Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 428
View John McKay Profile
Lib. (ON)
Colleagues, it's 3:30, and I see quorum and Mr. Amos is in his place.
Welcome to the committee, Mr. Amos.
This is a study of rural digital infrastructure under motion 208 and under the name of Mr. Amos, the honourable member for Pontiac.
If you would proceed with your presentation, Mr. Amos, you have 10 minutes.
Distingués collègues, il est 15 h 30; je constate que nous avons le quorum, et que M. Amos est présent.
Bienvenue devant le Comité, monsieur Amos.
Le Comité étudie la motion M-208 sur les infrastructures numériques en milieu rural, proposée par M. Amos, député de Pontiac.
Si vous voulez bien enchaîner avec votre déclaration, monsieur Amos, vous avez 10 minutes.
View William Amos Profile
Lib. (QC)
View William Amos Profile
2019-06-10 15:33
Thank you, Chair, and thank you to the members.
Thank you for this opportunity to discuss what represents [technical difficulties] for my fellow Pontiac residents, but also for Canadians across the country. Whether in rural or urban areas, this is a very important issue.
I believe the importance of this issue is clearly demonstrated by the unanimous vote. I thank each of you individually—and also your colleagues—for that support, because I think it was a unifying vote around motion 208.
When urban Canada recognizes the challenges that rural Canada faces with regard to what we now consider to be basic telecommunication services—good cellphone access, high-speed Internet—I think these are the things that bring Canada together when there's an appreciation of our challenges.
I think there's an appreciation at this point in time that rural Canada needs to make up for lost time with the digital divide. For too many years, private sector telecommunications companies did not invest sufficiently in that necessary digital infrastructure. Governments at that time, in the past, weren't up to the challenge of recognizing that the market needed to be corrected.
I feel fortunate, in a way, to have been able to bring this motion forward, because I feel that all I was doing was stating the obvious: that a Canadian in northern Alberta or the B.C. interior who is challenged with serious forest fires, just like a Canadian in New Brunswick, Quebec or Ontario who is dealing with floods, deserves access to the digital infrastructure that most Canadians take for granted, so as to ensure their public safety.
As your committee is well aware, the motion was divided into two follow-up components, one with respect to the economic and regulatory aspects of digital infrastructure. That process in the industry committee has been moving forward well. A number of witnesses have been brought forth. The process is proceeding apace. I'm looking forward to their conclusions. I've had an opportunity to participate, and I thank that committee for enabling that participation.
I'm particularly appreciative, Chair, that this committee has seen fit to move forward, even if only with a brief set of interactions on this subject matter, because Canadians across this country recognize that it is time to get to solutions on the public safety dimensions of digital infrastructure.
I'm constantly attempting to channel the voices of my small-town mayors, mayors such as David Rochon, the mayor of Waltham, Quebec. Waltham is about an hour and 45 minutes away from Parliament Hill. It's a straight shot down Highway 148 once you cross the Chaudière Bridge or the Portage Bridge. You get over to Gatineau and just drive straight west down Highway 148, and you can't miss it. It's just across the way from Pembroke.
In that community, they have no cellphone service. The 300-and-some souls who live there, when they're faced with flooding for the second time in three years, get extremely frustrated, and they have every right to be frustrated. I'm frustrated for them, and I'm channelling their voices as I sit before you. This is no more than me speaking on behalf of a range of small-town mayors.
I know the voices of those mayors are magnified by those of so many others across this country. That's why the Federation of Canadian Municipalities supported motion 208, because they hear those mayors' voices as well. That's why the rural caucus of the Quebec Union of Municipalities supported this motion, because they hear those same voices.
It is our responsibility to address this issue directly. I am very pleased to see that since motion M-208 was introduced in the House of Commons, digital infrastructure has been a major success, thanks to Budget 2019. The investments are historic, very concrete and very targeted.
The goal is to have high-speed Internet access across Canada by 2030. The target is 95% by 2025. Our government is the first to set these kinds of targets and invest these amounts. In the past, we were talking about a few hundred million dollars, but now we are talking about billions of dollars. The issue is recognized. For a government, this recognition comes first and foremost through its budget. Our government has recognized this. I really appreciate the actions of our Liberal government.
With respect to wireless and cellular communications in the context of public safety, there is agreement that, in any emergency situation, a cellular phone is required. It is very useful for managing personal emergencies, but it is also very useful for public servants, mayors, councillors who are in the field and want to help their fellow citizens. These people need access to a reliable cellular network to be able to connect with and help their fellow citizens.
