Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 1655
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2019-06-06 11:52 [p.28675]
moved that Bill C-101, An Act to amend the Customs Tariff and the Canadian International Trade Tribunal Act, be read the second time and referred to a committee.
propose que le projet de loi C-101, Loi modifiant le Tarif des douanes et la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
View Amarjeet Sohi Profile
Lib. (AB)
View Amarjeet Sohi Profile
2019-06-05 16:40 [p.28594]
moved that Bill C-97, An Act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on March 19, 2019 and other measures, as amended, be concurred in at report stage with further amendments.
propose que le projet de loi C-97, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 mars 2019 et mettant en œuvre d’autres mesures, modifié, soit agréé à l’étape du rapport avec d’autres amendements.
View Amarjeet Sohi Profile
Lib. (AB)
View Amarjeet Sohi Profile
2019-06-05 16:49 [p.28596]
moved for leave to introduce Bill C-101, An Act to amend the Customs Tariff and the Canadian International Trade Tribunal Act.
demande à présenter le projet de loi C-101, Loi modifiant le Tarif des douanes et la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur.
View Amarjeet Sohi Profile
Lib. (AB)
View Amarjeet Sohi Profile
2019-06-05 17:10 [p.28599]
moved that Bill C-97, An Act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on March 19, 2019 and other measures be read the third time and passed.
propose que le projet de loi C-97, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 mars 2019 et mettant en œuvre d'autres mesures, soit lu pour la troisième fois et adopté.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2019-06-04 12:52 [p.28483]
Mr. Speaker, again, not to sound narcissistic, but if we are going to talk, there should be people here to listen.
We are here today to debate the government's bill, which would implement the main measures of the budget. Budgets are highly technical and theoretical, but this gives us a chance to really dig deep.
My first observation is about the budget, as introduced by the minister, election promises and the format of the bill, which is 370 pages long and covers many topics that have nothing to do with the budget. This is called an omnibus bill.
I will remind members that four years ago, back in 2015, the Liberals made a promise. During the election campaign, they made several promises to Canadians in order to get elected. These promises were scrapped, however. The fourth paragraph on page 30 of their election platform states the following:
We will not resort to legislative tricks to avoid scrutiny.
[The former prime minister] has used prorogation to avoid difficult political circumstances. We will not.
[The former prime minister] has also used omnibus bills to prevent Parliament from properly reviewing and debating his proposals.
This is exactly what we are debating today. Today we are debating an omnibus bill into which the government inserted measures that have nothing to do with the budget. Four years ago, the Liberals promised not to do this, but they did it anyway.
Must I remind the House that, at around the same time last year, we were all here studying the previous budget implementation bill? The government had slipped in a dozen or so pages of legal provisions to allow companies facing prosecution for corruption, among other charges, to sign separate agreements. These provisions were not properly debated by parliamentarians. The Senate asked the minister to testify, but he refused.
That is what gave rise to the SNC-Lavalin scandal. Last year's bill included a process to allow for separate trials or agreements. That led to the director of public prosecutions' decision to proceed to trial on September 4. Ten days later, the former attorney general agreed to this proposal, and that is when partisan politics seeped into the legal process. That is what later led the former attorney general and the former president of the Treasury Board to be booted out of the Liberal caucus for having stood up and told Canadians the truth.
I am talking about this sad episode in Canadian democracy precisely because what we have before us today is a government that was elected under false promises, a government that promised the moon and sought to be pure as the driven snow but, in the end, did not keep its promises. That is essentially it. We have an omnibus bill.
Now let us talk about what is really going on with this bill, the government's budget implementation bill. What is the deal with this budget? Once again, we must not forget that the Liberals got themselves elected on the basis of budget promises they most certainly did not keep. The last paragraph on page 76 of the Liberal Party platform mentions the planning framework, the budgeting framework. It says right there in black and white:
With the Liberal plan, the federal government will have a modest short-term deficit of less than $10 billion in each of the next two fiscal years....
The platform also stated that the deficit would decline in the third year and that Canada would return to a balanced budget in 2019-20.
That was the promise that got the Liberals elected. Their bold but not-so-brilliant idea was to make a solemn pledge to run small deficits and eliminate the deficit entirely in 2019-20. That deadline has arrived, and what happened? Those modest deficits ballooned into three big deficits in excess of $70 billion. This is 2019-20, the year they were supposed to get rid of the deficit, but instead, this year's deficit is $19.8 billion.
Twice now I have asked the Minister of Tourism and the Liberal member for Surrey-Centre, if I remember correctly, to tell me the amount of this year’s deficit. They can never come up with the simple and yet very serious figure of $19.8 billion. How can we trust these people who get elected by promising, hand on heart, that they will generate only small deficits and zero deficit in 2019, when they generated three large deficits plus a huge one on the year they were meant to deliver a zero deficit?
