Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 2435
View Michel Picard Profile
Lib. (QC)
View Michel Picard Profile
2019-06-19 15:13 [p.29393]
Mr. Speaker, there is no denying that rural communities have a significant impact on the national economy. They provide jobs to over four million Canadians and contribute nearly 30% of the GDP, which is considerable.
It is important for our government to have a “made in rural” plan to address the unique infrastructure needs and economic opportunities facing rural communities.
Can the Prime Minister tell us about our government's efforts to support Canada's rural communities?
Monsieur le Président, l'impact économique national de la communauté rurale est indéniable et significatif. D'ailleurs, on lui reconnaît l'emploi de plus de quatre millions de Canadiens, une contribution de près de 30 % du PIB, ce qui est considérable.
Il est important que le gouvernement ait un plan conçu par les gens des régions rurales pour répondre à leurs besoins particuliers en infrastructures et pour stimuler l'économie rurale.
Le premier ministre peut-il nous informer du travail de notre gouvernement à l'égard de l'appui offert aux communautés rurales du Canada?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2019-06-19 15:14 [p.29393]
Mr. Speaker, I thank the member for Montarville for his tireless work.
We have always been partners with rural regions. We created an infrastructure fund especially for rural communities. We are currently crafting a strategy for rural Canada based on the ideas of the very people who live there. We have connected 380,000 households to high-speed Internet, and our investments will make it possible for every Canadian household to connect.
Our record is proof that rural Canadians are always a priority for us.
Monsieur le Président, je remercie le député de Montarville de son travail acharné.
Nous avons toujours été un partenaire des régions rurales. Nous avons créé un fonds d'infrastructure consacré exclusivement aux communautés rurales. Nous élaborons actuellement une stratégie pour le Canada rural basée sur les idées des habitants en région. Nous avons branché 380 000 foyers à Internet haute vitesse et nos investissements permettront la connexion de chaque foyer canadien.
Notre bilan est la preuve que nous tenons toujours les Canadiens en région rurale à cœur.
View Ruth Ellen Brosseau Profile
NDP (QC)
Madam Speaker, the residents of Rang du Fleuve in Saint-Barthélemy wish to draw the attention of the House to a few points. Infrastructure in the area is crumbling as a result of the 2017 and 2019 floods, and emergency services and public safety officials have not had a single opportunity to visit and meet with the residents of Rang du Fleuve in Saint-Barthélemy. The petitioners are calling on the federal government to provide financial assistance to upgrade the infrastructure.
I want to thank and congratulate Marylene Gervais, who initiated this petition. I thank her for her work and involvement. I also want to thank public safety officials, firefighters and everyone who came out to help those struggling with the 2019 floods.
Madame la Présidente, les résidants du rang du Fleuve de la municipalité de Saint-Barthélemy aimeraient attirer l'attention de la Chambre sur quelques points: les infrastructures sont dans un état lamentable à la suite des inondations de 2017 et de 2019 et les services d'urgence et la sécurité civile n'ont même pas eu la chance, à quelque moment que ce soit, de se rendre là-bas pour voir les résidants du rang du Fleuve à Saint-Bathélemy. Les signataires demandent au gouvernement fédéral une aide financière en vue d'améliorer les infrastructures.
Je veux remercier et féliciter Mme Marylene Gervais, l'instigatrice de cette pétition. Je la remercie de son travail et de son implication. Je veux aussi remercier la sécurité civile, les pompiers et tous ceux qui sont intervenus pour aider les gens aux prises avec les inondations de 2019.
View Hunter Tootoo Profile
Ind. (NU)
View Hunter Tootoo Profile
2019-06-17 15:08 [p.29188]
Mr. Speaker, my question is for the Prime Minister. It was one of the proudest moments of my life when I was elected to the first Legislative Assembly of Nunavut. There was such hope and promise.
However, fast-forward 20 years, and life is not better for Nunavummiut. For many, it is worse. Nunavut only works if we can build a sustainable economy, and we can only do that with the support that was promised by the federal government. It will take massive investments in infrastructure, housing, roads, ports and connectivity.
Will the Prime Minister finally work with the Government of Nunavut and fulfill the commitment Canada made 20 years ago, or do we have to wait another 20?
Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre. Je n'ai jamais été aussi fier que le jour où j'ai été élu à la première Assemblée législative du Nunavut. Il y avait tant d'espoir, et les promesses fleurissaient.
Seulement voilà: 20 ans plus tard, la vie ne s'est pas améliorée pour les Nunavummiuts. Pour bon nombre d'entre eux, elle a empiré. Le Nunavut ne peut exister que si nous pouvons développer une économie durable, et nous ne pouvons y parvenir qu'avec l'aide que le gouvernement fédéral nous avait promise. Il faudra investir massivement dans les infrastructures, le logement, les routes, les ports et l'accès à Internet.
Le premier ministre va-t-il enfin travailler avec le gouvernement du Nunavut et respecter l'engagement pris par le Canada il y a 20 ans, ou devrons-nous attendre encore 20 ans ?
View Carolyn Bennett Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, it is with pride that Canada is working with the Government of Nunavut and all our northern partners to develop and implement the new Arctic and northern policy framework, which will be done based on the principles that were determined by northerners around infrastructure, investing in people and investing in our sovereignty.
I look forward to working and being able to announce that very quickly.
Monsieur le Président, c'est avec fierté que le Canada travaille aux côtés du gouvernement du Nunavut et de tous nos partenaires du Nord afin d'élaborer et mettre en oeuvre le nouveau Cadre stratégique pour l’Arctique et le Nord, qui sera fondé sur les principes en matière d'infrastructures, d'investissements dans les gens et dans notre souveraineté que les habitants du Nord ont établis.
J'ai hâte de me mettre au travail et d'annoncer cela très bientôt.
View Dan Ruimy Profile
Lib. (BC)
View Dan Ruimy Profile
2019-06-17 15:36 [p.29192]
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the 18th report of the Standing Committee on Industry, Science and Technology, entitled “Rural Wireless Digital Infrastructure: A Critical Role”.
Pursuant to Standing Order 109, the committee requests that the government table a comprehensive response to the report.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le 18e rapport du Comité permanent de l'industrie, des sciences et de la technologie, intitulé « Infrastructure numérique sans fil en milieu rural: un rôle essentiel ».
Conformément à l'article 109 du Règlement, le Comité demande que le gouvernement dépose une réponse globale à ce rapport.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)

Question No. 2458--
Mr. Colin Carrie:
With regard to Health Canada’s regulation of natural health products and non-prescription drugs: (a) what specific regulatory changes have been proposed or are currently under consideration by Health Canada; (b) for each proposed change, what is the stage, status, and timeline of the proposed change; and (c) is Health Canada proposing or considering bringing natural health products under direct regulation and, if so, what are the details, including timeline of such a proposal?
Response
Ms. Pam Damoff (Parliamentary Secretary to the Minister of Health, Lib.):
Mr. Speaker, in response to parts (a), (b) and (c), natural health products have been regulated under the natural health products regulations since 2004, and Canadians now have access to more than 150,000 licensed natural health products. The government is committed to preserving access to a wide range of health products, while making sure that Canadians have the information they need on the product labels to make informed health choices. Health Canada is dedicated to being reasonable, thoughtful and deliberate in how it develops its policy proposals and how it implements any changes.
Since fall 2016, departmental officials have conducted extensive consultations with a diverse range of stakeholders to gain their perspectives and concerns on proposed changes to the natural health products regulations to improve the labelling of natural health products, and the food and drug regulations to modernize the oversight approach for non-prescription drugs. Health Canada has received input from over 4,500 consumers, industry, health care professionals, academia and many other interested stakeholders. This engagement will continue as proposals advance over the coming months to further seek stakeholders’ perspectives and collaboratively work with them on potential solutions.
With regard to the natural health products regulations, Health Canada is proposing changes to improve the labelling of natural health products to make labels easier to read and understand, help consumers make informed decisions about their health and the health of their families, and reduce avoidable harms associated with confusing or illegible labels. Under this new proposal, labels would require a standardized product facts table, a minimum font size and appropriate colour contrast. This proposal is targeting spring 2020 for pre-publication in the Canada Gazette, part I. To support this proposal and its implementation, Health Canada has been engaging stakeholders extensively and has been meeting individual companies representing tens of thousands of natural health products on the Canadian market, to identify any challenges with implementing the proposed labelling changes and working in collaboration with stakeholders to identify potential solutions. Furthermore, Health Canada will publish its proposed guidance on labelling changes in June 2019 to seek additional feedback on the proposed changes prior to formal consultation in Canada Gazette, part I.
In April 2019, Health Canada published its findings from public opinion research on improving self-care product labelling during in-person public consultations held across Canada in 2018: “Consulting Consumers on Self-Care Product Labelling: A Report on What We Heard”, https://www.canada.ca/en/health-canada/topics/self-care-products/what-we-heard-product-labelling.html.
With regard to the food and drug regulations, Health Canada is proposing changes to modernize the oversight approach for non-prescription drugs, which range from cosmetic-like topical products to higher-risk products such as non-steroidal anti-inflammatories. This proposal would introduce simplified market access pathways for lower-risk products and reduce regulatory burden for industry. This proposal is targeting spring 2020 for pre-publication in Canada Gazette, part I.
The regulatory modernization proposals, as described above, are outlined in Health Canada’s “Forward Regulatory Plan 2019-2021”: https://www.canada.ca/en/health-canada/corporate/about-health-canada/legislation-guidelines/acts-regulations/forward-regulatory-plan/plan/self-care-framework.html.
More information on the proposed regulatory changes and how stakeholders can get involved can be found in “Next steps on the self-care products initiative”, at https://www.canada.ca/en/health-canada/services/self-care-framework.html.
Health Canada remains committed to continue to engage stakeholders throughout the regulatory modernization process.

Question No. 2469--
Mr. Tom Kmiec:
With regard to the Asian Infrastructure Investment Bank, since January 1, 2016: (a) how many Canadian businesses are investing in projects in the Asian Infrastructure Investment Bank, broken down by year; (b) how much Canadian money is spent on projects in the Asian Infrastructure Investment Bank, broken down by year; and (c) of the projects listed in (a), how many of these businesses are operating through, either directly or indirectly, the Canadian government?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.):
Mr. Speaker, in response to part (a), the Department of Finance has been informed that one Canadian firm, Hatch, is providing consulting services on an AIIB-financed project. In addition, the Department of Finance understands that Canadian firms and consultants are engaged with core functions of the bank. For example, TD Securities helped manage AIIB’s first bond issuance in May 2019, among other financial services firms.
The AIIB publishes details of investors who invest alongside the AIIB in a project. This information can be found on the AIIB website in project documents of both proposed and approved projects, at the following links: https://www.aiib.org/en/projects/approved/index.html and https://www.aiib.org/en/projects/proposed/index.html.
In response to part (b), Canada purchased a 0.995% shareholding in the Asian Infrastructure Investment Bank at a cost of $199 million U.S. This amount, which is payable over a five-year period in equal proportions, starting in 2017-18, is pooled with that of other member countries and used to finance AIIB projects over multiple years.
In response to part (c), businesses win procurement contracts independently and do not operate through the Government of Canada.

Question No. 2470--
Ms. Lisa Raitt:
With regard to the 2016 compliance agreement signed by SNC-Lavalin and Elections Canada: did Elections Canada receive any communication from the government, including from any minister’s office, about SNC-Lavalin since November 4, 2015, and, if so, what are the details of all communication, including (i) date, (ii) sender, (iii) recipient, (iv) form (email, letter, telephone, etc.), (v) subject matter, (vi) summary of contents?
Response
Mr. Arif Virani (Parliamentary Secretary to the Minister of Justice and Attorney General of Canada and to the Minister of Democratic Institutions, Lib.):
Mr. Speaker, the Office of the Chief Electoral Officer of Canada has not received any communication from the government, including from any minister’s office, about the 2016 compliance agreement signed by SNC-Lavalin Group Inc. and the Commissioner of Canada Elections, CCE.
The CCE is responsible to ensure that the Canada Elections Act and the Referendum Act are complied with and enforced, including the negotiation of compliance agreements. In the exercise of that role, he acts independently of the Chief Electoral Officer.

Question no 2458 --
M. Colin Carrie:
En ce qui concerne la réglementation des médicaments sans ordonnance et des produits de santé naturels par Santé Canada: a) quels changements réglementaires précis ont été proposés ou sont actuellement étudiés par Santé Canada; b) pour chaque changement proposé, à quelle étape du processus le changement en est-il, quel est le statut du changement et quel est l’échéancier prévu du changement; c) Santé Canada propose-t-il ou envisage-t-il de réglementer directement les produits de santé naturels, et le cas échéant, quels sont les détails concernant une telle proposition, y compris l’échéancier prévu?
Response
Mme Pam Damoff (secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé, Lib.):
Monsieur le Président, les produits de santé naturels, ou PSN, sont assujettis au Règlement sur les produits de santé naturels depuis 2004. La population canadienne a maintenant accès à plus de 150 000 PSN homologués. Le gouvernement est déterminé à maintenir l’accès à un large éventail de produits de santé, tout en veillant à ce que la population puisse faire des choix de santé éclairés grâce aux renseignements figurant sur les étiquettes des produits. Santé Canada s’engage à se montrer raisonnable, réfléchi et méthodique dans sa façon d’élaborer ses projets de politiques et de mettre en œuvre tout changement.
Depuis l’automne 2016, des agents ministériels ont mené de vastes consultations auprès de divers intervenants pour recueillir leurs points de vue et leurs préoccupations au sujet des modifications proposées au Règlement, qui visent à améliorer l’étiquetage des PSN, et au Règlement sur les aliments et drogues, qui visent à moderniser l’approche de surveillance pour les médicaments en vente libre. Santé Canada a pu recueillir les commentaires de plus de 4 500 consommateurs, représentants de l’industrie, professionnels des soins de santé, universitaires et nombreux autres intervenants intéressés. Cet engagement sera maintenu au fur et à mesure que les propositions progressent, au cours des prochains mois, pour solliciter d’autres points de vue auprès des intervenants et collaborer avec ceux ci à des solutions potentielles.
Santé Canada propose des modifications au Règlement pour améliorer l’étiquetage des produits de façon à en faciliter la lecture et la compréhension, à aider les consommateurs à prendre des décisions éclairées concernant leur santé et celle de leur famille, et à réduire les préjudices évitables associés à des étiquettes illisibles ou portant à confusion. Dans le cadre de cette proposition, les étiquettes devront inclure un tableau normalisé d’information sur le produit et respecter les exigences de taille de police minimale et de contraste de couleurs convenable. Dans le cas de cette proposition, l’objectif est de procéder à la publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada au printemps 2020. Afin de soutenir cette proposition et sa mise en œuvre, Santé Canada a mobilisé de nombreux intervenants et a rencontré des entreprises représentant des dizaines de milliers de PSN sur le marché canadien, afin de relever tout enjeu associé à la mise en œuvre des modifications proposées à l’étiquetage et de collaborer avec les intervenants à des solutions potentielles. De plus, Santé Canada proposera une ligne directrice sur les modifications à l’étiquetage en juin 2019 afin de recueillir d’autres commentaires sur ces modifications avant une consultation officielle.
En avril 2019, Santé Canada a publié les résultats d’un sondage d’opinion publique sur l’amélioration de l’étiquetage des produits d’autosoins mené lors des consultations publiques en personne à l’échelle du Canada en 2018: « Consultation des consommateurs au sujet de l’étiquetage des produits d’autosoins : Compte rendu de ce que nous avons entendu », que l’on peut consulter à l’adresse suivante: https://www.canada.ca/fr/sante-canada/sujets/produits-d-autosoins/consultation-consommateurs-letiquetage-produits-autosoins-ce-que-nous-avons-entendu.html.
Santé Canada propose aussi des modifications au Règlement sur les aliments et drogues afin de moderniser l’approche de surveillance pour les médicaments en vente libre, lesquels regroupent tant les médicaments topiques s’apparentant à des cosmétiques que les produits à risque plus élevé comme les anti inflammatoires non stéroïdiens. Cette proposition permettrait un accès simplifié au marché pour les produits à plus faible risque et réduirait le fardeau réglementaire pour l’industrie. L’objectif est de procéder à la publication préalable dans la Partie I de la Gazette du Canada au printemps 2020.
Les propositions de modernisation réglementaire ci dessus sont décrites dans le Plan prospectif de la réglementation 2019 2021 de Santé Canada, que l’on peut également consulter à cette adresse: https://www.canada.ca/fr/sante-canada/organisation/a-propos-sante-canada/legislation-lignes-directrices/lois-reglements/plan-prospectif-reglementation/plan/cadre-produits-autosoins.html.
Pour en savoir plus sur les modifications proposées à la réglementation et sur la façon dont les intervenants peuvent participer, on peut consulte la page « Prochaines étapes de l'initiative de produits d'autosoins ».
Santé Canada demeure résolu à continuer de mobiliser les intervenants tout au long du processus de modernisation.

Question no 2469 --
M. Tom Kmiec:
En ce qui concerne la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, depuis le 1er janvier 2016: a) combien d’entreprises canadiennes ont investi dans des projets avec la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, par année; b) combien d’argent canadien est dépensé dans des projets de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, par année; c) des projets énumérés en a), combien de ces entreprises sont exploitées, directement ou indirectement, par l’entremise du gouvernement canadien?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le ministère des Finances du Canada a appris que l’entreprise canadienne Hatch offrait des services de consultation pour un projet financé par la BAII, soit la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures. De plus, nous croyons comprendre que des entreprises canadiennes et des experts-conseils collaborent avec les responsables des fonctions de base de la Banque. Par exemple, Valeurs mobilières TD a aidé à gérer l’émission des premières obligations de la BAII en mai 2019, entre autres entreprises de services financiers.
La BAII publie les détails des investisseurs qui investissent à ses côtés dans un projet. Ces renseignements sont affichés sur le site Web de la BAII dans des documents pour les projets proposés et les projets approuvés. Voici des liens vers les projets: https://www.aiib.org/en/projects/approved/index.html et https://www.aiib.org/en/projects/proposed/index.html.
En ce qui concerne la partie b) de la question, le Canada a acheté une participation de 0,995 % dans la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures au coût de 199 millions de dollars américains. Ce montant, qui est payable sur une période de cinq ans en proportions égales à compter de 2017-2018, est mis en commun avec celui des autres pays membres et sert à financer des projets de la BAII sur plusieurs années.
Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, les entreprises obtiennent des contrats de façon indépendante et ne passent pas par le gouvernement du Canada.

Question no 2470 --
Mme Lisa Raitt:
En ce qui concerne l’entente de transaction que SNC-Lavalin et Élections Canada ont conclu en 2016: Élections Canada a-t-il reçu des communications du gouvernement, y compris d’un bureau de ministre, au sujet de SNC-Lavalin depuis le 4 novembre 2015; le cas échéant, quels sont les détails de toutes ces communications, y compris: (i) la date, (ii) le destinateur, (iii) le destinataire, (iv) la forme du message (courriel, lettre, appel téléphonique, etc.), (v) le sujet, (vi) le résumé du message?
Response
M. Arif Virani (secrétaire parlementaire du ministre de la Justice et procureur général du Canada et de la ministre des Institutions démocratiques, Lib.):
Monsieur le Président, le Bureau du directeur général des élections du Canada n’a reçu aucune communication de la part du gouvernement ni d’aucun cabinet à propos de la transaction conclue en 2016 entre le Groupe SNC-Lavalin inc. et le commissaire aux élections fédérales.
Le commissaire aux élections fédérales est responsable de veiller à ce que la Loi électorale du Canada et la Loi référendaire soient respectées et appliquées, notamment la négociation des transactions. Dans l’exercice de ce rôle, il agit indépendamment du directeur général des élections.
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)

Question No. 2454--
Mr. Murray Rankin:
With regard to the case of Abousfian Abdelrazik and his claims that Canada violated his rights under the Canadian Charter of Rights and Freedoms, since June 1, 2018: how much has it cost the government to litigate the case, broken down by (i) the value of all legal services, (ii) disbursements and costs awards for Federal Court file numbers T-727-08 and T-1580-09?
Response
(Return tabled)

Question No. 2455--
Mr. Todd Doherty:
With regard to the restrictions announced in April 2019 by the Department of Fisheries and Oceans on Chinook salmon fishing in British Columbia: (a) did the government do an economic analysis of the impact of the recreational fishery restrictions on the fishing tourism industry for 2019, and, if so, what were the findings of the analysis; and (b) did the government do an economic analysis of the impact of the restrictions, both recreational and commercial, on the various communities and regions of British Columbia impacted by the restrictions and, if so, what were the findings of the analysis?
Response
(Return tabled)

Question No. 2456--
Mr. Larry Maguire:
With regard to the procurement, deployment, usage and maintenance of all new and existing information and communications techonolgies (ICT) and all related costs incurred by the government in fiscal year 2018-19: (a) what was the total level of overall spending by each federal department, agency, Crown corporation, and other governement entities; (b) what are the details of all these expenditures and related costs, including salaries and commercial purchases; (c) how many full-time employees, part-time employees, indeterminate appointments, term employees, contractors and consultants were employed to manage, maintain and improve ICT systems and infrasturcture in each federal department, agency, Crown corporation or other government entities; and (d) what is the ratio of all ICT support workers (full-time, part-time, indeterminate, term employees, contractors and consultants) to non-ICT employees in each federal department, agency, Crown corporation, and other government entities?
Response
(Return tabled)

Question No. 2457--
Mr. Todd Doherty:
With regard to the caribou recovery agreements negotiated, proposed, or entered into by the government since November 4, 2015, including those currently under negotiation or consultation: (a) for each agreement, has an economic impact study been conducted and, if so, what are the details, including findings of each study; (b) for each agreement, what is the total projected economic impact, broken down by (i) industry (tourism, logging, transportation, etc.), (ii) region or municipality; and (c) what are the details of all organizations consulted in relation to the economic impact of such agreements, including (i) name of organization, (ii) date, (iii) form of consultation?
Response
(Return tabled)

Question No. 2459--
Mr. Pierre-Luc Dusseault:
With regard to the Canada Infrastructure Bank, since its creation: (a) what is the number of meetings held with Canadian and foreign investors, broken down by (i) month, (ii) country, (iii) investor class; (b) what is the complete list of investors met; (c) what are the details of the contracts awarded by the Canada Infrastructure Bank, including (i) date of contract, (ii) value of contract, (iii) vendor name, (iv) file number, (v) description of services provided; (d) what are the details of all travel expenses incurred, including for each expenditure the (i) traveller’s name, (ii) purpose of the travel, (iii) travel dates, (iv) airfare, (v) other transportation costs, (vi) accommodation costs, (vii) meals and incidentals, (viii) other expenses, (ix) total amount; and (e) what are the details of all hospitality expenses incurred by the Bank, including for each expenditure the (i) guest’s name, (ii) event location, (iii) service vendor, (iv) total amount, (v) event description, (vi) date, (vii) number of attendees, (viii) number of government employees in attendance, (ix) number of guests?
Response
(Return tabled)

Question No. 2460--
Mr. Guy Lauzon:
With regard to ongoing or planned government IT projects over $1 million: (a) what is the list of each project, including a brief description; and (b) for each project listed in (a), what is the (i) total budget, (ii) estimated completion date?
Response
(Return tabled)

Question No. 2461--
Mr. Guy Lauzon:
With regard to international trips taken by the Prime Minister since January 1, 2016: (a) what are the details of each trip, including (i) dates, (ii) destination, (iii) purpose; (b) for each trip in (a), how many guests who were not members of the Prime Minister’s family, employees of the government, or elected officials, were on each trip; and (c) what are the details of each guest in (b), including (i) name, (ii) title, (iii) reason for being on the trip, (iv) dates individual was on the trip?
Response
(Return tabled)

Question No. 2462--
Mr. Guy Lauzon:
With regard to government expenditures on gala, concert or sporting event tickets since January 1, 2018: what was the (i) date, (ii) location, (iii) total cost, (iv) cost per ticket, (v) number of tickets, (vi) title of persons using the tickets, (vii) name or title of event for tickets purchased by, or billed to, any department, agency, Crown corporation, or other government entity?
Response
(Return tabled)

Question No. 2463--
Mr. Dave Van Kesteren:
With regard to Minister’s regional offices (MROs): (a) what are the current locations of each MRO; (b) how many government employees, excluding Ministerial exempt staff, are currently working in each office; and (c) how many Ministerial exempt staff are currently working in each office?
Response
(Return tabled)

Question No. 2464--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to the statement by the Minister of Indigenous Services on April 30, 2019, that “Kashechewan will be relocated”: (a) where will the community be located; and (b) what is the projected timeline for the relocation?
Response
(Return tabled)

Question No. 2465--
Mr. Luc Berthold:
With regard to the government’s response to the outbreak of African Swine Fever (ASF) in certain parts of the world: (a) what specific new measures has the government taken since January 1, 2019, in order to prevent ASF from coming to Canada; and (b) what new restrictions have been put in place on imports in order to prevent ASF from coming to Canada, broken down by country?
Response
(Return tabled)

Question No. 2466--
Mr. Dean Allison:
With regard to usage of the government's fleet of Challenger aircraft, since January 1, 2019: what are the details of the legs of each flight, including (i) date, (ii) point of departure, (iii) destination, (iv) number of passengers, (v) names and titles of passengers, excluding security or Canadian Armed Forces members, (vi) total catering bill related to the flight?
Response
(Return tabled)

Question No. 2467--
Mr. Dave MacKenzie:
With regard to all government contracts awarded for public relation services since January 1, 2018, broken down by department, agency, Crown corporation, or other government entity: what are the details of these contracts, including (i) date of contract, (ii) value of contract, (iii) vendor name, (iv) file number, (v) description of services provided, (vi) start and end dates of services provided?
Response
(Return tabled)

Question No. 2468--
Mr. Tom Lukiwski:
With regard to Service Canada’s national in-person service delivery network, for each Service Canada Centre: (a) how many centres were operational as of November 4, 2015; (b) what were the locations and number of full-time employees (FTEs) at each location, as of November 4, 2015; (c) how many centres are currently operational; (d) what are the current locations and number of FTEs at each location; (e) which offices have changed their hours of service between November 4, 2015, and present; and (f) for each office which has changed their hours, what were the hours of service as of (i) November 4, 2015, (ii) May 1, 2019?
Response
(Return tabled)

Question No. 2471--
Mr. Dan Albas:
With regard to the government’s Connect to Innovate Program first announced in the 2016 Budget: (a) what is the total of all expenditures to date under the program; (b) what are the details of all projects funded to date under the program, including (i) recipient of funding, (ii) name of the project, (iii) location, (iv) project start date, (v) projected completion date, (vi) amount of funding pledged, (vii) amount of funding actually provided to date, (viii) description of the project; (c) which of the projected listed in (b) have agreements signed, and which ones do not yet have a signed agreement; and (d) which of the details in (a) through (c) are available on the Connect to Innovate section of Industry Canada’s website and what is the specific website location where each such detail is located, broken down by detail requested in (a) through (c), including the subparts of each question?
Response
(Return tabled)

Question No. 2472--
Mr. Dan Albas:
With regard to concerns that infrastructure funding has been announced, but not delivered, in Kelowna, British Columbia, since November 4, 2015: (a) what is the total amount of funding committed in Kelowna; (b) what is the total amount of funding paid out in relation to the funding committed in (a); and (c) what are the details of all projects, including (i) date of announcement, (ii) amount committed, (iii) amount actually paid out to date, (iv) project description?
Response
(Return tabled)

Question No. 2473--
Mr. Dan Albas:
With regard to the Connect to Innovate Program and specifically the project to close the Canadian North Fibre Loop between Dawson City and Inuvik: (a) what is the current status of the project; (b) what are the details of any contracts signed in relation to the project, including the date each contract was signed; (c) what amount has the government committed to the project; (d) of the funding commitment in (c), what amount has been delivered; (e) what is the start date of the project; (f) what is the projected completion date of the project; (g) what are the details of any tender issued in relation to the project; (h) has a contractor been selected for the project and, if so, which contractor was selected and when was the selection made; and (i) which of the details in (a) through (h) are available on the Connect to Innovate section of Industry Canada’s website and what is the specific website location where each such detail is located, broken down by detail requested in (a) through (h)?
Response
(Return tabled)

Question No. 2474--
Mr. Kerry Diotte:
With regard to all expenditures on hospitality since January 1, 2019, broken down by department or agency: what are the details of all expenditures, including (i) vendor, (ii) amount, (iii) date of expenditure, (iv) start and end date of contract, (v) description of goods or services provided, including quantity, if applicable, (vi) file number, (vii) number of government employees in attendance, (viii) number of other attendees, (ix) location?
Response
(Return tabled)

Question No. 2475--
Ms. Sheri Benson:
With regard to the Non-Insured Health Benefit (NIHB) Program, and the provision of medical transportation benefits in Saskatchewan for each fiscal year from 2012-13 to the current : (a) what is the number of clients served; (b) what is the number of approved trips; (c) what were the approved transportation service providers and the number of trips approved for each; (d) what were the approved modes of transportation and the number of trips per mode; (e) what was the average wait time for approval of applications; (f) what was the number of trips that required lodging, accommodations, or other expenses unrelated to the provision of the treatment being sought; (g) what were the reasons why additional expenses in (f) were approved and the number of applications or trips approved for each; and (h) what was the number of appeals launched as a result of rejected applications, the average length of the appeals process, and the aggregate results?
Response
(Return tabled)

Question No. 2476--
Ms. Sheri Benson:
With regard to the 2019-20 federal budget presentation of March 19, 2019, and issues related to the Phoenix pay system for public servants, as of today: (a) what is the total number of affected clients; and (b) what is the total number of affected clients in each electoral district?
Response
(Return tabled)

Question no 2454 --
M. Murray Rankin:
En ce qui concerne le cas d’Abousfian Abdelrazik et de ses allégations selon lesquelles le Canada a violé ses droits prévus dans la Charte canadienne des droits et libertés, depuis le 1er juin 2018: quelle somme le gouvernement a-t-il dépensée pour régler le dossier, ventilée selon (i) la valeur de l’ensemble des services juridiques, (ii) les dépens afférents aux numéros de dossier de la Cour fédérale T-727-08 et T-1580-09?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2455 --
M. Todd Doherty :
En ce qui concerne les restrictions annoncées en avril 2019 par le ministère des Pêches et des Océans pour la pêche au saumon quinnat en Colombie-Britannique: a) le gouvernement a-t-il mené une analyse économique des répercussions des restrictions imposées à la pêche récréative sur l’industrie de la pêche touristique pour 2019, et, le cas échéant, quelles sont les conclusions de l’analyse; b) le gouvernement a-t-il mené une analyse économique des répercussions des restrictions imposées à la pêche récréative et commerciale sur les diverses collectivités et régions de la Colombie-Britannique touchées par les restrictions, et, le cas échéant, quelles sont les conclusions de l’analyse?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2456 --
M. Larry Maguire:
En ce qui concerne l’acquisition, le déploiement, l’utilisation et la maintenance de toutes les technologies de l’information et des communications (TIC) nouvelles et existantes et toutes les dépenses connexes engagées par le gouvernement au cours de l’exercice 2018-2019: a) quel a été le total global des dépenses engagées par chaque ministère, organisme, société d’État et autre entité du gouvernement fédéral; b) quels sont les détails de toutes ces dépenses et de tous ces coûts connexes, y compris les salaires et les achats commerciaux; c) combien d’employés à temps plein, d’employés à temps partiel, d’employés nommés pour une période indéterminée, d’employés nommés pour une période déterminée, d’employés contractuels et de consultants ont été employés pour gérer, maintenir et améliorer les systèmes et l’infrastructure des TIC dans chaque ministère, organisme, société d’État et autre entité du gouvernement fédéral; d) quel est le ratio entre les effectifs de soutien des TIC (à temps plein, à temps partiel, nommés pour une période indéterminée, nommés pour une période déterminée, contractuels et consultants) et les effectifs qui ne travaillent pas dans le domaine des TIC dans chaque ministère, organisme, société d’État et autre entité du gouvernement fédéral?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2457 --
M. Todd Doherty :
En ce qui concerne les accords sur le rétablissement du caribou négociés, proposés ou conclus par le gouvernement depuis le 4 novembre 2015, y compris ceux qui sont actuellement à l’étape des négociations ou des consultations: a) pour chaque accord, une étude sur les répercussions économiques a-t-elle été effectuée et, le cas échéant, quels en sont les détails, y compris les conclusions de chaque étude; b) pour chaque accord, quel est le total des répercussions économiques prévues, ventilé par (i) industrie (tourisme, exploitation forestière, transport, etc.), (ii) région ou municipalité; c) quels sont les détails de tous les organismes consultés à propos des répercussions économiques de tels accords, y compris (i) le nom de l’organisme, (ii) la date, (iii) la forme de consultation?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2459 --
M. Pierre-Luc Dusseault :
En ce qui concerne la Banque de l’infrastructure du Canada, depuis sa création: a) quel est le nombre de rencontres organisées avec les investisseurs canadiens et étrangers, ventilé par (i) mois, (ii) pays, (iii) catégorie d’investisseurs; b) quelle est la liste complète des investisseurs rencontrés; c) quels sont les détails des contrats attribués par la Banque de l’infrastructure du Canada, y compris (i) la date du contrat, (ii) la valeur du contrat, (iii) le nom du fournisseur, (iv) le numéro de référence, (v) la description des services rendus; d) quels sont les détails de tous les frais de déplacement engagés, y compris, pour chaque dépense, (i) le nom du voyageur, (ii) le but du voyage, (iii) les dates de voyage, (iv) le tarif aérien, (v) les coûts de tout autre transport, (vi) les frais d’hébergement, (vii) les repas et dépenses accessoires, (viii) autres dépenses, (ix) le montant total; e) quels sont les détails de toutes les dépenses d’accueil engagées par la Banque, y compris, pour chaque dépense, (i) le nom de l’invité, (ii) le lieu de l’événement, (iii) le fournisseur des services, (iv) le montant total, (v) la description de l’événement, (vi) la date, (vii) le nombre de participants, (viii) le nombre de fonctionnaires présents, (ix) le nombre d’invités ?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2460 --
M. Guy Lauzon:
En ce qui concerne les projets gouvernementaux de TI en cours ou prévus de plus de 1 000 000 de dollars: a) quelle est la liste de tous les projets, accompagnés d’une brève description; b) pour chaque projet énuméré en a), quel est (i) le budget total, (ii) la date d’achèvement prévue?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2461 --
M. Guy Lauzon:
En ce qui concerne les voyages internationaux effectués par le premier ministre depuis le 1er janvier 2016: a) quels sont les détails de chaque voyage, y compris (i) les dates, (ii) la destination, (iii) l’objet; b) pour chacun des voyages mentionnés en a), outre les membres de la famille du premier ministre, les employés du gouvernement ou des élus, quels étaient les invités qui ont pris part au voyage; c) quels sont les renseignements sur chaque invité mentionné en b), y compris (i) le nom, (ii) le titre, (iii) la raison de sa présence pendant le voyage, (iv) les jours durant lesquels l’invité était présent pendant le voyage?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2462 --
M. Guy Lauzon:
En ce qui concerne les dépenses engagées par le gouvernement pour des billets pour des galas, des concerts ou des événements sportifs depuis le 1er janvier 2018: quel est (i) la date, (ii) le lieu, (iii) le coût total, (iv) le coût par billet, (v) le nombre de billets, (vi) le titre des personnes ayant utilisé les billets, (vii) le nom ou le titre de l’événement pour lequel des billets ont été achetés par un ministère, un organisme, une société d’État ou une autre entité gouvernementale ou lui ont été facturés?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2463 --
M. Dave Van Kesteren:
En ce qui concerne les bureaux régionaux des ministres (BRM): a) où se trouvent actuellement les BRM; b) combien de fonctionnaires, à l’exclusion des employés ministériels exonérés, travaillent actuellement dans chaque BRM; c) combien d’employés ministériels exonérés travaillent actuellement dans chaque bureau?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2464 --
Mme Cathy McLeod:
En ce qui concerne la déclaration du ministre des Services aux Autochtones le 30 avril 2019 selon laquelle « Kashechewan sera déménagée »: a) où la communauté sera-t-elle située; b) quel est le calendrier prévu pour le déménagement?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2465 --
M. Luc Berthold:
En ce qui concerne les mesures prises par le gouvernement à l’égard des éclosions de peste porcine africaine (PPA) dans certaines parties du monde: a) quelles nouvelles mesures le gouvernement a-t-il prises depuis le 1er janvier 2019 pour empêcher l’introduction de la PPA au Canada; b) quelles nouvelles restrictions sur les importations ont été mises en place pour empêcher l’introduction de la PPA au Canada, ventilées par pays?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2466 --
M. Dean Allison:
En ce qui concerne l’utilisation de la flotte d’avions Challenger du gouvernement depuis le 1er janvier 2019: quels sont les détails des étapes de chaque vol, y compris (i) la date, (ii) le point de départ, (iii) la destination, (iv) le nombre des passagers, (v) le nom et le titre des passagers, à l’exclusion des agents de sécurité et des membres des Forces armées canadiennes, (vi) la facture de traiteur totale pour le vol?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2467 --
M. Dave MacKenzie:
En ce qui concerne tous les contrats du gouvernement adjugés pour des services de relations depuis le 1er janvier 2018, ventilés par ministère, organisme, société d’État ou autre entité gouvernementale: quels sont les détails de ces contrats, y compris (i) la date du contrat, (ii) la valeur du contrat, (iii) le nom du fournisseur, (iv) le numéro de dossier, (v) la description des services fournis, (vi) les dates de début et de fin des services fournis?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2468 --
M. Tom Lukiwski:
En ce qui concerne le réseau national de prestation des services en personne de Service Canada, pour chaque Centre Service Canada: a) combien de centres étaient en activité au 4 novembre 2015; b) à quels endroits étaient-ils situés et combien d’employés à temps plein (ETP) travaillaient dans chacun d’eux au 4 novembre 2015; c) combien de centres sont en activité à l’heure actuelle; d) à quels endroits sont-ils situés et quel est le nombre d’ETP dans chacun d’eux; e) quels bureaux ont modifié leurs heures de service depuis le 4 novembre 2015; f) pour chaque bureau ayant modifié ses heures, quelles étaient les heures de service (i) au 4 novembre 2015, (ii) au 1er mai 2019?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2471 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne le programme Brancher pour innover qui a été annoncé dans le budget de 2016: a) quelle est la somme totale des dépenses qui ont été faites jusqu’à présent dans le cadre de ce programme; b) quels sont les détails de tous les projets financés jusqu’à présent dans le cadre de ce programme, y compris (i) le bénéficiaire du financement, (ii) le nom du projet, (iii) l’endroit, (iv) la date de début du projet, (v) la date d’achèvement prévue, (vi) les fonds promis, (vii) les fonds versés jusqu’à présent, (viii) la description du projet; c) parmi les projets énumérés en b), lesquels ont fait l’objet d’une entente signée et lesquels n’ont pas encore fait l’objet d’une entente signée; d) parmi les renseignements donnés aux points a) à c), lesquels sont publiés dans la section Brancher pour innover du site Web du ministère de l’Industrie et, pour chacun des points a) à c), y compris les subdivisions, sur quelle page se trouvent-ils précisément?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2472 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne les fonds relatifs aux infrastructures qui ont été annoncés, mais non versés, à Kelowna (Colombie-Britannique) depuis le 4 novembre 2015: a) quelle est la somme totale des fonds promis à Kelowna; b) quelle est la somme totale des fonds versés par rapport aux fonds promis en a); c) quels sont les détails de tous les projets, y compris (i) la date à laquelle ils ont été annoncés, (ii) la somme affectée, (iii) la somme versée jusqu’à présent, (iv) la description du projet?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2473 --
M. Dan Albas:
En ce qui concerne le Programme Brancher pour innover et plus particulièrement le projet de fermer la boucle de fibre optique du Nord canadien entre Dawson City et Inuvik: a) quel est l’état d’avancement du projet; b) quels sont les détails de tous les contrats signés relativement au projet, y compris la date de signature de chaque contrat; c) quel montant le gouvernement s’est-il engagé à verser pour le projet; d) de l’engagement mentionné en c), quel montant a été versé; e) quelle est la date de début du projet; f) quelle est la date d’achèvement prévu du projet; g) quels sont les détails de tout appel d’offres lancé en rapport avec le projet; h) l’entrepreneur a-t-il été choisi pour le projet et, dans l’affirmative, sur qui le choix s’est-il arrêté et quand; i) quels détails de a) à h) sont disponibles dans la section Brancher pour innover du site Web d’Industrie Canada et quel est l’emplacement précis du site Web où chacun de ces détails est situé, répartis par détail demandé dans a) à h)?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2474 --
M. Kerry Diotte:
En ce qui concerne toutes les dépenses d’accueil depuis le 1er janvier 2019, réparties par ministère ou organismes: quels sont les détails de toutes les dépenses, notamment (i) le fournisseur, (ii) le montant, (iii) la date de la dépense, (iv) la date de début et de fin du contrat, (v) la description des biens ou services fournis, y compris la quantité, s’il y a lieu, (vi) le numéro du dossier, (vii) le nombre d’employés du gouvernement présents, (viii) le nombre d’autres participants, (ix) le lieu?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2475 --
Mme Sheri Benson:
En ce qui concerne le programme des Services de santé non assurés (SSNA) et les prestations de transport médical fournies en Saskatchewan au cours de chacun des exercices depuis 2012-2013: a) quel est le nombre des clients servis; b) quel est le nombre des voyages approuvés; c) quels sont les fournisseurs agréés de services de transport et le nombre de voyages approuvés pour chacun; d) quels sont les modes de transport approuvés et le nombre de voyages par mode; e) quel est le temps d’attente moyen pour l’approbation d’une demande; f) quel est le nombre de voyages qui nécessitaient des frais d’hébergement ou autres sans lien avec le traitement à recevoir; g) pour quels motifs les frais additionnels mentionnés au point f) ont-ils été approuvés et quel est le nombre de demandes ou de voyages approuvés pour chacun; h) quel est le nombre d’appels interjetés à la suite du rejet de demandes, quelle est la durée moyenne de la procédure d’appel et quels sont les résultats agrégés?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2476 --
Mme Sheri Benson:
En ce qui concerne l’exposé du budget fédéral 2019-2020 présenté le 19 mars 2019, et les enjeux liés au système de paye Phénix pour les fonctionnaires, en date d’aujourd’hui: a) quel est le nombre total de client touchés; b) quel est le nombre total de clients touchés dans chaque circonscription?
Response
(Le document est déposé.)
8555-421-2454 Abousfian Abdelrazik8555-421-2455 Restrictions on Chinook sa ...8555-421-2456 Information and communicat ...8555-421-2457 Caribou recovery agreements8555-421-2459 Canada Infrastructure Bank8555-421-2460 Government IT projects8555-421-2461 International trips taken ...8555-421-2462 Government expenditures on ...8555-421-2463 Ministers' regional offices8555-421-2464 Statement by the Minister ...8555-421-2465 Outbreak of African Swine Fever ...Show all topics
View Richard Cannings Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, the backbone of the South Okanagan economy is threatened by federal bureaucratic barriers and red tape. There is a vital irrigation canal that is in urgent need of repair. The town of Oliver and the province of British Columbia have both made funding commitments but they have been waiting three years for the federal government to step up with its share. The system is essential for 5,000 acres of orchards and vineyards.
Will the government cut through the red tape and finally get this project funded?
Monsieur le Président, la bureaucratie fédérale, avec ses obstacles et ses lourdeurs administratives, menace un élément vital de l'économie d'Okanagan-Sud. Il s'agit d'un canal d'irrigation qui doit être réparé de toute urgence. La ville d'Oliver et la Colombie-Britannique ont toutes les deux promis du financement, mais elles attendent depuis trois ans que le gouvernement fédéral accepte de payer sa part. Cinq mille acres de vergers et de vignobles dépendent de ce canal d'irrigation.
Le gouvernement va-t-il accélérer les formalités administratives afin que le projet puisse enfin être financé?
View François-Philippe Champagne Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I have enormous respect for my colleague from South Okanagan—West Kootenay. He will be pleased to hear that we have invested already $300,000 in two projects in the town of Oliver. In October of last year we met with the outgoing mayor, Ron Hovanes, and chief of the Osoyoos first nation, Clarence Louie, a meeting which my colleague attended.
The member for South Okanagan—West Kootenay is well aware that our office is continuing to engage with the new mayor and his council. We are working tirelessly to make sure that we can invest in the town of Oliver.
We will continue to work, as we have done before, to make sure that the people of Oliver have what they deserve.
Monsieur le Président, j'ai énormément de respect pour le député d'Okanagan-Sud—Kootenay-Ouest. Il sera heureux d'apprendre que nous avons déjà investi 300 000 $ dans deux projets réalisés dans la ville d'Oliver. En octobre de l'an dernier, nous avons rencontré le maire sortant, Ron Hovanes, et Clarence Louie, le chef de la nation Osoyoos. Le député a aussi assisté à cette réunion.
Le député d'Okanagan-Sud—Kootenay-Ouest n'est pas sans savoir que notre bureau est toujours en communication avec le nouveau maire et son conseil. Nous ne ménageons aucun effort pour investir dans la ville d'Oliver.
Nous poursuivons notre travail, comme nous l'avons fait dans le passé, pour faire en sorte que les gens d'Oliver obtiennent ce qu'ils méritent.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)

Question No. 2442--
Mr. Luc Berthold:
With regard to the canola crisis and the request from the Premier of Saskatchewan to increase the loan limit on Agriculture and Agri-Food Canada’s Advance Payments Program from $400,000 to $1 million: (a) why has the government not yet increased the loan limit; (b) will the government be increasing the loan limit to $1 million; (c) if the answer to (b) is affirmative, when; and (d) if the answer to (b) is negative, why not?
Response
Hon. Marie-Claude Bibeau (Minister of Agriculture and Agri-Food, Lib.):
Mr. Speaker, on behalf of Agriculture and Agri-Food Canada, including the Canadian Pari-Mutuel Agency, in response to (a), on May 1, 2019, the government announced that it intends to amend the agricultural marketing programs regulations to temporarily increase loan limits under the advance payments program for 2019.
In response to (b), the regulatory amendment would change the 2019 loan limits to allow for advances of up to $1 million on all commodities. The first $100,000 of the advances will remain interest-free on all commodities, except canola. Canola advances will be eligible for up to $500,000 interest-free.
In response to (c), as of May 29, canola advances are eligible for up to $400,000 in interest-free loans. Producers will be able to apply for the new amounts as early as June 10, and new advances above $400,000 will be issued as of June 26.

Question No. 2445--
Mr. John Brassard:
With regard to the government’s advertising and promotional campaign related to the Climate Action Incentive: (a) what are the various components of the campaign (postcards, partnership with H&R Block, etc.); (b) what are the total expenditures related to the campaign; and (c) what are the details of all expenditures related to the campaign, including (i) vendor, (ii) amount; (iii) date and duration of contract, (iv) description of goods or services provided, (v) to which campaign components is the expenditure related?
Response
Hon. Catherine McKenna (Minister of Environment and Climate Change, Lib.):
Mr. Speaker, Environment and Climate Change Canada does not have any expenditures related to Q-2445.
With regard to the Canadian Environmental Assessment Agency, the agency does not have any expenditures related to Q-2445.
With regard to Parks Canada, Parks Canada does not have any expenditures related to Q-2445.

Question No. 2446--
Mrs. Sylvie Boucher:
With regard to the Canada Infrastructure Bank: (a) what is the complete list of infrastructure projects financed by the bank to date; and (b) for each project in (a), what are the details, including (i) amount of federal financing, (ii) location of project, (iii) scheduled completion date of project, (iv) project description?
Response
Mr. Marco Mendicino (Parliamentary Secretary to the Minister of Infrastructure and Communities, Lib.):
Mr. Speaker, with regard to infrastructure projects, the Canada Infrastructure Bank invested $1.283 billion in the Réseau express métropolitain, REM, project, a 67-kilometre light rail, high-frequency network with 26 stations located in greater Montreal in the province of Québec: https://rem.info/en/reseau-express-metropolitain.
In response to (a), the infrastructure project is Réseau express métropolitain, REM.
In response to (b)(i), the amount of federal financing is $1.283 billion, in the form of a 15-year senior secured loan at a rate starting at 1% and escalating to 3% over the term of the loan. The $1.283-billion investment completes the project’s $6.3-billion financing.
In response to (b)(ii), the project location is greater Montreal.
In response to (b)(iii), with regard to the scheduled completion date of the project, the REM is the largest public transit project undertaken in Québec in the last 50 years. The first trains are expected to start running in 2021 from the South Shore to Bonaventure-Central Station.
In response to (b)(iv), with regard to project description, the REM is a new, integrated 67-kilometre public transit network intended to link downtown Montréal; the South Shore; the West Island, Sainte-Anne-de-Bellevue; the North Shore, Laval and Deux-Montagnes; and the airport through the operation of an entirely automated and electric light rail transit, LRT, system.

Question No. 2452--
Mr. Dave MacKenzie:
With regard to the federal carbon tax and the Climate Action Rebate, broken down by province where the federal carbon tax is in effect: (a) what is the total amount of revenue projected to be collected from the carbon tax in each of the next five fiscal years, starting with 2019-20; and (b) what is the total amount expected to be disbursed to individuals through the Climate Action Rebate in each of the next five fiscal years, starting with 2019-20?
Response
Mr. Joël Lightbound (Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, Lib.) :
Mr. Speaker, the Government of Canada has a plan that protects the environment while growing the economy. On October 23, 2018, the Government of Canada announced that there would be a price on carbon pollution across Canada in 2019. On the same day, the Department of Finance published a document named “Backgrounder: Ensuring Transparency”, which outlines amounts of projected fuel charge proceeds and climate action incentive payments, from 2019-20 to 2023-24. The document can be found on the Department of Finance website: https://www.fin.gc.ca/n18/data/18-097_2-eng.asp.

