Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 289
Adriane Gear
View Adriane Gear Profile
Adriane Gear
2019-06-06 16:12
Both of us are honoured to have been given this time to address the growing epidemic of violence against nurses in the province of British Columbia and across the country. It's an issue of significance for us and the more than 47,000 nurses and allied health care workers we represent.
I sit here today not only as an elected representative but also as a registered nurse who has spent close to 25 years in the field and has the personal understanding of what nurses experience every day while we strive to provide safe patient care.
Over the last 20 years, BCNU has been sounding the alarm about violence against nurses and health care workers. Two years ago, we launched the very successful campaign, “Violence. Not Part of the Job”. This has consisted of public advertising, member outreach and lobbying efforts with the provincial government. Our work has resulted in a significant increase in awareness about violence in health care. Our main message is that violence is not part of any nurse's job.
Despite this, I feel it's important to share with you just a few of the many personal examples of violence members have shared with me. This past Christmas Day in Victoria, a patient in an adult psychiatric intensive care unit attacked a nurse from behind and placed him in a chokehold. The nurse blacked out and then the patient proceeded to slam the nurse's head repeatedly on the ground.
That same month in Kamloops, a nurse who was 26 weeks pregnant was punched in the stomach by a confused patient. Thankfully, the baby was medically cleared. In Prince George, a young nurse, a new grad, was assaulted by a male patient in a premeditated attack. He waited until she was alone in the nursing station, then crawled along the floor before attacking her from behind. Luckily, the nurse had self-defence training and was able to fight off her attacker.
This past April, another nurse was struck from behind with a wheelchair footrest after a patient followed her into the room. While the nurse pulled the call bell to alert someone, she was again struck and she could not protect herself. It took three workers to pin down the patient. Security refused to assist due to physical inability.
Stories like these along with grim statistics provide strong evidence that more needs to happen. A 2015 WorkSafeBC report found that on average, 26 nurses a month suffer a violent injury at work in the province, and the injuries due to violence have been steadily increasing year after year. This is despite a general downward trend of claims across other sectors.
Just this year, the Fraser Health Authority, B.C.'s largest health authority, released a violence data report that found that the number of violent incidents reported in health care workplaces increased by 52% between 2014 and 2018. While we understand that violence is most prevalent in emergency and psychiatric units, it is not limited to just these areas of health care. We hear concerning stories coming directly from our members who work in community and home health, geriatrics, palliative care and critical care. Violence impacts all nurses in all workplaces in all health care settings.
A 2017 BC Nurses' Union survey, conducted in partnership with the University of British Columbia, found that only 27% of our members said that they always feel safe at work, and a sobering 40% said they were thinking of leaving the profession entirely, because of workplace violence. This level of despair pushes us to keep asking why.
Why is it that according to a WorkSafeBC report, more than 40% of the injuries that nurses suffered were the result of violence in the workplace, even more than security and law enforcement?
The BCNU is determined to find solutions and get to the bottom of this crisis that is impacting so many nurses in this province and around the country.
Data collected from a recent BCNU violence survey found that nurses felt safer when they had access to fixed and personal alarms that worked. Our members told us that the presence of appropriately trained security personnel—people who are there specifically to respond to an incident—made them feel safer.
Nurses told us that they wanted to be included in prevention planning, and we agree this action will both improve confidence and empower nurses. The survey also asked nurses to provide some suggestions of their own. Not surprisingly, many offered valuable insight. Respondents said the addition of well-trained security 24-7, better staffing, the enforcement of existing zero tolerance violence policies and the reduction of overcrowding in our hospitals would be welcomed.
We fully agree that all these recommendations if implemented would contribute to establishing a culture of workplace safety. We are also cognizant of the psychological impact of violence on our members. BCNU is the first union to negotiate the mandatory implementation of the CSA standard for psychological health and safety in the workplace. While we have been frustrated with the lack of progress in the implementation of the standard, we remain hopeful that once it's implemented the rates of psychological injury will be reduced.
Over the last year, we have been very busy applying pressure on the provincial government to stand up and deliver on promises to keep nurses safe. Last October, we delivered 25,000 signed postcards from concerned citizens to the Ministry of Health, demanding that violence in health care be eliminated. In addition to applying provincial pressure, we recognize the importance of engaging on a federal level to ensure nurses' needs are met.
We welcomed federal NDP MP Don Davies’s introduction of a bill to amend Canada’s Criminal Code to make people convicted of assaulting health care workers eligible for more serious sentences. A 2017 Mustel poll commissioned on behalf of the BCNU found that 84% of British Columbians support tougher sentences for criminal assaults against health care workers.
However, we want to make it clear that this change to the Criminal Code would only be applicable to people found criminally responsible for assault. The intent is not to criminalize behaviour that is due to medical circumstances or focus on patients with mental health needs. Our goal is to hold culpable assailants accountable, not target vulnerable patients.
We support the Canadian Federation of Nurses Unions' recommendations that national minimum-security training standards for health care environments need to be legislated, and protocols for responding to and investigating workplace violence incidents need to be established. The BCNU also proposes adding a related recommendation for national guidelines for communicating risk of violence in health care settings. The BCNU supports the CFNU's recommendation that federal funding needs to be targeted towards CIHI's collecting and reporting on health care facility-level workplace violence-related data. We feel that the routine collection of data at the national level will help to inform and evaluate progress on this important issue. We also believe this will help address some of the difficulties around the under-reporting of violence in health care.
Finally, while the BCNU supports the spirit of the CFNU's recommendation for a study into health human resources planning, we call for stronger language and immediate action. We know that Canada is experiencing a nursing shortage, and that the shortage is likely to get worse as the baby boomers retire. The BCNU is calling for immediate targeted funding for additional nursing seats in each province, and funding to hire the resulting additional graduates into new positions.
We believe it's important to work collaboratively with all levels of government, health care institutions and unions to effectively address this problem in all areas of our health care system.
I'd like to end by saying that all too often we hear statements like “Violence is part of the job” and “Is it really a crime?” It is this lack of understanding that motivates all of us at BCNU to work towards changing this culture. From the nurse manager in an emergency room to the federal politician in Parliament, we believe the safety of nurses and health care workers is everyone's responsibility.
Thank you.
Nous sommes tous les deux honorés du temps qui nous est accordé pour parler de l'épidémie croissante de violence à l'endroit des infirmières et infirmiers en Colombie-Britannique et dans l'ensemble du pays. L'enjeu est important pour nous ainsi que pour les plus de 47 000 infirmières et infirmiers et travailleurs paramédicaux que nous représentons.
Je suis ici aujourd'hui non seulement en tant que représentante élue, mais également en tant qu'infirmière autorisée, qui a passé près de 25 ans sur le terrain et qui possède une compréhension personnelle de ce que les infirmières et infirmiers vivent chaque jour pendant qu'ils s'efforcent de fournir des soins sécuritaires aux patients.
Au cours des 20 dernières années, le BCNU a sonné l'alarme au sujet de la violence à l'endroit des infirmières et infirmiers et des travailleurs de la santé. Il y a deux ans, nous avons lancé la campagne efficace « Violence. Not Part of the Job ». Elle comprenait de la publicité, des activités de sensibilisation des membres et des pressions exercées auprès du gouvernement provincial. Notre travail a entraîné une augmentation significative de la sensibilisation à la violence dans le secteur des soins de santé. Notre message principal est que la violence ne fait pas partie du travail des infirmières et infirmiers.
Malgré cela, j'estime qu'il est important de vous faire part de quelques-uns des nombreux exemples personnels de violence dont des membres m'ont informée. Noël passé, à Victoria, un patient d'une unité de soins intensifs psychiatriques pour adultes a attaqué un infirmier par-derrière et lui a fait une prise d'étranglement. L'infirmier s'est évanoui, puis le patient lui a frappé la tête par terre à plusieurs reprises.
Le même mois, à Kamloops, un patient confus a donné un coup de point dans le ventre à une infirmière enceinte de 26 semaines. Heureusement, on a confirmé le bon état de santé du bébé. À Prince George, une jeune infirmière, nouvellement diplômée, a été agressée par un homme lors d'une attaque préméditée. Il a attendu qu'elle soit seule au poste de soins infirmiers, puis a rampé sur le sol avant de l'attaquer par-derrière. Heureusement, l'infirmière avait une formation en autodéfense et a pu combattre son agresseur.
En avril dernier, une autre infirmière a été frappée par-derrière avec un repose-pieds de fauteuil roulant après qu'un patient l'a suivie dans la chambre. Pendant que l'infirmière tirait la sonnette d'appel pour alerter une personne, elle a de nouveau été frappée et elle ne pouvait plus se protéger. Il a fallu trois travailleurs pour maîtriser le patient. Le préposé à la sécurité a refusé d'aider en raison d'une incapacité physique.
Des histoires comme celles-ci, ainsi que des statistiques sinistres, fournissent de solides données probantes révélant qu'il reste encore beaucoup à faire. Un rapport de 2015 de WorkSafeBC a révélé que, en moyenne, 26 infirmières et infirmiers par mois subissent des blessures violentes au travail dans la province et que les blessures résultant d'actes de violence augmentent régulièrement, année après année, et ce, malgré une tendance générale à la baisse des demandes d'indemnité dans d'autres secteurs.
Cette année seulement, la Fraser Health Authority, la plus grande autorité sanitaire de la Colombie-Britannique, a publié un rapport faisant état de données sur la violence qui indiquait que le nombre d'incidents violents signalés sur les lieux de travail du secteur de la santé avait augmenté de 52 % entre 2014 et 2018. Nous comprenons que la violence est plus répandue dans les unités d'urgence et les unités psychiatriques, mais elle n'est pas limitée à ces domaines de soins de santé. Nous entendons des histoires inquiétantes venant directement de nos membres qui travaillent dans les domaines de la santé communautaire et des soins à domicile, de la gériatrie, des soins palliatifs et des soins intensifs. La violence touche toutes les infirmières et tous les infirmiers, tous milieux de travail et tous établissements de soins de santé confondus.
