Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 433
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2019-06-21 14:54 [p.29473]
I have the honour to inform the House that when this House did attend Her Excellency this day in the Senate chamber, Her Excellency the Governor General was pleased to give, in Her Majesty's name, the royal assent to the following bills:
C-71, An Act to amend certain Acts and Regulations in relation to firearms—Chapter 9.
C-81, An Act to ensure a barrier-free Canada—Chapter 10.
S-203, An Act to amend the Criminal Code and other Acts (ending the captivity of whales and dolphins)—Chapter 11.
C-82, An Act to implement a multilateral convention to implement tax treaty related measures to prevent base erosion and profit shifting—Chapter 12.
C-59, An Act respecting national security matters—Chapter 13.
C-68, An Act to amend the Fisheries Act and other Acts in consequence—Chapter 14.
C-77, An Act to amend the National Defence Act and to make related and consequential amendments to other Acts—Chapter 15.
C-78, An Act to amend the Divorce Act, the Family Orders and Agreements Enforcement Assistance Act and the Garnishment, Attachment and Pension Diversion Act and to make consequential amendments to another Act—Chapter 16.
C-84, An Act to amend the Criminal Code (bestiality and animal fighting)—Chapter 17.
C-58, An Act to amend the Access to Information Act and the Privacy Act and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 18.
C-88, An Act to amend the Mackenzie Valley Resource Management Act and the Canada Petroleum Resources Act and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 19.
C-93, An Act to provide no-cost, expedited record suspensions for simple possession of cannabis—Chapter 20.
C-102, An Act for granting to Her Majesty certain sums of money for the federal public administration for the fiscal year ending March 31, 2020—Chapter 21.
C-101, An Act to amend the Customs Tariff and the Canadian International Trade Tribunal Act—Chapter 22.
C-91, An Act respecting Indigenous languages—Chapter 23.
C-92, An Act respecting First Nations, Inuit and Métis children, youth and families—Chapter 24.
C-75, An Act to amend the Criminal Code, the Youth Criminal Justice Act and other Acts and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 25.
C-48, An Act respecting the regulation of vessels that transport crude oil or persistent oil to or from ports or marine installations located along British Columbia's north coast—Chapter 26.
C-83, An Act to amend the Corrections and Conditional Release Act and another Act—Chapter 27.
C-69, An Act to enact the Impact Assessment Act and the Canadian Energy Regulator Act, to amend the Navigation Protection Act and to make consequential amendments to other Acts—Chapter 28.
C-97, An Act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on March 19, 2019 and other measures—Chapter 29.
It being 2:55 p.m., the House stands adjourned until Monday, September 16, 2019, at 11 a.m., pursuant to Standing Orders 28(2) and 24(1).
(The House adjourned at 2:55 p.m.)
The 42nd Parliament was dissolved by Royal Proclamation on September 11, 2019.
J'ai l'honneur de faire savoir à la Chambre que, lorsqu'elle s'est rendue auprès de Son Excellence la gouverneure générale dans la Chambre du Sénat, Son Excellence a bien voulu donner, au nom de Sa Majesté, la sanction royale aux projets de loi suivants:
C-71, Loi modifiant certaines lois et un règlement relatifs aux armes à feu — Chapitre 9.
C-81, Loi visant à faire du Canada un pays exempt d'obstacles — Chapitre 10.
S-203, Loi modifiant le Code criminel et d’autres lois (fin de la captivité des baleines et des dauphins) — Chapitre 11.
C-82, Loi mettant en œuvre une convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures relatives aux conventions fiscales pour prévenir l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices — Chapitre 12.
C-59, Loi concernant des questions de sécurité nationale — Chapitre 13.
C-68, Loi modifiant la Loi sur les pêches et d’autres lois en conséquence — Chapitre 14.
C-77, Loi modifiant la Loi sur la défense nationale et apportant des modifications connexes et corrélatives à d'autres lois — Chapitre 15.
C-78, Loi modifiant la Loi sur le divorce, la Loi d'aide à l'exécution des ordonnances et des ententes familiales et la Loi sur la saisie-arrêt et la distraction de pensions et apportant des modifications corrélatives à une autre loi — Chapitre 16.
C-84, Loi modifiant le Code criminel (bestialité et combats d'animaux) — Chapitre 17.
C-58, Loi modifiant la Loi sur l'accès à l'information, la Loi sur la protection des renseignements personnels et d'autres lois en conséquence — Chapitre 18.
C-88, Loi modifiant la Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie et la Loi fédérale sur les hydrocarbures et apportant des modifications corrélatives à d'autres lois — Chapitre 19.
C-93, Loi prévoyant une procédure accélérée et sans frais de suspension de casier judiciaire pour la possession simple de cannabis — Chapitre 20.
C-102, Loi portant octroi à Sa Majesté de crédits pour l'administration publique fédérale pendant l'exercice se terminant le 31 mars 2020 — Chapitre 21.
C-101, Loi modifiant le Tarif des douanes et la Loi sur le Tribunal canadien du commerce extérieur — Chapitre 22.
C-91, Loi concernant les langues autochtones — Chapitre 23.
C-92, Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis — Chapitre 24.
C-75, Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et d'autres lois et apportant des modifications corrélatives à certaines lois — Chapitre 25.
C-48, Loi concernant la réglementation des bâtiments transportant du pétrole brut ou des hydrocarbures persistants à destination ou en provenance des ports ou des installations maritimes situés le long de la côte nord de la Colombie-Britannique — Chapitre 26.
C-83, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition et une autre loi — Chapitre 27.
C-69, Loi édictant la Loi sur l’évaluation d’impact et la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie, modifiant la Loi sur la protection de la navigation et apportant des modifications corrélatives à d’autres lois — Chapitre 28.
C-97, Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 mars 2019 et mettant en œuvre d'autres mesures — Chapitre 29.
Comme il est 14 h 55, la Chambre s'ajourne au lundi 16 septembre 2019, à 11 heures, conformément aux articles 28(2) et 24(1) du Règlement.
(La séance est levée à 14 h 55.)
La 42e législature a été dissoute par proclamation royale le 11 septembre 2019.
Aboriginal languagesAboriginal peoplesAccess for disabled peopleAccess to informationAdjournmentAgriculture, environment and natural res ...British ColumbiaBudget 2019 (March 19, 2019)C-101, An Act to amend the Customs Tarif ...C-102, An Act for granting to Her Majest ...C-48, An Act respecting the regulation o ... ...Show all topics
View Geoff Regan Profile
Lib. (NS)
View Geoff Regan Profile
2019-06-17 15:09 [p.29189]
It being 3:08 p.m., pursuant to order made on Tuesday, May 28, the House will now proceed to the taking of the deferred recorded division on the motion at third reading stage of Bill C-88.
Comme il est 15 h 8, conformément à l'ordre adopté le mardi 28 mai, la Chambre procédera maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la troisième lecture du projet de loi C-88.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2019-06-13 13:15 [p.29050]
Madam Speaker, it is a pleasure to rise in the House and speak in support of the third reading of Bill C-88. This bill would amend the Mackenzie Valley Resource Management Act and the Canada Petroleum Resources Act. These changes have been long awaited by governments, both indigenous and territorial, in the Northwest Territories.
On Monday, we heard colleagues in the House speak to this bill, including the member of Parliament for the Northwest Territories, who worked very closely with indigenous governments, treaty and land claim owners and the Government of the Northwest Territories to ensure that this bill would be in the best interests of the constituents he represents and would meet the standards they have been requesting from the Government of Canada.
I want to applaud the member of Parliament for the Northwest Territories for the great work he has done on Bill C-88 and for ensuring that members in this House on both sides fully understand this bill and the need for the changes being proposed.