Question no 2442 --
M. Luc Berthold:
En ce qui concerne la crise du canola et la demande du premier ministre de la Saskatchewan, qui souhaite que les prêts limites consentis dans le cadre du Programme de paiements anticipés d’Agriculture et Agroalimentaire Canada soient portés de 400 000 $ à un million de dollars: a)pourquoi le gouvernement n’a-t-il pas déjà augmenté la limite; b) le gouvernement portera-t-il la limite à un million de dollars; c) si la réponse en b) est oui, à quelle date; d) si la réponse en b) est non, pourquoi?
Response
L’hon. Marie-Claude Bibeau (ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à la partie a) de la question, le 1er mai dernier, le gouvernement a annoncé qu’il comptait modifier le Règlement sur les programmes de commercialisation agricole de manière à augmenter temporairement les limites de prêts en vertu du Programme de paiements anticipés pour l’année 2019.
En ce qui concerne la partie b) de la question, la modification réglementaire changerait les limites de prêts du Programme de paiements anticipés pour l’année 2019 pour permettre des avances pouvant atteindre 1 million de dollars sur tous les produits. La première tranche de 100 000 $ demeurera sans intérêt sur tous les produits, sauf le canola. Les avances sur le canola seront admissibles jusqu’à concurrence d’un total de 500 000 $ sans intérêt.
Enfin, pour ce qui est de la partie c) de la question, depuis le 29 mai, les avances sur le canola sont admissibles à des prêts sans intérêt allant jusqu'à 400 000 $. Les producteurs peuvent présenter une demande pour recevoir les nouveaux montants depuis le 10 juin. Les nouvelles avances supérieures à 400 000 $ seront émises à compter du 26 juin.

Question no 2445 --
M. John Brassard:
En ce qui concerne la campagne de publicité et de promotion du gouvernement au sujet de l’Incitatif à agir pour le climat: a) quelles sont les diverses composantes de cette campagne (cartes postales, partenariat avec H&R Block, etc.); b) à combien s’élèvent les dépenses totales pour cette campagne; c) quel est le détail de toutes les dépenses concernant cette campagne, y compris (i) le nom du fournisseur, (ii) le montant, (iii) la date et la durée du contrat, (iv) la description des biens ou des services fournis, (v) et à quelles composantes de la campagne se rapportent ces dépenses?
Response
L’hon. Catherine McKenna (ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Lib.):
Monsieur le Président, ni Environnement et Changement climatique Canada, ni l’Agence canadienne d’évaluation environnementale ni Parcs Canada n’ont engagé de dépenses liées à la question posée.

Question no 2446 --
Mme Sylvie Boucher:
En ce qui concerne la Banque de l’infrastructure du Canada: a) quelle est la liste complète des projets d’infrastructure financés par la banque jusqu’à présent; b) pour chaque projet en a), quels sont les détails, y compris (i) le montant du financement fédéral, (ii) l’emplacement du projet, (iii) la date prévue d’achèvement du projet, (iv) la description du projet?
Response
M. Marco Mendicino (secrétaire parlementaire du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Lib.):
Monsieur le Président, en réponse à cette question, la Banque de l’infrastructure du Canada a conclu un investissement de 1,283 milliard de dollars dans le projet de Réseau express métropolitain, ou REM, à Montréal, un réseau de trains légers à haute fréquence de 67 km et de 26 stations situées dans le Grand Montréal, au Québec. À ce sujet, on peut consulter le ite suivant: https://rem.info/fr.
En ce qui concerne la partie a) de la question, le nom du projet d’infrastructure est « Réseau express métropolitain » ou REM.
Pour ce qui est de la partie b) de la question, il s’agit d’un projet d’infrastructure, et le montant du financement fédéral s’élève à 1,283 milliard de dollars sous la forme d'un prêt garanti de premier rang d'une durée de 15 ans à un taux débutant à 1% et progressant à 3% sur la durée du prêt. L’investissement de 1,283 milliard de dollars complète le financement de 6,3 milliards de dollars du projet.
L’emplacement du projet est la grande région de Montréal.
Pour ce qui touche à la date prévue de l’achèvement du projet, il convient de dire que, actuellement en phase de construction, le REM est le plus grand projet de transport collectif au Québec au cours des cinquante dernières années. Les premiers départs sont prévus en 2021 sur le segment Rive-Sud - Gare Centrale, puis le reste du réseau sera mis progressivement en service en 2022-2023.
Enfin, le REM est un nouveau réseau intégré de transport collectif de 67 km qui vise à relier à la fois le centre-ville de Montréal, la Rive-Sud, l’Ouest-de-l‘Île, à Sainte-Anne-de-Bellevue, la Rive-Nord, à Laval et à Deux-Montagnes, et l’aéroport par la mise en service d’un système de métro léger entièrement automatisé et électrique.

