les Îles, Pierrefonds-Dollard, Lac-Saint-Louis, Dorval-Lachine-Lasalle, Saint-Laurent, Mount Royal, Outremont, Notre-Dame-de-Grâce-Westmount, Ville-Marie-Le Sud-Ouest-Île-des-Sœurs and Brossard-Saint-Lambert. For more information, please consult http://www.elections.ca/res/cir/maps2/images/atlas/Montreal.pdf.
In response to part (a)(iii), the investment partners are CDPQ Infra and the Government of Québec.
Regarding part (a)(iv), the answer is the Réseau express métropolitain.
In response to part(a)(v), the investment amount is $1.283 billion in the form of a 15-year senior secured loan at a rate starting at 1%, escalating to 3% over the term of the loan.
Regarding part (b)(i) of the question, in the province of Québec, it is expected that more than 34,000 direct and indirect jobs will be created during the construction phase and more than 1,000 permanent jobs will be created once the Réseau express métropolitain starts running. For more information, please consult https://www.cdpqinfra.com/en/reseau_electrique_metropolitain.
The answer to part (b)(ii) of the question is the same as the answer to part (a)(ii).

Question No. 2271--
Mr. Erin O'Toole:
With regard to expenditures related to litigation or legal proceedings since January 1, 2016, broken down by department or agency: (a) what is the total amount spent; and (b) for each case where more than $25,000 has been spent to date, what are the details, including (i) amount spent, (ii) title of proceedings, (iii) parties involved, (iv) current status of case?
Response
Mr. Arif Virani (Parliamentary Secretary to the Minister of Justice and Attorney General of Canada and to the Minister of Democratic Institutions, Lib.):
Mr. Speaker, the Department of Justice is unable to provide a response as the department has an active litigation inventory of more than 35,000 cases. An extensive manual search through our records would be required and is not possible within the time allotted. An aggregate amount of the expenditures related to legal services to government programs can be found online in the Department of Justice’s public accounts: https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2018/vol2/justice/index-eng.html.
The vast majority of the legal proceedings involving the Government of Canada are handled by Department of Justice lawyers, notaries and paralegals who are salaried public servants. For cost recovery purposes the Department of Justice records the number of hours of work performed on each file and multiplies the hours by differential hourly rates by level of counsel, notary or paralegal. It also records whether the work is performed by regional employees, for which the department pays rent to Public Services and Procurement Canada, or headquarters employees in client premises, for which the client bears the costs of rent. Recovery from different clients varies according to a range of reductions applied based upon, among other things, the different amounts of historical resources within the Department of Justice dedicated to each client. As well, many legal proceedings and litigation files have multiple clients who share the cost recoveries from the Department of Justice.

Question no 2265 --
Mme Brigitte Sansoucy:
En ce qui concerne les investissements en infrastructures de la Banque de l'infrastructure du Canada, depuis sa création: a) quels sont les investissements de la Banque, ventilés par (i) province, (ii) circonscription électorale, (iii) partenaires d'investissements, (iv) projets d'investissements, (v) montant d'investissements; b) combien d'emplois sont générés par les investissements, ventilés par (i) province, (ii) circonscription électorale?
Response
M. Marco Mendicino (secrétaire parlementaire du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a)(i) de la question, la Banque de l’infrastructure du Canada, ou BIC, a conclu un investissement de 1,283 milliard de dollars dans le projet du Réseau express métropolitain à Montréal, un réseau de trains légers à haute fréquence de 67 km, qui compte 26 stations situées dans la grande région de Montréal, dans la province de Québec. À cet égard, on peut consulter le site suivant: https://rem.info/fr#carte.
Pour ce qui est de la partie a)(ii) de la question, une fois complétées, les stations seront situées dans les circonscriptions électorale suivantes: Rivière-des-Mille-Îles; Laval—Les Îles; Pierrefonds—Dollard; Lac-Saint-Louis; Dorval—Lachine—LaSalle; Saint-Laurent; Mont-Royal; Outremont; Notre-Dame-de-Grâce—Westmount; Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Sœurs; et Brossard—Saint-Lambert. À cet égard, on peut consulter le site suivant: http://www.elections.ca/res/cir/maps2/images/atlas/Montreal.pdf.
En ce qui concerne la partie a)(iii) de la question, les partenaires d’investissement sont CDPQ Infra et le gouvernement du Québec.
En ce qui a trait à la partie a)(iv) de la question, la réponse est le Réseau express métropolitain.
Pour ce qui est de la partie a)(v) de la question, le montant de l’investissement est de 1,283 milliard de dollars, prenant la forme d’un prêt garanti de premier rang d’une durée de 15 ans à un taux d’intérêt initial de 1 %, augmentant à 3 % pendant la durée du prêt.
En ce qui concerne la partie b)(i) de la question, dans la province de Québec, on prévoit que plus de 34 000 emplois directs et indirects seront créés durant la phase de construction, et que plus de 1 000 emplois permanents seront créés à la suite de la mise en service du Réseau express métropolitain. À cet égard, on peut consulter le site suivant: https://www.cdpqinfra.com/fr/reseau_electrique_metropolitain.
Enfin, en ce qui a trait à la partie b)(ii) de la question, il convient de se référer à la réponse à la partie a)(ii).

Question no 2271 --
M. Erin O'Toole:
En ce qui concerne les dépenses liées aux poursuites ou procédures judiciaires depuis le 1er janvier 2016, ventilées selon le ministère ou l’organisme: a) quel est le montant dépensé total; b) dans chaque cas où plus de 25 000 $ ont été dépensés jusqu’à présent, quels sont les détails, y compris (i) le montant dépensé, (ii) le titre de l’instance, (iii) les parties en l’affaire, (iv) l’état actuel de l’affaire?
Response
M. Arif Virani (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada et de la ministre des Institutions démocratiques, Lib.):
Monsieur le Président, le ministère de la Justice est incapable de fournir une réponse car le ministère a un inventaire de plus de 35 000 cas de litige actifs. Une recherche manuelle approfondie de nos dossiers serait nécessaire et n'est pas possible dans le temps alloué. Un montant global des dépenses liées aux programmes des services juridiques au gouvernement peut être trouvé en ligne, dans les comptes publics du ministère de la Justice, à l’adresse suivante: https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/2018/vol2/justice/index-fra.html.
La grande majorité des poursuites judiciaires impliquant le gouvernement du Canada sont traitées par des avocats, des notaires et des parajuristes du ministère de la Justice, qui sont des fonctionnaires salariés. Aux fins du recouvrement des coûts, le ministère de la Justice inscrit le nombre d’heures de travail effectuées dans chaque dossier et multiplie le nombre d’heures par des taux horaires différentiels selon le niveau de l’avocat, du notaire ou du parajuriste. Il inscrit aussi si le travail est effectué par des employés régionaux, dont le ministère paie le loyer à Services publics et Approvisionnement Canada, ou par des employés de l’administration centrale logés dans les locaux du client, dont celui-ci assume le coût du loyer. Le recouvrement auprès des différents clients varie en fonction d’une gamme de réductions appliquées en se basant, entre autres, sur les différents montants des ressources historiques du ministère de la Justice consacrées à chaque client. De plus, de nombreuses poursuites et de nombreux dossiers de litige impliquent que plusieurs clients se partagent le recouvrement des coûts auprès du ministère de la Justice.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)

Question No. 2248--
Mr. Matt Jeneroux:
With regard to the government’s Connect to Innovate Program first announced in the 2016 Budget: what are the details of all 181 announced projects under the program, including (i) recipient of funding, (ii) name of program, (iii) municipality and province (iv) project start date, (v) projected completion date of project, (vi) amount of funding pledged, (vii) amount of funding actually provided to date?
Response
Hon. Navdeep Bains (Minister of Innovation, Science and Economic Development, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to the government’s connect to innovate program, first announced in the 2016 budget, please visit the website at http://www.ic.gc.ca/eic/site/119.nsf/eng/00009.html.

Question No. 2251--
Mr. Robert Kitchen:
With regard to statistics on boat registrations and sales held by the government for each of the last ten years: (a) what is the number of recreational boat registrations, broken down by type of boat (recreational power boats, non-motorized vessels, 12 passengers and less, etc.) for each the last ten years; and (b) what are the sales figures for boats in Canada, broken down by province and type of boat?
Response
Hon. Marc Garneau (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), for information on vessel registrations held by the government for each of the last 10 years, please refer to http://wwwapps.tc.gc.ca/Saf-Sec-Sur/4/vrqs-srib/eng/vessel-registrations/advanced-search.
With regard to part (b), Transport Canada does not maintain a registry of sales figures for boats in Canada.
The Wrecked, Abandoned and Hazardous Vessels Act, which received royal assent on February 28, 2019, will enable the federal government to increase its information gathering capabilities. Notably, the act enables Transport Canada to enhance the integrity of current data through information sharing provisions. Improving vessel ownership information and putting the responsibility and liability on vessel owners to properly remove and dispose of their vessels is a key component of the national strategy on abandoned and wrecked vessels announced as part of the oceans protection plan.

Question No. 2252--
Mr. Dave MacKenzie:
With regard to income tax revenues: (a) what is the amount the federal government collected in income tax revenues from taxpayers with incomes exceeding $202,000, since 2014, broken down by year; and (b) what is the percentage of total income tax revenue that each of the amounts in (a) represent?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, the CRA neither captures nor compiles information in the manner described in the question.

Question No. 2253--
Mr. Glen Motz:
With regard to gender-based analysis conducted by the government: (a) was a gender-based analysis conducted in relation to Bill C-71, An Act to amend certain Acts and Regulations in relation to firearms, and, if so, what are the details, including findings, of the analysis; and (b) was a gender-based analysis conducted in relation to the government’s handgun ban consultations and, if so, what are the details, including findings of the analysis?
Response
Hon. Ralph Goodale (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), a gender-based analysis plus, GBA+, was completed for Bill C-71, An Act to amend certain Acts and Regulations in relation to firearms.
The details included within the findings of the analysis indicated that, as of February 27, 2017, out of a total of 2,084,760 firearms licences issued to individuals, including non-restricted, restricted and prohibited, 1,830,919 were possessed by men and 253,841 by women. Of a total of 886,643 registered firearms, restricted and prohibited only, 853,680 belonged to men and 32,963 to women. This data does not include firearms registered by businesses and museums.
Suicide is a leading cause of death in both men and women from adolescence to middle age. According to Statistics Canada, between 2009 and 2013, there was an average of 549 firearm-related suicides per year in Canada, accounting for almost 14% of all suicides in Canada. Over the same period of time, males were far more likely to use firearms than females, accounting for approximately 96% of all firearms-related suicides.
A Juristat report by Statistics Canada entitled “Family Violence in Canada: A statistical profile 2014” noted differences between the severity of violence experienced by women compared with men. Women were twice as likely as men to experience being sexually assaulted, beaten, choked or threatened with a gun or a knife, at 34% versus 16%, respectively.
Although measures to strengthen controls over firearms through legislation will apply to all who possess licences and who legally own firearms, regardless of sex, more firearms licences are held by men.
With regard to part (b), gender-based considerations were discussed throughout the government’s handgun ban consultations with Canadians. Eight in-person round table sessions were held across the country in October 2018. Participants included representatives from firearms associations, women’s groups, victims’ groups and public health officials, as well as business owners, sports shooters, subject-matter experts, academics and community leaders.
In addition, Canadians were invited to provide written submissions through an online questionnaire. The questionnaire collected information regarding the residence, age and gender of the submitter. A summary report on the consultation will be released in the coming weeks.

Question No. 2254--
Mr. Phil McColeman:
With regard to the usage of private, chartered or government aircraft by the Minister of Veterans Affairs between February 1, 2019, and February 19, 2019: what are the details of all flights taken by the Minister including (i) date, (ii) origin, (iii) destination, (iv) type of aircraft, (v) purpose of trip, (vi) vendor (if not government aircraft), (vii) total cost, (viii) breakdown of costs, (ix) number of passengers?
Response
Hon. Lawrence MacAulay (Minister of Veterans Affairs and Associate Minister of National Defence, Lib.):
Mr. Speaker, there were no expenditures related to the usage of private, chartered or government aircraft by the Minister of Veterans Affairs between February 1, 2019, and February 19, 2019.

Question No. 2258--
Mr. Colin Carrie:
With regard to the government’s announced intention to merge the Oshawa Port Authority and the Hamilton Port Authority: (a) what are the projections related to how many jobs in Oshawa will be either (i) transferred to Hamilton or (ii) eliminated as a result of the merger; (b) what is the government’s official rationale for pursuing a merger; (c) what is the current number of employees or full-time equivalents (FTEs) at the (i) Oshawa Port Authority and (ii) Hamilton Port Authority; and (d) what is the projected number of FTEs following a merger?
Response
Hon. Marc Garneau (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to part (a), the integration of the port authorities of Oshawa and Hamilton is being pursued with a view to supporting ongoing growth at both ports. It is anticipated that the action would unlock greater economic opportunities for working Canadians.
As such, this amalgamation is expected to result in no job losses. In an amalgamation scenario, all services, including employment contracts, would continue with the amalgamated entity. Should amalgamation proceed after consultations, the management of the amalgamated port would be responsible for determining its human resources requirements and strategy.
With regard to part (b), the Government of Canada announced its intent to amalgamate the Oshawa and Hamilton port authorities to enable both ports to remain competitive. Canada port authorities are mandated to facilitate Canadian trade and this amalgamation would enhance opportunities in the regional supply chain. An amalgamated port authority would be better positioned to enhance Canada’s global competitiveness with a greater ability to strategically plan and invest, to improve port efficiencies and leverage key investments; enhance investment opportunities in the region by attracting long-term investment more strategically, based on the ability to plan from a region-wide perspective and to improve port efficiencies; and improve the supply chain through a greater combined revenue strength allowing investment into port facilities and intermodal connections.
With regard to part (c), according to information provided by the port authorities, approximately 53 people are currently employed at these ports. The Hamilton Port Authority has 50 employees and the Oshawa Port Authority has three employees.
With regard to part (d), should a decision to amalgamate the two ports be taken, it is anticipated that this would enable growth at both ports. A new amalgamated port authority would be responsible for staffing appropriately to ensure it can deliver on its mandate to support trade, economic growth and the efficient movement of goods and people. This amalgamation is expected to result in no job losses.

Question No. 2263--
Mr. Scott Duvall:
With regard to consultations on retirement security conducted by the Minister of Seniors between July 18, 2018, and November 22, 2018: how many stakeholders were directly consulted by the Minister, broken down by (i) provinces, (ii) electoral ridings, (iii) organizations representing pensioners, (iv) organizations representing workers, (v) organizations representing employers?
Response
Mrs. Sherry Romanado (Parliamentary Secretary to the Minister of Seniors, Lib.):
Mr. Speaker, in recent years, there have been concerns about the security of employer-sponsored pension plans when the employer goes bankrupt. In response to these concerns, our government committed in budget 2018 to adopt an evidence-based, whole-of-government approach to improving retirement security for all Canadians.
We consulted workers, pensioners, businesses and the public, and received more than 4,400 submissions on this important issue.
In order to properly prepare her consultations, the minister discussed the subject with the following stakeholders: Gudrun Langolf, Council of Senior Citizens’ Organization of British Columbia on October 4, 2018; Danis Prud'homme and Maurice Dupont, FADOQ network, on October 5, 2018; Mike Powell, Canadian Federation of Pensioners, on October 25, 2018; Trevor Harris, Stelco, October 26, 2018; Gary Howe and Ron Wells, United Steelworkers, on October 26, 2018; Bill Missen, former senior VP commercial, Stelco, on October 31, 2018; and Jim Ray, VP technology, ArcelorMittal Dofasco, on October 31, 2018.
After consulting with Canadians, our government proposed, in budget 2019, new measures to further protect employer-sponsored pension plans in the event of a company's insolvency.
Among other protective measures, the proposed measure would make insolvency proceedings more fair, clear and accessible to pensioners and workers, in part by requiring all parties involved to act in good faith and by giving the courts greater ability to review payments made to executives in the days leading to insolvency.
It would also set higher expectations and better monitoring of corporate behavior. Federally incorporated public companies will be required to disclose their policies on workers and pensioners and executive compensation or explain why such policies are not in place.
Finally, it would protect hard-earned benefits for Canadians by specifying in federal pension law that if a plan ceases to operate, it must still pay pension benefits as it did when it was active.

Question no 2248 --
M. Matt Jeneroux:
En ce qui concerne le programme Brancher pour innover du gouvernement, dont la création avait été annoncée dans le budget de 2016: quels sont les détails de chacun des 181 projets annoncés dans le cadre du programme, y compris (i) le bénéficiaire des fonds, (ii) le nom du projet, (iii) la municipalité et la province, (iv) la date de début du projet, (v) la date d’achèvement prévue du projet, (vi) le montant de l’aide financière promise, (vii) le montant de l’aide financière effectivement versée jusqu’à présent?
Response
L'hon. Navdeep Bains (ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne le programme Brancher pour innover du gouvernement, dont la création avait été annoncée dans le budget de 2016, on peut visiter le site Web suivant: http://www.ic.gc.ca/eic/site/119.nsf/fra/00009.html

Question no 2251 --
M. Robert Kitchen:
En ce qui concerne les statistiques sur les immatriculations et les ventes de bateaux conservées par le gouvernement pour chacune des dix dernières années: a) quel est le nombre des immatriculations de bateaux de plaisance, ventilé par type de bateau (bateaux de plaisance à moteur, embarcations non motorisées, à 12 passagers et moins, etc.) dans chacune des dix dernières années; b) quels sont les volumes des ventes de bateaux au Canada, ventilés par province et par type d’embarcation?
Response
L’hon. Marc Garneau (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne la partie a) de la question, pour obtenir des informations sur les immatriculations de bâtiments conservés par le gouvernement pour chacune des 10 dernières années, on peut se référer à l’adresse suivante: http://wwwapps.tc.gc.ca/Saf-Sec-Sur/4/vrqs-srib/fra/immatriculation-des-batiments/recherche-avancee
Pour ce qui est de la partie b) de la question, Transports Canada ne dispose pas d’un registre des chiffres de vente des bateaux au Canada.
La Loi concernant les épaves, les bâtiments délabrés, abandonnés ou dangereux et les opérations d’assistance, qui a reçu la sanction royale le 28 février 2019, permettra au gouvernement fédéral d'accroître ses capacités de collecte de renseignements. La loi permet notamment à Transports Canada d'améliorer l'intégrité des données actuelles au moyen de dispositions sur le partage de l'information. L'amélioration de l’information relative à l’identification des propriétaires de bâtiments et la remise à ceux-ci de la responsabilité et de l’obligation de proprement retirer les bâtiments et d’en disposer est un élément clé de la stratégie nationale relative aux bâtiments abandonnés et aux épaves, annoncée dans le cadre du Plan de protection des océans.

Question no 2252 --
M. Gord Johns:
En ce qui concerne Parcs Canada, dans chacun des exercices de 2010 à 2018: a) dans quels parcs nationaux l’agence a-t-elle assuré des programmes de sauveteurs de natation et de surf; b) combien d’argent chacun des parcs a-t-il reçu pour administrer ces programmes; c) combien d’employés ont travaillé dans chacun des parcs dans le cadre de ces programmes; d) combien de personnes ont visité chacun des parcs, ventilé par année; e) combien de sauvetages ou de contacts ont été effectués dans le cadre de ces programmes, ventilé par parc?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, l’ARC ne capture ni ne compile les informations de la manière décrite dans cette question.

Question no 2253 --
M. Glen Motz:
En ce qui concerne les analyses comparatives entre les sexes réalisées par le gouvernement: a) le projet de loi C-71, Loi modifiant certaines lois et un règlement relatifs aux armes à feu, a-t-il fait l’objet d’une telle analyse et, le cas échéant, quels en sont les détails, y compris les résultats; b) les consultations sur l’interdiction des armes de poing par le gouvernement ont-elles fait l’objet d’une telle analyse et, le cas échéant, quels en sont les détails, y compris les résultats?
Response
L'hon. Ralph Goodale (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, une analyse comparative entre les sexes plus, ou ACS+, a été effectuée pour le projet de loi C-71, Loi modifiant certaines lois et un règlement relatifs aux armes à feu.
Il ressort des résultats de l’analyse qu’en date du 27 février 2017, 1 830 919 des 2 084 760 permis d’armes à feu délivrés à des particuliers, qu’elles soient sans restriction, à autorisation restreinte ou prohibée, étaient détenus par des hommes, et 253 841 l’étaient par des femmes. Sur les 886 643 armes à feu enregistrées à autorisation restreinte et prohibée seulement, 853 680 appartiennent à des hommes et 32 963, à des femmes. Ces données ne comprennent toutefois pas les armes enregistrées par les entreprises et les musées.
Le suicide est l’une des principales causes de décès chez les hommes et chez les femmes, tant chez les adolescents que chez les personnes dans la force de l’âge. Selon Statistique Canada, entre 2009 et 2013, il y a eu en moyenne 549 suicides par arme à feu par année au Canada, soit près de 14 % du total des suicides au pays, et les hommes étaient plus susceptibles d’utiliser des armes à feu que les femmes, puisqu’ils ont commis environ 96 % des suicides par armes à feu.
En 2014, Statistique Canada a également publié sur Juristat un rapport intitulé « La violence familiale au Canada : un profil statistique, 2014 », dans lequel une distinction est établie entre la gravité de la violence subie par les femmes et celle subie par les hommes. Par exemple, les femmes étaient deux fois plus susceptibles que les hommes d’être agressées sexuellement, battues, étouffées ou menacées avec une arme à feu ou un couteau, respectivement à 34 % contre 16 %.
Bien que les mesures législatives visant à renforcer le contrôle des armes à feu s’appliqueront à tous les détenteurs légaux de permis et d’armes à feu, sans égard au sexe, il faut souligner qu’un plus grand nombre de permis d’armes à feu sont détenus par des hommes.
En ce qui a trait à la partie b) de la question, les considérations relatives au sexe ont fait l’objet de discussions tout au long des consultations sur l’interdiction des armes de poing menées par le gouvernement auprès des Canadiens. En octobre 2018, huit tables rondes ont eu lieu au Canada à ce sujet. Des représentants d’associations de propriétaires d’armes à feu, de groupes de femmes, de groupes de victimes et de responsables de la santé publique, ainsi que des propriétaires d’entreprises, des tireurs sportifs, des experts en la matière, des universitaires et des dirigeants communautaires y ont participé.
De plus, la population canadienne a été invitée à présenter des observations écrites au moyen d’un questionnaire en ligne. Le questionnaire a permis de recueillir des renseignements sur le lieu de résidence, l’âge et le sexe de l’auteur de la demande. Un rapport sommaire sur la consultation sera publié au cours des prochaines semaines.

Question no 2254 --
M. Phil McColeman:
En ce qui concerne l’utilisation d’aéronefs privés nolisés ou appartenant au gouvernement par la ministre des Anciens Combattants entre le 1er février 2019 et le 19 février 2019: quels sont les détails de tous les vols pris par la Ministre, soit (i) la date, (ii) l’origine, (iii) la destination, (iv) le type d’appareil, (v) le but du déplacement, (vi) le fournisseur (s’il ne s’agit pas d’un appareil appartenant au gouvernement), (vii) le coût total, (viii) la ventilation des coûts, (ix) le nombre de passagers?
Response
L'hon. Lawrence MacAulay (ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, Lib.):
Monsieur le Président, entre le 1er février et le 19 février 2019, la ministre des Anciens Combattants n’a engagé aucune dépense liée à l’utilisation d’aéronefs privés, nolisés ou appartenant au gouvernement.

Question no 2258 --
M. Colin Carrie:
En ce qui concerne l’intention annoncée par le gouvernement de fusionner l’Administration portuaire d’Oshawa et l’Administration portuaire de Hamilton: a) quelles sont les projections quant au nombre d’emplois à Oshawa qui seront soit (i) transférés à Hamilton, (ii) éliminés par suite de la fusion; b) quelle est la justification officielle du gouvernement pour motiver la fusion; c) quel est le nombre actuel d’employés ou d’équivalents temps plein (ETP) (i) à l’Administration portuaire d’Oshawa, (ii) à l’Administration portuaire de Hamilton; d) quel est le nombre projeté d’ETP à la suite d’une fusion?
Response
L’hon. Marc Garneau (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’intégration des administrations portuaires d’Oshawa et d’Hamilton se poursuit en vue de soutenir la croissance continue des deux ports. On s’attend à ce que cette mesure se traduise par de meilleurs débouchés économiques pour les travailleurs canadiens.
Par conséquent, cette fusion ne devrait entraîner aucune perte d’emploi. Dans un scénario de fusion, tous les services, y compris les contrats de travail, continueraient d’être fournis par l’entité fusionnée. La direction du port fusionné proposé déterminera si des employés de l’une ou de l’autre des administrations portuaires seront transférés en fonction de leurs considérations opérationnelles. Si la fusion a lieu suivant les consultations, la gestion de l’administration portuaire fusionnée serait chargée de déterminer ses besoins en ressources humaines et de développer une stratégie.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, le gouvernement du Canada a annoncé son intention de fusionner les administrations portuaires d’Oshawa et d’Hamilton pour permettre aux deux ports de demeurer concurrentiels. Les administrations portuaires canadiennes ont pour mandat de faciliter le commerce canadien, et cette fusion améliorerait les possibilités dans la chaîne d’approvisionnement régionale. Une administration portuaire fusionnée serait mieux placée: pour renforcer la compétitivité du Canada à l’échelle mondiale grâce à une plus grande capacité de planifier et d’investir de façon stratégique, d’améliorer l’efficacité des ports et de tirer parti des investissements clés; pour accroître les possibilités d’investissement dans la région en attirant des investissements à long terme de façon plus stratégique, en fonction de la capacité de planifier dans une perspective régionale et d’améliorer l’efficacité portuaire; et pour améliorer la chaîne d’approvisionnement grâce à une plus grande force de revenus combinés permettant d’investir dans les installations portuaires et les connexions intermodales.
En ce qui a trait à la partie c) de la question, environ 53 personnes travaillent actuellement à ces ports: l’Administration portuaire d’Hamilton compte 50 employés, et 3 employés sont à l’embauche de l’Administration portuaire d’Oshawa.
Enfin, en ce qui concerne la partie d) de la question, la fusion devrait permettre la croissance des deux ports. La nouvelle administration portuaire fusionnée serait responsable de disposer d’un personnel adéquat pour veiller à ce qu’elle puisse s’acquitter de son mandat, qui consiste à soutenir le commerce, la croissance économique et la circulation efficace des biens et des personnes. Cette fusion ne devrait entraîner aucune perte d’emploi.