I see that I'm being given the two-minute warning. I will conclude in advance of that simply by saying that I think it's important for us not to descend into rhetoric on this topic. Canadians deserve better than that. I read today's opposition day motion. With no disrespect intended, it didn't spend any time recognizing what our government has done but spent so much time focusing on the problems without getting to the solutions. In the Pontiac, people want solutions. They want to know how they're going to get their cellphone service, and soon. They want their high-speed Internet hookup yesterday, not two years from now. I know that every rural member of Parliament—Conservative, NDP, Liberal and otherwise—is working very hard in their own way to make sure that happens. I am as well. Right now I appreciate this opportunity to focus our attention very specifically on the public safety dimensions.
I also want to say a thank you to our local and national media, who have taken on this issue and are recognizing that in an era of climate change and extreme weather, we're going to need our cellphones more and more; we're going to need this digital infrastructure more and more, to ensure Canadians' safety and security.
Thank you, Mr. Chair.
Merci, monsieur le président, de même qu'à tous les membres du Comité.
Je vous remercie de m'accorder ce moment pour discuter de ce qui représente [difficultés techniques] pour mes concitoyens du Pontiac, mais aussi pour les Canadiens et les Canadiennes partout au pays. Que ce soit en région rurale ou urbaine, c'est un enjeu très important.
Je crois que le vote unanime en faveur de la motion témoigne clairement de l'importance de cet enjeu. Je remercie donc chacun d'entre vous, de même que vos collègues, pour votre soutien, car je crois que le vote sur la motion M-208 était rassembleur.
Quand les Canadiens en région urbaine constatent à quel point leurs concitoyens en région rurale ont du mal à obtenir ce que l'on considère aujourd'hui comme des services de télécommunications de base, soit un bon accès au réseau cellulaire et Internet haute vitesse, je crois que c'est le genre d'enjeux qui unifient le pays parce que tout le monde peut comprendre nos difficultés.
Je pense qu'il est aujourd'hui accepté qu'il faut rattraper le temps perdu en milieu rural au Canada et combler le fossé numérique. Depuis trop d'années maintenant, les compagnies privées du secteur des télécommunications négligent les investissements dans des infrastructures numériques pourtant nécessaires. À l'époque, les gouvernements n'étaient pas en mesure de comprendre la nécessité de corriger la tendance du marché.
D'une certaine façon, je me sens privilégié d'avoir pu proposer cette motion, car j'avais l'impression de simplement affirmer une évidence: pour assurer sa sécurité, un Canadien dans le Nord de l'Alberta ou dans les terres intérieures de la Colombie-Britannique qui fait face à un grave incendie de forêt, tout comme un Canadien au Nouveau-Brunswick, au Québec ou en Ontario confronté à des inondations, a le droit d'avoir accès aux infrastructures numériques que la majorité des Canadiens tiennent pour acquises.
Comme le Comité le sait très bien, la motion portait sur deux études, dont une sur les aspects économiques et réglementaires des infrastructures numériques. Ce processus avance rondement au sein du Comité permanent de l'industrie, des sciences et de la technologie. Un certain nombre de témoins ont été entendus, et les travaux se poursuivent rapidement. J'ai hâte d'en connaître les conclusions. J'ai eu l'occasion de participer aux travaux du Comité et je l'en remercie.
Je suis particulièrement heureux, monsieur le président, de constater que votre comité a jugé bon d'aller de l'avant, même si les interactions sur la question doivent être brèves, car les Canadiens de partout au pays savent qu'il est temps d'adopter des mesures qui confirment le rôle des infrastructures numériques en matière de sécurité publique.
J'essaie constamment de me faire le porte-parole des maires des petites collectivités de ma circonscription, comme David Rochon, qui est maire de Waltham, au Québec. Waltham se trouve à environ 1 h 45 de route de la Colline du Parlement. Une fois de l'autre côté du pont des Chaudières ou du Portage, on file sur la route 148. Il suffit de traverser à Gatineau et de suivre la route 148 en direction ouest. Vous ne pouvez pas vous tromper. C'est juste en face de Pembroke.
Dans cette collectivité, il n'y a pas de réseau cellulaire. Pour les quelque 300 âmes qui vivent là, cela devient extrêmement frustrant, un sentiment tout à fait justifié quand on sait que ces personnes viennent de connaître des inondations pour la deuxième fois en trois ans. Je partage leur frustration, et je me fais leur porte-parole, ici, aujourd'hui. Je suis là strictement pour parler au nom d'un groupe de maires de petites collectivités.