Bill C-88 is based on a simple but wise idea, which is that the best way to regulate development along the Mackenzie Valley and in Arctic waters is to balance the interests of industry, the rights of indigenous governments and organizations, and environmental protection. The proposed legislation before us aims to achieve this balance in three ways.
First would be by foster certainty, which is required by industry. As we know, the Northwest Territories is no stranger to industry. It has been home to some of the largest mining developments in Canada and to some substantial energy, oil and gas developments. It is a region of our country that has been very active in engaging with industry.
Second would be by reinstating a mechanism to recognize the rights of indigenous communities to meaningfully influence development decisions. This would allow indigenous communities to have full input, full insight and full decision-making in industry and resource developments that are occurring within their land claim areas. This would allow them to be part of development, to look at the impacts and benefits of development initiatives, and to be true partners in decisions and outcomes.
Third would be by ensuring that scientific evidence on the state of the environment would inform development decisions. The indigenous governments of the Northwest Territories have set up a model that allows them to look at individual projects and their impact on the environment, not just today but for generations to come, and to make decisions based on scientific information. Scientific evidence ensures that decisions are informed, not just from an economic perspective but from an environmental perspective.
As it stands today, the regulatory regime fails to strike this balance. In particular, the regime currently in place fails to provide clarity, predictability for proponents who are investing, and respect for the rights of indigenous communities in that region and in the north. In large part, that is because of the Northwest Territories Devolution Act, which was endorsed by this House in 2015, and which I, too, voted for. However, it was subsequently challenged by a court order, which led the Supreme Court of the Northwest Territories to effectively suspend key provisions of the act. This ruling caused uncertainty in the regulatory regime for the Mackenzie Valley, and as many of my colleagues have already stated, that uncertainty has not been good for business.
I voted for the bill in 2015, even though it contained clauses that would eradicate the treaty rights of indigenous people in the Northwest Territories. We knew it was wrong. We fought hard to change the bill. We proposed amendment after amendment, but the Harper government would have none of it. It accepted no amendments to the bill that would ensure the rights of indigenous people.
We were left to make a choice. Do we support the devolution of the Northwest Territories, which needed to happen and was long overdue, or do we not support it because of these clauses? We supported the bill but said that when we formed government, we would reverse the negative legislation in the bill that eradicated the rights of indigenous people and did not uphold the environmental and economic responsibilities that should be upheld in any major development. We made a commitment to the people of the Northwest Territories that when we formed government, we would change the legislation to reflect what they wanted. That is what we are doing today.
Over the last couple of years, we have worked very closely with indigenous governments in the Northwest Territories, its member of Parliament and the Government of the Northwest Territories to get this legislation right and change the injustices caused by the Harper government and imposed on people in the Northwest Territories. Today we are removing them.
We would be allowing companies that want to invest in the Northwest Territories through major resource development projects to have certainty. This would ensure that there would be no unforseen impacts for them and would ensure that they would know the climate in which they are investing and the process expected of them.
We would allow indigenous governments, which have had land claims, treaty rights and self-government agreements for many decades, to take back control of their own lands and to make decisions in the best interests of their people for generations to come, and to do so in a systematic and scientific way that looks at all the impacts and benefits. This would allow these indigenous governments to not only have a choice about whether a project went forward but to have the opportunity to partner with investors and resource development companies. Everyone can benefit when they work together.
That is the kind of relationship we have promoted right across Canada with indigenous groups, territorial and provincial governments, investors, resource development agencies and others.
Today we would legislate the changes we committed to in 2015 regarding the Northwest Territories. We know that the legislation would achieve the balance we are trying to establish in three ways. I have already outlined them in my speech.
I want to take a few minutes to talk about how Bill C-88 would restore certainty in the regulatory regime, which was a key aspect of the Northwest Territories Devolution Act. The act eliminated regional boards mandated to review proposed development projects that were likely to impact the traditional lands of three particular indigenous groups: the Tlicho, the Gwich’in and the Sahtu. Their rights were eradicated, and the impact on their lands and treaty agreements forced on them, by the Harper government.
Today we would be giving the Tlicho, the Gwich’in and the Sahtu the right to make decisions about their own lands. They could look at the impact on their traditional lands, their way of life and their environmental footprint and at how their people can benefit from development projects.
It is just common sense, so why would any government want to take that away from indigenous groups in Canada? We saw only a few years ago that the former Harper government had no shame when removing rights from indigenous groups and indigenous governments. That is exactly what it did to the Tlicho, the Gwich'in and the Sahtu in the Northwest Territories. They had spent years working and negotiating with the federal government and territorial government. Generations of elders never lived to see the day they reached self-government agreements in their own lands.
When they finally did, it was an opportunity for them. That opportunity was eroded by the Harper government overnight with one piece of legislation that said that it would now tell them how they were going to regulate resource development in their traditional lands and in the Northwest Territories.
We made a commitment then that if we ever formed government, we would reverse those changes, and that is exactly what we are doing today. Each of those communities concluded comprehensive land claim agreements. Doing so in this country guaranteed them a role on land and water boards and a mandate to review and make decisions on development projects on or near traditional lands. Parliament reviewed and endorsed each one of these agreements and authorized the establishment of the regional boards.
Bill C-88 proposes to reverse the board restructuring and reintroduce the other provisions that were suspended by the Supreme Court decision. These indigenous groups in the Northwest Territories knew that their rights were violated by the Harper government. They knew that what was happening was the epitome of colonization. That is why they fought in the courts. They went to the Supreme Court to argue their case, to say that they had negotiated these rights, that they were inherent rights, that they had treaty agreements and that no government should have the right to impose upon them the way the former government did.
The Supreme Court decision outlined several things that needed to happen to restore confidence in the regime, particularly among indigenous people and proponents and investors in resource development in the Northwest Territories.
The proposed legislation would build confidence in another way. It would clarify the processes and expectations for all parties involved in the regulatory regime. I happen to live in the north, and I represent a riding that is very engaged in resource development, the mining industry and the energy sector in particular. I also know that with every one of those development projects, there are major investments and major commitments. There is nothing better in moving forward on a project than knowing what all the expectations are of all the parties involved and knowing what the process is and what is expected of companies before they put a shovel in the ground. Those things are important.
The party opposite will say that Liberals are too engaged in regulating, restricting and putting too many demands around the environmental component. However, large-scale industries that care about the people where they want to develop want to do what is right. They want to ensure that their environmental footprint is as small as it can be. They want to have the support of the indigenous people and the communities in which they are investing. They want to have strong partnerships to ensure that their development projects are not interrupted by protests or by unforeseen regulations and can move forward and are sustainable. That is why many of these companies, and many I have known personally over the years, are happy to sign impact benefit agreements.
These companies are happy to work with indigenous governments to hire indigenous workers, to ensure that benefits accrue to their communities and to ensure that environmental concerns that indigenous and non-indigenous people have with development in their areas are going to be listened to and dealt with. These companies want to address those issues up front. They do not want to plow into communities and put pressure on them to do things. They do not want to rule what is going to happen. They want to operate in partnership, too.
It is the party opposite that has the idea that these companies are not interested because they have to follow regulatory regimes or look at what the environmental implications are. Very few companies would take that approach, and I am so proud that in this country there are companies investing heavily in resource development that really care about the footprint they leave behind for the environment and the people who live there. Those are the companies that are successful and that Canadians hold up as examples of how resource development partnerships work with communities and indigenous people in Canada. We should be very proud of that. We should not be trying to change how we do that through legislation and impose regulations on people because we think they should do it this way or that way.
People should understand that in the previous legislation by the Harper government, Conservatives wanted to get rid of the regulatory boards of the Gwich'in, the Sahtu and the other groups in the Northwest Territories. They wanted one megaboard to deal with all these issues. They even hired a consultant by the name of McCrank. When Mr. McCrank testified at committee, I sat in that day. One of the questions asked of him was where he came up with the idea that we should get rid of the regulatory boards in the Northwest Territories, that indigenous groups should no longer have control over what is happening on their own lands, their own regulatory boards or negotiating their own deals, and that we would infringe upon them and implement a super regulatory board in the Northwest Territories for the Mackenzie Valley.