What the Liberals fail to understand is that a deficit is a bill that our children and grandchildren will have to pay. A deficit today is a tax tomorrow. It will have to be paid sooner or later. Why did this happen? Because we are living beyond our means.
I would like to remind the House that, historically speaking, deficits are permitted under special conditions. You will remember that we ran deficits during the war. We had to defeat the Nazi menace. We will soon be celebrating the 75th anniversary of the Normandy landings on June 6. It was not until Prime Minister Louis Saint-Laurent that fiscal balance was restored, and I am not just saying that because I happen to represent the riding of Louis-Saint-Laurent.
It was in the early 1970s, under the Liberal government led by Pierre Elliott Trudeau, the current Prime Minister’s father, that we began running deficits in times of prosperity.
It was unfortunate for the Canadian economy. Indeed, fast forward 50 years and the son of the prime minister who ran deficits in times of growth is doing exactly the same thing, running four huge deficits in a period of rapid global economic expansion.
I truly have a great deal of respect and esteem for the Minister of Finance, as I do for all those who run for election and offer their services to Canadians and who, proud of their personal experience, wish to put it to good use. The Minister of Finance had a stellar career on Bay Street. We might even call him a Bay Street baron for having administered his family’s fortune so well. When he was head of the family company, Morneau Shepell, he never ran deficits.
When he was in the private sector, the Minister of Finance never ran a deficit, but since he moved to the public sector, since he has been using taxpayer money, since he has been using money that belongs to Canadian workers, he has been running back-to-back deficits.
How many have there been? There have been one, two, three, four budgets, and there have been one, two, three, four deficits. Four out of four, that is the grand slam of mismanaged public funds, while, in the private sector, he was a model money manager, an example to be followed.
To say the least, he is now neither a model or an example to be followed. Generating deficits during periods of economic growth is the ultimate heresy. No serious economist will tell you that this is a good time to generate a deficit. Quite the contrary, when the economic cycle picks up, it is time to put money aside.
They were very lucky. When they were elected, they took over the G7 country with the best economic track record. When we were in power, we were so intent on serious and rigorous management that we were the first G7 country to recover from the great crisis of 2008-12. That was thanks to the informed and rigorous management of the late Hon. Jim Flaherty, Minister of Finance, and Conservative Prime Minister Stephen Harper. These people inherited the best economic situation among the G7 nations, as well as a $2.5 billion budget surplus, which will not be the case in five months if Canadians choose us to form the next government.
Worse still, in the past four years, they have taken advantage of the sensational global economic growth and, of course, the economic strength of the United States, which has been experiencing growth for several years. What did they do with it? They made a huge mess of things, and the monstrous deficits they have been running these past four years will be handed down to our children and grandchildren to pay in the future.
That is why we are strongly opposed to this bill, which flies in the face of two election promises: to do away with omnibus bills, and to only run small deficits before balancing the budget in 2019.
Monsieur le Président, je tiens à le redire à tous: il ne s'agit pas de narcissisme. Or tant qu'à parler, autant que des gens nous écoutent.
Nous sommes donc réunis pour parler du projet de loi déposé par le gouvernement. Le projet de loi vise à mettre en vigueur les principales mesures du budget. La question du budget est très technique et théorique, mais cela nous permet d'aller au fond des choses.
Comme première observation, nous allons parler du budget, tel que déposé par le ministre, et des engagements électoraux, mais également de la forme même du projet de loi, qui comprend 370 pages et qui aborde beaucoup de sujets qui n'ont pas de rapport avec le budget. On appelle cela un projet de loi omnibus.
À cet effet, je tiens à rappeler l'engagement pris par les libéraux en 2015, soit il y a quatre ans. Lors de la campagne électorale, ils ont fait plusieurs promesses aux Canadiens et aux Canadiennes, dans le but de se faire élire. Toutefois, ces promesses ont été jetées à la poubelle. Au paragraphe 6 de la page 32 de leur programme électoral, on peut lire ceci:
Nous n’userons pas de subterfuges législatifs pour nous soustraire à l’examen du Parlement.
[L'ancien premier ministre] a eu recours à la prorogation pour échapper à certaines situations périlleuses, chose que nous ne ferons pas.
[L'ancien premier ministre] s'est également servi des projets de loi omnibus pour empêcher les parlementaires d'étudier ses propositions et d'en débattre convenablement.
C'est exactement la raison pour laquelle nous sommes réunis ici. Nous sommes réunis ici pour parler d'un projet de loi omnibus dans lequel le gouvernement a inséré des éléments qui n'ont rien à voir avec le budget. Il y a quatre ans, les libéraux ont dit qu'ils ne le feraient pas, mais ils l'ont fait.
Dois-je rappeler que l'année dernière, à peu près à pareille date, nous étions réunis pour étudier le projet de loi qui mettait en vigueur les normes budgétaires du budget précédent? Le gouvernement avait inséré dans le projet de loi une dizaine de pages concernant les affaires judiciaires, afin de permettre aux entreprises qui sont sujettes à des poursuites concernant des cas de corruption, entre autres, de conclure des ententes à part. Ces éléments n'ont pas pu être abordés convenablement par les parlementaires. Le Sénat avait demandé au ministre de comparaître, mais on a refusé.
