Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 399
View Karen McCrimmon Profile
Lib. (ON)
View Karen McCrimmon Profile
2019-06-19 21:58 [p.29446]
Mr. Speaker, that is why we are proposing to remove these terms. Even so, of course, the Charter of Rights and Freedoms will continue to apply to everything the Correctional Service does.
The other amendment that we are proposing to partially retain has to do with strip searches. The Senate is proposing to prohibit any strip searches conducted as a matter of routine and we wholeheartedly endorse that objective. It would not be pleasant for any of us to be strip-searched.
People in prison have often experienced trauma, including sexual abuse. Strip searches can cause them to relive that trauma and can even deter people from participating in programs like work release if they know they will be strip-searched on their way out or on their way back in. The Correctional Service should do everything possible to minimize strip searches.
That is why Bill C-83 would allow for the use of body scanners similar to what exists in airports as recommended by the United Nations. Rather than a blanket prohibition though, the government is proposing that the law require that Correctional Service use a body scanner instead of a strip search whenever one is available. That accounts for the fact that it will take some time for body scanners to be installed in every institution and it recognizes that sometimes machines break down. In those situations, correctional staff still need to be confident that inmates are not smuggling drugs, weapons or other contraband. That is important not only for staff safety but for the safety of other inmates as well. As body scanners become more available in federal institutions, strip searches should become increasingly rare.
I will now turn to the proposals from the Senate with which we respectfully disagree.
To begin with, there are two relatively similar ones that would take existing concepts used for indigenous corrections and expand them to other unspecified groups. This would apply to section 81 of the act, which allows for community-run healing lodges and section 84, which allows for community-supported release. Both of these concepts have proven valuable and successful in an indigenous context and the idea of expanding them is indeed worthy of serious consideration.
Certainly, there are other overrepresented groups in federal custody, particularly Canadians of African descent. Our government is wholly in favour of examining whether strategies that have worked for indigenous corrections can be successfully applied in other contexts and with other communities. We are opposing this amendment not because we disagree with the principle but because the serious consideration and examination I mentioned has not happened yet.
Before moving forward with something like this, there should be extensive consultations to determine which groups would be interested. Where does the capacity exist? And how the experience of the relatively few indigenous communities and organizations that run section 81 facilities is or is not applicable more broadly.
It would be a major policy change and potentially a positive one, but the study and analysis should come before we change the law, not after.
We also respectfully disagree with an amendment that would require the Correctional Service to approve the transfer to a provincial hospital of any inmate with a disabling mental health issue. As I mentioned earlier, in the 2018 budget, our government increased funding for external mental health beds. The use of provincial hospitals may be appropriate in some circumstances. The fact is, though, that it can be very difficult to find provincial hospitals willing and able to house and treat federal inmates. If we want to change the law without the aim of bringing about the transfer of a significant number of people from federal correctional institutions to provincial hospitals, it is imperative that we consult the provinces first.
It is also important for the sake of preserving the clinical independence of the health care providers who work in corrections that the law not pre-empt their professional judgment. The law already allows for these kinds of transfers where possible and appropriate and where recommended by medical professionals. At the same time, we are dramatically bolstering mental health resources within the federal correctional service so that inmates receive high-quality mental health care wherever they serve their sentence. We are also proposing not to accept an amendment that would allow sentences to be shortened on application to a court, due to acts or omissions by correctional personnel deemed to constitute unfairness in the administration of a sentence.
Once again, the goal of deterring improper conduct by correctional staff is commendable. There are a great many people working in federal corrections who are committed professionals doing excellent work. Anything less should be deterred, denounced and the persons potentially disciplined or dismissed. Inmates who are negatively impacted by inappropriate conduct on the part of correctional staff already have recourse, in the form of grievances or lawsuits, for example. The idea of retroactively shortening court-imposed sentences in these circumstances would be a major policy change. Before enacting this kind of provision, there should be consultations with stakeholders, including victims groups as well as provincial partners and other actors in the justice system. Parliamentarians in both chambers should have the opportunity to study it at length. It is not something that should be tacked on at the end of a legislative process that did not contemplate this kind of approach.
We also respectfully disagree with the recommendation to have the new system reviewed by parliamentary committees after two years rather than five. This House added a five-year review to the bill, and that is a reasonable time frame. It gives the new system time to get off the ground and be fully implemented and that will actually make Parliament's review more meaningful and impactful when it happens. In the interim, the minister will soon be appointing an advisory panel to monitor implementation of the SIUs as they roll out. That panel will be able to visit sites, meet with inmates and staff, provide feedback to the commissioner and sound the alarm if something is really not working out as it should. Of course, parliamentary committees do not need legislation to tell them what to study. Even without a legal requirement, if committees of this House or of the other place want to review the SIU system two years from now, they are perfectly free to do so.
Finally, the government respectfully disagrees with the proposal to institute judicial review of all SIU placements after 48 hours. Bill C-83 already has a strong system of binding external oversight.
Independent external decision-makers appointed by the minister will review any case where someone in an SIU has not received the minimum hours out of cell or minimum hours of meaningful human contact for five days in a row, or 15 days out of 30. They will also review cases where the Correctional Service is not following the advice of a health care professional to remove an inmate from an SIU or change their conditions. They will review all SIU placements at 90 days and every 60 days thereafter for any inmate still in the SIU at that point. That is in addition to regular and robust internal review at five, 30 and 60 days.
Simply put, judicial review of SIU placements is unnecessary. Colleagues do not have to take my word for it. At the public safety committee, the correctional investigator supported using the independent chairperson model to oversee SIUs. That is a model that uses ministerial appointees, not judges.
Plus, while no court has considered the new SIU system proposed by this bill, courts in Ontario and B.C. have rendered decisions about the kind of oversight they deem necessary for the current system of administrative segregation. In B.C., the court found that oversight of administrative segregation must be external to the Correctional Service but did not say that judicial review was required. In Ontario, the court actually found that internal review was preferable, saying, “The reviewing tribunal can have adequate independence without having all the attributes of a judge.”
Beyond being unnecessary, requiring judicial review of all SIU placements longer than 48 hours would have considerable impacts on provincial superior courts. There would need to be new judges appointed to handle the caseload. Those judges would be paid for out of federal funds and they would require support staff paid for by the provinces. There would also be changes required to the Judges Act, as well as to corresponding provincial legislation. In other words, accepting this amendment would mean imposing legislative and financial requirements on the provinces without so much as a phone call to check and see if they are on board.
If judicial review were the only way to ensure that this new system works properly and to provide the procedural safeguards required, then one could make an argument that all of these complications, making legislative amendments across the country, finding the money in federal and provincial coffers, and fast-tracking the appointment of a bunch of new judges would just have to somehow get done. However, judicial review is far from the only option. There must absolutely be robust oversight of the new system proposed by Bill C-83 and review by independent external decision-makers meets that need.
I thank all hon. senators for their efforts and their contributions. At this point, the bill truly is the product of the Parliament of Canada as a whole.
If the version we are sending back to the Senate receives royal assent, it will be a piece of legislation drafted by the government, amended by Liberal, Conservative, NDP and Green Party members, and amended by our colleagues in the Senate, as well.
For all of our frequent disagreements, this bill is a good example of the strength of the legislative process in our parliamentary democracy. Most importantly, it will significantly improve Canada's correctional system, enhancing the safety of the people who work and live in federal institutions and improving the system's effectiveness when it comes to rehabilitation and safe, successful reintegration.
I look forward to the passage and the implementation of Bill C-83.
Monsieur le Président, voilà pourquoi il est nécessaire de retirer ces mentions. Néanmoins, la Charte des droits et libertés continuera, bien entendu, de s'appliquer à toutes les activités de Service correctionnel Canada.
L'autre amendement que nous proposons de retenir en partie concerne la fouille à nu. Le Sénat propose d'interdire toute fouille à nu menée de manière systématique et nous appuyons cet objectif sans réserve. Une fouille à nu n'est agréable pour personne.
Les détenus sont souvent des victimes de traumatismes, y compris des agressions sexuelles. Les fouilles à nu peuvent leur faire revivre ce traumatisme et peuvent même en dissuader certains de participer à des programmes de placement à l'extérieur s'ils savent qu'ils feront l'objet d'une fouille à nu à leur sortie ou à leur retour. Service correctionnel Canada devrait faire tout en son pouvoir pour diminuer le plus possible le recours aux fouilles à nu.
Voilà pourquoi le projet de loi C-83 autoriserait le recours à des détecteurs à balayage corporel semblables à ceux que l'on trouve dans les aéroports, comme le recommandent les Nations unies. Au lieu d'interdire complètement les fouilles à nu, le gouvernement propose que la loi oblige le Service correctionnel du Canada à les remplacer par l'utilisation d'un détecteur à balayage corporel lorsqu'il y en a un de disponible. On tient ainsi compte du temps qu'il faudra pour installer de tels appareils dans tous les établissements, ainsi que des pannes qui peuvent survenir. En pareil cas, le personnel correctionnel doit quand même s'assurer que les détenus ne font pas passer de la drogue, des armes ou d'autres objets interdits. C'est important et pour la sécurité du personnel, et pour celle des autres détenus. Au fur et à mesure que les établissements correctionnels fédéraux se procureront des détecteurs à balayage corporel, les fouilles à nu deviendront probablement de plus en plus rares.
Je passe maintenant aux propositions du Sénat sur lesquelles nous sommes respectueusement en désaccord.
Premièrement, deux amendements assez semblables auraient pour effet de généraliser à des groupes indéterminés certains concepts applicables aux services correctionnels pour les Autochtones. L'article 81 de la loi permettrait que des communautés se dotent d'un pavillon de ressourcement, tandis que l'article 84 permettrait la libération d'un détenu avec le soutien d'une communauté. Ces deux concepts se sont révélés utiles et ont donné de bons résultats dans le cas des Autochtones, et l'idée d'en élargir l'application mérite à coup sûr d'être considérée sérieusement.
Il y a bien entendu d'autres groupes qui sont surreprésentés dans les pénitenciers fédéraux, en particulier les Canadiens d'origine africaine. Le gouvernement est tout à fait disposé à examiner la question, pour voir si des stratégies ayant bien fonctionné dans le cas des services correctionnels pour les Autochtones sont susceptibles de donner également de bons résultats dans d'autres contextes et avec d'autres communautés. Si nous sommes contre ces amendements, ce n'est pas que nous en rejetons le principe, mais c'est plutôt parce que la question n'a pas encore pu être considérée sérieusement, comme elle le mérite.
Avant de faire un tel changement, il faudrait mener de vastes consultations pour déterminer quels groupes seraient intéressés. Lesquels auraient la capacité de s'occuper des délinquants libérés? Dans quelle mesure serait-il possible de généraliser ou non l'expérience acquise par le nombre relativement petit de communautés et d'organisations autochtones qui fournissent des services correctionnels en vertu de l'article 81 de la loi?
Ce serait un changement considérable de politique — possiblement un changement positif —, mais l'étude et l'analyse doivent être réalisées avant de modifier la loi, pas après.
