Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 63051
View Mark Eyking Profile
Lib. (NS)
Good morning, everyone. Welcome, you early risers.
Before we get into our pre-study here, I have a bit of a request. Colleagues, as you know, we're pretty close with the British and their trade committee, or their new-found trade committee, with what they're going through with Brexit and what they're trying to develop and what they're getting into with their own committee. They're very close to us and they visit us. They have reached out to me and they want to talk a little more, through a video conference, maybe. It will be very hard for us to do this in the next couple of days, with the time zones, but we can, if you want me to reach out to them.
Anybody from the committee is welcome to be in on that video conference, but maybe it should just be me and the vice-chairs, or whoever wants to be in. I'm going to try to pick a time within the next two days, and if it's good for you we'll do a video conference with them. They know our situation, that Parliament is winding down and they know the time difference. They just want to have a chat with us. I was thinking we could do that for a half hour. I think they want to get a feel on how our committee runs and what we're doing with our trade agreements.
Maybe the clerk could explain it a bit.
Bonjour à tous. Bienvenue à tous les lève-tôt.
Avant de passer à l'étude préliminaire, j'ai une demande à formuler. Chers collègues, comme vous le savez, nous sommes assez proches des Britanniques et de leur comité du commerce — plutôt de leur nouveau comité du commerce — compte tenu de leur situation avec le Brexit et des éléments qu'ils essaient d'accomplir et du mandat dont ils ont investi leur propre comité. Ils sont très proches de nous et viennent en visite. Ils ont communiqué avec moi et ils souhaiteraient peut-être discuter avec nous par vidéoconférence. Ce sera très difficile pour nous de le faire au cours des prochains jours en raison du décalage horaire, mais nous pouvons le faire, si vous voulez que je communique avec eux.
Tous les membres du Comité sont les bienvenus à cette vidéoconférence; peut-être faudrait-il que les vice-présidents et moi seulement y assistions ou que tous ceux qui le souhaitent y participent. Je vais essayer de choisir un moment au cours des deux prochains jours, et si cela vous convient, nous ferons une vidéoconférence avec eux. Ils connaissent notre situation, ils savent que la législature tire à sa fin et ils sont conscients du décalage horaire. Ils veulent simplement discuter avec nous. Nous pourrions leur accorder une demi-heure. Je pense qu'ils veulent avoir une idée du fonctionnement de notre comité et de ce que nous faisons avec nos accords commerciaux.
La greffière pourrait peut-être nous en dire davantage.
Brian Kingston
View Brian Kingston Profile
Brian Kingston
2019-06-18 8:35
Thank you, Mr. Chair and committee members. Thanks for the invitation to be here today to take part in your consultations.
As you know, the Business Council of Canada represents chief executives and entrepreneurs of 150 leading Canadian companies. Our members employ 1.7 million Canadians and are responsible for most of Canada's exports, corporate philanthropy and private sector investments in R and D.
It almost goes without saying that trade with the U.S. is critical to our prosperity. The Canadian economy depends on international trade, and the U.S. is by far our largest trade and investment partner. Trade of goods and services represents 64% of Canada's gross domestic product, with the U.S. being the destination for over 75% of our goods exports alone last year. As a result, the Business Council strongly supports CUSMA, NAFTA 2.0, USMCA—whatever we want to call it—and calls for the swift passage of Bill C-100, for the following four reasons:
First, it protects our market access. When these negotiations were first launched, we really had one overarching recommendation to government and that was “do no harm”. To avoid damaging employment, trade and investment, Canadian, American and Mexican businesses needed to retain their preferential market access and commercial opportunities in each country. By this measure, CUSMA is an overwhelming success. The resulting agreement is based upon reciprocal access and treatment, and no Canadian company will face new tariffs or other market access barriers into the North American market.
The second reason is the ability of this agreement to remove uncertainty from the economy. The ratification of CUSMA will eliminate significant trade uncertainty, which has persisted since these negotiations were launched. According to the Bank of Canada's recent monetary policy report, it is assumed that trade uncertainty will reduce the level of business investment in Canada by around 2.5% by 2021. Given that the U.S. remains a key market for Canadian firms planning to invest abroad, 65% of which were recently surveyed by EDC, we believe that reducing uncertainty in the relationship will be a significant boost for investment and the Canadian economy more broadly.
Third, the agreement modernizes NAFTA. CUSMA will improve the trade relationship by modernizing long-outdated elements of NAFTA. The agreement is based on the text of the TPP, which is our most modern free trade agreement. For example, it contains a chapter on digital trade that prohibits customs duties and other discriminatory measures from being applied to digital products. It also ensures that data can be transferred freely across borders. That's one example of the modern new chapters that were not in the original NAFTA.
Fourth, we believe that the agreement will enhance North American competitiveness. It includes important new provisions that will help Canada, the U.S. and Mexico develop a more productive and mutually beneficial trilateral relationship. As two examples, there are chapters on competitiveness specifically, and a chapter on good regulatory practices that establish committees meant to promote economic growth and strengthen regulatory co-operation. We're calling on the government to develop a robust agenda for these committees and start preparing immediately, so that when this agreement does come into force, we're ready to make progress in those areas.
Before I conclude, I want to comment on timing. Last week, a group of CEOs from the U.S., Canada and Mexico were in Washington to discuss CUSMA/USMCA, to meet with House Democrats, and basically to get a sense of how this is moving through Congress. The message was very clear: The window for ratification is closing extremely quickly. Once we get into the presidential elections of 2020, all bets are off, quite frankly.
Business leaders across North America support the swift ratification of this agreement to keep North America tariff-free, make the economy more vibrant and competitive, drive investment and support the creation of high-value jobs. We're expecting Mexico's Senate to approve the trade agreement this week. We believe that if Canada passes Bill C-100, it will send a strong signal to Congress that this agreement has support and should be ratified.
With that, thank you for the opportunity. I look forward to any questions.
Merci, monsieur le président et mesdames, messieurs, les membres du Comité. Je vous remercie de m'avoir invité à participer à vos consultations.
Comme vous le savez, le Conseil canadien des affaires représente les chefs d'entreprise et les entrepreneurs de 150 grandes entreprises canadiennes. Nos membres emploient 1,7 million de Canadiens et représentent la majorité des exportations canadiennes, du mécénat d'entreprises et des investissements du secteur privé en R-D.
Il va sans dire que le commerce avec les États-Unis est essentiel à notre prospérité. L'économie canadienne dépend du commerce international, et les États-Unis sont de loin notre plus important partenaire en matière de commerce et d'investissement. Le commerce des biens et services représente 64 % du produit intérieur brut du Canada. Par ailleurs, les États-Unis étaient la destination de plus de 75 % de nos exportations de biens l'an dernier. Par conséquent, le Conseil des affaires appuie fermement l'ACEUM, l'ALENA 2.0, ou l'AEUMC — peu importe comment nous l'appelons — et demande l'adoption rapide du projet de loi C-100, pour les quatre raisons suivantes:
Premièrement, il protège notre accès au marché. Lorsque les négociations ont commencé, nous avions recommandé vivement au gouvernement que l'important était de « ne pas causer de tort ». Pour éviter de nuire à l'emploi, au commerce et aux investissements, les entreprises canadiennes, américaines et mexicaines devaient conserver leur accès préférentiel au marché et leurs débouchés commerciaux dans chaque pays. Sur ce plan, l'ACEUM est une réussite sur toute la ligne. L'accord négocié est fondé sur l'accès et le traitement réciproques, et aucune entreprise canadienne ne sera confrontée à de nouveaux tarifs ou à d'autres obstacles à l'accès au marché nord-américain.