When he was asked where that idea came from, he did not know. He did not know where that idea came from or who suggested it to him, but he wrote it in a report as a strong recommendation, and the Harper government at the time said it would run with it, yet everyone in the Northwest Territories, including the three aboriginal groups and the territorial government, knew this was not the right approach and wanted to stop it. This is what is happening today.
We are restoring confidence to the people in the Northwest Territories. Under this act, we would also make changes to the petroleum regulatory board. A moratorium would be implemented that would allow the reissuing of licences for oil and gas development in the Northwest Territories. This moratorium would be revisited every five years. As we know, there were no new applications for licences, no investment was being made. There was no projection for oil and gas, and there was no body to manage oil and gas development in the Northwest Territories to ensure there would be benefits to that region.
It is not like Atlantic Canada, which has oil and gas agreements that pay royalties to the provinces. There are agreements in Nova Scotia, Newfoundland and Quebec. When the Northwest Territories asked the former government for that agreement, the answer was no. It did not want to pay royalties to the indigenous groups or the territorial government on oil and gas. We are working with them to get it right, and that is why this bill is important today.
Madame la Présidente, je suis très heureuse de prendre la parole pour expliquer pourquoi j’appuie le projet de loi C-88 à sa troisième lecture. Ce projet de loi modifie la Loi sur la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie et la Loi fédérale sur les hydrocarbures. Les gouvernements, tant autochtones que territorial, des Territoires du Nord-Ouest attendent ces changements depuis bien longtemps.
Lundi, nous avons entendu des collègues à la Chambre nous parler de ce projet de loi, y compris le député de Territoires du Nord-Ouest, qui a travaillé très étroitement avec les gouvernements autochtones, les entités visées par des traités et des revendications territoriales, ainsi que le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, afin de veiller à ce que ce projet de loi soit bénéfique pour les électeurs qu’il représente et respecte les normes demandées au gouvernement du Canada.
Je tiens à féliciter le député de Territoires du Nord-Ouest de l’excellent travail qu’il a accompli au sujet du projet de loi C-88 et d'avoir veillé à ce que tous les députés comprennent très bien ce projet de loi et la nécessité des changements proposés.
Le projet de loi C-88 est fondé sur une idée simple, mais sage, selon laquelle le meilleur moyen de réglementer le développement dans la vallée du Mackenzie et dans les eaux arctiques consiste à établir un équilibre entre les intérêts de l’industrie, les droits des organismes et gouvernements autochtones et la protection environnementale. Le projet de loi que nous avons devant nous vise à atteindre cet équilibre de trois façons.
Premièrement, il favoriserait la certitude, ce que l’industrie demande. Nous savons que les Territoires du Nord-Ouest connaissent bien les industries. Nous savons qu’ils ont été l’hôte de certains des plus gros projets d’exploitation minière au Canada et d’autres projets importants de développement énergétique, pétrolier et gazier. C’est une région de notre pays qui a traité très activement avec les industries.
Deuxièmement, il rétablirait un mécanisme visant à reconnaître le droit des collectivités autochtones à influencer de façon significative les décisions de développement. Ainsi, les collectivités autochtones pourraient avoir une pleine participation, une connaissance approfondie et un pouvoir décisionnel dans les projets de développement des ressources se déroulant dans des zones visées par leurs revendications territoriales. Ainsi, ils pourraient faire partie du développement, étudier les impacts et les avantages des initiatives de développement et être de véritables partenaires dans les décisions et les résultats.
Troisièmement, il veillerait à ce que les décisions en matière de développement soient éclairées par des données scientifiques sur l’état de l’environnement. Les gouvernements autochtones des Territoires du Nord-Ouest ont établi un modèle leur permettant d’étudier les projets individuels et leur effet sur l’environnement, pas seulement pour aujourd’hui, mais aussi pour les générations à venir, et de prendre des décisions fondées sur des données scientifiques. Les preuves scientifiques assurent que les décisions sont éclairées tant du point de vue économique que du point de vue environnemental.
Sous sa forme actuelle, le régime de réglementation n’atteint pas cet équilibre. En particulier, il n’offre ni clarté ni prévisibilité aux promoteurs qui investissent et ne prévoit pas le respect des droits des collectivités autochtones dans cette région et dans le Nord. Cela découle, en grande partie, de la Loi sur le transfert de responsabilités aux Territoires du Nord-Ouest qui a été entérinée par cette Chambre en 2015 et pour laquelle j’ai voté, moi aussi. Cependant, elle a été contestée par la suite sur ordonnance du tribunal, ce qui a amené la Cour suprême des Territoires du Nord-Ouest à suspendre des dispositions clés de la loi. Cette décision a causé une incertitude au niveau du régime de réglementation pour la vallée du Mackenzie et, comme plusieurs de mes collègues l’ont déjà dit, l’incertitude n’a pas été bonne pour les affaires.
J’ai voté en faveur du projet de loi en 2015, même s’il contenait des dispositions qui supprimaient les droits issus des traités des Autochtones des Territoires du Nord-Ouest. Nous savions que c’était injuste. Nous nous sommes battus pour le faire changer. Nous avons proposé amendement après amendement, mais le gouvernement Harper n’a rien voulu entendre. Il n’a accepté aucun amendement au projet de loi qui aurait garanti les droits des Autochtones.
Nous avons dû faire un choix. Étions-nous favorables au transfert des responsabilités aux Territoires du Nord-Ouest, qui devait se faire, et ce depuis longtemps, ou est-ce que nous nous y opposions à cause de ces dispositions? Nous avons appuyé le projet de loi, mais en précisant que lorsque nous serions au pouvoir, nous annulerions ses dispositions négatives qui éliminaient les droits des Autochtones et ne faisaient pas respecter les responsabilités économiques et environnementales qui devraient l’être dans toute mise en valeur d'envergure. Nous avions promis aux habitants des Territoires du Nord-Ouest que lorsque nous formerions le gouvernement, nous changerions la loi afin de tenir compte de leur volonté. C’est ce que nous faisons aujourd’hui.
Depuis deux ans, nous travaillons en très étroite collaboration avec les gouvernements autochtones des Territoires du Nord-Ouest, leur député et le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest afin de rédiger un bon projet de loi et de remédier aux injustices causées par le gouvernement Harper et imposées à la population des Territoires du Nord-Ouest. Aujourd’hui, nous supprimons ces dispositions injustes.
Les entreprises qui veulent investir dans les Territoires du Nord-Ouest dans le cadre de grands projets d’exploitation des ressources gagneront en certitude. Le projet de loi leur garantit qu’elles n’auront pas à subir de conséquences imprévues. Il garantit aussi qu’elles sauront dans quel climat elles investissent et le processus qu’on attend d’elles.
Nous permettons aux gouvernements autochtones qui ont des revendications territoriales, des droits issus de traités et des ententes d'autonomie gouvernementale depuis de nombreuses décennies de reprendre le contrôle de leurs propres terres et de prendre des décisions dans l’intérêt supérieur de leurs peuples pour les générations futures, et ce de manière systématique et scientifique en prenant en compte toutes les répercussions et tous les avantages. Non seulement ces gouvernements autochtones pourront ainsi choisir si un projet sera réalisé, mais ils auront aussi la possibilité de s’associer à des investisseurs et à des entreprises spécialisées dans l'exploitation des ressources naturelles. Tout le monde gagne à travailler en collaboration.
Voilà le genre de relation que nous encourageons dans tout le Canada avec les groupes autochtones, les gouvernements provinciaux et territoriaux, les investisseurs, les organismes chargés de la mise en valeur des ressources et d’autres encore.