De plus, nous sommes respectueusement en désaccord sur un amendement qui exigerait que le service correctionnel approuve le transfèrement dans un hôpital provincial des détenus présentant des problèmes mentaux invalidants. Comme je l'ai dit plus tôt, dans le budget de 2018, le gouvernement a augmenté le financement pour le nombre de lits destinés aux soins externes en santé mentale. Le recours aux hôpitaux provinciaux pourrait être approprié dans certaines circonstances. Toutefois, en réalité, il peut être très difficile de trouver des hôpitaux qui sont prêts à accueillir et à traiter les détenus des établissements fédéraux, et qui sont en mesure de le faire. Si nous voulons modifier la loi dans le but de transférer un grand nombre de personnes des établissements correctionnels fédéraux dans les hôpitaux provinciaux, il est essentiel de consulter d'abord les provinces.
Il est également important, pour préserver l'indépendance clinique des fournisseurs de soins de santé qui travaillent dans le secteur correctionnel, de veiller à ce que la loi n'empiète pas sur leur jugement professionnel. La loi permet déjà ce genre de transfert dans la mesure du possible, lorsqu'il est approprié et recommandé par les professionnels de la santé. En même temps, nous renforçons considérablement les ressources en santé mentale au sein du service correctionnel fédéral pour que les détenus puissent recevoir des soins en santé mentale de qualité, peu importe où ils purgent leur peine. Nous proposons également de rejeter un amendement qui permettrait de raccourcir les peines en soumettant une demande auprès d'un tribunal, en raison d'actes ou d'omissions de la part du personnel du service correctionnel qui sont considérés comme des sources d'iniquité dans l'administration d'une peine.
Il est évidemment louable de chercher à prévenir toute conduite inappropriée de la part du personnel correctionnel. Les gens qui travaillent dans le système correctionnel fédéral sont en très grande partie des professionnels dévoués qui font un excellent travail. Tout comportement ne correspondant pas à cette norme devrait être découragé et dénoncé, et les employés en question, peut-être réprimandés ou renvoyés. Les détenus ont déjà d'autres recours si le comportement inapproprié d'un agent correctionnel a une incidence négative sur eux. Ils peuvent, par exemple, porter plainte ou intenter une poursuite. Ce serait un immense changement de politique que de raccourcir rétroactivement, dans ce contexte, une peine imposée par le tribunal. Avant d'adopter une disposition de ce genre, il faudrait consulter les intervenants concernés, par exemple des groupes de victimes, des partenaires provinciaux et d'autres intervenants du système de justice. Les parlementaires des deux Chambres devraient avoir la possibilité d'examiner attentivement une disposition comme celle-là. On ne peut pas l'ajouter simplement à la fin d'un processus législatif s'il n'en a pas été question plus tôt.
Nous rejetons aussi respectueusement la recommandation voulant que des comités parlementaires examinent le nouveau système après deux ans plutôt que cinq ans. La Chambre a ajouté au projet de loi un examen après cinq ans, un échéancier raisonnable. D'ici là, le nouveau système aura été lancé et pleinement mis en oeuvre, ce qui rendra l'examen plus utile et plus constructif. Entretemps, le ministre nommera bientôt un groupe consultatif pour surveiller la mise en oeuvre des unités d'intervention structurée. Ce groupe pourra visiter des installations, rencontrer des détenus et des employés, faire des commentaires au commissaire et sonner l'alarme si quelque chose ne fonctionne vraiment pas comme prévu. Rappelons que les comités parlementaires n'ont pas besoin d'une loi pour leur dicter le sujet de leurs études. Si un comité de la Chambre ou du Sénat souhaite examiner le système des unités d'intervention structurée dans deux ans, il sera tout à fait libre de le faire, même si ce n'est pas une exigence prévue par la loi.
Enfin, le gouvernement rejette respectueusement la proposition d'instituer un contrôle judiciaire de tous les placements dans les unités d'intervention structurée après 48 heures. Le projet de loi C-83 comprend déjà un solide système de surveillance externe obligatoire.
Les décideurs externes indépendants nommés par le ministre examineront tous les cas où un détenu placé dans une unité d'intervention structurée n'a pas passé le nombre minimal d'heures hors cellule ou n'a pas eu le nombre minimal d'heures de contacts humains réels pendant cinq jours d'affilée ou pendant 15 jours sur 30. Ils se pencheront également sur les cas où le service correctionnel ne suit pas la recommandation d'un professionnel de la santé de retirer un détenu d'une unité d'intervention structurée ou de modifier ses conditions. Les décideurs examineront tous les placements des détenus qui se trouvent encore dans une unité d'intervention structurée après 90 jours et tous les 60 jours par la suite. Cela s'ajoute à un examen interne régulier et rigoureux après 5 jours, 30 jours et 60 jours.
Bref, l'examen judiciaire des placements dans les unités d'intervention structurée n'est pas nécessaire. Mes collègues n'ont pas à me croire sur parole. Au comité de la sécurité publique, l'enquêteur correctionnel a appuyé l'utilisation du modèle de président indépendant pour superviser les unités d'intervention structurée. Il s'agit d'un modèle qui fait appel à des personnes nommées par le ministre plutôt qu'à des juges.
De plus, bien qu'aucun tribunal n'ait examiné le nouveau système d'unités d’intervention structurée proposé dans ce projet de loi, les tribunaux de l'Ontario et de la Colombie-Britannique ont rendu des décisions sur le type de surveillance qu'ils jugent nécessaire pour le système actuel d'isolement préventif. En Colombie-Britannique, la cour a conclu que la surveillance de l'isolement préventif doit être assurée par un organisme indépendant du Service correctionnel du Canada, mais elle n'a pas dit qu'une révision judiciaire était nécessaire. En Ontario, la cour a conclu qu'une surveillance interne était préférable, affirmant que « le tribunal chargé de la révision peut jouir d'une indépendance suffisante sans avoir tous les attributs d'un juge ».
En plus d'être inutile, le fait d'exiger la révision judiciaire de tous les placements de plus de 48 heures dans les unités d’intervention structurée aurait des répercussions considérables sur les cours supérieures provinciales. Il faudrait nommer de nouveaux juges pour venir à bout de la charge de travail. Ces juges seraient payés à même les fonds fédéraux et ils auraient besoin de personnel de soutien payé par les provinces. Il faudrait également modifier la Loi sur les juges ainsi que les lois provinciales correspondantes. Autrement dit, accepter cet amendement signifierait imposer des exigences législatives et financières aux provinces sans même vérifier si elles sont d'accord.
Si la révision judiciaire était le seul moyen de s'assurer du bon fonctionnement de ce nouveau système et d'offrir les garanties procédurales nécessaires, alors il faudrait s'attendre à bien des complications, notamment à devoir apporter des modifications législatives partout au pays, trouver l'argent nécessaire dans les coffres des gouvernements fédéral et provinciaux et s'empresser de nommer de nombreux juges. Or, la révision judiciaire est loin d'être la seule option. Il faut absolument mettre en place un mécanisme de surveillance rigoureux à l'égard du nouveau système proposé dans le projet de loi C-83, et l'examen par des décideurs externes indépendants répond à ce besoin.
Je remercie les honorables sénateurs de leurs efforts et de leurs contributions. À ce stade, le projet de loi est vraiment le produit de tout le Parlement du Canada.
Si la version que nous renvoyons au Sénat reçoit la sanction royale, ce sera une loi rédigée par le gouvernement, modifiée par les députés libéraux, conservateurs, néo-démocrates et du Parti vert et modifiée également par nos collègues au Sénat.
Malgré nos nombreux désaccords, je crois que ce projet de loi reflète bien la force du processus législatif au sein de notre démocratie parlementaire. Il permettra surtout d'améliorer considérablement le système correctionnel du Canada, de mieux protéger les gens qui travaillent et qui vivent dans les établissements fédéraux, et de rendre le système plus efficace lorsqu'il s'agit d'assurer une bonne réadaptation et une réinsertion sécuritaire.
J'ai hâte que le projet de loi C-83 soit adopté et mis en œuvre.
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I am pleased to present a petition signed by Canadians from the ridings of Kanata—Carleton, Ottawa—Vanier, Nepean, Elgin—Middlesex—London and London—Fanshawe. They call on the House of Commons to respect the rights of law-abiding firearms owners and reject the Prime Minister's plan to waste taxpayers' money on a ban on guns that are already banned.
Monsieur le Président, je suis heureuse de présenter une pétition qui a été signée par des Canadiens des circonscriptions de Kanata—Carleton, d'Ottawa-Vanier, de Nepean, d'Elgin—Middlesex—London et de London—Fanshawe. Les pétitionnaires demandent à la Chambre des communes de respecter les droits des propriétaires d'armes à feu respectueux de la loi et de rejeter le plan du premier ministre de gaspiller davantage l'argent des contribuables en étudiant la possibilité d'interdire des armes à feu qui sont déjà interdites.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2019-06-17 22:31 [p.29248]
Mr. Speaker, it is a pleasure to rise in the House to speak. This could quite possibly be the last speech I make in the 42nd Parliament. I certainly have a number of things to say about Bill C-75.
Bill C-75 amends criminal law. It is a justice bill. When we look at bills that fall into this area, it is important to remember what we are trying to achieve with bills in the criminal justice system. The first thing we are trying to do is define for Canadians what unacceptable behaviour is. Once we have set that standard, then we are trying to assign penalties suitable to deter people from committing that crime. In Canadian federal prisons, we do not do a lot of rehabilitation, so really the main part of the criminal justice system is to assign a penalty that both is commensurate with the crime that was committed and also is a deterrent to keep people from committing that crime, and then to prosecute that charge in court with a fair and due process.
I would like to look at Bill C-75 and compare it to those criteria to see how it measures up.
First, I will talk about defining unacceptable behaviour. I am not sure that the Liberals understand what unacceptable behaviour is. I say that because we are talking about a Prime Minister who is the first prime minister to break a law, which he did when he took a private helicopter to billionaire island. The member for Brampton East was involved in allegations of money laundering. We are currently seeing the member for Steveston—Richmond East in several instances of money laundering, as well as being disbarred. There have been multiple ethical lapses and cases of sexual harassment that caused some members to be out of the caucus, but I would argue there are still some members within the caucus. There is a tolerance for things that, in the minds of Canadians, shows that maybe there is not a good moral compass in the Liberal Party to define what unacceptable behaviour is.
With respect to assigning penalties suitable to deter people from committing the crime, one of the most egregious things about the changes in Bill C-75 is that the Liberals have taken a number of crimes that Canadians would consider to be very heinous and reduced them to a summary conviction of two years or a fine. It is important to look at the list of the kinds of crimes we are talking about, so that people can convince themselves whether this is appropriate.
The most heinous crime on the list has to be the forcible confinement of a minor. In the minds of all Canadians, we value our children and we want to protect our children. If somebody kidnapped and forcibly confined a child, I do not think most Canadians would think it is okay to get off with a fine for doing that. That is unacceptable.
Also on the list is forced marriage and forced marriage of children. I am not sure this should be allowed at all in Canada, but I know one thing. If we are talking about forced marriage and marriage for people who are under 16, that is rape. It is clear that it is rape. Therefore, to put that as a summary conviction of less than two years or a fine is unacceptable. We can see in this country that rape is on the increase. One in three women will experience sexual violence in her lifetime. Therefore, it is clear that we do not have the right deterrent to reduce the crime that is happening.