Un sondage mené en 2017 par le BC Nurses' Union, en partenariat avec l'Université de la Colombie-Britannique, a révélé que seulement 27 % de nos membres ont déclaré se sentir toujours en sécurité au travail, et une inquiétante proportion de 40 % ont dit qu'ils songeaient à quitter complètement la profession en raison de la violence au travail. Ce désespoir nous pousse à continuer à nous demander pourquoi.
Comment se fait-il que, selon un rapport de WorkSafeBC, plus de 40 % des blessures subies par les infirmières et infirmiers résultent d'actes de violence en milieu de travail? C'est même plus que dans les secteurs de la sécurité et de l'application de la loi.
Le BCNU est déterminé à trouver des solutions et à aller au fond de cette crise qui touche un si grand nombre d'infirmières et d'infirmiers de la province et du pays.
Les données recueillies lors d'une récente enquête sur la violence menée par le BCNU ont révélé que les infirmières et infirmiers se sentaient plus en sécurité lorsqu'ils avaient accès à des alarmes fixes et personnelles qui fonctionnaient. Nos membres nous ont dit que la présence de membres du personnel de sécurité dûment formés — des personnes spécialement chargées d'intervenir en cas d'incident — leur permettait de se sentir plus en sécurité.
Les infirmières et infirmiers nous ont dit qu'ils voulaient être inclus dans la planification de la prévention, et nous sommes d'accord pour dire que cette action améliorera la confiance en soi et leur donnera plus de pouvoir. Dans le cadre de l'enquête, on a également demandé aux infirmières et infirmiers de formuler leurs propres suggestions. Comme il fallait s'y attendre, ils ont été nombreux à offrir des observations judicieuses. Des répondants ont déclaré que l'ajout d'employés de sécurité bien formés, en poste 24 heures sur 24, sept jours sur sept, une meilleure dotation en personnel, l'application des politiques existantes relatives à la tolérance zéro face à la violence et la réduction du surpeuplement dans nos hôpitaux seraient les bienvenus.
Nous sommes entièrement d'accord: toutes ces recommandations, si elles sont mises en œuvre, contribueraient à l'instauration d'une culture de la sécurité en milieu de travail. Nous sommes également conscients de l'impact psychologique de la violence sur nos membres. Le BCNU est le premier syndicat à négocier la mise en place obligatoire de la norme CSA « Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail ». Bien que frustrés par l'absence de progrès dans l'application de la norme, nous continuons d'espérer qu'une fois qu'elle sera en vigueur, les taux de dommages psychologiques seront réduits.
Au cours de la dernière année, nous avons été très occupés à faire pression sur le gouvernement provincial afin qu'il respecte ses promesses et assure la sécurité du personnel infirmier. En octobre dernier, nous avons remis au ministère de la Santé 25 000 cartes postales signées par des citoyens concernés, exigeant que la violence dans les soins de santé soit éliminée. En plus d'exercer des pressions à l'échelle provinciale, nous reconnaissons qu'il est important de nous mobiliser à l'échelle fédérale pour veiller à ce que l'on puisse satisfaire aux besoins des infirmières et infirmiers.
Nous nous félicitons du projet de loi du député fédéral néo-démocrate Don Davies visant à modifier le Code criminel du Canada afin que les personnes reconnues coupables d'avoir agressé des travailleurs de la santé se voient imposer des peines plus lourdes. Selon un sondage réalisé en 2017 par Mustel pour le compte du BCNU, 84 % des Britanno-Colombiens sont favorables à des peines plus sévères pour des voies de fait criminelles contre des travailleurs de la santé.
Cependant, nous tenons à préciser que cette modification du Code criminel ne s'appliquerait qu'aux personnes reconnues coupables de voies de fait. L'intention n'est pas de criminaliser les comportements attribuables à des affections médicales ou de mettre l'accent sur des patients ayant des problèmes de santé mentale. Notre objectif est de faire en sorte que les agresseurs coupables soient tenus responsables et non pas de cibler les patients vulnérables.
Nous appuyons les recommandations de la Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et infirmiers, à savoir des normes nationales de formation en sécurité minimale, établies par la loi, pour les milieux de travail de la santé et l'établissement de protocoles d'intervention et d'enquête sur les incidents de violence en milieu de travail. Le BCNU propose également d'ajouter une recommandation connexe aux lignes directrices nationales pour la communication du risque de violence dans les établissements de santé. Le BCNU appuie la recommandation de la FCSII relative à un financement fédéral pour la collecte et la communication, par l'Institut canadien d'information sur la santé, l'ICIS, de données sur la violence au travail dans les établissements de santé. Nous estimons que la collecte systématique de données à l'échelle nationale contribuera à éclairer et à évaluer les progrès accomplis face à cet important problème. Nous croyons également que cela aidera à résoudre certaines des difficultés liées à la sous-déclaration de la violence dans le secteur des soins de santé.
Enfin, bien que le BCNU soutienne l'esprit de la recommandation de la FCSII relativement à une étude sur la planification des ressources humaines en santé, nous appelons à un libellé plus fort et à une action immédiate. Nous savons que le Canada connaît une pénurie de personnel infirmier et que cette pénurie risque de s'aggraver à mesure que les baby-boomers prendront leur retraite. Le BCNU demande un financement ciblé immédiat pour des places supplémentaires en sciences infirmières dans chaque province et un financement pour l'embauche, à de nouveaux postes, des nouveaux diplômés ainsi créés.
Nous croyons qu'il est important de travailler en collaboration avec tous les ordres de gouvernement, les établissements de santé et les syndicats afin de résoudre efficacement ce problème dans tous les domaines de notre système de santé.
Je voudrais terminer en disant que nous entendons trop souvent des déclarations comme « la violence fait partie du travail » et « est-ce vraiment un crime? » C'est ce manque de compréhension qui motive chacun de nous au BCNU à œuvrer pour changer cette culture. Nous croyons que la sécurité des infirmières et infirmiers et des travailleurs de la santé est la responsabilité de tous, de l'infirmière gestionnaire dans une salle d'urgence au politicien fédéral au Parlement.
Je vous remercie.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
Bill C-434, which I introduced in the House a week or two ago, would make violence against a health care professional in a health care setting an aggravating factor in sentencing.
I'm just wondering if you could give our committee some sense of how your members and the people you represent would take that. If that were legislated into law, what would be the response?
Le projet de loi C-434, que j’ai présenté à la Chambre il y a une semaine ou deux, ferait de la violence contre un professionnel de la santé dans un contexte de soins de santé une circonstance aggravante dans la détermination de la peine.
Je me demande si vous pourriez donner au Comité une idée de la façon dont vos membres et les gens que vous représentez envisageraient cela. Si cela était inscrit dans la loi, quelle serait leur réaction?
Kulvinder Gill
View Kulvinder Gill Profile
Kulvinder Gill
2019-05-16 16:49
That's actually one of our key recommendations. The Australian government of several years ago passed similar legislation, and it is applicable to front-line physicians, nurses and paramedics. A patient who is engaged in serious assault can be sentenced to up to 14 years.
Presently, there is zero accountability from patients. In terms of your previous question about dementia versus patients who are actually cognizant of their behaviour, I think a lot of that has to do with the type of health care facility.
In emergency room settings, for example, we tend to see more patients who are suffering from other illnesses that would impair their ability. We see more addiction and mental health issues there. In family doctors' clinics and in specialists' clinics, we see patients who are very alert and very aware of their actions. There's a significant difference in terms of patient culpability based upon where the care is provided.
C’est en fait l’une de nos principales recommandations. Il y a plusieurs années, le gouvernement australien a adopté une loi semblable, qui s’applique aux médecins de première ligne, aux infirmières et aux ambulanciers paramédicaux. Un patient qui commet des voies de fait graves peut être condamné à une peine maximale de 14 ans.
À l’heure actuelle, les patients ne sont imputables de rien. Pour ce qui est de votre question précédente, au sujet des patients atteints de démence par rapport aux patients qui peuvent être considérés comme responsables de leurs actes, je pense que cela dépend en grande partie du type d’établissement de soins de santé.
Dans les salles d’urgence, par exemple, on voit plus souvent des patients qui souffrent de maladies qui peuvent affecter le jugement: on y rencontre plus de problèmes de toxicomanie et de santé mentale. Dans les cliniques de médecine familiale et dans les cliniques de spécialistes, on voit généralement des patients qui sont très alertes et très conscients de leurs gestes. La responsabilité du patient diffère grandement en fonction de l’endroit où les soins sont prodigués.
Solomon Friedman
View Solomon Friedman Profile
Solomon Friedman
2019-05-01 16:48
Good afternoon, Mr. Chair and committee members.
Thank you for inviting me to address you today on the subject of Bill C-93.
First, let's start with the positive. The philosophy behind this proposed legislation is sound. It is fundamentally unjust for individuals to suffer under the continued stigma of a criminal record for conduct that is no longer illegal.
As we are all well aware, a criminal record is indeed a significant barrier to success in our society. It compromises a person's ability to obtain employment, education, housing, financing, volunteer opportunities and travel. These are all roadblocks, individually and cumulatively, to a person's ability to integrate into society, contribute positively to the larger community and lead a productive, prosocial life.
The injustice of maintaining the criminal convictions for individuals previously convicted for simple possession of cannabis is further compounded when we examine the uneven and discriminatory effect of the criminalization of cannabis on already marginalized groups in Canada. In Toronto, for example, where black people make up 8% of the population, they account for 25% of all persons charged with possession of marijuana between 2003 and 2013. The same is true with respect to indigenous persons. Take Regina, Saskatchewan, where 9% of residents are indigenous but were 41% of all persons charged with cannabis possession.