Je sais qu'un très grand nombre de maires à l'échelle du pays joignent leur voix à celle de leurs collègues du Pontiac. C'est pour cette raison que la Fédération canadienne des municipalités a appuyé la motion M-208, car elle est, elle aussi, à l'écoute de ces maires. C'est aussi pour cette raison que le Caucus des municipalités locales de l'Union des municipalités du Québec a appuyé cette motion, car il entend lui aussi les mêmes voix.
Il nous incombe d'aborder cet enjeu de façon directe. Je suis très heureux de voir que, depuis que la motion M-208 a été déposée devant la Chambre des communes, l'infrastructure numérique a connu un important succès, et ce, grâce au budget de 2019. Les investissements sont historiques, très concrets et très ciblés.
L'objectif est que l'ensemble du Canada ait accès à Internet à haute vitesse d'ici 2030. On vise une cible de 95 % pour 2025. Notre gouvernement est le premier à établir ce genre de cibles et à investir de telles sommes. Dans le passé, on parlait d'à peine quelques centaines de millions de dollars alors que, maintenant, il s'agit de milliards de dollars. L'enjeu est reconnu. Pour un gouvernement, cette reconnaissance passe avant tout par son budget. Notre gouvernement l'a reconnu. J'apprécie vraiment beaucoup les gestes posés par notre gouvernement libéral.
En ce qui concerne les communications sans fil et cellulaires dans le contexte de la sécurité publique, on s'entend pour dire que, dans n'importe quelle situation d'urgence, on a besoin d'un téléphone cellulaire. C'est très utile pour gérer les urgences personnelles, mais ce l'est aussi pour les fonctionnaires, les maires, les conseillers et les conseillères qui sont sur le terrain et veulent aider leurs concitoyens. Ces personnes ont besoin d'accéder à un réseau cellulaire fiable pour pouvoir entrer en contact avec leurs concitoyens et leur venir en aide.
Je vois qu'il ne me reste que deux minutes. Je vais conclure plus rapidement que cela en vous disant simplement que j'estime important d'éviter les joutes oratoires sur le sujet. Les Canadiens méritent mieux que cela. J'ai pris connaissance de la motion de l'opposition qui doit être proposée aujourd'hui. Sans vouloir manquer de respect à qui que ce soit, cette motion ne dit rien de ce que notre gouvernement a accompli, mais est strictement axée sur les problèmes, sans proposer de solution. Dans le Pontiac, les gens veulent du concret. Ils veulent savoir de quelle façon ils vont accéder à un réseau cellulaire, et vite. Ils veulent leur connexion Internet haute vitesse et l'auraient voulue hier, pas dans deux ans. Je sais que tous les députés de circonscriptions rurales, qu'ils soient conservateurs, néo-démocrates, libéraux ou d'une autre affiliation, travaillent très dur, à leur façon, pour s'assurer que cela se concrétise. Je le fais aussi. Je suis donc très heureux aujourd'hui de pouvoir attirer votre attention tout spécialement sur les aspects liés à la sécurité publique.
Je souhaite également remercier les médias locaux et nationaux qui ont traité de cet enjeu et qui savent que, en cette ère de changements climatiques et de phénomènes météorologiques extrêmes, nous avons plus que jamais besoin de nos téléphones cellulaires; nous aurons aussi un besoin grandissant d'infrastructures numériques pour assurer la sécurité des Canadiens.
Merci, monsieur le président.
View David de Burgh Graham Profile
Lib. (QC)
Thank you, Mr. Chair.
Mr. Amos, when you brought forward M-208, it had two aspects to it. One was for the industry committee to study these services, and two, for SECU to study the public safety aspect of it. Would you like to expand a bit on how you saw the split committee approach to this.
Merci, monsieur le président.
Monsieur Amos, quand vous avez proposé la motion M-208, elle comportait deux volets. Un était à l'intention du comité de l'industrie, qui devait se pencher sur ces services, puis l'autre s'adressait au Comité permanent de la sécurité publique et nationale, qui devait étudier ce qui relève de la sécurité publique. Souhaiteriez-vous expliquer un peu le raisonnement derrière votre idée de confier la tâche à deux comités?