La deuxième raison est la capacité de cet accord d'éliminer l'incertitude de l'économie. La ratification de l'ACEUM dissipera une grande partie de l'incertitude commerciale qui persiste depuis le lancement de ces négociations. Selon le récent rapport sur la politique monétaire de la Banque du Canada, l'incertitude commerciale pourrait réduire les investissements des entreprises au Canada d'environ 2,5 % d'ici 2021. Comme les États-Unis demeurent un marché clé pour les entreprises canadiennes qui prévoient investir à l'étranger — 65 % de ces entreprises ont d'ailleurs répondu à un sondage d'EDC récemment —, nous croyons que la réduction de l'incertitude dans la relation stimulera considérablement l'investissement et l'économie canadienne en général.
Troisièmement, l'accord modernise l'ALENA. L'ACEUM permettra d'améliorer les relations commerciales puisqu'il vient moderniser des éléments qui étaient devenus obsolètes dans l'ALENA. L'accord est fondé sur le texte du Partenariat transpacifique, qui est notre accord de libre-échange le plus moderne. Par exemple, il contient un chapitre sur le commerce numérique qui interdit l'application de droits de douane et d'autres mesures discriminatoires aux produits numériques. Il garantit également que les données peuvent être transférées librement au-delà des frontières. C'est un exemple des nouveaux chapitres modernes qui ne figuraient pas dans la version initiale de l'ALENA.
Quatrièmement, nous croyons que l'accord améliorera la capacité concurrentielle en Amérique du Nord. Il comprend d'importantes nouvelles dispositions qui aideront le Canada, les États-Unis et le Mexique à établir une relation trilatérale plus productive et mutuellement avantageuse. À titre d'exemple, il y a des chapitres qui portent particulièrement sur la capacité concurrentielle, et un sur les bonnes pratiques réglementaires qui prévoit l'établissement de comités pour la promotion de la croissance économique et le renforcement de la coopération en matière de réglementation. Nous demandons au gouvernement d'établir un mandat solide pour ces comités et de commencer à se préparer immédiatement, de sorte que, lorsque l'accord entrera en vigueur, nous serons prêts à faire des progrès dans ces domaines.
Avant de conclure, j'aimerais parler de l'échéancier. La semaine dernière, un groupe de dirigeants d'entreprise des États-Unis, du Canada et du Mexique se sont rendus à Washington pour discuter de l'ACEUM ou AEUMC, pour rencontrer les démocrates à la Chambre des représentants et, essentiellement, pour voir comment les choses progressent au Congrès. Le message était très clair: la fenêtre pour la ratification se referme extrêmement rapidement. Une fois que les élections présidentielles de 2020 seront lancées, franchement, plus rien ne sera sûr.
Les chefs d'entreprise de toute l'Amérique du Nord appuient la ratification rapide de cet accord pour que l'absence de droits de douane en Amérique du Nord soit maintenue, que l'économie soit plus dynamique et plus concurrentielle et que nous puissions stimuler l'investissement et soutenir la création de bons emplois. Nous nous attendons à ce que le Sénat du Mexique approuve l'accord de libre-échange cette semaine. Nous croyons que si le Canada adopte le projet de loi C-100, il enverra un signal fort au Congrès que cet accord a l'appui des parties et devrait être ratifié.
Sur ce, je vous remercie de m'avoir donné l'occasion de m'adresser à vous. Je serai heureux de répondre à vos questions.
Dan Paszkowski
View Dan Paszkowski Profile
Dan Paszkowski
2019-06-18 8:40
Thank you very much, Mr. Chair, for this opportunity to address the committee on the Canadian wine industry's perspectives on the new NAFTA agreement, also known as CUSMA.
The modernization or renegotiation of NAFTA was an unprecedented trade experience. Not only did Canada face a WTO challenge focused on U.S. wine access to B.C. grocery, but the U.S. wine industry also used this trade process to seek changes to almost every element of the original NAFTA, which could have been disastrous for the future of more than 700 wineries across Canada. As a nation, Canada is not only the world's fifth-largest wine importer by value and eighth by volume; it also ranks among the most attractive wine sales markets in the world.
With a growing wine culture across Canada, and a climate and soil in different parts of the country capable of producing world-class wines, the 2006 excise exemption that was established for 100% Canadian wines stimulated investment for more than 400 new wineries over the past decade. Further, it supported a significant demand for Canadian-grown grapes, which increased premium 100% Canadian wine production by 28 million litres per year. In 2018 this new and growing production contributed an additional $3.1 billion in annual economic impact to the Canadian economy, while supporting 37,000 jobs.
The NAFTA demands put forward by the U.S. wine industry were a David and Goliath scenario. With our future at stake, CVA maintained almost daily contact with the wine negotiating team at Global Affairs, providing every statistical detail and intelligence we could find while attending every round of negotiations to make sure our issues remained a top government priority. It was vital to get the record straight. By any metric, NAFTA has been a windfall for the U.S. wine industry, making it the number one wine importer to Canada, surpassing France and Italy, with import value increasing from $19 million in 1988 to $504 million in 2018.
As many of you will know, the changes implemented in the 1988 Canada-U.S. Free Trade Agreement were so significant that many did not think the Canadian wine industry would survive. To compete, we identified new grape varietals, replanted, invested in new technology and techniques, undertook viticultural research and created the VQA system. Today our premium wines represent a 10% market sales share across Canada, with a growing reputation in key markets around the world.
Given these significant changes that we have endured over the past 30 years, NAFTA has been less advantageous for our sector, with bottled wine export growth to the U.S. increasing by a mere $8.2 million, or 25,000 cases. Nonetheless, the U.S. remains a key export market, and we do see potential for growth. It's important to note that with imports owning 70% of the wine sales market in Canada, we continue to place the majority of our focus on growing wine sales at home. While we supported and welcomed free and fair trade with the U.S. and Mexico in the renegotiation, our key focus was to protect what was in the existing NAFTA while enhancing regulatory streamlining and modernization. This task was accomplished. CUSMA did not remove the benefits that were part of the original agreement dating back to 1988, and added the most comprehensive wine annex of any trade agreement negotiated anywhere in the world. We're happy with the wine-related text in CUSMA, and would support its ratification in lockstep with the United States and Mexico.
Having said this, it's important to remind all members of this committee that with CETA and CPTPP ratified and NAFTA renegotiated, 91% of wine imports into Canada now enter tariff-free. This is a major preoccupation for every wine producer in Canada, given that imports have captured roughly 75% of total wine sales growth in our country over the past decade. To take advantage of CUSMA, CETA, CPTPP and future trade agreements, we must support and protect the growth of Canadian wine sales both at home and abroad. For example, as of January 1, the Canadian Food Inspection Agency requires Canadian wineries to implement a prevention control plan to access a “certificate of free sale” to export our wines, a major and costly undertaking for small and medium-size wineries for a low-risk food product. The proposed amendments to the “Product of Canada” label claim will require 85% Canadian content, yet we accept the 75% threshold for “Product of U.S.A.” For more than a decade, Canada has permitted EU, U.S. and other World Wine Trade Group country wines to enter Canada using additives and processing aids not permitted for use by Canadian wineries. Canada must accept the scientific evidence from these countries to fast-track approval to ensure that Canadian wineries have access to the same wine-making tool kit.
Agri-food marketing program funding in Canada is restricted to export promotion, but cannot be used for domestic promotion, where Canadian wineries face our largest competition. Prohibition-era restrictions remain in seven of 10 provinces, and restrict direct-to-consumer wine delivery across provincial borders.
These issues must be addressed in the short term, to ensure we can take full advantage of CUSMA.