I was the chair of the status of women committee when we studied violence against women and girls in Canada. We had testimony from quite a number of countries, and I was interested to look around and see which countries were doing a better job in the area of rape. There are countries that do not have a big issue with rape. I asked the witnesses why that was, and they said the penalty for the crime was 10 to 15 years in prison, so they have a deterrent for people not to commit that crime. There is also an awareness of the fact that it is illegal. We have a lot of people coming to Canada from places that have a different culture in many cases and have a different tolerance for things like rape. It is important that we educate people who come to this country about those issues. We should be setting punishment for this crime that is commensurate with it, and a fine is not acceptable.
Assault with a weapon is on the list. We sadly saw what happened today at the Raptors parade with people getting shot. This seems to be an event that is on the rise. I think about the Danforth shooting. I think about a number of shootings that have happened. Assault with a weapon should not be less than two years in prison or a fine. That is not acceptable. That is not a deterrent, and I think most Canadians would agree with that.
Originally, there were a number of items on the list that had to do with participating in terrorism activities, or leaving Canada to participate in the activities of terrorist groups. There was some walk-back within Bill C-75 on that issue, but we are still not in the place we need to be on that.
Canadians are concerned about terrorism. A number of events happen but we do not receive any information. I am thinking about the two fellows in Ontario who were caught with explosives and the FBI was investigating. Everyone says there is nothing to see here; all is fine. There is the Danforth shooting, the guy who drove a van and killed multiple people in Toronto. There is the return of ISIS fighters and people not knowing what is happening with them. Are they walking around? How do we know that the public is safe? There is a concern among Canadians that we should take a hard line on terrorism. I am glad to see some walk-back on that, but I want to keep an eye on it.
Another thing on the list is municipal corruption. Corruption in government of any kind is not something that should ever be reduced to a fine. We have seen lots of corruption in the existing Liberal government, lots of scandal. The fact that the Liberals have reduced the severity of the crimes on this list is indicative of the lack of moral compass on the other side.
Maybe “assisting prisoner of war to escape” is not a current issue, but how about “obstructing or violence to or arrest of an officiating clergyman”? This one is particularly egregious to me. I remember when Bill C-51 came from the Liberal government and tried to take what is today considered a crime, to attack or threaten a clergyperson, and remove that altogether. I remember the concern from churches in Sarnia—Lambton and across the country. They wondered why the Liberals wanted to take a protection away from the clergy, especially when cases of that nature had been prosecuted.
As a result of the public outcry and a swing in the polls, the Liberals backed off that, but here it is, showing up again, and this should be a flag to people who are watching tonight. What we see with the Liberals again and again is that they try something and when there is a public outcry, they back off, but as soon as they get another chance to sneak it in, it comes back.
A number of things have been like that. I am thinking of the tax that the Liberals were going to put on dental and health care. They backed off, but I bet it will reappear. It is the same thing with the small business tax on passive assets. As soon as there was an outcry, the Liberals backed off, but this is something to watch for if they get another chance.
Impaired driving causing bodily harm is on the list. This is quite concerning as well. We can think about the amount of work that organizations like Mothers Against Drunk Driving have done to raise awareness, to try to get stiffer penalties for impaired driving causing bodily harm. We can think of the tragedy of many parents who have lost children or loved ones who have been killed by somebody driving impaired. To reduce this to a conviction of less than two years or a fine is totally unacceptable, especially from a government that legalized marijuana, knowing that Colorado and Washington saw a doubling of traffic deaths due to impaired driving. This is a step in the wrong direction and should be reconsidered.
There is another one in the bill that talks about polygamy, and I am not sure why this one made the list. Polygamy has been illegal in Canada for quite some time and culturally, we would like to preserve that. I am not sure why we would want to lessen the severity of the crime for that.
There is arson for fraudulent purposes. These acts are clearly serious crimes. If I go back to the original premise that says the reason we have a criminal justice system is to assign penalties suitable to deter people from committing a crime, I think we could admit that diluting the penalty in the way Bill C-75 does is not going to help us move forward or deter crime in this country.
I want to read quotes of what people have said about Bill C-75. Ms. Markita Kaulius, the president of Families for Justice, said, “Bill C-75 is a terrible bill for victims and for public safety.” Stephanie DiGiuseppe, a litigation lawyer in Toronto specializing in criminal and constitutional law, said, “Bill C-75 is a massive step backwards for justice reform in Canada.” Christian Leuprecht, a professor at the Royal Military College of Canada, said, “the signal that [Bill C-75 is] sending is that these offences are no longer as serious as they were before.” It has been recognized across the country that this bill is not going to be good for the criminal justice system and it is not going to accomplish what we need to accomplish.
If I were a criminal in Canada, I would be saying it is a great time to be a criminal with the Liberal government in place because it always protects the rights of criminals instead of the rights of victims. There is a move to decrease punishments. We talk about some of the things that Bill C-75 was hoping to accomplish. One was that the court system is overloaded right now. One way of offloading the courts is to get rid of all the people in line by fining them instead of making them go through the court process. One way to prevent the courts from being clogged up is to hire enough judges to adjudicate the cases.
In the four years the Liberal government has been in place, the court is missing about 60 judges, at last count. That never happened under the previous Conservative government. There was always an adequate number of judges to process the cases in the courts. Therefore, reducing sentences and letting everybody off the hook is not the answer. We do not say that since there are too many people in line, we should allow the murderers and rapists go free, but that is essentially what is happening now because there are cases are waiting too long. According to Jordan's principle, after two years, those cases are thrown out of court. During the reign of the Liberals, murderers and rapists have gone free in Canada. Clearly, understaffing the judiciary is part of the problem and part of the solution is replacing them.
When it comes to enforcing punishments, there has been a bit of a lackadaisical attitude. I remember when we first heard that Terri-Lynne McClintic had been sent to a healing lodge that had no security. She had been convicted of brutally murdering a child and was supposed to be imprisoned with a lot of security until 2030. When we raised the issue, those on the other side did not understand why we were raising it because they thought it was no big deal. It took a public outcry for the government to recognize that this was a big mistake and people who commit serious crimes, like murdering a child, need to be behind bars. The punishment needs to fit the crime. Again, there is lack of a moral compass on the other side.
However, there are lots of protections for people in prison. Mental health supports were announced in the budget for folks in prison. I am not saying that criminals do not deserve mental health supports. I am just saying that since mental health supports are very much lacking for the rest of Canadians, why are we putting prisoners first? There is a program to provide free needles and we are moving to providing free illegal drugs to prisoners. I am not sure why the government is in the business of doling out illegal drugs; we do not provide free syringes and drugs to people with diabetes or everyone who has cancer.
I would certainly argue that when it comes to priorities, the government appears to be putting a priority on criminals, instead of victims and the rest of Canadians. I do not think that is the right priority, and the government should re-evaluate it.
The current Minister of Justice talked about the Senate amendments and the ones that should be included. He talked about the victim surcharge in one of the amendments. The victims surcharge was put in place because victims services were expensive. This was a way of recouping some of the costs, people who had done the harm had to do some remediation of the harm.
I am not sure, then, why the government would remove the requirement to have this victims service charge and to leave it to the discretion of judges. First, they have to remember that they can apply a victims surcharge. Then we leave it to their discretion as to whether they will apply it.
My experience has always been that when it is left to the discretion of judges, we see sentences becoming smaller and smaller over time. It is heartbreaking to me. I think about some of the stories I have heard of rape and been involved with them. In Sarnia—Lambton, for example, there was a case recently, where a 13-year-old girl was gang raped by two men who received prison sentences of months. We absolutely cannot have this kind of thing.
I think of Rehtaeh Parsons who was raped by multiple people. As a result of the ensuing shame that was put on her for over a year and a half, she took her life. It was a wrist slap for the people who were involved in that crime.
We do not have the right balance, and Bill C-75 does nothing to address it.
I want to talk about the previous Conservative government and its record on crime. The Conservatives are known, in general, to uphold criminal justice, to take the rights of the victim, rather than the rights of the criminal, and to try to impose stiff penalties for violent and heinous crimes. People will have a choice in the fall election. They will have a choice to move away from protecting the criminals' rights and move into the space of protecting the victims' rights. That will be important.
One of the interesting parts of the Senate amendments was the Senate trying to add different offences. The Senate decided it would add neglect or interference with a dead body to the list of things we might want to give a fine for or a summary conviction. The Senate wanted to make infanticide, killing a baby, a less than two years sentence or a fine. I do not think that is where Canadians are.
Setting traps, obtaining credit from false pretense, stock manipulation, gaming, fraud, falsification of documents, dealing in counterfeit money, on all of these things, the everyday Canadian would say they are crimes and people should go to prison when they do these things. They should not be given a fine or a summary conviction. I do not think it is right.
The government promised to uphold the rights of Canadians and to protect them. This is another example of where the government has not kept its promise to Canadians. It promised a lot of things. The Liberals promised small deficits. They promised to balance the budget by 2019, and here we are in 2019. They promised open and transparent government, but we have seen gag orders and cover-ups. The privacy legislation, which we just talked about, clearly is not hitting the mark.
We were told 2015 would be the last election under first past the post, another broken promise. We were told there would be no omnibus bills, another broken promise. We were told they would restore home mail delivery. The Liberals have broken 75% of their promises. When people are listening to what Liberals are promising this year, they should keep that in mind, that three-quarters of what is going to be said is never going to happen. We have seen that with the pharmacare promise. The Liberals promised that in 1997, 2004 election and again in the last election.
Then there is the wrong approach to guns. Assault with a weapon has been added to the list in Bill C-75 that will get a slap on the wrist. However, we see an increasing number of crimes involving guns. In fact, 95% of the gun crime in Canada is caused by illegal guns or guns used illegally. The government has not come up with a plan to address that. Our leader has come with a comprehensive plan that will address the real problem, which is guns used illegally by gangs, and bring the right penalties to deter bad behaviour. However, the Liberals are not on that page. They are as always taking the side of the criminals on these things, and we see a further move to decriminalize other behaviours.
I know there is a real push on for the Liberals to decriminalize all drugs. We just did a study at the health committee on the meth problem. We visited across the country. When we went to Winnipeg, we saw the problem with methamphetamine addiction. The response of the Liberals was to decriminalize it and give people free methamphetamine. Police officers are saying that these people are committing a lot of crimes, they are breaking into people's houses and there are all kinds of violent acts going on. Therefore, we have to be doing something that balances the protection of Canadians with the care that we have for folks who are addicted. However, that has not been addressed.
On Bill C-75, I received numerous petitions. I know people across the country are paying attention to this. I received a lot of information from the member for Niagara Falls, who was a former justice minister, as well as the member for Milton, who is very educated in these areas.
I heard the current Minister of Justice talk about indigenous people being overrepresented in the criminal justice system, and that is true. We need to get to the root cause of that, but I do not think reducing penalties for serious crime is the way to go about it.
I looked at some of the points that were made on reducing intimate partner violence. It is a great thing to reduce intimate partner violence, but forced marriage is intimate partner violence, especially when it is a child. There is a bit of hypocrisy in the way the bill was brought forward.
I did not hear a lot of conversation from the Minister of Justice on the modernization and simplification of the bail system and I would like to hear more. There is definitely room for improvement, but, again, modernization and simplification cannot mean abdication of responsibility in the criminal justice system.