Le projet de loi que nous examinons aujourd’hui apporte les changements promis en 2015 au sujet des Territoires du Nord-Ouest. Nous savons qu’il établit l’équilibre que nous essayons d’atteindre de trois façons. Je les ai déjà exposées dans mon intervention.
J’aimerais prendre quelques minutes pour expliquer comment le projet de loi C-88 recréera un climat de certitude à propos du régime de réglementation, ce qui est un des principaux aspects de la Loi sur le transfert de responsabilités aux Territoires du Nord-Ouest. La loi élimine les offices régionaux chargés d’examiner les projets d’exploitation proposés qui étaient susceptibles d’avoir des effets sur les terres ancestrales de trois groupes autochtones en particulier: les Tlichos, les Gwich’in et les Sahtus. Leurs droits ont été supprimés et les répercussions sur leurs terres et leurs traités leur ont été imposées, par le gouvernement Harper.
Aujourd’hui, nous donnons aux Tlichos, aux Gwich’in et aux Sahtus le droit de prendre des décisions qui concernent leurs propres terres. Ils pourront examiner l’incidence sur leurs terres ancestrales, leur mode de vie et leur empreinte environnementale et voir en quoi leurs membres profiteraient des projets d’exploitation.
C'est une simple question de bon sens. Pourquoi donc un gouvernement voudrait-il priver des groupes autochtones de ce droit au Canada? Il y a quelques années à peine, nous avons vu le gouvernement Harper supprimer sans rougir les droits de groupes et de gouvernements autochtones. C’est exactement ce qu’il a fait aux Tlichos, aux Gwich'in et aux Sahtus dans les Territoires du Nord-Ouest. Ils avaient négocié pendant des années avec le gouvernement fédéral et le gouvernement territorial. Des générations d’aînés n’ont pas vécu assez longtemps pour voir le jour où ces peuples sont parvenus à des ententes d'autonomie gouvernementale sur leurs propres terres.
Quand ils y sont enfin parvenus, cela leur a ouvert des possibilités. Mais le gouvernement Harper les a compromises du jour au lendemain avec un projet de loi qui leur dicterait comment ils devaient régir l’exploitation des ressources sur leurs terres ancestrales et dans les Territoires du Nord-Ouest.
Nous nous sommes alors engagés à annuler ces changements si nous prenions un jour le pouvoir, et c’est exactement ce que nous faisons aujourd’hui. Toutes ces collectivités ont conclu des ententes de règlement de leurs revendications territoriales globales. Cela leur garantissait un rôle dans les offices des terres et des eaux, et le mandat d’examiner les projets d’exploitation, sur leurs terres ancestrales ou à proximité, et de prendre des décisions à leur égard. Le Parlement a examiné et approuvé chacune de ces ententes et a autorisé la création des offices régionaux.
Le projet de loi C-88 propose d’annuler la restructuration des offices et de remettre en place les autres dispositions qui étaient suspendues à la suite de la décision de la Cour suprême. Ces groupes autochtones dans les Territoires du Nord-Ouest savaient que le gouvernement Harper portait atteinte à leurs droits. Ils savaient que ce qui se passait était un parfait exemple de colonisation. C’est pourquoi ils se sont battus devant les tribunaux. Ils sont allés jusque devant la Cour suprême pour défendre leur cause, pour dire qu’ils avaient négocié ces droits, qu’il s’agissait de droits ancestraux, qu’ils avaient des traités et qu’aucun gouvernement ne devrait avoir le droit de leur imposer des décisions comme le gouvernement précédent l’a fait.
Dans sa décision, la Cour suprême énonce plusieurs choses qui doivent se produire pour rétablir la confiance dans le régime, en particulier chez les Autochtones, les promoteurs et ceux qui investissent dans l’exploitation des ressources dans les Territoires du Nord-Ouest.
Le projet de loi renforcerait la confiance d’une autre façon. Il clarifierait les processus et les attentes pour toutes les parties concernées par le régime de réglementation. Il se trouve que j’habite dans le Nord et que ma circonscription est très active dans l’exploitation des ressources, en particulier dans l’industrie minière et le secteur de l’énergie. Je sais par ailleurs que tout projet de développement suppose des investissements et des engagements considérables. Il n’y a rien de mieux pour faire progresser un projet que de connaître toutes les attentes de tous les intervenants et de savoir en quoi consiste le processus et ce qu’on attend des entreprises avant même la première pelletée de terre. Ces choses-là sont importantes.
Le parti d’en face dira que les libéraux consacrent trop d’énergie à réglementer, à restreindre et à imposer trop d'exigences en matière d’environnement. Or, les grandes industries qui se soucient des personnes touchées par leurs projets de développement veulent bien faire les choses. Elles tiennent à ce que leur empreinte environnementale soit aussi discrète que possible. Elles veulent avoir l’appui des peuples autochtones et des collectivités où elles investissent. Elles veulent établir de solides partenariats pour faire en sorte que leurs projets de développement ne soient pas interrompus par des manifestations ou par des règlements imprévus et qu’ils puissent être menés à bon terme de façon durable. C’est pourquoi les dirigeants de bon nombre de ces entreprises, dont beaucoup de ceux que j'ai connus personnellement au fil des ans, sont heureux de signer des ententes sur les répercussions et les avantages.
Ces dirigeants sont heureux de collaborer avec les gouvernements autochtones afin d’embaucher des travailleurs autochtones, ce qui garantit que les retombées profitent à aux communautés et que l'on donne suite aux préoccupations environnementales que les Autochtones et les non-Autochtones peuvent avoir à l’égard du développement dans leur région. Les entreprises veulent régler ces questions dès le départ. Elles ne veulent pas passer les communautés au bulldozer ni les soumettre à des pressions pour leur forcer la main. Elles ne veulent pas dicter ce qui va se passer. Elles veulent elles aussi travailler en partenariat.
C’est le parti d’en face qui croit que ces entreprises ne veulent rien savoir parce qu’elles doivent se conformer à des régimes de réglementation ou examiner les retombées environnementales. Très peu d’entre elles adopteraient cette approche, et je suis très fière que notre pays compte des entreprises qui investissent massivement dans l’exploitation des ressources et qui se soucient sincèrement de l’empreinte qu’elles laissent sur l’environnement et sur les gens des environs. Ce sont ces entreprises-là qui sont florissantes et que les Canadiens citent comme exemples au chapitre des partenariats de développement des ressources avec les collectivités et les peuples autochtones au Canada. Nous devons en être très fiers. Nous ne devrions pas essayer de changer notre façon de faire en adoptant des lois et en imposant des règlements parce que nous croyons qu’il faut procéder de telle ou telle façon.
Les gens devraient comprendre que, dans le projet de loi du gouvernement Harper, les conservateurs voulaient se débarrasser des organes de réglementation des Gwich'in, des Sahtus et des autres groupes dans les Territoires du Nord-Ouest. Ils voulaient qu’un seul superoffice s’occupe de toutes ces questions. Ils avaient même embauché un expert-conseil du nom de McCrank. J'étais présent le jour où M. McCrank a témoigné devant le comité. L’une des questions que nous lui avions posées était de savoir d’où lui venait l’idée que nous devions nous débarrasser des offices de réglementation dans les Territoires du Nord-Ouest, que les groupes autochtones ne devaient plus exercer de contrôle sur l'utilisation de leurs terres et sur leurs organes de réglementation. Ils ne devaient plus négocier leurs ententes, et nous devions nous immiscer dans ces dossiers et mettre sur pied un superoffice de réglementation dans les Territoires du Nord-Ouest, pour la vallée du Mackenzie.