In addition, it's absolutely critical that the government focus immediately on resolving Australia's WTO challenge against Canadian wine measures. With the WTO dispute settlement panel well under way, a negative outcome would risk not only the benefits negotiated under CUSMA, but also place at risk 700 wineries from coast to coast, threatening jobs and investment in the future of Canada's highest value-added agricultural industry.
Numerous times the Australian government has publicly stated that it's open to finding a non-WTO resolution with Canada. The Australian wine industry has informed me that a resolution is possible, if Canada offers to remove the legislated annual inflation indexation of the wine excise duty implemented in budget 2017.
The Australian government has also alluded to its disappointment with legislated indexation in its recent WTO submission. What is clear is that the offer to repeal would likely end the WTO challenge. This would not stop the federal government from making future adjustments to the excise duty. It would simply return any decision on future excise duty increases to a vote in Parliament, as part of the budget implementation act process.
In conclusion, we fully support the passage of Bill C-100 and the ratification of CUSMA. However, if the Government of Canada does not offer to repeal the legislated annual excise duty indexation as part of a non-WTO negotiated settlement, we fear that the Canadian wine industry will lose not only the benefits we earned in CUSMA, but additional federal and provincial measures, which would place thousands of jobs, and hundreds of wineries, in every region of this country, at risk.
Thank you, Mr. Chair.
Merci beaucoup, monsieur le président, de me donner l'occasion de présenter au Comité le point de vue de l'industrie vinicole canadienne sur le nouvel ALENA, aussi connu sous le nom de l'ACEUM.
La modernisation ou la renégociation de l'ALENA a été une expérience commerciale sans précédent. Non seulement le Canada a fait l'objet d'une contestation devant l'OMC concernant l'accès des vins américains aux épiceries de la Colombie-Britannique, mais l'industrie vinicole américaine a aussi utilisé ce processus commercial pour demander des changements à presque tous les éléments de la version initiale de l'ALENA, ce qui aurait pu être désastreux pour l'avenir de plus de 700 établissements vinicoles au Canada. En tant que pays, le Canada n'est pas seulement le cinquième pays en importance dans le monde pour la valeur des importations de vin et le huitième pour le volume; il se classe également parmi les marchés de vente de vin les plus attrayants au monde.
Comme la culture vinicole est en croissance partout au Canada et que le climat et le sol dans différentes régions du pays sont propices à la production de vins de classe mondiale, l'exemption de la taxe d'accise de 2006 qui a été établie pour les vins 100 % canadiens a permis de stimuler l'investissement pour plus de 400 nouveaux établissements vinicoles au cours de la dernière décennie. De plus, elle a permis de favoriser une demande substantielle de raisins cultivés au Canada, ce qui a fait augmenter la production de vins canadiens de qualité supérieure de 28 millions de litres par année. En 2018, cette nouvelle production en pleine croissance a généré 3,1 milliards de dollars de retombées économiques annuelles supplémentaires pour l'économie canadienne, tout en soutenant 37 000 emplois.
Les demandes présentées par l'industrie vinicole américaine dans le cadre de l'ALENA étaient un scénario du type David contre Goliath. Comme notre avenir était en jeu, l'Association des vignerons du Canada était en communication presque tous les jours avec l'équipe de négociation responsable du vin d'Affaires mondiales et lui a fourni tous les détails statistiques et tous les renseignements qu'elle pouvait trouver et a assisté à chaque ronde de négociations pour veiller à ce que ses intérêts demeurent une priorité pour le gouvernement. Il était essentiel de remettre les pendules à l'heure. Peu importe les critères utilisés, l'ALENA a été une manne pour l'industrie vinicole américaine et en a fait le premier importateur de vin au Canada, dépassant la France et l'Italie; la valeur des importations est d'ailleurs passée de 19 millions de dollars en 1988 à 504 millions de dollars en 2018.
Comme beaucoup d'entre vous le savent, les changements mis en œuvre dans l'Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis de 1988 étaient si importants que beaucoup pensaient que l'industrie vinicole canadienne n'y survivrait pas. Pour soutenir la concurrence, nous avons trouvé de nouvelles variétés de raisins, replanté des vignes, investi dans de nouvelles technologies et techniques, entrepris des recherches viticoles et créé le système VQA. Aujourd'hui, nos vins de qualité supérieure représentent une part de marché de 10 % à l'échelle du Canada et jouissent d'une renommée croissante sur les marchés clés partout dans le monde.
Compte tenu des changements importants que nous avons subis au cours des 30 dernières années, l'ALENA a été moins avantageux pour notre secteur; en effet, les exportations de vin embouteillé aux États-Unis n'ont augmenté que de 8,2 millions de dollars, soit 25 000 caisses. Néanmoins, les États-Unis demeurent un marché d'exportation clé, et nous y voyons un potentiel de croissance. Il est important de souligner que, comme les importations représentent 70 % du marché des ventes de vin au Canada, nous continuons de mettre l'accent sur la croissance des ventes de vin sur notre territoire. Bien que nous ayons appuyé et accueilli favorablement le commerce libre et équitable avec les États-Unis et le Mexique dans le cadre de la renégociation, notre principal objectif était de protéger ce qui se trouvait déjà dans l'ALENA tout en améliorant la rationalisation et la modernisation de la réglementation. Nous pouvons dire mission accomplie. Les avantages qui faisaient partie de l'accord initial depuis 1988 n'ont pas été perdus dans l'ACEUM. L'accord comprend également l'annexe la plus complète sur le vin de tout accord commercial négocié dans le monde. Nous sommes satisfaits des dispositions sur le vin de l'ACEUM, et nous appuierons sa ratification en parallèle avec les États-Unis et le Mexique.
Cela dit, il est important de rappeler à tous les membres du Comité que, avec la ratification de l'AECG et du PTPGP et la renégociation de l'ALENA, 91 % des importations de vin entrent maintenant en franchise de droits au Canada. C'est une grande préoccupation pour tous les producteurs de vin au Canada, étant donné que les importations ont représenté environ 75 % de la croissance totale des ventes de vin au pays au cours de la dernière décennie. Pour tirer parti de l'ACEUM, de l'AECG, du PTPGP et des futurs accords commerciaux, nous devons soutenir et protéger la croissance des ventes de vin canadien au pays et à l'étranger. Par exemple, depuis le 1er janvier, l'Agence canadienne d'inspection des aliments exige que les établissements vinicoles canadiens adoptent un Plan de contrôle préventif pour l'obtention d'un « certificat de vente libre » en vue de l'exportation de leurs vins; il s'agit d'une démarche importante et coûteuse pour les petits et moyens établissements vinicoles pour un produit alimentaire à faible risque. Les modifications proposées à l'étiquetage « Produit du Canada » nécessitent que le produit soit composé de 85 % de contenu canadien, mais nous acceptons un seuil de 75 % pour la mention « Produit des États-Unis ». Pendant plus d'une décennie, le Canada a permis à l'Union européenne, aux États-Unis et à d'autres pays du Groupe mondial du commerce du vin d'exporter au Canada des produits même si des additifs ou des auxiliaires technologiques que les établissements vinicoles canadiens ne sont pas autorisés à utiliser ont été utilisés. Le Canada doit accepter les preuves scientifiques de ces pays pour accélérer l'approbation afin que les établissements vinicoles canadiens aient accès aux mêmes outils pour la fabrication de vin.
Le financement des programmes de commercialisation agroalimentaire au Canada se limite à la promotion des exportations et ne peut servir à la promotion au pays, marché sur lequel les vineries canadiennes font face à leur plus grande concurrence. Des restrictions datant de l'époque de la prohibition sont toujours en vigueur dans sept des dix provinces et limitent la livraison de vin directement aux consommateurs d'une province à l'autre.