View William Amos Profile
Lib. (QC)
View William Amos Profile
2019-06-10 15:43
My feeling was that there are most certainly economic dimensions to this issue. There are questions around competition. There are questions around the nature of a return on investment that can and cannot be made in rural Canada. These are real considerations that I think merit serious consideration. The independent regulator, the CRTC, has distinct responsibilities as established under the Telecommunications Act. Those obligations provide it, in many aspects, with a fair amount of latitude to achieve the public interest objectives of the Telecommunications Act.
I felt that those issues, both regulatory and economic, which ultimately help to frame how we will get to digital infrastructure access for rural Canada, are not the same issues necessarily, or they're not entirely the same, as the public safety issues. I felt that if the study were to be done by one committee on its own, public safety in particular might end up getting short shrift. I felt that would be inappropriate. I felt that one of the most important arguments in favour of making the massive investments that are necessary, and that our government is stepping forward to make, would be on the basis of public safety considerations.
J'étais d'avis qu'il y avait indéniablement des aspects économiques à cet enjeu. Il y a des questions relatives à la concurrence. D'autres, sur la nature du rendement du capital qu'on peut investir ou non en milieu rural au Canada. Ce sont des questions légitimes qui méritent, selon moi, une étude sérieuse. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes ou CRTC, à titre d'organe de réglementation indépendant, a des responsabilités distinctes conformément à la Loi sur les télécommunications. À bien des égards, ces obligations lui donnent passablement de latitude pour atteindre les objectifs de la loi en matière d'intérêt public.
Ces questions, qui sont à la fois réglementaires et économiques, vont ultimement nous aider à établir quel accès aux infrastructures numériques offrir aux régions rurales du pays. J'estimais donc qu'elles n'étaient pas nécessairement de la même nature, du moins pas tout à fait, que celle de la sécurité publique. Je craignais que, si l'étude était menée strictement par un comité, la sécurité publique ne devienne qu'une réflexion après coup. Et cela me semblait inapproprié. J'estimais que la sécurité publique serait l'un des arguments les plus importants en faveur d'investissements majeurs, des investissements qui sont nécessaires et que notre gouvernement a pris la décision de faire.
View David de Burgh Graham Profile
Lib. (QC)
Fair enough.
In terms of public safety considerations, both your riding and mine have experienced significant problems with dispatching emergency services at a time of emergency. You've described it at great length in the past. When tornadoes hit your riding, when floods hit your riding and my riding, emergency services have to come to city hall, coordinate, and go back out in the field. Can you speak to that? Is that the basis of the focus?
Fort bien.
Pour ce qui est de la sécurité publique, votre circonscription et la mienne ont connu de graves problèmes de répartition des services d'urgence. Vous l'avez déjà décrit par le menu. Quand une tornade frappe votre circonscription, que des inondations se déclarent dans nos circonscriptions, les services d'urgence doivent se rendre à l'hôtel de ville, coordonner leurs efforts, puis retourner sur le terrain. Pouvez-vous en parler? Est-ce le fondement de l'étude sur la sécurité publique?
View William Amos Profile
Lib. (QC)
View William Amos Profile
2019-06-10 15:45
I think for the average Canadian who's thinking about how their family in a certain small town is dealing with an emergency related to extreme weather, it's plain to see that when a local official needs to spend an extra 20 to 40 minutes driving from a particular location on the ground—during a fire or a flood or a tornado or otherwise—back to town hall in order to make the necessary phone calls, it's inefficient. It brings about unnecessary delays in providing proper emergency response.
Pour Monsieur ou Madame Tout-le-Monde qui songe à ses proches, installés dans une petite localité, et aux interventions d'urgence provoquées par des phénomènes météorologiques extrêmes, je pense que c'est évident: demander à un représentant local de faire de 20 à 40 minutes de route de plus pour partir d'un site précis sur le terrain et revenir à l'hôtel de ville, d'où il doit faire les appels nécessaires en cas d'incendie, d'inondations, de tornade ou d'une autre catastrophe, c'est tout sauf efficace. Cela provoque des retards indus dans les interventions d'urgence.
View David de Burgh Graham Profile
Lib. (QC)
In the same vein, a lot of citizens have trouble reaching 911 because there's no service available to do so. Phone lines are no longer up. If you're in a field or in the country—our ridings have recreational areas that are tens of thousands of kilometres—there is no means for people to reach emergency services. Would you find that to be true?