Question no 2263 --
M. Scott Duvall:
En ce qui concerne les consultations sur la sécurité de la retraite menées par la ministre des Aînés du 18 juillet au 22 novembre 2018: combien d’intervenants la Ministre a-t-elle consultés directement, ventilés par (i) provinces, (ii) circonscriptions électorales, (iii) organismes représentant les pensionnés, (iv) organismes représentant les travailleurs, (v) organismes représentant les employeurs?
Response
Mme Sherry Romanado (secrétaire parlementaire de la ministre des Aînés, Lib.):
Monsieur le Président, au cours des dernières années, la sécurité des régimes de retraite offerts par l’employeur lorsque l’employeur fait faillite a soulevé des préoccupations. En réponse à ces préoccupations, notre gouvernement s’est engagé, dans le budget de 2018, à adopter une approche pangouvernementale fondée sur des données probantes pour améliorer la sécurité de la retraite pour tous les Canadiens.
Nous avons consulté les travailleurs, les pensionnés, les entreprises et le public, et le gouvernement a reçu plus de 4 400 présentations sur cet enjeu important.
Dans le but de bien préparer ses consultations, la ministre a discuté du sujet avec les intervenants suivants: le 4 octobre 2014, elle a discuté avec Gudrun Langolf, du Council of Senior Citizens Organization of British Columbia; le 5 octobre 2018, elle a parlé avec Danis Prud’homme et Maurice Dupont, du Réseau FADOQ; le 25 octobre 2018, elle s’est entretenue avec Mike Powell, de la Fédération canadienne des retraités; le 26 octobre 2018 elle a parlé avec Trevor Harris, de Stelco; toujours le 26 octobre 2018, elle a discuté avec Garry Howe et Ron Wells, du Syndicat des métallos; le 31 octobre 2018, elle s’est entretenue avec Bill Missen, ancien vice-président des affaires commerciales de Stelco; enfin, le 31 octobre 2018, elle a aussi parlé avec Jim Ray, vice-président de la technologie à ArcelorMittal Dofasco.
Après avoir consulté les Canadiens, notre gouvernement a proposé, dans son budget le 2019, de nouvelles mesures dans le but de protéger davantage les régimes de retraite offerts par les employeurs en cas d’insolvabilité de l’entreprise.
Parmi d’autres mesures de protection, la mesure proposée permettrait de: rendre les procédures en cas d’insolvabilité plus équitables, claires et accessibles pour les pensionnés et les travailleurs, en partie en exigeant que toutes les parties concernées agissent de bonne foi et en accordant aux tribunaux une plus grande capacité d’examiner les paiements versés aux cadres de direction dans les jours menant à l’insolvabilité.
Elle permettrait également de fixer des attentes plus élevées et une meilleure surveillance du comportement des sociétés: les entreprises publiques constituées sous le régime fédéral seront tenues de divulguer leurs politiques relatives aux travailleurs et aux pensionnés et à la rémunération des cadres de direction ou d’expliquer pourquoi de telles politiques ne sont pas en place.
Enfin, elle permettrait de protéger les prestations durement gagnées par les Canadiens en précisant dans le droit fédéral en matière de pensions que si un régime cesse ses activités, il doit quand même verser les prestations de pension tout comme lorsqu’il était actif.
View Robert-Falcon Ouellette Profile
Lib. (MB)
View Robert-Falcon Ouellette Profile
2019-04-09 12:37 [p.26861]
[Member spoke in Cree as follows:]
[Cree text translated as follows:]
Mr. Speaker, to all my relations, I say hello. I am very proud to be here.
[English]
Mr. Speaker, I appreciate the opportunity to express my support for Bill C-88. I also acknowledge that we are here on the traditional territory of the Algonquin people.
This important bill proposes to improve the regulatory regime that governs resource development in the Northwest Territories. Equally important, in my view, is the contribution Bill C-88 would make to reconciliation with indigenous peoples.
Throughout much of this country's history, indigenous peoples have been actively prevented from contributing fully to and benefiting equally from the social and economic prosperity that so many of us take for granted. Reconciliation and a renewed relationship with indigenous peoples will help create the conditions needed to close the socio-economic gap that persists between indigenous and non-indigenous Canadians.
Today we have an opportunity to right some of the wrongs of the past and to unlock economic growth for indigenous peoples and all Canadians. We have a chance to create an environment that supports self-determination. This will not only be good for indigenous peoples but will be good for all of Canada.
The National Indigenous Economic Development Board has estimated that engaging indigenous people in the economy at the same rate as non-indigenous people would boost Canada's GDP by 1.5% and create almost $28 billion in economic growth. Several others have suggested that the number is actually much higher.
Reconciliation is a multi-faceted undertaking that ultimately must involve and engage all people in Canada, indigenous and non-indigenous alike. At the personal level, it involves confronting and erasing all prejudice, embracing fresh ideas and throwing out those racist ideas of the past. For the Government of Canada, it involves sweeping changes to legislation, policies and how we approach policy.
Allow me to quote the Prime Minister's description of the challenge facing Canada. He stated:
Reconciliation calls upon us all to confront our past and commit to charting a brighter, more inclusive future. We must acknowledge that centuries of colonial practices have denied the inherent rights of Indigenous Peoples. The recognition and implementation of Indigenous rights will chart a new way forward for our Government to work with First Nations, Inuit, and Métis Peoples and to undo decades of mistrust, poverty, broken promises, and injustices.
The legislation now before us would support reconciliation in a clear and unequivocal way by re-establishing the land and water boards in a manner requested by indigenous communities themselves. The boards would enable three indigenous communities in the Northwest Territories, the Gwich'in, the Sahtu and the Tlicho, to influence resource development in their traditional territories in a direct and meaningful way.
Four years ago, Parliament endorsed legislation to restructure the regulatory regime governing resource development in the Northwest Territories. Part of this plan involved the amalgamation of four boards into a single entity, the Mackenzie Valley Land and Water Board.
Soon after the plan became law, the Tlicho Government and the Sahtu Secretariat Incorporated launched court actions against the Government of Canada. Both indigenous governments challenged Canada's authority to unilaterally eliminate boards that had been legally authorized years earlier. A 1992 comprehensive land claims agreement had established the Gwich'in Land and Water Board, which was given effect by the Mackenzie Valley Resource Management Act in 1998, for instance. In 2003, the Tlicho land claims and self-government agreement had authorized the creation of the Wek'èezhìi Land and Water Board.
The court challenges effectively put a halt to some of the restructuring measures included in the 2014 legislation under the Harper regime. The new Government of Canada agreed to work in co-operation with northern indigenous communities, including the plaintiffs in the court actions, to resolve the impasse and to restructure the regulatory regime in a way that would meet the needs of all concerned.
Representatives of indigenous groups, the Government of Northwest Territories and industry met with federal officials. The meetings inspired the Government of Canada to draft a legislative proposal and to share the draft with all interested parties.
This collaborative effort not only exemplifies the spirit of reconciliation but also illustrates reconciliation in action. It is “reconciliaction”, and it abides by the principles respecting the Government of Canada's relationship with indigenous peoples established last year. For instance, principle 1 states, “The Government of Canada recognizes that all relations with Indigenous peoples need to be based on the recognition and implementation of their right to self-determination, including the inherent right of self-government.”
Principle 5 states, “The Government of Canada recognizes that treaties, agreements, and other constructive arrangements between Indigenous peoples and the Crown have been and are intended to be acts of reconciliation based on mutual recognition and respect.”
Following this approach soon produced a negotiated solution. We sat down and we negotiated. It is a solution articulated today in Bill C-88. However, to fully appreciate the value of the solution requires an understanding of how it came into being. This was not a case of the Government of Canada imposing its will on others. In fact, the bill before us incorporates the suggestions made by the negotiators representing other groups, including indigenous governments. They were central to this.
One change to the original draft legislation proposal relates to court jurisdiction for judicial reviews of administrative monetary penalties imposed under the regulatory regime. The change ensures consistency with exclusive jurisdiction of the Northwest Territories' Supreme Court under section 32 of the Mackenzie Valley Resource Management Act. A second modification to the original draft legislation aims to ensure consistency with comprehensive land claims agreements. New language was added to clarify consultation obligations related to administrative monetary penalties.
Is it not exciting to talk about administrative monetary penalties? These changes came about because the parties negotiated as equals in an atmosphere of mutual respect and mutual recognition of rights and responsibilities.
Should Bill C-88 become law, if it can make its way through this Parliament, its effects would also foster reconciliation. This is because co-management is central to the regulatory regime envisioned in the legislation now before us. Boards comprised of members nominated by northern indigenous governments and the governments of the Northwest Territories and Canada would render decisions about proposed development projects. Board decisions are legally binding on all parties, including developers. This means that northern indigenous governments would be fully able to exercise their right to self-determination.
The onus has long been on indigenous peoples to prove that their rights exist. For too long, indigenous communities have had to fight to exercise their rights. This is why reconciliation absolutely requires the Government of Canada, on behalf of all Canadians, to base all of its relations with indigenous peoples on the recognition and the implementation of existing rights.
On one level, Bill C-88 would repeal the amalgamation of land and water boards in the Northwest Territories. It would also modernize the regulatory regime governing resource development in the region. On a higher level, Bill C-88 would foster reconciliation with indigenous peoples across Canada. It would demonstrate to indigenous communities across the country that the Government of Canada is committed to reconciliation.
Hon. members of this chamber, the people's House, have an opportunity to show their commitment to reconciliation, and I encourage all of them to join me in supporting Bill C-88.
[Member spoke in Cree as follows:]
[Cree text translated as follows:]
Thank you again, that is all.
[English]
[Le député s'exprime en cri ainsi qu'il suit:]
[Les propos du député sont traduits ainsi:]
Monsieur le Président, je salue tous les gens que je connais. Je suis très fier d'être ici.
[Traduction]
Monsieur le Président, je suis heureux d'avoir l'occasion d'exprimer mon appui au projet de loi C-88. Je souligne également que nous sommes ici sur le territoire traditionnel du peuple algonquin.
Cette mesure législative propose d'améliorer le régime de réglementation entourant l'exploitation des ressources dans les Territoires du Nord-Ouest. Par ailleurs, le projet de loi C-88 représente un pas de plus dans la réconciliation avec les peuples autochtones, ce qui est tout aussi important à mon avis.
Durant la majeure partie de l'histoire de ce pays, on a activement empêché les peuples autochtones de bénéficier équitablement à la prospérité socioéconomique que bon nombre de nous tenons pour acquise et d'y contribuer pleinement. La réconciliation avec les peuples autochtones, de même qu'une relation renouvelée avec eux, va contribuer à mettre en place les conditions nécessaires à l'élimination de l'écart socioéconomique qui existe toujours entre les Canadiens autochtones et non autochtones.
Nous avons l'occasion aujourd'hui de redresser certains des torts du passé et de libérer le potentiel de croissance économique des peuples autochtones et de tous les Canadiens. Nous avons la possibilité de créer un environnement qui appuie l'autodétermination, ce qui sera avantageux non seulement pour les Autochtones, mais aussi pour l'ensemble du Canada.
Le Conseil national de développement économique des Autochtones estime qu'une participation des Premières Nations à l'économie égale à celle des non-Autochtones ferait croître le PIB du Canada de 1,5 % et entraînerait des retombées économiques de 28 milliards de dollars. Plusieurs autres intervenants estiment que les retombées seraient encore plus élevées.
La réconciliation est une entreprise qui comporte plusieurs aspects et à laquelle doivent participer tous les Canadiens, autochtones et non autochtones. Sur le plan personnel, il s'agit de s'attaquer aux préjugés et de les faire disparaître, d'adopter de nouvelles idées et de rejeter les vues racistes du passé. Pour le gouvernement du Canada, la réconciliation exige des changements considérables aux lois et aux politiques publiques, notamment en matière d'approche aux politiques.
Je me permets de citer la description que le premier ministre a faite du défi auquel le Canada est confronté à cet égard. Il a déclaré:
La réconciliation nous appelle à faire face à notre passé et à nous engager à créer un avenir plus prometteur et inclusif. Nous devons reconnaître qu'au cours de plusieurs siècles, des pratiques coloniales ont nié les droits inhérents des peuples autochtones. La reconnaissance et la mise en oeuvre des droits des peuples autochtones permettront à notre gouvernement d'adopter une nouvelle façon de travailler avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis, et de réparer des décennies de méfiance, de pauvreté, de promesses brisées et d'injustices.
La mesure législative dont nous sommes saisis appuie la réconciliation de façon claire et non équivoque en proposant le rétablissement des offices des terres et des eaux comme l'ont demandé les communautés autochtones elles-mêmes. Les offices permettraient à trois communautés autochtones des Territoires du Nord-Ouest, soit les Gwich'in, Sahtu et Tlicho, d'exercer une influence directe et efficace sur l'exploitation des ressources dans leurs territoires traditionnels.
Il y a quatre ans, le Parlement a adopté un projet de loi qui visait la restructuration du régime réglementaire régissant l'exploitation des ressources dans les Territoires-du-Nord-Ouest. Dans le cadre de ce plan, il était prévu que les quatre offices soient regroupés en un seul, soit l'Office des terres et des eaux de la vallée du Mackenzie.
Peu de temps après que le plan ait eu force de loi, le gouvernement tlicho et le Sahtu Secretariat Incorporated ont lancé des poursuites contre le gouvernement du Canada. Les deux gouvernements autochtones ont contesté le pouvoir du Canada de supprimer de façon unilatérale les offices qui avaient été mis sur pied des années plus tôt. C'est le cas de l'Office gwich'in des terres et des eaux, établi dans un accord sur les revendications territoriales de 1992 et entré en vigueur en 1998 grâce à la Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie. En 2003, l'Accord sur les revendications territoriales et l'autonomie gouvernementale du peuple tlicho avait autorisé la création de l'Office des terres et des eaux du Wek'èezhìi.
Les poursuites ont mis un frein à certaines des mesures de restructuration comprises dans le projet de loi de 2014 proposé sous le gouvernement de Stephen Harper. Le nouveau gouvernement du Canada a accepté de travailler en collaboration avec les communautés autochtones du Nord, y compris les plaignants, pour résoudre l'impasse et restructurer le régime réglementaire de sorte qu'il réponde aux besoins de toutes les personnes concernées.
Des représentants de groupes autochtones, du gouvernement des Territoires-du-Nord-Ouest et de l'industrie ont rencontré des fonctionnaires fédéraux. Ces rencontres ont inspiré le gouvernement du Canada à préparer une proposition législative et à faire parvenir l'ébauche aux parties intéressées.
Cet effort de collaboration illustre non seulement l'esprit de la réconciliation, mais il est également un exemple de la réconciliation à l'oeuvre. C'est ce qu'on appelle la « réconciliaction ». Cette approche respecte les principes régissant la relation du gouvernement du Canada avec les peuples autochtones, qui ont été établis l'an dernier. Par exemple, le premier principe est le suivant: « Le gouvernement du Canada reconnaît que toutes les relations avec les peuples autochtones doivent être fondées sur la reconnaissance et la mise en oeuvre de leur droit à l’autodétermination, y compris le droit inhérent à l’autonomie gouvernementale. »
Le cinquième principe se lit comme suit: « Le gouvernement du Canada reconnaît que les traités, les accords et les autres ententes constructifs conclus entre les peuples autochtones et la Couronne ont été et sont des actes de réconciliation fondés sur la reconnaissance et le respect mutuels. »
L'adoption de cette approche a rapidement mené à une solution négociée. Nous avons procédé à des négociations. C'est la solution présentée aujourd'hui dans le projet de loi C-88. Cependant, pour bien comprendre toute sa valeur, il faut savoir d'où elle vient. Le gouvernement du Canada n'a pas ici imposé sa volonté aux autres. En fait, le projet de loi dont nous sommes saisis intègre les suggestions proposées par les négociateurs d'autres groupes, dont les gouvernements autochtones. Ils ont joué un rôle central dans le processus.
On a modifié la première ébauche du projet de loi en ce qui a trait à la compétence des tribunaux en matière de contrôle judiciaire des sanctions administratives pécuniaires imposées en vertu du régime de réglementation. Cette modification assurera l'uniformité avec la compétence exclusive de la Cour suprême des Territoires du Nord-Ouest prévue à l'article 32 de la Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie. On y a apporté une deuxième modification qui vise à assurer l'uniformité avec des ententes sur des revendications territoriales globales. De nouvelles dispositions ont été ajoutées pour clarifier les obligations de consultation concernant les sanctions administratives pécuniaires.
N'est-ce pas emballant de parler de sanctions administratives pécuniaires? Ces changements ont été réalisés parce que les partis ont négocié d'égal à égal, dans le respect et la reconnaissance mutuels des droits et des responsabilités de chacun.
Si le projet de loi C-88 est adopté au Parlement, il aura aussi comme effet de favoriser la réconciliation. En effet, la cogestion est capitale pour le régime de réglementation que prévoit le projet de loi dont nous sommes saisis. Des offices composés de membres nommés par les gouvernements autochtones du Nord, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest et le gouvernement fédéral prendraient des décisions sur les projets de développement proposés. Les décisions des offices lieraient juridiquement toutes les parties, y compris les promoteurs. Par conséquent, les gouvernements autochtones du Nord pourraient exercer pleinement leur droit à l'autodétermination.
Il a longtemps incombé aux peuples autochtones de prouver que leurs droits étaient réels et valides. Pendant trop longtemps, les Autochtones ont dû se battre pour exercer leurs droits. Voilà pourquoi la réconciliation exige que le gouvernement du Canada, au nom de tous les Canadiens, fonde l'ensemble de ses relations avec les peuples autochtones sur la reconnaissance et la mise en oeuvre des droits existants.
Concrètement, le projet de loi C-88 annulera la fusion des offices des terres et des eaux des Territoires du Nord-Ouest, en plus de moderniser le régime réglementaire encadrant l'exploitation des ressources dans cette partie du Canada. Or, le projet de loi C-88 favorisera aussi la réconciliation avec les peuples autochtones du pays, car il leur montrera que le gouvernement du Canada est attaché à ce projet de réconciliation.
Les députés, qui sont les représentants du peuple, ont eux aussi l'occasion de montrer qu'ils sont attachés à la réconciliation. Je les invite donc à se joindre à moi pour appuyer le projet de loi C-88.
[Le député s'exprime en cri ainsi qu'il suit:]
[Les propos du député sont traduits ainsi:]
Je vous remercie encore. C’est tout.
[Traduction]
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2019-04-08 12:06 [p.26787]
I am now prepared to rule on the question of privilege raised on March 22, 2019, by the hon. member for Flamborough—Glanbrook concerning the alleged breach of the confidentiality of an Ontario Liberal caucus meeting.
In his intervention, the member argued that information reported in the media about the discussions held during the Ontario Liberal caucus on March 20, 2019, violated the expectations of confidentiality and was a breach of parliamentary privilege. He underscored that it was the publication of the confidential information, rather than the leak itself, that was the catalyst for him asking the Speaker to intervene.
In response, the Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons argued that, not only do matters of caucus proceedings generally lie beyond the Speaker's purview but, also, precedents demonstrate that prima facie questions of privilege have involved the secret recording of members in caucus.
The Chair is being asked to determine if, in this instance, the evidence presented is sufficient to have the Speaker intervene in a matter that is normally outside the confines of parliamentary proceedings.
Parliamentary caucus meetings are, by definition, meant to be exclusively for members belonging to the same political party. They are closed meetings, conducted in the expectation of airtight confidentiality. As the third edition of House of Commons Procedure and Practice explains at page 34:
Because they are held in camera, caucus meetings allow Members to express their views and opinions freely on any matter which concerns them. Policy positions are elaborated, along with, in the case of the government party, the government’s legislative proposals. Caucus provides a forum in which Members can debate their policy differences among themselves without compromising party unity.
While caucus meetings are obviously different from proceedings of the House, they nonetheless have an effect on, and ultimately serve, the interests of the House. The member for Flamborough—Glanbrook had good reason then to cite Speaker Milliken’s ruling of March 25, 2004, which states at page 1712 of Debates:
The concept of caucus confidentiality is central to the operations of the House and to the work of all hon. Members.
The question that the Chair must consider carefully is how far, if at all, parliamentary privilege extends to protect the deliberations of a caucus. The precedents cited by the member for Flamborough—Glanbrook are helpful. One precedent led to the 22nd report of the Standing Committee on Procedure and House Affairs, presented to the House on April 26, 2004. The report is useful because it explains what could trigger a possible intervention by the Chair. Basically, it is related to House support for these caucus meetings. As the report noted:
To the extent that caucus confidentiality is breached by Members by disclosing what was said or went on to non-members of caucus, this is a matter to be dealt with by each party caucus. Any unauthorized recording of caucus meetings, however, is a matter for the House itself. Not only does this arguably impede Members in carrying out their parliamentary functions, but it also could constitute a contempt of the House of Commons.
In the present case, it is not clear that it was caused by a failure of House support. Nor did any caucus members bring this to the attention of the House. Nonetheless, this should not be construed as an endorsement for divulging caucus information, even in the most general of terms, without the caucus approval.
Absent any sufficient evidence to demonstrate that members’ privileges were breached, I must conclude that there is no question of privilege.
I thank honourable members for their attention.
Je suis maintenant prêt à me prononcer sur la question de privilège soulevée le 22 mars 2019 par le député de Flamborough—Glanbrook concernant la violation présumée du caractère confidentiel des affaires du caucus libéral de l’Ontario.
Dans son intervention, le député a soutenu que l’information rapportée dans les médias au sujet des discussions tenues pendant la réunion du caucus libéral de l’Ontario le 20 mars 2019 constitue un manquement aux attentes en matière de confidentialité ainsi qu’une atteinte au privilège parlementaire. Il a souligné que c’était la publication de l’information confidentielle, et non la fuite elle-même, qui l’avait incité à demander au Président d’intervenir.
Dans sa réponse, le secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes a fait valoir que les affaires des caucus ne sont généralement pas du ressort du Président, et, de plus, des précédents montrent que des questions de privilège fondées de prime abord concernaient l’enregistrement de députés à leur insu en caucus.
La présidence doit déterminer si, dans le cas présent, la preuve présentée suffit pour que le Président intervienne dans une affaire qui normalement dépasse le cadre des délibérations parlementaires.
Les réunions des caucus parlementaires, par leur nature, s’adressent exclusivement aux membres d’un même parti politique. Ce sont des réunions privées dont le caractère confidentiel devrait être scrupuleusement respecté. Comme l’explique la troisième édition de La procédure et les usages de la Chambre des communes à la page 34:
Les réunions de caucus se tiennent à huis clos afin de permettre aux députés de s’exprimer librement et franchement sur ce qui les préoccupe. Les positions du parti y sont définies ainsi que, dans le cas du parti au pouvoir, les propositions législatives du gouvernement. Le caucus donne aux députés l’occasion de débattre entre eux de leurs divergences sans nuire à l’unité du parti.
Les réunions des caucus sont évidemment différentes des délibérations de la Chambre, mais elles ont une incidence sur les intérêts de la Chambre et servent ultimement ces intérêts. Le député de Flamborough—Glanbrook avait raison de citer la décision de la présidence du 25 mars 2004, qui figure à la page 1712 des Débats de la Chambre des communes, dans laquelle le Président Milliken déclare:
Le respect de la confidentialité des affaires du caucus est essentiel aux opérations de la Chambre et aux travaux des députés.
La présidence est appelée à examiner attentivement dans quelle mesure, s’il y a lieu, le privilège parlementaire doit s’appliquer pour protéger les délibérations d’un caucus. Les précédents cités par le député de Flamborough—Glanbrook sont utiles. Un précédent a donné lieu au 22 e rapport du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, présenté à la Chambre le 26 avril 2004. Ce rapport est instructif, car il explique ce qui pourrait amener la présidence à intervenir. En gros, il s’agit de considérations liées à l’appui que fournit la Chambre aux fins des réunions de caucus. Comme l’explique le rapport:
Si un député enfreint la confidentialité d’une réunion de caucus en dévoilant à un tiers non-membre du caucus ce qui s’est dit ou produit au sein de ce dernier, l’infraction devra, le cas échéant, être sanctionnée par le caucus du parti concerné. Tout enregistrement non autorisé d’une réunion de caucus, cependant, constitue une infraction qui relève de la Chambre proprement dite. Car une telle infraction empêche non seulement les députés de s’acquitter de leurs fonctions parlementaires, mais elle peut également constituer un outrage à la Chambre des communes.
En l’espèce, il n’est pas clair que la situation soit attribuable à un manquement quant à l’appui de la Chambre. Par ailleurs, aucun membre du caucus n’a porté cette situation à l’attention de la Chambre. Néanmoins, cela ne constitue pas, même en termes très généraux, une forme de validation pour ce qui est de la divulgation d’information provenant d’un caucus, sans l’approbation du caucus.
En l’absence de preuves suffisantes pour démontrer qu’il y a eu atteinte aux privilèges des députés, je dois conclure qu’il n’y a pas matière à question de privilège.
Je remercie tous les honorables députés de leur attention.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)

Question No. 2192--
Mr. John Nater:
With regard to the Aid to Publishers component of the Canada Periodical Fund: what are the details of all grants awarded by the fund since November 4, 2015, including (i) name of the recipient, (ii) date on which the funding was received, (iii) amount received?
Response
Mr. Andy Fillmore (Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage and Multiculturalism, Lib.):
Madam Speaker, the requested information is available on the Government of Canada’s website at https://open.canada.ca/en/search/grants. Instructions are as follows: open the link, enter “Canada Periodical Fund, Aid to Publishers” in the search field, and select the year.

Question No. 2197--
Mr. Larry Miller:
With regard to the statement attributed to the spokesperson for the Minister of National Revenue in the Toronto Star in January 2019 that “We have hired over 1,300 auditors”: (a) how many of these new auditors are focused solely on off-shore tax evasion; (b) how many of these new auditors are focused solely on Canadian corporate tax evasion; and (c) how many of these new auditors are focused solely on Canadian personal tax evasion?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Madam Speaker, the CRA’s compliance programs focus on size or type of non-compliance and taxpayers often use the interaction between individual and corporate entities to achieve non compliance. For this reason, rigid distinctions between corporate and personal tax evasion cannot be made.
For example, work related to the underground economy would encompass both corporations and individuals. Work related to high net-worth individuals and others involved in tax schemes would encompass individuals who use corporations, trusts and partnerships in their tax planning. In terms of work related to large businesses, the vast majority are publicly traded companies but a small number are trusts, partnerships or privately held corporations. Work related to GST/HST compliance includes a mix of corporations and sole proprietorships. Finally, for work related to small and medium-sized enterprises that have complex transactions, most but not all would be incorporated.

Question No. 2198--
Mr. Larry Miller:
With regard to the proposed Fair Wages Policy: (a) what is the anticipated cost to taxpayers for its implementation; and (b) what are the findings of any cost analysis done by government departments?
Response
Mr. Rodger Cuzner (Parliamentary Secretary to the Minister of Employment, Workforce Development and Labour, Lib.):
Madam Speaker, the cost of a fair wages policy will depend on the scope and requirements of the policy, including the industries affected and the level of wages prescribed, as appropriate. These have not yet been determined and are subject to a ministerial decision that has not yet been taken.

Question No. 2202--
Mr. Pierre Poilievre:
With regard to the GST/HST: (a) does the government plan to increase the GST/HST; (b) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of increasing the GST/HST was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (c) do any supporting documents exist about any plan to increase the GST/HST, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the Government of Canada is committed to ensuring that Canada’s tax system is fair, efficient, competitive and functioning as intended, to make sure that our economy is working for the middle class and all Canadians. While it would not be appropriate to speculate on future tax policy decisions, the government’s record demonstrates that it has delivered on this commitment in many ways.
One of the government’s first actions was to raise personal income taxes on the wealthiest Canadians in order to cut taxes for the middle class. Over nine million Canadians are benefiting from the reduction of the second personal income tax rate to 20.5% from 22%. Single individuals who benefit are saving an average of $330 each year, and couples who benefit are saving an average of $540 each year.
In its first budget, the government introduced the Canada child benefit. Compared with the previous child benefit system, the new Canada child benefit is simpler, much more generous and better targeted to families who need it most. The CCB is also entirely tax free. Nine out of 10 families are receiving more in child benefits than they did under the previous system, and hundreds of thousands of children have been lifted out of poverty. A typical middle-class family of four is now receiving, on average, about $2,000 more per year in support than they did in 2015, as a result of the middle-class tax cut and the Canada child benefit.
To put more money in the pockets of low-income workers, budget 2018 introduced the new Canada workers benefit, or CWB. The CWB is replacing the working income tax benefit beginning in 2019 and will encourage more people to join or stay in the workforce by making the benefit more generous and more accessible.
The government has taken action to implement changes resulting from its wide-ranging review of tax expenditures. This included measures to improve tax relief for caregivers, students and persons with disabilities.
The government reduced the federal small business tax rate from 10.5% in 2017 to 9% in 2019. For small businesses, compared with 2017, this means up to $7,500 in federal tax savings each year, savings that they can reinvest in purchasing new equipment, developing new products or creating new jobs. As the government reduced the small business rate, it took action to make sure that this low rate is not used by some to gain unfair tax advantages as the expense of others.
In the fall of 2018, the government introduced immediate changes to Canada’s corporate tax system that will further support investment, jobs and growth in Canadian businesses, creating opportunities in communities across the country.
In each of its budgets since coming to office, the government has taken action to improve the fairness of the tax system through measures to prevent underground economic activity, tax evasion and aggressive tax avoidance. In budget 2016 and budget 2017, the government invested about $1 billion to support the efforts of the Canada Revenue Agency in this area. These investments are expected to add over $5 billion in additional federal revenues over six years. Budget 2018 announced additional funding of $90.6 million over five years to support the CRA in its continued efforts to ensure taxpayer compliance.
The government has also taken action to close tax loopholes that result in unfair tax advantages for some at the expense of others. More broadly, the government has engaged with international partners on an ongoing basis to combat aggressive international tax avoidance, including through enhanced sharing of information between tax authorities.
Going forward, the government’s tax policy agenda will continue to be guided by the objective of a fair tax system that benefits the middle class and those working hard to join it.

Question No. 2203--
Mr. Pierre Poilievre:
With regard to personal income tax rates: (a) does the government plan to increase personal income tax rates; (b) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of increasing personal income tax rates was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (c) do any supporting documents exist about any plan to increase personal income tax rates, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the Government of Canada is committed to ensuring that Canada’s tax system is fair, efficient, competitive and functioning as intended, to make sure that our economy is working for the middle class and all Canadians. While it would not be appropriate to speculate on future tax policy decisions, the government’s record demonstrates that it has delivered on this commitment in many ways.
One of the government’s first actions was to raise personal income taxes on the wealthiest Canadians in order to cut taxes for the middle class. Over nine million Canadians are benefiting from the reduction of the second personal income tax rate to 20.5% from 22%. Single individuals who benefit are saving an average of $330 each year, and couples who benefit are saving an average of $540 each year.
In its first budget, the government introduced the Canada child benefit. Compared with the previous child benefit system, the new Canada child benefit is simpler, much more generous and better targeted to families who need it most. The CCB is also entirely tax free. Nine out of 10 families are receiving more in child benefits than they did under the previous system, and hundreds of thousands of children have been lifted out of poverty. A typical middle-class family of four is now receiving, on average, about $2,000 more per year in support than they did in 2015, as a result of the middle-class tax cut and the Canada child benefit.
To put more money in the pockets of low-income workers, budget 2018 introduced the new Canada workers benefit, or CWB. The CWB is replacing the working income tax benefit beginning in 2019 and will encourage more people to join or stay in the workforce by making the benefit more generous and more accessible.
The government has taken action to implement changes resulting from its wide-ranging review of tax expenditures. This included measures to improve tax relief for caregivers, students and persons with disabilities.
The government reduced the federal small business tax rate from 10.5% in 2017 to 9% in 2019. For small businesses, compared with 2017, this means up to $7,500 in federal tax savings each year, savings that they can reinvest in purchasing new equipment, developing new products or creating new jobs. As the government reduced the small business rate, it took action to make sure that this low rate is not used by some to gain unfair tax advantages as the expense of others.
In the fall of 2018, the government introduced immediate changes to Canada’s corporate tax system that will further support investment, jobs and growth in Canadian businesses, creating opportunities in communities across the country.
In each of its budgets since coming to office, the government has taken action to improve the fairness of the tax system through measures to prevent underground economic activity, tax evasion and aggressive tax avoidance. In budget 2016 and budget 2017, the government invested about $1 billion to support the efforts of the Canada Revenue Agency in this area. These investments are expected to add over $5 billion in additional federal revenues over six years. Budget 2018 announced additional funding of $90.6 million over five years to support the CRA in its continued efforts to ensure taxpayer compliance.
The government has also taken action to close tax loopholes that result in unfair tax advantages for some at the expense of others. More broadly, the government has engaged with international partners on an ongoing basis to combat aggressive international tax avoidance, including through enhanced sharing of information between tax authorities.
Going forward, the government’s tax policy agenda will continue to be guided by the objective of a fair tax system that benefits the middle class and those working hard to join it.

Question No. 2204--
Mr. Pierre Poilievre:
With regard to the small business tax rate: (a) does the government plan to raise or restore the small business tax rate; (b) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of raising or restoring the small business tax rate was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (c) do any supporting documents exist about any plan to increase the small business tax rate, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the Government of Canada is committed to ensuring that Canada’s tax system is fair, efficient, competitive and functioning as intended, to make sure that our economy is working for the middle class and all Canadians. While it would not be appropriate to speculate on future tax policy decisions, the government’s record demonstrates that it has delivered on this commitment in many ways.
One of the government’s first actions was to raise personal income taxes on the wealthiest Canadians in order to cut taxes for the middle class. Over nine million Canadians are benefiting from the reduction of the second personal income tax rate to 20.5% from 22%. Single individuals who benefit are saving an average of $330 each year, and couples who benefit are saving an average of $540 each year.
In its first budget, the government introduced the Canada child benefit. Compared with the previous child benefit system, the new Canada child benefit is simpler, much more generous and better targeted to families who need it most. The CCB is also entirely tax free. Nine out of 10 families are receiving more in child benefits than they did under the previous system, and hundreds of thousands of children have been lifted out of poverty. A typical middle-class family of four is now receiving, on average, about $2,000 more per year in support than they did in 2015, as a result of the middle-class tax cut and the Canada child benefit.
To put more money in the pockets of low-income workers, budget 2018 introduced the new Canada workers benefit, or CWB. The CWB is replacing the working income tax benefit beginning in 2019 and will encourage more people to join or stay in the workforce by making the benefit more generous and more accessible.
The government has taken action to implement changes resulting from its wide-ranging review of tax expenditures. This included measures to improve tax relief for caregivers, students and persons with disabilities.
The government reduced the federal small business tax rate from 10.5% in 2017 to 9% in 2019. For small businesses, compared with 2017, this means up to $7,500 in federal tax savings each year, savings that they can reinvest in purchasing new equipment, developing new products or creating new jobs. As the government reduced the small business rate, it took action to make sure that this low rate is not used by some to gain unfair tax advantages as the expense of others.
In the fall of 2018, the government introduced immediate changes to Canada’s corporate tax system that will further support investment, jobs and growth in Canadian businesses, creating opportunities in communities across the country.
In each of its budgets since coming to office, the government has taken action to improve the fairness of the tax system through measures to prevent underground economic activity, tax evasion and aggressive tax avoidance. In budget 2016 and budget 2017, the government invested about $1 billion to support the efforts of the Canada Revenue Agency in this area. These investments are expected to add over $5 billion in additional federal revenues over six years. Budget 2018 announced additional funding of $90.6 million over five years to support the CRA in its continued efforts to ensure taxpayer compliance.
The government has also taken action to close tax loopholes that result in unfair tax advantages for some at the expense of others. More broadly, the government has engaged with international partners on an ongoing basis to combat aggressive international tax avoidance, including through enhanced sharing of information between tax authorities.
Going forward, the government’s tax policy agenda will continue to be guided by the objective of a fair tax system that benefits the middle class and those working hard to join it.

Question No. 2205--
Mr. Colin Carrie:
With regard to the small business deduction: (a) does the government plan to eliminate the small business deduction; (b) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of eliminating the small business deduction was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (c) do any supporting documents exist about any plan to eliminate the small business deduction, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the Government of Canada is committed to ensuring that Canada’s tax system is fair, efficient, competitive and functioning as intended, to make sure that our economy is working for the middle class and all Canadians. While it would not be appropriate to speculate on future tax policy decisions, the government’s record demonstrates that it has delivered on this commitment in many ways.
One of the government’s first actions was to raise personal income taxes on the wealthiest Canadians in order to cut taxes for the middle class. Over nine million Canadians are benefiting from the reduction of the second personal income tax rate to 20.5% from 22%. Single individuals who benefit are saving an average of $330 each year, and couples who benefit are saving an average of $540 each year.
In its first budget, the government introduced the Canada child benefit. Compared with the previous child benefit system, the new Canada child benefit is simpler, much more generous and better targeted to families who need it most. The CCB is also entirely tax free. Nine out of 10 families are receiving more in child benefits than they did under the previous system, and hundreds of thousands of children have been lifted out of poverty. A typical middle-class family of four is now receiving, on average, about $2,000 more per year in support than they did in 2015, as a result of the middle-class tax cut and the Canada child benefit.
To put more money in the pockets of low-income workers, budget 2018 introduced the new Canada workers benefit, or CWB. The CWB is replacing the working income tax benefit beginning in 2019 and will encourage more people to join or stay in the workforce by making the benefit more generous and more accessible.
The government has taken action to implement changes resulting from its wide-ranging review of tax expenditures. This included measures to improve tax relief for caregivers, students and persons with disabilities.
The government reduced the federal small business tax rate from 10.5% in 2017 to 9% in 2019. For small businesses, compared with 2017, this means up to $7,500 in federal tax savings each year, savings that they can reinvest in purchasing new equipment, developing new products or creating new jobs. As the government reduced the small business rate, it took action to make sure that this low rate is not used by some to gain unfair tax advantages as the expense of others.
In the fall of 2018, the government introduced immediate changes to Canada’s corporate tax system that will further support investment, jobs and growth in Canadian businesses, creating opportunities in communities across the country.
In each of its budgets since coming to office, the government has taken action to improve the fairness of the tax system through measures to prevent underground economic activity, tax evasion and aggressive tax avoidance. In budget 2016 and budget 2017, the government invested about $1 billion to support the efforts of the Canada Revenue Agency in this area. These investments are expected to add over $5 billion in additional federal revenues over six years. Budget 2018 announced additional funding of $90.6 million over five years to support the CRA in its continued efforts to ensure taxpayer compliance.
The government has also taken action to close tax loopholes that result in unfair tax advantages for some at the expense of others. More broadly, the government has engaged with international partners on an ongoing basis to combat aggressive international tax avoidance, including through enhanced sharing of information between tax authorities.
Going forward, the government’s tax policy agenda will continue to be guided by the objective of a fair tax system that benefits the middle class and those working hard to join it.

Question No. 2206--
Mr. Colin Carrie:
With regard to corporate tax rates: (a) does the government plan to increase corporate tax rates; (b) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of increasing corporate tax rates was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (c) do any supporting documents exist about any plan to increase corporate tax rates, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the Government of Canada is committed to ensuring that Canada’s tax system is fair, efficient, competitive and functioning as intended, to make sure that our economy is working for the middle class and all Canadians. While it would not be appropriate to speculate on future tax policy decisions, the government’s record demonstrates that it has delivered on this commitment in many ways.
One of the government’s first actions was to raise personal income taxes on the wealthiest Canadians in order to cut taxes for the middle class. Over nine million Canadians are benefiting from the reduction of the second personal income tax rate to 20.5% from 22%. Single individuals who benefit are saving an average of $330 each year, and couples who benefit are saving an average of $540 each year.
In its first budget, the government introduced the Canada child benefit. Compared with the previous child benefit system, the new Canada child benefit is simpler, much more generous and better targeted to families who need it most. The CCB is also entirely tax free. Nine out of 10 families are receiving more in child benefits than they did under the previous system, and hundreds of thousands of children have been lifted out of poverty. A typical middle-class family of four is now receiving, on average, about $2,000 more per year in support than they did in 2015, as a result of the middle-class tax cut and the Canada child benefit.
To put more money in the pockets of low-income workers, budget 2018 introduced the new Canada workers benefit, or CWB. The CWB is replacing the working income tax benefit beginning in 2019 and will encourage more people to join or stay in the workforce by making the benefit more generous and more accessible.
The government has taken action to implement changes resulting from its wide-ranging review of tax expenditures. This included measures to improve tax relief for caregivers, students and persons with disabilities.
The government reduced the federal small business tax rate from 10.5% in 2017 to 9% in 2019. For small businesses, compared with 2017, this means up to $7,500 in federal tax savings each year, savings that they can reinvest in purchasing new equipment, developing new products or creating new jobs. As the government reduced the small business rate, it took action to make sure that this low rate is not used by some to gain unfair tax advantages as the expense of others.
In the fall of 2018, the government introduced immediate changes to Canada’s corporate tax system that will further support investment, jobs and growth in Canadian businesses, creating opportunities in communities across the country.
In each of its budgets since coming to office, the government has taken action to improve the fairness of the tax system through measures to prevent underground economic activity, tax evasion and aggressive tax avoidance. In budget 2016 and budget 2017, the government invested about $1 billion to support the efforts of the Canada Revenue Agency in this area. These investments are expected to add over $5 billion in additional federal revenues over six years. Budget 2018 announced additional funding of $90.6 million over five years to support the CRA in its continued efforts to ensure taxpayer compliance.
The government has also taken action to close tax loopholes that result in unfair tax advantages for some at the expense of others. More broadly, the government has engaged with international partners on an ongoing basis to combat aggressive international tax avoidance, including through enhanced sharing of information between tax authorities.
Going forward, the government’s tax policy agenda will continue to be guided by the objective of a fair tax system that benefits the middle class and those working hard to join it.