Ces problèmes doivent être réglés à court terme afin que nous puissions tirer pleinement profit de l'ACEUM.
En outre, il est absolument essentiel que le gouvernement se concentre immédiatement sur la résolution de la contestation de l'Australie devant l'OMC contre les mesures canadiennes relatives au vin. Comme les travaux du groupe spécial de règlement des différends de l'OMC sont déjà bien entamés, un résultat négatif mettrait en péril non seulement les avantages négociés dans le cadre de l'ACEUM, mais aussi 700 établissements vinicoles d'un océan à l'autre ainsi que les emplois et les investissements permettant d'assurer l'avenir du secteur à plus forte valeur ajoutée de l'industrie agricole canadienne.
À de nombreuses reprises, le gouvernement australien a déclaré publiquement qu'il était disposé à trouver avec le Canada une solution en marge de l'OMC. L'industrie vinicole australienne m'a informé qu'une résolution est possible si le Canada offre de ne plus ajuster annuellement le droit d'accise sur le vin en fonction de l'inflation comme il est prévu dans la loi et comme le prévoit le budget de 2017.
Le gouvernement australien a également fait allusion à sa déception à l'égard de l'indexation prévue par la loi dans un exposé présenté récemment devant l'OMC. Ce qui est clair, c'est que l'offre d'abrogation mettrait probablement fin à la contestation devant l'OMC. Elle n'empêcherait pas le gouvernement fédéral de modifier dans le futur les droits d'accise. Elle ne ferait que rendre obligatoire la tenue d'un vote au Parlement pour toute décision sur les futures augmentations du droit d'accise dans le cadre du processus de la loi d'exécution du budget.
En conclusion, nous appuyons sans réserve l'adoption du projet de loi C-100 et la ratification de l'ACEUM. Toutefois, si le gouvernement du Canada n'offre pas d'abroger l'indexation annuelle du droit d'accise prévue dans la loi en vue d'un règlement négocié en marge de l'OMC, nous craignons que l'industrie vinicole canadienne ne perde non seulement les avantages qu'elle a gagnés dans le cadre de l'ACEUM, mais aussi d'autres mesures fédérales et provinciales, ce qui mettrait en péril des milliers d'emplois et des centaines d'établissements vinicoles dans toutes les régions du pays.
Merci, monsieur le président.
Mathew Wilson
View Mathew Wilson Profile
Mathew Wilson
2019-06-18 8:47
Good morning, and thank you for inviting me here, on behalf of Canada's 90,000 manufacturers and exporters and our association's 2,500 direct members, to support the ratification of Bill C-100 and the Canada-U.S.-Mexico trade agreement.
I would like to thank the Prime Minister, Minister Freeland, the chief negotiator and all of their staff, for their efforts negotiating CUSMA.
Being part of the process, we understand how difficult these negotiations were, and also how critical the outcomes were for Canadian businesses and all their employees. The negotiations were important because CUSMA is not simply another trade agreement. North American trade is the basis on which Canada's manufacturing sector and its 1.7 million employees operate. It is why the Canadian manufacturing sector is responsible for more than two-thirds of Canada's exports. It is how the sector competes against the rest of the world, at home and in foreign markets. It is critical to our future and current success.
As such, CME fully supports the ratification of this legislation, and urges the government to ratify the deal as soon as practical. The primary reason for immediate ratification is based on the opening statement. It is the foundation for modern manufacturing in Canada. CUSMA preserves the integrated manufacturing operations that allow the relative free flow of goods and services between the three markets, and that collectively build products for sale domestically and internationally. Going into negotiations, our members made it clear that the primary objective must be to do no harm to this integrated manufacturing in our economy—which has happened.
We believe CUSMA preserves many of the key elements to the original NAFTA, which were targets of the U.S. for elimination, not the least of which are the dispute settlement mechanisms and the business traveller visa exemptions.
Aside from preservation, CUSMA updates several key areas of NAFTA to bring it into the 21st century. For example, the new digital trade chapter recognizes that the Internet now exists—something the old agreement obviously didn't—and establishes a framework for e-commerce within North America. The customs administration and trade facilitation chapter will also go a long way to modernizing customs procedures throughout North America, better enabling the free flow of goods.
Last, my colleague touched on chapter 26, the new competitiveness chapter, which has not garnered much media attention, but is, in our estimation, one of the biggest accomplishments of CUSMA. It will set up a framework to allow the three countries to become a coordinated trade bloc. It will do this by promoting better coordination and integration of our manufacturing industries, so that we can tackle global trade challenges together. This is a significant accomplishment.
As CUSMA courses its way through each of the three countries' domestic ratification processes, we believe we should immediately get to work on implementing parts of the agreement that do not require legal changes. We should be looking to make early progress by establishing committees for North American competitiveness, and good regulatory practices outlined in the agreement. This would show Canadian leadership, signal to our other partners that we take CUSMA seriously and enable us to hit the ground running, once all three countries ratify the agreement.
In the final analysis, CUSMA is a good deal for Canada, and, given the very challenging negotiations, an impressive achievement. Now that the unfair and punishing section 232 tariffs on Canadian steel and aluminum have been lifted, we urge the government to move forward with ratification as quickly as practical.
Thank you, and I look forward to the discussion.
Bonjour, et merci de m'avoir invité. Je viens appuyer au nom des 90 000 manufacturiers et exportateurs du Canada et des 2 500 membres directs de notre association la ratification du projet de loi C-100 et de l'accord commercial entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.
Je tiens à remercier le premier ministre, la ministre Freeland , le négociateur en chef et tous les membres de leur personnel pour les efforts qu'ils ont déployés pour négocier l'ACEUM.
Comme nous avons participé au processus, nous comprenons à quel point ces négociations ont été difficiles et à quel point les résultats étaient cruciaux pour les entreprises canadiennes et tous leurs employés. Les négociations ont été importantes, parce que l'ACEUM n'est pas un simple accord commercial de plus. Les échanges commerciaux en Amérique du Nord constituent le fondement du secteur manufacturier canadien et ses 1,7 million d'employés. C'est pourquoi le secteur manufacturier canadien représente plus des deux tiers des exportations canadiennes. C'est de cette façon que le secteur soutient la concurrence dans le reste du monde, au pays et sur les marchés étrangers. Ils sont essentiels pour assurer notre avenir et notre succès actuel.
Par conséquent, Manufacturiers et Exportateurs du Canada appuie sans réserve la ratification de ce projet de loi et exhorte le gouvernement à ratifier l'accord dès que possible. J'ai énoncé la principale raison d'une ratification immédiate dans mon introduction. Les échanges sont le fondement du secteur manufacturier d'aujourd'hui au Canada. L'ACEUM préserve l'intégration des opérations manufacturières qui permet la libre circulation relative des biens et services entre les trois marchés et qui permet de fabriquer des produits destinés à la vente au pays et à l'étranger. Au début des négociations, nos membres ont dit clairement que l'objectif premier devait être de ne pas nuire à cette intégration des opérations manufacturières dans notre économie; c'est ce qui s'est produit.
Nous croyons que l'ACEUM permet de conserver bon nombre des éléments clés qui étaient dans la version initiale de l'ALENA et que les États-Unis voulaient voir éliminer, notamment les mécanismes de règlement des différends et les exemptions de visa pour les voyageurs d'affaires.
Outre la conservation de ces éléments, l'ACEUM modernise plusieurs aspects clés de l'ALENA pour les adapter au XXIe siècle. Par exemple, le nouveau chapitre sur le commerce numérique reconnaît l'existence d'Internet — ce qui n'était évidemment pas le cas dans l'ancien accord — et établit un cadre pour le commerce électronique en Amérique du Nord. Le chapitre sur l'administration douanière et la facilitation des échanges contribuera grandement à moderniser les formalités douanières dans toute l'Amérique du Nord et à faciliter la libre circulation des marchandises.