Quand nous lui avons demandé d’où venait cette idée, il ne le savait pas. Il n'en connaissait pas l'origine et ne savait pas qui la lui avait suggérée, mais il l’a incluse dans un rapport où il la recommandait fortement, et le gouvernement Harper a dit à l’époque qu’il la trouvait bonne. Pourtant, tous les habitants des Territoires du Nord-Ouest, y compris les trois groupes autochtones et le gouvernement territorial, savaient que ce n’était pas la bonne approche et voulaient y mettre fin. C’est pourquoi nous en sommes rendus là aujourd’hui.
Nous redonnons confiance aux habitants des Territoires du Nord-Ouest. Nous modifierions aussi les dispositions de la loi sur l’office de réglementation du secteur pétrolier. Un moratoire serait mis en œuvre qui permettrait de délivrer de nouveau des permis d’exploitation pétrolière et gazière dans les Territoires du Nord-Ouest. Ce moratoire serait revu tous les cinq ans. Comme nous le savons, il n’y a pas eu de nouvelles demandes de permis, et aucun investissement n’a été fait. Il n’y avait pas de projection concernant le pétrole et le gaz, et aucun organe n'était chargé de gérer l’exploitation pétrolière et gazière dans les Territoires du Nord-Ouest pour veiller à ce qu'il y ait des retombées pour cette région.
Ce n’est pas comme dans la région de l'Atlantique, où les provinces perçoivent les redevances prévues dans les accords pétroliers et gaziers, comme c'est le cas en Nouvelle-Écosse, à Terre-Neuve et au Québec. Lorsque les Territoires du Nord-Ouest ont demandé au gouvernement précédent de bénéficier d'un tel accord, la réponse a été non. Le gouvernement ne voulait pas verser de redevances sur le pétrole et le gaz aux groupes autochtones ou au gouvernement territorial. Nous collaborons avec eux pour corriger la situation, et c’est pourquoi ce projet de loi est important aujourd’hui.
View Cathy McLeod Profile
CPC (BC)
Madam Speaker, I have a few comments, and then I will have a question.
My first comment is, here we are. Four years ago, the Liberals said they had a problem, and the bill has been sitting in the House for months and months. Finally, with their lack of proper House planning, the Liberals deem it an emergency to get this through. Quite frankly, it has been the inadequate planning of the Liberals' legislative agenda that has created this challenge.
Second, in spite of all the criticisms we might have heard of the former bill, I would like to point out that the Liberals actually voted for it. If they thought it was that bad, they certainly did not exhibit that in their vote.
The third point, which will lead to a question, is this. The Liberals do not talk much about the moratorium built into this in the national interest. The last time they did that, the Premier of the Northwest Territories called it the result of eco-terrorism. The mayor of Tuktoyaktuk had many comments, such as “They shut down our offshore gasification and put a moratorium right across the whole freaking Arctic without even consulting us.”
The Liberals have embedded in this legislation the ability to do that again. How does the parliamentary secretary align that with her talk of consultation?
Madame la Présidente, j'ai quelques commentaires à faire, puis j'aurai une question.
Pour commencer, voyons où nous en sommes. Il y a quatre ans, les libéraux ont dit qu'ils avaient un problème, et le projet de loi a été mis en veilleuse pendant des mois et des mois. Les libéraux ne sachant pas gérer leur agenda parlementaire, ils ont soudain décidé qu'il y avait urgence et qu'il fallait adopter ce projet de loi très vite. Pour dire les choses franchement, c'est bien parce que les libéraux ne savent pas gérer leur agenda parlementaire que se pose ce problème.
Ensuite, j'aimerais faire remarquer que, malgré tous les reproches faits à l'ancien projet de loi, les libéraux ont quand même voté en sa faveur. S'ils pensaient qu'il était inacceptable, cela ne s'est certainement pas vu dans leur manière de voter.
Enfin, mon dernier point. Il donnera lieu à une question. Les libéraux ne s'étendent pas beaucoup sur le moratoire inclus dans le projet de loi dans l'intérêt national. La dernière fois qu'ils s'y sont risqués, le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest a parlé d'écoterrorisme. Le maire de Tuktoyaktuk a fait beaucoup de déclarations du type: «  Ils ont mis fin à nos activités de gazéification extracôtière et imposé un moratoire sur l'ensemble de l'Arctique sans même nous consulter. »
Les libéraux ont rédigé la mesure législative de telle manière qu'ils puissent refaire la même chose. Comment la secrétaire parlementaire peut-elle concilier cela avec ses grands discours sur la consultation?
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2019-06-13 13:36 [p.29053]
Madam Speaker, first of all, with the legislative agenda, we would not be here doing this today if the member opposite and her government had gotten it right in the first place.
If the Conservatives had listened to the Sahtu, the Gwich'in and other governments of the Northwest Territories at the time, we would not be here today making those amendments. That is the first point.
The Conservatives say that we voted for it in 2015. We voted for the devolution agreement of the Northwest Territories, and these other amendments were tied into the bill, which was eroding the rights of indigenous governments. We had to make a difficult choice, and our choice was to support the bill at the time, which was the devolution of land claims in the Northwest Territories, but with a commitment to the people that we would make these changes and revert the amendments the Harper government made, and that is what we are doing today.
Madame la Présidente, premièrement, compte tenu du programme législatif, nous ne serions pas en train d'étudier ce projet de loi aujourd'hui si la députée d’en face et le gouvernement formé par son parti à l'époque avaient pris les bonnes décisions.
Si les conservateurs avaient écouté les Sahtus, les Gwich'in et d’autres gouvernements des Territoires du Nord-Ouest à l’époque, nous ne serions pas en train d'apporter ces modifications. C’est le premier point.
Les conservateurs disent que nous avons voté pour en 2015. Nous avons voté pour l’accord de transfert de responsabilité des Territoires du Nord-Ouest, mais d'autres dispositions, qui minaient les droits des gouvernements autochtones, étaient également incluses dans le projet de loi. Nous avons dû faire un choix difficile, et nous nous sommes résignés à appuyer le projet de loi à l’époque, soit le transfert des revendications territoriales dans les Territoires du Nord-Ouest, mais avec un engagement envers la population que nous apporterions les changements prévus dans le projet de loi actuel et que nous annulerions les modifications législatives que le gouvernement Harper avait apportées. C’est ce que nous faisons aujourd’hui.
View Linda Duncan Profile
NDP (AB)
View Linda Duncan Profile
2019-06-13 13:37 [p.29053]
Madam Speaker, I would like to thank the hon. member. I am a great admirer. She clearly stands up for the rights of the people of Labrador, and definitely the indigenous people of Labrador.
I, too, am deeply concerned that it has taken the government so long to bring forward this bill. It was a reprehensible move by the Conservatives in the last Parliament. Indeed, all parties were forced for vote for it, because the Conservatives tied it to the devolution vote. It was reprehensible. My former colleague Dennis Bevington, then the member for Northwest Territories, spoke strongly against this move. It was clearly unconstitutional.
I had the privilege of being the assistant deputy minister for renewable resources in the Yukon, and I played a part in the negotiation of first nations final agreements and self-governance agreements. I was well aware of what was being done to the Tlicho, the Gwich'in and the Dehcho, who finally had final agreements.
If the hon. member and her party are so dedicated to respecting the rights of indigenous people, will she speak up, speak to the senators and tell them to finally bring forward Bill C-262 and finally put in place, as Liberals had promised, the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples? Will they finally—
Madame la Présidente, j’aimerais remercier la députée. Je l'admire beaucoup. Elle défend clairement les droits des habitants du Labrador et assurément ceux des Autochtones du Labrador.
Je suis moi aussi très préoccupée de voir que le gouvernement a tant tardé à présenter ce projet de loi. Il s’agissait d’une tactique répréhensible des conservateurs dans la législature précédente. En réalité, tous les partis ont été forcés de souscrire au projet de loi de l'époque parce que les conservateurs l’ont lié au transfert de responsabilités. C’était répréhensible. Mon ancien collègue, Dennis Bevington, alors député des Territoires du Nord-Ouest, s’est vivement élevé contre cette mesure. Elle était clairement inconstitutionnelle.