Question No. 2207--
Mr. Bob Saroya:
With regard to Employment Insurance (EI) premiums: (a) does the government plan to raise EI premiums; (b) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of increasing EI premiums was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (c) do any supporting documents exist about any plan to increase EI premiums, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Adam Vaughan (Parliamentary Secretary to the Minister of Families, Children and Social Development), Lib.):
Madam Speaker, regarding part (a), the Government of Canada does not set the EI premium rate. The EI premium rate is set by the Canada Employment Insurance Commission according to a seven-year break-even mechanism, based on forecasts and estimates of the EI senior actuary. This rate is designed to ensure a cumulative balance of zero in the EI operating account over a seven-year time horizon.
In accordance with legislation, the EI premium rate for 2020 will be announced on or before September 14, 2019, and will take into account any new EI initiatives announced by July 22, 2019, as well as projections of key economic indicators.
Regarding part (b), the Government of Canada does not set the EI premium rate. The EI premium rate is set by the Canada Employment Insurance Commission.
Employment Insurance premiums are set according to a transparent mechanism that ensures that premium rates remain stable, and that premium revenues are used only to fund EI program expenditures. To calculate the seven-year break-even rate, the actuary relies on information provided by the minister of ESDC on forecast administration costs, planned spending under EI part II, the cost of new or temporary measures, and the most recent available balance of the EI operating account. The Minister of Finance provides information that includes the current available forecast values of the economic variables relevant to the preparation of actuarial forecasts and estimates for the EI account.
Regarding part (c), the Government of Canada does not set the EI premium rate. The EI premium rate is set by the Canada Employment Insurance Commission.

Question No. 2208--
Mr. Bob Saroya:
With regard to Canada Pension Plan (CPP) premiums: (a) does the government plan to raise CPP premiums; (b) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of increasing CPP premiums was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (c) do any supporting documents exist about any plan to increase CPP premiums, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the government has been working with provinces and territories to enhance the Canada pension plan, or CPP, to ensure that future generations of Canadians can count on a strong public pension system in their retirement years. Canada’s finance ministers came together in Ottawa on December 21, 2015, and agreed to begin discussions on a modest, fully funded and phased-in enhancement of the CPP. These discussions included issues such as the impact on contribution rates. After months of co-operative work with provinces and territories, finance ministers met in Vancouver on June 20, 2016, and agreed in principle to an expansion of the CPP starting January 1, 2019, that would increase the income replacement from one-quarter to one-third of pensionable earnings and increase the maximum amount of income subject to CPP by 14%.
To ensure that these changes are affordable for businesses and Canadians, the agreement included three measures: introducing a long and gradual seven-year phase-in starting on January 1, 2019, that would allow more time for businesses to adjust; enhancing the Canada workers benefit to offset the impact of increased contributions on low-income workers; and providing a tax deduction, instead of a tax credit, for employee contributions associated with the CPP enhancement in order to avoid increasing the after-tax cost of savings for Canadians.
A news release provided the signed agreement by federal and provincial ministers and background on the agreement in principle to enhance the CPP.
In advance of the tabling of federal legislation implementing the agreement in principle, Bill C-26, the government released a comprehensive technical paper summarizing the economic and policy analysis and providing more details on the design of the CPP enhancement. In addition, and as required by legislation, the chief actuary of Canada prepared a report assessing the financial sustainability and other financing implications of the legislative changes in Bill C-26. The report from the chief actuary confirmed that the CPP enhancement is sustainable at the legislative contribution rates set out in Bill C-26.
For more information, members should consult the following documents: the news release from the December 2015 finance ministers’ meeting, found at https://www.fin.gc.ca/n15/15-089-eng.asp; the news release from the June 2016 finance ministers’ meeting, found at https://www.fin.gc.ca/n16/16-081-eng.asp; the backgrounder on the Canada pension plan enhancement, found at https://www.fin.gc.ca/n16/data/16-113_3-eng.asp; the 28th Actuarial Report on the Canada pension plan, found at http://www.osfi-bsif.gc.ca/Eng/Docs/CPP28.pdf; the news release on the Canada pension plan enhancement legislation, Bill C-26, found at https://www.fin.gc.ca/n17/17-010-eng.asp; the news release announcing that Manitoba agrees to the Canada pension plan enhancement, found at https://www.fin.gc.ca/n16/16-088-eng.asp; and Bill No. 149, An Act to Enhance the Quebec Pension Plan, found at http://www.assnat.qc.ca/en/travaux-parlementaires/projets-loi/projet-loi-149-41-1.html?appelant=MC.

Question No. 2212--
Mr. Kerry Diotte:
With regard to a real estate speculation tax at the federal level: (a) does the government plan to implement a real estate speculation tax at the federal level; (b) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of implementing a real estate speculation tax at the federal level was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (c) do any supporting documents exist about any plan to implement a real estate speculation tax at the federal level, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the Government of Canada is committed to ensuring that Canada’s tax system is fair, efficient, competitive, and functioning as intended to make sure that our economy is working for the middle class and all Canadians. While it would not be appropriate to speculate on future tax policy decisions, the Government’s record demonstrates that it has delivered on this commitment in many ways:
One of the Government’s first actions was to raise personal income taxes on the wealthiest Canadians in order to cut taxes for the middle class. Over nine million Canadians are benefitting from the reduction of the second personal income tax rate to 20.5% from 22%. Single individuals who benefit are saving an average of $330 each year, and couples who benefit are saving an average of $540 each year.
In its first budget, the Government introduced the Canada Child Benefit. Compared to the previous child benefit system, the new Canada Child Benefit is simpler, much more generous, and better targeted to families who need it most. The CCB is also entirely tax-free. Nine out of 10 families are receiving more in child benefits than they did under the previous system, and hundreds of thousands of children have been lifted out of poverty. A typical middle class family of four is now receiving, on average, about $2,000 more per year in support than they did in 2015, as a result of the middle class tax cut and the Canada Child Benefit.
To put more money in the pockets of low-income workers, Budget 2018 introduced the new Canada Workers Benefit (CWB). The CWB is replacing the Working Income Tax Benefit beginning in 2019, and will encourage more people to join or stay in the workforce by making the benefit more generous and more accessible.
The Government has taken action to implement changes resulting from its wide-ranging review of tax expenditures. This included measures to improve tax relief for caregivers, students, and persons with disabilities.
The Government reduced the federal small business tax rate from 10.5% in 2017 to 9% in 2019. For small businesses, compared to 2017, this means up to $7,500 in federal tax savings each year—savings that they can reinvest in purchasing new equipment, developing new products, or creating new jobs. As the Government reduced the small business rate, it took action to make sure that this low rate is not used by some to gain unfair tax advantages as the expense of others.
In the fall of 2018, the Government introduced immediate changes to Canada’s corporate tax system that will further support investment, jobs and growth in Canadian businesses, creating opportunities in communities across the country.
In each of its budgets since coming to office, the Government has taken action to improve the fairness of the tax system through measures to prevent underground economic activity, tax evasion, and aggressive tax avoidance. In Budget 2016 and Budget 2017, the Government invested about $1 billion to support the efforts of the Canada Revenue Agency in this area. These investments are expected to add over $5 billion in additional federal revenues over six years. Budget 2018 announced additional funding of $90.6 million over five years to support the CRA in its continued efforts to ensure taxpayer compliance.
The Government has also taken action to close tax loopholes that result in unfair tax advantages for some at the expense of others. More broadly, the Government has engaged with international partners on an ongoing basis to combat aggressive international tax avoidance, including through enhanced sharing of information between tax authorities.
Going forward, the Government’s tax policy agenda will continue to be guided by the objective of a fair tax system that benefits the middle class and those working hard to join it.

Question No. 2213--
Mr. Kerry Diotte:
With regard to the federal carbon tax or price on carbon: (a) does the government plan to increase the federal carbon tax or price on carbon above $50 per tonne of emissions; (b) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of increasing the federal carbon tax or price on carbon above $50 per tonne of emissions was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (c) do any supporting documents exist about any plan of increasing the federal carbon tax or price on carbon above $50 per tonne of emissions, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the Government of Canada is committed to ensuring that Canada’s tax system is fair, efficient, competitive, and functioning as intended to make sure that our economy is working for the middle class and all Canadians. While it would not be appropriate to speculate on future tax policy decisions, the Government’s record demonstrates that it has delivered on this commitment in many ways
One of the Government’s first actions was to raise personal income taxes on the wealthiest Canadians in order to cut taxes for the middle class. Over nine million Canadians are benefitting from the reduction of the second personal income tax rate to 20.5% from 22%. Single individuals who benefit are saving an average of $330 each year, and couples who benefit are saving an average of $540 each year.
In its first budget, the Government introduced the Canada Child Benefit. Compared to the previous child benefit system, the new Canada Child Benefit is simpler, much more generous, and better targeted to families who need it most. The CCB is also entirely tax-free. Nine out of 10 families are receiving more in child benefits than they did under the previous system, and hundreds of thousands of children have been lifted out of poverty. A typical middle class family of four is now receiving, on average, about $2,000 more per year in support than they did in 2015, as a result of the middle class tax cut and the Canada Child Benefit.
To put more money in the pockets of low-income workers, Budget 2018 introduced the new Canada Workers Benefit (CWB). The CWB is replacing the Working Income Tax Benefit beginning in 2019, and will encourage more people to join or stay in the workforce by making the benefit more generous and more accessible.
The Government has taken action to implement changes resulting from its wide-ranging review of tax expenditures. This included measures to improve tax relief for caregivers, students, and persons with disabilities.
The Government reduced the federal small business tax rate from 10.5% in 2017 to 9% in 2019. For small businesses, compared to 2017, this means up to $7,500 in federal tax savings each year—savings that they can reinvest in purchasing new equipment, developing new products, or creating new jobs. As the Government reduced the small business rate, it took action to make sure that this low rate is not used by some to gain unfair tax advantages as the expense of others.
In the fall of 2018, the Government introduced immediate changes to Canada’s corporate tax system that will further support investment, jobs and growth in Canadian businesses, creating opportunities in communities across the country.
In each of its budgets since coming to office, the Government has taken action to improve the fairness of the tax system through measures to prevent underground economic activity, tax evasion, and aggressive tax avoidance. In Budget 2016 and Budget 2017, the Government invested about $1 billion to support the efforts of the Canada Revenue Agency in this area. These investments are expected to add over $5 billion in additional federal revenues over six years. Budget 2018 announced additional funding of $90.6 million over five years to support the CRA in its continued efforts to ensure taxpayer compliance.
The Government has also taken action to close tax loopholes that result in unfair tax advantages for some at the expense of others. More broadly, the Government has engaged with international partners on an ongoing basis to combat aggressive international tax avoidance, including through enhanced sharing of information between tax authorities.
Going forward, the Government’s tax policy agenda will continue to be guided by the objective of a fair tax system that benefits the middle class and those working hard to join it.

Question No. 2214--
Mr. Kerry Diotte:
With regard to an inheritance tax at the federal level: (a) does the government plan to implement an inheritance tax at the federal level; (b) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of implementing an inheritance tax at the federal level was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (c) do any supporting documents exist about any plan to implement an inheritance tax at the federal level, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the Government of Canada is committed to ensuring that Canada’s tax system is fair, efficient, competitive, and functioning as intended to make sure that our economy is working for the middle class and all Canadians. While it would not be appropriate to speculate on future tax policy decisions, the Government’s record demonstrates that it has delivered on this commitment in many ways
One of the Government’s first actions was to raise personal income taxes on the wealthiest Canadians in order to cut taxes for the middle class. Over nine million Canadians are benefitting from the reduction of the second personal income tax rate to 20.5% from 22%. Single individuals who benefit are saving an average of $330 each year, and couples who benefit are saving an average of $540 each year.
In its first budget, the Government introduced the Canada Child Benefit. Compared to the previous child benefit system, the new Canada Child Benefit is simpler, much more generous, and better targeted to families who need it most. The CCB is also entirely tax-free. Nine out of 10 families are receiving more in child benefits than they did under the previous system, and hundreds of thousands of children have been lifted out of poverty. A typical middle class family of four is now receiving, on average, about $2,000 more per year in support than they did in 2015, as a result of the middle class tax cut and the Canada Child Benefit.
To put more money in the pockets of low-income workers, Budget 2018 introduced the new Canada Workers Benefit (CWB). The CWB is replacing the Working Income Tax Benefit beginning in 2019, and will encourage more people to join or stay in the workforce by making the benefit more generous and more accessible.
The Government has taken action to implement changes resulting from its wide-ranging review of tax expenditures. This included measures to improve tax relief for caregivers, students, and persons with disabilities.
The Government reduced the federal small business tax rate from 10.5% in 2017 to 9% in 2019. For small businesses, compared to 2017, this means up to $7,500 in federal tax savings each year—savings that they can reinvest in purchasing new equipment, developing new products, or creating new jobs. As the Government reduced the small business rate, it took action to make sure that this low rate is not used by some to gain unfair tax advantages as the expense of others.
In the fall of 2018, the Government introduced immediate changes to Canada’s corporate tax system that will further support investment, jobs and growth in Canadian businesses, creating opportunities in communities across the country.
In each of its budgets since coming to office, the Government has taken action to improve the fairness of the tax system through measures to prevent underground economic activity, tax evasion, and aggressive tax avoidance. In Budget 2016 and Budget 2017, the Government invested about $1 billion to support the efforts of the Canada Revenue Agency in this area. These investments are expected to add over $5 billion in additional federal revenues over six years. Budget 2018 announced additional funding of $90.6 million over five years to support the CRA in its continued efforts to ensure taxpayer compliance.
The Government has also taken action to close tax loopholes that result in unfair tax advantages for some at the expense of others. More broadly, the Government has engaged with international partners on an ongoing basis to combat aggressive international tax avoidance, including through enhanced sharing of information between tax authorities.
Going forward, the Government’s tax policy agenda will continue to be guided by the objective of a fair tax system that benefits the middle class and those working hard to join it.

Question No. 2215--
Mr. Dave Van Kesteren:
With regard to level of the federal excise tax on gasoline or diesel fuel: (a) does the government plan to increase the level of the federal excise tax on gasoline or diesel fuel; (b) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of increasing the level of the federal excise tax on gasoline or diesel fuel was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (c) do any supporting documents exist about any plan to increase the level of the federal excise tax on gasoline or diesel fuel, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the Government of Canada is committed to ensuring that Canada’s tax system is fair, efficient, competitive, and functioning as intended to make sure that our economy is working for the middle class and all Canadians. While it would not be appropriate to speculate on future tax policy decisions, the Government’s record demonstrates that it has delivered on this commitment in many ways
One of the Government’s first actions was to raise personal income taxes on the wealthiest Canadians in order to cut taxes for the middle class. Over nine million Canadians are benefitting from the reduction of the second personal income tax rate to 20.5% from 22%. Single individuals who benefit are saving an average of $330 each year, and couples who benefit are saving an average of $540 each year.
In its first budget, the Government introduced the Canada Child Benefit. Compared to the previous child benefit system, the new Canada Child Benefit is simpler, much more generous, and better targeted to families who need it most. The CCB is also entirely tax-free. Nine out of 10 families are receiving more in child benefits than they did under the previous system, and hundreds of thousands of children have been lifted out of poverty. A typical middle class family of four is now receiving, on average, about $2,000 more per year in support than they did in 2015, as a result of the middle class tax cut and the Canada Child Benefit.
To put more money in the pockets of low-income workers, Budget 2018 introduced the new Canada Workers Benefit (CWB). The CWB is replacing the Working Income Tax Benefit beginning in 2019, and will encourage more people to join or stay in the workforce by making the benefit more generous and more accessible.
The Government has taken action to implement changes resulting from its wide-ranging review of tax expenditures. This included measures to improve tax relief for caregivers, students, and persons with disabilities.
The Government reduced the federal small business tax rate from 10.5% in 2017 to 9% in 2019. For small businesses, compared to 2017, this means up to $7,500 in federal tax savings each year—savings that they can reinvest in purchasing new equipment, developing new products, or creating new jobs. As the Government reduced the small business rate, it took action to make sure that this low rate is not used by some to gain unfair tax advantages as the expense of others.
In the fall of 2018, the Government introduced immediate changes to Canada’s corporate tax system that will further support investment, jobs and growth in Canadian businesses, creating opportunities in communities across the country.
In each of its budgets since coming to office, the Government has taken action to improve the fairness of the tax system through measures to prevent underground economic activity, tax evasion, and aggressive tax avoidance. In Budget 2016 and Budget 2017, the Government invested about $1 billion to support the efforts of the Canada Revenue Agency in this area. These investments are expected to add over $5 billion in additional federal revenues over six years. Budget 2018 announced additional funding of $90.6 million over five years to support the CRA in its continued efforts to ensure taxpayer compliance.
The Government has also taken action to close tax loopholes that result in unfair tax advantages for some at the expense of others. More broadly, the Government has engaged with international partners on an ongoing basis to combat aggressive international tax avoidance, including through enhanced sharing of information between tax authorities.
Going forward, the Government’s tax policy agenda will continue to be guided by the objective of a fair tax system that benefits the middle class and those working hard to join it.

Question No. 2216--
Mr. Dave Van Kesteren:
With regard to the revenue that was raised or lost as a result of changes to the federal income tax that took effect on January 1, 2016: (a) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of increased or lost revenue as a result of changes to federal income tax that took effect on January 1, 2016, was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (b) do any supporting documents exist about the revenue that was raised or lost as a result of changes to federal income tax that took effect on January 1, 2016, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the Government is committed to the objective of an economy that works for everyone. In keeping with this objective, the Government’s focus since coming to office in 2015 has been to reduce taxes and increase support for the middle class and those who are working hard to join it.
One of the Government’s first actions was to raise personal income taxes on the wealthiest Canadians in order to cut taxes for the middle class. Over nine million Canadians are benefitting from the reduction of the second personal income tax rate to 20.5% from 22%. Single individuals who benefit are saving an average of $330 each year, and couples who benefit are saving an average of $540 each year.
The Government has been transparent in estimating the revenue impacts of these measures. On December 7, 2015, when these measures were first proposed, the Department of Finance published a backgrounder on its website: https://www.fin.gc.ca/n15/data/15-086_1-eng.asp. Table 2 of this backgrounder (Fiscal Cost of Proposed Tax Changes) provides a detailed breakdown of the estimated $8.2 billion revenue impact of the two federal personal income tax rate changes from 2015-16 to 2020-21. A footnote to Table 2 states that the estimates of the revenue gain from introducing a 33-per-cent rate on taxable income above $200,000 assume that those affected would respond by slightly reducing their taxable income on an ongoing basis.
In estimating the ongoing revenue impacts associated with the changes to the federal personal income tax rate structure, the Department of Finance has taken a prudent approach that reflects Canadian and international research on how individuals at different income levels respond to changes in tax rates.
Raising taxes on the wealthiest one per cent in order to cut them for the middle class has been a key step towards the Government’s goal of improving the fairness of the tax system and ensuring that the benefits of growth are shared among all Canadians. Measures like the middle class tax cut and the Canada Child Benefit have provided Canadian families with more money to save, invest, and spend in their communities. Families receiving the Canada Child Benefit are getting $6,800 on average this year. These and other measures introduced by the Government to support the middle class and those who are working hard to join it are driving higher levels of Canadian consumer and business confidence and supporting wage growth.
Going forward, the Government will continue to be guided by the objective of ensuring that the benefits of economic growth are widely shared.

Question No. 2217--
Mr. Dave Van Kesteren:
With regard to raising additional government revenue and potential sources: (a) does the government plan to increase government revenue; (b) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of increasing government revenue was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (c) do any supporting documents exist about any plan to increase government revenue, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the Government of Canada is committed to ensuring that Canada’s tax system is fair, efficient, competitive, and functioning as intended to make sure that our economy is working for the middle class and all Canadians. While it would not be appropriate to speculate on future tax policy decisions, the Government’s record demonstrates that it has delivered on this commitment in many ways
One of the Government’s first actions was to raise personal income taxes on the wealthiest Canadians in order to cut taxes for the middle class. Over nine million Canadians are benefitting from the reduction of the second personal income tax rate to 20.5% from 22%. Single individuals who benefit are saving an average of $330 each year, and couples who benefit are saving an average of $540 each year.
In its first budget, the Government introduced the Canada Child Benefit. Compared to the previous child benefit system, the new Canada Child Benefit is simpler, much more generous, and better targeted to families who need it most. The CCB is also entirely tax-free. Nine out of 10 families are receiving more in child benefits than they did under the previous system, and hundreds of thousands of children have been lifted out of poverty. A typical middle class family of four is now receiving, on average, about $2,000 more per year in support than they did in 2015, as a result of the middle class tax cut and the Canada Child Benefit.
To put more money in the pockets of low-income workers, Budget 2018 introduced the new Canada Workers Benefit (CWB). The CWB is replacing the Working Income Tax Benefit beginning in 2019, and will encourage more people to join or stay in the workforce by making the benefit more generous and more accessible.
The Government has taken action to implement changes resulting from its wide-ranging review of tax expenditures. This included measures to improve tax relief for caregivers, students, and persons with disabilities.
The Government reduced the federal small business tax rate from 10.5% in 2017 to 9% in 2019. For small businesses, compared to 2017, this means up to $7,500 in federal tax savings each year—savings that they can reinvest in purchasing new equipment, developing new products, or creating new jobs. As the Government reduced the small business rate, it took action to make sure that this low rate is not used by some to gain unfair tax advantages as the expense of others.
In the fall of 2018, the Government introduced immediate changes to Canada’s corporate tax system that will further support investment, jobs and growth in Canadian businesses, creating opportunities in communities across the country.
In each of its budgets since coming to office, the Government has taken action to improve the fairness of the tax system through measures to prevent underground economic activity, tax evasion, and aggressive tax avoidance. In Budget 2016 and Budget 2017, the Government invested about $1 billion to support the efforts of the Canada Revenue Agency in this area. These investments are expected to add over $5 billion in additional federal revenues over six years. Budget 2018 announced additional funding of $90.6 million over five years to support the CRA in its continued efforts to ensure taxpayer compliance.
The Government has also taken action to close tax loopholes that result in unfair tax advantages for some at the expense of others. More broadly, the Government has engaged with international partners on an ongoing basis to combat aggressive international tax avoidance, including through enhanced sharing of information between tax authorities.
Going forward, the Government’s tax policy agenda will continue to be guided by the objective of a fair tax system that benefits the middle class and those working hard to join it.

Question No. 2218--
Mr. Dave Van Kesteren:
With regard to the capital gains tax exemption: (a) does the government plan to reduce or remove the capital gains tax exemption; (b) what are the details of any discussions or meetings where the possibility of reducing or removing the capital gains tax exemption was discussed, including (i) date, (ii) participants and location; and (c) do any supporting documents exist about any plan to remove or reduce the capital gains tax exemption, including but not limited to, e-mails, briefing notes, memos and reports, and, if so, what are the details of such documents?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Madam Speaker, the Government of Canada is committed to ensuring that Canada’s tax system is fair, efficient, competitive, and functioning as intended to make sure that our economy is working for the middle class and all Canadians. While it would not be appropriate to speculate on future tax policy decisions, the Government’s record demonstrates that it has delivered on this commitment in many ways
One of the Government’s first actions was to raise personal income taxes on the wealthiest Canadians in order to cut taxes for the middle class. Over nine million Canadians are benefitting from the reduction of the second personal income tax rate to 20.5% from 22%. Single individuals who benefit are saving an average of $330 each year, and couples who benefit are saving an average of $540 each year.
In its first budget, the Government introduced the Canada Child Benefit. Compared to the previous child benefit system, the new Canada Child Benefit is simpler, much more generous, and better targeted to families who need it most. The CCB is also entirely tax-free. Nine out of 10 families are receiving more in child benefits than they did under the previous system, and hundreds of thousands of children have been lifted out of poverty. A typical middle class family of four is now receiving, on average, about $2,000 more per year in support than they did in 2015, as a result of the middle class tax cut and the Canada Child Benefit.
To put more money in the pockets of low-income workers, Budget 2018 introduced the new Canada Workers Benefit (CWB). The CWB is replacing the Working Income Tax Benefit beginning in 2019, and will encourage more people to join or stay in the workforce by making the benefit more generous and more accessible.
The Government has taken action to implement changes resulting from its wide-ranging review of tax expenditures. This included measures to improve tax relief for caregivers, students, and persons with disabilities.
The Government reduced the federal small business tax rate from 10.5% in 2017 to 9% in 2019. For small businesses, compared to 2017, this means up to $7,500 in federal tax savings each year—savings that they can reinvest in purchasing new equipment, developing new products, or creating new jobs. As the Government reduced the small business rate, it took action to make sure that this low rate is not used by some to gain unfair tax advantages as the expense of others.
In the fall of 2018, the Government introduced immediate changes to Canada’s corporate tax system that will further support investment, jobs and growth in Canadian businesses, creating opportunities in communities across the country.
In each of its budgets since coming to office, the Government has taken action to improve the fairness of the tax system through measures to prevent underground economic activity, tax evasion, and aggressive tax avoidance. In Budget 2016 and Budget 2017, the Government invested about $1 billion to support the efforts of the Canada Revenue Agency in this area. These investments are expected to add over $5 billion in additional federal revenues over six years. Budget 2018 announced additional funding of $90.6 million over five years to support the CRA in its continued efforts to ensure taxpayer compliance.
The Government has also taken action to close tax loopholes that result in unfair tax advantages for some at the expense of others. More broadly, the Government has engaged with international partners on an ongoing basis to combat aggressive international tax avoidance, including through enhanced sharing of information between tax authorities.
Going forward, the Government’s tax policy agenda will continue to be guided by the objective of a fair tax system that benefits the middle class and those working hard to join it.

Question No. 2229--
Ms. Brigitte Sansoucy:
With regard to the funding granted under the Investing in Canada plan, since March 2016: (a) what applications were initially approved by Infrastructure Canada officials but then rejected by the Office of the Minister of Infrastructure and Communities; and (b) what requests were initially rejected by Infrastructure Canada officials but then approved by the Office of the Minister of Infrastructure and Communities?
Response
Mr. Marco Mendicino (Parliamentary Secretary to the Minister of Infrastructure and Communities, Lib.):
Madam Speaker, with regard to the funding granted under the Investing in Canada plan, since March 2016: (a) There were no instances where an application was initially approved by Infrastructure Canada officials, but then rejected by the office of the Minister of Infrastructure and Communities.
(b) The LaHave River Straight Pipe Remediation project in Nova Scotia.

Question no 2192 --
M. John Nater:
En ce qui concerne le volet Aide aux éditeurs du Fonds du Canada pour les périodiques: quels sont les détails concernant toutes les subventions accordées par le fonds depuis le 4 novembre 2015, y compris (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la date à laquelle le financement a été reçu, (iii) le montant reçu?
Response
M. Andy Fillmore (secrétaire parlementaire du ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme, Lib.): :
Madame la Présidente, il est à noter que les renseignements demandés sont disponibles sur le site Web du gouvernement du Canada à l’adresse suivante: https://ouvert.canada.ca/fr/search/grants. Il faut d’abord ouvrir le lien; ensuite, il faut inscrire « Fonds du Canada pour les périodiques, aide aux éditeurs »; puis il faut sélectionner l’année.

Question no 2197 --
M. Larry Miller:
En ce qui concerne les propos attribués au porte-parole de la ministre du Revenu national dans le Toronto Star en janvier 2019 selon lesquels « Nous avons embauché plus de 1 300 vérificateurs »: a) combien de ces nouveaux vérificateurs s’occupent uniquement d’évasion fiscale à l’étranger; b) combien de ces nouveaux vérificateurs s’occupent uniquement d’évasion fiscale par des sociétés canadiennes; c) combien de ces nouveaux vérificateurs s’occupent uniquement d’évasion fiscale par des particuliers au Canada?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse aux parties a), b) et c) de la question, les programmes d’observation de l’ARC se concentrent sur le type ou la taille des cas d’inobservation, et les contribuables utilisent souvent les interactions entre les particuliers et les entités constituées en société pour se soustraire aux règles en matière d’observation. Cela explique qu'il est impossible de faire une distinction claire entre l'évasion fiscale des particuliers et celle des sociétés.
Voici quelques exemples: le travail lié à l’économie clandestine englobe les sociétés et les particuliers; le travail lié aux particuliers fortunés et aux autres particuliers qui participent à des stratagèmes fiscaux, ce qui comprend les particuliers qui utilisent des sociétés, des fiducies et des sociétés de personnes dans le cadre de leur planification fiscale; le travail lié aux grandes entreprises, dont la majorité sont des sociétés cotées en bourse, mais dont un nombre limité sont des fiducies, des sociétés de personnes ou des sociétés fermées; le travail lié à l’observation de la TPS/TVH, ce qui regroupe des sociétés et des entreprises individuelles; et le travail lié aux petites et moyennes entreprises, qui effectuent des transactions complexes, mais qui ne sont pas toutes constituées en société.

Question no 2198 --
M. Larry Miller:
En ce qui concerne le projet de politique sur les justes salaires: a) quel est le coût prévu de sa mise en œuvre pour les contribuables; b) quels sont les résultats des analyses de coûts réalisées par les ministères?
Response
M. Rodger Cuzner (secrétaire parlementaire de la ministre de l'Emploi, du Développement de la main d'oeuvre et du Travail, Lib.):
Madame la Présidente, le coût d’une politique de rémunération équitable sera établi en fonction de la portée et des exigences de cette dernière, des secteurs visés et du niveau de rémunération prescrit, selon le cas. Ces éléments n’ont pas encore été définis, et ils doivent en outre faire l’objet d’une décision ministérielle qui n’a pas encore été prise.

Question no 2202 --
M. Pierre Poilievre:
En ce qui concerne la TPS/TVH: a) le gouvernement compte-t-il augmenter la TPS/TVH; b) quels sont les détails entourant toute discussion ou réunions où la possibilité d'augmenter la TPS/TVH a été discutée, y compris (i) la date, (ii) les personnes présentes et le lieu; et (c) existe-t-il des documents de références qui démontrent tout plan visant à augmenter la TPS/TVH, y compris, mais sans s'y limiter, des courriels, des notes d’information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada est déterminé à assurer l’équité, l’efficience et la compétitivité du régime fiscal du Canada et à veiller à ce qu’il fonctionne comme prévu afin que l’économie du pays soit à l’oeuvre pour la classe moyenne et pour toute la population canadienne. Bien qu’il ne serait pas approprié de spéculer sur des décisions futures en matière de politique fiscale, le bilan du gouvernement montre qu’il a concrétisé cet engagement de nombreuses façons.
Premièrement, l’une des premières mesures prises par le gouvernement a été d’augmenter l’impôt sur le revenu des Canadiens les plus riches afin de réduire les impôts de la classe moyenne. Plus de neuf millions de Canadiens bénéficient de la réduction du deuxième taux d’imposition du revenu des particuliers, qui est passé de 22 % à 20,5 %. Les Canadiens sans conjoint qui en bénéficient épargnent en moyenne 330 $ chaque année, et les couples qui en bénéficient épargnent en moyenne 540 $ chaque année.
Deuxièmement, dans son premier budget, le gouvernement a instauré l’Allocation canadienne pour enfants, ou ACE. Comparativement à l’ancien régime de prestations pour les enfants, la nouvelle Allocation canadienne pour enfants est plus simple, beaucoup plus généreuse et mieux ciblée afin d’aider davantage les familles qui en ont le plus besoin. L’ACE est également entièrement libre d’impôt. Neuf familles sur dix reçoivent une somme plus élevée en prestations pour enfants qu’auparavant, et des centaines de milliers d’enfants sont sortis de la pauvreté. Une famille typique de quatre personnes de la classe moyenne reçoit actuellement, en moyenne, environ 2?000 $ de plus par an comparativement à 2015, grâce à la réduction d'impôt de la classe moyenne et à l’Allocation canadienne pour enfants.
Troisièmement, pour mettre plus d’argent dans les poches des travailleurs à faible revenu, le budget de 2018 a instauré la nouvelle Allocation canadienne pour les travailleurs, ou ACT. L’ACT remplacera la Prestation fiscale pour le revenu de travail à compter de 2019 et encouragera un plus grand nombre de personnes à entrer sur le marché du travail ou à y demeurer en rendant la prestation plus généreuse et plus accessible.
Quatrièmement, le gouvernement a pris des mesures pour mettre en œuvre les changements découlant de son vaste examen des dépenses fiscales. Il s’agissait notamment de mesures visant à améliorer le crédit d’impôt pour les aidants naturels, les étudiants et les personnes handicapées.
Cinquièmement, le gouvernement a réduit le taux d’imposition fédéral des petites entreprises, de 10,5 % en 2017, à 9 % en 2019. Pour les petites entreprises, par rapport à 2017, cela signifie jusqu’à 7?500 $ d’économies d’impôt fédéral chaque année — des économies qu’elles peuvent réinvestir dans l’achat de nouvel équipement, le développement de nouveaux produits ou la création de nouveaux emplois. En réduisant le taux d’imposition des petites entreprises, le gouvernement a pris des mesures pour s’assurer que certains n’utilisent pas ce taux peu élevé pour obtenir des avantages fiscaux inéquitables, au détriment des autres.
Sixièmement, à l’automne 2018, le gouvernement a apporté des changements immédiats au système canadien d’imposition sur le revenu des sociétés afin de soutenir davantage l’investissement, l’emploi et la croissance des entreprises canadiennes et de créer des possibilités dans les communautés partout au pays.
Septièmement, dans chacun de ses budgets depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a pris des mesures pour améliorer l’équité du régime fiscal au moyen de mesures visant à prévenir l’activité économique clandestine, l’évasion fiscale et l’évitement fiscal massif. Dans les budgets de 2016 et de 2017, le gouvernement a investi environ 1 milliard de dollars pour appuyer les efforts de l’Agence du revenu du Canada dans ce domaine. Il est prévu que ces investissements accroîtront de plus de 5 milliards de dollars les recettes fédérales sur une période de six ans. Le budget de 2018 a annoncé un financement supplémentaire de 90,6 millions de dollars, sur cinq ans, pour appuyer l’ARC dans ses efforts constants pour assurer la conformité des contribuables.
Huitièmement, le gouvernement a également pris des mesures pour éliminer les échappatoires fiscales qui se traduisent par des avantages fiscaux inéquitables pour certains au détriment des autres. D’une manière plus générale, le gouvernement s’est engagé de façon permanente avec des partenaires internationaux à lutter contre l’évitement fiscal international abusif, y compris en améliorant l’échange de renseignements entre administrations fiscales.
À l’avenir, le programme du gouvernement en matière de politique fiscale continuera d’être guidé par l’objectif d’un régime fiscal équitable qui profite à la classe moyenne et à ceux qui travaillent fort pour en faire partie.