Enfin, mon collègue a parlé du chapitre 26, le nouveau chapitre sur la capacité concurrentielle, qui n'a pas beaucoup retenu l'attention des médias, mais qui est, selon nous, l'une des plus grandes réalisations de l'ACEUM. Ce chapitre établira un cadre qui permettra aux trois pays de devenir un bloc commercial coordonné. Pour ce faire, il favorisera une meilleure coordination et une meilleure intégration de nos industries manufacturières, afin que nous puissions relever ensemble les défis commerciaux mondiaux. Il s'agit d'une réalisation importante.
À mesure que le processus interne de ratification de l'ACEUM progresse dans chacun des trois pays, nous croyons que nous devrions commencer immédiatement à préparer la mise en œuvre des parties de l'accord qui n'exigent pas de changements juridiques. Nous devrions commencer à avancer en établissant des comités sur la capacité concurrentielle en Amérique du Nord et les bonnes pratiques de réglementation décrites dans l'accord. Le Canada pourrait ainsi faire montre de leadership et indiquer à ses partenaires qu'il prend l'ACEUM au sérieux. Nous serions ensuite prêts à aller de l'avant dès que les trois pays auront ratifié l'accord.
En dernière analyse, l'ACEUM est un bon accord pour le Canada et, comme les négociations ont été très difficiles, le résultat est impressionnant. Maintenant que les tarifs injustes et punitifs prévus à l'article 232 sur l'acier et l'aluminium canadiens ont été levés, nous exhortons le gouvernement à procéder à la ratification le plus rapidement possible.
Merci. Je suis impatient de participer à la discussion.
Roger Pelissero
View Roger Pelissero Profile
Roger Pelissero
2019-06-18 8:50
It's always good to go back to your roots, Mr. Chairman.
Il est toujours bon de revenir à ses racines, monsieur le président.
Roger Pelissero
View Roger Pelissero Profile
Roger Pelissero
2019-06-18 8:50
All right. I like that.
Thank you, Mr. Chairman and committee members, for having us here today.
My name is Roger Pelissero. I'm a third-generation egg farmer from St. Anns, Ontario. Joining me today is Judi Bundrock, who is our director of international trade policy.
Egg Farmers of Canada is here to share our perspectives on the possible ratification and implementation of the new North American Free Trade Agreement, NAFTA, known here in Canada as CUSMA. I refuse to refer to it the way the Americans do. It's Canada first, then the U.S. and then Mexico. That's the way the countries line up, so CUSMA it always should be.
Egg Farmers of Canada manages the national egg supply and promotes egg consumption while representing the interests of regulated producers from coast to coast. There are over 1,000 egg farmers in this country, located in every province and in the Northwest Territories, which are dedicated to producing fresh, local eggs. In fact, surveys conducted by Canada's top polling firms confirmed that over 88% of Canadians say it's important that they purchase eggs that come from Canadian farms, and 89% of Canadians say they trust the quality standards of foods from our Canadian farms.
We understand the importance of trade agreements for Canada. Our sector has never opposed Canada entering into such free trade agreements. However, our members are disappointed with the outcome of the recent CUSMA. Canadian egg farmers are particularly discouraged with the access granted to our U.S. counterparts, since no specific request was made by the U.S. egg farmers for additional market access for eggs into Canada. In fact, they sent a letter to the United States Trade Representative indicating they were happy with the status quo and the current NAFTA agreement. While Canada's supply management system remains in place, CUSMA further opens up our domestic market to egg imports. This will have a lasting impact, particularly on our young farmers who are making a start in the industry, and on the vast majority of Canadian consumers who prefer to purchase Canadian eggs.
Our primary concern is the increased market access for eggs. The final CUSMA agreement grants the addition of 11.05 million dozen eggs per year at the end of a 16-year implementation period to the United States. These concessions, which are in addition to the requirements under the World Trade Organization and the recently announced comprehensive and progressive agreement for the trans-Pacific partnership, mean a total of 51.4 million dozen eggs will come into our country from the U.S. and other parts of the world. Let's not kid ourselves. It'll be the U.S., because it's very hard to transport eggs. They're a fragile product.
The combined impact granted in these recent trade deals is equivalent to 7% of our current domestic production. This represents the entire annual production from the Atlantic provinces in Canada. That would be all of New Brunswick, all of Prince Edward Island, all of Nova Scotia, and Newfoundland, each and every year, or the per capita consumption of eggs of 2.5 million Canadians per year, forever. They would not have access to Canadian eggs. This outcome will affect generations of Canadians and will result in billions of eggs that my fellow farmers and our children will never be able to produce. It will also affect the health and continued viability of rural communities across Canada that rely on our farms for much-needed jobs and support other businesses in the communities.
Most recently, we were pleased to see that the federal budget included measures for Canadian poultry, egg and dairy farms. With the announcement, the government has taken significant steps to recognize the challenges our farmers face as a result of trade agreements. These measures also recognize the vital contributions of the supply-managed farming sector to the health and stability of Canada's rural communities.
Over the past few months, I have been engaged in dialogue with the poultry working group along with my poultry colleagues. We are very much looking forward to Minister Bibeau's report outlining the mitigation measures for the CPTPP agreement in the coming weeks. Looking ahead, we are also pleased with the government's commitment to engage in further discussions to address the impact of CUSMA on Canadian farms and our industry.
While the process to finalize the CUSMA legislation continues here in Canada, and the U.S. and Mexico work towards ratification, it is important to note that how trade agreements are implemented domestically is just as important as the agreements themselves. In the case of eggs, the administration of the tariff rate quota, the TRQ, must not disrupt the existing competitive landscape and investments in the Canadian egg industry. We're particularly concerned about the provision specific to eggs which states that 30% of the import licences for shell eggs will be made available to new importers. This provision was not included in the CUSMA for any other supply-managed commodities. In our view, the TRQ should be allocated exclusively to those who are negatively impacted by the opening of the Canadian egg market to foreign producers.
In closing, we would like to point out that we are following the WTO activities as well as the Canada-Mercosur free trade agreement closely. We anticipate that these talks will continue to intensify throughout the year, and it would be our intention to remind our government that Canada's system of supply management and the food security of our communities should not and cannot once again be used as a bargaining chip in the negotiations. This goes beyond supporting supply management.
It's time for our Canadian government to start defending the system that delivers so many benefits to our farmers, communities, rural communities and fellow Canadians, because in the end, it's not just the stability of our farms that's at stake but also the ability of our rural communities to thrive.
I thank you for the opportunity to bring our views here today. I look forward to your questions.
J'aime cette formule.
Merci, monsieur le président et merci aux membres du Comité de nous recevoir aujourd'hui.
Je m'appelle Roger Pelissero. Je suis un producteur d'œufs de troisième génération de St. Ann's, en Ontario, et je suis accompagné aujourd'hui de Judi Bundrock, notre directrice de la Politique commerciale internationale.
Les Producteurs d'œufs du Canada sont ici pour vous faire part de leur point de vue sur la ratification et la mise en œuvre possibles du nouvel Accord de libre-échange nord-américain, l'ALENA, connu ici au Canada sous le nom d'Accord Canada-États-Unis-Mexique ou ACEUM. Je refuse d'en parler de la manière dont le font les Américains. Ce doit être le Canada d'abord, devant les États-Unis et le Mexique. C'est ainsi que l'ordre des pays doit exister et qu'il faudra toujours voir l'ACEUM.