Historically, these offences have disproportionately impacted the most vulnerable in our society: the poor, the marginalized, the mentally ill, the racialized and indigenous people. If the statistics aren't enough, I can tell you from the unfortunately steady stream of clients through my office that those charged with simple possession of marijuana share these traits. They generally derive from marginalized groups and, in a cruel twist of irony, these criminal convictions themselves further marginalize those same groups, perpetuating a cycle of criminalization, stigma and inequality.
Bill C-93 undoubtedly comes from a good place, and the government should be applauded for that. However, while well intentioned and a positive first step—there's always a “however”, especially when you bring in a lawyer—it remains, in my respectful view, deeply flawed. I will address each of these flaws in turn.
First, the bill requires that affected individuals apply to the Parole Board of Canada for a record suspension. This requires that a formal application be filled out and sent into the Parole Board for review. While the bill explicitly provides that no fee is payable for this particular application, unlike the ordinary record suspension fee, I suspect that for many Canadians this process will not be free.
There are numerous companies that for a significant fee will, quote, “assist” individuals in completing record suspension applications. In fact, as of today, the top ad under the Google search results for “cannabis pardon Canada” was a for-profit website offering their services for the low monthly price of $72 and $116 per month if expedited. To be clear, that is a monthly price on a 16-month payment plan. Who do you think this website is targeting to pay $72 or $116 per month on a 16-month payment plan?
We're talking about the low, low price of somewhere between $1,152 and $1,856, and that, of course, is irrespective of whether or not the government charges a fee for these applications. Recall that persons most likely affected by these criminal records are those already at the margins of society: people who have faced systemic barriers to success in education, employment and elsewhere. This bill, intentionally or otherwise, may serve as a barrier for people to obtain the very benefits it purports to offer.
Surely, in our age of electronic data, these records of criminal convictions for simple possession of cannabis can be proactively located by the Parole Board of Canada and identified for whatever action is ultimately legislated, be it record suspension expungement or otherwise. The burden, in my view, should be on government to rectify these records. While for those of us in this room the prospect of completing a government application may not be particularly daunting, it might be near impossible to those facing financial, educational, mental health or other challenges.
Second, Bill C-93 requires that individuals have completed their sentence prior to applying for a record suspension. Why? Why should an individual continue to be penalized, whether it is by a real jail sentence, a conditional sentence, probation conditions or otherwise, for conduct that is no longer illegal?
Why should an individual have to await the expiry of a lengthy term of probation for an offence that no longer exists under our law?
In my view, the injustice created by these criminal convictions should be addressed immediately, without waiting for expiration of any sentence, whether it is a prescribed period of probation, payment of a fine or some other sanction. And if you're too poor to pay your fine, well, you can never complete your sentence and you can never apply for this record suspension.
Third, I turn to the most fundamental issue of all with respect to Bill C-93: the very nature of the record suspensions mechanism. A record suspension is exactly what it sounds like. It is not a pardon; those don't exist anymore. It is not amnesty or expungement. It is a statutory process whereby the record of an offence is “suspended”, that is, “kept separate and apart from other criminal records”. A record suspension can be revoked. This happens automatically upon the commission of virtually all Criminal Code or controlled drugs and substances offences.
But it is broader than that. A record suspension may be revoked if the board is satisfied that the person “is no longer of good conduct”. Let me give you real-life examples of individuals I have assisted who have been served with applications from the Parole Board to revoke their record suspension: people who have been the subject of numerous police checks, intelligence, or otherwise, or have received highway traffic offences such as careless driving. They were found to no longer be of good conduct. Now, I am happy to say we successfully defended those applications to revoke the record suspension.
But there you are. This will be hanging over your head for the rest of your life. Moreover the minister retains the discretion to approve the disclosure of such a record where he or she is satisfied that disclosure is “in the interests of the administration of justice or for any purpose related to the safety or security of Canada or any state allied or associated with Canada.”
I can think of a state allied or associated with Canada that might be very interested in the otherwise criminal records of individuals convicted for the simple possession of cannabis.
In other words, the offence always hangs over the individual's head, record suspension notwithstanding. Most importantly, unlike expungement which requires notification to the RCMP and all other federal agencies to destroy all records to which the expungement order relates, there is no such broad requirement for a record suspension.
In review, the proposed application is itself a barrier to access, particularly for an already marginalized population. The bill requires individuals to complete their sentences before applying. In my respectful view, this is illogical, counterproductive and unnecessary. The record suspension is not a deletion of the conviction record itself; it is a suspension, a temporary suspension, one that can be revived by either administrative or statutory process.
What, then, is the alternative?
I should first note that Bill C-93 is better than nothing. But better than nothing is a mighty low bar for our Parliament. You can do better. You must do better. Instead, I would urge a scheme of expungement along the lines already provided for in the Expungement of Historically Unjust Convictions Act. The record of these convictions for the simple possession of cannabis should be expunged permanently and automatically.
In this regard, I would propose a private member's bill, Bill C-415, sponsored by Mr. Murray Rankin and introduced last October. It comes much closer to the goal of achieving true justice and relieving the disproportionate criminalization and stigmatization for those convicted of a now legal act of simple possession of cannabis.
The government has maintained in its backgrounder to this bill that expungement is only appropriate “where the criminalization of the activity in question and the law never should have existed, such as in cases where it violated the Charter.”
While the first clause of that requirement is debatable when it comes to cannabis. I can tell you as a criminal defence lawyer that the criminal prohibition of cannabis has caused much more harm than good. There is no doubt that the disproportionate application of the law violates the charter guarantee of equality and runs contrary to our most fundamental constitutional values.
It is a historical wrong that ought to be redressed. Parliament can do so via the remedy of expungement. I would urge you to do exactly that.
Thank you very much for your kind attention.
Bonjour, monsieur le président et membres du Comité.
Merci de m'avoir invité aujourd'hui pour parler du projet de loi C-93.
Tout d'abord, j'aimerais commencer par les aspects positifs. La philosophie du projet de loi proposé est bonne. Il est fondamentalement injuste que des gens traînent le boulet d'un casier judiciaire pour une conduite qui n'est plus illégale.
Comme nous le savons tous, dans notre société, un casier judiciaire est un obstacle considérable à la réussite. Il compromet la capacité d'une personne à décrocher un emploi, à étudier, à trouver un logement, à obtenir du financement, à faire du bénévolat et à voyager. Ce sont des obstacles, pris individuellement ou ensemble, à la capacité d'une personne d'intégrer la société, de contribuer positivement à la grande collectivité et de mener une vie productive et prosociale.
À l'injustice qui consiste à maintenir la condamnation au criminel de personnes ayant déjà été déclarées coupables de possession simple de cannabis s'ajoutent les effets inégaux et discriminatoires de la criminalisation du cannabis dans les groupes déjà marginalisés du Canada. À Toronto, par exemple, les Noirs représentent 8 % de la population, mais 25 % des personnes accusées de possession de cannabis entre 2003 et 2013. C'est vrai aussi pour les Autochtones. Prenons Regina, en Saskatchewan, où 9 % des résidants sont des Autochtones, mais où ils représentent 41 % des personnes accusées de possession de cannabis.
Historiquement, ces infractions ont eu des répercussions disproportionnées sur les personnes les plus vulnérables de notre société: les pauvres, les marginalisés, les personnes atteintes de maladies mentales, les personnes racialisées et les Autochtones. Si ces statistiques ne sont pas suffisantes, je peux vous dire que, d'après le flot continu — malheureusement — des clients dans mon bureau, les personnes qui sont accusées de possession simple de cannabis possèdent ces mêmes caractéristiques. Elles sont généralement issues de groupes marginalisés et, cruelle ironie du sort, ces condamnations au criminel marginalisent elles-mêmes davantage ces mêmes groupes, perpétuant ainsi le cycle de la criminalisation, de la stigmatisation et de l'inégalité.
Le projet de loi C-93 est sans aucun doute plein de bonnes intentions, et on devrait applaudir le gouvernement pour cela. Toutefois, même s'il s'agit d'une première étape positive et bien intentionnée — il y a toujours un « mais », surtout quand il y a un avocat — il demeure que le projet de loi comporte, à mon humble avis, de graves lacunes. Je vais vous les exposer tour à tour.
D'abord, le projet de loi exige que les personnes concernées présentent une demande de suspension de casier judiciaire auprès de la Commission des libérations conditionnelles du Canada. Une demande officielle doit être remplie et envoyée à la Commission des libérations conditionnelles pour examen. Certes, le projet de loi indique clairement qu'aucuns frais ne sont à payer pour cette demande particulière, contrairement aux demandes de suspension de casier ordinaires, je soupçonne que ce processus ne sera pas gratuit pour bon nombre de Canadiens.
Il existe de nombreuses sociétés qui, je cite, « aident » les gens à remplir leur demande de suspension de casier, pour des frais élevés. En fait, à ce jour, le premier site annoncé lorsqu'on lance une recherche sur Google avec les mots « cannabis pardon Canada », c'est un site à but lucratif offrant ses services pour un prix mensuel modique de 72 $ ou de 116 $ pour une procédure accélérée. Pour que ce soit bien clair, il s'agit d'un prix mensuel d'un plan de paiement sur 16 mois. Selon vous, quelles sont les personnes que le site Web cible et qui pourront payer 72 $ ou 116 $ par mois, selon un plan de paiement sur 16 mois?
Nous parlons d'un prix bas, très bas, de 1 152 $ à 1 856 $, et cela, bien sûr, sans tenir compte des frais que le gouvernement impose ou non pour ces demandes. N'oublions pas que les personnes les plus touchées par ces casiers judiciaires sont déjà en marge de la société: les personnes qui ont fait face à des obstacles systémiques nuisant à leur réussite à l'école, au travail ou ailleurs. Ce projet de loi, intentionnellement ou non, pourrait être un obstacle pour les personnes qui voudraient se prévaloir des avantages qu'il prétend offrir.
