Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 5688
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)
View Andrew Scheer Profile
2019-06-19 14:30 [p.29386]
Mr. Speaker, the Prime Minister can take great comfort in knowing that a real plan for the environment is coming at five o'clock. What it will not include is special deals for Liberal insiders.
Under the Prime Minister, well-connected friends of the Prime Minister have done very well. He rewards his well-connected billionaire friends with taxpayer handouts, like $12 million to Loblaws. He interfered in a criminal court case to help his corporate friends at SNC. He targeted entrepreneurs and small business owners while protecting his vast family fortune.
Why do the well-connected Liberals and the wealthy always get a better deal under Liberals?
Monsieur le Président, il sera très réconfortant pour le premier ministre de savoir qu'un vrai plan pour l'environnement sera révélé à 17 heures. Ce plan sera exempt d'ententes spéciales pour les amis des libéraux.
Les amis du premier ministre qui ont de bons contacts s'en sortent très bien depuis son arrivée au pouvoir. Le premier ministre récompense ceux-ci avec l'argent des contribuables. Par exemple, il a donné 12 millions de dollars à Loblaws. Il s'est ingéré dans une procédure judiciaire pénale pour aider ses amis de la société SNC. Il s'en est pris aux entrepreneurs et aux propriétaires de petite entreprise tout en protégeant sa vaste fortune familiale.
Pourquoi les riches et les libéraux bien branchés sont-ils toujours avantagés sous les libéraux?
View Justin Trudeau Profile
Lib. (QC)
View Justin Trudeau Profile
2019-06-19 14:31 [p.29386]
Mr. Speaker, I am pleased that the Leader of the Opposition mentioned his climate plan.
We have been waiting 416 days to see this climate plan, but members will forgive Canadians for being a little skeptical about what is going to be in that climate plan, because the Leader of the Opposition thinks that pollution should be free. He thinks that plastic pollution is not a problem. He will not admit that climate change contributes to extreme weather events, and he continues to not understand that the only way to move forward on creating better energy projects is by protecting the environment at the same time.
Monsieur le Président, je suis content que le chef de l'opposition mentionne son plan climatique.
Cela fait 416 jours que nous attendons de voir ce plan. Toutefois, les députés pardonneront aux Canadiens d'être légèrement sceptiques à propos de son contenu puisque le chef de l'opposition pense qu'il devrait être permis de polluer gratuitement. Il pense que la pollution par le plastique n'est pas un problème. Il refuse d'admettre que les changements climatiques contribuent aux événements météorologiques extrêmes, et il ne comprend toujours pas que l'amélioration des projets énergétiques est indissociable de la protection de l'environnement.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Members will recall that back in 2015, the Prime Minister made a whole series of commitments, including that he was going to work with all members of the House of Commons. Instead what we have seen is a new tool, never used in parliamentary history before, gag closure.
It is a particular motion that does not allow opposition members, once the gag closure motion is moved, to even utter one word on government policy, to offer any amendments, to ask any questions, to, in any way at all, intervene on the bill, the legislation, the business before the House. It has been moved several times already in the last couple of weeks. So much for the solemn commitment to improve the functioning of Parliament.
The Liberals also promised they would do away with omnibus legislation. The Harper government was renowned for that, throwing a whole bunch of different bills into one piece of legislation and throwing at the House of Commons. It was profoundly disrespectful to members of Parliament and profoundly disrespectful to Canadians.
However, the Liberals have doubled down over the last four years. They have now presented more pieces of massive omnibus legislation than in any other Parliament in our history.
Members will recall that Liberals and the Prime Minister talked about bringing in democratic reform, actually reforming our election process so every vote would count. That would make a lot of sense. Canadians voted for that. The Liberals only got 39% of the vote and yet they have 100% of the power in the House of Commons. They bring in gag closure, they bring in omnibus bills and that promise, that solemn commitment to bring forward democratic reform has been thrown away.
The Liberals also talked about dealing with climate change. Tomorrow they will be rubber-stamping a pipeline that will destroy any opportunity for Canada to meet any commitments that have been made internationally.
The member for Rosemont—La Petite-Patrie estimated that even before the pipeline, it would take Liberals 200 years to meet the Paris commitments. The planet will not exist at that time if Canada continues to be as irresponsible as the government has been, both under the Conservative government and the Liberal government.
The Prime Minister solemnly promised he would address the massive housing crisis in the country. Tragically, we know that is not the case. The Liberals said that they would address the health care crisis and promised, yet again, that they would bring in pharmacare. I think it is the third time, with a Liberal majority government, that Liberals promised to bring in pharmacare and yet have failed.
After four years, we have a litany of broken promises. Perhaps one of the most significant promises, even though this bill has not attracted a lot of interest, is the broken promise on information being provided to the Canadian public. That is why I call Bill C-58 the “another Liberal broken promise” bill.
The Liberals committed back in 2015 to provide information to the Canadian public. That makes a lot of sense. Canadians have a right to information from the government. It does not belong to the Harper government. It certainly does not belong to the Liberal government. That information belongs to Canadians.
Putting in place an effective information regime that allows people to access information, important government information, important information that should be available to the public, was a commitment the Liberals made back in 2015. Like so many other commitments, it has ended up on the scrap heap.
The Information Commissioner called Bill C-58, the “another Liberal broken promise” bill, regressive and went so far as to say that the access to information regime would be better under the status quo than under Bill C-58.
Is that not a sad commentary, that a Liberal government, four years later, has so little to show for itself except for a litany of broken promises solemnly delivered in 2015? Canadians believed them. I certainly thought, and I think most Canadians believed, that when the Prime Minister made those solemn commitments that he had at least the intention of keeping them. However, the Liberals have not. As the Access to Information Commissioner reminds us, the bill that the Liberals have brought forward is worse than what currently exists.
How did the Liberals fall so short? Despite committing to so many things, discarding their promises on the scrap heap of broken Liberal promises history, how did they even get the access to information wrong? Four points need to be brought to bear regarding why the Liberals failed so lamentably on access to information.
To be sure, the Conservatives did the same thing when they were in power. They said they would enhance access to information for the public, recognizing that Canadians felt they should have a right to access the information that was available to the federal government. It is a fundamental tenet of democracy, that information available to the federal government is available to Canadians. When we do things in the House of Commons and speak in public, that information is available. When government ministers do things in private, that should also be available through access to information.
It is the Canadians' government. It is Canadians who choose their parliamentarians. It is Canadians who ultimately decide who governs them. Because of this, it is fundamental that Canadians have access to information.
Bill C-58, which is worse than the existing access to information law, has a number of key exemptions or shortcomings, deliberate attempts to undercut the access to information regime that the Liberals planted in the legislation. It has essentially put poison pills in the legislation. They have a beautiful title about enhancing access to information, but we must look at the details, as New Democrats do. We always do our homework and always pore through legislation to ensure there is at least a semblance of reality in what is written in the legislation, as opposed to the political spin that comes from the Liberal government.
First, there was a recommendation that the coverage of access to information include ministers' offices and the Prime Minister's Office. This is another key commitment from the 2015 election that has been broken. Given the incredible scandal regarding SNC-Lavalin, it is absolutely fundamental that Canadians can access information related to what transpires in the Prime Minister's Office and in ministerial offices. It is a no-brainer. So many democracies around the world have already incorporated into their access to information regimes that ministers' decisions and decisions of the prime minister's office, that type of correspondence, are subject to access to information rules. Unlike in so many other democracies, the Liberals deliberately exempted the Prime Minister's Office and ministerial offices.
Second, as the Information Commissioner has long recommended, there has to be appropriate sanctions for non-compliance. If the government or government members try to get around access to information rules, there should be sanctions for that. However, that is absent from the bill as well.
The Information Commissioner was critical of what the Liberals offered in access to information, because it would do nothing to reduce delays or extensions. This means the Liberal government can basically rag the puck and ensure that information is not available to the Canadian public.
In the last Parliament, when the New Democrats were the official opposition, we spoke out repeatedly about the Harper government doing this. It simply delayed things beyond belief to ensure that for all practical purposes, access to information was simply not available. Again, the bill would do nothing to address this.
The bill would also do nothing to narrow exemptions for ministerial advice or cabinet confidence, ensuring that, with a broad brush, the Liberals could simply stop the access to information system to which Canadians have a right.
This is the fundamental point I need to make. Yes, Liberals made a whole series of commitments that they have ripped up with complete disregard to the solemn commitments made to the Canadian public. They basically threw them out the window.
However, in terms of access to information, this is one of the most egregious broken promises. The Liberals could have approached this in an open way. They could have said that they actually do want to make sure Canadians have access to information from their government and that this is a fundamental aspect of democracy. They could have said that they would work with the NDP, because we have always been the number one champions in this House of Commons for access to information. We believe fundamentally in it, and, as in so many other areas, we and members in the past have always championed the most effective approach possible on access to information, including the member for Timmins—James Bay, who has felt very strongly about this and has worked in this regard for years.
The Liberals could have done that, but instead they rejected the NDP amendments and refused to improve this. We now have a bill before us that can only be chalked up as another Liberal broken promise. As the Information Commissioner said, the status quo is actually better than what the Liberals have produced. That is a shame, and we are voting against it.
Les députés se souviendront qu'en 2015, le premier ministre avait pris toute une série d'engagements, dont celui de travailler avec tous les députés de la Chambre des communes. Au lieu de cela, nous avons eu droit à un nouvel outil jamais utilisé dans l'histoire parlementaire, soit le bâillon.
Une fois proposée, la motion de bâillon ne permet même pas aux députés de l'opposition de prononcer un seul mot sur les politiques du gouvernement, de proposer un seul amendement, de poser une seule question, d'intervenir de quelque façon que ce soit sur le projet de loi, la législation et les travaux de la Chambre. Le gouvernement en a fait usage plusieurs fois au cours des dernières semaines. On repassera pour l'engagement solennel d'améliorer le fonctionnement du Parlement.
Les libéraux ont également promis qu'il n'y aurait plus de projet de loi omnibus. Le gouvernement Harper était reconnu pour regrouper un ensemble de projets de loi différents dans un seul projet de loi et de présenter le tout à la Chambre des communes. C'était un grave manque de respect à l'égard des députés et des Canadiens.
Toutefois, les libéraux ont redoublé d'efforts au cours des quatre dernières années. Ils ont désormais présenté plus de projets de loi omnibus énormes qu'au cours de toute autre législature de l'histoire du Canada.
Les députés se souviendront que les libéraux et le premier ministre avaient parlé de réforme démocratique, d'une refonte de notre processus électoral qui ferait en sorte que chaque vote compte. C'était logique. Les Canadiens avaient voté pour cela. Les libéraux n'ont eu que 39 % des voix, ce qui ne les empêche pas de détenir 100 % du pouvoir à la Chambre des communes. Ils ont recours au bâillon et aux projets de loi omnibus, et la promesse solennelle qu'ils avaient faite de proposer une réforme démocratique s'est évaporée.
Les libéraux avaient également parlé de lutter contre les changements climatiques. Demain, ils vont approuver un pipeline qui va exclure à jamais toute possibilité pour le Canada d'assumer les engagements qu'il a pris au plan international.
Le député de Rosemont—La Petite-Patrie a estimé qu'avant même l'expansion du pipeline, il faudrait 200 ans aux libéraux pour tenir les engagements pris à Paris. La planète ne survivra pas si le Canada continue d'être aussi irresponsable que l'ont été et le gouvernement conservateur et le gouvernement libéral.
Le premier ministre a fait la promesse solennelle de trouver une solution à la grave crise du logement qui touche le pays. Malheureusement, nous savons qu'il n'a pas rempli cet engagement. Les libéraux ont dit qu'ils allaient remédier à la crise du système de santé, et ils ont de nouveau promis de mettre en place un régime d'assurance-médicaments. Je crois que c'est la troisième fois qu'un gouvernement libéral majoritaire fait cette promesse, mais les libéraux n'ont pas tenu parole.
Après quatre ans, on se retrouve avec une multitude de promesses brisées. Par conséquent, même si ce projet de loi n'a pas beaucoup attiré l'attention, je considère qu'il représente l'une des plus importantes promesses brisées, puisqu'il porte sur l'information qui est fournie à la population canadienne. C'est pourquoi j'appelle le projet de loi C-58 le projet de loi qui brise une autre promesse libérale.
En 2015, les libéraux se sont engagés à rendre l'information plus accessible à la population canadienne. C'est tout à fait logique. Les Canadiens ont le droit d'obtenir de l'information du gouvernement. Cette information n'appartenait pas au gouvernement de Stephen Harper. Elle n'appartient certainement pas au gouvernement libéral. Elle appartient aux Canadiens.
En 2015, les libéraux se sont engagés à mettre en place un régime efficace pour que la population ait accès à l'information, y compris les renseignements gouvernementaux qui devraient être accessibles au public. Comme bien d'autres promesses, cet engagement a été mis au rancart.
La commissaire à l'information a dit du projet de loi C-58 qu'il s'agit d'une autre promesse brisée des libéraux et qu'il est régressif. Elle est allée jusqu'à dire qu'elle préfère l'actuel régime d'accès à l'information à celui qui est proposé dans le projet de loi C-58.
N'est-il pas pitoyable de constater que, après quatre ans, les libéraux n'ont rempli aucune des nombreuses promesses solennelles qu'ils ont faites en 2015? Les Canadiens les ont crus. Je croyais certainement — et je pense que la plupart des Canadiens le croyaient aussi — que le premier ministre avait au moins l'intention de remplir ces engagements solennels. Or, les libéraux n'ont pas tenu parole. Comme nous l'a rappelé la commissaire à l'information, le régime proposé dans le projet de loi des libéraux est pire que le régime actuel.
Comment les libéraux ont-ils réussi à rater à ce point la cible? Après avoir pris tant d'engagements et avoir jeté au rebut tant de promesses, comment ont-ils réussi à faire fausse route à l'égard de l'accès à l'information? Quatre points doivent être pris en compte concernant la raison de l'échec lamentable des libéraux à ce chapitre.
Certes, les conservateurs ont fait la même chose lorsqu'ils étaient au pouvoir. Ils ont dit qu'ils amélioreraient l'accès à l'information du public, reconnaissant que les Canadiens estimaient avoir le droit d'accéder aux informations dont dispose le gouvernement fédéral. C'est un principe démocratique fondamental que l'information dont dispose le gouvernement fédéral doit être à la disposition des Canadiens. Lorsque nous faisons des choses à la Chambre des communes et que nous prenons la parole en public, l'information est accessible. Quand les ministres font des choses en privé, cela devrait aussi être accessible grâce à l'accès à l'information.
Il s'agit du gouvernement des Canadiens. Ce sont les Canadiens qui choisissent les parlementaires. Au bout du compte, ce sont eux qui décident qui les gouvernera. Par conséquent, il est essentiel que les Canadiens aient accès à l'information.
Le projet de loi C-58, qui est pire que la Loi sur l'accès à l'information en vigueur, compte un certain nombre d'exemptions ou de lacunes majeures. En fait, les libéraux les ont insérées dans la mesure législative comme autant de tentatives délibérées de miner le régime d'accès à l'information. En gros, ils ont truffé le projet de loi de pilules empoisonnées. Ils ont prononcé de beaux discours sur l'amélioration de l'accès à l'information, mais il faut se pencher sur les détails, comme les néo-démocrates le font. Nous faisons toujours nos devoirs: nous étudions de près les mesures législatives proposées pour vérifier si le fond se rapproche un tant soit peu de la réalité, plutôt que de la propagande politique relayée par le gouvernement libéral.
D'abord, on a recommandé d'étendre l'application de la Loi sur l'accès à l'information aux cabinets des ministres et au Cabinet du premier ministre. C'est là une autre grande promesse de la campagne électorale de 2015 qui a été abandonnée. Compte tenu du scandale incroyable entourant SNC-Lavalin, il est impératif que les Canadiens aient accès à l'information sur ce qui se passe dans le Cabinet du premier ministre et les cabinets ministériels. C'est une évidence. De nombreux régimes démocratiques partout dans le monde ont déjà ajouté des dispositions à leur loi afin que les décisions des ministres et du Cabinet du premier ministre, ainsi que les correspondances de ce genre, soient assujetties aux règles d'accès à l'information. Contrairement à tous ces régimes, les libéraux ont délibérément soustrait le Cabinet du premier ministre et les cabinets ministériels aux obligations liées à l'accès à l'information.
Deuxièmement, comme la commissaire à l'information le recommande depuis longtemps, il faut imposer des sanctions appropriées en cas de non-conformité. Des sanctions devraient être prévues si le gouvernement ou des députés ministériels essaient de contourner les règles sur l'accès à l'information. Toutefois, cela ne figure pas non plus dans le projet de loi.
La commissaire à l'information a critiqué ce que les libéraux ont proposé en matière d'accès à l'information, car cela ne ferait rien pour réduire les délais ou les prolongations. Cela signifie essentiellement que le gouvernement libéral peut tergiverser et s'assurer que l'information ne soit pas accessible au public canadien.
Au cours de la dernière législature, alors que les néo-démocrates formaient l'opposition officielle, nous avons dit à maintes reprises que le gouvernement Harper le faisait. Il retardait les choses de façon excessive pour s'assurer qu'au bout du compte, l'accès à l'information soit tout simplement impossible. Encore une fois, le projet de loi ne ferait rien pour régler ce problème.
De plus, le projet de loi ne restreint pas les exemptions relatives aux avis ministériels et aux documents confidentiels du Cabinet, de sorte que les libéraux pourraient, de façon globale, tout simplement mettre fin au système d'accès à l'information auquel les Canadiens ont droit.
C'est le point fondamental sur lequel je veux insister. Oui, les libéraux ont pris une série d'engagements qu'ils ont reniés les uns après les autres sans le moindre respect pour la solennité d'une promesse faite aux Canadiens. Ils ont tout simplement brisé leurs promesses.
Cependant, la promesse qui n'a pas été tenue concernant l'accès à l'information est l'une des plus choquantes. Les libéraux auraient pu aborder ce dossier avec ouverture. Ils auraient pu dire qu'ils veulent s'assurer que les Canadiens puissent avoir accès aux renseignements de leur gouvernement et qu'il s'agit d'un aspect fondamental de la démocratie. Ils auraient pu dire qu'ils étaient prêts à collaborer avec le NPD, parce que nous avons toujours été les grands défenseurs de l'accès à l'information à la Chambre des communes. Nous y croyons fondamentalement et, comme c'est le cas pour bien d'autres enjeux, les députés néo-démocrates, anciens et actuels, ont toujours préconisé l'approche la plus efficace possible en matière d'accès à l'information. Je pense notamment au député de Timmins—Baie James, qui a toujours eu une opinion bien ancrée à ce sujet et qui y a travaillé pendant des années.
Les libéraux auraient pu faire tout cela, mais ils ont plutôt rejeté les amendements du NPD et refusé d'améliorer cette mesure législative. Nous nous retrouvons avec un projet de loi qui se résume à une autre promesse brisée des libéraux. Même la commissaire à l'information a affirmé que le statu quo serait préférable à ce que proposent les libéraux. C'est honteux et nous allons voter contre le projet de loi.
View Greg Fergus Profile
Lib. (QC)
View Greg Fergus Profile
2019-06-13 15:23 [p.29070]
Mr. Speaker, I welcome the opportunity to speak to the message received from the other place with regard to Bill C-58, an act to amend the Access to Information Act and the Privacy Act and to make consequential amendments to other acts.
I would like to recognize that this is my first official duty debating a piece of legislation as Parliamentary Secretary to the President of the Treasury Board and Minister of Digital Government, who is a fabulous minister, I might add.
I also want to acknowledge the many stakeholders who were involved in getting Bill C-58 to this point, starting with our colleagues in the other place, who conducted a very thorough and thoughtful study of this bill.
I must also recognize the contributions of parliamentarians and stakeholders and particularly the contributions of the Information Commissioner and Privacy Commissioner in the development of Bill C-58, as well as, of course, our colleagues on the Standing Committee on Access to Information, Privacy and Ethics who worked long and hard on the amendments being proposed.
I would especially like to note the interventions of a number of indigenous organizations, their influence on the matters we are considering today and with whom the government is committed to engaging more closely on these matters in the future.
Together, the ideas and suggestions in the letters and presentations at both committees contributed to ensuring that the concerns of Canadians were taken into consideration and reflected in the final version of the bill.
I would remind the House that the bill would implement some of the most significant changes to the Access to Information Act since it was introduced more than 30 years ago, changes which have not been seen since the advent of the World Wide Web. This is part of the Government of Canada's continuing effort to raise the bar on openness and transparency.
We believe that government information ultimately belongs to the people it serves, and it should be open by default. That is quite simply a fundamental characteristic of a modern democracy, and the bill reflects that belief.
In that context, we welcome many of the proposed amendments that would further advance this objective. I would note, however, that two of the amendments would effectively legislate matters that are beyond the intent of the bill, whose purpose, I would remind the House, is to make targeted amendments to the act.
Those targeted amendments include providing the Information Commissioner with the power to make binding orders for the release of government information and the creation of a new part of the act on the proactive publication of key information.
For the reason that it goes beyond the intent of the bill, the government respectfully disagrees with the amendment that would limit time extensions to respond to a request to 30 days without prior approval of the Information Commissioner.
The government is declining this proposal because these provision have not been the subject of consultation or thorough study in the context of the targeted review that led to Bill C-58. This proposal risks having unintended consequences, particularly for the office of the Information Commissioner.
The government does agree with our friends in the other place that the time extension provisions merit further study. These will be examined as part of the full review of the act which Bill C-58 requires to begin within one year of royal assent.
For the same reason, the government respectfully disagrees with the proposal to create a new criminal offence for the use of any code, moniker or contrived word or phrase in a record in place of the name of any person, corporation, entity, third party or organization. Once again, the provisions of the Access to Information Act concerning criminal offences have not been the subject of consultation or thorough study in the targeted review. Therefore, it would be more appropriate to review changes to this provision in the context of a full review.
A third amendment of concern would require the Information Commissioner to review the operation of proposed part 2 of the act regarding proactive publication and report the results to Parliament on an annual basis. Giving the commissioner oversight of proactive publication by institutions supporting Parliament and the courts would create the potential to infringe on both parliamentary privilege and judicial independence. For this reason, the government respectfully disagrees.
It is also proposed that the Information Commissioner's ability to receive and investigate complaints related to fees and time limit extensions be removed from the act. While the government recognizes the intent of this amendment, which relates to some of the other proposals that were advanced, the commissioner's authority to receive and investigate complaints regarding waiver of fees would be removed from the act, an outcome I am certain hon. members on all sides of the House would agree is undesirable.
Similarly, as the amendment with respect to the extension of a time limit was not agreed to, we must preserve the powers of the Information Commissioner to receive complaints concerning time limits and to investigate these complaints, and therefore this amendment is not necessary.
With these few exceptions, the government is pleased to accept the proposed amendments in the message from the other chamber, subject to some technical adjustments to ensure the proper functioning of these provisions.
For example, we agree with the proposed amendment that would eliminate the government's authority to set and collect fees, apart from the application fee. As the government has committed to Canadians, it will continue to charge no fees other than the application fee of just $5.
A related amendment proposed in the message would retain the right of requesters to make a complaint to the Information Commissioner regarding decisions to waive the application fee. While the Senate amendments would have removed that right, we consider that the Information Commissioner should continue to have oversight over the way the authority to waive fees is exercised by institutions.
Some of the amendments proposed in the other place would foster and, in some cases, require more extensive consultations and better communication between the Information Commissioner and the Privacy Commissioner of Canada. This is paramount to continue to ensure privacy protection while the government seeks to foster more openness and better access to government documents.
The bill already provides the Information Commissioner with new power to order the release of government information. To ensure that this does not compromise the right to privacy, an amendment proposes that the Information Commissioner must consult the Privacy Commissioner before ordering a release of personal information. This amendment also proposes that the Information Commissioner have the discretion to consult the Privacy Commissioner when investigating a complaint regarding the application of the personal information exemption. Both of these and some related amendments were suggested by the commissioners themselves, and the government has previously indicated that it supports these amendments. We believe they will strengthen the protection of personal information and further safeguard Canadians' privacy rights.
The government also accepts an amendment that would retain Info Source. Government institutions will continue to be required to publish information about their organization, records and manuals. Canadians seeking to exercise their right of access to government records will continue to have access to this tool.
As hon. members are surely aware, the government processes tens of thousands of access requests each and every year. It is an unfortunate fact that in a small number of cases, the requests are made for reasons that are inconsistent with the purposes of the Act. They may be made to harass a certain employee or work unit, for example. Such requests can have a disproportionate effect on the system and slow down resources on legitimate requests.
The government agrees with the amendment from the other place that the power of government institutions to ask the Information Commissioner for approval in order to refuse to act on requests should be limited to requests that are vexatious, made in bad faith or that would constitute an abuse of the right of access and would backlog the system. That would enable government institutions to focus their efforts on legitimate requests after having obtained approval from the Information Commissioner.
As I mentioned earlier, one of the main objectives of Bill C-58 is to provide the Information Commissioner with the power to issue binding orders for the processing of requests, including the disclosure of records.
The commissioner would be able to publish these orders, establishing a body of precedents to guide institutions as well as users of the system.
Originally, in order to give the commissioner time to prepare to assume this power, it would not come into force until one year after royal assent. However, the commissioner has asked that this power be available immediately upon royal assent. Reflecting the value it places on the commissioner's perspective, the government has already indicated its support for this amendment.
Another amendment asked for the Information Commissioner to file her orders in Federal Court and have them enforced as Federal Court orders. Under Bill C-58, the Information Commissioner's orders are legally binding without the need for certification. We believe that this amendment is unnecessary and would add a step in the process.
However, the government will look at these amendments at the one-year review of the act, with a year's worth of experience under the new system.
Providing the Information Commissioner with the power to issue binding orders to government and institutions is not a trivial change. It is a game-changer for access to information. Whereas now the Information Commissioner must go to court if an institution does not follow her recommendations, Bill C-58 puts the onus on institutions. Should they disagree with an order by the Information Commissioner, institutions will have 30 days to challenge the order in Federal Court.
As for the courts, I would remind the House that the government accepted an amendment that would ensure that Bill C-58 does not encroach on judicial independence. As the House knows, part 2 of the bill would impose proactive publication requirements on 260 departments, government agencies and Crown corporations, as well as the Prime Minister's Office, ministers' offices, senators, MPs, parliamentary entities and institutions that support the courts.
The amendment would also enshrine in law the proactive publication of information of great interest to Canadians, particularly information relevant to increased transparency and responsibility with regard to the use of public funds.
This includes travel and hospitality expenses for ministers and their staff and senior officials across government, contracts over $10,000 and all contracts for MPs and senators, grants and contributions over $25,000, mandate letters and revised mandate letters, briefing packages for new ministers and deputy ministers, lists of briefing notes for ministers or deputy ministers, and the briefing binders used for question period and parliamentary committee appearances.
Putting these requirements into legislation will ensure that Canadians will have access to this kind of information automatically, without having to make a request. It will impose a new degree of transparency on this government and on future governments.
As passed by the House, Bill C-58 would require similar disclosure by the judiciary.
Concerns have since been raised about the impact that the publication of individual judges' expenses could have on judicial independence, and those concerns are exacerbated by the fact that, due to the traditional duty of reserve, judges express themselves only through their judgments and can neither defend themselves nor set the record straight. The amendment proposed in the message that would require the publication of judges' expenses according to each court, rather than on an individual basis, would address these concerns and include additional measures to increase transparency.
The government also welcomes and accepts the amendment to remove the specific criteria requiring requesters to state the specific subject matter of their request, the type of record being requested and the period for which the record is being requested.
This was included in the original bill as a way to ensure that requests provided enough information to enable a timely response.
We listened to the Information Commissioner's concerns about this clause and especially to the indigenous groups who told us that these provisions could impede their access rights. I just want to note that this amendment, along with several others proposed in the message, was suggested by the former Treasury Board president when he appeared before the Standing Senate Committee on Legal and Constitutional Affairs in October.
The proposal and acceptance of this amendment reflect the government's commitment to guaranteeing that indigenous peoples have access to the information they need to support their claims and seek justice for past wrongs, for example.
As members can imagine, when it comes to records that are several decades or, in some cases, more than a century old, asking someone to state the specific subject matter, type of record and period requested may constitute a barrier to access.
I also want to assure the House that the government has taken careful note of the feedback from indigenous groups who felt that the governments did not consult them properly when drafting Bill C-58.
To respond to these concerns, the government supported the Union of British Columbia Indian Chiefs, the National Claims Research directors and the Indigenous Bar Association in surveying selected first nations researchers and policy staff about the issues they were encountering with respect to access to information, compiling and analyzing the results in a discussion paper, and undertaking a legal review of Bill C-58.
Nonetheless, we recognize that further work is needed, with greater collaboration between the government and indigenous groups. I would draw the attention of the House to a letter written by the former president of the Treasury Board and sent to the committee in the other place. The letter detailed specific commitments to engaging indigenous organizations and representatives about how the Access to Information Act needs to evolve to reflect Canada's relationship with indigenous peoples, including how information and knowledge of indigenous communities is both protected and made acceptable.
This engagement, as with all engagements with first nations, Inuit and the Métis Nation, will be founded on the fundamental principle of “nothing about us without us”. The government is committed to ensuring that programs, policies and services affecting indigenous peoples are designed in consultation and in collaboration with them.
In that regard, I would remind the House that this bill represents only the first phase of the government's reform to access to information. A full review of the functioning of the act would begin within one year of royal assent of Bill C-58, with mandatory reviews every five years afterward to ensure that the Access to Information Act never again falls so far out of date. I would add that the government recognizes that engagement with indigenous communities and organizations needs to be a central part of these reviews of the act.
In conclusion, I would recall for the House that in its fifth global report, issued in 2018, Canada was ranked number one in the world for openness and transparency by Open Data Barometer, well ahead of many other nations, including many so-called advanced countries. I would note that in this most recent report the author states:
The government’s continued progress reflects a strong performance in virtually all areas—from policies to implementation. Its consistent political backing has been one [of] the keys to its success.
Bill C-58 would continue to advance our progress toward more open and transparent government.
I again thank our friends in the other place for helping to make a good bill even better. I share the Information Commissioner's opinion that Bill C-58 is better than the current act and urge all members to join me in supporting it.
Monsieur le Président, je suis heureux d’intervenir au sujet du message reçu de l’autre endroit concernant le projet de loi C-58, Loi modifiant la Loi sur l’accès à l’information, la Loi sur la protection des renseignements personnels et d’autres lois en conséquence.
J’aimerais souligner qu’il s’agit de la première occasion que j’ai de débattre officiellement d’un projet de loi en ma qualité de secrétaire parlementaire de la présidente du Conseil du Trésor et ministre du Gouvernement numérique, qui est une ministre fabuleuse, soit dit en passant.
Je tiens également à souligner qu'un grand nombre d'intervenants ont contribué à amener le projet de loi C-58 au point où il en est, à commencer par nos collègues de l'autre Chambre, qui en ont fait une étude très rigoureuse et réfléchie.
Je tiens également à souligner la contribution des parlementaires et des intervenants, en particulier celle de la commissaire à l’information et du commissaire à la protection de la vie privée, à l’élaboration du projet de loi C-58, ainsi que, bien sûr, celle de nos collègues du Comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique, qui ont longuement étudié les amendements proposés.
J’aimerais surtout mentionner les interventions d’un certain nombre d’organisations autochtones et leur influence sur les questions dont nous sommes saisis aujourd’hui, des organisations avec lesquelles le gouvernement s’est engagé à collaborer plus étroitement sur ces questions à l’avenir.
Ensemble, les idées et les suggestions qui ont été avancées dans les lettres et dans les exposés des deux comités ont contribué à faire en sorte que les préoccupations des Canadiens soient prises en considération et reflétées dans la version finale du projet de loi.
Je rappelle à la Chambre que le projet de loi prévoit la mise en œuvre de certaines des modifications les plus importantes apportées à la Loi sur l’accès à l’information depuis que celle-ci a été adoptée, il y a plus de 30 ans, des modifications qui n’ont pas eu de précédent depuis l’avènement du Web. Cela fait partie des efforts continus du gouvernement du Canada pour mettre la barre plus haut en matière d’ouverture et de transparence.
Nous croyons en effet que l'information gouvernementale appartient en fin de compte aux personnes qu'elle sert, et qu'elle devrait être ouverte par défaut. C'est très simplement une caractéristique fondamentale d'une démocratie moderne, et le projet de loi reflète cette conviction.
Dans ce contexte, nous accueillons favorablement plusieurs des amendements proposés, qui appuieraient davantage cet objectif. Je signalerai, par contre, que deux des propositions auraient pour effet de légiférer sur des questions qui vont au-delà de l'intention du projet de loi, dont l'objet, je le rappelle à la Chambre, est d'apporter des modifications ciblées à la loi.
Ces modifications ciblées visent notamment à donner au commissaire à l’information le pouvoir de rendre des décrets exécutoires pour la divulgation de documents de l’administration fédérale et à créer une nouvelle partie dans la loi sur la publication proactive de renseignements clés.
Le gouvernement rejette respectueusement l’amendement qui limiterait à 30 jours les prorogations de délai de réponse à une demande, sans l’approbation préalable du commissaire à l’information, parce que cela va au-delà de l’objet du projet de loi.
Le gouvernement rejette cette proposition parce que ces dispositions n’ont pas fait l’objet de consultations ni d’une étude approfondie dans le contexte de l’examen ciblé qui a mené au projet de loi C-58. Cette proposition risque d’avoir des conséquences imprévues, particulièrement pour le commissaire à l’information.
Le gouvernement est d’accord avec nos amis de l’autre endroit pour dire que les dispositions relatives aux prorogations de délai méritent une étude plus approfondie. Elles seront étudiées dans le cadre de l’examen complet de la loi que le projet de loi C-58 exige et qui doit débuter dans l’année suivant la sanction royale.
Pour la même raison, le gouvernement rejette respectueusement la proposition de créer une nouvelle infraction criminelle pour l'utilisation d'un code, d'un sobriquet ou d'un mot ou d'une expression inventés dans un document à la place du nom d'une personne, d'une société, d'une entité, d'un tiers ou d'une organisation. Encore une fois, les dispositions dans la Loi sur l'accès à l'information qui concernent les infractions criminelles n'ont pas fait l'objet d'une étude ni de consultations dans l'examen ciblé, de sorte qu'il serait plus opportun de revenir sur les changements à cette disposition dans le contexte d'un examen approfondi.
Un troisième amendement préoccupant obligerait le commissaire à l’information à se pencher sur l’application de la nouvelle partie 2 de la loi concernant la publication proactive et à faire rapport des résultats au Parlement chaque année. Charger le commissaire de surveiller la publication proactive par les institutions qui appuient le Parlement et les tribunaux pourrait porter atteinte au privilège parlementaire et à l’indépendance judiciaire. Pour cette raison, le gouvernement est respectueusement en désaccord.
Il est également proposé de retirer de la loi la capacité du commissaire à l’information de recevoir les plaintes relatives aux droits et aux prorogations de délai et de faire enquête sur celles-ci. Le gouvernement reconnaît l’intention de cet amendement, qui se rapporte à d’autres propositions déjà faites, mais le commissaire perdrait le pouvoir de recevoir des plaintes concernant la dispense du versement de droits et d’enquêter sur celles-ci; c’est un résultat qui, et les députés des deux côtés de la Chambre en conviendront j’en suis certain, n’est pas souhaitable.
De même, comme l'amendement touchant les prorogations de délai n'a pas été accepté, il faut conserver les pouvoirs de la commissaire de recevoir des plaintes concernant les délais et d'enquêter sur ces plaintes, si bien que cet amendement n'est pas nécessaire.
À ces quelques exceptions près, le gouvernement est heureux d'accepter les amendements proposés dans le message de l'autre Chambre, sous réserve de quelques rajustements techniques pour assurer le bon fonctionnement de ces dispositions.
Par exemple, nous acceptons l’amendement qui éliminerait le pouvoir du gouvernement de fixer et de percevoir des droits, à part les droits de demande. Comme il en a pris l’engagement envers les Canadiens, le gouvernement continuera de ne pas réclamer d’autres droits que les 5 $ du droit de demande.
Un amendement connexe proposé dans le message maintiendrait la possibilité qu'ont les demandeurs de déposer une plainte au commissaire à l’information au sujet de la décision de renoncer aux droits de demande. Les amendements du Sénat auraient aboli cette possibilité, mais nous estimons que le commissaire à l’information devrait continuer de surveiller la façon dont les institutions exercent le pouvoir de renoncer aux droits.
Plusieurs des amendements apportés par l'autre endroit favoriseraient et, dans certains cas, exigeraient une consultation plus poussée et une meilleure communication entre la commissaire à l'information et le commissaire à la protection de la vie privée. C'est essentiel pour que la protection de la vie privée continue d'être assurée pendant que le gouvernement s'efforce d'accroître l'ouverture de même que l'accès aux documents gouvernementaux.
Le projet de loi confère déjà au commissaire à l’information le nouveau pouvoir d’ordonner la communication de renseignements gouvernementaux. Pour garantir que cela ne compromet pas la protection des renseignements personnels, on propose un amendement qui obligerait le commissaire à l’information de consulter le commissaire à la protection de la vie privée avant d’ordonner la communication de renseignements personnels. Cet amendement vise également à donner au commissaire à l’information le pouvoir discrétionnaire de consulter le commissaire à la protection de la vie privée pendant une enquête sur une plainte touchant l’application de l’exception relative aux renseignements personnels. Ces deux amendements et d’autres amendements connexes ont été proposés par les commissaires eux-mêmes, et le gouvernement a déjà signifié qu’il les appuie. Nous croyons qu’ils renforceront la protection des renseignements personnels et le droit à la vie privée des Canadiens.
Le gouvernement accepte aussi un amendement qui maintiendrait Info Source. Les institutions fédérales continueront d’être tenues de publier de l’information sur leur organisation, leurs documents et leurs manuels. Les Canadiens voulant exercer leur droit d’accès aux documents gouvernementaux auront toujours accès à cet outil.
Comme les députés le savent sûrement, le gouvernement traite chaque année des dizaines de milliers de demandes d’accès à l’information. Il est malheureux que, dans un petit nombre de cas, les demandes soient motivées par des considérations incompatibles avec l’objet de la loi. Elles peuvent viser à harceler un employé ou une unité de travail en particulier, par exemple. Ces demandes peuvent avoir un effet disproportionné sur le système et nuire à l’efficacité des ressources consacrées aux demandes légitimes.
Le gouvernement est d'accord sur l'amendement apporté par l'autre endroit selon lequel le pouvoir des institutions fédérales de demander l'approbation de la commissaire à l'information pour refuser de donner suite aux demandes devrait être axé sur les demandes vexatoires, entachées de mauvaise foi ou constituant un abus du droit d'accès qui engorge le système. Cela donnera aux institutions fédérales un outil important pour concentrer leurs efforts sur les demandes légitimes avec l'approbation préalable de la commissaire à l'information.
Comme je l'ai mentionné plus tôt, l'un des principaux objectifs du projet de loi C-58 est de donner à la commissaire à l'information le pouvoir de rendre des ordonnances exécutoires concernant le traitement des demandes, y compris la communication des documents.
La commissaire pourrait publier ces ordonnances et établir une jurisprudence pour guider les institutions et les utilisateurs du système.
Normalement, pour donner à la commissaire le temps de se préparer à assumer ce pouvoir, le projet de loi n’entrerait en vigueur qu’un an après la sanction royale. Toutefois, la commissaire a demandé que ce pouvoir lui soit accordé tout de suite après la sanction royale. Compte tenu de la valeur que ce pouvoir attribue au point de vue de la commissaire, le gouvernement a déjà indiqué qu’il appuyait cet amendement.
Un autre amendement proposait que la commissaire à l’information dépose ses ordonnances à la Cour fédérale afin qu’elles deviennent des ordonnances de la Cour fédérale. Aux termes du projet de loi C-58, les ordonnances de la commissaire à l’information sont juridiquement contraignantes sans qu’il soit nécessaire de les certifier. À notre avis, cet amendement est inutile et il ajouterait une étape au processus.
Le gouvernement examinera toutefois ces amendements dans le cadre de l’examen annuel de la loi. À ce moment-là, il aura déjà mis le nouveau système à l’essai depuis un an.
Le fait d'accorder à la commissaire à l’information le pouvoir d’émettre des ordonnances exécutoires au gouvernement et aux institutions ne constitue pas un changement anodin. Cela change les règles de l’accès à l’information. À l’heure actuelle, la commissaire à l’information doit recourir aux tribunaux lorsqu’une institution ne suit pas ses recommandations. Le projet de loi C-58 impose le fardeau de la preuve aux institutions. Si elles désirent contester une ordonnance de la commissaire à l’information, les institutions auront 30 jours pour le faire devant la Cour fédérale.
À propos des tribunaux, je rappellerais que le gouvernement a accepté un amendement qui aiderait à faire en sorte que le projet de loi C-58 n'empiète pas sur l'indépendance judiciaire. Comme la Chambre le sait, la nouvelle partie 2, qui se trouve dans le projet de loi, imposerait des exigences de publication proactive à plus de 260 ministères, organismes et sociétés d'État, ainsi qu'au Cabinet du premier ministre, aux cabinets des ministres, aux sénateurs et aux députés, aux institutions qui appuient le Parlement et aux institutions administratives qui appuient les tribunaux.
L'amendement inscrirait aussi dans la loi la publication proactive de renseignements qui présentent un grand intérêt pour les Canadiens, en particulier ceux qui assurent une plus grande transparence et une plus grande responsabilité quant à l'utilisation des fonds publics.
Cela comprend les frais de déplacement et d’accueil des ministres et de leur personnel ainsi que des hauts fonctionnaires de l’ensemble du gouvernement; les contrats de plus de 10 000 $ et tous les contrats des députés et des sénateurs; les subventions et contributions de plus de 25 000 $; les lettres de mandat et les lettres de mandat révisées; les trousses d’information pour les nouveaux ministres et sous-ministres; les listes de notes d’information pour les ministres et les sous-ministres; ainsi que les cahiers d’information utilisés pour la période des questions et pour la comparution devant les comités parlementaires.
En incluant ces exigences dans la loi, on permettra aux Canadiens d’avoir automatiquement accès à ce type de renseignements sans devoir en faire la demande. On accroîtra ainsi le niveau de transparence que ce gouvernement et ceux qui le suivront devront respecter.
Si la Chambre l’adopte, le projet de loi C-58 exigera une divulgation semblable de la part de la magistrature.
Depuis, on a soulevé des craintes au sujet des incidences de la communication des dépenses judiciaires individuelles sur l'indépendance judiciaire, qui sont exacerbées par la convention selon laquelle les juges font preuve de retenue lorsqu'ils commentent leurs jugements et ne peuvent donc pas se défendre ni rétablir les faits. L'amendement proposé dans le message qui obligerait à faire rapport des dépenses judiciaires par tribunal, plutôt que par individu, répondrait à ces préoccupations et comprendrait des mesures complémentaires pour accroître la transparence.
Le gouvernement accueille aussi favorablement et accepte l'amendement qui supprimerait des exigences particulières obligeant les individus qui demandent des renseignements à indiquer le sujet précis de leur démarche, le type de document demandé et la période de référence.
Cela faisait partie du projet de loi initial comme moyen de s'assurer que les demandes contenaient suffisamment d'information pour permettre une réponse en temps opportun.
Nous avons écouté les préoccupations de la commissaire à l'information au sujet de cet article, et, en particulier celles des organismes autochtones, qui nous ont dit que ces dispositions pourraient faire obstacle à leurs droits d'accès. Je signalerais que cet amendement, comme plusieurs autres proposés dans le message, a été propos par l'ancien président du Conseil du Trésor lors d'une comparution devant le Comité permanent des affaires juridiques et constitutionnelles du Sénat, en octobre dernier.
La proposition et l'acceptation de cet amendement témoignent de l'engagement du gouvernement de garantir aux peuples autochtones l'accès à l'information dont ils ont besoin, notamment pour appuyer leurs revendications et pour demander réparation des torts passés.
Comme les députés peuvent l'imaginer, lorsque les documents datent de plusieurs décennies ou, dans certains cas, de plus d'un siècle, demander à quelqu'un d'indiquer avec précision le sujet, le type de renseignements demandés et la période de référence peut constituer un obstacle à l'accès.
J'aimerais aussi assurer à la Chambre que le gouvernement a pris à cœur les critiques formulées par les groupes autochtones, à savoir que les gouvernements ne les ont pas consultés comme ils auraient dû le faire pour l'élaboration du projet de loi C-58.
Pour répondre à ces préoccupations, le gouvernement a appuyé l’Union of British Columbia Indian Chiefs, les Directeurs nationaux de la recherche sur les revendications et l’Association du Barreau autochtone, qui ont sélectionné des chercheurs et des membres du personnel chargé des politiques des Premières Nations afin de les consulter sur les problèmes auxquels ils se heurtent en faisant des demandes d’accès à l’information. Ces organismes ont ensuite compilé et analysé les résultats de ces consultations pour les publier dans un document de travail. Ils ont également mené un examen juridique du projet de loi C 58.
Quoi qu’il en soit, nous reconnaissons la nécessité de poursuivre ce travail en collaborant de plus près avec les groupes autochtones. J’attire l’attention de la Chambre sur une lettre que l’ancien président du Conseil du Trésor a envoyée au comité du Sénat. Il y décrit en détail l’engagement d’inviter des organismes et des représentants autochtones à participer à la transformation de la Loi sur l’accès à l’information pour qu’elle reflète la relation du Canada avec les peuples autochtones, notamment pour que l’information et les connaissances des communautés autochtones soient à la fois protégées et acceptables.
Cet engagement, comme tous les engagements avec les Premières Nations, les Inuits et la nation métisse, reposera sur le principe fondamental de « rien sur nous sans nous ». Le gouvernement est déterminé à ce que l’on conçoive les programmes, les politiques et les services qui touchent les peuples autochtones en les consultant et en collaboration avec eux.
À cet effet, j'aimerais rappeler à la Chambre que le projet de loi ne constitue que la première étape de la réforme de l'accès à l'information entamée par le gouvernement. Un examen complet commencera dans l'année suivant la sanction royale du projet de loi C-58, puis sera suivi d'un examen obligatoire tous les cinq ans pour veiller à ce que la Loi sur l'accès à l'information ne soit plus jamais aussi désuète. Je me permets de préciser que le gouvernement est conscient que la mobilisation des communautés et organisations autochtones doit être un des éléments centraux de ces examens.
En conclusion, j'aimerais rappeler à la Chambre que, dans son cinquième rapport mondial publié en 2018, le baromètre des données ouvertes classait le Canada au premier rang en matière d'ouverture et de transparence, notre pays se démarquant de bien d'autres, y compris de pays dits évolués. D'ailleurs, on peut lire ceci dans le dernier rapport de l'organisation:
Les progrès soutenus du gouvernement témoignent d'une solide performance dans à peu près tous les secteurs, des politiques à la mise en œuvre. L'appui inébranlable de la classe politique est l'un des facteurs clés de sa réussite.
Le projet de loi C-58 s'inscrit dans les efforts déployés pour favoriser l'ouverture et la transparence du gouvernement.
Je remercie une fois de plus nos collègues de l'autre Chambre, qui nous ont aidés à améliorer ce projet de loi. Je suis de l'avis de la commissaire à l'information, qui estime que le projet de loi C-58 est mieux que la loi en vigueur, et j'incite tous les députés à se joindre à moi pour l'appuyer.
View Kelly McCauley Profile
CPC (AB)
View Kelly McCauley Profile
2019-06-13 16:51 [p.29082]
Mr. Speaker, I would like to thank my hon. colleague from Louis-Saint-Laurent for highlighting many of the issues we have with Bill C-58, and a lot of the failings of the government when it comes to transparency.