On allowing a preliminary inquiry, which originally was allowed for serious crimes that carried life imprisonment, and I believe 70 infractions would meet that criteria, the bill would open that up to another 393 that could have access to a preliminary inquiry if one party or the other demanded it. Again, this will take more court resources. If the whole purpose of Bill C-75 is to try to help offload the courts and if the Liberals would let some more serious crimes go with a less than two-year conviction or a fine but then load up the court system again with a bunch of preliminary inquiries for a greater realm of offences, I am not sure that would achieve what they want to achieve.
Overall, when I look back to what we want to do in the criminal justice system, we want to define unacceptable behaviour, and certainly there is a good list, but we also want to assign penalties suitable to deter people from committing the crime. The Liberals missed the mark on that with Bill C-75.
We want to prosecute in court with a fair and due process. I do not think Bill C-75 would do that. I do not think it is fair to the victims to have these very serious crimes punished with a slap on the wrist, which is essentially what a fine or a less than two year summary conviction is. I do not think we will increase the cycle time through the courts, because, again, judges are still missing, which is a key part of it. Now the bill would increase the number of preliminary inquiries. Therefore, I do not believe Bill C-75 will hit the target.
The bill should not go forward. I know the government is rushing it through in the dying days of of the 42nd Parliament, but I will not support Bill C-75 and I know my constituents and those across the country will not support the bill or the government.
Monsieur le Président, c'est un plaisir de prendre la parole à la Chambre. C'est fort probablement le dernier discours que j'aurai l'occasion de prononcer dans le cadre de la 42e législature. J'ai assurément beaucoup de choses à dire au sujet du projet de loi C-75.
Le projet de loi C-75 modifie les lois criminelles. C'est un projet de loi sur la justice. Dans l'étude de tels projets de loi, il est important de se rappeler ce qu'on veut accomplir pour améliorer le système de justice pénale. Le premier objectif est de définir pour les Canadiens ce qui constitue un comportement inacceptable. Une fois que ce seuil est établi, l'objectif est de tenter d'établir des peines adéquates pour dissuader les gens de commettre les crimes en question. Dans les établissements carcéraux fédéraux, il n'y a pas beaucoup d'efforts de réadaptation, alors le système de justice pénale a vraiment pour but de donner des peines correspondant au crime commis qui décourageront les gens de commettre le crime en question, et de donner suite aux accusations dans le cadre d'un procès juste et équitable.
Je voudrais examiner le projet de loi C-75 en fonction de ces critères pour voir s'il est à la hauteur.
Je m'emploierai tout d'abord à définir ce qui constitue un comportement inacceptable. Je doute que les libéraux le sachent, parce que le premier ministre s'est placé dans l'illégalité en utilisant un hélicoptère privé pour se rendre sur l'île d'un milliardaire. C'est d'ailleurs la première fois qu'un premier ministre en exercice enfreint la loi. Le député de Brampton-Est, de son côté, a été visé par des allégations de blanchiment d'argent. Quant au député de Steveston—Richmond-Est, il trempe dans plusieurs affaires de blanchiment d'argent et il a été radié du barreau. C'est sans parler des nombreux manquements à l'éthique et cas de harcèlement sexuel qui ont obligé plusieurs députés à se retirer du caucus libéral, mais je crois qu'il en reste encore. Pour les Canadiens, la tolérance pour l'intolérable dont les libéraux font preuve est un signe qu'ils ne sont pas les mieux placés pour définir ce qui constitue un comportement inacceptable.
Au lieu d'infliger des peines susceptibles de dissuader une personne de commettre un crime, les libéraux ont fait le choix scandaleux, dans le projet de loi C-75, de transformer une série de crimes que les Canadiens considèrent comme odieux en simples infractions punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et d'y assortir des peines d'emprisonnement de deux ans ou une simple amende. Voyons plutôt de quels crimes il s'agit afin que les Canadiens décident eux-mêmes si cette décision tient la route.
Le crime le plus odieux de la liste est la séquestration d'un mineur. Tous les Canadiens tiennent aux enfants et veulent les protéger. Je crois que la plupart des Canadiens n'accepteraient pas qu'une personne qui a enlevé et séquestré un enfant s'en tire avec une amende. Une telle chose serait inacceptable.
Autre crime sur la liste: le mariage forcé et le mariage forcé d'enfants. Selon moi, nous devrions peut-être interdire cela au Canada, mais une chose est certaine à mes yeux: le mariage forcé et le mariage forcé de personnes âgées de moins de 16 ans équivalent ni plus ni moins à un viol. Par conséquent, il est inadmissible de faire de ce crime un délit punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, avec une peine d'emprisonnement de moins de deux ans ou une amende. On constate que le nombre de viols est à la hausse au pays. Une femme sur trois sera un jour ou l'autre victime de violence sexuelle. Il est donc clair que nous n'avons pas les moyens dissuasifs nécessaires pour réduire la fréquence de ce genre de crimes.
J'étais présidente du comité de la condition féminine durant son étude sur la violence faite aux femmes et aux filles au Canada. Nous avons entendu des témoins de nombreux pays. J'étais curieuse de savoir quels pays s'en sortaient le mieux au chapitre de la dissuasion. Il se trouve que le viol n'est pas un problème grave dans certains pays. J'ai demandé aux témoins pourquoi il en était ainsi. Ils ont répondu que la peine pour ce crime était de 10 à 15 ans d'emprisonnement, ce qui agit comme mesure de dissuasion. En outre, les gens ont conscience qu'il s'agit d'un acte illégal. Il y a beaucoup de gens au Canada qui viennent d'endroits où la culture est différente et où on est plus tolérant envers le viol. Il est important d'éduquer les gens qui viennent au pays à propos de ces questions. Il faut que la peine soit proportionnelle au crime, et une amende est inacceptable.
L'agression armée fait partie de la liste. Aujourd'hui, des gens ont été malheureusement la cible de coups de feu pendant le défilé des Raptors. Il semble que les incidents de ce genre sont en hausse. Je pense à la fusillade survenue sur l'avenue Danforth, à Toronto. Je pense à un certain nombre de fusillades qui se sont produites ces dernières années. Il ne faudrait pas imposer une peine d'emprisonnement de moins de deux ans ou une simple amende aux personnes reconnues coupables d'agression armée. C'est inacceptable. Je pense que la plupart des Canadiens conviendraient qu'il ne s'agit pas d'une mesure dissuasive.
À l'origine, la liste comprenait des infractions liées à la participation à des activités terroristes ou au fait de quitter le Canada pour participer aux activités de groupes terroristes. Le gouvernement a fait marche arrière à ce sujet dans le projet de loi C-75, mais la situation n'est toujours pas satisfaisante.
Les Canadiens sont préoccupés par le terrorisme. On n'a pas reçu d'information au sujet d'un certain nombre d'événements. Je pense aux deux Ontariens qui ont été arrêtés avec des explosifs et sur lesquels le FBI enquêtait. Tout le monde dit qu'il n'y a pas de problème, que tout va bien. Pensons à la fusillade survenue sur l'avenue Danforth et au type qui a tué plusieurs personnes à Toronto au volant d'une camionnette. Pensons au retour au pays des combattants du groupe État islamique. On ne sait pas où ils se trouvent. Est-ce qu'ils se promènent librement au pays? Comment savoir si le public est en sécurité? Les Canadiens estiment qu'il faudrait adopter une position ferme à l'égard du terrorisme. Je suis heureuse de constater que le gouvernement est revenu un peu sur sa position à ce sujet, mais je vais garder un oeil là-dessus.
Les actes de corruption dans les affaires municipales figurent aussi dans la liste. Il ne faudrait jamais se contenter d'imposer une amende aux personnes reconnues coupables de corruption au sein d'un gouvernement, peu importe lequel. Le gouvernement libéral actuel a été impliqué dans de nombreuses affaires de corruption et dans de multiples scandales. Le fait que les libéraux aient réduit la gravité des crimes figurant dans cette liste nous montre à quel point ils ont perdu leur sens moral.
Peut-être qu'« aider un prisonnier de guerre à s'évader » n'est pas d'actualité, mais qu'en est-il de « gêner ou arrêter un ministre du culte ou lui faire violence »? Je trouve cela particulièrement scandaleux. Je me rappelle le projet de loi C-51 du gouvernement libéral, qui essayait d'effacer ce qui est aujourd'hui considéré comme un crime, c'est-à-dire le fait d'attaquer ou de menacer un ministre du culte. Je me rappelle l'émoi que cela avait suscité dans les églises de Sarnia—Lambton et du pays tout entier. On se demandait pourquoi les libéraux voulaient supprimer cette protection offerte aux membres du clergé, d'autant plus que des affaires de cette nature avaient déjà fait l'objet de poursuites.
À la suite du tollé que cela avait soulevé dans le public et du revirement dans les sondages, les libéraux avaient reculé, mais voilà qu'ils récidivent. Ce devrait être un signal d'alerte pour les gens qui nous regardent ce soir. C'est toujours la même chose chez les libéraux: ils tentent quelque chose et, face au tollé général, ils reculent, mais dès qu'ils ont l'occasion de revenir en douce, ils le font.
Ils font la même chose dans d'autres domaines. Je pense à la taxe qu'ils allaient imposer sur les régimes de soins dentaires et médicaux. Ils ont reculé, mais je parie qu'ils vont réessayer. C'est la même chose avec l'impôt sur les avoirs passifs des petites entreprises. Dès qu'il y a un tollé, les libéraux reculent, mais c'est à surveiller, car ils recommenceront dès qu'ils en auront l'occasion.
La conduite avec facultés affaiblies causant des lésions corporelles est sur la liste. C'est assez préoccupant. Pensons à tout ce que les organismes comme Mères contre l'alcool au volant font pour sensibiliser la population, pour obtenir des peines plus sévères pour la conduite avec facultés affaiblies causant des lésions corporelles. Pensons à la tragédie vécue par un grand nombre de parents qui ont perdu un enfants ou des êtres chers qui ont été tués par quelqu'un qui conduisait en état d'ébriété. Il est carrément inacceptable de réduire la peine à une condamnation pour moins de deux ans ou une amende, surtout de la part d'un gouvernement qui a légalisé la marijuana, sachant qu'au Colorado et dans l'État de Washington, le nombre de décès sur la route causés par la conduite avec facultés affaiblies a doublé. C'est un pas dans la mauvaise direction qui devrait être repensé.
Je ne sais pas trop pourquoi, mais la polygamie est une autre infraction qui se retrouve sur la liste. La polygamie est illégale au Canada depuis assez longtemps et, d'un point de vue culturel, nous aimerions qu'il en reste ainsi. Je ne vois pas vraiment pourquoi on diminuerait la gravité de ce crime.
Il y a aussi l'incendie criminel avec intention frauduleuse. Il s'agit clairement dans tous les cas de crimes graves. Si on revient au principe de base qui veut que le but du système de justice pénale soit d'imposer des peines suffisantes pour dissuader les gens de commettre le crime, je ne pense pas que ce soit en réduisant les peines comme le fait le projet de loi C-75 qu'on y arrivera.