D'ailleurs, c'est ce qui a donné naissance au scandale SNC-Lavalin. En effet, le projet de loi de l'année dernière comprenait la façon de faire pour permettre un procès ou une entente à part. Cela a conduit à la décision de la directrice des poursuites pénales d'intenter un procès, le 4 septembre. Dix jours plus tard, l'ancienne procureure générale a accepté cette proposition, et c'est alors que le manège politique partisan s'est infiltré dans le processus judiciaire. C'est ce qui a conduit, plus tard, au départ de l'ex-procureure générale et de l'ex-présidente du Conseil du Trésor, qui ont été boutées hors du caucus libéral pour s'être tenues debout et avoir donné l'heure juste aux Canadiens.
Si je rappelle ce triste épisode de la démocratie canadienne, c'est parce que, ce dont il est question ici, c'est d'un gouvernement qui s'est fait élire sous de fausses promesses, qui a promis mer et monde, qui voulait être plus blanc que blanc et qui, finalement, n'a pas tenu ses promesses. Voilà pour la forme. C'est un projet de loi omnibus.
Maintenant, parlons de la réalité de ce projet de loi. Le gouvernement, au moyen de ce projet de loi, met en vigueur le budget. Qu'en est-il de ce budget? Souvenons-nous, encore une fois, que les libéraux se sont fait élire grâce à des engagements budgétaires qu'ils n'ont absolument pas tenus. Au dernier paragraphe de la page 84 du programme du Parti libéral, on parle du cadre de planification, soit du cadre de planification budgétaire. On peut y lire clairement:
Avec le plan libéral, le gouvernement fédéral enregistrera un modeste déficit à court terme de moins de 10 milliards de dollars au cours des deux prochains exercices financiers [...]
On indique aussi qu'un autre déficit, plus petit, sera engendré lors de la troisième année, ce qui permettra au Canada de revenir à l'équilibre budgétaire en 2019-2020.
C'est l'engagement sur la base duquel les libéraux se sont fait élire. La main sur le cœur, ils ont eu l'audace et la mauvaise idée de dire aux gens qu'ils allaient faire des déficits, mais des petits déficits, et qu'il n'y aurait aucun déficit en 2019-2020. Nous sommes maintenant rendus à l'échéance. Quel est le résultat? Les tout petits déficits sont devenus trois importants déficits de plus 70 milliards de dollars. Nous sommes en 2019-2020, ce qui devait être l'année du déficit zéro. Or c'est l'année du déficit de 19,8 milliards de dollars.
À deux reprises, j'ai demandé à des parlementaires libéraux, la ministre du Tourisme et le député de Surrey-Centre si mes souvenirs sont bons, de me donner le montant du déficit de cette année. Ils ne sont jamais capables de me donner le chiffre, pourtant très simple mais triste et lourd de conséquences, de 19,8 milliards de dollars. Comment peut-on faire confiance à ces gens qui se sont fait élire en s’engageant, la main sur le cœur, à faire de petits déficits et un déficit zéro en 2019, alors qu’ils ont fait trois gros déficits et un lourd déficit pour l’année du supposé déficit zéro.
Ce que les libéraux ne comprennent pas, c’est qu’un déficit est une facture qu’on envoie à nos enfants et à nos petits-enfants. Le déficit d’aujourd’hui, c’est une taxe qu’on renvoie à demain. Tôt ou tard, il va falloir la payer. Pourquoi fait-on cela? C’est parce qu’on vit au-dessus de nos moyens.
Je tiens à rappeler que, historiquement parlant, les déficits sont permis d’une certaine façon. On se rappellera que, lorsqu’on était en guerre, il y a eu des déficits. Il fallait bien exterminer l’ogre nazi. Nous allons d'ailleurs célébrer bientôt le rappel du 75e anniversaire du débarquement, le 6 juin. Il aura fallu le premier ministre Louis Saint-Laurent — je ne dis pas ça parce que je suis de la circonscription de Louis-Saint-Laurent, mais c'est quand même le cas — pour ramener l’équilibre budgétaire après la guerre.
Nous nous rappelons que c’est au début des années 1970, sous l’égide du gouvernement libéral de Pierre Elliott Trudeau, le père de l’actuel premier ministre, que l’on a commencé à inventer des déficits en pleine période de prospérité.
Ce fut un malheur pour l’économie canadienne car, cinquante ans plus tard, le fils du premier ministre Trudeau qui a généré des déficits en période de croissance a fait exactement la même chose, en générant quatre immenses déficits, alors que l’économie mondiale est en pleine croissance.