My colleague joined us recently on the operations committee, beating out 98 other Conservatives who were desperate to join me on that committee. Before he joined us, the committee put together a report on whistleblowers. Canada has some of the weakest whistleblower protections for public servants in the OECD.
The committee put together a unanimous report on how we could better protect public servants. We heard story after story, very similar to that of Vice-Admiral Norman, of public servants who came forward and had their lives destroyed by the government for daring to expose corruption and negligence, almost identical to Vice-Admiral Norman's story.
We put together a unanimous report, submitted it to the government. The then Treasury Board president, Scott Brison, took the report, promptly threw it in the garbage and did nothing. Later, we summoned him to the committee and he refused to return to the committee to report on why he was doing nothing to protect whistleblowers.
We have seen the Liberal government time and again refuse to be transparent. Are these the actions of a government that is trying to be open and transparent?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Louis-Saint-Laurent d’avoir mis en lumière bon nombre de nos préoccupations à l’égard du projet de loi C-58 ainsi que de nombreuses lacunes du gouvernement en ce qui a trait à la transparence.
Mon collègue s’est récemment joint à nous au comité des opérations, devançant 98 autres conservateurs qui souhaitaient ardemment s’y joindre. Avant l’arrivée de mon collègue, le comité a préparé un rapport sur les lanceurs d’alerte. Le Canada est l’un des pays de l’OCDE où la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles est la plus faible.
Le comité a produit un rapport unanime sur la façon dont nous pourrions mieux protéger les fonctionnaires. Nous avons entendu parler de nombreux cas, très semblables à celui du vice-amiral Norman, de fonctionnaires qui ont dénoncé des situations de corruption et de négligence, et dont la vie a été bouleversée par le gouvernement parce qu’ils ont osé parler, ce qui n’est pas sans rappeler le cas du vice-amiral Norman.
Nous avons rédigé un rapport unanime que nous avons présenté au gouvernement. Le président du Conseil du Trésor de l’époque, Scott Brison, a pris le rapport, l’a rapidement jeté à la poubelle et n’a rien fait. Plus tard, nous lui avons demandé de comparaître devant le comité, mais il a refusé de revenir devant le comité pour expliquer pourquoi il ne faisait rien pour protéger les dénonciateurs.
Nous avons constaté à maintes reprises que le gouvernement libéral a refusé de faire preuve de transparence. Cette façon de faire est-elle digne d’un gouvernement qui vise l’ouverture et la transparence?
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2019-06-13 16:53 [p.29082]
Mr. Speaker, I have been on the OGGO, the government operations and estimates committee, with the member for the last year. I have learned a lot from his experiences.
I would remind the House that he was the one who highlighted the fact that in the last budget, the government did not calculate correctly. That was not a big surprise for us. The Liberals were elected by talking about a zero deficit in 2019. The reality is exactly the reverse of that. There is a huge deficit of nearly $20 billion.
The member raised a very serious issue. Civil servants should have the protection necessary to blow the whistle when things are not going well, as far as they are concerned. Those are the first witnesses. Civil servants are the first witnesses to how things could go wrong and how we could fix it. For that, they should have all the protection necessary.
Hopefully, those civil servants will have all the protection they need and also will not have to suffer attacks from other people, especially those driven by a political agenda, as happened, unfortunately, to one of the bravest soldiers we have in the Canadian Army, Vice-Admiral Norman. He had to suffer for the last two years because of the Liberal government.
Monsieur le Président, je siège au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires avec le député depuis un an. J’ai beaucoup appris à ses côtés.
Je rappelle à la Chambre que c’est lui qui a signalé que dans le dernier budget, le gouvernement avait mal fait ses calculs. Ce n’était pas une grande surprise pour nous. Les libéraux ont été élus en promettant le retour à l'équilibre budgétaire en 2019. La réalité est exactement à l'opposé: le Canada accuse un énorme déficit de près de 20 milliards de dollars.
Le député soulève une question très grave. Les fonctionnaires devraient avoir la protection nécessaire pour donner l’alerte quand les choses ne se déroulent pas comme il se doit, en ce qui les concerne. Ils sont les premiers témoins. Les fonctionnaires sont les mieux placés pour voir ce qui peut aller de travers et proposer des solutions pour y remédier. C’est pour cela qu’il faut leur accorder toute la protection nécessaire.
Espérons que ces fonctionnaires auront toute la protection nécessaire et qu’ils ne seront pas la cible d’attaques, surtout de la part de gens qui ont des visées politiques, comme c’est malheureusement arrivé à un des soldats les plus courageux de l’armée canadienne, le vice-amiral Norman. Il a été pénalisé pendant les deux dernières années à cause du gouvernement libéral.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2019-06-13 18:53 [p.29099]
Mr. Speaker, as members know and the government has heard, we are supporting the bill. However, at the same time, the Liberals are shutting down debate with a super-closure motion for the fourth time. This is something that even the Harper government did not do and did not impose on Parliament. The minister is going to have an opportunity to speak for 20 minutes and we are not even going to have a chance to ask any questions. There are a lot of concerns. We actually would like the bill to go even further.
I would ask the government why it has decided to take away the democratic right of this place. The Liberals promised they were going to be moving forward in an open and transparent way, listening to the concerns of Canadians. However, here we go again, where they are imposing a super-closure motion to move this legislation forward without even hearing the concerns of Canadians from coast to coast to coast around this important piece of legislation.
Monsieur le Président, comme les députés le savent et comme nous l'avons dit au gouvernement, nous appuyons le projet de loi. En même temps, cependant, les libéraux mettent fin au débat avec cette supermotion de clôture qu'ils présentent pour la quatrième fois. Même le gouvernement Harper n'avait pas osé imposer cette mesure au Parlement. La ministre va pouvoir parler pendant 20 minutes et nous n'allons même pas pouvoir poser une seule question. Les inquiétudes sont nombreuses. Nous aimerions que le projet de loi aille plus loin.
Je demanderais au gouvernement pourquoi il a décidé de nous priver de notre droit démocratique. Les libéraux ont promis qu'ils procéderaient de façon ouverte et transparente en écoutant les préoccupations des Canadiens. Or, voilà qu'ils imposent à nouveau cette supermotion de clôture afin de faire adopter ce projet de loi sans même entendre les préoccupations des Canadiens d'un océan à l'autre.
View Catherine McKenna Profile
Lib. (ON)
View Catherine McKenna Profile
2019-06-13 18:54 [p.29099]
Mr. Speaker, I want to thank the member opposite for his advocacy on the environment. I know how much he cares about the environment, and I have seen his actions.
This is a priority piece of legislation. We have listened to Canadians from coast to coast to coast. We have had two parliamentary committees, two expert panels, but this bill languished in the Senate for almost a year, because Conservative politicians did not want it to continue to move forward. They did not understand that the environment and the economy go together.
The good news is that there were very conscientious senators who recognized that we have the opportunity to get this bill right. They proposed amendments. We accepted the amendments that would strengthen the bill, and we need to move forward now.
Monsieur le Président, je tiens à remercier le député d'en face de son travail pour l'environnement. Je sais à quel point il s'en soucie et j'ai vu ce qu'il fait concrètement.
Cette mesure législative est une priorité. Nous avons écouté les Canadiens d'un bout à l'autre du pays. Il y a eu deux comités parlementaires, deux groupes d'experts. Or, le projet de loi est resté bloqué au Sénat pendant près d'un an parce que les politiciens conservateurs ne voulaient pas qu'il aille plus loin. Ils ne comprenaient pas que l'environnement et l'économie vont de pair.
Heureusement, des sénateurs très consciencieux ont reconnu la possibilité de faire de ce projet de loi une bonne mesure législative. Ils ont proposé des amendements. Nous avons accepté les amendements qui permettraient de renforcer le projet de loi. À présent, il faut aller de l'avant.
View Joël Godin Profile
CPC (QC)
View Joël Godin Profile
2019-06-07 11:23 [p.28749]
Madam Speaker, how can the government be happy about making Canadian taxpayers poorer?
On average, hard-working Canadians have $800 less in their pockets, and the Liberals are happy about it. Millions of Canadians are still not earning enough to pay their bills and debts. Worse still, the government has mortgaged our children's and grandchildren's future by leaving them a deficit in excess of $80 billion.
Will the Liberals stop wasting Canadians' money?
Madame la Présidente, comment le gouvernement peut-il être heureux d'appauvrir les contribuables canadiens?
Les honnêtes travailleurs ont en moyenne 800 $ de moins dans leurs poches, et les libéraux se réjouissent de cela. Des millions de Canadiens ne gagnent pas assez d'argent pour payer leurs factures et leurs dettes. Pire encore, le gouvernement a hypothéqué l'avenir de nos enfants et de nos petits-enfants en laissant un déficit de plus de 80 milliards de dollars.
Est-ce que les libéraux vont arrêter de gaspiller l'argent des Canadiens et des Canadiennes?
View Joël Lightbound Profile
Lib. (QC)
View Joël Lightbound Profile
2019-06-07 11:24 [p.28749]
Mr. Speaker, with all due respect to my colleague from Portneuf—Jacques-Cartier, I am sure he knows the opposite is true. A typical Canadian family of four has $2,000 more under our government than it had under the Harper government.
Why? Because we stopped giving gifts to the wealthiest. We stopped sending cheques to millionaire families. Our approach is clearly more progressive and inclusive. While it is important to note that the member voted against our measures, there are 12,780 families and 23,640 children in his riding who receive an average of $5,760, tax-free, every year. That is huge.
Madame la Présidente, sauf le respect que j'ai pour mon collègue de Portneuf—Jacques-Cartier, il doit savoir que c'est le contraire. Depuis que nous sommes au pouvoir, une famille canadienne typique de quatre personnes a 2 000 $ de plus dans ses poches qu'elle en avait sous le gouvernement Harper.
Pourquoi? C'est parce que nous avons arrêté de donner des cadeaux aux mieux nantis. Nous avons arrêté d'envoyer des chèques aux familles de millionnaires. Nous avons adopté une approche nettement plus progressive et nettement plus inclusive. Cela fait que, dans sa circonscription — il a voté contre, c'est important de le savoir —, c'est 12 780 familles et 23 640 enfants qui reçoivent en moyenne, chaque année, 5 760 $ libres d'impôt. Cela est énorme.
View Joël Godin Profile
CPC (QC)
View Joël Godin Profile
2019-06-07 11:25 [p.28749]
Madam Speaker, I have plenty of respect for my colleague from Louis-Hébert, but I have to say, the Liberals are total hypocrites.
The Liberals are strangling Canadian families. They eliminated the children's fitness and arts tax credits. They think Canadians are stupid. They send them money with one hand and take even more away with the other. Canadian families have $800 less in their pockets. This behaviour is irresponsible and dishonest to Canadian families.
When are they going to stop wasting Canadian workers' money?
Madame la Présidente, j'ai beaucoup de respect pour mon collègue de Louis-Hébert, mais je me dois de parler de l'hypocrisie des libéraux.
Les libéraux étouffent les familles canadiennes et ont coupé les crédits d'impôt aux jeunes qui font du sport et à ceux qui développent des talents artistiques. Ils prennent les Canadiens pour des valises. Ils leur envoient de l'argent d'un bord et en prennent encore plus de l'autre. Les familles canadiennes ont 800 $ de moins dans leur budget. C'est irresponsable et malhonnête envers les familles canadiennes.
Quand vont-ils arrêter de gaspiller l'argent des travailleurs canadiens?
View Joël Lightbound Profile
Lib. (QC)
View Joël Lightbound Profile
2019-06-07 11:25 [p.28749]
Madam Speaker, what is dishonest is quoting a study from the Fraser Institute that has been widely discredited for failing to consider the Canada child benefit. This benefit is making a huge difference in the lives of the families of the 23,500 children in his riding who receive it. It is insulting that the Canada child benefit was not taken into account.
He also mentioned the public transit tax credit, something the members across the way have been bringing up for months. What did the public transit tax credit offer? A maximum of 15%. A Quebec City resident who bought a pass for the Réseau de transport de la Capitale would get a total of $13 a month at the end of the year, when they filed their tax return. That is not in the same ballpark as the Canada child benefit.
Madame la Présidente, ce qui est malhonnête, c'est de citer une étude de l'Institut Fraser qui a été démentie de tous bords tous côtés, parce qu'elle ne prend pas en compte l'Allocation canadienne pour enfants. Pour les familles des 23 500 enfants de sa circonscription qui la reçoivent, cela fait une différence majeure dans leur vie. C'est insultant de voir que l'on n'a pas pris en compte l'Allocation canadienne pour enfants.
Il a aussi parlé du crédit d'impôt pour le transport en commun, ce que les députés d'en face font depuis des mois. Quel était le crédit d'impôt pour le transport en commun? C'était 15 % au maximum. À Québec, pour un laissez-passer du Réseau de transport de la Capitale, cela revenait à 13 $ par mois, à la fin de l'année, au moment de remplir la déclaration de revenus. Cela n'a rien à voir avec l'Allocation canadienne pour enfants.
View Sean Fraser Profile
Lib. (NS)
View Sean Fraser Profile
2019-06-06 17:31 [p.28725]
Madam Speaker, I would like to begin by thanking the hon. member for Edmonton Strathcona for her work in introducing this bill and also for her advocacy and passion on environmental issues. We crossed over for a very short time when I was a brand new member of Parliament on the transport committee. I admired her intelligence, her work ethic and her ability to bring a perspective that represented her constituents' interests to every issue.
The proposed bill would establish a Canadian environmental bill of rights, and procedural rights would be built into that. Before I get too deeply into my remarks, I would like to advise the hon. member that the government is supportive of this bill at second reading to send it to committee. Of course, as the member for Saanich—Gulf Islands raised, there is a limited amount of time in this Parliament.
As the sponsor of the bill recognized in her remarks, our party membership at our convention in April 2018 was also behind this idea. It is deserving of an analysis so that we can better understand how adding a level of justiciability to environmental protections would enhance the quality of our environment for Canadians.
I note in particular that as a result of the committee study on CEPA done in 2017, the government tabled a response indicating that it would be undertaking consultations that would identify how to implement adding a rights-based approach to environmental protections under that piece of legislation. Those consultations are ongoing.
Before we get into the technical aspects, it is important to reflect on why this is important.
The environment is an important priority for any party that might find itself in government and for all Canadians. We rely on it for our livelihoods. We rely on it for our health.
It is not just us. Nature is important to protect for its own sake. I note in particular what an eye-opening experience it has been for me to serve in this capacity as Parliamentary Secretary to the Minister of Environment and Climate Change. One of the things that has jumped out at me every time I have read an article or visited a community that has seen the impact of wildlife loss is that since the 1970s, we have seen 60% of the world's wildlife lost. Canada, along with four other countries, represent three-quarters of the world's remaining wilderness. We have an opportunity, and in my mind an obligation, to do something about it.
I note in particular the historic investment of $1.3 billion we have made toward protecting nature. This is the single largest investment in protecting our natural environment in the history of our country. We are seeing projects roll out that are protecting critical habitat. They are protecting spaces for multiple species that will benefit for generations. We have examples in my own riding, along the St. Mary's River or the Musquodoboit Valley, which are home to important ecosystems that house species at risk. They also serve as important climate-mitigation infrastructure that occurs naturally, and perhaps more effectively than mankind is able to develop on its own.
Of course, a healthy environment is not just about protecting nature and biodiversity. We have the looming threat of climate change as well. We cannot depend on human health if we do not have environmental health. When I see coal plants continuing to burn, potentially for decades, we know that we are putting our communities at a heightened risk for lung disease and for childhood asthma, among other things. When I see the storm surges on the east coast that pose a physical risk to the residents who live there, the heat waves that have taken lives in Ontario and Quebec and the forest fires that continue to rage in western Canada, I know that we have a responsibility to take action. It really does impact our right to live if we do not have an environment that allows that to take place.
That is why we have embarked on the implementation of an ambitious agenda to reduce our emissions. It is so we can reach the level of reductions to prevent the worst consequences of climate change.
We know that Canada is warming at twice the rate of the global average and that we are feeling the consequences today. That is why we are moving forward with a plan that includes over 50 measures to help reduce our emissions.
We talk at length in this chamber about the government's initiative to put a price on pollution. What we are seeing is that by 2030, we are actually going to have 90% of our electricity generated by non-emitting sources.
We have made the single largest investment in the history of public transit in Canada. At the same time, we are taking advantage of the opportunities in the green economy by protecting our environment.
If we are to believe Mark Carney, the governor of the Bank of England, there is a $26-trillion global opportunity in the green economy. By positioning ourselves in the front of that wave, we can do the right thing by our environment, protect the health of our communities and capitalize on economic opportunity. It would be irresponsible not to take these actions, based on the crass economics alone. We also know that there is a moral obligation to take this action.
Turning more directly to the issue of the substantive and procedural protections that could arise under an environmental bill of rights, I want to point out that substantive and procedural rights exist under federal legislation and policies today that provide important rights to Canadian citizens that could potentially be complemented if we better understand how a bill of rights could add to the protections, both substantive and procedural, that already exist.
I note in particular that under the Canadian Environmental Protection Act, CEPA, there are opportunities for public participation when it comes to the pollutants we deal with in our society. We also know that there are protections for whistle-blowers who report those who violate the federal laws that are on the books. There are obligations around transparency for companies that use pollutants and there is an opportunity for individuals or groups to take civil action against offenders against the obligations laid out in that piece of legislation, and we are making efforts to enhance our transparency through proactive disclosure of information relating to the pollutants that we know are making their way into Canada today.
Good information is necessary. If we are not basing our decisions on facts, science and evidence, we cannot have much faith that the decisions we are making are going to lead to the outcomes we want.
It was disappointing for me during the last Parliament, before I got involved, to see that there was an effort to limit how much federal scientists could talk about their own research. In Nova Scotia, it was a big deal at home when we saw that the research that existed on the books at the Bedford Institute of Oceanography was being disposed of. This kind of information exists for a reason, and it is to help legislators make good policy that will improve the quality of our environment.
I note that there are other pieces of legislation at play as well that provide rights for the public to take part in discussions around the quality of our environmental laws. If we look at the Species at Risk Act, we see that any person can apply for a status assessment of a given species. A person could also request an assessment of imminent threat, and there is a duty on the government to make public the information about the status of different species. These are rights to allow the public to understand what information is out there and what research the government has done so that people can better understand what policies are being implemented, or perhaps not being implemented, and advocate changes that will help protect our environment.
Bill C-69 has come up over the course of the debate already. One of the things that this piece of legislation was designed to do was improve public participation in the decision-making process for major projects, including the need for early engagement. That gave the public an opportunity to take part before all of the decisions had been made, decisions that would eventually be litigated on the back end. In particular, we made a serious effort to help bring in the voices of indigenous communities across Canada to ensure that they have an opportunity to participate as well.
Bill C-69 would improve the public registry so that the public can have access in a timely way to the information about projects that are being proposed and can understand not only the opportunities for participation but also the current status of projects and the potentially adverse social, health or environmental consequences that could arise as projects go forward. It is all about making sure that good projects can proceed and that the economy can grow at the same time that we are making sure that the social outcomes we want—in particular, the protection of our environment—are not lost.
There are also laws, such as the Federal Sustainable Development Act, that put obligations on the government to enhance the accountability and transparency of the work of federal departments when moving forward with laws or policies that could have a negative impact on our ability to live sustainably in our environment.
The question is, why do we need to advance this piece of legislation to the next stage to better understand the consequences that could arise? The protections, substantive and procedural, that I just laid out exist, quite frankly, in a scattered way. The idea of having a central bill of rights that could allow the public to better understand where their substantive and procedural rights exist is appealing to me and deserves to be better understood.
There are people who are disproportionately impacted by decisions around the environment, whether it is elderly people, children who will disproportionately bear the consequences of climate change or expectant mothers who will experience a different impact on their personal health and the health of their child. These are serious things that we should be considering, and I think that this bill is worth sending to committee so that we can better understand how to best implement the procedural and substantive rights.
I look forward to continuing the conversation with my hon. colleague off-line to ensure that we do not lose the momentum behind this idea because, quite frankly, it is an important discussion to be had in determining whether we should move forward with an environmental bill of rights.
I want to thank the folks back home in Central Nova who have raised this with me. It is important, and I welcome their advocacy.
Madame la Présidente, j'aimerais d'abord remercier la députée d'Edmonton Strathcona pour le travail qu'elle a accompli afin de présenter ce projet de loi. Je la félicite également de son militantisme et de son enthousiasme pour les questions environnementales. Nous avons eu l'occasion de travailler ensemble brièvement au moment où je venais tout juste d'être nommé au comité des transports. J'admirais son intelligence, son éthique du travail et sa capacité à garder en tête les intérêts des habitants de sa circonscription, peu importe le dossier.
Le projet de loi établirait une charte canadienne des droits environnementaux, qui prévoirait des droits procéduraux. Avant d'entrer dans les détails, j'aimerais signaler à la députée que le gouvernement souhaite que ce projet franchisse l'étape de la deuxième lecture et qu'il soit renvoyé au comité. Bien entendu, comme la députée de Saanich—Gulf Islands l'a mentionné, il ne reste que peu de temps à la législature actuelle.
Comme l'a rappelé la marraine du projet de loi, les membres de notre parti ont également défendu la même idée lors de notre convention d'avril 2018. Il convient de se demander en quoi un plus haut niveau de reddition de comptes par rapport aux mesures de protection environnementale améliorerait la qualité de l'environnement au pays.
Je souligne en particulier que, à la suite de l'étude du comité sur la Loi canadienne sur la protection de l'environnement, en 2017, le gouvernement a déposé une réponse qui indiquait qu'il allait tenir des consultations pour déterminer comment intégrer dans cette loi une approche fondée sur les droits en ce qui concerne les mesures de protection environnementale. Ces consultations sont en cours.
Avant de passer aux détails du projet de loi, il est important de réfléchir à l'importance de cet enjeu.
L'environnement est une grande priorité pour tout parti qui pourrait se trouver à la tête du pays et pour l'ensemble des Canadiens. Notre subsistance en dépend. Notre santé en dépend.
Il ne s'agit pas seulement de nous. Il est important de protéger la nature pour elle-même. Je dois dire que mon expérience à titre de secrétaire parlementaire de la ministre de l'Environnement et du Changement climatique a été extrêmement révélatrice. Chaque fois que je lis un article ou que je visite une localité qui a été témoin des répercussions de la perte de biodiversité, une chose me saute aux yeux: depuis les années 1970, la planète a perdu 60 % de ses animaux sauvages. Le Canada et quatre autres pays abritent les trois quarts des régions sauvages restantes du monde. Nous avons l'occasion et, à mon avis, l'obligation de faire quelque chose.
Je pense notamment à l'investissement historique de 1,3 milliard de dollars que nous avons fait pour protéger la nature. De toute l'histoire du pays, il s'agit de la plus importante somme consacrée à la protection de l'environnement naturel du Canada. Des projets visant à protéger les habitats essentiels se concrétisent. Ils protégeront pendant des générations des milieux qui abritent de nombreuses espèces. Par exemple, dans ma circonscription, le long de la rivière St. Mary's ou dans la vallée de la Musquodoboit, il y a d'importants écosystèmes qui abritent des espèces en péril. Ces infrastructures naturelles servent également à atténuer les changements climatiques et sont possiblement plus efficaces que celles construites par l'homme.
Bien entendu, un environnement sain n'est pas seulement une question de protection de la nature et de la biodiversité. Il faut aussi tenir compte de la menace imminente des changements climatiques. Si l'environnement n'est pas en santé, l'humain ne l'est pas non plus. Lorsque je constate que des centrales au charbon sont toujours opérationnelles — et qu'elles pourraient l'être encore pendant des dizaines d'années —, je sais très bien que nous exposons nos collectivités à un risque accru de maladies pulmonaires et d'asthme infantile, entre autres. Quand je songe aux tempêtes qui s'abattent sur la côte Est et qui mettent les résidants de ces régions en danger, aux vagues de chaleur ayant causé la mort de gens de l'Ontario et du Québec, et aux feux de forêt qui continuent de faire rage dans l'Ouest canadien, je sais que c'est notre responsabilité d'agir. Un environnement qui n'est pas propice à la vie a de réelles répercussions sur notre droit d'exister.
C'est pour cette raison que nous avons entrepris de mettre en oeuvre un programme ambitieux de réduction des émissions. Ainsi, nous pourrions atteindre nos objectifs en matière de réduction des émissions et prévenir les pires conséquences des changements climatiques.
Nous savons que le Canada se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne mondiale et que nous en ressentons les effets aujourd'hui. Voilà pourquoi nous mettons en oeuvre un plan contenant plus de 50 mesures visant à réduire les émissions.
Nous avons beaucoup parlé à la Chambre de l'initiative du gouvernement en vue de tarifer la pollution. D'ici 2030, 90 % de l'électricité produite au pays proviendra de sources non émettrices.
Nous avons effectué le plus important investissement de l'histoire du transport en commun au Canada. En même temps, nous tirons avantage d'occasions dans l'économie verte en protégeant l'environnement.
À en croire Mark Carney, gouverneur de la Banque d'Angleterre, l'économie verte est un marché mondial de 26 billions de dollars. En nous positionnant à l'avant-garde de cette vague, nous pouvons faire ce qui s'impose pour l'environnement, protéger la santé des collectivités canadiennes et tirer parti des possibilités économiques. D'un point de vue strictement économique, il serait irresponsable de ne pas prendre ces mesures. Nous savons également que nous avons le devoir moral d'agir.
Pour en venir plus directement aux protections substantielles et procédurales qui pourraient découler d'une charte des droits environnementaux, je tiens à souligner que les lois et les politiques fédérales actuelles accordent déjà aux citoyens canadiens des droits fondamentaux et procéduraux importants, qui pourraient être complétés si nous comprenions mieux comment une charte des droits environnementaux pourrait renforcer les protections, tant substantielles que procédurales, qui existent déjà.
Je note en particulier que la Loi canadienne sur la protection de l'environnement permet au public de prendre part aux discussions sur les polluants auxquels se heurte la société. Nous savons aussi qu'il existe des mesures de protection pour les dénonciateurs qui signalent lorsque des personnes enfreignent les lois fédérales en vigueur. Les entreprises qui utilisent des polluants sont tenues de respecter certaines exigences en matière de transparence et il est possible pour des particuliers et des groupes d'intenter des poursuites civiles contre les entreprises qui contreviennent aux exigences énoncées dans la loi. De plus, nous nous efforçons d'accroître la transparence en divulguant proactivement des renseignements sur les polluants dont nous sommes conscients de l'introduction au Canada.
Il est nécessaire de disposer de bons renseignements. Si nous ne fondons pas nos décisions sur des faits, des données scientifiques et des données probantes, nous ne pouvons pas vraiment espérer que nos décisions produisent les résultats voulus.
Lors de la dernière législature, avant le début de ma carrière politique, j'étais déçu de voir qu'on s'efforçait d'empêcher les scientifiques fédéraux de parler de leurs propres recherches. C'était un enjeu de taille en Nouvelle-Écosse, car on détruisait les travaux de recherches de l'Institut océanographique de Bedford. Ce type d'information existe pour une raison, soit pour aider les législateurs à élaborer de bonnes politiques qui amélioreront la qualité de notre environnement.
Je rappelle que d'autres lois accordent au public le droit de prendre part aux discussions sur la qualité de la législation environnementale. La Loi sur les espèces en péril, entre autres, prévoit que n'importe qui peut demander qu'une espèce donnée fasse l'objet d'une évaluation, par exemple si la personne en question estime que la survie de l'espèce est menacée de façon imminente. Le gouvernement a alors l'obligation de rendre publique l'information se rapportant à diverses espèces. Ces droits existent pour que le public connaisse l'information qui est mise à sa disposition et sache les recherches que le gouvernement a effectuées. Il peut alors mieux comprendre les politiques mises en œuvre, ou non, par ce dernier et réclamer des changements afin de mieux protéger l'environnement.
Il a déjà été question du projet de loi C-69 depuis le début du débat. Cette mesure législative permettra au public de participer plus directement aux décisions touchant les grands projets, entre autres par l'entremise du processus de mobilisation précoce. Ce dernier permet au public de s'exprimer avant que les décisions soient toutes prises, et c'est tant mieux, car les décisions en question ont ainsi moins de chances d'être contestées par la suite. Nous avons porté une attention toute particulière à la participation des peuples autochtones du Canada, car nous voulions entendre ce qu'ils avaient à dire.
Le projet de loi C-69 permettrait d'améliorer le registre public pour que la population ait accès en temps opportun à l'information sur les projets proposés et puisse connaître les possibilités de participation, de même que le stade où en sont les projets et les éventuels effets sociaux, sanitaires ou environnementaux négatifs du projet. Il s'agit de veiller à ce que les projets judicieux puissent aller de l'avant et à ce que l'économie puisse prospérer tout en s'assurant d'obtenir les résultats sociaux que nous souhaitons, en particulier la protection de l'environnement.
Il existe également des lois, comme la Loi fédérale sur le développement durable, qui obligent le gouvernement à rehausser la reddition de comptes et la transparence des ministères fédéraux en ce qui concerne les lois ou les politiques qui pourraient avoir une incidence négative sur notre capacité de veiller à la pérennité de l'environnement.
La question est de savoir pourquoi il faudrait faire progresser cette mesure législative pour mieux en comprendre l'incidence possible. Les mesures de protection, fondamentales et procédurales, dont je viens de parler sont, pour parler franchement, assez éparpillées. L'idée d'une charte des droits environnementaux centrale qui permettrait à la population de savoir où trouver de l'information sur ses droits fondamentaux et procéduraux m'apparaît intéressante et mérite examen.
Il y a des gens qui sont touchés de façon disproportionnée par les décisions concernant l'environnement: entre autres, les personnes âgées et les enfants, qui subiront de façon disproportionnée les conséquences des changements climatiques, ou les femmes enceintes, qui subiront des conséquences différentes, soit sur le plan de leur santé personnelle et de celle de leur enfant. Ce sont de graves effets que nous devrions envisager, et je pense que ce projet de loi mérite d'être renvoyé au comité afin que nous puissions trouver la meilleure façon de mettre en œuvre les droits procéduraux et fondamentaux.
Je me réjouis à l'idée de poursuivre la conversation avec la députée à l'extérieur pour que nous battions le fer pendant qu'il est chaud. En effet, je pense qu'il est important de discuter pour savoir si nous devrions adopter une charte des droits environnementaux.
Je tiens à remercier les gens de ma circonscription, Nova-Centre, qui ont porté cette question à mon attention. C'est important, et je suis heureux qu'ils militent ainsi.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
View Luc Berthold Profile
2019-06-03 16:36 [p.28430]
àMr. Speaker, I am pleased to rise in the House today on behalf of my constituents in Mégantic—L'Érable to speak to the motion moved by my colleague from Louis-Saint-Laurent.
I will read out the motion so that everyone can understand why I am speaking today. The motion states:
That the House:
(a) take note of the importance of a free and independent press to a healthy democracy;
(b) express its belief that it is inappropriate for partisan political actors to pick winners and losers in the media in an election year;
(c) condemn the inclusion of Unifor, a group that has taken and continues to take partisan political positions, in the panel that will oversee the distribution of the $600-million media bailout; and
(d) call on the government to immediately cease trying to stack the deck for the election with their media bailout and replace it with a proposal that does not allow government to pick winners and losers.
There are not many days left in the 42nd Parliament, and today we are discussing one of the most important issues for our democracy. My colleagues and I have been called upon to speak on this issue since the Liberals were elected in 2015.
Let us not forget how the Liberals deceived Canadians during the election campaign. The promises they made were certainly ambitious, but they clearly had no intention of keeping them.
Here is one promise they made in the throne speech:
To make sure that every vote counts, the Government will undertake consultations on electoral reform, and will take action to ensure that 2015 will be the last federal election conducted under the first-past-the-post voting system....the Government will promote more open debate and free votes...it will not resort to devices like...omnibus bills to avoid scrutiny.
Those statements were taken from the throne speech, which was read by the Governor General when this government first took office.
Let us also not forget the Liberals' promise to balance the budget in 2019. They promised to run small deficits and to balance the budget in 2019. Instead, they ran big deficits, and they are no longer even giving us any idea of when they will balance the budget. The Liberals have completely lost control of the public purse. Today, it is clear that their promise to be an open and transparent government was an empty one. They may have meant well, but things always seem to turn out the same way with the Liberals.
When Liberals are in power, all they care about is protecting their friends, holding on to power at all costs, breaking the rules they do not like, painting pretty pictures and saying all the right things to hide what they have done or failed to do, and constantly distracting Canadians from the issues that matter most to Canadians.
Not long ago, the Minister of Environment and Climate Change revealed the Liberal government's real strategy in a bar. She said that if you stay on message and repeat it louder and louder, people will totally believe it.
Here are some examples of things the Liberals tried to keep quiet: the Prime Minister's extravagant trip to India, his vacation on the Aga Khan's private island, the Prime Minister's ethical breaches, the Minister of Finance's French villa, political interference attempts in the SNC-Lavalin affair, and, more recently, the Mark Norman case.
It is also worth mentioning repeated attempts by the Leader of the Government in the House to change the rules governing members of Parliament. Whose interests would that serve? The Liberal government's, of course. Doing so would rob the opposition of the tools it uses to stand up to the government and fully engage in its essential role: holding the government to account for its actions.
This brings me to the first paragraph of today's motion:
That the House:
(a) take note of the importance of a free and independent press to a healthy democracy;
All the examples I just gave probably would not have come to our attention if not for the importance of a free and independent press. Trust between the public and the media is a direct result of the people's belief that the media is independent of their government. However, the Liberal Prime Minister has introduced a plan worth $600 million that will be distributed to the Canadian media right before the upcoming election. The Prime Minister himself chose the members of the panel that will decide how to distribute the money. He will not commit to following their recommendations. He will not allow the panel's deliberations to be public. He is asking the panel members to sign non-disclosure agreements. The Canadian Association of Journalists is now wondering whether to take part in the process, and it is calling for greater transparency.
I would like to quote a press release issued by the Canadian Association of Journalists, not the Conservative Party.
The Canadian Association of Journalists, or CAJ, said that its paramount concern is transparency and that its ability to participate will hinge on having measures in place that ensure an open and transparent public process. The CAJ noted that, so far, much of the process appears to have taken place out of the public eye through closed-door meetings between governments, newspaper owners and lobby groups. It believes that, for journalists, whose legitimacy depends on public confidence and trust, the process must be open and debate must be rigorous, thorough and in view of the public.
Furthermore, the CAJ said that combining this with the requested confidentiality agreements could create a situation where a media outlet that is critical of a minister or his or her government is denied funding and the CAJ is barred from discussing this publicly. It said that, to ensure the panel has no appearance of partisanship, regardless of whether or not it does, the panel’s full independence must be the rule.
We cannot be accused of attacking journalists when the journalists themselves are saying that the Liberals' scheme is jeopardizing their own independence. Why does the Prime Minister want to make a decision behind closed doors about which media outlets he will help? Is he hiding that he is trying to rig the election? Does he understand the harm he could do to Canadian journalists if he does not show them greater respect?
Now let us move on to paragraph (c) of this motion, which calls on the House to condemn the inclusion of Unifor, a group that has taken and continues to take partisan political positions, in this panel. Unifor is a big union, by far the union that represents the largest number of journalists in Canada. I am saying this for the benefit of people in Quebec who may not have heard of Unifor. The Prime Minister invited Unifor to sit on the panel that will oversee the media bailout. Many journalists and Canadians were shocked by this appointment. Jerry Dias, the president of Unifor and the Prime Minister's close friend, made it clear that his union will be the Conservatives' worst nightmare for the 2019 election. He had no qualms about posing for a picture with his cronies, billing them as the resistance working to stop a Conservative government from getting elected. When is the Prime Minister going to put an end to this anti-democratic charade?
That is not all. For people who want to know more about Mr. Dias and what he thinks about the Conservative Party, I will translate what he said in his tweets, which were reported by two media outlets. First, he said that he was indeed speaking out against the Conservative leader. Then Mr. Dias said he was not going to tone down his anti-Conservative campaign and that he would probably ramp it up, because the Conservative leader had irritated him over the past few days. Such is the attitude of the president of Unifor. He is the one being appointed to an independent panel to select which media will be entitled to receive funding from the Liberal government.
This is a union whose president is committed to openly campaigning against the Conservatives with money from its members. I could cite many journalists who are furious with this decision, who do not accept that their union is making such statements and who are against the government interfering in the granting process. This process has to be non-partisan, open and transparent. It has to be the opposite of what the Prime Minister has done so far.
The government is going down this dangerous path with Unifor and letting the fox guard the henhouse. It is in the fox's nature to want to eat the chickens, and Jerry Dias has clearly expressed his intention to eat Conservative in the next election. How can we trust Mr. Dias? We can still maintain the independence of our media. To start, the government must remove Unifor from this panel.
I was a journalist for many years. I worked at a local radio station. There is always a thin line between the influence of business partners and the influence one can have as a journalist. Fortunately, journalists have always maintained their independence. However, the government's actions are not going to protect journalists' jobs.
Unifor's president must be removed from the panel and the government must go about this in the right way, in an open and transparent manner, to protect the independence of journalists and Canada's democracy.
Monsieur le Président, aujourd'hui, je suis heureux de me lever à la Chambre, au nom des citoyens de Mégantic—L’Érable, pour parler de la motion présentée par mon collègue de Louis-Saint-Laurent.
Afin que les gens soient bien au courant de la raison pour laquelle je prends la parole aujourd'hui, je vais lire la motion.
Que la Chambre:
a) prenne note de l’importance d’une presse libre et indépendante pour une démocratie en santé;
b) exprime sa conviction que des acteurs engagés dans la politique partisane ne devraient pas choisir, en pleine année électorale, les gagnants et les perdants dans le secteur des médias;
c) condamne l’inclusion d’Unifor, un groupe qui a défendu et qui continue de défendre des positions politiques partisanes, dans le comité qui supervisera la distribution des 600 millions de dollars consacrés à l’aide aux médias;
d) demande au gouvernement de cesser immédiatement ses manœuvres destinées à lui donner avantage aux prochaines élections et de remplacer son plan d’aide aux médias par une proposition qui ne permet pas au gouvernement de choisir des gagnants et des perdants.
Aujourd'hui, alors qu'il ne reste que quelques jours à la 42e législature, nous discutons d'une des questions les plus importantes pour notre démocratie. D'ailleurs, mes collègues et moi avons été appelés à intervenir sur cette question depuis l'élection des libéraux en 2015.
Rappelons-nous à quel point les libéraux ont dupé les Canadiens et les Canadiennes lors de la campagne électorale. Leurs promesses étaient certes ambitieuses, mais ils n’avaient nullement l’intention de les tenir.
Voici une promesse qui figurait dans le discours du Trône:
Pour veiller à ce que chaque vote compte, le gouvernement mènera des consultations sur la réforme électorale, puis fera en sorte que l’élection de 2015 aura été la dernière à être menée selon le système électoral majoritaire à un tour. [...] il favorisera la tenue de débats ouverts et le recours au vote libre. [...] il n’aura pas recours à des mécanismes tels que [...] les projets de loi omnibus pour éviter les examens minutieux.
Ces éléments sont tirés du discours du Trône, prononcé par le gouverneur général au tout début de ce mandat.
Souvenons-nous aussi des engagements des libéraux concernant le retour à l’équilibre budgétaire en 2019. Ils promettaient de petits déficits et le retour à l’équilibre budgétaire en 2019. Or les déficits sont importants et les libéraux n'évoquent même plus de date en lien avec le retour à l’équilibre budgétaire. Les libéraux ont complètement perdu le contrôle des dépenses publiques. Ce n’est pas pour rien qu'on se rend aujourd'hui compte que leur promesse d’être un gouvernement ouvert et transparent était cousue de fil blanc. Leur intention louable, certes, s’est vite frappée à la réalité libérale.
Quand un libéral touche au pouvoir, tout ce qui compte pour lui, c’est de protéger ses amis, de garder le pouvoir à tout prix, de briser les règles si elles le contrarient, de cacher ses faits et gestes ou son inaction derrière de belles images ou de belles paroles, et de détourner constamment l’attention des Canadiens quant aux sujets qui les préoccupent vraiment.
La ministre de l’Environnement et du Changement climatique a récemment révélé, dans un bar, la véritable politique du gouvernement libéral. Elle a dit que si nous disons son message et que nous le répétons plus fort, les gens vont totalement nous croire.
Voici quelques exemples que les libéraux ont aimé garder derrière les portes closes: l’extravagant voyage en Inde du premier ministre, ses vacances sur l’île privée de l’Aga Khan, les manquements à l’éthique du premier ministre, la villa en France du ministre des Finances, les tentatives d’ingérence politique dans l’affaire SNC-Lavalin et, plus récemment, l’affaire Mark Norman.
Je pourrais aussi parler des tentatives répétées de la leader du gouvernement à la Chambre de changer les règles de fonctionnement qui régissent les députés de la Chambre. Qui cela favorisait-il? Évidemment, cela favorisait le gouvernement libéral. Cela retirait à l'opposition tous les outils dont elle disposait pour tenir tête au gouvernement et jouer pleinement son rôle essentiel, c’est-à-dire tenir le gouvernement responsable de ses actes.
Cela m’amène au premier alinéa de la motion d’aujourd’hui:
Que la Chambre:
a) prenne note de l’importance d’une presse libre et indépendante pour une démocratie en santé;
Tous les exemples que je viens de mentionner n’auraient probablement pas été mis au jour, n’eût été l’importance d’une presse libre et indépendante. La confiance entre le public et les médias vient directement du fait que les gens considèrent les médias comme indépendants de leur gouvernement. Cependant, le premier ministre libéral a mis en place un plan de 600 millions de dollars qu’il distribuera aux médias canadiens juste avant les prochaines élections. Le premier ministre a choisi lui-même les membres du comité qui décidera où ira l’argent. Il ne s’engage pas à respecter leurs recommandations. Le premier ministre refuse que les délibérations du comité soient publiques. Il demande aux membres du comité de signer des accords de confidentialité. L’Association canadienne des journalistes se demande encore si elle participera au processus, et elle exige plus de transparence.
Je me permets de citer le communiqué émis par l’Association canadienne des journalistes, et non par le Parti conservateur.
L'Association canadienne des journalistes dit que son souci primordial est la transparence et que sa capacité à participer dépendra de la mise en place de mesures garantissant un processus public, ouvert et transparent. Elle remarque que, jusqu'à présent, une grande partie du processus semble s'être déroulée à l'abri des regards du public, lors de réunions à huis clos entre gouvernements, propriétaires de journaux et groupes de pression. Elle estime que, pour les journalistes, dont la légitimité dépend de la confiance du public, il est impératif qu'un processus soit ouvert et que le débat soit rigoureux, complet et ouvert au public.
Par ailleurs, elle dit que de combiner cela avec les accords de confidentialité demandés pourrait créer une situation dans laquelle un média critiquant un ministre ou son gouvernement se voit refuser un financement et l'Association ne peut pas en discuter publiquement. Selon elle, pour s'assurer que le comité n'a aucune apparence de partisanerie, que ce soit le cas ou non, son indépendance totale doit être la règle.
On ne peut pas nous accuser, ici, de vouloir attaquer les journalistes quand ce sont les journalistes eux-mêmes qui affirment que leur indépendance est mise en jeu par ce stratagème libéral. Pourquoi le premier ministre veut-il décider derrière des portes closes quels médias il va aider? Est-ce pour cacher qu'il tente de truquer les élections? Est-ce qu'il comprend le tort qu'il peut causer aux journalistes de ce pays s'il ne les respecte pas davantage?
Parlons maintenant de l'alinéa c) de la présente motion, qui demande à la Chambre de condamner l'inclusion d'Unifor, un groupe qui a défendu et continue de défendre des positions politiques partisanes, dans ce comité. Unifor est un grand syndicat, de loin celui qui représente le plus grand nombre de journalistes au Canada. Je le dis pour les gens du Québec qui n'ont peut-être pas l'occasion de connaître Unifor. Unifor a été invité par le premier ministre à siéger au comité qui va décider de l'aide aux médias. Beaucoup de journalistes et le public canadien sont choqués par cette nomination. Le président d'Unifor, Jerry Dias, le bon ami du premier ministre, a été clair: son syndicat sera le pire cauchemar des conservateurs à l'élection de 2019. Il n'a pas hésité une minute à se faire photographier avec ses camarades en se targuant d'être la résistance à l'élection d'un prochain gouvernement conservateur. Qu'attend le premier ministre pour mettre fin à cette mascarade antidémocratique?
Ce n'est pas tout. Pour les gens qui veulent en savoir un peu plus sur M. Dias et ce qu'il pense du Parti conservateur, je vais traduire ce qu'il a déclaré dans des gazouillis qui ont été rapportés par deux médias. Tout d'abord, il a dit qu'il parlait effectivement contre le leader des conservateurs. Ensuite, M. Dias a dit qu'il n'allait pas diminuer sa campagne anticonservateurs et qu'il allait probablement l'intensifier, parce que le chef des conservateurs l'avait irrité au cours des derniers jours. Telle est l'attitude du président d'Unifor. C'est la personne qu'on a nommée à un comité indépendant pour choisir quels médias vont avoir droit et accès aux fonds octroyés par le gouvernement libéral.
Il s'agit donc d'un syndicat dont le président s'est engagé à faire ouvertement campagne contre les conservateurs, et ce, avec l'argent de ses membres. Je pourrais citer beaucoup de journalistes qui sont furieux envers cette décision, qui n'acceptent pas que leur syndicat fasse de telles déclarations et qui, surtout, s'opposent à ce que le gouvernement s'ingère ainsi dans l'octroi des fonds. C'est un processus qui doit être non partisan, ouvert et transparent, c'est-à-dire tout le contraire de ce que le premier ministre a fait à ce jour.
Le gouvernement s'engage dans cette voie dangereuse avec Unifor en permettant au loup de garder les moutons. La nature du loup fait en sorte qu'il voudra toujours manger des moutons, et Jerry Dias a clairement fait connaître son intention de manger du conservateur lors de la prochaine élection. Comment peut-on faire confiance à M. Dias? Il est encore temps de préserver l'indépendance de nos médias. Que le gouvernement retire Unifor de ce comité, pour commencer.
J'ai moi-même été journaliste pendant des années. J'ai travaillé à la radio pour un hebdomadaire local. La ligne est toujours très mince entre l'influence des partenaires commerciaux et l'influence qu'on peut avoir comme journaliste. Heureusement, les journalistes ont toujours préservé leur indépendance, mais ce n'est pas en agissant de la sorte que le gouvernement va protéger leur travail.
Qu'on retire le président d'Unifor et qu'on fasse les choses correctement, d'une manière ouverte et transparente, pour protéger l'indépendance des journalistes et la démocratie au Canada.
View Rachael Harder Profile
CPC (AB)
View Rachael Harder Profile
2019-06-03 18:17 [p.28445]
Mr. Speaker, I think the point is clear that the Leader of the Opposition has been told that Unifor will be his worst nightmare going into the next election.
The point is that this is clearly a very partisan organization. This is an organization that very much is against the Conservative Party of Canada and very much campaigning on behalf of the Liberal government, which means that now this whole exercise just became very political in nature.
I do not think we can argue with that point. It is very clear what has been said and what the motive of this union is. Therefore, $600 million are on the line and where they go will be determined by this partisan group of individuals. It is not only that. The majority of the money is being withheld and is going to only be given to these media outlets post-election. This means there will be an awful lot of motivation given to them, through the withholding of money and the promise of funds after the election, to cover the 2019 election in a very particular way. It does not take a great deal of intelligence to determine what that way is.