J'aimerais citer quelques-uns des commentaires qui ont été formulés à propos du projet de loi C-75. Mme Markita Kaulius, présidente de Families for Justice, a dit: « Le projet de loi C-75 est un projet de loi terrible pour les victimes et la sécurité publique. » Stephanie DiGiuseppe, une avocate plaidante de Toronto qui se spécialise dans le droit criminel et le droit constitutionnel, a dit: « Le projet de loi C-75 représente un énorme pas en arrière pour la réforme de la justice au Canada. » Christian Leuprecht, un professeur du Collège militaire royal du Canada, a dit: « [...] le message que [le projet de loi C-75 envoie] est que ces infractions ne sont plus aussi graves qu'elles l'étaient auparavant. » Partout au pays, on reconnaît que ce projet de loi ne fera rien de bon pour le système de justice pénale et ne permettra pas d'accomplir ce qui s'impose.
Si j'étais une criminelle au Canada, je dirais que les criminels ne se sont jamais mieux portés que depuis que les libéraux sont au pouvoir, étant donné que le gouvernement libéral protège toujours leurs droits plutôt que ceux des victimes. On s'efforce de diminuer les peines. Nous parlons de certains des objectifs du projet de loi C-75. L'un d'eux avait trait au fait que le système judiciaire est actuellement surchargé. L'une des façons d'alléger le fardeau des tribunaux est de se débarrasser de tous ceux qui attendent leur procès en leur imposant une amende au lieu de les soumettre au processus judiciaire. On peut empêcher l'engorgement des tribunaux en embauchant suffisamment de juges pour statuer sur les causes.
Le gouvernement libéral est au pouvoir depuis quatre ans, et, aux dernières nouvelles, il manque environ 60 juges au sein de la magistrature. Une telle chose ne s'est jamais produite sous le gouvernement conservateur précédent. Il y avait toujours un nombre suffisant de juges pour traiter les affaires devant les tribunaux. Par conséquent, réduire les peines et laisser tout le monde s'en tirer n'est pas la solution. Nous ne disons pas que, étant donné qu'il y a trop trop de gens qui attendent, nous devrions permettre aux meurtriers et aux violeurs d'être libérés, mais c'est essentiellement ce qui se passe actuellement, étant donné que certaines affaires attendent trop longtemps. Selon le principe de Jordan, après deux ans, les affaires de ce genre sont rejetées par les tribunaux. Sous le règne des libéraux, des meurtriers et des violeurs ont été libérés au Canada. De toute évidence, le manque de personnel au sein de la magistrature fait partie du problème, et une partie de la solution consiste à remplacer les juges.
En ce qui a trait à l'application des peines, on a constaté une attitude nonchalante. Je me souviens du moment où nous avons appris que Terri-Lynne McClintic avait été envoyée dans un pavillon de ressourcement où il n'y avait aucune mesure de sécurité. Elle avait été reconnue coupable d'avoir brutalement assassiné un enfant et était censée être emprisonnée dans un établissement à sécurité maximale jusqu'en 2030. Quand nous avons soulevé la question, les députés d'en face n'ont pas compris pourquoi nous la soulevions, car ils pensaient que ce n'était pas grave. Il a fallu un grand tollé public pour que le gouvernement reconnaisse qu'il s'agissait d'une grosse erreur et que les gens qui commettent des crimes graves, comme le meurtre d'un enfant, doivent être gardés derrière les barreaux. La peine devrait être proportionnelle au crime. Encore une fois, les députés d'en face ont perdu la boussole morale.
Cependant, il existe toutes sortes de protections pour les détenus. Le budget a prévu des services de soutien en santé mentale pour les détenus. Je ne dis pas que les criminels ne méritent pas de soutien en santé mentale. Je demande simplement pourquoi nous accordons la priorité aux détenus, puisque cette forme de soutien est insuffisante pour le reste des Canadiens. Il existe un programme qui offre des seringues gratuites aux détenus et on est en voie de leur fournir des drogues illégales. J'ignore pourquoi le gouvernement s'emploie à offrir des drogues illégales; nous n'offrons pas de seringues gratuites ni de médicaments aux gens atteints du diabète ou du cancer.
En ce qui concerne les priorités, je suis certainement d'avis que le gouvernement semble accorder la priorité aux criminels plutôt qu'aux victimes et au reste des Canadiens. Je pense qu'il ne s'agit pas d'une bonne priorité et que le gouvernement devrait la réévaluer.
Le ministre de la Justice actuel a parlé des amendements du Sénat et de ceux qui devraient être adoptés. Il a parlé de la suramende compensatoire dont il est question dans l'un des amendements. La suramende compensatoire a été mise en place parce que les services aux victimes sont coûteux. Il s'agit d'un moyen de récupérer une partie des coûts; les gens qui ont causé des torts doivent payer une partie de la réparation des dommages.
Je ne vois donc pas pourquoi le gouvernement supprimerait l'obligation de payer ces frais de service aux victimes et laisserait la question à la discrétion des juges. Tout d'abord, ils doivent se rappeler qu'ils peuvent exiger une suramende compensatoire. Ensuite, on laisse la décision de l'exiger ou non à leur discrétion.
D'après mon expérience, lorsque des peines sont laissées à la discrétion des juges, elles deviennent de plus en plus petites au fil du temps. Cela me fend le cœur. Je pense à certaines histoires de viol que j'ai entendues et dont j'ai eu connaissance. Par exemple, dans Sarnia—Lambton, une jeune fille de 13 ans a récemment été violée par deux hommes qui ont écopé d'une peine d'emprisonnement de quelques mois. Nous ne pouvons absolument pas accepter ce genre de chose.
Je pense à Rehtaeh Parsons, qui a été violée par plusieurs individus. En raison de la honte qu'elle a ressentie pendant plus d'un an et demi, elle s'est suicidée. Les personnes impliquées dans ce crime ont reçu une tape sur les doigts.
Nous n'avons pas trouvé un juste milieu, et le projet de loi C-75 ne fait rien pour remédier à la situation.
Je veux parler du gouvernement conservateur précédent et de son bilan en matière de lutte contre la criminalité. En général, les conservateurs sont reconnus comme des gens qui respectent le système de justice pénale, font passer les droits des victimes avant ceux des criminels et tentent d'imposer des peines sévères pour des crimes violents et odieux. Les électeurs auront un choix à faire lors des élections d'automne. Ils auront le choix de ne pas protéger les droits des criminels et de protéger plutôt les droits des victimes. Ce sera important.
Ce qui est intéressant au sujet des amendements du Sénat, c'est que celui-ci a tenté d'ajouter diverses infractions. Il a décidé d'ajouter la négligence et l'outrage envers un cadavre à la liste des infractions qui pourraient être pénalisées par une amende ou punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire. Le Sénat voulait que les personnes coupables d'infanticide, à savoir le meurtre de bébés, se fassent imposer une peine de moins de deux ans ou une amende. Je ne pense pas que c'est ce que veulent les Canadiens.
La pose de trappes, l'obtention de crédit sous de faux prétextes, la manipulation boursière, l'agiotage, la fraude, la falsification de documents et le commerce de la monnaie contrefaite sont toutes des infractions que les Canadiens considèrent comme des crimes qui devraient être passibles d'une peine d'emprisonnement. Les gens qui commettent ces crimes ne devraient pas recevoir une amende, et ces crimes ne devraient pas être punissables par procédure sommaire. Je ne pense pas que ce soit juste.
Le gouvernement a promis de protéger les Canadiens ainsi que leurs droits. C'est un autre engagement envers les Canadiens que le gouvernement n'a pas respecté. Le gouvernement a fait bien des promesses. Les libéraux ont promis des déficits modestes. Ils ont promis de rétablir l'équilibre budgétaire en 2019, et nous voici en 2019. Ils ont promis un gouvernement ouvert et transparent, mais ils ont imposé le bâillon et mené des opérations de camouflage. De toute évidence, le projet de loi sur la protection des renseignements personnels, dont nous venons de parler, rate la cible.
En 2015, on nous a promis que les élections de 2015 seraient les dernières élections tenues selon le système majoritaire uninominal à un tour; une autre promesse brisée. On nous a dit qu'il n'y aurait plus de projet de loi omnibus; encore une promesse brisée. On nous a promis de rétablir la livraison du courrier à domicile. Les libéraux ont brisé 75 % de leurs promesses. En écoutant les promesses des libéraux, cette année, les gens devraient tenir pour acquis que les trois quarts de leurs engagements ne se réaliseront jamais. C'est le cas de la promesse de mettre en place un régime d'assurance-médicaments. Les libéraux ont fait cette promesse en 1997, aux élections de 2004, puis une autre fois, aux dernières élections.
Il y a ensuite leur approche malavisée à l'égard des armes à feu. Les agressions armées ont été ajoutées à la liste des infractions qui, selon le projet de loi C-75, seraient passibles d'une peine légère. Or, le nombre d'actes criminels commis avec une arme à feu augmente. D'ailleurs, au Canada, 95 % de ces crimes sont commis avec une arme à feu illégale ou utilisée de manière illégale. Le gouvernement n'a pas proposé de stratégie pour y remédier. Le chef de notre parti a présenté une stratégie détaillée qui s'attaquera au vrai problème en ciblant l'utilisation illégale d'armes à feu par les gangs et en imposant les peines appropriées pour décourager les mauvais comportements. Cependant, ce n'est pas ce que les libéraux proposent. Ils sont toujours du côté des criminels dans ce dossier, et ils tentent encore de décriminaliser d'autres comportements.
Je sais qu'il y a un réel intérêt chez les libéraux pour la décriminalisation de toutes les drogues. Le comité de la santé, dont je suis membre, vient de mener une étude sur l'abus de méthamphétamine. Nous nous sommes déplacés partout au pays. Lors de notre visite à Winnipeg, nous avons constaté les problèmes de dépendance à la méthamphétamine. La solution des libéraux était de décriminaliser la substance et d'en distribuer gratuitement aux personnes. Les policiers affirment que ces personnes commettent de nombreux crimes, qu'elles entrent par infraction chez les gens et qu'elles sont responsables de toutes sortes d'actes de violence. Par conséquent, nous devons adopter une approche qui atteint un équilibre entre la protection des Canadiens et les soins à donner aux toxicomanes. Cette question n'a toutefois pas été abordée.
En ce qui concerne le projet de loi C-75, j'ai reçu de nombreuses pétitions. Je sais que les gens de partout au pays prêtent attention à ce débat. Le député de Niagara Falls, qui est un ancien ministre de la Justice, et la députée de Milton, qui est bien informée sur le sujet, m'ont tous les deux donné beaucoup d'information.
J'ai entendu l'actuel ministre de la Justice dire que les Autochtones sont surreprésentés dans le système de justice pénale, et c'est vrai. Il faut s'attaquer à la cause profonde de cette situation. Or, je ne pense pas que la réduction des peines pour les crimes graves soit la solution.
Je me suis penchée sur certains des arguments présentés concernant la réduction de la violence contre un partenaire intime. Réduire la violence contre un partenaire intime, c'est excellent, mais le mariage forcé constitue de la violence contre un partenaire intime, surtout lorsque la victime est un enfant. C'est un peu hypocrite, la manière dont ce projet de loi a été présenté.
Je n'ai pas entendu le ministre de la Justice beaucoup parler de la modernisation et de la simplification du système de libération sous caution et j'aimerais en entendre parler davantage. On peut certainement faire mieux, mais, encore une fois, modernisation et simplification ne peuvent signifier une abdication de responsabilité dans le système de justice pénale.