J’ai eu le privilège d’être sous-ministre adjointe des Ressources renouvelables au Yukon et j’ai participé à la négociation des ententes définitives et des ententes d’autonomie gouvernementale des Premières Nations. J’étais bien consciente de l’affront qu’on faisait aux Tlichos, aux Gwich'in et aux Dehchos, qui avaient enfin conclu des ententes définitives.
Si la députée et son parti ont tant à cœur de respecter les droits des Autochtones, va-t-elle intervenir, va-t-elle demander aux sénateurs de terminer enfin l'étude du projet de loi C-262 pour que puisse être mise en œuvre, comme les libéraux l’ont promis, la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones? Vont-ils enfin…
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2019-06-13 13:39 [p.29053]
Madam Speaker, the member spoke about her former colleague and his representation on this issue back in 2015. I remember he was very strong on this issue and advocating for it.
With regard to Bill C-262, like many others in this House, I want to see the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples implemented in Canada. We have supported it. We strongly believe in it. We believe in the fundamental principles of UNDRIP. We believe that it is important in guiding future governments in Canada in how we deal with indigenous people. I, too, would support the member in encouraging the Senate to move forward with its amendments and bring it back to the House of Commons.
Madame la Présidente, la députée a parlé de son ancien collègue et de son intervention dans ce dossier en 2015. Je me souviens que c'est une question qui lui tenait beaucoup à coeur sur laquelle il a beaucoup lutté.
En ce qui concerne le projet de loi C-262, comme bien d’autres ici présents, je tiens à ce que la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones soit mise en œuvre au Canada. Nous y avons souscrit. Nous y croyons fermement. Nous adhérons aux principes fondamentaux de la Déclaration. Nous pensons qu’elle est importante pour guider à l'avenir le gouvernement du Canada dans les relations à entretenir avec les Autochtones. Je verrais d'un bon œil que la députée, elle aussi, encourage le Sénat à adopter ses amendements et à renvoyer le projet de loi à la Chambre des communes.
View Robert-Falcon Ouellette Profile
Lib. (MB)
View Robert-Falcon Ouellette Profile
2019-06-13 13:40 [p.29053]
Madam Speaker, I wonder if the member knows that in the Conservative-run province of Manitoba, two agreements had been signed with the Métis people for hydro development. Under that government in Manitoba, the Conservatives started cancelling those treaties, I mean agreements. Agreements do sound a lot like treaties. Where is the respect in Manitoba for indigenous rights under a Conservative government?
As we approach the 150th anniversary of the Province of Manitoba, when we say those words at the beginning of every speech, “We are here on the traditional lands of the Métis nation”, we must recognize that this province was founded by the Métis people under their leader Louis Riel.
I would like to quote David Chartrand, president of the Manitoba Metis Federation, who said, “Do you want to get revenge on the Métis people?”
I would like to ask the parliamentary secretary, should we be respecting indigenous rights right across this country, not only by Liberal or NDP governments but also by Conservative governments?
Madame la Présidente, je me demande si la députée sait qu’au Manitoba, une province dirigée par les conservateurs, deux accords ont été signés avec les Métis en matière développement hydroélectrique. L'actuel gouvernement conservateur au Manitoba a commencé à résilier ces traités, je veux dire ces accords. « Accords » et « traités » sont des termes qui se ressemblent. Où est le respect des droits des Autochtones au Manitoba sous un gouvernement conservateur?
À l’approche du 150e anniversaire de la province du Manitoba, lorsque nous prononçons au début de chaque discours « Nous sommes ici sur les terres traditionnelles de la nation métisse », nous reconnaissons que cette province a été fondée par le peuple métis sous son chef, Louis Riel.
J’aimerais citer David Chartrand, président de la Fédération des Métis du Manitoba, qui a dit: « Voulez-vous vous venger des Métis? »
J’aimerais que la secrétaire parlementaire me dise si les droits des Autochtones devraient être respectés partout au pays, non seulement sous un gouvernement libéral ou néo-démocrate, mais aussi sous un gouvernement conservateur.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2019-06-13 13:41 [p.29053]
Madam Speaker, we can only hope that one day Conservatives will see that indigenous rights are in the best interests of all people who live in this country.
For many generations, we have seen the violation of indigenous rights, of well-constituted treaties and agreements that have never been followed and implemented. As a government, we have taken a different decision. We have worked closely with indigenous governments, with provinces and territories to do what is in the best interests, in the right interests, of indigenous people in Canada.
It is unfortunate to see what is happening in Manitoba. It is unfortunate to see what is happening in Ontario, with funding being cut to indigenous groups and organizations. We sit in a Parliament today where the Harper government for 10 years did not invest in indigenous people and communities in this country. In the four years we have been here, we have invested more than $17 billion in additional revenue into indigenous governments and communities in Canada.
Madame la Présidente, nous ne pouvons qu’espérer qu’un jour les conservateurs se rendront compte que le respect des Autochtones est dans l’intérêt de tous les Canadiens.
Pendant de nombreuses générations, nous avons été témoins de la violation des droits des Autochtones, de traités et d’accords bien établis qui n’ont jamais été suivis ni mis en œuvre. Le gouvernement fédéral actuel a pris une décision différente. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les gouvernements autochtones, les provinces et les territoires pour faire ce qui est dans l’intérêt des peuples autochtones du Canada.
Il est malheureux de voir ce qui se passe au Manitoba. Il est malheureux de voir ce qui se passe en Ontario, où le financement des groupes et des organisations autochtones est réduit. Nous siégeons aujourd’hui dans un Parlement où, pendant 10 ans, le gouvernement Harper n’a pas investi dans les peuples et les communautés autochtones du pays. Au cours des quatre années de notre mandat, plus de 17 milliards de dollars en recettes supplémentaires sont allés aux gouvernements et aux communautés autochtones du Canada.
View Robert Sopuck Profile
CPC (MB)
Madam Speaker, I would remind the member opposite that this was a great concern of John Diefenbaker, who gave indigenous people the vote. Most of the ugly residential school experiences were under the Liberal government of Mackenzie King. Let us not point fingers when it is not required.
I should also make a point for my colleague from Manitoba. The agreement he referred to was by Manitoba Hydro, not by the Manitoba government.
The crocodile tears of all the members opposite crying for indigenous people are truly sickening. All they talk about is process, process, process. There has not been a single major development in this country that has helped aboriginal people, ever.
I am going to make a prediction right now. If all the socio-economic indicators of indigenous communities were measured when the Liberal government took office and when it is going to leave office on October 21, I absolutely guarantee that not a single socio-economic indicator will have improved.
Madame la Présidente, je rappelle à la députée d’en face que John Diefenbaker, qui a donné le droit de vote aux Autochtones, était très préoccupé par cette question. La plupart des horribles expériences vécues dans les pensionnats ont eu lieu sous le gouvernement libéral de Mackenzie King. Ne pointons pas du doigt ceux qui n’ont rien à se reprocher.
Je voudrais également faire une observation à l’intention de mon collègue du Manitoba. L’entente dont il a parlé a été conclue par Manitoba Hydro et non par le gouvernement du Manitoba.
Il est désolant de voir tous les députés d’en face verser des larmes de crocodile pour les Autochtones. Le seul mot qu’ils ont à la bouche, c’est « processus ». Il n’y a jamais eu de grand projet au pays qui a été mené dans l’intérêt des Autochtones.
Je vais maintenant y aller d’une prédiction. Si l’on mesurait tous les indicateurs socioéconomiques concernant les populations autochtones au moment de l’arrivée au pouvoir du gouvernement libéral et lorsqu’il quittera le pouvoir, le 21 octobre, je suis absolument certain qu’on ne verrait aucune amélioration.