Bien sûr, à l'ère des données électroniques, la Commission des libérations conditionnelles du Canada peut de façon proactive trouver les casiers judiciaires liés aux condamnations criminelles pour possession simple de cannabis et les associer à toute mesure prévue par la loi, qu'il s'agisse d'une suspension du casier judiciaire, d'une radiation ou de quoi que ce soit d'autre. Selon moi, le fardeau de ces casiers devrait incomber au gouvernement. Si la perspective de remplir une demande du gouvernement n'est peut-être pas particulièrement intimidante, pour nous, mais pour les personnes qui font face à des difficultés sur le plan financier, éducatif ou de la santé mentale ou à d'autres difficultés, ce peut être une tâche pratiquement impossible.
Ensuite, le projet de loi C-93 exige que les personnes aient purgé leur peine avant de présenter une demande de suspension de casier judiciaire. Pourquoi? Pourquoi une personne resterait pénalisée, que ce soit par une véritable peine d'emprisonnement, par une peine d'emprisonnement avec sursis, par des conditions de probation ou d'une autre manière, pour une conduite qui n'est plus illégale?
Pourquoi les gens devraient-ils être obligés d'attendre la fin d'une longue période de probation, alors que l'infraction qu'ils ont commise n'existe même plus sous le régime de la loi?
Je suis d'avis qu'il faut immédiatement réparer l'injustice qui découle de ces condamnations, sans attendre la fin prévue de la période de probation, sans imposer d'amende ni n'importe quel autre type de pénalité. Les gens qui n'ont pas les moyens de payer leur amende ne pourront jamais finir de purger leur peine et ne pourront donc jamais demander une suspension de leur casier judiciaire.
Troisièmement, je veux parler de l'enjeu le plus important du projet de loi C-93: la nature même du mécanisme de suspension du casier. Le mot le dit: une suspension de casier judiciaire n'est pas un pardon. Le pardon n'existe plus. Ce n'est pas non plus une amnistie ni une radiation. C'est un processus prévu par la loi selon lequel le casier judiciaire est « suspendu », c'est-à-dire qu'il doit « être classé à part des autres dossiers [...] relatifs à des affaires pénales ». Une suspension du casier peut être révoquée, ce qui arrive automatiquement dès que la personne commet n'importe quelle infraction prévue au Code criminel ou dans la Loi réglementant certaines drogues et autres substances.
Cela va même plus loin. Une suspension du casier peut être révoquée si la Commission est convaincue que l'intéressé « a cessé de bien se conduire ». Je vais vous donner des exemples réels de gens que j'ai aidés parce que la Commission avait demandé la révocation de la suspension de leur casier. Ce sont des gens qui ont fait l'objet de nombreuses vérifications policières, fondées sur des renseignements ou non, ou qui ont été accusés d'infractions au code de la route, par exemple de conduite imprudente. À cause de cela, la Commission a conclu qu'ils allaient cesser de bien se conduire. Je suis cependant heureux de pouvoir vous dire que nous avons contesté la révocation de la suspension du casier et que nous avons gagné.
Malgré tout, le problème est entier. Pour ces gens, le casier judiciaire restera comme une épée de Damoclès toute leur vie. En outre, le ou la ministre conserve le pouvoir discrétionnaire d'autoriser la communication du dossier dans le cas où il ou elle est convaincu que cela « sert l'administration de la justice ou est souhaitable pour la sûreté ou sécurité du Canada ou d'un État allié ou associé au Canada. »
Je peux penser à un État allié ou associé au Canada qui serait très intéressé par les casiers judiciaires des personnes qui ont été reconnues coupable de possession simple de cannabis.
Autrement dit, même si leur casier est suspendu, l'infraction continue de peser sur les personnes qui ont été reconnues coupables. Aussi, et c'est le plus important, contrairement à ce qui est fait dans le cas d'une radiation, où la GRC et les autres organismes fédéraux doivent détruire tous les documents visés par l'ordre de radiation, rien de tel n'est exigé dans le cas d'une suspension du casier.
En résumé, le processus de demande qui est proposé élève en réalité un obstacle, en particulier pour les populations déjà marginalisées. Le projet de loi prévoit que les gens devront finir de purger leur peine avant de présenter une demande. À mon avis, et avec tout le respect que je vous dois, cette approche est illogique, contre-productive et inutile. Une suspension du casier n'équivaut pas à la destruction du casier judiciaire lui-même, ce n'est qu'une suspension — une suspension temporaire —, dont la révocation est prévue dans la loi ou tient à la discrétion de l'administration.
Quelle est donc la solution, dans ce cas?
Je devrais d'abord dire que le projet de loi C-93 est mieux que rien. Cependant, « mieux que rien », c'est demander très peu au Parlement. Vous pouvez, et devez, faire mieux. Je vous recommande donc vivement d'adopter un modèle de radiation similaire à celui que prévoit la Loi sur la radiation de condamnations constituant des injustices historiques. Les dossiers judiciaires relatifs aux condamnations pour possession simple de cannabis devraient être radiés automatiquement et de façon permanente.
Par conséquent, je vous propose d'étudier le projet de loi C-415, c'est un projet de loi d'initiative parlementaire parrainé par M. Murray Rankin. Il a été présenté par M. Rankin en octobre dernier. Ce projet de loi remplit beaucoup mieux son objectif, la véritable justice, en soulageant les personnes qui ont été condamnées pour possession simple de cannabis — quelque chose de légal, aujourd'hui — de leur stigmatisation et des conséquences disproportionnées de leur condamnation au criminel.
Dans son document d'information accompagnant le projet de loi, le gouvernement affirme que « la radiation est une mesure extraordinaire réservée aux cas où la criminalisation de l'activité en question et la loi n'auraient jamais dû exister, par exemple dans les cas où elle contrevenait à la Charte ».
Même si l'on pourrait débattre longtemps du premier élément de cette exigence, en ce qui concerne le cannabis, je peux vous dire, en tant qu'avocat criminaliste, que l'interdiction pénale du cannabis a causé beaucoup plus de tort que de bien. Il ne fait aucun doute que l'application beaucoup trop lourde de la loi brime le droit à l'égalité garanti par la Charte et va à l'encontre de nos valeurs constitutionnelles et fondamentales.
Le Canada doit réparer un tort historique, et le Parlement peut le faire au moyen de la radiation. Je vous demande instamment de suivre exactement cette voie.
Je vous remercie de votre bienveillante attention.
Chad Clarke
View Chad Clarke Profile
Chad Clarke
2019-04-30 10:07
Thank you to the committee for having me today. I stand before you first as a warrior, secondly as a survivor of HIV non-disclosure.
The Right Honourable Pierre Elliott Trudeau once famously said, “There's no place for the state in the bedrooms of the nation”, and yet Canada is a world leader in convicting people for HIV non-disclosure.
I am one of those 200 plus people who were convicted, sentenced. My life came to a stop on February 12, 2009. That was the day I received a life-changing phone call telling me I had a Canada-wide warrant for aggravated sexual assault. My knees buckled.
I'm a father. I'm a grandfather. I'll get to that after because right now, with what's going on, I don't get to see my grandson. How do I tell a 22-year-old who googles everything that I don't have that vulnerable person...? I'm a family man.
I want to take you back to who I was before these charges were brought into my life. I worked for Parker-Construction in Windsor, Ontario, where I had recently been promoted to fire tear out lead hand. I worked 60 hours a week, at $22.50 an hour, with company benefits and a gas allowance card. I was set in my life, a father of two kids, Tyler and Kayla, who were 14 and 13 at the time, the important time in a teenager's life. How was I going to break the news to them that their dad was leaving?
I turned myself in on this charge the next day. I was denied bail, and we know in Canada that when you're denied bail you have to wait 90 days before you can go to high court bail. I got myself a lawyer. I went to high court bail. I was once again denied bail.
I would attend court over the next 13 months while I was being held in custody. I want to bring you back to when I turned myself in and I was denied bail. Upon going into the correctional system, I did not receive my medication for two weeks. The only time I've ever become detectable is when I was in the prison system. I'm now going on 15 years living with HIV and I'm undetectable. I was undetectable at the time that these charges were brought against me.
I would attend court over the next 13 months while I was being held in custody. I was told I was facing 10 to 15 years. I didn't have my blood tested for 28 months, so how were they assuring me that I was getting the best health care while I was in the prison system?
You may not know this but when you're on the remand side, awaiting trial or waiting to be set free, there is no health care. I couldn't see a dentist until I was sentenced, so I sat there with an infection to the point where the dentist inside the prison could not go any further without going into my nasal cavity.
I'm now figuring out life after prison as Chad Clarke, the convicted sex offender. I've been given a second chance in life. I'm the proud grandfather to a four-year-old grandson named Gavin, which is Gaelic for “hawk of battle”. When I first met the round table, I was told I would get to see my grandson because we were going to do something. I'll keep going and going even to my last breath to tell you guys that we need to do something.
I don't even need to look at this; I'm just going to talk from my heart. If I went through this, and the 200 people we were able to connect with in Canada went through this, how many others are there out there?
There have been many times when my PTSD has gotten to me, when I wish I would have gotten the 25 years and walked out with a clean slate rather than having to walk into society as a registered sex offender. That's the part I have a problem with—the part where the mental health issues I had before going into prison have accelerated since being in prison.
I isolate myself a lot. I've lost a lot of family members. I have one brother, out of three brothers, who gets it, who is willing to sit and forgive and forget what I did to the rest of the family. As I said, I'm a family man. My family is well known in the southwestern Ontario area. I live five minutes up the road from my family—my mom and dad. They don't wave to me when they drive by. They won't even acknowledge me.