Question no 2452 --
M. Dave MacKenzie:
En ce qui concerne la taxe fédérale sur le carbone et l’Incitatif à agir pour le climat, ventilé par province où la taxe fédérale sur le carbone est en vigueur: a) quel est le montant total des recettes que l’on prévoit percevoir de la taxe sur le carbone au cours de chacun des cinq prochains exercices à compter de 2019-2020; b) quel est le montant total que l’on prévoit verser aux particuliers dans le cadre de l’Incitatif à agir pour le climat pour chacun des cinq prochains exercices à compter de 2019-2020?
Response
M. Joël Lightbound (secrétaire parlementaire du ministre des Finances, Lib.):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada a un plan qui permet de protéger l’environnement tout en faisant fructifier l’économie. Le 23 octobre 2018, le gouvernement du Canada a annoncé qu’il imposerait une tarification de la pollution par le carbone dans l’ensemble du Canada en 2019. Cette même journée, le ministère des Finances a publié un document intitulé « Document d’information : Assurer la transparence », dans lequel il indique ses prévisions pour les produits issus de la redevance sur les combustibles et la somme totale des paiements de l’incitatif à agir pour le climat, pour les années 2019-2020 à 2023-2024. Le document en question peut être consulté sur le site Web du ministère des Finances Canada, à l’adresse suivante: https://www.fin.gc.ca/n18/data/18-097_2-fra.asp.
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2019-06-13 14:06 [p.29057]
Mr. Speaker, as shadow minister for infrastructure, I have been travelling across the country. I recently visited the ridings of Malpeque, Charlottetown, South Shore—St. Margarets, Halifax and St. John's East. Many people have told me how much Canada needs a Conservative government. They are not happy with how the current government and its MPs have performed and the many 2015 campaign promises they have broken. People are seeing delays in getting infrastructure built. They are seeing less money in their pockets at the end of the month, and their government representatives are missing in action. Actually, a number of them told me how their member of Parliament will not even return their phone calls.
A lot of the people I spoke with are excited for the Conservatives' vision for Canada, which includes working with local communities to develop infrastructure programs that give them more autonomy. Under a Conservative government, east coasters and all Canadians will finally see their priorities reflected in their government because the current government is not as advertised.
Monsieur le Président, en tant que ministre du cabinet fantôme en matière d'infrastructure, j'ai été appelé à voyager un peu partout au pays. Récemment, je me suis rendu dans les circonscriptions de Malpeque, de Charlottetown, de South Shore—St. Margarets, d'Halifax et de St. John's-Est. Beaucoup de gens m'ont dit que le Canada avait grand besoin d'un gouvernement conservateur. Ils sont mécontents du travail de l'actuel gouvernement et de ses députés, qui ont rompu de nombreuses promesses électorales faites en 2015. Les gens voient que les projets de construction d'infrastructures prennent du retard, qu'ils ont moins d'argent dans leurs poches à la fin du mois et que leur député brille par son absence. D'ailleurs, certaines personnes m'ont dit que leur député ne se donnait même pas la peine de rappeler ceux qui lui téléphonaient.
Beaucoup de gens à qui j'ai parlé se réjouissent de la vision des conservateurs pour le Canada, qui consiste à travailler avec les collectivités locales pour élaborer des programmes d'infrastructure qui leur offriront plus d'autonomie. Sous un gouvernement conservateur, les priorités des habitants de la côte Est et de tous les Canadiens seront enfin prises en compte. L'actuel gouvernement, lui, n'est pas celui qu'il prétendait être.
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2019-06-12 16:55 [p.29011]
Mr. Speaker, it is with grave concern for the future of our whole country that, on behalf of the official opposition, I rise to address the Liberal government's response to the 187 Senate amendments to the Liberal's no-more-pipelines bill, Bill C-69. It is likely the last time I will debate this proposed legislation in the House of Commons on behalf of the residents of Lakeland and the provinces, territories, municipalities, indigenous communities, economists, public policy experts, business owners and workers across this country who oppose Bill C-69 and its many negative and widespread impacts on Canada.
I will start by reviewing what has brought us to this day. I will say that Canadians can be forgiven for asking just the what the heck is going on here, because it is, frankly, unconscionable that within days of the House adjourning for the summer and five months away from an election, the Liberals are rushing through debate on their response to 187 amendments, which were also supported by Liberal-appointed senators.
These amendments were an attempt to rescue such flawed but consequential legislation that it will have significant economic impacts and ramifications for the private sector in resource development, in construction, in manufacturing and all the spin-off impacts for related sectors, as well as for provincial and indigenous governments, for infrastructure and for municipalities. It is unbelievable that the Liberals have chosen to reject the majority of the substantive and meaningful amendments passed by the Senate that private sector proponents, provinces and indigenous leaders said would at least make this very significant legislation “workable”, which is not a ringing endorsement as it is.
The response by the Liberals, tabled around midnight last night, will only exacerbate the uncertainty they have caused since 2015, which has driven nearly unprecedented levels of money, jobs, businesses, innovation and resource development out of Canada.
Let us all remember, as the minister just reminded us, that the Liberals started consultations on the bill in January 2016, when they started the regulatory vacuum for major resource development in this country. They introduced it in the House of Commons and rushed it through a year and a half ago. However, at that time, they ignored the dire warnings from committee witnesses, ignored input from expert panels and then subsequently rejected every single amendment put forward by opposition members of all parties, except for one amendment from me that mandated transparency on the reasons for holding a public meeting on discretionary matters and one amendment from the NDP.
They rammed it through the House in such a flawed, wrong-headed and disastrous state that it now faces near universal opposition across the country from a broad and diverse coalition and it requires all these amendments from the Senate, which, thankfully, was able to do a more thorough review and seek a wider scope of feedback and scrutiny than the Liberals allowed when they pushed the bill through the House of Commons so many months ago.
So much for all that rhetoric, nearly four years ago, about the importance of consultation, basing decisions on facts and evidence, and working collaboratively with opposition MPs. Sunny ways have certainly turned into very dark days under the Liberals. The Leader of the Opposition and all Conservatives in both the House and the Senate have opposed Bill C-69 from the very beginning, because, just like the Prime Minister, the bill is not as advertised.
The Canadian Energy Pipeline Association already did warn a year and half ago that Bill C-69, in its original state, would ensure that no new pipeline was ever proposed in Canada again. However, it is clear today like never before, by the Liberals' response to the Senate amendments, that their objective always was and is to dramatically hinder energy development, to interfere in other jurisdictions on resource development by imposing federal reviews on municipal and provincial infrastructure projects, and to make things even more difficult for farmers, rural municipalities, villages and cities by imposing federal reviews on things like irrigation and infrastructure.
To be clear, Bill C-69 is not only opposed by six Conservative premiers fighting to protect their jurisdiction, as the Prime Minister implies, but in fact, nine out of 10 provinces and the governments of all three territories have raised grave concerns with Bill C-69 in the past several months. It is opposed by private sector proponents across the economy in every corner of the country.
Bill C-69 would not provide certainty or clarity for investors. It would actually create duplication between federal and provincial reviews. It would politicize decisions by granting extensive opportunities for political and ideological interference instead of grounding decisions on science, facts and evidence, and on the technical and economic merits of individual proposals. It would implement open-ended timelines and vague criteria for major resource projects and crucial infrastructure. It would potentially expose all kinds of resource development that is within provincial jurisdiction to federal reviews. It would drive jobs, businesses and investment out of Canada and into competing countries, like the United States, and so many other countries with much lower environmental standards and performance than Canada.
Bill C-69 exposes major Canadian resource and infrastructure proposals within Canada to literally anyone, anywhere in the world, to intervene on those reviews. It removes all parameters for public participation, even reasonable limits like the requirement of a community or individual being locally impacted, and specific technical expertise or knowledge.
That is something the Senate amendments actually improved, increasing the weight of testimony from indigenous communities for example directly impacted by the project, which the Liberals have rejected.
Bill C-69 undermines the principles of fairness, predictability, certainty and clarity for major resource proponents with disproportionately harmful consequences for particular provinces and regions.
All of these reasons are why the Senate had to propose 187 amendments. It is absolutely reckless for the Liberals to reject those key amendments proposed by senators from all regions and on both sides of the political spectrum.
The proposed amendments taken together represent the bare minimum for private sector proponents to operate under, and 100% of those amendments proposed by the Senate to Bill C-69 must be accepted in their entirety. A failure to implement all of the amendments would hinder the entire Canadian economy from coast to coast to coast, which is why a future Conservative government would repeal and replace Bill C-69.
The reality is that Bill C-69 is not only an attack on pipelines and on the energy sector. It is an attack on the economic well-being of the entire country.
Canadians expect their Prime Minister and a federal government to unite and to be a champion for the best interests of all Canadians for oil and gas or refinery workers in western and Atlantic provinces and Ontario and the North, for assembly-line and manufacturing workers across central Canada and Quebec, and for hard-working Canadians and small businesses in all the other sectors that depend on the energy sector, the number one private sector investor in the Canadian economy and Canada's biggest exporter in every corner of the country.
The Liberals pit Canadians against each other over resource development in a way that has not been done since the 1980s, and they have put the whole Canadian economy at risk.
The losses in the energy sector are rippling through other sectors across Canada, whether it is manufacturing in Ontario and Quebec, financial services and banking across the country, railroads, shipping, ports and all the indirect and induced jobs in other sectors. This Liberal attack will touch every corner of the country.
The sad fact is that the Liberals are killing Canadian innovation and killing Canadian jobs. The economic and social consequences are immense: spikes in personal and business bankruptcies, foreclosures, increased food bank use, crime and substance abuse, family breakdowns, suicides, a loss of hope, and a loss of dreams and dignity. All of that is the result of the Liberals' attacks on Canada's natural resource sector and the thousands of good-paying jobs that have been killed by their anti-energy, anti-resources, anti-business policies and legislation.
Through Bill C-69, the Liberals will steamroll the provinces, giving themselves unprecedented power over even highways, passenger trains, recycling plants; over the regulation of non-renewable resources like the oil sands under provincial jurisdiction and other developments like wind, hydro, solar and natural gas. They will take over joint responsibilities like offshore oil and gas exploration.
Unbelievably, the Liberal Prime Minister dismisses provincial advocacy and concerns as being partisan. He says the outcries and the warnings are irresponsible, but that is just not true. The Liberal response of rejecting the majority of the Senate amendments today actually goes directly against requests from the Liberal premier of Newfoundland and Labrador and the Liberal premier of Nova Scotia. It is indicative of what the former Liberal premier of B.C. pointed out, that the “Ottawa knows best” Prime Minister considers himself not to be a first among equals, but to actually have no equals among the provinces, or anyone else for that matter.
Nine out of 10 provinces and all three territories demanded major changes to this legislation, changes the Senate proposed, which the Liberals are rejecting today.
The Liberals have given a single minister the ability to determine what projects require federal review without any prior notice or regulation. This means any future project in principal jurisdiction could require a lengthy and expensive federal review at the last minute without warning. That will not create certainty for investors and it will kill jobs in Canada.
The Liberals are taking projects away from expert life-cycle regulators with a depth and breadth of experience and knowledge and putting them under a new federal regulator without the same level of expertise while expanding opportunities for political and ideological interference.
What is really galling, and we heard it again here today, is that the Liberals have justified this legislation, while they deliberately undermine and attack Canada's reputation with ongoing and co-ordinated consistent attacks on confidence in Canada's formerly world-renowned regulator, on Canada's world-leading track record of independent science and evidence-based environmental reviews, and on Canada's leadership on indigenous consultation and the incorporation of traditional knowledge for which Canada has long been renowned, for decades.
It is a pattern. The Liberals constantly divide Canadians, pitting regions and provinces against each other for Liberal partisan purposes at any and all costs, while they say one thing and do another. This time, the Liberals' cynical tactics have backfired. Canadians do not always agree on everything, and thank goodness for that. People across Canada are united in their opposition to this disastrous bill.
On Monday, those premiers that the Prime Minister attacked yesterday, the premiers of the Northwest Territories, New Brunswick, Ontario, Manitoba, Saskatchewan and Alberta, representing 59% of Canada's population and 63% of the GDP, called on the Prime Minister to seriously consider their concerns and accept all the Senate amendments in Bill C-69, because “the damage it would do to the economy, jobs and investment will echo from one coast to the other.”
They say, “Bill C-69, as originally drafted, would make it virtually impossible to develop critical infrastructure, depriving Canada of much needed investment.”
They talk about the fact that “the planned investment value of major resource sector projects in Canada plunged by $100 billion” between 2017 and 2018, “an amount equivalent to 4.5 per cent of Canada’s gross domestic product. To protect Canada’s economic future, we, collectively, cannot afford to overlook the uncertainty and risk to future investment created by Bill C-69.”
The premiers also issued a stark public warning of the impact of Bill C-69, and its impact on national unity if it is passed without 100% of the Senate amendments. They say their “governments are deeply concerned with the federal government’s disregard, so far, of the concerns raised by our provinces and territory related to these bills.”
Talking about Bill C-69, as well as Bill C-48, they say:
As it stands, the federal government appears indifferent to the economic hardships faced by provinces and territories. Immediate action to refine or eliminate these bills is needed to avoid further alienating provinces and territories and their citizens and focus on uniting the country in support of Canada’s economic prosperity.
They raised real concerns about the willingness of the Liberal government to trample on the provinces. They remind the Prime Minister:
Provinces and territories have clear and sole jurisdiction over the development of their non-renewable natural resources, forestry resources, and the generation and production of electricity.
They continue:
Bill C-69 upsets the balance struck by the constitutional division of powers by ignoring the exclusive provincial powers over projects relating to these resources.
The premiers call on the federal government to adopt all of these amendments or “risk creating a Constitutional crisis.”
What is crazy about this is the Prime Minister's response to the premiers yesterday. That was a complete failure of leadership. He dismissed their concerns as partisan and attacked them for being irresponsible. The scale and the intensity of alienation and frustration captured in the premiers' cautions reflect the views and experiences of the people they represent. That is a direct consequence of this Prime Minister's divisive, calculated, regionalized and anti-energy, anti-resource development agenda.
Let me remind the Prime Minister, again, it is not only those six premiers who have opposed Bill C-69 in recent months. The only government that did not speak out is an anti-energy, anti-resource NDP-Green coalition government that is not even representing the majority view of its citizens when it comes to pipelines, and oil and gas. It, of course, is no accident that provincial Liberal leaders request the Liberal Prime Minister to steer clear of their provinces during provincial elections, whether in Atlantic Canada or in western Canada.
The provinces have been very clear about the economic consequences of the Liberals' Bill C-69.
The Government of Saskatchewan, in talking about Bill C-69, said, “[T]he uncertainty and the non-transparency that it would introduce is really disastrous.”
The Government of Quebec said, “Bill C-69 gives the federal government substantial powers, the equivalent of a veto over Quebec's economic development and the management of its natural resources.”
The Government of Newfoundland and Labrador says Bill C-69 is an “unnecessary regulatory burden”, potentially undermining development opportunities and the global competitiveness of the Canada-Newfoundland and Labrador offshore area.
The Government of Nunavut says Bill C-69 may “muddy or lengthen the processes, potentially leading to a reduction in investor confidence in Canada and Nunavut.”
The Government of Nova Scotia says the new assessment criteria in Bill C-69 “raise significant uncertainty and there is risk that they may not be interpreted similarly in different offices across the country.”
The Government of Ontario says Bill C-69 is “fundamentally contradictory to several of Canada’s long-term strategic goals and it effectively hinders natural resource related economic development within the country.”
The Government of New Brunswick says Bill C-69 “represents an unacceptable risk, an unacceptable impediment to Atlantic Canada's and New Brunswicker's future prosperity.”
The Government of Manitoba says Bill C-69 will “drive down investment, compound economic losses...and sacrifice jobs.”
The Government of Alberta called Bill C-69 completely “unacceptable” and has announced it will launch a constitutional challenge against it.
The premiers are speaking out because they must represent their provinces. They are simply voicing the rising alienation, frustration, anger, anxiety and experiences of the people whom they represent. They are making the plea to protect their jurisdictions with good reason. One of the amendments from the Senate that the Liberals are rejecting was the implementation of an exemption list of projects to ensure that projects under provincial jurisdiction would not be exposed to federal review. That is an amendment that the Liberals are rejecting.
Let us talk about the areas that are potentially open for review, under Bill C-69 as the Liberals want to pass it: the construction, operation, decommissioning or abandonment or expansion of a new facility, plant, structure, or thing for recovering oil sands by drilling or other in situ recovery operations; the construction, operation, decommissioning, abandonment or expansion of existing or of new pipelines other than an offshore pipeline or other than pipelines across interprovincial jurisdictions; the construction, operation, decommissioning or abandonment or expansion of new or existing facilities, plants, structures or things for the generation of wind electric power or solar electric power; the same for a facility, plant, structure or thing for the refining, manufacturing or processing of natural gas, natural gas liquids or petroleum to produce refined products or other light hydrocarbon components or products; and the same for generating units that use natural gas as their primary fuel for coal-to-gas generation and for simple cycle turbines.
This is the reason that premiers are speaking out and raising such grave concerns about this almost unprecedented intervention into provincial jurisdiction.
However, the impact of Bill C-69 will not stop at the provinces. The Liberals' “Ottawa knows best” approach will even impose costly and time-consuming federal reviews on municipalities. The mayor of the Regional Municipality of Wood Buffalo and the mayor of the MD of Bonnyville lead a coalition of at least 20 municipalities that say Bill C-69 would impede municipal infrastructure projects and would fail to provide the necessary clarity on municipal land-use planning, waterway use, indigenous consultation and federal grants.
The Federation of Canadian Municipalities says, “[T]he proposed Bill could result in more municipal infrastructure projects falling under federal review. This could add additional financial and administrative costs to municipal operations.”
The Prime Minister committed to a “collaborative relationship“ with provinces and territories, and he promised Canadians that he would maintain an ongoing partnership with provincial, territorial and municipal governments. However, when those governments sent the Prime Minister a letter with a plea for due diligence and for serious consideration of their concerns and a warning about the consequences for Canada, he essentially told them to get bent. He patronized and condescended to them, dismissed the substance of what they said, and both ascribed and criticized their motivations and really all of the hundreds of thousands Canadians whom they represent. What a contrast it is to four years ago, and what a disheartening and bitter legacy.
What is even more hypocritical is the intensely partisan use of separatism in the past by this very Liberal Prime Minister. In 2012, he threatened to become a Quebec separatist if Canadians did not do as he liked. He said, “I always say if there comes a point where I thought Canada really was Stephen Harper's Canada...maybe I'd consider making Quebec a country. Oh yes, absolutely. I know my values very well, even if I no longer recognize Canada.”
That is why his response to nine out of 10 provinces and three territorial governments raising these very serious concerns, that they either do what he wants or they get kicked to the curb, is absolutely mind-boggling. For him to have the gall to suggest the premiers are being irresponsible and threatening national unity if they, in his words, “don't get their way” or “do not get everything they want” is unbelievable. What kind of a sorry, divisive, petulant, flippant response is that from a Prime Minister?
In his case, and on this subject in particular, what profound hypocrisy. Canadians do and should expect more from their Prime Minister. The Prime Minister should be rising to the occasion and providing the leadership that Canadians so desperately need right now, but, again, he is not as advertised. Make no mistake, the actual clear and present danger, the real threat to national unity and the risk of a constitutional crisis, is the Liberal Prime Minister.
There may be no better example of how he is not as advertised than how he treats indigenous communities.
The Prime Minister likes to claim his most important relationship is with indigenous people, but even in that respect, he is divisive and, in turn, dismissive when it suits him. The Liberals claim Bill C-69 would improve consultation with indigenous people and somehow would expand the rights of indigenous people to consultation or would enhance the Crown's duty to consult and accommodate, but it does not.
Hundreds of indigenous communities and indigenous business owners represented by the national chiefs council, the Indian Resource Council, the Eagle Spirit Chiefs Council, the Alberta Assembly of Treaty Chiefs and the majority of Treaty 7 First Nations oppose Bill C-69.
Roy Fox, chief of the Blood Tribe First Nation, said, “ I don't have any confidence in Bill C- 69. I am fearful, and I am confident, that it will keep my people in poverty.”
Steven Buffalo, the president and CEO of the Indian Resource Council, said, “Indigenous communities are on the verge of a major economic breakthrough, one that finally allows Indigenous people to share in Canada's economic prosperity. Bill C-69 will stop this progress in its tracks.”
The 35 first nations in B.C. and Alberta involved in the Eagle Spirit Chiefs Council said that they would take the government to court over Bill C-69 because it could make it “impossible to complete a project” and because the removal of the standing test for participation and project reviews could lead to foreign interests “overriding the interests of aboriginal title holders.”
Like most Canadians, indigenous leaders are concerned about the total lack of parameters that allows anyone anywhere in the world to intervene in impact assessment processes, significantly reducing the voices of local indigenous communities and risking the aspirations of local communities to be drowned out by distant and activist commentators. A lack of discretion to determine how different groups will participate in reviews will make processes more vulnerable to legal challenges in the case of any slight differentiation or disagreement between parties.
Yesterday, the Prime Minister claimed that the Senate amendment made indigenous consultation “optional”. Not only is that completely false, but the Liberals' rejection of Senate amendments will have a detrimental impact on locally impacted indigenous communities that want to meaningfully participate and seek accommodation in consultations on major resource projects, for which the Crown has a rock solid, undisputed primary duty.
The amendments the Senate made to Bill C-69 would have helped ensure that review panels, the agency and the Canadian energy regulator would have the discretion to hear from and prioritize those directly affected by a project and to consider the information, expertise and opinions of other experts as they would see appropriate.
As a representative of nine indigenous communities, almost all of which are involved in oil and gas, as a person of Ojibway descent myself and as a Conservative who is more interested in action, concrete measures and actual positive outcomes in the lives and well-being of the indigenous and all Canadians, it is very frustrating to listen to the Liberals and the left talk about the real crippling poverty and the particular socio-economic challenges and barriers facing indigenous Canadians, while they impose policies and laws, like Bill C-69, Bill C-48 and others, that will block economic reconciliation and self-sufficiency through financial opportunities and that actively undermine years of efforts and work of those indigenous communities to secure agreements and build businesses through responsible resource development to benefit their communities' elders, youth and futures.
Legal experts agree with the assessment that Bill C-69 would not enhance or enforce expanded meaningful consultation with indigenous communities on major resource projects.
A University of British Columbia law professor, who specializes in indigenous law, says that there is nothing in Bill C-69 that improves meaningful dialogue with indigenous communities. He says, “the courts have said for 15 years that you need to have meaningful dialogue [and] there is nothing in [Bill C-69] that seems to do that.”
For the Prime Minister to stand in the House and say that indigenous consultation is weakened or made optional by the Senate amendments demonstrates either his basic lack of knowledge on indigenous consultation or he is deliberately misleading Canadians for political purposes.
Indigenous consultations are a constitutional requirement, a duty of the Crown. Nothing—
Monsieur le Président, c'est avec une grande inquiétude pour l'avenir de tout le pays que je participe, au nom de l'opposition officielle, au débat sur la réponse du gouvernement libéral aux 187 amendements du Sénat au projet de loi libéral « à bas les pipelines », le projet de loi C-69. Ce sera probablement ma dernière occasion de parler de ce projet de loi à la Chambre des communes, au nom des gens de Lakeland, des provinces, des territoires, des municipalités, des communautés autochtones, des économistes, des spécialistes en politique publique, des propriétaires d'entreprise et des travailleurs de partout au pays qui s'opposent au projet de loi C-69 et à ses nombreuses répercussions négatives et tentaculaires.
Je commence par faire le point. Je dois dire qu'on peut comprendre les Canadiens qui se demandent ce qui peut bien se passer ici. Honnêtement, il est inadmissible que, quelques jours avant l'ajournement de la Chambre pour l'été et cinq mois avant les élections, les libéraux précipitent le débat sur leur réponse à 187 amendements, qui avaient notamment reçu l'appui de sénateurs nommés par leur parti.
Ces amendements tentaient de corriger une mesure législative boiteuse aux lourdes conséquences, qui aura des répercussions économiques majeures et des effets sur le secteur privé, que l'on pense à l'exploitation des ressources, à la construction ou à la fabrication, sans oublier les impacts dérivés sur les secteurs connexes, les gouvernements provinciaux et autochtones, les infrastructures et les municipalités. Il est incroyable que les libéraux aient décidé de rejeter la majorité des amendements importants et utiles qui ont été adoptés par le Sénat. Ce sont pourtant des amendements que les promoteurs du secteur privé, les provinces et les dirigeants autochtones considèrent comme nécessaires pour rendre à tout le moins applicable cette mesure législative d'une grande portée. On s'entend qu'on ne parle pas d'un appui enthousiaste.
La réponse des libéraux, qui a été déposée vers minuit hier, ne fera qu'exacerber l'incertitude qu'ils ont créée depuis 2015. Ce climat a entraîné des pertes pratiquement sans précédent pour le Canada en matière d'investissements, d'emplois, d'entreprises, d'innovations et de projets d'exploitation des ressources.
N'oublions pas que, comme la ministre vient de nous le rappeler, les libéraux ont commencé leurs consultations sur le projet de loi en janvier 2016. C'est là qu'ils ont commencé à créer un vide réglementaire à l'égard des grands projets d'exploitation des ressources au pays. Ils ont présenté le projet de loi à la Chambre des communes et en ont précipité l'étude il y a un an et demi. Or, pendant ce temps, ils n'ont pas tenu compte des sérieuses mises en garde des témoins au comité et de la rétroaction des groupes d'experts, puis ils ont rejeté tous les amendements proposés par les députés de tous les partis de l'opposition, sauf celui que j'ai présenté pour qu'on fasse obligatoirement preuve de transparence à l'égard des raisons qui justifient la tenue d'une rencontre publique sur des questions discrétionnaires, et un autre amendement du NPD.
Le gouvernement a fait adopter à la hâte un projet de loi si bancal, irréfléchi et désastreux qu'il est presque universellement rejeté par une foule d'intervenants de divers secteurs et qu'il a dû être amendé de toutes sortes de façons par le Sénat, qui, heureusement, a pu mener une étude plus approfondie et entendre une plus grande diversité d'opinions que ne l'ont fait les libéraux lorsqu'ils ont fait adopter le projet de loi à toute vitesse à la Chambre, il y a de nombreux mois.
Vite oubliés les beaux discours d'il y a près de quatre ans sur l'importance de la consultation, des décisions fondées sur les faits et les données probantes et de la collaboration avec les députés de l'opposition. Sous les libéraux, les voies ensoleillées ont fait place aux jours sombres, très sombres. Le chef de l'opposition et tous les conservateurs de la Chambre et du Sénat se sont opposés au projet de loi C-69 dès le départ parce que, tout comme le premier ministre, il n'est pas ce qu'il prétend être.
Déjà, il y a un an et demi, l'Association canadienne de pipelines d'énergie indiquait que, dans sa version originale, le projet de loi C-69 ferait en sorte qu'on ne propose plus jamais de nouveau pipeline au Canada. Or, par leur réponse aux amendements proposés par le Sénat, les libéraux nous montrent aujourd'hui plus clairement que jamais auparavant que leur objectif est et a toujours été de mettre de sérieux bâtons dans les roues de l'exploitation des ressources énergétiques, de s'ingérer dans la compétence des autres ordres de gouvernement dans ce domaine en imposant des examens fédéraux des projets d'infrastructures municipaux et provinciaux et de compliquer les choses pour les agriculteurs, les municipalités rurales, les villages et les villes en imposant des examens fédéraux sur des travaux comme l'irrigation et les infrastructures.
Je tiens à préciser qu'il n'y a pas seulement six premiers ministres provinciaux conservateurs tentant de protéger leur compétence qui s'opposent au projet de loi C-69, comme le laisse entendre le premier ministre. En réalité, neuf provinces sur dix ainsi que les gouvernements des trois territoires soulèvent de graves inquiétudes relativement à ce projet de loi depuis plusieurs mois. Des promoteurs du secteur privé des quatre coins du pays et représentant tous les secteurs de l'économie s'y opposent.
Le projet de loi C-69 n'offre aux investisseurs ni certitude ni clarté. Il créera plutôt un chevauchement entre les examens fédéraux et provinciaux. Il politisera les décisions en offrant de nombreuses possibilités d'ingérence politique et idéologique, au lieu de fonder les décisions sur la science, les faits et les données probantes, ainsi que sur les mérites techniques et économiques des projets. Il assortira les grands projets liés aux ressources et aux infrastructures essentielles de délais ouverts et de critères vagues. Il pourrait exposer aux examens fédéraux toutes sortes de projets de développement des ressources relevant des provinces. Il fera fuir les emplois, les entreprises et les investissements du Canada au profit de pays avec qui nous sommes en concurrence, comme les États-Unis, ou qui ont des normes environnementales et un rendement bien inférieurs à ceux du Canada.
Aux termes du projet de loi C-69, pratiquement n'importe qui, n'importe où dans le monde, pourra intervenir dans l'examen des grands projets en matière de ressources et d'infrastructures menés au Canada. Le projet de loi supprime tous les paramètres de participation publique, même les plus raisonnables — comme la nécessité qu'une collectivité ou un particulier soient touchés pour avoir droit de parole —, de même que l'expertise technique ou les savoirs particuliers.
Les amendements proposés par le Sénat ont en fait amélioré le texte, par exemple en accordant plus de poids aux témoignages des collectivités autochtones directement touchées par le projet. Or, ces amendements ont été rejetés par les libéraux.
Le projet de loi C-69 sape les principes de justice, de prévisibilité, de certitude et de clarté pour les grands promoteurs du secteur des ressources, avec des effets néfastes disproportionnés pour certaines provinces et régions.
C'est pour toutes ces raisons que le Sénat avait proposé 187 amendements. C'est totalement imprudent de la part des libéraux de rejeter ces amendements clés, d'autant qu'ils sont proposés par des sénateurs de toutes les allégeances politiques et représentant toutes les régions.
Au total, les amendements proposés représentent le strict minimum pour que les promoteurs du secteur privé puissent fonctionner, mais il faut pour cela accepter dans leur intégralité tous les amendements proposés par le Sénat au projet de loi C-69. Le fait de ne pas les mettre en œuvre nuira à l'ensemble de l'économie canadienne, d'un océan à l'autre. Voilà pourquoi un futur gouvernement conservateur abrogera et remplacera le projet de loi C-69.
En réalité, le projet de loi C-69 est une attaque non seulement contre les pipelines et le secteur de l'énergie, mais aussi contre le bien-être économique du pays tout entier.
Les Canadiens s'attendent à ce que le premier ministre et le gouvernement fédéral s'unissent pour défendre les intérêts des travailleurs de l'industrie pétrolière et gazière et des raffineries des provinces de l'Ouest, de l'Atlantique, de l'Ontario et du Nord, des travailleurs des chaînes de montage et du secteur manufacturier du centre du Canada et du Québec, ainsi que des petites entreprises et des travailleurs de tous les autres secteurs qui dépendent du secteur énergétique. Le secteur énergétique est le plus important investisseur du secteur privé dans l'économie canadienne et le plus grand exportateur du Canada, d'un océan à l'autre.
En ce qui a trait à l'exploitation des ressources, les libéraux dressent les Canadiens les uns contre les autres comme cela ne s'est pas vu depuis les années 1980. Ils compromettent l'économie canadienne entière.
Les pertes dans le secteur de l'énergie ont des répercussions dans les autres secteurs partout au Canada, que ce soit le secteur manufacturier en Ontario et au Québec, les services financiers et bancaires partout au pays, les chemins de fer, le transport de marchandises, les ports et tous les emplois indirects et induits dans les autres secteurs. Cette attaque libérale touchera toutes les régions du pays.
La triste réalité, c'est que les libéraux détruisent l'innovation et les emplois au Canada, et les conséquences économiques et sociales en découlant sont immenses: une hausse des faillites personnelles et commerciales et des saisies immobilières; une fréquentation accrue des banques alimentaires; un plus haut taux de criminalité et de toxicomanie; davantage de ruptures familiales, de suicides, de pertes d'espoir, de pertes de rêves et de pertes de dignité. Tout cela est le résultat des attaques des libéraux contre le secteur canadien des ressources naturelles et des milliers d'emplois bien rémunérés qui ont été détruits par leurs politiques et leurs lois contre l'énergie, contre les ressources et contre les entreprises.
Avec le projet de loi C-69, les libéraux passeront le rouleau compresseur sur les provinces pour se donner un pouvoir sans précédent, et ce, même pour ce qui est des routes, des trains de passagers, des usines de recyclage, de la réglementation des ressources non renouvelables comme les sables bitumineux — de compétence provinciale — et d'autres développements comme l'énergie éolienne, hydraulique et solaire et le gaz naturel. Ils vont s'approprier des responsabilités conjointes comme l'exploration pétrolière et gazière extracôtière.
Aussi incroyable que cela puisse paraître, le premier ministre libéral rejette la défense des intérêts et les préoccupations des provinces en disant qu'ils sont de nature partisane. Il dit que les protestations et les avertissements sont irresponsables, mais ce n'est tout simplement pas vrai. En rejetant aujourd'hui la majorité des amendements proposés par le Sénat, les libéraux vont directement à l'encontre des demandes du premier ministre libéral de Terre-Neuve-et-Labrador et du premier ministre libéral de la Nouvelle-Écosse. Cela confirme ce que l'ancien premier ministre libéral de la Colombie-Britannique a souligné, à savoir que le premier ministre, avec sa philosophie « Ottawa knows best », ne se considère pas comme premier parmi ses pairs, mais comme n'ayant pas d'égal parmi les provinces, ou parmi qui que ce soit d'autre, d'ailleurs.
Neuf des dix provinces et les trois territoires ont exigé que des modifications importantes soient apportées à cette mesure législative, modifications proposées par le Sénat, mais que les libéraux rejettent aujourd'hui.
Les libéraux ont accordé à une seule ministre le pouvoir de déterminer quels projets nécessitent un examen fédéral, sans préavis ou sans réglementation. Cela signifie que tout nouveau projet dans la compétence principale pourrait être soumis à un examen fédéral long et coûteux, à la dernière minute, sans aucun avertissement. Voilà qui empêchera la création d'un climat de certitude pour les investisseurs et qui fera disparaître des emplois au Canada.
Les libéraux retirent des projets aux organismes spécialisés en matière de réglementation du cycle de vie, organismes dotés d'une vaste expérience et de connaissances approfondies, et les confient à une nouvelle régie fédérale qui ne possède pas le même degré d'expertise, tout en multipliant les possibilités d'ingérence politique et idéologique.
Ce qui est vraiment exaspérant, et nous l'avons entendu encore ici aujourd'hui, c'est que les libéraux ont justifié cette mesure législative alors qu'ils minent délibérément la réputation du Canada en attaquant de manière coordonnée et continue la confiance à l'égard de l'ancien organisme canadien de réglementation de renommée mondiale, le bilan du Canada en matière d'indépendance scientifique et d'examens environnementaux fondés sur des données probantes, soit l'un des meilleurs bilans au monde en la matière, et le leadership dont fait preuve le Canada concernant les consultations avec les Autochtones et l'intégration des connaissances traditionnelles qui fait la renommée du Canada depuis des décennies.
C'est une habitude. Les libéraux divisent constamment les Canadiens, et ils dressent à des fins partisanes les régions et les provinces les unes contre les autres, coûte que coûte, pendant qu'ils affirment une chose et en font une autre. Cette fois-ci, les tactiques honteuses des libéraux ont échoué. Les Canadiens ne sont pas toujours d'accord sur tout, et c'est tant mieux. Toutefois, des citoyens de partout au Canada font front commun pour s'opposer à ce projet de loi désastreux.
Lundi, les premiers ministres que le premier ministre a attaqués hier, soit les premiers ministres des Territoires du Nord-Ouest, du Nouveau-Brunswick, de l'Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Alberta — qui représentent 59 % de la population canadienne et 63 % du PIB — ont demandé au premier ministre de prendre sérieusement en considération leurs préoccupations et d'accepter tous les amendements du Sénat concernant le projet de loi C-69, parce que les conséquences sur l'emploi, l'économie, les investissements se feraient sentir d'un océan à l'autre.
Ils affirment que « dans sa forme d'origine, le projet de loi C-69 rendrait pour ainsi dire impossible le développement d'infrastructures essentielles au pays, privant du coup le Canada d'investissements dont il a pourtant bien besoin. »
Ils mentionnent que « la valeur prévue des investissements dans les grands projets canadiens du secteur des ressources naturelles a fondu de 100 millions de dollars » entre 2017 et 2018, « un montant équivalant à 4,5 % du produit intérieur brut du Canada. Pour protéger l'avenir économique du Canada, nous ne pouvons pas nous permettre, collectivement, d'ignorer l'incertitude et le risque qu'entraîne le projet de loi C-69 en ce qui concerne les investissements futurs. »
Les premiers ministres provinciaux et territoriaux ont aussi publiquement sonné l'alarme sur les répercussions du projet de loi C-69 et son incidence sur l'unité nationale s'il est adopté sans tous les amendements du Sénat. Ils affirment que les « gouvernements sont très inquiets du mépris dont fait preuve jusqu'à maintenant le gouvernement fédéral à l'égard des préoccupations que ces projets de loi suscitent dans les provinces et les territoires ».
En ce qui concerne le projet de loi C-69 et le projet de loi C-48, ils ont dit ceci:
Pour l'instant, le gouvernement fédéral semble indifférent aux difficultés économiques auxquelles sont confrontés les provinces et les territoires. Des mesures immédiates s'imposent pour peaufiner ou éliminer ces projets de loi afin de ne pas aliéner davantage les provinces, les territoires et leurs populations, et de s'employer à unir le pays pour appuyer sa prospérité économique.
Les premiers ministres provinciaux et territoriaux ont soulevé des préoccupations légitimes à propos de l'empressement du gouvernement libéral de bafouer les droits des provinces. Ils rappellent au premier ministre que:
[les provinces et les territoires] sont les seuls à avoir compétence sur l'exploitation de leurs ressources non renouvelables et forestières et sur la production d'électricité.
Ils ont ajouté ceci:
En faisant fi du pouvoir exclusif des provinces sur les projets d'exploitation de leurs ressources, le projet de loi C-69 rompt l'équilibre de la répartition constitutionnelle des pouvoirs.
Les premiers ministres demandent au gouvernement fédéral d’adopter tous ces amendements, sans quoi il « risque de provoquer une crise constitutionnelle ».
Le plus incroyable, c’est la réponse donnée hier aux premiers ministres provinciaux par le premier ministre. Il s’agit d’un manque flagrant de leadership. Il juge que leurs préoccupations sont de nature partisane et leur reproche d’être irresponsables. L’ampleur et l’intensité du sentiment d’aliénation et de la frustration exprimés dans les mises en garde des premiers ministres reflètent les opinions et les expériences des gens qu’ils représentent. Voilà une conséquence directe du programme diviseur, calculé, régionalisé, anti-énergie et hostile à l'exploitation des ressources naturelles du premier ministre.
Permettez-moi de rappeler au premier ministre que ces six premiers ministres ne sont pas les seuls à s’être opposés au projet de loi C-69 au cours des derniers mois. Le seul gouvernement à ne pas s’être prononcé est un gouvernement de coalition entre les néo-démocrates et les verts, un gouvernement anti-énergie et hostile à l'exploitation des ressources naturelles qui ne défend même pas l’opinion majoritaire de sa population au sujet des oléoducs, du pétrole et du gaz. Ce n’est certainement pas un hasard si les chefs libéraux provinciaux demandent au premier ministre libéral de se tenir à l’écart de leur province pendant les élections provinciales, que ce soit dans la région de l'Atlantique ou dans l’Ouest canadien.
Les provinces sont très claires quant aux conséquences économiques du projet de loi C-69 des libéraux.
Au sujet du projet de loi C-69, le gouvernement de la Saskatchewan dit ceci: « L’incertitude et le manque de transparence qu’il engendrerait seraient vraiment désastreux. »
Le gouvernement du Québec est d'avis que « le projet de loi C-69 accorde des pouvoirs considérables, l’équivalent d’un veto, au gouvernement fédéral sur la gestion des ressources naturelles du Québec et sur son développement économique. »
Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador affirme que le projet de loi C-69 constitue un fardeau réglementaire inutile qui risque de miner les possibilités de développement et la compétitivité mondiale de la zone extracôtière Canada—Terre-Neuve-et-Labrador.
Le gouvernement du Nunavut a déclaré que le projet de loi C-69 pourrait « rendre les processus flous ou les rallonger, et risquer ainsi de saper la confiance des investisseurs dans le Canada et le Nunavut ».
Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse affirme que les nouveaux critères d’évaluation prévus dans le projet de loi C-69 soulèvent beaucoup d’incertitude et risquent de ne pas être interprétés de la même façon dans les différents bureaux au pays.
Le gouvernement de l’Ontario dit que le projet de loi C-69 est « fondamentalement en contradiction avec plusieurs des objectifs stratégiques à long terme du Canada et il entrave de fait le développement économique lié aux ressources naturelles au pays ».
Le gouvernement du Nouveau-Brunswick dit que le projet de loi C-69 « représente un risque et un obstacle inacceptables qui portent atteinte à la prospérité future du Canada atlantique et du Nouveau-Brunswick ».
Le gouvernement du Manitoba dit que le projet de loi C-69 entraînera « une baisse des investissements, une accumulation des pertes économiques  […] et des pertes d’emplois ».
Le gouvernement de l’Alberta a dit du projet de loi C-69 qu’il était tout à fait inacceptable et a annoncé qu’il amorcerait une contestation constitutionnelle contre lui.
Les premiers ministres provinciaux prennent la parole parce qu’ils ont le devoir de représenter leur province. Ils expriment simplement la montée du sentiment d’aliénation, de la frustration, de la colère et de l’anxiété des gens qu’ils représentent, ainsi que les expériences de ces derniers. Ils plaident à juste titre en faveur de la protection de leur compétence. L’un des amendements du Sénat que les libéraux rejettent est l’instauration d’une liste d’exemptions pour veiller à ce que les projets de compétence provinciale ne soient pas assujettis à un examen fédéral. C’est un amendement que les libéraux rejettent.
Parlons des secteurs qui pourraient faire l’objet d’un examen en vertu du projet de loi C-69, comme les libéraux veulent le faire adopter, soit la construction, l’exploitation, le déclassement, la cessation d'exploitation ou l’agrandissement d’une nouvelle installation, d’une nouvelle usine, d’une nouvelle structure ou d’un système pour la récupération des sables bitumineux par forage ou d’autres opérations de récupération in situ; la construction, l’exploitation, le déclassement, la cessation d’exploitation ou l’agrandissement de pipelines nouveaux ou existants, autres qu’un pipeline extracôtier ou des pipelines interprovinciaux; la construction, l’exploitation, le déclassement, la cessation d'exploitation ou l’agrandissement d’installations, de centrales, de structures ou de systèmes nouveaux ou existants pour la production d’énergie éolienne ou solaire. Il en va de même pour une installation, une usine, une structure ou un système pour le raffinage, la fabrication ou le traitement de gaz naturel, de liquides de gaz naturel ou de pétrole pour la fabrication de produits raffinés ou d’autres composants ou produits d’hydrocarbures légers; et il en va de même pour les groupes de production qui utilisent le gaz naturel comme combustible principal et pour les turbines à cycle simple.
C’est la raison pour laquelle les premiers ministres provinciaux dénoncent cette intervention presque sans précédent dans les domaines de compétence provinciale et expriment de graves préoccupations à cet égard.
Toutefois, les répercussions du projet de loi C-69 ne se limiteront pas aux provinces. L’approche « Ottawa a toujours raison » des libéraux imposera même aux municipalités des examens fédéraux coûteux et prolongés. Le maire de la municipalité régionale de Wood Buffalo et le maire du district municipal de Bonnyville dirigent une coalition d’au moins 20 municipalités qui disent que le projet de loi C-69 nuirait aux projets d’infrastructure municipale et ne fournirait pas les précisions nécessaires sur l’aménagement du territoire municipal, l’utilisation des voies navigables, la consultation des Autochtones et les subventions fédérales.
Selon la Fédération canadienne des municipalités, le projet de loi pourrait avoir pour effet que beaucoup plus de projets d’infrastructure municipale feront l'objet d'un examen fédéral. Cela pourrait ajouter des coûts financiers et administratifs aux activités municipales.
Le premier ministre s’est engagé à établir une « relation de collaboration » avec les provinces et les territoires, et il a promis aux Canadiens qu’il maintiendrait un partenariat continu avec les provinces, les territoires et les municipalités. Toutefois, lorsque ceux-ci ont envoyé une lettre au premier ministre pour lui demander de faire preuve de diligence raisonnable et de sérieusement tenir compte de leurs préoccupations, tout en l’avertissant des conséquences possibles pour le Canada, il leur a essentiellement dit d’aller se faire voir. Il a fait preuve de condescendance à leur égard, il a écarté du revers de la main le fond de leurs propos. Il les a critiqués et il a mis en doute leurs motivations et celles des centaines de milliers de Canadiens qu’ils représentent. Quel contraste par rapport à il y a quatre ans, et quel héritage décourageant et amer.
Cependant, ce premier ministre libéral a atteint le comble de l’hypocrisie en utilisant le séparatisme d’une manière intensément partisane. En 2012, il a menacé de devenir un séparatiste québécois si les Canadiens ne faisaient pas ce qu’il voulait. Il a affirmé que s’il lui arrivait de constater que le Canada était devenu le Canada de Stephen Harper, il envisagerait peut-être de faire du Québec un pays. Il a ajouté qu’il s’accrocherait à ses valeurs, même s’il ne reconnaissait plus le Canada.
C’est pourquoi il est absolument ahurissant de l’entendre répondre, aux neuf provinces sur dix et aux trois gouvernements territoriaux qui lui présentaient leurs profondes préoccupations, que s’ils ne faisaient pas ce qu’il veut, il les bannirait du pays. Il est incroyable qu’il ait le culot de laisser entendre que les premiers ministres provinciaux agissent de façon irresponsable et qu’ils menacent l’unité nationale s’ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent. Quelle réponse désobligeante, mesquine, désinvolte de la part d’un premier ministre!
Quelle hypocrisie de sa part! Les Canadiens en attendent plus de leur premier ministre. Ils s’attendent à ce qu’il se montre à la hauteur de la situation et à ce qu’il les dirige avec l’assurance dont ils ont désespérément besoin en ce moment. Mais je le répète, il n’est pas la personne qu’il prétend être. Qu’on ne s’y trompe pas, ce qui menace vraiment l’unité nationale, c’est le premier ministre libéral, qui n’est pas loin de causer une crise constitutionnelle.
Sa façon de traiter les communautés autochtones illustre mieux que jamais le fait qu’il n’est pas la personne qu’il prétend être.
Le premier ministre adore affirmer que la relation qu’il juge la plus importante est celle qu’il veut établir avec les peuples autochtones. Cependant, même à cet égard il sème la discorde, puis il répond avec mépris lorsque cela lui convient. Les libéraux prétendent que le projet de loi C-69 améliorerait la consultation auprès des peuples autochtones et étendrait d’une façon ou d’une autre le droit des peuples autochtones à la consultation ou qu’il obligerait la Couronne à consulter et à faire des accommodements, mais ce n’est pas le cas.
Des centaines de communautés autochtones et de propriétaires d’entreprises autochtones, représentés par le conseil national des chefs, le Conseil des ressources indiennes, le conseil des chefs d’Eagle Spirit, l’Assemblée des chefs des Premières Nations signataires de traités de l’Alberta et la majorité des Premières Nations visées par le Traité no 7 s’opposent au projet de loi C-69.
Roy Fox, chef de la Première Nation de la tribu des Blood, a affirmé qu’il craint le projet de loi C-69, parce qu’il est convaincu qu’il maintiendra son peuple dans la pauvreté.
Steven Buffalo, président et chef de la direction du Conseil des ressources indiennes, a déclaré que les communautés autochtones sont sur le point de faire une percée économique majeure qui leur permettra enfin de participer à la prospérité économique du Canada. Il a ajouté que le projet de loi C-69 mettrait fin à ce progrès.
Les 35 Premières Nations de la Colombie-Britannique et de l’Alberta qui ont participé au conseil des chefs d’Eagle Spirit ont déclaré qu’elles intenteraient des poursuites contre le gouvernement sur le projet de loi C-69, parce qu’il pourrait empêcher la réalisation de projets et parce que la suppression du critère d’admissibilité à la participation et à l’examen des projets pourrait donner préséance à des intérêts étrangers sur les intérêts des titulaires de titres autochtones.
Comme la plupart des Canadiens, les dirigeants autochtones s’inquiètent du fait qu'en l’absence totale de paramètres, n’importe qui, n’importe où dans le monde, peut intervenir dans les processus d’évaluation d’impact, ce qui réduit sensiblement la voix des communautés autochtones locales et risque de noyer les aspirations de la population environnante dans les demandes formulées à distance par des observateurs et des militants. L’absence de pouvoir discrétionnaire pour déterminer la façon dont les différents groupes participeront aux examens rendra les processus plus vulnérables aux contestations judiciaires en cas de léger différend ou de désaccord entre les parties.
Hier, le premier ministre a soutenu que l’un des amendements du Sénat rendrait la consultation des Autochtones « facultative ». Non seulement c'est entièrement faux, mais le rejet des amendements du Sénat par les libéraux aura un effet néfaste sur les communautés autochtones locales qui veulent participer de façon significative aux consultations sur les grands projets d’exploitation des ressources et demander des accommodements. Je rappelle d'ailleurs que la Couronne a une obligation fondamentale, indéniable et incontestable à l’égard de ces consultations.
Les amendements que le Sénat a apportés au projet de loi C-69 auraient donné aux commissions, à l’agence et à la Régie canadienne de l’énergie le pouvoir discrétionnaire d’entendre en priorité les personnes directement touchées par un projet et de tenir compte de l’information, de l’expertise et des opinions d’autres experts, s’ils le jugent approprié.
Je représente neuf communautés autochtones, dont presque toutes sont actives dans le secteur pétrolier et gazier, je suis moi-même de descendance ojibwée, je suis conservatrice et je privilégie toujours l’action, les mesures concrètes et les résultats positifs réels sur la vie et le bien-être des Autochtones et de tous les Canadiens, alors je trouve extrêmement choquant d'entendre les libéraux et les gens de la gauche parler de la pauvreté vraiment accablante des Canadiens autochtones et des défis et obstacles socioéconomiques particuliers qu'ils doivent surmonter pendant que les libéraux imposent des politiques et des mesures législatives, comme les projets de loi C-69 et C-48, qui bloquent la réconciliation, empêchent les Autochtones de miser sur les débouchés économiques pour atteindre l’autosuffisance et sapent activement les années d’efforts et de travail qu'ont mis ces communautés pour conclure des ententes et bâtir des entreprises en exploitant les ressources naturelles de manière responsable, c'est-à-dire à de manière à profiter aux aînés, aux jeunes et à l'avenir.
Les juristes estiment eux aussi que le projet de loi C-69 ne permettra pas d’améliorer les consultations ni de garantir que les communautés autochtones auront leur mot à dire au sujet des grands projets d’exploitation des ressources.
Selon un professeur de droit autochtone de l’Université de la Colombie-Britannique, il n’y a rien dans le projet de loi C-69 qui améliore de façon significative le dialogue avec les communautés autochtones. Il précise que les tribunaux disent depuis 15 ans qu’il faut un dialogue constructif, et que rien dans le projet de loi C-69 ne semble garantir cela.
Le fait que le premier ministre affirme à la Chambre que les amendements proposés par le Sénat affaiblissent ou rendent facultatives les consultations auprès des Autochtones dénote chez lui une méconnaissance fondamentale des consultations auprès des Autochtones ou montre qu’il induit délibérément les Canadiens en erreur à des fins politiques.
Les consultations auprès des Autochtones constituent une exigence constitutionnelle, une obligation de la Couronne. Rien…
View Shannon Stubbs Profile
CPC (AB)
View Shannon Stubbs Profile
2019-06-12 17:20 [p.29016]
Mr. Speaker, I apologize. I would say that it demonstrates his basic lack of knowledge on indigenous consultation and the impact of Bill C-69. Nothing in the legislation or Senate amendment package would change the current situation.
For decades, Canada has been a world leader in the incorporation of indigenous knowledge and expertise in project reviews and partnerships with indigenous communities, particularly of the top 10 major oil-producing regions in the world. Without a doubt, governments must improve their execution of their duties in this regard. However, the Prime Minister is wrong about this issue and Bill C-69.
The proposed Senate package and the specific amendments the Liberals rejected responded to the concerns of indigenous communities to elevate and amplify their locally impacted voices in early engagement and throughout the review process.
Mark Wittrup, vice-president of environmental and regulatory affairs at Clifton Associates, reinforces that point. He says that Bill C-69 “will create significant delays, missed opportunities and likely impact those that need that economic development the most: northern and Indigenous communities.”
The Liberals have caused uncertainty around resource development in the past three and a half years, with their imposition of layers of costs and red tape in policies like the carbon tax. Canada is the only country out of the top 10 oil producers in the world to adopt one.
The Liberals' new fuel standard is a reckless experiment, with severe cost consequences for refining, petrochemical processing, manufacturing and others. Then there is their unilateral imposition of the offshore drilling ban and unilateral prohibitions of activity on wide swathes of land. Their shipping ban, Bill C-48, is a direct attack on a specific industry, particularly damaging to a specific region of the country. It has already driven jobs, businesses and capital out of Canada at a nearly historic rate, resulting in a complete failure to build a single new inch of in-service pipeline.
The consequences of the Liberals' deliberate rejection of constructive suggestions from private sector proponents, economists, regulatory experts and various governments will be measured in more lost jobs, more cancelled projects, more missed contracts and more investment lost for a generation.
Energy companies are warning about the devastating impact on their workers and operations. This is in light of the oil and gas sector, which has already lost more than 100,000 jobs. It is likely closer to 200,000, if the statistics reflected employed individuals in the south. Over $100 billion in energy projects have been cancelled since 2015.
To put this in context, it is important to note that these numbers are the equivalent of losing the jobs created by the entire aerospace sector and almost all the auto sector. It is the equivalent of losing eight times the annual GDP generated by the aerospace sector and five times the GDP generated by the automotive sector.
If either of those two sectors were to face the same job losses and collapse in investment, we can bet, as there ought to be and has been, that there would be full attention and action from the federal government. However, the response to the devastation of the energy sector, of oil and gas workers and of their families has been empty rhetoric and platitudes, as well as a piling on of policies and laws, like Bill C-69, that are out right hostile and make things so much worse.
Concerns about Bill C-69 span sectors and regions.
A joint letter from the Association of Canadian Port Authorities, the Calgary Chamber of Commerce, the Canadian Association of Petroleum Producers, the Canadian Energy Pipeline Association, the Canadian Gas Association, the Chemistry Industry Association of Canada, The Explorers and Producers Association of Canada, the Independent Contractors and Businesses Association of B.C. and the Petroleum Services Association of Canada says that Bill C-69 will:
lead to greater uncertainty in the assessment and review processes [because it] requires assessment and decisions based on broad public policy questions that are beyond the scope of individual projects. It introduces longer timelines, and vague criteria that will increase the risk of legal challenges.
This is what the private sector proponents are warning.
They also take issue with the fact that Bill C-69 “gives the Minister of Environment and Climate Change Canada broad discretionary powers, which could further increase uncertainty for major infrastructure projects.” It also “put[s] at risk the investment needed for Canada to create the jobs and government revenues that support our quality of life.”
Certain criteria are essential to attracting and retaining investment in Canada, such as certainty in regulations, permanence of regulations, certainty in the form of timelines, performance-based policies that ensure benefits to communities by tying incentives to performance-based measures, such as job creation, research and development, innovation and capital investment.
Those criteria were hallmarks of Canada's regulatory framework for decades, with the most rigorous assessment, comprehensive consultation, high standards and strongest environmental protections in the world. However, from the beginning of the consideration of Bill C-69, starting when the Liberals rushed the bill through the House a year and a half ago, proponents raised major concerns on each of these key elements. One of those elements is timelines.
Bill C-69, as it is going to be passed by the Liberals, would create a potential for a delay that would allow the Governor in Council to extend timelines without providing justification. There is no hard time cap for the overall process. The criteria for making such an extension will be defined in regulations. Even after the Liberals ram the bill through the House, there will still be uncertainty around timelines, which we developed after the fact.
Literally, therefore, the cabinet will be the only power to decide when to delay a project. That is clear further politicization of the process and introduces further uncertainty for proponents considering a new project. That is why so many of the Senate amendments are dearly needed. They introduce legislative maximum time frames, they remove the ability for Governor in Council to extend timelines indefinitely and force the Governor in Council to provide reasons for suspending timelines. Maximum timelines set in law reduce uncertainty for investors, because time is money.
The Liberals' rejection of the Senate amendments clearly shows their intention to return to open-ended timelines. According to their legislation, the federal cabinet can keep resetting the process, forcing proponents to go through the same stage multiple times. That is the definition of “death by delay” now being implemented in law by these Liberals, which is a term and a tactic that anti-resource activists call their campaigns to kill Canadian resource projects.
Bill C-69, without accepting the amendments from the Senate, would also grant a single minister the power to refuse to undertake an assessment at all. It would grant a single minister complete discretion regarding whether to designate a project under Bill C-69's lengthy and uncertain assessment process. That would result in considerable uncertainty for proponents, even where proposed projects would not be included on the project list. They simply could be added to it by a single minister, the Minister of Environment.
That sort of political uncertainty is unacceptable. Therefore, a single minister could kill a project by adding years of delay and hundreds of millions in additional costs. It does not really get any more political than that. This is why so many of the Senate amendments must be preserved to make this legislation workable.
That is, of course, related to one of the major concerns from industry, provinces and municipalities, and the Conservatives have been warning about it, which is the uncertainty around vague project criteria. As originally worded by the Liberals, who are again intending to ram through Bill C-69, it would increase the length and the uncertainty of regulatory and judicial processes that already pose significant challenges to a timely completion on major resource projects.
Regulatory reviews already require significant commitment and exceptional due diligence by proponents, communities, as should be the case, but they are often extremely complex, duplicative and expensive and sometimes result in deep divisions.
Clear and concise criteria that projects are measured against ensures predictability for all parties and that ensures approved projects can actually get built, instead of having to repeat key parts of the process or spending years in court defending in approval.
However, the Liberals' Bill C-69 would add numerous additional criteria that would not be within the direct control of the proponent and criteria that would be so vague that it would be difficult to determine what they even would involve precisely, never mind for proponents to be able to determine how to incorporate them or how to account for them in their project proposals.
The Senate amendments, while not even as concise as the Conservatives would make them, are a vast improvement over the original Liberal wording. They would remove broad political debates from the formal review process and focus the fact and evidence-based review on criteria that would be measurable, quantifiable and predictable.
The concern with the Liberals' criteria that they are proposing in Bill C-69 by rejecting all the Senate fixes is that they are requiring the panel conducting the review to make determinations on matters that are subjective, that relate to the subjective policy priorities of the government and are inherently political.
How can a project proponent proposing a physical project based on engineering realities and the technical, economic, environmental and safety merits of a specific project anticipate and account for the particular political objectives of the current government of any given day? The answer is that it cannot. That uncertainty will stop proponents from proposing big projects and crucial infrastructure in Canada.
Je vous prie de m'excuser, monsieur le Président. Je dirai donc que cela illustre son manque de connaissances de base sur les consultations auprès des Autochtones et l'incidence du projet de loi C-69. Rien dans le texte de loi ni les amendements du Sénat ne remédie à la situation.
Pendant des décennies, le Canada a été un chef de file mondial dans l'intégration des connaissances traditionnelles et le savoir-faire autochtones dans l'examen de projets et les partenariats avec les communautés autochtones, surtout quand on regarde les 10 plus grandes régions productrices de pétrole dans le monde. Il est indéniable que les gouvernements doivent mieux s'acquitter de leurs devoirs à cet égard. Cela dit, le premier ministre a tort sur la question de même que sur le projet de loi C-69.
Les amendements proposés par le Sénat et ceux rejetés par les libéraux venaient répondre aux préoccupations des communautés autochtones en donnant plus de poids à leur voix à titre de personnes directement touchées grâce à une mobilisation précoce puis tout au long du processus d'examen.
Mark Wittrup, vice-président des affaires environnementales et réglementaires au cabinet Clifton Associates, a insisté sur ce point. Selon lui, le projet de loi C-69 « causera des retards importants, empêchera les gens de saisir des occasions et aura vraisemblablement des répercussions sur ceux qui ont le plus besoin de projets de développement économique, c’est-à-dire les collectivités nordiques et autochtones ».
Depuis trois ans et demi, les libéraux nourrissent l'incertitude autour de l'exploitation des ressources avec l'imposition de coûts et d'étapes bureaucratiques supplémentaires par l'intermédiaire de politiques comme la taxe sur le carbone. Le Canada est le seul pays parmi les 10 plus grands producteurs de pétrole à avoir une telle politique.
La nouvelle norme sur les combustibles des libéraux est une mesure irresponsable, qui aura de graves conséquences financières sur le raffinage, le traitement pétrochimique, la fabrication, et cetera. Par ailleurs, les libéraux ont imposé unilatéralement une interdiction de forage en mer et ils ont aussi interdit unilatéralement les activités pétrolières et gazières sur de vastes superficies. Leur moratoire sur les pétroliers, soit le projet de loi C-48, s'attaque directement à une industrie précise et il nuit particulièrement à une région du pays. Il a déjà chassé des emplois, des entreprises et des capitaux du Canada à un rythme presque sans précédent, ce qui a empêché la construction d'un seul centimètre de pipeline utilisable.
Le rejet délibéré par les libéraux des suggestions constructives de promoteurs du secteur privé, d'économistes, d'experts de la réglementation et de divers gouvernements se traduira encore par des pertes d'emplois, des annulations de projets, de même que des contrats et des investissements perdus pour une génération.
Les sociétés énergétiques nous préviennent des effets dévastateurs de ces mesures sur leurs travailleurs et leurs activités. Le secteur pétrolier et gazier a déjà perdu plus de 100 000 emplois. Si les statistiques tenaient compte des travailleurs dans le Sud, ce serait probablement plus près de 200 000 emplois. Depuis 2015, des projets énergétiques représentant plus de 100 milliards de dollars ont été annulés.
Pour mettre ces chiffres en perspective, il importe de noter qu'ils équivalent ni plus ni moins à la perte des emplois créés par l'ensemble du secteur de l'aérospatiale et par presque tout le secteur de l'automobile. Les investissements perdus correspondent à huit fois la contribution annuelle du secteur de l'aérospatiale au PIB et à cinq fois celle du secteur de l'automobile.
Si l'un ou l'autre de ces deux secteurs devait subir les mêmes pertes d'emplois et d'investissements, il y a fort à parier que le gouvernement fédéral leur accorderait toute son attention et qu'il prendrait des mesures, comme il se doit et comme il l'a déjà fait. Toutefois, les répercussions catastrophiques sur le secteur de l'énergie et les travailleurs du secteur pétrolier et gazier et leur famille n'ont donné lieu qu'à de beaux discours et à des déclarations creuses, ainsi qu'à une série de politiques et de lois, comme le projet de loi C-69, qui sont tout à fait pernicieuses et qui aggravent la situation.
Les préoccupations au sujet du projet de loi C-69 concernent tous les secteurs et toutes les régions.
Dans une lettre collective de l'Association des administrations portuaires canadiennes, de la chambre de commerce de Calgary, de l'Association canadienne des producteurs pétroliers, de l'Association canadienne de pipelines d'énergie, de l'Association canadienne du gaz, de l'Association canadienne de l'industrie de la chimie, de l'Explorers and Producers Association of Canada, de l'Independent Contractors and Businesses Association of British Columbia et de l'Association canadienne des services pétroliers, on peut lire que le projet de loi C-69 fera ce qui suit:
mènera à davantage d'incertitude dans les processus d'évaluation et d'examen [parce qu'il] exigera que les évaluations et les décisions soient fondées sur des enjeux stratégiques larges qui vont au-delà de la portée des différents projets. Le projet de loi comprend des échéanciers plus longs et des critères imprécis qui feront croître le risque de contestation judiciaire.
C'est l'avertissement donné par des promoteurs du secteur privé.
Ils en ont aussi contre le fait que le projet de loi C-69 « donne au ministre de l'Environnement et du Changement climatique de vastes pouvoirs discrétionnaires, qui pourraient ajouter à l'incertitude concernant les grands projets d'infrastructure ». De plus, le projet de loi « met en péril les investissements requis pour permettre au Canada de créer des emplois et les recettes gouvernementales qui contribuent à notre qualité de vie ».
Certains critères sont nécessaires pour attirer et retenir les investisseurs au Canada, par exemple la stabilité des règlements et leur durabilité, la certitude quant aux échéanciers, des politiques fondées sur le rendement qui garantissent des retombées pour les collectivités en joignant des incitatifs aux mesures axées sur le rendement comme la création d'emplois, la recherche-développement, l'innovation et l'investissement de capitaux.
Pendant des décennies, ces critères ont été les traits marquants du cadre de réglementation du Canada, de même que des évaluations des plus rigoureuses, des normes élevées et des protections environnementales qui figurent parmi les plus rigoureuses au monde. Toutefois, depuis le début de l'étude du projet de loi C-69, qui a commencé lorsque les libéraux lui ont fait franchir à toute vapeur les étapes du processus à la Chambre, il y a un an et demi, les promoteurs ont soulevé des préoccupations majeures relativement à chacun des principaux éléments, dont les délais.
Le projet de loi C-69, dans la version que feront adopter les libéraux, permet au gouverneur en conseil de prolonger les délais sans fournir de justification, ce qui crée la possibilité de retards. Il n'y a pas de durée maximale prévue pour l'ensemble du processus. Les motifs d'une telle prolongation seront définis dans la réglementation. Il demeurera donc une incertitude concernant les délais, car ils seront établis après que les libéraux auront forcé l'adoption du projet de loi à la Chambre.
Ainsi, le Cabinet sera littéralement le seul autorisé à retarder un projet. Voilà qui politise clairement le processus et crée encore plus d'incertitude pour les promoteurs. Voilà pourquoi un grand nombre des amendements proposés par le Sénat sont grandement nécessaires. En effet, ils proposent d'inscrire dans la loi des délais maximaux, de retirer le pouvoir accordé au gouverneur en conseil de prolonger indéfiniment les délais et d'obliger le gouverneur en conseil à présenter les motifs de la suspension d'un délai. Les délais maximums inscrits dans la loi réduisent l'incertitude pour les promoteurs. Le temps, c'est de l'argent.
En refusant les amendements proposés par le Sénat, les libéraux indiquent clairement leur intention de revenir à des échéanciers ouverts. Leur mesure législative permet au Cabinet fédéral de ramener le processus à la case départ, obligeant les promoteurs à reprendre la même étape à de multiples reprises. C'est ce qu'on appelle faire traîner le processus jusqu'à ce que le projet tombe à l'eau, une tactique qui sera prévue dans une loi grâce aux libéraux. Cette tactique est employée par les militants anti-ressources qui s'efforcent d'empêcher les projets canadiens d'exploitation des ressources d'aller de l'avant.
Sans les amendements proposés par le Sénat, le projet de loi C-69 conférerait également à un seul ministre jusqu'au pouvoir de refuser qu'une évaluation soit effectuée. Le ministre aurait entière discrétion pour désigner ou non un projet aux fins du processus d'évaluation long et incertain prévu au projet de loi C-69. Cela entraînerait une grande incertitude pour les promoteurs, même lorsque les projets proposés ne seraient pas inscrits sur la liste des projets. Ces derniers pourraient simplement y être ajoutés par un ministre qui aurait ce pouvoir à lui seul, le ministre de l'Environnement.
Ce genre d'incertitude politique est inacceptable. Un ministre pourrait à lui seul torpiller un projet en le retardant de plusieurs années et en en augmentant les coûts de centaines de millions de dollars. Les choses ne peuvent pas vraiment être plus politiques que cela. C'est pour cette raison que, si on veut que ce projet de loi fonctionne, il faut conserver un si grand nombre des amendements proposés par le Sénat.
Cela rejoint évidemment l'une des grandes préoccupations de l'industrie, des provinces et des municipalités sur laquelle les conservateurs avaient fait des mises en garde, je veux parler de l'incertitude découlant du caractère vague des critères. Le libellé original des libéraux qui, encore une fois, ont l'intention de faire adopter à toute vapeur le projet de loi C-69, rendra les processus réglementaires et judiciaires, qui présentent déjà de grands défis pour mener à bien et en temps voulu de grands projets d'exploitation des ressources, encore plus longs et plus incertains.
Les examens réglementaires exigent déjà — et c'est normal — un engagement significatif et une diligence exceptionnelle de la part des promoteurs et des collectivités, mais ils sont souvent extrêmement complexes, entraînent des chevauchements et coûtent cher, provoquant quelquefois de profondes divisions.
Des critères clairs et concis garantissent la prévisibilité pour toutes les parties et permettent aux projets approuvés d'être menés à bien, au lieu d'avoir à reprendre des parties essentielles du processus ou de perdre des années à défendre une approbation devant les tribunaux.
Or, le projet de loi C-69 des libéraux multiplie les critères qui ne relèvent pas directement du promoteur et qui sont si vagues qu'on n'arrive pas à déterminer à quoi ils se rapportent précisément, de sorte que les promoteurs sont incapables de les intégrer ou d'en tenir compte dans leurs soumissions.
S'ils ne sont pas aussi concis que le souhaiteraient les conservateurs, les amendements du Sénat représentent quand même une vaste amélioration par rapport au libellé original des libéraux. Ils retireraient du processus d'examen les grands débats politiques, en l'axant sur des faits et des données probantes, assortis de critères mesurables, quantifiables et prévisibles.
Les libéraux rejettent tous les correctifs proposés par le Sénat, mais le problème, c'est que les critères qu'ils proposent dans le projet de loi C-69 impliquent que les commissions d'examen fassent des choix fondés sur des enjeux subjectifs, liés aux priorités politiques du gouvernement et qui sont donc intrinsèquement politiques.
Comment un promoteur qui propose un projet concret fondé sur des principes d'ingénierie et représentant des avantages sur les plans techniques, économiques, environnementaux et de la sécurité peut-il anticiper les objectifs politiques du gouvernement du jour afin d'en tenir compte? C'est impossible. Cette incertitude empêchera les promoteurs de proposer de grands projets et des infrastructures essentielles au Canada.
View Alupa Clarke Profile
CPC (QC)
View Alupa Clarke Profile
2019-06-12 18:20 [p.29026]
Madam Speaker, it gives me great pleasure to rise in the House. As usual, I want to say hello to all the residents of Beauport—Limoilou who are watching right now. I had the honour of meeting thousands of them last weekend at the Grand bazar du Vieux-Limoilou, where I had a booth, as the local member of Parliament. It was a fantastic outdoor party, and the weather co-operated beautifully.
Before I discuss the motion, I just want the people of Beauport—Limoilou to know that we will have plenty of opportunities to meet this summer at all the events and festivals being held in Beauport and Limoilou. As usual, I will be holding my annual summer party in August, where thousands of people come to meet me. We often eat hot dogs, chips and popcorn from Île d'Orléans together. It is a chance for me to get to know my constituents, talk about the issues affecting the riding, and share information about the services that my office can provide to Canadians dealing with the federal government.
I also want to say that this may be the last speech I give in the House during the 42nd Parliament. It was a huge honour to be here, and I hope to again have that honour after election day, October 21.
I plan to run in the upcoming election and I hope to represent my constituents for a long time to come. I am extremely proud of the work I have done over the past four years, including the work I did in my riding, on my portfolio, Canada's official languages, and during debates.
I am asking my constituents to do me a favour and put their trust in me for another four years. I will be here every day to serve them.
Today we are debating Motion No. 227, a Liberal motion to conduct a study in committee. It is commendable to do a study at the Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities. This is a very important House of Commons committee. A Liberal Party MP is proposing to conduct a study on labour shortages in the skilled trades in Canada.
As soon as I saw that I wanted to say a few words about this motion. Whether it be in Quebec City, Regina, Nanaimo, or elsewhere in Canada, there is a crisis right now. The labour shortage will affect us quite quickly.
We have heard that, a few years from now, the greater Quebec City area will need an additional 150,000 workers. This remarkable shortage will be the result of baby boomers retiring. Baby boomers, including my parents, will enjoy a well-deserved retirement. This is a very important issue, and we must address it.
I would like to remind the House that, in January, February and March, I asked the Minister of Employment, Workforce Development and Labour about the serious labour shortage problem in Canada. Each time, she made a mockery of my question by saying that the Liberals had created 600,000 new jobs. Today, they say one million.
I am glad that this motion was moved, but it is more or less an exercise in virtue signalling. Actually, it is more of an exercise in public communications, although I am not questioning my colleague's sincere wish to look into the issue. In six or seven days, the 42nd Parliament will be dissolved. Well, the House will adjourn. Parliament will be dissolved in a few months, before the election.
My colleague's committee will not be able to study the motion. My colleagues and I on the Standing Committee on Official Languages are finishing our study of the modernization of the Official Languages Act. We decided that we would finalize our recommendations tomorrow at noon, to ensure that we are able to table the report from the Standing Committee on Official Languages in the House.
In essence, this is a public communications exercise, since the committee will not be able to study the issue. However, I think it would be good to talk about the labour shortages in the skilled trades with the Canadians who are watching us. What are skilled trades? We are talking about hairdressers, landscapers, cabinetmakers, electricians, machinists, mechanics, and crane or other equipment operators. Skilled trades also include painters, plumbers, welders and technicians.
I will explain why the labour shortage in the skilled trades is worrisome. When people take a good look around they soon realize that these trades are very important. Skilled tradespeople build everything around us, such as highways, overpasses, waterworks, subways, transportation systems like the future Quebec streetcar line that we have talked about a lot lately, the railroads that cross the country, skyscrapers in major cities like Montreal, Toronto and Vancouver, factories in rural areas, tractors, equipment and the canals of the St. Lawrence Seaway, which were built in the 1950s.
China, India and the United States are making huge investments in infrastructure. For example, in recent years, the U.S. government did not flinch at investing $5 billion to improve the infrastructure of the Port of New York and New Jersey, which was built by men and women in the trades. In Quebec, we are still waiting for the Liberals to approve a small $60-million envelope for the Beauport 2020 project, now called the Laurentia project, which will ensure the shipping competitiveness of the St. Lawrence for years to come.
There has been a lack of infrastructure investment in Canada. The Liberals like to say that their infrastructure Canada plan is historic, but only $14 billion of the $190 billion announced have actually been allocated. That is not all. Even if the Liberals were releasing the funds and making massive investments to surpass other G20 and G7 countries, the world's largest economies, they would not be able to deliver on their incredible projects without skilled labour. Consider this: even Nigeria, with a population of 200 million, is catching up with us when it comes to infrastructure investments.
It is about time that we, as legislators, dealt with this issue, but clearly that is not what the Liberals have been doing over the past few years, although I have heard some members talk about a few initiatives here and there in some provinces. The announcement of this study is late in coming.
I would also remind the House that this is a provincial jurisdiction, given that provincial regulations govern the training of skilled workers. That said, the federal government can still be helpful by implementing various measures through federal transfers, such as apprenticeship grants and loans, tax credits and job training programs. This all requires a smooth, harmonious relationship between the provinces and the federal government. Not only do the political players have to get along well, but so do the politicians themselves.
If, God forbid, the Liberals get another four-year term in office, taxes will increase dramatically, since they will want to make up for the huge deficits they racked up over the past four years. In 2016, they imposed conditions on health transfers. Then, they rushed ahead with the legalization of marijuana even though the provinces wanted more time. Then, they imposed the carbon tax on provinces like New Brunswick, which had already closed a number of coal-fired plants and significantly reduced its greenhouse gas emissions. The Liberals said that they still considered the province to be an offender and imposed the Liberal carbon tax. Finally, today, they are rushing through the study of Bill C-69, which seeks to implement regulations that are far too rigid and that will interfere with the development of natural resources in various provinces, even though six premiers have stated that this bill will stifle their local economies.
How can we hope that this government will collaborate to come to an agreement seeking to address skilled trades shortages when it has such a poor track record on intergovernmental relations?
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole à la Chambre. Comme d’habitude, j’aimerais saluer tous les citoyens et les citoyennes de Beauport—Limoilou qui nous écoutent présentement. Nous avons eu l’honneur de nous rencontrer, par milliers, en fin de semaine, au Grand bazar du Vieux-Limoilou, où j'avais un kiosque, en tant que député. C’était une très belle fête à l’extérieur, et le beau temps était présent.
Avant de discuter de la motion, j’aimerais dire aux citoyens de Beauport—Limoilou que nous pourrons nous rencontrer tout au long de l'été, lors des activités ou des festivals qui se tiendront à Beauport ou à Limoilou. Comme chaque année, je vais tenir, au mois d’août, la Fête de l’été du député, où plusieurs milliers de personnes viennent me rencontrer. Souvent, nous dégustons ensemble des hot dogs, des croustilles et du blé d’Inde de l’île d’Orléans. C’est pour nous une chance de nous rencontrer, de discuter des enjeux de la circonscription et de faire part des services que mon bureau peut donner en ce qui a trait au gouvernement fédéral.
J’aimerais dire qu'il s'agit peut-être du dernier discours que je prononcerai à la Chambre lors de la 42e législature. Ce fut un honneur incroyable d'être ici, et je voudrais voir cet honneur renouvelé le 21 octobre prochain, le jour de l'élection.
J’ai l’intention de présenter ma candidature lors des prochaines élections, et j'espère représenter mes concitoyens encore très longtemps. Je suis extrêmement fier du travail que j’ai fait au cours des quatre dernières années, que ce soit le travail que j'ai fait dans ma circonscription, le travail relatif à mon portefeuille, les langues officielles du Canada, ou le travail que j'ai fait lors des débats.
Je demande donc à mes concitoyens de me faire une faveur, soit celle de me faire confiance pour quatre autres années. Je serai présent tous les jours pour les servir.
Aujourd’hui, nous débattons de la motion M-227, une tentative libérale visant à faire une étude en comité. C’est quand même louable de faire une étude au Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées. Il s'agit d'un comité fort important de la Chambre des communes. Un député du Parti libéral propose de mener une étude sur la pénurie de main-d’œuvre relative aux métiers spécialisés au Canada.
Dès que j’ai vu cela, j’ai voulu parler un peu de cette motion. Que ce soit à Québec, à Regina, à Nanaimo ou ailleurs au Canada, il y a une crise en ce moment. La pénurie de main-d’œuvre nous touchera assez rapidement.
On dit que, d’ici quelques années, il manquera 150 000 travailleurs dans la grande région de Québec. Cela est dû à un phénomène assez incroyable: les baby-boomers ont pris leur retraite. En effet, les baby-boomers, y compris mes parents, partent à la retraite, une retraite bien méritée. C’est donc un enjeu très important, et il faut s’y attarder.
D’ailleurs, j’aimerais rappeler que, en janvier, en février et en mars, j’ai posé quelques questions à la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail. Je lui disais qu’il y avait un grave problème de pénurie de main-d’œuvre au Canada. Chaque fois, elle tournait ma question en dérision en disant que les libéraux avaient créé 600 000 emplois. Aujourd’hui, ils disent en avoir créé 1 million.
Je suis content que la motion ait été déposée, mais il s'agit davantage d'un geste vertueux que d’autre chose. En fait, il s'agit davantage d'un exercice public de communication, bien que je ne remette pas en question le fait que mon collègue souhaite vraiment aborder le problème. Dans six ou sept jours, la 42e législature sera dissoute. En fait, la Chambre va s'ajourner. Pour ce qui est de la dissolution, elle aura lieu dans quelques mois, lors des élections.
Le comité auquel siège mon collègue ne pourra pas faire l'étude de la motion. Nous, les députés qui siégeons au Comité permanent des langues officielles, terminons notre étude sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles. Nous nous sommes dit que nous terminerions nos recommandations demain, à midi, pour nous assurer de pouvoir déposer à la Chambre le rapport du Comité permanent des langues officielles.
Bref, il s'agit d'un exercice de communication publique, car le comité ne pourra pas se pencher sur la question. Toutefois, je trouve que ce serait bien de parler de la pénurie de main-d’œuvre relative aux métiers spécialisés aux Canadiens qui nous écoutent. Que sont les métiers spécialisés? Il s’agit du coiffeur, du paysagiste, de l’ébéniste, de l’électricien, du machiniste, du mécanicien, de l’opérateur d’équipement, comme les grues. Ce dernier est un emploi incroyable. Ce n’est pas facile d'obtenir un emploi d’opérateur de grue. Il s'agit aussi du peintre, du plombier, du soudeur et du technicien.
Je vais expliquer pourquoi la pénurie de main-d’œuvre dans les métiers spécialisés est inquiétante. Si les citoyens regardent autour d'eux, ils réaliseront que ces métiers sont essentiels. Ce sont ces travailleurs qui font tout ce qui nous entoure: les autoroutes, les viaducs, les aqueducs, les métros, les réseaux de transport structurants, comme le futur tramway de Québec, dont nous parlons beaucoup dernièrement, les chemins de fer qui traversent le pays, les gratte-ciels dans les grandes villes comme Montréal, Toronto et Vancouver, les usines en région rurale, les tracteurs, les machines, les canaux de la voie maritime du Saint-Laurent, qui ont été construits dans les années 1950, etc.
En Chine, en Inde et aux États-Unis, les investissements en infrastructure sont énormes. Par exemple, dans les dernières années, le gouvernement américain n'a pas rechigné une seconde à investir 5 milliards de dollars pour améliorer les infrastructures du port de New York et du New Jersey, qui a été construit par des hommes et des femmes des corps de métiers spécialisés. De notre côté, à Québec, nous attendons toujours que les libéraux confirment une petite enveloppe de 60 millions de dollars pour le projet Beauport 2020, qui s'appelle aujourd'hui le projet Laurentia et qui vise à assurer la compétitivité maritime du fleuve Saint-Laurent dans les années à venir.
Il y a donc un manque d'investissement dans les infrastructures canadiennes. Les libéraux aiment dire que le projet d'Infrastructure Canada est historique, mais seulement 14 milliards des 190 milliards de dollars annoncés ont été dégagés. Cependant, ce n'est pas tout. Même si les libéraux débloquaient l'argent et faisaient des investissements massifs pour dépasser les autres pays du G20 et du G7, les grandes économies mondiales, ils ne pourraient pas concrétiser leurs projets incroyables sans main-d’œuvre spécialisée. D'ailleurs, au chapitre des investissements en infrastructure, même le Nigeria, qui a 200 millions d'habitants, est en train de nous rattraper.
Il est donc temps que nous, les législateurs, nous attardions à cette question, mais de toute évidence, ce n'est pas ce que les libéraux ont fait au cours des dernières années, même si j'ai entendu parler de certaines mesures saupoudrées d'une province à l'autre. L'annonce de cette étude est tardive.
Par ailleurs, rappelons que cette question relève de la compétence provinciale, puisque c'est la réglementation provinciale qui encadre la formation de la main-d’œuvre spécialisée. Cela dit, le gouvernement fédéral peut quand même être utile en mettant en place différentes mesures par l'entremise des transferts fédéraux, comme des subventions et des prêts aux apprentis, des crédits d'impôt et des programmes de formation de la main-d’œuvre. Tout cela nécessite une relation harmonieuse entre les provinces et le gouvernement fédéral. Non seulement les acteurs politiques doivent bien s'entendre, mais les politiciens eux-mêmes aussi.
Si, par grand malheur, les libéraux obtiennent un autre mandat de quatre ans, les impôts et les taxes vont augmenter considérablement, puisqu'ils voudront combler les grands déficits qu'ils ont accumulés depuis quatre ans. En 2016, ils ont imposé des conditions concernant les transferts en santé. Ensuite, ils ont précipité la légalisation de la marijuana, alors que les provinces voulaient plus de temps. Puis, ils ont imposé la taxe sur le carbone à des provinces comme le Nouveau-Brunswick, qui avait fermé plusieurs centrales au charbon et qui avait réduit ses émissions de gaz à effet de serre substantiellement. Les libéraux lui ont dit qu'ils le considéraient toujours comme un délinquant et qu'il lui imposait la taxe libérale sur le carbone. Finalement, aujourd'hui, ils précipitent l'étude du projet de loi C-69, qui vise à mettre en œuvre une réglementation beaucoup trop rigide qui empêchera l'exploitation des ressources naturelles dans différentes provinces, alors que six premiers ministres ont affirmé que cela suffoquerait leur économie locale.
Comment peut-on espérer que ce gouvernement collabore pour arriver à une entente afin de pallier la pénurie de main-d'œuvre dans les métiers spécialisés, lorsqu'on constate que son bilan en matière de relations intergouvernementales est complètement médiocre?
View Sukh Dhaliwal Profile
Lib. (BC)
View Sukh Dhaliwal Profile
2019-06-06 10:35 [p.28664]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with my esteemed colleague, the hon. member for Malpeque.
I am proud to rise today to speak in support of Bill C-97. This budget goes the next step in accomplishing the goals the Liberal government set out four years ago. It lifts Canadians up with an economy that supports them and a government that makes investments to make their lives easier. This is a change from the previous Harper Conservative government that cut important investments in infrastructure, health care and social programs.
In four years, our government has created over one million jobs, the unemployment rate is at the lowest point in years and Canada has the fastest-growing economy of all G7 nations. We have lifted 300,000 children out of poverty. Billions of dollars have been invested in affordable housing and infrastructure investments throughout Canada.
I want to thank the residents of Surrey—Newton for giving me the responsibility of delivering this real change in our community.
As members of Parliament, our purpose is to make a positive difference in the lives of our constituents. In all my terms as an MP, that is what I have sought to do. Whether it is making my personal cell number available to my constituents or going to as many community events as possible, I do this so my constituents can get the timely help they need and are able to share any issues or concerns they may have.
I am proud to share with everyone that since our first budget, our Liberal government has made important investments that have strengthened Surrey—Newton.
Since 2015, we have invested over $7 million to build more classroom space at Kwantlen Polytechnic University, as well as $125 million to build a new sustainable energy and environmental engineering building at SFU Surrey campus.
To help people get to where they need to be more efficiently, we are investing over $1 billion to expand the SkyTrain in Surrey. This comes after delivering 106 new buses and replacing the aging SkyTrain cars so they are more reliable for commuters.
Through a $600,000 investment in the Newton Recreation Centre and the Surrey Art Gallery, we have ensured that families have strong community centres for them to gather at.
Above all, the Canada child benefit is helping nearly 14,000 families, with an average monthly benefit of $630 a month. That is $8.7 million every month that is helping parents and children lead strong, healthy lives.
The Canada child benefit helps families with everything from groceries to child care to sports and recreation activities for our youth.
Because of this benefit, 300,000 children in Canada have been lifted out of poverty. That is something of which each and every member of the House should be proud. It is the single largest decline in poverty in the country's history. It happened because of the vision and leadership of the Prime Minister, the hon. member for Papineau. He promised real change and he has delivered.
When the finance minister delivered budget 2019, he spoke about the choices we have made in this budget to make life easier for Canadians.
To help young families buying their first home, we have created a new first-time homebuyer incentive, which will lower monthly mortgage payments by providing funding of 5% or 10% of the home purchase price for existing or new homes, respectively. This program is expected to help approximately 100,000 Canadians buy a home they can afford.
We have also increased the homebuyers' plan withdrawal limit for the first time in a decade. This would provide first-time homebuyers with more access to their RRSPs to buy a home.
Budget 2019 also lowers the interest rate for Canadian student loans to the prime rate, helping close to one million students who are repaying their student loans and saving the average student approximately $2,000 over the time of the loan. The interest payments during the first six-month grace period after graduation will also be waived, which will help approximately 200,000 students every year transition successfully from their studies to the workplace.
Canadians can now purchase the prescription drugs they need without having to worry about the costs. We are putting a plan in place to implement a national pharmacare plan that will help lower prescription costs. Through this plan, Canadians will save $3 billion each year.
To help more seniors retire with dignity, we are enhancing the GIS earning exemption from $3,500 to $5,000 while also automatically registering seniors aged 70 or older for their retirement benefits.
Finally, to ensure that our communities are stronger, we are investing an additional $2.2 billion to support local infrastructure priorities.
These are just some of the many highlights from budget 2019 that are going to directly help Canadians.
After 10 years of neglect by the Harper Conservatives, our government's investments are strengthening Canada. Opposition members have said that if they were back in government, they would not make these choices. What they would do is take us back and cut investments that are so vital to Canadians.
These investments, whether for seniors, child care, reducing income tax for small businesses or helping with infrastructure projects, are the real investments that change the lives of Canadians, particularly when it comes to Surrey—Newton. This is a very diverse community, socially and economically, and these policies for the middle class have helped over the last four years. I am certain that the 2019 budget will help even more so they will be able to do even better.
I am thankful for this opportunity to share my words.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec mon estimé collègue le député de Malpeque.
Je suis fier de prendre la parole aujourd’hui pour appuyer le projet de loi C-97. Ce budget passe à l’étape suivante dans la réalisation des objectifs que le gouvernement libéral s’était fixés il y a quatre ans. Il permet aux Canadiens de bénéficier d’une économie qui les soutient et d’un gouvernement qui investit pour leur faciliter la vie. Il s’agit d’un changement par rapport au gouvernement conservateur de Harper, qui avait réduit d’importants investissements dans l’infrastructure, les soins de santé et les programmes sociaux.
En quatre ans, notre gouvernement a créé plus d’un million d’emplois. Le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis des années et, parmi tous les pays du G7, le Canada est celui dont l’économie croît le plus rapidement. Nous avons sorti 300 000 enfants de la pauvreté. Des milliards de dollars ont été investis dans le logement abordable et l’infrastructure partout au Canada.
Je tiens à remercier les résidants de Surrey—Newton de m’avoir confié la responsabilité d’apporter ce véritable changement dans notre collectivité.
En tant que députés, notre objectif est d'améliorer la vie des gens de notre circonscription. C'est ce que j'ai essayé de faire au cours de tous les mandats de député que j'ai obtenus. Que ce soit de donner mon numéro de téléphone personnel aux gens de ma circonscription ou de participer au plus grand nombre d'activités communautaires possible, je le fais pour que ceux que je représente puissent obtenir l'aide dont ils ont besoin en temps opportun et pour qu'ils puissent me faire part de leurs préoccupations.
Je suis fier de dire que, depuis son premier budget, le gouvernement libéral a fait d'importants investissements qui ont renforcé Surrey—Newton.
Depuis 2015, nous avons investi plus de 7 millions de dollars pour l'ajout de salles de cours à l'Université polytechnique Kwantlen, ainsi que 125 millions de dollars pour la construction d'un édifice consacré à un programme de génie environnemental appliqué aux énergies durables sur le campus de l'Université Simon Fraser.
Afin d'aider les gens à se rendre de manière plus efficiente là où ils doivent aller, nous investissons plus de 1 milliard de dollars pour le prolongement du SkyTrain à Surrey. Cet investissement s'ajoute à l'achat de 106 autobus et au remplacement des wagons du SkyTrain pour qu'il soit plus fiable.
Grâce à un investissement de 600 000 $ au centre récréatif Newton et à la galerie d'art de Surrey, les familles de la région auront à accès à des centres communautaires dynamiques où se réunir.
Surtout, l’Allocation canadienne pour enfants vient en aide à près de 14 000 familles, à raison d’une prestation moyenne de 630 $ par mois. Au total, nous versons ainsi 8,7 millions de dollars par mois aux parents canadiens pour que leurs enfants puissent grandir et s’épanouir en bonne santé.
L’Allocation canadienne pour enfants aide les familles à financer toutes sortes de choses, que ce soit les achats d’épicerie, les frais de garderie ou les loisirs et les activités sportives des enfants.
Grâce à cette prestation, 300 000 enfants ne vivent plus dans la pauvreté au Canada. Tous les députés devraient être fiers de ce résultat. C’est la première fois que notre pays enregistre une réduction aussi importante de la pauvreté. C’est grâce à la vision et au leadership du premier ministre, le député de Papineau. Il a promis que les choses allaient vraiment changer et il a tenu sa promesse.
Lorsque le ministre des Finances a présenté le budget de 2019, il a parlé des choix que nous avons faits pour améliorer la vie des Canadiens.
Pour aider les jeunes familles à acheter un premier logement, nous avons créé un Incitatif à l’achat d’une première propriété, qui permettra de réduire les mensualités hypothécaires en assurant le financement de 5 % du prix d’un logement existant et de 10 % du prix d’un logement neuf. Ce programme devrait aider environ 100 000 Canadiens à acheter un premier logement abordable.