View Yvonne Jones Profile
Lib. (NL)
View Yvonne Jones Profile
2019-06-13 13:43 [p.29054]
Madam Speaker, I do not think there was a question there, but I would certainly like to respond to the member's comments. If he wants to talk about the colonization of indigenous people in Canada over the generations, there is enough blame to go around for everyone in this country, whether Conservative, NDP, Green or Liberal.
I really believe that reconciliation is about finding a new path forward. It is about working together to ensure that indigenous people in Canada have their proper place and the ability to have some control and say about the traditional lands which they founded and formed. As hard as it may be to swallow, it is the right thing to do. I would suggest that the Conservatives get on board and make reconciliation real in Canada for all Canadians.
Madame la Présidente, je ne crois pas avoir entendu de question, mais j'aimerais bien répondre aux propos du député. S'il tient à discuter de la colonisation des peuples autochtones au Canada au fil des générations, tous autant que nous sommes en portont le blâme, tant les conservateurs, les néo-démocrates, les verts que les libéraux.
Je crois sincèrement que la réconciliation passe par la recherche d'une nouvelle voie. Il faut travailler ensemble pour veiller à ce que les peuples autochtones au Canada occupent la place qui leur revient et qu'ils puissent avoir leur mot à dire et un certain contrôle sur les territoires ancestraux qu'ils ont fondés et constitués. Même si c'est difficile à admettre, c'est la bonne chose à faire. Je suggère donc aux conservateurs de monter à bord du train pour faire de la réconciliation une réalité pour tous les Canadiens.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
View Todd Doherty Profile
2019-06-13 13:44 [p.29054]
Madam Speaker, what is sad is that the term “reconciliation” has become a buzzword under the government. I take this to heart.
Many members know I have stood in the House, time and again, and have said that my wife and children are first nations. It is troubling for me when some members stand in the House, put their hands on their hearts and say that it is in the best interests of reconciliation, not just with respect to Bill C-88 but also Bills C-69, C-48, C-68 as well as the surf clam scam that took place earlier in this session.
The only part I will agree with in the hon. parliamentary secretary's intervention was when at she said there was enough blame to go around. Nobody should be pointing fingers, saying one group is better than another group. Reconciliation is about creating a path forward. It is not about pitting a first nation against a first nation or a first nation against a non-first nation. It is about how we walk together moving forward.
What I am about to say is not related to all members on both sides of the House. Some members truly understand this. However, time and again some Liberals will stand in the House and say that they support reconciliation or that this is all about reconciliation. Then a heavy-handed policy comes down or words are said, which we call “bozo eruptions”, and there is regret afterward.
I will go back to how we started the spring session. The first female indigenous Attorney General in our country spoke truth to power, and we saw what happened to her.
Bill C-88 is interesting, because it looks to reverse the incredible work our previous government did in putting together Bill C-15.
I will read a quote from our hon. colleague across the way when she voted for Bill C-15. She stated:
As Liberals, we want to see the Northwest Territories have the kind of independence it has sought. We want it to have the ability to make decisions regarding the environment, resource development, business management, growth, and opportunity, which arise within their own lands.
The parliamentary secretary has offered a lot of excuses today as to why she voted for it, such as she was tricked or voted for it for a specific reason. It is easy for members to stand after the fact and say, “I could have, would have, should have” or “This is the reason; my arm was twisted.” However, if we do not stand for something, we will fall for anything. That is what we have seen with the government taking up the eco-warrior agenda to pay back for the 2015 election. That is why we have Bills C-68, C-69, C-48 and C-88.
The parliamentary secretary wants to talk about how Bill C-88 would empower our first nations. Let me offer the House a few quotes.
Mr. Merven Gruben, the mayor of the Hamlet of Tuktoyaktuk, stated:
Tuk has long been an oil and gas town. Since the first oil boom, or the whalers hunting whales in the late 1800 and early 1900s, we have grown up side by side with industry. We have not had any bad environmental effects from the oil and gas work in our region, and we have benefited from the jobs, training and business opportunities that have been available when the industry has worked in Tuk and throughout the north, the entire region.
Never in 100-plus years has the economy of our region, and the whole north, looked so bleak for the oil and gas industry, and for economic development, generally. All the tree huggers and green people are happy, but come and take a look. Come and see what you're doing to our people. The government has turned our region into a social assistance state. We are Inuvialuit who are proud people and who like to work and look after ourselves, not depend on welfare.
I thank God we worked very closely with the Harper government and had the all-weather highway built into Tuk. It opened in November 2017, if some of you haven't heard, and now we are learning to work with tourism. We all know that's not the money and work that we were used to in the oil and gas days that we liked.
Madame la Présidente, il est triste de constater que le mot « réconciliation » sert de simple slogan sous le gouvernement actuel. Je prends cela à coeur.
Les députés sont nombreux à savoir que j'ai souvent pris la parole à la Chambre pour dire que ma femme et mes enfants sont autochtones. Je trouve navrant de voir des députés prendre la parole à la Chambre et dire, la main sur le coeur, que cela sert au mieux la réconciliation, et je ne parle pas ici uniquement du projet de loi C-88, mais aussi du C-69, du C-48 et du C-68, de même que de l'escroquerie de la mactre de l'Atlantique qui s'est produite plutôt au cours de la session.
Le seul élément avec lequel je suis d'accord dans l'intervention de l'honorable secrétaire parlementaire est que nous sommes tous à blâmer. Personne ne doit pointer du doigt qui que ce soit, en disant qu'un groupe est mieux qu'un autre. La réconciliation consiste à tracer une novuelle voie. Il ne s'agit pas de dresser une Première Nation contre une autre Première Nation, ou une Première Nation contre une communauté non autochtone. Il s'agit de trouver une façon de travailler ensemble pour bâtir l'avenir.
Ce que je m'apprête à dire ne s'adresse pas à tous les députés de deux côtés de la Chambre. Certains comprennent bien cela. Toutefois, on voit souvent des libéraux dire à la Chambre qu'ils appuient la réconciliation ou qu'il s'agit d'une question de réconciliation. Puis, ils adoptent une politique musclée ou prononcent des paroles malheureuses que nous appelons des « éruptions de bozo », et ensuite viennent les excuses.
Revenons à la façon dont la session printanière a commencé. La première femme autochtone procureure générale au pays a dit la vérité à ceux qui sont au pouvoir, et nous savons ce qui lui est arrivé.
Ce qui est intéressant avec le projet de loi C-88, c'est qu'il vise à annuler tout le travail incroyable que notre gouvernement avait fait pour préparer le projet de loi C-15.
Je vais citer les paroles de mon honorable collègue d'en face lorsqu'elle a voté en faveur du projet de loi C-15. Je cite:
Le Parti libéral souhaite que les Territoires du Nord-Ouest puissent obtenir l'indépendance qu'ils recherchent. Nous voulons qu'ils puissent prendre des décisions concernant l'environnement, l'exploitation des ressources, la gestion des affaires, la croissance et les possibilités de réussite sur leur propre territoire.
La secrétaire parlementaire a présenté beaucoup de justifications aujourd'hui pour expliquer pourquoi elle a appuyé le projet de loi, notamment qu'elle a été dupée ou qu'elle a appuyé le projet de loi pour une raison précise. C'est facile pour les députés de prendre la parole après coup et de dire « j'aurais pu, j'aurais dû » ou « c'est la raison; on m'a forcé la main ». Toutefois, si nous ne prenons pas position pour quelque chose, nous risquons d'accepter n'importe quoi. C'est ce dont nous avons été témoins avec le gouvernement qui a adopté le programme des écoguerriers pour les remercier de l'avoir fait élire en 2015. C'est la raison pour laquelle nous avons les projets de loi C-68, C-69, C-48 et C-88.