Of course media outlets will be encouraged, if not manipulated, to cover the election of 2019 from a Liberal vantage point rather than from a fair one that is non-partisan in nature. Why is that? It is because there are $600 million on the line and they want a piece of the pie.
I have clearly outlined that there is problem with regard to the independence, but it is not just me who says that. There is far more being said by journalists throughout the country.
Andrew Coyne said, “It is quite clear now, if it was not already: this is the most serious threat to the independence of the press in this country in decades.”
Don Martin said, “The optics of journalism associations and unions deciding who picks the recipients of government aid for journalism are getting very queasy.”
Jen Gerson, CBC and Maclean's, said, “If any of these associations or unions”, so the eight individuals who have been selected, “could be trusted to manage this 'independent' panel, they would be denouncing it already.”
Those are quite the statements.
Chris Selley, the National Post, said, “Liberals' media bailout puts foxes in charge of the chickens.”
I and my Conservatives are not the only ones pointing out significant concerns with the decision to give out $600 million of government money to media outlets across the country. Clearly, this is an attack on the independence and the freedom of our press.
In addition to that, it is a matter of protecting democracy and of ensuring media outlets actually cover the story of the day without being pressured by the government to do it one way or the other. As soon as the government offers money to media outlets, all of a sudden the press feels the pressure to cover stories in a way that would perhaps paint the government in a positive light. That is not okay; that is not the Canada we belong to.
We see the lack of independence and the lack of freedom in places like Turkey, Russia and China, where it is dictated how any sort of news will be covered and granted to the people in those countries. In Canada, we very much depend on the government staying out of the way and allowing press to cover a story from whatever angle that media outlet should choose.
The other problem with this is that there is no transparency in the application and review process. This concern has been brought up by the CAJ within the last couple of days. It has pointed out that there needs to be a more transparent process in moving forward with this, that those who apply for this funding should be listed online and that the process for applications for this funding should be made transparent. This should be put online and made available to the Canadian public. After all, the Liberals are taking Canadian taxpayer dollars and using them to help media outlets. That process needs to have greater transparency to it.
In addition to that, there should also be some transparency with regard to not only those who apply, but also who is rejected and why. Why are they rejected? It is fair that many Canadians, many journalists and many of those on this side of the House have a concern that the government will be quite biased in the way that it selects people. I say the government because, make no mistake, that while there are eight individuals on the panel, I have my suspicions that they are nothing more than eight puppets with the current government pulling the strings.
The entire independence and freedom of the press is being called into question with this $600 million bailout. In addition to that, our democracy is being put in jeopardy, as well as just a lack of overall transparency and good governance. It is absolutely terrible.
Furthermore, with regard to credibility, one journalist wrote, “The minute the union starts helping a government divvy up taxpayers’ cash for the benefit of news outlets, there is quite rightly a perception that reporters’ coverage is being bought off.” Whether that is the case or not, there is that perception. He goes on to explain that the credibility of a journalist is of utmost importance, that our journalists work hard to maintain the credibility and trust of the Canadian public. By the government giving $600 million to the free press, it calls into question that credibility. There is a problem there.
This is not the first time the Prime Minister has put his interests above those of Canadians. He does this quite often. In the NAFTA agreement, he said that he would get a good deal for Canada. He said he would not allow ink to go on paper until tariffs were removed. However, he put ink to paper. Meanwhile, we still had tariffs on steel. We still had tariffs on aluminum. We had tariffs on softwood lumber. We allowed the U.S. to take a good chunk of our market with regard to dairy. We allowed it to take a good chunk of our market with regard to auto and implement quotas. At the end of the day again, we saw where he put his image before the needs of the Canadian people.
Further to that was the students summer jobs program. We watched again as the government put itself first. It imposed a requirement on organizations that they would need to sign off on a value statement, that they would need to sign off on a set of beliefs and values in order to receive dollars from taxpayers. If organizations were not willing to sign this value statement, or this attestation, then they could not have any of that money. Again, the government was not acting in the best interests of Canadians. Instead it was acting in the best interests of the Prime Minister and the image he wanted to portray.
The problem with this was that many faith-based organizations could not sign the Prime Minister's value statements. Those organizations do tremendous work. They look after the homeless. They look after those who live in poverty. They help refugees come to Canada and settle here. They run summer camp for kids, many who are underprivileged kids. The Prime Minister actually refused to give them a dollar because they would not sign his value statement. That is wrong.
With the carbon tax, again, the Prime Minister is wanting to put forward this image of himself as someone who cares for the environment. He gets this great idea about putting a tax on pollution. Then all of a sudden people will no longer need to drive their cars to work, put clothes on their back, food on their tables or heat their homes in -30°C. That is not the case at all. That is ridiculous. It lacks any sort of logic.
What have we watched over the last four years? We have watched as emissions in the country have gone up. We have watched as the government is further away from meeting its targets than we have ever been as a country.
The current Prime Minister has the audacity to say he is standing up for Canadians, but he is standing up for no one other than himself. He wants to maintain his image, propagate his ideals and manipulate Canadians along the way, when it is all based on a foundation of deception.
With Bill C-71, the Prime Minister said he wanted to look after the safety and well-being of Canadians, and in order to do that he would go after those who legally acquired their firearms, who were properly vetted to have a firearm and who legally used their firearms, because that would take all criminals and gangs off the street. He thinks he will help make this place a safer country if he shuts down the sports shooters and the hunters. That is the Liberal logic. It is terrible. It is more about image than it is about serving the well-being of this country and the Canadian public.
Meanwhile, the same government put another bill in place, Bill C-75. Do members know what that bill did? It rewarded terrorists. It rewarded those who force marriage. It rewarded those who engage in genocide.
Monsieur le Président, je pense que ce que je voulais montrer est clair: le chef de l'opposition s'est fait dire qu'Unifor serait son pire cauchemar au cours de la prochaine campagne électorale.
Ce qu'il faut retenir, c'est que cet organisme est de toute évidence très partial. C'est un organisme qui s'oppose fermement au Parti conservateur du Canada et qui fait campagne pour le gouvernement libéral, ce qui fait que toute cette mesure a pris une tournure bien politique.
Je crois qu'on ne peut pas prétendre le contraire. Cette déclaration était très claire, et les motivations de ce syndicat sont bien connues. Il y a donc 600 millions de dollars sur la table, et c'est un groupe partisan qui décidera du partage de la tarte. Ce n'est cependant pas tout. La majeure partie de cette somme est retenue pour n'être versée aux médias qu'après les élections. C'est donc dire que, s'ils veulent voir la couleur de l'argent promis après les élections, les médias auront tout intérêt à couvrir la campagne électorale de 2019 d'une certaine manière. Pas besoin de réfléchir bien longtemps pour savoir de quelle manière il s'agit.
Bien évidemment, les organes d'information seront encouragés, voire forcés, à couvrir les élections de 2019 du point de vue des libéraux plutôt que d'un point de vue juste et non partisan. Pourquoi? Parce qu'il y a 600 millions de dollars en jeu et qu'ils veulent leur part du gâteau.
J'ai clairement indiqué en quoi cela constituait un problème pour l'indépendance de la presse, et je ne suis pas la seule à le dire. Des journalistes de partout au pays en ont en effet long à dire à ce sujet.
Andrew Coyne a dit: « Il est maintenant on ne peut plus clair, si ce ne l'était pas déjà, qu'il s'agit de la plus grande menace à l'indépendance de la presse dans notre pays depuis des décennies ».
Don Martin a dit: « L'idée que des associations et des syndicats de journalistes déterminent qui choisit les bénéficiaires de l'aide gouvernementale pour le journalisme a de quoi mettre pour le moins mal à l'aise. »
Jen Gerson, de CBC et Maclean's a dit: « Si l'on pouvait faire confiance à l'une seule de ces associations ou à l'un de ces syndicats » — c'est-à-dire aux huit personnes qui ont été sélectionnées — « pour gérer ce groupe d'experts indépendants, ils l'auraient déjà dénoncé. »
Ce sont des commentaires très forts.
Chris Selley, du National Post a dit que le plan de sauvetage des médias des libéraux revenait à confier la bergerie au loup.
Mes collègues conservateurs et moi ne sommes pas les seuls à soulever de sérieuses préoccupations par rapport à la décision de remettre 600 millions de dollars de fonds publics à des médias partout au pays. De toute évidence, c'est une attaque à l'indépendance et à la liberté de la presse au Canada.
Par ailleurs, il s'agit aussi de protéger la démocratie et de faire en sorte que les médias couvrent les nouvelles du jour sans qu'ils subissent des pressions de la part du gouvernement sur la façon de le faire. Dès que le gouvernement offre de l'argent aux médias, la presse ressent tout d'un coup une pression lui intimant de rapporter les événements d'une façon qui serait peut-être à l'avantage du gouvernement. Ce n'est pas acceptable, ce n'est pas digne du Canada que nous connaissons.
Nous observons l'absence d'indépendance et de liberté dans des endroits comme la Turquie, la Russie et la Chine. On y dicte la façon de rapporter toutes les nouvelles et l'information qui sera communiquée à la population. Au Canada, il est absolument crucial que le gouvernement laisse le champ libre à la presse pour qu'elle couvre une histoire selon l'angle qui lui plaît.
Autre problème: le processus de présentation et d'examen des demandes n'est absolument pas transparent. Ce point a été soulevé par l'Association canadienne des journalistes dans les derniers jours. Cette dernière estime qu'une plus grande transparence s'impose, que la liste des auteurs d'une demande devrait être publiée en ligne et que le processus de demande devrait être transparent. L'information devrait être en ligne et mise à la disposition de la population canadienne. Les libéraux, après tout, utilisent l'argent des contribuables canadiens pour aider les médias. Il faut que le processus soit plus transparent.
De plus, cette transparence devrait aussi s'appliquer aux demandes rejetées, dont la liste devrait elle aussi être du domaine public, tout comme les motifs du refus. Pourquoi ces demandes ont-elles été rejetées? Il est normal que bien des Canadiens, bien des journalistes et bien des personnes de ce côté-ci de la Chambre craignent que le gouvernement fasse preuve d'un important parti pris dans la sélection des bénéficiaires. Je dis bien le gouvernement, car, à n'en pas douter, même si le groupe compte huit personnes, je soupçonne que ce ne sont que huit pantins dont l'actuel gouvernement tire les ficelles.
L'indépendance et la liberté de la presse sont carrément remises en question avec cette aide financière de 600 millions de dollars. Qui plus est, notre démocratie est mise en péril. Tout cela s'ajoute à un manque de transparence et de saine gouvernance globales. C'est vraiment affreux.
De plus, en matière de crédibilité, un journaliste a écrit: « Dès que le syndicat commence à aider un gouvernement à distribuer les deniers publics aux médias d'information, les gens peuvent avoir l'impression, avec raison, que la couverture médiatique par les journalistes se fait acheter. » Que ce soit le cas ou non, cette perception existe. Le journaliste explique ensuite que la crédibilité d'un journaliste est de la plus haute importance et que les journalistes travaillent dur pour maintenir leur crédibilité auprès des Canadiens ainsi que pour maintenir la confiance de ces derniers. L'octroi de 600 millions de dollars à la presse libre par le gouvernement remet en doute cette crédibilité. C'est problématique.
Ce n'est pas la première fois que le premier ministre fait passer ses intérêts avant ceux des Canadiens. Il le fait plutôt fréquemment. Dans le dossier du nouvel ALENA, il a promis d'obtenir un accord avantageux pour Canada. Il a dit qu'il ne signerait rien tant et aussi longtemps que les droits de douane ne seraient pas éliminés. Or, il a apposé sa signature alors que des droits de douane étaient toujours imposés sur l'acier, sur l'aluminium et sur le bois d'œuvre. Il a laissé les États-Unis s'approprier une bonne partie de notre marché pour ce qui est des produits laitiers. Il les a laissés s'approprier une bonne partie de notre marché et imposer des quotas pour ce qui est de l'automobile. Une fois de plus, on peut constater que le premier ministre a fait passer son image avant les besoins des Canadiens.
En outre, il y a eu le programme d'emploi d'été pour les étudiants. Nous avons vu là aussi le gouvernement faire passer ses propres intérêts en premier. Il a exigé que les organismes souscrivent à un énoncé de valeurs. Pour recevoir du financement public, les organismes devaient indiquer qu'ils adhéraient à un ensemble de croyances. Les organismes qui n'étaient pas prêts à signer l'énoncé de valeurs se voyaient refuser les fonds. Encore une fois, le gouvernement n'a pas agi dans l'intérêt des Canadiens, mais plutôt dans l'intérêt du premier ministre, qui veut projeter une certaine image.
Le problème est que beaucoup d'organismes confessionnels ne pouvaient pas signer l'énoncé de valeurs du premier ministre. Or, ces organismes font un travail extraordinaire. Ils s'occupent des sans-abri et des pauvres. Ils aident les réfugiés à entrer et à s'installer au Canada. Ils organisent des camps d'été pour les enfants, dont beaucoup viennent de milieux défavorisés. Le premier ministre n'a pas voulu leur accorder ne serait-ce qu'un dollar parce qu'ils ont refusé de signer son énoncé de valeurs. C'est inacceptable.
Avec la taxe sur le carbone, le premier ministre veut projeter l'image d'une personne soucieuse de l'environnement. Il a eu la formidable idée de tarifer la pollution. Tout à coup, les gens n'auront plus besoin de conduire leur voiture au travail, de s'acheter des vêtements, de mettre du pain sur la table ou de chauffer leur résidence lorsqu'il fait -30 degrés Celsius. Bien sûr, il n'en est rien. C'est ridicule. Cela défie toute logique.
Que s'est-il passé au cours des quatre dernières années? Les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté au pays. Le gouvernement s'est de plus en plus éloigné des cibles, comme jamais on l'a vu au pays.
Le premier ministre actuel a l'audace de dire qu'il défend les Canadiens, alors qu'il ne défend personne d'autre que lui-même. Il veut cultiver son image, propager ses idéaux et manipuler les Canadiens au passage, alors que tout cela est fondé sur la tromperie.
Avec le projet de loi C-71, le premier ministre a dit qu'il voulait veiller à la sécurité et au bien-être des Canadiens et que, pour ce faire, il s'en prendrait à ceux qui ont acquis légalement leur arme à feu, qui ont fait l'objet d'un contrôle approprié pour avoir une arme à feu et qui utilisent légalement leur arme à feu, et ce, sous le prétexte qu'on ferait ainsi disparaître tous les criminels et les gangs de rue. Le premier ministre pense que, s'il met fin au tir sportif et à la chasse, le Canada deviendra un pays plus sûr. C'est la logique libérale, et c'est épouvantable. Il s'agit davantage de se donner une certaine image plutôt que de chercher le bien-être du pays et de la population canadienne.
Le gouvernement a aussi présenté le projet de loi C-75. Les députés savent-ils ce que prévoit cet autre projet de loi? Il récompense les terroristes et ceux qui forcent des gens à se marier. Il récompense les individus qui ont été impliqués dans un génocide.
View Don Davies Profile
NDP (BC)
View Don Davies Profile
2019-05-31 11:37 [p.28348]
Mr. Speaker, Canadians are shocked to discover that the Canada Revenue Agency just signed a secret agreement with wealthy Canadians to avoid prosecution for tax evasion.
Clients of KPMG were caught using offshore schemes to avoid detection by Canadian tax authorities, costing the public purse tens of millions of dollars.
Why are the Liberals letting rich Canadians, who are cheating our tax system, off the hook with secret deals? Who do they think they are, SNC-Lavalin?
Monsieur le Président, les Canadiens sont choqués d'apprendre que l'Agence du revenu du Canada vient juste de signer avec des Canadiens fortunés un accord secret leur évitant d'être poursuivis pour évasion fiscale.
Des clients de KPMG se sont fait prendre à recourir à des paradis fiscaux afin de ne pas être détectés par les autorités canadiennes, ce qui a fait perdre des dizaines de millions de dollars au Trésor public.
Pourquoi les libéraux laissent-ils les Canadiens fortunés qui trompent le fisc s'en tirer à bon compte grâce à des accords secrets? Pour qui se prennent-ils, pour SNC-Lavalin?
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, our government is firmly committed to fighting tax fraud and tax evasion. To ensure the integrity of our tax system, the agency's out-of-court settlement process takes place entirely at arm's length.
We know that settlements can be used appropriately in certain situations, but we are concerned about the resulting lack of transparency.
The Minister of National Revenue has the matter in hand.
Monsieur le Président, notre gouvernement est fermement engagé dans la lutte contre les fraudeurs de l'impôt et l'évasion fiscale. Les règlements à l'amiable sont conclus dans le cadre d'un processus entièrement indépendant au sein de l'Agence du revenu du Canada pour assurer l'intégrité de notre régime fiscal.
Bien que nous comprenions que les règlements peuvent être utilisés de façon appropriée dans certaines circonstances, nous sommes préoccupés par le manque de transparence qui en découle.
La ministre du Revenu national a le dossier en main.
View Pierre-Luc Dusseault Profile
NDP (QC)
View Pierre-Luc Dusseault Profile
2019-05-31 11:38 [p.28349]
Mr. Speaker, he does not understand that the lack of transparency is coming from his own government. The Minister of National Revenue is in charge of the CRA. It is ridiculous.
We learned that wealthy Canadians were still signing secret agreements with the CRA. The parliamentary secretary should shed light on that.
Over the past four years, the Liberals had the opportunity to repair our two-tiered tax system, but now we see that the government simply does not have the political courage to act.
How is it that wealthy taxpayers are still able to get away with not being charged after all the talk from the Minister of National Revenue?
No one gets scared any more when the minister says that the net is tightening. The net is wide open and the hon. member is doing nothing about it.
Monsieur le Président, il ne comprend pas que le manque de transparence vient de son gouvernement. C'est la ministre du Revenu national qui contrôle l'Agence. C'est ridicule.
On a appris que de riches Canadiens avaient encore signé une entente secrète avec l'Agence. Le secrétaire parlementaire devrait faire la lumière là-dessus.
En effet, au cours des quatre dernières années, les libéraux avaient la chance de réparer notre système fiscal à deux vitesses, mais on constate aujourd'hui que le gouvernement n'a tout simplement pas le courage politique d'agir.
Comment se fait-il qu'aujourd'hui de riches contribuables arrivent encore à s'échapper sans aucune accusation, après toutes les belles paroles de la ministre du Revenu national?
Plus personne n'a peur quand la ministre dit que la trappe se referme. La trappe est bel et bien grande ouverte, et le député ne fait rien contre cela.
View Stéphane Lauzon Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I want my colleague opposite to know that the net is tightening. We have done a lot of work.
We know that settlements can be used appropriately in certain situations, but we are concerned about the resulting lack of transparency, as the minister said to the House. That is why the minister gave the CRA clear instructions to rework the process to ensure greater transparency about why the settlements are reached. I would note that the agency's out-of-court settlement process takes place entirely at arm's length.
Monsieur le Président, effectivement, je dois dire à mon collègue d'en face que la trappe se referme. Nous avons fait beaucoup de travail.
Bien que nous comprenons que les règlements puissent être utilisés de façon appropriée, dans certaines circonstances, nous sommes préoccupés par le manque de transparence qui en découle, et la ministre l'a dit à la Chambre. C'est pourquoi la ministre a donné des directives claires à l'Agence de revoir le processus afin de permettre une plus grande transparence quant aux raisons pour lesquelles le règlement est conclu. Je tiens à préciser que les règlements à l'amiable sont conclus dans le cadre d'un processus entièrement indépendant de l'Agence.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2019-05-30 14:24 [p.28296]
Mr. Speaker, once again, the Canada Revenue Agency is making secret deals with big financial players, no matter what the agency says. According to CBC/Radio-Canada, KPMG has once again managed to make a secret deal with the Canada Revenue Agency.
How can the Minister of National Revenue allow such a situation?
I do not want to hear her say that the net is tightening because, on the contrary, the net is still wide open for friends of the Liberal Party.
Monsieur le Président, encore une fois, l’Agence du revenu du Canada fait des ententes secrètes avec de grands financiers, malgré ce que dit l'Agence du revenu. CBC/Radio-Canada nous apprend qu'encore une fois, KPMG a réussi à avoir une entente secrète avec l’Agence du revenu.
Comment la ministre du Revenu peut-elle accepter une telle situation?
Je l’invite à ne pas dire que la trappe se renferme, parce qu’au contraire, la trappe est toujours grand ouverte pour les amis du Parti libéral.
View Diane Lebouthillier Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, our government is firmly committed to combatting tax evasion. The Canada Revenue Agency undertakes a fully independent process before reaching out-of-court settlements. This helps maintain the integrity of our tax system.
Although I understand that the regulations can be used appropriately in certain situations, I am concerned about the lack of transparency. That is why I have asked the Canada Revenue Agency to review this processes to ensure greater transparency surrounding the reasons for which a settlement is reached.
Monsieur le Président, notre gouvernement est fermement engagé à lutter contre les fraudeurs de l’impôt. Les règlements à l'amiable sont conclus dans le cadre d’un processus entièrement indépendant au sein de l’Agence du revenu du Canada pour assurer l’intégrité de notre régime fiscal.
Bien que je comprenne que les règlements peuvent être utilisés de façon appropriée dans certaines circonstances, je suis préoccupée par le manque de transparence qui en découle. C’est pourquoi j’ai donné des directives à l’Agence pour revoir ce processus, afin de permettre une plus grande transparence quant aux raisons pour lesquelles un règlement est conclu.
View Pierre-Luc Dusseault Profile
NDP (QC)
View Pierre-Luc Dusseault Profile
2019-05-30 14:44 [p.28299]
Mr. Speaker, we learned today that the Minister of National Revenue signed an agreement with KPMG clients to exonerate them of all charges in connection with its tax scheme. This is absolutely appalling and contradicts everything the minister has been saying for years.
This is yet more proof that there are two sets of rules, one for the privileged and another for everyone else. The minister just lost what little credibility she had left when she blamed public servants for this terrible agreement.
All she had to do was reel in the big fish, so why did the Minister of National Revenue cut the line and let it get away without facing any consequences?
Monsieur le Président, on apprend aujourd'hui que la ministre du Revenu national a signé une entente avec les clients de KPMG, en vue de les exonérer de toutes accusations en lien avec son stratagème fiscal. C'est complètement aberrant et contraire à tout ce que la ministre affirme depuis des années.
Ce n'est qu'une autre démonstration qu'il y a deux types de règles: une pour tout le monde et une autre pour les privilégiés. La ministre vient de perdre le peu de crédibilité qu'il lui restait en blâmant les fonctionnaires pour cet accord aberrant.
Alors qu'elle avait un gros poisson au bout de la ligne, pourquoi la ministre du Revenu national a-t-elle décidé de couper le fil et de laisser filer ce gros poisson sans aucune conséquence?
View Diane Lebouthillier Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, as I said, our government is firmly committed to combatting tax evasion. The Canada Revenue Agency undertakes a fully independent process before reaching out-of-court settlements. This helps maintain the integrity of our tax system.
Although I understand that the regulations can be used appropriately in certain situations, I am concerned about the lack of transparency. I have asked the Canada Revenue Agency to review its processes to ensure greater transparency surrounding the reasons for which a settlement is reached.
Monsieur le Président, comme je l'ai mentionné, notre gouvernement est fermement engagé à lutter contre les fraudeurs de l'impôt. Les arrangements à l'amiable sont conclus dans le cadre d'un processus entièrement indépendant au sein de l'Agence du revenu du Canada. Cela permet d'assurer l'intégrité du régime fiscal.
Bien que je comprenne que le règlement puisse être utilisé de façon appropriée dans certaines circonstances, je suis préoccupée par le manque de transparence qui en découle. J'ai demandé à l'Agence du revenu du Canada de revoir ses processus, afin de permettre une plus grande transparence quant aux raisons pour lesquelles un règlement est conclu.
View Cheryl Hardcastle Profile
NDP (ON)
View Cheryl Hardcastle Profile
2019-05-28 12:20 [p.28124]
Mr. Speaker, I am happy to take this time in the House to speak on the rights of people living with disabilities and Canada's responsibility as a signatory to the UN convention on those rights. The NDP supports Bill C-81, an act to ensure a barrier-free Canada, as amended by the Senate.
I am proud to have been part of a larger movement of stakeholder groups and civil activists who put a great deal of effort into attempting to make this bill the best it can be. We have supported it from the beginning and offered numerous amendments that would have helped the bill realize its ambitions to create a barrier-free Canada.
New Democrats have long believed that any accessibility bill tabled by the government should essentially be enabling legislation for Canada's obligations to the United Nations Convention on the Rights of Persons with Disabilities. Canada ratified this convention in 2010 but until now has done nothing to bring our laws into conformity with it.
I congratulate the minister and her team for their work on this bill and for her willingness to accede to the Senate's amendments. There are still numerous provisions within the bill that remain in need of fixing, and I would be remiss if I did not discuss them now in order to further our understanding on what is yet to be accomplished. This being a federal election year, I know our citizen activists are listening and gaining a better understanding of how they can effectively use a campaign season.
In its current form, Bill C-81 is inadequate to the expectation of fostering a society in which all our citizens can participate fully and equally. This cannot even begin to happen until all our institutions are open and completely accessible to everyone. This is truly what fostering a barrier-free Canada will look like. Unfortunately, Bill C-81 makes minimal movement in that direction.
We are not alone with our concerns. During Bill C-81's time in the House Standing Committee on Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities, or HUMA, the federal government received extensive feedback on the bill's many shortcomings from people living with disabilities across Canada, as well as from their organized networks of advocacy. For example, last October an open letter was sent to the federal government, signed by no less than 95 disability organizations. Many of these same organizations also testified before HUMA. Disability organizations repeatedly pressed for this bill to be strengthened.
Our esteemed friend, David Lepofsky, is chair of the Accessibility for Ontarians with Disabilities Act Alliance. He is an esteemed and respected mind, with legal expertise on accessibility rights. At the Senate committee, he stated:
Bill C-81, at its core and its heart, is driven by the commendable notion that the federal government will enact enforceable regulations called accessibility standards that will tell federally regulated organizations what they have got to do. But it doesn't require any federal accessibility standards to ever be enacted as enforceable regulations. People with disabilities need and deserve better.
Let me be clear: The regulations that the bill requires to be enacted within two years are on procedural things, not substantive accessibility standards. The federal government could meet that deadline merely by prescribing the forms that people with disabilities shall use if they want to give feedback to Air Canada or Bell Canada. People with disabilities need and deserve better than that.
The issues that Mr. Lepofsky cites in this quote remain unaddressed in the amended version of Bill C-81.
For New Democrats, this is a very serious issue. To understand why, let us look at the headlines. Last month, the Government of Ontario announced a multi-billion dollar plan for new subways in Toronto, but only if other levels of government, including the federal government, add billions to the allocation the province is committing to. That is not unusual. However, before it spends our money on a project like that, we need the federal government to be required to say that as a ground rule for getting federal money, certain federal accessibility requirements must be met. If money is requested from the federal government, here is what is required for accessibility. It seems very simple.
The minister has claimed she does not have the constitutional authority to impose accessibility requirements on provinces, but she does. She has what is known as federal spending power, and it is a power that is very substantial. We are all familiar with the Canada Health Act. The Canada Health Act says that if provinces get federal money for provincial health programs, they must meet federal accessibility requirements: not disability accessibility, but financial accessibility. If the federal government truly lacks this power, then the Canada Health Act has been unconstitutional for over three decades. If the federal government can attach strings to the CHA, then it can attach strings when it gives out money to local projects and not just federal buildings.
I commend the hard work that many stakeholder groups did during the Senate phase of Bill C-81. Our friends at the Accessibility for Ontarians with Disabilities Act Alliance, or AODA Alliance, along with the ARCH Disability Law Centre, among several others, lobbied senators with a shortened list of amendments covering the most important changes that need to happen to Bill C-81 if the bill is to become the kind of law that our people living with disabilities need.
In fact, we would like to thank all the disability organizations, numbering at least 71, that signed the open letter sent earlier this month to the House of Commons. They called on the House of Commons to ratify the Senate's amendments to Bill C-81. This open letter, which the Council of Canadians with Disabilities delivered to all MPs on behalf of its 28 signatories, all listed below, explains that these amendments improve the bill. The Senate formulated these amendments after holding public hearings at which disability organizations and advocates pointed out the need to strengthen a bill that the House of Commons originally passed last fall. The Senate got the message and formulated a short package of 11 amendments, which together fit on two pages.
I would also like to commend everyone who participated in the massive letter-writing campaign to the minister, the Prime Minister and all members of Parliament. It is always exciting to see concerned public action on any issue. It was not at all clear from the minister's Senate committee testimony that she would accept some of the amendments put forward, but I believe the campaign was a crucial component to making this happen.
Going into the Senate, prior to committee, major stakeholders proposed a distilled version of the changes they wanted to see in the bill before it became law. The amendments proposed for Bill C-81 before the Senate began debating it were a distilled version of the amendments they presented during the hearings before the House of Commons committee.
I would like to run through these very quickly, as they are absolutely essential if Bill C-81 is to be effective.
First, impose clear duties and deadlines on the federal government when implementing this law.
Second, set a deadline for Canada to become accessible.
Third, enforcement should be solely in the hands of the accessibility commissioner, not splintered across various organizations, such as the Canadian Radio-television and Telecommunications Commission and the Canadian Transportation Agency, which, as has been pointed out numerous times, have a sorry record of implementing the few accessibility obligations they already have, never mind new ones.
Fourth, we should ensure federal public money is never used to create or perpetuate disability barriers.
Fifth, we should ensure that the federal government will not be able to exempt itself from any of its accessibility obligations under the bill.
The Senate eventually accepted the following amendments to Bill C-81: first, setting 2040 as the end date for Canada to become accessible; second, ensuring that this 2040 timeline would not justify any delay in removing and preventing accessibility barriers as soon as reasonably possible; third, recognizing American sign language, Quebec sign language and indigenous sign languages as the primary languages for communication used by deaf people; fourth, making it a principle to govern the bill that multiple and intersectional forms of discrimination faced by persons with disabilities must be considered; fifth, ensuring that Bill C-81 and regulations made under it could not cut back on the human rights of people with disabilities guaranteed by the Canadian Human Rights Act; sixth, ensuring that the Canadian Transportation Agency could not reduce existing human rights protections for passengers with disabilities when the agency handled complaints about barriers in transportation; and, seventh, fixing problems the federal government identified between the bill’s employment provisions and legislation governing the RCMP.
As members can garner from comparing the proposed amendments with the ones the Senate approved, several crucial amendments did not make it into the bill. One of the more important of these dealt with the issue that Bill C-81 splintered enforcement and implementation in a confusing way over four different public agencies, rather than providing people with disabilities with the single-window service they needed.
As part of this, it leaves two public agencies, the Canadian Radio-television and Telecommunications Commission and the Canadian Transportation Agency, to continue overseeing accessibility, despite their inadequate track record on this issue over many years and in the very recent past. The NDP understands that this is an urgent issue which needs to be addressed urgently.
When the bill was in committee, I tabled amendments that would have closed the many exemptions and powers allowing public officials to exempt any organization from key parts of Bill C-81. The NDP feels the bill fails to effectively ensure that the federal government will use all its levers of power to promote accessibility across Canada. For example, it does not require the federal government to ensure that federal money is never used by any recipient of those funds to create or perpetuate disability barriers, such as when federal money contributes to new or renovated infrastructure.
This is a significant point because the federal government can easily require all projects utilizing federal dollars to meet accessibility standards. Experience tells us that without this requirement, federal agencies will contract out important work to third parties to save money, thus bypassing federal accessibility specifications. Our NDP amendments would have addressed this issue directly.
For example, inaccessible public housing could potentially be built and there would be little anyone could do about it, despite the government's repeatedly stated commitment to accessibility and disability issues.
While we commend the government for accepting the timeline of 2040 as the time when Canada is to become accessible to five million people, Bill C-81 nevertheless lacks mandatory timelines for implementation. It allows, but does not require, the government to adopt accessibility standards, yet does not impose a time frame within which this is to happen. Without these, the implementation process, even the start-up process, could drag on for years.
An egregious provision the bill lacks is the requirement that all federal government laws, policies and programs be studied through a disability law lens. This seems a strange omission indeed, as this is the proverbial low-hanging fruit.
It is crucial that societies eliminate these forms of discrimination, not just because doing it is the right thing to do but because it enables a previously ignored and sizable section of our population that contributes its talents and abilities to the betterment of us all. Everyone wins when everyone can contribute.
When it comes to ensuring accessibility for five million Canadians with disabilities, Canada lags far behind the United States, which passed a landmark Americans with disabilities act 29 years ago. Canadians with disabilities still face far too many barriers in air travel, cable TV services, and when dealing with the federal government.
Now that Bill C-81 is back in the House, it only needs to hold one vote to ratify these amendments. No further public hearings or standing committee study of the bill are needed. Once the amendments are passed during that vote, Bill C-81 will have completed its journey through Canada's Parliament. It will be law. It will come into force when the federal government gives Bill C-81 royal assent.
Major stakeholders have recently written to leaders of the major parties asking that they commit to bringing a stronger national accessibility bill before Parliament after this fall's federal election. That is why, while we support the passage of Bill C-81 as amended today, the NDP also commits that when we become government in 2020, we will bring forward a much stronger version of the bill, one that will correct some of its more glaring shortcomings.
As others have noted, yes, the bill is an important first step. However, people living with disabilities have waited so long, too long, to live in a country that allows their flourishing as citizens with full human rights realized. For instance, our neighbours and family members should not be told that they must wait until 2040 until they can, say, use functioning, accessible subway elevators, or use their own wheelchairs on international flights or attend an accessible all-candidates debate and so on.
Unfortunately, the present government has left the task of making Canada fully accessible to future governments. I confidently say that New Democrats are up to this task and genuinely committed to it.
Monsieur le Président, je suis heureuse de profiter de ce moment à la Chambre pour parler des droits des personnes handicapées et de la responsabilité du Canada en tant que signataire de la convention des Nations unies relative à ces droits. Le NPD appuie le projet de loi C-81, Loi visant à faire du Canada un pays exempt d’obstacles, tel qu’il a été amendé par le Sénat.
Je suis fière d’avoir fait partie d’un vaste mouvement constitué de groupes d’intervenants et de défenseurs des droits civils qui ont déployé beaucoup d’efforts pour que ce projet de loi soit le meilleur possible. Nous l’avons appuyé dès le début et nous avons proposé de nombreux amendements qui auraient permis d'atteindre l'objectif du projet de loi, qui est de créer un Canada sans obstacle.
Les néo-démocrates croient depuis longtemps que tout projet de loi sur l’accessibilité présenté par le gouvernement devrait essentiellement être une loi visant à mettre en œuvre les obligations que la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées impose au Canada. Le Canada a ratifié cette convention en 2010, mais à ce jour, il n’a rien fait pour que nos lois s’y conforment.
Je félicite la ministre et son équipe pour leur travail sur ce projet de loi et pour sa volonté d’accepter les amendements du Sénat. Plusieurs dispositions du projet de loi doivent encore être corrigées, et je m’en voudrais de ne pas en parler maintenant, afin que nous comprenions mieux ce qu’il reste à accomplir. Comme nous sommes dans une année d'élections fédérales, je sais que nos militants sont à l’écoute et qu’ils acquièrent une meilleure compréhension de la façon dont ils peuvent utiliser efficacement une campagne électorale.
Dans sa forme actuelle, le projet de loi C-81 ne comble pas l’attente de créer une société à laquelle tous les citoyens peuvent participer à part entière et égale. Ce n'est même pas imaginable tant que toutes nos institutions ne sont pas ouvertes et complètement accessibles à tous. C’est vraiment ce à quoi ressemblera la promotion d’un Canada sans obstacle. Malheureusement, le projet de loi C-81 ne fait qu’un pas minime dans cette direction.
Nos préoccupations sont partagées. Lors de l'étude du projet de loi C-81 au Comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées, le gouvernement fédéral a reçu moult commentaires sur les nombreuses lacunes du projet de loi de la part de personnes handicapées de tout le Canada ainsi que de réseaux organisés de défense des droits. Par exemple, en octobre dernier, une lettre ouverte, signée par non moins de 95 organismes au service des personnes handicapées, a été envoyée au gouvernement fédéral. Un grand nombre de ces organismes sont venus témoigner devant le Comité. Ils ont insisté sur la nécessité de renforcer le projet de loi.
Notre estimé ami David Lepofsky est président de l'Accessibility for Ontarians with Disabilities Act Alliance. C'est un intellectuel estimé et respecté et un expert en droits à l'accessibilité. Devant le comité du Sénat, il a dit:
Le projet de loi C-81 repose fondamentalement sur l’idée louable selon laquelle le gouvernement fédéral adoptera des règlements exécutoires qu’on appelle des normes d’accessibilité qui indiqueront aux organismes sous réglementation fédérale ce qu’ils doivent faire. Or, il n’exige pas l’adoption de normes fédérales d’accessibilité en tant que règlements exécutoires. Les personnes handicapées méritent mieux.
Je vais être clair: les règlements dont le projet de loi exige l’adoption dans les deux ans concernent des questions de procédure et non des normes d’accessibilité comme telles. Le gouvernement fédéral pourrait respecter cette échéance simplement en prescrivant les formulaires que les personnes handicapées doivent utiliser si elles veulent exprimer leur avis à Air Canada ou à Bell Canada. Les personnes handicapées méritent mieux.
La version amendée du projet de loi C-81 ne règle en rien les problèmes mentionnés par M. Lepofsky dans la citation que je viens de lire.
Il s’agit d’une question très sérieuse pour les néo-démocrates. Pour comprendre pourquoi, jetons un coup d'oeil aux grands titres des journaux. Le mois dernier, le gouvernement de l’Ontario a annoncé un plan de plusieurs milliards de dollars pour la construction de nouvelles lignes de métro à Toronto, mais en précisant qu’il ne se réaliserait que si d’autres ordres de gouvernement, y compris le gouvernement fédéral, ajoutaient des milliards aux fonds que la province s'engage à verser. Ce n’est pas nouveau. Cependant, avant de dépenser notre argent dans un projet de ce genre, le gouvernement fédéral doit préciser que pour obtenir des fonds fédéraux, il faut respecter certaines exigences fédérales en matière d’accessibilité. Si on demande des fonds au gouvernement fédéral, voici les exigences en ce qui concerne l’accessibilité. Cela semble très simple.
La ministre déclare ne pas être autorisée par la Constitution à imposer des normes d’accessibilité aux provinces, mais elle l’est. Elle a ce qu’on appelle le pouvoir fédéral de dépenser et ce pouvoir est très important. Nous connaissons tous la Loi canadienne sur la santé. Elle prévoit que, si les provinces reçoivent des fonds fédéraux pour des programmes de santé provinciaux, elles doivent satisfaire aux exigences fédérales en matière d’accessibilité, pas d’accessibilité pour les personnes handicapées, mais d’accessibilité financière. Si le gouvernement fédéral n’a vraiment pas ce pouvoir, alors voilà plus de trois décennies que la Loi canadienne sur la santé n’est pas constitutionnelle. Si le gouvernement fédéral peut énoncer des conditions dans cette loi, il peut aussi en imposer quand il consacre des fonds à des projets locaux et pas seulement à des immeubles fédéraux.
Je félicite les nombreux groupes d’intervenants de leur travail remarquable à l’étape de l’examen du projet de loi C-81 par le Sénat. Nos amis de l’Accessibility for Ontarians with Disabilities Act Alliance, ou l'AODA Alliance, ainsi que de l’ARCH Disability Law Centre, entre autres, ont fait du lobbying auprès des sénateurs avec une liste réduite d’amendements visant les changements les plus importants à apporter au projet de loi C-81, si ce projet de loi doit devenir le genre de loi dont ont besoin nos concitoyens handicapés.
En fait, nous souhaitons remercier toutes les organisations de personnes handicapées, et il en existe au moins 71, qui ont signé la lettre ouverte adressée il y a quelques semaines à la Chambre des communes. Elles lui demandent de ratifier les amendements du Sénat au projet de loi C-81. Cette lettre ouverte, que le Conseil des Canadiens avec déficiences a remise à tous les députés au nom de ses 28 signataires, tous énumérés à la fin, explique que ces amendements améliorent le projet de loi. Le Sénat les a formulés après avoir tenu des audiences publiques au cours desquelles des organisations et des porte-parole de personnes handicapées ont souligné qu’il était nécessaire de renforcer un projet de loi adopté l’automne dernier à la Chambre des communes. Le Sénat a entendu le message et a formulé 11 amendements qui tiennent sur deux pages seulement.
Je voudrais également féliciter toutes les personnes qui ont participé à la campagne massive d’envoi de lettres à la ministre, au premier ministre et à tous les députés. Il est toujours réjouissant de voir le public concerné agir dans un dossier, quel qu'il soit. Il n’était pas du tout clair dans le témoignage de la ministre devant le comité sénatorial qu’elle accepterait certains des amendements proposés, mais je crois que la campagne a changé la donne.
Quand le projet de loi a été renvoyé au Sénat, avant son examen en comité, des intervenants importants ont proposé une version condensée des changements qu’ils voulaient voir apporter au projet de loi avant son adoption. Les amendements proposés au projet de loi C-81 avant que le Sénat commence à en débattre constituaient une version condensée des amendements qu’ils avaient présentés durant les audiences du comité de la Chambre des communes.
Je souhaiterais les passer très rapidement en revue, car ils sont tout à fait essentiels pour que le projet de loi C-81 soit efficace.
Premièrement, il faudrait imposer au gouvernement des obligations et des délais précis relativement à la mise en œuvre de cette loi.
Deuxièmement, nous devrions fixer une date butoir à laquelle le Canada sera devenu accessible.
Troisièmement, l’application de la loi devrait être confiée au seul commissaire à l’accessibilité et pas être divisée entre différents organismes, comme le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes et l’Office des transports du Canada qui, comme cela a été souligné maintes fois, ont un triste bilan quant au respect des quelques obligations en matière d’accessibilité qui leur sont faites. N’allons donc pas en ajouter d’autres.
Quatrièmement, nous devrions veiller à ce que les fonds publics fédéraux ne soient jamais utilisés pour créer ou perpétuer des obstacles pour les personnes handicapées.
Cinquièmement, nous devrions veiller à ce que le gouvernement fédéral ne puisse se dispenser d’aucune des obligations en matière d’accessibilité prévues par le projet de loi.
Le Sénat a fini par accepter les amendements suivants au projet de loi C-81: premièrement, fixer à 2040 la date butoir à laquelle le Canada sera devenu accessible; deuxièmement, veiller à ce que cette échéance de 2040 ne justifie aucun retard dans l’élimination ou la prévention d’obstacles à l’accessibilité aussi tôt que possible; troisièmement, reconnaître la langue des signes américaine, la langue des signes du Québec et les langues des signes autochtones comme étant les langues les plus utilisées par les sourds au Canada pour communiquer; quatrièmement, faire en sorte que, par principe, le projet de loi prenne en compte les formes multiples et intersectionnelles de discrimination que rencontrent les personnes handicapées; cinquièmement, veiller à ce que le projet de loi C-81 et les règlements connexes ne puissent pas restreindre les droits des personnes handicapées garantis par la Loi canadienne sur les droits de la personne; sixièmement, veiller à ce que l’Office des transports du Canada ne puisse pas réduire les protections existantes des droits des passagers handicapés quand il traite les plaintes relatives aux obstacles dans les transports; et septièmement, régler les problèmes que le gouvernement fédéral a relevés entre les dispositions du projet de loi relatives à l’emploi et la loi qui régit la Gendarmerie royale du Canada.
Comme les députés peuvent s’en apercevoir en comparant les amendements proposés avec ceux approuvés par le Sénat, plusieurs amendements essentiels ne figurent pas dans le projet de loi. Un des plus importants concerne la question de l’application de la loi et de sa mise en œuvre, scindées de façon qui prête à confusion entre quatre organismes publics, au lieu de fournir aux personnes handicapées le service à guichet unique dont elles ont besoin.
Le projet de loi permet, ainsi, à deux organismes publics, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes et l’Office des transports du Canada, de continuer de superviser l’accessibilité, malgré leur bilan insatisfaisant en la matière depuis de nombreuses années et dans un passé très récent. Le NPD comprend qu’il s’agit d’une question urgente qui doit être réglée d’urgence.
À l’étape de l’étude en comité, j’ai déposé des amendements qui auraient mis fin à beaucoup d’exemptions et de pouvoirs autorisant des fonctionnaires à dispenser toute organisation d’appliquer des parties essentielles du projet de loi C-81. Le NPD est d’avis que le projet de loi ne fait pas en sorte que le gouvernement fédéral utilise effectivement tous les leviers du pouvoir pour promouvoir l’accessibilité dans tout le Canada. Par exemple, il n’exige pas que le gouvernement fédéral veille à ce que les fonds fédéraux ne soient jamais utilisés par quelque bénéficiaire que ce soit pour créer ou perpétuer des obstacles pour les personnes handicapées, par exemple lorsque des fonds fédéraux servent à financer de nouvelles infrastructures ou la rénovation d’infrastructures existantes.
C’est un point important parce que le gouvernement fédéral peut facilement exiger que tous les projets utilisant des fonds fédéraux répondent à des normes d’accessibilité. Nous savons d’expérience que sans cette exigence, les organismes fédéraux sous-traiteront des travaux importants à de tierces parties pour faire des économies et qu’on passera ainsi outre aux spécifications fédérales en matière d’accessibilité. Les amendements proposés par les néo-démocrates auraient réglé ce problème directement.
Par exemple, des logements sociaux inaccessibles pourraient être construits et personne n’aurait guère de recours, malgré l’engagement répété du gouvernement à l’égard des questions concernant les personnes handicapées et, notamment, des questions d’accessibilité.
Bien que nous félicitions le gouvernement d’avoir accepté 2040 comme date limite à laquelle le Canada doit devenir accessible à cinq millions de personnes, le projet de loi C-81 ne comporte pas de dates butoirs obligatoires pour la mise en œuvre. Il permet, sans obliger, le gouvernement à adopter des normes d’accessibilité, mais n’impose pas d'échéancier selon lequel cela devra être fait. Sans de tels échéanciers, la mise en œuvre et même le démarrage du processus pourraient traîner pendant des années.
Une des lacunes flagrantes du projet de loi est l’absence d’une exigence que l’ensemble des lois, des politiques et des programmes fédéraux soient étudiés sous l’angle du droit des personnes handicapées. Une telle omission semble des plus étranges puisque c’est une des solutions faciles.
Il est crucial que les sociétés éliminent ces formes de discrimination, pas seulement parce que c’est la bonne chose à faire, mais aussi parce que cela permet à une portion assez importante et précédemment ignorée de la population de mettre son talent et ses capacités à contribution pour le bien de tous. Tout le monde gagne quand tout le monde peut contribuer.
En ce qui concerne l’accessibilité pour cinq millions de Canadiens handicapés, le Canada est loin derrière les États-Unis qui ont adopté la loi historique Americans with Disabilities Act il y a 29 ans déjà. Les Canadiens handicapés sont confrontés à de trop nombreux obstacles dans les voyages aériens, les services de câblodistribution, ainsi que dans leurs échanges avec le gouvernement fédéral.
Maintenant que le projet de loi C-81 est de retour à la Chambre, il suffit d’un vote pour ratifier ces modifications. Plus besoin d’audiences publiques ou d’études du projet de loi par un comité permanent. Une fois ces modifications adoptées par ce vote, le projet de loi C-81 aura terminé son cheminement dans le Parlement du Canada. Il sera devenu loi. Il entrera en vigueur quand il obtiendra la sanction royale.