Je dis sincèrement que j’ai beaucoup de respect et d’estime pour le ministre des Finances, comme d’ailleurs pour tous celles et ceux qui se présentent aux élections et offrent leurs services à la population canadienne et qui, fiers de leur expérience personnelle, veulent la mettre à profit. Le ministre des Finances a fait une carrière fructueuse, éblouissante à Bay Street. On pourrait même le qualifier de baron de Bay Street, pour avoir si bien administré la fortune familiale qu’il a fait prospérer. D’ailleurs, quand il était à la tête de l’entreprise familiale, Morneau Shepell, il n’a jamais fait de déficit.
Quand il était au privé, le ministre des Finances n'a fait aucun déficit, mais depuis qu’il est au public, qu’il utilise l’argent des contribuables, qu’il se sert de l’argent des travailleurs canadiens, ce sont des déficits cumulatifs, l’un derrière l’autre.
Combien en a-t-il faits? Il y a eu un, deux, trois, quatre budgets, et il a fait un, deux, trois, quatre déficits. Quatre en quatre, c’est le Grand Chelem de la mauvaise gestion des fonds publics, alors que, au privé, il était un modèle et un exemple à suivre.
Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’actuellement il ne peut servir ni de modèle ni d’exemple à suivre. En effet, faire des déficits alors qu’on est en période de croissance économique, c’est une hérésie fondamentale. Aucun économiste sérieux ne dira que c’est le temps de faire cela. Au contraire, quand le cycle économique reprend, c’est le temps de mettre de l’argent de côté.
Ils ont été très chanceux. Quand ils sont entrés au gouvernement, ils avaient entre les mains le meilleur pays du G7 sur le plan de l'économie. Quand nous étions au gouvernement, notre gestion a été tellement sérieuse et rigoureuse que nous avons été le premier pays du G7 à sortir la tête de la grande crise des années 2008-2012. C’était grâce à la gestion éclairée et rigoureuse de feu l’honorable Jim Flaherty, qui était en d’autres temps ministre des Finances, et du premier ministre conservateur M. Harper. Ces gens-là ont donc hérité de la meilleure situation économique des pays du G7, en plus d’un surplus budgétaire de 2,5 milliards de dollars, ce qui ne sera pas le cas dans cinq mois, si par bonheur les Canadiens décident que nous formerons le gouvernement.
Pire encore, ils se sont servis de cette grande chance de la croissance économique sensationnelle que la planète entière a connue depuis quatre années et, très naturellement, de la force économique des États-Unis, qui est en pleine croissance depuis plusieurs années. Profitant de cette bonne fortune, qu’ont-ils fait? Ils ont complètement ruiné la situation et ont fait en sorte que les déficits majestueux et monstrueux qu’ils font depuis quatre années vont être envoyés à nos enfants et à nos petits-enfants pour qu’ils les paient plus tard.
C’est pourquoi nous nous opposons farouchement à ce projet de loi qui, dans un premier temps, bafoue la promesse électorale de ne pas présenter des projets de loi omnibus et, dans un deuxième temps, bafoue la promesse électorale de faire de petits déficits et de revenir à l'équilibre budgétaire en 2019.
View Ahmed Hussen Profile
Lib. (ON)
View Ahmed Hussen Profile
2019-05-14 10:18 [p.27725]
moved that the bill be read the third time and passed.
propose que le projet de loi soit lu pour la troisième fois et adopté.
View Harjit S. Sajjan Profile
Lib. (BC)
View Harjit S. Sajjan Profile
2019-04-10 16:00 [p.26944]
moved that Bill C-97, An Act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on March 19, 2019 and other measures, be read the second time and referred to a committee.
propose que le projet de loi C-97, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 mars 2019 et mettant en oeuvre d'autres mesures, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
moved that Bill C-82, An Act to implement a multilateral convention to implement tax treaty related measures to prevent base erosion and profit shifting, be concurred in.
propose que le projet de loi C-82, Loi mettant en œuvre une convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures relatives aux conventions fiscales pour prévenir l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices soit agréé.
View Ginette Petitpas Taylor Profile
Lib. (NB)
moved that the bill be read the third time and passed.
propose que le projet de loi soit lu pour la troisième fois et adopté.
View Cathy McLeod Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, the Prime Minister's staff said, “it's just a bit ironic that she wants an alternative justice process to be available in one sense, but not one for SNC.” It seems like the entire Liberal government has been seized with getting bribery charges dropped against SNC. As a little reminder, that included $30,000 for Gadhafi's son for prostitutes in Canada.
The finance minister believes that this company should get a special deal. I have a simple question: Will the Liberals let him come to the justice committee and explain to Canadians why?
Monsieur le Président, un membre de l'équipe du premier ministre a dit « C'est un peu ironique qu'elle veuille mettre en place un processus judiciaire parallèle, mais pas pour SNC. » On dirait que c'est tout le gouvernement libéral qui est chargé de faire retirer les accusations de corruption portées contre SNC. Petit rappel: cela comprend 30 000 $ en services de prostituées pour le fils de Kadhafi au Canada.