Question no 2203 --
M. Pierre Poilievre:
En ce qui concerne les taux d'imposition sur le revenu des particuliers: a) le gouvernement entend-il augmenter les taux d’imposition sur le revenu des particuliers; b) quels sont les détails de toute discussion ou réunion où la possibilité d’augmenter les taux d’imposition sur le revenu des particuliers a été discutée, y compris (i) la date, (ii) les personnes présentes et le lieu; c) existe-t-il des documents de référence qui démontrent tout plan visant à augmenter les taux d’imposition sur le revenu des particuliers, y compris, mais sans s'y limiter, des courriels, des notes d’information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada est déterminé à assurer l’équité, l’efficience et la compétitivité du régime fiscal du Canada et à veiller à ce qu’il fonctionne comme prévu afin que l’économie du pays soit à l’œuvre pour la classe moyenne et pour toute la population canadienne. Bien qu’il ne serait pas approprié de spéculer sur des décisions futures en matière de politique fiscale, le bilan du gouvernement montre qu’il a concrétisé cet engagement de nombreuses façons.
Premièrement, l’une des premières mesures prises par le gouvernement a été d’augmenter l’impôt sur le revenu des Canadiens les plus riches afin de réduire les impôts de la classe moyenne. Plus de neuf millions de Canadiens bénéficient de la réduction du deuxième taux d’imposition du revenu des particuliers, qui est passé de 22 % à 20,5 %. Les Canadiens sans conjoint qui en bénéficient épargnent en moyenne 330 $ chaque année, et les couples qui en bénéficient épargnent en moyenne 540 $ chaque année.
Deuxièmement, dans son premier budget, le gouvernement a instauré l’Allocation canadienne pour enfants, ou ACE. Comparativement à l’ancien régime de prestations pour les enfants, la nouvelle Allocation canadienne pour enfants est plus simple, beaucoup plus généreuse et mieux ciblée afin d’aider davantage les familles qui en ont le plus besoin. L’ACE est également entièrement libre d’impôt. Neuf familles sur dix reçoivent une somme plus élevée en prestations pour enfants qu’auparavant, et des centaines de milliers d’enfants sont sortis de la pauvreté. Une famille typique de quatre personnes de la classe moyenne reçoit actuellement, en moyenne, environ 2?000 $ de plus par an comparativement à 2015, grâce à la réduction d'impôt de la classe moyenne et à l’Allocation canadienne pour enfants.
Troisièmement, pour mettre plus d’argent dans les poches des travailleurs à faible revenu, le budget de 2018 a instauré la nouvelle Allocation canadienne pour les travailleurs, ou ACT. L’ACT remplacera la Prestation fiscale pour le revenu de travail à compter de 2019 et encouragera un plus grand nombre de personnes à entrer sur le marché du travail ou à y demeurer en rendant la prestation plus généreuse et plus accessible.
Quatrièmement, le gouvernement a pris des mesures pour mettre en œuvre les changements découlant de son vaste examen des dépenses fiscales. Il s’agissait notamment de mesures visant à améliorer le crédit d’impôt pour les aidants naturels, les étudiants et les personnes handicapées.
Cinquièmement, le gouvernement a réduit le taux d’imposition fédéral des petites entreprises, de 10,5 % en 2017, à 9 % en 2019. Pour les petites entreprises, par rapport à 2017, cela signifie jusqu’à 7?500 $ d’économies d’impôt fédéral chaque année — des économies qu’elles peuvent réinvestir dans l’achat de nouvel équipement, le développement de nouveaux produits ou la création de nouveaux emplois. En réduisant le taux d’imposition des petites entreprises, le gouvernement a pris des mesures pour s’assurer que certains n’utilisent pas ce taux peu élevé pour obtenir des avantages fiscaux inéquitables, au détriment des autres.
Sixièmement, à l’automne 2018, le gouvernement a apporté des changements immédiats au système canadien d’imposition sur le revenu des sociétés afin de soutenir davantage l’investissement, l’emploi et la croissance des entreprises canadiennes et de créer des possibilités dans les communautés partout au pays.
Septièmement, dans chacun de ses budgets depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a pris des mesures pour améliorer l’équité du régime fiscal au moyen de mesures visant à prévenir l’activité économique clandestine, l’évasion fiscale et l’évitement fiscal massif. Dans les budgets de 2016 et de 2017, le gouvernement a investi environ 1 milliard de dollars pour appuyer les efforts de l’Agence du revenu du Canada dans ce domaine. Il est prévu que ces investissements accroîtront de plus de 5 milliards de dollars les recettes fédérales sur une période de six ans. Le budget de 2018 a annoncé un financement supplémentaire de 90,6 millions de dollars, sur cinq ans, pour appuyer l’ARC dans ses efforts constants pour assurer la conformité des contribuables.
Huitièmement, le gouvernement a également pris des mesures pour éliminer les échappatoires fiscales qui se traduisent par des avantages fiscaux inéquitables pour certains au détriment des autres. D’une manière plus générale, le gouvernement s’est engagé de façon permanente avec des partenaires internationaux à lutter contre l’évitement fiscal international abusif, y compris en améliorant l’échange de renseignements entre administrations fiscales.
À l’avenir, le programme du gouvernement en matière de politique fiscale continuera d’être guidé par l’objectif d’un régime fiscal équitable qui profite à la classe moyenne et à ceux qui travaillent fort pour en faire partie.

Question no 2204 --
M. Pierre Poilievre:
En ce qui concerne le taux d’imposition des petites entreprises: a) le gouvernement compte-t-il hausser ou rétablir le taux d’imposition des petites entreprises; b) quels sont les détails de toute discussion ou réunion sur la possibilité de hausser ou de rétablir le taux d’imposition des petites entreprises, y compris (i) la date, (ii) les personnes présentes et le lieu; c) existe-t-il des documents de référence qui démontrent tout plan visant à hausser le taux d’imposition des petites entreprises, y compris, mais sans s'y limiter, des courriels, des notes d’information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada est déterminé à assurer l’équité, l’efficience et la compétitivité du régime fiscal du Canada et à veiller à ce qu’il fonctionne comme prévu afin que l’économie du pays soit à l’œuvre pour la classe moyenne et pour toute la population canadienne. Bien qu’il ne serait pas approprié de spéculer sur des décisions futures en matière de politique fiscale, le bilan du gouvernement montre qu’il a concrétisé cet engagement de nombreuses façons.
Premièrement, l’une des premières mesures prises par le gouvernement a été d’augmenter l’impôt sur le revenu des Canadiens les plus riches afin de réduire les impôts de la classe moyenne. Plus de neuf millions de Canadiens bénéficient de la réduction du deuxième taux d’imposition du revenu des particuliers, qui est passé de 22 % à 20,5 %. Les Canadiens sans conjoint qui en bénéficient épargnent en moyenne 330 $ chaque année, et les couples qui en bénéficient épargnent en moyenne 540 $ chaque année.
Deuxièmement, dans son premier budget, le gouvernement a instauré l’Allocation canadienne pour enfants, ou ACE. Comparativement à l’ancien régime de prestations pour les enfants, la nouvelle Allocation canadienne pour enfants est plus simple, beaucoup plus généreuse et mieux ciblée afin d’aider davantage les familles qui en ont le plus besoin. L’ACE est également entièrement libre d’impôt. Neuf familles sur dix reçoivent une somme plus élevée en prestations pour enfants qu’auparavant, et des centaines de milliers d’enfants sont sortis de la pauvreté. Une famille typique de quatre personnes de la classe moyenne reçoit actuellement, en moyenne, environ 2?000 $ de plus par an comparativement à 2015, grâce à la réduction d'impôt de la classe moyenne et à l’Allocation canadienne pour enfants.
Troisièmement, pour mettre plus d’argent dans les poches des travailleurs à faible revenu, le budget de 2018 a instauré la nouvelle Allocation canadienne pour les travailleurs, ou ACT. L’ACT remplacera la Prestation fiscale pour le revenu de travail à compter de 2019 et encouragera un plus grand nombre de personnes à entrer sur le marché du travail ou à y demeurer en rendant la prestation plus généreuse et plus accessible.
Quatrièmement, le gouvernement a pris des mesures pour mettre en œuvre les changements découlant de son vaste examen des dépenses fiscales. Il s’agissait notamment de mesures visant à améliorer le crédit d’impôt pour les aidants naturels, les étudiants et les personnes handicapées.
Cinquièmement, le gouvernement a réduit le taux d’imposition fédéral des petites entreprises, de 10,5 % en 2017, à 9 % en 2019. Pour les petites entreprises, par rapport à 2017, cela signifie jusqu’à 7?500 $ d’économies d’impôt fédéral chaque année — des économies qu’elles peuvent réinvestir dans l’achat de nouvel équipement, le développement de nouveaux produits ou la création de nouveaux emplois. En réduisant le taux d’imposition des petites entreprises, le gouvernement a pris des mesures pour s’assurer que certains n’utilisent pas ce taux peu élevé pour obtenir des avantages fiscaux inéquitables, au détriment des autres.
Sixièmement, à l’automne 2018, le gouvernement a apporté des changements immédiats au système canadien d’imposition sur le revenu des sociétés afin de soutenir davantage l’investissement, l’emploi et la croissance des entreprises canadiennes et de créer des possibilités dans les communautés partout au pays.
Septièmement, dans chacun de ses budgets depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a pris des mesures pour améliorer l’équité du régime fiscal au moyen de mesures visant à prévenir l’activité économique clandestine, l’évasion fiscale et l’évitement fiscal massif. Dans les budgets de 2016 et de 2017, le gouvernement a investi environ 1 milliard de dollars pour appuyer les efforts de l’Agence du revenu du Canada dans ce domaine. Il est prévu que ces investissements accroîtront de plus de 5 milliards de dollars les recettes fédérales sur une période de six ans. Le budget de 2018 a annoncé un financement supplémentaire de 90,6 millions de dollars, sur cinq ans, pour appuyer l’ARC dans ses efforts constants pour assurer la conformité des contribuables
Huitièmement, le gouvernement a également pris des mesures pour éliminer les échappatoires fiscales qui se traduisent par des avantages fiscaux inéquitables pour certains au détriment des autres. D’une manière plus générale, le gouvernement s’est engagé de façon permanente avec des partenaires internationaux à lutter contre l’évitement fiscal international abusif, y compris en améliorant l’échange de renseignements entre administrations fiscales.
À l’avenir, le programme du gouvernement en matière de politique fiscale continuera d’être guidé par l’objectif d’un régime fiscal équitable qui profite à la classe moyenne et à ceux qui travaillent fort pour en faire partie.

Question no 2205 --
M. Colin Carrie:
En ce qui concerne la déduction accordée aux petites entreprises: a) le gouvernement compte-t-il éliminer la déduction accordée aux petites entreprises; b) quels sont les détails de toute discussion ou réunion sur la possibilité d'éliminer la déduction accordée aux petites entreprises, y compris (i) la date, (ii) les personnes présentes et le lieu; c) existe-t-il des documents de référence qui démontrent tout plan visant à éliminer la déduction accordée aux petites entreprises, y compris, mais sans s'y limiter, des courriels, des notes d’information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada est déterminé à assurer l’équité, l’efficience et la compétitivité du régime fiscal du Canada et à veiller à ce qu’il fonctionne comme prévu afin que l’économie du pays soit à l’œuvre pour la classe moyenne et pour toute la population canadienne. Bien qu’il ne serait pas approprié de spéculer sur des décisions futures en matière de politique fiscale, le bilan du gouvernement montre qu’il a concrétisé cet engagement de nombreuses façons.
Premièrement, l’une des premières mesures prises par le gouvernement a été d’augmenter l’impôt sur le revenu des Canadiens les plus riches afin de réduire les impôts de la classe moyenne. Plus de neuf millions de Canadiens bénéficient de la réduction du deuxième taux d’imposition du revenu des particuliers, qui est passé de 22 % à 20,5 %. Les Canadiens sans conjoint qui en bénéficient épargnent en moyenne 330 $ chaque année, et les couples qui en bénéficient épargnent en moyenne 540 $ chaque année.
Deuxièmement, dans son premier budget, le gouvernement a instauré l’Allocation canadienne pour enfants, ou ACE. Comparativement à l’ancien régime de prestations pour les enfants, la nouvelle Allocation canadienne pour enfants est plus simple, beaucoup plus généreuse et mieux ciblée afin d’aider davantage les familles qui en ont le plus besoin. L’ACE est également entièrement libre d’impôt. Neuf familles sur dix reçoivent une somme plus élevée en prestations pour enfants qu’auparavant, et des centaines de milliers d’enfants sont sortis de la pauvreté. Une famille typique de quatre personnes de la classe moyenne reçoit actuellement, en moyenne, environ 2?000 $ de plus par an comparativement à 2015, grâce à la réduction d'impôt de la classe moyenne et à l’Allocation canadienne pour enfants.
Troisièmement, pour mettre plus d’argent dans les poches des travailleurs à faible revenu, le budget de 2018 a instauré la nouvelle Allocation canadienne pour les travailleurs, ou ACT. L’ACT remplacera la Prestation fiscale pour le revenu de travail à compter de 2019 et encouragera un plus grand nombre de personnes à entrer sur le marché du travail ou à y demeurer en rendant la prestation plus généreuse et plus accessible.
Quatrièmement, le gouvernement a pris des mesures pour mettre en œuvre les changements découlant de son vaste examen des dépenses fiscales. Il s’agissait notamment de mesures visant à améliorer le crédit d’impôt pour les aidants naturels, les étudiants et les personnes handicapées.
Cinquièmement, le gouvernement a réduit le taux d’imposition fédéral des petites entreprises, de 10,5 % en 2017, à 9 % en 2019. Pour les petites entreprises, par rapport à 2017, cela signifie jusqu’à 7?500 $ d’économies d’impôt fédéral chaque année — des économies qu’elles peuvent réinvestir dans l’achat de nouvel équipement, le développement de nouveaux produits ou la création de nouveaux emplois. En réduisant le taux d’imposition des petites entreprises, le gouvernement a pris des mesures pour s’assurer que certains n’utilisent pas ce taux peu élevé pour obtenir des avantages fiscaux inéquitables, au détriment des autres.
Sixièmement, à l’automne 2018, le gouvernement a apporté des changements immédiats au système canadien d’imposition sur le revenu des sociétés afin de soutenir davantage l’investissement, l’emploi et la croissance des entreprises canadiennes et de créer des possibilités dans les communautés partout au pays.
Septièmement, dans chacun de ses budgets depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a pris des mesures pour améliorer l’équité du régime fiscal au moyen de mesures visant à prévenir l’activité économique clandestine, l’évasion fiscale et l’évitement fiscal massif. Dans les budgets de 2016 et de 2017, le gouvernement a investi environ 1 milliard de dollars pour appuyer les efforts de l’Agence du revenu du Canada dans ce domaine. Il est prévu que ces investissements accroîtront de plus de 5 milliards de dollars les recettes fédérales sur une période de six ans. Le budget de 2018 a annoncé un financement supplémentaire de 90,6 millions de dollars, sur cinq ans, pour appuyer l’ARC dans ses efforts constants pour assurer la conformité des contribuables
Huitièmement, le gouvernement a également pris des mesures pour éliminer les échappatoires fiscales qui se traduisent par des avantages fiscaux inéquitables pour certains au détriment des autres. D’une manière plus générale, le gouvernement s’est engagé de façon permanente avec des partenaires internationaux à lutter contre l’évitement fiscal international abusif, y compris en améliorant l’échange de renseignements entre administrations fiscales.
À l’avenir, le programme du gouvernement en matière de politique fiscale continuera d’être guidé par l’objectif d’un régime fiscal équitable qui profite à la classe moyenne et à ceux qui travaillent fort pour en faire partie

Question no 2206--
M. Colin Carrie:
En ce qui concerne les taux d'imposition des sociétés: a) le gouvernement compte-t-il augmenter les taux d'imposition des sociétés; b) quels sont les détails de toute discussion ou réunion sur la possibilité d'augmenter les taux d'imposition des sociétés, y compris (i) la date, (ii) les personnes présentes et le lieu; c) existe-t-il des documents de référence qui démontrent tout plan visant à augmenter les taux d'imposition des sociétés, y compris, mais sans s'y limiter, des courriels, des notes d’information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada est déterminé à assurer l’équité, l’efficience et la compétitivité du régime fiscal du Canada et à veiller à ce qu’il fonctionne comme prévu afin que l’économie du pays soit à l’œuvre pour la classe moyenne et pour toute la population canadienne. Bien qu’il ne serait pas approprié de spéculer sur des décisions futures en matière de politique fiscale, le bilan du gouvernement montre qu’il a concrétisé cet engagement de nombreuses façons.
Premièrement, l’une des premières mesures prises par le gouvernement a été d’augmenter l’impôt sur le revenu des Canadiens les plus riches afin de réduire les impôts de la classe moyenne. Plus de neuf millions de Canadiens bénéficient de la réduction du deuxième taux d’imposition du revenu des particuliers, qui est passé de 22 % à 20,5 %. Les Canadiens sans conjoint qui en bénéficient épargnent en moyenne 330 $ chaque année, et les couples qui en bénéficient épargnent en moyenne 540 $ chaque année.
Deuxièmement, dans son premier budget, le gouvernement a instauré l’Allocation canadienne pour enfants, ou ACE. Comparativement à l’ancien régime de prestations pour les enfants, la nouvelle Allocation canadienne pour enfants est plus simple, beaucoup plus généreuse et mieux ciblée afin d’aider davantage les familles qui en ont le plus besoin. L’ACE est également entièrement libre d’impôt. Neuf familles sur dix reçoivent une somme plus élevée en prestations pour enfants qu’auparavant, et des centaines de milliers d’enfants sont sortis de la pauvreté. Une famille typique de quatre personnes de la classe moyenne reçoit actuellement, en moyenne, environ 2?000 $ de plus par an comparativement à 2015, grâce à la réduction d'impôt de la classe moyenne et à l’Allocation canadienne pour enfants.
Troisièmement, pour mettre plus d’argent dans les poches des travailleurs à faible revenu, le budget de 2018 a instauré la nouvelle Allocation canadienne pour les travailleurs, ou ACT. L’ACT remplacera la Prestation fiscale pour le revenu de travail à compter de 2019 et encouragera un plus grand nombre de personnes à entrer sur le marché du travail ou à y demeurer en rendant la prestation plus généreuse et plus accessible.
Quatrièmement, le gouvernement a pris des mesures pour mettre en œuvre les changements découlant de son vaste examen des dépenses fiscales. Il s’agissait notamment de mesures visant à améliorer le crédit d’impôt pour les aidants naturels, les étudiants et les personnes handicapées.
Cinquièmement, le gouvernement a réduit le taux d’imposition fédéral des petites entreprises, de 10,5 % en 2017, à 9 % en 2019. Pour les petites entreprises, par rapport à 2017, cela signifie jusqu’à 7?500 $ d’économies d’impôt fédéral chaque année — des économies qu’elles peuvent réinvestir dans l’achat de nouvel équipement, le développement de nouveaux produits ou la création de nouveaux emplois. En réduisant le taux d’imposition des petites entreprises, le gouvernement a pris des mesures pour s’assurer que certains n’utilisent pas ce taux peu élevé pour obtenir des avantages fiscaux inéquitables, au détriment des autres.
Sixièmement, à l’automne 2018, le gouvernement a apporté des changements immédiats au système canadien d’imposition sur le revenu des sociétés afin de soutenir davantage l’investissement, l’emploi et la croissance des entreprises canadiennes et de créer des possibilités dans les communautés partout au pays.
Septièmement, dans chacun de ses budgets depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a pris des mesures pour améliorer l’équité du régime fiscal au moyen de mesures visant à prévenir l’activité économique clandestine, l’évasion fiscale et l’évitement fiscal massif. Dans les budgets de 2016 et de 2017, le gouvernement a investi environ 1 milliard de dollars pour appuyer les efforts de l’Agence du revenu du Canada dans ce domaine. Il est prévu que ces investissements accroîtront de plus de 5 milliards de dollars les recettes fédérales sur une période de six ans. Le budget de 2018 a annoncé un financement supplémentaire de 90,6 millions de dollars, sur cinq ans, pour appuyer l’ARC dans ses efforts constants pour assurer la conformité des contribuables.
Huitièmement, le gouvernement a également pris des mesures pour éliminer les échappatoires fiscales qui se traduisent par des avantages fiscaux inéquitables pour certains au détriment des autres. D’une manière plus générale, le gouvernement s’est engagé de façon permanente avec des partenaires internationaux à lutter contre l’évitement fiscal international abusif, y compris en améliorant l’échange de renseignements entre administrations fiscales.
À l’avenir, le programme du gouvernement en matière de politique fiscale continuera d’être guidé par l’objectif d’un régime fiscal équitable qui profite à la classe moyenne et à ceux qui travaillent fort pour en faire partie.

Question no 2207 --
M. Bob Saroya:
En ce qui concerne les cotisations à l’assurance-emploi (AE): a) le gouvernement compte-t-il augmenter les cotisations à l'AE; b) quels sont les détails de toute discussion ou réunion sur la possibilité d'augmenter les cotisations à l'AE, y compris (i) la date, (ii) les personnes présentes et le lieu; c) existe-t-il des documents de référence qui démontrent tout plan visant à augmenter les cotisations à l'AE, y compris, mais sans s'y limiter, des courriels, des notes d’information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Adam Vaughan (secrétaire parlementaire du ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse à la partie a) de la question, le gouvernement du Canada ne fixe pas le taux de cotisation à l’assurance-emploi. Le taux de cotisation à l’assurance-emploi est fixé par la Commission de l’assurance-emploi du Canada selon un mécanisme assurant l’équilibre sur une période de sept ans, basé sur les prévisions et les estimations de l’actuaire principale de l’assurance-emploi. Ce taux vise à assurer un solde cumulatif de zéro dans le Compte des opérations de l’assurance-emploi sur une période de sept ans.
Conformément à la loi, le taux de cotisation à l’assurance-emploi pour 2020 sera annoncé au plus tard le 14 septembre 2019 et tiendra compte de toute nouvelle initiative en matière d’assurance-emploi annoncée d’ici le 22 juillet 2019, ainsi que des projections d’indicateur économiques clés.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, le gouvernement du Canada ne fixe pas le taux de cotisation à l’assurance-emploi. Le taux de cotisation à l’assurance-emploi est fixé par la Commission de l’assurance-emploi du Canada.
Les cotisations à l’assurance-emploi sont fixées selon un mécanisme transparent qui assure que les taux de cotisation demeurent stables et que les revenus qui s’y rattachent sont utilisés seulement pour financer les dépenses du régime de l’assurance-emploi. Pour calculer le taux assurant l’équilibre sur une période de sept ans, l’actuaire se fie aux informations fournies par le ministre d’EDSC sur les frais d’administration prévus, les dépenses prévues en vertu de la partie II de la Loi sur l’assurance-emploi, les coûts de nouvelles mesures ou de mesures temporaires et le solde du Compte des opérations de l’assurance-emploi le plus récent. Le ministre des Finances fournit l’information comprenant les prévisions les plus récentes liées aux variables économiques pertinentes pour l’élaboration des prévisions et des estimations actuarielles pour le compte d’assurance-emploi.
Enfin, en ce qui a trait à la partie c) de la question, le gouvernement du Canada ne fixe pas le taux de cotisation à l’assurance-emploi. Le taux de cotisation à l’assurance-emploi est fixé par la Commission de l’assurance-emploi du Canada.

Question no 2208 --
M. Bob Saroya:
En ce qui concerne les cotisations au Régime de pensions du Canada: a) le gouvernement compte-t-il augmenter les cotisations au Régime de pensions du Canada; b) quels sont les détails de toute discussion ou réunion sur la possibilité d'augmenter les cotisations au Régime de pensions du Canada, y compris (i) la date, (ii) les personnes présentes et le lieu; c) existe-t-il des documents de référence qui démontrent tout plan visant à augmenter les cotisations au Régime de pensions du Canada, y compris, mais sans s'y limiter, des courriels, des notes d’information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement collabore avec les provinces et les territoires en vue de bonifier le Régime de pensions du Canada, ou RPC, afin de s’assurer que les futures générations de Canadiennes et de Canadiens peuvent compter sur un régime de pensions public solide au cours de leur retraite. Le 21 décembre 2015, les ministres des Finances du Canada se sont réunis à Ottawa et ont convenu de lancer des discussions sur une bonification modeste, entièrement capitalisée et progressive du RPC. Ces discussions comprennent des enjeux tels que les répercussions sur les taux de cotisation. Après des mois de collaboration avec les provinces et les territoires, les ministres des Finances se sont réunis à Vancouver le 20 juin 2016 et se sont entendus sur un accord de principe pour élargir les fourchettes du RPC à compter du 1er janvier 2019, qui permettrait: d’augmenter le taux de remplacement du revenu pour le faire passer du quart au tiers des gains ouvrant droit à pension; et d’augmenter de 14 % le montant maximal du revenu cotisable au RPC.
Pour faire en sorte que ces changements soient abordables pour les entreprises et les Canadiens, l’accord comportait trois mesures: l’instauration d’une longue période de mise en oeuvre progressive de sept ans à compter du 1er janvier 2019, qui accordera aux entreprises un délai d’adaptation plus long; l’augmentation de l’Allocation canadienne pour les travailleurs afin de compenser l’incidence des cotisations accrues sur les travailleurs à faible revenu; et l’offre d’une déduction d’impôt – plutôt que d’un crédit d’impôt – pour les cotisations des employés associées à la partie bonifiée du RPC afin d’éviter une hausse du coût après impôt de la réserve pour les Canadiens.
Un communiqué de presse fournissait l’accord signé par les ministres fédéral et provinciaux ainsi qu’un document d’information sur l’accord de principe sur la bonification du RPC.
Avant le dépôt de la législation fédérale mettant en oeuvre l’accord de principe, le projet de loi C-26, le gouvernement a publié un document technique détaillé résumant l’analyse économique et stratégique et donnant plus de renseignements sur la conception de la bonification du RPC. De plus, et comme l’exige la loi, l’actuaire en chef du Canada a préparé un rapport évaluant la viabilité financière des changements législatifs du projet de loi C-26 ainsi que d’autres incidences en matière de financement découlant de ces changements. Le rapport de l’actuaire en chef a confirmé la viabilité de la bonification du RPC aux taux de cotisation législatifs prévus au projet de loi C-26.
On peut également consulter les documents suivants: le communiqué de presse de la réunion des ministres des Finances de décembre 2015, à l’adresse https://www.fin.gc.ca/n15/15-089-fra.asp; Communiqué presse de la réunion des ministres des Finances de juin 2016, à l’adresse https://www.fin.gc.ca/n16/16-081-fra.asp; un document d’information sur la bonification du Régime de pensions du Canada, à l’adresse https://www.fin.gc.ca/n16/data/16-113_3-fra.asp; le 28e Rapport actuariel sur le Régime de pensions du Canada, à l’adresse http://www.osfi-bsif.gc.ca/fra/Docs/CPP28.pdf; le communiqué de presse sur la législation de bonification du Régime de pensions du Canada en ce qui concerne le projet de loi C-26, à l’adresse https://www.fin.gc.ca/n17/17-010-fra.asp; le communiqué de presse annonçant que le Manitoba consent à la bonification du Régime de pensions du Canada, à l’adresse https://www.fin.gc.ca/n16/16-088-fra.asp; et le projet de loi no 149, Loi bonifiant le régime de rentes du Québec, à l’adresse http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/projets-loi/projet-loi-149-41-1.html?appelant=MC.

Question no 2212 --
M. Kerry Diotte:
En ce qui concerne un impôt fédéral sur la spéculation immobilière: a) le gouvernement prévoit-il mettre en œuvre un tel impôt; b) quels sont les détails de toute discussion ou réunion sur la possibilité de mettre en œuvre un impôt fédéral sur la spéculation immobilière, y compris (i) la date, (ii) les participants et le lieu; c) existe-t-il des documents de référence qui démontrent tout plan de mettre en œuvre un impôt fédéral sur la spéculation immobilière, y compris, mais sans s’y limiter, des courriels, des notes d’information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada est déterminé à assurer l’équité, l’efficience et la compétitivité du régime fiscal du Canada et à veiller à ce qu’il fonctionne comme prévu afin que l’économie du pays soit à l’œuvre pour la classe moyenne et pour toute la population canadienne. Bien qu’il ne serait pas approprié de spéculer sur des décisions futures en matière de politique fiscale, le bilan du gouvernement montre qu’il a concrétisé cet engagement de nombreuses façons.
Premièrement, l’une des premières mesures prises par le gouvernement a été d’augmenter l’impôt sur le revenu des Canadiens les plus riches afin de réduire les impôts de la classe moyenne. Plus de neuf millions de Canadiens bénéficient de la réduction du deuxième taux d’imposition du revenu des particuliers, qui est passé de 22 % à 20,5 %. Les Canadiens sans conjoint qui en bénéficient épargnent en moyenne 330 $ chaque année, et les couples qui en bénéficient épargnent en moyenne 540 $ chaque année.
Deuxièmement, dans son premier budget, le gouvernement a instauré l’Allocation canadienne pour enfants, ou ACE. Comparativement à l’ancien régime de prestations pour les enfants, la nouvelle Allocation canadienne pour enfants est plus simple, beaucoup plus généreuse et mieux ciblée afin d’aider davantage les familles qui en ont le plus besoin. L’ACE est également entièrement libre d’impôt. Neuf familles sur dix reçoivent une somme plus élevée en prestations pour enfants qu’auparavant, et des centaines de milliers d’enfants sont sortis de la pauvreté. Une famille typique de quatre personnes de la classe moyenne reçoit actuellement, en moyenne, environ 2?000 $ de plus par an comparativement à 2015, grâce à la réduction d'impôt de la classe moyenne et à l’Allocation canadienne pour enfants.
Troisièmement, pour mettre plus d’argent dans les poches des travailleurs à faible revenu, le budget de 2018 a instauré la nouvelle Allocation canadienne pour les travailleurs, ou ACT. L’ACT remplacera la Prestation fiscale pour le revenu de travail à compter de 2019 et encouragera un plus grand nombre de personnes à entrer sur le marché du travail ou à y demeurer en rendant la prestation plus généreuse et plus accessible.
Quatrièmement, le gouvernement a pris des mesures pour mettre en œuvre les changements découlant de son vaste examen des dépenses fiscales. Il s’agissait notamment de mesures visant à améliorer le crédit d’impôt pour les aidants naturels, les étudiants et les personnes handicapées.
Cinquièmement, le gouvernement a réduit le taux d’imposition fédéral des petites entreprises, de 10,5 % en 2017, à 9 % en 2019. Pour les petites entreprises, par rapport à 2017, cela signifie jusqu’à 7?500 $ d’économies d’impôt fédéral chaque année — des économies qu’elles peuvent réinvestir dans l’achat de nouvel équipement, le développement de nouveaux produits ou la création de nouveaux emplois. En réduisant le taux d’imposition des petites entreprises, le gouvernement a pris des mesures pour s’assurer que certains n’utilisent pas ce taux peu élevé pour obtenir des avantages fiscaux inéquitables, au détriment des autres.
Sixièmement, à l’automne 2018, le gouvernement a apporté des changements immédiats au système canadien d’imposition sur le revenu des sociétés afin de soutenir davantage l’investissement, l’emploi et la croissance des entreprises canadiennes et de créer des possibilités dans les communautés partout au pays.
Septièmement, dans chacun de ses budgets depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a pris des mesures pour améliorer l’équité du régime fiscal au moyen de mesures visant à prévenir l’activité économique clandestine, l’évasion fiscale et l’évitement fiscal massif. Dans les budgets de 2016 et de 2017, le gouvernement a investi environ 1 milliard de dollars pour appuyer les efforts de l’Agence du revenu du Canada dans ce domaine. Il est prévu que ces investissements accroîtront de plus de 5 milliards de dollars les recettes fédérales sur une période de six ans. Le budget de 2018 a annoncé un financement supplémentaire de 90,6 millions de dollars, sur cinq ans, pour appuyer l’ARC dans ses efforts constants pour assurer la conformité des contribuables.
Huitièmement, le gouvernement a également pris des mesures pour éliminer les échappatoires fiscales qui se traduisent par des avantages fiscaux inéquitables pour certains au détriment des autres. D’une manière plus générale, le gouvernement s’est engagé de façon permanente avec des partenaires internationaux à lutter contre l’évitement fiscal international abusif, y compris en améliorant l’échange de renseignements entre administrations fiscales.
À l’avenir, le programme du gouvernement en matière de politique fiscale continuera d’être guidé par l’objectif d’un régime fiscal équitable qui profite à la classe moyenne et à ceux qui travaillent fort pour en faire partie

Question no 2213 --
M. Kerry Diotte:
En ce qui concerne la taxe fédérale sur le carbone ou le prix sur le carbone: a) le gouvernement compte-t-il hausser la taxe fédérale sur le carbone ou le prix sur le carbone au-delà de 50 $ par tonne d’émissions; b) quels sont les détails de toute discussion ou réunion sur la possibilité de hausser la taxe fédérale sur le carbone ou le prix sur le carbone au-delà de 50 $ par tonne d’émissions, y compris (i) la date, (ii) les participants et le lieu; c) existe-t-il des documents de référence qui démontrent tout plan visant à hausser la taxe fédérale sur le carbone ou le prix sur le carbone au-delà de 50 $ par tonne d’émissions, y compris, mais sans s'y limiter, des courriels, des notes d’information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada est déterminé à assurer l’équité, l’efficience et la compétitivité du régime fiscal du Canada et à veiller à ce qu’il fonctionne comme prévu afin que l’économie du pays soit à l’œuvre pour la classe moyenne et pour toute la population canadienne. Bien qu’il ne serait pas approprié de spéculer sur des décisions futures en matière de politique fiscale, le bilan du gouvernement montre qu’il a concrétisé cet engagement de nombreuses façons.
Premièrement, l’une des premières mesures prises par le gouvernement a été d’augmenter l’impôt sur le revenu des Canadiens les plus riches afin de réduire les impôts de la classe moyenne. Plus de neuf millions de Canadiens bénéficient de la réduction du deuxième taux d’imposition du revenu des particuliers, qui est passé de 22 % à 20,5 %. Les Canadiens sans conjoint qui en bénéficient épargnent en moyenne 330 $ chaque année, et les couples qui en bénéficient épargnent en moyenne 540 $ chaque année.
Deuxièmement, dans son premier budget, le gouvernement a instauré l’Allocation canadienne pour enfants, ou ACE. Comparativement à l’ancien régime de prestations pour les enfants, la nouvelle Allocation canadienne pour enfants est plus simple, beaucoup plus généreuse et mieux ciblée afin d’aider davantage les familles qui en ont le plus besoin. L’ACE est également entièrement libre d’impôt. Neuf familles sur dix reçoivent une somme plus élevée en prestations pour enfants qu’auparavant, et des centaines de milliers d’enfants sont sortis de la pauvreté. Une famille typique de quatre personnes de la classe moyenne reçoit actuellement, en moyenne, environ 2?000 $ de plus par an comparativement à 2015, grâce à la réduction d'impôt de la classe moyenne et à l’Allocation canadienne pour enfants.
Troisièmement, pour mettre plus d’argent dans les poches des travailleurs à faible revenu, le budget de 2018 a instauré la nouvelle Allocation canadienne pour les travailleurs, ou ACT. L’ACT remplacera la Prestation fiscale pour le revenu de travail à compter de 2019 et encouragera un plus grand nombre de personnes à entrer sur le marché du travail ou à y demeurer en rendant la prestation plus généreuse et plus accessible.
Quatrièmement, le gouvernement a pris des mesures pour mettre en œuvre les changements découlant de son vaste examen des dépenses fiscales. Il s’agissait notamment de mesures visant à améliorer le crédit d’impôt pour les aidants naturels, les étudiants et les personnes handicapées.
Cinquièmement, le gouvernement a réduit le taux d’imposition fédéral des petites entreprises, de 10,5 % en 2017, à 9 % en 2019. Pour les petites entreprises, par rapport à 2017, cela signifie jusqu’à 7?500 $ d’économies d’impôt fédéral chaque année — des économies qu’elles peuvent réinvestir dans l’achat de nouvel équipement, le développement de nouveaux produits ou la création de nouveaux emplois. En réduisant le taux d’imposition des petites entreprises, le gouvernement a pris des mesures pour s’assurer que certains n’utilisent pas ce taux peu élevé pour obtenir des avantages fiscaux inéquitables, au détriment des autres.
Sixièmement, à l’automne 2018, le gouvernement a apporté des changements immédiats au système canadien d’imposition sur le revenu des sociétés afin de soutenir davantage l’investissement, l’emploi et la croissance des entreprises canadiennes et de créer des possibilités dans les communautés partout au pays.
Septièmement, dans chacun de ses budgets depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a pris des mesures pour améliorer l’équité du régime fiscal au moyen de mesures visant à prévenir l’activité économique clandestine, l’évasion fiscale et l’évitement fiscal massif. Dans les budgets de 2016 et de 2017, le gouvernement a investi environ 1 milliard de dollars pour appuyer les efforts de l’Agence du revenu du Canada dans ce domaine. Il est prévu que ces investissements accroîtront de plus de 5 milliards de dollars les recettes fédérales sur une période de six ans. Le budget de 2018 a annoncé un financement supplémentaire de 90,6 millions de dollars, sur cinq ans, pour appuyer l’ARC dans ses efforts constants pour assurer la conformité des contribuables.
Huitièmement, le gouvernement a également pris des mesures pour éliminer les échappatoires fiscales qui se traduisent par des avantages fiscaux inéquitables pour certains au détriment des autres. D’une manière plus générale, le gouvernement s’est engagé de façon permanente avec des partenaires internationaux à lutter contre l’évitement fiscal international abusif, y compris en améliorant l’échange de renseignements entre administrations fiscales.
À l’avenir, le programme du gouvernement en matière de politique fiscale continuera d’être guidé par l’objectif d’un régime fiscal équitable qui profite à la classe moyenne et à ceux qui travaillent fort pour en faire partie.