Parlons d'enquêtes préliminaires. À l'origine, on les permettait pour les crimes graves assortis d'une peine d'emprisonnement à perpétuité. Je crois que 70 infractions satisfont à ce critère. Le projet de loi étendrait cela à 393 autres infractions, si l'une des parties l'exige. Encore là, cela mobilisera plus des ressources judiciaires. Le but premier du projet de loi C-75 n'est-il pas d'aider à alléger le fardeau des tribunaux? D'une part, les libéraux décident qu'il serait possible d'imposer, pour des crimes graves, une peine de moins de deux ans ou une amende, mais, d'autre part, ils alourdissent de nouveau le fardeau du système judiciaire avec des enquêtes préliminaires pour un éventail élargi d'infractions. Je doute qu'ils réussissent ainsi à atteindre leur but premier.
Dans l'ensemble, si je reviens aux objectifs que nous voulons atteindre au moyen du système de justice pénale, nous voulons définir les comportements inacceptables et, assurément, la liste est longue, mais nous voulons aussi établir des peines qui découragent les gens de commettre ces actes criminels. Les libéraux ont complètement raté la cible dans le cas du projet de loi C-75.
Nous voulons des procès justes et équitables. Je ne crois pas que le projet de loi C-75 le permette. Je ne crois pas qu'il est juste pour les victimes de voir les crimes qu'ils ont subis être punis par une tape sur les doigts, ce que sont en gros les amendes et les peines de deux ans moins un jour d'emprisonnement pour les infractions punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire. Je ne crois pas que le projet de loi augmentera la vitesse du processus des tribunaux, car, encore une fois, il manque de juges, ce qui est une des causes principales. Le projet de loi augmentera le nombre d'enquêtes préliminaires. C'est pourquoi je ne pense pas que le projet de loi C-75 permettra d'atteindre les objectifs.
Le projet de loi ne devrait pas être adopté. Je sais que le gouvernement tente de le faire adopter à toute vapeur alors que s'achève la 42e législature, mais je n'appuierai pas le projet de loi C-75 et je sais que les gens de ma circonscription et de partout au pays ne l'appuieront pas non plus, pas plus qu'ils n'appuient le gouvernement.
View Colin Fraser Profile
Lib. (NS)
View Colin Fraser Profile
2019-06-17 23:00 [p.29252]
Mr. Speaker, I respect my colleague opposite, but when I listen to the statements she has made, I cannot help but think that Rebel Media must be awfully proud of her comments in the House tonight. There is so much misinformation in the statements and allegations she has made against the government and its attempts to reconcile appropriately matters in our justice system that I cannot come to any other conclusion than it is from a misunderstanding of how the criminal justice system in Canada works.
For example, there are already many hybrid offences on the books, including sexual assault. It does not mean people will be getting off for a serious offence with a mere fine or an unreasonably lenient sentence. In fact, most of the offences, if not all of the ones she talked about and listed, already have a fine available as a possible sentence if it is preceded by indictment. It is sheer hogwash for her to talk about making the sentences more lenient.
In the circumstances she describes, those sentences would be unfit for those types of circumstances. Section 718 of the Criminal Code is exactly where we find the principles of sentencing based on the circumstances of the offence and the circumstances of the offender. Has my colleague actually read section 718 of the Criminal Code? I would like to hear her answer on that.
Monsieur le Président, je respecte ma collègue d'en face, mais quand j'entends ses déclarations, je ne peux m'empêcher de penser que Rebel Media doit être extrêmement fier des commentaires qu'elle a faits à la Chambre ce soir. Il y a tellement de fausses informations dans les déclarations et les allégations qu'elle a faites contre le gouvernement et sa volonté de concilier divers enjeux de notre système de justice que je ne peux pas m'empêcher de conclure que tout cela vient d'une méconnaissance du fonctionnement du système de justice pénale au Canada.
Par exemple, il y a déjà pas mal d'infractions mixtes, y compris l'agression sexuelle. Cela ne signifie pas que pour une infraction grave, les gens s'en sortiront avec une simple amende ou une peine excessivement légère. En fait, pratiquement toutes les infractions, voire toutes celles dont la députée a parlé, sont déjà assorties d'une amende si elles sont précédées d'une mise en accusation. C'est de la pure foutaise que de dire qu'il s'agit de rendre les peines plus légères.
Dans les circonstances qu'elle décrit, les peines ne conviendraient pas. C'est à l'article 718 du Code criminel que l'on trouve les principes de détermination de la peine en fonction de l'infraction et des circonstances du délinquant. Ma collègue a-t-elle lu l'article 718 du Code criminel? J'aimerais bien entendre sa réponse à ce sujet.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2019-06-17 23:02 [p.29252]
Mr. Speaker, when it comes to the sentencing, I can only see what comes out in different cases in the news and what we have studied. I will give the member an example from the study we did on violence against women and girls. We found out that 40% of women who present themselves to the police department and claim they have been raped are not taken seriously and no report is written. Of the 60% who had a report written, of 1,000 different complaints, there is a very small percentage, less than 5%, that make it to court. From that, there is a very small percentage that get a conviction, and the prison sentences are measured in months, not years. That is not equity. While the member is probably more experienced in the area of law, and I understand he is returning to that practice, what I see is not justice for the crimes that are being committed in our country.
Monsieur le Président, en ce qui concerne la détermination de la peine, je ne vois que ce que nous rapportent les médias sur différents cas et ce que nous avons étudié. Je vais donner au député un exemple tiré de l'étude que nous avons faite sur la violence faite aux femmes et aux filles. Nous avons découvert que 40 % des femmes qui se présentent au service de police et qui disent avoir été violées ne sont pas prises au sérieux: aucun rapport n'est rédigé. Des 60 % de celles pour qui un rapport a été rédigé, il n'y en a qu'un très faible pourcentage qui voient leur cas se rendre devant les tribunaux — moins de 5 % sur 1 000 plaintes différentes. De ce nombre, un très faible pourcentage est en mesure d'obtenir une condamnation, et les peines d'emprisonnement sont mesurées en mois, et non en années. L'équité, ce n'est pas cela. Même si le député a probablement plus d'expérience dans le domaine du droit — et je crois comprendre qu'il va en reprendre la pratique — ce que j'observe, c'est qu'il n'y a pas de justice rendue pour les crimes qui sont commis dans notre pays.
View Randy Hoback Profile
CPC (SK)
View Randy Hoback Profile
2019-06-17 23:03 [p.29252]
Mr. Speaker, it is interesting when we start comparing the Liberals and the Conservatives. The Liberals tend to come in here and say they know best. They will do what they think is best and what people should understand is best. The Conservatives talk to people. We talk to them about what they would like to see in regard to legislation, how criminals are treated and how victims are treated. Could the member inform this House on the difference between how the Conservatives approach this versus the Liberals? The reality is, they are preaching and we are listening.
Monsieur le Président, c'est intéressant quand on commence à comparer les libéraux et les conservateurs. Les libéraux ont tendance à venir ici et à dire qu'ils savent ce qu'il faut faire. Ils vont faire ce qu'ils pensent être le mieux et il revient aux gens de comprendre que c'est cela qui est le mieux. Les conservateurs parlent aux gens. Nous leur demandons ce qu'ils aimeraient obtenir en matière de lois et de traitement des victimes et des criminels. La députée pourrait-elle expliquer à la Chambre la différence entre l'approche des conservateurs et celle des libéraux? En réalité, ils prêchent et nous sommes à l'écoute.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2019-06-17 23:03 [p.29252]
Mr. Speaker, I find that the Liberals are always consulting but never listening, where the Conservatives are consulting and listening to what people are saying. As I posted the information on Bill C-75, I saw huge activity on social media. There were a huge number of petitions and letters and emails from Canadians saying that was not what they wanted. When people have committed serious crimes, they need them to be put in jail and kept there. They want the prison sentence to fit the crime. They do not want murderers and rapists walking away because their case has been before the court for too long. Therefore, I think Canadians recognize there is a problem. This bill does not address the problem. That is the point I was making tonight.
Monsieur le Président, je trouve que les libéraux sont toujours en train de consulter, mais n'écoutent jamais, alors que les conservateurs consultent et écoutent ce que les gens ont à dire. En publiant de l'information sur le projet de loi C-75, j'ai vu qu'il y avait énormément d'activité sur les médias sociaux. Il y avait énormément de pétitions, de lettres et de courriels de Canadiens qui disaient que ce n'est pas ce qu'ils voulaient. Lorsqu'une personne a commis un crime grave, elle doit être envoyée en prison et y rester. Ils veulent des peines d'emprisonnement proportionnelles aux crimes commis. Ils ne veulent pas que des meurtriers et des violeurs s'en tirent parce que leur procès tarde trop. Je pense donc que les Canadiens savent qu'il y a un problème. Le projet de loi ne règle pas le problème. C'est ce que je veux faire comprendre ce soir.
View Anthony Housefather Profile
Lib. (QC)
View Anthony Housefather Profile
2019-06-17 23:04 [p.29252]
Mr. Speaker, my hon. colleague knows how much I respect her.
To come back to the previous comment, I think the great difference is that the Liberals tend to believe that judges should have the discretion to deal with each and every case as is appropriate to that individual case. From what I hear, the hon. member and the Conservatives are suggesting that the Parliament of Canada should create a uniform rule that would apply to each and every case, which is not possible. Therefore, I would like to ask the hon. member this. Given what my friend from West Nova said, does she concur that the Criminal Code, as set out, suggests to judges, based on the individual facts of each and every case, what the appropriate sentence is, and that judges in Canada are highly trained, intelligent people who render the right sentences?
Monsieur le Président, ma collègue sait tout le respect que j'ai pour elle.
Pour revenir au commentaire précédent, je pense que la grande différence est que les libéraux ont tendance à croire que les juges devraient avoir la liberté de traiter chaque affaire séparément. D'après ce que j'entends, la députée et les conservateurs suggèrent que le Parlement du Canada crée une règle uniforme qui s'appliquerait à chaque cas, ce qui est impossible. Par conséquent, j'aimerais poser la question suivant à ma collègue. Compte tenu de ce que mon collègue de West Nova a dit, admet-elle que le Code criminel, tel qu'il est formulé, suggère aux juges, selon les faits propres à chaque affaire, la peine qui convient, et que les juges au Canada sont des gens bien formés et intelligents qui prononcent des peines appropriées?
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2019-06-17 23:05 [p.29253]
Mr. Speaker, I thank the member opposite for his question. He knows, as well, how much I respect the work he has done, especially at the justice committee.
The proof is always in the pudding. I do not think Canadians look at the decisions that judges have made and think that criminals are getting an adequate punishment for the crime. While not every single crime is identical, and I am not opposed to judges having some leeway, it looks to me that the leeway is so big that, in many cases, we are coming to the minimum sentence instead of something that is more standard. Keep in mind that when people receive their sentence and have gone to prison, that sentence is often reduced for good behaviour or a lot of other reasons. They end up getting a much shorter sentence anyway.
Monsieur le Président, je remercie le député d'en face de sa question. Il sait, lui aussi, à quel point je respecte le travail qu'il a fait, particulièrement au comité de la justice.