D’importants intervenants ont récemment écrit aux dirigeants des principaux partis, leur demandant de s’engager à présenter au Parlement un projet de loi sur l’accessibilité nationale plus fort après les élections fédérales cet automne. Voilà pourquoi, bien que nous appuyions aujourd’hui l’adoption du projet de loi C-81 sous sa forme modifiée, le NPD s’engage aussi à déposer, quand il formera le gouvernement en 2020, une version beaucoup plus forte de ce projet de loi, une version qui rectifiera certaines des lacunes les plus flagrantes.
Comme d’autres l’ont mentionné, certes, ce projet de loi est une première étape importante. Cependant, les personnes handicapées ont attendu bien trop longtemps de pouvoir vivre dans un pays qui leur permet de s’épanouir en tant que citoyens dont les droits fondamentaux sont entièrement respectés. Par exemple, nos voisins et les membres de nos familles ne devraient pas se faire dire qu’ils doivent attendre jusqu’en 2040 pour pouvoir utiliser des ascenseurs accessibles et en bon état dans les métros, utiliser leur propre fauteuil roulant sur des vols internationaux, ou encore assister à un débat entre tous les candidats qui leur soit accessible, et ainsi de suite.
Malheureusement, le gouvernement actuel a laissé à des gouvernements futurs la tâche de rendre le Canada pleinement accessible. Je peux affirmer avec confiance que les néo-démocrates sont capables d’accomplir cette tâche et y sont sincèrement déterminés.
View Anne Minh-Thu Quach Profile
NDP (QC)
View Anne Minh-Thu Quach Profile
2019-05-28 13:01 [p.28129]
Mr. Speaker, I would like to ask my colleague a question.
Given that the bill includes standards that the government is not required to implement, it could take several years before anything is done.
Does the member agree that we should add, as the NDP proposed, deadlines for implementing the standards and regulations in order to bring about real change and enable people with disabilities in every federal institution and federally regulated entity across the country to benefit from this accessibility act?
Monsieur le Président, je voudrais poser une question à ma collègue.
Étant donné que, dans le projet de loi, on inclut des normes que le gouvernement n'est pas obligé de mettre en œuvre, cela pourrait prendre plusieurs années avant que quoi que ce soit ne soit mis en application.
La députée est-elle d'accord pour qu'on ajoute, comme le NPD l'a proposé, des délais de mise en application des normes et des règlements, afin que de réels changements soient effectués et que les personnes handicapées de partout au pays, dans toutes les institutions fédérales et dans tous les compagnies et organismes fédéraux, puissent tirer profit des avantages de cette loi sur l'accessibilité?
View Pam Damoff Profile
Lib. (ON)
View Pam Damoff Profile
2019-05-28 13:02 [p.28130]
Mr. Speaker, certainly one of the things that were added by the Senate was a timeline, which was being called for. We have seen challenges with the implementation of the legislation that was brought forward in Ontario. I have personally seen instances where organizations have met the standards but have not made the building inclusive when it comes to viewing areas for sports, for example, or leaving a lip or a gap that might as well be the Grand Canyon for anyone in a wheelchair. Therefore, some of it goes beyond just legislation. By the federal government adopting this bill, we will be sending a message to Canadians, to employers, organizations, architects, designers and planners, to start thinking about these things and implementing them right away.
Monsieur le Président, manifestement, l’une des choses que le Sénat a ajoutées, c’est un échéancier, ce qui avait été réclamé. Nous avons vu que la mise en œuvre de la loi qui avait été adoptée en Ontario a posé des problèmes. J’ai personnellement vu des situations où des organismes avaient respecté les normes sans pour autant rendre le bâtiment accessible pour ce qui est des gradins pour assister à des manifestations sportives, par exemple, ou en laissant un rebord ou un espace qui pourrait aussi bien être le Grand Canyon pour quiconque se déplace en fauteuil roulant. Par conséquent, une partie de l’enjeu va au-delà du projet de loi en tant que tel. L’adoption de ce projet de loi par le gouvernement fédéral nous permettra d’envoyer un message aux Canadiens, aux employeurs, aux organismes, aux architectes, aux concepteurs et aux urbanistes pour qu’ils commencent à penser à ces mesures et à les mettre en œuvre dès maintenant.
View Kent Hehr Profile
Lib. (AB)
View Kent Hehr Profile
2019-05-28 13:03 [p.28130]
Mr. Speaker, I am pleased to speak today in support of the passing of Bill C-81, the accessible Canada act.
It is so symbolic to speak during National AccessAbility Week, when we celebrate the contributions of persons with disabilities and promote accessibility and inclusion across our communities and workplaces.
I would like to acknowledge all the energy invested in the proposed accessible Canada act by all those who have worked so hard to get us where we are today: persons with disabilities, stakeholders, industry and all who play a crucial role in improving accessibility in Canada.
In 1991, I was the victim of a random act of violence that left me a C5 quadriplegic. My life changed forever, and I saw first-hand the everyday issues Canadians with disabilities face, including tasks as ordinary as getting out of bed, going to the bank or getting on a plane. These became real challenges that were significant hurdles. Things became significantly harder due to the inaccessibility of the terrain. The problem was not my disability; it was the barriers put in my way. For instance, stairs can be a heck of an impediment to my progress.
Since entering politics 12 years ago, one of my goals has been to help Canada become a community where people with disabilities reach their individual potential and are recognized and valued as citizens. That is why I am so proud of our federal Liberal government's new accessible Canada act, the most significant piece of legislation for the rights of persons with disabilities in over 30 years.
Before I talk about the merits of the bill, it is important to note that this is not some stand-alone legislation meant to be the only thing our government is doing with respect to moving forward the lives of persons with disabilities in this country.
Our national housing strategy contains a significant focus on accessible housing. This includes the five new housing projects funded so far in Calgary, in partnership with organizations like Horizon Housing, YWCA Calgary, HomeSpace and many more. In addition, our infrastructure investments are being implemented with accessibility in mind. We are helping to provide more university and training opportunities to assist people with disabilities in becoming more involved in our labour force.
The accessible Canada act truly belongs to the disability community and reflects the priorities of persons with disabilities. To get here, we heard from over 6,000 individuals and organizations through the most accessible consultations ever held by government. All people who contributed to the legislation did so because they understood the importance of using their experiences to help drive the change needed for a better tomorrow, where everyone is included and no one is left behind.
Over three years ago, our government worked to develop legislation aimed at removing barriers to inclusion, to ensure that all Canadians have an equal and fair chance at finding success.
One of the things my disability taught me was the critical role that government plays in people's lives. I have always looked at it this way: Whether a person is born of a rich family or one that struggles, whether a person is born with a disability or acquires one along the way, that person deserves an equal and fair chance at success. This act would help level the playing field and promote equality of opportunity.
This bill pursues a very important goal: to make Canada barrier-free. Everyone is ready and eager to see the bill passed, and the organizations with responsibilities under Bill C-81 are ready to act in accordance. The CRTC, the Canadian Transportation Agency, the Canadian Human Rights Commission and the Federal Public Sector Labour Relations and Employment Board have all testified that they are ready to implement their respective roles.
Of course, the road to inclusion has been fought for a long time by individuals and organizations across this country, organizations I was lucky enough to work with and within, such as the National Educational Association of Disabled Students and the Canadian Paraplegic Association of Alberta, which have been pushing these rights forward for many years.
Federal accessibility legislation and leadership at the national level have been long overdue. Canadians expect the Government of Canada to lead when it comes to accessibility. That is a responsibility that our government is taking very seriously. It is important to underscore that this historic bill reflects the work and commitment of the disabled community, whose priorities and concerns have been addressed and are reflected throughout the bill.
This includes recognizing sign languages as the primary language for communication by deaf persons in Canada, clarifying that nothing in the act or its regulations limits the duty to accommodate of regulated entities, ensuring the timely implementation of this legislation toward the realization of a barrier-free Canada by 2040, and recognizing intersecting forms of marginalization and discrimination that persons with disabilities may experience.
The bill, built on the principle of “Nothing for us without us”, belongs to the disability community. Moving forward, the community's continued participation will be absolutely essential for the bill to be effective.
In many ways, the bill puts into legislation the best practices that top organizations follow. Looking back, I was very lucky to have institutions like the University of Calgary, with instructors who recognized the support I needed, or organizations like the one I practised law with, Dentons Canada, where I was very lucky to have the company provide the voice-activated computer and the assistance I needed to make it through my daily work.
I have been likewise very lucky in the accommodations I received when I was at the Alberta legislature and here, at the House of Commons. I have had incredible support from my wife, my family and my long-term caregiver, Liza Tega, who have always stepped in and done all the things that were simply very difficult for me to do.
However, people with disabilities should not have to rely on this kind of luck. That is why we need legislation. With this legislation, we are creating a system whereby barriers are identified and removed proactively, and we are establishing enforcement mechanisms to ensure that regulations are respected and followed by businesses and areas under federal jurisdiction. It would create avenues for accessibility complaints through a “no wrong door” approach, and it would provide for oversight and monitoring of these issues and emerging accessibility issues.
By legislating National AccessAbility Week and bringing Canadians together to recognize the valuable contributions of persons with disabilities, this law would send a clear message that systems will be designed inclusively from the start. With the accessible Canada act, we are strengthening the collaborative approach for a country that is fully accessible and inclusive, where everyone has an equal and fair chance at success.
Monsieur le Président, je suis heureux d’intervenir aujourd’hui pour appuyer l’adoption du projet de loi C-81, la Loi canadienne sur l’accessibilité.
Il est tout à fait symbolique pour moi de le faire pendant la Semaine nationale de l’accessibilité, au moment où nous célébrons les contributions des personnes handicapées et où nous faisons la promotion de l’accessibilité et de l’inclusion dans nos collectivités et nos milieux de travail.
Je tiens à souligner toute l’énergie qui a été investie dans le projet de loi sur l’accessibilité au Canada par tous ceux qui ont travaillé si fort pour que nous en arrivions là où nous sommes aujourd’hui, et je veux parler des personnes handicapées, des intervenants, de l’industrie et de tous ceux qui jouent un rôle crucial dans l’amélioration de l’accessibilité au Canada.
En 1991, j’ai été victime d’un acte de violence fortuit qui m’a laissé quadriplégique C5. Ma vie a changé à jamais, et j’ai fait l’expérience des problèmes quotidiens auxquels sont confrontés les Canadiens handicapés, y compris pour des tâches aussi ordinaires que sortir du lit, aller à la banque ou prendre l’avion. Je me suis heurté à des obstacles importants, et l’inaccessibilité des installations matérielles n’a pas arrangé les choses. Ce n’était pas mon handicap qui posait un problème, mais plutôt les obstacles que j’ai eu à surmonter. Les escaliers, par exemple, peuvent se révéler être une barrière énorme.
Depuis mon entrée en politique, il y a 12 ans, un de mes objectifs a été d’aider le Canada à devenir une communauté où les personnes handicapées réalisent leur potentiel individuel et sont reconnues et valorisées comme citoyens. C’est pourquoi je suis si fier de la nouvelle loi canadienne sur l’accessibilité du gouvernement libéral fédéral, la plus importante mesure législative sur les droits des personnes handicapées depuis plus de 30 ans.
Avant de parler du bien-fondé du projet de loi, il est important de souligner qu’il ne s’agit pas d’une mesure législative isolée qui est censée être la seule prise par le gouvernement pour faciliter la vie des personnes handicapées au pays.
Notre Stratégie nationale sur le logement, par exemple, met beaucoup l’accent sur le logement accessible. Cela comprend les cinq nouveaux projets d’habitation financés jusqu’à maintenant à Calgary, en partenariat avec des organismes comme Horizon Housing, le YWCA de Calgary, HomeSpace et bien d’autres. De plus, nos investissements dans les infrastructures se font dans une optique d’accessibilité. Nous contribuons à offrir plus de possibilités d’études universitaires et de formation pour aider les personnes handicapées à participer davantage à la population active.
La loi canadienne sur l’accessibilité appartient vraiment à la communauté des personnes handicapées et elle reflète leurs priorités. Pour en arriver là, nous avons entendu plus de 6 000 particuliers et organismes dans le cadre des consultations les plus accessibles jamais tenues par le gouvernement. Tous ceux qui ont contribué à l’élaboration du projet de loi l’ont fait parce qu’ils comprenaient l’importance de mettre à profit leur expérience pour aider à mettre en œuvre les changements nécessaires pour un avenir meilleur, un avenir d’inclusion, où personne n’est laissé pour compte.
Il y a plus de trois ans, le gouvernement a travaillé à l’élaboration d’une mesure législative visant à éliminer les obstacles à l’inclusion, afin que tous les Canadiens aient des chances égales de réussir.
L’une des choses que mon handicap m’a enseignées, c’est le rôle crucial que le gouvernement joue dans la vie des gens. J’ai toujours pensé que chaque personne, qu’elle soit née d’une famille riche ou aux prises avec des difficultés, ou qu’elle soit née avec un handicap ou se soit retrouvée dans cette situation plus tard, mérite une chance égale et équitable de réussir. Cette loi devrait contribuer à uniformiser les règles du jeu et à promouvoir l’égalité des chances.
Ce projet de loi vise un objectif très important: faire du Canada un pays exempt d’obstacles. Tout le monde est prêt et impatient de voir le projet de loi adopté, et les organismes qui ont des responsabilités en vertu du projet de loi C-81 sont prêts à agir en conséquence. Le CRTC, l’Office des transports du Canada, la Commission canadienne des droits de la personne et la Commission des relations de travail et de l’emploi dans le secteur public fédéral ont tous témoigné qu’ils sont prêts à assumer leurs rôles respectifs.
Bien sûr, des particuliers et des organisations de partout au pays, des organisations avec lesquelles j’ai eu la chance de collaborer et au sein desquelles j’ai travaillé, comme l’Association nationale des étudiant(e)s handicapé(e)s au niveau postsecondaire et l’Association canadienne des paraplégiques, section de l’Alberta, qui font valoir ces droits depuis de nombreuses années, luttent depuis longtemps pour l’inclusion.
Un leadership national et des lois fédérales sur l’accessibilité se font attendre depuis longtemps. Les Canadiens s’attendent à ce que le gouvernement du Canada soit un chef de file en matière d’accessibilité. C’est une responsabilité que notre gouvernement prend très au sérieux. Il est important de souligner que ce projet de loi historique reflète le travail et l’engagement de la communauté des personnes handicapées, dont les priorités et les préoccupations ont été prises en compte dans le projet de loi.
Cela comprend la reconnaissance du langage gestuel comme langue principale de communication pour les personnes sourdes au Canada, le fait de préciser que rien dans la loi ou ses règlements ne limite l’obligation de prendre des mesures d’adaptation pour les entités réglementées, la mise en œuvre rapide de cette loi en vue de la réalisation d’un Canada exempt d’obstacles d’ici 2040, et la reconnaissance des formes de marginalisation et de discrimination intersectionnelles dont les personnes handicapées peuvent être l’objet.
Le projet de loi, fondé sur le principe selon lequel les personnes handicapées sont les mieux placées pour déterminer leurs besoins, appartient à la communauté des personnes handicapées. À l’avenir, la participation continue de la communauté sera absolument essentielle au maintien de l’efficacité du projet de loi.
À bien des égards, le projet de loi inscrit dans la loi les pratiques exemplaires suivies par les principales organisations. En rétrospective, j’ai eu la chance d’avoir des institutions comme l’Université de Calgary, avec des enseignants qui ont reconnu le soutien dont j’avais besoin, ou des organisations comme celle avec laquelle j’ai pratiqué le droit, Dentons Canada, où j’ai eu la chance de pouvoir compter sur le soutien de l’entreprise pour me fournir l’ordinateur à commande vocale et l’aide dont j’avais besoin pour faire mon travail quotidien.
J’ai également eu beaucoup de chance par rapport aux locaux qui m’ont été attribués lorsque j’étais à l’Assemblée législative de l’Alberta et ici, à la Chambre des communes. J’ai reçu l’appui inestimable de ma femme, de ma famille et de ma soignante de longue date, Liza Tega, qui est toujours intervenue et qui a fait tout ce qu’il m’est tout simplement très difficile de faire.
Toutefois, les personnes handicapées ne devraient pas dépendre de ce genre de chance. C’est pourquoi nous avons besoin d’une mesure législative. Grâce à ce projet de loi, nous créons un système qui permet de cerner et d’éliminer les obstacles de façon proactive, et nous établissons des mécanismes d’application de la loi pour veiller à ce que les règlements soient respectés et suivis par les entreprises et par les secteurs de compétence fédérale. Il créera un mécanisme selon lequel il n'y aura pas de mauvaise porte où s'adresser pour une plainte en matière d’accessibilité, et il permettra d’assurer la surveillance des problèmes existants et futurs en matière d’accessibilité.
En instituant la Semaine nationale de l’accessibilité et en amenant tous les Canadiens à reconnaître les précieuses contributions des personnes handicapées, cette loi dirait en clair que les systèmes seront conçus dès le départ pour faciliter l’inclusion. Grâce à la Loi canadienne sur l’accessibilité, nous renforçons la démarche de collaboration propre à faire du Canada un pays entièrement accessible et inclusif, où les chances de réussir sont égales pour tous.
View Candice Bergen Profile
CPC (MB)
View Candice Bergen Profile
2019-05-28 15:20 [p.28150]
Mr. Speaker, I am really disappointed. We have had such a short amount of time to debate this motion, and it is very disappointing to see a motion like this to extend the hours. Even though we have already indicated that we have some understanding of it, some of the other parts of the motion are disturbing. We have not had solid answers to some of our questions. It is disappointing to see this debate being shut down.
I would therefore like to ask the hon. government House leader if she could please assure us that she will adopt our amendments and, as we only have two supply days left as Conservatives, that she would allow those supply days to continue into the evening sitting. I think that would be fair and reasonable, and it would show that there would be some co-operation, as opposed to just giving us a very short day and not allowing the opposition to do our job, which is to hold the government to account.
I understand that the hon. government House leader is ramming this through, but could she give us assurances that she will not shorten our ability to hold the Liberals to account?
Monsieur le Président, je suis vraiment déçue. Nous n’avons eu que très peu de temps pour débattre de cette motion. Il est très décevant de voir une telle motion de prolongation des heures de séance. Bien que nous ayons déjà affirmé que nous la comprenons un peu, certaines autres parties de cette motion sont troublantes. Nous n’avons pas reçu de réponses claires à certaines de nos questions. Il est décevant d’apprendre que l'on met fin au débat.
Je demande donc à la leader du gouvernement à la Chambre de bien vouloir nous assurer qu’elle adoptera nos amendements et, s’il ne reste que deux journées de l’opposition aux conservateurs, que ces journées de l’opposition se poursuivent pendant les séances du soir. Il me semble que cela serait équitable et raisonnable et que le gouvernement ferait ainsi preuve de coopération au lieu de nous laisser seulement deux courtes journées et de ne pas permettre à l’opposition de faire son travail, qui est de demander des comptes au gouvernement.
Je comprends que la leader du gouvernement à la Chambre veut faire adopter ce projet de loi à toute vapeur, mais pourrait-elle nous donner l’assurance qu’elle ne réduira pas notre capacité de demander des comptes aux libéraux?
View Bardish Chagger Profile
Lib. (ON)
View Bardish Chagger Profile
2019-05-28 15:21 [p.28151]
Mr. Speaker, I appreciate the opposition House leader's acknowledging the importance of extending hours so that we can discuss important legislation that actually benefits the lives of Canadians. Most of the motion is exactly, word for word, the motion that has been submitted in previous parliaments. Within the extension of hours motion, members who will not be running again will be provided time to make a speech, because it is important that they do so.
When it comes to the opposition days the member is referring to, within the Standing Orders, a portion of those days can be allotted to Wednesdays and Fridays. My intention will always be to provide them on longer days. As long as we can advance government legislation, I will ensure that we are able to find a collaborative way forward. If that is not the desire of the opposition, then I am restricted to limited tools and limited days to provide those days. I encourage the opposition House leader, as well as her colleagues, to let us know how much time is needed so that bills such as Bill C-81 can be returned to the Senate. There is no reason we cannot have that finished today so that it can receive royal assent.
Monsieur le Président, je remercie la leader de l’opposition à la Chambre d’avoir reconnu l’importance de prolonger les heures de séance afin que nous puissions discuter de mesures législatives importantes qui sont bénéfiques pour la vie des Canadiens. La majeure partie de la motion est littéralement la même que celle qui a été présentée au cours des législatures précédentes. Dans le cadre de la motion de prolongation des heures, les députés qui ne se représentent pas auront le temps de faire un discours, parce qu’il est important qu’ils le fassent.
Quant aux journées de l’opposition dont parle ma collègue, le Règlement prévoit qu’une partie de ces journées peut être allouée aux mercredis et aux vendredis. J’ai toujours l’intention d’autoriser de plus longues journées. Tant que nous pourrons faire avancer les projets de loi du gouvernement, je veillerai à trouver des moyens de collaborer. Si l’opposition ne désire pas cette solution, alors les outils et les journées dont je disposerai pour fournir ces journées seront limités. J’encourage la leader parlementaire de l’opposition et ses collègues à nous dire combien de temps il leur faudra afin que nous puissions renvoyer des projets de loi comme le projet de loi C-81 au Sénat. Il n’y a aucune raison pour que nous ne puissions pas terminer cette étude aujourd’hui afin que ce projet de loi puisse recevoir la sanction royale.
View Mike Lake Profile
CPC (AB)
View Mike Lake Profile
2019-05-28 21:05 [p.28189]
Madam Speaker, it is an interesting assertion that the member makes, and we have heard it made by Liberal members before, that because the bill will pass, we should not debate it. The Liberal government has a majority in the House. If we did not debate legislation that we knew would pass, we would never debate any legislation in the House.
My hope is that the member will take an opportunity to stand and speak in support of the legislation. When she does, I might ask about the fact that one such weakness, as pointed out by stakeholders, is the use of permissive language “may” rather than directive language “shall” or “must”. Then after she speaks, we might also have the opportunity to ask her to reassure stakeholders that this will not impact the ability of the legislation to have meaningful action that would benefit their lives.
Madame la Présidente, voilà une affirmation intéressante et que l'on a déjà entendue de la part de députés libéraux: puisque le projet de loi sera adopté, il est inutile d'en débattre. Certes, le gouvernement libéral est majoritaire. Si nous ne débattions pas de projets de loi qui, nous le savons, seront de toute façon adoptés, nous ne débattrions d'aucun projet de loi à la Chambre.
J'espère que la députée aura l'occasion d'intervenir et de parler en faveur du projet de loi. Lorsqu'elle le fera, je pourrais lui faire remarquer que l'une des lacunes du projet de loi, qui a d'ailleurs été soulignée par les parties prenantes, est l'usage du terme permissif « peut » plutôt que du terme impératif « doit ». Après son intervention, nous pourrions également avoir la possibilité de lui demander de rassurer les parties prenantes sur le fait que cela n'empêchera pas la loi d'avoir une portée bénéfique pour elles.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2019-05-28 21:06 [p.28189]
Madam Speaker, the member for Edmonton—Wetaskiwin is a very strong advocate for the disability community and has spoken passionately many times in the House. Having worked with the disability community as well, I share his concern and I share his passion.
I am glad to see he is provoking the debate tonight. He is right to say that members of the deaf community are here, that they are listening, and we salute them. Their presence here is extremely important.
In the 15 years I have been here, disability discussions have been marginalized and put off. Therefore, discussing this throughout the evening is an important step to take.
As the member for Edmonton—Wetaskiwin mentioned, we need to speak about disability issues. The Liberals need to defend a bill that is so weak compared to what it could have been.
The member for Edmonton—Wetaskiwin understands fully how in the United States the Americans With Disabilities Act, passed under former president George Bush, was a sea change in disability rights. There was an obligation on government to provide disability services and provide access. I would like the member to comment on that difference.
We have a very weak bill before us tonight that would permit the government to provide accessibility, as if members of the disability community do not require anything more than some permission from the government. That is not the case. We have seen strong compelling legislation in the United States. Would the member prefer to see an approach that is strong and rigorous like we see with the ADA?
Madame la Présidente, le député d'Edmonton—Wetaskiwin est un ardent défenseur des personnes handicapées et il a souvent parlé de cette question, avec passion, à la Chambre. Étant donné que j'ai travaillé moi aussi avec les personnes handicapées, je partage son inquiétude et sa passion.
Je suis heureux de voir qu'il alimente le débat ce soir. Il a raison de dire qu'il y a actuellement des membres de la communauté sourde à la tribune, qui nous écoutent, et nous les saluons. Leur présence ici est extrêmement importante.
Dans mes 15 années passées ici, les discussions entourant les personnes handicapées ont toujours été marginalisées et reportées. Par conséquent, discuter de cette question pendant toute la soirée constitue une étape importante.
Comme le député d'Edmonton—Wetaskiwin l'a mentionné, nous devons parler des problèmes qui touchent les personnes handicapées. Les libéraux doivent défendre un projet de loi qui est trop faible par rapport à ce qu'il aurait pu être.
Le député d'Edmonton—Wetaskiwin sait très bien que, aux États-Unis, la Americans With Disabilities Act, adoptée sous l'ancien président George Bush, a changé radicalement les droits des personnes handicapées. Depuis son adoption, le gouvernement est obligé de fournir des services aux personnes handicapées et de leur assurer l'accessibilité. J'aimerais que le député nous parle de cette différence.
Ce soir, nous sommes saisis d'un projet de loi très faible qui permettrait au gouvernement d'assurer l'accessibilité, comme si les personnes handicapées n'ont besoin de rien de plus qu'une quelconque autorisation du gouvernement. Ce n'est pas le cas. Aux États-Unis, il existe une loi rigoureuse et contraignante. Le député préfèrerait-il que nous adoptions une approche rigoureuse comme celle de la Americans With Disabilities Act?
View Mike Lake Profile
CPC (AB)
View Mike Lake Profile
2019-05-28 21:08 [p.28190]
Madam Speaker, I love the question, a question from a member of the New Democratic Party for a member of the Conservative Party, talking about how we can create better legislation despite the fact that I believe both of our parties will support it and ensure it passes before the House. However, the conversation tonight is about how we can make it better, which is the point of debate in the House of Commons is. It is always the challenge to do better and raise the concerns.
One of the things the Senate committee did right, and a proper amendment that we all looked at and believed needed to be made, was the measure to include recognition of American sign language, Quebec sign language and indigenous sign language as the primary languages for deaf people in Canada. It is one step forward, but many other things could have been done to give the legislation more teeth and have more impact for Canadians. This is an opportunity to talk about that.
Madame la Présidente, je suis très content qu'un député néo-démocrate ait posé une question à un député conservateur sur les façons dont nous pouvons améliorer cette mesure législative, et ce, même si je crois que nos deux partis l'appuieront et feront en sorte que la Chambre l'adoptera. Cela dit, la discussion de ce soir porte sur la façon dont nous pouvons l'améliorer, ce qui est la raison d'être des débats à la Chambre des communes. On cherche toujours à faire mieux et à soulever les préoccupations qu'il pourrait y avoir.
L'amendement, que nous avons tous examiné et que nous estimions tous nécessaire, est l'une des choses que le comité sénatorial a bien faites. Il vise à inclure la reconnaissance de l'American Sign Language, de la langue des signes québécoise et des langues des signes autochtones comme étant les langues les plus utilisées par les sourds au Canada. Il s'agit d'un pas en avant, mais beaucoup d'autres mesures auraient pu être prises pour renforcer le projet de loi et accroître son incidence sur les Canadiens. C'est l'occasion d'en parler.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2019-05-28 22:16 [p.28199]
Madam Speaker, I am very pleased to rise on this debate. This is not a debate that is inappropriate, quite the contrary. I will give two reasons why. The discussions and debates we will be having this evening, tomorrow and so on throughout the week are so vitally important.
First, the issue of disability rights in this country has been a marginalized discussion, certainly for as long as I have been in Parliament. We have not had full evenings of debate. We have members of the deaf community here this evening, and they are watching, to see what it is that we bring up about Bill C-81 and how we can improve it.
Second, as the parliamentary secretary said earlier, the issue of regulations and how to improve the bill are extraordinarily important.
The reality is the discussions and the debates that we have on this issue, far from shoving it under the carpet, are vitally important to getting the kind of bill that actually makes Canada more accessible. The government is patting itself on the back tonight, saying that we have bill, and it is weak but the Senate did improve it. The point is exactly thus, the fact that the bill was so weak to begin with that the Senate has already managed to improve it means that if we worked hard and assiduously over the next few weeks, we could make this bill better still. We could actually make it accessible.
The problem for anyone who is aware of the situation for people with disabilities in our country, the appalling situation that people with disabilities live under and the lack of accessibility, means that we have a duty to get this right, not just shove it under the carpet and move on to something else, saying that it is a weak bill that needs more improvement. The reality is we have a responsibility.
I hope that the government takes that responsibility seriously over the next few days as we sit until midnight to actually make those improvements. The government rejected over 100 amendments from the opposition. There was no willingness to improve the bill, despite the fact that there were so many witnesses who came forward and suggested, in very concrete terms, how this bill could be improved.
Fortunately, we have some Senate amendments that add, very appropriately and very importantly, the recognition of American sign language and la langue des signes du Québec as languages that are used by the deaf community. It is very important communication. I know only rudimentary American sign language, but the beauty of the language, when someone is fluent, is quite extraordinary to watch. It is something I deeply appreciate.
As other members of Parliament are sharing their experiences, I would like to share my experiences, coming in as the executive director for the Western Institute for the Deaf and Hard of Hearing and working over the years to try to improve accessibility for the services that we offered across the mainland of British Columbia.
As members know, the situation of people with disabilities in this country is dire. Half of the homeless, and the growing number of homeless that we see in our country, are people with disabilities. Half of the people who have to go to the ever-increasing lineups around food banks in this country, just to make ends meet, are people with disabilities. The absence of services means that in many parts of this country, people with disabilities have to hold bake sales to try to fundraise, to get the accessible tools, essential tools, such as a wheelchair.
In Canada, we are far behind the rest of the world in terms of accessibility issues, and Canadians with disabilities pay a terrible price. When I was executive director for the Western Institute for the Deaf and Hard of Hearing, I would often drive up early in the morning to get to work. Sometimes, as I came to that building on the west side of Vancouver, there would be a woman or man from the deaf community who had spent the night under the awning at the back of the building, because they had no place to live. They had no place to go, so they went to the one place where they knew services would be provided.
We would try to sort out their situation, to help them, to provide the services they were not getting from a federal government and, at the time, the B.C. Liberal provincial government that simply did not seem to care about housing as a human right.
That is my experience of the disability community, people who are incredibly resilient, but have received very little of the supports that they should be getting as Canadians with rights.
We talk about the billions of dollars given to the corporate community, overseas tax havens and $4 billion for a pipeline. The government seems willing to unleash the faucet as far as resources go, but people with disabilities have been starved of resources for decades and it is time that it changed.
When I was at WIDHH, we worked with other organizations, the Coast Mental Health, the B.C. Paraplegic Association and the CNIB. We created the first province-wide employment program for people with disabilities, the B.C. Employment Network. We established that because we knew that people with disabilities have so much to contribute, but so often doors were shut in their face for employment because there was no bridge, no way for those people with disabilities to get in to see a potential employer, to go through an interview, to learn the job and then to contribute to that business.
When we started the B.C. disability employment network, we started creating those bridges. That meant for a deaf British Columbian when they went to a job interview, there was a sign language interpreter. We have many talented sign language interpreters in this country and they could assure that there was a contact and communication with the employer and then training to make sure that the person learned the job.
For people in wheelchairs, the B.C. Paraplegic Association was a pioneer in this respect. Often it would mean nothing more than simple ramps and accessible doors that allowed people with disabilities to enter and leave the workplace. We provided that bridge, those supports.
For a wide range of other disabilities, we provided those supports to make sure that there was a contact made with the employer. The employers may not have been ready initially to provide those resources. The fact that they were provided for them allowed them to get to know those Canadians with disabilities in a new and meaningful way. What happened? Time after time those employers hired the people with disabilities. Once those people with disabilities learned the job, they stayed longer in employment, so it was a win-win situation by establishing that bridge and making sure that those people with disabilities had access to employment and access to that workplace so they could contribute for many years.
That is my experience in terms of people with disabilities, but let me talk about my experience in another country and that was the first time I went to the United States with a better understanding, thanks to people in the deaf community, of what it meant to have disabilities.
My first trip to Seattle really opened my eyes in terms of how far ahead the United States is in terms of where Canada is. I did not have that much money, we were working at WIDHH, but went to a conference in Seattle and I stayed at a very low-end motel called the Jet Motel. It is the far end of the strip at the Seatac International Airport. It was far away from the airport, a very cheap and low-grade motel. In the room the shower was completely wheelchair accessible. I asked at the front desk about a TTY to communicate and was told there was TTY and a whole range of other accessibility supports. I said, “This is a low-end motel. Why do you have all this?” They told me it is because it is the law. It is the law to have accessibility for Americans everywhere in the United States.
Even in some of the highest-end hotels in Canada, we do not achieve that degree of accessibility because it has been built on a volunteer system. We have not built the kinds of accessibility that are so vital to ensure inclusion and to ensure that people with disabilities everywhere in this country can contribute to their full potential. That is what makes me so sad about Bill C-81.
The Liberals are applauding and patting themselves on the back for what is such a small first step. It would not even have been as good as it is without the incredible pressure, thankfully, from people with disabilities who were saying that it was not good enough and applying more pressure to ensure that things improved. Instead of seeing it as something inclusive that all members of Parliament could participate in and accepting the over 100 important amendments and improvements offered by the opposition parties, the amendments were systematically rejected and the potential for an improved bill was lost.
We had something that could have moved us so far along, closer to the model in the United States, where there is an obligation, a duty, to ensure accessibility, and where there is transportation and accommodation right along the line, with an insistence and obligation to open doors for people with disabilities. We could have had that. All of us would have been overjoyed in the House to adopt such legislation. However, the involvement of the opposition parties was stymied. The many amendments that came forward often very thoughtful, extremely well researched and well crafted. They were simply rejected out of hand.
When it comes to Bill C-81, we have a bill that had tremendous potential. That potential has been lost so far because of some government intransigence. People with disabilities in this country deserve better. We have heard some remarkable stories tonight of people who have family members and close friends with disabilities and who have been in the workplace. We have members of Parliament who have disabilities and understand them first-hand. We have far fewer members of Parliament with disabilities than we should have. If this Parliament actually reflected the real division of the population and the number of people with disabilities across this country, we would be talking about having dozens of people with disabilities in the House of Commons.
I see in the gallery members of the deaf community who are extraordinarily eloquent. I hope one day some of them will be on the floor of this House of Commons contributing to its work and making sure that we do build that inclusive society, because that is what would make such a fundamental difference.
We had the bill brought forward by the government. We had some debates initially. As a number of my colleagues have pointed out, everyone supported the principle of greater accessibility. There is not a single member of the House of Commons who said that in principle they disagree with accessibility. Every single member from every single party and every single independent member stood together to say, “Yes, on principle let us pass this, because we all support the principle of accessibility. Let us get it to committee, let us hear from witnesses, let us hear from people with disabilities and let us make a difference there.”
That is when it really came off the rails. It was at that point that many amendments were offered. There were nearly 120 from four of the opposition parties. Those amendments, which were brought forward in a thoughtful and honest way, were turned down.
The bill came back to the House. A number of us, including the member for Windsor—Tecumseh, raised those issues. When witnesses were speaking to the importance of ensuring that this be an obligation, and not just something the government can pick and choose and give exemptions to whole ministries, why not ensure there is a framework and some standardization? A number of my colleagues have spoken to that as well.
When those questions were asked, the government's response was that it was just going to pass the bill through. Then it went to the Senate, and fortunately the Senate started setting some clear objectives. Its members talked about recognizing American sign language, Quebec sign language and indigenous sign languages. Those were all important components.
In the debate we are now faced with, members of the opposition are recognizing that we have made some progress and want to make some more. They want to make the bill even better. They want the bill to put us close to the standards we see in places like the United States. Let us make the bill such that when travellers with disabilities check into a motel, even if it is a low-end motel at the far end of an airport strip in an international airport area, or take any type of transport or deal with a government ministry, they will feel they are a part of those things and not see barriers that stop them from actively accessing and being part of society.
The figures are grim. It is a fact that in our land, where we are seeing increasing concentration of wealth, more and more Canadians are struggling. As I have mentioned before in the House, Canadian families are now struggling with not only the worst debt load in our history, but the worst debt load in the history of any industrialized country. That is the legacy of the last four years.
When we are dealing with this situation, it would seem important that we take a more dramatic step to bring the bill forward and improve it, as it impacts people with disabilities above all others. The lineups at the food banks across this country are getting longer, tragically, yet it is estimated that half of the people in those lineups are people with disabilities.
Is the bill enough? Well, it is only a start. We need to make it even better. We have a number of weeks in which we can to do that. When I think about the growing number of homeless people in our country, half of whom are people with disabilities, I remember, as I mentioned, the tragic cases that I would see on occasion when I walked into the Western Institute for the Deaf and Hard of Hearing in the morning. Some people simply did not have a place to stay and went to the institute because they knew they would be helped.
We have to ask ourselves if we are doing enough in Bill C-81, with the Senate improvements, to actually make a difference in their lives. That is the real question we have to ask ourselves honestly, as parliamentarians. This is not a time for any of us to rest on our laurels and simply say there are some good things in the bill and that it is sufficient. Given the dire situation of people with disabilities in this country and what they mandate us to do as members of Parliament, we have a responsibility to go much further.
Earlier tonight, a Liberal speaker talked about regulations, and a number of members of Parliament have raised the notion of having very strong and robust regulations. We also have the ability and opportunity to improve the bill. We have a responsibility to about 15% of the Canadian population. These are people with disabilities who are not, in any number, represented in the House, but who came to committee, offered suggestions and asked for improvements, and who found that the government was not willing to listen.
Here, as parliamentarians, we have the responsibility to listen. We have the responsibility to speak out. We have a responsibility to question the government about why it it did not accept amendments and did not make the bill stronger. Even with the passage of the bill, why are we still so far behind what the Americans with Disabilities Act offers to Americans with disabilities?
Canadians with disabilities deserve better. It is true that we will be voting in favour of the bill, but it is a lost opportunity if we do not take the time that remains in debate to make the bill better, to make the regulations stronger and to make the bill more reflective of what Canadians with disabilities truly need.
Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre part à ce débat. Il ne s'agit pas d'un débat inutile, bien au contraire. Je vais donner deux raisons qui expliquent pourquoi. Les discussions et les débats que nous aurons ce soir, demain, et toute la semaine sont essentiels.
Primo, la question des droits des personnes handicapées au Canada est marginalisée certainement depuis que je siège au Parlement. Nous n'avons jamais débattu de cette question pendant des soirées complètes. Des membres de la communauté sourde sont ici ce soir et ils nous regardent pour voir ce que nous dirons au sujet du projet de loi C-81 et comment nous pouvons l'améliorer.
Secundo, comme le secrétaire parlementaire l'a mentionné tout à l'heure, les règlements et la façon d'améliorer le projet de loi sont extrêmement importants.
Il ne s'agit pas d'escamoter la question, au contraire. En réalité, les discussions et les débats que nous avons sur cette question sont essentiels pour obtenir le genre de projet de loi qui rendra le Canada plus accessible. Ce soir, le gouvernement se pète les bretelles en disant que nous avons désormais un projet de loi à cet égard, qui est peut-être faible, mais qui a été amélioré par le Sénat. Par conséquent, étant donné que le projet de loi comportait tellement de lacunes au départ et que le Sénat a déjà pu l'améliorer, si nous travaillons fort et assidûment au cours des prochaines semaines, nous pourrions le rendre encore meilleur et faire en sorte que le Canada soit plus accessible.
En fait, les personnes qui connaissent la situation des personnes handicapées au Canada, soit la situation épouvantable qu'elles vivent et le manque d'accessibilité auquel elles sont confrontées, ont le devoir de bien faire les choses. Nous ne pouvons pas simplement en faire fi et passer à autre chose en disant qu'il s'agit d'un projet de loi faible qui a besoin d'améliorations. En réalité, nous avons une responsabilité.
J'espère que le gouvernement prendra sa responsabilité au sérieux dans les prochains jours lorsque nous siégerons jusqu'à minuit pour apporter ces améliorations. Le gouvernement a rejeté plus de 100 amendements de l'opposition. Il n'était aucunement disposé à améliorer le projet de loi, malgré le grand nombre de témoins qui ont comparu et qui ont présenté des suggestions très concrètes pour le faire.
Heureusement, le Sénat a proposé des amendements qui reconnaissent, de façon très appropriée et importante, que l'American Sign Language et la langue des signes québécoise sont les langues utilisées par la communauté sourde. Il s'agit d'une communication très importante. Je possède seulement une connaissance rudimentaire de l'American Sign Language, mais il est vraiment extraordinaire de voir quelqu'un qui la maîtrise l'utiliser. C'est quelque chose que j'apprécie profondément.
Puisque d'autres députés font part de leurs expériences, j'aimerais partager les miennes à titre d'ancien directeur exécutif du Western Institute for the Deaf and Hard of Hearing, où j'ai travaillé des années à améliorer l'accessibilité aux services que l'on offrait dans la partie continentale de la Colombie-Britannique.
Comme les députés le savent, les personnes handicapées au pays sont dans une situation désastreuse. La moitié des sans-abri sont des personnes handicapées, et cette proportion augmente actuellement au Canada. La moitié des gens sans cesse plus nombreux qui font la queue devant les banques alimentaires du pays sont des personnes handicapées. Elles n'arrivent pas à joindre les deux bouts autrement. L'absence de services signifie qu'à beaucoup d'endroits au pays, des personnes handicapées doivent faire des ventes de pâtisseries pour ramasser de l'argent afin de se procurer les appareils d'accessibilité dont elles ont absolument besoin, comme des fauteuils roulants.
Au Canada, nous accusons un grand retard par rapport au reste du monde pour ce qui est de résoudre les problèmes d'accessibilité, et les Canadiens handicapés en souffrent terriblement. Lorsque j'étais directeur général du Western Institute for the Deaf and Hard of Hearing, je me rendais souvent au bureau en voiture tôt le matin. Parfois, en arrivant à l'immeuble où je travaillais, dans la partie ouest de Vancouver, j'y apercevais une femme ou un homme de la communauté des malentendants qui avait passé la nuit sous l'auvent à l'arrière, faute d'avoir un chez-soi. Ne sachant où aller, ces gens se rendaient au seul endroit où ils pouvaient obtenir des services.
Nous essayions de trouver une solution pour les aider, pour leur fournir les services que ne leur donnaient ni le gouvernement fédéral ni, à l'époque, le gouvernement provincial libéral de la Colombie-Britannique, qui n'avait tout simplement pas l'air de se soucier du fait que le logement est un droit de la personne.
C'est l’expérience que j’ai de la collectivité des personnes handicapées. Ces gens sont incroyablement résilients, mais ils ont bien peu de soutien par rapport à ce qu’ils devraient avoir en tant que Canadiens ayant des droits.
On parle des milliards de dollars donnés aux entreprises, des paradis fiscaux et des 4 milliards de dollars qui ont été consacrés à un pipeline. Le gouvernement est toujours disposé à ouvrir le robinet quand il s’agit des ressources, mais les personnes handicapées sont privées de ressources depuis des décennies, et il était temps de changer les choses.
Quand je travaillais au Western Institute, nous collaborions avec d’autres organismes comme la Coast Mental Health, l’association des paraplégiques de Colombie-Britannique et l’INCA. Nous avons créé le premier programme d’emploi des personnes handicapées actif à l’échelle de la province, le B.C. Employment Network. Nous avons établi ce réseau parce que nous savions que les personnes handicapées peuvent faire une immense contribution, mais qu'elles se faisaient trop souvent fermer la porte au nez simplement parce qu'il manquait de points de liaison. Ces personnes ayant un handicap n’avaient pas de moyen de communiquer avec les employeurs potentiels, de se rendre à une entrevue, d’apprendre à faire le travail pour ensuite contribuer pleinement à la bonne marche d’une entreprise.
Lorsque nous avons lancé le réseau pour l'emploi des personnes handicapées en Colombie-Britannique, nous avons commencé à créer ces liens. Cela signifiait que lorsqu'un Britanno-Colombien sourd se rendait à une entrevue pour obtenir un emploi, un interprète en langue des signes était présent. Il y a beaucoup d'interprètes en langue des signes de grand talent au Canada qui peuvent assurer la communication avec l'employeur et s'occuper de la formation pour que la personne apprenne le travail.
Pour les personnes en fauteuil roulant, la B.C. Paraplegic Association a fait office de pionnière en matière d'accessibilité. Dans bien des cas, cela ne signifiait rien de plus que des rampes d'accès et des portes adaptées pour permettre aux personnes handicapées d'aller et venir dans les lieux de travail. Nous avons créé ces liens et fourni cette aide.
Pour bien d'autres types de handicaps, nous avons fourni de l'aide pour assurer un contact avec l'employeur. Au début, les employeurs peuvent ne pas être enclins à fournir les ressources. Le fait que les ressources leur soient fournies leur a permis d'apprendre à connaître les Canadiens handicapés et à les voir d'un autre oeil, avec comme résultat que les employeurs se sont mis à embaucher des personnes handicapées. Une fois le travail appris, ces personnes demeurent employées plus longtemps. C'est une situation gagnant-gagnant, et c'est grâce aux liens qui ont été créés que les personnes handicapées ont pu avoir accès à l'emploi et aux lieux de travail et ainsi apporter leur contribution pendant des années et des années.
Voilà quelle est mon expérience par rapport aux personnes handicapées. Je vais maintenant parler de mon expérience dans un autre pays, les États-Unis. Pour la première fois, grâce à des membres de la communauté sourde, j'ai pu vraiment comprendre ce que cela signifie que de vivre avec un handicap.
Mon premier voyage à Seattle a été pour moi l'occasion de voir à quel point les États-Unis étaient en avance par rapport au Canada. Je n'avais pas beaucoup d'argent, et nous travaillions au Western Institute for the Deaf and Hard of Hearing, mais nous sommes allés à une conférence à Seattle. J'ai logé dans un hôtel très modeste, le Jet Motel, situé à l'extrémité des pistes de l'aéroport international Seatac. Dans la chambre, la douche était totalement accessible par fauteuil roulant. À la réception, on m'a dit qu'il y avait des téléphones adaptés et divers services de soutien en matière d'accessibilité. Je leur ai demandé comment il se faisait qu'ils avaient tout cela dans un hôtel aussi modeste. On m'a répondu que c'était exigé par la loi. Il fallait que partout aux États-Unis, les Américains jouissent de l'accessibilité.
Même dans certains des hôtels les plus luxueux au Canada, nous n'avons pas ce niveau d'accessibilité parce que le système est fondé sur la participation volontaire. Nous n'avons pas atteint ce niveau d'accessibilité qui est vital pour garantir l'inclusion et faire en sorte que les personnes handicapées de partout au pays puissent offrir leur plein potentiel. Voilà ce qui me rend triste à propos du projet de loi C-81.
Les libéraux applaudissent et se félicitent pour ce qui n'est qu'un bien petit pas. Cette mesure ne serait même pas aussi bonne sans l'incroyable pression exercée, heureusement, par des personnes handicapées qui disaient qu'elle n'était pas assez bien et faisaient pression pour qu'elle soit améliorée. Plutôt que de voir le processus comme un processus inclusif auquel tous les députés pourraient participer et d'accepter les quelque 100 améliorations et amendements importants proposés par les partis de l'opposition, ils les ont systématiquement rejetés, empêchant toute amélioration possible du projet de loi.
Nous avions quelque chose qui aurait pu nous faire avancer, nous rapprocher du modèle des États-Unis, où c'est une obligation, un devoir, de veiller à l'accessibilité, y compris dans les transports et les moyens d'hébergement, avec l'obligation d'ouvrir les portes aux personnes handicapées. Nous aurions pu en faire autant. Nous aurions tous été ravis à la Chambre d'adopter une telle mesure législative. Toutefois, la participation des partis de l'opposition a été bloquée. Les nombreux amendements qui ont été présentés, souvent très réfléchis, extrêmement bien étayés et bien formulés, ont simplement été rejetés du revers de la main.