Question no 2214 --
M. Kerry Diotte:
En ce qui concerne l'impôt sur les successions au niveau fédéral: a) le gouvernement compte-t-il implémenter un impôt sur les successions au niveau fédéral; b) quels sont les détails de toute discussion ou réunion sur la possibilité d'implémenter un impôt sur les successions au niveau fédéral, y compris (i) la date, (ii) les personnes présentes et le lieu; c) existe-t-il des documents de référence qui démontrent tout plan visant à implémenter un impôt sur les successions au niveau fédéral, y compris, mais sans s'y limiter, des courriels, des notes d’information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada est déterminé à assurer l’équité, l’efficience et la compétitivité du régime fiscal du Canada et à veiller à ce qu’il fonctionne comme prévu afin que l’économie du pays soit à l’œuvre pour la classe moyenne et pour toute la population canadienne. Bien qu’il ne serait pas approprié de spéculer sur des décisions futures en matière de politique fiscale, le bilan du gouvernement montre qu’il a concrétisé cet engagement de nombreuses façons.
Premièrement, l’une des premières mesures prises par le gouvernement a été d’augmenter l’impôt sur le revenu des Canadiens les plus riches afin de réduire les impôts de la classe moyenne. Plus de neuf millions de Canadiens bénéficient de la réduction du deuxième taux d’imposition du revenu des particuliers, qui est passé de 22 % à 20,5 %. Les Canadiens sans conjoint qui en bénéficient épargnent en moyenne 330 $ chaque année, et les couples qui en bénéficient épargnent en moyenne 540 $ chaque année.
Deuxièmement, dans son premier budget, le gouvernement a instauré l’Allocation canadienne pour enfants, ou ACE. Comparativement à l’ancien régime de prestations pour les enfants, la nouvelle Allocation canadienne pour enfants est plus simple, beaucoup plus généreuse et mieux ciblée afin d’aider davantage les familles qui en ont le plus besoin. L’ACE est également entièrement libre d’impôt. Neuf familles sur dix reçoivent une somme plus élevée en prestations pour enfants qu’auparavant, et des centaines de milliers d’enfants sont sortis de la pauvreté. Une famille typique de quatre personnes de la classe moyenne reçoit actuellement, en moyenne, environ 2?000 $ de plus par an comparativement à 2015, grâce à la réduction d'impôt de la classe moyenne et à l’Allocation canadienne pour enfants.
Troisièmement, pour mettre plus d’argent dans les poches des travailleurs à faible revenu, le budget de 2018 a instauré la nouvelle Allocation canadienne pour les travailleurs, ou ACT. L’ACT remplacera la Prestation fiscale pour le revenu de travail à compter de 2019 et encouragera un plus grand nombre de personnes à entrer sur le marché du travail ou à y demeurer en rendant la prestation plus généreuse et plus accessible.
Quatrièmement, le gouvernement a pris des mesures pour mettre en œuvre les changements découlant de son vaste examen des dépenses fiscales. Il s’agissait notamment de mesures visant à améliorer le crédit d’impôt pour les aidants naturels, les étudiants et les personnes handicapées.
Cinquièmement, le gouvernement a réduit le taux d’imposition fédéral des petites entreprises, de 10,5 % en 2017, à 9 % en 2019. Pour les petites entreprises, par rapport à 2017, cela signifie jusqu’à 7?500 $ d’économies d’impôt fédéral chaque année — des économies qu’elles peuvent réinvestir dans l’achat de nouvel équipement, le développement de nouveaux produits ou la création de nouveaux emplois. En réduisant le taux d’imposition des petites entreprises, le gouvernement a pris des mesures pour s’assurer que certains n’utilisent pas ce taux peu élevé pour obtenir des avantages fiscaux inéquitables, au détriment des autres.
Sixièmement, à l’automne 2018, le gouvernement a apporté des changements immédiats au système canadien d’imposition sur le revenu des sociétés afin de soutenir davantage l’investissement, l’emploi et la croissance des entreprises canadiennes et de créer des possibilités dans les communautés partout au pays.
Septièmement, dans chacun de ses budgets depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a pris des mesures pour améliorer l’équité du régime fiscal au moyen de mesures visant à prévenir l’activité économique clandestine, l’évasion fiscale et l’évitement fiscal massif. Dans les budgets de 2016 et de 2017, le gouvernement a investi environ 1 milliard de dollars pour appuyer les efforts de l’Agence du revenu du Canada dans ce domaine. Il est prévu que ces investissements accroîtront de plus de 5 milliards de dollars les recettes fédérales sur une période de six ans. Le budget de 2018 a annoncé un financement supplémentaire de 90,6 millions de dollars, sur cinq ans, pour appuyer l’ARC dans ses efforts constants pour assurer la conformité des contribuables.
Huitièmement, le gouvernement a également pris des mesures pour éliminer les échappatoires fiscales qui se traduisent par des avantages fiscaux inéquitables pour certains au détriment des autres. D’une manière plus générale, le gouvernement s’est engagé de façon permanente avec des partenaires internationaux à lutter contre l’évitement fiscal international abusif, y compris en améliorant l’échange de renseignements entre administrations fiscales.
À l’avenir, le programme du gouvernement en matière de politique fiscale continuera d’être guidé par l’objectif d’un régime fiscal équitable qui profite à la classe moyenne et à ceux qui travaillent fort pour en faire partie.

Question no 2215 --
M. Dave Van Kesteren:
En ce qui concerne le niveau de la taxe d’accise fédérale sur l’essence ou le diésel: a) le gouvernement compte-t-il augmenter le niveau de la taxe d’accise fédérale sur l’essence ou le diésel; b) quels sont les détails de toute discussion ou réunion où il a été question d’augmenter le niveau de la taxe d’accise fédérale sur l’essence ou le diésel, y compris (i) la date, (ii) les participants et le lieu; c) existe-t-il des documents de référence qui démontrent tout plan visant à augmenter le niveau de la taxe d’accise fédérale sur l’essence ou le diésel, y compris, des courriels, des notes d’information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada est déterminé à assurer l’équité, l’efficience et la compétitivité du régime fiscal du Canada et à veiller à ce qu’il fonctionne comme prévu afin que l’économie du pays soit à l’œuvre pour la classe moyenne et pour toute la population canadienne. Bien qu’il ne serait pas approprié de spéculer sur des décisions futures en matière de politique fiscale, le bilan du gouvernement montre qu’il a concrétisé cet engagement de nombreuses façons.
Premièrement, l’une des premières mesures prises par le gouvernement a été d’augmenter l’impôt sur le revenu des Canadiens les plus riches afin de réduire les impôts de la classe moyenne. Plus de neuf millions de Canadiens bénéficient de la réduction du deuxième taux d’imposition du revenu des particuliers, qui est passé de 22 % à 20,5 %. Les Canadiens sans conjoint qui en bénéficient épargnent en moyenne 330 $ chaque année, et les couples qui en bénéficient épargnent en moyenne 540 $ chaque année.
Deuxièmement, dans son premier budget, le gouvernement a instauré l’Allocation canadienne pour enfants, ou ACE. Comparativement à l’ancien régime de prestations pour les enfants, la nouvelle Allocation canadienne pour enfants est plus simple, beaucoup plus généreuse et mieux ciblée afin d’aider davantage les familles qui en ont le plus besoin. L’ACE est également entièrement libre d’impôt. Neuf familles sur dix reçoivent une somme plus élevée en prestations pour enfants qu’auparavant, et des centaines de milliers d’enfants sont sortis de la pauvreté. Une famille typique de quatre personnes de la classe moyenne reçoit actuellement, en moyenne, environ 2?000 $ de plus par an comparativement à 2015, grâce à la réduction d'impôt de la classe moyenne et à l’Allocation canadienne pour enfants.
Troisièmement, pour mettre plus d’argent dans les poches des travailleurs à faible revenu, le budget de 2018 a instauré la nouvelle Allocation canadienne pour les travailleurs, ou ACT. L’ACT remplacera la Prestation fiscale pour le revenu de travail à compter de 2019 et encouragera un plus grand nombre de personnes à entrer sur le marché du travail ou à y demeurer en rendant la prestation plus généreuse et plus accessible.
Quatrièmement, le gouvernement a pris des mesures pour mettre en œuvre les changements découlant de son vaste examen des dépenses fiscales. Il s’agissait notamment de mesures visant à améliorer le crédit d’impôt pour les aidants naturels, les étudiants et les personnes handicapées.
Cinquièmement, le gouvernement a réduit le taux d’imposition fédéral des petites entreprises, de 10,5 % en 2017, à 9 % en 2019. Pour les petites entreprises, par rapport à 2017, cela signifie jusqu’à 7?500 $ d’économies d’impôt fédéral chaque année — des économies qu’elles peuvent réinvestir dans l’achat de nouvel équipement, le développement de nouveaux produits ou la création de nouveaux emplois. En réduisant le taux d’imposition des petites entreprises, le gouvernement a pris des mesures pour s’assurer que certains n’utilisent pas ce taux peu élevé pour obtenir des avantages fiscaux inéquitables, au détriment des autres.
Sixièmement, à l’automne 2018, le gouvernement a apporté des changements immédiats au système canadien d’imposition sur le revenu des sociétés afin de soutenir davantage l’investissement, l’emploi et la croissance des entreprises canadiennes et de créer des possibilités dans les communautés partout au pays.
Septièmement, dans chacun de ses budgets depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a pris des mesures pour améliorer l’équité du régime fiscal au moyen de mesures visant à prévenir l’activité économique clandestine, l’évasion fiscale et l’évitement fiscal massif. Dans les budgets de 2016 et de 2017, le gouvernement a investi environ 1 milliard de dollars pour appuyer les efforts de l’Agence du revenu du Canada dans ce domaine. Il est prévu que ces investissements accroîtront de plus de 5 milliards de dollars les recettes fédérales sur une période de six ans. Le budget de 2018 a annoncé un financement supplémentaire de 90,6 millions de dollars, sur cinq ans, pour appuyer l’ARC dans ses efforts constants pour assurer la conformité des contribuables.
Huitièmement, le gouvernement a également pris des mesures pour éliminer les échappatoires fiscales qui se traduisent par des avantages fiscaux inéquitables pour certains au détriment des autres. D’une manière plus générale, le gouvernement s’est engagé de façon permanente avec des partenaires internationaux à lutter contre l’évitement fiscal international abusif, y compris en améliorant l’échange de renseignements entre administrations fiscales.
À l’avenir, le programme du gouvernement en matière de politique fiscale continuera d’être guidé par l’objectif d’un régime fiscal équitable qui profite à la classe moyenne et à ceux qui travaillent fort pour en faire partie.

Question no 2216 --
M. Dave Van Kesteren:
En ce qui concerne la hausse ou la baisse de revenus imputable aux changements de l’impôt fédéral sur le revenu qui sont entrés en vigueur le 1er janvier 2016: a) quels sont les détails de toute discussion ou réunion sur la hausse ou la baisse de revenus imputable aux changements de l’impôt fédéral sur le revenu qui sont entrés en vigueur le 1er janvier 2016, y compris (i) la date, (ii) les participants et le lieu; b) existe-t-il des documents de référence relatifs à la hausse ou à la baisse de revenus imputable aux changements de l’impôt fédéral sur le revenu qui sont entrés en vigueur le 1er janvier 2016, y compris, mais sans s'y limiter, des courriels, des notes d’information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement est déterminé à atteindre l’objectif d’une économie qui fonctionne pour tous. Conformément à cet objectif, depuis son arrivée au pouvoir, en 2015, le gouvernement s’est concentré sur la réduction des impôts et l’augmentation du soutien à la classe moyenne et à ceux qui travaillent fort pour en faire partie
L’une des premières mesures prises par le gouvernement a été d’augmenter l’impôt sur le revenu des Canadiens les plus riches afin de réduire les impôts de la classe moyenne. Plus de neuf millions de Canadiens bénéficient de la réduction du deuxième taux d’imposition du revenu des particuliers, qui est passé de 22 % à 20,5 %. Les Canadiens sans conjoint qui en bénéficient épargnent en moyenne 330 $ chaque année, et les couples qui en bénéficient épargnent en moyenne 540 $ chaque année.
Le gouvernement a fait preuve de transparence dans l’estimation de l’incidence de ces mesures sur les recettes. Le 7 décembre 2015, lorsque ces mesures ont été proposées pour la première fois, le ministère des Finances a publié un document d’information sur son site Web, à l’adresse https://www.fin.gc.ca/n15/data/15-086_1-fra.asp. Le tableau 2 de ce document d’information, intitulé « Coût financier des modifications fiscales proposées », fournit une analyse détaillée de l’impact budgétaire des deux changements apportés aux taux de l’impôt fédéral sur le revenu des particuliers, qui était estimé à 8,2 milliards de dollars pour la période s’étalant de 2015 2016 à 2020-2021. Une note de bas de page au tableau 2 indique que les estimations de l’augmentation des revenus découlant de l’instauration d’un taux de 33 %, sur le revenu imposable supérieur à 200 000 $, supposent que les personnes touchées réagiraient en réduisant légèrement leur revenu imposable sur une base continue.
En estimant l’incidence continue sur les revenus des changements apportés à la structure des taux d’imposition fédérale sur le revenu des particuliers, le ministère des Finances a adopté une approche prudente qui reflète la recherche canadienne et internationale sur la façon dont les particuliers, à différents niveaux de revenu, réagissent aux changements des taux d’imposition.
Augmenter les impôts de la tranche du 1 % le plus riche des contribuables en vue de réduire ceux de la classe moyenne a été une étape clé vers l’objectif du gouvernement d’améliorer l’équité du régime fiscal et de faire en sorte que les avantages de la croissance soient partagés parmi tous les Canadiens. Des mesures comme la baisse d’impôt pour la classe moyenne et l’Allocation canadienne pour enfants ont permis aux familles canadiennes d’épargner, d’investir et de dépenser davantage dans leur communauté. Les familles qui bénéficient de l’Allocation canadienne pour enfants reçoivent en moyenne 6 800 $, cette année. Ces mesures, ainsi que d’autres mises en place par le gouvernement pour soutenir la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie, font augmenter le niveau de confiance des consommateurs et des entreprises du Canada, en plus de soutenir la croissance des salaires.
À l’avenir, le gouvernement continuera d’être guidé par l’objectif de faire en sorte que les avantages de la croissance économique soient largement partagés.

Question no 2217 --
M. Dave Van Kesteren:
En ce qui concerne l’augmentation des recettes publiques et les sources potentielles: a) le gouvernement compte-t-il augmenter les recettes publiques; b) quels sont les détails de toute discussion ou réunion sur la possibilité d’augmenter les recettes publiques, y compris (i) la date, (ii) les participants et le lieu; c) existe-t-il des documents de référence qui démontrent tout plan visant l’augmentation des recettes publiques, y compris, mais sans s’y limiter, des courriels, des notes d'information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada est déterminé à assurer l’équité, l’efficience et la compétitivité du régime fiscal du Canada et à veiller à ce qu’il fonctionne comme prévu afin que l’économie du pays soit à l’œuvre pour la classe moyenne et pour toute la population canadienne. Bien qu’il ne serait pas approprié de spéculer sur des décisions futures en matière de politique fiscale, le bilan du gouvernement montre qu’il a concrétisé cet engagement de nombreuses façons.
Premièrement, l’une des premières mesures prises par le gouvernement a été d’augmenter l’impôt sur le revenu des Canadiens les plus riches afin de réduire les impôts de la classe moyenne. Plus de neuf millions de Canadiens bénéficient de la réduction du deuxième taux d’imposition du revenu des particuliers, qui est passé de 22 % à 20,5 %. Les Canadiens sans conjoint qui en bénéficient épargnent en moyenne 330 $ chaque année, et les couples qui en bénéficient épargnent en moyenne 540 $ chaque année.
Deuxièmement, dans son premier budget, le gouvernement a instauré l’Allocation canadienne pour enfants, ou ACE. Comparativement à l’ancien régime de prestations pour les enfants, la nouvelle Allocation canadienne pour enfants est plus simple, beaucoup plus généreuse et mieux ciblée afin d’aider davantage les familles qui en ont le plus besoin. L’ACE est également entièrement libre d’impôt. Neuf familles sur dix reçoivent une somme plus élevée en prestations pour enfants qu’auparavant, et des centaines de milliers d’enfants sont sortis de la pauvreté. Une famille typique de quatre personnes de la classe moyenne reçoit actuellement, en moyenne, environ 2?000 $ de plus par an comparativement à 2015, grâce à la réduction d'impôt de la classe moyenne et à l’Allocation canadienne pour enfants.
Troisièmement, pour mettre plus d’argent dans les poches des travailleurs à faible revenu, le budget de 2018 a instauré la nouvelle Allocation canadienne pour les travailleurs, ou ACT. L’ACT remplacera la Prestation fiscale pour le revenu de travail à compter de 2019 et encouragera un plus grand nombre de personnes à entrer sur le marché du travail ou à y demeurer en rendant la prestation plus généreuse et plus accessible.
Quatrièmement, le gouvernement a pris des mesures pour mettre en œuvre les changements découlant de son vaste examen des dépenses fiscales. Il s’agissait notamment de mesures visant à améliorer le crédit d’impôt pour les aidants naturels, les étudiants et les personnes handicapées.
Cinquièmement, le gouvernement a réduit le taux d’imposition fédéral des petites entreprises, de 10,5 % en 2017, à 9 % en 2019. Pour les petites entreprises, par rapport à 2017, cela signifie jusqu’à 7?500 $ d’économies d’impôt fédéral chaque année — des économies qu’elles peuvent réinvestir dans l’achat de nouvel équipement, le développement de nouveaux produits ou la création de nouveaux emplois. En réduisant le taux d’imposition des petites entreprises, le gouvernement a pris des mesures pour s’assurer que certains n’utilisent pas ce taux peu élevé pour obtenir des avantages fiscaux inéquitables, au détriment des autres.
Sixièmement, à l’automne 2018, le gouvernement a apporté des changements immédiats au système canadien d’imposition sur le revenu des sociétés afin de soutenir davantage l’investissement, l’emploi et la croissance des entreprises canadiennes et de créer des possibilités dans les communautés partout au pays.
Septièmement, dans chacun de ses budgets depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a pris des mesures pour améliorer l’équité du régime fiscal au moyen de mesures visant à prévenir l’activité économique clandestine, l’évasion fiscale et l’évitement fiscal massif. Dans les budgets de 2016 et de 2017, le gouvernement a investi environ 1 milliard de dollars pour appuyer les efforts de l’Agence du revenu du Canada dans ce domaine. Il est prévu que ces investissements accroîtront de plus de 5 milliards de dollars les recettes fédérales sur une période de six ans. Le budget de 2018 a annoncé un financement supplémentaire de 90,6 millions de dollars, sur cinq ans, pour appuyer l’ARC dans ses efforts constants pour assurer la conformité des contribuables.
Huitièmement, le gouvernement a également pris des mesures pour éliminer les échappatoires fiscales qui se traduisent par des avantages fiscaux inéquitables pour certains au détriment des autres. D’une manière plus générale, le gouvernement s’est engagé de façon permanente avec des partenaires internationaux à lutter contre l’évitement fiscal international abusif, y compris en améliorant l’échange de renseignements entre administrations fiscales.
À l’avenir, le programme du gouvernement en matière de politique fiscale continuera d’être guidé par l’objectif d’un régime fiscal équitable qui profite à la classe moyenne et à ceux qui travaillent fort pour en faire partie.

Question no 2218 --
M. Dave Van Kesteren:
En ce qui concerne la déduction pour gains en capital: a) le gouvernement compte-t-il réduire ou supprimer la déduction pour gains en capital; b) quels sont les détails de toute discussion ou réunion sur la possibilité de réduire ou supprimer la déduction pour gains en capital, y compris (i) la date, (ii) les personnes présentes et le lieu; c) existe-t-il des documents de référence qui démontrent tout plan visant à réduire ou supprimer la déduction pour gains en capital, y compris, mais sans s'y limiter, des courriels, des notes d’information, des notes de service ou des rapports, et, le cas échéant, quels sont les détails de ces documents de référence?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Madame la Présidente, le gouvernement du Canada est déterminé à assurer l’équité, l’efficience et la compétitivité du régime fiscal du Canada et à veiller à ce qu’il fonctionne comme prévu afin que l’économie du pays soit à l’œuvre pour la classe moyenne et pour toute la population canadienne. Bien qu’il ne serait pas approprié de spéculer sur des décisions futures en matière de politique fiscale, le bilan du gouvernement montre qu’il a concrétisé cet engagement de nombreuses façons.
Premièrement, l’une des premières mesures prises par le gouvernement a été d’augmenter l’impôt sur le revenu des Canadiens les plus riches afin de réduire les impôts de la classe moyenne. Plus de neuf millions de Canadiens bénéficient de la réduction du deuxième taux d’imposition du revenu des particuliers, qui est passé de 22 % à 20,5 %. Les Canadiens sans conjoint qui en bénéficient épargnent en moyenne 330 $ chaque année, et les couples qui en bénéficient épargnent en moyenne 540 $ chaque année.
Deuxièmement, dans son premier budget, le gouvernement a instauré l’Allocation canadienne pour enfants, ou ACE. Comparativement à l’ancien régime de prestations pour les enfants, la nouvelle Allocation canadienne pour enfants est plus simple, beaucoup plus généreuse et mieux ciblée afin d’aider davantage les familles qui en ont le plus besoin. L’ACE est également entièrement libre d’impôt. Neuf familles sur dix reçoivent une somme plus élevée en prestations pour enfants qu’auparavant, et des centaines de milliers d’enfants sont sortis de la pauvreté. Une famille typique de quatre personnes de la classe moyenne reçoit actuellement, en moyenne, environ 2?000 $ de plus par an comparativement à 2015, grâce à la réduction d'impôt de la classe moyenne et à l’Allocation canadienne pour enfants.
Troisièmement, pour mettre plus d’argent dans les poches des travailleurs à faible revenu, le budget de 2018 a instauré la nouvelle Allocation canadienne pour les travailleurs, ou ACT. L’ACT remplacera la Prestation fiscale pour le revenu de travail à compter de 2019 et encouragera un plus grand nombre de personnes à entrer sur le marché du travail ou à y demeurer en rendant la prestation plus généreuse et plus accessible.
Quatrièmement, le gouvernement a pris des mesures pour mettre en œuvre les changements découlant de son vaste examen des dépenses fiscales. Il s’agissait notamment de mesures visant à améliorer le crédit d’impôt pour les aidants naturels, les étudiants et les personnes handicapées.
Cinquièmement, le gouvernement a réduit le taux d’imposition fédéral des petites entreprises, de 10,5 % en 2017, à 9 % en 2019. Pour les petites entreprises, par rapport à 2017, cela signifie jusqu’à 7?500 $ d’économies d’impôt fédéral chaque année — des économies qu’elles peuvent réinvestir dans l’achat de nouvel équipement, le développement de nouveaux produits ou la création de nouveaux emplois. En réduisant le taux d’imposition des petites entreprises, le gouvernement a pris des mesures pour s’assurer que certains n’utilisent pas ce taux peu élevé pour obtenir des avantages fiscaux inéquitables, au détriment des autres.
Sixièmement, à l’automne 2018, le gouvernement a apporté des changements immédiats au système canadien d’imposition sur le revenu des sociétés afin de soutenir davantage l’investissement, l’emploi et la croissance des entreprises canadiennes et de créer des possibilités dans les communautés partout au pays.
Septièmement, dans chacun de ses budgets depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement a pris des mesures pour améliorer l’équité du régime fiscal au moyen de mesures visant à prévenir l’activité économique clandestine, l’évasion fiscale et l’évitement fiscal massif. Dans les budgets de 2016 et de 2017, le gouvernement a investi environ 1 milliard de dollars pour appuyer les efforts de l’Agence du revenu du Canada dans ce domaine. Il est prévu que ces investissements accroîtront de plus de 5 milliards de dollars les recettes fédérales sur une période de six ans. Le budget de 2018 a annoncé un financement supplémentaire de 90,6 millions de dollars, sur cinq ans, pour appuyer l’ARC dans ses efforts constants pour assurer la conformité des contribuables.
Huitièmement, le gouvernement a également pris des mesures pour éliminer les échappatoires fiscales qui se traduisent par des avantages fiscaux inéquitables pour certains au détriment des autres. D’une manière plus générale, le gouvernement s’est engagé de façon permanente avec des partenaires internationaux à lutter contre l’évitement fiscal international abusif, y compris en améliorant l’échange de renseignements entre administrations fiscales.
À l’avenir, le programme du gouvernement en matière de politique fiscale continuera d’être guidé par l’objectif d’un régime fiscal équitable qui profite à la classe moyenne et à ceux qui travaillent fort pour en faire partie.