Pour la première fois depuis 10 ans, nous avons aussi relevé le plafond de retrait du Régime d’accession à la propriété, ce qui permettra aux acheteurs d'une première habitation d’utiliser une plus grande partie de leurs REER pour acquérir un logement.
Quant aux prêts étudiants, le budget de 2019 en ramène le taux d’intérêt au taux préférentiel, ce qui sera bénéfique pour le million d’étudiants ou presque qui doivent rembourser leur prêt, car cette réduction du taux d’intérêt leur fera économiser en moyenne 2 000 $ sur toute la durée du prêt. De plus, les étudiants n’auront pas d’intérêts à payer pendant les six premiers mois qui suivront l'obtention de leur diplôme, ce qui en aidera environ 200 000 chaque année à faire la transition entre les études et le marché du travail.
Les Canadiens peuvent maintenant acheter les médicaments que leur prescrit leur médecin sans avoir à s’inquiéter de leur coût. Nous sommes en train d’élaborer un régime national d’assurance-médicaments qui contribuera à faire baisser les prix des médicaments sur ordonnance. Grâce à ce plan, les Canadiens économiseront 3 milliards de dollars chaque année.
Pour aider les personnes âgées à prendre leur retraite dans la dignité, nous faisons passer l’exemption au titre du Supplément de revenu garanti de 3 500 à 5 000 $, tout en inscrivant automatiquement les personnes âgées de 70 ans et plus pour qu’elles puissent toucher leurs prestations de retraite.
Enfin, pour accompagner le développement de nos collectivités, nous proposons une somme supplémentaire de 2,2 milliards de dollars pour financer les infrastructures prioritaires locales.
Ce ne sont là que quelques exemples des nombreuses initiatives proposées dans le budget de 2019 pour venir en aide aux Canadiens.
Après 10 ans de négligence par le gouvernement Harper, la position du Canada est aujourd’hui plus solide grâce aux investissements du gouvernement libéral. Les députés de l’opposition ont dit que s’ils sont reportés au pouvoir, ils ne renouvelleront pas ces choix. Ils vont donc nous faire revenir en arrière et supprimer des investissements qui sont pourtant cruciaux pour les Canadiens.
Qu’ils concernent les personnes âgées, les garderies, la réduction du taux d’imposition des petites entreprises ou le financement des projets d’infrastructures, ces investissements contribuent concrètement à améliorer la vie des Canadiens, notamment dans la circonscription de Surrey–Newton. C’est une région très diversifiée, sur les plans social et économique, et les mesures que nous avons prises pour la classe moyenne au cours des quatre dernières années ont eu des effets bénéfiques. Je suis convaincu que le budget de 2019 aura des effets encore plus positifs.
Je suis heureux d'avoir eu l’occasion de dire ces quelques mots.
View Celina Caesar-Chavannes Profile
Ind. (ON)
View Celina Caesar-Chavannes Profile
2019-06-06 15:13 [p.28707]
Mr. Speaker, Peter LeBel, the commissioner of marketing and community services for the Town of Whitby, passed away on May 27 after a 27-year career.
When the member for Louis-Hébert, the Parliamentary Secretary to the Minister of Finance, visited Whitby last year, Peter's one ask was for the government to dedicate specific funds toward municipalities for community development and growth needs.
I am sure that Mr. LeBel's request had some impact as we saw the municipal infrastructure top-up fund announced in budget 2019. Would the minister give the House an update on the implementation of this fund?
Monsieur le Président, Peter LeBel, le commissaire de la commercialisation et des services communautaires de la ville de Whitby, est décédé le 27 mai après une carrière de 27 ans.
Lorsque le député de Louis-Hébert, qui est aussi le secrétaire parlementaire du ministre des Finances, a visité Whitby l'année dernière, Peter lui a présenté une seule demande. Il voulait que le gouvernement alloue des fonds aux municipalités pour le développement et la croissance communautaires.
Je suis convaincu que la demande de M. LeBel a eu un certain effet puisque des fonds supplémentaires aux municipalités pour les infrastructures ont été annoncés dans le budget de 2019. Le ministre pourrait-il faire le point sur la mise en œuvre des fonds?
View François-Philippe Champagne Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, first, I wish to extend my condolences to members of the LeBel family, their friends and the Whitby community as they mourn their loss.
Mr. LeBel was a true champion for his city and an advocate for greater funding for municipalities. We heard his call. Our government understands the importance of working with municipalities, which is why in budget 2019 we proposed a $2.2-billion top-up to address municipal priorities.
We will honour his legacy.
Monsieur le Président, je tiens d'abord à offrir mes condoléances aux membres de la famille LeBel, à leurs amis et à la ville de Whitby qui sont touchés par ce deuil.
M. LeBel était un véritable champion pour sa ville et un tenant du financement accru pour les municipalités. Nous avons entendu sa demande. Le gouvernement comprend l'importance de travailler avec les municipalités, et c'est pourquoi, dans le budget de 2019, nous avons proposé un financement supplémentaire de 2,2 milliards de dollars pour répondre aux priorités municipales.
Nous honorerons son héritage.
View Joël Lightbound Profile
Lib. (QC)
View Joël Lightbound Profile
2019-06-05 17:10 [p.28599]
Mr. Speaker, I am very pleased to rise in the House today to speak to Bill C-97.
This bill will help implement major investments included in the 2019 budget. Most importantly, it will give the government new tools to help middle-class Canadians, reduce inequality and ensure that in Canada prosperity is truly inclusive.
I will stress that I am talking about new measures. Bill C-97 builds on our accomplishments and the progress we have made these last four years. We have to remember how we got here and how we achieved the results we see in Canada today. In 2015, the situation was very different. Economic growth was slow or even stagnant. Unemployment was up, and Canada was in a technical recession. Wages were not going up fast enough, but the cost of living, as we know, just keeps increasing.
Some families were having a tough time making ends meet, while saving for the future or for an emergency. In the fall of that same year, Canadians made a different choice. I think it was a very smart choice, in all impartiality. They chose a plan that would invest in the middle class, a plan that would make big investments in health, housing and the environment, while also staying fiscally responsible.
One of the first things Liberals did as a government was to ask the wealthiest 1% of Canadians to contribute a little more so that middle-class Canadians could have more money in their pockets. Today, over nine million Canadians are benefiting from the middle-class tax cut.
In 2016, we introduced the Canada child benefit. This measure has helped lift almost 300,000 children out of poverty. What is more, our government indexed the Canada child benefit payments two years ahead of schedule, so that benefits could keep pace with the rising cost of living. In July, benefits will increase with inflation to ensure that hard-working parents continue to have the support they need with the high cost of raising their kids.
With the CCB, nine out of 10 Canadian families with children are receiving more money than they received under the previous system of child benefits, where cheques were sent to families of millionaires, something that the Harper Conservatives and today's Conservatives fought to preserve while voting against the Canada child benefit.
For the 2019-20 year, on average, families benefiting from the CCB will receive around $7,000 to help with the high cost of raising kids, an amount that will continue to rise with the cost of living, as I have mentioned. According to the OECD, and I understand it is not the Fraser Institute, which the Conservatives like to quote, even though the studies they refer to often in the House have been debunked by just about anyone serious who has taken a look at it, precisely, because they fail to take into account the Canada child benefit.
However, according to the OECD, when the CCB is combined with the middle-class tax cut, a typical, middle-class family of four in Canada, on average, now has $2,000 more in their pockets than they did under the Harper Conservatives. This is significant progress.
We did not stop there. We replaced the old working income tax benefit with the more generous Canada workers benefit. The new benefit puts more money in the pockets of more than two million Canadian workers who are working hard to join the middle class.
In addition, to support Canada's hard-working entrepreneurs, we cut the small business tax rate twice, dropping it to 9% in January. It is now the lowest small business tax rate in the G7, and the fourth lowest of the 36 members of the OECD, the Organisation for Economic Co-operation and Development, which I just referred to.
The results of the measures adopted by our government since fall 2015 speak for themselves. More than one million jobs were created in the Canadian economy. Last year, all job gains were in full-time positions. The unemployment rate is at its lowest in more than 40 years, and salaries are increasing faster than the rate of inflation. In sum, the country is heading in the right direction and the Canadian economy is booming.
Moreover, employment gains have greatly benefited groups that are often under-represented in the labour market, such as new immigrants, single mothers, indigenous peoples living on reserve and young Canadians who do not have a high school diploma. This represents considerable progress, but a lot of work remains to be done to continue reducing inequality in this country and to ensure that the growth and prosperity we are enjoying benefit as many people as possible.
Some Canadians remain concerned about the future. They are worried about their job security because the nature of work is evolving. They are worried that they will not be able to buy a home because housing is too expensive. They are worried about their retirement and they wonder whether they will have enough savings. These are legitimate concerns, and we will leave no one behind.
Bill C-97 is the next step in our plan to invest in the middle class and grow the economy today and for years to come. I will take a moment to elaborate on this before getting into some of the details of Bill C-97. Over the past three years, the government's action was based on three main pillars. That is the plan we presented to Canadians and it is working very well.
One of these three main pillars is investment in infrastructure. We know there are infrastructure needs across the country, from coast to coast, and we know how serious they are. Our environment also demands investments in public transportation infrastructure, for example. We committed to investing $180 billion over 12 years in infrastructure. These investments are paying off across the country and are helping many municipalities and provinces carry out meaningful infrastructure projects. Sometimes these projects appeal to the imagination, as is the case with public transportation. Others are a bit less glamorous, but just as important. Take waste water for example. We lose a lot of drinking water to aging waste water treatment systems.
The second pillar involves reducing inequalities through the measures I mentioned. These measures have helped reduce poverty by 20% in Canada. Child poverty was reduced by 40% in just three years. That is huge.
The third pillar is competitiveness. We are making sure that Canada has access to foreign markets, whether through the Comprehensive and Progressive Agreement for Trans-Pacific Partnership, CETA, the renegotiated NAFTA, reduced small-business tax rates or strategic investments, all of which were sorely needed in Canada during the decade that Stephen Harper and the Conservative Party of Canada were in power. They neglected the sciences and stopped investing in science. This undermines our country's competitiveness and prosperity over the long term.
Those are the three main pillars. In budget 2018, we reaffirmed the importance we place on science by making the largest investment in science in Canadian history, after a dark decade for scientists, science, research and innovation under Stephen Harper's Conservative government.
The budget and Bill C-97 are based on these three main pillars, which are working and have made Canada one of the G7's leading economies since we came to power three years ago.
Speaking of competitiveness, let us talk about skills.
That is something that I would like to talk about. In the first quarter of 2019, there were more Canadians employed than at any moment in Canada's history, including more women employed than at any moment in Canadian history. That is great news but we cannot take anything for granted. We know that not everyone has the right skills to take advantage of some of the new well-paying opportunities.
The nature of work is changing around the world and the challenge for workers, employers and governments is to find new ways to make sure that people have the skills they need to succeed in the changing work environment. For example, automation is on the rise. The OECD estimates that about one in 10 Canadian jobs are at high risk of automation within the next 10 to 20 years and that one out of three jobs is likely to experience significant changes.
Canada is not alone in this. Other countries will face the same challenge, as workers try to figure out how to get the training they need to keep their existing jobs or to prepare for new jobs.
We are determined to ensure that Canadian workers have the skills they need to succeed on the job market of tomorrow. To get there, Canadians must have access to appropriate training. That is why we introduced a new program, the Canada training benefit, in budget 2019. It is a personalized, portable benefit that will help Canadians get the time and money they need to learn new skills.
Bill C-97 will implement an important element of the benefit, namely a $250 annual credit for every worker to be put toward the cost of future training. This credit can add up to $5,000 over the course of a career. Eligible workers will receive their first credit this year, in 2019, and may start using it next year to register for a course they may need.
The Canada training benefit will open more doors for workers, which will help them contribute to the Canadian economy and benefit from its growth. This measure will be equally helpful for employers because it will give them access to a more skilled workforce, which will help them grow their businesses and create more well-paying jobs.
Clearly, if we want to prepare Canadians for the high-quality jobs of tomorrow, we must pay close attention to my generation and to young Canadians, something our government fully understands. When the Minister of Finance introduced budget 2019, he highlighted the steps we have taken to remove barriers to education and training.
With the measures in this budget implementation act, students would not have to start repaying their Canada student loans until six months after they graduated, and interest would not accumulate during that period on these loans. Paired with the budget's commitment to lower the interest rate on Canada student loans, the interest-free grace period is expected to save the average borrower approximately $2,000 over the lifetime of a loan.
We are taking these steps because young Canadians need our help. They are the most educated, connected and diverse generation this country has ever seen. They are changing our communities for the better and are taking the lead in building a fairer and more sustainable future.
At the same time, we are hearing from many young Canadians that they are still worried about what the future holds for them. Will they be able to afford college or university? Will there be good jobs ready for them when they graduate? Will they be able to afford a good place to live? We are taking action to answer more of these questions for young people and for all Canadians.
Let us take housing. Many young Canadians dream of owning their first home, a feeling shared by middle-class families. However, with rising house prices, it is getting increasingly harder for people to make that dream a reality. Our government believes that every Canadian should have a safe and affordable place to call home. That is why we are taking important steps to make housing more accessible and affordable, especially for first-time homebuyers.
The legislation we are debating proposes measures to help Canadians take their first step toward home ownership. It would amend the National Housing Act to allow the Canada Mortgage and Housing Corporation to offer shared equity mortgages to eligible first-time homebuyers. This important measure would be called the first-time homebuyer incentive. Through this new incentive, CMHC would provide 5% of the value of a home for a first-time homebuyer, helping to reduce the size of an insured mortgage and lowering monthly mortgage payments.
To encourage the construction of new housing, the incentive would increase to 10% for newly built homes. This could mean a lot for many young Canadians. For a middle-class family buying a new condo or new house worth $400,000, the savings could be about $225 a month. That could make a real difference. It is expected that this new incentive could help as many as 100,000 Canadian families buy their first home.
That is not all. The budget implementation bill also proposes to increase the limit on withdrawals from the home buyers' plan, or HBP. These amounts, which first-time homebuyers can withdraw tax-free, can help fund the down payment. As announced in budget 2019, the limit is being increased from $25,000 to $35,000 per person, or from $50,000 to $70,000 for a couple. The maximum withdrawal amount had not been adjusted in 10 years, so we thought it was time to do so. Modernizing the homebuyers' plan will help more people purchase their first home or first condo.
In addition, Bill C-97 will enact the new legislation for the national housing strategy. In concrete terms, it will require the federal government to give priority to the housing needs of the most vulnerable Canadians.
The government will also be required to report back to Parliament on the progress made in implementing the strategy and in achieving the desired results with respect to housing. These targets, such as cutting homelessness in half in this country and building 100,000 new units, as well as repairing and renovating another 300,000, will make a real difference in the lives of many Canadians.
I think these reinvestments in housing are all the more important in light of the federal withdrawal from housing investment, which, I should point out, began before the Conservative government took office and escalated during the 10 years that Stephen Harper was in power.
I think it is time for the federal government to take responsibility for housing and make a bold, ambitious comeback. That is what the national housing strategy does.
The bill also offers meaningful assistance for Canadian seniors, because all Canadians deserve a secure and dignified retirement, free of financial worries. Sadly, retirement can be a daunting prospect for some seniors, especially those living on low incomes.
Since 2015, the government has taken a number of steps to make retirement more affordable. For instance, it restored the age of eligibility for old age security and the guaranteed income supplement to 65. The previous government had moved it up to 67, plunging hundreds of thousands of the most vulnerable Canadians into poverty.
We increased the GIS top-up for single seniors, a measure that benefited 900,000 Canadians.
Our government also reached an historic agreement with the provinces to enhance the CPP, which will raise the maximum retirement benefit by up to 50% over time. This will help more than one million families who would have faced a drop in their standard of living when they retired.
Budget 2019 and this BIA propose a series of new measures to help even more Canadians age with confidence in their finances. To help low-income working seniors, Bill C-97 proposes to increase the earnings exemption for the guaranteed income supplement and to expand the exemption to self-employment income. This means that more low-income working seniors would be able to keep more of their pay and their benefits.
We are also taking steps to ensure that everyone who is eligible receives her or his retirement benefit from the CPP. While the standard age to receive CPP benefits is 65, some people choose to delay receiving their retirement benefits until age 70, at which time they will receive a bit more each month. A small number of people, however, are currently missing out on receiving their CPP benefits. This happens because some apply too late, and some do not apply at all. To ensure that all Canadian workers receive the full value of the benefits they deserve, this BIA proposes to proactively enrol, as of 2020, CPP contributors who are age 70 or older who have not yet applied to receive their retirement benefits. It is estimated that approximately 40,000 Canadians would begin to receive a retirement pension as a result. They deserve that money. Making sure that they get it is the right thing to do, and this legislation would make it happen.
Budget 2019 and Bill C-97 are about investing in people, and I have given plenty of examples in this speech. However, it is also about investing in communities. That is why budget 2019 proposes to support local infrastructure priorities by providing a one-time top-up of $2.2 billion, doubling the federal municipal infrastructure commitment in 2018-19. This $2.2 billion injection of cash this year would help cities and towns of all sizes, as well as indigenous communities. It would provide them with much-needed funds to address short-term priorities and crucial repairs and help them finance other important projects, such as recreational arenas, soccer facilities, new roads, public transit extensions, improvements to drinking water infrastructure and so on. Transferring funds to communities will get projects built. Supporting this BIA will get projects built.
In recent years, this funding has supported approximately 4,000 projects each year that have contributed to productivity and economic growth, a cleaner environment and stronger communities. We promised this help, and we are delivering in this BIA.
I could go on about what is in this budget, because when it comes to investing in the middle class, there is a lot of good news to share. However, I will conclude with this. Canadians have made a lot of progress since the fall of 2015. They should be proud of the strong communities and the strong economy they have helped build.
I think it is a source of pride for Canadians, or it should be, that in three short years, we managed to turn around the situation that the Stephen Harper government ineptly and regrettably got us into. During that decade, we saw the lowest growth in employment since the Second World War, the lowest growth in exports and a disastrous economic record.
They also managed to add $150 billion to the national debt.
We managed to turn around the country's fortunes with the best economy in the G7, the lowest unemployment rate in nearly 40 years, and a 20% reduction in poverty in 2017. It never occurred to them to reduce poverty and inequality. It was the right thing to do for the country. To us it is obvious that the more inclusive our prosperity is and the more we reduce inequality, the better off the entire Canadian economy will be.
That is what we have managed to do and that is what we will continue to do.
Monsieur le Président, je suis vraiment heureux de prendre la parole aujourd’hui à la Chambre, pour discuter du projet de loi C-97.
Ce projet de loi va permettre de mettre en œuvre des investissements importants qui sont inclus dans le budget de 2019. Il va surtout permettre au gouvernement de prendre de nouvelles mesures pour aider les Canadiens de la classe moyenne, pour réduire les inégalités au pays et s’assurer qu’au Canada la prospérité est réellement inclusive.
Il faut remarquer que je parle de nouvelles mesures. En effet, le projet de loi C-97 s’appuie sur les progrès que nous avons réalisés au cours des quatre dernières années, et ils sont importants. Il faut se rappeler comment on en est arrivé ici aujourd’hui aux résultats qu’on connaît, au Canada. En 2015, la situation était tout autre. On se rappellera que la croissance économique était lente, même stagnante, que le taux de chômage était en hausse et que le Canada était en récession technique. Les salaires n’augmentaient pas assez vite, mais le coût de la vie, lui, on le sait, continue toujours d’augmenter.
Certaines familles avaient beaucoup de peine à joindre les deux bouts tout en essayant d’économiser pour l’avenir ou en cas d’urgence. À l’automne de cette même année, les Canadiens ont fait un choix différent. Je dirai de façon tout à fait impartiale qu’ils ont fait un choix extrêmement judicieux. Ils ont choisi un plan qui visait à investir dans la classe moyenne et à investir beaucoup d’argent dans la santé, dans le logement et dans l’environnement tout en demeurant financièrement responsable.
En arrivant au pouvoir, les libéraux ont tout d’abord demandé au 1 % des Canadiens les plus riches d’augmenter un peu leur contribution pour que leurs concitoyens de la classe moyenne puissent garder plus d’argent dans leurs poches. Aujourd’hui, plus de neuf millions de Canadiens jouissent de la baisse d’impôts accordée à la classe moyenne.
En 2016, nous avons instauré l’Allocation canadienne pour enfants. Cette mesure a permis de sortir près de 300 000 enfants de la pauvreté. De plus, notre gouvernement a indexé les prestations de l’Allocation canadienne pour enfants deux ans plus tôt que prévu afin qu’elles suivent le rythme de l’augmentation du coût de la vie. En juillet, ces prestations augmenteront en fonction de l’inflation afin que les parents qui travaillent fort continuent de recevoir le soutien dont ils ont besoin pour faire face aux coûts élevés de l’éducation de leurs enfants.
Grâce à l’Allocation canadienne pour enfants, 9 familles canadiennes sur 10 reçoivent plus d’argent que ce qu’elles recevaient sous l’ancien système de prestations pour enfants, qui envoyait des chèques à des familles de millionnaires. Soulignons que les conservateurs de Harper et les conservateurs actuels se sont efforcés de préserver cet ancien système en votant contre l’Allocation canadienne pour enfants.
En 2019-2020, les familles qui bénéficient de l’Allocation canadienne pour enfants recevront en moyenne 7 000 $ pour faire face aux coûts élevés de l’éducation des enfants. Ce montant continuera d’augmenter en fonction du coût de la vie, comme je viens de le souligner. Selon l’OCDE — et je crois comprendre que ce n’est pas une conclusion de l’Institut Fraser, que les conservateurs aiment citer même si les études auxquelles ils font souvent référence à la Chambre sont discréditées lorsqu’on les examine de près, justement parce qu’elles ne tiennent pas compte de l’Allocation canadienne pour enfants.
Quoi qu’il en soit, l’OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économiques, a calculé qu’au Canada, avec l’Allocation canadienne pour enfants et la baisse d’impôt qui leur est accordée, les familles typiques de la classe moyenne qui comptent quatre personnes reçoivent maintenant en moyenne 2 000 $ de plus qu’elles n’en avaient sous les conservateurs de Harper. C’est un progrès considérable.
Mais nous ne nous sommes pas arrêtés là. Nous avons remplacé l’ancienne Prestation fiscale pour le revenu de travail par l’Allocation canadienne pour les travailleurs, qui est plus généreuse. Cette nouvelle allocation permet à plus de deux millions de travailleurs canadiens qui travaillent fort pour se hisser jusqu'à la classe moyenne de recevoir plus d'argent.
De plus, pour soutenir les vaillants entrepreneurs du Canada, nous avons réduit à deux reprises le taux d’imposition des petites entreprises, qui aura baissé à 9 % en janvier prochain. C’est maintenant le taux d’imposition des petites entreprises le plus bas de tout le G7. Il se place au quatrième rang des taux les plus bas des 36 pays membres de l'OCDE.
Les résultats des mesures adoptées par notre gouvernement depuis l'automne 2015 parlent d'eux-mêmes. Plus de 1 million d'emplois ont été créés dans l'économie canadienne. L'an dernier, tous les gains d'emplois étaient des postes à temps plein. Le taux de chômage est à son plus bas niveau en plus de 40 ans et les salaires augmentent plus vite que l'inflation. En somme, le pays va dans une bonne direction et l'économie canadienne roule à plein régime.
De plus, les progrès en matière d'emploi ont largement profité aux groupes souvent sous-représentés sur le marché du travail, comme les immigrants récemment arrivés, les mères seules, les Autochtones vivant à l'extérieur des réserves, les jeunes Canadiens et les personnes qui n'ont pas de diplôme d'études secondaires. Cela représente des avancées considérables, mais il y a encore beaucoup de travail à faire pour continuer de réduire les inégalités au pays et s'assurer que la croissance et la prospérité dont on jouit profitent au plus grand nombre de gens possible.
Certains Canadiens demeurent inquiets de l'avenir. Ils s'inquiètent de leur sécurité d'emploi, parce que la nature du travail évolue. Ils s'inquiètent de ne pas pouvoir s'acheter une maison parce que cela coûte trop cher. Ils s'inquiètent de leur retraite et ils se demandent s'ils auront suffisamment d'économies. Ces préoccupations sont légitimes et nous ne laisserons tomber personne.
Le projet de loi C-97 constitue la prochaine étape de notre plan pour investir dans la classe moyenne et faire croître l'économie aujourd'hui et au cours des années à venir. Je vais faire une petite pause pour en parler davantage, avant d'entrer dans certains détails du projet de loi C-97. Au cours des trois dernières années, l'action gouvernementale reposait sur trois grands piliers. C'est le plan que nous avions soumis aux Canadiens et qui fonctionne très bien.
Un de ces trois grands piliers, ce sont les investissements en infrastructure. On sait à quel point il y a des besoins d'investissement en infrastructure au pays, d'un océan à l'autre. Notre environnement exige aussi qu'on investisse dans des infrastructures de transport collectif, par exemple. Nous nous étions engagés à investir 180 milliards de dollars sur 12 ans en infrastructure. On voit que cela porte des fruits un peu partout au pays et permet à plusieurs municipalités et provinces de réaliser des projets d'infrastructure dignes de ce nom. Parfois, ces projets font rêver, comme dans le cas des transports en commun. D'autres sont un peu moins attrayants, mais sont tout aussi importants. Pensons notamment au traitement des eaux usées. On perd beaucoup d'eau potable à cause de systèmes vétustes de traitement des eaux usées.
Le deuxième pilier est la réduction des inégalités grâce aux mesures dont j'ai parlé. Celles-ci nous ont permis de réduire de 20 % la pauvreté au Canada. La pauvreté infantile a été réduite de 40 % en seulement trois ans. C'est immense.
Le troisième pilier est la compétitivité. Nous nous assurons que le Canada a accès à des marchés étrangers, que ce soit par l'entremise de l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste, de l'AECG, de la renégociation de l'ALENA, de la réduction du taux d'impôt des petites entreprises ou d'investissements stratégiques, qui ont tellement manqué au Canada pendant la décennie où Stephen Harper et le Parti conservateur du Canada étaient au pouvoir. On a négligé la science et on a cessé d'investir dans la science. Cela mine la compétitivité et la prospérité du pays à long terme.
Voilà les trois grands piliers. Dans le budget de 2018, nous avons réaffirmé l'importance que nous accordons à la science en faisant le plus important investissement en science de l'histoire du Canada, après une décennie sombre pour les scientifiques, pour la science, pour la recherche et pour l'innovation sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper.
Le budget et le projet de loi C-97 s'appuient sur ces trois grands piliers qui fonctionnent et qui font en sorte que le Canada a l'une des économies les plus performantes des pays du G7 depuis que nous sommes au pouvoir, soit depuis trois ans.
Au sujet de la compétitivité, on peut parler des compétences.
C’est un sujet dont je veux parler. Au premier trimestre de 2019, il y avait plus de Canadiens au travail qu’à n’importe quel moment de l’histoire du Canada, et notamment un plus grand nombre de femmes que jamais auparavant. C’est une excellente nouvelle, mais nous ne pouvons rien tenir pour acquis. Nous savons que tout le monde n’a pas les compétences nécessaires pour profiter de certains des nouveaux débouchés bien rémunérés qui s’offrent.
La nature du travail évolue partout dans le monde et le défi pour les travailleurs, les employeurs et les gouvernements est de trouver de nouvelles façons de s’assurer que les gens ont les compétences nécessaires pour réussir dans un milieu de travail en évolution. Par exemple, l’automatisation est à la hausse. L’OCDE estime qu’environ un emploi sur dix au Canada présente un risque élevé d’être automatisé au cours des 10 à 20 prochaines années et qu’un emploi sur trois subira probablement des changements importants.
Le Canada n’est pas seul dans cette situation. D’autres pays seront confrontés au même défi, alors que leurs travailleurs tenteront de trouver la formation nécessaire pour conserver l'emploi qu’ils occupent ou pour se préparer à en décrocher un nouveau.
De notre côté, nous sommes déterminés à faire en sorte que les travailleurs canadiens aient les compétences nécessaires pour réussir sur le marché de l'emploi de demain. Pour y arriver, les Canadiens doivent avoir accès à une formation adéquate. Ainsi, dans le budget de 2019, nous avons présenté un nouveau programme: l'Allocation canadienne pour la formation. C'est une allocation personnalisée et transférable qui va aider les Canadiens à obtenir le temps et l'argent dont ils ont besoin pour acquérir de nouvelles compétences.
Le projet de loi C-97 va permettre de mettre en œuvre une partie importante de l'Allocation: un crédit pour la formation de 250 $ chaque année pour chaque travailleur, un montant qu'ils pourront appliquer au coût de programmes futurs de formation. Ce crédit pourra atteindre 5 000 $ au cours de leur carrière. Les travailleurs admissibles obtiendront leur premier crédit annuel cette année, en 2019, et pourront l'utiliser dès l'an prochain pour s'inscrire à un cours dont ils pourraient avoir besoin.
L'Allocation canadienne pour la formation ouvrira plus de portes aux travailleurs, ce qui les aidera à contribuer à l'économie canadienne et à profiter de sa croissance. Cette mesure sera aussi avantageuse pour les employeurs, car elle leur permettra d'avoir accès à une main-d’œuvre plus qualifiée. Cela les aidera à faire croître leur entreprise et à créer plus d'emplois bien rémunérés.
Évidemment, si nous voulons nous assurer que les Canadiens sont prêts pour les bons emplois de demain, nous devons porter une attention particulière à ma génération et aux plus jeunes Canadiens, ce que notre gouvernement comprend très bien. Lorsque le ministre des Finances a déposé le budget de 2019, il a mis en lumière les mesures que nous avons prises pour faire tomber les obstacles à l'éducation et à la formation.
Grâce aux mesures prévues dans le projet de loi d’exécution du budget, les étudiants ne devraient commencer à rembourser leurs prêts d’études canadiens que six mois après l’obtention de leur diplôme, et les intérêts ne s’accumuleraient pas pendant cette période. Jumelé à l’engagement pris dans le budget de réduire le taux d’intérêt sur les prêts canadiens aux étudiants, le délai de grâce sans intérêt devrait permettre à l’emprunteur moyen d’économiser environ 2 000 $ sur la durée d’un prêt.
Nous prenons ces mesures parce que les jeunes Canadiens ont besoin de notre aide. Ils forment la génération la plus instruite, la plus branchée et la plus diversifiée que notre pays ait jamais connue. Ils transforment nos collectivités pour le mieux et prennent l’initiative de bâtir un avenir plus juste et plus durable.
En même temps, de nombreux jeunes Canadiens nous disent qu’ils s’inquiètent toujours de ce que l’avenir leur réserve. Auront-ils l’argent nécessaire pour faire des études collégiales ou universitaires? Y aura-t-il de bons emplois pour eux lorsqu’ils obtiendront leur diplôme? Auront-ils les moyens de se payer un bon logement? Nous prenons des mesures pour répondre à un plus grand nombre de ces questions que se posent les jeunes et tous les Canadiens.
Prenons le logement. Beaucoup de jeunes Canadiens rêvent de devenir propriétaires, et ce sentiment est partagé par les familles de la classe moyenne. Cependant, avec la hausse du prix des maisons, il devient de plus en plus difficile pour les gens de réaliser ce rêve. Notre gouvernement croit que tous les Canadiens devraient avoir un chez-soi sûr et abordable. C’est pourquoi nous prenons des mesures importantes pour rendre le logement plus accessible et abordable, surtout pour les premiers acheteurs.
Le projet de loi dont nous débattons propose des mesures pour aider les Canadiens à faire le premier pas vers l’accession à la propriété. Il modifierait la Loi nationale sur l’habitation, afin de permettre à la Société canadienne d’hypothèques et de logement d’offrir des prêts hypothécaires avec participation aux premiers acheteurs admissibles. Cette mesure importante s’appellera l’Incitatif à l’achat d’une première propriété. Grâce à cette nouvelle mesure incitative, la SCHL fournirait 5 % de la valeur d’une propriété à un premier acheteur, ce qui aiderait à réduire la taille du prêt hypothécaire assuré et les versements hypothécaires mensuels.
Pour encourager la construction de nouvelles habitations, l’incitatif passerait à 10 % pour les maisons neuves. Cela pourrait signifier beaucoup pour un grand nombre de jeunes Canadiens. Pour une famille de la classe moyenne qui achète un nouvel appartement en copropriété ou une nouvelle maison d’une valeur de 400 000 $, l’économie pourrait être d’environ 225 $ par mois. Cela pourrait faire une réelle différence. On s’attend à ce que ce nouvel incitatif aide jusqu’à 100 000 familles canadiennes à acheter leur première maison.
Ce n'est pas tout. Le projet de loi de mise en œuvre du budget propose aussi d'augmenter la limite des retraits du régime d'accession à la propriété, le RAP. Ces montants, que les acheteurs d'une première propriété peuvent retirer sans avoir à payer de l'impôt sur le retrait, peuvent aider à financer la mise de fonds. Tel qu'annoncé dans le budget de 2019, le montant passerait de 25 000 $ à 35 000 $ par personne, ou de 50 000 $ à 70 000 $ pour un couple. Le montant maximum de retrait n'a pas été ajusté depuis 10 ans, et nous pensons qu'il est temps de le faire. Moderniser le régime d'accession à la propriété permettra à un plus grand nombre de personnes d'acheter une première maison ou un premier condo.
De plus, le projet de loi C-97 promulguerait la nouvelle loi relative à la Stratégie nationale sur le logement du Canada. Concrètement, cela ferait que le gouvernement fédéral serait tenu d'accorder la priorité aux besoins des Canadiens les plus vulnérables en matière de logement.
Le gouvernement serait également tenu de rendre compte au Parlement des progrès réalisés dans la mise en œuvre de la Stratégie et dans l'atteinte des résultats souhaités en matière de logement. Ces objectifs, comme réduire de moitié le nombre de sans-abri au pays et construire 100 000 nouveaux logements, en plus d'en réparer et d'en rénover 300 000 autres, feraient une réelle différence dans la vie de nombreux Canadiens.
Je pense que ces réinvestissements en matière de logement sont particulièrement importants si l'on considère le désengagement du gouvernement fédéral en matière de logement, qui a commencé, je dois l'avouer, avant que le gouvernement conservateur prenne le pouvoir et qui s'est accentué pendant la décennie conservatrice de Stephen Harper.
Je pense qu'il était temps que le gouvernement fédéral assume ses responsabilités en matière de logement et qu'il y revienne avec audace et ambition. C'est ce qui est inclus dans la stratégie nationale en matière de logement.
Le projet de loi offre également une aide réelle aux Canadiens plus âgés, aux aînés, parce que tous les Canadiens méritent une retraite sûre, digne et sans soucis financiers. Malheureusement, pour certains aînés, particulièrement ceux à faible revenu, la retraite peut être une perspective décourageante.
Depuis 2015, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures pour rendre la retraite plus abordable. Par exemple, il a ramené l'âge d'admissibilité à la Sécurité de la vieillesse et au Supplément de revenu garanti à 65 ans, alors que le gouvernement précédent l'avait augmenté à 67 ans. Cela aurait eu pour effet de plonger dans la pauvreté des centaines de milliers de Canadiens les plus vulnérables.
On a réussi à augmenter les prestations complémentaires du Supplément de revenu garanti pour les personnes âgées vivant seules, une mesure dont ont profité 900 000 Canadiens.
Le gouvernement a également conclu une entente historique avec les provinces pour bonifier le RPC, ce qui augmentera la prestation de retraite maximale jusqu’à concurrence de 50 % au fil du temps. Cela aidera plus d’un million de familles qui auraient autrement vu leur niveau de vie baisser à la retraite.
Dans le budget de 2019 et cette loi d’exécution du budget, le gouvernement propose une série de nouvelles mesures pour aider encore plus de Canadiens à vieillir avec confiance en leur avenir financier. Pour aider les aînés à faible revenu qui travaillent, le projet de loi C-97 propose d’augmenter l’exemption de revenu pour le Supplément de revenu garanti et d’étendre l’exemption au revenu d’un travail indépendant. Cela signifie qu’un plus grand nombre de travailleurs âgés à faible revenu pourraient conserver une plus grande partie de leur salaire et de leurs prestations.
Nous adoptons également des mesures pour que toutes les personnes admissibles reçoivent des prestations de retraite du RPC. Alors que l’âge normal pour recevoir des prestations du RPC est de 65 ans, certaines personnes choisissent de reporter leurs prestations de retraite à 70 ans, auquel cas elles recevront un peu plus chaque mois. Toutefois, un petit nombre de personnes ne reçoivent pas actuellement leurs prestations du RPC. Cela se produit parce que certaines demandes arrivent trop tard et d’autres ne présentent pas du tout de demande. Pour s’assurer que tous les travailleurs canadiens reçoivent la pleine valeur des prestations qu’ils méritent, cette loi d’exécution du budget propose d’inscrire de façon proactive, à compter de 2020, les cotisants au RPC âgés de 70 ans ou plus qui n’ont pas encore présenté de demande pour recevoir leurs prestations de retraite. On estime qu’environ 40 000 Canadiens commenceraient à recevoir une pension de retraite. Ils méritent cet argent. C’est la bonne chose à faire que de veiller à ce qu’ils en profitent, et ce projet de loi permettra d’y arriver.
Le budget de 2019 et le projet de loi C-97 visent à investir dans les gens, et j’ai donné de nombreux exemples dans ce discours. Toutefois, il faut aussi investir dans les collectivités. C’est pourquoi le budget de 2019 propose d’appuyer les priorités en matière d’infrastructure municipale en fournissant un complément ponctuel de 2,2 milliards de dollars, ce qui doublera le soutien fédéral qu’il y a eu dans ce domaine en 2018-2019. Cette injection de 2,2 milliards de dollars cette année aidera des villes de toutes tailles ainsi que les collectivités autochtones. Elle leur procurera les fonds dont elles ont grand besoin pour s’occuper de priorités à court terme et pour effectuer des réparations cruciales, et elle les aidera à financer d’autres projets importants, comme des arénas, des terrains de soccer, de nouvelles routes, le prolongement du transport en commun, l’amélioration de l’infrastructure d’eau potable, et ainsi de suite. Le transfert de fonds aux collectivités permettra de réaliser des projets. L’appui à cette loi d’exécution du budget permettra de réaliser des projets.
Ces dernières années, ce financement a permis d’appuyer annuellement environ 4 000 projets qui ont contribué à la productivité et à la croissance économique, à un environnement plus propre et à des collectivités plus fortes. Nous avons promis cette aide, et nous nous acquittons de cette promesse dans cette loi d’exécution du budget.
Je pourrais continuer à parler de ce qui se trouve dans ce budget, parce que lorsqu’il s’agit d’investir dans la classe moyenne, il y a beaucoup de bonnes nouvelles à communiquer. Toutefois, je vais conclure en disant que les Canadiens ont fait beaucoup de progrès depuis l’automne 2015. Ils ont toutes les raisons d’être fiers des collectivités dynamiques et de l’économie vigoureuse qu’ils ont contribué à bâtir.
Je pense que c'est une source de fierté pour les Canadiens — cela devrait l'être — de constater qu'en l'espace de trois courtes années, nous avons réussi à retourner la situation dans laquelle nous avait maladroitement et malheureusement engagés le gouvernement conservateur de Stephen Harper. En effet, durant cette décennie, on a assisté à la plus faible croissance au chapitre de l'emploi depuis la Deuxième Guerre mondiale, à la plus faible croissance des exportations et à un bilan économique désastreux.
De plus, ils ont réussi à ajouter 150 milliards de dollars à la dette nationale.
Nous avons réussi à revirer les fortunes du pays avec, en 2017, l'économie la plus performante des pays du G7, avec le taux de chômage le plus bas depuis près de 40 ans et avec une réduction de la pauvreté de 20 %. Cela ne leur a jamais effleuré l'esprit de réduire la pauvreté et les inégalités. C'était la bonne chose à faire pour le pays. Pour nous, il est évident que, plus la prospérité est inclusive et plus on réduit les inégalités, mieux c'est pour l'ensemble de l'économie canadienne.
C'est ce que nous avons réussi à faire et c'est ce que nous allons continuer à faire.
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2019-06-05 17:53 [p.28605]
Mr. Speaker, I am pleased to rise today to speak to Motion No. 226. which seeks to give instructions to the Standing Committee on Health regarding health care delivery in rural Canada.
There is an extremely concerning shortage of family doctors and nurses in Canada, particularly in rural areas. The lack of broadband Internet also prevents rural communities from accessing online health services. The committee should also consider the worrisome deterioration of rural hospitals in its study.
I want to thank the member for Kenora for bringing the motion before the House. My daughter was a nurse in his lovely riding, so she is well acquainted with its hospital and the health care services that are available there.
As the member for Sarnia—Lambton, I note that Sarnia is a mixture of urban and rural, so there are also quite a number of parts of my riding where services and transportation are not available.
I would like to start by talking about the current situation in health care in general in Canada.
We know there is already a shortage of doctors and nurses across the country. I have travelled from coast to coast to coast and spoken with people in various ridings. I would like to give members a few examples of the shortage, starting with what I think is one of the worst cases I have heard, which is Cape Breton.
Cape Breton was missing 52 emergency room physicians and a vascular surgeon. People who cut an artery in Cape Breton would lose a limb or die because they would not be able to get to Halifax in time to get the services.
Let us look across the country. Given the wait times in Ottawa, it takes six years to get a family doctor. The former member for Nanaimo—Ladysmith ran provincially, and one of the priority issues she brought up was the shortage of doctors in B.C. Truly, there is a shortage of health care workers.
This is particularly disturbing, as we have an aging population. Right now, one in six people is a senior, and that will be one in four in the next six to 10 years. With that comes a need for a number of different services.
First of all, we are seeing a movement toward more chronic disease, in part due to rising obesity rates, smoking issues and so on. Also, as people are living longer, we are seeing an increase in dementia, and there is a need for palliative care. Of course, I have been a strong advocate for palliative care during my time in the House. About 70% of Canadians do not have any access to palliative care, and this is especially true in rural and remote places. It is a pressing problem.
As I look to the government that has been in power for four years, I see absolutely no plan to address the gaps that exist regarding the resources for health care workers and all the infrastructure needed in places like Petrolia, which is one of the hamlets within my riding. Right now, the electrical and mechanical systems in place at the Charlotte Eleanor Englehart Hospital are so obsolete and so likely to fail that Petrolia is planning how it will shut down the hospital when the systems fail. All of the patients will have to be moved to the nearby high school. Petrolia needs $5 million to repair that infrastructure.
I could tell members similar stories, from across the nation, of hospitals that have not received any funding for infrastructure. Clearly the provinces do not have money for that. One solution the government could bring forward in that light is a program that would specify rural hospitals and their infrastructure needs, which would address some of the outstanding issues there.
Another need in many rural and remote places is broadband Internet. As we move increasingly to using virtual services, such as virtual palliative care and virtual consultations, communities need broadband Internet to receive them. There is a huge need for this in the north. My riding has several places without good access to the Internet. I think it will be incredibly important to address this need.
One of the other problems with the rural and remote health care system is just accessing the services. Transportation can be very costly and, as the member for Kenora has mentioned, it can take a really long time. In Kenora, people transit by airplane. In my riding, even though there are many services, a lot of people have to go to nearby London, which is an hour away. For low-income people and those who do not have transportation, there is no service to take them for weekly cancer treatments or other procedures. Transportation is a big barrier, and we need to find solutions to address that.
There have been some really innovative solutions that I discovered when I was working on the palliative care private member's bill. One of them was the use of paramedics to deliver palliative care. Trained paramedics, during the hours they are not taking care of emergencies, would distribute pain medications and perform procedures that patients need. This is really cost-efficient, because they are already on the payroll, and it is a great service for people who have trouble accessing services and cannot get the transportation they need. It is those kinds of innovations that will be really important as we move forward.
Another issue in my riding—and I heard it is also an issue in Kenora—has to do with how to attract doctors, nurses and health care workers to go to rural places. There has to be some kind of incentive. One of the great innovations, also in Petrolia, was a clinic that was put together with multiple family physicians and nurse practitioners providing various services. Because the doctors did not have to be sole family physicians working umpteen hours in practice and then being on call for emergencies, the balance of life and work was much better. There was a real effort made to attract doctors to that practice. They are doing a fine job and making services very accessible to people who live nearby. In fact, because of the quality, in some cases people are even coming from Sarnia to Petrolia to access services.
We need to come up with solutions on how to provide health care and work with the provinces and territories. Every region is different. We talked about some of the barriers, such as travel during bad weather, for accessing services, but in some places, the problems are different. Some places have an aging population. In my riding, 50% of people are over the age of 57, so care for seniors is a key issue, and I know that is true as well in Nova Scotia and a number of places across the country.
At the end of the day, I would be happy to have the health committee study this issue. I wish we had time in this parliamentary session, but, as has already been pointed out, it is unlikely that a study could be taken up at this point in time. Perhaps it will happen in a future Parliament.
This is an urgent need and something we need to consider. We need to put together a plan that will identify the health care workers required and how to get them. In some cases, there are enough workers in Canada; in some cases, we will have to change how we train doctors, for example. There was a very innovative example in New Brunswick, where, although there is no teaching hospital or university for residencies, the province partnered with Dalhousie University and Sherbrooke for a residency program that would provide medical services in New Brunswick and allow doctors to be certified. That kind of innovation is needed to address the health care worker issue.
In addition, there is a need for an infrastructure plan, as I have mentioned, for broadband Internet and hospital care and other services. For example, we see an increasing need for home care. Home care in rural and remote situations is increasingly difficult because of the amount of travel time and, in some cases, the weather, etc.
When we get this plan together with the resources and infrastructure and decide which services we will need as we move toward more chronic disease and an aging population with more dementia, thus requiring more palliative care, then we can start to execute that plan. It could not happen soon enough because, as I have said, one person in six being a senior now will be one in four within six to 10 years.
It is an urgent issue, and I am happy to support this motion.
Monsieur le Président, cela me fait plaisir de me lever aujourd'hui pour parler de la motion M-226, qui vise à donner des instructions au Comité permanent de la santé relativement aux prestations de services de santé en milieu rural.
La pénurie de médecins de famille et d'infirmières au Canada est extrêmement préoccupante, particulièrement dans les régions rurales. Le manque d'accès à un service Internet à large bande empêche aussi les collectivités rurales d'accéder aux services de santé en ligne. La désintégration des hôpitaux en milieu rural représente une autre préoccupation à prendre en considération au cours de l'étude.
Je remercie le député de Kenora d’avoir présenté cette motion à la Chambre. Ma fille était infirmière dans sa belle circonscription, alors elle connaît bien l’hôpital en question et les services de santé qui y sont offerts.
À l'instar de la députée de Sarnia—Lambton, qui faisait une observation sur le caractère mixte de sa circonscription, je souligne que la mienne comprend aussi un mélange de secteurs urbains et ruraux, ce qui fait qu'à certains endroits, les services et les moyens de transport sont déficients.
J’aimerais commencer par parler de la situation générale des services de santé au Canada.
Nous savons qu’il y a déjà une pénurie de médecins et d’infirmières au pays. Je me suis rendu un peu partout au pays et j’ai parlé à des gens de diverses circonscriptions. J’aimerais donner aux députés quelques exemples illustrant la pénurie, à commencer par l’un des pires cas dont j’aie entendu parler, celui du cap Breton.
Il manque 52 urgentologues et un chirurgien vasculaire au cap Breton. Là-bas, les gens qui ont une artère sectionnée peuvent perdre un membre ou mourir parce qu’ils sont incapables de se rendre à Halifax assez rapidement pour être soignés.
Voyons la situation ailleurs au pays. À Ottawa, il faut attendre six ans avant d’avoir un médecin de famille. Quand l’ancienne députée de Nanaimo—Ladysmith s’est présentée aux élections provinciales, l’un des problèmes prioritaires qu’elle a signalés était la pénurie de médecins en Colombie-Britannique. Il y a une réelle pénurie de travailleurs de la santé.
Cela est d’autant plus préoccupant que la population vieillit. Actuellement, une personne sur six a plus de 65 ans, et d’ici six à dix ans, ce sera une personne sur quatre. Cette augmentation s’accompagne d’une demande accrue pour un certain nombre de services.
Tout d’abord, nous observons une augmentation progressive des maladies chroniques, ce qui est en partie attribuable à la hausse des taux d’obésité, au tabagisme et à d’autres problèmes. De plus, comme l’espérance de vie augmente, nous constatons une augmentation des cas de démence et de la demande de soins palliatifs. Bien sûr, j’ai toujours été une fervente défenseure des soins palliatifs depuis que je siège à la Chambre. Près de 78 % des Canadiens n’ont pas accès à des soins palliatifs, en particulier dans les localités rurales et éloignées. Il est urgent de régler ce problème.
Quand je regarde le bilan du gouvernement qui est au pouvoir depuis quatre ans, je constate qu’il n’a proposé aucun plan pour combler les lacunes existantes sur le plan des ressources en santé et de l’infrastructure nécessaire dans des endroits comme Petrolia, une petite municipalité de ma circonscription. Actuellement, les systèmes électriques et mécaniques de l’hôpital Charlotte Eleanor Englehart sont tellement désuets et risquent de tomber en panne à tel point que la municipalité prévoit fermer l’hôpital dès qu’une panne surviendra. Tous les patients devront être transférés à l’école secondaire voisine. Petrolia a besoin de cinq millions de dollars pour faire des réparations dans cet hôpital.
Je pourrais raconter à mes collègues des histoires semblables qui se produisent à la grandeur du pays, notamment des histoires d’hôpitaux qui n’ont reçu aucun financement pour mettre leur infrastructure à niveau. Il est clair que les provinces n’ont pas d’argent pour cela. En guise de solution, le gouvernement pourrait notamment mettre en œuvre un programme destiné à répondre aux besoins des hôpitaux ruraux en matière d’infrastructure. Cela permettrait de régler une partie de leurs problèmes persistants.
Les régions rurales et éloignées ont également besoin d’un accès à Internet à large bande. Comme nous recourrons de plus en plus aux services en ligne, notamment pour les soins palliatifs et les consultations, les collectivités ont besoin d’Internet à large bande pour avoir accès à ces services. Ce besoin est particulièrement criant dans le Nord. Dans ma circonscription, plusieurs localités n’ont pas un bon accès à Internet. Je pense qu’il serait impérieux de répondre à ce besoin.
Dans les régions rurales et éloignées, l’accès aux services de santé est un autre problème. Le transport peut coûter très cher et, comme l’a mentionné le député de Kenora, les déplacements peuvent être très longs. À Kenora, les gens se déplacent en avion. Dans ma circonscription, même si les services sont nombreux, beaucoup de gens doivent se rendre dans la ville voisine de London, à une heure de route. Les personnes à revenu modeste ou qui n’ont pas de véhicule n’ont aucun service à leur disposition pour se rendre à leurs traitements hebdomadaires contre le cancer ou à d’autres rendez-vous. Le transport est un gros obstacle, et nous devons trouver des solutions à ce problème.
Quand j’ai travaillé à l’élaboration du projet de loi d’initiative parlementaire sur les soins palliatifs, j’ai découvert des solutions vraiment novatrices, notamment le recours à du personnel paramédical pour prodiguer des soins palliatifs. Les ambulanciers paramédicaux, pendant les heures où ils ne répondent pas à des appels d'urgence, peuvent administrer des analgésiques et exécuter les interventions dont ont besoin les patients. Cette solution est vraiment économique, car ces personnes sont déjà sur la liste de paie, et elle permet de fournir une aide précieuse aux gens qui ont de la difficulté à accéder aux services et qui n’ont pas de moyen de transport à leur disposition. C’est le genre de solutions novatrices dont nous aurons vraiment besoin à l’avenir.
Ma circonscription est aux prises avec un autre problème — et j’ai ouï dire que Kenora avait le même —, soit la difficulté à attirer des médecins, des infirmières et d’autres travailleurs de la santé dans les régions rurales. Nous devons mettre en place des mesures incitatives. L’une des grandes innovations, également mise en œuvre à Petrolia, est une clinique créée par une équipe multidisciplinaire de médecins de famille et d’infirmières praticiennes et qui offre divers services. Comme les médecins de famille ne sont pas seuls et qu’ils ne sont pas obligés de travailler durant un nombre incalculable d’heures en cabinet et de répondre ensuite à des urgences, ils arrivent mieux à concilier le travail et la famille. C’est une initiative qui a été lancée pour attirer des médecins de famille à cette clinique. Ces professionnels font un travail fantastique et rendent les services accessibles aux gens qui vivent à proximité. D'ailleurs, en raison de la qualité des services, des gens viennent même de Sarnia pour en profiter.
Nous devons proposer de nouvelles solutions pour assurer les soins de santé, en collaboration avec les provinces et les territoires. Les régions sont toutes différentes les unes des autres. Nous avons parlé de certains obstacles, comme les déplacements par mauvais temps pour accéder aux services, mais à certains endroits, les problèmes sont d’un autre ordre. Certaines localités ont une population vieillissante. Dans ma circonscription, la moitié des gens ont plus de 57 ans; les soins aux aînés sont donc une priorité. Je sais que c’est également le cas en Nouvelle-Écosse et dans d’autres régions du pays.
En fin de compte, j’aimerais beaucoup que le comité de la santé étudie ce problème. J’aurais aimé mener cette étude pendant cette session parlementaire, mais comme on nous l’a fait remarquer, il est très peu probable que l’on puisse entamer une nouvelle étude à ce stade-ci. Nous pourrons peut-être le faire au cours d’une prochaine législature.
Ce besoin est urgent, et il faut que nous étudiions la question. Nous devons établir un plan pour cerner les besoins en travailleurs de la santé et déterminer comment les combler. Dans certains cas, au Canada, les travailleurs de la santé sont en nombre suffisant. Dans d'autres cas, il faudra changer la façon de former les médecins, par exemple. Je pourrais vous citer une mesure très novatrice prise au Nouveau-Brunswick. Comme la province n’a ni hôpital universitaire ni université offrant des stages en résidence, elle s’est associée aux universités de Dalhousie et de Sherbrooke, qui ont créé un programme de résidence au Nouveau-Brunswick, où des médecins font leur stage et fournissent leurs services en vue d'être agréés. Voilà le genre d’innovation qu’il nous faut pour remédier à la pénurie de travailleurs de la santé.
Nous devrions en outre établir un plan d’infrastructures, comme je l’ai dit tout à l’heure, pour les services Internet à large bande, les soins hospitaliers et d’autres services. Par exemple, nous constatons un besoin croissant de soins à domicile. Il est toujours plus difficile de les fournir dans les régions rurales et éloignées à cause des distances à parcourir et, dans certains cas, de la météo et d'autres facteurs.
Une fois que nous aurons élaboré ce plan, que nous aurons les ressources et les infrastructures nécessaires et que nous aurons déterminé les services à établir pour soigner le nombre croissant de maladies chroniques et de cas de démence dus au vieillissement de la population, nous pourrons lancer la mise en œuvre de ce plan. Il nous faudra plus de soins palliatifs. Il est urgent d’agir, car comme je l’ai déjà dit, à l’heure actuelle, les personnes âgées comptent pour un sixième de la population, mais d'ici de six à dix ans, elles en constitueront le quart.
Il s'agit d'un problème urgent, alors je suis très heureuse d’appuyer cette motion.
View Randeep Sarai Profile
Lib. (BC)
View Randeep Sarai Profile
2019-06-04 12:37 [p.28481]
Mr. Speaker, when our government was elected in 2015, we promised Canadians that we would fight for the middle class. We have kept that promise. We have created over one million jobs since being elected and an overwhelming majority of those jobs are well-paying, full-time jobs.
Recently, Canada saw its lowest unemployment rate in over 40 years. Recent numbers also show that Canada saw a decrease in the number of people living in poverty, from 10.6% to 9.5%, between 2016 and 2017. That means over 900,000 people have been lifted out of poverty, including 300,000 children, over 150,000 seniors and many adults.
Since we were elected, we have seen a rise in the median after-tax income of Canadians, to $81,500. In Surrey Centre, our infrastructure investments are paying off, from the $125-million Simon Fraser sustainable energy and environmental engineering building, completed now with $45 million from the Government of Canada, to the $61-million brand new RCMP forensic lab that is about to open, to the over $900 million given for public transit funding to help renovate Surrey Centre SkyTrain stations, buy new energy-efficient buses and replace the 1976 expo-era SkyTrain cars with new comfortable and quiet cabins. Our plan is working.
The multiplier factor is evident everywhere. Dozens of new IT and health care innovators have opened up. Kwantlen Polytechnic University has built a new urban campus. The Fraser port is growing on a rapid scale and the city is firing on all cylinders. Our transit ridership is the highest in the world, and last year, ridership went up by over 15%.
I was 15 years old when I designed my first home, and by the time I was 16, I was designing homes as a business and for others. Beginning in 1991, I designed over 700 homes in a seven-year period, from the age of 16 to 23. Those were the years of opportunities that helped me launch my career and secure my livelihood. As I see the willingness of young people to work equally hard today, it upsets me to know that they are undoubtedly faced with more barriers to initiate and secure their housing dreams.
The average price for a detached home in greater Vancouver exceeds $1 million, while the average price of an apartment or condo is $660,000. These prices often take the prospect of buying a home off the table. In turn, many young people and families are compelled to rent instead of buy. For those who do rent, the prices have become incredibly high as well. Everyone needs a safe and affordable place to call home, but today, too many Canadians are being priced out of the housing market.
As the member for Surrey Centre, I am all too familiar with constituency concerns about housing insecurity, as well as the impact this insecurity has on the overall quality of life of my constituents. Whether they are young persons hoping to start their careers or a couple looking to start a family, buying a first home remains a challenge, with many young people believing that home ownership is increasingly becoming an unattainable goal in their lifetimes.
Recently, I held a round table in my riding of Surrey Centre with the Minister of Finance's former chief of staff and director of policy. Housing affordability, the stress test and mortgages were the three main points brought up by the Homebuilders Association Vancouver, mortgage associations, the construction industry, home builders, real estate trade organizations and other trade organizations throughout the Lower Mainland. The round table sparked positive conversations on how to mitigate pressure and make home ownership affordable and easier.
By listening to the needs of Canadians and encouraging dialogue, I am proud to say this government has continued its commitment to improving housing affordability in this country, and this is exemplified in budget 2019. The inclusion of the first-time homebuyer incentive will drastically change the housing prospects for current and prospective Surrey Centre residents.
The first-time homebuyer incentive targets young families who wish to enter the market and buy their first homes. This will help people like Karina, from my office, or Julian, who will be able to buy their first homes when this program is implemented. Those with a household income of less than $120,000 will be eligible to have a 10% reduction in their down payment with the help of CMHC.
In addition, the homebuyers plan helps with the down payment and costs associated with the purchase of a first home. Paying a lower down payment, new homebuyers will pay reduced monthly mortgage payments. The new homeowners, in turn, will require smaller loans and new homeowners will not be beholden to the CMHC for any kind of repayment until the place is sold.
This incentive is inclusive in its objective of making a new home affordable for all Canadians. This includes new Canadians, single parents and youth who could greatly benefit from this break and form of security.
Division 19 of the national housing strategy recognizes the importance of housing to the well-being of all persons in Canada, reflects the key principles of a human rights-based approach to housing and focuses on improving housing outcomes for those in greatest need.
In 2017, the government launched the rental construction financing initiative, which is a four-year program that provides low-cost loans for the construction of new rental housing for modest and middle-income Canadians. To provide more affordable rental options for middle-class Canadians, budget 2019 proposes an additional $10 billion over nine years in financing through the rental construction financing initiative, extending the program until 2027-28. With this increase, the program will support 42,500 new housing units across Canada, particularly in areas of low rental supply.
The government is also committed to working in partnership with the province and the municipality to ensure a tri-levelled affordable housing strategy for Surrey residents. In conjunction with British Columbia's affordable B.C. plan and Surrey's affordable housing strategy, the government's new homeowner incentive is a proactive measure to ensure that a future in Surrey is possible for young people and families.
In addition to the measures announced on March 15, 2019, the ministers of finance for Canada and British Columbia announced their intention to create an expert panel on housing supply. The panel will examine factors that currently limit housing supply and recommend the actions governments can take to ensure that together we are building better, more affordable and more inclusive communities.
These new incentives add to an already existing, ambitious national housing strategy that was released in 2017. Our government committed over $40 billion over the following decade to help Canadians from coast to coast to coast with housing affordability. This strategy considers the distinct housing needs of Canadians such as seniors, women and children fleeing domestic violence, indigenous people, persons with disabilities, those dealing with mental health and addiction issues, veterans and young adults.
Our goal is to cut chronic homelessness in half, remove 530,000 families from housing need and invest in the construction of up to 100,000 new homes. However, our government knows that these changes cannot, unfortunately, take place overnight. This is why our government has introduced new measures in budget 2019 to help relieve the pressures on Canadians.
Throughout this government's time in office, we have taken significant steps forward in terms of backing the middle class, and budget 2019 is another step in the right direction. From achieving the lowest unemployment rate in years to instituting the first-time homebuyer incentive, we have shown that we want to invest in Canadians and their families. Additional projects that were established to actively help Canadians hoping to get into the housing market are the rental construction financing initiative and the national housing strategy.
We will continue working hard to ensure that for middle-class Canadians home ownership is not a pipe dream, but rather, an achievable goal.
Monsieur le Président, lorsque nous avons été élus, en 2015, nous nous sommes engagés auprès des Canadiens à défendre les intérêts de la classe moyenne. Nous avons tenu cette promesse. En effet, nous avons créé plus d'un million d'emplois depuis que nous avons été portés au pouvoir, dont l'écrasante majorité prend la forme de postes à temps plein et bien rémunérés.
Le Canada affiche maintenant son plus bas taux de chômage depuis plus de 40 ans. De plus, les dernières statistiques montrent une diminution du nombre de personnes qui vivent dans la pauvreté; entre 2016 et 2017, le taux de personnes en situation de pauvreté est passé de 10,6 % à 9,5 %. Ainsi, plus de 900 000 personnes sont sorties de la pauvreté, y compris 300 000 enfants, plus de 150 000 aînés et de nombreux adultes.
Depuis notre élection, on constate chez les Canadiens une hausse du revenu médian après impôt, qui s'est établi à 81 500 $. Dans Surrey-Centre, nos investissements dans les infrastructures portent fruit. Pensons notamment à l'édifice de l'Université Simon Fraser consacré au programme de génie environnemental appliqué aux énergies durables. Le gouvernement fédéral a apporté une contribution de 45 millions de dollars à ce projet de 125 millions de dollars. On peut également songer aux 61 millions de dollars versés pour le tout nouveau laboratoire judiciaire de la GRC, qui est sur le point d'être fonctionnel. Finalement, c'est sans oublier les plus de 900 millions de dollars consacrés au financement du transport en commun. Ces sommes serviront à rénover les stations de l'aérotrain dans Surrey-Centre, à acquérir des autobus moins énergivores, et à remplacer les wagons désuets de l'aérotrain, qui datent de l'exposition de 1976, par des cabines confortables et bien insonorisées. Notre plan donne des résultats.
Partout, on voit nettement ce facteur de multiplication. Des dizaines d’entreprises novatrices en TI et en soins de santé ont ouvert leurs portes, l’Université polytechnique Kwantlen s’est dotée d’un nouveau campus urbain, le port du Fraser connaît une expansion rapide, et la ville est en pleine effervescence. Notre taux d’utilisation du transport en commun est le plus élevé au monde et, l’an dernier, le nombre d’usagers a augmenté de plus de 15 %.
J’avais 15 ans lorsque j’ai dessiné les plans de ma première maison et, à 16 ans, je concevais des maisons pour les autres, professionnellement. À partir de 1991, j’ai conçu plus de 700 maisons sur une période de sept ans, soit de l’âge de 16 à 23 ans. Ce sont ces années riches en perspectives qui m’ont aidé à lancer ma carrière et à assurer ma subsistance. Aujourd’hui, quand je vois les jeunes qui sont prêts à travailler tout aussi fort, cela me fâche de savoir qu’ils se retrouvent devant encore plus d’obstacles qui entravent la concrétisation de leurs rêves immobiliers.
Dans la région métropolitaine de Vancouver, le prix moyen d’une maison unifamiliale dépasse 1 million de dollars, tandis que le prix moyen d’un appartement ou d’un condo est de 660 000 $. Ces prix brisent bien des rêves d'accès à la propriété. Quant aux jeunes et aux familles, beaucoup sont obligés de louer plutôt que d’acheter. Pour les locataires, les prix ont aussi atteint des sommets incroyables. Tout le monde a besoin d’un endroit sûr et abordable où se sentir chez soi, mais, actuellement, trop de Canadiens sont exclus du marché de l’habitation.
En tant que député de Surrey-Centre, je suis très bien placé pour savoir que les électeurs de ma circonscription sont préoccupés par l'insécurité en matière de logement et pour voir les conséquences de cette insécurité sur leur qualité de vie de manière générale. Qu'il s'agisse de jeunes adultes qui veulent commencer leur carrière ou de jeunes couples qui cherchent à fonder une famille, l'achat d'une première maison pose toujours un défi. De nombreux jeunes Canadiens croient que l'acquisition d'une première maison est un objectif de plus en plus utopique.
J'ai récemment organisé une table ronde dans ma circonscription, Surrey-Centre, avec l'ancien chef de cabinet et directeur des politiques du ministre des Finances. Les trois principaux éléments soulevés par l'Association des constructeurs d'habitations de Vancouver, les sociétés d'hypothèques, l'industrie de la construction, les constructeurs d'habitations, les associations commerciales de l'immobilier et les associations commerciales de tous autres genres dans la vallée du bas Fraser étaient l'abordabilité des logements, les simulations de crise et les hypothèques. La table ronde a suscité des conversations positives sur les façons d'atténuer le fardeau de la propriété et de la rendre plus accessible.
Je suis fier de dire que le gouvernement actuel écoute les besoins des Canadiens et favorise les dialogues. Il respecte son engagement visant à améliorer l'abordabilité des logements au pays, comme il le démontre dans le budget de 2019. L'ajout de l'Incitatif à l'achat d'une première propriété améliorera de beaucoup les perspectives en matière de logement pour les résidants actuels et éventuels de Surrey-Centre.
L'incitatif à l'achat d'une première maison cible les jeunes familles qui souhaitent accéder au marché immobilier pour acheter leur première maison. Lorsque le programme sera mis en oeuvre, des gens comme Karina, de mon bureau, ou Julian seront en mesure d'acheter leur première maison. Ceux dont le revenu du ménage est inférieur à 120 000 $ seront admissibles à une aide de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, soit une réduction de 10 % de leur mise de fonds.
De plus, le Régime d’accession à la propriété aide l’acheteur pour la mise de fonds et les coûts liés à l’achat d’une première habitation. Ainsi, le primo-accédant pourra verser une mise de fonds moins importante et payer des mensualités hypothécaires moins élevées. Par conséquent, il aura besoin d’un prêt moins important et il ne sera pas tenu de rembourser à la SCHL quoi que ce soit jusqu’à la revente du logement.
Cet incitatif est inclusif en ce sens qu’il vise à permettre à tous les Canadiens d’accéder à la propriété, y compris les néo-Canadiens, les familles monoparentales et les jeunes, qui bénéficieront grandement de l’assouplissement des conditions requises.
La section 19 de la Loi sur la stratégie nationale sur le logement reconnaît que le logement est un facteur important du bien-être de tous les habitants du Canada; elle reconduit les grands principes d’une approche fondée sur les droits de la personne en matière de logement et elle accorde la priorité à l’augmentation de l’offre de logements pour ceux qui en ont le plus besoin.
En 2017, le gouvernement a lancé l’Initiative de financement de la construction de logements locatifs, qui permet d’offrir pendant quatre ans des prêts bonifiés pour la construction de logements locatifs à l’intention des Canadiens à revenus moyens et faibles. Afin d’offrir aux Canadiens de la classe moyenne davantage de logements à loyer modique, le budget de 2019 propose un financement supplémentaire de 10 milliards de dollars sur neuf ans, dans le cadre de l’Initiative de financement de la construction de logements locatifs, et une prolongation du programme jusqu’à 2027–2028. Grâce à cette rallonge budgétaire, le programme permettra de financer la construction de 42 500 nouvelles unités dans tout le Canada, surtout dans les régions où il y en a peu.
Le gouvernement s’est également engagé à collaborer avec la province et la municipalité pour offrir aux habitants de Surrey une stratégie de logements abordables à trois niveaux. Avec le plan de logements abordables de la Colombie-Britannique et la stratégie de logements abordables de Surrey, l’Incitatif à l’achat d’une première propriété offert par le gouvernement fédéral constitue une mesure proactive pour encourager les jeunes et les familles à rester à Surrey.
En plus des mesures annoncées le 15 mars 2019, les ministres des Finances du Canada et de la Colombie-Britannique ont fait part de leur intention de créer un groupe d’experts sur le parc immobilier. Ce groupe examinera les facteurs qui entravent actuellement l’offre de logements et recommandera des mesures aux deux gouvernements pour que, tous ensemble, nous soyons en mesure de bâtir des collectivités plus abordables et plus inclusives.
Les nouveaux incitatifs s’ajoutent à une stratégie nationale ambitieuse sur le logement, qui a été publiée en 2017. Notre gouvernement a engagé plus de 40 milliards de dollars sur les 10 prochaines années pour aider les Canadiens de toutes les régions du pays à accéder à un logement abordable. Cette stratégie tient compte des besoins distincts des Canadiens, comme les personnes âgées, les femmes et les enfants qui fuient la violence familiale, les Autochtones, les personnes handicapées, les personnes qui souffrent de maladies mentales ou de toxicomanie, les anciens combattants et les jeunes adultes.
Notre objectif est de réduire l’itinérance chronique de moitié, de répondre aux besoins en logement de 530 000 familles et d’investir dans la construction de 100 000 nouveaux logements. Notre gouvernement sait très bien que tout cela ne peut malheureusement pas se faire du jour au lendemain. Et c’est la raison pour laquelle nous avons proposé de nouvelles mesures dans le budget de 2019 afin d’aider les Canadiens qui en ont besoin.
Depuis le début de son mandat, le gouvernement a pris des mesures importantes pour accompagner la classe moyenne, et le budget de 2019 est un pas de plus dans la bonne direction. En réussissant à faire baisser le taux de chômage à son niveau le plus bas depuis des années et en mettant en œuvre l’Incitatif à l’achat d’une première propriété, nous avons démontré notre volonté d’investir dans les Canadiens et dans leur famille. Les autres programmes d’aide que nous avons mis en place à l’intention des Canadiens qui veulent accéder à la propriété sont l’Initiative de financement de la construction de logements locatifs et la Stratégie nationale sur le logement.
Nous allons continuer de travailler d’arrache-pied pour que l’accession à la propriété ne soit pas qu’un rêve pour les Canadiens de la classe moyenne, mais au contraire un but tout à fait à leur portée.
View Sonia Sidhu Profile
Lib. (ON)
View Sonia Sidhu Profile
2019-06-04 13:08 [p.28485]
Mr. Speaker, it is an honour to rise in the House today to speak to the 2019 budget. This budget is called “Investing in the Middle Class”. Improving life for middle-class Canadians has been our number one priority since we were elected.
Four years ago, the people of Brampton South elected me to represent them. Since 2015, I have been working in Ottawa to deliver on the promises I made throughout my campaign. Everyone in this House has made a commitment to serve Canadians. This is partly done by investing in initiatives that will boost the quality of life for all Canadians. The budget this year is an example of the opportunities that Canada can provide to Canadians.
Our government's commitment to serve Canadians through investment can be seen in Brampton. In 2016-17, Brampton was given almost $60 million through the gas tax fund, and in 2017-18 we introduced a one-time top-up to the gas tax fund for infrastructure investments. For the 2018-19 fiscal year, Brampton was given over $33 million.
Since November 2015, we have had millions of dollars in federal funding for infrastructure projects that will benefit the city of Brampton. In addition, Brampton will benefit from a federal investment in the GO Transit Metrolinx regional express rail. From the $1.9-billion investment, over $750 million will be invested in the Kitchener corridor to improve commute times for residents of Brampton, Peel, Toronto and Wellington.
People in the middle class deserve a government that recognizes their potential and encourages their growth. I believe that the budget represents our belief in them as it looks toward our promising future. Canadians have put their faith in our government to present new ideas and deliver results. The 2019 budget reflects the needs of families, employees, students and seniors. It is a solid plan to give them a better future.
A better future starts with investing in young people and their education. Students are often kept from pursuing their education because of financial obstacles. The 2019 budget would lower interest rates for students and give them a six-month period to pursue their future plans before gathering interest on loans. The budget also seeks to support students who are parents or have disabilities. It also promotes programs that encourage the enrolment of indigenous students in post-secondary education.
These are just some of the ways in which we advocate for the success of the next generation. Budget 2018 strengthened our economy and ensured a low unemployment rate.
This is also the time to address the climate emergency. Budget 2019 has a strong plan to create eco-friendly solutions while maintaining an affordable lifestyle for Canadians. The budget intends to make zero-emission cars $5,000 cheaper, as well as encouraging their building. The creation of a home retrofit program will lower electricity and energy bills for Canadians.
We have been fighting climate impact since 2015. We have invested $1.5 million in Brampton under Public Safety Canada's national disaster mitigation program for the riverwalk study. We committed $175,000 for an environmental assessment strategic plan and sustainability framework for it as well. We have also committed $10 million for 10 water projects in Brampton and $22 million in funding for erosion protection initiatives in the Toronto, Peel and York regions.
Thinking of the future generations also includes supporting new families. An issue we see come up again and again is the struggle for young families to invest in long-term housing. The 2019 budget introduced the first-time homebuyer incentive, which would encourage home ownership by making housing cheaper. The incentive would help thousands of first-time homebuyers over the next three years. Budget 2019 also makes plans to build 42,000 new rental housing units, as well as to provide $300 million to begin the housing supply challenge. Through these changes, we are promoting happy homes without unnecessary costs.
Access to affordable housing is essential to promote the security and well-being of all Canadians. When Canadians are provided with a comfortable home life, it is easier for them to do well in the workplace. So far, we have been successful.
However, because our workforce and economy are continuously growing, employees can be left without access to training that improves their professional skills in their present and future jobs. The 2019 budget introduced the Canada training benefit program, which would give working Canadians better and more consistent skills training, financial aid to pay for the training, employment insurance support and job security. This is the next phase in our plan to strengthen the middle class.
While the middle class flourishes, there is still a percentage that has been left behind. Without quality health care, Canadians face some of the highest drug prices, leaving them unable to afford the prescriptions they need. No one should have to choose between buying the medicine they need or putting food on their table.
I am proud to be a member of the health committee, where I helped study the development of a national pharmacare program. We then made 18 recommendations to the government through the report “Pharmacare Now: Prescription Medicine Coverage for All Canadians”. I am proud to see the government acting on the report.
Budget 2019 aims to make prescriptions more affordable by announcing plans for the Canadian drug agency, which will work to lower prescription costs. The Canadian drug agency will connect all provinces and territories, giving them access to prescriptions. Through this plan, Canadians will save $3 billion each year.
With less time spent worrying about their health, housing and job security, Canadians will have more time to focus on the things they care about. For many, this involves becoming more involved in their communities.
Infrastructure funding is necessary to get ahead with local and municipal governments, which is why we are investing an additional $2.2 billion into infrastructure funding, especially under the circumstances where certain provincial governments have not been doing their part. Budget 2019 recognizes that advances in public transit, housing and community facilities make all the difference.
Local projects and community services are at the heart of Canadian society. Included in these services are locally based projects that encourage seniors to be active members of the community. Seniors have made significant contributions in these areas and are now more than ever capable and interested in participating.
Budget 2019 aims to maintain the guaranteed income supplement to ensure seniors get the most out of their retirement. It also takes direct action to protect their pensions by automatically registering seniors who are 70 or older but have not applied yet to receive their retirement benefits with the Canada pension plan. This will help tens of thousands of seniors across Canada.
Our budget also supports pay transparency, something our government has pushed for relentlessly. These measures will make it easier for our government to look at wage gaps and begin to solve them. This will help improve the status of women further. We know that when women make only 87¢ on the $1 compared to men, something is wrong.
Several countries, including the United Kingdom and Germany, have pay transparency measures. Canada needs to join these countries in making wages available for public view. When we can inspire employers to act on unfair wage gaps, we will improve the status of women all over Canada. This is not only the responsible thing to do, but it is morally right.
Budget 2019 is not just a list of numbers, names and affected demographics. It is a detailed plan of action, which can lead Canada into a better and brighter future. By investing in the middle class, we invest in all Canadians. This budget represents what our nation's focus should be. Informed, careful and planned budgeting is what will lead to Canada's prosperity.
I urge my fellow members to support the budget.
Monsieur le Président, je suis heureuse d’avoir la possibilité de prendre la parole au sujet du budget de 2019. Ce budget s’intitule « Investir dans la classe moyenne ». Aider la classe moyenne est notre priorité numéro un depuis que nous sommes au pouvoir.
Il y a quatre ans, les électeurs de Brampton-Sud m’ont élue pour les représenter. Depuis 2015, je m’efforce à Ottawa de concrétiser les promesses que j’ai faites pendant la campagne. Tous les députés ici présents se sont engagés à servir les Canadiens. Nous le faisons notamment en investissant dans des initiatives qui augmenteront la qualité de vie de tous les Canadiens. Le budget de cette année est un exemple des opportunités que le Canada peut offrir aux Canadiens.
Brampton illustre bien l’engagement du gouvernement de servir les Canadiens en investissant dans la collectivité. En 2007–2017, Brampton a reçu près de 60 millions de dollars du Fonds de la taxe sur l’essence. Et en 2017–2018, le gouvernement fédéral a investi un complément ponctuel dans ce fonds, pour les infrastructures. Pour l’exercice financier 2018–2019, Brampton a reçu plus de 33 millions de dollars.
Depuis novembre 2015, le gouvernement a injecté des millions de dollars dans des projets d’infrastructures qui vont profiter à la ville de Brampton, laquelle va aussi profiter d’un investissement fédéral dans le service ferroviaire régional express GO Transit de Metrolinx. Sur un financement total de 1,9 milliard de dollars, plus de 750 millions serviront à améliorer le couloir de Kitchener afin de réduire les temps de déplacement des habitants de Brampton, Peel, Toronto et Wellington.
Les Canadiens de la classe moyenne méritent d’avoir un gouvernement qui reconnaît leur potentiel et encourage leur croissance. J’estime que le budget reflète bien la confiance que nous plaçons dans leur avenir prometteur. Les Canadiens attendent de leur gouvernement qu’il leur propose de nouvelles idées et qu’il leur présente des résultats concrets. Le budget de 2019 prend en compte les besoins des familles, des employés, des étudiants et des personnes âgées. C’est un budget solide, qui leur assurera un avenir meilleur.
Pour pouvoir assurer un avenir meilleur, il faut investir dans les jeunes et dans leur éducation. Trop souvent, des jeunes interrompent leurs études pour des raisons financières. Le budget de 2019 propose d’offrir aux étudiants des taux d’intérêt plus bas et de leur donner un délai de six mois pour décider ce qu’ils vont faire avant de payer des intérêts sur leur prêt. Le budget propose également d’aider les étudiants qui ont des enfants ou qui souffrent de handicaps. Il préconise aussi la mise en œuvre de programmes visant à encourager l’inscription des étudiants autochtones dans des établissements d’enseignement postsecondaire.
Voilà quelques exemples des mesures que nous proposons pour accompagner le succès des Canadiens de la prochaine génération. Le budget de 2018, lui, visait à stimuler notre économie et à faire baisser le taux de chômage.
Le moment est aussi venu de s’attaquer au problème de l’urgence climatique. Le budget de 2019 propose de trouver des solutions écologiques tout en préservant un mode de vie abordable pour les Canadiens. Le budget vise à réduire de 5 000 $ le coût des voitures zéro émission et à en encourager la fabrication. Le nouveau programme de rénovation domiciliaire permettra de réduire la facture d'électricité et d'énergie des Canadiens.
Nous luttons contre le changement climatique depuis 2015. Nous avons injecté 1,5 million de dollars dans une étude sur la promenade riveraine de Brampton, dans le cadre du Programme national d’atténuation des catastrophes, de Sécurité publique Canada. Nous avons aussi débloqué 175 000 $ pour l’élaboration d’un plan stratégique d’évaluation environnementale et d’un cadre de durabilité pour cette promenade. Enfin, nous avons engagé 10 millions de dollars dans 10 projets relatifs à l’eau, à Brampton, et 22 millions de dollars dans des initiatives de protection contre l’érosion dans les régions de Toronto, Peel et York.
Quand on pense aux générations futures, on pense bien sûr aussi aux jeunes familles. On constate de plus en plus que ces jeunes familles ont des difficultés à investir dans un logement à long terme. Le budget de 2019 propose l’Incitatif à l’achat d’une première propriété, qui facilitera l’accession à la propriété en diminuant le coût du logement. Au cours des trois prochaines années, cet incitatif devrait aider des milliers de personnes à acheter un premier logement. Le budget de 2019 propose également la construction de 42 000 unités de logement, ainsi qu’un financement de 300 millions de dollars pour commencer dès maintenant à accroître l’offre de logements. Grâce à ces changements, les Canadiens pourront plus facilement avoir accès à un logement sans avoir à payer des sommes indues.
L’accès à un logement abordable est une condition essentielle à la sécurité et au bien-être de tous les Canadiens. Quand on a un logement confortable, on a plus de chance de bien réussir au travail. Jusqu’à présent, nous avons obtenu de bons résultats.
La main-d'œuvre et l'économie ne cessent d’évoluer. Par conséquent, il se peut que des travailleurs n’aient pas accès à des formations qui leur permettraient d’améliorer leurs compétences dans leur emploi actuel ou futur. Le budget 2019 propose une nouvelle Allocation canadienne pour la formation, qui permettra aux Canadiens d’acquérir des compétences plus pointues, d’obtenir une aide financière pour payer la formation, de toucher l’assurance-emploi et de conserver leur sécurité d’emploi. C’est la deuxième étape de notre plan visant à renforcer la classe moyenne.
Même si la classe moyenne devient plus prospère, ce n’est pas le cas de tous les Canadiens. En l’absence d’une assurance-santé adéquate, des Canadiens doivent faire face au prix très élevé de certains médicaments, à telle enseigne qu’ils ne peuvent pas se permettre d’acheter ceux dont ils ont besoin. Personne ne devrait avoir à choisir entre se soigner ou se nourrir.
Je suis fière de faire partie du comité de la santé, où nous avons étudié la possibilité de mettre en place un programme national d’assurance-médicaments. Dans un rapport intitulé « Un régime d’assurance-médicaments universel pour tous les Canadiens: une nécessité », nous avons fait 18 recommandations au gouvernement, et je suis ravie que le gouvernement y donne suite.
Le budget de 2019 vise à rendre le coût des médicaments sur ordonnance plus abordable en annonçant la création de l’Agence canadienne des médicaments, dont la mission sera de réduire le coût des médicaments sur ordonnance. De concert avec les provinces et les territoires auxquels elle donnera accès aux médicaments sur ordonnance, cette agence permettra aux Canadiens d’économiser 3 milliards de dollars chaque année.
S’ils ont moins de soucis à se faire pour se soigner, se loger et conserver leur emploi, les Canadiens auront plus de temps à consacrer aux choses qui les intéressent, et pour beaucoup d’entre eux, cela signifie s’investir davantage dans leur collectivité.
Il est nécessaire de financer les infrastructures pour accompagner les gouvernements régionaux et municipaux, et c’est la raison pour laquelle nous investissons 2,2 milliards de plus dans les infrastructures, notamment dans les cas où certains gouvernements provinciaux ne font pas leur part. Le budget 2019 reconnaît que le développement des transports en commun, du parc immobilier et des installations communautaires améliore beaucoup les choses.
Les projets locaux et les services communautaires sont au cœur de la société canadienne. Parmi ces services, il y a des projets locaux qui encouragent les personnes âgées à rester actives au sein de leur communauté. Celles-ci ont déjà apporté une contribution importante et souhaitent plus que jamais s'impliquer.
Le budget 2019 vise à préserver le Supplément de revenu garanti afin que les personnes âgées profitent au maximum de leur retraite. Il propose également des mesures précises pour protéger leurs pensions en inscrivant automatiquement tous les Canadiens qui ont 70 ans ou plus, mais qui n’ont pas encore demandé à recevoir leurs prestations du Régime de pensions du Canada. Cette mesure aidera des dizaines de milliers de personnes âgées au Canada.
Notre budget établit aussi le principe de la transparence salariale, que notre gouvernement a toujours défendu. Cela nous aidera à repérer les écarts salariaux et à y remédier. Autrement dit, cela contribuera à améliorer la condition des femmes. Il est évident que, lorsqu’une femme gagne 0,87 $ alors qu’un homme gagne 1 $, il y a quelque chose qui ne va pas.
Plusieurs pays, notamment le Royaume-Uni et l’Allemagne, ont pris des mesures en matière de transparence salariale. Le Canada leur emboîte le pas en publiant les salaires versés. Si nous réussissons à encourager les employeurs à corriger ces écarts salariaux injustes, nous améliorerons la condition des femmes au Canada. Ce n’est pas seulement une obligation, c’est un devoir moral.
Le budget 2019 n’est pas seulement une série de chiffres, de noms et de groupes concernés. C’est un plan d’action détaillé qui peut guider le Canada vers un avenir meilleur. En investissant dans la classe moyenne, nous investissons dans tous les Canadiens. Ce budget répond aux aspirations de notre pays. Ce budget bien conçu et bien documenté sera la source de la prospérité du Canada.
J’invite mes collègues à appuyer le budget.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2019-06-04 13:23 [p.28487]
Mr. Speaker, I rise today to address some of the failings of the Liberal government over the last four years and reflect upon just how disastrous it has been.
The heckling continues over there. The Liberals never miss an opportunity to get some good heckling in. Our colleagues across the way are chirping loud and doing all they can to throw us off. However, it will not work. I have been chirped at by the best and they definitely are not the best.
I rise today to talk to Bill C-97, the budget implementation act. Essentially, it is an extension of the government's attempt to cover up what could be actually the biggest affront to our democracy in our country's history. It has attempted to cover up potentially the biggest corruption at the highest levels of our government, and that is the SNC-Lavalin case. That is what we are seeing here today. I bring us back to that again because I feel I have to. The gallery is packed. I know Canadians from coast to coast to coast knew this speaker was coming up.
I would be remiss if I did not remind Canadians from all across our country that it was day 10 of the 2015 election when the then member of Papineau committed to Canadians that under his government, he would let the debate reign. He said that he would not resort to parliamentary tricks such as omnibus bills or closure of debate. He also told Canadians around that same time that he would balance the budget in 2019. Those are three giant “oops”, perhaps disingenuous comments. I do not think he has lived up to any of them at this point.
As of today, the government has invoked closure over 70 times. Why? Because the government does not like what it is hearing. If the Liberals do not like what the opposition is saying and they do not want Canadians to hear the truth, they invoke closure. This means we cannot debate really important legislation. They limit the amount of time for debate on that legislation. The BIA, Bill C-97, is just one of them. Does that sound like letting the debate reign? It does not.
It is interesting that whenever things go sideways for the Prime Minister, a couple of things happen. We see him even less in the House or something always happens to change the channel. That is what we have today.
Bill C-97 is really just a cover-up budget. We have talked about that. It just goes in line with more and more of the government's kinds of wacky ways, where it says it will spend money and perhaps it doles it out. However, the money is not really going to things that Canadians need the most.
We see $600 million in an election year being given to the media, a media that is supposed to be impartial. That is a $600 million bailout.
We also know that in the previous budget, approximately $500 million was given to the Asian Infrastructure Bank. That $500 million is not being spent in Canada for one piece of an infrastructure.
I rose to talk about a few things. One of the things that is really disappointing for me is this. When the Liberals came to power in 2015, a lot of promises were made, and this one hits home for us. I have brought this up time and again in the House. The Liberals said that they would put an end to the softwood lumber dispute.
I think it was in 2016 that the Prime Minister stood in the House and told Canadians that he was going to have a deal done within 100 days. He had a new BFF, the Minister of International Trade Diversification said. Both were just giddy. They were going to get this deal done and put an end to the softwood lumber irritant once and for all, yet last week, we found out from the Senate Liberal leader that the Prime Minister had other priorities ahead of softwood lumber.
Over 140 communities and over 140,000 jobs are tied to forestry in my province of British Columbia. Forestry is a cornerstone industry in my province, yet it was not a priority for the Prime Minister in renegotiating his NAFTA deal.
What we are seeing with the Liberal government is that rural Canadians are just not its focus.
Last week I also met with some real estate folks and some Canadian homebuilder folks. They told me that the Liberal government's B-20 stress test and the shared equity program, which is geared toward trying to get Canadians into homes, is actually hurting that industry. The real estate industry is saying that the B-20 stress test, which was geared more for Toronto and Vancouver markets but is all across the country, impacts rural Canadians negatively .
Almost $15 billion has been kept out of that industry, meaning that it is harder for Canadians to get into the home ownership they strive for. It is a step into the middle class. People put money toward something they own rather than putting it into something that someone else owns. The government's failed B-20 policy and the shared equity program is hurting Canadians. It is another example of how Canadians are worse off with the Liberal government.
I will bring us to a couple of years ago. The Prime Minister, the Minister of Veterans Affairs and the Minister of National Defence all have it down pat. They can put their hands on their hearts and say that they really care, yet it is the same Prime Minister who told veterans that they were asking for too much.
Yesterday was a very important day, because we saw the closure of the missing and murdered indigenous women and girls commission and we saw its report. The government knew that this day was coming, but did it put any money in the 2019 budget for that? There is nothing.
The Liberals like to say that Canadians are better off than they were under our previous Conservative administration, but it is actually the opposite. Canadians are worse off since the Liberal government took over. Eighty-one per cent of middle-income Canadians are seeing higher taxes since the Liberal government came to power. The average income increase for middle income families is $840. The government's higher pension plan premiums could eventually cost Canadians up to $2,200 per household. The Liberals cancelled the family tax cut of up to $2,000 per household. They cancelled the arts and fitness tax credit of up to $225 per child. They cancelled the education and textbook tax credits of up to $560 per student. The government's higher employment insurance premiums are up $85 per worker. The Liberal carbon tax could cost up to $1,000 per household and be as high as $5,000 in the future.
The Prime Minister called small businesses tax cheats. The government's intrusive tax measures for small businesses will raise taxes on thousands of family businesses across Canada.
The list goes on and on. Bill C-97 is just the capping of a scandal-ridden administration, and to that, I say, good riddance.
Monsieur le Président, aujourd'hui, j'aimerais parler de certains des manquements du gouvernement libéral au cours des quatre dernières années et en commenter les effets désastreux.
Le chahut se poursuit là-bas. Les libéraux ne ratent jamais une occasion de chahuter. Nos collègues d'en face jacassent à haute voix et font tout ce qu'ils peuvent pour nous déstabiliser. Toutefois, cela ne fonctionnera pas. J'ai déjà été traité ainsi par les meilleurs, dont ils ne font assurément pas partie.
Je prends la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-97, la loi d'exécution du budget. Essentiellement, il s'inscrit dans le prolongement de la tentative du gouvernement de camoufler ce qui pourrait, dans les faits, constituer le pire affront à notre démocratie de l'histoire du pays. Il a tenté de couvrir ce qui pourrait être le cas le plus grave de corruption dans les plus hautes sphères du gouvernement. Je parle de l'affaire SNC-Lavalin. C'est ce que nous constatons ici aujourd'hui. J'y reviens, car j'ai le sentiment que je dois le faire. La tribune est bondée. Je sais que les Canadiens d'un océan à l'autre savaient que quelqu'un allait le faire.
Je m'en voudrais si je ne rappelais pas aux Canadiens de partout au pays qu'au 10e jour de la campagne électorale de 2015, le député de Papineau avait promis aux Canadiens que, sous le gouvernement libéral, il laisserait toute la place au débat. Il a déclaré qu'il n'aurait pas recours à des manœuvres parlementaires comme les projets de loi omnibus ou la clôture du débat. Environ au même moment, le député de Papineau a aussi dit aux Canadiens qu'il rétablirait l'équilibre budgétaire en 2019. Il s'agit de trois manquements importants. On pourrait même dire que ce sont de fausses promesses, car à ce stade-ci, je crois qu'il n'a tenu aucune d'entre elles.
À ce jour, le gouvernement a imposé la clôture plus de 70 fois. Pourquoi? Parce que le gouvernement n'aime pas ce qu'il entend. Si les libéraux n'aiment pas les propos de l'opposition et qu'ils ne veulent pas que les Canadiens entendent la vérité, ils ont recours à ce stratagème. Ainsi, nous ne pouvons pas débattre des mesures législatives réellement importantes. Les libéraux limitent le temps consacré au débat de ces projets de loi. Le projet de loi C-97, soit le projet de loi d'exécution du budget, n'est que l'un d'entre eux. Est-ce ainsi qu'on laisse toute la place au débat? La réponse est non.
Il est intéressant de voir que, quand les choses se gâtent pour le premier ministre, de deux choses l’une, ou nous le voyons encore moins à la Chambre ou il se passe quelque chose qui change le sujet de la discussion. C’est ce qui arrive aujourd’hui.