Le projet de loi C-81 recelait un potentiel énorme. Ce potentiel n'a toutefois pas été exploité en raison d'une certaine intransigeance de la part du gouvernement. Les personnes handicapées du pays méritent mieux. Ce soir, nous avons entendu des histoires remarquables de gens qui ont des membres de leur famille et des amis proches handicapés qui sont présents dans les milieux de travail. Parmi nous, il y a des députés qui ont des déficiences et qui comprennent la situation en raison de leur expérience. Nous avons beaucoup moins de députés handicapés qu'il ne le faudrait. Si le Parlement reflétait la véritable composition de la population et le nombre de personnes handicapées au pays, il y aurait des dizaines de personnes handicapées à la Chambre des communes.
Je vois dans la tribune des membres de la communauté sourde qui sont extraordinairement éloquents. J'espère qu'un jour, certains d'entre eux siégeront à la Chambre des communes pour contribuer à ses travaux et veiller à ce que nous bâtissions une société inclusive, car c'est ce qui ferait une différence fondamentale.
Le projet de loi a été présenté par le gouvernement. Il y a eu des débats initialement. Comme plusieurs députés l'ont souligné, tout le monde appuie le principe d'une meilleure accessibilité. Aucun député ne s'est opposé en principe à l'accessibilité. Les députés de tous les partis et les députés indépendants ont appuyé unanimement le projet de loi et le principe d'accessibilité. Tous se sont montrés d'accord pour renvoyer le projet de loi au comité, afin qu'on entende le point de vue de personnes handicapées et qu'on change les choses.
C'est à ce stade que les choses ont déraillé. Beaucoup d'amendements ont été proposés, soit près de 120 amendements de la part de quatre partis de l'opposition. Ces amendements, qui avaient été proposés de manière réfléchie et de bonne foi, ont été rejetés.
Le projet de loi est revenu à la Chambre. Des députés, y compris la députée de Windsor—Tecumseh, ont soulevé cette question. Puisque les témoins ont parlé de l'importance de rendre les dispositions obligatoires et de faire en sorte qu'il soit impossible pour le gouvernement de choisir et d'accorder des exemptions, pourquoi ne pas établir un cadre et assurer une certaine uniformité? Quelques députés ont soulevé ce point également.
Lorsque ces questions ont été posées, le gouvernement a répondu qu'il allait tout simplement faire adopter le projet de loi. La mesure législative a ensuite été renvoyée au Sénat qui, heureusement, a établi des objectifs clairs. Les sénateurs ont parlé de la reconnaissance de l'American Sign Language, de la langue des signes québécoise et des langues des signes autochtones. Ce sont tous des éléments importants.
Dans le débat actuel, les députés de l'opposition reconnaissent que des progrès ont été réalisés et veulent apporter d'autres améliorations. Ils souhaitent rendre le projet de loi encore meilleur. Ils veulent se rapprocher des normes qui s'appliquent dans des endroits comme les États-Unis. Modifions le projet de loi pour faire en sorte que les personnes handicapées se sentent parfaitement intégrées et ne voient aucun obstacle qui les empêche de participer activement et pleinement à la société lorsqu'elles louent une chambre, même s'il s'agit d'un motel économique près d'un aéroport international, utilisent un moyen de transport ou communiquent avec un ministère.
Les statistiques sont peu réjouissantes. Dans notre pays où l'on observe une concentration croissante de richesse, de plus en plus de Canadiens ont du mal à joindre les deux bouts. Comme je l'ai déjà mentionné à la Chambre, l'endettement des familles canadiennes est maintenant non seulement le pire de notre histoire, mais aussi le pire de l'histoire de tout pays industrialisé. Voilà l'héritage des quatre dernières années.
Compte tenu de cette situation, il semblerait important que nous fassions des démarches plus poussées pour améliorer le projet de loi, puisqu'il touche d'abord et avant tout les personnes handicapées. Les files d'attente aux banques alimentaires partout au pays sont de plus en plus longues. C'est tragique. On estime que la moitié des personnes dans ces files d'attente ont un handicap.
Le projet de loi en fait-il assez? Eh bien, ce n'est qu'un début. Nous devons l'améliorer encore. Nous disposons encore de quelques semaines pour ce faire. Quand je pense au nombre croissant d'itinérants au pays, dont la moitié sont handicapés, je me souviens, comme je l'ai mentionné, des cas tragiques que je voyais à l'occasion quand j'entrais dans le Western Institute for the Deaf and Hard of Hearing le matin. Certaines personnes n'avaient tout simplement pas d'endroit où aller et venaient au Western Institute parce qu'elles savaient qu'elles y obtiendraient de l'aide.
Nous devons nous demander si, avec les améliorations apportées par le Sénat au projet de loi C-81, nous allons suffisamment loin pour faire une différence dans leur vie. Voilà la vraie question que nous devons nous poser honnêtement, à titre de parlementaires. Ce n'est pas le temps de nous endormir sur nos lauriers et d'affirmer simplement que le projet de loi comporte de bonnes choses et qu'il est suffisant. Étant donné la situation désespérée dans laquelle se trouvent les personnes handicapées dans ce pays et ce qu'elles nous demandent de faire à titre de députés, nous devons aller beaucoup plus loin.
Un député libéral a parlé ce soir des règlements d'application et nombre de députés ont proposé l'idée d'une réglementation très stricte. Nous avons en outre la possibilité d'améliorer le projet de loi. Nous avons une responsabilité envers 15 % de la population canadienne. Ces gens handicapés ne sont pas représentés à la Chambre, mais ils sont venus au comité, ils ont fait des suggestions et ont demandé des améliorations. Ils ont constaté que le gouvernement n'était pas disposé à les écouter.
En tant que parlementaires, nous avons la responsabilité d'écouter. Nous avons la responsabilité de nous exprimer. Nous avons la responsabilité d'interroger le gouvernement sur les raisons pour lesquelles il n'a pas accepté les amendements et n'a pas rendu le projet de loi plus robuste. Même avec l'adoption de ce projet de loi, pourquoi sommes-nous toujours si en retard par rapport à ce que la Americans with Disabilities Act offre aux Américains handicapés?
Les Canadiens handicapés méritent mieux. Il est vrai que nous voterons en faveur du projet de loi, mais nous ratons une occasion, si nous ne prenons pas le temps qu'il nous reste pour rendre le projet de loi meilleur, pour rendre le règlement plus strict et pour faire en sorte que le projet de loi corresponde davantage aux vrais besoins des Canadiens handicapés.
View Guy Caron Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I am pleased to rise in the House to speak to Bill S-243. Although the bill was introduced here, in the House, it is actually a Senate initiative sponsored by Senator Percy Downe, for whom I have a great deal of respect. Back when I was the NDP finance critic, I had the pleasure of working with him on tax evasion issues. I know this issue is really important to him.
In the previous Parliament, the Standing Committee on Finance studied the tax gap, which is the difference between what the government does collect and what it should collect. That is money the government misses out on because of tax evasion, aggressive tax avoidance, the use of tax havens and so on.
I remember when the committee was debating it, we had witnesses from all over the world, including the United States, Great Britain and various European OECD countries, as well as Canadian experts. We heard from experts on taxation, banking and various organizations.
It became apparent that we needed to measure the tax gap. However, at the time, the Conservative government and the Conservative members of the committee had no interest in moving forward. They told us that it was impossible, that it would require too much work, and that any data we might gain from the whole exercise would not justify the resources required to see it through. I do not think that was true, and the Liberals who were on the committee at the time agreed.
However, as soon as they took office, the Liberals became reluctant to get the Canada Revenue Agency to be transparent and to start measuring the tax gap. Yes, they ended up doing it. Yes, the CRA is now doing some hasty calculations to try to tell us how much tax revenue is likely being lost.
However, most stakeholders do not believe the amount is accurate. As part of a review of all tax measures, the CRA claimed that the government is currently losing about $7 billion or $8 billion in tax revenue. Most tax fairness organizations do not believe that. The Conference Board of Canada even conducted a study on measuring the tax gap, which found that it may actually be closer to $45 billion or $47 billion, if we rely mainly on how much tax revenue is currently being lost by the United States, which I would remind members has a lot more resources to deal with this issue than the CRA does.
The Parliamentary Budget Officer now has the authorization, power and desire to measure the tax gap. For two years, the Parliamentary Budget Officer and his office were asking for authorization to proceed with an accurate measurement of the tax gap. For two years, the Liberal government refused to give them the information they needed. For two years, the Parliamentary Budget Officer did not have the information needed to proceed with this important study, a matter on which the CRA has no credibility, and yet, the government claimed the whole time to support the office.
Here is why I believe the CRA has no credibility. During the entire time that I had to deal with the agency, all I saw was a lack of transparency. Not only did I find that they were unwilling to provide information, but I also observed that they were withholding it.
Not that long ago, at the beginning of this Parliament, I sat on the Standing Committee on Finance. Among other things, we studied the whole scheme involving KPMG and the Isle of Man. After a handful of committee meetings, we were no longer allowed to examine the processes that KPMG had been involved in.
When CRA representatives testified before the committee, they gave every possible excuse for not providing the information. They told us that it would breach confidentiality, that privacy could be at risk and that it could not give us information that KPMG deemed to be privileged. There was every reason to deny us the information, but none of them were valid.
We could have done what the U.S. usually does, which, in the case of KPMG, was to use the committee's authority to issue subpoenas requesting that KPMG officials testify and compelling them to do so.
Both the Canada Revenue Agency and its minister had a hand in that.
The minister does not have much credibility. Throughout this Parliament, she repeatedly told us that the government and the Canada Revenue Agency had taken steps, but that turns out not to be the case.
For example, the minister repeatedly said that the government invested $1 billion to fight tax evasion and had recovered $25 billion, but that turned out not to be true. The government did not recover $25 billion; it hoped to recover $25 billion. As it turns out, “hope to recover” is exactly right because the government is far from hitting that target at the moment. Then the minister said the government really had taken the necessary measures and that CRA had hired 1,300 new auditors. Well, we did the math, and so did the media, and we figured out that CRA hired 192 new auditors, not 1,300.
The Canada Revenue Agency told us that it answers 90% of all calls within two minutes. The Auditor General begged to differ. The truth is that 34% of all callers actually get someone on the line, and a third of all callers are given incorrect information.
It is very hard to believe everything coming out of the Canada Revenue Agency. It is very hard to lend them credibility. That is why we need an independent study. I do not believe the numbers that the Canada Revenue Agency came up with in the course of its study of the so-called tax gap. I would have more confidence in the numbers from the Parliamentary Budget Officer, if he has access to the data that should be made accessible to him through this bill.
Percy Downe, the senator who introduced the bill, has a great deal of credibility in the area. He made this his pet issue and did not make a big spectacle out of it. He just wants to get to the bottom of this. He realizes that here in Canada, the Canada Revenue Agency is a problem.
The CRA's approach to collecting tax revenue across the country is problematic. The senator recognizes, as we do, that the CRA is acting arbitrarily. It changes its approach to collecting personal income tax depending on the individual's level of wealth. I am not making that up. It was in the Auditor General's 2018 report, which notes a lack of consistency in the CRA's collection processes.
Two different taxpayers will be treated in two different ways. That is not professional. It is unfair and perpetuates the perception that the CRA and the Government of Canada treat taxpayers differently based on their wealth or status.
This is a major problem because it indicates that this is a two-tiered system. In this system, the government will try to reach an out-of-court settlement with people who have the means to defend themselves. That is actually what we have seen. The government tries to resolve the situation by closing the file, because it will be too expensive to recover money from people who have the means to defend themselves. However, in the case of those who cannot defend themselves, the government takes quick action to recover the money.
We must standardize the way the agency does things and, above all, take away the Canada Revenue Agency's authority to assess the gap, because it will likely not do a very credible job. We must routinely ask the government to do its job, to exercise due diligence and to provide on a regular and ongoing basis the information requested by the Parliamentary Budget Officer to evaluate the tax gap.
That is why I am proud to support this bill.
Monsieur le Président, j'ai le plaisir de me lever à la Chambre pour parler du projet de loi S-243. Ce projet de loi a été présenté ici, à la Chambre, mais il est en fait une initiative du Sénat et du sénateur Percy Downe, pour qui j'ai beaucoup de respect et avec qui, à l'époque où je travaillais comme porte-parole du NPD en matière de finances, j'ai eu le plaisir de travailler sur des questions liées à l'évasion fiscale. Je sais que c'est un dossier qui lui tient à cœur.
Lors de la dernière législature, le Comité permanent des finances a mené une étude qui portait sur l'écart fiscal qui existait entre ce que le gouvernement percevait en revenus et ce qu'il pouvait percevoir, et donc sur ce qui nous échappait, soit à cause de l'évasion fiscale, soit à cause de l'évitement fiscal agressif, soit à cause de l'utilisation des paradis fiscaux ou autres.
Je me rappelle qu'à l'époque où cela était débattu en comité, nous avions reçu des experts d'un peu partout dans le monde, soit des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de différents pays européens membres de l'OCDE, mais également des experts canadiens. Non seulement ils étaient des experts en matière de fiscalité, mais ils l'étaient également en matière de banques et d'organisations diverses.
Il était évident que la question de l'évaluation de l'écart fiscal était une évaluation qui était nécessaire. Pourtant, à l'époque, le gouvernement conservateur et les représentants conservateurs qui siégeaient au comité n'avaient aucun intérêt à aller de l'avant pour évaluer cet écart fiscal. On nous disait que c'était impossible, que cela requerrait trop de travail, que les ressources qu'on devrait mettre ne seraient pas justifiées en regard de l'information qu'on irait récolter. Je dirais que ce sont des informations qui étaient erronées. Les libéraux qui siégeaient au comité à l'époque disaient la même chose.
Cependant, une fois au pouvoir, les libéraux ont mis peu d'empressement à convaincre l'Agence du revenu du Canada d'être transparente et de procéder à une telle évaluation. Oui, cela s'est fait plus tard. Oui, l'Agence du revenu du Canada procède maintenant à des calculs sur le coin d'une serviette de table afin de nous dire combien d'argent échappe probablement au fisc canadien.
Toutefois, ce montant n'est carrément pas cru par la plupart des intervenants. Dans une réévaluation de l'ensemble des mesures fiscales, l'Agence du revenu du Canada nous dit qu'environ 7 ou 8 milliards de dollars nous échappent présentement. La plupart des organismes qui s'occupent de justice fiscale n'y croient pas. Le Conference Board du Canada a même mené une étude sur l'évaluation de cet écart fiscal. Selon cette étude, cela pourrait au contraire atteindre 45 milliards de dollars à 47 milliards de dollars, si l'on se fie en grande partie à ce qui échappe présentement au fisc américain, qui, je le rappelle, a beaucoup plus de moyens que l'ARC pour aller de l'avant.
Le directeur parlementaire du budget a maintenant l'autorisation, le pouvoir et le désir de procéder à l'évaluation de cet écart fiscal. Pendant deux ans, le directeur parlementaire du budget et son bureau en faisaient la demande, pour pouvoir évaluer avec précision quel était l'écart fiscal. Pendant deux ans, le gouvernement libéral a refusé de leur donner l'information qu'ils requéraient. Pendant deux ans, le directeur parlementaire du budget n'a pas eu l'information nécessaire pour pouvoir procéder à une étude importante pour laquelle l'Agence du revenu du Canada n'a aucune crédibilité. Pourtant, le gouvernement disait soutenir un tel bureau.
Si je dis que l'Agence du revenu du Canada n'a pas de crédibilité, c'est que durant toute la période où j'ai dû interagir avec elle, je n'ai eu droit qu'à un manque de transparence. Non seulement j'ai pu constater une absence de volonté de transmettre l'information, mais j'ai aussi pu voir qu'on la cachait.
J'étais membre du Comité permanent des finances tout récemment, au début de cette législature. On a procédé, entre autres, à l'étude de la fameuse affaire de KPMG et de l'île de Man. Après quelques réunions en comité, on a mis fin à ce type de rencontre où on pouvait examiner les mécanismes qui avaient été employés par KPMG.
Lorsque les représentants de l'Agence du revenu du Canada venaient témoigner devant le Comité, ils nous donnaient toutes les raisons possibles pour ne pas nous donner l'information. Ils nous disaient que c'était sous le sceau de la confidentialité, que la vie privée pouvait être menacée, qu'on ne pouvait pas nous donner de l'information qui pouvait être privilégiée du point de vue de l'entreprise KPMG. Toutes les raisons étaient bonnes. Or ces raisons ne tenaient pas la route.
On aurait pu procéder de la manière dont les États-Unis procèdent habituellement. Ils l'ont d'ailleurs fait dans le cas de KPMG. Cette manière consiste à utiliser les pouvoirs que le comité peut avoir, dont l'utilisation de citations à comparaître, pour demander et exiger des responsables de KPMG qu'ils viennent témoigner.
Tout cela s'est fait avec la complicité de l'Agence du revenu du Canada et de sa ministre.
La ministre n'a pas beaucoup de crédibilité. À multiples reprises, au cours de ce Parlement, elle a prétendu que le gouvernement et l'Agence du revenu du Canada avaient pris des mesures. Or il s'est avéré que ce n'était pas le cas.
La ministre, par exemple, a dit à plusieurs reprises que le gouvernement avait investi 1 milliard de dollars pour lutter contre l'évasion fiscale et qu'on avait récupéré 25 milliards de dollars. Finalement, ce n'était pas vrai. On a appris que ce n'était pas 25 milliards de dollars qu'on avait récupérés, c'était 25 milliards de dollars que l'on espérait récupérer. « Espérer récupérer » sont effectivement les mots qui conviennent parce qu'on est bien loin du compte, présentement. Après cela, elle a dit que le gouvernement avait vraiment pris les mesures nécessaires et que 1 300 nouveaux vérificateurs avaient été embauchés à l'Agence du revenu du Canada. On a fait le calcul, les médias aussi, et on s'est aperçu que c'était au bout du compte 192 nouveaux vérificateurs et non 1 300.
L'Agence du revenu du Canada nous disait que 90 % des appels qu'elle reçoit obtiennent une réponse en deux minutes. Le vérificateur général a dit que ce n'était pas vrai. Au contraire, 34 % des appels se rendent à quelqu'un et la mauvaise information est donnée une fois sur trois.
C'est très difficile de croire à tout ce qui nous vient de l'Agence du revenu du Canada. C'est très difficile de leur accorder de la crédibilité. C'est la raison pour laquelle nous avons besoin d'une étude indépendante. Je ne crois pas aux chiffres de l'Agence du revenu du Canada lorsqu'elle étudie le soi-disant écart fiscal. Je crois davantage les chiffres qui nous viendront du directeur parlementaire du budget, s'il a accès à ces données qui devraient lui être rendues accessibles par ce projet de loi.
Percy Downe, le sénateur qui a déposé ce projet de loi a une grande crédibilité dans ce domaine. Il en a fait son cheval de bataille. Il l'a fait d'une manière qui n'est ni spectaculaire ni flamboyante, mais il veut aller au cœur du problème. Il réalise qu'ici, au Canada, l'Agence du revenu du Canada nous pose problème.
La manière dont l'Agence considère la collection de revenus fiscaux partout au pays est problématique. Le sénateur reconnait, tout comme nous, que l'Agence fonctionne de manière arbitraire. Lorsqu'elle doit faire face à la collection d'impôts des particuliers, elle agit de façon différente selon qu'ils sont aisés ou moins aisés. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est le rapport du vérificateur général, en 2018. En effet, selon ce rapport, il y a un manque de standardisation et de normalisation dans les processus de collection à l'Agence du revenu du Canada.
S'il y a deux contribuables différents, on agit de deux manières différentes. Ce n'est pas professionnel. C'est injuste et cela a perpétué la perception selon laquelle l'Agence du revenu du Canada et le gouvernement du Canada agissent de façon différente selon la richesse ou le privilège du contribuable auquel ils ont affaire.
C'est un problème majeur, parce que cela nous place devant un système à deux vitesses. Dans ce système, le gouvernement va essayer d'obtenir une entente à l'amiable avec les gens qui ont les moyens de se défendre. C'est effectivement ce qu'on peut observer. Le gouvernement tente alors de régler la situation pour se débarrasser du dossier parce que ce sera trop dispendieux d'aller recouvrer de l'argent de quelqu'un ayant les moyens de se défendre. Cependant quand on parle des gens qui ne peuvent pas se défendre, le gouvernement agit rapidement pour aller chercher l'argent.
On doit normaliser la manière dont l'Agence fait les choses, mais, surtout, on doit retirer le pouvoir d'évaluation à l'Agence du revenu du Canada, qui va évaluer cet écart fiscal de manière peu crédible. Il faut demander au gouvernement de façon régulière qu'il fasse son devoir, qu'il fasse preuve de diligence et qu'il donne de façon régulière et répétée l'information que demande le directeur parlementaire du budget pour évaluer cet écart fiscal.
C'est la raison pour laquelle je serai fier d'appuyer ce projet de loi.
View Matt Jeneroux Profile
CPC (AB)
View Matt Jeneroux Profile
2019-05-16 17:57 [p.27979]
Mr. Speaker, I am thankful to be able to stand and speak on behalf the hon. member for Calgary Rocky Ridge. He is a dear friend, and I believe that this is a very important piece of legislation that he is bringing forward here in the House. It is an honour to speak on it.
I would also like to thank Senator Percy Downe for introducing this bill in the Senate. It is a shame that the government plans to oppose it, but I hope government members will listen to all of the reasons that this bill makes sense for the government and for Canadians.
It is timely to be speaking about Bill S-243 now, as the majority of Canadians just finished filing their taxes with the Canada Revenue Agency. We also just found out that the Canada Revenue Agency wrote off $133 million owed by a single taxpayer.
CRA employees discussed the large writeoff in an internal memo in September of 2018, and the media reported on this memo in April. However, we do not know who the taxpayer is or whether it is a person or a corporation. We also do not know whether this writeoff is related to government subsidies, which is something Canadians should know.
The aim of this bill is to keep the CRA accountable for tax collection efforts. It would also require the CRA to report on the tax gap, which is the difference between taxes owing and taxes actually collected. The bill would also require the CRA to publish information on convictions for domestic and offshore tax evasion. Data shows that the offshore tax gap for the 2014 tax year was between $0.8 billion and $3 billion.
The CRA has published information about the tax gap related to the goods and services tax. In 2014, here the offshore tax gap was estimated to be about $4.9 billion. The CRA has also shared the domestic personal income tax gap for that same year, 2014, at $8.7 billion. In that one year, the money owed for the tax gap, which could have been as high as $16 billion, could have funded many programs or eased the tax burden for many Canadians.
Conservatives believe in making life more affordable for Canadians and in keeping taxes as low as possible to stimulate the economy. When the government loses a significant amount of money because of a tax gap, it means that taxes could be raised for the rest of us. This penalizes law-abiding Canadians.
I support Senator Downe's bill, which is sponsored by the member for Calgary Rocky Ridge here in the House, because it makes sense and makes the CRA and those Canadians not living up to their responsibility to pay taxes more accountable.
Some Canadians are concerned that reporting on the tax gap could threaten their privacy, but this bill balances the privacy of individuals with transparency and accountability for the CRA. The information would be reported to the Parliamentary Budget Officer, so its intent is not to name and shame average Canadians.
The United States, the United Kingdom, Sweden and Australia all report on their tax gaps. These governments all indicate that they report this information because it helps their revenue departments understand how and why non-compliance occurs. This information is helpful to policy-makers, who can then make better-informed decisions about tax policy and also help the government better manage its resource allocation.
Canada should have this system. Mandating measurement of the tax gap ensures that future governments and parliaments have all of the information necessary to take action on the tax gap.
Many of us are aware that offshore tax evasion is a problem in Canada. Almost 1,000 Canadian taxpayers, including individuals, corporations and trusts, were named in the Panama papers three years ago.
The CRA told media last month that it had identified 894 taxpayers and had finished reviewing 525 of these cases, resulting in $14.9 million in federal taxes and penalties. This number will rise as audits continue.
Although the CRA told the media the amount of taxes assessed, it did not say how much of that money has actually been collected. Senator Downe's bill, if passed, would require the CRA to report that type of information to Canadians. As I mentioned before, this type of information would be incredibly helpful to our policy-makers. Many other countries use this information, and Canadians would be better served if our policy-makers also had this kind of information.
Most Canadians work hard all year and diligently file their taxes. These are honest people who would never attempt to cheat the government. However, we see wealthy Canadian individuals and corporations attempt to cheat the tax system all the time.
Tax money is used to fund services we enjoy, such as health care, transit and roads. The CRA should be able to say how much money it has collected as a result of the Panama papers. This is in the Canadian public interest.
Similarly, it should be allowed and able to tell us why $133 million was written off for a single taxpayer. That money could provide significant funding for public services, and Canadians deserve to know why this taxpayer or corporation received special treatment while the rest of us diligently work to pay our fair share.
I have had many constituents complain about dealings with the CRA, including poor levels of service or the agency repeatedly requesting documentation that has already been provided to a different branch. The Office of the Taxpayers' Ombudsman, which operates at arm's length from the CRA, has experienced an increase in complaints over the last few years. In 2017, the taxpayers' ombudsman said the biggest complaints were: first, the struggle to even get through to the CRA call centre, which can be a huge headache, especially around tax time. Other complaints included receiving inconsistent and incorrect information from the call centre agent and the lack of information sharing between different branches of the CRA. Many Canadians have been asked to produce the same information or documents more than once, because the person's file was not properly shared between departments.
The taxpayers' ombudsman called these problems “systemic” and said there are other deeply rooted problems. The CRA acknowledges that it needs to do more to better serve Canadians, and representatives from the agency will be travelling across Canada over the next month to conduct in-person consultations on how the CRA can improve its services. I have no doubt they will receive plenty of feedback. I am hopeful that the CRA will take this feedback and then implement it to create a better-run system, which Canadians deserve.
I know it is not just the CRA that has these problems. A recent Auditor General report found that other government departments, including immigration, employment insurance and the Canada pension plan, did not answer their phones for the millions of Canadians who called them in 2017 and 2018. It is obvious the government needs to make huge improvements to give Canadians the accessible service they require and deserve.
I hope these consultations by the CRA are fruitful and we will see a service improvement in the near future. I know how seriously Canadians take the CRA, except for wealthy Canadians who keep their money in offshore accounts without thinking of the consequences. For many Canadians, getting a letter from the CRA is anxiety-inducing, and dealing with audits and investigations can cause high levels of stress.
When Canadians owe the CRA money, most work to pay that money back, whether it is through installments or a lump sum payment. Most people would not dream of running out on the bill, so to speak, so they should not be unfairly penalized when corporations and wealthy Canadians run out on their tax obligations.
If this bill passes, it means increased accountability for the CRA, which is in the best interests of taxpayers. The changes proposed in this bill require the CRA to report on all convictions for tax evasion in addition to reporting the tax gap, as I mentioned earlier. This data would be reported to the Minister of National Revenue in the CRA's annual report, which is tabled in Parliament. The Minister of National Revenue is also required to provide the Parliamentary Budget Officer with data to calculate the tax gap.
These amendments, which would be inexpensive to implement, would increase transparency, which the government allegedly values. Publicly available reports on the gap between income taxes owed and taxes collected will provide a metric for judging the efficacy of measures to combat income tax evasion. This is important information for Canadians to have access to. Many other western nations publicly post this information. Canada is already behind standard practice in this regard. Conservatives support any measures to enhance the effectiveness and accountability of the public service.
Bill S-243 is a common-sense amendment to the Canada Revenue Agency Act, and I support the amendments.
I thank Senator Downe for his work on this bill, and the member for Calgary Rocky Ridge for helping to get the bill through the House of Commons. I appreciate the opportunity to speak to this bill today.
Monsieur le Président, je suis heureux de pouvoir prendre la parole au nom du député de Calgary Rocky Ridge. C'est un ami très cher, et la mesure législative qu'il présente à la Chambre est très importante. C'est un honneur pour moi d'intervenir à ce sujet.
J'aimerais également remercier le sénateur Percy Downe d'avoir présenté ce projet de loi au Sénat. C'est dommage que le gouvernement ait l'intention de s'y opposer, mais j'espère que les députés ministériels comprendront toutes les raisons pour lesquelles ce projet de loi est sensé pour le gouvernement et pour les Canadiens.
Il est tout à fait opportun de parler du projet de loi S-243 maintenant, car la majorité des Canadiens viennent tout juste de terminer de soumettre leur déclaration de revenus à l'ARC. Nous venons aussi de découvrir que l'ARC a radié 133 millions de dollars dus par un seul contribuable.
Les employés de l'ARC ont traité de l'importante radiation dans une note interne en septembre 2018, et les médias en ont fait état en avril. Toutefois, nous ne savons pas qui est le contribuable ni s'il s'agit d'une personne ou d'une société. Nous ne savons pas non plus si cette radiation est liée aux subventions gouvernementales, ce que les Canadiens devraient savoir.
Ce projet de loi vise à tenir l'ARC responsable de la perception des impôts. Il exige également que l'ARC fasse état du manque à gagner fiscal, soit la différence entre les impôts dus et les impôts réellement perçus. Enfin, le projet de loi obligerait l'ARC à rendre publics certains renseignements concernant l'évasion fiscale, ici comme à l'étranger. Des statistiques indiquent que le manque à gagner fiscal à l'étranger pour l'année d'imposition 2014 se chiffrait entre 0,8 et 3 milliards de dollars.
L'ARC a rendu publics des renseignements relatifs au manque à gagner fiscal lié à la taxe sur les produits et services. En 2014, le manque à gagner fiscal à l'étranger avoisinait les 4,9 milliards de dollars. L'ARC a également fait état du manque à gagner fiscal national lié à l'impôt sur le revenu des particuliers, qui pour la même année, 2014, totalisait 8,7 milliards de dollars. Au cours de cette seule année, les sommes dues en raison du manque à gagner fiscal, qui pourraient bien avoir atteint 16 milliards de dollars, auraient permis de financer de nombreux programmes ou d'alléger le fardeau financier de bien des Canadiens.
Les conservateurs croient qu'il est possible de rendre la vie plus abordable aux Canadiens et de garder le taux d'imposition aussi faible que possible afin de stimuler l'économie. Lorsque le gouvernement perd des sommes considérables en raison d'un manque à gagner fiscal, il risque d'augmenter les impôts du reste de la population. Ainsi, on pénalise les honnêtes citoyens.
J'appuie le projet de loi du sénateur Downe, qui est parrainé à la Chambre par le député de Calgary Rocky Ridge, parce qu'il est sensé et qu'il obligerait l'Agence du revenu du Canada et les Canadiens qui n'assument pas leur responsabilité de payer leurs impôts à rendre davantage de comptes.
Certains Canadiens s'inquiètent du fait que la publication de rapports sur le manque à gagner fiscal pourrait compromettre leur vie privée. Toutefois, ce projet de loi atteint un juste équilibre entre, d'une part, la protection de la vie privée des citoyens et, d'autre part, la transparence et l'obligation de rendre compte de l'Agence du revenu du Canada. Les renseignements seraient communiqués au directeur parlementaire du budget; par conséquent, le projet de loi ne vise pas à nommer des Canadiens ordinaires ni à les couvrir de honte.
Les États-Unis, le Royaume-Uni, la Suède et l'Australie publient tous des rapports sur leur manque à gagner fiscal. Les gouvernements de ces pays disent tous qu'ils font rapport de ces données parce que cela aide leur ministère du Revenu respectif à comprendre comment et pourquoi surviennent les manquements. Ces renseignements sont utiles aux décideurs, qui peuvent ainsi prendre des décisions plus éclairées au sujet de la politique fiscale, et ils aident le gouvernement à mieux gérer l'attribution des ressources.
Le Canada devrait se munir d'un tel système. En obligeant les gouvernements et les Parlements à mesurer le manque à gagner fiscal, on pourra veiller à ce qu'ils disposent de tous les renseignements nécessaires pour régler le problème.
Bon nombre d'entre nous savent que l'évasion fiscale à l'étranger est un problème au Canada. Près de 1 000 contribuables canadiens, dont des particuliers, des entreprises et des fiducies, ont été nommés dans les Panama Papers il y a trois ans.
Le mois dernier, l'ARC a dit aux médias qu'elle avait identifié 894 contribuables et terminé l'examen de 525 de ces cas, générant ainsi 14,9 millions de dollars en impôt fédéral et en pénalités. Ce chiffre augmentera à mesure que les vérifications se poursuivront.
Même si l'ARC a précisé aux médias le montant de l'impôt établi, elle n'a pas indiqué quelle partie de cette somme a été perçue. Le projet de loi du sénateur Downe, s'il est adopté, obligerait l'ARC à communiquer ce type d'information aux Canadiens. Comme je l'ai mentionné auparavant, ce genre de renseignements seraient extrêmement utiles pour les décideurs. Bon nombre d'autres pays les utilisent déjà, et les Canadiens seraient mieux servis si nos décideurs disposaient eux aussi de cette information.
La plupart des Canadiens travaillent fort toute l'année et produisent leurs déclarations de revenus sans tarder. Ce sont des gens honnêtes qui ne chercheraient jamais à escroquer le gouvernement. Cependant, il y a des gens bien nantis et des riches entreprises au pays qui tentent constamment de tromper le fisc.
Les recettes fiscales servent à financer les services dont nous profitons, comme les soins de santé, le transport en commun et les routes. L'ARC devrait être en mesure d'indiquer combien d'argent les Panama Papers lui ont permis de recueillir. Ce serait dans l'intérêt de la population canadienne.
Dans le même ordre d'idées, l'ARC devrait être autorisée et apte à nous dire pourquoi elle a radié 133 millions de dollars dus par un seul contribuable. Cet argent aurait pu servir à injecter des sommes considérables dans des services publics, et les Canadiens méritent de savoir pourquoi ce contribuable ou cette entreprise a bénéficié d'un traitement spécial alors que le reste d'entre nous s'appliquent avec diligence à payer leur juste part.
J'entends beaucoup de gens de ma circonscription se plaindre de leurs rapports avec l'ARC, notamment en ce qui concerne la mauvaise qualité des services et le fait qu'on réclame des documents qui ont déjà été fournis à une autre direction. Le Bureau de l'ombudsman des contribuables, qui est indépendant de l'ARC, a enregistré une augmentation des plaintes au cours des dernières années. Voici les principales plaintes reçues par l'ombudsman des contribuables en 2017. Tout d'abord, il y a la difficulté à rejoindre le centre d'appels de l'ARC, ce qui peut-être un véritable casse-tête, surtout durant la saison des impôts. On mentionne aussi les informations incohérentes ou inexactes reçues des agents du centre d'appel et le manque de communication entre les différentes directions de l'ARC. Beaucoup de Canadiens se sont fait demander de produire les mêmes informations ou les mêmes documents plus d'une fois, parce que leur dossier n'avait pas été transmis à tous secteurs concernés.
Selon l'ombudsman des contribuables, il s'agit de problèmes systémiques, auxquels s'ajoutent d'autres problèmes profondément ancrés. L'ARC reconnaît qu'elle doit en faire plus pour mieux servir les Canadiens. Des représentants de l'ARC vont se déplacer un peu partout au Canada au cours du prochain mois pour mener des consultations en personne et demander comment l'ARC peut améliorer ses services. Je ne doute pas qu'ils recueilleront amplement de commentaires. J'espère que l'ARC s'en servira pour créer et mettre en oeuvre un système qui fonctionne mieux, comme le méritent les Canadiens.
Je sais que l'ARC n'est pas la seule à éprouver ce genre de problèmes. Selon un rapport du vérificateur général publié récemment, d'autres organismes gouvernementaux, notamment ceux qui sont responsables de l'immigration, de l'assurance-emploi et du Régime de pensions du Canada, n'ont pas répondu aux appels de millions de Canadiens en 2017 et 2018. Manifestement, le gouvernement doit améliorer considérablement l'accès aux services dont les Canadiens ont besoin et qu'ils méritent.
J'espère que les consultations menées par l'ARC porteront leurs fruits et que l'accès aux services sera amélioré prochainement. Je sais que les Canadiens prennent l'ARC très au sérieux, sauf ceux qui sont très riches et qui conservent leur argent dans des comptes à l'étranger sans se soucier des conséquences que cela engendre. Pour de nombreux Canadiens, recevoir une lettre de l'ARC est synonyme d'anxiété, et les processus de vérification et d'enquête peuvent leur causer beaucoup de stress.
Lorsque les Canadiens doivent de l'argent à l'ARC, la plupart d'entre eux s'efforcent de rembourser cet argent au moyen de versements ou d'un paiement forfaitaire. La majorité des gens n'essayeraient jamais de se soustraire au fisc. Ils ne devraient donc pas être injustement pénalisés lorsque les sociétés et les mieux nantis de la société canadienne ne respectent pas leurs obligations fiscales.
Si le projet de loi est adopté, l'ARC devra rendre davantage de comptes, ce qui est dans l'intérêt des contribuables. Comme je l'ai mentionné tout à l'heure, grâce aux modifications proposées dans ce projet de loi, on pourra exiger que l’ARC fasse état de toutes les condamnations pour évasion fiscale ainsi que du manque à gagner fiscal. Ces données seront transmises au ministre du Revenu national dans le rapport que l'ARC soumettra chaque année, qui sera déposé au Parlement. Le ministre du Revenu national est aussi tenu de fournir des données au directeur parlementaire du budget pour qu'il calcule le manque à gagner fiscal.
Ces modifications, dont la mise en œuvre serait peu coûteuse, renforceraient la transparence, ce que le gouvernement prétend valoriser. Des rapports accessibles au public sur l'écart entre les impôts dus et les impôts perçus fourniront une mesure pour évaluer l'efficacité des mesures visant à lutter contre l'évasion fiscale. Ce sont des renseignements importants auxquels les Canadiens doivent avoir accès. Beaucoup d'autres pays occidentaux publient ces renseignements. Le Canada est déjà en retard au chapitre des pratiques courantes à cet égard. Les conservateurs appuient toute mesure visant à accroître l'efficacité et la responsabilité de la fonction publique.
Le projet de loi S-243 apporte des modifications sensées à la Loi sur l’Agence du revenu du Canada, et j'appuie ces modifications.
Je remercie le sénateur Downe de son travail sur ce projet de loi, ainsi que le député de Calgary Rocky Ridge d'avoir contribué à l'adoption du projet de loi à la Chambre des communes. Je suis heureux d'avoir pu parler de ce projet de loi aujourd'hui.
View Deborah Schulte Profile
Lib. (ON)
View Deborah Schulte Profile
2019-05-16 18:06 [p.27980]
Mr. Speaker, I would like to start by thanking the member from the other place, who initiated this bill, for his efforts to bring attention to Canada's tax gap through Bill S-243, and the member for Calgary Rocky Ridge, who sponsored this bill so that we can have a healthy debate on it in this House.
Our government agrees that when the tax gap information is publicly available, it demonstrates a commitment to transparency and helps to identify opportunities to make a fairer tax system for all Canadians. Bill S-243 has put a spotlight on the importance of understanding Canada's tax gap. We thank the senator for that.
The Minister of National Revenue has been very clear about her commitment to fighting tax evasion and to measuring the tax gap, helping to shine a spotlight on the cost of tax evasion.
I find it a bit rich to hear the Conservative opposition members speak in support of the bill. They seem to have completely erased from their memory the Harper government's attacks on the PBO and the utter refusal to consider studying the tax gap. As a matter of fact, I would like to draw the attention of members to what the former vice-chair of the public accounts committee and Conservative MP for Don Valley West, John Carmichael, said in 2014, when talking about the tax gap. He decided to explain to the opposition the mechanics of measuring the tax gap in order “to explain why deriving such an estimate would be overly complex, inefficient, and a total waste of time.” He followed this statement by saying that studying the tax gap was “nonsensical”.
Let us talk about something that is nonsensical: the Conservatives pretending to care about measuring the tax gap and wanting more transparency for Canadians. We have 10 years of Harper's track record on tax evasion to know that studying the tax gap is no priority for that side of the House. Unlike my colleagues on the other side, I am very proud of my government's track record on this issue.
While we agree with the spirit of this bill, due to the requirements and importance of protecting the confidentiality of taxpayers' information, and our concerns related to the proposed legislative vehicle in this bill, our government cannot support it.
This bill asks to change the Parliamentary Budget Officer's model of access to information by compelling the Minister of National Revenue to provide data to the PBO through amendments to the Canada Revenue Agency Act. This act is not the right legislative vehicle to change the PBO's model of access to information. lt would pose concerns for the confidentiality of taxpayer information. The current report to the PBO is issued in a format that protects taxpayers' information. This bill would also create an unnecessary administrative burden for the CRA, as the tax gap is already being reported on.
Allow me to elaborate. To start, Bill S-243 would require the Minister of National Revenue to collect, compile, analyze and abstract statistics on the tax gap every three years and to publish them in the annual report to Parliament of the Canada Revenue Agency. The CRA already publishes research and estimates on various components of the tax gap and has a strong public commitment to continue to do so. Therefore, adding a legislative requirement to collect, compile, analyze and abstract statistics on the tax gap in the CRA's annual departmental results report is unnecessary.
The CRA already has a dedicated team in place to study the tax gap. Through the work of this team, the CRA has published four reports pertaining to the tax gap. Unlike the allegations of the member for Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques in his speech, the government took immediate action. In June 2016, the CRA published a conceptual study on tax gap estimation. At the same time, it published the tax gap estimates for the goods and services harmonized sales tax. In June 2017, the CRA published tax gap estimates on domestic reporting and payment non-compliance by individuals. In June 2018, it published a report on tax gap estimates on offshore non-compliance by individuals on the international scale. In June 2019, the CRA will release its fifth report on the tax gap, which will provide information about corporate income tax non-compliance.
These reports are published on the Canada.ca website. They describe the methodology the CRA used to estimate the tax gap. They also provide information on the CRA's compliance efforts to reduce these gaps. Collectively, these reports provide the basis for a more comprehensive tax gap estimate.
Therefore, yes, we agree that the tax gap is important to measure. That is why it is already being done.
I would now like to bring to members' attention the requirement in the bill for the CRA to provide the PBO with the data collected and compiled on the tax gap as well as any additional data the PBO considers relevant to conducting a further analysis of the tax gap.
Members may know that the CRA already provides the PBO with information on this tax gap, and it is in a format that does not compromise taxpayer confidentiality. This bill simply does not amend the appropriate act. In fact, these proposed changes run the risk of creating confusion about the PBO's existing legislated access to information. Indeed, amending a departmental statute such as the Canada Revenue Agency Act would not broaden access to taxpayer data or information. This bill should require significant and consequential amendments to legislation directly related to providing taxpayer data, such as section 241 of the Income Tax Act or section 295 of the Excise Tax Act to make such a change, but it does not.
What this would not change, however, is the CRA's commitment to continue to work closely with the PBO, the Privacy Commissioner and Statistics Canada to determine how best to share the relevant information necessary for the work of the PBO while also protecting the confidentiality of taxpayers' information.
Last, I would like to touch on the stipulation in Bill S-243 that would require the CRA to provide in its departmental results report a detailed list of all convictions for tax evasion, including a separate list for overseas tax evasion. Similar to the commitment to reporting the tax gap, the CRA has already been providing this information at Canada.ca since 2017. The available information identifies individuals, corporations and trusts convicted in the courts for tax evasion or for failing to file income tax returns. It includes convictions that have links to money and assets located offshore.
The CRA's departmental performance report already includes information about convictions. The CRA also offers a service that notifies subscribers about enforcement activities. Given these efforts, it is clear that the CRA already provides significant information about its enforcement activities, just like what is being requested in Bill S-243.
Once again, I thank the member from the other place who initiated this bill for his commitment to ensuring that Canadians have greater access to information about non-compliance. Our government will continue to report on the tax gap to ensure that taxpayer information is and stays confidential and will continue to remain transparent in our fight against tax evasion. That is what we have been doing for the past three and a half years and that is what we will continue to do.
Monsieur le Président, je tiens tout d'abord à remercier le sénateur qui a présenté le projet de loi S-243 afin d'attirer l'attention sur le manque à gagner fiscal au Canada et le député de Calgary Rocky Ridge, qui a parrainé le projet de loi afin que nous puissions tenir un débat constructif sur le sujet à la Chambre.
Le gouvernement convient que, en donnant au public l'accès aux renseignements sur le manque à gagner fiscal, il montre son engagement en matière de transparence et contribue à rendre le régime fiscal plus équitable pour tous les Canadiens. Le projet de loi S-243 a mis en évidence l'importance de comprendre le manque à gagner fiscal au Canada. Nous en remercions le sénateur.
La ministre du Revenu national a très clairement indiqué son engagement à lutter contre l'évasion fiscale et à mesurer le manque à gagner fiscal, ce qui nous permettra de faire la lumière sur le coût de l'évasion fiscale.
Je trouve plutôt fort d'entendre les députés de l'opposition conservatrice parler en faveur du projet de loi. Ils semblent avoir complètement effacé de leur mémoire les attaques du gouvernement Harper contre le directeur parlementaire du budget et son refus catégorique d'envisager d'étudier la question du manque à gagner fiscal. En fait, j'aimerais attirer l'attention des députés sur ce qu'avait dit en 2014 l'ancien vice-président du comité des comptes publics et député conservateur de Don Valley-Ouest, John Carmichael, à propos du manque à gagner fiscal. Il avait décidé d'aider l'opposition à comprendre ce que supposait l'évaluation du manque à gagner fiscal et lui « expliquer pourquoi une telle estimation serait complexe, inefficace et inutile. » Il a ensuite ajouté que l'évaluation du manque à gagner fiscal « n'a pas de sens ».
Parlons d'une chose qui n'a pas de sens: les conservateurs qui font semblant de se soucier du calcul du manque à gagner fiscal et exigent plus de transparence pour les Canadiens. Le bilan des 10 années de gouvernement Harper en matière d'évasion fiscale nous montre bien que le manque à gagner fiscal est loin d'être un sujet prioritaire de ce côté-là de la Chambre. Contrairement à mes collègues d'en face, je suis très fière du bilan du gouvernement libéral dans ce domaine.
Bien que nous soyons d'accord sur l'idée qui sous-tend le projet de loi, l'importance qui doit être accordée à la protection des renseignements sur les contribuables et les exigences en la matière, de même que nos réserves quant au mécanisme législatif proposé font en sorte que nous ne pouvons pas l'appuyer.
Ce projet de loi nous propose de changer le mode d'accès à l'information du directeur parlementaire du budget. En effet, en modifiant la Loi sur l'Agence du revenu du Canada, la mesure législative obligerait le ministre du Revenu national à fournir des données au directeur parlementaire du budget. Il ne s'agit pas de l'instrument législatif approprié pour changer le mode d'accès à l'information du directeur parlementaire du budget. On pourrait y voir une atteinte à la confidentialité des renseignements des contribuables. Le rapport actuel présenté au directeur parlementaire du budget est rédigé dans un format qui protège les renseignements des contribuables. Le projet de loi créerait également un fardeau administratif inutile pour l'Agence du revenu du Canada, puisque le manque à gagner fiscal fait déjà l'objet d'un rapport.
Voici ce que je veux dire. Tout d'abord, le projet de loi S-243 exigerait que le ministre du Revenu national recueille, compile, analyse et dépouille les statistiques sur le manque à gagner fiscal tous les trois ans et qu'il les inclue dans le rapport annuel au Parlement de l'Agence du revenu du Canada. Cette dernière publie déjà des résultats de recherche et des estimations sur divers aspects du manque à gagner fiscal et s'est fermement engagée publiquement à continuer à le faire. Par conséquent, il n'est pas nécessaire d'inscrire dans la loi que l'Agence du revenu du Canada doit recueillir, compiler, analyser et dépouiller les statistiques sur le manque à gagner fiscal et qu'elle doit les publier dans son rapport annuel sur les résultats ministériels.