Question no 2229 --
Mme Brigitte Sansoucy:
En ce qui concerne le financement accordé en vertu du plan Investir dans le Canada, depuis mars 2016: a) quelles ont été les demandes approuvées d’abord par des responsables d’Infrastructure Canada, mais rejetées ensuite par le cabinet du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités; b) quelles ont été les demandes de financement refusées d’abord par des responsables d’Infrastructure Canada, mais approuvées ensuite par le cabinet du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités?
Response
M. Marco Mendicino (secrétaire parlementaire du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Lib.):
Madame la Présidente, en réponse à la partie a) de la question, il n’y a pas eu de cas où une demande a été initialement approuvée par des responsables d’Infrastructure Canada, et rejetée ensuite par le cabinet du ministre de l’Infrastructure et des collectivités.
Enfin, pour ce qui est de la partie b) de la question, il y a eu le projet d’assainissement lié aux tuyaux droits dans la rivière LaHave en Nouvelle-Écosse.
View David Sweet Profile
CPC (ON)
View David Sweet Profile
2019-03-22 10:25 [p.26464]
Mr. Speaker, following my notice to you, I am rising on a question of privilege concerning a leak from Wednesday's meeting of the Ontario Liberal caucus. The leaks were reported in an online article posted on cbc.ca Wednesday evening, entitled “[Member for Markham—Stouffville] faced 'tough' questions from Liberal MPs in [today's] regional caucus meeting”. The first two paragraphs of the article make the following disclosures:
[The member for Markham—Stouffville], who resigned from Prime Minister Justin Trudeau's cabinet earlier this month over the SNC-Lavalin affair, faced a barrage of tough questions from her Liberal colleagues [today] during a closed-door session of the Ontario caucus, sources told CBC News.
[The member for Markham—Stouffville] addressed the group at the beginning of the meeting, which lasted 30 minutes longer than scheduled and was described by people in the room as “rough” and “uncomfortable.”
The sixth paragraph of the article states:
Today, some of her fellow Liberal MPs reminded her that others in the caucus had made compromises on sensitive issues such as medical assistance in dying — one of the key pieces of legislation [the member for Markham—Stouffville] fronted as health minister, along with then-justice minister [the hon. member for Vancouver Granville].
Meanwhile, this online article was expanded upon by CBC reporter Katie Simpson, who appeared on Wednesday's edition of Power & Politics. I will quote from a transcript of her presentation, which states, “What CBC News can confirm through multiple sources is that when Ontario Liberal MPs met for their weekly meeting this morning, [the hon. member for Markham—Stouffville], who was there, was really the focus of attention at the meeting, and she faced a series of difficult questions about her actions. She, of course, very publicly quit and criticized the Prime Minister, but did not leave caucus when she decided to quit. What we are also told is that while these questions were being asked, the member was also reminded by some of her colleagues of some of the sacrifices and compromises they made to help her with some of her projects like getting the assisted dying legislation passed.... So the meeting went 30 minutes longer than it normally would go. It is described by sources as 'rough' and 'uncomfortable' and rocky', but we do know that Liberals that we were speaking with today, while these concerns may exist privately, this is a group of Liberal Ontario MPs that held this meeting.”
In a Canadian Press article entitled “Conservatives plan filibuster after Liberals shut down...motion”, also published Wednesday evening, it was reported:
Despite the efforts to unite and put the affair behind them, one source said [the hon. member for Markham—Stouffville] faced a “frank and emotional” session with her Ontario caucus colleagues prior to the national caucus meeting she did not attend....
The source spoke on condition of anonymity because he was not authorized to publicly discuss confidential caucus matters.
Every single one of us in this House was elected as a member of a party. We sit or have sat in caucuses. Caucus confidentiality is the cornerstone of parliamentary life. That is something we understand clearly, and that is very valuable to me as the national Conservative caucus chairman. It is not because we want to be furtive or secretive; it is because we need to be able to have frank and candid conversations among colleagues without the embarrassment or opprobrium that these exchanges are at risk of producing.
I generally sympathize with the hon. member for Markham—Stouffville. She did something extraordinary on the strength of her principles and convictions by resigning her ministerial commission. She does not deserve the treatment she has received, nor the embarrassment and scorn heaped upon her by her colleagues, including through this caucus leak. The same goes for the treatment that she received after being hidden from, and deterred or intimidated from attending this week's votes, as we heard from the hon. member for Calgary Nose Hill in another question of privilege.
Caucus proceedings are discussed on page 34 of the House of Commons Procedure and Practice, Third Edition. It states:
Although each caucus operates differently, most limit attendance to parliamentarians.
Because they are held in camera, caucus meetings allow Members to express their views and opinions freely on any matter which concerns them. Policy positions are elaborated, along with, in the case of the government party, the government's legislative proposals. Caucus provides a forum in which Members can debate their policy differences among themselves without compromising—
Monsieur le Président, à la suite du préavis que je vous ai donné, je soulève une question de privilège relativement aux fuites qu'il y a eues à propos de ce qui s'est dit lors de la réunion du caucus libéral ontarien, mercredi. Ces indiscrétions ont été publiées dans un article soumis en ligne sur le site cbc.ca mercredi soir, sous le titre « La députée de Markham—Stouffville se fait poser des questions difficiles par des députés libéraux lors de la réunion du caucus régional [d'aujourd'hui] ». Les deux premiers paragraphes de l'article disaient ce qui suit:
Selon des sources ayant parlé à des journalistes de CBC News, [la députée de Markham—Stouffville], qui a quitté son poste au Cabinet du premier ministre Justin Trudeau un peu plus tôt ce mois-ci à cause de l'affaire SNC-Lavalin a subi un barrage de questions difficiles [aujourd'hui], pendant une réunion à huis clos du caucus ontarien.
[La députée de Markham—Stouffville] s'est adressée au groupe au début de la réunion, qui a duré 30 minutes de plus que prévu et a été décrite par les gens qui y assistaient comme « difficile » et « malaisante ».
Voici ce qu'on peut lire au sixième paragraphe de l'article:
Aujourd'hui, certains de ses collègues libéraux lui ont rappelé que d'autres membres du caucus avaient accepté de faire des compromis dans des dossiers épineux comme celui de l'assistance médicale à mourir, une des mesures législatives majeures que [la députée de Markham—Stouffville] a portée en tant que ministre de la Santé, de pair avec la ministre de la Justice d'alors, [la députée de Vancouver Granville].
Parallèlement, la journaliste de la CBC Katie Simpson commentait l'article en ligne à l'émission Power & Politics de mercredi dernier. Elle disait notamment: « Il y a une chose que la CBC peut confirmer à partir de sources multiples, c'est que, lorsque les députés libéraux de l'Ontario ont tenu leur réunion hebdomadaire, [la députée de Markham—Stouffville] y a été vraiment le centre de l'attention. On lui a posé toute une série de questions difficiles sur les gestes qu'elle a posés. En effet, elle a ouvertement démissionné de son poste et critiqué le premier ministre, mais elle n'est pas partie du caucus au moment où elle a décidé de le faire. On nous a dit également que, lors de cette réunion, on lui a rappelé les sacrifices et les compromis que ses collègues avaient faits pour l'aider à faire adopter l'un de ses projets comme la loi sur l'aide médicale à mourir… La réunion a duré 30 minutes de plus que prévu et nos sources ont rapporté qu'elle avait été “difficile”, “pénible” et “houleuse”, mais nous savons, par les libéraux avec lesquels nous avons parlé aujourd'hui, que, même si ces préoccupations existent peut-être à titre personnel, c'est un groupe de députés libéraux ontariens qui ont organisé la rencontre. »
Dans un article de la Presse canadienne intitulé: « Les conservateurs se préparent à faire de l'obstruction après que les libéraux aient rejeté […] la motion » qui a aussi été publié mercredi soir, on rapporte que:
Selon une source, en dépit des efforts visant à unir le parti et à tourner la page, [la députée de Markham-Stouffville] a dû faire face à ses collègues du caucus de l'Ontario dans une réunion où les gens se sont exprimés avec franchise et émotivité, avant la réunion du caucus national à laquelle elle n'a pas participé [...]
La source a parlé sous le couvert de l'anonymat parce qu'elle n'est pas autorisée à dévoiler des questions confidentielles concernant le caucus.
Tous les députés ont été élus comme membres d'un parti. Nous participons ou avons déjà participé aux délibérations d'un caucus. La confidentialité de ces délibérations est un aspect essentiel de la vie parlementaire. Nous le comprenons bien. En tant que président du caucus conservateur national, je trouve que c'est d'une importance capitale. Ce n'est pas parce que nous voulons faire les choses de façon furtive ou secrète, mais parce que nous devons être en mesure de parler avec franchise et honnêteté avec nos collègues sans craindre de subir l'embarras ou l'opprobre que ce genre d'échanges risquent de nous attirer.
Je peux généralement compatir avec la députée de Markham—Stouffville. La force de ses principes et de ses convictions l'a amenée à prendre la décision exceptionnelle de démissionner de son poste de ministre. Elle ne mérite ni le traitement qu'on lui a fait subir, ni l'embarras et le mépris que lui ont infligé ses collègues, notamment avec cette fuite d'information sur les délibérations du caucus. Il en va de même du traitement qu'elle a subi lorsqu'on a voulu la cacher ou l'intimider pour la décourager de participer aux votes de cette semaine, comme l'a révélé la députée de Calgary Nose Hill lorsqu'elle a soulevé une autre question de privilège.
Il est question du fonctionnement des caucus dans la troisième édition de La procédure et les usages de la Chambre des communes, à la page 34:
Chaque caucus fonctionne différemment, mais la plupart restreignent la participation aux parlementaires.
Les réunions de caucus se tiennent à huis clos afin de permettre aux députés de s’exprimer librement et franchement sur ce qui les préoccupe. Les positions du parti y sont définies ainsi que, dans le cas du parti au pouvoir, les propositions législatives du gouvernement. Le caucus donne aux députés l’occasion de débattre entre eux de leurs divergences sans nuire...
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2019-03-22 10:29 [p.26464]
Order, please.
I thank the hon. member for Flamborough—Glanbrook for his question of privilege and presentation. Again, I am mindful of the time. As I mentioned in an earlier intervention, the matter of caucus proceedings is generally not within the purview. I think we all understand the characteristics of them.
I am certain that the hon. member is going to link this matter as it relates to his specific concern about a potential breach of privilege. I do not know that it is necessary to repeat the various instances of this, but if he could get to the connection he is trying to make with this particular scenario in the next few minutes, it would be appreciated. As was mentioned earlier, questions of privilege are important, but they are also not a means by which the time of the House can be taken up unnecessarily.
The hon. member for Flamborough—Glanbrook.
À l'ordre, s'il vous plaît.
Je remercie le député de Flamborough—Glanbrook de sa question de privilège et de son exposé. Encore une fois, je garde à l'esprit l'heure qu'il est. Comme je l'ai dit plus tôt, les affaires qui concernent les délibérations des caucus ne relèvent habituellement pas de la présidence. Je crois que nous connaissons tous les caractéristiques propres aux caucus.
Je sais que le député établira un lien entre cette affaire et ses préoccupations quant à une possible atteinte au privilège. Je ne sais pas s'il est nécessaire de rappeler les différentes occurrences, mais je lui serais reconnaissant de bientôt passer au lien qu'il veut faire avec cette affaire en particulier. Comme cela a été mentionné plus tôt, les questions de privilège sont importantes, mais leur but n'est pas d'accaparer le temps de la Chambre inutilement.
Le député de Flamborough—Glanbrook a la parole.
View David Sweet Profile
CPC (ON)
View David Sweet Profile
2019-03-22 10:30 [p.26464]
Mr. Speaker, I have a particular passion around this, in respect of being elected by the Conservative caucus in regard to the democratic reform bill. I think I speak for all members that their ability to be able to speak confidentially is important to the entire House, and that is why I am raising this point. I will get to some quotes in regard to parliamentary procedure. Page 57 of Australia's House of Representatives Practice reads:
All parties have party meetings in sitting weeks but usually at times when the House is not sitting. The proceedings of party meetings are regarded as confidential, and the detail of discussions is not normally made public. These meetings provide the forum, particularly for backbenchers, for internal party discussion of party policy, parliamentary activity, parliamentary tactics, the resolution of internal party disputes, the election of officers, and they provide a means of exerting backbench pressure on, and communication with, its leaders [for accountability].
Breaches in caucus confidentiality have been treated so seriously in the past as to have been held to be matters of privilege. First, I would refer the Speaker to the question of privilege raised on October 17, 1973 by David Lewis, the leader of the New Democratic Party. Mr. Lewis reported to the House the following sequence of events:
I learned at about two o'clock...that we had a bug at our caucus meeting this morning. During the meeting...the hon. member for Oshawa—Whitby (Mr. Broadbent), who is our caucus chairman, pulled a little [microphone] out from under the table, put it on top of the table, and said to me and to others: “This looks like a bugging device”. Having no knowledge of such things, I could not tell him whether it was or [was] not and we went on with the meeting.
Speaker Lamoureux then ruled, at page 6943 of the Debates, “it is obvious to the Chair that there is a prima facie case of breach of privilege involving the type of situation which is normally investigated and looked into by the Standing Committee on Privileges and Elections..”.
Instead of referring the matter for a committee to study, and because the source of the surveillance device had voluntarily identified himself and was co-operative—
Monsieur le Président, ce sujet m'intéresse vivement puisque j'ai été choisi par le caucus concervateur en ce qui concerne le projet de loi sur la réforme démocratique. Je pense parler au nom de tous les députés quand je dis qu'il est important pour toute la Chambre qu'ils puissent parler en toute confidentialité. C'est la raison pour laquelle je soulève ce point. Je vais faire quelques citations à propos de la procédure parlementaire. À la page 57 de l'ouvrage de référence sur la procédure à la Chambre des représentants de l'Australie, on lit ce qui suit:
Tous les partis ont des réunions pendant les semaines de sessions, généralement lorsque la Chambre ne siège pas. Ce qui se dit pendant ces réunions est considéré comme confidentiel et les détails des discussions ne sont normalement pas rendus publics. Ces réunions sont l'occasion, pour les députés d'arrière-ban en particulier, d'avoir des discussions à l'interne sur les politiques du parti, les activités parlementaires, les tactiques parlementaires, la résolution de différends internes au parti et l'élection des agents, et c'est aussi un moyen pour les députés d'arrière-ban de faire pression sur leurs dirigeants et de discuter avec eux [pour leur demander des comptes].
Les violations du principe de confidentialité ont été prises si au sérieux dans le passé qu'on les a considérées comme des questions de privilège. Je renverrai d'abord le Président à la question de privilège soulevée le 17 octobre 1973 par David Lewis, le chef du Nouveau Parti démocratique. M. Lewis a relaté à la Chambre la suite d'événements suivants:
J'ai appris vers 2 heures [...] que notre réunion de ce matin avait été enregistrée clandestinement. Au cours de la réunion [...] le député d'Oshawa—Whitby (M. Broadbent), qui préside nos réunions de parti, a retiré de sous la table un petit micro qu'il a déposé sur la table avant de nous dire: « Cela semble être un dispositif d'écoute. » Ne connaissant rien à cela, je ne pouvais lui dire si c'en était un, et nous avons poursuivi notre réunion.
Puis, à la page 6943 des Débats, le Président Lamoureux a conclu ceci: « [I]l est en tout cas évident pour la présidence qu'il s'agit bien là à première vue d'un cas de violation de privilège du genre qui fait normalement l'objet d'une étude et d'une enquête par le Comité permanent des privilèges et des élections [...] »
Au lieu de renvoyer la question au comité pour qu'il l'étudie, et étant donné que le propriétaire du dispositif d'écoute avait volontairement révélé son identité et qu'il était coopératif...
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2019-03-22 10:33 [p.26465]
I thank the hon. parliamentary secretary for reiterating essentially the basis of my remarks on this as well. As I mentioned to the hon. member for Flamborough—Glanbrook, he is taking up, at least at this point, the issue around his concern about how a potential breach of privilege is informed. I am going to ask him to get to that. It is not necessary at this stage to reach further back in terms of precedence. I get the point that he is making in his submission. We will try to wrap up and get on with other matters before the House.
The hon. member for Flamborough—Glanbrook.
Je remercie le secrétaire parlementaire d'avoir répété en gros ce que je venais de dire sur le sujet. Comme je l'ai dit au député de Flamborough—Glanbrook, il explique, du moins jusqu'ici, sur quoi repose une éventuelle atteinte au privilège. Je vais lui demander d'en venir à l'essentiel. À ce stade-ci, il n'est pas nécessaire d'aller plus loin dans les précédents. Je vois où il veut en venir. Il faudrait conclure pour que la Chambre puisse passer à ses autres travaux.
Le député de Flamborough—Glanbrook a la parole.
View David Sweet Profile
CPC (ON)
View David Sweet Profile
2019-03-22 10:34 [p.26465]
Mr. Speaker, I can sum it up in about 90 seconds with a quote from a Speaker who was formerly with the Liberal Party. On March 25, 2004, Speaker Milliken found a prima facie case of privilege concerning the recording disclosure to the media and subsequent publication of confidential proceedings in a meeting of the Ontario Liberal caucus. In that case, the Speaker's own investigation determined that a human error had been made with respect to the broadcasting equipment present in the room.
Despite learning that it was a human error, the Speaker said:
The crux of the matter for the Chair is not the leak of this information, but the publication of leaked information that was manifestly from a private meeting. The concept of caucus confidentiality is central to the operations of the House and to the work of all hon. members. The decision to publish information leaked from a caucus meeting is, in my view, an egregious example of a cavalier and contemptuous attitude to the privacy of all members and that privacy is something upon which all members depend to do their work. It is a situation in my view that cannot go unanswered.
Accordingly, having examined the situation in the matter of the publication of a leak from the caucus meeting of February 25, I find that there is a prima facie breach of privilege and I am prepared to entertain a motion at this time.
I will sum up with that last quote. That pretty well summarizes exactly why I think you, Mr. Speaker, should get involved in this case. Should you find a prima facie case of privilege, I would be prepared to move the appropriate motion. I appreciate the opportunity to present the case.
Monsieur le Président, je peux résumer la chose en 90 secondes en citant un Président qui était membre du Parti libéral. Le 25 mars 2004, le Président Milliken avait conclu, de prime abord, qu'il y avait atteinte au privilège relativement à l'enregistrement, à la divulgation aux médias et à la publication subséquente des délibérations confidentielles de la réunion du caucus libéral de l'Ontario. Dans cette affaire, l'enquête du Président avait permis de déterminer qu'il y avait eu erreur humaine en ce qui concerne l'équipement de radiodiffusion qui se trouvait dans la pièce.
Même en sachant qu'il s'agissait d'une erreur humaine, le Président a dit:
Pour la présidence, l'essentiel de la question n'est pas la fuite des renseignements mais la publication d'une fuite de renseignements provenant manifestement d'une réunion privée. Le respect de la confidentialité des affaires du caucus est essentiel aux opérations de la Chambre et aux travaux des députés. La décision de publier une fuite provenant d'une réunion de caucus est, à mon avis, un exemple flagrant d'une attitude cavalière et méprisante à l'égard du droit à la vie privée dont les députés ont besoin pour faire leur travail. Il s'agit là d'une situation qui ne peut rester sans réponse.
Par conséquent, après examen de la situation concernant la publication d'une fuite provenant de la réunion de caucus du 25 février, je conclus qu'il y a, de prime abord, atteinte au privilège et je suis maintenant prêt à recevoir une motion à cet égard.
Je conclus avec cette citation. Elle résume parfaitement pourquoi je considère que vous, monsieur le Président, devriez intervenir dans cette affaire. Si la question de privilège vous paraît fondée à première vue, je suis prêt à présenter la motion appropriée. Je suis reconnaissant d'avoir pu faire valoir mes arguments.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)

Question No. 2153--
Ms. Hélène Laverdière:
With regard to the announcement by the Minister of International Development that up to $50 million would be granted over two years to the United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East: (a) is the $50 million a new investment; (b) if the answer to (a) is affirmative, is this amount in addition to the funding Global Affairs Canada gives to the Agency every year; and (c) how will the $50 million be granted, broken down by annual investment?
Response
Hon. Maryam Monsef (Minister of International Development and Minister for Women and Gender Equality, Lib.):
Mr. Speaker, on October 12, 2018, the Minister of International Development announced Canada’s support of up to $50 million over two years for Palestinian refugees through the United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East, or UNRWA.
With regard to a) and c), this $50 million amount is new support from Canada to UNRWA over a two-year period, 2018 and 2019. Of this amount, Canada committed $40 million over two years, $20 million for 2018 and $20 million for 2019, to help meet the basic education, health and livelihood needs of millions of vulnerable Palestinian refugees, especially women and children. Canada committed $10 million of this amount over two years, $5 million for 2018 and $5 million for 2019, to provide emergency life-saving assistance to more than 460,000 Palestinian refugees in Syria and Lebanon, through UNRWA’s emergency appeal for the Syria regional crisis.
With regard to b), since 2016, Canada has committed a total of $110 million in support for UNRWA. The $50 million announced in October 2018 is in addition to the $60 million previously committed in support for UNRWA, consisting of a total of $25 million in 2016 for UNRWA’s core programs and its response to the Syria regional crisis, a total of $25 million in 2017 for UNRWA’s core programs and its response to the Syria regional crisis, and an exceptional $10 million in March 2018 for emergency assistance for Palestinian refugees in the West Bank and Gaza.

Question No. 2156--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to overpayment holds from the Phoenix pay system since April 1, 2016: (a) how many employees have had their pay, or part of their pay, put on hold; (b) of the employees in (a), how many of these employees have had their overpayment deducted from their pay; and (c) of the employees in (b), how many of these employees have not yet had their file resolved?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement and Accessibility, Lib.):
Mr. Speaker, employees deserve to be paid properly and on time. Supporting employees facing pay issues and stabilizing the pay system remains a top priority.
While there is still work left to do, the government has taken significant steps to resolve pay issues. We have made steady progress in decreasing the backlog of transactions, improving processes, strengthening and increasing capacity, and providing enhanced services to employees calling the client contact centre.
The government is proposing new measures to support employees who carry the burden of having to repay overpayments due to no fault of their own. These measures will build on our commitment to minimize the financial impacts of Phoenix on employees and fix this unacceptable problem that we inherited from the Conservatives. The government’s proposed measures would allow employees to repay their employer only the net amount of overpayments received in the previous year. As a result, affected employees would generally no longer have to bear the burden of recovering these deductions from the CRA and repaying them to their employer.
In regard to (a), federal employees' pay is never put on hold, including when employees have an overpayment. Overpayments are usually the result of late processing in the Phoenix pay system and can result from the following situations: an employee’s acting pay did not stop when their acting assignment ended; an employee is, or was, on leave without pay and their pay was not stopped; or an employee received pay that they were not entitled to receive.
In early March 2018, the government implemented additional flexible measures to help minimize the financial impact and hardships to employees for the repayment of overpayments related to Phoenix pay system issues.
Recovery of overpaid amounts does not begin until all monies owed to the employee have been paid, the employee has received three consecutive correct pay cheques and a recovery agreement has been established.
Additionally, the government has ensured that employees facing pay issues can request emergency salary advance or priority payments.
For more information, individuals can refer to https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/remuneration-compensation/services-paye-pay-services/systeme-paye-employes-pay-system-employees/trop-payes-overpayments-eng.html.
With regard to (b), 223,173 employees have had an overpayment recovered from their pay between April 1, 2016, and January 31, 2019. The last day of January 2019 was used as a point of reference to provide a month-to-month breakdown.
Members should note that this number includes overpayments that remain in progress for certain employees, in accordance with the individual employee’s recovery agreement. In addition, this number is comprised of true and technical overpayments. However, the Phoenix pay system currently cannot segregate true overpayments from technical overpayments. True overpayments are created in situations where employees receive pay to which they were not entitled. For example, this occurs when an employee’s termination or leave without pay, for example, parental leave, is entered after the pay period of their departure date. Technical overpayments are created to adjust pay and ensure employees receive the pay to which they were entitled. For example, this occurs when an employee’s acting assignment is entered after the pay period in which the acting assignment began. Technical overpayments are typically netted out in the next pay period. They do not have a negative impact on employees. They are entered to offset a payment adjustment and are seamless to the employee.
With regard to (c), producing this information would require manual work that cannot be completed within prescribed timelines.

Question No. 2163--
Mr. Earl Dreeshen:
With regard to Environment and Climate Change Canada’s sponsorship of events and organizations which are opposed to the Trans Mountain Pipeline since November 4, 2015: (a) what is the complete list of such events and organizations which received funding from the government; (b) for each event and organization in (a), what are the details, including (i) name, (ii) date, (iii) title and description of event or organization, (iv) amount provided by the government; and (c) for each sponsorship, what is the government’s justification for providing funding to anti-pipeline entities?
Response
Hon. Catherine McKenna (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Mr. Speaker, Environment and Climate Change Canada does not collect or track the names of events or organizations opposed or in support of the project referenced in Question No. 2163.

Question No. 2167--
Mr. John Nater:
With regard to the television advertising being done by the Canada Pension Plan Investment Board (CPPIB) during the 2019 NFL Playoffs: (a) what was the total amount spent by the CPPIB during the 2019 NFL Playoffs; (b) what are the details, including the total amount budgeted for the advertising campaign from which the expenditures in (a) were drawn; (c) why did the CPPIB advertise during the NFL Playoffs; and (d) does the government consider this advertisement to be a prudent use of taxpayers money?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, it should be noted that the Canada Pension Plan Investment Board, or CPPIB, is neither a department nor an agency of the Crown and, therefore, does not fall within the same guidelines for disclosure. CPPIB is subject to disclosure requirements as set out in the CPPIB Act and reports to federal and provincial finance ministers and Canadians.
CPPIB operating expenses are disclosed in its annual report, which is available online at http://www.cppib.com/en/our-performance/financial-results/.

Question No. 2169--
Mr. Pierre Paul-Hus:
With regard to the briefing note titled “Subject of national security concern granted permanent residency” and the January 2019 media reports that an individual of national security concern was granted permanent residency status: (a) has the individual’s permanent residency status been revoked and, if so, on what date was it revoked; and (b) if the permanent residency status has not been revoked, why has it not been revoked?
Response
Hon. Ralph Goodale (Minister of Public Safety and Emergency Preparedness, Lib.):
Mr. Speaker, pursuant to section 26 of the Privacy Act, the discussion of case specifics without the prior written consent of the individual in question is prohibited.

Question No. 2170--
Mr. Dean Allison:
With regard to the effect of wind farms on birds since January 1, 2016: (a) what are the government’s estimates regarding how many birds have been killed by wind farms; (b) how many wind farms have been issued fines by the government under the Migratory Birds Convention Act; and (c) what specific measures, if any, has Environment and Climate Change Canada done in order to protect birds from getting killed by wind farms?
Response
Hon. Catherine McKenna (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), overall mortality to migratory birds caused by wind turbines is low relative to other sources of mortality, such as cats, windows on buildings, vehicles and transmission lines. More information is available at https://www.ace-eco.org/vol8/iss2/art11/. The most recent estimates, based on extrapolated data, indicate that up to 47,000 birds could be killed from collisions with turbines each year in Canada. More information can be found at https://www.ace-eco.org/vol8/iss2/art10/. Presently, there are more than 6,300 turbines installed across Canada with the largest number of turbines in the province of Ontario. For most species of migratory birds, which have estimated populations that number in the millions, wind turbine-related mortality is not likely to have a biologically significant impact on their populations. However, it is possible that turbines sited in sensitive habitats or where species at risk are concentrated could have population-level impacts.
In regard to (b), our records indicate that no incidences of unlawful migratory bird deaths due to wind turbines were reported to ECCC’s enforcement branch. As such, no wind farms have been issued fines under the Migratory Birds Convention Act, 1994.
With regard to (c), Environment and Climate Change Canada recognizes that multiple renewable sources of energy, including wind, make an important contribution to Canada’s energy mix. In Canada, the provinces have primary jurisdiction over the development of their energy resources, including wind energy. On non-federal lands, both land use planning and the conservation of wildlife habitat are primarily matters of provincial or territorial jurisdiction. The responsibility for conservation of wildlife in Canada is shared between the federal and provincial or territorial governments.
Despite relatively low mortality, in keeping with the federal government's Migratory Birds Convention Act, 1994, ECCC requires that all reasonable measures be taken to avoid incidental mortality of migratory birds. ECCC also provides detailed guidance on this subject to all proponents undertaking activities that could result in incidental mortality of migratory birds. More information can be found at https://www.canada.ca/en/environment-climate-change/services/avoiding-harm-migratory-birds.html.

Question No. 2171--
Mr. Steven Blaney:
With regard to the government’s decision to rename the Champlain Bridge to the Samuel De Champlain Bridge: (a) how much did the government spend on its consultations and the process to pick the new name; and (b) what is the detailed breakdown of the expenses in (a) by line item?
Response
Mr. Marco Mendicino (Parliamentary Secretary to the Minister of Infrastructure and Communities, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to the government’s decision to rename the Champlain Bridge the Samuel de Champlain Bridge, existing internal resources were used for consultations in the process of naming the new bridge the Samuel de Champlain Bridge. Therefore, the consultations did not result in any additional costs.

Question No. 2186--
Mr. Steven Blaney:
With regard to foreign vessels engaged in coasting trade in Canadian waters: (a) how many exemptions did the Minister of Transport issue in (i) 2016, (ii) 2017, (iii) 2018; and (b) in the case of each vessel, what was (i) its country of registration, (ii) its tonnage?
Response
Hon. Marc Garneau (Minister of Transport, Lib.):
Mr. Speaker, the Coasting Trade Act is intended to protect the domestic marine sector by reserving coasting trade to Canadian registered and duty-paid vessels. The act includes a licensing process for the temporary importation of foreign vessels into the Canadian marine sector when a suitable Canadian vessel is not available.
The Minister of Transport has not provided any exemptions given that there is no authority under the act for the minister to issue a general exemption from the licensing requirement. However, the act does include exclusions for foreign vessels to engage in a number of specific coasting trade activities. Responsibility rests with vessel owners to ensure they are eligible to undertake the excluded activities and remain in compliance with the act. These exclusions constitute deregulated activities and are therefore not subject to licensing requirements.

Question no 2153 --
Mme Hélène Laverdière:
En ce qui concerne l'annonce de la ministre du Développement international de verser à l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient jusqu'à 50 millions de dollars sur deux ans: a) la somme de 50 millions de dollars constitue-t-elle un nouvel investissement; b) si la réponse en a) est affirmative, cette somme s'additionne-t-elle à la subvention que verse annuellement Affaires mondiales Canada à l'Office; c) comment sera versée la somme de 50 millions de dollars, ventilé par investissement annuel?
Response
L'hon. Maryam Monsef (ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, Lib.):
Monsieur le Président, le 12 octobre 2018, la ministre du Développement international a annoncé que le Canada fournira jusqu’à 50 millions de dollars sur deux ans en soutien aux réfugiés palestiniens par l’intermédiaire à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient, l’UNRWA.
En ce qui concerne les parties a) et c) de la question, ce montant de 50 millions de dollars représente un nouvel appui du Canada à l’UNRWA sur une période de deux ans, soit pour l’année 2018 et l’année 2019. Sur cette somme, le Canada s’est engagé à verser 40 millions de dollars sur deux ans, soit 20 millions de dollars pour 2018 et 20 millions de dollars pour 2019, afin de combler les besoins de base en matière d’éducation, de santé et de subsistance de millions de réfugiés palestiniens vulnérables, en particulier des femmes et des enfants. Sur ce montant, le Canada s’est également engagé à verser 10 millions de dollars sur deux ans, soit 5 millions de dollars en 2018 et 5 millions de dollars en 2019, pour fournir une aide vitale d’urgence à plus de 460 000 réfugiés palestiniens en Syrie et au Liban. Cette contribution s’inscrit dans le cadre de l’appel d’urgence lancé par l’UNRWA en réponse à la crise régionale en Syrie.
En ce qui concerne la partie b) de la question, depuis 2016, le Canada a engagé une somme de 110 millions de dollars pour appuyer l’UNRWA. Les 50 millions de dollars annoncés en octobre 2018 s'ajoutent aux 60 millions de dollars qui ont déjà été fournis à l'UNRWA, soit un total de 25 millions de dollars en 2016 pour les programmes de base de l'UNRWA et sa réponse à la crise régionale en Syrie, un total de 25 millions de dollars en 2017 pour les programmes de base de l'UNRWA et sa réponse à la crise régionale en Syrie, et 10 millions de dollars exceptionnels en mars 2018 pour une aide d'urgence aux réfugiés palestiniens en Cisjordanie et pour la bande de Gaza.

Question no 2156 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne les mises en attente de trop-payés appliquées par le système de paye Phénix depuis le 1er avril 2016: a) combien d’employés ont vu la totalité ou une partie de leur paye mise en attente; b) du nombre d’employés mentionné en a), combien ont vu leur trop-payé déduit de leur paye; c) du nombre d’employés mentionné en b), combien attendent encore que leur dossier soit réglé?
Response
M. Steven MacKinnon (secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l'Accessibilité, Lib.):
Monsieur le Président, les employés méritent d’être payés correctement et à temps. Nous continuons d’avoir pour priorité absolue de soutenir les employés qui ont des problèmes de paie et de stabiliser le système de paie.
Le travail en ce sens n’est pas terminé, mais le gouvernement a pris des mesures importantes pour résoudre les problèmes de paie. Nous avons réalisé des progrès constants pour ce qui est de réduire l’arriéré de traitement des mouvements de paie, d’améliorer les processus, de renforcer et d’accroître la capacité, ainsi que de fournir de meilleurs services aux employés qui appellent au Centre de contact avec la clientèle.
Notre gouvernement propose de nouvelles mesures pour aider les employés qui doivent rembourser des trop-payés pour des raisons indépendantes de leur volonté. Ces mesures seront fondées sur notre engagement à minimiser les répercussions financières liées au système Phénix sur les employés et à régler ce problème inacceptable que nous avons hérité des conservateurs. Les mesures proposées par notre gouvernement permettraient aux employés de rembourser à leur employeur uniquement le montant net des trop-payés reçus l’année précédente. Ainsi, les employés touchés n’auraient généralement plus à assumer le fardeau de recouvrer les retenues auprès de l’Agence du revenu du Canada et de les rembourser à leur employeur.
En réponse à la partie a) de la question, la paie des employés fédéraux n’est jamais mise en attente, ni même en situation de trop-payés. Les trop-payés découlent généralement d’un traitement en retard dans le système de paie Phénix, notamment à la suite de situations comme celles ci: l’employé recevait toujours une paie pour une nomination intérimaire, même après la date de fin de cette nomination; l’employé est ou était en congé sans solde sans que sa paie ne soit interrompue; ou l’employé a reçu des montants de paie auxquels il n’avait pas droit.
Au début de mars 2018, le gouvernement a adopté d’autres mesures de remboursement souples pour réduire le plus possible les répercussions et difficultés financières subies par les employés qui ont reçu des trop-payés en raison de problèmes liés au système de paie Phénix.
Le remboursement des trop-payés ne commence pas avant que l’employé ait reçu toutes les sommes qui lui sont dues, qu’il ait reçu trois paies exactes consécutives et qu’une entente de remboursement ait été prise.
De plus, le gouvernement fait en sorte que les employés qui éprouvent des problèmes de paie puissent demander une avance de salaire d’urgence ou des paiements prioritaires.
Pour de plus amples renseignements, on peut consulter https://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/remuneration-compensation/services-paye-pay-services/systeme-paye-employes-pay-system-employees/trop-payes-overpayments-fra.html.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, 223 173 employés ont reçu un trop-payé qui a été déduit de leur salaire entre le 1er avril 2016 et le 31 janvier 2019. Le dernier jour de janvier 2019 a servi de point de référence pour la présentation d’une ventilation mensuelle.
Il est à noter que: ce nombre comprend les trop-payés qui sont toujours en cours dans le cas de certains employés, conformément à l’entente de recouvrement individuelle conclue avec ces employés; ce nombre comprend les trop-payés véritables et les trop-payés administratifs. Cela dit, le système de paie Phénix n’est actuellement pas en mesure d’établir une distinction entre les trop-payés véritables et les trop-payés administratifs. Un trop-payé véritable est créé lorsqu’un employé reçoit une paie à laquelle il n’a pas droit. Par exemple, c’est le cas lorsque la cessation d’emploi ou le congé non payé, comme un congé parental, d’un employé est saisi après la période de paie dans laquelle tombe la date du départ. Un trop-payé administratif est créé pour rajuster la paie d’un employé et veiller à ce que celui-ci reçoive la paie à laquelle il a droit. Par exemple, c’est le cas lorsque l’affectation intérimaire d’un employé est saisie après la période de paie au cours de laquelle cette affectation a commencé. Les trop-payés administratifs sont généralement déduits à la période de paie suivante. Ils n’ont pas d’incidence négative pour l’employé; ils sont saisis pour compenser un rajustement de paiement et n’entraînent pas de discontinuité pour l’employé visé.
Enfin, en ce qui concerne la partie c) de la question, pour produire cette information, il faudrait un traitement manuel qu’il n’est pas possible de réaliser dans les délais impartis

Question no 2163 --
M. Earl Dreeshen:
En ce qui concerne la commandite par Environnement et Changement climatique Canada d’événements et d’organismes qui s’opposent au pipeline Trans Mountain depuis le 4 novembre 2015: a) quelle est la liste complète des événements et des organismes qui ont reçu des fonds du gouvernement; b) pour chaque événement et organisme mentionné en a), quels sont les détails, y compris (i) le nom, (ii) la date, (iii) le titre et la description de l’événement ou de l’organisme, (iv) le montant versé par le gouvernement; c) pour chaque commandite, quelle est la justification du gouvernement pour avoir financé une entité opposée au pipeline?
Response
L’hon. Catherine McKenna (ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Lib.):
Monsieur le Président, Environnement et Changement climatique Canada ne recueille ni ne suit les noms d'événements ou d'organisations qui s’opposent ou qui soutiennent le projet auquel fait référence cette question.

Question no 2167 --
M. John Nater:
En ce qui concerne la publicité télévisée de l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (OIRPC) diffusée durant les éliminatoires 2019 de la NFL: a) quel a été le montant total dépensé par l’OIRPC à cet effet; b) quels sont les détails, dont le montant total du budget alloué à la campagne publicitaire duquel sont soustraites les dépenses mentionnées en a); c) pourquoi l’OIRPC a-t-il choisi de s’annoncer durant les éliminatoires de la NFL; d) le gouvernement juge-t-il qu’il s’agit là d’une utilisation prudente de l’argent des contribuables?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, il convient de noter que l’Office d’investissement du RPC n’est ni un ministère ni un agent de la Couronne et n’est donc pas tenu de suivre les mêmes directives en matière de divulgation d’information. L’Office d’investissement du RPC est soumis aux exigences de divulgation stipulées par la Loi sur l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada et relève des ministres des Finances fédéraux et provinciaux, ainsi que des Canadiens.
Les dépenses opérationnelles de l’OIRPC sont indiquées dans son rapport annuel, qui est disponible en ligne à l’adresse suivante: http://www.cppib.com/fr/our-performance/financial-results/.

Question no 2169 --
M. Pierre Paul-Hus:
En ce qui concerne la note d’information au sujet de la résidence permanente accordée à un individu représentant un risque pour la sécurité nationale et les reportages des médias en janvier 2019 à ce propos: a) le statut de résident permanent de l’individu en question a t il été révoqué et, dans l’affirmative, quelle est la date de la révocation; b) si le statut de résident permanent n’a pas été révoqué, pourquoi ne l’a-t-il pas été?
Response
L'hon. Ralph Goodale (ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Lib.):
Monsieur le Président, en vertu de l’article 26 de la Loi sur la protection des renseignements personnels, la discussion de détails d’un cas sans le consentement écrit préalable de la personne en question est interdite.