Le projet de loi C-97 est, en fait, un budget de dissimulation. Nous en avons parlé. Il va dans le même sens que de plus en plus des idées saugrenues du gouvernement, qui annonce qu’il va dépenser de l’argent et que peut-être il en distribuera. Cependant, l’argent ne va pas à ce dont les Canadiens ont le plus besoin.
Nous voyons donner, une année électorale, 600 millions de dollars aux médias, médias qui sont censés être impartiaux. C’est 600 millions de dollars de subventions.
Nous savons aussi que, dans le budget précédent, environ 500 millions de dollars allaient à la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures. Ces 500 millions ne sont pas dépensés dans des infrastructures au Canada.
Je suis intervenu pour parler de quelques points, dont un que je trouve très décevant. Quand les libéraux sont arrivés au pouvoir en 2015, ils ont fait beaucoup de promesses et celle-ci nous touche particulièrement. J’en ai déjà parlé à plusieurs reprises à la Chambre. Les libéraux ont dit qu’ils mettraient fin au différend sur le bois d’œuvre.
Il me semble que c’est en 2016 que le premier ministre s’est levé à la Chambre pour dire aux Canadiens qu’il allait conclure un accord dans un délai de 100 jours. Il avait un nouveau meilleur ami, a déclaré le ministre de la Diversification du commerce international. Tous deux étaient grisés. Ils allaient conclure cet accord et mettre fin une fois pour toutes à l’épineux dossier du bois d’œuvre, mais nous avons appris la semaine dernière de la bouche du leader libéral au Sénat que le premier ministre avait d’autres priorités qui passaient avant le bois d’œuvre.
Plus de 140 collectivités et plus de 140 000 emplois sont liés à la foresterie dans ma province, la Colombie-Britannique. La foresterie y est une industrie essentielle, mais ce n’était pas une priorité pour le premier ministre dans sa renégociation de l’ALENA.
Ce que nous voyons, avec le gouvernement libéral, c’est que les Canadiens des régions rurales ne l’intéressent pas.
La semaine dernière, j’ai également rencontré des représentants de l’immobilier et des constructeurs de maisons canadiens. Ils m’ont dit que les simulations de crise prévues dans la ligne directrice B-20 du gouvernement libéral et le programme de participation à la mise de fonds, qui doit aider les Canadiens à accéder à la propriété, nuisent en fait à l’industrie. Selon le secteur immobilier, la ligne directrice B-20, qui est conçue pour les marchés de Toronto et de Vancouver mais qui s’applique à tout le pays, a un impact négatif sur les Canadiens des régions rurales.
On a privé cette industrie de près de 15 milliards de dollars, ce qui veut dire qu’il est plus difficile pour les Canadiens d’accéder à la propriété comme ils y aspirent. La propriété, c’est un pied dans la classe moyenne. Les gens investissent dans quelque chose qui leur appartient plutôt que dans quelque chose qui appartient à quelqu’un d’autre. La ligne directrice B-20 du gouvernement a échoué et le programme de participation à la mise de fonds pénalise les Canadiens. Voilà un autre exemple qui montre que les Canadiens se portent moins bien avec le gouvernement libéral.
Je vais revenir deux ans en arrière. Le premier ministre, le ministre des Anciens Combattants et le ministre de la Défense nationale ont tous bien compris. Ils peuvent mettre la main sur le cœur et dire qu’ils se soucient vraiment de la situation, mais c’est le même premier ministre qui a déclaré aux vétérans qu’ils en demandaient trop.
Hier était un jour très important, car c’était la clôture de la commission d’enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, qui a remis son rapport. Le gouvernement savait que ce jour viendrait, mais il n’a rien prévu dans le budget de 2019 à ce sujet. Rien du tout.
Les libéraux se plaisent à dire que les Canadiens se portent mieux que sous le gouvernement conservateur précédent, mais c’est en fait le contraire. Ils se portent moins bien depuis que les libéraux gouvernent. En réalité, 81 % des Canadiens à revenu moyen voient leurs impôts augmenter depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement libéral. Le revenu des familles canadiennes à revenu moyen a augmenté en moyenne de 840 $. La hausse des cotisations au Régime de pensions décidée par le gouvernement pourrait finir par coûter aux Canadiens jusqu’à 2 200 $ par ménage. Les libéraux ont annulé les allégements fiscaux pour les familles, qui pouvaient atteindre 2 000 $ par ménage. Ils ont annulé le crédit d’impôt pour la condition physique des enfants et pour les activités artistiques de 225 $ par enfant. Ils ont annulé les crédits d'impôt pour études et pour manuels, qui allaient jusqu’à 560 $ par étudiant. Ils ont augmenté les cotisations à l’assurance-emploi de 85 $ par travailleur. La taxe sur le carbone des libéraux pourrait coûter 1 000 $ par ménage et grimper jusqu’à 5 000 $ par la suite.
Le premier ministre a accusé les petites entreprises de frauder le fisc. Les mesures fiscales envahissantes imposées par le gouvernement aux petites entreprises feront augmenter les impôts de milliers d’entreprises familiales au Canada.
Et la liste continue. Avec le projet de loi C-97 de ce gouvernement miné par les scandales, la mesure est comble, et je dis bon débarras.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2019-06-04 13:39 [p.28490]
Mr. Speaker, it is time to take a look at the Liberals' record. There are two and a half weeks left in this Parliament. The budget implementation bill that is before us today is the government's last. Anything not contained in that bill will have to wait until after the election. Budget 2019 is consistent with this government's approach of saying one thing and doing the opposite.
First, let us talk about this so-called green government. Since the last election, bitumen extraction in Alberta has skyrocketed. We are talking about an increase of 25%. That is no small thing. Extraction grew even faster than under Stephen Harper. In fact, production has grown so much that it has exceeded transport capacity.
Today, the Liberals and the Conservatives would have us believe that there is a pipeline problem, but that is not the case. There is an overproduction problem, which is not the same thing. To limit overproduction, the government is proposing to support new investments in the oil sands with accelerated capital cost allowance. A total of $2.7 billion in taxpayers' money will be wasted on this tax expenditure.
In one year alone, the government announced $19 billion in new oil investments. The oil industry certainly got the message. If you look at production estimates, it is clear that the industry wants to maintain the level of growth it has seen the past four years. This will result in more overproduction and cause prices to continue their downturn. This is meant to make us believe that more pipelines are inevitable and that we have no choice but to export and pollute more.
The direct consequence of this government's policies is that energy east will be forced back on us. The Liberal government is working to keep us in the 20th century, bogged down in the tar sands.
Mr. Alain Rayes: Where do you get your gas?
Mr. Gabriel Ste-Marie: Mr. Speaker, at my daughter's school there is a big banner saying “zero tolerance for bullying”. The previous Conservative member who spoke accused the Liberals of bullying, and now the member for Victoriaville is hurling epithets and questions at me. There should be zero tolerance for bullying here too. We have a right to speak without being interrupted.
To get back to what I was saying, that is not what we need in Quebec. We have already started to go green. GHG emissions per capita are two and a half times lower in Quebec than in the rest of Canada. A policy for the 21st century is to make polluting expensive and avoiding pollution profitable.
I can already hear the Liberals saying that they created the carbon tax, so let us talk about it. The government imposes a tax, then gives the money back to those who paid it. It is a circle that does not result in any real transfer of wealth from polluters to the good guys. It does not make it profitable to go green. It will not result in a true green shift. It does not entitle anyone to make green speeches. It is merely an image, just like the government has been since it was elected: an image, no more, no less, but definitely no more.
Let us move on. In the lead-up to the budget, the Bloc québécois reached out to Quebeckers, and what we consistently heard was that their main priorities are health and education. There is nothing about that in the budget. Health transfers have been capped at 3% for two years, and yet, health costs in Quebec have risen by 5.2%. You do not need a Nobel prize in mathematics to see that there is a problem. The healthcare system is stretched to its limit, and wait times are getting longer. Something has to give, and everyone knows it.
Everything I have just said about the healthcare system also applies to education. Teachers are as burnt out as nurses. It is the same problem, except that, in this case, transfers were capped at 3% 15 years ago. Health and education are Quebeckers’ two main priorities. There is nothing about that in Bill C-97. The government decided to gradually move away from Quebecker’s priorities. That is abundantly clear in Bill C-97.
Now, let us look at the measures the government has taken to stimulate the economy. Its primary measure involves infrastructure. In and of itself, that is a good thing, but the methods used are another story. By multiplying specific programs, each one with very strict criteria, Ottawa has ruined everything. Federal requirements have caused a tug of war with Quebec and will paralyze the entire process. The result is striking: the money is starting to trickle down just before the election. We had to wait a long time. In the first two years of its term, the government spent $100 per Quebecker and $700 for each Canadian outside Quebec.
We know the federal government is building precious little infrastructure. It owns barely 2% of all public infrastructure, while the provinces and municipalities own 98%. Through federal transfers, the government is financing infrastructure that does not belong to it, that is not within its jurisdiction and that it does not have the means to prioritize intelligently. The government had good intentions, but the whole undertaking has been a monumental failure on the ground.
The money is not flowing. The federal criteria are too rigid and do not meet communities' needs. During the last election campaign, the Liberals promised to transfer blocks of infrastructure funding. They promised to mind their own business and do their job. That is yet another broken promise, and Quebec is paying the price.
As I said, my leader and I have been travelling around a lot listening to Quebeckers. People do not realize how future-focused Quebec is. Quebeckers are creative and innovative. Yesterday's tinkerers are now developing video games, designing new aircraft and working on artificial intelligence. Year after year, Quebec accounts for between 40% and 45% of Canada's tech exports, even though its share of Canada's economy is only half that much.
In metropolitan areas across Quebec, there are at least 5,000 technology startups. I think of it as Silicon Valley North. What is in Bill C-97 for technology? Is it an aerospace policy? No. Is it patient capital to let our technology start-ups develop here in Canada rather than being bought out by U.S. web giants? It is not that either.
However, there is some venture capital to help out the rest of Canada. That is how it is in all areas. When Quebec succeeds, Ottawa is not there. Take supply management, for example. Our regional agriculture lends itself well to local distribution. That is the future. Instead of helping, the government is hurting agriculture. It has signed three trade agreements with three breaches, and not a single penny has been paid to farmers.
We scoured Bill C-97 for the compensation, but it is not there. Our producers were taken for a ride. They will get nothing before the election. That is also the case for Davie. Does Bill C-97 announce a review of its horrible naval strategy? The answer is obviously no.
The same goes for the fight against tax havens. These loopholes allow banks and multi-millionaires to get out of paying taxes. The government needs to act fast, but instead, it has legalized three new tax havens. In my private member's bill, I proposed a working solution to close the loopholes, but, of course, all the Liberals but one voted it down. Like the sheriff of Nottingham, they would rather defend fat cats than low-income workers. The Conservatives also voted against my bill, but at least they were being true to type. Unlike the Liberals, they do not try to dress up as Robin Hood.
Monsieur le Président, c'est l'heure des bilans. Il reste deux semaines et demie à cette législature. Le projet de loi de mise en œuvre du budget dont on discute aujourd'hui est le dernier de ce gouvernement. Ce qu'on n'y trouve pas va devoir attendre après les élections. Le budget de 2019 aura été à l'image de ce gouvernement, c'est-à-dire qu'il dit une chose et fait le contraire.
Parlons d'abord de ce gouvernement supposément vert. Depuis la dernière élection, l'extraction de bitume albertain a explosé. On parle d'une augmentation de 25 %. Ce n'est pas rien. L'augmentation aura été plus rapide que sous Stephen Harper. En fait, la production a tellement augmenté qu'elle dépasse les capacités de transport.
Aujourd'hui, les libéraux et les conservateurs voudraient nous faire croire qu'il y a un problème de pipeline. Non, il n'y a pas de problème de pipeline, il y a un problème de surproduction. Ce n'est pas pareil. Pour limiter la surproduction, le gouvernement propose de soutenir les nouveaux investissements dans les sables bitumineux par l'amortissement accéléré. Ce sont 2,7 milliards de dollars de l'argent des contribuables qui vont être engloutis dans cette dépense fiscale.
Depuis un an seulement, le gouvernement a annoncé 19 milliards de dollars en nouveaux investissements pétroliers. D'ailleurs, l'industrie pétrolière a bien compris le message. Quand on regarde ses prévisions de production, on voit qu'elle veut maintenir le taux de croissance qu'elle a connu depuis quatre ans. Cela va accélérer la surproduction et perpétuer l'effondrement des prix. Tout cela vise à nous faire croire que les futurs pipelines sont inévitables et qu'on n'a pas le choix d'exporter et de polluer davantage.
La conséquence directe des politiques de ce gouvernement, c'est de nous imposer le retour d'Énergie Est. Le gouvernement libéral travaille à nous garder enfermés dans le XXe siècle, englués dans le bitume.
M. Alain Rayes: Où le trouves-tu, ton pétrole?
M. Gabriel Ste-Marie: Monsieur le Président, à l'école de ma fille, il y a une grosse banderole sur laquelle il est écrit: « Tolérance zéro pour l'intimidation ». Le député conservateur précédent accusait les libéraux de faire de l'intimidation, et maintenant, c'est le député de Victoriaville qui me lance des invectives et des questions. Cela devrait être tolérance zéro pour l'intimidation ici aussi. Nous avons le droit de parler sans être interrompus.
Pour revenir à ce que je disais, au Québec, ce n'est pas de cela que nous avons besoin. Notre virage vert, nous l'avons déjà entrepris. Chaque Québécois émet 2,5 fois moins de gaz à effet de serre qu'un Canadien. Une politique du XXIe siècle, c'est de rendre coûteux ce qui pollue et plus payant ce qui ne pollue pas.
J'entends déjà les libéraux nous dire qu'ils ont créé la taxe sur le carbone, alors parlons-en. Le gouvernement impose une taxe et remet ensuite l'argent à ceux qui l'ont payée. C'est circulaire et cela ne provoque aucun véritable transfert de richesse des pollueurs vers les bons élèves. Cela ne fait pas en sorte que ce soit payant d'être vert. Cela ne permet pas de procéder à un vrai virage vert. Cela ne permet pas de faire des discours verts. C'est à l'image de ce que le gouvernement aura été pendant toute la durée de son mandat: une image, ni plus ni moins, mais surtout, ni plus.
Passons à un autre sujet. Avant le budget, le Bloc québécois s'est mis à l'écoute des Québécois. Leur message était invariablement le même: la priorité, c'est la santé et l'éducation. Dans le budget, il n'y a rien de cela. Depuis deux ans, les transferts en santé sont plafonnés à 3 %. Pourtant, au Québec, les coûts de santé augmentent de 5,2 %. Nul besoin d'avoir un prix Nobel en mathématiques pour voir que cela ne s'équilibre pas. Le réseau de la santé est étiré au maximum et les listes d'attente s'allongent. Tout le monde sait que ce n'est pas tenable.
Tout ce que je viens de dire sur la santé, j'aurais aussi pu le dire au sujet de l'éducation. Les professeurs sont aussi épuisés que les infirmières. C'est le même problème, sauf que dans ce cas-ci, cela fait presque 15 ans que les transferts sont plafonnés à 3 %. La santé et l'éducation sont les priorités des Québécois. Or il n'y a rien du tout à ce sujet dans le projet C-97. Le gouvernement choisit de se s'éloigner progressivement des priorités de la population du Québec. C'est clairement dit dans le projet de loi C-97.
Maintenant, regardons les mesures que le gouvernement utilise pour stimuler l'économie. Sa principale mesure concerne les infrastructures. En soi, c'est une bonne chose, mais la façon de s'y prendre est une autre chose. En multipliant les programmes spécifiques, chacun assorti de critères très stricts, Ottawa a tout gâché. Les exigences fédérales provoquent une partie de bras de fer avec Québec et paralysent tout le processus. Le résultat est frappant: aujourd'hui, à la veille des élections, l'argent commence à peine à sortir. On a dû attendre très longtemps. Pendant les deux premières années de son mandat, le gouvernement a dépensé 700 $ par habitant au Canada et moins de 100 $ par habitant au Québec.
On le sait, le fédéral ne construit presque pas d'infrastructures. Il possède à peine 2 % des infrastructures publiques, alors que les provinces et les municipalités en possèdent 98 %. De plus, en effectuant des transferts fédéraux, le gouvernement finance des infrastructures qui ne lui appartiennent pas, qui ne relèvent pas de lui et qu'il n'est pas en mesure de hiérarchiser intelligemment. L'intention était bonne, mais, sur le terrain, c'est un échec monumental.
L'argent n'est pas distribué. Les critères fédéraux sont trop rigides et ne répondent pas aux besoins. Pourtant, lors de la dernière élection, les libéraux avaient promis de transférer en bloc l'argent destiné aux infrastructures. Ils avaient promis de se mêler de leurs affaires et de faire leur boulot. Évidemment, il s'agit d'une autre promesse en l'air, et c'est encore le Québec qui écope.
Comme je le disais, mon chef et moi nous sommes beaucoup promenés afin d'écouter les Québécois. On n'a pas idée à quel point le Québec est tourné vers l'avenir. Les gens du Québec sont créatifs et innovateurs. Les « patenteux » d'hier conçoivent aujourd'hui des jeux vidéo, dessinent les plans d'un nouvel avion ou s'aventurent dans le développement de l'intelligence artificielle. Année après année, le Québec représente entre 40 % et 45 % des exportations technologiques du Canada. C'est deux fois plus que son poids économique.
Dans la région métropolitaine, on retrouve pas moins de 5 000 entreprises technologiques en démarrage. Cela est vrai partout au Québec. D'ailleurs, je dirais que c'est un peu comme la Silicon Valley du Nord. Que propose le projet de loi C-97 à ce sujet? Propose-t-il une politique relative à l'aéronautique? Non, il n'en propose pas. Propose-t-il du capital patient pour permettre à nos jeunes pousses technologiques de se développer chez nous plutôt que d'être rachetées par les géants américains du Web? Il ne le propose pas non plus.
Par contre, il y a du capital de risque permettant de combler les lacunes dans le reste du Canada. C'est comme cela dans tous les domaines. Quand le Québec se démarque, Ottawa n'est pas là. Prenons l'exemple de la gestion de l'offre. On a une agriculture de proximité favorable aux circuits courts. L'avenir est là. Au lieu d'aider, le gouvernement nuit. Il y a eu trois accords commerciaux, trois brèches et pas une cenne n'a été versée.
On a cherché très fort dans le projet de loi C-97 en vue de trouver les compensations, mais elles ne sont pas là. Nos producteurs se sont fait rouler dans la farine. Ils n'auront rien avant les élections. C'est la même chose en ce qui a trait à la Davie. Est-ce que le projet de loi C-97 nous annonce une révision de son affreuse stratégie navale? La réponse est évidemment non.
C'est aussi la même chose en ce qui a trait à la lutte contre les paradis fiscaux. Ces échappatoires permettent aux banques et aux multimillionnaires de ne pas payer leur impôt. Le gouvernement doit agir vite. Au contraire, le bilan du gouvernement aura été de légaliser trois nouveaux paradis fiscaux. Dans mon projet de loi privé, j'ai proposé une solution fonctionnelle afin de colmater les brèches et, évidemment, les libéraux ont voté en sa défaveur, à l'exception d'un élu. Ils préfèrent défendre les gros bonnets plutôt que les gagne-petit, comme le Shérif de Nottingham. Les conservateurs aussi avaient voté contre mon projet de loi, mais au moins, eux, ils s'assument. Contrairement aux libéraux, ils n'essaient pas de se déguiser en Robin des bois.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2019-06-04 14:33 [p.28499]
Mr. Speaker, federal and provincial areas of jurisdiction go back to 1867. A prime minister's job is to maintain healthy, productive and harmonious federal-provincial relations, but this Prime Minister is paternalistic and centralizing.
When will the Prime Minister show some respect for the provincially elected representatives of all Canadian provinces?
Monsieur le Président, le partage des compétences provinciales et fédérales existe depuis 1867. La responsabilité d'un premier ministre est de travailler à maintenir des relations saines, productives et harmonieuses entre le fédéral et les provinces. On est plutôt en face d'un premier ministre paternaliste et centralisateur.
Quand le premier ministre va-t-il respecter les élus provinciaux de toutes les provinces canadiennes?
View François-Philippe Champagne Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, respecting jurisdiction means investing with the provinces.
This gives me an opportunity to talk about the announcement we made yesterday together with the government of Quebec. We are making a historic investment in excess of $500 million to rehabilitate the Louis-Hippolyte-La Fontaine tunnel and transform the 20th-century bridge-tunnel into a 21st-century piece of infrastructure.
That is what we mean by “working with the provinces”. It was a joint announcement and it is a joint investment. We are going to work together for Quebeckers and for all Canadians.
Monsieur le Président, respecter les champs de compétence, c'est investir avec les provinces.
Cela me donne l'occasion de dire qu'hier, nous avons annoncé avec le gouvernement du Québec un investissement historique de plus d'un demi-milliard de dollars pour moderniser le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Cet investissement vise à faire passer le pont-tunnel du XXe au XXIe siècle.
C'est cela, travailler avec les provinces. Nous avons fait cette annonce ensemble et nous investissons ensemble. Nous allons travailler ensemble pour les Québécois et les Québécoises et l'ensemble des Canadiens et des Canadiennes.
View Alain Rayes Profile
CPC (QC)
View Alain Rayes Profile
2019-06-04 14:34 [p.28499]
Mr. Speaker, the fact is that, in most cases, this Liberal government interferes and makes decisions at the federal level without taking the provinces into account. It does not respect Ontario, Alberta, Saskatchewan, Manitoba, New Brunswick or Quebec, for starters.
Things have gotten so bad that, at the Federation of Canadian Municipalities conference last Friday, the Prime Minister said he was prepared to bypass the provinces to achieve his objectives.
Why does the Liberal government have so little respect for provincial governments and premiers?
Monsieur le Président, la réalité, c'est que, dans la majorité des cas, ce gouvernement libéral fait de l'ingérence et centralise ses décisions au fédéral sans tenir compte des provinces. Il ne respecte pas l'Ontario, l'Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba, le Nouveau-Brunswick et le Québec, pour ne nommer que ces provinces.
Ça va tellement mal que, lors du congrès de la Fédération canadienne des municipalités, vendredi dernier, le premier ministre a dit qu'il était prêt à contourner les provinces pour arriver à ses fins.
Pourquoi ce gouvernement libéral est-il si irrespectueux envers les différents gouvernements provinciaux et les premiers ministres des provinces?
View Marc Garneau Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, as my colleague said, respecting jurisdiction means working with the provinces. That is why I was very happy to be in Halifax on Sunday working with the Province of Nova Scotia to announce two major transportation corridor projects. Our federal government is working with the provinces to make life better for Canadians.
Monsieur le Président, comme mon collègue l'a dit, respecter les compétences, c'est travailler avec les provinces. C'est pour cela que j'étais très heureux d'être à Halifax dimanche et de travailler avec la province de la Nouvelle-Écosse pour annoncer deux projets importants reliés aux corridors de transport. C'est un gouvernement fédéral qui travaille de concert avec les provinces pour améliorer la situation au Canada.
View Steven MacKinnon Profile
Lib. (QC)
View Steven MacKinnon Profile
2019-06-04 16:18 [p.28510]
Mr. Speaker, for those watching, I would like to say that we just heard our colleague from Bruce—Grey—Owen Sound say farewell. I would certainly like to join the other members of the House in thanking him for his service to Canadians.
Today, I am speaking to my constituents in Gatineau, a number of whom have been through quite a lot in recent years, including tornadoes and flooding. These last four years, we have made tremendous progress together under this government. I am of course referring to the Canada child benefit, which, in Gatineau alone, has put over $6 million in tax-free cash back into the pockets of parents every month. Furthermore, with summer fast approaching, students are working hard and benefiting from the fact that we doubled funding for summer jobs. We also brought back order, respect and stability to our public service, which had important needs to meet, challenges to face and growth to achieve given this government's ambitions.
I could have talked about any of those things, which were all of great benefit to the people of Gatineau. However, I want to focus on two or three of the innovative measures set out in this budget that I care about, both as the Parliamentary Secretary to the Minister of Public Services and Procurement and as the member for Gatineau.
This budget implementation bill explores new opportunities for entrepreneurs. Gatineau is home to many construction companies and tradespeople. Every year, these people build houses and office buildings, thereby enabling the Government of Canada to continue its work through federal construction projects. We owe a great deal to the people of Gatineau who work hard and use their hands and their heads to help us build the infrastructure the Government of Canada needs.
This budget implementation bill will enshrine the prompt payment principles in law. We worked with some of our colleagues, including the member for Humber River—Black Creek, the member for King—Vaughan and many others, to follow the lead of some of the provinces, including Ontario, that have legislated to ensure that the contractors working on major construction projects, the subcontractors, the subcontractors' subcontractors and all those who are part of the supply chain get paid on time in accordance with the terms of their contract. That means that suppliers will be paid, materials will be paid for and everything will be done in a smooth and orderly fashion in accordance with the principles of justice, transparency and fairness. These are Canadian values, Liberal values, that I believe we should all support.
This is a major modernization in the management of our construction projects. This principle aims to ensure that a formal contract award process can be launched in the event that an agreement cannot be reached with the contractor. This very fast and inexpensive process will ensure that subcontractors, and by extension their employees, such as trades people and construction workers, for example, are paid in accordance with current standards and their contractual terms.
The Government of Canada is proud to be taking a leadership role. Public Services and Procurement Canada is now acting as an administrator. We have provided this leadership through a 14-point plan and the new legislative measure in the Liberal government's fourth budget. We are proud to be ensuring timely payments in the construction industry.
The second thing I want to discuss was also a very important issue of general interest to the riding of Gatineau, if not the entire national capital region. We have invested considerable sums in the Terrasses de la Chaudière complex, the Place du Portage complex, the Lester B. Pearson building and all the Parliament buildings, for example. We are making significant investments to repair and upgrade our institutions and federal buildings. We are doing so as a sign of respect not only towards the machinery of government, but also, of course, towards those who work in it.
I was proud to launch the new concept of “co-working”, which involves making offices available in the suburbs, in Orléans or at Place de la Cité in my own riding of Gatineau. There will be offices where employees of certain departments will be able to work if their child has a dentist appointment, for example. They can work closer to home that day. This is another show of respect and another investment in our infrastructure.
The Government of Canada is stepping up. My colleagues in the House may think it is not necessarily a good political move for the government to invest in its own offices. However, it is very important for the government and for the public service in the national capital region.
Since Confederation, the Government of Canada has also had the solemn responsibility of ensuring that Canadians are able to travel between both sides of the Ottawa River. We have five bridges, including the most recent one built in 1973. At the time there were 650,000 people in the entire national capital region. Now there are nearly 1.5 million people, and not a single lane has been added since 1973.
The City of Ottawa and the City of Gatineau have plans to invest in public transit. These are necessary investments and the Government of Canada will help with traffic flow by investing more than $80 million in the renovation of the bridges that are in service. The Alexandra Bridge will be replaced. What is of most interest to the people of Gatineau is the construction of a sixth crossing between Gatineau and Ottawa in the east end.
We will update the pertinent data and work with our partners. I have committed to being the champion of this new bridge. I believe I have really helped advance this project, but the work is not done. There is more to do, and we must continue to advocate for this project. I want to reassure those watching that we have made considerable progress. I invite them to continue supporting our efforts so that we can build a sixth crossing in the national capital region.
We will continue to invest in our public services, our public servants and our government. In the national capital region, we are honoured to be part of the effort to build the best country on earth, Canada.
Monsieur le Président, pour ceux qui nous écoutent, j'aimerais préciser que nous venons d'entendre notre collègue de Bruce—Grey—Owen Sound faire ses adieux. Je veux certainement ajouter ma voix à celle des autres députés de la Chambre et le remercier de son service au Canada et aux Canadiens et aux Canadiennes.
Aujourd'hui, je m'adresse à mes concitoyennes et mes concitoyens de Gatineau, dont plusieurs ont traversé des épreuves ces dernières années, notamment des tornades et des inondations. Ensemble, nous avons fait d'énormes progrès au cours des quatre dernières années sous ce gouvernement. Je parle bien sûr de l'Allocation canadienne pour enfants, qui, seulement dans la circonscription de Gatineau, remet chaque mois plus de 6 millions de dollars libres d'impôt dans les poches des parents. Par ailleurs, alors que nous amorçons la saison estivale, les étudiants sont à l'œuvre et profitent du fait que nous avons doublé les subventions pour les emplois d'été. Également, nous avons ramené l'ordre, le respect et la stabilité au sein de notre fonction publique. Celle-ci a été appelée à combler de grands besoins, à relever de grands défis et à prendre de l'expansion en raison des ambitions de ce gouvernement.
J'aurais pu aborder n'importe lequel de ces thèmes. Toutes ces choses ont profité grandement aux Gatinoises et aux Gatinois. Cependant, je veux parler de deux ou trois mesures novatrices de ce budget qui me tiennent à cœur à titre de secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, mais aussi à titre de député de Gatineau.
Avec le présent projet de loi de mise en œuvre du budget, nous explorons de nouveaux horizons à l'intention des entrepreneurs. À Gatineau, nous avons un bon nombre d'entreprises de construction et de gens de métier. Chaque année, ces gens érigent des maisons et des édifices commerciaux et permettent au gouvernement du Canada, par l'entremise des projets de construction fédéraux, de continuer à faire son travail. Nous devons beaucoup aux Gatinoises et aux Gatinois qui travaillent très fort, en utilisant leurs mains et leur tête, pour nous aider à construire les infrastructures requises par le gouvernement du Canada.
Avec ce projet de loi de mise en œuvre du budget, nous allons enchâsser dans la loi le paiement sans délai. Avec certains de nos collègues, dont la députée de Humber River—Black Creek, la députée de King—Vaughan et bien d'autres, nous avons travaillé à emboîter le pas à certaines provinces, dont l'Ontario, qui ont légiféré afin que les entrepreneurs sur les chantiers des grands projets de construction, les sous-traitants, voire même les sous-traitants des sous-traitants, ainsi que tous ceux qui font partie de la chaîne d'approvisionnement se fassent payer à temps, selon leurs conditions contractuelles. Ainsi, les fournisseurs seront payés, les matériaux seront payés et tout se passera dans la sérénité et dans l'ordre, conformément aux principes de justice, de transparence et d'équité. Ce sont des valeurs canadiennes, des valeurs libérales, dois-je dire, que nous devons tous soutenir.
Il s'agit d'une modernisation importante de la gestion de nos projets de construction. C'est un principe qui vise à ce qu'on puisse entamer un processus formel d'adjudication de contrat dans le cas où une entente ne peut être conclue avec l'entrepreneur. Ce processus très rapide et peu coûteux fera en sorte que les sous-traitants et, par la suite, leurs employés, soit les gens de métier et les travailleurs de la construction, entre autres, se fassent payer conformément aux normes et à leurs conditions contractuelles.
Le gouvernement du Canada est fier d'avoir assumé un rôle de leadership. Services publics et Approvisionnement Canada est un ministère qui agit maintenant comme administrateur. Nous avons assumé ce leadership grâce à un plan comportant 14 éléments, mais aussi avec la nouvelle loi contenue dans le quatrième budget du gouvernement libéral. Nous sommes fiers d'assurer ces paiements sans délai à l'industrie de la construction.
La deuxième chose dont je veux discuter a aussi été un élément très important et d'intérêt général dans la circonscription de Gatineau, voire dans l'ensemble de la région de la capitale nationale. Nous avons investi des sommes importantes, qu'il s'agisse du complexe Les Terrasses de la Chaudière, du complexe Place du Portage, de l'édifice Lester B. Pearson ou de l'ensemble des édifices du Parlement. Nous faisons des investissements importants dans la réfection, la mise à niveau, de nos institutions et de nos bureaux fédéraux. Nous faisons cela en signe de respect, non seulement envers l'appareil gouvernemental, mais évidemment envers ceux qui y travaillent.
Hier, j'étais fier de lancer ce nouveau concept de cotravail, c'est-à-dire des bureaux au sein des banlieues, à Orléans ou à la place de la Cité dans ma propre circonscription, Gatineau. Il y aura des bureaux où les gens qui travaillent dans certains ministères pourront s'installer si leur enfant a un rendez-vous chez le dentiste, par exemple. Cette journée-là, ils pourront travailler plus près de la maison. C'est un autre signe de respect, un autre investissement dans nos infrastructures.
Le gouvernement du Canada assume ses responsabilités. Mes collègues de la Chambre trouvent peut-être que ce n’est pas nécessairement politiquement alléchant de voir le gouvernement investir dans ses propres installations. Cependant, c'est important pour l'appareil gouvernemental et pour la fonction publique de la région de la capitale nationale.
Depuis la Confédération, une autre responsabilité solennelle du gouvernement du Canada est d'assurer la traversée des Canadiens des deux côtés de la rivière des Outaouais. Nous avons cinq ponts, dont le dernier ou le plus récent remonte à 1973. Il y avait alors 650 000 personnes dans l'ensemble de la région de la capitale nationale. Aujourd'hui, il y a près de 1,5 million de personnes, et on n'a pas ajouté une seule voie depuis 1973.
Bien sûr, la Ville d'Ottawa et la Ville de Gatineau ont des plans d'investissement en ce qui a trait au transport en commun. Ce sont des investissements requis, mais le gouvernement du Canada va participer à la fluidité du transport en investissant plus de 80 millions de dollars dans la réfection des ponts qui sont en fonction. Le pont Alexandra sera remplacé. Ce qui intéresse surtout les Gatinoises et les Gatinois, c'est l'édification d'un sixième lien à l'est, entre Gatineau et Ottawa.
Nous allons remettre à jour les données pertinentes et travailler avec nos partenaires. Je me suis engagé à être le champion qui se battra pour ce nouveau pont. J'estime avoir amené ce projet très loin, mais ce n'est pas fait. Le travail n'est pas terminé, et nous devons continuer à revendiquer ce projet. Je veux assurer à tous ceux qui nous écoutent que nous avons fait un bon bout de chemin. Je les invite à continuer d'appuyer nos démarches en ce sens, afin d'édifier et de réaliser un sixième lien au sein de la région de la capitale nationale.
Nous allons continuer d'investir dans nos services publics, dans nos fonctionnaires et dans notre gouvernement. Dans la région de la capitale nationale, nous avons l'honneur de participer à l'édification et à la réalisation du meilleur pays sur la Terre, le Canada.
View Kamal Khera Profile
Lib. (ON)
View Kamal Khera Profile
2019-06-04 16:49 [p.28514]
Mr. Speaker, I am pleased to rise in the House to speak to Bill C-97, the budget implementation act.
The bill would help bring the proposal outlined in budget 2019 to life and help improve the lives of Canadians, including my constituents in Brampton West.
For the past four years, I have had the opportunity to speak to many pieces of legislation in the House and provide my voice on how our government's policies would improve the lives of my constituents in Brampton West. Budget 2019 is the accumulation of four years of making Canada a better place to live for all Canadians.
Let me talk about the current economic situation.
First and foremost, for the last three and a half years, Canada's economy has been booming. We have been investing in our middle class. One of the first things we did was cut taxes for the middle class. We introduced initiatives like the Canada child benefit. We are putting more money in the hands of those who need it the most. With that, we have created an environment of growth.
Since November 2015, under the leadership of our Prime Minister and the finance minister, Canadians have created over one million jobs. One million more families are better off than they were before. If we compare our record, that is one million more jobs created in the last three and a half years than the Harper Conservatives could do in 10 years. The majority of these jobs are full-time. The unemployment level is the lowest it has been in decades. We have lifted more than 300,000 children out of poverty. A typical Canadian family is $2,000 better off under our plan than it was under the Stephen Harper plan back in 2015. That is real change, and we know our plan is working.
While it is important to celebrate the milestones that we have achieved, it is also important to acknowledge that a lot of work needs to be done.
Today in Canada, especially where my constituents live in Brampton West, once affordable properties are now out of reach due to high demand. Therefore, in budget 2016 and in budget 2017, we established Canada's first-ever housing strategy that would invest $40 billion over 10 years to build and repair affordable housing units. This gives future homeowners greater options when looking at the housing market and makes housing accessible to more people than ever before.
In budget 2019, we are taking another step to support first-time homebuyers, including new immigrant families in Brampton West. To help make home ownership more affordable for first-time homebuyers, budget 2019 introduces the first-time homebuyer incentive. This incentive would allow eligible first-time homebuyers, who have the minimum down payment of an insured mortgage, to finance a portion of their home purchase through a shared equity mortgage with the Canada Mortgage and Housing Corporation.
Budget 2019 also proposes to increase the homebuyers plan withdrawal limit from $25,000 to $35,000, providing first-time homebuyers greater access to their registered retirement savings plan to buy a home. I know this initiative will benefit many young families in Brampton West looking to purchase a home or a condo. It gives them the option to put more money down by accessing a larger portion of their savings and helps them deal with the cost of living by lowering their monthly mortgage payments.
I would like to talk a bit about our health care.
Our health system is one of which Canadians are extremely proud. We all recognize that it is one of the best systems in the world. From my background as a registered nurse, I have seen the impact it has not just in our communities, but in hospitals. We also recognize that the cost of prescription medication is a significant barrier to many Canadians to get the treatment they need. No Canadian should have to choose between paying for a prescription and putting food on the table or going without needed medication simply because he or she cannot afford it.
To address these challenges, budget 2019 announces steps to move forward with a national pharmacare program. This is very important to my constituents in Brampton West. We have been advocating for this with the government and in my previous role as parliamentary secretary to the minister of health.
We are establishing the Canadian drug agency. This new national drug agency would build on existing provincial and territorial successes and take a coordinated approach to assessing effectiveness and negotiating prescription drug prices on behalf of Canadians. Negotiating better prices could help lower the cost of prescription drugs for Canadians up to $3 billion per year in the long term. The extra savings would mean more money going to my constituents and more investments in Canadians.
We are also creating a national formulary, a comprehensive, evidence-based list of prescribed drugs, to be developed as part of the Canadian drug agency. This would provide the basis for a consistent approach to formulary listing and patient access across the country. It would set out a clear path toward a national pharmacare program.
In addition to these essential steps, we are introducing a national strategy for high-cost drugs for rare diseases, to help Canadians get better access to the effective treatments they need.
These changes will put the foundation in place as we wait to hear from the advisory council later this year on the implementation of national pharmacare.
This budget provides more money directly to the communities and municipalities that need it. Through a doubling of the gas tax fund infrastructure top-up, our government will be transferring more money directly to municipalities so they can fund projects that are important to their communities.
It is unfortunate that the provincial government in Ontario is impeding the flow of federal dollars to our municipalities. This has been having a tremendous effect in my community in Brampton.
We are working directly with our municipalities to ensure that essential projects move forward. I am proud to be part of a government that is working with municipalities on behalf of Canadians and delivering for them.
Brampton will be receiving close to $50 million through this fund so that it can invest in services that Bramptonians rely on most, such as public transportation, recreation centres and our parks.
We have seen what is happening in Ontario. While the provincial Conservative government is failing and continuing to make cuts on the backs of Canadians, our government continues to deliver for Canadians.
Our government is also thinking forward by investing in the new frontier for our safety. That frontier is cybersecurity. Digital technologies are increasingly knitted into the lives of Canadians, so in order to protect our information, we need a plan. Canada's skilled workforce and world-class universities can help us become leaders in cybersecurity research and development.
To promote collaboration among Canadian cybersecurity centres of expertise, budget 2019 proposes to provide $80 million over four years to support Canadian cybersecurity networks across Canada that are affiliated with post-secondary institutions. The funding proposed in budget 2019 would mean that institutions like the Ryerson University cybersecurity centre in Brampton will get the funding they need to create well-paying jobs and solidify our cybersecurity infrastructure.
This cybersecurity centre was part of a project by Ryerson University to establish a full satellite campus in Brampton, something the Brampton community and all members from Brampton advocated for years. The campus would have provided a post-secondary education experience for young Bramptonians closer to home. It would have created jobs and attracted new talent to Brampton. The project was unfortunately, once again, gutted by the current provincial Conservative government.
Where it made cuts to our health care, education and communities, we will continue to invest in and for Bramptonians and make those investments.
Canadians are among the most skilled and highly educated workers in the world. However, today the evolving nature of work means that people may change jobs many times over the course of their working lives or may require new skills to keep their jobs in a changing economy.
That is why we are providing Canadians with a tool called the Canada training benefit. This program would help provide more choices for my constituents so they can find the jobs they need to be successful in fulfilling their careers, while also not endangering their current employment.
The changes we have brought forward over the last four years and the changes included in this budget make me extremely proud of our government, which recognizes the importance of investing in the middle class. I hope to be part of this truly progressive government over the years so we can continue to bring real change and keep bringing investments into Brampton so our constituents can continue to thrive, not just in Brampton but in communities all across Canada.
Monsieur le Président, je suis heureuse de prendre la parole à la Chambre au sujet du projet de loi C-97, la loi d’exécution du budget.
Ce projet de loi contribuerait à concrétiser la proposition présentée dans le budget de 2019 et à améliorer la vie des Canadiens, y compris celle des électeurs de ma circonscription, Brampton-Ouest.
Au cours des quatre dernières années, j’ai eu l’occasion de me prononcer sur de nombreux projets de loi à la Chambre et d’expliquer comment les politiques du gouvernement amélioreront la vie des électeurs de Brampton-Ouest. Le budget de 2019 est le fruit de quatre années consacrées à améliorer la qualité de vie de tous les Canadiens.
Permettez-moi de parler de la situation économique actuelle.
D’abord et avant tout, depuis trois ans et demi, l’économie canadienne est en plein essor. Nous avons investi dans la classe moyenne. L’une des premières choses que nous avons faites a été de réduire les impôts de la classe moyenne. Nous avons lancé des initiatives comme l’Allocation canadienne pour enfants. Nous mettons plus d’argent dans les poches de ceux qui en ont le plus besoin. Ce faisant, nous avons créé un environnement propice à la croissance.
Depuis novembre 2015, sous la direction du premier ministre et du ministre des Finances, les Canadiens ont créé plus d’un million d’emplois. Un million de familles de plus se portent mieux qu’avant. À titre comparatif, nous avons créé un million d’emplois en trois ans et demi alors que le gouvernement conservateur de M. Harper n’a pu en créer autant en 10 ans. Dans la majorité de cas, il s'agit d'emplois à plein temps. Le niveau de chômage n’a jamais été aussi bas depuis des décennies. Nous avons sorti plus de 300 000 enfants de la pauvreté. Grâce à notre plan, la famille canadienne type dispose de 2 000 $ de plus comparativement à 2015, sous le gouvernement de Stephen Harper. Voilà un vrai changement qui montre que notre plan fonctionne.
S’il est important de célébrer les étapes que nous avons franchies, il faut néanmoins reconnaître qu’il reste encore beaucoup à faire.
Aujourd’hui au Canada, et surtout dans ma circonscription, Brampton-Ouest, des propriétés jadis abordables sont désormais hors de prix à cause de la forte demande. Par conséquent, dans les budgets de 2016 et de 2017, nous avons établi la toute première stratégie canadienne sur le logement, qui prévoit un investissement de 40 milliards de dollars sur 10 ans pour la construction et la réparation de logements abordables. Cette stratégie donne aux futurs propriétaires davantage d’options sur le marché de l’habitation et permet à plus de personnes que jamais auparavant d'accéder à la propriété.
Dans le budget de 2019, nous annonçons une autre mesure pour soutenir les acheteurs d’une première propriété, y compris les familles de nouveaux immigrants à Brampton-Ouest. Pour rendre l’accession à la propriété plus abordable, le budget de 2019 prévoit un incitatif à l’achat d’une première propriété. Cet incitatif permettra aux acheteurs admissibles, qui ont la mise de fonds minimale pour obtenir un prêt hypothécaire assuré, de financer une partie de leur achat en souscrivant une hypothèque auprès de la Société canadienne d’hypothèques et de logement.
Le budget de 2019 propose également de hausser de 25 000 $ à 35 000 $ la limite de retrait dans le cadre du régime d’accession à la propriété, ce qui permettra aux acheteurs d’une première propriété de retirer davantage de leur régime enregistré d’épargne-retraite pour l’achat d’une maison. Cette initiative avantagera de nombreuses jeunes familles de Brampton-Ouest en quête d’une maison ou d’une copropriété. Elle leur donne l’option de faire une mise de fonds plus substantielle en utilisant une portion plus considérable de leurs économies. Cette formule aide à mieux composer avec le coût de la vie car elle réduit les mensualités hypothécaires.
J’aimerais dire un mot sur les soins de santé.
Les Canadiens sont extrêmement fiers de leur système de santé. Nous reconnaissons tous que c'est l’un des meilleurs au monde. En tant qu’infirmière diplômée, j’ai pu en constater l’incidence non seulement dans les collectivités, mais également dans les hôpitaux. Nous reconnaissons aussi que le coût des médicaments d’ordonnance est un obstacle considérable qui empêche de nombreux Canadiens de se procurer les traitements dont ils ont besoin. Aucun Canadien ne devrait avoir à choisir entre payer une ordonnance, acheter de la nourriture ou tout simplement se passer d’un médicament nécessaire, faute de moyens.
Pour s'attaquer à ces problèmes, le budget de 2019 annonce des mesures pour la mise en place d’un régime national d’assurance-médicaments. Cette mesure est très importante pour les électeurs de Brampton-Ouest. J'en ai fait valoir l'importance auprès du gouvernement, notamment lorsque j'étais secrétaire parlementaire de la ministre de la Santé.
Nous sommes en train de créer l’Agence canadienne des médicaments, qui fera fond sur les réussites provinciales et territoriales et adoptera une approche coordonnée pour évaluer l’efficacité et négocier les prix des médicaments d’ordonnance au nom des Canadiens. La négociation de meilleurs prix pourra, à long terme, faire économiser aux Canadiens jusqu'à 3 milliards de dollars par année dans leurs achats de médicaments sur ordonnance. Les économies supplémentaires feront que les gens de ma circonscription auront plus d'argent et que plus d’argent sera investi dans les Canadiens.
Nous sommes également en train de créer un formulaire national, c'est-à-dire une liste exhaustive de médicaments sur ordonnance fondée sur des données probantes, qui sera élaborée par l’Agence canadienne des médicaments. Ce formulaire jettera les bases d’une approche uniforme d’inscription au formulaire et d’accès pour les patients à l’échelle du pays. Il pavera clairement la voie vers un programme national d’assurance-médicaments.
En plus de ces mesures essentielles, nous présentons une stratégie nationale relative aux médicaments onéreux pour le traitement des maladies rares, afin d’aider les Canadiens à avoir un meilleur accès aux traitements efficaces dont ils ont besoin.
Ces changements jetteront les bases d’un régime national d’assurance-médicaments, en attendant les recommandations du conseil consultatif cette année, sur la mise en oeuvre d'un tel régime.
Dans ce budget, le gouvernement accorde plus d’argent directement aux collectivités et aux municipalités qui en ont besoin. En doublant le financement complémentaire pour les infrastructures du Fonds de la taxe sur l’essence, le gouvernement transférera plus d’argent directement aux municipalités afin qu’elles puissent financer des projets qui sont importants pour leur population.
Il est malheureux que le gouvernement de l’Ontario empêche les municipalités de recevoir des fonds fédéraux. Cette décision a eu un effet fort regrettable dans ma circonscription, à Brampton.
Nous collaborons directement avec les municipalités pour nous assurer que les projets essentiels progressent. Je suis fier de faire partie d’un gouvernement qui collabore avec les municipalités au nom des Canadiens et qui tient ses promesses.
Grâce à ce fonds, Brampton recevra près de 50 millions de dollars pour financer les services sur lesquels les habitants de Brampton comptent le plus, comme le transport en commun, les centres de loisirs et les parcs.
Nous voyons ce qui se passe en Ontario. Pendant que le gouvernement conservateur provincial laisser tomber les Canadiens et continue de faire des compressions sur leur dos, le gouvernement fédéral formé par notre parti continue d’obtenir des résultats pour les Canadiens.
Le gouvernement se tourne également vers l’avenir en investissant dans la nouvelle frontière pour notre sécurité. Cette frontière, c’est celle de la cybersécurité. Comme les technologies numériques sont de plus en plus intégrées à la vie des Canadiens, le pays a besoin d'un plan pour protéger leurs renseignements. La main-d’oeuvre qualifiée et les universités de calibre mondial du Canada peuvent nous aider à devenir des chefs de file en recherche et développement sur la cybersécurité.
Afin de promouvoir la collaboration entre les centres d’expertise canadiens en cybersécurité, le gouvernement propose dans le budget de 2019 d’octroyer 80 millions de dollars sur quatre ans aux réseaux canadiens de cybersécurité qui sont affiliés à des établissements d’enseignement postsecondaire. Grâce au financement proposé dans le budget de 2019, des institutions comme le centre de cybersécurité de l’Université Ryerson à Brampton obtiendront le financement dont elles ont besoin pour créer des emplois bien rémunérés et renforcer l'infrastructure de cybersécurité du pays.
Ce centre de cybersécurité faisait partie d’un projet que l’Université Ryerson avait lancé pour créer un campus satellite complet à Brampton. En fait, la collectivité de Brampton et tous les députés qui la représentaient le demandaient depuis des années. Ce campus aurait permis aux jeunes de la ville de faire leurs études postsecondaires plus près de chez eux. Il aurait créé des emplois et attiré de nouveaux talents à Brampton. Malheureusement, ce projet a été éliminé avec tant d’autres par le gouvernement provincial conservateur.
Nous continuerons à investir pour les citoyens de Brampton en injectant des fonds là où le gouvernement de l'Ontario fait des compressions, comme dans les services de santé, l’éducation et les collectivités.
Les Canadiens comptent parmi les travailleurs les plus qualifiés et scolarisés au monde. Toutefois, la nature évolutive du travail incite les gens à changer d’emploi plusieurs fois au cours de leur vie active ou d’acquérir de nouvelles compétences pour conserver leur place dans l’économie actuelle, qui ne cesse d’évoluer.
Voilà pourquoi nous offrons aux Canadiens un outil nommé l’Allocation canadienne pour la formation. Ce programme offrirait plus de choix aux gens de ma circonscription afin qu’ils trouvent des emplois qui favorisent leur avancement professionnel sans pour autant risquer de perdre leur emploi actuel.
Je suis très fière du gouvernement, qui a apporté d’excellents changements au cours de ces quatre dernières années. Les changements qu’il a inclus dans le budget actuel démontrent qu’il est conscient de l’importance d’investir dans la classe moyenne. J’espère pouvoir continuer de faire partie de ce gouvernement vraiment progressiste dans les années à venir, afin que nous puissions continuer d’apporter de vrais changements et d’attirer à Brampton des investissements qui y feront prospérer la population, comme nous le faisons non seulement à Brampton, mais aussi dans le reste du Canada.
View Mel Arnold Profile
CPC (BC)
View Mel Arnold Profile
2019-06-04 17:05 [p.28517]
Mr. Speaker, it is an honour to rise today to speak to Bill C-97, an honour but also a concern.
It is also an honour and a privilege to bring the concerns of my constituents of North Okanagan—Shuswap to this House and debate them as their member of Parliament. Perhaps the greatest honour I have ever known, aside from being blessed with a loving wife and becoming a parent, is to represent the people who have entrusted me to carry their issues and best interests forward, on their behalf and for the good of Canada.
We all come to this place with the intention of representing our ridings and the great people in them, and some of us are very successful at it. What I have seen over the last three and a half years is a government and a Prime Minister who have strayed away from representing the people. The Liberals have put in place a bureaucracy and a larger government with priorities far ahead of what the average Canadian's needs are. The most glaring example of that is the government's out-of-control spending, the lavish sense of entitlement of the Prime Minister and the ballooning budgets that we see year after year after year.
Bill C-97 is an act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on March 19, 2019. It is 396 pages, which is not a massive omnibus bill, but it is massive in its own right. This budget adds almost another $20 billion in deficit. This has been happening for multiple years now, with the government and its out-of-control spending.
Most people have difficulty envisioning what $20 billion would look like; a big $20-billion pile is very hard to envision. Most average Canadians cannot quite put that picture together. When I am talking to the good people in my riding of North Okanagan—Shuswap, I explain to them that the $20-billion increase to debt that the government seems to be putting forward every year works out to about $540 for every man, woman, child, veteran, senior and grandparent. It is another $540 per year, year after year after year, that the government is taking out of their pockets.
Then I ask people if they can envision what those dollars would look like in their hands and what they could do with that money in their pockets. That is when they start to get really angry, as they realize they could do far better with the dollars in their pockets rather than sending them to an out-of-control government with out-of-control spending habits. Then I also explain to them, especially those in the workforce, that they are actually on the hook for double that amount. It is over $1,000 for every working person, because only 50% of Canadians are employed full time and might be able to pay back some of this debt the government is piling on. That is when they get really upset and ask what we can do, and ask that we do everything we can to eliminate the out-of-control government and its out-of-control spending.
Average Canadians must base their lives on what they can earn, borrow and pay back within their working years. Average Canadians understand these principles. They strive to pay off their debts and provide a starter investment for their children or leave a bit of inheritance for their children or grandchildren, whatever that may be.
In contrast, we currently have a Liberal government that thinks nothing of spending beyond not just its means but the taxpayers' means. What it really comes down to is a government that is spending beyond the taxpayers' means right now and adding debt year after year after year.
This is a government that does not believe in setting aside anything for a rainy day. Instead of leaving something in the bank for future generations, it is passing on a massive debt load that current and future taxpayers will have to pay back.
On top of this increasing debt load the government is passing on, it has spent hundreds of millions of dollars offshore. Upon joining the Asian Infrastructure Investment Bank, the government committed Canada to a roughly 1% share of the bank, worth about $256 million. This will all be spent over the next five years.
When I explain this to the good people back home in North Okanagan—Shuswap, they start to envision what that kind of money could have done back home. When I talk to people there, they think of the projects we talked about in the pre-budget consultations I do every year. I go around to every community, every first nation and the chambers of commerce to meet with their boards and ask what they would like to see in the budget. I compile all that information in a condensed, concise version and provide it in a letter to the finance minister well in advance of the annual budget each year. Unfortunately, what we see in return is not reflective of what average Canadians need.
The dollars being spent offshore in the Asian Infrastructure Investment Bank are going to build pipelines in China. They are going to build major projects overseas, but no Canadian operations will be involved in those projects. All that funding will simply go offshore rather than being used to put Canadians to work.
That really upsets the people back home when I tell them. They have requested funding and support for youth space in their small communities, such as in the village of Chase, so that their youth can have a place to be active rather than out on the street. The Sicamous community has put forward the idea of a joint project involving the community and the local first nation band, the Splatsin. They can see what these projects can do for the community and they can see the revenue generation it could create. However, those funds are not there, partly because the government has decided to send them offshore.
I have seen requests from communities asking for help in purchasing emergency equipment or in upgrading their fire halls. Again, that funding is not available, because it has been sent offshore or has been spent to service the increasing debt, as we have heard in some of the speeches this afternoon. These are debt service costs from the increasing deficit the government continues to pile on.
I have also heard communities ask for a bit of a kick-start in developing economic plans. First nations bands and small communities have asked me about this. They want to know how they could possibly get some assistance and guidance in putting an economic plan together. Again, the money is not available, because it was spent elsewhere.
We have heard much talk about the mortgage stress test. I hear a lot back home about the shortage of affordable housing. I use the term “housing that is affordable”. The term “affordable housing” rings to most people as low-income, income-assisted or payment-assisted housing. However, it is housing that is affordable at all levels that we need. I believe that it is not just in my community but right across the country. For every chance we have to move someone into a first home or into a retirement home or into a rental home, an opportunity is opened up for someone else.
Those are the kinds of things I see average Canadians in my riding asking for.
They are asking for things like highway improvements. They are asking for things like electrification for the small community of Seymour Arm, which is currently off the grid and using diesel generation to power the community. These kinds of things would really help small communities move forward and get together, but the funds are not available, because the current government is deciding to use them on lavish vacations or offshore spending or for servicing the debt.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de parler aujourd'hui du projet de loi C-97. Il s'agit d'un honneur, mais aussi d'une source d'inquiétude.
C'est aussi un honneur et un privilège de faire part à cette assemblée des préoccupations des gens de North Okanagan—Shuswap et d'en débattre à titre de député. Le plus grand honneur que j'aie jamais connu, hormis celui d'avoir une tendre épouse et d'être parent, c'est sans doute celui de me faire le porte-parole des gens qui m'ont confié le mandat de défendre leurs intérêts et ceux du Canada.
En venant ici, nous voulons tous défendre les intérêts de notre circonscription et des gens qui y habitent, et certains d'entre nous réussissent très bien à le faire. Ce que j'observe toutefois, depuis trois ans et demi, c'est un gouvernement et un premier ministre qui ne servent pas les intérêts de la population. Les libéraux ont alourdi la bureaucratie et l'appareil étatique et se sont donné des priorités qui sont très loin des besoins concrets des Canadiens ordinaires. Les exemples les plus flagrants, ce sont les dépenses effrénées du gouvernement, l'arrogance princière du premier ministre et les budgets qui gonflent année après année.
Le projet de loi C-97 vise à exécuter certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 mars 2019. Avec ses 396 pages, ce projet de loi omnibus n'est pas énorme pour un texte législatif de cette nature, mais il peut tout de même être qualifié d'énorme en raison de ses conséquences: il plombe de nouveau les finances du pays avec un déficit, qui est cette fois de 20 milliards de dollars. Avec sa manie de faire des dépenses effrénées, le gouvernement accumule déficit par-dessus déficit depuis plusieurs années maintenant.
La plupart des gens ont du mal à comprendre ce que peut représenter une somme de 20 milliards de dollars. Il est difficile d'imaginer l'épaisseur d'une liasse de 20 milliards de dollars. La plupart des Canadiens moyens ne peuvent pas concevoir une telle chose. Quand je discute avec les bonnes gens de ma circonscription, North Okanagan—Shuswap, je leur explique que les 20 milliards de dollars que le gouvernement ajoute tous les ans à la dette équivalent à environ 540 $ par Canadien — hommes, femmes, enfants, vétérans, aînés et grands-parents. Année après année, le gouvernement vient donc chercher 540 $ dans les poches des Canadiens.
Ensuite, je demande aux gens d'imaginer ce qu'ils pourraient faire avec cet argent dans leurs poches. C'est à ce moment-là qu'ils commencent à se fâcher, car ils se rendent compte qu'ils pourraient faire beaucoup mieux s'ils gardaient cet argent plutôt que de le donner à un gouvernement qui a perdu tout contrôle sur ses dépenses. Puis, je leur explique — surtout à ceux qui travaillent — qu'ils devront payer le double du montant qu'ils paient actuellement. Étant donné que seulement 50 % des Canadiens ont un emploi à temps plein et pourraient être en mesure de rembourser une partie de la dette que le gouvernement accumule, cela représente plus de 1 000 $ pour chaque travailleur. C'est à ce moment-là qu'ils s'énervent vraiment et qu'ils nous demandent ce que nous pouvons faire. Ils veulent que nous fassions tout ce qui est possible pour nous débarrasser de ce gouvernement irresponsable et de ses dépenses effrénées.
Le Canadien moyen doit prendre en considération ce qu'il peut gagner, emprunter et rembourser au cours de ses années de travail; c'est un principe qu'il comprend. Il s'efforce de rembourser ses dettes et d'offrir un investissement de départ à ses enfants ou de laisser un petit héritage à ses enfants ou à ses petits-enfants.
Pour sa part, le gouvernement libéral actuel n'hésite pas à dépenser au-delà de ses moyens, et même de ceux des contribuables, ce qui fait que la dette s'alourdit d'année en année.
C'est un gouvernement qui ne croit pas qu’il faut mettre des sous de côté en prévision des temps difficiles. Au lieu de laisser quelques économies à la banque pour les générations futures, il lègue une énorme dette que les contribuables d’aujourd’hui et de demain devront rembourser.
En plus de laisser une dette croissante en héritage, le gouvernement a dépensé des centaines de millions de dollars à l’étranger. Lorsqu’il s’est joint à la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, le gouvernement s’est engagé à ce que le Canada détienne environ 1 % des parts de la banque, ce qui représente environ 256 millions de dollars. Tout cela sera dépensé au cours des cinq prochaines années.
Lorsque j’explique cela aux bonnes gens de North Okanagan—Shuswap, ils songent à ce que nous aurions pu accomplir avec une telle somme ici, au Canada. Quand je parle aux gens de ma circonscription, je constate qu’ils pensent aux projets dont nous avons parlé lors des consultations prébudgétaires que je mène chaque année. Je me rends dans toutes les collectivités, dans toutes les Premières Nations et dans les chambres de commerce pour rencontrer leur conseil d’administration et demander aux gens ce qu’ils aimeraient voir dans le budget. Je rassemble toute cette information et je la condense de la façon la plus concise possible, puis je la transmets dans une lettre au ministre des Finances, bien avant la présentation du budget annuel, chaque année. Malheureusement, ce que nous obtenons en retour ne reflète pas les besoins des Canadiens moyens.
Cet argent dépensé à l'étranger dans la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures va servir à construire des pipelines en Chine. Il va servir à construire de grands projets à l'étranger, sans aucune participation canadienne. Tout ce financement va tout simplement s'en aller à l'étranger au lieu d'être utilisé ici pour donner du travail aux Canadiens.
Lorsque je le dis aux gens de ma circonscription, cela les enrage. Ils ont demandé un financement et un appui pour des locaux destinés aux jeunes dans leur petite collectivité, tels que le village de Chase, pour que les jeunes puissent avoir un endroit où jouer ailleurs que dans la rue. La collectivité de Sicamous a proposé un projet conjoint associant la collectivité et la bande de la Première Nation locale, les Splatsin. Ils voient ce que ces projets peuvent apporter à la communauté et les recettes qu'ils peuvent produire. Toutefois, ces fonds ne sont pas là, en partie parce que le gouvernement a décidé de les envoyer à l'étranger.
Je sais que des communautés demandent de l'aide pour acheter de l'équipement d'urgence ou pour moderniser la caserne des pompiers. Je le répète, les fonds ne sont pas disponibles parce qu'ils ont été envoyés à l'étranger ou qu'ils servent à rembourser la dette qui ne cesse d'augmenter, comme on l'a dit cet après-midi. Le service de la dette provient de l'augmentation des déficits que le gouvernement continue d'accumuler.
Les représentants de plusieurs petites collectivités et de bandes autochtones m'ont également demandé s'il était possible de recevoir un peu d'aide et d'encadrement pour élaborer un plan économique. Là aussi, le gouvernement ne dispose pas des sommes nécessaires, car elles ont été dépensées ailleurs.
On a beaucoup parlé des fameuses simulations de crise de l'assurance prêt hypothécaire. Dans ma circonscription, il est souvent question de la pénurie de logements à coûts modiques. Je préfère parler de « logements à prix abordable », car la plupart des gens associent la notion de coûts modiques à des logements pour personnes à faible revenu, ou à des logements subventionnés. Nous avons besoin de tous les types de logements abordables, non seulement dans ma collectivité, mais partout au pays. Chaque occasion de permettre à une personne de s'acheter une première maison, ou d'emménager dans une résidence pour personnes âgées, crée une opportunité pour quelqu'un d'autre.
Voici le genre de demandes que je reçois des Canadiens ordinaires dans ma circonscription.
Ils me parlent de l'amélioration du réseau routier. Ils me parlent de l'électrification de la petite collectivité de Seymour Arm, qui est actuellement hors réseau et dont les habitants utilisent du diésel pour produire de l'électricité. Résoudre ce genre de problème pourrait réellement aider les petites collectivités à aller de l'avant. Le problème est qu'on n'a pas les fonds nécessaires, car le gouvernement actuel préfère consacrer ces fonds à des vacances opulentes, à des dépenses à l'étranger, ou au service de la dette.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2019-06-04 19:40 [p.28537]
Mr. Speaker, it is always a pleasure to rise and address the House on the important issues we have to address. What is more important than the national budget? It is one of those measures that we can read a lot into, because it is the way the government establishes its priorities. From day one, this government has been very clear to the House, and through the House to all Canadians, and I would even reverse that by saying that through Canadians, we have been very clear to this House, what the intentions of this government are.
As I have referenced in the past, we have a Prime Minister who constantly challenges members of the Liberal caucus to stay connected with their constituents, the people we represent, and to bring their thoughts and ideas to the floor of the House, the standing committees and the caucus. I really believe that a lot of positive things have happened as a direct result.
Before I get to the core issues, I would like to use the example of pharmacare. On numerous occasions, I have had the opportunity to stand in my place and table petitions dealing with pharmacare. We know how passionate Canadians are about our health care system. It does not matter what region of the country we live in, health care is an important issue. As such, I have always taken it seriously, not only here in the House of Commons but also in the days when I was an MLA.
Under this Prime Minister, for the very first time in decades, we have seen an open mind toward a national pharmacare plan. I would argue that for the first time in decades, we have seen not only members of the government but also some opposition members talking more about a pharmacare plan. Virtually months after the last election, we saw the standing committee put meetings on its agenda to deal with pharmacare, which ultimately led to a report.
We have seen commitments within our budget measures to further the debate and dialogue on pharmacare. We have seen members of Parliament go into their constituencies and work with others.
I am very proud of the fact that my daughter Cindy has been very strong on this file and has been advocating for a national pharmacare plan on the floor of the Manitoba legislature. She recognizes, as I do, that this is an important issue for the residents of Winnipeg's north end and beyond.
If we listen to my caucus colleagues, they will talk about the importance of a national pharmacare plan. I think that embodies some of the things the Prime Minister has talked about, which is that as members of Parliament, it is important that we stay in touch with what our constituencies want and expect.
Let me suggest to members that it is one of the important issues on which I hope to see some tangible results in the coming days, weeks, months and, with the approval of my constituents, years. It is an issue I want the residents of Winnipeg North to understand. I will continue to advocate for it until we have some form of national pharmacare plan we can all be proud of, a plan that will complement the national Canada health care system we have.
Having said that, I want to talk about day one. I sat in the opposition benches a number of years ago when our current Prime Minister was elected leader of the Liberal Party of Canada.
I thought it was significant that the day he made the announcement that he was interested in putting his name into the leadership race, he highlighted the importance of Canada's middle class. Nothing has changed. The then leadership candidate, who then became the leader of the Liberal Party and is now Canada's Prime Minister, has consistently indicated that Canada's middle class and those aspiring to be part of it are the first priority of this government and the Liberal Party.
He made that pledge in the last federal election. I believe that if we look at the budgetary measures we have taken since day one of getting into government, we will find example after example of what we have done as the government to further the interests of Canada's middle class.
If we look back at the beginning, and Bill C-2, we will see the tax cut for Canada's middle class. At the same time, we recognized the sense of tax fairness, and we saw a government that put an extra tax on Canada's one per cent, the wealthiest Canadians. The revenue generated from that, in good part, went to pay for the tax break for Canada's middle class.
I am very proud of the fact that we have seen a government that also wants to do what it can to deal with issues such as poverty. That is why we saw the enhancement of the tax-free Canada child benefit program, literally lifting tens of thousands of children, going into hundreds of thousands, out of poverty. Then we saw the guaranteed income supplement, which also lifted tens of thousands of Canadians out of poverty.
I want to combine the three of them and use it as a tangible example of this point. We took money and put it into the pockets of Canadians in every region of our country. We supported the middle class and those aspiring to be part of it, those who needed that helping hand, and we put money to work. I say that because if we invest in our middle class, we are really investing in Canada. The hundreds of millions, going into billions of dollars annually that we invested in Canadians ultimately assisted us in providing tangible results. It increased disposable income and, I would argue, helped create the one million jobs this government, working in co-operation with other stakeholders, has been able to generate in every region of this country.
In so many ways, we are the envy of the world because of the economic policies we have put in place. We have put money in the pockets of Canadians by investing in infrastructure. Even with this most recent budget, we are giving tens of millions of dollars. In the city of Winnipeg, just over $35 million is going into municipal infrastructure, creating jobs, building our country and investing in Canadians. That is what this government has been all about over the last three and a half years.
We have seen tangible results. This is why I am very happy and quite content. The summer is quickly approaching. We only have another 12 or 13 days left in this sitting. I look forward to a summer where we can reach out and tell Canadians what has been taking place in the last three and a half years.
Come October, when people do the comparisons, they will recognize and appreciate all the work we have been able to accomplish, working with Canadians day in and day out, working hard and delivering.
Monsieur le Président, c'est toujours un plaisir pour moi de prendre la parole à la Chambre pour parler des questions importantes que nous devons aborder. Qu'y a-t-il de plus important que le budget national? C'est l'une des mesures les plus significatives, parce que c'est avec elle que le gouvernement établit ses priorités. Dès le premier jour, le gouvernement a été très clair à la Chambre et par l'entremise de celle-ci, avec tous les Canadiens. Je dirais même, en inversant les rôles, que, par l'entremise des Canadiens, nous avons été très clairs à la Chambre quant aux intentions du gouvernement.
Comme je l'ai mentionné dans le passé, nous avons un premier ministre qui rappelle sans cesse aux députés libéraux l'importance de rester en contact avec les habitants de leur circonscription — les gens que nous représentons — et de faire connaître leurs réflexions et leurs idées à la Chambre, aux comités permanents et au caucus. Beaucoup de bonnes choses ont résulté directement de cette pratique.
Avant d’entrer dans le vif du sujet, j’aimerais citer l’exemple de l’assurance-médicaments. À maintes reprises, j’ai eu l’occasion de prendre la parole et de déposer des pétitions portant sur la question de l’assurance-médicaments. Nous savons à quel point les Canadiens tiennent à leur système de santé. Peu importe dans quelle région du pays nous vivons, les services de santé sont un enjeu important. C’est pourquoi j’ai toujours pris cette question au sérieux, non seulement ici, à la Chambre des communes, mais aussi à l’époque où j’étais député provincial.
Depuis que le premier ministre est en poste, nous constatons, pour la première fois depuis des dizaines d'années, une certaine ouverture d’esprit concernant la création d’un régime national d’assurance-médicaments. Je dirais que, pour la première fois depuis des dizaines d'années, nous avons vu non seulement des députés ministériels, mais aussi des députés de l’opposition commencer à parler davantage du régime d’assurance-médicaments. Quelques mois à peine après les dernières élections, le comité permanent s’est réuni et a planifié des réunions portant sur l’assurance-médicaments, ce qui a mené à la présentation d’un rapport.
Dans le cadre de nos mesures budgétaires, nous avons pris des engagements pour faire avancer le débat et le dialogue sur l’assurance-médicaments. Nous avons vu des députés collaborer avec d’autres intervenants dans leur circonscription.
Je suis très fier des efforts soutenus déployés par ma fille Cindy à l'Assemblée législative du Manitoba en vue de l'établissement d'un régime national d'assurance-médicaments. Comme moi, elle reconnaît à quel point c'est un enjeu important pour les habitants du secteur nord de Winnipeg et d'ailleurs.
Les collègues de mon groupe parlementaire reconnaissent l'importance d'un régime national d'assurance-médicaments. Je pense que c'est un enjeu qui rejoint une des choses dont le premier ministre a parlé, soit que, en notre qualité de députés, nous devons rester à l'écoute des besoins et des attentes de nos électeurs.
Je fais donc valoir aux députés qu'il s'agit là d'un des dossiers importants au sujet duquel j'espère que nous pourrons obtenir des résultats concrets dans les jours, les semaines, les mois, et — avec l'agrément de mes électeurs — les années qui suivront. C'est une question que je souhaite porter à l'attention des habitants de Winnipeg-Nord. Je compte la défendre jusqu'au moment où nous aurons un régime national d'assurance-médicaments dont nous pourrons tous être fiers, un régime qui viendra compléter le régime national de soins de santé canadien.
Cela dit, j'aimerais revenir à mes débuts. Je siégeais sur les banquettes de l'opposition il y a un certain nombre d'années lorsque l'actuel premier ministre fut élu chef du Parti libéral du Canada.
Le jour même où il a annoncé son désir de participer à la course à la direction, il a souligné l'importance de la classe moyenne du Canada, ce qui m'a semblé révélateur. Sa position n'a jamais changé. Le candidat à la direction, qui est devenu chef du Parti libéral, puis premier ministre du Canada, a toujours affirmé que la classe moyenne du pays et ceux qui aspirent à en faire partie représentent la grande priorité du gouvernement et du Parti libéral.
Il a pris cet engagement pendant les dernières élections fédérales. À mon avis, si on passe en revue les mesures budgétaires que nous avons prises depuis notre arrivée au pouvoir, on trouvera de multiples exemples de ce que nous avons fait, comme gouvernement, pour défendre les intérêts de la classe moyenne du Canada.
Dès le début, le projet de loi C-2 prévoyait un allégement fiscal pour la classe moyenne du Canada. En même temps, nous étions conscients qu'il fallait établir une fiscalité plus équitable. Le gouvernement a donc haussé les impôts du centile le plus riche de la population canadienne. Les recettes qui ont été ainsi générées ont servi, en bonne partie, à financer l'allégement fiscal pour la classe moyenne.
Je suis extrêmement fier que le gouvernement ait décidé de s'attaquer à des problèmes comme celui de la pauvreté. C'est ce qui l'a amené à bonifier l'Allocation canadienne pour enfants, qui est libre d'impôt et qui a permis de sortir des dizaines de milliers d'enfants de la pauvreté. Nous pourrons bientôt dire qu'ils sont des centaines de milliers. Nous nous sommes également servis du Supplément de revenu garanti pour sortir des dizaines de milliers de Canadiens de la pauvreté.
Je veux combiner les trois dans un exemple concret. Nous avons mis de l'argent dans les poches des Canadiens de toutes les régions du pays. Nous avons appuyé les gens de la classe moyenne et ceux qui aspirent à en faire partie, ceux qui ont besoin d'un coup de main, et nous avons mis l'argent à leur service. Je dis cela parce qu'en investissant dans la classe moyenne, on investit en fait dans le Canada. Les centaines de millions de dollars, qui atteindront presque les milliards de dollars, que nous avons investis annuellement dans les Canadiens nous ont aidés ultimement à obtenir des résultats tangibles. Ils ont permis d'augmenter leur revenu disponible et, selon moi, ont contribué à la création du million d'emplois que l'actuel gouvernement, en collaboration avec des intervenants, a été en mesure de générer dans toutes les régions du pays.
À bien des égards, nous faisons l'envie du monde entier en raison des politiques économiques que nous avons instaurées. Nous avons mis de l'argent dans les poches des Canadiens en investissant dans les infrastructures. Même le plus récent budget propose d'injecter des dizaines de millions de dollars. Dans la ville de Winnipeg, un peu plus de 35 millions de dollars seront consacrés aux infrastructures municipales et à la création d'emplois. Nous bâtissons le pays et investissons dans les Canadiens. C'est tout ce qui compte pour l'actuel gouvernement depuis trois ans et demi.
Nous avons obtenu des résultats tangibles, ce qui me réjouit et me satisfait. L'été approche à grands pas. Il ne nous reste que 12 ou 13 jours de séance. J'ai hâte à l'été, car il me tarde de dire aux Canadiens ce qui s'est passé durant les trois ans et demi qui viennent de s'écouler.
En octobre, lorsque les gens feront des comparaisons, ils reconnaîtront et apprécieront tout le travail que nous avons été en mesure d'accomplir. Nous avons travaillé avec les Canadiens jour après jour. Nous avons travaillé fort et livré des résultats.
View Randy Boissonnault Profile
Lib. (AB)
View Randy Boissonnault Profile
2019-06-04 20:11 [p.28541]
Mr. Speaker, I would like to take a moment, as a first-term parliamentarian, to thank each of the hon. members who shared their remarks with us this evening, at the end of their distinguished parliamentary careers. There were many life lessons in those comments. There were many words of wisdom, a few funny stories and indeed things that I hope to be able to reflect on and learn from with multiple mandates in this chamber. However, as members know, that is up to our residents so I look forward to a vigorous campaign this summer and into the fall.
It is the great honour of my life to serve in this chamber and to represent the residents of Edmonton Centre. Therefore, tonight I would like to share my reflections on Bill C-97 and, more particularly, how this 2019 budget says very clearly that our government, budget 2019 and I are here for Edmonton.
I want to start with those people who paved the way for us. I want to start with the seniors and to acknowledge the tremendous sacrifice that seniors have made to build up our communities, to build up our country and, in my case, to build up the city of Edmonton. I honour and respect the wealth of knowledge that they carry with them and the experience and the skills that they continue to contribute and that we want to see them contributing today.
In budget 2019, we recognize the contribution that seniors have made to Canada and we are returning the favour by investing in them. Budget 2019 would help to support their active participation in society, including through work, and would smooth the transition to retirement for seniors when they choose to leave the workforce. I have seen the very good work that the horizons program for seniors has done to reduce social isolation.
I can see the work that we have done to make sure that seniors are able to retain more of the income they now spend. Seniors asked me at the doors why we were clawing back some of the money that they make when they go to work at the Walmart or their kids' school. They asked why we were taking some of that money and we listened. The Minister of Employment, the Minister of Families, Children and Social Development and the Minister of Seniors were very clear. Now seniors will not pay tax on the first $5,000, it is not going to be clawed back from their GIS and 50% of the next $10,000 will also be exempt. That is $7,500 on the $15,000 that seniors make that will now be in their pockets.
Unfortunately, some seniors are penalized. When they try to keep working, they see significant cuts to their benefits. That is why we listened to seniors and changed the program.
As I mentioned, that is why we are making changes to the GIS allowance benefit. It would begin in the July 2020 to July 2021 benefit year.
Our government respects seniors. Seniors are respected in the budget. We listened to them and we took action.
On innovation and jobs, our government and I are building, together with western Canadians, a strong and competitive west by focusing on business development, innovation and community development. We have pledged to do that by increasing support to Western Economic Diversification Canada with a $100-million increase over three years to increase its programming across western Canada. That means more jobs and more investment in companies. It means more companies will be able to scale up in Edmonton, in Red Deer, in Calgary and across the west.
We have also provided $100 million to the Clean Resource Innovation Network that will help make Alberta's oil and gas even greener and even cleaner.
As members know, when tragedy strikes every second counts, and that makes helicopters an indispensable tool for getting people the care they need quickly and efficiently, which is especially true across such a vast region as western Canada. Since 1985, STARS air ambulance, known as Shock Trauma Air Rescue Service, has provided rapid and specialized emergency helicopter ambulance service to patients who are critically ill or injured in communities across Manitoba, British Columbia and Alberta.
STARS has contributed to saving hundreds of lives and it has helped all of us in some of the worst tragedies: helping after the Pine Lake tornado in July 1999; saving people during the floods of Calgary in 2013; providing transportation away from the fires that swept through Fort McMurray in 2016; and, when the nation's heart sank at the Humboldt crash, helping get those survivors to safety.
Our government recognizes the vital role that STARS plays in delivering access to emergency care for the communities it serves. Our budget will put five new emergency medical helicopters in the air, with a $65-million allocation in budget 2019, making sure that STARS can renew half of its aging fleet and continue its life-saving work.
One of the key aspects of this budget, and even this government, is the hard work we do on behalf of all Canadians, including LGBTQ2 Canadians.
All Canadians deserve our respect, and that includes LGBTQ2 Canadians. That is why I am so delighted to state that in budget 2019 we have included, for the first time in the history of this country, an allocation of $20 million over two years for capacity-building and community-level work for LGBTQ2 service organizations in Canada. This means that community-based organizations that have been shut out and not able to apply to the federal government for anything, ever, will now have that opportunity, starting later this summer and into the new year.
I want to pause and thank the Minister of Finance and member of Parliament for Toronto Centre and his team for this historic investment in budget 2019. It did not have to be there, but it is there. I want to thank the Minister for Women and Gender Equality and MP for Peterborough—Kawartha and her team, because that is the department that will flow the money. I want to thank the LGBTQ2 Secretariat that resides in the Privy Council Office. Without its steadfast work, without its coordination, this would not be possible. I want to thank my own team. To each of them, I want to say that they have made history and they will change and save lives.
Why is the pan-Canadian suicide prevention service, money that we put aside for the national suicide prevention line, so important? It is $25 million over five years.
Earlier today, I was at something called Children First. It was a luncheon and colleagues from the other side of the aisle were also there. We each got paired up with a young person, and I was paired up with 11-year-old Ethan from PETES, an elementary school. We started chatting, in front of a hundred of his colleagues. I asked him what he likes to do. He said he was a video games guy; he likes to play, draw and dance. Then I asked him, “When you talk with your friends, what are some of the big things you want adults to fix?” He looked me straight in the eye and said, “Can you stop bullying? Can you stop people from hurting other people?” I asked if he knew someone who was bullied, and he said he was. It scared him. It ruined his life, and he was quiet for way too long. He became really depressed and had suicidal thoughts. This is an 11-year-old kid who was opening up to me in front of a hundred people at a luncheon today. He asked if we can do something to keep more kids safe.
He wanted to make sure that people would listen. He was not sure that if he told an adult, somebody would listen. The people we will employ on this pan-Canadian suicide prevention hotline will listen to people like Ethan, and that is why budget 2019 is going to make a difference in the lives of so many Canadians.
Turning to another pressing issue in Edmonton Centre, it is important that we do better for, with and by indigenous people, particularly urban indigenous communities. About 60% of indigenous people in Canada live in an urban setting, and Edmonton is home to Canada's second-largest indigenous population. That makes indigenous supports in urban settings a priority for me and for our government. We are investing in safe and culturally relevant community spaces, with $60 million over five years to support capital infrastructure in friendship centres.
With budget 2019, our government is on track to end boil water advisories in Canada by 2021. That affects first nations people whether they are in urban settings or across the country. I attended the Kehewin First Nation sod turning in February. By January 2020, that will be the last boil water advisory for any first nation in Alberta.
With the minute I have left, I want to talk about why an urban riding like mine needs infrastructure. We have the youngest city in the country, with an average age of 34, which is putting me on the other side of the young age now. When a city is that young and dynamic, we need infrastructure, like transit. We have invested almost $1 billion in the transit system that would go through my riding all the way to West Edmonton Mall and to Lewis Estates, so that parents can get home to their kids faster, so that young professionals can get to their activities after work, so that our dynamic economy can continue to grow.
In an urban riding like mine, we need to see commerce increase, and we need people to be able to get home to their families. Our government has listened. Our historic investments in infrastructure will continue, with $16 billion a year over the next nine years. That is improving lives. It is making things better. That is why, with budget 2019, our government and I are here for Edmonton.
Monsieur le Président, en tant que parlementaire élu pour la première fois, j'aimerais prendre un moment pour remercier chacun des députés qui nous ont fait part de leurs observations ce soir, à la fin de leur illustre carrière parlementaire. Leurs propos comprenaient beaucoup de leçons de vie et de sagesse. Quelques histoires drôles se sont faufilées, et ils ont soulevé des points sur lesquels j'espère pouvoir réfléchir et dont j'espère pouvoir tirer des leçons au cours des multiples mandats qui me seront confiés à la Chambre. Toutefois, comme les députés le savent, cela repose entre les mains des résidants de nos circonscriptions, alors je suis prêt à mener une campagne vigoureuse cet été et à l'automne.
Servir à la Chambre et représenter les habitants d'Edmonton-Centre est le plus grand honneur que j'ai reçu de ma vie. Par conséquent, ce soir, j'aimerais partager mes réflexions à propos du projet de loi C-97 et, plus particulièrement, sur la façon dont le budget de 2019 indique très clairement qu'à l'aide du gouvernement et de moi-même, il appuiera les habitants d'Edmonton.
Je veux commencer par aider les aînés, qui nous ont pavé la voie. Je souhaite reconnaître les sacrifices énormes qu'ils ont faits pour bâtir nos collectivités, pour bâtir notre pays et, dans mon cas, pour bâtir la ville d'Edmonton. J'honore et je respecte la richesse des connaissances qu'ils portent en eux ainsi que l'expérience et les compétences qu'ils continuent d'apporter et que nous voulons qu'ils apportent.
Dans le budget de 2019, nous reconnaissons la contribution des aînés au Canada et nous leur retournons la faveur en investissant dans leur bien-être. Le budget de 2019 appuie la participation active des aînés dans la société, y compris par le travail, et il facilitera leur transition vers la retraite lorsqu'ils choisiront de quitter le marché du travail. J'ai constaté l'excellent travail réalisé par le programme Nouveaux Horizons pour les aînés afin de réduire leur isolement social.
Je peux aussi constater le travail que nous avons réalisé pour veiller à ce que les aînés puissent conserver une plus grande partie de leurs revenus. Quand j'ai fait du porte-à-porte, les aînés m'ont demandé pourquoi nous récupérons certains des revenus qu'ils gagnent en travaillant chez Walmart ou à l'école de leurs enfants. Ils nous ont demandé pourquoi nous récupérons une partie de cet argent, et nous les avons écoutés. La ministre de l’Emploi, le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social et la ministre des Aînés ont été très clairs. Dorénavant, les aînés ne paieront pas d'impôt sur les premiers 5 000 $ qu'ils gagnent. Cet argent ne sera pas enlevé du Supplément de revenu garanti, et 50 % des 10 000 $ suivants seront aussi exemptés. Au total, ce sont 7 500 $ sur les 15 000 $ que les aînés gagneront qu'ils pourront garder dans leurs poches.
Malheureusement, certains aînés sont pénalisés. Lorsqu'ils essaient de continuer à travailler, ils sont confrontés à des réductions significatives de leurs indemnités. C'est pour cette raison que nous avons écouté les aînés et modifié le programme.
Comme je l'ai mentionné, c'est pour cette raison que nous apportons des changements aux prestations du Supplément du revenu garanti. Ces changements s'échelonneront de juillet 2020 à juillet 2021.
Cela signifie que notre gouvernement respecte les aînés. Ils sont respectés dans ce budget. Nous les avons écoutés et nous avons agi.
En ce qui a trait à l'innovation et à l'emploi, le gouvernement et moi bâtissons, de concert avec les Canadiens de l'Ouest, un Ouest canadien fort et concurrentiel en mettant l'accent sur le développement commercial et communautaire et sur l'innovation. Nous nous y sommes engagés en augmentant le budget du ministère de la Diversification de l'économie de l'Ouest de 100 millions de dollars sur trois ans pour qu'il offre davantage de programmes partout dans l'Ouest du Canada. Cela se traduira par davantage d'emplois et d'investissements dans les entreprises. Ainsi, plus d'entreprises pourront prendre de l'expansion à Edmonton, à Red Deer, à Calgary et partout dans l'Ouest.
Nous avons aussi accordé 100 millions de dollars au réseau d'innovation pour les ressources propres, qui contribuera à rendre le pétrole et le gaz de l'Alberta encore plus verts et plus propres.
Comme les députés le savent, lors d'une tragédie, chaque seconde compte. C'est pourquoi les hélicoptères sont un outil indispensable pour apporter rapidement et efficacement aux gens les soins dont ils ont besoin, ce qui est particulièrement vrai dans une région aussi vaste que l'Ouest canadien. Depuis 1985, le Shock Trauma Air Rescue Service, ou STARS, offre des services ambulanciers d'urgence par hélicoptère rapides et spécialisés aux patients qui sont gravement malades ou blessés dans les collectivités du Manitoba, de la Colombie-Britannique et de l'Alberta.
STARS a contribué à sauver la vie de centaines de personnes et il nous est tous venu en aide lors des pires tragédies: il a fourni son aide après la tornade survenue au lac Pine en juillet 1999; il a sauvé des gens lors des inondations qui ont eu lieu à Calgary en 2013; il a transporté des gens loin des incendies de forêt qui ont ravagé Fort McMurray en 2016; et, lorsque le Canada était en larmes à cause de l'accident des Broncos de Humboldt, il a emmené les survivants en sûreté.
Le gouvernement reconnaît le rôle vital joué par STARS pour assurer l'accès à des soins d'urgence aux collectivités qu'il dessert. Le budget de 2019 allouera 65 millions de dollars à STARS pour lui permettre de faire voler cinq nouveaux hélicoptères médicaux. Ainsi, l'organisme renouvellera la moitié de sa flotte vieillissante et il continuera son travail, qui sauve des vies.
L'un des éléments clés de ce budget, et même de ce gouvernement, est que nous travaillons fort pour tous les Canadiens. Cela inclut les Canadiens LGBTQ2.
Tous les Canadiens méritent notre respect, y compris les Canadiens LGBTQ2. Voilà pourquoi je suis ravi de pouvoir déclarer que le budget de 2019 prévoit un montant de 20 millions de dollars sur deux ans pour le renforcement des capacités et les travaux de niveau communautaire des organismes de service pour les Canadiens LGBTQ2. Cela signifie que les organismes communautaires qui, par le passé, se sont fait mettre à l'écart et ont été incapables de demander quoi que ce soit au gouvernement fédéral auront désormais la possibilité de le faire dès la fin de l'été et dans la nouvelle année.
Je veux prendre un moment pour remercier le ministre des Finances et député de Toronto-Centre ainsi que son équipe pour avoir consenti cet investissement historique dans le budget de 2019. On n'avait pas à le faire, mais on l'a fait. Je remercie la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et députée de Peterborough—Kawartha ainsi que son équipe, car c'est son ministère qui distribuera les fonds. Je remercie le Secrétariat LGBTQ2, qui fait partie du Bureau du Conseil privé. Cela aurait été impossible sans ses efforts constants et son organisation. Je remercie les membres de ma propre équipe. Je veux que chacun d'entre eux sache qu'il a marqué l'histoire et qu'il a changé et sauvé des vies.
Pourquoi le Service canadien de prévention du suicide est-il si important? Nous consacrerons 25 millions de dollars sur cinq ans à la création d'un service national de soutien en situation de crise.
Plus tôt aujourd'hui, j'ai assisté à un dîner-causerie organisé par l'organisme Children First. Certains de mes collègues d'en face y étaient eux aussi. Nous étions tous jumelés à un jeune — dans mon cas, j'ai été jumelé avec Ethan, qui est âgé de 11 ans et qui fréquente l'école primaire Pierre-Elliott-Trudeau. Nous avons commencé à discuter devant une centaine de ses pairs. Je lui ai demandé ce qu'il aime faire. Il a répondu qu'il aime beaucoup les jeux vidéo, les jeux en général, le dessin et la danse. Je lui ai ensuite demandé ceci: « Quand vous discutez, tes amis et toi, y a-t-il des problèmes graves que vous aimeriez que les adultes règlent? » Il m'a regardé droit dans les yeux et m'a dit: « Pouvez-vous arrêter l'intimidation? Pouvez-vous empêcher les gens de faire du mal aux autres? » Je lui ai demandé s'il connaissait quelqu'un qui se fait intimider, et il m'a répondu: « Oui, moi. » Il était terrorisé. L'intimidation a bouleversé sa vie, et trop longtemps il s'est emmuré dans le silence. Il a même fait une dépression qui l'a amené à avoir des pensées suicidaires. On parle ici d'un jeune de 11 ans. Il s'est ouvert à moi pendant un dîner-causerie auquel assistaient une centaine de personnes. Il m'a demandé de faire quelque chose pour que les enfants se sentent davantage en sécurité.
Il voulait être sûr de se faire entendre. Il doutait que le simple fait d'en parler à un adulte ait cet effet. Les gens qui seront embauchés pour offrir ce service pancanadien de prévention du suicide seront à l'écoute des personnes comme Ethan, et c'est pourquoi le budget de 2019 améliorera la vie d'un grand nombre de Canadiens.
Passons à un autre problème pressant d'Edmonton-Centre. Il est crucial que nous fassions mieux pour les peuples autochtones et que nous collaborions davantage avec eux. C'est particulièrement le cas pour les collectivités autochtones urbaines. Environ 60 % des Autochtones au Canada vivent en milieu urbain. La deuxième plus grande population autochtone du pays se trouve à Edmonton. Par conséquent, le soutien des Autochtones en milieu urbain est une priorité pour moi et pour le gouvernement. Nous investissons dans les espaces communautaires, sécuritaires et pertinents sur le plan culturel en versant 60 millions de dollars sur cinq ans pour appuyer les investissements en capital dans l'infrastructure des centres d'amitié.
Grâce au budget de 2019, le gouvernement est sur la bonne voie pour éliminer les avis d'ébullition d'eau au Canada d'ici 2021. Cet enjeu touche les Autochtones qui se trouvent en milieu urbain ou ailleurs au pays. J'ai assisté à la première pelletée de terre en vue de la construction d'un système de traitement de l'eau pour la nation crie de Kehewin en février. D'ici janvier 2020, ce sera le dernier avis d'ébullition visant toute communauté des Premières Nations en Alberta.
Au cours de la minute qu'il me reste, je voudrais parler des raisons pour lesquelles une circonscription urbaine comme la mienne a des besoins en infrastructures. De toutes les villes du pays, c'est la nôtre qui a la population la plus jeune. L'âge moyen chez nous est de 34 ans, ce qui fait que je suis au-dessus de la moyenne maintenant. Une ville jeune et dynamique a besoin d'infrastructures comme le transport en commun. Nous avons fourni un financement de presque 1 milliard de dollars pour que le réseau de transport en commun traverse ma circonscription et se rende jusqu'au West Edmonton Mall et dans le secteur de Lewis Estates. Les parents pourront ainsi rentrer à la maison et retrouver leurs enfants plus rapidement. Les jeunes professionnels pourront se rendre à leurs activités après le travail. La croissance de notre économie dynamique pourra se poursuivre.
Dans une circonscription urbaine comme la mienne, le commerce doit être florissant, et les gens doivent pouvoir rentrer au foyer, auprès de leur famille. Le gouvernement a écouté les gens. Nous continuerons de consacrer aux infrastructures des montants historiques qui totaliseront 16 milliards de dollars par année au cours des neuf prochaines années, ce qui améliore la qualité de vie des gens. Leur situation est alors meilleure. Voilà pourquoi, avec le budget de 2019, le gouvernement et moi sommes là pour servir les gens d'Edmonton.
View Carol Hughes Profile
NDP (ON)