L'Agence du revenu du Canada a déjà formé une équipe de spécialistes pour étudier l'écart fiscal. Grâce au travail de cette équipe, l'Agence a publié quatre rapports portant sur la question. Contrairement aux allégations prononcées dans l'intervention du député de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, le gouvernement a pris des mesures immédiates. En juin 2016, l'Agence a publié une étude conceptuelle sur l'estimation de l'écart fiscal. En même temps, elle a publié l'estimation de l'écart lié à la taxe sur les produits et services et à la taxe de vente harmonisée. En juin 2017, elle a publié un rapport de l'estimation de l'écart fiscal sur le revenu des particuliers au Canada et la non-conformité aux paiements. En juin 2018, elle a publié un rapport sur l'écart fiscal international sur le revenu des particuliers. En juin 2019, l'Agence du revenu du Canada publiera son cinquième rapport sur l'écart fiscal, qui portera sur le non-paiement de l'impôt des sociétés.
Ces rapports sont publiés sur le site Web Canada.ca. Ils décrivent la méthodologie employée par l'Agence du revenu du Canada pour estimer l'écart fiscal. Ils offrent aussi des informations sur les efforts de l'Agence visant à assurer la réduction de l'écart. Pris ensemble, ses rapports servent de base pour une estimation plus complète de l'écart fiscal.
Nous sommes donc d'accord, il est important de mesurer l'écart fiscal et c'est ce que l'on fait déjà.
J'aimerais maintenant attirer l'attention des députés sur la disposition du projet de loi qui oblige l'Agence du revenu du Canada à fournir au directeur parlementaire du budget les données recueillies et compilées sur l'écart fiscal, de même que toute l'information supplémentaire que celui-ci pourrait trouver utile pour mener des analyses plus poussées.
Les députés savent peut-être que l'Agence fournit déjà au directeur parlementaire du budget des informations sur l'écart fiscal, dans un format qui ne compromet pas l'anonymat des contribuables. Ce projet de loi ne modifie tout simplement pas la bonne loi. En fait, les changements proposés risquent de créer de la confusion par rapport à l'accès réglementé à l'information dont dispose déjà le directeur parlementaire du budget. Modifier une loi ministérielle telle que la Loi sur l'Agence du revenu du Canada ne donnerait pas davantage d'accès aux données relatives aux contribuables. Pour opérer un tel changement, ce projet de loi exigerait des modifications importantes et conséquentes aux dispositions législatives concernant directement la communication de données sur les contribuables, telles que l'article 241 de la Loi de l'impôt sur le revenu ou l'article 295 de la Loi sur la taxe d'accise. Or, il ne le fait pas.
Ce qui ne changerait pas, cependant, c'est l'engagement qu'a pris l'Agence du revenu du Canada de collaborer étroitement avec le directeur parlementaire du budget, le commissaire à la protection de la vie privée et Statistique Canada pour établir le meilleur moyen de communiquer l'information nécessaire pour le travail du directeur parlementaire du budget tout en protégeant le caractère confidentiel de l'information sur les contribuables.
Enfin, j'aimerais parler de la stipulation du projet de loi S-243 qui obligerait l'Agence du revenu du Canada à fournir, dans son rapport des résultats ministériels, une liste détaillée de toutes les condamnations pour évasion fiscale, incluant une liste distincte pour évasion fiscale internationale. Un peu comme elle s'est engagée à faire rapport de l'écart fiscal, l'Agence du revenu du Canada fournit déjà cette information sur Canada.ca depuis 2017. L'information disponible nomme les personnes, les sociétés et les fiducies reconnues coupables, par un tribunal, d'évasion fiscale ou d'omission de produire une déclaration de revenus. Cela comprend les condamnations liées à de l'argent et à des biens situés à l'étranger.
Le rapport ministériel sur le rendement de l'Agence du revenu du Canada comprend déjà des renseignements sur les condamnations. L'Agence du revenu du Canada offre également un service qui avise les abonnés au sujet des activités d'application de la loi. Compte tenu de ces efforts, il est évident que l'Agence du revenu du Canada fournit déjà des renseignements considérables à propos de ses activités d'application de la loi, à l'instar de ce qui est demandé dans le projet de loi S-243.
Une fois de plus, je remercie le sénateur qui a présenté ce projet de loi de son engagement à faire en sorte que les Canadiens aient un accès accru à l'information concernant le non-respect de la loi. Le gouvernement continuera de faire rapport de l'écart fiscal de manière à s'assurer que les renseignements des contribuables sont et demeurent confidentiels et demeurera transparent dans sa lutte contre l'évasion fiscale. C'est ce que nous faisons depuis trois ans et demi et c'est ce que nous continuerons de faire.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2019-05-13 12:19 [p.27666]
Mr. Speaker, it is important to recognize that, including today, there are only 25 more sitting days scheduled in the calendar. It is interesting that the New Democrats say that time allocation is bad, even though when they were in opposition and prioritized a bill and said they wanted it to pass, they supported time allocation.
Within government, there is very important legislation we have to get through in the next 25 days. Would my colleague, the minister, be able to provide his thoughts on how important it is that we continue to pass legislation all the way to the end and that the expectation of Canadians is that we do not just coast through but continue to recognize the important legislation and allow it to be passed? Just because there are only 25 days to go does not mean that we should sit back and not do anything. There are things that need to be done, and as a government, we should be prepared to do them. Would my colleague not agree?
Monsieur le Président, il ne faut pas oublier qu'il ne reste plus que 25 jours de séance, y compris celui-ci. Il est intéressant d'entendre les néo-démocrates dénoncer l'attribution de temps, alors que lorsqu'ils formaient l'opposition et qu'ils accordaient une haute priorité à un projet de loi en affirmant leur volonté qu'il soit adopté, ils appuyaient l'attribution de temps.
Il y a des projets de loi ministériels très importants qui doivent être adoptés au cours des 25 prochains jours de séance. Mon collègue le ministre pourrait-il nous dire son avis sur l'importance de poursuivre l'adoption de mesures législatives jusqu'à la fin? Les Canadiens s'attendent à ce que nous reconnaissions l'importance des projets de loi en les adoptant et non à ce que nous nous la coulions douce? Ce n'est pas parce qu'il ne reste que 25 jours que nous devons rester les bras croisés et ne rien faire. Il y a des choses à faire et, en tant que gouvernement, nous devrions être prêts à les faire. Mon collègue est-il d'accord avec moi?
View Jonathan Wilkinson Profile
Lib. (BC)
View Jonathan Wilkinson Profile
2019-05-13 12:21 [p.27667]
Mr. Speaker, I certainly agree with my hon. colleague. There are a number of pieces of legislation before this House that it is very important to Canadians across the country, from coast to coast to coast, we move forward with and ensure are implemented effectively. Certainly Bill C-55 falls into that category.
The ability to ensure that we are able, on an interim basis, to protect areas of great ecological and biological significance is very important in a world where biodiversity is in decline and the impacts of climate change are increasingly prevalent. We need to move forward in a way that allows us to ensure that the future of the environment is a clean one for our children and our grandchildren.
Monsieur le Président, je suis tout à fait d'accord avec le député. Il est très important pour les Canadiens de partout au pays qu'un certain nombre de projets de loi dont la Chambre est saisie aillent de l'avant et soient mis en oeuvre efficacement. Le projet de loi C-55 appartient assurément à cette catégorie.
Dans un monde où la biodiversité s'amenuise et où les répercussions des changements climatiques se font de plus en plus sentir, il faut que nous soyons en mesure de protéger provisoirement les zones importantes sur le plan écologique et biologique. Nous devons aller de l'avant de manière à assurer un environnement propre dans le futur, pour nos enfants et nos petits-enfants.
View Mel Arnold Profile
CPC (BC)
View Mel Arnold Profile
2019-05-10 12:15 [p.27638]
Madam Speaker, it is an honour to rise again. It is always awkward when we have our speeches interrupted by question period, but it is an honour to continue with my debate on the Senate amendments to Bill C-55, an act to amend the Oceans Act and the Canada Petroleum Resources Act.
This bill went through the House. It went through the Standing Committee on Fisheries and Oceans, which I sit on, and was studied at great length. There were a number of amendments put forward on this bill when it came through the House and the standing committee. Unfortunately, the majority of the amendments that would have provided openness, transparency, accountability and some assurance for the local communities that could be affected were rejected.
That is why I believe it went to the Senate. They have taken a look at it and have seen that it needs to have an increased level of accountability. It is simply not there.
In our opinion, the bill was not correctly drafted. That is just a continuation of what we have seen in draft legislation from the government. It seems to happen again and again. We get a bill before the House, it makes it through first and second reading here and goes to committee, and then a flood of amendments comes in.
Just recently, I remember the member for Kamloops—Thompson—Cariboo speaking about some of the indigenous-related bills that have been before the House, drafted by a government that is high on virtue and low on substance. It actually table-dropped a dozen or more amendments on top of an already long list of amendments that were actually submitted late, after the deadline. It was amendment after amendment coming from the very government that actually drafted the legislation in the first place.
It seems to be a continuation of ineptness on the government's part in seeing what needs to be in place in a piece of legislation. We have seen that multiple times. I actually had the opportunity to sub in at the environment committee when it was studying Bill C-69. That bill was rushed through this House and rushed through the process. I could not believe the rushed process when the committee was studying that bill, especially at the clause-by-clause stage.
I actually happened to sub in the day the committee was doing the clause-by-clause study of that bill and considering all of the amendments that were put forward on that bill. I believe that over 600 draft amendments were proposed. What is even more unbelievable is that over 300 of them came from the government side. There were 300-plus amendments from a government that originally drafted the bill. To me, that is unconscionable. How can it possibly be?
It is an example of how the government was very inept in getting any legislation moving in the early stages of its tenure, and now it is pushing and pushing to move things through at a faster pace as it comes closer to the end of its tenure. I certainly hope the end of that tenure happens in October. We are certainly working hard to restore the trust and faith that people in Canada and people around the world have in Canada. It was lost by the current government.
The government is simply trying to rush legislation through, but it is trying to do this through a lack of accountability, a lack of transparency and absolute power that is being bestowed on the ministers or the councils that operate under their purview. We see that in this bill.
The government does not want to be held accountable for the reasons that it may have within its secret place for establishing areas of interest or marine protected areas. It does not want to be held accountable for any part. If feels that it knows best.
It seems to be the drive of the current government to have the government manage everything. Pay it the taxes, and it will manage everything better. We know that it is not the right way to go. We know that the people on the ground, the people in the communities, know how to manage our fish and wildlife species, resources and access to those resources far better than a government centred here in Ottawa does.
The consultation process is a huge part of what is missing in Bill C-55. I will go back to my experience travelling across this great country, from the east Atlantic coast to our west Pacific coast to our North Atlantic coast, with the Standing Committee on Fisheries and Oceans.
We met with fishermen, with communities and with business owners in those communities. They wanted to provide input on where a marine protected area, MPA, may be instituted, how it may be instituted and what type of restrictions may be in place. Fishermen brought us maps with the proposed protected areas sketched out. They showed us areas where they would fish and set out their trap lines, fishing lines and long lines in a certain pattern so that they had room to work together as they fished and would not cross over each other's lines or get entanglements. They could fish in a progressive and orderly manner. However, what was happening with some of the proposed marine protected areas was that they had not been consulted on the no-take zones within those areas. They were being squeezed tighter and tighter. They were anticipating conflict on the seas, which is certainly not what we want to see, nor do we want to see people put at risk because they have to travel further or spend more time on the water to catch their harvest. However, it is that consultation that is missing in the bill, which is what the Senate was trying to put in there.
I will talk a little about my understanding of conservation versus preservation and conservatism versus socialism, which really came to light for me after I came to the House and participated in a number of debates here.
I come from a conservation background, where we use natural resources in a sustainable way. We take something out of those resources that gives value so that we have something tangible to put back in. Sometimes that can be as simple as a volunteer angler or hunter willing to put his hours back into habitat restoration, whether that be stream restoration for trout, salmon and species that might spawn in those streams or forest restoration for elk and deer. That is how they put something back, and they feel the need to put something back, because they have taken something from it. To me, that is true conservation, and I put that up against the preservation side any day.
The preservation side wants to lock everything up. There is no take. There is no consumption. There is no value received by anyone from locking it up. There may be some views or a little travel through that area, but basically, it is no touch and no take. Nothing is taken from it. What do we have to do to maintain that? We have to take from somewhere else. We need revenue to patrol, enforce and manage the piece that is preserved. To me, when we have to take from somewhere over here to support something over there, it is too much toward socialism, and I certainly hope we are not going to have to go that way.
There are other pieces in the bill that are really troubling. I want to quote from part of it:
The Governor in Council and the Minister shall not use lack of scientific certainty regarding the risks posed by any activity that may be carried out in certain areas of the sea as a reason to postpone or refrain from exercising their powers or performing their duties and functions under subsection 35(3) or 35.1(2).
For a government that claims to be investing billions in science, this paragraph jumped out at me when I first reviewed Bill C-55. That the Governor in Council and the minister shall not use the lack of scientific certainty in doing anything presents to me that they can use any reason they see fit, whether science supports it or not, to make a decision, which is simply unconscionable. I cannot support that type of power and authority being given to ministers of the Crown or their councils. The greatest part of that concern comes from foreign influence in those decisions. We see this continuously.
I mentioned earlier in my speech the consultations that took place on the closure of chinook fishing off the west coast of Vancouver Island. At the time, fishing organizations and local conservationists felt that they were having a reasonably good consultation process with the department about what closures there should be. They were working co-operatively. They were working with the department and the government on what they saw as viable solutions. They put forward their proposals, which they felt would be accepted. What they found out afterward was that there was a strong backdoor lobbying effort by environmental NGOs that wanted to see all fishing completely shut down. That pressure was behind the scenes, behind closed doors. No one knows what it was, because it was all done through ministerial confidence.
Foreign influence could affect the decisions that could be made through that clause saying that the minister does not need scientific evidence. All he needs is pressure from a foreign NGO. That is where I see huge risks in this bill. We had hoped to see more accountability in the reasoning, location and jurisdictional decisions the minister makes on establishing these MPAs.
Earlier today we heard the parliamentary secretary basically denounce the proposed amendments from the Senate, saying that they were redundant and not necessary. I would like to come to that. If they are redundant, they would be easy to step over to go to the next phase. If they showed that one phase of the consultation or assessment process covered off the concerns, when they got to the next phase, which might bring up those concerns again, they could point out, in the individual instances and cases, how those concerns were addressed. I really have a hard time agreeing with the parliamentary secretary's statements about the redundancy and the lack of the need for accountability. Everyone needs accountability from their government. I think that is why people send us here to Ottawa, to this great place. We are held accountable by our constituents back home.
I want to get back to an early draft of the legislation. The process in Bill C-55 is an attempt to speed up the government's ability to reach targets that were set by our government as targets, not hard-set goals but targets. We were working toward achieving those targets through a process of consultation and input from the local communities.
I talked about the marine protected areas that had been established in the north. I will have to apologize to the Inuit people for not being able to speak their language the way they do. There is the Anguniaqvia niqiqyuam marine closed area in the Arctic Ocean. There is the Tarium Niryutait closure also in the Arctic. Those marine closed areas were put in place because the communities wanted them. They saw what was there. They saw the value. However, they only protect against certain things. They protect against cruise ships coming in. They still allow the local harvest to take place for salmon, beluga whales and whatever the local Inuit had traditionally harvested out of those areas. It was a very co-operative process.
We travelled there and met with the chiefs and the band members. They were very proud of what they had achieved, a total opposite to what we have seen take place over the last three and a half years under the federal Liberal government. We saw a spirit of co-operation in the north, a recognition of those indigenous and Inuit values for the establishment of those MPAs. They were very specific about what they were protecting because they had consulted with the local people. The government understood what needed to be protected, what needed to be preserved, how big the area needed to be and what the risks were.
Another big part of what has taken place here is that for some of this, the moving forward with areas of interest and proposals for marine protected areas, there has not been a full identification of risks. There has not even been a basic identification of those risks. One of the things that came forward in the Senate amendments was that there would be an identification of the risks, the features and the species that might be involved in the marine protected areas.
Over the past couple of years, the fisheries minister has been questioned about MPAs, their enforcement, implementation and so on. One of the things that came out of the study we did, which was basically a unanimous report, was:
That, when identifying new areas of interest for marine protected areas, the Government of Canada evaluate net economic and social values and responsibilities, including cost of patrol and enforcement in Canada, particularly for remote marine areas.
The minister's response to this recommendation merely acknowledged that enforcement was an expense.
Last September, the minister's own national advisory panel, established to give advice on establishing marine protected areas, also recommended “That the government identify long-term, permanent, and stable funding for marine protected areas”. The minister's response to the advisory panel failed to even mention funding or resources for marine protected areas. It is unbelievable. It was mentioned in the committee report and in his own advisory panel's report and the minister did not even acknowledge it in his response.
DFO's 2019-20 departmental plan states that the department will provide enforcement in MPAs through the National Fisheries Intelligence Service, NFIS. However, the purpose of the NFIS, according to DFO, is large-scale fisheries offences, not habitat protection for pollution offences. The minister, through his department, is handing off patrol and enforcement of MPAs to the National Fisheries Intelligence Service that has no mandate to protect habitat or pollution.
There was no mention of MPA enforcement activities in the federal budgets or supplementary estimates since the fisheries committee and the minister's advisory panel told the government that enforcement activities needed to be funded. The minister knew there needed to be funding around enforcement. He was told that by the committee and by his own appointed panel, yet we saw nothing in the budget for enforcement of MPAs.
In the discussion earlier, I mentioned that local communities felt, in many cases, that they might be the best to patrol and enforce because they were on the water. They are out there anyway, performing their activities, at no real additional cost to the government. Therefore, they could spot the bad guys, the infractions, point out who was doing what at no expense. However, we have seen no program platform put forward, no ideas on how to enforce and increase the patrol of these upcoming MPAs.
It is another area where the government is simply putting out ideas and has no plan on how to follow through and complete those ideas. Without a funding plan for enforcement, the creation of marine protected areas is little more than government announcements and lines on a map. Out on the ocean, on the high seas, it may mean very little.
What is the government's funding plan for enforcement activities in marine protected areas?
I believe there were 24 recommendations from the standing committee's study on marine protected areas. The majority of those were around the consultation process that was needed, the consultation process with fishermen, with indigenous people, the Inuit and with people right across the country, on how it would affect them. I also do not want to forget the consultation that needs to take place with the shipping industry. All of those pieces need to be put together into a very intricate puzzle.
Recommendation 15 states:
That the creation of a marine protected area be founded on clear objectives, the best available science or, in urgent situations, the application of the precautionary principle, all informed by traditional knowledge contributed by the local indigenous communities and fishers that have traditionally operated in the area.
All of these pieces need to be put together. It is simply again the consultation process that needs to take place through the best available science. The recommendation is very clear, except for in an urgent situation, but still through the knowledge of the locals.
The bill has been through the House, the Senate, and amendments were proposed in the House and at committee. Unfortunately, a lot of those amendments were ignored by the government. We now have amendments from the Senate. Obviously, it saw problems with the bill. In that, we can see the bill is flawed. It needs to be improved. How the government intends to do it, I am not sure. The Liberals will probably try to push it through.
Rather than a page and a half of detailed points that the Senate made in its amendment that needed to be corrected, the government's response was to take a butcher's knife to it, send it back to the Senate, with three small bullet points saying that it needed to get this done so it could say that had achieved something, because the Liberals have achieved very little in their three and a half years.
I will conclude by thanking members for being here on a Friday to listen. It is has been an important process. I want to thank the Senate for its study and its committee that put the work into the study.
As I mentioned, even before the government introduced Bill C-55, in fact, months before, I moved the motion that the Standing Committee on Fisheries and Oceans take a look into how marine protected areas were established, the process and procedure for establishing those to ensure the science and consultation was done. The committee did some great work on that. Unfortunately, I do not believe the government has actually followed through on the process.
Madame la Présidente, c'est un honneur pour moi de prendre de nouveau la parole. Ça fait toujours drôle de devoir s'interrompre pour la période des questions, mais c'est tout de même un honneur pour moi de poursuivre mon discours sur les amendements du Sénat au projet de loi C-55, Loi modifiant la Loi sur les océans et la Loi fédérale sur les hydrocarbures.
Ce projet de loi a été étudié par la Chambre, puis par le Comité permanent des pêches et des océans, dont je fais partie et qui l'a longuement décortiqué. Que ce soit ici ou au comité, un certain nombre d'amendements ont été proposés. Malheureusement, la plupart de ceux qui y auraient apporté ouverture, transparence et reddition de comptes ont été rejetés, tout comme ceux qui auraient pu constituer une forme de garantie pour la population directement touchée.
Voilà pourquoi, selon moi, il a connu le sort qu'il a connu au Sénat. Les sénateurs ont tout de suite vu que la reddition de comptes laissait à désirer. En fait, elle est complètement absente du texte.
À nos yeux, ce projet de loi a tout simplement été mal rédigé — comme bon nombre des mesures législatives présentées par le gouvernement, il faut le dire. C'est toujours le même scénario: aussitôt qu'un projet de loi est renvoyé à un comité après la première et la deuxième lectures, il est inondé d'amendements.
Je me souviens que, tout récemment, la députée de Kamloops—Thompson—Cariboo a parlé de certains des projets de loi concernant les Autochtones qui ont été débattus à la Chambre. Il s'agissait de mesures législatives rédigées par un gouvernement qui crâne beaucoup, mais qui agit peu. Il a présenté plus d'une dizaine d'amendements à la dernière minute, en plus d'une liste déjà longue d'amendements qui avaient été proposés après la date limite. Ces nombreux amendements ont été présentés par le gouvernement, alors qu'il avait lui-même rédigé le projet de loi.
Il semble que le gouvernement continue d'être incapable de déterminer le contenu d'un projet de loi. Nous avons été témoins de son incompétence à maintes reprises. J'ai eu l'occasion de remplacer un membre du comité de l'environnement lorsque celui-ci a étudié le projet de loi C-69. Cette mesure législative a été adoptée à toute vapeur à la Chambre et en comité. J'ai trouvé incroyable la vitesse à laquelle le comité a examiné le projet de loi, en particulier à l'étape de l'étude article par article.
Je remplaçais un membre du comité lorsque celui-ci a procédé à l'étude article par article du projet de loi et qu'il a examiné tous les amendements proposés. Je pense que plus de 600 amendements avaient été proposés. Ce qui est encore plus incroyable, c'est que plus de 300 d'entre eux provenaient du gouvernement. Plus de 300 amendements avaient été proposés par le gouvernement, alors qu'il est l'auteur du projet de loi. Je trouve que c'est inadmissible. Comment est-ce possible?
Voilà qui montre que, au début de son mandat, le gouvernement a eu bien du mal à faire progresser son programme législatif. Maintenant qu'il arrive en fin de parcours, il ne cesse de faire pression pour accélérer le rythme. Il va sans dire que j'espère que le mandat de ce gouvernement ne sera pas renouvelé en octobre. Nous nous employons à rétablir la confiance de la population canadienne et du monde envers le Canada. L'actuel gouvernement a miné cette confiance.
En tentant de faire adopter un projet de loi à la hâte, le gouvernement fait simplement preuve d'un manque de responsabilité et de transparence et profite du pouvoir absolu conféré aux ministres ou aux gouverneurs en conseil qui relèvent de lui. C'est ce qu'on voit dans ce projet de loi.
Le gouvernement ne veut pas être tenu de rendre des comptes pour des raisons que nous ignorons, mais qui sont peut-être liées à l'établissement de sites d'intérêt ou d'aires marines protégées. Il ne veut absolument pas être tenu de rendre des comptes. Il croit avoir toutes les réponses.
L'actuel gouvernement semble déterminé à tout contrôler. Il demande aux contribuables de payer leurs impôts et il promet de mieux gérer l'appareil gouvernemental. Nous savons que ce n'est pas la bonne formule. Il est également clair que les gens sur le terrain et dans les collectivités savent mieux que le gouvernement, qui est basé à Ottawa, comment gérer les ressources halieutiques et fauniques et les exploiter.
L'absence de consultation constitue une des énormes lacunes du projet de loi C-55. Je reviens à la tournée que j'ai faite avec le Comité permanent des pêches et des océans, de la côte atlantique à la côte pacifique, en passant par la côte de l'Atlantique Nord.
Nous avons rencontré des pêcheurs, des gens des collectivités et des propriétaires d'entreprise dans ces collectivités. Ils souhaitaient donner leurs commentaires au sujet de l'endroit où désigner une zone de protection marine, de la façon dont cela pouvait se faire et des types de restrictions pouvant être mises en oeuvre. Des pêcheurs nous ont apporté des esquisses de zones de protection. Ils nous ont montré les zones où ils comptaient pêcher, faire du piégeage et mettre leurs lignes de pêche et leurs palangres, en respectant un certain plan, qui visait à assurer le bon déroulement des activités de pêche, alors que les pêcheurs allaient en mer tous en même temps, et à éviter que leurs lignes se chevauchent et s'entremêlent. Les pêcheurs allaient pouvoir travailler de façon ordonnée et selon une approche progressive. Toutefois, ce qui est arrivé, c'est qu'on ne les a pas consultés au sujet des zones sans prélèvement à l'intérieur de certaines des zones de protection marine. On les a entassés dans des zones de plus en plus restreintes, et ils redoutaient des conflits en mer, ce qui n'est certainement pas souhaitable. Nous ne voulons pas non plus mettre les pêcheurs en danger en les obligeant à aller plus loin ou à passer plus de temps en mer pour pouvoir rapporter leur pêche. Toutefois, c'est justement cette consultation qui n'a pas été prise en considération dans le projet de loi, et c'est à cela que le Sénat essayait de remédier.
Je parlerai maintenant de ce que je comprends des différences entre conservation et préservation, et entre conservatisme et socialisme. Je les comprends beaucoup mieux après avoir participé à plusieurs débats depuis mon arrivée à la Chambre.
J'ai déjà travaillé en conservation. En conservation, on utilise les ressources naturelles d'une manière viable. Il s'agit donc, quand on prend une ressource qui a de la valeur pour nous, de redonner quelque chose de tangible à l'environnement. Ce sont parfois des gestes simples. Par exemple, un pêcheur ou un chasseur peut consacrer des heures de bénévolat à la restauration de l'habitat, comme la restauration de ruisseaux où les truites, les saumons et d'autres espèces se reproduisent, ou encore la restauration d'une forêt pour les wapitis et les chevreuils. Ainsi, les gens redonnent à la nature, et ils ressentent ce besoin de redonner parce qu'ils ont pris quelque chose. Voilà comment fonctionne la véritable conservation. C'est, selon moi, un camp toujours préférable à celui de la préservation.
De leur côté, les adeptes de la préservation veulent tout mettre sous clé. On ne peut rien prendre. On ne peut rien consommer. Personne ne peut recevoir quelque valeur que ce soit quand tout est sous clé. Il y a peut-être quelques beaux paysages ou un peu de tourisme dans les environs mais, fondamentalement, il faut se contenter de regarder et ne rien prendre. Qu'exige la mise en oeuvre de cette approche? Elle exige de prendre des ressources ailleurs, puisqu'il faut des revenus pour patrouiller le territoire préservé, le gérer et y faire respecter les règles. À mes yeux, quand il faut prendre des ressources à un endroit pour soutenir quelque chose à un autre endroit, on s'approche trop du socialisme. J'espère fortement que nous ne devrons pas suivre cette voie.
Il y a d'autres éléments du projet de loi qui sont vraiment troublants. J'aimerais en citer un extrait:
« Le gouverneur en conseil et le ministre ne peuvent utiliser l'absence de certitude scientifique concernant les risques que peut présenter l'exercice d'activités dans certains espaces maritimes comme prétexte pour remettre à plus tard l'exercice des attributions qui leur sont conférées par les paragraphes 35(3) ou 35.1(2) ou ne pas les exercer. »
Pour un gouvernement qui prétend investir des milliards de dollars dans la science, ce paragraphe m'a sauté aux yeux lorsque j'ai examiné le projet de loi C-55. Le fait que le gouverneur en conseil et le ministre ne puissent se servir de l'absence de certitude scientifique pour faire quoi que ce soit m'indique qu'ils peuvent utiliser toute raison qu'ils jugent appropriée — que la science l'appuie ou non — pour prendre une décision, ce qui est tout simplement inadmissible. Je ne peux pas appuyer ce genre de pouvoir et d'autorité accordés aux ministres de la Couronne ou à leurs conseils, plus particulièrement en raison de l'influence étrangère qui entre en jeu lors de ces décisions. Nous le constatons sans cesse.
Tout à l'heure, durant mon allocution, j'ai mentionné les consultations qui ont été tenues à propos de l'interdiction de la pêche du saumon quinnat au large de la côte ouest de Vancouver. À l'époque, les organismes de pêche et les groupes locaux de protection de la nature estimaient que le ministère les avait consultés de manière raisonnable à propos des endroits où on appliquerait l'interdiction. Il y a eu collaboration. Ils ont travaillé de concert avec le ministère et le gouvernement à des solutions qu'ils considéraient comme viables. Ils ont soumis des propositions qu'ils pensaient voir acceptées. Ils ont découvert par la suite que des ONG environnementales menaient en secret une vaste offensive de lobbying pour qu'on interdise complètement la pêche. Ces pressions étaient exercées en coulisse, derrière des portes closes. Personne n'était au courant, car tout cela se passait sous le sceau du secret ministériel.
Une entité étrangère pourrait influencer la décision du ministre, puisque, selon l'article, celui-ci n'a pas à appuyer sa décision sur des fondements scientifiques. Les pressions exercées par une ONG étrangère pourraient suffire. C'est pourquoi je considère le projet de loi comme très dangereux. Nous nous attendions à ce qu'on renforce la reddition de comptes en ce qui concerne la justification, le choix du lieu et les décisions du ministre par rapport aux compétences dans l'établissement des zones de protection marine.
Plus tôt aujourd'hui, nous avons entendu le secrétaire parlementaire dénoncer essentiellement les amendements proposés par le Sénat, en affirmant qu'ils étaient redondants et superflus. J'aimerais revenir là-dessus. S'ils sont redondants, il serait facile de les contourner pour passer à l'étape suivante. Si l'on montre que les préoccupations ont été traitées à une étape de la consultation ou du processus d'évaluation pour un cas en particulier, on pourra indiquer comment elles ont été réglées lorsque les mêmes préoccupations seront soulevées à une étape subséquente. J'ai vraiment beaucoup de mal à accepter la déclaration du secrétaire parlementaire sur la redondance et sur le caractère non nécessaire de la reddition de comptes. Tout le monde a besoin que le gouvernement rende des comptes. C'est pourquoi les gens nous envoient les représenter dans cette magnifique enceinte, à Ottawa. Nous avons des comptes à rendre aux gens de chez nous.
Je veux revenir à une version antérieure de la mesure législative. Les mesures prévues dans le projet de loi C-55 sont conçues pour que le gouvernement actuel puisse atteindre plus rapidement les cibles qui ne sont pas des objectifs contraignants et qui ont été établies par le gouvernement formé par mon parti. Nous nous efforcions d'atteindre ces cibles en consultant les populations locales.
J'ai parlé des zones de protection marine qui ont été créées dans le Nord. Que les Inuits me pardonnent de ne pas pouvoir parler leur langue comme eux. Dans l'océan Arctique se trouvent la zone de protection marine d'Anguniaqvia niqiqyuam et celle de Tarium Niryutait. Ces zones ont été créées à la demande des habitants parce qu'ils en ont vu l'utilité. Toutefois, la protection n'a pas pour effet d'interdire toutes les activités. Elle empêche les navires de croisière d'entrer dans la zone, mais elle permet encore la pêche locale du saumon, du béluga et de toutes autres espèces que les Inuits du coin pêchaient depuis toujours dans ces eaux. Il y a eu beaucoup de concertation.
Nous nous sommes rendus là-bas et nous avons rencontré les chefs et les membres des bandes. Ils étaient très fiers de ce qu'ils avaient accompli, et c'est tout le contraire de ce qu'on observe depuis trois ans et demi avec le gouvernement fédéral libéral. On a vu, dans le Nord, tout le monde coopérer et prendre en considération les valeurs autochtones et inuites dans le but d'établir les zones de protection marine. Les chefs et les membres des bandes savaient très bien ce qu'ils voulaient protéger parce qu'ils avaient consulté la population locale. Le gouvernement a pris la mesure de ce qu'il fallait protéger, de ce qu'il fallait préserver, de l'étendue de la zone envisagée et des risques existants.
Par ailleurs, un autre problème est survenu dans certains cas, lorsque des sites d'intérêts et des zones de protection marine ont été désignés. On a procédé sans évaluer pleinement les risques. En fait, on ne les a même pas évalués sommairement. Les amendements effectués par le Sénat prévoyaient entre autres une évaluation des risques, des caractéristiques et des espèces qui pourraient se trouver dans les zones de protection marine.
Au cours des deux dernières années, le ministre des Pêches a été questionné au sujet des zones de protection marine, du respect de ces zones, de leur mise en oeuvre, et ainsi de suite. De l'étude que nous avons menée a découlé un rapport unanime qui recommandait que:
Que, lorsqu’il identifie de nouveaux sites d’intérêt pour en faire des zones de protection marine, le gouvernement du Canada évalue les valeurs et les responsabilités économiques et sociales nettes, y compris le coût des patrouilles et de l’application de la loi au Canada, en particulier pour les zones marines éloignées.
Dans sa réponse à cette recommandation, le ministre s'est contenté de reconnaître que l'application de la loi occasionne des dépenses.
En septembre dernier, le Comité de conseil national sur les normes concernant les aires marines protégées, mis sur pied pour donner des conseils au ministre sur l'établissement de zones de protection marine, a également recommandé « [que] le gouvernement détermine un financement à long terme, permanent et stable pour les aires marines protégées ». Or, la réponse du ministre au comité de conseil ne mentionne même pas l'octroi de fonds ou de ressources pour les zones de protection marine. C'est incroyable. Le ministre ne tient même pas compte dans sa réponse d'une recommandation qui a été faite à la fois dans le rapport du comité et dans celui de son propre comité de conseil.
Dans le Plan ministériel de 2019-2020 de Pêches et Océans Canada, il est indiqué que le ministère assurera l'application de la loi dans les zones de protection marine par l'entremise du Service national de renseignements sur les pêches. Toutefois, selon le ministère des Pêches et des Océans, cet organisme s'occupe des infractions majeures en matière de pêche, et non des infractions relatives à la pollution ou la protection de l'habitat. Le ministre, par l'intermédiaire de son ministère, confie la responsabilité des patrouilles et des activités d'application de la loi dans les zones de protection marine au Service national de renseignements sur les pêches, qui n'a pas le mandat de protéger l'habitat ou de lutter contre la pollution.
Dans les budgets principaux et supplémentaires des dépenses du gouvernement fédéral, on n'a pas fait mention des activités d'application de la loi dans les zones de protection marine depuis que le comité des pêches et le comité consultatif du ministre ont dit au gouvernement que les activités d'application de la loi devaient être financées. Le ministre savait pourtant qu'il fallait financer ces activités. Le comité des pêches et des océans et le comité consultatif formé par le ministre lui-même le lui avaient dit. Pourtant, rien n'a été prévu à cet égard dans le budget.
Tout à l'heure, j'ai indiqué que, dans bien des cas, les populations locales estimaient être les mieux placées pour patrouiller dans les zones de protection marine et y assurer l'application de la loi parce qu'elles sont riveraines de ces zones. Elles les fréquentent déjà, et cela n'entraînerait pas vraiment de coût supplémentaire pour le gouvernement. Elles pourraient repérer les gens qui commettent des infractions et les signaler aux autorités compétentes, sans que l'État ait à engager la moindre dépense. Pourtant, on n'a proposé aucune mesure ni aucune idée pour appliquer la loi et effectuer des patrouilles dans les zones de protection marine qui seront établies.
C'est un autre exemple du fait que le gouvernement se contente de proposer des idées, sans prévoir de plan pour les concrétiser. En l'absence d'un plan visant à financer les activités d'application de la loi, la proposition de créer des zones de protection marine se résume à des annonces du gouvernement et à des lignes tracées sur une carte. Sur l'océan, en haute mer, cela ne veut pas dire grand-chose.
Quel est le plan du gouvernement pour financer les activités d'application de la loi dans les zones de protection marine?
Je pense que le rapport du comité permanent qui a étudié les zones de protection marine contenait 24 recommandations. La majorité d'entre elles portaient sur le processus nécessaire pour consulter les pêcheurs, les Autochtones, les Inuits et les personnes intéressées partout au pays, ainsi que sur l'effet qu'auraient ces zones sur eux. Je m'en voudrais d'oublier la consultation qui doit être menée auprès de l'industrie du transport maritime. Il faut mettre en place toutes les pièces d'un casse-tête très compliqué.
La recommandation 15 se lit comme suit:
Que les zones de protection marine soient créées en se fondant sur des objectifs clairs et les données scientifiques les plus probantes, ou, lorsque la situation est urgente, en se fondant sur le principe de la précaution, tout en tenant compte du savoir traditionnel des communautés autochtones et des pêcheurs locaux qui mènent depuis longtemps des activités dans la zone.
Toutes les pièces du casse-tête doivent former un tout cohérent. La recommandation du comité est sans équivoque: les consultations doivent reposer sur les données scientifiques les plus probantes. Il peut y avoir des exceptions lorsque la situation est urgente, mais même dans un tel cas le savoir traditionnel des gens du coin doit être pris en compte.
Ce projet de loi a été étudié par la Chambre et par le Sénat, et des amendements ont été proposés ici même ainsi qu'au comité. Malheureusement, bon nombre d'entre eux ont été mis de côté par le gouvernement. Aujourd'hui, on nous demande d'étudier les amendements proposés par le Sénat. De toute évidence, les sénateurs ont estimé que quelque chose clochait. Nous pouvons donc voir qu'il s'agit d'un texte mal ficelé qui doit être amélioré. J'aurais toutefois bien du mal à dire comment le gouvernement compte s'y prendre. J'imagine que les libéraux vont simplement en forcer l'adoption.
Le gouvernement a sorti la hache: au lieu de la page et demie d'amendements détaillés que le Sénat a proposés afin d'améliorer le projet de loi, nous nous retrouvons avec une proposition comptant trois pauvres petites puces, dont le seul but est de permettre aux libéraux de dire qu'ils ont fait quelque chose, car — admettons-le — ils n'ont pas réalisé grand-chose en trois ans et demi.
En terminant, j'aimerais remercier les députés qui sont présents ici un vendredi pour écouter le débat. Il s'agit d'un processus capital. Je remercie également le Sénat de son étude, et le comité sénatorial de tout ce qu'il a fait.
Comme je le disais, avant même que le gouvernement présente le projet de loi C-55 — des mois, même, avant qu'il le présente —, j'ai proposé une motion demandant au Comité permanent des pêches et des océans de s'intéresser à la manière dont les zones de protection marine sont établies ainsi qu'aux processus et aux procédures garantissant la tenue de consultations et la prise en compte des données scientifiques. Le comité a fait de l'excellent travail, mais hélas, je n'ai pas l'impression que le gouvernement a donné suite à ses constatations.
View William Amos Profile
Lib. (QC)
View William Amos Profile
2019-05-10 12:42 [p.27641]
Madam Speaker, I disagree with the member oppositive on just about 100% of what he said. This should not be any surprise. Bill C-55 really goes to the core of the identity of our government, a government that is committed to conservation.
Our government is so committed to conservation that we took the bold measure of ensuring there would be no deepwater offshore drilling, for which there would be no response were there to be a blowout over the winter in the Beaufort Sea or in the Arctic, which we so zealously protect. We are there to protect our jewels and ensure they are conserved, whereas the member opposite and the party he represents would simply, in the case of the Arctic, for example, drill baby drill, go in there with no plan and we would end up paying for the consequences.
Therefore, what we really need to understand is that this is a question of identity. The identity of our government is one of conservation, protection and, yes, economic growth where it is responsible. Unfortunately, the member's comments indicate a completely opposite approach, which is most unfortunate.
Madame la Présidente, je suis en désaccord avec pratiquement 100 % des propos du député, et nous ne devrions pas nous en étonner. Le projet de loi C-55 reflète l'essence même de notre gouvernement, un gouvernement qui se soucie de l'enjeu de la conservation.
La détermination de notre gouvernement envers la conservation est telle que nous avons pris des mesures audacieuses pour nous assurer qu'il n'y ait pas d'activités de forage en eau profonde, là où, en cas de déversement l'hiver en pleine mer de Beaufort ou dans l'Arctique — des régions que nous protégeons scrupuleusement —, il serait impossible d'intervenir. Nous sommes là pour protéger et conserver nos trésors naturels. Par contraste, le député et son parti se borneraient, dans le cas de l'Arctique par exemple, à s'y rendre joyeusement pour forer en choeur, sans avoir le moindre plan. Nous finirions par en subir les conséquences.
Bref, il faut bien comprendre qu'il s'agit d'une question de valeurs. Notre gouvernement valorise la conservation, la protection et, bien entendu, la croissance économique responsable. Les propos du député témoignent d'une position diamétralement opposée, ce qui est bien dommage.
View Mel Arnold Profile
CPC (BC)
View Mel Arnold Profile
2019-05-10 12:43 [p.27641]
Madam Speaker, I appreciate the member's disagreement with what I am saying, but I certainly disagree with what the Liberals are trying to say. They have seemingly been taken over by organizations that want to shut down any development whatsoever.
As I have mentioned many times through my intervention, consultation is key on closures. However, we have heard comments from the premier of the Northwest Territories that the government, without consultation, shut down the entire northern shelf for any development, negatively impacting an entire territory and the economic benefit it could have had through that.
We have seen the benefit when oil and gas was found off the coast of Newfoundland and how it was developed safely. There has not been a blowout. Nor has there been a problem. The wealth that came into the province of Newfoundland over the past decades was mostly driven by the safe development of oil and gas off those coasts. However, the government is hell-bent on shutting down any type of resource development anywhere in the country.
Madame la Présidente, je comprends que le député ne soit pas d'accord avec moi, mais, de mon côté, je ne suis certainement pas d'accord avec ce que les libéraux laissent entendre. Ils semblent être sous le contrôle d'organismes prêts à bloquer tout projet d'exploitation, quel qu'il soit.
Comme je l'ai mentionné à maintes reprises pendant mon intervention, la consultation est cruciale lorsqu'il s'agit de fermetures. Toutefois, le premier ministre des Territoires-du-Nord-Ouest nous a fait savoir que le gouvernement a, sans consultation, éliminé toute possibilité d'exploitation sur le plateau du Nord, privant ainsi un territoire tout entier des avantages économiques qui en auraient découlé.
Nous avons vu les avantages que l'exploitation sécuritaire du pétrole et du gaz au large des côtes de Terre-Neuve nous ont apportés. Il n'y a pas eu d'explosion, ni d'autre problème d'ailleurs. La richesse dont a bénéficié la province de Terre-Neuve au cours des dernières décennies provenait essentiellement de l'exploitation sécuritaire du pétrole et du gaz au large des côtes. Toutefois, le gouvernement est déterminé à mettre fin à toute exploitation des ressources dans le pays tout entier.
View Pierre-Luc Dusseault Profile
NDP (QC)
View Pierre-Luc Dusseault Profile
2019-05-10 12:52 [p.27642]
Madam Speaker, I am pleased to rise and join my colleagues in the debate on Bill C-55, and more specifically the Senate amendments. Some of them were rejected by the government, which moved its own motion to somewhat amend the bill in response to the questions and criticisms from the Senate. That is the context in which I rise to express my opinion on this important bill.
I believe that protecting marine areas against the many potential threats concerns all Canadians. We must also protect the habitat of fish and marine mammals. I believe that Canadians are just as concerned about this issue as they are about protecting biodiversity and ecosystems on the ground.
All Canadians are proud of their national and provincial parks. They are places of national or local interest that deserve to be adequately protected to ensure their survival. That is the goal of protecting them. We will protect these places, which are beautiful and worth visiting, to preserve them for future generations and to conserve biodiversity. We also want to conserve the fauna and flora for future generations. I would also add that biodiversity must be protected not just in Canada, but around the world.
We also want to ensure that industrial development does not endanger certain plant or animal species. Scientists recently sounded the alarm over the protection of plant and animal species. Over a million species face extinction in the short term unless something is done to protect them. I believe that Canadians will agree that we need to conserve biodiversity and ecosystems around the world for future generations.
Canada needs to take action, but a global, concerted effort is also required. Although Canada is the second-largest country in the world by land area and has thousands of kilometres of coastline, we cannot singlehandedly do everything that needs to be done to protect global biodiversity. Global collaboration is needed for our actions to be effective.
A few years ago, we actually did enter into a collaboration with the international community. We set targets and made shared commitments to ensure the protection of biodiversity and sensitive areas. We pledged to protect 5% of our marine areas by 2017 and 10% by 2020. I do not need to remind anyone that 2020 is next year.
Right now, in 2019, only 1.5% of our marine areas are protected. That means we have missed our 2017 target of 5%, obviously, and we are on track to miss the 2020 target too unless the government wakes up and boosts protection to 10%. That would be surprising, but it would be woefully inadequate anyway, for several reasons that I will explain.
First of all, the protected areas, as defined by the government, will not be truly protected. That is the central problem with Bill C-55. It is a laudable commitment and a step in the right direction, since it would at least do something to protect certain areas, but the protection provided under the bill is grossly insufficient.
When it comes to terrestrial protected areas, such as national parks, these protections are very real and effective. Oil and gas exploration and activities such as hunting and fishing are not permitted in our national parks. The regulations governing these areas are clearly defined, and people know what can and cannot be done. These terrestrial areas are very well protected, and we should be proud of them. No one is allowed to do exploratory drilling for shale gas or oil in national parks, and everyone agrees on that.
The crux of the problem is that the government has decided not to extend those same protections to marine protected areas. On the one hand, we have the Conservatives who do not care one bit. They did not lift a finger to protect marine areas when they were in power. On the other hand, we have the Liberals, who only pretend to protect these areas. They are going to establish boundaries for protected areas in Canada, but if you really look at the details, it becomes clear that these areas will not be protected from oil and gas exploration. We know how dangerous drilling and oil and gas exploration and development can be.
All Canadians will be happy to hear about the 2% increase in marine protected areas, including a large part of the Gulf of St. Lawrence, for example. However, they will be surprised to learn that this area will not be protected from oil and gas development.
Everyone knows that this is just window dressing by the Liberal government. It lets them say that they are protecting marine areas when really these are not protected areas since oil and gas exploration and commercial fishing, including with trawlers that drag nets along the bottom of the sea to catch fish, crustaceans and other species that we consume, are allowed. It is ridiculous that these activities are permitted in marine protected areas. In fact, industrial activities are not permitted in terrestrial protected areas.
Marine protected areas should enjoy the same protections as terrestrial ones, but the government refused to make that happen. The government always caves when it comes time to take important decisions. When it is not caving to insurance or pharmaceutical companies, then it is caving to oil and gas companies, which have quite a bit of clout. When it is not caving to banks, it is caving to companies like Loblaws or huge multinationals like SNC-Lavalin, which have privileged access to the Prime Minister's Office. Again, the government was not firm on the issue of development.
The government did not want to protect 10% of Canada's marine areas from these industries. It wanted to take a half-measure and do a little better than the Conservatives. The Liberals would have people believe that they did something. They want to announce that they are protecting marine areas and that they have a better environmental plan to protect biodiversity and ecosystems. In reality, if we cut through all the rhetoric, we see that the government is not really taking any meaningful action, and that is unfortunate.