Le ministre des Finances pense que cette entreprise devrait bénéficier d'un accord spécial. Ma question est très simple: les libéraux vont-ils lui permettre de venir témoigner devant le comité de la justice pour en exposer les raisons aux Canadiens?
View Bardish Chagger Profile
Lib. (ON)
View Bardish Chagger Profile
2019-04-01 14:51 [p.26519]
Mr. Speaker, we know that the justice committee studied this matter over five weeks, which is longer than most pieces of legislation are even studied at committee. We know that the Conflict of Interest and Ethics Commissioner is currently investigating this matter. We know that there is an ongoing court case. We know that when it comes to deferred prosecution agreements, this is a new tool that went through the House of Commons, was voted on and it is a legal measure that can be considered.
What is interesting is that we hear this sanctimony from the other side, but where was that member from the Conservative Party when it voted against measures for women and gender programs, when it voted against programs for seniors and when it voted against—
Monsieur le Président, le comité de la justice a étudié ce dossier pendant cinq semaines, une période plus longue que celles que les comités consacrent à la plupart des mesures législatives. Le commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique fait enquête. Il y a une cause devant les tribunaux. En ce qui concerne les accords de suspension des poursuites, il s'agit d'un nouvel outil qui a franchi toutes les étapes à la Chambre des communes, a fait l'objet d'un vote et constitue une mesure judiciaire pouvant être envisagée.
Les députés d'en face nous servent bien des discours moralisateurs, mais où était la députée du Parti conservateur quand celui-ci a voté contre des mesures de financement de programmes pour les femmes et l'égalité des genres, contre des programmes pour les aînés, contre...?
View Jim Carr Profile
Lib. (MB)
View Jim Carr Profile
2019-03-20 15:18 [p.26184]
moved for leave to introduce Bill C-94, An Act respecting certain payments to be made out of the Consolidated Revenue Fund.
demande à présenter le projet de loi C-94, Loi visant certains paiements sur le Trésor.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
View Charlie Angus Profile
2019-02-28 19:48 [p.25968]
Madam Speaker, it is always a great honour to rise in the House and represent the people of Timmins—James Bay and the New Democratic Party on the ethics file. However, I am not proud that we have come to this point, because we are talking about a fundamental crisis that has occurred in our country, because the veil has been pulled back, thanks to the courage of the former attorney general, to show us how corrupt the culture of insiders is in Ottawa.
I want to preface this by saying there are two betrayals we are dealing with. One is the attempt to undermine the rule of law. I refer to a former Liberal attorney general, Michael Bryant, who said, we are dealing with “a constitutional crisis far worse than what I envisioned” and “a bald attempt by the Prime Minister to exercise his cabinet-making power over [the] quasi-judicial authority” of the Attorney General. He went on to say that he has never seen it used in such a “brazen, reckless fashion.”
That is the subject of why we are here tonight. However, for people who are watching there is an equally great betrayal. The Prime Minister gave people hope. He made people believe that politics could be different in Ottawa. We ran against him and we ran against his party, but I have to admit that I came in 2015 thinking that maybe he was serious about open government, maybe he was serious about reconciliation, and just maybe he was serious about the middle class he always spoke about. Many people and I know many of my friends in the Liberal Party share those values, and they are hurting tonight.
However, there is another Liberal Party, the old Liberal Party of corruption, insiders and cronies, and the Prime Minister had not even set up shop when the lobbyists began moving into town. What we have seen here is the power of the rich to call into the Prime Minister's Office and get things moved.
For example, KPMG established an illegal offshore tax fraud system for billionaires. When it was found out, suddenly, miraculously, there were no criminal penalties. We all wondered how that could happen, but the fog on the Liberal side was that they did not know. An agreement was made. Then the Prime Minister appointed a KPMG executive as the treasurer for the Liberal Party, because that way of doing business is something he is comfortable with.
We never got to see the raw exercise of power until yesterday, when the former attorney general spoke truth to power. She said that she experienced “a consistent and sustained effort by many people within the government to seek to politically interfere in the exercise of prosecutorial discretion in my role as the Attorney General”. What she experienced were the powerful men and women around the Prime Minister's Office trying to intimidate her and to threaten her.
That was an amazing moment when she talked about the Clerk of the Privy Council, who has completely betrayed his obligation to the Canadian people to be the non-partisan voice of principle. He was the one used to be the thug. I asked her, “Did he threaten you?” She said he not only threatened her once but three times in that meeting. During that meeting she was concerned that the “other shoe” was going to drop. We will get to that other shoe in a moment.
I want to talk about the very first meeting, when she met with the Prime Minister about this, when the director of public prosecutions had made the determination that SNC-Lavalin was not eligible for this deferred prosecution agreement, a deferred prosecution law that was written specifically for SNC. SNC-Lavalin was so bad it could not even meet the criteria of a law that had been handwritten for it and stuffed into an omnibus bill.