Question no 2170 --
M. Dean Allison:
En ce qui concerne l’effet des parcs éoliens sur les oiseaux depuis le 1er janvier 2016: a) à combien le gouvernement évalue-t-il le nombre d’oiseaux tués dans des parcs éoliens; b) à combien de parcs éoliens des amendes ont-elles été imposées par le gouvernement en vertu de la Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs; c) quelles mesures précises, le cas échéant, ont été prises par Environnement et Changement climatique Canada pour éviter que des oiseaux ne soient tués dans des parcs éoliens?
Response
L’hon. Catherine McKenna (ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la mortalité globale des oiseaux migrateurs causée par les éoliennes est faible par rapport aux autres sources de mortalité, comme les chats, les fenêtres de bâtiments, les véhicules et les lignes de transport d’électricité; on peut consulter le site Web suivant: https://www.ace-eco.org/vol8/iss2/art11/. Seul le résumé de l’étude est disponible en français. Les estimations les plus récentes, fondées sur des données extrapolées, indiquent que jusqu’à 47 000 oiseaux pourraient être tués lors de collisions avec des éoliennes chaque année au Canada; on peut consulter le site Web suivant: https://www.ace-eco.org/vol8/iss2/art10/. Seul le résumé de l’étude est disponible en français. À l’heure actuelle, on trouve plus de 6 300 éoliennes au Canada, et l’Ontario en compte le plus grand nombre. Pour la plupart des espèces d’oiseaux migrateurs, dont les populations sont estimées à des millions, la mortalité due aux éoliennes n’est pas susceptible d’avoir des conséquences biologiquement significatives sur les populations. Toutefois, il est possible que les éoliennes se trouvant dans des habitats sensibles ou des habitats où se concentrent des espèces en péril puissent avoir des répercussions au niveau des populations.
En ce qui concerne la partie b) de la question, selon nos dossiers, aucun cas de mort illicite d’oiseaux migrateurs due à des éoliennes n’a été signalé à la Direction générale de l’application de la loi d’Environnement et Changement climatique Canada, ou ECCC. Par conséquent, aucun parc éolien n’a été condamné à une amende en vertu de la Loi de 1994 sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, ECCC reconnaît que de multiples sources d’énergie renouvelable, dont l’énergie éolienne, contribuent de façon importante au parc énergétique du Canada. Au Canada, les provinces sont les premières responsables de la mise en valeur de leurs ressources énergétiques, y compris l’énergie éolienne. Sur les terres non fédérales, l’aménagement du territoire et la conservation de l’habitat faunique relèvent principalement de la compétence des provinces et des territoires. La responsabilité de la conservation des espèces sauvages au Canada est partagée entre les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux.
En dépit d’un taux de mortalité relativement bas, dans l’esprit de la Loi de 1994 sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs du gouvernement fédéral, ECCC exige que toute mesure raisonnable soit prise pour éviter la mortalité accidentelle des oiseaux migrateurs. ECCC fournit également des lignes directrices détaillées à ce sujet à tous les promoteurs qui entreprennent des activités susceptibles d’entraîner la mortalité accidentelle des oiseaux migrateurs (voir le site Web suivant: https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/prevention-effets-nefastes-oiseaux- migrateurs.html

Question no 2171 --
M. Steven Blaney:
En ce qui concerne la décision du gouvernement de changer le nom du pont Champlain pour le pont Samuel-De Champlain: a) combien le gouvernement a-t-il dépensé pour mener les consultations et choisir le nouveau nom; b) quelle est la ventilation détaillée des dépenses indiquées en a) par poste budgétaire?
Response
M. Marco Mendicino (secrétaire parlementaire du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne la décision du gouvernement de changer le nom du pont Champlain pour le pont Samuel-De Champlain, des ressources internes existantes ont été utilisées pour les consultations dans le processus pour nommer le nouveau pont Samuel-De Champlain. Les consultations n’ont donc généré aucun coût additionnel.

Question no 2186 --
M. Steven Blaney:
En ce qui concerne le cabotage dans les eaux territoriales canadiennes par des navires battant pavillon étranger: a) combien de dispenses ont été émises par le ministre des Transports en (i) 2016, (ii) 2017, (iii) 2018; b) pour chacun des navires, quel est (i) le pays d'enregistrement, (ii) le tonnage?
Response
L’hon. Marc Garneau (ministre des Transports, Lib.):
Monsieur le Président, la Loi sur le cabotage vise à protéger le secteur maritime canadien en réservant le cabotage aux navires immatriculés au Canada et aux navires dédouanés. La Loi inclut un processus de délivrance de licences pour l’importation temporaire de navires étrangers dans le secteur maritime canadien lorsqu’aucun navire canadien adapté n’est disponible.
Je n’ai prévu aucune exemption étant donné que la Loi n’autorise pas le ministre à délivrer une exemption générale de l’exigence de délivrance de licences. Toutefois, la Loi inclut des exclusions pour autoriser des navires étrangers à se livrer à un certain nombre d’activités précises de cabotage. Il incombe au propriétaire du navire de s’assurer qu’il peut se livrer à l’activité exclue en demeurant conforme à la Loi. Celles-ci constituent des activités exclues de l’exigence d’obtenir une licence.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 2272--
Mr. Michael Barrett:
With regard to the Clerk of the Privy Council: did the Clerk have any discussions or interactions with the Prime Minister or his exempt staff, or other ministers or their exempt staff, regarding his appearance at the Standing Committee on Justice and Human Rights on February 21, 2019, prior to his appearance at the Committee, and, if so, what are the details of any such discussions or interactions, including (i) date, (ii) form, (iii) list of participants, (iv) summary?
Response
Mr. Peter Schiefke (Parliamentary Secretary to the Prime Minister (Youth), Lib.):
Mr. Speaker, the answer is no.

Question no 2272 --
M. Michael Barrett:
En ce qui concerne le greffier du Conseil privé: le greffier a-t-il eu des discussions ou des échanges avec le premier ministre ou son personnel exonéré, ou avec d’autres ministres et leur personnel exonéré, au sujet de sa comparution devant le Comité permanent de la justice et des droits de la personne le 21 février 2019, avant sa comparution devant le Comité et, le cas échéant, quels sont les détails de ces discussions ou échanges, y compris (i) la date, (ii) la forme, (iii) la liste des participants, (iv) le résumé?
Response
M. Peter Schiefke (secrétaire parlementaire du premier ministre (Jeunesse), Lib.):
Monsieur le Président, la réponse est non.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)

Question No. 2035--
Mr. Hunter Tootoo:
With regard to the financial reviews to which the Nunavut Planning Commission was subjected for the financial years ranging from 2012 to 2017: (a) what are the names and titles of the persons who determined that these reviews were necessary; (b) what was the rationale for determining that the audits were necessary; (c) how much did the KPMG review, which covered the years 2012-13 to 2014-15, cost; (d) how much did the Ernst and Young review, which covered the years 2015-16 and 2016-17, cost; and (e) what were the findings and observations of these reviews?
Response
Mr. Marc Miller (Parliamentary Secretary to the Minister of Crown-Indigenous Relations, Lib.):
Mr. Speaker, insofar as Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs Canada, CIRNAC, and its special operating agency Indian Oil and Gas Canada, IOGC, are concerned, the response is as follows. With regard to part (a), it was Anne Scotton, chief audit and evaluation executive, CIRNAC.
With regard to part (b), the 2018 financial review by Ernst & Young was a follow-up on the previous review of the Nunavut Planning Commission, NPC, completed in August 2016 by KPMG. The purpose of both reviews was to provide an independent and objective opinion on whether CIRNAC funding had been expended in accordance with the terms and conditions of CIRNAC’s funding agreement with the NPC for the 2012-13, 2014-15, 2015-16, and 2016-17 fiscal years, for both core and supplemental funding. Both reviews were conducted to examine compliance with the approved funding agreement and did not examine value for money.
With regard to part (c), for 2015-16, the professional fees were $82,617.84, and the travel fees were $8,844.20. For 2016-17, the professional fees were $18,897.24, and the travel fees were $2,662.56.
With regard to part (d), for 2017-18, the professional fees were $48,055.26, and the travel fees were $12,555.09.
With regard to part (e), a summary of the 2016 financial review of the Nunavut Planning Commission by KPMG and of the 2018 financial review of the Nunavut Planning Commission by Ernst & Young can be found at the following links: for 2016, https://www.aadnc-aandc.gc.ca/eng/1473944259394/1473944507036; for 2018, https://www.rcaanc-cirnac.gc.ca/eng/1536847791557/1536848025495.

Question No. 2037--
Mr. Ted Falk:
With respect to proposals being considered by Innovation, Science and Economic Development Canada with regard to Internet services in rural areas since November 4, 2015: (a) has the department considered a proposal that would take broadband spectrum used by rural wireless providers and auction it off for 5G wireless to be used mainly in large urban centres; (b) if the answer to (a) is affirmative, (i) is the department pursuing this proposal, (ii) how many Canadian households would be affected by this change, (iii) has the department undertaken an analysis to determine the impact of a decline in Internet services in rural communities, (iv) does the department have a plan to provide alternative spectrum to existing users, (v) has the department engaged in consultations with rural Canadians and other stakeholders about this proposal; (c) if the answer to (b)(iii) is affirmative, what did the analysis determine; (d) if the answer to (b)(iii) is negative, why was no analysis undertaken; (e) if the answer to (b)(v) is affirmative, (i) what were the dates and locations of each consultation, (ii) who was consulted, (iii) what feedback was provided; and (f) if the answer to (b)(v) is negative, why were no consultations undertaken?
Response
Hon. Navdeep Bains (Minister of Innovation, Science and Economic Development, Lib.):
Mr. Speaker, rural Internet is not at risk. The government is delivering on its commitment to connect more and more rural Canadian communities.
Innovation, Science and Economic Development Canada, ISED, is considering how best to prepare for 5G in a way that lets all Canadians, including those in rural and remote communities, benefit from the next generation of wireless technologies. 5G is expected to add $40 billion to annual GDP by 2026, creating more jobs for Canadians.
As the 3500 MHz band is expected to be one of the first used for 5G services, the government held a public consultation on proposals to facilitate the initial deployment of 5G in Canada. The proposal included options for repurposing some spectrum from existing licensees in both urban and rural areas. All comments received through this consultation process are available online at http://www.ic.gc.ca/eic/site/smt-gst.nsf/eng/sf11401.html.
This process is about maintaining and expanding rural broadband coverage, while establishing conditions where faster and cheaper Internet is more widely available through modern technologies.
Rural Internet is a priority for the government. This is demonstrated by investments totalling $500 million in connectivity for rural communities. The connect to innovate program is bringing new or improved high-speed access to more than 900 rural and remote communities, because all Canadians deserve equal opportunities in the digital economy, regardless of their postal code.

Question No. 2038--
Ms. Michelle Rempel:
With regard to Member of Parliament inquiries to the Immigration and Refugee Board on behalf of constituents: (a) what is the average time it takes to respond in full to an inquiry, broken down by year from 2015 to 2018; and (b) how many staff are currently assigned to answer Member of Parliament inquiries?
Response
Hon. Ahmed Hussen (Minister of Immigration, Refugees and Citizenship, Lib.):
Mr. Speaker, insofar as the Immigration and Refugee Board of Canada, IRB, is concerned, with regard to (a), the IRB aims to respond to inquiries by members of Parliament, or MPs, and their constituency staff within two weeks of receipt. The IRB does not keep track of processing times for each inquiry by calendar year.
As of December 10, 2018, there are no inquiries that remain to be addressed, which is well within the working inventory of 20 requests at any given time.
With regard to (b), one half of a full-time equivalent employee, FTE, is assigned to MP inquiries.

Question No. 2039--
Ms. Michelle Rempel:
With regard to Pakistani refugees in Thailand with currently pending private sponsorship applications before Immigration, Refugees and Citizenship Canada: (a) how many cases are currently awaiting resettlement to Canada; (b) what is the current wait time for privately sponsored Pakistani refugees in Thailand to be resettled; and (c) when does the government anticipate reducing the wait time to 12 months, as was promised?
Response
Hon. Ahmed Hussen (Minister of Immigration, Refugees and Citizenship, Lib.):
Mr. Speaker, insofar as Immigration, Refugees and Citizenship Canada, IRCC, is concerned, with regard to (a), as of November 26, 2018, in the inventory there are a total of 160 privately sponsored refugee applications, which excludes cancelled and prospective applications, representing 450 persons of Pakistani origin--principal applicant based on country of citizenship--residing in Thailand.
With regard to (b), processing of privately sponsored refugees is influenced by numerous factors, including the security situation of the area in which the refugee is located, exit clearance processing, and difficulty reaching refugees in remote areas. Wait times are further influenced by individual office capacity and intake management.
Processing times are posted by the migration or visa office and are not broken down by specific nationalities or populations. While IRCC cannot provide specific timing for processing of privately sponsored Pakistani refugees from Thailand, the current processing time for the majority of privately sponsored refugees applying from Thailand is 25 months. The processing time indicates how long it has taken to process most complete applications in the past 12 months.
IRCC is closely monitoring the situation in Thailand regarding the government restrictions on all irregular migrants. IRCC is actively making efforts to expedite the processing of recognized refugees in Canada’s resettlement process who are at imminent risk of refoulement.
With regard to (c), due to the generosity of Canadians, IRCC has seen an increase in demand for the private sponsorship of refugees. The continued high level of interest from private sponsors is a reflection of the success of the program. At the same time, IRCC must manage the intake of applications in order to be able to process them in a timely way based on the immigration levels plan.
IRCC is working to achieve our goal of reducing wait times to an average of 12 months. These changes will ensure the long-term success of the program, which is, and will remain, an integral part of Canada’s immigration program.
The government has more than tripled the number of spaces available in the privately sponsored refugee program over pre-2015 levels, to allow even more Canadians to sponsor refugees to Canada and to reduce wait times.
IRCC is continuing to discuss options for a way forward with sponsors and remains committed to reducing the privately sponsored refugee inventory in a way that is fair for sponsors and refugees alike.

Question No. 2040--
Ms. Hélène Laverdière:
With respect to the Supplementary Estimates (A) 2018-2019 and the voted appropriations for the Funding for the 2018 G7 Summit in Charlevoix: what are the details of Vote 1a estimated at $10,698,215, broken down by (i) operating expenses for transport, (ii) operating expenses for furniture rental, (iii) operating expenses for equipment, (iv) operating expenses for photography, (v) operating expenses for broadcasting, (vi) operating expenses for communications?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Foreign Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, Canada was proud to hold the G7 presidency from January 1 to December 31, 2018, and used this important opportunity to speak with a strong voice on the international stage on issues that matter to Canadians, as well as to engage G7 counterparts on global challenges. The themes chosen by Canada focused discussions on finding concrete solutions to the challenge we all face: how to create growth that benefits everyone, including the middle class and those working hard to join it. Canada’s presidency resulted in the G7 community making important progress on the goals of ensuring that all citizens benefit from our global economy, and that we leave a healthier and more secure world for our children.
The $10,698,215 in supplementary estimates (A) for 2018-19 was not requested for the specific line items as listed above.
The amount of $10,698,215 is a reprofiling request to transfer unused G7 summit funding from the 2017-18 fiscal year to 2018-19. As such, this amount was not a request for new funding.

Question No. 2041--
Mr. Pierre Poilievre:
With regard to the Canada Revenue Agency (CRA): (a) what is the amount of tax collected and assessed by the CRA because of the deemed disposition of assets that is triggered pursuant to paragraph 128.1(4)(b) of the Income Tax Act as a result of an individual becoming a non-resident of Canada, broken down by taxation years (i) 2015, (ii) 2016, (iii) 2017; and (b) what is the amount of gains and losses reported to the CRA by individuals on prescribed forms T1161 and T1243, broken down by taxation years (i) 2015, (ii) 2016, (iii) 2017?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, the information provided on forms T1161 and T1243 by taxpayers is not captured on CRA databases for reporting purposes, and cannot be used to produce aggregate data in the manner requested.

Question No. 2044--
Mr. Pierre-Luc Dusseault:
With respect to the Paradise Papers affair, the fight against offshore tax non-compliance and aggressive tax planning: (a) how many taxpayers’ or Canadian companies’ files are currently open at the Canada Revenue Agency; (b) how many taxpayers’ or Canadian companies’ files have been sent to the Public Prosecution Service of Canada; (c) how many taxpayers’ or Canadian companies’ files are linked to the marijuana industry; (d) how many employees are assigned to Paradise Papers files; (e) how many audits have been performed since the release of the Paradise Papers; and (f) how much has the Canada Revenue Agency recovered in total?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib):
Mr. Speaker, with regard to part (a), the CRA has obtained and is actively reviewing all the information contained in the paradise papers that was released publicly by the International Consortium of Investigative Journalists, ICIJ, to determine whether an audit had already occurred or whether an audit should be undertaken.
The CRA has identified over 3,000 individuals or corporations with links to the paradise papers. Please note this figure includes those non-residents or taxpayers identified by the CRA prior to the release of information by the ICIJ, who may have been engaged in tax avoidance transactions.
With regard to part (b), to date, no Canadian taxpayer or company has been referred to the Public Prosecution Service of Canada for criminal prosecution as a result of information received from the paradise paper affair.
With regard to part (c), the CRA does not have this information.
With regard to part (d), more than 25 CRA employees have been assigned specific work relating to the paradise papers, including research, data analytics, risk assessments, audits and coordinating efforts with the agency’s international partners.
With regard to part (e), to date, approximately 100 taxpayers with links to the paradise papers have been identified for audit.
Through its international agreements, the CRA continues to obtain the required source documents from other tax administrations. Audits and criminal investigations such as those linked to the paradise papers are complex and, due to those complexities, can require months or years to complete.
With regard to part (f), as of the date of this question, the CRA has not made any reassessments for audits related to the paradise papers, including those audits that had begun prior to the receipt of the information from the release of information by the ICIJ.
The CRA has reported on collection related to offshore compliance projects in the past, several years after the projects were completed to allow time period for the objection rights of taxpayers. The CRA will do so for the paradise papers. The CRA will report on these figures publicly once they are compiled.
Also, the CRA decided to restrict access to the voluntary disclosure program, if the CRA has already received information on a taxpayer’s, or a related taxpayer’s, potential involvement in tax non compliance--for example, a leak of offshore financial information such as the paradise papers. This choice will extend the time to finalize the CRA’s work, but will deliver stronger consequences to those involved in offshore non-compliance schemes.

Question No. 2055--
Mr. Matt Jeneroux:
With regard to the $477 million provided to the Canada Infrastructure Bank in the 2018-19 Supplementary Estimates (A): what is the itemized breakdown of how the $477 million is projected to be utilized?
Response
Mr. Marco Mendicino (Parliamentary Secretary to the Minister of Infrastructure and Communities, Lib.):
Mr. Speaker, supplementary estimates (A) listed a transfer from the Department of Finance to the Canada Infrastructure Bank, CIB, in the amount of $477,284,533 for the 2018-19 fiscal year. This amount represents $450,000,000 for capital appropriations and $27,284,533 for operating appropriations for CIB’s 2018-19 approved budgets.
The CIB announced that the investment in the Réseau Express Métropolitain, REM, light rail project in Montréal will come from capital appropriations.
The operating appropriations are allocated to administration activities, such as human resources, premises and equipment, information technology and professional fees and services, including finance, legal, accounting, external audit and consultants and advisers for the REM investment.
As it is legislatively appropriated, the CIB’s appropriations are held in the consolidated revenue fund, and the CIB will request a drawdown from the Department of Finance up to the amount required, as required for its operating and capital needs and based on approved budgets in its corporate plan.

Question No. 2065--
Mrs. Cheryl Gallant:
With regard to funding for legal assistance provided to government employees, broken down by department or agency, and by year since 2016: (a) how many employees received legal assistance funding; (b) how many employees requested or applied for legal assistance funding in relation to a matter arising from their actions as a government employee; (c) of the individuals in (b) how many were (i) approved for funding, (ii) denied funding; and (d) what was the (i) average amount spent per individual who received legal funding, (ii) total expenditure on legal assistance?
Response
Mr. Kevin Lamoureux (Parliamentary Secretary to the Leader of the Government in the House of Commons, Lib.):
Mr. Speaker, in processing parliamentary returns, the government applies the Privacy Act and the principles set out in the Access to Information Act. A response to the question could disclose personal and solicitor privileged information.

Question No. 2070--
Ms. Brigitte Sansoucy:
With regard to construction delays for the new Champlain Bridge and the new negotiations between the Signature on the Saint Lawrence Group and Infrastructure Canada: (a) how much is the fine for every day of delay; (b) what is the maximum fine amount; (c) what caused the delays that were beyond the control of the Signature on the Saint Lawrence Group, broken down by type; (d) on what date will the fines come into effect; (e) will the financial penalty system outlined in the contract signed in 2015 be maintained; and (f) what is the estimated final financial cost incurred due to the construction delays?
Response
Mr. Marco Mendicino (Parliamentary Secretary to the Minister of Infrastructure and Communities, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to construction delays of the new Champlain Bridge and the new negotiations between the Signature on the Saint Lawrence Group and Infrastructure Canada, and (a) in particular, the liquidated damages related to the bridge opening are of $100,000 per day for the first seven days of delays and of $400,000 per day, minus interest on the senior debt, afterward.
With regard to (b), the maximum amount of liquidated damages that can be charged for delays to the bridge opening is $150 million.
With regard to (c), the various causes of the delays and impacts of each cause are part of ongoing confidential commercial discussions. However, part of the delays is due to the crane operators strike.
With regard to (d), as per the contract, liquidated damages only start if the private partner is late in opening the bridge to traffic and subsequently late in delivering the whole corridor. The contractual dates are December 21, 2018, and October 31, 2019, but are subject to change if there are events out of the private partner's control, such as strikes.
With regard to (e), it is Canada’s intention to apply the contract.
With regard to (f), the costs, if any, and the responsibility for these costs are part of ongoing confidential commercial discussions.

Question No. 2071--
Ms. Brigitte Sansoucy:
With regard to the Supplementary Estimates (A), 2018–19, and Votes 1a and 5a for the Funding for the New Champlain Bridge Corridor Project: (a) what is the detailed justification for the difference between the payment to Signature on the Saint Lawrence provided by the settlement agreement dated April 13, 2018, of $235 million and the amount in Vote 5a of $257,522,708; (b) what will be the total amount paid to Signature on the Saint Lawrence under the settlement agreement between the government and Signature on the Saint Lawrence; and (c) what are the details of the funding requirement for Vote 1a of $34,234,247?
Response
Mr. Marco Mendicino (Parliamentary Secretary to the Minister of Infrastructure and Communities, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), there were two items in the Supplementary Estimates (A) that were approved for the new Champlain Bridge corridor project, the NCBC project. The first was for $235 million, which is for approval to amend an existing contract authority and to fund acceleration measures and a negotiated settlement pertaining to the new Champlain Bridge corridor project, as per budget 2014. The second was for $22.5 million, which is part of the $56 million lapsed funding from fiscal year 2017-18 that was reprofiled into 2018-19 through Supplementary Estimates (A). Of this, $15.2 million will be used to settle expropriation claims for one property belonging to Nuntip and 31 properties from the City of Montreal. The remaining funding will be used to finance postponed work as it related to flagmen as part of the CN agreement, for $3 million, and various environmental compensation projects, for $4.3 million. The total is $257.5 million.
With regard to (b), a maximum of $235 million will be paid to Signature on the Saint-Lawrence under the settlement agreement.
With regard to (c), the amount of $33.2 million represents funding for future project operating requirements. Reprofiling this amount will ensure that funds remain available to address project needs. The remaining balance of $1 million will cover costs associated with the lease of properties from PWGSC to complete delayed environmental compensation projects. The total is $34.2 million.

Question No. 2072--
Ms. Brigitte Sansoucy:
With regard to the lawsuit filed with the Superior Court of Québec by Signature on the Saint Lawrence against Infrastructure Canada in March 2017: what were the government’s total legal expenses in (i) 2017, (ii) 2018?
Response
Mr. Marco Mendicino (Parliamentary Secretary to the Minister of Infrastructure and Communities, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to the lawsuit filed with the Superior Court of Québec by Signature on the Saint Lawrence against Infrastructure Canada in March 2017, the government's total legal expenses incurred were $75,561.09 in 2017 and $1,419.54 in 2018, taking into consideration the fact that the parties consented to a stay of the legal proceedings in order to allow them to use the contractual dispute resolution mechanism.

Question No. 2075--
Mr. Alistair MacGregor:
With respect to the Minister of Agriculture and Agri-Food’s trip to China in November 2018: (a) who were all the participants on the trip, broken down by (i) the Minister’s staff, (ii) Members of Parliament (iii) Senators, (iv) departmental employees, (v) other invitees; (b) for each participant identified in (a), what was the cost of the trip, broken down by (i) total cost, (ii) accommodations, (iii) travel, (iv) meals, (v) all other expenses; (c) what are the details for all events and hospitality organized during the trip, including (i) dates, (ii) city, (iii) number of participants, (iv) total cost; and (d) what agreements or arrangements were signed?
Response
Hon. Lawrence MacAulay (Minister of Agriculture and Agri-Food, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a) through (c), this information will be made available on proactive disclosure through the website https:// open.canada.ca/en/ search/travel.
With regard to (d), the government is committed to expanding trade opportunities with China for our agriculture, agri-food and seafood sectors, which will help create good middle-class jobs and more opportunities for Canadians and help increase agricultural exports to $75 billion by 2025. While in China, Canada signed 18 agriculture and agri-food deals with Chinese companies worth over $353.3 million. They are described here. The Canadian organization Natural Burg Group signed an agreement with Chinese organization Shaanxi Investment Group / Huashan Venture Technology Development Co., Ltd. The Canadian firm Canada Grand Enterprises Inc. signed an agreement with Chinese organization Zhejiang International E-commerce Service Co., Ltd. The Canadian government and Agriculture and Agri-Food Canada signed a memorandum of understanding with Chinese organization Shanghai Hema Network Technology Co. Ltd. The Canadian firm All Impact Foods Inc. signed an agreement with Chinese organization Wuhan Jinyu Free Trade Development Co., Ltd. The Canadian firm CAC Natural foods Inc. signed an agreement with Chinese organization China Certification & Inspection Group, or CCIC. The Canadian firm Sun Wah Foods Ltd. signed an agreement with Chinese organization China Certification & Inspection Group, or CCIC. The Canadian organization Avalon Dairy Limited signed an agreement with Chinese organization China Certification & Inspection Group, or CCIC. The Canadian organization Avalon Dairy Limited signed an agreement with Chinese organization Dandong Chengxie Trade Co.,Ltd. The Canadian organization Atlantic Canada Business Network signed a memorandum of understanding with Greenland Zhongxuan (Shanghai) International Trade Co. Ltd. The Canadian organization Red Rover signed a memorandum of understanding with Chinese organization Greenland Zhongxuan (Shanghai) International Trade Co. Ltd. The Canadian organization Cavendish Farms signed an agreement with Chinese organization COFCO Premier. The Canadian firm Richardson International Limited signed a letter of intent with Chinese organization China SDIC International Trade Co., Ltd. The Canadian firm CAC Natural foods Inc. signed a memorandum of understanding with Chinese organization Greenland Zhongxuan (Shanghai) International Trade Co. Ltd. The Canadian firm Natunola Health Inc. signed an agreement with Chinese organization Shanghai Liangyou Group Company Limited. The Canadian organization Canadian Beef International Institute signed an agreement with Chinese organization Shanghai HaiBo Investment Co., Ltd. / Million Group. The Canadian firm Maple Horizons Ltd. signed a memorandum of understanding with Chinese organization Greenland Zhongxuan (Shanghai) International Trade Co. Ltd. The Canadian firm Maple Horizons Ltd. signed a letter of intent with Chinese organization Anhui Imported Foods Industrial Park.

Question No. 2076--
Ms. Michelle Rempel:
With regard to government advertising during the 106th Grey Cup broadcast on November 25, 2018: (a) what is the total amount spent on advertising during the broadcast, including the pre-game and post-game shows; (b) of the amount in (a), how much was spent on (i) ads promoting the Trans Mountain Pipeline, (ii) other ads, broken down by campaign; and (c) what is the breakdown of the amounts in (a) and (b) by station?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement and Accessibility, Lib.):
Mr. Speaker, PSPC is responding on behalf of the Government of Canada specifically for those institutions under Schedules I, I.1 and II of th Financial Administration Act.
With regard to (a), the government spent $92,678 during the broadcast. No government advertisements aired during the pre-game or post-game shows. Members should please note that this amount is a planned expenditure; the actual amount is not yet available as final invoices have not been received.
With regard to (b), none of the amount spent on advertising by the government was spent on ads promoting the Trans Mountain pipeline. The government advertising campaigns featured were Health Canada ads on opioids and vaccination, and National Defence ads on the 100-plus careers campaign.
With regard to (c), in total, five advertisements ran on TSN and RDS. With regard to the breakdown of the amount spent per campaign and per station, the Government of Canada does not disclose information about the specific amounts paid for individual ad placements or the amounts paid to specific media outlets with which we have negotiated rates. This information is considered commercially sensitive third party information and is protected under the Access to Information Act.

Question No. 2083--
Mr. Pat Kelly:
With regard to the CBC report in November 2018 showing that the privacy of at least 10,000 Canadians was compromised by Canada Revenue Agency (CRA) employees “snooping” on their information and accessing taxpayers private financial data without authorization: (a) how many Canadians were affected by CRA employees accessing data without authorization since November 4, 2015; (b) of the Canadians in (a) whose data was compromised by CRA employees, as of today, how many have received notification from the government that their data was compromised; (c) for each instance in (a), but where Canadians were not notified that their data was compromised, for what reason were they not notified; (d) how many CRA employees accessed data without authorization since November 4, 2015; and (e) of the CRA employees in (d), how many were disciplined, broken down by type of disciplinary actions (reprimand, termination, etc.)?
Response
Hon. Diane Lebouthillier (Minister of National Revenue, Lib.):
Mr. Speaker, members should note that the CRA has over 40,000 employees working across Canada. Employee behaviour and expectations are guided by the CRA code of integrity and professional conduct, “the code”, and the values and ethics code for the public sector. The consequences of misconduct are set out in the CRA directive on discipline, “the directive”.
Please note that the code contains specific references to the privacy and confidentiality of taxpayer information and refers to CRA’s detection and prevention of unauthorized access or unauthorized disclosure of taxpayer information.
With regard to the failure to protect information, the code notes that the legal obligation to safeguard the confidentiality and integrity of taxpayer information flows from the Income Tax Act; the Excise Tax Act; the Excise Act, 2001; the Privacy Act; and the Access to Information Act.
The code references the protection of CRA proprietary and taxpayer information. Employees are informed that they must never access any information that is not part of their officially assigned workload, including their own information; disclose any CRA information that has not been made public without official authorization; serve, or deal with the file of, friends, acquaintances, family members, business associates, current or former colleagues, or current or former superiors unless prior approval has been obtained from their manager; or use any CRA information that is not publicly available for any personal use or gain, or for the use or gain of any other person or entity. If the security of CRA or taxpayer information is compromised, the code requires that it must be reported immediately.
With regard to (a), between November 4, 2015, and November 27, 2018--that is, the date of the question--the CRA had 264 confirmed privacy breaches as a result of unauthorized access to taxpayer accounts by CRA employees. A total of 41,361 Canadians were affected by these incidents.
With regard to (b) and (c), in every case in which a CRA investigation determines that an employee has made unauthorized access to taxpayer accounts, the CRA uses Treasury Board Secretariat of Canada guidelines, found at http://www. tbs-sct.gc.ca /pol/doc-eng. aspx?id=26154) to assess the risk of injury to each affected individual and notifies them accordingly. Notification is done predominantly by letter, which includes information about the taxpayer’s right of complaint to the Office of the Privacy Commissioner of Canada.
To date, the CRA has notified 1,640 of the affected individuals that unauthorized accesses have been made to their accounts. An additional 34 notifications are in progress and the notification letters to the affected individuals are currently being prepared.
For 37,502 individuals for whom the risk of injury was assessed as low, the individuals were not notified. Information was viewed as part of various ALPHA T searches, but accounts were not directly accessed. An ALPHA T search is used to search for an individual using various search criteria (name, address, postal code, etc.), when the SIN is not available.
For a number of other reasons, 2,185 individuals were not notified. These reasons included the individual being deceased with no authorized representative on file, there being no valid address on file, or the risk of injury to the individual being assessed as low.
With regard to (d), 264 CRA employees accessed data without authorization between November 4, 2015, and November 27, 2018--that is, the date of the question.
With regard to (e), the applicable steps and consequences of misconduct are covered under the code and the directive. Consequences of misconduct are based on the severity of the incident and its impact on trust both inside and outside the CRA. Misconduct may result in disciplinary measures, up to and including termination of employment. Of the 264 CRA employees who accessed data without authorization since November 4, 2015, 182 were disciplined; 46 left the CRA; and 36 are pending a decision.
The CRA is limited in its ability to respond in the manner requested. Pursuant to section 8 of the Privacy Act, disciplinary action is considered personal information and is protected from disclosure. Furthermore, when the number of employees is so small that an employee could be directly or indirectly identified, aggregate data cannot be released.

Question No. 2085--
Mr. Martin Shields:
With regard to the weather vane which was removed from atop the Confederation Building: (a) when will the weather vane be reinstalled; (b) who is the artist who created it; and (c) who is restoring it?
Response
Mr. Steven MacKinnon (Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement and Accessibility, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to (a), there is currently work being conducted on the exterior of the Confederation Building to preserve the building and ensure ongoing operations until the building undergoes a complete rehabilitation. To protect the integrity of the weather vane during this construction, it was removed and is being stored in a Crown-owned facility while the Confederation Building undergoes its restoration.
With regard to (b), a condition assessment of the weather vane conducted in March 2008 by John G. Cooke & Associates Ltd., indicates that the weather vane is believed to have been designed by Mr. Thomas Dunlop Rankin, the architect who supervised the original construction of the building.
With regard to (c), the weather vane was restored between 2011 and 2012 by Dominion Sculpture, Philip White, and his employee at the time, Ken Adams. Mr. White restored the copper work, while Mr. Adams restored the ironwork.

Question No. 2101--
Mr. Steven Blaney:
With regard to the mystery illness which has struck diplomats and their families in Cuba: (a) what is the total number of (i) federal employees, (ii) family members of employees, who have suffered from the illness; (b) what are the ranges of symptoms of which the government is aware; (c) what are the details of any compensation or accommodation that the government provided to employees and their families who suffered from the illness; and (d) does the government consider the Cuban government to be responsible for the mystery illness and, if so, what punitive measures, if any, has it taken against the regime in retaliation?
Response
Hon. Chrystia Freeland (Minister of Foreign Affairs, Lib.):
Mr. Speaker, the safety and security of Canada’s diplomats and their families is a top priority for Global Affairs Canada.
The government remains deeply troubled by the health problems experienced by some Canadian diplomats and their families who were posted to Cuba. There are currently 13 confirmed cases of affected Canadians. The reported range and severity of symptoms among these Canadians vary.
All those affected by these health problems have our unwavering support. The Government of Canada will continue to do all we can to provide advice and support to them under these difficult circumstances.
The government is investigating any and all possible causes, and we will continue to take measures necessary to protect our diplomats and their families.
Canada has an evidence-based approach to addressing this situation, and our response is guided by the advice of medical experts and treating physicians.
At the current time, the cause of these health problems remains unknown. The investigation into these issues continues.