Les Producteurs d'œufs du Canada ont pour mandat de gérer l'offre d'œufs à l'échelle nationale et de promouvoir leur consommation, tout en veillant aux intérêts des producteurs d'œufs réglementés de tout le pays. II y a plus de 1 000 producteurs d'œufs dans ce pays; ils sont situés dans toutes les provinces et dans les Territoires du Nord-Ouest, qui se consacrent à la production d'œufs frais locaux. En fait, des sondages menés par certaines des plus grandes firmes de sondage au Canada ont confirmé que, pour plus de 88 % des Canadiens, il est important que les œufs soient d'origine canadienne et 89 % des Canadiens déclarent faire confiance aux normes de qualité des fermes du pays.
Nous comprenons l'importance des accords commerciaux pour le Canada. Notre secteur ne s'est jamais opposé à ce que le Canada conclue de tels accords de libre-échange; nos membres sont toutefois déçus du résultat du récent ACEUM. Les producteurs d'œufs canadiens sont particulièrement découragés par le fait qu'on ait accordé un accès à nos homologues américains, puisque les producteurs d'œufs américains n'ont pas expressément demandé un accès supplémentaire au marché canadien pour les œufs. En fait, ils ont envoyé une lettre au représentant au Commerce des États-Unis indiquant qu'ils étaient satisfaits du statu quo, c'est-à-dire de l'ALENA actuel. Bien que le système de gestion de l'offre du Canada soit maintenu, I'ACEUM ouvre davantage notre marché intérieur aux importations d'oeufs. Cet accord aura des répercussions durables, en particulier sur les jeunes producteurs qui démarrent dans notre industrie et sur la vaste majorité des consommateurs canadiens qui eux, préfèrent acheter des œufs canadiens.
Notre principal sujet de préoccupation est l'accès accru au marché des œufs. L'ACEUM définitif accorde aux États-Unis 11,05 millions de douzaines d'œufs supplémentaires par année à la fin d'une période de mise en œuvre de 16 ans. Ces concessions, qui s'ajoutent aux exigences de l'Organisation mondiale du commerce et de l'Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste annoncé récemment, signifient que 51,4 millions de douzaines d'œufs en provenance des États-Unis et d'autres parties du monde entreront au Canada. Mais ne nous faisons pas d’illusions: ces quantités viendront toutes des États-Unis, parce que les œufs se transportent mal. Le produit est fragile.
Les conséquences combinées de l'accès accordé dans ces récents accords commerciaux équivaut à un total de 7 % de la production intérieure actuelle. Cela représente la totalité de la production annuelle d'œufs des provinces de l'Atlantique, c’est-à-dire le Nouveau-Brunswick, l'Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Ecosse et Terre-Neuve-et-Labrador, ou encore la consommation quotidienne d'œufs, par habitant, de 2,5 millions de Canadiens par année, et pour toujours. Ce sont des Canadiens qui n’auront plus accès à des œufs produits ici. Ces conséquences seront subies pour toujours par des générations de Canadiens. Ce sont des milliards d'œufs que mes confrères producteurs et nos enfants ne produiront jamais. Les effets se feront également sentir sur la santé et la viabilité continue des collectivités rurales de l'ensemble du Canada qui dépendent de nos exploitations pour la création d'emplois ruraux indispensables et pour le soutien aux autres entreprises.
Récemment, nous avons constaté avec plaisir que le budget fédéral comprenait des mesures pour les aviculteurs, les producteurs d'œufs et les éleveurs de vaches laitières. Dans la foulée, le gouvernement a adopté d'importantes mesures par lesquelles il reconnaît les difficultés auxquelles nos producteurs font face, de même que la contribution fondamentale du secteur agricole soumis à la gestion de l'offre sur le plan sanitaire et à la stabilité des collectivités rurales canadiennes.
Au cours des derniers mois, j’ai entamé un dialogue avec le groupe de travail sur la volaille et avec mes collègues du secteur de la volaille. Nous attendons avec impatience le rapport de la ministre Bibeau, qui décrit les mesures d’atténuation pour l’accord du PTPGP au cours des prochaines semaines. Pour ce qui est de l’avenir, nous sommes également heureux de l’engagement du gouvernement à poursuivre les discussions sur l’impact de l'ACEUM sur les exploitations canadiennes et sur notre industrie.
Bien que le processus de ratification de la version définitive du projet de loi de I'ACEUM se poursuive ici au Canada et que les États-Unis et le Mexique continuent de travailler à la ratification, la façon dont les accords commerciaux sont mis en œuvre à l'échelle nationale est tout aussi importante que les accords eux-mêmes. Dans le cas des œufs, l'administration du contingent tarifaire, ou CT, ne doit pas perturber le paysage concurrentiel actuel et les investissements dans l'industrie canadienne des œufs. Nous sommes particulièrement préoccupés par une disposition particulière aux œufs qui stipule que 30 % des permis importants pour les importations d'œufs en coquille seront mis à la disposition des nouveaux importateurs. Cette disposition n'a pas été incluse dans l'ACEUM pour les autres produits soumis à la gestion de l'offre. Nous sommes d'avis que le CT devrait être attribué exclusivement à ceux qui sont touchés négativement par l'ouverture du marché canadien des œufs aux producteurs étrangers.
Pour conclure, ajoutons que nous suivons de près les activités de l'OMC ainsi que l'Accord de libre-échange entre le Canada et le Mercosur. Nous prévoyons que ces pourparlers continueront de s'intensifier tout au long de l'année, et nous avons l'intention de rappeler à notre gouvernement que le système canadien de gestion de l'offre et la sécurité alimentaire de nos collectivités ne doivent ni ne peuvent servir de monnaie d'échange dans les négociations commerciales. Cela va au-delà de l'appui à la gestion de l'offre.
Il est temps que le gouvernement du Canada défende le système qui apporte tant d'avantages à nos producteurs, à nos collectivités et à nos concitoyens parce que, en fin de compte, l'enjeu est non seulement la stabilité de nos exploitations agricoles, mais aussi la capacité des collectivités rurales de prospérer.
Je vous remercie de nous avoir donné l’occasion de présenter notre point de vue aujourd’hui. J’ai hâte de répondre à vos questions.
View Dean Allison Profile
CPC (ON)
Thank you, Mr. Chair.
To our witnesses, as our chair mentioned, thanks for coming on such short notice.
I have three questions. I have a lot more, but maybe I'll get three questions in.
Mr. Wilson and Mr. Kingston, just give me your thoughts. You guys talked about being in the States recently. Where do you guys feel the Democrats are after having those conversations? The sense we get from reading the paper is that they're nowhere close. We appreciate the importance of getting this thing ratified, but the challenge is that it doesn't appear that they're anywhere near.
What arguments can be made to say that the Democrats want to give Trump a victory on this thing? Do you have any thoughts on that based on your conversations with Democrats?
Merci, monsieur le président.
Comme notre président l’a mentionné, je remercie nos témoins de s’être déplacés à si court préavis.
J’ai trois questions. J’en ai beaucoup plus, mais je vais peut-être en poser trois.
Messieurs Wilson et Kingston, dites-moi ce que vous en pensez. Vous avez dit que vous étiez récemment allés aux États-Unis. Selon vous, où en sont les démocrates après ces conversations? À la lecture des journaux, on a l’impression que l'ACEUM est loin d’aboutir. Nous comprenons l’importance de le faire ratifier, mais le problème, c’est qu’il semble qu'il y ait encore loin de la coupe aux lèvres.
Quels arguments peut-on avancer pour inciter les démocrates à concéder cette victoire à Trump? Avez-vous pensé à quelque chose après vos échanges avec les démocrates?