What did the Prime Minister say? He was with the clerk and the clerk said there was going to be a board meeting on Thursday. How were they making those connections? They were talking about the shareholders they were meeting and they had to have that decision. The Prime Minister jumped in and said he was an MP from Quebec, the member for Papineau. The Prime Minister established that his main priority was saving his own political rear end. That is why this began.
Then we see the interference by the finance minister and his staff. She told him that it was unacceptable, and they continued.
I want to get to Gerry Butts and Katie Telford, who then met with her. Gerry Butts said he did not like the law. He called it a Harper law.
I do not like very many things Stephen Harper ever did. In fact, I do not know if I can count one or two. However, the rule of law is the rule of law. Liberals do not get to say, “Oh, that was a Conservative law so we are going to ignore it.” She told him, “It is the law of the land.” It was a good law to hold political corruption accountable internationally. That is what Gerry Butts did not like.
Then he said that there was going to be no solution that did not involve interference. For any member on that side to stand up and claim that this was just the normal activities, it may be the normal activities of the corrupt old Liberal Party, but this is not the normal activities of how the judicial system works, that it cannot be done without interference.
Then Katie Telford said that she was not interested in legalities. This woman still has her job. If there is a person in the Prime Minister's Office who does not give a tinker's darn about the rule of law, they have no business being there. What did Katie say? Katie said, “Hey, if you have any problems with it, we'll just get some prominent, important Liberal people to write some op-eds to cover it off.” That is the corrupt old Liberal way of doing business.
However, they were standing up against an attorney general who said no, and who said that she was “waiting for that other shoe to drop”, which I spoke of before. She knew it was coming, and it did come. They told her she was being replaced.
The most damning testimony of all was that the Clerk of the Privy Council told her staff that the first order of business of the new Attorney General would be to put that SNC-Lavalin deal through. That is unconscionable.
I want to say personally that I have never made a secret of some of the major battles I have had with the former attorney general. The role of the justice department lawyers in suppressing evidence in the case of the St. Anne's Indian Residential School has shaken me in my political life. I have never felt confidence in the judicial system for indigenous people because of the role of the justice department in suppressing that evidence.
I went to the Minister of Indigenous Affairs who landed the campaign against the St. Anne's survivors, and I begged him to stop. I begged him to stop this attack on people who had suffered so much. I approached the Attorney General, but she was the solicitor of the client, Indian Affairs. I make no apologies for my anger about her failings then.
However, I learn now, thanks to the former attorney general, that what was going on behind the scenes was that she had come to Ottawa to deal with reconciliation, but what was she getting stuck with? She was getting stuck with looking after the rich friends of the Liberal Party.
We were very frustrated that the former attorney general was not moving on the indigenous framework. Then we find out, through this testimony, that she was not given the indigenous framework. The Liberal government was not interested in her doing the indigenous framework. It wanted her to cut a deal for their rich insider friends.
Last night, when I sat at that committee, I watched integrity. I watched someone who put her political career on the line, and maybe has finished her political career, but she was not going to be intimidated and she was not going to be silenced.
I urge my friends in the Liberal Party who are as sickened in their core as I am, and I know many of them are, do not go into the smear campaign, do not continue this attack on her, do not say it was her father pulling her strings, do not say that she could not take the stress, and do not, and I am calling on my colleagues over there, do not do the next step that the Liberal government is going to do, which is starting the attack on her credibility.
It is one woman who stood up to this Prime Minister, one woman who said what he was doing was unconscionable. This Prime Minister needs to be accountable. He needs to come to committee. He needs to stop hiding. He needs to show Canadians that he can explain why the people around him were involved in such a corrupt interference and obstruction of the work of the Attorney General on a matter of corruption. Until he does that, he has lost his fundamental moral compass and the Liberal Party is adrift.
Madame la Présidente, c'est toujours un honneur pour moi de prendre la parole à la Chambre au nom des habitants de Timmins—Baie James et du Nouveau Parti démocratique lorsqu'il est question d'éthique. Par contre, je n'éprouve aucune fierté à voir où nous en sommes rendus, car il s'agit d'une crise fondamentale au Canada; le voile a été levé, grâce au courage de l'ancienne procureure générale, nous révélant à quel point la culture des initiés d'Ottawa est corrompue.
Je vais d'abord commencer par dire qu'il y a deux trahisons dans l'affaire qui nous occupe. D'abord, il y a la tentative de miner la primauté du droit. Je citerais à ce sujet l'ancien procureur général libéral Michael Bryant qui a affirmé qu'il s'agissait d'une « crise constitutionnelle bien plus grave que ce [qu'il] avait imaginé » et d'une « tentative éhontée du premier ministre d'user de son pouvoir de nommer les ministres pour influer sur l'autorité quasi judiciaire » de la procureure générale. Il a ajouté que jamais il n'avait été témoin d'un usage « aussi effronté et irresponsable » de ce pouvoir.