Question No. 2102--
Mrs. Shannon Stubbs:
With regard to Phase 3 of the competitiveness analysis of the output-based pricing system: (a) what were the findings of the analysis; (b) what is the website location where the public can access the findings; and (c) on what date was the analysis completed?
Response
Hon. Catherine McKenna (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Mr. Speaker, the federal carbon pollution pricing system has two parts: a regulatory charge on fuel, or federal fuel charge, and a regulatory trading system for large industry--the output-based pricing system. The output-based pricing system is designed to ensure there is a price incentive for companies to reduce their greenhouse gas emissions while maintaining competitiveness and protecting against carbon leakage. Instead of paying the charge on fuels that they purchase, facilities in the output-based pricing system will be subject to the carbon pollution price on a portion of their emissions. The portion of emissions will be determined based on a facility’s production and relevant output-based standards, expressed in emissions intensity—i.e., emissions per unit of output.
In July 2018, the government proposed that the starting point for all output-based standards be set at 80% of national sector average emissions intensity and that consideration be given to revising this level based on a three-phased approach to assessing competitiveness and carbon leakage risk to sectors from carbon pollution pricing.
Phase 1 and 2 analysis is quantitative analysis of the level of emission intensity and trade exposure of industrial sectors. The analysis is similar to that used in other jurisdictions to assess the risks posed by carbon pricing to competitiveness and carbon leakage for industrial sector.
Phase 3 analysis focuses on the ability to pass through costs from carbon pollution pricing; domestic or international market considerations that could heighten competitiveness risks due to carbon pollution pricing; consideration of indirect costs from transportation and electricity; and other specific considerations related to carbon pollution pricing that could affect the sector as a whole, a particular region within that sector, or individual facilities.
To support phase 3, stakeholders were invited to submit additional information and analyses relevant to competitiveness impacts of carbon pollution pricing. Environment and Climate change Canada officials engaged with stakeholders through in-person meetings and conference calls and reviewed submissions from stakeholders. Analysis was conducted based on publicly available data as well as stakeholder submissions that provided sector and facility-level data and information.
To date, the government has identified five sectors as being at higher competitiveness and carbon leakage risk due to carbon pollution pricing and output-based standards. They are: cement, iron and steel manufacturing, lime, petrochemicals and nitrogen fertilizers. Proposed output-based standards for these sectors are set at 90% of sector average emissions intensity for iron and steel manufacturing, petrochemicals and nitrogen fertilizers, and 95% for cement and lime. Draft regulations for the output-based pricing system, including output-based standards that will reflect the outcomes of the three-phase analysis, were released for public comment on December 20, 2018 and are available at https:// www.canada.ca/en/environment- climate-change/services /climate-change/pricing- pollution-how -it-will-work/output -based-pricing-system /proposal- regulations.html. Final regulations and final output-based standards are targeted for mid-2019.

Question No. 2105--
Mr. Martin Shields:
With regard to the skating rink installed on Parliament Hill as part of the Canada 150 events: (a) what was the final total of all costs associated with the rink, including any resulting repairs required to the lawn on Parliament Hill; and (b) what is the detailed breakdown of all related costs?
Response
Mr. Andy Fillmore (Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage and Multiculturalism, Lib.):
Mr. Speaker, wih regard to (a) and (b), the final costs of the skating rink on Parliament Hill, including costs associated with the repairs to the lawn, will be available upon receipt of financial reports from the Ottawa International Hockey Festival, the OIHF, in June 2019.

Question No. 2106--
Mr. Larry Miller:
With regard to government involvement and funding for Digital Democracy Project at the Public Policy Forum: (a) on what date did the government provide funding for the project; (b) how much money did the government provide for the project; (c) what is the detailed description of this federally funded project; (d) what specific assurances did the government receive, if any, to ensure that this project is not biased towards the Liberal Party of Canada; and (e) will this project expose and examine “fake news”, propaganda, and non-answers given or perpetuated by the Prime Minister and Cabinet Ministers?
Response
Mr. Andy Fillmore (Parliamentary Secretary to the Minister of Canadian Heritage and Multiculturalism, Lib.):
Mr. Speaker, as of December 3, 2018, the Department of Canadian Heritage has not provided funding for the digital democracy project at the public policy forum.

Question No. 2117--
Ms. Rachael Harder:
With regard to the government’s policy to allow oil imports from Venezuela and Saudi Arabia: has a Gender-based Analysis been conducted on the importation of oil from Venezuela and Saudi Arabia and, if so, what were the findings of the analysis?
Response
Hon. Amarjeet Sohi (Minister of Natural Resources, Lib.):
Mr. Speaker, the Government of Canada has been committed to conducting GBA+ analysis on legislation, policies and programs since 1995. GBA+ plays an important role in the government’s domestic regulatory, program and policy development. Decisions on where to import crude oil from are private sector commercial decisions. As such, federal GBA+ analyses are not conducted on crude oil imports; however, many companies do conduct their own gender-based analyses.

Question No. 2144--
Mr. Kevin Sorenson:
With regard to the $177,718.18 spent by Environment and Climate Change Canada on Non-public servant travel – Key Stakeholders (object code 0262) during the 2017-18 fiscal year: (a) what are the names of the “key stakeholders” who received funds under this expenditure; (b) how much did each “key stakeholder” receive; and (c) what was the destination and purpose of each trip related to each expenditure?
Response
Hon. Catherine McKenna (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Mr. Speaker, Environment and Climate Change Canada does not have specific coding to track information related to Question Q-2144.

Question no 2035 --
M. Hunter Tootoo:
En ce qui concerne les vérifications financières auxquelles la Commission d’aménagement du Nunavut a été soumise pour les exercices financiers de 2012 à 2017: a) quels sont les noms et les titres des personnes qui ont déterminé que ces vérifications étaient requises; b) pour quelles raisons a-t-on déterminé que les vérifications étaient requises; c) à combien s’élève le coût de la vérification par KPMG, qui portait sur les exercices 2012-2013 à 2014-2015; d) à combien s’élève le coût de la vérification par Ernst et Young, qui portait sur les exercices 2015-2016 et 2016-2017; e) quelles étaient les constatations et les observations découlant de ces vérifications?
Response
M. Marc Miller (secrétaire parlementaire de la ministre des Relations Couronne-Autochtones, Lib.):
Monsieur le Président, la réponse à la partie a) de la question est Anne Scotton, Chief Audit and Evaluation Executive à Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada, ou RCAANC.
En ce qui concerne la partie b) de la question, l’examen financier de 2018 effectué par Ernst et Young constituait la suite de l’examen précédent de la Commission d’aménagement du Nunavut, ou CAN, qui a été effectué en août 2016 par KPMG. Ces deux examens avaient pour but de fournir des avis indépendants et objectifs selon lesquels le financement offert par RCAANC a été prolongé conformément aux modalités de l’accord de financement entre RCAANC et la Commission pour les exercices 2012-2013, 2014-2015, 2015-2016 et 2016-2017, autant pour le financement de base que pour le financement supplémentaire. Les deux examens ont porté sur la conformité à l’accord de financement qui a été approuvé; il ne s’agissait pas d’évaluations portant sur l’optimisation des ressources.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, en 2015-2016, les frais professionnels se sont élevés à 82 617,84 $, et les frais de voyage, à 8 844,20 $. En 2016-2017, les frais professionnels ont atteint 18 897,24 $, et les frais de voyage, 2 662,56 $.
En ce qui a trait à la partie d) de la question, en 2017-2018, les frais professionnels se sont élevés à 48 055,26 $, et les frais de voyage, à 12 555,09 $.
Enfin, en ce qui concerne la partie e) de la question, le résumé de l’examen financier de 2016 de la Commission d’aménagement du Nunavut par KPMG et l’examen financier de 2018 de la Commission d’aménagement du Nunavut par Ernst et Young peuvent être trouvés aux liens suivant: pour l’année 2016, l’adresse est https://www.aadnc-aandc.gc.ca/fra/1473944259394/1473944507036, et pour l’année 2018, l’adresse est https://www.rcaanc-cirnac.gc.ca/fra/1536847791557/1536848025495.

Question no 2037 --
M. Ted Falk:
En ce qui concerne les propositions qu’examine Innovation, Sciences et Développement économique Canada relativement aux services Internet dans les régions rurales depuis le 4 novembre 2015: a) le ministère a-t-il examiné une proposition voulant que le spectre à large bande utilisé par les fournisseurs de service sans fil ruraux soit vendu aux enchères pour l’accès sans fil 5G, qui servira principalement dans les grands centres urbains; b) si la réponse en a) est affirmative, (i) le ministère donne-t-il suite à cette proposition, (ii) combien de ménages canadiens seraient impactés par ce changement, (iii) le ministère a-t-il réalisé une analyse pour déterminer l’impact d’une baisse des services Internet dans les collectivités rurales, (iv) le ministère a-t-il un plan pour fournir un spectre de remplacement aux utilisateurs existants, (v) le ministère a-t-il tenu des consultations auprès des Canadiens ruraux et des autres parties prenantes relativement à cette proposition; c) si la réponse en b)(iii) est affirmative, qu’est-ce que l’analyse a déterminé; d) si la réponse en b)(iii) est négative, pourquoi une analyse n’a-t-elle pas été réalisée; e) si la réponse en b)(v) est affirmative, (i) quels sont la date et le lieu de chaque consultation, (ii) qui a été consulté, (iii) quelle rétroaction a été fournie; f) si la réponse en b)(v) est négative, pourquoi n’y a-t-il pas eu de consultations?
Response
L'hon. Navdeep Bains (ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Lib.):
Monsieur le Président, l’Internet en milieu rural n’est pas menacé. Le gouvernement respecte son engagement de connecter de plus en plus de collectivités rurales au Canada.
Innovation, Sciences et Développement économique Canada, ou ISDE, étudie la meilleure façon de se préparer à la technologie 5G de manière à ce que tous les Canadiens, y compris ceux des collectivités rurales et éloignées, puissent bénéficier de la prochaine génération de technologies sans fil. La technologie 5G devrait ajouter 40 milliards de dollars au PIB annuel d’ici 2026, créant ainsi plus d’emplois pour les Canadiens.
Étant donné que la bande de 3 500 MHz devrait être l'une des premières à être utilisées pour les services 5G, le gouvernement a tenu une consultation publique visant à faciliter le déploiement initial de la technologie 5G au Canada. La proposition comprenait des options pour la réaffectation d’une partie du spectre à partir des licences existantes, tant dans les zones urbaines que dans les zones rurales. Tous les commentaires reçus dans le cadre de ce processus de consultation sont disponibles en ligne, à l’adresse http://www.ic.gc.ca/eic/site/smt-gst.nsf/fra/sf11401.html.
Il s’agit de maintenir et d’étendre la couverture à large bande dans les zones rurales, tout en créant des conditions dans lesquelles l’Internet plus rapide et moins cher est plus largement disponible grâce aux technologies modernes.
L’Internet rural est une priorité du gouvernement. Cela se traduit par des investissements totalisant 500 millions de dollars en connectivité pour les collectivités rurales. Le programme Connexion pour innover offre un accès à haute vitesse nouveau ou amélioré à plus de 900 collectivités rurales et éloignées parce que tous les Canadiens méritent des chances égales dans l’économie numérique, quel que soit leur code postal

Question no 2038 --
Mme Michelle Rempel:
En ce qui concerne les demandes de renseignements de députés à la Commission de l’immigration et du statut de réfugié au nom d’électeurs: a) quel est le temps d’attente moyen pour obtenir une réponse complète à une demande de renseignements, ventilé par année de 2015 à 2018; b) combien d’employés sont actuellement affectés à répondre aux demandes de renseignements de députés?
Response
L'hon. Ahmed Hussen (ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, la CISR a pour objectif de répondre aux demandes de renseignements des députés et du personnel de leurs circonscriptions dans les deux semaines suivant leur réception. La CISR ne fait pas le suivi des délais de traitement pour chaque demande de renseignements par année civile.
En date du 10 décembre 2018, il n’y a plus aucune demande de renseignements à traiter, ce qui fait partie du répertoire de travail de 20 demandes en tout temps.
En ce qui concerne la partie b) de la question, la moitié d'un employé équivalent temps plein, ou ETP, est affectée aux demandes de renseignements des députés.

Question no 2039 --
Mme Michelle Rempel:
En ce qui concerne les réfugiés pakistanais en Thaïlande pour lesquels il existe une demande de parrainage privé en suspens à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada: a) combien de cas sont actuellement en attente de réinstallation au Canada; b) quel est le temps d’attente actuel des réfugiés pakistanais en Thaïlande qui sont parrainés par des répondants privés en vue d’une réinstallation; c) quand le gouvernement prévoit-il réduire le temps d’attente à 12 mois, comme il l’avait promis?
Response
L'hon. Ahmed Hussen (ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, au 26 novembre 2018, excluant les demandes potentielles ou annulées, il y avait au total 160 demandes d’asile de réfugiés parrainées par le secteur privé, représentant 450 personnes d’origine pakistanaise résidant en Thaïlande en attente de traitement. L’origine du demandeur principal est basée sur le pays de citoyenneté.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, le traitement des réfugiés parrainés par le secteur privé est influencé par de nombreux facteurs, notamment la situation en matière de sécurité dans la région où se trouve le réfugié, le processus d’autorisation de sortie et la difficulté de joindre les réfugiés dans les zones reculées. Les délais d’attente sont également influencés par la capacité des bureaux individuels et la gestion de la réception des demandes.
Les délais de traitement sont affichés par le bureau de migration, ou bureau des visas, et ne sont pas ventilés par nationalités ou par populations spécifiques. Bien qu’IRCC ne puisse pas prévoir de délai précis pour le traitement des réfugiés parrainés par le secteur privé pakistanais en provenance de Thaïlande, le délai de traitement actuel pour la majorité des réfugiés parrainés par le secteur privé présentant une demande en Thaïlande est de 25 mois. Un délai de traitement indique le temps nécessaire au traitement de la plupart des demandes dûment remplies sur les 12 derniers mois.
IRCC surveille de près la situation en Thaïlande concernant les restrictions imposées par le gouvernement à tous les migrants en situation irrégulière. IRCC mène activement des efforts pour accélérer le traitement des réfugiés reconnus aux termes du processus de réinstallation du Canada qui risquent un refoulement imminent.
Enfin, en ce qui a trait à la partie c) de la question, grâce à la générosité des Canadiens, IRCC a constaté une augmentation de la demande de parrainage privé de réfugiés. L’intérêt soutenu des répondants du secteur privé témoigne de la réussite du programme. Parallèlement, IRCC doit s’assurer d’être en mesure de gérer les demandes reçues afin de pouvoir les traiter rapidement, conformément au Plan des niveaux d’immigration.
IRCC s'efforce d'atteindre son objectif de réduction des délais d’attente à une moyenne de 12 mois. Ces changements assureront la réussite à long terme du programme, lequel constitue et continuera de constituer une partie intégrante du programme d’immigration du Canada.
Le gouvernement a plus que triplé le nombre de places disponibles dans le Programme de parrainage privé de réfugiés par rapport aux niveaux d’avant 2015, et ce, dans le but de permettre à un plus grand nombre de Canadiens de parrainer des réfugiés et de réduire les temps d’attente
IRCC continue à discuter d’options pour aller de l’avant avec les répondants et reste déterminé à réduire l’arriéré des réfugiés parrainés par le secteur privé de manière équitable pour les répondants et les réfugiés.

Question no 2040 --
Mme Hélène Laverdière:
En ce qui concerne le Budget supplémentaire des dépenses (A) 2018-2019 et les crédits des Fonds pour la tenue du Sommet du G7 de 2018 dans la région de Charlevoix: quels sont les détails du Crédit 1a estimé à 10 698 215 $, ventilés par (i) dépenses de fonctionnement pour le transport, (ii) dépenses de fonctionnement pour la location de mobilier, (iii) dépenses de fonctionnement pour I'équipement, (iv) dépenses de fonctionnement pour la photographie, (v) dépenses de fonctionnement pour la diffusion, (vi) dépenses de fonctionnement pour les communications?
Response
L’hon. Chrystia Freeland (ministre des Affaires étrangères, Lib.):
Monsieur le Président, le Canada a été fier d’assumer la présidence du G7 du 1er janvier au 31 décembre 2018 et d’avoir saisi cette importante occasion de s’exprimer haut et fort sur la scène internationale sur des questions qui intéressent les Canadiens et de dialoguer avec ses homologues du G7 sur les défis mondiaux. Les thèmes choisis par le Canada ont permis d’axer les discussions pour trouver des solutions concrètes à un défi auquel nous faisons tous face: comment créer une croissance profitable à tous, y compris la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie. La présidence canadienne a permis à la communauté du G7 de réaliser d’importants progrès pour veiller à ce que tous les citoyens profitent de l’économie mondiale et que nous laissions un monde plus sain et sûr à nos enfants.
La somme de 10 698 215 $ dans le Budget supplémentaire des dépenses (A) de l’exercice 2018-2019 n’a pas été demandée pour les activités précises susmentionnées.
La somme de 10 698 215 $ constitue un report des fonds inutilisés du Sommet du G7 de 2017-2018 vers l’exercice 2018-2019. Il ne s’agit donc pas d’une nouvelle demande de fonds.

Question no 2041 --
M. Pierre Poilievre:
En ce qui concerne l’Agence du revenu du Canada (ARC): a) à combien s’élève le montant des impôts calculés et perçus par l’ARC par suite de l’application de la présomption prévue à l’alinéa 128.1(4)b) de la Loi de l’impôt sur le revenu selon laquelle le contribuable qui cesse de résider au Canada a disposé de ses biens, ventilé par l'année d'imposition (i) 2015, (ii) 2016, (iii) 2017; b) à combien s’élève le montant des gains et pertes déclaré à l’ARC par des particuliers sur les formulaires réglementaires T1161 et T1243, ventilé par l'année d'imposition (i) 2015, (ii) 2016, (iii) 2017?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, les renseignements que fournissent les contribuables dans les formulaires T1161 et T1243 ne sont pas enregistrés dans les bases de données de l’ARC à des fins de rapports et ne peuvent pas servir à produire des données agrégées de la manière demandée

Question no 2044 --
M. Pierre-Luc Dusseault:
En ce qui concerne l’affaire des Paradise Papers, la lutte contre l'inobservation fiscale à l'étranger et la planification fiscale abusive: a) combien de dossiers de contribuables ou d’entreprises canadiennes sont présentement ouverts à l’Agence du revenu du Canada; b) combien de dossiers de contribuables ou d’entreprises canadiennes ont été renvoyés au Service des poursuites pénales du Canada; c) combien de dossiers de contribuables ou d’entreprises canadiennes sont en lien avec l’industrie du cannabis; d) quel est le nombre d’employés attitrés aux dossiers des Paradise Papers; e) combien de vérifications ont été effectuées depuis la divulgation des Paradise Papers; f) quel est le total des sommes récupérées par l’Agence du revenu du Canada?
Response
L’hon. Diane Lebouthillier (ministre du Revenu national, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, l’ARC a obtenu tous les renseignements contenus dans les Paradise Papers, lesquels ont été rendus publics par le Consortium international des journalistes d’investigation, ou ICIJ. Elle les examine pour déterminer s’ils ont déjà fait l’objet d’une vérification ou si une vérification devrait être menée.
L’ARC a identifié plus de 3 000 particuliers ou sociétés ayant un lien avec les Paradise Papers. Notons que ce chiffre comprend les non-résidents ou les contribuables que l’ARC avait déjà repérés avant la divulgation de l‘information par l’ICIJ et qui pourraient avoir participé à des activités d’évitement fiscal.
En ce qui concerne la partie b) de la question, à ce jour, aucun dossier de contribuable canadien ou de société canadienne n’a été renvoyé au Service des poursuites pénales du Canada pour des poursuites criminelles en raison de l’information reçue dans l’affaire des Paradise Papers.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, l’ARC n’a pas cette information.
En ce qui a trait à la partie d) de la question, des tâches précises liées aux Panama Papers ont été attribuées à plus de 25 employés de l’ARC, y compris la recherche, l’analyse des données, les évaluations du risque, les vérifications et le travail de coordination avec nos partenaires internationaux.
Pour ce qui est de la partie e) de la question, à ce jour, les dossiers d’environ 100 contribuables liés aux Paradise Papers ont été retenus à des fins de vérification.
Grâce à ses accords internationaux, l’ARC continue d’obtenir les documents sources nécessaires auprès d’autres administrations fiscales. Les vérifications et les enquêtes criminelles comme celles liées aux Paradise Papers sont complexes et il faut des mois, voire des années, pour les mener à bien.
En ce qui a trait à la partie f) de la question, en date de cette question, l’ARC n’a pas établi de nouvelle cotisation découlant de vérifications menées en lien avec l’affaire Paradise Papers, y compris en ce qui concerne les vérifications qu’elle avait entreprises avant de recevoir les renseignements divulgués par l’ICIJ.
Par le passé, l’ARC a fait rapport des recouvrements liés à des projets d’observation à l’étranger plusieurs années après qu’ils ont eu lieu, afin de donner aux contribuables le temps d’exercer leurs droits d’opposition. L’ARC fera de même pour ce qui est des Paradise Papers. Elle rendra ces chiffres publics une fois qu’ils auront été compilés
De plus, l’ARC a décidé de resserrer les critères d’admissibilité au Programme de divulgation volontaire dans les cas où elle a déjà reçu des renseignements sur la participation éventuelle d’un contribuable, ou d’une personne qui lui est liée, à des activités d’inobservation fiscale, dans le cas par exemple d’une fuite de renseignements financiers à l’étranger, comme les Paradise Papers. Cette décision prolongera le temps nécessaire pour finaliser le travail, mais fera en sorte que les conséquences seront plus lourdes pour ceux qui participent à des stratagèmes d’inobservation à l’étranger.

Question no 2055 --
M. Matt Jeneroux:
En ce qui concerne les 477 millions de dollars affectés à la Banque de l’infrastructure du Canada dans le Budget supplémentaire des dépenses (A) 2018-2019: quelle est la ventilation détaillée de l’utilisation prévue de ces 477 millions de dollars?
Response
M. Marco Mendicino (secrétaire parlementaire du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Lib.):
Monsieur le Président, le Budget supplémentaire des dépenses (A) prévoyait un transfert du ministère des Finances à la Banque de l’infrastructure du Canada, la BIC, de l’ordre de 477 284 533 $ en 2018-2019. Cette somme représente 450 000 000 $ en crédits pour dépenses en capital et 27 284 533 $ en crédits de fonctionnement des budgets approuvés de 2018-2019 de la BIC.
L’investissement annoncé par la BIC dans le projet réseau de trains légers, Réseau Express Métropolitain, ou REM, proviendra des crédits pour dépenses en capital.
Les crédits de fonctionnement sont accordés aux activités administratives, telles que les ressources humaines, locaux et matériels, la technologie de l’information et les honoraires, y compris finances, contentieux, comptabilité, audit externe et experts-conseils pour l’investissement vers REM.
Puisque les crédits de la BIC sont affectés par la loi, ils sont conservés dans le Trésor; la BIC devra demander un prélèvement jusqu’à concurrence du montant requis du ministère des Finances pour financer ses besoins en fonctionnement et en capital, s’il y a lieu et selon les budgets approuvés dans son plan d’entreprise.

Question no 2065 --
Mme Cheryl Gallant:
En ce qui concerne le financement des services d’aide juridique offerts aux employés du gouvernement, ventilé par ministère ou organisme et par année depuis 2016: a) combien d’employés ont reçu des fonds pour des services d’aide juridique; b) combien d’employés ont fait une demande de financement de services d’aide juridique relativement à un litige découlant de leurs actes en tant qu’employés du gouvernement; c) sur les personnes en b) combien ont vu leur demande de financement (i) approuvée, (ii) refusée; d) quel a été (i) le montant moyen dépensé par personne ayant reçu des fonds d’aide juridique, (ii) le montant total affecté aux services d’aide juridique?
Response
M. Kevin Lamoureux (secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes, Lib.):
Monsieur le Président, lorsqu’il traite les documents parlementaires, le gouvernement applique la Loi sur la protection des renseignements personnels et les principes de la Loi sur l’accès à l’information. Une réponse à la question pourrait divulguer de l’information personnelle ainsi que de l’information contenant des renseignements protégés par le secret professionnel des avocats.

Question no 2070 --
Mme Brigitte Sansoucy:
En ce qui concerne les retards de construction du nouveau pont Champlain et les nouvelles négociations entre Signature sur le Saint-Laurent et Infrastructure Canada: a) quel est le montant des pénalités financières par jour de retard; b) quel est le plafond des pénalités financières; c) quelles sont les causes de retard hors du contrôle de Signature sur le Saint-Laurent, ventilées par types de cause; d) à partir de quelle date les pénalités financières commenceront-elles à s'appliquer; e) le régime de pénalités financières prévu par le contrat signé en 2015 sera-t-il maintenu; f) quelle est l'estimation du coût financier final imputé par les retards de construction?
Response
M. Marco Mendicino (secrétaire parlementaire du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, les dommages liquidés liés à l’ouverture du pont sont de 100 000 $ par jour pour les sept premiers jours puis de 400 000 $ par jour moins les intérêts sur la dette principale après cette période.
En ce qui concerne la partie b) de la question, le montant maximal des dommages liquidés qui peut être facturé pour des délais à l’ouverture du pont est de 150 millions de dollars.
Pour ce qui est de la partie c) de la question, les diverses causes de délais et l’impact de chaque cause font partie de discussions commerciales confidentielles en cours. Cela dit, certains délais sont le résultat de la grève des grutiers.
En ce qui a trait à la partie d) de la question, le contrat prévoit que les dommages liquidés commencent seulement si le partenaire privé ouvre le pont en retard et est, par la suite, en retard dans la livraison de l’ensemble du corridor. Les dates contractuelles sont le 21 décembre 2018 et le 31 octobre 2019, mais elles sont sujettes à changement si des événements hors du contrôle du partenaire privé, comme des grèves, se matérialisent.
En ce qui concerne la partie e) de la question, le Canada a l’intention d’appliquer le contrat
Enfin, pour ce qui est de la partie f) de la question, les coûts, s’il y en a, et la responsabilité de ces coûts font partie de discussions commerciales confidentielles présentement en cours.

Question no 2071 --
Mme Brigitte Sansoucy:
En ce qui concerne le Budget supplémentaire des dépenses (A) 2018-2019 et les crédits 1a et 5a du Fonds pour le projet de corridor du nouveau pont Champlain: a) quelles sont les justifications détaillées expliquant la différence entre le versement prévu à Signature sur le Saint-Laurent par l'entente de règlement en date du 13 avril 2018 de 235 millions de dollars et le montant du crédit 5a de 257 522 708 $; b) quel montant total sera versé à Signature sur le Saint-Laurent en vertu de l'entente de règlement entre le gouvernement et Signature sur le Saint-Laurent; c) quels sont les détails du besoin de financement concernant le crédit 1a de 34 234 247 $?
Response
M. Marco Mendicino (secrétaire parlementaire du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, deux postes du Budget supplémentaire des dépenses (A) ont été approuvés pour le projet de corridor du nouveau pont Champlain, ou CNPC: d’abord, un montant de 235 millions de dollars qui servira à faire approuver les modifications à un pouvoir actuel de passation de marchés et à financer les mesures d’accélération ainsi qu’une entente de règlement ayant été négociée à propos du projet de corridor du nouveau pont Champlain dans le budget de 2014; ensuite un montant de 22,5 millions de dollars, qui fait partie des fonds non utilisés de 56 millions de dollars de l’exercice 2017-2018, lesquels ont été reportés à l’exercice 2018-2019 par l’entremise du Budget supplémentaire des dépenses (A). De ce montant, 15,2 millions de dollars serviront à rembourser les réclamations en matière d’expropriation pour une propriété appartenant à Nuntip et 31 propriétés de la Ville de Montréal. Les fonds restants serviront à financer les travaux reportés visant les signaleurs dans le cadre de l’entente conclue avec le CN, soit 3 millions de dollars, ainsi que divers projets d’indemnisation environnementale, soit 4,3 millions de dollars. Le total est donc de 257,5 millions de dollars.
En ce qui a trait à la partie b) de la question, un montant maximal de 235 millions de dollars sera versé au Groupe Signature sur le Saint-Laurent, conformément à l’entente de règlement.
Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, le montant de 33,2 millions de dollars représente un financement pour les besoins opérationnels futurs du projet. Le report de ce montant permettra de s’assurer qu’il reste des fonds pour gérer les besoins du projet. Le solde résiduel de 1 million de dollars servira à couvrir les coûts associés à la location des propriétés de TPSGC, nécessaires pour mener à bien les projets d’indemnisation environnementale reportés. Le total est donc de 34,2 millions de dollars.

Question no 2072 --
Mme Brigitte Sansoucy:
En ce qui concerne la poursuite déposée à la Cour supérieure du Québec par Signature sur le Saint-Laurent contre Infrastructure Canada en date de mars 2017: quel est le total des dépenses en frais juridiques assumés par le gouvernement en (i) 2017, (ii) 2018?
Response
M. Marco Mendicino (secrétaire parlementaire du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Lib.):
Monsieur le Président, en ce qui concerne la poursuite déposée à la Cour supérieure du Québec par Signature sur le Saint-Laurent contre Infrastructure Canada en date de mars 2017, les frais légaux totaux encourus dans le cadre de la poursuite intentée étaient de 75 561,09$ en 2017 et de 1 419,54$ en 2018, en tenant compte que les parties ont consenti à un arrêt des procédures légales afin de leur permettre d’utiliser les mécanismes de résolution des différends prévus au contrat.

Question no 2075 --
M. Alistair MacGregor:
En ce qui concerne le voyage du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire en Chine en novembre 2018: a) qui sont les gens ayant participé au voyage, ventilés par (i) le personnel du Ministre, (ii) les députés, (iii) les sénateurs, (iv) les employés du ministère, (v) les autres invités; b) pour chacun des participants identifiés en a), quels sont les coûts du voyage, ventilés par (i) coût total, (ii) hébergement, (iii), déplacement, (iv) repas, (v) toutes les autres dépenses; c) quels sont les détails pour l'ensemble des événements et activités de représentation pendant le voyage, y compris (i) les dates, (ii) les villes, (iii) le nombre de participants, (iv) les coûts totaux; d) quels sont les accords ou ententes signés?
Response
L'hon. Lawrence MacAulay (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.:
Monsieur le Président, en réponse aux parties a) à c) de la question, les renseignements demandés seront disponibles sur le site de Divulgation proactive, à l’adresse https://ouvert.canada.ca/fr/search/travelq.
Pour ce qui est de la partie d) de la question, le gouvernement s’est engagé à augmenter les débouchés commerciaux en Chine pour nos secteurs agricoles et agroalimentaires et celui des fruits de mer, ce qui aidera à créer de bons emplois pour la classe moyenne, offrira aux Canadiens davantage de possibilités et permettra de faire grimper la valeur des exportations de produits agricoles canadiens à 75 milliards de dollars d’ici 2025. Pendant ce voyage en Chine, le Canada a signé 18 ententes agricoles et agroalimentaires avec des entreprises ou des organisations chinoises, pour une valeur de plus de 353,3 millions de dollars. Voici quelles sont ces ententes: l’entreprise canadienne Arctica Food Group Canada Inc. a signé une entente avec l’organisation chinoise China Certification & Inspection Canada; l’organisation canadienne Natural Burg Group a signé une entente avec l’organisation chinoise Shaanxi Investment Group / Huashan Venture Technology Development Co., Ltd; l’entreprise canadienne Canada Grand Enterprises Inc. a signé une entente avec l’organisation chinoise Zhejiang International E-commerce Service Co., Ltd; le gouvernement canadien, par l’entremise d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, a signé un protocole d’entente avec l’organisation chinoise Shanghai Hema Network Technology Co. Ltd; l’entreprise canadienne All Impact Foods Inc. a signé une entente avec l’organisation chinoise Wuhan Jinyu Free Trade Development Co., Ltd; l’entreprise canadienne CAC Natural foods Inc. a signé une entente avec l’organisation chinoise China Certification & Inspection Group, ou CCIC; l’entreprise canadienne Sun Wah Foods Ltd. a signé une entente avec l’organisation chinoise CCIC; l’organisation canadienne Avalon Dairy Limited a signé une entente avec l’organisation chinoise CCIC; l’organisation canadienne Avalon Dairy Limited a signé une entente avec l’organisation chinoise Dandong Chengxie Trade Co.,Ltd; l’organisation canadienne Atlantic Canada Business Network a signé un protocole d’entente avec Greenland Zhongxuan (Shanghai) International Trade Co.Ltd; l’organisation canadienne Red Rover a signé un protocole d’entente avec l’organisation chinoise Greenland Zhongxuan, à Shanghai, International Trade Co.Ltd; l’organisation canadienne Les fermes Cavendish a signé une entente avec l’organisation chinoise COFCO Premier; l ’entreprise canadienne Richardson International Limited a signé une lettre d’intention avec l’organisation chinoise China SDIC International Trade Co., Ltd; l’entreprise canadienne CAC Natural foods Inc. a signé un protocole d’entente avec l’organisation chinoise Greenland Zhongxuan, à Shanghai, International Trade Co.Ltd; l’entreprise canadienne Natunola Health Inc. a signé une entente avec l’organisation chinoise Shanghai Liangyou Group Company Limited; l’Institut international du Bœuf canadien, une organisation canadienne, a signé une entente avec l’organisation chinoise Shanghai HaiBo Investment Co., Ltd/Million Group; l’entreprise canadienne Maple Horizons Ltd. a signé un protocole d’entente avec l’organisation chinoise Greenland Zhongxuan (Shanghai) International Trade Co.Ltd; enfin, l’entreprise canadienne Maple Horizons Ltd. a signé une lettre d’intention avec l’organisation chinoise Anhui Imported Foods Industrial Park.

Question no 2076 --
Mme Michelle Rempel:
En ce qui concerne les publicités du gouvernement durant la diffusion de la 106e finale de la Coupe Grey le 25 novembre 2018: a) quel est le montant total dépensé pou