Question No. 2371--
Mr. Scot Davidson:
With regard to the March 2019 leak of information related to the Supreme Court nomination process: does anyone in the Office of the Prime Minister know who leaked the information, and, if so, who leaked the information?
Response
(Return tabled)

Question No. 2372--
Ms. Karine Trudel:
With regard to federal spending from January 1, 2019, to April 1, 2019: (a) what expenditures were made in each of the following municipalities (i) City of Saguenay, (ii) City of Saint-Honoré, (iii) Municipality of St-Ambroise, (iv) Municipality of Saint-Fulgence, (v) Municipality of Sainte-Rose-du-Nord, (vi) Municipality of Saint-Charles-de-Bourget, (vii) Municipality of Bégin, (viii) Municipality of Saint-Nazaire, (ix) Municipality of Labrecque, (x) Municipality of Lamarche, (xi) Municipality of Larouche, (xii) Municipality of Saint-David-de-Falardeau; and (b) what are the details of all grants, contributions and loans given to any group, broken down by (i) name of recipient, (ii) date of funding, (iii) department or agency that provided the funding, (iv) amount received, (v) program under which the funding was granted, (vi) purpose of the expenditure?
Response
(Return tabled)

Question No. 2373--
Ms. Karine Trudel:
With regard to housing investments and housing assets held by the government: (a) how much federal funding has been spent in the riding of Jonquière on housing over the period of 1995 to 2018, broken down by year; (b) how much federal funding is scheduled to be spent on housing in the riding of Jonquière over the period of 2015 to 2019, broken down by year; (c) how much federal funding has been invested in cooperative housing in the riding of Jonquière over the period of 1995 to 2018, broken down by year; (d) how much federal funding is scheduled to be invested in cooperative housing in the riding of Jonquière over the period of 2015 to 2019, broken down by year; (e) how many physical housing units were owned by the government in the riding of Jonquière over the period of 1995 to 2018, broken down by year; (f) how many physical housing units owned by the government are scheduled to be constructed in the riding of Jonquière over the period of 2015 to 2019, broken down by year; and (g) what government buildings and lands have been identified in the riding of Jonquière as surplus and available for affordable housing developments?
Response
(Return tabled)