C’est la raison pour laquelle nous sommes ici ce soir. Toutefois, pour les gens qui observent, une autre trahison est tout aussi importante. Le premier ministre a donné de l’espoir aux gens. Il leur a fait croire que la politique pouvait être différente à Ottawa. Nous avons fait campagne contre lui et contre son parti, mais je dois admettre que, en 2015, j’ai pensé qu’il était peut-être sérieux lorsqu’il parlait de gouvernement ouvert, qu’il était peut-être sérieux lorsqu’il parlait de réconciliation, et qu'il était peut-être sérieux à propos de la classe moyenne dont il parlait constamment. Comme beaucoup d’autres personnes, je sais que nombre de mes amis du Parti libéral partagent ces valeurs et que ce soir, ils souffrent.
Il existe toutefois un autre Parti libéral; le vieux Parti libéral de la corruption, des initiés et des petits copains, et le premier ministre n’était même pas encore installé que les lobbyistes commençaient à emménager en ville. Ce que nous avons vu ici, c’est la capacité qu’ont les gens fortunés de téléphoner au bureau du premier ministre et de faire bouger les choses.
Par exemple, KPMG a établi un système de fraude fiscale à l’étranger pour les milliardaires. Miraculeusement, quand le stratagème a été découvert, aucune sanction pénale n’a été imposée. Nous nous demandions tous comment une telle chose avait pu se produire, mais pour noyer le poisson, les libéraux ont dit qu’ils n’en savaient rien. Une entente a été conclue. Ensuite, le premier ministre a nommé un cadre de KPMG au poste de trésorier du Parti libéral, parce que ce mode de fonctionnement lui convient.
Jusqu'à hier, c'est-à-dire jusqu'à ce que l'ex-procureure générale dise la vérité à ceux qui sont au pouvoir, nous n'avions pas conscience de la manière brutale dont le pouvoir peut s'exercer. Elle affirme avoir été « l'objet de pressions soutenues et constantes de la part de nombreuses personnes au sein du gouvernement qui, pour des considérations d’ordre politique, souhaitaient [qu'elle] passe outre au pouvoir discrétionnaire des procureurs en tant que procureure générale ». Elle a subi les foudres des proches collaborateurs du premier ministre, qui ont essayé de l'intimider et de la menacer.
J'ai beaucoup aimé le passage où elle a parlé du greffier du Conseil privé, qui a carrément foulé aux pieds l'obligation qui le lie à la population canadienne et qui exige qu'il demeure neutre et impartial. C'est pourtant à lui qu'on a demandé de faire la sale besogne. J'ai demandé à l'ex-procureure générale si le greffier l'avait menacée. Elle a répondu que oui, et trois fois plutôt qu'une au cours de leur rencontre. Elle s'attendait d'ailleurs à ce que le « couperet tombe » d'un moment à l'autre. J'y reviendrai dans un instant.
J'aimerais d'abord parler de la toute première rencontre entre l'ex-procureure générale et le premier ministre, peu de temps après que la directrice des poursuites pénales a annoncé que la SNC-Lavalin n'avait pas droit à un accord de suspension des poursuites, même si cette disposition a été ajoutée à la loi expressément pour cette entreprise. SNC-Lavalin était tellement dans l'eau chaude qu'elle ne respectait même pas les critères qui avaient été rédigés sur mesure pour elle avant d'être dissimulés dans un projet de loi omnibus.
Qu'a dit le premier ministre? Il était avec le greffier, et celui-ci a dit qu'il y aurait une réunion du conseil d'administration le jeudi. Comment faisaient-ils ces liens? Ils parlaient des actionnaires qu'ils rencontraient et du fait qu'ils avaient besoin que l'on prenne cette décision. Le premier ministre est intervenu en disant qu'il était député d'une circonscription du Québec, Papineau. Le premier ministre a montré que sa principale priorité, c'était de protéger ses arrières sur le plan politique. Voilà où tout cela a commencé.
C'est là où le ministre des Finances et son personnel ont commencé à s'ingérer. L'ancienne procureure générale leur a dit que c'était inacceptable, mais ils ont continué.
Je tiens à parler de Gerry Butts et de Katie Telford, qui ont ensuite rencontré l'ancienne procureure générale. Gerry Butts a déclaré qu'il n'aimait pas la loi. Il l'a qualifiée de loi de Harper.
Je n'aime pas tout ce qu'a fait Stephen Harper et je ne suis même pas sûr que je pourrais trouver une ou deux choses qu'il aurait faites et qui auraient eu grâce à mes yeux. Toutefois, on ne badine pas avec la primauté du droit. Les libéraux ne peuvent pas prétendre: « Comme c'était une loi des conservateurs, nous n'en tiendrons pas compte. » Elle lui a dit: « C'est la loi du pays. » C'était une bonne chose que l'on puisse démasquer la corruption politique à l'échelle internationale. C'est ce qui n'a pas plu à Gerry Butts.