Brian Kingston
View Brian Kingston Profile
Brian Kingston
2019-06-18 8:57
We met with a number of House Democrats, particularly those on the ways and means committee, who are looking at this right now. I was surprised, frankly, with the encouraging messaging. They seem to be genuinely trying to, as Speaker Pelosi has said, get to yes. When we were there, of course, the Speaker announced the four working groups looking at labour, environment, enforcement and IP.
It's strikes me that the measures and the efforts they're putting into this are genuine. They truly do want to approve this deal, but they have to find ways to address some of those outstanding issues. Importantly, labour has not come out and endorsed it, despite the President saying a few times that they have. The AFL-CIO has not endorsed fully.
I think the wheels are in motion to approve it. Where I'm worried is on the amount of technical work that needs to be done between now and July 26, when the August recess starts. There is a lot of work to be done, and I think that even if they really want to get to yes, it's going to be difficult to get it done in that time frame. If they miss that, then the next window is in the fall, and I think there's a real chance....
I'm still very much an optimist. I would not rule out it being done before August, but I think that more realistically it may happen in early fall.
Nous avons rencontré un certain nombre de démocrates de la Chambre, en particulier ceux du Comité des voies et moyens qui se penchent actuellement sur la question. Franchement, j’ai été surpris par leurs mots d'encouragement. Ils semblent vraiment essayer d'arracher un vote positif, comme l’a dit la présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi. Pendant que nous étions là-bas, elle a annoncé la création de quatre groupes de travail chargés d'étudier les questions de main-d’œuvre, d’environnement, d’application de la loi et de propriété intellectuelle.
J'ai été frappé par la sincérité des mesures adoptées et des efforts déployés. Ils souhaitent vraiment que cet accord soit approuvé, mais ils doivent trouver des façons de régler certaines questions en suspens. Il faut remarquer que les syndicats n’ont pas approuvé l'accord, contrairement à ce que le président a affirmé à quelques reprises. L'AFL-CIO n’a pas donné son plein appui.
Cependant, je pense que les rouages sont en marche pour l’approuver. Ce qui m’inquiète, c’est la quantité de travail technique qui doit être fait d’ici le 26 juillet, date du début du congé d’août. Il y a beaucoup de travail à faire, et je pense que même s’ils veulent vraiment obtenir un oui, il sera difficile de le faire dans ce délai. S’ils ratent cela, alors la prochaine fenêtre est à l’automne, et je pense qu’il y a une vraie chance...
Je suis encore très optimiste. Je n’exclurais pas que cela se fasse avant le mois d’août, mais je pense qu’il serait plus réaliste de dire que cela pourrait se faire au début de l’automne.
View Dean Allison Profile
CPC (ON)
I get it. They're saying they'll get there, but they want to make a sea of changes. The challenge with us getting too far ahead of this thing is what changes they want. I could ask more questions on that, but I have to get to the eggs and the wine.
Mr. Pelissero, just to recap, on access you talked about an additional 11 million dozen eggs and 51 million under the WTO. Do we get reciprocal access to the U.S. based on that?
Je comprends. Ils disent qu’ils y arriveront, mais ils veulent apporter une foule de changements. Notre défi consiste à savoir quels changements ils souhaitent. Je pourrais poser d’autres questions à ce sujet, mais je dois parler d'oeufs et de vin.
Monsieur Pelissero, pour récapituler ce que vous avez dit au sujet de l’accès, il s'agirait de 11 millions de douzaines d’oeufs de plus selon l'accord nord-américain et de 51 millions d’oeufs de plus en vertu des règles de l’OMC. Avons-nous la réciprocité pour l'accès au marché américain?
Roger Pelissero
View Roger Pelissero Profile
Roger Pelissero
2019-06-18 8:59
We do ship some egg product to the U.S., but under supply management we basically focus on the domestic market.
When you're competing against the average-sized farm in the U.S., where you have 50 farmers who basically own 330 million birds, you're competing against a farm right now that has maybe 25 million hens. Here in Canada the average-sized egg farm is 25,000 birds. It's a vast difference in scale. However, we will look at some of those things because of the trade agreements that aren't in the tariff lines, and we look forward to possibly shipping some product to the United States.
Nous expédions des oeufs aux États-Unis, mais dans le cadre de la gestion de l’offre, nous nous concentrons essentiellement sur le marché intérieur.
Quand on fait concurrence à une ferme de taille moyenne aux États-Unis, où il y a 50 agriculteurs possédant 330 millions de volailles, on se retrouve face à une exploitation qui compte peut-être 25 millions de têtes. La taille moyenne d'un troupeau de pondeuses au Canada est de 25 000 individus. On ne parle pas du tout de la même échelle. Toutefois, nous allons examiner certains de ces aspects en raison des accords commerciaux qui ne figurent pas dans les lignes tarifaires, et nous espérons qu'il nous sera possible d’expédier certains produits aux États-Unis.
View Dean Allison Profile
CPC (ON)
Okay, good.
I only have two minutes left. The time goes by too quickly.
Mr. Paszkowski, I understand that you guys are saying you support CUSMA, in terms of how it is. The challenge you have is around the WTO challenge right now with Australia. As you said, we've seen over 400 wineries grow in the last decade or so, since we had a chance to look at VQA being excise-free.
Talk to us about the concern. This is a legitimate concern about what may happen under WTO in terms of our wine market. Explain that one more time.
D’accord, très bien.
Il ne me reste que deux minutes. Le temps passe trop vite.
Monsieur Paszkowski, je crois comprendre que vous appuyez l'ACEUM. Vos problèmes actuels tiennent à la contestation devant l’OMC contre l’Australie. Comme vous l’avez dit, nous avons vu plus de 400 établissements vinicoles prendre de l’expansion au cours de la dernière décennie, depuis qu'on nous fait miroiter la possibilité que les produits d'appellation VQA soient exemptés de la taxe d’accise.
Parlez-nous de cette préoccupation, une préoccupation légitime au sujet de ce qui pourrait se produire dans le cadre de l’OMC en rapport avec notre marché du vin. Expliquez-nous cela, encore une fois.
Dan Paszkowski
View Dan Paszkowski Profile
Dan Paszkowski
2019-06-18 9:00
The concern we have with the WTO challenge is that they have come after us on a number of different measures, both federal and provincial, but they've clearly stated to us that there are three measures that are of significance to them. Number one is getting access to grocery in British Columbia. British Columbia has now offered them a letter that will take place and that follows suit with the side letter that is in CUSMA. The second piece would be access to grocery in Ontario. As all of you know, the Ontario government is amending its liquor system and will provide access for wine and beer sales in grocery and convenience stores, so we're currently waiting for the Ontario government to provide a side letter to Australia. We anticipate that will be coming soon. The third part of the equation, which the Australian industry has told us, is that if the federal government repeals simply its legislative portion of the excise exemption, they would drop the WTO challenge in its entirety.
It's critical to us to have that dropped because there's a lot of risk going through a panel process, which could devastate the industry. As I said, all of the things that we have protected in CUSMA would be lost if we were to lose a WTO panel, so it's a significant risk for us. We're hopeful that the federal government will take our advice and offer that to Prime Minister Morrison when Prime Minister Trudeau meets with him at the G20 meeting at the end of this month. That would bring this panel to an end.