Question No. 2374--
Mr. Peter Julian:
With regard to claimed stock option deductions, broken down by the 2015 and 2016 taxation years: (a) what is the number of individuals who claimed the stock option deduction whose total annual income is (i) less than $200,000, (ii) between $200,000 and $1 million, (iii) more than $1 million; (b) what is the average amount claimed by an individual whose total annual income is (i) less than $200,000, (ii) $200,000 to $1 million, (iii) more than $1 million; (c) what is the total amount claimed by individuals whose total annual income is (i) less than $200,000, (ii) between $200,000 and $1 million, (iii) more than $1 million; and (d) what is the percentage of the total amount claimed by individuals whose total annual income is more than $1 million?
Response
(Return tabled)

Question No. 2375--
Mr. Pierre-Luc Dusseault:
With regard to the statement in Budget 2019 that, “since Budget 2016, the Government has taken many actions to improve the fairness of the tax system”: (a) what is the name of each of these actions; (b) what is the total amount collected by the Canada Revenue Agency, broken down by each of the actions in (a); (c) of the actions in (a), how many actions sought specifically to address aggressive international tax avoidance; and (d) of the actions in (a), how many sought specifically to address international tax evasion?
Response
(Return tabled)

Question No. 2376--
Mr. Pierre-Luc Dusseault:
With regard to the Offshore Tax Informant Program, for each fiscal year since 2015-16 to the current date: (a) how many calls have been received; (b) how many files have been opened based on information received from informants; (c) what is the total amount of the awards paid to informants; (d) what is the total amount recovered by the Canada Revenue Agency; (e) how many current investigations are the result of information received through the program; and (f) how much money is involved in the current investigations?
Response
(Return tabled)

Question No. 2377--
Mr. Pierre-Luc Dusseault:
With regard to advertising paid for by the government for each fiscal year from April 1, 2016, to the present date: (a) how much did the government spend on advertising; (b) what was the subject of each advertisement and how much was spent on each subject; (c) which department purchased the advertising and what are the detailed expenditures of each department in this regard; (d) for each subject and department mentioned in (b) and (c), how much was spent on each type of advertising, including but not limited to (i) television, specifying the stations, (ii) radio, specifying the stations, (iii) print, i.e. newspapers and magazines, specifying the names of the publications, (iv) the Internet, specifying the names of the websites, (v) billboards, specifying their locations, (vi) bus shelters, specifying their location, (vii) advertising in all other publicly accessible places; (e) for each type of advertising in (d), was it in Canada or abroad; (f) for the answers in (b), (c) and (d), how long did the advertisements run for; (g) for each advertising purchase, who signed the contracts; (h) for each advertisement, who was involved in the production; (i) for each advertisement, was a third party involved in its publication or did a third party coordinate other advertisements based on the government advertisements; and (j) for each advertisement, did the purchase and publication coincide with a specific event, such as a sporting event?
Response
(Return tabled)

Question No. 2378--
Mr. Kevin Waugh:
With regard to wrapping or other advertising expenditures for the exteriors of buildings since November 20, 2017, broken down by department, agency, Crown Corporation, or other government entity: (a) what is the total amount spent on wrapping or advertising, broken down by individual building; (b) what are the details of all wrapping, tarp, or similar type of advertising on government buildings, broken down by individual building, including (i) vendor, (ii) scope or description of services or goods provided, (iii) date, (iv) amount, (v) file number, (vi) address of building?
Response
(Return tabled)

Question No. 2380--
Mrs. Kelly Block:
With regard to the certification of the Boeing 737 MAX 8 aircraft by Transport Canada: (a) what specific safety tests were conducted by Transport Canada prior to the certification of the aircraft; (b) what specific tests results did Transport Canada use from the United States' Federal Aviation Administration in lieu of Transport Canada conducting its own tests; and (c) did Transport Canada rely on any testing information provided directly by the manufacturer instead of conducting its own tests, and, if so, which tests did Transport Canada rely on the manufacturer’s information for?
Response
(Return tabled)

Question No. 2381--
Mr. Ed Fast:
With regard to government funding in the riding of Mission-Matsqui-Fraser Canyon, since November 4, 2015: (a) what are the details of all grants and contributions to any organization, body, or group, including (i) name of the recipient, (ii) municipality of the recipient, (iii) date on which the funding was received, (iv) amount received, (v) department or agency providing the funding, (vi) program under which the grant or contribution was made, (vii) nature or purpose; and (b) what is the total of all funding provided in (a)?
Response
(Return tabled)

Question No. 2382--
Mrs. Cathy McLeod:
With regard to the sewage lagoon which burst at the North Caribou Lake First Nation this past winter: (a) why did Indigenous Services Canada initially refuse to provide emergency repairs to the lagoon; (b) what amount has the government provided for repairs to the lagoon; and (c) when was the funding commitment conveyed to the North Caribou Lake First Nation?
Response
(Return tabled)

Question No. 2384--
Mr. Chris Warkentin:
With regard to the government’s investigation into the leak of information about the reported $10.5 million payout to Omar Khadr: (a) what specific measures did the government do to investigate the leak; (b) how many individuals were assigned to duties in relation to the investigation; (c) what were the findings of the investigation; (d) how much did the government spend on the investigation; (e) did the government refer the leak to the RCMP; (f) which departments and agencies were involved in the investigation; and (g) what are the details of any contracts related to the investigation, including (i) amount, (ii) date, (iii) vendor, (iv) description of goods or services?
Response
(Return tabled)

Question No. 2385--
Mr. Steven Blaney:
With regard to expenditures on government advertising with Internet search engines such as Google and Bing, since January 1, 2016, broken down by year: (a) what are the details of all expenditures, including (i) amount, (ii) date and duration of contract, (iii) vendor, (iv) name of search engine, (v) purpose of advertisement or summary of campaign; and (b) what is the total of all expenditures in (a)?
Response
(Return tabled)

Question No. 2386--
Mr. Luc Thériault:
With regard to federal spending in the constituency of Saint-Maurice—Champlain, for each fiscal year from 2010-11 to date: what are the details of all grants, contributions and loans to every organization, group, business or municipality, broken down by (i) name of the recipient, (ii) municipality of the recipient, (iii) date on which the funding was received, (iv) amount received, (v) department or agency that provided the funding, (vi) program under which the grant, contribution or loan was made, (vii) nature or purpose?
Response
(Return tabled)

Question No. 2387--
Mr. Larry Maguire:
With regard to the government's agriculture trade commissioners based in Canadian consulates or embassies in foreign countries: how many were employed, in each country, from fiscal year 2015-16 to date?
Response
(Return tabled)

Question No. 2388--
Ms. Anne Minh-Thu Quach:
With regard to the 12 benchmark tax measures specific to the fossil fuel sector identified by the Department of Finance: (a) has the department finished assessing the measures and, if not, why did the department not respect the December 2018 deadline established in its action plan; (b) how many measures are still being assessed; (c) what is the assessment deadline for each measure in (b) or the deadline for all assessments; (d) what is the estimated annual cost of each of the 12 measures; and (e) how many of the measures that have been assessed constitute inefficient tax subsidies in the opinion of the department?
Response
(Return tabled)

Question No. 2389--
Mr. Peter Julian:
With regard to the partial inclusion of capital gains tax expenditure, for the 2018 taxation year: how many individuals can claim this exemption, broken down by the 2018 federal income brackets of (i) $46,605 or less, (ii) between $46,605 and $93,208, (iii) between $93,208 and $144,489, (iv) between $144,489 and $205,842, (v) over $205,842?
Response
(Return tabled)

Question No. 2394--
Mr. Alexandre Boulerice:
With regard to the staff of the Office of the Prime Minister, as of February 1, 2019: (a) how many earn an annual salary of $150,000 or more; (b) how many earn an annual salary of $200,000 or more; (c) how many earn an annual salary of $250,000 or more; (d) how many earn an annual salary of $300,000 or more; (e) of those who earn an annual salary of $200,000 or more, how many received a performance bonus; and (f) of those who received a performance bonus, how much was each of those bonuses?
Response
(Return tabled)

Question No. 2395--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to the government’s GoHere Washroom Locator App participation announced on December 11, 2018: (a) how much has been spent on joining this program; (b) how much does it cost to maintain participation in the program; and (c) how many full-time equivalents monitor the government’s participation in the program?
Response
(Return tabled)

Question No. 2396--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to the Phoenix Pay System: (a) to date, how much is the government owed in overpayments; (b) of the amount in (a), how much has been collected and how much remains to be collected; (c) how many new pay issues, or transaction errors, have been logged since March 31, 2018; and (d) of the transactions listed in (c), how many are serviced in Miramichi and how many are serviced by other government departments based elsewhere?
Response
(Return tabled)

Question No. 2397--
Mr. Kelly McCauley:
With regard to the recent government mail-out for the Climate Action Incentive payment in the form of a mail card: (a) how many cards were printed and what was the associated cost to print the cards; (b) broken down by province, how many cards were mailed out and what was the associated cost to mail the cards; (c) what are the details of all expenditures related to the mail-outs, including (i) vendor, (ii) amount, (iii) description of goods or services rendered, including quantity; (d) were carbon offsets purchased to offset the production of these cards and, if so, what are the details of any such expenditures; (e) was 100% recycled paper used and, if not, why not; and (f) what is the carbon footprint associated with the production of the cards, including estimated greenhouse gas emissions?
Response
(Return tabled)

Question No. 2398--
Ms. Irene Mathyssen:
With regard to the Capacity-Building Fund of the Women’s Program under the Department of Women and Gender Equality (formerly Status of Women Canada), what are: (a) the names of each organization that submitted an application for the funding; (b) the names of each organization that received or will receive funding under this grant period; (c) the amounts of funding awarded to each organization receiving it, broken down by name; (d) the names of each organization whose application did not result in funding; and (e) the detailed descriptions of the funding allocation under this program to organizations operating federally, provincially, and regionally?
Response
(Return tabled)

Question No. 2399--
Mr. Glen Motz:
With regard to funding of Registered Disability Savings Plans (RDSP), since January 1, 2008, and broken down by year: (a) how many times has the government required repayment of the government contributions to a Registered Disability Savings Plan since the RDSP was established; (b) how many RDSP holders have passed away before being able to draw on their RDSP; (c) how much funding has been recovered by the government from RDSP contributions in percentage and total dollar figures; (d) how many times has the government waived repayment; (e) what conditions must be met in order for repayment to be waived; (f) how many times has an RDSP holder passed away while having children under the age of 18; and (g) what is the average value of a recovered portion of an RDSP?
Response
(Return tabled)

Question No. 2400--
Ms. Marilyn Gladu:
With regard to the $1.5 million grant provided by the government to La Passerelle I.D.E. by Public Safety Canada under the Crime Prevention Action Fund: (a) how much of the grant has been paid out to date; (b) what was the original purpose of the grant; (c) does the government believe that this money has been spent appropriately by the receiving organization and, if not, does it plan to recover any of the funding; (d) what specific action has the government taken with the organization to ensure that the money went towards its intended purpose; and (e) is the government concerned with the report in the Toronto Star that innocent women who are not sex workers have had their names put forward by the organization and, if so, what action has the government taken in response?
Response
(Return tabled)

Question No. 2401--
Mr. Peter Kent:
With regard to Global Affairs Canada providing over $900,000 in funding to Wi’am through a $4.8 million payment to Kairos Canada as part of the government’s Women of Courage: Women, Peace, and Security program: (a) when did the government become aware that it was funding a group which supports the anti-Israel Boycott, Divestment and Sactions (BDS) campaign; (b) what is the government’s position on the statement from the director of Wi’am that “The world needs to be liberated from this guilty feeling that Israel has tried to instill in them and the world should be helping Israel shed its victim identity through BDS”; and (c) will the government immediately stop any funding to Wi’am and, if not, why not?
Response
(Return tabled)

Question No. 2402--
Mr. Tom Lukiwski:
With regard to concerns that federal government job advertisements on Facebook were microtargeted at certain demographics while excluding other demographics, since November 4, 2015: (a) which government jobs were advertised on Facebook; (b) what are the details of all job advertisements, including (i) date advertisement started, (ii) job title; and (c) for each advertisement, which ones were microtargeted at certain demographics and what demographics were (i) included, (ii) excluded?
Response
(Return tabled)

Question No. 2406--
Mr. David Anderson:
With regard to the government’s handling of the Canola crisis: (a) how many times has the Minister of Agriculture met with or called the Minister of Agriculture of the People’s Republic of China to discuss the matter; (b) for each instance in (a), what (i) was the date, (ii) was the type (telephone, in person, etc.), (iii) were the results; (c) how many times has the Prime Minister met with or called the Chinese President to discuss the matter; and (d) for each instance in (c), what (i) was the date, (ii) was the type (telephone, in person, etc.), (iii) was the results?
Response
(Return tabled)

Question No. 2407--
Mr. Charlie Angus:
With regard to the appointment of Ministerial Special Representatives since November 2015, broken down by year and individual appointment: (a) what is the name of the Ministerial Special Representative; (b) which Minister appointed them; (c) were they paid for their services; (d) if the answer to (c) is affirmative, how much were they paid in total, including expenses for travel, etc.; and (e) what was the stated purpose of their appointment?
Response
(Return tabled)

Question No. 2409--
Mr. Peter Julian:
With regard to government advertising since November 4, 2015: (a) how much has each department, agency and Crown corporation spent on advertising (i) on Facebook, (ii) on Xbox, Xbox 360 or Xbox One, (iii) on YouTube, (iv) in sponsored tweets on Twitter, (v) on Instagram; (b) for each advertisement, what was its (i) nature, (ii) purpose, (iii) target audience or demographic profile, (iv) cost; (c) what was the media authorization number of each advertisement; and (d) what are the reference numbers of the documents, reports and memoranda concerning each advertisement or its after-the-fact evaluation?
Response
(Return tabled)

Question No. 2410--
Mr. Wayne Stetski:
With regard to the Rental Construction Financing Initiative: (a) what are the details of projects approved to receive loans, including the number and sizes of proposed rental units, project locations, interest rate, and repayment period; (b) on what basis has the government calculated affordability of proposed rental units of varying sizes for approved projects; and (c) how will the government ensure rental units in approved projects remain affordable over the long term?
Response
(Return tabled)