I'm sorry I'm taking so much time. This is my life. I live every day with that title of aggravated sexual assault. My son is 24. He has a mild intellectual disorder, but he gets it. My son has come to me many times saying, Dad, if I could drain all my blood out today and give it to you so that we could all forget about this once and for all, I would do that for you. That's why I'm going to sit at this table and many more tables until we get this right.
I had the opportunity to speak in Amsterdam at the International AIDS Conference. One of the things that was asked of me was what Canada can do. I'll be honest with all of you in this room that I was a little upset. I wanted to say what I really felt we could do. I said if Canada is serious about getting to 90-90-90, stop criminalizing people for HIV and become the test block.
Second, why are there only four provinces in Canada where antiretroviral medication is readily available? That tells me right there that we have an issue.
We heard the federal health minister in Amsterdam after I said if Canada is serious about doing this, don't endorse U equals U; sign on, since Canada is a world leader in convicting people. That's the first step. The science proves that after three months.... I became undetectable after being on medication for three months when the charge was brought before me. I was on medication for only eight months. I didn't know the longevity of HIV. I had no clue what was coming next. What I did know was that I was going to jail because there was the phone call.
I reached out to the Byng clinic, and got on medication and I've adhered to my medication all the time. I speak to intravenous drug users. I've given them an entity, because you have to build trust with them. I've been there myself in some of the poor choices I made as a young 18-year-old who ran away from a town of 2,500. I was an altar boy, raised on a farm.
When you give those people a voice, with regard to the sex they're having or the drugs they're doing, and you allow them to, they will tell you what the problem is, what barriers they face and what they need in order to fix things and to get medication.
I strongly suggest that we do legislative reform, because this is wrecking lives. It's one thing to have HIV, but it's another thing to be criminally charged, convicted, sentenced and now have to be on a sex registry for the rest of my life. I cannot travel for longer than seven days without having to notify the police, or it's a breach, which happened to me.
There's one thing I'd like to mention to you guys now. As I stand before you, I'm now homeless. I received an eviction notice on Easter Monday and had 12 hours to vacate my home as there was a person paid to be in my home to make sure I left. Once again—
Je remercie le Comité de m’accueillir aujourd’hui. Je comparais d’abord devant vous en tant que guerrier, puis en tant que survivant de la criminalisation de la non-divulgation de la séropositivité.
Comme l'a dit le très honorable Pierre Elliott Trudeau, « L’État n'a rien à faire dans les chambres à coucher. » Pourtant, le Canada est un chef de file mondial en matière de condamnation de personnes pour non-divulgation de leur séropositivité.
Je fais partie des plus de 200 personnes qui ont été déclarées coupables, condamnées. Ma vie a pris fin le 12 février 2009. C’est ce jour-là que j’ai reçu un appel qui a changé ma vie en m'informant que je faisais l'objet d'un mandat pancanadien pour agression sexuelle grave. Mes genoux se sont dérobés sous moi.
Je suis un père. Je suis un grand-père. J’y viendrai plus tard parce que, pour l’instant, avec ce qui se passe, je ne réussis pas à voir mon petit-fils. Comment expliquer à un jeune de 22 ans, qui cherche des renseignements sur tout au moyen d'Internet, que je ne suis pas cette personne vulnérable? J'ai le sens de la famille.
Je veux vous rappeler qui j’étais avant que ces accusations ne bouleversent ma vie. Je travaillais pour Parker Construction, à Windsor, en Ontario, où j’avais récemment été promu au poste de chef de l’équipe de démolition après incendie. Je travaillais 60 heures par semaine, à 22,50 $ l’heure, avec les avantages du personnel et une carte essence. J’avais une vie, j'étais père de deux enfants, Tyler et Kayla, qui avaient 14 et 13 ans à l’époque, un moment important de l'adolescence. Comment leur annoncer que leur père devait partir?
Je me suis livré à la police le lendemain. On a refusé de me remettre en liberté sous caution. Or, au Canada, quand on vous refuse la libération sous caution, il faut attendre 90 jours avant de pouvoir s'adresser à un tribunal. Je me suis trouvé un avocat et j'ai demandé à être remis en liberté sous caution, mais encore une fois, on me l’a refusé.
Au cours des 13 mois qui ont suivi, je me suis présenté en cour alors que j’étais détenu. Je veux vous ramener au moment où je me suis livré et où on m’a refusé la mise en liberté sous caution. Lorsque je suis entré dans le système correctionnel, je n’ai pas reçu mes médicaments avant deux semaines. La seule fois où mon statut sérologique a été détectable, c’est en prison. Je vis avec le VIH depuis 15 ans et mon statut est indétectable. Il l'était au moment où ces accusations ont été portées contre moi.
Au cours des 13 mois qui ont suivi, je me suis présenté en cour alors que j’étais détenu. On m’a dit que je risquais 10 ou 15 ans. Je n’ai pas eu d'analyse de sang pendant 28 mois, alors comment pouvaient-ils m'assurer que je recevais les meilleurs soins de santé pendant que j’étais en prison?
Vous ne le savez peut-être pas, mais lorsque vous êtes en détention provisoire, en attente d’un procès ou d’une libération, vous ne recevez aucun soin de santé. Je ne pouvais pas voir un dentiste avant le prononcé de la sentence, et je me suis retrouvé avec une infection telle que le dentiste de la prison n'a eu d'autre choix que de passer par ma cavité nasale.
C'est désormais dans la peau de Chad Clarke, le délinquant sexuel condamné, que je suis en train de faire l'apprentissage de la vie après la prison. On m’a donné une deuxième chance. Je m'enorgueillis d'être le grand-père d’un petit-fils de quatre ans du nom de Gavin, un prénom d'origine galloise qui signifie « petit faucon ». Lors de ma première rencontre avec la table ronde, on m’a dit que je pourrais voir mon petit-fils parce que quelque chose serait fait. Eh bien, je vais continuer de participer jusqu’à mon dernier souffle pour réclamer que quelque chose soit fait.
Je n’ai même pas besoin de regarder ma copie; je vais simplement parler du fond du coeur. Si je suis passé par là et que les 200 personnes avec qui nous avons pu communiquer au Canada sont passées par là, combien y en a-t-il d’autres?
Il m’est arrivé à maintes reprises de souffrir du trouble de stress post-traumatique, et j’aurais préféré être condamné à 25 ans de prison et sortir sans traîner de boulet plutôt que d’avoir à vivre en société en tant que délinquant sexuel inscrit. C’est ce qui me pose problème: l'aspect qui fait que les problèmes de santé mentale que j’avais avant d’aller en prison ont empiré depuis mon incarcération.
Je m’isole beaucoup. J’ai perdu le contact avec beaucoup de membres de ma famille. De mes trois frères, il y en a un qui comprend, qui est prêt à pardonner et à oublier ce que j’ai fait au reste de la famille. Comme je l’ai dit, j'ai le sens de la famille. Ma famille est connue dans le Sud-Ouest de l’Ontario. Je vis à cinq minutes de ma famille, ma mère et mon père. Ils ne me saluent pas de leur voiture. Ils font comme si je n'existais pas.
Je m'excuse de prendre autant de temps. Voilà ce qu’est ma vie. Je vis tous les jours avec cette étiquette pour agression sexuelle grave. Mon fils a 24 ans. Il souffre d’un trouble intellectuel léger, mais il comprend. À maintes reprises, mon fils est venu me dire: « Papa, si je pouvais me vider de tout mon sang aujourd’hui pour te le donner afin de mettre tout cela derrière nous une fois pour toutes, je le ferais. » C’est pour cette raison que je vais m’asseoir à cette table et à bien d’autres jusqu’à ce qu'on prenne la mesure de la situation.
J’ai eu l’occasion de prendre la parole à la conférence internationale sur le sida qui s'est tenue à Amsterdam. On m’a notamment demandé ce que le Canada pouvait faire. Je vais être honnête avec vous tous et vous dire que j'ai été un peu vexé. Je voulais leur dire ce que je pensais vraiment que nous pourrions faire. J’ai dit que, si le Canada veut vraiment atteindre les cibles 90-90-90, il doit cesser de criminaliser les personnes séropositives et devenir le banc d'essai.
Ensuite, pourquoi n’y a-t-il que quatre provinces au Canada où les antirétroviraux sont facilement disponibles? Ce fait démontre bien que nous avons un problème.
À Amsterdam, la ministre fédérale de la Santé a pris la parole après que j’ai dit que si le Canada prenait la chose au sérieux, il ne devrait pas se contenter d’appuyer la campagne Indétectable = Intransmissible. Il devrait la mettre en œuvre, car il est chef de file mondial en matière de condamnation des gens. C’est la première étape. La science prouve qu’après trois mois... Ma charge virale était devenue indétectable après trois mois de traitements lorsque l’accusation s'est abattue sur moi. J’ai été sous médicaments pendant huit mois seulement. Je ne connaissais pas la durée de vie du VIH. Je n’avais aucune idée de ce qui s’en venait. Ce que je savais, c’est que j’allais en prison à cause d’un appel téléphonique.
J’ai communiqué avec la clinique sur Byng, j’ai pris des médicaments et j'ai suivi mon traitement à la lettre. Je parle à des utilisateurs de drogues injectables. Je leur donne un cadre, parce qu’il faut établir un lien de confiance avec eux. J’ai moi-même fait face à ces circonstances à la suite de mauvaises décisions prises alors que j’étais un jeune de 18 ans qui avait fui son village de 2 500 habitants. Avant cela, j'avais été un enfant de choeur, élevé dans une ferme.
Lorsque vous permettez à ces gens de se faire entendre, en ce qui concerne le sexe qu’ils pratiquent ou les drogues qu’ils consomment, et que vous permettez qu'ils s'expriment, ils vous diront quel est le problème, quels sont les obstacles auxquels ils font face et ce dont ils ont besoin pour arranger les choses et obtenir des médicaments.