Il a déclaré alors qu'il n'y aurait pas de solution qui ne supposerait pas de l'ingérence. Aucun député de ce côté-ci ne peut prétendre qu'on a affaire à des activités normales. Ce sont peut-être les activités normales d'un vieux Parti libéral corrompu, mais ce n'est pas comme cela que fonctionne le système judiciaire, qui ne souffre pas l'ingérence.
Katie Telford a alors déclaré que les arguties juridiques ne l'intéressaient pas. Cette femme est toujours en poste. Quelqu'un qui se soucierait de la primauté du droit comme de l'an 40 n'a pas sa place au cabinet du premier ministre. Qu'a dit Katie? Elle a dit: « Si cela vous pose problème, nous trouverons bien une personnalité libérale pour noyer le poisson dans un article d'opinion. » On voit bien là l'habituelle façon d'agir corrompue des libéraux.
Or, ils se trouvaient devant une procureure générale qui a dit non, et qui a dit qu'elle attendait le verdict, j'en ai parlé tantôt. Elle savait ce qui allait arriver, et c'est arrivé. On lui a dit qu'elle serait remplacée.
Le passage le plus accablant de son témoignage est quand elle a dit que le greffier du Conseil privé avait dit à son personnel que le premier dossier dont le nouveau procureur général devrait s'occuper serait l'entente de SNC-Lavalin. C'est inadmissible.
Personnellement, je n'ai jamais caché que je n'avais pas toujours été d'accord avec l'ancienne procureure générale. Le rôle qu'ont joué les avocats du ministère de la Justice dans la suppression d'éléments de preuve dans l'affaire du pensionnat St. Anne m'a ébranlé en tant que politicien. À cause de cette affaire, je n'ai jamais pu faire confiance au système judiciaire à l'endroit des Autochtones.
Je me suis adressé au ministre des Affaires autochtones, qui menait la bataille contre les survivants du pensionnat St. Anne, et je l'ai supplié d'y mettre un terme. Je l'ai supplié de mettre fin à cette attaque contre des gens qui avaient déjà tant souffert. Je me suis adressé à la procureure générale, mais elle était l'avocate du client, Affaires indiennes. J'assume pleinement ma colère envers ses manquements à ce moment-là.
Toutefois, j'apprends maintenant, grâce à l'ancienne procureure générale, que celle-ci est venue à Ottawa pour s'occuper du dossier de la réconciliation. Avec quoi s'est-elle retrouvée au juste? Elle a dû s'occuper des riches amis du Parti libéral.
Nous étions très mécontents de constater que l'ancienne procureure générale n'arrivait pas à faire progresser le cadre autochtone. Grâce à son témoignage, on apprend maintenant qu'elle ne s'était pas vu confier le cadre autochtone. Le gouvernement libéral ne souhaitait pas qu'elle s'en occupe. Il souhaitait plutôt qu'elle conclue une entente avec les proches bien nantis du Parti libéral.
Hier soir, pendant la réunion du comité, j'ai vu quelqu'un d'intègre. J'ai vu quelqu'un qui a mis sa carrière politique en jeu, qui l'a même peut-être perdue. Toutefois, elle n'allait pas se laisser intimider ni être bâillonnée.
J'exhorte les députés libéraux qui sont aussi dégoûtés que moi — et je sais qu'ils sont nombreux — à ne pas participer à la campagne de salissage, à ne pas s'en prendre à elle, à ne pas dire que c'est son père qui tirait les ficelles et qu'elle ne pouvait pas supporter le stress. J'exhorte mes collègues de l'autre côté à ne pas se joindre aux efforts que le gouvernement libéral va bientôt déployer en vue de détruire sa crédibilité.
Cette femme a tenu tête au premier ministre et a déclaré que ce qu'il faisait était inadmissible. Le premier ministre doit rendre des comptes. Il doit comparaître devant le comité. Il doit cesser de se cacher. Il doit expliquer aux Canadiens pourquoi les gens de son entourage ont fait de l'ingérence et nui au travail de la procureure générale dans une affaire de corruption. Tant qu'il ne fera pas cela, il ne pourra pas retrouver son sens moral fondamental, et le Parti libéral continuera d'être à la dérive.
View Bill Blair Profile
Lib. (ON)
View Bill Blair Profile
2019-02-21 10:11 [p.25594]
moved that Bill S-6, An Act to implement the Convention between Canada and the Republic of Madagascar for the avoidance of double taxation and the prevention of fiscal evasion with respect to taxes on income, be read the second time and referred to a committee.
propose que le projet de loi S-6, Loi mettant en œuvre la Convention entre le Canada et la République de Madagascar en vue d’éviter les doubles impositions et de prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
Results: 1 - 15 of 1655 | Page: 1 of 111

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data