C'est toujours aux fruits qu'on juge l'arbre. Je ne pense pas que les Canadiens sont d'avis que les décisions prises par les juges représentent des sanctions adéquates pour les criminels. Il est vrai que tous les crimes ne sont pas identiques, et je ne suis pas opposée à offrir une certaine marge de manœuvre aux juges. Toutefois, il me semble que la latitude est à ce point importante que, dans beaucoup de cas, on privilégie la peine minimale au lieu d'une sanction standard. Il faut se rappeler que les peines d'emprisonnement sont souvent réduites pour bonne conduite et beaucoup d'autres raisons. Au bout du compte, les criminels s'en sortent avec une peine beaucoup plus courte.
View Colin Fraser Profile
Lib. (NS)
View Colin Fraser Profile
2019-06-17 23:39 [p.29258]
Mr. Speaker, I am pleased to join the debate considering the Senate amendments to Bill C-75, an act to amend the Criminal Code, the Youth Criminal Justice Act and other acts and to make consequential amendments to other acts.
Bill C-75 represents the government's legislative response to reduce delays, modernize the criminal justice system and facilitate the administration of justice by the provinces and territories.
The Senate proposed amendments to the bail, reclassification of offences, victim surcharge and preliminary inquiries provisions of the bill.
I would like to focus my remarks tonight on some of the amendments relating to the reclassification of offences, or hybridization as it is sometimes called.
The reclassification amendments are a key part of the legislative reforms identified by federal, provincial and territorial ministers of justice to reduce delays in the criminal justice system. They would also modernize and streamline the scheme for classifying offences in the Criminal Code.
There are two types of offences in the Criminal Code, those that proceed by summary conviction or by indictment. Some offences can be either. Summary conviction offences deal with less serious conduct, for example, causing a disturbance or trespassing at night, for which the current maximum penalty is normally up to six months imprisonment and/or a $5,000 fine. Indictable offences tend to be for more serious actions, for example, aggravated assault, robbery or murder for which maximum penalties range from two years to life imprisonment.
I failed to inform you, Mr. Speaker, that I will be splitting my time with the member for Mount Royal.
A hybrid offence allows the Crown to choose whether to proceed by indictment or summary conviction, recognizing that the severity of the conduct covered by the offence can vary greatly depending on the circumstances, for example, uttering threats, assault, dangerous operation of a motor vehicle.
Bill C-75 would hybridize 118 straight indictable offences that currently would be punishable by maximum penalties of two, five and 10 years imprisonment. It would also amend the Criminal Code to increase the maximum penalty for most criminal offences with a summary conviction penalty to two years less a day. The maximum penalties are being increased for summary conviction offences. The bill would also increase the current limitation period for all summary conviction offences from six to 12 months.
Indictable offences are often heard in Superior Court and generally take longer to process because of their associated procedural requirements, such as jury trials and preliminary inquiries, which can significantly lengthen the time it takes to complete a case. The reason for the availability of more procedural safeguards for indictable offences is that they carry the risk of much lengthier periods of incarceration.
However, there continues to be many straight indictable offences for which, depending on the circumstances, sentences in the summary conviction range are often appropriate and are in fact being imposed.
Cases involving straight indictable offences where the Crown is seeking sentences in the summary conviction range add unnecessary strain to Superior Courts because though they end up with a summary range sentence, they have been eligible for and have used complicated and time consuming processes to get there.
When an offence is hybrid, the prosecutor can elect to have the case heard either by summary conviction or indictment, based on the severity of the case, the circumstances of the offender and the best resources that fit that case. For this reason, provinces and territories have asked for many more straight indictable offences to be hybridized.
More cases being heard in provincial court would leave Superior Courts with more resources to consider more serious cases, thus speeding up the processing times.
Also, other proposed reforms in Bill C-75, such as restricting the availability of preliminary inquiries to only the most serious offences, will offset any additional workload on provincial courts that might result.
These proposals are not about downloading to the provinces and territories, as some have suggested. They are about providing provinces and territories with the additional flexibility they have asked for so Crown attorneys can choose the process that best aligns with the facts and circumstances of each case.
Some have claimed that changing the classification of offences will change how seriously these crimes will be taken by the system. This is simply not true.
The best indicia of the seriousness of an offence is its maximum available penalty. The hybridization amendments would not change any of the maximum penalties on indictment.
It is already a feature of our criminal justice system that prosecutors assess the facts of the case and the circumstances of the offender to determine which type of sentence to seek from the court. They can already ask for fines and low or no jail time for most of the indictable offences that Bill C-75 proposes to hybridize. As I have already explained, they often avail themselves of summary range sentences.
I have full faith in our prosecutors to continue to seek appropriate sentences. At the end of the day, it will be the judge who decides. Nothing in Bill C-75 proposes to lower the sentences that would be imposed under the law as it is now. These reforms will not change the fundamental principles of sentencing outlined in section 718 of the Criminal Code, which requires proportionality.
The Senate made three types of amendments to address concerns about possible unintended consequences of the reclassification proposals. One of these further amended section 802.1, to also allow agent representation as authorized by the law of the province. However, this is problematic because we do not have any information about how this amendment would operate with existing provincial and territorial laws. As a result, I am not comfortable supporting this amendment.
I am satisfied that the amendment this chamber supported last December to address this issue gives the provinces and territories sufficient flexibility to quickly address any consequences of the reclassification scheme on agents.
I am pleased to be able to support the other two amendments that the Senate made to the reclassification provisions. These are technical and would amount to maintaining the status quo for the collection of DNA samples of convicted offenders and of fingerprints of accused persons. Discretionary DNA orders are currently available for Criminal Code offences with maximum penalties of five years or more when the Crown proceeds by indictment.
Police have expressed concerns that fewer DNA samples will be collected once the reclassification amendments of Bill C-75 come into force. Senate amendment 1 will maintain the availability of DNA orders for those five- and 10-year indictable offences that Bill C-75 proposes to hybridize.
A similar amendment was moved when the bill was before the justice committee, however, that proposal had been much broader and would have expanded the current availability of DNA orders. Senate amendments 11, 13 and 14 respond to police concerns that the hybridization in Bill C-75 will result in police being able to collect fewer fingerprints.
These amendments change the Identification of Criminals Act, to clarify that fingerprints can be taken for an accused who has been charged with a hybrid offence, even where the Crown has elected to proceed by summary conviction. As we can see, Bill C-75 includes many significant tools to reduce delays in the criminal justice system and to better equip its stakeholders and participants to meet the Jordan time frame.
I support the majority of the Senate amendments and I urge my colleagues to support the government's proposed approach to ensure that this much needed bill is passed before the summer recess.
Monsieur le Président, je suis ravi de me joindre au débat sur les amendements apportés par le Sénat au projet de loi C-75, Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et d'autres lois et apportant des modifications corrélatives à certaines lois.
Le projet de loi C-75 représente la réponse législative du gouvernement en vue de diminuer les retards dans le système de justice pénale, de moderniser ce dernier et de faciliter l'administration de la justice par les provinces et les territoires.
Le Sénat a proposé des amendements aux dispositions du projet de loi portant sur la libération sous caution, la reclassification d'infractions, la suramende compensatoire et l'enquête préliminaire.
Je vais me concentrer ce soir sur certains amendements, qui portent sur la reclassification d'infractions, ou le reclassement en infractions mixtes, comme on l'appelle parfois.
Les modifications relatives à la reclassification font partie intégrale des réformes législatives cernées par les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux responsables de la justice afin de réduire les retards dans le système de justice pénale. De plus, elles moderniseraient et simplifieraient le procédé pour classifier les infractions dans le Code criminel.
Dans le Code criminel, il y a deux types d'infractions: celles qui sont punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire et celles qui le sont par mise en accusation. Certaines infractions peuvent appartenir à l'une ou l'autre des catégories. Les infractions punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire portent sur les actes moins graves, comme le tapage et l'intrusion de nuit. Actuellement, la peine maximale est généralement de six mois d'emprisonnement ou une amende de 5 000 $. Les infractions punissables par mise en accusation ciblent les actes plus graves, comme les voies de fait graves, le vol qualifié ou le meurtre. Dans ces cas, les peines maximales vont de deux ans à l'emprisonnement à vie.
J'ai oublié de vous dire, monsieur le Président, que je partagerai mon temps de parole avec le député de Mont-Royal.
Les infractions mixtes permettent à la Couronne de procéder par mise en accusation ou par procédure sommaire, compte tenu du fait que la gravité de l'acte visé par l'infraction peut grandement varier selon les circonstances. Par exemple, c'est le cas de la profération de menaces, des voies de fait et de la conduite dangereuse d'un véhicule à moteur.
Le projet de loi C-75 érigerait en infractions mixtes 118 infractions punissables par mise en accusation, qui sont actuellement passibles de peines d'emprisonnement maximales de 2, 5 et 10 ans. Il modifierait également le Code criminel pour faire passer, pour la plupart des infractions criminelles punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, la peine maximale d'emprisonnement à deux ans moins un jour. On allonge donc les peines maximales pour les infractions punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire. Le projet de loi ferait aussi passer la prescription pour toutes ces infractions de 6 à 12 mois.
Dans le cas des infractions punissables par mise en accusation, le procès est souvent tenu par la Cour supérieure et prend généralement beaucoup de temps, en raison des exigences procédurales telles que la tenue d'un procès devant jury et les enquêtes préliminaires, ce qui peut prolonger considérablement les procédures. Pour ces infractions, des garanties procédurales supplémentaires sont offertes parce que l'accusé est passible d'une peine d'emprisonnement plus longue.
Cependant, dans bien des cas, on peut considérer que les circonstances entourant une infraction punissable par mise en accusation justifient l'imposition d'une peine relevant d'une déclaration de culpabilité par procédure sommaire, et il arrive qu'on procède de cette façon.
Dans les cas où le procureur demande une peine relevant d'une déclaration de culpabilité par procédure sommaire, les infractions punissables par mise en accusation représentent un fardeau inutile pour les cours supérieures, car, même si on demande une peine qui relève d'une déclaration de culpabilité par procédure sommaire, les procédures qui sont disponibles et qui sont utilisées avant d'arriver à ce résultat peuvent être longues et complexes.
Dans le cas d'une infraction mixte, le procureur peut choisir la procédure sommaire ou la mise en accusation, selon la gravité de l'infraction, les circonstances dans lesquelles le délinquant a commis l'infraction et les ressources les mieux adaptées à la cause en question. Pour cette raison, les provinces et les territoires ont demandé à ce qu'un plus grand nombre d'infractions punissables par mise en accusation soient considérées comme des infractions mixtes.
Le fait de confier un plus grand nombre de causes aux cours provinciales permettrait aux cours supérieures d'avoir plus de ressources pour juger des causes plus graves, ce qui accélérera les procédures.
D'autres réformes proposées dans le projet de loi C-75, comme le fait de limiter l'accès aux enquêtes préliminaires aux infractions les plus graves, auront comme résultat d'alléger toute charge de travail supplémentaire qui pourrait être imposée aux cours provinciales.
Contrairement à ce que certains ont laissé entendre, ces propositions ne visent pas à refiler le fardeau aux provinces et aux territoires. Il s'agit d'accorder aux provinces et aux territoires la marge de manœuvre qu'ils ont demandée, afin que les procureurs puissent choisir la procédure la mieux adaptée aux faits et aux circonstances propres à chaque cause.
Certains ont soutenu que le système considérera qu'une infraction est moins grave si elle change de catégorie. Ce n'est tout simplement pas le cas.