Je recommande vivement qu'on procède à une réforme législative parce que les lois actuelles brisent des vies. C’est une chose d’être séropositif, c’en est une autre d’être poursuivi au criminel, d’être déclaré coupable, d’être incarcéré et d’être inscrit dans un registre de délinquants sexuels pour le reste de ses jours. Je ne peux pas voyager à l'étranger pour une durée supérieure à sept jours sans en aviser la police, sinon c’est une infraction, ce qui m’est arrivé.
Il y a une chose que j’aimerais vous dire maintenant. À l’heure actuelle, je suis sans abri. J’ai reçu un avis d’expulsion le lundi de Pâques et j’ai eu 12 heures pour quitter mon domicile, car il y avait une personne payée pour être chez moi afin de s’assurer que je parte. Encore une fois...
View Linda Lapointe Profile
Lib. (QC)
Good afternoon. I want to welcome you all.
Today we're holding our 17th meeting. As part of the determination of non-votable items pursuant to standing order 91.1(1), we'll be reviewing three bills.
Does anyone have any comments?
Good afternoon, Ms. May.
Bonjour, je vous souhaite la bienvenue à tous.
Aujourd'hui, nous tenons notre 17e réunion et, conformément à l'article 91.1(1) du Règlement, dans le cadre de la détermination des affaires non votables, nous vérifierons trois projets de loi.
Quelqu'un a-t-il des commentaires à faire?
Bonjour, madame May.
View Linda Lapointe Profile
Lib. (QC)
Mr. Graham moves:
That the Subcommittee present a report listing those items which it has determined should not be designated non-votable and recommending that they be considered by the House.
(Motion agreed to)
M. Graham propose:
Que le Sous-comité présente un rapport énumérant les affaires qui, selon lui, ne devraient pas être désignées non votables et recommandant à la Chambre de les examiner.
(La motion est adoptée.)
Pascal Lévesque
View Pascal Lévesque Profile
Pascal Lévesque
2018-11-01 11:29
First of all, we welcome the fact that the Canadian Charter of Rights and Freedoms is being integrated into the act. The charter grants a right to information, protection, participation and restitution. However, the Barreau du Québec questions the scope of a victim's right to information in the context of paragraph (b) of the new section 71.04 introduced by the bill. Does this mean that the victim would have a right to personal information concerning the offender?
We are also in favour of creating the role of the victim's liaison officer, but we feel it might perhaps be desirable to require that the officer have a minimum level of training and the professional skills to occupy that position.
We also note and welcome the fact that new powers would be granted to military judges to facilitate the testimony of victims and witnesses. Victims may fear reprisals or pressures. These powers will therefore help ensure their safety. However, we wonder why the regime of protections and rights conferred on victims is limited to military offences and does not include service infractions. In our view, the act should protect victims from one type of offence and an infraction.
The second major feature of this bill is the paradigm shift with regard to the summary procedure. We note the will of Parliament to move away from a criminal justice system toward something resembling a system of disciplinary law. We are in favour of this initiative, which is designed to reduce military stigmatization and to make the trial process more efficient and fair, but we would remind you that this paradigm shift should not come at the cost of reducing the rights of military members.
By eliminating detention, the bill removes from a commander's sentencing options the authority to impose a sentence of detention of up to 30 days at a military detention facility. It seems desirable, at first glance, that military personnel should be less exposed to penal consequences, but the fact remains that serious questions arise over the effects of this removal.
With the detention option ruled out, it could be more difficult to address the types of misconduct committed in a theatre of operations. It is a more complicated proposition to conduct a court martial outside Canada. Would it not be more useful, in certain circumstances, to provide for detention, which would definitely be a harsher sentence, but one of shorter duration, in situations in which quick action is required? In our view, the problem is not detention, but rather its usefulness. The real challenge is to guarantee that the fundamental rights of military personnel are respected when they are faced with it.
Another effect of this reform of the summary procedure is a lowering of the evidentiary standard of beyond a reasonable doubt to that of a preponderance of probabilities. This seems consistent with the desire to depenalize the process. Despite this change in the burden of proof, however, military members still be exposed to serious consequences such as demotion and suspension of allowances and pay. This last sanction can have a significant financial impact on a service member.
If Parliament decided to abandon the burden of proof beyond a reasonable doubt, the path we feel should be favoured, there could be a compromise suggestion, along the lines of disciplinary law. To this meet the burden of proof, the evidence would have to be clear and convincing, and thus somewhere between "beyond a reasonable doubt" and a "preponderance of probabilities". We nevertheless prefer proof "beyond a reasonable doubt" for as long as service members are exposed to penal consequences. I'll come back to this later.
Now I'm going to discuss undefined expressions. The expressions "service infractions" and "minor sanctions" are not defined in the bill, but they will be in future regulations. This aspect raises concerns since we think there must be greater transparency and assurances that the bill's provisions are, from the outset, consistent with the Canadian Charter of Rights and Freedoms. Moreover, the spectre of what a minor sanction may be looms large.
Consider, for example, confinement to quarters or to ship, a penalty that can amount to deprivation of liberty similar to a conditional sentence as provided for under section 742.1 of the Criminal Code. In our opinion, minor sanctions must be defined in the act, and confinement to quarters or to ship must be considered as a serious sanction eliciting protections.
Now I will discuss procedural protections for service members. We repeat that it is necessary to provide better protection for service members, despite the removal of certain penal attributes of the military justice system's summary procedure. The reform neglects to provide certain procedural fairness protections, even as it moves closer to an administrative disciplinary law model applicable to professional associations.
The bill doesn't alter the fact that it's the commanders who determine whether service personnel have committed infractions and who impose sanctions, if need be. We understand that, by removing certain penal aspects from the present system, the bill makes the requirement of an independent decision-maker, within the meaning of paragraph 11(d) of the Canadian Charter of Rights and Freedoms, less necessary. The fact remains, however, that, when you compare this regime to the disciplinary regime applicable to police officers of the Sûreté du Québec or the Royal Canadian Mounted Police, military decision-makers are less independent. In our view, offsetting measures should be adopted to ensure that commanders perform their duties as impartially as possible.
There is another situation that we consider problematic, and that is the removal of the option to elect a court martial. We feel that, to the extent service members are still exposed to serious consequences for infractions that remain to be defined, it is desirable that this option be retained.
The bill is also silent on the representation of service members facing infraction allegations. For the moment, only lawyers of the Director of Defence Counsel Services are authorized to provide legal counsel and legal information—that's the term used in the regulations—but that information must be general in nature and pertain to the issues involved in the accused's summary trial, and counsel providing that information must distinguish between a court-martial and a summary trial. That does not seem to include the option of providing comprehensive legal advice or representing the accused. We find this problematic, since, by comparison, RCMP and Sûreté du Québec officers receive either real legal assistance or full representation.
We recommend that the legal services offered to service personnel be expanded to include at least an offer of full legal advice, at no cost, in preparation for trial and that they be given the option of electing a court martial.
The bill is also silent on the possibility of recording hearings and on the way decision-makers must provide reasons for their decisions. In our view, summary hearings must be recorded where possible, and, out of a concern for transparency, fairness and accountability, decisions should be accompanied by written reasons.
The bill provides that the decision or sanction imposed by a summary authority may be reviewed automatically or at the request of the person concerned in accordance with regulations made by the Governor in Council. In the circumstances, we wonder whether the review upon request or the automatic review under the present regime will be continued. Will decisions from summary hearings and review authorities be excluded from the field of application of the military grievance procedure because they are made in accordance with the code of discipline? In our view, once again having regard to the penal consequences to which service members are exposed, provision should be made for a right of appeal from summary hearing decisions. This appeal could be made following the review process and be possible only where the service member has suffered a penal consequence.
In short, having regard to the various points mentioned that we find problematic in this reform of the summary procedure, we think it may be better to defer it in order to give all necessary consideration to the protection of service members' rights.
Lastly, several amendments are designed to harmonize military and civilian justice, such as the addition, in clause 16 of the bill, of the option for a victim to seek an order to abstain from communicating him or her. We are very much in favour of this amendment, which will enable military judges to provide more effectively for victims's safety. However, we question the use of the term "victim", which we find restrictive. In our view, the term should be "person", as is the case in the Criminal Code.
In addition, the bill contains significant amendments pertaining to sentences. In particular, it requires that special attention be paid to the situation of aboriginal offenders at sentencing. Provision is made for sentences to be served intermittently. The bill also provides for the possibility of ordering suspension of a sentence and, lastly, the option of directing an absolute discharge.
Although the Barreau du Québec is in favour of these significant amendments, it questions, first, the reason why Parliament has limited the option of directing an intermittent sentence for periods of imprisonment or detention of up to 14 days, whereas this type of order can be made under the Criminal Code for sentences of up to 90 days. Second, we question the reason why a suspension may be directed only where incarceration or detention is required, the opposite of what is required under the Criminal Code. Lastly, we welcome the power of a military judge to direct absolute discharges, but we wonder why this power has not been extended to include conditional discharges.
In closing, the Barreau du Québec has noted the change in the essential sentencing objective, which is no longer to contribute "to respect for the law and the maintenance of a just, peaceful and safe society", but merely to the maintain discipline, efficiency and morale of the Canadian Forces. The Barreau du Québec feels that the previous wording was more consistent with the dual nature of military justice, which is both similar to a system of civil justice and unique.
That completes the review of the major issues that the Barreau du Québec wanted to address with you, Mr. Chair and members of the committee, as part of this consultation on Bill C-77. More detailed explanations of the various issues that we have just presented are provided in a brief that may be found on the Barreau du Québec's website, in French only, although you will have a bilingual copy as of November 16.