Dans un même ordre d'idées, beaucoup de citoyens ont du mal à joindre le 9-1-1 parce qu'il n'y a plus de service téléphonique, plus de ligne fixe. Dans des circonscriptions comme les nôtres, où les aires de loisir couvrent des dizaines de milliers de kilomètres, si vous êtes en plein champ ou à la campagne, il n'est pas possible de joindre les services d'urgence. Êtes-vous de cet avis?
View William Amos Profile
Lib. (QC)
View William Amos Profile
2019-06-10 15:46
In fact, there are areas in the riding of Pontiac where a fixed wireline service is not available, or circumstances where the fixed wireline service, due to a falling tree or otherwise, has been cut off. Yes, it does create a public safety issue, because many, many seniors in my riding don't have a cellphone. Even if they wanted one, they wouldn't have access to the cellphone service.
Absolutely there are issues, and I think it's important to address these in their totality, but to my mind, the conversation is headed mostly to the access to cellular. That's how people will most often solve the predicament they may find themselves in. I can't tell you the number of times I've had constituents come to me to say, “My car broke down. I was between location X and location Y. There was no cellphone service. I thought I was going to die.” That is a run-of-the-mill conversation in the Pontiac. In this day and age, I think we have a mature enough and wealthy enough society to address these issues if we focus on them.
En fait, il y a des secteurs dans la circonscription de Pontiac où il n'y a pas de ligne fixe, d'autres où ce service est temporairement inaccessible en raison de la chute d'un arbre, par exemple. Oui, cela pose un risque pour la sécurité publique, car un très grand nombre d'aînés dans ma circonscription n'ont pas de téléphone cellulaire. Même s'ils en voulaient un, ils n'auraient pas accès au réseau cellulaire.
Il va sans dire qu'il y a des problèmes, et je crois qu'il est important d'y remédier en bloc, mais, à mon sens, la conversation est surtout axée sur l'accès au réseau cellulaire. C'est le plus souvent de cette façon que les gens remédient à une situation délicate. C'est incroyable le nombre de fois où des électeurs m'ont dit: « Ma voiture est tombée en panne. J'étais entre X et Y. Il n'y avait pas de réseau cellulaire. Je pensais que j'allais mourir. » C'est une conversation banale dans le Pontiac. À une époque comme la nôtre, je crois que, en tant que société, nous sommes assez riches et évolués pour remédier à ces problèmes. Il suffit de s'y mettre.
View David de Burgh Graham Profile
Lib. (QC)
To your point, though, there's been a lot of confusion in the public about what motion 208 is about, because it talks about “wireless” without being too specific. In your view, this is about cellphone service, and not about broadband Internet to the same extent. This is about making sure that we can reach emergency services, that emergency services can reach each other, and that the cellphone signal we need on our back roads is available to us.
Cela dit, pour revenir au réseau cellulaire, le public ne semble pas trop savoir sur quoi porte la motion M-208, parce qu'elle parle de télécommunications sans fil sans vraiment entrer dans les détails. De votre point de vue, elle porte sur le réseau cellulaire d'abord, puis sur le service Internet à large bande dans une moindre mesure. Elle vise essentiellement à assurer l'accès aux services d'urgence, la capacité des services d'urgence de communiquer entre eux et la présence du signal cellulaire dont nous avons besoin sur les routes secondaires.
View William Amos Profile
Lib. (QC)
View William Amos Profile
2019-06-10 15:48
That's correct. My greatest concern was the cellphone aspect. In M-208, where I refer to wireless, the intention is to mean cellphone, meaning mobile wireless.
C'est exact. Ma plus grande préoccupation était l'accès au réseau cellulaire. Dans la motion M-208, toutefois, où je parle de télécommunications sans fil, l'intention est de faire référence au cellulaire, c'est-à-dire aux services sans fil mobiles.
View David de Burgh Graham Profile
Lib. (QC)
When I was younger, we had cellphone service in the Laurentians through analog. When we switched to digital, we lost a lot of that service. Did you have the same experience?
Quand j'étais jeune, nous avions un réseau cellulaire analogique dans les Laurentides. Quand nous sommes passés au numérique, nous avons perdu une bonne partie de ce réseau. Avez-vous connu une expérience semblable?
View David de Burgh Graham Profile
Lib. (QC)
We had a cellphone in the car in 1985, and it was worth as much as the car, but it worked, which is not the case today. In most of my area, there is no signal, and it's becoming a very serious problem for us. I'm very happy to encourage this, and I'm glad you brought it forward. I'm running out of time here.