Question No. 2411--
Mr. Gord Johns:
With regard to the Oceans Protection Plan (OPP) announced by the government in 2016: (a) how much money, has been allocated to Transport Canada under the OPP, since 2016, broken down by year; (b) how much money has been spent under the OPP, by Transport Canada, since 2016, broken down by year and by program; (c) how much money has been allocated to the Department of Fisheries and Oceans under the OPP, since 2016, broken down by year; (d) how much money has been spent under the OPP by the Department and Fisheries and Oceans, since 2016, broken down by year and by program; (e) how much money has been allocated to Environment and Climate Change Canada under the OPP, since 2016, broken down by year; (f) how much money has been spent under the OPP by Environment and Climate Change Canada, since 2016, broken down by year and by program; (g) how much money has been spent under the OPP on efforts to mitigate the potential impacts of oil spills, since 2016, broken down by year and by program; (h) how much money from the OPP has been allocated to the Whales Initiative, since 2016, broken down by year; (i) how much money has been spent under the OPP on the Whales Initiative since 2016; and (j) what policies does the government have in place to ensure that the funding allocated under the OPP is spent on its stated goals in a timely manner?
Response
(Return tabled)

Question No. 2412--
Mr. Gord Johns:
With regard to the communities which comprise the federal electoral district of Courtenay—Alberni, between the 2005-2006 and current year fiscal year: (a) what are the federal infrastructure investments, including direct transfers to the municipalities and First Nations, for the communities of (i) Tofino, (ii) Ucluelet, (iii) Port Alberni, (iv) Parksville, (v) Qualicum Beach, (vi) Cumberland, (vii) Courtenay, (viii) Deep Bay, (ix) Dashwood, (x) Royston, (xi) French Creek, (xii) Errington, (xiii) Coombs, (xiv) Nanoose Bay, (xv) Cherry Creek, (xvi) China Creek, (xvii) Bamfield, (xviii) Beaver Creek, (xix) Beaufort Range, (xx) Millstream, (xxi) Mt. Washington Ski Resort, broken down by (i) fiscal year, (ii) total expenditure, (iii) project; (b) what are the federal infrastructure investments transferred to the regional districts of (i) Comox Valley Regional District, (ii) Nanaimo Regional District, (iii) Alberni-Clayoquot Regional District, (iv) Powell River Regional District, broken down by (i) fiscal year, (ii) total expenditure, (iii) project; (c) what are the federal infrastructure investments transferred to the Island Trusts of (i) Horny Island, (ii) Denman Island, (iii) Lasquetti Island, broken down by (i) fiscal year, (ii) total expenditure; (d) what are the federal infrastructure investments transferred to (i) the Ahousaht First Nation, (ii) Hesquiaht First Nation, (iii) Huu-ay-aht First Nation, (iv) Hupacasath First Nation, (v) Tla-o-qui-aht First Nations, (vi) Toquaht First Nation, (vii) Tseshaht First Nation, (viii) Uchucklesaht First Nation, (ix) Ucluelet First Nation, (x) K’omoks First Nation, broken down by (i) fiscal year, (ii) total expenditure, (iii) projects; (e) what are the infastructure funding of Pacific Rim National Park, broken down by (i) fiscal year, (ii) total expenditure (iii) project; (f) what are the funding of Highways, including but not limited to, (i) Highway 4, (ii) Highway 19, (iii) Highway 19a, (iv) Bamfield Road, broken down by (i) fiscal year, (ii) total expenditure, (iii) projects; and (g) what are any other infrastructure investments provided through the funding of national parks, highways, Build Canada, Infrastructure Canada, Gas Tax, Small Crafts and Harbours, BC Ferries, etc., broken down by (i) fiscal year (ii) total expenditure, (iii) project?
Response
(Return tabled)

Question No. 2413--
Mr. Gord Johns:
With regard to each of Canada’s Marine Communications and Traffic Services Centres (MCTS Centres): what was (a) the projected spending compared to the actual spending for the 2012-13 through 2018-19 fiscal years, broken down by (i) year, (ii) location; (b) the total number of staff for each MCTS Centre from the 2012-13 through 2018-19 fiscal years, broken down by (i) year, (ii) location; (c) the projected staffing at MCTS Centres for the 2019-20 fiscal year, broken down by (i) year, (ii) location; (d) the total expenditures related to travel and overtime of staff members in the western regions from the 2012-13 to 2018-19 fiscal years, broken down by (i) year, (ii) location; (e) the projected MCTS officer graduations from Canadian Coast Guard College, in Sydney, Nova Scotia, and at all other accredited institutions in the 2018-19 fiscal year; (f) the total number of officer shifts which “ran short” at the MCTS locations in Victoria and Prince Rupert, broken down by (i) year, (ii) location; and (g) the total expenditures on building and equipment maintenance at each MCTS Centre, broken down by (i) year, (ii) location?
Response
(Return tabled)

Question No. 2414--
Mr. Gord Johns:
With regard to the government's use and receipt of credit cards since 2015-16 to 2018-19: (a) how much has the government paid in credit card merchant fees, broken down by (i) year, (ii) company, (iii) amounts withheld, forgone or otherwise held by either credit card companies or service providers; (b) how many credit cards does the government currently have in use for staff, and which companies provide them; (c) for cards provided by the government to staff, what is the annual fee paid by the government per card; (d) does the goverment provide any cards to staff that include redeemable rewards and, if so, what are these rewards and who collects them; and (e) how much has the government paid in late or overdue balances, broken down by year?
Response
(Return tabled)

Question No. 2415--
Ms. Karine Trudel:
With regard to the new, coordinated plan to deliver $5 billion to $6 billion in new investments in rural broadband Internet service over the next 10 years: (a) when will the details of the new plan be announced; (b) will the government release the details of the new plan to the public; (c) what minimum speeds will be required to be eligible for funding, broken down by (i) Connect to Innovate, (ii) the new Universal Broadband Fund anticipated by the government; (d) what minimum monthly usage allowances will be required to be eligible for funding, broken down by (i) Connect to Innovate, (ii) the new Universal Broadband Fund anticipated by the government; (e) which costs will be eligible or ineligible, broken down by (i) Connect to Innovate, (ii) the new Universal Broadband Fund anticipated by the government; (f) of the proposed $5 billion to $6 billion in investments, (i) how is the funding broken down by department or agency, (ii) what percentage of the funding will be allocated to private-sector partners, (iii) what percentage of the funding will be allocated to the Canada Infrastructure Bank, (iv) what percentage of the funding will be allocated to not-for-profit partner organizations; (g) according to the government’s estimates, what percentage of households and businesses do not have access to broadband Internet service in the current year; (h) what is the annual target to deliver broadband Internet service to households and businesses between 2021 and 2030, inclusive, broken down by year; (i) what is the annual projection to deliver broadband Internet service to households and businesses between 2021 and 2030, inclusive, broken down by year; and (j) do budgetary considerations explain why the target of providing 100% of households and small businesses with broadband Internet access cannot be achieved before 2030 and, if so, what are these budgetary or other considerations?
Response
(Return tabled)

Question No. 2416--
Ms. Karine Trudel:
With regard to financial assistance applications made to the Economic Development Agency of Canada for Quebec Regions, for each fiscal year from 2015-16 to date, broken down by regional office: how many requests were approved and how many were rejected when submitted for the approval of (i) the regional director, (ii) the director general, (iii) the vice-president, (iv) the president, (v) the minister?
Response
(Return tabled)

Question No. 2417--
Mr. Michael Cooper:
With regard to Bill C-337, Judicial Accountability through Sexual Assault Law Training Act: did anyone in the Office of the Prime Minister, the Office of Leader of the Government in the House of Commons or the Privy Council Office advise the Leader of the Government in the Senate to delay or prevent passage of the Bill in the Senate and, if so, (i) who provided the advice, (ii) what advice was given, (iii) when was the advice provided?
Response
(Return tabled)

Question No. 2418--
Mr. Robert Kitchen:
With regard to the Impact Canada Initiative: (a) what is the overall budget; (b) how were members of the Impact Canada Advisory Committee chosen; (c) how much compensation or remuneration is being paid to members of the Advisory Committee; (d) are members of the Advisory Panel required to recuse themselves on any funding advice which may benefit any entities which they own or are employed by and, if not, why not; and (e) what are all the funding decisions made to date by Impact Canada?
Response
(Return tabled)

Question No. 2419--
Mr. Alistair MacGregor:
With respect to the Seasonal Agricultural Worker Program, and with respect to the agriculture stream of the Temporary Foreign Worker Program: (a) how many applications has the government received for temporary labourers for the 2018 crop harvesting season for each program; (b) how many applications have been approved thus far for the 2018 crop harvesting season for each program; (c) how many applications have been denied thus far for the 2018 crop harvesting season for each program, including rationale; (d) how many applications did the government receive for temporary labourers for the 2017 crop harvesting season for each program; (e) how many applications were approved for the 2017 crop harvesting season for each program; and (f) how many applications were denied for the 2017 crop harvesting season for each program, including rationale?
Response
(Return tabled)

Question No. 2420--
Mr. Robert Aubin:
With regard to VIA Rail’s high-frequency rail proposal for the Toronto–Quebec City corridor: (a) did the Canada Infrastructure Bank have meetings with (i) Transport Canada, (ii) Department of Finance Canada, (iii) Infrastructure Canada, and, if so, for each of the meetings in (a), what were the (i) date of the meeting, (ii) location of the meeting, (iii) meeting participants, (iv) topics of discussion, (v) names of potential investors; and (b) was a public-private partnership or public-public partnership option assessed or is one being assessed, and, if so, what delivery model options for the public-private partnership were discussed or assessed?
Response
(Return tabled)

Question No. 2421--
Mrs. Sylvie Boucher:
With regard to the G7 Summit held in Charlevoix in 2018: (a) what are the total expenditures to date; (b) what is the breakdown of expenditures by financial code, including a description of what each code represents; and (c) what are the details of all contracts related to the Summit, including (i) vendor, (ii) amount, (iii) date and duration of contract, (iv) description of goods or services provided, (v) quantity of goods or services provided, if applicable?
Response
(Return tabled)

Question No. 2422--
Ms. Sheri Benson:
With regard to all federal programs, services, grants, transfers, contributions, and all other initiatives related to the construction, upgrading, renovation, and maintenance of all public and private housing projects between fiscal year 2014-15 and the current: (a) what are all the projects funded for each electoral district; (b) what is the specific fund or program each project was funded through; (c) what is the dollar amount contributed by the federal government to each project; (d) what are all the other funding partners for each project, including (i) provincial, (ii) municipal or Indigenous governments, (iii) private owners, (iv) renters, (v) investors, (vi) contractors or operators, (vii) not-for-profit organizations, (viii) individual or household, (ix) other; (e) what is the dollar amount contributed by each funding partner for each project; (f) what is the number of new housing units or dwellings created by each project; (g) what is the number of existing housing units or dwellings renovated by each project; and (h) what is the completion date or expected completion date for each project?
Response
(Return tabled)

Question No. 2423--
Mr. Alistair MacGregor:
With respect to the announcement in the 2018 Fall Economic Statement making available up to $755 million on a cash basis over 10 years to establish a Social Finance Fund, and specifically with respect to the reference on Page 167 of Budget 2019, Investing in the Middle Class, regarding Renewable Funds (British Columbia) provides early-stage growth capital to for-profit social enterprises with the potential to create social or environmental change in industries such as clean technology and sustainable agriculture: (a) what is the exact funding amount earmarked for Renewable Funds (British Columbia); (b) what are the definitions of “sustainable agriculture” and “clean technology” with respect to this Fund; (c) how will that funding be allocated between clean technology and sustainable agriculture; (d) who are the “professional investment managers” who will manage the allocated funding; (e) what is the application process for enterprises seeking funding under this Fund; and (f) which government departments or agencies oversee this Fund?
Response
(Return tabled)

Question No. 2424--
Mr. Charlie Angus:
With regard to the First Nations On-Reserve Housing Program, the British Columbia Housing Subsidy Program, the On-Reserve Non-Profit Housing Program, the First Nation Market Housing Fund, and the British Columbia New Approach for Housing Support, since November 2015, broken down by (i)program, (ii) year, (iii) region, (iv) First Nation: (a) how much has been allocated to the program; and (b) how much has been spent through the program?
Response
(Return tabled)

Question No. 2425--
Mr. Charlie Angus:
With regard to Government of Canada delegations to the United Nations in New York or Geneva, broken down by department and fiscal quarter since November 4, 2015: (a) what was the number of individuals in and accompanying each delegation, including (i) ministers and parliamentary secretaries, (ii) exempt staff, (iii) public servants, and (iv) guests; (b) what was the total cost for each category of attendee outlined in (a); and (c) in the case of guests, what was the rationale for their invitation to join or accompany the delegation for each case?
Response
(Return tabled)

Question no 2371 --
M. Scot Davidson:
En ce qui concerne la fuite de renseignements de mars 2019 relativement au processus de nomination à la Cour suprême: quelqu’un au Cabinet du premier ministre sait-il qui est l’auteur de cette fuite et, dans l’affirmative, quel est le nom de l’auteur de cette fuite?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2372 --
Mme Karine Trudel:
En ce qui concerne les dépenses fédérales du 1er janvier 2019 au 1er avril 2019: a) quelles sont les dépenses ayant été effectuées sur le territoire de chacune des municipalités suivantes (i) Ville de Saguenay, (ii) Ville de Saint-Honoré, (iii) Municipalité de Saint-Ambroise, (iv) Municipalité de Saint­Fulgence, (v) Municipalité de Sainte-Rose-du-Nord, (vi) Municipalité de Saint-Charles-de-Bourget, (vii) Municipalité de Bégin, (viii) Municipalité de Saint-Nazaire, (ix) Municipalité de Labrecque, (x) Municipalité de Lamarche, (xi) Municipalité de Larouche, (xii) Municipalité de Saint­David-de-Falardeau; b) quels sont les détails relatifs à toutes ces subventions, contributions et prêts accordés à tout groupe, ventilés par (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la date de ce financement, (iii) le ministère ou l'organisme ayant octroyé le financement, (iv) le montant reçu, (v) le programme dans le cadre duquel le montant a été alloué, (vi) le but de la dépense?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2373 --
Mme Karine Trudel:
En ce qui concerne les investissements dans le logement et les actifs immobiliers que possèdent le gouvernement: a) quel est le montant des fonds fédéraux consacrés au logement dans la circonscription de Jonquière au cours de la période de 1995 à 2018, ventilé par année; b) quel est le montant des fonds fédéraux qu'il est prévu de consacrer au logement dans la circonscription de Jonquière au cours de la période de 2015 à 2019, ventilé par année; c) quel est le montant des fonds fédéraux investis dans des coopératives de logement dans la circonscription de Jonquière au cours de la période de 1995 à 2018, ventilé par année; d) quel est le montant des fonds fédéraux qu'il est prévu d'investir dans des coopératives de logement dans la circonscription de Jonquière au cours de la période de 2015 à 2019, ventilé par année; e) de combien d'unités d'habitation le gouvernement était-il propriétaire dans la circonscription de Jonquière au cours de la période de 1995 à 2018, ventilées par année; f) combien d'unités d'habitation appartenant au gouvernement seront-elles construites dans la circonscription de Jonquière au cours de la période de 2015 à 2019, ventilées par année; g) quels sont les immeubles et les terrains fédéraux dans la circonscription de Jonquière ayant été déclarés excédentaires et qui sont disponibles pour des projets de logements abordables?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2374 --
M. Peter Julian:
En ce qui concerne la demande de la déduction pour option d’achat d’actions, ventilées par les années d’imposition 2015 et 2016: a) quel est le nombre de particuliers qui ont demandé la déduction pour option d’achats d’actions dont le revenu annuel total est (i) inférieur à 200 000 $, (ii) de 200 000 $ à un million de dollars, (iii) supérieur à un million de dollars; b) quel est le montant moyen demandé par un particulier dont le revenu annuel total est (i) inférieur à 200 000 $, (ii) de 200 000 $ à un million de dollars, (iii) supérieur à un million de dollars; c) quel est le montant total demandé par les particuliers dont le revenu annuel total est (i) inférieur à 200 000 $ dollars, (ii) de 200 000 $ à un million de dollars, (iii) supérieur à un million de dollars; d) quel est le pourcentage du montant total demandé par les particuliers dont le revenu annuel total est supérieur à un million de dollars ?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2375 --
M. Pierre-Luc Dusseault:
En ce qui concerne la déclaration du Budget 2019 indiquant que « depuis le budget de 2016, le gouvernement a pris de nombreuses mesures pour améliorer l’équité du régime fiscal »: a) quel est le nom de chacune de ces mesures; b) quel est le total des sommes récupérées par l’Agence du revenu du Canada, ventilée par chacune des mesures en a); c) parmi les mesures en a), combien de mesures visent à spécifiquement lutter contre l’évitement fiscal international abusif; d) parmi les mesures en a), combien visent à spécifiquement lutter contre l’évasion fiscale internationale?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2376 --
M. Pierre-Luc Dusseault:
En ce qui concerne le Programme de dénonciateurs de l'inobservation fiscale à l'étranger, pour chaque exercice financier depuis 2015-2016 jusqu’à ce jour: a) combien d'appels ont été reçus; b) combien de dossiers ont été ouverts suite à des renseignements fournis par les dénonciateurs; c) quel est le total des primes accordées aux dénonciateurs; d) quelle est la somme totale récupérée par l'Agence du revenu du Canada; e) combien d'enquêtes présentement en cours sont le fruit d'informations obtenues grâce au programme; f) quels sont les montants d'argent impliqués dans les enquêtes en cours?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2377 --
M. Pierre-Luc Dusseault:
En ce qui concerne la publicité payée par le gouvernement pour chacun des exercices allant du 1er avril 2016 jusqu’à ce jour: a) combien d’argent le gouvernement a-t-il consacré à la publicité; b) quel a été le sujet de chaque publicité et combien d’argent a été dépensé pour chaque sujet; c) quels ministères ont acheté de la publicité et quels sont les détails des dépenses de chaque ministère à cet égard; d) pour chaque sujet et ministère mentionnés en b) et c), quelle a été la somme dépensée pour chaque type de publicité, y compris, et sans s’y limiter, (i) la télévision, en indiquant les stations, (ii) la radio, en indiquant les stations, (iii) les imprimés, c’est-à-dire les journaux et magazines, en indiquant le nom des publications, (iv) Internet, en indiquant le nom des sites Web, (v) les panneaux d’affichage, en indiquant leur emplacement, (vi) les abribus, en indiquant leur emplacement, (vii) la publicité dans tous les autres endroits accessibles au public; e) pour chaque type de publicité en d), était-ce au Canada ou à l’étranger; f) pour les réponses en b), c) et d), quelle a été la période pendant laquelle les annonces ont paru; g) pour chaque achat de publicité, qui a signé les contrats; h) pour chaque annonce, qui a participé à la production; i) pour chaque annonce, une tierce partie est-elle intervenue dans la parution de la publicité ou une tierce partie coordonnait-elle d’autres publicités basées sur celles du gouvernement; j) pour chaque annonce, l’achat et la parution ont-ils coïncidé avec un événement particulier, comme une manifestation sportive?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2378 --
M. Kevin Waugh:
En ce qui concerne les dépenses d’emballage ou d’autres formes de publicité pour l’extérieur des immeubles depuis le 20 novembre 2017, ventilées par ministère, agence, société d’État ou autre organisation gouvernementale: a) quel est le coût total de l’emballage ou de la publicité, ventilé par immeuble; b) quels sont les détails relatifs à toutes dépenses d’emballage, de bâches ou d’autres formes de publicité similaires engagées pour les immeubles gouvernementaux, ventilés par immeuble, notamment (i) le fournisseur, (ii) la portée ou la description des services ou biens fournis, (iii) la date, (iv) le montant, (v) le numéro de dossier, (vi) l’adresse de l’immeuble?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2380 --
Mme Kelly Block:
En ce qui concerne la certification du Boeing 737 MAX 8 par Transports Canada: a) quels tests de sécurité précis ont été effectués par Transports Canada avant la certification de l’appareil; b) quels résultats précis de tests effectués par la « Federal Aviation Administration » des États-Unis, Transports Canada a-t-il utilisés, au lieu d’effectuer lui-même les tests; c) Transports Canada s’est-il fié à des résultats de test fournis directement par le constructeur plutôt que d’effectuer lui-même les tests, et, dans l’affirmative, quels sont les tests pour lesquels Transports Canada s’est fié aux résultats fournis par le constructeur?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2381 --
M. Ed Fast:
En ce qui concerne le financement gouvernemental dans la circonscription de Mission—Matsqui—Fraser Canyon, depuis le 4 novembre 2015: a) quels sont les détails relatifs à toutes les subventions et contributions versées à tout organisme ou groupe, incluant (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité du bénéficiaire, (iii) la date à laquelle le financement a été reçu, (iv) le montant reçu, (v) le ministère ou organisme offrant le financement, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention ou contribution a été versée, (vii) la nature ou le but; b) quel est le total des fonds accordés pour toutes les subventions et contributions en mentionnées en a)?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2382 --
Mme Cathy McLeod :
En ce qui concerne l’étang d’épuration des eaux usées qui a cédé dans la Première Nation de North Caribou Lake l’hiver dernier: a) pourquoi Services aux Autochtones Canada a-t-il d’abord refusé d’apporter des réparations d’urgence à l’étang; b) quel montant le gouvernement a-t-il alloué à la réparation de l’étang; c) à quel moment les fonds engagés ont-ils été versés à la Première Nation de North Caribou Lake?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2384 --
M. Chris Warkentin:
En ce qui concerne l’enquête du gouvernement au sujet de la fuite concernant le versement d’une somme de 10,5 millions de dollars à Omar Khadr: a) en quoi l’enquête a-t-elle consisté; b) combien de personnes ont été assignées à des tâches relatives à l’enquête; c) quelles ont été les conclusions de l’enquête; d) combien l’enquête a-t-elle coûté au gouvernement; e) le gouvernement a-t-il renvoyé l’affaire à la GRC; f) quels ministères et organismes publics ont participé à l’enquête; g) quels sont les détails des contrats conclus relativement à l’enquête, y compris (i) la valeur, (ii) la date, (iii) le fournisseur, (iv) les biens ou services visés?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2385 --
M. Steven Blaney:
En ce qui concerne les dépenses publicitaires du gouvernement auprès de moteurs de recherche Internet comme Google et Bing depuis le 1er janvier 2016, ventilées par année: a) quels sont les détails des dépenses, y compris (i) le montant dépensé, (ii) la date et la durée du contrat, (iii) le fournisseur, (iv) le nom du moteur de recherche, (v) l’objectif de la publicité ou un résumé de la campagne publicitaire; b) quel est le montant total pour toutes les dépenses mentionnées en a)?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2386 --
M. Luc Thériault :
En ce qui concerne les dépenses fédérales dans la circonscription de Saint-Maurice—Champlain, au cours de chaque exercice depuis 2010-2011, jusqu'à ce jour: quels sont les détails relatifs à toutes les subventions, contributions et prêts accordés à tout organisme, groupe, entreprise ou municipalité, ventilés selon (i) le nom du bénéficiaire, (ii) la municipalité dans laquelle est situé le bénéficiaire, (iii) la date à laquelle le financement a été reçu, (iv) le montant reçu, (v) le ministère ou l'organisme qui a octroyé le financement, (vi) le programme dans le cadre duquel la subvention, la contribution ou le prêt a été accordé, (vii) la nature ou le but?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2387 --
M. Larry Maguire:
En ce qui concerne les délégués commerciaux pour l’agriculture détachés dans des consulats et des ambassades du Canada à l’étranger: quel a été le nombre de ces délégués, pour chaque pays, depuis l’exercice 2015-2016 jusqu’à aujourd’hui?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2388 --
Mme Anne Minh-Thu Quach:
En ce qui concerne les 12 mesures du régime fiscal de référence qui s’appliquaient expressément au secteur des combustibles fossiles recensés par le ministère des Finances: a) le ministère a-t-il terminé l’évaluation des mesures et, dans la négative, pour quelles raisons le ministère n’a-t-il pas respecté l’échéancier du mois de décembre 2018, prévue par son plan d’action; b) combien de mesures sont toujours en cours d’évaluation; c) quel est l’échéancier d’évaluation pour chacune des mesures en b) ou l’échéancier pour le total des évaluations; d) quel est le coût annuel estimé de chacune des 12 mesures; e) combien de mesures dont l’évaluation est terminée constituent selon le ministère des subventions fiscales inefficaces?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2389 --
M. Peter Julian:
En ce qui concerne la dépense fiscale d’inclusion partielle des gains en capital, pour l’année d’imposition 2018: quel est le nombre de particuliers qui bénéficient de cette exonération, ventilé selon les tranches de revenu fédérales pour 2018 de (i) 46 605 $ ou moins, (ii) entre 46 605 $ et 93 208 $, (iii) entre 93 208 $ et 144 489 $, (iv) entre 144 489 $ et 205 842 $, (v) plus de 205 842 $?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2394 --
M. Alexandre Boulerice:
En ce qui concerne les membres du personnel du Cabinet du premier ministre, en date du 1er février 2019: a) combien gagnent un salaire annuel de 150 000 $ ou plus; b) combien gagnent un salaire annuel de 200 000 $ ou plus; c) combien gagnent un salaire annuel de 250 000 $ ou plus; d) combien gagnent un salaire annuel de 300 000 $ ou plus; e) parmi ceux qui gagnent un salaire annuel de 200 000 $ ou plus, combien ont touché une prime au rendement; f) parmi ceux qui ont touché une prime au rendement, quel était le montant de chacune de ces primes?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2395 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne la participation du gouvernement à l'application de localisation de toilettes ALLEZ ICI annoncée le 11 décembre 2018: a) combien d’argent le gouvernement a-t-il dépensé pour se joindre à ce programme; b) quel montant le gouvernement paie-t-il pour maintenir sa participation au programme; c) combien d’équivalents temps plein faut-il pour surveiller la participation du gouvernement au programme?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2396 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne le système de paye Phénix: a) à ce jour, quel est le montant total des trop-payés dus au gouvernement; b) du montant indiqué en a), combien a-t-il été récupéré et combien reste-t-il à récupérer; c) combien de nouveaux problèmes de paye, ou d’erreurs de transaction, ont été consignés depuis le 31 mars 2018; d) des transactions indiquées en c), combien sont traitées à Miramichi et combien sont traitées par d'autres départements du gouvernement ailleurs?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2397 --
M. Kelly McCauley:
En ce qui concerne l’envoi postal récent sous forme de cartes qu’a fait le gouvernement concernant le paiement au titre de l’Incitatif à agir pour le climat: a) combien de cartes ont été imprimées et quel est le coût d’impression de ces cartes; b) combien de cartes ont été envoyées, par province, et combien a coûté l’envoi postal de ces cartes; c) quels sont les détails de toutes les dépenses inhérentes aux envois, notamment (i) le fournisseur, (ii) le montant, (iii) la description des biens et des services rendus ainsi que la quantité; d) a-t-on acheté des crédits compensatoires de carbone pour la production de ces cartes, si oui, quels sont les détails de ces dépenses; e) a-t-on utilisé du papier recyclé à 100 %, et sinon, pourquoi; f) quelle est l’empreinte carbone associée à la production des cartes, dont l’estimation des émissions des gaz à effet de serre?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2398 --
Mme Irene Mathyssen:
En ce qui concerne le Fonds de renforcement des capacités organisationnelles du Programme de promotion de la femme du ministère des Femmes et de l’Égalité des genres (anciennement appelé Condition féminine Canada), quels sont: a) le nom de chaque organisme qui a présenté une demande de financement; b) le nom de chaque organisme qui a reçu ou qui recevra du financement au cours de la période de subvention; c) les montants octroyés à chaque organisme, ventilés par nom d’organisme; d) le nom de chaque organisme dont la demande n’a pas abouti à un financement; e) la description détaillée de l’affectation du financement aux organismes selon qu’ils sont sous compétence fédérale, provinciale ou régionale?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2399 --
M. Glen Motz:
En ce qui concerne les régimes enregistrés d’épargne-invalidité (REEI), depuis le 1er janvier 2008, ventilés par année: a) combien de fois le gouvernement a-t-il exigé le remboursement des cotisations gouvernementales à un régime enregistré d’épargne-invalidité depuis la création des REEI; b) combien de titulaires de REEI sont-ils décédés avant d’effectuer des retraits de leur REEI; c) quel montant total des cotisations aux REEI le gouvernement a-t-il récupéré, exprimé en pourcentage et en dollars; d) à combien de reprises le gouvernement a-t-il renoncé au remboursement; e) quelles conditions le gouvernement doit-il respecter pour renoncer au remboursement; f) combien de fois un titulaire de REEI est-il décédé tout en étant parent d’enfants âgés de moins de 18 ans; g) quelle est la valeur moyenne de la partie remboursée d’un REEI?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2400 --
Mme Marilyn Gladu:
En ce qui concerne la subvention de 1,5 million de dollars octroyée par le gouvernement à La Passerelle-I.D.É. par Sécurité publique Canada dans le cadre du Fonds d’action en prévention du crime: a) quelle part de la subvention a été versée jusqu’à présent; b) quel était le but original de la subvention; c) le gouvernement croit-il que ces fonds ont été dépensés de manière appropriée par l’organisme bénéficiaire et sinon, a-t-il l’intention de recouvrer une partie de ces fonds; d) quelles mesures précises le gouvernement a-t-il prises pour s’assurer auprès de l’organisme qu’il a dépensé les fonds aux fins prévues; e) le gouvernement juge-t-il préoccupantes les informations publiées dans le Toronto Star selon lesquelles des femmes innocentes qui ne sont pas des travailleuses du sexe ont été nommées publiquement par l’organisme et, dans l'affirmative, quelles mesures le gouvernement a-t-il prises à cet égard?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2401 --
M. Peter Kent:
En ce qui concerne l’octroi, par Affaires mondiales Canada, de fonds de plus de 900 000 $ à Wi’am par l’entremise d’un paiement de 4,8 millions de dollars à Kairos Canada dans le cadre du programme du gouvernement Femmes de courage – Femmes, paix et sécurité: a) quand le gouvernement s’est-il rendu compte qu’il finançait un groupe qui appuie la campagne anti-Israël Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS); b) quelle est la position du gouvernement relativement à la déclaration du directeur de Wi’am, selon lequel « Le monde doit être libéré de ce sentiment de culpabilité qu’Israël tente d’y inculquer et le monde devrait aider Israël à se débarrasser de son identité de victime avec le mouvement BDS »; c) le gouvernement stoppera-t-il immédiatement tout financement à Wi’am et, dans la négative, pourquoi?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2402 --
M. Tom Lukiwski:
En ce qui concerne les inquiétudes selon lesquelles des offres d’emploi publiées par le gouvernement fédéral dans Facebook ont été conçues pour cibler très précisément certains groupes démographiques, tout en en excluant d’autres, depuis le 4 novembre 2015: a) quels emplois du gouvernement ont été annoncés dans Facebook; b) quels sont les détails de toutes les offres d’emploi, y compris (i) la date du début de l’annonce, (ii) le titre du poste; c) pour chaque offre d’emploi, lesquelles ont été conçues pour cibler très précisément certains groupes démographiques et quels groupes démographiques ont été (i) inclus, (ii) exclus?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2406 --
M. David Anderson:
En ce qui concerne la façon dont le gouvernement gère la crise du canola: a) à combien de reprises la ministre de l’Agriculture s’est-elle entretenue de la question, en personne ou au téléphone, avec le ministre de l’Agriculture de la République populaire de Chine; b) à chaque reprise indiquée en a), quels étaient (i) la date, (ii) le type d’entretien (au téléphone, en personne, etc.), (iii) le résultat; c) à combien de reprises le premier ministre s’est-il entretenu de la question, en personne ou au téléphone, avec le président de la Chine; d) à chaque reprise indiquée en c), quels étaient (i) la date, (ii) le type d’entretien (au téléphone, en personne, etc.), (iii) le résultat?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2407 --
M. Charlie Angus:
En ce qui concerne les nominations de représentants spéciaux de ministre depuis novembre 2015, ventilées par année et par nomination: a) quel est le nom du représentant spécial; b) quel ministre l’a nommé; c) a-t-il été payé pour ses services; d) si la réponse en c) est affirmative, combien a-t-il été payé en tout, en comptant les frais de déplacement, etc.; e) quel était le motif énoncé de sa nomination?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2409 --
M. Peter Julian:
En ce qui concerne la publicité du gouvernement depuis le 4 novembre 2015: a) combien chaque ministère, organisme ou société d’État a-t-il consacré à la publicité (i) sur Facebook, (ii) sur Xbox, Xbox 360 ou Xbox One, (iii) sur YouTube, (iv) par gazouillis commandités sur Twitter, (v) sur Instagram; b) pour chaque publicité, quel était (i) la nature, (ii) l’objectif, (iii) l’audience ou profil démographique cible, (iv) le coût; c) quel était le numéro d’autorisation média de chaque publicité; d) quel est le numéro de référence des documents, rapports ou notes concernant chaque publicité ou son évaluation après coup?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2410 --
M. Wayne Stetski:
En ce qui concerne l’Initiative de financement de la construction de logements locatifs: a) quels sont les détails des projets approuvés pour l’octroi de prêts, y compris le nombre et la taille des unités locatives proposées, l’emplacement des projets, les taux d’intérêt et la période de remboursement; b) sur quelle base le gouvernement calcule-t-il le caractère abordable des unités locatives proposées de différentes tailles des projets approuvés; c) comment le gouvernement s’y prendra-t-il pour assurer que les unités locatives des projets qui sont approuvés demeurent abordables à long terme?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2411 --
M. Gord Johns:
En ce qui concerne le Plan de protection des océans (PPO) annoncé par le gouvernement en 2016: a) quelle somme a été allouée à Transports Canada dans le cadre du PPO, depuis 2016, avec ventilation par année; b) quels sont les fonds qui ont été dépensés dans le cadre du PPO par Transports Canada, depuis 2016, avec ventilation par année et par programme; c) quelle somme a été allouée au ministère des Pêches et des Océans dans le cadre du PPO, depuis 2016, avec ventilation par année; d) quels sont les fonds qui ont été dépensés dans le cadre du PPO par le ministère des Pêches et des Océans, depuis 2016, avec ventilation par année et par programme; e) quelle somme a été allouée à Environnement et Changement climatique Canada dans le cadre du PPO, depuis 2016, avec ventilation par année; f) quels sont les fonds qui ont été dépensés dans le cadre du PPO par Environnement et Changement climatique Canada, depuis 2016, avec ventilation par année et par programme; g) quels sont les fonds qui ont été dépensés dans le cadre du PPO depuis 2016 pour atténuer les répercussions potentielles de déversements de pétrole, avec ventilation par année et par programme; h) dans le cadre du PPO, quels sont les fonds qui ont été alloués à l’Initiative de protection des baleines, depuis 2016, avec ventilation par année; i) quelle somme a été consacrée à l’Initiative de protection des baleines depuis 2016 dans le cadre du PPO; j) quelles politiques ont été mises en place par le gouvernement pour s’assurer que les fonds alloués dans le cadre du PPO sont dépensés en temps opportun en vue d’atteindre les objectifs énoncés?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2412 --
M. Gord Johns:
En ce qui concerne les agglomérations dans la circonscription de Courtenay—Alberni, depuis 2005-2006 jusqu’à l’exercice financier en cours: a) quels sont les investissements fédéraux dans les infrastructures, dont les transferts directs aux municipalités et aux Premières Nations, dans les agglomérations (i) de Tofino, (ii) d’Ucluelet, (iii) de Port Alberni, (iv) de Parksville, (v) de Qualicum Beach, (vi) de Cumberland, (vii) de Courtenay, (viii) de Deep Bay, (ix) de Dashwood, (x) de Royston, (xi) de French Creek, (xii) d’Errington, (xiii) de Coombs, (xiv) de Nanoose Bay, (xv) de Cherry Creek, (xvi) de China Creek, (xvii) de Bamfield, (xviii) de Beaver Creek, (xix) de Beaufort Range, (xx) de Millstream, (xxi) de la station de ski Mount Washington, ventilés par (i) exercice financier, (ii) total des dépenses, (iii) projet; b) quels sont les investissements fédéraux dans les infrastructures transférés aux districts régionaux (i) de Comox Valley, (ii) de Nanaimo, (iii) d’Alberni-Clayoquot, (iv) de Powell River, ventilés par (i) exercice financier, (ii) total des dépenses, (iii) projet; c) quels sont les investissements fédéraux dans les infrastructures transférés à l’Islands Trust de (i) l’île de Horny, (ii) l’île de Denman, (iii) l’île de Lasqueti, ventilés par (i) exercice, (ii) total des dépenses; d) quels sont les investissements fédéraux dans les infrastructures de la (i) Première Nation des Ahousaht, (ii) Première Nation de Hesquiaht, (iii) Première Nation des Huu-ay-aht, (iv) Première Nation des Hupacasath, (v) Première Nation des Tla-o-qui-aht, (vi) Première Nation des Toquaht, (vii) Première Nation des Tseshaht, (viii) Première Nation des Uchucklesaht, (ix) Première Nation des Ucluelet, (x) Première Nation des K’omoks, ventilés par (i) exercice, (ii) total des dépenses, (iii) projet; e) quel est le financement des infrastructures du parc national Pacific Rim, ventilé par (i) exercice, (ii) total des dépenses, (iii) projet; f) quel est le financement des autoroutes, notamment (i) l’autoroute 4, (ii) l’autoroute 19, (iii) l’autoroute 19a, (iv) la route Bamfield, ventilé par (i) exercice, (ii) total des dépenses, (iii) projet; g) quels sont les autres investissements dans les infrastructures effectués au moyen du financement des parcs nationaux, des autoroutes, du Fonds Chantiers Canada, d’Infrastructure Canada, d’une taxe sur l’essence, des ports pour petits bateaux, de BC Ferries, etc., ventilés par (i) exercice, (ii) total des dépenses, (iii) projet?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2413 --
M. Gord Johns:
En ce qui concerne les centres de Services de communication et de trafic maritimes du Canada: a) à combien s’élevaient les dépenses prévues et les dépenses réelles pour la période de 2012-2013 à 2018-2019, (i) par exercice, (ii) par centre; b) combien y a-t-il eu d’employés au total durant la période de 2012-2013 à 2018-2019 (i) par exercice, (ii) par centre; c) quels sont les effectifs prévus à l’exercice 2019-2020, (i) par exercice, (ii) par centre; d) à combien s’élevaient au total les dépenses liées aux déplacements et aux heures supplémentaires du personnel des régions de l’Ouest durant la période de 2012-2013 à 2018-2019 (i) par exercice, (ii) par centre; e) combien y aura-t-il de diplômés du Collège de la Garde côtière canadienne de Sydney, en Nouvelle-Écosse, et des autres établissements agréés à l’exercice 2018-2019; f) quel a été le nombre total de quarts de travail des officiers qui ont été raccourcis dans les centres de Victoria et de Prince-Rupert (i) par exercice, (ii) par centre; g) à combien s’élèvent les dépenses d’entretien des édifices et du matériel, (i) par exercice, (ii) par centre?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2414 --
M. Gord Johns:
En ce qui concerne l’utilisation par le gouvernement de cartes de crédit, et leurs factures, de 2015-2016 à 2018-2019: a) combien d’argent le gouvernement a-t-il payé en frais de carte de crédit imposés aux commerçant, (i) ventilé par année, (ii) ventilé par société, (iii) en montants retenus, rayés ou autrement détenus par les sociétés émettrices de cartes de crédit ou des fournisseurs de services; b) combien de cartes de crédit fournies par le gouvernement les fonctionnaires possèdent-il à l’heure actuelle, et quelles sociétés les ont émises; c) pour les cartes que le gouvernement a fournies aux fonctionnaires, quels sont les frais annuels que le gouvernement paie pour chaque carte; d) le gouvernement fournit-il à ses fonctionnaires des cartes de crédit assorties d’un programme de récompenses et, le cas échéant, quelles sont ces récompenses et qui peut les réclamer; e) combien d’argent le gouvernement a-t-il payé en frais de retard ou de soldes en souffrance, ventilé par année?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2415 --
Mme Karine Trudel:
En ce qui concerne le nouveau plan coordonné qui fournira de cinq à six milliards de dollars en nouveaux investissements dans un service Internet à large bande dans les communautés rurales au cours des 10 prochaines années: a) quand les détails du nouveau plan seront-ils annoncés; b) le gouvernement rendra-t-il publics les détails du nouveau plan; c) quelles seront les vitesses minimales exigées pour être admissible au financement, ventilées par (i) Programme Brancher pour Innover, (ii) Nouveau Fond pour la large bande universelle prévue par le gouvernement; d) quels seront les plafonds d'utilisation mensuelle minimum exigés pour l’admissibilité au financement, ventilés par (i) Programme Brancher pour Innover, (ii) Nouveau Fonds pour la large bande universelle prévue par le gouvernement; e) quels seront les coûts admissibles et non admissibles, ventilés par (i) Programme Brancher pour Innover, (ii) Nouveau Fonds pour la large bande universelle prévue par le gouvernement; f) sur les investissements proposés de cinq à six milliards de dollars, (i) comment les fonds sont-ils ventilés par ministère ou organisme, (ii) quel pourcentage du financement sera affecté aux partenaires du secteur privé, (iii) quel pourcentage du financement sera affecté à la Banque de l’Infrastructure du Canada, (iv) quel pourcentage du financement sera affecté aux partenaires d’organismes sans but lucratif; g) selon les projections du gouvernement, quel est le pourcentage des ménages et des entreprises qui, durant l’année en cours, n’ont pas accès à un service internet de large bande; h) quel est l’objectif annuel d’accessibilité des ménages et des entreprises au service internet de large bande, ventilé par années entre 2021 et 2030 inclusivement; i) quelle est la projection annuelle d’accessibilité des ménages et des entreprises au service internet de large bande, ventilée par années entre 2021 et 2030 inclusivement; j) des facteurs budgétaires expliquent-ils pourquoi l’atteinte de la cible de 100 % en matière d’accessibilité des ménages et des petites entreprises au service internet de large bande ne peut-elle pas être atteinte avant 2030 et, le cas échéant, quel sont les détails de ces facteurs budgétaires ou tout autre facteur?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2416 --
Mme Karine Trudel:
En ce qui concerne les demandes d'aide financière présentées à l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, pour chaque exercice depuis 2015-2016 jusqu'à ce jour, ventilées par bureau régional: combien de demandes furent approuvées et combien furent rejetées lorsque soumises à l'approbation (i) du directeur régional, (ii) du directeur général, (iii) du vice-président, (iv) du président, (v) du ministre?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2417 --
M. Michael Cooper:
En ce qui concerne le projet de loi C-337, Loi modifiant la Loi sur les juges et le Code criminel: quelqu’un au Cabinet du Premier ministre, au Cabinet du leader du gouvernement à la Chambre des communes ou au Bureau du Conseil privé a-t-il conseillé au leader du gouvernement au Sénat de retarder ou d’empêcher l’adoption du projet de loi au Sénat et, le cas échéant, (i) qui a fourni ces conseils, (ii) quels conseils ont été donnés, (iii) quand ces conseils ont-ils été donnés?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2418 --
M. Robert Kitchen:
En ce qui concerne l’Initiative Impact Canada: a) quel est le budget global; b) comment les membres du Comité consultatif d’Impact Canada ont-ils été choisis; c) quelle rémunération est versée aux membres du Comité consultatif; d) les membres du Comité consultatif sont-ils tenus de se récuser lorsque l’avis de financement à donner pourrait profiter à des entités dont ils sont propriétaires ou employés et, dans la négative, pourquoi; e) quels sont toutes les décisions de financement prises jusqu’à présent par Impact Canada?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2419 --
M. Alistair MacGregor:
En ce qui concerne le Programme des travailleurs agricoles saisonniers, et en ce qui concerne le volet agricole du Programme des travailleurs étrangers temporaires: a) combien de demandes d’embauche de travailleurs temporaires le gouvernement a-t-il reçues dans le cadre de chaque programme pour la saison des récoltes de 2018; b) combien de demandes ont été approuvées jusqu’à présent dans le cadre de chaque programme pour la saison des récoltes de 2018; c) combien de demandes ont été rejetées jusqu’à présent dans le cadre de chaque programme pour la saison des récoltes de 2018, précision faite des motifs des rejets; d) combien de demandes d’embauche de travailleurs temporaires le gouvernement a-t-il reçues dans le cadre de chaque programme pour la saison des récoltes de 2017; e) combien de demandes ont été approuvées dans le cadre de chaque programme pour la saison des récoltes de 2017; f) combien de demandes ont été rejetées dans le cadre de chaque programme pour la saison des récoltes de 2017, précision faite des motifs des rejets?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2420 --
M. Robert Aubin:
En ce qui concerne la proposition de chemin de fer à haute fréquence de VIA Rail pour le corridor Toronto-Québec: a) la Banque de l’Infrastructure du Canada a-t-elle eu des rencontres avec (i) Transports Canada, (ii) Finance Canada, (iii) Infrastructure Canada et, le cas échéant, quelles sont pour chacune des rencontres en a), (i) la date de la rencontre, (ii) le lieu de la rencontre, (iii) les participants à la rencontre, (iv) les objets de discussion, (v) les noms des investisseurs potentiels; b) une possibilité de partenariat public-privé ou de partenariat public-public ont-elles été évaluée ou sont-elles en cours d’évaluation et, le cas échéant, quelles sont les options de modèles d’exécution du partenariat public-privé qui ont été discutées ou qui ont fait l’objet d’une évaluation?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2421 --
Mme Sylvie Boucher:
En ce qui concerne le Sommet du G7 tenu dans Charlevoix en 2018: a) quelles sont les dépenses totales à ce jour; b) quelle est la ventilation des dépenses par code financier, y compris une description de ce que chaque code représente; c) quels sont les détails de tous les contrats relatifs au Sommet, dont (i) le fournisseur, (ii) le montant, (iii) la date et la durée, (iv) la description des biens ou des services fournis, (v) la quantité de biens ou de services fournis, le cas échéant?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2422 --
Mme Sheri Benson:
En ce qui concerne tous les programmes, services, subventions, transferts, contributions et autres initiatives du gouvernement fédéral liés à la construction, la modernisation, la rénovation et l’entretien de tous les projets domiciliaires publics et privés depuis l’exercice 2014-2015: a) quels sont tous les projets financés dans chaque circonscription; b) dans le cadre de quel fonds ou programme particulier chacun des projets a-t-il été financé; c) quel est le montant versé par le gouvernement fédéral dans chaque exercice pour chacun des projets; d) quels sont tous les autres partenaires financiers de chacun des projets, y compris (i) gouvernements provinciaux, (ii) gouvernements municipaux ou autochtones, (iii) propriétaires privés, (iv) locataires, (v) investisseurs, (vi) entrepreneurs ou exploitants, (vii) organismes sans but lucratif, (viii) particulier ou ménage, (ix) autre; e) quel est le montant versé par chacun des partenaires financiers pour chacun des projets; f) quel est le nombre des nouveaux logements ou habitations créés dans le cadre de chaque projet; g) quel est le nombre des logements ou habitations rénovés dans le cadre de chaque projet; h) quelle est la date d’achèvement ou la date d’achèvement prévue de chaque projet?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2423 --
M. Alistair MacGregor:
En ce qui concerne l’annonce, dans l’Énoncé économique de l’automne 2018, de mettre à la disposition jusqu’à 755 millions de dollars (comptabilité de caisse) sur dix ans en vue de mettre sur pied un fonds de finance sociale, et en particulier en ce qui a trait au passage à la page 200 du budget de 2019, Investir dans la classe moyenne, « Le Renewal Funds (Colombie-Britannique) offre un capital de croissance à un stade précoce pour les entreprises sociales à but lucratif ayant le potentiel de créer un changement social ou environnemental dans des industries comme les technologies propres et l’agriculture durable »: a) quel est le montant exact réservé au Renewable Funds (Colombie-Britannique); b) quelles sont les définitions d’« agriculture durable » et de « technologie propre » en ce qui concerne ce fonds; c) comment ces fonds seront-ils répartis entre la technologie propre et l’agriculture durable; d) qui seront les « gestionnaires professionnels de placements » chargés de gérer les sommes allouées; e) quel est le processus de demande pour les entreprises qui voudront obtenir un appui par le truchement du fonds; f) quels ministères ou organismes supervisent ce fonds?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2424 --
M. Charlie Angus:
En ce qui concerne le Programme de logement dans les réserves des Premières Nations, le Programme de subvention au logement en Colombie Britannique, le Programme de logement sans but lucratif dans les réserves, le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières nations, et la Nouvelle Approche d’aide au logement en Colombie-Britannique, depuis novembre 2015, ventilé par (i) programme, (ii) année, (iii) région, (iv) Première Nation: a) combien d’argent a été alloué au programme; b) combien d’argent a été dépensé par l’entremise du programme?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2425 --
M. Charlie Angus:
En ce qui concerne les délégations du gouvernement du Canada auprès des Nations Unies à New York ou à Genève, ventilées par ministère et par trimestre d’exercice depuis le 4 novembre 2015: a) quel était le nombre de personnes qui faisaient partie de chaque délégation ou qui l’accompagnaient, y compris (i) les ministres et les secrétaires parlementaires, (ii) les membres du personnel exonéré, (iii) les fonctionnaires, (iv) les invités; b) quel était le coût total pour chaque catégorie de participants mentionnée en a); c) pour ce qui est des invités, pour quelles raisons les a-t-on invités à accompagner la délégation ou à se joindre à elle, et ce, dans chacun des cas?
Response
(Le document est déposé.)
8555-421-2371 Information leak related t ...8555-421-2372 Federal spending in Quebec8555-421-2373 Housing investments and ho ...8555-421-2374 Stock option deductions8555-421-2375 Tax fairness actions8555-421-2376 Offshore Tax Informant Program8555-421-2377 Government advertising8555-421-2378 Wrapping and advertising e ...8555-421-2380 Certification of the Boein ...8555-421-2381 Federal funding in the con ...8555-421-2382 Repairs to the sewage lago ...