We hope our presentation has contributed to your study of this matter. We are now available to answer your questions.
Thank you.
Nous saluons d'abord l'intégration de la Charte canadienne des droits des victimes dans la loi. Celle-ci accorde un droit à l'information et à la protection, un droit de participation et un droit au dédommagement. Le Barreau du Québec s'interroge toutefois sur la portée du droit d'une victime aux renseignements dans le contexte de l'alinéa b) de l'article 71.04 du projet de loi. Est-ce que cela signifie que la victime aurait le droit d'avoir des renseignements personnels concernant le contrevenant?
Nous sommes aussi favorables à la création du rôle d'agent de liaison de la victime, mais nous sommes d'avis qu'il serait peut-être souhaitable d'exiger de l'agent une formation minimale et des compétences professionnelles pour exercer cette fonction.
Nous constatons et saluons également le fait que de nouveaux pouvoirs sont octroyés aux juges militaires pour faciliter le témoignage des victimes et des témoins. Une victime peut avoir peur des représailles ou de subir de la pression. Ces pouvoirs vont donc permettre d'assurer sa sécurité. Toutefois, nous nous demandons pourquoi le régime de protections et de droits conférés aux victimes se limite aux infractions d'ordre militaire et ne s'étend pas aux manquements d'ordre militaire. À notre avis, la loi doit protéger les victimes autant pour un type d'infraction que pour un manquement.
Le deuxième grand volet du projet de loi est le changement de paradigme en ce qui concerne la voie sommaire. Nous notons la volonté du législateur de s'éloigner d'un système de justice pénale pour se rapprocher d'un système qui ressemble au droit disciplinaire. Nous sommes favorables à cette initiative qui vise à réduire la stigmatisation du militaire, mais aussi à rendre le processus entourant un procès plus efficace et plus équitable. Par contre, nous tenons à vous rappeler que ce changement de paradigme ne doit pas se faire au prix d'une réduction des droits des militaires.
En ce qui concerne le retrait de la détention, le projet de loi enlève à l'échelle des peines la possibilité, pour un commandant, d'imposer une peine de détention pouvant aller jusqu'à 30 jours dans un établissement de détention militaire. À première vue, une réduction de l'exposition des militaires à des conséquences pénales est souhaitable, mais il demeure que des questions importantes se posent sur les effets de ce retrait.
En retirant la détention, il pourrait être plus difficile de traiter les inconduites commises sur le théâtre des opérations. En effet, il est plus compliqué de tenir une cour martiale à l'étranger. N'est-il pas plus utile, dans certaines circonstances, de prévoir quand même une détention qui serait sévère, certes, mais de courte durée pour des situations pour lesquelles il faut agir rapidement? De notre avis, ce n'est pas la détention qui est problématique; elle a son utilité. Le réel défi est de garantir le respect des droits fondamentaux des militaires lorsqu'ils y font face.
Un autre effet de cette réforme de la voie sommaire est l'abaissement de la norme de preuve hors de tout doute raisonnable à prépondérance des probabilités. Cela semble être cohérent avec la volonté de dépénaliser le processus. Toutefois, malgré ce changement de fardeau, les militaires continueront d'être exposés à des conséquences sérieuses, comme la rétrogradation ou encore la privation des indemnités et de leur solde. Cette dernière sanction peut représenter un impact financier important pour le militaire.
Dans l'éventualité où le législateur déciderait d'abandonner le fardeau hors de tout doute raisonnable, voie que nous pensons qui devrait être privilégiée, il pourrait y avoir une suggestion mitoyenne, à l'exemple du droit disciplinaire. Cela consiste à exiger que, pour satisfaire au fardeau, il faut que la preuve soit claire et convaincante, donc entre « hors de tout doute raisonnable » et « prépondérance des probabilités ». Nous préférons quand même la voie « hors de tout doute raisonnable » tant et aussi longtemps que les militaires seront exposés à des conséquences pénales. J'y reviendrai plus loin.
Je vais maintenant parler des expressions non définies. Les expressions « manquements d'ordre militaire » et « sanctions mineures » ne sont pas définies dans le projet de loi, mais elles le seront dans la réglementation ultérieure. Cet élément soulève des inquiétudes, puisqu'il faut, selon nous, une meilleure transparence et s'assurer déjà en amont que les dispositions sont conformes à la Charte canadienne des droits et libertés, notamment. De plus, le spectre de ce que peut être une sanction mineure est très large.
Prenons, par exemple, la consigne aux quartiers ou au navire, dont la peine peut aller jusqu'à la privation de liberté s'apparentant à un emprisonnement avec sursis prévu à l'article 742.1 du Code criminel. À notre avis, il faut que les sanctions mineures soient définies dans la loi et que la consigne aux quartiers ou au navire soit considérée comme une sanction sérieuse, laquelle entraîne des protections.
Je vais maintenant traiter des protections procédurales pour les militaires. Nous réitérons qu'il est nécessaire de mieux protéger les militaires, et ce, malgré le retrait de certains attributs pénaux du système de justice militaire par voie sommaire. Même en se rapprochant d'un modèle de droit disciplinaire administratif applicable aux corps professionnels, la réforme néglige d'offrir certaines protections d'équité procédurale.
Effectivement, le projet de loi ne modifie pas le fait que ce sont les commandants qui déterminent si les militaires ont commis des manquements et qui imposent des sanctions, le cas échéant. Nous comprenons qu'en enlevant certains aspects pénaux du système actuel, le projet de loi rend moins nécessaire l'exigence d'avoir un décideur indépendant au sens de l'alinéa 11d) de la Charte canadienne des droits et libertés. Mais il reste que, lorsqu'on compare ce régime au régime disciplinaire applicable aux policiers de la Sûreté du Québec ou de la Gendarmerie royale du Canada, les décideurs militaires ont moins d'indépendance. À notre avis, il faut adopter des mesures de contrepoids pour s'assurer que les commandants s'acquittent de leurs fonctions avec le plus d'impartialité possible.
Une autre situation nous semble problématique. Il s'agit du retrait de la faculté d'opter pour la cour martiale. Nous estimons que, dans la mesure où les militaires sont toujours exposés à des conséquences sérieuses pour des manquements qui restent à définir, il est souhaitable de maintenir ce droit d'option.
Aussi, le projet de loi est silencieux quant à la représentation des militaires faisant face à des allégations de manquements. Pour l'instant, seuls les avocats du Directeur du service d'avocats de la défense sont autorisés à donner des conseils juridiques et de l'information juridique — c'est le terme utilisé dans la réglementation —, mais ceux-ci doivent être de nature générale et porter sur des questions liées au procès sommaire de l'accusé, point, et faire la différence entre la cour martiale et le procès sommaire, point. Cela ne semble pas comprendre la faculté de donner des avis juridiques complets ou de les représenter. Cela nous semble problématique puisque, par comparaison, les policiers de la GRC ou de la Sûreté du Québec bénéficient soit d'une réelle aide juridique, soit d'une représentation complète.
Nous recommandons que les services juridiques offerts aux militaires soient étendus pour inclure à tout le moins l'offre d'avis juridiques complets, sans frais, en préparation de l'instance, et qu'on offre le choix d'opter pour la cour martiale ou non.
Ajoutons que le projet de loi est muet quant à la possibilité d'enregistrement des audiences et sur la façon dont les décideurs doivent motiver leurs décisions. Selon nous, les audiences sommaires doivent être enregistrées dans la mesure du possible, et par souci de transparence, d'équité et d'imputabilité, les décisions devraient être motivées par écrit.
Le projet de loi prévoit que la décision ou la sanction imposée par une autorité sommaire pourra être révisée d'office ou à la demande de la personne visée, conformément aux règlements du gouverneur en conseil. Dans ce contexte, nous nous demandons si la révision sur demande et celle d'office du régime actuel seront reprises. Exclura-t-on du champ d'application de la procédure de grief militaire les décisions des audiences sommaires et des autorités de révision, car elles sont prises aux termes du code de discipline? Selon nous, encore une fois, compte tenu des conséquences pénales auxquelles sont exposés les militaires, nous sommes d'avis qu'il faudrait prévoir un droit d'appel des décisions des audiences sommaires. Cet appel pourrait intervenir après le processus de révision et n'être possible que lorsque le militaire a subi une conséquence pénale.
Bref, compte tenu des divers éléments mentionnés qui nous semblent problématiques dans cette réforme de la voie sommaire, nous pensons qu'il est peut-être mieux de reporter celle-ci, afin de donner toute la considération nécessaire à la protection des droits des militaires.
Finalement, soulignons que plusieurs modifications visent à harmoniser la justice militaire et la justice civile, par exemple l'ajout, à l'article 16 du projet de loi, de la possibilité pour une victime de demander une ordonnance de s'abstenir de communiquer avec elle. Nous sommes très favorables à cette modification, qui permettra aux juges militaires de mieux assurer la sécurité des victimes. Par contre, nous nous questionnons sur l'utilisation du terme « victime », qui nous semble restrictif. Selon nous, cela devrait être toute « personne », comme c'est le cas dans le Code criminel.
Aussi, le projet de loi contient des modifications importantes en matière de peines. On exige notamment que, lors de la détermination de la peine, une attention particulière soit portée à la situation des contrevenants autochtones. On prévoit la possibilité qu'une peine soit purgée de façon discontinue. On prévoit aussi la possibilité d'ordonner la suspension d'une peine et, enfin, la possibilité de prononcer une absolution inconditionnelle.