If memory serves, my colleague from Port Moody—Coquitlam tried to remedy that situation at the Standing Committee on Fisheries and Oceans. He did extraordinary work to try increase protections. He did not want them to be protected only on paper. He did not want the government to simply chart out what areas should be protected and then for everything to stay the same as it was before.
The bill identifies the marine areas in need of protection on a map. However, if we were to go and check on what is happening in those areas after the bill is passed, we would see that the bill changes absolutely nothing and that it is business as usual. It is an opportunity for the government to claim to be doing something to protect the environment and to increase marine conservation targets by a few percentage points, when in reality it is doing nothing at all.
These protections are more urgent than ever, especially in light of the impact climate change is having on biodiversity and ecosystems. When all of this changes and when the ocean's climate changes, the ocean's currents and water temperatures change as well. This all has an effect on marine biodiversity, which must be protected more than ever.
Humankind long thought that the ocean was infinite. That is certainly how it appears when you stand on the edge of the ocean. The beauty of Canada's Atlantic and Pacific coasts are world renowned. Our beaches are as well, even though the water is quite cold in some places. Some beaches are still good for swimming in the summer. When you go to the coast you can really see the expanse of the ocean. It looks infinite; it looks as though the horizon has no end and the resource is infinite. However, we now know that it is indeed finite and that we must take care of it. This resource is far from being infinite. With today's technology, we understand the ocean's resources are limited and must therefore be protected. We must ensure that they can endure and that future generations will be able to enjoy them, as I was saying earlier.
The ocean's resources are a treat for the palate. People across Canada enjoy seafood every day, and in some areas they are eaten in large quantities. We must be responsible and ensure that the species that we enjoy so much will be available for future generations so they may enjoy them in a responsible manner. That is why we must ensure that the laws we pass are stringent, have teeth and provide the resources needed by those who will enforce these new protections. We must ensure that irresponsible fishing practices are not used and that no trawlers will scrape the ocean floor to harvest resources in these specific areas. We need the financial resources, but they have yet to be announced by the government. It still has not announced how it will protect these areas. Not only do we have false protections on paper, but we do not even have the resources needed to monitor them and ensure that these areas are well protected once designated. That is worrisome for many experts.
The experts are far from unanimous. They do not agree on this bill. Some of those experts are very well-known organizations, such as the World Wildlife Fund, the WWF, which stated that oil and gas exploitation will still be permitted and that harmful fishing practices will not be legally prohibited. The World Wildlife Fund works with other organizations to make regulations as tough as possible. Even if this bill is adopted, some endangered species will remain endangered.
Another organization, West Coast Environmental Law, is very critical of the government. One of the organization's directors, Ms. Nowlan, believes the proposed amendments make useful short-term improvements to the federal Oceans Act and related oil and gas legislation but could and should go much further. For enforcement to be truly effective, we need even stronger legal authority, such as minimum protection standards that make respect for ecological integrity the top priority.
She added that this is not nearly enough, unfortunately. It is certainly a shame that the government is giving people the impression that it is doing something.
Academics have said that this is not enough. One well-known organization, the Canadian Parks and Wilderness Society, or CPAWS, advocates for increased protection for parks and wilderness areas. The organization is concerned because the areas being protected do not meet the standard set out under the United Nations Convention on Biological Diversity and therefore will not actually count toward the target.
That is what Ms. Jessen from CPAWS said. She raised the issue that I just asked my Conservative colleague about, though he did not seem to have an answer. She does not have a definitive answer either, but I think one will emerge over time. This expert says she is concerned that the protection standards that will be implemented under Bill C-55 may not meet the standard set out under the convention to which Canada is a party. Members may recall that the convention commits us to protecting 10% of our marine areas. Today, only 1.5% of our marine areas are protected, even though our target is to protect 10% by 2020.
It is also possible that the international organization will not even recognize the areas that we will be protecting under this bill. I asked my colleague if he had gotten any more information in committee, but apparently no one knows yet. Organizations and experts are still deeply concerned that even if this bill increases the percentage of protected areas from 1.5% to 8%, 9% or 10% over the coming years, the new protected areas may not even count under the convention. This bill is so toothless that even if the government designates new protected areas, the convention will not recognize them. That is a shame.
It would be a serious mistake for the government to adopt protections that do not meet the standards laid out in the convention. This would be a lost opportunity to catch up with many other countries in this regard. Not only are we not meeting our targets, we are actually falling considerably behind every year in relation to countries like the United States and Australia, which are leaders in this area. Even the United States, which is not necessarily regarded as a huge champion of the environment and biodiversity, has protected 33% of its marine areas against various threats. Australia has protected 30% of its marine areas. They are the leaders. Canada, meanwhile, still ranks near the bottom in that regard, because it refuses to stand up to the interests of big oil and gas and say “no” to exploration and development by oil and gas companies.
That being said, in some places, such as the Beaufort Sea, which my colleague talked about earlier, the government decided to ban these activities. That move was criticized for the lack of consultation, but I think that at some point, we have to stand firm and refuse to allow these activities in such sensitive areas that are so hard to access, especially in winter when it is difficult if not impossible to clean up the mess. In the Gulf of St. Lawrence, there are extremely sensitive areas where we would not begin to know how to clean up the mess or restore the area after a disaster. The government has to be firm.
We in the NDP have the courage of our convictions. We are not afraid to stand up to the oil and gas lobbies and their highly dangerous activities to truly protect these areas. We have to protect these areas for future generations, to protect our environment and fight climate change. Unfortunately, the Conservatives are doing nothing and do not want to do anything, and the Liberals are only pretending to do something. At least there is one party in the House willing to do something meaningful to truly protect biodiversity and our ecosystems.
Madame la Présidente, c'est avec plaisir que je me lève aujourd'hui pour joindre ma voix à celle de mes collègues au sujet du projet de loi C-55, plus particulièrement en ce qui concerne les amendements du Sénat. Ces amendements ont été rejetés en partie par le gouvernement, qui a proposé sa propre motion pour modifier quelque peu la loi afin de répondre aux interrogations ou aux critiques formulées par le Sénat. C'est dans ce contexte que je me lève pour donner mon opinion sur cet important projet de loi.
Je pense que la protection des zones marines sensibles contre les nombreux dangers potentiels est un sujet de préoccupation pour tous les Canadiens. Nous devons également protéger l'habitat des poissons et des mammifères marins. Je pense que les Canadiens sont tout aussi préoccupés par cette question que par la protection de la biodiversité et des écosystèmes sur la terre ferme.
Tous les Canadiens sont fiers d'avoir des parcs nationaux et provinciaux. Ce sont des endroits d'intérêt national ou local qui méritent d'être protégés adéquatement afin qu'ils puissent durer. C'est bien le but de la protection. Nous protégeons ces endroits particulièrement beaux et agréables à visiter pour les préserver au fil des générations et pour conserver la biodiversité. Nous voulons aussi conserver la faune et la flore pour les générations à venir. De plus, la protection de la biodiversité doit s'étendre au-delà du Canada; cela doit se faire partout dans le monde.
Par ailleurs, nous voulons éviter que le développement industriel mette en péril certaines espèces d'animaux ou de plantes. On a récemment tiré la sonnette d'alarme concernant la protection des espèces animales et végétales. Plus d'un million d'entre elles pourraient être en voie d'extinction à court terme si on ne fait rien pour les protéger. Je crois que les Canadiens seront d'accord qu'il faut protéger la biodiversité et nos écosystèmes afin qu'ils puissent durer, et ce, partout dans le monde.
Il est important d'agir au Canada, mais cela prend aussi une action concertée dans le monde entier. Bien que le Canada soit le deuxième plus grand pays en superficie et qu'il ait des milliers de kilomètres de côtes, nous ne pourrons pas faire seuls ce qu'il faut pour protéger la biodiversité mondiale. Pour que ce soit efficace, il faut une concertation mondiale.
Il y a plusieurs années, c'est justement ce que nous avons fait avec la communauté internationale. Nous nous étions donné des objectifs et nous avions pris des engagements communs pour assurer la protection de la biodiversité et des zones sensibles. Nous nous étions engagés à protéger 5 % des zones marines avant 2017 et 10 % avant 2020. Je n'ai pas besoin de rappeler à qui que ce soit que 2020, c'est l'année prochaine.
Aujourd'hui, en 2019, seulement 1,5 % des zones marines sont protégées. Nous avons donc bien sûr raté notre cible de 2017, qui était de 5 %, et nous sommes en voie de rater la cible de 2020, à moins que le gouvernement se réveille et qu'il augmente la protection pour atteindre 10 %. Ce serait étonnant, et de toute façon, ce serait nettement insuffisant, pour toutes les raisons que je vais énumérer.
Tout d'abord, les zones protégées, selon la formule du gouvernement, ne seront pas réellement protégées. C'est le cœur du problème en ce qui concerne le projet de loi C-55. Bien qu'il s'agisse d'un engagement louable et qu'on se dirige dans la bonne direction, puisqu'on fait au moins quelque chose pour protéger certaines zones, la protection est nettement insuffisante.
Pour ce qui est des zones terrestres protégées, comme les parcs nationaux, les protections sont vraiment efficaces et réelles. On ne peut pas faire d'exploration gazière et pétrolière ou pratiquer des activités comme la chasse et la pêche dans les parcs nationaux. La réglementation de ces endroits est bien définie, et on sait ce qu'on peut faire ou non. Ces zones terrestres sont très bien protégées, et on doit en être fier. N'importe qui ne peut faire le forage d'exploration de gaz de schiste ou d'un puits de pétrole dans des parcs nationaux, et tout le monde est d'accord sur cela.
Le cœur du problème, c'est que le gouvernement n'a pas décidé d'imiter une telle protection en ce qui a trait aux zones marines protégées. D'un côté, les conservateurs s'en foutent complètement. Ils n'ont pas bougé le petit doigt pour protéger les aires marines durant leur mandat. De l'autre côté, les libéraux font semblant de protéger des zones. Ils vont délimiter des zones à protéger au Canada, mais lorsqu'on s'attarde aux détails, on réalise que ces zones ne seront pas protégées contre l'exploration gazière et pétrolière. On sait à quel point le forage des puits, l'exploration gazière et pétrolière et l'exploitation peuvent être dangereux.
Tous les Canadiens seraient heureux d'apprendre l'augmentation de 2 % des zones marines protégées, en y incluant une grande partie du golfe du Saint-Laurent, par exemple. Toutefois, ils seraient surpris d'apprendre que cette zone ne sera pas protégée contre l'exploitation pétrolière et gazière.
Tout le monde sait qu'il s'agit simplement d'une façade du gouvernement libéral. Cela lui permettra de dire qu'il protège des zones marines. En réalité, ce ne sont pas des zones protégées, puisque l'exploration gazière et pétrolière et la pêche commerciale — notamment avec des chaluts qui grattent les fonds marins pour récolter des poissons, des crustacés et d'autres espèces que nous consommons — seront permises. C'est complètement ridicule que ces activités soient permises dans les zones marines protégées. Au contraire, les exploitations industrielles ne sont pas permises dans les zones terrestres protégées.
Il faudrait imiter les protections appliquées aux zones terrestres protégées, mais le gouvernement a refusé de le faire. Le gouvernement cède toujours lorsque vient le temps de prendre des décisions importantes. Quand il ne cède pas devant les compagnies d'assurance ou pharmaceutiques, il cède devant les industries gazières et pétrolières, qui ont un gros poids. Quand il ne cède pas devant les banques, il cède devant les compagnies comme Loblaws ou les grandes multinationales comme SNC-Lavalin, qui ont un accès privilégié au bureau du premier ministre. Encore une fois, le gouvernement n'a pas été ferme à propos des exploitations.
Le gouvernement n'a pas voulu protéger 10 % de la surface marine du Canada contre ces industries. Il a voulu prendre une demi-mesure pour faire un peu mieux que les conservateurs. Les libéraux veulent faire croire qu'ils ont fait quelque chose. Ils veulent annoncer qu'ils protègent des zones marines et qu'ils ont un bon plan environnemental pour la protection de la biodiversité et des écosystèmes. Dans les faits, au-delà des belles paroles et de la façade, le gouvernement ne pose aucun geste concret, et c'est dommage.
Si ma mémoire est bonne, mon collègue de Port Moody—Coquitlam a tenté de corriger cela au Comité permanent des pêches et des océans. Il a fait un travail extraordinaire pour tenter de mieux protéger ces zones. Il voulait éviter que les zones soient protégées seulement sur papier. Il ne voulait pas que ce soit une esquisse des zones protégées, mais qu'en réalité, cela continue de fonctionner comme avant.
Le projet de loi délimite des zones marines à protéger sur une carte. Par contre, quand on ira vérifier ce qui se passe dans ces zones, on se rendra compte qu'absolument rien n'a changé après l'implantation des protections et que les activités se poursuivent. Le gouvernement profitera de l'occasion pour dire qu'il a fait quelque chose pour protéger l'environnement et qu'il a ajouté quelques pourcentages aux zones protégées, alors qu'il n'a rien fait.
Aujourd'hui, plus que jamais, il est urgent de le faire, considérant les effets réels des changements climatiques sur la biodiversité et sur les écosystèmes. Quand tout cela change et quand le climat océanique change, les courants océaniques changent également, tout comme la température des eaux. Tout cela a un effet sur la biodiversité marine, qu'on doit protéger plus que jamais.
Longtemps, on a pensé que l'océan était infini. C'est ce qu'on pourrait croire en se rendant au bord de l'océan. Les côtes de l'Atlantique et du Pacifique, au Canada, sont reconnues mondialement pour leur beauté. Nos plages le sont également, bien qu'à certains endroits, l'eau soit plutôt froide. En certains lieux, on peut quand même s'y baigner l'été. C'est quand on se rend sur les côtes qu'on voit l'étendue de l'océan. On a l'impression qu'il est infini, que l'horizon ne s'arrête pas et que l'étendue de cette ressource est infinie. Toutefois, aujourd'hui, on sait très bien qu'elle est limitée et qu'il faut en prendre soin. Cette ressource est loin d'être infinie. Grâce à la technologie d'aujourd'hui, on connaît bien les ressources limitées qui s'y trouvent. C'est la raison pour laquelle il faut bien les protéger, s'assurer qu'elles perdureront et que les générations futures pourront en profiter, comme je le disais plus tôt.
Évidemment, les ressources de la mer sont bien agréables à déguster. On en mange quotidiennement au Canada et, dans certaines régions, on en consomme des quantités très importantes. Il faut être responsable et s'assurer que ces espèces qu'on aime tant seront encore disponibles pour les générations à venir, que celles-ci pourront aussi en profiter, mais de façon responsable. C'est pour cela qu'il faut s'assurer que les lois qu'on met en vigueur sont sévères, qu'elles ont du mordant et qu'elles donnent les ressources nécessaires à ceux qui vont s'assurer de l'application et du respect de ces nouvelles protections. Il faut s'assurer qu'il n'y aura pas de pêche non responsable ni de chaluts qui vont gratter les fonds marins pour récolter les ressources dans ces zones précises. Il faut donc des ressources, mais elles n'ont toujours pas été annoncées par le gouvernement. Il n'a toujours pas annoncé comment il assurera la protection de ces zones. En plus d'avoir de fausses protections sur papier, on n'a même pas les ressources nécessaires pour les vérifier, pour s'assurer que ces zones sont bien protégées une fois qu'elles ont été désignées. Cela inquiète beaucoup d'experts.
Les experts ne sont pas unanimes, d'ailleurs, loin de là. Ils ne sont pas d'accord sur ce projet de loi. Parmi ces experts, on retrouve évidemment les organisations les plus connues, telles que le Fonds mondial pour la nature, ou le WWF. Cette organisation affirme ceci: « L’exploitation pétrolière et gazière y sera encore permise et les pratiques nuisibles de pêche [...] ne seront pas interdites [...] » Ainsi, le Fonds mondial pour la nature travaille avec d'autres organisations pour tenter de renforcer le plus possible la réglementation. Certaines espèces en danger, même si on adopte ce projet de loi, continueront d'être en danger.
De plus, la West Coast Environmental Law est très critique envers le gouvernement. Selon Mme Nowlan, une directrice de cet organisme, les modifications proposées complètent de manière utile à court terme la Loi sur les océans fédérale et les lois connexes touchant le pétrole et le gaz, toutefois, elles pourraient et devraient aller beaucoup plus loin. Pour que la justice soit vraiment efficace, il nous faut des pouvoirs juridiques encore plus forts tels que des normes minimales de protection pour que le respect de l'intégrité écologique soit la priorité absolue.
Elle a ajouté que c'était malheureusement nettement insuffisant. Bien sûr, c'est dommage que le gouvernement donne l'impression de faire quelque chose.
Des professeurs se sont prononcés en disant que ce n'était pas suffisant. Par ailleurs, une organisation connue, la Société pour la nature et les parcs du Canada, ou la SNAP, réclame plus de protection pour la nature et les parcs. Elle se dit préoccupée par le fait que les zones protégées ne satisfont pas à la norme énoncée dans la Convention des Nations unies sur la diversité biologique et que, par conséquent, elles ne pourront pas être prises en compte pour l'atteinte de cet objectif.
C’est ce qu'a dit Mme Jessen, de la SNAP. Elle mentionnait justement ce que j'avais demandé à mon collègue conservateur, qui ne semblait pas avoir l’information. Elle n’a pas de réponse définitive à cette question non plus, mais je pense que cela viendra un peu plus tard. Cette experte se dit préoccupée par le fait que les normes de protection qui seront mises en vigueur dans le projet de loi C-55 ne seront peut-être pas suffisantes pour respecter la convention à laquelle nous sommes partie. Je rappelle que celle-ci nous demande de protéger 10 % de nos zones marines. Aujourd’hui, seulement 1,5 % d'entre elles sont protégées, alors que notre objectif est d’atteindre 10 % d’ici 2020.
Par ailleurs, il se peut que l'organisation internationale ne reconnaisse même pas les zones que nous allons protéger en vertu de ce projet de loi. J'ai demandé à mon collègue s'il avait eu plus de réponses à ce sujet lors des réunions du comité, mais de toute évidence, on ne le sait pas encore. Les organisations et les experts sont toujours très préoccupés par le fait que, même si on passe de 1,5 % de zones protégées à 8 %, 9 % ou 10 % de zones protégées au cours des prochaines années grâce à ce projet de loi, les nouvelles zones protégées ne seront même pas reconnues par la convention. Ce projet de loi manque tellement de mordant que, même si le gouvernement désigne de nouvelles zones protégées, la convention ne les reconnaîtra pas. C'est dommage.
Le gouvernement commettrait une grave erreur s'il adoptait aujourd'hui des protections qui ne satisfont pas à la norme établie par la convention. Ce serait une occasion ratée de rattraper le retard que nous avons sur bien d’autres pays en la matière. Non seulement nous n'atteindrions pas nos objectifs, mais en plus, nous prendrions beaucoup de retard chaque année par rapport à des pays comme les États-Unis et l’Australie, qui sont des premiers de classe en la matière. Même les États-Unis, qui ne sont pas nécessairement reconnus comme les plus grands défenseurs de l’environnement et de la biodiversité, ont quand même protégé 33 % de leurs zones marines contre tous les dangers qui les menacent. Quant à l'Australie, elle a protégé 30 % de ses aires marines. Ce sont donc les premiers de classe. Le Canada, pour sa part, se trouve toujours parmi les derniers en la matière, parce qu'il est incapable de tenir tête aux grands intérêts pétroliers et gaziers et de dire non à l’exploitation et à l’exploration pétrolières et gazières.
Cela dit, dans certains endroits, comme dans la mer de Beaufort, dont mon collègue a parlé plus tôt, le gouvernement a décidé d'interdire ces activités. Cela a été critiqué en raison du manque de consultation, mais je pense qu'à un moment donné, il faut faire preuve de fermeté et refuser que ces activités aient lieu dans des zones aussi sensibles. Celles-ci sont aussi très difficiles d'accès, surtout en hiver, où il est extrêmement difficile, voire impossible de nettoyer les dégâts. Dans le golfe du Saint-Laurent, il y a des endroits extrêmement sensibles où on ne saurait comment nettoyer les dégâts ou rétablir la situation après une catastrophe. Il faut donc que le gouvernement soit ferme.
Du côté du NPD, nous avons le courage de nos convictions. Nous n'avons pas peur de tenir tête aux lobbys pétroliers et gaziers dont les activités sont trop dangereuses afin de protéger véritablement ces zones. Il faut protéger ces zones pour les générations à venir, pour protéger notre environnement et pour lutter contre les changements climatiques. Malheureusement, les conservateurs ne font rien et ne veulent rien faire. Quant à eux, les libéraux font semblant de faire quelque chose. Au moins, il y a un groupe parlementaire à la Chambre qui aura le courage de prendre des mesures concrètes pour protéger véritablement la biodiversité et nos écosystèmes.
View Tom Kmiec Profile
CPC (AB)
View Tom Kmiec Profile
2019-05-10 13:12 [p.27645]
Madam Speaker, I am very pleased to be joining the debate on Bill C-55 to contribute a couple of thoughts.
My colleague from North Okanagan—Shuswap gave an excellent overview of the contents of the bill and the substance of the amendments being proposed by the Senate. It has proposed a couple of measures that would improve accountability.
There is a series of common-sense ideas. They are very technical in nature. When I went through them, they gave me pause. I though about the implications for the minister of the requirement to consult and how to consult? I thought about how the government would deal with applying some of the other measures in the real world.
A lot of what we do in Ottawa is put theory into legal practice and provide the wording for what we want departmental officials to do on the ground. However, there is also an entire portion related to the application of the legislation and regulations. We want to know how it will work in the field. How will the ideas in this chamber, brought forward by the government through legislation and by government members and opposition members through amendments, actually work out in the real world?
It is not enough to have good intent. It is also what happens on the ground. The reality on the ground is extremely important in whether the legislation will achieve those goals. Intent is fine. I think intent is laudable. We talk a lot about that as politicians. However, it is the results on the ground that count the most. Did we achieve the goals we set out? Do we have a metric to measure how the legislation is working?
The member from North Okanagan—Shuswap gave an excellent overview of the work both parties on the opposition side have done in proposing amendments and improvements to the bill at various stages, going back to when the bill was before the House of Commons committee. Between 25 and 30 amendments were proposed at that time to try to improve the legislation.
I have been on different committees, and often I have seen government legislation that has technical flaws in it. Some of the flaws are inadvertent. They are simply copied and pasted from other pieces of legislation. Perhaps they had a good intent at one time, but when we sit down with officials and stakeholder groups, we quickly realize that they would have several unintended consequences. I will get to one of the unintended consequences of the MPA processes.
When sections of bills are being changed, or improved, as the government would say, I have seen members try to amend them at committee. I have done this myself. I have proposed amendments to government legislation that I thought would improve a bill and fix it in a substantive way, perhaps by amending a definition, as I tried to do on the medical assistance in dying bill, to provide a more technical definition.
With respect to Bill C-55, we are talking about Senate amendments that, as I mentioned, would improve the accountability of the minister to both Parliament and Canadians. They are common-sense ideas. Whether the amendments and the ideas therein are properly executed deserves further investigation and deliberation.
Bill C-55 would maximize the minister's powers. I have mentioned several times in this chamber, on other pieces of legislation proposed by the government, how opposed I am to maximizing ministerial discretion, especially on things like MPAs, which have an immense economic impact on the livelihoods of people in smaller communities, people who depend on fisheries for their livelihood.
It is incumbent upon any government and any member of Parliament to ensure that ministers are reined in and do not have free rein to do as they wish. Too much of the legislation that has passed in the House leaves it up to cabinet, through orders in council, to decide what the details will be.
I will draw the attention of the House to the cannabis bill, which decriminalized or legalized the sale and distribution of cannabis in Canada, and to the impaired driving bill. These bills created a litany of regulations that were basically to be written by a minister and then approved by cabinet at some point.
Some of them were very basic concepts, like definitions that should simply be taken out of a dictionary. We have the same situation here, where the minister's discretion and ability to intervene and interfere in a local area's decision-making process is very broad.
That is a deficiency in any government legislation, because often when we then ask those ministers to return to committees and provide a summary, provide some type of semblance of what was done with the powers, in almost every situation that I have experienced so far, I have been disappointed when ministers returned to committee to explain how they used the powers. They either went way overboard in their application or fell far short and actually did not pass a regulation that met the requirements of Parliament, thus being unable to achieve the goals that the legislation set out.
Just yesterday, at the Standing Joint Committee for the Scrutiny of Regulations, where eventually the regulations that Bill C-55 would enable will make their way for gazetting and review and approval, I saw another instance of a government regulation being used by two previous governments, both Liberal and Conservative, whereby the officials in the department had collected information they were not legally allowed to collect.
Then an amendment to a piece of legislation was passed in 2012, and at that point, that collection of information was legalized. The logical question that all parliamentarians asked, including members in the government caucus and members of the Conservative caucus and members of the NDP caucus, was that if this collection of information was legalized in 2012, was it illegal before that? That was what the legal counsel for the committee was telling members of Parliament was in fact the case—that the government officials had improperly collected a whole suite of very sensitive, proprietary, corporate economic information.
My worry with Bill C-55 is again the broad discretion being given to the minister during the consultation process and the set-up of the MPA.
I want to quote Jim McIsaac of the BC Commercial Fishing Caucus, who said:
Right now on the west coast we have 10 or 12 different MPA processes. It's impossible for the fishing industry to engage in all of these in a kind of comprehensive way. We need a place where we can sit down and set some of these overarching objectives. If we don't do that, it's just going to disintegrate into a mess. It won't be durable going on. We need a way to bring all available knowledge into these.
That speaks to some of that consultation overload. Consultation is a great thing. I participate in government consultations when they post them on the website. I will mention one right after this, on the Asian Infrastructure Investment Bank, just as an illustration of where I think the problem with this consultation on the MPAs exists.
Having 10 or 12 MPA consultation processes at the same time overwhelms one particular industry. It is too much in one area for one group, one sector, one group of workers in an economy to be able to answer to when we want in-depth, valuable information to be provided. We do not just want boxes checked.
The government has indicated that it does not agree with the Senate amendments and did not agree with many of the Conservative amendments at the House of Commons committee when the bill found itself there, and in this legislation what the government is trying to do is outsmart everybody. I think that is the greatest folly. It is a Yiddish proverb. It is one that has been used many times. We as parliamentarians should know, and the government should know, that it is impossible to know everything.
That is what consultation is supposed to be about. It is the process of discovering what we do not know; it is not supposed to be about affirming what we think we know. It is about discovering what we do not know.
In this case, my thought is that if we do 10 to 12 different consultations, again as with these MPA processes, it will overwhelm a particular industry. I am much more familiar with energy site consultations on indigenous communities at the Alberta provincial level. In a prior life, I worked for the Alberta finance minister at the time and the minister of sustainable resource development at the time. Our sustainable resources in Alberta do not happen to be fisheries. Unfortunately, fisheries are not a major sector in the Alberta economy, but they are a major sector in the British Columbia economy, and we should be worried by what we hear.
We should be worried when groups are telling us that the proposal in the legislation may overwhelm their ability to provide in-depth valuable information, whether it is traditional knowledge or qualitative or quantitative data that their industry collects just as part of doing business and part of proposing what they think. Again, the consultation angle here is that there could be an overwhelming number of them and that would make it very difficult for them to meet it.
I want to provide another quote for the chamber's consideration from Christina Burridge, the executive director of the BC Seafood Alliance. She states:
Closing large areas to fishing off the west coast does little for biodiversity, little for conservation, little for the men and women up and down the coast who work in our sector and who are middle class or aspire to the middle class, and little for the health of Canadians, who deserve access to local, sustainable seafood.
Again, that is valuable input from another organization that feels these proposed MPAs might have a fine purpose in mind, but the difference being the intent and impact on the ground, the reality of what will be done.
Several members have mentioned during debate on the legislation that they are concerned that the minister will have simply too broad a series of powers to do as he or she wants, such as to declare a certain area, cut out a certain border for the MPA first and then consult after the fact. However, the economic impact is immediate. People in the area who depend on this type of fishery or it is a significant part of what they do on a daily basis will not be able to continue to do so. They will have to consult with the minister as part of an organization or individually.
There is always the possibility that the government will of course listen to a particular stakeholder group and will defer. It will move boundaries. It will change them to meet the demands. However, the impact will have already happened. There will be already investors, perhaps or individuals who will have changed their behaviour, either their purchasing behaviour or the fishing practices they had. In the meantime, people still have to make an income at the end of the day. They still have to make ends meet. They still have to pay their one's taxes, because the government will never let up on that. They still has to attain some type of middle-class lifestyle. People cannot just lay down their tools and wait for the government to finish its consultation process. They cannot wait for the minister to be satisfied that they have met the requirements of the law.
Some of the defects and shortcomings in the bill could be addressed by some of the proposals in a Senate amendment. We can look back, as the member for North Okanagan—Shuswap mentioned, to some of the amendments proposed on the Conservative side at committee about improving the way the consultation would be done to protect the workers out there. Part of the amendments proposed here also touch upon some of the announcements made by the government.
The government made an announcement that it intended to spend about $1.5 billion on ocean protection off the west coast. It was part of its goal to reach some of its international targets and it was part of the process toward attaining and ensuring the construction of the Trans Mountain expansion pipeline, so meeting some of the public concerns that individuals had. I have a couple of issues in how this legislation and those dollar announcements matter.
We heard from the previous auditor general, who passed away tragically from cancer. He filed a report late last year, saying that the government was more interested in big dollar announcements in its news releases. He went in-depth in attacking the government's means of testing how it was achieving its goals. He said that it rated its success according to how much money had been shovelled out the door, not the actual impacts on the ground. He had a more broader critique on how the government had managed its operations.
Bill C-55 operationalizes MPAs in a lot of ways. It is much meatier legislation than people might realize. Many people realize that the consultation processes and the conservation of these broad maritime ecosystems and the termination of economic activity in many of these areas for certain types of fisheries or the potential of certain types of fisheries is a big operational part of government.
Time and time again, in different parts of the government, we have seen their inability to meet their own department plans, which every minister tables in the House. There are many shortcomings on that side, such as loading up departments with more work while cutting back on the total FTE count of employees in the department.
The government seems to rate its success simply by how much money has gone out the door, or sometimes, if the money has not even moved, by the quality of the news release being put out and the dollar figure. If there is “billion” in the number, the government will say that it is a job well done, that the mission was successful and that it has achieved its goals.
I will go back to the TMX pipeline for a moment, because I am a member who represents a Calgary riding and I am an Albertan. The TMX pipeline is a perfect example. The government created an investment environment, or a public policy situation, where a company felt obliged to give public notice to its shareholders after a board meeting that it was thinking of backing out of the pipeline expansion. It was not going to meet its goals. The government had created that environment, and it felt obliged to expropriate the pipeline from Kinder Morgan and purchase it for $4.5 billion.
Here comes the operationalizing component. My worry about Bill C-55 is whether the government will be able to operationalize all of this and whether it is overwhelming communities with too much consultation. The government has not been able to build a single inch of pipe to twin the TMX line to the west coast, despite the fact that it promised legislation, despite the fact that it promised, over 300 days ago, that it would get the pipeline built, and despite the fact that almost two construction seasons have been thrown away.
I hear a member on the government caucus side from Toronto heckling me. I remind him that the previous government approved four pipelines. I remind him that the previous government had a record of actually building pipelines. I also remind him that under his government's watch, the government he defends, over 7,000 kilometres of pipe has been cancelled in this country.
The LNG Canada project on the west coast is a $40-billion project that was approved by the regulator in 2012 and approved by the previous Stephen Harper government. They approved it. It took six years before the company felt that the business environment was good enough. For three years, from 2015 to 2018, the project was on the cusp of being cancelled. The only thing that saved the project was that the government exempted it from the carbon tax. That is the only reason the company went ahead with a $40-billion project. As well, under the government's watch, 78 billion dollars' worth of LNG projects have been cancelled.
Madame la Présidente, je suis très heureux de contribuer au débat sur le projet de loi C-55.
Le député de North Okanagan—Shuswap a fait un excellent résumé du contenu du projet de loi et des amendements soumis par le Sénat, lesquels proposent quelques mesures pour améliorer la reddition de comptes.
Il s'agit d'une liste d'idées sensées et de nature très technique. Lorsque je les ai étudiées, elles m'ont fait réfléchir. J'ai songé aux conséquences qu'ont, pour le ministre, les exigences concernant les consultations et la manière de les tenir. Je me suis demandé comment le gouvernement appliquerait certaines des autres mesures dans la réalité.
Une grande partie de ce que nous faisons à Ottawa consiste à mettre la théorie en pratique selon la loi et à formuler ce que nous voulons voir les fonctionnaires faire sur le terrain. Il y a toutefois toute une partie liée à l'application de la loi et du règlement. Nous voulons savoir comment les choses fonctionneront sur le terrain. Comment les idées de la Chambre — que le gouvernement présente dans le projet de loi et que les députés ministériels et de l'opposition proposent au moyen d'amendements — fonctionnent-elles dans la vraie vie?
Le fait d'avoir de bonnes intentions ne suffit pas. C'est aussi ce qui se passe sur place qui compte. La réalité sur le terrain est extrêmement importante pour déterminer si le projet de loi permettra d'atteindre ces objectifs. L'intention, c'est bien et c'est louable. Nous en parlons beaucoup en tant que politiciens. Cependant, ce sont les résultats sur le terrain qui comptent le plus. Avons-nous atteint les objectifs que nous nous étions fixés? Avons-nous prévu un moyen de mesurer si la loi fonctionne bien?
Le député de North Okanagan—Shuswap a donné un excellent aperçu du travail accompli par les deux partis de l'opposition en proposant des amendements et des améliorations au projet de loi à diverses étapes, en remontant à l'époque où le comité de la Chambre des communes en était saisi. Entre 25 et 30 amendements ont été proposés à l'époque pour essayer d'améliorer le projet de loi.
J'ai siégé à différents comités et j'ai souvent pu constater la présence de lacunes techniques dans certains projets de loi du gouvernement. Certains défauts sont involontaires. Ils sont simplement copiés et collés à partir d'autres mesures législatives. Les intentions étaient peut-être bonnes à un moment donné, mais lorsque nous nous asseyons avec les fonctionnaires et les groupes d'intervenants, nous nous rendons rapidement compte que ces défauts auraient plusieurs conséquences imprévues. J'aborderai l'une des conséquences involontaires des processus de zone de protection marine.
Lorsque le gouvernement présente des projets de loi modifiés ou améliorés, comme il le dirait, des députés présentent pour leur part des amendements lors de l'étude en comité. Je l'ai fait moi-même. J'ai proposé des amendements dans le but d'améliorer des mesures d'initiative ministérielle ou de pallier certaines de leurs lacunes, notamment en modifiant une définition, comme j'ai essayé de le faire pour le projet de loi sur l'aide médicale à mourir, afin qu'il inclue une définition plus technique.
En ce qui concerne le projet de loi C-55, nous discutons d'amendements que le Sénat a proposés et qui, comme je l'ai mentionné, amélioreraient la reddition de comptes de la part du ministre envers le Parlement et les Canadiens. Voilà des idées pleines de bon sens. L'application en bonne et due forme de ces amendements et de ces idées exige néanmoins un examen et des discussions approfondies.
Le projet de loi C-55 maximiserait les pouvoirs du ministre. J'ai mentionné à plusieurs reprises à la Chambre, au sujet d'autres mesures législatives émanant du gouvernement, que je suis contre l'idée d'accroître la discrétion ministérielle, particulièrement à l'égard d'enjeux comme les zones de protection marine, qui ont une énorme incidence économique sur le gagne-pain des gens des petites localités, qui tirent leur subsistance de la pêche.
Il incombe au gouvernement, quel qu'il soit, et aux députés de veiller à ce que les ministres ne disposent pas d'une marge de manoeuvre illimitée pour faire comme bon leur semble. La Chambre a adopté un trop grand nombre de mesures législatives qui donnent entière discrétion aux ministres de décider, par décrets, des détails d'application des lois.
J'attire l'attention de la Chambre sur le projet de loi sur le cannabis, qui a décriminalisé ou légalisé la vente et la distribution du cannabis au Canada, de même que sur le projet de loi sur la conduite avec facultés affaiblies. Ces projets de loi ont créé toute une flopée de règlements qui devaient, en gros, être rédigés par un ministre puis approuvés par le Cabinet à un moment donné.
Certains d'entre eux étaient très élémentaires, une définition, par exemple, qui devrait simplement être tirée d'un dictionnaire. C'est la même chose, dans le cas présent, parce que, en matière d'interférence dans un processus décisionnaire d'une région, le ministre jouit d'un très vaste pouvoir discrétionnaire et d'une très grande autorité.
C'est un problème qui surgit à chaque fois qu'un gouvernement présente une mesure législative. En effet, quand on demande à ces ministres de comparaître une nouvelle fois au comité et d'expliquer succinctement comment ils ont utilisé ces pouvoirs, souvent, presque à chaque fois, en fait, que je me suis retrouvé dans cette situation, j'ai été déçu: soit ils étaient allés trop loin, soit ils n'étaient pas parvenus à faire adopter un règlement qui respecte les exigences du Parlement et n'avaient donc pas atteint les objectifs fixés par la loi.
Pas plus tard qu'hier, au Comité mixte permanent d'examen de la réglementation, d'où les règlements que le projet de loi C-55 permettra d'adopter partiront pour être publiés dans la Gazette du Canada, examinés et approuvés, j'ai vu un autre exemple de règlement gouvernemental utilisé par deux gouvernements précédents, un libéral et un conservateur, en vertu duquel les fonctionnaires du ministère avaient recueilli des renseignements que la loi ne leur permettait pas de recueillir.
Une mesure législative a par la suite été modifiée en 2012, légalisant la collecte de ces renseignements à partir de ce moment. De façon logique, tous les parlementaires — les membres de tous les caucus — ont demandé si, étant donné que la collecte de ces renseignements a été légalisée en 2012, celle-ci était illégale auparavant. Le conseiller juridique du comité a dit aux députés que c'était effectivement le cas. Les fonctionnaires avaient recueilli de façon inappropriée tout un éventail de renseignements financiers d'entreprises de nature très délicate et exclusive.
Dans le projet de loi C-55, on confère encore une fois à un ministre une vaste discrétion pendant les processus de consultation et d'établissement de la zone de protection marine. C'est ce qui m'inquiète.
Ici, je vais citer Jim McIsaac, du BC Commercial Fishing Caucus:
À l'heure actuelle, sur la côte Ouest, nous avons 10 ou 12 processus de ZPM. Il est impossible pour l'industrie de la pêche de participer à tout cela de manière globale. Il nous faut pouvoir siéger quelque part pour définir certains objectifs généraux. Sinon, ce sera peine perdue. Le résultat ne sera pas durable. Il nous faut un moyen d'apporter toutes les connaissances disponibles.
Cela témoigne en partie de la surcharge de consultations. Les consultations sont un excellent outil. Je participe aux consultations gouvernementales lorsqu'elles sont affichées sur le site Web. Je parlerai de l'une d'elles tout de suite après ceci, concernant la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures, pour illustrer le problème que pose, à mon avis, la consultation sur les zones de protection marine.
Le fait d'avoir 10 ou 12 processus de consultation sur une zone de protection marine en même temps excède les capacités d'une industrie en particulier. C'est trop de consultations sur une zone pour qu'un groupe, un secteur ou un groupe de travailleurs dans une économie puisse nous fournir tous les renseignements utiles et détaillés que nous voulons. Nous ne voulons pas simplement des cases cochées.
Le gouvernement a indiqué qu'il n'approuve pas les amendements du Sénat et qu'il n'approuvait pas bon nombre des amendements conservateurs proposés lors de l'étude du projet de loi au comité de la Chambre des communes. Le gouvernement cherche à être plus malin que tout le monde, dans ce projet de loi, et j'estime que c'est la plus grande des folies. Il s'agit d'un proverbe yiddish qui a été utilisé à maintes reprises. En tant que parlementaires, nous devrions savoir, tout comme le gouvernement, qu'il est impossible de tout savoir.
C'est à cela qu'est censée servir la consultation. C'est un processus qui consiste à découvrir ce que nous ne savons pas, et non à affirmer ce que nous pensons savoir. Il vise à découvrir ce que nous ne savons pas.
J'estime que si nous effectuons de 10 à 12 consultations différentes, comme c'est le cas dans le cadre de ces processus de désignation de zones de protection marine, c'est trop pour l'industrie. Je connais beaucoup plus les consultations effectuées par la province de l'Alberta auprès des collectivités autochtones relativement à des projets énergétiques. Dans une autre vie, j'ai travaillé pour le ministre des Finances de l'Alberta de l'époque et le ministre du Développement durable des ressources de l'Alberta de l'époque. Les ressources durables de l'Alberta ne sont pas les pêches. Malheureusement, les pêches n'y sont pas un secteur majeur de l'économie. Cela dit, elles le sont au sein de l'économie de la Colombie-Britannique, et ce que nous entendons a de quoi nous inquiéter.
Il faut nous inquiéter lorsque des groupes nous disent que ce qui est prévu dans le projet de loi risque de compromettre leur capacité de fournir des renseignements utiles approfondis, qu'il s'agisse de savoir traditionnel ou de données qualitatives ou quantitatives que leur industrie recueille simplement aux fins de ses activités ou pour soumettre son opinion. Encore une fois, le nombre de consultations risque d'être trop élevé, si bien qu'il serait difficile pour ces groupes d'y participer à part entière.
J'aimerais soumettre à la Chambre une autre citation. La directrice exécutive de la BC Seafood Alliance, Christina Burridge, a dit:
La fermeture de vastes zones à la pêche au large de la côte Ouest ne fait pas grand-chose pour la biodiversité, pour la conservation, pour les hommes et les femmes de notre secteur qui travaillent le long de la côte et qui sont de classe moyenne ou qui y aspirent, pas plus que pour la santé des Canadiens, qui méritent d'avoir accès à des produits de la mer locaux et durables.
Une fois de plus, c'est une rétroaction utile d'un autre organisme qui estime que ces zones de protection marine sont peut-être proposées à des fins louables, mais qu'il y a une différence entre l'intention de la démarche et son incidence réelle sur le terrain.
Au cours du débat sur la mesure législative, plusieurs députés ont dit craindre que le ministre puisse faire tout ce qu'il veut, comme de désigner une certaine zone, d'en définir certaines limites et de ne mener des consultations qu'après coup. Or, les répercussions économiques, elles, sont immédiates. Les gens de la région pour qui la pêche est un moyen de subsistance ou occupe une grande place dans leur quotidien ne pourront plus la pratiquer. Ils devront participer aux consultations du ministre à titre personnel ou comme membre d'une organisation.
Il y a toujours la possibilité que le gouvernement, bien entendu, écoute un groupe particulier et qu'il cède, qu'il modifie les limites pour répondre aux demandes. Toutefois, les répercussions se feront déjà sentir. Déjà, des investisseurs, peut-être, ou des particuliers auront changé leur façon de faire, que ce soit au niveau des acquisitions ou des pratiques de pêche. Entretemps, les gens doivent encore gagner leur vie. Ils doivent encore joindre les deux bouts. Ils doivent payer leurs impôts, parce que le gouvernement n'y renoncera pas. Ils doivent vivre comme la classe moyenne. Les gens ne peuvent pas tout simplement raccrocher leurs outils et attendre que le gouvernement termine les consultations. Ils ne peuvent pas attendre que le ministre conclue qu'ils satisfont aux exigences de la loi.
Des lacunes du projet de loi pourraient être comblées par certaines propositions dans un amendement du Sénat. Pensons, comme le député de North Okanagan—Shuswap l'a mentionné, à certains amendements proposés par les conservateurs au comité pour améliorer le mode de consultation de manière à protéger les travailleurs. Une partie des amendements proposés concernent aussi les annonces faites par le gouvernement.
Le gouvernement a annoncé son intention d'investir environ 1,5 milliard de dollars dans la protection des océans au large de la côte Ouest. Cette somme s'inscrit dans ses efforts pour atteindre une partie de ses cibles internationales. Le gouvernement voulait aussi permettre la réalisation du projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain en répondant à certaines préoccupations de la population. Je m'inquiète toutefois des véritables conséquences de ce projet de loi et des dépenses annoncées.
Je repense à ce qu'a dit l'ancien vérificateur général, qui a perdu la vie tragiquement à cause d'un cancer. À la fin de l'année dernière, il a publié un rapport indiquant que le gouvernement se concentrait d'abord et avant tout sur ses annonces de grosses dépenses incluses dans des communiqués de presse. Il a critiqué en détail les moyens employés par le gouvernement pour évaluer l'atteinte de ses objectifs. Il a affirmé que le gouvernement mesurait sa réussite en fonction des sommes qui étaient distribuées à pleines mains, sans se préoccuper des résultats concrets sur le terrain. Il a aussi remis en question la gestion générale des activités du gouvernement.
Le projet de loi C-55 régit les zones de protection marine de nombreuses façons. Sa portée est beaucoup plus grande qu'on pourrait le penser. Beaucoup de gens s'aperçoivent que les consultations et la préservation des vastes écosystèmes marins par l'interruption des activités économiques dans de nombreuses zones, y compris l'interdiction de certains types de pêches déjà pratiquées ou susceptibles de l'être, représentent une grosse somme de travail dont l'État doit se charger.
À maintes reprises, dans différents ministères du gouvernement, nous avons constaté leur incapacité à respecter leurs propres plans, que chaque ministre présente à la Chambre. Il y a de nombreuses faiblesses de ce côté-là, comme le fait de surcharger les ministères de travail tout en réduisant le nombre total d'équivalents temps plein au sein des ministères.
Le gouvernement semble évaluer son succès simplement en fonction des sommes dépensées ou parfois, si aucune somme n'a été affectée, en fonction de la qualité du communiqué de presse diffusé et de la somme annoncée. Si l'annonce contient le mot « millard », le gouvernement dira que c'est un travail bien fait, qu'il a réussi sa mission et qu'il a atteint ses objectifs.
Je reviens un instant au projet Trans Mountain, car je représente une circonscription de Calgary et je suis Albertain. Le projet Trans Mountain est un exemple parfait. Le gouvernement a créé un contexte d'investissement, ou une situation de politique publique, où une société s'est sentie obligée, après une réunion du conseil d'administration, d'informer publiquement ses actionnaires qu'elle envisageait de se retirer du projet d'expansion. La société n'allait pas atteindre ses objectifs. Le gouvernement avait créé cette situation. Il s'est alors senti obligé de racheter le pipeline à Kinder Morgan, au coût de 4,5 milliards de dollars.
Parlons de l'opérationnalisation. Ce qui me préoccupe au sujet du projet de loi C-55, c'est de savoir si le gouvernement sera en mesure de rendre tout cela opérationnel et s'il n'accable pas les collectivités de trop de consultations. Le gouvernement n'a pas du tout commencé à construire le jumeau du pipeline existant jusqu'à la côte Ouest, et ce, malgré le fait qu'il a promis un projet de loi, malgré le fait qu'il a promis, il y a plus de 300 jours, qu'il ferait construire le pipeline, et malgré le fait que presque deux saisons de construction ont été annulées.
J'entends un ministériel de la région de Toronto qui me chahute. Je lui rappelle que le gouvernement précédent avait approuvé quatre pipelines. Je lui rappelle aussi que, sous le gouvernement précédent, des pipelines ont vraiment été construits. Enfin, je lui rappelle que, depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement, le gouvernement qu'il défend, l'installation de plus de 7 000 kilomètres de canalisations a été annulée au pays.