Ce qui nous préoccupe dans la contestation devant l’OMC, c’est que les Australiens nous ont attaqués à l’égard d’un certain nombre de mesures différentes, tant fédérales que provinciales, mais ils nous ont clairement dit qu’il y avait trois mesures importantes pour eux. Premièrement, ils réclament que leurs produits soient distribués dans les épiceries de la Colombie-Britannique. Or, cette province leur a proposé de rédiger une lettre parallèlement à une lettre d’accompagnement se trouvant dans l'ACEUM. Deuxièmement, ils veulent aussi être distribués dans les épiceries de l'Ontario. Comme vous le savez tous, le gouvernement de l’Ontario est en train de modifier son système de vente d’alcool et il va permettre la vente de vin et de bière dans les épiceries et dans les dépanneurs. Nous attendons donc que le gouvernement de l’Ontario fournisse une lettre d’accompagnement à l’Australie. Nous prévoyons que cela se fera bientôt. Troisièmement, l’industrie australienne nous a dit que, si le gouvernement fédéral abroge simplement sa partie législative de l’exemption de la taxe d’accise, il laissera complètement tomber sa contestation devant l’OMC.
Il est essentiel pour nous qu'ils abandonnent cette contestation parce que le processus d'arbitrage présente beaucoup de risques, au point que l'issue pourrait être dévastatrice pour l’industrie. Comme je l’ai dit, tout ce que nous avons réussi à protéger dans le cadre de l'ACEUM serait condamné si la décision d'un tribunal de l’OMC devait nous être défavorable. Le risque est donc grand pour nous. Nous espérons que le gouvernement fédéral suivra notre conseil et en fera une proposition au premier ministre Morrison quand le premier ministre Trudeau le rencontrera à la réunion du G20, à la fin du mois. Cela mettrait fin à ce dossier de contestation.
View Karen Ludwig Profile
Lib. (NB)
Thank you, Mr. Chair.
Thank you to all the witnesses who are here today.
Mr. Wilson, as you well know, my riding is New Brunswick Southwest, which borders the state of Maine. I'm wondering if you could speak directly to the impact, opportunities and maybe challenges that the ratification of CPTPP, CETA and soon to be CUSMA have and will have for Atlantic Canada.
Thank you.
Merci, monsieur le président.
Merci à tous les témoins qui sont ici aujourd’hui.
Monsieur Wilson, comme vous le savez fort bien, ma circonscription est Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest, qui borde l’État du Maine. Pourriez-vous nous parler des répercussions, des possibilités et peut-être des défis que la ratification du PTPGP, de l'AECG et bientôt de l’ACEUM aura pour le Canada atlantique?
Merci.
Mathew Wilson
View Mathew Wilson Profile
Mathew Wilson
2019-06-18 9:02
I think that, in your riding, companies like Irving, for example, are pretty significant employers. Obviously, they don't operate just in New Brunswick. They have massive operations across New England and in the border states. They move products back and forth constantly, whether it's timber coming into processing plants in New Brunswick to make paper towels or timber going back into the United States to make other products, plus a wide range of different consumer products that they're making. Anything that can modernize and streamline those operations to reduce by even a fraction of a percentage the movement of each one of those goods across the border.... You're talking about thousands of trucks a month that are crossing the border just for one company alone. If you can remove even a fraction of those costs for them, it's a significant cost savings that gets passed on to the consumer and allows the companies to invest more in their operations in Canada and the United States. That will be hugely important.
A lot of people think that we have to go to Europe and to Asia, and trade diversification certainly is really important, but for most Canadian companies—look right across the country and at a lot of small companies—very few of them even export. Only about 5% to 10% of Canadian companies export. While it's great to look at markets like China and Europe and the CPTPP, those are great markets but the U.S. is the best market to go to. It's the wealthiest market in the world. It's right next to us. In your riding, it's within a couple of footsteps across a bridge that I've crossed several times. We can't forget about the importance of that market.
As part of this agreement and what we're trying to do, and similar to what some of the other witnesses here said, this isn't just about building on, allowing the Irvings and companies like that to do more business. It should be about how we help more SMEs get into the U.S. market. That's why things like the SME business chapter and growth chapter—they're in the new CUSMA—can help those companies, whether they're Irvings or small chocolate factories that are right on the border with Maine.
Dans votre circonscription, vous avez des compagnies comme Irving, par exemple, qui sont des employeurs plutôt importants. Évidemment, ils ne sont pas installés qu'au Nouveau-Brunswick et ils mènent des activités très importantes en Nouvelle-Angleterre et dans les États frontaliers. Ils transportent constamment des produits, comme du bois qui arrive dans les usines de transformation du Nouveau-Brunswick, où l'on fabrique des essuie-tout, ou qui est renvoyé aux États-Unis pour être transformé en autre chose, et c'est sans compter la vaste gamme de produits de consommation que fabriquent ces acteurs. Tout ce qui peut permettre de moderniser et de rationaliser ces opérations afin de réduire ne serait-ce qu’un infime pourcentage des mouvements de marchandises à la frontière... On parle de milliers de camions par mois qui traversent la frontière pour une seule entreprise. Si l'on parvient à éliminer ne serait-ce qu’une fraction des coûts qu'ils occasionnent, cela représente d'énormes économies qui se répercutent sur le consommateur et qui permettent aux entreprises d’investir davantage dans leurs activités au Canada et aux États-Unis. C'est énorme.
Beaucoup estiment que nous devons nous tourner vers les marchés européens et asiatiques, et la diversification du commerce est certes très importante, mais très peu d'entreprises canadiennes — regardez les nombreuses petites entreprises un peu partout au pays — exportent. Seulement 5 à 10 % des entreprises canadiennes exportent. Il est fort bien de lorgner du côté de la Chine et de l’Europe, de vouloir miser sur le PTPGP, par exemple, car ce sont d'énormes marchés, mais les États-Unis sont le meilleur marché pour nous. C’est le marché le plus riche au monde. Et il est là, tout à côté. Par rapport à votre circonscription, les États-Unis sont à un jet de pierre, de l'autre côté du pont que j’ai traversé à plusieurs reprises. Nous ne pouvons pas négliger l’importance de ce marché.
Avec cet accord, comme d'autres témoins ici présents l’ont dit, nous ne cherchons pas seulement à consolider les acquis, à permettre aux Irving et aux entreprises de ce genre de faire plus d’affaires. Il faut se demander comment aider un plus grand nombre de PME à pénétrer le marché américain. C’est pourquoi des choses comme le chapitre sur les PME et la croissance — qui font partie du nouvel ACEUM — peuvent aider les entreprises, qu’il s’agisse d'Irving ou de petites usines de chocolat qui sont collées à la frontière avec le Maine.
View Karen Ludwig Profile
Lib. (NB)
I'll just add to that, Mr. Wilson.
This committee has studied the small to medium-sized enterprises, how to make trade real for them and also how they could take advantage of that.
When we were in Washington on the steel and aluminum tariffs, one of the messages that definitely resonated with me was when one of the members of Congress said that with regard to President Trump, his sensitivity is, similar to our egg farmers, leaving people behind. So, anytime we can pull people forward, I think that's an important element.
You mentioned the business traveller visa. If any one of you would like to speak to that as well.... What are the benefits of the reduction in red tape for the business traveller, considering how integrated our market is in North America?
J’aimerais ajouter quelque chose, monsieur Wilson.
Le Comité a étudié les petites et moyennes entreprises, comment faire en sorte que le commerce soit réel pour elles et comment pourraient-elles en profiter.
Quand nous étions à Washington pour discuter des droits de douane sur l’acier et l’aluminium, j'ai été interpellée par les propos d'un membre du Congrès qui a déclaré que le président Trump et nos producteurs d’oeufs ont la même mentalité, celle qui consiste à laisser les gens derrière. Il est donc important de chercher à faire passer les gens en premier.
Vous avez parlé du visa d’affaires. Si l’un d’entre vous souhaite intervenir à ce sujet également... Quels sont les avantages de la réduction des formalités administratives pour les voyageurs d’affaires, compte tenu de l’intégration de notre marché en Amérique du Nord?
Results: 1 - 15 of 63051 | Page: 1 of 4204

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Show single language
Refine Your Search
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data