Le Barreau du Québec, bien que favorable à ces modifications importantes, s'interroge d'abord sur la raison pour laquelle le législateur a limité la possibilité d'ordonner une peine discontinue pour des périodes d'emprisonnement ou de détention d'un maximum de 14 jours, alors que dans le Code criminel, ce type d'ordonnance peut être prononcé pour des peines allant jusqu'à 90 jours. Ensuite, nous nous questionnons sur le motif pour lequel une suspension peut être prononcée seulement lorsque l'incarcération ou la détention est requise, à l'inverse de ce que permet le Code criminel. Enfin, nous accueillions favorablement le pouvoir du juge militaire de prononcer des absolutions inconditionnelles, mais nous nous interrogeons sur la raison pour laquelle ce pouvoir n'a pas été étendu jusqu'à celui de prononcer des absolutions conditionnelles.
En terminant, le Barreau du Québec a noté le changement de l'objectif essentiel de la détermination de la peine, qui ne vise plus à contribuer « au respect de la loi et au maintien d'une société juste, paisible et sûre », mais simplement à maintenir la discipline, l'efficacité et le moral des Forces canadiennes. Le Barreau du Québec estime que la formulation antérieure est plus conforme à la dualité de la justice militaire, en partie similaire à la justice civile, en partie unique.
Voilà qui fait le tour des enjeux principaux que le Barreau du Québec voulait aborder avec vous, monsieur le président et membres du Comité, dans le cadre des consultation sur le projet de loi C-77. Des explications plus détaillées sur les différents enjeux que nous venons de présenter se trouvent dans le mémoire qui est sur le site Web du Barreau du Québec, en français seulement, mais vous aurez la copie bilingue à partir du 16 novembre.
Nous espérons que notre présentation a contribué à votre réflexion. Nous sommes maintenant disponibles pour répondre à vos questions.
Je vous remercie.
View Yves Robillard Profile
Lib. (QC)
Bill C-77 will amend the National Defence Act to incorporate indigenous sentencing considerations. Military tribunals will be required to take into account the circumstances of indigenous offenders when determining sentences.
Could you please explain how sentencing will take into account the circumstances of indigenous offenders under Bill C-77?
Le projet de loi C-77 modifiera la Loi sur la défense nationale de manière à y incorporer certaines considérations relatives à la détermination de la peine des Autochtones. Les tribunaux militaires devront ainsi tenir compte de la situation des contrevenants autochtones lors de la détermination de la peine.
Pouvez-vous expliquer comment la situation des contrevenants autochtones sera prise en considération lors de la détermination de la peine en vertu du projet de loi C-77?
Siham Haddadi
View Siham Haddadi Profile
Siham Haddadi
2018-11-01 12:26
Thank you for the question.
Unfortunately, we aren't able to answer that because it wasn't something the Quebec bar examined.
Je vous remercie de votre question.
Malheureusement, nous ne sommes pas en mesure d'y répondre parce qu'elle ne faisait pas partie des travaux du Barreau du Québec.
Pascal Lévesque
View Pascal Lévesque Profile
Pascal Lévesque
2018-11-01 12:26
We did a bit of work on the issue, but I will give you my personal opinion, based on my experience as a lawyer.
With respect to indigenous rights, the Supreme Court of Canada held, in Gladue and Ipeelee, that the justice system had to take into account the fact that an offender was indigenous. The justice system is required to take into account an offender's indigenous descent.
The Canadian Forces include first nations members. Just think of the Rangers up north, who are part of the Primary Reserve. Applying the logic of public protection, the Quebec bar is of the view that…. Every lawyer knows that, when indigenous people are dealing with the justice system, it is absolutely essential that the community they come from be taken into account and that the consequences be adjusted accordingly, and clearly, that is true in military justice.
Nous avons abordé ce sujet, mais je vais vous donner mon point de vue personnel, selon mon expérience de juriste.
Concernant les droits des Autochtones, dans les arrêts Gladue et Ipeelee, la Cour suprême du Canada a statué que le système de justice doit prendre en considération le fait que le délinquant est autochtone. Il faut absolument que le système de justice tienne compte de l'origine autochtone des délinquants.
Il y a des membres des Premières Nations qui font partie des Forces canadiennes. On n'a qu'à penser aux Rangers dans le Grand Nord, qui font partie de la Première réserve. Selon le Barreau du Québec, si on suit la logique de protection du public... Tous les juristes savent que, lorsque des Autochtones font face au système de justice, il faut absolument tenir compte de quelle communauté ils viennent et ajuster la réponse en conséquence, et cela s'applique évidemment à la justice militaire.
View Tony Clement Profile
Ind. (ON)
Thank you, both of you. I encourage you to keep advocating and keep fighting for what you believe in because I think it's very important that Canadians hear your voices. Thank you for all that you do.
I want to ask a question of Debra Parkes, if I could.
You said something, and Ms. Taman I think echoed it a little bit. Your point of view is that we need comprehensive sentencing reform, but what we're getting through hybridization actually won't achieve the goals and may make matters worse. I don't want to put words in your mouth, but is that in a nutshell what you're saying?
Merci à vous deux. Je vous encourage à continuer de défendre vos convictions et de vous battre pour elles, parce que je crois que c'est très important que les Canadiens entendent votre voix. Merci de tout ce que vous faites.
J'aimerais poser une question à Debra Parkes, si je le peux.
Vous avez dit quelque chose, et je crois que Mme Taman l'a un peu confirmé. Vous êtes d'avis que nous avons besoin d'une réforme complète en matière de détermination de la peine, mais ce que nous obtenons au moyen des infractions mixtes ne permettra pas, en réalité, d'atteindre les objectifs et pourrait même empirer les choses. Je ne veux pas vous mettre des mots dans la bouche, mais cela résume-t-il vos propos?
Debra Parkes
View Debra Parkes Profile
Debra Parkes
2018-09-26 16:22
Yes.
I mean, it's this bill in the context of the last 15 years of piecemeal changes to criminal legislation. Taking into account all of the harms that are done through crime, through the criminal justice system, to victims, to everyone.... The thing I would say about that is that the reality, when you look at who is in prisons, is that the line between victim and offender is actually not a solid one, particularly when you look at women. Those women have experienced massive victimization and as well have then been perpetrators.
We need to, in our sentencing reform, look at all of that and at what actually works and what doesn't. We have a lot of evidence now about what doesn't work. Longer sentences, sentencing severity for deterrence, simply don't work.
Oui.
Je veux dire, c'est ce projet de loi, dans le contexte des 15 dernières années de modifications à la pièce des lois en matière pénale... Si on tient compte de tous les méfaits qui sont causés par les crimes, par le système de justice pénale, aux victimes, à tout le monde... Ce que je dirais à ce sujet, c'est que la réalité, lorsque vous regardez qui est incarcéré... c'est que la ligne entre la victime et le délinquant n'est pas franche, particulièrement lorsque vous regardez les femmes. Ces femmes ont fait l'objet de victimisation massive, puis elles ont aussi été auteures d'actes criminels.
Dans notre réforme sur la détermination de la peine, nous devons examiner tout cela et voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Nous disposons maintenant de beaucoup de données probantes sur ce qui ne fonctionne pas. Les longues peines, les peines sévères comme moyen de dissuasion, ne fonctionnent tout simplement pas.
View Tony Clement Profile
Ind. (ON)
I'm going to ask you to put yourself in the shoes of an MP just for a second. Pretend you're on this committee and you're given this 306-page bill, and comprehensive sentencing reform seems to be a mirage in the present context. What would you do? Is this bill salvageable in any capacity? What would you do with this bill?
Je vais vous demander de vous mettre à la place d'un député, pendant une seconde. Supposez que vous êtes membre du Comité et qu'on vous donne un projet de loi qui fait 306 pages, et la réforme complète sur la détermination de la peine ressemble à un mirage dans le contexte actuel. Que feriez-vous? Ce projet de loi est-il récupérable de quelque façon que ce soit? Qu'en feriez-vous?
Debra Parkes
View Debra Parkes Profile
Debra Parkes
2018-09-26 16:24
Others can speak and have spoken to the various parts of it, around the bail system and that sort of thing, and I think there are some good efforts there to address the remand situation. I think there are some good elements there. The view I take is different from that of other witnesses, but I think the evidence shows that any of the measures that are going to increase sentences, including increasing that ceiling for summary conviction offences, through hybridization....
We ought not to be increasing any penalties, because we've had this ratcheting up of sentences through various kinds of piecemeal legislation and we don't have the return that we want in terms of public safety. The cost is so high, in both human and fiscal terms, for everyone involved. We need a much more comprehensive sentencing reform that would involve all of the stakeholders and would involve looking at the evidence, starting with our sentencing principles, and see what's working and what's not. That, I think, is what needs to happen, rather than anything that would actually get us into a situation of increasing sentences.
D'autres personnes peuvent se prononcer et se sont prononcées par rapport à ses divers éléments, par rapport au système de libération sous caution et à ce genre de choses, et je crois qu'on a fait un certain travail pour s'attaquer à la situation de la détention provisoire. Je pense qu'il renferme de bons éléments. Mon point de vue diffère de celui d'autres témoins, mais je crois que les données probantes montrent que toutes les mesures qui vont faire augmenter les peines, y compris l'augmentation du plafond pour les infractions punissables par procédure sommaire, au moyen de la conversion des infractions en infractions mixtes...
Nous ne devrions pas augmenter les sanctions, car nous avons connu cette remontée en dents de scie des peines dans le cadre des divers types de législation à la pièce, et nous n'avons pas les retombées souhaitées en ce qui concerne la sécurité du public. Le coût est très élevé, tant en ce qui concerne l'aspect humain que financier, pour toutes les personnes touchées. Nous avons besoin d'une réforme beaucoup plus complète en matière de détermination de la peine qui supposera la participation de tous les intervenants et supposerait d'examiner les données probantes, à commencer par nos principes touchant la détermination de la peine, et de voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. À mon avis, c'est ce qui doit se passer, plutôt que toute mesure qui nous mettrait en réalité dans une situation où nous devrions augmenter les peines.
Results: 1 - 15 of 289 | Page: 1 of 20

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data