Where have the market forces been? We're always hearing from some people that market forces can fix everything. Why have market forces not solved these problems for us?
Nous avions un cellulaire dans la voiture en 1985, et il valait autant que la voiture, mais il fonctionnait, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Dans la majeure partie de ma région, il n'y a pas de signal, et c'est maintenant un grave problème pour nous. Je suis très heureux de soutenir cette motion, et que vous l'ayez proposée. Je n'ai presque plus de temps.
Pourquoi ne sent-on pas l'effet des lois du marché? Certains répètent que les lois du marché peuvent tout régler. Pourquoi n'ont-elles pas réglé ces problèmes pour nous?
View William Amos Profile
Lib. (QC)
View William Amos Profile
2019-06-10 15:49
Since the advent of the Internet as a mainstream technology and wireless mobile coming in to a greater extent, the decision in the early 1990s to leave the development of this infrastructure to the private sector and not to nationalize it has had consequences.
Where the return on investment for the private sector is insufficient in a large area where the density of population is low, it's clear that's going to bring about a particular result. We see it all across rural Canada: patchiness, portions where there's coverage, and portions where there's not. That unreliability of coverage has serious impacts, both on the public security side but also on the economic development side.
Nowadays, prospective homebuyers in your riding, as well as mine and so many others, will make decisions premised on a full range of factors, including whether there is good Internet and cellphone coverage. It has serious ramifications both on a public safety and an economic and sustainable growth basis. I think we need to address those.
Puisque Internet est aujourd'hui une technologie de masse et que les services mobiles sans fil se banalisent, la décision prise au début des années 1990 de laisser le secteur privé déployer cette infrastructure plutôt que de la nationaliser a eu des conséquences.
Quand le rendement sur le capital investi du secteur privé ne justifie pas sa présence dans une grande région où la densité de population est faible, le résultat est on ne peut plus prévisible, comme on le constate partout dans les régions rurales du pays: il y a fragmentation de la couverture, avec des zones couvertes et d'autres pas. Le manque de fiabilité de la couverture a de graves répercussions tant sur la sécurité publique que sur le développement économique.
De nos jours, les éventuels acheteurs d'une propriété dans votre circonscription, dans la mienne et dans bien d'autres, prennent leur décision en fonction d'une gamme complète de facteurs, y compris la qualité des services Internet et cellulaires. Cela a d'importantes conséquences pour la sécurité publique et une croissance économique durable. Je crois qu'il faut en tenir compte.
View Pierre Paul-Hus Profile
CPC (QC)
Thank you, Mr. Chair.
Mr. Amos, thank you for being here.
We also consider it important to establish a better connectivity system in Canada. This is a major problem for many regions, particularly in rural areas. I am glad a Liberal member is concerned about rural areas. The receptivity was not the same when we did a study on another subject. This current receptivity will please my colleagues who live in very remote rural areas and who are facing the same problem.
You must have met with the Canadian Communication Systems Alliance, which represents telephone companies and Internet service providers in the regions. Every year, they come to us and remind us that they have to use Bell Canada or Telus towers to transmit their signals and that this is a problem. In the end, it is always about revenues, complications and agreements.
Has this factor been assessed in order to facilitate things for those companies that are already in place?
Merci, monsieur le président.
Monsieur Amos, je vous remercie d'être parmi nous.
Nous considérons également qu'il est important d'établir un meilleur système de connectivité au Canada. C'est un problème majeur pour bon nombre de régions, particulièrement en milieu rural. Je suis content qu'un député libéral se préoccupe des régions rurales. La réceptivité n'a pas été la même lorsque nous avons fait une étude sur un autre sujet. La réceptivité que nous connaissons présentement fera plaisir à mes collègues qui vivent dans des régions rurales très éloignées et qui font face à ce même problème.
Vous avez sûrement rencontré les gens de la Canadian Communication Systems Alliance, qui représente les compagnies de téléphonie et les fournisseurs de services Internet dans les régions. Chaque année, ils viennent nous rencontrer et nous rappeler qu'ils doivent se servir des tours de Bell Canada ou de Telus pour transmettre leurs signaux et que cela constitue un problème. En fin de compte, il s'agit toujours de revenus, de complications et d'ententes.
Ce facteur a-t-il été évalué dans le but de faciliter les choses pour ces compagnies qui sont déjà en place?
Results: 1 - 15 of 428 | Page: 1 of 29

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data