Le meilleur indice de la gravité d'une infraction est la peine maximale prévue. Or, les modifications concernant les infractions mixtes ne changeraient pas les peines maximales prévues pour les infractions punissables par mise en accusation.
Dans notre système de justice pénale, les procureurs ont déjà l'habitude d'évaluer les faits en cause et la situation du contrevenant pour déterminer le type de peine à demander au tribunal. Ils peuvent déjà demander des amendes et des peines d'emprisonnement courtes ou encore ne pas en demander du tout pour la plupart des actes criminels que le projet de loi C-75 propose de reclasser en infraction mixte. Comme je l'ai déjà expliqué, ils se servent souvent de peines par procédure sommaire.
J'ai pleinement confiance que les procureurs continueront de demander des peines appropriées. En fin de compte, c'est le juge qui décide. Rien dans le projet de loi C-75 ne propose de réduire les peines imposées en vertu de la loi dans sa forme actuelle. Ces réformes ne modifieront pas les principes fondamentaux de détermination de la peine énoncés à l'article 718 du Code criminel, qui exigent la proportionnalité.
Le Sénat a apporté trois types d'amendements pour répondre aux préoccupations concernant les conséquences involontaires possibles des propositions de reclassification. L'un d'eux a de nouveau modifié l'article 802.1 pour permettre la représentation au titre des lois de la province. Toutefois, c'est problématique parce que nous n'avons pas d'information sur la façon dont cet amendement s'appliquerait aux lois provinciales et territoriales existantes. Par conséquent, je ne me sens pas à l'aise de l'appuyer.
Je suis satisfait que l'amendement que le Sénat a appuyé en décembre dernier pour régler cette question donne aux provinces et aux territoires suffisamment de souplesse pour régler rapidement toutes les conséquences du régime de reclassification concernant les représentants.
Je suis heureux de pouvoir appuyer les deux autres amendements que le Sénat propose d'apporter aux dispositions touchant la reclassification. Il s'agit d'amendements de nature technique qui aboutiraient à un statu quo en ce qui concerne le prélèvement d'échantillons d'ADN chez les délinquants reconnus coupables et la prise des empreintes digitales des accusés. Les ordonnances discrétionnaires concernant le prélèvement d'ADN sont déjà possibles pour les infractions prévues au Code criminel entraînant une peine maximale de 5 ans ou plus lorsque la Couronne opte pour la mise en accusation.
Les corps policiers craignent qu'on prélève moins d'échantillons d'ADN une fois que les dispositions de reclassification du projet de loi C-75 entreront en vigueur. L'amendement 1 proposé par le Sénat permettra de maintenir les ordonnances de prélèvement d'ADN pour les actes criminels entraînant une peine de 5 ou de 10 ans que le projet de loi C-75 érigerait en infractions mixtes.
Un amendement semblable avait été proposé au comité de la justice, mais il était de portée beaucoup plus large et aurait accru les possibilités d'ordonnance de prélèvement d'ADN. Les amendements 11, 13 et 14 proposés par le Sénat donnent suite aux craintes exprimées par les corps policiers selon lesquelles la reclassification de certaines infractions en infractions mixtes prévue au projet de loi C-75 limitera leur capacité de recueillir des empreintes digitales.
Ces amendements modifient la Loi sur l'identification des criminels afin de préciser qu'on peut prendre les empreintes digitales d'un individu accusé d'une infraction mixte même lorsque la Couronne opte pour la déclaration de culpabilité par procédure sommaire. On peut voir que le projet de loi C-75 comprend un bon nombre d'outils importants pour réduire les délais dans le système de justice pénale et aider tous les intervenants et participants à respecter le délai de l'arrêt Jordan.
J'appuie la majorité des amendements proposés par le Sénat et j'encourage mes collègues à appuyer l'approche proposée par le gouvernement pour que ce projet de loi bien nécessaire puisse être adopté avant la relâche estivale.
View Blaine Calkins Profile
CPC (AB)
View Blaine Calkins Profile
2019-06-14 12:19 [p.29132]
moved for leave to introduce Bill C-458, An Act to amend the Criminal Code (sentencing principles – remote emergency medical or police services).
He said: Mr. Speaker, I want to thank my colleague from Red Deer—Mountain View for seconding my bill.
My bill seeks to amend the Criminal Code by providing for changes that evidence that an offence was directed at a person or property that was vulnerable because of the remoteness from emergency or medical or police services be a factor when considering sentencing. Rural Canadians are particularly vulnerable right now. Statistics Canada, police reports, all the information points to the fact that rural Canadians are specifically being targeted by criminals.
If my bill is passed it would ensure that criminals will face longer times in jail for purposely targeting rural areas, contrary to Bill C-75, which would just speed up the revolving door, which is a hot button issue in my riding and for all rural Canadians, many of whom are tired of being repeat victims.
 demande à présenter le projet de loi C-458, Loi modifiant le Code criminel (principes de détermination de la peine — services d’urgence médicaux ou policiers éloignés).
— Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Red Deer—Mountain View d'avoir appuyé mon projet de loi.
Cette mesure vise à faire modifier le Code criminel afin d’ajouter aux circonstances à prendre en compte, dans le cadre de la détermination de la peine, des éléments de preuve établissant que l’infraction a été perpétrée contre un bien ou une personne qui était vulnérable du fait de son éloignement des services d’urgence. Les Canadiens des régions rurales sont particulièrement vulnérables à l'heure actuelle. Statistique Canada, des rapports de police et de nombreuses données indiquent que les criminels ciblent expressément les Canadiens des régions rurales.
Si elle est adoptée, cette mesure fera en sorte que les criminels se verront imposer des peines d'emprisonnement plus longues pour avoir délibérément ciblé des régions rurales. Par opposition, le projet de loi C-75 ne ferait qu'accentuer le phénomène de la porte tournante, un sujet brûlant dans ma circonscription et pour l'ensemble des Canadiens des régions rurales, dont beaucoup sont exaspérés d'être des victimes à répétition.
View Dane Lloyd Profile
CPC (AB)
View Dane Lloyd Profile
2019-06-12 15:38 [p.29000]
Mr. Speaker, I rise today to present a petition on behalf of my constituents signed by over 1,600 Canadians. It calls on Parliament to enact Bill C-437.
There are dozens of cases in this country in which killers have refused to disclose the location of their victims' remains. This includes the case of Lyle and Marie McCann of St. Albert, Alberta, who went missing in July 2010.
The petitioners understand that this continued refusal to reveal the location of victims' remains is traumatic to families. They are calling on this Parliament to enact laws to bring justice to families and to help us find the remains of victims.
Monsieur le Président, je présente aujourd'hui une pétition au nom des électeurs de ma circonscription qui a été signée par plus de 1 600 Canadiens. Elle demande au Parlement d'adopter le projet de loi C-437.
Il y a des dizaines de cas au pays de meurtriers qui refusent de révéler l'endroit où se trouvent les restes de leurs victimes. Cela comprend le cas de Lyle et Marie McCann de St. Albert, en Alberta, qui ont disparu en juillet 2010.
Les pétitionnaires conviennent que le refus constant de révéler l'endroit où se trouvent les restes des victimes est traumatisant pour les familles. Ils demandent au Parlement d'adopter des mesures législatives pour rendre justice aux familles et nous aider à trouver les restes des victimes.
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I am pleased to present a petition signed by Canadians from the ridings of Brampton West, King—Vaughan, and Richmond Hill.
The petitioners call on the House of Commons to respect the rights of law-abiding firearms owners and reject the Prime Minister's plan to waste taxpayers' money on a ban on guns that are already banned.
Madame la Présidente, je suis heureuse de présenter une pétition qui a été signée par des Canadiens des circonscriptions de Brampton-Ouest, King—Vaughan et Richmond Hill.
Les pétitionnaires demandent à la Chambre des communes de respecter les droits des propriétaires d'armes à feu respectueux de la loi et de rejeter le plan du premier ministre de gaspiller davantage l'argent des contribuables en étudiant la possibilité d'interdire des armes à feu qui sont déjà interdites.
View Cheryl Gallant Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I am pleased to present a petition signed by Canadians from the ridings of Kootenay—Columbia, South Okanagan—West Kootenay, London—Fanshawe, Waterloo, London West, Regina—Wascana, Regina—Qu'Appelle and Regina—Lewvan.
The petitioners call on the House of Commons to respect the rights of law-abiding firearms owners and reject the Prime Minister's plan to waste taxpayer money studying a ban on guns that are already banned.
Monsieur le Président, j'ai le plaisir de présenter une pétition signée par des Canadiens des circonscriptions de Kootenay—Columbia, d'Okanagan-Sud—Kootenay-Ouest, de London—Fanshawe, de Waterloo, de London-Ouest, de Regina—Wascana, de Regina—Qu'Appelle et de Regina—Lewvan.
Les pétitionnaires exhortent la Chambre des communes à respecter le droit des propriétaires d'arme à feu respectueux des lois et à rejeter le projet du premier ministre de gaspiller l'argent des contribuables en étudiant l'interdiction visant des armes à feu qui sont déjà interdites.
View Dane Lloyd Profile
CPC (AB)
View Dane Lloyd Profile
2019-05-29 14:06 [p.28213]
Mr. Speaker, this week is Victims and Survivors of Crime Week, dedicated to bringing awareness to victims.
Today, I reflect upon a terrible crime committed near my community.
On July 3, 2010, Lyle and Marie McCann of St. Albert left on a road trip. On July 5, their motorhome was seen engulfed in flames and their bodies were nowhere to be found. Their killer was arrested and following years in the courts, he was convicted. Now, nearly nine years later, we still do not know the whereabouts of Lyle and Marie.
That is why I introduced Bill C-437, known as McCann's law, hoping to encourage killers to reveal the location of their victims. The bill would make co-operation a factor in parole hearings and would give judges more authority to limit parole.
All parliamentarians should support legislation that seeks to return the remains of victims to their families. It is time to put victims and families first and pass McCann's Law.
Monsieur le Président, cette semaine est la Semaine des victimes et survivants d'actes criminels, qui vise à sensibiliser la population aux victimes.
Je veux revenir aujourd'hui sur un crime terrible perpétré à proximité de ma collectivité.
Le 3 juillet 2010, Lyle et Marie McCann, des habitants de St. Albert, ont entrepris un voyage en voiture. Le 5 juillet, on a aperçu leur roulotte en flammes, mais on n'a jamais retrouvé leurs corps. Leur meurtrier a été arrêté; il a été reconnu coupable à la suite d'un procès qui s'est échelonné sur plusieurs années. Aujourd'hui, près de neuf ans se sont écoulés, mais nous ne savons toujours pas où se trouvent Lyle et Marie.
C'est la raison pour laquelle j'ai présenté le projet de loi C-437, également connu sous le nom de loi de McAnn, qui, je l'espère, incitera les meurtriers à dévoiler l'emplacement des corps de leurs victimes. Le projet de loi ferait en sorte que la coopération joue un rôle lors des audiences de libération conditionnelle, et accorderait aux juges plus de pouvoirs pour retarder la libération conditionnelle.
Tous les parlementaires devraient appuyer un projet de loi dont l'un des objectifs est que les restes des victimes soient rendus à leurs familles. Il est temps d'accorder la priorité aux victimes et à leur famille. Il est temps d'adopter la loi de McAnn.
Results: 1 - 15 of 399 | Page: 1 of 27

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data