Le projet de LNG Canada sur la côte Ouest est un projet de 40 milliards de dollars que l'organisme de réglementation avait approuvé en 2012 et que le gouvernement de Stephen Harper avait également approuvé. Le projet était approuvé. Il a fallu six ans avant que les conditions commerciales ne satisfassent l'entreprise. Pendant trois années, de 2015 à 2018, le projet était à deux doigts d'être annulé. La seule chose qui a permis de sauver le projet, c'est l'exemption de la taxe sur le carbone qui lui a été accordée par le gouvernement. C'est ce qui a convaincu l'entreprise de lancer son projet de 40 milliards de dollars. En outre, sous le gouvernement actuel, des projets de gaz naturel liquéfié représentant 78 milliards de dollars ont été annulés.
View Tracey Ramsey Profile
NDP (ON)
View Tracey Ramsey Profile
2019-05-06 14:33 [p.27397]
Mr. Speaker, when the Liberals were elected, they promised to do politics differently. How things have changed. We have now learned that they are using a partisan tool to fill influential positions in our country, like judges and senators, just like the Conservatives appointed their friends when they were in power. These appointments must be based on merit and not party alliance. Experienced people are being overlooked for those with big red lawn signs and even bigger cheques.
Why does the government care more about its wealthy supporters than the crucial requirement that our courts be independent of politics?
Monsieur le Président, lorsque les libéraux ont été portés au pouvoir, ils avaient promis de faire de la politique autrement. Comme les choses ont changé. Nous avons depuis appris qu'ils se servent d'un outil partisan pour pourvoir les postes d'influence au pays, comme ceux de juges et de sénateurs, à la manière des conservateurs, qui nommaient leurs amis lorsqu'ils étaient au pouvoir. Ces nominations devraient être fondées sur le mérite, plutôt que sur les allégeances politiques. On préfère les personnes qui mettent de grandes affiches rouges sur leur terrain et surtout celles qui font de gros chèques aux personnes chevronnées.
Pourquoi le gouvernement accorde-t-il plus d'importance à ses partisans les plus riches qu'à la nécessité d'assurer l'indépendance des tribunaux face à la branche politique?
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, we have set up a process for the appointment of judges which is transparent, merit-based and rigorous, beginning from the applications being treated by judicial committees across Canada all the way through the rest of the process.
Canadians have a right to donate to political parties. This fact neither helps nor hinders any applicant. The applications are based solely on merit. We have appointed over 300 judges, and their quality is of the very highest calibre.
Monsieur le Président, nous avons mis en place un processus de nomination des juges transparent, rigoureux et fondé sur le mérite, du traitement des candidatures par les comités judiciaires dans l'ensemble du pays jusqu'à la fin du processus.
Les Canadiens ont le droit de faire des dons aux partis politiques. Cela n'affecte en rien les chances d'un postulant. Les candidatures sont évaluées uniquement en fonction du mérite. Nous avons nommé plus de 300 juges dont les compétences comptent parmi les plus élevées.
View Tracey Ramsey Profile
NDP (ON)
View Tracey Ramsey Profile
2019-05-06 14:35 [p.27397]
Mr. Speaker, so basically, the best Liberal wins.
The Liberals are so arrogant that they do not even realize the harm they are doing to the Canadian system of government. Canadians expect us to put the partisanship aside when it comes to the nomination of our judges, senators and officers of Parliament. We depend on the integrity of our institutions for a democratic and fair society.
The Prime Minister promised to do politics differently. Will the Liberals commit right now to Canadians not to use their partisan database for future appointments?
Monsieur le Président, cela revient à dire que le meilleur libéral sera choisi.
Les libéraux sont si arrogants qu'ils ne se rendent pas compte à quel point ils nuisent au système de gouvernement canadien. Les Canadiens s'attendent à ce que nous mettions la partisanerie de côté lorsque nous nommons des juges, des sénateurs et des mandataires du Parlement. Une société juste et démocratique dépend de l'intégrité de ses institutions.
Le premier ministre a promis de faire de la politique autrement. Les libéraux peuvent-ils promettre aux Canadiens qu'ils ne se serviront pas de leur base de données partisane pour les futures nominations?
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, as I have stated, we have put together a transparent, merit-based process that is highly rigorous. These appointments, which were made by both my predecessor and me, have resulted in over 300 appointments of the very highest calibre. Of those appointments, 55% are women. They are better representing the diversity of Canada. We know we still have a way to go, but this is an outstanding crop of appointees, who have been appointed only based on merit.
Monsieur le Président, comme je l'ai dit, nous avons mis en place un processus très rigoureux, transparent et fondé sur le mérite. Ma prédécesseure et moi-même avons nommé plus de 300 juges du plus haut calibre, dont 55 % sont des femmes, qui reflètent la diversité du Canada. Nous savons que nous avons encore beaucoup de travail à faire, mais il s'agit d'une vague de professionnels hors pair qui ont été nommés uniquement en fonction du mérite.
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2019-05-06 15:00 [p.27402]
Mr. Speaker, last week, I asked the Minister of Justice why he checks to see if candidates for the judiciary are in his Liberal database. He replied, “We implemented a transparent, merit-based process for appointing judges.”
Sure, it is transparent because the media reported on it, but the only merit involved is the merit of being Liberal.
Seriously though, can the Minister of Justice explain how being a good Liberal is a sign of having good judgment?
Monsieur le Président, la semaine dernière, j'ai demandé au ministre de la Justice pourquoi il vérifie si les candidats à la magistrature sont dans sa base de données libérale. Il m'a répondu ceci: « Nous avons mis en place un système où les juges sont sélectionnés selon un processus transparent et basé sur le mérite. »
Oui, il est transparent, parce que les médias l'ont rapporté. Pour ce qui est du mérite, c'est le mérite d'être libéral.
Franchement, le ministre de la Justice peut-il nous expliquer en quoi être un bon libéral est un gage de bon jugement?
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, my answer has not changed. After taking office, we implemented a transparent, merit-based judicial appointment process. We have since appointed over 300 judges of the very highest calibre, half of whom are women. As a group, they represent this country's diversity. We are very proud of our record on this.
Monsieur le Président, la réponse demeure la même. Depuis notre élection, nous avons mis en place un système de sélection des juges transparent et basé sur le mérite. Nous avons procédé à plus de 300 nominations depuis les élections. Ce sont des nominations de très haute qualité, 50 % des candidats choisis sont des femmes et la diversité du pays est représentée. Nous sommes très fiers de notre bilan là-dessus.
View Rhéal Fortin Profile
BQ (QC)
View Rhéal Fortin Profile
2019-05-06 15:01 [p.27402]
Mr. Speaker, before appointing judges, the government is checking to see whether they have ever made any donations to the Liberal Party. Giving party friends preferential treatment is the same old Liberal way.
I said it last week and I will say it again. That approach is working. They raised over $300,000 just by appointing judges.
For the Bloc Québécois, what counts is merit, not political affiliation.
How can the minister seriously justify the use of the Liberalist database in selecting judges?
Monsieur le Président, avant de nommer des juges, le gouvernement vérifie s'ils ont fait des dons au Parti libéral. Privilégier ses amis, c'est la bonne vieille méthode libérale.
Je l'ai dit la semaine dernière et le je le répète: ça marche, ils ont amassé plus de 300 000 $ juste en nommant des juges.
Pour nous, au Bloc québécois, ce qui compte, c'est la valeur, pas la couleur.
Comment le ministre peut-il justifier sérieusement l'utilisation de la base de données Libéraliste dans la sélection des juges?
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, all Canadians, including lawyers, have the right to make donations under the Canadian system. Once again, the system is transparent. What is more, they have to fulfill their obligations to the system. It is a transparent process that all Canadians have the right to participate in. With regard to appointments, donations do not put candidates for the judiciary at an advantage or a disadvantage.
Monsieur le Président, tous les Canadiens, y compris les avocats, ont le droit de faire des dons dans le système canadien. Encore une fois, c'est transparent. De plus, ils doivent remplir leurs obligations envers le système. C'est un processus transparent auquel tous les Canadiennes et les Canadiens ont droit. Pour ce qui est des nominations, cela ne donne aucun avantage ni aucun désavantage aux candidats à la magistrature.
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)

Question No. 2339--
Mr. Alexander Nuttall:
With regard to the government paying for outside legal counsel for individuals related to the SNC-Lavalin scandal: (a) what is the complete list of individuals for which the government has approved paying legal fees; (b) for each individual in (a), (i) what firm has been retained, (ii) what is the retainer or agreed upon rate, (iii) what is the maximum expenditure amount the government has authorized?
Response
(Return tabled)

Question No. 2340--
Mr. Alexander Nuttall:
With regard to the preservation of documents and communication, including PINs, text messages, and all other forms of electronic communication by staff of the Office of the Prime Minister: (a) how many smartphones or other electronic devices assigned to an individual in the Office of the Prime Minister have been “wiped” or cleared of communication sent and received from the device, broken down by month since January 2017; and (b) for each instance in (a) what was the reason for the device being “wiped”?
Response
(Return tabled)

Question No. 2342--
Mr. Deepak Obhrai:
With regard to government communication with the Organization for Economic Co-Operation and Development (OECD) Working Group on Bribery and the statement by the spokesperson for the Minister of Foreign Affairs that “We will continue to work with and update the Working Group on the robust and independent domestic processes currently underway in Canada”: (a) what are the dates and details of all updates which have been provided to the OECD; (b) did the government inform the OECD that partisan Liberal Members control a majority of the votes on the Standing Committee on Justice and Human Rights; and (c) what are the “robust and independent” processes currently underway to investigate the allegations of corruption and inappropriate pressure applied by individuals in the government?
Response
(Return tabled)

Question No. 2344--
Mr. Rob Nicholson:
With regard to project funding for Strong, Secure, Engaged (SSE) for the 2017-18 and 2018-19 fiscal years (to date of this filing): (a) which projects in SSE that were projected to spend money in those years did not; (b) of the projects listed in (a) what is the operational impact of these projects not spending money on schedule; (c) how much money will be reprofiled into Budget 2019 as a result of this underspending?
Response
(Return tabled)

Question No. 2345--
Mr. Rob Nicholson:
With regard to testimony from Julie Charon on February 19, 2019, at the Senate Finance Committee where she stated that the Department of National Defence had just recosted all of its projects: (a) by project, which had an increase in forecasted costs, which had a decrease in forecasted costs, and which saw no change in forecasted costs; (b) of the projects listed in (a) which had their budgets changed; (c) what is the impact of these changes in costing on (i) the contingency included in the annual projection for capital spending, (ii) the overall cost of these projects, (iii) project scope to stay within budget if the budget was not increased?
Response
(Return tabled)

Question No. 2346--
Mr. Rob Nicholson:
With regard to Canada’s spending on defence as a share of GDP since January 1, 2016: (a) how much of defence spending is devoted to equipment spending by both dollar amount and percentage of total defence spending; (b) what is the current twenty year projection for defence spending as a percentage of GDP; (c) what is the current twenty year projection for defence equipment spending?
Response
(Return tabled)

Question no 2339 --
M. Alexander Nuttall:
En ce qui concerne le fait que le gouvernement paie les services d’avocats de l’extérieur pour des personnes associées au scandale SNC-Lavalin: a) quelle est la liste des personnes pour lesquelles le gouvernement a approuvé le paiement des honoraires d’avocat; b) pour chaque personne en a), (i) à quel cabinet a-t-on recours, (ii) quel est le montant des honoraires d’avocat ou le tarif convenu, (iii) quel est le montant maximal des dépenses que le gouvernement a autorisées?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2340 --
M. Alexander Nuttall:
En ce qui concerne la conservation des documents et des communications, y compris les NIP, les messages textes et toutes les autres formes de communication électronique provenant du personnel du Cabinet du premier ministre: a) combien de téléphones intelligents ou d’autres appareils électroniques attribués à une personne travaillant au Cabinet du premier ministre ont été « purgés » des communications envoyées ou reçues à partir de l’appareil, ventilé par mois à partir de janvier 2017; b) dans chaque cas en a) pour quelle raison l’appareil a-t-il été « purgé »?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2342 --
M. Deepak Obhrai:
En ce qui concerne les communications du gouvernement avec le Groupe de travail de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur la corruption et la déclaration du porte parole de la ministre des Affaires étrangères, selon lequel « Nous continuerons de travailler avec le groupe de travail et de faire le suivi sur les processus robustes et indépendants actuellement en place au Canada »: a) quels sont les dates et les autres détails de toutes les mises à jour qui ont été faites auprès de l’OCDE; b) le gouvernement a-t-il informé l’OCDE que des députés libéraux partisans contrôlent la majorité des voix au Comité permanent de la justice et des droits de la personne; c) quels sont les processus « robustes et indépendants » qui sont actuellement mis en œuvre par des personnes au gouvernement pour faire enquête sur les allégations de corruption et de pressions indues?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2344 --
M. Rob Nicholson:
En ce qui concerne le financement de projets dans le cadre de la politique de défense Protection, Sécurité et Engagement (PSE) pour les exercices 2017-2018 et 2018-2019 (en date du présent dépôt): a) quels sont les projets visés par cette politique dont les fonds prévus au cours de ces exercices n’ont pas été utilisés; b) parmi les projets énumérés en a) quelles sont les conséquences sur le plan opérationnel de la non utilisation des fonds destinés à ces projets dans le temps prévu; c) quel montant sera reporté au budget 2019 en raison de la sous utilisation des fonds?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2345 --
M. Rob Nicholson:
En ce qui concerne le témoignage livré par Julie Charon le 19 février 2019 devant le Comité sénatorial des finances, dans lequel elle a déclaré que le ministère de la Défense nationale venait de revoir le coût de tous ses projets: a) quels sont les projets dont le coût projeté a augmenté, ceux dont le coût projeté a diminué et ceux dont le coût projeté est resté le même; b) parmi les projets énumérés en a) quels sont ceux dont le budget a changé; c) quelles sont les conséquences de ces changements sur (i) le fonds de prévoyance pris en compte dans la projection annuelle des dépenses d’immobilisations, (ii) le coût global de ces projets, (iii) la portée du projet, pour respecter le budget s’il n’y a pas d’augmentation?
Response
(Le document est déposé.)

Question no 2346 --
M. Rob Nicholson:
En ce qui concerne les dépenses du Canada en matière de défense en pourcentage du PIB, depuis le 1er janvier 2016: a) quelle part du budget de la défense est destinée au matériel, en dollars et en pourcentage du budget total de la défense; b) quelles sont actuellement les dépenses projetées pour la défense sur un horizon de vingt ans, en pourcentage du PIB; c) quelles sont actuellement les dépenses projetées sur un horizon de vingt ans pour le matériel de défense?
Response
(Le document est déposé.)
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2019-05-03 11:22 [p.27335]
Mr. Speaker, the Prime Minister told us that he would be different, that he would change the way things are done in Ottawa. He said there would be no more partisan appointments. He said he would clean up the Senate. Well, the Liberals are not only running judges through their partisan database to check whether they have donated to the Liberal Party, but they are giving senators the same treatment. So much for transparency. The Liberals have repeatedly made it clear that their priority is not Canadians, it is the Liberal brand.
Are they not the least bit ashamed to be screening all appointments through a partisan filter?
Monsieur le Président, le premier ministre nous a dit qu'il serait différent, qu'il changerait des choses à Ottawa. Il a dit qu'il allait mettre fin aux nominations partisanes, et qu'il allait nettoyer le Sénat. Eh bien, non seulement les libéraux utilisent leur base de données partisane pour savoir si les juges ont fait des dons au Parti libéral, mais ils font la même chose dans le cas des sénateurs, et tant pis pour la transparence. Les libéraux ont montré à plusieurs reprises que, leur priorité, ce n'est pas les gens, mais la marque libérale.
N'ont-ils pas au moins un peu honte de faire passer toutes les nominations à travers un filtre partisan?
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2019-05-03 11:23 [p.27335]
Mr. Speaker, we are very proud of the process for appointing candidates to the Senate or to Canada's judiciary.
With regard to judicial appointments, just look at our track record. Our record shows that we have used every available means to verify the candidates' merit and quality. That is the first thing. The second thing is that we have ended up with the largest number of people from diverse communities, such as women, visible minorities, indigenous peoples and the LGBTQ community. That is what Canadians expect of us, of their government. That is what needs to be done to—
Monsieur le Président, nous sommes très fiers du processus visant à nommer les candidats au Sénat ou les juges du pays.
En ce qui concerne les juges, il suffit de regarder notre bilan. Notre bilan, c'est le fait que nous avons utilisé tous les moyens pour vérifier le mérite et les qualités des candidats. C'est la première chose. La deuxième chose, c'est qu'on a trouvé une situation où on a le plus grand nombre de personnes des diverses communautés, soit les femmes, les minorités visibles, les Autochtones et les personnes de la communauté LGBTQ. C'est ce que les Canadiens attendent de nous, de leur gouvernement. C'est ce qu’il faut faire pour...
View Christine Moore Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, the Liberals promised Canadians that the nomination process would be open and transparent. Appointments should be based on merit and skill. The Liberals, however, are using a partisan tool to determine whether potential candidates have previously donated to the Liberal Party or whether they voted in the last leadership race. A person's affiliation with the Liberal Party should never sway a judicial or senatorial appointment.
The Prime Minister promised to do politics differently. What happened to that promise?
Monsieur le Président, les libéraux avaient promis aux Canadiens de la transparence et de l'ouverture dans le processus de nomination. Les nominations devraient être basées sur le mérite et sur les compétences. Qu'est-ce que les libéraux font? Ils utilisent un outil partisan pour savoir si les candidats potentiels ont déjà donné au Parti libéral ou s'ils ont voté lors de la dernière course à la chefferie. Le niveau de sympathie envers le Parti libéral ne devrait jamais influencer les nominations des juges ou des sénateurs.
Le premier ministre promettait de faire de la politique autrement. Qu'en est-il de cette promesse?
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2019-05-03 11:24 [p.27335]
Mr. Speaker, I thank my colleague opposite for her question.
I want to point out the facts and the exact figures. These are the facts: first of all, we carried out consultations and vetted the candidates carefully; second, we appointed judicial candidates from any Canadian political party. The third thing I want to emphasize is this.
Seventy-five per cent of the people named as judges in this country have no affiliation to, or donation history with, the Liberal Party of Canada.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de l'autre côté de sa question.
Ce que je peux souligner, ce sont les chiffres et les faits exacts. Quels sont les faits? Les faits sont que nous avons mené des consultations et que nous avons vérifié les candidatures avec prudence. C'est la première chose. La deuxième chose, c'est que nous avons nommé aux postes de juges des candidats de n'importe quel parti politique du Canada. La troisième chose, c'est le fait suivant.
Au pays, 75 % des gens qui ont été nommés juges n'ont aucun lien avec le Parti libéral du Canada et ne lui ont jamais versé de dons.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
View Peter Julian Profile
2019-05-03 11:26 [p.27336]
Mr. Speaker, Liberal talking points just do not cut it.
The Liberals promised transparency, and instead, what the Liberals have given to Canadians is probably the most cynical government in Canadian history. The current Liberal government is shamelessly, outrageously partisan and runs judges appointments and Senate appointments through a partisan Liberal lens. That is what the Liberals care about. What other appointments have the Prime Minister and the government run through the partisan Liberal-donor database to make sure the person is good for the Liberal Party? Are the Liberals not just a little bit ashamed?
Monsieur le Président, les beaux discours des libéraux ne suffisent pas.
Les libéraux ont promis de faire preuve de transparence. Au lieu de cela, je crois qu'ils ont donné aux Canadiens l'un des gouvernements les plus cyniques de l'histoire du pays. Le gouvernement libéral en place fait preuve d'une partisanerie éhontée et scandaleuse en étudiant les dossiers de candidature à la magistrature et au Sénat en fonction des allégeances libérales des candidats. Voilà ce qui compte pour les libéraux. Quelles autres candidatures le premier ministre et le gouvernement ont-ils examinées en consultant la base de données des donateurs du Parti libéral pour s'assurer que les candidats sont favorables au Parti libéral? Les libéraux n'ont-ils pas un peu honte?
View Karina Gould Profile
Lib. (ON)
View Karina Gould Profile
2019-05-03 11:27 [p.27336]
Mr. Speaker, our government ran on a platform to make the Senate more independent and more transparent to ensure that Liberal senators would be more able to work independently, unlike the previous government, which appointed partisan people who were completely ingrained in its party.
We have made a difference in the Senate, and the quality of the senators in the other place demonstrates just that.
Some hon. members: Oh, oh!
Monsieur le Président, le gouvernement s'est engagé à rendre le Sénat plus indépendant et plus transparent pour que les sénateurs libéraux soient davantage en mesure de travailler de façon indépendante, contrairement au gouvernement précédent, qui a fait des nominations partisanes en choisissant des candidats entièrement dévoués à son parti.
Nous avons changé les choses au Sénat, et la qualité des nominations à l'autre endroit en fait foi.
Des voix: Oh, oh!
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
View Geoff Regan Profile
2019-05-02 11:23 [p.27273]
I am now prepared to rule on the question of privilege raised on April 10, 2019, by the hon. member for Chilliwack—Hope concerning allegedly misleading statements by the Minister of National Revenue.
When raising his question of privilege, the member for Chilliwack—Hope explained that the Minister of National Revenue had told the House more than once that the Canada Revenue Agency had hired 1,300 new auditors since 2016 but that certain Quebec newspapers reported this to be inaccurate, stating that the true figure was just 192. The member went on to explain how the minister's statements breached privileges since they were knowingly and deliberately misleading and made with the intent to deceive the House, in his view.
The Parliamentary Secretary to the Government House Leader countered that the minister’s statements, inside and outside the House, were in fact accurate and consistent. The parliamentary secretary cited the auditors hired from 2016 through 2018 to justify the minister’s claim that 1,300 auditors were hired by the Canada Revenue Agency. From his perspective, the parliamentary secretary claimed that this was a dispute as to the facts rather than a legitimate question of privilege.
By now, members are only too aware that, in most instances, when members are accused of misleading the House, the Chair has ruled that it is a dispute as to the facts. Given the gravity of such a charge, the Chair must be able to establish with certainty that the statements made were undoubtedly false, misleading and intended to misinform the House.
Members must recognize that what may appear to be misleading and false is often a matter of perception subject to context and interpretation, factors that are inherent to debate. On this, Speaker Milliken stated on December 6, 2004, at page 2319 of Debates:
Disagreements about facts and how the facts should be interpreted form the basis of debate in this place.
Consequently, absent any compelling evidence to the contrary, I do not find that a prima facie question of privilege has been established in this case.
I thank all hon. members for their attention.
Je suis maintenant prêt à me prononcer sur la question de privilège soulevée le 10 avril 2019 par l’honorable député de Chilliwack—Hope concernant des déclarations trompeuses qu’aurait faites la ministre du Revenu national.
Quand il a soulevé sa question de privilège, le député de Chilliwack—Hope a expliqué que la ministre du Revenu national avait informé la Chambre à plusieurs reprises que l’Agence du revenu du Canada avait embauché 1 300 nouveaux vérificateurs depuis 2016, mais que selon certains journaux québécois, ce chiffre est incorrect et le nombre exact n’est que de 192. Le député a poursuivi en expliquant que la déclaration de la ministre portait atteinte aux privilèges, parce qu’elle était sciemment et délibérément trompeuse et faite dans l’intention d’induire la Chambre en erreur.
Le secrétaire parlementaire de la leader du gouvernement à la Chambre des communes a répondu que les déclarations de la ministre, à la Chambre et à l’extérieur de celle-ci, étaient en fait exactes et cohérentes. Le secrétaire parlementaire a fourni des précisions concernant l’embauche de vérificateurs de 2016 à 2018 pour justifier l’affirmation de la ministre selon laquelle 1 300 vérificateurs ont été embauchés par l’Agence du revenu du Canada. De son point de vue, le secrétaire parlementaire soutenait qu’il s’agissait d’un désaccord quant aux faits plutôt que d’une véritable question de privilège.
Les députés ne savent que trop bien que, dans la plupart des cas où des députés sont accusés de tromper la Chambre, le Président a statué qu’il s’agit d’un désaccord quant aux faits. Compte tenu de la gravité d’une telle accusation, le Président doit pouvoir établir avec certitude que les déclarations sont assurément fausses et trompeuses, et qu’elles visent à induire la Chambre en erreur.
Les députés doivent reconnaître que ce qui peut apparaître trompeur et faux est souvent une question de perception fondée sur le contexte et l’interprétation. Il s’agit là de facteurs inhérents au débat. À ce propos, le Président Milliken a déclaré le 6 décembre 2004, à la page 2319 des Débats de la Chambre des communes:
Les divergences d’opinion portant sur les faits et sur la façon de les interpréter sont au cœur même des débats de la Chambre.
Par conséquent, en l’absence de preuve convaincante, je ne peux conclure qu'il y a de prime abord matière à question de privilège.
Je remercie les honorables députés de leur attention.
View Cathy McLeod Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I am very pleased to stand and speak to Bill C-91, the indigenous languages act, at third reading.
It is important for people who might be watching to note that we just had a vote at report stage, and there was unanimous support in this House to move this bill forward. That in itself speaks to how important this particular bill is.
Having said that we see it is important to move the bill forward, the expression “The pursuit of perfection often impedes improvement” is very appropriate. This is by no means a perfect bill. There are many things that will still be looked at in more detail in the Senate. I certainly perceive that we will be seeing more amendments coming forward. It was seen as a really important step. It was seen as something that we should all support, at least as a movement in the right direction. It is an improvement, for sure, but does it get us where we need to go? Absolutely not.
I was just talking to my colleague, who was at a dinner last night with the ambassador for New Zealand. There was a delegation here from New Zealand. I understand there was some drumming and a welcome in Cree at this particular dinner. What was more interesting was when he described to me how the entire delegation that came, MPs from all parties, spent over a minute or so talking in Maori. All the people in that delegation had some grasp of the indigenous language of that country.
I thought that was a very interesting story. I know we have a few indigenous language speakers in this Parliament, but we are a significantly long way from anything that resembles what my colleague described. Obviously, with its many languages and their many dialects, Canada is in a very different position.
This bill is important. Many witnesses came to the heritage committee and shared how vital the protection and revitalization of languages was for them. As they spoke, they shared research in terms of the importance of language; they shared lived experiences, and they shared suggestions for how we could make this bill better. I would like to thank them all for taking that time to come to committee to share their thoughts about this bill. We know that some of the suggestions were taken into account. At this time, others would be difficult. This needs to be an evolving process; it needs to be a bit of a living tree, and it is certainly a framework.
To go back a little, in the debate at second reading I shared a personal story. I would like to share another story in terms of what I witnessed back in the 1980s: elders who were very fluent in their language at that time, and how destructive some of the government policies had been, not only in terms of the residential schools and the loss of language.
I can remember visiting an elder who was very fluent in her language and being told that I was not supposed to visit this elder because she was no longer one of them. She had married a white person who had passed away. I thought that was strange, because she was of the community; she spoke the language and she was emblematic of the culture of the community. However, the government had decided she was no longer a status Indian, because she had married a white person who had since passed away. She could not ever retrieve that status.
It was a really unusual circumstance. That was one of the first times I saw the impact of government policies. As a nurse I was not supposed to visit an elder, because at the time I was called “the Indian nurse” and in the communities I was allowed to be responsible only for people who were status Indians. We all ignored those rules, and those rules certainly made no sense.
If we look at all the elders at the time and their fluency in speaking and we compare them with the children who had returned home from the residential schools, who at that time were in their fifties and sixties, we would see that very few of them could converse well with their parents with the language skills they had, and many of the elders were very limited in their English. Imagine how difficult that was for the communities.
To look back, the Truth and Reconciliation Commission was part of the 2007 Indian Residential Schools Settlement Agreement, which recognized that the school system had a profound, lasting and damaging impact on aboriginal culture, heritage and language. At that time, the Right Hon. Stephen Harper and the previous Conservative government acknowledged these harms and delivered a formal apology in the House of Commons to the former students and their families and communities for Canada's role in the operation of these schools.
Again, this was a time when Parliament came together. We were government and we delivered the apology, but I remember NDP members were instrumental in that and I also know that the Liberals welcomed that particular day.
At the time, he said:
The Government of Canada built an educational system in which very young children were often forcibly removed from their homes and often taken far away from their communities.
Many were inadequately fed, clothed and housed. All were deprived of the care and nurturing of their parents, grandparents and communities.
First nations, Inuit and Métis languages and cultural practices were prohibited in these schools.
Tragically, some of these children died while attending residential schools, and others never returned home.
The government now recognizes that the consequences of the Indian residential schools policy were profoundly negative and that this policy has had a lasting and damaging impact on aboriginal culture, heritage and language.
As we all know, the commission did its work across this country and delivered its calls to action. Calls to action 13, 14 and 15 specifically looked at the issue of language, and that is part of the reason we are seeing unanimous consensus in the House to move forward with this bill.
This is an important bill. We have said it is not perfect. I am going to talk about some of the challenges and concerns that I continue to have about the technical pieces of the bill, as opposed to the more aspirational component.
My number one concern is about something I have never seen before in all my time as a parliamentarian. Committees hear from witnesses, who make suggestions. Then we have the opportunity propose amendments to the legislation to improve it or to fix errors. Amendments typically are introduced in time for all members of the committee to reflect on them and make decisions about whether these amendments make sense, where they are supportable, or whether they might have other implications.
We went through that process. Many amendments were submitted. They were submitted from independent members as well, and there was a good opportunity to reflect on what those amendments would mean in the context of the whole bill. Then there was clause-by-clause consideration, when we looked at the clauses as they existed and the amendments that were proposed.
The current government table-dropped 23 amendments. In all of my time as a parliamentarian, in considering many bills in clause-by-clause study, I have seen independents table-drop amendments and other parties have table-dropped amendments, but I have never, ever seen a government having to drop 23 amendments to its own bill with no time for consideration. Essentially, we had to make a decision on the spot, on the fly, in terms of the ramifications of these amendments.
That is what I consider to be an incredibly sloppy practice, and it is a serious concern. As the Senate looks at this amended bill, I am hoping that it will be able to catch any challenges that were left there as a result.
The other thing that is particularly interesting about the bill is something that Canadians might not be as aware of. There are two bills before this Parliament that are in some ways partner bills. One is the bill we are talking about today, and the other is Bill C-92, which is the indigenous child welfare legislation. In both these bills—and for the first time ever, as was confirmed by Ms. Laurie Sargent from the Department of Justice—Parliament has decided to speak to the recognition of section 35 rights in legislation, as opposed to going through a court system.
As Conservatives, we have often said that we should be the ones legislating and the courts should be interpreting. To some degree it is very appropriate that in consultation and collaboration with indigenous peoples in this country, we try to do some work in relation to section 35 rights.
The unanswered question is still about our Constitution, which is absolutely a work that includes our provinces and territories. For the federal government to be addressing section 35 in a language bill makes sense, because it is not going to impose on the provinces; however, in Bill C-92, the child welfare bill, the government is again defining some section 35 rights but is also going to be asserting to the provinces some paramountcy. It has been unwilling, so far, to talk to the provinces about that. When we are talking about putting some definition to some issues in the Constitution, not having conversations with the provinces is going to lead the government to some real challenges, particularly in the next piece of legislation we are going to be debating. I am very concerned that the government has taken such an approach.
I do not think I have ever seen things so bad in my time as a parliamentarian in terms of provincial-federal relationships. Things seem to have broken down, and I hope we can retrieve the situation. To propose legislation on which conversations have not even been had with the provinces is a challenge we need to deal with.
As I was going back in my notes, I noticed another interesting thing. This bill was originally tabled on February 5. At that time, the Minister of Heritage gave his speech, and I congratulated him on his speech and on this particular piece of legislation. However, February 5 was a very interesting date: it was the day a Globe and Mail article gave the first inkling of the SNC-Lavalin scandal.
I can remember the article had just come out, and I asked the minister a question about that, of course, and for the next two months we never did get satisfactory answers to any of those questions. What we learned in that particular article and in the two months that came afterward was that the government speaks many fine words about its commitment to indigenous relations and reconciliation, but that far too often its actions fall far short of what is expected.
I know that the former attorney general of Canada, who is now sitting as an independent, feels particularly concerned about what the government is doing and where it is going in terms of its commitments and in terms of the indigenous file.
We also saw how willing they were to throw a female who was the first indigenous attorney general in Canada under the bus. How quickly they did that, just two months later, to someone who was well recognized and well respected. We need to call them out on that particular piece.
Bill S-3, a bill about gender equity, is another piece of legislation that was tabled in the House that is related to this file. We had department officials come to our meetings. It sounded as though they had responded to the court decision in a reasonable fashion, yet the first witnesses and then other witnesses were able to point out serious flaws in the bill that the department officials had not noted. The minister had said everything was fine and that the government was taking care of the court decision, but the bill was so bad that they had to pull it and go back to the starting point. Then they had to pass a flawed bill, and we have been hearing recently that there are still concerns that the issues around gender equity have not been resolved.
Those are my particular concerns over the legislation that the current government has tabled. We have Bill S-3, which was flawed and had be to be pulled back. We have Bill C-91, which required 22 amendments to be table-dropped. In the case of Bill C-92, there are only six weeks left in this Parliament. The Liberals made significant commitments that they have not been able to meet, so they are in a rush, and particularly with Bill C-92, the child welfare legislation, they are trying to rush things through.
When I started my speech, I talked about things not being perfect but moving in a good direction. However, there might come a time when, in the Liberals' rush to get things done, things will be so flawed that they will just have to backtrack, as with some of their other bills. Unfortunately, we will have to see if they can get through it in time.
In conclusion, it is heartening to see unanimous consent in this House. It is heartening to see the work that has been done, although it is only a step. I am optimistic that there will be new technologies. One of the witnesses talked about how artificial intelligence can help with some language preservation.
We need to work soon and we need to work hard, so we are very happy to support this bill in terms of moving it to the next step.
Madame la Présidente, c'est avec plaisir que je prends la parole sur le projet de loi C-91, la Loi sur les langues autochtones, à l'étape de la troisième lecture.
Pour les gens qui nous regardent, il est important de souligner que nous venons de voter à l'étape du rapport et que la Chambre a voté à l'unanimité pour que ce projet de loi passe à l'étape suivante. Cela montre bien l'importance de cette mesure législative.
Comme nous savons qu'il est important de faire avancer ce projet de loi, l'expression « La quête de la perfection entrave souvent le progrès » me semble tout particulièrement à propos. Ce projet de loi est loin d'être parfait. Il reste de nombreux éléments qui seront étudiés plus en détail au Sénat. À mon avis, d'autres amendements seront proposés. Le projet de loi est considéré comme une étape fort importante, quelque chose que nous devrions tous appuyer, à tout le moins moins un pas dans la bonne direction. Nul doute qu'il s'agit d'une amélioration, mais cette mesure nous permet-elle d'atteindre l'objectif vers lequel il nous faut tendre? Pas du tout.
Je viens de m'entretenir avec un de mes collègues qui a assisté hier soir à un souper avec l'ambassadeur de la Nouvelle-Zélande. Une délégation de ce pays était au Canada. Je crois comprendre qu'il y a eu des tambours et un accueil en langue crie à ce souper. Ce que j'ai trouvé particulièrement intéressant est le fait que la délégation en entier, des députés de tous les partis, a parlé en maori pendant plus d'une minute. Tous les membres de cette délégation avaient une connaissance de la langue autochtone de leur pays.
J'ai trouvé cela très intéressant. Je sais que nous avons quelques personnes qui parlent une langue autochtone au Parlement, mais nous sommes bien loin de quelque chose qui ressemble à cela. Il va sans dire que le Canada est dans une situation bien différente puisque les langues et les dialectes parlés y sont très nombreux.
Ce projet de loi est important. De nombreux témoins ont souligné devant le comité du patrimoine que, pour eux, la protection et la revitalisation des langues autochtones sont essentielles. Dans leurs témoignages, ils ont présenté le résultat de recherches sur l'importance de la langue, des expériences vécues et des suggestions pour améliorer cette mesure législative. Je remercie tous les témoins d'avoir pris le temps de comparaître devant le comité pour donner leur point de vue sur ce projet de loi. Nous savons que certaines suggestions ont été prises en compte mais que, pour le moment, certaines autres seraient difficiles à mettre en oeuvre. Le changement doit être progressif, un peu comme s'il s'agissait d'un organisme en constante évolution. Quoi qu'il en soit, le projet de loi offre certainement un cadre de départ.
Je reviens un peu en arrière. Lors du débat à l'étape de la deuxième lecture, j'ai fait part d'une expérience personnelle. J'aimerais maintenant parler d'une réalité dont j'ai été témoin dans les années 1980. À l'époque, les aînés parlaient couramment leur langue, mais certaines politiques gouvernementales ont fait des ravages, et je ne parle pas seulement des pensionnats indiens et de la perte de la langue.
Je me souviens d'avoir rendu visite à une aînée qui parlait très bien sa langue. Pourtant, on m'avait dit que je ne devais pas aller la rencontrer parce qu'elle n'était plus considérée comme membre de la communauté du fait qu'elle avait épousé un Blanc, qui était maintenant décédé. J'ai trouvé la situation étrange parce que cette femme faisait bel et bien partie de la communauté: elle en parlait la langue et en représentait admirablement bien la culture. Toutefois, pour le gouvernement, elle avait perdu le statut d'Indienne inscrite parce qu'elle s'était mariée à un Blanc, depuis décédé. Cette aînée ne pouvait même pas redemander son statut d'Indienne.
C'était vraiment très étrange. C'est l'une des premières fois que j'ai vu l'impact des politiques gouvernementales. En tant qu'infirmière, je n'étais pas censée rendre visite à une aînée, parce qu'à l'époque, on me surnommait « l'infirmière des Indiens », et dans les communautés, je n'avais le droit de rendre visite qu'aux personnes qui étaient des Indiens inscrits. Nous avons tous ignoré ces règles, qui n'avaient véritablement aucun sens.
Tous les aînés, à l'époque, s'exprimaient aisément dans leur langue alors que, parmi les enfants revenus des pensionnats autochtones — qui étaient dans la cinquantaine ou la soixantaine à ce moment-là —, très peu avaient les connaissances linguistiques nécessaires pour entretenir une conversation avec leurs parents, et de nombreux aînés maîtrisaient très mal l'anglais. On ne peut qu'imaginer comment c'était difficile pour les communautés.
Si on revient un peu en arrière, la mise sur pied de la Commission de vérité et réconciliation était prévue dans la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens de 2007, laquelle reconnaît que le système des pensionnats a eu des effets majeurs, durables et désastreux sur la culture, le patrimoine et les langues autochtones. À l'époque, le très honorable Stephen Harper et le gouvernement conservateur précédent ont reconnu les torts causés et ont présenté aux anciens élèves, à leur famille et à leur communauté des excuses officielles à la Chambre des communes pour le rôle que le Canada a joué dans le fonctionnement de ces écoles.
Ce fut un moment de communion au Parlement. Comme nous formions le gouvernement, nous avons présenté les excuses. Cependant, je me souviens que les députés néo-démocrates ont joué un rôle déterminant dans ce dossier et je sais aussi que les libéraux ont salué cette journée.
Voici ce qu'a dit le premier ministre Harper à ce moment-là:
Le gouvernement du Canada a érigé un système d'éducation dans le cadre duquel de très jeunes enfants ont souvent été arrachés à leurs foyers et, dans bien des cas, emmenés loin de leurs communautés.
Bon nombre d'entre eux étaient nourris, vêtus et logés de façon inadéquate. Tous étaient privés des soins et du soutien de leurs parents, de leurs grands-parents et de leurs communautés.
Les langues et les pratiques culturelles des Premières Nations, des Inuits et des Métis étaient interdites dans ces écoles.
Certains de ces enfants ont connu un sort tragique en pension et d'autres ne sont jamais retournés chez eux.
Le gouvernement reconnaît aujourd'hui que les conséquences de la politique sur les pensionnats indiens ont été très néfastes et que cette politique a causé des dommages durables à la culture, au patrimoine et à la langue autochtones.
Comme nous le savons, la Commission a mené ses travaux à l'échelle du pays et a lancé des appels à l'action. Les appels à l'action 13, 14 et 15 portaient précisément sur la question des langues; c'est donc l'une des raisons pour lesquelles il y a consentement unanime à la Chambre pour adopter ce projet de loi.
Ce projet de loi est important. Nous l'avons dit, il n'est pas parfait. Je vais aborder les inquiétudes et les préoccupations qui continuent de me tracasser concernant les éléments techniques du projet de loi, plutôt que son esprit.
Ma principale préoccupation se rapporte à une situation que je n'avais jamais vue auparavant dans ma carrière de parlementaire. Les comités entendent des témoins, qui font des suggestions. Nous avons ensuite l'occasion de proposer des amendements au projet de loi afin de l'améliorer et d'en corriger les lacunes. Les amendements sont habituellement présentés suffisamment à l'avance pour permettre à tous les membres du comité de réfléchir aux incidences possibles de ces amendements et de déterminer s'ils les trouvent raisonnables et s'ils les appuieront.
Nous avons suivi ce processus. De nombreux amendements ont été proposés, y compris par des membres indépendants. Nous avons eu tout le loisir de réfléchir aux incidences de ces amendements dans le cadre du projet de loi dans son ensemble. Il y a ensuite eu l'étude article par article, où nous avons examiné les articles existants, ainsi que les amendements proposés.
Le gouvernement a présenté 23 amendements à l'étape de l'étude article par article. Au cours de ma carrière de parlementaire, j'ai déjà vu des indépendants ou les partis de l'opposition présenter des amendements à cette étape, mais je n'ai jamais vu un gouvernement présenter 23 amendements à un de ses projets de loi sans donner l'occasion de les étudier. En gros, nous avons été contraints de prendre une décision sur-le-champ quant aux conséquences de ces amendements.
C’est à mon avis un incroyable manque de rigueur, et c'est très inquiétant. Lorsque le Sénat sera saisi du projet de loi modifié, j’espère qu’il sera en mesure de détecter les anomalies qui pourraient en résulter.
L’autre chose que je trouve intéressante à propos de ce projet de loi, et que les Canadiens ignorent peut-être, c’est que le Parlement a été saisi de deux projets de loi qui sont, à certains égards, complémentaires: celui-ci et le projet de loi C-92, la mesure sur les enfants autochtones. Comme l’a confirmé Mme Laurie Sargent, du ministère de la Justice, c’est la première fois que, au lieu de passer par les tribunaux, le Parlement reconnaît dans une loi les droits prévus à l’article 35.
Les conservateurs ont souvent dit que le rôle des parlementaires est de légiférer et celui des tribunaux, d’interpréter. D’une certaine façon, il est tout à fait approprié qu’en consultation et en collaboration avec les peuples autochtones de ce pays, nous essayions d’avancer en ce qui concerne les droits de l’article 35.
Mais il y a toujours la question de notre Constitution, et c’est un exercice auquel doivent absolument participer nos provinces et nos territoires. Il me paraît approprié que le gouvernement fédéral aborde la question de l’article 35 dans un projet de loi sur la langue, car cela n'imposera rien aux provinces. En revanche, dans le projet de loi C-92, qui concerne la protection des jeunes autochtones, le gouvernement définit certains droits de l’article 35 et se propose d’imposer ces définitions aux provinces alors que, jusqu’à présent, il s’est bien gardé de leur en parler. Lorsqu’on envisage de définir certains droits consacrés dans la Constitution, il est imprudent de ne pas en parler avec les provinces, et cela s’applique tout particulièrement au prochain projet de loi dont nous allons discuter. Je regrette vivement que le gouvernement ait choisi de procéder de cette façon.
Depuis que j’ai été élue députée, les relations fédérales-provinciales n’ont, à mon avis, jamais été aussi houleuses. C’est comme si l’ensemble du système était grippé, et j’espère sincèrement que la situation pourra revenir à la normale. Le fait que le gouvernement propose un projet de loi dont il n’a même pas discuté avec les provinces constitue une difficulté que nous devrons régler.
En relisant mes notes, j’ai remarqué autre chose. C’est le 5 février que le projet de loi a été déposé. À cette occasion, j'avais félicité le ministre du Patrimoine, tant pour son discours que pour le projet de loi. Mais le 5 février, c’était aussi le jour où le Globe and Mail a publié un premier article sur le scandale SNC-Lavalin.
Je me souviens que l’article venait tout juste de sortir et j’ai bien sûr posé une question au ministre à ce sujet, mais nous n’avons jamais obtenu de réponses satisfaisantes pendant les deux mois qui ont suivi. Ce que nous avons constaté, en lisant cet article et pendant les deux mois qui ont suivi, c’est que le gouvernement n’hésite jamais à mettre en exergue son engagement vis-à-vis des relations avec les Autochtones et de la réconciliation, mais que, trop souvent, il ne fait pas ce qu'il dit.
Je sais que l’ancienne procureure générale du Canada, qui siège maintenant en tant qu’indépendante, s’inquiète tout particulièrement de ce que le gouvernement est en train de faire par rapport aux engagements qu’il a pris dans le dossier autochtone.
Nous avons vu que les libéraux n’ont pas hésité à se débarrasser d’une femme qui était devenue la première procureure générale autochtone du Canada. Comment ont-ils pu faire cela à une personne qui avait une telle réputation? Ils ont mis deux mois à peine. Nous devrons leur demander des comptes à ce sujet.
Le projet de loi S-3, qui portait sur l’égalité entre hommes et femmes, est un autre projet de loi connexe qui a été présenté à la Chambre. Lorsque des fonctionnaires du ministère ont comparu devant le comité, nous avons eu l’impression qu’ils apportaient une réponse raisonnable à une décision du tribunal. Pourtant, les témoins qui les ont suivis nous ont expliqué les graves lacunes du projet de loi, que les fonctionnaires du ministère n’avaient pas repérées. La ministre avait dit que tout allait bien et que le gouvernement s’occupait de la décision du tribunal, mais le projet de loi était si mal ficelé que les libéraux ont dû le retirer et tout recommencer à zéro. Ensuite, il a fallu adopter un projet de loi imparfait, et nous avons appris récemment qu’il y avait des questions qui n’avaient toujours pas été réglées en ce qui concerne l’égalité entre hommes et femmes.
Voilà pour l’essentiel ce qui me préoccupe au sujet des projets de loi que le gouvernement a présentés. Il y avait le projet de loi S-3, qui contenait trop de lacunes et qui a dû être retiré. Il y a le projet de loi C-91, qui a nécessité 22 amendements avant d'être présenté sans préavis. Pour ce qui est du projet de loi C-92, il ne reste que six semaines avant la fin de la législature. Les libéraux ont pris des engagements importants qu’ils n’ont pas encore réussi à concrétiser; ils veulent donc précipiter les choses, surtout dans le cas du projet de loi C-92, qui concerne la protection de la jeunesse autochtone.
Lorsque j’ai commencé mon discours, j’ai parlé de certaines choses qui n’étaient pas parfaites, mais qui allaient dans la bonne direction. Cependant, en agissant avec précipitation, les libéraux risquent de se retrouver avec un projet de loi tellement lacunaire qu’ils seront contraints de faire marche arrière, comme ils ont dû le faire pour d’autres projets de loi. Nous devrons malheureusement attendre de voir s'ils auront le temps de le mener à bon terme.
En conclusion, j’aimerais dire combien le consentement unanime de cette Chambre me réjouit. Nous avons beaucoup travaillé sur ce dossier, mais ce n’est qu’une étape. L’instauration de nouvelles technologies me donne des raisons d’être optimiste. Un témoignage nous a appris que l’intelligence artificielle pouvait contribuer à préserver des langues.
Nous devons nous mettre au travail assidûment et sans tarder, alors nous sommes très heureux d’appuyer ce projet de loi pour passer à l’étape suivante.
Results: 1 - 60 of 5688 | Page: 1 of 95