La secrétaire parlementaire souhaite souligner que le projet de loi C-88 renforcera l'autonomie des Premières Nations. J'aimerais fournir quelques citations à la Chambre.
M. Merven Gruben, le maire du hameau de Tuktoyaktuk, a dit:
Tuk est depuis longtemps une ville pétrolière et gazière. Depuis le premier boom pétrolier, ou encore la chasse à la baleine à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, nous avons grandi avec l'industrie. Les travaux pétroliers et gaziers dans notre région n'ont pas eu d'impact sur l'environnement, et nous avons profité des emplois, des programmes de formation et des débouchés offerts lorsque l'industrie exerçait ses activités à Tuk et partout dans le Nord, dans toute la région.
Jamais, en plus de 100 ans, l'économie de notre région et de tout le Nord n'a été aussi difficile pour l'industrie pétrolière et gazière ainsi que pour le développement en général. Les écologistes sont contents, mais venez jeter un coup d'œil. Venez voir ce que vous faites à notre peuple. Le gouvernement a transformé notre région en pays d'assistés sociaux. Nous sommes des Inuvialuit, des gens fiers qui aimons travailler et nous débrouiller tous seuls plutôt que de dépendre de l'aide sociale.
Je remercie le ciel parce que nous avons travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement Harper et que nous avons fait construire la route toutes saisons qui mène à Tuk. Elle a été ouverte à la circulation en novembre 2017, pour ceux d'entre vous qui n'en ont pas entendu parler, et nous sommes en train d'apprendre à travailler avec les touristes. Nous savons tous que ce n'est pas l'argent et les emplois auxquels nous étions habitués et que nous avons appréciés à l'époque du pétrole et du gaz.
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
He further states:
Nobody's going to be going up and doing any exploration or work up there.
We were really looking forward to this. There was a $1.2-billion deal here that Imperial Oil and BP did not that far out of Tuk, and we were looking forward to them exploring that and possibly drilling, because we have the all-weather highway there. What better place to be located?
The Hon. Bob McLeod, the premier from the Northwest Territories, said that the moratorium was “result of eco-colonialism”.
Il a ajouté ce qui suit:
Personne n'ira là-bas mener des travaux d'exploration ou d'exploitation.
Nous avions vraiment hâte. L'Impériale et BP avaient conclu une entente de 1,2 milliard de dollars, pas très loin de Tuk, et nous étions impatients de les voir explorer et peut-être même forer, parce que nous avons une route praticable en tout temps là-bas. Y a-t-il un meilleur endroit pour s'installer?
Bob McLeod, premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, a déclaré que le moratoire est le « fruit de l'éco-colonialisme ».
View Todd Doherty Profile
CPC (BC)
I speak of the moratorium. The Liberals want to talk about all the work they are doing in standing up for the north and the indigenous peoples in the north. It was just before Christmas when Prime Minister travelled to Washington, D.C. to make the announcement with the then United State President, Barack Obama. There had been zero consultation with northerners, despite consistent rhetoric about consulting with Canada's indigenous peoples. Prior to decision making, the resolution was made unilaterally from the Prime Minister's Office.
The indigenous peoples and the people from the Northwest Territories had about an hour's notice with that. Wally Schumann, the Ministry of Industry, Tourism and Investment, Minister of Infrastructure for the Northwest Territories, stated:
I guess we can be very frank because we're in front of the committee. When it first came out, we never got very much notice on the whole issue of the moratorium and the potential that was in the Beaufort Sea. There were millions and millions, if not billions, of dollars in bid deposits and land leases up there. That took away any hope we had of developing the Beaufort Sea.
Merven Gruben said:
I agree the Liberals should be helping us. They shut down our offshore gasification and put a moratorium right across the whole freaking Arctic without even consulting us. They never said a word....
Our hon. colleague, the parliamentary secretary, in response and to pre-empt my speech, called us the government on the other side. We are the government in waiting. We will be government in October. She said that the guys across the way would criticize the Liberals for caring too much about the environment. That is incorrect. We criticize them because they put the priorities of the environmental groups like Tides, World Wildlife Fund and like Greenpeace ahead of the local stakeholder, the indigenous peoples who are saying that they are tired of being poster boys for these eco-groups.
If my colleagues do not believe me, I will read some quotes.
Calvin Helin, chair of Eagle Spirit Chiefs Council, said “What the chiefs are starting to see a lot now is that there is a lot of underhanded tactics and where certain people are paid in communities and they are used as spokespersons.” He also said, “Essentially (they are) puppets and props for environmental groups to kill resource development” and “It’s outrageous and people should be upset about that…the chiefs are....”
Also, Stephen Buffalo, president and CO of the Indian Resource Council said, “Since his government was elected in 2015, Prime Minister Justin Trudeau has repeatedly—
Je parle du moratoire. Les libéraux veulent parler de tout le travail qu’ils accomplissent pour défendre le Nord et les peuples autochtones du Nord. Tout juste avant Noël, le premier ministre s’était rendu à Washington pour faire cette annonce en compagnie du président américain de l’époque, Barack Obama. Malgré tous les discours sur la consultation des peuples autochtones du Canada, il n’y a eu aucune consultation avec les habitants du Nord. Avant même le processus de décision, le Cabinet du premier ministre avait unilatéralement adopté la résolution.
Les peuples autochtones et les habitants des Territoires du Nord-Ouest en ont été informés environ une heure à l’avance. Wally Schumann, ministre de l’Industrie, du Tourisme et des Investissements et ministre de l’Infrastructure des Territoires du Nord-Ouest, a dit:
J’imagine que nous pouvons être vraiment francs devant le Comité. Initialement, lorsqu’il a été mis en place, nous n’avons pas vraiment reçu un préavis concernant toute la question du moratoire et du potentiel dans la mer de Beaufort. Il y avait des millions et des millions — peut-être même des milliards — de dollars de dépôts de soumission et de baux fonciers là-haut. Le moratoire a éliminé tout espoir que nous avions de mettre en valeur la mer de Beaufort.
Merven Gruben, quant à lui, a dit:
Je conviens que les libéraux devraient nous aider. Ils ont mis fin aux activités de gazéification extracôtière et imposé un moratoire sur l’ensemble de l’Arctique sans même nous consulter. Ils ne nous ont jamais dit un mot.
Notre collègue la secrétaire parlementaire, en réponse à cela et pour devancer mon discours, a dit que nous étions le « gouvernement d'en face ». Nous sommes le gouvernement en attente. Nous serons au pouvoir en octobre. Elle a dit que les députés d'en face critiqueraient les libéraux parce qu'ils se soucient trop de l'environnement. C'est faux. Nous les critiquons parce qu'ils font passer les priorités des groupes environnementaux comme Tides, le Fonds mondial pour la nature et Greenpeace avant celles des intervenants locaux et des peuples autochtones, qui disent en avoir assez d'être l'emblème de ces groupes écologiques.
Pour convaincre mes collègues qui auraient des doutes, je vais lire quelques citations.
Calvin Helin, président du conseil des chefs favorables au projet Eagle Spirit, a déclaré: « Ce que les chefs constatent de plus en plus maintenant, c'est qu'on a recours à beaucoup de tactiques sournoises, où certaines personnes dans les communautés se font payer pour devenir porte-parole. » Il a également dit: « Essentiellement, [ce sont] des marionnettes et des accessoires au service des groupes environnementaux dont le but est de torpiller l'exploitation des ressources. » Il a aussi ajouté:« C'est scandaleux, et les gens devraient être en colère qu'on agisse ainsi [...] Les chefs sont [...] »
De plus, Stephen Buffalo, président-directeur général du Conseil des ressources indiennes, a affirmé: « Depuis que son gouvernement a été élu en 2015, le premier ministre Justin Trudeau a maintes fois...
Results: 1 - 15 of 433 | Page: 1 of 29

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data